Page 1

DIVISION DE RECHERCHE OPERATIONNELLE (DROS) /GIZ

Utilisation des ressources électroniques en accès libre pour une prise de décision éclairée par les acteurs de la santé au Cameroun (Draft) Parvenir à une meilleur utilisation de la recherche Huber, Götz 11/11/2012


Table des matières Sommaire..................................................................................................................................................... 4 Abréviations ................................................................................................................................................. 6 1. Introduction (Contexte et justification)................................................................................................... 7 1.1 Importance de l'accès aux résultats de recherche et d'autres informations pertinentes (donnés, documents) pour le processus de décision ............................................................................................................ 7 1.2 Analyses situationnelles Cameroun / niveau international ........................................................................... 10 Obstacles dans l'utilisation des donnés locales (i.e. résultats d'études de recherche opérationnelle, donnés système information sanitaire, rapports, documents d'évaluation) ............................................................... 10 1.3 Solutions proposées plan stratégique recherche opérationnelle au Cameroun - Initiatives "promotion d'information de santé" ....................................................................................................................................... 13 Exemple d'initiative promotion d'information de santé niveau internationale (K4H) .................................... 14 1.4 But et objectifs de l’étude .............................................................................................................................. 14 1.5 Hypothèses et questions de recherche.......................................................................................................... 15 1.6 L'intérêt de l'étude ......................................................................................................................................... 16 1.7 La méthodologie ............................................................................................................................................ 16

2. Résultats ................................................................................................................................................ 18 2.1 Nombre et Caractéristiques Participants ....................................................................................................... 18 Institution de rattachement ............................................................................................................................. 19 2.2 Accès et connectivité ..................................................................................................................................... 20 Comparaison avec les résultats de l'enquête précédente de 2009 ................................................................. 22 Analyse ............................................................................................................................................................. 23 2.3 Estimation d'utilisation et importance des ressources électroniques / méthodes de recherche ................. 24 L’importance des ressources électroniques provenant de l'internet pour le travail au quotidien ................. 24 Connaissances informatiques, d'internet et en recherche internet .................................................................... 25 Connaissances d'astuces pour mieux filtrer les recherches sur l'internet (Opérateurs booléens) ................. 25 Sources utilisation ressources électroniques spécifiquement d'accès libre .................................................... 25 2.4 Utilisation et adoption des outils web 2.0 - degré d'appropriation des outils d’Access libre aux sources d'information scientifiques .................................................................................................................................. 26 Adoption et utilisation d'applications Web 2.0 (i.e. outils collaboratives/ wikis, blogs) ................................. 26 2.5 Connaissances l'adoption de techniques de gestion de connaissances personnelles (Personnel Knowledge Management /PKM)............................................................................................................................................. 27 Résultat de discussions de groupes focaux (GF) .............................................................................................. 29 Connaissances outils web 2.0 - PKM ................................................................................................................ 29 2.6 Obstacles perçus à l'utilisation de l'internet et ses techniques comme source d'information ..................... 30 2.7 Identifier les sources d’information utilisées par les acteurs du secteur santé au Cameroun ...................... 31 Marge de manœuvre pour adaptation/modification ? ................................................................................... 31 Utilisation pratique des ressources électroniques........................................................................................... 32 2.8 Sources d'informations - Types de documents - Sites MINSANTE ................................................................. 33 2


Recherche scientifique personnel et publication............................................................................................. 35 2.9 Lieux d'accès gratuit ou subventionné (archives - journaux en ligne) ........................................................... 36 Portails recherche scientifique - Accès libre - textes complètes (Full Text).................................................... 36 Evidence based medicine (EBM) - Revues Systématiques/ Meta-analyses - Evaluation d'impact .................. 36 2.10 Degré d'utilisation des sources d'information en accès libre par les administrateurs/gestionnaires (décideurs) de santé publique pour la prise de décision fondée sur des preuves .............................................. 39 2.11 Connaissance, l'utilisation et l'appréciation du contenu et des fonctionnalités du site web du Centre de Documentation Numérique du Secteur Santé (CDNSS), http://www.minsante-cdnss.cm ................................ 43 Satisfaction à l’égard des caractéristiques du site CDNSS ............................................................................... 43 2.12 Connaissance et l'utilisation des possibilités d'autoformation payantes et gratuites (e-Learning) sur le net .............................................................................................................................................................................. 45

3. Conclusion - Recommandations ............................................................................................................ 47 4. Bibliographie .......................................................................................................................................... 51 Ressources en ligne - URL importants.................................................................................................................. 51 URL- E-learning ..................................................................................................................................................... 52

5. Annexes ................................................................................................................................................. 53 1. URL des sites mentionnés dans le questionnaire et le rapport ....................................................................... 53 2. Liste des liens JHUCCP Health communication - Ressource Center................................................................. 55 3. Information généraux sur "accès libre/open access" ...................................................................................... 56 Le principe de l’auto-archivage ............................................................................................................................ 56

3


Sommaire La prise de décisions dans une contexte de rareté de ressources, avec des nombreux priorités concurrentes nécessite une usage opportun de l‘information pour aboutir à un déploiement efficace, créatif, et consciencieux de toutes les ressources. De façon idéale ces décisions éclairées devraient être basée sur des informations fiables et sur l'évidence (basée sur l'evidence - données probantes). Au Cameroun les acteurs de la santé le public ont des difficultés d'accès à l’information de qualité, à cause de la faible diffusion des résultats de recherche, malgré l'existence du Centre de Documentation Numérique du secteur Santé (CDNSS) qui est encore trop peu connue. Les bases factuelles et produits de la recherche sont encore insuffisamment valorisé et très peu pris en compte dans la prise des décisions en santé à tous niveaux de la pyramide sanitaire. Les ressources électroniques en accès libre, sont proposé de combler ce déficit. Une étude exploratoire à la fois quantitative et qualitative de type descriptif et analytique était menée dans les 10 Délégations Régionales de santé Publique du Cameroun. En total 192 personnes travaillant principalement dans des institutions publiques d'administration de santé (délégation régionale, Services admin.de districts (SSP), Hôpitaux publiques, seulement 10 % de personnel du secteur privé / Privée - confessionnel ont été interviewée. Une équipe constituée de 5 personnels au niveau de la Division de la Recherche Opérationnelle (DROS) et 10 personnes des délégations régionales administrait un questionnaire et conduisait dans chaque région une discussion de groupe focalisé. Les ressources électroniques provenant de l'internet constituent une riche source d'information indépendante en dehors de ce que les professionnels de santé reçoivent d'autres employés et collègues du Minsanté et des partenaires, de façon officielle ou inofficielle. Les interviewés ont constaté qu'il ignoraient beaucoup d'information sur le net utile pour leur travail. L'enquête avaient aidé à reconnaitre leur ignorance et limitations dans l'utilisation de l'internet. Ils constataient d'avoir découverte une quantité de nouvelle ressources électroniques et sites d' accès gratuit et reconnaissaient la nécessite d'améliorer leurs compétences de recherche internet. Ceci contrastait avec leurs estimation précédant sur leurs connaissances informatiques qu'il jugeaient plutôt positif. En sommaire les constats y concernant sont les suivantes:  Les professionnels de sante utilisent déjà et souhaitent d'avantage utiliser les ressources électroniques via l'internet Cette utilisation est limité à cause d'une multitude d'obstacles. Les problèmes suivantes étaient souvent mentionnée:  L'infrastructure et la maintenance du parc informatique est insuffisant  Une connexion d'internet n'est pas toujours disponible, mais quand présent c'est surtout un bas débit qui fait le travail dans l'internet pénible, particulièrement en dehors de Yaoundé et Douala  Souvent le personnel, surtout les médecins travaillent avec leur Laptop personnelle et paient une ligne internet personnel (clé internet Camtel, MTN, Orange)  Le niveau de connaissance des techniques Web 2.0 et méthodes PKM énuméré et des méthodes de recherche avancés sur l'internet est rudimentaire  Le niveau d'accès à la littérature scientifique est insuffisant  Les sources d'information (sites web) au niveau internationale qui ont pour vocation de disséminer les connaissances en santé publique et surtout des documents pratiques pour le niveau opérationnelle sont très peu connues et utilisés  Les sources d'accès libre ne sont pas suffisamment connue et sont peu utilisées  L'accès au sites présentant des résultats d'études d'un niveau de preuves plus élevés (donnés probantes; evidence based, Metanalyses, revues systématiques, études d'impact) est presque inexistant 4


Les obstacles au niveau des individues sont:  Le manque de mécanismes d'incitation  incertitude qu'une initiative personnel d'autoformation ou d'autopromotion aura des résultats positives sur la carrière  Manque de temps pour la recherche approfondie  Démotivation à cause des mauvaises conditions de travail De façon générale les professionnels sont coincés entre leurs réalités contraignantes et démotivantes et leur souhait d'avoir de meilleurs informations des source fiables. Ils sont conscient qu'il n' y'a pas d'alternatives aux ressources électroniques pour une meilleur documentation et être en mesure d'améliorer leur output de travail et la qualité de leurs productions. Un intérêt et curiosité important pour l'outil informatique et l'internet est presque toujours présent comme facteur motivant. Le personnel se trouve être influencé par ses forces qui les attraient et les éloignent d'une utilisation plus efficaces des ressources électroniques. Le fait que l'infrastructure informatique et l'accès limité des institutions à une connexion d'internet payé de service et le faible débit des connexions d'internet existants selon l'opinion de l'auteur ne devrait pas empêcher à promouvoir une utilisation accrue des ressources électroniques en accès libre. L'auteur préconise que les courses à distance devraient compléter les formation en atelier existants qui est une méthode très couteux, avec des limites bien connues (Per diemism, participants choisit par d'autres critères que prévu, non-application des nouveau connaissances, etc) Les recommandations peuvent contribuer à inciter les acteurs du secteur à utiliser d'une plus large mesure des ressources électroniques dans le processus décisionnel ou même des preuves scientifiques de plus haut niveau (Meta-analyses / revues systématiques). Il s'agit à rendre les preuves des recherches et innovations programmatiques plus récentes facilement accessible et d'élargir la gamme et la qualité des l'information utilisé par les administrateurs / gestionnaires et décideurs de santé publique. En plus de diversifier les sources d'information et minimiser le temps de la recherche de l'information ces ressources électroniques (documents téléchargé) sont souvent utilisés par les professionnels de servir comme modèles en les aidant à formuler des propositions et à développer des produits à leur niveau (manuel de formation, propositions projets, enquêtes, modèle d'évaluation. 1. L'approvisionnement des écoles IDE (formation d'infirmières d'état) avec un matériel informatique suffisant en assurant la maintenance informatique et l'approvisionnement d'une connexion internet à débit satisfaisante est stable sera la plus grande priorité. 2. Mener de plaidoyer d'inclure une ligne budgétaire de connexion internet pour les institutions de sante (au moins jusqu'au niveau service santé de district, si possible justqu'au niveau des certains centres de santé prioritaires). 3. Planifier et organiser un système de mise à disposition de l'infrastructure informatique et la maintenance du parc informatique plus performant aux institutions de santé publique 4. Organiser des formations sur l'outil informatique et particulièrement sur les techniques web 2.0, de PKM (Personal Knowledge Management) et de recherche scientifique sur l'internet. 5. Promouvoir le développement d'une service de "information brokerage" : La tache de ce service est le choix et présentation des liens/ sites web utiles, promotion de ressources en accès libre particulièrement des ressources d'une valeur de preuve plus élevé, promotion de sites/ institution de formation en ligne, organisation de la diffusion de ses informations (Open Access and Open Educational Resources). Les institution K4H Knowledge for Health, jhuccp - Health communication program, NCCMT - The National Collaborating Centre for 5


Methods and Tools et le "CDBP-Center for the Development of Best Practice sont proposés comme institutions de reference et de partenariat. 6. Promouvoir la diffusion des informations en santé publique, adapté au contexte camerounais par exemple via le Centre de Documentation Numérique du secteur santé (CDNSS). Le développement du contenue et des services de ce centre est encore nécessaire. 7. Faire le plaidoyer avec la Division des Ressources Humaines, Minsanté (DRH) d'élaborer une stratégie d'introduire des mécanismes d'incitation pour que la formation individuelle via différents modes (ateliers, formations en ligne etc.) influencera positivement l'avancement de carrière à coté d'autres critères. 8. Développement de modules de formation en ligne (court à distance, autres formats adapté à la situation de bas débit au Cameroun) avec un contenue sur l'informatique/internet et des cours avec des sujets cliniques (i.e. modules aspects/techniques santé reproductives, Santé publique etc).

Abréviations DRH

Direction Ressources Humaines

CDNSS

Centre de Documentation Numérique du secteur Santé

MINSANTE

Ministère de la Santé Publique

Health Metrics Data (HMD)

Application qui permet de diffuser les informations sanitaires au de la Cellule d’Information Sanitaire

6


1. Introduction (Contexte et justification) 1.1 Importance de l'accès aux résultats de recherche et d'autres informations pertinentes (donnés, documents) pour le processus de décision Les professionnels de santé dans tous les niveaux de l'échelon, les responsables du financement, de l’organisation des politiques et fournisseurs de services de santé, doivent tous prendre des décisions délicates presque toujours dans un contexte de rareté de ressources. Ressources programmes public limités - nécessité usage opportun d'information Les ressources pour les programmes publics seront toujours limités, il existes des nombreux priorités. concurrentes. Faire des décisions éclairés et loin d'être un luxe, il est crucial. Il est Important d'utiliser les ressources disponibles aussi efficacement que possible de résoudre les problèmes importants. "Si vous êtes pauvre vous avez besoin d'autres preuves avant d'investir, plutôt que si vous êtes riche » Il faut une usage opportun de l‘information (i.e. lors des processus de planification …) pour aboutir à un déploiement efficace, créatif, et consciencieux de toutes les ressources. De façon idéale (Idéalement) ils devraient prendre des décisions éclairées basée sur des informations fiables et sur l'évidence. Hypothèse - Ressources électroniques en accès libre pour combler le déficit d'information Dans le cas du Cameroun, un pays à revenu intermédiaire avec un produit intérieur brut (PIB) par habitant de 2.300 $ / an (2010), on peut supposer que les articles dans les revues scientifiques ou autres documents payantes en physique ou via l'internet ne sont pas accessibles financièrement par la grande majorité des professionnels de sante. Aussi le système officiel de livraison de courrier et matériel imprimé (courrier physique) n'est pas dans un état suffisamment fonctionnel pour permettre des livraisons fiables. Mais beaucoup d’informations sont disponibles à travers des ressources électroniques en accès libre, qui pourraient combler ce déficit, d’autant plus que ces informations sont toujours actualisées. Ces ressources puissent provenir du Cameroun (i.e. du ministère de santé publique, des partenaires, institutions de recherche , universités, écoles formation d'infirmières) ou de l'extérieur du même contexte ou adaptable. Compte tenue de ces circonstances préalables, l'enquête tentera de faire connaître l’utilisation des différentes ressources électroniques en accès libre existantes. Besoins d'information - Donnés locaux (spécifique du pays) et du niveau internationale D'une partie les professionnels dans l'administration de sante publique ont besoin de donnés locaux (spécifique du pays/ de la région) mais peuvent aussi bénéficier des documents et résultat de recherche élaboré au niveau internationale (i.e. OMS) dont le contenue pourra être prise en compte et adapté au niveau du pays. Ces professionnels utilisent souvent des documents existants téléchargé de l'internet comme modèle en les aidant à formuler des propositions et à développer des produits à leur niveau (manuel de formation, propositions projets, enquêtes, modèle d'évaluation. Tbl. No.1 Exemple de besoins en informations identifiés en matière de santé pour les différentes cibles (K4H)

Autorités ministérielles     1

Presse

Connaitre l’impact des  politiques déployées Documentation des bonnes pratiques Appui des partenaires  Promptitude des données

Renforcement de compétences sur les questions de santé en général et de SR en particulier Informations sur l’accès, la

1

Réseaux    

Documents stratégiques Informations/ renforcement des capacités Informations sur les différents programmes de santé Appui des partenaires

Evaluation des Besoins d'Information en Matière de Santé au Sénégal: Rapport Final de Knowledge for Health, K4H, A.H. Sylla, K. Seck, Aout 2011

7


disponibilité et l’utilisation de la PF

Dissémination à temps des résultats de recherches

Elus locaux

Prestataire de sante

ONG et partenaires

 

 

Situation sanitaire et besoins des structures de santé Informations sur les différents plans (PNDS, PTA…etc.) Préoccupations des populations démunies

    

Formation continue Informations utiles à la prévention Informations techniques, normes et protocoles à jour Mise à jour des méthodes existantes Connaissance de nouveaux produits Dissémination à temps des résultats de recherches Amélioration de la capacité de recherche sur internet

 

   

Meilleure définition des indicateurs Politiques sanitaires mises en œuvre Données qualitatives (barrières à l’accès, connaissances et pratiques des prestataires et des bénéficiaires) Informations sur la fonctionnalité des structures de santé Informations sur les besoins non satisfaits Exemples de programmes réussis Dissémination à temps des résultats de recherche

Types de documents identifié être utile pour le travail au quotidien (enquête CDNSS 2009) 1. 2. 3. 4.

Information de base - Études - Résultats de Recherche Rapports d’activités et d'évaluation Documents de référence : Textes réglementaires, Plans stratégiques et opérationnels, Normes et standards Documents pratiques (Manuels - Guides) : Outils de gestion, Procédures, Suivi/Monitorage, Supervision, Protocoles/ Bonnes Pratiques, Ressources Educatives/ Promotionnelles

I. Documents avec Information de base et résultats d’activités au niveau opérationnelle (national – régional – district) 1.1 1.2 1.3 1.4 1.5 1.6

Données démographiques, épidémiologiques et socioéconomiques Données sur les infrastructures sanitaires, plateaux techniques, matérielles, financières, ressources humaines Données provenant du système d’information sanitaire Rapports techniques d’activités (MINSANTE – Partenaires) Résultats des recherches effectués au Cameroun Évaluation de projets / programmes

II. Documents de politique et Stratégie – Législation 2.1 2.2 2.3 2.4 2.5

Plans stratégiques et opérationnels au niveau international Plans nationales stratégiques et opérationnels des différentes directions et programmes prioritaires (MINSANTE) Plans stratégiques et opérationnels nationaux des partenaires aux Cameroun Résumé de politique (policy briefs) MINSANTE ; Réglementations (lois, décrets), Textes et réglementation sur la recherche

8


III. Documents du niveau opérationnel (protocoles, manuels de procédures, Ressources éducatives, Matériel promotionnel) 3.1 3.2 3.3 3.4 3.5 3.6

Manuels de procédures - Directives (guidelines) Recommandations professionnelles - Algorithmes de prise en charge (SOP's) Documents de bonne/ meilleur pratique « Norme d’Or » (BPC, BPL, …) « Gold, Standard », leçons apprises Techniques (ou outils) Monitorage et Evaluation Ressources éducatives : manuels/modules de formation, leçons, questions d’examen Matériel promotionnel : messages sensibilisation santé publique, dépliants

Etude première étape chaîne prise de décision Dans cette étude, la première étape de la chaîne de prise de décision est étudié dans le cadre des questions suivantes: Quelles sont les sources les plus couramment utilisés de parties prenantes dans le secteur de la santé? Comment ces sources sont utilisées? Où se situent les problèmes dans l'utilisation? Il est opportun d’identifier les sources électroniques d’acquisition d’information qui conduisent à la prise de décision et analyser comment cette chaine de génération d'information est utilisée. De même la connaissance de l'utilisation des sources d'information de la «médecine fondée sur les preuves / EBM" avec un valeur supérieur dans l'échelle de preuves, comme les examens systémiques et méta-analyses pour le secteur de la santé publique sont examinés. Processus de prise de décision Dans le domaine de la santé publique au Cameroun, la prise de décision est précédée par une phase de recherche d'information par l'individu impliqué dans le processus. La deuxième phase consiste à tenir des réunions de concertation et de mise en commun des éléments du texte à rédiger et des solutions possibles par un groupe élargi. Le consensus de ce groupe est finalement soumis à l'appréciation et la signature éventuelle du décideur. Dans le Ministère de Santé Publique au Cameroun, le consensus se fait généralement entre : les Directeurs /Sous-Directeurs des Services Centraux, les Chefs de Programmes, les Délégués Régionaux (DRSP), les Chefs de districts. Les populations ou les communautés impliquées d'un programme puissent être inclus dans le processus pour prendre en compte leurs positions. Ces travaux sont supervisés au niveau le plus haut de la hiérarchie par soit : les Secrétaires d'Etat (SESP), le Secrétaire Général (SG) ou le Ministre de la Santé Publique(MSP). Des décisions en santé publique se prennent également au niveau des partenaires techniques et financiers qui élaborent et exécutent de projets/programmes de santé publique. Connaitre la marge de manœuvre des professionnels du système publique Le personnel principalement ciblé par l'enquête se trouvent principalement dans les régions et un peu moins dans les districts. Peu d'interviewées se trouvent au niveau central. Pour comprendre l'utilité des documents électroniques il est utile de connaitre le marge de manouvre des professionnels du système publique particulièrement au niveau déconcentré du Cameroun. Prise de décision au niveau déconcentré Cette marche de manœuvre est nécessaire pour que les acteurs au niveau opérationnelle verront une utilité pour chercher de l'information supplémentaire en dehors de ce que vient du niveau central. Et il faut faire un grand effort de les trouver compte tenue des obstacles connues (défaut d'internet, faible bande passante/ lenteur de la connexion). 9


Avec la méthode de groupe focalisés (GF) des réponses aux questions suivantes étaient posées: Est ce que vient du niveau Central doit être appliqué à la lettre, ou est ce qu'il y'a des possibilité d'adaptation ( de variations) ? Est-ce qu'il y'as suffisamment marge de manœuvre. Quels sont les décisions qui se prennent au niveau local (régional, SSD, Hôpital)?

1.2 Analyses situationnelles Cameroun / niveau international Obstacles dans l'utilisation des donnés locales (i.e. résultats d'études de recherche opérationnelle, donnés système information sanitaire, rapports, documents d'évaluation) La recherche opérationnelle en santé a pour vocation de générer les connaissances nécessaires à la prise de décision pour l’amélioration du système de santé. Extrait du draft Mai 2012 du plan de la recherche opérationnelle au Cameroun Au Cameroun, le niveau de promotion de la recherche opérationnelle en santé humaine est faible. Les résultats de recherche sont insuffisamment analysés, diffusés et utilisés. Les constats suivants sont énumérés :  La faible incitation des acteurs du système de santé et plus particulièrement des formations sanitaires à mener des recherches  La faible production des résultats de la recherche, des bases factuelles et des connaissances sur la santé par les acteurs impliqués  La quasi non-diffusion des connaissances générées par la recherche en raison notamment des préoccupations de droit à la propriété intellectuelle ou encore de l’absence des structures de mise à la disposition du public des informations sanitaires de qualité, des bases factuelles et des résultats de la recherche fiables, actuels et de qualité,  Les difficultés d’accès des acteurs de la santé, du public à l’information de qualité, à cause de l’inaccessibilité et de l’indisponibilité. Quand bien même elle est diffusée, le problème de la complexité du vocabulaire se pose avec acuité et de nombreuses barrières liées notamment à la langue de diffusion. Sans jamais négliger de souligner la quasi-inexistence des TIC et des connexions internet de qualité,  L’insuffisante valorisation (utilisation) du produit de la recherche, de l’information sanitaire et des bases factuelles dans la prise des décisions en santé à tous niveaux de la pyramide sanitaire et par les décideurs et les différents acteurs du système de santé. Extraits des Résultats de recherche opérationnelle " Disponibilité et l´accessibilité de la documentation du secteur sante au Cameroun, Décembre 2009" La plupart du temps les documents sont dispersés dans les bureaux, tiroirs et les ordinateurs et ne sont pas donc accessibles facilement, ce qui « rend le travail au quotidien fastidieux ». Les acteurs peuvent être au courant de l’existence des documents mais ne savent pas où et comment les retrouver. La procédure d’obtention est qualifiée de complexe, lent et lourd. Il existe beaucoup d’hésitations à transmettre l’information d’un niveau à l’autre. Il n`y a pas de canaux (services) fonctionnel qui se chargent de centraliser, conserver et diffuser systématiquement l’information vers les utilisateurs et les bénéficiaires. Sur le site web du Minsanté seulement un nombre très limité de documents clés du secteur sont publiés et téléchargeables (Insuffisant/ pas du tout : 61 %, médiocre/ acceptable : 33 %, satisfaisant/ très - : 6%). L'étude proposait un sélection de différents types de documents clés du secteur santé pour le travail au quotidien. Cependant il existait un contraste significatif entre l‘utilité de ces documents (Assez/très utile et nécessaire : 82 %, utile et nécessaire 17 %, moins/ pas : 7%) et la possibilité de les obtenir. En moyenne ses documents étaient considérées difficilement à obtenir (Très difficile/difficile : 65 %, assez difficile : 16%, moins difficile/ facile : 19%). 10


La recherche de l’information est pleine d’obstacles. Les procédures administratives sont lourdes et il se pose souvent le problème d’autorisation de la hiérarchie. La rétention de l’information (Verrouillage administratif – Culture de rétention/ personnalisation et confiscation) est un problème récurrent. Le partage des informations clés entre les directions, programmes prioritaires et services déconcentrés du MINSANTE n’est pas systématique. Très souvent l’information se limite au niveau supérieur de l’échelon. Beaucoup de documents restent au stade d’un draft par manque de validation officielle (lenteur). Une grande partie des informations s’obtient et se limite uniquement au cours des ateliers de restitution ou d’élaboration des documents. Dans les administrations et hôpitaux de districts, les connexions Internet au poste de travail ne sont pas fréquentes. Cette situation crée un isolement entre le personnel et la hiérarchie. Les districts ont de fait encore plus de difficultés à obtenir quotidiennement les informations transmises par la hiérarchie en dehors du circuit officiel qui présente des limites (correspondances administratives physique et téléphone). Ceci empêche l’exécution immédiate des directives et la remontée des initiatives. Les personnels de santé en périphérie chargés d’administrer les soins à la majorité des patients ont le plus besoins des informations mais sont contradictoirement desservie et ont le plus de difficulté d’accéder à l’information. Source d'informations - voie formelle prépondérante - sources informelle aussi efficaces pour l’accès à l’information La voie officielle par les directions MINSANTE et partenaires (28 %) et les rencontres entre acteurs (24 %) sont mentionnés comme la source principale de l’information (52 %). Les voies informelles (contacts personnels/privées : 26 %) constituent aussi des sources efficaces d’accès à l’information. Résultats de recherche du niveau internationale - "Health Information Needs assessment (K4Health Global Online Survey) 2009" Les besoins d'information déclarés Les quatre principaux domaines dans la gestion des programmes mentionnés étaient : la programmation fondée sur les preuves (64%), la communication des changements de comportement (63%), la formation du personnel, la supervision et la motivation (61%) et d'amélioration de la performance et qualité (58%). Sources d'information La majorité des personnes interrogées reçoivent les informations de la domaine santé d'autres employés et collègues (84%), des organisations partenaires (80%). Ils sont moins susceptibles d'obtenir des informations auprès des consultants (58%), les sièges (47%) ou les bailleurs de fonds et les clients (47%). Préférences sources d'information L'enquête a révélé clairement des préférence pour certaines sources d'information:  Parmi les documents imprimés, les répondants estiment que les articles de recherche et journaux sont les ressources les plus utiles pour obtenir des informations sur la santé. Cependant, 90% considèrent également une large gamme d'autres types de documents imprimés utile, notamment des manuels, des guides de mise en œuvre, fiches, "reviews" des curriculum formation, les graphiques, illustrations et des listes de contrôle (checklists). Manuels ont été particulièrement appréciés par les prestataires de services, les enseignants et formateurs.  La grande majorité des répondants considèrent que toutes les formes de communication interpersonnelle pour être assez ou très utile, mais elles favorisent une assistance technique et des ateliers plus que les réseaux professionnels, les conférences et les réunions. 11


 

  

Les moteurs de recherche du Web sont considérés comme la ressource électroniques la plus utile, suivi de près par les bases de données, la formation en ligne et des cours de e-learning, et les CD-ROM. Parmi les quatre ressources, les prestataires de services sont beaucoup plus susceptibles de considérer la formation en ligne et e-learning comme une ressource très utile que les autres. Les chercheurs et les évaluateurs apprécient plus fortement les bases de données. Cependant, plus de 80% des répondants trouvent au moins un peu utiles également plusieurs autres ressources électroniques pour obtenir des informations sur la santé, y compris les forums de discussion en ligne, des conférences en ligne, des communautés de pratique en ligne. Selon les répondants, la quantité d'informations disponibles en version imprimée et sur l'Internet constitue le plus grand obstacle d'avoir un accès à jour et exact des informations. Ils ont indiqué qu'il est difficile pour eux de déterminer quelles sont les sources les plus pertinentes et adaptées à un but donné. Le temps est aussi une contrainte parce que beaucoup sont trop occupés pour effectuer des recherches d'informations approfondies. D'autres obstacles sont l'accès insuffisant aux ordinateurs, des connexions Internet lentes et peu fiables, et le coût élevé des articles de revues en texte intégral.

Partage de l'information Indépendamment du travail, appartenance à une organisation, les répondants préfèrent nettement recevoir des informations de santé par courriel. L' autre options les plus populaires pour recevoir de l'information sont des sites Web, la communication interpersonnelle et des documents imprimés. Bien que les CD-ROM sont le deuxième choix des enseignants et des formateurs, d'autres situent leur importance relativement bas. E-books sont aussi pas très populaires, et les messages SMS sont le dernier choix des répondants, quelle que soit leur fonction. Les répondants qui travaillent au sein du gouvernement ont une forte préférence pour les documents imprimés que d'autre. Matériels informatiques utilisés Indépendamment de leur emploi ou affiliations organisationnelles, la plupart des répondants comptent sur les technologies liées à l'ordinateur plutôt que des fichiers papier pour stocker des informations liées au travail. Les trois premiers emplacements de stockage sont des ordinateurs personnels (61%), un site Web ou Intranet de l'organisation (11%), et un lecteur flash ou une clé USB (9%). Soixante-neuf pour cent des personnes interrogées passent plus d'une heure par jour pour la recherche et le partage de l'information de santé sur Internet Le développement de produits d'information de santé Plus de 65% des répondants développent des produits d'informations santé, y compris des manuels, articles, lignes directrices (guidelines) et curricula dans le cadre de leur travail. Ils voient un besoin évident d'adapter les produits d'information de santé et les rendre plus appropriés au contexte local ce que comprend l'édition du texte, la traduction, changer le design et la mise en page. De nombreux défis au développement et à l'adaptation des produits d'information de santé demeurent, notamment:  Faible accès aux des informations, á jour, fondées sur des preuves et la difficulté à trouver des ressources de qualité de l'information;  Le manque de ressources financières et humaines;  Manque de modèles (templates), des directives (guidelines) et une formation pour effectuer ce genre de travail;  Manque de temps; 12


 

Accès limité aux logiciels et l'Internet, ainsi que d'un manque de savoir-faire technologique Faible capacité à adapter les produits d'information de santé à la population cible.

Principales conclusions La ressource la plus utile électroniques était les moteurs de recherche Web, suivis de près par les bases de données en ligne, des cours de formation et d'apprentissage en ligne et sur CD-ROM.

1.3 Solutions proposées plan stratégique recherche opérationnelle au Cameroun - Initiatives "promotion d'information de santé" Les programmes d'information de santé au niveau international, i.e. K4H2, visent à rendre les preuves des recherches et innovations programmatiques plus récentes facilement accessible à des publics multiples. Après à leur niveau les professionnels de la santé de niveau supérieur (par exemple, les conseillers techniques, responsables de programmes et prestataires de services) jouent un rôle clé, en informant, facilitant et en persuadant de manière efficace les fournisseurs de soins de santé de première ligne à adopter de nouvelles connaissances et pratiques pour améliorer la prestation des services. Comprendre les publics visés et leurs préférences de contenu et de format est cruciale. Plan d'activités, draft du plan stratégique (Mai 2012) recherche opérationnelle Minsanté Cameroun Ce plan prévoit la diffusion et le partage de l’information sanitaire et des bases factuelles en mettant en place des structures, des mécanismes et des instruments de la communication classique et des TIC. Ainsi, les activités suivantes étaient retenues :  Soutenir la création des bibliothèques de la santé et des centres numériques d’information sanitaire aux niveaux central et régional, et les relier au réseau international.  Mettre en place des mécanismes et des procédures pour documenter les connaissances et les meilleures pratiques résultant de la mise en œuvre des programmes de santé.  Promouvoir l’insertion de publications nationales pertinentes, validées et actuelles dans les répertoires internationaux de référence appropriés.  Elargir l’accès de tous les acteurs du système de santé à l’information sanitaire, aux bases factuelles et aux connaissances sur la santé pertinentes disponibles à l’échelle nationale et mondiale  Promouvoir un large accès aux répertoires, y compris ceux permettant l’accès aux documents nationaux disponibles dans les langues traditionnelles et non publiés.  Promouvoir la production des journaux à libre accès, et des revues périodiques de l’information sanitaire et la mise en place des mécanismes d’accès institutionnel aux publications protégées par les droits à la propriété intellectuelle en faveur du public (par exemple par l’intermédiaire de HINARI de l’OMS).  Promouvoir l’utilisation des TIC pour la vulgarisation de l’information sanitaire, des bases factuelles et des connaissances sur la santé Exemple d'Initiative promotion d'information de santé au Cameroun - Centre de Documentation Numérique du secteur Santé (CDNSS) Le développement actuel du Centre de Documentation Numérique du secteur Santé (CDNSS) au ministère de la santé publique (MINSANTE), avait pour but de réduire une partie des facteurs limitant et assurer un meilleur accès des acteurs du secteur santé aux documents pertinents. Dans le projet de coopération entre le Ministère de Sante Publique, représenté par la Direction de Recherche Opérationnelle de la Santé (DROS) et la coopération allemande (GIZ), cette bibliothèque numérique (virtuelle) a été développé et mis en ligne (à partir de Nov. 2011) en utilisant le "système de gestion de contenue" Drupal, 2

K4H - Knowledge for Health http://www.k4health.org/

13


une logiciel libre. Le CDNSS est une bibliothèque numérique, d’accès gratuit. Elle constitue la mémoire institutionnelle du secteur santé et aide le public cibles (MINSANTE au niveau central et décentralisé, des institutions de recherche, partenaires nationaux et internationaux) à rechercher de l'information pertinent pour leur travail. Ce site présente les documents, regroupés en fonction de sept thèmes majeurs qui s’arriment avec les quatre domaines d’intervention de la stratégie sectorielle de la santé (SSS): Santé de la mère, de l’adolescent et de l’enfant - Lutte contre la Maladie - Promotion de la santé et viabilisation du district de santé (Système Santé Gestion Ressources - Prestations Soins - Recherche opérationnelle). Il s’agit des documents d’Information de base, de résultats de recherche, de politique/stratégie, de Réglementation et des documents pratiques du niveau opérationnel. Le site aide aussi à localiser la littérature scientifique pertinente et d'autres documents du secteur qui sont disponible sur le net en accès libre (open access). L'objectif global du CDNSS est de permettre un meilleur accès aux documents stratégiques du secteur et d'améliorer ainsi la qualité des soins médicaux et l'efficacité de l'administration de la santé au niveau central, régional et de district. Le CDNSS apparait comme un cadre d’échange d'informations entre les structures nationales et internationales dans le secteur de la santé et contribue à l'harmonisation des activités dans le secteur de la santé et à une utilisation plus efficace des ressources. Il est complémentaire aux autres canaux d’information existants notamment, le site du MINSANTE, de l’Observatoire National de Santé Publique, l’Observatoire des Ressources Humaines, le Centre de Documentation et des Archives (CDA) et le Système de collecte de données pour les formations sanitaires: Health Metrics Data (HMD).

Exemple d'initiative promotion d'information de santé niveau internationale (K4H) Le programme K4H synthèse et partage des connaissances en santé avec les gestionnaires de programmes, prestataires de services, et d'autres professionnels de la santé à travers le monde. La thématique principale est la planification familiale internationale et santé reproductive mais le programme couvre aussi les autres thèmes de santé mondiaux. Il partage les connaissances avec ses pairs sur les suivantes domaines d'expertise; gestion des connaissances (KM) en santé publique, l'évaluation des programmes de KM dans la domaine santé, et les technologies mobiles pour la santé (mHealth). Evaluation des programmes de santé KM La production de cadres conceptuels, des guides, des articles de journaux et des blogs, partage des expériences avec des organisations et projets travaillant dans la domaine pour apprendre des uns des autres et d'éviter la duplication des efforts.

1.4 But et objectifs de l’étude Objectifs de l'étude Principales mesures de résultats Meilleure utilisation des documents pertinents et des connaissances scientifiquement prouvée par les décideurs politiques des acteurs du secteur de la santé au Cameroun Évaluer le degré d'utilisation des ressources électroniques pertinentes Les critères secondaires  Identifier les sources d'information

14


   

Evaluer le degré de connaissances et l'utilisation des ressources électroniques accessibles par Internet, en particulier aux informations scientifiques en accès libre (archives ouvertes, revues en libre accès) et l'utilisation des outils du Web 2.0 Documenter le degré de l'utilisation des informations fondées sur des preuves en accès libre pour la prise de décisions par les gestionnaires de la santé et des décideurs Documenter le degré d'utilisation des techniques de gestion des connaissances personnelles / PKM et des techniques de recherche sur Internet Documenter le degré de connaissance et l'utilisation des formations disponibles sur des plates-formes virtuelles d'apprentissage, soi payante ou gratuitement Documenter la connaissance de l'existence, le degré l'utilisation et évaluer le contenu et la fonctionnalité du site Web du centre de documentation numérique du secteur de la santé (CDNSS) selon les critères d'utilité

1.5 Hypothèses et questions de recherche Sur la connaissances précédentes de résultats de recherche dans la domaine les hypothèses suivante étaient formulés:  Les décideurs ont souvent peu d'accès au informations scientifique pertinente disponible en libre accès aux ressources électroniques (accès libre)  La plupart des structures de santé publique ont un accès limité à Internet et matériel de mauvaise qualité avec du matériel et des logiciels dans le lieu de travail  L'indisponibilité de la connexion Internet et les TIC (hard - software) est plus important dans les régions que dans les agglomérations Yaoundé et Douala  Les acteurs du secteur de la santé, n'utilisent peu les nombreuses opportunités disponibles sur l'Internet pour recueillir des informations  Accès aux ressources électroniques avec un niveau supérieur de preuves (méta-analyses, revues systématiques) est limitée  Les décisions dans le secteur de la santé souvent ne sont pas prises sur la base de preuves solides scientifiquement valables Questions de recherche    

Comment les acteurs du Secteur Santé accèdent-t-ils aux sources d'informations de manière général ?, Quelles sont les ressources électroniques d’accès libre que les acteurs du secteur santé utilisent? Pourquoi est-ce que les ressources électroniques en accès libre sont il peu utilisés pour la prise de décision des intervenants du secteurs santé? Quels sont les facteurs sociaux, économiques et administratives qui constituent des obstacles à l'utilisation des ressources électroniques en accès libre? Quels facteurs pourraient inciter les acteurs du secteur à utiliser d'une plus large mesure des ressources électroniques dans le processus décisionnel notamment des preuves scientifiques de plus haut niveau (Meta-analyses / revues systématiques)

Questions Spécifiques CDNSS  Le groupe cible/les utilisateurs de CDNSS pense-t-ils qu'ils trouvent des informations utiles pour leur travail au quotidien?  Quels types d'informations sont importants pour le processus de prise de décision?  Par rapport aux autres sources d'information est ce que les document figurant sur le CDNSS ont quel valeur ?  L'utilisation du site Web est-t-il convivial selon les critères établis de l'utilité? 15


1.6 L'intérêt de l'étude Intérêt de l'étude Du point de vue de la santé publique, cette étude permettra de:  Identifier les goulots d'étranglement dans le processus de décision du secteur de la santé au Cameroun (pays à revenu intermédiaire)  Identifier les facteurs (effet de levier) qui: o Améliorent l'utilisation des ressources électroniques d'accès libre o augmentent le taux de décisions fondée sur des preuves scientifiques fiables o Les paramètres administratifs et techniques qui incitent les acteurs de plus utiliser les ressources électroniques d'accès libre D'un point de vue scientifique cette étude permettra de:  Produire des informations sur les connaissances et l'utilisation des ressources électroniques  Identifier les compétences des acteurs du secteur santé de prendre des décisions fondées sur des données probantes avec l'aide des technologies de l'information et de la communication (TIC)  documenter l'accès et la disponibilité des connaissances dans le secteur Utilité de l'étude par rapport aux objectifs de CDNSS La mise en place d'un centre de documentation numérique dans le secteur de la santé par la le MINSANTE / DROS avec l'appui de la coopération allemande a amélioré l'accès des acteurs du secteur aux documents clés du secteur de la cible. Une étude sur l'impact (impact) de la bibliothèque numérique n'est pas possible en raison de la courte durée depuis son lancement officiel (Novembre 2011), car ils n'est pas encore suffisamment connus. Le nombre d'utilisateurs est limité (Avril 2012, 100 / jour). La stratégie de cette étude est de d'avoir une situation plus claire de l'utilisation des ressources électroniques, qui sert de base à de futures études sur l'impact du CDNSS dans une (ou 2) ans. Certains aspects de l'utilisation de CDNSS par les acteurs seront couverts par cette étude, mais ont une grande importance pour une étude de suivi. Elargir gamme et qualité d'information - Finalité diversifier les sources d'information Il s'agit d'élargir la gamme et la qualité des l'information utilisé par les administrateurs / gestionnaires et décideurs de santé publique. La Finalité est de diversifier les sources d'information et minimiser le temps de la recherche de l'information.

1.7 La méthodologie Type d’étude Une étude exploratoire à la fois quantitative et qualitative de type descriptif et analytique sera menée dans les 10 Délégations Régionales de santé Publique notamment, Centre, Sud, Est, Ouest Nord-Ouest, Sud-Ouest, Littoral, Adamaoua, Nord, Extrême-Nord. L’équipe de recherche et sites d'étude Une équipe constituée de 15 personnes sera déployée dans l’ensemble des 10 Régions :  05 personnels au niveau de la DROS  10 points focaux du CDNSS Pour la collecte des données quantitatives et qualitatives cinq membres du personnel scientifique de la Division de la recherche opérationnelle (DROS) expérimentés étaient envoyés comme enquêteurs et comme modérateurs de groupes de discussion dans les dix régions du Cameroun. Chaque personnel de la DROS travaillait au niveau régional en collaboration avec les «points focaux» (PF) CDNSS établis, qui leur facilitent les contacts nécessaires. 16


D'abord ils ont travaillé conjointement, après introduction et instruction les PF ont continué les entrevues indépendamment. Dans les discussions de groupe les PF établissaient le protocole. Une synthèse des discussion des GF était envoyé au rapporteurs de l'enquête. Population cible L'étude s’est intéressé aux acteurs du secteur santé en activité dans les différentes structures du niveau central, des partenaires au développement, des Délégations Régionales, des Districts de santé, des formations sanitaires et des structures de formation. Echantillonnage et Instruments pour la collecte des données Le planning de l'enquête prévoyait la collecte des données quantitatives à l’aide d’un questionnaire administré à 20 participants choisi par région, soit 200 interviewés ciblés dans l’ensemble des 10 Régions. La méthode utilisée pour choisir les participants était de suivre un planning de personnes préétablit, voir tableau. En cas de nondisponibilité des personnes ciblées, les enquêteurs étaient libres de les substituer avec une personne d'un poste de responsabilité travaillant dans le service. Tbl. No. 2 Planning echantillonage population cible

Nr. 1.

Type d'institution Délégations régionales Santé Publique / DRSP

2.

Responsables régionales programmes :  Programme Elargie de Vaccination/PEV  Tuberculose  HIV/AIDS  Paludisme Autres Hôpitaux Provinciaux et assimilés/ HP/HPA)

3. 4. 5. 6. 7.

Nbre Catégorie des Interviewées 7  Délégué Régional)  Responsable service supervision, suivi et d'évaluation  Responsable service de la Planification  responsables de programmes (4)

  Service de Santé de District /SSD)   Hôpital de District/ HD ou Hôpitaux de 1ère  référence Ecoles publiques/privés d’infirmiers diplômes  d’état) Université (i.e faculté de sante publique/  médicine/ institutions de Partenaire en santé (Association / ONG)  Choix libre 1 - 7  Total

Directeur ou adjoint Conseiller Médical Chef de Service Santé de District Adjoint ou autre membre SSD Directeur ou adjoint

2

Directeur ou adjoint

2

Professeur, responsable

2

Responsable, adjoint ou autre Responsable

2 1 20

2 2

Les données qualitatives provenaient essentiellement des groupes de discussion (GF), une groupe par région. Chaque GF était constitué d'au moins 6 ou 10 participants ayant des niveaux de responsabilités et venant des structures différentes. Au total, 10 groupes de discussion étaient organisés. Un Facilitateur et rapporteur ont facilité les échanges dans les dix régions. Les informations étaient recueillies à l’aide d’un dictaphone installé au milieu de la table. Au final, l’enquête comptait enrôler un total jusqu'à 300 participants avec les 2 méthodes. Outils d’analyse des données Les données étaient saisies dans une masque de saisi préétablit de logiciel EPI INFO 7 où elles étaient traitées et analysées. Pour les aspects qualitatifs, les données recueillies sur le dictaphone étaient analysées par les enquêteurs des régions. 17


2. Résultats 2.1 Nombre et Caractéristiques Participants En total 192 personnes en majorité des hommes; 82 % ont répondu au questionnaire. La majorité des

répondants étaient des hommes (82 %). L'âge moyenne était 43 ans (Min. 25, Max. 70). Tbl. No. 3 Sexe participants

Sexe

Freq.

%

masculins féminins

156

82 %

35

18 %

Le plus haut niveau d'études terminé était en majorité relativement élevé (Maitrise: 48%, Doctorat/Ph.D:10%, Licence: 11% = 69%). Tbl. No. 4 Plus haut Niveau d'études

Freq. 6 10 15 9 2 18

% 3% 5% 8% 5% 1% 9%

21

11 %

91 8. Maitrise 9. Doctorat (Ph.D) 18

48 %

1. CEFE 2. BEPC 3. Probatoire 4. Baccalauréat 5. DEA 6. DEUG 7. Licence

9%

Qualification - Formation de base La majorité étaient des médecins; 45 % (86) suivi par des infirmiers; 26% (50), Sciences Economiques; 5 % (10), Gestion/Administration (i.e. ENA); 5 %(10), Sciences Sociales (8), Biologistes (7), Pharmaciens (4), Sciences Informatiques (3), Dentistes (2), Autres (11). Tbl. No.5 Formation de base

1. Médecin 2. Infirmier/e 3. Sciences économiques 4. Gestion/Administration (i.e. ENA) 5. Sciences Sociales 6. Biologiste 7. Pharmacien/ne 8. Science d'Informatique 9. Dentiste 10. Autre

45 % 26 % 5% 5% 4% 4% 2% 2% 1% 8%

Type d'institution d'emploi Comme l'enquête était orienté vers les institutions publiques d'administration de santé (inspection régionale, Services admin.de districts (SSP), Hôpitaux publiques la grand majorité des répondants travaillaient dans le secteur public; 90 %, Secteur Privée; 7 % (13), Privée - confessionnel, 3 % (6). 18


Fonction principale Les interviewées étaient demandé quel des emplois listés décrivaient le mieux leurs principales fonctions. Il y avait la possibilité de cocher aussi deux options (Total %: 142). Les Administrateur-gestionnaires en santé publique étaient en majorité; 50 % (96), suivi par les Médecins - prestataire de service; 32 % (61) et les enseignants; 18 % (35). Souvent les médecins dans les administrations publiques étaient encore en même temps prestataires ou enseignaient aussi dans une université. Tbl. No. 6 Fonction principale

% 1. Administrateur-gestionnaire santé publique

50

2. Médecin - prestataire de service 3. Enseignant 4. Infirmier / Aide soignant prestataire service 5. Consultant (consultante) 6. Universitaire ou chercheur (chercheuse) 7. Informaticien (Science de l'information) 9. Autre

32 18 10 9 9 3 11 142

Autres fonctions mentionnés étaient; Assistante du directeur, Gestionnaire des donnée PEV, Nutritionniste, ONG santé, Personnel administratif, Pharmacien, Travailleur Social, Statisticien. Ancienneté dans leur profession Parmi les interviewée était une mixture de personnes expérimentés; 21 +; 26 %, 9 - 20 ans; 30 % (Total 56 %) et autres avec une expérience professionnelle moins de 9 ans; 43 %. Tbl. No. 7 Ancienneté

a.) 21 + b.) 1 - 4 ans c.) 5-8 d.) 9 -12 e.) 17 - 20 f.) 13 - 16

Freq.

%

50 47 35 25 18 15

26 % 25 % 18 % 13 % 9% 8%

Institution de rattachement Les employés des directions régionales de santé publique (DRSP) constituaient la majorité des interviewés; 40 % (77) suivi par les employés des hôpitaux/établissements de sante (i.e. directeurs, conseiller médicale, infirmiers et médecins en formation de spécialisation); 18 % (35), Ecole de formation d'infirmier; 11 % (21), Services admin.de districts (SSP); 9 % (17), Université; 8 % (15). L'emphase de l'enquête étaient les structures de l'administration publique de sante et les prestataires dans les régions et districts, mais pas les services centraux du MINSANTE; 2 % (3) et les partenaires; 6 % (11). Tbl. No. 8 Institution de rattachement

1. Direction Régionale santé Publique (DRSP) 2. Hôpital - établissement de soins de santé 3. Ecole de formation d'infirmier

Freq.

%

77 35 21

40 % 18 % 11 % 19


4. Services admin.de districts (SSP) 5. Université 6. Partenaire 7. Minsanté Services centraux 8. Autre

17 15 11 3 13

9% 8% 6% 2% 7%

Autres institutions mentionnés étaient ; CAPR, CAPR-ESR, Comité National de Lutte contre le SIDA, CNLS, CPC, Fond spécial pour la promotion de la sante du littoral (FSPSF), GTCCALS, ONG Santé, Secteur privé Régions Les Interviewées étaient bien reparties des 10 régions du Cameroun. Le cible de l'enquête était 20 Interviewées par région. L'Ouest et le Littoral étaient le moins représenté avec 11 et 13 répondants. Tbl. No. 9 Répartition interviewés par région

Région

Fréq.

%

1. Est

25

13 %

2. Nord Ouest

23

12 %

3. Sud Ouest

22

11 %

4. Adamaoua

20

10 %

5. Nord

20

10 %

6. Centre

19

10 %

7. Extrême Nord

19

10 %

8. Sud

19

10 %

9. Littoral

13

7%

10. Ouest

11

6%

2.2 Accès et connectivité 2.1 Disposez-vous (avez vous accès facile à) d’un ordinateur (à la maison / au bureau ?) La vaste majorité des interviewées ont une ordinateur à leur disposition à leur maison; 88 %, et au bureau; 91 %. Tbl. No. 10 Accès à l'ordinateur

Oui

88 % 91 %

a.) Accès facile à un ordinateur à la maison b.) "

au bureau

2.2 Utilisation ordinateur de service ou personnel ? Une grand proportion 49% des interviewées utilisent leur Laptop personnel au lieu de travail pour leurs travail quotidien. Ordinateur de service (i.e. desktop); 59 %, Ordinateur personnel; 50, Pas d’ordinateur; 4 %. Tbl. No. 11 Utilisation ordinateur service ou personnel

Oui 1. Ordinateur de service (i.e. desktop) 2. Ordinateur personnel 3. Pas d’ordinateur

59% 49% 4%

20


2.3 Où accédez-vous principalement l'Internet? L'accès principale à l'internet était : Au bureau; 70 %, Pour compte propre à la maison; 55 %, Internet café; 33 % l'Université/Bibliothèque; 3 %. Tbl. No. 12 Accès principale à l'internet

Oui

70% 55%

1. Au bureau 2. Pour compte propre à la maison 3. Internet café 4. À l'Université/Bibliothèque 5. C'était la première fois d'accéder l'internet

33% 2% 0%

2.4 a Le courant électrique est disponible dans votre lieu de travail : 84 % des interviewées avaient le courant au lieu de travail disponible. 2.4.b L'internet est disponible au lieu de votre travail à quel pourcentage : L'internet est disponible au lieu de travail en moyenne à 44 %. 2.5 Quelle est la durée d’ouverture d'une nouvelle page (en moyen) La durée d’ouverture d'une nouvelle page est plutôt longue : 60 + sec; 37 %, 31 - 60 + sec; 16 %. Seulement dans 14 % l'ouverture est rapide entre 1 - 10 sec. (11-30 sec: 25 %). Tbl. No. 13 Durée d'ouverture Nouvelle page

% 1. 2. 3. 4. 5. 6.

60 + sec. 11 – 30 sec. 31 - 60 + sec. 1 - 10 sec. Je ne sais pas Pas applicable

37 % 25 % 16 % 14 % 6% 2%

2.6 Téléchargez-vous des documents sur l’internet ? (i.e. format word, pdf, …) ? Le téléchargement se fait Souvent; 45 %, Quotidiennement; 37 %, Rarement; 11%, Pas applicable; 4 %, Jamais; 3 %, Très rarement; 1 %. Tbl. No. 14 Téléchargement de documents ?

1. 2. 3. 4. 5. 6.

Souvent Quotidiennement Rarement Pas applicable Jamais Très rarement

Fréq.

%

84 68 20 7 5 1

45 % 37 % 11 % 4% 3% 1%

2.7 Quelle est la durée de téléchargement des fichiers pdf (en moyenne)? Le téléchargement de documents pdf est fait souvent et quotidiennement (82%), mais la durée du téléchargement d'une fichier pdf moyen est de 4 + min à 45 % (2-4 min; 25 %, 1-2 min; 13 %, < 1 min; 7 %). Tbl. No. 15 Durée téléchargement fichiers pdf

1. 6+ min

Fréq.

%

47

27 % 21


2. 3. 4. 5. 6. 7.

2-4 min 4-6 min 1-2 min < 1 min je ne sais pas Pas applicable

25 %

44 31 22 12 11 8

18 % 13 % 7% 6% 5%

2.8 Comment est votre accès au e-mail et l'internet ? Ceux qui ont accès à l'internet peuvent se connecter pour regarder et envoyer leurs e-mails et regarder mais la qualité de la connexion internet est insatisfaisant (Trop lent et peu fiable/ Jamais ou rarement d'une connexion); 29 % (Un peu lent, mais il travaille habituellement ; 41 %. La connexion est Bonne/rapide et Excellente dans 28 %). Tbl. No. 16 Qualité d'accès e-mail / Internet

1. 2. 3. 4. 5.

Un peu lent, mais il travaille habituellement Bonne / rapide Insatisfaisant/Trop lent et peu fiable Jamais ou rarement d'une connexion Excellente

Fréq.

%

77 48 46 10 7

41 % 26 % 24 % 5% 4%

Comparaison avec les résultats de l'enquête précédente de 2009 Analyse de l’existant et des besoins, disponibilité et accessibilité de la documentation du Secteur Santé au Cameroun ». Etude quantitative et qualitative rétrospective avec 72 personnes des Directions centrales, délégations régionales et administrations de districts, des partenaires, des hôpitaux, de la société civile et la presse. Disponibilité ordinateur-connexion internet-URL-adresse e-mail Oui (%) 1. 2. 3. 4. 5.

59 45 72 94 82

A. Disposer site web au Siège B. Entité locale (au Cameroun) Adresse électronique à l'institution Disposer / Avoir accès ordinateur au lieu de travail Accès à Internet Disposer liaison haut débit (ADSL)

59

La Disponibilité ou l’accès à l’ordinateur sur le lieu de travail ne pose pas de problème (94%), et l’accès à l’Internet est possible dans 82 % des cas surtout dans les centres urbains. Dans les délégations régionales et les districts de santé 61% des répondants ne disposent pas d’une connexion internet. L’utilisation du net se fait cependant dans des cybercafés ou encore quelques responsables paient eux même les frais de connexion pour leur ordinateur portable. Utilisation Internet Dénomination

Jamais - 1 ou 2 / an

1 - 2 x / mois

1 - 2 fois /Sem - quotid.

Fréquence utilisation Internet

10

2

88

Les interviewées utilisent 1 - 2 fois par semaine (13%) et quotidiennement (75 %) l'Internet. Disponibilité connexion Internet Dénomination

<10 - 35 %

Pourcentage disponibilité connexion Internet 22 sur temps au travail (100%)

36 - 65 %

66 - 100 %

Moyen (%)

26

52

61

En raison de problèmes techniques des postes avec connections d’Internet cette connexion est seulement disponible en moyen à 61 %.

22


Durée d’ouverture nouvelle page Dénomination

1 - 10 sec.

Durée d’ouverture d’une novelle page 18 d’un site web

11 – 30 sec.

31 - 60 + sec.

Moyen (sec.)

48

35

19

En moyenne l’ouverture d’une nouvelle page dure 19 secondes. Téléchargement Dénomination

Très – ou Rarement – De temps en temps Souvent

Très souvent quotidiennement

-

Téléchargez-vous des documents sur 26 30 43 l’internet ? La majorité des personnes interviewées (73 %) téléchargent les documents qu’ils jugent utiles et nécessaires, ainsi que se propose le CDNSS d’en fournir. Durée Téléchargement Dénomination

< 1 - 3 Min

Durée téléchargement doc. 200 – 300 kb 51 (minutes)

3 - 5 Min

5 - 10 Min

Moyenne (min.)

26

6

2,3

Les répondants ont reconnu que le téléchargement d’un document de 2 à 3 pages dure en moyenne 2,3 minutes. Débit connexion Internet Dénomination

64 + 128

246

492 +

Débit connexion Internet ?

50

33

17

Le débit de la connexion d’Internet est de 65 – 128 kb (50%), 246 kb (33 %) et 492 ou plus kb (17 %) considérée haut débit.

Analyse Les personnes interviewées dans le domaine de santé publique travaillant principalement dans les institutions publiques dans l'administration ou comme prestataires de services des trois échelons connaissent l'importance des ordinateurs pour leurs travail et en règle générale ont accès à un ordinateur à la maison; 88 %. Au bureau ils se servent souvent de leur Laptop personnel; 49 % pour compenser un manque de d'infrastructure informatique pour atteindre 91 %. Une même degré d'initiative personnelle, pour compenser le défaut d'accès à l'internet qui est seulement disponible à 44 % au lieu de travail ou une mauvaise connexion amènent les interviewées à se procurer un clé internet (soit Camtel, MSN, Orange) pour atteindre une connexion à l'internet à 70% au bureau (26 %). Particulièrement dans le groupe de médecins même deux clés Internet de différents compagnies puissent être utilisé pour profiter d'une meilleur connexion selon la vitesse d'internet dépendant de la localisation. L'utilisation d'une ligne fixe d'internet et d'une clé internet à la maison atteint 55 %. Pour compenser de défaut d'accès ou une lenteur de connexion d'internet en plus les interviewées utilisent des cybercafés; 33 %. La vitesse de l'internet est considéré "un peu lent ou insatisfaisant dans 65 % des cas, ce que se montre dans la durée d'ouverture d'une nouveau page + 60 sec; 37 %, 31 - 60 sec; 16 % (Total: 53 %). Parfois l'ouverture de la boite d'email par exemple de yahoo.fr peut durer plus qu'une demie heure ou plus, entrecoupe par une coupure complet de l'internet qui nécessite une reconnexion de nouveau. La lenteur de l'internet n'empêche pas au interviewées de télécharger de documents "souvent"; 45 %, "quotidiennement"; 37 (Total: 82 %) , même que la durée du téléchargement d'une fichier pdf moyen est de 4 + min à 45 %. Dans le processus de téléchargement se pose le problème de coupure de la connexion. Pour prévenir le perte des parties du document déjà transférée (i.e. 30% du pdf) la majorités des interviewées (59 %) n'utilisent pas de logiciel d'aide au téléchargement (comme free download manager ou ...) qui aidera aussi à ne pas bloquer l'écran en séparant le processus de téléchargement et permettre à l'utilisateur de continuer a chercher des information sur le net.

23


2.3 Estimation d'utilisation et importance des ressources électroniques / méthodes de recherche L'utilisation de l'internet s'effectue quotidiennement à 67 %, une à deux fois par semaine; 19 %. La consultation de la littérature médicale/santé publique se fait en majorité 1 - 5 fois par mois; 37 %, 11 - 25 fois /mois; 23 % et Plus d'une fois/jour; 16 %. Tbl. No. 17 Utilisation Internet - Nbre consultation littérature médicale Quotidienne Une à deux Une à deux Quelque Questions ment (Tous fois par fois par fois les jours ou semaine mois pendant presque) l'année

Presque Pas jamais d'internet disponible

a.) Utilisation Internet au lieu de votre travail ( usage personnel ou professionnel)

1%

67%

19%

4%

1%

8%

Plus d’une 11 à 25 fois 6 à 10 fois 1 à 5 fois fois par par mois par mois par mois jour b.) Nbre. de fois consultation littérature médicale/santé publique (articles et autres ouvrages 16% électroniques) ?

23%

Pas d'internet disponible

37%

18%

7%

l'importance des ressources électroniques est jugé indispensable / importante à 87 %. Les arguments utilisés étaient les suivantes:  Facile d'avoir accès au "nouvelles choses" qui peuvent avoir un impact sur le travail  On peut voir ce qu'on fait d'ailleurs et comment ils le font, on compare avec ce que nous faisons ici (et comparer les résultats)  Compléter les connaissances  Travailler vite er communique plus rapidement  Ca nous permet d'être à l'ordre de jour (2 - 3 jours sans fouiller l'internet, beaucoup de choses seront passé)  L'internet pourra nous donner des infos fiables, pas des info erronés (sans vérification) , Informations du niveau mondiale ou de l'Afrique  Permet d'avoir des informations rapides, on peut les croiser (sources diverses)  Permet de documents actualisé rapidement  Je ne peut pas fonctionner sans ca

L’importance des ressources électroniques provenant de l'internet pour le travail au quotidien L’importance des ressources électroniques provenant de l'internet pour le travail au quotidien des interviewées est jugé indispensable / importante à 87 %. Tbl. No. 18 Importance des ressources électroniques

Comment qualifieriez-vous l’importance des ressources électroniques provenant de l'internet pour votre travail au quotidien ? Elles sont :

Indispensables

Importantes

Moyennement importantes

Peu impor- Inutantes tiles

Sans avis

51%

36%

10%

1%

1%

1%

24


Le niveau d'accès à la littérature scientifique est jugé en majorité varié (j'ai parfois des difficultés à obtenir les articles dont j'ai besoin); 43 %, 32 % des interviewées le jugent très mauvais ou pauvre (Bon/ Excellent; 21 %) Tbl. No.19 Niveau d'accès à la littérature scientifique

Question

Très mauvais toujours beaucoup difficulté d'accéder articles dont besoin)

(j'ai Pauvre

(J'ai souvent des de difficultés à obtenir les aux articles dont j'ai j'ai besoin)

Comment décririez-vous votre niveau actuel 9% d'accès à la littérature scientifique ?

23%

Varié (j'ai parfois des difficultés à obtenir les articles dont j'ai besoin)

Bon (j'ai accès à la plupart des articles dont j'ai besoin)

Excellent Ne sait (j'ai accès pas à toutes (NSP) les articles dont j'ai besoin)

43%

18%

3%

3%

Connaissances informatiques, d'internet et en recherche internet Tbl. No. 20 Connaissances informatiques, d'internet et en recherche internet Niveau Inter- Bon niveau Niveau Questions Niveau médiaire/moyen Basique Avancé

1. Comment jugez vous vos connaissances 27 % informatiques ? 2. Quelle estimation faites vous de votre compétence pour rechercher un information 23 % dont vous avez besoin en utilisant Internet ?

34 %

34 %

5%

37 %

34 %

6%

La majorité des répondants avaient estimé leurs connaissances informatiques plutôt moyen / supérieur ; 68 % (Niveau Intermédiaire/moyen; 34 % et Bon niveau; 34 %). Seulement 27 % avaient juge d'avoir seulement un niveau basique. Les même proportions ont été choisit sur leur compétence pour rechercher un information dont ils avaient besoin en utilisant Internet (Niveau Intermédiaire/moyen; 37 % et Bon niveau; 34 %.

Connaissances d'astuces pour mieux filtrer les recherches sur l'internet (Opérateurs booléens) Tbl. No. 21 Connaissance operateurs booléens

Questions 1. Opérateurs booléens pour exclure, ajouter ou retrancher (AND, OR, XOR, NOT, SAUF) 2. Parenthèses ( ) 3. Troncatures (jokers ou Symbolisée par * ou ? ou $

wild

cards).

Je n´utilise pas J´utilise un peu J’utilise ou très peu

Je l'utilise souvent

69% 74%

11%

10%

10%

8%

13%

6%

80%

8%

8%

5%

Les operateurs booléennes pour mieux filtrer les recherches sur l'internet sont en général peu connue et utilisé. Seulement les operateurs (AND,OR,XOR,NOT,SAUF) et parenthèses () sont utilisés/souvent à 20 %. Les Troncatures (jokers ou wild cards) sont utilisé/souvent à 13 %.

Sources utilisation ressources électroniques spécifiquement d'accès libre Avez vous entendu parler du libre accès (Open Access), des journaux en libre accès ou bien des Archives Ouvertes ?, utilisez-les vous?

25


Tbl. No. 22 Connaissance ressources accès libre

Ne s'appl- Je connais J’utilise Je l'utilise ique pas / (vaguement) (ai utilisé) fréquemment JEP 1. Acces libre / Open access 2. Vous avez entendu dire de la voie verte, voie d'or et rouge concernant la publication dans des journaux scientifiques 3. Journaux accès libre 4. Archives ouvertes (repositories)

43%

26%

20%

11%

86% 53% 66%

9%

2%

2%

21%

18%

8%

13%

15%

6%

Les ressources électroniques en accès libre sont peu connues ou utilisés (Utilisation 31 %). La distinction entre la voie verte, d'or et rouge concernant la publication dans des journaux scientifiques n'est pas connue; 86 % (voir en annexe Nr. 3 Information généraux sur "accès libre/open access"). Le journaux open accès sont encore un peu mieux connue et utilisé; 26 % que les archives ouvertes; 21 % Analyse En règle générale l’importance des ressources électroniques provenant de l'internet pour le travail au quotidien des interviewées est jugé indispensable/importante à 87 %. En synthèse l'avantage des ressources électronique était que l'information était plus récente , "permet être à l'ordre de jour", malgré la lenteur de la connexion d'internet ces information sont obtenues rapidement. L'origine des ressources du niveau mondiale permet d'accéder à d'autres informations que de la voie officielle (Minsanté, ateliers de formation), il est possible de croiser différents sources pour vérification, cela permet d'utiliser des modèles de documents qui peuvent être adapté au différents niveau d'utilisation des professionnels de santé au Cameroun. Participant du niveau central: "Nous nous sommes beaucoup orienté des ressources de l'OMS de l'internet". Le degré d'utilisation est élevé, quotidiennement à 67 %, principalement pour exchange d'emails et la recherche d'information et de documents pour téléchargement utiles pour le travail. La consultation de littérature médicale/santé publique est beaucoup moindre, 1 - 5 fois par mois; 37 %, 11 - 25 fois /mois; 23 %.

2.4 Utilisation et adoption des outils web 2.0 - degré d'appropriation des outils d’Access libre aux sources d'information scientifiques Adoption et utilisation d'applications Web 2.0 (i.e. outils collaboratives/ wikis, blogs) Vérifiez les outils web 2.0 suivantes. Est-ce que vous connaissez /utilisé les outils web.20 1- jamais entendu parler (JEP) - 2- je connais (vaguement) - 3- j’utilise (ai utilisé) - 4. je l'utilise fréquemment L'adoption et utilisation des application Web 2.0 est d'un ordre décroissant le suivant (j'utilise et j'utilise fréquemment) : Messagerie instantanée (IM) : 67 %, Recherche et téléchargement présentations PowerPoint: 58%, Facebook, Twitter ou d'autres réseaux sociaux : 51 %, Groupes de discussion et forums : 48 %, Communautés en ligne: 30 %, Wikis: 19 %, Blogs (weblog): 14 %, Flux RSS : 10 %, Signets sociaux (social bookmarking)" i.e. DelIcioUs : 6 %. Tbl. No. 23 Adoption et utilisation d'applications Web 2.0 Ne s'appl- Je connais J’utilise (ai Je l'utilise ique pas vaguement utilisé) fréquemment /JEP (1+2)

1. J'utilise la messagerie instantanée (IM) tels que Yahoo Messenger, MSN, GoogleTalk, etc 22%

12%

34%

33% 26


2. Je cherche et télécharge des présentations PowerPoint en ligne via les sites de partage (i.e. 29% slideshare)

13%

3. J'utilise facebook, twitter ou d'autres réseaux sociaux

23%

27%

4. J'utilise les groupes de discussion et forums

32%

5. J'utilise des communautés en ligne (i.e communautés de pratique)

19%

20%

39% 29% 33%

50%

20%

21%

9%

15% 29%

10%

9%

7. Je utilise les blogs (weblog)

66% 58%

11%

3%

8. J'utilise des flux RSS pour être informé sur mes sujets d'intérêt - veille informationelle

78%

12%

5%

5%

9. J' utilise "signets sociaux (social bookmarking)" i.e. DelIcioUs

86%

8%

4%

2%

6. J'utilise les wikis (édition de documents en ligne ou autre)

22% 15%

2.5 Connaissances l'adoption de techniques de gestion de connaissances personnelles (Personnel Knowledge Management /PKM) Vérifiez différents méthodes de gestion de savoir personnel (PKM). Est-ce que vous connaissez/utilisez les méthodes suivantes ? Concernant l'adoption de techniques de gestion de connaissances personnelles (Personnel Knowledge Management /PKM) en générale le choix de techniques présentés aux interviewées étaient peu utilisés. Dans les techniques PKM il s'agit de gérer ses compétences et informations personnelles et son réseau personnel. En titre global il s'agit de récupérer, évaluer, organiser, analyser, présenter, sécuriser et collaborer autour de l’information. La majorité des réponses étaient négatives. Les techniques un peu plus utilisé en ordre décroissant étaient: A. Sous-groupe Références bibliographiques (Utilisation de la fonction "références bibliographiques" dans word, d'une système de gestion de référence (i.e Refmanager, Endnote, Jabref); 18 % B. Gestion du réseau personnel (Utilisation services networking en ligne i.e. Linked In ); 16 % C. Utilisation logiciels Open Source (Téléchargement/ utilisation logiciels open source, tutoriaux de vidéo en ligne, Logiciel (i.e Real Player) pour télécharger des tutoriaux vidéo , Logiciel de d'aide au téléchargement); 15 % D. Mieux gérer ses emails (Utilisation différents fonctions Client mail i.e. "thunderbird" ou "outlook") : 7 % pour la gestion des mes e-mails: E. Gestion des données, informations et connaissances personnelles (Capture de ses découvertes numériques en enregistrant et conservant ses favoris/bookmarks, l'utilisation de l’agrégateur de flux RSS Locaux (RSS Bandit, RSS Owl, Feedreader) ou en ligne (Bloglines, Google Reader, Crossfeeds), l'installation du logiciel "desktop search" pour rechercher des fichiers dans le disque dur interne ou externe; 6 % Les réponses aux questions si une méthode spécifique pour mieux m'organiser et gérer mes taches (i.e. GTD Getting Things Done, de David Allen) était enlevé de l'évaluation, comme la question a été pose différemment par les enquêteurs et les réponses n'étaient pas comparables. Dans l'échantillon d'interviewées de l'auteur du rapport de 30 interviews, seulement des approches personnels, générales de "self organisation" étaient utilisé mais en pas suivant une méthode spécifique.

27


Tbl. No. 24 Connaissances et l'adoption techniques PKM Ne s'applique pas/Jamais entendu parler

Je connais

J’utilise utilisé)

1. Je télécharge et utilise des logiciels open source

54%

13%

24%

8%

2. J'utilise tutoriaux de vidéo en ligne (i.e. de Youtube, VIMEO etc), par example pour l'auto-apprentissage *

61%

17%

15%

8%

(ai Je l'utilise fréquemment

A. Utilisation de logiciels utiles - tutoriaux vidéo

3. J'utilise un logiciel (i.e Real Player) pour télécharger des tutoriaux vidéo ou autre screencasts/podacats de 64% 12% 12% Youtube, vimeo etc 4. J'utilise un logiciel de d'aide au téléchargement (i.e free download manager, internet download manager 44% 27% etc.) 15% B. Gestion des références bibliographiques - Rédiger des références et listes bibliographiques 5. J'utilise la fonction "références bibliographiques" dans mon logiciel de traitement de texte (i.e word) pour maintenir une base bibliographique et insérer 17% automatiquement la bibliographie à la fin d'un document 61% 15% 6. J'utilise un système de gestion de référence (i.e Refmanager, Endnote, Jabref ou autre pour organiser la 80% 8% bibliographie qui concerne mes sujet d'interet 7% C.) Gestion des données, informations et connaissances personnelles 7. J'utilise les fonctions de "bookmarks" ou "favorites" de 62% 15% mon navigateur pour storer les URL qui me sont utiles 12% 8. J'ai installé un logiciel de "desktop search" pour rechercher des fichiers dans le disque dur interne ou 76% 9% externe 8%

11%

14%

7%

5%

11%

6%

9. J'utilise les Interfaces de l’agrégateur de flux RSS Locaux (RSS Bandit, RSS Owl, Feedreader) ou en ligne (Bloglines, Google Reader, Crossfeeds) C. Gestion du réseau personnel

90%

4%

2%

4%

10. J'utilise des service de networking en ligne pour étendre mon réseau personnel (i.e. Linked In ou autres) D. Mieux gérer ses emails

73%

11%

10%

6%

11. J'utilise un client mail i.e. "thunderbird" ou "outlook" pour la gestion des mes e-mails

65%

19%

11%

6%

75%

14%

6%

5%

77%

12%

7%

4%

77%

6%

13%

5%

12. J'utilise la fonction calendrier (dans thunderbird, outlook, google calendar ou autres) 13. Je gère mes e-mails dans le client e-mail avec système (i.e Trusted Trio : 1. Créer trois dossiers (Action, Attente, Archive) , 2. Videz votre boite de réception 3. Gardez votre boîte vide !) E. Gestion des compétences personnelles 14. J'applique une méthode spécifique pour mieux m'organiser et gérer mes taches (i.e. méthode de David Allan (GTD - Getting things done)

28


Résultat de discussions de groupes focaux (GF) Connaissances outils web 2.0 - PKM Utilisation de tutoriaux vidéo Le problème de bas débit empêche le téléchargement des vidéo tutoriaux, aussi pour ceux qui se connaissent. Utilisation client mail Thunderbird / Outlook Une raison de ne pas utiliser outlook ou thunderbird est quand plusieurs personnes partagent un ordinateur et il existe le risque que ainsi d'autres personnes ont accès aux e-mails personnels. Utilisation des méthodes listés en générale Même les informaticiens au MINSANTE connaissent seulement partiellement les techniques nommés. "Mais le reste franchement il ne sont pas au courant, il faut que la personne soit vraiment curieuse, pour s'auto former". Est-ce que nous savons comment efficacement rédiger un texte en y intégrant les références /citations (références bibliographiques) Une GF répondait par l’affirmative, mais ont tenu à préciser qu’ils savaient le faire manuellement et non automatiquement comme le propose certaines fonctionnalités des logiciels disponibles (ils soulignent le besoin de formation). Une autre groupe répondait par la négative déclarant qu’ils ne possédaient pas suffisamment de connaissances dans ce domaine et lorsque c’était nécessaire le faisaient sans suivre de règles spéciales. Capacité de faire la rédaction de sommaires pour présenter un texte concis à leur hiérarchie. Une groupe répondait à l'affirmative une autre à la négative Est ce que nous sommes suffisamment organisé sur le plan informatique / logiciels d'utiliser l'internet et ses ressources au plein? Les réponses négatives à ce question étaient justifié principalement par le manque de ressources matérielles et le manque de formation dans l'utilisation dans le domaine. Un participant avait même demandé comment est-ce qu’il pourrait connaitre les nouvelles méthodes si déjà les anciennes lui étaient inconnues. Les raison cités étaient les suivantes:  Accès limité à une bonne connexion internet  Cout élevé lorsque cette connexion n’est pas fournie par la hiérarchie  Nombre d’ordinateurs professionnels inexistant ou insuffisant en fonction des secteurs  Manque de suivi du matériel qui est généralement en panne  Non-Fourniture de logiciels: chacun devant se débrouiller pour en avoir un) et lorsque présent sont souvent des logiciels piratés qui ne peuvent pas être utilisés de façon optimale car ne possèdent pas toutes les services fournies par les logiciels originaux Les participants sollicitaient leur hiérarchie qu’elle améliore ce problème en mettant à leur dispositions ces ressources matérielles et logistiques requises et soulignent la nécessité de la formation et du recyclage des agents. Les acteurs du secteur santé possèdent-t-il les ressources nécessaires (matérielles, humaines et connaissances en informatiques) pour acquérir les données de qualité Les acteurs reconnaissent qu’il existe beaucoup de problèmes qui vont au-delà des connaissances. C’est dire une majorité ne dispose pas de ressources pour acquérir les données de qualité. Les ressources informatiques sont en nombres insuffisant surtout dans les structures de formation du personnel de santé. L’acquisition du matériel informatique devrait rentrer dans le cahier de charge des structures de formation. 29


Plusieurs responsables sont limités par un manque d’informations actualisées. « Il y a ceux qui ne connaissent rien de l’informatique et ceux qui se sont formés dans le tas ». Ils saisissent à cet effet l’opportunité pour faire le plaidoyer sur :  La formation (même en ligne) des responsables dans les domaines informatiques et internet  La disponibilisation des ressources matérielles, humaines et électroniques Pour la recherche d’information sur le net sommes-nous suffisamment organisés, utilisons-nous les méthodes modernes disponibles ? » Est ce que nous sommes suffisamment outillé/ disposons nous les connaissances pour faire une recherche efficace (technique de recherche)? Dans plusieurs GF les réponses à cette question étaient toutes négatives. La majorité des participants déclaraient de ne pas savoir que telles techniques spécifiques existaient ou n’en n’être pas informés. La majorité commençaient leurs recherches sans méthode particulière. Ils ne connaissent qu'en utilisant Google comme moteur de recherche. Ils souhaitaient de recevoir une formation ou recyclage dans ce sujet.

2.6 Obstacles perçus à l'utilisation de l'internet et ses techniques comme source d'information 4.13 Selon-vous, parmi des propositions suivantes, laquelle (ou lesquelles) freine(nt) ou s'oppose(nt) à votre utilisation d'internet et outils web 2.0 Les Obstacles perçus à l'utilisation de l'internet et ses techniques comme source d'information sont visualisés dans le tableau suivante: Tbl. No. 25 Obstacles perçus à l'utilisation de l'internet

Oui 1. Connexion trop lente 2. Défaut d'accès à l'internet

58% 42% 37%

3. Manque de temps 4. Manque de connaissances concernant Internet 31% ou les techniques de recherche sur le net 5. Manque / insuffisance de matériel informatique 27% 6. Manque de savoir-faire dans "diffusion de 23% l'information" 6. Manque de familiarité ou d'expérience avec 22% l'utilisation d'internet 7. Peur de "virus" ou pour la sécurité de données 22% 8. Le manque de coopération dans le partage de l'information 9. Problèmes de logiciels (i.e. incompatibilités, "bug") 10. Trop d'information a trier 11. Manque de pertinence des informations pour votre travail quotidienne 12. Trop compliqué á utiliser 13. Barriere de langue (ex. documents en anglais/français) 14. Manque de fiabilité des informations 15. Autres

18% 16% 16% 11% 10% 8% 7% 1% 30


La lenteur de la connexion internet; 58 % ou même le défaut d'accès à l'internet sont le plus souvent mentionnés suivi par le manque de temps 37 % . Les trois item Le manque de connaissance concernant l'internet, les technique de recherche, le manque de savoir dans la diffusion et Manque de familiarité ou d'expérience avec l'utilisation d'internet compte au total avec 66 %. Le Manque / insuffisance de matériel informatique est mentionnés dans 27 %.

2.7 Identifier les sources d’information utilisées par les acteurs du secteur santé au Cameroun Marge de manœuvre pour adaptation/modification ? Résultat de discussions groupes focaux (GF) Est ce que vient du niveau Central doit être appliqué à la lettre, ou est ce qu'il y'a des possibilité d'adaptation ( de variations) ? - Est-ce qu'il y'as suffisamment marge de manœuvre Quels sont les décisions qui se prennent au niveau local (régional, SSD, Hôpital) L'internet est principalement utilisé comme moyen de communication (e-mail), comme source d'information rapide. La recherche plus scientifique/académique est plutôt réduit. Le téléchargement de documents opérationnels est particulièrement utile pour le travail au quotidien. Ces documents servent de premier modèle pour l'élaboration de documents de planification, de propositions, de rapports techniques, d'enquêtes sur un certain sujet, des modules de formation etc.). A la question intitulée « Quels sont les décisions qui se prennent au niveau local », les participants d'une groupe focal (GF) ont déclarés recevoir du niveau central les directives qu’ils sont chargés d’appliquer sur le terrain. En fonction des réalités et difficultés rencontrées sur le terrain (manque en ressources matérielles et humaines), ces directives pouvaient être légèrement modifiées, la marge de manœuvre demeurant tout de même réduite. Les décisions se prennent en partie au niveau local « Nous travaillons généralement sur la base de deux types de décisions » :  Instructions venant du niveau central  Décisions prise au niveau local à partir d’une situation pressante pour laquelle une solution doit être trouvée Directives du niveau central peuvent être légèrement modifiées - marge de manœuvre demeurant réduite Les décisions étaient surtout prises en fonction des directives qui venaient du niveau central mais pouvaient, dans une certaine mesure être modifiée, en fonction des réalités du terrain (manque de ressources matérielle, financière et humaine) et du statut de la personne qui se pose le problème. Selon une autre GF s qu’il existe deux niveaux de prise de décision. Le niveau vertical qui rassemble l’ensemble des instructions du niveau central ou intermédiaire. Ces instructions représente plus de 2/3 des décisions prises dans notre système de santé. Le niveau horizontal qui regroupe les décisions prises au niveau des districts. Elles sont estimées à au plus à 1/3. Il ressort au regard de cette échelle que la quasi-totalité des décisions sont prises au niveau supérieur de la hiérarchie du système de santé. « Nous dépendons de la hiérarchie » « nous prenons des décisions quand il y a des besoins urgents et nous signifions toujours à la hiérarchie ». Les décisions stratégiques définissant les grandes orientations proviennent du niveau central. Décisions aux niveau intermédiaire (délégations régionale) Cependant toutes les décisions ne viennent pas toujours du sommet. « Beaucoup de décisions sont prises au niveau intermédiaire » étant donné que la mise en œuvre de plusieurs activités est initiée par la Délégation. 31


Mais cette décision de la Délégation de mener certaines activités s’accompagnent d’une fiche technique validée au préalable par le niveau central (i.e. l’organisation d’une journée internationale avec les partenaires au développement). Possibilité que décisions locales n'aboutissent pas pour des pesanteurs extérieurs Mais il ressort des participants que certaines décisions prises au niveau local n’aboutissent pas à cause des pesanteurs extérieurs. Un des participants va s’exclamer ainsi : « Je ne sais pas si chacun de nous ici maîtrise les rouages de l’administration 90% des décisions sont à appliquer les 10% restantes sont encore conditionnées la validation ou la mise à disposition des fonds, plusieurs décisions restent ‘lettre morte’ au niveau central alors qu’elles représentent un grand intérêt sur la santé des populations ». Les décisions sont difficilement prises au niveau déconcentré. Quant bien le niveau local entreprend des décisions, il les propose au niveau central qui en fait selon eux « à sa manière et à son rythme ». Dépendance des niveaux inférieurs au niveau supérieur Selon une groupe le niveau local n’a pas véritablement d’autonomie dans la prise de décision « il nous faut toujours requérir une autorisation préalable et bien même cela est possible nous devons justifier la réalisation de l’activité ». Illustrations décisions locales a.) Une école d'infirmiers n’a reçu que deux enseignants pour encadrer 120 étudiants. En plus l’école ne dispose que de 25 tables bancs ne pouvant accueillir que 50 étudiants. b.) Dans un District de Santé de la Région, le personnel est plutôt en effectif très réduit, par conséquent la surcharge et la pression de travail font que tous les objectifs fixés ne soient pas atteints. Dans les deux cas la hiérarchie a été saisie mais aucune solution n’a été trouvée. Sur le terrain, les différents responsables ont été obligés de prendre des initiatives : pour le premier : « j’ai utilisé la caisse d’avance », pour le deuxième « j’emploie les membres de la communauté et les motive avec les bon de carburant » Recours aux ressources électroniques malgré les directives Malgré ces directives les participants recouraient aux ressources électroniques. Le but est de s’informer de ce qui est fait ailleurs, de compléter ou d’améliorer les directives reçues.

Utilisation pratique des ressources électroniques L'information obtenue de l'internet cela sert a quoi ?, Comment l'information de l'extérieur peut vous aider dans votre travail au quotidien? Nous utilisons d'autres documents pour les adapter à nôtres taches, pour avoir un outil appropriés à notre situation concrète  Dans les écoles IDE (formation infirmier Diplômés d'état) beaucoup de professeurs font recours à l'internet pour les maquettes de cours, contenu  C'est aussi en fonction des action qu'on mène. Par exemple in veut préparer une questionnaire pour mener l'étude, nous nous sommes basée sur les outils de l'OMS que nous avons adapte a notre niveau  Même pour écrire les résultats nous nous sommes basés sur une expérience d'une pays en Afrique de l'Ouest, qui avait déjà mené une enquête similaire, nous avons aussi exploré des informations pour préparer aussi le rapport  L'internet m'a beaucoup aidé. J'ai cherché concernant le sujet dans l'internet, comme s'est fait ailleurs, par rapport à cela j'ai fait mes suggestions à la hiérarchie, ce qu'il manque, comment ils faut faire  A travers de l'internet on était outillé, cela nous a permit d'avoir une bonne base de connaissance, pour avoir des arguments convaincantes envers la hiérarchie) 32


 

Nous nous sommes beaucoup orienté des ressources de l'OMS de l'internet, pour les adapter à la situation au Cameroun un informaticien déclarait "quand je rencontre un problème technique ou je n'ai pas de solution, je cherche la solution dans les forums, avec google pour compléter les connaissances que j'ai déjà

Analyse Les acteurs du domaine de la santé bien que conscient de l’importance des ressources électroniques ne l’utilisent presque pas pour leur prise de décision. Les raisons expliquant cela sont la faible marge de manœuvre sur les directives envoyées du niveau central, l’accès insuffisant au matériel informatique, à une connexion internet acceptable et le manque de formation dans ce domaine de ces personnels.

2.8 Sources d'informations - Types de documents - Sites MINSANTE Parmi les sources d'informations suivantes, lesquelles utilisez-vous pour rechercher des informations pour vôtre travail au quotidien ? 0-Ne s'applique pas - 1-Je n'utilise pas ou très peu - 2-j'utilise un peu - 3- je l'utilise - 4-je l'utilise souvent Les premiers deux colonnes ont été jointe pour l'analyse " Ne s'applique pas" et "Je n'utilise pas/très peu" comme ils étaient souvent utilisé de pour les mêmes réponses. Les documents électroniques enregistrés sur CD ou disque dur sont utilisé le plus fréquemment; 64 %. L'usage de revues est journaux imprimés est limité (40% pas/très peu) mais quand même une pourcentage de 36 % a accès au imprimés et l'utilise. Tbl. No. 26 Sources d'informations Je n'utilise J'utilise pas/très peu peu

1. Lettres, messages portés, instructions, circulaires 24% MINSANTE

un Je l'utilise

Je l'utilise souvent

12%

34%

30%

2. Revues et journaux imprimés

40%

24%

26%

10%

3. Livres domaine biomédicale

31%

18%

18%

15%

33% 41%

13%

35%

29%

19% 4. Photocopies / matériel imprimé 5. Documents électroniques enregistrés sur disque 23% dur, CD ..., accessibles hors connexion Internet

25%

Les abonnements aux journaux/revues payantes en ligne ne sont pas possibles pour 76 % de même que l'achat de livres ou articles; 80 %. Les documents disponibles sur le net ou obtenue par e-mails ou via flash drive (USB) / CD-Rom de façon gratuites, les documents électroniques Minsanté/partenaires et articles des journaux gratuits en ligne et les documents des sites web d'organisations spécialisés santé publique (OMS etc) sont utilisé à 45 % / 43 %/ 51 %, en ajoutant l'utilisation "un peu" à 62 % / 63 %/ 72 %. La possibilité d'accéder aux journaux électroniques normalement payants via l'accès OMS/Hinary est utilisé seulement a 32 %, 45 % ne l'utilisent jamais ou très peu. Les publications déposés dans les archivées ouvertes ne sont pas cherché de façon systématiques; 72 % comme ce type de dépôt et les répertoires de recherche sont très peu connue. De même les documents des bibliothèques numériques; 70 % et d'un degré moindre les mémoires et thèses; 54 %. Les documents de ces répertoires peuvent apparaitre comme résultats de recherche "google".

33


Tbl. No. 27 Sources d'Internet (d'abonnement (payantes et gratuit) Je n'utilise J'utilise pas/très peu peu

un Je l'utilise

Je l'utilise souvent

76% 80% 69%

9%

10%

5%

9%

7%

4%

11%

12%

9%

9. Documents en forme électronique MINSANTE et des partenaires au Cameroun (textes législatives, manuels, procédures, documents stratégiques etc)

38%

17%

29%

16%

10. Journaux en ligne gratuit en accès libre, permettant la lecture d'articles scientifiques ( revues par des paires/ peer reviewed)

37%

20%

25%

18%

54%

15%

19%

13%

72%

12%

11%

5%

54%

22%

16%

9%

14. Documents des sites web d'organisations spécialisés Santé publique, Recherche ou autre 28% (OMS, UNICEF, Banque Mondiale, MSH)

21%

36%

15%

70%

10%

17%

3%

6. Abonnement Journaux/revues payantes en ligne 7. Livres - articles, autre - Achat en ligne 8. Bases bibliographiques (par ex. Pubmed, Popline)

11. Articles des journaux en Access gratuit via OMS/Hinary (gratuit au Cameroun via enregistrement institutionnel) 12. Publications déposés dans des Archives ouvertes /AO (y inclus littérature grise) 13. Mémoires et thèses institutionnels

des sites spécialisés ou

15. Documents des bibliothèques numériques

En majorité le résultats de recherches de médicine fondé sur les preuves/EBM; 72 % et données probantes domaine médicine/ santé publique; 64 % ne sont pas cherchés/utilisés. Une recherche plus actif des documents de type Protocoles, Recommandations, Meilleures pratiques est fait à 35 % en ajoutant "un peu"; 57 %. Souvent ses types de documents sont recherchés comme référence pour l'adaptation aux conditions locales. Tbl. No. 28 Type de documents Je n'utilise J'utilise pas/très peu peu

un Je l'utilise

Je l'utilise souvent

72%

8%

14%

7%

17. Résultats recherches "données probantes domaine médicine/ santé publique - Meta-analyses/ Revues Systématiques

64%

13%

15%

9%

18. Documents de type Protocoles, Recommandations, Meilleures pratiques, Procédures opératoires normalisées (SOP)

44%

22%

24%

9%

16. Résultats de recherches "médicine fondée sur les preuves/EBM"

L'utilisation des 4 sites du secteur santé relié au Ministère de Santé publique est le suivante: Minsante; 40 %, ONRHSC; 21 %, CDNSS; 5 %, HMD; 5 % en ajoutant "un peu" 65 % / 34 % / 16 % / 13 %.

34


Tbl. No. 29 L'utilisation des quatre sites du secteur santé Je n'utilise J'utilise pas/très peu peu

Site web Ministère Publique/Ministry of http://www.minsante.cm/

de la Public

Santé Health

Site de l'Observatoire National des Ressources Humaines pour la Santé du Cameroun (ONRHSC) http://www.cm-minsante-drh.com/ Site web Centre de Documentation du Secteur santé (CDNSS) http://www.minsante-cdnss.cm Site web Health Metrix Data (HMD) Cameroun http://www.hmn.cm

un Je l'utilise

Je l'utilise souvent

35%

25%

21%

19%

66%

13%

12%

9%

85%

11%

4%

1%

88%

8%

4%

1%

Commentaires concernant les quatre sites du ministère:  site Minsanté n'est pas suivant actualisé  je ne savait pas que le site CDNSS existait déjà  accès aux documents difficile à cause de la faiblesse de puissance de connexion  l'accès à l'internet est très limité

Recherche scientifique personnel et publication Y êtes vous déjà allé pour déposer un article ou un autre document dans une Open archive (repository) ou Open access journal (peer reviewed) - Il est accessible à travers laquelle site (s) / services? La majorité des interviewées n'ont pas encore publié sur le net ou déposé une document dans une site web Ceux qui avaient déjà publié sur le net avaient utilisés les sites suivantes: Tbl. No. 30 Sites de publication sur l'internet

       

Social science research network (3x) Munich personal repec archi african journal online www.hki.org plos one bmcjournal www.minsante.gov.co m shumas website (http://www.shumascameroon.org/)

       

medicine afrique noir IMT-Anvers (http://www.itg.be) sante publique nanc www.who.int/APRO/Camero on biotechnology health science and disease international journal and pharmacology social science research network,

      

Munich Personal RePEc Archive (3x) (http://mpra.ub.uni-muenchen.de/) université libre de bruxelle metaglossia (http://metaglossia.wordpress.com/) care international giz dynamique citoyenne (http://cosader.net/dynamique_citoyenne .html) ACMS (http://www.acms-cm.org/)

Quels sont les sites Web sur lesquels vous allez le plus souvent ? Pour la recherche en générale, mais aussi la recherche scientifique on utilise principalement comme porte d'entrée Google et d'une moindre dégré Yahoo. Google scholar est peu utilisé. D'autres portes d'entrés sont ; Pubmed, OMS, Unicef, BM, PNUD, INS, Minsante, Minfopra, Minesup, Facebook Aussi sont mentionnés ; Caduce, Medoc, Conference hippocrate, AFDB, Remed, santepub (http://www.santepub.u-nancy.fr/esp/), INS, jhpiego, health system 20/20, medecine sante africaine (http://www.medecinsafrique.org/), medicine tropical (http://www.tropicalmedicine.ox.ac.uk/home), wikipedia, RBM-rollback

35


(http://www.rbm.who.int/), cameroun link, GTC CNLS, Action CDPDM, Helen Keller International (HKI), minesup, refdesk (http://www.refdesk.com/), caduce, shumas, yahoo, google, google scholar, unicef, oms, pubmed, BDSP, remed, msh, net library, DAAD, goethe institute, epivac.org (http://www.epivac.org/), unfpa, minsante, minfopra, WHO, cdc, maxi science (http://www.maxisciences.com/), service public, drh, CCOcancercare (https://www.cancercare.on.ca/), healthline (http://www.healthline.com/), 4shared, ebook3000, sharedbook, 01net, ebook, commonwealth sites, myway (http://www.myway.com/), science direct, MCBI website, clinical trial, plan cameroon, fao, crtv, bioline, HON, SNFGE (http://www.snfge.asso.fr/), ausaid (http://www.ausaid.gov.au/), sfh (http://www.sfhnigeria.org/), facmedouala, http://www.sfhnigeria.org/, shea (http://www.sheaonline.org/), splf (http://www.splf.org/s/), Revue d'épidemiologie, metaglossia, tatis (http://www.tatis.com/), hotmail, gmail, badoo, medscape (http://www.medscape.com/),e-medicine (http://emedicine.medscape.com/), free journal portal, sciencegate, isped (http://www.isped.u-bordeaux2.fr/), onusida, institut pasteur yaoundé, passeport sante (http://www.passeportsante.net/) sidiif (http://www.sidiief.org/fr-CA/Accueil.aspx), infirmier.com (http://www.infirmiers.com/), AFDB (http://www.afdb.org/en/), Medicine afrique noire (http://www.santetropicale.com/manelec/afo/index.asp) Il n'ya d'utilisation de portes d'entres de site présentant principalement des résultats de la médecine fondée/décision basées sur des preuves en exception de Cochrane ? Commentaires:  il y a souvent beaucoup de conflits mais ça permet d'être dans l'actualité  certains articles sont sur des site payants (JSTOS, Elservier) et je ne dispose pas d'accès personnel ou via une institution  la plupart des abonnement sont payants  je ne peut pas appliquer de jugement objectif car faible accès à l'internet  l'accès est difficile avec le débit disponible  internet n'est pas disponible à tout moment

2.9 Lieux d'accès gratuit ou subventionné (archives - journaux en ligne) Portails recherche scientifique - Accès libre - textes complètes (Full Text) Evidence based medicine (EBM) - Revues Systématiques/ Meta-analyses - Evaluation d'impact En lisant les noms des sites web suivants est - ce que reconnaissez des sites pour accéder à des articles de recherche scientifique ? Peu de sites mentionnés sur la liste étaient utilisés régulièrement en exception du site de l'OMS; 65 % et Pubmed; 40% suivi par Google scholar; 27 %, IRD; 20%, BM; 19 % suite voir tableau. Voir aussi la dénomination exacte et l'URL des sites en Annexe Nr. 1. De toutes la liste des sites proposés pour accéder à des articles de recherche scientifique et d'autres documents utiles pour la pratique de santé publique les pourcentages des connaissances étaient les suivantes : Tbl. No. 31 Sites proposes (Portails recherche scientifique - Accès libre - textes complètes (Full Text)

Sites plus connues ( 64-12) % Sites Nbre % OMS PubMed

125 77

65 % 40 %

Sites connues à moins =< 10 % Sites Nbre % 10 FreeMedJournals 19 % OxfordJournals 19 10

Sites connues à moins =< 5 % Sites N.

%

MSH HumResourc4Health

5% 4%

9 8

36


GoogleScholar

53

27 %

CISMEF

19

IRD WBank HINARI BMJ JHPIEGO CochraneLibrary

38 36 33 32 26 24

20 % 19 % 17 % 17 % 13 % 12 %

BMJ Clinical Evidence ScienceDirect Bioline Popline BDSP DevExpDatabase Sciencegate Researchgate JSTOR CHUV

19 18 16 14 12 12 11 11 11 11

% 10 % 10 % 9% 8% 7% 6% 6% 6% 6% 6% 6%

Cochranelibrary1 IPL2-Internet Public Library Open Science Directory COHRED vhlVirtualhealthlibrary Measure HRHGlobalResCenter OpenLearngInitiativ FreeBks4Doctors GDN

8

4%

7 7 7 7 6 6 6 5 5

4% 4% 4% 4% 3% 3% 3% 3% 3%

Sites peu connues (1 %) Sites HlthSystemEvidence NCCMT Highwire Scirus OAIster HAL

N. 2 1 1 1 1 1

% 1% 1% 1% 1% 1% 1% 1%

JOLIS

1

Suite Tbl. No. 31

Sites peu connues (3 - 2 %) Sites Nbre % HCI 5 3% HS 5 3% Access 5 3% MIT 5 3% OU 5 3% NHSEvidence 5 3% FreeJourAccesP 2 % ortal 4 3ie- IntInitiative 2 % impevaluation 4 DmozOpenDirec 2 % toryProject 3 OpenDOAR 3 JHSPHOpenCou rseware 3

Sites peu connues (2 - 1 %) Sites Nbre EVIPNetPortal 3 CEBM 3 CentreEviBasedMedT 3 CEBHA 3 BASE 2 UNBestPractDatabas 2 K4Health

% 2 % 2 % 2 % 2 % 1% 1% 1%

2 1%

PHRplus

2

1% Consortium

1

1% Eldis EPHPP HenHealthEvidenceNetw ork

2 2 2

1% 1%

1% EHCRC CRD

1 1

dcp2

1

1% 1%

Les sites de Health Evidence Ca. , Scielo, SOFIA, Tufts, DoPHER n'étaient connue de personne. Cette entretien vous a appris quelque chose ? Les réponses à la question "Cette entretien vous a appris quelque chose" qui est lié directement à la question précédente sont:  en général la majorité répondait qu'ils avaient beaucoup appris Reconnaissance de l'ignorance - limitation utilisations  on ne connait pas vraiment l'internet. On vous donne un ordinateur, est c'est vous même qui découvre les fonctionnalités  beaucoup de gens ne connaissent pas vraiment des sites ou on peut avoir des informations un peut plus approfondies  cela m'a permis de juger, voir mon niveau de connaissance sur les ressources électroniques  je reconnait mon niveau d'ignorance  j'exprime librement mon manque de connaissances  insuffisance de l'appropriation de l'outil informatique et de certain logiciels  My limitations to ICT and gaps to fill 37


Découverte de nouvelle ressources électroniques et sites d' accès gratuit  Permis de comprendre qu'il y'a beaucoup de site web pour information  Informations nouvelles sur les sites d'information d'accès à caractère scientifique  M'a donné à comprendre la richesse de l'outil informatique  la découverte de nouvelles ressources électroniques  pour l'utilisateur qu'il y a des ressources ciblées pour son domaine à accès gratuit  Il y'a beaucoup de document et sites spécifiques utiles  Il y'a beaucoup de connaissance en ligne dont j'ignorait  particulièrement l'existence de certains sites intéressants et utiles  j'ai appris l'existence de nombreux nouveau sites  découverte de l'existence de ressource intéressent pour la qualité la service Nécessite d'amélioration compétences de recherche internet  j'ai appris que mes connaissances sont à améliorer / il y a encore beaucoup à apprendre  je doit améliorer mes compétences de recherche d'internet / recherche documentaire  nécessité d'un apprentissage approfondie sur le recherche documentaire via internet  l'entretien a excité l'utilisateur à mieux fouiller sur le net Résultats des discussions groupes focaux (GF) « Est ce que nous sommes suffisamment outillé/ disposons nous les connaissances pour faire une recherche efficace (technique de recherche) Les réponses de plusieurs GF à cette question étaient toutes négatives. La majorité des participants ne connaissait pas d'autres moyen de recherche qu'utiliser google ou yahoo comme moteur de recherche et ne savaient pas que d'autres techniques existaient. Ils effectuent sans une méthode particulière la recherche. Ils souhaitaient bénéficier d'une formation ou de recyclage dans cette domaine. Sources d'information - Consultons nous la recherche au bons endroits ? Dans une GF la majorité des participants avaient déclarés ne pas connaitre quels étaient les sites dont les informations étaient fiables. D’autre ont déclarés recourir à internet lorsqu’ils sont à la recherche d’une information qu’ils sont pressés d’obtenir. Par conséquent ils prennent l’information qu’ils reçoivent sans trop s’inquiéter de la fiabilité du site. Ceux qui connaissaient quelques sites fiables se sont plaints du fait qu’il faille payer pour accéder à certaines information. En conclusion, tous ont manifestés l’intérêt qu’on mette à leur disposition un tel outil de travail tout en soulignant la nécessité d’améliorer leur accès à l’énergie électrique et à internet, choses sans lesquelles cette information ne servirait à rien. La majorité des participants d'une autre GF a déclaré ne pas savoir quels étaient les bon sites. A ce problème viens aussi s’ajouter le problème d’infrastructures car le matériels informatique est généralement absent et lorsque présent, il est en sous nombre ou en panne. En plus, la connexion internet est la chose la moins bien partagé et lorsqu’elle est présente (connexion publique ou privé), elle est généralement lente. Ils ont tout de même admis posséder des ordinateurs personnels et avoir pour certains accès à une connexion internet payante (privé) mais ne sont pas suffisamment motivés pour les utilisés (à leur propre frais) pour leur travail puisque que d’après eux qu’on le fasse ou pas cela ne change en rien son statut. En définitive, ils ont tous été d’accord sur le fait que le véritable problème est la motivation du personnel ainsi que le cadre culturel basé sur les documents écrit et non électroniques dans lequel ils ont évolués. Les participants d'une GF déclaraient rechercher les informations sur internet savaient exactement sur quel sites allés tandis que les autres participants disaient ne pas connaitre en dehors des sites de l’OMS d’autres sites où accéder à une information fiable, acceptable par notre pays puisque disent-ils la majorités des directives que le 38


Cameroun adopte vient des recommandations de l’OMS. En fin de compte, la majorité des participants ont manifestés l’intérêt de connaitre la liste des sites dont la fiabilité a été démontrée tandis que quelque rares ont demandés à quoi cela servait puisque les guidelines (même s’ils arrivent généralement tard) sont le résumé de tout ce qu’ils doivent savoir et faire. Analyse L e constat principale est que le interviewés ont constaté qu'il ignoraient beaucoup d'information sur le net utile pour leur travail. L'enquête avaient aidé à reconnaitre leur ignorance et limitations dans l'utilisation de l'internet. Ils constataient d'avoir découverte une quantité de nouvelle ressources électroniques et sites d' accès gratuit et reconnaissaient la nécessite d'améliorer leurs compétences de recherche internet. Ceci contrastait avec leurs estimation précédant sur leurs connaissances informatiques qu'il jugeaient plutôt positif; 68 % (Niveau Intermédiaire/moyen; 34 % et Bon niveau; 34 %), pas d'un niveau basique; 27 %. Les chiffres étaient encore plus élevés quand ils estimaient leur compétence pour rechercher des informations sur le web; 71 %. Le niveau d'accès à la littérature scientifique est jugé en majorité varié (j'ai parfois des difficultés à obtenir les articles dont j'ai besoin); 43 %, 32 % des interviewées le jugent très mauvais ou pauvre (Bon/ Excellent; 21 %)

2.10 Degré d'utilisation des sources d'information en accès libre par les administrateurs/gestionnaires (décideurs) de santé publique pour la prise de décision fondée sur des preuves Une partie des réponses à cette question devrait seulement être interprété de manière générale par les lecteurs du rapport comme la compréhension du sujet et pour cette raison l'interprétation des réponses était différent par les enquêteurs (non-comparabilité des réponses). Il est important de connaitre les définitions des mots clés. Données probantes Renseignements ou faits qui sont obtenus systématiquement, soit de manière reproductible, observable, crédible ou fondamentalement justifiable. Santé publique fondée sur des données probantes (SPFDP) Processus qui consiste à distiller et à disséminer les meilleures données probantes qui soient, qu'elles découlent de la recherche ou de la pratique réelle, et à utiliser lesdites données pour influencer et améliorer la pratique et les politiques en santé publique; en termes simples, il s'agit de trouver, d'utiliser et de partager ce qui fonctionne en santé publique. Est ce que vous utilisez des données probantes dans vos décisions en matière de politique et de programmes? En général la majorité; 65 % utilisent des données probantes issues de la recherche dans le cadre de leur travail. Tbl. No. 32 Fréquence utilisation données probantes I

Qui Non

Fréq.

%

107 57

65% 35%

39


Dans quelle mesure votre rôle au travail exige-t-il de chercher, d’utiliser ou de partager des données probantes issues de la recherche pour influencer la pratique? À 49 % (Souvent - très souvent) leur rôle au travail exige-t-il de chercher, d’utiliser ou de partager des données probantes issues de la recherche pour influencer la pratique? Tbl. No. 33 Fréquence Fréquence utilisation données probantes II

a.) Souvent b.) Très souvent c.) Parfois d.) Assez e.) Rarement f.) Jamais TOTAL

Fréq.

%

39 29 28 19 15 11 141

28% 21% 20% 13% 11% 8%

Veuillez nous indiquer dans quelle mesure vous recourez à des données probantes issues de la recherche dans l’exercice de vos fonctions? Principalement il s'agit de chercher des donnés probantes (32 %) issue de la recherche, plus que leur utilisation pour influencer la planification stratégique ou de programmes (26 %). L' évaluation de manière critique de ces données s'effectue à seulement 20 %. Peu des interviewées utilisent des données probantes pour l'élaboration de politiques. L a production de sommaires ou analyses documentaires est fait par 10 % des répondants. Tbl. No. 34 Objectifs d'utilisation données probantes

1. Je cherche des données probantes issues de la recherche 2. J’utilise des données probantes issues de la recherche pour influencer la planification stratégique ou de programmes 3. Je partage des données probantes issues de la recherche avec d’autres 4. J’évalue de manière critique des données probantes issues de la recherche 5. J’utilise des données probantes issues de la recherche pour influencer l’élaboration des politiques 6. Je produis des sommaires de données probantes ou des analyses documentaires

Freq. (Oui)

% (Oui)

60

32%

49

26%

43

23%

37

20%

20

11%

18

10%

De quels outils de soutien vous êtes-vous servi pour mieux utiliser des données probantes issues de la recherche dans le cadre de votre travail? Le soutient des interviewées pour s'encadrer pour mieux utiliser des données probantes vient essentiellement à partir des sites web qui traitent le sujet; 44 % et des occasions de formation (p. ex. ateliers, modules en ligne, ..); 42 %. Tbl. No. 35 Outils de soutiens pour une meilleur utilisation de données probantes

Freq. (Oui) 1. Sites Web 83 2. Occasions de formation (p. ex. ateliers, modules en ligne et ainsi de suite) 79

% (Oui)

44% 42% 40


3. Ressources (p. ex., trousses d’outils, cahiers d’exercices et ainsi de suite) 4. Réseaux et communautés de pratique 5. Serveurs de listes, blogues et ainsi de suite 6. Collègues (p. ex., gestionnaire, superviseur, spécialiste et ainsi de suite)

21 17 6

11% 9% 3%

69

37%

Quelles sont les limites / les raisons qui vous empêchent d'utiliser les méthodes SPFP (Santé publique fondée sur des preuves) Les limites / les raisons qui vous empêchent d'utiliser les méthodes SPFP (Santé publique fondée sur des preuves) sont essentiellement le manque de mécanismes d'incitation; 24 %. les charges de travail important; 18 % qui est similaire que "Exigent souvent beaucoup de temps"; 18 %. Commentaire: "Il est difficile de se libérer un peu de la surcharge de travail quotidien" Tbl. No. 36. Facteurs limitant l'utilisation méthodes SPFP

a.) Manque de mécanismes d'incitation b.) Charges de travail important c.) Exigent souvent beaucoup de temps d.) Manque de personnel qualifié e.) Manque de ressources ciblées f.) Sont difficiles à comprendre Autres

Freq. (Oui)

% (Oui)

46 33 33 21 21 8 4

24% 18% 18% 11% 11% 4% 2%

Résultats des discussions groupes focaux (GF) Prendre des décisions sur l'évidence (Sante Publique fondé sur des preuves probantes/SPFDB) Dans votre réalité professionnelle, vous utilisez des connaissances issues de la recherche pour prendre des décisions ? Est ce que ca vous arrive de prendre des décisions basé sur l'évidence ? Quels sont les obstacles dans votre travail au quotidien qui empêchent de prendre des décisions sur des preuves probantes ? Décisions prises sur l’évidence base ? Tous les participants sont unanimes que les décisions qui se prennent à leur niveau font l’objet d’une analyse situationnelle profonde, cependant la prise en compte des données probantes n’est pas toujours effective car il existe une floraison d’informations. Les acteurs reconnaissent qu’ils ne savent pas où trouver les données de qualité et actualisées. Tous déclarent que « nous n’avons pas assez de temps et les moyens matériels pour rechercher une information dans les sites web ». La plupart des décisions observent les participants ne sont pas prises sur la base des données probantes y compris celles qui sont prises au niveau central. Très souvent nous constatons que « les informations qui motivent la prise de décision sont parfois erronées ou surestimées obtenues à partir des projections faites sur les études précédentes. Peu d'importance de documents électroniques dans la prise de décisions L' enthousiasme pour l'internet et l'utilité perçu des ressources électroniques contraste avec le constat que les ressources électroniques bien que importante pour améliorer ses connaissances n’intervenaient que très peu ou pas du tout dans les prises de décision. 41


Ceci compte tenu de divers obstacles: tels que l’indisponibilité ou l’extrême lenteur de la connexion internet, le manque de formation du personnels quant à l’utilisation de cet outil, la non connaissance des sites dont la fiabilité des informations est reconnue, l’accès limité du courant électrique dû à des coupures intempestibles. Le problème d’infrastructures est décrit par une autre GF ; "car le matériels informatique est généralement absent et lorsque présent, il est en sous nombre ou en panne. En plus, la connexion internet est la chose la moins bien partagé et lorsqu’elle est présente (connexion publique ou privé), elle est généralement lente" L'utilisation d'ordinateurs personnels et l'accès à une connexion internet payante (privé) réduit le problème mais certains ne sont pas suffisamment motivés d'en utiliser pour leur travail à leur propre frais, comme d'après eux "qu’on le fasse ou pas cela ne change en rien son statut". Cette manque de motivation générale est un facteur important de ne pas s'investir dans une utilisation des ressources électroniques plus poussé. Toutes les interventions dans une GF convergeaient vers une seule idée selon laquelle en plus des problèmes d’accès à l’énergie électrique et à internet cités plus haut, la charge de travail très importante et le manque de connaissance sur comment exploiter les données dont ils disposent ne leur permettaient généralement pas, bien que très intéressés, de faire de la recherche et d’ainsi produire des résultats dont on pourraient en tenir compte. Certains d’entre eux ont tout de même admis rechercher parfois des données probantes pour améliorer leur connaissances mais cela n’intervenait généralement pas dans la prise de décision puisqu’ ils disposaient pour se faire des directives venant du secteur central. Cadre culturel basé sur les documents écrit Une autre obstacle importante est l'évolution du personnel dans un cadre culturel basé sur les documents écrit et non électroniques Illustration décision déconcentré - fondées sur des preuves probantes ? En examinant de près le problème de la vente illicite des médicaments, les autorités de santé local font très souvent des propositions de décision au niveau central mais elles reconnaissent qu’elles n’ont jamais consulté les ressources électroniques disponibles pour connaitre comment le problème est appréhendé et résolu dans les autres pays de la sous région et ailleurs. S’appuient-elles sur les expériences qui marchent ailleurs ? Une participante observe que : « je veux bien aller dans votre sens, c’est très beau, mais au Cameroun, nous sommes face au politique qui décide tout sans tenir compte des faits ». « par exemple, il y a eu un moment ici à l’hôpital où on ne vendait pas seulement les médicaments de la CENAME qui a l’exclusivité de la fourniture des produits dans les structures hospitalières » Par fois des solutions sont trouvées à partir de l’analyse situationnelle et proposées à la hiérarchie mais certaines pesanteurs ne permettent pas de prendre à temps des décisions de qualité. Un autre participant fait remarquer que : « sincèrement, pour prendre des décisions éclairées, il faut aussi que les responsables du secteur santé soient formés. Combien de responsables connaissent les sites de recherche ? Combien connaissent l’outil informatique ou internet? »Il y a un travail de formation à faire. Rédaction des rapports - réduit temps disponible pour activités et recherche internet Les acteurs du secteur santé du niveau déconcentré se disent frustrés par le niveau central qui exerce une forte pression sur eux en passant le temps de demander des "tonnes" d’informations. Un autre déclare que « nous passons plus de temps à rédiger les rapports et à faire acheminer les même données ce qui très peu de temps pour nous consacrer à nos activités ou faire de la recherche sur le net" Est-ce qu’on prend suffisamment de temps pour créer ou obtenir des résultats de recherche et autres données probantes pour les analyser et en tenir compte

42


Collecte d'information demandée - attente de l'analyse et directives du niveau central La majorité des participants d'une GF a déclaré ne collecter que les informations qui leur sont demandées par le niveau central. Ces informations devaient par la suite être analysées au niveau central et les résultats leur seront renvoyés sous forme de directives. Dans quelques rares circonstances (i.e. épidémie) ces informations pouvaient être analysées sur place pour prendre les décisions qui s’imposent en attendant la réaction du niveau central. Les données qu’ils collectaient sur le terrain étaient envoyées au niveau central ou collectés par des universitaires et servaient de base pour la recherche. Le niveau central après analyses de ces données prenait des décisions qu’il leur renvoyait sous forme de directives.

2.11 Connaissance, l'utilisation et l'appréciation du contenu et des fonctionnalités du site web du Centre de Documentation Numérique du Secteur Santé (CDNSS), http://www.minsante-cdnss.cm Le site CDNSS est connue seulement par 31 % des interviewées. Combien de fois avez-vous visité le site Web du site CDNSS au cours des six derniers mois? Tbl. No. 37 Fréquence visite site web CDNSS

Fréq. 9 4 21

a.) 10 fois ou plus b.) 6 à 9 fois c.) 2 à 5 fois d.) Je visite le site pour la première fois aujourd’hui 77 TOTAL 111

% 8% 4%

19%

69%

Comment avez-vous pris connaissance la première fois? Tbl. No. 38 Prise de connaissance du site

1. Saisie directe de l'adresse 2. Par le bouche à oreille 3. En naviguant sur Internet 4. Par un moteur de recherche sur Internet 5. Par un hyperlien sur un autre site Web 6. Pendant une Formation / Rencontre

Freq. 5 8 2 1 7 10

43 7. Sur de Matériel promotionnel (i.e. dépliant) 8. Par une services du Minsante (service 36 centraux, DRSP, SSP) 9. Recommandation d'un tiers 1

% 4% 7% 2% 1% 6% 9%

38% 32% 1%

Satisfaction à l’égard des caractéristiques du site CDNSS Avez-vous trouvé l’information que vous cherchiez? Tbl. No. 39 succès de la recherche

Seulement partiellement Oui Non

Freq. 25 21 26

% 35 % 29 % 36 % 43


Tbl. No. 40 Niveau de satisfaction- aspects générales

1. Qualité du contenu

Ne s'appliUn peu Très que pas Insatisfait satisfaisant Satisfait(e) satisfait(e) 32% 7% 2% 24% 35%

2. Exhaustivité du contenu

34%

16%

28%

21%

3. Style et présentation

31%

6%

16%

45%

4. Actualité des informations

36%

20%

26%

18%

5. Pertinence des documents

33%

7%

6. Utilité pour vos besoins

34%

6%

24% 26%

30% 30%

2% 6% 5%

Tbl. No. 41 Niveau de satisfaction - aspects spécifiques ? Ne s'appli- Insatisfait(e) que pas

1. La disposition de la page d’accueil 31%

7%

Un peu Très satisfaisant Satisfait(e) satisfait(e) 6% 18% 39%

2. Le temps nécessaire pour naviguer 29% d’une page à l’autre 3. La facilité de trouver l’information 30%

10%

31%

27%

2%

8%

23% 25%

4%

4. La portée de l’information

37%

9%

36% 27%

5. L’utilité des hyperliens sur le site

37%

13%

19%

27%

4%

6. La facilité d’utilisation du moteur 38% de recherche

5%

33%

18%

5%

7. L’utilité des fonctions d’aide et les 43% directives

11%

24%

18%

4%

8. D'une manière générale, quel est votre niveau de satisfaction quant au 34% site CDNSS?

3%

28%

31%

4%

3%

Commentaires appréciation site CDNSS  C'est maintenant que je découvre que c'est important pour la recherche  Disponibilité de ressources documentaire locaux encourage les publications des donnée de terrain  Utile la présentation de mémoires fin d'études des facultés de médicine  Nécessité d'apprentissage comment utiliser le site  On peut trouver le documents très important, ils faut améliorer la forme de documents  Très moyen, il faut associer les compétence du niveau déconcentré pour l'approvisionnement du site, il faut un program d'ouverture du site au compétences déconcentrés Quelles seraient vos suggestions pour améliorer le site web CDNSS "?  Rendre accessible dans la base de données d'enquêtes, inclure les rapports des différents partenaires  Enrichissement du site avec les document de haut portée

44


2.12 Connaissance et l'utilisation des possibilités d'autoformation payantes et gratuites (eLearning) sur le net Avez-vous déjà suivi une formation en ligne ou de e-learning dans votre milieu de travail ? 33 % (56) de 171 répondants avaient déjà suivi une format de formation (e-learning) en ligne. Quel genre de formation en ligne ou de e-learning vous aviez déjà participé ? La majorité des 67 qui avaient répondu à cette question (46 %) suivait une cours 100% en ligne, une formation hybride e-learning- présentiel 28 % (Formation présentiel, complétée par des ressources en ligne; 25 %). Des exemples de formation e-learning sont le cours d'universitaire à distance santé publique de l'université de Nancy distance, diplôme universitaire SP, cours d'Epidémiologie, diplôme universitaire Gastroenterologie. Tbl. No. 42 Type de formation e-learning suivi

Type de formation (de 67)

%

46 1. 100 % en ligne 28 2. Formation hybride e-learning- présentiel 3. Formation présentielle, complétée par des ressources en ligne 25 Lesquelles des méthodes suivantes sont utilisées ? La méthode la plus utilisé étaient la formation en ligne avec d'activités de discussion/ collaboration; 39 % et les cours en ligne sans interaction avec d'autres participants (ou avec CD-Rom); 24 % Tbl. No. 43 Méthodes de formation

Méthode (de 79 répondants)

%

39 1. Formation en ligne avec activités de discussion ou de collaboration 2. Parcours en ligne sans interaction avec d’autres participants ou CD24 Rom 3. Classes virtuelles synchrones 14 4. Conférence vidéo en différé - enregistrée 9 5. Webinar - Conférence web en direct 6. Jeux sérieux (serious games) ou simulations en ligne Autre

5 4 5

Quel est votre niveau de satisfaction quant à la formation en ligne ou au e-learning tel qu’il est pratiqué dans votre entreprise ou milieu de travail ? Tbl. No. 44 Niveau de satisfaction formation en ligne

Niveau de satisfaction (de 48 répondants) a.) Nul - Ne désire pas renouveler l’expérience b.) Faible - Méthode à revoir - Prêt à renouveler l'expérience c.) Acceptable - Améliorations souhaitables d.) Élevé - Qualités nombreuses et appréciées

% 21 54 23 2

Existence demande pour un cours de apprentissage en ligne / à distance Les réponses recueillis lors de deux enquêtes dans 2 régions étaient qu'il existait une grande demande pour une cours de formation en ligne en santé publique et aussi d'autres . L'avantage perçue pour ce type de formation était que cela permettait aux participants i.e. dans les médecins chef de district, de rester sur place et continuer à travailler en même temps que de faire un diplôme ou maitrise. S'il y avait une programme de soutient à une cours en ligne le choix des interviewées dans les 2 régions était de responsabiliser une université (i.e. Yaoundé I) d'être organisateur, pour avoir une seul institution responsable, mais qu'enlistait la participation de professeurs 45


d'autres facultés de médicine/santé publique dans le pays. Pour les grandes examens il était recommandé de réunir les participants. Les interviewées préférerait le cours d'une partie résidentiel pour permettre des échanges directes entre participants et professeurs. D'autres cours de cours en ligne étaient aussi aprecié. Il y'a des exemples que la participation à une course en ligne s'est soldé en échec pour des raisons financières, mauvaise connexion d'internet et la problème de temps (non disponibilité à certain cours simultanées )

Résultat de discussions de groupes focaux (GF) Est-ce qu’il existe une demande pour un cours d’apprentissage en ligne/ à distance et autres sujets( i.e. cours plus cours spécialisés pour infirmière, quelles seraient les modalités souhaitées ? Les réponses à la question les participants d'une GF ont déclarés d'être au courant de l’existence des cours en ligne mais n’y n'ont pas participé à cause de tous les problèmes d’accessibilité (accès au matériel, à une bonne connexion internet…), de manque de temps et de motivation personnel. Ils déclarent tout de même préférés la formation en atelier à celle en ligne car le temps est prévu pour cela, l’interaction est possible et facile, on y partage les expériences …

Le consensus d'une GF était que le besoin de formation était évident mais qu’ils ne croyaient pas que la solution était les cours en lignes tant que les problèmes de disponibilité et de lenteur de la connexion internet ainsi que la disponibilité de l’électricité et du matériel informatique n’étaient pas résolus. Formation en recherche Internet Par rapport à la forme de formation ils préfèreraient la formation sous forme d’atelier à celle en ligne à causes des problèmes liés à l’accès à l’énergie électrique et à une connexion internet acceptable cités plus haut. Par exemple un participant déclarait devoir cliquer sur un lien qui proposait des cours en ligne et attendre pendant des heures sans succès, le jour où le courant électrique vous le permettait. Certains se plaignaient des horaires parfois tardifs auxquelles se programmaient les vidéo conférences sur ces sites. Quand nous ne connaissons pas certains aspects - est ce que pouvons nous autoformer rapidement avec l'aide de l'internet (i.e telecharger des video tutoriaux en video streaming i.e. avec Real player) Les participants d'une GF ont déclarés être découragés par la lenteur de la connexion internet. Ils déclarent ne pas pouvoir ouvrir des simples images (photos) qu’en sera-t-il pour les vidéo conférences que proposent les cours en ligne. Ajouté à ce problème le manque de temps, de motivation personnel et le cadre culturel qui ne s’y prête pas, ils sont découragé à s’inscrire et à suivre ces cours en ligne. Une autre groupe répondait que compte tenus de toutes les difficultés ( manque de matériel, manque de formation, problème d’accès à l’électricité et à la connexion internet, lenteur de la connexion lorsque celle-ci existe, non connaissance des sites fournissant cette formation…) , ils déclarent tous être découragés quand à cette option et préfèreraient des formations interactives en ateliers de formation.

46


3. Conclusion - Recommandations L'intérêt des professionnels de santé travaillant au niveau déconcentré (délégations, districts) de s'intéresser aux ressources électronique revient au fait qu'il existe un marge de manœuvre même relatif reduite aux plans et directives du niveau central. D'un part les plans stratégiques des différents directions et programmes centraux doivent être adapté au niveau régionale/district, d'autre part les instructions peuvent être légèrement modifiées en fonction des réalités du terrain (manque de ressources matérielles, financière et humaine) et du statut de la personne qui traite problème. Souvent il se pose un problème à partir d’une situation pressante pour laquelle une solution au niveau local doit être trouvée. Il en résulte que les professionnels de santé dans tous les niveaux de l'échelon, les responsables du financement, de l’organisation des politiques et fournisseurs de services de santé, doivent tous prendre des décisions délicates dans un contexte de rareté de ressources. Les ressources électroniques provenant de l'internet constituent une source d'information indépendante en dehors de ce que les professionnels de santé reçoivent d'autres employés et collègues du Minsanté et des partenaires, de façon officielle ou inofficielle. En sommaire les constats y concernant sont les suivantes: 

Les professionnels de sante utilisent déjà et souhaitent d'avantage utiliser les ressources électroniques via l'internet

Cette utilisation est limité à cause d'une multitude d'obstacles. Les problèmes suivantes étaient souvent mentionnée:  L'infrastructure et la maintenance du parc informatique est insuffisant  Une connexion d'internet n'est pas toujours disponible, mais quand présent c'est surtout un bas débit qui fait le travail dans l'internet pénible, particulièrement en dehors de Yaoundé et Douala  Souvent le personnel, surtout les médecins travaillent avec leur Laptop personnelle et paient une ligne internet personnel (clé internet Camtel, MTN, Orange)  Le niveau de connaissance des techniques Web 2.0 et méthodes PKM énuméré et des méthodes de recherche avancés sur l'internet est rudimentaire  Le niveau d'accès à la littérature scientifique est insuffisant  Les sources d'information (sites web) au niveau internationale qui ont pour vocation de disséminer les connaissances en santé publique et surtout des documents pratiques pour le niveau opérationnelle sont très peu connues et utilisés (i.e. K4H - Knowledge for Health (http://www.k4health.org/), jhuccp - Health communication program (http://jhuccp.org/resource_center), HCI - Health Care Improvement Project (http://www.hciproject.org/), HS Healthsystem 20/20 (http://www.healthsystems2020.org/), Measure Evaluation (http://www.cpc.unc.edu/measure), MSH - Management Science for Health (http://www.msh.org/), PHRplus (http://www.phrplus.org/plustools.html), JHPIEGO John Hopkins University (http://www.jhpiego.org/resources/index.htm), Access (http://www.accesstohealth.org/toolres/pubs.htm), etc  

Les sources d'accès libre ne sont pas suffisamment connue et sont peu utilisées L'accès au sites présentant des résultats d'études d'un niveau de preuves plus élevés (donnés probantes; evidence based, Metanalyses, revues systématiques, études d'impact) est presque inexistant

Prospero - DARE (http://www.crd.york.ac.uk/), DoPHER - Database of promoting health effectiveness reviews (http://eppi.ioe.ac.uk/webdatabases/Intro.aspx?ID=2),HEN Health Evidence Network (http://www.euro.who.int/en/what-we-do/data-and-evidence/health-evidence-network-hen), healthevidence.ca (http://health-evidence.ca/), dcp2 Disease control Priorities project (http://www.dcp2.org/page/main/ToolsResources.html), 3ie - International Initiative for impact evaluation (http://www.3ieimpact.org/systematicreviews/) 47


Voir aussi l'annexe No. 1 A. Lieux d'accès (passerelles) ressources accès ouvert B. Evidence based medicine (EBM) et Revues Systématiques/ Metaanalyse, No. 2 Liste des liens JHUCCP Health communication - Ressource Center Les obstacles au niveau des individues sont:  Le manque de mécanismes d'incitation  Incertitude qu'une initiative personnel d'autoformation ou d'autopromotion aura des résultats positives sur la carrière  Manque de temps pour la recherche approfondie  Démotivation à cause des mauvaises conditions de travail Espace de tension (Spannungsfeld) De façon générale les professionnels sont coincés entre leurs réalités contraignantes et démotivantes et leur souhait d'avoir de meilleurs informations des source fiables. Ils sont conscient qu'il n' y'a pas d'alternatives aux ressources électroniques pour une meilleur documentation et être en mesure d'améliorer leur output de travail et la qualité de leurs productions. Un intérêt et curiosité important pour l'outil informatique et l'internet est presque toujours présent comme facteur motivant. Le facteur manque de temps influence, mais en même temps les professionnels de santé sont conscients qu'une meilleur maitrise de l'outil internet augmenterait l'efficacité et qualité de leur productions. Toutes ces réflexions se passent devant un cadre général généralement perçue, que le cadre de travail est insatisfaisant et qu'il ne sont pas sur que l'investissement individuelle de leur part pourra bénéficier leurs carrière. Le personnel se trouve être influencé par ses forces qui les attraient et les éloignent d'une utilisation plus efficaces des ressources électroniques. Des initiatives "promotion d'informations de santé surtout de la domaine électronique ne vont pas toujours intéresser tout le personnel. Seulement ceux qui par motivations ou intérêts personnel dans cette espace de tension ("Spannungsfeld") entre les forces énumérées sont plus attirée vers la coté curiosité volonté de faire des efforts supplémentaires pour améliorer leur travail que en direction la coté opposée sera intéressé à la recherche des ressources électroniques en accès libre. Comme en générale dans toutes les institutions il y'a une catégorie de personnel qui n'ont plus d'intérêt dans l'amélioration de leur performance et préfèrent laisser la situation comme il est sans être contraint de changer les habitudes. Tbl. Nr. Facteurs en faveur / au détriment de l'utilisation des ressources électroniques

+ + + +  

  

- - - -

Intérêt pour l'outil informatique  Intérêt d'être plus efficient et performant dans la production des résultats de travail    Offres existants de formation en ligne  (gratuits et payants) D'être plus indépendant dans la poursuite et l'avancement de carrière indépendant des hasards 

Infrastructure informatique et système maintenance défaillants Connaissances d'informatiques et de la recherche d'internet approfondie limité Environnement de travail non-motivante Manque de temps Il n'existe pas de lien immédiate et suffisamment qu'une investissement personnel dans l'autoformation et autopromotion améliore l'avancement de carrière Cours en lignes attractifs (i.e. santé publique) souvent payants 48


Recommandations Le fait que l'infrastructure informatique et l'accès limité des institutions à une connexion d'internet payé de service et le faible débit des connexions d'internet existants selon l'opinion de l'auteur ne devrait pas empêcher à promouvoir une utilisation accrue des ressources électroniques en accès libre. Il n'existe pas d'alternative à l'outil informatique combiné à l'internet. L'auteur préconise de même que les courses à distance devraient compléter les formation en atelier existants qui est une méthode très couteux, avec des limites bien connues (Per diemism, participants choisit par d'autres critères que prévu, non-application des nouveau connaissances, etc ...). Un programme de promotion de l'informations du secteur santé via les ressources électroniques en accès libres pourra stimuler une demande accrue des bénéficiaires aux nécessites d'amélioration infrastructures informatiques et de connexion internet. Une argumentaire concernant les bénéfices sera développé avec l'intention d' influencer les décisions politiques pour la mise à disponibilité des ressources financières nécessaires et d'exiger une meilleur efficacité des investissements déjà existants. Au fait le gouvernement camerounais depuis un nombre d'années a mis la promotion des TIC sur son agenda. En conséquence le Minsanté avait recruté des d'informaticiens pour le niveau central et régionale. Les recommandations peuvent contribuer à inciter les acteurs du secteur à utiliser d'une plus large mesure des ressources électroniques dans le processus décisionnel ou même des preuves scientifiques de plus haut niveau (Meta-analyses / revues systématiques). Il s'agit à rendre les preuves des recherches et innovations programmatiques plus récentes facilement accessible et d'élargir la gamme et la qualité des l'information utilisé par les administrateurs / gestionnaires et décideurs de santé publique. En plus de diversifier les sources d'information et minimiser le temps de la recherche de l'information ces ressources électroniques (documents téléchargé) sont souvent utilisés par les professionnels de servir comme modèles en les aidant à formuler des propositions et à développer des produits à leur niveau (manuel de formation, propositions projets, enquêtes, modèle d'évaluation. Avec un niveau de compréhension avancé et intérêt élevé, ces professionnels de santé Publique du niveau supérieur des différents échelons pourrons jouer un rôle clé, en informant, facilitant et en persuadant de manière efficace les fournisseurs de soins de santé de première ligne à adopter de nouvelles connaissances et pratiques pour améliorer la prestation des services. Les recommandations s'adressent au premier lieu au gouvernement Camerounais (et Minsanté), mais il n'est pas exclu que des bailleurs puissent s'intéresser à des domaines spécifiques. 1. L'approvisionnement des écoles IDE (formation d'infirmières d'état) avec un matériel informatique suffisant en assurant la maintenance informatique et l'approvisionnement d'une connexion internet à débit satisfaisante est stable sera la plus grande priorité. Au commencement de la carrière des infirmières pendant la formation dans les écoles IDE il est nécessaire de mettre une fondation solide pour l'utilisation de l'outil d'internet dans le future en améliorerant les conditions cadres. Actuellement les écoles IDE sont les institutions le moins fourni de matériel informatique. Presque jamais il existe une ligne internet pour l'école. Le curriculum prévoit une "initiation à l'informatique" mais le cours reste théorique. Les infirmiers en formations se débrouillent dans des cafés d'internet de rechercher la littératures et

49


d'écrire leurs mémoires. Les infirmiers sortent des écoles de formation avec une base très rudimentaire des connaissances des sites importantes de ressources, des formations en lignes, aptitude en recherche internet. Les gradués des facultés de médicine généralement ont moins de problèmes avec l'outil informatique. Ils poursuivent leurs recherche d'internet avec plus d'efficacité en s'auto formant généralement sur le tas. 2. Mener de plaidoyer d'inclure une ligne budgétaire de connexion internet pour les institutions de sante (au moins jusqu'au niveau service santé de district, si possible justqu'au niveau des certains centres de santé prioritaires). 3. Planifier et organiser un système de mise à disposition de l'infrastructure informatique et la maintenance du parc informatique plus performant aux institutions de santé publique 4. Organiser des formations sur l'outil informatique et particulièrement sur les techniques web 2.0, de PKM (Personal Knowledge Management) et de recherche scientifique sur l'internet. Les formations pourrons être organisé en version atelier mais aussi en format "formation en ligne. Une première série de formations en atelier en interaction étroite avec les participants sera utile pour mieux adapter le contenue et format de la formation et améliorer une formation en ligne développé en parallèle. La formation en cascade pour le format atelier est proposé en utilisant les informaticiens au niveau des délégations comme relai. 5. Promouvoir le développement d'une service de "information brokerage" : La tache de ce service est le choix et présentation des liens/ sites web utiles, promotion de ressources en accès libre particulièrement des ressources d'une valeur de preuve plus élevé, promotion de sites/ institution de formation en ligne, organisation de la diffusion de ses informations (Open Access and Open Educational Resources). En général par il s'agit de promouvoir un concept the gestion de connaissance pour la santé publique/ la prise de décision sur l'évidence. La fourniture d'un approche systématique d'assurer que les professionnels de santé publique accèdent au dernières recherches pour les appliquer au programmes de santé publique au différents niveau du système de santé. Les institution suivantes sont suggérée comme partenaire aux démarches dans ce sens: K4H - Knowledge for Health: http://www.k4health.org/ http://www.k4health.org/topics/knowledge-management-public-health?page=5 jhuccp - Health communication program: http://jhuccp.org/resource_center NCCMT - The National Collaborating Centre for Methods and Tools: http://www.nccmt.ca/ CCN - Centres de collaboration nationale : http://www.ccnsp.ca/1/accueil.ccnsp The Center for the Development of Best Practice (CDBP3) à Yaoundé Hôpital Central est proposé comme partenaire local d'implémentation. 6. Promouvoir la diffusion des informations en santé publique, adapté au contexte camerounais par exemple via le Centre de Documentation Numérique du secteur santé (CDNSS). Une développement du contenue et des services de ce centre sera nécessaire 7. Faire le plaidoyer avec la Division des Ressources Humaines, Minsanté (DRH) d'élaborer une stratégie d'introduire des mécanismes d'incitation pour que la formation individuelle via différents modes (alteliers, formations en ligne etc.) influencera positivement l'avancement de carrière à coté d'autres critères. 8. Développement de modules de formation en ligne (court à distance, autres formats adapté à la situation de bas débit au Cameroun) avec un contenue sur l'informatique/internet et des cours avec des sujets cliniques (i.e. modules aspects/techniques santé reproductives, Santé publique etc). 3

CDBPH - Center for the Development of Best Practices: http://www.cdbph.org

50


4. Bibliographie 1. Health Information Needs Assessment - Global Online Survey, Report, K4Health, 2009 2. Le libre accès à l’information scientifique dans les pays en voie de développement : étude comparative de ses potentialités et réalités en Algérie et en Tunisie, Chérifa BOUKACEM – ZEGHMOURI, C, BEN ROMDHANE, M, ABDI, A: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/27/69/53/HTML/index.html 3. Knowledge, attitudes and practices with respect to institutional repositories in Mozambique, A benchmark study, Henk van Dam, Tendayi Madzija, AnifoMartinho, Ranito Waete, KIT Working Papers Series, WPS.I2 4. Open Access to scientific communication Libre Accès à la communication scientifique - Liens Spécial Afrique: http://open-access.infodocs.eu/tiki-index.php?page=Sp%C3%A9cial+Afrique 5. L’usage de l’information dans la recherche médicale et biomédicale, Université Libre de Bruxelles Faculté de Philosophie et Lettres, Année académique 2006-2007, Mémoire présenté sous la direction de M. Christian Brouwer en vue de l'obtention du titre de licenciée en Sciences du Livre, Yasmina BENJANA de l’Information et des Bibliothèques 6. Information and Communication Technologies and Continuing Medical Education in East and Southern Africa, Research/Conference report, Simbo Ntiro and Jacqueline Mrema, CEDHA, Cordaid, IICD, June 2003 7. Usages, pratiques et besoins des chercheurs concernant les serveurs d'archives ouvertes, Angélique Gandossi1, (30/06/2011), Université Lille 3 http://memsic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/65/57/46/PDF/mA_moire_AngA_lique_GANDOSSI.pdf http://memsic.ccsd.cnrs.fr/mem_00655746 8. Enquête en ligne Centre de Collaboration Nationale des Methodes et Outils/CCNMO) : Utiliser les ressources à l’appui de la santé publique fondée sur des données probantes : évaluation des ressources du CCNMO: https://nccmt.us.qualtrics.com/SE/?SID=SV_40EvA0squ5VGtmc 9. Evaluation des Besoins d'Information en Matière de Santé au Sénégal: Rapport Final de Knowledge for Health, K4H, A.H. Sylla, K. Seck, Aout 2011

Ressources en ligne - URL importants CDBPH - Center for the Development of Best Practices: http://www.cdbph.org CDNSS - Centre de Documentation Numérique du Secteur Sante: http://www.minsante-cdnss.cm NCCMT - The National Collaborating Centre for Methods and Tools: http://www.nccmt.ca/ CCN - Centres de collaboration nationale : http://www.ccnsp.ca/1/accueil.ccnsp Prise de décision fondée sur des données probantes : Guide des possibilités d'apprentissage et de formation http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/eidm-pdfp-fra.php http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/pdf/EIDM_Guide-FRA.pdf http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/pdf/EIDM_Brochure-FRA.pdf K4H - Knowledge for Health: http://www.k4health.org/ 51


Knowledge management for Public Health (K4H): http://www.k4health.org/resources/?f[0]=im_field_resource_type%3A832&f[1]=im_field_topics%3A559 Evaluation Health KM programs: http://www.k4health.org/resources/?f[0]=im_field_resource_type%3A832&f[1]=im_field_topics%3A557 Mobile technology toolkit-K4H: http://www.k4health.org/toolkits/mhealth JHUCCP Health communication - Ressource Cente : http://jhuccp.org/resource_center

URL- E-learning Global GHel - Health eLearning Center http://www.globalhealthlearning.org/programs.cfm K4H - Knowledge for Health (K4H)

http://www.k4health.org/product/elearning

WHO health academy:

http://www.who.int/healthacademy/courses/en/

John Hopkins Open Courseware:

http://ocw.jhsph.edu/index.cfm/go/find.browse#courses

Maternal Health Task Force:

http://maternalhealthtaskforce.org/discover/elearning

UNC Gilling School of Global Public Health: http://www.sph.unc.edu/glp

52


5. Annexes 1. URL des sites mentionnés dans le questionnaire et le rapport A. Lieux d'accès (passerelles) gratuit ou subventionné (archives - journaux en ligne) cochez Denomination Recherche en générale Open Directory Project http://www.dmoz.org/ Portails de Sciences Sciencegate http://www.sciencegate.ch/ JSTOR http://www.jstor.org/

Nr.

Denomination

b.)

IPL2 http://www.ipl.org/

d.)

Researchgate http://www.researchgate.net Open Science Directory

h.)

3.

COHRED http://www.cohred.org/ Bibliotheques -Banque de donné Santé Publique

i.)

BDSP - Banque de Données en Santé

j.)

Lausanne - Bibliothèques Universitaires de Médicine et Santé Publique http://www.chuv.ch/bdfm/

l.)

Popline http://db.jhuccp.org/popinform/basic.html

Nr.

1. a.) 2. c.) e.) g.)

f.)

Publique http://www.bdsp.ehesp.fr/

http://www.opensciencedirectory.net/ Science Direct http://www.sciencedirect.com

4. k.)

Références bibliographiques

5. m.)

RESSOURCES SCIENTIFIQUES - Texte intégral de revues librement accessibles Directory of Open Access Journals African Journals On n.)

o.)

(DOAJ) http://www.doaj.org Bioline International http://www.bioline.org.br/journals

PubMed http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez

p.)

Line (AJOL) http://www.ajol.info Highwire (Stanford University) http://highwire.stanford.edu/lists/freeart.dt l

q.) s.)

Scielo http://www.scielo.org/

u.)

BiomedCentral v.) http://www.biomedcentral.com/ Free Medical Journals x.) http://www.freemedicaljournals.co m/ Revues accessibles librement pour certains pays en développement - peuvent nécessiter une inscription HINARI - Health InterNetwork Access Oxford Journals - Developing Countries z.)

w.)

6. y.)

a2.)

Google Scholar http://www.google.com/scholar

to Research Initiative http://extranet.who.int/hinari/en/journ als.php Global Development Network (GDN) Free Journal Access Portal http://www.gdnet.org/

r.) t.)

cochez

b2.)

Scirus http://www.scirus.com/ African Journals Online (AJOL) http://www.ajol.info/ Public Library of Science (PloS) http://www.plos.org/ Free Books 4 Doctors http://www.freebooks4doctors.com/

Offer http://www.oxfordjournals.org/access_purc hase/developing_countries.html BMJ Journals http://group.bmj.com/products/journals/

7.

DEPOTS INSTITUTIONNELS (INSTITUTIONAL REPOSITORIES) Moteurs de Recherche - Dépôts institutionnels en libre accès avec textes complètes (Full Text Open Access Repositories)

c2.)

Directory of Open Access Repositories (OpenDOAR) http://www.opendoar.org ROAR -Registry of Open Access Repositories

e2.)

d2.) f2.)

OAIster http://www.oclc.org/oaister/ BASE - Bielefeld Academic Search Engine http://www.base-search.net/

53


Nr.

Denomination

cochez

Nr.

Denomination

cochez

http://roar.eprints.org/

8. g2.)

i2.)

9. k2.)

D. Sites individuels dépôts institutionnels en libre accès avec textes complètes HAL - Archives ouvertes h2.) CISMEF - Catalogue et Index des sites http://hal.archives-ouvertes.fr/ médicaux francophones http://www.chu-rouen.fr/cismef/ Inserm- l'Institut de la santé et de j2.) Publications scientifiques de l'IRD la recherche médicale http://horizon.documentation.ird.fr http://www.inserm.fr/ Dépôts institutionnels en texte intégral mettant l'accent sur le développement Full Text Institutional Repositories focusing on development World Bank "Documents & Reports" l2.) JOLIS Library Catalog / World Bank/IMF Database

http://jolis.worldbankimflib.org/enljolis.htm

http://documents.worldbank.org/cu rated/en/home m2.)

UN Best Practices Database http://www.bestpractices.org

10.

Cours gratuit (ouvert) en ligne (Open/ Courseware) MIT Open Courseware p2.) SOFIA . Sharing of Free Intellectual Assets

o2.)

q2.) s2.)

11. u2.)

n2)

http://ocw.mit.edu http://sofia.fhda.edu JHSPH Open Courseware Open Courseware r2.) Tufts http://ocw.jhsph.edu http://ocw.tufts.edu Open Learning Initiative at Carnegie t2.) Open University Mellon http://www.open.ac.uk/ http://www.cmu.edu/oli/overview/ind ex.html Site webs spécialisées Sante Publique - Ressources and Toolkits v2.) K4Health - Knowledge for Health Health Care Improvement Project (HCI)

http://www.k4health.org/ w2.)

y2.)

a3.)

c3.)

Development Experience Database / U.S. AID http://www.dec.org

HS - Healthsystem 20/20 http://www.healthsystems2020.org / MSH - Management Science for Health http://www.msh.org/ JHPIEGO - John Hopkins University http://www.jhpiego.org/resources/i ndex.htm Eldis http://www.eldis.org/ (Ressources and Toolkits)

http://www.hciproject.org/ x2.)

Measure - Evaluation http://www.cpc.unc.edu/measure

z2.)

PHRplus http://www.phrplus.org/plustools.html

b3.)

Access http://www.accesstohealth.org/toolres/ pubs.htm OMS - divers themes http://www.who.int/fr/index.html i.e. RHL - The reproductive Health Library / other specialized sub-sites

d3.)

B. Lieux d'accès (passerelles) de textes intégrales gratuits et subventionnés Evidence based medicine (EBM) et Revues Systématiques/ Metaanalyses - Prise de décisions sur bases de donnes probantes a.)

c.)

Evidence based medicine (EBM) Clinical Evidence http://clinicalevidence.bmj.com/x/in dex.html EHCRC - Evidence Update http://www.liv.ac.uk/evidence/evide

b.)

d.)

Cochrane Library http://www.thecochranelibrary.com/vie w/0/index.html EVIPNet Portal http://www.evipnet.org/php/index.php 54


e.)

g.)

i.)

k.)

nce.htm CEBM - Centre for Evidence-Based Medicine http://www.cebm.net/

f.)

Centre for Evidence-Based Medicine Toronto http://ktclearinghouse.ca/cebm/resourc es/web Revues Systématiques/ Metaanalyses - Prise de décisions sur bases de donnes probantes Prospero - DARE h.) DoPHER - Database of promoting http://www.crd.york.ac.uk/ health effectiveness reviews http://eppi.ioe.ac.uk/webdatabases/Int ro.aspx?ID=2 Health Evidence Network (HEN) j.) health-evidence.ca http://www.euro.who.int/en/whathttp://health-evidence.ca/ we-do/data-and-evidence/healthevidence-network-hen dcp2 - Disease control Priorities l.) 3ie - International Initiative for impact project evaluation http://www.dcp2.org/page/main/To http://www.3ieimpact.org/systematicre olsResources.html views/

2. Liste des liens JHUCCP Health communication - Ressource Center http://jhuccp.org/resource_center

Publications A collection of journals and publications produced and compiled by the CCP staff. Training Tools Provides links to various communication programs that aid in implementation of public health projects. Health Communication Partnership HCP’s goal is to strengthen public health in the developing world through strategic communication programs. Media/Materials Clearinghouse An international resource of health communication materials designed to promote public health. Reproductive Health Gateway Allows you to search a collection of 140 carefully selected Web sites to find relevant, reliable information for health professionals. POPLINE Provides electronic access to a database of records that describe the world’s population, family planning, and reproductive health.

Research and Evaluation Tools An up to date collection of Research and Evaluation tools used by CCP staff members. K4Health K4Health's goal is to improve health service delivery and health outcomes worldwide. MAQ Web The purpose of MAQWeb is to identify and implement interventions aimed at improving family planning and reproductive health services worldwide. Reproductive Health(RH) Archive A searchable archive of selected reproductive health materials. Photoshare A free collection of photography showcasing international health programs in action and the people they serve. IBP Initiative The IBP Knowledge Gateway is a communication network used to discuss various health issues. 55


3. Information généraux sur "accès libre/open access" Le libre accès permet de travailler dans des conditions optimales d’échange d’informations et de rentabiliser ainsi les recherches sans frein financier. En décembre 2001, une douzaine de chercheurs s’est réunie à Budapest pour appeler la communauté scientifique à entrer dans un nouveau système de communication basé sur les possibilités données par Internet. L’Open Access (OA), le libre accès (LA) en français, était défini (provisoirement) et une stratégie pour y parvenir était mise au grand jour (BOSC, 2003) [1]. La Budapest Open Access Initiative (BOAI) qui est née de cette rencontre, explique que le libre accès aux travaux de recherche est possible, en utilisant 2 voies :  soit en continuant à publier dans un journal traditionnel et en mettant librement en ligne cet article (par auto-archivage) dans une archive ouverte (« la voie verte »)  soit en publiant dans un nouveau type de périodique qui met l’article gratuitement en ligne (« la voie dorée »). Il est important de préciser que l’on auto-archive le double d’un document publié - donc contrôlé par les pairs et que l’auto-archivage ne remet pas en question l’expertise des pairs ( le « peer review »). Le principe de l’auto-archivage Il est important de rappeler ce qu’est l’auto-archivage et comment grâce à cette voie chaque chercheur peut mettre à disposition pour les autres chercheurs, ses résultats de recherche, très rapidement et tout à fait légalement (Harnad, 2003) [10]. Une archive peut contenir des articles non soumis au contrôle des pairs (preprints) mais son objectif principal est de mettre à la disposition des chercheurs qui ne peuvent pas avoir accès à tous les périodiques du monde (estimés à 24 000), le double des articles publiés (post-prints). Il s’agit donc de déposer simplement le dernier texte accepté avant publication. D’après les statistiques du site EPrints ROMEO4, 95% des périodiques permettent ce dépôt dans une archive (63% des périodiques autorisent les post-prints, 32 % donnent l’autorisation de mettre la publication en LA en attendant qu’elle soit publiée (pre-prints), 5% n’autorisent aucun auto-archivage. Il suffit de mettre en accès clos tous les documents qui ne sont pas autorisés au LA pendant leur période d’embargo et de laisser toutefois, apparaître leurs métadonnées (titre, auteur, périodique, etc.). Grâce à la visibilité des références dans les archives, les documents qui sont en accès clos peuvent être distribués semi-automatiquement comme des tirés-à-part, par les chercheurs qui le souhaitent, à ceux qui les demandent5. L’auto-archivage permet donc la distribution légale de 100% des publications scientifiques. Open access Repositories An "Institutional Repository"(archive ouverte) is a collection of scholarly materials in digital form that is managed at an institutional level by a research community, typically a single university. Researchers can deposit materials in these repositories, subject to copyright, with the host institution providing the infrastructure for these materials to be properly organized, archived, and maintained. An "open access paper" is considered to be any peer reviewed research paper available online without any access restrictions, subscription fees or other fees.

4 5

http://romeo.eprints.org/stats.php http://openaccess.eprints.org/index.php?/archives/274-guid.html

56

Utilisation des ressources électroniques en accès libre par les acteurs de la santé au Cameroun  

Prise de décision éclairée, Parvenir à une meilleur utilisation de la recherche

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you