Page 1

Revue de Presse


Investir Magazine - Mai 2011

3


L’As Patrimonial - Fevrier / Mars 2011

4


L’Agefi Actifs - 25 Février / 03 Mars 2011

5


Investissement Conseils - Janvier 2011

6


Patrimoine et MarchĂŠs - DĂŠcembre 2010

7


L’Argus de l’Assurance - 26 Novembre 2010

8


L’Agefi Actifs - 12/18 Novembre 2010

9


Boursorama - 12 Ao没t 2010

10


Boursorama - 12 Ao没t 2010

11


L’Agefi Actifs - 23 Juillet / 05 Août 2010

12


L’Agefi Actifs - 23 Juillet / 05 Août 2010

13


La Tribune - 02 Juillet 2010

14


Investir Magazine - Mars / Avril 2010

15


Le Revenu - 26 FĂŠvrier / 04 Mars 2010

16


L’As Patrimonial - Septembre 2009

Haas Gestion Épargne Patrimoine combine sérénité et rendement. A fin août, ce fonds proposé progressait de 20% par rapport au 1er janvier

Tour d’horizon de ce fonds patrimonial d’exception avec ses gérants, Jean-Joseph Haas, (à gauche) et Chaguir Mandjee Le fonds Epargne Patrimoine a été créé il y a un peu plus de trois ans. Il s’impose en tête des palmarès. Quelles sont ses principales caractéristiques ? Premier de sa catégorie sur trois ans, Épargne Patrimoine est un fonds patrimonial. Il s’agit d’un FCP investi en actions françaises et en produits de taux. Il bénéficie d’un processus de gestion flexible, fondé sur une analyse macro-économique approfondie. Nous forgeons nos convictions de long terme sur la base des grandes tendances économiques clairement identifiables et utilisons les différents leviers de rendement à notre disposition pour construire et faire évoluer notre portefeuille Quelle est votre philosophie de gestion ? Nous misons avant tout sur le bon sens, socle de la gestion que nous pratiquons ensemble depuis les années 80. Nous accompagnons ainsi les cycles conjoncturels, ce qui fait d’Épargne Patrimoine un véhicule d’investissement de fonds de portefeuille. Dans une optique de diversification, il est parfaitement complémentaire aux autres fonds du même type proposés sur la place de Paris. Comment gérez-vous le risque ? D’une manière générale, nous veillons en permanence à optimiser le couple risque/rendement de nos investissements. Dès lors, des seuils de vente sont systématiquement déterminés. En anticipant les phases de marché à venir pour éviter d’être pris à contre-pied, nous sécurisons progressivement nos gains et disposons régulièrement de liquidités pour saisir les opportunités qui se présentent. Dans le contexte actuel, il est d’ailleurs important de noter que les bons résultats obtenus, depuis le lancement, sont caractérisés par une volatilité faible, voisine de 7%. Plus qu’un fonds, nos souscripteurs achètent l’expérience d’une équipe qui, face à la crise, est parvenue à garder son sang froid et à opérer les arbitrages qui ont permis de préserver le capital confié. Précisément, comment avez-vous appréhendé la récente crise boursière et comment vous positionnez-vous aujourd’hui ? Au départ, supérieur à 60%, le poids des actions dans le portefeuille a été réduit progressivement au profit des produits de taux pour atteindre à peine plus de 10% au plus fort de la crise.En effet, dès l’automne dernier, nous avons augmenté nos positions sur les marchés d’obligations privées. Grâce à ce positionnement, le rendement actuariel attendu de la poche obligataire d’Épargne Patrimoine est à présent proche de 7,5% pour une échéance moyenne fixée à septembre 2012. Caractéristiques du fonds : Frais d’entrée maximum : 2,5% ISIN : FR0010487512 PROPOS RECUEILLIS PAR THIERRY BISAGA

17


Le Journal des Finances - 14 Ao没t 2009

18


Investir - 01 Ao没t 2009

19


Gestion PrivĂŠe Magazine - Avril 2008

20


Valeurs Actuelles - 11 Mai 2007

21


L’As Patrimonial - Février 2007

22


News Invest - Septembre 2006

RENCONTRE AVEC... Chaguir Mandjee - Gérant chez Haas Gestion

« Le PER, et autres ratios classiques m’intéressent moins, mon ratio, c’est le free cash flow d’exploitation! »

News Invest : Pour quelles raisons êtes-vous passé de Haas Gaignault et associés à simplement Haas Gestion ? Chaguir Mandjee : «M. Gaignault est un gérant qui nous avait rejoint il y a une quinzaine d’années. Etant à la retraite depuis plusieurs années il n’est plus actif dans la société et nous avons, d’un commun accord, décidé de retirer son nom de la raison sociale.» News Invest : Pouvez-vous nous parler de l’univers de gestion de votre entreprise ? Chaguir Mandjee : «Nous évoluons sur le marché Européen. Toutefois, nous considérons que la gestion de portefeuilles est avant tout une activité de proximité, proximité avec les entreprises, avec leur équipe dirigeante, avec les analystes financiers, d’où un axe fort sur le marché Français. Nous avons néanmoins des valeurs européennes notamment pour les portefeuilles les plus importants et suivons de très près l’économie internationale, démarche indispensable pour alimenter notre réflexion.» News Invest : Quel est l’encours global de votre société ? Chaguir Mandjee : «L’encours global est d’environ 45 millions d’euros. Il est composé essentiellement d’investisseurs particuliers. Bien que nous acceptions tous les portefeuilles de plus de 75 000 euros notre portefeuille moyen se situe aux alentours de 400 000 euros.» News Invest : Comment se compose votre offre ? Chaguir Mandjee : «Nous avons sous mandat des clients particuliers ainsi que deux OPCVM maisons. L’un s’appelle Epargne Française, existe depuis 1993 est éligible au PEA et dispose d’un encours de 18 millions d’euros. C’est un OPCVM actions françaises général plutôt orienté sur les grandes valeurs avec comme Benchmark le SBF 250.

Le 2ème nommé Epargne Patrimoine a été ouvert très récemment à savoir le 1er avril 2006. Là nous adoptons une démarche différente, orientée vers la recherche de performance absolue avec l’idée de battre les contrats en euros que l’on voit dans les contrats d’assurance vie. C’est un OPCVM extrêmement libre, qui demande une gestion très particulière de valeurs de rendement, d’opportunités ou parfois assez passif, car lorsqu’il n’y a rien à faire : on attend !» News Invest : Quelle est votre stratégie d’investissement ? Chaguir Mandjee : «D’une manière générale nos clients sont souvent retraités et ils nous confient un capital plutôt significatif qui nous incite à pencher vers la prudence. Dans les périodes de recul marqué de la bourse nous allons baisser moins que le marché. Cependant dans les périodes de fortes hausses, nous allons également faire une hausse qui sera moins importante. C’est un peu cette philosophie qui anime le noyau dur de nos clients.» News Invest : Quelles sont vos performances ? Chaguir Mandjee : «Pour Epargne Française, nous sommes très bien classés depuis le début de l’année. Au 25 Août 2006, nous étions 4ème sur 209 avec un performance de 13.76%. Notre volatilité est nettement inférieure à celle du marché. Bien que cette gestion soit à dominante orientée vers les grandes valeurs nous avons également surfé sur les Small caps durant les dernières années. Nous nous sommes cependant clairement allégés depuis début 2005 puisqu’à aujourd’hui nous avons environ 8% de Small Caps dans notre portefeuille. S’il y a de bons dossiers, nous pouvons investir sur tous les marchés en incluant même le Marché Libre. Cependant, ces derniers temps, nous recherchons des marchés avec une forte profondeur, nous ne voulons pas de marché étroit. Pour faire face à la volatilité, les valeurs que nous sélectionnons doivent offrir une bonne liquidité.»

23


News Invest - Septembre 2006

Suite de l’interview News Invest : Quel est votre Processus d’investissement ? Chaguir Mandjee : «Je dirais qu’il y a deux processus bien distincts selon le type de valeur que l’on approche, Dans les grande valeurs du CAC ou du SBF, nous avons une approche plutôt top down qui intègre la macro économie, puis le secteur approprié en fonction du cycle économique ; c’est vraiment une approche macro sectorielle. Ensuite, à partir de là, nous pouvons nous faire une idée du secteur que l’on voudrait sous pondérer ou sur pondérer. Pour ces sociétés, je m’appuis beaucoup sur les études financières externes. J’assiste aussi aux réunions SFAF, parfois aux assemblées et parfois je complète mon opinion par des entretiens téléphoniques avec les analystes. Sur les Small Caps, la démarche est totalement inverse. Je ne regarde pas du tout l’environnement macro, c’est du stock picking : la valeur m’intéresse ou ne m’intéresse pas ! On s’adresse directement aux dirigeants, on les rencontre pour se faire une idée. C’est une approche par le bas. C’est de moins en moins le cas, car on est de moins en moins sur ce marché, c’est un marché un peu à sens uniqueon doit souvent patienter pour y entrer et on ne peut pas en sortir facilement. On y reste longtemps en général sauf évènement particulier nécessitant un arbitrage» News Invest : Quelles sont à aujourd’hui vos valeurs favorites ? Chaguir Mandjee : «Je peux vous en citer une, la «BNP Paribas». 60% du résultat de cette société viennent d’activités récurrentes, donc elle offre une très bonne visibilité et une politique de distribution de dividende régulière et croissante. Il y a là un rendement convenable autour de 3,5 / 4%. C’est du défensif croissance. Cela fait partie des valeurs de fond de portefeuille qui permettent de passer de conjonctures très euphoriques à des conjonctures plus difficiles.» News Invest : Quelles sont les valeurs qui pèsent le plus dans votre portefeuille ? Chaguir Mandjee : «Aujourd’hui c’est Total puis BNP Paribas en seconde position. Et ensuite on a une valeur phare dans notre portefeuille depuis pas mal de temps ce qui nous a permis de sortir de belles performances, c’est Vallourec.» News Invest : Il y a eu quelques introductions en bourse ces derniers temps, est-ce que vous avez participé à certaines d’entre elles ?

Chaguir Mandjee : «Non, ces derniers temps nous n’avons participé à aucune introduction. Cependant, nous suivons les dirigeants de ces sociétés, nous regardons leurs évolutions trimestres après trimestres, car sur les petits dossiers, ils sont probablement l’élément clé qui nous amènera à s’intéresser à la valeur. La qualité d’un dirigeant est un élément primordial. Nous avons juste investi dans des sociétés SIIC en Immobilier, car nous nous intéressons particulièrement à ce secteur. « News Invest : Lorsque vous faites une analyse, y a-t-il des ratios sur lesquels vous vous basez ? Chaguir Mandjee : «Il y a un ratio très important pour moi. C’est le free cash flow et plus particulièrement le free cash flow d’exploitation. Il faut bien évidemment analyser le montant des investissements. Dans une société il y a des investissements récurrents correspondant aux amortissements et des investissements de croissance. Il ne s’agit pas de prendre les investissements dans leur ensemble et de manière brute, mais d’interroger les dirigeants sur sa nature. Avec le free cash flow on voit véritablement si la société gagne de l’argent ou pas. On le voit ensuite dans la phase de désendettement ou dans la phase de la reconstitution de la trésorerie. Donc pour moi le tableau de flux est l’élément clé qui permet véritablement de savoir ce qui se passe dans une société. Le reste est très classique et difficilement comparable entre les sociétés, le PER et autres ratios classiques m’intéressent moins ! Mon ratio c’est le free cash flow d’exploitation !» News Invest : Quelles sont les ambitions que vous avez pour vos fonds, notamment concernant le nouveau fonds que vous avez lancé ? Chaguir Mandjee : «Ce fonds a été lancé car certains de nos clients que nous avons depuis très longtemps commencent à être âgés, et nous voulons avoir une exposition sur le marché action un peu moindre. C’était donc une stratégie commerciale interne afin de procéder à un arbitrage pour nos propres clients au profit de quelque chose d’un peu plus prudent. Cela dit nous avons créé ce nouveau fonds car nous pensons qu’il va y avoir des opportunités après la phase exagérée de baisse des taux. Ensuite pour le FCP Epargne Française, nous aimerions maintenir le même classement dans une conjoncture boursière moins favorable. J’imagine que nous avons tous cette ambition.»

Propos recueillis par Emmanuel Coudurier

24


Le Revenu - 14/20 Juillet 2006

12,49% 7,15% 6,61% 6,54%

4,32% 3,89% 3,68% 3% 2,69%

25


Challenges - Janvier 2005

26


Investir Magazine - 16 Octobre 2004

Valeurs Actuelles - 26 Mars 2004

27


Valeurs Actuelles - Mars 2003

28


Le Figaro - Mai 2001

«Cessons d’accabler les boursiers machanceux» Commençons par une anecdote. Il était une fois un jeune homme qui, à l’âge de 20 ans, s’était intéressé à la bourse. C’était en 1973. Apprenant que General Motors était la plus grande entreprise du monde, il acheta ses actions dont le cours ne pouvait, selon lui, que monter. Peu après éclata la Guerre du Kipour. Le prix du pétrole fut multiplié par quatre. Les valeurs automobiles s’effondrèrent et le jeune homme perdit l’équivalent de 5 mois de salaire.

Moralité : première opération, première claque, première leçon de prudence. 30 ans plus tard, des milliers de boursiers se retrouvent dans la même situation. Attirés par l’argent facile et manquant d’expérience, ils perdent à présent beaucoup d’argent et n’ont qu’un souci, réorganiser leur portefeuille et récupérer les pertes. Notre jeune homme, pour avoir vécu la même mésaventure, devine aisément la question qui aujourd’hui les taraude. Etaitce inévitable ? La réponse est :Oui. Le bon comportement des valeurs technologiques a été remarqué après 4 années de forte hausse boursière. Au début de l’année 2000 les portefeuilles avaient accumulé de substantielles plusvalues et étaient composés pour l’essentiel de valeurs traditionnelles. Prenons l’exemple de Danone ou de Nestlé, deux entreprises du secteur de l’agroalimentaire. En France, la consommation de produits alimentaires progresse bon an, mal an d’1%. Imaginez combien grande était la tentation d’un boursier de se défaire de quelquesunes de ces valeurs pour se reporter sur de nouvelles entreprises offrant des croissances de chiffre d’affaires de 50% à 100% l’an. L’arbitrage était tentant. Mais c’est dans sa mise en œuvre que les erreurs ont été commises selon qu’elle avait été effectuée par un professionnel ou un particulier surtout si ce dernier était néophyte. Il était facile à un professionnel gérant des portefeuilles anciens et ayant profité des hausses des années 1996 à 1999 de réserver une partie de ces gains à la prise d’un risque sur les valeurs de technologie. De plus, les sommes gérées étaient très importantes. Admettons que l’arbitrage ait porté sur 15% des capitaux sous gestion. Au niveau de chaque portefeuille l’arbitrage était raisonnable mais rapportés à l’ensemble de ceuxci, les capitaux libérés représentaient des milliards prêts à se déverser sur les valeurs de technologie. D’où leur formidable envolée à raison, parfois, de 10% par jour.

ERREUR DE JEUNESSE Voyant cela, les particuliers ont voulu faire de même mais, moins avisés, ils ont souvent commis l’erreur d’investir 100% de leurs avoirs dans un unique secteur. Aujourd’hui les pertes sont énormes. Il n’ont, cependant, rien à se reprocher. Car tout débutant placé dans l’euphorie qui régnait en bourse entre octobre 99 et mars 2000 aurait commis les mêmes erreurs. Il s’agissait d’erreurs de jeunesse liées à l’inexpérience. Mais si on peut les qualifier d’erreurs de jeunesse, elles ont été commises par des personnes arrivées à un âge où l’on manipule des sommes bien supérieures à celles dont on dispose à 20 ans. ERREUR PSYCHOLOGIQUE A ces raisons s’en ajoute une autre essentiellement d’ordre psychologique. Lorsqu’un boursier est intéressé par une valeur il doit être particulièrement motivé pour transformer cet intérêt en acte d’achat, sinon l’intérêt reste platonique. S’il maîtrise mal l’engouement qu’il éprouve à ce moment précis, il se laisse déborder et achète de trop grosses quantités. Le professionnel arrive à s’imposer une discipline consistant à appuyer sur l’accélérateur pour donner l’impulsion d’achat, et dans la seconde qui suit, à appuyer sur la pédale de frein pour contrôler la quantité. A chacun son baptême du feu.

Cessons d’accabler les boursiers malchanceux. Aidons les. Jean Joseph HAAS

29


Valeurs Actuelles - 16 FĂŠvrier 2001

30


Investir Magazine - FĂŠvrier 2000

31


HAAS GESTION

Société de Gestion de Portefeuilles

43 Boulevard Haussmann 75009 Paris Tél : 01 58 18 38 10 - Fax : 01 58 18 38 19 www.haasgestion.com

Revue de Presse - Haas Gestion  

Investir Magazine, la revue de presse de Haas Gestion Mai 2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you