Issuu on Google+

T-

-*

,

.

,

k

k

».

».

C

1

V

k

}

k

%.

»

k

*

k

k

k

k

'

,

^

k

k .

k

k

k.

.V

k-kk k k

k

»

k

k

k

•«

»..•

k v

k

k

•-

.\

JL.

*

k

».

fe.

V

h.

k.

7:.

».

k

V.

k

k

k.

k.

« .

K

t.

\

.V

»

>.

l

k.

t.

'

k

^

k

t

b.

.

4.

k.

«.

V

».

».

».

%

V V

V

*.

*

1.

*

S %'

'

i

%

'*

V

*

k

k

k

V 1 -kS. L V w -vS.S'^vS _ k**'v^k k k^ w k.k. k k k w.

».

k

..

k.

k.

I.

k'" •

.

.

1

«.

k

k

k k k k >. k. «U k k .k k k. k k V. ^ Jk^k k k L. k 4.

<

1^

^

l*.

t;

I

W

Ib

»

kkk kkk kkk kkkkkkkk. .

-i

.

«.

.

k k

k

k kk k

k

k

. »

ï «

k

k s

k

k

k '

k

k k k W k k V k k k k Vk k s. k

k ]

k

'

k k

.

k

.

**

..

<«.

k

k

k

V

k _

k

k

w

k

h

k W k. V k k « k k k k kk - k k k V V k k k k k % V y W k k k

V

k

.

_

*.

k

^

kk k. V ^

*.

k

k.

k

k V

k k

k >

k

V

k

k

k

«.

I

k

k *.

k

k

k

^ k ^k k k k k

k

I

.

.

kkkkkkkk kkkkkkkkkk». kkkVVkkkkk. k

%.

\

.

».

k k ^

.

kkkkkkk-^.kk kk kkkkkkkk kk kWkkkkk.k». kkkkk». «V

k

.

^

k

k k k k k k k k k k

<4-

.4

kk.kk^

V

-V

.

kkk

».

.k

.

%

*-

i-

k

k.

.

kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk kkk

,

t.

\

\

.

1

‘^..

»

V

•-

kkk k k

-

I '^•.r

»

k

k k kkkkkLkk Wkkkkkh-k kkkkkkkk kkkkkkkk kkkkkkkk ^ w w^ kkkkkkkk k kkk k k ».

».

k

k

*.

k.

A..

*,

^

k

1.

t

k

1

»

\

L

k

’».

fl W L. W K k k k. k k k k k k k k V k k k W k. k k V k k k^ k . k N. V « k k k V. k k w k k. k k k k k k k « k k. k k k k k k^ k k W k k h k. Jk k k V k k k.kk.kk1kk.lkk k k k k k k k k k.k k.k.k-W k **k‘ k k k k k k k k k k k k k k k k k. k k k..k.-k.k.W k. k k k k k k k k k k k V k A k k k k k k k k k k k -k k k k A k k k V k k k k «. k k k k k k. k k k k V k k k.k'kk.k k k k k k k k *k k k k k k k k k k k K. k k k k K k k k k k k k k k k k k k. k k k k k b k k k k k k^k^k k k k kk^ k k k .k k k k k k k k k k k k i k k k k • k k k *. k k k k k k k k k k k k k k k k k k k'k k.k k.k k V V k k k k k k k k k k k k k k^ k k k k k k k V k^ k^ k. k w V. k k k k V k k k Ik k ». k k k k k k k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k k.k.k k k .k k k k*"..' k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k. k k U V V k k k k k k k k k k k. k k k k k k k k .kk k k k k k V k k k k. k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k V. k k k k k k. k k k k k k k k k k k k V k k k k V k k k k k k k. k k V k k k k k k k k k k k k k k k k k.k k k k k k V k k k k k k k k k. V k k k. k k k k k k k k k K k k Vk. k k k k k k k k k k V k V k k k k k k V k k \ «bJk^. «. V..» V .'• k k k k k. k k k V k k k s. k k k k k k k k k k » » k k k .k k k k. V V k k k k k k k k k k k k k k i. s k V k k W k k k k k w. k V k k k k k k k k k k k k .k k f V V k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k k V k k k k k k V k V k k k k k k k V k \ k k k k k k VkWskk.«b.N. k fe.k>. k V V k k k k k k k k V k •K k k k k k k k k k k k k k .k k k k k k V k k k k V k k k k k k. kkÿ^ k k k k k \ % Jk k k k k k k k k k k k W k k k k k k k k k.k.%..k K *k k k k. k k. k k k k k k k k k k k k. kk. k k k k K k k k k k k k k k k k k \ s k k k k k k k k k k k k k k k V k k k k k k k k k k k k k k k k k k k Ik k k k k k .k k k k k k k ,k k «

t.

k

V

k.

ï

i

% 1

k

L

f-

s

V

^

^

^

.

r^ r

m

.T"

r'^'v

*


*

^

i

L

yC

-

•J f

4

f

4s •

%

r T

I

.J»

fz)

/ATA,7.î». AA(

S

22101006905


BlIiLIOTllÈOUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

FASCICULE

VII

L’ASTROLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAINS PAR

H. de

la

VILLE dejMIRMONT

PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE l’UMVERSITÉ DE RORDEAUT

Bordeaux FERET &

FILS,

ÉDITEURS,

i5.

:

COURS DE

L’INTEISDAISGE

Grenoble A. Gbatier et G'*, a3, Grand’Rue Lyon Henri GEORG, 36-42, passage de l’Hôtel-Dieu :

:

Marseille -.Paul RUAT, 54, rue Paradis Montpellier; C. GOULET, 5, Grand’Rue Toulouse Édouard PRIVAT, 45, rue des Tourneurs |

Paris A.

FONTEMOING,

:

Libraire des Écoles françaises d’Athènes et de 4, rue Le Goff

Rome


BIBLIOTHÈQUE DES

UNIVERSITÉS DU MIDI SEPTIÈME FASCICULE

L’ASTROLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAINS PAR

H. de

la

VILLE

de

MIRMONT

PROFESSEUR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE L’UtlIVERSITÉ DE BORDEAUX


Bordeaux.

â&#x20AC;&#x201D;

Imprimerie G. Gounouilhou, rue Guiraude, g-it.


BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI FASCICULE VII

CHEZ LES GALEO-ROMAINS PAR

H. de

VILLE

la

MIRMONT

de

PROKESSEtR A LA FACULTÉ DES LETTRES DE l’uNIVERSITÉ DE BORDEAUX

Bordeaux FERET &

FILS,

ÉDITEURS,

i5,

:

COURS DE LTNTENDAÎSCE

Grenoble A. Gratier et C‘% a3, Gra^'îd’Rue Henri GEORG, 36-4a, passage de l’Hotel-Dieu :

Lyon

:

Marseille: Paul RUAT, 54, rue Paradis Montpellier: G. GOULET, 5,Grand’Rue Toulouse : Édouard PRIVAT, 45, rue des Tourneurs |

Paris A.

FONTEMOING,

:

Libraire des É COLES FRANÇAISES d’AtIIÈNES ET DE 4, RUE Le Goff

igo4

RoME


cd'"

(z )

A 3'/^. 36-

(JK.

'^'^1

^yC lOt^C


L’ASTHOLOGIE CHEZ LES GALLO-ROMAIINS

Les écrivains gallo-romains, païens ou

sur l’astrologie

donnent

des renseignements nombreux, qui prouvent

([ue les doctrines

ment connues

chrétiens,

de cette science divinatoire étaient parfaite-

et

communément

pratiquées dans

la

Gaule

romaine.

Dès

le

i" siècle

de

l’èrc

chrétienne, Pline l’Ancien men-

tionne un médecin de Marseille, Crinas, qui traite ses malades suivant les lois de l’astrologie et qui mérite

le

nom

à'iatroma-

thémalicien. Crinas est d’origine grecque, et Marseille n’appartient pas à la

Gaule proprement dite; mais, à

la fin

du

ni® siècle,

nous connaissons un Gallo Romain originaire du pays des Ilaedui (territoire entre la Loire et la Saône), domicilié ville

dans une

d’Aquitaine, Aejuae Tnrbellicae (Dax), Caecilius Argicius

Arborius, qui exerce avec succès et profit la profession d’astrologue.

Au

siècle, le petit-fils

IV®

d’Arborius,

le

poète bordelais

Ausone, s’occupe souvent d’astrologie dans ses œuvres. A l’époque d’Ausone, parmi les personnages du Querolus,

comédie d’un auteur gallo-romain, qui fut jouée sinon à Bordeaux, du moins dans une ville du sud-ouest de la Gaule, se trouve un astrologue, Mandrogéronte, dont

le

rôle est très im-

comédie de mœurs emprunte .ses personnages contemporaine: pour que l’astrologue ait sa grande

portant. Toute à la société

place dans

faveur dans

le

Querolus,

la

il

huit (pie l’astrologie ait été aussi

société gallo-romaine

du

iv® siècle

en

après .lésus-

Christ que la science auguralc et l’haruspicine l’avaient été à Rome au vi® et au vu® siècle de la République, alors (jue


6

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

Vllario'lus

et

i

VAugur

doniiaieiil leurs

noms,

l’un à

une palUata

de Naevius, l’autre à une togala d’Alranius.

Ap rès

temps d’Ausone,

le

le

Gallo-Romain G. Sollius Apolli-

naris, qui vécut de 43o à 488, et qui fut, à partir de 472

,

évêque

de Clermont en Auvergne, fournit des indications précieuses et

abondantes sur

au

curieux

la matière,

paru: si

bien

la

science suspecte,

connaît à fond tous

et très instruit

ceux qui nous sont parvenus

ceux qui ont

et

il

le

sur dis-

possède

vocabulaire technique, verba malheseos, qu’il offre à

le

son ami Polemius, par manière de badinage, de

un épitbalame

Au temps

de

Sidoine Apollinaire

composer

après

et

et

d’autres

lui,

moins tolérants

Clermont, combattent énergiquement

de

l’évêque

lui

astrologique.

auteurs gallo-romains, plus ecclésiastiques

que

les traités

d’un grand astrologue, Anthedius;

est l’ami

il

condamner

l’évêque doit

v“ siècle. Si

lettré

des croyances astrologiques en Gaule

l’état

les

doctrines astrologiques.

Prosper d’Aquitaine, qui mourut en 464, attaque, dans son

poème De

Providentia

625 - 720 ),

(v.

la

croyance aux natalia

sidéra.

Un contemporain

de Sidoine

et

de Prosper, Glaudius Marins

Victor, dans ses Commenlarii in Genesim (lib.

vi“ siècle,

l’Arverne Alcimus Ecdicius

Avitus, évêque de Vienne depuis 4go,

dans

trer

le livre II

de son

io5-i48),

démon.

soutient que l’astrologie a été créée par le

Au commencement du

111, v.

poème De

mort vers 525,

fait

en-

Spiritalis hisioriae geslis

277 825 ) une violente diatribe contre l’astrologie. On peut encore trouver des polémiques semblables dans les

(v.

ouvrages des derniers Gallo-Romains qui font le

Bas-Empire

et le

hétérodoxe n'avait

Moyen-Age. pas

Il

est évident

eu de nombreux

la transition entre

que

si

la science

adeptes dans

les

Gaules, les écrivains ecclésiastiques ne se seraient pas donné la

peine de la combattre

Avant d’aborder Gallo-Romains,

quer 1.

les

il

si

souvent

et si

longtemps.

l’étude des doctrines astrologiques chez les

convient de rechercher

les origines et d’indi

progrès de cette science divinatoire dans

llariolus,

comme

haraspex, vient

du mol

liaru,

les

Gaules.

qui signifie «entrailles».


l’aSTKOI.OGIE ClIE/ EES fiAIXÜ-HOM.UXS

7

I

-

- Les

Les druides et Pythagore. Le druide Diviciac. pratiques druidiques et VAugurium. disciplines du druidisme. L’astrologie n’a jamais fait partie des décadence aient ete des Rien ne prouve que les druides de la

Le druidisme

et l’astrologie.

-

astrologues.

L’opinion

répandue plus ancienne et la plus généralement les autres était pratiquée par les druides et

la

que l'astrologie conquête romaine. prêtres gaulois longtemps avant la H Histoire littéraire de la France p

est

Congrégation de Saint-Maur » est très alfirmative à Marcellin ne « Les euliages ou eahages d’Ammien ce propos Diodorc de Sicile et autres, dans le fond, que les vales de de

tins

la

:

sont

de Strabon. Car tribuent les

de

la

nature

mêmes

est certain

les

que ces

trois historiens leur at-

fonctions, qui étaient de sonder les seerets

et île les faire

physique,

la

il

connaître aux autres

divinations,

astrologie

1

;

ce qui regarde

jndiciaiie

et

la

phimagie... Les druides étaient tout ensemble les prêtres, les losophes, les théologiens, les jurisconsultes, les médecins, les les rhéteurs, les orateurs, les mathématiciens, les géomètres,

astrologues et peut-être

même

les

magiciens des Gaulois

Henri Martin donne à peu près

les

>.

»

mêmes renseignements

sur les ovates, classe inférieure, et sur les druides, classe supérieure des prêtres gaulois: «Ils [les ovales] étudient les lois secrètes qui relient les

phénomènes de

des astres;

ils

la

prévoient l’avenir et interrogent

de

la terre et

les

volontés des puissances divines dans

entrailles et le

sang des victimes;

puldics et privés;

ils

nature, les mystères

ils

le

vol des oiseaux, les

célèbrent les sacrifices

guérissent les maladies. Ce sont à la fois

des augures, des aruspices,

comme

ceux des Romains,

physiologistes, selon l’expression grecque, des

I.

la

des

voués

littéraire de la France, l. I, partiel, Paris, 1733: ((Siècles (jni ont naissance de .lésus-Clirist. ftal des lellrcs dans les Gaules durant ces

Histoire

pr(îct'd(j

hommes

et

Icinps-là, » p.

3 (j

et 3 ^.


.

8

BIBLIOTHÈQUE DES UINIVERSITÉS DU MIDI

aux sciences naturelles, toujours mêlées de magie dans

l’anti-

suprême gouverne immuables, et qui croit les

quité qui n’a pas encore reconnu que l’Etre

choses physiques par des

les

lois

phénomènes modifiahles par l’action arbitraire de puissances inconnues... Eux aussi [les druides proprement dits, qui sont au-dessus des ovates] connaissent le mouvement des astres, la ligure et les proportions de la terre et priétés des choses

».

du monde

et les pro-

»

Henri Martin rappelle encore

accréditée des

la tradition si

«

relations de Pythagore avec les druides, tradition

appuyée sur

une

étroite affinité

et

ques

=».

Dans

»

de doctrines métaphysiques

les Éclaircissements

V Histoire de France,

qui terminent

le

tome

I*'

de

des druides les initiateurs de Pytha-

fait

il

3

scientifi-

On ne peut guère douter que les druides n’aient eu les mêmes connaissances et les mêmes opinions astronomiques

gore

((

:

que Pythagore, d’eux.

et

y a grande apparence

il

qu’il

les

tenait

»

Les auteurs anciens admettaient bien l’existence des relations

dogmes de Pythagore, l’influence du philosophe

entre la religion des Gaulois et les

mais

attribuaient ces relations à

ils

sur les druides.

Dès grec,

y

fait

commencement de l’Empire romain, un

le

contemporain de César

et

d’Auguste, Diodore de Sicile,

allusion dans sa Bibliothèque historique.

Gaulois ont des philosophes

les

appellent druides^,

qu’ils

mépris

le

plus profond,

l’immortalité

et

de

la

et

qu’ils et

historien

constate que

Il

des théologiens très honorés professent pour la vie le

qu’ils

admettent

dogme de

le

transmigration des âmes

:

il

conclut

que ces croyances leur viennent du système de Pythagore 5.

Au

IV''

siècle,

Ammien

Marcellin, qui vécut de 33o à 4oo,

parle lui aussi de l’influence de Pythagore sur les druides; il

emprunte tous

les

renseignements

qu’il

donne sur

les

Henri Martin, Histoire de France, quatrième édition, Paris, i855 t. I, p. 5g et Ci Henri Martin, ouvr. cité, t. 1, p. 8i. «Sur l’astrono3. Henri Martin, ouvr. cité, t. 1, Éclaircissements, n® X, p. ^73 mie des druides et leurs aflinitcs avec Pythagore et Numa. » «PtXodopoi' te tivé; sim xa\ 9 £o),6yoi irspiTTôüî Ti[xtü[iEvoi o\iî 4. Diodore, V, xxxi, 2 1.

;

2.

:

:

ôpoui'ôa; ôvoiAocÇouffi. 5.

Diodore, V, xxviii, 6

:

’Evkt'/Ûei

yàp uap’ «Otoî; ô HuOayôpou

)>ôyoç.


l’astrologie chez les gallo-romains

Gaulois à un historien

9

grec qui est peut être antérieur à

Diodore, à Tiinagène d’Alexandrie*, ami de Pollion, rénova-

au dire de Quintilien % de

teur,

d’écrire l’histoire.

l’art

actions par

dessus des bardes, qui célébraient les grandes

chants

leurs

héroïques,

essayaient d’interpréter

nature 3,

dont

les

druides,

et la

des euhages,

Ammien

Marcellin,

génie était plus haut, attachés à des

le

scrutaient

des sublimes mystères de

série

dit

qui

Au-

dont t’influence de Pythagore avait

et la

druides

« les

communautés

fixé les statuts, tendirent

leurs esprits vers l’étude des questions sublimes et occultes,

par mépris des choses humaines, déclarèrent l’âme immor-

et,

A

telle

»

Des écrivains postérieurs à Diodore

même

le

Gaule

les

nom du

et à

Timagène donnent

disciple de Pythagore qui aurait porté en

doctrines du maître

:

ce serait, d’après Origènes,

le

Gète Zamolxis, esclave, puis élève du philosophe, civilisateur enfin de ses propres compatriotes

par eux

comme un

dieu

et,

après sa mort, honoré

M. Bouché-Leclercq a

6.

des innombrables légendes qui ont

trait

gore ou de ses disciples chez tous

les

pythagorisme

:

«

peuples dont

On

de

la

le

conduit chez...

Gaule, de façon que sa philosophie soit

toutes les doctrines imaginables'^.

les

la

il

les

était

y avait druides

synthèse de

»

Or, à lepoque où ces légendes se sont constituées,

remarquer que Pythagore

doc-

quelque rapport avec

Pythagore a passé partout où

quelque chose à apprendre.

justice

aux voyages de Pytha-

trines philosophiques et religieuses ont le

fait

considéré

comme

le

il

faut

grand

maître des sur

les

ou astrologues. C’est donc, semble-t-il, prétendus rapports de Pythagore astrologue avec les

1.

Ammien

2.

Quintilien,

XV,

ir

Inslit. Orat.,

X,

Marcellin,

Timagenes et diligentia Graecus et liiigua. 76 Timagenes vel hoc ipso est probabilis quod intermissam historias scribendi induslriam nova lande reparavit. 3 Ammien Marcellin, XV, is Euhages vero scrutantes serièm et sublirnia naturae pandere conabantur. .

:

i,

:

:

Ammien

Marcellin,

decrevit, sodaliciis

XV,

ix

:

Druidae, ingeniis celsiores, ut auctoritas Pylhagorac quaestionibus occuUarum rerum altarumque erecti

adstricti consortiis,

sunt, et, despeclantes huinana, pronuntiarunt 5

.

G.

animas immortales. Origène, édition des Bénédictins, Paris, 1733-1759, vol. I, Hérodote, IV, xciv-xcvi; Strabon, VII, m, 5 XVI, ii, 39. A. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, Paris, 1899, p. 5. ;

7.

p. 3 , 802, 90G.


lO

BIBLIOTHÈQUE DES UMVEKSITÉS DU MIDI

druides que l’on établit rexisleiice de l’astrologie parmi les disciplines druidiques.

Mais que l’on fasse attention aux textes que dore de Sicile

dit

simplement que

j’ai cités

:

Dio-

croyance des druides

la

à l’immortalité de l’ame est attribuée à l’influence de Pytba-

gore; d'imagène rapporte que les sodalicia des druides ont été suivant les règles de Pytbagore. Ces deux auteurs

institués

ne disent nulle part que l’astrologie

Samos.

prêtres gaulois par le philosophe de

Au demeurant, aucun que

les

langes

texte précis

enseignée aux

été

ait

ne nous permet d’aflîrmer

druides aient pratiqué l’astrologie, M. Fustel de Cou-

remarquer

fait

le

avec

raison

:

«

Sur

vieilles

les

croyances druidiques nous ne possédons aucun livre sacré,

et

notre unique renseignement à cet égard est qu’il n’en existait

pas

A

I

.

»

défaut de documents fournis par les druides eux-mêmes,

les textes latins

tins

ou grecs sur lesquels

nous permettent-ils de conclure que

prétend VHistoire

le

fondent

se

logues des Gaulois

On

cite

de

littéraire

la

les

Bénédic-

les druides,

France, étaient

comme

« les

astro-

» ?

un passage de César

:

«

Les druides discutent beau-

coup de questions sur

les astres et leurs

grandeur de l’univers

et

de

la terre, la

mouvements, sur

la

nature des choses,

la

force et la puissance des dieux immortels, et

ils

transmettent

à la jeunesse les doctrines qui résultent de leurs discussions

Sous

»

règne de Caligula ou sous celui de Claude, un

le

contemporain, peut-être un parent de Sénèque, l’Espagnol

Pomponius Mêla, au phia,

111

de son ouvrage De Chorogra-

première description de l’ancien

parvenue, parle

vement des est

livre

propre

lui aussi

astres

et des

:

«

monde

qui nous soit

des études des druides sur

le

mou-

Les Gaulois ont une éloquence qui leur

maîtres de morale,

les druides.

Ceux-ci font

profession de connaître la grandeur et la forme de la terre et 1. Fustel lie Coulanges, l\evue Celtique, l. IV, i87<)-i88o, p. 37-59: «Gomment le druidisme a disparu, » p. ^6. 2. César, De liello Gallico, N I, xiv, 6 MuUa praeterea de sideribus algue eoruin motu, :

de inu'idi ac lerrnrum magnitudine, de reruin natura, de deoruin immortalium vi ac poteslate disputant et juventuli tradunt.


l’aSTHOLOGIE chez les GALLO-HOMAnS

du monde,

les

mouvements du

volontés des dieux*.

ciel et

des astres et toutes les

»

discute les deux textes Fustel de Coulanges rapproche et

de César

disputent sur

de

la terre.

Pomponius Mêla

de

et

11

le

:

cours des astres, sur

est vrai

remarque qu ils forme et la grandeur

César

«

la

que disputer sur

cours des astres

le

de l’astronomie... connaîtie Pomponius Mêla dit qu’ils prétendaient (profitentur) dieux. Était-ce astronomie le cours des astres et la volonté des ou simpleou astrologie? S’agissait-il de science, de poésie, saurait ment de divination et d’augurat? C’est ce qu’on ne nécessairement connaître

n’est pas

les lois

dire=*. »

Je ne crois pas qu’il se soit agi d’astrologie

;

druides

les

tirer des praétudiaient le cours des astres, sans prétendre en se rappiotiques divinatoires; leurs moyens de divination

chaient beaucoup

Romains entendaient par

de ce que les

Nous connaissons, en ellet, par César et par Cicéron, un druide qui a été l’ami du proconsul des Gaules et 1 bote du pioba<;rand orateur, le druide Diviciac, à qui nous devons blement tout ce que les Commentarii de Belto Gattico nous auguriurn.

apprennent sur

le

un philosophe, un

druidisme.

Diviciac

sacrificateur et

«

un théologien,

est

un augure.

Il

a appris les

vertus des dieux, les lois des choses, la science de lavenii. Cicéron s’est entretenu avec lui des révolutions de la nature, et

César des révolutions humaines

•ce n’est

pas un astrologue.

Diviciac est

«3.

un augure;

Ce grand homme, dont César ne

«

parle jamais qu’avec éloges,

— disent

les

mêlait de pénétrer dans les secrets de l’avenir tant par (les

augures que par

le

De

«

Les

les autres sortes

elles -memes

le

de divinations.

Divinatione, Cicéron se fait dire par son frère

nations barbares

se

Bénédictins^,

n’ont

moyen »

Dans

Quintus

négligé

pas

:

les

III, ii : Ilahent tanien et facundiam suam magistrosque sapientiae miindique magniludinem et forrnam, motus caeli ac siderurn et quid dii terrae druidas. lli /

I.

Pomponius Mêla,

velint, scire profitentur. 2.

3.

Fustel de Coulanges, Revue Celtique, article cité, p. 5.3. druide Divicinc (Fievue des Études anciennes,

C. .lullian,

septembre if)oi, p. nous connaissions 4.

2 o5-iio).

le

nom

— Voir

tout ce travail définitif sur

et l'iiistoire.

Histoire littéraire de la France,

t.

1

,

partie

I,

p.

^6

Cl 97.

t.

le

111

,

n" 3. juillet-

seul druide dont


.

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

I

inélliodes de divination. La Gaule a ses druides j’ai

connu l’Héduen

qui

faisait

parmi lesquels

Diviciac, ton hôte et ton panégyriste,

profession

de savoir

posséder cette science que

les

nature, de

la

nomment

Grecs

les

de

lois

physiologie, et

qui disait prévoir l’avenir, partie par les augures, partie par conjecture".

»

Strahon nous indique

géographe distingue

les

bardes

entendre

faut

qu’il

nombre des

qui était au

(pujioÀovi'a

ce

cette

druidiques.

sciences

Le

qui sont les chantres

(|3âpooi),

aux

sacrés, les ovates (oùaTstç), devins qui président

interrogent la nature

par

sacrifices

et les

druides

qui croient à l’immortalité des âmes et à celle du

monde

et

SI

(xoOxp-c'j.;

Txç

/J'fo’jcji

(IspoTrctoi

'\i'~^yxq

xcv

v-xl

çuatoAôvct),

-/.al

et qui,

y.ôcr[j!.ov),

en outre de

physiologie ou philosophie naturelle, professent l’éthique

la

ou philosophie morale

("poç

ç'ju'.oXoY’ia

xal

xv;v

rfiv/.r,'»

ç’.Xoxoç/îav

àr/.0J3'.)2.

Quant aux procédés divinatoires dont bien évident que Cicéron n’aurait pas

On

usait Diviciac,

fait

il

est

d’un astrologue son

du De Divinatione méprise l’absurde science astrologique, qui est chaque jour

hôte et son ami.

démentie par

hommes

combien

sait

les faits, quelle pitié

assez crédules

le

même

qui étaient de simples

village, les astrologues qui

bonne aventure,

et les

foi

aux

astrologues’*.

dédain pour

sorciers,

les

11

augures

haruspices de

les

donnaient leurs consultations aux

environs du Circus Maximus, la

manifeste à l’endroit des

il

pour ajouter

prête à son frère Quintus

Marses,

l’auteur

les

prêtres d’Isis qui disaient*

gens qui faisaient profession d’inter-

préter les songes^'. I.

Cicéron, De Divinatione,

gentibus neylecta est hospileni

appellant,

: si

xli,

I,

t)i

:

Eaque divinationum

ratio ne in barbaris quidetn

qiiidem et in Gallia druidae sunt, e quibus ipse Diviciacum Haeduuin,

tuum laudatore nique cognovi, qui et naturae rationem, quam çuffioXoyt'av Graeei notam esse sibi profitehatur, et, partiin auguriis, partiin conjectura, quae essenl

futuru dicebnt. J.

.Strabon, IV, iv, 4.

II, xlvii Quo quid potest dici absurdius ? O vim maxitnam Sed quid plura? Cotidie refelluntur ! ... Ut mihi permirum videatur quemquam exstare qui etiain nunc credal ib quorum praedicta cotidie videat re et eventis refelli. I, lviii, i3a Non habeo denique nauci Marsum angurem, non 4. De Divinatione, vicanos haruspices, non de circo astrologos, non Isiacos conjectores, non interprètes Fallaceni circuin, vespertinumque pererro somniorum. Cf. Horace, Sat., 1, vi, v. ii3 Saepe Forum, adsisto divinis (les devin.s, astrologues ou autres; cf. Cicéron, De Falo, VIII, i5 Chaldaeos ceterosque divinos).

3.

De

erroris

Divinatione,

.

:

!...

:

:

:

.


l’.VSTROLOGIE chez les gallo-rom uns

IJ

au nombre des superstitions druin’aurait pas man(|ué d’en parler dans le

Si l’astrologie avait été

Cicéron

diques,

quand

violent réquisitoire qu’il prononce contre les Gaulois,

plaide pour Fonteius

nations*;

des autres

les

:

guerre aux dieux

la

ont l’impiété de

ils

prétendre apaiser

de détestables sacrifices humains».

leurs propres dieux par

n’ajoute pas

Mais l’avocat de Fonteius prati(pies insensées et

aux

Gaulois font

il

qu’ils

condamnées de

aient recours

l’astrologie.

Les procédés divinatoires des Gaulois en général,

comme

ceux de Diviciac en particulier, se rapprochent de V aagurium

membre du

romain. Cicéron,

que

vait

collège des Augures,

preuve de sympathie

faire

et

ne pou-

d’estime pour ses

collègues gaulois.

augurales

pratiques

Les

nous

(îaule;

le

existaient

savons par un

depuis longtemps en

historien

latin,

à

peu près

contemporain de Tite-Live, Trogue Pompée, qui, originaire par ses ancêtres du pays des Voconces (département de

Drôme), devait bien connaître viateur de Trogue

Pompée,

les traditions gauloises. L’abré-

Justin, rapporte que, dès les

temps

plus reculés, les nations gauloises se confiaient à Vaugii-

les

dans

riiun

conjonctures

les

les

de Mediolanum par

fondation

plus graves. les

Bellovèse, vers l’an 600 avant l’ère «

la

Une

A propos de

émigrants que conduisait chrétienne^, Justin dit

partie d’entre eux, guidés par les oiseaux (car,

peuples, les Gaulois sont les plus instruits dans

les

la

la

:

de tous science

augurale), pénétrèrent jusqu'aux golfes d'illyrie, au travers des

barbares qu’ils massacraient^.

que

fait, dit

aussi

dans

pays que

le

I.

Pro Fonteio,

•J.

Pro

les les

xiii, 3 o

même

dieux leur désignaient par

les

augures^.

ipsis diis iminortalibus bella gesserunt.

Quando aliqao melu addneti deos placandos esse arbilrantar, corum aras ac Icmpla funestant, ut ne religionein quidem eolere oossint nisi

Fonteio, xiv, 3

huninnis hostiis

Tite-Live, qui raconte le

Gaulois allèrent chercher un autre séjour

Cum

:

»

i

:

eain prias seelere violarint.

3

.

yVmcdéc Thierry {Histoire des Gaulois, liv. I, chap. i) place cette expédition Goo;Th. Mommsen {Hôniische Geschichte, liv. II, chap. iv, traduction de

vers l’an

Gnerle,

l.

Il, p.

Maximin ndochc {Communication l’Académie des que soient les divergences d’opipas moins très ancienne.

i6), vers l’an ,'|Oo;

[nscriptions, 38 juillet

nion des érudits,

la

<i

187G), vers l’an 53^1. Quelles

date n’en est

IV, 2 Ex bis [Gallis] portio... lllyricos sinus, duribus avibus (nam augurandi studio Galli praeter ceteros callent), per strages barbarorum penetravit, 5 Tite-Live, V, xxxiv ...in quas dii dédissent auguriis sedes. i.

.

Justin,

XXIV,

:

:


;

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

l4

aucun auteur de l’époque de César et d’Auguste ne nous apprend qu’ils se soient occupés d’astrologie. Il semble même que c’est à litre Les Gaulois connaissaient

d’exception que

pnrtim

On

(iiiguriis,

non pas

et

les

augurai

;

druide Diviciac s’occupait de divination,

le

parlim conjectura.

vu, en elTet

l’a

l’art

d’après Timagène, ce sont les euhages

:

druides qui essaient d’interpréter

les

sublimes

nature; d’après Slrabon, ce sont

les

ovales et

mystères de

la

non pas

druides qui s'occupent des sacrifices et de

les

la

divination; enlin, Diodore* distingue nettement des druides

devins

les

oiseaux

qui prédisent l’avenir par l’observation des

(iv.xvtîiç)

(otâ xe x^ç o’uovcaxoTOaç) et

Upeiwv

x<7)v

Ousiâç),

par

les entrailles

c’est- à- dire

des victimes

par V augurium et par

mais ces devins, ces euhages, ces ovales ne

V haruspicina

s’occupent en rien d’astrologie.

A

la

cien,

du

fin

i®"^

siècle

de

l’ère

chrétienne, pour Pline l’An-

druides ne sont plus des philosophes occupés de

les

hautes spéculations, mais de simples magiciens, magi, et ce

mot

revient

comme une épithète

nyme du mot

néeessaire

druides, chaque fois qu’il est question d’eux dans

Les

y Histoire Naturelle^.

druides sont

cueillent au milieu de cérémonies

chêne,

auquel

regardent

ou comme un syno-

attribuent des

ils

le setago (sorte

des

magiciens

superstitieuses le gui

vertus souveraines

3,

qui

du qui

comme une

de mousse purgative)

panacée^, qui emploient pour rechercher l’œuf de serpent

(ovam aiiguinum), doué d’après eux de propriétés merveilleuses, toutes les fraudes coutumières aux sorciers habiles à tromper la crédulité

druides,

humaine 5. Aussi Tibère

ces

ces medici,

vates,

supprima-t-il la caste des

convaincus de pratiquer

la

magie 6. Le Père Jean Hardouin (16/16-1729), savant éditeur de V Histoire Naturelle (i685), abonde dans le sens de Pline el 1.

2

.

Diodore de

Sicile, V, xiti, 3.

Pline, N. H.,

XVI, xcv,

i

Druides (ita Galli suos appellant magos)...

:

— Cf. XXV,

Lix, etc. 3.

Pline, N. H., XVI, xcv.

4.

Pline, A^

//.,

5.

Pline, N.

II.,

XXIV, XXIX,

6.

Pline, N.

Il-,

XXX,

memoriam. Namque medicor unique.

i.xii.

xii, 2

iv,

1

:

:

lit

est

magurum

sollerlia uccultandis J'raudibus sagax.

Gallias utique [maf^ice] possedit et

Tiberii Caesaris principatus sustulit druidas

eorum

quidem ad nostram hoc genus vatum

et


.

CHEZ LES GALLO-ROMAINS

l/ ASTROLOGIE

conclut que

druides étaient des magiciens,

les

que Pline ne

pas

dit

~ des

astrologues

hoc loco druidas vates medicosque, oslendil eos

non

magos

nisi

«

:

.

même

et

Cam

— ce

vero Plinms

inagos aliterve appellat,

alibi

magice

fuisse qui ex

astrologia

el

» üliisque studiis tnedicinain exercevenl

le seul auteur Mais Pline l’Ancien est, à notre connaissance, de rigueur contre les qui atrirme que Tibère prit des mesures

empereur, d’après Suétone*, interdit les superstid’Égypte et de Judée et expulsa les mathématiciens.

druides tions

:

cet

synonyme qu’au temps de Suétone, inathemalicus est le Ce que dit l’auteur de la V7e de Tibère est d’astrologues.

On

sait

confirmé par Tacite

Annales rapportent que des sénatus-

les

;

consultes expulsèrent d’Italie, en

magiciens 3,

en l’an

et,

1

les fidèles

19,

druides qui ne pratiquaient ni

la

des rites judaïques et

magie

Égyptiens, puisqu’ils célébraient

de

ni

1

astrologie, et

Rome, comme

n’y avait pas à expulser de

les forêts

astrologues et les

les

sénatus-consultes n’intéressaient en rien les

égyptiens^'. Ces

dans

an i6,

les

les

qu

il

Juifs et les

mystères de leur culte

Gaule.

la

C’est seulement vers l’an

citoyens romains dès

/ji 5

que

le

druidisme, interdit aux fut persécuté

temps d’Auguste,

le

par

mêmes. Les druides n’étaient pas ce sont les pratiques baraccusés d’astrologie ou de magie bares (dira immanilas) de leurs sacrifices humains, déjà con-

Claude dans

Gaules

les

;

damnés

par

Cicéron

que

G,

l’empereur

Claude

prétendait

abolir".

César avait déjà interdit ces sacrifices dont 1.

Suétone, Tibère, x\xvi

les

druides étaient

Externas caerimonias, Aegyptios Jadaieosque ritus com-

;

pescuit... Expulit el mathernaticos. 2.

Aulu-Gellc, N. A.,

oportet,

3

.

malhcmalicos

Tacite, Annal.,

1,

ix, 6

:

Vulgas autem qaos gentilieio vocabulo

ChMsco^ dicere

dicit.

II,

xxxn

:

Facta

el

de mathematicis magisque Italia pellendis senatas

consulta. Il, lxxxv Actum est de sacris Aegypliis Jadaicisque pellendis, patrum consullum. factumque 5 Henri Martin, Histoire de France, t. 1 p. 229. 6. Cicéron, Pro Fonteio, xiv, 3 i. Druidarum religionem apud Gallos dirae immanitatis et 7. Suétone, Claude, xxv Les Annales ne peuvent nous lantiim ciribns siib .\tigiisto intenliclain penitus abolevit. renseigner sur cette abolition dv» druidisme; le livre VT se termine à la mort de Tibère, en 37; les livres VII-X sont perdus, et ce que nous possédons du livre XI t\.

Tacite, Annal.,

:

.

,

:

commence

à l’année 47.


l6

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

,

ministres*. Mais,

les

pour prendre

quand

le

de

la direction

proconsul dut quitter

la

guerre civile contre

les

Pompée

Sénat, les cérémonies interdites recommencèrent.

le

— s’écrie Lucain, — druides,

vous profitez de

dans votre pays pour rétablir vos

blit

abominables

sacrifices

3

!

réfugia dans les

îles.

sacre les druides de sacrés

les

les rites

En

l’an 61, G.

l’île

s’éta-

barbares et vos

de

Mona

le

druidisme, qui se

Suetonius Paulinus mas-

(Anglesey) et rase les bois

victimes étaient immolées

disme tente un dernier

Druides,

barbares de ces abomi-

ne détruisit pas

il

et

»

Claude supprima en Gaule nables sacrifices; mais

«

paix qui

la

rites

Gaules

et stérile eflbrt

3,

En

Ü8-70, le drui-

pour soulever

contre les Romains. La druidesse Velléda, jeune

fille

la

Gaule

du pays

des Bructères, sur la rive droite du Rhin, a des allures de

magicienne. Elle se tient enfermée dans une tour, au fond d’un bois, invisible

aux regards des profanes, enveloppée

de mystère. Ses parents lui les les

servent d’interprètes, reçoivent

demandes de prédiction qu’on réponses

inspirées par la

lui adresse, et

divinité.

rapportent

Tout cet

appareil,

destiné à frapper l’imagination, n’empeche pas la ruine de Civilisé.

En

l’an 70, la

pacifiée.

Gaule

complètement

était

et

définitivement

La paix romaine abolissait toute l’influence politique

des sodalicia des druides; la suppression des sacrifices avait

mis

fin à leur

importance religieuse. Dès

humains

lors, isolés et

déchus, confinés dans les campagnes arriérées qui gardent, sans les bien comprendre, les traditions du passé, réduits au rôle de sorciers de villages.

I.

César,

De Bello Gallico, VI, xvi De Bello Civili, 1, v. /|5o

Ils

ils

semblent

ne méritent plus

Et vos barbaricos ritus moremque sinistram On sait combien Lucain est ami des Sacrorum, druidae, positis repetistis ab armis! merveilles de la divination et de la magie, qu’il introduit jusqu’à l’abus dans son cpopce. 11 consacre des épisodes à la divination delphique (livre V) et à la nécromancie thessalicnne (livre VI). Dans sa longue dissertation sur les origines des crues du Nil (livre X, v. iq3-33i), Acborcus expose à César une théorie sur «les propriétés spécifiques des planètes» (Douché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 55s, note 3). Si le poète eût connu quelque chose de la i>rétendue astrologie des druides, il aurait trouvé moyen d’en parler, comme il parle des théories astrologiques du prêtre égyptien. Excisique luci saevis superstitionibus sacri; nam cruore 3. Tacite, Annales, XIV, xxx captiva adolere aras et liominum fibris consulere deos fas hahebant. Tacite, Histoires, IV, lxi, lxv; V, xxii; ixiv. 'i. 3.

l-.ucain.

;

:


i/astuologie chez les gaelü-uomains

l’honneur d’attirer sur eux

c’est

romain,

druides ne furent ni persécutés ni supprimés,

les

que nous

les

meme

et

rigueurs de l’autorité romaine.

remarque avec raison, «la meilleure

Fustel de Coulanges le

preuve que

les

17

voyons durer pendant presque tout l’Empire sans se cacher

j.

»

A

l’époque gallo-romaine,

grammaiProfessores Burdigalenses, Ausone cite deux

meilleurs d’entre eux deviennent rhéteurs ou

les

Parmi

riens.

les

hommes

issus de la race des druides. Paiera et Phoehicius.

«Encore

faut-il

que

le

nom

méprisé, pour qu’Ausone,

de druides n’ait été ni proscrit ni le fidèle

loue deux de ses maîtres d’appartenir à des

lois impériales,

on

familles druidiques; assurément là

que

nom

le

Ausone ne

a le droit de conclure de

de druides n’était pas une injure^.»

loue pas,

de Gallo-Romain,

il

constate,

non sans une

certaine ironie

druidique dont se vantaient

l’origine

rhéteur Attius Paiera, qui, peuse,

observateur des moindres

renommée

la

si

n’est point

son origine du temple de Belenus3,

tirait

et le

le

trom-

vieux

grammairien Phoehicius, ce sacristain du temple de Belenus, issu, comme on se plaisait à le dire, de la race des druides d’Armorique, mais pauvre et ses

fantaisiste

de crédit

pour

se

illustre origine

Fustel de Coulanges néglige le

souvenir un peu trop du commentaire

de Beugnot, qui prétend qu’il est «aisé de montrer

que ce culte et

druidisme]

[le

était

pour

ses ministres

une source

de puissance dans des provinces très civilisées de

Gaule, et où

le

christianisme avait cependant

progrès... Appartenir à était

obscur malgré son

fonctions sacerdotales

texte d’ Ausone

la

et

encore au

iv° siècle

fait

de grands

une race druidique,

stirps druidaruin,

un honneur, puisque

le

poète [Ausone]

place au premier rang des louanges qu’il décerne à Phoehicius

de descendre d’une pareille race... Belenus était la divinité principale de quelques cantons gaulois et occupait dans la mythologie celtique la place réservée au soleil ou à Apollon Fustel de Coulanges, Rcme Celtique, article cité, p. 43 Fustel de Coulanges, Revue Celtique, article cité, p. 44. 3 Ausone, édit. .Sclienkl, XVI, v, v. ... stirpe druidaruin satus. Si 7 fama non fait a fïdem, Beleni sacratuin diicis e templo qenus. 1.

.

2.

.

4.

:

Ausone,

édit.

Qui Beleni aediluus Aremoricae. H.

Schcnkl, X\l, 11, v. 22 !\ec reticebo senem \omine Phoebicium. opis indc lulit, Sed tamen ut placituni, Stirpe satus driiidiiin Gentil :

Ml

DE LA VILLE DE MIRMOVT.

2


i8

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDÎ

dans

romaine. Sans doute,

la religion

pas tombé dans

mépris, puisque

le

le culte le

de ce dieu n’était

vieux Plioebicius exer-

çait les fonctions à'aedilmis Dele/ii, c’est-à-dire

de sacristain du

temple de Belenus'.» Mais ces fonctions étaient peu produc-

comme

puisque,

tives,

le

remarque Corpet, qui

réfute très fine-

ment rargumentation de Beugnot, «le vieux Plioebicius fut bien heureux de quitter son temple et son Armorique et de se faire

professeur à Bordeaux, pour vivre 2.»

Mais tous

druides ne parvenaient pas à des cliaires de

les

rhétorique ou de grammaire. Ceux qui ne pouvaient aspirer

au professorat se voyaient réduits au rôle de sorciers;

ils

devenaient des

au

moment où

?nagi, ce qu’ils étaient déjà, d’après Pline,

l’auteur de V Histoire Naturelle composait son livre,

antérieurement à

l’an 79.

Les derniers renseignements qui nous sont fournis sur les druides et les druidesses

premier

siècle

par

nous montrent

philosophes, de

et

historiens

au

jiostérieurs

successeurs dégénérés de ces

les

théologiens,

ces

Timagène, Strabon

les

Diodore de

si

respectés,

dont César,

Sicile constataient et louaient

hautes spéculations métaphysiques, faisant œuvre simple-

les

ment de banale

sorcellerie

ou de divination vulgaire.

Lampride rapporte qu’une druidesse prédit, en 235 à l’empereur Alexandre Sévère sa mort prochaine^. D’après Vopiscus, ,

Aurélien consulta les druidesses pour savoir serait à ses

ne devait Claude-'.

si

l’Empire pas-

descendants; elles lui répondirent qu’aucun

être

que

plus illustre

C’est Dioclétien

même empereur

celui

des

nom

descendants de

Le

qui rapportait cette anecdote.

racontait à Païeul de Vopiscus qu’une drui-

desse bien décime, puisqu’elle tenait auberge à Tongres, ville

des Caules (dans

le

Limbourg, en Belgique),

A. licuguol, Histoire de

1.

la destruction

lui avait

prédit

du paganisme en Occident, Paris, i835,

t.

II,

p. i5o-i5a.

Gorpel, Œuvres complétés d’Ausone, Iriuluclioii nouvelle,

2.

18/12

3.

;

t.

I, I).

Lampride, Vie

serinone

:

Paris,

Panckoucke,

3i/|.

d’ Alexandre

Sévère,

i.x

« Vadas, nec victoriam speres, nec te

;

Mulier druias eunti exclaniavit Gallico

niilili tiio

credas. »

[Dioclelianus] quodam tempore Aurelianam Gallicanas consuluisse druidas, sciscitantem, ulram apud cjus posteras Imperium permaneret ? Tnm illas respondisse dixil : « IVullius clarius in re publica nomen quant Claudii poslerorum futurum. » 4.

Vopiscus,

Vie d’ Aurélien,

xliv

:

Dicebat enim


l’astrologie chez les GALLO-ROMAIAS

l’Krnpire au

19

laborieux d’une note de

moment du règlement

cabaret'.

Les Bénédiclins citent ces trois prédictions druidiques et ils en tirent la conclusion que «les superstitions fondées sur

dans

l’astrologie ont presque toujours régné la

France

Gaules

les

dans

et

»

Mais rien ne prouve que desses par

Lampride

et

sorcières qualifiées de drui-

les

Vopiscus aient eu recours à

nation astrologique pour prophétiser

Alexandre

à

l’avenir

la divi-

Sévère, à Aurélien et à Dioclétien.

Les auteurs de V Histoire Auguste donnent des détails abondants sur la faveur dont Jouissait l’astrologie auprès des

empereurs de

la

décadence. Hadrien, qui régna de

se croyait si savant

en astrologie que, dès

1

17 à i38,

i" janvier,

le

il

consignait dans ses tablettes tout ce qui devait se produire au

cours de l’année à peine

commencée

de 16 1 à 180, consultait

les astrologues-'.

régna de 198 à 21

Septime Sévère, qui

en astrologie^.

très habile

1, était

druidesses

les

Si

Marc-Aurèle, qui régna

par Alexandre

consultées

Aurélien et par Dioclétien, avaient été des auteurs de V Histoire Auguste, qui parlent

de

logie, n’auraient pas négligé

une prédiction astrologique

absolument

l’art

les

volontiers d’astro-

ait cité

et

sans

il

.serait

commen-

au futur empe-

se rapportant

publier un

reur qui devait, en 296, faire

astrologues,

mentionner;

le

étonnant que l’historien de Dioclétien taire

si

par

Sévère,

édit

proscrivant

mathématique jugé condamnable au premier

chefc.

D’autre part, à

croyances,

les

il

une époque où l’astrologie envahissait toutes n’y a évidemment rien d’impossible à ce que

Vopiscus, Vie de Namérien, \iv. Histoire littéraire de la France, t. I, partie 1 «Troisième siècle. État des lettres dans les Gaules en ce siècle,» p. 3a3. 3. Sparlien, Vie d’Hadrien, xvi Mathesim sic scire sibi visas est, ut sera kalendis januariis scripserit quod ei loto anno posset evenire. Vie d’Aelius Verus, n Fuisse eniin Hadrianum perilum inatheseos Marias Maximus usque adeo demonstral ut cuin dicat cuncla de se scisse, sic, ut omnium dierum usque ad lioram mortis futuros actus ante I

.

.

:

:

:

perscripserit. /i.

Jules Capitolin,

Vie

de

Marc

Aur'ele,

xix

:

Quod cum

ad

Clioldaeos

retülisset. 5.

.Spartien,

.

Pour

Vie de Septime Sévère,

cet édit, voir

iii

:

/pse qaoque matheseos peritissimus.

Bouché- Leclercq,

L’ Astrologie grecque,

p.

ôOC).

Marras

*


20

DU MIDI

liinLlOTllÈQUE DES UNIVEUSIXÉS

les

druides et les druidesses de la décadence aient étudié

et

pratiqué la divination astrologique, qui pouvait leur donner

moyens de

plus de profits que les autres

aucune place dans

logie n’avait eu

du

que

vrai druidisme; alors

divination. L’astro-

les disciplines

druides

les

et les

théologiques

druidesses ne

sont plus que de vulgaires devins, l’astrologie peut parfai-

tement

comme une

exploitée par eux

être

science d’impor-

grecque ou romaine, qui a pris peu à peu sa place à côté des autres procédés de sorcellerie. Mais ce n’est qu’une simple tation

vraisemblance.

11

est

prouvé que

les

druides contemporains de

Diviciac ne s’occupaient pas d’astrologie; rien ne prouve que les

druides déchus, réduits au rôle de sorciers, aient été des

astrologues.

II

Les origines grecques et romaines de l’astrologie gallo-romaine.

— L’astrologie

grecque à Marseille.

Crinas de Marseille.

— Les

réfugient dans les Gaules.

— Allusion

astrologues.

— Le

Rome

astrologues chassés de

— Favorinus l’astrologie

à

médecin astrologue

d’Arles,

dans

se

ennemi des panégyriques

les

prononcés par les rhéteurs gallo-romains. L’astrologue galloromain Caecilius Argicius Arborius, grand-père d’Ausone.

\ en

croire les Bénédictins, c’est de Marseille, où l’astrolo-

honneur au

gie était en aurait «

pu

se

i®''

de

siècle

l’ère

répandre facilement dans

le

chrétienne, qu’elle reste de la

Gaule

:

Les Marseillais égalaient les Athéniens par la profession de

toutes les sciences (Strabon,

IV, p. 123-127).

1.

particulièrement l’astrologie, la médecine,

jurisprudence, les belles-lettres

invoquée par

Pompée

partisans de seillais

I.

renoncèrent à

Strabon,

les

IV',

habitudes

I,

Gaules en ce siècle,» i.

Il

dit

guerres entre César et Pompée,

leurs

l.

philosophie, la

Strabon, dont l’autorité est

compromis dans

Histoire littéraire de la France,

des lettres dans 3.

et

les

»

cultivait

ne parle pas d’astrologie.

les Bénédictins,

simplement^ que, depuis

•.

la

On y

partie p.

I

;

i3.'i.

sa défaite, les Mar-

guerrières

«Premier

siècle

de

pour

se

l’iîglise.

lUat


;

.

^I

l’astrologie chez les gallo-romains

("poç "5

sophie

vers

la vie scientifique,

tourner vers

des médecins

Y.x\

ils

ç'.Xc

il

(jip'.TTà; y.x\ ’uTpoj;)

éloquence

1

et la philo-

eurent des sophistes

qu

n’est pas question

et ils

aient eu des astrologues.

Mais Marseille Cicéron

le dit

I,

est

reçoivent

marchandises étrangères

communication

port en

pu

logie a

les

navires qui entraient dans

directe

amenaient apparemment

temps que

mœurs en meme temps que

les :

et

fréquente

être

un

le

le

Orient

en

meme

Chaldée. L’astro-

la

article d’importation orientale; rien

prouve, tout permet de

les

1

avec

les disciplines religieuses

denrées de l’Égypte et de

les

comme

ces villes maritimes qui,

une de

ne

le

supposer.

Dans la deuxième partie du i®" siècle, nous connaissons un médecin originaire de Marseille, Grinas, qui applique «Pour agir avec plus de précaution l’astrologie à la médecine :

moins de risque dans ses remèdes, il avait joint l’étude des mathématiques et de l’astrologie à la connaissance de la médecine. C’est pourquoi Pline semble le faire auteur d’une secte et

que Il

l’on pourrait qualifier la secte des iatromathématiciens.

se réglait sur le cours des astres

dans tout ce

à ses malades, jusqu’au boire et au manger...

temps que Crinas son histoire, sous qu’il est aisé

de

lui

3

n’était plus le

monde

au

ordonnait

y avait peu de

lorsque Pline écrivait

règne de Yespasien, vers l’an 74

de juger par

la

manière dont

.

C’est ce

cet historien parle

»

.

Crinas exerçait à

Rome, comme son confrère

Charmis, qui, au dire de Pline, repente MassUia

11

qu’il

invasit.

Mais

il

marseillais

civitateni

ex eadein

avait peut-être appris l’astrologie dans

sa ville natale, à laquelle

il

resta fort attaché,

Naturette rapporte qu’il consacra

une bonne

puisque Y Histoire

partie de la fortune

acquise dans l’exercice de la médecine astrologique à rebâtir les

murs

d’enceinte de Marseille.

Cicéron,

De

fte publica,

iv, 7: Est autein maritimis urbibns etiam qiiaedam admiscentur cniin novis sermonibus ac disciplinis et importantur non merces soUim adventiciae, sed etiam mores. 2. Histoire littéraire de la France, t. I, partie I, p. 210-211 « Crinas, médecin.» Sur Crinas .Massiliensis, voir Pline, .V. IL, \\l\, v, 3 Cf. Bouché -Leclercq, L'As1.

corruptela ac demuiatio moriim

II, :

:

.

trologie grecque, p. 4 G 4 , note 2; p. 532 , note 3

astrologique,

P 517-542.

;

p.

5 G 4 , et le chapitre

sur La Médecine


22

DU MIDI

«IliLIOTllÈQUE DES UNIVEUSITÉS

D’autre

en

part,

meme

temps que

orientale

l’astrologie

pouvait, de Marseille, se répandre dans toute la Gaule, les

Rome

astrologues, chassés de

du

siècle,

par Dornitien, allaient, à

chercher un refuge dans

provin-

diverses

les

la fin

ces de l���Empire, dans la Gaule en particulier. «Vers l’an

l’empereur Dornitien publia un édit contre tous sophes, qui étaient alors en grand

nombre

voyant expulsés,

en divers

Quelques-uns

se dispersèrent

ils

se retirèrent

des Gaules et y avaient acquises u » tales

philosophes aussi,

les

[lays éloignés.

connaissances qu’ils

que parmi

sait

et

» 2,

dans

qui purent,

d’où, se

extrémités les plus occiden-

communiquèrent

On

philo-

les

Rome,

comme

se trou-

exilés

les

l’honneur de

« fit

Rome en même temps ou au même

chasser de

eux

les

astrologues auxquels Dornitien

vaient les les

dans

à

9/i,

titre

que

philosophes,

les

les

aller,

les extrémités les plus occidentales des Gaules,

communiquer

les

connaissances

qu’ils

avaient

l’un des plus savants

hommes

spéciales

acquises.

Le philosophe Favorinus, de «

son temps

»

«

qui naquit à Arles en 80 et qui devint

l’ergoteur le plus subtil de l’époque, qui exerçait volontiers

sa verve

dogmes astrologiques»^, trouva natale, avant d’aller à Rome, Içs pre-

mordante sur

peut-être dans sa ville

miers représentants de

les

la

science contre

laquelle

devait

il

diriger ses interminables polémiques.

Au

III*

siècle,

l’astrologie^,

»

l’empereur Alexandre Sévère, très versé

lui-même dans

enseigner officiellement à pétents

Rome

«

un adepte de

cette science, la

fit

par des professeurs com-

6.

« Premier siècle de l’Église. État 1. Histoire littéraire de la France, t. I, partie I Cf. Lenain de Tillemont, Histoire des lettres dans les Gaules en ce siècle, » p. i38. des Empereurs, t. If, Bruxelles, 1782, p. Ith, L’Empereur Dornitien, article xvm. 2. Bouche-Leclercq, L’Astrologie precque, p. 562. « Favorin, historien, phi3. Histoire littéraire de la France, t. 1, partie I, p. 265 losophe et orateur. » Cf. V. Brochard, article Favorinus, dans la Grande Encyclopédie, :

:

t.

XVII, p. 79. 4.

Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque,

p. 558.

— Cf.

p.

871, note

i ;

p.

578,

note 2; p. 575, note 2 ; p. 587, note i ; p. 5g5. 5. Bouclié-Leclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 55g. Matlieseos peritus ; et ita quidem ut 6. Lampride, Vie d’Alexandre Sévère, nwii Cf. ex ejus jussu Mathematici publiée proposuerint Romae ac sint professi ut docerent. Lenain de Tillemont, Histoire des Empereurs, t. III, p. 84, L’Empereur Alexandre « Lampride dit qu’il permit aux mathématiciens d’enseigner Sévère, article xiii :

:


23

l’astrologie chez les gallo-romains

Rome

Enseignée publiquement à

sous

règne d’Alexandre

le

une certaine place 222 - 235 ), l’astrologie a désormais gaulois y tout tout au dans l’éloquence olllciclle. Les rhéteurs prononcés moins des allusions discrètes dans les Panégyriques

Sévère

(

en Gaule à

la fin

du

iii“

et

pendant

le iv® siècle.

à la résidence Le Gaulois, inconnu pour nous, qui prononça Genelhliacus impériale de Trêves, en 291 ou 292, \g Panegyricus MaxiMaximiano Aiigiislo dicliis^, en l’honneur de M. Aurelius depuis mianus Hercules, que Dioclétien avait associé à l’Empire qui ont fait naître Dioclétien 286, parle des astres favorables Maximien pour le salut du genre humain 2. Dans le Panéet

de Constantius, qui, adopté par Dioclétien et nommé panégyrique procésar en 292, devait devenir auguste en 3 o 5 noncé à Trêves vers la fin de 29O, le Gaulois Eurnène, profes-

gyriqiie

,

seur à Autun, constate l’intluence bienveillante des astres sur l’humanité; mais il juge cette intluence inférieure à. celle de Dioclétien et de Constance L Ce Gaulois faisait preuve d’une profonde habileté en mettant la puissance des empereurs au-

dessus de celle des astres, qui était généralement admise par la crédulité populaire.

logues

qui

sidérales;

il

En

296, Dioclétien

proclamaient dut approuver

pouvoir absolu

le le

condamnait des

les astro-

influences

rhéteur qui soumettait ce pouvoir

à celui de la divinité impériale.

Le catastérisme, ou localisation de l’empereur parmi les astres après sa mort, se trouve déjà sous une forme purement littéraire

se

chez

demande

les

poètes du premier siècle de l’Empire, ^irgile

quelle place Auguste, devenu

un

astre

nouveau,

piiLlûlueuicnt à Rome les folles imaginations de l’astrologie judiciaire, mais il se trompe sans doute en cela. Car Ulpien dit cpie s’ils ont quelquefois enseigné publiquement, ce n’a ijoint été qu’on leur eût permis, mais par une entreprise téméraire et par une dérogation aux lois. » Voir L'Astrologie grecque, p. 55 g, note !t. Comme 187^, p. loi-iiG. 1. A. Baehrens, Peaegiyrici Lalini, Lipsiae, Teuljner, Delphini serenissimi ad usum Panegyrici veteres J. de la Banne, auteur de l’édition des (Paris, 1G7G), Baehrens attribue ce discours à un Claudiiis Mamertinus, qui ne peut être évidemment le même que le Claudius Mamertinus, consul en SGa, qui prononça

la

Graliarum aclio de consulalu suo Juliano des Panegyrici Lalini.

itnperalori, discours

également compris dans

le recueil

Genethl. Maxitniani (Baehrens),

2.

xix

:

iVascenles vos

ad spes generis humani bona

sidéra et arnica viderunl, quae vobis coiicordiain sempiternani et vestroruin geuerum carilatem.

etfovendae rei publicae studia conciliant. Panegyricus Constantio Caesari dictas (Baehrens), iv .Sed neque sol ipse neque 3 cuncta sidéra humanas res tam perpeluo lamine inluentar quam vos luemini. .

;


a4

mBUOTllKQUE DES DKIVEUSITÉS DU MIDI

noviun

choisira au milieu des constellations empressées

sidiis,

à lui Taire accueil», et Lucain espère

que Néron

plus tard possible se joindre aux astres, quand le

poste où les dieux l’ont placé sur

que

ivira il

le

aura quitté

Le poète pro-

la terre

fessionnel de l’aslrologie, Manilius, affirme que les peuples

qui habitent l’autre hémisphère sont inférieurs aux

aux peuples qui possèdent

et

d’Auguste, bonheur qui

l’astre

n’appartient qu’à notre monde. Auguste

sur notre terre;

césar

plus tard,

Au

l’autorité la plus inlluentes.

complet sur

latin le plus

la

il

gaulois

car,

;

les astres

d’accord

est

le

moment,

jouira dans le ciel

Manilius

et

un dieu plus puissant que

panégyriste

pour

siècle, l’auteur

iv'”

reur échappe à l’intluence des astres est

est,

du

de

traité

matière, Firmicus Maternus, va

plus loin que Virgile, Lucain

il

Romains

avec

:

seul, dit-il, l’empe-

de son vivant

même,

h La déclamation du les

doctrines

de

la

Mathesis, qu’elle précède de plus d’un demi-siècle.

Dans un autre discours Panecjyricüs Constaniino

officiel

Aiigusto dictas,

combinaison curieuse de l’Océan

le

d’Eumène, prononcé en 3io,

père des dieux,

la

et

de

on peut noter une

théorie homérique, qui la doctrine astrologique,

fait

de

suivant

laquelle tous les astres ont été engendrés dans les eaux exté-

du

rieures

même

ciels,

et

une théorie qui admet

titre l’influence

au

de l’hérédité et celle des astres sur la

formation du caractère d’un

venant de Constance,

à la fois et

le

homme

père qui

l’a

grâce à l'hérédité morale

:

engendré, grâce aux décrets

des astres qui Font formé, Constantin ne peut pas être cruel Virgile, Géorgiques,

1.

les vers 2.

3 1

,

.

V.

I,

v. Sa

:

Anne novum

tardis sidiis te invisihns addas ?

G.

— Cf.

33 - 35 .

Lucain, De liello Civili, I, v. ^5 ...cum, statione peracta, astra pelés seras, etc. Manilius, Aslronom. (édit. Bechert, dans le Corpus de Postgale, Londres, 1900), ...uno vincuntiir in astro Augusto, sidus nostro quod conligil orbi, Caesar nunc 38 :

/t

:

terris, post caelo,

maximus

auclor.

Materni Malheseos lihri VIII (édit. \V. Kroll et F. Skulscli, Teubner, 1897), II, xxv, 5 Solus eniin iinperalor stellaruin non snbjacet cursibus et soins On trouvera tout ce cliaiiitre est in cujasfalo slellae decernendi non habeant potestatem. de la Mathesis traduit dans L’Astrologie grecque, p. 5G7-5G8. Genitorein ilium deorum ignea caeli 5 Panegyricus Constaniino Augusto dictas, vu Iliade, XIV, v. 201 ’lixiavôv te Os&v ylviatv. .Sur la aslra refoventem... Oceanum. eaux célestes, dans les voir L’Astrologie grecque, astres théorie de la naissance des [\.

Julii

Firrnici

:

:

.

:

p. éo. G.

Panegyricus Constaniino Augusto dictus, xiv: Gratulare, Conslantine, naturae ac tuis quod te talem Constantius Plus genuerit, talein siderum décréta formarinl ut

moribus

crudelis esse

non possis.


J

3

l’astrologie chez les gallo-romains

encore, en 3io ou en 3i

Eumène prononce d’Autun qui

ville

a

au

i,

reçu de l’empereur des bienfaits

nom

de

la

nombreux

de Flnvia, une Gratiamm aclio grâces Constantino Augusto Flaviensium nomine. Cette action de

et

nom

droit de porter le

le

ne contient aucune allusion astrologique. En 3i3, un rhéteur dont le nom ne nous

mais dont nous savons

un

Constance parmi

les astres

est intéressant de le

Il

la place 2

emploient

comme

qui est

et

nous

n a à relever due à 1 empereur l’on

.

remarquer,

qui ont succédé à Eumène,

— prononce à Trêves

Panegyriciis Constantino Augusto dictus

qu’une mention banale de

pas connu,

Romain',

qu’il n’était pas

qu’il était Gaulois,

pouvons conjecturer

est

et,

panégyristes gaulois

les

Eumène lui-méme,

avant eux,

termes de la langue usuelle

et

courante

les

mots qui appartiennent au vocabulaire technique de l’aslrologie. Eumène remarquait que les décrets des astres avaient formé Constantin, sidevuni décréta fonnari/it. Boileau ne dira pas autrement

:

ne sent point du ciel l’inlluence secrète, son astre en naissant ne l’a formé poète 3.

S’il

Si

On était

sait

combien, à une époque où l’astrologie judiciaire

encore en grande faveur, l’auteur de VArt poétique et des

Satires use

fréquemment de

l’astrologie, qui avaient passé

ces

dans

métaphores empruntées à le

langage ordinaire

et

qui

Louis

monde Comme au temps de XIV, on emploie communément ces phrases toutes

faites.

Mais

étaient comprises de tout le

panégyristes semblent faire preuve d’une cer-

les

cantonner dans des lieux

taine réserve et se

compromettants. Constantinople ï.

dans

Si,

panégyrique

le

Incerti Pancgyricas Constanlino

pridem vocatus ad sidéra... 3. Boileau, Art poétique, I,

v.

5g

prononce à

Augusto dictus {l\ dans Baehrens), i: Neque enim

Incerti Panegyriciis Constantino

4 . Cf. Satires,

qu’il

janvier 362, en l’honneur de l’empereur

le

ignora quanto inferiora nostra sint ingénia Romanis. a.

communs peu

;

I,

v.

C’est

astres malins corriger l'influence.

Augusto

— Cf.

dictas,

Teuffel,

xxv

:

S

4oi, G.

Ule [divus Constantias]

jam

3-i.

par

— IX,

là v.

qu'un auteur que presse l’indigence Peut des ag Que si tous mes efforts ne peuvent réprimer

Cet ascendant malin qui nous force à rimer...

:


mnLIOTIlÈQUE DES UNIVEllSITÉS DU MIDI

Julien par qui

vient d’etre élevé au consulat, le rhéteur

il

gaulois Claudius Mainertinus le

ne craint pas de proclamer que

restaurateur du paganisme est

élevé dans le ciel pour

ans avant

dans

lui,

nonçait en 321, à

i

Bordeaux 2,

le

le salut

=*,

panégyrique de Constantin,

le

faire

allusion à la divinisation de

l’empereur Constance, père de Constantin, place pas parmi les

A

du

la lin

Borne

à

officiel,

fait

il

et

le

compatriote d’Ausone^, pro-

panégyrique de Théodose P^ Dans ce discours

profession de

monothéisme 6;

dont parle

l’orateur, est Jupiter, assisté des

au Falurn^

et à la Fortiina^.

ce dieu unique,

Parques 7, soumis

une certaine timidité

C’est avec

du pouvoir de Jupiter

place à côté

qu’il

ne

il

Latinus Pacatus Drepanius, rhéteur

iv“ siècle,

te

mais

astres/'.

de Bordeaux, collègue, ami

nonce

qu’il pro-

rhéteur Nazarius, qui fut peut-être professeur

borne à

se

un astre favorable qui s’est quarante du genre humain

et

du destin

les

influences sidérales qui s’exercent sur les conditions humaines.

On

peut,

dit-il,

ajouter foi aux affirmations des savants qui,

s’occupant avec

que

la

soin des questions naturelles,

beauté humaine de l’aspect

le

plus auguste

soutiennent tire

son

ori-

gine des cieux Cette timidité d’un orateur officiel et

ces allusions perpé-

1. Ce Claudius Mamertinus était-il Gaulois!* On l’admet généralement. Mais les Bénédictins doivent reconnaître qu’«on ne trouve nulle part en quoi pays il avait pris naissance »; ils conjecturent qu’il était « fils de l’autre orateur du même nom et, par conséquent, Gaulois de nation comme lui». (Histoire littéraire, t. 1 ", partie 11 ,

P- 299 ) 2. Claudii Mamertini Gratiarwii actio de consalatu suo Juliano Iinperatori,

qaoddam 3

.

4.

salatare

Ausone,

humano

generi sidus es

édit. Sclienkl,

XVI, xv,

5

.

G.

Ausone,

édit.

Schenkl, XX,

jam

i;

:

Quasi

v. 9.

i\azarii Panegyricus Constantino Augusto dictas, xiv

tius pater, qui... divinas expeditiones

ii

ortiis.

:

Ducebat hos, credo, Constan-

divus agitabat.

XXllI; XXVII,

i,

etc.

Latini Pacati Drepanii Panegyricus Theodosio Augusto dictas, iv

:

Saprenius

ille

reruni fabricator. 7.

Pacati Panegyr., xviii: Hli majestatis tuae participi

deo ferunlur assistere Fata

cuin tabulis.

Pacati Panegyr., viii ...doua Fatoruin; xi Ilactenus distulere Fata; xv Duplex... anus ex judicio, alter ex Fato. Neque... gloria... adscribenda Fortunae; xxiii At quantos g. Pacati Panegyr., xi parturiebat Fortuna motus! xlh Aon habuit rationem fuisse Fortunam. 8.

:

;

:

dilectus,

:

:

:

10.

Pacati Panegyr.,

momenta causarum

vi

:

Non

frustra plane

opinione

sapienlium,

qui

nalaralium

subtilius sciscitati arcanis caelestibus nobiles curas intulerunt, augus-

üssima quaeque species pluriinum creditur trahere de caelo.


27

l’astrologie chez les gallo-romains

meme

temps, s’expliquent en tuelles et banales à l’astrologie siècle l’astrologie est a la fois si l’on fait attention qu’au iv“ croyance universelle de

l’objet d’une

gallo-romaines

et

part des populations

la

de condamnations sévères de

de

part

la

n’est plus enseibautorité impériale. La science astrologique

au temps d’Vlcxandrc Sévère;

comme

gnée publiquement,

elle, et cette persédes lois prohibitives sont dirigées contre populaire pour celte cution ne fait que surexciter le zèle

science interdite.

empereurs Les Bénédictins expliquent bien la conduite des vérité », du IV" siècle à l’endroit d’une doctrine «ennemie de la mais

répandue dans toutes

très

surtout dans les Gaules «

régions de

les

Empiic

et

:

Nous avons observé

que

ailleurs

sur l’astrologie, toujours ennemies

enracinées dans

1

les superstitions

fondées

la vérité, étaient foit

de

Gaules. Constantin, voulant les deliuiie

les

peu à peu, comme un mai 3 ig {Cod. Theod.,

paganisme,

reste de 9,

t.

16,

l.

i,

fit

une

loi le

i

p. ii 4 )pour défendre,

5 de

sous

de très grièves peines, de consulter les aruspiccs dans aucune maison particulière, ne le permettant que dans les lieux publics.

L’empereur Constance, son

loin par

deux autres

lois très

alla

fils,

beaucoup plus

sévères, qui tendaient à abolir

entièrement toutes ces superstitions

(

1

.

4

,

P-

P-

La première, qui est du 25 de juillet 357, condamne au dernier supplice ceux qui auraient consulté les augures, les aruspices et quelque autre sorte de devins. Par l’autre loi, qui est en date du

que

les

ment

i

3 de juillet de l’année suivante.

magiciens,

les

Constance déclare

astrologues, les augures, et générale-

tous ceux qui se mêlent de deviner, doivent être regardés

comme ennemis du qui se trouveront à

gardés

comme

genre humain, la

loi

cour d’un prince pourraient être

I,

(l.

10).

étant à Trêves, en 370,

pour ordonner de

ciens. Toutefois,

que ceux de ce métier

criminels de lèse-majestc

l’empereur Valentinien

une autre

et

malgré des

faire le

lois

re-

De même,

lit

à son tour

procès à tous les magi-

aussi rigonrenses,

il

ne fut

pas possible de déraciner entièrement ces sottes superstitions, tant nos Gaulois y étaient attachés. C’est pourquoi

Valenti-


^8

UIULIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

nien fut obligé d’excepter de son ordonnance

de condamner abso-

pices, qu’il déclare n’avoir pas dessein

lument

Dans

*

.

»

les divers édits

de tout ordre,

magiciens

qui frappent indistinctement les devins

les astrologues sont visés.

remarque avec raison blant ou remplaçant Les

u

:

«

comme

le

dou-

de Chaldéens, c’est-à-dire

l’appellation

»

mais

Longtemps

elles étaient vaines.

avant l’époque de Constantin :

M. Bouché-Leclercq

Les mathematici figurent

lois étaient sévères,

constaté

des arus-

l’art

et

de Théodose, Horace l’avait

A quoi servent les lois, sans les mœurs 3?»

Les mœurs

populaires recherchaient les consultations astrologiques proscrites

par

les

lois.

Les

étaient d’autant plus en

astrologues

faveur qu’ils devaient se cacher.

«

En

raison

du risque couru,

taxaient sans doute à plus haut prix leurs leçons

ils

charme du

fruit

défendu

attirait les

néophytes,

^. »

Le

et les bénéfices

des consultations et de l’enseignement attachaient les astrolo-

gues à l’exercice d’une profession plus lucrative, en somme,

que dangereuse.

Cependant Beugnot doit exagérer quand

il

dit

sion d’astrologue, de devin ou de sorcier était

:

La profes-

«

si

productive

dignes d’une meilleure

qu’une foule de personnes instruites

et

vie l’embrassaient avec

aussi n’existait-il pas

confiance;

bourg, pas un village qui n’eût son devin cité à l’appui

»

Aucun

un

texte n’est

de cette affirmation. Nous ne connaissons qu’un

seul astrologue gallo-romain

du

siècle,

ni'’

Arborius, grand-père du poète Ausone.

Cæcilius Argicius

« 11

6

savait fort bien

l’astronomie, ce qui suppose la connaissance des mathématiques, et se mêlait aussi de l’astrologie judiciaire. Mais

il

discrétion de ne s’y appliquer qu’en son particulier. tiré

I.

avait la Il

avait

l’horoscope d’Ausone, qu’il craignait de montrer et qui Histoire littéraire de la France,

Gaules en ce

t.

I,

partie II: «

Quatrième

siècle

de l’Église.

État des lettres dans 3 liouché-Leclorcq, L’Astrologie grecque, p. 566. Quid leges, sine moribus, Vanae proficiunl? 3. Horace, Odes, 111, xxiv, v. 35 Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 569 note 3. /(. les

siècle, » p. 5.

.

:

,

5. 6.

et

Beugnot, Histoire de la destruction du paganisme en Occident, t. I, p. a/i3. Les manusccrits donnent /Irÿicius ou Arsicius. Saumaisc a conjecturé Agricius,

Mommsen

Agrycius.


.

39

l’astrologie chez les gallo-romains

demeuré cache sans

serait

qui sut

le

découvrir

l’industrie de la

mère de ce poète

i. »

Ausone que nous connaissons Argicius. Le petit^ une biographie émue de ce fils a tracé dans ses Pavenlalia que le grand-père, issu d’une noble famille du pays des IJaedui, malheur des temps força de chercher un refuge dans une ville C’est par

du sud-ouest de M. Jullian

la

fait,

Gaule, Aqaae Tarbellae (D^x)

nomme

l’astrologue, qu’il

portrait de

figure volontiers

un

d’après le texte d’Ausone,

Agricius

vivant

très :

me

Je

«

le

des derniers représentants de cette

comme un

de cette discipline hiéralique qui dominaient en Gaule au moment de la conquête. Sous le règne des empereurs gallo-romains, de Yictorinus et de Tétricus, Agrinoblesse sacerdotale

et

mêla beaucoup trop à

cius se

dépouillé de ses biens, proscrit.

mité de

Gaule, à Dax, où

la

tion devint

si

il

politique

la

militante.

11

fut

dut s’exiler à l’autre extré-

Il

vécut assez misérable. Sa situa-

pénible que, pour gagner quelque argent,

il

dut,

cette haute science relimettre à profit sa science, gieuse qui avait jadis rendu sa nation si célèbre et que les

paraît-il,

prostituaient alors sournoisement dans

derniers des druides les

campagnes

faubourgs.

et les

Il

fit

comme eux

:

devint

il

astrologue et sorcier. Beaucoup de ces nobles et de ces prêtres, qui,

du temps d’Ambiorix ou de Vercingétorix, eussent

été les

arbitres des nations et les ministres autorisés des dieux de la patrie, vivaient à l’ombre, et, loin des regards jaloux

du gou-

bonne aventure, à vendre d’étranges recettes et à consulter les étoiles. A la souveraineté politique avait succédé pour eux une mystérieuse

vernement romain,

popularité de carrefours 3.

M. Jullian «

un centre

foyer «

fait

à dire la

travaillaient

»

observer que

littéraire

le

pays d’origine d’Agriciiis

de premier

de druidisme».

ordre, peut-être

était

un ardent

semble donner à entendre que ce

Il

représentant de la noblesse sacerdotale et de la discipline hié-

ratique I.

»

appartenait à la race des druides. Mais, on

Histoire littéraire de la France,

l.

I,

partie

II

Arbore astronome

3.

Ausone,

édit.

SchenkI, XV, vi;

cf.

XV I,

xvii.

Jullian, Ausone et Bordeaux, Bordeaux,

Gounouilhou,

vu,

et philosophe, »

p. 58-5g. 3. G.

l’a

i8g3, p. lo.


,

3o

InnLIOTHÈQUE DES UMVEnSITÉS DU MIDI

A.usonc rappelle expressément que les professeurs Paiera et Phoebiciiis étaient slirpe druidarum

de

faire la

même

sali. Il

ne manquerait pas

constatation à propos de son grand-père,

s’il

possédait le moindre indice d’une semblable origine. La pièce

des Pare/dnlia quité du

nom

consacrée à Argicius Arborius célèbre

et

delà race de

l’aïeul

*

l’anti-

ne fait aucune allusion

;elle

aux druides qui auraient porté ce nom et illustré cette race. Ausone ne dit pas où et comment son grand-père apprit

la

nombres célestes et des astres arbitres du destin 2 L'astrologue de Dax pratiquait sa science avec profit, mais en

science des

SC

.

cacbant (dissimulanier)

secrets à son

fils

et

Arborius

:

il

ne

tint

celui-ci

pas à en transmettre les se tourna vers la rbélo-

rique qui procurait autant de profit et plus d’estime que trologie.

sans aucun

C’est

fondement que

veulent faire de ce rhéteur un astrologue

— Ausone loue

disent-ils,

:

parent et

comme

Outre l’éloquence,

mémoire,

Le poète honore à double

3. »

rhéteur

Bénédictins

encore en notre rhéteur l’érudi-

tion, la vivacité de l’esprit, la beauté de la

de l’astrologie

«

les

l’as-

la

titre,

science

comme

l’oncle qui avait été son profes-

seur; mais, dans aucune de ces deux pièces,

science astrologique d’Aemilius

il

ne parle de

Magnus Arborius

simplement que Fonde prédit à son neveu

:

il

la

rappelle

qu’il serait la gloire

de sa famille, prédiction qui devait s’inscrire au livre des des-

Tu pour mes

d’Ausone

tins

pour

toi,

:

«

déclarais que je -serais

parents.

des paroles qui devaient être

une

gloire illustre

En t’exprimant ainsi, tu as dicté inscrites dans mes destins 5, » Ces

vers des Parenlalia sont une simple allusion à la cérémonie qui se célébrait le

On

lui

pour

neuvième jour après

donnait alors

lui les

le

nom

la

naissance de l’enfant.

qu’il devait porter,

Parques qui devaient

faire

on invoquait

son destin. Arborius,

frappé des brillantes dispositions du petit élève qui lui a été 1. Ausone, olexum mullas 2. Ausone,

Schenkl, XV, domus. édit. Schenkl, XV, édit.

vi, v.

3

:

llaeduico ductum de stemmalc noincn,

Com-

nobililate

vi, v. 17 Ta caeli numéros et conscia sidéra Fati Calstudium dissimulanter agens. 3 Histoire littéraire de la France^ t. I, partie 11 « Arbore rhéteur, » p. g8. 4. Ausone, édit. Schenkl, XV, v; XVl, xvn. 5 . Ausone, édit. Schenkl, XV, v, v. 21 : Me tibi, me palribus clarum decus esse professas Dictasti Fatis verba nolanda meis. :

lebas, .

:


3i

l’astrologie chez les gallo-romains

conüé, se substitue à Jupiter; il dicte, a la place du dieu, Taveuir de l’enraiit aux Parques qui, dociles à sa voix, 1 inscrivent sur

C

des destinées

l'on ne doit trouver

où et

le livre

que

est

une

preuve de

la

des précoces succès du neveu.

11

1

fiction de rheteui

atlection de

1

oncle

n’y a pas lieu d en tirer la

conclusion qu’Arborius était astrologue. Vinet, qui prend tout au pied de la lettre, croit 'a une prédiction faite suivant les pratiques de l'astrologie, et

il

dit bien à tort

péri tus fuit Aemilius Arborius.

«

:

Matheseos ergo

»

Le rbéteur Arborius n’était pas plus astrologue que d’Ausone,lc médecin Julius Ausonius, n’exerçait

matique à son

fils le

ment

la iatromatlié-

manière du Marseillais Grinas. C’est uniquement, dit bien, par sa profonde science et par son dévouela

que

à scs malades

Sept Sages dont vie des

père

le

hommes

il

cet

homme

de bien, comparable aux

pratiquait la doctrine, réussit à prolonger la

et à retarder le

terme

fatal

a.

Caecilius Argicius Arborius est le seul des parents d’Ausone

connus de nous qui

ment

à

Autun,

ait

pratiqué l’astrologie. C’est apparem-

ville d’Université

où s’enseignaient toutes

disciplines grecques et latines, qu’il se

fit

les

initier à cette science

divinatoire dont la pratique, pendant les jours de proscription, devait lui permettre de

famille. SC

lit

gagner son pain

et celui

de sa

Le descendant delà noble famille du pays des Héduens

astrologue professionnel à Dax, comme les gentilshommes

émigrés se faisaient, pendant

la

Révolu lion, maîtres à danser

en Allemagne ou en Angleterre. Ce druidique, puisque

le

n’était pas

une astrologie

druidisme n’a jamais connu l’astrologie,

mais bien l’astrologie gréco-romaine, étudiée par curiosité à Autun, que Caecilius Argicius Arborius

allait

pratiquer dans

le

sud-ouest de la Gaule, vers l’an 270. 1. On a vu que le collègue et ami d’.Ausone Lalinus Pacalus Dropanius, dans son Panégyrique de Theodose, reprcsenle Jupiter assisté des Parques qui rédigent, sous

sa direction, les tabulae 2

.

Ausone,

édit.

medendi Porrigere

et

du

destin.

Schenkl,

W,

ni.

Cf. v. i3

fatis amplijîcare moras.

:

Praeditus

et vilas

hominum

ratione


32

lîIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

III

Ausone

et l’astrologie.

Caecilius Arborius Argicius estima dangereux d’initier son

aux pratiques de

petit lils

mère que

sa

le

l’astrologie. C’est

apparemment par

poète Ausone apprit l’horoscope qui

le

nait et qui avait été établi par le vieil astrologue.

naissais,» dit

il,

dans

la

concer-

Tu con-

«

pièce des Parenlalia consacrée à la

mémoire de Gaecilus Arborius Argicius, « tu connaissais les nombres célestes et les astres conscients de la destinée; mais tu pratiquais cette science en secret. le

ma

mystère de

vie

ne

t’était

La formule qui contenait

Tu

pas inconnue.

l’avais inscrite

sur des tablettes scellées et tu ne la révélas jamais. Mais la tendresse soucieuse d’une mère découvrit ce que cachait

la

soucieuse prudence d'un grand-père timide*.»

Ausone ne nous donne pas le texte de la formula. C’est par une simple conjecture que Gorpet peut dire « Bon vieillard qui allait lire dans les astres ce que tout le monde pouvait lire dans Juvénal car il paraît que l’étoile avait promis une des!

:

;

tinée brillante et qu’elle était d’accord avec ce vers

rique

:

SiFortuna

volet, fies

s’accomplit à la lettre Mais,

de rhelore consuF

tira

sati

— prédiction qui

»

quand Ausone naquit

Arborius

,

du

à Bordeaux, vers 3 oq,

l’horoscope de son

petit-fils, il

turer que ce petit-fils deviendrait rhéteur;

quand

ne pouvait conjec-

quand Arborius,

âgé de quatre-vingt-dix ans, mourut vers Sèy,

il

ne pouvait se

douter qu' Ausone, grammairien, puis rhéteur à l’Université de

Bordeaux depuis 335, deviendrait de rhéteur, consul. C’est en 365 que l’empereur Valentinien appela le rhéteur de Bordeaux I.

Ausone,

édit.

Schenkl, XV, vi, y. 17 Ta cxli numéros et conscia skiera fati Callebas, studium dissinuilanter agens. Aon kjnota tibi noslrae quoque formula vitae, :

Signalis qiiam tu condideras tabiiüs,

Prodila non unqiiam, sed malris cura retexil, Sedula quod limidi cura tegebat avi, a.

3.

Juvénal, Sal., VII, v. 197. Gorpet, ouvr. cité, t. I, Notice sur Ausone, p.

5.


33

[,’astuologie cm:z les gallo-uomalns

en sa résidence impériale de Trêves, pour de son

le

fils,

lui confier

l’éducalion

césar Gralien. Le préceptorat d’Ausone, d’abord

professeur de grammaire, puis professeur de rhétorique, dure

jusqu’en 376, année de la mort de Valentinien et de Tavènement de Gratien. C’est seulement en 879 que l’ancien précepteur de l’empereur devient consul

l’astrologie avait peut-être

;

permis à

Caecilius Arborius Argicius de lire ce consulat dans les étoiles;

dans Juvénal. Et quand

rien ne lui donnait le droit de le lire

astrologue mourut, en 357^

vieil

le

le

rhéteur Ausone, qui n’était

pas consul, mais simplement décurion, c’est-à-dire conseiller

municipal de Bordeaux, position assurément

mais qui n’a que des rapports lointains avec

— avait Rome

consul de

A

la fin

confondu, dans avec

le

astrologue

du

les étoiles, la sella curulis

commeucement de septembre

consul Ausone prononce dans

une action de grâces où

il

le

379,

le

consistoire de l’empereur

épuise toutes

de l’adulation. Mais,

et

consulat, était

modeste siège du décurion de Bordeaux.

d’août ou au

reconnaissance

le

— véritable

en droit de penser que son grand-père gascon

fort lionorable,

il

les

formules de

faut le

la

remarquer,

dans ce Panégyrique de Gratien, nous ne trouvons aucune de

que nous avons relevées dans les divers Panégyriques, œuvres des rhéteurs gallo-romains. La

ces allusions à l’astrologie

de Valentinien, portée à Trêves en 870, condamnait toute espèce de sciences occultes. L’asirologic ne devait plus avoir

loi

dans une

olficiclle Gratiaruni Aclio

par exemple, dans

Eumène en

[)ar

plus dans la l’an 369,

le

la

place qu’elle occupait,

Panégyrique de Constantin, prononcé

ne devait pas être invoquée non poésie de cour. Pendant son préceptorat, vers 3 10. Elle

Ausone compose La

Moselle',

pour célébrer

les vic-

toires de l’empereur Valentinien sur les

Alamanni. Ce poème obtient un merveilleux succès à Trêves, dans le monde olficiel. Symmaque compare aux meilleures œuvres de Virgile ces vers divins, qui volent dans les mains de

dans

les plis

Pour

1.

la

beaucoup d'hommes,

de beaucoup de toges V Mais

date de La Moselle, voir

ma

thèse,

De

le

poète

s’est

bien

Àiisoiüi Mosslla, Paris, Hachette,

1892, p. 24. 2.

Symmaqtic,

Episl.,

I,

xiv

:

1

olilul

luus Mosella

per manus sinusque niiiUorum,

divinis a te versibus consecralus. U.

DE LA MLLE DE MIRMOAT.

3


.

lilHLlUllltQUE DES

LMNEHSITÉS DL MIDI

gardé d’y parler de rinnuence des astres sur riiumanité;

et

ment

par ce développement où

dans

offerte

cependant l’occasion

vie privée,

la

brer la gloire des

il

naturelle-

était

annonce que, rentré

il

consacrera ses dernières années à célé-

[)lus illustres

ne chanterai-je pas alors?

(^)ui

en

lui

de

aflaires

les

de ses contemporains

...[Je dirai] cet

homme,

du monde, Rome, son peuple et aux premiers de l’Empire, son nom, cependant,

:

enfin, qui

a administré la capitale

scs sénateurs:

égal

n’était

premier; mais

la

Fortune se hâte de réparer son erreur,

et,

pas

le

complé-

tant les distinctions qu’il a à peine efUcurées, elle l’élèvera réellement,

comme

elle le doit,

au

de ces honneurs qui reviendront un jour

faîte

descendance

à sa noble

domine

C’est la Fortüna, ce ne sont pas les astres, qui

la

carrière de ce personnage mystérieux qui a tellement intrigué

commentateurs de La

les

démontrer % Ausone

le

fait

comme

j’ai

des baruspices et les procédés

prédictions

occultes avaient

sciences

aux charges

les

plus hautes

non

l’inlluence des astres, et

essayé de

allusion à Maximinus, vicaire

Rome, personnage de basse condition

Préfet de

diverses

Moselle. Si,

annoncé

de l’Empire celle

de

dans un poème en quelque sorte

olFiciel,

divinatoires qu’il

les

des

s’élèverait

mention de

la

Fortune, était tout

la

indiquée; mais, au temps de Valentinien,

à qui

du

il

n’était

pas permis,

de parler du jiouvoir

de l’astrologie.

Par contre, dans

un

à

les

cercle de lettrés,

([uentes,

poèmes intimes qu’Ausone les

prouvent bien que

impériales avait de

destinait

allusions astrologiques, très fréla

science proscrite par les lois

nombreux adhérents parmi

les

hommes

du monde, et que les érudits comprenaieni, peut-être sans y ajouter une foi entière, toutes les allusions dont elle était l’objet.

Avant

d’être aj)pelé

l’éducation 1.

]).

de

Gratien,

alors

qu’il

était

faire

encore professeur

Mosella, v. 3g(), iog-'ti/l. mon edition do La MoseUf, Bordeaux, Gouiioiiilliou, i8Sg, Cominenlaitr,

2

.

Voir

I

I

(i-I 2 2.

3.

de

au palais impérial de Trêves pour

\'oir Lonaiii <lo

XXIV.

Ammicn

Tilloinoid, liisloirr des Empereurs Marcellin, livre WVlll.

f

l’empei'eilr

Valeuliiiicn, arli-


iAvstuülogiiî

à

ucs GAt.i,ü-uo.>l

ciiiii

Bordeaux, Ausonc comj)o^ait un

lotius

did negolhun

traduit Corpet,

songes

viennent

([ui

Eplieinrris,

[)OtMiic,

l’emploi de toute la journée,

«

35

\l.\s

o

id

e.sl

— comme

s’exprime en ces termes à propos des

il

le visiter la nuit,

pendant son sommeil,

après les diverses occupations qui ont rempli les heures du

jour

:

mondes obliques du

Fuyez, songes mauvais, vers ces

de

souille

lunaires

tempête disperse

la

nuées errantes. Habitez

les

ciel

le

pcMes

les

2 ...

Lune sur les songes était admise par les astrologues La Lune surtout pouvait faire dévier ou arrêter au passage les signes révélateurs, lléphestion de Thèbes a un L’action de

la

((

:

’Ev

(“ha[)itre

Tzix'.q

[lire

r,[J.ipx:

i/.r/)îtç

Eî/.r,'//,;

r?;;

i,[j.ipx'.:\

CVÎ'.

Ln an environ

après

ta com[)(^sition

ami Symmaque

adressait à son

poème de quatre-vingt-dix de [)uériles

trois Sirènes et aussi ri/ius).

vers hexamètres où sont énumérées

de

la trinité il

chrétienne

en

est

Il

«

Tria obscrvanlur

dislanlia et conslelddio.

dans

I.

a.

toute

A11S0113,

nuUa

ta

phrase

:

Pciper, Praefatio, Ejihemeride mentio.

Ausoiie, ôdit. Schcnkl, IV, vu,

per obliguos

/’//

Lunares

.

1res

drus

a rapport à

astris, situs scilicet :

«

Trois choses

distance et la forme.

le

sens du

mot

triplex,

v.

caeli,

i.wwv

p.

34

:

»

ne

qui doit

Ephemeris Burdigala;

;

mala somnia, mundos,

Irrequiela vagi qua difflanl nubila nimbi,

4

;

Triplex siderilms posilas, triplex di-

»3Jit.

in

Ile

.3.

88

interprétation et cette traduction

celte

rendent pas assez fidèlejnent

...p(datii

forma -K

Corpet traduit

»

les astres: la position, la

me semble que

dominer

trois.

:

SoLicbay interprète:

à observer

(v.

une qui

Triplex sideri/ms posilas, dislanlia,

eorum,

nombre

le

Hécate, des trois Grâces, des

triple

la

Parmi ces énigmes,

l’astrologie

Griphus Ter/iarii Nameri,

laborieuses énigmes sur

et

y est question de

11

le

de VEphrrneris, Ausonc

liabilate polos...

liouclié-Lcclcrcq, L’Astrologie grecque, p. Go4, note a. -Vusoiic, édit. Sclienkl. \X\I, ii, Griphus Ternarii \umeri,

v.

scripla

:


3G

lUnMOTIIKQUE DES U.MVERSITÉS DU MIDI

slanlia, triplex

de

n’y a aucune énigme, aucune espèce

II

à constater qu’il faut observer dans les

Yptçcç,

astres la

la

distance et la forme. L’énigme consiste à établir

que sont

cette triple position, cette triple distance et cette

])Osition,

ce

formai

forme.

triple

\inet admet ([u’un astre peut avoir trois positions, suivant ([ii’il

se trouve à l’intérieur,

La f|ueslion du posilus dans

Leclercq

Rapports des

paux de

«

sidci'urn

chapitre

le

planètes

VIII

entre

de son Astrologie

terre

la

dépend de

la

spécialement sur

et

que

l’homme. Cette

:

de

telle sorte qu’elle

comme

quantité

qualité, par les influences concourantes, et peut

même

et

être

» 3.

D’après Vinet, que suit Scaliger, la

les astres

position des astres, soit par rapport à la

nécessairement complexe, modifiée,

intervertie

grecque,

L’un des dogmes princi-

elles.

Terre, soit par rapport aux autres astres est

par M. Bouclié-

est étudiée

l’astrologie est la croyance à l’action

exercent sur action

au deçà ou au delà du Zodiaque ».

les

trois distances

sont

;

longitude, qui se compte à partir de la première étoile du

Bélier^; la latitude, à partir de l’écliptique;

du

à partir

déclinaison,

la

cercle équinoxial.

Les trois formes, enfin, seraient, d’après Vinet

:

sphérique, attribuée par les stoïciens aux astres,

la

forme

la

forme

conic[ue (théorie de Cléanthe) et la forme de clous fixés à la

du

voûte

de

entend

les constellations

(;;.:pf<;,

cristal

aopscoj'.;,

cette explication

d’Anaximène).

Scaliger

dont l’ensemble constitue une Jornia

àaTsp-.qj.éç)

aucune forme {quae

(théorie

ciel

et celles

dont l’ensemble ne donne

imllain constituiud forniam, ip.spswTci).

ne s’applique qu’à une forma duplex

et

Mais

non

qui accompagne son édition d’Ausonc, Griphus hic non minus mihi obscurus quam I)rior... Adjcctivum triplex ad dislantiani, formain et modum acque referendum puto. Vinet cite ici modus à côté de posilus, distantia, forma, parce qu’il lisait Triplex sideribus posilus, distantia, forma El modus. Depuis Tollius, les éditeurs mettent avec raison un point devant Et modus, mots qui appartiennent à la phrase suivante. 1.

il

Vinet

l’a

bien vu. Dans

le Cointnenlnrius

écrit (382,1)): Triplex sideribus posilus.

:

Primum enim sidéra sic a posilu dividunt ut alia in 2. Vinet, Commentarius, 382, I) Zodiaco sila dicant, alia eilra, alia ultra Zodiacum. S. Ilouché-Leclercq, L'Astrologie grecque, p. 87. h. On sait que, dans les doctrines astrologiques, le Bélier est xspa),-}) toj xodji'ej. Voir Bouché-Lcclcrc(t, L’Astrologie grecque, p. 129-100; p. i 3 i, n. i; p. i 5 G; p. i 85 n. 3 ; p. 19C), n. i et 3 p. 197 p. 237 p. 261 p. 319 p. 33 i ; p. 353 u. 2, etc. :

,

;

;

;

;

;

,


l’astuologie chez les gveeo-komuns ù

une forma

simple. à Il

suffît

Le système de Vinet semble

triplex.

le

plus

nous appartient pas de chereber énigmes posées par Ausone dans son Griphus.

Au demeurant,

résoudre

37

les

il

iie

de constater que l’énoncé de l'énigme astrologique

dont nous nous occupons prouve (pie le vocabulaire astrologique était également connu d’Ausone et de Symmaque,

Lun des représentants les plus distingués de la société lettrée de la lin du iV siècle. Le poète érudit pouvait adresser à son ami, avec l’espoir d’etre compris, cette énigme (3Ù il est (|uestion de la triple jiosilion, de la triple distance et de la

forme des

triple

Cette

astres.

énigme

dans

est suivie,

Ternarii Numeri,

Griphu.'i

le

par une autre qui a également rapport à l’astrologie Et modus

Y. 7O.

Mixta

et

libris,

genetrix

modaloram musica

mode dans

la

musique;

elle-même, mère des modes, est mixte dans

sont

les astres, :

mode

le

musique

la

livres,

a

— dans

ulgarisée dans les théâtres.

dorien,

le

mode

lydien et

mixte, en puissance et

est

triplex

la partition

est

elle

le

à l’acte,

du

livre

muet

musique des Dans

(jualité

le

mode

non en notée;

l’emiiereur, les

fait

les théories

devient

elle la

puissance

elle est il

est

lettre d'envoi, évite

d’examiner

Mais

il

six pièces d’or.

d’écrire en

si

platoniciennes*.

les

jiarvenir à ürsulus,

Ce sont

;

acte dans les

chargé,

pétitions

en sa

adressées

à

grammairien de Trêves,

étrennes que Valentinien avait oublié de lui donner

i" janvier.

six.

jibrygien

musique dont

courant de l’année 376, Ausone,

de questeur,

modes

Les trois

»

inconnue aux hommes, quand

sjihères célestes, cette

souvent question dans

musique

à l’exécution, elle est jouée au théâtre.

Elle est secrète, elle est la

la

les livres, secrète

possession du vulgaire quand, passant de

la

:

sécréta astris, vulgata theatris.

Je traduirais: ((Un triple

dans

:

le

Ausone, dans une longue

toutes lettres ce

nombre de

l’indique par des allusions pédantes (|ui rappellent

I. Voir Rouché-Leclercq, L’ Astrologie grecque, p. a5; p. ii'i, n. i ; p. i5o, n. i. Vinet renvoie au Commentaire de Macrobe sur le Songe de Scipion. Macrobe, en elTcl, donne un long développement sur 1e Concentir, effectus motu caelesliiim corpnnim (Commenlarius, 11, i).


38 le

Ternurii Numerl.

Grij)liu.s

Muses moins

celui des

homérique,

8

Le nombre de ces

trois,

i)hilippi

celui des pieds de

etc.; celui, enfin, des signes

vers la terre V.

dmveusiïks ou midi

WIHLIOTMliQLt: m;s

>

esl

l’hexamètre

du Zodiaque tournés

:

Quoique super lerrani sidéra Zodiaci.

.

est évident,

Il

signes terre

comme

Vinet

le fait

observer, que, des douze

du Zodiaque, six doivent toujours être tournés vers la Le grammairien de Trêves était assez au courant des

questions astrologiques pour

deviner

d’or pour aider son intelligence

devenu questeur, voulait

— avec

— ce que

lui faire

le

six

les

pièces

rhéteur bordelais,

comprendre.

D’autres correspondants d’Ausone,

moins érudits que

grammairien de Trêves, devinent cependant

ces allusions astro-

logiques, qui semblent appartenir à la conversation

des honnêtes gens de l’époque. Tel est

le

le

commune

cas de Tliéon

que

un portrait vivement tracé, dépeint comme « une espèce de gentilhomme campagnard, retiré dans un château sauvage du Médoc, chasseur, traficant, laboureur, s’enrichissant Corpet, dans

par tous

les

moyens,

misère; en outre,

et

et,

comme

coup de prétentions au vers

ou

les faisant faire

rire à ses

malgré

mais

par un autre,

et surtout faisant

il

belles huîtres qu’il a reçues de

se plaint de leur petit

lui a

nombre. Et

les

Ausone, allusion à

donne

il

et

envoyé seulement trente huîtres

pliées par trois, autant

une

bien

dépens

autant que forment

I.

beau-

parlant poésie, faisant des

dre par toute une série de devinettes puériles

son ami

toujours criant

et

cela ne coûte rien, ayant

bel-esprit,

Ausone remercie Théon des lui;

cela, avare

:

à enten-

pédantes que il

y en avait

dix années de la guerre de Troie multi-

que Priam eut d’enfants,

édit. Schcnkl, Epist., XVIII, v. 5

:

...regale

si

du nombre

nomisma Philippos.

une expression bien connue d’Horace, qui s’appliquait aux

— C’est

pièces d’or

à l’effigie de Philippe données par Alexandre au poète Choerilos, regale nomisma

Philippos (Horace, Epist., H, i, v. ï 34 ). a. Voir Bouclié-Leclercq, L' Astrologie grecque, chap. V,

La route des planète.s ou anciens éditeurs d’Ausone imprimaient un petit poème. De Signis Caelestibus, description des douze signes du Zodiaque, qui n’est pas l’œuvre du poète. Peiper l’admet encore, à la fin de son édition (p. /iia-'itS), parmi les IncerZodiaque, p. ia/i-157.

— Les

torum olim cum Ausonianis édita. 3 Corpet, t. H, p. 422, n. 2. .


.

cm:/ ils gallo-uomains

l.’.VSTUOLOGlli

on retranche deux

total

dizaines,

«

•^9

autant qu’il laut de jours

a

autant Titan pour parcourir cliacun des signes du Zodiaque, pour parcourir qu’il faut d’années à l’astre sublime de Phaenon sa carrière

»

En astrologie. Titan est un des noms du Soleil ^ et Phénon, ou Phaenon (‘î>a(vojv), un synonyme de la planète Saturne. D’après

astrologues,

les

surnom de

linsa/it

contre toute vraisemblance,

et

« le

qui paraît être un euphémisme^,

(oxtvoiv),

ce mot, qui est bien grec, serait

le

»

Égyptiens

nom donné par les

un synonyme astrologique de Saturne et Théon est assez érudit pour ne pas l’ignorer. Même dans ses prières, Ausone est obsédé par le souvenir des doctrines astrologiques. En 367, le nouveau précepteur du

à Saturne

^ En tout

cas,

Phaenon

est

;

Au

césar Gratien vient d’arriver à la cour impériale.

palais

de Trêves, dans l’entourage de l’empereur Valentinien, tolérant et modéré, professant une large indillérence en matière de religions, mais nettement hostile

aux pratiques de

la

magie

et

de l’astrologie, Ausone doit faire preuve d’un christianisme pour donner un échantillon de son talent poétique, otTiciel :

il

compose un poème en hexamètres. Versus Paschales^, où

chante avec

les

accents de la plus pure dévotion

«

il

les saintes

du Christ sauveur». Onze ans plus tard, en 878, ^alentinien est mort; Gratien lui succédé comme empereur Ausone exerce la préfecture dans

solennités

a

;

Gaules. Quelques jours avant les calendes de janvier, le

les

vieux préfet apprend que son ancien élève

l’a

longtemps désiré,

et

Cet honneur, depuis

si

çait à désespérer à force

élevé au consulat.

dont

il

commen-

de l’espérer toujours, excite chez

le

poète les explosions d’une joie sénile. Cette joie se répand en 1.

Ausone,

édit.

Schcnkl, Epist., Vll,

v.

lo;

Singula percurrit Titan qaot signa diebus : Quoique annis sublimis agit sua saccula Phaenon. 2.

Clicz les poètes romains, Bouclié-I.eclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 89, n. 2. synonyme de Sol. Voir ma thèse, ApoUonijS de lihodes et Virgile, p. g'i, n. ,â et (i.

Titan est ü. ,'t.

Bouché-Leclercq, L'Astrologie grecque, p. 97. Firmicus Maternus, II, n, 2 Qui n nabis Saturnus :

dicitur,

ab Aegyptiis «haivtov

vocatur. 5

.

Ammien

Marcellin,

XV\,

ix

:

Hoc inoderamine

religionuin diversitates médius stelit, nec ti.

Ausone,

édit.

quemquam

princii>atus inclaruil,

inquielai'il

Schcnkl, IX, Versus Paschales,

quod inter


/|0

lillU,lÜTll!;QLii:

DES UM\EUSm':S DU MIDI

actions de grâces adressées à des dieux qui

avec

le

ii’oiit

aucun rapport

Christ sauveur, jadis célébré au temps des fêtes de

Pâques. Gorpet des calendes,

le

constate

en

il

«

:

une autre

fait

comme

prière chrétienne,

Ausonc... le

fait

une prière

lendemain, non pas une

pour célébrer

autrefois

la veille

Pâque,

la

mais une prière à Janus, aux saisons, aux planètes, au Soleil, pour obtenir de leur influence une heureuse et abondante année, une vraie prière d’astrologue, en mémoire, sans doute, de son grand-père

suppose qu’à

Je

de son horoscope'.

et

la

de 878

fin

souciait peu de son aïeul

;

mais

vocabulaire astrologique dont

poète septuagénaire se

le

il

»

revenait volontiers

à ce

dû s’abstenir dans les œuvres officielles composées à la cour et pour la cour, depuis les Versus Paschales de l’an 867. Corpet prend tout à fait au avait

il

sérieux la phraséologie dont use

de ces deux poèmes

:

ci

le

poète, et

il

dit, à

propos

Cette prière et celle qui la précède nous

donnent une juste idée des véritables croyances d’Ausone.

un

Les anciens consuls, en entrant en charge, offraient fice à

sacri-

Jupiter et rendaient grâce aux dieux. Ausone n’adresse

point ses prières et ses remerciements à Jupiter,

mais

déplaire à Gratien; Étoiles.

Car

s’il

il

invoque

le

Lune,

Soleil, la

pu

aurait

il

les

peut croire à quelque chose sans se compro-

mettre, c’est aux astres et aux planètes, qui ont enrichi son

grand-père

et

qui ont prédit la grandeur future du poèle-

Tout conspire donc à prouver qu’il était païens. » la phraséologie Celte conclusion semble très exagérée

consLil.

:

astrologique d’Ausone ne prouve rien contre son christianisme officiel.

A

doit faire

la

cour de Valentinien,

le

précepteur de Gratien

une profession banale d’orthodoxie; à Bordeaux,

dans son cercle

mythologie

littéraire,

et à l’astrologie

le

jioète

les

rhéteur emprunte

termes spéciaux,

les

à

la

compa-

raisons et les figures qui ])cuvcnl orner sa poésie ou sa j)rose.

Au demeurant,

il

semble oiseux de discuter sur

la

question

du christianisme d'Ansonc. M. R. Dezeimeris, qui connaît bien 1.

2.

le

rhéteur bordelais, a dit

Corppt, Corpel,

l.

1

t.

II,

,

p. 10. p. 3 G(], n.

i.

le

dernier

mot

sur

la

si

matière


;

i/astuologie chez

sa

clans

à

Icllie

qu’Ausone

Évcral

Kdonaid

M.

gallo-uomains «

:

En

part que les solennités de trer à Bordeaux. Mais

il

la

Pacjuc lui font

Au

lettres,

et

allait

beaucoup do fonctionnaires de nos jours vont à Saint-Esprit.

fond, sa vraie religion, c’était

lettres

qui

ren-

comme

la

messe du

le

culte des

ce culte avait des liens étroits avec tonte

en scène de l’Olympe iiaïen*. » C’est ce culte mythologique des

quelque

un devoir de

probable qu’il

est

dit

Il

crois

je

fait,

être otTicicllement chrétien...

du

a

i.es

,

la

mise

manifeste

se

dans ces deux poèmes où Corpet voit une profession de foi astrologique. Bien dans ces deux invocations ne sort des banafamilières à

lités

La PvecaUo

un rhéteur

priclie

connaît

c[ui

Kalcnda^ Janunrins

astrologie

1

demande

mondaine.

a Janus, dieu

veni; nouveau consulat novus aune, ve/ii), que, pendant les douze mois de la magistrature suprême d’Ausone, aucun trc3uble ne survienne dans

nouvelle année

verra

le

de

la

la

marche régulière des planètes

c[ui

;

règne ne vienne pas des astres cpii y mettraient le trouble. Que nulle planete, o Mars-Gradivus, ne heurte tes demeures pour l’elre contraire: ni la Lune, déesse du L)uc le

monde

Cynthos, ni Saturne,

toi,

le

le

soit

en paix; que

le

rapide Mercure, dieu d’Arcadie, voisin de la terre, ni

plus éloigné de nous dans

la

révolution au

sommet

du ciel. Loin de Mars-Pyroïs, lu accompliras ta route rapide avec tranquillité. Avancez-vous de concert, planète bienfaisante de Jupiter, \’esper, astre

de

la

cythérienne Vénus

ne s’écarte de vous,

qualificatif

que jamais

le

cyllénien Mercure

qui est avec ses hôtes de rapports

lui

Mars, désigné par son

son

;

nom

de dieu

astrologique,

si faciles

latin, Gradivus, et

est

le

2

.

par

protecteur de

I. La leltre de M. Dezeimeris, datée de I.oupiac, le a 5 décembre iSS'i, est insérée dans la thèse de M. Éverat, De D. M. Ausonii operibiis et generc dicendi (thèse de Clermont), Paris, Tliorin, 885 p. loi-ioV — Parmi les derniers travaux sur la religion d’Ausone, on peut consulter; Hermann Spcck, Qiiaestiones Ausonianae Ilreslau, 1871'!, caput I, De religione Aiisonii ngitur, p. 1-21; Martin Mertens, QuaesDe Ausonii religione, p. .V 33 — \’oir, dans liones Ausonianae, Leipzig, 1880, caput La Grande Encyclopédie, mon article Aiisone, t. IV, p. 711. a. Ausone, édit. Sclienkl, VI, Precalio Ausonii consulis designnli, pridie Kal. Jan. fascibus sumptis, v. 20-27. .Au vers 27, les manuscrits ont comme leçon Xon un]tiani hospitibus facilis Cyllenius adsit. Les anciens éditeurs écrivaient Nonnunquani Peiper a corrigé adsit en absit, correction admise par Sclienkl. i

,

1

.

,

:

3

.

Bouché Lcclcrcq, L’Astrologie grecque,

p. GG, 98, 43 g.


DES L.M \ EUSITÉS DU MIDI

ÜIUI.10THÈ(^)UE

Home

el

de l'Kmpiic'.

n’aillent j)as,

(v. 21

Rome. Dans

astrologique, les penales des planètes se (ou/.oi)

el

désignent

les stations préférées

nent au milieu des étoiles

Les

fixes

des maîtres de maison

de

propriété

cite pas le Soleil

deux

les

«

:

l

luminaires

dites, et n’en rnu/idi

les

domi-

que

celles

planètes sont

du

contours

'astrologie »

de

la

le

les

peut

Lune

la

cite

el

grecque élimine quelquefois

liste

planètes proprement

des

compte que cinq; mais, d’ordinaire,

lamina complètent

On

Zodiaque.

Ausone

les planètes,

comme

se sont partagé

qui

des

remarquer que, parmi ne

parmi

Stella

langue

la

nomment

les

rencontrent sur leur route, alors qu’elles chemi-

les ])lanèles

droits

demeures,

les

Nalla taos, Gradive, ojfendat

:

penales), de la planète protectrice de

ciles

planèles

mitres

les

dans lenr marche, heurter

Ausone

penales, dit

imporle que

Il

nombre

septénaire

cinq ou sept planètes, parfois douze, ou

les clarissirna

On admet

3.

même un nombre

indéfini^; mais M. Bouché-Leclercq ne cite qu’un seul auteur

astrologique,

« le

platonicien et chrétien auteur

du dialogue Hermippus de le Roi-Soleil et la

»

anonyme

qui, au lieu d’associer

Aslrologia,

Reine-Lune, mette

le Soleil à

part des six

planètes environnantes^.

Dans une pièce qui assurément n’est pas d’Ausone, mais qui se lit

dans quelques-uns de ses manuscrits

et

qui

l’œuvre de quelque versificateur de son temps cercle littéraire,

on trouve

la liste

est,

sans doute,

el peut-être

de son

ordinaire des sept planètes

:

[En outre des grandes constellations], on en compte encore sept qui sont dites errantes la Lune et Mercure, Vénus et le Soleil, et :

Mars à féclat fulgurant; puis Jupiter, dont l’astre brille par-dessus tous les astres; Saturne, enfin, plus élevé dans le ciel, plus lent que toutes les planètes

0,

I.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. 3 C(j.

J.

Houch 6 -Lcc\ercq,

L’Astrologie grecque,

\}.

183 et suiv., les Domaines planétaires.

3 . Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 88 et suiv. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. i^i, n. 3; p. 57.3, n. ,'i. 5 Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 89, n. i.

a.

.

().

Ausone,

usum

Dclphini, u° 870, v. i 3 Sed vaga praelerea dieunlur lumina septem, Luna et Mereurius, Fenns ac Sol, Mars quoque fulgens. Hic Jovis et sidus super omnia sidéra lucens. Celsior his Saturnus, tardior omnibus astris.

edit. in

Ces vers ne se trouvent pas dans

:

les éditions critiques

de Schenkl

et

de Peiper.


.le lie

sais

dans

si

la Pi'ccdlio pi'idie Kül(*iid(is Jd/tuarûis,

conviendrait pas de réintégrer \ inet en avait

sous

fois

en

noms

les

de

arcLis, l’arc

d’.4/*6*U6‘

la

Lune

sons

terris). Pent-ctre,

le

Soleil à

de Cyllenius

et

(tio/i

mentionné deux corrigeait Areas

Cynthia, non celer arcus, Jlnitinius celer areas Jitdtinuis terris,

mots non

les

il

:

ne

il

coté de la Lnne.

disparaître Mercure, qui est

fait

43

CHEZ LES (;ALM)-KOM UNS

L’ASTKOLO(;ili:

se cache la vraie leçon qui désignait le Soleil.

Quoi

en

qu’il

soit, les

planètes semblent conformes, en général, à

les

Ausone sur

indications données par

orthodoxie

1

astrologique. Ptoléméc a noté que Saturne est éloigné dn Soleil,

encore pins loin de la

la

Terre

;

on

sait

planète de Saturne est celle qui

sement'. nature

marche

le

Jupiter est l’astre bienveillant

«

»

que, dans sa course lente,

est tout naturel

il

:

que

et

plus majestueubienfaisant par

deux planètes de Jupiter

les

et

de Vénus s’avancent de concert, puisque Ptolémée les compare pour leur « caractère tempéré»^; et, quant à Mercure, on sait «les influences multiples

(pi’il

subit de la part des planètes

voisines

La

fin

de

Precalio pridie Kalendas Januarias et la Precatio

la

Kalendis Januariis

communs O

en

Janus,

fait

tout

entière ne fournissent

d’allusions astrologiques

nouvelle

année,

fais

que

le

:

Soleil

tropiques, puis qu’il laisse l’autre derrière lui,

subissent ainsi l’iniluence de l’astre et que les

que des lieux

dépasse

l’un

des

deux tropiques quatre changements de

que

les

l’année se succèdent rapidement de trois en trois signes

5...

O

année,

douze stades de ta carrière variés d’autant de signes qui se partagent également les saisons, et achève ton cours, emporté par une rotation perpétuelle •>. » parcours

tes voies

accoutumées,

les

Cette phraséologie spéciale, ces allusions continuelles, qui

prouvent une connaissance banale

et

une préoccupation mon-

daine des doctrines astrologiques, se retrouvent principale-

ment dans un I.

recueil de petits

poèmes qu’Ausone

a

faire

Bouché-Lccicrcq, L'Astrologie grecque, p. gS-gS.

Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. g7Bonclic-Leclercq, Astrologie grecque, p. gg. 4. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. loo. Voir Bouché-Leclercq, L’Astrologie 5. Ausone, édit. Schcnkl, VI, v. 40-48. grecque, chap. V, La route des Planètes ou Zodiaque, p. u4 ol suiv. 1

.

V

3.

0,

Ausone,

édit.

Schcnkl, VII,

v.

8-io.


kk

mULlOTHÈQUl!; des UMAEUSITÉS du

IMIDI

meinc dans une des éditions qu’il a données de ses œuvres en 383 et en 390 ». Ce recueil, qui porte le nom d'Eclogarum liber ou à' Eglogarium, se compose de poèmes dont « la plupart contiennent des recettes astrologiques, des

cnlrer

lui

explications du calendrier romain, des indications de fêtes, etc.

Ce recueil liégeois,

est

comme un

almanach, une espèce de Double

l’usage des écoliers,

à

païens de l’ancienne Rome,

poésies

des sorcières et des derniers

On

n’y rencontre ni esprit ni

»

Mais on y rencontre beaucoup de documents qui nous font connaître quelle était l’importance des doctrines astrologiques

dans

Gaules à

les

la

fin

du

iv“

de

siècle

chrétienne.

l’ère

Plusieurs des pièces qui font partie du Liber Eclogarum ne

sont pas l’œuvre d’Ausone. Mais dédié à Gregorius, qu’il

nomme

il

se

son

peut que dans ce livre

fils^,

vieux poète

le

ait

admis un certain nombre de pièces dues à des collègues, à des amis érudits, à des élèves, de manière à former une sorte d’anthologie bordelaise où

les

membres d’un

s’étaient exercés sur des sujets de

à

la fois

les loisirs

même

cénacle de lettrés

ordre qui sollicitaient

des amateurs et les habiletés des profes-

du

sionnels.

11

a déjà été question d’une pièce sur les signes

Zodiaque

et

sur les planètes, qui n’est pas d’Ausone. M. Bouché-

Leclercq, qui cite très rarement le poète bordelais

'*,

justement une pièce de YEclogarium que Vinet

lui attribue

avec

rejetait

Quaedam veterum qaoramdam poelarum carmiua Ausoiiiana adhuc servata sunL^. 11 s’agit du vers d’un

raison parmi

guae inter

I.

a.

3.

Ausone,

édit. Peiper, Praefalio, p. cvii et cxii. Corpct, t. Il, p. /|ia, n. i. Cod. Latircnlianus Incipit eglogarum \liber]. Ausonius Gregorio :

filio.

L’Astrologie grecque, p. 3g, n. i (à propos de la «grande année», Edyll. i8, p. 377, n. i (Eclogariiim : De ratione puerperii maturi, p. 5/|i-5/i(j, p. 53G, Toll.); « Ausone p. 570, n. i Xoll.); p. ^i85, n. a (le passage dont il est question ici); parle très librement de la science astrologique qui a permis à son grand père de prédire ses grandeurs futures. » (Ausone, Parenlalia, IV, 17, sqq.) D’ailleurs, M. Bouché-Leclercq donne peu exacte5. Ausone, édit. Vinet, n» 5(j8. l\.

:

ment le texte de la vieille édition de Tollius (Amsterdam, 1671), qui lui fait négliger 11 a tort les éditions critiques de Sclienkl (Berlin, i883) et de Peiper (Leipzig, 1886). {L’Astrologie grecque, p. 485, n. a) de trouver «dans Ausone (pp. 55o-55a Toll.) l’amusante réfutation de l’aphorisme demi de corpore oportel Ungues Mercurio, etc. » hexamètres, comme on pourrait le croire 11 ne s’agit pas d’une suite de deux vers :

||

d’après cette citation inexacte, mais bien du titre, donné par Tollius lui-même « Quid quo(]ue die demi de corpore oporteat, » suivi du texte du vers Lngues Mereiirio, etc. :

:


,

i/astuoi.ugik

qui indique ce

anlciir iiicoiiua (hic versus sine auclore est)

([u’on doit retrancher

Coupe tes

ongles

tes

cheveux,

le

le

45

I..A.LLU-UÜM.V 1 .>IS

i.ks

gui:/,

du corps chaque jour de

jour de Mercure;

ta

barbe,

semaine

la

le

:

jour de Jupiter,

jour de Cypris

Cet aphorisme d’astrologie populaire est réfute en quatre distiques élégiaques par un lettré qui se moque des recettes de

bonne femme: Mercure aime pour le vol les ongles toujours aigus; il ne permet pas qu’on rogne la pointe des doigts. La barbe est une lieaute poui Jupiter; pour Venus, la chevelure. 11 est donc nécessaire qu ils ne veuillent pas qu’on enlève ce qui leur plaît a tous les deux. Mars, tu as

joues sans poils; Lune, tu as aimé les tètes chauves. Ces deux divinités ne défendent point de raser les joues et les tetes. Le Soleil et Saturne ne s’inquiètent en rien des ongles. Donc, supprimons ce

aimé

les

monostique qui n’a pas l’agrément des dieux.

Une

très

curieuse pièce d’Ausone, De

rcitione paerperii inaluri-i

donne, d’après un passage de Censorinus, qui y est paraphrasé, le système chaldéen du thème de la conception 3 :

que nous parcourons dans l’évolution des actes sont dirigés par la domination des astres'*. Les membres seuls de l’homme viennent de la terre; des régions d’en haut procèdent

Tous

la

les

événements de

Fortune^

et l’esprit,

la vie

qui subissent l’iniluence

planètes auquel préside le Soleil d’or à qui le sort a

du chœur des sept attribué le royaume

de l’éther resplendissant**. Le Soleil ne modère pas seulement en nous les époques de la vie, alors que nous traversons le court espace d’une existence agitée. La croyance générale

admet que son regard domine

1.

Ausone,

édit. Sciicnkl, V, xviii; édit. Peiper, ^ II, xxvii:

3.

Ausone,

édit.

Ungues Mercurio, barbam Jove, Cypride crines.

rinus,

de

XXXV,

p.

i

55

;

édit. Peiper, VII, viii, p. 90.

V Astrologie grecque,

Le De die nalali de Censop. 877. 379), a été l’objet d’une édition critique V'oir la traduction française Fr. llultsch, Leipzig, Bibliotheca Teubneriana, 18G7. Voir Boiiclié-Leclercq,

3.

(le

Schenkl,

composé vers

l’an 288 (voir Teuffel,

S

collection Nisard, faite d’après le texte

la

d’Havercamp (Leyde,

i7'(3).

h. C’est la doctrine orthodoxe en astrologie. Cf. Censorinus, viii : Ante omnia igitur dicunl actum, vitainque nostram, stellis lain vagis quani slnlis esse snhjeclam, earuni-

que vario muUiplicique cursu genus humanuni guberuari, sed ipsaruin motus schemataque effectus a Sole crebro immutari. 5 Fortuna, ((quidquid hominibus contingit, sive boni, sivc mali. « (Vinet.)

et

.

G.

disant

« Les

que

Chaldéen s commencent par justifier la simplification du problème, en nous dépendons des astres, les astres sont eux-mêmes menés par le

si

Soleil. » (L'Astrologie grecque, p. 877.)


lUULlOTlIKQUE UES UMVEUSITÉS UU MIDI

encore

de

conception secrète

la

i,

cette existence intérieure.

dans

le

champ de

temps de

le

En

effet,

la vie intra-utérine

germe est déposé bien évident que le Soleil se que

alors

génération^, il est trouve dans quelqu’un des signes^'. Quand

l’astre voisin,

la

il

tion qui lui est très voisin

le

pris position

a

ne transfuse aucune lumière sur

il

le lieu

de

la

dans

concep-

Mais, quand, après l’espace d’un mois,

5.

tourne ses rênes, quand son char de pourpre s’élève déjà vers

me

les lois

il

la troisiè-

une petite lueur glisse obliquement ses faibles rayons sur l’inerte embryon dont elle excite les premiers mouvements^. Dans le quatrième signe, l’action indulgente du Soleil a plus de vigueur et de constellation,

persuasion; par sa pénétration, I. La primo de

il

amène

tendre fœtus à se former 7.

le

conception secrète (occullosque satus). Satus,

Divinationc

ïlii, g3]

[I,

:

Quaedum ctiam

in

l’action d’engendrer. «Cicero, hominuin pccudunive conceptu et

» (Vinet.)

satii.

a Achinapolus apud Vitruvium libro nono [Vitruve, IX, 4 7 ] non e nascentia sed ex conceptione genethliologiae raliones explicat. » (Vinet.) D’après Vitruve, cet Achinapolus, astrologue de date et de nationalité inconnues, aurait, le premier, imaginé de faire coïncider l’instant où se fixe la destinée humaine, non plus avec le moment de la naissance, mais avec celui de la conception. Sur Achinapolus, voir L’Astrologie a.

,

grecque, p. 36, n. a, et p. 3. Genitali arvo (le champ de la génération) est

d’Heinsius ques

une correction de Graevius et manuscrits ont albo ou alvo) fondée sur une expression des Géorgii35), dont Ausone se souvient évidemment:

(les

(III, V.

...nimio ne luxa obtasior usas

SU v.

genitali arvo et succos oblimet inertes.

Ces métaphores I a48- I aig)

trouvent

se

déjà dans Lucrèce,

IV,

v.

ia6/j-iaC5 (Briegcr,

:

Ëicit

enim sulciim recta regione viaque

Vomeris, atque

locis avertit

seminis ictuin.

Quo tempore partus concipitur, Sol in aliquo signo sit necesse et quem locum conceptionis proprie appellant. 5. L’astrologie admet que les signes du Zodiaque ne se voient pas mutuellement. — Cf. Censorinus, viii Sol ergo, cum in proximum signum transcendit, locum ilium conceptionis aut imbecillo videt conspectu [M. Bouché- Leclercq, L’ Astrologie grecque, p. 377 n. a, fait remarquer que Censorinus donne à V aspect le nom de conspectus], aut etiam nec conspicit: nam plures, proximantia sibimet Zodia invicem se videre omnino à.

Censorinus,

vjii

:

in aliqaa ejus particula,

:

,

negaverunt. G.

Quand

le Soleil est

dans

le troisième signe,

il

voit le signe d’où

il

est parti,

que d’un rayon oblique et sans vertu c’est l’aspect nommé hexagonal, parce qu’il sous-tend le sixième du cercle. On ne tient pas grand compte de cet Cf. Censoaspect, auquel on attribue peu d’influence sur la maturation du foetus. mais

il

ne

le Aoit

:

At cutn in tertio [Sot] est signo, hoc est medio uno interposito, tune priinuin ilium locum, unde profeclus est, videre dicitur, sed valde obliqua et invalida lumine ; qui conspeclus vocalur xaO’ iliytovoy, qui scxlam partem circuli subtendit... Ilunc quidam conspectum non usque quaque receperunt,quod minimum ad maturitalem partus videatur conferre. Les premiers mouvements du fœtus dans le ventre de la mère so font sentir, d’après Pline {N. H., VII, vi), pour un garçon le quarantième jour après la conception, pour / une fille le quatre-vingt-dixième. quatrième signe, alors que deux autres signes le séparent du premier, 7 Dans le l’aspect du .Soleil est dit tétragonal, parce que la ligne suivant laquelle s’étend son Cf. Censorinus, viii Cum vero in quarlum regard coupe le quart de la circonférence. signum pervenit, et media duo sunt, videt xavà TcTpayoïvov, quoniam illu linea quu visas pertendit, quartam partem orbis abscidit. rinus, VIII

:

.

:


l’astrologie chez les gallo-romains

A

l’aspect létragonal

une

vivifiante clarté.

Au

lumière solaire, éclatante

point cardinab

douce, épanche

et

signe, le Soleil

du cinquième

mère, qui s’étonne des progrès de

frappe la l’enfant

la

'i7

la

vie

la direction

Le sixième signe n’a aucune influence. Car

3.

Phœbus ne peut

regard de

se régler sur

intérieure de

du

aucun côté égal L

qui porte des Mais, aussitôt que, parvenu au centre de la région lumineux dirige signes, il arrive à la septième section d’où son camp

entlammes, il voit en pleine lumière la condition du germe qui se gonfle. Ce n est plus le layonnement d une lueur parcimonieuse qu’il envoie vers lui, mais il le réchauflé de tous Lucine devance le les feux de son cercle lumineux 6. De là vient que terme régulier de ses travaux, et ([ue la mère sent se développer sourdement dans ses entrailles les etîorls de la parturition, avec trop de hâte,

diamétralementô ses

avant

traits

temps espéré par

le

lumière depuis

le

ses

vœux. Mais

septième signe,

si,

alors

qu

répandait sa

il

n’a point forcé la barrière

le Soleil

qui retarde l’enfantement, ce qu’il pouvait d’abord, il ne le peut plus ensuite. Est-ce parce que, semblable à celui du sixième signe, l’aspect

P-

l’aspect létragonal

Pour

1.

ou quaJral, voir Bouchc-I.eclercq, L’Astrologie grecque,

^o-iqi.

Au

a.

point cardinal (cardine). Le

mot cardo

(xlvTpov) désigne le point cardinal

du

cercle de géniture. Voir liouché-Lcclercq, Z/’.-lstcolo^ie jf/’ccque, p. 170- 17 1. La mère s’étonne, parce que, jusqu’alors, les progrès ont été à peu près nuis. 3 C’est la grande ellicacité des deux aspects tétragonc et Irigono qui aide puissamment .

Quae duac visiones, TSTpiywvQ; Cf. Censorinus, vin au développement du fœtus. [aspect létragonal du quatrième signe] et Tpîyoïvoc [aspect triangulaire du cinquième signe; cf. L’Astrologie grecque, p. 1G9-170] perquain efficaces increnienturn parlas :

inullum adminiculant.

Censorinus dit que l’aspect qui part du sixième signe manque de toute espèce ligne qu’il suit ne forme le côté d’aucun polygone; «.4 loco sexto Le conspectus omni caret efficentia : ejus eniin linea nullius polygoni afficit latus. » poète traduit mal par aequati lateris; cl Vinterpretatio de l’cditio in usum Dolphini, « quia Sol non adspicit tune locum ortus per ullani lineain quae efliciat in Zodiaco figuram aliquam aequilaleram, » semble se fonder plutôt sur la prose de Censorinus /(.

d’ellicacité, car la

que sur

les vers d’.Vusone.

Censorinus attrilme une très grande puissance à l’aspect diamétral (pour l’aspect diamétral, V. Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. iG6-i69),qui fait naître les enfants au septième mois: «d septimo Zodio, quod est cuntrariuin, plenissiinus potentissimusque conspectus quosdam jam inaturos infantes educit, qui septemmeslres appellantur, quia septimo mense nascuntur... Secundum rationem liane 'fK 7 ig.r,voi nascuntur xarà ôtâ|j.ETpov. » 11 est intéressant de noter les métaphores empruntées à l’art militaire qu’.Vusone afTeclc d’introduire dans ses œuvres, depuis qu’il a fait campagne (cf. édit. Schenkl, XXVI, 5

.

Quod tempus,

ut sois, licentiae militaris est; Epist., IV, v. 81 Quod militantes Ego tirocinium jam veleraniis exerçai). Coliors signifera indique naturellement le Zodiaque mais sig nifer veut dire le porlc-élcndard et les notes de l’editio in usum Delphini disent avec raison « Zodiacus est caterva quaedam astrorum ordine dispositorum, ut sunt in cohorte milites. » Oiiant aux castra Solis, Vinci remarque ingénieusement: a Solis igné locus ille septimiis collucet, ut castra ignibus quos noctu crebros accendunt milites.» ün a déjà vu (v. i 3 Qui cum viciai stationcm ceperit astri) l’emploi du terme militaire statio, le poste où le Soleil se lient en sentinelle. G. loto fouet igné coronae. Cf. Sénèque, Quaest. \nt., 1 ii, Circa .Solem visum

Griplius,

I

:

scribimus; Epist., XVII

:

:

:

;

:

:

,

coloris

varii

possumus.

circnlum.

..

.'

hune

Graeci

vocanl.

nos

i

dicere

:

Coronam

aptissime


48

lîIUUOTIlÈQUE DES LMVERSITÉS DU MIDI

inellîcace

quand

il

du huitième ne peut former des figures équilatérales ? Mais, envahit le neuvième signe, le Soleil satisfait les vœux hésitants i

des mères, car l’aspect trigones, conséquence de cette nouvelle position solaire, lui prête un surcroît de puissance. Si, enfin, Ilythyia diffère une délivrance difficile, l’aspect tétragone^ dénouera les derniers liens

de cet enfantement aux retards indécis.

comme

Plutarque (Placit. Pliilosoph., V, xviii, 8), affirme que mois « At, si intra hoc spalhim maturescere utérus non poluerU, octavo nicnse non cdilur (ab octavo cniin signo, ut a sexto, inefficax visus) Pline, au contraire (II. N., Vil, iv) n’admet pas sed vel nono mense, vel decinio. n l’opinion vulgaire d’après laquelle l’enfant né au huitième mois est incapable de vivre « Translaticiuni in Aegypto est et octavo gigni. Jam quidein et in Italia taies parlas Censorinus,

I.

l’enfant ne peut naître au huitième

:

:

esse vitales, contra priscoruni opiniones. » 3.

Il

des aspects trigonc et tétragone. Au neuvième point de la conception suivant l’aspect trigonc. « Sol enim a nono zodio parliculam conceptionis riirsus conspicit

a déjà été parlé

de

signe, le Soleil regarde de Cf. Censorinus, xarà rptywvov. >>

viii

:

l’elficacilé

nouveau

3. L’aspect tétragone se

dit Censorinus.

le

produit au dixième signe,

a deciino

TeTpâywvov,


^9

l’astkologie chez les galeo-uomaias

Pour noter pièce,

les divers asi)ecls

Yinct a tracé une

Elle représente le

AE, EF, FB, à la limite

etc.

dont

ligure

est

il

que

question dans celle

je

reproduis

Zodiaque divisé en douze

Au moment

du premier

de

signe.

la

conception,

Comme

il

Zo)c-.x

(fig.

i)-

ou Signa,

le Soleil est

en A,

emploie une année à

parcourir les douze signes du Zodiaque, dans chacun desquels il

reste le

dans

le

même

temps, après deux mois accomplis,

troisième signe, FB. Entre les signes

sixième partie du Zodiaque; d’où, suivant

ou hexagonal,

et ainsi

plus complète

{Jig. 2 )

de suite.

que

I

sera

et 111, s’étend la

Al’’,

Tollius a

il

l’aspect scxlil

donné une

figure

je reproduis également.

Plusieurs autres |)ièccs du Liber Ecloganiin dénotent chez le

poète l)ordelais une érudite curiosité des divers problèmes H.

DE LA

MLLE DE MIUMONT.


5o

ülBLlOriIliQUt;

ustronomiques

asliologiques

qui

inlércsscnl

du monde suspendus dans

vastes corps

du

ou

DES tMVEUSlTES DL MIDI

» *.

Âusone comprend signe du

fait le

comment

les

la

tous ces

splière

sublime

masses immenses dont rien n’ébranle

ciel qui les enserre,

l’équilibre

la

«

calcul des trois cent soixante-cinq jours que

révolution de l’année

Béliers,

à

noms

l'équinoxe

attribués à

commencer par

à

3 ,

du printemps.

11

le

explique

chacun des sept jours de

la

période bcbdomadaire sont dus à autant de planètes errantes

monde

entraînées dans l’infatig-able rotation du

et

condam-

nées à parcourir sans cesse l’oblique région des signes céles-

Les sept jours appartiennent successivement au Soleil, à

tes''.

la

Lune, à Mars, à Mercure, à Jupiter, à Vénus

Quelques pièces sont consacrées aux mois

et

à Saturne.

aux

quatre

saisons de l’année, aux divisions de chaque mois, au

nombre

et

des jours de chaque mois, à la date des nones et des

dans

le

mois, à l’indication des mois où

chacun des signes

le Soleil

ides

passe dans

célestes l’un après l’autre^.

de mentionner, sans y insister, toutes ces banales explications du calendrier romain, qui prouvent toutefois 11

suffit

I.

Aiisone,

éciil.

Schenkl,

XXXI V;

ôdil. Peiper, VII,

vu,

v.

i

:

...manere ingentia muiidi

Corpora, subliini caeli circumdala gyro, Et tanlae mllam moli inlercedcre labem. 3.

Aiisoiic, édit. Schenkl, V,

tentis, V. 17

viii; édit.

Peiper, VII, xvi. Ratio dierum anni ver-

;

Hic tibi circus crit semper vertentibus annis Ter centiim ac senis decies et quinque diebus. 3 Pour les diverses dates où les anciens faisaient commencer l’année, voir Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p. 129, 11. i. 4 Ausone, édit. Schenkl, V, 1 édit. Peiper, VII, ix. De noininibus septein dierum, v. .

i

.

:

;

Nomina, quae septeni vertentibus apta diebus Annus liabet, totidem errantes fecere planetae. Quos indefessa volvens vertigine inundus Signorum obliqua jubel in stulione vagari.

à

Pour « la semaine astrologique qui attribue le patronage de chacun des sept jours une planète déterminée», voir Bouché-Leclercq, L’Aslrologie grecque, p. 477 et suiv. 5 Ausone, édit. Schenkl, V, xt; édit. Peiper, Vil, xix. De inenûbus et quatuor anni .

Sch., V, iii; P., VII, ir, P., VII, x. Monosticha de mensibus. Sch., V. ^, niensuum. inenstruis iv; VII, xir. De tribus P., Sch., XI. Item distirha. VU, xiv. Quo vi; P., V, Sch., sint inensuuni singulorum. dies Qiioteni XIII. v; P., VII, Sch., V, i\; P., VU, wii. lu quo ni;nse quod signuin mense quotae nonae vel idus sint.

temporibüs.

Sch., V,

sil

ad cursuni

solis.


L ASl'KOLOGiE Cllliz

UiS G A

5i

vi.NS

rintcrct que des lellrés couiine Aiisone el ses amis prenaient à de pareilles ([uestioiis de vidgarisalion.

Mais tante,

convient de noter, car

il

une allusion à

ment de

celte

«

elle est

beaucoup plus impor-

grande année

à raccoinplissc-

»,

Slilbom, Pbaenon, Jupiter,

la([uellc les astres errants,

Vénus, Plia'bé, Titan, revenus à leur point de départ primitif, reprendront

places suivant lesquelles

les érudits à

Rome, depuis

de cette gra/ide année qui

«

pas

fait

Cicéron-^, s’élaient

On

s’étonnerait cpi’Ausone n’en

mention dans ce Liber Eclogoriim,

versifié de toutes les

croyances

(pii est le

de tonies

et

la

seconde partie du

manuel

les superstitions

astronomiques ou astrologiques en bonneur dans

gallo-romaine de

occupés

aboutissait à reproduire la dispo

sition originelle des astres»''. ei'it

étaient disposés

ils

du mondca.

à l’origine

Tous

les

la société

iv® siècle.

IV L’astrologie dans le «Querolus».

Les préoccupations astrologiques de

au temps d’Âusone ne 1.

Il

a

gallo-romaine

manifestent pas seulement dans un

déjà été question de IMiaenon et des autres astres errants.

l'élincelanl, désis:ne la p. 70, 100, n. 2.

se

la société

ItO.Siov,

planète de Mercure. Voir Bouclic-Leclercq, L’Astrologie grecque,

'i.

.\nsone, édit. Schenkl, \\,\II; édit. Pciper,

llesiodion, v. i5

\'ll,

v.

De

aetatibus aniinanlinin.

:

Donec consumplo,

iiiagno qui clicitur, aiino,

liursus in antiqmiin veninni vaga sidéra cursuin,

Qualia disposili sleleranl ah origine niundi.

Schenkl écrit disposita, d’après une correction de Bueclieler; Pciper, slelerunt, d’après une correction de Baehrens. Comme la viilgate, je conserve dispositi et steleranl, leçons du V (Codex Leidensis Vossianus lat, tl!). Celte pièce, où .\usonc traduit au début qucl(|ues vers d’Hésiode sur la durée respective de la vie chez les ('1res vivants (Iragment cité par Plutarque, De Oracul. Defectu, xi; Hésiode- Didol,

Frag. eut, p. 58) el où il s’occupe ensuite du temps inconnu que durera la révolution des astres, est insérée parmi les Edyllia dans les anciennes éditions de Vinel, de Tollius et de Sotichay. Peiper lui a donné sa vraie place en la faisant entrer dans le Liber

Eclogarum

.

Cicéron, De Nalura Deorum, H, xx, 5i Earuni quinque stellariim quae falso vocantur errantes... ex disparibus motionibus magnum annum mathemalici nominaverunt, 3.

:

qui tum efficitur, ciim solis et lunae et quinque errantium ad eamdem inter se coniparationem confeetis omnium spatiis est facta conversio, quae quam longa sit, magna quaestio

vero certam et definitam necesse est. Bouché-Lcclercq, L’.i sinologie grecque, p. dans cette note.) Voir encore p. '199. n. p.

est, esse ,'i.

i

;

3(j,

n.

i.

(Le passage d’Ausonc est cite

57'!, n. 2; p. 575.


mBLIOTHÈQLi; DES UMVEUSITÉS DU MIDI

*33

recueil de pièces de vers

Nous

composées pour un cercle de letlrcs. retrouvons au théâtre, dans une comédie intitulée

les

Querolus.

le

On

beaucoup discuté

a

auteur est inconuui.

1

propos de

à

de rappeler

suffît

Il

cette

comédie, dont travaux

les

de

MM.

U. Dezeimeris et L. Ilavet, qui prouvent, l’un et l’autre,

({ue

le

Querolus est une œuvre gallo-romaine des premières

années du

Les ressemblances de style qui se remar-

v" siècle.

quent dans

poèmes d’Ausone

les

et

dans

la

comédie anonyme

amènent M. Dezeimeris à conclure que le Querolus a été composé certaines allusions historiques permettent de le

conjecturer

— aux

environs de l’an 407

Paulus, auteur du Delirus,

preuves, établissent que

Bas -Empire 3. siècle

» '•,

»

La

était l’un

nombreux

«de

Ilavet,

par

poète Axius

le

comédie de caractère

Ausone, dont le poète comique D’après M.

,

des plus intimes amis indices,

ce texte appartient

pièce, qui

a été jouée dans

«

par

citée

à

défaut

à

l’époque

».

de

du

du commencement du une cité gauloise peu éloignée «

date

Bordeaux plutôt que Narbonne ou Toulouse, Lyon ou Autun plutôt que Bordeaux 5. » de

la Loire,

semble donc admis que

Il

gallo-romaine qui a

été

le

Querolus est une comédie

représentée en Gaule peu d’années

après la publication du Liber Eclogarum d’Ausone. recueil

le

de

du poète Elle a

lettrés.

bordelais, elle s’adresse à été

composée pour

conversations qui suivent

remarquer M.

Ilavet,

comédie de salon, était

chez

les

le

un

Comme

cercle restreint

servir d’intermède

dînero.

C’est,

comme

le

ce qu’on appellerait de nos jours

— puisque

la salle à

Gallo-Romains,

comme

manger, où on à

Rome,

aux fait

une

la jouait,

l’équivalent de

notre salon 1.

Voir Teuffel, Geschichie der nünüschen Lileralnr, fmiftc AuHagc,

i

kn,

a.

Querolus (Aclei de l'Académie nationale des Sciences, Belles-Lcllres et Arts de Bordeaux, année i88d; I}oi\leau\-, i88i, p. /j5o-5o3). I, La 3. L. Ilavet, Le Querolus, comédie latine anonyme, Paris, 1880; chap. 2.

H. Dezeimeris, Éludes sur

le

Pièce, p. 2. L. Ilavet, ouvr. cité, p. 7. /i. B. L. Ilavet, ouvr. cité, p. h. 0.

L. Ilavet, ouvr. cité, p. i85.

Aos hune 7.

L.

Dédicace à Bulilius,

v.

17

;

fab?llis alquc imnsis librum scripsiinus.

Ilavet, oHcr. c(7é, p. it.


.

i,’astu()i/)Gie

53

chez ees (;au.o-uom

de lcrrc rempli roule sur riiisloirc d’uii pol de propriétaire se fait eulever à force d'or, que son légitime lui rendent par un trait de crédulité niaise et que les voleurs L’inli-iguc

«

non moins

bêtise

tort*.

')

intrigue, des personnages qui dirigent cette

Au premier rang

Dramatis personae», un astroL. Havet appelle en français logue, Mandrogeriis magiis, que M. ni les dictionnaires Manclrogéronle. Ce nom, que ne donnent de la langue classique, se latins ni les dictionnaires grecs pour désigner au pluriel comme nom commun

nous remaripions, parmi

les

«

trouve employé

bonne aventure dans la Relatio de Legalione ConOriginaire d une slanlinopolUüna de Liudprand de Crémone. lut noble famille lombarde, l’historien Liudprand (922-972) diseurs de

les

envoyé en Lan

comme ambassadeur

9/19

à

Constantinople:

et de son voyage diplomatique, satire spirituelle qui connaît fort malveillante de la cour byzantine, l’auteur, et mandiogebien le Querokis, parle des « obolariae mulieres

dans

le récit

courtisanes que l’on possède à bas prix et les nom de charlatans qui tirent l’horoscope pour une obole. Le Mandrogerus doit venir de la mandragore femelle [[j.x'/opxyopxz), rontes

»

q

les

nommée

vulgairement

On

sait le rôle

Mcd/i de gloire

ou Herbe aux magiciens

qui a été joué dans les pratiques superstitieuses

de tous les temps par

pivotantes de cette plante,

les racines

souvent bifurquée de manière à représenter grossièrement forme de deux cuisses, d’où ces noms bien connus dans langage de

la

sorcellerie

àv0p(i)"oy.cp9:v,

:

honmnculuSy

la le

semi-

horno.

L’argument de fourbe qui se

fait

nous prévient,

la pièce

d’ailleurs,

appeler Mandrogerus n’est pas

un

que

le

véritable

un simple parasite, qui se prétend magicien, niagus^. Afin de mieux tromper Querolus, il se donne

astrologue, mais paraHtiis

chap.

I.

L. H<ivet, ouvr. cité,

3

liudprandus, Legalio, lv.

.

I,

La

Pièce, p.

— La

i

cilatioii

Personnages, n. a. L Havel, ouvr. cité, p. i8i, Àrgumentum,

3

.

est

donnée par

p. 179, ,'L

.Se

magum

matheniatirunique

Parasitas magus...

v. lo

et fingens...

:

L.

Havel, ouvr.

cité,


»

54

luituüTiiKCjUK m;s üxMVIcusitks du midi

pour un nmjiis, un malhemaficus le

on

:

sait ([ue malhenialicas a

sens spécial d'astrologues

Au second

acte,

deux fourbes,

ses

Mandrogéronte entre en scène, escorté de complices, Svcophante et Sardanapale, qui

viennent l’aider à duper Querolus. Mandrogéronte

se

vante

éminent de tous les parasites 3 il ne fait devant confidents aucune allusion à sa prétendue puissance d’astro-

d’être le plus ses

:

!

|

logue. C’est Sardanapale qui, pour être entendu par Querolus, la

dupe désignée, proclame bien haut

géronte

en trouverait un s’avance,

mérites de Mandro-

il

que celui-ci

tel

entre en conversation

Querolus Sardanapale

:

font l’éloge des talents de Mandrogéronte.

pour un sorcier! (pulchrum

— C’est Valère

Iiercle

Lucas par

— Le

le récit

est

amorcé;

il

Sycophante

et

«Quel beau

nom

!

nornen!)» remarque la dupe.

scène du Médecin malgré

la

et

1

Je connais des astrologues, mais je ne sais où l’on

«

;

les

lai

où Martine émerveille

des cures merveilleuses de Sgana-

quand il apprend que Mandrogéronte est un astrologue sérieux et non pas un de ces charlatans qui se promènent sur les places publiques, tenant en main la baguette magique et escortés par un entourage de

relle.

naïf est tout à

rassuré

fait

compères L Ce passage permet de supposer que

les

astrologues

gallo-romains de petite condition parcouraient

les

campagnes

dans

le

même

équipage que

les

bandes de sorciers dont Apulée

décrit les travestissements et les jongleries

5.

Voici Querolus en présence des trois complices. Mandrogé-

ronte explique qu’il y a deux sortes de puissances (duo

surit

Voir Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 5; 566, n. 4; 620, n. 4; 624 n. 2. le Querolus, où le mot astrolojus ne figure pas, Mandrogéronte est toujours désigné par le nom de malhemuticus, synonyme vulgaire de Clialdaeus. Cf. Aulu-Gellc, Vulgus autem quos genlilicio vocabulo Chaldaeos dicere oporleret, matheA'. A., I, IX, 6 1.

,

Dans

:

maticos 2.

dicit.

,

,

1

L. Ilavet, ouvr. cité, p. 233

.

Act.

II, sc. i, v.

6 ; j

Mandrogerus ego sum, parasitorum omnium Longe praestantissimus. 3.

L.

Havet, ouvr.

cité,

p. 240

.

Act.

Ego mathematicosqae 4

.

Apulée,

ii, v.

sodés, ipsum id volebam dicere

Ferulas, ncque d/é/., VIII,

cum

4

\

I

:

novi, ialem prorsus nescio.

L. Havet, ouvr. cité, p. 245 . Act. II, sc.

Hem,

5.

II, sc. 11 , v.

<

turbis ambulat ?

53

Ij

: j

:

cerle non habet j ‘

xwij. |


l/ASTHÜLOGlIi CHEZ les

généra poleslaliim),

I.ES

00

GAI.EO-KUM.VINS

unes qui ordonnent,

les

autres qui

que riinnianité doit servir, les les oies importunes et à savoir les planètes puissantes, remarque avec raison (jiie farouches cynocéphales-. M. Havet Mandrogéronte sur les cynocéphales « la dissertation du fourbe obéissent.

Ce sont

une

atteste

le

est notable des cultes égyptiens^. » H tout prétendu astrologue abuse du jargon,

diiîusion

évident que

comme

ces dernières

le

Sganarelle du Médecin malgré

lai, et

que

dialogue

le

Sycopbante, rappelle la des deux compères, Sardanapale et prête à Strepsiade et a conversation que le poète des Nuées les Furies, les >ioctamSocrate. Les Harpyes, les Cbèvrepieds, Chouettes, les Striges de bules, les Singes, les Poil-de-bouc, les retour au mortel qui a ose aller la nuits, qui interdisent tout (lam vaga sidéra), consulter les oracles des planètes vagabondes Mandrogéronte qu’aux appartiennent plutôt 'a l’imagination de astrologue dit des plasuperstitions populaires. Mais le faux dire nètes tout ce que le vulgaire pouvait en :

l’ensemble du monde elles Les Planètes font tourner en mesure rebutant. Elles dirigent la ronde sont ditïiciles à voir et leur accueil est et soupèsent les mers. La des atomes; elles font le compte des étoiles modifier, c’est leur propre condiseule chose qu’elle ne puissent pas d’un beu dans s’attaquent aux moissons et les font passer ;

tion... Elles

un autre par des tempêtes ger la forme

et

cela.

On

pouvoir de chan-

l’aspect de tous les objets suivant leur

Que de degrés dans

comme

effroyables... Elles ont le

ces

bon

ifiaisir.

métamorphoses! que de choses qui sont

de ceci sort transvasées dans d’autres! Suivant leur ordre, blé devenir du yin. voit subitement le vin devenir du blé, le

1 ont une moisson d’orge, une moisson déjà jaunissante elles pour le premier présans peine produite, à n’importe quelle occasion, elles n ont aucune difficulté texte venu. Quant aux âmes des mortels, dans le séjour d en bas^-. faire passer dans le séjour d’en haut ou .

Voici

à les I.

!..

v. 19 Ilavct, ouvr. cité, p. a/jS. Act. II, sc. lu,

:

...planetae

Polentes, anseres importuni et cynocefali truces. 1

.

!..

3.

L.

Havel, oiivr. Havet, ouvr.

cité,

chap.

cité, p.

1,

La

Pièce, p. a.

a5i. Act. H, sc.

iii, v.

,'t8

:

Arpyae, capripedes, furiae, noclivagae, simiae, Hirquicomantes, ululae, nocturnae striges. '4.

V.

L.

Havet, ouvr.

aS.Syc.

suiv. \cl. H, sc.

cité, p. a,'i8 et

Illosne milii,

Planelas?

iii

:

quaeso, tu loqueris, numeris qui totum rotant, Ipsos, ncr visu faciles, nec dicta aJJ'aUles Mand.

:


,

50

niBt.lOTllÈQUE DES UNIVEUSITÉS

Klinkhamer'

DU MIDI

a prétendu trouver dans tout ce passage des

allusions satiriques au

gouvernement de l’Empire

:

les

planètes

seraient les principaux magistrats qui exilent certains citoyens,

frappent à leur gré

de

les riches

nombreux impôts, exigent

des

droits des entreprises maritimes, font passer le produit de la mois-

son d’une contrée dans une autre, établissentdes tributs tantôt de vin, tantôt de blé, mettent à

gens

tés les

mort ou élèvent aux plus hautes digni-

qu’il leur plaît.

beaucoup plus simple

est

11

d’ad-

mettre que Mandrogéronte débite une espèce de boniment où

énumère tous les pouvoirs que

le

il

vulgaire attribuait aux planètes.

L’astrologie classique reconnaît que l’influence des planètes

produit

tempêtes qui bouleversent

les

détruisent les récoltes

la

mer,

et les orages qui

«descente ou chute des âmes»

la

3,

âmes des hommes, après la mort, dans les sont des dogmes astrologiques ou des croyances étoiles populaires d’origine astrologique. D’autre part, la magie et des

l’habitation

l’astrologie se sont assez vite

vulgaires.

chaos

5.

confondues dans

du tout un véritable planètes s’attaquent aux moissons

Les adaptateurs avaient

«

que

est exact

» Il

les

par des tempêtes effroyables inexact qu’elles aient, Atomos

in

les superstitions

(diris

comme

le

fait

tempes tatibiis), mais

il

est

prétend Mandrogéronte,

le

orbe volviint, slellas namerant, inariaque aestimant,

Mulare sola non possunt sua. V. 3i.

Messes hac transferunt alqiie

V. 33.

Istis licet species

un

libuerit

:

reruin

illac diris

teinpestatibas.

omnium atque formas

sed quoi gradibus

et

vertere

transfusionibus

!

Aliad jubent ex alio; triticum Ex vino subito Jîeri videas, vi'ium ex Iritico; hordei Jam /lava seges facile efficitur ex quovis titulo et nominc.

Morlales vero addere animas sivc inferis nullus labor Sive superis.

Klinkhamer, Amstelodami, 1829 1. Querolus... recensuil et illiistravit S. G. Accuralius inspicienti apparebit auclorem obliqua oratione Notes des pages 95 et suiv. Pianetas. Intelligit Impcratorum aulicos, praecipuos magislratus ac sacerdoles teligisse... .

:

Atomos. Nec ignorabalur autem, opinor, praesides provinciarum aliosque magislratus... pro lubitu transponere.. in alium alio loco homines ex plebcios saepe praesides ac praclores

Stellas. Cives diliorcs recensent e

quorum

bonis laboranti fisco succurratur...

Maria.

Messes. 'Romani Magislratus compulant qiiid ex vecligalibus maritimis percipi possit... praefecti, ae/rc ferenlibus incolis, frament um ex alia regione in aliam transporlari curaTriticum. Polerat viniim quod ex alia regione afferebaltir cum alterius loci frubanl... Inferis. Hominem vel necarc vel in summas dignilates evehere. mento commulari...

3G3 et suiv.

3.

Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, Uouché-Lcclercq, L’Astrologie grecque,

5.

]\onché-\.oclorcq, L’Astrologie grecque, p. 5i8, Houclié-Lcclcrcq, L’ Astrologie grecque, p. 363.

2

.

p.

p. 23.

55i,n.

1

.


i/aSTKOLOGIK

pouvoir de

les l'aire

Iransferunt alque

un

passer d'uii lieu dans C’est à

illac).

^7

LES GALLO-ROMAINS

cilli/.

1

incantation

autre (messes hac

magique

la terre qu’il appartient de transporter les fruits de

(canlus)

d’un

champ

moisson et la dans un autre*. La production spontanée d’une des métamorphose du blé en vin et du vin en hle sont aussi Le pre prodiges (pii appartiennent au domaine de la magie. il est Icndu malheinalicas confond l’aslrologie et la magie; et esprit probable qu’à sou époipie la meme confusion dominait 1

superstitieux de la foule.

Après avoir disserté sur les planètes, Mandrogéronte s occupe techniques de tirer l’horoscope de Querolus. A propos des termes

employés dans

«Je ne puis dire

un

si les

les explications

Céronlc^

si

c est

un grimoire de

fantaisie,

astronomiques données par Sganarelle paroles que prononce le fourbes ;

— (Hie déclarons-nous^' pour ce qui est de l’heurei»

Mand. Syc.

Voici les

»

;

paroles de Mandrogeronte auraient oflert

sens à un astrologue, ou bien

comme à

M. llavet exprime une hésitation

cet horoscope,

— Entre

la

sixième

et la

septième heures.

Virgile, Églofjue VIII, v. 99 : A tq ne salas alio vidi traducere messes. Canlus vicinis frages Iraducil ab agris.. VIII, V. 19 2. L. llavet, ouvr. cilé, Additions et corrections, p. vu, n. i. 1.

TibuIIe,

:

3

L.

.

V.

i

Havel, ouvr.

5 o.

cilé, p.

Mand. Quid Mand. Nihil

liorae

261 et suiv. Act.

II, sc. iii

:

— Syc. Inler sexlani

nuncupamus?

el

seplimain.

de clepsydra respondisse hominem pules. Hem! Quid igilur? Mars Irigonus, Saltirnus Venerein respicil, Juppiler quadralus esl, Mercurius huic iralus est,

V.

)

83

.

fefellil,

Sol rolundus, Lima in saltu esl : collcgi omnem jam luam Genesim, Querole. Mala forluna te preinit. Mand. Nescis, Querole, fatum ac decretum momenlis régi?

Quer. Quid igilur? .Milii

— Mand.

placel. Nisi

Ilora esl istaec

jam nunc

;

synaslria

aliquid geritur, frustra hue venimus.

0 Hum! voyons: Mars en triangle, Saturne M. llavet traduit ainsi les vers i 52 -i 5 Alercure fâché contre Jupiter, le Soleil rond, la carré, Jupiter en regarde Vénus, Lune en danse. » Dans les Additions et corrections (p. vu), le traducteur corrige « la Lune saule», et explique « Terme de comput. Le cycle de dix-neuf ans a des années de douze lunaisons (de 29 ou 3 o jours chacune), des années qui ont, en outre, une treizième lunaison do 3 o jours, et une année, la dernicro, dont la treizième lunaison n’est que de 29 jours. A la fin de celle-ci, le vingt-neuvième jour de la treizième lunaison, au lieu d’être suivi, comme d’ordinaire, d’un trentième jour, est suivi, par .'i

:

:

exception, d’un premier jour de lunaison. C’est cette anomalie qui constitue le saut de Au vers i8â, M. llavet traduit « H y a une constellation favorable la Lune. » qui me plaît tout à fait. »

:

4 Nuncupare (nomen, cupare), terme de la langue juridique et religieuse, désigne Ilora doit indiquer solennelle de formules judiciaires ou rituelles. prononciation la Vhora nalalis (cf. Horace, Odes, H, xvii, v. 19, etc.). Pour dresser et interpréter le thème degénilure d’une personne, il faut connaître l’heure natale de cette personne. 5 La leçon des manuscrits est inter sexlani et lerliam. L. llavet corrige inter sextam et septimam d’après Klinkhamcr, qui se fonde sur un passage du Ludiis de morte Claudii .

.


.)8

UlItLlOTHÈoi E DES

Mand.

l

n’y a jias d’erreur

11

après avoir consulté

la

;

clepsydre.

mvehsités de midi ou

croirait

Hum!

que

cel

homme

répond

Qu’est-ce donc? Voici Mars

dans

le trigone; Saturne regarde Vénus; Jupiter est dans l’aspect quadrat; Mercure est irrité contre lui, le Soleil est rond, la Lune est en exaltation. Voilà, Querolus; j’ai rassemblé tous les éléments de ton thème de géniture. La mauvaise fortune t’accable...

Après avoir établi sa science en disant à sa dupe en

ses esclaves et

le

nom

de sa maison,

lui faisant la description

de

il

lui

persuade d’exécuter une cérémonie mystérieuse qui mettra

fin

à tous ses

maux. Mais

logue conclut

temps presse,

il

faut se hâter. L’astro-

:

— Ne sais-tu pas,

Mand. le

le

Querolus, que

les destinées

sont régies par

moment?

— Quoi donc?

Qaer.

Mand.

— Voici

venus

l’heure.

La synastrie

pas immédiatement,

n’agissons

c’est

me

plaît tout à fait.

en

vain

que nous

Si

nous

sommes

ici.

Assurément, tous

les

termes dont Mandrogéronte

appartiennent au vocabulaire de

la science

il

fait

usage

prétend être

passé maître; les astrologues s’accordent à reconnaître que l’association des signes trois

par

trois,

en triangle, ce qu’on

appelle l’aspect trigone, est la figure efficace et bienfaisante

par excellence

quadrat

nètes

^

;

signe et

que, par contre,

sympathies

les

ils

et

le

tétragone ou aspect

une association antipathique

est

admettent

*,

entendent par

même

le

et les antipathies

ou

défavorable^;

et

mutuelles des pla-

d’une planète

exaltation

degré précis du signe où

la

de Sénèque

:

Iloram non possum cerlam

inter horologia convenit.

Tamen

tihi dicere: facilias inter

inter sextanx et septimain erat.

le

planète acquiert

ou commence à acquérir son maximum de puissance (II, 2)

ils

Mais

philosophos quain

— Querolus doit s’étonner

d’entendre Sycophan te répondre à la question de l’astrologue et de voir son hora natalis si bien connue de ce personnage. Il me semblerait plus naturel d’attribuer, comme le Ita meditatione videlicet fait Klinkhamer, les paroles de Sycophante à Mandrogéronte de l’aride l’astrologue, responsum. Querolus, émerveillé istud saum confirmatus edit jam dirait à son tour H n’y a pas d’erreur, etc. 1. Bouché-Leclercq, L’dstroloÿie (jfrecque, p. i6g. 2. Bouché-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 170. 3 Bouché-Leclercq, L’.ds<ro/ogi/e ÿrec(/ue, p. i 58 , !75-i76. Lima in saltn est. 4. Je traduis par exaltation le terme saltus; v. i 5 igS. grecque, L’ Astrologie p. 5. Bouché-Leclercq, :

:

.

/i

:


i.’astuologiic

GAU.O-UOMV1NS

cilli/.

Mandi-ogéronlc esl au counml pas que les rapides observations

vocabulaire,

,lu

si

laites et

J'.l

ne semble

il

expliquées en termes

lui permettent d’mtcrpreter tecliniques par le faux astrologue *, Il connaît le terme suvajTp-.x le thème de géniture de Qiierolus.

mais

serait pi’ol)al)lement fort

il

embarrassé de noter à quel

astres. moment se produit cette amitié temporaire des on a déjà On peut aussi remarquer que Liudprand, qui,

\u,

1

introduit

mot mandvogevonles dans

le

sa Relalio de Leyatioue

raillerie, une partie ConstantinopoliUma, place, par manière de un autre de ses du passage que nous venons d’étudier dans

ouvrages, V Anlapodosis

reslitution,

(àv-a-ôBîj'.;,

his^

échange)^

ou événements accomplis de 886 à 962, histoire œuvres, récompenl’auteur prétend rendre à chacun selon ses milieu d’une narration ser les bons et punir les méchants. Au Léon VI met où il est parlé de la manière dont l’empereur gardes, Liudprand le zèle et la vigilance de ses des

toire

l’épreuve

insère, sans «

Mars trigonus, Saturnus Venerem

Mercurius fortuna

Au

te

X”

libi

iratus.

promit siècle,

privé

Lima

.

quadratus,

in saltu est;

mala

»

=>,

de Mandrogérontc étaient sont aujourd’hui celles de Sgana-

dissertations

les

à

respicit. Jupiter

Sol rolundus,

donc proverbiales comme le relle, le médecin malgré lui.

Quand, dupé

phrase du Querolus

cette

en indiquer l’auteur,

son tour,

du produit de

Mandrogéronte

le perfide

on l’entend

ses larcins,

s’écrier

a

été

;

la magie pour être Ai -je donc acquis la science de l’astrologie et de la fortune déçu par ceux qui sont ensevelis dans la terre? J ai expose

d’autrui

et

et je n’ai

pu connaître ma propre destinee^.

La science astrologique du charlatan semble fort médiocre, de Quela manière dont nous l’avons vu tirer l’horoscope

rolus

permet de conjecturer

1.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p.

Q.

Cf.

Klinkhamer, ouvr.

cité,

notes de

la

'i

soit

lui

qu’il

bien

ditTicile

53 -'j 54 .

page 117

;

L. Havet, ouvr. cité,

page 262. 3

.

L. Havet, ouvr. cité, p. 289. -\ct. IV, sc.

ii,

de

v. ii.

Mathesim et magicam siim consecutus, me ut sepulti fallèrent? Aliorum fortunam exposivi, fatum ignoravi meunp

note de

la


Oo

miiUOTlliiQLE DES l’MVEUSITÉS OU MIÜI

connaître

même

lui

sa propre destinée par les procédés de

l’astrologie.

Longtemps avant l’année où le Querolas devait être représenté dans la salle à manger de quelque noble gallo-romain, Cicéron rappelait ces vers du vieux poète Ennius, qui visent aussi bien l’astrologue

les

devins vulgaires

astrologues qui cherchaient des dupes au Circus Maximus,

et les

rendez-vous des

le

Maudrogéronte que

de Mars

des

et

badauds, entre

Porte Capène, les deux buts de

et la

eu faveur à

oisifs

Rome

le

promenade

Champ le

plus

;

du pays des Marses, pour les haruspices de village, les astrologues des parages du Cirque, les devins dont Isis dicte les conjectures, les interprètes des songes. Aucun J’ai le

plus profond mépris pour l’augure

aucune science qui vient des dieux ne les inspire. Ce sont des devins superstitieux, des charlatans impudents; ils sont ignorants, ou dénués de bons sens, ou esclaves de leur misère. Ils ne connaissent pas leur chemin et ils prétendent montrer la voie aux autres «.

art,

Digne

héritier de

ces

aslrologi

de

circo,

Mandrôgéronle,

incapable de connaître sa propre destinée, prétendait expli-

quer

celle d’autrui.

Arhiter, voisin aimable et sage conseiller de Querolus, lui

démontre

est stupéfait

Oh 1.

!

le

de Maudrogéronte. Le

qu’il a été le jouet

bonhomme

;

misérable qui prétendait être un astrologue

Cicéron, De Divinatione,

I,

lviu,

i

32

^

!

:

Non habeo denique nauci Marsum augurem, Non vicanos haruspices, non de circo astrologos, Non Jsiacos conjectores, non interprètes soninium: Non eniin sunt ii arte divini aut scientia, Sed Aut Qui

superstitiosi vates irnpudentesque harioli, inertes aut insani, aut quibus egestas imperat, sibi

semitam non sapiunt,

alteri inonstrant viam...

Atque haec quidem Ennius. aibbeck, <iui voit dans ces vers un fragment d’une tragédie, Télainon, où il ne pourrait être, évidemment, question dos Marses, d’Isis et du Circus Maximus, ne fait commencer la citation d’Ennius qu’aux mots sed superstitiosi. Les quatre premiers demande même si vers, remis en prose, appartiendraient au texte de Cicéron. 11 se dubitari potest Ciceronis sit an Ennii Utruin d’Ennius; ou Cicéron les derniers sont de tertiis curis, Fragmenta, Tragicorum iSâa, p. Rcliquiae, .'i5; Tragicorum (Ribbeck, importe, pour la question qui nous intéresse, que ce soit Ennius ou '^97* P-

Cicéron qui parle. L. Havet, ouvr. 2 .

O

cité, p.

3oo. Act. V, sc.

ii, v.

i5

:

sceleratum hominem, sese mathematicum qui dicerct.'


.

Gi

i/aSTUOLÜGIE chez les GALLÜ-UOMAINS

donnant

Et,

coup de giàee au charlatan qu

le

samment rendu

ridicule, Arbiter ajoute

il

a

suffi-

.

qui a toujours été humain pas partir un homme si distingué; et miséricordieux. Tu ne laisseras plus d’une fonction. Tu as à ta disposition il est capable d’accomplir

Ouerolus, je

te

un magicien, un

homme

connais pour un

astrologue. Seulement

un

incapable de commettre

vol

— et c’est l’essentiel —

il

est

'

Querolus consent à admettre Mandrogéronte dans sa maison, celte manière à litre de parasite. L’astrologue de rencontre Divuicilio/ie d aslrologus de circo dont il était parle dans le De est l’était

comédie gallo-romaine, comme conioedki logalci d ,\franius intitulée Augui « un

donc bafoué par par

la

la

de de ces charlatans qui trafiquaient grossièrement des secrets l’avenir et que l’histoire, aussi bien que la satire, nous représente

comme

Cirque, au

ayant élu domicile, malgré

Forum

par

et

les

lois,

dans

le

comoedia palliala de Naevius,

la

un de ces sorciers ignorants qui prétendaient, suivant la méthode des haruspices, deviner l’avenir d’après l’examen des entrailles des victimes A Dans le De Agri culUira, qui abonde en prescriptions magiques^, le vieux Caton ordonnait à son fermier de se garder d’entretenir un parasite intitulée Hariolus,

et

de consulter un

contemporains de

hariolufs,

un augure ou un

Aaevius

d’Afranius,

et

astrologue-^. Les

qui

croyaient

à

vénéraient les Augures publici

l’haruspicine officielle et qui

populi Romani Quirilium, dont le collège était le plus ancien

des collèges sacerdotaux, s’amusaient de voir sur livrés à la risée de la foule,

consultations sur I.

L. llavet, ouvr. cité, p.

.'îig.

Ilem, Qiierole!

Act. V, sc. ni, v. i6i

hamanum fuisse

théâtre,

qui

donnaient leurs

et les

charlatans qui,

les harioli

place publique,

la

le

:

ac misericordem te scio

hominem tam elegantem abire ne permiseris. l\'on unius officii homo est : magum mathematicunique ta Ilic habes : tantum, quod priniam est, furtum facere non potest. Semper

:

a.

Palin, Études sur la Poésie latine,

.3.

Le mot hariolus,

comme

le

t.

H,

p. 3ig.

mot haruspex,

verbe hariolor signifie, d’ordinaire, déraisonner.

vient

du primitif haru, entrailles. Le la comédie de Naevius inti-

— Pour

tulée Hariolus, voir D. de Moor, Cn. ,'i.

iS'évius, Tournai, 1877, p. 5/i-55. R. Ileim, Incantamcnta magica Graeca Lalina, Lipsiae, 189a, n“ aoi, etc. Parasilum ne queni habeat. Haruspieem, harioliint, Cato, De Agri cultura, I, v, '1

Clnldaeum ne quem consuluisse

;

velit.

— On

sait (pie,

synonyme d’astrologue. — Voir Bouché-Lcclercq,

chez

les

Romains,

Clialdaeiis est

L’Astrologie grecque, p. 545-5'i6.


miil.lOTutQUE UES E-MVEUSITÉS Dl

n’ayanl pas se paraient

de porter

le droit

du

nom

le

de revêtir

la Irabea,

d’augures.

un grand amusement pour

C’était

et

liluiis

MlUl

les lettrés

gallo-romains,

épris de science astrologique, qui avaient approfondi le Liber

Eclogarani d’Ausone, qui j)eut-être y avaient collaboré, d’as sister, dans une représentation théâtrale intime, aux mésaventures d’un fourbe qui se prétendait astrologue et qui était enfin

admis, à

titre

de parasite, dans l’intimité d’un imbécile, ignorant

des recommandations du vieux Caton lava n’aurait jamais accepté

counna

:

l’auteur

du De Agri

villicus le ridicule

cul-

Querolus

qui prend pour parasite un mauvais astrologue de carrefour.

V Paulin de Noie et l’astrologie.

La comédie gallo-romaine du commencement du

œuvre de

lettré

composée pour des

lettrés,

v* siècle,

tourne en ridicule

prétendue astrologie d’un charlatan. Mais l’Église catho-

la

lique ne croit pas encore nécessaire de lancer ses malédictions

contre une science qui n’est guère que l’amusement érudit des

gens du monde.

Nous trouvons assez peu d’allusions qui nous reste des œuvres de Paulin de Pontius Meropius Anicius Paulinus

à l’astrologie dans ce

Noie.

était

à

Bordeaux en

353. Après avoir occupé de hautes fonctions publiques, laissa

gagner par

siastique les

le

hommes

mouvement

qui entraînait à

les plus distingués

il

se

la vie ecclé-

de son temps; malgré

l’opposition de ses parents et le chagrin éloquent d’Ausonc,

qui

était resté

son ami après avoir

été

son maître,

il

en Espagne, vers 3go, puis à Noie, en Campanie, il

ville

il

.

avant sa conversion. Tout ce que nous possédons de prose ou en vers, a été écrit par

En Tan I.

l)alc

évêque de

le

prêtre

lui,

en

ou par l’évêque.

Sqg', Paulin adressait une longue lettre à «son

donnée par Souiry, Études

i\ole,

dont

mourut en 43 1 Nous ne des ouvrages que Paulin écrivit

devint évêque en 4oq, et où

connaissons à peu près rien

se retira

Hordcaiix,

iSô.H,

t.

I,

historiques sur la vie et les écrits de saint Paulin,

p. 33o.


.

1,’aSTROLOGIE

frère Jovius

LES GALLO-UOM.U-NS

Jovius n’était pas

»

futur évêque de

Nole\

greeques

les lettres

CllE/,

et

C’était

latines

frère,

le

mais

un Gallo-Romain, 3,

auteur

le

parent du

instruit

dans

renommé de poèmes

percepteur d’autre part, haut fonctionnaire, tous les publicains, par des impôts publics, enrichi, comme Jovius ne exercice d’une fonction très lucrative^.

historiques

S

et,

facile

le

loin sentiments hostiles au christianisme; Mais, philosophe, avait embrassé la foi chrétienne. astrologiques, du monde, il adoptait les doctrines

professait pas de

de

là,

il

homme

son temps. C’est pourquoi, dans

à l’exemple des lettrés de

la

démontrer le que Paulin écrit à son parent pour lui insiste partiil bienfaisant pouvoir de la divine Providence, croyance sur les erreurs de l’astrologie c’est une

lettre

culièrement

:

on prétend impie d’attribuer aux astres une puissance dont divine'*; c’est une pratique faire la rivale de la puissance qu’à l’eau, au impie d’adresser un culte aux astres, aussi bien geneial feu, aux éléments et a la matière en .

d’orgueil ou de faiblesse D’où, penscs-tu, cette si grande perversité misérables mortels, cpie, d’esprit s’est-elle enracinée clans l’àme des fassent les serNiteurs des refusant d’adresser leur culte à Dieu, ils se l’eau, le feu, démons et des éléments qui lui sont soumis, ils vénèrent l’outrage le plus les arbres, des simulacres, ce qui est astres,

les

impie à

la

majesté divine '7?

de Vienne), ex recensionc Ponlii Meropii Paulini Nolani Opero (Palrolo"ic I, Epislulae, xvi, p. iiîi-na, Pars XXIX. vol. iSg'i, Vindobonae, Guilelmi de Hartel, s.

1.

Jovio fratri Paulinus salutem. Paulini... Opéra (Patrologie de Vienne)..., vol. 2

XXX.

Pars

11,

^ Connina, xxii,

v.

i03

.

Et quem cognaluin junclum mihi foedere laetor. Paulini... Epistulae, xvi, 6 Paulini... Carmina, xxii, v. 21

3.

.

'i.

;

...cum fu-ta vetustis Carminibus caneres, vel cum terrena referres Gesla, triumphantam laudans insignia regum...

Pour la carrière adminislrativc de Jovius, \oir Paulini... Epistulae, xvi, 6 française de Dancoisnc, Pans, i 8 o 8 , A. Buse, Saint Paulin, évêque de Noie, traduction

.—

h.

p. 3'iq. 6 Paulini... .

j quidam .

Epislulae,

xvi,

:

Si de motibus vel

ordinibus aslrorum,

ut

ipso minorihui, immo eliam pendent, de igniculis non solum Deo sed et mundo islam, qiiam Deo aemulam ornanlibus, lacis ministerio famulae mundi ipsius terliam parlem

volant,

facis poleslalem Iraliunt. ündc enim pulas lanlam miseris mortalibus vel super7. Paulini... Epistulae, xvi, 9 Deum, daemoniis mit elemenlis biae, vel ignaviae perversiiatem inolevisse, ut, non colenles :

siibditis sihi serviant, aqiias,

(livinae majestatis injuria?

ignem, sidéra, arbores

et

simularra vénérantes ram impiissima


lîlltLlüTIlÈQUE

DES UiMVEUSlTÉS DU MIDI

En même temps que celle lettre, Paulin envoyait à Jovius un poème de 166 vers hexamètres, où il développait quelquesuns des thèmes que

la lettre

en prose avait déjà exposés*.

Dans ce poème, Paulin démontre M'ai Dieu gouverne le ciel, la mer la

puissance qui

Jonas a

lui a

permis de

été l’objet lui est

ment des

comme

assez

longuement que

et les astres,

le

en vertu de

Le miracle dont

les créera.

une preuve que Dieu règle

le

mouve-

mer 3 Ces astres, d’ailleurs, n’ont aucune puissance particulière et les dogmes de l’astroastres

logie sont vains

celui de la

.

:

Et, maintenant,

admirons Platon qui imagine

destinée, les calculs d’Aratus,

les

trois

déesses de la

planètes diversement colorées de

Manéthon. Qu’ils nous disent, je le demande, où ils plaçaient les heures rapides de ceux qui naissent, sous quels signes allait chacun des astres, alors que le pieux Ézéchias, par la vertu de sa prière pleine de foi, changeait le cours des astres, portait le trouble dans

mouvement de la sphère céleste par l’ordre qu'il donnait à la lumière du Soleil de reculer? Ou, lorsque, au commandement d’un le

chef saint,

le

même

Soleil retardait la nuit, arrêtait la

marche du jour,

pour donner au peuple sacré le temps de compléter sa victoire, alors que l’axe de l’univers resta immobile, après que le monde lui-même eut reculé, pour que dans la journée prolongée un grand triomphe pût contenir^. C’est la tradition de l’Écriture Sainte qui doit réfuter les

erreurs de

l’astrologie

:

il

est

question dans VEpistula xvi

Buse, ouvr. cité (Iraduclion Dancoisne), p. 35o. Vienne), vol. XXX, p. iSG-igS. I.

3.

Carmen

xxii, v. 89

Carmen

:

...caelum, mare, sidéra, ventes,

Qua 3.

Carmen

fecit virtate, regens.

xxii, v. 108

:

Nonne docet 4

.

Carmen

xxii, v. is4

dicione Dei

mare

et aslra

moveri?

:

Nunc tria miremur texentem fata Platonem, Aut Arati numéros aut picta sManethonis astra? Dicant, qiiaeso, ubi tune rapides nascentibus horas Ponebant, et quae quibus ibant sidéra signis, Ciim pius Ezéchias, Jîdei virtute precatus, Verteret astrorum cursus caelique meatus

Turbaret jussis retroacto luminc Solis? Vel ducis imperio sancti cum sisteret idem Dilata Sol nocte diem, ut Victoria sacri stetit orbe, recurso Libre poli, ut magnos caperet lux aucta triumphos.

Projligarelur populi,

(Palrologie de


»

65

l'astrologie chez les gallo-rom aiks

des déesses de la destinée dont parle Platon*. Par dC Avalas (Avait

numevos), Paulin entend les

calculs

les

A-.ijr^txsTai,

ce cours

poétique de météorologie populaire^, où sont énumérés les

Dans

signes des temps et les pronostics.

gique qui porte «

’.\-iTîAî!7;xa'ay,a,

astrolo-

de Manéthon, et qui a pour

nom

le

poeme

le

dont

confus,

assemblage

plus

la

titre

grande

au moins, semble trahir une origine à peu près contemporaine d’Alexandre Sévère, tandis que d autres par-

partie, tout

appartiennent au

ties

iv' siècle^, » il

combien

«

exprimant

est difficile

il

M. Bouché -Leclercq^’, de s’entendre sur le sens des mots

«On

couleurs des planètes.

les couleurs, et

bon marché de ïheuve

est question des diverses

sait,» dit

surtout leurs nuances.

Paulin

»

natale (vapidas nascentibus hovas) et des

chvonocvalovies zodiacales (qaae quibus ibanl sideva signis)^;

veut savoir qu’une chose, c’est que les astres,

et

ne

il

le Soleil lui-

mains de Dieu des agents de miracles produisent en faveur de quelques élus, tels que Josué

même?» sont entre (lui se

fait

les

Ézéchias.

Le miracle d’Ézéchias des Rois et dans

Juda,

fils

est

d’Achaz,

le

deuxième

livre

Ésaïe. Ézéchias, roi de

du prophète

le livre

successeur

et

rapporté dans

d’une

atteint

est

grave

maladie. Le prophète Ésaïe lui promet qu’il sera guéri par la

volonté de l’Étcrnel. Or, Ézéchias avait dit à Ésaïe

me

:

«

Quel signe aurai-je que l’Éternel

guérira?...

Et Ésaïe répondit

:

Voici le signe

«

t’assurer qu’il accomplira

ce ra-t-elle de dix degrés,

rétrogradera-t-elle de dix degrés? »

:

admirenmr, Platane exponit et très ei

ou

eliani délirante

Platon, De Re publ., X, p. 617, B. a. A.*Croiset, Histoire de la Littérature grecque, drille, p.

3

4.

V, Paris 1899

t.

la Littérature

grecque,

t.

V',

Paris, 1899; Période romaine^

Bouché- Lcclcrcq,

L’Astrologie grecque, p.

3i4,

n.

a.

des couleurs attribuées par Ptoléméc, Iléphcstion, Manéthon, etc., aux diverses planètes. 5.

Période alexan-

.

listes

p.

;

aaO.

A. Ooiset, Histoire de

.

p. 8 o 5

:

Quod delirainentum ne valgo iniputemus aut nimium philosophas narratur, qui in greinio anus pensum Necessitatis V oir Jîlias addit concinentes et versantes fusum et per JîUi ludentes...

Ëpist., XVI, 4

1.

que l’Éternel te donne pour prononcée l’ombre s’avan-

la parole qu’il a

Pour

les

— Voir,

p. 3 i 3 - 3 i 5

Démopliile,

le

,

les

pseudo-

Chronocra tories zodiacales, voir Bouche-Leclercq, L’Astrologie grecque)

489 et suiv. H. DE LA VILLE

DE MIRMONT.

a


.

66

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

'

Et Ézéchias dit

C’est peu de chose que l’ombre s’avance de dix degrés; non, mais que l’ombre rétrograde de dix degrés. »

Et Ésaïe,

par

le

«

:

prophète, cria à l’iîternel;

degrés par lesquels

les

dix degrés en arrière

elle était

et il fit rétrograder l’ombre descendue au cadran d’Achaz,

Alors la parole de rÉternel fut adressée à Ésaïe; et

Seigneur

le

lui dit... «

Et ce signe

t’est

donné par

l’Éternel

accomplira cette parole qu’il a prononcée «

pour t’assurer que

l’Eternel

;

\oici, je vais faire rétrograder l’ombre des degrés par lesquels

descendue au cadran d’Achaz, de dix degrés en arrière avec et le Soleil 'rétrograda de dix degrés par les degrés par lesquels il était descendus. » elle est

Soleil

le

On

;

que

sait

d’inventions. lesquels

en rapports

cadran solaire dont

il

11

cher en quoi consistait miracle que

l’Éternel

connaît bien toutes

les

Et

le

et toi,

il

permit

à

le

:

jour que l’Éternel livra l’Amorrhéen

dit

:

Lune

aussi, jusqu’à ce

vengé de ses ennemis. Ceci n’est-il pas Le Soleil donc s’arrêta au milieu des cieux fût

coucher, environ

El

il

un jour

dans

Quant au Josué d’accomplir, on en

circonstances

Soleil s’arrêta et la

le

miracle du cadrans.

le

en présence d’Israël « Soleil, Lune, arrête-toi dans la vallée d’Ajalon. »

d’Israël, et

avec

dut se procurer

le livre d’Ésaïe et

et

n’est pas de notre sujet de recher-

Alors Josué parla à l’Éternel

aux enfants sur Gabaon,

dans

Assyriens,

les

suivis, qu’il

est question

second livre des Rois.

le

amateur de nouveautés

était

probablement chez

C’est

était

il

Achaz

le roi

écrit et

ne

que

le

arrête-toi

peuple se

au livre du Juste? se hâta point

de se

entier.

n’y a point eu de jour semblable à celui-là, devant ni après,

rÉternel exauçant

la

voix d’un

homme;

car l’Éternel combattait pour

les Israélites^.

Paulin

fait

encore' allusion au miracle de Josué dans un

de ses poèmes {Carmen xxvi) en l’honneur de la fête de* saint Félix, ancien évêque et patron vénéré de Noie. C’est en I.

5 \, versets 8-ti. XXXVIII, versets /|, ;-8.

liais, II,

î.

lïsaïe,

3.

Üii Irouvera l'explicatioti

Paris, 'i.

iS.'ni,

t-

.losiic, X,

h

P-

orthodoxe dans

solaire, 'âVi artidc Cadran

versets

i

2 -i'i.

le Dictiannah'e de la Bible,

par Host,


.

^7

i/astrologie chez ees gallo-romains l’an /joi

;

les

Goths ravagent

Paulin in\oque

l’Italie et

cession du saint que ses miracles ont rendu illustie

l

intei-

.

au Christ très bon de se mettre de notre duquel le vaillant Josué parti. Il est ton Dieu, celui-là meme au nom temps de ordonna au Soleil et à la Lune de s’arrêter pour qu’il eût le veiller compléter son triomphe. Puisque le Seigneur t’a permis de Félix, aux éléments à la prospérité de l’Empire romain, commande,

Demande,

je t’en supplie,

Que les sent soumis de travailler en esclaves à notre bien. du jour; à ta voix, astres arrêtent leur course pour prolonger la durée que le Soleil s’arrête; que la Lune, d’accord avec toi, reste immobile, ce que tenant fixes les astres dans leur cours interrompu, jusqu à qui

te

la victoire

Rome

de

soit

complète

Saint Augustin, qui est l’ami de Paulin sur

le

double miracle de Josué

chrétiens citent

d’Ézéchias pour prouver que

les lois fixes et

conclusions en faveur de leur

mêmes

s’appuie, lui aussi,

immuables du cours qu’il a lui-même établies L Les deux auteurs les mêmes miracles bibliques pour en tirer les

Dieu seul peut modifier des astres, lois

et

^

foi

religieuse.

Il

m’est

impossible de comprendre ce que veut dire M. Bouclié-Leclercq quand, à ce propos, il écrit la phrase suivante « Saint Paulin :

de Noie, un ami de saint Augustin, s’essayant aussi au sarcasme, s’égaie d’une façon bien imprudente aux dépens des

Ghaldéens qui voyaient leurs calculs dérangés par les miracles {Epist., 38). Il rit de leur désarroi le jour où le Soleil s’arrêta I.

Carmen xxvi,

v. a 4 G

:

Posce, precor, placidum nostris accedere Christuni

Partibus; ipse tuas Deus •

est,

quo fortis lesus

Lunamque triumphis, Dominas Romani prospéra regni

Slare suis jussit Salem

Et

tihi

mm

Adnuerit, famiilis elenientis praecipe, Félix, Ad nostrum servire bomim; procédai et astris Stantibus aucla dies; stet Sol

tibi

Lunaque concors

Haereal, obfixo saspendens sidéra cursu Dum Romana suum copiât Victoria finem.

Pour les rapports de Paulin et d’Augustin, voir Buse, ouvr. cité (traduction •J. F. Lagrange, Histoire de saint Dancoisnc), première partie, chap. x, p. a 49-368. Paulin de Noie, Paris, 1877, chap. xi, p. 3/19-273. 3 Sancti Aurelii Augustin! De Civitate Del (édit. B. Dombart, Teubner, vol. 11 ), Quid ita dispositum est ah auctorc naturaef caeli et terme, quem ad modum XXI, cursus ordinalissimus siderum? Quid tam ratis legibiis fixisque Jîrmatum?... Nos autem in divinis libris legimus etiam Salem ipsum et stelisse, cum hoc a Domino Deo petivisset vir sanctus Jésus Nave, donec coeptum proelium Victoria terminaref, et rctrorsum redisse, ut régi Ezechiae quindecim anni ad vivendum additi hoc eliam prodigio promissioni Dei

.

vm

:

significarentur adjuncto.


«

lUBLIOTHEQLE DES E.M\EUSITÉS DU MIDI

sur l’ordre du propliète rassurant Ézéchias et le

jour où

s’arrêta sur l’ordre

il

ce qu’ils taisaient alors'.

Dans

son correspondant,

et

il

pu ajouter

monde.

:

demande

leur

»

homme

Aper^, Paulin exhorte

riche et avocat éloquent, à acqué-

pertection chrétienne et à dédaigner les avantages

la

rir

aurait

de Josué),

xxxviii, adressée à

Episliila

\

(il

du

ne parle ni des Ghaldéens, ni du prophète qui rassure Ézéchias. Par contre, dans le Carmen xxii, il rappelle Il

aussi bien le jour celui

il

semble

il

le

s’égaie d’une

et

»,

dont

Josué que

Soleil s’arrêta sur l’ordre de

prière

la

du prophète

de trouver des essais de

difficile

poème grave

déens

le

rétrograda sur

et austère adressé à Jovius.

Platon, Aratus et «

Manéthon

je

;

Ésaïe. Mais

sarcasme dans

Paulin interpelle

ne vois aucun passage où

il

façon bien imprudente aux dépens des Chal-

il

ne

Abstraction

faite

du Carmen

xxai,

un mot. lettre et du poème

dit pas

de la

on ne trouve dans

adressés à Jovius,

le reste

de l'œuvre de

Paulin que de très vagues allusions astrologiques. Il

suffira de citer le

orthodoxe remplacer teurs

:

le

Carmen

xix^, où l’on voit

un catastérismc

croyance païenne aux génies protec-

la

genius loci^ devient la slella

loci.

C’est ainsi

que saint

Félix, après sa mort, est l’étoile protectrice de la ville de Nole&.

Paulin veut-il dire que l’ame du saint a passé dans une étoile

un sens

Je ne crois pas qu’il convienne d’attribuer l’expression plutôt poétique de l’auteur

du Carmen

Uouchü-Leclercq, L’Astrologie grecque, p. Gaa, n. 4. Paulini. Opéra (edit. G. de llartel). Pars I, Epistulae, p. Sanclo et merito venerabili ac dilectissimo fralri Apro Paiilinus, éditions, comme dans la Patrologie de Vienne, VEpislula xxxvm 3. Carmen xix. De Sancto Felice nülalicmm Carmen vi.

strict

?

à

nalaliciiim.

I.

a.

4, Cf. Virgile, Enéide,

Geniumne

Incerlus

Esse Enéide, \ II,v. i3G

V, v. g5

:

loci

:

.'..Geniumque loci

primamque dcorum

Tellurem Nymphasque Flumina... B.

Carmen

XIX,

.V.

famulumne parentis

piitet...

et

adliuc ignola precatur

la: ...Sed Nolu sepulli [t’elicis]

Facta domus, tanquani proprio sibi sidéré plaudil. Omnis enim quacumque jacet mandatas in ora

Martyr

Stella loci

simul

et

medicina colenlum

est.

323,*JÇ/)is<.

Dans

est la

xxxviii

;

anciennes lettre à Aper. les


l’astrologie chez les GAI,LO-HO.MA1-NS

Telle rétoile

du matin, messagère du

les ténèbres

de la nuit,

tel le

Soleil qui vient dissiper

envoyé par Dieu, ténèbres de rignorance

saint évcque,

Noie les a dissipé dans son diocèse de terrestre, Après avoir été allrancbi de la vie et

de l’idolâtrie'.

ne

Mais rien conserve ce rôle d’étoile bienfaisante. évoque de Noie parmi les prouve que Paulin place le défunt mettre des certains auteurs cbrétiens devaient Félix

étoiles,

comme

dans les planètes^. patriarches dans le Zodiaijue et des anges malgré sa conversion, L’ancien élève d’Ausone a conservé, c’est le rhéteur plutôt que des habitudes de rhétorique Félix la slelki loci, l étoile le théologien qui fait de l’âme de ;

protectrice de Noie.

VT gallo-romains, Rareté des allusions à l’astrologie chez les auteurs chrétiens ou païens, de la

ment du

fin

du

IV° siècle

et

du commence-

V".

de Paulin qui nous ont été conseile plus 1 ami vées, quatorze sont adressées à Sulpice Sévère, Aquitaine ancien et le plus cher de l’évêque de Noie. Né en quitta vers l’an 36o, Sulpicius Severus, avocat et juriste réputé,

Sur

le

cinquante

les

monde

à la

lettres

mort de

sa

jeune femme.

Il

suivait ainsi

1

exemple

de son ami Paulin, qui déjà, sans attendre d’être veuf,

s’était

nouveau converti s’attacha à profonde saint Martin, évêque de Tours, qui exerça sur lui une certain influence. Il mourut vers 4io, après avoir publié un

retiré

dans

la vie religieuse.

nombre d’ouvrages pendant

les

premières années du

v' siecle.

abrégé de second de ses deux livres de Chroiiica, l’Ancien Testament et de l’histoire de l’Église jusqu à 1 an 4oo, Sulpice Sévère parle souvent d’IIilaire de Poitiers, qui fut

Dans

I,

le

Carmen xix,

v. ai

Ergo

9

:

ubi Nolanis Félix ut Stella lenebris

ab ore Del venàms, verbumque medendi Ore gerens, lanquatn ventura Sole serenus In matutino laetum jubar exserit orlu,

Fiilsit

Phospliorus, occiduisque novus praefulget in astris, IVuntius instantis cessura nocte diei... a.

Bouché-Leclcrcq, L’Astrologie grecque, p.

fiaS.


HIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

70

célèbre par

polémiques contre

ses

Evêque de

sa ville natale

de Béziers

(350),

il

en 35o,

il

doctrines

les

ariennes.

figure à ce titre au concile

combat l’évêque arien

Exilé en Asie par l’empereur Constance

d’Arles, Saturnin.

II,

protecteur de Sa-

turnin, Hilaire rentre dans les Gaules vers 36o, remonte sur son siège épiscopal à l’avènement de Julien et meurt vers 370 , n’ayant

cessé de combattre l’arianisme jusqu’à ses dernières années. est

11

à remarquer que

restent de ce polémiste avait

les divers

qui nous

traités

que l’impétuosité de son éloquence

surnommer par

fait

dans

saint

Jérôme

« le

quence latine»', l’adversaire de l’arianisme

Rhône de l’élone combat nulle

part l’astrologie qui, apparemment, ne donnait point de prise à ses attaques. Hilaire il

déclare que la

Pléiades et

du Chariot les

l’homme qu’une

ordres divins 2

Le

.

influence physique

pu Parmi

astres aient jamais

superstition spéciale.

catalogue,

il

r.

et

même

les

leurs

Comment, ad

dit

que

statues

les

:

'*.

il

métaux,

Quand

d’une

donne

le

les arbres,

célèbre la

il

les nations, le

commenta-

temples des faux dieux ont été

renversées,

Gai., lib. II, Praef.

pas admettre que

faux dieux dont

morts devenus des héros

Psaumes

nous brûle,

le soleil

:

lune n’ont

être chez les païens l’objet

puissance de Dieu établie sur toutes

détruits

soleil et la

cite le ciel, l’air, les eaux, les

les rochers, les

teur des

planète Vénus accomplissent leurs

et la

lune nous glace 3. Hilaire ne semble

les

foi

toute-puissance de Dieu. Les constellations des

évolutions suivant

la

simplement une profession de

cours régulier des astres n’est pour lui qu’une

le

preuve de

sur

fait

que rintervention des

Eloqiicntiae latinae Rhodanns.

Religiosa est fides t. X, col. i!i67) caelum tinim hos litminis mci infirmes oculos, nihil aliud esse qaam caelum tinim credidi. Uos enim aslri feras in eo circulas et annuos recursus et vergilias et septemtrionem et luciferum, diversa ministeriorum suorum sortitos officia conspiciens, Deum te in his, quorum intellegentiam non complector, intellego. 2.

De

Trihilaie liber XII, lui (Mignc, Patrologie,

uhi est etiam naturalis inscienlia.

3.

Nam, cum

erexi

:

in

Tractatas in exx Psalmum, r? (Mig;ne, Patrologie,

horum nalura hanc norum corporum

in se efficientiam hahet, ut

vires

t.

IX, col. 65g): Elementorum in suo tempore huma-

unumquodque eorum

per demutationcm imbecillne

in

nobis substantiae infirmet, ut sol

ralore, luna frigore adurat.

Tractatus in i.xv Psalmum, 7 (Migne, PatroL, t. IX, col. haq) Alii solum caelum, quia igneum sit; alii aéra, quia motu ac naturà indissecabili circumferalur ; alii aquas, quia indefesse fluant, Deum nuncupant. Plures terme mctalla, robora, scopulos, herbas, deos adoraverunt. Nonnulli deos esse mit pulrefactorum corporum ossa. aut deflagrantiam :

fl.

utique

illos,

: horum omnium conditorem Çeum nescientes. 17 (col. /|3i): quos deos putabatis, heroum nomina, vel elementorum crentiones, vel

rngorum busta mentiti sunt

Non

materiem metallorum.


kom vins i/astrüi-ogie chez les gali.osaints a réduit les liaruspices

au silence

ruiné l’autonte des

et

de la superstition ne mentionne pas la destruction 1 ha celle de l augurât et de astrologique en même temps que

augures

-

;

il

ruspicine.

.

Dans son Commentarius aurait

adorer

le roi

amené

être

Mathaeam,

In

il

semble qu Hilaire

discuter les doctrines astrologiques

à

chrétienne, à propos de dans leurs rapports avec l’orthodoxie dit que les Mages ont vu l’examen du passage où l’évangéliste guidés par l’étoile, sont venus en Orient l’étoile du Christ et, borne à une Juifs^. Mais le commentateur se allégorique

explication

apercevoir

des

l’étoile,

cela

Jésus-Christ, que les

:

Mages ont été les premiers à veut dire que les gentils croiront en les

si

hommes

les

plus éloignés de la connais-

qui a brillé au moment sance de Dieu connaîtront la lumière de la naissance du Sauveur^. conclure que l’évêL’examen des œuvres d’Hilaire permet de l’astrologie que de Poitiers ne s’occupe jamais de

occasions on celle science

il

aurait

avec

les

et éAite les

pu exposer ses idées sur les rapports de dogmes du christianisme.

saint Martin, Le disciple et l’ami de saint Hilaire de Poitiers, son apostolat évêque de Tours, n’a pas eu, lui non plus, dans croyance à 1 astrologie. très actif, à s’occuper de combattre la païen, Martin, né en Fils d’un tribun des soldats, qui était militaire, Pannonie, vint, après avoir été libéré du service suivit son maître en résider auprès d’Hilaire à Poitiers; il

monastère de rentra avec lui dans les Gaules et fonda le Locociacum (Ligugé). Élu, malgré lui, évêque de Tours, en 871,

exil,

il

mourut

à la fin

du

iv" siècle.

saurait s en Saint Martin n’a laissé aucun ouvrage. On ne était fort dit M. Boissier^ étonner. « Cet ancien soldat

I.

<iant

i

col. 789): Templa collapsa Traclntus in c^xxvII Rxaliniiin. io(.Mifîne, Patrol., l. IX, silent, aiigurum fides fallil. sanctorum interventii haruspices siint, miitata simulacrn Astrologie grecque de Bouché -Leclercq, Voir, dans Mathieu, ii, verset 2.

V

Cog-fiii. L’astrologie et l’orthodoxie chrétienne; l’êloile des Mages, » p. col. 922): Stellae autem IX, t. Patrol., 5(Migne, Commc’ntarius in Mathaeam, I, .3 credituras et honiines Christum in gentes inox indicat intelleclus orlus primum a Magis slatim in ortu ejus quod lumen aversae cognilionis divinae scienlia a professionis longe

<(

exstitit cognitaros. 4.

Boissier,

La fin du paganisme,

t.

Il, 1.

IV, chap.

ii,

p. 53.


^

72

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

'

illettré,

ce qui

n’empêche pas que toute une

à côté de lui et de son inspiration.

mier

il

le

attribue à son patron

se

entouré de

la

les détails.

son chemin

homme,

le

qui

citation des

menace

un

met facilement en

et qu’il

ren-

forme d’un fuite

par une

Martin guérit une jeune

se guérit lui -même

d’une cruelle maladie^,

esclave qui s’est suicidé 6.

raître le

il

la prière,

un catéchumène mort

ressuscite

veille,

diable, qui a pris la

le

psaumes». Par

mourante 3,

Jésus-Christ

lui apparaître

multitude des anges'; en état de

contre sur

lui

une foule de miracles magiques dont

Durant son sommeil, Martin voit

et

pre-

merveilleux abonde. Le biogra-

le

complaît à décrire tous

fille

le

souvenir de l’évêque de Tours. Nous avons de

Vita Sancti Martini

phe

Sulpice Sévère est

plus important des auteurs qui se sont consacrés à

et le

perpétuer

une

»

née

littérature soit

à la suite de fièvres violentes

Son baiser de paix

mal horrible qui rongeait un lépreux’. Par en

la croix, qu’il trace

l’air, il

fait le

dispa-

signe de

contraint à s’arrêter des paysans

une procession païenne; et, quand bon lui semble, il leur permet de se remettre en route 8. Il détruit nomsuspects de célébrer

bre de temples des faux dieux malgré multitudo

;

quand

armés de piques qu’ils ont

Martin

de boucliers se présentent à

mission de délivre

le

immondes. Placée sur une

lettre écrite

dans un salutaire

la poitrine

les

Vita S. Martini, ni, 3 (édit, de Latinorum, Vindobonae, i8CC). 2.

Vita S. Martini, vi, 1-2.

3

Vita S. Martini, xvi. Vita S. Martini, vi, 0

/(.

.

G.

Vita S. Martini, vu. Vita S. Martini, vin.

7

Vita S. Martini, xviii, 3 .

t).

8

.

Vita S. Martini, xii.

Vita S. Martini, xiv, 5 Vita S. Martini, xvii, xviii. 11. Vita S. Martini, xix, 1-2. 9.

10.

annonçant

chasse les esprits

fait

fille

malade,

immédiatement

la suite

d’une chute

mis hors de danger par un baume

anges répandent sur son corps tout couvert

1.

.

des anges

lui,

d’une jeune

Grièvement blessé à

escalier, le saint est

que

et

par l’évêque de Tours

disparaître la fièvr^e

la rusticu

protéger dans sou œuvre sainte

démoniaques

les

de

résistance est trop forte,

cette

et

la résistance

.

G.

Halm, Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum


.

gallo-romains l'astrologie chez les

d’yeux très lui -même d’un mal de contusions.. Il guérit 1 avenir évêque de Noie». Il connaît violent Paulin le futur qui se realisen la terre des prédictions il fait aux grands de P®' le signe de la croix converse avec les anges; par

.

Il

secours de

la prière, il

triomphe du diable, qui, pour

le

seduiij,

présente à lui sous la forme emploie mille artifices et se il confond ou de Minerve Jupiter, de Mercure, de Vénus

e les

;

elles faux prophètes^. auteurs de prétendus miracles un thaumaturge devin et En somme, l’évêque de Tours est ne se montre astrologue. magicien; en aucune occasion, il des paysans les superstitions païennes Il s’attache à détruire temples et abattre leurs arbres gaulois»; il fait démolir leurs démon’ ces pa’iens n’ont jamais sacrés qui sont dédiés au pour lutter contre le saint. recours aux pratiques de l’astrologie magiciens, auteurs de proLe diable, les faux prophètes, les ou de le vaincre; il n’a jamais diges, lâchent de le tromper :

aftaire

et

aux maihematici

Dans

aux Chaldaei.

s’occupe ses Dialogues, Sulpice Sévère

encore des mira-

la valeur bienfaisante de saint Martin. Il en fait ressortir salutaire que provoquent par rapport aux prodiges sans eftét L’occasion des Dialogues est amenée les ermites de la Thébaïde. qui était depuis par l’arrivée inattendue de Postumianus, songe a attiré longtemps en Égypte et que l’influence d’un s’étonne en rien de ce pouvers son ami Sévère». Celui-ci ne longuement merveilleux des songes. Postumianus raconte

cles

voir

merveilleuses qui existent entre les anachorètes l’un d’eux nourrit de dattes qu’il et les bêles féroces du désert qu’il congédie ensuite sans lui présente dans sa main un lion les autre donne quotidiennement à une louve les relations

:

diffîculté'J;

restes de

un

son repas; un jour,

a.

/i.

Vita S. Martini, xx. Vita S. Martini, xxi-xxii.

5.

Vita S. Martini, xxiii-xxiv.

G.

Vitale. Martini, xii,

3.

a...

quia esset

rtxslicis consiietudo.

8 9

bête vole

un pain

et le

remords

Vita S. Martini, \i\, 4-5. Vita S. Martini, xix, 3.

I,

7

la

.

Dial.,

I, I,

.

Dial.,

I,

„ [profani sacriliciorum ntusj OaUoriim _

Vita S. Martini, xiii,

.

liaec

a

:

...

i-

, arborera illam succidi oportere, quia esset daernoni aicata.

3.

XIII,

8

.

a


4

i5iiu;iOTin!:Qiii: j)i;s

d« sa faute

du

saint

Un

la tient

homme

umvkrsités

éloignée jusqu’au

Mini

ni'

moment

les prières

eii

rappellent pour lui accorder son pardon*.

la

troisième guérit en invoquant

le

nom

de Dieu

les petits

d’une lionne qui étaient aveugles-nés'*. Le Dialogue I contient le récit d’une foule de miracles de ce genre. Les Dialogues II et

Sévère d’un grand

dont

il

sont consacrés au récit par'Sulpice

f//3

nombre de miracles de

pas parlé dans

n’était

les astrologues

Là encore,

la Vila S. Martini.

saint n’a jamais recours à l’astrologie ses miracles et n’a

l’évêque de Tours

pour

la

production de

jamais besoin de combattre

païens.

Il

lutte aA^ec

les

dieux

le

et :

de vaincre

Mercure

est

redoutable, car c’est l’ancienne divinité des Gaulois^'; quant à Jupiter, qui n’a jamais été l’objet d’un culte spécial en Gaule,

ce n’est pour Martin qu’une brute hébétée^. Les démons, quels qu’ils soient, les

impies

et les

hérétiques sont confondus par la

puissance miraculeuse de l’évêque de Tours qui ne rencontre jamais un astrologue parmi ses adversaires. Les trois Epistulae authentiques de Sulpice Sévère complètent la Vila et les Dlalogi; rédigées

dans

le

même

esprit, elles

rapportent d’autres miracles du saint. Les sept lettres dont l’authenticité est douteuse ne contiennent rien de notable; pas plus

que dans

premières, on n’y trouve d’allusions à l’astrologie.

les

La plus grande partie des deux par

le

livres de Chronica publiés

panégyriste de saint Martin donne un abrégé de l’Ancien

On

Testament''.

sait

que

les Juifs étaient enclins à l’astrolâtrie.

Moïse leur interdit sévèrement d’adorer

l’armée des cieux'; plus tard, au temps du roi

étoiles, toute

Osée

et

du

armée des 1

.

2. ;ï.

Dial.,

Manassé,

roi

cieiix^.

ils

élèvent des autels à toute cette

Sulpice Sévère ne dit rien de la ])rescription

XIV.

XV. A. Ebcrt {Histoire généraU de la liltérature du Dial.,

l'ranç.,

mier

\,

le soleil, la lune, les

I,

Moyen-Age en Occident, traduct. n’admet que deux Dialogues, dont le pre-

tome I, Paris, i883, p. 350, note 3) compose du premier et du second, des éditions ordinaires, llalm conserve

serait

encore,

comme

/i.

Cf. César,

5.

Dial.,

II,

plus

De XIII,

commode,

la

division en trois Dialogues.

Bello Gallico, VI, xvii. G

:

Mercurium maxime paliebatur infestum; Jovem brutum algue

hebetem esse dicebat. ü. Chron.,\\ Cliron., Il, i-xxau. 7. Deutéronome, iv, verset 19. 8. fiois, II, XVII, verset i6; xxi, versets

3, 5.


gallo-romains l’astrologie chez les

de Moïse;

il

se

tous les rois,

'’

surpassa en impiété borne à rappeler qu'Osée que Menasse quitta Dieu ses prédécesseurs', et au impies >. Les Chronica prennent

pour pratiquer

les cultes

sens de magiciens, magi.

lemeut en

7

latin

de Chuidael^, qui est generasupd’astrologues; Sulpicc Severe

le

synonyme

nom

fait mentions que l'Ancien Testament ici de Daniel dit que « le des astrologues. Ainsi, le Livre les magiciens, es Nabuchodonosor commanda qu’on appelât lui expliquer enchanteurs et les Chaidéens pour

prime

même

toutes les

astrologues, les

Chronica dit simLe passage correspondant des interpréter le songe les plement que le roi « lit appeler pour magiques el de l’examen Chaidéens qui au moyen de leurs arts

ses songes

connaître les choses des entrailles des victimes paraissaient Les chapitres qui résument cachées et prédire l’avenir de 1 ère chrétienne ne l’histoire des quatre premiers siècles les doctrines astrolofournissent aucun renseignement sur giques.

de 1 astrologie. semble que Sulpice Sévère évite de parler louange de saint Martin, D'après les livres qu'il consacre à la d’après superstitieuse n’existe pas de son temps; Il

cette science

son abrégé dlhistoire universelle,

elle n’aurait existé

en aucun

temps.

contemporain

Ililarianus,

Nous possédons de Q. Julius

et

un opuscule sur la durée du le même but monde. Libellas de MaïuU duralione, composé dans et un traité, suivant la même méthode que les Chronica,

compatriote de Sulpice Sévère

•’>,

et

Exposilam de

mensis,

Pascliae et

die

en

écrit

3f)G

et

revu

en 397

De Duralione, que les astres, création de ornement au ciel et Dieu, n’ont d’autre rôle que de servir d Il

est dit,

À.

Chron., Chron.,

I,

3.

Chron.,

I,

!t.

Daniel,

ii,

1.

1,

dans

xlix, 3 lï, 4

:

le

;

Is

Ilic

[Osée]uUra nmnes

[Manassé], relictn

xiv, 4; II. n, verset a.

i ;

Dm,

superiores impius.

vr,

iqui [quique, rorreclion Chron., 11, ii, i: ....ascilis ad interpretandum Chaldaeis scire occulta et fiitura praccincre Jo. Drusius]' m’aqicis artibiis rxlisque hostianm .

5. (le

reijes

culturns impias exercuil.

videbanlur. G.

TeulTel, Gesch. dcr

7.

Migne, Patrol..

t.

Rom.

Lilcr., S 44a.

XIII, col. 1097-1

n4.

«0

.

.

.


7^

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

d indiquer aux

hommes

la date

fete

de

la

antérieur à la

au

mars,

les

révolutions de l’année

i.

Pour

fixer

de Pâques, qui, dans l’ancien calendrier, réforme grégorienne, dépend de Page de la lune

auteur de VExpositum de die Paschae explique qu’il faut rechercher le jour précis où la lune fut créée au com22

1

mencement du monde; chose dans 1

il

ajoute que l’on ne doit voir autre

organisation de l’Univers que des preuves de admirable puissance divine On ne relève dans les calculs 1

plus QU moins savants d Hilarianus aucun indice de préoccupations astrologiques.

Ausoiie pouvait s’amuser à rédiger un manuel versifié de toutes

les

superstitions astrologiques

société gallo-romaine lettrés

par

1

;

la

en honneur dans

comédie de salon composée pour des

auteur du Querolus pouvait tourner en ridicule

prétendue science astrologique d’un charlatan

la

du

iv“ siècle et

au commencement du v%

il

gens du monde, dans les

à la fin

aucune

érudite des

ouvrages d’édification ou simplement

abrégés d’histoire écrits par des Gallo-Romains, gens

d’église ou, tout

même

les

:

n’est fait

allusion aux pratiques chaldéennes, distraction

dans

la

que

au moins, chrétiens convaincus.

ces pratiques superstitieuses sont

11

semblerait

inconnues aux

classes populaires.

Nous connaissons une idylle bucoliqüe, Carmen de morlibus boum composée en strophes asclépiades par le rhéteur gaulois Severus Sanctus Endelechius, chrétien et ami de Paulin de Noie A Ce petit poème met en scène deux paysans païens, un bouvier et un chevrier. Le bouvier est en proie à une profonde tristesse

;

qui exerça ses

il

est

durement éprouvé par

l’épizootie

bovine

ravages en 4og dans une grande partie de

l’Europe, passant de la Pannonie et de

l’Illyrie,

en dernier

...caehim cum ornamentis iii (Migne, PalroL, t. Xlll, col. 1099) solem et liinani et stellas, propler vices et signa lemporuni, lace radiantes. Ad originein mundi certa 2. De die Paschae, I (Migne, PatroL, l. XIII, col. 1107) ratione ire compellimur ; ut diem inqun luininaria facta suntvel qualein mnndo Deus fecerit lunam cognnscere possimus, licel in constructione mundi non aliud credendum est nisi quia Deus omnipotens oinnia aequalia, plena perfectaque constituit. 3 Poetae Latini Minores, édit. Lemaire, vol. I, p. 577-587. fi. Paulini... Epislulae, xxvni, G. !.

De Duralione,

:

suis, id est

:

.


l’astkologië chez les gallo-romains

Gaules. Les deux amis se ce iléau que les secours déclarent impuissants en présence de Survient un troisième perde l’art sont incapables d’arrêter.

lieu,

dans

la

Belgique et dans

les

indemnes. On lui demande sonnage dont les bœufs sont restés le répond-il « G est quel est le remède dont il a usé. du Dieu qui est seul adore signe que l’on dit être la croix gloire du Père Eternel dans les grandes villes, le Christ, la placé au milieu du front, a dont il est le fils unique. Ce signe, pour mes troupeaux c est à cause été un gage certain de salut nommé le Sauveur*. » de cela que le Dieu tout-puissant a été connaissent pas encore Les deux paysans, ces pagani qui ne au grandes villes, s’empressent de se convertir :

la religion des

christianisme, puisque

signe de la croix leur assurera

le

importe plus dans

éternelle, et, ce qui leur

triomphera de siècle

Lin

la

contagion qui

instant présent,

périr les hœuls**.

fait

auparavant, alors que

1

la vie

le

grand-père d Ausone se

de la aux pratiques de l’astrologie dans le sud-ouest les paysans seraient Gaule, c’est à l’astrologue ou au sorcier que de l’épizootie. En 4ofj, on allés demander de sauver leur bétail à user du merne croit plus à l’astrologie, on est tout disposé les recettes suranveilleux signiun guérisseur, qui a remplacé que Martin la sorcellerie. C’est par le signe de la croix

livrait

nées de

se délivrait des obsessions

du diable

et contraignait à s’arrêter

une dans leur route quelques paysans suspects de célébrer procession en l’honneur des laux dieux c est pai le meme que les sigmini criicis, placé au milieu du front de leurs bœufs, 5

pagani mis en scène par Severus Sanctus Endelechius éloignent la

contagion de leurs étables. Ou est peut-être en droit cependant de se demander

paysans du De Morübus boum sont opinions

communes

De Morlibus boum, w De Morlibus boum, v.

le

pastorales sont légitimement

:

Signiim prosit idem perpete saeculo

Quo

vis

com-

Tityre de Virgile jusqu’au

io5-iia. i3i

les

véridiques des

des campagnards gallo-romains au

mencement du V” siècle. Depuis Vémorin de Florian, les héros de I.

les interprètes

si

mnrbidn vincitur.


BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

7^

En

à caution.

sujets

Endelechius

au temps où Severus Sanctus

réalité,

son

versifiait

idylle, les

Gaules étaient adonnées à toutes

populations rurales des

les superstitions et

recours à beaucoup d’autres panacées que

Nous trouvons bon nombre de

le

signe de la croix.

ces panacées dans

en trente-six chapitres, dont fauteur, Marcellus invraisemblance,

romains. de

«

On

Marcellus Burdegalensis

parmi

fils,

a scruté les ouvrages

»,

^

il

;

lui-même

II,

écrivains

gallole

nom

médecin Julius Ausonius

n’était pas

il

médecin de profession

;

Marcellus vir inluster ex magistro

«

».

Théodose l’Ancien, dont

Ce Marcellus et,

a été

il

le

est

le

donc, sans doute,

puisqu’il fait allusion à

chancelier,

après fan 4o8, qu’il écrivit son

Les Bénédictins jugent que «

le

magister offîciorum de fan 3g5

Théodose

peut, sans

parce que, dans fépître dédica-

cite

il

offîciorum Theodosii sen. le

,

traité

prédécesseurs et ses concitoyens dont

les auteurs, ses

s’intitule

»

un

désigne fauteur du De Mcdicame/itis sous

toire adressée à ses

il

mis au nombre des

être

avaient

c’est

sous

traité.

De Medicamenlis

est

une œuvre

peu estimable... On remarque avec beaucoup de fondement

que

plupart des remèdes recueillis par cet auteur sont autant

la

de superstitions... chrétien,

Il

surprenant de ce que Marcel étant

est

comme nous

l’avons

montré,

quelques endroits de son ouvrage^,

il

et

paroit par

qu’il

se soit

amusé

à nous

débiter des choses aussi vaines et ridicules dont les païens

même de

dit

lisant

se riraient...

Que

l’on se

souvienne de ce que nous avons

médecine en usage chez nos anciens Druides et, en les secrets de Marcel, on conviendra que la plupart n’ont la

;

point d’autre origine

Marcellus ne

»

lui-même aucune

fait d’ailleurs

difficulté

de

reconnaître que beaucoup des recettes du manuel populaire I.

Marcclli

De Medicamenlis

3. De Medic., édit. Helm., p. atque Ausonius... scrutatus sum.

i,

s

On

...cives

:

u’a

gallo-romains Siburius et Eutropius. 3 Code Théodosien, VI, xxix, 8; XVI, .

aucun renseignement sur

les

médecins

v, 29.

nomine Dei Sahaoth; xxiii, 39 (édit. H., 236 ): ...spina alla qua Christus coronalus est; xxv, i 3 (édit. 11 ., p. 2.48): ...m nomine 4 , Cf.

p.

Teubner, 1889. ac majores nostri Siburius, Eutropius

liber; cdidit G. Uelmreich, Leipzig,

De Medic., S.XI,

2

(édit. H., p. 220): ...in

Cliristi. B.

Histoire littéraire de la France,

t. Il,

p. 62.


l’astrologie chez les gallo-romains

/J

bon chrétien pour rutilite des de médecine qu’il a compose en empruntées aux renseignemalades, surtout des pauvres, sont des paysans qui en ont ments fournis par des plébéiens et éprouvé

bons

les

Ausone

cite

ellels

parmi

les professeurs

de Bordeaux

un

Marcellus,

qui fut

originaire de Narbonne, et fds de Marcellus, qui était de l’école bordelaises Le des plus médiocres gvanunalici

Tun

mérite, nommé Marcellus de ce grammairien de peu de parfaitement être comme son père et son grand-père 3, peut

fils

fils du médecin Ausodevenu magister offidorum, comme le met au nombre de ses nius, que l’auteur du De Medicanientis consul et l’un des principaux cives ac majores, était devenu Nous ignorons si, une fois admis

personnages de l’Empire.

de Tbéodose put, ainsi que k la retraite, l’ancien cbancelier Moselle, terminer ses jours à Borle souhaitait le poète de la deaux,

nid de sa

le

Nous sommes cependant en

vieillesse'*.

apparemment k l’usage des droit de le supposer, puisque c’est du De Medicanientis pauvres gens des Gaules que l’auteur donne les

le

nom

celtique ^ des plantes médicinales dont

il

vante

les plebeii auxquels vertus k ses lecteurs. Les agrestes et

empiriques Marcellus doit une bonne partie de ses remèdes plébéiens gallo-romains, sont, sans doute, des paysans et des

œuvre d’un amateur qui ne s’occupe pas de médedocuments précieux cine astrologique G, doit nous donner des

et le Liber,

inventaient et accréditaient sur les superstitions populaires qui la remèdes de bonne femme auxquels les basses classes de les

Eliain ah agreslibus cl plebeis remedia Medic., édit. H., p. i, 2 didici. probaverant, experimenlis simplicia, quae >. Ausone, édit. Schcnkl. XVI, xix, v. I.

De

:

i

:Yec le

fortuUa

atqiie

:

Marcello geniluin, Marcelle, silebo:

[nier grammalicos praetenuis

menu.

nomme Julius Ausonius; sou Le père du poêle D. Magnus Auxonius se 2 ) se nomme également Ausonius. (Ausone, édit. Schenkl, XX, xn, v. Ausone, édit. Schenkl, XMll, v. üg

lils

3.

1

:

Burdigalam

in patriain... niduinque senectae.

3o5-3i5. Meyer, Gcsch. der Botanik, Koenigsberg, i854-t857, vol. 11, p. grecque, L'Astrologie Bouché-Lcclcrcq, voir Sur la médecine astrologique, (i. chap. X. f).

Cf. E.


— 8o

BinUOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI accordaient une aveugle confiance vers

société

cement du V siècle. Dans cette foule de

recettes simples

toutes ridicules et fondées sur

le

commen-

ou compliquées, presque

un merveilleux digne de

la

plus

vulgaire sorcellerie, destinées à guérir les maladies de toutes

du corps depuis les cheveüx jusqu’à la plante des en est peu qui se réclament de fastrologiq proprement

les parties

pieds,

il

comme

Sans doute,

dite.

de village, attribuent

sait

font encore aujourd’hui les sorciers

auteurs de formules recueillies par Marcellus

les

une grande importance aux époques de

aux jours de

On

le

lune

et

semaine.

la

que

la

lune a toujours passé pour avoir une action

la

immédiate sur

le

corps humain'. Marcellus subordonne

l’in-

lluence des jours de la semaine à celle des époques de la lune.

un écoulement d’huet, en ce cas, Marcellus recommande meurs ou la sciatique, un admirable remède qui a fait le plus grand bien au médecin peu importe que le traitement Julius Ausonius lui-même commence le jour de Jupiter, de Mars ou de Saturne c’est de Qu’il s’agisse de guérir la migraine %

:

*

l’époque de la lune qu’il convient de s’inquiéter. faut tenir

Il

compte des jours où

se produisent les

grandes

marées de nouvelle et de pleine lune (malina)^^ et de ceux où, au temps du premier et surtout du dernier quartier de la lune, il

y a morte eau

(liduna)^.

Boüchc-Lcclcrcq, L’Astrologie grecque,

p. ôï i. Si vir aut adulcscens aut infans emicranium 3 H., p. g): 3. De Medic., palielur, observet ut semper luna septiina et septima décima et vicensima septima se tondeat: miruni remedium habehit; neque curet si dies Martis aut Saturni in hxis lunas I.

II,

i

3 (édil.

inciderit.

x\, log (cdil. H., p. i 5 a): Ad reumaticos efficax remedium sic: velere, capta viva, in olla rudi ita excoquitur ut tcri possit et in luna Mustela die Jouis, 3.

De

pulverem

De

tf.

Medic.,

redigi.

Medic., xxv,

arthriticis hoc est,

quo

ai (cdil. et ipse

Il

,

p. 2/19): Incredibile et unicum

Ausonius medicus sanatiis

est...

Fimum

remedium

sciaticis et

ibicum luna septima

luna velere collcctnm simili efficacia prosit, dummodo Remedium a die Jouis incipe et per dies componatur... medicamen septima décima luna dato. septem continuos ô. De Medic., xxxvi, luj (cdil. II., p. 375): Conjicitur [mcdicamcn quod appcllalur

quamquam

décima

colliges,

hygia]

xii. Kal. Jul.,

non

et alia

inlerest

quo

die, vel luna, vel malina.

XVI, loi (édit. H., p. 1G8): Herba, quae Gallice calliomd.rcus. Latine cqui xv, 9 (édil. 11 ., p. i 4 a) Praeciunguia vocatur, collecta luna veterc liduna, die Jouis; in nido prendas et vivos incendas. vivos pullos hirundininos pue contra synanchen prodest si G.

De Medic.,

:


.

l’astrologie chez les gallo-romains

exécutées au décours velere lana). Ainsi,

bu

sur la fin de la lune idecrescenle,

formule

la

etre

doivent

Certaines prescriptions, pour être efficaces,

utile

pour guérir

mal de

le

lune, dents doit être récitée sept fois au décours de la

le

jour

malajour de Jupiter-. Le médicament pour les de la lune, le dies des gencives doit être compose au décours calculs doit jour de Jupiter.^ La potion souveraine contre les de Mars ou

le

composée

être

le

jour de Jupiter, au déclin de

administrée chaque semaine,

Pour d’autres remèdes,

lune, et

jour de Jupiter^.

le

de faire étal des

n’est pas utile

il

la

convient uniquement de s’occuper des guérit jours où ces remèdes sont préparés ou administrés on de Jupiter^; le la sciatique, grâce à une herbe cueillie le jour

époques de

la

lune

;

il

:

mal de gorge, au moyen d’une araignée enfermée dans un parchemin qui n’a pas encore servi et suspendue ainsi, le jour de Jupiter, au cou du malade-». C’est le jour de Jupiter que l’on doit appliquer le cataplasme qui fait disparaître les oindre d un varices*»; c’est le jour du Soleil que Ion doit collyre les yeux du malade qui souffre d’une ophtalmie

humide^;

le

bouc dont

le

jour du Soleil oi? de Jupiter qu’il faut tuer le sang formera le principal élément d’une boisson

\xm, 78 (édit. H., p. si 3 ) luna velere; Ad splenen remedium efficax : die Jovis liduna sinislrum pedem nudum in caprofico xxv, ii (édit. II., p. 347): rtemedium mirum adverpanel qui dolores splenis palietur; sempcr virens aestate atqiic hierne colligilur Fructetum... sum nesciam vel arthrisin... xxv, i 3 (édit. H., p. 248): Remediuni prandium; liduna ante die Jovis luna velere ut

ex

pulvis

his fiat die Jovis

liduna.

:

ad

nesciam

sic

:

colliges

herbam...

Jovis,

die

velere

luna

et

liduna...

xxv,

i

5

ad lumborum et p. 248): Insigne est certe inprimis [cerolum chalasticum] tempus guodlibel Martio in renium dolores; conficitur velere luna et liduna a mense

(édit.

H.,

aestivum. 1.

De

Medic., xn,

34 (édit. H., p.

33 ):

i

Carmen ad denlium dolorem

mirificum...

decrescenle, die .Martis, sive die Jovis, haec verba dices scpties...

Luna 2.

De

.Medic., xi, 82 (édit. II., p. 117):

Ad

gingivarum nimium'tumorem... medicamen

hoc fades decrescenle Luna, die Jovis, sic... 3 De Medic., xxvi, i 34 (édit. H., p. 370): Calculoso per singulas septimanas polionem Jovis die dabis. Conficienda autern polio die Jovis, luna velere, erit. remedium hoc: llerba... Jovis 4. De Medic., xxv, 46 (édit. H., p. 252): Ad nesciam .

die collecta.

5

.

De

.Medic., xiv,

68 (édit. H., p.

i

3 g)

:

Araneam

in

chartam virginem

lino ligabis et

collo laborantis suspendes die Jovis. 6.

De

.Medic.,

xxxiv, g 4

(édit.

II.,

p. 356 ):

...in

linleo,

die

Jovis,

ceroti

more

adpone. 7.

De

.Medic.,

vin, 3g (édit. H., p.66): Vitandae perpeluo lippitudinis gratia observa ul quo Kal. Solis die fuerint, etiam hora prima vel octava et deinceps

a Kal. lan. eo tempore

alio die Solis et tertio Solis die similiter collyrio tenui inungaris. II.

DF.

L.V

MLLE DE MIRMOXl

6


8a

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITÉS DU MIDI

donner au malade, à jeun, après un bain, égalejour du Soleil ou de Jupiter pour dissoudre les calculs

qu’il faudra

ment de

le

la vessie'.

Parmi tous ces remèdes empruntés aux superstitions popugrand compte des époques de

laires qui tiennent le plus

lune

et des

jours de

semaine,

la

la

en est quelques-uns où l’on

il

peut relever quelques indications d’une certaine connaissance des doctrines de J’astrologie

on suspendra,

l’ophtalmie,

proprement jour de

le

Pour guérir

dite.

la

Lune, au cou du

malade une lame d’or où une formule magique aura été gravée avec une aiguille de cuivre ^ l’or et le cuivre sont au :

nombre

métaux

des

métal de Cypre, appartient à Il

est

un

talmie

la

ou

cuivre,

le

l’or

au Soleil 3.

autre remède souverain pour tous les genres d’oph-

on crève

;

aux planètes; planète Vénus,

attribués

les

yeux avec une

un

aiguille de cuivre à

lézard femelle de couleur verte que l’on enferme, le jour de la

*

dans un vase

Lune, au

déclin

d’anneaux

d’or, d’argent, de fer, d’électron,

de cuivre

de

l’astre,

sinon

l’on peut,

si

cinq ou sept jours après, on retire du vase

;

anneaux que

le

malade portera aux doigts

fréquemment sur

et qu’il

les

s’appliquera

L’argent est attribué à

les yeux-'.

rouge de sang ou de

fer,

compagnie

en

la

Lune;

le

rouille, et l’électron, alliage jaunâtre

d’or et d’argent, aux planètes Mars et Jupiter.

moyen

Marcellus indique un verrues

les

moment

de

:

il

la

suffit

de

bien simple de faire disparaître

les frotter

avec n’importe quel objet au

nuit où l’on aperçoit une étoile

après Aratos, avait déjà trouvé dans

I.

Dahis

De Mcdic., xxvi, [le

q'i

(édit. H., p.

remède préparé avec

le

aCi)

:

sang hujus

la

filanlC''.

Mrgile,

direction des étoiles

Hircum... die aut JovU aut SoUs occidas... infirmo, mrlius si die Solis aul Jovis.

Idrri]

est question (xxvi, 95, édit. IL, p. 265) d’un autre medicamenlum cum sanguine hircino qu’il faut faire absorber die Solis aat Jovis in meri potionc aut ciijuscumque 11

dulcis liquoris. J,.

3

De

Medic., viu, 5 g (édit. IL, p. Og)

:

In lamella aurea acie cuprea scribes...

Voir Bouché- Leclercq, L’Astrologie grecque, p. 3 5 De Medic., vm, 4 g (édit. IL, p. 68) Lacertam viridein cxcaecatam acu cuprea i

.

4.

.

:

et electrinis,

si fiierint,

in vas

aut etiam

vitreum milles cum anulis aureis, argenteis, ferreis Uppitudinem ita cupreis... post quintum vel septimurn diem [vas] aperies... anulis contra ndplicentur. crebrius oculis sed etiam gesleniur. digito uteris, ut non solum Nocte, cum videris stcUam quasi praeciô. De Medic., xxxiv, 100 (édit. IL, p. 3.'>7) pitem se ad aliam partem Iransfercutem, eodem momenlo locum in quo verrucae erunt, :

quaeumqur

re volneris deterge. prntinus

omnesexcidml.


i/astrologie chez

i.es

83

gvli.o-romaias

\

filantes des pronostics sur le sens

où doivent

souffler les vents

de tempête*. permis de reconnaître un souvenir confus médical des prescriptions de l’iatromatliématique, ce système formule suivant les opportunités astrales, dans une Je ne sais

s’il

est

dirigé

lus indiquée à propos d’un remède contre la goutte. Marcel ordonne de composer, pour en frictionner les pieds du malade,

une pommade dont l’élément principal est \e phlonios (bouillon blanc officinal) réduit en farine. Pendant tout le temps que l’on est

occupé à moudre

on doit répéter

medium medicamenlum^. On

terra,

itna

caeluni,

le phlonios,

;

Sunwiuni

sait

que

les

astrologues désignent la culmination supérieure et la culmi-

nation inférieure par les termes medium caelum et imum medium caelum^, en usage dans la détermination de horoscope 1

qui fournit des renseignements de toute sorte sur

la

maladie

et la médication'*.

En somme,

empiriques dont

les recettes

le

Liber de Medica-

une vaste compilation, ne présentent, pour ce qui est de l’astrologie, rien qui s’éloigne des banalités en crédit auprès des sorciers de village et des bonnes femmes de tous les temps et de tous les pays. 11 ne semble pas que les menlis fournit

qui vivaient à Bordeaux et dans les cam-

plebeii et les agrestes,

pagnes voisines au commencement du

pour en

faire part à

siècle,

aient gardé

Marcellus grand’chose des secrets de cette

inconnue au druidisme, qui avait sud-ouest de la Gaule, vers 1 an 270, par

astrologie gréco-romaine, été pratiquée

dans

le

Caecilius Argicius Arborius, le beaù-père

Ausonius, que l’ancien maître des offices

au nombre des

I.

(jéorg.,

I,

V. 36.')

du médecin Julius cite de Théodose

compatriotes dont

illustres

il

a usé

pour

la

:

Saepe etiam

stellas,

vento impeiidentc, videhis

Praccipites caelo labi... Cf. .\ratos, Diosem., ilia

v. ig4.

parte ventum Jlaturum. in 3.

De

quam

Servius, ad Georq.,

l,

v.

366

:

Sanc sciendum

est

ab

ille ignis inciderit.

Medic., xxxvi, 19 (édit. H., p. 370).

R.

Heim

(Incantnmenta magica Graeca,

Teubner, 1892, n» 1 14) cite dos formules populaires en Allemagne qui se rapprochent de celte incantatio de Marcellus. 3. Sur la culmination, voir Bouché-Leclercq, p. 358-25g. Latina, Leipzig,

4.

Bouché-Leclercq. p. 025

;

cf. p. '172-474.


1

BlBLIÜTilÈQÜE DES UNIVERSITES DU MIDI

8/i

partie scientifique de

médecin Âusonius

le

son ouvrage.

ait

des époques de la lune où

de bouc destinées à et

— qui

A peu

même

la

est

peu proJ3able que

à l’astrologue Arborius l’indication

il

convenait de recueillir

les crottes

üicredibile

coniposition des pilules

la

unicum rernediarn

près à

Il

le

guérirent de la sciatique.

époque où Marcellus rédigeait son

manuel de médecine destiné à assurer la santé et la vie des pauvres gens, un auteur ecclésiastique

à prolonger

poème de cinq

le Corrimoni-

cent dix-huit distiques élégiaques,

comme

toriain, qui,

publiait

disent les Bénédictins, «est proprement

le

une instruction qui découvre qu’il faut éviter pour arriver à

voie qu’il faut tenir et celle

la

la vie éternelle*. »

Le dernier éditeur de ce poème,. L. Bellanger%

se

fonde sur

allusions aux faits historiques qui se trouvent dans le

les

monitovium pour en

«

un

Com-

placer la composition à une date posté-

rieure à celle de 4o6, année de l’invasion des Vandales, ou

bien de 4 12

Midi de

la

de ces

année de l’établissement des Wisigoths dans

Gaule

est,

saint Orient,

L’auteur, qui

»

chrétiens

poètes

Gaule»-', «

,

sans*doute,

peut être mis au nombre

presque

qui,

comme

évêque d’Auch

«

».

le

tous,

fleurirent

en

l’affirment les Bénédictins,

Le poète

était,

en

effet,

de

la

Gaule, ou, tout au moins, y vivait dans les régions du Midi. « Le temps de la vie et de l’épiscopat de saint Orientius flotte entre la fin

On ne

du

iv'^

et le

connaît pas

commencement du

la liste

nianus, qui mourut en 363,

et

v® siècle^. »

des évêques d’Auch entre ürsi-

Armentarius qui signa

la lettre

synodale des évêques de Gaule au pape saint Léon, en 45i. Orientius, qui fait allusion soit à l’invasion des Vandales, soit à l’établissement des

45

le

d’Auch pendant une période plus voisine de

siège épiscopal l’an

Wisigoths en Gaule, a dù occuper

que de

l’an 363.

255.

r.

Histoire littéraire de la France,

3

L. Bellanger, Le poème d’Orienliits, édition critique, étude philologique et litte

.

faire, .traduction. Paris, igo3. S. !t.

5.

Bellanger, ouvr. Bellanger, ouvr. Bellanger, ouvr.

cité, p. cité, p.

76 82

.

.

cité, p. g3.

l.

II, p.


85

l’astrologie chez les GALLO-nOMAlAS

Dans

le

Commoniiorium, Orientius

«

a entrepris

d exposeï

ponr la direction méthodiquement quelques règles essentielles en sa destinée»-. H met de la vie et declairer l’homme sur contre tous

les fidèles

garde

crimes, toutes

les

erreurs,

les

conseils, fauteur du poème veut, grâce à ses de fouler sans danger donner à son fidèle lecteur le pouvoir

toutes les vanités

le

;

remarquable que le Commopratiques pas la persuasion de s’adonner aux plaît a parmi les pièges que le tentateur se humaine. Dn seul vers fait allusion aux

cou verdâtre du serpent".

nitorium ne cite

de l’astrologie

est

Il

dresser à la créature astres à

Dieu

:

«

de

libre

entouré^ par propos des biens dont l’homme a été 1 équiPour toi, la voûte du ciel, l’étendue de la terre, l’air et les flots

de l’Océan... Pour

toi, le soleil

resplen-

lune répand sa rougeâtre lumière^. » Orientius donne La nature entière est créée pour l’homme adorer le à entendre que l’homme ne doit pas

dit, les astres étincellent, la

;

évidemment soleil, la

les astres et leur attribuer

lune et

celle de l’éclairer;

que

admettre que, séduits

humains

mais

il

par

une autre propriété

n’insiste pas,

tentateur,

le

se soient laissés aller à l’astrologie

il

ne semble pas

quelques-uns des

ou à f astrolâlrie.

de Le meilleur manuscrit d’Orientius, celui de Saint-Martin Tours, qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque lSationale^ contient et attribue avec vraisemblance â fauteur du Comnio-

composent de soixante -deux

nitoriam deux Orationes qui se

Dans

sénaires iambiques^.

question des prières que

la

les astres

Soleil avec

qu’invoquent

et

le

chaque mois,

et

les Pléiades,

celle

du matin,

et toutes les

Bellangcr, ouvr. cité, p. 229d’Orientius » (p. 229-201). I.

Commonit.,

3.

Il, v.

i

première de ces pièces,

N

et

adressent à Dieu sa

sœur qui

Orion, et

l’étoile

.

Commonit.,

I,

v.

1

:

Sol splendet, lacent sidéra, luna rubet. (i.

5

.

Bellanger, oavr. Bellanger, ouvr.

cité, p. 22 et

cité, p.

G

est toi

renouvelle

du

soir et

oir tout le chapitre « Doctrine et sentiments

:

16

«

est

gouttes qui étincellent à la voûte

Si monilb gradiare meis, fidissime leclor, Caerala srcurus colla prernes colabri. 3

se

:

il

suiv.

99 et suiv.


86

BIBLIOTHÈQUE DES UNIVERSITES DU MIDI

céleste*. » Je

ne crois pas qu’on puisse rien relever dans ce

passage qui

rapport à une superstition astrologique

ail

:

c’est

simplement, avec l’adaptation d’un vers de V Amphitryon de Plaute

une réminiscence du verset du Psaume

2,

astres sont invités à célébrer le Seigneur

Louez rÉternel dans lieux.

Vous

deux; louez- le dans

les

louez-le. Louez-le, Soleil et jetez

de

la

C’est à

Lune;

lumière, louez-le

et

!

plus hauts

les

vous toutes,

tous, ses anges, louez-le;

les

Louez l’Éternel

«

:

cxlviii

ses

vous toutes,

armées,

étoiles qui

»

une époque voisine de

celle

œuvres d’Orientius

les

furent composées, tout au moins après l’an 4 i 2 et avant l’an

45 1

,

que Cassien

paraître

fit

ses

ouvrages,

principalement

destinés à l’instruction et à l’édification des moines. Si Joan-

— on

nes Cassianus n’était pas Gallo-Romain de naissance

ignore sa patrie

— c’est dans

^'

Gallo-Romains

qu’il

religieuse dans

un

l’Égypte,

a écrit.

Gaule

la

et

pour des

Après avoir reçu son éducation il

partit,

en Sgo, pour

passa dix années dans la fréquentation des

il

s’attache à saint Jean il

Midi de

de Rethléem,

cloîti’e

anachorètes. De 4oo à 4o5,

En 4i5, hommes,

le

il

réside à Constantinople,

Chrysostome; puis,

il

se

rend à Rome.

fonde à Marseille deux cloîtres, l’un pour

l’autre

pour

femmes. En 43o,

les

il

il

les

publie sept livres

de polémique écrits pour réfuter l’hérésie de Nestorius^. Dans sa notice sur Cassien, Gennade rapporte que l’auteur ne survécut pas longtemps à l’achèvement de ces livres'^ I

.

Oratio

/,

v.

1 1

:

Te SoUs astnim eum sonore menstrua, Vergiliae,

Jugulo, Vcsperugo, Lucifer,

Omnesque guttae praemicantes •2.

Ainphilryoït,

1

,

i,

v.

Ner

nj);

Jiigiilae, iieque