Issuu on Google+

Les conseils de ®

N° 7

Le cholestérol hypercholestérolémie La mortalité cardiovasculaire est toujours la première cause de décès dans notre pays, or un excès de cholestérol représente un facteur de risque majeur. Pour se maintenir en bonne santé, il est essentiel de connaître son taux de cholestérol comme il faut connaître son poids et sa tension artérielle. Le tiers du cholestérol de notre corps provient directement de l’alimentation, les deux autres tiers étant synthétisés par notre organisme, essentiellement par le foie. Le cholestérol circule dans le sang fixé à des protéines particulières pour former des lipoprotéines : LDL-cholestérol (“mauvais cholestérol”) et HDL-cholestérol (“bon cholestérol”). C’est la raison pour laquelle plutôt que de parler d’hypercholestérolémie, il est plus exact de parler d’hyperlipoprotéinémie - sans oublier d’ailleurs les triglycérides - les médecins utilisent quant à eux volontiers le terme de dyslipoprotéinémies. Le cholestérol en excès dans notre sang a la très fâcheuse tendance à se déposer dans la paroi des artères, notamment les artères nourricières du coeur - les coronaires - en constituant des plaques d’athérome, qui peuvent gêner la circulation du sang ou provoquer une coagulation intempestive dans les vaisseaux à l’origine de graves complications. Les conséquences de l’hypercholestérolémie (parfois accompagnée d’une élévation des triglycérides) sont représentées par l’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde (100 000 par an), l’accident vasculaire cérébral et l’artérite des membres inférieurs.

Quel est le taux moyen ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser à priori, il n’existe pas de valeur normale, idéale, valable pour tous. En effet, même s’il est habituel de dire que le cholestérol total ne doit pas dépasser 2 g par litre, cela est exagérément approximatif et les spécialistes savent maintenant que, d’une part, le taux de cholestérol augmente physiologiquement avec l’âge (2 g/l à 20 ans correspond à 2,40 g/l à 40 ans) et que, d’autre part, il faut tenir compte de l’existence d’un ou plusieurs facteurs de risque, comme le sexe associé à l’âge (plus de 45 ans pour

l’homme et plus de 55 pour la femme) et surtout une hypertension artérielle, un tabagisme, ou encore un diabète de type 2 (non insulino-dépendant). ATTENTION : L’accumulation des facteurs de risque est extrêmement négatif pour vos artères et votre cœur. Vous avez un doute ? Votre pharmacien Viadys s’investit pleinement dans le dépistage, notamment de l’hypertension artérielle et du diabète. N’hésitez pas à lui en parler.

Quels sont les traitements ? Des médicaments de plus en plus efficaces, mais … Si un régime correctement suivi pendant plusieurs mois n’est pas suffisamment efficace, votre médecin vous prescrira probablement en complément un “hypolipémiant”. Il le choisira en fonction de votre cas particulier. Il en existe deux grandes catégories : les fibrates et les statines. Les fibrates font surtout baisser les triglycérides et moins le cholestérol. C’est l’inverse avec les statines qui sont de puissants hypocholestérolémiants. D’autres produits sont

également parfois utilisés. Ils doivent toujours être pris régulièrement, autrement dit chaque jour. Dans les cas “difficiles”, le médecin peut prescrire dans un second temps une association de médicaments. Bien entendu, l’effet du ou des médicaments doit être régulièrement suivi par un dosage du cholestérol. Comme pour de nombreux médicaments, ces produits peuvent exposer à des interactions médicamenteuses avec d’autres types de médicaments, même en vente libre.


Prévention : Positivez en changeant vos habitudes !

1 Luttez contre un éventuel surpoids et bien

sûr une obésité (l’obésité abdominale est particulièrement dangereuse pour la santé). Ils s’accompagnent souvent à plus ou moins longue échéance d’une augmentation du cholestérol ; mais on peut aussi avoir un poids normal, voire être maigre et être hypercholestérolémique. Une baisse de 5% du poids a déjà un retentissement très positif.

3 Améliorez votre alimentation, sans vous priver et sans "avoir faim".

4 Diminuez les graisses et choisissez-les avec soin.

5 Mangez des légumes et des fruits. 6 Réduisez votre consommation d’alcool. 7 Faites du sport ou ayez au moins une activité physique régulière : l’exercice musculaire diminue le taux de cholestérol de 5 à 10%.

8 Bien entendu, si vous êtes concerné, il faut impérativement arrêter le tabac et traiter une hypertension artérielle et/ou un diabète.

ESSENTIEL : la prescription éventuelle par votre médecin de médicaments anti-cholestérol ne dispense pas d’observer ces recommandations ... dans tous les cas !

2 Soyez vigilant : 15% des enfants et des

adolescents sont obèses (25% aux USA). L’obésité persiste à l’âge adulte dans 40% des cas.

Les conseils de votre pharmacien Priorité à la diététique : Avant toute prescription de médicaments hypolipémiants, et de toutes façons en association avec eux, il faut toujours donner la priorité à la diététique. Les “fondamentaux” : - Consommez plus de poisson, de pain, de viandes maigres, de légumes “racines”, de légumes verts, d’huile de colza, de maïs et d’olive. - Consommez moins de viandes rouges et privilégiez les volailles et le lapin, la charcuterie. - Evitez les plats frits, la triperie, les abats. - Modérez la consommation d’oeufs. - Remplacez la crème et le beurre par une margarine riche en acides linoléique et linolénique. - Préférez une cuisine nécessitant peu ou pas de graisses (cuisson à la vapeur ou au court-bouillon, viandes grillées). Conseils alimentaires : - Matières grasses : préférez les margarines riches en huiles de tournesol, maïs, olive, noix, soja, colza, pépins de raisin. - Viandes : préférez les viandes maigres et les morceaux dégraissés (veau, cheval, lapin, poulet, dinde, canard, porc…). Ne pas consommer la peau des volailles. - Œufs : pas plus de 2 jaunes d’oeufs par semaine. Evitez les oeufs frits. - Poissons : tous les poissons sont recommandés (sauf l’anguille). Evitez les préparations du commerce et les conserves. - Produits laitiers : préférez le lait écrémé, les fromages et la crème allégée, le fromage blanc à 0%, les laits et yaourts au soja. - Pâtisserie : à consommer toujours en petite quantité. Préférez le pain, les boudoirs et biscuits à la cuillère. - Légumes et féculents : évitez les plats cuisinés avec des matières grasses (frites, chips, olives, amandes, pistaches…). Préférez les pâtes, le riz, les avocats. - Fruits : à consommer sans modération.

Groupe PHR : www.groupephr.fr - E-mail : contact@groupephr.fr

Groupe PHR - Février 2009 - Reproduction interdite

Notre taux de cholestérol est influencé par notre patrimoine génétique (d’éventuels antécédents familiaux doivent inciter à une particulière vigilance) et notre mode de vie que nous pouvons modifier en fonction de notre volonté ! Les grandes études internationales ont montré qu’une baisse du cholestérol est toujours “gagnante”. Une baisse de 1% du cholestérol sanguin diminue de 2% le risque d’infarctus. Et une augmentation de 1% du HDL-cholestérol réduit ce même risque de 3% : mangez plus de poisson !


CHOLESTEROL.indd