Issuu on Google+

Secteur : Transport

Livingstone - Expert CE 9 rue Maurice Grandcoing - 94200 Ivry-sur-Seine TĂŠl : 01 45 15 90 90 - www.gclnet.fr


Un nouveau leader mondial La fusion Société Xx – Société Y Suite à cette fusion qui a été officialisée en 200N, un nouveau géant du transport mondial est né. Avec une présence dans 28 pays et plus de 117 000 salariés, le nouveau groupe devrait réaliser un chiffre d’affaires de l’ordre de 8.2 milliards d’Euros. Pour ce faire, la Société Yx s’est retirée du capital de la Société Xx en échange d’une reprise d’actifs et en parallèle, la Caisse des Dépôts qui détient 69.6% de la Société Xx va souscrire à une augmentation de capital afin d’établir une parité de contrôle avec la Société Y.

Atouts de la fusion

• Une complémentarité: meilleure présence internationale, la Société Y spécialiste du rail alors que la Société Xx privilégie le tramway. • Des synergies de coûts: réduction des coûts de structure, d’entretien et d’achats. • Un marché du transport public en plein essor notamment dans les pays émergents (Chine, Moyen-Orient). • De nombreux projets: entrée en Bourse, concurrencer la Société S au niveau du rail, plus de présence en Europe.

Risques liés à la fusion

• Disparition en France des SEM qui étaient utilisées essentiellement par la Société Xx. • Accroissements des contraintes financières pour des réseaux qui seront détenus à 50% par une société cotée en bourse.

Raison Sociale

2


200N : mise en place d’une nouvelle DSP Nouveau mode de financement

La compensation tarifaire

• Elle est égale à la quantité de titres vendus (tarif réduit ou gratuit) multipliée par le coefficient de mobilité et par la compensation unitaire contractuelle par déplacement • La compensation unitaire est indexable sur la base du même coefficient que celui appliqué à la subvention forfaitaire d’exploitation

La subvention d’exploitation

• Elle permet de compenser les charges qui sont plus élevées que les produits d’exploitation • Celle-ci est déterminée à l’avance, en fonction d’objectifs de production kilométrique et de déplacements validés. L’Entreprise est ainsi en situation de risque car il devra respecter les objectifs fixés qu’ils soient de recettes ou de dépenses • A ce forfait s’ajoute des ajustements en fonction de la réalisation des objectifs

Les investissements

• Auparavant, les investissements de la Société Xx étaient pris en charge à 100% par l’agglomération • Les nouveaux investissements subventionnés ne donnent plus lieu au versement d’une subvention de 100% du prix d’acquisition mais de 70% Les 30 % restant sont financés annuellement dans la SFE

Raison Sociale

3


Refacturations intragroupe Les produits intragroupe diminuent (-46% soit -1830K€) alors les produits globaux sont en croissance (+7.63% +3073K€) Alors que le total des produits augmente de 7.63%, les refacturations intra-groupe diminuent de 46%. Ainsi, la part des produits réalisés avec le groupe diminue, passant de 9.8% à 4.9%. Ceci résulte principalement de la baisse des prestations de transport intra-groupe - 2 222K €

Intragroupe Produits en K€ Prestations transport Quotes parts de résultat Produits de gestion courante Prestation réparation véhicules PMAD Autres produits Total

200N-1 2 331 411 118 466 495 95 3 980 370

Poids dans le total en % Total 200N 200N-1 200N 200N-1 200N 109 36 113 37 349 6,5% 0,3% 599 411 599 100,0% 100,0% 152 119 156 98,5% 97,1% 440 460 460 101,2% 95,6% 601 678 783 73,0% 76,7% 193 2 429 3 971 3,9% 4,9% 2 123 583 40 275 321 43 348 386 9,9% 4,9%

Les prestations d’ affrètements effectuées par la Société Xx pour le compte de la Société Xy ont permis de dégager une recette de 6 338K€ en 200N. Ces prestations sont en baisse en valeur (-2.3%) par rapport à 200N-1 alors que l’offre kilométrique augmente selon les dirigeants de la Société Xx.

Les intérêts groupe / intragroupe ont perdu 52% de leurs valeurs

Baisse des prestations de transport : La Société X2x est devenu depuis le 1er mai 200N-1, le titulaire de la mission de délégation de service public du transport urbain jusqu’en 200N+2. Les prestations de sous-traitance réalisées par la Société Xx pour le compte de ce réseau n’entrent plus dans le champs des prestations intragroupe.

Raison Sociale

4


Refacturations intragroupe Des charges intra-groupes qui progressent plus fortement que le global des charges Contrairement aux produits, les charges intragroupes ont progressé de 48% alors que dans le même temps, le total des charges progressait moins fortement de 8.4%. Ainsi, la part des charges intragroupes augmente, passant de 5.2% à 9.86% en 200N. Ceci provient de :

- De l’assistance technique et des PMAD en progression cumulée de 350 K€ dont : + 1 017 K€ de facturation Société X3x pour financer la direction régionale (charge sur laquelle la Société Xx n’a aucune visibilité). - 759 K€ avec la suppression des personnels facturés par TBC. +91 K€ d’autres personnels groupe

- des locations financières de véhicule en progression de 991 K€ dont 978 K€ avec la Société G suite aux nouveaux investissements locatifs (22 cars & 8 bus). Intragroupe 200N-1 200N

Charges en K€ Achat carburant non stocké Sous traitance transport Location finanicère véhicules Location Entretien& réparations/ biens immo Personnel extérieur divers Assistance technique Redevances de marque X Autres Charges Total

19 737 7 157 23 833 759 72 86 2 692 109

24 771 993 0

Total 200N-1 200N 878 2 698 2 334 157

1 101 2 897 3 042 0

17 429 361 437 833 437 1 504 759 1 504 121 72 121 108 332 429 3 974 428 37 198 167 40 327 111

Poids dans le total en % 200N-1 200N 2,2% 27,3% 0,3% 100,0%

2,2% 26,6% 32,6% 0,0%

5,3% 100,0% 100,0% 100,0% 1% 7,2%

4,6% 100,0% 100,0% 100,0% 1% 9,9%

- de la redevance de la Société X3x qui a augmenté de 68% soit +49 K€ sans explication fournie

Raison Sociale

5


Refacturations intragroupe Le poids des produits intragroupes perd 5% alors que le poids des charges intragroupes augmentent de 3% (réf. composition) K€

Les produits intragroupes sont en baisse (-46%) alors que les produits globaux augmentent (+8%)

Intragroupe Hors Intragroupe Total Société Xx Poids Intragroupe

Produits 200N-1 200N Variation 3980 2124 -47% 36295 41225 14% 40275 43348 8% 9,90% 4,90% -4,9 Pts

Les charges intragroupes augmentent fortement (+48%) pour une progression des charges globales de 8%

Les produits intragroupes qui représentaient 9.9% du total des produits en 200N-1 ont perdu 47% de leur valeur soit -1856 K€. Cela s’explique par une forte diminution des prestations de transport intra-groupe.

Comparaison entre le total produits Intragroupe / Hors

50000000

Charges 200N Variation 3974 48% 36353 5% 40327 8% 9,90% +4,6 Pts

200N-1 2692 34506 37198 7,20%

Hors intragroupe

40000000

Intragroupe

30000000

Comparaison entre le total charges Intragoupe / hors intragroupe

20000000 10000000 0

45000000

200N-1 2009

200N 2010

40000000

Hors intragroupe

35000000

Les charges intragroupes progressent de 48% soit +1282 K€. Cela s’explique par une augmentation des dépenses en assistance technique et location vue précédemment.

30000000

Intragroupe

25000000 20000000 15000000 10000000 5000000 0 2009 200N-1

Raison Sociale

2010 200N

6


Comparaison entre le chiffre d'affaires de la société Xx et du secteur Accélération de l’écart positif de la Société Xx sur le Secteur en 200N 140

135,24

135 128,8

130

125,3

125 120 115

Secteur

121,0

Société Xx

118,1 109

110 105

125,0

116,3

111,8 100

106,1

100 200N-5 200N-4 200N-3 200N-2 200N-1

200N

200N-4 200N-3 200N-2 200N-1

200N

Ecart CA Sté Xx / Secteur

2,9

4,5

7,2

7,8

10,2

Evolution de l'écart en Pts

2,9

1,6

2,7

0,6

2,4

Le graphique ci-contre compare l’évolution du CA de la Société Xx avec celui de son secteur à partir d’une base 100 depuis 200N-5. En 5 ans la Société Xx a vu son chiffre d’affaires progresser de plus de 35% contre « seulement » 25% pour le secteur. L’écart entre la Société Xx et le secteur s’est fortement accentué en 200N (+2,4 Pts) contre une progression moyenne de l’écart de + 1,95 Pts sur 200N-5- 200N-1. Cela traduit l’augmentation du périmètre d’intervention de la Société Xx.

Le chiffre d’affaires du secteur pour l’année 200N n’a pas encore été rendu public.

Raison Sociale

7


Les solutions envisagées par l’agglomération (PDU 200N-200N+20) Privilégier les modes actifs et les transports publics

Adapter la largeur des cheminements aux flux de piétons avec au moins 1.80 mètres de trottoirs, adapté en fonction de la fréquentation la zone. Les solutions envisagées ou mises ende place par l’agglomération sont les suivantes: Améliorer la performance du transport public avec d’une part le développement des lignes 3, 4 et 5 pour le tramway, et d’autre part développer la mixité entre les modes de transports avec les parkings relais ou les stations de vélos. Affirmer la place du vélo sur la chaussée avec notamment le développement des pistes cyclables sur les zones plus dangereuses, et le développement des stationnements vélo. Pour ce faire, le remplacement de 2 places de stationnement pour les voitures permettraient de mettre en place un stationnement pour 12 vélos.

Agir sur la vitesse Développement des aires piétons où les marcheurs sont prioritaires sur les véhicules.

Développer les zones limitées à 30km/heure.

Raison Sociale

8


L’offre kilométrique La baisse de la production kilométrique de la Société Xx est en partie compensée par la progression de la production affrétée en milliers de KM Prod KM Bus Prod KM Tram Prod KM Sté Xx Prod KM Affrétés Navettes externalisées Prod KM Totale Offre en PKO SRO ( en milliers )

200N-2

200N-1

200N

Var R200N/R200N-1

B200N

R200N/B200N

5 319 3 271 8 590 2 484

5 317 3 367 8 684 2 496

-1,4% -1,9% -1,6% 2,8%

5 548 3382 8 930 2509

-5,5% -2,3% -4,3% 2,3%

11 074 1 381 320

11 180 1 405 039

5 243 3 304 8 547 2 567 145 11 258 1 402 435

0,7% -0,2%

11 439 1 426 032

-1,6% -1,7%

La production kilométrique de la Société Xx diminue de 1.6% en 200N sous l’effet de : - La baisse de la production kilométrique bus de 74 mkm; - La baisse de la production kilométrique Tramway 63 mkm; La production kilométrique affrétée, gérée depuis 01/2011 par la Société Xx progresse de 71 mkm essentiellement sous l’effet de la production sur les lignes P / C (+82,4 mkm) Au final, l’offre baisse seulement de 0.2% : malgré la contraction de la production km bus de la Société Xx , l’offre bus de la Société Xx a progressé de 1,3% en raison de la plus grande capacité moyenne de transport des bus utilisés en 200N. Les tramway baissant de 1.6% pour une production kilométrique en baisse de 1,9%. Par ailleurs, la DSP fixait pour 200N une offre à 11 489 063 km. La réalisation est inférieure de 375 000 Km à l’objectif de la DSP soit un taux de non réalisation de 3.3% qui va enclencher la mise en œuvre de la clause de revoyure (cf. Analyse des recettes).

Raison Sociale

9


Synthèse de l’activité 200N Un nombre de voyageurs qui régresse en 200N mais des recettes stables

Synthèse de l'activité (base 200N-5) 200N-5 200N-4 200N-3 200N-2 200N-1

200N

135,0 130,0 125,0 120,0 115,0

Recettes hors compensation Voyages Kilomètres

110,0 105,0

Le nombre de voyageurs est le seul indicateur qui subit une baisse significative en 200N (-6,2 Points) en raison des travaux et de la baisse des validations.

P.K.O

100,0 95,0 90,0

Sur la période 200N-5- 200N-1, les recettes directes, les voyages et l’offre de transport (PKO) ont progressé de façon corrélée. 200N est marquée par un décrochage net du nombre de voyages tandis que les recettes directes et les PKO n’ont que faiblement diminué.

Raison Sociale

Malgré la baisse significative du nombre de voyages validés, les recettes hors compensation sont stables : la baisse de validation par les abonnés n’induisant pas une baisse des recettes. La production kilométrique est le seul indicateur à progresser, même si celle-ci est faible (+ 0,6 Pt). Néanmoins l’offre exprimée en PKO baisse car pour la première fois, la production tramway a légèrement baissé.

10


Le parc de véhicules Un vieillissement du parc de bus et de tramway conforme aux données de la DSP On observe un important vieillissement du parc de véhicules dont les investissements ne sont pas réalisés directement par l’exploitant mais par l’AOT.

Age moyen

200N-5

200N-4

200N-3

200N-2

200N-1

200N

- parc de bus

8,4

9,4

8,9

8,2

8,7

9,5

- rames ligne 1

5,6

6,6

7

8

9

10

0,9

1,9

2,9

3,9

- rames ligne 2

L’âge moyen des tramways ne fait que de progresser car les premiers renouvellements ne sont prévus qu’au delà de 15 ans d’ancienneté.

La production kilométrique par bus ou par rame a diminuée en 200N en raison : - Pour le Bus : de la baisse de la production kilométrique et de la vitesse d’exploitation ; - Pour le tram : de la baisse de production kilométrique et des coupures et ce malgré l’accroissement de la L1.

L’âge moyen bus est supérieur de 3 mois aux objectifs de la DSP. Sur la durée de convention, la DSP prévoit un axe moyen du parc bus compris entre un maximum de 9,99 ans (200N+2) et un minimum de 8,22 ans (200N+5).

mkm Bus Nbre de Bus Km/bus mkm ligne 1+2 nombre de tram Km/tram

200N-5 6 166 154 40 036 1 618 30 53 947

200N-4 6 080 152 40 003 1 742 31 56 194

200N-3 5 316 135 39 381 3 147 56 55 899

200N-2 5 436 139 39 111 3 271 57 57 389

200N-1 5 435 139 39 098 3 367 57 59 063

200N 4 968 135 36 798 3 304 57 57 961

Le parc a diminué de 4 bus en 200N suite à la mise au rebut des 8 bus PR et de 2 bus NL et à l’acquisition de 6 bus CNV.

Raison Sociale

11


Synthèse sur les résultat de la Société Xx Quel bilan à la fin du premier exercice de la nouvelle DSP ? Le budget 200N, prévoyait un résultat équilibré pour le premier exercice de la nouvelle DSP. Au final, le résultat avant IS comptabilisé en 200N est inférieur de 239K€ aux données budgétaires en raison : - de la non comptabilisation des ajustements à porter sur certains produits de l’année 200N pour un montant total de 472 K€ expliquant la non réalisation de certains objectifs ( (compensations, indemnités, …); - de la comptabilisation d’une provision supplémentaire pour 315 K€ dans le cadre du litige social sur la prime de 200N-3. L’écart final est inférieur à l’impact de ces deux éléments car l’exercice 200N a également été marqué par : - Des conflits sociaux réduisant les dépenses de personnels de 571 K€ et masquant les surcoûts liés aux conditions d’organisation; - Des autres charges inférieures aux données budgétées : décalage de certains investissements, plus value de cession de 60 K€; - Des autres recettes hors exploitation, constituées de remboursement (OPCA Sinistres, … ) supérieurs aux estimations.

EnEn K€

K€ Ecart / recettes hors hors Agglo Ecart / compensations Ecart / indemnités Ecart / dépenses Ecart / résultat de fonctionnement Ecart / recettes hors Exploit Ecart / autres charges Ecart / Dot litige social

B2010 B200N 40 -572 -226 -27 -786

411 451 -315

Ecart sur résultat avant IS comptabilisé -239 Ajustement / compensations 876 Ajustement / répartition recettes -85 Compléments sur pertes / L3 312 Ajustement / prod Km non réalisée -631 Ecart Corrigé

233

Bien que le premier résultat transport affiché par la Société Xx dans le cadre de la nouvelle DSP soit en perte, les informations traitées montrent : - Que l’agglomération, pour qui le transport est un véritable enjeux, amorti l’impact de la dégradation des conditions. - Que le cadre de la nouvelle DSP impose à la Société Xx une grande rigueur dans le respect de ses objectifs opérationnels pour éviter de prochaines réfaction de la SFE ou dans la maitrise de ses charges de fonctionnement hors travaux. - Que seul le dépassement des objectifs de recettes directes permettra à l’entreprise de générer du r��sultat sans rogner sur ses dépenses. - A ce titre, la prévention des conflits sociaux devient un véritable enjeux pour l’entreprise qui sera, à défaut, sanctionné à double titre : réfaction pour kilomètres non produits & perte de recettes directes.

Raison Sociale

12


Présentation et analyse du compte de résultat Zoom sur les facteurs d’augmentation du chiffre d’affaires

La Société Xx a vu son chiffre d’affaires augmenter de 1894K€ grâce : Aux services spéciaux scolaires (14% CA) 613K€ qui ont augmenté (+12%) du fait d’une année pleine en 200N dans la région.

Aux lignes régulières qui ont notamment connus deux indexations en Janvier 200N (0.8%) et en Juillet 200N (1.62%) soit une augmentation de 453K€. Var. N-1/N du chiffre d'affaires en K€

Aux autres affrètements (1% du CA) qui progressent de 166K€ grâce aux circuits de la Fête X et des circuits X pour l’été 200N.

A l’ activité occasionnelle qui a enregistré une progression de 662K€ grâce notamment à la manifestation X durant l’été 200N et les travaux du pont X.

1 894

Lignes régulières

601

dont indexation

453

dont avenants d'extension de services

70

dont recettes directes de fréquentation

78

Services spéciaux scolaires

613

Autres affrètements

166

Activité occationnelle

662

Affrètement urbain Autres

-153 5

L’affrètement urbain diminue de 153 K€ (-2.35%) suite au démarrage des nouveaux circuits en février 200N. La direction de la Société X2x ayant demandé à la Société Xx de produire plus de kilomètres à un prix global légèrement inférieur.

Raison Sociale

13


Présentation et analyse du compte de résultat La structure du CA reste stable La structure du CA en 200N est stable. Les abonnements scolaires et les recettes « transports privés » perdent 1% dans la répartition du CA en 200N. Les services occasionnels et les services spéciaux scolaires récupèrent 1% respectivement dans la répartition du CA en 200N. Nous constatons que les recettes LR interurbains représentent 59% des recettes globales, soit +2.6% entre 200N-1 - 200N. Cette hausse s’explique +3.3% respectivement). Les services spéciaux scolaires ne cessent de croître (+10 %). Les recettes occasionnels représentant 8% du CA en 200N se sont accrues fortement (+23%).

Composition CA 200N-1

Composition CA 200N

Recettes directes

7 739

2 387 9 002

Recettes directes

Subventions & compensation Abonnements scolaires

9 212 3 172

Services spéciaux scolaires Services occasionnels

2 510

7 759

11 625

Raison Sociale

Subventions & compensation Abonnements scolaires Services spéciaux scolaires

5 660

Recettes "transports privés" Recettes diverses

5 046

2 465

Services occasionnels 11 938 Recettes "transports privés"

14


Le compte de résultat consolidé Un résultat net en forte hausse malgré une contraction du chiffre d’affaires Chiffre d'affaires Groupe 191,5

192 En millions € Chiffre d’affaires

200N-3 185,1

200N-2 191,5

200N-1 Var. N-1/N-2 187,9

190 186

19,7

16,1

19,6

+21,7%

Résultat net

9,2

8,6

11,2

+30,6%

187,9

188

-1,8%

Résultat d’exploitation

-2%

185,1

184 182 180 200N-3

Résultat Net Groupe 12 10

+31%

9,2

200N-2

200N-1

Résultat d'exploitation Groupe

11,2

25

8,6

20

8

+22%

19,7

19,6

16,1

15

6 10

4 2

5

0

0 200N-3

200N-2

200N-3

200N-1

Raison sociale

200N-2

200N-1

15


Le compte de résultat consolidé Retraitement de consolidation : l’élimination des produits & charges intragroupe Les comptes consolidés ont vocation à présenter le résultat du groupe comme s’il s’agissait d’une seule société composée de différents établissements. Dans un groupe, lorsque qu’une société réalise une prestation pour le compte d’une autre société, elle a l’obligation d’établir une facture, comptabilisée dans son chiffre d’affaires. Dans une société composée de plusieurs établissements, aucune facturation n’est établie en cas de prestations internes. Ainsi, lors de l’établissement des comptes consolidés, il convient d’annuler dans chaque société le chiffre d’affaires et les charges liés à des flux intragroupe. Ce retraitement est sans impact sur le résultat car il réduit d’autant le chiffre d’affaires et les charges.

Raison Sociale

Soit un groupe composé de deux sociétés ayant réalisé 550 K€ et 300 K€ de prestation intragroupe :

Société 1

Cptes sociaux Retraitement

Consolidé

Chiffre d'affaires

1100

-550

550

Charges

750

-300

450

Résultat

350

-250

100

Société 2

Cptes sociaux

Retraitement

Consolidé

Chiffre d'affaires

1500

-300

1200

Charges

900

-550

350

Résultat

600

250

850

Cumul

Retraitement

Consolidé

Chiffre d'affaires

2600

-850

1750

Charges

1650

-850

800

Résultat

950

0

950

Consolidé

16


La valeur ajoutée La richesse créée par l’entreprise progresse de +7,3% malgré la baisse du chiffre d’affaires En milliers d'euros

200N-2

200N-1

Var N-1/N-2

Chiffre d'affaires

191 450

187 926

-3 524

Coût d'achat des Mat. 1ères

-25 207

-18 840

6 367

Autres charges externes

-56 859

-51 751

5 108

Valeur ajoutée

109 384

117 336

+7 951

Taux de valeur ajoutée

57,1%

62,4%

+5,3pts

Zoom sur les matières premières : En 200N-1, le coût d’achat des matières premières (gazole essentiellement) a reculé de 25% alors même que le prix du carburant progressait de +6% (cf. graphique ci-dessous). Indice Gazole professionnel (200N-5 200N)

En 200N-1, le taux de valeur ajoutée (= Valeur ajoutée / Chiffre d’affaires) s’élève à 62,4% (5,3 points de plus qu’en

200

200N-2).

180

Pour 100 € de prestations vendues en 200N-1, l’entreprise a dépensé 37,6 € auprès de fournisseurs externes.

+6% en 200N-1

160 140 120

Elle a donc créé en interne une richesse de 62,4 €.

100 80

Source : CNR. Indice base 100 en 2000

60

Raison Sociale

17


L’excédent brut d’exploitation L’excédent brut d’exploitation en hausse de 15% En milliers d'euros

200N-2

200N-1

Var N-1/N-2

Valeur ajoutée

109 384

117 336

+7 951

Impôts & taxes

-5 502

-6 017

516

Excédent brut d'exploitation (milliers d'euros) 35 000

Charges de personnel

-78 931

-82 667

3 736

EBE

24 952

28 651

+3 699

Taux d'EBE

13,0%

15,2%

+2,2 pts

30 748

30 000

-19%

+15%

28 651

24 952

25 000 20 000 15 000 10 000 5 000 0

200N-3 2007

Pour 100 € de prestations de services, il restait au

200N-2 2008

200N-1 2009

Groupe 15,2 € en 200N-1 contre 13,0 € en 200N-2 Détail des charges de personnel :

après avoir réglé ses fournisseurs, l’Etat, ses salariés et les organismes sociaux.

Rémunération du personnel Charges sociales Charges de personnel

Raison Sociale

200N-2

200N-1

57 724 21 206 78 931

60 326 22 341 82 667

Var N-1/ N-2

+4,5% +5,4% +4,7%

18


Partage de la valeur ajoutée Disparité entre évolution de la Valeur Ajoutée et celle des salaires Répartition de la VA "économique" Chiffre d'affaires Coût d'achat des MP Autres achats et charges externes VA (comptable) Autres produits d'exploitation et subventions Revenus des placements & participations Résultat exceptionnel Résultat des op. en commun VA (économique)

200N-3 34 605 -3 286 -12 126 19 193 1 708 17 21 108 21 047

200N-2 37 256 -4 007 -12 517 20 733 1 822 163 -42 309 22 984

200N-1 38 313 -3 196 -13 327 21 790 1 539 65 39 411 23 843

200N 40 207 -6 140 -12 600 21 467 1 689 31 9 599 23 794

Salariés

10 189 9 757 432

11 199 10 211 989

11 379 10 638 742

11 971 11 316 655

2 329 2 165 164 5 731 1 324 1 131 3 276 2 798 3 189 -595 121 83

2 148 2 029 120 7 994 1 302 2 800 3 891 1 643 2 550 -1 159 145 107

3 843 3 803 40 7 006 1 274 1 827 3 905 1 615 2 069 -833 179 200

3 039 3 024 15 7 318 1 220 1 539 4 559 1 466 2 043 -807 232 -3

Salaires et Traitements Participation Apporteurs Dividendes Intérêts Administration Impôts et taxes IS Cotisations Entreprise Total DAP Reprise Prov. Autres Charges Résultat après affectation

Raison Sociale

La valeur ajoutée économique stagne (-0.002%) en 200N après voir progressé de 23,9% sur trois ans (200N-3 - 200N-1). Au global entre 200N-4 et 200N, la valeur ajoutée économique a progressé de 23.95% contre 15.3% pour les salaires à la même période.

Néanmoins sur 200N-1/200N cet écart se réduit suite à l’augmentation des salaires de 5,2% et la stagnation de la valeur ajoutée.

La part affectée aux apporteurs baisse de 3,8% (-21%). Cette évolution fait suite à une progression de 146% de celle-ci entre 200N-4 - 200N-1.

19


Partage de la valeur ajoutée Deux graphiques mettant en évidence la répartition de la VA En pourcentage de la VA, la part revenant aux salariés représentait 47.7% en 200N-1, pour 50.3% en 200N (soit +3.6 points). Néanmoins il convient de constater que cette part reste en dessous du niveau de 200N-4 (51.31%). Avec un partage de la valeur ajoutée stable depuis 200N-4, la progression de la part revenant aux salariés devrait être corrélée à celle de la valeur ajoutée. La valeur ajoutée a progressé de 3.73% en 200N, ainsi en progressant à l’identique la part réservé aux salariés, on obtient 11 618 K€ soit un écart de 237 K€. Sur la période 200N-3 - 200N cet écart cumulé s’élève à 2299K€ soit en progression de 11.5% en un an.

200N-1

200N

6,8%

6,2%

Salariés Apporteurs

29,4%

47,7%

Administration

30,8% 50,3%

16,1%

Entreprise

12,8%

Raison Sociale

20


Evolution de la composition du passif Zoom sur les provisions pour risques et charges 31/12/200N-1 Prud Hommes, dont: Salarié 1 Salarié 2 Salarié 3 Salarié 4 Salarié 5 Salarié 6 Salarié 7 Salarié 8 Salarié 9

Médalles du travail

134 631 74 200 19 651 5 320 5 275 5 290 5 282 5 297 5 212 9 104 0 1 150 565 0 51 317

TOTAL

1 336 513

Retraites

Dotations 2 500 2500

Reprises 102 955 71 700 19 651

31/12/200N

9 104

34 176 5 000 0 5 320 5 275 5 290 5 282 5 297 5 212 0

124 151

63 140

1 211 576

9 523

7 100

53 740

136 174

173 195

1 299 492

Raison Sociale

Les provisions pour risques et charges représentent des charges relatives aux périodes écoules mais non encore certaines à la clôture de l’exercice. Les provisions enregistrent une réduction de 39 K€ en 200N en lien avec : La baisse des provisions pour risques sociaux (- 103 K€) suite au dénouement des litiges pour lesquels la Société Xx a déboursé 2 500 € en indemnités au lieu de 91 K€ provisionnés. L’augmentation provisions pour indemnités de fin de retraite (+61 K€) en lien avec l’évolution de l’ancienneté et de l’âge des salariés.

21


L’analyse par activité Pôle Transport : répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée produite sur ce pôle a progressé de 3% en 200N-1. La part de la valeur ajoutée revenant aux salariés baisse de 2 points entre 200N-2 et 200N-1, sous l’effet de la forte baisse des dépenses d’intérim (-42%). Parallèlement, les parts versées aux actionnaires et à l’administration (impôts et cotisations patronales) progressent toutes les deux d’un point en lien avec la progression des résultats et de la fiscalité sur les résultats. Les parts versées aux autres bénéficiaires restent stables et sont peu importantes, car l’entreprise a recours au crédit bail pour financer ses investissements (charge déjà déduite de la valeur ajoutée).

8%

200N-2 2008 Salariés

6%

Financeurs extérieurs Administration

28%

58% Entreprise

Actionnaires 1%

200N-1 2009 9%

Salariés

6%

La part versée aux salariés diminuant et celle versée aux financeurs ou à l’entreprise restant stable cela signifie que les charges ont progressé moins rapidement que la valeur ajoutée. Le pôle dégage donc un résultat plus important entrainant une augmentation de la fiscalité et de la richesse versée à l’actionnaire.

Financeurs extérieurs Administration 29%

56% Entreprise Actionnaires 1%

Raison Sociale

22


L’analyse par activité Pôle Logistique : répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée produite par ce pôle a baissé de 1% en 200N-1. Comme pour l’activité Transport, la part de la valeur ajoutée attribuée aux salariés baisse de cinq points entre 200N-2 et 200N-1, y compris sous l’effet de la réduction importante des dépenses d’intérim (- 45%). Les parts versées à l’administration et aux actionnaires progressent de respectivement 2 points 1 point en 200N-1. La part versée à l’entreprise en 200N-2 et 200N-1 est négative, car d’importantes reprises sur provisions ont été comptabilisées.

200N-2 2008

-1% 6%

Salariés Financeurs extérieurs Administration

27%

Entreprise

69% 1%

Actionnaires

-1%

200N-1 2009

7%

Salariés

A l’instar des sociétés du pôle Transport, la faible part versée aux financeurs extérieurs à l’entreprise montre que : les sociétés de ce pôle sont facilement faiblement endettées (car elles ont recours au crédit bail) ; elles autofinancent leur investissements.

Raison Sociale

Financeurs extérieurs Administration

29%

64% 0%

Entreprise Actionnaires

23


L’analyse par activité Pôle Tête : répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée produite sur ce pôle a diminuée de 11% en 200N-1. Les parts respectivement versées aux salariés et à l’administration progressent de 5 points entre 200N-2 et 200N-1 sous l’effet de la progression des postes de dépenses suivants : augmentation des salaires de 14 % et de l’impôt (suite à l’IS négatif de 200N-2). La part versée à l’entreprise est négative, à cause des reprises sur provisions importantes en 200N-2. La part versée aux actionnaires baisse fortement en 200N-1 sous l’effet de la diminution de la valeur ajoutée et de l’augmentation des parts versées aux non actionnaires. Cette évolution traduit la contraction du résultat au niveau des sociétés de tête.

La part de la valeur ajoutée versée aux financeurs extérieurs dans le pôle Tête est supérieure à celle des autres pôles, car les sociétés Xx1 et Xx2 regroupent à elles seules 48% des dettes financières du Groupe.

2008 200N-2 19%

Salariés Financeurs extérieurs Administration

9% 64%

14%

Entreprise Actionnaires

-6%

200N-1 2009 Salariés

24%

49% 7%

Financeurs extérieurs Administration Entreprise

19%

Actionnaires

2%

Raison Sociale

24


L’analyse par activité Répartition de la valeur ajoutée : activité Transport vs. Activité Logistique (200N-1) Transport La répartition de la valeur ajoutée entre ces deux activités se distingue au niveau des parts revenant aux salariés et à l’entreprise : pour une même valeur ajoutée, l’activité Logistique consomme plus de main d’œuvre que l’activité Transport.

9%

Salariés

6%

Financeurs extérieurs Administration 29%

56% Entreprise

Cette dernière activité affecte une part plus importante de sa valeur ajoutée à ses investissements (camions, etc.).

Actionnaires 1%

-1%

Logistique

7%

Salariés Financeurs extérieurs Administration

29%

64% 0%

Raison Sociale

Entreprise Actionnaires

25


L’analyse de la fiscalité supportée par le Groupe Analyse pour le pôle Tête 200N-3 Résultat comptable avant IS Impôt sur les sociétés Résultat comptable après IS Taux d'imposition Résultat comptable avant IS Retraitements fiscaux Résultat fiscaux propres

200N-2

200N-1

10022 956

8747 -150

6615 606

9066 10%

8897 -2%

6009 9%

10022 -7135 2 887

8747 -8 837 -90

6615 -4716 1 899

en K€ En K€ Imputation déficit N Imputation déficit N-1 Annulation totale des dividendes Annulation PV interne Autres retraitements Impact Intégration fiscale Résultat fiscal propre Base IS IS propre Contribution aditionnelle Charge d'impôt

2008 200N-2 -513 316 -442 -125 -57 -821 -5 -826 -275 94 -181

2009 200N-1

Pour un taux d’IS de 34% du résultat, le taux moyen d’imposition de ces sociétés est compris entre -2% et 10% sur la période étudiée. Cela s’explique par : Le traitement fiscal des dividendes (régime mèrefille) Le mécanisme de l’intégration fiscale Le régime des sociétés mère-fille exonère d’impôt les dividendes à hauteur de 95 % du montant perçu, car ces revenus ont déjà supporté l’impôt chez la société distributrice. Cela signifie que sur les dividendes, la société ne paie que 1,7% d’impôt au lieu de 34%.

513 -270

L’intégration fiscale consiste à cumuler les résultat individuels pour calculer un impôt global pour le groupe. Cela permet notamment :

-188 55 -39 16 5 129 134

d’imputer les déficits réalisés par certaines sociétés du Groupe sur le résultat d’ensemble ; d’exonérer totalement d’impôt les dividendes. L’économie ou le surcoût d’impôt réalisé viennent impacter la charge d’impôt de la société mère du groupe. Si cette économie est supérieure à l’impôt qu’elle aurait payé hors intégration, elle obtient un produit d’impôt.

Raison Sociale

26


Le passage du résultat comptable au résultat fiscal par activité Analyse pour le pôle Logistique 200N-3 2007

200N-2 2008

200N-1 2009

Résultat comptable avant IS Impôt sur les sociétés Résultat comptable après IS Taux d'imposition

1216 469 747 39%

1680 609 1071 36%

1959 638 1321 33%

Résultat comptable avant IS Retraitements fiscaux Résultat fiscal

1216 192 1 408

1680 152 1 832

1959 -37 1 922

Filiales

Fille A

Fille B

Fille C

Le taux d’imposition des sociétés du pôle Fille diminue sur la période 200N-3–200N-1 en raison du traitement fiscal de la participation. Traitement fiscal de la participation : cette charge comptabilisée à la clôture de l’exercice auquel elle se rattache n’est déductible fiscalement que l’année suivante. Lors du premier versement de participation, cela conduit à majorer le résultat fiscal de la société. L’année suivante, le résultat fiscal sera minoré de la participation N-1 et majoré de la participation N.

200N-8 200N-7 200N-6 200N-5 200N-5 200N-4 200N-3 200N-2 200N-1 Réintégration*

47

41

50

64

65

53

44

43

41

Déductions**

9

47

41

11

64

65

0

44

43

38

-6

9

53

1

-12

44

-1

-2

Variation

Filiales

Fille D

Fille E

Fille F

200N-8 200N-7 200N-6 200N-5 200N-5 200N-4 200N-3 200N-2 200N-1 Réintégration

0

47

52

0

29

47

0

117

106

Déductions

0

7

47

0

0

30

0

17

117

Variation

0

40

5

0

29

17

0

100

-11

En 200N-3, la première année d’activité pour Fille C et première année de versement de la participation pour Fille A, nous relevons un impact positif sur le résultat fiscal (effet qui se réduit ou disparait en 200N-2 et 200N-1). En 200N-2, on observe le même effet fiscal sur Fille D, Fille E, Fille F pour leur première année d’activité. En 200N-1, le taux d’imposition se situe dans la norme (Impôt sur les Sociétés = 33%).

* Charges de l'année non admise en déduction fiscal ** Charges antérieures déduites postérieurement

Raisons Sociale

27


La Société Xx et la RSE Synthèse des principaux aspects analysés

Il n’y a pas pour l’instant des objectifs chiffrés et opérationnalisés. DEFINITION ET OPERATIONALISATION DES OBJECTIFS

SUIVI DES CONSOMMATIONS

En revanche, des engagements ont été pris et des actions mises en place (voir le chapitre « Objectifs et actions »

Un suivi des consommations est réalisé annuellement.

(eau, énergie, papier) Pas de rapport annuel formalisé en ce sens

INDICATEURS ENVIRONNEMENTAUX (suivi, efficacité etc)

La Société Xx n’a pas encore mis en place un système d’indicateurs environnementaux systématisé, mais un suivi est réalisé

Raison Sociale

28


La Société Xx et la RSE Synthèse des principaux aspects analysés (suite)

La Société Xx n’a pas fait l’objet d’une certification environnementale du type ISO 14 001

CERTIFICATIONS

GESTION DES DECHETS : traçabilité, valorisation, tri

REALISATION DU BILAN CARBONE

Les informations détenues à ce jour nous indique une gestion optimale des déchets.

Pas de Bilan Carbone réalisé pour le moment mais engagement défini en ce sens dans le cadre de la DSP

Raison Sociale

29


Les donnĂŠes sociales


Les conventions intragroupes Les conventions intragroupes en général

Les conventions réglementées

Toute convention passée entre la société et ses dirigeants, ses actionnaires ou une société contrôlée par ces derniers

Information des 1/3 : conventions listées dans le rapport spécial du commissaire aux comptes

Les conventions interdites

Conventions de prêt ou de cautionnement entre la société et ses actionnaires ou dirigeants (hors personnes morales)

Information des 1/3 : NA car interdites

Les conventions libres

Conventions visées dans les conventions réglementées mais portant sur des opérations courantes et conclues à des conditions normales

Information des 1/3 : Relevé des conventions libres

Raison Sociale

31


Les conventions intragroupes Les conventions intragroupes au sein du Groupe Les rapports spéciaux des commissaires aux comptes transmis par la Direction font état de l’existence de certaines conventions intragroupes . Il n’est toutefois pas possible de les présenter sous la forme d’un tableau intégrant les montants facturés par prestation. En effet, dans les sociétés par action simplifiée (SASU) ou les entreprises à responsabilité limitée unipersonnelle (EURL) : soit il n’y a pas de rapport spécial du commissaire aux comptes, soit celui-ci ne comporte que les conventions conclues au cours de l’exercice. Convention d’intégration fiscale (conv. réglementée) Cette convention permet de compenser au sein du groupe les bénéfices et les pertes : la charge globale de l’impôt sur les sociétés des membres du groupe est calculée non pas individuellement mais à partir du cumul des résultats individuels. L’économie réalisée est comptabilisée chez la société mère. E X E M P L E

Hors intégration fiscale Résultat Fiscal

Mere 150

Charge d'IS Taux d'imposition

-50 33,3%

Avec intégration fiscale

Mere

Résultat Fiscal Charge d'IS Taux d'imposition

150 -25 16,7%

Fille 1 -75

Fille -75

Fille 2 Cumul 60

75

-20 33,3%

-50 66,7%

Fille 2 Cumul 60

135

-20 33,3%

-45 33,3%

Convention de prestations de direction générale, techniques et administratives facturées par la Société Xx (convention Réglementée) La Société Xx assure une partie des fonctions de direction, d’administration et de support au profit des sociétés du groupe. En contrepartie de ses prestations elle perçoit une rémunération. Convention de trésorerie (convention libre) Cette convention permet aux sociétés dégageant des excédents de trésorerie de financer à moindre coût les sociétés ayant des besoins de trésorerie en leur mettant à disposition ces excédents. En contrepartie, les sociétés paient ou perçoivent des intérêts.

Raison Sociale

32


Evolution des effectifs par âge et ancienneté Une augmentation de l’âge moyen chez la Société Xx Une structure de l’ancienneté qui soulève plusieurs questions Evolution général de la répartition par âge 269 271

134 138 90 22

200N-1 200N

81

En 200N, on note plusieurs éléments : Les effectifs -26 ans et 26-39 ans sont en baisse Les effectifs 40-54 ans et 55 ans et + restent relativement stable On assiste donc à un glissement de l’âge, l’âge moyen passant d’environ de 39.2 à 39.6.

18

Moins de 26 ans

26 a 39 ans

40 a 54 ans

Repartition des effectifs par ancienneté

55 ans et plus

158 148

En analysant l’ancienneté, nous notons une forte concentration des salariés avec une ancienneté moyenne : Ainsi, près de la moitié de l’effectif (51.2%) a moins de 8 ans d’ancienneté. Et les salariés ayant moins de 3 ans d’ancienneté représentent quasiment la même part dans l’effectif que ceux ayant plus de 15 ans. Cette structure de l’ancienneté pose notamment des questions liées au turn-over d’une part et à l’élévation du coût moyen du travail d’autre part mais d’un coté et de l’autre de la pyramide.

Raison Sociale

120 101

92

103

101 100 200N-1

52 48

200N

Moins de De 1 a 3 De 3 ans De 8 ans Plus de 15 1 an ans a 8 ans a 15 ans ans

33


Evolution des effectifs par âge et ancienneté Une stabilité de l’âge qui se cristallise autour des 45 ans et plus Une ancienneté qui progresse pour se concentrer autour des 3-17 ans En 200N, la répartition de l’âge évolue peu Nous notons que la majeure partie de l’effectif se situe dans les tranches d’âge haute: ainsi, près de la moitié de la population (46%) a 45 ans et plus De plus, la plus forte variation concerne les 56 ans et plus, dont l’effectif augmente de 16%

Evolution de l'effectif par âge 393 383

200N-1 200N 202 196

168 165

145

La Société Xx n’est pas révélatrice de cette répartition au niveau de la branche: cette dernière présente en effet une part de salariés de 25 à 50 ans qui reste majoritaire (près de 70% de l’effectif)

67 78 15 18

-25 ans

25-34

35-39

40-44

45-55

56 ans et +

En 200N, les catégories de 3 à 17 ans d’ancienneté représentent 60% de l’effectif total (contre 57% en 200N-1) Les catégories de 0 à 3 ans sont quant à eux en diminution (15.4% en 200N contre 17.3% Nous avons donc une concentration de l’effectif en milieu de la pyramide d’ancienneté Cette répartition coïncide avec celle de la branche: en effet, cette dernière a 50% de son effectif avec une ancienneté de 3 à 15 ans Au final, nous notons un effectif majoritairement de 45 ans et plus et dont l’ancienneté progresse, ce qui pose la question du GVT et des problématiques liées aux rémunérations (coûts salariaux, coûts des départs en retraite, …)

Raison Sociale

Evolution de l'effectif par ancienneté 262

200N-1

237

200N

206 192 130 129

121 75

80

140 138

111 107

47

- de 1 an

1à2 ans

3à6 ans

7 à 9 10 à 17 18 à 25 + de ans ans ans 25 ans

34


Les mouvements de personnel Des embauches en augmentation, surtout pour les CDD ouvriers roulants Evolution des embauches par catégorie 200N-2

200N-1

200N

Ouvrier R

38

36

47

Ouvrier NR

46

45

64

ETAM R

0

0

0

114

124

125

2

2

3

200

207

239

ETAM NR IC Total

En 200N, les embauches sont en hausse de 15% (soit 32 salariés) Les principales embauches ont concerné les ouvriers, qui représentent 46% des entrées Seuls les Roulants ne connaissent pas d’embauches en 200N (ce qui s’explique par la politique de promotion interne) Les embauches par sexe, relativement égalitaires, contribue à la stabilité de la répartition de l’effectif H-F

Source: bilan social

Au regard des embauches par contrat, nous notons que 87% des embauches ont été réalisées sous CDD

Embauches par contrat Les embauches en 200N ont surtout concerné des ouvriers roulants en CDD D’une part, cela confirme la tendance au niveau de la branche : les recrutements en 200N ont concerné principalement des conducteurs D’autre part, cela confirme la politique de la Direction, qui est d’embaucher des conducteurs receveur en CDD contrat pro. afin d’absorber l’absentéisme

Embauches par sexe

30 13% 109 46%

CDI CDD

Raison Sociale

209 87%

130 54% Homme Femme

35


La participation des salariés Pôle Transport : l’impact de la fiscalité En milliers d'euros

copromer Fille A Fille B BT29 Fille C BT56 Fille D FT11 Fille E FT17 Fille F FT21 Fille G FT30 Fille H FT33 Fille I FT44 Fille J FT53 Fille K FT54 Fille L FT62 Fille M FT69 Fille84N FT Fille O FT85 Fille P FT86 Fille Q FT91 Fille R FT94 Fille S TFA

Participation

Variation 09/08 N-1/N-2

N-1 2008

N-2 2009

K€

%

301 38 149 37 123 16 18 64 0 23 39 91 118 9 177 101 215 0 12

352 27 169 0 69 41 40 58 73 138 88 81 125 56 46 154 37 48 27

51 -11 20 -37 -54 25 22 -6 73 115 49 -10 7 47 -131 53 -178 48 15

17% -29% 13% -100% -44% 156% 122% -9% 500% 126% -11% 6% 522% -74% 52% -83% 125%

Var résultat dont Impact comptable fiscal

378 -33 117 -133 -272 120 98 -14 326 454 220 -31 44 176 -432 380 -626 207 58

434 -39 150 -131 -249 121 123 31 194 409 225 -54 -10 183 -415 376 -421 151 87

Dont Impact fiscal

-56 6 -33 -2 -23 -1 -25 -45 132 45 -5 23 54 -7 -17 4 -205 51 -29

Fille Q : la baisse de 83% de la participation est liée, d’une part à la baisse du résultat en 200N-1, et d’autre part à l’impact fiscal négatif. Celui-ci résulte de la prise en compte de la participation de 200N-2 dans la base de calcul 200N-1.

Raison Sociale

Les sociétés Fille I et Fille R n’ont pas été prises en compte car elles ont été créées en 200N-1.

Fille D : aucune participation n’a été versée en 200N-1, suite à la dégradation du résultat comptable (liée à la progression des charges d’ exploitation).

Pour Fille J, la forte augmentation de la participation (+115 K€) est imputable à la progression du résultat, grâce à la baisse des charges d’exploitation.

Fille O : la baisse de 75% de la participation en 200N-1 résulte de la baisse du résultat de l’entreprise et fait chuter le résultat fiscal de 432K€.

36


La formation Des actions de formation en augmentation en 200N, prévues à la hausse pour 200N+1 Evolution du nombre d'heures de stage Catégorie

200N-2

20N-1

200N

0

0

0

Ouvriers et employés non qualifiés

20 355

16 233

18 988,50

ETAM

3 272

3 441

3 008,50

287

224

272,5

23 914

19 898

22 270

Manœuvres et employés non qualifiés

IC Total

Source: bilan social Evolution du nombre de stagiaires Catégorie Manœuvres et employés non qualifiés Ouvriers et employés non qualifiés

200N-2

200N-1

200N

0

0

0

Var

En 200N, les heures de formation ont augmenté (-2 372 heures), Seules les heures de formation des ETAM. sont en diminution (+432 heures), De même, le nombre de stagiaires a augmenté (-512 stagiaires), Néanmoins, seuls les stagiaires ouvriers et employés ont été plus nombreux en 200N, La Direction n’avait pas d’orientation spécifique en 200N, En 200N+1, la Direction prévoit une hausse de la formation, du fait de la préparation des lignes 3 et 4 tram : dans son plan 200N+1, elle a ainsi prévu 63 628 heures de formation (soit presque le triple de 200N, dont 35 285 pour la préparation des lignes) et 3 055 stagiaires (soit plus du double de 200N, dont 1 407 pour la préparation des lignes).

%

Répartition des stagiaires par type de formation Sécurité

573

592

1 111

88%

84%

ETAM

142

197

195

-1%

15%

IC

15

24

19

-21%

1%

Total

730

813

1 325

Source: bilan social

358 27%

Relation clientèle

555 42% 79 6% 3 0%

Raison Sociale

Developpement durable Formation L3

98 7%

232 18%

Encadrement et organisation Qualité de service et perfectionnement métier

37


Les départs Des départs en augmentation (+18%) Evolution des départs par motif 200N-2

200N-1

200N

Démission

21

31

31

Licenciement éco.

0

0

0

Licenciement autres

13

11

15

Fin de CDD

39

40

38

Départs période d'essai

4

1

8

Départs vol. retraite

12

13

20

Décès

6

2

0

Mutation

0

1

5

Total

95

99

117

En 200N, on note une augmentation du nombre de départs (+18% soit 18 départs) : Cette hausse est surtout due aux départs volontaires en retraite (+7), aux licenciements autres (+4) et mutations (+4) Les principaux motifs de départs restent les fins de CDD (32.5%), les démissions (26.5%) et les départs en retraite (17.1%), contrairement au niveau de la branche où les départs en retraite sont majoritaires (41.3%).

Répartition des sorties par contrat

Source: bilan social

De la même manière que pour les entrées, les informations relatives aux ETP auraient permis de voir comment a évolué la structure de l’emploi « fixe ». En effet, notons que les CDI représentent plus de la moitié des départs, les démissions étant le premier motif pour les CDI comme en 200N-2/200N-1. Notons également que les départs en retraite permettent d’abaisser le coût du travail alors qu’en terme d'âge le nombre des plus âgés reste stable signe que les recrutements de seniors sont bien partie intégrante de la politique de ressources humaines.

Raison Sociale

79

56

59

39

40

38

200N-2

200N-1

200N

CDI CDD

38


Rapport sur le secteur transport