Page 1

Impression : RELIEFDOC • Licences d’entrepreneur de spectacles : Catégorie n° 2 : 2-105 27 87 - Catégorie n° 3 : 3-105 27 86 - SIRET : 480 292 143 000 66


Distribution et programmation Texte de Georges Feydeau Mise en scène de Pierre Matras Avec Muriel Darras et Pierre Matras Lumière - Serge Wolff du 19 février au 08 mars 2014 Du mercredi au samedi à 20h30 le dimanche à 16h

L’Escale Place Roger Panouse -Tournefeuille Durée : 1h45

Navette gratuite Toulouse-Tournefeuille les vendredis soirs. Plus d’informations sur grenierdetoulouse.fr

Partenaires Le Grenier de Toulouse est subventionné par la Ville de Tournefeuille, la Ville de Toulouse, le Conseil Général de la Haute-Garonne, le Conseil Régional Midi-Pyrénées et reçoit le soutien des mécènes ABM Energie Conseil, Aménagement Concept Qualité, ARP Foncier, Assemblages, Barnabé aime le café, CIC Sud-Ouest, Crédit Agricole Toulouse 31, Damon Architecte, Dejean-Servières, DRALAM Technologies, GESCO S.A.R.L., EGD Finance, GE-Infra, Groupe Accord, Groupe Generali, Groupe 3R, Mapei, NEXEYA Systems, Reliefdoc, SOCODIP, Theolys, Tiria, Tisseyre & Associés, Transports Chabrillac, Xéla-Tech et les particuliers donateurs. 2


Communiqué

et note d’intention du metteur en scène L’auteur, Georges Feydeau né à Paris le 8 décembre 1862 et mort à Rueil-Malmaison le 5 juin 1921, est un auteur dramatique français, connu pour ses très nombreux vaudevilles. Fils de l’écrivain réaliste Ernest Feydeau, Georges Feydeau se tourne très tôt vers le monde des lettres. Encouragé par Eugène Labiche, auteur de vaudevilles célèbres, il écrit deux comédies, « Le Diapason » et « Amour et piano », ainsi que des monologues dont il fait la lecture dans des cabarets parisiens. A 25 ans, il écrit et fait jouer « Tailleur pour dames » qui recueille succès auprès du public et reconnaissance du milieu théâtral. C’est en 1892, avec « Monsieur Chasse » qu’il devient célèbre. Georges Feydeau écrit ses plus grandes réussites de 1892 à 1912 au rythme incroyable d’une pièce par an, « On purge bébé », « Occupe toi d’Amélie »... Ses pièces ont toutes été saluées, souvent imitées et sont encore jouées aujourd’hui. S’il domine le théâtre de Boulevard de la fin du XIXe siècle, son sens du quiproquo et sa capacité à transformer une situation banale en délire scénique, ont fait dire de lui qu’il a annoncé le théâtre burlesque et l’absurde de Ionesco.

source : evene.fr

Communiqué

Après Tailleur pour dames, Pierre Matras s’est lancé dans la mise en scène de ce chef-d’œuvre incontesté de Georges Feydeau. Mais comme pour Tailleur pour dames, il vous proposera sa propre version de ce Fil à la patte :

de petite vertu, une jeune première quelque peu obsédée, deux ou trois pique-assiettes et quelques valets agités. Tout ce beau monde va s’accrocher les uns aux autres et partir pour une folle farandole où les amours ne vont plus tenir qu’à un fil !

Déjanté : sûrement ! Drôle : on l’espère ! Etonnant : sans conteste !

Pierre Matras

Alors laissez vos certitudes sur le vaudeville de côté et accrochez-vous !

Note d’intention

Le fil, c’est Lucette, la diva… la patte, c’est celle de Fernand, le charmant noceur. Ils s’adorent mais Fernand doit rompre car il va signer, l’après-midi même, son contrat de mariage avec Viviane, jolie jeune fille et jolie dot. Entre eux, il va donc y avoir… des noeuds : un clerc de notaire grivois, un général espagnol hystérique et possessif, un homme du monde à l’haleine peu fraîche, une vieille fille vierge et gloutonne, une duchesse

«

Pierre Matras s’est lancé

dans la mise en scène de ce

»

chef-d’œuvre incontesté de

Georges Feydeau

3


l’équipe artistique Pierre MATRAS Muriel DARRAS comédienne

metteur en scène,

comédien et directeur artistique du Grenier de Toulouse

Rejoint la troupe du Grenier en 2001. Comique gouailleuse à la voix enchanteresse, elle sait maintenant faire la tragédienne et l’amoureuse transie qui pleure et meurt !

Intègre la troupe du Grenier de Toulouse en 2000. Est nommé assistant à la direction du Théâtre Sorano en 2001. Est nommé directeur de la compagnie par Maurice Sarrazin en 2003.

Ses rôles au sein du Grenier de Toulouse :

Ses rôles au sein du Grenier de Toulouse :

Madame Aigreville (Tailleur pour dames de Feydeau), la nourrice (Roméo et Juliette de Shakespeare), Lynda (Lynda et Alphonse de Lemay), Axelle (Un petit jeu sans conséquence de Sibleyras), la Baronne (Un chapeau de paille d’Italie de Labiche), la Diva (Zig-Zag Cabaret de Roy), Madame Smith (La Cantatrice chauve de Ionesco), la bonne (La leçon de Ionesco), La voix (Comédie sur un quai de gare de Benchétrit), Anne d’Autriche (Les Trois mousquetaires de Dumas), Docteur Lewis (Dix petits nègres de Christie), Madame de Tourvelle (Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos), Madame Boulingrin (les Boulingrin de Courteline), Yvonne (Feu la mère de madame de Feydeau), Carol (Adultères de Allen), Muriel (Théâtre sans animaux de J-M Ribes), Cornouille (Beaucoup de bruit pour

Cléante (L’Avare de Molière), Lucentio (La Mégère apprivoisée de Shakespeare), Roméo (Roméo et Juliette de Shakespeare), Alphonse (Lynda et Alphonse de Lynda Lemay), Moulineaux (Tailleur pour dames de Feydeau ), Bruno (Un petit jeu sans conséquence de Sibleyras), Fadinard (Un chapeau de paille d’Italie de Labiche), Piotr (Zig-Zag Cabaret de Roy), Adrien (Cravate Club de Roger-Lacan), Basile (L’histoire extraordinaire de Basile Vincent de Roy), Dorset (Richard III de Shakespeare), d’Artagnan (Les Trois mousquetaires d’après Dumas), Fernand (Un Fil à la patte de Feydeau), William Blore (Dix petits nègres d’après Christie), Monsieur des Rillettes (Les Boulingrin de Courteline), Milt (Love de Schisgal), Basile Hallward (Le Portrait de Dorian Gray d’après Wilde), Oscar (Oscar et la dame rose d’E-E Schmitt), Howard (Adultères de Woody Allen), Pierre (Théâtre sans animaux de J-M Ribes), Claudio (Beaucoup de bruit pour rien de Shakespeare).

rien de Shakespeare).

4


Le Grenier de Toulouse Un esprit de troupe, un esprit d’équipe

Une compagnie historique

«

Nous faisons un théâtre humaniste, un théâtre qui procure du plaisir, de la joie, tant pour les acteurs que pour les spectateurs

»

Créée en 1945 par Maurice Sarrazin, le Grenier de Toulouse est la plus ancienne compagnie de la ville et une des plus anciennes compagnies de France. Elle est fière d’appartenir au patrimoine culturel de Toulouse. Par le talent de ses artistes, elle fait rayonner l’image de sa ville dans la France entière. Le Grenier offre au public plus de 130 représentations par an et c’est grâce à ses nombreuses tournées que son succès est devenu national.

Dirigé par Pierre Matras et Stéphane Batlle, le Grenier de Toulouse est une équipe de plus de 20 personnes dont 4 metteurs en scène et 14 comédiens. Le Grenier de Toulouse est une des compagnies théâtrales les plus emblématiques de sa ville et de sa région. Trois générations de comédiens sont unies pour faire perdurer cette aventure : les plus anciens ayant intégré la troupe en 1960. Chaque membre de l’équipe n’a qu’une seule ambition : se mettre au service du talent de l’autre.

Un théâtre populaire Depuis sa création, le Grenier de Toulouse est fier de porter haut les couleurs du théâtre populaire. Sa mission est de mettre les grands classiques comme les auteurs contemporains à la portée de tous. Le Grenier de Toulouse exprime, dans ses spectacles, les valeurs auxquelles il croit. Il a toujours placé l’acteur au centre de son art. Un théâtre exigeant, un théâtre sensible, un théâtre où l’art et l’essai sont souvent transformés en réussite populaire.

Pierre Matras et Stéphane Batlle, directeurs du Grenier de Toulouse

5


La presse en parle... Un fil à la patte – par le Grenier de Toulouse Adaptation et mise en scène : Pierre Matras Vu au 24e Festival d’humour et de Création de Villard de Lans le 31/10/2013

Se rendre à une pièce produite par le Grenier de Toulouse, c’est avoir l’assurance d’assister à un spectacle bien monté et généralement très divertissant. Mais quand on voit que la pièce proposée est Un fil à la patte, on s’dit « zut ! ça va être une 250 millième représentation de la pièce la plus prisée du répertoire français !!!? Autant aller au cinéma voir Taxi 7 ! » Plus sérieusement, c’est un joyeux pied de nez aux préjugés que nous propose Pierre Matras et son acolyte Muriel DARRAS dans cette adaptation. On aurait envie de dire « réduction » pour deux comédiens, mais ce serait probablement bien trop... réducteur étant donné les talents de mise en scène et de jeu investis dans ce projet. Exit donc la troupe initiale « qui s’est désistée parce qu’elle en a eu marre de jouer du Feydeau et qui par conséquent a décidé de prendre un bol d’air en allant voir du coté de Duras » (la Marguerite, pas la commune du Lot-et-Garonne), et place au duo impromptu qui va se débrouiller avec ce qu’il sait de la pièce. Ce n’est pas vraiment la première fois qu’on assiste à ce procédé de mise en scène mais l’excuse est excellente pour proposer une relecture et surtout une réinterprétation d’un

classique archi représenté dans l’Hexagone. C’est bien là que le metteur en scène frappe fort, non seulement il fait du neuf avec du vieux, mais en plus il le fait avec un nom qui attire encore les foules. Pas étonnant que le spectacle continue de tourner alors qu’il a été créé en 2008. Certes il est malin ce Pierre Matras, autant qu’il est doué pour la scène. Du coup il a vu venir le spectateur habitué aux « spectacles bien montés » et il a complètement démonté Un fil à la patte pour se le réapproprier en y injectant son goût très prononcé pour l’interprétation multiple. Sur scène, donc, on assiste tantôt à une sorte d’atelier théâtre expliquant l’importance la non-importance du décor, tantôt à l’enchaînement de scènes endiablées car nos deux acolytes sont bel et bien des acteurs nés. La mise en scène qui se veut naïve autorise alors bien des décalages au fil des trois actes. Les codes de lecture sont donnés de façon progressive si bien qu’on ne s’étonne presque plus de voir débarquer du théâtre d’impro au troisième acte, où Muriel Darras s’en donne à cœur joie (et c’est pas la première fois qu’elle est prise en flagrant délit dans cette indiscipline). Très bonne initiative donc, qui permet aux aficionados du théâtre de voir Un fil à la patte sous un angle neuf tout en respectant le texte initial, et qui emporte l’adhésion des novices que l’image de classique pourrait faire fuir. Saad, danslateteduspectateur, 2 Novembre 2013

6


Feydeau revisité… un spectacle magistral ! Qui donc avait dit que Feydeau faisait dans le théâtre de boulevard dans le cadre du festival du moment qu’on avait à coup sûr pris l’autoroute du rire ce jeudi soir.

Un spectacle de 90 minutes sur un fil d’équilibriste… La trame de l’histoire passe au second plan, au vu des performances des intervenants du Grenier de Toulouse. L’histoire, la voici. Il faut faire simple. Alors, faisons-le. Fernand le noceur est amoureux de Lucette mais doit signer prochainement son contrat de mariage avec Viviane. Simple, donc. Mais c’est un sujet que l’on oublie assez rapidement face à la justesse de l’interprétation des comédiens. Le drame est que Muriel Darras et Pierre Matras, les deux présentateurs de la soirée se trouvent fort dépourvus par l’absence des artistes programmés. Ils « meublent » comme ils peuvent et s’ensuit 90 minutes d’un exercice hors du commun où les deux acteurs endossent au gré du spectacle, les rôles des huit protagonistes initialement prévus ! Un vrai travail de titan. Et surtout, un travail juste.

Le rythme est soutenu, les renversements de situation stratosphériques. Parfois difficile de suivre, mais ça n’a pas d’importance ! Le plus important c’est que le public a réussi à comprendre l’humour du spectacle. De nombreuses scènes restent indescriptibles, depuis les éructations de Bouzin, le serviteur étriqué jusqu’à la séance de Haka version All-Blacks qui ont fait exploser la salle surchauffée ! Reste que Georges Feydeau, même revu et corrigé aurait certainement apprécié. Revenez quand vous voulez. N.C., Le Dauphiné Libéré, Samedi 2 novembre 2013

Un rythme soutenu, des rires incontrôlés… Et c’est là que les intervenants déploient tout leur talent, illustrant entre mimiques et jeux de rôles les différents personnages, changements de faciès surprenants, expressions aux accents variables et comportements accentués correspondant à chacun des intervenants prévus.

7


UN FIL À LA PATTE Festival AVIGNON OFF 2013 Chaque année le OFF draine son lot de mises en scène osées des pièces du maître Feydeau. L’année dernière, un prodigieux LE DINDON (chez les tziganes!) entrait dans le clan, assez fermé, des réussites.

en rajoutent, commentant avec drôlerie leur infortune de comédiens délaissés, et agrémentant l’action de bruitages farfelus et de digressions stylistiques. Muriel Darras déclame façon Racine, ou western, ou théâtre contemporain, interprète un Haka, dans cette version décidément iconoclaste de la pièce.

Qu’en est-il de ce UN FIL À LA PATTE, dont la mise en scène est annoncée comme innovante ?

Applaudissements nourris et redoublés au moment des saluts, ce qui était mérité.

AVIGNON OFF 2013, représentation du 8 juillet.

La réponse réside dans la performance, exceptionnelle, des deux comédiens. Car au prétexte d’une troupe qui a pris la poudre d’escampette, voici Pierre Matras et Muriel Darras livrés à eux-mêmes pour jouer les trois actes de la pièce, sans décor. Un exploit lorsque l’on connaît la dissemblance des personnages ainsi que la vivacité requise pour faire vivre les multiples rebondissements de l’histoire.

Baroufs Magazine, 8 juillet 2013

Non contents d’endosser tous les rôles dans d’ébouriffantes métamorphoses de jeu, les deux compères

8


Un Fil à la patte décembre 2011

Il y a de ces spectacles pour lesquels le savant dosage entre trop en dire et pas assez devient tout un art d’équilibriste. Ce « Fil à la patte » là, en fait partie. Que dire pour susciter l’envie irréfrénée d’aller voir ce petit chef-d’œuvre théâtral, sans vous gâcher la magie de l’instant... Laissez-moi tout d’abord, vous présenter le metteur en scène (si vous ne le connaissez pas déjà !). Figure incontournable du théâtre toulousain, Pierre Matras a rejoint la très prestigieuse compagnie du Grenier de Toulouse il y a onze ans maintenant. Déjà en 2006, il nous faisait virevolter au rythme d’un « Tailleur pour dame » endiablé et terriblement drôle. Quelques années plus tard, il revient à ses amours vaudevilliennes mais avec une toute autre approche. Dans Un Fil à la patte, la rythmicité joue toujours un rôle majeur. Toutefois, le respect de l’époque n’est plus aussi marquant.

prises vis-à-vis de cette trame principale, couplées de la surprenante interprétation des comédiens offrent deux heures de franches rigolades. L’interactivité avec le public y est bien présente et de nombreux clins d’œil lui sont adressés, tout au long de la représentation. En résumé, la troupe du Grenier de Toulouse réussit encore une fois avec brio, à réunir petits et grands, passionnés et néophytes de théâtre autour d’un grand auteur du XIXe siècle, Georges Feydeau. Alors si vous avez bien suivi le fil de ma pensée, prenez vos pattes à votre cou et finissez l’année, le rire aux lèvres, en compagnie de Fernand, Lucette, Viviane et tous les autres personnages de cette pièce vivifiante ! Aurelie RODRIGUEZ, la théâtrothèque.com

Si les éléments de décors sont très minimalistes, les spectateurs sont aisément emportés dans un univers d’individus croquignolesques. Toute la subtilité de cette pièce réside dans l’importance apportée aux détails. A chaque personnage sont associés une voix et un élément caractéristique qui permettent à l’auditoire de valser de l’un à l’autre, en toute hilarité. Soyez certains que ce Feydeau n’a rien de traditionnel ! Bien sûr, il y est question de quiproquos amoureux, de mariages arrangés et d’affaires d’argent. Mais l’originalité de ce spectacle se trouve ailleurs. Les libertés

9


Free L

style

À Toulouse, reprise au Grenier Théâtre de la pièce « Un fil à la patte », de Feydeau, revue et corrigée à la sauce Pierre Matras.

Après le succès inoxydable de « Tailleur pour dames », Pierre Matras revenait à Feydeau pour la création d’ »Un fil à la patte » au Moulin de Roques. Le metteur en scène et co-directeur artistique de la compagnie Le Grenier de Toulouse reprend aujourd’hui ce spectacle dans une nouvelle distribution à apprécier au Grenier Théâtre, à Toulouse. Cette mise en scène est une déclinaison de la recette qui caractérise son univers personnel et qui en fait un artiste attachant. Si tout son théâtre – de « Lynda et Alphonse » à « Théâtre sans animaux » – se retrouve ici, il compose pourtant un objet bien inattendu. Avec un minimum de moyens, c’est pour lui une nouvelle occasion de déconstruire tous les codes de la

représentation. C’est ainsi que « Théâtre sans animaux » de Jean-Michel Ribes – sa dernière création au Grand Théâtre des 3T – ne faisait que confirmer son penchant immodérée pour l’exhibition de ce qui se trame dans l’envers du décor. Les coulisses sont un terrain de jeu privilégié pour Pierre Matras : «J’aime bien le théâtre dans le théâtre. J’aime aussi désacraliser le comédien», confiait-il alors. Comédien, il se démène dans « Un fil à la patte » sous les traits de Fernand, un fringant coureur de jupons. Celui-ci a bien du mal à quitter sa Lucette, une délicieuse chanteuse couverte de fleurs. Il n’arrive pas à lui annoncer qu’il s’apprête à convoler avec une fille charmante à la dot généreuse. Une galerie de personnages obsessionnels gravite alentour : un clerc de notaire grivois, un général ibérique possessif, un homme du monde à l’haleine fétide, une vieille fille gloutonne, une duchesse de petite vertu… Hystérique bien sûr, mais plutôt intimiste, ce spectacle réserve bien des surprises qu’il convient de ne pas dévoiler ici.

Jérôme Gac - Blog Culture 31 - 14 décembre 2011

10


Portfolio

crĂŠdits photos

Guy Bernot

11


12


GRENIER DE TOULOUSE 35 rue Bertrand Panouse 31170 Tournefeuille contact@grenierdetoulouse.fr www.grenierdetoulouse.fr

PIERRE MATRAS Directeur artistique STÉPHANE BATLLE Directeur artistique

MARIE-ODILE AUBRUN Directrice administrative marie-odile.aubrun@grenierdetoulouse.fr DAVID GABORIT Chargé de communication et des relations avec les publics 06 28 04 47 48 / david.gaborit@grenierdetoulouse.fr MARIE-CHRISTINE COULON Chargée de diffusion 06 48 20 67 27 / marik31@gmail.com SANDRINE MARRAST Chargée de mission Mécénat

13


Dossier Un fil à la patte - Grenier de Toulouse  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you