Page 109

Arcade fire (Des cœurs dans les yeux) Arcade fire, c’est la figure de proue du rockfolk canadien (après Brian Adams of course). Ces sept Montréalais cartonnent partout où ils passent depuis 2003, enlevant même le pain de la bouche des Ricains en raflant en 2011 le Grammy Award de l’album de l’année. Sur scène, c’est un déluge de mélodies et d’instruments inhabituels comme le cor, la harpe, l’accordéon, le violoncelle, le xylophone… qui s’ajoutent aux guitares et à la batterie. Et nous, on a des petits cœur dans les yeux en s’imprégnant de leur énergie communicative…

Les bons plans (gratos) du Montreux Jazz Café Crystal Fighters (world wide music) C’est un groupe hors du temps, qui flirte avec la world music comme le feraient Animal Collective. En ajoutant du folk et de la musique basque, ils ont produit un mélange harmonieux et troublant, des morceaux qui voyagent entre les tapas et les hamburgers. Le groupe a ce petit quelque chose de néo-hippie que l’on peut sentir dans les rues de Brooklyn, et quelques passages dubstep dans leur premier album, sorti en 2011, qui rappellent qu’ils séjournent bel et bien à Londres. Et lorsqu’ils basculent dans l’électro presque transe, impossible de rester immobile.

Wu Lyf (Rock mystérieux) Les «World Unite Lucifer Youth Foundation» ont créé un énorme buzz en à peine deux ans et un album. Ces gosses originaires du pays de sa Majesté la Reine disséminent d’énigmatiques vidéos aux quatre coins du web, remplies de symboles religieux et d’images de révoltes qui flashent dans tous les sens. Qui plus est, ils n’accordent quasiment aucune interview, surtout pas à la presse british. Rock psyché et hurlant, flirtant avec le courant le plus underground et le plus poétique d’outre-Manche, les Wu Lyf promettent un moment hors de toute dimension.

Gustav Mag No20 / FR  

Gustav Mag No20 / FR

Gustav Mag No20 / FR  

Gustav Mag No20 / FR

Advertisement