Page 1

2ème version – Novembre 2011

Le Développement Durable, c’est :  Un objectif : réconcilier les activités économiques et sociales avec la préservation de notre environnement et le respect des hommes ;  Une vision : agir aujourd’hui pour demain ;  Un principe : penser global, agir local.

Intégrer le développement durable { son activité, c’est avant tout se poser la question du besoin et de la nécessité… « Ai-je vraiment besoin d’acheter, de consommer, de jeter ? » C’est aussi penser { l’impact que nos actions auront sur la planète et sur les autres… « Existe-t-il d’autres solutions ? Comment font les autres ? »

…en gardant { l’esprit que consommer mieux, c’est souvent consommer moins.

Ce guide est une ressource où vous pourrez puiser des idées, outils pratiques et contacts clés pour mettre en œuvre des actions en lien avec le développement durable au sein de votre établissement. Après la présentation de l’organisation retenue pour le déploiement de la politique développement durable du groupe, il est divisé en 9 thèmes, correspondant en partie aux grands chantiers du développement durable au Groupe SOS :

1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Action de diagnostic Sensibilisation au développement durable Lutte contre le gaspillage Informatique verte Gestion des déplacements Gestion des déchets Prise en compte du lien santé - environnement Autres achats responsables Partenariat avec l’Agence du Don en Nature

Le contenu de ce guide constitue une introduction à ces thèmes, introduction nécessitant souvent des développements plus importants (que vous pourrez éventuellement trouver sur l’intraSOS). Quoi qu’il en soit, la Direction Développement Durable & Achats (DDDA) du Groupe SOS se tient à votre disposition pour vous accompagner dans votre démarche et répondre à toutes vos questions. Si vous imprimez ce document, utilisez du papier recyclé ou issu de forêts gérées durablement, imprimez en recto verso, noir et blanc et 2 pages par feuille.

1


Le Groupe SOS est engagé depuis plusieurs années dans une démarche de développement durable, visant à systématiquement intégrer à nos pratiques les dimensions sociales, économiques et environnementales, ainsi que leur interdépendance. L’idée étant qu’il n’est plus envisageable de lutter contre les exclusions ici et aujourd’hui (raison d’être du Groupe SOS) sans tenir compte de notre contribution, au travers de notre impact écologique, à l’apparition de nouvelles formes d’exclusion, aujourd’hui ou demain, ici ou ailleurs (réfugiés climatiques, difficultés d’accès aux ressources, précarité énergétique, etc.). Au-delà de la démarche volontaire porteuse de sens, les exigences réglementaires se font par ailleurs de plus en plus fortes dans nos secteurs. Cette démarche a donné lieu à la publication d’un premier rapport de développement durable, portant sur la période 2008-2010. Cependant, la concrétisation de la politique développement durable d’une organisation aussi vaste et

variée que le Groupe SOS suppose de disposer de personnes-relais au sein des établissements : une telle démarche ne peut être menée à bien sans une connaissance précise des réalités de l’action sociale et, plus généralement, d’une proximité avec le terrain. C’est pourquoi, l’axe majeur de la politique développement durable du groupe, validé par l’ensemble des directions générales, est la constitution d’un réseau de référents développement durable. Ce réseau comptait plus de 40 membres fin septembre 2011. NOMINATION ET FONCTIONNEMENT Les référents sont des volontaires, motivés pour mettre en œuvre des actions en lien avec le développement durable dans leur établissement. En cas de candidatures multiples, le directeur de l’établissement désignera la personne la plus adaptée. Le profil idéal est celui d’assistant de direction ou de cadre administratif, mais il n’y a pas de règle. La diversité des profils favorise la richesse des échanges au sein du réseau. Quoi qu’il en soit, les caractéristiques suivantes peuvent être prises en compte :  Volontaire, bien intégré à l’équipe et doté d’un esprit d’initiative ;  Disposant d’une vision / connaissance transverse du fonctionnement de l’établissement ;  Associé à des démarches comme l’évaluation des ESMS et autres groupes de travail internes ;  Maîtrisant les outils informatiques. La démarche de développement durable peut naturellement être menée par un groupe de collaborateurs, notamment pour les établissements de grande taille. LES MISSIONS ET LE CADRE D’INTERVENTION DES RÉFÉRENTS DÉVELOPPEMENT DURABLE Les missions du référent consistent à :  Être l’interlocuteur privilégié de la direction développement durable et achats au sein de l’établissement, afin d’identifier les besoins et d’opter pour des solutions réalistes et efficaces.  Sensibiliser ses collègues, faire connaître les enjeux du développement durable étant le préalable indispensable à toute démarche réussie dans ce domaine. 2


 Proposer des actions au directeur de l’établissement, sur la base notamment du socle commun sur lequel s’appuient l’ensemble des structures du groupe (le guide que vous êtes en train de lire).  Appuyer le déploiement des actions incontournables et communes à l’ensemble du Groupe SOS (politique achats, comptabilité environnementale…).  Identifier, en collaboration avec la direction développement durable et achats, les enjeux spécifiques à son établissement et les actions appropriées.

 Suivre les résultats des actions menées, et les communiquer à la direction développement durable et achats, en vue de la rédaction du rapport développement durable du Groupe SOS.  Participer, plus globalement, à l’animation et à la vie du réseau de référents : échanges, propositions, travail collaboratif de mise à jour du socle commun d’actions… L’activité du référent développement durable est bénévole, il mène sa mission sans que cela ne nuise à l’accomplissement des fonctions pour lesquelles il est salarié. Dans le cadre de son activité de référent, il reste sous l’autorité de son chef de service et/ou de son directeur. Il les informe des projets qu’il envisage, le directeur pouvant les stopper s’il les juge contraires ou inadaptées au projet d’établissement. Le directeur a seul compétence pour accorder les ressources nécessaires à la réalisation d’une activité

proposée par le référent. Du fait de ce principe de volontariat, le temps à consacrer aux missions des référents développement durable ne peut être défini a priori : il dépend de l’engagement et bien sûr des disponibilités. Toutefois, la réalisation de quelques actions simples ne demande que peu de temps. Quel que soit l’engagement du référent et plus généralement de l’établissement en faveur du développement durable, l’avancement de ce dernier est évalué dans le cadre de la démarche qualité et le développement durable est un item de l’évaluation annuelle du directeur d’établissement. L’ANIMATION DU RÉSEAU Le réseau des référents développement durable est animé par la direction développement durable et achats du Groupe SOS. L’essentiel de la communication se fait à distance (mails et téléphones), mais des rencontres, individuelles ou collectives, peuvent être envisagées. Pour permettre au référent de mener à bien ses missions, le directeur lui garantit un accès régulier à un ordinateur relié à Internet (pour cela, il peut éventuellement profiter du partenariat conclu pour l’achat de matériel informatique reconditionné à bas prix). Les référents sont tous dotés a minima d’une adresse mail et d’un accès à l’intranet développement durable et achats (mail et accès créés pour l’occasion si besoin). Ils peuvent accéder à des modules de formation en ligne au développement durable : trois modules de formation, en partenariat avec Terra Academy, pour un tarif négocié de 75€ HT.

Les modalités de l’animation du réseau évolueront en fonction des demandes des référents. Sont toutefois retenues, dans un premier temps, les dispositions suivantes (liste non exhaustive) :  L’envoi régulier d’une newsletter, détaillant les nouvelles recommandations d’action, les réalisations particulières de certains établissements, ainsi qu’une revue de presse ;  L’envoi annuel des statistiques sur les achats responsables, détaillées par segment et par établissement ;  La diffusion d’outils pratiques, notamment de sensibilisation, au fur et à mesure de l’avancement de la démarche ;  Une adresse mail unique est mise en place pour contacter l’ensemble des référents DD : referents-dd-groupe-sos@googlegroups.com 3


Réaliser

un diagnostic est une étape incontournable de toute démarche de développement durable, notamment pour les établissements de taille relativement importante : le diagnostic permet de définir les priorités du plan d’action à mettre en œuvre.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 Chaque organisation ayant ses spécificités, les

 Il existe un certain nombre d’outils

enjeux de développement durable varient fortement d’un établissement { l’autre

 Les principaux impacts sur l’environnement ne sont pas toujours ceux qu’on croit, c’est pourquoi il est nécessaire de s’appuyer sur des outils d’analyse fiables pour définir les actions prioritaires

permettant de diagnostiquer les enjeux de votre établissement

 Un travail personnalisé peut être entrepris avec la DDDA

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Assurez-vous que les personnes concernées utilisent correctement les outils créés dans le cadre de la démarche de comptabilité environnementale. Sollicitez la DDDA pour un diagnostic personnalisé et pour formaliser un plan d’action. Réalisez un diagnostic de performance énergétique sur vos bâtiments : pour un coût allant de 1000 à 3000€ (en fonction de la taille de l’établissement), vous obtiendrez une vue complète de la performance énergétique de vos bâtiments, accompagnée d’un plan d’action concret (avec estimation des coûts et des temps de retour sur investissement pour chaque action). Ce type de diagnostic est généralement pris en charge par le propriétaire du bâtiment, mais peut l’être pour tout ou partie par le locataire. Réalisez le Bilan Carbone© de votre établissement. Là aussi, vous bénéficierez d’une vue complète sur l’impact environnemental de vos activités et d’un plan d’action correspondant. Auxilia est en mesure de vous accompagner dans cette prestation. Proposez-vous comme volontaire pour être le premier établissement bénéficiaire d’un programme d’audit de la qualité de l’air intérieur. Réalisez un autodiagnostic sur le développement durable dans votre établissement. Il existe des outils sectoriels gratuits (établissement de santé via le C2DS, événementiel, etc.) pour cela. Rapprochez-vous de la DDDA pour plus d’information.

En savoir plus / Contacts C2DS

www.c2ds.com

5


La sensibilisation de chacun d’entre nous aux enjeux et principes du développement durable constitue la première étape inévitable d’une politique ambitieuse en la matière : aucune action ou dispositif en lien avec le développement durable ne peut être efficace sans la participation de l’ensemble des parties prenantes (salariés, usagers, etc.).

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 62% des Français considèrent ne pas disposer

 Contribuer à la prise de conscience des

de suffisamment d’informations pour acheter « responsable »

 La prolifération des labels et des allégations environnementales (« naturel », « écologique », etc.) contribue { ce besoin d’information.

différents enjeux du développement durable : épuisement des ressources, changement climatique, etc.

 Lier cette prise de conscience à des possibilités d’actions concrètes

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Profitez des tarifs négociés pour les formations e-learning au développement durable (en partenariat avec Terra Academy), pour vous et/ou vos collaborateurs. Proposez à vos collègues une mini-formation au développement durable : vous pouvez la réaliser vous-même (support disponible) ou la confier à la DDDA). Lancez une campagne de sensibilisation au développement durable, en utilisant des affiches spécifiques (voir auprès de la DDDA). Nous disposons d’affiches thématiques (exposition sur le changement climatique, par exemple) et d’affiches portant sur les écogestes (tri sélectif, lumière, éco-conduite…) Installez une « boîte à idées » (physique ou virtuelle) du développement durable dans votre établissement, afin que vos collaborateurs (et les usagers ?) puissent faire des propositions. Organisez la projection d’un film de sensibilisation lors d’une pause déjeuner.

Utilisez des leviers ludiques tels que le jeu comme outils de sensibilisation au développement durable. Le site comprendrepouragir.org recense un grand nombre d’outils de ce type.

En savoir plus / Contacts Comprendre pour agir

www.comprendrepouragir.org

Intrasos développement durable & achats / Sensibilisation au développement durable :

www.intrasos.net/30287Sensibilisation_au_developpe ment_durable

4


La lutte contre le gaspillage constitue l’un des leviers essentiels d’une politique de développement durable. Le suivi des consommations d’eau et d’énergie, notamment, permet d’appréhender l’impact de ces efforts.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 Malgré le recours massif { l’énergie nucléaire,

 Limiter la consommation au minimum, en

la consommation d’électricité représente près de 11% des émissions de CO2 françaises.

 Les écogestes, aussi anodins soient-ils,

luttant contre le gaspillage.

 Suivre les consommations, car on ne maîtrise que ce que l’on mesure.

permettraient de réduire d’un tiers les émissions de CO2 d’un pays tel que l’Angleterre.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Remplacez vos ampoules par des ampoules basse consommation. Installez sur vos robinets des économiseurs d’eau, disponibles en grands magasins ou en commande sur Internet pour quelques euros, qui font passer le débit maximum à 5 litres par minute. Placez des affichettes (disponibles auprès de la DDDA) dans vos toilettes, et autres pièces concernées, pour inciter à l’extinction de la lumière. Remplissez régulièrement un fichier de suivi de vos consommations d’eau, d’électricité et éventuellement de gaz, lors de la réception de la facture, afin d’évaluer l’efficacité des efforts entrepris (modèle disponible auprès de la DDDA). N’hésitez pas à rappeler des évidences à vos collègues ou aux usagers : ne pas ouvrir la fenêtre lorsque le chauffage est allumé, éteindre les appareils électriques après utilisation, etc. Demandez à vos fournisseurs de dématérialiser leurs factures (téléphonie, électricité…). Investissez dans des tasses afin d’en équiper vos collègues, pour éviter les gobelets en plastique. Installez des récupérateurs d’eau de pluie, si c’est possible et si l’eau collectée peut avoir une utilité dans votre établissement (espaces verts…). Voir avec la DDDA pour le fournisseur.

En savoir plus / Contacts Fichier de suivi des consommations

http://www.intrasos.net/30624-Energie

Récupérateurs d’eau de pluie

www.emeraudecreation.fr/produits/recuperateurs-d-eau/

6


La

politique « Green IT » (informatique verte) consiste à prendre en compte les impacts sociaux et environnementaux de l’achat et de l’utilisation de vos ordinateurs, imprimantes, photocopieurs et téléphones.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 La fabrication d’un ordinateur nécessite le

 Favoriser la réutilisation et le recyclage de vos

poids moyen d’une voiture en matières premières.

 L’utilisation de l’informatique représente 20 { 30% de la consommation électrique des entreprises.

 Seul 1 ordinateur sur 10 est recyclé aujourd’hui.  1,2 milliards de téléphones mobiles ont été

appareils en fin de vie.

 Acheter de préférence du matériel reconditionné, ou à défaut du matériel écoconçu et peu consommateur d’énergie.

 Faire des économies d’énergie et de papier lors de l’utilisation de vos appareils.

vendus dans le monde en 2009, autant de déchets dans quelques mois ou années.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Utilisez, pour l’achat de matériel neuf, l’accord-cadre négocié avec Prodware, notre revendeur informatique, sur la base notamment de critères environnementaux (équipements écolabellisés). Privilégiez le matériel informatique reconditionné à bas prix auprès d’Ecodair, ESAT et entreprise adaptée. Des tarifs ont également été négociés avec Connexing, pour l’achat de matériel de téléphonie fixe reconditionné. Equipez votre informatique avec des logiciels à bas prix au travers du programme ADBSolidaTech, permettant à des associations de bénéficier de dons notamment de Microsoft (contacter la DDDA). Evitez les imprimantes individuelles, et passez par notre contrat-cadre avec Canon, vous permettant de bénéficier de photocopieurs en location à des prix compétitifs (ce qui vous évite notamment d’avoir à prendre en charge leur fin de vie). Canon privilégie les photocopieurs éco-labellisés et/ou reconditionnés. Privilégiez les cartouches reconditionnées si vous utilisez tout de même des imprimantes individuelles, dès lors que la garantie de l’imprimante est arrivée à terme. Sensibilisez vos collaborateurs à l’usage économique et responsable de vos ordinateurs et photocopieurs, en diffusant une charte des bonnes pratiques (disponible auprès de la DDDA), et/ou en configurant leurs ordinateurs et les photocopieurs. Confiez vos consommables et équipements informatiques usagés (téléphones compris) aux Ateliers du Bocage, entreprise d’insertion du réseau Emmaüs, pour reconditionnement ou démantèlement et recyclage.

En savoir plus / Contacts Intrasos développement durable & achats / Green IT : www.intrasos.net/6846-Green_IT Prodware

Frédéric Antczak

09 79 999 557

fantczak@prodware.fr

Canon

Marc Mortet

04 91 11 60 18

marc_mortet@fsi.canon.fr

Ecodair

Christophe Girard

01 44 65 07 77

cgirard@ecodair.org

Connexing

Mehmet Yesilata

0240929813

m.yesilata@connexing.fr

Ateliers du Bocage

Christian Van Wynsberghe

01 48 44 62 85

christian.adb@wanadoo.fr

7


La politique déplacements vise à limiter l’impact environnemental et financier de notre flotte de véhicules, de nos déplacements professionnels et de nos déplacements domicile-travail.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 Le secteur des transports contribue à 35% des

 Préférer les transports en commun { l’usage de

émissions de CO2.

la voiture quand cela est possible.

 55% des accidents du travail sont des accidents de voiture.

 Les ménages français consacrent 15% de leur budget aux transports.

 La moitié des trajets en voiture est de moins de

 Soutenir la « mobilité alternative », afin de limiter l’usage de la voiture pour des trajets inférieurs à 3 km.

 Choisir des véhicules peu consommateurs et faiblement émetteurs de CO2.

3 km.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Privilégiez la location longue durée avec Dexia LLD pour vos besoins en véhicules, ce qui vous permet de bénéficier des voitures les plus performantes en termes de consommations de carburant et d’émissions de gaz à effet de serre. Privilégiez les « offres vertes » (cf. « carpolicy » du groupe), et tenez compte du « coût global » du véhicule. Des véhicules électriques seront prochainement proposés par Dexia LLD. Faites connaître le concept d’éco-conduite, qui permet de réduire en moyenne de 25% la consommation de carburant d’un véhicule (affiche et support de formation disponibles auprès de la DDDA). Si vous disposez d’un important parc de véhicules, il est possible d’organiser une formation (gratuite) à l’éco-conduite. Vous pouvez également suivre la consommation de carburant de vos véhicules pour évaluer les résultats (outil disponible). Faites connaître, au travers par exemple de l’affichette dédiée, le dispositif de remboursement des abonnements au vélo en libre service. Formez vos collaborateurs à l’utilisation (et à l’intérêt) du nouveau formulaire de note de frais, et plus généralement de la comptabilité environnementale. Etudiez la possibilité de substituer l’autopartage (location de véhicule pour de courtes durées) aux véhicules de service (principalement dans les grandes villes, où ce type de service est disponible). Pensez à organiser le covoiturage lors des déplacements collectifs (journée du personnel…) si vous utilisez la voiture, ainsi qu’{ prendre vos places de train plusieurs semaines en avance. Réfléchissez en termes de Plan de Déplacements Entreprise (PDE) : réalisez une enquête sur les déplacements (domicile/travail ou professionnels) de vos collègues et envisagez des actions en fonction des résultats (outils et méthodologie disponibles auprès de la DDDA). Action réservée aux plus gros établissements du Groupe. Si votre établissement en est dépourvu et que sa localisation s’y prête, installez une borne vélo. Vous pouvez également vous équiper d’une flotte de vélos (électriques si besoin), utilisables pour les petits déplacements.

En savoir plus / Contacts Intrasos développement durable & achats : • Déplacements : www.intrasos.net/6893-Deplacements • Comptabilité environnementale : www.intrasos.net/10893-Comptabilite_environnementale Dexia LLD

Timothée Pignol

01 57 69 58 13

timothee.pignol@dexia-lld.fr

8


La politique déchets consiste à maîtriser au mieux les différents types de déchets générés par nos activités, en les réduisant à la source ou en leur donnant une seconde vie.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 La production d’ordures ménagères a plus que

 Passer du jetable au réutilisable.  Préférer le recyclé au recyclable (par exemple

doublé depuis 1960.

 La majeure partie des déchets est soit enfouie, soit incinérée, ce qui contribue à la pollution des nappes phréatiques, au changement climatique et à la destruction de ressources non renouvelables.

pour le papier).

 Privilégier les produits à faibles quantités d’emballages.

 Trier et recycler tout ce qui peut l’être.

 Environ 15% seulement de nos déchets sont recyclés.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Déployez le tri sélectif en demandant une poubelle spécifique auprès de la collectivité en charge de la collecte (commune ou intercommunalité). Si besoin, il est possible de passer par un prestataire, ou d’apporter vos déchets à un point d’apport volontaire. Diffusez largement les consignes de tri. Vous pouvez sensibiliser vos collaborateurs au tri sélectif via la mise en place d’affiches explicatives dans vos locaux, disponibles auprès de la DDDA (et pouvant être adaptées aux spécificités de votre établissement), ou via la rédaction d’une procédure spécifique dans le cadre de la démarche qualité. Déployez le tri sélectif spécifique du papier, en passant par nos accords-cadres : Nouvelle Attitude en Île-de-France (entreprise d’insertion), A4 Recyclage en PACA. Sollicitez la DDDA pour trouver un prestataire dans votre région. Confiez vos déchets spécifiques (ampoules, piles, cartouches d’encre et déchets électriques et électroniques…) aux Ateliers du Bocage, entreprise d’insertion du réseau Emmaüs. Etudiez la possibilité du compostage dans votre établissement (si vous disposez d’espaces verts et d’une cuisine), dans une optique de réduction des déchets à la source. Cette démarche constitue également un excellent levier pédagogique de sensibilisation au développement durable. Des techniques modernes et efficaces existent. Formez votre personnel et/ou les usagers aux enjeux et à la gestion des déchets : dans les établissements de santé, cette démarche permettra notamment de réduire les DASRI ; dans les établissements sociaux, le thème des déchets permet une introduction au développement durable pour les usagers. Contacts disponibles auprès de la DDDA. N’hésitez pas à solliciter la DDDA pour toute question, par exemple pour valoriser un gisement de déchets spécifiques à votre établissement.

En savoir plus / Contacts Intrasos développement durable & achats / Gestion des déchets : www.intrasos.net/6894-Gestion_des_dechets Nouvelle Attitude (IDF)

Michaël Mouneyrac

06 47 89 31 72

michael.mouneyrac@nouvelle-attitude.fr

A4 RECYCLAGE (PACA)

Eric Di Mercurio

06 68 78 66 30

a4recyclage@orange.fr

Les Ateliers du Bocage

Christian Van Wynsberghe

01 48 44 62 85

christian@adb-emmaus.com

9


La politique santé-environnement consiste à tenir compte du lien avéré entre pollution et développement d’un certain nombre de pathologies. Cela implique notamment d’appliquer le principe de précaution, de se soucier de la qualité de l’air intérieur, et de soutenir l’agriculture biologique. Les enjeux

Que peut-on faire ?

 Alors que nous passons entre 70 et 90% de

 Aérer régulièrement les espaces intérieurs.  Eviter certaines pollutions comme la fumée de

notre temps dans des espaces clos, l’air intérieur contient jusqu’{ 900 substances chimiques dangereuses : il est souvent bien plus pollué que l’air extérieur.

 Toutes les études démontrent la présence de plusieurs dizaines de substances chimiques dans notre alimentation (en général une centaine), comprenant des cancérigènes et des perturbateurs endocriniens.

cigarette ou les désodorisants.

 Choisir des équipements avec des matériaux peu ou pas polluants.

 Promouvoir l’agriculture biologique.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Utilisez (ou exigez de votre prestataire de ménage qu’il utilise) les produits d’entretien Atout Vert (Purodor), issus de la chimie végétale, 100% naturels, 100% biodégradables et totalement inoffensifs pour la santé. Près de 60 établissements du groupe ont déjà franchi le pas. Confiez le ménage de vos locaux à Plus Que Parfait, entreprise d’insertion (en cours d’agrément) utilisant les produits Purodor (contrat-cadre sur l’IDF). Utilisez, pour vos lessives, des noix de lavage. Testées avec succès au sein du Groupe, ces noix sont aussi efficaces qu’une lessive classique (sur du linge non souillé). Outre la plus-value environnementale, elles sont également beaucoup plus économiques. Si votre établissement passe par un prestataire de restauration collective, demandez à le rencontrer afin d’envisager l’intégration d’ingrédients bio aux menus. Il est souvent possible de négocier cette évolution sans surcoût. Contactez la DDDA si vous souhaitez développer vos approvisionnements alimentaires auprès de fournisseurs bio (fournisseurs sélectionnés et en test). Proposez à vos collaborateurs de se faire livrer des paniers bio sur votre lieu de travail (prestataire sélectionné sur l’IDF, à trouver dans le Sud). Evitez, dans vos choix de mobilier, les verres teintés, solvants organiques, l’aggloméré, le contreplaqué, et privilégiez le bois labellisé FSC ou PEFC (document de synthèse et sélection de fournisseurs disponibles auprès de la DDDA). Agrémentez votre espace intérieur de plantes dépolluantes qui absorberont les composés organiques volatils comme le formaldéhyde, ainsi que le CO2 pour certaines (chlorophytum, ficus, lierre…). Elles constituent également un levier pédagogique en faveur du développement durable et améliorent les conditions de travail. Evitez de placer des imprimantes individuelles dans les bureaux. Privilégiez les photocopieurs (par ailleurs moins coûteux), et placez-les en dehors de votre espace de travail. En cas de travaux prévus dans votre établissement, sollicitez la DDDA pour des recommandations sur le choix des matériaux les moins nocifs pour la santé (et les plus isolants).

En savoir plus / Contacts Intrasos développement durable & achats / Santé-Environnement : www.intrasos.net/6892-Sante_Environnement Purodor

Thierry Quidet

02 32 96 93 93

thierry.quidet@purodor.fr

Monpanierbio (IDF)

Mme Haddad

06 62 52 65 68

info@dansmonpanierbio.com

10


Les achats responsables consistent à prendre en compte des critères sociaux et environnementaux dans le choix des produits et services que nous achetons. C’est un levier directement opérationnel pour déployer une politique de développement durable. Cette page détaille quelques achats qui n’entrent pas dans le cadre des grands chantiers décrits dans les pages précédentes.

Les enjeux

Que peut-on faire ?

 Chaque employé français imprime en moyenne

 Opérer un choix responsable des fournitures

28 pages par jour, chiffre en constante augmentation.

 La culture du coton est la plus polluante au

de bureau, du textile, des cafés et thés…

 Soutenir l’économie sociale et solidaire et l’emploi des travailleurs handicapés au travers de nos achats.

monde : elle utilise 25% des pesticides pour seulement 2,5% des surfaces cultivées. La production d’un kg de coton nécessite également plus de 7000 litres d’eau.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’actions

Impact

Pour l’achat de fournitures, passez par notre contrat-cadre avec Paradisconso, qui propose des prix compétitifs et une large gamme de produits « responsables » (papier recyclé et/ou issu de forêts gérées de manière durable, stylos conçus à partir de matières recyclées, fournitures rechargeables…). Un document disponible sur l’intrasos répertorie les fournitures recommandées au sein du catalogue de Paradisconso. Optez pour des textiles en coton bio et/ou équitable. Essayez également de remplacer le coton par du lin lorsque c’est possible. Faites appel au réseau GESAT pour vous accompagner (gratuitement dans le cadre du partenariat avec le Groupe SOS) dans vos achats et vos appels d’offres auprès du secteur protégé et adapté (ESAT, ex CAT, et entreprises adaptées). Privilégiez également, dès que possible, les achats auprès d’entreprises d’insertion. Soutenez l’agriculture biologique et le commerce équitable d’abord là où c’est le plus simple : les achats de café et de thé. En Île-de-France, vous pouvez passer par Altermundi. N’hésitez pas à solliciter la direction développement durable & achats pour tout achat spécifique ou pour faire le point sur les achats de votre établissement. Changez de fournisseur d’énergie pour un fournisseur alternatif privilégiant les énergies renouvelables (Enercoop, Planète oui…) . Contacts disponibles auprès de la DDDA.

En savoir plus / Contacts Politique achats du Groupe SOS : www.intrasos.net/10810-Achats_et_services_generaux Paradisconso

Philippe Dominguez

01 78 94 52 48

philippe.dominguez@paradisconso.fr

Réseau GESAT

Emmanuel Chansou

01 75 44 90 00

emmanuel.chansou@reseau-gesat.com www.reseau-gesat.com

Altermundi

Vincent Bouchaudon

06 79 36 06 98

11


Le Groupe SOS a conclu un partenariat avec l’Agence du Don en Nature, qui propose à peu de frais des produits invendus non alimentaires aux usagers des associations du groupe.

Adhérer à ce partenariat permet à votre établissement :

Les enjeux

 99% des ressources prélevées deviennent des

 De disposer de produits à bas prix.  D’améliorer le bien-être des usagers.  De participer à la réduction de tonnes de

déchets en moins de 42 jours.

 Les invendus des grands distributeurs sont systématiquement destinés à la destruction (incinération ou enfouissement).

déchets.

 20% des vêtements fabriqués sont invendus. Les conditions pour adhérer :

 S’acquitter d’une participation aux frais logistiques (5% maximum de la valeur marchande du produit).

 Rendre compte, tous les 6 mois, de l’utilisation des produits { ADN.

Voici la procédure à suivre pour adhérer :

     

Remplir et renvoyer le formulaire d’identification de vos besoins, fourni par la DDDA. Une convention de partenariat pré-remplie est mise à votre disposition. Remplir la convention de partenariat (étapes 1 et 3 uniquement) et l’envoyer à ADN. ADN vous fournit des codes d’accès pour vous connecter sur son site internet. Vous effectuez vos commandes en ligne (minimum d’une palette par commande). Les produits vous sont livrés quelques jours plus tard.

Difficulté de mise en œuvre

Pistes d’optimisation Au lieu de vous faire livrer les produits, vous pouvez dans la mesure du possible aller vous-même les récupérer à l’entrepôt (Chambly jusqu’à fin 2011, Malesherbes ensuite), ce qui vous évite d’avoir à prendre en charge les frais de transport. Si vos besoins en produits sont insuffisants compte tenu des quantités proposées par l’ADN, vous pouvez mutualiser une ou plusieurs commandes avec d’autres établissements géographiquement proches de vous, puis vous refacturer les commandes. La DDDA peut vous aider à vous organiser si besoin. Vous pouvez inclure des indicateurs de développement durable à votre rapport d’auto-évaluation (achats responsables et gestion des déchets) grâce aux données fournies par la DDDA pour chaque établissement (valeur marchande des produits reçus, équivalent en tonnes de déchets non générés).

En savoir plus / Contacts Agence du Don en Nature

Stéphanie Goujon

06 61 10 03 77

sg@adnfrance.org

Site de l’ADN et accès au catalogue produits : www.adnfrance.org

12


Ce guide ne constitue qu’une introduction. Après avoir choisi les thèmes sur lesquels vous souhaitez commencer à travailler, vous pouvez obtenir plus de détails sur l’intraSOS ou auprès de la Direction Développement Durable & Achats. N’hésitez pas à nous solliciter pour tout enjeu de développement durable spécifique à votre établissement

et/ou à votre activité. A noter : ce guide présente des pistes pouvant généralement être mises en œuvre avec un faible budget. Si toutefois vous souhaitez avancer sur des actions plus conséquentes mais que le coût est un frein, il existe des possibilités de financement pour les actions en lien avec le développement durable (subventions de l’ADEME, mécénat, etc.).

Plus d’informations :  Sur l’intraSOS, rubrique Développement Durable & Achats : www.intrasos.net/7505-Actualites

 Auprès de la Direction Développement Durable & Achats

Vous êtes bien évidemment invité à faire part à la DDDA :

― de vos remarques ou suggestions pour améliorer ce guide, notamment des idées de nouvelles actions à mettre en place ;

― de vos éventuelles difficultés dans le déploiement de certaines actions.

»

Contacts

Yann Auger

Responsable Développement Durable & Achats

01 58 30 55 27

yann.auger@groupe-sos.org

Dunvell Autret

Chargée de missions Services Généraux

01 58 30 55 51

dunvell.autret@groupe-sos.org

13

Guide du développement durable au Groupe SOS  

Guide du développement durable au Groupe SOS

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you