Page 1

magazine


NEW

Is your choice of white crystal clear?

En tant que perfectionnistes et amoureux du papier jusqu’au bout des ongles, ce n’est pas tous les jours que nous lançons un nouveau papier non-couché. Munken Kristall agrandit votre univers créatif en venant compléter la gamme Munken Design d’une nouvelle teinte. La blancheur éclatante du Munken Kristall ajoute une dimension aux contrastes de vos images tandis que sa surface veloutée confère à l’imprimé un toucher très naturel. Découvrez Munken Kristall dans l’encart inséré au milieu de ce magazine. Et si ce n’est pas encore fait, explorez la richesse de notre gamme sur arcticpaper.com pour y trouver votre teinte favorite!

ARCTIC PAPER BENELUX INFO -BE@ARCTICPAPER.COM TEL +32(0)16 47 07 46 www.arcticpaper.com


CONTENU

10 Spiritual Guards Jan Fabre invité à Florence

34 Ami des enfants Marc de Bel sur les livres et les chiens

14 Le mindfulness en mouvement Pratiquez le yoga avec Evy Gruyaert

22 2001, l’Odyssée de l’espace

Une expérience cinématographique unique

42 La Belgique dessinée

En ligne avec l’air du temps

04 Alliance stratégique

La valeur ajoutée d’une collaboration

Livresentrées & à gagner Vous pouvez gagner toute une série de livres dont nous parlons dans ce magazine ! Naviguez vite à www.graphius.com/concours et gagnez des livres, des catalogues et des invitations pour des présentations de voiture !

25 Jérôme Bosch

Détailliste médiéval

40 Le Théâtre Royal de la Monnaie

Échouer n’est jamais une option

Photo couverture © Bert Hulselmans

COLOPHON : Members of the Graphius Group : Geers Offset, Sintjoris, New Goff, Druk In De Weer, De Duurzame Drukker, Deckers Snoeck, Boone-Roosens et Etiglia. Éditeur responsable : Denis Geers, Eekhoutdriesstraat 67, 9041 Gand, Belgique. Rédaction en chef : Thomas Dewitte. Rédaction : Sven De Potter, Thomas Dewitte, Christoph Ruys. Mise en pages : Arnout Nilis. Abonnements : vous pouvez vous abonner gratuitement à l’adresse magazine@graphius.com. Graphius, Eekhoutdriesstraat 67, 9041 Gand, Belgique. Tél. +32 (0)9 218 08 41. info@graphius.com, www.graphius.com Imprimé avec bio-encres végétales sur une presse 10 couleurs Heidelberg XL 106 à trame hybride 250 lpi. Couverture : Invercote Creato 2 faces 300 g. Intérieur : Arctic Volume Highwhite 1.12 150 g. Tabernacle : Munken Kristall 170 g. Mise sous film biodégradable à base d’amidon.


LIVRES

ces détails qui font le livre MARCEL BROODTHAERS : UNE RÉTROSPECTIVE Marot & T’ink Studio Quarante ans après son décès, Marcel Broodthaers a toujours beaucoup d’influence à New York. Ainsi, le MoMA consacre une rétrospective à son art plastique, qui consiste de plus de 80 œuvres de la collection Daled. Au mois d’octobre, l’exposition vient à Madrid et au

APOLLINAIRE, LE REGARD DU POÈTE

début de 2017, elle sera accueillie à Düsseldorf.

Gallimard

Marot & T’ink Studio ont réuni le surréalisme trivial de Broodthaers dans un vaste catalogue.

« J’ai tant aimé les arts que je suis artilleur. » Guillaume

Véritablement impressionnant.

Apollinaire a joué un rôle essentiel dans la révolution esthétique qui donna naissance à l’art moderne au début du XXe siècle. Le poète et critique d’art occupe une place importante dans l’histoire de l’art, notamment par son influence sur des artistes déterminants tels que Matisse, Derain et Picasso, dont il était très proche. Une exposition organisée par les musées d’Orsay et de l’Orangerie est consacrée à ce rapport entre Apollinaire et les arts, ainsi qu’un catalogue coédité avec les Éditions Gallimard.

READING THE STREETS Luster Lors de ses pérégrinations à travers l’Europe, le photographe de rue Stan Van Steendam se laisse guider par la typographie. Ses prises de vue brutes, enregistrées avec des vieilles caméras analogiques, caractérisent l’histoire agitée de Lisbonne à Varsovie et posent la question sur les récits qui se cachent derrière les caractères. Il s’agit d’une photographie excitante, qui démontre avant tout que la gloire d’antan ne disparaît jamais.

2


LE GÉNIE ANDY WARHOL Snoeck Le génial Andy Warhol fut l’auteur de plusieurs œuvres emblématiques de l’histoire de l’art. Pensons aux boîtes de soupe Campbell, aux bouteilles CocaCola, aux portraits de Marilyn Monroe, à la pochette de disque du Velvet Underground … Le collectionneur d’art Adrian David les passe tous en revue dans son hommage au génie excentrique que fut the silver prince of pop. Ce qui suffit largement pour un quart d’heure

THE EXTRAVERTED NERD

de gloire.

Philippe Gosseye Amoureux des chiffres ? O.K. Un nerd ? Il l’admet. Introverti ? Pas du tout ! Dans The Extraverted Nerd: The B2B Marketing Cookbook, édité à son compte, Philippe Gosseye montre la dissociation de la personnalité du spécialiste du marketing moderne. Le spectre quasiment complet en vernis sélectif sur la couverture démontre que l’analyse des données n’est pas nécessairement ennuyeux. Bien au contraire !

DESSERTS L.A. Lifestyle Nous connaissons bien les appellations ‘haute couture’ et ‘haute cuisine’, mais souvent nous oublions que la confection de pâtisserie est également un art en soi. Aussi, le magazine, qui a l’expression art de vivre comme sous-titre, informe les bouches sucrées des dernières tendances en haute pâtisserie. Une publication à se lécher les doigts, et avec ses 44 pages restreintes un volume parfait pour garder la ligne.

3


4


alliance stratégique

Off-line rencontre

on-line

« Imaginez-vous que la plus grande imprimerie on-line et la plus grande imprimerie off-line unissent leurs efforts. Quel projet magnifique ! » Ahmed Hilami, fondateur et gérant de Flyer.be, est visiblement content et envisage l’avenir avec confiance. Ahmed Hilami, un entrepreneur west-flandrien d’origine marocaine, a récemment tenu la une des journaux quand il a été reçu en audience par le palais royal. Le choix d’Hilami n’était pas un hasard, car il est considéré comme un modèle d’intégration dans notre société. En 2002, il s’est établi comme entrepreneur indépendant avec son entreprise Flyer.be, qui est vite devenue le leader incontesté dans le secteur des imprimés on-line. Les dix années suivantes, il y est devenu actif en sept pays et il a engagé 130 collaborateurs d’origine diverse. Un succès authentique made in Belgium, avec une liste d’environ 100.000 clients fidèles. Au sein du secteur de l’imprimerie traditionnelle, Hilami a choisi un tout autre chemin. Chez Flyer.be, les informaticiens sont devenus aussi importants que les imprimeurs. L’entreprise a réussi à automatiser un grand nombre de processus, grâce à quoi Hilami a réussi à garder les meilleurs prix et de réaliser en même temps une belle croissance annuelle.

« Notre service après-vente fait un travail formidable sur ce point.” Afin d’activer encore plus le service après-vente, Flyer.be a publié trois livres blancs au sujet des thèmes suivants  : comment mettre en route sa propre charte graphique  ; l’importance de communication externe ; et le marketing événementiel. « Nous investissons beaucoup de temps et de moyens dans cette information, qui est à la disposition de tous, gratuitement. Il n’est pas nécessaire d’avoir acheté chez Flyer.be, car nous n’avons pas écrit ces livres blancs dans un but commercial. Il est vrai que nous remarquons qu’ils sont bien reçus. De cette manière, nous restituons l’expertise que nous avons acquise grâce à nos clients. Et à l’avenir, nous avons l’intention d’aller encore plus loin … »

Défis pour l’avenir Graphius et Flyer.be veulent créer une base pour prospérer à l’avenir et relever ensemble plusieurs grands défis. « Il est fantastique que nous pouvons partager notre expérience en ligne et TI avec un partenaire stratégique comme Graphius », entame Hilami. «  Il y a quatorze ans que j’ai démarré avec Flyer.be et je constate que les points d’intérêt d’alors sont toujours à l’ordre du jour. Concrètement, cela veut dire : rendre les imprimés plus accessibles à un large public, une automatisation poussée et la transparence à chaque phase du

Près du client Cette croissance prolongée a montré que, sur un marché en forte croissance, Flyer.be fait preuve de suffisamment de flexibilité pour rester proche du client. « Ce n’est pas parce que nous sommes une entreprise en ligne, que nos clients ont le sentiment que nous sommes loin d’eux  », affirme Hilami.

5


6


ALLIANCE STRATÉGIQUE

­ rocessus. Dès le début de Flyer.be, tous ces aspects ont joué p un rôle important et chaque année, ils ont contribué à notre croissance. Entre autres par le biais du FlyerStore, un concept shop-in-shop dans les magasins de photographie, les bureaux graphiques et les boutiques de photocopies, nous avons toujours pu communiquer de manière transparente avec nos clients en donnant des conseils professionnels en face à face sur la qualité du papier, les formats, la finition et l’enlèvement gratuit d’une commande. Nos 175 FlyerStores travaillent sur base d’une combinaison unique des possibilités en ligne et hors ligne. Pouvoir transmettre, quatorze ans après la fondation, notre connaissance numérique et en ligne à Graphius est certainement le couronnement de notre travail. » Denis Geers, PDG de Graphius, est tout à fait d’accord  : «  En tant qu’entreprise familiale, nous défendons une vision à long terme. Manifestement, dans un avenir proche de plus en plus de personnes passeront des commandes en ligne. L’alliance avec une entreprise on-line comme Flyer.be est un choix stratégique intentionnel. En conjuguant nos forces, nous constituons un ensemble unique, qui nous prépare à affronter la concurrence avec les grands acteurs internationaux. »

ainsi que pour améliorer les services existants. « Grâce à un partenaire tel que Flyer.be, Graphius pourra également laisser sa marque sur le marché croissant en ligne », confirme Denis Geers. En ce qui concerne Flyer.be, le partenariat avec Graphius signifie entre autres un agrandissement important de la capacité de production. Grâce à l’expertise et le vaste parc de machines de Graphius, Flyer.be pourra offrir une plus large gamme de produits à ses clients. En outre, les délais de livraison existants pourront être réduits. Hilami  : « Aujourd’hui, les clients sont exigeants. À juste titre. Cette attitude correspond parfaitement au fonctionnement de Graphius ét de Flyer.be. Peut-être encore plus important est le constat que cette collaboration souligne l’importance grandissante de l’imprimé. L’imprimerie se porte bien et est bien vivante ! » « Le caractère innovateur de cette collaboration reflète également le marché, car nous constatons que tant pour les petites que pour les grandes entreprises, les imprimés sont de nouveau attrayants et accessibles. Souvent, ils constituent un point fort de haute qualité au sein d’un marketing-mix bien réfléchi. Nous pouvons imprimer tout ce que vous voulez ! Et c’est le client qui gagne, car à cause de cette collaboration structurelle, le service à la clientèle est meilleur, plus large et plus rapide  », conclut Hilami. «  L’imprimerie demeure une activité aguichante ! »

Forte et bien vivante ! Dans un avenir proche, Graphius engagera l’expertise Web de Flyer.be pour mettre en œuvre plusieurs services en ligne,

7


durabilité

Un impact

grandissant

Connect. Commit. Change. (Communication. Engagement. Changement.) Avec ces données de base, le réseau de durabilité ‘The Shift’ indique exactement ce qu’il fait, comment il le fait et ce qu’il veut atteindre. The Shift est un réseau qui organise des contacts entre ses quelque 350 membres, afin de créer une valeur ajoutée sociale sur base de co-création. Au fait, l’organisation, qui fêtera bientôt son premier anniversaire, est une fusion entre KAURI et Business & Society Belgium. David Leyssens, codirecteur exécutif, tout comme Sabine Denis, explique comment un seul point d’information renforce la voix en matière de durabilité : « En ce moment, nous sommes en effet le ‘guichet unique’ en matière de durabilité en Belgique. Cela évite un tas de redondances et, grâce au fait que nous ne sommes plus fragmentés, notre rôle en matière de collaboration avec la politique est devenu beaucoup plus ferme. »

moment, il est en effet l’heure de la collapsologie. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre les gains rapides et les choix stratégiques qui suffisent à réaliser des transformations poussées à long terme. Le délai nécessaire des SDG y convient parfaitement. » Ban Ki-Moon, secrétaire-général des Nations Unies, a noté qu’il est impossible de réaliser les SDG sans l’aide des entreprises. « Ce problème n’est pas seulement à l’ordre du jour des autorités ou des organisations  », confirme Leyssens, « il fait également partie de l’agenda du monde économique. »

“La réalisation des SDG fait partie de l’agenda du monde économique.”

Il est donc nécessaire que les entreprises allient leurs forces. En organisant des activités de mise en réseau, The Shift espère augmenter la créativité de ses membres. Ainsi, les Sustainable Partnerships Awards récompensent des collaborations inspiratrices d’ordre stratégique. « Pour ce qui est de nos partenariats, nous constatons une évolution très intéressante en direction de shared value (valeur partagée). Au Kenya, Recupel a fondé, en collaboration avec WorldLoop, un système de collecte pour déchets électriques et électroniques. Ils ont compris qu’ils peuvent faire appel à leurs compétences clés pour amener le changement social. » Avec Génération T, The Shift a établi un projet pour former des jeunes prometteurs. «  La génération des millénaires, qui ont entre 18 et 35 ans, devra créer le changement vers une société durable. Nous remarquons que le pragmatisme, l’entrepreneuriat social et le réalisme constituent les mots-clés de cette génération. Non seulement, ils sont indignés, mais ils se battent pour le changement.  » Ils ont le renversement entre les mains.

Les entreprises, organisations non lucratives, instituts académiques et services publics qui adhèrent à The Shift signent une charte où ils déclarent de vouloir s’engager sur le plan d’un ou plusieurs thèmes de durabilité. « Ensuite, nous aidons nos membres à établir des accords de coopération. En ce moment, beaucoup d’organisations travaillent sur des projets fantastiques en matière de durabilité. Dans un stade ultérieur, il est nécessaire de raccorder tous ces projets dans le but d’agrandir leur impact. » Le réseau continue à travailler sur base du moment propice créé par les Sustainable Development Goals des Nations Unies, qui sont considérés comme les lignes de conduite mondiales pour la durabilité jusqu’en 2030. Entre-temps, on dit partout qu’il est minuit moins cinq, et même qu’il est déjà trop tard. Est-ce que nous avons encore le temps d’apporter des changements radicaux avant 2030 ? « En ce

8


9


10


reportage

Le monde

changera

Florence. L’année dernière, Jan Fabre y a reçu le ‘Premio Michelangelo’, un prix qui récompense les artistes qui font preuve d’aptitudes techniques dans le style des vieux maîtres florentins. Cet été, Jan Fabre est de nouveau l’invité à Florence, cette fois-ci avec l’exposition remarquable ‘Spiritual Guards’. « Florence a été importante pour moi dès mon début. Dans mes journaux, j’en parle déjà à partir de 1979. J’ai par exemple noté ‘Ici en Italie tu peux avoir le métier d’artiste-gangster. Ici, tout est construit autour de l’imagination. Un couteau en carton peut prêter à confusion et ressembler à une arme dangereuse. L’artiste-gangster qui serre l’arme entre ses mains est important. L’arme en soi ne l’est pas !’ » Encore aujourd’hui, ce genre de déclaration caractérise l’œuvre de Fabre.

l’avenir, un avenir dans lequel l’homme ne pourra plus être blessé, et dans laquelle je prends de la distance des stigmates du Christ. Dans ce sens-là, il y a évidemment un rapport entre la religion et mon œuvre. En ne pas acceptant le modèle du Christ en soi, je peux avancer un autre modèle, une autre image de l’homme. C’est comme si on était à l’aube d’une nouvelle manière de sentir, de penser, une nouvelle philosophie. »

L’image de l’homme

L’incarnation

Du 14 mai jusqu’à fin octobre 2016, Jan Fabre (Anvers, 1958) sera de nouveau à Florence, et cela à trois endroits. Il s’agit de la première exposition solo de cette ampleur à Florence. Sur demande d’Andrea Bianchi et de Sergio Risaliti, l’œuvre de Jan Fabre sera présentée simultanément au Forte di Belvedere, à la Piazza della Signoria et au Palazzo Vecchio. Pour les deux curateurs, Joanna De Vos et Melania Rossi, ce sera l’occasion d’approfondir la force de l’imagination dans son parcours artistique et d’examiner la mission de l’artiste en tant que gardien spirituel, deux facteurs constants dans l’œuvre de Jan Fabre. Depuis plus de 35 ans, Fabre occupe une place proéminente dans le monde artistique en tant qu’auteur, homme de théâtre et surtout comme plasticien inédit et novateur. Le grand public le connaît surtout pour le château Tivoli (1990), entièrement rempli de bic bleu, Heaven of Delight (2002) – le plafond de la salle des Glaces du Palais Royal de Bruxelles recouvert de carapaces de scarabées – et des sculptures dans l’espace public, telles que L’homme qui mesure les nuages (1998). Mais qu’il s’agisse de dessins, de sculptures, d’objets, d’installations, de films, de spectacles ou de modèles de réflexion, l’œuvre complète de Fabre est chaque fois une référence à la confiance dans le corps vulnérable de l’homme et à sa défense. Fabre regarde l’homme et se demande comment il pourra survivre à l’avenir. « J’aspire souvent d’atteindre une image de l’homme pour

En ce sens, Fabre incarne constamment le corps sensoriel et spirituel, il crée des corps impérissables variés, qui résistent aux cycles naturels de croissance et de dégradation. De cette manière, son exposition ‘Spiritual Guards’ Fabre constitue, tout comme son génie artistique, une résistance poétique sous le signe de la beauté, un exercice dans la disparation ou la célébration de la vie en préparation de la mort. Avec le temps, Fabre a constitué son propre univers avec des lois et des règles, et avec des personnages, des symboles et des motifs qui reviennent à chaque coup. « Dans mon œuvre, je fais souvent usage de la croix, mais je ne la montre pas au sens de la croix catholique. Il s’agit plutôt d’un arbre de vie, une métaphore pour l’artiste qui hésite … Que doit être l’objet de ma croyance ? Est-ce que je dois croire en une religion ? En Dieu ? En la beauté ? C’est une manière d’extérioriser le doute et la force vitale qui caractérisent la vie d’un artiste. » Cela s’applique également à ‘Spiritual Guards’. Avec des œuvres telles que Le scarabée sacré avec laurier (2012) ou L’homme qui porte la croix (2015), il est clair que la beauté signifie plus que l’esthétique. « La beauté est une ‘conciliation’ entre les valeurs éthiques et les principes esthétiques. Même aujourd’hui et peut-être surtout aujourd’hui, à un moment où des conceptions comme ‘l’image de l’homme’, ‘l’avenir’ et ‘la beauté’ sont extrêmement vulnérables. »

11


L’Europe « À l’heure actuelle, nous vivons dans une société où un million de gens s’amassent aux frontières de l’Europe. Si tu pars de l’hypothèse que nous, les artistes, doivent défendre la vulnérabilité de la beauté, il faut que nous défendions également ces gens, car l’homme représente cette beauté. Celui qui défend l’aspect vulnérable de l’homme, défend en même

temps la vulnérabilité de la beauté. Les artistes sont trop taciturnes à ce sujet. Or, comme artiste, tu as l’obligation de choisir ton camp et de ne pas te taire, même dans ce genre de situation. Il faut ouvrir les frontières aux réfugiés. Je trouve honteux qu’en 2016 nous puissions voir des images d’enfants et de leurs parents qui doivent fuir leur pays dans des conditions misérables et pour lesquels nous ne trouvons

12

pas d’accueil adéquat. Il semblerait que les gens ne comprennent pas que le monde est en train de changer. Que ­l’Europa changera. Il y a toujours eu des changements dans l’histoire de l’humanité. Nous avons le choix : soit nous abordons cette évolution de la bonne manière, soit nous en souffrons pendant des décennies … Si tu réfléchis sur la beauté, tu penses à cette image de l’homme. Et c’est exactement


Jan Fabre : Le scarabée sacré avec laurier (2012) Matière : bronze – dimensions : 38 x 42 x 80,6 cm Photographe : Pat Verbruggen - © Angelos sprl

cette image de l’homme qu’il faut défendre en ces temps difficiles. Personne n’a dit que ce serait facile. Nous devons faire face aux problèmes de migration, au climat économique difficile … Et quelle est la solution ? Réduire le budget pour la culture, ce qui est un raisonnement très bizarre, car nous savons tous que la culture et la beauté contribuent à une société mentalement et économiquement saine.

La culture donne de l’oxygène à une société. Malgré tous les problèmes qui caractérisent la société actuelle, il est étrange de constater que nous vivons toujours dans un monde où l’artiste n’est pas payé pour rêver. Si seulement le ministre de la Culture donnerait des moyens financiers aux artistes pour rêver de l’avenir, de la beauté et de l’image de l’homme qui relie le tout … Ce serait l’antidote parfait. »

13

Jan Fabre : L’homme qui porte la croix (2015) Matière : bronze poli – dimensions : 394 x 200 x 100 cm Photographe : Attilio Maranzano - © Angelos sprl www.guypietersgallery.com

Graphius a imprimé plusieurs catalogues avec l’œuvre de Jan Fabre. Récemment, il y eut L’homme qui porte la croix du Fonds Mercator.


interview

Franchement

heureuse

La femme qui a appris son peuple à faire du sport marque un point à la télé avec un show espiègle et intéressant. En plus, Evy Gruyaert rayonne de bonheur, car elle attend son deuxième bébé. Sur le tapis de yoga elle retrouve de l’énergie fraîche et du repos. Apprendre la Flandre à faire du sport d’une manière réaliste et abordable. Cela fut le défi qu’Evy Gruyaert a relevé il y a dix ans. Entre-temps, elle a largement dépassé les attentes, car personne n’aurait pu imaginer que le projet prendrait une aussi grande ampleur. « Je n’envisageais pas vraiment de lancer Start 2 Run dans le but que la course à pied devienne un sport branché. Lorsque le directeur de chaîne de la VRT m’a demandé si j’avais un faible pour le sport, tout s’est passé d’une manière très naturelle. J’ai fait de l’athlétisme avant, j’aimais sprinter et pratiquer la course de haies. Tout ce qui est court et énergique. La course de fond ne me plaisait pas trop. Il y avait donc un défi : je devais apprendre à courir 20 km. Energy Lab m’a donné l’occasion de construire un schéma sur mesure. C’était du neuf pour moi. Courir, cela voulait dire que je devais mettre un pied devant l’autre et que je devais continuer tant que je pouvais. Mais il s’est avéré que tout le monde peut apprendre à faire la course à pied, du moins si on a une bonne santé. Je n’ai pas vraiment apprécié les premières leçons, mais j’ai atteint le but. J’ai même regretté que ce soit fini. Si c’est fait sans intention excessivement pédagogique, les gens peuvent se complaire à l’apprendre. Alors, nous avons constitué un podcast, sans intention d’en faire quelque chose de spécial. C’était un divertissement, mais il est vraiment venu au bon moment. » Au début des enregistrements, tu t’es toujours présentée au studio en vêtements de sport. Est-ce que tu te mets toujours dans la peau de ton personnage ? Oh oui ! Ces sessions sont vraiment super-chouettes ! Récemment, nous en avons fait quelques-unes en allemand, en anglais et en français. Ma connaissance de l’allemand était un peu encroûtée, mais quand les enregistrements ont commencé, je me suis rattrapée. Personnellement, je trouve que l’on ne s’assied pas pour lire un texte. Je me mets debout et je n’arrête

14

pas de bouger mes bras et mes jambes. C’est ridicule à voir, mais c’est la seule manière d’utiliser ton corps et de donner du volume à ta voix. C’est très drôle, mais pas mal de gens ont l’impression que je cours à leur côté. Une voix crée l’intimité. Si tu te trouves dans l’oreille d’une personne, il y a un lien qui se fait. Tu cours toujours, malgré une blessure au genou. Une inflammation chronique du tendon de rotule qui n’a jamais bien guéri, et cela malgré une intervention chirurgicale. Si je sens que mon genou fait mal, je porte un appareil de support. Ce n’est pas bien grave. Tant que je ne cours pas quand j’ai mal, ça va. Je dois faire attention. ‘Je suis fière de toi !’ Tes encouragements pendant le parcours sont devenus des classiques. Comment est-ce tu fais pendant le yoga, qui est quand-même un sport tranquille ? Pour ‘Yoga avec Evy’ nous partons d’un autre principe, quoiqu’il y ait des analogies. L’ensemble Start 2 Yoga contient des vidéos qui te montrent ce que tu dois faire et comment cela se passe. Car, en effet, le yoga est un sport tout à fait différent. Dans le paquet Start 2 Yoga nous expliquons spécifiquement tous les principes de base et nous disons pourquoi ils sont importants. En outre, il y a le système des abonnements pour les personnes qui connaissent déjà les postures de yoga ; ainsi, on peut choisir les leçons que l’on veut suivre. 2015 a été l’année du yoga, il y a même eu un vrai festival du yoga. J’ai toujours pensé que le yoga est un sport que l’on pratique tout seul … Non, pas vraiment. Rien ne t’empêche de le pratiquer tout seul, mais le yoga se fait aussi bien en groupe. Je dirais même que ce sport peut créer un lien entre les participants. Cela peut aider à mieux retrouver ton rythme. Tout comme


15


la course à pied, pendant longtemps le yoga a été perçu d’une manière négative : des gens bizarres, aux pantalons larges, presque des rastafaris et étrangers à ce monde. C’est tout à fait faux ! Au fait, le yoga est en train de devenir un sport branché, surtout parce que l’on en sait plus. Les gens qui le pratiquent ne sont vraiment pas des loufs qui bourdonnent en position du lotus. Il y a tellement de manières à faire du yoga. Que ce soit une forme active ou méditative, chacun peut trouver ce qui lui convient. Personnellement, je considère le yoga comme le mindfulness en mouvement. Ce ne sont pas seulement les performances qui comptent, on peut faire des choses pour le plaisir. C’est ce qui compte en yoga : la mentalité est moins occidentale, n’oublions pas la philosophie orientale qui est à l’origine. Pas besoin de se forcer. Tu peux relever le défi, mais tu ne dois jamais dépasser tes propres limites. Le yoga est un très vieux sport, mais chez nous, c’est surtout un ‘hype’, une activité branchée dont on sait qu’elle n’est pas faite pour durer. Tu connais la raison pour laquelle son succès n’est pas éphémère ? Parce que je pense que cela fait du bien à beaucoup de personnes. Dans notre société

agitée, tout le monde cherche une activité qui peut apporter un peu de tranquillité. Parfois nous sommes comme des hamsters à tourner dans notre roue ; le yoga est la porte par laquelle nous pouvons échapper, ne serait-ce que pendant une demi-heure ou un quart d’heure par jour. Beaucoup de gens en ont besoin. Nous avons la tête et les agendas pleins. L’accessibilité physique du yoga et ­l’aspect reposant et sensibilisant constituent une combinaison durable. Est-ce que c’est reposant pour toi? Oui, mais pas en me mettant sur mon tapis et vrombir. Je veux bouger  ! Je veux avoir le sentiment d’avoir fait quelque chose avec mon corps. Personnellement, je pratique une forme plus active du yoga. Lors du shavasana, la posture finale, un yogi laisse pénétrer les attitudes, afin que son corps puisse les intégrer. C’est un moment délicieux, on ne flotte pas. Après une leçon de yoga, je remarque que je me sens plus heureuse. Si j’avais un problème, je peux l’attaquer avec une nouvelle énergie. Comme un hélicoptère, je vole au-dessus de mon corps et je vois qu’il n’y a qu’une fleur fanée sur le champ. Que ce n’est pas bien grave.

16

Depuis ton succès éclatant, tu as une vie professionnelle débordée. En plus, tu attends un deuxième bébé. Est-ce tu réussis encore à trouver un équilibre ? Souvent je marche sur une corde raide, mais je ne suis pas la seule. Avant, on parlait du nouvel homme –  Dieu soit loué pour lui  – mais n’oublions pas la nouvelle femme. Son ensemble de tâches n’a pas vraiment diminué. La plupart des hommes fait vraiment de son mieux, mais quoi qu’il en soit, les femmes sont toujours le pivot du ménage. Il y a une explication simple pour cela  : quand une femme accouche, c’est elle qui reste à la maison pour s’occuper du bébé. Cela confirme la répartition des rôles : la femme s’occupe des enfants, des repas et du ménage. D’autre part, elle veut travailler à plein temps pour s’épanouir dans sa carrière et dans le but d’être financièrement indépendante. Raconte nous : tu es quel genre de maman ? (Réfléchit) J’essaie d’aimer mon garçon tout simplement, d’être sévère si nécessaire, mais pas trop, car mon bambin doit pouvoir faire ses propres découvertes, sans franchir certaines limites. Un enfant a besoin de règles


INTERVIEW

et de structures, mais j’espère que je lui laisse assez d’espace pour apprendre à se connaître et pour découvrir ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas. J’ai grandi en Flandre occidentale et on m’a surtout dit « Comporte toi pour que les autres soient satisfaits et travaille beaucoup, et tout ira bien. » Mais je ne suis pas d’accord. Les applaudissements des autres ne suffisent pas pour être satisfait ou heureux. Il faut être content de ce que l’on fait et il faut arriver à se connaître. Ta carrière a commencé avec un concours, après quoi tu as été embauchée par Radio Donna. Est-ce que tu as une idée de ce qu’il se serait passé si tu n’avais pas gagné ce concours ? Je n’en sais rien. Évidemment, j’étais ravie avec ce qu’il m’est arrivé. Sache que ce n’était pas du tout mon but de devenir une personne célèbre. Mais cela m’a fait du bien d’être introduite dans un monde que je ne connaissais pas. J’ai trouvé un job de rêve, mais je ne l’ai su qu’après coup. Un coup de veine ! Si cela existe … Dieu sait pourquoi j’ai participé à cette compétition. Je n’ai aucune idée de ce qu’il me serait arrivé. Tout ce que je sais, est que je n’étais pas heureuse avec ce que je faisais à ce moment. Un mois de décembre, sur le chemin du travail, roulant seule dans mon Opel Corsa, j’ai alors décidé de réagir à l’appel. Est-ce que tu penses que le format showbiz, genre ‘De Rode Loper’, marcherait encore ? Je pense que ‘De Rode Loper’ marcherait encore, néanmoins dans une formule légèrement adaptée. Les gens aiment regarder la vie insolite des célébrités, ils se complaisent à voir des choses qu’ils ne connaissent pas, mais toujours d’une manière respectueuse. Cela fait rêver. Nous n’avons pas fait un magazine de scandales. Nous nous sommes arrêtés au sommet. Mais il ne faut jamais dire non.

pour la télé, sans que cela ne devienne un pur programme sportif.

Avec ‘Stukken van Mensen’, tu participes (enfin) de nouveau à un champion de l’audimat, surtout selon les normes de Vier. Il ne s’agit pas de ‘Terzake’, c’est une émission amusante et en regardant tu apprends des choses. J’étais très satisfaite pendant le tournage, mais cela ne veut rien dire. Je suis contente que le publique apprécie ‘Stukken van Mensen’. À présent, j’ai le sentiment que Vier a trouvé la bonne formule et que le spectateur a découvert Vier, car ce fut difficile au début. Comment cela se fait que les shows que tu présentes sur Vier tournent autour de l’argent, et qu’ils ne parlent pas de santé ? C’est un pur hasard. Je pense à plusieurs formats et de temps en temps je lance une proposition chez SBS. Il y a en effet une séparation entre ce que je fais pour la télé et mes autres activités : le volet santé et dire aux gens comment prendre soin d’eux-mêmes d’une manière réaliste et abordable. Ce n’est pas simple de trouver un format qui unit les deux dans un programme agréable

17

Est-ce qu’il y a encore des défis que tu veux relever ? Sur le plan professionnel, j’espère que je pourrai continuer à faire ce que je fais, parce que je l’adore – même si j’ai une vie irrégulière. En outre, je voudrais suivre des formations supplémentaires en yoga. En principe, je pourrais donner des cours de yoga, mais comme je suis enceinte jusqu’aux yeux, ce n’est pas le moment idéal ! Après l’accouchement, je voudrais suivre une formation yinyoga, en complément du yoga anusara, qui est une forme très active de yang. Je pense qu’il serait très agréable de combiner les deux formes. Pour ma vie privée, j’espère de mettre au monde un beau bébé et de trouver une bonne conciliation travail-vie. J’aimerais manger des frites de temps en temps. Quand je fais mes achats au supermarché, je vois que les gens réagissent si je mets des chips dans ma charrette. Pendant cette deuxième grossesse, j’ai eu une envie étrange, ce que n’ai pas eu la première fois : je voulais manger des bonbons acidulés durs. Ce qui a provoqué des réactions « Holà, madame Start 2 Run, il ne faut pas hein ! » (Rit) Comme si je n’avais pas le droit de manger des frites ou des sucreries ! Personne n’est parfait, et en plus, personne ne tiendrait le coup. Ce n’est pas grave de commettre un péché de temps en temps. Savourez la vie et vas-y jusqu’au fond. Namasté, Evy. www.yogametevy.com Graphius fait également du sport ! Nous avons imprimé le guide de poche Yoga met Evy du groupe De Persgroep Publishing et nous vous offrons cinq exemplaires. Téléchargez l’application Start 2 Run et courez vite vers la première page.


catalogue

TEFAF

Une plateforme artistique sensationnelle La TEFAF, le plus important salon international en matière d’art, d’antiquités et de design, vient de célébrer sa 29ème édition. Avec plus de trente ans d’expérience, la TEFAF, qui réunit les plus beaux objets en vogue dans le monde de l’art, est devenue un événement phare au niveau mondial. Depuis la naissance de la foire, il y a bientôt trente ans, la TEFAF En collaboration avec le curateur Mark Kremer d’Amsterdam et sous (The European Fine Art Foundation) s’est établie comme la plus le titre ‘Show Your Wound’, le salon a présenté des œuvres d’artistes grande plateforme pour les œuvres nouvellement commercialisées, vivants – entres autres de l’artiste belge Peter Buggenhout – inspiainsi que pour les redécouvertes. Cette 29ème rées par les thèmes relevés par Joseph Beuys dans son show du édition n’a pas fait exception à cette règle. même nom : la mort, le déclin, la privation et le trauma. La qualité des œuvres sélectionnées par Un autre projet remarquable de cette édition fut l’exles 269 participants étaient du même position ‘Collecting Collectors’, une niveau des éditions précédentes, sélection unique d’œuvres du Musée c.à.d. hors catégorie. Outre la crème Boijmans Van Beuningen, avec entres de la crème en matière d’art et d’antiautres Bellini, Dürer et Rubens, ainsi que quités, des vieux maîtres et des œuvres des œuvres modernes et contempod’art d’époque, on a également vu des raines de Degas, Magritte et Fontana. exemples de design du XXème siècle, Peter Buggenhout - The Blind Leading the Blind #75 Un nouveau chapitre de photographie et d’art contemporain. Mixed media: dust, metal, polystyrene, plastic 120 x 83 x 63 cm - 2015 En février, il fut annoncé qu’à partir de Somme toute, une offre sélectionné Courtesy: Galerie Laurent Godin, Paris © Blaise Adilon l’automne 2016 la TEFAF organisera dans sept millénaires de l’histoire de l’art, présentée par les meilleurs négociants au monde et surtout deux nouveaux salons d’art. Cette communication a soulevé pas évaluée par une commission de révision unique. Environ 175 experts mal de commentaires. de 29 catégories différentes ont examiné chaque œuvre d’art au Avec ces deux nouveaux salons, la TEFAF réunira les plus grands salon au niveau de leur qualité, authenticité et condition, afin d’as- marchands et collectionneurs d’objets d’art au monde. ‘TEFAF New surer que les collectionneurs, venus de 50 pays différents, puissent York – Fall’ aura lieu pour la première fois au mois d’octobre 2016 acquérir les œuvres présentées dans la plus grande confiance. Du et s’attachera à l’art du monde antique jusqu’au XXème siècle. La première édition de la ‘TEFAF New York – Spring’ est quant à elle jamais vu. prévue pour mai 2017 et s’orientera vers l’art moderne et contempoPlus qu’un salon d’art rain, et le design. Malgré le fait que la TEFAF est principalement axée sur la commer- La TEFAF Maastricht, qui est souvent appelée ‘le musée où l’on peut cialisation et la vente d’art, il se passe bien plus. C’est avant tout un acheter tout’, est un événement haut de gamme, ce qui le distingue endroit où la qualité prime, où des réseaux culturels mondiaux se d’autres foires. Grâce aux participants et aux objets, y compris la réunissent et où l’on trouve toujours des œuvres d’arts et des dispo- présentation inouïe et le grand nombre de découvertes, une visite à sitions inspirantes. Cette année on a également vu deux temps forts. la TEFAF est à chaque fois une aventure.

18


René Magritte (Lessines 1898-1967 Brussels) L’image en soi - Oil on canvas - 66 x 50 cm

Charles-Edmond Daux (1855-1937) Rosina - Oil on board - 22.2 x 17.8 cm

Art Deco ‘Heurtoir’ brooch Emeralds, diamonds and platinum - 8.3 x 6.3 cm Signed and numbered ‘Van Cleef Arpels Paris 30334’ - Paris, 1929

Nicolaes Eliasz Pickenoy (1588-Amsterdam-1656) Portrait of the wine merchant Dirck van Dans Oil on panel - 63 x 51 cm La TEFAF et Graphius ont l’œil pour la qualité (de l’impression). Nous avons imprimé le catalogue, dont nous vous offrons deux exemplaires. Feuilletez MAIN SPONSOR

vite à la page 1 pour découvrir comment SPONSORS

tefaf Broekwal 64 5268 HD Helvoirt The Netherlands T +31 411 64 50 90 E info@tefaf.com WWW.TEFAF.COM

il faut faire pour gagner. SUPPORTED BY

2016

2016

Artnet - Brand van Egmond - L'Eventail Neptunus - NRC - RTL Z - Wijn Verlinden

tefaf supports TEFAF Museum Restoration Fund TEFAF Chair of Oncology CER - Prince Claus Fund

12-01_Cover_def.indd 5

26/01/16 15:00

19


Nu assis, 1917 Huile sur toile, 114,5 × 71,5 cm

20


livre

Les influences et la postérité de

Modigliani

À la fin de l’année 2015, l’œuvre de l’artiste italien Amedeo Modigliani a été à la une de tous les journaux. Lors de la vente publique d’automne de Christie’s à New York, la peinture Nu couché a été vendue pour la somme de 158,4 millions d’euros, battant tous les records pour une œuvre de l’artiste. Ce tableau devenait par la même occasion le plus cher jamais vendu aux enchères. En 1902, Amedeo Modigliani, né à Livourne en 1884, entame ses études artistiques à la Scuola Libera del Nudo de Florence, école qu’il quitte à peine un an plus tard pour aller vers le Nord. Après une année d’études à l’Institut des arts de Venise, le peintre débutant s’établit en 1906 à Paris, où il peut développer son talent à loisirs en marge de l’avant-garde. Au BateauLavoir, lieu de résidence et de rencontre de nombreux artistes, situé à Montmartre, il subit l’influence de plusieurs courants artistiques. Le postimpressionnisme et les grandes surfaces colorées de Paul Cézanne influencent les premières œuvres du jeune Italien. Ce sont néanmoins le mouvement cubiste et sa relation au peintre Picasso qui forgent son style singulier. Modigliani arrondit les formes, se laisse inspirer par le rendu dénaturé des yeux, des bouches et des nez, il étire les visages et utilise des couleurs chaudes. Ses thèmes de prédilection sont les femmes nues et les portraits, mais il consacre également une partie de sa carrière à la sculpture. Les nus stylisés et les portraits qui, malgré les corps déformés, ont manifestement des traits communs avec les modèles, sont caractéristiques de la peinture de Modigliani. Il réussit même à glorifier la sensualité féminine dans son œuvre. La première et unique exposition personnelle de l’artiste ne se déroule pas sans encombres. Un groupe d’hommes impatients se rassemble devant la galerie d’exposition. Ils ont la chance d’être venus au petit matin car, quelques heures à peine après l’ouverture de la galerie, l’exposition est fermée sur ordre de la police : l’œuvre est jugée trop pornographique ! Bien que ses peintures soient trop audacieuses pour les Parisiens, Modigliani continue sur sa lancée. C’est à cette période qu’il termine Nu couché.

Le peintre souffre d’une santé précaire et de l’air du temps : c’est un « peintre maudit », un artiste incompris. L’abus d’alcool et des drogues tient un rôle important dans son existence, suscitant un épuisement professionnel à un très jeune âge. Les expressions souvent mélancoliques de ses modèles sont le reflet des démons qui habitent l’artiste et qu’il doit surmonter. Modigliani passe sa vie adulte entre trois villes : Paris, Livourne et Nice. Il n’a que 35 ans quand il meurt à Paris, en 1920, des suites d’une méningite tuberculeuse et de l’alcoolisme. Comme c’est souvent le cas, l’artiste ne sera pas apprécié de son vivant mais reconnu post mortem. Aujourd’hui, sa technique linéaire ainsi que ses compositions verticales et géométriques sont acclamées de tous. Bien que Modigliani soit un artiste tout à fait à part (mais n’est-ce pas un avantage ?), son influence a été majeure. D’ailleurs, la valeur de ses œuvres augmente continuellement : en 2003, Nu couché avait déjà changé de propriétaire, pour la somme considérable de 26,8 millions de dollars. À partir de 2017, on pourra admirer le fameux tableau au Long Museum de Shanghai, musée crée par l’homme d’affaires Liu Yiqian, ancien chauffeur de taxi, et son épouse Wang Wei.

Graphius a imprimé Amadeo Modigliani : l’œil intérieur pour Gallimard. Si vous aimez ses portraits allongés et étires, vous pouvez gagner un des deux exemplaires gratuits que nous vous offrons à la page 1.

21


22


livre

Innovateur

Steven Spielberg a appelé 2001, l’Odyssée de l’espace le big bang de sa génération. Aucun critique de cinéma au monde n’oserait omettre 2001 de sa liste des meilleurs films. La presque totalité des histoires de science-fiction est inspirée par le chef-d’œuvre de Stanley Kubrick. On parle vraiment d’un grand film, et tout cela grâce à un directeur artistique qui fut attiré de la NASA. 316

Odyssey III

SPACE SUITS AND HELMETS Towards the final design

HL 316-01

HL 316-02

HL 316-01 Full-length rear view with life support pack detail and mission packs on back of helmet. HL 316-02 Final design for spacesuit, full figure (front view). OPPOSITE Bowman (Keir Dullea) in his space suit, walking on brightly lit interior set.

The 2001 File - 57th draft.indd 316

25/10/2015 16:07

Rocky. La Guerre des étoiles. James Bond 007 contre Dr. No. Le Parrain. 2001, l’Odyssée de l’espace. Voici un choix arbitraire des bandes sonores de film les plus épiques et reconnaissables. La musique de film du classique de Stanley Kubrick, comprenant la symphonie majestueuse de Strauss Ainsi parlait Zarathoustra et la valse solennelle Le Beau Danube bleu, évoque toujours des souvenirs à des images de films qui font maintenant partie de la mémoire collective. Il s’est avéré que les vaisseaux spatiaux et les combinaisons spatiales datant de 1968 étaient des prédictions plutôt exactes de l’avenir. Ce ne fut pas tout à fait un hasard, car pour son magnum opus, Kubrick a fait appel à Harry Lange, directeur des projets d’avenir à la NASA, un homme qui fut spécialisé dans la conception d’aéronefs. À cet effet, le designer allemand et le metteur en scène devaient personnellement approuver chaque accessoire du film. En se fiant à Lange, Kubrick, qui fut

un des icônes majeurs de l’histoire du cinéma, a une fois de plus fait preuve de son talent. Cela ne s’est pas passé inaperçu, car en 1968 Time Magazine a exprimé les éloges suivants sur 2001 : “The most dazzling visual happenings in the history of motion picture.” (Les événements visuels les plus éblouissants dans l’histoire du cinéma.) Près de cinquante ans après, cette observation tient toujours. L’Odyssée de l’espace est inégalée, et cela est surtout le résultat de son exactitude visuelle.

HAL se déchaîne Pour tous ceux qui ne connaîtraient pas l’histoire, continuez à lire. L’intrigue se situe dans les temps préhistoriques. Une tribu de singes doit faire face aux problèmes quotidiens auxquels un groupe de primates peut s’attendre. Elle est menacée par des léopards et

23


LIVRE

par des tribus de singes concurrentes. Mais un jour, ils découvrent un gigantesque monolithe noir qui leur apprend comment se servir d’os comme outils. Grâce à ces connaissances nouvellement acquises, les singes commencent à monter l’échelle évolutionnaire à toute vitesse. Puis, il se produit une transition spectaculaire et nous nous retrouvons dans l’avenir. Sur la Lune, l’homme a découvert un second monolithe, qui donne l’occasion à l’humanité de mettre un nouveau pas en avant. L’astronaute David Bowman (interprété par un acteur plutôt inconnu, Keir Dullea) et quatre vaillants scientifiques partent en expédition vers Jupiter à bord d’un vaisseau spatial qui est commandé par l’ordinateur super-intelligent HAL9000. Quand les membres de l’équipage apportent un sérieux coup à l’amour-propre de HAL, il décide de prendre le contrôle de sa capsule et de se débarrasser de l’équipage. Bowman est obligé de désactiver l’ordinateur malveillant, après quoi il doit voyager tout seul vers la planète inconnu. À notre opinion, la dernière demi-heure du film est époustouflante – nous ne donnons pas de spoilers en divulguant ceci. C’est une expérience unique qui n’a aucun rapport avec une soirée de cinéma ordinaire.

ce cadeau du ciel. Il savait immédiatement dans quelle direction il voulait orienter son film.

Science fact The 2001 File, écrit par Sir Christopher Frayling, est un hommage à la contribution de Harry Lange au classique de Kubrick. Le livre contient un grand nombre de dessins inédits, pris des archives personnelles de Lange, et reproduit la réalisation des caractéristiques visuelles du long métrage. Les passionnés de cinéma seront ravis des notes que le metteur en scène a écrites pour son directeur artistique. Kubrick était réputé pour son perfectionnisme et pour sa manipulation psychologique. Le livre démontre que même Lange n’échappait pas à son contrôle exigeant. Heureusement, il a gagné un BAFTA-award pour meilleure direction artistique, ce qui a assurément aidé à soulager la douleur. Sans parler de la satisfaction donnée par le film en soi. Quand il donnait des interviews, Lange se montrait toujours très fier qu’on classifiait le film avant-gardiste comme science fact, plutôt que de science-fiction. Jusqu’à présent, l’esthétique minimaliste et scientifiquement fondée de 2001 a eu une influence majeure sur l’industrie du cinéma. L’inspiration pour Seul sur Mars de Ridley Scott n’est pas tombée du ciel ! Celui qui voit le film pour la première fois est souvent perplexe : de quoi s’agit-il ? Ce fut exactement la même réaction des dirigeants chez MGM, qui furent en effet très déçus du résultat de leur investissement. Néanmoins, le film a réussi à susciter l’intérêt du grand public. Très vite, 2001 a eu la réputation d’être un trip cinématique sans pareil, un film d’art en grande partie non verbal qui dépassait les frontières du genre. Ce fut le plus grand risque jamais pris par Kubrick – et il prenait en effet beaucoup de risques. Au bout du compte, c’est devenu un des films majeurs de sa génération, dont Kubrick put être fier. Qui sait ce qu’il se passerait si une tribu de singes futuristes découvrait le film au pied d’un monolithe …

La pièce d’échecs manquante Rien de surprenant qu’une réédition du film soit sortie en 2014. C’est très bizarre, mais quand vous voyez des images d’astronautes à la télé, ils ressemblent très fortement à leurs prédécesseurs du film. Tout cela à cause du fait que Kubrick a eu l’idée fantastique d’engager Harry Lange comme directeur artistique. Après la deuxième guerre mondiale Lange, qui est né en 1930, s’évade en Allemagne de l’Ouest. Plus tard, il va aux États-Unis. Pendant la Guerre de Corée, il travaille pour l’armée américaine. À la NASA, il rencontre l’écrivain Arthur C. Clarke, qui le présente à Stanley Kubrick. Le metteur en scène s’intéresse à l’expérience que Lange a avec les aéronefs et lui propose de créer les décors et les accessoires pour Journey Beyond The Stars, le titre provisoire de 2001. C’est le début d’une carrière impressionnante dans l’industrie du cinéma, car plus tard l’Allemand collabore également au James Bond Moonraker, à deux épisodes de la version originale de Guerre des étoiles et à Monty Python : Le Sens de la vie. Quand le projet a débuté, Kubrick, qui fut un obsédé des détails, n’avait même pas de scénario. Il savait seulement qu’il voulait faire un film de science-fiction techniquement parfait. Selon lui, les vaisseaux spatiaux débordants d’imagination font bon marché et il voulait que son film soit authentique. La collaboration avec Harry Lange lui est tombée dans le bec. Car, à cette époque, Kubrick s’était brouillé avec Ken Adam, un des cerveaux derrière Docteur Folamour et la personne prévue pour s’occuper de la conception des produits pour 2001. Par conséquence, le metteur en scène n’a pas laissé passer

The 2001 File, un livre de Sir Christopher Frayling, est édité par Reel Art Press et imprimé par Graphius. Nous avons trois exemplaires à offrir aux passionnés de cinéma. Découvrez notre concours à la page 1.

24


Bosch par le détail L’œuvre de Jérôme Bosch, qui fait sans aucun doute partie de la fine fleur du monde artistique médiéval des Pays-Bas, continue de surprendre. Avec la publication Bosch par le détail, l’éditeur d’art Ludion nous offre un regard unique sur les tableaux du grand maître de la peinture.


27


28


29


30


Dans son livre, l’auteur Till-Holger Borchert, qui est directeur des Musées de Bruges et spécialiste de l’art des XIVe, XVe et XVIe siècles aux Pays-Bas, décrit l’iconographie bizarre de cet artiste du bas Moyen Age. À cet effet, l’historien d’art allemand nous dévoile des détails en pleine page pris de l’œuvre du peintre. Dans ses peintures, Jérôme Bosch, né Jheroen van Aken (vers 1450-1516), incorporait des rêves et des cauchemars. Il avait une manière ingénieuse d’évoquer les tortures éternelles en enfer et faisait preuve d’une imagination fascinante dans la reproduction des démons ténébreux. Tout ce monde se retrouve parmi les huit thèmes dont traite le livre : les paysages, l’architecture, les visages, les grisailles, visions du paradis & de l’enfer, la musique et le bruit, chimères & grotesques, et les quatre éléments. Les détails dans ses œuvres confirment sa réputation comme observateur magistral de son monde et

nous offrent une vision unique sur les nuances religieuses et les aspects parfois macabres. La peinture surprend, la symbolique étonne. Borchert nous fait part de sa lecture spéciale de chefs-d’œuvre tels que Le Jardin des délices, Le Chariot de foin, La Tentation de saint Antoine et Le Jugement dernier. Dans sa visite commentée, il précise comment s’est élaboré le talent narratif de Bosch et de quelle manière il a contribué au développement de l’art paysager et de l’art de la figure aux Pays-Bas. Nous illustrons le procédé du livre à l’aide d’une œuvre, Le triptyque de La Tentation de saint Antoine (vers 1505), l’unique peinture de Bosch qui nous soit parvenue en version originale et à laquelle Pieter Bruegel a emprunté des motifs concrets pour ses estampes. L’une et l’autre est illustrée par le biais de détails agrandis et de leur emplacement dans le triptyque.

31


Bosch par le détail Till-Holger Borchert Éditions Ludion Imprimé par Graphius 320 pages 32 x 25 cm, livre relié/broché Néerlandais, français, anglais et allemand Y compris l’édition digitale gratuite

32


guide de poche

Découvrez la ville avec

CityZine

Dix ans après que CityZine, le guide de la cité, donnait un coup de pouce à la publicité locale, on peut retrouver le hotspot guide dans les magasins de qualité, les restaurants, les musées et les cafés de toutes les grandes villes flamandes : Gand, Bruges, Anvers, Louvain, Malines, Courtrai, Roulers, Waregem et la côte belge. Est-ce qu’il y a question d’une histoire à succès ? C’est sûr ! CityZine est né du besoin d’un guide de la cité de bonne qualité qui pouvait prêter attention d’une manière différente et plus sexy aux magasins et aux hôtels, restaurants et cafés. L’horeca et les magasins dépensaient des budgets de promotion à la publicité locale, mais le retour d’investissement était plutôt faible. Cela ne bougeait pas vraiment. Avec l’introduction du guide hotspot annuel CityZine, une bouffée d’air frais est entrée dans ce genre de publications. Enfin, il y avait un guide qui tenait compte des besoins des clients. Dès le début, CityZine a abordé les choses d’une autre manière : le guide s’est concentré sur le contenu créatif, un graphisme pur et des photos professionnelles, le tout imprimé en très haute qualité avec – de surcroît – un grand réseau de distribution. « L’idée de lancer un magazine à une époque où la publicité en-ligne était de plus en plus de mise a suscité des commentaires négatifs et du scepticisme », nous raconte Ferre Hindryckx, fondateur du magazine. « Mais j’ai senti qu’il y a avait un besoin. Je ne pouvais pas l’ignorer. J’ai constaté que les revues de publicité existantes n’offraient pas ce que j’avais en tête. »

Facile à utiliser et plein d’infos

voiture. Tout comme les annuaires de Snoecks, les guides de poche sont aujourd’hui incontournables. Et dans dix ans, ils seront des objets de collection. Car le guide de poche est bien plus qu’une collection de points chauds : il procure entre autres des conseils d’initiés, des renseignements sur les événements, des recettes et des interviews avec des citadins connus. Une collection bigarrée d’info urbaine utile de connaître.

Disponible partout, aussi à l’avenir « Moi et mon équipe du CityZine voyons l’avenir en rose », dit Hindryckx. Concrètement, cela veut dire que CityZine a l’ambition de devenir le guide de la cité ultime, tant en-ligne que hors-ligne. En tout cas, le magazine a atteint sa vitesse de croisière : avec l’application gratuite pour iPhone, le nouveau site et la présence sur les médias sociaux, chacun peut découvrir les points chauds en temps réel. Ajoutez-y la visibilité supplémentaire dans la rue grâce au plan de ville récent – disponible dans les meilleurs hôtels et chambres d’hôte de Gand, Bruges, Anvers et GENT Louvain – et tu pourras explorer chaque ville en un clin d’œil. SHOPPING / FOOD / KIDS

TO EAT, MEET,

BR

28

Olijf, wonderlijke vrucht

Thomas Sabo, Nomination, Fossil, DKNY, CLIC Creations, Nico Taeymans, MIRACLES by Annelien Coorevits, Danish Design watches, Ratius, Xen, Endless. NIEUW dit najaar: Lulu Castagnette (Kids), Saïly (zwangerschapsbelletjes), MelanO

50 soorten extra vierge olijfolie van Huisleverancier van Publiek en Vrijm rechtstreeks van de boeren. 100% d voor de natuur en de mens.

with the

Fine collections of elegant jewellery and trendy timepieces. Stylish and affordable must-haves.

Mon – Sat 10h – 18h, closed on Sundays

9 Mageleinstraat 41, 9000 Gent 09 224 33 20, www.miano.be

DEJA VOUS

DON

International designer wear

Gentle men, your store!

Elisabetta Franchi, Mangano, Love Moschino, Ki6 Who are you, Karl Lagerfeld, Anna Rita N, Marciano, Ted Baker, Aaiko, Juvia, Aglini, Lee&Me, Kontatto, Black Orchid denim, Tramarossa denim, DNA, Oakwood, March 23, Frida, Mya Bay, Heart Mind

Drykorn, Closed, Samsøe & Samsøe, Komono …

Masculine, easy-going and cool. Classy, rock-’n-roll & timeless. A head to toe outfit in the German superlabel Drykorn? No prob. Or choose a unique, custom piece and step out in style, as you are, a gentleman.

Exclusive collections, shoes and accessories for a total look. Styled casual, chic or glamour, you’ll always be in fashion.

ville de CityZine, a cinq panoplies à vous offrir.

Best Hotspots

4 Vlaanderenstraat 114, 9000 Gent 09 328 07 39, www.dejavous.be

Mon – Sat 10h – 18h, closed on Sundays

10 Henegouwenstraat 8, 9000 Gent 09 330 87 88 www.dongent.be

Thu – Sat 10h – 18h, closed on Mondays, Tuesdays, Wednesdays & Sundays

Participez à notre concours, voir à la page 1.

COVER.indd 1

15 Koestraat 11, 9000 Gent 09 391 92 94 www.ta-ze.be

Mannelijk, laagdrempelig en cool. Classy, rock-’n-roll & tijdloos. Van kop tot teen in het Duitse superlabel Drykorn? Het kan. Of u laat zich een uniek stuk aanmeten en stapt buiten, as you are, a gentleman.

Exclusieve topcollecties, schoenen en accessoires, voor een totaallook. Casual, chic of glamour, maar altijd fashion.

D

19/10/15 10:07

A PLACE

33

Mon 14h – 18h, Tue– Sat 10h – 18h, closed on Sundays

Prachtige collecties elegante juwelen en trendy horloges. Must-haves, stijlvol en betaalbaar.

Graphius, qui imprime les guides et les plans de

FREE CITY MAP 2015 - 2016

restaurant - oesterbar - tea-room - bar - terras

TA-ZE SHOP

Prachtige juwelen en horloges

Hoogstaand, stijlvol Italiaans, voor de jonge/oudere man die goedgekleed voor de dag wil komen. Begin 2016 een nieuwe zaak met een prachtige collectie vrouwenkleren, van gerenommeerde merken.

3 Vlaanderenstraat 51, 9000 Gent 09 279 70 70 www.sprezzatura.be

ASSERI E

Schuurkenstraat 4 / 9000 Gent / tel 09 223 55 55 / fax 09 225 71 05 info@pakhuis.be / www.pakhuis.be

MIANO

Menswear by Nina

Superior, stylish Italian fashion for men young and old, who want to make a sharp impression. Opening in early 2016, a new shop with a gorgeous collection of womenswear by renowned labels.

A PLACE

Son ADN ? CityZine se concentre sur les hotspots locaux avec uneENJOY histoire et évite les grandes chaînes. De cette manière, le magazine veut guider le citytripper vers les bonnes adresses, les endroits passionnels, où des jeunes entrepreneurs essaient de réaliser leurs rêves. À visage humain et en format de poche. On peut mettre le guide de la cité dans un sac à main, la poche (intérieure) d’une veste, une poche de pantalon ou la

DESIGN / NIGHTLIFE / BEAUTY & HEALTH / HOTELS

SHOPPING SPREZZATURA

CAFÉ COSTUME GENT

OPTIEK HULPIAU

Your style, your story

Graag gezien

Must-stop voor een tot-in-het-kleinste detail gepersonaliseerd maatpak of een made to measure jas, colbert of hemd. Unieke collabs met Belgische designers. Lmtd. ed. voeringen i.s.m. 9 Belgische artiesten. Op afspraak.

Op zoek naar de ultieme bril, lenzen of een zonnebril. Hier moet u zijn. Ruim aanbod aan optische brillen en fashionable zonnebrillen, professioneel advies én de meest up to date oogmeting.

Must-stop shop for a suit, personalised down to the finest detail, or a made-to-measure jacket, blazer or shirt. Unique collabs with Belgian designers. Lmtd. ed. linings in collaboration with 9 Belgian artists. By appointment.

Looking for the ultimate pair of glasses, lenses or shades? This is the place. Wide range of optical eyewear and fashionable sunglasses, plus professional advice and the latest eye tests.

TO EAT, MEET,

ENJOY

5 Brabantdam 135, 9000 Gent 09 225 63 23, www.cafecostume.com

Mon – Wed 10h – 18h, Thu – Fri 10h – 20h, Sat 10h – 17h30, Sun 11h – 16h. By appointment only.

11 Voldersstraat 78, 9000 Gent 09 225 50 92 www.hulpiaugent.be

Mon – Sat 10h – 18h, closed on Sundays

SEVENS BAGS & SHOES

HET OORCUSSEN

30 jaar jong!

Designkleding, schoenen en accessoires

50 different varieties of extra virgin o quality. Preferred supplier of Publi picked, straight from the growers. 1 respect for man and nature.

Mon – Sat 10h – 18h, closed on Sundays


© Mie Buur

34


livres pour enfants

Complément déterminatif d’

absurdité

« Quand Frank De Winne a fait son voyage dans l’espace, on m’a offert la moitié d’un salaire annuel pour écrire un livre sur la navigation spatiale. Pas question. Et pourtant, cet argent m’aurait été utile, mais le sujet ne me disait rien. Au contraire, je suis contre la navigation spatiale. On pourrait utiliser cet argent pour guérir les enfants malades. » Cette opinion est frappante pour Marc de Bel. Il a les pieds sur terre et est solidement ancré dans l’argile de son Kruishoutem bien-aimé. Depuis septembre 2014, il s’engage pour les enfants à travers une école, la ‘BroeBelschool’, quoiqu’il ne veut pas s’occuper de son fonctionnement quotidien  : «  J’inspire et cela suffît  ; c’est un choix délibéré. La BroeBelschool n’est pas mon école, c’est une école où l’on tente tant bien que mal d’enseigner selon ma philosophie. À la BroeBelschool 33% de l’attention est consacrée à la tête et la connaissance, 33% est réservé pour le cœur et l’aspect artistique, tandis que 33% est voué aux mains, c.à.d. les élèves qui sont techniquement doués. »

attitude barbare, de la maltraitance d’enfants pure et simple ! Tu lis des histoires dans les écoles et lors d’événements. Cette forme d’interaction est-elle ta plus grande satisfaction ? Voir que tes histoires fascinent les enfants ? © Frieda Van Raevels Au début d’une session de lecture, je me mets sur un piédestal, mais après un quart d’heure je fais sauter ce piédestal et je chute. C’est magnifique et les enfants adorent. Quand j’arrive, je suis monsieur Marc de Bel. Une heure et demie plus tard je suis Marc. Je prends les enfants au sérieux et je prends toujours leur parti. Bredero a déjà dit qu’il ne faut pas accuser les jeunes, parce que ce sont les parents qui ne valent rien. Cela s’applique également aux taquins  : 99% se sent mal dans sa peau. Si tu aides ces enfants, le harcèlement s’arrête. Ceux qui restent, seront des emmerdeurs pour la vie. Je ne sais pas encore de quelle manière il faut les traiter. D’autre part, j’adore que mes livres soient présentés au théâtre. Quand nous arrivons dans un centre de culture, je contrôle immédiatement si je peux trouver une fente dans le rideau. De cette manière, je peux observer les visages quand je ne suis pas sur scène. Ce que j’adore le plus c’est de voir une salle avec 300 enfants dont les visages se figent à exactement le même moment, ou quand ils attrapent le fou rire, ou quand ils ont une boule dans la gorge, ou quand ils sont accrochés à leurs sièges … C’est de la magie. Je demande toujours d’avoir un peu de lumière dans la salle, car il me faut le contact visuel pour réagir comme acteur.

Quelle est ton opinion de notre système éducatif traditionnel ? J’ai été enseignant, en quatrième. Un jour, j’avais expliqué pour la énième fois les règles de dt à un garçon, mais il ne comprenait vraiment pas. Je lui ai regardé et j’ai dit « Cela ne marche pas vraiment hein ? » Non, il m’a dit, et il m’a consolé en passant son bras autour de mon épaule, « mais cela ne fait rien monsieur. » Fantastique ! Ce jour-là, j’ai vraiment eu une leçon de sagesse ! Tous mes anciens élèves savent encore ce que je racontais pendant le dernier quart d’heure de la semaine, mais il n’y en a pas un qui se rappelle quelle est la différence entre un complément déterminatif du nom ou de l’adjectif. Car ce sont des foutaises ! Est-ce que tu as déjà une idée des résultats de la BroeBelschool ? Le nombre d’élèves a grimpé de 75 à 145, il y a donc manifestement un besoin de ce genre d’écoles. Au mois de septembre, nous pourrons ouvrir trois nouvelles écoles à Waregem, Deinze et Stekene. J’espère que les choses s’enchaîneront et que de plus en plus d’écoles se joindront à nous. Car dans cinquante ans, on dira qu’on était fou de charger les élèves avec trois heures de devoirs … C’est vraiment une

Ton premier roman s’est réalisé de cette manière. Oui, en racontant en classe. À la fin de l’année scolaire, l’histoire de l’oncle Trotter n’était pas encore terminée. Les enfants voulaient savoir ce qui se passerait. Alors j’ai promis d’écrire cinq pages et d’en faire des copies pour toute la classe. Ces cinq pages sont devenues la

35


Tu t’identifies avec Nowan, le personnage central de ton nouveau livre pour enfants. Si je ne peux pas m’identifier avec un personnage, je constate un manque d’authenticité dans l’histoire. Je suis Blinker en grande partie, l’autre moitié, c’est mon fils aîné. C’est lui l’inventeur, beaucoup plus que moi, car il est plus habile avec les vélomoteurs. Il y a bien longtemps, j’étais présent à une lecture où j’ai vraiment déçu une admiratrice ardente, une petite fille de onze ans. Comme elle était amoureuse de Blinker, elle avait espéré que je lui ressemble. Mais j’étais beaucoup plus âgé. Au fait, cette fille s’est mariée avec mon fils aîné. De Steen van Nowan est le livre officiel des scouts. Est-ce que tu es une personne aventureuse ? Scout un jour, scout toujours. J’ai vécu des années merveilleuses chez les scouts. Mon totem est Buffle féroce. Je n’ai aucune idée d’où m’est venu ce buffle. A présent, je dirais plutôt Buffle zélé. Je ne supporte pas de ne rien faire, j’en ai marre après une demi-journée. Outre écrire, j’aime jardiner. Le temps s’arrête à ce moment. Pareil pour le foot, je veux bien jouer chaque jour ! Tu ne réponds donc pas à l’image de l’écrivain solitaire ? Mais si, je suis un loup solitaire. J’adore être seul, mais j’aime également jouer au football et comme tu sais, c’est un jeu qui se joue à plu-

livres littéraires pour enfants. Demande aux enfants ce qu’ils pensent de ces livres … © Kris Snoeck

moitié d’un livre. Après, j’ai également transcrit l’autre moitié, que j’avais déjà raconté. Je me rappelle que j’avais 99 exemplaires, car le photocopieur n’acceptait que deux chiffres. Le jour de la rentrée, les élèves m’ont demandé si j’avais les cinq pages. Et bien non, mais je leur donnais tous un livre. À ce moment, je ne m’imaginais pas encore de devenir écrivain. Entre-temps, j’ai 154 livres à mon compte.

sieurs. Je joue ce jeu depuis toujours et j’en raffole ! Chaque semaine je vais jouer avec quinze bons amis. Après la partie, nous buvons des Orvals. À ce moment-là, je suis bien une personne sociale. Mais ne me prend jamais le foot ! Je serais vraiment désillusionné. La seule chose que je dois apprendre, c’est de passer le ballon. Malgré les excellents chiffres de vente et les prix attribués par des jury-jeunes, le monde sérieux des auteurs ne t’estime pas à ta juste valeur. Mais je n’écris pas pour ce monde, j’écris pour les enfants ! Néanmoins, j’avoue que cela m’a fait mal. Mon deuxième livre a reçu des mauvaises critiques, alors que j’étais inondé de lettres d’enfants qui attendaient la suite. Mes livres ont toujours reçu des prix des jurys de jeunes et d’enfants, jusqu’au moment que quelques adultes ont décidé de ne plus les sélectionner parce que je gagnais toujours. C’est ce qu’on m’a dit littéralement. Et ils appellent cela des jurys de jeunes et d’enfants ! L’année passée, mon livre Ule a gagné le petit Cervantes, le prix de la Ville de Gand pour Littérature pour Jeunes. Des jeunes de 12 à 14 ans ont pris cette décision. C’est ce qui compte pour moi, et je m’en fou de l’opinion des germanistes. Cela fait quarante ans que je raconte des histoires aux enfants, qu’est-ce qu’ils ont jamais fait ? Il s’agit d’un cercle d’amis distingués qui reçoivent des subventions. Je les appelle des voleurs de subsides. Je travaille depuis trente ans et je n’ai jamais reçu un euro de subventions de la part du ‘Vlaams Fonds voor de Letteren’, tandis que les autres ont ramassé des millions de francs belges. Ils écrivent ce qu’on appelle des

36

Il y a deux ans, tu as ouvert une parenthèse vers la lecture pour (jeunes) adultes. Le Musée gallo-romain à Tongres m’avait demandé de réécrire De Bello Gallico de César, mais le livre m’ennuyait. J’ai demandé si je pouvais raconter l’histoire du point de vue d’une jeune fille du camp des perdants. Voilà l’origine d’Epinona, un livre qui est historiquement tout à fait correct. Après, je me suis lancé sur Nelle, l’histoire d’une sorcière qui fut brûlée à Kruishoutem en 1634. Je fais beaucoup de recherches sur ces sujets : j’adore ! Tu n’as donc pas encore écrit ton œuvre maîtresse ? Mais non. Et je suis sérieux. Cela fait trente ans que j’écris : je connais mon métier, sinon ce serait vraiment dommage. C’est en forgeant qu’on devient forgeron. Mon métier d’écrivain a manifestement évolué. Si mes livres seraient des chiens, mes premiers grimoires seraient des chiots qui lèchent les mains des lecteurs et qui sentent le lait maternel. Plus tard, ils deviennent plus joueurs, ils courent à gauche et à droite et ils jappent de temps à autre. Et encore plus tard, ils grondent, montrent leurs dents et s’attaquent aux vaches sacrées. Le livre pour jeunes adultes que je suis en train d’écrire maintenant, sera le premier qui mordra. Néanmoins, je continue à écrire pour les jeunes enfants et ces livres-là ne mordent pas. De Steen van Nowan est une édition de Van Halewyck imprimée par Graphius. Nous offrons cinq exemplaires aux enfants aventureux et à leurs parents.


nouvelles ISO 9001 ET ISO 14001 CONFIRMENT LA GESTION DE LA QUALITÉ ET LA GESTION ENVIRONNEMENTALE

CONFÉRENCE À CHICAGO La prochaine

Dans le cadre de nos efforts en matière de la gestion de la qualité, du développement durable et de la responsabilité sociétale,

EMPLACEMENT CENTRAL AU SALON DU LIVRE DE PARIS

nous sommes très fiers de pouvoir vous

conférence sur notre liste nous a mené aux États-Unis. Cette année, The Windy City

RÉDUCTION DE L’ÉMISSION CO2 DES VOITURES D’ENTREPRISE

annoncer que Graphius a obtenu les

Petit à petit, Graphius est

accueillait la 17ème

certificats ISO 9001 (système de gestion

devenu une valeur sûre au

édition du National

Suite à la mise en œuvre

de la qualité) et ISO 14001 (système

Salon du Livre de Paris. Lors de

Museum Publishing

rigoureuse des mesures

de gestion environnemental). Les deux

la dernière édition au mois de

Seminar (du 12 au

stratégiques en matière de

normes ISO constituent la référence

mars, on nous a attribué un bel

14 mai 2016). Le

gestion de la flotte automobile,

pour « produire des d’imprimés de haute

emplacement pour mettre notre

séminaire est un lieu

nous avons réussi à réduire

qualité en respectant les valeurs sociales

stand. Nous avons accueilli

de rencontre pour les

sensiblement l’émission CO2

et écologiques, et chercher à atteindre

un public particulièrement

éditeurs et pour toutes

de nos voitures d’entreprise.

un niveau de service élevé pour un large

jeune – la présence de quelque

les organisations

Depuis 2014, l’émission

clientèle international. » Lisez plus aux

3.000 auteurs, personnalités de

graphiques qui

moyenne du parc automobile

pages 46-47.

la télé et hommes politiques

collaborent

a baissé de 123 à 116 g/km.

importants a sans doute joué un

intensément avec les

Encore mieux, le compteur

rôle. En même temps, cela offre

musées.

des voitures que nous avons

de belles perspectives pour

achetées l’année passée

l’avenir du secteur graphique.

n’indique que 107 g/km.

37


magazine

1 1 B D 88-95_DB11.indd 88

Virage Magazine de luxe à contenu 23/03/16 15:57

88-95_DB11.indd 89

« Tous les médias évoluent. Finis les magazines de luxe sans contenu. Irrévocablement. » Patrick Van Loo, éditeur et rédacteur de Virage, établit un rapport entre forme et puissance. Avec sa revue, il passe à une vitesse supérieure. Virage est le magazine indépendant pour les propriétaires d’Aston Martin et les amateurs de voitures GT britanniques exclusives et rares. Virage, qui entame sa sixième année, est le résultat d’une longue amitié. « J’ai fait la connaissance de René Michiels, qui est le premier importateur belge d’Aston Martin depuis 1984. Les premières années de notre amitié, Aston Martin a connu une période

turbulente. Dans les années 1980-1990, René Michiels vendait à peine dix voitures par an. Heureusement, cette période difficile a touché à sa fin entre 2008 et 2010. La vente a commencé à monter à plus de 100 voitures par an. » Le moment idéal pour réfléchir sur un produit qui pourrait offrir une belle valeur ajoutée. En accord avec son fils Yves Michiels, qui est entre-temps aux commandes

38

23/03/16 15:57


de la concession Aston Martin, la décision a été prise de lancer Virage, un magazine de luxe sur mesure à contenu fort. « Virage a les droits exclusifs sur des articles écrits par les meilleurs journalistes britanniques. Grâce à leur contribution et à la collaboration des rédacteurs flamands connus Pierre Darge et Bart Lenaerts, Virage insuffle de l’oxygène à la passion du fanatique d’Aston Martin. N’oublions pas que la Grande Bretagne, le biotope par excellence des voitures de luxe, demeure une source sûre. »

pointe de 320 km/h et un 0 à 100 km/h en 3,9 secondes. Grâce à un interrupteur au volant, le conducteur peut choisir entre trois modes : GT, Sport et Sport Plus, qui intensifient progressivement la réponse du moteur, de la vectorisation du couple, de la transmission automatique et de la direction assistée. Autres caractéristiques frappantes sont le châssis le plus léger jamais fait pour un Aston Martin et le confort de conduite raffinée. Est-ce qu’Aston Martin est prêt pour l’avenir ? « Sûrement », confirme Van Loo. « Avec l’arrivée de ChinaEquity, Aston Martin a trouvé un partenaire qui soutient la version électrique du Rapide S. Pour tenir le coup au sein de l’industrie automobile, un constructeur doit garder la voiture de demain sous le coude. »

Amélioration « Lorsque, vers la fin de 2014, la marque allemande Daimler AG a repris 5% des droits de propriété du groupe Aston Martin, on pouvait s’attendre à un développement inédit, qui jusqu’à présent a connu son apogée avec le DB11 flambant neuf. » Selon Aston Martin, il s’agit du DB le plus puissant, le plus efficace et le plus dynamique jamais fait. Sans conteste, c’est l’Aston Martin le plus innovateur depuis la naissance de la marque, il y a maintenant 103 ans. Pour commencer, un des changements plus remarquables est la puissance du moteur : un nouveau V12 5,2 litres biturbo fort de 608 ch et 700 Nm de couple, équipé d’une boîte automatique ZF à 8 rapports qui garantit des performances record ; une vitesse de

VIRAGE MAGAZINE

N°10 - SPRING/SUMMER 2016.

www.virage-magazine.be

VULCAN FORCE

Virage et Graphius invitent dix lecteurs à la première du nouvel Aston Martin DB11, fin 2016 à Anvers. Participez SPECIAL BOND-CARS

NEW ASTON V12 DB11

TEST DB10 - 1966 DB6 1961 DB4 GT ZAGATO 1954 DB2/4 VIGNALE

FOR ASTON MARTIN OWNERS AND GT CAR ENTHUSIASTS PREFERABLY. VIRAGE MAGAZINE IS EEN TWEETALIGE LIFESTYLE MAGAZINE, BESTEMD VOOR ASTON MARTIN EIGENAARS, LIEFHEBBERS EN GERELATEERDE BEDRIJVEN. VIRAGE EST UN MAGAZINE LIFESTYLE BILINGUE DESTINÉ AUX AMATEURS ET PROPRIÉTAIRES D'UNE ASTON MARTIN, AINSI QU'AUX PARTENAIRES DE LA MARQUE.

39

à notre concours pour gagner des tickets.


40


catalogue

Échouer

n’est jamais une option “La beauté naît souvent à la limite de l’impossible, au bord de l’échec ou du désespoir.” Un entretien avec Peter de Caluwe, directeur général – intendant au Théâtre Royal de la Monnaie à Bruxelles, mieux connu comme La Monnaie.

Quels furent les points culminants de cette saison ? Avec Béatrice et Bénédict, un opéra qui a la fraîcheur et la beauté d’une brise de printemps nocturne, nous avons pu ouvrir notre nouveau site à Tour & Taxis. Pour moi, cette réussite a une très grande valeur symbolique. Échouer n’est jamais une option, mais le prolongement imprévu des travaux de rénovation et les défis d’une saison extra-muros ont forcé tous les collaborateurs de La Monnaie de se surpasser et de donner une interprétation créative à des paramètres qui changeaient sans cesse. Le plus beau sourire est celui que tu montres malgré tout. De la même manière, les circonstances complexes dans lesquelles naissent nos productions procurent une beauté spontanée et vulnérable.

dans lesquelles la musique et le théâtre se touchent. Cela s’applique évidemment aux grandes productions scéniques, telles que Sweeney Todd, qui balance en effet sur la frontière ultrafine entre l’opéra et la comédie musicale. Mais cela touche au même degré nos opéras concertants, nos spectacles de danse, nos récitals et même nos concerts. Dans quelle mesure la ville de Bruxelles est-elle l’habitat naturel de La Monnaie ? En 1998, nous avons fêté le tricentenaire de La Monnaie : 300 ans de théâtre et d’opéra au cœur de Bruxelles. La maison est solidement ancrée dans la capitale de l’Europe. Pour commencer, une grande partie de nos collaborateurs vit à Bruxelles. Ensuite, il y a l’approche de nos productions. Pour Mitridate, Rè di Ponto de Mozart par exemple, nous nous inspirons de l’importance de Bruxelles en tant que centre névralgique de la politique européenne. Puis, la diversité de cette ville avec toutes ses communautés et cultures reflète également la pluralité de la forme artistique qui est l’opéra. Les deux prochaines années, notre Community Opera, qui traite des mythes dans Orphée et Eurydice et Majnoun et Leila, veut renforcer ce lien avec toutes les communautés de Bruxelles et introduire vraiment l’opéra dans la ville.

Que pouvons-nous attendre de La Monnaie à l’avenir ? 2016-2017 sera la saison du retour à notre Théâtre Royal de la Monnaie familier. Nous y accueillerons notre public avec un nombre record de nouvelles productions. Sans renoncer à notre grande ambition de faire du théâtre actuel et innovateur, nous retournons en quelque sorte aux Grands Opéras avec des œuvres de Verdi, Wagner, Mozart évidemment, Puccini, Strauss … Sur le plan du contenu, ce sera une saison d’illusions, et d’images oniriques et chimériques : presque toutes nos productions traiteront des thèmes comme les désirs, les projections, l’espoir et la perception subjective.

Graphius imprime les catalogues saisonniers de La Monnaie. Sweeney Todd, la dernière

Sweeney Todd, qui est au programme au mois de juin, oscille entre l’opéra et la comédie musicale. Une telle diversité est caractéristique de l’ADN de La Monnaie, non ? L’ADN de La Monnaie consiste de l’hélice double du théâtre et de la musique. Nous existons pour créer et présenter des œuvres

production de la saison 2015-2016, est au programme du 14 au 30 juin.

41


boek

Miroir

de notre

société

La Belgique dessinée retrace, de manière enthousiaste, l’histoire haute en couleur de la bande dessinée belge, qui a largement contribué au développement du Neuvième Art.

42


L’éditeur Alexis Dragonetti, administrateur délégué de Ballon Media, est conscient du rôle pédagogique de Jommeke et de ses amis : « Jommeke n’est pas une bande dessinée didactique, mais éducative. La série existe depuis 60 ans et on en a vendu plus de 63 millions d’exemplaires. Il n’y a pratiquement pas un jeune Flamand qui n’a jamais lu Jommeke ! »

Mais ce serait idiot de mettre toutes les bandes dessinées dans le même panier et de les qualifier de ‘livres pour enfants’. Les bandes dessinées sont la lecture préférée de beaucoup d’enfants et d’adultes. Environ un livre sur dix vendu en Belgique est une bande dessinée. Pour Ballon Media, ce fut un excellent motif pour s’attaquer à la rédaction de La Belgique dessinée, l’ouvrage de référence ultime sur la BD belge. Dans cette nouvelle bible de la bande dessinée, le journaliste Geert De Weyer fait le portrait de l’histoire de la BD belge. Il y aborde tous les thèmes possibles. Ballon Media, une entreprise relativement jeune née en 2008 de la fusion de deux maisons d’édition tombées en mains françaises, considère le livre comme un récit d’actualité : « C’est notre devoir d’écrire la suite », Dragonetti nous dit avec ambition.

43

dessin de Stedho © Ballon Media, Dragonetti – 2015

Après la remise des bulletins à l’école primaire, mes parents m’emmenaient immanquablement à la librairie. C’était la récompense pour un semestre de travail appliqué. Là, je recevais le dernier Jommeke (Gil et Jo). C’était la meilleure motivation pour un enfant. Surtout que le héros blond de la BD est un jeune homme exemplaire et un symbole de valeurs telles que l’amitié, le respect et le sens de l’aventure.


© Dany

La bière, le chocolat et la bande dessinée

© Dupuis, 1965

Sous l’œil sévère de la France La Belgique dessinée va jusqu’au fond des choses. Un vaste chapitre du livre parle des cas de censure avec lesquels la bande dessinée eut à faire. Si l’Église regardait Tintin, un reporter exemplaire, d’un œil favorable, il en était tout autre pour la commission de censure française. Dans les années 1950 et 1960 leur morale traditionaliste surveillait scrupuleusement que les auteurs de bandes dessinées ne sortent à aucun moment en dehors du cadre imposé. Et les dessinateurs restaient prudents même après que la bande dessinée belge eut brisés le joug de la censure. Les maisons d’édition continuaient à surveiller. « Aujourd’hui, le monde de la BD s’est remis complètement », juge Dragonetti. « On trouve des bandes dessinées sur chaque thème et pour chaque niche. La BD a grandi avec son public, elle est devenue adulte. » Cela ne signifie pas que la BD a commencé à jouer un rôle moteur. L’éditeur croit qu’il faut positionner toutes les bandes dessinées dans l’air du temps. «  Je trouve qu’il est assez absurde de dire que Tintin en Afrique est un livre raciste  ! Rappelons que ce livre fut écrit en 1930, à un moment où les occidentaux percevaient les personnes de couleur d’une toute autre manière. À l’heure actuelle, une telle attitude est évidemment politiquement incorrecte, raison pour laquelle on a peut-être l’obligation de mettre un commentaire au début du livre. De toute façon, il faut voir les bandes dessinées comme une expression de l’air du temps. » Aussi, cela a pris du temps avant que les femmes jouent des premiers rôles dans les bandes dessinées. « Peu à peu, les femmes se sont trouvées

Vu que Ballon Media possède les droits exécutifs de publication sur les versions néerlandaises d’une série impressionnante de bandes dessinées françaises, elle représente une bonne partie du monde de la bande dessinée belge. Pour Dragonetti la bande dessinée est un des produits d’exportation majeurs de notre pays, outre la bière et le chocolat. « On connaît beaucoup de séries et de personnages qui ont prouvé qu’ils sont intemporels. La bande dessinée a aidé à établir la réputation de la Belgique en tant que pays créatif à un niveau international. » Ce procès n’a pas commencé hier. L’entrepreneur gantois distingue trois générations de grands dessinateurs de BD en Belgique. « La bande dessinée telle que nous la connaissons aujourd’hui a été créée vers la fin des années trente et au début des années quarante par les pères spirituels Hergé, Morris, Vandersteen, Nys et Sleen. À la fin des années septante, on a vu l’avènement d’une nouvelle génération, dont je considère le scénariste Jean Van Hamme comme le chef spirituel. Avec lui, ainsi qu’avec William Vance, Philippe Francq et Marvano, la bande dessinée est devenue adulte. Quant à la troisième vague, elle essaie d’aborder la bande dessinée d’un autre point de vue. Brecht Evens, Judith Vanistendael, Wauter Mannaert, Simon Spruyt et encore d’autres ne s’occupent pas tellement de séries. Ils partent d’une autre approche et s’attachent plutôt à des one-shots artistiques. »

44


LIVRE

sur un pied d’égalité avec les hommes. Suite à cette évolution sociale, Natacha, Yoko Tsuno et d’autres héroïnes sont apparues dans les magasins de BD. La même chose s’applique aux LGBT et aux groupes minoritaires. »

à la remarque stéréotypé que la BD empêcherait les enfants de lire des vrais livres et qu’elle cause la paresse de lire. « Je ne partage nullement cette opinion. Des études ont démontré que la bande dessinée stimule la lecture, parce que c’est un médium avec support visuel qui facilite l’initiation à la lecture. En outre, ces mêmes études ont prouvé qu’un produit de papier comme le livre stimule davantage la lecture que les écrans d’ordinateur ou les tablettes. » Outre une stimulation à la lecture, les bandes dessinées ont également le potentiel de collaborer à l’intégration. Dragonetti : « Gil et Jo, et Bob et Bobette sont des personnages que nous pouvons utiliser pour présenter notre culture aux étrangers et aux immigrés d’une manière ludique. À cet effet, on pourrait même adapter le langage dans certaines BD. Mais alors il faut vraiment décider d’intégrer les BD dans la diffusion de la lecture. Le monde politique ne se rend pas encore vraiment compte de la dynamique au sein du monde de la BD. En appliquant l’abri fiscal sur les BD et en stimulant la création, il serait encore plus facile de nous profiler en tant que pays de la BD au riche patrimoine culturel. »

Deux univers parallèles Malgré une énorme production, le monde de la BD belge est petit et les dessinateurs s’entendent bien. Selon Dragonetti on peut parler d’une sorte de confrérie entre partisans. En général, les parodies faites par des collègues sont inoffensives, tout au plus anecdotiques. « Des versions pornographiques de séries de base contrastent violemment avec les valeurs généralement positives et familiales de ces BD. Il existe par exemple un persiflage de Lucky Luke, dont on a peut-être distribué quelques milliers d’exemplaires, alors que le Lucky Luke authentique a vendu 300 millions de livres. » (dixit Dragonetti en levant les épaules) Le cow-boy solitaire est d’ailleurs un personnage pivot, car pendant longtemps et pour des raisons incompréhensibles la Flandre a ignoré son père spirituel Morris, qui fut originaire de Courtrai. Étrange, car le marché français a accueilli l’as de la gâchette à bras ouverts. « Morris est l’élément commun le plus connu entre deux histoires de BD parallèles », nous dit Dragonetti. Il est remarquable de constater que la bande dessinée a existé et évolué séparément des deux côtés de la frontière linguistique. « Pour moi, ceci est également la preuve que la BD est l’expression d’une réalité sociale. Le vécu culturel est largement séparé des deux côtés. En outre, l’impact de la bande dessinée française sur la Flandre et les Pays-Bas est plus important que l’inverse. Il y a même une grande différence culturelle entre la Flandre et les Pays-Bas. »

Histoires de chat Pour terminer, nous demandons à Dragonetti de conseiller trois séries de BD, une par catégorie de lecteurs. En un clin d’œil, il trouve la BD parfaite pour enfants : c’est sans aucun doute Jommeke (Gil et Jo). Pour les adultes qui n’ont plus lu de BD depuis une éternité, il a deux suggestions très divergentes : « Gaston Lagaffe est un univers génial avec beaucoup de couches. Et je conseille Largo Winch pour ses bons scénarios techniques et pour son style de dessin très détaillé. » Et s’il pouvait conseiller un livre à quelqu’un qui achète deux BD par semaine ? La lueur dans ses yeux trahit que Dragonetti n’édite pas seulement des livres parce qu’ils apportent du pain sur la planche : il est en effet un vrai amateur. « Je choisirais avant tout une histoire tranchante, dans le genre du roman graphique. Alors j’opte pour ‘Sugar’ de Serge Baeken, parce que l’auteur a réussi à écrire un livre super-intéressant sur un sujet simple comme … la vie de son chat. »

Un médium de papier avec support visuel Quant aux clichés tenaces sur la BD, Dragonetti les élimine d’un coup sûr, comme un batteur accompli de base-ball. « On me demande parfois si les BD sont seulement pour les enfants ou les fana. Cette perception est de plus en plus incorrecte. Environ la moitié des 3 millions bandes dessinées vendues annuellement en Flandre, sont des BD pour adultes. Ce ne sont sûrement pas tous des geeks. En plus, ces livres sont lus à plusieurs reprises et par plusieurs personnes. On ne peut donc pas dire qu’ils soient chers. » L’éditeur s’indigne

La Belgique dessinée fut éditée par Dragonetti, un label de Ballon Media, et imprimé par Graphius. Trois exemplaires attendent un nouveau propriétaire. Pour en savoir plus, lisez la page 1.

45


46


gestion de la qualité

Passer aux

actes

Les derniers mois, Walter Anthonissen et Eric De Wolf ont effectué un parcours impressionnant. Lorsque, en janvier 2015, Denis Geers, PDG de Graphius, a fixé la norme en matière d’ISO 9001 (norme de gestion de la qualité) et d’ISO 14001 (norme de gestion environnementale), ces deux hommes ont entamé une aventure passionnante. « Une norme telle que ISO 9001 est essentielle pour une Mais le vrai travail ne fait que commencer. Alors que le suivi organisation. Tant les petites que les grandes entreprises d’ISO  14001 se fait par un coordinateur environnemental profitent de la mise en œuvre d’un solide système de gestion agrée externe, Eric De Wolf, le responsable du contrôle de de la qualité », affirme Walter Anthonissen, responsable de qualité, a désormais la tâche de mettre tout en pratique et la Santé, de la Sécurité, de la Qualité et de l’Environnement de piloter les collaborateurs. « Mon ensemble de tâches est chez Graphius. «  Les clients retrouvent leurs exigences et assez vaste, quoiqu’elles soient principalement basées sur attentes dans des beaux produits, les collaborateurs sont deux piliers fondamentaux : la supervision de la gestion de contents et motivés, les actionnaires voient que le rende- la qualité totale et la formation et la motivation des collaborateurs. Je fais fonction d’écho et ment augmente, les fournisseurs je donne avant tout des suggesprofitent de l’étroite collaborations proactives sur tout ce qui tion et les outsiders ou les clients peut être utile à la qualité, tant potentiels ont une image positive pour les départements internes de l’entreprise en question.  » que pour les clients finaux. Il est Néanmoins, il ne faut pas sous-esdonc extrêmement important que timer la préparation. «  ISO  9001 tous les collègues chez Graphius est non seulement un outil pour collaborent à ces baromètres introduire une meilleure structure de qualité. Finalement, tout le dans l’organisation, et éclaircir les monde est coresponsable pour tâches, les responsabilités et les les produits fournis et en même compétences, il contribue inconEric De Wolf, responsable du contrôle de qualité temps, ce sont les collaborateurs testablement à la compréhension et le contrôle des processus au sein d’une organisation.  » qui peuvent récolter des renseignements utiles des procesAnthonissen s’est occupée du volet théorique de cet exer- sus enregistrés et implémentés. Quelle est la manière de cice, en rédigeant un manuel qui contient tous les anciens traiter ces données ? Quelles sont les actions à prendre par et nouveaux processus, compétences, profils et tâches pour une entreprise pour améliorer les processus de qualité exischaque collaborateur. Cette opération lui a aisément pris tants  ? Voilà les questions qui m’aident à rester vigilant à chaque instant. » plusieurs mois, plus précisément douze mois.

« Les clients de Graphius attendent une réalisation optimale de leurs attentes et exigences. »

Écho À présent, le manuel de qualité général est écrit et les certifications pour ISO 9001 et ISO  14001 sont décrochées.

47


expats

Tant à l’intérieur qu’à

l’extérieur

Tant Juliette & Victor – L’Art de Vivre franco-belge – que le NederBelgischMagazine – Magazine voor Nederlanders in België – peuvent être considérés comme des références sur le marché de la presse art de vivre et sont très appréciés par leurs communautés respectives. Le NederBelgischMagazine a entamé sa vingtième année. Chaque mois, cette revue, qui s’adresse aux Hollandais résidant en Belgique, offre d’innombrables conseils et beaucoup d’information utile, ceci tant dans la catégorie ‘besoin de connaître’ que ‘bon à savoir’. Aussi, le mensuel propose une vaste combinaison de solutions et de possibilités pour beaucoup de problèmes d’ordre fiscal et juridique, pour les risques techniques en matière d’assurance et pour les considérations financières. En outre, le magazine contient des interviews et des renseignements sur des initiatives communes, p. ex. le fait que la Flandre et les PaysBas seront les invités d’honneur de la Frankfurter Buchmesse en octobre, ainsi que des informations pour les expats sur la Belgique : les différences culturelles entre les Belges et les Néerlandais, les liens historiques entre les deux pays, le tourisme, l’art, les événements et le style de vie.

çaise. Cette vision tronquée de votre pays est le fruit de sa proximité avec l’Hexagone, renforcée par l’apparition du Thalys, et par la langue qu’on y parle majoritairement, le français. C’est oublier, ou Bons produits Choisir les ignorer, qu’ici on parle aussi circuits courts le flamand, une langue extrêNos bons plans récup mement compliquée. À un moment, j’ai essayé de m’y mettre, mais c’était vraiment trop difficile. J’ai vu beaucoup de Parisiennes qui suivaient leur mari et qui pensaient retrouver facilement du boulot en Belgique. Or, sans le néerlandais, ce n’est même pas la peine d’essayer. » Parmi les rubriques classiques du magazine, vous trouverez entre autres, des enquêtes sur des sujets variés, des articles sur les tendances actuelles en matière d’aménagement intérieur et de mobilier, illustrées par des reportages faits dans les plus belles maisons belges. Par ailleurs, le magazine contient des articles pertinents sur le patrimoine belge et les aspects pratiques de la vie quotidienne – la santé, la fiscalité, le droit, etc. – ainsi que des idées pratiques et des bonnes adresses qui font sa renommée. Juliette & Victor traverse encore les frontières avec des reportages consacrés à des régions de France, les pays limitrophes ou encore des destinations plus lointaines. « Il y a même une rubrique intitulée Do you speak belge ?, où l’on décortique des belgicismes. Cinquante pour-cent de notre lectorat est Belge. Le Belge nous aime parce qu’on aime son pays et qu’il est content d’en découvrir les bons côtés dans nos pages », souligne Lefebvre. uliette & ictor

L'Art de Vivre franco-belge

Week-end Escapade à Barcelone

Racines Le palais de justice de Bruxelles

Fiscalité Le travail belge surtaxé

Juliette & Victor n°54 - Avril - Mai 2016 - 6 €

Mobilier, mode, accessoires... toutes les adresses de seconde main

N°54 - Avril - Mai 2016 - 6 €

JV54 cover-OK-ak -2 HD.indd 1

Les Français installés en Belgique Les compétences ne sont pas seulement réservées à la communauté néerlandaise en Belgique. Juliette & Victor Magazine, le magazine des Français de Belgique et des Belges qui aiment la France, aide les Français à découvrir leur pays d’accueil et les Belges à (re)découvrir le leur. Son lectorat se partage aujourd’hui à parts égales entre ces deux nationalités. Alain Lefebvre, son éditeur, se souvient. « Quelques semaines après mon arrivée, j’ai eu la confirmation que Bruxelles n’était pas une province fran-

48

04/04/2016 17:54


Als leverancier van grafische machineseten is Plantin er trots est op En tant que fournisseur de machines dematerialen, matériel graphiques, Plantin om tot compter zijn relaties te mogen rekenen. Naast de liefde voor het fièreGraphius de pouvoir Graphius parmi ses relations. Outre l’amour de gedrukte creativiteit in notre onze samenwerking een l’imprimé,enlageprinte créativitéproduct, joue un speelt rôle important dans collaboration. Et ce belangrijke rol. donner Om zoune úw force grafische producten extra emotionele aantrek-à afin de pouvoir d’attraction émotionnelle supplémentaire kingskracht kunnen geven. vos produitste graphiques.

Business partner of Heidelberg Telefoon +32 (0)2 727 31 11 • www.plantin.be


THE FINE ART OF PRINTING

Imprimer est un art De Gand à New York en passant par Paris. Du SMAK au MoMA en passant par le Louvre. Notre travail hautement qualitatif imprime sa marque dans le monde artistique. Graphius met également tout en œuvre pour répondre positivement à votre niveau d’exigence. Ainsi nous voulons respecter notre base line « The fine art of printing », le noble art de l’imprimerie.

votre partenaire d’impression pour des magazines | catalogues | livres | brochures Graphius Gand | Eekhoutdriesstraat 67 | B-9041 Gand | +32 9 218 08 41 Graphius Bruxelles | Hemelstraat 2 | B-1651 Lot | +32 2 300 76 44 WWW.GRAPHIUS.COM

| INFO@GRAPHIUS.COM

Graphius Magazine n°03 FR  
Graphius Magazine n°03 FR  
Advertisement