Issuu on Google+


Message de Grande Maîtresse

SIGHIŞOARA Ville de 19 guildes

« La Franc-maçonnerie est l’institution qui a transformé l’homme en Institution et a élevé l’humanisme au niveau de l’art. Ayant des tels exploits à la base, la Franc-maçonnerie est arrivée à s’occuper spécialement de jeunes et de l’éducation, en faisant ainsi une parallèle entre l’homme et le jeune et entre l’humanisme et l’éducation ».

“Inclusiv fiul său, Vald Ţepeş, s-a născut în acest oraş”.

La Grande Loge Féminine et les nouvelles technologies

« Bien que la Grande Loge Féminine de Roumanie célèbre cette année l'âge vénérable de 90 ans, ne signifie pas que GLFR ha pas compris l'importance des nouveaux médias sociaux ».

La Grande Loge Féminine soutient l'Année européenne 2012

« La Grande Loge Féminine de Roumanie organisera une conférence sur le thème choisi cette année par l’Union Européenne ».

Sarmizegetusa Regia Difficile a definir, Impossible a expliquer

« Mais si Sarmizegetusa Regia paraît être le centre sacré des daces – leur plus important établissement religieux – est-ce qu’on peut considérer que la montagne sur laquelle celui-ci se trouve pourrait être le Kogaionon (Mont Sacré) dont parle Strabon, aux tréfonds duquel Zamolxis se serait retiré »?


Contact GRANDE LOGE FÉMININE DE ROUMANIE

Str. Mecet nr. 21, 024083 Bucureşti-sector 2, România Tel/fax: 004 021 252 13 51 malofero@aol.com

La Franc-maçonnerie a élevé l’homme au rang d’institution La Franc-maçonnerie n’est pas facile à définir, chacun d’entre nous pouvant déclarer qu’elle est une philosophie de vie, semblable à notre éducation et à nos expériences personnelles. La Franc-maçonnerie s’occupe du perfectionnement de l’homme, l’aidant à se connaître soimême. Ceci est l’un des éléments essentiels. La Franc-maçonnerie est l’institution qui a transformé l’homme en Institution et a élevé l’humanisme au niveau de l’art. Ayant des tels exploits à la base, la Francmaçonnerie est arrivée à s’occuper spécialement de jeunes et de l’éducation, en faisant ainsi une parallèle entre l’homme et le jeune et entre l’humanisme et l’éducation. La période que la Franc-maçonnerie a traversé depuis le début du XXIe siècle jusqu’à aujourd’hui est une période de changements permanents : crises financières, politiques, culturelles, ethniques, sociales, des troubles des jeunes et des systèmes éducationnels qui semblent dépassés et comme type et comme espace. La Grande Loge Féminine de Roumanie, comme partie intégrante de l’Ordre Maçonnique Roumain, vois dans la relation entre la jeunesse et l’éducation la clé du succès à moyen et long terme. La GLFR considère qu’un système éducationnel unique au niveau national, inaltéré par l’alternance électorale, bien implémenté, peut surclasser n’importe quelle crise sociale, culturelle, parfois même politique, financière et démographique.

Anca NICOLESCU 33˚ Grande Maîtresse GLFR 1922 www.mlfr.ro www.mlfr.org.ro

Bucarest, 30 mars 2012/6012


La cité médiévale roumaine de Sighişoara est également connue sous le nom allemand de Schassburg. Dans les environs de la localité se trouve la forteresse dace de Sandava, qui est devenue plus tard Castrum Stenarum (Capistenarum) lieu où des briques ont été trouvés avec le sceller de la Légion XIII Gemina, des pièces de monnaie romains émis entre les années 108-248, des anneaux en filigrane d'or et d'autres preuves de la présence romaine dans ces lieux. La forteresse a été fondée par les francs de la région Rhénanie du Nord. La première attestation documentaire de la localité est l'année 1280 sous le nom du Castrum Sex, mais le nom roumain de Sighişoara est certifié par écrit depuis 1435. En 1241, la ville est attaquée par les Tatars venant des steppes de l'Asie et la suite de cet événement indésirable, un siècle plus tard, ont décidé de construire un mur défensif.

Le mur avait 14 tours, qui appartenaient à des guildes de la ville, et quatre bastions. Actuellement, il ya seulement neuf tours et 3 bastions, dont la plus connue est la Tour de l'Horloge (Tour des Heures). Entre les années 1431 et 1435 Vlad II (le père de Vlad l'Empaleur) a vécu à Sighişoara, en attendant son couronnement sur le trône du Pays Roumain. Y compris son fils, Vlad l'Empaleur qui est né dans cette ville. En 1601, la forteresse a été attaqué et pillé par les troupes commandées par le général Basta, et en 1603 plus de 2000 personnes meurent de la peste, pour atteindre plus de 4000, lorsque la peste réapparut en 1709. Dans la période entre deux guerres, la ville de Sighişoara a acquis le statut de comté (Târnava Mare).


Les 19 guildes de Sighişoara ont reçu les premiers statuts en 1376, statuts qui ont été fondées sur les lois et les coutumes anciennes. Tout au long de l'histoire, les artisans sont devenus plus riches et ils réussirent avoir des représentants dans le conseil de la ville, qui jusque-alors était réservé exclusivement aux patriciens féodaux. Le premier artisan qui vint pour entrer dans le conseil de la ville, au rôle du jury, était un représentant de la guilde des orfèvres, au nom du Nikolaus en 1393. Plus tard, en 1884, les guildes ont été supprimées parce qu'ils ont perdu leur signification. Un autre événement qui a marqué l'histoire de cette ville était la visite du compositeur Johannes Brahms lors d'un tournoi qu'il atteint en Transylvanie. Parmi les personnalités qui sont nés dans Sighişoara comprennent: Marioara Tanase (chanteur de musique populaire et ballades), Hermann Oberth (l'un des pères fondateurs de roquettes et de l'astronautique), Vilmos Apor (sainte évêque catholique), Michael Von Melas (générale l'armée austro-hongroise qui a vaincu Napoléon à Marengo, en Italie), Vald Tepes (le documentaire montrant le nom actuel de la capitale roumaine, une ville fondée par son grand-père), etc.

Bien que l'histoire médiévale de la forteresse de Sighişoara se termine au XIXe siècle, la ville a connu un épanouissement culturelle forte ces dernières années, à voir le festival médiéval organisé ici.

Le centre-ville médiéval de Sighişoara est depuis 1999 au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Sighişoara représente pour les Maçons et en particulier pour les Templiers de Roumanie, une ville dont le symbolisme nous transpose dans un monde disparu depuis longtemps, mais pas oublié par les roumains.


La Grande Loge Féminine de Roumanie organisera une conférence sur le thème choisi cette année par l’Union Européenne

GLFR entreprendre cette année, avec l'approbation de l'Union Européenne, à promouvoir cette initiative à travers une série de conférences et de débats publics.

www.mlfr.ro/ey2012


Bien que la Grande Loge Féminine de Roumanie célèbre cette année l'âge vénérable de 90 ans, ne signifie pas que GLFR ha pas compris l'importance des nouveaux médias sociaux qui n’est en ligne avec le développement de nouvelles technologies ou a cessé d'être parte de l'avantgarde de la société, comme la franc-maçonnerie définis.

Par conséquent, cette année GLFR ha décidé de résoudre toutes les questions techniques. Nous avons rénové le site et sommes devenus actives dans les plus importants du monde des réseaux sociaux du monde tels que YouTube, Twitter et Facebook, egalement aux institutions et organisations comme l'ONU, l'UNICEF et l'UNESCO. La GLFR maintient également un blog qui reçoit des mises à jour quotidiennes ou plusieurs fois par jour, en tenant les membres actuels et d'autres personnes GLFR notre travail à l'échelle nationale et surtout internationale. Moi-même je poste sur le blog personnel.

Grâce à notre bulletin mensuel nous promouvons non seulement la Grande Loge et les valeurs de la Roumanie, mais aussi le besoin de communication et d'information au niveau maçonnique. Enfin et surtout, j’utilise d'un smartphone, ce qui me permet à tout moment de la journée de rester en contact permanent avec tout ce qui précède et mes sœurs.


www.mlfr.ro

facebook.com/mlfr1922

www.glfrnews.blogspot.com

twitter.com/GLFRomania

www.youtube.com/GLFRomania


Qu’est-ce que c’entait, qu’est-ce qu’on croit que Sarmizegetusa Regia aurait pu être ? Une forteresse? Si on prend en considération les murs épais de 3 m et hauts de 4-5 m, construits à partir de massifs blocs de pierre (murus dacicus) qui délimitent environs 3 hectares au sommet de la montagne tout en suivant fidèlement le contour du relief, nous allons répondre que c’est, sans aucun doute, une forteresse. Et cette affirmation et soutenue par la destruction systématique des remparts par les romains vainqueurs, tout d’abord en

102, à l’issue de la première guerre, et à nouveau en 106, lors de la capitulation des Daces. Mais cette forteresse est beaucoup plus que cela. Une partie d’un complexe de fortifications? Oui, car elle s’étend sur plus de 200 km carrés, même si l’orientation de certains murs et remparts des citadelles et des forts jonchant les hauteurs tout autour (Luncani-Piatra Roș ie, Costeș ti – Blidaru, Costeș ti-Cetăț uie, Căpâlna, Băniț a)#, pose plus de questions qu’elle n’apporte de réponses... Tout le complexe de forteresses est inscrit sur la Liste du Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Une ville civile? Oui, sur les terrasses spécialement aménagées à l’extérieur de la forteresse, avec des maisons à typologie extrêmement variée (circulaire, parallélépipédique, cubique), avec des citernes d’eau et un système élaboré de canalisation, mais sans beaucoup d’autres aménités. Mais destinés à qui? Aux tarabostes (les nobles daces) ou également aux comati (paysans, gens du peuple)?

Centre administratif et politique de la Dacie préromaine et capitale royale? Oui, si on se rapporte à la quantité extraordinaire de trésors# trouvés dans cette zone, ainsi qu’aux traces d’habitation et aux objets trouvés, y compris la célèbre ”trousse médicale”. En quelle période? Même si une partie des fortifications, habitations et sanctuaires a été construite approximativement entre le VIème et le IIIème siècle av.J., elle est devenue capitale seulement à partir des dernières années du règne de Burebista (82-44 av.J.) et jusqu’à la conquête romaine en 106.


Hiéro-pôle? Oui, si on pense au célèbre disque solaire qui aurait pu servir, selon certains chercheurs, également comme autel sacrificiel, ou bien aux 7 sanctuaires, a formes rectangulaires ou circulaires, dont ont été sauvegardés les emplacements et les tambours d’andézite ou de calcaire qui soutenaient les colonnes et pour lesquels les immenses pierres entaient apportées de 40-100 km distance... Cette acception est d’autant plus renforcée si on regarde le calendrier circulaire ayant un diamètre de 7 mètres, unique au monde et qui, selon certains chercheurs, paraît être construit pour déchiffrer les mécanismes astraux et les grands cycles cosmiques et qui serrait un des plus exacts calendriers. Mais quelle religion pratiquait-on ici, sur ces terrasses spécialement aménagées en soubassement des murs de la forteresse? Les fragments d’informations venant d’Hérodote de d’autres écrivains de l’antiquité indiquent, à part les disputes scientifiques sur le hénothéisme, le monothéisme ou le polythéisme des daces, que ceux-ci vénéraient Zamolxis comme déité principale ou unique, lui-même tout aussi peu connu et compris que la religion qu’il avait instaurée. On sait seulement qu’il était une déité de type uranien, liée au ciel et au soleil et on suppose ainsi que la construction des hiéropôles sur des sommets de montagne était dictée par le besoin des daces de monter le plus haut possible, au plus près du ciel, de la divinité. Mais si Sarmizegetusa Regia paraît être le centre sacré des daces – leur plus important établissement religieux – estce qu’on peut considérer que la montagne sur laquelle celui-ci se trouve pourrait être le Kogaionon (Mont Sacré) dont parle Strabon, aux tréfonds duquel Zamolxis se serait retiré? Ici, également, les chercheurs avancent multiples hypothèses, en identifiant comme lieux possibles soit les montagnes d’Orăș tie – où se trouve Sarmizegetusa -, soit les montagnes de Bucegi ou le mont Ceahlău du haut duquel, en début d’août, on peut voir les spectaculaires hologrammes naturels d’une Pyramide parfaite et d’une Voie vers le ciel... Il est évident que de nos jours les liens aves les anciennes traditions daces sont rompus. Définitivement? Difficile à répondre... Mais, tout comme nous cherchons sans cesse le Mot Perdu, je crois que nous pouvons avoir une pensée pour le trésor de spiritualité des daces, perdu tout comme leur Montagne Sacrée, et continuer à les chercher...


- L'évolution de la pensée libre après les dictatures siècle dernier 11-14 mai 2012 Bucarest, Roumanie

Organisateur | Grande Loge Féminine de Roumanie Projet initié par le Grand Orient de France


Newsletter 4 - GLFR - Grande Loge Feminine de Roumanie