Page 1

o a g U h va ach ne ma ba s - t - R n - icl es e fe ug - B a p co otc oye a g Un ’çu Téc - M se ser Cr arn G Tc s - l’c no ou e b - L ss bul - Ç ler cas le e- - T Cat euf é? u l r - et - N - S on se ou n b ’pu tt n i B a o ’l h F h fi s o e r e l a D F o e - c i u n o o m a a - e m c o e f l io ch u - e - qu n - ur eg Vig tte oyé au er be utz at hon se uil ba l’p ol - sc Fo sur che tze u - o! ou ale le - ille eu a b - P es! jo Po ! P ar aill ye lle e - - Ta c! zo ai m d pa Pé ! N lle allo r t ! l e c d r O P u o o l le ier B M es Fa r - ar ou - ? u i Y e ic t c e a t t b e e C T é r u l o l e Ç u I r ? B o c - ! z co - P de onn ail un ire Cr de- ss Pe - T lac Dzo - Fa No Se Pé Ni - M n k ! alo gne hn e b gra - Ta a p mp e à Fa an Cr a se clo ’as e? gn nos le ux Ca Dé atra lard u b et - le bl que lote ke Mo ub an s ar ler e le ac vo e - uff ab ! O d ir m pa cl ck ol - U ? ss - - C ou vie ih as ec Na ire co otc roy - L t - r’ - T er se - P - C rn za qu - ien - B s eu r - r - l! C la de le os bu d - - P cas m he ir - C e - lar u b zet e - de rq ote el! ach ne Y t’ e d Jas orn ton rs au le ! - te la ma ho e s a Un çu éco - M - ese rac otz que e Ch ? og à-f ! D S’ To a a F v g b r - se lle Ç o e ar c T t P d ie - le b ue r C u c m e s e - - le fe Co l - p t n e o b l’p l as o r h e r - T e Ca u on e en rn a ill leu La - s! a j ugn ! P iol aill oye elle atra - C n? Bo s à leu r - - To a v - B ane an ba - B t - Vig Ch - T u a ug Bo ou - S - P c! N uil all uc - C co eh su e-g t - T - G ch nis va et - ds ble co io Pé T o qu in u R le ic ’e u n b tz e éc i le on k al g n r l ra a ’l o! an e ou t - q he C gu -fo ! S rn a e u u t S b ! o o e t ’ u l e D b c u an - Cr Ça eus clo as e? r - os Pe x - - C Dé ue nis a v et nd e ’en io hie nn e - es - F rr - ga us lett s ro lac er - et - e N par lot cke - M - U !? Y oss ne - C e b vie iha - - Im Fou ’ch ign Cro de ler co ot ro e t - r’ç - T Ma se se Cr arn za - T - a l - S s - ble co le - r ard Ma un air Cr rd se e - yé ! O D Fa om qu er l! ol n t e - J orn ou rs ule Y a p rr ale ofi us ble e C q d u a e ’ d z e a c F u e y t c i e ’ a r s a e l m u P e i U i t ? m e i g é c P o o ou a ho e La n l’ c co F s ch tz ue ho ou h n Cr d bl a es - Ç lle c le ch -vo C e - u od re de r - To a ch ca a e ss t n C - T pa c à ? e ll u! tz t - n sec g ba pu ol gn oeh ur e- et r - ! - rr ale ofi ou e b er no bu a r - as m e- ir ate uff Ta bie ze - l b S’ rn va u - ne nq bai - B - R - V hic ’es s l ! - C Na Fa - B e - Ç e e l c o c e t e e j s l l g c e n s e - F N Se Pé ! N ui llo k C e - n e b ra - T G’ Im à t? e - ill le La se lle ou Po ! P ar ai - T lle - bla n? - B s eu n iol h Bo tte ue - ur g ig let ro e fe ou tel ire anc Cro io ll o - P r C à ! c e ie n - s s e u F r ar o te y u g - la o t o v a lu p N F a o p c i ll n !? al B e u od ire m ar lot cke e - - U Y os Jas Co uto ier iha - Y ec! ate air an - C ! Ça beu - P ! T ? - gn ano le oux yet Dé atr d - a v ogu -fon De oub - P r d na Ma un air - C de uss - P é? au ne Bo po ma ze - l de qu er l! Mo ne t’m se s - rne n s - ule a - C l - e la co ro ro se écl ’as Té er ss - P - - C zaq aq Ch a et ds bl le an es rd ill e c e l rac -vo e eu - T la r - be ut t ie t - es ble er - - T Ca lac ca an de Bu t - - V Ch - pa o Bo p ma tch ye - L ot r’ç co - M e - ese Cra ar ue ue en l’ch - S - eu r - os bu - Ç er as e m he ir - C ffe ab c! Dz t - ze n? B à u S or v h n q b r R ig ic T’ s ug b ou t o s a - U u l - as F r c no r - is a ig Cr d La se lle a - P e! a -c - T at o F l T e e l a e - ar Ou d a N n o o s h e o r ! e e u a r he Ca gu fon De ’en nio ch u - tte es in - C ga us lett s r e fe ner t - tze - Se - P ec! go n b l’pu Ca cog eh ur e- tze - G’ ch - F let? no ous bl be - P s! T jou ou Pan iol aill oye lle Pa d - b zet ire ni v et ds b co le ie Bo - un - F ra rd se e - oy u - D Fa No p éc Ni uil al ck los ne n - le gra t - lu o! ou F file ill eu us éc ’a e? gn o e - ou t - - D tra Ch ien - B e ! e s - r Tc s a l - S - le ub - P r d nn Ma e ai ch e-v - P é? au z ir m ar lo ck le lo ! se - J Co bo vie Tai - Y Im re aire - B - Ça e - lot s r - T r - se Pe x - Ca éz que en ? C og h - F ’c i C u le a e a il c re e o C eu C L - ’ç é u r h a s C r a l od e - d qu te e - M n ? à i d - G o! - ou hal gno rou de r - nos s b rd ler ase le -ca ir - ate ffe Ta ac! ze le e b er r - l! C o - U Y t e b ass rne ton s - au pa pec Na la anc rot roy a g Un u l co Ma - Fo er ra no qu - T s - a v ’lu Im rre et? file sill ble La se ulle - Ç - P ! P ma illo To lle - P bla Ou t - s à leu - S To a v lac ne ’ma ain - B t - - V Ch le - s l ! - te pou om ch e s ou ba ’pu l - C sco eh sur che tze er - cho Fo a l h Ta - Y pe à N Fa - B e - u! Ç be - P s! a jo oug ano rio ux yet - D atr rd - bi Bog -fon ! D ’en rnio a c u can nq - ur Reg ig icl T’ e f Co l - B tze at on ec ille llo ck al gn n - le -gr t - T G’ ! - urre c! a ir a C a us é T u n s le ih - n !? os e C b a a lu Im - éz a C en u d e c a ou et es eu ug o N - - ! l h - B e ue Fa r rs au a p - C tel e la nc rot ro e - clo ’as e? er se - P Cra Ca aq que he ? et s - bl oub e - ier on tte s u ire - C rde ss te - ro au ne be om Se Péc Nic Mo - U Y se - J orn out vie iha - Y pe pa lo ke la ne t’ d as e on rs ul a c - C le as ou - B p om ch ye La t - r’ç - T - M - F es ch rno ue - nis Ca - S Cr eu le Pa de na - M ne le rac -v e - Pe yé la r - t m go h - T le gn ob ou at on se g Un u éc as oe er e-g tz r - Tc - va ign ou de r - no s b rd ai c m he oir C uf ? - c! Dz Fa de rqu ter l! C chu ca an e b s - t - R - V - C e - pa us icle ’es feu er et tze - S - P c! ou ba l’pu ol co hn su ra et G’l ho Fo l’c ofi sil bl La ss ul - Ç lle as ari -ca - T ate fe Ta Ou od ire ble er - T a - ne qu ain Bu eg ig hic T’e s r e e l ! r eg se tte ro au - D - F No e p écl Nic ille llo ck Ca gn - C le vie - Ta u - - I urr ha le le - eu! beu - P es! a j - P ! P ole illo oy lle - Pa bla bi zet - le u! D - S orn va c Bon tte es - F rr - ar ous let s r z a m a o k - n ! l e ’ C Ç o b rs i Y m e le u a C d i u e - y a s te o - s T o o a t r e h - C rd Ca Pe é? lac odz ire d rq ter el! Mo - U ? Y oss - J rn ou - C hau a p pe à N t? Ba ro a se écl ’as ue? ug no Pe x - t - C Déz raq d - n? Bo à- e b enc ole ie nar Ma ne ire ra e-v e - - P ra e-v tel uff - Ta ! O et - le e b uer - T Ca lac ne t’m e d ass et - ton hi le as c! - at Fa nco tch roy - La ot - r’ - ne sse ser Cr ar aq ue Ch Ca gu fon leu ou - P r de d - ille ca le che oir Ca e e ir e u ç T r b c d c o l e r s m o e o a n m he ir e - - P bla bi - Bo s à leu - S rn va hu can an e b - B Re - V let T’ le Co l - e l ma n se go Un u l éc - M - F su ch ot uer - Tc nis va et - s - de ler ano s b Ça - P e! ar -ca - To tell ar -c - T Dé a rd en g -fo ! D ’e io ch - B e qu ai ur ga ig te es fe ug Bo a t - - P c ui b ’p ol a o r l e- ze ho - l’ch Si C ble - L ss ull jou ou Pa iol illo ye e u p n e t a ! s G l u t i o l a u o n g r t r F r n ! P ol il y za ra - C ? e d e c e ie o te es ’ ! b r o a gn o u a e es e g n e u t - d u - ro a n be o S éc N le ll c - C c h a e - lou et qu qu h Ca t - s ble ou - P r d nn - M u - F C e-v ss Pe yé u er t utz e p lo ic - M on k ! a og n - ou av Ta lu - I ur le o us ! Ç b - P ! T ? - ne os - P x - er nos Pe x - C er e - en va Sig - C u ble an es ard ai ne aire rac oir e - uffe ? - lac - D - Fa e N arq ter kel o - U ? Y los ne Co to iers iha - Y mp re t? F file ille a r eus éc ’a Té r - se es Cr z l c M - F er a a - s s - C ar - o e lo s T is l n ro de r os b - lle c l he - C - T ! O o ir o u - ! C a n t se - rn n - u a ec à co Ma e - er s ra no G’lu ch - F ’ch ofi us bl - La se ulle Ça r - ase e m -c To ate Pa abl u dze e - m er Tor a v chu e c ’ma de Jas et - Vi Ch le - pas ! - Na ire Ba Cr ye - L t - r’çu ol - asc oe su l - sc Fo ur ch tze - o! ou ale le ille eu b - P s! jo Po ! P ar aill ye lle tra ard bie t - les de - S nio a - an nq b s - - R go ic T’ le Co tel la nc otc se a g Un l’ Ca og hn r uc C og eh le e- t Y - I rr t? - B - ! Ç eu é T ue u a io ou t - - q n B b ’e l c B e u - p o m h c! o b p u a l n B e u le es k alo ne n b gra - T a p mp e à F an Cr a se clo ’as ? gn no le x Ca Dé ue - C ? C og à-fo leu nc e - hie onn tte es in - ur ga sse tte ro feu gn Bo out at on Ni uil all uck oss e - C r a s a h r U !? Y ss - J - C out vie iha as ec! Na ire co otc roy - L t - r’ç - Té er - se - Pe - C rno zaq - T en a v ue nd ! D oub Pan de ard - M un Fa r - C de - C - P yé au er - bet ze - S - P cke le - on !? e d Ja r ne a e ire r -v a eu ? N e éc l! M - U Y e s le o s t e d a or on rs u le - te la m ho e a Un u c M - s ac tz u ch is a t - s e o - il - la D c o u ca ’ma e ss - net - V - C le - fe Co l - B po at - n - sec gou ba l’p ol - as Foe er s he et er - o! - F l’ch Sig - Cr ble r - sse bu Ça ler as le ach ir tell ffe Ta c! zod Fai m par lot Ca ola ne t’m bai O u u u l r c u - B ne n ba B e b L e m e- T - - P la u ze e de qu er va ch ca an n hi T’ a g o u Se P ! N ill llo c C o hn ur -g T G Im ou al no ou d a - le jo - P ! i g q R ch on tte ue in - urr eg ou cle es u l ne bet tze pa écl ick e - n k !? alo gne - le rav aih ’lu pe rre et? fil sil e b be Péc s! T ue ou Pa ario cai oye Dé at rd bi t - - le bl er - To ch u - ne qu ie na - M s u Fa - C ar ss tte ro ac r - - No rq ote el M - U Y ss - Co bo ier au - Y c! à F e - le le us lo ’a ? - gn no le llo t - za raq - C en Bo s à eu - S rn ie B tte e - P r d rd ai ne ire ra de- e - - P yé? ! O Dzo Fai m ue r - ! C ola ne t’m e d Jas rne uto s - le - a p - C Na aire Ba - C u! Ç e - t - s r’ Té er sse - P ux Ca qu ue he ? C gu -fo ! De ’en iol r de onn - M T a ch c r er - n a e n c e s a s t n C T a o te l n ro a L U ç c - M - e d re d r a es - Ç lle c l ch v C e - u a e r - no bu a r - as e m e- oir ate uff Ta bie ze - le e b - S’ orn va u - ane nq bai - B - R - V hic ’es s l ug l - a p com tch ro a g n b u l’ ol - as Fo ser Cra not - G Tc is - va t - S ds ble ou - P bu rd La ss lle jou Po e! P ar cai - T lle e - bla n? t - s leu en iol ch Bo tte ue n - ur eg ig let ro e fe ner Bo ou at on ye ou allo pu Ca co eh su ch zet ’lu ho! Fo l’c ig - C u d ble ano lle e s e u c io ll o - P r C B à ! c e ie u! b tz s F r a o te y u u h n r e r s il l g n r e - s Ç be - P ! T ? gn an le ou ye Dé at d - a og -fo De ou - P r d nn M un ai - C rde us - é? a - D et e - S - P ec le n - k ! os ne - le -g - T - Y - Im rr ale ofi ou b - L ss ! T ro a r use éc ’as - Té er oss - P x - t - C za raq Ch va ue nd bl ble an es ard ail e c re l ra -vo se Pe - T u l zod - Fa No e p écl ! N - M Un ? Y se - J Cor bo rav aih a p pe e à t? le sill leu a b e tc oy - lo r co - M e es C a qu ue e l’c t - s - eu r - os b - ler a e ch ir - C uf a ac z ir m ar ot ic ol e t’ de a ne ut ier au a c! N Fa - B e ! Ç eu Pé s m e r t ’ f b ! e e n u Ç s a q e k a c m o h l s S r t - on e se La - U çu l - as Fo er s ach no er - - T is hal ig Cro de La se lle a - P e! ar -ca - To ate e - lar Ou t - - l de ue r - el! ch an an ba s - t - n - s - e - le - C tel ire anc Cr a ro se Se - P c! go n b l’p Ca co eh ur e- tze G ch - F et? no us bl be - P s! jou ou Pa iol ill ye lle Pa d - b Bo es ble r - To Ca u - ett qu in Bu Re V Ch T’e fe ou - B la om otc ye i g u n T u ’ g o o g fi p e u é l t g i r e o u e i N om pa éc Nic ille all ck oss ne n - le b ra t - T lu - ! - ur Fa le ille u! se clo ’as e? ne os - P ux t - - D raq Ch en? gue à-fo u! D S’e nio va Bo - M es Fa rr - ar gou cle s r au gne ob ou at hon se on ! u ir C de s tt oy r s r lo k r et tz t e - C o vi a Y Im re ir - Ç - t n e n le c nn e - C éz u en r le de que ter el! - M - ? Y de Ja orn uto ers iha a pe à N e la Ban Cr a r La - U ’çu Téc - M e - se Cr arn aq e - is Ca - S ds bl cou - hie ar aill ne e le ra -vo se e - é? lac - D - F e N Se - Pé s b r - C ol Un t’ b ss e n - u pa c a p c ot oy g n l o as Fo r ac ot ue Tc - va ig - eu b Pa r d er ca m ch i - P - ! O zo a o pa ch à-fo leu - S Tor a v ach e c ma ain - B t - R - V Ch le - s l ! - tel ou om cho e s ou ba ’pu l - C co eh sur he zet r - ho Fou l’c no Cro de ler no de - Ç - P se ar e-c r - T Cat euf Ta u dz ire m rq e- nd ! D ’en ni a c u an nq - ur e ig icl T’ e f Co - B tze at n ec ille llo ck al gn n - le -gr - G ! - rr ha file u b - L ss s b a j ou ! P iol ai oy ell fe bla bie et - le de u ar ca s e co ole hi - B et ue Fa r - ga ou ett es eu ug o N - S - P ! N - M n - !? os e - C bo av Tai ’lu Im e à le - sill leu a b e - ul ou gn an e - llo et e - - P rd n? - B s bl le e u à e o a io illo - C ble ub - er on te s ire C rd ss e ro au ne be o e éc ic o U Y se J or u ie ha -Y p N t? Ba e ! e u - Ç eu Pé s ? er s Pe x - C Dé tr - C C og -f a n t r l r e t m p P d n a k os e - ux rou u d ler an es na - M ne le ach -vo e - Pe yé? lac r - D - F d ar lote el! lac e c t’m de ss et on s - ule a p c! te Fai nco Cr a r se clo ! T’ - T - M se - se - C arn za aqu he a v ue ond é a r e l m ta C h o q r u q r r P n a a C e a b - o b d i c s s a o u e e ir r C u a c a F - ! C - e m t o - t z a M e - ese Cra ille ble La sse ull - Ç ller ase ari -ca - T ate ffe Ta Ou od ire ble uer - T a - ne nqu ain Bu Reg Vig hic T’e s le ou Bo la at ch ye La - U s r’ ol sco oe sur ch tze er - T is - l’ch Si v ol il o lle - P b B o g t as F r c - u b e o ç r n u s e o h z l s p F g b c e t g t a a ! l g r e a o e s F - r u la b e le ! S r t r fe n e o S n e o b u C n n e -g - G h o al P P e l y c o s h C ! e - s al og eh ur e-g ro Ça use Péc ! T’ jou ou an - P oux et - D atr rd ien t - B s à De ’en nio chi nna - M un air Cr de- sse te - oy u a er t - utz e p - P c! N uil all l’p alo e - - C bo rav Ta ’lu o! urr et? a é ? l u i l o os n n le ra tc r F a e u é é e v a s o b e e e u e a g i h l c e r a e J o i e q P ? se e - - C bo vi ho oy - La ot - s r’ ? - ne ss se - Cr Car zaq ue Ch Ca ogu fon leu ou - P r d d - ille ca le ch oir - Ca eu - la Dz aire No rqu clo cke - M n - ck se as rn ton ers au Y Imp à de Ja orn ut ers n - e s g Un çu Té r - e - r su ac no ue - T eni va et ds de ble an es Ça r - se ma e-c - T te ffe Tab c! O odz - m er ter l! ol Un !? Y de s - et - - V - C le - a p ec C c l b o l

www.gooutmag.ch info@gooutmag.ch

Go Out!

5 CHF

Le magazine culturel genevois

| Un Genevois à Berlin: Cyril Vouilloz |

| Dicker: ministère amer? |

| Group8, bâtisseurs genevois |

Décembre-Janvier 12-13 N°7

+

| Switzerland 4 ever |

| Go Out! rencontre maestro Charles Dutoit |


2

3

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


Edito

4

5

«Au revoir 2012, salut 2013!» Ainsi se serait exprimé Valéry Giscard d’Estaing s’il était encore président français. A nous Go Out Team de souhaiter Happy New Year! à vous tous, lecteurs, abonnés, partenaires, soutiens, mécènes, mandataires et Facebook fans (on devrait passer le cap des 2000 d’ici quelques jours). L’œil attentif aura remarqué notre numéro décembre 2012–janvier2013, comme une manière de passer l’année en douceur, entre flocons et fondue. Pour ce numéro bimestriel, nous vous proposons un voyage au centre du pays helvète, avec d’abord la Suisse qui s’exporte, tel le Berlinois Cyril Vouilloz, la plume genevoise Joël Dicker et le chef d’orchestre Charles Dutoit. Regard critique et comique proposé par Yann Lambiel et Valérie Mauriac, architecture de talent avec group8, savoir-faire helvétique au SIHH… la Suisse fait de Go Out! sa résidence d’hiver, et ce n’est pas pour nous déplaire!

Olivier Gurtner & Mina Sidi Ali

«Prendre son temps est le meilleur moyen de n’en pas perdre.» Nicolas Bouvier, L’usage du monde

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


Sommaire 16

Vols directs vers

On en parle

Sweetzerland 4 ever!

l’Amérique du Nord NE W Y ORK

WASH IN GTON

18

Dicker, romancier à succès?

Cinéma

MONTR ÉAL

Les Bains des Pâquis fêtent l’Avent

Fascinant Liban au MAH

On danse

exposition

Acte de Présences électroniques

Mystérieuses monnaies à la Bodmeriana

Architechture

group8 rhabille le CICR

Anja Verbeek von Loewis à Rivoli

En famille

Posrtfolio

Cyril Vuilloz, roundtrip Genève-Berlin

30

tHéâtre

Noéplanète: un théâtre en orbite

32

Une magicienne promène son lotus

52

On a rencontré

Claude Ratzé sur le divan de Go Out!

55

Horlogerie

L’horlogerie reçoit au SIHH

34

On prend le large

57

Danse

Go Out!, destination Berlin

36

Shooting

Sa Majesté le Roi fait danser les enfants

64

Classique

Turbulent Bal des créateurs

41

Agendas: expositions, théâtre, cinéma, classique, danse, clubbing, live, là-bas, en famille

Charles Dutoit au micro de Go Out! Classique

Lorenzo Soulès, gagnant du Concours de Genève GO OUT! DÉC-JAN

50

tHéâtre

Et si Jaurès…?

12-13

47

25

26

GO OUT! DéC-JAN

46

22

On en parle

Plus d’informations gva.ch

45

20

exposition

Les compagnies SWISS, United Airlines et Air Canada vous proposent quatre vols quotidiens vers l’Amérique du Nord (New York JFK / Newark, Washington et Montréal).

42

Cinéma

Interview avec les programmatrices de Black Movie

On lit

12-13

7

71

DÉCEMBRE 2012 J ANVIER 2013

6


Impressum

8

9

Go Out! Editeur

Association GO OUT! Renate Cornu, présidente Daniel Ybarra, vice-président

Co-directeurs de la publication Mina Sidi Ali mina@gooutmag.ch Olivier Gurtner olivier@gooutmag.ch

Secrétaire générale Mayla Chevrolet

Photographe Nicolas Schopfer

Design Post Tenebras Lux agency

Agendas Amélie Le Bars, journaliste

Stagiaires Hervé Annen Manon Barraud Jadd Hilal Meret Watzlawick Philippe Magnin

Contributeurs

FASCINATION DU LIBAN

Giulia Rumasuglia

Couverture Meret Watzlawick

Coordination de production d'impression Chamberlin prod, Carouge

MUSÉE RATH, GENÈVE 30 NOVEMBRE 2012 – 31 MARS 2013

Diffusion Naville GO OUT! DéC-JAN

WWW.VILLE-GE.CH/MAH

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Merci

Hermès, Valérie Mauriac, Yann Lambiel, Stéphanie Chassot (Fondation Martin Bodmer), Ulysse Prevost (group8), Florence Notter (les Amis de l’OSR), Claire Rufenacht (OSR), Didier Schnorhk et Lisa Elias (Concours de Genève), Elisabeth Christeler (Prestige Artists), Ushanga Elébé (Théatre Forum Meyrin), Christoph Sanne, Laetitia Bochud & Lilia Slavinskaia (Rivoli Genève), Juan Romero & Christophe Durand (Bal des créateurs), Aurélien Bergot, Marco Marchetta (Wood), Marie-José & Léa Pohlhammer (Le Grand Magasin), Nicole Rupp (L'Oréal), Marie Robert (Because I Love), Edvinas Gliebus, Gregory Daire, Kevin Daire & Romeo Harrington (Post Tenebras Lux), Yessine Sidi Ali, Papa Sidi Ali, Géraldine Gatto (Luxe-à-porter), Sandy Juillerat (Models Demoiselle), Shaliy, Diane-Laure Nowacka, Franck Vionnet, l'équipe du Black Movie et Anne-Lise Allisson (Très Classic)


On en parle

Une exposition comme les autres

Lyrique Honegger

Des mots, des couleurs, des toiles sur Rousseau, réaliséespardespersonnesavechandicap mental… tel est l’aboutissement d’une année d’ateliers, de visites et de rencontres autour de Jean-Jacques Rousseau, réalisées avec l’association 1001 médiations en partenariat avec la Ville de Genève. Atteints d’un handicap mental, les participants ont suivi des expositions et un opéra, afin de comprendre mais surtout contribuer à la création artistique et culturelle, faisant de ces publics des acteurs en plus d’observateurs.

Avec Les Aventures du Roi Pausole, Le Grand Théâtre de Genève accueille sur le plateau une opérette imaginée par le compositeur helvétique Arthur Honegger. L’œuvre en 3 actes sera mise en scène par le Neuchâtelois Robert Sandoz, un professionnel du théâtre qui s’essaie pour la première fois à l’art lyrique. Troisième opéra à être chanté en français, après JJR de Fénélon et Samson et Dalila de Saint-Saëns, la production créée un 12 décembre 1930 à Paris se veut un moment léger et réjouissant, dont la première sera donnée… un 12 décembre.

1

du 6 au 20 décembre Espace 34 - Cap Loisirs Bd de Saint-Georges 34 1205 Genève 1001médiations.org

Baglini au Victoria Hall

2

Après l’électrique récital de Valentina Lisitsa – le public a fini en standing ovation – la série Alternatives Classiques accueille le pianiste Maurizio Baglini, qui jouera Chopin: Ballade n°1, Etudes op. 10 (1-4), op. 25 (1,2, 7, 12) et Préludes op. 45. Seront également interprétés trois sonates (L23, L184 et L324) de D. Scarlatti ainsi que les Tableaux d’une exposition de M. Moussorgski. Une occasion de découvrir l’Italien, considéré par Robert Vroon du American Record Guide comme «l’un des plus significatifs interprètes de Chopin des dernières dix ou douze années».

3

4 Espace 34

2012

1

2012, à 19h30 Grand-Théâtre de Genève Place de Neuve 5 1204 Genève

Culture et handicap mental — Projet d’accessibilité

www.geneveopera.com

1

Léman Bleu passe au papier Bd Saint-Georges 34 Genève

La télévision genevoise de proximité sort son magazine papier Rendez-vous. Publiée chaque trimestre, la revue éditée par Léman Bleu propose au public un regard global et détaillé des émissions diffusées sur la chaîne locale. Après la nouvelle grille des programmes implantée en juin, la chaîne dirigée depuis septembre par Stéphane Santini poursuit sa mue. A découvrir dès le 15 décembre dans tout Genève.

josefofthefountain

www.alternativesclassiques.com

11

6 — 20 12

12, 14, 16, 19, 22, 27, 29 et 31 décembre

17 janvier 2013 à 20h Victoria Hall

2

On en parle

5

Groupe de rock originaire de Nyon, Josef of the Fountain débarque sur la scène suisse en 2009 avec leur premier EP «1101 Lighthouse». Porté par la voix grave de son chanteur, le groupe se balade dans des sonorités new-wave, à michemin entre Interpol et The Strokes. Après de nombreux concerts et quelques apparitions à la télévision, septembre 2012 marquait leur grand retour, avec la sortie de leur premier album éponyme, sobrement intitulé Josef of the Fountain. josefofthefountain.com

GO OUT! DéC-JAN

12-13

3 GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Graphisme : D. Delcourt / E. Bonnet

10

5


On en parle

12

13

A la folie Matou multitalents cle perRuche ultracréative, le Bal des créateurs offre un specta e boutiqu , coiffure de salon entre allumé ake milk-sh manent. Un le tout avant-garde, galerie d’art, librairie de magazine hype… chat en est pensé et réalisé par un seul félin câlin (seul un terrain de Son ct! Respe . Durand phe Christo génie: cap.) de a labellisé le jeu, les cheveux mais pas que. Looké mais cool, il la ville. C'est lieu. Je tenais à le remercier pour avoir dynamiser te de chucho se nom le dont et cause l'on ou t concep le salon lui, je veux bouches bien informées à oreilles branchées. Pour , cirée, bien me laisser mouiller le poil pour une coupe patinée hérisson? façon g brushin un pas oi pourqu Et te. éclatan et e brillant looké du Avec mon capital capillaire, je serai le chat le plus déjà. pas quartier. Si je ne le suis

e m i a s è m r He

Chaque mois Hermès, notre félin câlin expert en psy-chat-nalyse, ronronne ou sort les griffes sur l’actualité locale. Miaou qui peut.

http://lebaldescreateurs.wordpress.com

UN PEU

ICE ICE

BABY

Pour êtr e hype – mis à pa – il faut rt avoir apparem mon sw ment se ag Watch, u procure ne montr r une Ice e b elge qui le march vient d’in é suisse . Ma ma onder le modè îtresse m le Ice-G ’a acheté low, pho pouvoir sphores me retro cent po uver la n ur suis trop uit…il pa dark et raît que qu’elle n je devoir m ’en peut e cherch plus de er pend vais dev a n t des he oir trouv ures. Je er de no pour qu uvelles p ’elle me lanques lâche la patte.

Rue de Rive 1 1 1204 G enève ch.ice -watch .com

COUP

BEAU

Passionnéme

e riperi

er & f Barbi

Catlove

upara uler a e taildu mia m n e e t d n la fois mais e ia une ose à vais ja tage v i prop J’en a u q ts r u e e k vin li o n ir, boo lo U u . e c vant es en t de m t e . s e e e t v t b r a a entre me p ler la b choix deuxiè ion de soires s Marco e r c u c sélect o p ta nt chant -cat e n w e o p c tteme de eu un hat ne s c r u ssi e u d jo u aura tout a J’ai to et son i mais o s du a t è t m c e c e h u u q Marc ut le s alant o t h c e n it h o c e! a n ousta i souh moins ma m . Je lu x à u e e h r uc chaleu pas to e. Mais mond

Je dois dire qu e je suis assez gâté ces temps. Ma maît resse et son as socié ont décidé d’engag er une nouvell e graphiste à l’esprit chatoy ant et ils n’ont pas choisi la moins charman te. Quand j’ai appris qu’elle avait un chat, illico presto j’a i pris rendezvous chez Chris tophe pour un soin brillance intense. Je ve ux qu’elle ne pe nse qu’à moi. Bientôt son ch at de gouttière ne sera qu’un vague souven ir car je vais l’h yp notiser avec mes yeux de ch artreux impérie ux. Meret me!

Wood onne ergal Rue B e Genèv 1205

GO OUT! DéC-JAN

nt

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

PAS

Une

DU

usin

TOU T

e SI

C’ét CLI ait p dés our de v tant erté ainc bien re m l’Us e p ine a a t r imid t SICL de l ité e i. Je me I. Je ’hiv n al er d me Pou lant réjouis rap ern rta sais dan i pell rach nt, l’ét er, un r e la ser à éga rang soir eté l ée 3 p e mal été 6 gré con our 7 m dôme le fr 0° fié à d il surf oid. une lions p es Aca ace c a s soc ias . Po cult iété r le Ca – urq ur nt priv uoi L’es elle? A pas ée q on – a vec pac u u n i u e e as loue ne v et la se c soc r ons mod iatio les acre aie pro pas e. U n g au d ram de ne b mat esig o renc s soiré ion? n, l’ es a nne ch ont arch rer ose mon ussi? E itec . t t de Mais p âme our ure la fê sœu quo te p r?! i our


14

On découvre

On découvre

SWISS4EVER - Manon barraud, MINA SIDI ALI & OLIVIER GURTNER

15

26 cantons, 4 langues, 7 conseillers fédéraux, le tout réuni sur un tout petit pays, calé au milieu de l’Europe. Nul doute que la majorité des étrangers aient une notion un peu floue de la Suisse. Mais, comme tout pays qui se respecte, notre Helvétie est bourrée de stéréotypes en tout genre qui permettent de s’en faire une image très caricaturale, certes. Les Suisses euxmêmes n’y vont pas avec le dos de la cuillère et aiment se jouer des clichés qui distinguent les Romands des Suisses allemands. Somme toute, nous sommes assez différents.

Valaisan d’origine, Yann Lambiel est Suisse et le revendique. Imitateur, chanteur et humoriste, il a le don de nous faire rire en se jouant des clichés helvétiques et de ses personnalités. Son point de vue sur la Suisse en tant que suisse romand.

Quel est votre lieu préferé en Suisse romande? Et en Suisse allemande? J’aime beaucoup le Valais en hiver. Il y a toujours du soleil comparativement à l’arc lémanique, souvent caché sous le brouillard. C’est aussi ma région, je l’affectionne donc particulièrement. En été, le lac Léman est vraiment un lieu que j’apprécie. C’est un peu la Côte d’Azur suisse. Je connais très peu la Suisse allemande mais à l’époque de l’armée, j’étais à Interlaken. Dans mes souvenirs, c’est un bel endroit.

yann lambiel

En tant qu’humoriste, la Suisse est-elle une source intarissable d’inspiration ? Bien sûr. La Suisse a une actualité riche. Il y a toujours de quoi rire de ce clivage entre les Romands et les Suisses allemands et de la politique aussi.

Comment décrivez-vous la Suisse lorsque vous êtes à l’étranger? Lac et pistes de ski feront automatiquement partie de ma première phrase. On tombe tous assez rapidement dans les stéréotypes.

Vous avez certainement dû parcourir la Suisse grâce à vos diverses représentations et spectacles. D’après vous, quelle est la ville la plus moche de Suisse? Et la plus drôle?

Un dernier mot sur votre actualité et vos projets pour 2013. «L’Intégrale» de Yann Lambiel, un best of des dix dernières années est sorti en DVD. Et l’an prochain, je jouerai à Paris. Un challenge, sachant que je m’adresserai à un public différent. Il faut éviter de tomber dans la parodie de Laurent Gerra.

La Chaux-de-Fonds est une des villes la moins esthétique à mes yeux. Mais elles ont toutes leur charme. Gland est une des plus drôle, de par son nom. Tout comme plusieurs lieux en Valais, telle que la cascade de Pissevache.

Et Genève dans tout ça, comment la décririez-vous? Genève c’est un peu le Paris de la Suisse. Une sorte d’OVNI. Les Genevois ont vraiment une autre mentalité par rapport au reste de la Suisse. J’ai débuté ma carrière dans cette ville, je me suis donc adapté à cette façon de penser.

Infos www.yannlambiel.com

Yann Lambiel © Charly Rappo Valérie Mauriac ©Nicolas Schopfer GO OUT! DECEMBRE-JANVIER

GO OUT! DÉCEMBRE-JANVIER


16

On découvre

On découvre

17

«Genève est une petite ville par sa taille mais qui a les ambitions et les moyens d’une grande.» Valérie Mauriac est une Suissesse d’adoption, fan de chocolat. Après plusieurs années à Zurich puis à Genève, elle nous fait part de ses observations un brin satiriques sur une Helvétie caricaturée. Rencontre avec cette «humourienne» et sa vision de la Suisse.

Valérie Mauriac

Quel est votre lieu préféré en Suisse romande? En Suisse allemande? J’ai vécu vingt ans à Zurich et vingt ans à Genève. J’aime énormément ces deux villes. Genève est faite d’interactions et culturellement très riche. Zurich aussi, qui est très dynamique, et arrogante mais dans le bon sens du terme. C’est une ville qui bouillonne et il faut aimer cette frénésie.

En tant qu’humourienne, la Suisse est-elle une source intarissable d’inspiration? Evidemment! D’un canton à un autre c’est souvent «je t’aime moi non plus». Il y a toujours de quoi en rire. J’ai un petit faible pour les Valaisans. Ils ont un énorme crédit sympathie et surtout un accent que j’adore.

Comment décrivez-vous la Suisse lorsque vous êtes à l’étranger?

On compare souvent les Genevois aux Français. Vous êtes vous-même originaire de France. Comment ressentez-vous cette comparaison?

Je mets en avant sa mixité. C’est un pays qui fonctionne, qui bosse, fiable, et où l’individu est mis en avant. Je parle beaucoup de son histoire, de sa géographie, de sa nourriture notamment, de ses paysages et de ses langues.

La France et la Suisse s’influencent mutuellement, culturellement et géographiquement. Je me considère aujourd’hui comme une francosuisse assimilée.

Un dernier mot sur votre actualité et vos projets pour 2013.

Et Genève dans tout ça, comment la décririez-vous?

La sortie de mon troisième one woman show «Puisque je vous le dis!» où je me moque entre autres de l’administration fiscale cantonale, des CFF, des publicités suisses et de l’actualité 2012 qui se termine sur les chapeaux de roue. Je finirai par «Viendez voir mon spectacle!». Et la suite ce sera sur mon site internet.

Genève est un condensé de ville: on y trouve des Genevois, des Suisses, des étrangers, des expatriés, des «Français d’à côté», un véritable melting pot. J’aime les interactions et il y en a beaucoup. C’est une petite ville par sa taille mais qui a les ambitions et les moyens d’une grande.

Infos www.valeriemauriac.com

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


18

On lit

On lit

La vérité ² sur l’affaire Quebert

19

«Le privilège des écrivains, Marcus, c’est que vous pouvez régler vos comptes avec vos semblables par l’intermédiaire de votre bouquin.» Tiré de La vérité sur l’affaire Harry Quebert,

- Giulia Rumasuglia et Jadd Hilal Véritable phénomène médiatique, Joël Dicker échoue tout près du but. Avec La vérité sur l’affaire Harry Quebert, l’écrivain genevois qu'on ne présente plus atteint la dernière marche du prix Goncourt et la rate. Récompense ou non, l’auteur peutil cependant réellement trembler? L’intérêt qui l’a accompagné ces derniers mois a contribué à lui assurer une certaine notoriété. Aujourd’hui, l’écrivain fascine, les articles et les interviews pleuvent dans la presse. Un défaut cependant, demeure. Si les médias se penchent énormément sur l’auteur, le traitement du livre semble passer à la trappe. Une question se pose: quel succès rencontrerait aujourd’hui La vérité sur l’affaire Harry Quebert sans Joël Dicker?

Editions de Fallois / L’Age d’Homme

Le prix littéraire symbolise pour l’auteur une arme à double tranchant. D’un côté, il élève une réputation; de l’autre, il augmente les attentes. La vérité sur l’affaire Harry Quebert illustre ce cas où, précisément, la réputation et les attentes atteignent un niveau tel qu’à la lecture, une certaine déception se ressent. Une fois la dernière page de l’œuvre tournée, une question vient à l’esprit: «tout ça pour ça?»

De la simplicité au simplisme La vérité sur l’affaire Harry Quebert se limite tout au plus à un roman ludique. L’œuvre se lit comme une radio s’écoute, c’est-à-dire partiellement. La force narrative trouve sa place dans le fait que la lecture se fait de manière plutôt agréable, l’auteur le reconnaît d’ailleurs lui-même, le livre est «divertissant». L’histoire se suit très simplement, et chaque élément de l’intrigue s’emboîte de manière fluide, ce qui reflète une qualité indéniable. Cette limpidité cependant se transforme rapidement en simplicité puis en simplisme. Dans l’intrigue d’abord, l’enquête policière dégage un côté prévisible. Les éléments inattendus et les retournements de situation existent, mais sans nuire à la continuation générale de l’intrigue, qui reste terriblement devinable et devinée. De même, les nombreux clichés font penser à un mode d’emploi du parfait écrivain. «Si vous n’avez pas le courage de courir sous la pluie, vous n’aurez pas celui d’écrire», déclare le personnage principal. Ces «recettes» d’écriture frustrent la lecture par leur côté naïf ou moralisateur.

Joël Dicker, écrivain indissociable de ses écrits Jeremy Spierer ©

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Everywhere, there is Dicker En tout cas dans l’univers médiatique, où le Genevois est reçu dans bien des arènes. Pourtant, une fois passé sous le rouleau compresseur de l’opération marketing, le livre paraît lessivé, bien maigre en contenu, en style et en richesse narrative. Un exemple? Un interview à la Tribune de Genève dans laquelle Joël Dicker déclare: «Il s’agit d’un livre sur un livre sur un livre». So cliché répondraient les Anglo-Saxons. Et à raison.

Indissociable duo? En prenant une certaine distance, on réalise en effet que l’ouvrage est pauvre mais son enluminure très riche, ce qui attire l’œil mais trompe l’esprit. Preuve supplémentaire s’il fallait, le silence assourdissant de la presse autour du lauréat du Prix Goncourt, Jérôme Ferrari, dont l’ouvrage se révèle pourtant bien supérieur. Le succès de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert s’expliquerait donc en grande partie par la fusion avec l'image de son auteur. On n'achète effectivement pas que le livre, on achète aussi Joël Dicker.


20

Expositions

Expositions

21

Cèdre en exergue - jadd hilal Véritable interstice de religions et de cultures, le Liban fascine. Dès 638 ap. J.-C., un art précieux y prend forme. Au monothéisme découlant de l’avènement du christianisme se mêlent alors les conquêtes arabes qui apportent des thématiques architecturales nouvelles au pays. La coexistence des deux religions engendre dès lors une plastique unique qui intéresse aujourd’hui encore quantité d’historiens et d’archéologues. Parmi eux, Marielle Martiniani-Reber, conservatrice au Musée d’Art et d’Histoire. En compagnie d’Anne-Marie Maila-Afeiche et de Marc-André Haldimann, elle a conçu l’exposition Fascination du Liban qui se déroulera au musée Rath jusqu’au 31 mars. Rencontre.

Amphorisque en verre soufflé date du premier siècle après Jésus-Christ © Ministère de la Culture du

«Fascination du Liban doit montrer aux libanais ce qu’ils ont en commun tout en leur prouvant que ce qu’ils n’ont pas en commun incarne un vecteur de richesse»

Liban/Direction Générale des Antiquités Photo: MAH, CHAMAN Studio, S.

Marielle Martiniani-Reber,

Crettenand

une des commissaires de l’exposition

L’exposition s’articule autour de la relation entre le divin, l’homme et l’au-delà, en quelques mots, comment ce thème a t-il évolué du point de vue de l’architecture au Liban? Nous avons trouvé de nombreux objets architecturaux issus de périodes anciennes. Le site d’Anjar comporte ainsi beaucoup de vestiges dont une quantité précieuse nous est prêtée. Pour les périodes postérieures en revanche, nous avons constaté que peu d’objets provenaient véritablement du Liban. Nous avons tout de même réussi à obtenir une collection d’icônes melkites qui dégage des points particulièrement intéressants. Certaines icônes s’inspirent ainsi de la Grèce tout en gardant une spécificité arabe dans leurs thèmes ainsi que leur inscriptions.

Le Liban constitue t-il une spécificité par rapport à l’art byzantin?

Où et quand est né votre intérêt pour le Liban?

Dans la sculpture ornementale, certaines particularités existent. Le Liban dispose de peu de marbre par exemple. Le décor architectural fut adapté avec l’utilisation du calcaire et les résultats sont parfois assez uniques du point de vue du style.

Au cours de mes études. A cause de la guerre, une forte communauté libanaise s’est alors établie à Lyon. Les échanges et les informations ont commencé à se créer à partir de là. Mon doctorat portant sur la thématique «Orient chrétiens et musulmans», ma culture arabo-islamique a également été renforcée par ma carrière académique.

La guerre de 75-90 engendra des dégâts considérables aussi bien au Musée national de Beyrouth qu’à la Direction générale des antiquités, quel a été l’impact sur vos recherches?

Vous avez dédié une partie de votre carrière à l’enseignement, avez-vous évoqué le Liban dans le cadre de vos cours? Mon enseignement ne s’est pas directement porté sur le Liban mais sur l’art byzantin. Tout le travail architectural autour du Liban est par ailleurs relativement nouveau. Beaucoup de sites n’ont commencé à être fouillés qu’après la guerre.

GO OUT! DéC-JAN

A mon sens, la guerre au Liban a entraîné des dégâts plutôt moraux que physiques. Par le biais de cette exposition, ce sont surtout les consciences que nous cherchons en quelque sorte à soigner.

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Fascination du Liban a non seulement pour but de montrer la diversité du Liban au public genevois mais aussi de faire naître une prise de conscience chez les Libanais. Elle doit leur montrer ce qu’ils ont en commun tout en leur prouvant que ce qu’ils n’ont pas en commun incarne un vecteur de richesse.

Peut-on espérer une exposition de la Suisse au Liban dans les années à venir? C’est aux Libanais qu’il faut demander!

Jusqu’au 31 mars Lu-Sa: 11h-18 h, 2e me du mois: 11h-20h Fermé le lundi Musée Rath Place de Neuve - 1204 Genève www.ville-ge.ch


Expositions

22

Expositions

beau monnayeur - olivier gurtner Jusqu’au 17 mars 2013, la Fondation Martin Bodmer met en scène «Les Mots et les monnaies», une exposition consacrée à la pièce, comme médium du commerce mais surtout comme vecteur d’imaginaire et de mémoire. Une manière différente pour la bibliothèque implantée à Cologny d’aborder un objet a priori utilitaire et convoité par les marchands, en proposant au visiteur de changer son regard et de tenter un véritable parcours intellectuel autour de l’idée de perception.

Toute pièce contient deux côtés: le revers et l’avers. Cette dernière, souvent appelée «face» contient en principe une effigie. Comme les mots, les monnaies portent un sens, même plusieurs. Elles indiquent avant tout une valeur, extrinsèque (le montant d’un bien commercialisable) et intrinsèque, son prix en tant que matière, qui peut être fondue puis vendue: le bronze, l’argent, l’or. La Bodmeriana se concentre en l’occurrence sur le moins précieux d’entre eux et donc le plus accessible, le cuivre.

Dépasser le chiffre En partenariat avec l’encyclopédique musée Benaki d’Athènes, la collection genevoise fait voyager le curieux de la Grèce à Byzance, entre le Ve av. J.-C. et le XVe siècles. Grâce aux monnaies de cuivre, économiques et très utilisées par le plus grand nombre. Dieux, mythologies, héros, cités, figures historiques sont évoqués au delà des faits, dans une démarche qui incite à dépasser la valeur d’une pièce pour s’interroger sur ce qu’elle véhicule. «Mobiliser l’éveil de l’esprit» selon le directeur du musée athénien, Angelo Delivorrias.

23

Au cœur de l’histoire, la politique et l’économie Au vu de l’importance prise par la monnaie dans les économies actuelles – moyen de consommation, d’évaluation, de construction interétatique, d’action publique (par le taux d’intérêt) – l’on saisit à quel point l’universitaire né à Cambridge avait vu juste. L’exposition permet ici de comprendre par quel chemin l’argent a pris une telle place. Car si les êtres humains disparaissent, les monnaies demeurent et laissent la trace d’une époque, de la manière dont l’homme s’y voyait, y percevait son rôle et celui des autres. Ainsi, partant d’un simple étalon de valeur, le visiteur réalise la polysémie de la monnaie, comme moyen d’action et surtout de représentation d’une pensée, d’une croyance et d’une mémoire collective. Identité, altérité, et frontières; foi et sacré; divinité et mythologie voyagent d’Athènes à Rome puis Byzance, dans une scénographie conçue par Elisabeth Macheret et montée dans les espaces dessinés par l’architecte tessinois Mario Botta. Pour y aller, c’est simple, prendre le bus A ou 33 suffit.

Déchiffrer la représentation Une monnaie n’est pas un objet neutre. Certains l’ont utilisée pour légitimer leur pouvoir, comme Alexandre le Grand. Elle reflète aussi une époque, une mentalité et une perception particulière de la réalité. Inspirée de l’essai Les Mots et les choses de Foucault, l’exposition imaginée par Vasiliki Penna et Sylviane Messerli s’inspire de l’approche défendue par le sociologue français, qui invite à déconstruire le sens des mots, élaboré avec le temps et les rapports de force. Cette vision foucaldienne appliquée à l’argent prend tout son sens. Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter l’ouvrage-phare de l’économiste britannique John Maynard Keynes, Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie. Christogramme Revers d’une monnaie de bronze, Magnence (350-353 ap. J.-C.) © Laziz Hamani GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

du 24 novembre au 17 mars 2013 Rte Martin Bodmer 19-21 - 1223 Cologny www.fondationbodmer.ch


Expositions L’Association Genevoise des Amis de l’OSR

BEAUTé

CONCERt DE

L’ AN 2013 Ouvertures et airs célèbres de

VERDI PUCCINI - MASCAGNI MASSENET - OffENbACh

Lundi 7 janvier 2013 20h | Victoria Hall

John FIORE | Direction Joseph CALLEJA | Ténor Orchestre de la Suisse Romande LOCATION : 022 807 00 00 www.amisosr.ch

25

divine

- Hervé annen L’artiste allemande Anja Verbeek von Loewis inaugure la Rivoli Beauty Art Gallery, pour une première rencontre entre art et beauté. Influencées par le théâtre, la danse, la jungle brésilienne, les rythmes, la sculpture ou la calligraphie, ses peintures mélangent une foisonnante rencontre d’énergies. Ses tableaux sont composés de nombreuses couches créées avec des matériaux variés. Rencontre avec une artiste qui se dévoile au public suisse. Issue d’une famille d’artistes, vous peignez depuis l’enfance, avant d’étudier pendant 6 ans à l’Académie des Beaux-Arts de Munich. La danse et le mouvement ont toujours représentés un thème important pour vous. Voyez-vous un lien entre peinture et danse?

Ces corps se montrent mais, parallèlement, se cachent derrière une peau dont la texture rappelle le camouflage. Y a-t-il un jeu entre le visible et l’invisible?

Quels sont les matériaux avec lesquels vous peignez?

L’armature est inspirée par le ciel, le cosmos et une magie méconnaissable de l’ordre du ressenti. Il y a, là aussi, un désir de prendre son envol, comme une sensation amoureuse, une évasion qui nous porte hors réalité. Cette liaison avec le cosmos et l’invisible, nous donne l’énergie d’être ici. L’adulte, trop rationnel, perd malheureusement contact avec l’inconscient. Une forme de beauté liée à l’énergie interne, m’intéresse fortement. J’ai trouvé un langage, dans lequel la forme humaine, dans sa réduction, devient alphabet. Avec les «INBILDER» je mets en scène des silhouettes à la fois archaïques, délicates et amusantes pour donner forme à ce qui est oublié, inconscient, invisible, mais qui nous rend existants.

Très tôt j’ai voulu créer mes propres couleurs afin qu’elles ne soient ni ennuyeuses, ni cliniques, ni homogènes. Lors d’un séjour à Sintra, au Portugal, j’ai ramassé de la terre, des plantes ou encore du sable trouvé dans la rivière. J’ai aimé expérimenter et créer mes propres matières. Mes matériaux se composent essentiellement de pigments précieux, de plantes et de terre récoltés dans différentes parties du monde et frottés dans de la cire d’abeille et de l’or pur. Chaque ingrédient employé a une histoire intime. La matière m’importe autant que le sujet.

Rivoli Art Gallery Rue de l’Arquebuse 14 1204 Genève www.rivoligeneve.com exposition prévuejusqu’à la fin février 2013

A l’époque où je pratiquais le ballet, je dessinais des collègues pendant mes pauses. Le modèle étant en perpétuel mouvement, je devais aller à l’essentiel. Mes silhouettes restent inspirées par cette passion. Quelquefois, je danse dans mon studio, un lieu d’expression où je cherche une forme de liberté. Nous vivons dans une période trop intellectuelle et d’après moi, les pensées bloquent l’expression. Les personnages de mes peintures ont parfois des ailes et souvent de petites têtes.

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


26

Portfolio

Portfolio

Hallucination

chromatique

- mina sidi ali

© ruben meier

Cyril Vouilloz aka Rylsee vaut à lui seul tous les voyages de créatures poilues et de baisers fabuleux de déesses lancés à la volée. Ce magicien d'Oz, qui ose la fureur des couleurs et la spontanéité du trait, nous emmène par-dessus l'arc-en-ciel avec ses fresques oversized. Ces tribulations graphiques aux allures d'une hallucination témoignent de ces nombreuses pérégrinations (São Paulo, Vancouver, Barcelone…) et dévoilent une réelle démarche anthropologique. Inspiré de petits riens du quotidien, Rylsee explore et sonde attentivement son environnement. A 27 ans, il compte parmi ses clients fidèles Inglewood (identité visuelle), l’Usine et le Motel Campo. Aujourd’hui, il inspire et expire depuis Berlin où il nous a reçu dans son atelier situé dans l’Urbanspree – sorte d’Artamis berlinois – où il nous a partagé, au bras de sa dulcinée Andrea Wan, son univers qui pétille d'exercices de style où se côtoient fantaisies typographiques, digressions artistiques, illustrations surréalistes et autres expérimentations ou créations tous azimuts. On est resté scotché sur son sketchbook dont voici quelques drafts. mai 2013 expo solo à The Square www.rylsee.ch

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

27


28

Portfolio

Portfolio


Théâtre

30

Théâtre

31

FAIS -TOI UNE ARCHE ...

- GUILIA RUMASUGLIA On n’avait jamais rien vu du metteur en scène hongrois Árpád Schilling sur les scènes romandes: La Comédie de Genève pallie ce manque avec la représentation de Noéplanète, du 8 au 18 janvier: un spectacle hétéroclite aux histoires naviguant entre l’intime et le phénoménal. Noéplanète, c’est le monde actuel, allégorisé par une arche de Noé moderne qui emmène le spectateur en voyage; projections, musique, lumières sont les compagnons de cet itinéraire qui traverse les crises de notre temps. L’occasion, à travers la représentation, d’explorer en commun quelques pistes pour un modèle de société différent.

Árpád Schilling écrit lui-même ses spectacles. Pour Noéplanète, il a choisi de composer sur un même thème, celui de l'émigration. Au travers de prismes multiples, il donne à voir ce moment si particulier où l'on doit quitter quelque chose ou quelqu'un, un pays, une planète, une vie, une femme, un enfant qui n'est pas encore né. Le spectacle se tisse d'images et de saynètes parfois violentes, souvent énigmatiques pour nous emmener dans ce voyage de la déchirure: il recourt tour à tour à un film et à un travail au plateau, chaque support interrogeant une vision différente de la destinée.

Ne jamais s'arrêter Noéplanète, c'est l'illustration du devenir jamais stoppé. La mobilité incessante se retrouve dans le projet même du spectacle, celui d'exposer la situation des Roms en Europe et donc la difficulté de leur errance. Ce perpetuum mobile façonne également la forme de Noéplanète. Il s'agit d'un spectacle en constante métamorphose, qui emboîte les genres, mêlant cinéma, théâtre, cirque et performance dans un entrelacs de récits. Le mouvement de l'art rejoint celui de la société. Pour Árpád Schilling, la crise de la démocratie et celle du théâtre se mélangent; la scène, un lieu où la communauté peut s'observer elle-même, se juger, se transformer.

Un théâtre civique Avec Noéplanète, le scénographe pense le théâtre comme un moyen de renforcer la sphère civile, rappelant l'Antiquité où se rendre à une représentation relevait d'un devoir civique. En donnant au public la possibilité de s'exprimer lui aussi, le spectacle s'envisagerait comme un temps de dialogue, et non comme une simple reproduction d'une certaine image du monde. Irruption de

la réalité dans la fiction, abolition de la frontière entre scène et salle… dans cette création, les versants politiques et esthétiques deviennent indissociables. Il sera question de voir avec Noéplanète comment l'art peut dépasser la question du beau pour travailler le lien entre l'individu et la communauté. Au spectateur d'éprouver sa capacité à se faire compagnon de jeu.

Un art participatif Le titre de la pièce fait écho à la question du sauvetage – qui, parmi huit personnages restés en rade, mérite d'être sauvé? Les spectateurs sont invités à voter. Cette volonté d'instaurer une interaction entre public et scène résulte d'un constat amer: selon Árpád Schilling, les artistes aujourd'hui parlent du monde, de ses problèmes, mais n'entretiennent pas de relation active avec lui, ils ne travaillent pas sur les problèmes euxmêmes. D'où la nécessité d'aborder l'art avec la réalité et les outils d'aujourd'hui, c'est-à-dire dans la recherche des interactions et dans le mélange de formes différentes Le théâtre s'apparenterait ainsi à un forum, à un lieu où les spectateurs réunis participeraient à la discussion et aux débats sur les questions importantes de leur vie. GO OUT! DéC-JAN

12-13

Noéplanète Du 8 au 18 janvier La Comédie de Genève Boulevard des philosophes 6 022 320 50 01 www.comedie.ch

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


32

Théâtre

Théâtre

Socialement

AUTRE

Vous-même, parvenez-vous à garder cet équilibre entre esthétisme et idéologie?

- jadd hilal

Je favorise un thème qui ne correspond parfois pas du tout avec les ambitions de mes contemporains: le théâtre ludique. Le western, les farces et le thriller sont autant de formes qui fonctionnent très bien aussi bien de part le divertissement qu’ils procurent que de leur propension à créer du débat.

33 Du 14 janvier au 03 février 2013

Me, Je et Sa: 19h; Lu et Ve: 20h30; Di: 17h Théâtre Le Poche www.lepoche.ch

Juillet 1914. Alors que les étincelles de la guerre s’embrasent, une figure socialiste et pacifiste en subit les premières déflagrations à Paris: Jean Jaurès. Bien que son assassin soit identifié, le metteur en scène Dominique Ziegler propose aujourd’hui d’étendre le meurtre. Qui d’autre que Raoul Villain aurait pu s’attaquer à Jaurès, membre influent de la SFIO? C’est à cette enquête fictive qu’invite Pourquoi ont-ils tué Jaurès? Une question posée au pluriel, à dessein, tant le contexte de l’époque s’avère épineux. La représentation se déroulera du 14 janvier au 13 février, au théâtre le Poche, d’ici là, quelques indices.

Jean Jaurès fut assassiné par Raoul Villain, pourquoi avoir recours au pluriel dans votre titre?

Tout de même, ne craignez-vous de perdre une partie de votre public avec cette orientation politique?

Raoul Villain ne représente que la conséquence d’un phénomène beaucoup plus large. Jaurès s’opposait à l’entrée de la France dans la guerre, il s’attaquait aussi au gouvernement français et à son désir perpétuel de vengeance contre l’Allemagne. En plus de sa lutte politique, Jaurès appelait également à une contestation sociale en refusant le clivage entre classes dominantes et classes dominées. A l’époque, toutes ces idées fâchaient, elles devinrent même dangereuses pour leur auteur. De nombreux journaux de droite appelaient ainsi au meurtre de Jaurès. De ce point de vue, Villain n’a aucune importance en tant que tel. S’il n’avait pas tué Jaurès, un autre l’aurait fait à sa place. Il n’est qu’un produit de son époque.

La pièce s’intéresse à la figure de Jaurès, pas seulement à ses idéaux. Pourquoi ont-il tué Jaurès? ne se conçoit pas comme un manifeste, son ambition est historique, elle vise à faire connaître un homme.

Comment rendez-vous honneur à Jean Jaurès sans tomber dans l’éloge du socialisme? On n’épargne pas et on s’intéresse aux contradictions. Avant d’être socialiste, Jaurès appartenait au camp bourgeois et même en étant socialiste, il s’opposait à beaucoup d’idées socialistes. De même, il favorisait le colonialisme avant de s’y opposer farouchement. Jaurès se plaçait en permanence sur des positions évolutives.

La plupart de vos œuvres comportent une visée contestatrice, une d’entre elles a même été censurée par la Confédération helvétique. Considérez-vous le théâtre comme un medium de votre engagement politique? Mon travail s’inscrit dans la droite ligne de la tradition théâtrale. A mon sens, l’ambition initiale au théâtre est de proposer un commentaire de société. Dès lors, il y a forcément un côté critique dans la mesure où l’on joue sur la notion de représentation. On démasque en quelque sorte le pouvoir en le représentant masqué sur scène. Aujourd’hui, cette tradition théâtrale a malheureusement disparue. Le metteur en scène a pris le dessus sur l’auteur et l’esthétique a dépassé l’idéologie.

«Le bon metteur en scène oublie l’écriture, le bon auteur oublie la mise en scène» Le metteur en scène de Pourquoi ont-ils tué Jaurès?, Dominique Ziegler © Nicolas Schopfer

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


Danse

34

Danse

oreiller vs

«Au théâtre, vous pouvez vous permettre d’ennuyer les adultes, mais pas les enfants.» Evelyne Castellino, metteuse en scène de Roi fatigué

trampoline - Manon Barraud Avec Roi fatigué cherche royaume pour vacances, la compagnie de danse 100% Acrylique, dirigée par Evelyne Castellino, invite les enfants dès 4 ans à découvrir un spectacle malicieux dans un décor aérien, constitué de plumes et de trampolines. L’histoire se déroule dans deux mondes que tout oppose. D’un côté, un roi plein d’énergie dirige un royaume d’une main de fer. De l’autre, une reine très zen et ses acolytes pantouflards passent leur temps emmitouflés dans de gros edredons. Mais tout bascule lorsque ces deux univers se rencontrent. Ce conte dansé traite du pouvoir réunificateur de l’amour et de l’aptitude au bonheur. Des thématiques complexes racontées aux enfants dans le cadre d’un projet jeune public initié par l’Association pour la danse contemporaine (ADC).

Ce spectacle, d’après un texte de Jacky Viallon, raconte comment le roi Louis, hyperactif, épuise ses sujets. Son trône est un trampoline et sa devise «Et que ça saute!». Enfin fatigué, il recherche un lieu où se ressourcer. Il trouve ce havre de paix chez les Gnan-gnans. Amandine, reine de ce pays dont les maîtres mots sont calme et sérénité, décide d’échanger de royaume. Elle laisse à ses sujets la lourde tâche d’apaiser le dynamisme incessant du roi Louis pendant qu’elle s’en va découvrir le monde des Ressorts. La douceur des oreillers, le bonheur de la sieste et l’amour se chargeront de réconcilier à jamais ces deux mondes antinomiques.

Un univers enfantin Dans Roi fatigué cherche royaume pour vacances, la danse retrouve une de ces qualités essentielle, l’émotion. Le texte se limite à l’extrême pour laisser un maximum de place au visuel. Les costumes et la scénographie reflètent à merveille la frontière qui scinde ces deux mondes. D’un côté, des tutus colorés pour illustrer l’univers électrique des Ressorts et d’un autre, frou-frous pastels et oreillers pour le royaume Gnan-gnan. Tout élément émotionnel passe par la danse. La gestuelle se veut ludique afin de correspondre aux codes enfantins.

«Vous pouvez vous permettre d’ennuyer les adultes, mais pas les enfants. Les tout-petits marchent toujours au même comique universel.» explique Evelyne Castellino, metteuse en scène du spectacle.

La chorégraphie, un art Evelyne Castellino a collaboré avec Nathalie Jaggi, chorégraphe associée pour mettre sur pied ce conte dansé. Un travail complexe et de longue haleine s’agissant d’un spectacle destiné à un très jeune public. «Les enfants aiment ce qui se répète. Il fallait donc inventer un langage où ils se retrouvent, où ils peuvent être tour à tour roi des Ressorts et reine des Gnan-gnans à travers des péripéties très visuelles», nous livre la metteuse en scène. La bande-son du spectacle illustre également cette opposition dans le but d’exciter l’imaginaire des enfants.

Du 4 au 13 janvier 2013 ADC Genève Salle des Eaux-Vives, 82-84 rue des Eaux-Vives 1207 Genève www.adc-geneve.ch www.cie-acrylique.ch GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

35


36

Classique

Classique

37

CHARLES DUTOIT p è l eri n m u si c a l

- Olivier GURTNER Chef «nord-américain et français» par excellence, le Suisse Charles Dutoit revient à Genève en tournée helvétique diriger l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) pour interpréter notamment la Ballade pour flûte n°2 de F. Martin et le Concerto pour flûte n°2 de W.A. Mozart avec le soliste Emmanuel Pahud. A la tête de l’Orchestre symphonique de Montréal pendant 25 ans, il dirige aujourd’hui le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, en plus des invitations très nombreuses dans les formations d’Amérique du Nord. Entretien avec un itinérant de la musique et défenseur de la musique moderne, avant une série de concerts à Chicago puis au Japon. Après avoir beaucoup observé Ernest Ansermet travailler aux commandes de l’OSR, Charles Dutoit voit sa carrière propulsée en 1964, avec une invitation d’Herbert von Karajan à diriger au Staatsoper de Vienne. Parmi les formations qu’il conduira ensuite: l’orchestre de la Tonhalle (Zurich), le philharmonique de Göteborg, de Paris ou encore de Philadelphie. Aujourd’hui marié à la violoniste Chantal Juillet, le chef fera également jouer les Tableaux d’une exposition de M. Moussorgski, et l’ouverture Le Corsaire de H.Berlioz. Charles Dutoit, quel est votre sentiment sur la musique classique en 2012? La question revient souvent car on aimerait bien savoir comment remplir les salles de concert. En effet, on constate un vieillissement du public. Les jeunes sont aujourd’hui beaucoup sur Youtube, Google et généralement internet. Constituer un public d’abonnement devient plus difficile aujourd’hui, car il y a beaucoup plus de concurrence. Cependant, il faut relever un aspect très positif: la musique classique devenue accessible à tous. Prenez Buxtehude par exemple, un compositeur peu programmé en concert mais facile à écouter sur internet. Plus concrètement, imaginez un instrumentiste qui cherche un bon toucher sur une partition de Brahms, il sera aisé pour lui de comparer plusieurs versions sur Youtube. D’ailleurs, je m’en sers moi-même tous les jours.

A vos débuts, vous avez joué beaucoup d’instruments: violon, percussion, piano, alto. Pourquoi avoir choisi la direction? Charles Dutoit, chef d’orchestre helvétique à la

J’ai toujours été intéressé par la conduite d’orchestre, il s’agit d’un métier fascinant, qui

carrière internationale, spécialiste notamment de la musique française du XXe siècle

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

permet de développer un regard global sur les œuvres. Mais pour se retrouver devant un orchestre et toutes ses composantes, il faut savoir jouer d’un instrument, si possible intégré à l’orchestre. Ainsi, on apprend à répéter, à jouer sous la direction d’un autre, à travailler avec les autres pupitres et à repérer les forces et faiblesses de chacun. En ce sens, toutes les expériences sont valables, mais jouer dans les cordes est préférable, dans la mesure où ils constituent presque 60 % de l’orchestre, surtout dans le répertoire romantique

Janvier 1964: Herbert von Karajan vous invite à diriger El sombrero de tres picos au Staatsoper de Vienne. Alors âgé de 28 ans, comment avez-vous géré un tel stress? Je m’en souviens parfaitement. J’avais dirigé mon premier Sacre du Printemps d’I. Stravinsky et il s’agissait d’un exercice difficile à l’époque, la pièce étant peu jouée. Un agent de concert présent ce soir-là m’avait recommandé auprès du chef allemand à Zurich. Lui-même jouait pour la première fois le Sacre. Pour Le Tricorne composé par De Falla, je me rappelle de cette expérience passionnante, notamment parce que le Philhar-


Classique

38

39

monique de Vienne connaissait peu le répertoire du XXe siècle et donc je disposais d’une réelle marge de manœuvre. Pour les décors, on avait utilisé les originaux créés par Picasso.

Aux commandes de l’Orchestre symphonique de la radio japonaise NHK pendant presque 10 ans, du Sapporo Pacific Music Festival, et du Miyazaki Music Festival… Nourrissez-vous un rapport particulier avec le Japon? J’y suis allé la première fois en 1969 et ai représenté la Suisse à l’exposition universelle d’Osaka l’année suivante. Je m’y rends chaque année depuis les années 80. J’adore le Japon, son élégance, le respect d’autrui et la délicatesse de leurs usages. Nous occidentaux avons pris l’habitude de les considérer avec une certaine arrogance. Musicalement aussi. Et pourtant, le pays défend une indéniable tradition, en témoignent la création du Conservatoire de Tokyo au XIXe siècle et l’Orchestre symphonique de la radio NHK, plus ancien que l’orchestre national de France.

Au programme du concert prévu le 16 janvier sera joué la Ballade n°2 pour flûte et orchestre du genevois Frank Martin. Comment réagit le public au répertoire du XXe siècle? C’est d’abord une question d’éducation et d’habitude. A Genève par exemple, le fondateur de l’Orchestre de la Suisse romande (OSR) Ernest Ansermet a beaucoup éduqué le public à cette musique. Chaque semaine, on découvrait une nouvelle pièce. Pourtant, Schönberg, Boulez ou la musique concrète des années 60-70 ont peu été jouées. On ne peut pas dire que cette période ait laissé une immense trace. Le néo-romantisme a changé la donne. Du coup, le public suit. Mercredi 16 janvier, 20h Victoria Hall Service culturel Migros Genève 022 319 61 11 www.migroslabilletterie.ch

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Jeudi 10 janvier, 20h15 Théâtre de Beaulieu Lausanne 021 807 00 00 www.osr.ch


À 40 NOËL, C’EST POURTANT FACILE DE SE FAIRE PLAISIR.

Concour de Genéve

41

LE SACRE

DU TALENT - Olivier GURTNER Le Concours de Genève a achevé son édition 2012 consacrée au piano par une véritable consécration, celle du jeune Français Lorenzo Soulès. Premier prix, prix du public, prix du jeune public, prix spécial Air France/KLM, prix coup de cœur Breguet… le pianiste âgé d’à peine 20 ans a littéralement raflé la mise après avoir interprété avec talent le Concerto n°2 de J. Brahms. La 67ème édition marque également un changement de cap dans le Concours, qui passe désormais à une organisation biennale, alternant interprétation et composition.

Il est des victoires à la raclette, d’autres sans appel. Celle de Lorenzo Soulès correspond à la seconde définition. A l’issu d’une finale conduite par John Axelrod, le Français au physique frêle a stupéfait l’assistance par une interprétation très virile du Concerto n°2 de J. Brahms, faisant rugir le clavier. A d’autres moments pourtant, il a démontré une extraordinaire maturité en rendant les moments calmes de l’œuvre très gracieux, presqu’imperceptibles. Le jury, le public et le jeune public (principalement les enfants élèves des écoles de musique) ont tous placé l’élève de Pierre-Laurent Aimard à la première place. Deuxième et troisième, le Russe Mikhail Sporov et la Japonaise Aya Matsushita ont respectivement joué le Concerto n°2 de F. Liszt et le Concerto de R. Schumann.

Réformes à venir La compétition genevoise annonce un nouveau format dès 2013, proposant les années paires un concours d’interprétation et les autres années des épreuves de composition. Afin de renforcer la cohérence de l’événement au fil des années, les candidats d’une année devront jouer les compositions d’une autre. En l’occurrence, 2013 mettra à l’honneur la création contemporaine pour flûte; l’édition 2014 fera se confronter pianistes et flûtistes.

Retrouvez le meilleur de la musique électronique sur Clubbing TV HD

GO OUT! DéC-JAN

12-13

*Offre valable à la conclusion d’un nouvel abonnement au service numérique naxoo (dès le forfait Simply) avec la carte TV simply One. La résiliation du contrat peut se faire en tout temps avec effet pour la fin du mois suivant, sauf en *Offre valabled’une jusqu’au 31 décembre 2012 pour de tout nouvel de 12 au serviceetnumérique (forfait Intense Excellence), avec le cas de souscription option supplémentaire (durée contractuelle 3 mois pour lesabonnement options francophones hors mois Canal+,minimum les options internationales à la carte, et denaxoo 12 mois pour l’option Canal+). ou www.naxoo.ch

décodeur naxoo One. Les frais d’activation (CHF 95.-) et de livraison (CHF 35.-) sont offerts. Plus d’infos sur www.naxoo.ch.

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Et après? Dans un univers musical mondialisé et très compétitif, la Fondation veut soutenir au maximum ses lauréats, en organisant tournées et concerts, en partenariat notamment avec Pro-Musica, le Concours Chopin de Varsovie ou la Tonhalle de Zurich. Quelle suite pour Lorenzo Soulès? «Je rêverais de rencontrer Martha Argerich» répond l’intéressé.

1er prix du Concours de Genève, Lorenzo Soulès © David Wagnières/Concours de Genève


Cinéma

42

Cinéma

43

BLACK MOVIE

en polychromie - Philippe Magnin Originellement consacré aux cinémas africains, le festival Black Movie a depuis plusieurs années ouvert grand ses tentacules. Il nous embarque chaque année pour un tour du monde en dix jours et vogue à contre-courant d’Amérique Latine en Europe, avec une propension gourmande à prolonger son escale en Asie. L’édition 2013 ne dérogera pas aux principes qui guident le festival genevois depuis que la barre est tenue par Maria Watzlawick et Kate Reidy: une sélection audacieuse qui emporte les sens et l’esprit dans des terres moins connues, au plus loin des sentiers battus. Nul doute que les programmatrices seront encore parvenues à dénicher de nouvelles perles multicolores et multiformes. Rencontre. Vous dirigez le festival à deux, comment vous répartissez-vous les rôles? Kate Reidy: Jusqu’à l’année passée nous étions même trois, mais Virginie Bercher se consacre désormais exclusivement au Petit Black Movie (section du festival destinée aux enfants, ndlr). Le cœur de notre travail, c’est-à-dire le travail de prospection, nous le faisons ensemble et les grandes décisions sont toujours prises de concert entre nous deux.

Comment la phase de programmation se déroule-t-elle ? Maria Watzlawick: Elle s’étend sur toute l’année. Nous nous rendons chaque année au festival de Cannes et à celui de Busan, en Corée du Sud. Si les moyens le permettent, nous rajoutons un festival ailleurs dans le monde. Busan est important pour nous, car la plupart des films qui y sont projetés ne passent pas en Europe. À côté de la prospection en festival, il y a beaucoup de recherche sur internet, tout en utilisant nos contacts qui forment un réseau grandissant. KR: Il est vrai qu’aujourd’hui on peut visionner la majorité des films dans notre bureau, sur internet, via des plateformes internes. Il y a de moins en moins besoin de se déplacer. Nous continuons pourtant à nous voyager, car les festivals restent des lieux privilégiés pour les rencontres.

Maria Watzlawick et Kate Reidy, programmatrices de Black Movie © Nicolas Schopfer

Comment s’annonce l’édition 2013? MW: Les programmes de cette année se dessinent autour du Portugal et de la Russie notamment. Du côté de l’Afrique noire, nous sommes en train de thématiser la représentation de la vie urbaine dans les grandes capitales. L’édition compte également une grande partie de films asiatiques avec une récurrence du motif de la jungle en tant que milieu menaçant, sournois et indomptable. KR: Une autre tendance remarquable, c’est l’hybridité contenue au sein même de nombreux films. Nombre d’entre eux sont bizarres, mutants, comme s’ils résultaient d’un assemblage de pièces dépareillées.

Quelles en seront selon vous les têtes d’affiche ? KR: Des réalisateurs que nous suivons et auxquels nous restons fidèles. Des cinéastes asiatiques comme Takeshi Kitano, Hong Sang-soo, Wang Bing ou Kiyoshi Kurosawa, qui ne sont pas tous très connus du grand public européen, mais très estimés dans le milieu cinéphile et qui constituent pour nous de véritables têtes d’affiche.

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


44

Cinéma

Cinéma

45

CINé SUR LA JETée

«Nous tenons le pari que les gens ne viennent pas uniquement au cinéma pour s’oublier devant des films formatés» Kate Reidy

Votre ambition semble vouloir constituer un festival à la fois populaire et très pointu dans sa sélection. Doit-on y voir une contradiction? Devez-vous parfois faire des concessions dans votre programmation en vue d’attirer le public?

Beaucoup des festivals cherchent de promouvoir la production locale. Dès lors que Black Movie s’est ouvert à tous les continents, est-il encore cohérent de fermer l’accès à certains cinémas et notamment aux films suisses?

MW: Jamais. Nous montrons ce qui nous semble important d’être vu, et en aucun cas parce que nous cherchons à attirer le public. KR: Nous tenons le pari que les gens ne viennent pas tous au cinéma pour s’oublier devant des films formatés. Nombreux sont ceux qui aiment qu’on leur montre des films les invitant à réfléchir et à découvrir des choses jamais vues auparavant. Ce type d’évasion me semble encore plus satisfaisant.

MW: Notre but a toujours consisté à montrer ce que l’on ne voit pas ici, c’est-à-dire ce qui s’éloigne le plus des standards franco-américains. Nous voulons bousculer les habitudes du spectateur en lui présentant un regard qui n’est ni occidental, ni occidentalisé et donc porteur de références culturelles immédiatement identifiables pour lui.

- hervé annen Le populaire calendrier de l'Avent des Bains des Pâquis est de retour. Cette année, des projections de films autour de la thématique du jeu, viennent compléter la programmation, habituellement constituée d’expositions. Philippe Constantin, coordinateur de l'événement, nous accueille au bord d’une eau bien fraîche.

L’idée d’utiliser des cabines pour créer un calendrier à taille humaine nous interpelle. Comment est né ce projet? L’association s’est donnée le défi d’ouvrir 365 jours par an et d’organiser des événements culturels tout le long de l’année, pas uniquement en été. La création du calendrier des Bains nous a permis d’exposer des artistes plastiques, de projeter des courtsmétrages et d'assister à des performances live de chanteurs présents dans les cabines lors de leur ouverture. Cette année, le nom de l’événement est Jeux t’aime. Référence à l’amour des jeux ou également aux jeux de l’amour? Le nom lui-même joue avec les mots. Avec cette thématique ouverte, les artistes ont carte blanche. La consigne exige de réaliser des œuvres interactives, de favoriser la participation du public. Cette année, on vient jouer! Peut-on prétendre, de votre part, à une volonté de partager des œuvres artistiques moins élitistes?

été préalablement réfléchi. Nous exposons des habitués ou des nouveaux venus qui nous séduisent. Le calendrier doit surtout rester convivial, à l’image que le lieu renvoit. L’idée de projeter des films cette année est-elle influencée par la convivialité d’un événement comme Ciné Transat, qui sont désormais vos voisins, chaque été? La relation qu’entretiennent les Bains et le cinéma n’est pas nouvelle. Nous avons créé le festival du film improvisé, la jetée des Pâquis constitue le décor de nombreuses scènes de films et le dernier numéro de notre journal traite de la relation entre lac et cinéma. Nous aimons le 7ème art et une grande envie de développer de nouveaux projets, autour du grand écran, nous anime.

Jeux t’aime, 9ème calendrier de l’Avent des Bains des Pâquis du 1er au 25 décembre 2012, ouverture d’une cabine, chaque soir, à 19h

Notre lieu se situe en extérieur et l’on vient aux Bains pour de nombreuses raisons, donc effectivement, le public est différent, il forme un ensemble hétérogène. Mais ceci n’a pas

Bains des Pâquis Quai du Mont-Blanc 30 - 1201 Genève +41 22 732 29 74 www.bainsdespaquis.ch © Hervé Annen

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


On danse

46

Architechture

un festival prise de son

47

Blanches

auspices

- amÉlie le barS

- Olivier GURTNER

Importé de Paris, le concept voit le jour en 2005 sous l’impulsion de Christian Zanési, directeur artistique du Groupe de Recherches Musicales (GRM). Festival des musiques digitales spatialisées unique en son genre, Présences électroniques a pour vocation d’enrôler initiés et amateurs dans les tréfonds de ces sons hybrides influencés par la nature environnante et les machines. Une troisième édition placée sous le signe du live, du mélange des styles et du clivage générationnel.

Ouvrage symbolique, esthétique et fonctionnel, la Halle logistique du CICR est l’œuvre du bureau d’architectes genevois group8. Un pool créatif et reconnu, en témoignent certaines réalisations marquantes dans le canton de Genève: la sinueuse volière du Bois de la Bâtie, la rénovation de Palexpo et celle du siège de l’OMC, entre autres. L’édifice conçu pour l’organisation humanitaire est recouvert d’une toile blanche, allusion évidente aux tentes du CICR sur le terrain et à la couleur blanche, signe de neutralité et valeur cardinale de l’institution. Portrait et rencontre autour d’un exemple mêlant fonction et beauté.

Deux jours durant, le Casino Théâtre et le Zoo de l’Usine feront vibrer les enceintes de leur quatre murs aux rythmes des tribulations acoustiques et expérimentales des plus grands noms de la scène électronique d'hier et d'aujourd'hui. L'occasion d'un programme éclectique accueillant Speedy J, chef de file de la techno qui dévoilera un set de 3 heures live, ordinateur et machines; Emika, nouveau prodige du label indépendant créé par le binôme mythique de Coldcut; Ninja Tune et Chris Watson, membre fondateur de Cabaret Voltaire... entre autres. Cette année, la particularité tient au choix des deux salles: d'un côté l'espace confiné du Casino Théâtre et sa centaine de places assises, et de l'autre celui du club surround de l'Usine, le Zoo, pour poursuivre l'expérience auditive jusqu'au bout de la nuit.

Écouter autrement, tels sont les maîtres mots de ce festival atypique. Véritable expérience sonore, l'acousmonium fait partie intégrante de l’œuvre musicale et livre un son organique et spécifique. Cerné par toutes ces baffles, l'auditeur peu lambda sensible aux acouphènes redécouvre la musique électronique sous un nouvel angle. A ne pas rater, Chris Watson, spécialisé dans l'expérimentation des sons d'insectes pour vous laisser immerger dans l'océan profond des mélodies aquatiques.

Musiques d'aquarium La principale curiosité de ce festival tient dans son architecture sonore exceptionnelle. 60 hautparleurs seront installés pour retranscrire un son en multidiffusion et en quadriphonie (surround sound 4.1 pour les plus avisés). Une merveille de technologie orchestrale sans limite qui propulse le spectateur dans une bulle hors du temps et de l'espace. La plupart des artistes proposeront des créations inédites aussi bien visuelles que sonores.

Présences électroniques Les 11 et 12 .01 au Casino Théâtre et Zoo de l’Usine www.presenceselectroniques.ch

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


48

Architecture

Architecture

49

La Halle logistique est située dans la zone industrielle de Meyrin-Satigny, dans un environnement bordé de hangars anonymes. Construit entre 2008 et 2011, les 11’500m2 de surface accueillent des activités aussi diverses que sensibles: une halle de stockage, une halle de travail et de manutention, des locaux d’archives et des bureaux. L’extérieur est uniformisé par un grand voile blanc aux pans coupés en biseau. Ultime particularité: l’addition des blocs ne remplit pas l’intégralité du volume, laissant apparaître des terrasses végétalisées sur le toit.

Octuor architectural A l’origine de cette performance artistique et architecturale, group8, un des plus importants bureaux d’architectes du canton, fondé en 2000. Fort d’une cinquantaine de collaborateurs à Genève, l’équipe a ouvert une antenne en Asie – group8asia – en 2007 à Hanoi. L’agence helvétique installée à Châtelaine occupe un vaste white cube immaculé rehaussé de containers de fret maritime usés, servant à accueillir les espaces communs. L’équipe ne boude pourtant pas la couleur, comme le montre le plafond du futur Visitor center du CICR, la Maison Corail, la Résidence Bambou dans le quartier de Chandieu, ainsi que le bâtiment administratif de l’Avenue de France.

Tentatives autour de l’enveloppe textile © Photos Régis Golay/FEDERAL STUDIO

La Halle logistique du CICR, recouverte d’un voile blanc – couleur de la neutralité – une valeur revendiquée par

Interview avec Adrien Besson et Christophe Pidoux, partners de group8. D’où vous est venue l’inspiration du grand voile blanc de la Halle logistique CICR ? A.B.: Dans chaque projet nous cherchons des éléments architecturaux qui soient très spécifiques. Pour ce projet en particulier, la bâche blanche illustre parfaitement la notion du neutre qui est une des valeurs de l’institution. Elle fait référence aux tentes et aux bâches de camions. C.P.: Nous considérons également la couleur comme une matière, et nous ne choisissons jamais une teinte seulement pour des raisons esthétiques.

Contrairement à beaucoup de photos d’architectures, les vôtres contiennent des personnes. Pourquoi? A.B.: Nous avons de la peine à considérer les photos d’architecture sans échelle humaine. Dans tout le processus de conception nous passons notre temps à imaginer la manière dont les utilisateurs s’approprieront les espaces. Notre mission consiste à construire des bâtiments pour qu’on y vive.

l’organisation

A.B.: Perdre un concours est toujours un peu déplaisant. Pourtant, l’important reste la notion de plaisir, car après tout, nous pratiquons un métier que nous adorons. Faire des concours, c’est une manière d’entretenir notre laboratoire de recherche d’idées. C.P.: Il s’agit aussi d’un moyen de nous rafraîchir et d’expérimenter, de sortir de notre routine et de se confronter aux autres. Une manière de rester en vie finalement.

© Photos Régis Golay/FEDERAL STUDIO

Vous avez remporté l’appel d’offre lié au plan d’aménagement pour les GrandsEssert à Veyrier. Comment voyez-vous Genève évoluer dans 20-30 ans? A.B.: Malgré les problèmes rencontrés, Genève conserve une qualité de vie exceptionnelle par rapport à l’échelle mondiale, notamment grâce à son environnement naturel et la qualité de son bâti. C’est peut-être pour cette raison que les processus de constructions sont relativement longs. A terme, nous sommes convaincus qu’il faudra bâtir plus de logements et maitriser l’expansion du Grand Genève. En effet, l’activité se révèle très intense dans la région, la clef est de développer un territoire tout en maintenant une très haute qualité de vie. GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


En famille

50

En famille

A l’ombre d’une jeune fille en fleur

- AmÉlie le barS Les petits garçons naissent dans les choux, les petites filles dans les roses... Lian, bien malgré elle, défraye la chronique en se matérialisant entre les pétales d’une fleur de lotus. Inspirée du roman initiatique de Chen Jiang Hong, cette adaptation théâtrale destinée aux enfants joue avec les ombres et la musique pour mieux retranscrire l’ambiance tendrement poétique d’un conte féerique empreint de réalisme. La destinée d’une petite fille fleur extraordinaire dessinée à l’encre de Chine...

Création originale du Théâtre de l'Ombrelle qui réunit depuis 1981 graphistes, danseuses, marionnettistes et comédiennes, Lian et le Lotus a été pensé et mis en scène par une compagnie composée exclusivement de femmes passionnées par l'histoire et la culture asiatiques. Le théâtre gestuel, cet héritage du mime et des marionnettes, s'affirme comme l'expression visuelle et poétique de l'Empire du Milieu. Colette Blanchet, en cheffe d'orchestre, travaille la scénographie dans le plus profond respect de l'héritage artistique chinois. Elle passe au crible ces ombres et ces lumières en ajoutant une pointe de couleur iconographique. La projection des décors peints à la main et inspirés des peintures traditionnelles d'Asie est rythmée par la composition de Marjolaine Ott. Musicienne conteuse, l'artiste, accompagnée de ses divers instruments sur scène, traduit l'univers onirique de l'histoire et établit le lien privilégié entre les images et le public.

Un conte oriental En choisissant pour cadre un humble village de pêcheurs, le peintre et illustrateur diplômé des Beaux-Arts de Pékin, Chen Jiang Hong, transporte ses jeunes lecteurs au bord des rives du Mékong en plein cœur d'une Chine imaginaire et atemporelle. Suspendu au milieu de nulle part, dans l'obscurité d'une salle dans laquelle plus une seconde ne semble s'égrener, Monsieur Lo vit sur sa jonque et plante les graines de lotus qu'une vieille femme lui a offert en gage de reconnaissance. Il est mélancolique. Le poisson se fait rare cette année. Mais sa bonté d'âme lui apportera le plus précieux des cadeaux: une petite fille dotée de pouvoirs magiques qui éclôt dans un champ de lotus. Volatile, aérienne, presque irréelle, Lian, indissociablement liée à la fleur qui l'a créée, s'épanouit, prend son envol et transforme la réalité en un monde merveilleux voire enchanteur.

Le 22.01 à 18h et le 23.01 à 16h Forum Meyrin Pl. des Cinq-Continents 1, 1217 Meyrin Lian et son lotus, deux siamoises ombragées

Tél.: 022 989 34 34

photo: © D.R

www.forum-meyrin.ch

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

51

Le rêve d'ailleurs L'altruisme de l'enfant, qui profite de son don pour venir en aide aux habitants de son village, va cependant vite être confronté à la cupidité des hommes. Suscitant jalousie et convoitise, Lian va devoir renoncer à cette bénédiction pour devenir une petite fille normale dans un monde ordinaire. Mais au terme de son voyage initiatique, elle va découvrir un bien plus puissant et plus concret que tous ses pouvoirs réunis: un père. L'accession au bonheur transite par la quête d'authenticité. Symbole de la réalisation de l'être, le lotus incarne les valeurs traditionnelles de l'Extrême-Orient. Forme d'équilibre entre le yin et le yang, la plante confère au conte son caractère fantasmagorique en permettant finalement à son héroïne de s'accomplir en tant qu'être réel. La fascination exercée par l'exotisme de l'orientalisme opère sur le spectateur médusé, plongé dans un rêve éveillé dépaysant, où les codes bouleversés invitent à la méditation et à la réflexion intrinsèque sur l'être.


52

On en parle

On a rencontré

53

EN apesanteur - Mina sidi Art essentiellement visuel, la danse contemporaine offre à Genève un paysage chorégraphique particulièrement prolifique. Pourtant, toucher le public n’est pas simple. Discipline artistique assez neuve, la danse contemporaine suscite pourtant des réticences. Passionné de danse, et attaché à la notion de réseau, directeur de l’ADC, co-fondateur et programmateur danse du Festival Antigel, Claude Ratzé relève l’exploit d’offrir des créations qui interpellent le spectateur et ne le laissent jamais sans avis. Mini-échappée balancée aux côtés de ce faiseur de bonheur artistique. Pour beaucoup, la danse contemporaine est réputée abstraite, voire absconse, comment expliquez-vous ses aprioris? Dans la danse, il existe effectivement des préjugés, car la nature humaine implique souvent de vouloir tout comprendre, esprit cartésien oblige. On doit apprendre à se laisser aller, à être emporté par ce que l’on voit et observer ce qu’une œuvre peut évoquer, susciter, intriguer. La particularité de la danse contemporaine c’est de voir des œuvres avec des lectures très variables. C’est un peu moins condescendant que la danse classique où il y a un livret qui raconte une histoire, que l’on reçoit et on comprend. Dans la danse contemporaine, on est moins factuel. Vous êtes très attaché à la notion de réseau et de collaboration avec, entre autres, votre engagement auprès d’institutions telles Passedanse ou le réseau suisse Reso… En effet, je suis très attaché à notion de coopération. Je pense qu’on travaille mieux ensemble que tout seul. Je suis très réfractaire aux notions d’exclusivité, phénomène très courant dans le milieu de la musique surtout. En travaillant dans cet état d’esprit, on pense davantage à soi, à son travail de découvreur de talent qu’à la circulation des œuvres d’un artiste.

Est-ce que la danse suisse existe? Objectivement non. Il existe des artistes en GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Suisse, je dirai même qu’il y a eu un vrai développement chorégraphique dans le pays mais cela ne donne pas un genre suisse. Cependant, on y perçoit une qualité de travail, une prise de risque et des conditions qui permettent à des artistes d’avoir confiance en eux et de bénéficier d’une liberté offrant une large ouverture d’esprit. Genève est doté d’une grande qualité d’offre chorégraphique, très diversifiée. On ne peut que s’en réjouir. D’ailleurs on le voit aujourd’hui aux journées de danse contemporaine à Bâle, la grande majorité des chorégraphes choisis sont genevois.

Qu’en est-il de la 3ème édition du Festival Antigel, à laquelle vous contribuez? Antigel est un énorme travail de relations et de partenariat avec les communes. C’est à la fois dingue et passionnant à créer. Cela nous oblige à agiter nos méninges et réfléchir. A travers ce projet, on découvre que la culture à Genève s’est beaucoup étendue en ville. La culture existe aussi dans les communes, mais d’une autre façon, selon d’autres pratiques. Avec ma programmation, je souhaite développer l’idée du relationnel en évitant le consumérisme culturel. En effet, lorsque je vais voir un spectacle, je vis des choses avec d’autres, dans des endroits insolites. Telle est la mission du festival Antigel: proposer au spectateur finalement ce qu’il aime, à savoir des aventures, rentrer dans des lieux dans lequel il n’aurait pas l’idée d’aller.


bleu

Horlogerie

55

Tocante et fugue

comme chez nous

- Olivier GURTNER Evénement d’envergure dans l’univers des montres, le Salon international de la Haute horlogerie (SIHH) reçoit pour la 23ème édition créateurs, journalistes, détaillants dans l’enceinte de Palexpo, métamorphosée en écrin à cette occasion. La fondation organisatrice attend environ 12 000 visiteurs, invités par les grandes enseignes du secteur. Malgré une conjoncture globale difficile marquée par une zone euro sous tension, le marché horloger affiche au contraire une santé presqu’insolente.

Première manifestation horlogère du calendrier, le SIHH se place à l’avant-garde de l’actualité des garde-temps, en proposant un éventail précoce et sélectif des créations à venir dans ce secteur à la clientèle exigeante. Du 21 au 25 janvier, la «crème de la crème» – comme on dit en anglais – des passionnés viendra découvrir presqu’en avant-première les innovations de cette industrie de précision. Avec novembre et sa remise du Grand Prix de l’Horlogerie, l’hiver se veut décidément faste à Genève.

alternative.ch - © Guiraud/Tribune de Genève

Au cœur des métiers d’art

facebook.com/leman.bleu

GO OUT! DéC-JAN

12-13

www.lemanbleu.ch

Au XIXe siècle, le compositeur allemand Richard Wagner a milité pour ramener l’art lyrique à son rôle premier: une œuvre d’art total, à la croisée des excellences, faisant intervenir musique, poésie, chant et scénographie. L’horlogerie se veut également Gesamtkunstwerk, par sa capacité à unir art, héritage, technique de pointe et haute technologie. Parmi les 16 exposants retenus, 10 viennent de Suisse, évidemment, avec l’alémanique IWC basé à Schaffhouse, les Vaudois Audemars Piguet et Jaeger-LeCoultre installés à la Vallée de Joux, les vénérables Piaget, Vacheron Constantin et Baume & Mercier, fondés respectivement en 1874, 1755 et 1830. Il ne faudrait oublier le Neuchâtelois Greubel Forsey, Parmigiani Fleurier (aux GO OUT! DÉC-JAN

12-13

mains de la fondation de famille Sandoz) et les plus récents du secteur: Richard Mille et Roger Dubuis.

Echanges et culture En plus des enseignes venues montrer leurs réalisations, la manifestation accueille La Conquête du Temps, une exposition internationale passée par Mexico, Londres et Paris et inspirée par l’ouvrage de l’historien et spécialiste Dominique Fléchon. Un parcours pédagogique pour raconter l’itinéraire du garde-temps dans l’histoire de l’humanité. La manifestation née en 1991 a su s’imposer en ouvrant la saison horlogère, qui se poursuivra en avril avec Baselworld à Messeplatz. A découvrir à condition d’obtenir une invitation, difficile mais pas impossible.

21-25 janvier Geneva Palexpo Rue François-Peyrot 30 1218 Grand-Saconnex www.sihh.org


56

association pour la danse contemporaine genève

adc

On en parle

On prend le large

salle des eaux-vives du 13 au 15 décembre à 20 h 30

57

berlin

samedi à 19h 82-84 rue des eaux-vives, 1207 genève billetterie www.adc-geneve.ch service culturel migros

rza

coraline lamaison

- mina sidi ali

Ville sexy à la pointe des modes de vie, Berlin se dévoile comme l’un des centres nerveux de l'art contemporain mondial. On y apprécie la douceur de vivre dans un capharnaüm entre progrès et désuétude: des murs délabrés, des voitures vieilles et sales, une architecture massive et imposante. En bref une mégalopole de béton, une métropolis sous amphét, comme la dessinerait Enki Bilal. Malgré cette réputation grise et triste, Berlin dégage beaucoup de chaleur; c'est une cité en pleine effervescence, ouverte au monde et à l'autre. Une enclave de créativité. On ne dit plus RDA mais RZA: République du Zeitgeist allemand. Go Out! a foncé sur platz pour vous donner les adresses übertendances.

*Zeitgeist est un terme intraduisible signifiant l'air du temps, un mot pour exprimer la modernité qui se frotte à la nostalgie et qui décrit le climat culturelle et intellectuel d’une époque. GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


58

On prend le large

On prend le large

Hotel Michelberger

59

Oukan 71

Il y a des hôtels comme des songes, improbables. L’hôtel Michelberger est de ceux-là. Situé à proximité de l’UrbanSpree (Artamis berlinois), ce logis n'aime pas les nuits monotones. A tester, l'une des chambres bouleversées par un graphisme décalé: the Golden One, pour un effet bling bling assuré. Parfait pour les fêtes de fin d’années.

2 étages et 300m2 d’avant-garde japonais et de designers internationaux dans un espace bordé d’un jardin nippon combinant tea room et bar. La boutique ravit par son architecture et sa décoration fascinante aux teintes japonisantes. www.oukan71.com

www.michelbergerhotel.com

Kuchi Cantine japonaise servant de très bons sushis et nouilles faites maison. Un des meilleurs restaurant nippon de la ville.

Casa Camper Situé au cœur du quartier de Mitte, il offre un toit-terrasse open bar aux clients qui ont le privilège de séjourner dans cet hôtel au design smart. www.casacamper.com

www.kuchi.de

The Corner Berlin On fonce à The Corner, le Colette berlinois, un mix entre boutique avant-garde, galerie d’art et café looké. Cette Mecque de la mode dans un loft géant propose les dernières tendances de toutes les marques edgy. On craque pour la dernière collection de Tom Binns et ses bijoux aux formes arachnéennes. La dernière expo en date sublimait les messages au néon d' Olivia Steele: drôles, provocateurs & poètes! www.thecornerberlin.de

White Trash Un des maîtres du burger à Berlin. On peut y prendre juste un verre ou manger un burger au nom détonnant, voir un film dans le cinéma fumeur ou même se faire tatouer dans leur studio. Trois niveaux plein de musique et de gens dans un décor sino-kitsch. Musique pop, rock, punk, indus et ambiance burlesque punky baby!

Le Renate Le salon zur Wilden Renate, club exceptionnel est un véritable coup de coeur. Situé dans un bâtiment industriel en briques sur plusieurs étages dans des appartements anciens et délabrés, ce lieu se veut secret, underground et sauvage!

www.whitetrashfastfood.com

www.renate.cc GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


60

On prend le large

On prend le large

61

Kater Holzig Ancienne savonnerie en briques de l'autre côté de la Spree, Kater Holzig offre une ambiance décalée voire déjantée! C’est le rendez-vous à la mode mais aussi un centre culturel où l’on peut assister à des pièces de théâtre, écouter de la musique et même profiter d’une séance de cinéma.

Fernsehturm La tour de télévision de Berlin inaugurée en 1969 garde sa saveur seventies grâce à son décor restauré mais inchangé. En prenant l'ascenseur, on se retrouve en quarante secondes à plus de 200 mètres d'altitude. Le bar-restaurant, installé dans la grosse boule tourne: la vue sur la ville est panoramique. On s'y sent bien, comme dans le ciel à bord d'un faux vaisseau spatial.

www.katerholzig.de

www.tv-turm.de

Nathanja & Heinrich Bar divisé en plusieurs pièces aux murs bruts aéré et spacieux et aux meubles chinés, le Nathanja & Heinrich se distingue par son sens inhabituel du style. On s’y rend pour son atmosphère chaleureuse et son délicieux café. Ouvert jusque très tard.

Chalet Situé dans une vieille maison de Kreuzberg de plus de 150 ans, le Chalet possède un charme certain et une  ambiance décalée comme sait si bien la mettre en scène l'ancienne équipe du Bar 25 qui est derrière ce projet. Programmation musicale variée et pointue. Les hipsters vont adoré !

http://nathanja-heinrich.de/

Bauhaus Archiv Museum für Gestaltung

www.chalet-berlin.de

Plongée dans l'Allemagne d'avant-guerre, classique mais incontournable, ce musée témoigne de l'influence du mouvement Bauhaus sur l'architecture et le design moderne. www.bauhaus.de

Do you read me ? Des magazines, toujours des magazines ! Dans cette libraire, vous serez certain d’y trouver des incontournables comme le Frankie Magazine australien. Avis aux addicts de la lecture esthétique. www.doyoureadme.de

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13


62

Coup de food

Coup de food

L’appétit

Go Out! X

vient en créant - hervé annen L’organisation non gouvernementale genevoise ART for The World propose une exposition itinérante nommée FOOD, conçue par Adelina von Fürstenberg. Composée d’un accrochage d’œuvres d’art, d’une série de conférences et d’un programme de films autour de l’alimentation, FOOD met l’accent sur la terre nourricière, l’agriculture et l’alimentation. Avant de se déplacer vers Milan, Saõ Paulo et Marseille, l’événement est présenté, en avant-première, au Musée Ariana de Genève.

La commissaire d’exposition, Adelina von Fürstenberg, nous rappelle l'évidence du rôle de l’alimentation dans la vie, qui est aussi un attachement vital que l’on entretien avec le ventre de la terre. L’exposition veut montrer la nourriture comme une valeur. Les artistes favorisent cette vision par le biais des cultures et des traditions, par des œuvres d’époques diverses.

63

Agitateur de concepts culinaires, le fondateur du M.i.A.M Cyril Musy exporte ses soirées épicurieuses à Genève. L’idée? Deux chefs affoleurs de papilles, un lieu insolite alluré feng-shui et un dj hors-pair. Go Out! craque pour ces soirées sur orbite de la nouvelle scène foodeuse qui font courir les appétits du moment et a testé la première le 23 novembre dernier dans l'espace arty du Loft 43 de la Galerie Guy Bärtschi.

Eat Art Les représentants suisses sont, entre autres, John Armleder et Daniel Spoerri. Ce dernier, dans sa vidéo, Beefsteak (Resurrection), s’intéresse à la structure circulaire qui relie la vie et la mort en renversant l’histoire d’un steak. L’ artiste, vers la fin des années 50, avait lancé le mouvement Eat Art en collant des assiettes sur ses tableaux. L’aliment deviendra prétexte à création. Aujourd’hui, l’appellation Eat Art dessine ce courant des années 60-70, mais aussi chaque œuvre actuelle qui relie cuisine et création.

Sur la table et sur la toile ART for The World, fondé en 1996, mobilise l’art, le cinéma et la culture contemporaine autour des questions majeures de notre société. Grâce à la création, elle défend certaines valeurs que l’on trouve dans la déclaration universelle des droits de l’Homme. D’ailleurs, ce texte stipule que l’activité créatrice est un élément essentiel du bien-être des personnes. Il en va de même, évidemment, de la cuisine que l’on savoure. Sachant que l’alimentation améliore nos performances intellectuelles, notre bien être et notre humeur, il serait dommage de se priver de cette nourriture cérébrale. A table!

GO OUT! DéC-JAN

12-13

Cyril Musy entouré des chefs Philippe Audonnet (gauche) et de Dominique Gauthier (droite). © Nicolas Schopfer

Aux commandes des platines, Kid Chocolat (poor records) qui a encensé l’ambiance sonore avec de l’electro pop affutée et incisive et pour étonner nos palais, deux chefs de renom: Philippe Audonnet (le Windows - Hôtel d'Angleterre) et Dominique Gauthier (le Chat Botté - Hôtel Beau Rivage), le tout accompagné par la maison Caviar House & Prunier et les vins du vignoble de Genève. La soirée portait la chandelle avec un service complice avec des plats innovants qui nous ont laissé les lèvres ravies. On a été séduit par le carpaccio de noix Saint-Jacques et tourteau de casier, jus de carapace, huile d'olive et combava, caviar Prunier concocté par Dominique Gauthier. Et on a succombé au tremblant à la bière iodée, huître en verrine, craquant de poireau ananas, tartare d'huître et caviar Prunier mijoté par Philippe Audonnet (photo ci-contre). Précis dans la saveur, pointu dans l'exotisme, cinglant à chaque bouchée, chaque plat allait comme il allait, facile, futile, amusant la papille. GO OUT! DÉC-JAN

12-13

La prochaine soirée épicurieuse aura lieu le 5 décembre prochain au Flux Laboratory à Carouge. Ce sera au tour de Raphaël Vionnet, chef étoilé de l’Auberge du Bois Prin à Chamonix, et Julien Burlat chef étoilé du restaurant le Dôme à Anvers et chef conseil du Chalet Zannier à Megève de mettre le caviar Prunier et le saumon Balik sur orbite. Le groupe Love Motel animera avec ses sets éléctrorocks une soirée qui promet des plats de septième ciel, affolants de talent!


Cosmétique

64

Cosmétique

boréal colors

2

- Manon barraud

4

Corinne Mercier est tombée amoureuse de la couleur très jeune. Lasse de ne pas toujours pouvoir exprimer sa créativité sur les cheveux de ses clientes, elle a crée sa ligne de perruques, véritable exutoire électrique et extraordinaire. Elle vogue entre son salon de coloriste «Foxy Lady» à Biarritz et le Bal des Créateurs, à Genève, où ses chefs d’œuvres capillaires sont d’ailleurs commercialisés. Sa devise ? «Be Colorful».

1

5

60% de science, 40% de luxe et de sensualité, telle est la philosophie de RIVOLI-GENÈVE. Première marque cosmétique de haute précision à concevoir des produits de qualité en maîtrisant toutes les étapes de conception. RIVOLI-GENÈVE apporte des solutions actives pour la jeunesse de la peau conçu et fabriqué en Suisse en Suisse.

© Meret Watzlawick

3

6

Le 1. 2. 3.

Coloriste… Un métier quelque peu magique. Etait-ce une vocation ? un coup de foudre? Pouvez-vous nous en dire plus?

Depuis septembre 2012 vous êtes officiellement Redken Artist. Pouvez-vous nous en dire un peu plus?

Je baigne depuis toute petite dans l’univers de la coiffure. J’attendais souvent ma mère, qui était nettoyeuse, dans les salons. A l’âge de 15 ans environ, tous mes amis suivaient la mode «punk». Je leur colorais les cheveux avec du bleu de méthylène, de l’éosine. J’achetais de l’eau oxygénée et je fabriquais mes couleurs «maison». J’ai su, à ce moment là que j’allais rentrer en coiffure pour colorer les cheveux.

J’ai été choisie car je suis une des seules en France à avoir un lieu où l’on fait uniquement de la couleur. Je représente la marque et fait partie des vingt artistes Redken en France. Je suis plus que ravie car c’est, à mes yeux, le numéro un mondial, technologiquement, scientifiquement.

Vous avez imaginé votre propre ligne de perruques. Comment en êtes-vous arrivée à la créer? J’ai commencé à m’exprimer sur les perruques car je ne pouvais pas forcément le faire sur mes clientes. Mes idées étaient uniquement restranscrites sur papier. Je me suis rendue compte que ça plaisait, du coup je ne m’arrête plus.

Visage Crème de Jour Jeunesse Sérum Lumière Crème de nuit Réparatrice

Où trouvez-vous l’inspiration pour créer des perruques?

Le Regard 4. Sérum Eclat 5. Crème Lissante

En observant les animaux. Je photographie des pelages, des fourrures, des plumages. Je vais aussi chercher énormément de couleurs dans la nature. En ce moment, je m’inspire beaucoup des aurores boréales.

Rendez-vous à la Rivoli Beauty Art Gallery munis de cette édition de Go Out et recevez une remise de 20% sur la ligne de cosmétiques. 14 rue de L’Arquebuse, 1204 Genève www.rivoligeneve.com

65

Le Privilège 6. Base Traitante

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

© Nicolas shopfer

www.corinne-mercier-coloriste.fr lebaldescreateurs.wordpress.com


Shooting

66

Shooting

67

Photographe // Aurélien Bergot Assistant photo// Nicolas Schopfer Direction artistique // Mina Sidi Ali Assistante // Manon Barraud

Shaliy

Hair Style & Make up // Juan Romero pour l’Oréal

Modèles // Models Demoiselle (Shaliy, Diane-Laure & Franck) Boutiques // Because I Love (B-I-L) // Le Grand Magasin (L-G-M)

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Bottes Chie Mihara (L-G-M)

Short Orla Kiely (B-I-L)

Blouse Les Prairies de Paris (B-I-L)


68

Shooting

Shooting

69

Diane-Laure

Sac Dame Pipi (L-G-M)

Jupe Orla Kiely (B-I-L)

Blouse Just In Case (B-I-L)

Shaliy

Pull Mademoiselle Tara (B-I-L)

Pantalon Sessún (B-I-L)

Chaussures Ellen Verbeek (L-G-M)

Sac Orla Kiely (L-G-M)

Franck

GO OUT! DéC-JAN

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Pull Mont Saint-Michel (B-I-L)

Pantalon Marcel (B-I-L)

Baskets Crazy Shoes (Wood)


Shooting

70

Shooting

71

Shaliy

Blouse Les Prairies de Paris (B-I-L)

Echarpe Orla Kiely (L-G-M)

Vernis à ongles Colorama de Maybelline

Franck

Pantalon Marcel (B-I-L)

Pull Le Mont Saint-Michel (B-I-L)

Echarpe Lucas du Théâtre (B-I-L)

Manteau vintage (Wood)

Bottes vintage (Wood)

Shaliy

Robe Orla Kiely (B-I-L)

Vernis à ongles Colorama de Maybelline

Diane-Laure

GO OUT! DéC-JAN

Bottes Chie Mihara (L-G-M) Short Orla Kiely (B-I-L)

Blouse Les Prairies de Paris (B-I-L) Manteau Les Prairies de Paris (B-I-L)

Fourrure vintage (Wood) Robe Le Mont Saint-Michel (B-I-L) Bottes Ellen Verbeek (L-G-M) Sac Dame Pipi (L-G-M)

Pochette Malababa (L-G-M)

12-13

GO OUT! DÉC-JAN

12-13

Diane-Laure


72

73

AGENDA Expos Classique Théatre Films Clubbing Live Famille Là-bas


74

75


76

77


78

79


80

81


82

83


84

85


86

87


88

89


90

91


92

93


94

95


96

97


98

99

abonnez -vous

et gagnez Tirage au sort pour : Deux montres de la collection Ice Shadow, créées par Ice-Watch, un vestiaire horloger parfait pour l’hiver, vues les couleurs fortes qui habillent ces garde-temps. De la sobre Taupe-grey à la chaleureuse Tangerine, chaque parieur saura trouver bracelet à son poignet, les montres étant disponibles en trois tailles. Pressé ou nonchalant, il est temps de s’abonner à Go Out!.

Les abonnements: 1. Le Sympathique (abonnement individuel) 50 CHF 2. Le Sublime (abonnement individuel de soutien) 250 CHF 3. Le Tonique (abonnement entreprise ou institution) 100 CHF

4. Le Paradis (abonnement institutionnel de soutien) 1000 CHF

Vous allez adorer recevoir le magazine chaque début de mois pour faire vos choix de sorties. Alors abonnez-vous ou, selon votre humeur du moment, soutenez GO OUT! en utilisant le coupon ci-dessous ou en consultant www.gooutmag.ch. En plus du tirage d’inscription, les membres de soutien sont tirés chaque mois au sort pour recevoir des billets pour des représentations, en partenariat avec différentes institutions culturelles et festivals en Suisse.

Nom

Prénom

Adresse

NPA/Localité

Courriel

Tel

Abonnement choisi

Portable

A renvoyer par mail à mayla@gooutmag.ch ou par courrier à GO OUT! magazine Rue du Diorama 16 – 1204 Genève

GO OUT! DéC-JAN

12-13


Les fêtes avec

Nouvelle ProductioN oPérette

Décors & costumes

claude Schnitzler robert Sandoz Gian Maurizio Fercioni

Roi Pausole Taxis La Blanche Aline Giglio Diane à la Houppe Dame Perchuque Thierette Mirabelle

Jean-Philippe lafont Mark Milhofer Sophie Angebault loïc Felix ingrid Perruche doris lamprecht elisa cenni lamia Beuque

Direction musicale Mise en scène

chœur du Grand théâtre Direction ching-lien Wu

orchestre de la Suisse romande

12 | 14 | 19 | 22 | 27 | 29 | 31 déceMBre 2012 à 19 h 30 16 déceMBre 2012 à 15 h

www.geneveopera.ch

Arthur Honegger

Go Out! décembre janvier  

Go Out ! Magazine Culturel Genevois N°7 décembre janvier 2012/2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you