Page 27

trend talk

jour 9 Le stress monte Febaic-AN-Guido-175*61.indd 2

La date du premier cours pratique approche à grands pas et je commence tout doucement à stresser. Afin d’assurer un peu de sécurité sur les routes, les jeunes motards-en-devenir doivent suivre au moins six heures de cours d’auto-école avant de pouvoir se lancer seuls sur les routes. Pour immédiatement passer l’examen pratique, il faut prendre huit heures de cours. Etant donné que je remets toujours tout à plus tard, et que 2013 pourrait arriver plus vite que prévu, je décide de faire avancer les choses et de prendre les huit heures + examen. Au téléphone, on me dit qu’une bonne expérience d’équitation peut aider à facilement maîtriser la moto. Je ne peux m’empêcher de penser qu’une moto comprend la force de quelques dizaines de chevaux, mais j’essaie de me calmer en pensant à mes nombreuses balades en forêt. Je me rappelle que le cours se déroulera sur un terrain d’entraînement et qu’un petit bout de route ne sera fait que si je me sens prête.

jour 10 Tout début est difficile

Si toi aussi, tu veux découvrir un tout nouveau monde en enfourchant un deux-roues, surfe vite sur www.lepermismoto.be/guido car GUIDO offre 5 formations pour le permis moto! avril~mai 2012

| GUIDO MAGAZINE

Texte Evelien Dockx

Tu découvriras la suite de mes aventures sur www.guido.be. J’ai pas mal changé d’avis sur le sujet: aujourd’hui, j’ai davantage confiance et moi et je ne doute pas qu’on me retrouvera quelques fois sur la route cet été.

30/03/12 14:34

o Si tu as ton permis auto (permis B) depuis 2 ans, tu peux rouler avec une motocyclette ou un scooter 125cc (limité à 11kW). Attention: à partir de 2013, le permis B donnera toujours le droit de conduire un scooter jusqu’à 125 cc mais moyennant une formation de 4 heures (sans examen). o Tu n’as pas de taxe de circulation annuelle à payer pour les motos ou scooters jusqu’à 250cc. o Si 10% des automobilistes passaient à la moto ou au scooter, les files diminueraient­de­40%. o L’accès au permis sera plus dur en 2013! L’accès direct au permis A illimité ne sera possible qu’à partir de 24 ans (pour 21 ans actuellement). Le nombre d’heures de formation devrait doubler. Le prix de la formation risquant bien sûr de s’en ressentir fortement. o De plus en plus de Belges optent pour un scooter 125cc pour leurs déplacements. Les immatriculations de scooters 125cc neufs ont en effet augmenté de 13,4 % de 2010 à 2011. o Le stationnement d’une moto ou d’un scooter sur le trottoir est permis, pour autant que le motocycliste laisse un passage praticable  d’1,5 mètre. o La circulation entre les files est autorisée jusqu’à une vitesse maximale de 50 km/h pour les motocyclistes.

Photos Meindert Peirens

Le Jour J. J’arrive sur le terrain d’entraînement et je reçois un casque qui a l’air d’avoir déjà bien vécu et une veste d’auto-école très classe. J’enfile mes magnifiques gants de motard et mes bottines super féminines, et c’est parti. L’instructeur commence par les explications techniques et je me rends compte assez vite que ça non plus, ce n’était pas dans le livre. En me rassurant qu’on répétera ça à chaque cours, l’instructeur m’emmène dehors, où mon bolide imposant brille déjà de mille feux sous le soleil de midi. Je me lance vigoureusement à l’aventure, mais mon premier essai de déplacement de la moto est arrêté net par la prise de conscience qu’elle pèse bel et bien six fois plus que moi. Monter, descendre et démarrer la moto ne pose aucun problème, et avant de m’en rendre compte, je fais des grands tours sur le terrain. Je commence justement à être à l’aise quand l’instructeur décide

qu’il est temps de commencer les manœuvres. Après quelques petits cris, une légère panique et beaucoup de mots rassurants, je comprends finalement que la moto ne me tombera pas dessus si je fais ce qu’on me dit. L’instructeur a confiance en moi et, étant très serrés dans le planning pour l’examen, on commence très vite à travailler le niveau requis pour l’examen. Quelques essais difficiles plus tard, j’arrive à faire un parcours parfait du niveau de l’examen! Je peux enfin descendre de la moto et c’est avec les genoux tremblants, mais soulagée et pas peu fière que je commence à enlever mon casque. Quand l’instructeur se met à rire, je comprends vite que ce n’est pas encore fini. Il me dit que je dois encore apprendre à accélérer, passer les vitesses et faire un petit bout de route. J’enfourche donc la selle arrière de la moto et je m’agrippe bien. On fait un petit tour à deux afin de me faire ressentir l’effet de la vitesse. C’est plutôt chouette - en temps normal j’aurais même adoré -, mais là, je n’ai qu’une seule pensée: jamais! Jamais, je n’arriverai à faire ça avec ce gros bolide en-dessous de moi. Je rassemble alors mes esprits, et quelques secondes plus tard, j’accélère et je freine aux endroits indiqués. Un peu plus tard, je passe les vitesses sans problème, et après des dizaines de tours de terrain, il décide que je suis prête. En deux temps trois mouvements, je me retrouve sur la route, et une fois habituée au fait que je dois bien regarder ce qu’il fait pour pouvoir le suivre, je me rends compte que la conduite en soi va tout seul. Et que c’est plutôt sympa. Quand le terrain d’entraînement réapparaît après un petit tour de quartier, je suis même un peu déçue. En descendant de la moto, je dois avouer à mon instructeur qu’il avait raison en début du cours: j’y suis arrivée! Et j’ai même aimé ça.

27

Guido Magazine N°62  

Miss Belgique: Laura Beyne, Dossier: pas une balle en poche? Nos bons plan pour lutter contre la crise! Interview: de premier kot-à-projet L...