Page 1

MAdrid / Espagne RAPPORT D’etonnemenT ENSAG 2012/13

GUILLAUME GIRAUD


etonnement et Vie pratique

Vie etudiante

BILAN et suggestions


ETONNEMENT vie pratique


Dans ce rapport je vais vous citer quelques aspects de cette ville et de ce pays qui m’ont particulièrement marqué à mon arrivée.

Horaires (décalage horaire bonjour !) J’avais pourtant été prévenu, et à mon grand étonnement il s’est avéré que c’était vrai, l’Espagne vit globalement avec un décalage de deux voir trois heures dans son rythme de vie ! On ne déjeune pas avant 15h, voir même 16h, et ne parlons pas du dîner qui lui est servi en général entre 22h et 00h. Je vous vois déjà venir, vous allez me dire : « Mais alors vous vous levez à 11h ? ». Et bien non, les horaires d’embauche sont les mêmes qu’en France, 9h du matin environ, pour information les cours à l’école d’architecture de madrid commencent à 8h20. Pas facile pour quelqu’un qui comme moi a besoin de ses huit heures de sommeil voir plus, surtout après quelques virées nocturnes parfois endiablées. Mais alors c’est quoi le secret pour tenir une journée entière ? Et bien c’est la sieste nationale

bien sûr ! En effet une grande majorité des espagnols pratiquent cet art qui leur est cher entre 15h et 18h. Autant vous dire, n’essayez même pas de faire vos courses ou votre shopping entre 15h et 17h. Mais ne vous inquiétez pas, les magasins ne ferment pas pour autant à 19h comme en France, mais plûtot vers 21h voir 23h pour les grandes enseignes (Corte Inglès par exemple). En ce qui concerne la vie nocturne, la majorité des bars ferment vers 4h, vous pouvez même ensuite aller chauffer le dance-floor jusqu’à 7h dans les nombreuses boîtes de nuit que propose Madrid. Même à l’école certains cours finissent à 22h. Voilà je crois c’est à peu près tout en ce qui concerne les horaires à respecter.


Madrid 26 Août 2012, 9h00 : Ca y est enfin arrivé à Madrid après 12h de train couchette, assez éprouvant je dois l’avouer. Première impression en sortant du train, une chaleur éreintante, comme le dit l’expression madrilène «Madrid tiene nueve meses de invierno y tres meses de infierno», traduction «Madrid a neuf mois d’hiver et trois mois d’enfer», je crois que la situation est bien résumée.


Madrid 26 Août 2012, mes premiers pas sur la fameuse Gran Via, artère principale de Madrid, on la surnomme même le «Broadway espagnol».


Pratiques Pour trouver un logement plusieurs solutions s’offrent à vous. La première est de rechercher les offres qui vous sont proposées sur internet, c’est par ce biais que j’ai pu dénicher un logement, plus exactement grâce aux nombreuses propositions faites sur le groupe Facebook «ERASMUS & INTERNACIONAL PEOPLE», un espace communautaire organisé pour les étudiants érasmus de Madrid qui s’est avéré très pratique, que se soit pour le logement, pour des renseignements concernant les enseignements proposés par l’école ou pour l’organisation de soirée bien sûr , j’en passe et des meilleurs... La seconde solution qui s’offre à vous et qui est monnaie courante en Espagne est de déambuler dans le quartier qui vous intéresse et de cibler les annonces « se alquila habitaciones », vous pouvez appeler immédiatement et arranger un rendez-vous soit avec le propriétaire ou même le concierge directement, avertissement le premier contact peut s’avérer compliqué étant donné la barrière de la langue, mais ne vous inquiétez le

langage des signes fait toujours son effet. Intéressons nous maintenant aux possibilités bancaires qui s’offrent à vous, et bien c’est très simple inutile d’ouvrir un compte en Espagne se serait se compliquer la vie pour rien. L’Espagne faisant partie de l’UE les frais bancaire sont faibles, voir inexistants avec certaines banques, par contre je vous recommande vivement d’aller voir votre banque avant votre départ , pour vérifier vos plafonds de retrait, pour ne pas vous retrouver sans un sous le jour où il vous faudra payer le loyer en liquide. Enfin les moyens de communications, vous devez impérativement investir dans un téléphone portable, oubliez votre Iphone chéri il ne vous servira à rien, optez plutôt pour un vieux téléphone, demandez à votre colocataire il aura sûrement ça . Les formules de cartes rechargeables sont rentables, petit conseils optez pour Yoigo qui propose des formules à 25 €/mois avec 1GB d’internet offert pour les smartphones addictes.


Mes Premiers jours à Madrid se résument tout simplement à faire le touriste et à faire des rencontres, normal me direz-vous.


Plan du mĂŠtro de Madrid


Transports A pied ! Vous allez me dire que je suis fou, et bien non en effet le centre même de Madrid est largement praticable à pied, les principaux musées et les quartiers les plus intéressants sont peu éloignés les uns des autres par exemple du nord de Malasana à Puerta del Sol, il ne vous faudra q’un seul petit quart d’heure. L’autre solution bien sûr, c’est le métro ! Il fonctionne tous les jours de 6h à 1h30 voir 2h, les fréquences s’étalonnent de 4 à 6 min en journée, toutes les 5-8 min le dimanche et tous les quarts d’heure à partir de minuit. En ce qui concerne les tarifs, il vous en coûtera 1,50 € le ticket et 9,30 € le carnet de 10 voyages. Etant donné que je suis étudiant, j’ai opté pour une autre formule, celle de l’abonnement au mois qui représente la somme rondelette de 54 €/mois pour les plus de 23 ans et 35 €/mois pour les plus jeunes, indispensable quand on prend les transports en commun chaque jour pour se rendre à l’école.

Le bus s’avère aussi pratique pour faire des sauts puce, son réseau est tous simplement gigantesque, les bus interurbains sont très pratiques également, ils permettent de rejoindre les villes alentours pour une bouchée de pain, attention par contre le bus est très lent en période de pointe ! Préférez dans ce cas le métro. Pour terminer il y a aussi le taxi, très nombreux dans la capitale : Il suffit de lever le bras pour en attraper un, les prix sont assez raisonnables, environ 6 € Pour une course de 10 min.


Vie culturelle Attention les yeux ! Vous allez être servi, en effet avec Barcelone, Madrid est une ville aux aspects culturelles très variés : du classique, du contemporain, de la peinture, de l’architecture, de la photo... Que la visite commence : Museo del Prado, Calle Ruiz de Alarcón, 23 28014 Madrid. Sûrement le musée le plus connu de Madrid, il possède en son antre l’une des plus grandes collections de peintures au monde, de Goya, à Vélasquez en passant par Picasso vous voilà servi. Museo Reina Sofia, Santa Isabel, 52 28012 Madrid. Musée national espagnol d’art moderne et contemporain, qui couvre la période s’étalant de 1900 à nos jours. Un Must ! Caixa Forum, Paseo del Prado 36, Madrid. Centre culturel gratuit et incontournable signé Herzog & de Meuron.

Circulo de Bellas Artes, Calle Alcalá, 42, 28014 Madrid. Centre culturel privé sans but lucratif, où on y exerce des activités comme l’art plastique ou l’art du spectacle, des expositions sont également proposées. El Matadero, Plaza de Legazpi, 8. 28045 Madrid. Centre de création contemporaine réalisé dans les anciens abattoirs de Legazpi. Un Must également. CSA La Tabacalera, Calle de Embajadores, 53, 28012 Madrid. Centre Social Autogéré dans une ancienne fabrique de tabac, où se côtoient divers artistes indépendants, la culture libre ! Fundacion ICO, Calle de Zorrilla, 3, 28014 Madrid. Lieu d’expositions éphémères sur l’architecture, la photographie et le design.


Arrêt sur image sur la magnifique façade de la Tabacalera dans le quartier de Lavapies.


CAixa forum

El matadero


El Matadero, FĂŠvrier 2013, Exposition photographique, Portraits de De Jorge Fuembuena


Les Tapas l’art du partage en quelque sorte.


Nourriture

Mixto con huevos.

Les tapas bien sûr ! Les pinchos également, ce sont de petites portions de plats servis froid ou chaud accompagnant merveilleusement bien une bière ou sangria par exemple. Elles sont extrêmement variées et plus ou moins raffinées, cela passe par les traditionnelles patatas bravas (pommes de terre frites accompagnées d’une sauce légèrement épicée), jamon y queso ou encore par les pimientos del padron, par le pulpo a la gallega et pour enfin se finir avec un délicieux rabo de toro (préparation de queue de taureau), tout ces mets sont certes délicieux mais très gras également. Il existe également la traditionnelle tortilla, parfaite pour le petit déjeuner et ainsi accompagner son café con leche. Et si vous avez décidé de faire le chef, vous n’aurez pas trop de mal à trouver ce qu’il vous faut, entre les commerces de proximité comme les «frutas y verduras» ou encore les «carnerias», vous avez aussi les marchés qui sont fantastiques comme le Mercado San Miguel ou encore le très branché Mercado San Anton...


Fêtes L’Espagne et l’art de faire la fête une histoire d’amour depuis toujours, en effet les occasions ne manquent pas, les bars, l’alcool et les camarades non plus. Je garde un très bon souvenir de mon arrivée dans mon auberge de jeunesse où dès le premier soir une fête était organisée et où l’excuse de la fatigue dû au voyage ne fonctionnait pas, tout comme la fête d’intégration des érasmus de l’ETSAM qui fut un moment mémorable. Par contre je déconseille fortement les soirées érasmus organisées toute l’année. Et que dire de la FIETSAM organisée par l’école qui pour moi restera une des meilleures. Pour les plus courageux, l’Espagne propose aussi différents festivals plus impressionnants les uns que les autres comme le Monegros Desert Festival ou encore le SOS 4.8 de Murcia. Il existe également un phénomène très répandu en Espagne qui s’appelle le botellon, sorte de rassemblement géant dans la rue ou dans des parcs où tous les étudiants de la ville se rassemblent pour faire la fête dans une union commune bien

sympathique, et ne prenez pas peur si une ribambelle de pakistanais ou de chinois viennent vous proposer des bières à 1 €, petit secret la négociation est faisable si vous décidez d’en prendre plusieurs. En ce qui concerne les quartiers pour sortir, je vous recommande la Latina, Lavapies, Chueca et bien sûr Malasana (haut lieu de la culture hipster). Pour finir voici les adresses de quelques lieux incontournables pour passer des soirées mémorables. Mondo Disko, Calle de Arlabán, 7, 28014 Madrid, Espagne. Une boîte incontournables pour les aficionados de musique électronique. La Riviera, Paseo Bajo de la Virgen del Puerto, s/n, 28005 Madrid, Espagne. Le Pacha, Calle Barceló, 11, 28004 Madrid, Espagne.


Photo de famille, petite dĂŠdicace Ă mes chers amis.


CouchĂŠ de soleil, sur les plages interminables de Tarifa.


Voyages Nous voilà enfin au paragraphe des voyages qui selon moi est un des éléments le plus important et le plus enrichissant, en effet partir en érasmus c’est avant tout voyager. Durant mon année en Espagne, j’ai eu l’occasion de parcourir toute l’Andalousie pendant 15 jours en compagnie de camarades de classe, de redécouvrir Barcelone pour la 4ème fois, d’aller airer du côté de Salamanque, ou encore d’aller m’exporter à Berlin pour une semaine, pour mon projet de second semestre... Plutôt que de vous faire un grand discours je pense que le mieux et que je vous l’illustre à travers une série photographique.


La rue et ses orangers, SĂŠville.


Plaza de Espana, SĂŠville.


CouchĂŠ de soleil sur Cadiz.


Les rues ĂŠtroites du village de Vejer.


Grenade et ses rues.


L’Alhambra, Grenade.


Le baiser mortel, par l’artiste russe Vrubel, mur de Berlin.


La voiture du peuple, Berlin.

MusĂŠe juif de Libeskind, Berlin.


Vie ĂŠtudiante


ETSAM (Escuela tecnica superior de arquitectura de madrid) l’ETSAM, c’est une école d’Architecture d’environ 5000 étudiants, 5 fois plus que l’ENSAG autant vous dire que lorsque que l’on arrive on se retrouve un peu dérouté. Dérouté comme le premier jour des inscriptions où il faut faire la queue au bureau des érasmus pendant des heures, pour faire signer son contrat étudiant, et se voir attribuer un tuteur à l’école, qu’il faudra essayer d’attraper pour lui faire signer son « learning agreement » pour au final refaire une queue interminable. Une fois l’inscription faite, on peut enfin commencer à assister aux cours pendant une période de deux semaines, cette période servira à confirmer ou non ses choix de cours. Car au terme de ces deux semaines, une nouvelle galère administrative fait son apparition, la fameuse matricula, qui consiste à enregistrer définitivement le choix de ses matières au Centro de Calculo de l’école. Un conseil pour avoir les matières que vous souhaitez venez tôt car les places dans les différents cours et studio de

projet sont limitées. Au terme de l’enregistrement vous recevrez un numéro d’étudiant et un mot de passe pour pouvoir vous connecter aux ordinateurs du Centro de Calculo, ça y est vous êtes officiellement un étudiant de l’ETSAM !


Les Cours Semestre 1 :

Semestre 2 :

Proyecto 4 - Gallegos : Projet d’un centre de régénération du paysage à Villablino. Un studio que je vous recommande vivement.

Proyecto 6 - Gazapo : Projet de musée à Tempelhof Berlin.

Construccion, obra interior - Cassinello : Cours magistraux sur la construction en générale, avec un projet de construction final en groupe. La representa. impresa y la fotografia de la arquitectura - Bordes : Cours magistraux sur la photographie dans l’architecture, ainsi que trois projets photographiques personnels. Dibujo avanzado e interpretacion grafica 1 - Verde : Cours de dessin abstrait et d’interprétation, avec un professeur très difficile à cerner mais très attractif.

Composicion arquitectonica - Flores : Cours magistraux sur la composition architecturale, ainsi que des TD. De loin le cours d’architecture le plus intéressant que j’ai suivi à l’ETSAM avec un professeur exceptionnel. Fotografia de arquitectura y diseno grafico Bordes : Cours magistraux sur la photographie dans l’architecture, ainsi que deux projets photographiques personnels et un projet en commun sur le thème du graffiti. Arquitectura y paisaje 1, dibujo de apuntes 1 - Casas : Cours de dessin de paysages, avec un dossier final présentant la totalité des dessins.


Façade principale de l’ETSAM.


Les Projets Centre de régénération du paysage. Villablino, Espagne, 2012, studio Gallegos, semestre 1. L’objectif du projet consiste à intervenir sur une ancienne usine d’extraction de charbon, localisée à Villablino dans la vallée minière de Laciana. La transformation des lieux se base sur la construction d’un centre de régénération du paysage. Le centre se divise en programmes variés qui sont, une aire de réception du public, une aire de gestion, une aire de formation, une aire d’investigation et d’opération, une serre de cultures, ainsi que des cultures extérieures. Dans ce cas la stratégie de projet consiste à créer une nouvelle topographie au nord de la parcelle, de penser celle-ci comme une plate-forme, accolée aux anciens bâtiments conservés. Les différents programmes du projet s’installent à l’intérieur de cette plate-forme sur la partie sud. Les programmes sont répartis en 5 parties bien distinctes le long de la plate-forme.


Musée à Tempelhof Berlin, Allemagne, 2013, studio Gazapo, semestre 2. L’aéroport de Berlin Tempelhof fut la scène d’activités humaines génératrices de pollution (aire, bruit, luminosité) durant presque 85 ans. Laissé en friche depuis 2008, ce vide s’est converti en une zone de quiétude à l’intérieur de la ville dense de Berlin. Ce lieu emblématique pour les berlinois s’ouvre au public en 2010, un parc mis à leur disposition plus grand que Central Park. La question qui se pose alors est de savoir comment reconvertir ce vaste vide de 380 ha ? La stratégie de projet consiste à proposer un édifice pouvant avoir une influence à l’échelle de l’aéroport et donc de la ville. C’est pour cette raison qu’il a été décidé de proposer un musée. Ce musée s’implante au sud-ouest de la parcelle au niveau de l’ancien héliport. L’idée principale du projet et de réaliser un musée sous la forme d’une galerie qui s’enroule sur elle-même, créant ainsi en son centre un vaste espace public, l’idée suivante est de réaliser une toiture accessible depuis l’espace public en bas pour pouvoir contempler l’immensité de Tempelhof.


Bilan suggestions


Pour moi cette année d’échange à l’étranger a été extrêmement positive que soit sur le plan personnel ou professionnel. Elle m’a permis de développer mon ouverture d’esprit, ma capacité d’adaptabilité et mon autonomie. J’ai également pu acquérir et assimiler une langue étrangère, travailler avec des personnes d’horizons et de cultures totalement différents, apprendre à vivre et évoluer dans un nouvel environnement, rencontrer des gens extraordinaires, voyager... La liste est encore longue si je continu comme ça. Un seul mot d’ordre, allez-y, foncez ! En ce qui concerne l’enseignement, j’ai reçu une vision très intéressante et enrichissante de plusieurs aspects de l’architecture, qui m’ont motivé et qui m’ont apporté les éléments nécessaires au développement de ma propre vision de l’architecture. Cette expérience m’a également fait réfléchir sur mes projets d’avenir, comme pourquoi pas un jour travailler à l’étranger.

Pour ce qui est de l’encadrement dans l’établissement, elle est pratiquement inexistante, les étudiants érasmus sont rapidement livrés à eux-même, mise à part l’existence du bureau international. Néanmoins les étudiants étrangers restent très solidaires et les étudiants espagnols se montrent très ouverts et de bons conseils lorsqu’il s’agit de choisir son studio de projet par exemple. Pour conclure, ne perdez pas de temps, allez-y, foncez ! Vous en reviendrez grandi et des souvenirs plein la tête.


Un grand MERCI à Madrid, à l’Espagne, à tous les gens que j’ai croisés, à qui je me suis livré, à l’ENSAG, à Danièle Ruffin pour son travail aux relations internationales, sans qui aucun échange ne serait possible, à ma famille et mes amis qui m’ont soutenus...Merci vraiment.


Madrid / Espagne 2012/13  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you