Issuu on Google+

Echelle du bruit

Dangereux

140 dB(A)

Pour prévenir les risques auditifs S'éloigner de la source

130 dB(A) 120 dB(A)

Réduire le bruit à la source

110 dB(A)

Baisser le volume, éviter les bruits de chocs, insonoriser les équipements.

Nocif

100 dB(A) 90 dB(A) 80 dB(A)

Se protéger du bruit

Gênant

70 dB(A) 60 dB(A)

Il existe des moyens adéquats à chaque activité pour se protéger. En choisissant bien sa protection, il est possible de préserver à la fois le plaisir de l’activité (concert, moto,…) et son audition.

50 dB(A) 40 dB(A) 30 dB(A)

Calme

Diminuer la durée d'exposition au bruit

A partir de 90 decibels, une protection est fortement recommandée. A partir de 110 décibels, elle est indispensable.

20 dB(A) 10 dB(A)

Ce document vous est offert par votre pharmacien du Groupe PHR.


Les caractéristiques du bruit

Les effets du bruit sur l'audition…

… et sur le reste de l'organisme

Fatigue auditive

Le bruit est un son ou un ensemble de sons correspondant à une vibration de l’air qui se propage. Cette sensation auditive peut être désagréable, agressive voire gênante et nocive. Un bruit est caractérisé par sa fréquence (son grave ou aigu) et par son intensité qui s’exprime en décibel. p j g ou non En fonction de ces critères,, on peut juger t. de la dangerosité d’un bruit.

Celle-ci se manifeste par une diminution temporaire de l’ouïe et doit être considérée comme un signal d’alarme. Elle peut apparaître suite à une exposition, à un bruit intense (boîte de nuit, concert, sport mécanique…). La durée de cette gène et le retour à une audition normale dépend de la durée de l’exposition.

Surdité Celle-ci est une perte de l’audition définitive. Elle peut apparaître progressivement lors d’exposition trop fréquente à des bruits de moyenne ou de forte intensité ou brutalement, à la suite d’un traumatisme auditif lors d’une exposition à un niveau sonore très élevé (explosion, coup de feu…).

Autres effets auditifs Au delà du caractère subjectif du bruit, nous n’apprécions pas tous les sons de la même façon. Il est nécessaire de rappeler qu’au-delà d’un certain seuil, un son peut devenir nocif pour l’organisme.

Les acouphènes : correspondent à des «bourdonnements» ou des «sifflements» entendus dans une ou deux oreilles dans la tête en l’absence de toute source sonore dans le milieu environnant. L’hyperacousie : dans le langage courant, ce terme correspond à un effondrement de la tolérance de l’oreille à des sons de l’environnement présentant une intensité normale. L’oreille perd sa dynamique de fonctionnement ; les seuils d’inconfort auditif se rapprochent des seuils d’audition. L’écoute des sons courants devient désagréable, voire insupportable ou douloureuse suivant le degré d’hypersensibilité.

Sur le système nerveux • Stress. • Dégradation de la qualité du sommeil. • Baisse de vigilance, difficultés d’apprentissage chez l'enfant.

Sur le système visuel • Diminution de la vision nocturne. • Défaut d'appréciation des distances. • Retard dans la perception des couleurs.

Sur le système cardio-vasculaire • Augmentation de la tension artérielle. • Augmentation de la fréquence cardiaque. • Augmentation du taux de cholestérol. • Risque d'infarctus accru.

Sur le système immunitaire • Diminution des défenses immunitaires.

Sur le système digestif • Ulcères, colopathies, gastrites.


Les caractéristiques du bruit

Les effets du bruit sur l'audition…

… et sur le reste de l'organisme

Fatigue auditive

Le bruit est un son ou un ensemble de sons correspondant à une vibration de l’air qui se propage. Cette sensation auditive peut être désagréable, agressive voire gênante et nocive. Un bruit est caractérisé par sa fréquence (son grave ou aigu) et par son intensité qui s’exprime en décibel. p j g ou non En fonction de ces critères,, on peut juger t. de la dangerosité d’un bruit.

Celle-ci se manifeste par une diminution temporaire de l’ouïe et doit être considérée comme un signal d’alarme. Elle peut apparaître suite à une exposition, à un bruit intense (boîte de nuit, concert, sport mécanique…). La durée de cette gène et le retour à une audition normale dépend de la durée de l’exposition.

Surdité Celle-ci est une perte de l’audition définitive. Elle peut apparaître progressivement lors d’exposition trop fréquente à des bruits de moyenne ou de forte intensité ou brutalement, à la suite d’un traumatisme auditif lors d’une exposition à un niveau sonore très élevé (explosion, coup de feu…).

Autres effets auditifs Au delà du caractère subjectif du bruit, nous n’apprécions pas tous les sons de la même façon. Il est nécessaire de rappeler qu’au-delà d’un certain seuil, un son peut devenir nocif pour l’organisme.

Les acouphènes : correspondent à des «bourdonnements» ou des «sifflements» entendus dans une ou deux oreilles dans la tête en l’absence de toute source sonore dans le milieu environnant. L’hyperacousie : dans le langage courant, ce terme correspond à un effondrement de la tolérance de l’oreille à des sons de l’environnement présentant une intensité normale. L’oreille perd sa dynamique de fonctionnement ; les seuils d’inconfort auditif se rapprochent des seuils d’audition. L’écoute des sons courants devient désagréable, voire insupportable ou douloureuse suivant le degré d’hypersensibilité.

Sur le système nerveux • Stress. • Dégradation de la qualité du sommeil. • Baisse de vigilance, difficultés d’apprentissage chez l'enfant.

Sur le système visuel • Diminution de la vision nocturne. • Défaut d'appréciation des distances. • Retard dans la perception des couleurs.

Sur le système cardio-vasculaire • Augmentation de la tension artérielle. • Augmentation de la fréquence cardiaque. • Augmentation du taux de cholestérol. • Risque d'infarctus accru.

Sur le système immunitaire • Diminution des défenses immunitaires.

Sur le système digestif • Ulcères, colopathies, gastrites.


Les caractéristiques du bruit

Les effets du bruit sur l'audition…

… et sur le reste de l'organisme

Fatigue auditive

Le bruit est un son ou un ensemble de sons correspondant à une vibration de l’air qui se propage. Cette sensation auditive peut être désagréable, agressive voire gênante et nocive. Un bruit est caractérisé par sa fréquence (son grave ou aigu) et par son intensité qui s’exprime en décibel. p j g ou non En fonction de ces critères,, on peut juger t. de la dangerosité d’un bruit.

Celle-ci se manifeste par une diminution temporaire de l’ouïe et doit être considérée comme un signal d’alarme. Elle peut apparaître suite à une exposition, à un bruit intense (boîte de nuit, concert, sport mécanique…). La durée de cette gène et le retour à une audition normale dépend de la durée de l’exposition.

Surdité Celle-ci est une perte de l’audition définitive. Elle peut apparaître progressivement lors d’exposition trop fréquente à des bruits de moyenne ou de forte intensité ou brutalement, à la suite d’un traumatisme auditif lors d’une exposition à un niveau sonore très élevé (explosion, coup de feu…).

Autres effets auditifs Au delà du caractère subjectif du bruit, nous n’apprécions pas tous les sons de la même façon. Il est nécessaire de rappeler qu’au-delà d’un certain seuil, un son peut devenir nocif pour l’organisme.

Les acouphènes : correspondent à des «bourdonnements» ou des «sifflements» entendus dans une ou deux oreilles dans la tête en l’absence de toute source sonore dans le milieu environnant. L’hyperacousie : dans le langage courant, ce terme correspond à un effondrement de la tolérance de l’oreille à des sons de l’environnement présentant une intensité normale. L’oreille perd sa dynamique de fonctionnement ; les seuils d’inconfort auditif se rapprochent des seuils d’audition. L’écoute des sons courants devient désagréable, voire insupportable ou douloureuse suivant le degré d’hypersensibilité.

Sur le système nerveux • Stress. • Dégradation de la qualité du sommeil. • Baisse de vigilance, difficultés d’apprentissage chez l'enfant.

Sur le système visuel • Diminution de la vision nocturne. • Défaut d'appréciation des distances. • Retard dans la perception des couleurs.

Sur le système cardio-vasculaire • Augmentation de la tension artérielle. • Augmentation de la fréquence cardiaque. • Augmentation du taux de cholestérol. • Risque d'infarctus accru.

Sur le système immunitaire • Diminution des défenses immunitaires.

Sur le système digestif • Ulcères, colopathies, gastrites.


Echelle du bruit

Dangereux

140 dB(A)

Pour prévenir les risques auditifs S'éloigner de la source

130 dB(A) 120 dB(A)

Réduire le bruit à la source

110 dB(A)

Baisser le volume, éviter les bruits de chocs, insonoriser les équipements.

Nocif

100 dB(A) 90 dB(A) 80 dB(A)

Se protéger du bruit

Gênant

70 dB(A) 60 dB(A)

Il existe des moyens adéquats à chaque activité pour se protéger. En choisissant bien sa protection, il est possible de préserver à la fois le plaisir de l’activité (concert, moto,…) et son audition.

50 dB(A) 40 dB(A) 30 dB(A)

Calme

Diminuer la durée d'exposition au bruit

A partir de 90 decibels, une protection est fortement recommandée. A partir de 110 décibels, elle est indispensable.

20 dB(A) 10 dB(A)

Ce document vous est offert par votre pharmacien du Groupe PHR.


Echelle du bruit

Dangereux

140 dB(A)

Pour prévenir les risques auditifs S'éloigner de la source

130 dB(A) 120 dB(A)

Réduire le bruit à la source

110 dB(A)

Baisser le volume, éviter les bruits de chocs, insonoriser les équipements.

Nocif

100 dB(A) 90 dB(A) 80 dB(A)

Se protéger du bruit

Gênant

70 dB(A) 60 dB(A)

Il existe des moyens adéquats à chaque activité pour se protéger. En choisissant bien sa protection, il est possible de préserver à la fois le plaisir de l’activité (concert, moto,…) et son audition.

50 dB(A) 40 dB(A) 30 dB(A)

Calme

Diminuer la durée d'exposition au bruit

A partir de 90 decibels, une protection est fortement recommandée. A partir de 110 décibels, elle est indispensable.

20 dB(A) 10 dB(A)

Ce document vous est offert par votre pharmacien du Groupe PHR.


Leaflet_client_version_PHR