Page 1

4

Retour Sommaire


Sommaire Christophine y Paco Cristobal Col贸n El chocolate El pimiento Parcours de Christophine et Paco Arles / Cuisine romaine

3


PACO

• De la parte sur de Francia • Estudiante de hosteleria, su gran pasión ¡

3

• Tremendamente cuidadosa y veladora de su dieta.

E N I H P O T CHRI S

• Apasionado deportista, intrépido,

4

• Estudiante de hostelería,

• Interesado por todo ese mundo de sensaciones culinarias.

Christophine sabía que una dieta sana era primordial para disfrutar de una vida saludable. Como siempre estaba intentando obtener información de todo lo concerniente a la gastronomía y encantaba aprender y vivir nuevas experiencias, como por ejemplo viajar,Cristophine se animó a participar en Erasmus +, oportunidad que obtuvo a través de Etwinning. Cuál sería su sorpresa cuando se enteró había sido elegida y su destino era Sevilla.

¡ Qué contenta estaba ! Ella adoraba Sevilla. Desde siempre había tenido ganas de conocerla, y aunque sus abuelos vivieran allí, nunca tuvo la oportunidad de visitarla.Por otro lado, allí vivía Paco... Ese amigo tan especial que conoció en el canal « sympa » dedicado a todo lo relacionado con. Los amantes de los fogones. Esta misma noche conectaría y se lo diría.

Retour Sommaire


Era verano de 2013 Y llegó el día, maletas, despedidas y una gran ilusión. Aprendería bien el idioma español, conviviría con su abuela y con los sevillanos y conocería a Pablo en persona y podría continuar sus estudios aprendiendo nuevos conceptos y aplicando nuevas técnicas.

Pasearon por el centro de Sevilla sin dejar de hablar de sus cosas, llegaron hasta la Plaza de España, y vieron los azulejos que representa la expedición de Cristóbal Colón con La Pinta, La Niña y La Santamaría, plaza que se encuentra casi al lado la Fábrica de tabaco que ahora aloja las facultades de Humanidades. Image des bateaux Antiguamente era la fábrica de tabaco, tabaco procedente de América. Allí estuvieron un buen rato viendo la majestuosa construcción. Era evidente el papel relevante que tuvo en su época y que actualmente tiene por su importancia monumental.

3

4

Como ya era casi medio día y la temperatura invitaba a pasear, Pablo le propuso a Cris ir hasta la puerta de Jerez y de allí a la orilla del Guadalquivir, río que atraviesa Sevilla y único navegable.

Pablo era tal cual ella imaginaba, y no por no haberlo visto por cam, sino como persona. Los dos eran muy afines y eso les hacía estar muy unidos y pasar muy buenos momentos.

Pablo le explicaba a Cris que el río había sido desviado por cuestiones de urbanismo pero que, en otros tiempos en los que el comercio con América era tan importante y tan fluido, a ambos lados de él ,para pagar los impuestos y controlar la mercancía procedente de esas nuevas tierras, se podían ver las dos Torres del Oro, nombré evidente dada su función. (dessin de la Torre del Or)

Retour Sommaire


Todo comenzó delante de la tumba de Cristóbal Colón… Paco miró a Christophine, Christophine a Paco. Ambos se sorprendieron tanto que Chris emitió un grito tan fuerte que hizo que algunas de las personas que estaban a su alrededor acudieran rápidamente a interesarse por el suceso. Pero lo más extraño del caso es que no eran turistas, ni visitantes asiduos del lugar. Eran nobles de la época de los Reyes Católicos y ellos… ellos estaban allí, viviendo la escena con Isabel y Fernando.

3

Los reyes estaban sentados en una enorme mesa, rodeados de gente que vestían lujosamente amplios ropajes adornados con perlas y oro. Los hombre portaban capas y espadas, pantalones unos y faldones otros, también adornados con nobles materiales El marinero era tan especial, tan conocido para Christophine… ¡ERA PACO! ¡Y hablaba como

Cristóbal Colón! Paco, milagrosamente podía sentir todo lo que experimentaba Cristóbal Colón ! Christophine se miró y también iba vestida de marinera. Parecía realmente una loba de mar. Lógico, en aquellas fechas no podría embarcar en busca de nuevas tierras junto a Colón si no se era una mujer fuerte. ¡Realmente ella podía sentir todo lo que vivió Martín Alonso Pinzón ¡ Era la gobernadora de La Pinta! Y como todo era favorable después de hablar con los Reyes Católicos, ambos pusieron rumbo a nuevas tierras.

La Pinta, La Niña y La Santamaría, Paco y Christophine partieron de Moguer junto con unos 120 hombres que formaban parte de la tripulación. Un largo viaje que después de aunque bien dotados de víveres frescos. Tres largos meses tan sólo rodeados de agua salada. Se acabaron los alimentos frescos. La tripulación comenzó a enfermar, una enfermedad peligrosa pues finalizaba con la muerte de la persona lo que provocó que se amotinaran, el escorbuto. Casi a punto de no poder mantener el orden Rodrigo de Triana gritó ¡Tierra! Paco y Christophine estaban encantados. Lo estaban viviendo todo de primera mano y no podían renunciar a tan privilegiada situación, así que encarnados en los sentimientos de ambos conquistadores siguieron adelante con la experiencia. Aprendieron qué tipo de cereales, hortalizas, tubérculos… usaban normalmente en su dieta.

4 Corría el año 1486 cuando un marino llamado Cristóbal Colón ofreció a los Reyes Católicos un proyecto: viajar a las Indias hacia el oeste, en una nueva ruta por el Atlántico.

Retour Sommaire


Emplacement dessin

3

Durante los descansos fueron testigos de un acto cuanto menos curioso. Los indígenas fumaban una planta: el tabaco que en otras ocasiones también usaban como matarratas. El padre Gonzalo Fernández de Oviedo y Valdez, quien en su obra “Historia general de las Indias” (Sevilla 1535) relata: “entre otras costumbres reprobables los indios tienen una que es especialmente nociva y que consiste en la absorción de una cierta clase de humo a lo que llaman “tabaco” para producir un estado de estupor”…”algunos absorben el humo por medio de una caña hueca, eso es lo que los indios llaman “tabaco” y no a la hierba”.

Emplacement dessin

Emplacement dessin Colón, afirman algunos cronistas, quedó sorprendido por aquellas costumbres, pues los indígenas la practicaban en ciertas ceremonias y no como una costumbre cotidiana y de placer, sino que se realizaban en ceremonias de paz y de purificación del espíritu, pues para ellos el uso del tabaco poseía poderes mágicos y agradaba a los dioses. El tabaco era considerado como panacea, ya que se utilizaba como un fármaco para combatir el asma, fiebres, convulsiones, trastornos intestinales o nerviosos, y también mordeduras de animales. Hacia 1560 el tabaco era ya conocido en España y Portugal. En este último país, para esos años, se encontraba como embajador de Francia el caballero Jean Nicot, quien se interesó por la exótica planta. Cuando el mencionado embajador regresó a su país, llevó consigo hojas de tabaco para obsequiárselas a la reina Catalina de Medicis por lo que se la llamó “hierba de la reina”, “Nicotiana” o “hierba del embajador”.

En los campos de cultivo cogían la semilla de una planta con una gran flor que giraba buscando el sol: El girasol, extraían las pipas. Se dieron cuenta de la existencia de grandes extensiones de terreno con altas plantas que al cortarlas y pegarlas del verde pasaban a amarillo : El maíz. Un alimento básico procedente del sur de México, hace 4.600 años que los indígenas utilizaban muchos siglos antes que llegasen los conquistadores a América y que en las civilizaciones maya y azteca jugó un papel fundamental en las creencias religiosas, en sus festividades y en su nutrición. En tiempos precolombinos se cultivaba desde Chile hasta Canadá. En el año 1604 se inició su cultivo en España. Debido a su productividad y a su fácil adaptación al medio, el cultivo del maíz se extendió rápidamente en la dieta popular. Durante el siglo XVIII el cultivo se difundió de forma gradual por el resto de Europa, primero por los lugares de clima más cálido del Mediterráneo y posteriormente por la Europa septentrional. Es el único cereal proveniente del Nuevo Mundo. Actualmente se cultiva en la mayoría de los países del mundo siendo la tercera cosecha más importante después del trigo y el arroz Se cocinaba de manera diferente en cada parte del nuevo continente. Hacían tortillas, tostadas, arepas, cachapas…

Emplacement dessin

4

Carte interactive CLIQUER ICI Retour Sommaire


Y el chocolate…

m

ce a l p Em

! E T A L O C O H ¡ EL C 3

La palabra chocolate proviene de la palabra «xocolatl», vocablo que significa «agua Espumosa». Moctezumale ofreció esta bebida al conquistado Hernán Cortés a su llegada en 1519 al confundirlo con un dios. Pero su llegada a Europa es confusa. Algunos piensan que fue Cristóbal Colón, al regreso de su 4e viaje a las Indias en 1502. Otros dicen que Hernán Cortéz, luego de probar esta bebida, introdujo el cacao en la corte del Rey Carlos V de España. ¡Paco! El chocolate es bueno pero inflarse… le dijo Christophine a Paco Mientras este no hacía más que probar todas las variades de chocolates que le ofrecían los aztecas. Se rumoreaba por España que, cierto monje del monasterio de piedra, aceptó el chocolate que Cristóbal Colón trajo de nuevas tierras y que lo preparó según las indicaciones que éste le dio sobre el asunto. Pero se les ocurre quitar las fuertes especias con las que los indígenas lo condimentaban por azúcar, leche y miel. Tan bueno estaba que los gobernantes españoles consideraron la receta secreto de estado, receta

sin s e d ent

EL PIMIENTO ¿Y CÓMO CONTAMOS LA EXPLOSIÓN DE SABORES QUE EXPERIMENTAMOS AL PROBAR EL PIMIENTO? LE DIJO Paco a Christophine…

Fue aceptado en Europa desde el principio, al igual que el chocolate. Los indígenas lo utilizaban en sus rituales caníbales, de hecho quisieron comerse a Bernal Díaz del Castillo y a sus hombres aderezándolos con él, ajitos, cebollitas silvestres y tomate. Había una clase de pimiento rojo que picaba extraordinariamente en el paladar que fue presentado al regresar a los Reyes Católicos y que “quemaba la lengua”. Les informaron que los indios la usaban mucho al preparar el pescado y que era muy abundante por aquellos lares. Lo llamaban “ají” y podía sustituir a la pimienta. Incluso se aprovechaba el caldo realizado con sus hojas. Tan bueno se consideró el producto, en especial para combatir los fríos inviernos, que se expandió por toda Europa.

que tan sólo los monjes sabían, logrando la corona española mantener el secreto aproximadamente un siglo. Dicen por ahí que un viajero se hizo con la receta y la dio a conocer por Europa para enriquecerse. Otros que fue la reina Ma Teresa de España que al casarse con el rey Sol se la reveló. Una tercera versión, aunque coincide con el hecho que Francia fue el segundo país en recibir el chocolate, difiere en la manera. Dicen que la corte Francesa se mostraba bastante dubitativa en cuanto a la aceptación de lo que se llegó a llamar «una producto barbárico» y «una droga nociva», probablemente a causa de sus efectos vigorizantes. No fue hasta que la Facultad de Medicina de Paris le otorgó el visto bueno y que la Reina Ana de Austria, esposa del rey Louis XIII de Francia la nombrara «la bebida oficial de la corte Francesa», en el año de 1 615, que ésta no se convirtió verdaderamente en un suceso.

la p m E

n i s s e td n e m ce

Según el padre José de Acosta, en su obra, escrita en 1590, titulada ‘Historia natural y moral de las Indias’ nos dice como se llamaba al pimiento según el lugar, de modo que en España se denominaba pimiento de las indias, en las islas del Caribe axí, en Perú axú y en México chili. Continúa diciendo: “Esta ya es cosa bien conocida, y así hay poco que tratar de ella, sólo es de saber que cerca de los antiguos indios fue muy apreciada, y la llevaban a las partes donde no se da por mercancía importante. No se da en tierras frías, como la sierra de Pirú: dase en valles calientes y de regadío. Lo que pica del axí es las venillas y pepitas, lo demás no muerde; cómese verde y seco; molido y entero, y en la olla, y en el guisado. Es la principal salsa y toda la especiería de Indias. Comido con moderación ayuda al estómago para la digestión, pero si es demasiado tiene ruines efectos”.

4

Y es así como Paco y Christophine descubren en tierras lejanas muchas de las tan importantes aportaciones que hemos tenido de manos de aquellos indígenas y que tanta y tan repercusión ha tenido en toda Europa y que invita a ser compartida. Retour Sommaire


Mi-aout 2013…

pour votre Bonjour ! Le sujet ude sera : mémoire de fin d’ét rranéenne. la cuisine médite d Tour de Vous ferez un gran éenne afin l’Europe méditerran rticularid’analyser les pa e et d’en tés de cette cuisin hantillons présenter des éc tre trareprésentatifs. Vo 25 août et vail débutera le 30 mai. devra être rendu le

Paco : Un tour de la méditerranée ! Christophine : Prends une carte on va voir par où on va passer !

! Bon courage à tous de cuisine -votre professeur

France (Provence)

3 Portugal (Porto)

4 Italie (Rome)

Espagne (Séville)

Grèce (Athènes)

Retour Sommaire


Arles, 26 août 2013

J’ai faim ? pas toi ? La veille, ils avaient rencontré un homme qui n’avait cessé de leur parlé durant le film du restaurant de son frère spécialisé dans la cuisine romaine.

Si on allait au restaurant romain dont on nous a parlé ? Tu te rappelles le nom ?

Oui ! je risque pas d’oublier ! « À table en Méditerranée », 13 b rue Hugo à Arles. Ils se mirent à la recherche de la rue Hugo qu’ils finirent après de nombreuses errances dans les ruelles en dédales d’Arles, par trouver par le plus grands des hasards

3

y va ? on ! Allez, on s, ça a l’air trop b Ouai

Herbae rusticae à l’embamma (mesclun de salades dans une sauce au garum, graines de moutarde, thym et huile d’olive)

Cicerona ( pois chiches à l’ail et au cumin )

4

***

Pullum in elixam (Poulet bouilli dans un bouillon de céleri, cumin, poivre garum puis rôti au four et nappé d’une délicieuse sauce aux dattes et pignons)

Lenticulae ( lentilles aux châtaignes, menthe fraîche et coriandre)

***

Apo-tina (flan de semoule et fruits secs au miel et au poivre)

Globi (brousse de vache au sésame, pavot et miel , frit) Retour Sommaire


Après les avoir installés à une table en plein air ombragée et avec vue sur le Rhône, le serveur, sans plus attendre, leur apporta une grande assiette d’herbae rusticae à l’embamma.

Il s’écroula soudain dans les bras de Christophine ... Des bruits de rue lui parvenaient maintenant du lointain, des ombres flottantes s’agitaient autour de lui mais il ne comprenait plus la langue qu’on lui parlait ... Dans son délire tout devenait confus ! Il n’avait plus aucun repère ! Il marchait au milieu de champs d’oliviers et se retrouva aux portes de la ville où deux centurions discutaient :

Bonjour Monsieur...

3

Tu ne vois pas Que veux-tu ?

que

nous

sommes

occupés

C’est vrai ça nous sommes toujours en pleine discussion ! c’est inadmissible !

?

4

dérangés

Heu ! excusez-moi mais... auriez-vous l’amabilité de me dire où nous sommes ? Où ? il est marrant ce gars... on est où ! Hahahahaha ! Elle est bonne celle-là, vieux !

Dès la 1re fourchetée Paco devint rouge écarlate ! De la fumée sortait de ses oreilles et de son nez. Il se leva, sortit en courant vers le fleuve.

« J’étouffe ! J’étouffe ! On m’a empoissonné ! » Retour Sommaire


Délaissant son camarade prit d’un fou rire inexplicable, le premier centurion s’avança et demanda :

- Qui es-tu ? Que viens-tu faire ici étranger ? - Eh bien je suis un citoyen espagnol… - Un Espagnol ! Comment oses-tu te présenter ici ?

La ruelle déjà n’était pas très accueillante, mais cette boutique était encore pire. La puanteur qui y régnait rappelait celle des cadavres en décomposition et les animaux en cage semblaient agoniser les plantes étaient malades et l’obscurité régnait en maître dans ce « magasin » Il allait faire demi-tour quand un nain sorti de nulle part se planta devant lui et demanda :

- Justement c’est où ici ? s’il vous plaît ! pourriez-vous me dire où l’on est ? Je crains de m’être un peu égaré… - Mais on est à Arelate, pardi ! et aujourd’hui est un grand jour ! Oui monsieur, un grand jour ! Pour récompenser Arelate de sa loyauté, l’empereur a décidé de fêter son anniversaire ici !

3

blème ? - Alors jeune homme, quel est votre pro mm, allons voyons... Hoho petit Ne dites-rien, laissez-moi deviner… Hm dites-moi à quoi elle ressemble... couquin... une affaire de cœur... allons, perdre la tête à un aussi beau garelle doit être drôlement jolie pour faire le, hein ? Julia, Faustina, Aurelia ? çon que vous… Comment s’appelle t’el

4

Perdus dans ses pensées, Paco franchit les portes d’Arelate. Au loin, un homme proclamait que le grand masterchef Apicius embauchait des marmitons. Paco s’éloigna et finit par trouver une petite boutique dans une impasse sombre et humide dont l’enseigne signifiait à peu près ceci : « le Grand Enchanteur résout tous vos problèmes en un tour de main… »

Des problèmes, soupira Paco, j’en ai bien des problèmes .... Alors entrons ! »

Retour Sommaire


Voyant qu’on ne pourrait vraiment rien faire pour lui, Paco profita d’un moment d’inattention de l’Enchanteur et s’enfuit à toute jambes .. Il errait depuis un long moment, sans but, dans les rues embaumées d’Arles quand une odeur alléchante de rôtis l’attira vers la Taverne d’Apicius. C’est que la faim le taraudait toujours. Mais dès l’entrée un homme aux allures de colosses s’approcha :

- Eh : dis donc toi : que fais-tu ici ? - J’ai faim et je voudrais manger ! - On n’a pas que ça à faire.... aujourd’hui le restaurant est fermé on doit servir le repas pour l’anniversaire de l’Empereur et en plus on a trois marmitons malades! - Moi, je peux vous aider ... - Toi ? Et qu’est-ce-que tu sais faire ?

- Eh bien, je sais cuisiner ...

3

- Mouais ... ça va (après l’avoir longuement regardé) tu feras l’affaire ... Viens tu commences tout de suite. Au fait, moi c’est Junius Tullius Ciceron. Et toi ? - Heu ... Paco ? Ils contournèrent les marmitons et entrèrent dans une petite pièce ; l’homme désigna des tonneaux.

- Alors, ici on garde la viande. Il ouvrit un tonneau et fit signe à Paco de s’approcher

- Elle est salée pour être conservée, expliqua t’il voyant l’air effaré de l’adolescent Il emmena Paco dans une seconde pièce où des personnes s’affairaient.

- C’est ici que l’on prépare le garum. C’est le liquide qui est à la base de tous les plats que tu prépareras. Il est obtenu à partir de la macération des entrailles de poisson.

Il soupira devant la mine dégoutée du jeune homme puis remontèrent tout deux vers la lumière. Lorsqu’ils arrivèrent en haut devant un comptoir, la queue était déjà longue car l’Empereur avait annoncé qu’en ce grand jour, il offrait le repas au peuple.

- Tu vas commencer par faire le service au thermopolium* .. Tu vois les trous creusés dans le comptoir ? la nourriture est conservée au chaud là. Ici il y a de la patina*, dans le pot à côté c’est l’esicia* et le dernier contient les lenticula* . Tout est au chaud ! - Tullius, tu peux me parler un peu de la cuisine romaine... j’y connais pas grand-chose ! - C’est vrai que tu es étranger ! - Eh bien ! pour commencer il y a trois repas dans la journée : le 1er est le jentaculum que l’on prend en se levant, on mange un petit bout de pain dur frotté à l’ail. Le second est celui que tu vas servir : on mange sur le pouce à midi, mais c’est le 3ème , la cena, qui est le plus important : on le prend dans le triclinium de la domus. Elle est appelée ainsi car il y a trois sièges et ...

4

- Seulement trois ? Mais quand il y a des invités ? - He bien, on s’installe à plusieurs ... d’ailleurs nous ne sommes pas vraiment assis ni couchés. - Et que mangez-vous ? Tullius se tut un moment, réfléchit et finit par répondre :

- Nous mangeons de la viande, des canards des paons.. nous ne mangeons pas les bêtes que nous élevons, elles ne servent qu’à fournir du lait, de la laine ... mais nous utilisons beaucoup d’épices et tous nos plats sont à base de garum, je t’en ai déjà parlé ! mais assez parlé ! au travail ! Retour Sommaire


Paco, assigné au service termina son service tard car il dut s’affairer ensuite à la préparation du pullum pour le repas impérial. Lorsque le soleil commença à se coucher Paco éteignit son feu, et s’en alla après avoir grignoté un bout de perna*

Thermopolium

Alors qu’il marchait dans la rue, il croisa un groupe d’adultes tenant chacun une petite serviette*

Patina

- Cette petite orgie était plutôt amusante dit l’un.

Esicia

- Oh oui, tu as raison, les plats étaient délicieux.

lenticula

- Exact, j’enverrai les restes demain à ma mère

3

Paco, intrigué par ce qu’il venait d’entendre aurait bien demandé des explications mais les voix s’éloignaient déjà et le groupe n’était plus qu’ombres imperceptibles qu’il tentait de rattraper en vain...

4

Car l’adolescent se réveillait, Christophine assise à ses côtés qui lui tenait la main. Lorsqu’elle le vit revenir enfin à lui, elle bondit de joie et le serra si fort qu’il manqua de s’étouffer.

- Que s’est-il passé ? demanda Paco - Tu ... tu t’es étouffé, puis tu t’es évanoui après notre repas romain sur les quais du Rhône… tu es resté plusieurs jours allongé sur ce lit sans aucune réaction... les médecins ont dit que tu as fait une allergie à une épice ... ils cherchent encore à quoi ! Les médecins revenaient enfin... ils avaient trouvé la cause de l’allergie de Paco : le garum !

Carte : diffusion des produits dans le bassin méditerranéen.

L’identité gastronomique méditerranéenne.

Retour Sommaire


3

Paco et Christophine, à peine remis de leurs dernières émotions, reçurent chacun un message venant de leurs différentes écoles, où on les priait de se rendre, toute affaire cessante, à la fête des olives. En fait cela tenait plus de l’ordre que la demande c’est pourquoi ils empruntèrent une voiture et se mirent en route, longeant tout d’abord le Rhône avant de s’enfoncer dans les Alpilles où ils roulèrent un moment dans la chaude journée d’été.

-Que... Quoi... !!! Non mais attends !! Qu’est-ce que tu sous-entends ??!! Hé, tu m’écoutes ? Non mais, attendsmoi !! »

Alors qu’à la radio passait une chanson d’où il était question de « boum », le moteur se mit à tousser, à cracher et finit par rendre l’âme dans un boum sonore en accord avec la chanson.

Ils ne marchèrent d’ailleurs pas longtemps.

Dessin de la voiture

« Non mais c’est pas vrai !! C’est bien le moment de nous lâcher !! Dans un endroit pareil ! Comment va-t-on faire maintenant ? Rhaaa !! C’est pas vrai ! Et mon portable qui ne capte même pas !! » Christophine faisait les cent pas. Tantôt, elle retournait la terre de ses pieds et levait les bras au ciel, tantôt elle jurait après Obange à cause du manque de réseau. Voyant que son amie était sur le point d’exploser, Paco proposa :

- « Bon, ben... On n’a plus qu’à marcher. Ce n’est pas bien grave. Et puis ça te fera faire un peu d’exercice, ce qui ne te fera pas de mal.

Ils s’enfoncèrent dans les Alpilles ou plutôt Paco s’éloigna de l’endroit de l’accident (à la manière de James Tean dans « A l’est dé Den ») suivi de Christophine grognant et soufflant.

Ils arrivèrent rapidement à une petite clairière où trônait en son centre une maisonnette qui semblait sortir tout droit du MoyenÂge. Ils toquèrent à la vieille porte en bois. Elle s’ouvrit.

4

« Ho, hé, il y a quelqu’un ? lança sans grand espoir un Paco pas si rassuré que cela. -Arrête ! Tu vois bien qu’il n’y a personne. » Christophine poussa la porte et entra sans plus de cérémonie. L’intérieur était sombre et humide. L’eau gouttait du plafond et formait une petite mare au sol, seul témoin du violent orage de la nuit passée. Un crapaud faisait la brasse dans la flaque. Dès qu’il s’aperçut que la porte était ouverte et que quelqu’un entrait, il s’enfuit sans un regard en arrière. La table était cassée et la nature avait commencé à reprendre ses droits comme l’attestait le majestueux olivier qui poussait au beau milieu des restes de ce qui avait dû être une chaise et dont les branches traversaient de parts et d’autres le modeste plafond. La mousse recouvrait entièrement une statuette de pierre qui devait autrefois représenter un dragon.

Retour Sommaire


Au fond de la pièce, quelques bouteilles étaient alignées sur une étagère moisie et qui menaçait sans cesse de s’écrouler. Christophine s’approcha et aperçut les flacons. Elle les observa un instant et remarquant qu’un liquide mauve était contenu dans une bouteille de cora-cora, elle en défit le capuchon et sentit le breuvage.

Paco s’affola. Il tenta de composer le numéro des urgences mais dans sa précipitation, il lâcha son portable qui tomba dans la petite mare. Il sortit de la maisonnette en courant espérant trouver à l’extérieur du secours. Il ne trouva rien d’autre que de l’herbe. Il rentra. Il passa devant Christophine qui cette fois enlaçait l’olivier en citant « Cyragnio de Bergelac ».

Il sentait l’huile d’olives.

-« Bah, probablement une nouvelle recette... » pensa t’elle. Et sur ces paroles rassurantes, elle l’avala d’un trait tandis que Paco se décidait enfin à entrer.

3

Sa tête se mit à tourner, son esprit se perdit dans une épaisse brume rose, elle n’y voyait plus, ne pensait plus, elle ne sut plus bientôt qui elle était. Elle ne voyait plus que ce merveilleux inconnu, face à elle, elle ne voyait plus que lui, ne connaissait plus que lui, ne pensait plus qu’à lui. Elle s’éveilla. Elle ne vit pas Paco penché sur elle, l’air inquiet. Elle ne voyait que Lui, ce bel inconnu. Elle fit quelques pas, elle chancelait. Ses jambes tremblaient bien malgré elle. Lorsqu’il lui sembla qu’il se tournait vers elle, elle manqua de défaillir. Paco, dépassé par le comportement de son amie, ne sut tout d’abord comment réagir lorsqu’elle se jeta dans les branches de l’olivier pour lui déclarer ce qui lui sembla être un poème d’amour dont voici un aperçu :

« Mon amour, Loin de toi tout le jour, Mon cœur pour toi, Ô belle oie, Se meurt, Dans l’heure ! » Nous arrêterons ici l’extrait. Paco se mit à rire de la blague de son amie, la félicitant pour sa trouvaille mais voyant qu’elle ne lui répondait pas et continuait,

Il passa en revue les flacons qui se trouvaient sur l’étagère. Il arrêta son regard sur un élixir noir contenu dans une bouteille de Peterier. Il la prit et en lut l’étiquette : « MORTEL, authentique élixir de sorcière par la société Magiage. A ne pas utiliser à la légère » Dessin de la bouteille et l’étiquette en gros plan + recette de l’elixir imaginé par les élèves Paco, de prime abord, s’en désintéressa mais voyant que Christophine embrassait désormais avec fougue les racines de l’olivier, son sang se glaça. Il s’approcha de son amie et sans vraiment comprendre ce qu’il était en train de faire, il lui glissa à l’oreille :

4

« Christophine, ton fiancé est malade. -Ouiiiiii !! Il est malade, je suis malade, nous sommes malade d’amour !! Mon cher Olivier, viens ici que je t’embrasse !

a=a b=b

-Oui, bon, heu... Non...Je suis sérieux. Il s’agit d’une maladie grave. Il risque de mourir.

c=c

-Tu dis n’importe quoi ! Et puis tu m’embêtes, à la fin !! Laisse-moi célébrer ma nuit de noces tranquille !

e=e

-Ta nuit de... ?!! Mais tu ne peux pas te...

g=g

-Mais chut, hein ! Rien n’est encore officiel ! Nous l’annoncerons demain matin, au banquet de la fête des olives, avant de partir en lune de miel. N’est-ce pas mon chou ?

h=h

-Mais heu...

k=k

d=d f=f

i=i j=j l=l

Retour Sommaire


-Et puis que fais-tu ici ? Personne ne t’a invité. Sors d’ici immédiatement !! -Mais enfin ! Je suis ton ami et il est normal que je mette mes connaissances en médecine au service de ton fiancé. -Tiens donc ! Et depuis quand as-tu des connaissances en médecine, toi ? -Depuis que j’écoute les cours d’SVT, moi ! -Mmmf... Enfin, que veux-tu ? M’obliger à rompre ? Si c’est ça, tu peux t’en aller car je... -Pas du tout. Ton fiancé est soupçonné d’avoir la Grippalolive, je suis venu pour m’ assurer que tu ne l’attrapes pas.

3

-Vraiment ? Comme c’est aimable de t’être déplacé ! Dommage que l’on soit venu ensemble, alors. J’aurais aimé être l’objet de tant de dévouement... -Oui, bon... En tout cas, c’est une maladie très dangereuse. Il risque de mourir.

Paco sortit de sa poche la bouteille de Peterier et sans remords en versa le contenu sur les racines de l’olivier. Le résultat ne se fit pas attendre. Aussitôt les racines absorbèrent l’élixir Mortel et les feuilles se racornirent, les olives tombèrent, le tronc se flétrit, les branches jaunirent ; l’olivier venait de rendre l’âme. Dessin de l’olivier mort

-Mais... Mais... Mais c’est horrible !!! C’est une catastrophe !! Il faut appeler le SAMU ! Il faut contacter les urgences ! Mon dieu !! C’est horrible !! Ouiiiiin,ouinnn...

Et Christophine se mit à pleurer. Les larmes roulaient sur ces joues sans que Paco ne puisse rien n’y faire. Lorsqu’elle posa son regard sur le jeune homme, il était voilé par les larmes. Elle se mit à hurler :

-Mais Christophine cesse de pleurer ! Cela ne sert à rien et tu es en train de salir mes habits ! Rien n’est encore perdu. Ne t’affole pas, je détiens le remède.

« Tout cela c’est de ta faute ! Médecin de malheur! Traître! Assassin ! Bandit ! Ectoplasme ! Misérable lâche ! Goujat ! Je ... »

-C’est vrai, snirlf ? C’est vraiment vrai ? Pas de blague, hein ?

Elle sortit de la maisonnette comme un ouragan et c’est à peine si Paco la vit traverser la clairière. Il n’eut pas le courage de se lancer à sa poursuite. Il resta un moment abattu, il s’assit sur une chaise et se prit la tête dans les mains et soupira. Il s’assoupit. Il fut réveillé par un grincement. Il ouvrit les yeux et frissonna. Devant lui, se tenait une vieille femme.

-Non, non. D’ailleurs je l’ai ici avec moi mais il faut l’administrer au malade rapidement... -Hé bien qu’attends-tu, triple buse ! »

4

Retour Sommaire


Elle prit la parole :

-Par où ?

« -Qui êtes-vous et que faites-vous ici ? Dépêchez-vous de répondre, je n’ai pas de temps à perdre contrairement à certains. Je suis une femme très occupée. Alors ?

-Heu... Par la porte...

-Heu... Je... -Comment ? Soyez plus clair ! Et cessez de bredouiller cela me porte sur les nerfs ! -Bien madame. » La petite dame tourna la tête vers l’étagère et aperçut les bouteilles vides. Elle fronça les sourcils et se retourna vers Paco.

« -Qui a bu mon philtre d’amour ? Vous ? Bien sûr que non... QUI ? Ici insertion de la recette du philtre d’amour imaginée par les élèves ( pièce jointe

3

-Heu... Nous croyons cette maison abandonnée et... -Veuillez répondre à la question que je vous ai posée ! -Une amie... -Où est-elle ? -Elle s’est enfuie.

-La DIRECTION triple buse ! -Je... Je ne sais pas. -Vous êtes d’une utilité étonnante, mon garçon ! -Heu... Merci. -Hmff. Enfin... Vous trouverez l’antidote à la fête des olives. Une fois là-bas, achetez des chocolats, ils sont vraiment délicieux. Je suis sûre que votre amie les aimera. -Mais c’est à dire que je ne sais pas où se trouve Mouriès... -Tout droit sur une centaine de mètres puis à gauche et ensuite tout droit. -M...Merci ! -Maintenant, dehors ! Du balai ! Vous m’avez assez fait perdre mon temps !! Débarrassez-moi le plancher ! Plus vite, allez !! Une ! Deux ! Une ! Deux ! Une !.. »

4

Paco s’enfuit sans demander son reste. Il courut droit devant lui et lorsqu’il estima avoir dépassé les cent mètres, il tourna à gauche. Il arriva essoufflé. Il commença par déambuler au hasard dans les petites rues de Mouriès avant de se retrouver sur la grande place où étaient installés les commerçants. Il s’approcha et s’aperçut que les produits mis en vente étaient tous à base d’huile d’olives. Un marchand lui fit signe. Paco s’approcha et le marchand lui demanda :

« -Bonjour monsieur ! Voulez-vous goûter ma tapenade ? La meilleure de la région ! Je vous l’offre, tenez ! -Heu... Et bien, merci. » Ici insertion de publicité imaginées par les élèves sur les produits locaux à base d’huile d’olive Retour Sommaire


Le jeune homme prit un bout de pain dur sur lequel était étalée une substance noire. Il déglutit et porta lentement le bout de pain à sa bouche. Il en avala une bouchée et s’exclama :

-Oui, bien sûr et merci. »

« -Mais c’est DELICIEUX !!!

Menu du banquet

-Heureusement que c’est délicieux ! C’est moi qui l’ai faite ! Bon, vous en voulez ? 500 grammes ? 1Kg ?

Christophine marchait depuis un moment déjà. Elle aperçut un moulin et s’avança. L’après- midi était déjà bien avancé et elle craignait de devoir passer la nuit dehors. Aussi s’approcha-t-elle et voyant qu’un groupe de touristes visitaient le moulin, elle fit comme eux et prêta une oreille distraite aux explications du guide.

-Mmmm... 500 grammes s’il vous plaît. Merci. » Il quitta le commerçant et se mit en quête de chocolats. Il déambula sur la place observant tour à tour un homme faire des savons à l’huile d’olives, un marchand faisant la publicité de son huile d’olives qui était d’après lui la « meilleure de la région, que dis-je ! Du monde ! ».

3

-Il faudra bien. Maintenant excusez-moi mais je dois m’occuper de mes clients.

Il arriva près d’un étalage où l’on vendait quantités de gâteaux possibles et inimaginables. Il s’approcha. Il y avait des cakes aux olives, des cookies aux olives et une multitude d’autres gâteaux. Plus loin, une jeune femme vendait des produits de beauté à base d’huile d’olives. Il reconnut du shampoing, du savon, du maquillage, des huiles essentielles... Il trouva de tout à commencer par des baumes aux lèvres à l’huile d’olives en passant par les olives aux épices à manger en apéritif. Il trouva tout et n’importe quoi, tout sauf des chocolats. Il parcourut de long en large la place mais nul signe de chocolats. Assis sur les marches de l’église, il était sur le point de perdre espoir.

Elle apprit que les olives étaient moulues pour faire de l’huile de couleur or. Cette huile était très utilisée dans la cuisine, pour faire des produits de beauté, des savons... Lorsque le soleil se mit en pyjama, elle descendit vers la ville la plus proche. La nuit était tombée quand elle pénétra dans un hôtel. On lui donna la clef d’une chambre et elle monta. Le lendemain, elle fut réveillée par de la musique. Elle se leva, chancela et se rattrapa au bord de la table de chevet. Elle jeta un œil par la fenêtre. Une fanfare défilait devant l’hôtel. Elle s’habilla rapidement et descendit à la réception :

4

« Bonjour madame. Savez-vous ce qu’il se passe aujourd’hui ? -Mais ma petite dame ! Vous n’êtes pas au courant ? C’est la fête des olives. A midi aura lieu le banquet. -Le banquet ?

Soudain, il se leva et marcha jusqu’à l’échoppe de tapenade. Il appela le marchand :

« -Monsieur... Hep !... Monsieur... S’il vous plaît... -Quoi ? Que voulez-vous ? -S’il vous plaît... Savez-vous où l’on vend des chocolats ? -Personne ne vend des chocolats. Si tu veux en goûter, assiste au banquet. Ils seront distribués au dessert.

-Un banquet préparé uniquement avec des plats à base d’huile d’olives. C’est délicieux. Il paraît qu’il y aura de nouvelles créations comme ces chocolats dont tout le monde parle depuis quelques temps et... -Merci !! » La jeune fille sortit. Parler d’olives venait de rouvrir la plaie, trop récente pour qu’elle puisse en être guérie. Elle n’arrivait plus à

-Mais je ne peux pas attendre jusque-là ! Retour Sommaire


pleurer. Elle était trop fatiguée. Elle aurait voulu remonter dans sa chambre mais la perspective de revoir son cher Olivier lui redonna assez d’énergie pour se rendre à la grande place. En effet, elle n’arrivait pas à croire au brusque trépas de son amant de quelques minutes. Et si son Olivier était encore vivant ce dont elle était sûre, il se rendrait au banquet comme ils l’avaient tous deux convenus la veille, avant le drame. Paco se trouvait sur la place depuis l’aube. Il n’avait pas réussi à dormir. Ses pensées étaient tournées vers son infortunée amie. Il n’avait eu de cesse de se demander si elle avait pu trouver un abri pour la nuit. Il avait imaginé des centaines et des milliers de scénarios ...

3

Il était assis sous le porche d’une maison, lorsqu’enfin, arriva l’heure tant attendue, Paco se dirigea vers le banquet où il se délecta de dizaines de plats et de boissons inconnus de lui jusqu’à ce jour. Le jeune homme passa le repas à triturer son téléphone portable (qu’il avait pu sortir de la flaque et qui n’avait -par miracle- subi aucun dommage) espérant un SOS de la part de son amie afin qu’il puisse aller la sauver héroïquement.

lui fourra dans la bouche un chocolat semblable à une truffe. Celle-ci n’eut pas d’autres choix que de l’avaler. Le résultat ne se fit pas attendre :

« -Mince ! cria Christophine. Je n’ai pas fait attention aux plats ! J’étais trop occupée à chercher... A chercher qui, déjà ? -Que veux-tu que j’en sache ?! Probablement l’une de tes robes. - Bah ! Heureusement que j’ai visité ce moulin hier... -On devrait y retourner avant que le banquet ne se termine. -Au fait Paco, sais-tu qui est Olivier ? -Non... Pas le moins du monde. Pourquoi ? -Pour rien... »

4

Mais Christophine était bien loin de s’inquiéter de tout cela. Elle scrutait la foule avec l’espoir d’apercevoir le visage de son unique Amour. Aussi ne fitelle pas grand cas des plats qui défilaient devant elle. Bien au contraire. Ne le voyant pas, elle finit par se persuader qu’Olivier devait se trouver au bar. Elle finit par quitter sa table et se dirigea vers le comptoir du bar auquel elle s’accouda. Un serveur lui demanda si elle désirait boire quelque chose mais elle l’ignora et se remit à scruter la foule. Les chocolats furent distribués. Christophine tourna la tête. Son regard croisa celui de Paco. Elle se mordit la lèvre et se détourna rapidement. Mais il était trop tard. Paco l’avait vue. Il se leva et se doutant qu’elle risquait de s’enfuir de nouveau, il fit comme s’il ne l’avait pas vue. Il contourna le bar de façon à arriver, ses chocolats en poche, dans le dos de son amie. Le jeune homme était tout de même un peu de déçu. Lui qui rêvait d’aventures, il n’avait, de piège mortel à déjouer, que la faible méfiance de son amie. Il s’approcha sans un bruit, à la manière des chats. Il s’y prit si bien que nul ne l’entendit arriver. Soudain il se trouva à porter de main de Christophine ; il lui saisit le bras et avant que son amie eut pu réagir, il l’avait entraînée loin du bar et de la fête. Il ne laissa pas le temps à la jeune fille de se ressaisir. Il

Retour Sommaire


3

4

Retour Sommaire


3

4

Retour Sommaire


3

Maquettecuisine histoires 2  

Bocetos de las historias unidas en ambas lenguas que después serán presentadas en dos libros: uno en español y otro en francés

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you