Issuu on Google+

TERRITOIRES La lettre d’information entre

N°2 JUIN 2009

Aménagement durable du territoire et protection des milieux sensibles

Inauguration de la station d’épuration de Nîmes Ouest La Communauté d’agglomération de Nîmes Métropole et Stereau, filiale ingénierie du groupe Saur, ont inauguré, le 30 mars dernier, en présence de Chantal Jouanno, secrétaire d’État à l’écologie, la station d’épuration de Nîmes Ouest.

MISSION LITTORAL 2009

D’une capacité de 230 000 équivalent habitants et dotée de procédés innovants, l’installation traite les eaux usées des 26 communes de Nîmes Métropole. Le traitement biologique par boues activées Sessil® et le traitement tertiaire par décantation Delreb® garantissent un rejet au milieu naturel de qualité contribuant à la protection du milieu sensible récepteur : le Vistre. Procédé écologique et économique, Mycet® assure également la réduction de 30% de la production de boues d’épuration.

Sensibiliser les enfants à la préservation de l’eau et de l’environnement Après le succès de l’édition 2008, Mission Littoral reprend la route cet été pour une tournée de 33 plages françaises. Du 12 juillet au 28 août 2009, de Honfleur à Bormes-les-Mimosas, jusqu’à Aix-lesBains, le groupe Saur propose aux milliers d’enfants en vacances sur les plages un spectacle pédagogique et interactif sur la préservation de l’environnement. Venez à la rencontre de Mission littoral !

Le calendrier des manifestations est disponible sur le site Internet :

Joël Séché, président du groupe Saur ; Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat à l’écologie ; et Jean-Paul Fournier, sénateur-maire de Nîmes et président de Nîmes Métropole

www.littoral.saur.com

S

D

NUMÉRO SPÉCIAL LITTORAL : Dossier et interview consacrés à la gestion environnementale du littoral


Dossier

Saur et la gestion environnementale du littoral Pornic, la propreté au cœur d’une approche environnementale globale

ÉDITO Plus que tout autre territoire, le littoral est un milieu particulièrement sensible dont la gestion mérite notre mobilisation, que nous soyons citoyens ou acteurs politiques, institutionnels et économiques. Toutes ces parties-prenantes se sont mises en ordre de marche à l’occasion du Grenelle de la mer pour une réconciliation de la terre et de la mer, pour un développement du littoral en bonne intelligence avec le monde marin et sa riche biodiversité. Un nouvel équilibre entre les enjeux environnementaux et économiques se dessine. En tant que partenaire de longue date du littoral, nous pouvons nous ériger en témoin des démarches innovantes et exemplaires déjà initiées par les communes au service d’un développement durable et de la préservation de leur territoire. Aussi, en cette Semaine de la mer, nous avons le plaisir de vous proposer un numéro spécialement dédié à cette bonne gestion environnementale du littoral.

Le territoire littoral, plus que tout autre, demande lation peut doubler. Les mois de juillet et d’août, les demande une gestion environnementale globale. Au moyens humains et matériels sont systématiquement niveau des communes littorales, cette nouvelle doublés. approche de la qualité environnementale se traduit par Pour répondre aux besoins du territoire, une nouvelle la recherche continue de solutions et de modes de unité de traitement va être créée, en complément du gestion environnementale les plus écologiques centre d’enfouissement de l’Aiguillon. Baptisée « Ecoet performants possibles », explique centre », l’installation accueillera Philippe Boënnec, le député-maire de 30 000 tonnes de déchets par an. "Cette nouvelle approche Pornic (Loire-Atlantique). « Le Golf de Les déchets valorisables seront Pornic, exploité par Formule Golf, a se traduit par la recherche orientés vers une filière de comainsi été le premier golf français à postage, tandis que les déchets continue des modes obtenir en 2003 l’autorisation pour inertes seront enfouis. « Nous de gestion environnemenla réutilisation des eaux usées souhaitons accorder une grande tale les plus écologiques traitées pour l’arrosage du parcours. place à la sensibilisation du grand Cette initiative nous permet d’éconopublic. Un parcours de découverte et performants" miser jusqu’à 1 200 m3 par jour en été. de la nature, de visite de l’instalL’entretien des plages a également été lation et d’information sur les repensé, avec une approche plus respectueuse de déchets est prévu », développe Philippe Boënnec. l’environnement que par le passé. En effet, une plage « On incitera davantage le grand public à protéger propre n’est pas forcément une plage où il ne reste plus l’environnement par l’adhésion et la compréhension, rien ». plutôt que par la contrainte. Nous devons aider le La propreté constitue un volet important de la gestion public à respecter les lieux sensibles, en aménageant environnementale des communes littorales les sentiers littoraux, en équipant les espaces de soumises à d’importantes variations de population, corbeilles à déchets… » en particulier la collecte sélective, mise en place sur Pour les communes littorales, écologie et économie la Communauté de communes de Pornic en 2003, par sont étroitement liées. « S'il est important de ne pas Coved. Pour la filiale propreté du groupe Saur, la trop exploiter le littoral, celui-ci ne doit pas non plus présence sur le terrain est indispensable pour adapter devenir un sanctuaire immuable. L’intelligence sera le service et garantir une qualité de prestation de trouver le bon équilibre entre la préservation et le constante, notamment les week-ends ensoleillés du développement », conclut Philippe Boënnec. printemps et d’automne, au cours desquels la popu-

Bonne lecture et à très bientôt !

>> Joël Séché Président du groupe Saur et représentant de la FP2E au Grenelle de la mer

Golf du Lac-au-Duc

La gestion du golf du Lac-au-Duc, développer les potentiels d’un territoire sensible Les golfs constituent un pan à part entière de la gestion environnementale globale des communes littorales et lacustres. En décembre 2008, la mairie de Ploërmel a décidé de déléguer la gestion du Golf du Lac-au-Duc à Formule Golf, filiale du groupe Saur. « La gestion d’un golf est un métier de spécialistes. Grâce au réseau Formule Golf, la fréquentation a déjà augmenté par rapport à l’année dernière. Nous sommes très satisfaits », confie Béatrice Le Marre, maire de Ploërmel et conseillère générale du Morbihan.

est un neuf trous. Cela laisse du temps aux golfeurs pour découvrir la région et apprécier la beauté du site et ses nombreux atouts : la base nautique, la plage, les balades… ». La ville de Ploërmel vient de commander un audit pour étudier les potentiels de développement du Lac-au-Duc dans le respect de l’environnement et des différents usagers. « Il nous revient à nous, élus, de faire vivre le territoire et de créer les conditions d’un dynamisme touristique, économique, culturel, social et bien entendu environnemental », développe Béatrice Le Marre. Le Golf du Lac-au-Duc constitue un vecteur d’activité et d’attractivité pour l’ensemble du territoire. « Le golf

Dans ce contexte, la mission de Formule Golf est de mettre en place une gestion dynamique du golf et, à terme, de rentabiliser l’activité golfique pour la commune, tout en développant des modes de gestion respectueux de l’environnement sensible du Lac-au-Duc et de sa biodiversité. « La collectivité et les équipes de Formule Golf ont développé d’étroites relations afin de veiller au respect de l’environnement, notamment de la qualité des eaux du lac. Nous n’avons pas voulu, par exemple, étendre le golf pour en faire un 18 trous dans un souci d’équilibre et de limitation des nuisances environnementales ».


TERRITOIRES N°2 JUIN 2009

Carnac, une démarche exemplaire pour la qualité des eaux littorales

chisation des risques et construction des profils de vulnérabilité des plages de la commune ; conception d’un plan de prévention et de gestion de crise.

Au cœur de la Baie de Quiberon, la ville de Carnac (Morbihan) a développé, dès 2007, une démarche innovante de préservation de la qualité des eaux littorales, ouvrant la voie à un nouveau mode de gestion environnementale du littoral. « La qualité de l’eau littorale est une priorité, liée à notre image touristique. Carnac est une station balnéaire classée depuis 1934, nous passons de 5 000 habitants en hiver à plus de 50 000 en été », explique Michel Grall, député-maire

« Lorsque la directive européenne sur les eaux de baignade est parue, nous avions déjà amorcé une grande partie des démarches nécessaires à l’accomplissement des objectifs fixés à l’horizon 2015. Notre participation à l’élaboration du référentiel de la labellisation Démarche qualité des eaux de baignade, initiée par l’Association nationale des élus du littoral (ANEL), aux côtés des autres villes pilotes, Perros-Guirec, Biarritz et Saint-Gilles-Croix-de-Vie, du MEEDDAT,

En bref

DE NOUVEAUX PARTENARIATS POUR SAUR Le printemps a été un mois riche en signatures de partenariats pour le groupe Saur, qui confirme ainsi son engagement auprès des communes et des acteurs de la gestion environnementale des territoires : • 16 avril 2009 : Signature du partenariat avec l’Association nationale des élus du littoral (ANEL). • 6 mai 2009 : Signature du partenariat avec l’Association nationale des maires des stations classées et des communes touristiques (ANMSCCT)

Grande plage de Carnac de Carnac et vice-président du Groupe mer à l’Assemblée nationale. « Nous avons la chance d’accueillir de très nombreuses exploitations ostréicoles sur notre territoire. Elles ont besoin d’une eau de première qualité ». Les premières actions ont concerné l’optimisation des capacités de traitement : développement du réseau de collecte des eaux usées, extension de la station d’épuration, pour laquelle la technologie membranaire a été retenue. Le dispositif de surveillance de la qualité des eaux littorales a également été renforcé, avec des contrôles étendus et des résultats obtenus en 3 heures grâce au système de diagnostic rapide proposé par Saur, pour une plus grande réactivité en cas de pollution avérée. « La collaboration étroite avec les équipes de Saur sur cette dimension technique a fait naître la conviction que nous pouvions aller plus loin, vers une démarche prédictive », ajoute Michel Grall. La municipalité s’est engagée dans une politique d’anticipation et de gestion dynamique de la qualité de l’eau littorale : évaluation des flux et de leur impact potentiel ; hiérar-

du Ministère de la santé et du Bureau Veritas, est apparue comme une suite logique », poursuit Michel Grall. A travers ce label, il s’agit de valoriser les initiatives existantes, et d’inciter les communes à adopter des modalités de prélèvements et d’analyses et à formaliser des plans de gestion de crise, en vue des échéances réglementaires de 2015. « La pollution ne connaît pas les frontières communales. Il est indispensable d’encourager la montée en puissance, au même rythme, des communes du littoral sur cette problématique. La coordination doit être parfaite entre élus, services de l’Etat et opérateurs industriels, au risque de réduire à néant les efforts déjà réalisés. En réalité, la gestion des eaux littorales comporte trois dimensions géographiques, donc trois niveaux d’action : la commune, le golfe ou la baie, et le bassin versant. Les territoires en amont, dont le littoral est tributaire, doivent impérativement prendre conscience de leur rôle et s’engager aux côtés des communes littorales dans cette démarche globale », conclut Michel Grall.

« Sur une île, tout ce qui se passe en amont a une influence sur le littoral. L’assainissement est donc un élément capital. A la Martinique, la gestion de l’assainissement est à améliorer. Une action forte est en cours, en liaison avec l’Agence des cinquante pas géométriques, en termes d’assainissement et de régulation foncière. Un certain nombre d’études ont été menées, aboutissant à des projets d’aménagement qui entrent aujourd’hui en phase de réalisation. »

• 15 mai 2009 : Signature du partenariat avec l’Association des petites villes de France (APVF) à l’occasion des 20e Assises de l’association à Chinon • 8 juin 2009 : Signature du partenariat avec Surfrider Foundation Europe

Jean-Pierre Balligand, député-maire de Vervins et vice-président de l'APVF ; Martin Malvy, président du Conseil régional de Midi-Pyrénées et président de l'APVF ; Joël Séché, président du groupe Saur ; et Pierre Méhaignerie, député-maire de Vitré et vice-président de l'APVF

« A travers cet engagement réciproque, nous souhaitons contribuer au mieux aux politiques qui sont liées à l'ensemble des thématiques du développement durable, en particulier l'eau, problématique majeure des futures générations » a déclaré Martin Malvy, lors de la signature du partenariat.

Luc-Louison Clemente, maire de Schœlcher et conseiller général de Martinique

Traitement des déchets conchylicoles : Préserver le patrimoine écologique et économique du Bassin de Thau Situé sur l’une des plus importantes lagunes méditerranéennes et composé de 83% de zones naturelles et agricoles, le Bassin de Thau constitue un véritable support pour la conchyliculture, avec des contraintes environnementales fortes. Pour l’agglomération du Bassin de Thau et son EPCI : le Syndicat mixte du Bassin de Thau (SMBT), l’enjeu est de protéger le territoire littoral des conséquences d’un taux migratoire important et de préserver les activités économiques traditionnelles, en premier lieu la conchyliculture. « Nous considérons les conchyliculteurs comme des sentinelles de l’environnement. Leur présence sur le Bassin de Thau impose le respect des normes en

matière de qualité des eaux, cent fois plus contraignantes que celles des eaux de baignade, et contribue à la protection de la biodiversité de la Méditerranée », explique François Commeinhes, maire de Sète et Président du SMBT. « Préserver l’équilibre environnemental, économique et patrimonial du Bassin de Thau est notre priorité. Nous avons ainsi décidé de structurer la compétence de traitement des déchets conchylicoles pour soutenir les professionnels qui en ont la responsabilité, une démarche que nous qualifions d’intégration de gestion ».

a délégué la collecte et le traitement à Coved, filiale propreté du groupe Saur, qui a proposé une offre innovante : un système de compostage par séchage biologique (traitement aérobie). Cette alternative au procédé classique de traitement thermique assure une maîtrise des coûts et de la consommation énergétique. « Filière de compostage et économies d’énergie, l’usine de traitement s’inscrit dans la lignée du Grenelle de l’environnement », ajoute François Commeinhes. Les coquilles du Bassin de Thau, – 10 000 tonnes de coquilles de moules et d’huîtres par an –, sont désormais valorisées en La construction d’un outil de valorisation des déchets amendement calcique. Par ailleurs, en réponse à une conchylicoles est une première en France, une ges- problématique forte des communes, le traitement tion environnementale certifiée ISO 14001. Le SMBT des algues a été intégré au procédé.


TERRITOIRES N°2 JUIN 2009 L’interview

Gil Bernardi, maire du Lavandou, président du Syndicat des communes

◗ De quelle manière le littoral s’est-il imposé comme un volet majeur de la gestion environnementale des territoires ? L’implication des ministères de l’environnement, de la santé et de l’agriculture, de l’Association nationale des élus du littoral (ANEL) et des professionnels, sur les questions liées au littoral, ces dernières années, jusqu’au Grenelle de la mer aujourd’hui, a permis de mobiliser l’ensemble des acteurs concernés : élus, professionnels, usagers de la mer, citoyens… Les élus locaux se sont engagés pleinement dans la recherche de nouveaux équilibres en matière de protection et d’aménagement du littoral. Le travail de régulation réalisé et la mise en place de solutions de traitement se traduisent déjà par une reconquête du milieu marin. Certaines espèces que l’on croyait disparues, comme les nacres (pinus nobilis), les cigales de mer et les mérous bruns, se développent à nouveau. Il s’agit de poursuivre cette démarche au regard de l’évolution de la réglementation en privilégiant la collaboration entre les différents acteurs du littoral. ◗ Aujourd’hui, quels sont les enjeux pour le littoral varois ? Grâce à l’implication de l’ensemble des élus, le littoral varois a atteint une qualité des eaux optimale en Europe. Depuis sept ans, le Syndicat des communes

du littoral varois développe, parallèlement au Pavillon ◗ En quoi la gestion environnementale des communes littorales est-elle particulière ? bleu, la charte « étoiles de mer », qui constitue un véritable engagement pour la recherche de l’excellence La population du Lavandou est multipliée par vingt en matière d’eaux de baignade. en « pointe » de la saison estivale. La gestion des flux L’enjeu porte aujourd’hui sur l’amélioration continue touristiques est donc extrêmement sensible. Pour des unités de traitement des eaux usées, afin relever ce défi et faire face à des événements impréd’obtenir une qualité de rejet maximale. Les élus des visibles, tels qu’un incident sur un poste de relevage communes voisines du Lavandou, de Bormes-les-Mi- en pleine saison touristique ou une catastrophe mosas et du Rayol-Canadel ont engagé une réflexion météorologique, il est important de s’entourer de globale sur l’optimisation des deux stations d’épuration professionnels. intercommunales qui se déversent dans la baie du En décembre dernier, les inondations qui ont touché Lavandou. Il s’agit d’anticiper les exigences futures en la commune avaient rendu la station de Cavalière matière de qualité des eaux de baignade et, au-delà, inexploitable. Grâce au professionnalisme et à la d’envisager de nouveaux modes de gestion environ- mobilisation des équipes du groupe Saur, l’installanementale. En effet, la mise en place de procédés tion a été remise en état dès Pâques, un challenge performants comme, par exemple, le traitement réalisé dans des conditions complexes, et un enjeu membranaire, permet d’envisager la réutilisation considérable pour la commune avant le début de la des eaux usées traitées pour des usages comme saison touristique. Cette mobilisation de personnels l’arrosage des espaces verts. compétents a permis de retrouver une qualité des eaux ◗ Le littoral a fait l’objet de nombreux textes réglementaires et législatifs. Quelles sont les conséquences pour les communes ? Ces dernières années, le travail réglementaire et législatif a été riche. L’ANEL a réalisé un travail important afin que la directive sur les eaux de baignade impose un référentiel commun et exigeant à l’ensemble des pays européens. Les élus doivent aujourd’hui digérer ces évolutions, les traduire dans les faits et les expliquer au public. A mon sens, la sensibilisation et la mobilisation des acteurs du littoral et des citoyens sont déterminantes, bien plus que la superposition de textes parfois contradictoires. A ce propos, un vadémécum clair rassemblant les objectifs littoraux des différents textes sur l’occupation des sols, les profils de vulnérabilité, les normes de qualité de rejet, ou encore le périmètre élargi des parcs nationaux marins…, serait appréciable pour les élus locaux, qui doivent appréhender un véritable maquis législatif, souvent impénétrable, notamment pour les nouveaux élus.

de baignade conforme aux normes, préservant ainsi le potentiel touristique de la commune. ◗ En quoi la qualité environnementale peut-elle constituer une opportunité pour les communes littorales ? Les stations balnéaires, comme Le Lavandou, ne vivent que de la baignade. Certes, la gestion environnementale représente un budget important, mais ces investissements sont à la hauteur de l’enjeu économique que constitue l’activité touristique. Aujourd’hui, les touristes choisissent de plus en plus leur destination sur les critères de qualité environnementale et des eaux de baignade. Les communes balnéaires françaises doivent saisir cette opportunité et se différencier par « l’excellence environnementale ». Dans cette palette d’actions, aucune initiative n’est à négliger. C’est ainsi que la commune du Lavandou a obtenu le 1er prix régional de la mer pour la qualité de ses aménagements littoraux. Une distinction dont nous pouvons être légitimement fiers : citoyens, spécialistes de l’action environnementale et élus locaux.

RÉGLEMENTATION SUR LA QUALITÉ DES EAUX DE BAIGNADE Objectifs 2011 pour les études de profil Le profil de vulnérabilité des eaux de baignade, c’est-à-dire l’identification des sources poten- Saur accompagne les communes balnéaires et et 2015 pour le classement en qualité tielles de pollution, devra être réalisé avant le 1er lacustres en vue des échéances fixées par la régleau moins « suffisante » La directive européenne de 2006 sur la qualité des eaux de baignade s’est traduite par de nouvelles obligations pour les communes balnéaires et lacustres. Dès 2007, les communes concernées ont recensé chaque zone de baignade sur leur territoire. Celles-ci doivent mettre en place, avant le 1er janvier 2010, un programme de surveillance de leurs eaux de baignade (Décret du 18 septembre 2008). L’analyse des eaux de baignade par un laboratoire agréé doit porter sur les deux paramètres retenus : les entérocoques intestinaux et l’Escherichia Coli, dont les valeurs-limites à respecter ont été abaissées.

décembre 2010, en vue de la conception de plans mentation : de prévention et de gestion de crise adaptés. Enfin, l’information du public devra être renforcée • A compter du 1er janvier 2010 : Mise en œuvre du programme de surveillance à l’horizon du 1er janvier 2012.

A partir de 2015, une qualité au moins « suffisante » • Au plus tard le 1er décembre 2010 : Réalisation du sera nécessaire pour garantir l’ouverture d’une profil de vulnérabilité zone de baignade. Le classement des eaux de baignade, en catégorie : « insuffisante », « suffisante », • A compter du 1er janvier 2011 : Mise en œuvre de « bonne » ou « excellente », par le préfet, reposera la procédure de prévention et de gestion des polsur les résultats des analyses réalisées les quatre lutions à court terme dernières années (Arrêté du ministère de la santé du 22 septembre 2008).

Abonnement électronique

TERRITOIRES Directeur de la publication : Brice Soccol

Rédaction juridique : Véronique Landwerlin

Directrice de la rédaction : Alexandra Bardet

Réalisation : idées fraîches®

Photos : Saur, Image&co, Joël Robine, Villes de Carnac et du Lavandou, APVF

Edité par la direction développement du groupe Saur Pour nous écrire : territoires@saur.fr

Pour recevoir les prochains numéros de Territoires par mail et inscrire de nouveaux contacts, écrivez-nous à : territoires@saur.fr

Saur - S.A.S. au capital de 101 529 000 2 - 339 379 984 R.C.S. Versailles - Siège social : Atlantis - 1, avenue Eugène Freyssinet - 78280 Guyancourt - www.saur.com - Design graphique : idées fraîches® - Imprimé sur du papier 100 % recyclé dans le respect de l’écolabel Imprim’vert®

du littoral varois et vice-président de l'Association nationale des élus du littoral.


Territoires n°2 (Juin 2009)