Page 1

GRATUIT - NE PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE

LE BIEN-ÊTRE N’A PAS DE PRIX

numéro

16

PORTFOLIO

IL Y A URGENCE À L’HÔPITAL FORME

LES CHAUSSURES INSTABLES ÇA MARCHE PETIT EXERCICE PHILOSOPHIQUE

POUR PENSER AUTREMENT

FRÉDÉRIQUE BEL EST À L’AFFICHE DU DERNIER FILM D’EMMANUEL MOURET

IVG EN DANGER

DES FEMMES TÉMOIGNENT

MALADIE D’ALZHEIMER

LA SOLITUDE

DES AIDANTS

MALGRÉ LA LOI

LA MALADIE

EST TOUJOURS SOURCE DE DISCRIMINATION AU TRAVAIL

• GAGNEZ UN SÉJOUR DÉ TENTE EN VOUS CONNECTANT SUR WWW.PAUSESANTE.FR •

COUVERTURE.indd 12

20/09/11 2:25:25


accompagne Chaque jour, Dessine-moi un mouton /Sida : familles, les personnes touchées par le VIH

- Photo : Christian Kettiger

aide à construire leur adolescents, femmes enceintes… Et les l ou éducatif, c’est une avenir. Suivi médical, psychologique, socia prêtent main forte et les équipe de professionnels dédiés qui leur idien. aident à surmonter les difficultés du quot

Faire un don : www.dessinemoiunmouton.org l Tél. : 0820 140 140 Annonces_pauseSante.indd 1

15/09/11 15:40


RETROUVEZ L’ACTUALITÉ SANTÉ EN DIRECT AVEC L’AFP SUR WWW.PAUSESANTE.FR

ÉDITORIAL Taxer les sodas une mesure injuste et inefficace

L

a polémique enfl e contre cet te taxe défendue par de nombreux politiques et proposée par le gouvernement pour combler le défi cit budgétaire sous couvert de lutte contre l’obésité. Même si cet te maladie est une épidémie qui concernera, selon l’ Organisation mondiale de la santé , plus de la moitié de la population mondiale d’ici 203 0, la mesure paraît t otalement injuste et de plus inefficace sur le plan de la santé. Injuste parce que ce sont les jeunes et les familles les plus économiquement défavorisées qui sont les plus fort es consommatrices de ce type de produit.

Injuste parce que les jus de fruits industriels (qui contiennent autant, voire plus de sucres que les sodas) et les produits cont enant des édulcorants, dont on ne connaît toujours pas exactement la toxicité, sont exclus de cette mesure. Injuste parce que, comme le souligne le député Gérard Bapt, la taxation risque de conduire à une surconsommation de produits lights plus chers à l’achat. Pour le professeur Patrick Tounian de l’Inserm, « l’argument de la lutte contre l’obésité est un argument fallacieux, il n’y a aucun lie n e ntre la consommation de boissons sucrées et l’obésité. Si demain on les interdisait, il n’y aurait pas un enfant obèse en moins. L’obésité est une maladie chez l’enfant. »

Une t elle décision induirait, preuves scientifiques à l’appui, une stigmatisation des obèses qui risque de provoquer du stress et des troubles du comport ement alimentaire responsables, eux, d’une prise de poids. Comme toujours, les internautes ont réagi sur la t oile parfois a vec humour mais aussi a vec un certain réalisme comme en témoigne cette formule de @bravepatrie relevée sur Twit ter : « Par souci d’équité, nous militons pour l’adoption d’une taxe sur le sel, on pourrait l’appeler la gabelle. Ça sonne bien. »●

© DR

FABIENNE AT TALI DI R ECT R I CE DE L A RÉDAC TION

www.pausesante.fr

redaction@pausesante.fr En couverture : Frédérique Bel est photographiée par François Berthier pour l’agence Contour by Getty Images.

Secrétariat de rédaction et révision Laurence Roch.

Suivi de fabrication Rivages.

Directeur des publications Lucien Bennatan. Directrice des rédactions Fabienne Attali. Assistante de la rédaction Cindy Doorgah. Ont collaboré à ce numéro : Ghislaine Andréani, Luc Biecq, Maureen Chavinier, Marie-Christine Clément, Jacques Huguenin, Romain Loury, Damien Mascret, Pascal Turbil. Agora : Paul-Laurent Assoun, Yvan Brohard, Roger-Pol Droit, Michèle Lajoux, Valérie Sebag, Sacha Vodianova.

Direction artistique Julien Imbert. Maquette et iconographie Virginie Bazot, Julie Pauly.

Impression Roularta Printing.

EDITO.indd 3

Régie publicitaire DB Régie. Directrice de la publicité Nadia Riou. Tél. : 06 66 73 49 89. n.riou@dbregie.com

Pause Santé est édité par la société Com’Access 78, boulevard de la République 92100 Boulogne-Billancourt. Tél. : 01 55 20 93 72. ISSN : 1968-93-30. Dépôts légaux à parution.

19/09/11 17:32:12


Sommaire 16 numéro

P. 6

PORTRAIT

Cinéma, série télé,

FRÉDÉRIQUE BEL fait sa rentrée.

> GRAND JEU SUR WWW.PAUSESANTE.FR

GAGNEZ UN WEEK-END

DE DÉTENTE AU GARDEN BEACH HÔTEL DE JUAN-LES-PINS

© François Berthier / ContourPhotos.com / Getty Images

SANTÉ Maladie d’Alzheimer, la solitude des aidants. Reportage aux urgences de l’hôpital de Reims. Sexo : la première fois Le cancer colorectal en chiffres. La maladie chronique au travail. Puis-je m’absenter pour consulter un médecin ?

8 12 14 16 18 22

BELLE ET BIEN Chaussures instables, ça marche ! Qui sont les nouvelles gourous du make-up ? Une thalasso pour retrouver un sommeil de bébé.

24 26 30

NUTRITION & SAVEUR Histoire du repas gastronomique français. Animaux : Pépette est au régime.

32 38

vie

Astucieuse, in telligente et sur tout utile, cett e carte st ocke t outes les inf ormations personnelles (identité, adresse, personne à prévenir), médicales (pathologies, traitements, allergies, intolérances) et administratives (assurance, mutuelle) qui v ous concernen t. Elle permet dans une situa tion d’ur gence et de premier secours de gagner de précieuses minutes et une prise en char ge rapide et plus efficace en cas de malaise ou d’ accident. Lifecarte f onctionne en 6 langues et il suffi t à l’ur gentiste de la glisser dans un téléphone portable ou un lecteur adapté pour avoir accès p à la totalité du contenu.

RETROUVEZ LE SUPPLÉMENT AGORA POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA RÉFLEXION SANTÉ

M à jour régulièrement, Mise e elle est disponible au prix de 30 € par an sur www.lifecarte.net.

4

PO P POU OUR JO OU OUE OU U R CON UE C ONNEC N NEC NE N E C TE EC TEZ E Z-VO EZ VO US U S SU SUR S UR UR

www.pausesante.fr

© BPK, Berlin, Dist. RMN / Jörg P. Anders

cartequi sauvela

Une

Séjour en pension complète pour 2 personnes incluant l’accueil VIP a vec champagne en chambre, le dîner 3 plats hors boissons le jour de l’arrivée au restaurant du casino, l’hébergement en chambre double ou twin D eluxe (vue mer) au Garden Beach**** , le petit -déjeuner buff et le lendemain, le déjeuner , un plat et un dessert ou une entrée et un plat hors boisson au restaurant de l’hôt el, 1 soin par per sonne (massage de 3 0 minut es), l’accès libre à l’espace Fitness. V aleur : 879 €. Off re valable 6 mois sous réserve de disponibilités, hors vacances scolaires et jours fériés . Le transport n’est pas pris en charge. Jeu gratuit et sans obligation d’achat a vec tirage au sort organisé par le magazine Pause Santé (société Com’Access, RCS Nant erre 507 525 764, 78 bd de la République 92 100 Boulogne-Billancourt), du 13 octobre au 15 novembre inclus . Un seul participant par famille (même nom, même adresse). Le tirage au sort est effectué sous contrôle d’un huissier de justice. Règlement déposé en l’étude de la SCP Vittu & Pommier, huissiers de justice à Boulogne-Billancourt. Règlement complet sur le site www.pausesante.fr.

/ PAUS E S AN T É / RÉAGISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SUR WWW. PA U SE SA N T E . F R

SOMMAIRE New.indd 4

30/09/11 11:16:40


30697 Annonce Veinamitol GP:30697 Annonce Veinamitol 20x27 23/03/11 11:39 Page1

troxérutine

Médicament veinotonique pour les jambes lourdes

Ceci est un médicament. Lire attentivement la notice. Demandez conseil à votre pharmacien. Si les symptômes persistent, consultez votre médecin.

35OO mg

- 30697 - ANPR-VEINA 10-09-03/11 - Visa GP N°0161G11Y113 - Photo © Getty images - Serge Krouglikoff.

Bien dans mes jambes


> PORTRAIT

Frédérique Bel, plus ce serait

© Jean-Claude Moireau / Mobydick Films

trop !

Belle, blonde et parfois bronzée, l’espiègle Dorothy Doll (La Minute Blonde) est devenue Frédérique Bel à force de volonté.

PAR PASCAL TURBIL

De la comédie au thriller Mannequin, ovni télévisuel, comédienne, la carrière de Frédérique Bel, enfant des montagnes (native d’Annecy), suit une progression constante. Elle a dû forcer le destin pour tourner Les Nuits rouges du bourreau de jade. « C’est un film fétichiste chinois que j’ai tourné à Hong Kong et qui me change de registre. Il est sorti il y a 3 mois. J’y interprète une femme hitchcockienne, blessée, froide et déterminée. C’est la première fois que je tiens un rôle principal dans un film qui n’est pas une comédie. Il fallait des Chinois pour m’emmener ailleurs ! Le film est magnifique et rencontre un véritable succès en Chine. Les réalisateurs ignoraient que j’étais une actrice de comédie et que j’avais tourné La Minute Blonde, ils m’ont donc laissé ma chance de les convaincre au casting. Je me suis présentée habillée à la Mad Men. 6

J’ai posé ma voix, ralenti mon phrasé, changé ma façon de bouger… Ils ont vu leur personnage. »

Une blonde et des invités en carton Car s’il a été difficile d’imposer le personnage de Dorothy Doll et sa Minute Blonde à la télé, il a été tout aussi compliqué pour cette blonde déjantée de redevenir Frédérique Bel. « J’ai créé le personnage de Dorothy Doll lorsque j’étais encore mannequin. Je voulais jouer un personnage fou, comique, trash, mais tout le monde me disait : ˝ Mais non, tu es mannequin !˝ Et alors, les mannequins ne sont jamais drôles ? Je me sentais étriquée dans mon image de femme fatale. Alors j’ai fait mes classes dans 40 pubs télé en 2 ans… Et à chaque fois j’étais choisie au casting, car je transformais le brief en sketch destroy ! Cela m’a donné confiance en moi

et j’ai rencontré le réalisateur Marc Gibaja sur un spot télé. Ensemble, on a décidé d’imaginer un univers autour de cette blonde fofolle que je proposais comme un leitmotiv dans mes castings. Nous avons écrit et réalisé un pilote et j’ai démarché les chaînes pendant 3 ans. Le succès sur Canal Plus a été tel que je me suis laissé dévorer par mon personnage. On a oublié que je n’étais pas Dorothy Doll mais Frédérique Bel et j’ai eu peur de figer ma carrière. Les Chiennes de garde m’avaient mise à l’index pour ˝insulte à la féminité ˝ et avaient demandé la fin de ce programme. Je devais rapidement passer à autre chose. » Et le résultat est probant. À 36 ans, Frédérique Bel promène son physique de « bimbo » au cinéma (déjà une trentaine de films) et à la télévision en rappelant qu’elle dispose aussi d’un cerveau en parfait état de fonctionnement. « J’ai suivi des études pour être prof de littérature, je me suis arrêtée

/ PAUS E S AN T É / RÉAGISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SUR WWW. PA U SE SA N T E . F R

INTERVIEW.indd 6

27/09/11 17:26


© Jean-Claude Moireau / Mobydick Films

DES FILMS EN SÉRIE

en maîtrise pour commencer à gagner ma vie avec mon corps. » La preuve en images qu’il est possible d’être belle, cultivée et dotée d’humour. Un triptyque (corps, cerveau, esprit) qu’elle entretient d’une manière toute personnelle.

Une santé au naturel « Je fais du yoga et de la méditation. Je cours aussi un peu… Je me suis construit un corps de sportive lorsque je faisais des compétitions d’aviron. Sinon, j’essaie de prévenir plutôt que guérir, comme les Chinois. J’ai un maître shiatsu qui vient chaque semaine chez moi pour me masser. Quand je sens que mon énergie est bloquée, je vais voir un magnétiseur qui pratique le reïki (l’art de remettre les chakras en place). Je ne fais pas de prosélytisme pour ces médecines parallèles car si on savait à quel point elles sont efficaces, mon ami magnétiseur serait débordé !

Et elles deviendraient un vivier lucratif pour les charlatans… C’est ma mère qui m’a initiée au magnétisme et je n’ai jamais été malade (si, j’ai eu la rougeole à 5 ans !). J’utilise aussi beaucoup les méthodes naturelles. L’huile de pépin de pamplemousse qui tue les microbes, comme la menthe fraîche, un véritable antibiotique naturel, l’ail qui lave le sang et j’ai découvert un produit extraordinaire, une machine qui diffuse des microparticules d’eau de mer Quinton. Idéale pour assainir l’air ambiant, hydrater et régénérer les cellules de la peau. Enfin, je ne suis aucun régime… Je suis hyperactive et je peux oublier de manger. Mais il m’arrive aussi d’engloutir une boîte de Magnum chocolat blanc dans la journée. » Les Parisiens peuvent tout de même croiser la Bel au Coffee Parisien de SaintGermain-des-Prés « où l’on mange les meilleurs burgers de Paris » ou encore au Paparazzi « où l’on prépare des pizzas croquantes et géantes ». ●

Après « Au Bistrot du coin » et « Les Nuits rouges du bourreau de jade », Frédérique enchaîne avec « L’art d’Aimer » (sortie en novembre) aux côtés de François Cluzet, la dernière comédie romantique d’Emmanuel Mouret, dont elle est l’actrice fétiche (ils ont tourné 4 films ensemble). Elle vient de terminer le tournage du film d’Olivier Dahan « Les Seigneurs », où elle tient le rôle d’une prostituée de province au service d’une équipe de foot, avec José Garcia, Gad Elmaleh, Franck Dubosc, Joey Starr et Jean-Pierre Marielle. Stakhanoviste, elle sera à l’affiche de « L’Amour dure 3 ans » le premier film de son ami auteur, Frédéric Beigbeder, aux côtés de Jonathan Lambert. On la retrouvera également à la télévision (un média qu’elle trouve sous-exploité en France) dans « Fais pas ci, fais pas ça » où elle incarne une mère de famille bling bling.

/ PA U SE SA N T É / R É AG I SSE Z , T É MOI G N E Z , COMM E N T E Z SU R WWW. PA U S ES A N T E. FR

INTERVIEW.indd 7

7

19/09/11 17:34:36


> SANTÉ

Alzheimer la souffrance

Clémentine Célarié a incarné, dans un téléfilm diffusé sur France 2, le rôle d’une femme de 45 ans atteinte d’un Alzheimer précoce. (photo © Gilles Scarella)

Fléau du XXIe siècle, la maladie d’Alzheimer isole les patients, mais aussi leur entourage. Des « aidants familiaux » longtemps négligés, malgré leurs difficultés au quotidien. 8

D’

abord de petits troubles de la mémoire, quelques confusions sur des faits récents, puis la maladie d’Alzheimer évolue lentement vers des symptômes plus graves : troubles de l’organisation, du langage, problèmes d’équilibre. Jusqu’à ce que le patient ne reconnaisse plus son entourage, voire développe des troubles du comportement, comme repli sur soi et agressivité.

Dépendance et isolement Les démences toucheraient plus de 850 000 personnes en France, dont 70 % pour la seule maladie d’Alzheimer. Chaque année, environ 225 000 nouveaux cas apparaissent. Si elle concerne 6,4 % des plus de 65 ans, la maladie est considérée à tort comme un effet du vieillissement : l’âge serait plutôt un important facteur de risque. Environ

/ PAUS E S ANT É / RÉ AG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SUR WWW. PA U SE SA N T E . F R

OUVERTURE SANTE New.indd 8

29/09/11 15:49:36


SANTÉ <

des aidants À LIRE La psychologue Marie de Hennezel et son fils Edouard âgé de 38 ans nous livrent à travers une trentaine de témoignages une réflexion sur la dépendance et la notion de solidarité. Un échange entre une mère et son fils sur la problématique du vieillissement. Qu’allons-nous faire de vous ? Éditions Carnets Nord.

JOURNÉE MONDIALE Elle a eu lieu le 21 septembre. C’est ce jour-là qu’est parti de Paris le « Train Alzheimer » qui, jusqu’au 6 octobre, s’arrêtera dans 15 villes de France pour informer le public sur la maladie. Plus d’informations sur www.train-alzheimer.fr.

32 000 patients ont moins de 60 ans. « J’en connais qui ont à peine 40 ans », indique la présidente de l’association France Alzheimer Hérault, Claudette Cadène. Des personnes frappées d’un double isolement : celui d’être malade dans la société, celui d’être jeune parmi les malades. « Imaginez ce que cela représente pour le patient, pour son entourage, de côtoyer des personnes âgées en moyenne de

80 ans. Il n’existe rien pour eux », déplore-t-elle. Si la maladie d’Alzheimer est aussi terrifiante, c’est parce que la société « a sacralisé l’esprit et la pensée », juge le responsable de l’Espace national de réflexion éthique sur la maladie d’Alzheimer (EREMA), Emmanuel Hirsch. Et parce que ce mal crée « une dépendance où l’on perd un peu en dignité, qu’il enferme les patients dans un non-monde ». Mais cette

« déportation sociale » frappe aussi l’entourage, conjoints ou enfants, réduits à une vie en « huis clos », estime-t-il. Ces aidants ont souvent leurs propres problèmes de santé. Dans 30 % des cas, ils décèdent avant le patient et 30 % souffrent de troubles dépressifs. Parmi les conjoints de malades, 70 % disent leur consacrer plus de 6 heures par jour. Ce qui leur vaut une place importante dans le plan Alzheimer 2008-2012.

/ PA U SE SA N T É / R É AG I SSE Z , T É M OI G N E Z , COM ME N T E Z SU R WWW. PA U S ES A N T E. FR

OUVERTURE SANTE New.indd 9

9

28/09/11 13:22:04


> SANTÉ Génération Pub en collaboration avec l’association France Alzheimer a organisé un concours d’affiches qui s’adresse à de jeunes créatifs sur le thème de la maladie. Le premier prix dans la catégorie «print» a été attribué à Ulysse Tanguy et Kevin Navizet.

☛ Aider les aidants « Un peu en retard par rapport à d’autres pays européens, la France doit mener une vraie réflexion politique au sujet des aidants », considère Emmanuel Hirsch. D’autant qu’avec les problèmes budgétaires du pays, l’État « s’en remettra de plus en plus à eux », prévoit-il. Or « ils peuvent difficilement agir s’ils ne sont pas aidés ». Soutien majeur pour les aidants, l’union France Alzheimer regroupe des associations départementales spécialisées dans l’accueil et l’écoute. Elle organise des séjours de vacances afin de briser l’isolement des couples patient-aidant et des formations pour

orienter l’aidant dans la prise en charge de la maladie. Autre mesure de soutien, les Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades d’Alzheimer. Au stade de l’expérimentation, ces MAIA sont des « guichets uniques », qui doivent faciliter la gestion des cas difficiles . Le gouvernement espère en créer 100 nouvelles, pour atteindre le chiffre de 155 en 2012, en vue d’un maillage du territoire français d’ici 2014. Mais l’application du plan Alzheimer prend du retard. Notamment pour les structures de répit, une occasion de souffler pour l’aidant et de soins médicaux approfondis pour le patient. Sur les 11 000 places en accueil

LA SOLITUDE DE LOUIS « Je m’occupe de ma femme à 100 % », témoigne Louis, 70 ans, infirmier en psychiatrie à la retraite. Une tâche qu’il a décidé d’assumer seul parce que cela se passait très mal avec les infirmiers que son épouse n’acceptait pas. C’est au début de sa maladie qu’Annie, une femme d’une grande élégance, a souffert le plus de son déclin. « Elle ne s’occupait plus de la maison, de ses animaux », raconte Louis. Six ans plus tard, elle vit dans un univers où elle ne reconnaît plus son mari, qu’elle appelle papa ou maman. Mais ce qui peine le plus Louis, c’est la solitude qui les étreint. « Tous nos amis intimes se sont éloignés de nous, nous sommes très isolés. Parfois, j’ai envie de leur dire : ˝Si vous ne venez pas pour elle, venez au moins pour moi !˝ », s’indigne-il. Mettre Annie en maison de retraite ? « Tant que je pourrai la garder à la maison, je le ferai, affirme Louis. Pour des raisons de coût (2 500 € mensuels pour l’établissement le plus proche), mais surtout parce qu’à la maison elle mène une vie heureuse malgré son état. » Car la maladie n’empêche pas le couple de vivre encore de beaux moments. « Parfois, nous allons danser au club du troisième âge, nous adorons cela. Même si elle n’est plus capable de dire si c’est un tango ou une valse, Annie a encore la danse gravée en elle. »

10

COORDONNÉES UTILES > Pour un diagnostic, une aide à domicile, les places en accueil de jour, les MAIA, les adresses près de chez vous, rendez-vous sur le site du plan Alzheimer : www.plan-alzheimer.gouv.fr/-les-acteursdu-plan-alzheimer. > France Alzheimer : numéro vert 0811 112 112, contacts par département sur www.francealzheimer.org.

de jour que le gouvernement comptait créer d’ici 2012, seules 3 000 l’ont été à ce jour, soit un total actuel de 10 000. Même retard pour les places en hébergement temporaire. « Au-delà de quelques expérimentations, il y a peu de mesures concrètes qui améliorent le quotidien des malades et des familles », considère Claudette Cadène. Si « le plan Alzheimer est un dispositif assez extraordinaire du point de vue théorique », Emmanuel Hirsch reconnaît « qu’en 2012, nous ne serons pas au bout ».

L’espoir de nouveaux traitements Côté thérapeutique, il existe actuellement deux classes de médicaments anti-Alzheimer : les anti-acétylcholinestérases et les modulateurs de récepteurs NMDA. Des molécules qui jouent le rôle de messagers entre les neurones, dont l’activité est perturbée chez les malades. Ces médicaments permettent d’atténuer les symptômes mais pas de ralentir le cours de la maladie, rappelle Pierre-Jean Ousset, qui dirige le Centre de recherche clinique (CRC) sur la maladie d’Alzheimer de Toulouse. Entre autres pistes de recherche, l’une consiste à cibler la production du peptide bêta-amyloïde. Cette molécule s’accumule dans les plaques amyloïdes, à l’origine des lésions cérébrales. Deux possibilités : diminuer la production du peptide ou empêcher son dépôt en plaques. Certaines des molécules à l’étude sont déjà testées. Et les espoirs sont grands. « Sur les modèles animaux comme la souris, on parvient à enlever les dépôts grâce à certains de ces médicaments, explique Pierre-Jean Ousset. Mais on ignore encore si le fait d’enlever ces dépôts aura un impact sur les symptômes de la maladie. Pour l’instant l’hypothèse reste ouverte. » Mais même « si les effets des médicaments actuels restent faibles, les patients vont mieux qu’il y a 10, 15 ans », remarque-t-il. Signe « d’une meilleure prise en charge globale des malades et de leur entourage ». ●

/ PAUS E S ANT É / RÉ AG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

3 OUVERTURE SANTE New.indd 10

29/09/11 15:15:18


SANTĂ&#x2030; <

LE ÂŤ TRAVAIL Ă&#x20AC; TEMPS PLEIN Âť DE CHANTAL Dès les premiers troubles sĂŠrieux, en 2001, Chantal, 62 ans, a tout fait pour que sa mère continue Ă vivre seule. Un maintien Ă  domicile qui sâ&#x20AC;&#x2122;est avĂŠrĂŠ ÂŤ un travail Ă  temps plein Âť, se souvient cette enseignante dĂŠsormais retraitĂŠe. ÂŤ Je devais mâ&#x20AC;&#x2122;arranger avec les commerçants parce que je ne voulais pas que ma mère ait de lâ&#x20AC;&#x2122;argent sur elle. Jâ&#x20AC;&#x2122;allais payer après. Âť Une gestion infernale de chaque dĂŠtail, comme la garde-robe : ÂŤ Un jour de la canicule de 2003, je lâ&#x20AC;&#x2122;ai trouvĂŠe avec trois gilets et une doudoune sur elle. Âť Mesure

ÂŤ La maladie dâ&#x20AC;&#x2122;Alzheimer, câ&#x20AC;&#x2122;est le chemin de la vie Ă lâ&#x20AC;&#x2122;envers. Lâ&#x20AC;&#x2122;important pour la personne, câ&#x20AC;&#x2122;est quâ&#x20AC;&#x2122;elle se sente aimĂŠe. Âť immĂŠdiate : cacher les habits dâ&#x20AC;&#x2122;hiver en ĂŠtĂŠ, ceux dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtĂŠ en hiver. Idem pour le rĂŠfrigĂŠrateur, chaque jour approvisionnĂŠ en portions quotidiennes, pour ĂŠviter que la vieille dame ne mange tout. Ces sept annĂŠes, sa mère est dĂŠcĂŠdĂŠe en 2008, Chantal les a en partie surmontĂŠes grâce Ă  la psychothĂŠrapie :

Nou N uveau Nouveau

ÂŤ Cela mâ&#x20AC;&#x2122;a permis de vivre au mieux ce quâ&#x20AC;&#x2122;on nous avions Ă vivre ensemble. Âť Et si la mise en maison de retraite, en 2006, a ĂŠtĂŠ un choix difďŹ cile, ÂŤ nous nâ&#x20AC;&#x2122;y avons au ďŹ nal vĂŠcu que de bons moments, on ne se rencontrait plus que sur le terrain du plaisir Âť, prĂŠcise-t-elle. MalgrĂŠ toutes les difďŹ cultĂŠs, ÂŤ on peut avoir une relation très chouette jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă  la ďŹ n Âť, estime Chantal, qui ne supporte pas que lâ&#x20AC;&#x2122;on prenne les patients pour des lĂŠgumes. ÂŤ La maladie dâ&#x20AC;&#x2122;Alzheimer, câ&#x20AC;&#x2122;est le chemin de la vie Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;envers. Lâ&#x20AC;&#x2122;important pour la personne, câ&#x20AC;&#x2122;est quâ&#x20AC;&#x2122;elle se sente aimĂŠe. Âť

Quand la douceur des PRIX rime avec la qualitĂŠ des produits ... ...

Dans les pharmacies Viadys et Pharma RÊfÊrence, dÊcouvrez la nouvelle gamme bÊbÊ : lait de toilette, eau nettoyante, gel nettoyant, crème change, crème rougeurs et irritations à prix tout doux. Totalement sans paraben, ces produits sont hypoallergÊniques.

Pour trouver la pharmacie la plus proche de chez vous rendez-vous sur :

viadys.fr - pharmareference.fr 3XE EpEp *3 LQGG  OUVERTURE SANTE New.indd 11

/ PA USE U SE S SA ANTĂ&#x2030;

Les enseignes de pharmacie / R Ă&#x2030; AG I SSE Z, Z , T Ă&#x2030; M OI G N E Z, Z , COM ME N T E Z SU R WWW. PA U S ES A N T E. F FR R 11 du Groupe PHR   30/09/11 14:56:14


Hôpital

il y a

12

L’effectif du personnel du SMUR (Service Mobile d’Urgence et de Réanimation) est établi en fonction de la population couverte, contrairement au personnel des urgences, soumis à la politique de suppression des postes, dans le cadre de la politique de réduction du déficit budgétaire du CHU de Reims.

urgence

/ PAUS E S ANT É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

PORTFOLIO.indd 12

19/09/11 17:28:44


VIVRE ENSEMBLE < Bénédicte Seguret,

R E P O R TA G E P H O T O J E A N - C H R I S T O P H E H A N C H É MERCI AU SERVICE DU CHU DE REIMS

infirmière à l’hôpital Bellevue à Saint-Étienne, témoigne.

ET AU PERSONNEL DES URGENCES.

« Je suis infirmière dans un service de médecine interne. Nous accueillons 21 patients qui viennent à 95% des urgences. Sur le plan médical, ils ont besoin d’une surveillance étroite et effi cace de la part des infi rmiers et des aide-soignants . Nous ne sommes que 6 infi rmiers à as surer un r oulement sur 4 semaines, week-ends et jours fériés compris . Samedi dernier, il n’y avait personne pour prendre la relève de la seule infirmière du soir . [...] Les personnes qui démis sionnent ou s’en vont ne sont pas r emplacées. Je dors très mal et , pour être honnête, je pense à mon boulot constamment . J’ai peur que le str ess ne me fas se oublier un soin, que la pr ession m’empêche de prendre le temps de m’occuper d’un patient déprimé, que la fatigue me conduise à administr er un produit au mauvais patient … J’ai peur que ce métier que j’aime ne me transforme en as sassin, inv olontairement, parce qu’on aura laissé la situation se dégrader. Je suis l’infirmière d’aujourd’hui mais nous sommes tous les patients de demain. Vous pouvez être au bout de ma seringue, ou votre mari, votre enfant, votre proche. Je travaille dans l’insécurité alors que je maîtrise totalement mon métier. Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour réagir et prendre conscience de ce qui se passe dans les hôpitaux ? »

La recherche d’un lit dans un service pour un patient admis aux urgences est parfois très longue et se déroule obligatoirement au téléphone.

R É AG I SSE Z , T É M OI G N E Z , COM ME N T E Z SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R / PA U S E S A N T É /

PORTFOLIO.indd 13

13

19/09/11 17:29:00


> SEXO

La première fois

UN MOMENT EXTRAORDINAIRE

17, 6 ans pour les filles, 17, 2 ans pour les garçons, c’est l’âge du premier rapport sexuel en France. S’il n’existe plus vraiment d’écart d’âge entre les deux sexes, les interrogations demeurent fortes au moment de franchir le pas. PAR DAMIEN MASCRET

L

a première fois ? « J’étais chez ma première copine, on avait fait durer les préliminaires assez longtemps (j’étais en pleine découverte), mais le rapport en lui-même a été plutôt court. Je me souviens que la sensation du préservatif était assez bizarre. Je me souviens aussi avoir pensé : « ça y est, maintenant moi aussi je suis un homme » mais de manière totalement ironique », se rappelle Jérôme, 26 ans. Pour les filles comme pour les garçons, le premier rapport sexuel avec pénétration demeure de l’ordre du rite initiatique. Comme Jérôme, l’immense majorité des jeunes générations utilise un préservatif lors de ce premier rapport sexuel car la peur des maladies sexuellement transmissibles ou d’une grossesse non désirée demeure forte.

© OJO Images Photography / Veer

Maladresse et tendresse Alors que les filles craignent surtout la douleur (très fluctuante selon les témoignages) de la défloration, les garçons ont souvent peur de ne pas être à la hauteur. Paul garde un souvenir horrible de sa première fois : « J’étais hyper stressé et mon érection s’en ressentait grandement. L’épreuve du passage de capote a été difficile. » Mais c’est aussi l’expérience qui permet de juger rétrospectivement ce premier rapport. « Nous étions tous les deux puceaux et amoureux, explique Serge, nous étions maladroits, mais c’était très doux et très respectueux de l’autre », tandis que Frédérique est plus sévère : « J’avais 16 ans pour ma première expérience sexuelle et je n’ai pas trouvé ça agréable. Le garçon ne voulait qu’avoir une relation physique et ne s’est pas préoccupé de mes envies. Lors de la pénétra14

tion il a forcé et ça me faisait mal, je n’ai ressenti aucun plaisir pendant ce premier rapport. Ensuite il m’a dit que c’était normal d’avoir mal la première fois et de ne pas ressentir de plaisir ».

Romantiques mais réalistes Les deux tiers des garçons comme des filles disent avoir été amoureux de leur premier partenaire sans pour autant voir en lui un futur conjoint. La même proportion estime que le rapport a eu lieu au bon moment. Il n’empêche que, dans plus d’1 cas sur 5, pour les filles et 1 cas sur 4 pour les garçons, le premier rapport sera sans lendemain. « Ma première fois a été un véritable fiasco, raconte Béatrice, mon copain de l’époque, que je pensais aimer quand j’avais 13 ans, m’a dit que si l’on ne faisait pas l’amour il me quitterait. Je suis donc passée à la casserole pour me faire lourder le lendemain. » Entre la crainte d’être manipulée et l’envie de vivre sa sexualité, la première fois est toujours un moment extraordinaire à négocier. ●

* Selon la dernière enquête sur la sexualité des Français réalisée en 2006 par l’INSERM, l’INED et l’ANRS.

QUELQUES CONSEILS… Attendez d’être prêt(e) : l’acte sexuel implique bien plus que le corps et il est important d’avoir une réelle envie intérieure et non de céder à la pression socioculturelle, des amis ou du partenaire. Soyez modeste : la première fois est une découverte, inutile de chercher la performance (!) mais savourez plutôt des sensations nouvelles dans le

partage et le respect de l’autre. Un peu de patience : il faut savoir refuser (ou reporter) des pratiques pour lesquelles vous ne vous sentez pas prêt(e). C’est votre sexualité, pas celle des autres ! Protégez-vous : le préservatif est incontournable, contre les infections sexuellement transmissibles et pour éviter une grossesse.

/ PAUS E S ANT É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

PREMIER RAPPORT SEXUEL.indd 14

29/09/11 13:27:30


GSKEDC-FR-2011-1075_200x270_D3:GSKEDC-FR-2011-1075_200x270_D1

7/29/2011

1:46 PM

Page 1

Hospitalisés pour une rougeole?

L’épidémie de rougeole qui sévit en France depuis 2008 s’est considérablement intensifiée depuis fin 2010 (1)

FR/VAC/0016c/11 Septembre 2011 © Laboratoire GlaxoSmithKline

C’est le cas près d’ 1 fois sur 2 chez les plus de 20 ans!(1)

Avec 2 doses de vaccination (2) stoppons l’épidémie. Demandez conseil à votre médecin ou pharmacien. (1) InVS, Epidémie de rougeole en France : données de déclaration obligatoire en 2010 et données provisoires pour début 2011 (2) Le calendrier vaccinal variant en fonction des cas, parlez-en à votre médecin. Calendrier vaccinal en vigueur : www.invs.sante.fr http://sante.gsk.fr

Cutterguide: No Printing Process: Offset GD: SV 25535

Size: 200X270 mm Pages: 1 Colors: C M Y K (4 Colors) Native File: Quark Xpress 7.3 Windows Generated in: Acrobat Distiller 9.0


> ACTUALITÉ

zoom sur le cancer colorectal

PAR GHISL AINE ANDRÉANI

LES SIGNES D’ALERTE

LES CHIFFRES

Fréquents mais banals, ils n’évoquent pas forcément un cancer. Isolés ou associés, ils doivent inciter à consulter. > >

400 000

> >

nouveaux cas de cancer colorectaux tous les ans en Europe pour 940 000 dans le monde.

37 000

Plus de cas, parmi les 60 000 nouveaux cas de cancers digestifs (œsophage, estomac, foie et voies biliaires, pancréas, intestin grêle, côlon et rectum) diagnostiqués chaque année en France, concernent le cancer colorectal. Il représente le 3e cancer le plus fréquent après le cancer du sein et de la prostate.

17 000

Bien qu’il soit encore responsable de décès annuels, le taux de survie en France est le meilleur au monde pour la femme et le meilleur d’Europe pour l’homme.

Fatigue inexpliquée, inhabituelle, anémie. Troubles du transit. Irrégularité. Alternance diarrhée et constipation. Ballonnements inhabituels. Envie permanente d’aller à la selle. Sang dans les selles. Saignement par l’anus. Douleurs abdominales pouvant faire penser à une appendicite.

LES PRINCIPAUX FACTEURS DE RISQUE > Antécédents familiaux (parents, frères ou sœurs) ayant eu des tumeurs bénignes (polypes, adénomes) ou un cancer colorectal (cancer du côlon ou de la portion terminale du gros intestin qui s’étend jusqu’à l’anus). > Maladies inflammatoires du tube digestif (rectocolite hémorragique, maladie de Crohn). > Alimentation trop riche en protéines (viandes rouges) ou en graisses (surtout animales). > Excès d’alcool et de tabac. > Surpoids (multiplie par 2 le risque). > Sédentarité (absence d’exercice physique).

Découvert précocement, le cancer colorectal a 9 chances sur 10 de guérir. C’est dire l’importance du dépistage qui fait aujourd’hui partie des mesures inscrites au Plan Cancer national 2009-2011. Rien de plus simple. Si vous avez entre 50 et 74 ans, vous recevez tous les 2 ans un courrier vous invitant à retirer le test « Hémocult II » auprès de votre médecin traitant, lors d’une consultation. Il s’agit de récolter chez vous un peu de selles et de les envoyer à un laboratoire agréé (l’analyse est prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie). Si vous ne l’avez pas

16

reçu ou si vous ne faites pas partie de la tranche d’âge concernée mais qu’il existe des antécédents familiaux, parlez-en à votre médecin. Dans 97 à 98 % des cas, le test est négatif, vous laissez passer deux ans avant de recommencer. Dans 2 à 3 %, le test est positif. Du sang dans vos selles a été détecté, mais cela ne signifie pas obligatoirement que vous avez un cancer. Une coloscopie (examen sous anesthésie légère) sera nécessaire pour mettre en évidence la lésion bénigne ou pas. Dans 60 % des cas, aucune anomalie n’est découverte. Dans les autres, il s’agit de polypes (30 %)

ou de cancer (10 %) que l’on soigne d’autant mieux qu’ils sont découverts tôt. Quant à la prévention, particulièrement étudiée, elle reste votre précieuse alliée. Une alimentation équilibrée, ce qui implique la consommation quotidienne de légumes, légumineuses, céréales et fruits. Outre leur richesse en vitamines A, C, D, E et en oligo-éléments, c’est grâce à leurs fibres qu’une protection est assurée. Un usage modéré des graisses animales et de tout ce qui peut irriter les muqueuses digestives (épices, alcool, tabac…). À cela s’ajoute le bénéfice démontré de l’activité physique.

© D.R.

DÉPISTAGE : HALTE À LA POLITIQUE DE L’AUTRUCHE

/ PAUS E S ANT É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

CANCER.indd 16

27/09/11 17:15


PUBLICITÉ

Dans le cadre de la lutte contre le cancer du col de l’utérus

à 14 ans la vaccination est

une chance pour votre fille Parlez-en à votre médecin On estime qu’il y a chaque année en France environ 3 000 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus (1). Que faire pour l’éviter ? En parler à votre médecin… Et lire les points qui suivent. A la différence d’autres cancers,

le cancer du col de l’utérus n’est pas héréditaire : il est dû à certains types de Papillomavirus Humains ou HPV. Les Papillomavirus Humains sont des

virus très répandus, surtout chez les jeunes femmes. On estime que 7 femmes sur 10 seront exposées aux Papillomavirus au cours de leur vie. Heureusement ils sont sans conséquences dans la plupart des cas. La plupart du temps, cette infection est sans conséquences mais elle peut dans certains cas provoquer des lésions précancéreuses de la sphère génitale pouvant notamment évoluer vers un cancer du col de l’utérus. Dans le cadre de la prévention du cancer du col de l’utérus, la vaccination Papillomavirus est recommandée par les autorités de santé pour toutes les jeunes filles de 14 ans(2) et, en rattrapage, pour celles de 15 à 23 ans sous certaines

conditions(3) (voir recommandations du HCSP ci-dessous). La vaccination Papillomavirus est une vaccination recommandée. Elle est inscrite au calendrier vaccinal de l’adolescente(3). La vaccination par Gardasil ne nécessite

pas d’examen particulier. C’est une vacci-

nation comme d’autres, le plus souvent réalisée par le médecin généraliste.

La vaccination par Gardasil ne peut transmettre ni le virus, ni la maladie. Ce

ne sont pas les virus qui sont injectés dans le corps mais des particules inoffensives qui lui ressemblent et qui permettent de déclencher les défenses de l’organisme en cas de rencontre future avec les véritables virus. La vaccination est dirigée contre les virus les plus fréquemment à l’origine des cancers du col de l’utérus mais ne cible pas la totalité des cancers du col. C’est pourquoi,

même vaccinées, toutes les femmes, dès 25 ans, doivent pratiquer des frottis de

dépistage réguliers(4).

Comme tout médicament mis sur le marché depuis 2005, Gardasil est suivi dans le cadre d’un Plan de Gestion des Risques (PGR). Le PGR propose toutes les actions qui permettront de mieux connaître le profil de sécurité et d’utilisation du médicament. Des bilans ont été publiés par l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.) Pour plus d’informations consultez le site de l’Afssaps, rubrique «surveillance des médicaments». La vaccination par Gardasil nécessite une prescription de votre médecin. Elle est remboursée à 65 % par la sécurité sociale dans le cadre des recommandations vaccinales. La plupart des mutuelles prennent totalement en charge les 35 % restants. Gardasil est remboursé à 100 % pour les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC).

www.qualipige.fr - Photo : DR. Sanofi Pasteur MSD - FR 00490b- Juin 2011

Haut Conseil de la santé publique HCSP Dans le cadre de la lutte contre le cancer du col de l’utérus, le Haut Conseil de la santé publique recommande : ● avant tout, le dépistage régulier par frottis cervico-vaginaux dès 25 ans, y compris pour les jeunes femmes vaccinées ; ● la prévention des lésions précancéreuses par la vaccination papillomavirus des jeunes filles de 14 ans et, en rattrapage, des jeunes filles de 15 à 23 ans sous réserve que la vaccination ait lieu au plus tard dans l’année suivant le début de l’activité sexuelle.

Le Haut Conseil de la santé publique rappelle que : le vaccin ne protège pas contre tous les papillomavirus à l’origine des lésions précancéreuses du col de l’utérus ; ● le vaccin Gardasil® protège également contre la majorité des condylomes génitaux ; ● cette vaccination comporte trois injections qui doivent être réalisées avec le même vaccin. Pour plus d’information : www.hcsp.fr ●

Vaccin indiqué pour la prévention du cancer du col de l’utérus et de lésions génitales précancéreuses (du col de l’utérus, de la vulve et du vagin) dus à certains types de Papillomavirus Humain (HPV), et de verrues génitales dues à des types HPV spécifiques. Demandez conseil à votre médecin et à votre pharmacien. Medicament. Lire attentivement la notice.

www.gardasil.fr

www.invs.sante.fr/beh BEH n° 10-11 du 22.03.2011 Visa GP n° 0531G11Y213

(1) InVs. Cas incidents de cancers et décès estimés par localisation et tranche d’âge, chez la femme en 2005. www.invs.sante.fr/surveillance/cancers/estimations_cancers/default.htm (consulté le 28.02.2008). (2)La vaccination est recommandée pour les jeunes filles de 14 ans afin de les protéger avant qu’elles ne soient exposées au risque de l’infection HPV. La vaccination peut également être proposée aux jeunes filles et jeunes femmes âgées de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard, dans l’année suivant le début de leur vie sexuelle). (3)Calendrier vaccinal 2011 – BEH n° 10-11 du 22/03/2011. www.invs.sante.fr/beh. (4) ANAES 2004. Le frottis est recommandé de 25 à 65 ans tous les trois ans après 2 frottis normaux à un an d’intervalle.

PauseSanté-Sanofi Gardasil 2011.indd 1

29/09/11 12:55:38


Maladie chronique et travail

Halte au parcours du combattant

Peut-on dire à son recruteur ou à son employeur que l’on souffre de maladie chronique ? En principe oui, car la discrimination professionnelle est hors la loi… Mais elle est malheureusement pratique courante.

© diego_cervo / Istockphoto

E

ntre 15 et 28 millions de Français, parmi lesquels de plus en plus d’actifs, souffrent d’une maladie chronique, une affection « nécessitant une prise en charge sur plusieurs années », selon l’Organisation mondiale de la santé, « évolutive, souvent associée à une invalidité et à la menace de complications graves », précise le ministère de la Santé. Pour autant, rares sont les candidats à un emploi ou les travailleurs en activité qui osent parler de leur maladie par peur des stigmatisations, des discriminations ou du chômage. La loi du silence pèse notamment sur les personnes séropositives, comme Bruno, qui livre ce témoignage édifiant : « Un jour où nous parlions de maladie avec mes collègues, je me suis dit c’est le moment. L’un d’eux a évoqué le sida, ˝une maladie de pédé˝ selon lui. Alors je me suis tu. » 18

Renoncement et auto-exclusion « Près de la moitié des séropositifs sont sans travail », précise Laïla Van der Elst, coordinatrice d’[im]Patients, Chroniques & Associés (regroupement de 8 associations de malades chroniques qui se bat pour la défense de leurs droits et leur qualité de vie). « Leur fragilité peut aller jusqu’à une auto-exclusion du monde du travail. C’est aussi le cas de nombreuses personnes qui vivent avec d’autres maladies chroniques. » Aurélien, 21 ans, diabétique insulino-dépendant, a ainsi été licencié en mars 2010 à la suite d’une hospitalisation liée à ses hypoglycémies. « Avant d’entrer à l’hôpital, mon patron m’avait dit : " Prends soin de toi, on t’attend. ", témoigne ce serveur. La veille de mon retour, il a refusé de me reprendre, craignant que mon diabète perturbe le service.

PAR JACQUES HUGUENIN

Je ne me suis pas laissé faire et j’ai obtenu raison en procédure de conciliation aux Prud’hommes. J’ai retrouvé un emploi dans un autre restaurant de Deauville, puis j’ai été de nouveau licencié après un arrêt maladie. Cette fois, je n’ai rien fait. » Aurélien se voit aujourd’hui contraint de changer de métier.

Chômage et galère Manuela, 33 ans, diabétique de type 1 et infirmière à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, a déposé en novembre 2010 une demande de mutation. Lors de la visite médicale du travail obligatoire, le médecin l’a d’emblée jugée inapte. « Il a refusé de procéder à la consultation médicale et de considérer que je me destinais à un poste moins exigeant que le précédent, un service de haute technicité où je n’avais jamais eu le moindre problème. » Manuela a dû remuer ciel et terre pendant 4 mois et se faire conseiller par le service juridique de l’Association françaises des diabétiques et par l’Union Sport et Diabète pour

/ PAUS E S ANT É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

OUVERTURE TRAVAIL New.indd 18

27/09/11 21:54:27


accompagne Chaque jour, Dessine-moi un mouton /Sida : familles, les personnes touchées par le VIH

- Photo : Christian Kettiger

aide à construire leur adolescents, femmes enceintes… Et les l ou éducatif, c’est une avenir. Suivi médical, psychologique, socia prêtent main forte et les équipe de professionnels dédiés qui leur idien. aident à surmonter les difficultés du quot

Faire un don : www.dessinemoiunmouton.org l Tél. : 0820 140 140 Annonces_pauseSante.indd 2

15/09/11 15:41


En 2006, Claire Chazal prête son image à la campagne Aides.

Deux livres blancs pour faire évoluer la loi « Les discriminations fondées sur le handicap sont la deuxième cause de saisine de la HALDE et elles sont la première cause de saisine dans le domaine de l’emploi public », note Christiane Veinière, chargée des relations publiques de l’Association française des diabétiques, qui prépare le livre blanc Diabète et Travail destiné à faire modifier, voire abroger, des dispositions inadaptées ou obsolètes de la législation règlementaire. 20

Un manager éclairé joue le jeu Associations et experts suggèrent aussi une meilleure concertation entre les différents acteurs de la santé au travail (médecins, CHSCT, ressources humaines…) et une anticipation dans l’accompagnement ou le retour à l’emploi grâce à des mécanismes d’adaptation-reconversion (temps partiel, contrat de rééducation, adaptation du poste…). « Informer, anticiper, accompagner », tel est le credo de Charlotte Duda. Ancienne présidente de l’Association nationale des directeurs de ressources humaines, elle invite les entreprises à « mener une réflexion pour dépasser les réactions de peur, de blocage ou d’incompréhension » que peuvent ressentir des managers en découvrant la maladie chronique d’un collaborateur. « Ils doivent prendre du recul pour comprendre que la diversité des maladies chroniques exige des modes d’accompagnement variés, insiste cette DRH de grand groupe américain. Il est toujours possible de trouver une solution. Un manager éclairé joue le jeu, sachant que nous pouvons tous être victimes d’une maladie chronique. »

© adventtr / Istockphoto

accéder à son poste. « Cette affaire m’a beaucoup secouée, confie-t-elle. J’ai failli me retrouver du jour au lendemain chez moi avec l’allocation adulte handicapé, alors que je vais parfaitement bien ! Par chance, je suis fonctionnaire et titulaire de mon poste. » Les difficultés de ces patients sont d’autant plus choquantes que « grâce aux progrès thérapeutiques qui ralentissent le développement de la maladie, une part de plus en plus importante de ces personnes est en mesure de rester active professionnellement », concluait en 2010 le séminaire Maladies chroniques et Travail, organisé par la chaire santé de Sciences Po et le Centre d’analyse des politiques publiques de santé.

Quinze millions de personnes sont des malades chroniques selon le ministère de la Santé (Plan pour l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de maladies chroniques 2007-2011). Les maladies chroniques sont à l’origine de 60 % des décès, dont la moitié avant 70 ans. Les principales sont l’asthme (3,5 millions de personnes), la bronchite chronique (3 millions), le diabète (2,5 millions), l’insuffisance rénale chronique (2,5 millions), les cancers (800 000 personnes), l’épilepsie (500 000), les hépatites B et C (près de 300 000). Ces chiffres sont remis en question par les associations de patients qui reprochent à nombre d’entre eux de ne pas correspondre à la réalité. POUR EN SAVOIR PLUS > Le collectif [im]Patients, Chroniques et Associés dont le livre blanc Vivre comme les autres et le guide Maladies chroniques et emploi sont téléchargeables sur www.chronicite.org. > L’Association Française des Diabétiques (www.afd.asso.fr) va publier le livre blanc Diabète et travail, pour en finir avec les discriminations à l’automne 2011. > Le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) regroupe une trentaine d’associations. www.leciss.org et 0 810 004 333. > La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité : www.halde.fr. Tél. : 08 1000 5000.

Rappelons que nul n’est obligé de s’exprimer sur son état de santé lors d’un entretien d’embauche et que des recours sont possibles, devant les Prud’hommes, un tribunal de grande instance ou la HALDE, pour tout malade chronique contraint de faire valoir ses droits. ●

© Emanuele Scorcelletti / Gamma

Le collectif [im]Patients, Chroniques & Associés, auquel adhère l’AFD, a publié le sien en 2010, Vivre comme les autres, qui propose des améliorations en faveur de l’employabilité. Tiago Douwens Prats, président du collectif et de Keratos (association sur les pathologies de la surface oculaire), se fait ainsi l’avocat du télétravail et du visiotravail « applicables à de nombreuses fonctions, mais quasi inexistants en France en raison de réticences énormes, contrairement à ce qui se passe à l’étranger. Nous nous battons pour les promouvoir et pour que les pouvoirs publics accordent des avantages aux entreprises qui les proposent. Malheureusement, nous n’avons encore reçu aucun écho des responsables politiques ».

MALADES CHRONIQUES : DE PLUS EN PLUS NOMBREUX

/ PAUS E S ANT É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

OUVERTURE TRAVAIL New.indd 20

27/09/11 21:54:39


SI VOUS VOYEZ LES LIGNES DROITES SE DÉFORMER DANS L’IMAGE DU HAUT, C’EST PEUT-ÊTRE UN SYMPTÔME DE LA DMLA. Si en cachant l’un de vos yeux, les lignes droites se déforment ou si une tache sombre apparaît au centre de votre vision, vous souffrez peutêtre d’une DMLA. Parlez-en vite à un ophtalmologiste car des solutions peuvent exister. DMLA, N’ATTENDEZ PAS.

FAITES LE TEST

DMLA

Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge U6552-02/11

Plus d’infos sur www.dmlainfo.fr

SOCIÉTÉ FRANÇAISE D’OPHTALMOLOGIE En partenariat avec le laboratoire Novartis

DMLA_LIGNE-PAUSESANTE_200x270.indd 1

30/09/11 10:02:37


> DROIT DU TRAVAIL

Malaise, maladie,

Examens obligatoires…

Puis-je m’absenter de mon travail pour consulter un médecin?

ner directement ou concerner l’un L’urgence médicale peut vous concer ir pendant, vous devez veiller à préven de vos proches (enfants, conjoint). Ce n de pouvoir justifier votre absence. afi ble ssi po e qu dès r yeu plo em re vot re absence fait suite à un événement vot e qu uer liq exp lui n bie de n soi Prenez vous sanctionner. imprévisible. Dans ce cas, il ne peut pas

L’intégralité de cette fiche conseils est consultable sur www.maviepro.fr, site d’information dédié à la vie professionnelle des femmes et à leurs droits au travail.

À quelles conditions pouvez-vous vous absenter si vous êtes enceinte ? Vous pouvez vous rendre à certains examens médicaux obligatoires dans le cadre de votre suivi de grossesse. Veillez à justifier chacune de vos absences en produisant à votre employeur une attestation médicale. Pour connaître la liste exhaustive des examens médicaux pour lesquels vous pouvez vous absenter pendant votre grossesse, renseignez-vous auprès de votre caisse d’assurance maladie. Théoriquement, si vous avez dû prendre un rendez-vous chez votre médecin pendant vos heures de travail, vous devez obtenir au préalable l’autorisation de votre employeur (ou de votre responsable hiérarchique). En effet, les textes en vigueur ne prévoient pas d’heures ou de jours de congés spéciaux pour consulter un médecin pendant vos heures de travail.

22

Qu’en est-il si vous êtes atteint d’une maladie grave ? En plus de la situation d’urgence, vous pouvez bénéficier d’autorisations d’absence vous permettant de suivre les traitements médicaux nécessaires justifiés par votre état de santé. La liste de ces affections est fixée par le code de la Sécurité sociale. Même si votre état de santé justifie que vous vous absentiez pendant vos heures de travail pour consulter votre médecin, il vaut mieux prévenir votre employeur dans un délai raisonnable (une dizaine de jours avant au minimum).

UN GUIDE SUR VOS DROITS AU TRAVAIL 5 questions/réponses pour 500 ffaire le point sur votre contrat d de travail et la relation avec vvotre employeur. Ce guide, édité par les éditions Tissot en partenariat avec www.maviepro.fr, a été rédigé par des spécialistes du droit du travail. Il apporte une réponse claire à chacune de vos interrogations, dans un langage accessible et compréhensible par tous. Questions Réponses Droit des salariés, aux éditions Tissot.

Que risquez-vous si vous partez consulter votre médecin sans autorisation préalable de votre employeur ? En-dehors de la situation d’urgence, de la maladie grave et du suivi de grossesse, votre employeur peut vous sanctionner pour absence injustifiée. Il peut soit vous mettre en garde oralement, soit vous adresser un avertissement pour « marquer le coup ». Dans son courrier, il peut vous préciser qu’en cas de récidive vous encourrez une sanction plus lourde. Quelles que soient les circonstances, votre employeur ne peut pas vous licencier pour votre première absence injustifiée. En effet, la sanction qu’il retient doit être proportionnée à votre comportement fautif.

/ PAUS E S AN T É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

OUVERTURE TRAVAIL New.indd 22

27/09/11 21:54:58


Chez votre pharmacien,

Un petit prix peut en cacher... bien d’autres ! de

Dans les pharmacies Viadys et Pharma Référence,

bénéficiez de plus de 80 produits de parapharmacie à prix malins* (santé, hygiène,

bien-être…). Alors pourquoi s’en priver ?

* Entre 3 et 8 € dans la limite des stocks disponibles

produits

Pour trouver la pharmacie la plus proche de chez vous rendez-vous sur :

viadys.fr - pharmareference.fr Les enseignes de pharmacie du Groupe PHR

AP.indd 1

03/05/11 17:46


Chaussures instables En plus du confort, ces drôles de chaussures ont un effet bénéfique sur la santé. Revue de détail.

L

a basket instable, c’est l’équilibre dans le déséquilibre. L’équilibre car elles font travailler le corps à chacun des pas. Le déséquilibre parce que tout est basé sur la bascule. Le principe a d’abord été considéré avec perplexité, puis les fabricants ont emboîté le pas.

MBT, le pionnier MBT pour Masai Barefoot Technology. L’inventeur est suisse. Il a eu cette idée en 1998. Alors qu’il marche pieds nus dans une rizière, il s’aperçoit que le mouvement naturel du pied n’est pas reproduit dans des chaussures classiques. Il s’inspire également de la marche des guerriers nomades du peuple masaï (d’où le nom) qui parcourent des kilomètres pieds nus et ne connaissent pas de problèmes articulaires. La MBT reproduit donc, via la semelle, un sol meuble qui augmente la mobilisation de toute la chaîne articulaire : pieds, chevilles, genoux, colonne vertébrale ainsi que des muscles profonds. À chaque pas, le tronc est stabilisé, le tonus musculaire renforcé et les douleurs rachidiennes sont annoncées avec une diminution de 44 %. Basket MBT, à partir de 144 €.

Dernière-née de la marque Reebok, l’Easytone se porte au quotidien.

OUVERTURE BELLE ET BIEN New.indd 24

Le volume de la chaussure à bascule et la démarche chaloupée qu’elle induit ont conduit d’autres marques à aménager ce concept. C’est notamment le cas de Shape-Ups. On retrouve le principe de bascule qui fait travailler le pied dans un premier temps, puis tonifie les mollets, les cuisses, les fessiers, renforce le dos et améliore la posture.

© Reebok

Shape-Ups, dans la foulée

28/09/11 13:15:52


UEZ

&JOGAGNEZ

www.

lesproduitsdumois.com notre sĂŠlection de septembre / octobre

ça marche ! PAR PASCAL TURBIL

UNYQUE Protection intime 100% Coton efďŹ cacitĂŠ prouvĂŠe ! ;\WXI]`QZZQ\I\QWV[M\LuUIVOMIQ[WV[QV\QUM[ oZuXu\Q\QWV=6A9=-"4IXZW\MK\QWV QV\QUMVI\]ZMTTM KW\WVX]Z[IV[ILLQ\QN KWTWZIV\XIZN]UKPTWZM =VM\MKPVWTWOQMQVVW^IV\M";MZ^QM\\M;WQV \W]\KW\WVM`\ZIĂ&#x2026;VMoNWZ\MKIXIKQ\uLÂźIJ [WZX\QWVZuL]Q\TM[UIKuZI\QWV[ZM[XMK\M TMX0NuUQVQVM\TM[XMI]`]T\ZI[MV[QJTM[ =6A9=-XZW]^M]VMZuL]K\QWVLM[QZZQ\I\QWV[KPMbLM!  LM[NMUUM[MV]VKaKTM*EnquĂŞte EVVITA 2009 O En pharmacie : serviettes normal, super, maternitĂŠ, protège-slip, tampons. Laboratoire Corman - ACL 602214.9 - + dâ&#x20AC;&#x2122;infos sur www.unyque.fr

De toute ĂŠvidence, VOUS SEREZ SEREINE ! Cette instabilitĂŠ permet aussi, notamment chez les hommes, de raďŹ&#x20AC;ermir la sangle abdominale et dâ&#x20AC;&#x2122;amĂŠliorer la circulation sanguine. Baskets Shape-Ups, Ă partir de 119 â&#x201A;Ź.

New Balance, plus light MĂŞmes causes, mĂŞmes eďŹ&#x20AC;ets chez New Balance, avec la Wellness WW850TQ qui mise sur une structure microdĂŠstabilisante. La chaussure et la semelle sont plus ďŹ nes et lâ&#x20AC;&#x2122;utilisatrice peut brĂťler jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă 10 % de calories supplĂŠmentaires par rapport Ă  un eďŹ&#x20AC;ort avec des baskets traditionnelles. New Balance, 80 â&#x201A;Ź.

Reebok Train Tone, sur des coussins Câ&#x20AC;&#x2122;est la première marque Ă vĂŠritablement dĂŠmocratiser le principe dâ&#x20AC;&#x2122;instabilitĂŠ, mĂŞme si la technologie sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠloigne des MBT puisquâ&#x20AC;&#x2122;elle nâ&#x20AC;&#x2122;utilise pas de semelle convexe. La Train Tone comprend deux cellules Ă  air qui communiquent entre elles. Quand vous accentuez la pression Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;arrière en posant le talon sur le sol, lâ&#x20AC;&#x2122;air circule vers lâ&#x20AC;&#x2122;avant et inversement. Vous faites ainsi appel aux muscles stabilisateurs Ă  chaque ĂŠtape du pas. Les utilisatrices apprĂŠcient lâ&#x20AC;&#x2122;absence de coutures intĂŠrieures et de pouvoir les porter sans chaussettes. Train Tone Anthlin de Reebok, 90 â&#x201A;Ź.

Š Reebok

Puma Body Train, confort et design Elle utilise le principe de bascule. Le travail est optimisĂŠ (+ 11 % pour les jambes, par rapport Ă une basket ordinaire). Les utilisatrices plĂŠbiscitent leurs ďŹ nitions soignĂŠes, leur confort, leur lĂŠgèretĂŠ autant que le design et la variĂŠtĂŠ des coloris. Body Train de Puma, 110 â&#x201A;Ź. â&#x2014;?

9]WQLMXT][XZuKQM]`Y]Âź]VMIQLMXW]Z INNZWV\MZTM[uUW\QWV[NWZ\M[M\TM[KW]X[LM [\ZM[[L]Y]W\QLQMVKWUUMTIZMV\ZuMLM[ KTI[[M[TIZMXZQ[ML]\ZI^IQT]VZMVLMb^W][ QUXWZ\IV\ ]V MUJW]\MQTTIOM ]V KPWK uUW\QWVVMTQVI\\MVL]' ;W][ [I NWZUM [XZIa XZI\QY]M M\ VWUILM :M[K]MÂ?;XZIaM[\TI[WT]\QWVLÂź]ZOMVKMKWUXW[uM LMM[[MVKM[.TM]Z[LM*IKP7ZQOQVITÂ?1UXI\QMV[ ;\IZWN *M\PTMPMU+PMZZa8T]U:WKS:W[MM\ +TMUI\Q[UQ[M[I]XWQV\XIZ-L_IZL*IKPLIV[ TM[IVVuM[ 8W]Z IQLMZ o NIQZM NIKM o \W]\M[ TM[ [Q\]I\QWV[ LÂź]ZOMVKM:M[K]MÂ?;XZIaM[\TÂźITTQuQLuITXW]ZIOQZ [MZMQVMUMV\M\\ZW]^MZ]VZuKWVNWZ\QUUuLQI\ O En pharmacies, parapharmacies et magasins diĂŠtĂŠtiques. ComplĂŠment alimentaire. Code ACL 783 94 67 Existe aussi en compte-gouttes 10 ml et 20 ml. www.famadem.mc - www.ďŹ&#x201A;eursdebach.fr KZuLQ\XPW\W"<PQVS[\WKS1UIOM[

Granio+ÂŽ SOMDOR le 1er inducteur de sommeil naturel* <ZW]JTM[L][WUUMQT'4M[4IJWZI\WQZM[-)8PIZUIWV\UQ[I] XWQV\/ZIVQWÂ?;75,7:]VM[WT]\QWVVI\]ZMTTM[IV[MNNM\[ [MKWVLIQZM[VQIKKW]\]UIVKMY]QIOQ\[]Z\W]\M[TM[XPI[M[L] [WUUMQT +M\\M NWZU]TM ZQKPM MVM`\ZIQ\[LMXTIV\M[KWV\ZQJ]M o NIKQTQ\MZ TÂźMVLWZUQ[[MUMV\ M\ IQLM o ZM\ZW]^MZ ]V [WUUMQT VI\]ZMTM\ZuXIZI\M]Z O www.ea-pharma.com En pharmacie et parapharmacie. Env. 14,90 â&#x201A;Ź la boĂŽte de 30 comprimĂŠs. Code ACL 4700881. *complĂŠment alimentaire Ă base dâ&#x20AC;&#x2122;extraits de plantes

POUR VOTRE SANTĂ&#x2030;, PRATIQUEZ UNE ACTIVITĂ&#x2030; PHYSIQUE RĂ&#x2030;GULIĂ&#x2C6;RE www.mangerbouger.fr - Qualipige 01 44 37 00 00 - photos D.R. - *peut-ĂŞtre

OUVERTURE BELLE ET BIEN New.indd 25

28/09/11 13:15:58


MAKE UP GOUROU New.indd 26

27/09/11 23:55:49


TÉL

ENT ATUITEM R G Z E G ÉCHAR OTRE

ANT PAUSE S

É SUR V

E N O H iP

S ARTICLEÉ, S E L S U T VEZ TO ITÉ SAN

RETROU ZINE, ET L’ACTUAL NGER MAGA L’ÉTRA DU

CE ET À EN FRAN FIL AVEC LE

.

Retrouvez tous les articles en ligne sur

www.pausesante.fr

/ PA U SE SA N T É / R É AG I SSE Z , T É MOI G N E Z , COMM E N T E Z SU R WWW. PA U S ES A N T E. FR

P27_INTERNET.indd Sec1:29

29

15/09/11 10:01:33


MAKE UP GOUROU New.indd 28

27/09/11 23:55:58


accompagne Chaque jour, Dessine-moi un mouton /Sida : familles, les personnes touchées par le VIH

- Photo : Christian Kettiger

aide à construire leur adolescents, femmes enceintes… Et les l ou éducatif, c’est une avenir. Suivi médical, psychologique, socia prêtent main forte et les équipe de professionnels dédiés qui leur idien. aident à surmonter les difficultés du quot

Faire un don : www.dessinemoiunmouton.org l Tél. : 0820 140 140 Annonces_pauseSante.indd 5

15/09/11 15:42


Quand la mer dope le

sommeil

Un carnet de bord

PAR LUC BIECQ

Cure Mer de Sommeil, Thalassa Dinard, forfait 7 nuits en demi-pension et 6 jours de soins, à partir de 1 485 €. Réservation au 02 99 16 78 10. www.thalassa.com

30

Dormir comme un bébé pour se réveiller plein d’énergie, voilà qui fait rêver. La cure Mer de Sommeil de la thalasso de Dinard combine des techniques douces qui permettent de retrouver un sommeil réparateur.

U

ne semaine dédiée au flirt poussé avec Morphée, comment résister ? La cure Mer de sommeil, pensée par un médecin sophrologue, a été mise au point il y a 18 ans avant d’être remaniée et validée par le professeur Damien Léger, professeur au Centre du sommeil de l’Hôtel-Dieu, à Paris. 30 soins s’enchaînent sur 6 jours, après une indispensable visite médicale, où l’on s’assure qu’il n’existe aucune contre-indication, comme une maladie psychiatrique lourde ou une pathologie grave perturbant le sommeil. « À leur arrivée, les curistes sont angoissés. Ils prennent des hypnotiques ou des anxiolytiques et souhaitent s’en débarrasser, explique le docteur Claire Tual-Fleury. S’il est possible de diminuer légèrement les doses, l’objectif n’est pas de les arrêter d’un seul coup. Cela ne ferait que provoquer un effet rebond. »

Après un bilan de santé, le médecin crée avec le patient un carnet de bord. Outre des conseils d’hygiène et de diététique, il comprend les soins et activités qui aideront à naviguer sur cette croisière apaisante. Une équipe de thérapeutes, sophrologue, relaxologue, masseuse, diététicienne et kinésithérapeute vont ensuite mettre en musique les recommandations médicales dans un doux concerto. « Nous combinons tout ce qui donne des résultats en matière d’amélioration du sommeil, souligne Claire Tual-Fleury. Afin de ne brusquer personne, nous nous adaptons aux goûts de chacun. »

Des leçons de lâcher-prise Au cœur de la thalassothérapie, l’eau de mer joue bien sûr son rôle. Aux bains bouillonnants et aux douches sous affusion qui dissipent les tensions, s’ajoutent des enveloppements d’algues. Ils sont sédatifs et diffusent, grâce à une chaleur douce, des oligo-éléments. Les massages manuels, délivrés par des kinésithérapeutes, aident à la détente, tout comme le massage indien de la voûte plantaire, le kansu, issu de la médecine ayurvédique indienne. Le repos psychique est aussi favorisé, avec l’aide d’une relaxologue et d’une sophrologue, toutes deux diplômées. Ces disciplines aident à évacuer le stress et concourent à l’apprentissage guidé de méthodes de lâcher-prise. L’idéal est bien sûr d’en profiter une fois que l’on est rentré chez soi.

/ PAUS E S AN T É / RÉAG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

THALASSO.indd 30

20/09/11 19:02:08


UEZ

&JOGAGNEZ

www.

lesproduitsdumois.com notre sélection de septembre / octobre

Manque de magnésium, DELBIASE est la solution ! )^MK [I NWZU]TM \ZILQ\QWVVMTTM KWUXW[u]VQY]MUMV\LM+PTWZ]ZM LM 5IOVu[Q]U M\ LM *ZWU]ZM LM 5IOVu[Q]U,-4*1);-M[\KWV[MQTTu LIV[TM[LuÅKQ\[UIOVu[QMV[ 4M UIOVu[Q]U QV\MZ^QMV\ LIV[ TM NWVK\QWVVMUMV\VM]ZWU][K]TIQZMM\ TI\ZIV[UQ[[QWVLMT¼QVÆ]`VMZ^M]` OCLS.Pharma - Delbiase comprimé, code ACL 463 788 1, Complément Alimentaire, est disponible en pharmacie d’Officine; ou sur simple demande : cls.pharma@wanadoo.fr - www.clspharma.fr

Nouveauté : 1er gel coiffant anti-poux et anti-lentes aux actifs 100% naturels +¼M[\]VMZu^WT]\QWV .1614-;87=@I Lu^MTWXXuTMMZOMTKWQNNIV\I]`IK\QN[  VI\]ZMT[XW]ZT]\\MZMNNQKIKMUMV\KWV\ZMTM[ XW]`M\TM[TMV\M[,MXIZ\[I\M`\]ZMWZQOQ VITMTMOMT.1614-;87=@IOQ\LMNItWV XZu^MV\Q^MMVMUXwKPIV\TM[XW]`LM[MNQ`MZ []ZTIKPM^MT]ZM-\TWZ[Y]MTM[XW]`M\TM[ TMV\M[ [WV\ QV[\ITTu[ [WV IK\QWV \ZIQ\IV\M [KQMV\QNQY]MUMV\LuUWV\ZuMXMZUM\LMTM[ uZILQY]MZLMTI\w\MLM^W[JIUJQV[

Oxygène et lumière

OEn pharmacie - Env. 14 € - ACL 9780815 www.coomedic.com - www.finilespoux.com ou tél. 03 26 51 37 10

Pour aider les curistes à retrouver le goût de l’oxygénation par le mouvement et la respiration, les balades en bord de mer se glissent sans effort dans le programme. Afin d’éviter toute élévation du rythme cardiaque avant le coucher, l’activité physique est conseillée le matin, tout comme les séances de luminothérapie qui ont lieu à heure fixe. Cette technique, utilisée dans les centres du sommeil et contre la dépression saisonnière, expose à des lampes à forte luminosité. Équipées de filtre UV et sans infrarouge, elles diffusent jusqu’à 10 000 lux qui ont pour effet de stimuler la fabrication de mélatonine. Une hormone qui régule l’horloge biologique et aide le corps à se mettre en position de repos.

Protégez vos yeux des agressions du quotidien ! 8WTT]\QWVWZLQVI\M]ZTMV\QTTM[NZIOQTQ[MV\ VW[ aM]` M\ XZW^WY]MV\ QZZQ\I\QWV[ M\ QVKWVNWZ\>a[uW[\IJQTQ[MTMÅTUTIKZaUITM\ XMZUM\LMZM\MVQZTM[TIZUM[QVLQ[XMV[IJTM[ o T¼PaLZI\I\QWV LM T¼¶QT ;WV MNNQKIKQ\u []XuZQM]ZMM[\LuUWV\ZuM[KQMV\QÅY]MUMV\ 8ZI\QY]M >a[uW  [M]T [XZIa WK]TIQZM L]UIZKPu[M^IXWZQ[M[]ZTM[XI]XQvZM[ NMZUuM[UwUM[]ZTM[aM]`UIY]QTTu[=V [W]TIOMUMV\QUUuLQI\ OFaites le test chez votre pharmacien ou opticien ACL 448741.8 - Laboratoires YBÔ : 04 37 428 418 - www.vyseo.fr

Fini le stress avec D-STRESS !

Pour compléter ce programme, le docteur Tual-Fleury a travaillé avec une diététicienne pour proposer des menus sans excitants (café, thé, alcool…). Comme ils ruinent le sommeil, les repas en comportent le moins possible. Lipides et glucides sont aussi diminués. « Lors du dîner, nous suggérons d’éviter les sucres rapides, afin qu’ils ne soient pas inutilement stockés par l’organisme et une baisse des apports de graisse, pour mettre le foie au repos pendant la nuit. » Sans faire de sur-promesse, la cure aide donc à corriger quelques mauvaises habitudes et démontre que l’insomnie n’est pas une fatalité. ●

© Jacques Yves Gucia pour ACCOR

Une alimentation adaptée

,;<:-;;M[\]VKWUXTuUMV\ITQUMV\IQZM ZMKWUUIVLuXW]Z[IZIXQLQ\uL¼IK\QWVM\[M[ MNNM\[L]ZIJTM[TWZ[LM[Q\]I\QWV[TQuM[I][\ZM[[ NI\QO]M []ZUMVIOM Zu^Q[QWV[ M`IUMV[ IV`Qu\uJIQ[[MLMUWZIT[M^ZIOM\IJIOQY]M° ;IV[ IKKW]\]UIVKM VQ MNNM\ [MKWVLIQZM ,;<:-;;M[\KWUXW[uL¼IK\QN[VI\]ZMT[ UIOVu[Q]U^Q\IUQVM[*IZOQVQVM\I]ZQVM INQV LM KI[[MZ TI [XQZITM L] [\ZM[[ M\ [M[ KWV[uY]MVKM[VuNI[\M[[]ZT¼WZOIVQ[UM O Posologie : 2 à 6 comp. / jour. En pharmacie. Env. 14€ - 80 cp - ACL 7641943 ou 24h/24 sur www.synergiashop.com -Laboratoire Synergia - Tél : 04 77 42 30 10

POUR VOTRE SANTÉ, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE www.mangerbouger.fr - Qualipige 01 44 37 00 00 - photos D.R. - *peut-être

THALASSO.indd 31

27/09/11 17:23


© Françoise Nicol pour les Éditions Alain Ducasse

Photos extraites des livres d’Alain Ducasse et Paule Neyrat, Nature, simple, sain et bon, éditions Alain Ducasse.

OUVERTURE GOURMANDE New.indd 32

27/09/11 21:42:52


SAVEUR <

Le

repas gastronomique

français

À la question : « Selon vous, la gastronomie fait-elle partie du patrimoine et de l’identité des Français ? », les Français répondent oui à 95,2 % 1. Mais comment le repas gastronomique qui incarne un plaisir ritualisé et codifié s’est-il construit ? PAR MARIE-CHRISTINE CLÉMENT

Révolution culinaire et démocratisation

L

es Français considèrent leur gastronomie comme une véritable richesse patrimoniale. Et chacun défend son territoire avec ardeur : la tarte Tatin est-elle née à Romorantin ou à Lamotte-Beuvron ? Le gamay est-il meilleur en Loire ou en Beaujolais ? Peu importe. Les Français s’incarnent dans cette revendication de la bonne chère, localisée, la plupart du temps, dans un lieu géographique identifié comme un « terroir » 2.

© Françoise Nicol pour les Éditions Alain Ducasse

L’art de la table à la cour Cette richesse patrimoniale résulte d’une lente construction politique liée à la construction du territoire et de l’identité de la France. Dès l’époque médiévale, le savoir culinaire est reconnu. Quand Charles V constitue la première bibliothèque royale, embryon de la Bibliothèque Nationale, il demande à son cuisinier, Guillaume Tirel, de mettre ses recettes par écrit. À la Renaissance, grâce à l’influence italienne, l’art de la table devient un élément constitutif du cérémonial de la cour. Les embryons d’étiquette constitués par François Ier puis par Catherine de Médicis seront magnifiés ensuite par Louis XIV à Versailles.

Mais c’est véritablement le XVIIe siècle qui connaîtra l’avènement de la « haute cuisine française », grâce à une révolution culinaire historique en Europe : l’abandon des épices médiévales et l’introduction dans la cuisine aristocratique des « épices des pauvres », ail, poireau et autres herbes et échalotes, ainsi que des graisses dites populaires, beurre et huile. Il n’est pas anodin de constater que cet anoblissement des goûts provinciaux coïncide avec l’ordonnancement des régions et la constitution d’une nation centralisée mise en œuvre par Colbert. Au milieu du XVIIIe siècle, le restaurant permettra la démocratisation de cette haute cuisine, vulgarisée dans de nombreux ouvrages culinaires publiés au XIXe siècle, qui verra l’apparition d’une nouvelle figure, véritable incarnation de la classe bourgeoise et de sa « folie » pour les arts de bouche, le gastronome.

Une gastronomie à l’échelle nationale Sous l’Empire, après la disparition de la figure du Roi, quand il s’agira d’incarner la nation, les spécialités gastronomiques seront naturellement choisies. En 1804, un député

LA CUISINE A FAIT L’HOMME C’est grâce à la domestication du feu qu’est apparue l’espèce humaine. Après Catherine Perlès, Richard Wrangham défend cette thèse. Il y a des centaines de milliers d’années, quelque part dans le sud du Sahara, l’un de nos lointains ancêtres fut attiré par l’odeur appétissante d’un gibier pris dans un feu de brousse. Il apprécia cette viande, plus facile à mastiquer que la chair crue. Cet événement eut des conséquences innombrables. Tout d’abord, l’apport calorique de la viande, plus important que celui de son habituel régime alimentaire constitué de fruits, de pousses, de graines, de larves ou d’insectes, entraîna des transformations morphologiques, notamment la réduction de son appareil masticateur et de la longueur de ses intestins. L’énergie économisée par une meilleure digestion servit à développer d’autres organes, en l’occurrence le cerveau. Ce qui lui permit de franchir des étapes décisives : la fabrication d’outils de pierre plus élaborés, la construction des premières habitations. La cuisson de sa nourriture eut également des conséquences sociales : le gibier n’étant plus consommé sur le lieu de la chasse mais rapporté au camp, il pouvait être partagé. Une division des tâches entre les hommes et les femmes s’instaura alors. Richard Wrangham, Catching fire. How cooking made us human. Basic Books Perseus Books group, New York, 2009.

/ PA U SE SA N T É / R É AG I SSE Z , T É M OI G N E Z , COM ME N T E Z SU R WWW. PA U S ES A N T E. FR

OUVERTURE GOURMANDE New.indd 33

33

27/09/11 21:48:37


Publi-communiqué

MES PROBLÈMES DE GENOUX SONT DERRIÈRE MOI et je peux de nouveau profiter de la vie!

”Mes genoux ont commencé à m’ennuyer dès l’âge de treize ans. Finalement, j’ai du arrêter de jouer au tennis. Grâce au complément de glucosamine que j’utilise depuis trois ans, tout l’inconfort s’est envolé”, dit M. Kamieth.

”Je peux m’éclater sur les courts de tennis comme avant. Mes genoux sont comme neufs et c’est un soulagement de pouvoir de nouveau profiter de la vie”, se réjouit M. K. Kamieth originaire de Flensburg, en Allemagne. Tout est devenu beaucoup plus facile depuis qu’il a découvert le complément de glucosamine.

Pub Glucosamine.indd Sec1:34

Le tennis a toujours été l’un des passetemps favoris de M. Kamieth. Aujourd’hui, il est de nouveau capable de frapper dans la balle pendant des heures, sans que ses genoux ne l’ennuient.”Avant, mes genoux constituaient un obstacle qui me privait de la joie de bouger librement mais tout cela appartient au passé”, explique cet homme de 63 ans, heureux de ne plus avoir à supporter des bas de compression gênants, des massages par électro-stimulation et des bandages aux genoux. ”J’ai lu un article sur la glucosamine, une substance contenue dans un complément qui était supposée être efficace sur les cartilages articulaires des genoux. Et c’est vrai qu’en seulement trois semaines, j’ai perçu la différence, ” confirme M. Kamieth.

“ Je joue de nouveau au tennis comme j’en avais l’habitude ” A l’adolescence déjà Dès l’adolescence, il rencontrait déjà des problèmes aux genoux, en particulier au niveau des cartilages. Les symptômes apparaissaient après une longue période passée assis devant la télévision ou après un match de tennis. Véritable adepte de ce sport, il jouait plusieurs fois par semaine mais cette activité a fini par entraîner trop d’inconfort. ”J’ai consulté un médecin du sport qui m’a recommandé des séances d’électro-

15/09/11 10:44:31

A


Publi-communiqué

A propos de Pharma Nord Il est fréquent qu’une entreprise vante la qualité de ses produits. Mais rares sont celles qui peuvent le prouver! Depuis plus de 25 ans, Pharma Nord est spécialisé dans le développement et la commercialisation de compléments alimentaires, de médicaments et de remèdes naturels dont la qualité supérieure a été prouvée. C’est pour vous l’assurance d’avoir un produit qui soit: • Biodisponible et donc assimilable • Efficace • Sans risque • Fiable

Rien de tel que la glucosamine pour des cartilages sains Un extrait naturel, provenant de la carapace des crustacés, vient renforcer le cartilage de vos articulations et vous permet de rester actif, quelque soit votre âge.

Amélioration (augmentation espace intra articulaire en mm)

0.3

Groupe sulfate de glucosamine Groupe placebo

0.2

Passée la cinquantaine, certains facteurs sont essentiels pour rester actif. Le premier est d’avoir le privilège de posséder des articulations solides et saines. Avec Glucosamine Forte de Pharma Nord, vous pouvez renforcer de manière naturelle, le cartilage de vos articulations.

0.1 0

-0.1 -0.2

Un cartilage plus résistant

-0.3 0

1

2

Suivi, en années

3

Mesure de l’espace intra articulaire chez les patients soit sous sulfate de glucosamine soit sous placebo, pendant 3 ans.

stimulation et de mettre des bandages aux genoux afin de soutenir mes genoux, mais aucune de ces deux méthodes ne m’a beaucoup aidé”, admet M. Kamieth.

Actif...et heureux! Un jour, il tombe sur un article relatif à la glucosamine dans une revue distribuée en pharmacie. Bien que M. Kamieth ne soit pas très enclin à avaler des pilules, il est attiré par ce complément car celui-ci est d’origine naturelle. ”J’en prends depuis maintenant trois ans et je peux affirmer que ça a eu un effet bénéfique incroyable sur mes genoux”, raconte-t-il.

Pub Glucosamine.indd Sec1:35

Le principe actif contenu dans Glucosamine Forte est du sulfate de glucosamine, une molécule naturelle complexée au glucose qui fonctionne en tant que composant structurel du cartilage articulaire. En effet, les cartilages sont constitués de ces molécules qui contribuent à la solidité et à la flexibilité du tissu cartilagineux.

Une solution idéale Il existe plusieurs raisons de choisir Glucosamine Forte: • Il contient du sulfate de glucosamine (avec du soufre) qui est plus actif que toutes les autres formes de glucosamine (telles que le chlorhydrate de glucosamine par ex.) • Le sulfate de glucosamine est extrait de crevettes des profondeurs pêchées dans leur habitat naturel. Il faut savoir que d’autres extraits proviennent de crevettes d’élevage entassées dans des bassins artificiels et peuvent parfois contenir des antibiotiques par ex. • Les crevettes des profondeurs vivent en équilibre avec la nature et sont aussi pures que propres.

• Glucosamine Forte contient un extrait traçable. Cela signifie que l’on connait le lieu d’origine des crevettes utilisées, pour chacun des extraits. • La traçabilité est essentielle pour garantir la qualité d’un extrait brut. • Si nécessaire, les gélules de Glucosamine Forte peuvent être ouvertes et mélangées à un yaourt ou à une compote.

Une qualité prouvée La qualité et la documentation sont les points forts de Pharma Nord. Tous nos produits sont fabriqués dans le strict respect des normes GMP (Bonnes Pratiques de Fabrication) qui garantissent qualité et sécurité. La production repose sur l’utilisation des meilleurs constituants et des normes de fabrication pharmaceutique. Les atouts de Glucosamine Forte sont étayés par une documentation détaillée.

ACL 4382091 boîte 75 gél ACL 4395509 boîte 150 gél. Info/Tél: 01 30 17 01 51 www.pharmanord.fr

15/09/11 10:44:48


Le terroir à l’Unesco

à la Convention proposera de réaliser un « jardin patriotique » 3 où les provinces seraient symbolisées par leur production alimentaire. En 1808, une géographie gastronomique de la France sera, pour la première fois, réalisée : bouteilles, volailles, poissons, ruches ou terrines symboliseront différ entes provinces françaises pour apprendre aux citoyens à identifier la République comme « entière, une et indivisible » 4. Le terroir français est à la fois une construction culturelle, imaginaire et politique née d’un climat et d’une situation géographique particulières. 36

éducation alimentaire à l’école et l’instauration de cours de cuisine en activité optionnelle ? Pour l’instant, l’impact culturel de ce rituel du repas nous protège d’une évolution de l’obésité et explique, en partie, notre résistance aux grignotages. Sans décisions politiques fortes, jusqu’à quand pourrons-nous résister ? Nous avons vu comment le repas gastronomique français était le résultat d’une suite de décisions politiques concernant la construction de l’État français. L’inscription du repas gastronomique au patrimoine immatériel de l’humanité s’est traduit, dans un premier temps, par l’instauration d’une fête de la Gastronomie (elle a lieu le 23 septembre). Espérons qu’elle saura dépasser l’agitation festive et anecdotique, qui peut, certes, être agréable, pour engendrer des décisions politiques sur le long terme et devenir, peut-être, le début d’une prise de conscience salutaire autant qu’un moment de partage, de convivialité et de plaisir. *Francis Chevrier, Notre Gastronomie est une culture, préface de Jean-Robert Pitte, François Bourin éditeur, 2011.

Le repas, un plaisir ritualisé La gastronomie française possède des caractéristiques qui la rendent identifiable dans le monde entier. Une inscription dans la durée, tout d’abord, avec une hiérarchisation des plats construite comme une grammaire gustative où se succèdent entrée, plat principal, fromage et dessert. Le mariage des mets et des vins ensuite, mariage qui a donné naissance à la fonction spécifique de sommelier. Enfin, à table, les Français parlent de nourriture. Ce discours né de la convivialité donne un primat au goût et au plaisir plutôt qu’à la valeur nutrition-

nelle des plats et a engendré une abondante littérature qui lui est dédiée. ● 1. Enquête du Crédoc, juillet 2009. 2. Le terroir regroupe à la fois un lieu géographique et les caractéristiques humaines propres à son art de vivre (architecture, cuisine, us et coutumes). 3 et 4. Julia Csergo, « L’émergence des cuisines régionales » in Histoire de l’Alimentation, Jean-Louis Flandrin et Massimo Montanari, Fayard, 1996.

À LIRE Le cuisinier Alain Ducasse a « concocté » avec Christophe Saintagne et la diététicienne Paule Neyrat deux livres de recettes simples et originales. Le premier autour des plats : Nature, simple, sain et bon, 24,90 €, le second autour des desserts : Nature Desserts simple, sain et bon, 15 €. Les deux ouvrages parus aux éditions Alain Ducasse sont illustrés par la photographe Françoise Nicol.

© Françoise Nicol pour les Éditions Alain Ducasse

En novembre dernier, l’Unesco a classé le repas gastronomique français au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité. Dans son dossier de candidature, la relation toute particulière des Français avec leur territoire est évoquée : « Le repas gastronomique utilise de préférence des denrées issues de la tradition des terroirs qui ont une haute valeur culturelle. Elles symbolisent pour les Français la qualité (gustative, nutritionnelle, sanitaire) qui découle d’une interaction intelligente entre l’homme et l’environnement. La reconnaissance de l’élément contribuerait à maintenir et à renforcer le respect d’une gestion harmonieuse de l’environnement, de la biodiversité, des paysages, et renforcerait aussi le tissu social, éléments constitutifs d’un développement durable. *» L’enjeu ne se situe plus seulement à l’échelle individuelle mais à celle de l’ensemble du territoire et induit une certaine ligne pour la politique agricole. À quand le gel des permis de construire pour permettre l’installation de terres maraîchères à proximité des grandes villes et favoriser les circuits courts d’approvisionnement ? À quand une véritable

/ PAUS E S ANT É / RÉ AG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

p36 New.indd 36

29/09/11 17:16:20


Publi-communiqué

Désormais, j’associe le Q10 avec mon médicament contre le cholestérol

ET MES MUSCLES ONT RETROUVÉ LEUR TONICITÉ!

”Après seulement une semaine de prise de coenzyme Q10 avec mon médicament contre l’excès de cholestérol, j’ai senti la différence. Désormais, je peux même doubler la dose de mon médicament, comme le souhaitait mon médecin, sans aucun souci”, explique Mme Siefkens âgée de 68 ans à qui il avait été conseillé de prendre Q10 Gold.

”J’ai ressenti une amélioration après seulement une semaine”, déclare Mme A. Siefkens, à qui il avait été recommandé de prendre du coenzyme Q10 afin de pallier les effets de son médicament contre le cholestérol. ”J’ai vraiment pu en mesurer les bienfaits sur les muscles de mes bras et de mes cuisses”, raconte-t-elle. Comme tant de gens de son âge, à 68 ans, Mme Siefkens a des taux de cholestérol trop élevés ce qui nécessite la prise d’un médicament hypocholestérolémiant appelé ”statines”, afin de réguler cet excès. ”On m’a conseillé de prendre Q10 Gold en même temps que le médicament et après seulement une semaine, j’ai ressenti une amélioration en particulier au niveau des bras et des cuisses”, comme le décrit Mme Siefkens.

Un cardiologue bien informé C’est en 2000, qu’on a diagnostiqué un excès de cholestérol à Mme Siefkens mais ce ne sera que six ans plus tard à l’occasion d’une consultation chez son médecin, que des statines lui seront prescrites. Et c’est alors qu’un imprévu s’est produit. ”J’ai senti que cela affectait les muscles de mes bras et de mes jambes. Je suis allée consulter un spécialiste à qui j’ai exposé mon problème. Il m’a immédiatement

conseillé de prendre du coenzyme Q10 en même temps que mon médicament contre le cholestérol”, raconte Mme Siefkens.

Double dosage Elle a même découvert qu’elle pouvait doubler les doses de celui-ci, sans ressentir de désagréments. ”Je devais prendre, contre l’excès de cholestérol, un médicament dosé à 10 mg mais aujourd’hui sur prescription de mon médecin, j’en prends 20 mg par jour...et je me sens bien. Il me suffit pour cela de maintenir la prise de coenzyme Q10 et j’évite ainsi les problèmes”, témoigne-t-elle. Mme Siefkens exerce la profession d’orfèvre mais c’est aussi une grande amoureuse de la peinture en particulier des aquarelles. ”Et pour finir”, dit-elle, ”je pratique le qigong chaque matin et fais une ballade à vélo de 10 kms”.

Pour recevoir gratuitement et sans frais de port, le livre Q10 dans la limite des stocks disponibles, renvoyez ce coupon à: PHARMA TRADE HEALTHCARE Bât 6 Rue de la Grande Ourse 95805 Cergy Pontoise cedex

NOM

Prénom

Adresse Code Postal

Ville

email

Offre valable jusqu’au 30/04/2012 Nom de la pharmacie vous ayant offert Pause Santé?

Ville

Conformément à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification aux données vous concernant

FR_Q10_Gluco_Insert_Pause_Sante_4 4

15-07-2011 12:26:23


> ANIMAUX

Pépette fait régime PAR PASCAL TURBIL

© James Alec Guilliam / Photolibrary

Pépette ressemble à ses maîtres, à manger trop riche et à bouger trop peu, elle s’empâte. Or, pour elle aussi, l’obésité est un danger. Jamais sans mon véto Comme pour les humains, un régime ne se décide pas à la légère. Seul le vétérinaire est à même de juger de sa teneur. C’est notamment lui qui vérifiera qu’aucun problème de santé n’est à l’origine du surpoids, voire de l’obésité de votre animal. Et si besoin, il déterminera le type de régime amaigrissant que Pépette pourra suivre.

Trois types d’alimentation Les animaux ont besoin d’une nourriture saine et équilibrée pour rester en bonne santé. Et quand Pépette passe à table, elle a le choix entre trois types d’alimentation : l’alimentation industrielle sèche, l’alimentation industrielle humide ou l’alimentation « maison ». Quel que soit le choix, il n’est jamais bon de passer de l’une à l’autre brutalement. Les vétérinaires recommandent d’en mélanger deux pendant au moins une semaine. 38

À base de croquettes

Petits plats maison

L’alimentation dite industrielle sèche n’est autre que les préparations à base de croquettes (boulettes de pâtes, de riz, de viande, de poisson, de légumes). La croquette est déshydratée et demande beaucoup d’eau. À chaque type de chien ses croquettes. Préparées par des nutritionnistes spécialisés, elles sont parfaitement équilibrées. En prime, elles évitent le dépôt de tartre. Les éleveurs et vétérinaires les recommandent.

Dans ce cas, les maîtres cuisinent pour Pépette. N’oubliez pas que votre animal mange comme vous : frais et sain. Pas question de ne lui donner que les restes. Ces rebuts d’aliments seront forcément carencés et/ou gras. En un mot, mauvais. La preuve, vous ne les mangez pas. Attention également au volume. Pas facile de doser, surtout lorsque Pépette est gourmande, voire goinfre. Des volumes ou doses différentes à chaque repas sont aussi une source d’obésité. La règle : 15 grammes de viande par kilo.

Mise en boîte L’alimentation industrielle humide est le nom savant pour les boîtes. Là encore, éleveurs et vétérinaires leur reconnaissent toutes les vertus nutritives nécessaires au développement de l’animal. Seul problème, elles sont en moyenne deux fois plus chères que les croquettes.

Pépette n’aime pas Certains aliments sont toxiques et parfois mortels pour les chiens. C’est le cas des oignons, des champignons et du chocolat. Veillez également à ce qu’ils n’ingèrent pas les bulbes des plantes. ●

/ PAUS E S ANT É / RÉ AG ISSE Z, TÉMOIG NE Z, COMMENTEZ SU R WWW. PA U SE SA N T E . F R

PEPETTE New.indd 38

27/09/11 22:29:38


Publi-communiqué

Un complément utile pour les patients souffrant de troubles cardiovasculaires Les médicaments contre l’excès de cholestérol de type statines sont très efficaces et constituent le traitement le plus adapté pour réguler des taux de cholestérol trop élevés.

Q10 – une révolution Des millions de gens à travers le monde ont déjà pris du coenzyme Q10. Consommé chaque jour, il leur garantit énergie et bienêtre. Q10 30 mg et Q10 Gold 100 mg (Bio-Quinone Q10 dans le reste de l’Europe) sont les marques les plus populaires, un succès qui résulte de l’exceptionnelle qualité du produit. Plus de 80 études publiées ont utilisé ce coenzyme Q10. Par ailleurs, l’association internationale du Q10 (ICQA), un organisme scientifique international utilise Q10 de Pharma Nord car c’est le seul coenzyme Q10 qui dispose d’une documentation détaillée relative à sa qualité, son innocuité et sa biodisponibilité.

ACL 4474054 Info/tél: 01 30 17 01 51 www.pharmanord.fr / www.Q10.fr

FR_Q10_Gluco_Insert_Pause_Sante_5 5

• Les statines inhibent la synthèse du cholestérol mais entraînent aussi un effondrement de la production de coenzyme Q10. • Un supplément de coenzyme Q10 est le moyen le plus pratique et le plus efficace pour compenser cette perte. • En sus d’assurer des niveaux de coenzyme Q10 adéquats dans le sang et le tissu musculaire, un supplément soutient des fonctions vitales qui elles-mêmes dépendent du bon fonctionnement du métabolisme énergétique.

symptômes musculaires particuliers. Ces symptômes résultent d’une perturbation du métabolisme énergétique. Les études ont montré qu’en prenant un supplément de coenzyme Q10 avec les médicaments de type statines, il est possible de prévenir ces troubles et de poursuivre la prise de ces médicaments prescrits avec nettement moins d’effets secondaires. • Cholestérol et coenzyme Q10 sont synthétisés dans le foie à partir d’une substance commune.

Un scientifique récompensé Peter Mitchell, un biochimiste britannique, a été recompensé par un prix Nobel, pour ses travaux scientifiques sur le coenzyme Q10. Il reçoit ici le prix des mains du Roi Carl Gustaf XVI de Suède.

Les cellules du corps peuvent synthétiser une certaine quantité de coenzyme Q10. Toutefois, les études montrent que la production endogène de coenzyme Q10 commence à décliner dès l’âge de 20 ans.

Certains comparent la découverte du coenzyme Q10 à celle de la pénicilline ayant marqué un tournant scientifique. Le biochimiste britannique Peter Mitchell a reçu le Prix Nobel de biochimie pour avoir expliqué le rôle du coenzyme Q10 dans le métabolisme énergétique cellulaire. Quant au Professeur Karl Folkers, de l’Université d’Austin il s’est vu remettre le prestigieux prix ”Priestly Medal” -l’équivalent américain du Prix Nobelpour ses travaux.

La concentration de coQ10 (mg/g) dans les tissus du coeur

120 100

CoQ10 (µg/g)

Toutefois, la prise de statines induit également une baisse de la production d’une substance aux propriétés semblables à celles d’une vitamine et appelée coenzyme Q10. Or, nos cellules ont besoin de celle-ci pour produire de l’énergie, principalement dans nos tissus musculaires. Certains patients sous statines pendant de longues périodes ressentent des

80 60 40 20 0 0-2

19-21

39-43

77-81 ans

(Source> Lipids vol. 24, no. 7 (1989))

15-07-2011 12:26:24


AGORA New.indd 40

28/09/11 0:11:24


AGORA

CONFLITS OU LIENS D’INTÉRÊTS, ATTENTION À NE PAS LES CONFONDRE ! L’affaire Médiator n’a pas fini d’empoisonner les relations entre l’ensemble des acteurs OLIVIER MARIOTTE de la santé. EST MÉDECIN Au-delà des Il dirige nile conséquences (www.nile-consulting.eu), dramatiques une agence conseil en Affaires Publiques pour les malades dédiée aux acteurs touchés et leurs de santé. familles, c’est toute la relation de confiance entre les patients et leurs médecins qui est ébranlée. Les conflits d’intérêts ont été au cœur des débats et le projet de loi sur la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé (examiné en septembre) leur accorde d’ailleurs un traitement particulier. On ne peut que se réjouir de voir écarter des décisions de mise sur le marché les experts qui ont participé à l’évaluation du médicament en question. C’est une règle bien connue que celle de ne pas être « juge et partie ». Cependant, l’extrême violence de la tempête médiatique a fait la part belle aux dogmatismes, aux solutions toutes faites et aux prises de position de principe. Le débat sur les liens d’intérêts n’a pas eu vraiment lieu et on ne peut que le regretter. Car à ne voir que les conflits d’intérêts, on ne considère pas la question des experts dans ce qu’ils ont de plus précieux : la connaissance de la maladie, du malade et des pistes de traitements possibles. Travailler avec

© DR

POUR ALLER PLUS LOIN DANS LA RÉFLEXION SANTÉ

#14

SOMMAIRE L’angoisse, un moment de vérité par Paul-Laurent Assoun La philo, ça guérit quoi ? VIII par Roger-Pol Droit

© BPK, Berlin, Dist. RMN / Jörg P. Anders

La médecine à Rome X par Yvan Brohard Le pharmacien, acteur de la prévention XII par Sacha Vodianova La nouvelle loi sur la bioéthique, XIV quels changements ? par Valérie Sebag L’IVG est en danger XVI par Michèle Lajoux

II

l’industrie des produits de santé est honorable en soi. Cela ne prête à aucune interprétation possible sur l’éthique du chercheur et sa probité. De tout temps, le partenariat entre les recherches publiques (celles des facultés) et les recherches privées (celles des entreprises) a été reconnu comme facteur de croissance et de création de richesses intellectuelles et financières. Ces liens d’intérêts, quand ils sont transparents et contrôlables n’ont rien de choquant. Au contraire, ils montrent le plus souvent la qualité de la recherche d’un pays et la vigueur de son secteur industriel. Mais là où le bât blesse, c’est que de nombreuses personnes ont plus ou moins consciemment laissé confondre la notion de liens d’intérêts et celle de conflits d’intérêts. En jetant la suspicion sur l’ensemble des chercheurs et des entreprises, ils risquent d’aboutir à un effet paradoxal : la création d’un mur entre ces deux mondes que l’on cherche depuis si longtemps à faire travailler ensemble. Ce sont les patients en attente de solutions thérapeutiques innovantes qui risquent d’en pâtir profondément. Ce sont leurs associations qui ne trouveront plus de supports financiers pour soutenir leurs actions d’éducation. Alors, comme l’ont exigé, certains, de façon simpliste pendant les Assises du médicament, il faudra recourir à « de l’argent public ». En ces temps de crise, on sait ce que valent ces préconisations… AGORA | I

AGORA New.indd 41

28/09/11 0:11:29


PSYCHANALYSE

RUBRIQUE DIRIGÉE PAR PAUL-LAURENT ASSOUN

L’angoisse, vérité du désir

© PUF/Virginie Pelletier

C PAUL-LAURENT ASSOUN EST PSYCHANALYSTE ET PROFESSEUR À L’UNIVERSITÉ PARIS-VII.

’est probablement chez Søren Kierkegaard, le philosophe danois du XIXe siècle, que l’angoisse est apparue non seulement comme un moment important, mais comme celui qui est existentiellement révélateur de l’être, de ce qu’il nomme « subjectivité ». La métaphysique a donc aperçu que l’angoisse n’est pas seulement un phénomène psychologique, mais un moment de vérité du sujet. Encore convient-il d’introduire l’hypothèse de l’inconscient pour comprendre ce que l’angoisse dit du sujet. L’angoisse constitue une expérience éprouvante qui semble défier la compréhension. Et pour cause : le sujet en proie à l’angoisse se ressent lui-même comme soudainement énigmatique à (et pour) lui-même. Voilà d’emblée le trait distinctif de l’angoisse, expérience étrange et même d’étrangeté, qui surgit

ex abrupto pour rompre la continuité de la vie psychique. La psychanalyse intervient comme toujours quand apparaît dans le vécu et l’agir humains un point opaque. Voilà donc un objet privilégié du savoir de l’inconscient. La contribution freudienne apparaît là essentielle, comme nous l’avons montré ailleurs (Pause Santé n° 4). Mais il faut commencer par décrire ce qui se passe dans cette expérience aussi concrète qu’énigmatique. Il suffit pour cela de se référer au vécu angoissé de quiconque. Il s’agit ici non des anxiétés banales, mais des véritables accès d’angoisse.

UNE PEUR SANS OBJET Qu’il soit confronté à une lente et implacable angoisse ou à une « attaque d’angoisse », le sujet bascule d’un moment à l’autre dans une sorte d’autre monde comme

à distance de la réalité familière habituelle. Nous l’avons non fortuitement rencontrée dans l’expérience des phobies (Pause Santé n° 6). Mais on le verra, la phobie, si pénible soit-elle, est une tentative d’organiser l’angoisse face à une menace désignée, l’objet ou situation phobique, au-delà de la panique. Plaçons-nous en deçà, dans la situation et à l’épicentre du vécu de l’angoisse. Le sujet confronté à l’angoisse se trouve confronté et même « affronté » à une peur qui a pour caractéristique de ne pas avoir d’objet désigné ni déterminé. C’est en quelque sorte une peur intransitive, sans complément d’objet. Le sujet devient peur. Peur de quoi ? C’est justement ce qui lui demeure masqué. Freud présente la trilogie de la peur (Furcht), réaction face à un danger surgissant dans la réalité, de l’angoisse (Angst : terme qui, en allemand, peut signifier égale-

II | AGORA

AGORA New.indd 42

28/09/11 0:11:35

© Salvador Dali, Fundacio Gala-Salvador Dali / Adagp, Paris 2011 / BPK, Berlin, Dist. RMN / Elke Walford

L’angoisse est une expérience qui n’est épargnée à personne. Objet naturel de l’intérêt des philosophes, la psychanalyse l’interroge comme objet privilégié du savoir de l’inconscient.


© Salvador Dali, Fundacio Gala-Salvador Dali / Adagp, Paris 2011 / BPK, Berlin, Dist. RMN / Elke Walford

PSYCHANALYSE

ment peur et angoisse) et de l’effroi (Schreck) qui désigne le fait d’être confronté brusquement à un danger inattendu (Inhibition, symptôme et angoisse, 1926). Confronté donc à un danger pressant et oppressant mais sans visage, le sujet semble dépossédé de lui-même. Comme si un autre (ou un Autre) mystérieux avait barre sur lui. En conséquence de quoi il se sent douloureusement étranger à lui-même tant que dure l’angoisse qui a pour caractéristique justement de sembler ne pas avoir de fin… S’il a peur, c’est d’être ou d’exister, en ce moment précis. Il ne peut guère en dire plus. L’angoisse s’invite chez le sujet comme un hôte assez familier pour qu’il le reconnaisse et assez étranger pour qu’il se sente comme exilé de lui-même. On comprend que l’angoisse soit… angoissante pour le sujet qui a l’impression de perdre le contrôle sur lui-même en se branchant sur une « chose » sans visage mais qui le dévisage fixement. Le sujet angoissé est à la fois enfermé en lui-même comme en une geôle et trop ouvert, exposé, à la fois dedans et dehors. Il est à la fois terriblement seul et capturé par un Autre mystérieux qui ne le lâche plus. Voilà une position fortement inconfortable…

La Naissance des angoisses liquides (1932) de Salvador Dali, huile sur toile, Kunsthalle, Hambourg.

TABLEAU CLINIQUE DE L’ANGOISSE Dans l’étymologie du mot « angoisse », dérivé du latin « angustia », se trouve indiquée l’idée d’un resserrement, soit d’une zone étroite, d’un défilé. L’angoisse suppose en effet une gêne, une difficulté respiratoire. On se souviendra que la naissance se marque par l’entrée violente de l’air dans les poumons – développée dans Le Traumatisme de la naissance (Otto Rank, 1924). Le sujet angoissé se sent de fait fortement oppressé. L’angoisse touche donc le corps de plein fouet. Le sujet angoissé se sent pris à la gorge par un sentiment violent d’occlusion – ce que la médecine a décrit comme resserrement douloureux de « l’épigastre ».

Considérée de plus près, grâce à Freud, la description du processus d’angoisse recèle un « cocktail sensori-moteur » complexe. D’une part, le sujet ressent des décharges motrices à l’intérieur du corps qui semblent ne pas devoir cesser ; d’autre part, des sensations diffuses qui accompagnent ces mouvements. Avec, dominant le tout, ce qui donne le ton fondamental de l’angoisse, un sentiment fortement désagréable. Freud remarque très justement qu’il y a une note de l’angoisse indéfinissable, qui fait qu’on la distingue de tous les autres états de malaise. On reconnaît le goût de l’angoisse, alors qu’on peinerait à le définir. Le sujet peut seulement dire à la rigueur qu’il est angoissé.

AGORA | III

AGORA New.indd 43

28/09/11 0:11:40


PSYCHANALYSE

Le cri (1893), pastel et détrempe sur carton, Edvard Munch, Nasjonalgalleriet, Oslo.

de façon immanente. D’un côté le sujet éprouve un manque cuisant, donc une absence, mais de l’autre, et surtout, il ressent une sur-présence. Lacan dira que le sujet ne peut plus « s’appuyer sur son manque ». D’où une sensation de détresse. L’angoisse désigne au sens moral une grande affliction liée à une inquiétude : c’est donc à la fois l’idée d’un danger et d’une tristesse.

LA PULSION ET L’ANGOISSE Comment la psychanalyse intervient-elle pour situer le lieu psychique de l’angoisse plutôt que de s’enliser dans une spéculation existentielle ? Revenons à cette impression vécue par le sujet angoissé que ce séisme interne ne va pas cesser (ce qui constitue son aspect le plus inquiétant). À la façon de la douleur et surtout de la pulsion, le sujet ressent une tension, espèce d’excitation interne qu’il ne peut fuir et qui s’éternise. En premier lieu, la psychanalyse met l’angoisse en lien avec la pulsion, cette poussée psychique qui a sa source dans le corps et cherche à se satisfaire au moyen d’un objet. C’est comme si le sujet angoissé détectait en lui un mouvement intérieur qu’il ne peut fuir. L’angoisse peut naître d’un événement externe,

© RMN / Agence Bulloz

On comprend que le sujet se trouve absorbé dans un affect, une pensée et une action qui suspendent l’agir habituel, absorbent toute autre pensée et aspirent les autres sentiments. Freud l’appelle « l’affect des affects », l’affect étant une décharge, la représentation étant ici aveugle. Cet affect d’angoisse a le pouvoir de s’isoler du « fleuve » de la vie psychique. Il s’agit donc d’en reconnaître en quelque sorte le caractère éminent. Reste que le sujet fait là l’expérience de l’impuissance, liée à la passivité – puisqu’il endure une puissance mystérieuse qui semble le contraindre à aller où elle veut, mais on ne sait où ! C’est un sur-place interminable, avec la sensation de mouvements intérieurs. Pourtant cela vient bien du sujet lui-même,

mais l’épicentre en est un événement interne, de nature pulsionnelle. Il est livré à ses pulsions qu’il éprouve comme dangereuses. Autrement dit, le sujet s’angoisse fondamentalement de sa pulsion. Bref, le sujet angoisse là où il désire. La peur, elle, se limite à une crainte pour l’autoconservation, qui va jusqu’à la crainte de perdre la vie. Dans l’angoisse, c’est le désir qui est en jeu. Mais comme il s’agit d’une sensation éminemment désagréable, il faut supposer que le sujet éprouve ce mouvement pulsionnel et désirant comme un danger intérieur non identifié. C’est là que l’on rencontre l’importance de la sexualité dans l’expérience d’angoisse.

LA « NÉVROSE D’ANGOISSE » Freud, dans sa première théorie, identifie la notion de « névrose d’angoisse ». Ce syndrome caractérisé par l’attente anxieuse et une série de symptômes psychosomatiques (vertige) renchérit sur l’idée de neurasthénie. Freud en faisait d’ailleurs le vécu électif des « veuves » et des « vierges » et de tout sujet se trouvant dans une précarité de satisfaction ! La non-satisfaction sexuelle crée une innervation qui produit l’effet d’angoisse. Il s’agit donc en première approximation de l’affect lié à une frustration, mais qui s’ignore éventuellement comme telle. Autrement dit, le sujet s’angoisse de cette non-décharge. Les effets de tension que l’on a

© The Munch-Ellingsen Group / Adagp, Paris 2011 / BPK, Berlin, Dist. RMN / Hermann Buresch

☞ « L’AFFECT DES AFFECTS »

LE SUJET EN PROIE À L’ANGOISSE SE RESSENT LUI-MÊME COMME SOUDAINEMENT ÉNIGMATIQUE À (ET POUR) LUI-MÊME.

IV | AGORA

AGORA New.indd 44

28/09/11 0:11:45


PSYCHANALYSE

© RMN / Agence Bulloz

Ma destinée (1867), plume et lavis d’encre, gouache, sur papier vélin, Victor Hugo, Maison de Victor Hugo, Paris.

évoqués trouvent là une première explication. Il y a des décharges qui se produisent à la place, comme pour exprimer une satisfaction vide. L’angoisse est donc paradoxalement le moyen de mener une vie sexuelle « psychique » insatisfaisante, mais c’est bien aussi une manifestation pulsionnelle par défaut.

LE « SENTIMENT DE L’AUTRE »

© The Munch-Ellingsen Group / Adagp, Paris 2011 / BPK, Berlin, Dist. RMN / Hermann Buresch

Ce premier niveau centre la question de la sexualité dans l’angoisse, mais s’avère insuffisant. L’angoisse n’est pas seulement un phénomène fonctionnel. Le sexuel est le lieu même du conflit psychique, symbolique, dans la mesure où il puise ses racines dans l’expérience infantile qui culmine avec le complexe d’Œdipe. C’est ce qui fait que le sexuel est le

SI LE SUJET A PEUR, C’EST D’EXISTER, EN CE MOMENT PRÉCIS. IL NE PEUT GUÈRE EN DIRE PLUS. lieu chronique d’une angoisse. Il faut remonter à la genèse de l’angoisse. Celle-ci prend sa source dans la douleur de la séparation, celle qui apparaît avec la relation à la mère, quand l’enfant s’avise qu’il peut la perdre de vue, en sorte que ses besoins peuvent être insatisfaits. Mais justement l’angoisse suppose la réalisation de la perte. C’est ce qui explique que, dans l’angoisse, le sujet éprouve à la fois une extrême solitude – l’angoisse est a priori

ce qui ne se partage pas – et une grande dépendance envers l’Autre. Reste une dimension symbolique complexe : la castration. C’est elle qui rend compte du fort sentiment d’impuissance de ce vécu.

LE « SIGNAL D’ANGOISSE » Dans ce que l’on appelle sa « seconde théorie de l’angoisse », consignée dans Inhibition, symptôme et angoisse, Freud va affiner sa dialectique de l’angoisse en la situant justement

entre l’inhibition et le symptôme et en soulignant sa fonction dynamique. L’angoisse prend sa mesure comme situation psychique. À côté de « l’angoisse automatique », qui fait que la libido insatisfaite se transforme en angoisse (comme le « vin » en « vinaigre »), il y a lieu de faire place au sujet de l’angoisse, pris entre le ça et le surmoi. Ce qui s’esquisse dans le phénomène d’inhibition, quand nous renonçons à une action qui entraîne avec elle une anxiété. Freud montre que le moi craint ou bien la satisfaction d’une pulsion dangereuse, ou bien des ennuis avec son surmoi. Cela stoppe la montée de l’angoisse,

☞ AGORA | V

AGORA New.indd 45

28/09/11 0:11:49


PSYCHANALYSE

Détail du triptyque Le Jardin des délices, (1503 - 1504), huile sur bois, Jérôme Bosch, musée du Prado, Madrid. mais limite la puissance d’agir du moi. Le signal d’angoisse résonne dans le sujet lorsque le moi s’avertit qu’une montée pulsionnelle est en train de se produire tel un missile interne : c’est comme une sirène d’alarme. L’angoisse est donc une façon d’entrer en contact avec cette pulsion tout en la refusant.

LES « MODES D’EMPLOI » DE L’ANGOISSE : ANGOISSE ET SYMPTÔME L’angoisse, cet état apparemment figé, subit divers destins, ce que l’on peut appeler les modes d’emploi de l’angoisse. > En premier lieu, dans le registre psychopathologique. La fixation du symptôme permet en effet de donner un statut à l’angoisse. > Dans la phobie, se produit une fixation de l’angoisse librement

D’UN CÔTÉ LE SUJET ÉPROUVE UN MANQUE CUISANT, DONC UNE ABSENCE, MAIS DE L’AUTRE, ET SURTOUT, IL RESSENT UNE SUR-PRÉSENCE. flottante sur un objet déterminé qui est investi de la charge de la concentrer et de la personnaliser. Le sujet agoraphobe ou claustrophobe met en acte l’angoisse sur l’espace dangereux, trop grand ou trop étroit mais toujours menaçant, le zoophobe sur l’animal redoutable. L’expérience est éprouvante, elle comporte peur et tension angoissée, mais cela permet d’éviter d’être confronté à pire, soit l’angoisse brute. Le monde phobique est divisé en deux parties, l’une qui contient l’objet d’angoisse et l’autre qui en est épargnée. C’est une façon de concen-

trer l’angoisse en peur « polarisée » sur sa « crainte chérie » (Lacan). > De même, la conversion somatique, dans l’hystérie dite de conversion, le corps est chargé en quelque sorte de mettre l’angoisse au travail par l’organe. > Dans le rituel obsessionnel, le sujet s’impose des rites étranges dont l’omission suscite l’angoisse. Pourquoi vérifier cent fois que le gaz est fermé alors que le sujet le sait bien ? C’est que, s’il ne refait pas la vérification une nième fois, l’affect d’angoisse va surgir. Bref, dans les névroses, le conflit se sert

© Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Raffaello Bencini

VI | AGORA

AGORA New.indd 46

28/09/11 0:11:53


© Archives Alinari, Florence, Dist. RMN / Raffaello Bencini

PSYCHANALYSE

du symptôme pour organiser l’angoisse. Le sujet peut être rationnel et pourtant assujetti à ces comportements compulsionnels, car il s’agit du tribut payé à l’angoisse. > Sur le versant de la perversion, l’angoisse, expérience douloureuse, peut être utilisée comme voie d’accès paradoxale au plaisir. C’est ce qui rend compte du masochisme, plaisir pris à la souffrance certes, mais aussi mise au travail de l’angoisse. Être livré à l’autre sans défense constitue une angoisse essentielle devenue une jouissance paradoxale. > Sur le versant de la psychose, l’objet de l’angoisse n’est pas constitué. À la place, on trouve des terreurs de morcellement, de fin du monde. > Mais en dehors de ces trois grandes dimensions, on trouve dans des situations atypiques des destins de l’angoisse. Dans la dépression, l’angoisse participe au climat, mais se trouve en un sens évitée, noyée dans un brouillard général (Pause Santé n° 12). De même, le recours au toxique est une façon de « débrancher » le sujet de sa douleur d’exister et de son angoisse.

Les conversions commencent fréquemment par une telle expérience. La religion apparaît comme une solution à l’angoisse. Mais celle-ci consiste à se remettre à la volonté de l’Autre divin et de remettre son angoisse à l’Autre.

L’OBJET DE L’ANGOISSE ET LE FANTASME Lacan a souligné qu’il y a bien en ce sens un objet de l’angoisse. Si l’angoisse se donne sans objet, elle a bien pour objet la rencontre de quelque chose de très, de trop déterminé. Ainsi faut-il entendre la définition de l’angoisse comme « sentiment de l’Autre ». L’angoisse peut surgir dans les rêves dits d’angoisse quand le sujet rencontre un désir dont il s’effraie. Dans le cas du cauchemar, c’est ce qui le réveille et fait échouer le « travail du rêve ». Surtout, l’angoisse peut surgir quand l’effet de voilement du fantasme échoue. Le fantasme est en effet le moyen de se remettre en rapport avec son refoulé tout en le voilant. Quand la fonction du fantasme échoue, l’objet de l’angoisse apparaît en sa crudité.

L’ANGOISSE SUBLIMÉE Mais l’angoisse peut être aussi sublimée et être présentée comme une épreuve qui permet de rencontrer l’Autre divin. C’est là l’opération religieuse et mystique. On le voit dans le christianisme où se trouve même présentée « l’angoisse de Dieu ».

LA PSYCHANALYSE OU LA VÉRITÉ DE L’ANGOISSE On aura compris que la psychanalyse fait droit à l’angoisse. Contrairement aux thérapies comportementalocognitives qui la réduisent peu ou prou à un dysfonctionnement

anxieux par méconnaissance radicale de la portée de l’événement en sa dimension pulsionnelle, l’angoisse est reconnue comme le droit du sujet à témoigner de son rapport divisé à l’objet de son désir. Contrairement aux solutions religieuses, il ne s’agit pas de s’en remettre à l’Autre, mais de se reconfronter à sa position comme sujet. Cette expérience de la négativité permet de rencontrer l’objet cause de son désir. L’angoisse est l’affect qui ne ment pas. C’est comme si le sujet recevait un « message » de l’Autre, soit de cette partie de lui qu’il méconnaît. C’est le prix payé pour avoir « cédé sur son désir ». Il s’agit en ce sens de traverser son fantasme pour atteindre l’objet pour le désir (ou l’objet cause de son désir ?). D’où la question éthique de la psychanalyse : qu’as-tu fait de ton désir ? Là où l’angoisse était, le sujet doit advenir en son désir. Au-delà, à lui de voir s’il veut ce qu’il désire. Du moins son angoisse lui aura-t-elle servi « d’oracle »… •

POUR ALLER PLUS LOIN • Cette contribution s’appuie sur : Leçons psychanalytiques sur l’Angoisse, et Leçons psychanalytiques sur les phobies, aux Éditions Anthropos et Corps et symptôme - Leçons de psychanalyse aux éditions Économica de Paul-Laurent Assoun. La référence majeure est Inhibition, symptôme et angoisse de Sigmund Freud, aux Presses Universitaires de France.

Le samedi 1er octobre 2011, Paul-Laurent Assoun participera à une journée sur l’angoisse à l’École de Propédeutique à la Connaissance de l’Inconscient. Elle aura lieu à l’auditorium de l’hôpital des Diaconesses de Reuilly, 18, rue du Sergent-Bauchat, Paris 12e. Inscription sur www.epci-paris.fr. AGORA | VII

AGORA New.indd 47

28/09/11 0:11:58


OÙ LA PHILO MÈNE…

RUBRIQUE DIRIGÉE PAR ROGER-POL DROIT

ROGER-POL DROIT Ancien élève de l’École Normale Supérieure (Saint-Cloud), agrégé de philosophie, Roger-Pol Droit est chercheur au CNRS (histoire des doctrines de l’Antiquité), directeur de séminaire à Sciences Po et membre du Comité National Consultatif d’Éthique pour les sciences de la vie. Il est également chroniqueur au Monde, au Point, aux Échos, à Clés. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages, dont plusieurs sont traduits dans le monde entier. Il vient de publier Maîtres à penser. 20 philosophes qui on fait le XXe siècle (Flammarion). www.rpdroit.com

Dans chaque numéro de Pause Santé, je proposerai des petits exercices de décalage. Je ne vous promets ni la sérénité, ni la paix intérieure, ni l’assurance de « vivre comme un dieu parmi les hommes » comme le recommandait Épicure, mais, plus modestement, la surprise de découvrir, dans le brouillard de la vie quotidienne, quelques éclaircies, chemins de traverse, brefs éclats de réflexion.

T

hérapeutique, la philosophie ? Drôle d’idée, au premier regard. Personne n’a encore prescrit Kant ou Hegel contre la migraine. Ce serait plutôt l’inverse : contre les maux de tête, évitez de les lire… D’ailleurs, la liste des maux que la philosophie ne guérit pas est fort longue. Des hémorroïdes à la tuberculose, de la hernie discale à la gastro-entérite, de la pneumonie à la tendinite, on vous conseillera, à juste titre, autre chose que Platon, Épicure ou Sénèque. Pourtant, durant toute l’Antiquité, ces philosophes n’ont cessé de parler de leurs doctrines comme de remèdes, de leurs œuvres comme de médicaments, de leur discipline comme d’un véritable traitement. Un soin de soi, une cure de l’existence. Mais destinée à guérir quoi, au juste ?

« La tempête de l’âme », répond Épicure. Voilà ce que l’exercice de la philosophie est censé apaiser. Il faut prendre à la lettre cette image de la tempête : notre tête est houleuse, avec des creux et des ressacs, des coups de vent et des grains, des averses, de lourds nuages, parfois du grésil. Nous sommes ballottés par les flux de nos émotions, angoisses ou frustrations, entraînés d’un côté et de l’autre par nos désirs, éventuellement noyés sous leur déferlement… Après traitement, au contraire, il faut imaginer la tête du sage sans troubles : mer lisse, humeur égale. Son Lexomil for ever, c’est la pensée logique. Elle lui permet de dissiper une fois pour toutes les fausses craintes, comme de croire que les dieux nous surveillent, ou que la mort est à redouter.

Mais Épicure n’est pas le seul à juger que la philosophie doit être avant tout pratique, destinée à rendre notre existence moins rugueuse, plus heureuse. Par des chemins différents, ceux qu’on nomme stoïciens en diront autant. Et les cyniques, et encore les sceptiques. Peu importent leurs divergences et leurs différences de style – ils ont en commun l’idée que la philosophie a pour seul vrai but d’en finir avec nos troubles mentaux ordinaires. Par exemple : colères ou jalousies, surestimations de nous-mêmes ou des autres, sous-estimations de nous-mêmes ou des autres, erreurs de jugement, crédulité, incrédulité, illusions innombrables – se réduisant généralement à l’illusion d’être sûrs et certains, alors même que nous avons seulement des indices, des

VIII | AGORA

AGORA New.indd 48

28/09/11 0:12:02

© ImageZoo Illustration / Veer

© Bruno Lévy

La philo, ça guérit quoi ?


OÙ LA PHILO MÈNE…

VOICI UN JEU POUR ESSAYER DE PENSER AUTREMENT

© ImageZoo Illustration / Veer

TOUT DÉCONNECTER

bribes, des bouts de signes mais pas de certitudes. Se croire certain, voilà une pathologie très répandue. Elle se nomme dogmatisme, et peut tuer. Contre ce fléau, les philosophes préconisent quelques doutes matin, midi et soir – tous les jours, à vie. Car dans ce traitement, ce qui compte, c’est la régularité, l’endurance, l’exercice. La philosophie, de ce point de vue, est comme le piano ou la course à pied : on perd si on ne pratique pas quotidiennement. C’est pourquoi les philosophes de l’Antiquité s’exerçaient sans arrêt. Les principes de base des doctrines sont simples, la difficulté est de les faire pénétrer dans nos moindres gestes. Or ils ne sont efficaces que s’ils investissent nos fibres . Il faut donc répéter, indéfiniment, s’entraîner, constamment. Nous avons perdu cette grande patience.

Nous avons surtout perdu de vue les doctrines des Anciens, et nous vivons dans un monde fort diffé rent du leur. Les écoles de sagesse ont depuis longtemps fermé leurs portes. Mais nous pouvons encore faire quelques pas sur leur chemin, retrouver quelque chose de cet étonnement dont ils disent tous que la philosophie provient. L’étonnement guérit de la routine des jours, de ses silences, de son absence d’interrogations. Pour trouer ce tissu des habitudes, il suffit d’inventer quelques exercices donnant à réfléchir. Des déclics, des points de départ, dont chacun fait ce qu’il veut ou ce qu’il peut. C’est ce que j’ai tenté, il y a quelque temps, en proposant 101 expériences de philosophie quotidienne, puis une série de rencontres avec les objets quotidiens, Dernières nouvelles des choses. •

Fermez le portable. Débranchez la box. Rangez les télécommandes. Posez les écouteurs. Éteignez tous les écrans. Et observez. Un quart d’heure, le premier jour, pour voir. Une demi-heure le deuxième jour, pour regarder. Et puis une heure ou deux. Finalement une journée entière, pour vivre ce que ça change. En notant ce qui se passe, ce qui vous manque. Et ce qui vient en plus. Ou différemment. Par exemple : êtes-vous sûr(e), déconnecté(e), de manger de la même façon ? De parler, lire, respirer, penser, chanter ou danser de façon identique ? Qu’est-ce qui a changé ? Pourquoi, à votre avis ? Si tant de silence soudain vous angoisse, quelle en est donc la cause ? Qu’est-ce que colmatent les réseaux, les mails, les textos ? Diriez-vous, comme Pascal, que tout le malheur de l’homme vient de ne pas savoir rester seul dans une chambre ? Rien ne vous oblige non plus à trouver l’expérience déplaisante. Il se pourrait même qu’une idée survienne. Peut-être deux. Ça suffit – au-delà, il arrive qu’on se perde. Et avec deux idées, en les frottant l’une contre l’autre, avec un peu d’habitude, on peut toujours en trouver une troisième. Après, rebranchez tout. Et voyez les différences. Finalement, ce dont la philosophie peut nous guérir – peut-être… –, c’est de l’ennui, de la répétition, de l’indifférencié, de l’addiction à l’identique. Vous pensez n’avoir rien à découvrir ? Voilà la pire des idées fausses. L’inconnu est là, tout près, sur la table, sous nos pieds, au coin de la porte, juste au bout du couloir… Il suffit de faire un pas de côté, dans sa tête, et des aventures commencent. Savoir où elles mènent, c’est une autre histoire…

À LIRE 101 expériences de philosophie quotidienne, Roger-Pol Droit. Éditions Odile Jacob. AGORA | IX

AGORA New.indd 49

28/09/11 0:12:06


HISTOIRE DE LA MÉDECINE

RUBRIQUE DIRIGÉE PAR YVAN BROHARD

La médecine romaine avant Galien

© D.R.

D YVAN BROHARD Chargé de mission à l’Université Paris Descartes pour la conception et la réalisation des expositions Art et Science : • Maternités, un monde d’amour et de tendresse, Paris, 2009. • Trois artistes à l’écoute du corps, Paris, avril 2010. • Le visage dans tous ses états, Paris, octobre 2010.

ans la Rome du IVe siècle avant Jésus-Christ, on pratique une médecine assez approximative et les médecins ne bénéficient pas d’un préjugé favorable. C’est une épidémie terrible touchant la ville en 293 avant Jésus-Christ qui amène l’établissement d’un véritable rapport avec la médecine grecque, l’oracle ayant indiqué qu’on n’arriverait à vaincre le mal qu’avec l’aide d’Asclépios, célébré dans le fameux temple d’Épidaure. L’opération ayant réussi, le culte d’Esculape (on latinise le nom du dieu) se développe en Italie, à travers l’édification de sanctuaires qui acquièrent très vite, comme celui de Rome, une vocation hospitalière.

LES DÉBUTS DE LA MÉDECINE GRECQUE À ROME Il faut attendre la fin du IIIe siècle avant notre ère pour que l’on voie apparaître dans l’urbs (la ville),

les premiers médecins grecs qui se heurtent tout d’abord à une hostilité populaire. Moins de 80 ans plus tard, alors que la Grèce est tombée définitivement sous la domination de Rome, ayant fait preuve de grandes compétences, ils commencent à être reconnus, notamment par l’État romain, qui ira jusqu’à leur accorder à l’époque de Jules César, en 46 avant Jésus-Christ, le droit à la citoyenneté. Ils entraînent dans leur sillage une nouvelle génération de médecins autochtones. C’est vers 90 avant Jésus-Christ que la médecine grecque fait ses réels débuts à Rome, en la personne d’Asclépiade de Pruse. Produit de l’école hippocratique, sa théorie se base sur l’existence des pores chargés d’assurer la circulation, l’apport ou le rejet de corpuscules. La maladie naît lorsque ces derniers sont en excès et encombrent les pores ou lorsqu’ils s’en échappent avec trop de facilité. Les remèdes consistent donc à en réguler les flux

et, selon lui, se basent sur la pratique régulière de la gymnastique, les bains, l’eau fraîche mais aussi le bon vin ; un régime somme toute assez épicurien ! Très populaire, puisque, à l’exemple d’Asclépios, il passe pour avoir ressuscité un mort, il contribue à donner à la médecine une image positive plus qu’un véritable apport scientifique. Son disciple Thémison de Laodicée crée la première école médicale romaine, celle des « méthodiques », voie moyenne entre les « dogmatiques » et les « empiriques », tournée essentiellement vers le traitement de la maladie à partir de l’observation la plus précise possible (il passe pour avoir inventé le spéculum en gynécologie). Se basant sur des cycles de trois jours de jeûne, d’exercices physiques, puis de purges ou de saignées selon les cas, il ne laisse que peu de place à la pharmacopée. En réaction naît une école « éclectique », qui s’appuie sur la philosophie du stoïcisme, très

X | AGORA

AGORA New.indd 50

28/09/11 0:12:10

© Hulton-Deutsch Collection/CORBIS

À la fin du IIIe siècle avant Jésus-Christ, des chirurgiens et encyclopédistes grecs imposent leur savoir-faire à Rome et ouvrent la voie à Claude Galien. Il symbolisera l’apogée de la médecine.


HISTOIRE DE LA MÉDECINE

de la médecine est celle qui guérit par le secours de la main. » Dioscoride, médecin et botaniste propose, quant à lui, un traité de la pharmacologie antique, présentant plus de 600 végétaux et examinant concrètement leurs effets thérapeutiques.

DES PRATICIENS SPÉCIALISÉS

en vogue entre le Ier et le IIIe siècle après Jésus-Christ, et portée par des personnalités telles que Sénèque, Épictète ou Marc-Aurèle. Reprenant en partie Aristote, ils expliquent la maladie par une mauvaise circulation du pneuma, insistent sur le rôle du pouls, indicateur de ses dérèglements. Ils n’apportent toutefois aucune innovation thérapeutique. Parmi les médecins renommés, au nombre desquels on peut associer Hérodote (qui caractérise la variole et reconnaît sa nature épidémique), le plus important est sans nul doute Archigène d’Apamée.

© Hulton-Deutsch Collection/CORBIS

CHIRURGIENS ET COMPILATEURS Au début du IIe siècle après Jésus-Christ, s’illustrent de grands praticiens dont l’originalité est de se démarquer des courants des grandes écoles. Parmi eux, Soranos d’Éphèse peut être considéré comme le plus grand gynécologue de l’Antiquité ainsi qu’en témoigne son Traité des femmes. Il se révèle un accoucheur compétent qui prône cependant que la « virginité perpétuelle serait salutaire aux deux sexes ».

Il se penche sur la question de la contraception et préconise des tampons vaginaux tout en conseillant à la femme d’éternuer après le rapport pour éliminer la semence de l’homme ! C’est lui qui décrit pour la première fois la pratique de l’avortement. Intelligent, sensible et attentionné, il ouvre la voie à ce qui deviendra puériculture et pédiatrie. Rufus d’Éphèse est avant tout chirurgien, spécialiste de la « taille » (extraction de calculs urinaires contenus dans l’urètre), une opération très redoutée parce que douloureuse et risquée et pour ce fait interdite dans le serment d’Hippocrate. Il marquera par la précision de sa technique des générations de chirurgiens. À côté d’eux, quelques grands compilateurs, encyclopédistes de la médecine, tentent dans des inventaires de regrouper les connaissances acquises jusquelà. C’est le cas de Varron, de Pline l’Ancien, et surtout de Celse. Son De medicina comporte 8 livres consacrés à la diététique, à la pharmacie, à la chirurgie à laquelle il essaie de donner ses lettres de noblesse en déclarant : « La troisième partie

Les thermes de Caracalla, Rome.

On dénombre dans la Rome antique plusieurs catégories de praticiens. Le médecin libéral s’apparente à l’iatroi (médecin) grec qui exerce dans un « centre de soins » même si se perpétue, dans les familles aisées, la tradition de l’esclavemédecin. À côté de lui, l’archiatre ou médecin public, dont le nombre varie de 5 à 10 selon les villes, a pour fonction de soigner gratuitement les pauvres. Certains d’entre eux se consacrent aux gladiateurs ou aux vestales. Une minorité, les archiatres palatins ont en charge les plus grandes familles. Enfin, le médecin militaire (un pour 150 hommes) à l’époque d’une Rome conquérante a en charge la santé et l’hygiène des soldats. Les médecins sont au départ plutôt des généralistes. Ils sont amenés à se spécialiser, notamment dans les grandes villes où l’on distingue le medicus, le chirurgicus, l’ocucarius. Le premier est plus reconnu que le second, considéré comme un simple opérateur. Le savoir l’emporte dans l’esprit des gens sur le savoir-faire aussi efficace soit-il ! C’est avec les Antonins au IIe siècle après notre ère que Rome connaît son apogée. Dans le domaine de la médecine, Galien en sera le vivant symbole. • AGORA | XI

AGORA New.indd 51

28/09/11 0:12:16


POLITIQUE DE SANTÉ

PAR SACHA VODIANOVA

Tests, bilans, suivi vaccinal, la pharmacie face à une révolution… annoncée La loi HPST avait déjà confié aux pharmaciens de nouvelles missions de prévention, l’Inspection générale des affaires sociales, dans un rapport* remis au ministère de la Santé fin juin, va encore plus loin en proposant notamment de les rémunérer comme professionnels de santé.

* Le rapport de l’IGAS est consultable dans son intégralité sur le site de la Documentation francaise. **Le Groupe PHR représente près de 2 400 pharmacies partout en France. Le Groupe PHR est actionnaire du magazine Pause Santé.

T

place les rendez-vous « infirmière ». « J’ai tout de suite adhéré au projet proposé par PHR parce que j’ai conscience de mon rôle de pharmacienne et de sa complémentarité avec les autres acteurs de la santé », explique-t-elle.

d’attente. Pour préserver la confidentialité, les rendez-vous se déroulent dans l’espace orthopédie de la pharmacie. La plupart du temps, il s’agit d’effectuer des bilans et des tests : diabète, tension, cholestérol… »

DES RENDEZ-VOUS TRÈS DEMANDÉS

DES PATIENTS QUI RETROUVENT LE GOÛT DE PARLER

« Un travail important reste à faire dans le domaine de la prévention et de l’éducation santé où la répétition du message est indispensable. En cela, nous sommes complémentaires du médecin ou de l’infirmière. Dans la pratique, j’affiche les dates de consultations (une fois par mois avec une dizaine de rendez-vous), les gens s’inscrivent. Ils sont toujours très étonnés qu’on ne les fasse pas payer. C’est un véritable succès, il y a plus de 2 mois

« L’une de mes fiertés est ce monsieur qui a perdu 17 kilos depuis qu’il voit Karen (la diététicienne). Avant il voyait une diététicienne à l’hôpital qui lui disait ce qu’il ne fallait pas manger. Karen lui a parlé des aliments auxquels il avait droit. » Des actions de prévention positives donc, mais aussi et surtout beaucoup d’écoute, ce qui semble manquer le plus aux clients-patients qui retrouvent le goût de parler. •

XII | AGORA

AGORA New.indd 52

28/09/11 0:12:20

© ImageZoo Illustration / Veer

À NOTER

andis que la profession commence tout juste à s’organiser, force est de constater que Lucien Bennatan, président et fondateur du Groupe de pharmacies PHR**, a bel et bien été visionnaire en plaçant la prévention au cœur de la politique du groupe depuis sa création, il y a tout juste 20 ans. Les conseils diététiques, les bilans et les tests de santé sont entièrement gratuits pour les clients-patients des pharmacies adhérentes du groupe. Sylvie Lemarchand, pharmacienne sous enseigne Viadys à Briouze, dans l’Orne, illustre bien la démarche et l’état d’esprit novateur de ces pharmaciens du « troisième type ». Sylvie propose des consultations diététiques gratuites à ses clients depuis 2,5 ans et vient de mettre en


RENCONTRE AVEC CLAIRE DEROO, INFIRMIÈRE Jeune femme de 34 ans, Claire a débuté sa vie professionnelle à l’hôpital. Son dernier poste auprès de malades atteints du cancer lui a donné l’envie de s’impliquer davantage en intervenant avant que la maladie ne se déclare. Une démarche curieusement presque inédite en France. Lorsqu’elle croise le chemin du Groupe de pharmacies PHR, elle s’engage avec enthousiasme après avoir suivi une formation certifiante en éducation thérapeutique. Aujourd’hui, elle anime un réseau de cinq infirmières qui sillonnent la France et se rendent une fois par mois dans les officines pour conseiller, informer, rassurer. Interview.

© ImageZoo Illustration / Veer

Comment se déroule votre journée ? En règle générale, nous recevons huit personnes. Nous leur consacrons environ 45 minutes chacune. Nous les recevons dans un espace totalement confidentiel réservé à cet effet. Pour être efficac e, nous avons besoin de l’implication du pharmacien. C’est une condition de la réussite. Bien entendu, la consultation est totalement gratuite. À qui s’adressent ces rendez-vous santé ? À tout le monde. Nous intervenons sur la prévention primaire, qui vise à donner des conseils de bien-être et d’hygiène de vie, mais aussi sur ce que nous appelons la prévention secondaire. Il s’agit alors de suivre un patient qui souffre d’une maladie chronique : diabète, asthme… Nous disposons d’un bon nombre d’outils et réalisons sur place des prises de

tension, de glycémie, de cholestérol… Nous testons la capacité respiratoire. Nous parlons stress, sommeil, alimentation, douleur. Est-ce que des malades atteints de pathologies graves telles que le cancer ou le VIH demandent à vous rencontrer ? Bien entendu, néanmoins nous ne nous substituons jamais au médecin. Nous apportons une autre parole, une écoute et des conseils de vie au quotidien. Les clients nous posent souvent des questions qu’ils n’ont pas su ou pas osé poser à leur thérapeute. Est-ce que ce choix professionnel vous comble ? Ce sont des aventures humaines très gratifiantes. J’ai vraiment le sentiment d’être utile. 30 % environ des personnes qui viennent nous voir repartent avec des investigations supplémentaires à pratiquer. Je vous citerai deux exemples qui m’ont particulièrement frappée, mais je pourrais vous en citer des dizaines d’autres. Je me souviens d’une personne diabétique qui n’avait

aucun suivi depuis plus de 9 mois alors qu’elle devait se surveiller tous les 2 ou 3 mois. Nous l’avons remise dans le parcours de soin en lui expliquant que cette maladie silencieuse pouvait entraîner de graves complications. Je me rappelle aussi ce commercial hyperactif dont la tension avait atteint des chiffres astronomiques et qui souffrait de douleurs thoraciques. Nous l’avons incité à consulter d’urgence. Il est revenu nous dire qu’il avait évité de peu l’accident cardiaque.

LE GROUPE PHR SE LANCE DANS LA RECHERCHE Jean-Charles Pomerol, président de l’Université Pierre et Marie Curie, Nicolas Crespelle, président de la Fondation UPMC, et Lucien Bennatan, président et fondateur du Groupe PHR ont créé l’été dernier la première chaire de recherche française consacrée à l’éducation thérapeutique. Elle a pour vocation de mener des travaux scientifiques de haut niveau en collaboration avec des équipes internationales. La chaire sera portée par l’Institut d’éducation thérapeutique qui délivrera une formation diplômante à des professionnels de santé mais aussi à des patients experts. Les bénéfices attendus sont

l’amélioration de la vie des patients et de celui de leur entourage ainsi que des économies en terme de dépenses de santé. En décidant de la financer, le Groupe PHR poursuit dans la voie qu’il s’est tracée : passer des idées aux actes. Ainsi, au-delà des actions de prévention, Lucien Bennatan investit aussi aujourd’hui dans la recherche et l’éducation. Il rappelle que les maladies chroniques touchent près de 15 millions de personnes en France et qu’elles sont responsables de 60 % des décès. « Améliorer l’accès des patients à une information et à une prise en charge adaptées, c’est favoriser leur autonomie. » Un nouveau défi de taille que le Groupe PHR s’apprête à relever.

AGORA | XIII

AGORA New.indd 53

28/09/11 0:12:24


BIOÉTHIQUE

RUBRIQUE DIRIGÉE PAR VALÉRIE SEBAG

Beaucoup de bruit pour (presque) rien ?

© Stéphane de Bourgies (www.bourgies.com)

Après bien des débats, la nouvelle loi relative à la bioéthique a été adoptée le 7 juillet dernier. Le sénateur écologiste Jean Desessard y voit une occasion manquée de faire évoluer notre société alors que, pour le professeur d’éthique médicale Emmanuel Hirsch, il s’agit d’une loi courageuse. L’ASSISTANCE MATERNELLE À LA PROCRÉATION (AMP)

VALÉRIE SEBAG EST JURISTE Maître de conférences en droit privé, elle est spécialisée dans l’encadrement de la biomédecine.

C’est certainement dans ce domaine que la réforme était la plus attendue. Les dispositions nouvelles, si elles marquent quelques avancées, ne bouleversent en rien les grands principes. La condition de stabilité, qui imposait aux couples d’être mariés ou d’apporter la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans, est supprimée. La technique de la vitrification, qui consiste en la congélation ultrarapide des ovocytes, est désormais autorisée. Nettement plus efficace que la technique de congélation lente, elle devrait permettre le stockage d’ovocytes (cellules reproductrices féminines) « pour soi-même », mais aussi en vue du don. Toujours à propos du don, mais cette fois du don de gamètes en général, le donneur, ou la donneuse,

« peut ne pas avoir procréé ». Il est donc aujourd’hui possible de faire un « don d’engendrement », selon l’expression de la sociologue Irène Théry, sans avoir déjà procréé pour soi. En contrepartie de ce geste, la loi propose à celui qui l’effectuera « le recueil et la conservation d’une partie de ses gamètes ou de ses tissus germinaux en vue d’une éventuelle réalisation ultérieure, à son bénéfice, d’une assistance médicale à la procréation » dans les conditions prévues par la loi. Pour le reste, le texte consiste essentiellement en la confirmation des principes issus des lois précédentes. Ainsi, « l’homme et la femme » formant le couple ne peuvent recourir à l’AMP que dans la mesure où « le caractère pathologique de l’infertilité » a été « médicalement diagnostiqué », ce qui exclut les couples de même sexe et les femmes

célibataires. Le transfert d’embryon post-mortem, autorisé en première lecture, reste interdit. Le principe, si controversé, d’anonymat des dons de gamètes est maintenu, cela en dépit de la tentative du projet gouvernemental qui prévoyait de permettre à l’enfant né d’un don de gamètes d’accéder à l’identité du donneur, sous réserve de l’accord de ce dernier. La gestation pour autrui reste interdite sans dérogation possible. La recherche sur les embryons surnuméraires reste admise par dérogation (Pause Santé numéro 12).

LA TRANSPLANTATION D’ORGANES Au-delà du secteur de l’AMP, certaines innovations méritent d’être soulignées, notamment en matière de dons d’organes entre personnes vivantes. Tout d’abord,

XIV | AGORA

AGORA New.indd 54

28/09/11 0:12:28


BIOÉTHIQUE

3 QUESTIONS À EMMANUEL HIRSCH

© D.R.

Professeur d’éthique médicale à la faculté de médecine, université de Paris XI, il vient de coordonner la publication du Traité de bioéthique aux éditions Érès.

1

La loi nouvelle n’apporte pas les grands changements attendus par certains. La taxeriez-vous de sage ou de frileuse ? L’approche bioéthique justifie un minutieux travail d’élaboration et donc une extrême prudence, il n’est pas simple d’accorder des points de vue bien souvent divergents. La France a su construire depuis la législation de 1994 une pensée de la bioéthique qui intègre nos valeurs et les grands principes inspirés par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Il convient donc de préserver les équilibres sans pour autant entraver la recherche dans ses tentatives d’améliorer nos capacités d’intervention visant à atténuer les fléaux des maladies graves ou des grands handicaps. Il nous faut de la sagesse car les possibilités que permet d’envisager la science ne sont pas toujours compatibles avec les principes démocratiques. Ainsi, la mesure observée par nos parlementaires n’est en rien l’expression d’une frilosité. À certains égards, elle me paraît même un acte de courage !

2

Quel est pour vous le principal apport du texte ? La transplantation d’organes bénéficiera de l’extension du don en dehors d’un cercle familial jusqu’alors limitatif. À ce propos, je pense que la loi à elle seule n’apporte pas les préconisations qui inciteraient certains professionnels à témoigner plus de sollicitude et de compassion dans une pratique désormais routinière. Le don de sang de cordon et de placenta est désormais reconnu comme une ressource thérapeutique, ce qui ne manquera

pas de renforcer les dispositifs de conservation indispensables à cette approche biomédicale prometteuse. La recherche sur l’embryon et les cellules embryonnaires au cœur de tant de discordes est toujours assortie de son statut dérogatoire, mais les conditions de dérogations se libéralisent. Il ne s’agit pas tant de nouveaux apports que d’évolutions inéluctables. Car la science comme la société évoluent chaque jour à la fois dans l’acquisition des connaissances et dans l’acceptabilité des nouvelles pratiques.

3

Quels vœux formez-vous concernant l’évolution du droit de la biomédecine ? Je ne suis pas assez naïf pour penser que, dans les années à venir, nous gagnerons en conscience éthique, en exigence de rigueur dans l’évaluation de nos projets de recherche au regard de leur impact. La science relève de logiques complexes où prédominent des enjeux de compétition internationale et de profits financiers. Lorsque certains avancent des arguments humanitaires et le souci du bien commun pour justifier d’avancées parfois contestables, je constate à quel point nous sommes dépourvus d’instances d’analyse et de régulation efficaces pour contribuer aux clarifications qui éviteraient leurs mascarades. Donc je me satisfais de l’instrument, aussi précaire soit-il, que constitue cette législation relative à la bioéthique. Elle nous permet de comprendre que certaines valeurs sont engagées et qu’y renoncer touche au sens même de la vie démocratique.

le cercle des personnes autorisées à faire un tel don est étendu à « toute personne pouvant apporter la preuve d’un lien affectif étroit et stable depuis au moins deux ans avec le receveur ». Ensuite, le don croisé d’organes est autorisé en cas d’incompatibilité entre un malade et son donneur potentiel. Le receveur pourra alors bénéficier du don d’une autre personne elle-même incompatible avec le receveur au bénéfice duquel elle s’était d’abord engagée.

LA MÉDECINE PRÉDICTIVE ET LA RECHERCHE SUR L’EMBRYON En ce qui concerne la médecine prédictive, lorsqu’à l’occasion d’un examen génétique, une personne se voit révéler l’existence d’une anomalie grave susceptible d’affect er les membres de sa famille et pour laquelle un traitement peut être proposé, elle est tenue d’en informer les membres de sa famille. Cette procédure, datant de la loi de 2004, qui n’avait pu être mise en œuvre en raison de la complexité de sa procédure, se trouve modifiée dans le sens de la simplification. Enfin aucune avancée en ce qui concerne la recherche sur l’embryon qui demeure interdite sauf dérogations. La loi du 7 juillet prévoit son propre réexamen dans un délai de sept ans. • AGORA | XV

AGORA New.indd 55

28/09/11 0:12:32


DÉBAT

IVG un droit à protéger Promulguée en 1975 et reconduite définitivement en 1979, la loi qui a autorisé l’avortement et dont la majorité des Françaises considère qu’elle a bouleversé leur vie* se trouve aujourd’hui indirectement menacée. La romancière Michèle Lajoux s’indigne.

MICHÈLE LAJOUX Romancière, elle a publié aux éditions du Cherche-Midi : • Puisque c’est ça la vie, • Le guetteur du Midi.

5 AVRIL 1971, QUARANTE ANS PLUS TÔT… … Le Nouvel Observateur publie un manifeste. Avec la lettre de Zola, il reste l’une des lettres ouvertes fondatrices de l’action publique. Rédigé par Simone de Beauvoir, il est signé par 343 femmes qui revendiquent s’être fait avorter. Elles risquent la prison. Une loi votée en 1921 punit « ce crime ».

Peine de mort pour le praticien, lourde incarcération pour la femme. Charlie Hebdo affiche en couverture la question fondamentale sous la plume de Cabu : « Qui a engrossé ces 343 salopes ? » Le journal satirique pose judicieusement le problème, la procréation est une histoire de couple, en revanche l’avortement est une histoire de femme. Les signataires revendiquent le terme et se baptisent elles-mêmes les 343 salopes. Aujourd’hui, en théorie, le cadre législatif est presque parfait. La femme française a le droit de mettre fin à une grossesse dans un délai de 14 semaines (depuis 2001). 14 semaines pour prendre connaissance de son état, prendre le temps de la décision et les rendez-vous nécessaires. En pratique, subir une IVG est devenu un chemin semé d’embûches qui laisse des blessures invisibles. Une loi fondamentale peut

La couverture du Nouvel Observateur en 1971. Tous droits réservés. devenir très facilement caduque si la société refuse de l’appliquer Qui sont les « salopes » de 2011 qui se retrouvent « engrossées » contre leur volonté ? De jeunes paumées ? Non, on masque le problème, on invente un nouveau mythe, celui de la femme,

XVI | AGORA

AGORA New.indd 56

28/09/11 0:12:51

© Julienne / Cotte XYZ / SIPA

© Stéphane de Bourgies

«N

on à l’avortement », « Abolition de la loi de 75 » ! Ces cris, ces revendications, résonnent ce 4 avril 2011 dans la rue. Une manifestation. Je m’approche. Malheureusement, je ne suis pas victime d’un quiproquo. Ce n’est pas une commémoration du 4 avril 1971, c’est une aspiration à détruire le libre arbitre de la femme sur son corps, acquis depuis la loi Simone Veil.


DÉBAT

En haut à gauche : Manifestation des femmes pour l’avortement à Paris, en 1970. Simone de Beauvoir fait partie du cortège.

trop jeune pour être mère, appartenant à une frange peu diplômée, mal informée sur la contraception. C’est un leurre ! Les nouvelles « salopes » ? Ce sont toutes les femmes d’aujourd’hui, des étudiantes, de jeunes mères en pleine ascension professionnelle, des mères un peu plus âgées, des lycéennes…

© Julienne / Cotte XYZ / SIPA

UNE PRISE EN CHARGE DE PLUS EN PLUS DIFFICILE Oui, imprimée sur papier glacé, la réglementation permet de croire que la France est capable de concilier liberté des femmes et conscience des citoyens. Comment en est-on arrivé là 36 ans après la loi Veil ? Il suffit de grains de sable qui s’additionnent : celui du médecin qui peut faire jouer sa clause de conscience et refuser de pratiquer l’IVG, celui des cliniques qui préfèrent facturer des actes chirurgicaux plus onéreux, celui du jeune médecin qui n’ose pas aller contre les convictions de son chef de service… Et le système se bloque. On pourrait bien entendu améliorer la prise en charge, mettre un peu d’huile dans les rouages, à condition de le vouloir vraiment. Il faut compter aussi avec les idées, qui volent invisibles et tenaces. Elles chuchotent à l’oreille du personnel soignant, elles chantent dans la tête du public. Elles s’imposent doucement. Certains médecins se disent que pratiquer un avortement

n’est pas compatible avec leur éthique, ils aiment donner la vie, pas la retirer même si elle n’est que virtuelle. D’autres, sous peine d’être étiquetés, préfèrent refuser des patientes.

L’IVG À L’INDEX La grossesse est aujourd’hui glorifiée. Ministres, actrices, chanteuses, affichent partout leur ventre bombé. C’est devenu sexy une femme enceinte. C’est glorifiant de faire des enfants et tellement merveilleux ! Sûrement une des plus belles choses de la vie ! Peut-être mais pas pour tout le monde, et pas à n’importe quel prix ! Notamment pour celles qui ne peuvent pas emmener un enfant dans les couloirs du lycée, commencer une carrière ponctuée par des congés de maternité, préparer leurs examens tout en gérant un enfant. Pour celles qui, face à l’échec de la contraception, doivent se débrouiller avec un système social hypocrite qui, tout en accordant à la femme la liberté de son ventre, la prive de ce droit virtuel. Au nom de la sacralisation de la procréation, du respect de la vie, de l’idéalisation

de la famille, la société mine le droit à l’IVG, la rend plus difficile. On a préféré de manière subtile sortir les choses qui dérangent du secteur public pour les ramener dans la sphère privée. On se retrouve, comme dans les années 50, entre filles, dans la cuisine, avec des médicaments en espérant ne pas faire d’hémorragie. Surtout quand on avale les médicaments seule dans son studio. 40 ans après le manifeste des 343, la réalité a peu changé. On ne risque plus la prison certes. Or, hypocrisie suprême, il semble toujours aussi difficile de refuser une grossesse non désirée. ●

En haut : Manifestation du MLF en 1972 pour soutenir Marie-Claire Chevalier, jeune fille de 17 ans en procès pour s’être fait avortée après un viol. En bas : Simone Iff, présidente du Planning familial, à la sortie du procès de Marie-Claire Chevalier.

*Enquête Opinion Way réalisée du 18 au 21 janvier 2011.

☞ AGORA | XVII

AGORA New.indd 57

28/09/11 0:12:58


DÉBAT

UNE AFFAIRE DE FEMMES

Prod DB © MK2 Films / Films du Camélia / DB

Isabelle Huppert incarne dans le film de Claude Chabrol, tourné en 1988, une «faiseuse d’anges». Il s’inspire de l’histoire de Marie-Louise Giraud, l’une des dernières femmes guillotinées en France.

3 TÉMOIGNAGES CORALIE, étudiante « J’avais pris le RU, la pilule abortive. Mais cela n’a pas marché. J’avais dans le même temps une gastro-entérite, ce doit être pour cela. » À deux mois des examens de fin d’année, j’étais pressée de régler cette histoire. J’ai pourtant perdu du temps avec les multiples entretiens exigés : assistante sociale, psychologue, sage-femme… Un miracle que je n’aie pas dépassé la date limite. J’ai cru ne jamais en finir. Pendant les oraux de fin d’année, c’était vraiment galère !

MAUD, lycéenne « Quelle idée de faire un test de grossesse dans ces toilettes minuscules du bahut ! Mais c’était pour être le plus loin possible de la maison, de mes parents. J’avais tellement peur qu’ils l’apprennent. Je sais que j’avais été imprudente, j’avais pris la pilule du lendemain. J’ai cru que c’était terminé mais mes règles ne sont pas venues ! Alors à part me jeter par la fenêtre, je ne voyais pas de solution ! En cours de maths, avec ma copine, on rigolait comme d’habitude, moi un peu jaune. J’ai commencé à lui raconter que je rêvais de m’envoler et puis le reste ! Heureusement, elle m’a emmenée à l’hôpital à côté du lycée, au centre de planning familial. J’ai eu de la chance, compréhensifs, ils n’ont pas exigé l’autorisation de mes parents. Surtout, ce service existait à deux pas du lycée. Depuis deux ans, il a été supprimé en même temps que beaucoup d’autres, officiellement pour des raisons économiques. »

1942 : La loi considère l’avortement comme un crime. 1955 : L’avortement thérapeutique est autorisé. 1975 : La loi Veil est promulguée pour 5 ans. 1979 : La loi est reconduite définitivement. 1980 : La pilule abortive RU 486 est mise au point. 1982 : La loi Roudy permet son remboursement par la Sécurité sociale. 1988 : Le RU 486 reçoit l’autorisation de mise sur le marché. En 1974, Simone 1993 : La loi Neiertz crée le délit d’entrave à l’IVG. Veil défend le 2001 : La loi Aubry, qui dépénalise l’avortement, porte le délai légal projet de loi de 12 à 14 semaines et supprime l’autorisation parentale pour les mineures. sur l’avortement 2002 : Les pharmaciens sont autorisés à distribuer gratuitement au Sénat la pilule du lendemain aux mineures. 2009 : Le Planning familial est autorisé à faire des IVG médicamenteuses. Le décret d’application est paru plus d’un an après l’adoption de la loi. 2011 : La députée Bérengère Poletti dépose un amendement à la proposition de loi Fourcade HPST qui prévoit d’autoriser les sages-femmes à pratiquer l’IVG médicamenteuse. Cette proposition est adoptée le13 juillet par l’Assemblée nationale et le Sénat. Elle fait l’objet d’un recours devant le Conseil Constitutionnel.

© MINGAM / SIPA

LES GRANDES DATES DE L’IVG

MARINE, jeune maman « Deux enfants en quatre ans, la crèche, l’école maternelle, les réunions professionnelles le soir, il était impossible d’assumer dès à présent un troisième. De plus, un autre congé maternité et je disais adieu à ma carrière. Dès le lendemain, j’ai pris contact avec la clinique dans laquelle j’avais accouché, je savais qu’ils avaient un service d’orthogénie. L’équipe soignante était bien, plutôt cool. Le rendez-vous pris, je me suis sentie apaisée. Je n’étais pas angoissée. Je voulais juste en finir vite. Et là, cata, on m’a annoncé que le médecin était malade. Et il n’y avait pas de place avant plus d’un mois, bref après le délai légal. J’ai appelé tous les hôpitaux, cliniques d’Île-de-France, idem pas de place, liste d’attente d’un mois au minimum. J’ai dû utiliser les circuits souterrains, eh oui ils existent encore ! Heureusement ! C’est un réseau financé par les autorités publiques (si si, ce n’est pas une blague) qui m’a donné le numéro du fameux gynéco de Paris connu de tous, un des rares qui accepte de pratiquer l’IVG, c’est devenu son fonds de commerce. La consultation a duré à peine une minute. On frappe, on entre, pas le temps de s’asseoir, on signe un papier, on donne l’argent en liquide, on avale un médicament, on repart avec deux cachets et un numéro de portable à appeler au cas où il y ait un problème… »

60 % DES GROSSESSES

NON PRÉVUES SE TERMINENT PAR UNE IVG.

XVIII | AGORA

AGORA New.indd 58

28/09/11 0:13:03


PUBLI COMMUNIQUÉ

ANTIBES / JUAN LES PINS

GARDEN BEACH HOTEL LE

UN CADRE UNIQUE

I

déalement située entre mer et montagne, Antibes Juanles-Pins est une cité à vocation touristique où se mêlent traditions et plaisirs nautiques, histoire et patrimoine, festivals et vie nocturne.

L’hôtel propose 175 chambres dont 17 suites. 2 restaurants : « La Frégate » avec sa terrasse « le New Orléans » : subtile alliance de saveurs et de convivialité, le restaurant vous invite à apprécier une cuisine raffinée et une vue imprenable sur la mer et les îles de Lérins, et le restaurant de « la Plage » ouvert d’avril à octobre. Parking privé. Au bord des eaux turquoise de la Méditerranée, détendez vous sur les transats de notre plage de sable blanc ou offrez vous une journée ludique et sportive grâce aux nombreuses activités nautiques proposées depuis notre ponton. « Le Fitness » : Profitez de moments de détente, stimulez votre corps et savourez de précieux instants. Relaxer vous en profitant des soins esthétiques ou de massage balinais, californiens,… Aménagé dans un cadre raffiné, propice à la sérénité, cet oasis de tranquilité propose de nombreux équipements : piscine intérieure chauffée, jacuzzi, sauna, hammam, salle de fitness, powerplate ainsi que des cours d’aquagym et de remise en forme. À côté de l’hôtel, l’Eden Casino propose 180 machines à sous, black jack, roulette anglaise et texas hold’em poker.

08111000DL-JUAN_publiredac_v2.indd 1

Pour plus d’informations : GARDEN BEACH HOTEL 15-17 boulevard Baudoin - 06160 Juan-les-Pins, FRANCE T. 04 92 93 57 60 - www.garden-beach-hotel.com

22/08/11 14:29


bambuck

Les symboles vous facilitent la vie...

... Avec Biogaran, ils facilitent aussi le bon suivi de votre traitement .

Depuis 1996, votre santé est au coeur des préoccupations du laboratoire Biogaran. Alors, Biogaran a inventé des symboles simples et universels zone dédiée à votre pharmacien, sur laquelle il peut facilement retranscrire le traitement prescrit par votre médecin.

V o t r e

Bio-V2Pictos-200x270.indd 1

s a n t é

n o u s

e s t

p r é c i e u s e

w w w.biogaran.fr

PO 3000 - 03 / 10

pour un meilleur suivi de votre traitement. Vous les retrouverez dans une

19/05/10 11:24:28

Magazine pause santé n°16  

Magazine pause santé n°16