Page 1

T-

-*

,

.

,

k

k

».

».

C

1

V

k

}

k

%.

»

k

*

k

k

k

k

'

,

^

k

k .

k

k

k.

.V

k-kk k k

k

»

k

k

k

•«

»..•

k v

k

k

•-

.\

JL.

*

k

».

fe.

V

h.

k.

7:.

».

k

V.

k

k

k.

k.

« .

K

t.

\

.V

»

>.

l

k.

t.

'

k

^

k

t

b.

.

4.

k.

«.

V

».

».

».

%

V V

V

*.

*

1.

*

S %'

'

i

%

'*

V

*

k

k

k

V 1 -kS. L V w -vS.S'^vS _ k**'v^k k k^ w k.k. k k k w.

».

k

..

k.

k.

I.

k'" •

.

.

1

«.

k

k

k k k k >. k. «U k k .k k k. k k V. ^ Jk^k k k L. k 4.

<

1^

^

l*.

t;

I

W

Ib

»

kkk kkk kkk kkkkkkkk. .

-i

.

«.

.

k k

k

k kk k

k

k

. »

ï «

k

k s

k

k

k '

k

k k k W k k V k k k k Vk k s. k

k ]

k

'

k k

.

k

.

**

..

<«.

k

k

k

V

k _

k

k

w

k

h

k W k. V k k « k k k k kk - k k k V V k k k k k % V y W k k k

V

k

.

_

*.

k

^

kk k. V ^

*.

k

k.

k

k V

k k

k >

k

V

k

k

k

«.

I

k

k *.

k

k

k

^ k ^k k k k k

k

I

.

.

kkkkkkkk kkkkkkkkkk». kkkVVkkkkk. k

%.

\

.

».

k k ^

.

kkkkkkk-^.kk kk kkkkkkkk kk kWkkkkk.k». kkkkk». «V

k

.

^

k

k k k k k k k k k k

<4-

.4

kk.kk^

V

-V

.

kkk

».

.k

.

%

*-

i-

k

k.

.

kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk

,

t.

\

\

.

1

‘^..

»

V

•-

kkk k k

-

I '^•.r

»

k

k k kkkkkLkk Wkkkkkh-k kkkkkkkk kkkkkkkk kkkkkkkk ^ w w^ kkkkkkkk k kkk k k ».

».

k

k

*.

k.

A..

*,

^

k

1.

t

k

1

»

\

L

k

’».

fl W L. W K k k k. k k k k k k k k V k k k W k. k k V k k k^ k . k N. V « k k k V. k k w k k. k k k k k k k « k k. k k k k k k^ k k W k k h k. Jk k k V k k k.kk.kk1kk.lkk k k k k k k k k k.k k.k.k-W k **k‘ k k k k k k k k k k k k k k k k k. k k k..k.-k.k.W k. k k k k k k k k k k k V k A k k k k k k k k k k k -k k k k A k k k V k k k k «. k k k k k k. k k k k V k k k.k'kk.k k k k k k k k *k k k k k k k k k k k K. k k k k K k k k k k k k k k k k k k. k k k k k b k k k k k k^k^k k k k kk^ k k k .k k k k k k k k k k k k i k k k k • k k k *. k k k k k k k k k k k k k k k k k k k'k k.k k.k k V V k k k k k k k k k k k k k k^ k k k k k k k V k^ k^ k. k w V. k k k k V k k k Ik k ». k k k k k k k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k k.k.k k k .k k k k*"..' k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k. k k U V V k k k k k k k k k k k. k k k k k k k k .kk k k k k k V k k k k. k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k V. k k k k k k. k k k k k k k k k k k k V k k k k V k k k k k k k. k k V k k k k k k k k k k k k k k k k k.k k k k k k V k k k k k k k k k. V k k k. k k k k k k k k k K k k Vk. k k k k k k k k k k V k V k k k k k k V k k \ «bJk^. «. V..» V .'• k k k k k. k k k V k k k s. k k k k k k k k k k » » k k k .k k k k. V V k k k k k k k k k k k k k k i. s k V k k W k k k k k w. k V k k k k k k k k k k k k .k k f V V k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k V k k k k k k V k V k k k k k k k V k \ k k k k k k VkWskk.«b.N. k fe.k>. k V V k k k k k k k k V k •K k k k k k k k k k k k k k .k k k k k k V k k k k V k k k k k k. kkÿ^ k k k k k \ % Jk k k k k k k k k k k k W k k k k k k k k k.k.%..k K *k k k k. k k. k k k k k k k k k k k k. kk. k k k k K k k k k k k k k k k k k \ s k k k k k k k k k k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k k k k k k k Ik k k k k k .k k k k k k k ,k k «

t.

k

V

k.

ï

i

% 1

k

L

f-

s

V

^

^

^

.

r^ r

m

.T"

r'^'v

*


*

^

i

L

yC

-

•J f

4

f

4s •

%

r T

I

.J»

fz)

/ATA,7.î». AA(

S

22101006905


BlIiLIOTllÈOUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

FASCICULE

VII

L’ASTROLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAINS PAR

H. de

la

VILLE dejMIRMONT

PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE l’UMVERSITÉ DE RORDEAUT

Bordeaux FERET &

FILS,

ÉDITEURS,

i5.

:

COURS DE

L’INTEISDAISGE

Grenoble A. Gbatier et G'*, a3, Grand’Rue Lyon Henri GEORG, 36-42, passage de l’Hôtel-Dieu :

:

Marseille -.Paul RUAT, 54, rue Paradis Montpellier; C. GOULET, 5, Grand’Rue Toulouse Édouard PRIVAT, 45, rue des Tourneurs |

Paris A.

FONTEMOING,

:

Libraire des Écoles françaises d’Athènes et de 4, rue Le Goff

Rome


BIBLIOTHÈQUE DES

UNIVERSITÉS DU MIDI SEPTIÈME FASCICULE

L’ASTROLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAINS PAR

H. de

la

VILLE

de

MIRMONT

PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE L’UtlIVERSITÉ DE BORDEAUX


Bordeaux.

â&#x20AC;&#x201D;

Imprimerie G. Gounouilhou, rue Guiraude, g-it.


BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI FASCICULE VII

CHEZ LES GALEO-ROMAINS PAR

H. de

VILLE

la

MIRMONT

de

PROKESSEtR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE l’uNIVERSITÉ DE BORDEAUX

Bordeaux FERET &

FILS,

ÉDITEURS,

i5,

:

COURS DE LTNTENDAÎSCE

Grenoble A. Gratier et C‘% a3, Gra^'îd’Rue Henri GEORG, 36-4a, passage de l’Hotel-Dieu :

Lyon

:

Marseille: Paul RUAT, 54, rue Paradis Montpellier: G. GOULET, 5,Grand’Rue Toulouse : Édouard PRIVAT, 45, rue des Tourneurs |

Paris A.

FONTEMOING,

:

Libraire des É COLES FRANÇAISES d’AtIIÈNES ET DE 4, RUE Le Goff

igo4

RoME


cd'"

(z )

A 3'/^. 36-

(JK.

'^'^1

^yC lOt^C


L’ASTHOLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAIINS

Les écrivains gallo-romains, païens ou

sur l’astrologie

donnent

des renseignements nombreux, qui prouvent

([ue les doctrines

ment connues

chrétiens,

de cette science divinatoire étaient parfaite-

et

communément

pratiquées dans

la

Gaule

romaine.

Dès

le

i" siècle

de

l’èrc

chrétienne, Pline l’Ancien men-

tionne un médecin de Marseille, Crinas, qui traite ses malades suivant les lois de l’astrologie et qui mérite

le

nom

à'iatroma-

thémalicien. Crinas est d’origine grecque, et Marseille n’appartient pas à la

Gaule proprement dite; mais, à

la fin

du

ni® siècle,

nous connaissons un Gallo Romain originaire du pays des Ilaedui (territoire entre la Loire et la Saône), domicilié ville

dans une

d’Aquitaine, Aejuae Tnrbellicae (Dax), Caecilius Argicius

Arborius, qui exerce avec succès et profit la profession d’astrologue.

Au

siècle, le petit-fils

IV®

d’Arborius,

le

poète bordelais

Ausone, s’occupe souvent d’astrologie dans ses œuvres. A l’époque d’Ausone, parmi les personnages du Querolus,

comédie d’un auteur gallo-romain, qui fut jouée sinon à Bordeaux, du moins dans une ville du sud-ouest de la Gaule, se trouve un astrologue, Mandrogéronte, dont

le

rôle est très im-

comédie de mœurs emprunte .ses personnages contemporaine: pour que l’astrologue ait sa grande

portant. Toute à la société

place dans

faveur dans

le

Querolus,

la

il

huit (pie l’astrologie ait été aussi

société gallo-romaine

du

iv® siècle

en

après .lésus-

Christ que la science auguralc et l’haruspicine l’avaient été à Rome au vi® et au vu® siècle de la République, alors (jue


6

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

Vllario'lus

et

i

VAugur

doniiaieiil leurs

noms,

l’un à

une palUata

de Naevius, l’autre à une togala d’Alranius.

Ap rès

temps d’Ausone,

le

le

Gallo-Romain G. Sollius Apolli-

naris, qui vécut de 43o à 488, et qui fut, à partir de 472

,

évêque

de Clermont en Auvergne, fournit des indications précieuses et

abondantes sur

au

curieux

la matière,

paru: si

bien

la

science suspecte,

connaît à fond tous

et très instruit

ceux qui nous sont parvenus

ceux qui ont

et

il

le

sur dis-

possède

vocabulaire technique, verba malheseos, qu’il offre à

le

son ami Polemius, par manière de badinage, de

un épitbalame

Au temps

de

Sidoine Apollinaire

composer

après

et

et

d’autres

lui,

moins tolérants

Clermont, combattent énergiquement

de

l’évêque

lui

astrologique.

auteurs gallo-romains, plus ecclésiastiques

que

les traités

d’un grand astrologue, Anthedius;

est l’ami

il

condamner

l’évêque doit

v“ siècle. Si

lettré

des croyances astrologiques en Gaule

l’état

les

doctrines astrologiques.

Prosper d’Aquitaine, qui mourut en 464, attaque, dans son

poème De

Providentia

625 - 720 ),

(v.

la

croyance aux natalia

sidéra.

Un contemporain

de Sidoine

et

de Prosper, Glaudius Marins

Victor, dans ses Commenlarii in Genesim (lib.

vi“ siècle,

l’Arverne Alcimus Ecdicius

Avitus, évêque de Vienne depuis 4go,

dans

trer

le livre II

de son

io5-i48),

démon.

soutient que l’astrologie a été créée par le

Au commencement du

111, v.

poème De

mort vers 525,

fait

en-

Spiritalis hisioriae geslis

277 825 ) une violente diatribe contre l’astrologie. On peut encore trouver des polémiques semblables dans les

(v.

ouvrages des derniers Gallo-Romains qui font le

Bas-Empire

et le

hétérodoxe n'avait

Moyen-Age. pas

Il

est évident

eu de nombreux

la transition entre

que

si

la science

adeptes dans

les

Gaules, les écrivains ecclésiastiques ne se seraient pas donné la

peine de la combattre

Avant d’aborder Gallo-Romains,

quer 1.

les

il

si

souvent

et si

longtemps.

l’étude des doctrines astrologiques chez les

convient de rechercher

les origines et d’indi

progrès de cette science divinatoire dans

llariolus,

comme

haraspex, vient

du mol

liaru,

les

Gaules.

qui signifie «entrailles».


l’aSTKOI.OGIE ClIE/ EES fiAIXÜ-HOM.UXS

7

I

-

- Les

Les druides et Pythagore. Le druide Diviciac. pratiques druidiques et VAugurium. disciplines du druidisme. L’astrologie n’a jamais fait partie des décadence aient ete des Rien ne prouve que les druides de la

Le druidisme

et l’astrologie.

-

astrologues.

L’opinion

répandue plus ancienne et la plus généralement les autres était pratiquée par les druides et

la

que l'astrologie conquête romaine. prêtres gaulois longtemps avant la H Histoire littéraire de la France p

est

Congrégation de Saint-Maur » est très alfirmative à Marcellin ne « Les euliages ou eahages d’Ammien ce propos Diodorc de Sicile et autres, dans le fond, que les vales de de

tins

la

:

sont

de Strabon. Car tribuent les

de

la

nature

mêmes

est certain

les

que ces

trois historiens leur at-

fonctions, qui étaient de sonder les seerets

et île les faire

physique,

la

il

connaître aux autres

divinations,

astrologie

1

;

ce qui regarde

jndiciaiie

et

la

phimagie... Les druides étaient tout ensemble les prêtres, les losophes, les théologiens, les jurisconsultes, les médecins, les les rhéteurs, les orateurs, les mathématiciens, les géomètres,

astrologues et peut-être

même

les

magiciens des Gaulois

Henri Martin donne à peu près

les

>.

»

mêmes renseignements

sur les ovates, classe inférieure, et sur les druides, classe supérieure des prêtres gaulois: «Ils [les ovales] étudient les lois secrètes qui relient les

phénomènes de

des astres;

ils

la

prévoient l’avenir et interrogent

de

la terre et

les

volontés des puissances divines dans

entrailles et le

sang des victimes;

puldics et privés;

ils

nature, les mystères

ils

le

vol des oiseaux, les

célèbrent les sacrifices

guérissent les maladies. Ce sont à la fois

des augures, des aruspices,

comme

ceux des Romains,

physiologistes, selon l’expression grecque, des

I.

la

des

voués

littéraire de la France, l. I, partiel, Paris, 1733: ((Siècles (jni ont naissance de .lésus-Clirist. ftal des lellrcs dans les Gaules durant ces

Histoire

pr(îct'd(j

hommes

et

Icinps-là, » p.

3 (j

et 3 ^.


.

8

BIBLIOTHÈQUE DES UINIVERSITÉS DU MIDI

aux sciences naturelles, toujours mêlées de magie dans

l’anti-

suprême gouverne immuables, et qui croit les

quité qui n’a pas encore reconnu que l’Etre

choses physiques par des

les

lois

phénomènes modifiahles par l’action arbitraire de puissances inconnues... Eux aussi [les druides proprement dits, qui sont au-dessus des ovates] connaissent le mouvement des astres, la ligure et les proportions de la terre et priétés des choses

».

du monde

et les pro-

»

Henri Martin rappelle encore

accréditée des

la tradition si

«

relations de Pythagore avec les druides, tradition

appuyée sur

une

étroite affinité

et

ques

=».

Dans

»

de doctrines métaphysiques

les Éclaircissements

V Histoire de France,

qui terminent

le

tome

I*'

de

des druides les initiateurs de Pytha-

fait

il

3

scientifi-

On ne peut guère douter que les druides n’aient eu les mêmes connaissances et les mêmes opinions astronomiques

gore

((

:

que Pythagore, d’eux.

et

y a grande apparence

il

qu’il

les

tenait

»

Les auteurs anciens admettaient bien l’existence des relations

dogmes de Pythagore, l’influence du philosophe

entre la religion des Gaulois et les

mais

attribuaient ces relations à

ils

sur les druides.

Dès grec,

y

fait

commencement de l’Empire romain, un

le

contemporain de César

et

d’Auguste, Diodore de Sicile,

allusion dans sa Bibliothèque historique.

Gaulois ont des philosophes

les

appellent druides^,

qu’ils

mépris

le

plus profond,

l’immortalité

et

de

la

et

qu’ils et

historien

constate que

Il

des théologiens très honorés professent pour la vie le

qu’ils

admettent

dogme de

le

transmigration des âmes

:

il

conclut

que ces croyances leur viennent du système de Pythagore 5.

Au

IV''

siècle,

Ammien

Marcellin, qui vécut de 33o à 4oo,

parle lui aussi de l’influence de Pythagore sur les druides; il

emprunte tous

les

renseignements

qu’il

donne sur

les

Henri Martin, Histoire de France, quatrième édition, Paris, i855 t. I, p. 5g et Ci Henri Martin, ouvr. cité, t. 1, p. 8i. «Sur l’astrono3. Henri Martin, ouvr. cité, t. 1, Éclaircissements, n® X, p. ^73 mie des druides et leurs aflinitcs avec Pythagore et Numa. » «PtXodopoi' te tivé; sim xa\ 9 £o),6yoi irspiTTôüî Ti[xtü[iEvoi o\iî 4. Diodore, V, xxxi, 2 1.

;

2.

:

:

ôpoui'ôa; ôvoiAocÇouffi. 5.

Diodore, V, xxviii, 6

:

’Evkt'/Ûei

yàp uap’ «Otoî; ô HuOayôpou

)>ôyoç.


l’astrologie chez les gallo-romains

Gaulois à un historien

9

grec qui est peut être antérieur à

Diodore, à Tiinagène d’Alexandrie*, ami de Pollion, rénova-

au dire de Quintilien % de

teur,

d’écrire l’histoire.

l’art

actions par

dessus des bardes, qui célébraient les grandes

chants

leurs

héroïques,

essayaient d’interpréter

nature 3,

dont

les

druides,

et la

des euhages,

Ammien

Marcellin,

génie était plus haut, attachés à des

le

scrutaient

des sublimes mystères de

série

dit

qui

Au-

dont t’influence de Pythagore avait

et la

druides

« les

communautés

fixé les statuts, tendirent

leurs esprits vers l’étude des questions sublimes et occultes,

par mépris des choses humaines, déclarèrent l’âme immor-

et,

A

telle

»

Des écrivains postérieurs à Diodore

même

le

Gaule

les

nom du

et à

Timagène donnent

disciple de Pythagore qui aurait porté en

doctrines du maître

:

ce serait, d’après Origènes,

le

Gète Zamolxis, esclave, puis élève du philosophe, civilisateur enfin de ses propres compatriotes

par eux

comme un

dieu

et,

après sa mort, honoré

M. Bouché-Leclercq a

6.

des innombrables légendes qui ont

trait

gore ou de ses disciples chez tous

les

pythagorisme

:

«

peuples dont

On

de

la

le

conduit chez...

Gaule, de façon que sa philosophie soit

toutes les doctrines imaginables'^.

les

la

il

les

était

y avait druides

synthèse de

»

Or, à lepoque où ces légendes se sont constituées,

remarquer que Pythagore

doc-

quelque rapport avec

Pythagore a passé partout où

quelque chose à apprendre.

justice

aux voyages de Pytha-

trines philosophiques et religieuses ont le

fait

considéré

comme

le

il

faut

grand

maître des sur

les

ou astrologues. C’est donc, semble-t-il, prétendus rapports de Pythagore astrologue avec les

1.

Ammien

2.

Quintilien,

XV,

ir

Inslit. Orat.,

X,

Marcellin,

Timagenes et diligentia Graecus et liiigua. 76 Timagenes vel hoc ipso est probabilis quod intermissam historias scribendi induslriam nova lande reparavit. 3 Ammien Marcellin, XV, is Euhages vero scrutantes serièm et sublirnia naturae pandere conabantur. .

:

i,

:

:

Ammien

Marcellin,

decrevit, sodaliciis

XV,

ix

:

Druidae, ingeniis celsiores, ut auctoritas Pylhagorac quaestionibus occuUarum rerum altarumque erecti

adstricti consortiis,

sunt, et, despeclantes huinana, pronuntiarunt 5

.

G.

animas immortales. Origène, édition des Bénédictins, Paris, 1733-1759, vol. I, Hérodote, IV, xciv-xcvi; Strabon, VII, m, 5 XVI, ii, 39. A. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, Paris, 1899, p. 5. ;

7.

p. 3 , 802, 90G.


lO

BIBLIOTHÈQUE DES UMVEKSITÉS DU MIDI

druides que l’on établit rexisleiice de l’astrologie parmi les disciplines druidiques.

Mais que l’on fasse attention aux textes que dore de Sicile

dit

simplement que

j’ai cités

:

Dio-

croyance des druides

la

à l’immortalité de l’ame est attribuée à l’influence de Pytba-

gore; d'imagène rapporte que les sodalicia des druides ont été suivant les règles de Pytbagore. Ces deux auteurs

institués

ne disent nulle part que l’astrologie

Samos.

prêtres gaulois par le philosophe de

Au demeurant, aucun que

les

langes

texte précis

enseignée aux

été

ait

ne nous permet d’aflîrmer

druides aient pratiqué l’astrologie, M. Fustel de Cou-

remarquer

fait

le

avec

raison

:

«

Sur

vieilles

les

croyances druidiques nous ne possédons aucun livre sacré,

et

notre unique renseignement à cet égard est qu’il n’en existait

pas

A

I

.

»

défaut de documents fournis par les druides eux-mêmes,

les textes latins

tins

ou grecs sur lesquels

nous permettent-ils de conclure que

prétend VHistoire

le

fondent

se

logues des Gaulois

On

cite

de

littéraire

la

les

Bénédic-

les druides,

France, étaient

comme

« les

astro-

» ?

un passage de César

:

«

Les druides discutent beau-

coup de questions sur

les astres et leurs

grandeur de l’univers

et

de

la terre, la

mouvements, sur

la

nature des choses,

la

force et la puissance des dieux immortels, et

ils

transmettent

à la jeunesse les doctrines qui résultent de leurs discussions

Sous

»

règne de Caligula ou sous celui de Claude, un

le

contemporain, peut-être un parent de Sénèque, l’Espagnol

Pomponius Mêla, au phia,

111

de son ouvrage De Chorogra-

première description de l’ancien

parvenue, parle

vement des est

livre

propre

lui aussi

astres

et des

:

«

monde

qui nous soit

des études des druides sur

le

mou-

Les Gaulois ont une éloquence qui leur

maîtres de morale,

les druides.

Ceux-ci font

profession de connaître la grandeur et la forme de la terre et 1. Fustel lie Coulanges, l\evue Celtique, l. IV, i87<)-i88o, p. 37-59: «Gomment le druidisme a disparu, » p. ^6. 2. César, De liello Gallico, N I, xiv, 6 MuUa praeterea de sideribus algue eoruin motu, :

de inu'idi ac lerrnrum magnitudine, de reruin natura, de deoruin immortalium vi ac poteslate disputant et juventuli tradunt.


l’aSTHOLOGIE chez les GALLO-HOMAnS

du monde,

les

mouvements du

volontés des dieux*.

ciel et

des astres et toutes les

»

discute les deux textes Fustel de Coulanges rapproche et

de César

disputent sur

de

la terre.

Pomponius Mêla

de

et

11

le

:

cours des astres, sur

est vrai

remarque qu ils forme et la grandeur

César

«

la

que disputer sur

cours des astres

le

de l’astronomie... connaîtie Pomponius Mêla dit qu’ils prétendaient (profitentur) dieux. Était-ce astronomie le cours des astres et la volonté des ou simpleou astrologie? S’agissait-il de science, de poésie, saurait ment de divination et d’augurat? C’est ce qu’on ne nécessairement connaître

n’est pas

les lois

dire=*. »

Je ne crois pas qu’il se soit agi d’astrologie

;

druides

les

tirer des praétudiaient le cours des astres, sans prétendre en se rappiotiques divinatoires; leurs moyens de divination

chaient beaucoup

Romains entendaient par

de ce que les

Nous connaissons, en ellet, par César et par Cicéron, un druide qui a été l’ami du proconsul des Gaules et 1 bote du pioba<;rand orateur, le druide Diviciac, à qui nous devons blement tout ce que les Commentarii de Belto Gattico nous auguriurn.

apprennent sur

le

un philosophe, un

druidisme.

Diviciac

sacrificateur et

«

un théologien,

est

un augure.

Il

a appris les

vertus des dieux, les lois des choses, la science de lavenii. Cicéron s’est entretenu avec lui des révolutions de la nature, et

César des révolutions humaines

•ce n’est

pas un astrologue.

Diviciac est

«3.

un augure;

Ce grand homme, dont César ne

«

parle jamais qu’avec éloges,

— disent

les

mêlait de pénétrer dans les secrets de l’avenir tant par (les

augures que par

le

De

«

Les

les autres sortes

elles -memes

le

de divinations.

Divinatione, Cicéron se fait dire par son frère

nations barbares

se

Bénédictins^,

n’ont

moyen »

Dans

Quintus

négligé

pas

:

les

III, ii : Ilahent tanien et facundiam suam magistrosque sapientiae miindique magniludinem et forrnam, motus caeli ac siderurn et quid dii terrae druidas. lli /

I.

Pomponius Mêla,

velint, scire profitentur. 2.

3.

Fustel de Coulanges, Revue Celtique, article cité, p. 5.3. druide Divicinc (Fievue des Études anciennes,

C. .lullian,

septembre if)oi, p. nous connaissions 4.

2 o5-iio).

le

nom

— Voir

tout ce travail définitif sur

et l'iiistoire.

Histoire littéraire de la France,

t.

1

,

partie

I,

p.

^6

Cl 97.

t.

le

111

,

n" 3. juillet-

seul druide dont


.

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

I

inélliodes de divination. La Gaule a ses druides j’ai

connu l’Héduen

qui

faisait

parmi lesquels

Diviciac, ton hôte et ton panégyriste,

profession

de savoir

posséder cette science que

les

nature, de

la

nomment

Grecs

les

de

lois

physiologie, et

qui disait prévoir l’avenir, partie par les augures, partie par conjecture".

»

Strahon nous indique

géographe distingue

les

bardes

entendre

faut

qu’il

nombre des

qui était au

(pujioÀovi'a

ce

cette

druidiques.

sciences

Le

qui sont les chantres

(|3âpooi),

aux

sacrés, les ovates (oùaTstç), devins qui président

interrogent la nature

par

sacrifices

et les

druides

qui croient à l’immortalité des âmes et à celle du

monde

et

SI

(xoOxp-c'j.;

Txç

/J'fo’jcji

(IspoTrctoi

'\i'~^yxq

xcv

v-xl

çuatoAôvct),

-/.al

et qui,

y.ôcr[j!.ov),

en outre de

physiologie ou philosophie naturelle, professent l’éthique

la

ou philosophie morale

("poç

ç'ju'.oXoY’ia

xal

xv;v

rfiv/.r,'»

ç’.Xoxoç/îav

àr/.0J3'.)2.

Quant aux procédés divinatoires dont bien évident que Cicéron n’aurait pas

On

usait Diviciac,

fait

il

est

d’un astrologue son

du De Divinatione méprise l’absurde science astrologique, qui est chaque jour

hôte et son ami.

démentie par

hommes

combien

sait

les faits, quelle pitié

assez crédules

le

même

qui étaient de simples

village, les astrologues qui

bonne aventure,

et les

foi

aux

astrologues’*.

dédain pour

sorciers,

les

11

augures

haruspices de

les

donnaient leurs consultations aux

environs du Circus Maximus, la

manifeste à l’endroit des

il

pour ajouter

prête à son frère Quintus

Marses,

l’auteur

les

prêtres d’Isis qui disaient*

gens qui faisaient profession d’inter-

préter les songes^'. I.

Cicéron, De Divinatione,

gentibus neylecta est hospileni

appellant,

: si

xli,

I,

t)i

:

Eaque divinationum

ratio ne in barbaris quidetn

qiiidem et in Gallia druidae sunt, e quibus ipse Diviciacum Haeduuin,

tuum laudatore nique cognovi, qui et naturae rationem, quam çuffioXoyt'av Graeei notam esse sibi profitehatur, et, partiin auguriis, partiin conjectura, quae essenl

futuru dicebnt. J.

.Strabon, IV, iv, 4.

II, xlvii Quo quid potest dici absurdius ? O vim maxitnam Sed quid plura? Cotidie refelluntur ! ... Ut mihi permirum videatur quemquam exstare qui etiain nunc credal ib quorum praedicta cotidie videat re et eventis refelli. I, lviii, i3a Non habeo denique nauci Marsum angurem, non 4. De Divinatione, vicanos haruspices, non de circo astrologos, non Isiacos conjectores, non interprètes Fallaceni circuin, vespertinumque pererro somniorum. Cf. Horace, Sat., 1, vi, v. ii3 Saepe Forum, adsisto divinis (les devin.s, astrologues ou autres; cf. Cicéron, De Falo, VIII, i5 Chaldaeos ceterosque divinos).

3.

De

erroris

Divinatione,

.

:

!...

:

:

:

.


l’.VSTROLOGIE chez les gallo-rom uns

IJ

au nombre des superstitions druin’aurait pas man(|ué d’en parler dans le

Si l’astrologie avait été

Cicéron

diques,

quand

violent réquisitoire qu’il prononce contre les Gaulois,

plaide pour Fonteius

nations*;

des autres

les

:

guerre aux dieux

la

ont l’impiété de

ils

prétendre apaiser

de détestables sacrifices humains».

leurs propres dieux par

n’ajoute pas

Mais l’avocat de Fonteius prati(pies insensées et

aux

Gaulois font

il

qu’ils

condamnées de

aient recours

l’astrologie.

Les procédés divinatoires des Gaulois en général,

comme

ceux de Diviciac en particulier, se rapprochent de V aagurium

membre du

romain. Cicéron,

que

vait

collège des Augures,

preuve de sympathie

faire

et

ne pou-

d’estime pour ses

collègues gaulois.

augurales

pratiques

Les

nous

(îaule;

le

existaient

savons par un

depuis longtemps en

historien

latin,

à

peu près

contemporain de Tite-Live, Trogue Pompée, qui, originaire par ses ancêtres du pays des Voconces (département de

Drôme), devait bien connaître viateur de Trogue

Pompée,

les traditions gauloises. L’abré-

Justin, rapporte que, dès les

temps

plus reculés, les nations gauloises se confiaient à Vaugii-

les

dans

riiun

conjonctures

les

les

de Mediolanum par

fondation

plus graves. les

Bellovèse, vers l’an 600 avant l’ère «

la

Une

A propos de

émigrants que conduisait chrétienne^, Justin dit

partie d’entre eux, guidés par les oiseaux (car,

peuples, les Gaulois sont les plus instruits dans

les

la

la

:

de tous science

augurale), pénétrèrent jusqu'aux golfes d'illyrie, au travers des

barbares qu’ils massacraient^.

que

fait, dit

aussi

dans

pays que

le

I.

Pro Fonteio,

•J.

Pro

les les

xiii, 3 o

même

dieux leur désignaient par

les

augures^.

ipsis diis iminortalibus bella gesserunt.

Quando aliqao melu addneti deos placandos esse arbilrantar, corum aras ac Icmpla funestant, ut ne religionein quidem eolere oossint nisi

Fonteio, xiv, 3

huninnis hostiis

Tite-Live, qui raconte le

Gaulois allèrent chercher un autre séjour

Cum

:

»

i

:

eain prias seelere violarint.

3

.

yVmcdéc Thierry {Histoire des Gaulois, liv. I, chap. i) place cette expédition Goo;Th. Mommsen {Hôniische Geschichte, liv. II, chap. iv, traduction de

vers l’an

Gnerle,

l.

Il, p.

Maximin ndochc {Communication l’Académie des que soient les divergences d’opipas moins très ancienne.

i6), vers l’an ,'|Oo;

[nscriptions, 38 juillet

nion des érudits,

la

<i

187G), vers l’an 53^1. Quelles

date n’en est

IV, 2 Ex bis [Gallis] portio... lllyricos sinus, duribus avibus (nam augurandi studio Galli praeter ceteros callent), per strages barbarorum penetravit, 5 Tite-Live, V, xxxiv ...in quas dii dédissent auguriis sedes. i.

.

Justin,

XXIV,

:

:


;

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

l4

aucun auteur de l’époque de César et d’Auguste ne nous apprend qu’ils se soient occupés d’astrologie. Il semble même que c’est à litre Les Gaulois connaissaient

d’exception que

pnrtim

On

(iiiguriis,

non pas

et

les

augurai

;

druide Diviciac s’occupait de divination,

le

parlim conjectura.

vu, en elTet

l’a

l’art

d’après Timagène, ce sont les euhages

:

druides qui essaient d’interpréter

les

sublimes

nature; d’après Slrabon, ce sont

les

ovales et

mystères de

la

non pas

druides qui s'occupent des sacrifices et de

les

la

divination; enlin, Diodore* distingue nettement des druides

devins

les

oiseaux

qui prédisent l’avenir par l’observation des

(iv.xvtîiç)

(otâ xe x^ç o’uovcaxoTOaç) et

Upeiwv

x<7)v

Ousiâç),

par

les entrailles

c’est- à- dire

des victimes

par V augurium et par

mais ces devins, ces euhages, ces ovales ne

V haruspicina

s’occupent en rien d’astrologie.

A

la

cien,

du

fin

i®"^

siècle

de

l’ère

chrétienne, pour Pline l’An-

druides ne sont plus des philosophes occupés de

les

hautes spéculations, mais de simples magiciens, magi, et ce

mot

revient

comme une épithète

nyme du mot

néeessaire

druides, chaque fois qu’il est question d’eux dans

Les

y Histoire Naturelle^.

druides sont

cueillent au milieu de cérémonies

chêne,

auquel

regardent

ou comme un syno-

attribuent des

ils

le setago (sorte

des

magiciens

superstitieuses le gui

vertus souveraines

3,

qui

du qui

comme une

de mousse purgative)

panacée^, qui emploient pour rechercher l’œuf de serpent

(ovam aiiguinum), doué d’après eux de propriétés merveilleuses, toutes les fraudes coutumières aux sorciers habiles à tromper la crédulité

druides,

humaine 5. Aussi Tibère

ces

ces medici,

vates,

supprima-t-il la caste des

convaincus de pratiquer

la

magie 6. Le Père Jean Hardouin (16/16-1729), savant éditeur de V Histoire Naturelle (i685), abonde dans le sens de Pline el 1.

2

.

Diodore de

Sicile, V, xiti, 3.

Pline, N. H.,

XVI, xcv,

i

Druides (ita Galli suos appellant magos)...

:

— Cf. XXV,

Lix, etc. 3.

Pline, N. H., XVI, xcv.

4.

Pline, A^

//.,

5.

Pline, N.

II.,

XXIV, XXIX,

6.

Pline, N.

Il-,

XXX,

memoriam. Namque medicor unique.

i.xii.

xii, 2

iv,

1

:

:

lit

est

magurum

sollerlia uccultandis J'raudibus sagax.

Gallias utique [maf^ice] possedit et

Tiberii Caesaris principatus sustulit druidas

eorum

quidem ad nostram hoc genus vatum

et


.

CHEZ LES GALLO-ROMAINS

l/ ASTROLOGIE

conclut que

druides étaient des magiciens,

les

que Pline ne

pas

dit

~ des

astrologues

hoc loco druidas vates medicosque, oslendil eos

non

magos

nisi

«

:

.

même

et

Cam

— ce

vero Plinms

inagos aliterve appellat,

alibi

magice

fuisse qui ex

astrologia

el

» üliisque studiis tnedicinain exercevenl

le seul auteur Mais Pline l’Ancien est, à notre connaissance, de rigueur contre les qui atrirme que Tibère prit des mesures

empereur, d’après Suétone*, interdit les superstid’Égypte et de Judée et expulsa les mathématiciens.

druides tions

:

cet

synonyme qu’au temps de Suétone, inathemalicus est le Ce que dit l’auteur de la V7e de Tibère est d’astrologues.

On

sait

confirmé par Tacite

Annales rapportent que des sénatus-

les

;

consultes expulsèrent d’Italie, en

magiciens 3,

en l’an

et,

1

les fidèles

19,

druides qui ne pratiquaient ni

la

des rites judaïques et

magie

Égyptiens, puisqu’ils célébraient

de

ni

1

astrologie, et

Rome, comme

n’y avait pas à expulser de

les forêts

astrologues et les

les

sénatus-consultes n’intéressaient en rien les

égyptiens^'. Ces

dans

an i6,

les

les

qu

il

Juifs et les

mystères de leur culte

Gaule.

la

C’est seulement vers l’an

citoyens romains dès

/ji 5

que

le

druidisme, interdit aux fut persécuté

temps d’Auguste,

le

par

mêmes. Les druides n’étaient pas ce sont les pratiques baraccusés d’astrologie ou de magie bares (dira immanilas) de leurs sacrifices humains, déjà con-

Claude dans

Gaules

les

;

damnés

par

Cicéron

que

G,

l’empereur

Claude

prétendait

abolir".

César avait déjà interdit ces sacrifices dont 1.

Suétone, Tibère, x\xvi

les

druides étaient

Externas caerimonias, Aegyptios Jadaieosque ritus com-

;

pescuit... Expulit el mathernaticos. 2.

Aulu-Gellc, N. A.,

oportet,

3

.

malhcmalicos

Tacite, Annal.,

1,

ix, 6

:

Vulgas autem qaos gentilieio vocabulo

ChMsco^ dicere

dicit.

II,

xxxn

:

Facta

el

de mathematicis magisque Italia pellendis senatas

consulta. Il, lxxxv Actum est de sacris Aegypliis Jadaicisque pellendis, patrum consullum. factumque 5 Henri Martin, Histoire de France, t. 1 p. 229. 6. Cicéron, Pro Fonteio, xiv, 3 i. Druidarum religionem apud Gallos dirae immanitatis et 7. Suétone, Claude, xxv Les Annales ne peuvent nous lantiim ciribns siib .\tigiisto intenliclain penitus abolevit. renseigner sur cette abolition dv» druidisme; le livre VT se termine à la mort de Tibère, en 37; les livres VII-X sont perdus, et ce que nous possédons du livre XI t\.

Tacite, Annal.,

:

.

,

:

commence

à l’année 47.


l6

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

,

ministres*. Mais,

les

pour prendre

quand

le

de

la direction

proconsul dut quitter

la

guerre civile contre

les

Pompée

Sénat, les cérémonies interdites recommencèrent.

le

— s’écrie Lucain, — druides,

vous profitez de

dans votre pays pour rétablir vos

blit

abominables

sacrifices

3

!

réfugia dans les

îles.

sacre les druides de sacrés

les

les rites

En

l’an 61, G.

l’île

s’éta-

barbares et vos

de

Mona

le

druidisme, qui se

Suetonius Paulinus mas-

(Anglesey) et rase les bois

victimes étaient immolées

disme tente un dernier

Druides,

barbares de ces abomi-

ne détruisit pas

il

et

»

Claude supprima en Gaule nables sacrifices; mais

«

paix qui

la

rites

Gaules

et stérile eflbrt

3,

En

Ü8-70, le drui-

pour soulever

contre les Romains. La druidesse Velléda, jeune

fille

la

Gaule

du pays

des Bructères, sur la rive droite du Rhin, a des allures de

magicienne. Elle se tient enfermée dans une tour, au fond d’un bois, invisible

aux regards des profanes, enveloppée

de mystère. Ses parents lui les les

servent d’interprètes, reçoivent

demandes de prédiction qu’on réponses

inspirées par la

lui adresse, et

divinité.

rapportent

Tout cet

appareil,

destiné à frapper l’imagination, n’empeche pas la ruine de Civilisé.

En

l’an 70, la

pacifiée.

Gaule

complètement

était

et

définitivement

La paix romaine abolissait toute l’influence politique

des sodalicia des druides; la suppression des sacrifices avait

mis

fin à leur

importance religieuse. Dès

humains

lors, isolés et

déchus, confinés dans les campagnes arriérées qui gardent, sans les bien comprendre, les traditions du passé, réduits au rôle de sorciers de villages.

I.

César,

De Bello Gallico, VI, xvi De Bello Civili, 1, v. /|5o

Ils

ils

semblent

ne méritent plus

Et vos barbaricos ritus moremque sinistram On sait combien Lucain est ami des Sacrorum, druidae, positis repetistis ab armis! merveilles de la divination et de la magie, qu’il introduit jusqu’à l’abus dans son cpopce. 11 consacre des épisodes à la divination delphique (livre V) et à la nécromancie thessalicnne (livre VI). Dans sa longue dissertation sur les origines des crues du Nil (livre X, v. iq3-33i), Acborcus expose à César une théorie sur «les propriétés spécifiques des planètes» (Douché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 55s, note 3). Si le poète eût connu quelque chose de la i>rétendue astrologie des druides, il aurait trouvé moyen d’en parler, comme il parle des théories astrologiques du prêtre égyptien. Excisique luci saevis superstitionibus sacri; nam cruore 3. Tacite, Annales, XIV, xxx captiva adolere aras et liominum fibris consulere deos fas hahebant. Tacite, Histoires, IV, lxi, lxv; V, xxii; ixiv. 'i. 3.

l-.ucain.

;

:


i/astuologie chez les gaelü-uomains

l’honneur d’attirer sur eux

c’est

romain,

druides ne furent ni persécutés ni supprimés,

les

que nous

les

meme

et

rigueurs de l’autorité romaine.

remarque avec raison, «la meilleure

Fustel de Coulanges le

preuve que

les

17

voyons durer pendant presque tout l’Empire sans se cacher

j.

»

A

l’époque gallo-romaine,

grammaiProfessores Burdigalenses, Ausone cite deux

meilleurs d’entre eux deviennent rhéteurs ou

les

Parmi

riens.

les

hommes

issus de la race des druides. Paiera et Phoehicius.

«Encore

faut-il

que

le

nom

méprisé, pour qu’Ausone,

de druides n’ait été ni proscrit ni le fidèle

loue deux de ses maîtres d’appartenir à des

lois impériales,

on

familles druidiques; assurément là

que

nom

le

Ausone ne

a le droit de conclure de

de druides n’était pas une injure^.»

loue pas,

de Gallo-Romain,

il

constate,

non sans une

certaine ironie

druidique dont se vantaient

l’origine

rhéteur Attius Paiera, qui, peuse,

observateur des moindres

renommée

la

si

n’est point

son origine du temple de Belenus3,

tirait

et le

le

trom-

vieux

grammairien Phoehicius, ce sacristain du temple de Belenus, issu, comme on se plaisait à le dire, de la race des druides d’Armorique, mais pauvre et ses

fantaisiste

de crédit

pour

se

illustre origine

Fustel de Coulanges néglige le

souvenir un peu trop du commentaire

de Beugnot, qui prétend qu’il est «aisé de montrer

que ce culte et

druidisme]

[le

était

pour

ses ministres

une source

de puissance dans des provinces très civilisées de

Gaule, et où

le

christianisme avait cependant

progrès... Appartenir à était

obscur malgré son

fonctions sacerdotales

texte d’ Ausone

la

et

encore au

iv° siècle

fait

de grands

une race druidique,

stirps druidaruin,

un honneur, puisque

le

poète [Ausone]

place au premier rang des louanges qu’il décerne à Phoehicius

de descendre d’une pareille race... Belenus était la divinité principale de quelques cantons gaulois et occupait dans la mythologie celtique la place réservée au soleil ou à Apollon Fustel de Coulanges, Rcme Celtique, article cité, p. 43 Fustel de Coulanges, Revue Celtique, article cité, p. 44. 3 Ausone, édit. .Sclienkl, XVI, v, v. ... stirpe druidaruin satus. Si 7 fama non fait a fïdem, Beleni sacratuin diicis e templo qenus. 1.

.

2.

.

4.

:

Ausone,

édit.

Qui Beleni aediluus Aremoricae. H.

Schcnkl, X\l, 11, v. 22 !\ec reticebo senem \omine Phoebicium. opis indc lulit, Sed tamen ut placituni, Stirpe satus driiidiiin Gentil :

Ml

DE LA VILLE DE MIRMOVT.

2


i8

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDÎ

dans

romaine. Sans doute,

la religion

pas tombé dans

mépris, puisque

le

le culte le

de ce dieu n’était

vieux Plioebicius exer-

çait les fonctions à'aedilmis Dele/ii, c’est-à-dire

de sacristain du

temple de Belenus'.» Mais ces fonctions étaient peu produc-

comme

puisque,

tives,

le

remarque Corpet, qui

réfute très fine-

ment rargumentation de Beugnot, «le vieux Plioebicius fut bien heureux de quitter son temple et son Armorique et de se faire

professeur à Bordeaux, pour vivre 2.»

Mais tous

druides ne parvenaient pas à des cliaires de

les

rhétorique ou de grammaire. Ceux qui ne pouvaient aspirer

au professorat se voyaient réduits au rôle de sorciers;

ils

devenaient des

au

moment où

?nagi, ce qu’ils étaient déjà, d’après Pline,

l’auteur de V Histoire Naturelle composait son livre,

antérieurement à

l’an 79.

Les derniers renseignements qui nous sont fournis sur les druides et les druidesses

premier

siècle

par

nous montrent

philosophes, de

et

historiens

au

jiostérieurs

successeurs dégénérés de ces

les

théologiens,

ces

Timagène, Strabon

les

Diodore de

si

respectés,

dont César,

Sicile constataient et louaient

hautes spéculations métaphysiques, faisant œuvre simple-

les

ment de banale

sorcellerie

ou de divination vulgaire.

Lampride rapporte qu’une druidesse prédit, en 235 à l’empereur Alexandre Sévère sa mort prochaine^. D’après Vopiscus, ,

Aurélien consulta les druidesses pour savoir serait à ses

ne devait Claude-'.

si

l’Empire pas-

descendants; elles lui répondirent qu’aucun

être

que

plus illustre

C’est Dioclétien

même empereur

celui

des

nom

descendants de

Le

qui rapportait cette anecdote.

racontait à Païeul de Vopiscus qu’une drui-

desse bien décime, puisqu’elle tenait auberge à Tongres, ville

des Caules (dans

le

Limbourg, en Belgique),

A. licuguol, Histoire de

1.

la destruction

lui avait

prédit

du paganisme en Occident, Paris, i835,

t.

II,

p. i5o-i5a.

Gorpel, Œuvres complétés d’Ausone, Iriuluclioii nouvelle,

2.

18/12

3.

;

t.

I, I).

Lampride, Vie

serinone

:

Paris,

Panckoucke,

3i/|.

d’ Alexandre

Sévère,

i.x

« Vadas, nec victoriam speres, nec te

;

Mulier druias eunti exclaniavit Gallico

niilili tiio

credas. »

[Dioclelianus] quodam tempore Aurelianam Gallicanas consuluisse druidas, sciscitantem, ulram apud cjus posteras Imperium permaneret ? Tnm illas respondisse dixil : « IVullius clarius in re publica nomen quant Claudii poslerorum futurum. » 4.

Vopiscus,

Vie d’ Aurélien,

xliv

:

Dicebat enim


l’astrologie chez les GALLO-ROMAIAS

l’Krnpire au

19

laborieux d’une note de

moment du règlement

cabaret'.

Les Bénédiclins citent ces trois prédictions druidiques et ils en tirent la conclusion que «les superstitions fondées sur

dans

l’astrologie ont presque toujours régné la

France

Gaules

les

dans

et

»

Mais rien ne prouve que desses par

Lampride

et

sorcières qualifiées de drui-

les

Vopiscus aient eu recours à

nation astrologique pour prophétiser

Alexandre

à

l’avenir

la divi-

Sévère, à Aurélien et à Dioclétien.

Les auteurs de V Histoire Auguste donnent des détails abondants sur la faveur dont Jouissait l’astrologie auprès des

empereurs de

la

décadence. Hadrien, qui régna de

se croyait si savant

en astrologie que, dès

1

17 à i38,

i" janvier,

le

il

consignait dans ses tablettes tout ce qui devait se produire au

cours de l’année à peine

commencée

de 16 1 à 180, consultait

les astrologues-'.

régna de 198 à 21

Septime Sévère, qui

en astrologie^.

très habile

1, était

druidesses

les

Si

Marc-Aurèle, qui régna

par Alexandre

consultées

Aurélien et par Dioclétien, avaient été des auteurs de V Histoire Auguste, qui parlent

de

logie, n’auraient pas négligé

une prédiction astrologique

absolument

l’art

les

volontiers d’astro-

ait cité

et

sans

il

.serait

commen-

au futur empe-

se rapportant

publier un

reur qui devait, en 296, faire

astrologues,

mentionner;

le

étonnant que l’historien de Dioclétien taire

si

par

Sévère,

édit

proscrivant

mathématique jugé condamnable au premier

chefc.

D’autre part, à

croyances,

les

il

une époque où l’astrologie envahissait toutes n’y a évidemment rien d’impossible à ce que

Vopiscus, Vie de Namérien, \iv. Histoire littéraire de la France, t. I, partie 1 «Troisième siècle. État des lettres dans les Gaules en ce siècle,» p. 3a3. 3. Sparlien, Vie d’Hadrien, xvi Mathesim sic scire sibi visas est, ut sera kalendis januariis scripserit quod ei loto anno posset evenire. Vie d’Aelius Verus, n Fuisse eniin Hadrianum perilum inatheseos Marias Maximus usque adeo demonstral ut cuin dicat cuncla de se scisse, sic, ut omnium dierum usque ad lioram mortis futuros actus ante I

.

.

:

:

:

perscripserit. /i.

Jules Capitolin,

Vie

de

Marc

Aur'ele,

xix

:

Quod cum

ad

Clioldaeos

retülisset. 5.

.Spartien,

.

Pour

Vie de Septime Sévère,

cet édit, voir

iii

:

/pse qaoque matheseos peritissimus.

Bouché- Leclercq,

L’ Astrologie grecque,

p.

ôOC).

Marras

*


20

DU MIDI

liinLlOTllÈQUE DES UNIVEUSIXÉS

les

druides et les druidesses de la décadence aient étudié

et

pratiqué la divination astrologique, qui pouvait leur donner

moyens de

plus de profits que les autres

aucune place dans

logie n’avait eu

du

que

vrai druidisme; alors

divination. L’astro-

les disciplines

druides

les

et les

théologiques

druidesses ne

sont plus que de vulgaires devins, l’astrologie peut parfai-

tement

comme une

exploitée par eux

être

science d’impor-

grecque ou romaine, qui a pris peu à peu sa place à côté des autres procédés de sorcellerie. Mais ce n’est qu’une simple tation

vraisemblance.

11

est

prouvé que

les

druides contemporains de

Diviciac ne s’occupaient pas d’astrologie; rien ne prouve que les

druides déchus, réduits au rôle de sorciers, aient été des

astrologues.

II

Les origines grecques et romaines de l’astrologie gallo-romaine.

— L’astrologie

grecque à Marseille.

Crinas de Marseille.

— Les

réfugient dans les Gaules.

— Allusion

astrologues.

— Le

Rome

astrologues chassés de

— Favorinus l’astrologie

à

médecin astrologue

d’Arles,

dans

se

ennemi des panégyriques

les

prononcés par les rhéteurs gallo-romains. L’astrologue galloromain Caecilius Argicius Arborius, grand-père d’Ausone.

\ en

croire les Bénédictins, c’est de Marseille, où l’astrolo-

honneur au

gie était en aurait «

pu

se

i®''

de

siècle

l’ère

répandre facilement dans

le

chrétienne, qu’elle reste de la

Gaule

:

Les Marseillais égalaient les Athéniens par la profession de

toutes les sciences (Strabon,

IV, p. 123-127).

1.

particulièrement l’astrologie, la médecine,

jurisprudence, les belles-lettres

invoquée par

Pompée

partisans de seillais

I.

renoncèrent à

Strabon,

les

IV',

habitudes

I,

Gaules en ce siècle,» i.

Il

dit

guerres entre César et Pompée,

leurs

l.

philosophie, la

Strabon, dont l’autorité est

compromis dans

Histoire littéraire de la France,

des lettres dans 3.

et

les

»

cultivait

ne parle pas d’astrologie.

les Bénédictins,

simplement^ que, depuis

•.

la

On y

partie p.

I

;

i3.'i.

sa défaite, les Mar-

guerrières

«Premier

siècle

de

pour

se

l’iîglise.

lUat


;

.

^I

l’astrologie chez les gallo-romains

("poç "5

sophie

vers

la vie scientifique,

tourner vers

des médecins

Y.x\

ils

ç'.Xc

il

(jip'.TTà; y.x\ ’uTpoj;)

éloquence

1

et la philo-

eurent des sophistes

qu

n’est pas question

et ils

aient eu des astrologues.

Mais Marseille Cicéron

le dit

I,

est

reçoivent

marchandises étrangères

communication

port en

pu

logie a

les

navires qui entraient dans

directe

amenaient apparemment

temps que

mœurs en meme temps que

les :

et

fréquente

être

un

le

le

Orient

en

meme

Chaldée. L’astro-

la

article d’importation orientale; rien

prouve, tout permet de

les

1

avec

les disciplines religieuses

denrées de l’Égypte et de

les

comme

ces villes maritimes qui,

une de

ne

le

supposer.

Dans la deuxième partie du i®" siècle, nous connaissons un médecin originaire de Marseille, Grinas, qui applique «Pour agir avec plus de précaution l’astrologie à la médecine :

moins de risque dans ses remèdes, il avait joint l’étude des mathématiques et de l’astrologie à la connaissance de la médecine. C’est pourquoi Pline semble le faire auteur d’une secte et

que Il

l’on pourrait qualifier la secte des iatromathématiciens.

se réglait sur le cours des astres

dans tout ce

à ses malades, jusqu’au boire et au manger...

temps que Crinas son histoire, sous qu’il est aisé

de

lui

3

n’était plus le

monde

au

ordonnait

y avait peu de

lorsque Pline écrivait

règne de Yespasien, vers l’an 74

de juger par

la

manière dont

.

C’est ce

cet historien parle

»

.

Crinas exerçait à

Rome, comme son confrère

Charmis, qui, au dire de Pline, repente MassUia

11

qu’il

invasit.

Mais

il

marseillais

civitateni

ex eadein

avait peut-être appris l’astrologie dans

sa ville natale, à laquelle

il

resta fort attaché,

Naturette rapporte qu’il consacra

une bonne

puisque Y Histoire

partie de la fortune

acquise dans l’exercice de la médecine astrologique à rebâtir les

murs

d’enceinte de Marseille.

Cicéron,

De

fte publica,

iv, 7: Est autein maritimis urbibns etiam qiiaedam admiscentur cniin novis sermonibus ac disciplinis et importantur non merces soUim adventiciae, sed etiam mores. 2. Histoire littéraire de la France, t. I, partie I, p. 210-211 « Crinas, médecin.» Sur Crinas .Massiliensis, voir Pline, .V. IL, \\l\, v, 3 Cf. Bouché -Leclercq, L'As1.

corruptela ac demuiatio moriim

II, :

:

.

trologie grecque, p. 4 G 4 , note 2; p. 532 , note 3

astrologique,

P 517-542.

;

p.

5 G 4 , et le chapitre

sur La Médecine


22

DU MIDI

«IliLIOTllÈQUE DES UNIVEUSITÉS

D’autre

en

part,

meme

temps que

orientale

l’astrologie

pouvait, de Marseille, se répandre dans toute la Gaule, les

Rome

astrologues, chassés de

du

siècle,

par Dornitien, allaient, à

chercher un refuge dans

provin-

diverses

les

la fin

ces de l’Empire, dans la Gaule en particulier. «Vers l’an

l’empereur Dornitien publia un édit contre tous sophes, qui étaient alors en grand

nombre

voyant expulsés,

en divers

Quelques-uns

se dispersèrent

ils

se retirèrent

des Gaules et y avaient acquises u » tales

philosophes aussi,

les

[lays éloignés.

connaissances qu’ils

que parmi

sait

et

» 2,

dans

qui purent,

d’où, se

extrémités les plus occiden-

communiquèrent

On

philo-

les

Rome,

comme

se trou-

exilés

les

l’honneur de

« fit

Rome en même temps ou au même

chasser de

eux

les

astrologues auxquels Dornitien

vaient les les

dans

à

9/i,

titre

que

philosophes,

les

les

aller,

les extrémités les plus occidentales des Gaules,

communiquer

les

connaissances

qu’ils

avaient

l’un des plus savants

hommes

spéciales

acquises.

Le philosophe Favorinus, de «

son temps

»

«

qui naquit à Arles en 80 et qui devint

l’ergoteur le plus subtil de l’époque, qui exerçait volontiers

sa verve

dogmes astrologiques»^, trouva natale, avant d’aller à Rome, Içs pre-

mordante sur

peut-être dans sa ville

miers représentants de

les

la

science contre

laquelle

devait

il

diriger ses interminables polémiques.

Au

III*

siècle,

l’astrologie^,

»

l’empereur Alexandre Sévère, très versé

lui-même dans

enseigner officiellement à pétents

Rome

«

un adepte de

cette science, la

fit

par des professeurs com-

6.

« Premier siècle de l’Église. État 1. Histoire littéraire de la France, t. I, partie I Cf. Lenain de Tillemont, Histoire des lettres dans les Gaules en ce siècle, » p. i38. des Empereurs, t. If, Bruxelles, 1782, p. Ith, L’Empereur Dornitien, article xvm. 2. Bouche-Leclercq, L’Astrologie precque, p. 562. « Favorin, historien, phi3. Histoire littéraire de la France, t. 1, partie I, p. 265 losophe et orateur. » Cf. V. Brochard, article Favorinus, dans la Grande Encyclopédie, :

:

t.

XVII, p. 79. 4.

Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque,

p. 558.

— Cf.

p.

871, note

i ;

p.

578,

note 2; p. 575, note 2 ; p. 587, note i ; p. 5g5. 5. Bouclié-Leclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 55g. Matlieseos peritus ; et ita quidem ut 6. Lampride, Vie d’Alexandre Sévère, nwii Cf. ex ejus jussu Mathematici publiée proposuerint Romae ac sint professi ut docerent. Lenain de Tillemont, Histoire des Empereurs, t. III, p. 84, L’Empereur Alexandre « Lampride dit qu’il permit aux mathématiciens d’enseigner Sévère, article xiii :

:


23

l’astrologie chez les gallo-romains

Rome

Enseignée publiquement à

sous

règne d’Alexandre

le

une certaine place 222 - 235 ), l’astrologie a désormais gaulois y tout tout au dans l’éloquence olllciclle. Les rhéteurs prononcés moins des allusions discrètes dans les Panégyriques

Sévère

(

en Gaule à

la fin

du

iii“

et

pendant

le iv® siècle.

à la résidence Le Gaulois, inconnu pour nous, qui prononça Genelhliacus impériale de Trêves, en 291 ou 292, \g Panegyricus MaxiMaximiano Aiigiislo dicliis^, en l’honneur de M. Aurelius depuis mianus Hercules, que Dioclétien avait associé à l’Empire qui ont fait naître Dioclétien 286, parle des astres favorables Maximien pour le salut du genre humain 2. Dans le Panéet

de Constantius, qui, adopté par Dioclétien et nommé panégyrique procésar en 292, devait devenir auguste en 3 o 5 noncé à Trêves vers la fin de 29O, le Gaulois Eurnène, profes-

gyriqiie

,

seur à Autun, constate l’intluence bienveillante des astres sur l’humanité; mais il juge cette intluence inférieure à. celle de Dioclétien et de Constance L Ce Gaulois faisait preuve d’une profonde habileté en mettant la puissance des empereurs au-

dessus de celle des astres, qui était généralement admise par la crédulité populaire.

logues

qui

sidérales;

il

En

296, Dioclétien

proclamaient dut approuver

pouvoir absolu

le le

condamnait des

les astro-

influences

rhéteur qui soumettait ce pouvoir

à celui de la divinité impériale.

Le catastérisme, ou localisation de l’empereur parmi les astres après sa mort, se trouve déjà sous une forme purement littéraire

se

chez

demande

les

poètes du premier siècle de l’Empire, ^irgile

quelle place Auguste, devenu

un

astre

nouveau,

piiLlûlueuicnt à Rome les folles imaginations de l’astrologie judiciaire, mais il se trompe sans doute en cela. Car Ulpien dit cpie s’ils ont quelquefois enseigné publiquement, ce n’a ijoint été qu’on leur eût permis, mais par une entreprise téméraire et par une dérogation aux lois. » Voir L'Astrologie grecque, p. 55 g, note !t. Comme 187^, p. loi-iiG. 1. A. Baehrens, Peaegiyrici Lalini, Lipsiae, Teuljner, Delphini serenissimi ad usum Panegyrici veteres J. de la Banne, auteur de l’édition des (Paris, 1G7G), Baehrens attribue ce discours à un Claudiiis Mamertinus, qui ne peut être évidemment le même que le Claudius Mamertinus, consul en SGa, qui prononça

la

Graliarum aclio de consulalu suo Juliano des Panegyrici Lalini.

itnperalori, discours

également compris dans

le recueil

Genethl. Maxitniani (Baehrens),

2.

xix

:

iVascenles vos

ad spes generis humani bona

sidéra et arnica viderunl, quae vobis coiicordiain sempiternani et vestroruin geuerum carilatem.

etfovendae rei publicae studia conciliant. Panegyricus Constantio Caesari dictas (Baehrens), iv .Sed neque sol ipse neque 3 cuncta sidéra humanas res tam perpeluo lamine inluentar quam vos luemini. .

;


a4

mBUOTllKQUE DES DKIVEUSITÉS DU MIDI

noviun

choisira au milieu des constellations empressées

sidiis,

à lui Taire accueil», et Lucain espère

que Néron

plus tard possible se joindre aux astres, quand le

poste où les dieux l’ont placé sur

que

ivira il

le

aura quitté

Le poète pro-

la terre

fessionnel de l’aslrologie, Manilius, affirme que les peuples

qui habitent l’autre hémisphère sont inférieurs aux

aux peuples qui possèdent

et

d’Auguste, bonheur qui

l’astre

n’appartient qu’à notre monde. Auguste

sur notre terre;

césar

plus tard,

Au

l’autorité la plus inlluentes.

complet sur

latin le plus

la

il

gaulois

car,

;

les astres

d’accord

est

le

moment,

jouira dans le ciel

Manilius

et

un dieu plus puissant que

panégyriste

pour

siècle, l’auteur

iv'”

reur échappe à l’intluence des astres est

est,

du

de

traité

matière, Firmicus Maternus, va

plus loin que Virgile, Lucain

il

Romains

avec

:

seul, dit-il, l’empe-

de son vivant

même,

h La déclamation du les

doctrines

de

la

Mathesis, qu’elle précède de plus d’un demi-siècle.

Dans un autre discours Panecjyricüs Constaniino

officiel

Aiigusto dictas,

combinaison curieuse de l’Océan

le

d’Eumène, prononcé en 3io,

père des dieux,

la

et

de

on peut noter une

théorie homérique, qui la doctrine astrologique,

fait

de

suivant

laquelle tous les astres ont été engendrés dans les eaux exté-

du

rieures

même

ciels,

et

une théorie qui admet

titre l’influence

au

de l’hérédité et celle des astres sur la

formation du caractère d’un

venant de Constance,

à la fois et

le

homme

père qui

l’a

grâce à l'hérédité morale

:

engendré, grâce aux décrets

des astres qui Font formé, Constantin ne peut pas être cruel Virgile, Géorgiques,

1.

les vers 2.

3 1

,

.

V.

I,

v. Sa

:

Anne novum

tardis sidiis te invisihns addas ?

G.

— Cf.

33 - 35 .

Lucain, De liello Civili, I, v. ^5 ...cum, statione peracta, astra pelés seras, etc. Manilius, Aslronom. (édit. Bechert, dans le Corpus de Postgale, Londres, 1900), ...uno vincuntiir in astro Augusto, sidus nostro quod conligil orbi, Caesar nunc 38 :

/t

:

terris, post caelo,

maximus

auclor.

Materni Malheseos lihri VIII (édit. \V. Kroll et F. Skulscli, Teubner, 1897), II, xxv, 5 Solus eniin iinperalor stellaruin non snbjacet cursibus et soins On trouvera tout ce cliaiiitre est in cujasfalo slellae decernendi non habeant potestatem. de la Mathesis traduit dans L’Astrologie grecque, p. 5G7-5G8. Genitorein ilium deorum ignea caeli 5 Panegyricus Constaniino Augusto dictas, vu Iliade, XIV, v. 201 ’lixiavôv te Os&v ylviatv. .Sur la aslra refoventem... Oceanum. eaux célestes, dans les voir L’Astrologie grecque, astres théorie de la naissance des [\.

Julii

Firrnici

:

:

.

:

p. éo. G.

Panegyricus Constaniino Augusto dictus, xiv: Gratulare, Conslantine, naturae ac tuis quod te talem Constantius Plus genuerit, talein siderum décréta formarinl ut

moribus

crudelis esse

non possis.


J

3

l’astrologie chez les gallo-romains

encore, en 3io ou en 3i

Eumène prononce d’Autun qui

ville

a

au

i,

reçu de l’empereur des bienfaits

nom

de

la

nombreux

de Flnvia, une Gratiamm aclio grâces Constantino Augusto Flaviensium nomine. Cette action de

et

nom

droit de porter le

le

ne contient aucune allusion astrologique. En 3i3, un rhéteur dont le nom ne nous

mais dont nous savons

un

Constance parmi

les astres

est intéressant de le

Il

la place 2

emploient

comme

qui est

et

nous

n a à relever due à 1 empereur l’on

.

remarquer,

qui ont succédé à Eumène,

— prononce à Trêves

Panegyriciis Constantino Augusto dictus

qu’une mention banale de

pas connu,

Romain',

qu’il n’était pas

qu’il était Gaulois,

pouvons conjecturer

est

et,

panégyristes gaulois

les

Eumène lui-méme,

avant eux,

termes de la langue usuelle

et

courante

les

mots qui appartiennent au vocabulaire technique de l’aslrologie. Eumène remarquait que les décrets des astres avaient formé Constantin, sidevuni décréta fonnari/it. Boileau ne dira pas autrement

:

ne sent point du ciel l’inlluence secrète, son astre en naissant ne l’a formé poète 3.

S’il

Si

On était

sait

combien, à une époque où l’astrologie judiciaire

encore en grande faveur, l’auteur de VArt poétique et des

Satires use

fréquemment de

l’astrologie, qui avaient passé

ces

dans

métaphores empruntées à le

langage ordinaire

et

qui

Louis

monde Comme au temps de XIV, on emploie communément ces phrases toutes

faites.

Mais

étaient comprises de tout le

panégyristes semblent faire preuve d’une cer-

les

cantonner dans des lieux

taine réserve et se

compromettants. Constantinople ï.

dans

Si,

panégyrique

le

Incerti Pancgyricas Constanlino

pridem vocatus ad sidéra... 3. Boileau, Art poétique, I,

v.

5g

prononce à

Augusto dictus {l\ dans Baehrens), i: Neque enim

Incerti Panegyriciis Constantino

4 . Cf. Satires,

qu’il

janvier 362, en l’honneur de l’empereur

le

ignora quanto inferiora nostra sint ingénia Romanis. a.

communs peu

;

I,

v.

C’est

astres malins corriger l'influence.

Augusto

— Cf.

dictas,

Teuffel,

xxv

:

S

4oi, G.

Ule [divus Constantias]

jam

3-i.

par

— IX,

là v.

qu'un auteur que presse l’indigence Peut des ag Que si tous mes efforts ne peuvent réprimer

Cet ascendant malin qui nous force à rimer...

:


mnLIOTIlÈQUE DES UNIVEllSITÉS DU MIDI

Julien par qui

vient d’etre élevé au consulat, le rhéteur

il

gaulois Claudius Mainertinus le

ne craint pas de proclamer que

restaurateur du paganisme est

élevé dans le ciel pour

ans avant

dans

lui,

nonçait en 321, à

i

Bordeaux 2,

le

le salut

=*,

panégyrique de Constantin,

le

faire

allusion à la divinisation de

l’empereur Constance, père de Constantin, place pas parmi les

A

du

la lin

Borne

à

officiel,

fait

il

et

le

compatriote d’Ausone^, pro-

panégyrique de Théodose P^ Dans ce discours

profession de

monothéisme 6;

dont parle

l’orateur, est Jupiter, assisté des

au Falurn^

et à la Fortiina^.

ce dieu unique,

Parques 7, soumis

une certaine timidité

C’est avec

du pouvoir de Jupiter

place à côté

qu’il

ne

il

Latinus Pacatus Drepanius, rhéteur

iv“ siècle,

te

mais

astres/'.

de Bordeaux, collègue, ami

nonce

qu’il pro-

rhéteur Nazarius, qui fut peut-être professeur

borne à

se

un astre favorable qui s’est quarante du genre humain

et

du destin

les

influences sidérales qui s’exercent sur les conditions humaines.

On

peut,

dit-il,

ajouter foi aux affirmations des savants qui,

s’occupant avec

que

la

soin des questions naturelles,

beauté humaine de l’aspect

le

plus auguste

soutiennent tire

son

ori-

gine des cieux Cette timidité d’un orateur officiel et

ces allusions perpé-

1. Ce Claudius Mamertinus était-il Gaulois!* On l’admet généralement. Mais les Bénédictins doivent reconnaître qu’«on ne trouve nulle part en quoi pays il avait pris naissance »; ils conjecturent qu’il était « fils de l’autre orateur du même nom et, par conséquent, Gaulois de nation comme lui». (Histoire littéraire, t. 1 ", partie 11 ,

P- 299 ) 2. Claudii Mamertini Gratiarwii actio de consalatu suo Juliano Iinperatori,

qaoddam 3

.

4.

salatare

Ausone,

humano

generi sidus es

édit. Sclienkl,

XVI, xv,

5

.

G.

Ausone,

édit.

Schenkl, XX,

jam

i;

:

Quasi

v. 9.

i\azarii Panegyricus Constantino Augusto dictas, xiv

tius pater, qui... divinas expeditiones

ii

ortiis.

:

Ducebat hos, credo, Constan-

divus agitabat.

XXllI; XXVII,

i,

etc.

Latini Pacati Drepanii Panegyricus Theodosio Augusto dictas, iv

:

Saprenius

ille

reruni fabricator. 7.

Pacati Panegyr., xviii: Hli majestatis tuae participi

deo ferunlur assistere Fata

cuin tabulis.

Pacati Panegyr., viii ...doua Fatoruin; xi Ilactenus distulere Fata; xv Duplex... anus ex judicio, alter ex Fato. Neque... gloria... adscribenda Fortunae; xxiii At quantos g. Pacati Panegyr., xi parturiebat Fortuna motus! xlh Aon habuit rationem fuisse Fortunam. 8.

:

;

:

dilectus,

:

:

:

10.

Pacati Panegyr.,

momenta causarum

vi

:

Non

frustra plane

opinione

sapienlium,

qui

nalaralium

subtilius sciscitati arcanis caelestibus nobiles curas intulerunt, augus-

üssima quaeque species pluriinum creditur trahere de caelo.


27

l’astrologie chez les gallo-romains

meme

temps, s’expliquent en tuelles et banales à l’astrologie siècle l’astrologie est a la fois si l’on fait attention qu’au iv“ croyance universelle de

l’objet d’une

gallo-romaines

et

part des populations

la

de condamnations sévères de

de

part

la

n’est plus enseibautorité impériale. La science astrologique

au temps d’Vlcxandrc Sévère;

comme

gnée publiquement,

elle, et cette persédes lois prohibitives sont dirigées contre populaire pour celte cution ne fait que surexciter le zèle

science interdite.

empereurs Les Bénédictins expliquent bien la conduite des vérité », du IV" siècle à l’endroit d’une doctrine «ennemie de la mais

répandue dans toutes

très

surtout dans les Gaules «

régions de

les

Empiic

et

:

Nous avons observé

que

ailleurs

sur l’astrologie, toujours ennemies

enracinées dans

1

les superstitions

fondées

la vérité, étaient foit

de

Gaules. Constantin, voulant les deliuiie

les

peu à peu, comme un mai 3 ig {Cod. Theod.,

paganisme,

reste de 9,

t.

16,

l.

i,

fit

une

loi le

i

p. ii 4 )pour défendre,

5 de

sous

de très grièves peines, de consulter les aruspiccs dans aucune maison particulière, ne le permettant que dans les lieux publics.

L’empereur Constance, son

loin par

deux autres

lois très

alla

fils,

beaucoup plus

sévères, qui tendaient à abolir

entièrement toutes ces superstitions

(

1

.

4

,

P-

P-

La première, qui est du 25 de juillet 357, condamne au dernier supplice ceux qui auraient consulté les augures, les aruspices et quelque autre sorte de devins. Par l’autre loi, qui est en date du

que

les

ment

i

3 de juillet de l’année suivante.

magiciens,

les

Constance déclare

astrologues, les augures, et générale-

tous ceux qui se mêlent de deviner, doivent être regardés

comme ennemis du qui se trouveront à

gardés

comme

genre humain, la

loi

cour d’un prince pourraient être

I,

(l.

10).

étant à Trêves, en 370,

pour ordonner de

ciens. Toutefois,

que ceux de ce métier

criminels de lèse-majestc

l’empereur Valentinien

une autre

et

malgré des

faire le

lois

re-

De même,

lit

à son tour

procès à tous les magi-

aussi rigonrenses,

il

ne fut

pas possible de déraciner entièrement ces sottes superstitions, tant nos Gaulois y étaient attachés. C’est pourquoi

Valenti-


^8

UIULIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

nien fut obligé d’excepter de son ordonnance

de condamner abso-

pices, qu’il déclare n’avoir pas dessein

lument

Dans

*

.

»

les divers édits

de tout ordre,

magiciens

qui frappent indistinctement les devins

les astrologues sont visés.

remarque avec raison blant ou remplaçant Les

u

:

«

comme

le

dou-

de Chaldéens, c’est-à-dire

l’appellation

»

mais

Longtemps

elles étaient vaines.

avant l’époque de Constantin :

M. Bouché-Leclercq

Les mathematici figurent

lois étaient sévères,

constaté

des arus-

l’art

et

de Théodose, Horace l’avait

A quoi servent les lois, sans les mœurs 3?»

Les mœurs

populaires recherchaient les consultations astrologiques proscrites

par

les

lois.

Les

étaient d’autant plus en

astrologues

faveur qu’ils devaient se cacher.

«

En

raison

du risque couru,

taxaient sans doute à plus haut prix leurs leçons

ils

charme du

fruit

défendu

attirait les

néophytes,

^. »

Le

et les bénéfices

des consultations et de l’enseignement attachaient les astrolo-

gues à l’exercice d’une profession plus lucrative, en somme,

que dangereuse.

Cependant Beugnot doit exagérer quand

il

dit

sion d’astrologue, de devin ou de sorcier était

:

La profes-

«

si

productive

dignes d’une meilleure

qu’une foule de personnes instruites

et

vie l’embrassaient avec

aussi n’existait-il pas

confiance;

bourg, pas un village qui n’eût son devin cité à l’appui

»

Aucun

un

texte n’est

de cette affirmation. Nous ne connaissons qu’un

seul astrologue gallo-romain

du

siècle,

ni'’

Arborius, grand-père du poète Ausone.

Cæcilius Argicius

« 11

6

savait fort bien

l’astronomie, ce qui suppose la connaissance des mathématiques, et se mêlait aussi de l’astrologie judiciaire. Mais

il

discrétion de ne s’y appliquer qu’en son particulier. tiré

I.

avait la Il

avait

l’horoscope d’Ausone, qu’il craignait de montrer et qui Histoire littéraire de la France,

Gaules en ce

t.

I,

partie II: «

Quatrième

siècle

de l’Église.

État des lettres dans 3 liouché-Leclorcq, L’Astrologie grecque, p. 566. Quid leges, sine moribus, Vanae proficiunl? 3. Horace, Odes, 111, xxiv, v. 35 Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 569 note 3. /(. les

siècle, » p. 5.

.

:

,

5. 6.

et

Beugnot, Histoire de la destruction du paganisme en Occident, t. I, p. a/i3. Les manusccrits donnent /Irÿicius ou Arsicius. Saumaisc a conjecturé Agricius,

Mommsen

Agrycius.


.

39

l’astrologie chez les gallo-romains

demeuré cache sans

serait

qui sut

le

découvrir

l’industrie de la

mère de ce poète

i. »

Ausone que nous connaissons Argicius. Le petit^ une biographie émue de ce fils a tracé dans ses Pavenlalia que le grand-père, issu d’une noble famille du pays des IJaedui, malheur des temps força de chercher un refuge dans une ville C’est par

du sud-ouest de M. Jullian

la

fait,

Gaule, Aqaae Tarbellae (D^x)

nomme

l’astrologue, qu’il

portrait de

figure volontiers

un

d’après le texte d’Ausone,

Agricius

vivant

très :

me

Je

«

le

des derniers représentants de cette

comme un

de cette discipline hiéralique qui dominaient en Gaule au moment de la conquête. Sous le règne des empereurs gallo-romains, de Yictorinus et de Tétricus, Agrinoblesse sacerdotale

et

mêla beaucoup trop à

cius se

dépouillé de ses biens, proscrit.

mité de

Gaule, à Dax, où

la

tion devint

si

il

politique

la

militante.

11

fut

dut s’exiler à l’autre extré-

Il

vécut assez misérable. Sa situa-

pénible que, pour gagner quelque argent,

il

dut,

cette haute science relimettre à profit sa science, gieuse qui avait jadis rendu sa nation si célèbre et que les

paraît-il,

prostituaient alors sournoisement dans

derniers des druides les

campagnes

faubourgs.

et les

Il

fit

comme eux

:

devint

il

astrologue et sorcier. Beaucoup de ces nobles et de ces prêtres, qui,

du temps d’Ambiorix ou de Vercingétorix, eussent

été les

arbitres des nations et les ministres autorisés des dieux de la patrie, vivaient à l’ombre, et, loin des regards jaloux

du gou-

bonne aventure, à vendre d’étranges recettes et à consulter les étoiles. A la souveraineté politique avait succédé pour eux une mystérieuse

vernement romain,

popularité de carrefours 3.

M. Jullian «

un centre

foyer «

fait

à dire la

travaillaient

»

observer que

littéraire

le

pays d’origine d’Agriciiis

de premier

de druidisme».

ordre, peut-être

était

un ardent

semble donner à entendre que ce

Il

représentant de la noblesse sacerdotale et de la discipline hié-

ratique I.

»

appartenait à la race des druides. Mais, on

Histoire littéraire de la France,

l.

I,

partie

II

Arbore astronome

3.

Ausone,

édit.

SchenkI, XV, vi;

cf.

XV I,

xvii.

Jullian, Ausone et Bordeaux, Bordeaux,

Gounouilhou,

vu,

et philosophe, »

p. 58-5g. 3. G.

l’a

i8g3, p. lo.


,

3o

InnLIOTHÈQUE DES UMVEnSITÉS DU MIDI

A.usonc rappelle expressément que les professeurs Paiera et Phoebiciiis étaient slirpe druidarum

de

faire la

même

sali. Il

ne manquerait pas

constatation à propos de son grand-père,

s’il

possédait le moindre indice d’une semblable origine. La pièce

des Pare/dnlia quité du

nom

consacrée à Argicius Arborius célèbre

et

delà race de

l’aïeul

*

l’anti-

ne fait aucune allusion

;elle

aux druides qui auraient porté ce nom et illustré cette race. Ausone ne dit pas où et comment son grand-père apprit

la

nombres célestes et des astres arbitres du destin 2 L'astrologue de Dax pratiquait sa science avec profit, mais en

science des

SC

.

cacbant (dissimulanier)

secrets à son

fils

et

Arborius

:

il

ne

tint

celui-ci

pas à en transmettre les se tourna vers la rbélo-

rique qui procurait autant de profit et plus d’estime que trologie.

sans aucun

C’est

fondement que

veulent faire de ce rhéteur un astrologue

— Ausone loue

disent-ils,

:

parent et

comme

Outre l’éloquence,

mémoire,

Le poète honore à double

3. »

rhéteur

Bénédictins

encore en notre rhéteur l’érudi-

tion, la vivacité de l’esprit, la beauté de la

de l’astrologie

«

les

l’as-

la

titre,

science

comme

l’oncle qui avait été son profes-

seur; mais, dans aucune de ces deux pièces,

science astrologique d’Aemilius

il

ne parle de

Magnus Arborius

simplement que Fonde prédit à son neveu

:

il

la

rappelle

qu’il serait la gloire

de sa famille, prédiction qui devait s’inscrire au livre des des-

Tu pour mes

d’Ausone

tins

pour

toi,

:

«

déclarais que je -serais

parents.

des paroles qui devaient être

une

gloire illustre

En t’exprimant ainsi, tu as dicté inscrites dans mes destins 5, » Ces

vers des Parenlalia sont une simple allusion à la cérémonie qui se célébrait le

On

lui

pour

neuvième jour après

donnait alors

lui les

le

nom

la

naissance de l’enfant.

qu’il devait porter,

Parques qui devaient

faire

on invoquait

son destin. Arborius,

frappé des brillantes dispositions du petit élève qui lui a été 1. Ausone, olexum mullas 2. Ausone,

Schenkl, XV, domus. édit. Schenkl, XV, édit.

vi, v.

3

:

llaeduico ductum de stemmalc noincn,

Com-

nobililate

vi, v. 17 Ta caeli numéros et conscia sidéra Fati Calstudium dissimulanter agens. 3 Histoire littéraire de la France^ t. I, partie 11 « Arbore rhéteur, » p. g8. 4. Ausone, édit. Schenkl, XV, v; XVl, xvn. 5 . Ausone, édit. Schenkl, XV, v, v. 21 : Me tibi, me palribus clarum decus esse professas Dictasti Fatis verba nolanda meis. :

lebas, .

:


3i

l’astrologie chez les gallo-romains

conüé, se substitue à Jupiter; il dicte, a la place du dieu, Taveuir de l’enraiit aux Parques qui, dociles à sa voix, 1 inscrivent sur

C

des destinées

l'on ne doit trouver

où et

le livre

que

est

une

preuve de

la

des précoces succès du neveu.

11

1

fiction de rheteui

atlection de

1

oncle

n’y a pas lieu d en tirer la

conclusion qu’Arborius était astrologue. Vinet, qui prend tout au pied de la lettre, croit 'a une prédiction faite suivant les pratiques de l'astrologie, et

il

dit bien à tort

péri tus fuit Aemilius Arborius.

«

:

Matheseos ergo

»

Le rbéteur Arborius n’était pas plus astrologue que d’Ausone,lc médecin Julius Ausonius, n’exerçait

matique à son

fils le

ment

la iatromatlié-

manière du Marseillais Grinas. C’est uniquement, dit bien, par sa profonde science et par son dévouela

que

à scs malades

Sept Sages dont vie des

père

le

hommes

il

cet

homme

de bien, comparable aux

pratiquait la doctrine, réussit à prolonger la

et à retarder le

terme

fatal

a.

Caecilius Argicius Arborius est le seul des parents d’Ausone

connus de nous qui

ment

à

Autun,

ait

pratiqué l’astrologie. C’est apparem-

ville d’Université

où s’enseignaient toutes

disciplines grecques et latines, qu’il se

fit

les

initier à cette science

divinatoire dont la pratique, pendant les jours de proscription, devait lui permettre de

famille. SC

lit

gagner son pain

et celui

de sa

Le descendant delà noble famille du pays des Héduens

astrologue professionnel à Dax, comme les gentilshommes

émigrés se faisaient, pendant

la

Révolu lion, maîtres à danser

en Allemagne ou en Angleterre. Ce druidique, puisque

le

n’était pas

une astrologie

druidisme n’a jamais connu l’astrologie,

mais bien l’astrologie gréco-romaine, étudiée par curiosité à Autun, que Caecilius Argicius Arborius

allait

pratiquer dans

le

sud-ouest de la Gaule, vers l’an 270. 1. On a vu que le collègue et ami d’.Ausone Lalinus Pacalus Dropanius, dans son Panégyrique de Theodose, reprcsenle Jupiter assisté des Parques qui rédigent, sous

sa direction, les tabulae 2

.

Ausone,

édit.

medendi Porrigere

et

du

destin.

Schenkl,

W,

ni.

Cf. v. i3

fatis amplijîcare moras.

:

Praeditus

et vilas

hominum

ratione


32

lîIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

III

Ausone

et l’astrologie.

Caecilius Arborius Argicius estima dangereux d’initier son

aux pratiques de

petit lils

mère que

sa

le

l’astrologie. C’est

apparemment par

poète Ausone apprit l’horoscope qui

le

nait et qui avait été établi par le vieil astrologue.

naissais,» dit

il,

dans

la

concer-

Tu con-

«

pièce des Parenlalia consacrée à la

mémoire de Gaecilus Arborius Argicius, « tu connaissais les nombres célestes et les astres conscients de la destinée; mais tu pratiquais cette science en secret. le

ma

mystère de

vie

ne

t’était

La formule qui contenait

Tu

pas inconnue.

l’avais inscrite

sur des tablettes scellées et tu ne la révélas jamais. Mais la tendresse soucieuse d’une mère découvrit ce que cachait

la

soucieuse prudence d'un grand-père timide*.»

Ausone ne nous donne pas le texte de la formula. C’est par une simple conjecture que Gorpet peut dire « Bon vieillard qui allait lire dans les astres ce que tout le monde pouvait lire dans Juvénal car il paraît que l’étoile avait promis une des!

:

;

tinée brillante et qu’elle était d’accord avec ce vers

rique

:

SiFortuna

volet, fies

s’accomplit à la lettre Mais,

de rhelore consuF

tira

sati

— prédiction qui

»

quand Ausone naquit

Arborius

,

du

à Bordeaux, vers 3 oq,

l’horoscope de son

petit-fils, il

turer que ce petit-fils deviendrait rhéteur;

quand

ne pouvait conjec-

quand Arborius,

âgé de quatre-vingt-dix ans, mourut vers Sèy,

il

ne pouvait se

douter qu' Ausone, grammairien, puis rhéteur à l’Université de

Bordeaux depuis 335, deviendrait de rhéteur, consul. C’est en 365 que l’empereur Valentinien appela le rhéteur de Bordeaux I.

Ausone,

édit.

Schenkl, XV, vi, y. 17 Ta cxli numéros et conscia skiera fati Callebas, studium dissinuilanter agens. Aon kjnota tibi noslrae quoque formula vitae, :

Signalis qiiam tu condideras tabiiüs,

Prodila non unqiiam, sed malris cura retexil, Sedula quod limidi cura tegebat avi, a.

3.

Juvénal, Sal., VII, v. 197. Gorpet, ouvr. cité, t. I, Notice sur Ausone, p.

5.


33

[,’astuologie cm:z les gallo-uomalns

en sa résidence impériale de Trêves, pour de son

le

fils,

lui confier

l’éducalion

césar Gralien. Le préceptorat d’Ausone, d’abord

professeur de grammaire, puis professeur de rhétorique, dure

jusqu’en 376, année de la mort de Valentinien et de Tavènement de Gratien. C’est seulement en 879 que l’ancien précepteur de l’empereur devient consul

l’astrologie avait peut-être

;

permis à

Caecilius Arborius Argicius de lire ce consulat dans les étoiles;

dans Juvénal. Et quand

rien ne lui donnait le droit de le lire

astrologue mourut, en 357^

vieil

le

le

rhéteur Ausone, qui n’était

pas consul, mais simplement décurion, c’est-à-dire conseiller

municipal de Bordeaux, position assurément

mais qui n’a que des rapports lointains avec

— avait Rome

consul de

A

la fin

confondu, dans avec

le

astrologue

du

les étoiles, la sella curulis

commeucement de septembre

consul Ausone prononce dans

une action de grâces où

il

le

379,

le

consistoire de l’empereur

épuise toutes

de l’adulation. Mais,

et

consulat, était

modeste siège du décurion de Bordeaux.

d’août ou au

reconnaissance

le

— véritable

en droit de penser que son grand-père gascon

fort lionorable,

il

les

formules de

faut le

la

remarquer,

dans ce Panégyrique de Gratien, nous ne trouvons aucune de

que nous avons relevées dans les divers Panégyriques, œuvres des rhéteurs gallo-romains. La

ces allusions à l’astrologie

de Valentinien, portée à Trêves en 870, condamnait toute espèce de sciences occultes. L’asirologic ne devait plus avoir

loi

dans une

olficiclle Gratiaruni Aclio

par exemple, dans

Eumène en

[)ar

plus dans la l’an 369,

le

la

place qu’elle occupait,

Panégyrique de Constantin, prononcé

ne devait pas être invoquée non poésie de cour. Pendant son préceptorat, vers 3 10. Elle

Ausone compose La

Moselle',

pour célébrer

les vic-

toires de l’empereur Valentinien sur les

Alamanni. Ce poème obtient un merveilleux succès à Trêves, dans le monde olficiel. Symmaque compare aux meilleures œuvres de Virgile ces vers divins, qui volent dans les mains de

dans

les plis

Pour

1.

la

beaucoup d'hommes,

de beaucoup de toges V Mais

date de La Moselle, voir

ma

thèse,

De

le

poète

s’est

bien

Àiisoiüi Mosslla, Paris, Hachette,

1892, p. 24. 2.

Symmaqtic,

Episl.,

I,

xiv

:

1

olilul

luus Mosella

per manus sinusque niiiUorum,

divinis a te versibus consecralus. U.

DE LA MLLE DE MIRMOAT.

3


.

lilHLlUllltQUE DES

LMNEHSITÉS DL MIDI

gardé d’y parler de rinnuence des astres sur riiumanité;

et

ment

par ce développement où

dans

offerte

cependant l’occasion

vie privée,

la

brer la gloire des

il

naturelle-

était

annonce que, rentré

il

consacrera ses dernières années à célé-

[)lus illustres

ne chanterai-je pas alors?

(^)ui

en

lui

de

aflaires

les

de ses contemporains

...[Je dirai] cet

homme,

du monde, Rome, son peuple et aux premiers de l’Empire, son nom, cependant,

:

enfin, qui

a administré la capitale

scs sénateurs:

égal

n’était

premier; mais

la

Fortune se hâte de réparer son erreur,

et,

pas

le

complé-

tant les distinctions qu’il a à peine efUcurées, elle l’élèvera réellement,

comme

elle le doit,

au

de ces honneurs qui reviendront un jour

faîte

descendance

à sa noble

domine

C’est la Fortüna, ce ne sont pas les astres, qui

la

carrière de ce personnage mystérieux qui a tellement intrigué

commentateurs de La

les

démontrer % Ausone

le

fait

comme

j’ai

des baruspices et les procédés

prédictions

occultes avaient

sciences

aux charges

les

plus hautes

non

l’inlluence des astres, et

essayé de

allusion à Maximinus, vicaire

Rome, personnage de basse condition

Préfet de

diverses

Moselle. Si,

annoncé

de l’Empire celle

de

dans un poème en quelque sorte

olFiciel,

divinatoires qu’il

les

des

s’élèverait

mention de

la

Fortune, était tout

la

indiquée; mais, au temps de Valentinien,

à qui

du

il

n’était

pas permis,

de parler du jiouvoir

de l’astrologie.

Par contre, dans

un

à

les

cercle de lettrés,

([uentes,

poèmes intimes qu’Ausone les

prouvent bien que

impériales avait de

destinait

allusions astrologiques, très fréla

science proscrite par les lois

nombreux adhérents parmi

les

hommes

du monde, et que les érudits comprenaieni, peut-être sans y ajouter une foi entière, toutes les allusions dont elle était l’objet.

Avant

d’être aj)pelé

l’éducation 1.

]).

de

Gratien,

alors

qu’il

était

faire

encore professeur

Mosella, v. 3g(), iog-'ti/l. mon edition do La MoseUf, Bordeaux, Gouiioiiilliou, i8Sg, Cominenlaitr,

2

.

Voir

I

I

(i-I 2 2.

3.

de

au palais impérial de Trêves pour

\'oir Lonaiii <lo

XXIV.

Ammicn

Tilloinoid, liisloirr des Empereurs Marcellin, livre WVlll.

f

l’empei'eilr

Valeuliiiicn, arli-


iAvstuülogiiî

à

ucs GAt.i,ü-uo.>l

ciiiii

Bordeaux, Ausonc comj)o^ait un

lotius

did negolhun

traduit Corpet,

songes

viennent

([ui

Eplieinrris,

[)OtMiic,

l’emploi de toute la journée,

«

35

\l.\s

o

id

e.sl

— comme

s’exprime en ces termes à propos des

il

le visiter la nuit,

pendant son sommeil,

après les diverses occupations qui ont rempli les heures du

jour

:

mondes obliques du

Fuyez, songes mauvais, vers ces

de

souille

lunaires

tempête disperse

la

nuées errantes. Habitez

les

ciel

le

pcMes

les

2 ...

Lune sur les songes était admise par les astrologues La Lune surtout pouvait faire dévier ou arrêter au passage les signes révélateurs, lléphestion de Thèbes a un L’action de

la

((

:

’Ev

(“ha[)itre

Tzix'.q

[lire

r,[J.ipx:

i/.r/)îtç

Eî/.r,'//,;

r?;;

i,[j.ipx'.:\

CVÎ'.

Ln an environ

après

ta com[)(^sition

ami Symmaque

adressait à son

poème de quatre-vingt-dix de [)uériles

trois Sirènes et aussi ri/ius).

vers hexamètres où sont énumérées

de

la trinité il

chrétienne

en

est

Il

«

Tria obscrvanlur

dislanlia et conslelddio.

dans

I.

a.

toute

A11S0113,

nuUa

ta

phrase

:

Pciper, Praefatio, Ejihemeride mentio.

Ausoiie, ôdit. Schcnkl, IV, vu,

per obliguos

/’//

Lunares

.

1res

drus

a rapport à

astris, situs scilicet :

«

Trois choses

distance et la forme.

le

sens du

mot

triplex,

v.

caeli,

i.wwv

p.

34

:

»

ne

qui doit

Ephemeris Burdigala;

;

mala somnia, mundos,

Irrequiela vagi qua difflanl nubila nimbi,

4

;

Triplex siderilms posilas, triplex di-

»3Jit.

in

Ile

.3.

88

interprétation et cette traduction

celte

rendent pas assez fidèlejnent

...p(datii

forma -K

Corpet traduit

»

les astres: la position, la

me semble que

dominer

trois.

:

SoLicbay interprète:

à observer

(v.

une qui

Triplex sideri/ms posilas, dislanlia,

eorum,

nombre

le

Hécate, des trois Grâces, des

triple

la

Parmi ces énigmes,

l’astrologie

Griphus Ter/iarii Nameri,

laborieuses énigmes sur

et

y est question de

11

le

de VEphrrneris, Ausonc

liabilate polos...

liouclié-Lcclcrcq, L’Astrologie grecque, p. Go4, note a. -Vusoiic, édit. Sclienkl. \X\I, ii, Griphus Ternarii \umeri,

v.

scripla

:


3G

lUnMOTIIKQUE DES U.MVERSITÉS DU MIDI

slanlia, triplex

de

n’y a aucune énigme, aucune espèce

II

à constater qu’il faut observer dans les

Yptçcç,

astres la

la

distance et la forme. L’énigme consiste à établir

que sont

cette triple position, cette triple distance et cette

])Osition,

ce

formai

forme.

triple

\inet admet ([u’un astre peut avoir trois positions, suivant ([ii’il

se trouve à l’intérieur,

La f|ueslion du posilus dans

Leclercq

Rapports des

paux de

«

sidci'urn

chapitre

le

planètes

VIII

entre

de son Astrologie

terre

la

dépend de

la

spécialement sur

et

que

l’homme. Cette

:

de

telle sorte qu’elle

comme

quantité

qualité, par les influences concourantes, et peut

même

et

être

» 3.

D’après Vinet, que suit Scaliger, la

les astres

position des astres, soit par rapport à la

nécessairement complexe, modifiée,

intervertie

grecque,

L’un des dogmes princi-

elles.

Terre, soit par rapport aux autres astres est

par M. Bouclié-

est étudiée

l’astrologie est la croyance à l’action

exercent sur action

au deçà ou au delà du Zodiaque ».

les

trois distances

sont

;

longitude, qui se compte à partir de la première étoile du

Bélier^; la latitude, à partir de l’écliptique;

du

à partir

déclinaison,

la

cercle équinoxial.

Les trois formes, enfin, seraient, d’après Vinet

:

sphérique, attribuée par les stoïciens aux astres,

la

forme

la

forme

conic[ue (théorie de Cléanthe) et la forme de clous fixés à la

du

voûte

de

entend

les constellations

(;;.:pf<;,

cristal

aopscoj'.;,

cette explication

d’Anaximène).

Scaliger

dont l’ensemble constitue une Jornia

àaTsp-.qj.éç)

aucune forme {quae

(théorie

ciel

et celles

dont l’ensemble ne donne

imllain constituiud forniam, ip.spswTci).

ne s’applique qu’à une forma duplex

et

Mais

non

qui accompagne son édition d’Ausonc, Griphus hic non minus mihi obscurus quam I)rior... Adjcctivum triplex ad dislantiani, formain et modum acque referendum puto. Vinet cite ici modus à côté de posilus, distantia, forma, parce qu’il lisait Triplex sideribus posilus, distantia, forma El modus. Depuis Tollius, les éditeurs mettent avec raison un point devant Et modus, mots qui appartiennent à la phrase suivante. 1.

il

Vinet

l’a

bien vu. Dans

le Cointnenlnrius

écrit (382,1)): Triplex sideribus posilus.

:

Primum enim sidéra sic a posilu dividunt ut alia in 2. Vinet, Commentarius, 382, I) Zodiaco sila dicant, alia eilra, alia ultra Zodiacum. S. Ilouché-Leclercq, L'Astrologie grecque, p. 87. h. On sait que, dans les doctrines astrologiques, le Bélier est xspa),-}) toj xodji'ej. Voir Bouché-Lcclcrc(t, L’Astrologie grecque, p. 129-100; p. i 3 i, n. i; p. i 5 G; p. i 85 n. 3 ; p. 19C), n. i et 3 p. 197 p. 237 p. 261 p. 319 p. 33 i ; p. 353 u. 2, etc. :

,

;

;

;

;

;

,


l’astuologie chez les gveeo-komuns ù

une forma

simple. à Il

suffît

Le système de Vinet semble

triplex.

le

plus

nous appartient pas de chereber énigmes posées par Ausone dans son Griphus.

Au demeurant,

résoudre

37

les

il

iie

de constater que l’énoncé de l'énigme astrologique

dont nous nous occupons prouve (pie le vocabulaire astrologique était également connu d’Ausone et de Symmaque,

Lun des représentants les plus distingués de la société lettrée de la lin du iV siècle. Le poète érudit pouvait adresser à son ami, avec l’espoir d’etre compris, cette énigme (3Ù il est (|uestion de la triple jiosilion, de la triple distance et de la

forme des

triple

Cette

astres.

énigme

dans

est suivie,

Ternarii Numeri,

Griphu.'i

le

par une autre qui a également rapport à l’astrologie Et modus

Y. 7O.

Mixta

et

libris,

genetrix

modaloram musica

mode dans

la

musique;

elle-même, mère des modes, est mixte dans

sont

les astres, :

mode

le

musique

la

livres,

a

— dans

ulgarisée dans les théâtres.

dorien,

le

mode

lydien et

mixte, en puissance et

est

triplex

la partition

est

elle

le

à l’acte,

du

livre

muet

musique des Dans

(jualité

le

mode

non en notée;

l’emiiereur, les

fait

les théories

devient

elle la

puissance

elle est il

est

lettre d'envoi, évite

d’examiner

Mais

il

six pièces d’or.

d’écrire en

si

platoniciennes*.

les

jiarvenir à ürsulus,

Ce sont

;

acte dans les

chargé,

pétitions

en sa

adressées

à

grammairien de Trêves,

étrennes que Valentinien avait oublié de lui donner

i" janvier.

six.

jibrygien

musique dont

courant de l’année 376, Ausone,

de questeur,

modes

Les trois

»

inconnue aux hommes, quand

sjihères célestes, cette

souvent question dans

musique

à l’exécution, elle est jouée au théâtre.

Elle est secrète, elle est la

la

les livres, secrète

possession du vulgaire quand, passant de

la

:

sécréta astris, vulgata theatris.

Je traduirais: ((Un triple

dans

:

le

Ausone, dans une longue

toutes lettres ce

nombre de

l’indique par des allusions pédantes (|ui rappellent

I. Voir Rouché-Leclercq, L’ Astrologie grecque, p. a5; p. ii'i, n. i ; p. i5o, n. i. Vinet renvoie au Commentaire de Macrobe sur le Songe de Scipion. Macrobe, en elTcl, donne un long développement sur 1e Concentir, effectus motu caelesliiim corpnnim (Commenlarius, 11, i).


38 le

Ternurii Numerl.

Grij)liu.s

Muses moins

celui des

homérique,

8

Le nombre de ces

trois,

i)hilippi

celui des pieds de

etc.; celui, enfin, des signes

vers la terre V.

dmveusiïks ou midi

WIHLIOTMliQLt: m;s

>

esl

l’hexamètre

du Zodiaque tournés

:

Quoique super lerrani sidéra Zodiaci.

.

est évident,

Il

signes terre

comme

Vinet

le fait

observer, que, des douze

du Zodiaque, six doivent toujours être tournés vers la Le grammairien de Trêves était assez au courant des

questions astrologiques pour

deviner

d’or pour aider son intelligence

devenu questeur, voulait

— avec

— ce que

lui faire

le

six

les

pièces

rhéteur bordelais,

comprendre.

D’autres correspondants d’Ausone,

moins érudits que

grammairien de Trêves, devinent cependant

ces allusions astro-

logiques, qui semblent appartenir à la conversation

des honnêtes gens de l’époque. Tel est

le

le

commune

cas de Tliéon

que

un portrait vivement tracé, dépeint comme « une espèce de gentilhomme campagnard, retiré dans un château sauvage du Médoc, chasseur, traficant, laboureur, s’enrichissant Corpet, dans

par tous

les

moyens,

misère; en outre,

et

et,

comme

coup de prétentions au vers

ou

les faisant faire

rire à ses

malgré

mais

par un autre,

et surtout faisant

il

belles huîtres qu’il a reçues de

se plaint de leur petit

lui a

nombre. Et

les

Ausone, allusion à

donne

il

et

envoyé seulement trente huîtres

pliées par trois, autant

une

bien

dépens

autant que forment

I.

beau-

parlant poésie, faisant des

dre par toute une série de devinettes puériles

son ami

toujours criant

et

cela ne coûte rien, ayant

bel-esprit,

Ausone remercie Théon des lui;

cela, avare

:

à enten-

pédantes que il

y en avait

dix années de la guerre de Troie multi-

que Priam eut d’enfants,

édit. Schcnkl, Epist., XVIII, v. 5

:

...regale

si

du nombre

nomisma Philippos.

une expression bien connue d’Horace, qui s’appliquait aux

— C’est

pièces d’or

à l’effigie de Philippe données par Alexandre au poète Choerilos, regale nomisma

Philippos (Horace, Epist., H, i, v. ï 34 ). a. Voir Bouclié-Leclercq, L' Astrologie grecque, chap. V,

La route des planète.s ou anciens éditeurs d’Ausone imprimaient un petit poème. De Signis Caelestibus, description des douze signes du Zodiaque, qui n’est pas l’œuvre du poète. Peiper l’admet encore, à la fin de son édition (p. /iia-'itS), parmi les IncerZodiaque, p. ia/i-157.

— Les

torum olim cum Ausonianis édita. 3 Corpet, t. H, p. 422, n. 2. .


.

cm:/ ils gallo-uomains

l.’.VSTUOLOGlli

on retranche deux

total

dizaines,

«

•^9

autant qu’il laut de jours

a

autant Titan pour parcourir cliacun des signes du Zodiaque, pour parcourir qu’il faut d’années à l’astre sublime de Phaenon sa carrière

»

En astrologie. Titan est un des noms du Soleil ^ et Phénon, ou Phaenon (‘î>a(vojv), un synonyme de la planète Saturne. D’après

astrologues,

les

surnom de

linsa/it

contre toute vraisemblance,

et

« le

qui paraît être un euphémisme^,

(oxtvoiv),

ce mot, qui est bien grec, serait

le

»

Égyptiens

nom donné par les

un synonyme astrologique de Saturne et Théon est assez érudit pour ne pas l’ignorer. Même dans ses prières, Ausone est obsédé par le souvenir des doctrines astrologiques. En 367, le nouveau précepteur du

à Saturne

^ En tout

cas,

Phaenon

est

;

Au

césar Gratien vient d’arriver à la cour impériale.

palais

de Trêves, dans l’entourage de l’empereur Valentinien, tolérant et modéré, professant une large indillérence en matière de religions, mais nettement hostile

aux pratiques de

la

magie

et

de l’astrologie, Ausone doit faire preuve d’un christianisme pour donner un échantillon de son talent poétique, otTiciel :

il

compose un poème en hexamètres. Versus Paschales^, où

chante avec

les

accents de la plus pure dévotion

«

il

les saintes

du Christ sauveur». Onze ans plus tard, en 878, ^alentinien est mort; Gratien lui succédé comme empereur Ausone exerce la préfecture dans

solennités

a

;

Gaules. Quelques jours avant les calendes de janvier, le

les

vieux préfet apprend que son ancien élève

l’a

longtemps désiré,

et

Cet honneur, depuis

si

çait à désespérer à force

élevé au consulat.

dont

il

commen-

de l’espérer toujours, excite chez

le

poète les explosions d’une joie sénile. Cette joie se répand en 1.

Ausone,

édit.

Schcnkl, Epist., Vll,

v.

lo;

Singula percurrit Titan qaot signa diebus : Quoique annis sublimis agit sua saccula Phaenon. 2.

Clicz les poètes romains, Bouclié-I.eclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 89, n. 2. synonyme de Sol. Voir ma thèse, ApoUonijS de lihodes et Virgile, p. g'i, n. ,â et (i.

Titan est ü. ,'t.

Bouché-Leclercq, L'Astrologie grecque, p. 97. Firmicus Maternus, II, n, 2 Qui n nabis Saturnus :

dicitur,

ab Aegyptiis «haivtov

vocatur. 5

.

Ammien

Marcellin,

XV\,

ix

:

Hoc inoderamine

religionuin diversitates médius stelit, nec ti.

Ausone,

édit.

quemquam

princii>atus inclaruil,

inquielai'il

Schcnkl, IX, Versus Paschales,

quod inter


/|0

lillU,lÜTll!;QLii:

DES UM\EUSm':S DU MIDI

actions de grâces adressées à des dieux qui

avec

le

ii’oiit

aucun rapport

Christ sauveur, jadis célébré au temps des fêtes de

Pâques. Gorpet des calendes,

le

constate

en

il

«

:

une autre

fait

comme

prière chrétienne,

Ausonc... le

fait

une prière

lendemain, non pas une

pour célébrer

autrefois

la veille

Pâque,

la

mais une prière à Janus, aux saisons, aux planètes, au Soleil, pour obtenir de leur influence une heureuse et abondante année, une vraie prière d’astrologue, en mémoire, sans doute, de son grand-père

suppose qu’à

Je

de son horoscope'.

et

la

de 878

fin

souciait peu de son aïeul

;

mais

vocabulaire astrologique dont

poète septuagénaire se

le

il

»

revenait volontiers

à ce

dû s’abstenir dans les œuvres officielles composées à la cour et pour la cour, depuis les Versus Paschales de l’an 867. Corpet prend tout à fait au avait

il

sérieux la phraséologie dont use

de ces deux poèmes

:

ci

le

poète, et

il

dit, à

propos

Cette prière et celle qui la précède nous

donnent une juste idée des véritables croyances d’Ausone.

un

Les anciens consuls, en entrant en charge, offraient fice à

sacri-

Jupiter et rendaient grâce aux dieux. Ausone n’adresse

point ses prières et ses remerciements à Jupiter,

mais

déplaire à Gratien; Étoiles.

Car

s’il

il

invoque

le

Lune,

Soleil, la

pu

aurait

il

les

peut croire à quelque chose sans se compro-

mettre, c’est aux astres et aux planètes, qui ont enrichi son

grand-père

et

qui ont prédit la grandeur future du poèle-

Tout conspire donc à prouver qu’il était païens. » la phraséologie Celte conclusion semble très exagérée

consLil.

:

astrologique d’Ausone ne prouve rien contre son christianisme officiel.

A

doit faire

la

cour de Valentinien,

le

précepteur de Gratien

une profession banale d’orthodoxie; à Bordeaux,

dans son cercle

mythologie

littéraire,

et à l’astrologie

le

jioète

les

rhéteur emprunte

termes spéciaux,

les

à

la

compa-

raisons et les figures qui ])cuvcnl orner sa poésie ou sa j)rose.

Au demeurant,

il

semble oiseux de discuter sur

la

question

du christianisme d'Ansonc. M. R. Dezeimeris, qui connaît bien 1.

2.

le

rhéteur bordelais, a dit

Corppt, Corpel,

l.

1

t.

II,

,

p. 10. p. 3 G(], n.

i.

le

dernier

mot

sur

la

si

matière


;

i/astuologie chez

sa

clans

à

Icllie

qu’Ausone

Évcral

Kdonaid

M.

gallo-uomains «

:

En

part que les solennités de trer à Bordeaux. Mais

il

la

Pacjuc lui font

Au

lettres,

et

allait

beaucoup do fonctionnaires de nos jours vont à Saint-Esprit.

fond, sa vraie religion, c’était

lettres

qui

ren-

comme

la

messe du

le

culte des

ce culte avait des liens étroits avec tonte

en scène de l’Olympe iiaïen*. » C’est ce culte mythologique des

quelque

un devoir de

probable qu’il

est

dit

Il

crois

je

fait,

être otTicicllement chrétien...

du

a

i.es

,

la

mise

manifeste

se

dans ces deux poèmes où Corpet voit une profession de foi astrologique. Bien dans ces deux invocations ne sort des banafamilières à

lités

La PvecaUo

un rhéteur

priclie

connaît

c[ui

Kalcnda^ Janunrins

astrologie

1

demande

mondaine.

a Janus, dieu

veni; nouveau consulat novus aune, ve/ii), que, pendant les douze mois de la magistrature suprême d’Ausone, aucun trc3uble ne survienne dans

nouvelle année

verra

le

de

la

la

marche régulière des planètes

c[ui

;

règne ne vienne pas des astres cpii y mettraient le trouble. Que nulle planete, o Mars-Gradivus, ne heurte tes demeures pour l’elre contraire: ni la Lune, déesse du L)uc le

monde

Cynthos, ni Saturne,

toi,

le

le

soit

en paix; que

le

rapide Mercure, dieu d’Arcadie, voisin de la terre, ni

plus éloigné de nous dans

la

révolution au

sommet

du ciel. Loin de Mars-Pyroïs, lu accompliras ta route rapide avec tranquillité. Avancez-vous de concert, planète bienfaisante de Jupiter, \’esper, astre

de

la

cythérienne Vénus

ne s’écarte de vous,

qualificatif

que jamais

le

cyllénien Mercure

qui est avec ses hôtes de rapports

lui

Mars, désigné par son

son

;

nom

de dieu

astrologique,

si faciles

latin, Gradivus, et

est

le

2

.

par

protecteur de

I. La leltre de M. Dezeimeris, datée de I.oupiac, le a 5 décembre iSS'i, est insérée dans la thèse de M. Éverat, De D. M. Ausonii operibiis et generc dicendi (thèse de Clermont), Paris, Tliorin, 885 p. loi-ioV — Parmi les derniers travaux sur la religion d’Ausone, on peut consulter; Hermann Spcck, Qiiaestiones Ausonianae Ilreslau, 1871'!, caput I, De religione Aiisonii ngitur, p. 1-21; Martin Mertens, QuaesDe Ausonii religione, p. .V 33 — \’oir, dans liones Ausonianae, Leipzig, 1880, caput La Grande Encyclopédie, mon article Aiisone, t. IV, p. 711. a. Ausone, édit. Sclienkl, VI, Precalio Ausonii consulis designnli, pridie Kal. Jan. fascibus sumptis, v. 20-27. .Au vers 27, les manuscrits ont comme leçon Xon un]tiani hospitibus facilis Cyllenius adsit. Les anciens éditeurs écrivaient Nonnunquani Peiper a corrigé adsit en absit, correction admise par Sclienkl. i

,

1

.

,

:

3

.

Bouché Lcclcrcq, L’Astrologie grecque,

p. GG, 98, 43 g.


DES L.M \ EUSITÉS DU MIDI

ÜIUI.10THÈ(^)UE

Home

el

de l'Kmpiic'.

n’aillent j)as,

(v. 21

Rome. Dans

astrologique, les penales des planètes se (ou/.oi)

el

désignent

les stations préférées

nent au milieu des étoiles

Les

fixes

des maîtres de maison

de

propriété

cite pas le Soleil

deux

les

«

:

l

luminaires

dites, et n’en rnu/idi

les

domi-

que

celles

planètes sont

du

contours

'astrologie »

de

la

le

les

peut

Lune

la

cite

el

grecque élimine quelquefois

liste

planètes proprement

des

compte que cinq; mais, d’ordinaire,

lamina complètent

On

Zodiaque.

Ausone

les planètes,

comme

se sont partagé

qui

des

remarquer que, parmi ne

parmi

Stella

langue

la

nomment

les

rencontrent sur leur route, alors qu’elles chemi-

les ])lanèles

droits

demeures,

les

Nalla taos, Gradive, ojfendat

:

penales), de la planète protectrice de

ciles

planèles

mitres

les

dans lenr marche, heurter

Ausone

penales, dit

imporle que

Il

nombre

septénaire

cinq ou sept planètes, parfois douze, ou

les clarissirna

On admet

3.

même un nombre

indéfini^; mais M. Bouché-Leclercq ne cite qu’un seul auteur

astrologique,

« le

platonicien et chrétien auteur

du dialogue Hermippus de le Roi-Soleil et la

»

anonyme

qui, au lieu d’associer

Aslrologia,

Reine-Lune, mette

le Soleil à

part des six

planètes environnantes^.

Dans une pièce qui assurément n’est pas d’Ausone, mais qui se lit

dans quelques-uns de ses manuscrits

et

qui

l’œuvre de quelque versificateur de son temps cercle littéraire,

on trouve

la liste

est,

sans doute,

el peut-être

de son

ordinaire des sept planètes

:

[En outre des grandes constellations], on en compte encore sept qui sont dites errantes la Lune et Mercure, Vénus et le Soleil, et :

Mars à féclat fulgurant; puis Jupiter, dont l’astre brille par-dessus tous les astres; Saturne, enfin, plus élevé dans le ciel, plus lent que toutes les planètes

0,

I.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. 3 C(j.

J.

Houch 6 -Lcc\ercq,

L’Astrologie grecque,

\}.

183 et suiv., les Domaines planétaires.

3 . Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 88 et suiv. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. i^i, n. 3; p. 57.3, n. ,'i. 5 Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 89, n. i.

a.

.

().

Ausone,

usum

Dclphini, u° 870, v. i 3 Sed vaga praelerea dieunlur lumina septem, Luna et Mereurius, Fenns ac Sol, Mars quoque fulgens. Hic Jovis et sidus super omnia sidéra lucens. Celsior his Saturnus, tardior omnibus astris.

edit. in

Ces vers ne se trouvent pas dans

:

les éditions critiques

de Schenkl

et

de Peiper.


.le lie

sais

dans

si

la Pi'ccdlio pi'idie Kül(*iid(is Jd/tuarûis,

conviendrait pas de réintégrer \ inet en avait

sous

fois

en

noms

les

de

arcLis, l’arc

d’.4/*6*U6‘

la

Lune

sons

terris). Pent-ctre,

le

Soleil à

de Cyllenius

et

(tio/i

mentionné deux corrigeait Areas

Cynthia, non celer arcus, Jlnitinius celer areas Jitdtinuis terris,

mots non

les

il

:

ne

il

coté de la Lnne.

disparaître Mercure, qui est

fait

43

CHEZ LES (;ALM)-KOM UNS

L’ASTKOLO(;ili:

se cache la vraie leçon qui désignait le Soleil.

Quoi

en

qu’il

soit, les

planètes semblent conformes, en général, à

les

Ausone sur

indications données par

orthodoxie

1

astrologique. Ptoléméc a noté que Saturne est éloigné dn Soleil,

encore pins loin de la

la

Terre

;

on

sait

planète de Saturne est celle qui

sement'. nature

marche

le

Jupiter est l’astre bienveillant

«

»

que, dans sa course lente,

est tout naturel

il

:

que

et

plus majestueubienfaisant par

deux planètes de Jupiter

les

et

de Vénus s’avancent de concert, puisque Ptolémée les compare pour leur « caractère tempéré»^; et, quant à Mercure, on sait «les influences multiples

(pi’il

subit de la part des planètes

voisines

La

fin

de

Precalio pridie Kalendas Januarias et la Precatio

la

Kalendis Januariis

communs O

en

Janus,

fait

tout

entière ne fournissent

d’allusions astrologiques

nouvelle

année,

fais

que

le

:

Soleil

tropiques, puis qu’il laisse l’autre derrière lui,

subissent ainsi l’iniluence de l’astre et que les

que des lieux

dépasse

l’un

des

deux tropiques quatre changements de

que

les

l’année se succèdent rapidement de trois en trois signes

5...

O

année,

douze stades de ta carrière variés d’autant de signes qui se partagent également les saisons, et achève ton cours, emporté par une rotation perpétuelle •>. » parcours

tes voies

accoutumées,

les

Cette phraséologie spéciale, ces allusions continuelles, qui

prouvent une connaissance banale

et

une préoccupation mon-

daine des doctrines astrologiques, se retrouvent principale-

ment dans un I.

recueil de petits

poèmes qu’Ausone

a

faire

Bouché-Lccicrcq, L'Astrologie grecque, p. gS-gS.

Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. g7Bonclic-Leclercq, Astrologie grecque, p. gg. 4. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. loo. Voir Bouché-Leclercq, L’Astrologie 5. Ausone, édit. Schcnkl, VI, v. 40-48. grecque, chap. V, La route des Planètes ou Zodiaque, p. u4 ol suiv. 1

.

V

3.

0,

Ausone,

édit.

Schcnkl, VII,

v.

8-io.


kk

mULlOTHÈQUl!; des UMAEUSITÉS du

IMIDI

meinc dans une des éditions qu’il a données de ses œuvres en 383 et en 390 ». Ce recueil, qui porte le nom d'Eclogarum liber ou à' Eglogarium, se compose de poèmes dont « la plupart contiennent des recettes astrologiques, des

cnlrer

lui

explications du calendrier romain, des indications de fêtes, etc.

Ce recueil liégeois,

est

comme un

almanach, une espèce de Double

l’usage des écoliers,

à

païens de l’ancienne Rome,

poésies

des sorcières et des derniers

On

n’y rencontre ni esprit ni

»

Mais on y rencontre beaucoup de documents qui nous font connaître quelle était l’importance des doctrines astrologiques

dans

Gaules à

les

la

fin

du

iv“

de

siècle

chrétienne.

l’ère

Plusieurs des pièces qui font partie du Liber Eclogarum ne

sont pas l’œuvre d’Ausone. Mais dédié à Gregorius, qu’il

nomme

il

se

son

peut que dans ce livre

fils^,

vieux poète

le

ait

admis un certain nombre de pièces dues à des collègues, à des amis érudits, à des élèves, de manière à former une sorte d’anthologie bordelaise où

les

membres d’un

s’étaient exercés sur des sujets de

à

la fois

les loisirs

même

cénacle de lettrés

ordre qui sollicitaient

des amateurs et les habiletés des profes-

du

sionnels.

11

a déjà été question d’une pièce sur les signes

Zodiaque

et

sur les planètes, qui n’est pas d’Ausone. M. Bouché-

Leclercq, qui cite très rarement le poète bordelais

'*,

justement une pièce de YEclogarium que Vinet

lui attribue

avec

rejetait

Quaedam veterum qaoramdam poelarum carmiua Ausoiiiana adhuc servata sunL^. 11 s’agit du vers d’un

raison parmi

guae inter

I.

a.

3.

Ausone,

édit. Peiper, Praefalio, p. cvii et cxii. Corpct, t. Il, p. /|ia, n. i. Cod. Latircnlianus Incipit eglogarum \liber]. Ausonius Gregorio :

filio.

L’Astrologie grecque, p. 3g, n. i (à propos de la «grande année», Edyll. i8, p. 377, n. i (Eclogariiim : De ratione puerperii maturi, p. 5/|i-5/i(j, p. 53G, Toll.); « Ausone p. 570, n. i Xoll.); p. ^i85, n. a (le passage dont il est question ici); parle très librement de la science astrologique qui a permis à son grand père de prédire ses grandeurs futures. » (Ausone, Parenlalia, IV, 17, sqq.) D’ailleurs, M. Bouché-Leclercq donne peu exacte5. Ausone, édit. Vinet, n» 5(j8. l\.

:

ment le texte de la vieille édition de Tollius (Amsterdam, 1671), qui lui fait négliger 11 a tort les éditions critiques de Sclienkl (Berlin, i883) et de Peiper (Leipzig, 1886). {L’Astrologie grecque, p. 485, n. a) de trouver «dans Ausone (pp. 55o-55a Toll.) l’amusante réfutation de l’aphorisme demi de corpore oportel Ungues Mercurio, etc. » hexamètres, comme on pourrait le croire 11 ne s’agit pas d’une suite de deux vers :

||

d’après cette citation inexacte, mais bien du titre, donné par Tollius lui-même « Quid quo(]ue die demi de corpore oporteat, » suivi du texte du vers Lngues Mereiirio, etc. :

:


,

i/astuoi.ugik

qui indique ce

anlciir iiicoiiua (hic versus sine auclore est)

([u’on doit retrancher

Coupe tes

ongles

tes

cheveux,

le

le

45

I..A.LLU-UÜM.V 1 .>IS

i.ks

gui:/,

du corps chaque jour de

jour de Mercure;

ta

barbe,

semaine

la

le

:

jour de Jupiter,

jour de Cypris

Cet aphorisme d’astrologie populaire est réfute en quatre distiques élégiaques par un lettré qui se moque des recettes de

bonne femme: Mercure aime pour le vol les ongles toujours aigus; il ne permet pas qu’on rogne la pointe des doigts. La barbe est une lieaute poui Jupiter; pour Venus, la chevelure. 11 est donc nécessaire qu ils ne veuillent pas qu’on enlève ce qui leur plaît a tous les deux. Mars, tu as

joues sans poils; Lune, tu as aimé les tètes chauves. Ces deux divinités ne défendent point de raser les joues et les tetes. Le Soleil et Saturne ne s’inquiètent en rien des ongles. Donc, supprimons ce

aimé

les

monostique qui n’a pas l’agrément des dieux.

Une

très

curieuse pièce d’Ausone, De

rcitione paerperii inaluri-i

donne, d’après un passage de Censorinus, qui y est paraphrasé, le système chaldéen du thème de la conception 3 :

que nous parcourons dans l’évolution des actes sont dirigés par la domination des astres'*. Les membres seuls de l’homme viennent de la terre; des régions d’en haut procèdent

Tous

la

les

événements de

Fortune^

et l’esprit,

la vie

qui subissent l’iniluence

planètes auquel préside le Soleil d’or à qui le sort a

du chœur des sept attribué le royaume

de l’éther resplendissant**. Le Soleil ne modère pas seulement en nous les époques de la vie, alors que nous traversons le court espace d’une existence agitée. La croyance générale

admet que son regard domine

1.

Ausone,

édit. Sciicnkl, V, xviii; édit. Peiper, ^ II, xxvii:

3.

Ausone,

édit.

Ungues Mercurio, barbam Jove, Cypride crines.

rinus,

de

XXXV,

p.

i

55

;

édit. Peiper, VII, viii, p. 90.

V Astrologie grecque,

Le De die nalali de Censop. 877. 379), a été l’objet d’une édition critique V'oir la traduction française Fr. llultsch, Leipzig, Bibliotheca Teubneriana, 18G7. Voir Boiiclié-Leclercq,

3.

(le

Schenkl,

composé vers

l’an 288 (voir Teuffel,

S

collection Nisard, faite d’après le texte

la

d’Havercamp (Leyde,

i7'(3).

h. C’est la doctrine orthodoxe en astrologie. Cf. Censorinus, viii : Ante omnia igitur dicunl actum, vitainque nostram, stellis lain vagis quani slnlis esse snhjeclam, earuni-

que vario muUiplicique cursu genus humanuni guberuari, sed ipsaruin motus schemataque effectus a Sole crebro immutari. 5 Fortuna, ((quidquid hominibus contingit, sive boni, sivc mali. « (Vinet.)

et

.

G.

disant

« Les

que

Chaldéen s commencent par justifier la simplification du problème, en nous dépendons des astres, les astres sont eux-mêmes menés par le

si

Soleil. » (L'Astrologie grecque, p. 877.)


lUULlOTlIKQUE UES UMVEUSITÉS UU MIDI

encore

de

conception secrète

la

i,

cette existence intérieure.

dans

le

champ de

temps de

le

En

effet,

la vie intra-utérine

germe est déposé bien évident que le Soleil se que

alors

génération^, il est trouve dans quelqu’un des signes^'. Quand

l’astre voisin,

la

il

tion qui lui est très voisin

le

pris position

a

ne transfuse aucune lumière sur

il

le lieu

de

la

dans

concep-

Mais, quand, après l’espace d’un mois,

5.

tourne ses rênes, quand son char de pourpre s’élève déjà vers

me

les lois

il

la troisiè-

une petite lueur glisse obliquement ses faibles rayons sur l’inerte embryon dont elle excite les premiers mouvements^. Dans le quatrième signe, l’action indulgente du Soleil a plus de vigueur et de constellation,

persuasion; par sa pénétration, I. La primo de

il

amène

tendre fœtus à se former 7.

le

conception secrète (occullosque satus). Satus,

Divinationc

ïlii, g3]

[I,

:

Quaedum ctiam

in

l’action d’engendrer. «Cicero, hominuin pccudunive conceptu et

» (Vinet.)

satii.

a Achinapolus apud Vitruvium libro nono [Vitruve, IX, 4 7 ] non e nascentia sed ex conceptione genethliologiae raliones explicat. » (Vinet.) D’après Vitruve, cet Achinapolus, astrologue de date et de nationalité inconnues, aurait, le premier, imaginé de faire coïncider l’instant où se fixe la destinée humaine, non plus avec le moment de la naissance, mais avec celui de la conception. Sur Achinapolus, voir L’Astrologie a.

,

grecque, p. 36, n. a, et p. 3. Genitali arvo (le champ de la génération) est

d’Heinsius ques

une correction de Graevius et manuscrits ont albo ou alvo) fondée sur une expression des Géorgii35), dont Ausone se souvient évidemment:

(les

(III, V.

...nimio ne luxa obtasior usas

SU v.

genitali arvo et succos oblimet inertes.

Ces métaphores I a48- I aig)

trouvent

se

déjà dans Lucrèce,

IV,

v.

ia6/j-iaC5 (Briegcr,

:

Ëicit

enim sulciim recta regione viaque

Vomeris, atque

locis avertit

seminis ictuin.

Quo tempore partus concipitur, Sol in aliquo signo sit necesse et quem locum conceptionis proprie appellant. 5. L’astrologie admet que les signes du Zodiaque ne se voient pas mutuellement. — Cf. Censorinus, viii Sol ergo, cum in proximum signum transcendit, locum ilium conceptionis aut imbecillo videt conspectu [M. Bouché- Leclercq, L’ Astrologie grecque, p. 377 n. a, fait remarquer que Censorinus donne à V aspect le nom de conspectus], aut etiam nec conspicit: nam plures, proximantia sibimet Zodia invicem se videre omnino à.

Censorinus,

vjii

:

in aliqaa ejus particula,

:

,

negaverunt. G.

Quand

le Soleil est

dans

le troisième signe,

il

voit le signe d’où

il

est parti,

que d’un rayon oblique et sans vertu c’est l’aspect nommé hexagonal, parce qu’il sous-tend le sixième du cercle. On ne tient pas grand compte de cet Cf. Censoaspect, auquel on attribue peu d’influence sur la maturation du foetus. mais

il

ne

le Aoit

:

At cutn in tertio [Sot] est signo, hoc est medio uno interposito, tune priinuin ilium locum, unde profeclus est, videre dicitur, sed valde obliqua et invalida lumine ; qui conspeclus vocalur xaO’ iliytovoy, qui scxlam partem circuli subtendit... Ilunc quidam conspectum non usque quaque receperunt,quod minimum ad maturitalem partus videatur conferre. Les premiers mouvements du fœtus dans le ventre de la mère so font sentir, d’après Pline {N. H., VII, vi), pour un garçon le quarantième jour après la conception, pour / une fille le quatre-vingt-dixième. quatrième signe, alors que deux autres signes le séparent du premier, 7 Dans le l’aspect du .Soleil est dit tétragonal, parce que la ligne suivant laquelle s’étend son Cf. Censorinus, viii Cum vero in quarlum regard coupe le quart de la circonférence. signum pervenit, et media duo sunt, videt xavà TcTpayoïvov, quoniam illu linea quu visas pertendit, quartam partem orbis abscidit. rinus, VIII

:

.

:


l’astrologie chez les gallo-romains

A

l’aspect létragonal

une

vivifiante clarté.

Au

lumière solaire, éclatante

point cardinab

douce, épanche

et

signe, le Soleil

du cinquième

mère, qui s’étonne des progrès de

frappe la l’enfant

la

'i7

la

vie

la direction

Le sixième signe n’a aucune influence. Car

3.

Phœbus ne peut

regard de

se régler sur

intérieure de

du

aucun côté égal L

qui porte des Mais, aussitôt que, parvenu au centre de la région lumineux dirige signes, il arrive à la septième section d’où son camp

entlammes, il voit en pleine lumière la condition du germe qui se gonfle. Ce n est plus le layonnement d une lueur parcimonieuse qu’il envoie vers lui, mais il le réchauflé de tous Lucine devance le les feux de son cercle lumineux 6. De là vient que terme régulier de ses travaux, et ([ue la mère sent se développer sourdement dans ses entrailles les etîorls de la parturition, avec trop de hâte,

diamétralementô ses

avant

traits

temps espéré par

le

lumière depuis

le

ses

vœux. Mais

septième signe,

si,

alors

qu

répandait sa

il

n’a point forcé la barrière

le Soleil

qui retarde l’enfantement, ce qu’il pouvait d’abord, il ne le peut plus ensuite. Est-ce parce que, semblable à celui du sixième signe, l’aspect

P-

l’aspect létragonal

Pour

1.

ou quaJral, voir Bouchc-I.eclercq, L’Astrologie grecque,

^o-iqi.

Au

a.

point cardinal (cardine). Le

mot cardo

(xlvTpov) désigne le point cardinal

du

cercle de géniture. Voir liouché-Lcclercq, Z/’.-lstcolo^ie jf/’ccque, p. 170- 17 1. La mère s’étonne, parce que, jusqu’alors, les progrès ont été à peu près nuis. 3 C’est la grande ellicacité des deux aspects tétragonc et Irigono qui aide puissamment .

Quae duac visiones, TSTpiywvQ; Cf. Censorinus, vin au développement du fœtus. [aspect létragonal du quatrième signe] et Tpîyoïvoc [aspect triangulaire du cinquième signe; cf. L’Astrologie grecque, p. 1G9-170] perquain efficaces increnienturn parlas :

inullum adminiculant.

Censorinus dit que l’aspect qui part du sixième signe manque de toute espèce ligne qu’il suit ne forme le côté d’aucun polygone; «.4 loco sexto Le conspectus omni caret efficentia : ejus eniin linea nullius polygoni afficit latus. » poète traduit mal par aequati lateris; cl Vinterpretatio de l’cditio in usum Dolphini, « quia Sol non adspicit tune locum ortus per ullani lineain quae efliciat in Zodiaco figuram aliquam aequilaleram, » semble se fonder plutôt sur la prose de Censorinus /(.

d’ellicacité, car la

que sur

les vers d’.Vusone.

Censorinus attrilme une très grande puissance à l’aspect diamétral (pour l’aspect diamétral, V. Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. iG6-i69),qui fait naître les enfants au septième mois: «d septimo Zodio, quod est cuntrariuin, plenissiinus potentissimusque conspectus quosdam jam inaturos infantes educit, qui septemmeslres appellantur, quia septimo mense nascuntur... Secundum rationem liane 'fK 7 ig.r,voi nascuntur xarà ôtâ|j.ETpov. » 11 est intéressant de noter les métaphores empruntées à l’art militaire qu’.Vusone afTeclc d’introduire dans ses œuvres, depuis qu’il a fait campagne (cf. édit. Schenkl, XXVI, 5

.

Quod tempus,

ut sois, licentiae militaris est; Epist., IV, v. 81 Quod militantes Ego tirocinium jam veleraniis exerçai). Coliors signifera indique naturellement le Zodiaque mais sig nifer veut dire le porlc-élcndard et les notes de l’editio in usum Delphini disent avec raison « Zodiacus est caterva quaedam astrorum ordine dispositorum, ut sunt in cohorte milites. » Oiiant aux castra Solis, Vinci remarque ingénieusement: a Solis igné locus ille septimiis collucet, ut castra ignibus quos noctu crebros accendunt milites.» ün a déjà vu (v. i 3 Qui cum viciai stationcm ceperit astri) l’emploi du terme militaire statio, le poste où le Soleil se lient en sentinelle. G. loto fouet igné coronae. Cf. Sénèque, Quaest. \nt., 1 ii, Circa .Solem visum

Griplius,

I

:

scribimus; Epist., XVII

:

:

:

;

:

:

,

coloris

varii

possumus.

circnlum.

..

.'

hune

Graeci

vocanl.

nos

i

dicere

:

Coronam

aptissime


48

lîIUUOTIlÈQUE DES LMVERSITÉS DU MIDI

inellîcace

quand

il

du huitième ne peut former des figures équilatérales ? Mais, envahit le neuvième signe, le Soleil satisfait les vœux hésitants i

des mères, car l’aspect trigones, conséquence de cette nouvelle position solaire, lui prête un surcroît de puissance. Si, enfin, Ilythyia diffère une délivrance difficile, l’aspect tétragone^ dénouera les derniers liens

de cet enfantement aux retards indécis.

comme

Plutarque (Placit. Pliilosoph., V, xviii, 8), affirme que mois « At, si intra hoc spalhim maturescere utérus non poluerU, octavo nicnse non cdilur (ab octavo cniin signo, ut a sexto, inefficax visus) Pline, au contraire (II. N., Vil, iv) n’admet pas sed vel nono mense, vel decinio. n l’opinion vulgaire d’après laquelle l’enfant né au huitième mois est incapable de vivre « Translaticiuni in Aegypto est et octavo gigni. Jam quidein et in Italia taies parlas Censorinus,

I.

l’enfant ne peut naître au huitième

:

:

esse vitales, contra priscoruni opiniones. » 3.

Il

des aspects trigonc et tétragone. Au neuvième point de la conception suivant l’aspect trigonc. « Sol enim a nono zodio parliculam conceptionis riirsus conspicit

a déjà été parlé

de

signe, le Soleil regarde de Cf. Censorinus, xarà rptywvov. >>

viii

:

l’elficacilé

nouveau

3. L’aspect tétragone se

dit Censorinus.

le

produit au dixième signe,

a deciino

TeTpâywvov,


^9

l’astkologie chez les galeo-uomaias

Pour noter pièce,

les divers asi)ecls

Yinct a tracé une

Elle représente le

AE, EF, FB, à la limite

etc.

dont

ligure

est

il

que

question dans celle

je

reproduis

Zodiaque divisé en douze

Au moment

du premier

de

signe.

la

conception,

Comme

il

Zo)c-.x

(fig.

i)-

ou Signa,

le Soleil est

en A,

emploie une année à

parcourir les douze signes du Zodiaque, dans chacun desquels il

reste le

dans

le

même

temps, après deux mois accomplis,

troisième signe, FB. Entre les signes

sixième partie du Zodiaque; d’où, suivant

ou hexagonal,

et ainsi

plus complète

{Jig. 2 )

de suite.

que

I

sera

et 111, s’étend la

Al’’,

Tollius a

il

l’aspect scxlil

donné une

figure

je reproduis également.

Plusieurs autres |)ièccs du Liber Ecloganiin dénotent chez le

poète l)ordelais une érudite curiosité des divers problèmes H.

DE LA

MLLE DE MIUMONT.


5o

ülBLlOriIliQUt;

ustronomiques

asliologiques

qui

inlércsscnl

du monde suspendus dans

vastes corps

du

ou

DES tMVEUSlTES DL MIDI

» *.

Âusone comprend signe du

fait le

comment

les

la

tous ces

splière

sublime

masses immenses dont rien n’ébranle

ciel qui les enserre,

l’équilibre

la

«

calcul des trois cent soixante-cinq jours que

révolution de l’année

Béliers,

à

noms

l'équinoxe

attribués à

commencer par

à

3 ,

du printemps.

11

le

explique

chacun des sept jours de

la

période bcbdomadaire sont dus à autant de planètes errantes

monde

entraînées dans l’infatig-able rotation du

et

condam-

nées à parcourir sans cesse l’oblique région des signes céles-

Les sept jours appartiennent successivement au Soleil, à

tes''.

la

Lune, à Mars, à Mercure, à Jupiter, à Vénus

Quelques pièces sont consacrées aux mois

et

à Saturne.

aux

quatre

saisons de l’année, aux divisions de chaque mois, au

nombre

et

des jours de chaque mois, à la date des nones et des

dans

le

mois, à l’indication des mois où

chacun des signes

le Soleil

ides

passe dans

célestes l’un après l’autre^.

de mentionner, sans y insister, toutes ces banales explications du calendrier romain, qui prouvent toutefois 11

suffit

I.

Aiisone,

éciil.

Schenkl,

XXXI V;

ôdil. Peiper, VII,

vu,

v.

i

:

...manere ingentia muiidi

Corpora, subliini caeli circumdala gyro, Et tanlae mllam moli inlercedcre labem. 3.

Aiisoiic, édit. Schenkl, V,

tentis, V. 17

viii; édit.

Peiper, VII, xvi. Ratio dierum anni ver-

;

Hic tibi circus crit semper vertentibus annis Ter centiim ac senis decies et quinque diebus. 3 Pour les diverses dates où les anciens faisaient commencer l’année, voir Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. 129, 11. i. 4 Ausone, édit. Schenkl, V, 1 édit. Peiper, VII, ix. De noininibus septein dierum, v. .

i

.

:

;

Nomina, quae septeni vertentibus apta diebus Annus liabet, totidem errantes fecere planetae. Quos indefessa volvens vertigine inundus Signorum obliqua jubel in stulione vagari.

à

Pour « la semaine astrologique qui attribue le patronage de chacun des sept jours une planète déterminée», voir Bouché-Leclercq, L’Aslrologie grecque, p. 477 et suiv. 5 Ausone, édit. Schenkl, V, xt; édit. Peiper, Vil, xix. De inenûbus et quatuor anni .

Sch., V, iii; P., VII, ir, P., VII, x. Monosticha de mensibus. Sch., V. ^, niensuum. inenstruis iv; VII, xir. De tribus P., Sch., XI. Item distirha. VU, xiv. Quo vi; P., V, Sch., sint inensuuni singulorum. dies Qiioteni XIII. v; P., VII, Sch., V, i\; P., VU, wii. lu quo ni;nse quod signuin mense quotae nonae vel idus sint.

temporibüs.

Sch., V,

sil

ad cursuni

solis.


L ASl'KOLOGiE Cllliz

UiS G A

5i

vi.NS

rintcrct que des lellrés couiine Aiisone el ses amis prenaient à de pareilles ([uestioiis de vidgarisalion.

Mais tante,

convient de noter, car

il

une allusion à

ment de

celte

«

elle est

beaucoup plus impor-

grande année

à raccoinplissc-

»,

Slilbom, Pbaenon, Jupiter,

la([uellc les astres errants,

Vénus, Plia'bé, Titan, revenus à leur point de départ primitif, reprendront

places suivant lesquelles

les érudits à

Rome, depuis

de cette gra/ide année qui

«

pas

fait

Cicéron-^, s’élaient

On

s’étonnerait cpi’Ausone n’en

mention dans ce Liber Eclogoriim,

versifié de toutes les

croyances

(pii est le

de tonies

et

la

seconde partie du

manuel

les superstitions

astronomiques ou astrologiques en bonneur dans

gallo-romaine de

occupés

aboutissait à reproduire la dispo

sition originelle des astres»''. ei'it

étaient disposés

ils

du mondca.

à l’origine

Tous

les

la société

iv® siècle.

IV L’astrologie dans le «Querolus».

Les préoccupations astrologiques de

au temps d’Âusone ne 1.

Il

a

gallo-romaine

manifestent pas seulement dans un

déjà été question de IMiaenon et des autres astres errants.

l'élincelanl, désis:ne la p. 70, 100, n. 2.

se

la société

ItO.Siov,

planète de Mercure. Voir Bouclic-Leclercq, L’Astrologie grecque,

'i.

.\nsone, édit. Schenkl, \\,\II; édit. Pciper,

llesiodion, v. i5

\'ll,

v.

De

aetatibus aniinanlinin.

:

Donec consumplo,

iiiagno qui clicitur, aiino,

liursus in antiqmiin veninni vaga sidéra cursuin,

Qualia disposili sleleranl ah origine niundi.

Schenkl écrit disposita, d’après une correction de Bueclieler; Pciper, slelerunt, d’après une correction de Baehrens. Comme la viilgate, je conserve dispositi et steleranl, leçons du V (Codex Leidensis Vossianus lat, tl!). Celte pièce, où .\usonc traduit au début qucl(|ues vers d’Hésiode sur la durée respective de la vie chez les ('1res vivants (Iragment cité par Plutarque, De Oracul. Defectu, xi; Hésiode- Didol,

Frag. eut, p. 58) el où il s’occupe ensuite du temps inconnu que durera la révolution des astres, est insérée parmi les Edyllia dans les anciennes éditions de Vinel, de Tollius et de Sotichay. Peiper lui a donné sa vraie place en la faisant entrer dans le Liber

Eclogarum

.

Cicéron, De Nalura Deorum, H, xx, 5i Earuni quinque stellariim quae falso vocantur errantes... ex disparibus motionibus magnum annum mathemalici nominaverunt, 3.

:

qui tum efficitur, ciim solis et lunae et quinque errantium ad eamdem inter se coniparationem confeetis omnium spatiis est facta conversio, quae quam longa sit, magna quaestio

vero certam et definitam necesse est. Bouché-Lcclercq, L’.i sinologie grecque, p. dans cette note.) Voir encore p. '199. n. p.

est, esse ,'i.

i

;

3(j,

n.

i.

(Le passage d’Ausonc est cite

57'!, n. 2; p. 575.


mBLIOTHÈQLi; DES UMVEUSITÉS DU MIDI

*33

recueil de pièces de vers

Nous

composées pour un cercle de letlrcs. retrouvons au théâtre, dans une comédie intitulée

les

Querolus.

le

On

beaucoup discuté

a

auteur est inconuui.

1

propos de

à

de rappeler

suffît

Il

cette

comédie, dont travaux

les

de

MM.

U. Dezeimeris et L. Ilavet, qui prouvent, l’un et l’autre,

({ue

le

Querolus est une œuvre gallo-romaine des premières

années du

Les ressemblances de style qui se remar-

v" siècle.

quent dans

poèmes d’Ausone

les

et

dans

la

comédie anonyme

amènent M. Dezeimeris à conclure que le Querolus a été composé certaines allusions historiques permettent de le

conjecturer

— aux

environs de l’an 407

Paulus, auteur du Delirus,

preuves, établissent que

Bas -Empire 3. siècle

» '•,

»

La

était l’un

nombreux

«de

Ilavet,

par

poète Axius

le

comédie de caractère

Ausone, dont le poète comique D’après M.

,

des plus intimes amis indices,

ce texte appartient

pièce, qui

a été jouée dans

«

par

citée

à

défaut

à

l’époque

».

de

du

du commencement du une cité gauloise peu éloignée «

date

Bordeaux plutôt que Narbonne ou Toulouse, Lyon ou Autun plutôt que Bordeaux 5. » de

la Loire,

semble donc admis que

Il

gallo-romaine qui a

été

le

Querolus est une comédie

représentée en Gaule peu d’années

après la publication du Liber Eclogarum d’Ausone. recueil

le

de

du poète Elle a

lettrés.

bordelais, elle s’adresse à été

composée pour

conversations qui suivent

remarquer M.

Ilavet,

comédie de salon, était

chez

les

le

un

Comme

cercle restreint

servir d’intermède

dînero.

C’est,

comme

le

ce qu’on appellerait de nos jours

— puisque

la salle à

Gallo-Romains,

comme

manger, où on à

Rome,

aux fait

une

la jouait,

l’équivalent de

notre salon 1.

Voir Teuffel, Geschichie der nünüschen Lileralnr, fmiftc AuHagc,

i

kn,

a.

Querolus (Aclei de l'Académie nationale des Sciences, Belles-Lcllres et Arts de Bordeaux, année i88d; I}oi\leau\-, i88i, p. /j5o-5o3). I, La 3. L. Ilavet, Le Querolus, comédie latine anonyme, Paris, 1880; chap. 2.

H. Dezeimeris, Éludes sur

le

Pièce, p. 2. L. Ilavet, ouvr. cité, p. 7. /i. B. L. Ilavet, ouvr. cité, p. h. 0.

L. Ilavet, ouvr. cité, p. i85.

Aos hune 7.

L.

Dédicace à Bulilius,

v.

17

;

fab?llis alquc imnsis librum scripsiinus.

Ilavet, oHcr. c(7é, p. it.


.

i,’astu()i/)Gie

53

chez ees (;au.o-uom

de lcrrc rempli roule sur riiisloirc d’uii pol de propriétaire se fait eulever à force d'or, que son légitime lui rendent par un trait de crédulité niaise et que les voleurs L’inli-iguc

«

non moins

bêtise

tort*.

')

intrigue, des personnages qui dirigent cette

Au premier rang

Dramatis personae», un astroL. Havet appelle en français logue, Mandrogeriis magiis, que M. ni les dictionnaires Manclrogéronle. Ce nom, que ne donnent de la langue classique, se latins ni les dictionnaires grecs pour désigner au pluriel comme nom commun

nous remaripions, parmi

les

«

trouve employé

bonne aventure dans la Relatio de Legalione ConOriginaire d une slanlinopolUüna de Liudprand de Crémone. lut noble famille lombarde, l’historien Liudprand (922-972) diseurs de

les

envoyé en Lan

comme ambassadeur

9/19

à

Constantinople:

et de son voyage diplomatique, satire spirituelle qui connaît fort malveillante de la cour byzantine, l’auteur, et mandiogebien le Querokis, parle des « obolariae mulieres

dans

le récit

courtisanes que l’on possède à bas prix et les nom de charlatans qui tirent l’horoscope pour une obole. Le Mandrogerus doit venir de la mandragore femelle [[j.x'/opxyopxz), rontes

»

q

les

nommée

vulgairement

On

sait le rôle

Mcd/i de gloire

ou Herbe aux magiciens

qui a été joué dans les pratiques superstitieuses

de tous les temps par

pivotantes de cette plante,

les racines

souvent bifurquée de manière à représenter grossièrement forme de deux cuisses, d’où ces noms bien connus dans langage de

la

sorcellerie

àv0p(i)"oy.cp9:v,

:

honmnculuSy

la le

semi-

horno.

L’argument de fourbe qui se

fait

nous prévient,

la pièce

d’ailleurs,

appeler Mandrogerus n’est pas

un

que

le

véritable

un simple parasite, qui se prétend magicien, niagus^. Afin de mieux tromper Querolus, il se donne

astrologue, mais paraHtiis

chap.

I.

L. H<ivet, ouvr. cité,

3

liudprandus, Legalio, lv.

.

I,

La

Pièce, p.

— La

i

cilatioii

Personnages, n. a. L Havel, ouvr. cité, p. i8i, Àrgumentum,

3

.

est

donnée par

p. 179, ,'L

.Se

magum

matheniatirunique

Parasitas magus...

v. lo

et fingens...

:

L.

Havel, ouvr.

cité,


»

54

luituüTiiKCjUK m;s üxMVIcusitks du midi

pour un nmjiis, un malhemaficus le

on

:

sait ([ue malhenialicas a

sens spécial d'astrologues

Au second

acte,

deux fourbes,

ses

Mandrogéronte entre en scène, escorté de complices, Svcophante et Sardanapale, qui

viennent l’aider à duper Querolus. Mandrogéronte

se

vante

éminent de tous les parasites 3 il ne fait devant confidents aucune allusion à sa prétendue puissance d’astro-

d’être le plus ses

:

!

|

logue. C’est Sardanapale qui, pour être entendu par Querolus, la

dupe désignée, proclame bien haut

géronte

en trouverait un s’avance,

mérites de Mandro-

il

que celui-ci

tel

entre en conversation

Querolus Sardanapale

:

font l’éloge des talents de Mandrogéronte.

pour un sorcier! (pulchrum

— C’est Valère

Iiercle

Lucas par

— Le

le récit

est

amorcé;

il

Sycophante

et

«Quel beau

nom

!

nornen!)» remarque la dupe.

scène du Médecin malgré

la

et

1

Je connais des astrologues, mais je ne sais où l’on

«

;

les

lai

où Martine émerveille

des cures merveilleuses de Sgana-

quand il apprend que Mandrogéronte est un astrologue sérieux et non pas un de ces charlatans qui se promènent sur les places publiques, tenant en main la baguette magique et escortés par un entourage de

relle.

naïf est tout à

rassuré

fait

compères L Ce passage permet de supposer que

les

astrologues

gallo-romains de petite condition parcouraient

les

campagnes

dans

le

même

équipage que

les

bandes de sorciers dont Apulée

décrit les travestissements et les jongleries

5.

Voici Querolus en présence des trois complices. Mandrogé-

ronte explique qu’il y a deux sortes de puissances (duo

surit

Voir Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 5; 566, n. 4; 620, n. 4; 624 n. 2. le Querolus, où le mot astrolojus ne figure pas, Mandrogéronte est toujours désigné par le nom de malhemuticus, synonyme vulgaire de Clialdaeus. Cf. Aulu-Gellc, Vulgus autem quos genlilicio vocabulo Chaldaeos dicere oporleret, matheA'. A., I, IX, 6 1.

,

Dans

:

maticos 2.

dicit.

,

,

1

L. Ilavet, ouvr. cité, p. 233

.

Act.

II, sc. i, v.

6 ; j

Mandrogerus ego sum, parasitorum omnium Longe praestantissimus. 3.

L.

Havet, ouvr.

cité,

p. 240

.

Act.

Ego mathematicosqae 4

.

Apulée,

ii, v.

sodés, ipsum id volebam dicere

Ferulas, ncque d/é/., VIII,

cum

4

\

I

:

novi, ialem prorsus nescio.

L. Havet, ouvr. cité, p. 245 . Act. II, sc.

Hem,

5.

II, sc. 11 , v.

<

turbis ambulat ?

53

Ij

: j

:

cerle non habet j ‘

xwij. |


l/ASTHÜLOGlIi CHEZ les

généra poleslaliim),

I.ES

00

GAI.EO-KUM.VINS

unes qui ordonnent,

les

autres qui

que riinnianité doit servir, les les oies importunes et à savoir les planètes puissantes, remarque avec raison (jiie farouches cynocéphales-. M. Havet Mandrogéronte sur les cynocéphales « la dissertation du fourbe obéissent.

Ce sont

une

atteste

le

est notable des cultes égyptiens^. » H tout prétendu astrologue abuse du jargon,

diiîusion

évident que

comme

ces dernières

le

Sganarelle du Médecin malgré

lai, et

que

dialogue

le

Sycopbante, rappelle la des deux compères, Sardanapale et prête à Strepsiade et a conversation que le poète des Nuées les Furies, les >ioctamSocrate. Les Harpyes, les Cbèvrepieds, Chouettes, les Striges de bules, les Singes, les Poil-de-bouc, les retour au mortel qui a ose aller la nuits, qui interdisent tout (lam vaga sidéra), consulter les oracles des planètes vagabondes Mandrogéronte qu’aux appartiennent plutôt 'a l’imagination de astrologue dit des plasuperstitions populaires. Mais le faux dire nètes tout ce que le vulgaire pouvait en :

l’ensemble du monde elles Les Planètes font tourner en mesure rebutant. Elles dirigent la ronde sont ditïiciles à voir et leur accueil est et soupèsent les mers. La des atomes; elles font le compte des étoiles modifier, c’est leur propre condiseule chose qu’elle ne puissent pas d’un beu dans s’attaquent aux moissons et les font passer ;

tion... Elles

un autre par des tempêtes ger la forme

et

cela.

On

pouvoir de chan-

l’aspect de tous les objets suivant leur

Que de degrés dans

comme

effroyables... Elles ont le

ces

bon

ifiaisir.

métamorphoses! que de choses qui sont

de ceci sort transvasées dans d’autres! Suivant leur ordre, blé devenir du yin. voit subitement le vin devenir du blé, le

1 ont une moisson d’orge, une moisson déjà jaunissante elles pour le premier présans peine produite, à n’importe quelle occasion, elles n ont aucune difficulté texte venu. Quant aux âmes des mortels, dans le séjour d en bas^-. faire passer dans le séjour d’en haut ou .

Voici

à les I.

!..

v. 19 Ilavct, ouvr. cité, p. a/jS. Act. II, sc. lu,

:

...planetae

Polentes, anseres importuni et cynocefali truces. 1

.

!..

3.

L.

Havel, oiivr. Havet, ouvr.

cité,

chap.

cité, p.

1,

La

Pièce, p. a.

a5i. Act. H, sc.

iii, v.

,'t8

:

Arpyae, capripedes, furiae, noclivagae, simiae, Hirquicomantes, ululae, nocturnae striges. '4.

V.

L.

Havet, ouvr.

aS.Syc.

suiv. \cl. H, sc.

cité, p. a,'i8 et

Illosne milii,

Planelas?

iii

:

quaeso, tu loqueris, numeris qui totum rotant, Ipsos, ncr visu faciles, nec dicta aJJ'aUles Mand.

:


,

50

niBt.lOTllÈQUE DES UNIVEUSITÉS

Klinkhamer'

DU MIDI

a prétendu trouver dans tout ce passage des

allusions satiriques au

gouvernement de l’Empire

:

les

planètes

seraient les principaux magistrats qui exilent certains citoyens,

frappent à leur gré

de

les riches

nombreux impôts, exigent

des

droits des entreprises maritimes, font passer le produit de la mois-

son d’une contrée dans une autre, établissentdes tributs tantôt de vin, tantôt de blé, mettent à

gens

tés les

mort ou élèvent aux plus hautes digni-

qu’il leur plaît.

beaucoup plus simple

est

11

d’ad-

mettre que Mandrogéronte débite une espèce de boniment où

énumère tous les pouvoirs que

le

il

vulgaire attribuait aux planètes.

L’astrologie classique reconnaît que l’influence des planètes

produit

tempêtes qui bouleversent

les

détruisent les récoltes

la

mer,

et les orages qui

«descente ou chute des âmes»

la

3,

âmes des hommes, après la mort, dans les sont des dogmes astrologiques ou des croyances étoiles populaires d’origine astrologique. D’autre part, la magie et des

l’habitation

l’astrologie se sont assez vite

vulgaires.

chaos

5.

confondues dans

du tout un véritable planètes s’attaquent aux moissons

Les adaptateurs avaient

«

que

est exact

» Il

les

par des tempêtes effroyables inexact qu’elles aient, Atomos

in

les superstitions

(diris

comme

le

fait

tempes tatibiis), mais

il

est

prétend Mandrogéronte,

le

orbe volviint, slellas namerant, inariaque aestimant,

Mulare sola non possunt sua. V. 3i.

Messes hac transferunt alqiie

V. 33.

Istis licet species

un

libuerit

:

reruin

illac diris

teinpestatibas.

omnium atque formas

sed quoi gradibus

et

vertere

transfusionibus

!

Aliad jubent ex alio; triticum Ex vino subito Jîeri videas, vi'ium ex Iritico; hordei Jam /lava seges facile efficitur ex quovis titulo et nominc.

Morlales vero addere animas sivc inferis nullus labor Sive superis.

Klinkhamer, Amstelodami, 1829 1. Querolus... recensuil et illiistravit S. G. Accuralius inspicienti apparebit auclorem obliqua oratione Notes des pages 95 et suiv. Pianetas. Intelligit Impcratorum aulicos, praecipuos magislratus ac sacerdoles teligisse... .

:

Atomos. Nec ignorabalur autem, opinor, praesides provinciarum aliosque magislratus... pro lubitu transponere.. in alium alio loco homines ex plebcios saepe praesides ac praclores

Stellas. Cives diliorcs recensent e

quorum

bonis laboranti fisco succurratur...

Maria.

Messes. 'Romani Magislratus compulant qiiid ex vecligalibus maritimis percipi possit... praefecti, ae/rc ferenlibus incolis, frament um ex alia regione in aliam transporlari curaTriticum. Polerat viniim quod ex alia regione afferebaltir cum alterius loci frubanl... Inferis. Hominem vel necarc vel in summas dignilates evehere. mento commulari...

3G3 et suiv.

3.

Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, Uouché-Lcclercq, L’Astrologie grecque,

5.

]\onché-\.oclorcq, L’Astrologie grecque, p. 5i8, Houclié-Lcclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 363.

2

.

p.

p. 23.

55i,n.

1

.


i/aSTKOLOGIK

pouvoir de

les l'aire

Iransferunt alque

un

passer d'uii lieu dans C’est à

illac).

^7

LES GALLO-ROMAINS

cilli/.

1

incantation

autre (messes hac

magique

la terre qu’il appartient de transporter les fruits de

(canlus)

d’un

champ

moisson et la dans un autre*. La production spontanée d’une des métamorphose du blé en vin et du vin en hle sont aussi Le pre prodiges (pii appartiennent au domaine de la magie. il est Icndu malheinalicas confond l’aslrologie et la magie; et esprit probable qu’à sou époipie la meme confusion dominait 1

superstitieux de la foule.

Après avoir disserté sur les planètes, Mandrogéronte s occupe techniques de tirer l’horoscope de Querolus. A propos des termes

employés dans

«Je ne puis dire

un

si les

les explications

Céronlc^

si

c est

un grimoire de

fantaisie,

astronomiques données par Sganarelle paroles que prononce le fourbes ;

— (Hie déclarons-nous^' pour ce qui est de l’heurei»

Mand. Syc.

Voici les

»

;

paroles de Mandrogeronte auraient oflert

sens à un astrologue, ou bien

comme à

M. llavet exprime une hésitation

cet horoscope,

— Entre

la

sixième

et la

septième heures.

Virgile, Églofjue VIII, v. 99 : A tq ne salas alio vidi traducere messes. Canlus vicinis frages Iraducil ab agris.. VIII, V. 19 2. L. llavet, ouvr. cilé, Additions et corrections, p. vu, n. i. 1.

TibuIIe,

:

3

L.

.

V.

i

Havel, ouvr.

5 o.

cilé, p.

Mand. Quid Mand. Nihil

liorae

261 et suiv. Act.

II, sc. iii

:

— Syc. Inler sexlani

nuncupamus?

el

seplimain.

de clepsydra respondisse hominem pules. Hem! Quid igilur? Mars Irigonus, Saltirnus Venerein respicil, Juppiler quadralus esl, Mercurius huic iralus est,

V.

)

83

.

fefellil,

Sol rolundus, Lima in saltu esl : collcgi omnem jam luam Genesim, Querole. Mala forluna te preinit. Mand. Nescis, Querole, fatum ac decretum momenlis régi?

Quer. Quid igilur? .Milii

— Mand.

placel. Nisi

Ilora esl istaec

jam nunc

;

synaslria

aliquid geritur, frustra hue venimus.

0 Hum! voyons: Mars en triangle, Saturne M. llavet traduit ainsi les vers i 52 -i 5 Alercure fâché contre Jupiter, le Soleil rond, la carré, Jupiter en regarde Vénus, Lune en danse. » Dans les Additions et corrections (p. vu), le traducteur corrige « la Lune saule», et explique « Terme de comput. Le cycle de dix-neuf ans a des années de douze lunaisons (de 29 ou 3 o jours chacune), des années qui ont, en outre, une treizième lunaison do 3 o jours, et une année, la dernicro, dont la treizième lunaison n’est que de 29 jours. A la fin de celle-ci, le vingt-neuvième jour de la treizième lunaison, au lieu d’être suivi, comme d’ordinaire, d’un trentième jour, est suivi, par .'i

:

:

exception, d’un premier jour de lunaison. C’est cette anomalie qui constitue le saut de Au vers i8â, M. llavet traduit « H y a une constellation favorable la Lune. » qui me plaît tout à fait. »

:

4 Nuncupare (nomen, cupare), terme de la langue juridique et religieuse, désigne Ilora doit indiquer solennelle de formules judiciaires ou rituelles. prononciation la Vhora nalalis (cf. Horace, Odes, H, xvii, v. 19, etc.). Pour dresser et interpréter le thème degénilure d’une personne, il faut connaître l’heure natale de cette personne. 5 La leçon des manuscrits est inter sexlani et lerliam. L. llavet corrige inter sextam et septimam d’après Klinkhamcr, qui se fonde sur un passage du Ludiis de morte Claudii .

.


.)8

UlItLlOTHÈoi E DES

Mand.

l

n’y a jias d’erreur

11

après avoir consulté

la

;

clepsydre.

mvehsités de midi ou

croirait

Hum!

que

cel

homme

répond

Qu’est-ce donc? Voici Mars

dans

le trigone; Saturne regarde Vénus; Jupiter est dans l’aspect quadrat; Mercure est irrité contre lui, le Soleil est rond, la Lune est en exaltation. Voilà, Querolus; j’ai rassemblé tous les éléments de ton thème de géniture. La mauvaise fortune t’accable...

Après avoir établi sa science en disant à sa dupe en

ses esclaves et

le

nom

de sa maison,

lui faisant la description

de

il

lui

persuade d’exécuter une cérémonie mystérieuse qui mettra

fin

à tous ses

maux. Mais

logue conclut

temps presse,

il

faut se hâter. L’astro-

:

— Ne sais-tu pas,

Mand. le

le

Querolus, que

les destinées

sont régies par

moment?

— Quoi donc?

Qaer.

Mand.

— Voici

venus

l’heure.

La synastrie

pas immédiatement,

n’agissons

c’est

me

plaît tout à fait.

en

vain

que nous

Si

nous

sommes

ici.

Assurément, tous

les

termes dont Mandrogéronte

appartiennent au vocabulaire de

la science

il

fait

usage

prétend être

passé maître; les astrologues s’accordent à reconnaître que l’association des signes trois

par

trois,

en triangle, ce qu’on

appelle l’aspect trigone, est la figure efficace et bienfaisante

par excellence

quadrat

nètes

^

;

signe et

que, par contre,

sympathies

les

ils

et

le

tétragone ou aspect

une association antipathique

est

admettent

*,

entendent par

même

le

et les antipathies

ou

défavorable^;

et

mutuelles des pla-

d’une planète

exaltation

degré précis du signe où

la

de Sénèque

:

Iloram non possum cerlam

inter horologia convenit.

Tamen

tihi dicere: facilias inter

inter sextanx et septimain erat.

le

planète acquiert

ou commence à acquérir son maximum de puissance (II, 2)

ils

Mais

philosophos quain

— Querolus doit s’étonner

d’entendre Sycophan te répondre à la question de l’astrologue et de voir son hora natalis si bien connue de ce personnage. Il me semblerait plus naturel d’attribuer, comme le Ita meditatione videlicet fait Klinkhamer, les paroles de Sycophante à Mandrogéronte de l’aride l’astrologue, responsum. Querolus, émerveillé istud saum confirmatus edit jam dirait à son tour H n’y a pas d’erreur, etc. 1. Bouché-Leclercq, L’dstroloÿie (jfrecque, p. i6g. 2. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 170. 3 Bouché-Leclercq, L’.ds<ro/ogi/e ÿrec(/ue, p. i 58 , !75-i76. Lima in saltn est. 4. Je traduis par exaltation le terme saltus; v. i 5 igS. grecque, L’ Astrologie p. 5. Bouché-Leclercq, :

:

.

/i

:


i.’astuologiic

GAU.O-UOMV1NS

cilli/.

Mandi-ogéronlc esl au counml pas que les rapides observations

vocabulaire,

,lu

si

laites et

J'.l

ne semble

il

expliquées en termes

lui permettent d’mtcrpreter tecliniques par le faux astrologue *, Il connaît le terme suvajTp-.x le thème de géniture de Qiierolus.

mais

serait pi’ol)al)lement fort

il

embarrassé de noter à quel

astres. moment se produit cette amitié temporaire des on a déjà On peut aussi remarquer que Liudprand, qui,

\u,

1

introduit

mot mandvogevonles dans

le

sa Relalio de Leyatioue

raillerie, une partie ConstantinopoliUma, place, par manière de un autre de ses du passage que nous venons d’étudier dans

ouvrages, V Anlapodosis

reslitution,

(àv-a-ôBîj'.;,

his^

échange)^

ou événements accomplis de 886 à 962, histoire œuvres, récompenl’auteur prétend rendre à chacun selon ses milieu d’une narration ser les bons et punir les méchants. Au Léon VI met où il est parlé de la manière dont l’empereur gardes, Liudprand le zèle et la vigilance de ses des

toire

l’épreuve

insère, sans «

Mars trigonus, Saturnus Venerem

Mercurius fortuna

Au

te

X”

libi

iratus.

promit siècle,

privé

Lima

.

quadratus,

in saltu est;

mala

»

=>,

de Mandrogérontc étaient sont aujourd’hui celles de Sgana-

dissertations

les

à

respicit. Jupiter

Sol rolundus,

donc proverbiales comme le relle, le médecin malgré lui.

Quand, dupé

phrase du Querolus

cette

en indiquer l’auteur,

son tour,

du produit de

Mandrogéronte

le perfide

on l’entend

ses larcins,

s’écrier

a

été

;

la magie pour être Ai -je donc acquis la science de l’astrologie et de la fortune déçu par ceux qui sont ensevelis dans la terre? J ai expose

d’autrui

et

et je n’ai

pu connaître ma propre destinee^.

La science astrologique du charlatan semble fort médiocre, de Quela manière dont nous l’avons vu tirer l’horoscope

rolus

permet de conjecturer

1.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p.

Q.

Cf.

Klinkhamer, ouvr.

cité,

notes de

la

'i

soit

lui

qu’il

bien

ditTicile

53 -'j 54 .

page 117

;

L. Havet, ouvr. cité,

page 262. 3

.

L. Havet, ouvr. cité, p. 289. -\ct. IV, sc.

ii,

de

v. ii.

Mathesim et magicam siim consecutus, me ut sepulti fallèrent? Aliorum fortunam exposivi, fatum ignoravi meunp

note de

la


Oo

miiUOTlliiQLE DES l’MVEUSITÉS OU MIÜI

connaître

même

lui

sa propre destinée par les procédés de

l’astrologie.

Longtemps avant l’année où le Querolas devait être représenté dans la salle à manger de quelque noble gallo-romain, Cicéron rappelait ces vers du vieux poète Ennius, qui visent aussi bien l’astrologue

les

devins vulgaires

astrologues qui cherchaient des dupes au Circus Maximus,

et les

rendez-vous des

le

Maudrogéronte que

de Mars

des

et

badauds, entre

Porte Capène, les deux buts de

et la

eu faveur à

oisifs

Rome

le

promenade

Champ le

plus

;

du pays des Marses, pour les haruspices de village, les astrologues des parages du Cirque, les devins dont Isis dicte les conjectures, les interprètes des songes. Aucun J’ai le

plus profond mépris pour l’augure

aucune science qui vient des dieux ne les inspire. Ce sont des devins superstitieux, des charlatans impudents; ils sont ignorants, ou dénués de bons sens, ou esclaves de leur misère. Ils ne connaissent pas leur chemin et ils prétendent montrer la voie aux autres «.

art,

Digne

héritier de

ces

aslrologi

de

circo,

Mandrôgéronle,

incapable de connaître sa propre destinée, prétendait expli-

quer

celle d’autrui.

Arhiter, voisin aimable et sage conseiller de Querolus, lui

démontre

est stupéfait

Oh 1.

!

le

de Maudrogéronte. Le

qu’il a été le jouet

bonhomme

;

misérable qui prétendait être un astrologue

Cicéron, De Divinatione,

I,

lviu,

i

32

^

!

:

Non habeo denique nauci Marsum augurem, Non vicanos haruspices, non de circo astrologos, Non Jsiacos conjectores, non interprètes soninium: Non eniin sunt ii arte divini aut scientia, Sed Aut Qui

superstitiosi vates irnpudentesque harioli, inertes aut insani, aut quibus egestas imperat, sibi

semitam non sapiunt,

alteri inonstrant viam...

Atque haec quidem Ennius. aibbeck, <iui voit dans ces vers un fragment d’une tragédie, Télainon, où il ne pourrait être, évidemment, question dos Marses, d’Isis et du Circus Maximus, ne fait commencer la citation d’Ennius qu’aux mots sed superstitiosi. Les quatre premiers demande même si vers, remis en prose, appartiendraient au texte de Cicéron. 11 se dubitari potest Ciceronis sit an Ennii Utruin d’Ennius; ou Cicéron les derniers sont de tertiis curis, Fragmenta, Tragicorum iSâa, p. Rcliquiae, .'i5; Tragicorum (Ribbeck, importe, pour la question qui nous intéresse, que ce soit Ennius ou '^97* P-

Cicéron qui parle. L. Havet, ouvr. 2 .

O

cité, p.

3oo. Act. V, sc.

ii, v.

i5

:

sceleratum hominem, sese mathematicum qui dicerct.'


.

Gi

i/aSTUOLÜGIE chez les GALLÜ-UOMAINS

donnant

Et,

coup de giàee au charlatan qu

le

samment rendu

ridicule, Arbiter ajoute

il

a

suffi-

.

qui a toujours été humain pas partir un homme si distingué; et miséricordieux. Tu ne laisseras plus d’une fonction. Tu as à ta disposition il est capable d’accomplir

Ouerolus, je

te

un magicien, un

homme

connais pour un

astrologue. Seulement

un

incapable de commettre

vol

— et c’est l’essentiel —

il

est

'

Querolus consent à admettre Mandrogéronte dans sa maison, celte manière à litre de parasite. L’astrologue de rencontre Divuicilio/ie d aslrologus de circo dont il était parle dans le De est l’était

comédie gallo-romaine, comme conioedki logalci d ,\franius intitulée Augui « un

donc bafoué par par

la

la

de de ces charlatans qui trafiquaient grossièrement des secrets l’avenir et que l’histoire, aussi bien que la satire, nous représente

comme

Cirque, au

ayant élu domicile, malgré

Forum

par

et

les

lois,

dans

le

comoedia palliala de Naevius,

la

un de ces sorciers ignorants qui prétendaient, suivant la méthode des haruspices, deviner l’avenir d’après l’examen des entrailles des victimes A Dans le De Agri culUira, qui abonde en prescriptions magiques^, le vieux Caton ordonnait à son fermier de se garder d’entretenir un parasite intitulée Hariolus,

et

de consulter un

contemporains de

hariolufs,

un augure ou un

Aaevius

d’Afranius,

et

astrologue-^. Les

qui

croyaient

à

vénéraient les Augures publici

l’haruspicine officielle et qui

populi Romani Quirilium, dont le collège était le plus ancien

des collèges sacerdotaux, s’amusaient de voir sur livrés à la risée de la foule,

consultations sur I.

L. llavet, ouvr. cité, p.

.'îig.

Ilem, Qiierole!

Act. V, sc. ni, v. i6i

hamanum fuisse

théâtre,

qui

donnaient leurs

et les

charlatans qui,

les harioli

place publique,

la

le

:

ac misericordem te scio

hominem tam elegantem abire ne permiseris. l\'on unius officii homo est : magum mathematicunique ta Ilic habes : tantum, quod priniam est, furtum facere non potest. Semper

:

a.

Palin, Études sur la Poésie latine,

.3.

Le mot hariolus,

comme

le

t.

H,

p. 3ig.

mot haruspex,

verbe hariolor signifie, d’ordinaire, déraisonner.

vient

du primitif haru, entrailles. Le la comédie de Naevius inti-

— Pour

tulée Hariolus, voir D. de Moor, Cn. ,'i.

iS'évius, Tournai, 1877, p. 5/i-55. R. Ileim, Incantamcnta magica Graeca Lalina, Lipsiae, 189a, n“ aoi, etc. Parasilum ne queni habeat. Haruspieem, harioliint, Cato, De Agri cultura, I, v, '1

Clnldaeum ne quem consuluisse

;

velit.

— On

sait (pie,

synonyme d’astrologue. — Voir Bouché-Lcclercq,

chez

les

Romains,

Clialdaeiis est

L’Astrologie grecque, p. 545-5'i6.


miil.lOTutQUE UES E-MVEUSITÉS Dl

n’ayanl pas se paraient

de porter

le droit

du

nom

le

de revêtir

la Irabea,

d’augures.

un grand amusement pour

C’était

et

liluiis

MlUl

les lettrés

gallo-romains,

épris de science astrologique, qui avaient approfondi le Liber

Eclogarani d’Ausone, qui j)eut-être y avaient collaboré, d’as sister, dans une représentation théâtrale intime, aux mésaventures d’un fourbe qui se prétendait astrologue et qui était enfin

admis, à

titre

de parasite, dans l’intimité d’un imbécile, ignorant

des recommandations du vieux Caton lava n’aurait jamais accepté

counna

:

l’auteur

du De Agri

villicus le ridicule

cul-

Querolus

qui prend pour parasite un mauvais astrologue de carrefour.

V Paulin de Noie et l’astrologie.

La comédie gallo-romaine du commencement du

œuvre de

lettré

composée pour des

lettrés,

v* siècle,

tourne en ridicule

prétendue astrologie d’un charlatan. Mais l’Église catho-

la

lique ne croit pas encore nécessaire de lancer ses malédictions

contre une science qui n’est guère que l’amusement érudit des

gens du monde.

Nous trouvons assez peu d’allusions qui nous reste des œuvres de Paulin de Pontius Meropius Anicius Paulinus

à l’astrologie dans ce

Noie.

était

à

Bordeaux en

353. Après avoir occupé de hautes fonctions publiques, laissa

gagner par

siastique les

le

hommes

mouvement

qui entraînait à

les plus distingués

il

se

la vie ecclé-

de son temps; malgré

l’opposition de ses parents et le chagrin éloquent d’Ausonc,

qui

était resté

son ami après avoir

été

son maître,

il

en Espagne, vers 3go, puis à Noie, en Campanie, il

ville

il

.

avant sa conversion. Tout ce que nous possédons de prose ou en vers, a été écrit par

En Tan I.

l)alc

évêque de

le

prêtre

lui,

en

ou par l’évêque.

Sqg', Paulin adressait une longue lettre à «son

donnée par Souiry, Études

i\ole,

dont

mourut en 43 1 Nous ne des ouvrages que Paulin écrivit

devint évêque en 4oq, et où

connaissons à peu près rien

se retira

Hordcaiix,

iSô.H,

t.

I,

historiques sur la vie et les écrits de saint Paulin,

p. 33o.


.

1,’aSTROLOGIE

frère Jovius

LES GALLO-UOM.U-NS

Jovius n’était pas

»

futur évêque de

Nole\

greeques

les lettres

CllE/,

et

C’était

latines

frère,

le

mais

un Gallo-Romain, 3,

auteur

le

parent du

instruit

dans

renommé de poèmes

percepteur d’autre part, haut fonctionnaire, tous les publicains, par des impôts publics, enrichi, comme Jovius ne exercice d’une fonction très lucrative^.

historiques

S

et,

facile

le

loin sentiments hostiles au christianisme; Mais, philosophe, avait embrassé la foi chrétienne. astrologiques, du monde, il adoptait les doctrines

professait pas de

de

là,

il

homme

son temps. C’est pourquoi, dans

à l’exemple des lettrés de

la

démontrer le que Paulin écrit à son parent pour lui insiste partiil bienfaisant pouvoir de la divine Providence, croyance sur les erreurs de l’astrologie c’est une

lettre

culièrement

:

on prétend impie d’attribuer aux astres une puissance dont divine'*; c’est une pratique faire la rivale de la puissance qu’à l’eau, au impie d’adresser un culte aux astres, aussi bien geneial feu, aux éléments et a la matière en .

d’orgueil ou de faiblesse D’où, penscs-tu, cette si grande perversité misérables mortels, cpie, d’esprit s’est-elle enracinée clans l’àme des fassent les serNiteurs des refusant d’adresser leur culte à Dieu, ils se l’eau, le feu, démons et des éléments qui lui sont soumis, ils vénèrent l’outrage le plus les arbres, des simulacres, ce qui est astres,

les

impie à

la

majesté divine '7?

de Vienne), ex recensionc Ponlii Meropii Paulini Nolani Opero (Palrolo"ic I, Epislulae, xvi, p. iiîi-na, Pars XXIX. vol. iSg'i, Vindobonae, Guilelmi de Hartel, s.

1.

Jovio fratri Paulinus salutem. Paulini... Opéra (Patrologie de Vienne)..., vol. 2

XXX.

Pars

11,

^ Connina, xxii,

v.

i03

.

Et quem cognaluin junclum mihi foedere laetor. Paulini... Epistulae, xvi, 6 Paulini... Carmina, xxii, v. 21

3.

.

'i.

;

...cum fu-ta vetustis Carminibus caneres, vel cum terrena referres Gesla, triumphantam laudans insignia regum...

Pour la carrière adminislrativc de Jovius, \oir Paulini... Epistulae, xvi, 6 française de Dancoisnc, Pans, i 8 o 8 , A. Buse, Saint Paulin, évêque de Noie, traduction

.—

h.

p. 3'iq. 6 Paulini... .

j quidam .

Epislulae,

xvi,

:

Si de motibus vel

ordinibus aslrorum,

ut

ipso minorihui, immo eliam pendent, de igniculis non solum Deo sed et mundo islam, qiiam Deo aemulam ornanlibus, lacis ministerio famulae mundi ipsius terliam parlem

volant,

facis poleslalem Iraliunt. ündc enim pulas lanlam miseris mortalibus vel super7. Paulini... Epistulae, xvi, 9 Deum, daemoniis mit elemenlis biae, vel ignaviae perversiiatem inolevisse, ut, non colenles :

siibditis sihi serviant, aqiias,

(livinae majestatis injuria?

ignem, sidéra, arbores

et

simularra vénérantes ram impiissima


lîlltLlüTIlÈQUE

DES UiMVEUSlTÉS DU MIDI

En même temps que celle lettre, Paulin envoyait à Jovius un poème de 166 vers hexamètres, où il développait quelquesuns des thèmes que

la lettre

en prose avait déjà exposés*.

Dans ce poème, Paulin démontre M'ai Dieu gouverne le ciel, la mer la

puissance qui

Jonas a

lui a

permis de

été l’objet lui est

ment des

comme

assez

longuement que

et les astres,

le

en vertu de

Le miracle dont

les créera.

une preuve que Dieu règle

le

mouve-

mer 3 Ces astres, d’ailleurs, n’ont aucune puissance particulière et les dogmes de l’astroastres

logie sont vains

celui de la

.

:

Et, maintenant,

admirons Platon qui imagine

destinée, les calculs d’Aratus,

les

trois

déesses de la

planètes diversement colorées de

Manéthon. Qu’ils nous disent, je le demande, où ils plaçaient les heures rapides de ceux qui naissent, sous quels signes allait chacun des astres, alors que le pieux Ézéchias, par la vertu de sa prière pleine de foi, changeait le cours des astres, portait le trouble dans

mouvement de la sphère céleste par l’ordre qu'il donnait à la lumière du Soleil de reculer? Ou, lorsque, au commandement d’un le

chef saint,

le

même

Soleil retardait la nuit, arrêtait la

marche du jour,

pour donner au peuple sacré le temps de compléter sa victoire, alors que l’axe de l’univers resta immobile, après que le monde lui-même eut reculé, pour que dans la journée prolongée un grand triomphe pût contenir^. C’est la tradition de l’Écriture Sainte qui doit réfuter les

erreurs de

l’astrologie

:

il

est

question dans VEpistula xvi

Buse, ouvr. cité (Iraduclion Dancoisne), p. 35o. Vienne), vol. XXX, p. iSG-igS. I.

3.

Carmen

xxii, v. 89

Carmen

:

...caelum, mare, sidéra, ventes,

Qua 3.

Carmen

fecit virtate, regens.

xxii, v. 108

:

Nonne docet 4

.

Carmen

xxii, v. is4

dicione Dei

mare

et aslra

moveri?

:

Nunc tria miremur texentem fata Platonem, Aut Arati numéros aut picta sManethonis astra? Dicant, qiiaeso, ubi tune rapides nascentibus horas Ponebant, et quae quibus ibant sidéra signis, Ciim pius Ezéchias, Jîdei virtute precatus, Verteret astrorum cursus caelique meatus

Turbaret jussis retroacto luminc Solis? Vel ducis imperio sancti cum sisteret idem Dilata Sol nocte diem, ut Victoria sacri stetit orbe, recurso Libre poli, ut magnos caperet lux aucta triumphos.

Projligarelur populi,

(Palrologie de


»

65

l'astrologie chez les gallo-rom aiks

des déesses de la destinée dont parle Platon*. Par dC Avalas (Avait

numevos), Paulin entend les

calculs

les

A-.ijr^txsTai,

ce cours

poétique de météorologie populaire^, où sont énumérés les

Dans

signes des temps et les pronostics.

gique qui porte «

’.\-iTîAî!7;xa'ay,a,

astrolo-

de Manéthon, et qui a pour

nom

le

poeme

le

dont

confus,

assemblage

plus

la

titre

grande

au moins, semble trahir une origine à peu près contemporaine d’Alexandre Sévère, tandis que d autres par-

partie, tout

appartiennent au

ties

iv' siècle^, » il

combien

«

exprimant

est difficile

il

M. Bouché -Leclercq^’, de s’entendre sur le sens des mots

«On

couleurs des planètes.

les couleurs, et

bon marché de ïheuve

est question des diverses

sait,» dit

surtout leurs nuances.

Paulin

»

natale (vapidas nascentibus hovas) et des

chvonocvalovies zodiacales (qaae quibus ibanl sideva signis)^;

veut savoir qu’une chose, c’est que les astres,

et

ne

il

le Soleil lui-

mains de Dieu des agents de miracles produisent en faveur de quelques élus, tels que Josué

même?» sont entre (lui se

fait

les

Ézéchias.

Le miracle d’Ézéchias des Rois et dans

Juda,

fils

est

d’Achaz,

le

deuxième

livre

Ésaïe. Ézéchias, roi de

du prophète

le livre

successeur

et

rapporté dans

d’une

atteint

est

grave

maladie. Le prophète Ésaïe lui promet qu’il sera guéri par la

volonté de l’Étcrnel. Or, Ézéchias avait dit à Ésaïe

me

:

«

Quel signe aurai-je que l’Éternel

guérira?...

Et Ésaïe répondit

:

Voici le signe

«

t’assurer qu’il accomplira

ce ra-t-elle de dix degrés,

rétrogradera-t-elle de dix degrés? »

:

admirenmr, Platane exponit et très ei

ou

eliani délirante

Platon, De Re publ., X, p. 617, B. a. A.*Croiset, Histoire de la Littérature grecque, drille, p.

3

4.

V, Paris 1899

t.

la Littérature

grecque,

t.

V',

Paris, 1899; Période romaine^

Bouché- Lcclcrcq,

L’Astrologie grecque, p.

3i4,

n.

a.

des couleurs attribuées par Ptoléméc, Iléphcstion, Manéthon, etc., aux diverses planètes. 5.

Période alexan-

.

listes

p.

;

aaO.

A. Ooiset, Histoire de

.

p. 8 o 5

:

Quod delirainentum ne valgo iniputemus aut nimium philosophas narratur, qui in greinio anus pensum Necessitatis V oir Jîlias addit concinentes et versantes fusum et per JîUi ludentes...

Ëpist., XVI, 4

1.

que l’Éternel te donne pour prononcée l’ombre s’avan-

la parole qu’il a

Pour

les

— Voir,

p. 3 i 3 - 3 i 5

Démopliile,

le

,

les

pseudo-

Chronocra tories zodiacales, voir Bouche-Leclercq, L’Astrologie grecque)

489 et suiv. H. DE LA VILLE

DE MIRMONT.

a


.

66

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

'

Et Ézéchias dit

C’est peu de chose que l’ombre s’avance de dix degrés; non, mais que l’ombre rétrograde de dix degrés. »

Et Ésaïe,

par

le

«

:

prophète, cria à l’iîternel;

degrés par lesquels

les

dix degrés en arrière

elle était

et il fit rétrograder l’ombre descendue au cadran d’Achaz,

Alors la parole de rÉternel fut adressée à Ésaïe; et

Seigneur

le

lui dit... «

Et ce signe

t’est

donné par

l’Éternel

accomplira cette parole qu’il a prononcée «

pour t’assurer que

l’Eternel

;

\oici, je vais faire rétrograder l’ombre des degrés par lesquels

descendue au cadran d’Achaz, de dix degrés en arrière avec et le Soleil 'rétrograda de dix degrés par les degrés par lesquels il était descendus. » elle est

Soleil

le

On

;

que

sait

d’inventions. lesquels

en rapports

cadran solaire dont

il

11

cher en quoi consistait miracle que

l’Éternel

connaît bien toutes

les

Et

le

et toi,

il

permit

à

le

:

jour que l’Éternel livra l’Amorrhéen

dit

:

Lune

aussi, jusqu’à ce

vengé de ses ennemis. Ceci n’est-il pas Le Soleil donc s’arrêta au milieu des cieux fût

coucher, environ

El

il

un jour

dans

Quant au Josué d’accomplir, on en

circonstances

Soleil s’arrêta et la

le

miracle du cadrans.

le

en présence d’Israël « Soleil, Lune, arrête-toi dans la vallée d’Ajalon. »

d’Israël, et

avec

dut se procurer

le livre d’Ésaïe et

et

n’est pas de notre sujet de recher-

Alors Josué parla à l’Éternel

aux enfants sur Gabaon,

dans

Assyriens,

les

suivis, qu’il

est question

second livre des Rois.

le

amateur de nouveautés

était

probablement chez

C’est

était

il

Achaz

le roi

écrit et

ne

que

le

arrête-toi

peuple se

au livre du Juste? se hâta point

de se

entier.

n’y a point eu de jour semblable à celui-là, devant ni après,

rÉternel exauçant

la

voix d’un

homme;

car l’Éternel combattait pour

les Israélites^.

Paulin

fait

encore' allusion au miracle de Josué dans un

de ses poèmes {Carmen xxvi) en l’honneur de la fête de* saint Félix, ancien évêque et patron vénéré de Noie. C’est en I.

5 \, versets 8-ti. XXXVIII, versets /|, ;-8.

liais, II,

î.

lïsaïe,

3.

Üii Irouvera l'explicatioti

Paris, 'i.

iS.'ni,

t-

.losiic, X,

h

P-

orthodoxe dans

solaire, 'âVi artidc Cadran

versets

i

2 -i'i.

le Dictiannah'e de la Bible,

par Host,


.

^7

i/astrologie chez ees gallo-romains l’an /joi

;

les

Goths ravagent

Paulin in\oque

l’Italie et

cession du saint que ses miracles ont rendu illustie

l

intei-

.

au Christ très bon de se mettre de notre duquel le vaillant Josué parti. Il est ton Dieu, celui-là meme au nom temps de ordonna au Soleil et à la Lune de s’arrêter pour qu’il eût le veiller compléter son triomphe. Puisque le Seigneur t’a permis de Félix, aux éléments à la prospérité de l’Empire romain, commande,

Demande,

je t’en supplie,

Que les sent soumis de travailler en esclaves à notre bien. du jour; à ta voix, astres arrêtent leur course pour prolonger la durée que le Soleil s’arrête; que la Lune, d’accord avec toi, reste immobile, ce que tenant fixes les astres dans leur cours interrompu, jusqu à qui

te

la victoire

Rome

de

soit

complète

Saint Augustin, qui est l’ami de Paulin sur

le

double miracle de Josué

chrétiens citent

d’Ézéchias pour prouver que

les lois fixes et

conclusions en faveur de leur

mêmes

s’appuie, lui aussi,

immuables du cours qu’il a lui-même établies L Les deux auteurs les mêmes miracles bibliques pour en tirer les

Dieu seul peut modifier des astres, lois

et

^

foi

religieuse.

Il

m’est

impossible de comprendre ce que veut dire M. Bouclié-Leclercq quand, à ce propos, il écrit la phrase suivante « Saint Paulin :

de Noie, un ami de saint Augustin, s’essayant aussi au sarcasme, s’égaie d’une façon bien imprudente aux dépens des

Ghaldéens qui voyaient leurs calculs dérangés par les miracles {Epist., 38). Il rit de leur désarroi le jour où le Soleil s’arrêta I.

Carmen xxvi,

v. a 4 G

:

Posce, precor, placidum nostris accedere Christuni

Partibus; ipse tuas Deus •

est,

quo fortis lesus

Lunamque triumphis, Dominas Romani prospéra regni

Slare suis jussit Salem

Et

tihi

mm

Adnuerit, famiilis elenientis praecipe, Félix, Ad nostrum servire bomim; procédai et astris Stantibus aucla dies; stet Sol

tibi

Lunaque concors

Haereal, obfixo saspendens sidéra cursu Dum Romana suum copiât Victoria finem.

Pour les rapports de Paulin et d’Augustin, voir Buse, ouvr. cité (traduction •J. F. Lagrange, Histoire de saint Dancoisnc), première partie, chap. x, p. a 49-368. Paulin de Noie, Paris, 1877, chap. xi, p. 3/19-273. 3 Sancti Aurelii Augustin! De Civitate Del (édit. B. Dombart, Teubner, vol. 11 ), Quid ita dispositum est ah auctorc naturaef caeli et terme, quem ad modum XXI, cursus ordinalissimus siderum? Quid tam ratis legibiis fixisque Jîrmatum?... Nos autem in divinis libris legimus etiam Salem ipsum et stelisse, cum hoc a Domino Deo petivisset vir sanctus Jésus Nave, donec coeptum proelium Victoria terminaref, et rctrorsum redisse, ut régi Ezechiae quindecim anni ad vivendum additi hoc eliam prodigio promissioni Dei

.

vm

:

significarentur adjuncto.


«

lUBLIOTHEQLE DES E.M\EUSITÉS DU MIDI

sur l’ordre du propliète rassurant Ézéchias et le

jour où

s’arrêta sur l’ordre

il

ce qu’ils taisaient alors'.

Dans

son correspondant,

et

il

pu ajouter

monde.

:

demande

leur

»

homme

Aper^, Paulin exhorte

riche et avocat éloquent, à acqué-

pertection chrétienne et à dédaigner les avantages

la

rir

aurait

de Josué),

xxxviii, adressée à

Episliila

\

(il

du

ne parle ni des Ghaldéens, ni du prophète qui rassure Ézéchias. Par contre, dans le Carmen xxii, il rappelle Il

aussi bien le jour celui

il

semble

il

le

s’égaie d’une

et

»,

dont

Josué que

Soleil s’arrêta sur l’ordre de

prière

la

du prophète

de trouver des essais de

difficile

poème grave

déens

le

rétrograda sur

et austère adressé à Jovius.

Platon, Aratus et «

Manéthon

je

;

Ésaïe. Mais

sarcasme dans

Paulin interpelle

ne vois aucun passage où

il

façon bien imprudente aux dépens des Chal-

il

ne

Abstraction

faite

du Carmen

xxai,

un mot. lettre et du poème

dit pas

de la

on ne trouve dans

adressés à Jovius,

le reste

de l'œuvre de

Paulin que de très vagues allusions astrologiques. Il

suffira de citer le

orthodoxe remplacer teurs

:

le

Carmen

xix^, où l’on voit

un catastérismc

croyance païenne aux génies protec-

la

genius loci^ devient la slella

loci.

C’est ainsi

que saint

Félix, après sa mort, est l’étoile protectrice de la ville de Nole&.

Paulin veut-il dire que l’ame du saint a passé dans une étoile

un sens

Je ne crois pas qu’il convienne d’attribuer l’expression plutôt poétique de l’auteur

du Carmen

Uouchü-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. Gaa, n. 4. Paulini. Opéra (edit. G. de llartel). Pars I, Epistulae, p. Sanclo et merito venerabili ac dilectissimo fralri Apro Paiilinus, éditions, comme dans la Patrologie de Vienne, VEpislula xxxvm 3. Carmen xix. De Sancto Felice nülalicmm Carmen vi.

strict

?

à

nalaliciiim.

I.

a.

4, Cf. Virgile, Enéide,

Geniumne

Incerlus

Esse Enéide, \ II,v. i3G

V, v. g5

:

loci

:

.'..Geniumque loci

primamque dcorum

Tellurem Nymphasque Flumina... B.

Carmen

XIX,

.V.

famulumne parentis

piitet...

et

adliuc ignola precatur

la: ...Sed Nolu sepulli [t’elicis]

Facta domus, tanquani proprio sibi sidéré plaudil. Omnis enim quacumque jacet mandatas in ora

Martyr

Stella loci

simul

et

medicina colenlum

est.

323,*JÇ/)is<.

Dans

est la

xxxviii

;

anciennes lettre à Aper. les


l’astrologie chez les GAI,LO-HO.MA1-NS

Telle rétoile

du matin, messagère du

les ténèbres

de la nuit,

tel le

Soleil qui vient dissiper

envoyé par Dieu, ténèbres de rignorance

saint évcque,

Noie les a dissipé dans son diocèse de terrestre, Après avoir été allrancbi de la vie et

de l’idolâtrie'.

ne

Mais rien conserve ce rôle d’étoile bienfaisante. évoque de Noie parmi les prouve que Paulin place le défunt mettre des certains auteurs cbrétiens devaient Félix

étoiles,

comme

dans les planètes^. patriarches dans le Zodiaijue et des anges malgré sa conversion, L’ancien élève d’Ausone a conservé, c’est le rhéteur plutôt que des habitudes de rhétorique Félix la slelki loci, l étoile le théologien qui fait de l’âme de ;

protectrice de Noie.

VT gallo-romains, Rareté des allusions à l’astrologie chez les auteurs chrétiens ou païens, de la

ment du

fin

du

IV° siècle

et

du commence-

V".

de Paulin qui nous ont été conseile plus 1 ami vées, quatorze sont adressées à Sulpice Sévère, Aquitaine ancien et le plus cher de l’évêque de Noie. Né en quitta vers l’an 36o, Sulpicius Severus, avocat et juriste réputé,

Sur

le

cinquante

les

monde

à la

lettres

mort de

sa

jeune femme.

Il

suivait ainsi

1

exemple

de son ami Paulin, qui déjà, sans attendre d’être veuf,

s’était

nouveau converti s’attacha à profonde saint Martin, évêque de Tours, qui exerça sur lui une certain influence. Il mourut vers 4io, après avoir publié un

retiré

dans

la vie religieuse.

nombre d’ouvrages pendant

les

premières années du

v' siecle.

abrégé de second de ses deux livres de Chroiiica, l’Ancien Testament et de l’histoire de l’Église jusqu à 1 an 4oo, Sulpice Sévère parle souvent d’IIilaire de Poitiers, qui fut

Dans

I,

le

Carmen xix,

v. ai

Ergo

9

:

ubi Nolanis Félix ut Stella lenebris

ab ore Del venàms, verbumque medendi Ore gerens, lanquatn ventura Sole serenus In matutino laetum jubar exserit orlu,

Fiilsit

Phospliorus, occiduisque novus praefulget in astris, IVuntius instantis cessura nocte diei... a.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p.

fiaS.


HIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

70

célèbre par

polémiques contre

ses

Evêque de

sa ville natale

de Béziers

(350),

il

en 35o,

il

doctrines

les

ariennes.

figure à ce titre au concile

combat l’évêque arien

Exilé en Asie par l’empereur Constance

d’Arles, Saturnin.

II,

protecteur de Sa-

turnin, Hilaire rentre dans les Gaules vers 36o, remonte sur son siège épiscopal à l’avènement de Julien et meurt vers 370 , n’ayant

cessé de combattre l’arianisme jusqu’à ses dernières années. est

11

à remarquer que

restent de ce polémiste avait

les divers

qui nous

traités

que l’impétuosité de son éloquence

surnommer par

fait

dans

saint

Jérôme

« le

quence latine»', l’adversaire de l’arianisme

Rhône de l’élone combat nulle

part l’astrologie qui, apparemment, ne donnait point de prise à ses attaques. Hilaire il

déclare que la

Pléiades et

du Chariot les

l’homme qu’une

ordres divins 2

Le

.

influence physique

pu Parmi

astres aient jamais

superstition spéciale.

catalogue,

il

r.

et

même

les

leurs

Comment, ad

dit

que

statues

les

:

'*.

il

métaux,

Quand

d’une

donne

le

les arbres,

célèbre la

il

les nations, le

commenta-

temples des faux dieux ont été

renversées,

Gai., lib. II, Praef.

pas admettre que

faux dieux dont

morts devenus des héros

Psaumes

nous brûle,

le soleil

:

lune n’ont

être chez les païens l’objet

puissance de Dieu établie sur toutes

détruits

soleil et la

cite le ciel, l’air, les eaux, les

les rochers, les

teur des

planète Vénus accomplissent leurs

et la

lune nous glace 3. Hilaire ne semble

les

foi

toute-puissance de Dieu. Les constellations des

évolutions suivant

la

simplement une profession de

cours régulier des astres n’est pour lui qu’une

le

preuve de

sur

fait

que rintervention des

Eloqiicntiae latinae Rhodanns.

Religiosa est fides t. X, col. i!i67) caelum tinim hos litminis mci infirmes oculos, nihil aliud esse qaam caelum tinim credidi. Uos enim aslri feras in eo circulas et annuos recursus et vergilias et septemtrionem et luciferum, diversa ministeriorum suorum sortitos officia conspiciens, Deum te in his, quorum intellegentiam non complector, intellego. 2.

De

Trihilaie liber XII, lui (Mignc, Patrologie,

uhi est etiam naturalis inscienlia.

3.

Nam, cum

erexi

:

in

Tractatas in exx Psalmum, r? (Mig;ne, Patrologie,

horum nalura hanc norum corporum

in se efficientiam hahet, ut

vires

t.

IX, col. 65g): Elementorum in suo tempore huma-

unumquodque eorum

per demutationcm imbecillne

in

nobis substantiae infirmet, ut sol

ralore, luna frigore adurat.

Tractatus in i.xv Psalmum, 7 (Migne, PatroL, t. IX, col. haq) Alii solum caelum, quia igneum sit; alii aéra, quia motu ac naturà indissecabili circumferalur ; alii aquas, quia indefesse fluant, Deum nuncupant. Plures terme mctalla, robora, scopulos, herbas, deos adoraverunt. Nonnulli deos esse mit pulrefactorum corporum ossa. aut deflagrantiam :

fl.

utique

illos,

: horum omnium conditorem Çeum nescientes. 17 (col. /|3i): quos deos putabatis, heroum nomina, vel elementorum crentiones, vel

rngorum busta mentiti sunt

Non

materiem metallorum.


kom vins i/astrüi-ogie chez les gali.osaints a réduit les liaruspices

au silence

ruiné l’autonte des

et

de la superstition ne mentionne pas la destruction 1 ha celle de l augurât et de astrologique en même temps que

augures

-

;

il

ruspicine.

.

Dans son Commentarius aurait

adorer

le roi

amené

être

Mathaeam,

In

il

semble qu Hilaire

discuter les doctrines astrologiques

à

chrétienne, à propos de dans leurs rapports avec l’orthodoxie dit que les Mages ont vu l’examen du passage où l’évangéliste guidés par l’étoile, sont venus en Orient l’étoile du Christ et, borne à une Juifs^. Mais le commentateur se allégorique

explication

apercevoir

des

l’étoile,

cela

Jésus-Christ, que les

:

Mages ont été les premiers à veut dire que les gentils croiront en les

si

hommes

les

plus éloignés de la connais-

qui a brillé au moment sance de Dieu connaîtront la lumière de la naissance du Sauveur^. conclure que l’évêL’examen des œuvres d’Hilaire permet de l’astrologie que de Poitiers ne s’occupe jamais de

occasions on celle science

il

aurait

avec

les

et éAite les

pu exposer ses idées sur les rapports de dogmes du christianisme.

saint Martin, Le disciple et l’ami de saint Hilaire de Poitiers, son apostolat évêque de Tours, n’a pas eu, lui non plus, dans croyance à 1 astrologie. très actif, à s’occuper de combattre la païen, Martin, né en Fils d’un tribun des soldats, qui était militaire, Pannonie, vint, après avoir été libéré du service suivit son maître en résider auprès d’Hilaire à Poitiers; il

monastère de rentra avec lui dans les Gaules et fonda le Locociacum (Ligugé). Élu, malgré lui, évêque de Tours, en 871,

exil,

il

mourut

à la fin

du

iv" siècle.

saurait s en Saint Martin n’a laissé aucun ouvrage. On ne était fort dit M. Boissier^ étonner. « Cet ancien soldat

I.

<iant

i

col. 789): Templa collapsa Traclntus in c^xxvII Rxaliniiin. io(.Mifîne, Patrol., l. IX, silent, aiigurum fides fallil. sanctorum interventii haruspices siint, miitata simulacrn Astrologie grecque de Bouché -Leclercq, Voir, dans Mathieu, ii, verset 2.

V

Cog-fiii. L’astrologie et l’orthodoxie chrétienne; l’êloile des Mages, » p. col. 922): Stellae autem IX, t. Patrol., 5(Migne, Commc’ntarius in Mathaeam, I, .3 credituras et honiines Christum in gentes inox indicat intelleclus orlus primum a Magis slatim in ortu ejus quod lumen aversae cognilionis divinae scienlia a professionis longe

<(

exstitit cognitaros. 4.

Boissier,

La fin du paganisme,

t.

Il, 1.

IV, chap.

ii,

p. 53.


^

72

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

'

illettré,

ce qui

n’empêche pas que toute une

à côté de lui et de son inspiration.

mier

il

le

attribue à son patron

se

entouré de

la

les détails.

son chemin

homme,

le

qui

citation des

menace

un

met facilement en

et qu’il

ren-

forme d’un fuite

par une

Martin guérit une jeune

se guérit lui -même

d’une cruelle maladie^,

esclave qui s’est suicidé 6.

raître le

il

la prière,

un catéchumène mort

ressuscite

veille,

diable, qui a pris la

le

psaumes». Par

mourante 3,

Jésus-Christ

lui apparaître

multitude des anges'; en état de

contre sur

lui

une foule de miracles magiques dont

Durant son sommeil, Martin voit

et

pre-

merveilleux abonde. Le biogra-

le

complaît à décrire tous

fille

le

souvenir de l’évêque de Tours. Nous avons de

Vita Sancti Martini

phe

Sulpice Sévère est

plus important des auteurs qui se sont consacrés à

et le

perpétuer

une

»

née

littérature soit

à la suite de fièvres violentes

Son baiser de paix

mal horrible qui rongeait un lépreux’. Par en

la croix, qu’il trace

l’air, il

fait le

dispa-

signe de

contraint à s’arrêter des paysans

une procession païenne; et, quand bon lui semble, il leur permet de se remettre en route 8. Il détruit nomsuspects de célébrer

bre de temples des faux dieux malgré multitudo

;

quand

armés de piques qu’ils ont

Martin

de boucliers se présentent à

mission de délivre

le

immondes. Placée sur une

lettre écrite

dans un salutaire

la poitrine

les

Vita S. Martini, ni, 3 (édit, de Latinorum, Vindobonae, i8CC). 2.

Vita S. Martini, vi, 1-2.

3

Vita S. Martini, xvi. Vita S. Martini, vi, 0

/(.

.

G.

Vita S. Martini, vu. Vita S. Martini, vin.

7

Vita S. Martini, xviii, 3 .

t).

8

.

Vita S. Martini, xii.

Vita S. Martini, xiv, 5 Vita S. Martini, xvii, xviii. 11. Vita S. Martini, xix, 1-2. 9.

10.

annonçant

chasse les esprits

fait

fille

malade,

immédiatement

la suite

d’une chute

mis hors de danger par un baume

anges répandent sur son corps tout couvert

1.

.

des anges

lui,

d’une jeune

Grièvement blessé à

escalier, le saint est

que

et

par l’évêque de Tours

disparaître la fièvr^e

la rusticu

protéger dans sou œuvre sainte

démoniaques

les

de

résistance est trop forte,

cette

et

la résistance

.

G.

Halm, Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum


.

gallo-romains l'astrologie chez les

d’yeux très lui -même d’un mal de contusions.. Il guérit 1 avenir évêque de Noie». Il connaît violent Paulin le futur qui se realisen la terre des prédictions il fait aux grands de P®' le signe de la croix converse avec les anges; par

.

Il

secours de

la prière, il

triomphe du diable, qui, pour

le

seduiij,

présente à lui sous la forme emploie mille artifices et se il confond ou de Minerve Jupiter, de Mercure, de Vénus

e les

;

elles faux prophètes^. auteurs de prétendus miracles un thaumaturge devin et En somme, l’évêque de Tours est ne se montre astrologue. magicien; en aucune occasion, il des paysans les superstitions païennes Il s’attache à détruire temples et abattre leurs arbres gaulois»; il fait démolir leurs démon’ ces pa’iens n’ont jamais sacrés qui sont dédiés au pour lutter contre le saint. recours aux pratiques de l’astrologie magiciens, auteurs de proLe diable, les faux prophètes, les ou de le vaincre; il n’a jamais diges, lâchent de le tromper :

aftaire

et

aux maihematici

Dans

aux Chaldaei.

s’occupe ses Dialogues, Sulpice Sévère

encore des mira-

la valeur bienfaisante de saint Martin. Il en fait ressortir salutaire que provoquent par rapport aux prodiges sans eftét L’occasion des Dialogues est amenée les ermites de la Thébaïde. qui était depuis par l’arrivée inattendue de Postumianus, songe a attiré longtemps en Égypte et que l’influence d’un s’étonne en rien de ce pouvers son ami Sévère». Celui-ci ne longuement merveilleux des songes. Postumianus raconte

cles

voir

merveilleuses qui existent entre les anachorètes l’un d’eux nourrit de dattes qu’il et les bêles féroces du désert qu’il congédie ensuite sans lui présente dans sa main un lion les autre donne quotidiennement à une louve les relations

:

diffîculté'J;

restes de

un

son repas; un jour,

a.

/i.

Vita S. Martini, xx. Vita S. Martini, xxi-xxii.

5.

Vita S. Martini, xxiii-xxiv.

G.

Vitale. Martini, xii,

3.

a...

quia esset

rtxslicis consiietudo.

8 9

bête vole

un pain

et le

remords

Vita S. Martini, \i\, 4-5. Vita S. Martini, xix, 3.

I,

7

la

.

Dial.,

I, I,

.

Dial.,

I,

„ [profani sacriliciorum ntusj OaUoriim _

Vita S. Martini, xiii,

.

liaec

a

:

...

i-

, arborera illam succidi oportere, quia esset daernoni aicata.

3.

XIII,

8

.

a


4

i5iiu;iOTin!:Qiii: j)i;s

d« sa faute

du

saint

Un

la tient

homme

umvkrsités

éloignée jusqu’au

Mini

ni'

moment

les prières

eii

rappellent pour lui accorder son pardon*.

la

troisième guérit en invoquant

le

nom

de Dieu

les petits

d’une lionne qui étaient aveugles-nés'*. Le Dialogue I contient le récit d’une foule de miracles de ce genre. Les Dialogues II et

Sévère d’un grand

dont

il

sont consacrés au récit par'Sulpice

f//3

nombre de miracles de

pas parlé dans

n’était

les astrologues

Là encore,

la Vila S. Martini.

saint n’a jamais recours à l’astrologie ses miracles et n’a

l’évêque de Tours

pour

la

production de

jamais besoin de combattre

païens.

Il

lutte aA^ec

les

dieux

le

et :

de vaincre

Mercure

est

redoutable, car c’est l’ancienne divinité des Gaulois^'; quant à Jupiter, qui n’a jamais été l’objet d’un culte spécial en Gaule,

ce n’est pour Martin qu’une brute hébétée^. Les démons, quels qu’ils soient, les

impies

et les

hérétiques sont confondus par la

puissance miraculeuse de l’évêque de Tours qui ne rencontre jamais un astrologue parmi ses adversaires. Les trois Epistulae authentiques de Sulpice Sévère complètent la Vila et les Dlalogi; rédigées

dans

le

même

esprit, elles

rapportent d’autres miracles du saint. Les sept lettres dont l’authenticité est douteuse ne contiennent rien de notable; pas plus

que dans

premières, on n’y trouve d’allusions à l’astrologie.

les

La plus grande partie des deux par

le

livres de Chronica publiés

panégyriste de saint Martin donne un abrégé de l’Ancien

On

Testament''.

sait

que

les Juifs étaient enclins à l’astrolâtrie.

Moïse leur interdit sévèrement d’adorer

l’armée des cieux'; plus tard, au temps du roi

étoiles, toute

Osée

et

du

armée des 1

.

2. ;ï.

Dial.,

Manassé,

roi

cieiix^.

ils

élèvent des autels à toute cette

Sulpice Sévère ne dit rien de la ])rescription

XIV.

XV. A. Ebcrt {Histoire généraU de la liltérature du Dial.,

l'ranç.,

mier

\,

le soleil, la lune, les

I,

Moyen-Age en Occident, traduct. n’admet que deux Dialogues, dont le pre-

tome I, Paris, i883, p. 350, note 3) compose du premier et du second, des éditions ordinaires, llalm conserve

serait

encore,

comme

/i.

Cf. César,

5.

Dial.,

II,

plus

De XIII,

commode,

la

division en trois Dialogues.

Bello Gallico, VI, xvii. G

:

Mercurium maxime paliebatur infestum; Jovem brutum algue

hebetem esse dicebat. ü. Chron.,\\ Cliron., Il, i-xxau. 7. Deutéronome, iv, verset 19. 8. fiois, II, XVII, verset i6; xxi, versets

3, 5.


gallo-romains l’astrologie chez les

de Moïse;

il

se

tous les rois,

'’

surpassa en impiété borne à rappeler qu'Osée que Menasse quitta Dieu ses prédécesseurs', et au impies >. Les Chronica prennent

pour pratiquer

les cultes

sens de magiciens, magi.

lemeut en

7

latin

de Chuidael^, qui est generasupd’astrologues; Sulpicc Severe

le

synonyme

nom

fait mentions que l'Ancien Testament ici de Daniel dit que « le des astrologues. Ainsi, le Livre les magiciens, es Nabuchodonosor commanda qu’on appelât lui expliquer enchanteurs et les Chaidéens pour

prime

même

toutes les

astrologues, les

Chronica dit simLe passage correspondant des interpréter le songe les plement que le roi « lit appeler pour magiques el de l’examen Chaidéens qui au moyen de leurs arts

ses songes

connaître les choses des entrailles des victimes paraissaient Les chapitres qui résument cachées et prédire l’avenir de 1 ère chrétienne ne l’histoire des quatre premiers siècles les doctrines astrolofournissent aucun renseignement sur giques.

de 1 astrologie. semble que Sulpice Sévère évite de parler louange de saint Martin, D'après les livres qu'il consacre à la d’après superstitieuse n’existe pas de son temps; Il

cette science

son abrégé dlhistoire universelle,

elle n’aurait existé

en aucun

temps.

contemporain

Ililarianus,

Nous possédons de Q. Julius

et

un opuscule sur la durée du le même but monde. Libellas de MaïuU duralione, composé dans et un traité, suivant la même méthode que les Chronica,

compatriote de Sulpice Sévère

•’>,

et

Exposilam de

mensis,

Pascliae et

die

en

écrit

3f)G

et

revu

en 397

De Duralione, que les astres, création de ornement au ciel et Dieu, n’ont d’autre rôle que de servir d Il

est dit,

À.

Chron., Chron.,

I,

3.

Chron.,

I,

!t.

Daniel,

ii,

1.

1,

dans

xlix, 3 lï, 4

:

le

;

Is

Ilic

[Osée]uUra nmnes

[Manassé], relictn

xiv, 4; II. n, verset a.

i ;

Dm,

superiores impius.

vr,

iqui [quique, rorreclion Chron., 11, ii, i: ....ascilis ad interpretandum Chaldaeis scire occulta et fiitura praccincre Jo. Drusius]' m’aqicis artibiis rxlisque hostianm .

5. (le

reijes

culturns impias exercuil.

videbanlur. G.

TeulTel, Gesch. dcr

7.

Migne, Patrol..

t.

Rom.

Lilcr., S 44a.

XIII, col. 1097-1

n4.

«0

.

.

.


7^

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

d indiquer aux

hommes

la date

fete

de

la

antérieur à la

au

mars,

les

révolutions de l’année

i.

Pour

fixer

de Pâques, qui, dans l’ancien calendrier, réforme grégorienne, dépend de Page de la lune

auteur de VExpositum de die Paschae explique qu’il faut rechercher le jour précis où la lune fut créée au com22

1

mencement du monde; chose dans 1

il

ajoute que l’on ne doit voir autre

organisation de l’Univers que des preuves de admirable puissance divine On ne relève dans les calculs 1

plus QU moins savants d Hilarianus aucun indice de préoccupations astrologiques.

Ausoiie pouvait s’amuser à rédiger un manuel versifié de toutes

les

superstitions astrologiques

société gallo-romaine lettrés

par

1

;

la

en honneur dans

comédie de salon composée pour des

auteur du Querolus pouvait tourner en ridicule

prétendue science astrologique d’un charlatan

la

du

iv“ siècle et

au commencement du v%

il

gens du monde, dans les

à la fin

aucune

érudite des

ouvrages d’édification ou simplement

abrégés d’histoire écrits par des Gallo-Romains, gens

d’église ou, tout

même

les

:

n’est fait

allusion aux pratiques chaldéennes, distraction

dans

la

que

au moins, chrétiens convaincus.

ces pratiques superstitieuses sont

11

semblerait

inconnues aux

classes populaires.

Nous connaissons une idylle bucoliqüe, Carmen de morlibus boum composée en strophes asclépiades par le rhéteur gaulois Severus Sanctus Endelechius, chrétien et ami de Paulin de Noie A Ce petit poème met en scène deux paysans païens, un bouvier et un chevrier. Le bouvier est en proie à une profonde tristesse

;

qui exerça ses

il

est

durement éprouvé par

l’épizootie

bovine

ravages en 4og dans une grande partie de

l’Europe, passant de la Pannonie et de

l’Illyrie,

en dernier

...caehim cum ornamentis iii (Migne, PalroL, t. Xlll, col. 1099) solem et liinani et stellas, propler vices et signa lemporuni, lace radiantes. Ad originein mundi certa 2. De die Paschae, I (Migne, PatroL, l. XIII, col. 1107) ratione ire compellimur ; ut diem inqun luininaria facta suntvel qualein mnndo Deus fecerit lunam cognnscere possimus, licel in constructione mundi non aliud credendum est nisi quia Deus omnipotens oinnia aequalia, plena perfectaque constituit. 3 Poetae Latini Minores, édit. Lemaire, vol. I, p. 577-587. fi. Paulini... Epislulae, xxvni, G. !.

De Duralione,

:

suis, id est

:

.


l’astkologië chez les gallo-romains

Gaules. Les deux amis se ce iléau que les secours déclarent impuissants en présence de Survient un troisième perde l’art sont incapables d’arrêter.

lieu,

dans

la

Belgique et dans

les

indemnes. On lui demande sonnage dont les bœufs sont restés le répond-il « G est quel est le remède dont il a usé. du Dieu qui est seul adore signe que l’on dit être la croix gloire du Père Eternel dans les grandes villes, le Christ, la placé au milieu du front, a dont il est le fils unique. Ce signe, pour mes troupeaux c est à cause été un gage certain de salut nommé le Sauveur*. » de cela que le Dieu tout-puissant a été connaissent pas encore Les deux paysans, ces pagani qui ne au grandes villes, s’empressent de se convertir :

la religion des

christianisme, puisque

signe de la croix leur assurera

le

importe plus dans

éternelle, et, ce qui leur

triomphera de siècle

Lin

la

contagion qui

instant présent,

périr les hœuls**.

fait

auparavant, alors que

1

la vie

le

grand-père d Ausone se

de la aux pratiques de l’astrologie dans le sud-ouest les paysans seraient Gaule, c’est à l’astrologue ou au sorcier que de l’épizootie. En 4ofj, on allés demander de sauver leur bétail à user du merne croit plus à l’astrologie, on est tout disposé les recettes suranveilleux signiun guérisseur, qui a remplacé que Martin la sorcellerie. C’est par le signe de la croix

livrait

nées de

se délivrait des obsessions

du diable

et contraignait à s’arrêter

une dans leur route quelques paysans suspects de célébrer procession en l’honneur des laux dieux c est pai le meme que les sigmini criicis, placé au milieu du front de leurs bœufs, 5

pagani mis en scène par Severus Sanctus Endelechius éloignent la

contagion de leurs étables. Ou est peut-être en droit cependant de se demander

paysans du De Morübus boum sont opinions

communes

De Morlibus boum, w De Morlibus boum, v.

le

pastorales sont légitimement

:

Signiim prosit idem perpete saeculo

Quo

vis

com-

Tityre de Virgile jusqu’au

io5-iia. i3i

les

véridiques des

des campagnards gallo-romains au

mencement du V” siècle. Depuis Vémorin de Florian, les héros de I.

les interprètes

si

mnrbidn vincitur.


BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

7^

En

à caution.

sujets

Endelechius

au temps où Severus Sanctus

réalité,

son

versifiait

idylle, les

Gaules étaient adonnées à toutes

populations rurales des

les superstitions et

recours à beaucoup d’autres panacées que

Nous trouvons bon nombre de

le

signe de la croix.

ces panacées dans

en trente-six chapitres, dont fauteur, Marcellus invraisemblance,

romains. de

«

On

Marcellus Burdegalensis

parmi

fils,

a scruté les ouvrages

»,

^

il

;

lui-même

II,

écrivains

gallole

nom

médecin Julius Ausonius

n’était pas

il

médecin de profession

;

Marcellus vir inluster ex magistro

«

».

Théodose l’Ancien, dont

Ce Marcellus et,

a été

il

le

est

le

donc, sans doute,

puisqu’il fait allusion à

chancelier,

après fan 4o8, qu’il écrivit son

Les Bénédictins jugent que «

le

magister offîciorum de fan 3g5

Théodose

peut, sans

parce que, dans fépître dédica-

cite

il

offîciorum Theodosii sen. le

,

traité

prédécesseurs et ses concitoyens dont

les auteurs, ses

s’intitule

»

un

désigne fauteur du De Mcdicame/itis sous

toire adressée à ses

il

mis au nombre des

être

avaient

c’est

sous

traité.

De Medicamenlis

est

une œuvre

peu estimable... On remarque avec beaucoup de fondement

que

plupart des remèdes recueillis par cet auteur sont autant

la

de superstitions... chrétien,

Il

surprenant de ce que Marcel étant

est

comme nous

l’avons

montré,

quelques endroits de son ouvrage^,

il

et

paroit par

qu’il

se soit

amusé

à nous

débiter des choses aussi vaines et ridicules dont les païens

même de

dit

lisant

se riraient...

Que

l’on se

souvienne de ce que nous avons

médecine en usage chez nos anciens Druides et, en les secrets de Marcel, on conviendra que la plupart n’ont la

;

point d’autre origine

Marcellus ne

»

lui-même aucune

fait d’ailleurs

difficulté

de

reconnaître que beaucoup des recettes du manuel populaire I.

Marcclli

De Medicamenlis

3. De Medic., édit. Helm., p. atque Ausonius... scrutatus sum.

i,

s

On

...cives

:

u’a

gallo-romains Siburius et Eutropius. 3 Code Théodosien, VI, xxix, 8; XVI, .

aucun renseignement sur

les

médecins

v, 29.

nomine Dei Sahaoth; xxiii, 39 (édit. H., 236 ): ...spina alla qua Christus coronalus est; xxv, i 3 (édit. 11 ., p. 2.48): ...m nomine 4 , Cf.

p.

Teubner, 1889. ac majores nostri Siburius, Eutropius

liber; cdidit G. Uelmreich, Leipzig,

De Medic., S.XI,

2

(édit. H., p. 220): ...in

Cliristi. B.

Histoire littéraire de la France,

t. Il,

p. 62.


l’astrologie chez les gallo-romains

/J

bon chrétien pour rutilite des de médecine qu’il a compose en empruntées aux renseignemalades, surtout des pauvres, sont des paysans qui en ont ments fournis par des plébéiens et éprouvé

bons

les

Ausone

cite

ellels

parmi

les professeurs

de Bordeaux

un

Marcellus,

qui fut

originaire de Narbonne, et fds de Marcellus, qui était de l’école bordelaises Le des plus médiocres gvanunalici

Tun

mérite, nommé Marcellus de ce grammairien de peu de parfaitement être comme son père et son grand-père 3, peut

fils

fils du médecin Ausodevenu magister offidorum, comme le met au nombre de ses nius, que l’auteur du De Medicanientis consul et l’un des principaux cives ac majores, était devenu Nous ignorons si, une fois admis

personnages de l’Empire.

de Tbéodose put, ainsi que k la retraite, l’ancien cbancelier Moselle, terminer ses jours à Borle souhaitait le poète de la deaux,

nid de sa

le

Nous sommes cependant en

vieillesse'*.

apparemment k l’usage des droit de le supposer, puisque c’est du De Medicanientis pauvres gens des Gaules que l’auteur donne les

le

nom

celtique ^ des plantes médicinales dont

il

vante

les plebeii auxquels vertus k ses lecteurs. Les agrestes et

empiriques Marcellus doit une bonne partie de ses remèdes plébéiens gallo-romains, sont, sans doute, des paysans et des

œuvre d’un amateur qui ne s’occupe pas de médedocuments précieux cine astrologique G, doit nous donner des

et le Liber,

inventaient et accréditaient sur les superstitions populaires qui la remèdes de bonne femme auxquels les basses classes de les

Eliain ah agreslibus cl plebeis remedia Medic., édit. H., p. i, 2 didici. probaverant, experimenlis simplicia, quae >. Ausone, édit. Schcnkl. XVI, xix, v. I.

De

:

i

:Yec le

fortuUa

atqiie

:

Marcello geniluin, Marcelle, silebo:

[nier grammalicos praetenuis

menu.

nomme Julius Ausonius; sou Le père du poêle D. Magnus Auxonius se 2 ) se nomme également Ausonius. (Ausone, édit. Schenkl, XX, xn, v. Ausone, édit. Schenkl, XMll, v. üg

lils

3.

1

:

Burdigalam

in patriain... niduinque senectae.

3o5-3i5. Meyer, Gcsch. der Botanik, Koenigsberg, i854-t857, vol. 11, p. grecque, L'Astrologie Bouché-Lcclcrcq, voir Sur la médecine astrologique, (i. chap. X. f).

Cf. E.


— 8o

BinUOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI accordaient une aveugle confiance vers

société

cement du V siècle. Dans cette foule de

recettes simples

toutes ridicules et fondées sur

le

commen-

ou compliquées, presque

un merveilleux digne de

la

plus

vulgaire sorcellerie, destinées à guérir les maladies de toutes

du corps depuis les cheveüx jusqu’à la plante des en est peu qui se réclament de fastrologiq proprement

les parties

pieds,

il

comme

Sans doute,

dite.

de village, attribuent

sait

font encore aujourd’hui les sorciers

auteurs de formules recueillies par Marcellus

les

une grande importance aux époques de

aux jours de

On

le

lune

et

semaine.

la

que

la

lune a toujours passé pour avoir une action

la

immédiate sur

le

corps humain'. Marcellus subordonne

l’in-

lluence des jours de la semaine à celle des époques de la lune.

un écoulement d’huet, en ce cas, Marcellus recommande meurs ou la sciatique, un admirable remède qui a fait le plus grand bien au médecin peu importe que le traitement Julius Ausonius lui-même commence le jour de Jupiter, de Mars ou de Saturne c’est de Qu’il s’agisse de guérir la migraine %

:

*

l’époque de la lune qu’il convient de s’inquiéter. faut tenir

Il

compte des jours où

se produisent les

grandes

marées de nouvelle et de pleine lune (malina)^^ et de ceux où, au temps du premier et surtout du dernier quartier de la lune, il

y a morte eau

(liduna)^.

Boüchc-Lcclcrcq, L’Astrologie grecque,

p. ôï i. Si vir aut adulcscens aut infans emicranium 3 H., p. g): 3. De Medic., palielur, observet ut semper luna septiina et septima décima et vicensima septima se tondeat: miruni remedium habehit; neque curet si dies Martis aut Saturni in hxis lunas I.

II,

i

3 (édil.

inciderit.

x\, log (cdil. H., p. i 5 a): Ad reumaticos efficax remedium sic: velere, capta viva, in olla rudi ita excoquitur ut tcri possit et in luna Mustela die Jouis, 3.

De

pulverem

De

tf.

Medic.,

redigi.

Medic., xxv,

arthriticis hoc est,

quo

ai (cdil. et ipse

Il

,

p. 2/19): Incredibile et unicum

Ausonius medicus sanatiis

est...

Fimum

remedium

sciaticis et

ibicum luna septima

luna velere collcctnm simili efficacia prosit, dummodo Remedium a die Jouis incipe et per dies componatur... medicamen septima décima luna dato. septem continuos ô. De Medic., xxxvi, luj (cdil. II., p. 375): Conjicitur [mcdicamcn quod appcllalur

quamquam

décima

colliges,

hygia]

xii. Kal. Jul.,

non

et alia

inlerest

quo

die, vel luna, vel malina.

XVI, loi (édit. H., p. 1G8): Herba, quae Gallice calliomd.rcus. Latine cqui xv, 9 (édil. 11 ., p. i 4 a) Praeciunguia vocatur, collecta luna veterc liduna, die Jouis; in nido prendas et vivos incendas. vivos pullos hirundininos pue contra synanchen prodest si G.

De Medic.,

:


.

l’astrologie chez les gallo-romains

exécutées au décours velere lana). Ainsi,

bu

sur la fin de la lune idecrescenle,

formule

la

etre

doivent

Certaines prescriptions, pour être efficaces,

utile

pour guérir

mal de

le

lune, dents doit être récitée sept fois au décours de la

le

jour

malajour de Jupiter-. Le médicament pour les de la lune, le dies des gencives doit être compose au décours calculs doit jour de Jupiter.^ La potion souveraine contre les de Mars ou

le

composée

être

le

jour de Jupiter, au déclin de

administrée chaque semaine,

Pour d’autres remèdes,

lune, et

jour de Jupiter^.

le

de faire étal des

n’est pas utile

il

la

convient uniquement de s’occuper des guérit jours où ces remèdes sont préparés ou administrés on de Jupiter^; le la sciatique, grâce à une herbe cueillie le jour

époques de

la

lune

;

il

:

mal de gorge, au moyen d’une araignée enfermée dans un parchemin qui n’a pas encore servi et suspendue ainsi, le jour de Jupiter, au cou du malade-». C’est le jour de Jupiter que l’on doit appliquer le cataplasme qui fait disparaître les oindre d un varices*»; c’est le jour du Soleil que Ion doit collyre les yeux du malade qui souffre d’une ophtalmie

humide^;

le

bouc dont

le

jour du Soleil oi? de Jupiter qu’il faut tuer le sang formera le principal élément d’une boisson

\xm, 78 (édit. H., p. si 3 ) luna velere; Ad splenen remedium efficax : die Jovis liduna sinislrum pedem nudum in caprofico xxv, ii (édit. II., p. 347): rtemedium mirum adverpanel qui dolores splenis palietur; sempcr virens aestate atqiic hierne colligilur Fructetum... sum nesciam vel arthrisin... xxv, i 3 (édit. H., p. 248): Remediuni prandium; liduna ante die Jovis luna velere ut

ex

pulvis

his fiat die Jovis

liduna.

:

ad

nesciam

sic

:

colliges

herbam...

Jovis,

die

velere

luna

et

liduna...

xxv,

i

5

ad lumborum et p. 248): Insigne est certe inprimis [cerolum chalasticum] tempus guodlibel Martio in renium dolores; conficitur velere luna et liduna a mense

(édit.

H.,

aestivum. 1.

De

Medic., xn,

34 (édit. H., p.

33 ):

i

Carmen ad denlium dolorem

mirificum...

decrescenle, die .Martis, sive die Jovis, haec verba dices scpties...

Luna 2.

De

.Medic., xi, 82 (édit. II., p. 117):

Ad

gingivarum nimium'tumorem... medicamen

hoc fades decrescenle Luna, die Jovis, sic... 3 De Medic., xxvi, i 34 (édit. H., p. 370): Calculoso per singulas septimanas polionem Jovis die dabis. Conficienda autern polio die Jovis, luna velere, erit. remedium hoc: llerba... Jovis 4. De Medic., xxv, 46 (édit. H., p. 252): Ad nesciam .

die collecta.

5

.

De

.Medic., xiv,

68 (édit. H., p.

i

3 g)

:

Araneam

in

chartam virginem

lino ligabis et

collo laborantis suspendes die Jovis. 6.

De

.Medic.,

xxxiv, g 4

(édit.

II.,

p. 356 ):

...in

linleo,

die

Jovis,

ceroti

more

adpone. 7.

De

.Medic.,

vin, 3g (édit. H., p.66): Vitandae perpeluo lippitudinis gratia observa ul quo Kal. Solis die fuerint, etiam hora prima vel octava et deinceps

a Kal. lan. eo tempore

alio die Solis et tertio Solis die similiter collyrio tenui inungaris. II.

DF.

L.V

MLLE DE MIRMOXl

6


8a

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

donner au malade, à jeun, après un bain, égalejour du Soleil ou de Jupiter pour dissoudre les calculs

qu’il faudra

ment de

le

la vessie'.

Parmi tous ces remèdes empruntés aux superstitions popugrand compte des époques de

laires qui tiennent le plus

lune

et des

jours de

semaine,

la

la

en est quelques-uns où l’on

il

peut relever quelques indications d’une certaine connaissance des doctrines de J’astrologie

on suspendra,

l’ophtalmie,

proprement jour de

le

Pour guérir

dite.

la

Lune, au cou du

malade une lame d’or où une formule magique aura été gravée avec une aiguille de cuivre ^ l’or et le cuivre sont au :

nombre

métaux

des

métal de Cypre, appartient à Il

est

un

talmie

la

ou

cuivre,

le

l’or

au Soleil 3.

autre remède souverain pour tous les genres d’oph-

on crève

;

aux planètes; planète Vénus,

attribués

les

yeux avec une

un

aiguille de cuivre à

lézard femelle de couleur verte que l’on enferme, le jour de la

*

dans un vase

Lune, au

déclin

d’anneaux

d’or, d’argent, de fer, d’électron,

de cuivre

de

l’astre,

sinon

l’on peut,

si

cinq ou sept jours après, on retire du vase

;

anneaux que

le

malade portera aux doigts

fréquemment sur

et qu’il

les

s’appliquera

L’argent est attribué à

les yeux-'.

rouge de sang ou de

fer,

compagnie

en

la

Lune;

le

rouille, et l’électron, alliage jaunâtre

d’or et d’argent, aux planètes Mars et Jupiter.

moyen

Marcellus indique un verrues

les

moment

de

:

il

la

suffit

de

bien simple de faire disparaître

les frotter

avec n’importe quel objet au

nuit où l’on aperçoit une étoile

après Aratos, avait déjà trouvé dans

I.

Dahis

De Mcdic., xxvi, [le

q'i

(édit. H., p.

remède préparé avec

le

aCi)

:

sang hujus

la

filanlC''.

Mrgile,

direction des étoiles

Hircum... die aut JovU aut SoUs occidas... infirmo, mrlius si die Solis aul Jovis.

Idrri]

est question (xxvi, 95, édit. IL, p. 265) d’un autre medicamenlum cum sanguine hircino qu’il faut faire absorber die Solis aat Jovis in meri potionc aut ciijuscumque 11

dulcis liquoris. J,.

3

De

Medic., viu, 5 g (édit. IL, p. Og)

:

In lamella aurea acie cuprea scribes...

Voir Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 3 5 De Medic., vm, 4 g (édit. IL, p. 68) Lacertam viridein cxcaecatam acu cuprea i

.

4.

.

:

et electrinis,

si fiierint,

in vas

aut etiam

vitreum milles cum anulis aureis, argenteis, ferreis Uppitudinem ita cupreis... post quintum vel septimurn diem [vas] aperies... anulis contra ndplicentur. crebrius oculis sed etiam gesleniur. digito uteris, ut non solum Nocte, cum videris stcUam quasi praeciô. De Medic., xxxiv, 100 (édit. IL, p. 3.'>7) pitem se ad aliam partem Iransfercutem, eodem momenlo locum in quo verrucae erunt, :

quaeumqur

re volneris deterge. prntinus

omnesexcidml.


i/astrologie chez

i.es

83

gvli.o-romaias

\

filantes des pronostics sur le sens

où doivent

souffler les vents

de tempête*. permis de reconnaître un souvenir confus médical des prescriptions de l’iatromatliématique, ce système formule suivant les opportunités astrales, dans une Je ne sais

s’il

est

dirigé

lus indiquée à propos d’un remède contre la goutte. Marcel ordonne de composer, pour en frictionner les pieds du malade,

une pommade dont l’élément principal est \e phlonios (bouillon blanc officinal) réduit en farine. Pendant tout le temps que l’on est

occupé à moudre

on doit répéter

medium medicamenlum^. On

terra,

itna

caeluni,

le phlonios,

;

Sunwiuni

sait

que

les

astrologues désignent la culmination supérieure et la culmi-

nation inférieure par les termes medium caelum et imum medium caelum^, en usage dans la détermination de horoscope 1

qui fournit des renseignements de toute sorte sur

la

maladie

et la médication'*.

En somme,

empiriques dont

les recettes

le

Liber de Medica-

une vaste compilation, ne présentent, pour ce qui est de l’astrologie, rien qui s’éloigne des banalités en crédit auprès des sorciers de village et des bonnes femmes de tous les temps et de tous les pays. 11 ne semble pas que les menlis fournit

qui vivaient à Bordeaux et dans les cam-

plebeii et les agrestes,

pagnes voisines au commencement du

pour en

faire part à

siècle,

aient gardé

Marcellus grand’chose des secrets de cette

inconnue au druidisme, qui avait sud-ouest de la Gaule, vers 1 an 270, par

astrologie gréco-romaine, été pratiquée

dans

le

Caecilius Argicius Arborius, le beaù-père

Ausonius, que l’ancien maître des offices

au nombre des

I.

(jéorg.,

I,

V. 36.')

du médecin Julius cite de Théodose

compatriotes dont

illustres

il

a usé

pour

la

:

Saepe etiam

stellas,

vento impeiidentc, videhis

Praccipites caelo labi... Cf. .\ratos, Diosem., ilia

v. ig4.

parte ventum Jlaturum. in 3.

De

quam

Servius, ad Georq.,

l,

v.

366

:

Sanc sciendum

est

ab

ille ignis inciderit.

Medic., xxxvi, 19 (édit. H., p. 370).

R.

Heim

(Incantnmenta magica Graeca,

Teubner, 1892, n» 1 14) cite dos formules populaires en Allemagne qui se rapprochent de celte incantatio de Marcellus. 3. Sur la culmination, voir Bouché-Leclercq, p. 358-25g. Latina, Leipzig,

4.

Bouché-Leclercq. p. 025

;

cf. p. '172-474.


1

BlBLIÜTilÈQÜE DES UNIVERSITES DU MIDI

8/i

partie scientifique de

médecin Âusonius

le

son ouvrage.

ait

des époques de la lune où

de bouc destinées à et

— qui

A peu

même

la

est

peu proJ3able que

à l’astrologue Arborius l’indication

il

convenait de recueillir

les crottes

üicredibile

coniposition des pilules

la

unicum rernediarn

près à

Il

le

guérirent de la sciatique.

époque où Marcellus rédigeait son

manuel de médecine destiné à assurer la santé et la vie des pauvres gens, un auteur ecclésiastique

à prolonger

poème de cinq

le Corrimoni-

cent dix-huit distiques élégiaques,

comme

toriain, qui,

publiait

disent les Bénédictins, «est proprement

le

une instruction qui découvre qu’il faut éviter pour arriver à

voie qu’il faut tenir et celle

la

la vie éternelle*. »

Le dernier éditeur de ce poème,. L. Bellanger%

se

fonde sur

allusions aux faits historiques qui se trouvent dans le

les

monitovium pour en

«

un

Com-

placer la composition à une date posté-

rieure à celle de 4o6, année de l’invasion des Vandales, ou

bien de 4 12

Midi de

la

de ces

année de l’établissement des Wisigoths dans

Gaule

est,

saint Orient,

L’auteur, qui

»

chrétiens

poètes

Gaule»-', «

,

sans*doute,

peut être mis au nombre

presque

qui,

comme

évêque d’Auch

«

».

le

tous,

fleurirent

en

l’affirment les Bénédictins,

Le poète

était,

en

effet,

de

la

Gaule, ou, tout au moins, y vivait dans les régions du Midi. « Le temps de la vie et de l’épiscopat de saint Orientius flotte entre la fin

On ne

du

iv'^

et le

connaît pas

commencement du

la liste

nianus, qui mourut en 363,

et

v® siècle^. »

des évêques d’Auch entre ürsi-

Armentarius qui signa

la lettre

synodale des évêques de Gaule au pape saint Léon, en 45i. Orientius, qui fait allusion soit à l’invasion des Vandales, soit à l’établissement des

45

le

d’Auch pendant une période plus voisine de

siège épiscopal l’an

Wisigoths en Gaule, a dù occuper

que de

l’an 363.

255.

r.

Histoire littéraire de la France,

3

L. Bellanger, Le poème d’Orienliits, édition critique, étude philologique et litte

.

faire, .traduction. Paris, igo3. S. !t.

5.

Bellanger, ouvr. Bellanger, ouvr. Bellanger, ouvr.

cité, p. cité, p.

76 82

.

.

cité, p. g3.

l.

II, p.


85

l’astrologie chez les GALLO-nOMAlAS

Dans

le

Commoniiorium, Orientius

«

a entrepris

d exposeï

ponr la direction méthodiquement quelques règles essentielles en sa destinée»-. H met de la vie et declairer l’homme sur contre tous

les fidèles

garde

crimes, toutes

les

erreurs,

les

conseils, fauteur du poème veut, grâce à ses de fouler sans danger donner à son fidèle lecteur le pouvoir

toutes les vanités

le

;

remarquable que le Commopratiques pas la persuasion de s’adonner aux plaît a parmi les pièges que le tentateur se humaine. Dn seul vers fait allusion aux

cou verdâtre du serpent".

nitorium ne cite

de l’astrologie

est

Il

dresser à la créature astres à

Dieu

:

«

de

libre

entouré^ par propos des biens dont l’homme a été 1 équiPour toi, la voûte du ciel, l’étendue de la terre, l’air et les flots

de l’Océan... Pour

toi, le soleil

resplen-

lune répand sa rougeâtre lumière^. » Orientius donne La nature entière est créée pour l’homme adorer le à entendre que l’homme ne doit pas

dit, les astres étincellent, la

;

évidemment soleil, la

les astres et leur attribuer

lune et

celle de l’éclairer;

que

admettre que, séduits

humains

mais

il

par

une autre propriété

n’insiste pas,

tentateur,

le

se soient laissés aller à l’astrologie

il

ne semble pas

quelques-uns des

ou à f astrolâlrie.

de Le meilleur manuscrit d’Orientius, celui de Saint-Martin Tours, qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque lSationale^ contient et attribue avec vraisemblance â fauteur du Comnio-

composent de soixante -deux

nitoriam deux Orationes qui se

Dans

sénaires iambiques^.

question des prières que

la

les astres

Soleil avec

qu’invoquent

et

le

chaque mois,

et

les Pléiades,

celle

du matin,

et toutes les

Bellangcr, ouvr. cité, p. 229d’Orientius » (p. 229-201). I.

Commonit.,

3.

Il, v.

i

première de ces pièces,

N

et

adressent à Dieu sa

sœur qui

Orion, et

l’étoile

.

Commonit.,

I,

v.

1

:

Sol splendet, lacent sidéra, luna rubet. (i.

5

.

Bellanger, oavr. Bellanger, ouvr.

cité, p. 22 et

cité, p.

G

est toi

renouvelle

du

soir et

oir tout le chapitre « Doctrine et sentiments

:

16

«

est

gouttes qui étincellent à la voûte

Si monilb gradiare meis, fidissime leclor, Caerala srcurus colla prernes colabri. 3

se

:

il

suiv.

99 et suiv.


86

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

céleste*. » Je

ne crois pas qu’on puisse rien relever dans ce

passage qui

rapport à une superstition astrologique

ail

:

c’est

simplement, avec l’adaptation d’un vers de V Amphitryon de Plaute

une réminiscence du verset du Psaume

2,

astres sont invités à célébrer le Seigneur

Louez rÉternel dans lieux.

Vous

deux; louez- le dans

les

louez-le. Louez-le, Soleil et jetez

de

la

C’est à

Lune;

lumière, louez-le

et

!

plus hauts

les

vous toutes,

tous, ses anges, louez-le;

les

Louez l’Éternel

«

:

cxlviii

ses

vous toutes,

armées,

étoiles qui

»

une époque voisine de

celle

œuvres d’Orientius

les

furent composées, tout au moins après l’an 4 i 2 et avant l’an

45 1

,

que Cassien

paraître

fit

ses

ouvrages,

principalement

destinés à l’instruction et à l’édification des moines. Si Joan-

— on

nes Cassianus n’était pas Gallo-Romain de naissance

ignore sa patrie

— c’est dans

^'

Gallo-Romains

qu’il

religieuse dans

un

l’Égypte,

a écrit.

Gaule

la

et

pour des

Après avoir reçu son éducation il

partit,

en Sgo, pour

passa dix années dans la fréquentation des

il

s’attache à saint Jean il

Midi de

de Rethléem,

cloîti’e

anachorètes. De 4oo à 4o5,

En 4i5, hommes,

le

il

réside à Constantinople,

Chrysostome; puis,

il

se

rend à Rome.

fonde à Marseille deux cloîtres, l’un pour

l’autre

pour

femmes. En 43o,

les

il

il

les

publie sept livres

de polémique écrits pour réfuter l’hérésie de Nestorius^. Dans sa notice sur Cassien, Gennade rapporte que l’auteur ne survécut pas longtemps à l’achèvement de ces livres'^ I

.

Oratio

/,

v.

1 1

:

Te SoUs astnim eum sonore menstrua, Vergiliae,

Jugulo, Vcsperugo, Lucifer,

Omnesque guttae praemicantes •2.

Ainphilryoït,

1

,

i,

v.

Ner

nj);

Jiigiilae, iieque

Psatî/nrs, CXLVIII, versets i- 3 h.

invocant.

Vcsperugo, neque Vergiliae.

.

Ebert, Hisl. litl., t. I, p. .369. De incarnationc Domini contra Neslorium

libri \ II (Joannis Cassiani Opéra, ex 5 U n’est pas recensione Michaelis Potsclienig, Corpus devienne, 2 vol., 188C, 1888). avec le controverse cette question et il ne pouvait pas être question d’astrologie dans nestorianisme. XVII, p. cxvi) Scripsil 6. Gennadius (Çassiani opéra, édit. Petschenig, Corpus, vol. his scrihendi anud Masin et libros VII Domini» incarnatione «de adversum Nestorium regnantibus. Valentiniano et Theodosio fecit, vivendi finem cl siliam .

:


VSTUÜI.OGIE CHEZ LES (iAEEO

I.’

En

«7

UOM U>S

les ouvrages authenoutre du traité contre Nestorius,

tiques de Cassien sont

monastique, De

un manuel développé

institutis

coenohiorum

et

d’institution

de oclo pnncipalium

recueil de vingt- quatre entremtioram remediis libri XII, et un Collationes des solitudes de l’Égypte, tiens avec les anachorètes

des Inslitula, ou 1 auteur Palrwn XXVI, suite et complément l’idéal de la vie érémitique, montre le chemin qui conduit vers

supérieure en perfection à

la vie claustrale.

les Inslituta les huit vices Cassien étudie longuement dans combattre gourmandise, principaux que les moines ont à ahattement, lâche indolence, luxure, amour de l’argent, colère, les manifestations de l’esprit vanité et orgueil. 11 ne cite pas parmi :

d’orgueil la folle ambition qui pousse les astres les secrets

de l’avenir.

11

l’homme

se borne,

à chercher dans

dans

le livre

XI,

l’exemple du roi Ezechias De Spirita Cenodoxiae, en donnant cadran que Paulin vanité, à rappeler le miracle du cruéii

L

de

Noie

la

citait

comme une

des preuves de la réfutation des

Mais 1 Écriture Sainte'. erreurs astrologiques par les textes de (contra fixas leges natuMe Cassien ne disserte pas sur le miracle simplement que le roi, enorinaudito miraculo); il constate dut preuve éclatante de la bonté de Dieu, gueilli

par cette

annonçait, suivant s’humilier devant le prophète Ésaïe, qui lui jours de malheur réservés à sa la parole de l’Éternel, les postérité

2.

— qui est pour

moines réunis dans les couvents ennemis du dehors ^ l’ennemi bien plus dangereux que tous les manières les anachorètes qui le démon persécute de mille dans le désert'*. H prend toutes les formes pour Le démon

les’

se sont retirés

doivent liittei séduire ou tourmenter les pieux solitaires qui la foule épaisse nuit et jour contre ces aeriae poleslales dont encombre l’espace qui s’étend entre le ciel et la terre-’. Les

démons

se divisent

ducteurs plaisants, I.

en plusieurs classes ceux-là

Voir, plus haut, p. 65-GCi.

î.

Inslit.,

XI, X.

3.

Instit.,

V, XXI.

fj.

Collationes, II, v, vu, vui. Collât., Vin, xit; 11, ii; Vil, xxi.

des

:

ceux-ci sont des sé-

tortionnaires

d’une

féroce


88

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

cruauté; d’autres encore incitent à est l’inspirateur

démon

la

luxures Chacun d’eux

d’un vice particulier 2 Les vices auxquels

le

.

mêmes

lâche d’attirer les solitaires 3 sont d’ailleurs les

que ceux où peuvent tomber les simples moines et dont les Instiliüa ont donné la liste. L’astrologie n’est pas citée au

nombre

des vices ou des erreurs qui procèdent de l’influence

du démon. La

une

Collalio VIII, qui est tout entière consacrée à

tation de l’abbé Serenus

«de principatibus seu potestalibus

donne un long historique des origines de

démons ont

magie que

la

hommes pour que

inspirée aux

la

maine, au lieu d’adorer son créateur, adorât

»,

les

créature hu-

les

éléments,

démons de l’air Serenus ne parle pas de l’adodes astres. Quand vint le déluge, Cham eut soin de

le feu et les

ration

disser-

:

graver toutes

magiques sur des lames

formules

les

pierres très dures que l’action des

eaux ne pouvait

le

transmirent à

postérité les secrets des

patmi lesquelles

altérer.

déluge, ces pierres et ces lames gravées

Retrouvées après la

et des

sciences maudites

l’astrologie n’est pas mentionnée^'. i

Au temps

d’Orientius et de Cassien, la littérature profane

compte peu de représentants dans les Gaules. Claudius Rutilius Namatianus est bien Gallo-Romain gine la

:

il

est

né peut-être à

Poitiers, plutôt à

région qui s’étend entre Toulouse

Gallo-Romain c’est loin

comme on

est,

et

Toulouse» ou dans

Narbonne. Mais ce

dit aujourd’hui,

de sa patrie qu’il accomplit son

d’ori-

un

carsiis

«

déraciné

honorum

»

;

ter-

miné par les fonctions de préfet de Rome qu’il exerce en 4i4Deux ans après, en 4i0, sa destinée l’arrache aux régions xïxii:... scdactores et joculatores... alios furori deditos... incentores etiam libidiniim atque liixiiriae quosdam spiritus. vil,

1.

Collât.,

2.

Collât., VII, XVII.

3. Collât-, V, 4.

ac truculenüae

II.

Collât-, VIII,

XXI

:

...

instincta daeinonum... curiosas...

maleficiorum artes atque

Jllius Noe... scclestas actes ac

praestigias ac nxagicas superstitiones.. Cham, menta diversorum metallorum laminis, quae scilicet .

profana com-

aquarum inundatione corrumpi non Quae, diluvio peracto, eadem qua celaverat curio-

possent et durissimis lapidibus insciilpsit. seminarium transmisit in posteras. sitate perquirens, sacrilegiorum ac pcrpetuae nequitiae critique accompagnée d’une traédition Namatianus, Rutilius Cl. Vessereau, 5. duction française et d’un index et suivie d une éludé historique et littéraire sur

l’œuvre et l’auteur. Paris, igo4,

p. i5i-i55.


.

1,’

%

ASTROLOGIE CHEZ LES GALIO-ROMAUS

pays longtemps et l’appelle dans son comme ainsi qu’Ausone le faisait, qu'il est loin de considérer, événeignorons à la suite de quels son nidus senecUteK Nous sarons rentrer en Gaule; nous ments Rulilius est forcé de peine à quitter une ville bienseulement qu'il se résigne avec moment du départ, il baigne a aimée, une maison dont, au entreprendre par mer un voyage

Chéries où

vit depuis

il

porte de larmes désolées et à profonde tristesse». Le récit de ce nécessaire qui lui cause une

incomplet, s’arrête au momen voyage, qui nous est parvenu deux mois, doit, à cause du où Rutilius, parti de Rome depuis Luna, aux confins temps, faire relâche dans le port de

mauvais

de l’Étrurie

la Ligurie.

de

et

qui ne dit rien peut donc demander à cet Ilinerariwn, sur les superstitions des de la Gaule, des renseignements d’y chercher des Gallo-Romains; tout au plus est-on en droit Rutilius est un païen indications sur les croyances de l’auteur. orthodoxe et étroite qui convaincu, fidèle attardé de la religion

On ne

Rome « admise parmi ne veut connaître d’autres divinités que des immortels et des hommes les astres du ciel, Rome mère sainte est la demeure. Le poète et les dieux dont la ville intolérant les Juifs confond dans le même mépris indigné et qu’il

rencontre sur sa route^'

et les

moines, ces ennemis du

11 adresse genre humain, qui peuplent l’île de Capraria^. que mêmes invectives à un ancien ami, devenu chrétien,

Furies ont poussé à abandonner les la solitude

vivant dans I.

Rutilius,

V.

1,

19

hommes,

d’un rocher désert, entre

:

At meadilectis forluna rcvellilur oris, Indigenamquc suiim Gallica rura l'Ocanl. J.

Rutilius,

V.

I,

35

:

Jamjam

laxatis carae complexibus urbis

Vinciinur et sérum vix toleramus iter V.

.',3

;

Crebra relinqiiendis infigimus oscala partis, Invili superani limina sacra pedes

Oramus veniam 3.

Rulilius,

1,

V.

48

:

Inter sidereos ....

lacrimis...

Rama

recepta polos.

genitrix hominum, genitrixque deorum.

4.

Rutilius,

I, V.

383-398.

5.

Rutilius,

I,

V.

439-452.

les

les

à s ensevelir

la côte

de Pise


lUBLIOTHÎiQLK DES UMVEHSITÉS DU MIDI

90 et celle

les

de Cyrnos

secrets de l’Empire

et

fait

brûler les livres sibyllins où

étaient contenus les oracles protecteurs de

«païen fervent, patriote

Rutilius,

temps, un sage stoïcien, de son stoïcisme

dans

«

tions chez le poète

dit

sait

que

les stoïciens «

les

ont vu dans les

qu’ils

»

même

en

exalté'^,» est,

grand rôle que jouent

le

On

»

Rome 3.

M. Vessereau, qui voit une preuve

l’expression de M. Bouché-Leclercq,

astrologues^,

qui a livré

et à l’odieux Stilicon, ce traître

les constella-

ont

suivant

été,

collaborateurs des

des divinités

astres

vivantes et agissantes. Rutilius, semble-t-il, reproduit simple-

ment des

mêmes dont il

connues, souvent dans

senlenliae bien

les poètes, ses

prédécesseurs, avaient usé,

parle de l’existence immortelle des astres

poursuivent sans relâche

les

:

«

termes

quand

Les astres qui

leurs éternelles révolutions n’ont

jamais vu Empire plus beau que l’Empire romain 'j... Le

ciel

s’enrichit après avoir subi des pertes. Les feux des astres pré-

parent leur lever parleur coucher; tu vois sa course le

pour

vœu que

recommencer'^.

la

lune terminer

Horace avait déjà exprimé

toujours

astre

Soleil,

le

»

la

le

même

et

toujours

nouveau, pût ne jamais rien contempler de plus grand que

RomeS;

avait rappelé que la Lune, dans son cours rapide,

il

ne cesse de réparer C’était

ses pertes^.

une opinion généralement admise par

1.

Rutilius,

I,

2.

Rutilius,

II, V.

3.

5.

Vessereau, ouvr. cité, p. i83. Vessereau, oiivn cité, p. 189. Bouché-Leclercq, L' Astrologie grecque, p. 28-34-

6.

Rutilius,

4.

1,

V.

toutes

517-526. 42-52.

V. 81

;

Omnia perpetuos qnac servant sidéra motus Nullum viderunt pulchrius Imperium. 7.

Rutilius,

I,

V.

122

:

Exemplo

caeli ditia

damna

subis.

.Astrorum flammae rénovant occasibus ortus;

Lunam finiri 8.

Horace, Carm. Saecul.,

v.

11

cernis, ut incipiat.

:

Urne Sol... ...

aliusque et idem

...

possisnihil urbe

Roma

Visere majus. 9.

Horace, Odes, IV, vu,

v. i3

Damna

:

tam.cn celeres réparant caelestia Lunae.

les


9

GALLO-ROMAINS l/.VSTROLOGIE CHEZ LES écoles de philosophie

sur la terre

que

les astres

exercent une

H

sur les habitants'.

et

>

souvent question

est

se^^

sur la pluie e' nnneraria. de faction des astres couchei changements de saison le sur les climats et les ^ mauvai perfide des flots'. Le colère la provoque Pléiades :

temps les

de'

sévit, la

mer

le se soulève, alors que,

matin, se

plu e que disparaît sous des Hyades, chargées d’eau, alors puissari faibles rayons, mais tempête le Lièvre, astre aux ter e poil, empêcher les voyageurs de qm

à agiter les flots, à

pioi de forageux Orion, il fuit, parce que, voisin immédial ChienL C'est un heu devant l'ardente chaleur du

Limide,

momen

Virgile ', que poétique de rappeler, apres a la fhorison est le plus favorable sur .sont Pléiades les où que couchent, le plus dangereux; navigation; celui oii elles se que la constellation du redoue

commun

les

Hyades annoncent

pluie

la

;

sortent environnée de nuées d'où

table Orion,

.

les

averses,

démontéeL Les indirage des lempêtes sur la ruer peu des savantes données par Kutilius s’éloignent lopas, la longue chevelure,

-déchaîne cations

la

à théories que l’aède astronome

.

s’accompagnant

de Didon en élève d’Atlas, chante à la cour pratiques érudites de Palmure, de sa cithare dorée''', et des

e

mettre à la voile, observe prudent pilote d'Énée, qui, avant de aux naiigateuis, dont astres propices ou contraires tous les

silencieux révolution s’accomplit dans le ciel dans reconnaître une doctrine astrologique 11 est difficile de où Rutilius, s’inspirant du ces divers passages de V Itinerariurn '7.

donner à entendre que souvenir de poètes classiques, semble les l’évolution des astres, accompagnant les divers stades de sont plutôt des saisons, les pluies et les tempêtes, vicissitudes 1.

Bouché-Lcclercq, L’Axlrologie grecque,

2.

Rutilius,

I,

V. 187

h

Ol

:

Occidua infido 3.

p.

dum

Rutilius, I, V. 633-C38. IV, V. a3a-235 ;

saevit gurgite Plias.

_ ,

I,

V.

111, V.

oiG.

nimbosus Orion; IV, v. 5a ... aquosus Orion,- VU, 535 5 En 3Go-309 constellation du Lièvre est résume des vers Orion. -Ce que Rutilius dit de la XI, vol. Kavser, par Cicéron (edit. Baiter et de la traduction des Phaenomena d’.Vratos i

;

V.

:

.

.

p. iio). 6.

lin., I, V.

7.

Én

,

740 clsmv. 5i5 et suiv.

111, V.


HIBLIOTHÈQUE DES L'INIVERSJTÉS DU MIDI

92 le

signe et

présage de ces phénomènes de l’atmosphère que

le

leur origine et leur cause efficiente*.

On

trouve, peut-être, dans les vers de V Ilinerariam on

question des marées, un souvenir plus net de

croyance

moyen de

stoïcienne suivant laquelle l’Océan alimente au

eaux

la

est

il

ses

« L’Océan se y pompent le Soleil et les astres répand au milieu des terres quand ses tlots qui débordent inondent les campagnes pour les abandonner ensuite, soit que,

qu’ils

:

refluant d’un autre qu’il

monde,

se heurte contre le nôtre, soit

il

alimente de ses eaux (sidéra pascit aquis)

feux étincelants

les astres

aux

»

mentionne deux causes possibles des marées soit que l’Océan repoussé d’un autre monde, c’est-^-dire de la Lune, Rutilius

:

vienne se heurter contre

eaux de l’Océan. C’est

les astres aspirent les

mun

le nôtre, la terre; soit

que

le Soleil et

sentiment com-

le

des anciens philosophes, des stoïciens surtout, que

eaux de

Soleil et les astres s’abreuvent des

la

mer.

« Il

le

est

«

probable, dit Cicéron, que

marine

et terrestre vaporisée

pour parvenir au

plit

les astres

dans

quées par

la

Soleil

soulève l’Océan et la

qui,

fait

le

long

Le neveu

ciel^. »

Sénèque, Lucain, admet que

s’alimentent de l’humidité

les

et l’élève

marées peuvent

pour boire

monter

trajet qu’elle

les flots

les

du

accomstoïcien

être provo-

ondes nourricières,

jusqu’aux astres^. Dans

Pharsale, Achorée, le savant prêtre d’Isis, déclare à César

que

la sagesse

égyptienne est persuadée que

le Soleil et le ciel

tirent de l’Océan leur nourriture

Bouché-Leclercq, L'Astrologie grecque, p.

1.

Cf.

2.

Rutilius,

I,

7/1.

V.

Sunt autem stellae natura 3 Cicéron, De Nat. Deor., II, xvi, 43 Cf. II, xlvi, 118 flainmeae; quocirca terrac, maris, aquarum vaporibus aluntur iis qui a Sole ex agris Servius, ad Aen., I, v. 608 Pasri autem aquis marinis tepefactis et ex aquis excitantur. Voir Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 76, n. i. sidéra physici docent. ;

.

.

:

4.

Liic.Tin,

1

,

V. 4

i

5

:

Flammiger an Titan, ut alentes hauriat undas, Rrigat Oceanum, Jluctusque ad sidéra tollat: Cf. IX, V. 3 i 3

:

Sed rapidus Titan ponto sua lumina pascens. 5

.

Lucain, X,

v.

268

:

Neenon Oceano pasci Phoebumque polumque Credimus.


l’astrologie chez les gallo-romains

marées que Rutilius mentionne L’autre cause possible des Pomponius Me ales auteurs latins. est d’ordinaire admise par les exerce une influence sur dit

que

pense que

l’on

la

lune

praebeal); il constate ui marées (an lana causas tantis rnealibus phases de l’astre (ad même que les marées varient selon les 1 acvariantur). Sénèque reconnaît orlLis cerle ejus occasusque leur sur les marées^ et observe que tion puissante de la lune force

n’est

jamais

moment

grande qu’au

si

syzygies,

des

lune se trouvent en conjoncdes causes des marées dans tions. Lucain dit que l’on voit une 1 line de la mer qu elle agite l’action de la lune sur les flots aux influences combinées attribue le phénomène de la marée de

le soleil et la

quand

c’est-à-dire

Lune et du Soleil^. doctrines En somme, Rutilius n’emprunte aux la

scientifiques

depuis longtemps au du stoïcisme que ce qui appartient dans VlUneranuni domaine des opinions communes. On trouve les généralités

ron

et

depuis Cicéde l’astronomie poétique admises relever aucune trace de ces ne peut

on

Virgile;

y

aux lecteurs théories astrologiques familières garam d’Ausone et aux spectateurs du Querolas.

«

du Liber Eclo-

parent de Rutilius dans Les Bénédictins reconnaissent un Poitiers, fils d’ExuperanPallade, poète et philo’sophe d, né à opinion, généralement préfet des Gaules'^. Reprenant cette

tius,

abandonnée par

la

moderne’, M. Vessereau« attribue composé de treize livres en prose ou

critique

VOpus agricallurae'^ sont énumérés les divers travaux à 1.

Pomponius Mêla,

2.

Sénèque, De Providentia,

Il I,

Lucain,

1,

v.

4»3

pendant

les

mois de

I

I,

4

:

...lunare

Sénèque, \atiir. Quaesl., III, ïxvni, 6 salisque coituin omnibus aliis major undare. 4.

faire

;

sidus...

ad cujus arbilnuni Oceaniis

Solel aestus aequinoclialis sub ipsum lunae

:

...an sidéré

mola secundo

Telhyos unda vagae lunaribus aestuet horis. 5.

6. 7.

Causa jaestus maris] in Sole Lunaque. xcix, aia l. II, pFrance, de la Histoire littéraire Liter., S 4to. der Rom. Geschichte Cf. Teuffel, Pline,

iV.

IL,

II,

:

Vessereau, ouur. cilé, p. 3o3-ao4, a lâ-ïsîo it -? Palladius, J. G. Schmilt (.Leip* Tel est le litre donné par le dernier éditeur de d’ordinaire sous le nom De Re rustica. zig, Teubner, 1898), à l’ouvrage connu 8.

9.


BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

94

poème de

l’année et d’un

élégiaques sur la greffe

quatre-vingt-cinq distiques en vers

— au

d’Exuperantius, Palladius,

fils

qui accompagnait Rutilius à son départ de

de

mer.

la

renvoie à

ma

de

«

Rome jusqu’au bord

Au moment de m’embarquer,

Rome pour

Rutilius*, je

ses études Palladius, l'espoir et la gloire

homme

Jeune

famille.

dit

éloquent,

il

vient de quitter les

campagnes gauloises pour appendre les lois du forum romain. Il m’est uni par le plus doux des liens, la sollicitude qu’il m’inspire; c’est un fils par l’affection, un parent par le sang. » Il n’y a aucune inviaisernblance à supposer que cet étudiant en droit, qui devait avoir une vingtaine d’années en 4i6, soit le Palladius, préfet du Prétoire de Majorien en 45i, et l’auteur de VOpas agricullurae. Il convient toutefois de remarquer que, Palladius dont nous possédons l’ouvrage est Gallo-Romain

si le

de naissance, ce n’est pas en Gaule qu’il réside et qu’il écrit;

grand propriétaire, dans

domaines

les

territoire

recueille les observations qu’il a faites

il

qu’il gère lui-

de Neapolis en Sardaigne

même

en

Italie et

le

3 .

Teuffel se fonde sur quelques indices de ce vague

théisme, familier aux auteurs du

dans

iv" siècle,

mono-

que l’on relève dans

un contem-

l’Opas agricullurae pour supposer que Palladius est

porain de l’astrologue Firmicus Maternus. M. Yessereau ne trouve pas dans assez

les

expressions citées par TeuffeP

«

une saveur

pour qu’on y puisse voir une tendance l’astrologie et aux doctrines mal définies de

particulière

marquée

à

Firmicus Maternus sur fluence des astres... Le

la

nature de

mieux

serait

la divinité

ou sur

de reconnaître que

chez Palladius quelques rares points de contact avec ries astrologiques

du

iv® siècle, il

de ressemblances avec

le

l’in-

sfil

y a

les théo-

y a en revanche tout autant

fonds de pensées de Rutilius A

»

Cette ressemblance ne frappe pas le lecteur de V Jlinerarium et

de VOpus agricullurae, qui constate plutôt que Palladius

Itinerarium, 1 , v. 207-212. Quod ego in Sardinia, tcrritorio Neapoliiano, infundis mets Palladius, IV, x, 16 comperi; ah Ego... in llalia plantas grandes ftcorum... disposai. Ipse Dicendum autem nobis est (si divina faverint) ; XIV, v. 21 3 . Palladius, I, i 1.

2.

:

:

:

:

poli rector. 4.

Vessereau, onvr.

cité, p.

218-219.


l’astrologie chez les gallo-romains

trouve dans une étroite

se

communion d’idées puériles superstitions. 11 a les mêmes

saugrenues avec Marcellus, nous donne, dans le chapitre les

jardins

fourmis,

des

9

xwv du

des

livre

clienilles,

1,

et Il

pour préserver

des pucerons,

des

serpents et des scorpions, limaçons, des rats, des taupes, des plus curieuses de celles que une série de recettes qui valent les recommande pour guérir les diverses le Liber de Medicameiitis particulière à la corde de maladies. 11 attribue même une vertu dans la composition pendu que l’on regrette de ne voir entrer '

d’aucun des remèdes décrits par Marcellus. les Comme le médecin amateur, qui écrit pour soulager improvisé écrivain pauvres gens, le propriétaire, qui s’est attribue à la lune agronome pour instruire les agriculteurs, lune extraordinaire. C’est d’après les phases delà

une influence

toutes les opérations agricoles. qu’il décide de l’opportunité de

donner les œufs a Pendant que la lune croît, 11 convient de de basse cour’; de couver aux poules et aux autres volailles les artichauts en fumer les prairies en février^; de semer pour les fèves, on doit mars-', et les fèves en novembre; jour de la lune, a choisir le quatorzième ou le quinzième rayons du qu’elle ne soit pas encore frappée par les condition

•soleil^:

lune,

il

temps du plein de la soleil voit encore sur l’horizon, alors que le

ne faut'donc pas attendre

où on

la

le

voisins de la levant la frappe de ses rayons. Les cultivateurs, oursins qui veulent confire dans le sel la chair des

mer,

quand comestibles, doivent s’occuper de ce soin en décembre, les fait grossir tous la lune croît, car Vaiigmentum lanae animaux marins, poissons Pendant que

et coquillages®.

lune décroît, on coupe

la

construction, en janvier’

et

le

bois destiné à la

en novembre»;

en

février,

on

V

...aliquid de slrangulati

I.

Palladius,

I,

xxiv

.

Palladius,

I,

xxvii, xxvni, xxix.

3. Palladius, 111,

hominis loro aut vinculo autfune.

i.

5.

Palladius, IV, ix. Palladius, Xll, i.

.

Palladius, XIII,

4.

;

m.

— Cette opinion

se trouve déjà

,..cum incremenlo ejus [lunae] augeri conckylia. II, xxii.

7.

Palladius,

8.

Palladius, xil, xv.

dans Pline,

V,//., ll,c;ii,aai

;


9^

U115L10THÈQUE DES EXIVERSITÉS DU MIDI

donne du fumier aux oliviers et aux autres arbres*. Conformément aux prescriptions de Magon, cet écrivain carthaginois qui a exercé une si notable influence sur les Romains auteurs d’ouvrages agronomiques 2 il faut châtrer les veaux au printemps ou à l’automne, quand la lune décroît. Palladius indique le mois de mai pour celte opération 3. ,

Fidèle

à

source de

« la

théorie

la

astrologique

qui

de

fait

la

comme

chez les plantes

la vie végétative'' »,

lune

chez

les

animaux, l’auteur de ïOpas Agricultarae admet que,

dans

les

travaux d’un propriétaire rural, tout ce qui a rapport

aux progrès de

la vie des plantes et des

pendant que

plir

ou

à

ment de son ouvrage ciim luna crescit; cueille,

doit

«

:

tout

pendant que

la force vitale,

commenceque Ton sème doit être semé

ce que l’on coupe, cueilli,

cum

tout

ce que l’on

luna niinuitur^.

Les fèves, en particulier, doivent être cueillies dans

de

la lune,

avant

le

jour (luna minuente,

à couvert au grenier, avant

la

qu’il établit dès le

Tout ce

coupé ou

être

doit s’accom-

lune croît, tout ce qui a rapport à un

la

une diminution de lune décroît. C’est un axiome arrêt

animaux

que

la

lune

aille

ait

le

»

déclin

lucem), et mises

commencé

à croître

(antequarn luna procédai)^. Les oignons semés, niinuenle luna,

viendront plus petits

et

plus âcres; ceux qui seront semés,’

luna crescente, auront plus de force et cie'.

Par une contradiction

une saveur plus adou-

qu’il n’explique point, Palladius

qui veut que Ton profite de V augnientuni lunae pour confire les oursins dans

le sel,

recommande de

confire les poires decres-

cente luna^. Mais l’apparente contradiction entre les préceptes

suivant lesquels

il

faut

fumer en

février

les

prairies,

luna

crescenle, et les arbres fruitiers, luna decrescenle, est expliquée

par une autre prescription relative aux travaux qui doivent être exécutés

1

.

Palladius,

en septembre à ce :

III,

moment de

xx.

2.

Cf. Teoffel, Geschiehta der Boni. Liter.,

3. 'i.

Palladius, VI, vu. liouché-Leclercq, L’Asirologie

5.

Palladius,

I,

xxxiv.

6 . Palladius, VII, ni. 7

8

.

.

Palladius,

III,

Palladius,

III,

xxiv. xxv.

S

5 /i.

p. 109.

l’année,

on fumera,


l’astrologie chez les gallo-romains

champs après

les

decresceiite luna,

97

troisième labour et les

le

qui seront ensemences planches des jardins (spatia horlorurn)

au printemps suivant'.

U

est

nécessaire que cette fumaison

pour empêcher les mauchamps et dans les jardins vaises herbes de pousser dans les prise en herhis officiel). Cette précaution

quand

fasse

se

lune décroît

la

(cpiae res si servelar,

les prairies, luna septembre, on pourra, en février, fumer croissance des herbes utiles; crescenle, ce qui favorisera la fumier, luna fruitiers, il faut leur donner le

quant aux arbres decrescenle, pour empêcher

les

mauvaises herbes de grandir

autour d’eux. lune comme certains cas, Palladius semble considérer la certaines personnalité divine à laquelle on doit dissimuler

En une les

conserver,

pour

cueillir les citrons

Quand on veut

opérations agricoles.

est faut le faire de nuit, luna lalenle\ L’ail pourvu qu’on le sème et qu’on le cueille,

il

sans mauvaise odeur, luna lalenleK Si

un

cerisier est

desséché 'par l’ardeur de

la

d eau, puisés Canicule, on vçrsera sur ses racines trois setiers faite chacun à une source dillerente; cet arrosage doit se aussitôt après le

pour que

coucher du

soleil et

ne surprenne pas

celle-ci

la

lune,

cultivateur en

train

avant le

le lever

de

d’administrer ce remède au cerisier^. personnalité est aussi attribuée par

Cette

nuages

qu’il

médiocre. Si

aux

Palladius

semble juger doués d’une intelligence d ailleurs la grêle menace, on présente en face de la nuée

un miroir qui en reçoit l’image; la nuée chargée de grêle est réfléchie écartée par ce moyen, soit qu’il lui déplaise de se voir dans le miroir, soit qu’elle se croie devancée par une autre nuée

à laquelle elle cède la place

UOpus et des

recommande, d’après

l’autorité des

Grecs

Égyptiens, quelques procédés nettement astrologiques

vieux Caton se serait bien gardé de faire mention dans De Agri cullura, où il recommande à son villicus de ne jamais

dont le

agricullurae

le

:i.

Palladius, X, i et ïiii. Palladius, IV, x. Pallailius, XII, vi.

'i.

Palladius, XI.

5.

Palladius,

I.

a.

U. Dli

LA.

1,

xii

:

...ne rcinediuin

Luna deprehendal.

x\xv.

VILUi UL

MlUMüM.

7


BIBUOrilEQUE DES EMVERSli'ES DU MIDI

1)8

En Égypte, pour

consulter d’astrologue*.

s’assurer de la réus-

des diverses semences, on sème dans des endroits séparés

site

des graines de toutes les espèces de blés lever de la Canicule,

on

se

et

rend compte de

Au

de légumes.

l’effet

de

la constel-

du Chien sur ces diverses semences dont les unes ne subissent aucun dommage, alors que les autres sont desséchées; on s’abstiendra désormais de semer celles-ci, on s’en tiendra k

lation

celles-là,

parce que

en consumant,

la

brûlante Canicule pronostique ainsi, soit

en épargnant

soit

les plantes, le désastre

bon succès qui

les

égyptienne

des pronostics du lever de

pour

csb,

tirait

les

Grecs

attend

et les

Romains,

que de Sothis ayant

on

le

considérait

lieu

comme

en étant

l’étoile Sothis^,

la

ou

du Chien. Le

un peu avant

les

le

L’astrologie

^e(ptoc, Sirias

plus belle étoile de la constellation

la

suivante

l’année

ou

qui

Caniciilü,

lever hélia-

inondations du Nil,

cause et l’annonce; aussi

Egyptiens avaient-ils mis au nombre de leurs divinités

les

bienfaisantes l’étoile messagère de la traire,

chez

les autres peuples, Sirius,

tures élevées tes, était

si

funestes aux

regardé

bonne nouvelle. Au con-

avant-coureur des tempéra-

hommes, aux animaux

comme une

et

aux plan-

divinité mauvaise'*, qui toutefois,

fournit des pronostics aux Grecs

comme

Sothis en fournissait

aux Égyptiens. Le philosophe Héraclide de Pont, qui mourut vers l’an 33o avant Jésus-Christ, rapportait, au dire de Cicéron 5, que, de son temps, les habitants de Céos observaient avec un grand soin le

lever de la Canicule qui leur permettait de conjecturer que

l’année serait malsaine^ leuse, salubre,

si l’étoile

Manilius constate que

dont

la

terre

si l’étoile

doit le

apparaissait obscure et nébu-

se montrait la

lumineuse

Canicule est parmi

dance ou

la

/i.

5.

De. Divinatione,

3.

mont

il

ajoute

laurus, les

concluent d’après son lever béliaque l’abondisette des fruits de la terre et la température des

Voir, plus haut, p. 6i. Palladius, VH, ix. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. Cf. Plkic, V. //., Il, XL, 107; Vlll, xl; lxiii, iSa.

1.

2.

les étoiles celle

plus redouter l’apparition;

que, placés sur les plus hauts sommets du

observateurs

et étincelante.

1,

lmi, i3o.


L*ASTROLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAINS

semble être

saisons'. Mais Palladius

le

99

seul auteur latin qui

Égyptiens méthode astrologique dont usent les lever de la Canicule le pour pronostiquer d’après les effets du confiées à la ou la prospérité des diverses semences

parle de cette

désastre terre.

Palladius indique, d’après les Grecs,

une opération agricole

une époque fondée sur l’obserZodiaque et des plavation des combinaisons des signes du aura reçu l’hospitalité nètes»: « En juillet, alors que le Soleil

qui,

pour

réussir, doit se faire à

(hospUiam) du Cancer,

et

que

Lune, à son sixième jour, sera

la

Grecs assurent que si car ses racines ne reprenl’on arrache le chiendent 3, il mourra, au L’explication de cet hospUiam qui a lieu dront pas'*. Bouché-Leclercq, « le où, suivant l’expression de M.

placée dans

le

signe

du Capricorne,

les

))

moment

par ManiCancer héberge le Soleil d’été » 3, nous est donnée «Les douze signes 'du Zodiaque jouissent d attributs lius son ettet entier, individuels..*. Impuissants à produire chacun avec d autres associent tous d’une manière égale leurs forcel :

ils

qui établit des signes déterminés, par une sorte d’hospitalité relations entre toutes les régions

dent une partie de leurs droits le

nom

de decania^.

V. Ixoï.

’,

»

Manilius, Aslron. (édit. Bcchert),

i.

du monde céleste ’ils concèaux astres. Cette partie a reçu

I,

v. 3 y 6

;

... rapido contenta Canicula cursu, Qua nullwn terris violentius advenit astrum... Hanc qui surgentem, primo cum redditur ortu, Montis ak excelso speculantur vertice Tauri,

Eventas frugam varias

et

tempora dicunt.

Combinaison des Voir Bouche -Leclercq, L’Astrologie grecque, chap. Vil; signes du zodiaque et des planètes, p. i8o et suiv. \Xn comme dans Pline (.V. IL, vviv 3 Gramen. Je pense que ce mot désigne ici, de Linné. repens cxviii, 178), le chiendent, le triticum a.

,

.

4.

5. C.

Palladius, VIII,

v.

Bouche-Leclercq, L’Astroloffie grecque, p. i8o, n. Manilius, Astron., IV, v. 294

i.

:

...onmia [signa] vires

Cum

certis sociant signis sub partibus acquis,

Et velut hospitio mundi commercia jungunt, Conceduntque 'suas partes retinentibus astris. Quam partem Danaae dixere decania gentes.

ondeganae. Danaae estune heureuse correction de Postgatc les manuscrits ont decanae L’Astrologie Pour les décans, voir Bouche-Leclercq, Bentley avait proposé Graiae.

grecque, p. 2i5 et suiv.

;


,

lOO

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVEHSITÉS DU MIDI

Dans

poème De

le

agricültarae, Palladius

astrologiques.

indique

aucune allusion aux doctrines

fait

subordination au maître du

la

Opas

n’accorde aucune puissance aux astres dont

11

courses sidérales,

ments

ne

termine son

qui

Insitionibus,

comme

a affermi

il

et réglé le llux et le reflux

de

il

qui dirige les

ciel,

la terre

sur ses fonde-

mer*. Ce dieu unique,

la

expression d’un vague monothéisme, admet au-dessous de lui la plupart des divinités

de l’Olympe dont

Géorgiqaes de Virgile

les

d’Echion,

le

Bacchus,

:

dieu qui porte

est la déesse de l’olivier^

;

le

il

est question

dieu de Thèbes, ville

thyrse, protège la vigne^; Pallas

le

bocages sont agréables aux

les

dans

Nym-

Aucun arbre ne subit l’influence des astres. Mais, si dans le poème qui termine VOpus agricallarae, on ne

phes^.

constate que des banalités mythologiques sans importance,

impossible de ne noter dans

est

comme

le fait

M. Vessereau, que

convient de rechercher

si

en prose,

quelques rares points de

«

contact avec les théories astrologiques du Il

livres

treize

les

il

iv® siècle ».

l’origine des très

nombreuses allu-

sions astrologiques qui se trouvent dans l’œuvre de Palladius

ne remoiïte pas plus haut que

le iv® siècle.

Les travaux agri-

coles étant déterminés par le cours des saisons et les révolutions des astres,

il

est naturel que, les auteurs

de traités agro-

nomiques aient été amenés à attribuer aux planètes et aux constellations une certaine influence sur la bonne réussite de ces travaux.

qui interdit à son villicus de Le vieux Caton lui-même prescrit de ne toucher au bois fréquenter Ics Chaldéens

que dans l’interlune ou dans inlerrnestri

lanaque dimidiala) ;

qui suivent

1.

assure que

il

les arbres 5;

Palladius, XI V,

v.

il

veut que l’on fume

(nisi

sept jours

les

pleine lune sont l’époque la plus

la

pour déraciner

premiers quartiers

les

favorable

les prairies,

ar: Ipsr poli rector, quo lacida sidéra carrant

Qao fixa 2

.

Palladius, XIV, v. 45:

3. Palladius,

XIV,

Palladius, XIV, V.

.5.

Galon, De Agri

qao fait anda maris.

Echionii... Bacchi; v. 87

:

...

8C);

...

gratum Nymphis

caltara, xxxvii.

...

:

...

thyrsigero... Baccho.

rami.

Palladii

v. 5i

4.

...

est tellus,

— Pline

excellcnl ce précepte de Galon, hotninam sammus

...

nemas.

(N.

//.,

in

omni

XVI, lxxv, ig4) usa.

cite

comme


l’astrologie chez les gallo-romains

pendant aux premiers jours du printemps, lune K Dès

le

commencement de

le

silence

ses livres sur l’agriculture,

de

la

Varron,

des dieux qui président aux qui se propose de solliciter l’aide observe et la Lune dont on travaux agricoles, invoque le Soleil d’ensemencer ou de recoller^. H le cours, alors qu’il s’agit quand il recommande d’éloigner des connaît l’astrologie petits, animaux nuisijeunes plantations les chèvres et leurs :

bles,

il

admis au rappelle que les astrologues n’ont

ciel

la

Chevreaux qu’aux environs constellation de la Chèvre et des signes du Zodiaque 3 ; du Taureau, en dehors du cercle des douze le lever de les taureaux et les génisses il attend pour accoupler grec la Lyre et, en latin, Fides^. la constellation nommée en c’est surtout d apres Mais, le De Re rustica le dit et le répète, révolution annuelle du soleil et

la

que doivent divers

être réglées les

travaux agricoles

le

cours mensuel de la lune

époques où

On

doit

il

aux

faut procéder

apporter une attention

travaux se

aux jours de la lune (dies lunares); certains d’autres pendant qu elle feront pendant que la lune croît, couver à partir de la décroît. On donne aux poules les œufs à spéciale

la pleine lune. nouvelle lune; on coupe le bois à partir de chauves, si elles Certaines personnes craindraient de devenir période de décroisfaisaient couper les cheveux pendant la se

lune G. Pline l’ancien rapporte que l’empereur natupartageait cette crainte superstitieuse'^. VHisloire

sance de Tibère

la

ces permet, d’ailleurs, de se rendre compte que toutes lune sur croyances concernant l’influence de Tépdque de la mêmes au temps de les travaux de la campagne étaient les On les retrouve longuement Pline qu’au temps de Varron

relle

* I.

Caton, De Agri cultura,

i.

:

...

luna silrnti.

- D’après Pline,

de la lune Je moment de lasyzygie. Cf. V. //., XVI, qiiem dienialii inlerlunii, nlii sUentis lunae appellant.

190

:

...

on entend par in coitn ejus

silence

[hinae],

Varron, De Re rustica, I, i. in caeliiin recepit non longe ... quas etiam astrologia 3. \ arron. De Re rustica, I, ii in caelum... — Des mots astrologia receperunt ita astrologi etiam quas ni: II, ... a Tauro; sens d’astronomie et d’astronomes, et astrologioot plutôt dans ces passages le Varron, De Re rustica, II, v. ti. 5. Varron, De Re rustica, I, v, xwii. Varron, De Re rustica, I, xxxvn ; III, i\. t>. 7. Pline, N. H., XVI, lxxv, ig.'i. b. Cf. Pline, N. //., XVIII, lxxv. .

a.

:


;

102

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

énumérées dans Y Économie rurale de Columelle, qui quelques années antérieure à YHistoire naturelle où

souvent

de

elle

est

citée.

D’après les instructions de Columelle, de à la pleine lune, luna crescente,

on fume, en

on sème les

février, les prairies, ce qui

de foin plus abondante 2

,

et les terrains

sur une pente^; on plante la vigne^,

met sous

pour

poules,

les

propres œufs

soit

<5,

les

A

lune 8.

la

lune nouAelle

fèves et les lentilles

champs

saule et le genêt^.

commencer :

le

On

couvent, soit leurs

les

Quand on veut

œufs de paonne'^.

à ensemencer

;

procurera une récolte

le

premier jour de

partir de la pleine lune, luna decrescente,

les terres et les

»

maigres qui se trouvent

le

qu'elles

engraisser la volaille, on doit la

est

on fume

fumage, à cette date,

on châtre les veaux conformément aux prescriptions de Magoni®; on cueille les coings pour en faire des conserves”, et les fè^œs que l’on fait sécher et que l’on porte dans le grenier avant que la lune ait commencé

les

préserve des mauvaises herbes

à croître

;

grâce à toutes ces précautions,

On

les fèves

seront à l’abri

compte dos phases de la lune pour passer la herse dans les champs'^ et pour tailler la vigne*'*. Columelle indique aux possesseurs de troupeaux les mesures de prévoyance à prendre pendant la Canicule *5. Il n’ignore pas des charançons

que

du

le

doit tenir

Taureau, qui est une des constellations

ciel, s’associe

avec

le

les

plus brillantes

plus grand zèle aux travaux agricoles

entrepris par les hommes'*’*. Mais

il

se

défend de recommander

Columelle, De Re riiMica, 11, x, Columelle, De Re rustica, II, xiv. 3. Columelle, De Re rustiea, 11, xvii. 4. Columelle, De Re rustiea, XllI, iii. * 5. Columelle, De Re rustica, Xlll, xxix. 6. Columelle, De Re rustica, VIII, v. 7. Columelle, De Re rustica, VIII, xi. 8. Columelle, De Re rustica, VI 11, vu. 9. Columelle, De Re rùstiea, 11, v; xv. 10. Columelle, De Re rustica, VI, xxvi. 11. Columelle, De Re rustica, XII, xlvii. 12. Columelle, De Re rustica, 11, x. 13. Columelle, De Re rustica, XI, ii. 14. Columelle, De Re rustica, Xlll, xv. 15. Columelle, De Re rustica. Vil, iii. Pour la place que le Taureau, patron 16. Columelle, De Re rustica, VI, Préface. voir Ilouché-Leclercq, L’Astrologie agricole, trigone dans le occupe laboureurs, des 1.

2.

grecque, p. 182 et p. 204, n.

i.


i/aSTHOLOGIF, chez

OALI.O-BOMiIXS

I.ES

aux agHcultcurs ; il ,.„sage de l’asUologie contre les astrologues..

lui-même des ,a culture

de

e^^^^ réglée d'après les saisons la terre doit être astres»: mais le

de

^

du coucher des astres avec calculer leurs mouvements

lever et

avoir la prétention de perspicacité

reconnaît que

livres

du cours des connaître l’époque du

calcul

H

Mélon*;

laissera

il

l’étude

des

questions

e d’astrologie Hipparque, professeur savant Lentiliques'au spéciaux d astrologie n’approfondira pas les traités il propriecaeleümm et non aux appartient aux sladtosi vevum de s’occuper de râ-5/.a-:âc7-ac;'; t aires ruraux, observer quand commenee "ux-ci doivent, sans doute, cette observation mais ils ne doivent pas faire le printemps Et, prêchant exige d’un astrologueC.^ qu’on prJcidon la Ivec un calen raslica établit lui-naeme d’exemple, l’auteur de De Re .

.

.

;

du lever et du agriculteurs pour la date des l’usage à drier des qui indiquent la date coucher des diverses constellations calenaux abeilles, il s’en tient aux soins spéciaux à donner parce réglés sur les fetes publiques, driers des anliqui ustrÿlogi, aux gens de la campagne que ce vieux système est familier mun grossière (pmgmoribus, ut dont l’intelligence un peu pas toutes les subtilités des ;

,

rusUcovum

litleris)

ne comprendrait

calculs d’Hipparque’.

On

le voit,

l’astrologie il

est à

^

Columelle ne

proprement

remarquer,

Columelle, De Re

aucune place à

n’interdit pas

XI,.:

m

...

"e Ubrh

la

disciplina

dans sa

dite

qu’il

rustica.

fait

pratique de luiis.

Mais

d’une façon absolue

qms

adeereee oelrolojo. compo-

sueram. 2.

Columelle, De Re

rustica, XI,

i.

consultissmum astrologiae professorem Hipmente Le savant mathématicien Hipparque narchum ® d’astrologue, qualilication la que beaucoup plutét le titre d’astronome fois la à mot astro ogns désigné ?eTnsT Columelle comme ati temps de Varron,n’ale été latinisé qu’apres la période à..pov6,o; mot le

^

•-

Columelle’

Utteris astrologiae concedatur.

Sologne riL

-

Pour

"‘“f Smellc De Re rastica, 111, vi. péridioque du monde, xaTiataatç ou rénovation

doctrines stomiennes de l’àrovoir Bouche-Leclercq, L Astrologie

les

veris principium non Coîumèue,^/)e Re rustica, XI, ii Novi autem astrologus. rusticus débet qaem ad modum Re rustica, IX, xiv. * 7. Columelle, De :

sic

observare


mm.TOTHKQUE DES UMVERSTTKS DU MIDI

d avoir recours à l’astrologue de profession. Caton défendait à son le

de consulter l’haruspice,

villicus

Ghaldéen. Dans

villicus

De Re

le

rastica,

n’admettra pas chez

devin (hariolus)

le

est dit

il

simplement

haruspices et

lui les

:

«

et

Le

les sorcières

deux espèces de personnes usent d’une vaine superstition, pour entraîner les grossiers paysans à des dépenses (sagae); car ces

et ensuite à

de mauvaises actions*.

Chaldéens, La métayère superstitions

:

ne doit pas

'(villica)

nous ignorons

si la

s’était

être

adonnée aux

croyance à l’astrologie

comprise parmi ces supersliliones dont Columelle

n’est pas question des

» Il

pas fourni.

le détail n’est

souvent inspiré de Caton

et

est

de Varron.

Palladius imite servilement Columelle. Le XIV® livre de VOpus

de insitionibus,

agriculturae,

«

parce que

X® livre

est

le

du De Re

en distiques élégiaques,

est

»

de arborum cultu,

rastica, «

»

en hexamètres. Des développements entiers sont textuelle-

ment copiés ou maladroitement

adaptés. Mais Palladius ajoute

à 'toutes les pratiques superstitieuses de Caton et de Varron,

de Columelle

et

aux procédés de

de Pline, des préceptes de culture empruntés l’astrologie

proprement

dite.

que

C’est par cet usage de l’astrologie

le

manuel agrono-

mique de Palladius, qui écrivait pour des Italiens vers le milieu du V® siècle, diffère du manuel médical de Marcellus, qui écrivait quelques années plus Si

le

profane que nous trouvons dans

seul écrivain

Gaules après Ausone d’astrologie,

de parler de

il

pour des Gallo-Romains.

tôt

l’auteur

et

semble que

la science

Poitiers n’ait jamais de

les

du Querolus s’occupe peu

écrivains ecclésiastiques évitent

maudite.

Il

étrange qu’Hilaire de

est

polémique avec

Martin n’ait jamais à se défendre contre

les astrologues,

les artifices

que

des maihe-

jamais à mettre en garde

matici, qu’Orientius et Cassien n’aient les fidèles laïques et les

les

moines contre

les

vaines pratiques qui

prétendent deviner l’avenir d’après l’inspection des astres. Et,

cependant, longtemps avant Hilaire, Martin,

et Cassien, l’Église avait eu, ailleurs

Columelle, De Re rastica, I, vin. textuellement au chapitre I du livre XI. 3. Columelle, De Re rastica, XII, i. I.

— La

Orientius

qu’en Gaule, à combattre

même

phrase se retrouve à peu près *


i

1-astrologie.

; astrologie

Dès

les

lOD

chez les GALEO-ROMAINS

premières années du

ni* siècle,

Tertullien

attribuait au nœud ascendan moquait de l’inlluence qu’on ra malfaisantes, à l’aspect quac de l’orbite lunaire, aux étoiles ü connaissait la société Mars de Saturne, à l’aspeet trigone de que les l’astrologie»; et, admettant et magie la unit qui ans abdiquer, pour ainsi dire, deux sciences « étaient venues i Rédempteur païens, au berceau du la personne des Mages coutumière toutes les « amorces

se

;

repoussait avee sa fougue

saint Le célèbre évêque de Milan, constatait que beaucoup de Ambroise, qui mourut en 3g7, la lune avant d’entreprendre chrétiens consultaient l’êgo de contemporain d Orienune affaire^- Enfin, saint Augustin, le son secours tous les arguments tius et de Cassien, appelait à poui combattie et toute l’autorité du dogme

d’astrologie chrétienne

de

» 3.

la dialectique

^ dont les auteurs confondre cette superstition astrologique écrit à la fin du iv* siècle ecclésiastiques gallo-romains qui ont ne parlent ni dans les « avertisseet au commencement du v% les « institutions n ments » qui s’adressent aux laïques, ni dans destinées à instruire et à édifier les moines.

et

Vil œuvres Les allusions à l’astrologie dans les de saint Eucherius de Lyon.

Un moine îles

commence-

par Honorât de Marseille dans la plus petite trois de Lérins, Vincentius Lirinensis''’, publia en^434, la condamn^Atfon le concile œcuménique d’Éphèse où

ment du des

qui appartenait au couvent fondé au

V* siècle

ans après

de Nestorius avait été prononcée I

2! 3.

Tertullien, Adversus Marcionem,

I,

un Commonitoriam qui don-

xviii.

astrologiae inter se societatem. Tertullien, De Idololatria, ix Srimus magiae et Gii 612, n. i. grecque, p. p. Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie ;

;

Saint Ambroise, Epist., I, xxiii. _ L’Astrologie grecque, p. Gi8-6s3, « Polémiqué de saint 5. Voir Bouché-Leclercq, Augustin contre les astrologues ». Commonitorium .(Migne, Patrologie, t. L, col. G37-O8O). G. S. Vincentii Lirinensis Voir Teuffel, Geschichte der Rômisclien Literatur, % 458. Sancti Concilii quod ante triennium ferme in Asia apud Ephesum 7. Commonit., xxix: Antiochoque consulibus [consuls de l’an 43i]. Basso celebratum est VV. CC. /(.


.

io6

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

nait

aux chrétiens

la

méthode nécessaire pour éviter

les

erreurs

des hérétiques et rester fidèles à la vraie doctrine fondée sur les Ecritures

indignation contre

prendre

la

de l’Église. Vincent s’élève avec

la tradition

et

place

les superstitions

du dogme

céleste, contre les

nouvelle et profane curiosité».

nombre

humaines qui prétendent

Il

ne

cite

égarements d’une

pas l’astrologie au

des superstitions humaines auxquelles s’attache la

curiosité impie de ses contemporains.

Parmi

les

nombreux ouvrages de

monde

après avoir renoncé au

saint Eücherius»

qui,

vers /109 passa plusieurs années ,

au couvent de Lérins, devint évêque de Lyon en 434, et mourut vers 43o, l’un des plus curieux, Formularam spiritalis intelligentiae liber anus, qui est, disent les Bénédictins,

ou façons de parler de

tion de divers termes

contient

une

un développement

a

explica-

l’Écriture

»

où, sans s’occuper spécialement

d’astrologie, l’auteur expose le sens allégorique qu’il attribue

aux noms de certaines constellations. Les sept

dovit

étoiles

l’Ourse est formée désignent l’Église Universelle, représentée

dans l’Apocalypse par sept églises étoiles d’Orion, qui se lèvent

désignent

les saints

et sept

Les

chandeliers^».

au milieu des tempêtes d’hiver,

martyrs qui ont souffert

la

persécution et

qui ont, pour ainsi dire, paru à la face du ciel pendant les

tempêtes d’hiver; désignent

les

les saints

Hyades, dont

amène

la

pluie,

prédicateurs dont la parole est une pluie

cœurs des hommes

Ce symbolisme pas une innovation d’Eucherius. Dès les origines

salutaire qui arrose les astral n’est

le lever

du christianisme, V Apocalypse

avait ouvert la voie à la recherche

Commonit., iv ... dam pro caclesti dogmate humanac superstiliones introducanlur... profanne ac novellar. curiositatis libido. 2. S. Eucherii Lugdunensis episcopi Opéra (Mlgne, Patrologie, t. L, col. 701-1214). Voir Teufl'el, Geschichte der Rômischen Literatur, S 457, 6. 1.

:

3.

Histoire littéraire de la France,

4.

Apocalypse,

i,

t.

Il, p.

281.

verset 20.

iii (Migne, Patrologie, t. L, col. 742) ; Arctari nomine, qui in caeli axe radiis fnlget, Ecclesiae Universalis exprimitur, quae in Apoc. Jo. Vllstellarum constilulus per VII Ecclesias et VII candelàbra figuratur. Oriones in pondéré hiemis orientes sanclos désignant martyres, quod pondus persequentium et banc vitam amantium pertulerunt, et ad caeli faciem quasi in liieme vénérant. Hyades a graeca littera v nuncupatae, a cujus

5.

Liber,

discrepant visione, et ortae pluvias afferunt: sanctos praedicatores, quod verbis Osto; namque graece imber et corda hnminam salubriter irrigant, significant

forma non pluunt

.’

latine dicitur,

I


107

romains i/astrologie chez les gaeeo-

empruntées aux constellations

d'allégories

et

aux pianotes. Le.

mysticisme astrologique adaptait e a faits racontes dans à l’explication de tous les mleUigenlme, dans le IJber spirdalis d’aillLrs reconnaître que, sont pas les tirées des astres ne -

i

les explications

allégoriques

que

mot

coi

lei

admet plus extraordinaires. Euclierius apôtress parce que saint cophmi) désigne les douze cinq mille hommes, sans Mathieu rapporte qu’après que les avaient suivi Jésus dan et les enfants, qui compter

les

le

femmes

de rassasies de cinq pains et lieu désert, eurent été

un

poissons,

«

pleins des morceaux on emporta douze paniers

Comment nrii

Les

deux

in

pas de Genesim, qui ne sont peut-etre

Pulrologie place parmi saint Eucherius et ([uc la cdlributa, mettent les dabie vel falso sancto Palri

les

Snupta

vel

fidèles

en

propos du verset théories astrologiques. A Dieu crée des luminaires destines de la Genèse où il est dit que jours, les saisons, et pour les servir de signes et pour soin d explile commentateur prend

.rardc contre les

et

pour

les

années',

simplement que quer que ce mol signes fsipimÀindique des

cours

astres

doit

marquer

diverses

les

périodes

le

de

a essayé souvent de le des thèmes de nativité présafaire, chercher dans les astres fidèle au sysdes créatures humaines'. Mais,

l’année et qu'il ne faut pas,

geant

comme on

les qualités

inieUigeidine,

Liber spirilalis tème de symbolisme qui inspirait le d’ajouter que les luminaires l’auteur des Commenlarü s’empresse

de l’Écriture Sainte, qui sont les évangélistes et les docteurs éclairer l’obscurité de répandent la lumière de la sagesse pour la vie

humaine.

a.

grecque, p. OoG-fioç). Voir Rouché-Leclcrcq. L’Astrologie Apostoli. t. L, col. 762): Cophini, Patrologie, (Migne, vni Liber,

3.

Mathieu, xiv, verset

20.

Signa pro eo quod aliquid signinolanlur. Aon autem ea articuli temporum per siderum cursus ficant faturum, vel quod qualitatcs. et nativitates exprimere honunum signa quitus nonnulli tentaverunt 5

%Tmènlari\Z\^n^

Patrologie,

t.

L, col. 899)

:


io8

BTBUOTHKQUE DES UNIVERSITÉS

'DU MIDI

VIH t

Les attaques contre l’astrologie dans les œuvres de saint Prosper d’Aquitaine. Le Priscillianisme et le « Carmen de Provi-

dentia divina».

Saint Prosper d’Aquitaine,

contemporain

du

moine

de

Lérins, saint Vincent, et de l’évêque de Lyon, saint Eucherius,

un laïque pieux

est

et

érudit qui s’attache, à partir de l’an 429

,

à combattre par ses écrits le pélagianisme dont l’influence était

grande dans

le

sud de

Gaule.

la

Il

théologie de saint Augustin, dont s’efforce

le libre arbitre;

contempteurs de

les

la

il

meurt

partisan zélé;

il

il

est le

A^ers l’an

463

les

rapports entre

un poème, De Ingratis, contre rédige une Chronique, qui suit

écrit

grâce

il

;

de près celle de saint Jérôme Il

la

de réfuter les théories de Cassien sur

grâce et

•la

compose un résumé de

et la

continue jusqu’à l’an 455.

i.

Dans ses œuvres de polémique, consacrées à peu près complètement à la question de la grâce et du libre arbitre, il n’ÿ a guère lieu de rechercher des discussions astrologiques qui

n’auraient aucun rapport avec

dant noter dans

le

le

pélagianisme.

morales

et

doit cepen-

Liber Senientiaram ex Augustino delibaiarum,

manuel du chrétien où Prosper recueille une

ce

On

dogmatiques

tirées des

série de pensées

œuvres de saint Augustin,

qui sont autant de réponses aux objections des incrédules, une senleniia qui

lecteurs

du

prouve

liber

autorité fatale qui aurait

ramener

Christ. Prosper devait les

tures, incapables d’exercer la

du Créateur

;

«

de démontrer aux

l’impuissance des astres auxquels était vulgai-

rement attribuée une

du

qu’il était nécessaire

Ce

n’est pas,

à leur

amené

dit-il,

mort

condition de créa-

moindre influence sur

la

la liberté

une nécessité *

astrale

TeufTel, Geschiclite der Biimischen Literatur, S^iGo; Ebcrl, Hist. Utt., t. I, p. 388la thèse de l’abbé L. Valentin, Saint Prosper d’Aquitaine, TouPour les écrits de saint Prosper, Sancti Prosperi Aquitani Opéra louse, 1900. omnia (Migne, Patrologie, t. Ll). I.

3gi.

— Voir surtout —


r

,T.

*0

l’astrologie chez les gallo-romains

)

ce ne sont pas les astres qui a imposé la croix au Christ; des astres i. » qui ont forcé à mourir le créateur irère de 1 lomélhée, Dans sa Chronique, Prosper fait d Atlas, de la captivité des astrologue, qui vivait au temps

un

illustre

qui doive nous en Égypte^ Cette opinion n’a rien les auteurs ecclesiastiques. étonner; on la trouve souvent chez saint Prosper est le disSaint Augustin, en particulier, dont

Israélites

ciple fidèle, dit et répète

que

le

contemporain de Moïse La Patrologiede Migne place parmi les

ritalis

Valentin,

était le

grand astrologue Allas

Opéra incerlae auclogenlium ^ que l’abhé Libri duo de Vocalione omnium à saint après Antelmi, attrihuc avec vraisemblance les

combat énergiqueProspéré L’auteur des Libri de Vocalione des astres les vaines opinions qui font des destins et Ces humaines dispensateurs des inégalités des conditions

ment

leï

Créateur tout-puissant, qui inégalités sont l’œuvre de Dieu, le

nous ne

dont suivant des causes qui nous échappent et amt O pouvons constater que les cflets. nombre des Des deux poèmes que la Pdlrologie met au important, Opéra incerlae auclorilalis, l’un, qui est le moins le

Poema

conjugis ad

me

uxorem

tation de l’abbé Valentin

malgré l’argumen-

paraît,

ne pas être l’œuvre de saint Prosper. pièce, composée de seize iambiques

»,

Le versificateur de cette

de cinquante-deux distiques élégiaSeigneur Dieu ques, exhorte sa femme à consacrer sa vie au dans aucune allusion aux erreurs astrologiques ne se trouve

dimètres catalectiques fL

et

:

t

cette pieuse exhortation.

Aon cnim Ll, col. Vjo) l Liber Sententiarum, ccclxxiv (Migno, Patrologie, condilorem. siderum mori coegerunt sidéra nec mortein; intulit siderea nécessitas Christo Voir Valentin, ouur. cüé, p. 353-354. . Chronic. (Migne, Patrologie, t. Ll, col. 538) Hujus scrvitatis anno xx, Atlas :

.

-

I.

;

astrologus iasignis habebatur frater Promethei.

i863), XV 111, vui Saint Augustin, De Civitate Del (édit. Doinbart, Leipzig, xxxix Eo quippe dicitur. astrologus /uisse magnas Atlans Frater ejas [Promethei] :

3.

tempore, quo Moyses notas

est,

fuisse reperitar Atlans,

ille

:

magnas astrologus, Promethei

frater. 4.

Migne, Patrologie,

5.

Valentin, oavr.

.

De

Vocatione,

1.

t.

Ll, col. 047-72*-

687-713. xiv (Migne, Patrologie,

cité. p.

t.

U,

col. 667)

:

...multae

suntj et sidcf opiniones, qui... lias originales inarqualitatesfatis (quac nulia l. Ll, col. O11-C16. Patrologie, Migne, 7. 8.

'

«Lii..-

7

.

Valentin, oavr,

cité, p.

754-766.

vamloquorum

ibiis

depatarani.


llo

biBLIOTHÈQUE DES UMVERSITÉS DU MIDI

semble, au contraire, que Fauteur de

Il

sur saint

la these

Prosper d’Aquitaine a démontré par de justes preuves l’authenticité

du Carmen de Providenlia

divina,

composé de 876 hexa-

mètres précédés d’un prologue de 48 distiques élégiaques

Le but de Carmen de Providenlia

que

trant

Providence

la

de répondre, en démon-

est

aux objections

existe,

certaines personnes^ aigries par le malheur, qui

impies

de

ne veulent

pas croire à la suprême sagesse par laquelle Dieu conduit tous les

événements du monde

La Providence Créateur a

du

soleil,

veille,

fait libre et

de

lune

la

en particulier, sur l’homme que

sage

un

La créature humaine

seul maître qu’elle doit servir. Dieu

hommes

bien compris tous les

ou

de

les astres

la création,

sommes

ils

soumise

C’est c® qu’ont

pieux du temps passé

:

ils

se

le ciel, le

ont adressé leur culte non aux merveilles

mais au Dieu dont

toutes choses».

hommes

;

le calcul

n’est

sont gardés de prendre pour des divinités la mer, feu

le

apte à connaître les révolutions

des astres de la nuit et à faire

et

des jours et des années

qu’à

qu’il a créé.

C’est

donc une

la

raison souveraine a créé

folie

de

la part

de certains

de se croire soumis aux influences sidérales. Nous seuls responsables de nos péchés, et c’est

que de prétendre imputer aux

nelle insanité

que nous cbmmettons est mauvais parce que

:

est-il

astres les fautes

permis de juger que

tel astre

une crimitel

homme

a "présidé à sa naissance? Est-il

Migne, Patrologie, t. Ll, col. 617-638.— .\près l’abbé Valentin (ouvr. cité, p. 767-880), M. Bellanger (Le poème d’Orientius, p. 82) admet qu’« on attribue avec assez de vraisemblance le Carmen de Providentia à Prosper d’Aquitaine». 1.

2.

3

.

De Prov., De Prov.,

v.

v.

288 260

...

:

liber

homo

et sapiens.

:

Haie solis lunaeque vices et sidéra noctis Nosse datum, mimerisque dies comprendere !i.

De Prov.,

v. 264

Jfiinc

et annos.

:

potiorem anum cunctis spirantibus, uni

.Subjectum servire Deo.

5

.

De Prov.,

v.

612

:

Camque opus hoc mundi magnum pulchramque vidèrent. Non mare, non caelum, non ignem aut .sidéra caeli, Quae numéro subjecta sihi visuque tenebant, Suspexerc deos : unum, ratione magistra, Auctorem et Dominum rerum, non fata, colentes.

"


.

.

l’astrologie chez les gallo-romains

Saint vaine science des Chaldécns astrologique en expli Prôsper combat avec force le fatalisme ‘

permis de recourir à

la

comme la quant que Dieu, qui a créé les étoiles avait fait dépendre des mer, aurait été absolument injuste s’il terre et la

astres les

à

concevoir que

se refuse à

La raison

et intelligente

de l’homme, créature libre

mœurs

la

justice de

l'homme, au moment de sa naissance,

la

d’autorité astre tyrannique possédant assez

de vouloir

concession

les astres

:

domination d un

pour

1

empêcliei

Prosper consent toutefois à une peuvent exercer quelque influence sur

de pouvoir

et

Dieu impose

3.

si l’homme se l’homme, mais ils perdront celte influence n’avoir de vénération confie pieusement à Dieu 4. Il faut donc mépriser toutes les religions et de culte que pour le Créateur et

C’est notre impiété qui sont étrangères à la religion divine dispositions de le péché vient des mauvaises ([ui nous perd :

C’est le diable, le perfide non des astres du ciel qui s’elï'orce de propager les ennemi du genre humain sait quel châtidoctrines du fatalisme astrologique 8. Et l’on

nos cœurs

et

'7,

l’erreur des impies qui ont adoré l’astre

ment a puni

vénéré l’armée céleste De Prov.

I

Ü25

V.

,

et

consacré un culte au Soleil et à

:

Credis hoc cedere passe, mulentur natalia sidéra, quorum .

Si

tibi

. .

Te pravum decursus agit? Quid varia vetusti Perfugia erroris Chaldaeis qaaeris in astris? 2. 3.

De Prov., De Prov.,

v.

63i-04o.

v.

64i

:

.

...natis violentum affigere sidus,

Qaod nec 4.

De Prov.,

v.

644

veile

homini cédât nec passe.

:

Ërgo aut aethereis nullum est jus ignibus in nos, Aut s^ quid nostri retinent, amittere possunt. 5.

De Prov.,

v.

G49

:

Solum... venerare Deum, solique memento Servire, externas et despicc relligiones. 6.

De Prov.,

v.

658

%

:

si quid obest virtuti animosque retardai, superi pariant ignés, nec ab aethere manat, Sed nostris oritur de cordibus.

Verum,

Non 7.

De Prov.,

v.

665

Cumque haec 8.

De Prov.,

v.

668

Fala

Mus

agi prospexit callidus hostis.

:

seri,

Rempham,

...persuadet ab astris frustraque homines conjendere divis.

.

la


1

BIBLIOTHÈQUE DES UMVEUSITÉS DU MIDI

1

Lunei. Loin de maîtriser

Dieu l’ordonne

Josué a pu arrêter

:

pluie de tomber et seul est

l’iiomme il

vie

mouvements

étudier les

En

sa

Providence

ne veut pas que

il

;

:

la

Dieu

foudre sur l’autel

la

dans

se fasse le serviteur des astres, car, 3.

quand

empêcln?

le soleil, Élie a

moments de notre

placé au-dessus d’eux

l’a

lois

descendre

fait

leur obéit,

le ciel

souverain tout-puissant de l’univers

sur tous les

eille

v

le

hommes,

les

la création,

dernière analyse, vouloir

des astres pour en tirer de prétendues

qui règlent la destinée bumaiiie, c’est essayer une œuvre

pleine d’artifices trompeurs, c’est détruire toute religion'^. Cette longue argumentation n’a pas le caractère banal d’un

simple lieu

commun.

L’auteur du

Carmen

de

Providentia

attaque directement les impies qui ont été sévèrement punis

pour avoir adoré particulier, l’astre

nom

Le

s’écrie

servir il

de cet astre nous est connu par

Étienne, gui devait

«Diease détourna des l’armée du ciel (XaTp£u='.v dans

Israélites et les c'pxv.x xc3 :

«

»

dans

»

nacle de Moloch et l’astre de votre dieu

» X3 J

Oesu

u[jLà)v

pour

les

auquel

le

»

1.

De

adorer

5. »

Rempham

On

lit

dans

le livre

fait

allusion

:

«

.

Lunaeque

dicalus.

De Prov., v. 67C-6S5. De Prov., v. Ccji :

...

Solus Deus, omnipotens Rex,

Omnia qui nostrae dispensât tempora vitae, Nec servire aslris vult quos super astra locavit. 4.

De Prov.,

v.

716

:

Scrutatis iyitur stellarum molibus, hoc est Artis opus, totam subvertere relligionem. b.

laber-

(-h à'^xpsv

Vous avœz porté «

:

Mililia, et cultus Soit 'J,

le

du prophète Amos

Scinius enim quanta sleleril mercede quibusdain Sidus adfiratam Rempham, veneraLaqtie caeli

3

comme

qui sont des figures que vous avez faites

discours d’Étienne

Prov., V. 673

l’Église,

moi que vous

ô maison d’Israël? Vous avez porté

'Pep-oâv),

le

des sacrifices, durant quarante ans,

avez offert des victimes

et

Dans

abandonna à

cjpavoO),

Est-ce à

»

le désert,

en

(ts a-jvÉop'.sv),

premier martyr de

des prophètes

le livre

la Bible.

conseil des Juifs

le

être- le

:

est écrit

céleste, et,

Rempham.

discours qu’il prononce devant le diacre

Lune, l’armée

Soleil et la

le

Actes des Apôtres, vu, versets /»^- 43

.


l’astuologie chez les gallo- humains

images, l’étoile de tabernacle de votre Moloch et Kijun, vos *. » Les mots Rempham et vos dieux que vous vous êtes faits

le

Kijun désignent

la

planète Saturne que la cosmogonie chal-

Kaivan

nomme Kaimanou, Kaiwan ou

déenne

Soleil, la Lune Les impies qui ont adoré l’armée céleste, le Providentia rappelle le et Rempham, et dont le Carmen de

châtiment, sont

les Priscillianistes

composé monstrueux de

dont l’impiété

«

qui estoient dans avoit presque

un

toutes les erreurs les plus grossières

plus sales et ramassoit en elle seule toutes

et les

faisoit

les autres

heresies.

aucune heresie dont

ordures

les

n y quelque

Non seulement n eust

celle-là

tiré

il

paganisme impiété, mais elle y mesloit encore les folies du et les rêveries et mesme les curiositez sacrilèges de la magie des astrologues

3.

»

L’Église a toujours reproché au priscillianisme, entre autres impiétés, de subordonner les volontés et les destinées humaines

aux inlluences

sidérales.

On

d’avoir imaginé

l’accusait

système d’astrologie zodiacale nù

les

un

douze signes du Zodiaque, étaient renfplacés par les

exerçant des patronages terrestres, d’avoir affirmé que les astres, douze patriarches d’Israël

doués d’intelligence, avaient participé au péché d’Adam et à à la rédemption. En l’an 4oo, le canon xv du concile réuni Tolède pour condamner l’hérésie de Priscillien avait prononcé l’anathème contre ceux qui croyaient à Yaslrologia ou à la

canons

mathesis.

En

devaient

anathématiser encore

l’an 563, les

d’avoir enseigné que les

âmes

ix et

x du concile de Braga

les Priscillianistes

et les

corps des

coupables

hommes

sont

sous la domination des étoiles, maîtresses de leurs destinées,

douze signes du Zodiaque, désignés par les noms des Patriarches, exercent une influence souveraine sur l’âme

et

que

et

sur

A 1.

2.

les

le

corps

la fin

du

iv' siècle,

Priscillien avait

prêché sa doctrine en

Anios, V, verset a6. Voir Uouchc-Lcclcrcq, L’Astrologie grecque, p. 196, ru

2

;

p. 478, n.

i

;

p.483, n. 3.

3. Lcnain de Tillcmont, Mémoires pour servir à l'Histoire Ecclésiastique, t. Vlll, L’ « hérésie des Priscillianistes» est longuement Bruxelles, 1732, p. 207-208.

racontée, p. 207-222. 4. Bouché-Leclerc»!, L’Astrologie grecque, p. 32o, n. G24, U. H.

1.

UE LA VILLE UE MiUMOMl'.

i

;

p. üi5, n.

i ;

p. 623,

u.

i

;


J

O BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

Aquitaine;

Delphin, d’Agen.

et

11

avait été expulsé de

il

Bordeaux par l’évêque

avait eu à lutter contre saint Phébade, évêque

il

avait lait des prosélytes et des martyrs.

de saint Prosper rapporte qu’en 386, sous rius et d’Evodius,

à

Bordeaux

saint

le

La Chronique

consulat d’Hono-

une femme nommée Urbica, qui

professait

l’bérésie de Priscillien, excita par l’opiniâtreté de

son impiété une sédition où elle mourut, lapidée par la populace*. L’année précédente, Priscillien avait été condamné lui-meme par un concile tenu à Bordeaux; peu de temps après, l’empereur Maxime

le

nombre de membres de que

mettre à mort, ainsi qu’un certain

fît

Ces exécutions sanglantes,

sa secte.

évêques accusateurs de l’bérélique avaient provoquées, furent sévèrement blâmées par saint Martin de Tours, qui, dit les

Bayle,

«

refusa de

communiquer avec

poussé Maxime à ces violences;

un

communion

acte de

reste de sa vie, et

que

il

avec eux,

même

crut

évêques qui avaient

s’étant laissé

et, il

les

en

fut très affligé tout le

que ce

fut

pour

celte raison

grâce des miracles ne battit plus que d’une

la

personne

3 .

C’est peut-être à cause de sa profonde pitié

comme

principalement

pour

coupable

que l’évêque de Tours, qui ne

d’astrologie,

confondre

aile

en sa

»

condamné

extorquer

le diable, les

Priscillien,

de

pratiques

se lasse

pas de

faux prophètes et les magiciens, évite

de triompher des Mathematici et des Chaldati. Sulpice Sévère, qui, dans les derniers chapitres de sa Chronique, raconte avec

une grande

tristesse l’histoire

du priscillianisme

et

de la cruelle

répression ordonnée par l’empereur Maxime, ne cite pas, on

Ta vu, un seul épisode de ait

la Vila Sancti Martini,

où son héros

eu affaire aux astrologues.

Les auteurs ecelésiastiques gallo-romains semblent avoir

honte de l’émeute suscitée à Bordeaux contre Urbica l’exécution

de Priscillien.

de ces atrocités 1

.

.s.

C’est,

apparemment,

le

et

de

souvenir

dont avaient été victimes des hérétiques

Prosperi Chronic. (Mignc, Palrologie, t. LI, col. 586) Bardegalae, quaedam nomine Urbica, ob impistatis pertinaciam per seditionem valgi lapi:

Priscilliani discipula,

dibus exslincta est. Hayle, Dictionnaire historique et critique, au 3 .

Dial,

[11,

xi-xiii.

moi

Priscillien.

— Cf. Sulpice Sévère,


«

L^\STR0LÜG1E CHEZ LES G A LLO - KOMAINS

suspects d’astrologie qui

empeche

superstitions astrologiques dans les

aux laïques

dans

et

les «

Auch,

Marseille, Cassien, de parler des

moine de

Orientius, que le

aussi bien l’évêque d

«

avertissements

institutions

»

»

adressés

destinées à instruire

et à édifier les cénobites.

au Commonilorium. M. Belqui ont des traits langer a utilement relevé quelques passages de Prosper, et de ressemblance dans les poèmes d’Orientius et

Le De Providenlia

est postérieur

d’Aquitaine incline avec raison à croire que c’est le poète

il

qui a imité l’évêque d’Auch

Le Ccwmen de

Providentiel

donne

lui

-meme

1

indication de la

prologue, l’auteur se fait imagiadresser la parole en ces termes par un interlocuteur mois de naire « Voici déjà écoulée la plus grande partie des date où

fut

il

composé. Dans

le

:

l’année, et tu n’as pas écrit

une seule page de

vers=*.

Quelles

long silence ? Quelle douleur a accablé admettre ton esprit affligé?» Les' hommes qui ne veulent pas que la Providence règle les événements du monde demandent au poète pourquoi Dieu a permis tant de malheurs « Si

sont les causes d’un

si

:

l’Océan tout entier avait inondé les campagnes de la Gaule, ce désastre aurait détruit moins de troupeaux, moins de champs

de blé. Nous n’avons plus de vignes, ni d’oliviers. Les édifices ont été ruinés par la violence du feu et de l’eau. Quelques-uns spectacle plus triste!

— subsistent

abandonnés

et désolés.

Tels sont les malheurs qu’il a fallu supporter! Voilà dix ans de meurtres, dix ans que nous sommes mis en pièces^par les "laives des Vandales et des GètesA Châteaux construits sur O villes les rochers, citadelles bâties sur les hautes montagnes, situées auprès des fleuves qui se jettent dans la mer, rien n a

pu échapper aux ruses

et

aux armes furieuses des Barbares.

I.

3.

Hellangcr, Le poème d'Orientiut, p. 8a. De Prov., v. i :

Maxima pars lapsis abiit Jam mensibas anni, Quo scripta est versa pagina nulla tao. 3.

De Prov.,

v.

33

:

...

Vandalicis gladiis sterniniur

heu! caede decenni et Geticis.

les auteurs latins du iv‘ et du V siècle, le mot Getac désigne les Goths et les Wisigoths. Jornandes intitule son histoire des Goths : De origine aelibusque Getaram.

Chez


BIBLIOTHÈQUE ÜES UNIVERSITES DU MIDI

Tous, nous avons supporté Toi-

même,

misères

les plus déplorables...

tout couvert de poussière, chargé de lourds far-

une route pénible au milieu de l’armée des que ce saint vieillard, chassé de sa ville livrée aux

deaux, tu as Gètcs, alors

les

fait

llammes, conduisait, pasteur en

exil, ses brebis

meurtries*.

»

L’invasion des \andales est de/|o6; c’est en 4i2 que les \\ isigoths s’établirent

est la

dixième de ces

dans

midi de

le

désastre-s;

Gauler L’année 4i6

la

de 4i6 que Ton

c’est à la fin

demande à l’auteur du Carmen de Providenlia de reprendre ses poèmes interrompus. En 4i4, Bordeaux avait ouvert ses portes aux Wisigoths

quand

traitèrent la ville,

guerre

avoir été reçus en amis, les Barbares

après

;

semble que

Il

en sortirent, selon

de

la

poète parle de Bordeaux, quand

il

ils

le

les lois

rappelle les malheurs des villes situées auprès des fleuves qui se jettent

dans

la mer^';

il

était, peut-être,

d’un évêque de Bordeaux, que •

pour quelque temps, loin de

les

attaché à la personne

AVisigoths

entraînèrent,

sa ville épiscopale mise à feu et

à sang.

En

4i6, Prosper avait environ vingt-cinq ans;

d’une manière vraisemblable C’était,

dit

la date

on

place

de sa naissance vers Sgo^.

Gennade, un scholaslicus ;

il

avait,

sans doute,

fréquenté l’école gallo-romaine de Bordeaux, illustrée quel-

ques années auparavant par l’enseignement d’Ausone. établir entre le style

un

certain

que tère

du De Providenlia

nombre de rapprochements

et celui

du De

Ingratis

qui tendent à prouver <*.

forme

et l’imitation continuelle des auteurs

classiques, de Virgile en particulier^, permettent de

turer que ce

a.

peut

Mais le caracdeux ouvrages sont du même auteur oratoire des développements du De Providenlia, le manque

les

d’originalité de la

1.

On

poème

est

conjec-

une œuvre de jeunesse, composée par

De Prov., v. 37-38; v. 56 - 6 o. Pour les diverses allusions à

ces faits

historiques ^qui se trouvent dans les

auteurs contemporains, voir Bellanger, Le poeme d’Orientius, p. 74-77. 3 Jullian, Histoire de Bordeaux, Bordeaux, i 8 g 5 , p. 69. ... urbes omnibus aequoreis. 4. De Prov., v, 3 G .

:

Cf.

... aequoreae ... Garumnac. 483 Valentin, Saint Prosper d’Aquitaine, p. ia 5 Voir Valentin, Saint Prosper d'Aquitaine, p. 803-831. Voir Valentin, Saint Prosper d’Aquitaine, Excursus n» 18, « Imitations de Virgile

Ausone, Mosella,

v.

:

.

5

.

0

.

7.

dans

le

De Providentia, »

p. 893-894.


l’astroi.ogie chez les

l’auteur

du De

Ingratis, alors qu’il

gallo-romains

ne

s’était

/

pas encore dégagé

des influences de l’école. qu’Orientius, dont il Le jeune scholasücus veut. faire mieux souviennent de Priscilüanistes bordelais, qui se

s’inspire. Les la sédition

soulevée par

d’Urbica,

lapidée

malheurs de

la

la

par

,

la

populace orthodoxe et du meurtre les foule, alTectent de voir dans

patrie la preuve

que

la

Providence divine

inferieur ou que, tout au moins, son pouvoir est combat avec la des influences sidérales Prosper les

n’existe pas,

à celui

:

de vingt-cinq ans. Les dû laisser dévaster Priscillianistes prétendaient que Dieu, qui a le concile qui a par les Barbares la province où s’est réuni seuls condamné Priscillien, est moins puissant que les astres, s’indigne contre ces maîtres des destinées humaines Prosper quel châtiment doctrines impies, et ne craint pas de rappeler du Soleil, de la a frappé les adorateurs de l’astre Rempham,

homme

un jeune

violence propre à

:

Lune

et

de l’armée céleste des étoiles.

plus prudent Orientius, plus âgé, sans doute, et assurément Commonique le jeune scholaslicus, évitait avec soin, dans son il ne faisait torium, de s’engager sur ce terrain dangereux étaient aucune allusion précise aux doctrines astrologiques qui s ;

développées dans

le

midi de

la

Gaule

Vingt ou trente ans environ après

Carmen de

Providenlia,

De Gubernalione DeD

le

du iv® siècle. Commonitorium et

à la fin le

le

Salvien reprenait en prose dans 1^ sujet qui avait été traité en vers par

Orientius et par Prpsper. Le

«

saint et éloquent prêtre de Mar-

entreprenait de répondre aux objections des Christiani incessants des infidèles dont la piété, découragée parles progrès

seille »

Barbares désoler

le

et les

malheurs des invasions qui continuaient de

monde romain, ne

voulait plus croire à l’existence

d’une Providence soucieuse de protéger les croyants de l Empire contre les païens du dehors. Le De Gubernalione Dei s etforce de justifier la Providence et de démontrer que la volonté divine est toujours occupée à gouverner les destinées humaines. Dieu fait triompher les Barbares, parce que leurs vertus leur Ebert {Hist. litt., après 43y et avant 45 1 I.

.

t.

I, -'iSy,

n. i)

prouve que

le

De

Guhernatione a été écrit

'


I

bUJUOTUÈQLE DES U.MVEHSITÉS DU MIDI

l8

méritent

le

cpie leurs

crimes

succès;

il

accable les citoyens de l’Empire, parce

et leurs vices leur attirent

un

juste châtiment.

Salvien reproche aux consuls de nourrir encore des poulets sacrés suivant les rites impies tirent encore de^ augpres

du paganisme. Les Romains

du vol des oiseaux

et sont

encore

esclaves de toutes ces superstitions que les anciens païens,

eux -mêmes, estimaient la

si

vaines et

plupart des chrétiens professent

si

ridicules*.

le

paganisme

En :

Carthage un démon africain, une prétendue dea Mais, parmi

Afrique,

on adore

à

Caeleslis^.

toutes les pratiques impies qui déshonorent le

christianisme, Salvien ne mentionne nulle part l’astrologie.

Il

longuement de l’immoralité qui déshonore l’Aquitaine l’Espagne. Chez les Aquitains, chaque ville est devenue un

parle et

lieu

de prostitution. C’est à cause de leurs scandaleuses débau-

ches que

les

Espagnols ont

été livrés

par

la colère céleste à la

domination des Vandales^. L’auteur du De Gubernaiione Dei ne dit rien de l’héresie des Priscillianistes

aurait

pu

dont

propagation en Aquitaine

la

comme une

être regardée

moment où

il

en Espagne

des principales causes des

châtiments inlligés par Dieu à ces deux pays.

au

et

accusait les consuls de

Et,

cependant,

Rome de demander

des augures aux poulets sacrés et les habitants de Carthage

d’adorer

la

dea Caelestis,

les

excès du priscillianisme obligeaient

pape Léon à charger Turibius, évêque d’Astorga, de réunir un concile en Espagne le nouveau concile de Tolède confirle

:

mait, en l’an 447,

4oo contre

l’an

les

anathèmes prononcés par celui de adorateurs du Soleil et de la Lune, de

l’armée céleste et de l’astre

Rempham.

Le De Gubernatione DeD garde au sujet de l’hérésie astrologique la môme réserve qui avait été observée par le Commonilorimïi d’Orientius.

Il

fallait

toute la fougue imprudente de la

vingt-cinquième année pour oser consacrer un long épisode De Gubernatione Dei (Salviani presbyteri Afassiliensis Opéra quae supersunt, édit. Pauly, Corpus do Vienne), vol. VHI, vi, u, la. a. De Gubernatione, VIII, ii, 9. 3 De Gubernatione, VII, vu, 36-37. quae supersunt comprennent 4. En outre du De Gubernatione Dei, les Salviani Opéra quatre livres Ad Ecclesiam, intitulés aussi Adversus avnritiam, et un Liber F^pistulaI.

.

rum,

II

n’est pas question d’astrologie

dans ces ouvrages,


.

.

*‘9

gallo-romains i/astrologte chez les

rappeler du CarLn de Providentia à

les

erreurs et à célébrer e été dans 1 histoire

châtiment d’hérétiques qui avaient immolées au fanatisme re i VÉo-lise les premières victimes gallo-romains du V siecle >ieux. Les auteurs ecclésiastiques en déplorables événements. On est ont fait le silence sur ces emportement tard, regrettant son droit de supposer que, plus pas son poème de jeunesse malencontreux, Prosper ne recueillit que c’est pour ceUe raison dans l’ensemble de ses œuvres et parmi les SancU Prospert que le Carmen de Providentia est placé le

opéra

iiicertae aixclorilalis

IX la les poèmes gallo-romains de Les allusions à l’astrologie dans de divers livres de la première moitié dn v siècle imités Bible, en particulier de la Genèse.

Pendant

la

première moitié du

v" siècle,

un

certain

nombre

appartiennent à la Gaule, de poètes chrétiens, dont plusieurs le résumé, soit la paraont rédigé en hexamètres latins soit particulier de la Genèse. phrase de divers livres de la Bible, en attribuer à des Les poèmes qu’on peut avec vraisemblance auteurs

gallo-romains

sont

poctae, les Versus Gypriani ad

V Heplaleuchos

Gypriani

quemdam Senatorem

Galli

ex chris-

conversum, VAlelhia tiana religione ad idolorurn servitutem le Metrum Sancti Claudii Marii Victoris, oratoris Massiliensis, llilarii de Martyrio MaccaHilarii in Genesim, les Versus Sancti Carmen Sancti Hilarii de Evangelio, et deux ou-

baeorum,

le

f^es d’un auteur inconnu. vra O

propheta

Versus de Sodoma et

De Jona

'

Vlleptateuchos,

œuvre d’un Gallo-Romain dont on ne connaît

nom, Cyprianus, semble être le premier en date de ces Panégypoèmes bibliques. On y trouve des réminiscences des en 897 pour célébrer riques composés par Claudien en SgS et

que

le

de

sont donnés par le Corpus Je cite tous ces poèmes d’après les textes qui en le volume XVI (i888); les dans trouve se Schenkl, Vienne. VAlethia. éditée par G. XXlll volume (1891). le dans Peiper, R. par autres ouvrages, édités I.


120

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

quatrième consulats d’Honorius. Par contre,

les troisième et

l’œuvre de Gyprianus a été imitée par Glaudius Marius Victor,

mourut avant donc entre Sgy et

qui

l’an 45o>

la date

:

de sa composition se place

45o, au plus tard.

Peiper se plaît à constater

vaste lecture de Gyprianus, qui

imite une foule d’auteurs classiques, depuis Lucrèce jusqu’à Stace et Silius Italicus.

convient, en

Il

effet,

de reconnaître

que, dans les 5,55o vers dont se compose Y Heplaleuchos, on relève de très

mesure

et

nombreuses imitations,

«

Souviens-toi du jour

septième jour est

le

est

obsédé par

le

du repos pour

le

le

jour du repos

il

est

le sanctifier...

Le

et l’a sanctifié

=*.

»

Mais

souvenir de ces paroles que l’Énée de

Virgile adresse aux Troyens

mois

passage du Décalogue où

le

repos de l’Éternel ton Dieu... G’est pour-

quoi l’Éternel a béni il

généralement sans

sans discrétion et parfois sans intelligence. Ainsi,

poète veut mettre en vers dit:

faites

se sont passés depuis la

pour leur rappeler que douze mort d’Anchise

:

«

Voici le jour,

me

trompe, qui doit être pour nous à jamais cruel, à jamais honoré ô dieux, vous l’avez voulu ainsi 3. » Par une étrange contaminatio du texte de V Exode avec celui de VÉnéide, si

je

ne

:

Gyprianus à jamais

que

écrit

cruel,

Seigneur^.

à

le

septième jour est un jour de

jamais honoré, qui

On nê comprend

pas pourquoi

doit être regardé par les Israélites

Dans V Heptaleuchos, pas;

la

versification

les fautes

est

le

comme un jour

:

encombrée de banales

«

l’Éternel dit

Maintenant donc,

St. I. Voir Peiper, Corpus, vol. XXIII, Prooemium, p. xxv. de la Genèse dans la poésie latine au v‘ siècle, Paris, 1899, p. 7-8. 3. Exode, XX, versets 8-1 1.

3 . Énéide, V, v. 4 g

cruel.

de prosodie ne se comptent

misérable,

mort de Moïse

le

jour du repos

épithètes de remplissage. Ainsi, dans la Bible,

à Josué, après la

par

sanctifié

est

fête,

lève-toi,

Gamb3r, Le

livre

:

Jamque dies, nisi fallor, adest, quem semper acerbum, Semper honoratum (sic di voluistis) habebo. 4.

Exodus,

V. 773

;

Septima, perfecto virtutum fine, quievit; Hinc festus viget ille dies, hinc semper acerbus, Semper honoratus Domino indulgente sacratur.

ici

On pourrait citer beaucoup d’autres exemples semblables; mais d’apprécier l’indigence littéraire de V Heptateuchos.

il

ne

s’agit pas


.

l’astrologie chez les gallo-romains

passe

le

commande

Seigneur

le

ton peuple*.

le

l’Éternel à

Gédéon

il

est dit

Gyprianus

»

dit

que

Jourdain agréaque l’ange envoyé par

à Josué de traverser

Livre des Juges,

bles Dans

le

Gyprianus précisé s’assit l’envoyé de sous un chene agréable que

dit-il,

c’est,

toi et tout

Jourdain,

s’assit

sous un chêneS

:

;

Dieu^.

avec une étonnante licence; toute la seconde partie des chapitres entiers sont supprimés; sommaire sec et froid; d’autre de la Genèse est condensée en un Livre des Juges sont traduits part, les premiers chapitres du Moïse apres exactement, et le canaque, chanté par

Le texte de

la Bible est traité

peu près

à

le

désastre de Pharaon, est soigneusement

casyllabes phaléciens^

Composés dans

le

rendu en hendé-

même

mètre,

le

Seigneur de leur cantique des Israélites, reconnaissants au' de Moïse, peu avoir donné de l’eauC, et le chant prophétique dans le poème de temps avant sa mort’, sont plus développés

dans le Deuléronome. de Gyprianus que dans les Nombres et et surcharge les Ailleurs, V Heplaleuchos amplifie les discours descriptions de détails inutiles.

preuve en Le système d’indépendance dont Gyprianus fait qu’il met en ajoutant ou en enlevant arbitrairement au texte dans son poème vers lui donnait toute facilité pour introduire commentaires allégoriques sur les astres, à la manière des

genre d’Eucherius, ou des développoments passionnes dans le dirigeait contre de ceux que l’auteur du Carmen de Providenlia

Tout au contraire, il montre une prudence timorée et maladroite; il semble gêné, chaque fois que le texte qu’il imite le force de mentionner les astres. Le

les hérésies astrologiques.

passage de la Genèse ou

I

.

.

Josaé,

I,

verset

Jesü Nave,

v. 3

il

s

agit de la création

t. :

Admonitum 3. Juges, vi,

verset

ü. Judic., v.

aGg

transire

vadam Jordanis amoeni.

1 1

;

Nantius inde Dei sub quercu sedit amoena. 5.

. 7.

Exode, XV, versets i-ig; Exodus, v. 5o7-54a. Nombres, xxi, versets 17-18; Numeri, v. 557-567. Deutéronome, xxxii; Deuteronomium, v. 151-378.

du

soleil,

de

la


133

BIBLIOTHÈQUE UES UNIVERSITÉS DU MIDI

lune et des étoiles

ment

est

'

résumé en quatre vers où

que Dieu créa

dit

le soleil, la

lune

il

est simple-

pour

et les étoiles

enseigner à l’homme la division du temps ^

Par contre, Gyprianus* donne à un des commandements de

Dieu une précision

VExode

«

:

Tu ne

pas dans

qu’il n’a te

feras

le

Décalogue.

point d’image

lit

ni

taillée,

ressemblance des choses qui sont là-haut dans ici

On

les

dans

aucune

deux, ni

-bas sur la terre, ni dans les eaux sous la terre; tu ne

prosterneras point devant elles et tu ne les serviras points, L’imitation latine dit astres qui

les

trouve dans

:

Tu ne prendras

«

poème aucune des

tes

yeux vers

et les étoiles, toute

les

deux,

et

«

qu’ayant vu

» dit-il, «

qu’éle-

le soleil, la

lune

»

miracle de Josué

est

rapidement indiqué

s’arrête et la lune retient sa course^.

aucun commentaire semblable merveilles de ce jour,

les

de peur,

que Moïse

l’armée des deux, tu ne sois poussé à te

prosterner devant eux 5,

Le

pas pour des divinités

prescriptions

adresse au peuple contre l’astrolâtrie,

vant

»

dans " le ciel^.» D’autre part, on ne

brillent

le

te

le

soleil

Le Jesu Nave ne donne

à ceux

tel qu’il

:

du

texte biblique sur

n’y en a jamais eu et qu’il

n’y en aura jamais de pareil, où l’Étefnel a permis que

le ciel

obéît à la voix d’un homme'^.

versets i4-ig.

I.

Genèse,

3.

Genesis, v. i4

3. 4.

i,

;

Quarta die, general salis cum lampade lunam, Et stellas tremulo radiantes lamine Jîgit. * Haec elemenla dédit subjecto insignia manda, Tempara qaae daceant varias matanda per artas.

Exade, xx, versets Exadat, v. 767

4 et 5.

;

... neqae idala pangas Jîctumque deum subnixas adares; Namina nec credas, qaae sant illustria caelo Sidéra, vel qaidquam in terris mirere perinde,

Ella

,

tibi,

Vel quad glaaca legunt Jlaitantis

marmara

panti.

Le Deuteranamium résume très incomplètement le Dealéroname, iv, verset 19. de Moïse en 288 vers dont 127 sont consacrés au Canticam Maysi. Les vers n-38 correspondent au chapitre iv. 6. Jesa Nave, v. 35i ... sal sistitur, et vaga lana 5.

livre

:

Cahibuit faciles utraqae in cardine cursus. 7.

Josué, X, versets i2-i4.

Noie et l’astrologie

», p. 66.

— Ce

texte est cité danf le chapitre sur

«Paulin de


l/ ASTROLOGIE

CHEZ LES GALLO-ROMAINS

1

2;

préoccupation de rappeler Cvprianus a partout l’évidente Dans la Bible, l’ange qu, se nue Dieu commande aux astres. de «Je suis le chef de larmee présente à Josué lui dit est le chef de il déclare qu’.l :

le

Jesa Kave,

l’insigne légion qui,

dans tous

rÉtcrnel'.

Dans

»

combat sous ses rex sidereusK Les poemes

les astres,

ordres^ Dieu est le roi des .astres, e font des adjectifs astnger qui composent VUeptalearMs de Dieu et de tout ce qui les épithètes perpétuelles

ùderem

se rapporte à Dieu^.

sans doute, mis en vers L’auteur de Y Heplateachos avait, fragments il reste quelques l’Ancien Testament tout entier: car et de JobK On a encore des Livres des Rois, des Paralipomènes quatre-vingt-cinq hexamètres adresse

de à

lui

un poème de

un sénateur qui

L’auteur s’efforce de

les idolesG.

Parmi

christianisme pour adorer

avait quitté le

le

détourner de ses erreurs.

vanaque sacra auxquels

les diversa

païen de s’être laissé asservir,

il

accuse

cite les cultes

il

nouveau

le

de

la

Magna

aucune allusion au culte des astres. éviter toute mention Le soin scrupuleux que Cyprianus met à la harharie de la versifide l’astrologie prouve que malgré première vue un poème des cation et du style qui en feraient à Heptateuchos, dont la littérature latine, Y

Mater

et d’Isis,

ne

il

fait

dernières années de

être contemporain du Peiper fixe la date entre 3g8 et 4oo, doit de Cassien. (Jomrnonitoriuin d’Orientius et des Instilata très souvent mis à conLe poème biblique de Cyprianus a été

qui, dans les trois li*vres tribution par Claudius Marins Victor,

passages de la Genesb\ de son Alethia^ imite de nombreux V, verset lU-

I.

Josué,

3.

Jesu Nave,

v. i3i

:

.

...

Insignis legio et Z.

wbbS:

Numeri,

.

.

totis cui militât

quo sub principe

astns

degit.

...sidereo ...régi.

.

Astrigero... moderamine; y. iio6: Voici quelques exemples: Gen.. v. lois : sidereum... ministrum. v. ggS aula; aslrigera... Exod., v. 55g: astriqero...fulchro. sede; v. 3 îi sidereo... fatii. aslrigera... v. 5 Nimcr.. doni. Lêvil, V. 107 siderei... Judic., v. 108 sidereae... legis. Jesu Nave, v. 4o3: aslrigera... aula. aog-aii. 5. Corpus, vol. XXIII, p. ad idolorum serviad qucmdam senatorem ex. christiana religione i

-

:

f).

-

:

:

:

:

Cypriani

lutem couversum {Corpus, vol. XXlll, à 7. Voir Corpus, vol. XVI, p. 483,

p. 237-a3o).

Index Scriptorum quos Victor aut respexit principairx passages de la Grnesis ^ont dos liste la videtur», aut imitatus esse V.ilethia. on trouve le souvenir dans les trois livres de !’«


1^4

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

On

S

accorde à reconnaître dans

orator Massiliensis

rhetor Massiliensis

Viris

Valentiniano regnantibus Valentinien

4

illuslribus,

Victorianus,

«

».

Théodose

moritur Theodosio

«

II

et

a régné de 4o8 à 45o;

un poème en hexamètres qui

trois livres précédés

d’une Precatio (126

compose de

se

Le premier

vers).

livre

du monde chute d’Adam; le second (558 vers), de la chute d’Adam fin dujiéluge; le troisième (789 vers), du sacrifice de Noé

(547 vers) raconte les

à la

le

24 et 45o>.

L’Alethia est

à la

VAlethia,

de 4a4 à 455; Claudius Marius Victor est donc

III,

mort entre

Claudius Marins Victor,

qui est cilé par Gennade, et qui, au dire

»,

de l’auteur du De

de

poète

»,

«

bibliques de l’origine

faits

Sodome inclusivement. UAlethia

jusqu’à la destruction de

comprend donc dans

ses trois livres la

mise en vers des cha-

pitres i-xviii et*xix, versets 1-29, de la Genèse.

est

Il

probable

que nous ne possédons pas le poème dans son intégrité puisque Gennade parle de quatre livres qui commentaient la Genèse jusqu’au verset 8 du chapitre xxv,

usque ad obitum Patriarchae Abrahae^

La Precatio ne

«

a principio libri

»

dit rien des hérésies astrologiques; l’auteur,

qui destine son ouvrage aux élèves de l’école où se

propose d’être

former

le

cœur

et l’esprit

d’adapter l’essentiel livres

Dieu

saints.

cause; mais

aux jeunes gens dont

utile

des est

l’homme

actes divins'*. Le but

3.

1.

ratur,

supprime

il

Voir Ebert,

du poème la

2.

Precatio, v. io4

litlér., p.

3 ç^ 2, n.

fait

ne

dont

il

la

— Teuffel,

Genèse, v.

le

Geschichte der Rômischén Lite-

et

corda paramiis

virtutis iter puerilibus annis.

:

melioraque euncta

sont parte latent, et per se grata placere

Interior quoque causa facit. 5.

par

h.

...

»

:

:

Ad verum

Qua

s’inspire

le

Genèse, p. 8-17.

Precatio, v. 34

rien sans

généalogie des patriarches^, dont

Duin teneros formare animas

4.

fait

comprendre pourquoi

texte

le

Hist. littér., p. Sga-SgS;

3.

il

les

doit se résigner à ignorer la raison des

— Gamber, Le Livre de

464, 5-7 ; Ehert, Hist. s

mission de

contenus dans

enseignements

poète imite très librement

exemple,

a

enseigne,

usage qu’il essaie

C’est à leur

absolument bon,

il

il


.

l’astrologie chez les gallo-romalns

instruction morale. U ajoute, catalogue ne serait d’aucune réllexions personnelles qui lui alors qu’il le juge à propos, les la jeunesse. paraissent utiles à l’édification de

Dans

le récit

la création,

de

quand

il

parle de l’édifice

du

pour que la terre n ait firmament s disposé au-dessous du ciel, flammes éthérées, Victor ajoute pas à souflrir de la chaleur des se garde de chercher les « Mais que votre esprit

prudemment

;

vaut croire qu’il peut faire causes de cet acte de Dieu. Mieux ne pourrait pas être tout ce qui, d’après notre intelligence, l’étendue « luminaires dans fait^ » Le récit de la création des est une. longue parades deux» {Genèse, i, versets i4-i8)

phrase

,

:

enflammé par un mouvement rapide, condenser en un globe de feu, et les pre-

Trois jours étaient passés;

reçut l’ordre de se d’un rose loyer, repandiren mières semences de sa lumière, s’élançant de la nuit, la lune tantôt des rayons couleur de pourpre. Honneur

le soleil

brilla

de

soiî

desquels astres,

propre éclat, tantôt trouvait

elle se

refléta les

soleil

au-dessous

suspendue dans une région inferieure;

ornement des diverses zones

aériennes

rayons du

célestes, firent

telles

les

des fleurs

La nuit au sombre ces traits aux flammes

— étinceler la variété de leurs couleurs.

briller azur s’étonna de voir se répandre et preséer leur course rapide, rouges et les astres nouvellement créés les ensevelissant dans les eux que le soleil obscurcit de ses rayons, limites certaines, il divise ténèbres par sa lumière, alors que, par des révolution et qu’accomplissant dans le ciel sa les

époques de l’année,

qui forme une année par des ordres précis, il fournit une course agencement l’art divin complète et proclame par les merveilles de son fixée

de celui qui

l’a

créé 3

EucheVictor ne s’occupe pas de chercher, à la manière d symboles allégoriques dans ces astres dont il dépeint cours d’une longue digresla création avec emphase. C’est au que 1 Alethia fait sion, introduite après le récit du déluge,

rius, des

l’hialoire des origines

I.

Alethia, Aiethia,

I,

I,

v.

76

v.

77

:

de

la

Machina firma

magie

et

de

1

astrologie, inventées

poli.

:

... laies sed quaerere causas credere semper procul nostra : plus sit tiln Mens Juge pulatur. posse non quidqaid fieri Deam Fosse

3 . Alclhia,

I,

v. ijG-ii 3

.


la6

BIBLIOTHÈQUE DES ÜISIVERSITÉS DU Mlot

à l’insligation

du démon par

race âninnée, damnala propage',

la

qui a succédé sur la terre aux pieux enfants de Noé.

magiques dont

parlait de l'apparition des sciences

propagation, sinon

la

du

découverte, à Chain,

la

Victor ne craint pas de

la

il

attribuait

mauvais

le

mentionner

Cassien évitait de

patriarche,

il

Quand

fils

l’astrologie*.

mettre au premier rang des connais-

sances interdites que l’homme, entraîné par une vaine ambition

de scruter Tandis

les

mystères de l’avenir,

s’est efforcé

de posséder 3

à dénombrer les cours des

qu’il s’occupe

:

astres et leurs

divers retours et qu’il se plaît à étudier les merveilleux changements

du

ciel,

établit les

il

moments

douteuse faveur; d’après

étoiles,

il

,

il

fait croire

accorderont une

le ciel

que tout ce

puissances

fatales

mal;

faire le

charge d’accusations

firmament là,

de

la faculté

les astres lui

divers des diverses conjonctions,

humaines aux

imagine les inclinations jusqu’où va

précis

les efl'ets

répand

il

la

il

et les limites

suspicion sur

les

sacré et les astres qui ornent le

qu’il

imagine doit

se réaliser.

De

cet art qui tire des présages des entrailles palpitantes, des oiseaux

dont la course rapide fait en déchirant les nuages

briller les ailes,

de

la

foudre qui se précipite

s

Toutes ces superstitions qui prétendent dévoiler de l’avenir se sont répandues dans chassé de la Grèce et devenu la

le

Provincia Belgica Prima, les

le

monde

les secrets

entier. Apollon,

médecin des Leuci, peuple de a transportées dans les cam-

avec

succès

pouvoir de ses

pagnes gauloises;

il

mensonges sur

nations de Germanie et séduit les esprits

les

essaie

le

des Barbares».

Ce

lieu

à la fin

commun

du

sur

les

origines de l’astrologie se retrouvera

dans

v® siècle

l’Africain Dracontius et au

1

.

Alethia,

III, v.

les

poèmes

inspirés par la Genèse à

Gallo-Romain Avitus. Au xvn*

siècle

log.

a.

Voir, plus haut, p. 87 - 88

3.

Alethia, 111, v.

i

ig

.

:

...vanaque cupidine motos Traxit ad illicitam praeceps indago futuri. h.

Alethia, III, v. i3g-i48.

5.

Alethia, III, v. ao5

:

...populis post falsus Apollo

Iinposuit sedesque dehinc mutare coactus Lcucorurn factus medicus, mine Gallica rura

Germanas fraude nocenti bdrbara pcctora fallit.

Traiismittens profugus Sollicitât gentes et

»


‘3/

l’astrologie chez les gallo-romains

de nombreux fideles-, encore où l’aslrologie judiciaire conserve e superstitions, parle, à propos Bossuet, faisant allusion à ces la Genèse,

de

«

luminaires ces grands et magnifiques

dont on

Et, dans le poeme qui nous a voulu faire des divinités création de I Homme, sa chute publie, en 1697, sur Adam ou la rappelle, au sujet des astres. réparation, Charles Perrault cl

sa

endem, Beaux feux si révérés pour leur vive sp et leur graudcui, nombre Leurs marches, leurs retours, leur

Que l’homme

a

pu

les croire,

Maîtres de l’Avenir

et.

de

en leurs courses bornées,

ses destinées.

Marins Victor un petit La critique anciennes attribue à C. « Clauclii Mani poème généralement imprimé sous ce titre de perversis suae aetalis Victoris, rhetoris et poctae christiani, :

Salmonem abbatemL» Sans

inoribus Epistola ad

se

prononcer

à estime que la sur l’authenticité de l’œuvre, Teufïel les trois livres sur Cabbé Salomon est bien plus intéressante que accordant les plus grands éloges à ce

Tout en dans le genie poème qui, sous la forme d’une satire parfaite vue de la civilisation des Sermones d’Horace, offre au point de une intéressant, Ebert hésite à y reconnaître Genèse'^.

la

un tableau

très

absolument de production de Victor^. L’abbé Gambcr refuse VAlelhia'^; il se croire que l’Epis/oZa appartienne à l’auteur de Schenkl de la fonde uniquement sur le motif qui a empéché que dans le publier comme étant une œuvre de Victor c est ;

seul manuscrit de VAlelhia est intitulé S. Paulini

C’est sous

Epigramma

donne l’œuvre attribuée avant lui Prooemium qui précède son édition, I.

a.

poème

Epigramma^.

de «S. Puulini

le titre

le petit

que nous possédions,

à Victor il

que Schenkl

Mais, dans

montre

se

Voir, plus haut, p. aS. Discours sur l’Histoire universelle. Seconde partie,

‘L

»

l

;

fort

La eréation

le

embar-

et les

premiers

^*'"*

3

.*

au /V* 4.

religieuse des

Voir, par exemple, Collombet, Histoire civile et

Lettres

Latines

siècle, Lyon, 1889, p. i 5 g. et au Lemaire, Poetae Lalini minores, vol. II, Paris, 8 a 4 p. 161-169. TeulVel, Geschichlc der Hûmischen Litleratur, S 464 i

,

-

5

.

0

.

7.

8. 9.

Ebert, Uisl.

tilt., t.

1

,

p. 896-397.

.

Gambcr, Le Livre de la Genèse, p. ta. G. Schenkl, Corpus, vol. XVI, p. 34 o. (Corpus, vol. XVI, p. 499-5io). S. Paulini Epigramma avec Prooemium et Indices


128

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVEUSITÉS DU MIDI

rassé de dire quel est le Paulin auteur de VEpigramma.

sans l’adopter, une hypothèse d’après laquelle Paulin, évêque de Béziers,

que l’année de

d’Idace,

la

dont

il

est dit

cite,

s’agirait de

il

dans

Il

Chronique

la

naissance de Valentinien

III, fils

de

Conslantius et de Placidia (419), la ville de Béziers fut effrayée par un grand nombre de prodiges qui s’y manifestèrent et qui furent racontés dans une lettre composée par l’éveque

nommé

Paulin*.

Mais

le

dialogue, désigné sous les

noms également

inexacts

d’Epistola et Epig ranima, ne s’occupe en rien de signa lerrijica.

y trouve des' allusions aux dévastations, œuvre des Sarmates, aux incendies allumés par les Vandales, aux briganSi l’on

— allusions qui peuvent s’appli-

dages exercés par

les

quer à toutes

régions méridionales de

les

Alains^,

la

qu’au territoire de Baelerra Seplimanorum, qui

Vandales

les

années du

occupé par

et

v® siècle,

il

les

Gaule aussi bien fut

Wisigoths dans

est juste

saccagé par

les

premières

de remarquer que

la versifi-

cation des iio hexamètres de VEpigramma est tout à blable

à

des

celle

poèmes sont des

même

au

l’autre,

l’un

est

dominés par

;

la

même

idée qui pourrait avoir

du vers virgilien Félix qui rerum cognoscere causas! Dans VAlethia, le rhéteur de

pour expression poiuit

une épopée à la manière de Virgile en dialogue à la manière d’Horace. Ils sont,

L’un

satire

et l’autre,

2020 hexamètres de VAlethia. Les deux

declarnationes scholaslicae qu’on peut attribuer

rhelor.

une

sem-

fait

la contre-partie

:

Marseille ne cesse de mettre en garde ses disciples contre la

prétention impie de scruter

les

causes des actes divins. Dans

son dialogue avec l’abbé Salomon, l’auteur de VEpigramma fait le procès des sciences suspectes de curiosités illicites. Il blâme la folle

ambition des malheureux qui recherchent

choses,

des 1.

qui

étudient les révolutions

Idatii Episcopi Chronicon,

xxv (Migne,

Patrologie,

t.

des

les

causes

astres 3

LI, col. 878)

:

,

qui

Valentiniaiius,

Biterris, inalla Conslantii et PUicidiae Jilias, nascilar. In Gallicana regionc, in civilale ubique directa. enarrat cpistola civitalis ejusdem episcopi Paulini lerrifica, ^igna eJJ'ecla 2.

Epigr.,

iS: ...si

Vandalus 3

.

qaid vastavit Sarmata,

si

quid

incendit, veloxque abduxit Alanus.

Epigr,, v. 46 Et miseras idem qui decipit incitât error. Inquirunt causas rerum astrorumque meatus. :


ASTKOLOGIE CHEZ LES GALLO-KOMAl^iS

L

veulent savoir quelle est

la

forme du

ciel,

9

pourquoi, maigre

la

ne tarissent pas, quelles tout ce qui n’est mers sont les limites de l’immensité des l’universalité connu que de Dieu, tout ce qui doit rester caché à quel veulent, et même des hommes et que ces insensés 1 astroprétendent connaître*. C’est, en somme, sacrilège! dite, qui est nomie, bien plutôt que l’astrologie proprement nescia veri^, mise au nombre des crimes de la lerreiia sapie/ilia, n’ont pu en proorigine pour la Gaule de plus de maux que et des Alains^. duire les invasions des Sarrnates, des Vandales

longueur de leur cours,

les fleuves

:

L’interlocuteur de l’abbé

Salomon

fait

satire

une violente

qui se fardes femmes, qui ont l’amour des riches costumes,

temps en promenades et en festins, et loin de recherqui, lorsqu’elles ont des loisirs pour la lecture, Salomon et de cher les écrits instructifs et édifiants du roi

dent, qui passent leur

Paul,

saint

plaisent

se

aux œuvres

d’Ovide, d’Horace et de TérenceV Non contente d’étaler une érudition granimalici

des

de triompher

et

des

profanes

de Virgile,

purement

litteiaire et

rhelores^,

la

femme

dentier savante, mise en scène par Juvénal, ne craignait pas ignoaussi en concurrence avec les matheinalici. Laissant les

une aveugle confiance aux Chaldaei, elle n’avait pas à demander de conseils aux astrologues de profession; elle donnait elle-même des consultations. Munie de ses éphémé-

rants accorder

devenues plus jaunes que l’ambre, à force d avoir été les feuilletées, elle réglait toutes les actions de sa vie sur

rides,

calculs astrologiques établis par Thrasyllus et par Pétosiris; elle étudiait

son horoscope avant de demander

le

moindre

collyre*^.

Au temps de «

Molière, alors que l’humanité croyait les astres

maîtres de l’Avenir et de ses destinées

s’occupent d’« aller chercher ce qu’on

45-5

t.

Epigr.,

2

Epigr., v. 45.

.

v.

1 .

lo-ag.

3.

Epigr.,

4.

Epigr., v. 55-83.

5.

Juvénal, Sat., VI, Juvénal, .Sut., N I,

6.

II.

Uli

v.

v.

438.

v.

553-58

L\ VILLE UE MIUMO>T.

.

», les

fait

femmes savantes

dans

la

lune

»

et

de


ï3o

mULlOTHÈQUE DES UNIVEHSITES DU

savoir

Mars

comme

«

.MIDI

vont lune, étoile polaire, Vénus, Saturne

et

».

Les Gallo-Romaines dont VEpigramma blâme

parure

ne

et les lectures frivoles,

le

goût pour

la

se soucient ni d’astrologie ni

d’astronomie.

On

même

doit placer à la

date que VAlelhia de Claudius

Marius Victor une paraphrase des

six

premiers chapitres de

la

Genèse en 198 hexamètres, précédée d’une dédicace au pape

Léon, en

trois distiques élégiaques, qui porte

de

crits le titre

Leonem papam

Genesim, ad

consacré

le

est évident

Melrum Sancti

«

».

le

Melrum

Comme

le

pape saint Léon,

novembre

44 o et 46 i à saint Hilaire,

46i,

il

mort vers 370.

n’y a aucune invraisemblance à attribuer,

généralement l’ancienne

manus-

Genesim, dédié à ce pape, ne peut

in

être l’œuvre de l’évêque de Poitiers, Hilaire, Il

les

Hilarii, Pictavensis episcopi, in

29 septembre 44o, est mort le 10

que

dans

comme

l’a fait

poème publié entre évêque d’Arles, né au commence-

critique*,

ce

ment du v“ siècle et mort en 45 o. La Palrologie de Migne place le Melrum in Genesim, ainsi qu’un autre poème, Versus in Nalali Machabaeorum, parmi

les opuscula dubia d’Hilaire^.

Les opuscula

genuina de l’évêque d’Arles ne se composent que d’un sermon assez étendu sur la vie de saint Honorât et d’une courte lettre

Lyon on ne trouve aucune allusion dans le sermon ni dans la lettre. On n’en

à Eucherius, évêque de à l’astrologie, ni

:

trouve pas davantage dans la vie de saint Hilaire, rédigée à

du

fin

V® siècle

par son disciple. Honorât, évêque de Marseille.

Le biographe raconte dont

il

Spirilus

fut l’objet

:

les

miracles que

par ses prières,

lui-même quelle

1.

;

le saint

délivra

Migne, Patrologie,

t.

3. 4.

5

.

une femme du

une vision céleste lui lui fut donné de prédire

il

Gomme

démons, a des visions

saint Maret

prédit

L, Notilia historico-litteraria in S. Hilarium, col.

1217. 2.

produisit ou

;

serait l’heure de sa mort^.

saint Hilaire chasse les

Cf.

il

Pylhonis qui la possédait 3

révéla quel serait son successeur'^

tin,

la

Migne, Patrologie, t. L, col. 1275-1292. Vita S. Hilarii, xiv (Migne, Patrologie, t. L, Vita S. Hilarii, xix (Migne, Palrologie, t. L, Vita S. Hilarii, xxi (Migne, Patrologie, t. L,

col. col.

i i

234 ). 23 g-i 24 o 4 .

col. 1242).

iai6-


i3i

l'astrologie chez les gallo-romains

l’avenir;

jamais

comme

affaire

de

l’évequc

Tours,

1

évequc

na

d Ailes

aux astrologues.

ïeuffel ne sait pas laire d’Arles*.

prudente que,

Melrurn

si le

in

Genesim est l’œuvre d Hi-

fort Ebert se borne à constater avec une réserve «

attribué autrefois à tort à

saint Hilaire de

Hilaire mis aujourd’hui sur le compte de saint l’œuvre d’un Hilaire d’Arles, ce poème doit, en tout cas, être Poitiers et

quelconque

Peiper se fonde sur un argument assez sérieux

du Melram la biorédigée par Honorât, ne parle pas d’un

pour refuser à l’évêque d’Arles graphie, très détaillée,

la

paternité

])oème biblique composé par Hilaire. Mais,

:

comme

il

y a eu

un grand nombre d’ililaires en Gaule, le deiniei poeta^. éditeur du Melvum l’attribue à quelque îlilarius, Gallus pas L’abbé Gamber se demande si l’auteur du poème ne serait

au

V® siècle

Pliilarius,

ami de

saint Prospcr d’Aquitaine, qui paraît être

première ou, tout au moins, avoir vécu en Provence dans la moitié du

v® siècle.

On

a de cet Hilaire de

adressées à saint Augustin, l’une

Provence deux

il

semipélagiens dans

les

est

que

à propos des troubles

l’hérésie pélagienne avait excités à Syracuse, l’autre,

plus développée, où

lettres

beaucoup

question des progrès de l’erreur des

Gaules, en particulier à Marseille. Le

Metrurn aurait été inspiré au correspondant de saint Augustin

par

la

pensée de combattre

les

principes

du semi-pélagianisme

au péché originel et à ses conséquences^. Quoi qu’il en soit, le Melram, qui nous est évidemment parvenu incomplet, imite d’une manière très libre les six premiers

relatifs

L’auteur disserte longuement sur la

chapitres de la Genèse.

naissance de l’homme et les suites du péché originel dans l’ordre moral et dans l’ordre matériel. Les versets i4-i8 du chapitre premier de la Genèse lui donnent

développement l’utilité

étendu sur

très

I.

un

l’énumération

et

des astres.

Le Créateur dispose dans

a.

la création,

prétexte d

le

le ciel les astres

Tcuffcl, Geschichte der liômischen Literalur, Ebcri, Hist. littér., t. I, p. Sga.

\X 111

$

qui se distinguent

hôj, 7.

Prooemium, p. xxviii. \'oir, pour Hilaire, Genèse, p. 18. Prosper, \ alcalin, Saint Prospcr d'Aquitaine, p. 167, aa 3 , et Excursus u’ 3

.

Peiper, Corpus, vol.

Gamber, Le Livre de

la

,

ami de saint a, p.

Si 1-842.


J31ULI0THÎ:QUIi

par leur aspect

et l’éclat particulier

Vénus

est

l’étoile

du matin;

Vesper,

DES UMVEUSITÉS DU MIDI

de leur lumière. La planète

couleur de rose, quand

du

l’étoile

L’Aurore répand

éparse ses rayons rougeâtres.

et les Pléiades, la pluie.

(Jnga),

deux Chariots (Plaustra,

Petite- Ourse), les

elle

se

Lucil'er,

nomme

comme une chevelure

Le Serpent (Angais) amène

beau temps, les

quand

elle est étincelante, soir.

nomme

se

elle

le

Ensuite, ce sont la Balance

deux Couronnes,

la

australe, brillant toutes les

perles, les

douze signes qui règlent

la

encore bien d’autres ornements de

et

Couronne boréale

la

Couronne

Grande-Ourse

la

et la

deux d’une floraison de révolution de l’année, et

la

maison

céleste*.

Plus

éclatant que tous les astres, le soleil est leur chef*. Le cours et le

décours de

la

lune sont minutieusem*ent décrits 3. Mais à ces

longues descriptions ne se mêle aucune tentative d’explication allégorique. Les astres ne sont pas considérés

comme

des per-

sonnalités divines, maîtresses des destinées humaines. Hilaire

contente d’exposer quels utiles pronostics

se

l’homme.

ne sont pas seulement

Ils

la

ils

parure du

donnent ciel

;

à

c’est

d’eux que vient aux habitants de la terre la science^ qui permet

de prévoir

la pluie et le le

taureau dans

mer en

toute sécurité

de faire entrer

prendre

la

beau temps, de savoir quand le

champ

il

convient

à labourer et de

Peiper attribue à l’auteur du Metrum un fragment de ii4

hexamètres. De Evangelio, pieuse invocation au Christ, dont naissance est racontée avec enthousiasme®.

pure inonde l’univers

contempler

le

.entier

les

et

visage de l’enfant divin

Une lumière

astres s’inclinent

la

plus

pour

Mais cette personnifi-

cation poétique des étoiles n’a rien qui touche à l’astrologie.

1.

2.

3.

4.

Metrum, Metrum, Metrum, Metrum,

v. 65-72. v.

76: Sed soit lux major

V.

79

v. v.

V.

inest,

Astrorum ductor. 81-84.

86 88

:

:

:

Non tantum pictura poli. Hinc doctrina venit terris.

Metrum, v. 85 - 98. Corpus, vol. XXIII, Prooemium, p. xxix. p. 270-274. 5

.

6.

7.

De

Ev.,

V.

5

— Le texte

:

Protinus implevit totum lux clarior orbem,

Desuper astra pius inhiunt spectanlia vultus.

du De

Evangelio se trouve


1

Oq

i/astrologik chez ees gallo-romains

sans commenlaires, l’appaL’auteur du De Evnngelio décrit, tiouver la marclie pour de l’étoile dont les mages suivent rition

berceau du Chi isl

le

.

sous

l.eiper hésite à publie.-

nom

le

De Mavtyno

d’IIilaire le

en 3gé hexamelies, Maccnbaeorum, amplilication de rhéteur, rapporte aux superstihons oh l’on ne relève aucun détail <|ui se astrologiques ^

Uu

petit

d'après

de

poème de

Genèse les crimes et le châtiment De Joua (lOJ hexamètres), et une épopée inachevée, texte à l’instant où, suivant le

chapitre x.x de

le

Sodome

qui

l’Éternel

«

la

brusquement

s’arrête

biblique,

De Sodonm, qui raconte

167 hexamètres,

commandement au

poisson, et

il

vonnt

maniiscrils attribués l’un et l’autre par les la similiTertullien, semblent, en ellèt, d’après

.lonas sur le

sec\

à Cyprianus

ou

à

lit

»

tude du style et de l’idée

commune

qui

inspire

les

la

nécessité

œuvre être pénitence pour l’expiation des péchés S être Tertullien, du même auteur, qui ne peut évidemment Cyprianus. Gel auteur, conclut et qui, sans doute, n'est pas

de

la

1

clair beaucoup moins élégant et beaucoup moins doit être son contemque l’auteur de V Ueplaleiichos, mais il qui ne s’occupe ipie porain et son concitoyens L’abbé Gamber, poème appartient au du De Sodonm, admet, lui aussi, que ce

beiper, est

même

temps que Vlleptaleuchos,

imitations poétiques de

Ebcrt

faisait

iv« siècle

par

l’est

la

Genèse,

du De Sodorna

et

que,

le talent,

de

Gallus poeta

»,

doué d'une intelligence

composé en Gaule'-. du De Joua une œuvre du

littéraire

versel

1

de

«

Cyprianus,

petits

poèmes

Le texte du De Martyrio Macca-

.

(îamber, Le Livre de la Genèse, p. 3i. yiinus est elepans minusque dilucidus. xxviii 5. Corpus, vol. \Xlll, Prooeminm, p. patriae fuisse uurtorein corum nrhilror. Sed, si non Cypriani, ejusdem tamen aetatis et Genèse, p. 3o. 0. Gamber, Le Livre de la Ebcrt, Hisl. litt., t. 1, p. i34- 130. !x.

:

...

elle

bien supérieure à celle de

Corpus, \o\. XXIII, Prooeinium, p. xxix. haeonim se trouve p. a.'io-aOf). II,

comme

la date,

la clarté et l’élégance

3.

Jonas,

plupart des

a été

il

semble que l’auteur des deux

il

la

de VlJistoria Evangelica de Juvencus que de Cyprianus L En elVet, malgré 1 admiration

inattendue de Peiper pour

,3.

comme

beaucoup plus rapprochée par

V Ueplateuchos

est

et

7

.


i34

BIBLIOTHÈQUE DES UMn'ERSITÉS DU MIDI

l’auteur de V Ileplateuchos ;

sûreté

il

;

imite Virgile et Ovide avec goût et

il

en général, construit correctement. Mais,

est,

système d’indépendance dont s’inspirer

du

il

texte biblique

fait

qu’il

par

le

rapproche des auteurs

se

v® siècle.

nisme avance dans son évolution, plus

il

Plus

le christia-

du judaïsme;

se sépare

au texte de l’Ancien Testament a peu d’importance

et la fidélité les

c’est

preuve dans sa manière de

d’œuvres similaires composées au

pour

hexamètre

évite les épithètes de remplissage, et son

chrétiens qui écrivent aux environs de l’an 45o.

du De Sodoma rappellent qu’après le tout-puissant a mis son arc dans la nuée, signe

Les premiers vers

déluge l’Eternel

de son alliance avec

nom

le

la terre*.

mythologique

d’iris

légendes de Busiris, d’Antée

crimes de

Sodome en du

ciel

Mais

=*,

et

l’arc-en-ciel est

désigné par

par des allusions aux

et c’est

de Gircé^ que sont indiqués

les

nouvelle génération humaine, des habitants de

la

particulier.

pour détruire

La pluie de feu les

villes

et

de soufre, qui tombe

condamnées,

est identifiée

à

l’embrasement du monde causé par l’imprudence de Phaéthon et

longuement décrit dans

formation de

la

les

Métamorphoses d’Ovide^*. La trans-

femme de Loth en statue de sel statue est l’époque on le poème est composé ^

existe encore à

qui dé-

métamorphose de Niobé en statue de marbre. Le poète chrétien donne même un détail réaliste que l’alexandrinisme d’Ovide ne pouvait accepter. La statue de Niobé pleure toujours, comme si elle était encore vivante, la mort de crite d’après la

ses enfants**. Les accidents périodiques

chez

la

femme de

Loth, devenue une statue de

La description de I.

4.

la

Mer Morte

et

de

la

sel

région de Sodome,

Genèse, ix, verset i3.

. De 3.

de son sexe persistent

Sodom.,

De Sodom., De Sodom., De Sodom.,

v.

8

.

i5-ao. V. 107 -ii3.

Dans ses Antiquités Judaïques (I, xn, 4), composées à la Joscplie prétend avoir vu cette statue. chrétienne, fin du Ovide, Met., VI, v. 3io Flct tamen... ... lacrimas etiam nunc marmora manant. V. 3i2 5.

i" siècle

de

v. 12

t.

l’ère

:

.

:

7.

De Sodom.,

v. 126

:

Dicitur et vivens, alio jam corpore sexus Munificos solito dispungere sanguine menses. •l’ignore à quelle

époque

a pris naissance celte

légende à laquelle

la

Bible ne fait


i35

l’astrologie chez les gallo-romains ciel, est faite

dévastée par le feu du

non pas d’après

Genhe

la

des Jm/s de Ivoires de Tacite et la Guerre déjà l’historien Israélite parlent Josèphe: l’hislorien romain et ne peut à manger et que l’on de ces fruits qui paraissent bons en cendres'. Tout ce poeme, toucher sans qu’ils se réduisent les

mais d’après

somme,

qui s’inspire, en

très

peu de

la Bible,

tend a

flammes qui oni détruit

nn enseignement symbolique les des flammes qui, dans Sodome et Gomorrhe sont l’image l’Enfer, attendent les damnés ^ Jona l’avensymbolisme se retrouve dans le De :

:

même

Le

le monstre marin, du prophète englouti, puis rejeté par de Jésus-Christ. l’emblème de la mort et de la résurrection

ture est

L’astrologie n’a

épique. aucune place dans ce fragment

X

Allusions a 1 astrologie dans Sidoine Apollinaire et l’astrologie. les Apollinaire et renseignements sur les œuvres de Sidoine siècle adonnes aux Gallo-Romains de la seconde moitié du

pratiques de l’astrologie.

Dans

comme

— Consentius, Anthedius, Lampndius.

seconde partie du

la

littérateur et

v“ siècle,

comme homme

Sidoine Apollinaire, politique, est le plus laquelle ses

gallo-romaine sur grand personnage de la société très abondants. écrits donnent des renseignements Apollinaris Sidonius descendait d une C.

Sollius

famille gauloise, d

lui-même avec

une famille

orgueil».

En

«

préfectorienne

effet,

»,

comme

noble il

son bisaïeul, son aïeul

dit et

dans ces deux aO) et dont Voltaire se souvient pas allusion (cf. Genèse, xix, verset mauvais vers :

femme à Loth, quoique sel devenue. menstrue. Est femme encor, car elle a sa

La

I.

V.

Tacite, //isL, V, vil

;

Josèphe, Guerre des

Jiii/s,

IV, vin (xxvi), 4;

De Sodoma,

i34-i38. a.

De Sodom.,

V. i3-i.4;

v. 16.4-1C7.

, 1 cite les œu>res Je praefeclonam. Sidoine Epist., V, xvi, 4 Familiam noslram P. Mohr (Leipzig, Teubner, 1896). de Sidoine Apollinaire d'après l’édition de

3

:


i36

niRMOTnÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

son père avaient

du

de

été Préfets

baptême,

le

muni par

cpii, le

premier

naquit à Lyon en 43o

11

rbéteurs gaulois de

et les

pédantesque instruction encyclopédique que

la superficielle et

les

grammairiens

les

Prétoire, Maîtres

son père avaient obtenu, l’un

et

et l'autre, la préfecture des Gaules^. et fut

du

et

Son grand-père,

Palais, chefs des armées'.

de sa race, reçut

Rome

successeurs d'Ausone distribuaient

fréquentaient les

aux jeunes gens qui

Cet enseignement était fondé sur

écoles.

l’étude minutieuse de l'antiquité païenne. Sidoine était néces-

comme

sairement chrétien, c'est

son grand-père

son père; mais

et

une inspiration païenne qui dominait tous

panégyriques, déclamations,

les exercices,

communs, controverses

lieux

pbilosopbiques, poèmes, où l’élève de l’école de Lyon excellait. Célèbre dès sa première jeunesse pour ses talents poétiques

Sidoine ne se dégagera jamais des influences scolaires;

dans

œuvres mêmes de son âge mûr

les

ebristianisme ne sera que pour

dans

la

et qu’il

prose

dans

et

les

de sa vieillesse,

et

forme, exactement

la

et,

le

comme

vers du Bordelais Ausone, qu’il imite

voudrait égaler.

Vers l’an 4&2, Papianilla, dont

brillant élève de l’école de

le

eut

il

Papianilla était la

un

fille

fils,

Lyon épousait

une

Apollinaris, et

fille,

d’Avitus, noble Arverne

à la fin de 455^ proclamer

empereur

Roscia^.

qui se

lit,

à Toulouse et à Arles.

Sidoine s’empressa, dès 456, de composer un panégyrique à la gloire

torze

du nouvel Auguste

mois, Avitus

était

Mais, après

vaincu

et

un règne de qua-

déposé

par Ricimer

deux

Majorien contre lesquels

le

gendre de l’empereur

concours de

la

noblesse gauloise. Cependant,

ans avec fallut se

le

soumettre;

queurs, Sidoine

il

pour rentrer en grâce auprès des vain-

et,

Apollinaire

l’Auguste Majorien,

lutta

et

comme

dut il

écrire

le

panégyrique de

avait écrit celui de l’Auguste

Sidoine, Epist., I, ni, i. Sidoine, Epist., III, xii, 5 , v. G: Praefcctus... post praeloria recta Galliarum Cutn pater meus praefectus uraetorio s’agit du grand-père). V, ix, 2; VIII, vi, 5 1.

2.

(il

:

Gallicanis tribunalibus praesideret. Mihi... semper a 3 Sidoine, Epist., V', xxi :

.

parvocura Musarum.

Epist., V, XI, 3 V, xvi, 5 tx. VI et VII. Praefatio Panegyrici Carmina 5 élégiaqnes). Panegyricus (602 hexamètres). .

;

.

dicti

Avito

Augusto (18 distiques


1,’astroi.ogie

Avitus>.

En

ïhéodoric

il

46

1,

devait être lui

était

Majorien

devenait

II,

le

i3t

chez les galeo-romuns

roi des ^^^isigoths

le

tué;

maître des Gaules jusqu à

-même

En

assassiné.

1

annee

Anthémius

467,

i

lut

Léon le Tlirace, pour aller désigné par l’empereur d’Orieut, nouveau compose régner à Rome sur l’Occident. Sidoine a 1 occasion panégyrique et va le prononcer à Rome, en 468, préfecture de Rome est du second consulat d’Anthémius^ La

m

la

récompense du panégyriste^. l'année même où Ricimer l'ii /172,

déposer et tuer

fait

évêque de l’église des Antliémius, Sidoine Apollinaire est élu ni l’esprit n’avait ni la science théologique il Arverncs :

ecclésiastiiiue.

politique

l’influence

Mais

dont

disposait

et lui permettait l’évêque des Arvernes séduisait son ambition dans la lutte contre de se mettre à la tête du parti national le roi

Avec

Euric, successeur de Théodoric.

le

concours d un

pendant deux ans chef militaire* Ecdicius, l’évêque tient tête est forcée de aux Visigoths. En 4 t 4, la capitale des Arvernes près de l’évêque est interné au château de Livia, se rendre, et

Carcassonne. Mais la

le lettré

Léo,

chancelier d’Euric, obtient

grâce de Sidoine, qui doit venir à Bordeaux, où

il

attend

toutes deux mois une audience du bon plaisir royal^. Après de reprendre ces humiliations, il était enfin permis à l’évêque jusqu a sa possession de son siège épiscopal qu’il conservait

mort, au mois d’août 487 ou 488. TeutTel voit en Sidoine Apollinaire

gallo-romaine à

littérature faire et

bon marché de

la fin

la

du

lettres imitées

personnification de la

v''

Ion peut de Pline le Jeune

siècle^. Si

de celles

de Symmaque, de poèmes encombrés d’un fatras d’éru-

dition

mythologique

et

composés sur le de Claudien, on doit

maladroitement

modèle de ceux de Stace, d’Ausone et constater que les vers et la prose de Sidoine Apollinaire abondent en renseignements précieux sur

1

histoire politique.

V. Praefatio Paneçiyrici dicti Domino Imperatori Caesari Julio liexamctres). Valerio Majoriano Augusto (9 distiques élégiaques). Panegyriciis (üo3 consuli (i5 disAugusto bis Anthemio dicti î. Carmina I et II. Praefatio Panegyrici I.

Carmina IV

et

tiques élégiaques). Pancgyricus (5/i8 hexamètres). IX, 6 . 8.

3.

Epist.,

f,.

Epist., Vlll, IX.

5.

TculTel, (leschichte der

I,

Rom.

Liter., % bb'].


38

bibliothèque des universités du midi

littéraire et sociale des

du

Gallo-Romains de

la

seconde moitié

V® siècle.

Ce

qii

nous

connaître de rattachement de ses contemaux doctrines astrologiques oflre un intérêt tout

il

porains

fait

particulier.

1

Sidoine Apollinaire a lui-méme une grande estime pour astrologie. 11 cherche dans des allusions astrologiques des

ornements

à ses

poèmes.

Au mois de mars d Avitus prononce

45g, dans

le

personnages

forum de Lyon,

le

gendre

panégyrique de Majorien en présence

du nouvel empereur entouré de des

le

plus

les

ses

généraux, de ses comtes,

illustres

de

noblesse gallo-

la

romaine. Majorien avait fait avec gloire ses premières armes sous les ordres du patrice romain Aétius. Le panégyrique

montre

la

femme du

patrice jalouse des succès

effrayée à l’idée qu’il pourra porter

ombrage

du jeune héros,

à son propre

fils,

Gaudentius. Elle demande aux sciences occultes quelle sera la fortune de Majorien. Elle étudie le ciel; elle pèse les

nombres, parcourt toute la science astrologique, interroge les ombres, examine avec soin la foudre, consulte les entrailles des victimes, heureuse d’avoir ravi tous ses secrets au dieu de la divination '.

Le dieu de la divination est Apollon, qui, d’après rique de Majorien^

comme

présiderait

aux pratiques de

le

Panégy-

l’astrologie

sciences qui permettent de con-

à celles des autres

La mère de Gaudentius apprend par tous les procédés de divination auxquels elle a recours que l’empire naître l’avenir.

est

destiné

chambre

à

Majorien. Elle se précipite

d’Aétius, endormi, et l’interpelle

du monde

:

tel est le

dans

tiens; et

Majorien

la

:

Paresseux, tu reposes en paix, oublieux des sera le prince

aussitôt

décret séculaire. Les astres récla-

hommes le réclament par leurs vœux. Et pourquoi consulter les astres, du moment que son destin est fixé par l’anéction des hommes 2 ?... Si le Chaldéen observe avec ment Majorien par

1.

2.

Carmen V, Carmen V,

v. v.

leurs signes

129-132.

;

les


,

y

l’astrologie chez les gallo-romains

Colchien connaît la vertu des exactitude le cours des astres, si le de la foudre, si le lhessa len plantes et le Toscan les indications quelque science, si le ombres, si les oracles de la Lycie ont

évoque

les

vol des oiseaux

annonce nos destinées,

dans

si,

la Syrte,

Hammon

lait

Ihemis, enfin Pliebus, si entendre des bêlements prophétiques, sur les temps a venir, ce Dodone chantent des prédictions exactes Jules Majorien sera Auguste

i.

ces divinations, ou Aétius s’émeut médiocrement de toutes promettent l’empire au l’astrologie chaldéenne a sa place, qui

jeune héros;

il

répond

donc un crime

Est-ce

prétendre punir

la

à sa

d’être

destinée »

lemme

.

peut né sous une heureuse étoile? Qui

?

apparemment à une Le panégyriste de Majorien se plaît Rien ne prouve que la femme amplification poétique. astrologie. Aétius se soit adonnée aux pratiques de 1

d’

mari courait Grégoire de Tours rapporte qu’au temps où son contre Attila, elle allait les plus grands dangers dans la guerre Apôtres, suppliant et jour prier à la basilique des Saintsnuit

Dieu de

lui

rendre son mari sain

et sauf^.

Cette pieuse chré-

astrologique. Mais, tienne ne semble guère suspecte d’hérésie avec succès tous ces lieux si le poème officiel peut développer

communs

d’astrologie devant les

qui entourent

gallo-romaine

membres de

l’aristocratie

est

cNident que

Majorien,

il

au courant l’auditoire d’élite qui écoute Sidoine Apollinaire est pratiques de la niaUicsis qu il y prend intérêt et qu il y des

ajoute

foi.

Le poète

lui-

même

s’intéresse d’une façon toute particulière

prononcé

à l’astrologie. Dix ans environ après qu’il a eu

gyrique de Majorien,

il

revendique, pour

l’art

le

pané-

de prévoir l’avenir

d’après l’inspection des astres, une place importante dans les

même

sciences philosophiques, au

au-dessous de l’arithmétique''. Et t.

a.

Carmen Y, Came/l V,

Y.

aâg-aGG.

V.

378-379.

de traduire bene nasci par

:

— Je

que

crois

le

il

réclame

sens général

la

musique

le droit

et

d intro-

indique qu'il convient

naître sous une heureuse étoile.

Grégoire de Tours, II, vu. Carmen XIV. Préface en prose, a Musicam meticam consequentia membra philosophiae. 3

rang que

.

h.

:

et

astrologiam, quae sunt infra arith-


ï4o

lUBUOTHKQUE DES IMVERSITÉS DU MIDI

duire des termes

d’astrologie dans

demande

Poléinius qu’il

un

nombre de

philosophe platonicien

avait

il

il

;

arrière-petite-fille

ses ancêtres

obtenu

épouser Aranéola,

allait

fille

C’est à

Polémius, qui se

cette permission.

vantait de compter Tacite au

Gaules;

épithalaine.

était

des

préfecture

la

d’un général

un

illustre,

d’Agricola, qui avait été consul l’an 421.

Dans un épithalame, qui

doit

de deux

chanter l’alliance

grandes familles gallo-romaines, peut- on

sortir des

routes

battues, pénétrer dans les sentiers rudes et âpres de la philo-

sophie et employer des termes spéciaux à l’astrologie, qui ne sont pas encore admis par la poésie? Il appartient à Polémius d’apprécier

mots, centre, proportion,

les

si

diastème, climat,

myres, conviennent à l’épithalame Si

un

mot

le

très

classique, proportio,

ne semble pas avoir

sens spécial en astrologie, on sait que les

points cardinaux du cercle de la géniture^; les

correspondant aux diastèmes

intervalles

les

sont les

y.ÉvTpa

ctao-ï;iJi.aTa

sont

musicaux, par

lesquels sont séparés les sept astres, le Soleil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne, qui errent entre le Ciel et la

Terre

sont

les

qui règlent

et

zones de

la

genèse des mortels^. Les

la

chorographie planétaire 5

.

Les rnyrae sont

mentionnées sous leur forme grecque par Censorinus

moment de

la

dans un signe

conception, et à

une

appelle proprement

le

«

Au

Soleil se trouve nécessairement

le

partie déterminée de ce signe lieu

;

que

l’on

de conception. Ces parties sont

au nombre de trente dans chaque signe, ce qui donne pour l’ensemble du zodiaque un total de trois cent soixante. Les

Grecs

les

appellent

même nom, 1.

[j,oTpai,

les déesses

Epist., IV, XIV,

de

parce

qu’ils

la destinée et

4.

sous

le

que ces particules

I.

Carmen XIV. Préface en prose, 2: Menlionem climatum vel myrarum epithalamio conducibilem. 2.

3.

désignent,

cenlri, proportionis,

liouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 129 ; 257-259. Censorinus, De die nalali, xin, i Septem stellas inter caelum :

et

diastemalum,

terram vagas,

qaae mortalium geneses moderantur... habere... inlervalla musicis diastematis congrua. Sidoine Apollinaire ne craignait pas d’employer en prose le mot diasteinata au sens astrologique. Cf. Epist., VIll, xi, 9. Il est vrai que la date de la lettre onzième du huitième livre, adressée à Lupus, est postérieure à la date où le poète se préparait à célébrer l’épithalame de Polémius et d’Aranéola. 5. Bouché-Leclercq, L' Astrologie grecque, p. 334-33C.


l’aSTROLOGIIÎ chez les GALLO-HOMAl-NS

pour ainsi

décident, fait

I

de nos destinées-.» L’astrologie

dire,

évidemment une confusion entre

les

degres,

iJ.o~.px’,

et

déesses de la destinée

les MoTpx'.,

Sidoine Apollinaire qui

I -»

ait latinisé

à notre connaissance,

est,

en myrae

mot

le

’p.oîpr..

le

premier

mot

Peut-être ce

était-il

s’imposait pour au nombre des néologismes dont la nécessité astrologie, au enrichir le vocabulaire de la musique et de compétents dont Sidoine invoque dire de personnages Magnus de Narbonne, consul en l’an 46o3; Dom1

l’autorité

;

speclabilis, ancien (questeur et bon poètc^*; Léo, vir -même, poète descendant du rhéteur Fronto, bon orateur lui avaient valu ingénieux et subtil philosophe, à qui ses mérites

nulus,

d’être choisi

comme

et qui devait profiter

ministre par

des \isigoths, Euric,

de son crédit pour faire mettre en libeité

«Le consulaire Magnus,

l’évêque des Arvernes^.

le roi

dit l’abbé

Léon, ministre d Euric, ayant eu à philosophie, parler en vers de questions d astrologie et de la inventèrent à leur usage des mots nouveaux. » Le texte de

Ghaix*-,

Domnule

et

que ces savants pei sonpour nages réclamaient le droit de créer des mots nouveaux permet pas de disserter de musique et d’astrologie, ne nous

préface du Ccirme/i XIV, où

décider

ou

il

Magnus, Domnulus

si

est dit

et

Léo s’occupaient de musique

d’astrologie. I.

3.

Censorinus, VIII, Bouchô-Leclercq, XI, lo;

3.

Epist.,

h.

Epist., IV,

5

Ëpisi., IV, XXII

.

I,

XXV

;

;

5.

L’.Astrologie

grecque,

Carmen XXIII, IX, xiii, 4

;

v. /i55;

IX, xv,

i ,

i.

XXIV,

v. 90.

v. 38.

VIII, iii; IX, XIII, 3, V. 30;

Carmen IX,

v.

3i4

;

xxiii, v. 44C.

I, partie 1, p. 383;, à propos du Los Bciicdictins écrivent (Hist. litt. de la France, t. d’autres de Périgord, et d’Auvergne, natif font le rhéteur Fronto :« Quelques-uns

semble qu’on quelques autres d’Aquitaine indéterminément. Quoi qu’il en soit, il la fin du qu’à Il est certain nation. de Gaulois fût qu’il ne douter guère ne peut famille une en Auvergne, avoit à Clermont, IV’ siècle et au commencement du V, il y du aïeux des au nombre compte le Sidoine du nom de notre orateur et que saint l’on que Fronto Euric. » Le du roi ministre et Narbonne, docte Léon, qui étoit de Cirla, en connaît, M.’coriielius Fronto, précepteur de Marc Aurèle, est originaire de ancêtres. un lointains pour de scs revendiquer semble Léo lui que c’est Afrique: Mais Sidoine parle d’un autre Fronto, aïeul de son ami Aper, qui a lui-même pour père un Iléduen et pour mère une Arverne {Epist., IV, xxi, 3, 4). Héduen ou Arverne, ce Fronto était bien gallo-romain, .le ne sais s’il est permis de l’identifier i6a, avec le Fronto « astrologue inconnu » (Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. (II, Praefat., 4), et s'il convient de Maternus Firmiciis parlé par il est dont note t), mettre l’aïeul d’Aper au nombre des Gallo-Bomains qui se sont occupés d’astrologie. 6.

18GG,

L’abbé l.

I,

L.-.V.

p. 35i.

Chaix, Saint Sidoine Apollinaire

et

son

siècle,

ClcTnionl-h'crrdud,


1^2

Quant à Sidoine, mots dont

les

servir,

mais

logique.

il

Dans

il

emploie bien, dans son Epilhalarne, tous

demande

il

ne

les

permission de se

prétend exposer en quelques

il

conserve aux termes cenlrani

il

et proporlio leur signification ordinaire

:

Pythagore de Samos... affirme que la planète du vieillard qui porte faux se meut dans les sommets du ciel, que l’astre de Mars, voisin

de Saturne,

dans

la

est séparé

de

lui

quatrième voie, que

par Jupiter, qu’après eux

la paisible

diastema, que Mercure est clans sphère, la

A

la

emploie pas tous avec un sens astro-

passage où

le

Polémius

à

vers le système de Pythagore,

la

DU MIDI

131ÜLIÜT11ÈQI.E DES UNIVERSITÉS

Lune parcourt

le

les trente

Vénus ne

le soleil

quitte pas le

sixième, et que, dans

cithare et la flûte avec

cinquième

suprême

la

myrae au milieu du climat

manière des divers sons mesurés que produisent

la

accompagnement de

la voix, les

évolue

tropical. lyre, la

la

sept planètes

observent des intervalles fixés en proportion de leur poids... Le à cause de sa légèreté suprême, enferme tous les éléments

ciel,

du monde,

en sorte que l’ensemble de l’univers dépend du point central'.

serait hors de

Il

propos de rechercher quel rapport ce déve-

loppement peut avoir avec sait

les théories

de Pythagore, car on

avec quel sans-gêne les néo-pythagoriciens, épris de mer-

du sage de Samos a. Mais il est intéressant de noter l’estime que la société gallo-romaine du V® siècle faisait d’un système astrologique, plus ou moins incohérent, qui se recommandait de l’autorité de Pythagore. Sidoine Apollinaire admire beaucoup les savants qui ont étudié la malhesis. Parmi ses familiers se trouve un grand personnage de Narhonne, Consentius, qui fut comte du palais

veilleux, ont travesti les doctrines

de son beau-père Avitus^;

il

à l’éloge de la ville natale et

des louanges accordées à le

la

lui

un poème consacré de son ami A Au nombre

envoie

du père

science universelle de Consentius

père, dont l’esprit fin et enjoué savait unir l’énergie

à la délicatesse attique^, en teur,

1.

2.

3

.

4.

5

.

meme

temps que son

talent d’ora-

son génie de poète, son érudition de géomètre, Carmen XV, v. Ci-70; v. 77-78. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, Carmen XXlll, V. 43 o- 43 i. Carmen X\ 1 H, Carmen XXIIl,

v. v.

33 97- 100. .

p. 5 et suiv.

romaine

il

célèbre


.

43

l’.vsthologie chez les gallo-romains

des astres

sa connaissance parfaite

;

«

Lorsque Gonsentius

moments de loisir, observer le cours parcourir les mêmes voies qu Aratus*. »

voulut, en ses il

sut

Peut-être l’émule narbonnais d’Aratus

s

des astres,

plutôt

occupait-il

cite d’astronomie que d’astrologie. Mais Sidoine Apollinaire bien des avec admiration, en plusieurs endroits de ses œuvres,

que

personnages illustres.

11

dius, poète

ne

tarit

astrologique

science

leur

pas sur

remarquable^

et

lendus

avait

louanges d’un certain Antlié-

les

surtout astrologue éminent

qui cher Anlhédius est un des plus intimes familiers de Pliébus, habiles dissertations, l’a mis au premier rang de son college. Dans ses mais les géomètres, les il surpasse non seulement tous les musiciens,

Mon

arithméticiens et les astrologues. Personne, j en suis certain, ne connaît plus exactement que lui en quoi prévalent les astres obliques du

zodiaque, les planètes errantes et les constellations répandues ça et là. 11 brille, si j’ose ainsi

parler, de telles clartés

dans toutes

les parties

semble, sans maître, avec le seul secours de son génie, avoir appris tout ce que Julianus Vertacus et Fullonius Saturninus, ces savants si habiles, ont enseigné dans leurs traités de

de

la

philosophie, qu’il

me

mathématiques 3.

Anlhédius connaît

les

se trouvent sur la ligne

influences respectives des astres qui

médiane

et

oblique du zodiaque et de

ceux qui sont situés hors de l’écliptique. Sidoine parle encore, dans une de ses Lettres^, des ouvrages de Vertacus et de Saturninus,

comme

étant aussi remarquables

que ceux de Thrasy-

mention d’un astrologue Tlirasybulus, ami intime d’Alexandre Sévère qui fut empereur de l’an 222 à l’an 2353. Nous ignorons si les astrologues Julianus Vertacus et Fullonius Saturninus, dont les ouvrages avaient

Lampride

bulus. L’historien

une

telle

réputation au temps de Sidoine Apollinaire, vivaient

eux aussi au

ni’'

Au cours de

siècle.

ses

voyages dans diverses parties de

méridionale pendant I. .

3

.

h.

fait

Carmen

\X

1

les

3 Carmen IX, v. 3x3. Carmen XXII, Préface en prose, s, 3 ;

.

Epist., VIII, XI, lo

5.

Lampride, Vie d’Alexandre Sévère,

G.

Cf. Chaix, ouvr. cité,

t.

I,

Gaule

années 464-4673, Sidoine Apollinaire,

II, V.

Epist., VIII, XI,

la

Lxii.

p. 309; pp. 319-330.


i44

lUHLlOTHÈQUE UES UMVEUSITÉS UU MIDI

alors qu’il était en route

un

pour Bordeaux,

se faisait

des plus brillants successeurs d’Ausone,

annoncer chez

le

poète-rhéteur

Lainpridius, par une poésie pleine d’alïectation où

confrère en éloquence

et

ami apprécié de longue

date.

rien,

en 46 o, dans

cour,

le

dont

Bordelais

de vouloir bien préparer un logis au Lyonnais, son

était prié

nulus,

le

la

en poésie*, qui

ville

Au temps du

était

pour

lui

principat de Majo-

d’Arles où l’Empereur tenait sa

futur évêque des Arverncs avait pris part avec

deux

Sévérianus,

un

distingués,

lettrés

Dom-

Lampridius,

et

prose excitaient également l’admiration de

les vers et la

un tournoi poétique où il s’agisbeautés d’un ouvrage du secrétaire d'État

ses disciples de Bordeaux, à

de célébrer les

sait

Pétrus, qui aspirait à conquérir auprès de Majorien la place

que Mécène avait occupée auprès d’Auguste**. Lorsque, en l’an 476 ou 477, l’évêque de Clermont doit revenir à Bordeaux, cette fois

du

roi Euric, c’est

Visigoth, ((

en suppliant qui

sollicite

humblement une audience

Lampridius, maintenant poète favori du

s’empresse d’envoyer à son ami

qui

pleine de nectar, de fleurs et de pierres précieuses

par l’entremise du poète qui

est

l’honneur de

la

une » 3

;

lettre

et c’est

Thalie gallo-

romaine^ que l’évêque en disgrâce fait parvenir au tyran barbare une manière de panégyrique destiné à l’apaiser. La vive intelligence de Lampridius & ne se contentait pas malheureusement des satisfactions et des succès que la poésie

Dans une lettre où il fait une oraison funèbre émue de son ami assassiné par ses serviteurs,

et l’éloquence lui prodiguaient.

Sidoine Apollinaire

confiance à l’astrologie

Un

acte qui fut

reproche

lui

d’avoir

accordé trop de

:

non seulement coupable de

sa

part,

mais qui

amener sa mort, c’est la consultation sur le terme de sa vie qu’il avait demandée jadis à des astrologues, citoyens des villes d’Afrique, dont l’esprit était aussi ardent que leur pays même. Après avoir inspecté la constellation dn consultant, ils lui diront avec une devait

I

.

Epist., VIIl, XI, 3.

a.

Epist., IX, XIII, a, v. ai-a3;

3.

Epist., VIII, IX,

I.

4.

Epist., Vlll, IX,

t),

5.

Carmen IX,

v.

V,

5

:

/*.

IS’ostrae 0 Lainpridius decus Tlialiae.

3i4: Acrein Lampridium.


MO

l’astrologie chez les gallo-romains

j’emidoie le terme égale exactitude l’année, le mois et le jour, qui, Dans le de l’astrologie, devaient être pour lui climactériques. spécial

eux,

s’olïrait à

thème de géniture qui

un

voyaient

ils

aspect de sang,

heureux avait dans les amené tous les globes favorables des astres planétaires enflammés zodiacales, ces astres à leur coucher avaient été car,

si

en l’année de

naissance de notre ami,

la

un

lever

distances

de feux sanglants

et

rendus hostiles,

soit

diamètre, soit par Saturne rétrograde sur

apocatastique sur

le

par Mercure asyndete sur le

le

tétragone, soit pai Mars

centre».

La consultation des astrologues d’Égypte semble rédigée en termes congrus qui se comprennent facilement. On examine géniture {ai\j.x ou et on interprète la constellation ou thème de de Lampridius^; cette étude permet de o'.xO£;xa connaître les climactères, c’est-à-dire les échelons dangereux (y.XT;j.ac,

degré

d’éclielle),

Y;;j.£pa'.,

moments

wpaij^.

peut, pour ainsi

:

il

Les associations polygonales ou aspects

conjigiiraliones, adspecius)^

Car tout

humaine

des y a des années, des mois, èv'.a’JTc'-, h.v;v£;, climactériques

dire, trébucher et s’aflaisser

jours, des

la vie

est défavorable:

métral, disjoint

{x!j'jvizxoç)

annoncent que

Mercure

le

(r/r/p-a-a,

sang sera répandu.

se présente avec l’aspect dia-

des autres signes^, ce qui est funeste.

La rétrogradation de Saturne avec le tétragone, ou aspect quadrat*’», est également dangereuse, ainsi que rà-oy.a-rajTaj-.ç de Mars, c’est-à-dire son retour au sur

le

même

point, sa redintegratio'^

centre, super cenlro, autrement dit sur

cardinaux

(y.svToa,

cardines)

du

un des

points

cercle de géniture^.

Tout ce verbiage des Égyptiens que Sidoine Apollinaire rapporte fidèlement a, du moins, le mérite d’éviter le chaos d'incohérences où pataugeait

le

Mandrogéronte du Querolus^.

Les Égyptiens, d’ailleurs, ont en astrologie une réputation égale à celle des Chaldéens»®: les prédictions qu’ils ont faites 1.

Epist., VIII, XI, 9.

2.

Boiiché-Lcclercq, L'Astrologie grecque, pp. 25 C, 3 go, etc. liouché-Lcclcrcq, L'Aslrâlogie grecque, p. 526. Bouclié-Lecicrcq, L’Astrologie grecque, p. iG 5 Bouclic-Lcclercq, L’Astrologie grecque, pp. 16G et siiiv.

3

.

ti.

5

.

.

Bouclié-Leclercq, L’Astrologie grecque, pp. 170-171. Bouché-Lcclercq, L’Astrologie grecque, p. 3 g, 11. 1. • 8. Bouché-Lcclercq, L’Astrologie grecque, pp. 257-259. 9. Voir, plus haut, p. 58 10. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 57*1. G. 7.

.

H.

UE

L.V

VILLE UE

.Mlll.MOM'.

I

O


*

1^6

lîlliUOTlIKQUE DES

Lampridius sur

à

exactement

fausse

mort ne

date de sa

la

réalisées. Et,

conclure son récit de tiens en

EMVERSITÉS DU MIDI se sont

cependant, Sidoine se croit forcé de consultation donnée par les

la

disant que la science astrologique est

et,

par cela

même, trompeuse*:

Lampridius, puisqu’elle devait mourir.

Sidoine

présente, rien ne s’est

que trop

lui

a

révélé

reconnaît

le

fait

:

«

absolument pas trompé

elle n’a

même

date

la

Dans

par conjecture

et

Égyp-

il

circonstance

la

par ambiguïté,

puisque notre téméraire scrutateur de l’avenir, malgré ses longues et vaines précautions, a été saisi par la mort à la date de

et

la

manière qui

hommage

lui

avaient été prédites.

Sidoine rend

à la véracité des prédictions astrologiques;

ne peut oublier

qu’il

évêque,

est

science maudite et considérer

punition de

la

»

la curiosité

astrologues d’Égypte

la

qu’il

mais

doit proscrire

il

une

mort de Lampridius comme

qui l’avait poussé à consulter

les

:

Plût au ciel qu’il ne se fût point attiré une

inconsidérément (diim incon suite... consultai)

telle'

les

mort en considérant

réponses d’une vaine

science. Car celui qui a la présomption de fouiller les secrets interdits

défendus, je crains bien qu’il ne s’écarte du droit chemin tracé

et

par

de

les règles

catholique

l’église

réponses funestes à ses questions

et qu’il

ne mérite d’obtenir des

illicites 2.

L’évêque catholique maudit l’astrologie; mais de

catholique

foi

lui

est

avec sa

accommodements, puisqu’il raconte la mort de Lampridius, à

singuliers

autorise Lupus, à qui

approfondir

il

il

-même

la iiialhesis

:

y a quelque netteté, quelque rectitude, quelque sérieux dans cette science; avec le soin qui te Il

t’appartient de rechercher

s’il

caractérise, étudie Iqs traités de Vertacus,

ninus,

toi

dont

de Thrasybulus, de Salur-

méditations n’ont pour objet que des questions

les

mystérieuses et sublimes 3

.

Sidoine Apollinaire, lui aussi, se passionne pour toutes questions qui

semblent sublimes, parce

lui

1.

Epist., VIII, XI, 10

2.

Epist., VIII, XI,

3

Epist., VIII, XI, 10.

.

i

:

3

.

Quamquam

sinl

maxime

qu’il

falsa ideoque fallentin.

les

les

trouve


«47

1,’astrologie chez les gaelo-romains

de mystérieuses. Pendant qu’il est interné dans la forteresse de Léo, Livia, il occupe ses loisirs à traduire, sur la demande la

envoyant

traduction,

sa

enthousiaste

Tyane,

de

d’Apollonius

Vie

ce

si

:

aurait ressemblé

il

rédigée par

d Apollonius

fait

thaumaturge avait eu

comme un

Pliilostrate. 1

En

eloge le plus

la foi

catholique,

il

du roi Euiic’. l’avenir dans les astres,

frere au ministre

Le prophète de Tyane prétendait

lire

l’évéque de Clermont devait regretter particulièrement la perte de ses quatre livres lUpl [zmcia; àff-cépwv*, que Philostrate

et

lui-meme ne connaissait

pas.

XI «De Statu Animae» de Claudianus Mamertus. Rareté des allusions à l’astrologie dans les œuvres des

L’astrologie dans le

Faustus, Ruricius, contemporains de Sidoine Apollinaire Pomérius, Salonius, Domnulus, Auspicius, Paulin de Périgueux, Paulin de Pella, Gennade. :

Alors

qu’il

était

déjà palricius

c’est-à-dire

praefeelorius,

postérieurement à l’an 467, où Anthémius lui avait conféré la préfecture, Sidoine Apollinaire recevait la dédicace d’un

ouvrage de Claudianus Mamertus, De Stalu Animae et

s’empressait d’envoyer à

il

l’auteur

libri très,

une longue

lettre,

pleine de remerciements et d’éloges^. Le style est admirable, l’érudition

Orphée,

le

est

immense. Claudianus manie

cadran astrologique,

q^ui sert

lyre

la

à tirer les horoscopes,

avec autant d’habileté qu’Euphratc d’Alexandrie, Pline

le

Jeune

et

comme

le

maître de

l’ennemi d’Apollonius de Tyane;

il

sait

interroger les astres aussi bien qu’Atlas lui-même, l’inventeur

légendaire de l’astrologie^. Claudianus a aussi

hymne I.

et celte

hymne

Epist., VIII, III, 5

:

surpasse tous

Philostrate,

3

Epist., IV,

.

i.

Pour

p. 109.

la

dithyrambes lyriques.

Virum Jîdei calhoUcae pace pracfata in plurimis similein lui. ili. Voir M. Croiset, Histoire de

Apollonius de Tyane, 111 Littéralure grecque, t. V, Paris, 1899, p. 4 ii. î.

les

composé une

,

la

III.

tradition qui fait d’Atlas l’inventeur de l’astrologie, voir, plus liant,


.

i

1^8

lillîLIOTIlî;(^)L

Un chez

E

DES UISIVEUSITÉS DU MIDI

des amis du palricius praefeclorius, Nymphidius, a vu

du De Statu Animae, œuvre de Clau-

lui les trois livres

dianus Manierlus,

le

plus habile philosophe des chrétiens,

premier de tous

les érudits;

ouvraj^e

promettait

([u’il

Nymphidius réclamer

le

n’a pas tenu sa

obtenu d’emporter

a

il

promesse

De Statu Anirnae. Cette

Sidoine

et

lui écrit

lettre fournit à

Il

Mais

pour

l’admirateur

de Claudianus l’occasion d’un nouvel éloge du livre auteur

précieux

promptement.

rendre

de

le

le

et

de son

;

nous prouve que

les ])ersonnificalions

les

neuf Muses ne sont pas des femmes, mais

des sciences; car, dans

noms

lecteur attentif trouvera les

les

plus réels des

pages de ce

livre, le

Camènes qui se donnent en effet, la grammaire

elles-mêmes leur dénomination exacte. Ici, divise, l’éloquence déclame, l’arithmétique calcule, la géométrie mesure, la musique pèse, la dialectique dispute, l’astrologie connaît à

d’avance l’avenir, l’architecture construit,

Quelques années plus

meurt

la

musique module».

vers éyS ou 474, Claudianus

tard,

Sidoine s’empresse d’écrire une lettre de condoloances

et

sœur de son ami^ La lettre contient à la fois une oraison funèbre en prose et une nénie, un chant de deuil en vers. La prose et les vers célèbrent à l’enviles mérites du défunt; c’était un platonicien, qui savajt concilier la philosophie et la religion; un savant universel, qui ne refusait la discussion sur aucun sujet. La triple science de Rome, de

à Pétréius,

fils

d’Athènes

et

à

orateur,

fois

la

sacrés,

la

du christianisme

géomètre,

son frère aîné qui

dialecticien,

musicien. était

et

les

il

en cet

homme,

interprète des textes

poète,

Simple prêtre,

évêque,

ment des devoirs de son pauvres

se réunissait

coadjuteur

de

s’occupait consciencieuse-

ministère, assistait les aflligés, les

prisonniers,

réglait

les

fêtes

solennelles

et

enseignait à chanter les psaumes.

Cet

homme,

qui

alliait si

bien

du sacerdoce aux plus hautes philosophiques, 1.

Epist., V, H.

a.

Epist., IV, XI

était

le

frère

les

plus humbles devoirs

spéculations

de l’évêque de

des

sciences

Vienne des


l’astrologie chez les gallo rom uns institué, en 46g, la Allobroges, Mamertiis, célèbre pour avoir fête

des Rogations*.

_

^

tellement adniiree Nous connaissons l’iivinne de Glaudianus, Glaudianus, \ icnnensis par Sidoine. Dans sa notice sur « est cette b) mue. ecclesiae presbyter», Gennade^ dit quelle Seigneur, qui commence par le c’est celle sur la Passion du et qui se cbante vers Pange, lingaa, gloriosi praeliiim certaminis, saint, pendant encore dans l’église catholique le Vendredi l’adoration de la croix.

prose de Nous connaissons également le grand ouvrage en d’elogcs que Glaudianus dont Gennade, beaucoup plus sobre la subtilité de Sidoine, loue cependant le mérite oratoire et

du Calalogus virorum illuslrium ne fait l’habileté de Glaudianus dans le maniement

discussion. Le rédacteur

aucune allusion

à

du cadran astrologique qui

sert à tirer les

parle pas davantage de sa science dans

1

horoscopes;

il

ne

astrologie qui piéAoit

l’avenir.

L’étude des Libri 1res de Slala anirnae^ prouve que de l’église de Adenne ne méritait pas les éloges

le

prêtre

compro-

mettants dont Sidoine Apollinaire se plaisait à l accabler. théories Le livre de Glaudianus a pour objet de réfuter les

contenues dans un écrit de l’évêque de la civilas Reiensiuni semi-pélagiens, qui (Riez, Rasses-Alpes), Faustus, chef des considérait l’âme Platonicien,

comme une

imbu

des

substance étendue

principes

de l’école

et corporelle.

d’Alexandrie,

comme le dit d’Athènes, de Rome et

disciple de saint Augustin, réunissant, sinon,

Sidoine Apollinaire,

la triple

science

du christianisme, tout au moins

les

doctrines de l’Athènes de

Platon, de l’Alexandrie de Plotin et de l’orthodoxie de saint .Augustin, le contradicteur de l’évêque de Riez soutient que l’âme, réelle et incorporelle, est bien soumise aux catégories de la qualité et de la substance, mais quelle échappe à celle de

Dans cette dernière lettre, adressée à Sidoine, Epist.,\, xiv, a ; VlII, i. circonstances les Rogations furent quelles en rappelle Sidoine Mamertus, révèque chez les .\rvernes. instituées à Vienne et annonce tpi’il vient de les instituer lui-même i.

Gennadii Catalogus virorum illastrium (k la suite du llieronymi De viris illusIribas liber), p. io5, édit. G. Herding, Leipzig, Teubner, 1879 de Vienne) ex reccn3. Claudiani Mamerti De Stalu Animae libri 1res (Patrologie vol. \I. i885, Vindobonae, Engelbrecht, .Augusti sione a.

.


l5o

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

Le corps

la quantité.

Faustus, a mis dans le

mesure

poids, la

Famé possède

Lame

est divisible, la

constitution de toutes ses créations

et le

nombre

mesure

poids,

est simple. Dieu, dit

et

:

Claudianus accorde que

nombre; mais

elle

est

ta

mesure qui mesure elle-même, le poids qui pèse lui-même, le nombre qui compte lui-même. La mesure, le poids et le

nombre de l’âme sont la

nombre,

son

sagesse;

son poids,

c’est

la

c’est

la

et

mesure

sa

:

proportion

volonté ou l’amour. Et

commune

substance

ses trois puissances

unique de ces

des

c’est

vertus;

raison est

la

la

puissances de

trois

A

a me.

On ne

voit

guère

quelle

place

des

développements de

théories astrologiques pourraient trouver dans celte argumen-

métaphysique d’école dont

tation d’une

la

vanité allecte

la

rigueur des formules géométriques.

A il

on peut retenir une déclaration de Claudianus incidemment qu’il discute parfois sur l’astrologie. C’est

la vérité,

dit

:

à propos de ce qu’il appelle les abîmes invisibles et les antres

impénétrables de

que

l’astrologie

la

mémoire

lui est

^

nous donne à entendre

qu’il

familière

aussi

que

grammaire,

la

musique et l’arithmétique. La mémoire, dit-il, est une sorte de magasin où s’entassent les souvenirs de tout genre, pour être évoqués par la pensée en temps et lieu. Ainsi ont leur place dans ma mémoire les questions de

la

dialectique, la

grammaire, quand je discute sur la dialectique; de rhétorique, quand je discute sur la géométrie; d’astrologie, quand je discute sur la musique ;

sciences à la fois,

quand

les

questions

les

questions

et toutes

ces

je discute sur des questions d’arith-

métique Mais,

s’il

discute à l’occasion sur l’astrologie,

comme

sur la

dialectique, la rhétorique, la musique, la géométrie et l’arith-

métique,

il

exemples à 1.

n’emprunte pas, pour instruire son l’astrologie,

De Statu Animae,

I,

xxn

comme (p. 8o,

il

en emprunte à

Engelbrecht)

abyssos intueri et entra penetrare ? De Statu Animae, l, xxii (p. 8i, Engelbrecht) 2 .

;

:

lecteur, des

la

Quis potest

géométrie, memoriae

In hac inihi reposita

solius

quodam modo

sunt et grammalica, cum de dialecticis dissero, et rhelorica, cum de geometricis, et astrologica, cum de rnusicis, et liae siiniil omnes, cum de arithmeticis.


l’asïkologie chez les gallo-romains

La conclusion assez les termes géoméinattendue de ce long développement, où etre abondamment mis à contribution, semble

à l’arithmétique

et

à

dialectique*.

la

triques sont

qu’il faut proscrire l’étude des

astres

quand on s’occupe de

dit saint La figure de ce monde passe, » a preniez racine dans Pauh, qui dit encore « Que vous fondement; que vous l’amour; qu’en lui vous ayez votre la comprendre avec tous les fidèles quelle en est

métaphysique.

«

:

arriviez à

hauteurs. » Claudianus largeur, la longueur, la profondeur, la comme inutile, et estime que, par ces paroles, l’apôtre interdit

que dangereuse, l’étude de dimensions autres quelle est la à quoi bon chercher celles de l’amour de Dieu diaslhnes des astres hauteur du ciel matériel, quels sont les qui les routes circulaires, les intervalles

même comme

:

leurs

errants,

travail inutile et séparent? Toutes ces recherches sont d’un même funeste, si, au lieu de n’en faire qu’un moyen pour des choses éternelles, nous y attachons

arriver

à

l’étude

perpétuellement notre attention^. L’auteur du De Statu Animne vante bien

la

lumière éclatante

la il du soleil qui l’emporte sur celle des autres astres^; monde compare à celle de l’arne la lumière du soleil éclaire le :

lumière de l’âme éclaire le monde spirituel^. de la n’y a aucun rapport entre la nature du soleil, prétendu des autres astres et la nature de l’âme. On a

matériel;

Mais

il

lune

et

la

globes des astres sont des esprits revêtus d’une forme L Claumatérielle. Saint Jérôme a mentionné cette théorie

que

les

dianus l’entend répéter dans

les

discussions de certains philo-

arillimetica, atque diaDe Statu Animae, I, xxv. « Exemplum de geomctrica, obscura sunt, quid videat anima per se, leclica ad crudiendum lectorem in ea quac quid per cor[>ns. » 1 .

Saint l’aiil, Corinth., I, vu, verset 3i. Saint Paul, Éphés., in, verset i 8 Engelbrecht) Quid enim mihi prodent uspiam U. De Statu Animae, I, xxv (p. 92 , siderurn diastemata vel circuloruin vias, vel planorum quaerere, caeli corporei altitudinem profunda penetrare? singulorum intervalla rimari, quid spatia lerrae cognoscere vel abyssi laboriosa sunt, sed solum non quae Non de his me, ut reor, apostolus commonitum voluit, sit, in his transeundum manentia semperque aeterna etiam noxia si, cum per haec ad 2

.

.

3.

:

haereatur atque remaneatur. 5. De Statu Animae, 1, vn (p. 45, Engelbreciit). G. De Statu Animae, I, ix (pp. 48-49, Engelbrecht). 7

.

Saint .lérome, Comment,

arbitrantur.

in lih. Job,

xxv

;

Globos siderurn corporatos esse spiritus


i52

HIHUOTIIÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

sophes qui prétendent que aniuiés

d’une

âme

d’esprit divine.

son

traité est

Il

que

globes du soleil et de

les

incorporelle,

combat

vivent

la

Inné,

doués d'une sorte

ces doctrines; et la conclusion de

le soleil, la

lune, les astres, ne sont que des

corps matériels privés d’âmes 2,

A propos du

troisième

ciel,

où l’apôtre

dit avoir été ravi

Claudianus institue une longue discussion sur

la

3,

nature de ce

troisième ciel et des cieux en général. Le ciel visible, où les astres accomplissent leurs révolutions,

d indiquer aux mortels l’année. C’est de cette

le

jour

l’homme dont ils charment mouvements harmonieux A

leurs

Claudianus suit

dans

le

Melrum

in

fort savant,

sciences

le

Genesim

ia

le

sont

spectacle de

Julius Hilarianus^, dans les

attribués à

saint Eucherius*^,

Genesim d’Hilarius^. Assurément, il

les astres

orthodoxes que l’on a déjà vues

De Duratione Mundl de Q.

Cornmentarii

a dit

les doctrines

vue par

la

que

nuit et les saisons de

manière seulement que

utiles à

le

et la

n’a d’autre rôle

comme

il

dans était

une des contemporains. Il nous

avait approfondi l’astrologie qui était

plus en honneur chez ses

lui-même

discutait aussi bien sur des

qu’il

questions

astrologiques que sur des questions dialectiques, grammaticales, arithmétiques

de ne il

pas faire

ou géométriques. Mais

intervenir l’astrologie

bon goût dans un traité où

s’occupait de définir la nature de l’âme

De Statu Animac,

m

il

;

avait le

et

il

y a grande

I, Istud ego tamen philosophas reperio (p. 62, Engelbrecht) nonnuUis disputationibus adstruunt et ipsos lunae yel solis globos incorporels videlicet spiritibus sub divina quadam mente vegetari. 2. De Statu Animae, III, xv « Quia sol et luna vel sidéra corpora tantum sunt,

1.

;

dicere, qui

:

non habent

spiritus. »

De Statu Animae, II, xii « De eo quod apostolus raptum se usque ad tertium caelum. » Cf. saint Paul, Corinth., II, xii, versets 2-5. Quid ergo dicemus? Namquid hoc h. De Statu Animae, H, xii (p. 1/19, Engelbrecht) caelum visibile non hominibus datum est aut Solaris fulgor et calor vel lunaris globi per incrementa ac detrimenla varialio vel astrorum vagus ratusque circuitus vel per magnos orbes congressus siderum et statuta progressio, sive cum dierum noctiumque vices variant, sive quia caloris ac frigoris alterna fotu mundum tempérant, seu quod dimensis limitibus articulas temporum signant eodemque intermino linearum tramite in id ipsum sine fine redeuntia per easdem circulorum vias revehunt, vel quod dislinclis numerose choris et musicis intervallis aetherem pingunt? Suntne haec omnia genti mortalium vel coniventia usai vel jucunda spectamini ? 3.

;

dicit

:

5

.

6. 7.

Voir, plus haut, p. 75-76. Voir, plus haut, p. 107. 3 i-i 32 \'oir, plus haut, p. i

.


-•

l’.VSTUOLOGIE chez EES

apparence que

GAI-I.O

les éloges aussi excessifs

UOMAINS

I

O

OA

qu’inopportuns donnes

causaient science en astrologie par Sidoine Apollinaire à sa Slala Aimme. l’auteur orthodoxe du De

une certaine gêne à

Faustus, tout comme de son Sidoine Apollinaire est l’ami de Les liens qui 1 attachent a adversaire Claudianus Mamertus. étroite intimité*. Mailic révoque de Riez sont ceux d’une Faustus a la science spirituelle, liabile dans l'éloquence et des Sidoine, préservé sa jeunesse dirigé l’éducation du frère de pour la fortifié assez sa vertu séductions qui l’entouraient et On sait que Sidoine ne mettre au-dessus de toute atteinte^. nombreux personménage pas les éloges les plus outrés aux ses amis. Non content de nages qui appartiennent au cercle de

quand il écrit à d’autres vanter Faustus quand il lui écrit ou panégyrique un Euchariscorrespondants, il consacre à son hexamètres. Avant de succéder à ticori {Carmen XVI) de 128 Lérins, a présidé avec l’évéque MaximusS, Faustus, abbé de cellulanorum'', et il revient autorité le Senalas Lirinensiam retraites faire des volontiers dans son ancienne abbaye Sa picte est aussi 5. consacrées au jeûne et à la méditation pouvoir de ses prières est si remarquables que d’une grande efficaceC. Ses œuvres sont ôterait à Sidoine 1 envie de le désespoir de les égaler jamais Il mérite bien le nom de se mesurer avec un tel docteur?. de la vieillesse et de Faustus, cet heureux évêque, victorieux aura été enseveli, survivra par ses la mort, lui qui, après qu'il

admirable que son éloquence;

le

demeurer au nombre des vivants». qui louanges démesurées, on n’en trouve aucune

écrits qui le feront toujours

Parmi

ces

se rapporte à la science astrologique

pas d’ailleurs 1.

2.

Epist.f IX, III,

Cnrmen XVI, Cnrmen XVI, JSpist.,

5

.

comment

IX,

Carmen

V.

de Faustus.

l'austère et savant

On ne

voit

évêque de Riez, qui

I.

71-77.

v. iia-ii'i.

III,

X\'I, v. lo^i-ioQ.

G.

Epist., IX, III, 6.

7.

Epist., IX, IX, h.

8.

Epist., IX, IX, G.

— Par contre,

Avilii.s

qualifiera l’ouvrase de Faustus de hausti

Patrologie, opus infaustum'eS.' Aviti Epistola iv, Mipriie, faciles. mots de jeux des abusent gallo-romains évêques

tome UX,

col.

219I.

Les


BIBLIOTHEQUE DES UNIVERSITES DU MIDI S est

de

1

occupé de réagir à la fois contre la doctrine pélagienne indépendance absolue de la liberté humaine et contre la

doctrine augustinienne de la prédestination^ aurait pu introduire la mal/iesis dans ses ouvrages où il s’elïorce de prouver

que

humaine

la liberté

est à

se concilie avec la grâce divine. Mais

il

remarquer que Faustus semble ignorer toute théorie

astrologique et éviter toute allusion qui pourrait permettre à Sidoine de vanter son érudition en astrologie et de faire de lui,

comme

de

son

adversaire

un

Glaudianus Mamertus,

heureux émule du légendaire Atlas. On ne relève aucune allusion astrologique dans les deux livres De Gralia et dans les deux livres De Spirilu Sanclo'. Dans une de ses lettres, Faustus frappe d’anathème toute une série d’hérésies et de croyances coupables

il

de blâme pour l’astrologie. Dans une longue

probablement

la

première rédaction du

traité

n’a pas

un mot

lettre,

qui est

que Glaudianus

Mamertus devait réfuter, l’évêque de Riez mentionne, comme le fera l’auteur du De Statu Animae, la phrase où saint Jérome rappelle la théorie qui veut que les globes des astres soient

des esprits revêtus d’une forme matérielle.

11

cite cette

à l’appui de sa thèse sur la corporalité de l’âme; mais siste

pas

et

phrase n’in-

il

ne donne pas son opinion personnelle sur

la

nature des astres^. Les sermons de Faustus combattent tous

exemple, l’incontinence, l’ivrognerie,

la

les

vices

:

par

colère^, l’amour des

l’homme qui s’est abandonné au diable en observant les augures par le moyen des haruspices, des devins et des enchanteurs^ il n’est pas question de l’homme qui veut connaître l’avenir par le moyen des mathernatici. L’étoile qui guide les mages vers le berceau du Christ peut richesses^, l’impiété de

:

donner

lieu à discuter les doctrines

astrologiques dans leurs

1. Fausli Reiensis et Ruricli Opéra (Patrologie de Vienne), ex reccnsione Augusti Engelbrecht, Vindobonae, 1891, vol. XXI. 2. Fausti (p. 1C2, Engelbrecht) £pis/ula I. 3. Fausti (pp. 173-174, Engelbrecht) Êpistula III. 4. Fausti (p. 226, Engelbrecht) Sermo I. 5. Fausli (p. 24a, Engelbrecht) Sermo V. f). Fausti (p. 282, Engelbrecht) Sermo XV; Si auguria observando per haruspices et diviiios atque incanlatores caplum se diabolo tradidit.


;

l’astrologie chez les gallo-romains

i

55

Mais, comme saint rapports avec l’orthodoxie chrétienne-. Commeiilarius in Mathaeiun, Hilaire de Poitiers dans son se borne dans ses divers sermons sur VÉijiphanie, Faustiis,

paraphraser

à

le

passage de l’évangéliste^

H

explication allégorique.

au

de

seimis

spirilaUs

lui-méme

il

évangélique^. Ce

parole

la

([uand

:

prêche,

parvenir, avec l’aide de Dieu,

la lettre et

veut se dégager de

il

le dit

en chercher une

et à

spirilalis

bizarrement allégorique sensas n’est autre que l’explication par saint Eucherius de des termes de rÉcrilure enseignée spirilalis inlelligenliae liber unus^.

Lyon dans son Fornuilarum

mages vers

Ainsi, l’étoile dirigeait les

berceau du Christ

le

;

diriger sui nous voulons parvenir au Christ, laissons-nous

si

de

les routes

nous guider par étoile

du

ciel

Testament,

par

la vie parfaite

le

lumière de

la

Joseph,

'h

l’étoile

fils

de

foi,

la

la

qui

de Jacob,

symbole du Christ

voit adoré par le soleil, la lune et

justice^; laissonsest

comme une

dans

est,

l

Ancien

songe de Joseph, qui se onze étoiles, est réalisé pour le

:

par saint Joseph, Christ qui, après la résurrection, est adoré qui personnifient le soleil, la vierge Marie et les onze apôtres le

la

lune et

les

onze étoiles^.

deux Nous possédons de Ruricius, évêque de Limoges, livres de Lellres^.

Il

était

avec Sidoine Apollinaire

en correspondance avec Faustus^» l’éveque de Clermont avait

et

com-

du mariage posé un épithalame mythologique en l’honneur

Voir, plus haut, p. 71. FausU (p. 2,', 7, Engell.rccht) Sermo VII

I.

î.

.

(p. 205, Engelbrechl) Serrno

Sermo VllI De Epiphania XV II 3. FausU (p. 289, Engelbrechl) Sermo ejus spirilalem

sensum

Voir, plus haut, p. 107.

5.

FausU

253,

:

.

,

(p. soï-îaS,

O-*

Engelbrechl)

Epiphania. r eqair amas qualité r

Deo auxilianle

ad

pervenire possiinus.

4.

(p.

.

De Epiphama;

Engelbrechl) Sermo VIII: Si ad Christum cupimus pervenire,

jastitiae. dirigat nobis semitas vitae perfeclae Stella

6

.

FausU

Ducatum nobis praebeat

(p. 250,

Engelbrechl) Sermo IX

(p. 3o3,

Engelbrechl) Sermo XX. Opéra (Palrologie de Vienne),

:

velut Stella caeli

lux Jidei. 7. 8.

FausU FausU

Engelbrechl, Vindobonae, 1891, vol. XXI, p. 35i-45o. Engelbrechl) Epislulae, Vlll-Xll 9. FausU (pp. 208-219,

Engelbrechl) 10.

Epistiilae,

I, i-ii.

Sidoine, Epist., IV, xvi

Epislulae,

I,

e.v

lleiensis el Ruricii

viii-ix.

;

V,

w;

VIII, x.

recensione Augusti _

;

— Ruricii (pp.

Ruricii (pp. 35 i- 3 od. 1.

1

30o-3G3, Engelbrechl)


niRLlOTHKQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

•5')

de Ruricius, qui ne Gaules, avec

faisait

Hibéria,

pas encore partie de l'épiscopat des

fun des chefs de

d'Oininatius,

fille

l’aristocratie arverne'.

Ruricius n’entretient jamais de questions astrologiques les

personnages avec lesquels

il

est

en commerce de

lettres.

ne

Il

parle qu’une fois des astres dans un long développement où

compare

un navigateur

à

le

chrétien qui doit se diriger vers

port céleste au milieu des tempêtes du siècle,

solidement

Parmi

le

les

gouvernail et

les

yeux

correspondants de

Pomérius’^. C’était,

le

main tenant

la

fixés sur les astres^.

Ruricius

dit Gennade^',

il

trouve l’ahbé

se

un homme

Mauritanie, qui avait été ordonné

originaire de

en Gaule,

et

qui

devint ahbé d’un monastère situé aux environs d’Arles.

De

prêtre

tous les ouvrages de Pomérius mentionnés par le Calalogas

virorum illastrium, plativa^,

il

aucunement question déplorable du prêtre qui

vices et

doivent ramener à

toutes

Qu’il

vit selon la chair**, et

que

énumère tous les vanité humaine peut

la piété'^, qu’il

aberrations que

les

d’astrologie.

pécheurs qui se conduisent mal

la description des

les prêtres

les Libri très de vita conteni-

n’est

fasse le portrait

ou

ne reste que

il

la

enfanter 8, Pomérius ne cite jamais l’application à la malhesis

au nombre des occupations frivoles ou dangereuses qui

éloi-

gnent l’homme de son créateur. Sidoine Apollinaire écrit une lettre très affectueuse à Salonius, prêtre de l’église de Vienne^.

une Expositio myslica

in

a

conservé de ce prêtre

Parabolas Salomonis

et

une Exposilio

rédigées sous forme de dialogues qu’il

mystica in Ecclesiaslen I.

On

Sidoine, Carmen X, Praefatio Epithalarnii

dicti

Buricio

et lliberiae;

Carmen XI,

Epithalamiam. 3.

Ruricii (p. Sgi, Engelbrcch t)

Æ'pisl., II, xiii

:

Superest ut clavn

astra semper intentas adspicias. 3. Ruricii (pp. 369-870, 385-386, Engclbrccht) £pist., /i.

5.

6. 7. 8.

Gennadii Catalogus Virorum illustrium, caput Migne, Patrologie, t. LIX, col. 4i5-52o.

De De De

xxi.

Vita Contemplativa,

1,

Vita Contemplativa,

II, iv.

Vita Contemplativa,

III, x.

9. Sidoine, Epist., VII, xv.

10.

Migne, Patrologie,

l.

LUI,

col. 967-1012.

I,

xcviii.

xvii

;

I!,

x.

manum

inserens


10-

l’aSTRüLOGIE ClIKZ LES GALLO-ROMAINS

Salonius et Veranius étaient aurait eus avec son frère Veranius. et évêque de Lyon, et parvinrent l’un fils de saint Euclierius,

Tout

l’autre à l’épiscopat*.

le

symbolisme dont abusait

le

unus d’Eucberius se Formularurn spirUalis inlelligenliae liber que Salonius fait aux retrouve dans les réponses étranges des ExposUiones déclare questions naïves de Veranius. L’auteur dieux fabriques a détruit le culte rendu aux

que Jésus-Christ par

main de l’homme

la

et

toutes les

fausses croyances^

:

pas l astrologie. parmi ces fausses croyances, il ne mentionne doit pas élever ses regards vers les Il explique que l’homme ne mystères des cieux que, arcanes de la divinité et les secrets des mais il ne dit pas cives superni peuvent pénétrer^; seuls, les

que

et ces secrets. science des astres soit parmi ces arcanes

la

nulus5, avec lequel les

d un de ses amis,

les vers

Sidoine Apollinaire vante

avait pris part

il

Dom-

au tournoi poétique où

les beautés meilleurs lettrés du temps célébraient, en /jGo, Teuffel, ce ouvrage du secrétaire d’état Petrus'-. D’après

d’un

Domnulus serait Rusticius Domnulus Ilelpidius, auteur d’un de poème de Ug hexamètres fort corrects, intitulé Carmen admise ni par ChrisliJesu BeneficiisF Cette identification n’est poème-'. Eberts, ni par W. Brandes, le dernier éditeur du de l’auteur du Carmen, son ouvrage est soleil et conforme à l’orthodoxie. Les astres, aussi bien que le obéissent dans leurs révolutions aux lois fixées par le

Quoi

qu’il

en

soit

la lune,

Créateur 'O. La terre,

mer,

la

Gcnnadii Calalogus Virorum 2.

3

.

.'t.

5

.

6

.

7

le ciel

illustrium,

capul lxiv.

Voir, plus liant, p. 10C-107. In Parnholas Salomonis {'Siiç'ne, Patrologie, In Parnbolas Saloinonis Sidoine, Epist., IX, xv,

avec ses astres sont soumis

t.

Patrologie, i,

v.

38

t.

LUI, LUI,

col. (j8a). col. qSS).

.

Voir, plus haut, p. it>i et iü 4 Tcuffcl, Geschickle der Rom. Liler., S .'168, i-s. Ebcrt, Histoire générale de la littérature du .

-

8

franc., 9.

t.

1,

p. 4 ia,

note

Moyen-Age en Occident, traduct.

2.

Wilhelm Hrandes, Des

Rusticius Ilelpidius Gedichl de Chnsti Jcsu Reneficus,

Rraunschwcig', 1890, p. 9. 10.

Carmen,

v.

0

:

Conservant elementa Sole dies lunamque

vices,

parentque receplo

adeo patiiintur in orlus

Atqiie obitns remeare suos, nec cedere luci Astra ncgant, proprioque fcrunl ignescere cursu

Et contenta

cilae decrescere

cornua lunae.


I

58

BIBUOTIIKQUE

au

Fils

comme

au Père;

UNIVERSITÉS DU MIDI

l>ES

du

les astres

sance du Fils'. L’allusion obligatoire à très discrète

de voir

;

Gbaldéens sont

les

les

ont célébré

ciel

des Mages est

l’étoile

premiers qui aient mérité

Christ en son berceau, parce qu’ils se sont laissé

le

guider par

l’éclat

d'une sainte lumière des

montrait un Dieu au-dessus des astres

deux

Dans

les

festent

qui leur

hexamètres

on ne trouve

d’IIelpidius, bien supérieurs à ceux de Sidoine,

aucune

la nais-

trace des préoccupations astrologiques qui se

dans

mani-

œuvres de l’évcque de Clermont.

les

Auspicius, évêque de iToul, était l’ami de Sidoine, qui écrivait en termes aimables^, et qui le

comte

érudit, au

très

Nous avons une

recommandait,

comme

gouverneur de Trêves, Arbogaste^.

et

en dimètres iambiques

lettre,

lui

très incorrects,

adressée par Auspicius à Arbogaste^. Le comte de Trêves était aussi modeste qu’éloquent; au milieu des barbares,

barbarisme

le

et parlait le latin le plus pur, ce

exprime avec une grossièreté

homme

qu’il croit spirituelle

richesses

:

il

éloquent avait un goût

si

;

était

(v.

envoie ses

lui

i

1.

Carmen,

:

V.

69

:

:

»

Mais

pour

les

abundans asibus, dccorus artibus

est, d’ailleurs,

unum

v. 6i

Buveur

64 mauvais petits vers.

47-48), n’a d’autre défaut que l’avarice;

débarrasse

«

avare; c’est pour l’engager à faire l’aumône

que l’évêque de Toul Arbogaste, qui

vif

très

évitait

que Sidoine

de la Moselle, tu exhales en rotant l’odeur du Tibre cet

il

repelle

viliam

(v. 81).

il

faut qu’il s’en

Auspicius

ne

lui

El cai terra jacet, pelagus silet algue coruscis Obsequiis servire minor vix sufjïcit aether. ... nunc lanti pignora fêlas Eniluere simul,

nam

claro sidéré

mandas

Irradians rutilae lacis cognovil honore

Aactorem peperisse suum. 2.

Carmen,

v.

79: Excoluit divina prias cunabala sancla Falgentem super astra videns, quem terra levavit. Gens Chaldaea Dcum, cum sanctae praedila fiammac Lamine monslratumque polis proseeula nilorcm

Promeruit 3. 4. 5.

te

nosse prior.

Sidoine, Epist., Vil, xi. Sidoine, Epist., IV, xvii, 3. Wilhelm Hrandes, Des Auspicius von Toul rhylhmische Epistel an Arbopastcs

von Trier, Wolfenbütlcl, 190a. 6.

Sidoine, Epist., IV, xvii,

i

:

Pot

ir

Mosellae, Tiberim raclas.


-

,

VSTROUOGIE

I,‘

r.llEZ

LES OAU.O ROM AINS

coupables pratiques de d’adeptes parmi les intimes l’astrologie qui avait tellement

adonné

d'etre

reproche pas

à

ces

de Sidoine Apollinaire.

deux poètes galloL’évéquc de Clermont ne dit rien de Paulin de romains, qui écrivaient l’un et l’autre vers 470, Périgueux et Paulin de Pella. épopée en Nous avons de Paulin de Périgueux une longue EpiscopD dont les hexasix chants, De Vila Sancli Marlini et les Dialogi de mètres paraphrasent la Vila Sancti Martini que Perpetuus, éveque Siilpice Sévère 2, et le récit des miracles s’opérer sur le tomde Tours, aux environs de 46 o, avait vu un thaumabeau du saints, Sulpice Sévère faisait de Martin magicien; l’éveque Perpetuus reconnaissait son prédécesseur. des vertus merveilleuses au tombeau de Périgueux n attriLes développements poétiques de Paulin de turge, devin

et

innombrables buent aucune part à la mathesis dans les lours miracles dus au pouvoir surnaturel de saint Martin de .

Dans son mètres 5

Eucharisticos, chani d’actions de grâces en 616

Paulin de

,

Pella,

vieillard

hexa

de quatre-vingt-quatre

qui, en ans 6, raconte l’histoire de sa vie et remercie Dieu, Né à l’accablant d’épreuves, lui a ouvert la voie du salut.

d’un préfet de ITllyrie, Paulin vint de bonne heure son grand-père à Bordeaux faire ses études dans la maison de fondée, qui, d’après une tradition souvent admise, mais peu fut celle des serait le poète Ausone. Pendant longtemps, sa vie Pella,

fils

jeunes gallo-romains, riches et frivoles, qui s abandonnaient les à tous les plaisirs et qui accueillaient avec empressement

croyances

plus hérétiques. Ses études,

les

purement grecques

vol. M. Petschenig, Pauli PclricorJiac Carmina (Patrnlogic de Vienne), ig-iGo. X'indobonae, i888, p. 2. Voir, plus haut, p. 72 et stiiv. 1.

3

.

Ebert, ouvr.

cité, t.

1

,

Wl,

p. Ü29.

Les Carmina minora (Petschenig, pp. i6i-iC5) ne contiennent aiicune allusion astrologique. Vienne), vol. XA 1 , 5 Wilhelm Brandes, Paulini Pellaei BiJc/iarisbcos(Patrologie de '1.

.

[>p. 2(ji

G.

3i4

.

Eucharist.,

v.

12-ii.


I

6o

miiUüTlIKQUE DES UNIVEUSITÉS DU MIDI

n’admettent aucun enseignement scientifique;

et latines*,

n’est pas

instruit dans

entraîner,

pratiques

il

dangereuses auxquelles

les doctrines

ne

de

énumère

il

ou moins honnêtes qui occupent

distractions plus

de sa jeunesse,

Quand

mathesis.

la

pas qu’il

dit

ait été

les

l’oisiveté il

se laisse

curieux de s’enquérir des

Après sa conversion,

l’astrologie.

il

il

combat

dogmes mauvais qui avaient été les siens il ne cite pas dogmes astrologiques au nombre de ces dogmata prava^.

les

:

les

L’autobiographie de Paulin de Pella semble donner un tableau très

exact de la vie

curieux de noter

mondaine en Gaule au

qu’il

ne

s’y

v® siècle.

11

est

trouve aucune allusion à cette

superstition coupable qui, d’après Sidoine Apollinaire, occupait

une place

dans

et

si

importante dans ses propres préoccupations

celles des

C’est à la fin

écrivait

son

gens polis

du

de son intimité.

que Gennade, prêtre de Marseille,

v® siècle

Virorum

Catalogas

Epistula de Jîde

et lettrés

mea au pape

illustrium

Gélase, qui

et

adressait

avait

été

son

élu le

mars 492 et qui devait mourir le 19 novembre 496^. Dans V Epistula de Jîde mea, désignée aussi sous le nom de Liber de ecclesiasticis dogmatibus^, Gennade affirme avec force l’existence de la liberté humaine, mais il attribue le I®®

principe de tout bien à la grâce divine. Ce

dogmes sont en rien de

justifiés et les hérésies

la superstition

Destiné à compléter Iribus

de saint Jérôme,

article à

les

combattues, ne s’occupe

astrologique.

et à

continuer

le Catalogas,

le

Liber de viris illus-

après avoir consacré

un

Jacobus Sapiens, évêque de Nisibe, en Mésopotamie,

vers 280, que le Liber avait omis, le

traité,

pape Jules, élu

le 6 février

SSy,

commence en mort

réalité avec

le 12 avril 352, et se

termine avec Pomérius, contemporain de l’auteur, vivant encore au

moment 55-8o

1.

£uc/iaris<., V.

2.

Eucliarist., v. 672.

;

de la publication de l’ouvrage

V.

iiS-iai.

3.

Geniiadii Catalogas, capul xcix.

4

Gennadii Liber de

.

ecclesiasticis

dogmatibas (Migne, Patrologie,

t.

1000). 5.

Gennadii Catalogas, caput xcviii

:

Pomerias...

vivit

usque hodie.

LVIII, col. 979-


l’astrologie chez, les gallo-romains

éviter toute allusion à ces

Gennade semble

«

superstitions

la vérité », qui fondées sur l’astrologie, toujours ennemies de « étaient foit enracomme le disaient les Bénédictins' Prosper dans les Gaules». 11 écrit un chapitre sur

cinées

d’Aquitaine^

mais

;

il

ne

dit rien des attaques dirigées

par l’auteur du Carmen

l’astrologie

contre

de Providentia divina^.

rhéteur de Marseille, Claudius VAlethia Marius Victor S mais il ne dit rien de la digression de dangereuse superstition de 1 astrologie est fortement écrit

Tl

un chapitre sur

le

la

plus grand éloge de Sidoine, évoque des ce Arvernes il vante la saine doctrine, la vigueur chrétienne de pas père de l’église catholique, de ce docteur insigne ^ il n’a un mot pour regretter qu’un goût trop vif des pratiques de la

combattue».

Il fait

le

|

:

rnalhesis ait fait tort à la saine doctrine

de ce docteur insigne.

d’après Gennade,

En dernière analyse,

les

superstitions

astrologiques n’existent pas chez les Gallo-Romains. Dans le de Catalogus, au nombre des traités que Nicéas, évêque

Romatiana, en Bulgarie, vers

commencement du

le

v® siècle,

composait pour l’instruction des candidats au hapteme, contre

l’art

de tirer

les

est

Genethlioloykini, c est-a-diie

mention d’un Liber adversus

fait

il

horoscopes

des Libri adversus mathernaticos que

Il

le

est fait aussi

mention

moine Macarius

écrivait

à Rorne^.

A Rome, Bulgarie,

il

il

fallait

enfant dépende de

la la

les

adeptes de

la rnalhesis;

en

de mettre en garde les candidats

était nécessaire

au baptême contre

naissance.

combattre

doctrine qui veut que la destinée d’un position

des astres à l’instant de sa

L’optimisme de Gennade admet qu’en Gaule de

pareils écrits étaient inutiles et

ne

se

produisaient pas, la

superstition astrologique y étant inconnue. Voir, plus haut, p. 27. Catalogus, capul i.xxxv.

1.

2.

Gcimadü

3

Voir, plus haut, p. iio et suiv. Gennadii Catalogus, caput lxi. Voir, plus haut, p. laô-iaO.

.

4.

5

.

Gennadii Catalogus, caput xen Sidonius... sanae doctrinae hoino... in chrisliano vigore pollens... catholicus paler et doctor habelur insignis. 0

:

.

7.

mol 8

Gennadii Catalogus, caput xxu. Le mot

Y£ViO).ia).oYi5t est

plus employé que

yeveOAto'/.oYÎ*.

Gennadii Catalogus, eapvil \xvni. H.

UE LA VILLE DE MinMOM'.

I

le


mULlüTUÈQüE DES

lôa

UPIIVERSITÉS DU MIDI

XII

Absence d’allusions à l’astrologie dans les œuvres d’Ennodius. Attaques contre l’astrologie dans le poème d’Avitns et dans les sermons de Césaire. Magniis Félix Ennodius personnifie au gallo-romaine,

VI® siècle la littérature

sonnifiait

pendant

la

aussi

marquée de Sidoine

d’Ausone

v®.

iv®, et

Mais

Sidoine Apolli-

la

décadence

Ennodius qu’elle

à

la per-

l’était

est

déjà

à Sidoine.

surtout

C’est

comme Ausone

seconde partie du

naire pendant la seconde partie du

commencement du

par une autobiographie en prose intitulée

comme

Eucharisliqae

le

poème où Paulin de

grâces à Dieu de sa conversion, qu’Ennodius nous

Pella rendait fait

connaître

d’une famille noble, mais sans fortune, Né vers dans une ville du midi de la Gaule, Arles probablement, muni sa vie.

d’une forte éducation païenne

comme

l’opulente maison d’une jeune

fille

Sidoine, recueilli dans

de Pavie,

qui était sa

femme, enveloppé dans la ruine subite de ses parents d’adoption, Ennodius devint membre de l’église, vers 4o4, sans avoir’ la moindre vocation ecclésiastique. Il fut ordonné diacre à Milan entre 4q9 et 5o2, consacré évêque de Pavie vers 5i5 et mourut fiancée et qui semble ne pas être devenue sa

en 521. Originaire d’Arles, mais venu très jeune en Ligurie, diacre

évêque de Pavie, Ennodius n’est pas, à proprement parler, un vrai Gallo-Romain. Cependant, comme Ampère le dit avec raison, « il nous appartient à double titre: d’abord, il est de Milan

et

Gaulois de naissance; en outre, la destinée qui sous l’empire des Goths d’Italie ne

ment de

l’a

I.

Magni

sua,

fait

vivre

pas séparé complète-

ses frères qui vivaient sous les Goths, maîtres de la

Gaule méridionale. L’empire des Visigoths

Guilelmi

l’a

- oi. pi>. 3 () 3 4

Ostro-

Ennodii Opéra omnia (Palrologie de Vienne), ex recensione Vindobonae, 1882, vol. VI. Opusculum v, Eucharisticum de vita

Felicis

Ilartelii,

et celui des


i63

l’astrologie chez les gallo-romains

fut goths étaient alors dans un contact perpétuel Théodonc même souverain d’Arles au nom de son petit-fils*. » D ailleurs, Ennodius fait de fréquents voyages en Gaule, où il a de ;

nombreux amis,

Alcimus Ecdicius

l’Arverne

autres

entre

Avitus, évêque de Vienne^, et l’évêque d’Arles, Césaire^. Gallo-

Komain de cœur,

epigramme un

accable d une violente

il

Vénitien coupable d’avoir voulu tourner les Gaulois en ridicule or, dit-il, la vertu des fils du Rhône a 1 éclatante pureté :

(le la

neige^.

Comme

Ausone

comme

et

Sidoine, Ennodius

renseignements abondants sur

donne des

de son temps.

la société

On

1

a

ce qu’il y a de précieux dans ses œuvres, c’est qu’elles permettent de reconstituer la physionomie de

noté avec exactitude

son époque

:

et d’ajouter

aux

fournis par d’autres docu-

faits

rare, la vie^. Mais ce qui

ments quelque chose d’infiniment

paraît extraordinaire, c’est que, dans ses

en vers, qui font vivre et

de

soumis

l’Italie,

les

les

œuvres en prose

habitants de la Gaule méridionale

uns

au gouvernement des

et les autres

Gotbs, on ne trouve aucun de ces renseignements

chez Ausone

.et

et

si

fréquents

chez Sidoine sur les préoccupations astrolo-

giques des Gallo-Romains du

v'^

et

du

vi'’

siècle.

Ennodius compose un épithalame en l’honneur de Maximus, noble de Milan, qui devait parvenir au consulat, l’an 523.

Quand

il

célébrait les noces de Polémius, Sidoine Apollinaire

revendiquait

le

droit de faire

entrer les termes d’astrologie

dans son épithalame. Les médiocres vers de l’évêque de Pavie** abusent de |)oèmes

d’

Ausone

des Muses

1.

tome

Ampère, II,

livre

mythologie plus que ne

la

(v.

de Sidoine.

i8, 26),

Histoire II,

et

de Phébus

littéraire de chapitre vu, p. 194.

la

11

l’ont

est parlé

(v. 26),

France

avant

jamais

de Nérée

fait

(v.

les

i3),

de Vénus, déesse de

Charlemagne,

Paris,

1870,

2. Eiinodii Opéra (p. 37G, Ilartel), Opusculum ni, Vila bealissiini viri Epiphani Praestantissimus inter Gallos Avitus Viennensis episcopus. 3 Eniiodii Opéra (p. 267, Ilartel), Epist., IX, xxxiii. 4. Eniiodii Opéra (p. 56 g, Ilartel), Carm., Il, xxxv, v. 4

:

.

:

Sed nalos Phodani nix prohitatis habet. 5 Voir M. Ütimoulin, Le gouvernement de Théodoric d'après {Keoue Historique, l. lxxviii, 1902, i" fascicule). .

ti.

Ennodii Opéra

(p. ji2-5i7, Ilartel),

Carm.,

I,

iv,

les

œuvres d’Ennodius

Epithalamium diclum Maximo.


i64

lUBI>lOTHK,QUl':

Cythère

(v.

29

l>b;s

U.MVERSITÉS DL MIDI

Amours (v. 55). Mais aucun demande à l’astrologie.

55, loi), et des

,

ornement poétique n’est Dans son emphatique

du moine Anto-

récit des miracles

nius>, Ennodius n’en cite aucun qui ait triomphé de la vaine

science

des

Dans

astrologues.

évêque de Pavie de 456

496

à

,

biographie d’Epiphanius,

la

magiciens de Thessalie^ ont

les

une place refusée aux mathematici. En prose abuse jusqu’au ridicule du style précieux

exemple,

Mais

parole"^.

ouvre

qu’il

ses figures bizarres

et figuré

ou de

l’astrologie

métaphores outrées.

ses

Il

ne

fait

1

«

:

il

dit,

il

par la

aucune de Il

ne parle

un voyage par une

des astres que pour décrire en vers aiïcctés belle nuit qu’éclaire

en vers,

porte de l’attention avec la clef de

la

n’emprunte jamais à

il

et

astrorum populus

intervenir les astres que dans des comparaisons ou

des hyperboles banales. Dans

les Dicliones

discours

pro-

noncés par Ennodius en de grandes cérémonies, ou simples exercices d’école, à la manière des déclamations qui nous ont

par Sénèque

été conservées

fréquentes avec

le

le

père

comparaisons sont

les

navigateur qui parcourt

la

sachant diriger sa route grâce aux étoiles

mer sans crainte, qui domine la

masse menaçante des flots, les yeux fixés sur les Pléiades et la Petite -Ourse 6 ou sur tous les astres resplendissants qui ,

parsèment

la

voûte des

Ennodius compare d’une comète 8 de Théodoric,

du

.

Il

la brillante instruction

se déclare aussi

le roi très

Théodoric

ciel^.

cieux"^.

impuissant à dire

I.

3.

l'éclat

la gloire

clément, que la splendeur des astres

lui-

même,

d’après

le

phanius, dit à cet évêque de Pavie que, par

a.

de Florus à

biographe d’Epila

splendeur de sa

Etinodii Opcra (p. SSg-Sgi, Ilartel), Opusculum iv, De vita beati Antoni Monachi. Eniiodii Opéra (p. 345, Ilarlcl), Opusculum in, Vita beatissimi viri Epiphani. Ennodii Opéra (p. 98, Hartel), Epist., IV, ii, Januam diUgentiae rescravi clave

serinonis. 4.

Ennodii Opéra

(p.

Coo, Ilartel), Carm.,

II,

cxxviii.

De

vectatione sua nocte in

aestate. 5.

C. 7.

8. g.

Ennodii Ennodii Ennodii Ennodii Ennodii

Opéra (p. 45g, Ilartel), Dictio xi. Opéra (p. 45 1, Ilartel), Dictio ix. Opcra (p. 5oo, Ilartel), Dictio xxiv. Opéra (p. 4, Hartel), Epist., I, iiOpéra (p. a83, Ilartel), Opusculum

régi Theoderico.

i,

Panegyricus dictus clementissimo


l’ ASTROLOGIE

justice,

de

il

lune

la

rejette tout le fait

CHEZ

iG5

GALLO-ROMAINS

I-ES

monde dans

l

comme

ombre,

1

éclat

pâlir celui des étoiles*.

Par contre, lorsque

le

moine Antonius

gloire s’associe à celle des cénobites,

nouveau qui viendrait ornement du ciel**.

arrive à Lérins, sa

comme

d’un astre

l'éclat

aux brillantes constellations,

se joindre

Avitus, qu’il L’évcque de Pavie écrit à l’évéque de Vienne, et à l’évciiue met son opinion aussi haut que les astres 3, autres serviGésaire, qu’il le juge aussi supérieur aux d’Arles,

du Christ qu’un moyenne grandeur A

teurs

astre éclatant peut l’être

aux

étoiles

de

prouver que la Les œuvres d’Ennodius sembleraient donc années du vi' siècle société mondaine et érudite des premières en rien à cette science astrologique qui pasne s’intéressait sionnait les contemporains d’Ausone

de Sidoine Apollinaiie. de Pavie, les évêques Et, cependant, deux des amis de l’évêque soit dans des Gésaire et Avitus, combattent avec ardeur, des vers adressés au commun des fidèles, soit dans et

sermons superstitieuse qui attribue écrits pour les lettrés, la croyance aux astres une influence dominante sur la vie humaine. Alcimus Ecdicius Avitus, issu d’une famille sénatoriale du succéda pays des Arvernes, né vers 45o et mort en 523 ou 525, Son rôle vers 4()'i comme évêque de Vienne à son père Isicius. une ecclésiastique est des plus importants. En /199 dans ,

conférence entre ration de faire

les ariens et les

Gondebaud,

roi des

catholiques,

il

excitait l’admi-

Burgondes, sans réussir à

abjurer l’arianisme; quelques années plus tard,

il

lui

conver-

de Gondebaud, Sigismond, qu il avait guéri d'une mauvaise fièvre. En 517 sous le règne de Sigismond, il présidait dans la ville d'Epaona (Evienne, dans

tissait

au catholicisme

le fils

,

ou Yenne, en Savoie) un concile où furent réglées des questions relatives à la discipline ecclésiastique. Parmi les canons qui prononcent l’anathème contre les divers scandales

le Valais,

I.

3

.

3. !t.

Ennodii Ennodii Ennodii Ennodii

Opera Opéra Opéra Opéra

(p. 360, IlartelJ, Opusculuin

iii,

(p. 3 (j 2 , llarte!), Opusculuin i\ , (p. i4a, llartel), Epist., V, xxi.

Vita bcatissiini viri Epiphani.

De vilabcali Antoni monachi.

(p. 307 , llartel), Epist., IX, xxxiii.


l66

BIBLIOTHÈQUE DES UMVEUSITÉS DU MIDI

dont

peuvent

les prêtres et les diacres

n’en est aucun qui

il

comme avait fait, Tolède, comme devaient

la mathesis,

canon xv du concile de en 563, les canons ix et x du concile de Braga'.

en 4oo, faire,

condamne

se rendre coupables,

le

Les homélies

aucune allusion mètres, De

qui nous restent d’Avitus ne font

et les lettres

poème en

à l’astrologie; mais son historiae

spirilalis

contient

gestis,

vers hexa-

attaques

des

intéressantes contre la superstition proscrite.

Dans soleil,

De

le livre I,

de

lune

la

et

Inilio

Mandi,

il

Adam

digression

toutes les

pour cause première (v.

création

la

du

nombre

d’adorer 3.

278-326) du livre

(v.

Peccalo, est consacrée à démontrer

l’humanité,

de

des astres^. Dieu met les astres au

des vaines divinités qu’il interdit à

Une longue

est parlé

De

II,

que tous

originali

maux

les

de

recherches des secrets défendus, ont d’Eve, scratatrix Eva mcdorum

la curiosité

L’astrologie a sa place au premier rang des curio-

327).

On cherche de chaque homme, et on en sités criminelles.

sous quel astre a lieu

même

naissance

déduit les chances de prospérité

qui lui sont réservées pendant sa

mis au monde en

la

vie.

temps, une

Deux jumeaux ont

même

été

naissance leur a

mais on conclut que leur destinée ne sera pas la même, parce que leurs astres marchent en sens contraire^ L’humanité ne s’est pas contentée d’attribuer ce pouvoir aux

donné

le jour,

a adjoint des dieux indigètes

étoiles;

elle leur

récents

mettent au-dessus des

V.

1.

Voir, plus haut, p. ii3.

2

Alcimi

.

20

F.cdicii

Aviti,

De

Inilio

que

Mundi (Migne, Patrologie, vices

t.

LIX,

tum lamina caelo

Fulsere alterna solis lunaeque mealu. Quin et sidereiis nocturno tempore candor

Temperat horrentes astrorum 3.

De

Initia

Mundi (Migue, Patrologie,

Non Non 4

.

De

t.

lace tenebras,

LIX,

col.

327 ),

v.

i38:

numina vana colantur. quid caelo sublime novumque coruscat.

species allae, nec si

Originali Peccato (Migne, Patrologie,

t.

LIX,

âges

antiques, distribuant

astres

;

Temporibus sortita

les

col. 335), v. 283

Quaercre nunc astris quo quisquam sidéré natus Prospéra quam ducat restantis tempora vitae; Nec non et geminos iino sub tempore fusas, Quos indiscretus luci produxerit ortus, Motibus adversis varia sub sorte notare.

;

col.

325),


l’astrologie chez les gallo-romains

vains de personnages dans l’immensité du ciel les noms de la nuit infernale-. Avitus ensevelis dès longtemps au fond les que, suivant la doctrine d’Evhemere,

admet apparemment

divinités de la mythologie sont des

ont été

après leur mort,

qui,

allusion à cette localisation des

Lion, et

le

l’objet

femmes

des

d’apotheoses.

Fait-il

les astres

Olympiens dans

que

par exemple, que Jupiter est Junon dans le Verseau ^ Il est plus De spiritalis historiae gestis veut

Manilius avait imaginée? logé dans

hommes ou

On

sait,

probable que l’auteur du

planètes qui jouent le principal rôle personnages divinisés et, en en astrologie portent les noms de enfers Mercure, Vénus, Mars, réalité, plongés dans la nuit des

simplement dire que

les

;

Jupiter, Saturne.

pas Cette attaque contre l’astrologie n’est

un

lieu

commun

à son épopée imaginé par Avitus pour servir d’ornement trait aux événements religieuse. Toutes ses digressions ont Il parle, dans le Profunestes dont il a été témoin et victime. des jours de violence et de logiis du De spiritalis historiae gestis, En 1 an 5oo, perturbation où ses œuvres furent dispersées Gondebaud, vaincu par Clovis, envahissait Vienne, le roi

sac et tuait son frère Gondegisilc, dont la Gondebaud avait trahison avait assuré la victoire des Francs. et Gbilpéric, déjà tué deux autres de ses frères, Gondemar Dei, fait allusion père de Clotilde. Le livre III, De Sententia

mettait

la ville à

333-36 1 )

(v.

désolent

le

aux

guerres,

monde.

Il

aux crimes

de

faudrait, dit Avitus,

genre qui

tout

un

Virgile

ou un

Homère pour dépeindre les convulsions qui bouleversent la les armes frémissent, la terreur ne postérité d’Adam et d’Ève :

cesse d’ébranler le d’illustres

1.

De

monde. Les

assemblées,

villes superbes,

deviennent désertes.

Originali Peccalo (Migne, Patrologie, Indigetes

quosdam

stellis

t.

Ll\,

où siégeaient dévastation

La

col. 335), v.

288

:

adscribere divos

Junior antiqais aetas quos praetulit aslris

Atquc infernali jamdudum nocle sepultis Vana per immensum disponere nomina caelum. \oÏT noHchô-LccXercq, L’Astrologie grecque, pp. Alcimi Ecdicii Avili Poematuin Prologus (Migne, Patrologie. Oinniu paene in ilia nolissitna perturbationis necessitate dispersa sunl. 2.

3.

t.

LIX,

col. 3 q3)


i68

HIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

disperse les peuples, l’univers est déchiré en lambeaux et se

Gamber estime avec raison que, dans ces semble faire un retour sur les malheurs de

dépeuple... L’abbé vers,

saint Avit

«

son temps pour nous peindre ensanglanté V" siècle, et

geslis

maudit

des luttes que continuaient à se livrer entre eux »

L’auteur du De

spiritalis hisloriae

Dans

erreurs enfantées par

la

De

IV,

livre

le

et

Mundi,

Diluvio

quand

coupable curiosité d’Ève.

Avitus combat l’arianisme

effet,

les guerres,

trouble dans l’esprit de ses contemporains,

le

les

du

terribles invasions

pense aux superstitions, aussi funestes que

qui jettent

En

guerres cruelles qui avaient

suite des

à la

conquérants barbares*.

les

il

Gaule

la

les

toutes

les hérésies.

compare

il

l’église

catholique à l’arche de Noé qui résiste au choc des vagues l’Église

tempêtes terribles furieuses

de la

comme

en butte aux assauts de

maintenant,

encore

est,

du judaïsme, des hérésies

part

Charybde, de

philosophes grecs

prétentieuse sagesse des

la

l’astrologie est, sans doute, suscitée par

:

l’hérésie et par la science hellénique, turgida

philosophorarn

(v.

Graiorum

sapientixx

498.)

un milieu

Avitus vivait dans L’école

de Vienne,

très

mondain

avait eu

il

et très littéraire.

pour maître

le

rhéteur

Sapaudes, disciple lui-meme de Glaudianus Mamertus,

une des plus centre

talis

illustres

de

la

que

cet

hisloriae geslis.

mérites des vers

évêque

A

et

dont

le

c’est

pour

son poème De

spiri-

cultivée 3

lettré écrivait

la vérité, Teuffel

d’ Avitus,

était

Gaule. Sa ville épiscopale était

d’une société aristocratique

cette société

:

:

exagère quelque peu

les

loue la correction, l’aisance

il

coupe élégante^. On trouve bien des fautes de goût dans ces vers trop faciles où il est dit, par exemple, qu’une fois transformée en statue de sel, la femme de Lotb est riche de et la

ce sel, qui, alors qu’elle était vivante, faisait totalement défaut

1.

2

.

Gamber, Le livre de la Genèse, p. i4a. De Diluvio Mundi (Migne, Patrologie,

Non aliter crebras

t.

LIX,

col. 353), v.

4g3

:

Ecclesia vera procellas

Sustinet, et saevis sic nunc vexatar ab undis.

de la Genèse, chapitre

3.

Voir Gamber, Le

4

TeiifTel, Geschichle der Gotn. Liter.,

.

livre

S /i74-

1,

arlicle v, pp. 27 - 38

.


169

l’astrologie chez les gallo-romains

du poème, où ne pauvre esprit*. Cependant, 1 ensemble les descriptions manquent pas les mouvements d’éloquence et tenue mais souvent bien faites, est d’une

à son

trop multipliées,

littéraire

beaucoup plus s’adressait aux

que

les

délicats, et ce sont les délicats de

en garde contre

qu’il mettait

poésies d’Ennodius.

son temps

les superstitions astrologiques.

aux prêtres et aux Ailes. que s’adresse de préférence Césaire, évêque d aux humbles

C’est

aux

et

illettrés,

Caesarius était né en 4O9 ou en

/170,

sur

parents et ses aïeux

il

— dit

fidèles,

le territoire

Cabillonum (Chàlons-sur-Marne). Au contraire de des évêques de son temps,

Avitus

la

de

plupart

d’une famille obscure. « Ses biographie de 1 évêque d Ai les ^

sortait

la

— brillèrent

loi au-dessus de tous leurs concitoyens par la le principal modèle et par les mœurs, ce qui est le grand, dans d’honneur et de noblesse, » Moine de Lérins, il s épuisa le repos et l’abbé le fit partir pour Arles où

austérités

les

devait rétablir sa santé.

Mais l’évêque d’Arles, Éonius,

voulut pas se séparer du moine; le

mit

d’un monastère

à la tête

successeur.

En

5o2, à la

il

ne

le fit

diacre et prctic,

le

désigna pour son

(/199) et

mort d Éonius, Cesaire

fut,

maigre

appelé au siège épiscopal d’Arles qu’il devait occuper

lui,

pendant quarante ans. Ces quarante années furent troublées par de nombreuses reliattaques, qui lui venaient des autorités politiques et gieuses, et remplies par une œuvre immense de réforme ecclésiastique.

5o5, accusé d’avoir voulu livrer Arles aux Burgondes, plus était exilé par Alaric à Bordeaux. Quelques années

En il

du siège d’Arles par

tard, lors

suspect

de trahison,

Bavenne où en Gaule,

il

le roi

I.

3.

était

ïhéodoric

Francs

et les

emprisonné, puis lui

rendait justice.

Burgondes, conduit

à

De retour

avait avec l’évêque d’Aix, au sujet des droits de

l’église d’Arles,

apaisait au

il

les

un grave

différend que

le

pape

Symmaque

mois de juin 5i4. Accusé de partager l’hérésie des

De Origiuali Peccalo (Migiie, Patrologie, t. LIX, col. .^.^7), v. 3((7-3f)9. Vila S. Caesnrü episcopi, I, t, 3 (Mignc, Patrologie, t. LXVIl. col. 1003.


170

BIBLIOTHÈQlîE DES UNIVERSITES DU MIDI

semi-pélagiens,

devait

il

se

défendre

faire

au concile de

Valence, en 53o.

Dans son diocèse,

d’Arles et travaillé à rétablir

de son clergé.

prendre part

et les

souvent

cité,

portion

de

adressant

5o6,

discipline

la

Pour obtenir que

à l’office divin,

hymnes

dès

avait,

il

présidé

parmi

tous les

membres

les

leur permettait de chanter les

il

Ampère^

dit

population

la

cette

d’Arles

prescription

pussent

fidèles

cantiques soit en grec, soit en latin*.

montre

concile

le

à

la

— qu’au parlait

Ce

fait,

vi' siècle,

une

«

puisqu’en

grec,

communauté

des

fidèles,

évidemment que chacun se servît En boy, il fondait à Arles un couvent

l’intention de Gésaire était

de sa langue naturelle. de femmes dont

il

»

rédigeait la règle et dont

direction à sa sœur.

Il

présidait les conciles d’Arles

de Garpentras (Say), d’Orange

En même temps que Grèce

la

et

maintenues

et

le

l’influence hellénique, les religions de

diocèse

du paganisme

d’Arles.

rapporte que dans ses sermons où, simplicité,

instruisait d’une

il

savants que

les

simples

et la

s’étaient

La

Vita

S.

Caesarii

avec

la

plus

grande

manière aussi compétente

d’esprit^,

l’évêque

prêcher non seulement contre l’ivrognerie, discorde

(ba/i),

de Vaison (bag).

toutes les superstitions

dans

confiait la

il

d’Arles la

les

devait

débauche,

la

haine, la colère et l’orgueil, mais aussi contre

les sacrilèges et les

haruspices, contre les rites

si

païens des

calendes, contre les augures et les adorateurs des hois et des sources^.

Nous avons de Gésaire vingt-quatre homélies^ et une soixantaine de sermons recueillis parmi ceux de saint Augustin qui

a.

Vita S. Caesarii episcopi, I, ii, Ampère, ouvr. cité, t. JI, livre

3

Vita S. Caesarii episcopi,

I.

.

5

II,

II, 1,

i

(Migne, Patrologie, l. LXVII, chapitre vu, p. aoo. (Migne, Patrologie, t. LXVII,

doctos simal et simplices coinpelenter instrueret. Vita S. Caesarii episcopi, I, v, 4 a (Migne, Patrologie,

vero simpliciter 4.

i

col. 1008).

col. loaS)

:

Quod

et

t.

LXVII,

col.

10a i):

Praedicationes... contra ebrielatis et libidinis malum, contraque discordiain et odium, contra iracundiam atque saperbiam, contra sacrilegos et haruspices, contra calendarum Saint Hilaire .de quoque paganissimos ritus, contraque augures, lignicolas, fonticolas...

attaquait aussi, entre autres superstitions, Poitiers, aux arbres et aux eaux. Voir, plus haut, p. 70.

au

5

.

S.

Opuscula

iv' siècle,

et

culte

rendu

Homiliae (Migne, Patrologie, t. LXVII, col. 1041-1090).— Les Epistolae de Gésaire (col. 1090- ii 5 a) ne contiennent aucune allusion à

Caesarii

l’astrologie.

le


I.’aSTROI.OGIE

chez

CALEO-nOMAINS

T,ES

'

7

'

caractère de simne sont pas authentiques*. Malgré leur beaucoup à 1 élégant poème plicité, ces sermons ressemblent appelle par l’abus de ce symbolisme qu’Ebert

d’Avitus

«l’explication typologique de la Bible »2.

Avitus exagère

la

Eucherius méthode d’interprétation allégorbiue enseignée par Spiritalis historiae gestis, et pratiquée par Faustus^. Dans le De

d’Adam dont Eve est le type de l’Église. Eve naît de la côte Eglise naît de l eau le sommeil signifie la mort du Christ Christ percé par la lance et du sang qui jaillissent du coté du du du soldat: l’eau, symbole du baptême; le sang, symbole couple martyre. La bénédiction donnée par Dieu au premier 1

;

figurée l’union

humain indique d’une manière avec

le

suscite,

Christ 'i. L’Église, victorieuse des tempêtes que l’hérésie qui est aussi figurée par l’arche de Noé^; le corbeau,

s’attarde à dévorer les cadavres des

symbole des

revenir, est le

noyés

est

et

qui oublie de

amour de la Le passage de la mer

Juifs, qui, par

chair, deviennent infidèles à leur Dieu<*.

Bouge

l’Église

de

leur

un symbole du baptême'^.

Césaire compare, lui aussi, les

flots

de

la

mer Bouge

à l'eau

du baptême, cette eau vitale qui est rouge du sang du Christ®. Pour autoriser ses extraordinaires interprétations symboliques des termes de l’Ancien Testament, l’évêque d’Arles se fonde ces choses leur « Toutes sur deux textes de saint Paul :

arrivaient pour servir de figures; et elles sont écrites pour

nous

nous

instruire,

teinps^...

Toutes

les

qui

sommes parvenus aux

choses qui ont été écrites autrefois, ont

Augustin! Appendix (Migne, Patrologie,

I.

s.

.

Ebert, ouur.

3.

Voir, plus haut, p. 107 et i55, De Initio iUu/idt (Migne, Patrologie,

4. 5.

.

cité,

t.

I,

derniers

p.

l.

XXXIX,

col.

i735-a354).

4a5.

t.

De Diluvio Mundi (Migne, Patrologie, De Diluvio Mundi (.Migne, Patrologie,

LIX, col. 337), v. 160 et suiv. LIX, col. 353), v. 493-aoi. t. LIX, col. 354), v. 565 t.

:

Adspiciens plenis stipata cadavera terris,

Carnibus incumhens, Il

et

mox

oblita reverti.

dans la Gencse (vm, verset 7) que le corbeau, qui va et vient eaux soient séchées sur la terre, s’occupe à dévorer les cadavres

n’est pas question

jusqu’à ce que des noyés.

les

(Migne, Patrologie, t. LIX, col. 368), (Migne. Patrologie, t. LXVII, col. 1047).

transita Maris Rubri

7.

De

8.

Homilia

9.

Corinthiens,

III

I,

x, verset ii.

v.

682 -709.


BIULTOTHÈQUE DES UNIVEHSITÉS DE MIDI

172 été écrites

pour notre instruction'.

La plupart des sermons

»

de Gésaire dénotent une typologie poussée jusqu’à l’absurde; il suffit de citer quelques exemples. Sarah désigne la Syna-

gogue,

Rébecca,

et

l’Église 2

Jacob

;

parce que Jacob portait un bâton quand

du Christ,

type

est le

conquérir

allait

il

une épouse, et parce que le Christ portera le bois de la croix pour racheter l’Église^; Elisée est aussi le type du Christ: en

quand Elisée montait par le chemin de Bethel, des enfants se moquaient de lui, disant: « Monte, chauve! Monte, chauve^*! » Et le Christ est monté au Calvaire. L’éveque

elïét,

d’Arles conclut

:

Ascende criicem le

«

Quid

est

Ascendc, calve! Ascende, calvel nisi

:

loco Calvariae?^

in

»

oublie de dire que

11

prophète suscita deux ourses pour déchirer quarante-deux

des enfants qui s’étaient

moqués de

mourir aucun de ceux qui

le

lui, et

que

le

Christ ne

fit

tournaient en ridicule pendant

montait au Calvaire.

qu’il

L’interprétation allégorique de l’Ancien Testament et les

communs

attaques contre l’astrologie sont les traits

loppements poétiques d’Avitus Césaire.

Il

et des

sermons familiers de

semble qu’au commencement du

Gaule, tout au moins dans

comme les classes populaires

le

des déve-

sud-est,

siècle,

vi®

en

classes cultivées

les

devaient être mises en garde contre

formes savantes ou grossières de l’hérésie astrologique.

les

Gésaire interpelle les impies qui croient au fatalisme, en particulier au sont-ils

fatalisme fondé

ceux qui disent

qui, par

une violente

à passer

au péché*'?

»

sur la généthlialogie

qu’il y a

une

nécessité, force

— On

sait

que

moment

de

la

une

«

ou un fatum,

partie des

hommes

la genesis (yhzc.ç, geniliira)

thème de géniture fourni par

est le

geticsis

:

naissance d’un être

la

position des astres au

humain dont

il

réglera

la vie^. 1.

2.

3. 4.

liomains, XX, verset

li.

Sermo vin, 5 (Migne, Patrologie, l. XXXIX, col. 1754). Sermo xi, 2 (Migne, Patrologie, t. XXXIX, col. 1761). Pois,

II, II,

verset 28.

(Migne, Patrologie, l. XXXIX, col. 1827). Patrologie, t. LXVII, col. io 48 ): Ubi sunt qui dicunt esse (Migne, G. Ilomilia ni quod in peccatum transire pars hominum violenta necessitate per vel fatum, genesim 5

.

Sermo

cogatur 7.

xli,

2

“?

Le mot genesis estemploye par Jnvénal(.Sa<., VI,

v.

079

;

XI V,

v.

248) en ce sens.


l’aSTHOLOGIE dit/, tES GAELO-KÜMAINS

en

/3

les

pratiques païennes, en particulier la dont les membres de l’église d’Arles ne

et toutes les

croyances foi

combattent toutes

Calendis Januariis

Deux sermons De

l’astrologie,

encore affranchis. La superstition des calendes perdilo ac de janvier a été inventée a qaodam Jano homine à cette date, sacrilego^. Dans les jours de fêtes qu on célèbre abominable, on des malheureux, parmi lesquels, ce qui est s’étaient pas

hommes

trouve des el,

qund

le

aliqui baptizali,

est,

p(]jiis

qui ont reçu

femmes ou en animaux, en

iniseri honiines,

bapteme,

— se

déguisent en \ieilles

cerfs de preference. Ils

donnent

et

de reçoivent des étrennes diaboliques, demandent le secret festins avec l’avenir aux augures et aux astres, font de grands que,

l’idée folle

mangé aux calendes de janvier, auront de quoi manger en abondance^.

s’ils

toute l’année,

ils

ont bien

cette

Angelo de Gubernatis explique ainsi les chrétiens

coutume qu’avaient

des premiers siècles de se déguiser,

premier

le

jour de l’année, en biches ou en vieilles femmes « La vieille femme et la biche représentent évidemment ici la sorcière ou :

la

femme

que

image de

laide,

la nuit,

l’hiver

sous l’inlluence de

5

et,

la

comme

lune,

le

1

hiver

est, ainsi

déguisement en

biche était une autre manière de représenter la lune A » La coutume des mascarades et des étrennes devait se perpétuer,

du concile assemblé l’évêque Aunacharius, pour combattre puisque

laires,

le

canon

porte

cervulum

Non

licet

à Auxerre, en 678, par les

superstitions popu-

calendis januariis

vetulam aut

facere, vel strenas diabolicas observare. »

sermon De

Le second

astrologiques

superstitions

premier

«

:

i

Calendis

Januariis

simplement

insiste

indiquées

sur

dans

les le

:

Quelques-uns tombent dans ce mal qu’ils observent avec soin le jour où ils se mettent en route, rendant honneur ou au Soleil, ou à la Lune, ou à Mars, ou à Mercure, ou à Jupiter, ou à Vénus, ou à Saturne: ils ignorent, les malheureux, que, s’ils ne se sont pas

amendés par I.

3.

3 t. II,

.

pénitence,

la

ils

auront l’enfer en partage avec ceux

Scrmo Cixix, (Migne, Palrologie, l. \X\ 1 \, col. aooi). Sermo cxxix, ''cnno cxxx (Migne, Palrologie, l. \X\I\, coll. sooi-sooi). .\. de Gubernatis, Mythologie zoologique, traduction de P. Regnaud, Paris, 18-4, i

p. 93.


17^

DES UNIVERSITÉS DU MIDI

lUIÎLlOniliQLli

à qui

ils

tout,

mes

paraissent accorder

un vain honneur dans

monde. Avant

ce

frères, fuyez ces sacrilèges universels, évitez-les

comme

les

poisons mortels du diable. Car Dieu a créé le Soleil et la Luue en notre faveur, pour nous être utiles, et non pour <pie nous honorions

comme

ces deux

luminaires

a donnés,

rendons grâces autant que nous

un

fut

homme

courtisane très

temps,

les

les

impudique.

le

second,

Jupiter, Vénus,

que Dieu

le

qui nous les

celui

pouvons. Car Mercure

le

monstrueux prodiges,

ces

Egypte.

les avait créés, ils se

je

veux

sont nés, dit-on, au

Saturne,

fds d’Israël étaient en

sont nés en ce

S’ils

noms existaient déjà alors. nommaient le premier jour,

troisième, le quatrième, le cinquième et le sixième. Mais

hommes malheureux

les

Et

jours que l’on appelle de leurs

Et, suivant

A

divinités.

misérable, avide, cruel, impie et superbe; Vénus, une

dire Mars, Mercure,

temps où

des

crainte plutôt que par

et ignorants,

amour

qui rendaient un culte par

hommes que j’ai

à ces

déjà qualifiés de

ignobles et de très impies, en raison de leur culte sacrilège, en

très

leur honneur,

ont consacré par

de chacun des jours de

la

le

nom

de chacun d’eux

le

nom

semaine, de manière à avoir fréquemment

noms de ceux dont

ils vénéraient les sacrilèges dans bouche dans leurs cœurs. Quant à nous, mes frères, nous qui sommes connus pour avoir notre espérance, non dans des hommes perdus et sacrilèges, mais dans le vrai Dieu, le Dieu vivant, nous ne devons juger aucun jour digne de porter le nom d’un des démons, nous ne devons pas observer quel jour il convient de partir en voyage, mais nous

les

la

devons dédaigner de prononcer même ces noms si ignobles. Ne disons jamais le jour de Mars, le jour de Mercure, le jour de Jupiter, mais le premier jour, le second, le troisième, suivant les termes de l’Écriture. Avertissez vos familles d’employer ces nomsi.

Ce passage indique avec précision quel est où Avitus dit que l’humanité a ajouté aux

le

sens des vers

étoiles,

en

les

mettant au premier rang, des divinités indigèles, personnages depuis longtemps ensevelis dans

noms

dont

les

sont maintenant distribués dans l’immensité du cieD.

L’évêque d’Arles est évhémériste admettent, l'un

ils

nuit infernale,

la

sont des

hommes

et

que

l’autre,

pervers que

comme

la

les

dieux mythologiques

coupable idolâtrie de l’huma-

donné

nité a divinisés, et dont elle a

l’évêque de Vienne;

les

noms aux

planètes.

Gésaire s'eflorce d’écarter les fidèles des superstitions astro4 (Migiie, Palrologie,

I.

Sermo exxx,

1

Voir, plus liaul, p.

.

if>7.

t.

XXXIX,

coll.

2oo4-aoo5).


VSTROI-üGlE CHEZ LES GAI.EO-KOMAINS

I,’

I

7>^

donner naislogiques auxquelles l’étoile des mages pourrait sance,

si

l'on

Dans un de est

en comprenait mal

sermons sur l’Épiphanie,

ses

n’a fait qu’exciter les

mages

à le

il

dit

que

pas révélé

elle n’a

d’uu ordre exceptionnel;

signification

le rôle et la

chercher

i.

cette étoile

Christ, elle

le

:

pu leur dire de qui elle venait ou de qui elle annonçait qui l’excellence. C’est un astre nouveau, d’une nature particulière, qui a brillé, et qui, par un miracle nouveau, a effrayé ceux-là mêmes ont coutume d’observer soigneusement les astres. Jamais la naissance d’un bomme n’a été indiquée par une telle étoile, car jamais homme ne naquit tel que le Christ 2. L’étoile n’a

L’éveque orthodoxe essaie de démontrer qu’il n'y a aucune espèce de rapport entre les étoiles ordinaires qui fournissent l'horoscope astrologique, d’où l’on prétend tirer la destinée d’un enfant qui vient de naître, et cette étoile extraordinaire qui, destinée à annoncer simplement

chie des lois qui règlent

parvenue au-dessus du

naissance du Christ, alfran-

mouvement

le

propre, précède et guide

la

mages jusqu’au moment où, étant

les

lieu

des astres, a sa marche

se trouve l’enfant, elle s arrête.

Les mages d’Orient, qui ont l’hahitude d’ohserver les asires et

de

tirer les

horoscopes, ne songent pas à établir

le

thème de

géniture du nouveau-né. Cette étoile extraordinaire ne pourrait le

leur fournir

elle n'a servi

:

qu’à les guider vers l’enfant qu'ils

reconnaissent pour leur Dieu, à qui l’or,

offrent,

en l’adorant,

l’encens et la mvrrhe.

Dans un sermon sur

même

an

ils

rang

les

la

confession des péchés, Césaire

Manichéens, qui font

responsable des péchés des

hommes,

les

rejettent cette responsabilité sur les étoiles

Le serpent dit à l’homme par

la

:

L’homme

astrologues, qui

:

voix des astrologues et des Mani-

chéens de ne pas confesser son péché. astrologues

race des ténèbres

la

et

Il

parle ainsi par la voix des

peut-il pécher'.' C'est la position des étoiles qui

rend nécessaire que l’homme commette un péché. Donc, par I.

a.

la

voix des astrologues que c’est l’étoile qui

Voir, plus haut, pp. 71, i55 cl i58. cxxm, (Migne, Patrologie,

Serino

i

met

t.

X\MX,

col.

200 a).

fait

il

prétend

que l’homme


176

liIHUOTHÈQl'E DES UMVEKSITÉS DU MIDI

que l’homme ne pèche pas par lui-même. C’est ainsi qu’il tourne ses blasphèmes contre Dieu. Car le créateur des étoiles, c’est Dieu et, alors que l’homme ne veut pas s’accuser de ce qu’il a fait, il

pèche,

et

;

accuse Dieu par qui

est

Il

il

a été créé».

probable que l’astrologie a sa place dans

du diable que Observer

doivent éviter

les fidèles

augures,

les

caragii, s’enquérir auprès des sorciers,

comprend que

Si l’on

pompe

mot

inconnue

rendent par

les

haruspices,

auguria de toute espèce

abondantes, l’église

permis d’hésiter sur

les

à :

l’effîcacité le

mortifications,

suffît

guérison du corps

se trouve à l’église, gent-ils de

maux

aumônes

fréquentation assidue à

la

En

de courir à

et

soit,

des phylacteria et des

jeûne, la prière, les

souillée de telles superstitions^*. il

en

qu’il

croire à la parole des caragii, des

ne seront d’aucun secours au

de l’âme,

le

de Quicherat

Latinis

terme général de divinalor^. Quoi

le

des

devins,

est

Addenda Lexicis

un péché mortel de

c’est

il

caragius ou caragus, dont l’étymologie est

que

et

n’y a aucun doute que tous aux œuvres du diable

il

et

mot praecantalor indique l’homme

le

qui produit des enchantements, sens précis du

;

recours aux praecantalores et aux

avoir

ces actes ne se rapportent à la

pompes

les

fidèle

dont l’âme

cas de maladie

l’église,

du corps ou trouvera

l’on

est

la

de l’âme. Puisque cette double guérison

pourquoi

les

multiples par

hommes misérables se charle moyen des praecantalores,

des sources, des arbres, des phylacteria diabolica, des characteres,

des haruspices, des devins et des sorciers î*? Si nous

ignorons

les

procédés de divination des caragii, nous pouvons,

du moins, admettre que les phylacteria et les characteres apparles phylacteria, destinés tiennent au domaine de l’astrologie à protéger l’homme contre tous les genres de maux, sont géné:

1.

2.

Sermo gclui, 2 (Mignc, Palrologie, t. XXXI\, col. 2218). Sermo ccl\iv, 4 (Mignc, Patrologic, t. XXXIX, col. 2285)

;

Nam

observare, et praecantatores adhibere. et caragios, sortilegos inquirere, pompam vel ad opéra dinboli non est dubium pertinere.

Quicherat, Addenda Lexicis Latinis, Paris, 1862, p. 88, col. 5 (Mignc, Patrologie, t. XXXIX, col. 2270). 8 (Mignc, Patrologie, t. XXXIX, col. 2289).

8.

L.

4.

Sermo Sermo cclxv,

5

.

2.

et auguria totum hoc ad


.

î/aSTHOLüGIK CllKZ

>77

GAI.LO-KOMAINS

l-ES

râlement confectionnés d’après des règles astrologiques', et métal sur les characleves sont des plaques de bois ou de lesquelles ont été gravées, dans certaines conditions astrolo-

giques, des figures qui assurent l’efTlcacite de ces amulettes. Les sermons de Gésaire ne cessent de faire appel* au bon

sens des chrétiens qui, par leur adhésion aux doctrines superstitieuses du paganisme, violent les vœux de leur bapterne, renient

le

Christ et sacrifient au diable avec lequel

ils

ont

conclu un pacte. qu’un persécuteur se présente de la Si lu avais part du diable auprès de (pielque malade pour lui dire eu recours au praecanlator, tu serais déjà guéri; si tu avais voulu te

mes

arrive souvent,

Il

frères,

:

munir de characteres, les

propositions de ce persécuteur

prises-tu

On

:

aux sources

et

le

bénéfice

aux arbres,

si

du baptême

des characleres,

par

le

chant des oiseaux,

en route,

le

si

l’on rend

si

s'inquiète des aaguria

l’on observe le

les

culte

donnés

jour où l’on se met

jour où l’on rentre de voyage

peuvent adorer

un

l’on use des phylacleria diabo-

si

l’on

si

au diable. Le mé-

l’on écoute les sorciers, les devins,

les praecantatores, les caragi, lica et

tu as sacrifié

:

Acceples-lu

la santé.

du martyre 2.

tu as acquis la gloire

perd tout

pu recouvrer

tu aurais déjà

arbres et les sources,

Les chrétiens ne

veulent être

s’ils

délivrés par la grâce de Dieu des peines éternelles^. Toutes ces

pratiques impies

reconnaître que

plus dangereuses qu’il

sont d’autant les

caragi et les devins donnent souvent des

renseignements véridiques sur l’avenir mettre

le

faut

:

Dieu

permet pour

le

chrétien à l’épreuve

Cet aveu prouve que l’évêque Césaire accorde malgré

lui

un

certain crédit aux révélations procurées par les pratiques de la

magie

et

de l’astrologie. C’est

le

dans

le

faire ainsi révéler l’avenir I.

a.

3

.

diable qui a le pouvoir de

but d’éprouver

le

chrétien

;

Bouclié-Leclercq, I.' Astrologie grecque, p. 53 G. Sermo cclxxix, h (Migne, Patrologie, t. XWIX, col. 237a). S'ermo ccLxxviii, (Mignc, Patrologie, l. \\\ \, col. aa 3 () cl .S'er«(0 cci.xv, 5 ;

i

1

col. 2269). 4.

l.

XWIX,

col. 2271).

5

l.

XXXIX,

col. 2270)

Sermo cclxxviii, 5 (Migno, t'atrologie, Sermo ccr.xxviii, 5 (Mignc, Patrologie, Deus diabolo ad probandum christianum .

H.

DE

L.X

VILLE DE MIRMOXT.

:

Quia penniltil hoc


hibliothî;que des umversités du midi

178

mais, pour être diaboliques, ces révélations n’en sont pas moins Césaire

exactes.

confesse

le

:

Auguria ipsa

et

caragi vel divini

freguenter nobis vera a/inuntiant. L’évêque d’Arles est un thau-

maturge

comme

saint

Martin de Tours. Sa vie abonde en

comment il éteignait les pluie, comment il guérissait

miracles f ses biographes racontent incendies,

comment

il

obtenait la

pu guérir ses contemporains de leur croyance au pouvoir de la magie et de l’astrologie, croyance qu’il partageait lui-même en une certaine mesure, puisqu’il reconnaissait que le diable avait le pouvoir de révéler l’avenir par des moyens surnaturels pour mettre le chrétien à l’épreuve. La lutte engagée contre la magie et l’astrologie par Césaire eut peu de succès. A la fin du iv" siècle, l’évcque de Tours, saint Martin, faisait malades*. Mais

les

abattre les

n’a

il

Une

dédiés au démon^.

arbres sacrés

trentaine

mort de Césaire, qui avait combattu le culte rendu aux sources et aux arbres sacrés, le canon in du concile

d’années après

la

d’Auxerre devait encore proscrire ces pratiques païennes «

Non

licet

Dans fidèles

ad arbores sacrivos vel ad fontes vota exsolvere^.

sermons, Césaire ne

ses

:

»

se lassait pas d’exhorter les

de son diocèse à s’abstenir d’avoir recours aux divina-

tions des astrologues, des sorciers et des caragii.

On

lit

dans

le

du même concile d’Auxerre «Non licet ad sortilèges ad auguria respicere, non ad caragios nec ad sortes

canon vel

iv

:

adspicere.

»

Conclusions.

Au moment de

mort de l’évêque

la

Césaire, les

des Francs s’étendaient sur la plus grande partie de

L’ancienne provincia Rornana avait Vila S. Caesarii episcopi (Migne, Patrologie.

1.

III,

28, 2.

3.

2(j

;

IV, 3i, 35, 37, 3g

;

II,

1

;

11

;

iii

;

été, elle-

t.

LXVII,

royaumes la

Gaule.

même, en

coll. 1001-1042),

I,

687, n, 17

;

iv.

Voir, plus haut, p. 73. lo culte rendu aux arbres par les chrétiens, voir A. de Gubcriiatis, La

Sur

Mythologie des plantes, Paris, 1878,

t.

I,

p. 274 et suiv.


I,

'astrologie chez les gallo-romains

'79

de Clovis par Vitigès, rois des Ostrogoths Childebert, d’Italie. Arles appartenait à Clotaire, Marseille à domil’esprit gallo-romain se modifiait sous 1 influence de la

abandonnée aux

fils

nation franque.

ne semble pas

Il

de poursuivre, dans

utile

les

œuvres des

auteurs nés en Gaule qui ont écrit après Césaire, des recbercbes sur les superstitions astrologiques d une société dont

la civi-

lisation n’est plus gallo-romaine.

On

a

vu que

du druidisme,

plines

grecques brillait

ne

faisait

dans

les

l’astrologie, qui

et latines.

eu

a

Au temps où

de tout son éclat,

Querolus, prouvent que la classes cultivées

pas partie des disci-

la civilisation

origines

des

Gaules

gallo-romaine

œuvres d’Ausone, comme rnafhesis était en honneur dans les

comme chez

le

le

les

peuple. Les lettrés s’occupaient

avec intérêt de cette science qui, pratiquée par un charlatan,

dupait un petit bourgeois de comédie, aussi

borné que

le

Géronte de Molière.

Au

siècle,

christianisme, ticitc

les

Gallo-Romains qui

font

profession

de

sont encore tellement persuadés de l’autben-

des révélations fournies par une connaissance spéciale

d’Aquitaine doit déclamer en vers

des astres que Prosper

éloquents contre l’erreur de ceux de ses contemporains qui se croient

soumis aux influences sidérales,

Marseille

doit

condamner

l’astrologie,

et

plus funeste des

la

sciences interdites que

l’homme, entraîné

ambition de scruter

mystères de l’avenir,

les

que Victor de par

une

vaine

s'est efforcé

de

posséder.

Au

milieu du v* siècle,

un humaniste gallo-romain, qui ne

doit pas être seulement chrétien de

nom

puisqu’il est évêque

des Arvernes, Sidoine Apollinaire,

fait

preuve d’une indul-

gente curiosité pour l’astrologie;

s’en

occupe avec

les il

hommes

est

de

il

la société aristocratique et lettrée,

avec lesquels

en relations d’amitié, sont des adeptes, parfois

victimes, de la superstition

Au commencement du d’Avitus et par

les

condamnée par vi"

siècle,

zèle, et

même

des

l’Église.

on voit par

sermons de Césaire que

le

poème

les lettrés, aussi

bien que les gens du vulgaire, restent encore fidèles à cette


"oO

lUHLIOTHÈQUK DES UMVEBSITÉS DU MIDI

science dont Tévéque

d’Arles lui -même reconnaît que

les

prédictions révèlent souvent l’avenir avec exactitude.

Puisque

la

superstition astrologique est toujours

enracinée dans

on peut

esprit gallo-romain,

1

se

demeurée

demander

pourquoi des évêques, des auteurs chrétiens, aussi pieux que Prosper, que Victor, qu’vVvitus et que Gésaire, se sont abstenus de combattre Ainsi,

la

saint

dangereuse croyance. Martin de Tours est un pieux thaumaturge,

comme

saint Gésaire d’Arles;

titions;

il

démolit

lutte

contre toutes

démon

;

Ainsi,

la

le

supersil

abat

jamais, dans aucune des

manifestations de son apostolat très

combattre

les

temples des dieux du paganisme;

les

arbres sacrés dédiés au

les

il

actif,

ne s’occupe de

il

croyance à l’astrologie.

poète de V Ileptaleachos,

Cyprianus, aussi ortho-

doxe que Prosper d’Aquitaine, que Victor de Marseille ou qu’Avitus de Vienne, évite avec une prudence

maladroite

poème

les

allusions à l’astrologie

devait lui imposer.

qu’il imite te force de

Gbaque

fois

mentionner

que

que

sujet de

le

le texte

les astres,

il

timorée

de

la

et

son

Genèse

semble gêné;

une évidente préoccupation de rappeler que Dieu commande au soleil, à la lune et aux étoiles. La plupart des auteurs ecclésiastiques ont l’air de craindre de se hasarder sur un terrain brûlant où le feu se cache mal il

a

à

l’abri

d’une

couche de cendres

perfides.

Gennade, qui

parle des hérésies astrologiques en Bulgarie et à

Rome,

évite

de faire allusion à celles qui se produisaient en pays gallo-

romain. Tous ces écrivains espèrent, sans doute, en ne disant rien de la superstition chère à leurs compatriotes, arriver à en

détourner l’attention. Peut-être,

Sem

et

Japhet,

manteau ils

la

qui

en

les fils

arrière,

pieux de Noé,

couvrant d'un

nudité de leur père qu’ils évitent de voir, veulent-

ne pas considérer

lique des

marchent

comme

la superstition

qui désole l’église catho-

Gaules, et essayer de l’étouffer par une sorte de

conspiration du silence.


M ATI EUES

TAULE

1

I.

*,

'astrologie chez les

I.

Les Les druides et l’ythagore. Le druidisme et l’astrologie. Le druide Diviciac. pratiques druidiques et VAu()urium. druidisme. L’astrologie n’a jamais fait partie des disciplines du

l\ien

ne prouve que

druides de

les

la

decadence aient (dé

des astrologues

II.

Les origines grecques et romaines de l’astrologie gallo-romaine. Le médecin astrologue L’astrologie grecque à Marseille.

Crinas de Marseille.

Home, se ennemi des

Les astrologues, chassés de

Eavorinus d’Arles, Allusions à l’astrologie dans les panégyriques astrologues. L astrologue prononcés par les rhéteurs gallo-romains. d’Ausone. grand-père gallo-romain Caecilius Argicius.Vrborius, réfugient dans

les

Gaules.

III.

Ausone

IV.

I/astrologie dans le « Querolus »

et l’astrologie

V. Paulin de Noie et l’astrologie

VL

Rareté des allusions à l’astrologie chez les auteurs gallo-romains, chrétiens ou païens, de la fin du iv' siècle et du commence-

ment du

V'

VIL Les allusions de Lyon

Vlll.

à l’astrologie

dans

les

œuvres de saint Eucherius

Les attaques contre l’astrologie dans les œuvres de saint Prosper Le Priscillianisme et le « Carmen de Provid’.\quitaine.

dentia divina »

IX. Les allusions à l’astrologie dans les

poèmes gallo-romains de

v* siècle imités de divers livres de

première moitié du en particulier de la Genèse

la

la Bible,


i8a

TABLP; DES MATIÈRES Pages.

\. Sidoine Apollinaire et l’astrologie.

les

aux

praticpies de l’astrologie.

l’astrologie

Consentius, Anthédius,

Lami

.

'astrologie

à

les

pridius

I.

Allusions

œuvres de Sidoine Apollinaire et renseignements sur Gallo-Romains de la seconde moitié du v' siècle adonnés

dans

\1

dans

le «

De

statu

.35

Animae» de Claudianus Mamertus.

Rareté des allusions à l’astrologie dans

les

œuvres des

contemporains de Sidoine Apollinaire Faustus, Ruricius, Pomérius, Salonius, Domnulus, Auspicius, Paulin de l*érigueux, Paulin de Pella, Gennade

i/<7

Absence d’allusions à l’astrologie dans les œuvres d’Ennodius. — Attaques contre l’astrologie dans le poème d’Avitus et dans les serinons de Césaire

1G2

Conclusions

178

;

\ll.

Xlll.


Bordeaux.

â&#x20AC;&#x201D;

Inipr. G.

Gounouilhou, rue Giilraude, O-ll.


R

'

&,

f

vfl-

.

'•

»•:/

^-

m: _

T

* "-J*

.

-.

^

Sk/

-Â?;

T-«.

^

'

*' «..

»

tfï»

^

2i>.

A—<

.

Jf'

«

vt^

-

I

V

*

k.

-

.

:

^

*

.

^t-,

.

».

,

..

'

•-.•.•

•;

#

_

^

-'V

^''

^

•'

*'.

>;

>*. '•

'-^

>

,

-

^

-

'.

'•

>l

.

y

y<

"Nij .

,

*

-

^

*1

:-^

,r

'

-\r

,

C.

,

7

V

\

"'vï^ îi’iiai

-V **

.

-

*

*

5,

*

«

,

'

.J

'

r

J

'

.

-: -.V>1

•/

"

*'/•

'*

.

«I-^

-*

-

%

.-s-'

V

:*:»

^

r?

I

'' •’

- -'Z

''

'

i

ï

'’V‘ ':

i

>.

--'

r,

<

-r

!<

.**^

-Z;'-

-,

yS ’

“>,•

7

V

•>

-

'i

4

-‘‘S

^K/

.

i

'

^'

' •

4

A

®>3

<

.

\

'

'

E^':' d fc?TÇ'V')-ÿ r^|h;

'

-.'Si

M'

-

-

r.j_^

f

»'

.'^y'-.-f

>

• ,

' .

V

*\

*«>

.

a'

^ ^


\


liIBLIOTllÈOUE DES ÜNIVEUSITÉS DU MIDI

I. Les débuts de l’Ëcole française d’Athènes pondance d’Emmanuel Roux (1847-1849), publiée

Fascicule

introduction et des notes par M. Georges Radet, doyen de des Lettres de l’Université de Bordeaux. Prix 5 francs.

:

Corresune

avec la

Faculté

:

II. Chansons et dits artésiens du XIII" siècle, publiés avec une introduction, un index des noms propres et un glossaire par MM. Alfred Jeankoy et Henri Guy, professeurs à la Faculté des Lettres de rUniversité de Toulouse. Prix lo francs.

Fascicule

:

Fascicule III. La satire de Jovellanos contre la mauvaise éducation de la noblesse (1787), publiée et annotée par M, Alfred Mouel-F.atio, professeur au Collège de France. Prix; 4 francs.

IV. Étude biographique et littéraire sur Laevius, par M. H. ue la Ville de Mihmont, professeur à

Fascicule

des Lettres de l’Université de Bordeaux. Prix

— Pensées

Fascicule V.

:

le

poète

la

Faculté

7 fr. 5o.

de Marc-Auréle, traduction de M. Auguste

Cou.AT, recteur de l’Académie de Bordeaux, éditée par M. Paul Fournier, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux. Prix lo francs. :

Fascicule

VI.

— Recherches

sur la religion gauloise, par M. Camille

JuLLiAN, iirofcsseur honoraire à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux, professeur au Collège de France, membre de l’Institut.

Prix

5 francs.

:

Fascicule VIL L’astrologie chez les Gallo-Romains, par M. IL de LA Ville de Mirmont, professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux. Prix 10 francs. :

— Frédéric

Schlegel et la genèse du romantisme ancien professeur à la I. Rouge, Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux, maître de conférences à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris. Prix 7 fr. 5o.

Fascicule VIH.

allemand (1791-1797), par M.

:

Les HisFascicule IX. Études sur l’historiographie espagnole toires générales d’Espagne entre Alphonse X et Philippe II (1S84-15S6), par M. G. Cirot, professeur à la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux. Prix 10 francs. Fascicule X. Le troubr lur Guiraut Riquier, par M. Joseph Anglade, au . 'ée de Bordeaux, maître de conférences à la professeur ancien 10 francs. F'aculté des Lettres de U Université de Nancy. Prix :

:

:

XL

— Les

Origines vénézuéliennes. Essai sur la colonisation espagnole au Vénézuéla (ouvrage accompagné d’une gravure et d’une carte géographique), par M. Jules Humbert, professeur agrégé au Lycée de Bordeaux. Prix 10 francs. Hésiode et son poème moral, par M. Pierre M altz, Fascicule XII. Fascicule

:

professeur au Lycée de Bordeaux. Prix

:

10 francs.

Cybébé. Étude sur les transformations plastiques d’un type divin, par M. Georges Radet, doyen de la Faculté des Lettres de l’Université de Bordeaux, correspondant de l’Institut.

Fascicule XIII.

Prix

:

10 francs.

le

((

Prix

L’armée Byzantine à la fin du vr Strategicon » de l’Empereur Maurice, par

Fascicule XIV. :

siècle, d’après F.

Aussaresses.

10 francs.

Bordeaux

— Impr. G. Gounouiuiou, rue Guiraude, 9 -

«'•

.


y


Astrologia no galo romanos  

O galo-romana escritores, pagãos ou cristãos, dar sobre astrologia de muitas informações, o que prova ([doutrinas Ue que eram perfeitamente...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you