Page 1

C’est le moment de tirer le meilleur de vous-même. Rapport des tendances 2019 Learning & Development

1


Sommaire Quel est le but de cette étude ? 4 6 À propos de l’étude 8 Résultats clés

1.

L&D : plus important que jamais

11

2. Soft skills : tous concernés

1.1

Investir dans le L&D : une nécessité professionnelle

14

2.1 Soft skills : essentielles pour le 26 travail, aujourd’hui et demain 28 2.2 Employés et soft skills : plus heureux et plus motivés 2.3 Faciliter la formation en soft 30 skills 2.4 E-learning : montée en flèche 32

1.2 Offrir des opportunités en L&D 16

1.3 Blended learning : popularité en 18 hausse 1.4 L&D : l’argument-choc RH

20

22

3. Millénials : changer les choses (ou pas)

34

4. Investir dans le L&D ? Vous avez tout à y gagner !

46

3.1 Millénials et générations plus âgées : l’importance d’apprendre

38

4.1 Priorité au L&D : productivité et fidélité des employés augmentées

50

3.2 Millénials : pas besoin de coup de pouce supplémentaire

40

52

3.3 Millénials : envie de développer leurs soft skills

42

4.2 Employés et soft skills : plus de satisfaction à l’égard de l’employeur 4.3 Employés et soft skills : devenir des ambassadeurs

3.4 Millénials : un changement de travail pas si fréquent

44

4.4 Satisfaction des employés : diminution du turnover du personnel 5. Et nos voisins européens dans tout ça ?

56

54

58


Quel est le but de cette étude ? Chez GoodHabitz, nous sommes convaincus que l’avenir est dans l’e-learning.

Les résultats de notre étude ne sont pas seulement intéressants et utiles

Mais les employés français ressentent-ils la même chose ? Quelles sont leurs

pour nous, mais ils le sont aussi pour toute entreprise qui travaille activement

préférences et leurs expériences ? Qu’attendent-ils de leur employeur ? Et

sur le L&D (apprentissage et développement) — d’ailleurs, il n’y a que très

quelle est pour ce dernier l’importance de leur développement personnel ?

peu d’entreprises dont ce n’est pas le cas. Cette année, nous publions

Ce sont des questions essentielles, car c’est en comprenant pleinement les

notre rapport de tendances à une échelle encore plus grande que les

besoins d’apprentissage des employés français que nous serons en mesure

années précédentes. Nous nous sommes particulièrement concentrés sur

d’y répondre au mieux grâce à nos formations. C’est pourquoi, chaque année,

les préférences d’apprentissage des millénials et, outre la France, nous

nous examinons de plus près ces besoins d’apprentissage, en collaboration

avons également mené cette étude en Belgique, en Allemagne, aux Pays-

avec la société d’études de marché Markteffect.

Bas, au Royaume-Uni et en Espagne. De plus, nous avons comparé nos conclusions et résultats à ceux de cabinets d’études internationaux comme McKinsey et Gallup. Cela nous a permis non seulement de définir les besoins d’apprentissage des employés français, mais aussi de mieux comprendre les tendances et les avancées à un niveau global. Les résultats brossent un tableau intéressant qui est pertinent pour tout professionnel RH et L&D.

4

5


À propos de l’étude

Détails pratiques

Ceci est un rapport de l’étude ciblée sur l’année 2019 commandée par GoodHabitz

Personnes interrogées en France : 854 personnes âgées de 25 à

B.V., réalisée par Markteffect B.V. Les résultats donnent un aperçu des opinions

55 ans parmi la population active en France, ayant terminé leurs

sur le développement personnel parmi les employés français. Outre la France, la

études secondaires ou supérieures, les résultats ont été pondérés en

même étude a été menée en Belgique (844 personnes interrogées), en Allemagne

fonction d’une répartition représentative de la France.

(854), aux Pays-Bas (850), au Royaume-Uni (835) et en Espagne (856).

Portée de l’étude : collecte de données au moyen d’un questionnaire en ligne.

Fiabilité : sur la base de la taille de l’échantillon, les résultats sont généralisables à la population avec un niveau de confiance de 95 %. Ce rapport de tendance ne mentionne que des différences significatives.

6

7


Pour nos lecteurs pressés Vous trouverez dans les pages suivantes les résultats les plus significatifs de l’étude. Et honnêtement, il y en a pas mal. Vous n’avez donc pas le temps

26 % des personnes interrogées en France déclarent avoir fait de la formation

(ou la patience) d’examiner l’ensemble du rapport ? Lisez simplement nos

professionnelle au cours des 12 derniers mois et 59 % déclarent que ça leur a

conclusions les plus importantes. Envie de nous parler après avoir lu ces

permis d’améliorer leurs performances au travail.

résultats ? D’avoir plus d’informations, que ce soit sur l’étude ou sur nos formations en général ? Ou l’obtention d’un compte démo vous intéresse ? Nouri Zouaghi se fera un plaisir de répondre à toutes vos demandes. Contactez-le via le site GoodHabitz, rubrique « Nous contacter ».

Aperçu de nos observations :

8

Les employés qui ont suivi des formations en soft skills au cours des 12 derniers mois sont beaucoup plus satisfaits de leur employeur, plus motivés et apprécient leur travail beaucoup plus.

Parmi les personnes interrogées en France, 61 % pensent que le

Les employés français considèrent de plus en plus l’apprentissage comme

développement de leurs soft skills (compétences comportementales) est (très)

devant être une habitude et attendent beaucoup de leur employeur lorsqu’il

important et 24 % ont suivi une ou plusieurs formations en développement

s’agit de faciliter leur développement personnel.

personnel au cours des 12 derniers mois.

Le blended learning (apprentissage mixte) a gagné en popularité par rapport

Les personnes interrogées ayant travaillé activement à leur perfectionnement —

aux années précédentes. L’apprentissage en présentiel a de nouveau perdu

en suivant une formation en soft skills — sont plus fières et plus loyales envers

en popularité, tandis que l’e-learning a gagné du terrain.

leur employeur, plus motivées et apprécient davantage leur travail.

9


1.

L&D : plus important que jamais 10

11


L’automation et l’IA vont modifier les compétences requises chez les employés

1.1 Investir dans le L&D : une nécessité professionnelle

Total pour les États-Unis et 14 pays d’Europe de l’Ouest

Apprendre, c’est la vie et la vie, c’est un apprentissage. Telle est la vision de GoodHabitz. Et il semble que cette devise s’applique plus que jamais à

Heures passées, en 2016

l’employé français. En toute franchise, ces employés méritent qu’on s’occupe d’eux, surtout ceux qui sont exceptionnels. La société évolue à un rythme

Milliard

effréné et ça se reflète dans les milieux professionnels dans le monde entier. Nous le voyons tous les jours. Des centaines d’entreprises ont choisi GoodHabitz et la durabilité des employés a été leur principale raison. Une

Compétences

Physiques et manuelles

Cognitives de base

Cognitives supérieures

Sociales et Technologiques émotionnelles

Changement dans les heures passées, d’ici 2030 %

étude de McKinsey* montre que d’ici 2030, la demande de compétences en milieu professionnel aura subi un changement majeur par rapport à aujourd’hui. La principale recommandation de cette étude ? Changer l’état d’esprit actuel et encourager une « culture de l’apprentissage tout au long de la vie » en facilitant le développement personnel des employés.

12

* ‘Skill shift: automation and the future of the workforce’ - McKinsey Global Institute (2018)

Compétences dont la demande a le plus fortement changé

Physiques et manuelles

Cognitives de base

Cognitives supérieures

Sociales et émotionnelles

Technologiques

Fonctionnement général de l’équipement et navigation

Saisie et traitement des données de base

Créativité

Esprit d'entreprise et prise d'initiative

Inspection et surveillance

Lecture, écriture, calcul et communication

Compétences avancées en informatique et en programmation

Traitement et interprétation d'informations complexes

Leadership et gestion d'autrui

Compétences digitales de base

13


« 87 % des employés français considèrent que l’apprentissage est (très) important.

14

1.2 Offrir des opportunités en L&D Les résultats de l’étude menée cette année sont encore plus convaincants que ceux des années précédentes : de plus en plus, les employés français font

»

de l’apprentissage (tout au long de la vie) une habitude, ils aiment développer leurs soft skills et ils ont de grandes attentes envers leur employeur lorsqu’il s’agit de faciliter leur développement personnel. Pas moins de 87 % des employés français considèrent que l’apprentissage est (très) important. Plus le niveau d’éducation d’une personne est élevé, plus elle a tendance à donner de l’importance à l’apprentissage. En outre, les trois compétences les plus utiles pour que les employés français puissent bien faire leur travail sont le travail d’équipe, l’efficacité personnelle et la communication. Autrement dit : ils veulent acquérir des soft skills et ils attendent de l’employeur qu’il leur donne l’occasion de les développer.

15


« La connaissance est là, d’accord. Le marché comprend qu’un employeur sans L&D n’a tout simplement plus le droit d’exister. Promu par le gouvernement, “l’apprentissage tout au long de la vie” est devenu la

Nouri Zouaghi

Country Director France

nouvelle norme. Et en toute franchise, même si l’employé peut en bénéficier, l’employeur en profite certainement aussi. En tant qu’entreprise, vous ne voulez pas être l’employeur qui n’a pas ses compétences comportementales

« Le L&D est-il plus important que jamais ? Disons

en ordre. Imaginez ce que vous ressentiriez à l’égard d’une infirmière qui

les choses ainsi : nous nous dédions à cela depuis

pourrait trouver une veine en une fraction de seconde, mais qui aurait des

quelques années et il y a même cinq ans, c’était un

manières terribles envers son patient ? Elle ne tiendrait pas longtemps, n’est-

sujet d’actualité à notre ordre du jour. Cependant,

ce pas ? L’employeur de demain sait que les soft skills sont la base sur laquelle

l’aspect intéressant de cette année est que nous en

nous pouvons commencer à bâtir. »

avons appris davantage sur les millénials. Ils semblent

16

assez critiques, il est difficile de les captiver et

« Cette étude met une fois de plus l’accent sur deux développements

d’attirer leur attention. De plus, ils ont aussi d’autres

importants : l’apprentissage n’est plus seulement destiné aux dirigeants de

besoins d’apprentissage, ce qui rend l’appel aux soft

l’entreprise, mais à tous — du PDG aux stagiaires. Et la façon la plus efficace

skills plus fort que jamais. Dans les premières années

d’apprendre est le blended learning. Les méthodes d’apprentissage séparées

de GoodHabitz, nous étions ceux qui frappaient aux

— présentiel, e-learning, cours pratiques — ne sont utiles que lorsque la

portes des entreprises pour leur faire comprendre

transition entre elles est sans faille. Un bon point positif pour GoodHabitz,

l’importance des soft skills, et maintenant ce sont

c’est que l’e-learning a de nouveau gagné en popularité, bien que la méthode

elles qui viennent frapper à notre porte. »

de blended learning semble toujours la plus efficace. »

17


1.3 Blended learning : popularité en hausse Cette année encore, nous avons étudié différents types de méthodes

« Quelqu’un au travail favorise mon développement. »

d’apprentissage et interrogé les personnes sur leur méthode d’apprentissage préférée : 51 % préfèrent l’apprentissage en présentiel, 15 % préfèrent l’elearning et 34 % préfèrent une combinaison (blended learning). Par rapport à l’année dernière, le blended learning a définitivement gagné en popularité. Ce n’est vraiment pas surprenant. La préférence pour l’apprentissage en présentiel diminue depuis des années, même si la préférence pour le blended learning a augmenté. Ce qui est remarquable dans tout cela, c’est le rôle que jouent les managers. Selon le Rapport sur l’apprentissage en milieu professionnel de 2018*, 56 % des employés dans le monde consacrent plus de temps à l’apprentissage quand leur manager les y encourage ou leur recommande une formation. Notre étude montre que seulement 51 % des personnes interrogées (moyenne de tous les pays sondés) déclarent qu’il y a une personne au travail qui favorise leur développement personnel. Et c’est malheureux, car les employés qui se sentent soutenus dans leur développement par leur manageront ont tendance à être plus motivés et plus satisfaits au travail.

18

* 2018 Workplace Learning Report: The Rise and Responsibility of Talent Development in the New Labor Market - LinkedIn Learning (2018)

19


1.4 L&D : l’argument-choc RH

«

L’employé est en errance… Les chiffres suivants publiés par Gallup* en 2017 sont plutôt alarmants : dans le monde, seulement 15 % des employés disent se sentir engagés au travail. Et même si notre étude brosse un tableau plus

La mobilité sur le marché du travail n’a pas été aussi élevée depuis

2010»

positif — le taux de satisfaction moyen des employés français est de 6,7 (sur 10) et la motivation des employés de 7,2 (sur 10) — il n’en demeure pas moins que la rétention du personnel n’est pas une tâche facile. La mobilité sur le marché du travail n’a pas été aussi élevée depuis 2010 et presque toutes les branches souffrent d’une pénurie croissante de main-d’œuvre. Ça ne facilite certainement pas le travail de vos collègues recruteurs. Les jeunes professionnels, en particulier, ne se concentrent plus uniquement sur le salaire et l’ambiance de travail lorsqu’ils sont à la recherche d’un emploi. Ils recherchent aussi — ou même avant tout — des opportunités de développement personnel. Cela signifie que le L&D n’est plus un atout, mais un indispensable. Selon le Rapport sur l’apprentissage en milieu professionnel de 2018**, 90 % de toutes les entreprises dans le monde offrent déjà de l’e-learning et 94 % de tous les employés disent qu’ils sont plus susceptibles de rester avec leur employeur actuel s’il investit dans leur développement personnel.

20

* ‘State of the Global Workplace’ - Gallup (2017)

21


2.

Soft skills : tous concernĂŠs 22

23


2.1 Soft skills : essentielles pour le travail, aujourd’hui et demain Alors, en matière d’apprentissage, qu’est-ce qui intéresse le plus l’employé

Personnes ayant suivi une ou plusieurs formations en soft skills au cours des 12 derniers mois, par catégorie d’âge

français ? Dans notre étude, nous faisons une distinction entre les hard skills (compétences techniques que vous pouvez définir et mesurer comme

25 - 35 ans :

35 - 45 ans :

45 - 55 ans :

la lecture, les mathématiques et l’écriture) et les soft skills (compétences personnelles, émotionnelles, sociales et intellectuelles). Et ce sont les soft skills qui reçoivent plus d’attention que jamais. Pas moins de 61 % des personnes interrogées estiment que le développement de leurs soft skills

36 %

21 %

16 %

est (très) important et 24 % disent avoir suivi une ou plusieurs formations en soft skills au cours des 12 derniers mois. Un constat significatif : davantage de personnes âgées de 25 à 35 ans (36 %) et de 35 à 45 ans (21 %) ont suivi une ou plusieurs formations en soft skills au cours de la dernière année que de personnes âgées de 45 à 55 ans (16 %).

24

25


Les effets de la formation en soft skills « Je suis satisfait de mon employeur. » 7,3

« Je suis motivé dans mon travail. »

2.2 Employés et soft skills : plus heureux et plus motivés La formation en soft skills est directement liée à la satisfaction et à la motivation des employés, comme le montre notre étude. Les employés

7,6

« J’apprécie mon travail. »

ayant suivi une ou plusieurs formations en soft skills au cours de l’année écoulée (moyenne de tous les pays sondés) sont significativement plus satisfaits de leur employeur (7,7) que ceux qui n’ont pas suivi ce type de formation (7,3). De plus, ils sont plus motivés (7,9 contre 7,6) et ils

3,9

apprécient bien plus leur travail (4,1 contre 3,9, sur une échelle de 1 à 5).

Personnes ayant fait de la formation en soft skills Personnes n’ayant pas fait de la formation en soft skills

26

27


« Et ce sont ces compétences personnelles que nous — en tant que personnes — pouvons utiliser pour faire la différence : la pensée conceptuelle et créative, faire

Tim van de Vorle

Responsable Relation Clients

des choix, innover, communiquer, etc. Cela peut paraître un peu surprenant, mais personne n’a la garantie d’un emploi dans l’avenir, c’est un fait. Dans les décennies à venir, il sera difficile de trouver et de conserver un emploi principalement pour les

« Ah ! les soft skills... J’aimerais juste redéfinir

employés ayant une formation pratique. Ces compétences fondamentales feront donc

le terme. Dans le domaine des RH, on parle

toute la différence. Elles offrent aux employés la résilience dont ils ont besoin pour

régulièrement de compétences comportementales,

évoluer grâce à ces changements de compétences. Et grâce à ces compétences, vous

mais je pense qu’il serait plus juste de parler de

gardez une ouverture d’esprit : la volonté de continuer à apprendre. »

compétences fondamentales. Le mot “soft” (doux

28

en anglais) implique qu’il s’agit d’une sorte de

« C’est pourquoi les personnes ayant fait des études supérieures ont aussi beaucoup

non-engagement. Ça donne l’impression que les

à gagner. Je les vois souvent adopter ce genre d’attitude : “Je suis expert dans

soft skills ne sont qu’un avantage, un complément

mon domaine, je sais que je suis compétent”, alors qu’elles devraient bien faire

aux compétences spécialisées et spécifiques à un

attention à ne pas oublier qu’elles n’auront pas un impact simplement en ayant cette

emploi, même s’il est indéniable que les soft skills

connaissance professionnelle, mais en la transmettant. En communiquant et en faisant

sont indispensables si l’on regarde vers l’avenir. La

preuve d’empathie. Un avocat peut connaître les textes de loi par cœur, mais s’il ne

digitalisation, l’automation, l’intelligence artificielle,

peut pas bien présenter son cas, il le perdra, quelle que soit sa connaissance du droit.

la robotisation : autant de développements que

C’est aussi simple que ça ! Il en va de même pour n’importe quel manager ou directeur,

nous ne pouvons plus éviter et qui entraînent des

en fait. Ce que veulent les employés, c’est de l’attention et de la sincérité. Cela exige

changements sur le lieu de travail. Beaucoup de

un leadership empathique, un leadership serviable, quel que soit le nom que vous lui

tâches sont prises en charge par les machines et les

donnez. Il n’en demeure pas moins que tous les postes évoluent, des préparateurs de

systèmes. »

commandes aux PDG. Et c’est notre travail d’évoluer avec le temps. »

29


2.3 Faciliter la formation en soft skills Les résultats de l’étude montrent clairement que les employés veulent grandir, même s’ils ont du mal à prendre en charge leur propre développement. En d’autres termes, c’est là que l’employeur et le manager doivent intervenir. C’est à eux de faciliter les formations, en particulier celles axées sur les soft skills. D’ailleurs, il y a beaucoup à gagner dans ce domaine, car seulement 46 % des employés déclarent avoir eu des opportunités d’apprentissage l’an passé. Selon le Rapport sur l’apprentissage en milieu professionnel de 2018*, il y a eu enfin un déclic. En effet, quand les employés ont été interrogés sur le domaine d’intérêt qui selon eux méritait le plus d’attention dans les années à venir, la réponse la plus fréquente était « la formation en soft skills ».

30

« 46 % » des employés déclarent avoir eu des opportunités d’apprentissage l’an passé. 

31


2.4 E-learning : montée en flèche Selon le Rapport sur l’apprentissage en milieu professionnel de 2018*, l’e-learning est à la hausse. De plus en plus d’entreprises se tournent vers les solutions d’e-learning, en partie parce qu’il est plus facile de mesurer les résultats et leurs effets que l’apprentissage en présentiel et hors ligne. Notre étude montre les mêmes résultats : 26 % des personnes interrogées ont déclaré avoir fait de la formation professionnelle au cours des 12 derniers mois. Il s’agit d’une augmentation significative par rapport aux années précédentes. De plus, les personnes interrogées sont également enthousiasmées par l’e-learning cette année : 59 % déclarent que ça leur a permis d’améliorer leur performance au travail.

32

33


3.

MillĂŠnials : changer les choses 34

(ou pas) 35


3.1 Millénials et générations plus âgées : l’importance d’apprendre Dans notre étude de cette année, nous avons pensé qu’il était temps de mettre les millénials (25 à 35 ans) à l’honneur. Après tout, ils seront majoritaires au sein du marché du travail au cours des prochaines décennies. Selon Forbes, d’ici 2025, les millénials représenteront 75 % de la maind’œuvre mondiale. Et, comme on le dit souvent, les millénials veulent faire

Satisfaction à l’égard de l’employeur, en moyenne*

Quelle est l’importance de l’apprentissage en général ?

25 - 35 ans

25 - 35 ans 7,1

35 - 45 ans

précédentes. Vraiment ? Il est temps de vérifier cette théorie. Voici nos

45 - 55 ans

85% (très) important

45 - 55 ans 6,5

conclusions soigneusement formulées à partir de notre étude : contrairement à ce qu’on a tendance à penser, les millénials ne sont pas plus ou moins

35 - 45 ans 6,6

les choses de manière radicalement différente par rapport aux générations

88% (très) important

88% (très) important

*note sur 10

satisfaits de leur employeur que les générations plus âgées, et ils accordent autant d’importance à l’apprentissage que les générations plus âgées.

36

37


« Le travail que je fais est utile et significatif. » 73 % (entièrement) d’accord 74 % (entièrement) d’accord 78 % (entièrement) d’accord « Mon travail m’inspire. »

3.2 Millénials : pas besoin de coup de pouce supplémentaire Selon Gallup, les millénials voient leur travail comme un lieu d’apprentissage et de croissance. Ils ont un fort désir de faire la différence

60 % (entièrement) d’accord

principalement au sein de l’entreprise, mais aussi en dehors du lieu de

54 % (entièrement) d’accord

travail. Contrairement à la croyance populaire, les millénials français se

60 % (entièrement) d’accord

sentent suffisamment stimulés au travail, encore plus que les générations plus âgées. 73 % d’entre eux estiment que le travail qu’ils accomplissent

« J’apprécie mon travail. » 73 % (entièrement) d’accord

est utile et significatif, soit un taux très légèrement plus bas que celui des générations plus âgées. On remarque que les millénials sont autant inspirés par leur travail que la génération des 45-55 ans ; l’écart se creuse

73 % (entièrement) d’accord

avec la génération des 35-45 ans, inspirée à 54 % par son travail. Dans

75 % (entièrement) d’accord

l’ensemble, seulement un peu plus de la moitié des employés français est

25 - 35 ans 35 - 45 ans

inspirée, stimulée et motivée au travail. Cela donne tort à la façon dont les millénials sont perçus en général !

45 - 55 ans 38

39


Joost Moerdijk

Responsable Innovation

avec laquelle ils se sentent à l’aise. Apprendre à communiquer et à collaborer avec d’autres personnes. Et c’est là que les soft skills peuvent faire la différence. »

« Les millénials sont nés à une époque où la présence en ligne est devenue une habitude.

« Les millénials sont peut-être un peu plus critiques envers le monde du travail

GoodHabitz devrait donc être une partie naturelle

d’aujourd’hui et la quête de ce qui est important pour eux et pour le monde

(et indispensable) de leur vie, surtout pour cette

qui les entoure. Si l’éducation n’est pas la source d’inspiration — ce qui est

génération. En toute honnêteté, les millénials ne sont

bien sûr possible — cela signifie qu’il y a autre chose qui suscite l’inspiration !

pas dupes. Ils ont tout vu : des informations, des idées

Heureusement, n’ayant que huit ans, GoodHabitz est encore très jeune, alors

et des expériences uniques à travers toutes les sortes

nous sommes confiants de découvrir cette source d’inspiration dans le futur. »

de canaux imaginables. Et pourtant, il y a quelque

40

chose d’intemporel qui transcende ce fossé entre

« Pendant ce temps, GoodHabitz continue à développer des titres modernes

les générations : la curiosité. Le désir de continuer à

qui ciblent particulièrement les millénials, comme “Réussir ma détox

apprendre de nouvelles choses. Comment faites-vous

digitale”, “L’intelligence sociale” et “La durabilité”. Même en ce qui concerne

face à l’époque dans laquelle vous vivez ? Avec les

le contenu, le design et la technologie, nous sommes constamment à la

gens qui vous entourent ? Comment savoir si oui ou

recherche de solutions qui s’adaptent encore mieux à notre époque moderne.

non vous avez “ce qu’il faut” ? Les millénials aspirent

J’aimerais inviter des millénials — et d’autres générations, d’ailleurs — à venir

aussi clairement au renouvellement, peut-être pas

nous parler. Qu’il s’agisse de gamification, d’intelligence artificielle, de réalité

parce qu’ils veulent rester dans une entreprise, mais

mixte, de chunk learning ou de psychologie positive, de collaboration ou de

parce qu’ils veulent rester durables d’une manière

conscience de soi : nous sommes tous concernés ! »

41


3.3 Millénials : envie de développer leurs soft skills

Quelle est l’importance de développer des soft skills dans votre travail ? 25 - 35 ans

35 - 45 ans

45 - 55 ans

69 %

60 %

56 %

(très) important

(très) important

(très) important

Le développement des soft skills est plus important pour les millénials que pour les générations plus âgées. Il en va de même pour les autres compétences professionnelles. Par rapport aux générations plus âgées, beaucoup plus de millénials souhaitent développer davantage leurs compétences dans les domaines du management, du digital et du commercial, ainsi qu’acquérir des compétences spécifiques à un sujet précis.

42

43


« Je continuerai à travailler pour mon employeur actuel dans deux ans. »

« Je suis prêt à m’investir davantage pour mon équipe. »

25 - 35 ans

25 - 35 ans

55% entièrement d’accord

3.4 Millénials : un changement de travail pas si fréquent

67% entièrement d’accord La relation entre les millénials et leur employeur est plus harmonieuse qu’on

35 - 45 ans 63% entièrement d’accord 45 - 55 ans 67% entièrement d’accord

44

35 - 45 ans 63% entièrement d’accord 45 - 55 ans 58% entièrement d’accord

ne le pense. Par exemple, les millénials sont beaucoup plus enclins à s’investir davantage (67 %) que les générations plus âgées (63 % et 58 %). De plus, les millénials ne changent pas aussi fréquemment d’emploi qu’on ne le pense. Bien au contraire : 55 % pensent qu’ils continueront à travailler pour leur employeur actuel dans deux ans.

45


4.

Investir dans le L&D ? Vous avez tout à y gagner ! 46

47


4.1 Priorité au L&D : productivité et fidélité des employés augmentées Les employés sont beaucoup plus susceptibles de développer leurs soft skills lorsque les employeurs parlent des méthodes d’apprentissage et encouragent leurs employés à suivre des formations. Et s’ils encouragent le développement personnel de leurs employés... Alors, il est bien plus probable que les employés voudront s’engager à long terme envers leur employeur.

48

49


4.2 Employés et soft skills : plus de satisfaction à l’égard de l’employeur

Satisfaction employé

Dans cette étude, nous nous sommes concentrés sur le développement personnel, la satisfaction et la motivation des employés. L’une des observations qui ressort clairement est que les trois éléments sont interconnectés et se renforcent mutuellement. Plus un employé est satisfait, plus il sera motivé. Et plus il sera motivé, plus il sera disposé à grandir et à faire de la formation profesionnelle. Si un employé suit effectivement

Faire de la formation professionnelle

Motivation employé

une formation d’e-learning, sa satisfaction à l’égard de son employeur s’en trouvera améliorée. Et du point de vue de l’employeur, c’est très intéressant, car cela implique qu’en investissant dans l’un de ces trois éléments, vous pouvez améliorer les trois.

50

51


« Beaucoup de personnes veulent se lancer et apprendre, mais elles n’y arrivent tout simplement pas. Du moins, pas seules. Elles ont du mal à exploiter leur motivation intrinsèque. Les résultats de notre étude montrent que c’est l’employeur qui détient

Maarten Franken PDG

la clé pour combler cet écart. Mais j’aimerais ajouter quelqu’un d’autre : le manager. Comparons cela à la montée en puissance du coach personnel : vous avez besoin d’un proche pour vous aider et encourager votre développement. Montrer l’exemple

« Les résultats de cette étude sont-ils révolutionnaires ?

pour pousser dans la bonne direction, si vous voulez. Et une fois que vous serez

Non. Cela nous fournit-il de nouvelles perspectives ?

dans le flow des formations et que vous travaillerez à votre développement, vous

Non plus. En revanche, ce que démontre cette étude,

constaterez que vos employés seront plus heureux et plus motivés, comme le

c’est qu’il existe un écart douloureux. Pensez à ce qui

prouvent les résultats de notre étude. »

suit : si vous demandez aux personnes si elles pensent

52

que l’apprentissage et le développement personnel

« Selon moi, on peut répartir les employés de n’importe quelle entreprise en trois

sont importants pour elles, presque tout le monde

catégories : 20 % sont motivés au plus profond d’eux-mêmes et n’ont besoin que d’un

sera tout à fait d’accord. Mais une fois qu’on leur

peu d’encadrement. Encore 20 % que je considérerais comme — pardonnez-moi

demande si elles ont suivi des formations en soft skills

l’expression — des poids morts : ceux qui sont impossibles à motiver.Vous aurez beau

ou des formations professionnelles au cours des 12

faire tous les efforts du monde, vous n’arriverez jamais à les convaincre de se lancer

derniers mois, on perd environ la moitié d’entre elles.

dans l’apprentissage. Cependant, les 60 % restants — la catégorie intermédiaire

Je trouve ça étrange, pas vous ? Donc, apparemment,

si vous voulez, c’est la plus intéressante ! C’est là que vous avez quelque chose à

nous accordons beaucoup d’importance à notre

gagner. Tout ce dont ils ont besoin, c’est de cette poussée dont nous avons parlé.

développement personnel, mais nous trouvons aussi

Certains d’entre eux n’ont peut-être besoin que d’un petit coup de pouce alors

qu’il est difficile de faire le premier pas. Autrement dit,

que d’autres ont besoin d’être un peu bousculés, mais si vous les encouragez, le

il y a un écart entre le désir d’apprendre et la réalité. »

pourcentage d’employés qui apprennent montera en flèche de 20 à 80 % ! »

53


« Je suis fier de travailler pour cette entreprise. » 75% (entièrement) d’accord 63% (entièrement) d’accord

4.3 Employés et soft skills : devenir des ambassadeurs Dans tous les pays où nous avons mené cette étude, nous avons examiné l’impact qu’avait la participation à des formations en soft skills sur l’engagement des employés. Les résultats ? Les personnes interrogées ayant travaillé activement à leur perfectionnement en suivant des formations en soft skills sont plus fières de leur employeur que celles dont ce n’est pas le cas. Elles sont aussi plus fidèles, prêtes à s’investir davantage et elles apprécient plus leur travail.

« Je continuerai à travailler pour mon employeur actuel dans deux ans. » 74% (entièrement) d’accord 62% (entièrement) d’accord

« Je suis prêt à m’investir davantage pour mon équipe. » 83% (entièrement) d’accord 68% (entièrement) d’accord

« J’apprécie mon travail. » 82% (entièrement) d’accord 72% (entièrement) d’accord

54

Une ou plusieurs formations suivies les 12 derniers mois

Aucune formation suivie les 12 derniers mois

55


« Je continuerai à travailler pour mon employeur actuel dans deux ans. »

4.4 Satisfaction des employés : diminution du turnover du personnel Un employé heureux est un employé fidèle. Est-ce là une évidence ? Peutêtre. Mais les résultats — de tous les pays où l’étude a été menée — montrent que vous pouvez réduire votre taux de turnover du personnel en vous assurant que vos employés restent satisfaits, motivés et heureux. Nous avons relié la satisfaction et la motivation des employés à la question de savoir si les personnes travailleront toujours pour la même entreprise dans deux ans. Le résultat ? La satisfaction et la motivation des employés sont directement liées au désir de chercher un autre emploi.

56

57


5. Et nos voisins européens dans tout ça ? Cette année, nous avons étudié non seulement les besoins d’apprentissage des employés en France, mais aussi en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne, au Royaume-Uni, et en Espagne. L’Espagne et le Royaume-Uni sont en tête dans le domaine des formations en soft skills et de l’e-learning,

Pour plus d’informations ou pour une présentation des résultats de

les Pays-Bas se classant en deuxième position. La France et l’Allemagne sont

l’étude, veuillez contacter Nouri Zouaghi via le site GoodHabitz,

légèrement en retard sur tous les plans.

58

Envie d’en savoir plus ? rubrique « Nous contacter ».

59


60

Profile for FREDERIC GOODHABITZ FRANCE

RAPPORT DE TENDANCES 2019  

RAPPORT DE TENDANCES 2019  

Advertisement