Page 1

RECONNAISSANCE DE PLAQUES

PAGE 21

ENREGISTREUR VIDÉO NUMÉRIQUE

PAGE 21

PANNEAU DE CONTRÔLE DE SÉCURITÉ

CAMÉRAS PANORAMIQUES

PAGE 21

PAGE 21

PRINTEMPS 2017

WWW.SECURITEQUEBEC.CA

LA NOUVELLE FAÇON DE VOIR D’UN HÔPITAL DE MONTRÉAL LE CHU SAINTE-JUSTINE PROFITE DE SON AGRANDISSEMENT D’ENVERGURE POUR REVOIR SON APPROCHE DE SÉCURITÉ

PM# 40065710

www.securitequebec.ca • Vol. 8, no. 1 • PRINTEMPS 2017


L’accès intelligent commence par des solutions de bout en bout.

Contrôle d’accès autonome et sans fil E-Plex

Systèmes de contrôle d’accès en réseau Keyscan

Contrôleurs d’accès électroniques RCI

Portes tournantes de sécurité Pour des solutions qui offrent une alliance parfaite entre la forme, la flexibilité et la fonction, faites confiance aux solutions de dormakaba. Les produits de notre gamme complète de systèmes de contrôle d’accès en réseau, de contrôleurs d’accès électroniques et de solutions d’accès autonomes et sans fil sont conçus pour les applications de logements multiples, d’établissements de soin de santé, d’institutions financière, de magasins de détail, de transport et commerciales, et ce, avec un seul objectif en tête — rendre l’accès et le style de vie plus intelligents et plus sécuritaires. DORMA et KABA sont maintenant dormakaba Visitez dormakaba.us Rendez-nous au stand ISC WEST 8053


DANS CE NUMÉRO Volume 8, numéro 1 I PRINTEMPS 2017

CHRONIQUES 8

MISE À JOUR DE CANASA

Par Danielle Paquin La CANASA, la voix de l’industrie, se porte à la défense des intérêts de ses membres

10 RÈGLES ET PRATIQUES

DE SÉCURITÉ

Par Jean-Charles Gris Tireur actif : prévoir l’imprévisible

12 UN HÔPITAL DE

MONTRÉAL REMANIE SON PROGRAMME DE SÉCURITÉ

Par Neil Sutton

RUBRIQUES

4 MOT DE LA RÉDACTION 6 NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

TENDANCES EN 2017 16 Par Renée Francoeur

Des drones aux villes intelligentes en passant par la cybersécurité et plus encore, quelles tendances technologiques les professionnels et analystes du secteur de la sécurité entrevoient-ils ?

21 APERÇU DES PRODUITS Spécifications, caractéristiques, descriptions et

photos des plus récents produits, systèmes, services et solutions de l’industrie de la sécurité

22 EN COMPAGNIE DES JOUEURS Mark Folmer, Vice président senior regional, ASIS RECONNAISSANCE DE PLAQUES PAGE 21

ENREGISTREUR VIDÉO NUMÉRIQUE PAGE 21

PANNEAU DE CONTRÔLE DE SÉCURITÉ

CAMÉRAS PANORAMIQUES PAGE 21

International, Région 6 (Canada)

PAGE 21

WWW.SECURITEQUEBEC.CA PRINTEMPS 2017

La source de l’industrie de la sécurité pour les nouveaux produits

LA NOUVELLE FAÇON L DE VOIR D’UN HÔPITA AL RÉ NT DE MO LE CHU SAINTE-JUSTINE PROFITE DE SON AGRANDISSEMENT R D’ENVERGURE POUR REVOI ITÉ SON APPROCHE DE SÉCUR

ABONNEZ-VOUS AUJOURD’HUI ! C’EST GRATUIT ! PM# 40065710

www.securitequebec.ca

• Vol. 8, no. 1 • PRINTEMPS

2017

www.securitequebec.ca www.securitequebec.ca I SÉCURITÉ QUÉBEC

3


MOT DE LA RÉDACTION I

Par Neil Sutton

Créer une culture de la sécurité Le milieu de la santé s’avère un secteur où la sécurité est vécue autant que pratiquée

L

a perception populaire de la sécurité repose sur la prévention : interdire l’accès, restreindre les comportements et garder les secrets ou les objets de valeur sous clés. La sécurité, c’est évidemment tout cela, mais le service de sécurité d’aujourd’hui se révèle également un précieux instigateur. Que ce soit pour aider une entreprise à bien comprendre son profil de risque ou pour promouvoir un message positif sur la sécurité d’un milieu, la sécurité est souvent moins une question de fermeture de portes que d’ouverture de nouvelles occasions. J’ai rencontré beaucoup de gens passionnés par la sécurité en tant que profession, mais lorsqu’il s’agit de la vivre comme une culture, certains des professionnels les plus engagés que j’ai rencontrés évoluent dans les soins de santé. C’est peut-être parce qu’ils y trouvent souvent une interaction plus directe avec la clientèle. J’ai entendu des histoires à donner la chair de poule sur la présence dans les salles d’urgence de gens enclins à la violence ou souffrant de problèmes de santé mentale, ou encore dont le comportement se voit altéré par l’alcool ou des drogues. Les rôles de la sécurité dans le milieu de la santé, surtout confrontés à des circonstances éprouvantes comme celles-là, nécessitent un dévouement particulier. J’ai aussi entendu parler d’actes de gentillesse hors du commun, comme des professionnels de la sécurité dans le milieu de la santé qui ont fait tout leur possible pour aider des patients dans le besoin ou qui ont pris le temps de les écouter. Quiconque a visité une salle d’urgence ou a été admis à un hôpital pour un traitement sait qu’on peut y vivre un sentiment de vulnérabilité, voire de frayeur, et que toute marque de compassion s’avère particulièrement bienvenue. Si les hôpitaux spécialisés dans les soins aux enfants s’avèrent souvent moins sujets au brouhaha d’un hôpital général, ils sont néanmoins souvent aux prises avec leur propre réalité : la menace d’enlèvement d’un nourrisson ou la fébrilité d’un parent hors de contrôle, désemparé par la maladie de son enfant. J’ai récemment visité un hôpital pour enfants à Montréal, par le biais du fournisseur de sécurité Genetec, dont la technologie a récemment été adoptée par l’hôpital, dans le cadre d’une mise à niveau à grande échelle des systèmes (lire l’article à la page 12). Les installations nouvellement construites de l’hôpital, y compris ses infrastructures de sécurité et son centre de contrôle, sont assez impressionnantes, mais j’ai été plus impressionné par son dévouement à la culture de la sécurité. L’hôpital a entrepris un voyage il y a déjà huit ans pour transformer complètement son service de sécurité. Le financement, les nouveaux équipements, une meilleure formation et plus de personnel permettent évidemment de faire un bon bout de chemin dans une démarche d’amélioration de la sécurité, mais son succès repose également sur la sensibilisation de tout l’hôpital en tant que communauté. Un hôpital qui croit en son service de sécurité – et le considère comme un instigateur – deviendra impérativement un endroit plus sécuritaire.

Le service de sécurité d’aujourd’hui se révèle également un précieux instigateur.

4

SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

Sécurité Québec sera publié deux fois en 2017 par Annex Business Media. Ce magazine a comme mandat premier d’offrir une source d’information aux installateurs, revendeurs, spécificateurs et utilisateurs oeuvrant dans l’industrie de la sécurité et/ou les secteurs connexes. Son contenu éditorial est recueilli de façon concise, précise et objective. Il y est question de produits, systèmes et services de sécurité, ainsi que de produits liés à cette industrie. Tout article et autres propositions de nouvelles susceptibles de représenter un intérêt peuvent être soumis au rédacteur en chef pour considération par courrier, courriel, télécopieur ou téléphone. Ces communications devraient concerner les intérêts des professionnels desservant l’industrie canadienne de la sécurité. Éditeur du Groupe, Paul Grossinger pgrossinger@annexweb.com Éditeur, Peter Young pyoung@annexweb.com Directrice des comptes nationaux, Jennifer Dyer jdyer@annexweb.com Rédacteur en chef, Neil Sutton nsutton@annexweb.com Adjointe à la rédaction, Renée Francoeur rfrancoeur@annexweb.com Directeur artistique, Graham Jeffrey gjeffrey@annexweb.com Coordinatrice des comptes-clients, Trish Ramsay tramsay@annexweb.com Directrice de la circulation, Anita Singh Tél.: 416 510-5189 ext 3596 asingh@annexbizmedia.com COO, Ted Markle tmarkle@annexweb.com President & CEO, Mike Fredericks Siège social : 222 Edward Street, Aurora, ON L4G 1W6 Tél.: 905 727-0077 • Téléc.: 905 727-0017 Entente postale de publication : no 40065710 Note au maître de poste : Prière de retourner toute copie ne pouvant être livrée au Canada à : PO Box 51058, Pincourt, QC J7V 9T3 Imprimé au Canada Tarifs d’abonnement Canada : 20.50 $ + tbh/an, Etats-Unis : 40.95 $/an, International : 65.95 $/an Publié deux fois par année De temps en temps, Sécurité Québec fait parvenir de l’information au nom de groupes oeuvrant dans l’industrie, dont les produits et services pourraient vous intéresser. Si vous préférez ne pas recevoir cette information, nous vous prions de communiquer avec notre service de la diffusion d’une des quatre façons énumérées précédemment. Annex Business Media décline toute garantie quant à l’exactitude, l’exhaustivité ou l’actualité du contenu de cette publication, et décline toute responsabilité à l’égard des résultats de toute action prise ou non prise en se basant sur l’information contenue dans cette publication.


Centre de Surveillance National

FOURNISSANT LA SURVEILLANCE D’ALARME DE GROS DEPUIS 1989 SURVEILLANCE IP ET CELLULAIRE SERVICES INTERACTIFS SURVEILLANCE VIDÉO SURVEILLANCE DE PERS ET PERS MOBILE FACTURATION DU REVENDEUR VENEZ NOUS VISITER À LES ÉVÈNEMENTS DE SECURITÉ CANADA AUX ENDROITS SUIVANTS: Securité Canada Est Sheraton Laval Avril 26, 2017

Securité Canada Alberta River Cree Resort & Casino Mai 10, 2017

Securité Canada Ottawa Centre de conférence et d’évènements d’Ottawa Mai 31, 2017

Securité Canada Ouest River Rock Casino Resort Juin 21, 2017

Tout cela et plus, incluant tous les frais de surveillance inclusive, pas de frais additionels ou de surprises.

Votre partenaire, pas votre compétiteur 1-866-561-6433 www.armcom.ca www.securitequebec.ca I SÉCURITÉ QUÉBEC

5


NOUVELLES DE L’INDUSTRIE

Paladin devient intégrateur national grâce à deux acquisitions acquisitions contribuent à positionner Paladin comme un intégrateur national, considère M. Reid. (Paladin a également aladin Security Systems a annoncé fait l’acquisition d’Action l’acquisition de deux BMS située en Colombieintégrateurs régionaux le 1er Britannique à la fin de 2015.) février : Marcomm Systems « Historiquement, nous étions Group inc. (MSGI) à Ottawa et un joueur régional exécutant Contava à Edmonton. Les deux des contrats nationaux. Nous entités seront intégrées aux voulons maintenant être un affaires existantes de Paladin. joueur national exécutant des C’est ce qu’a fait savoir Ted Reid, Paladin contrats nationaux — et nous le président de division et acquitter de tout le processus », directeur financier, Ted Reid, explique M. Reid. ajoutant que les deux compagnies seront « Nous voulons travailler avec tous rebaptisées au nom de Paladin avant la les grands entrepreneurs généraux, fin de l’année. Fondé en 1991, le bureau comme cela ouvre la porte à de principal de MSGI est situé à Ottawa, nombreuses possibilités. Les projets avec des installations supplémentaires dans le Grand Toronto et au Québec. Contava compte trois établissements en Alberta, un en Colombie-Britannique et un en Ontario. Toutes acquisitions confondues, la division d’intégration 10 mai 2017 de Paladin comportera quelque 300 Exposition Sécurité Canada Alberta employés. M. Reid mentionne que les Edmonton, Alberta www.securitycanadaexpo.com bureaux seront combinés selon les besoins. À Calgary, Contava et Paladin 18 mai 2017 vont probablement emménager dans Tournoi de golf régional – CANASA un nouvel espace de bureaux commun. Québec Quant au personnel d’Ottawa, il Montréal, Québec déménagera dans les installations www.canasa.org existantes de MSGI. Le président de MSGI, David Trudel, 31 mai 2017 assumera un rôle de développement Exposition Sécurité Canada Ottawa des affaires chez Paladin, alors que le Ottawa, Ontario fondateur de Contava, Curtis Nikel, www.securitycanadaexpo.com deviendra président d’une autre 1er juin 2017 entreprise : Vunetrix. Cette firme Tournoi de golf régional – CANASA d’Edmonton, dont le siège social est Est de l’Ontario à Seattle, a été fondée en 2011 en Ottawa, Ontario tant que développeur de logiciels de www.canasa.org surveillance du réseau pour l’industrie de la sécurité. M. Nikel entretenait 13 juin 2017 déjà une relation avec Vunetrix à titre Exposition ADI d’actionnaire. M. Reid fait valoir Québec, Québec que Paladin sera en mesure d’offrir www.adiglobal.com à ses clients d’intégration le logiciel 13-16 juin 2017 Vunetrix ainsi que la solution logicielle Exposition Sécurité électronique Dynatrol de MSGI : une application Nashville, Tennessee d’interface graphique (GUI) pour les www.esxweb.com établissements correctionnels. Les deux

Par Neil Sutton

P

PPP (partenariat public-privé) à venir constituent de grandes occasions d’affaires », poursuit-il. M. Reid ajoute que Paladin est impatient de profiter des forces des nouvelles compagnies. « Nul doute qu’avec MSGI, nous pourrons développer le marché vertical des services correctionnels, puisqu’ils y sont très forts. Pour sa part, Contava possède une équipe technique très solide au niveau entreprise dans l’Ouest canadien. De grandes choses peuvent s’accomplir quand vous avez la collaboration de toutes les équipes », insiste-t-il. Aux dires de M. Reid, la nouvelle entité combinée générera des revenus annuels de plus de 100 millions de dollars. À tour de rôle, Paladin, MSGI et Contava ont tous été des gagnants du prix annuel d’Intégrateur de l’année de SP&T News.

ÉVÉNEMENTS

6

SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

14-15 juin 2017 Sommet Sécurité Canada Toronto, Ontario www.securitysummitcanada.com 21 juin 2017 Sécurité Canada Ouest Richmond, Colombie-Britannique www.securitycanadaexpo.com 13 septembre 2017 Sécurité Canada Atlantique Halifax, Nouvelle-Écosse www.securitycanadaexpo.com 25-28 septembre 2017 Séminaire et exposition – ASIS International Dallas, Texas www.asisonline.org 4 octobre 2017 Événement Focus On Drones Toronto, Ontario www.focusonseries.ca 18-19 octobre 2017 Sécurité Canada Centre Toronto, Ontario www.securitycanadaexpo.com


La ville de Québec sera l’hôte du prochain Plugfest d’ONVIF Par Neil Sutton

L

’événement semestriel Plugfest d’ONVIF — un point de rencontre pour les développeurs et les fournisseurs dans le domaine de la sécurité — se tiendra au Canada en mai prochain. Comme on le sait, le Plugfest a été instauré peu après la création de l’organisme ONVIF lui-même. Fondé en 2008 par Axis Communications, Bosch Security Systems et Sony, l’ONVIF est une organisation à but non lucratif vouée au développement d’interfaces standard pour l’équipement de sécurité physique fonctionnant sur IP. Son effectif est maintenant constitué d’environ 500 entreprises et organisations réparties dans une structure à plusieurs niveaux, comprenant des membres à part entière et des membres observateurs. Le premier Plugfest, qui s’est tenu

AOVS_Beauty-horizontal-ISCW17_FR.indd 2 SQ_Hikvision_Spring2017.indd 1

en 2009, a été une occasion de mettre une partie de cette interopérabilité IP à l’épreuve. Deux fois par année, des groupes de membres se réunissent à un endroit donné en Amériques, en Europe ou en Asie pour échanger des idées, des informations techniques et, surtout, pour s’assurer que leurs caméras, appareils et logiciels fonctionneront les uns avec les autres. Le premier Plugfest de 2017 se déroulera à Québec, du 10 au 12 mai (déplacé de son emplacement original qui

était Montréal). Les Plugfest s’avèrent une ressource inestimable, affirme Steven Dillingham, président du groupe d’étude de Plugfest et directeur du groupe d’intégration chez Oncam, un autre membre ONVIF. Les entreprises membres y apportent, soit une implantation pour clients, soit une implantation pour dispositifs, typiquement un prototype, et « nous nous réunissons de deux jours et demi à trois jours pour effectuer beaucoup de tests », explique M. Dillingham. Cet événement permet d’améliorer l’interopérabilité entre votre implantation et un plus grand éventail de fabricants. » La ville de Québec accueillera le premier Plugfest canadien, et M. Dillingham espère un bon taux de participation. Le deuxième Plugfest de 2017 se tiendra à Séoul en Corée.

www.securitequebec.ca I SÉCURITÉ QUÉBEC

7

3/10/17 4:37 2017-03-14 9:24PM AM


MISE À JOUR DE CANASA I

Par Danielle Paquin

La CANASA, la voix de l’industrie, se porte à la défense des intérêts de ses membres Voici les plus récents faits saillants de l’Association au Québec, ainsi que les activités à venir

L

e Conseil régional du Québec travaille de concert avec l’Association pour mettre en œuvre les mesures nécessaires pour représenter les intérêts des membres et leur offrir une gamme de services conçus sur mesure. Au Québec, le Conseil régional de la CANASA ne chôme pas. Voici quelques-uns des dossiers dans sa mire:

CANASA présente son nouveau directeur général monsieur J. David Ritter. M. Ritter occupe ce poste depuis le 13 février. Bell Fibe : introduction de nouvelles technologies qui perturbent les systèmes de sécurité (octobre 2016) L’introduction d’un nouvel équipement pour les clients de Fibe (Bell) a causé des interruptions dans l’émission des signaux entre le système de sécurité du client et la centrale de surveillance. CANASA a formé un comité de travail incluant les membres et Bell. À ce jour, les problèmes sont entièrement résolus. Cette situation aura permis de consolider notre partenariat avec Bell.

Convention collective de l’industrie de la construction : c’est parti! Depuis l’automne dernier, la CANASA participe à des rencontres préparatoires en vue des négociations de la prochaine convention collective 2017–2020. Jean Rho, Denis Bouchard, Karl St-Laurent et Daniel Leblanc font partie du comité permanent consulté par l’ACQ lors des négociations. Cette activité se poursuit tout au cours de 2017. 8

SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

Règlement modifiant le règlement de l’agglomération sur les systèmes d’alarme contre l’intrusion et le contrôle des fausses alarmes : en vigueur dès le 1er janvier 2018 CANASA a donc travaillé de concert avec la Ville de Québec pour mettre de l’avant un règlement basé sur la répartition des responsabilités et sur la sensibilisation des clients, sur le fléau des alarmes nonfondées. L’intervention de la CANASA a aussi contribué à la réflexion de la Ville sur la façon de faire, ce qui l’a conduit vers l’adoption d’une nouvelle technologie, unique au Canada, qui permettra de réduire les délais et les erreurs humaines qui peuvent parfois se produire lors des communications téléphoniques. CANASA assure la coordination de ce dossier avec ses membres et la Ville de Québec.

Dossier révision de la juridiction des métiers Depuis 2011, la Commission de la construction du Québec (CCQ) a l’obligation de produire un rapport tous les cinq ans sur la juridiction de métiers comme prescrit au Règlement sur la formation professionnelle de la main d’œuvre dans l’industrie de la construction (R.R.Q., chap. R-20, r. 8). CANASA milite, depuis des années, en faveur de la création du métier d’installateur de systèmes électroniques de sécurité. CANASA a été entendue; sa problématique fait partie des neuf (9) problématiques pris en charge par le Groupe de travail de la CCQ. Ce dossier est en cours et est suivi de près en 2017.

du nouveau Conseil d’administration) Salon Sécurité Canada Soirée de célébrations du 40e anniversaire de la CANASA (Laval, 26 avril 2017) 1er mai Date limite d’inscription- Bourse d’études 9 mai ULC, nouvelle norme S302, Québec 11 mai ULC, nouvelle norme S302, Montréal 18 mai Tournoi de golf CANASA, Montréal Juin La caméra pour qui, comment et pourquoi, présentation Bernier Beaudry avocats Pour de plus amples informations sur les dossiers de la CANASA, n’hésitez pas à communiquer avec Danielle Paquin dpaquin@canasa.org ou 514-884-3343.

CANASA annonce la nomination de son nouveau directeur général

Activités à venir : pour les détails consultez le www.canasa.org

CANASA présente son nouveau directeur général J. David Ritter, qui occupe, depuis le 13 février, le poste de directeur général de la CANASA. David compte plus d’une trentaine d’années d’expérience en services professionnels interentreprises (B2B) et entreprise-consommateur (B2C). Il a occupé le poste de président directeur général à l’Association canadienne des bijoutiers, vice-président de Canada Law Book Inc., vice-président de CLB Media Inc. et président de Gadikin International. Joignez-vous à moi pour lui souhaiter un accueil chaleureux.

26 avril

Danielle Paquin est Directrice affaires gouvernementales – Québec, Association canadienne de la sécurité (CANASA).

Asemblée générale annuelle de la CANASA (incluant l’élection


NOMINATIONS

Scott Young

Kurt Takahashi

• GardaWorld Services de protection a annoncé la promotion de Scott Young au poste de directeur principal, Développement des affaires pour le Canada anglais, basé à Toronto. M. Young travaille chez GardaWorld depuis plus de 10 ans. Il a été en poste à Edmonton, Calgary et Vancouver. • AMAG Technology, une société de G4S, a annoncé que Kurt Takahashi, premier vice-président des ventes, a été promu président. M. Takahashi oeuvre au sein d’AMAG depuis février 2015.

Grant Aitken

Mitsuhiro Omura

Peter Sandin

Précédemment, il était le vice-président des ventes mondiales et du marketing chez Quantum Secure. • Pivot3 a embauché Grant Aitken et Ian Clarke pour développer son offre de produits sur le marché canadien : M. Aitken en tant que directeur national et M. Clarke comme directeur régional des ventes. • TOA Canada accueille Mitsuhiro Omura comme président-directeur général. M.Omura arrive en Amérique du Nord depuis le siège social de TOA

Gary Drutin

à Kobe au Japon. • Vingtor-Stentofon de Zenitel Group a nommé Peter Sandin au poste de viceprésident des ventes pour sa division nord-américaine. M. Sandin occupait précédemment la fonction de directeur régional des ventes. • FST Biometrics souhaite la bienvenue à Gary Drutin au poste de directeur général, en remplacement du major général Aharon Zeevi Farkash. M. Drutin travaillait chez Allot Communications.

LA SÉCURITÉ DES AUTRES COMMENCE PAR LA VÔTRE BFL CANADA offre un programme d’assurance spécialement conçu pour protéger les entreprises oeuvrant dans le domaine de la sécurité, en plus d’émettre tous types de cautionnements exigés par vos activités.

POUR PLUS D’INFORMATION : Simon Morin, courtier en assurance de dommages smorin@bflcanada.ca | 514 905-4328

BFL CANADA, cabinet de services financiers BFL CANADA_Sécurité Québec_Printemps 2016.indd 1 SQ_March_BFL.indd 1

 bflcanada.ca 11/12/2015 1:36:47 PM 9 www.securitequebec.ca I SÉCURITÉ QUÉBEC 2016-03-01 2:31 PM


RÈGLES ET PRATIQUES DE SÉCURITÉ I

Par Jean-Charles Gris

Tireur actif : prévoir l’imprévisible Est-il possible d’agir efficacement en prévention, tout en planifiant une intervention efficace? « [Les événements de type tireur actif, malgré leur rareté, sont un aspect de sécurité des plus importants pour des organisations comme l’éducation, les services corporatifs ou les édifices gouvernementaux (1)] ».

L

e 29 janvier 2017, un attentat par arme à feu visait le Centre culturel islamique de Québec, faisant six morts et de nombreux blessés. Malheureusement, cet événement dramatique n’est pas le premier au Québec, et il suffit d’évoquer les noms du Métropolis (2012), de Dawson (2006), de Concordia (1992), de Polytechnique (1989) ou de l’Assemblée Nationale du Québec (1984) pour raviver des souvenirs encore trop proches. Si les résultantes de ces événements avaient plus en commun que les motifs invoqués, il apparaît impossible, et surtout dangereux, de déclarer que ces événements n’arrivent qu’aux autres. En tant que professionnels et gestionnaires de la sécurité, il s’agit d’un des volets des programmes de sûreté qui est le plus compliqué à gérer. Lorsque vient le temps de justifier des investissements et de répondre à la question de la direction : « Pourquoi devrions-nous investir dans un programme tireur actif? », il serait contreproductif de répondre simplement que c’est la bonne chose à faire. Comme dans n’importe quel service, il convient de justifier les investissements qui doivent être faits afin de, dans notre cas, permettre à l’organisation de poursuivre ses activités en diminuant les chances qu’un événement ne se produise ou en minimisant les impacts s’il devait malgré tout survenir. Comme la quasi-totalité des menaces de sûreté, celle du tireur actif doit être traitée à deux niveaux. Le 10 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

premier consiste en la mise en place des moyens physiques, opérationnels, informationnels et humains afin d’éviter que la menace ne se concrétise, et le deuxième prévoit les mécanismes de réponse en cas d’occurrence. La première étape d’un processus de développement éclairé de la sûreté, quel qu’il soit, est de procéder à une évaluation des menaces et des risques. Plusieurs méthodologies existent(2) et peuvent différer sur certains aspects, mais elles ont en commun de permettre la mise en exergue des actifs à protéger, des menaces contre ces actifs et des vulnérabilités des systèmes existants. Seulement une fois ces étapes effectuées, des recommandations éclairées, justifiées et cohérentes pourront être proposées afin de minimiser le risque résiduel pour l’amener à un niveau acceptable par l’organisation. Un manque de préparation dans les éléments de réponse en cas de présence de tireur actif peut avoir des conséquences désastreuses. Maintenant souvent intégrée dans le plan de mesures d’urgence, cette menace fait l’objet de mesures spécifiques et est traitée comme un élément à part entière. De nombreuses ressources(3) permettent de se familiariser avec les aspects

intrinsèques à cette problématique et d’en élaborer les volets de préparation, de réponse et de retour à la normale. Cette menace revêt cependant une caractéristique en termes de préparation qui est l’importance de coordonner les services corporatifs avec les services qui devront intervenir sur place. Il va de soi que l’étendue des aspects à considérer lorsque l’on aborde un tel sujet ne saurait se résumer en quelques lignes. Si vous vous demandez s’il est possible d’agir efficacement en prévention tout en planifiant une intervention efficace, la réponse courte est « oui », mais assurez-vous de considérer efficacement l’ensemble des aspects propres à chaque organisation. 1. Paul Timm, PSP, Preventing an Active Shooter Incident, dans Active Shooter, ASIS School Safety & Security Council (2016). 2. Trois exemples de ressources utiles au Canada : (1) Méthodologie harmonisée d’évaluation des menaces et des risques (GRC-RCMP); (2) Threat/Risk Assessment Workbook (Ontario Ministry of Government Services); (3) Protection of Assets, Physical Security, Part I : Chapter 1 (ASIS International). 3. (1) Active Shooter: A Handbook on Prevention, 2nd Ed. J. Sinai (2016), ASIS International; (2) Active Shooter: Preparing for and Responding to a Growing Threat, K.T. Doss, CPP, PSP, and C. Shepherd (2015).

Jean-Charles Gris, CPP, est Vice-président de la région ASIS Canada Est et Directeur conseil, expertise sécurité chez WSP Canada.


W

*

*

*

**


Le CHU Sainte-Justine est équipé de trois centres d’opérations de sécurité pour gérer l’infrastructure de surveillance de l’hôpital.

Photo : gracieuseté de Genetec

Un hôpital de Montréal remanie son programme de sécurité Le CHU Sainte-Justine réévalue ses procédures et installe un nouveau système de surveillance Par Neil Sutton

U

n hôpital de Montréal a subi ce que son PDG appelle un « changement culturel de sa sécurité », lequel a eu pour effet de mettre à jour à la fois les attitudes et la technologie. Le CHU Sainte-Justine, un centre hospitalier universitaire consacré aux mères et aux enfants, qui se veut également un hôpital d’enseignement pour les travailleurs de la santé en pédiatrie et en obstétrique, a récemment terminé un agrandissement de ses installations au coût de un milliard de dollars. En ce qui concerne le changement fondamental de sa sécurité, il a cependant eu lieu il y a plusieurs années. Le Dr Fabrice Brunet, président12 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

directeur général du CHU Sainte-Justine, s’est joint à l’institution il y a huit ans. Originaire de Paris, M. Brunet a également travaillé à Toronto et au Royaume-Uni, mais a finalement choisi Montréal pour apprendre et étudier le système de santé québécois qui, selon lui, est très différent des deux autres qu’il a connus. Il souhaitait aussi travailler dans un environnement spécialisé dans les soins de santé apportés aux enfants. Lorsqu’il est arrivé dans

Il importe de vivre la culture tous les jours et de donner l’exemple. — Dr. Fabrice Brunet, CHU Saint-Justine

l’établissement, il a remarqué une attitude laxiste à l’égard des procédures de sécurité, ainsi qu’un manque de préparation. « Quand quelqu’un venait à l’hôpital il y a huit ans, il pouvait aller n’importe où dans l’hôpital », soulignet-il. Inconnu à ce moment-là, il pouvait poser aux médecins des questions de sécurité critiques et recevoir des réponses sans plus d’investigation. M. Brunet raconte qu’à l’époque, la tendance était – et est encore à bien des égards – de dire que le Canada, et particulièrement le Québec, s’avérait un endroit sécuritaire pour vivre et travailler. Il reconnaît que le monde d’aujourd’hui est assez différent de ce qu’il était il y a huit ans, mais il voulait néanmoins que l’hôpital soit


No 1 en sécurité résidentielle au Canada 125 ans d’expertise en sécurité Centres de télésurveillance au Canada Service bilingue


Photo : gracieuseté de Genetec

L’hôpital dispose de deux postes de sécurité en plus de ses centres d’opérations, afin d’offrir un soutien complet en cas d’urgence.

préparé à toute éventualité. M. Brunet s’est entretenu avec Sécurité Québec seulement quelques jours après la tuerie qui a eu lieu dans une mosquée de Québec, et qui a coûté la vie à six personnes et en a blessé cinq autres. Il a cité l’événement comme un exemple illustrant qu’une tragédie peut frapper presque partout. « Ce n’est pas si ou quand ça va se produire, commentet-il. Vous avez vu ce qui s’est passé à Québec. » Plus de 3500 enfants naissent à Sainte-Justine chaque année. M. Brunet est également préoccupé par la possibilité d’enlèvement d’enfants. En 2014, par exemple, un nouveauné a été kidnappé dans un hôpital de Trois-Rivières par une femme vêtue en infirmière. Heureusement, la femme a été appréhendée et l’enfant a été restitué indemne à ses parents, mais M. Brunet tient à ce que son hôpital prenne des mesures de sécurité pour limiter la probabilité qu’un tel événement se produise à Sainte-Justine. Julie Carpentier, coordonnatrice des mesures d’urgence et de la sécurité, a commencé à travailler à l’hôpital à peu près au même moment que M. Brunet. Comme lui, elle a remarqué une carence dans les mesures de sécurité. M. Brunet relate qu’il a lancé le défi à Mme Carpentier de proposer un plan pour remédier au manque de rigueur de l’hôpital au chapitre de la sécurité. « Si vous voulez parler de sécurité et de salubrité, vous devez faire comprendre aux gens que c’est l’affaire de tout le 14 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

monde autour de la table. Vous devez les convaincre que ce n’est pas votre problème (uniquement), mais que c’est le leur (également), fait valoir M. Brunet. Julie a dû faire réaliser à tout le monde que la sécurité est un problème partagé. » Quand Mme Carpentier a commencé à travailler à l’hôpital il y a huit ans, elle dit qu’un de ses premiers défis a été de se préparer à la pandémie de grippe H1N1 qui menaçait de traverser le pays. Avec la nouvelle construction à l’hôpital, un défi plus récent a été de hausser la technologie de sécurité au niveau où il doit être. « Nous avions beaucoup de zones aveugles, précise-t-elle, même si des enregistrements étaient réalisés à certains endroits. » En 2009, il y avait 66 caméras sur le site. Aujourd’hui, on en compte

Julie Carpentier, coordonnatrice des mesures d’urgence et de la sécurité, a supervisé une transformation majeure dans la façon dont l’hôpital gère sa culture de sécurité.

800 : dans l’ensemble du bâtiment existant et dans l’agrandissement. La plupart d’entre elles sont des modèles Bosch et Panasonic, et elles sont gérées par une plateforme de gestion vidéo (VMS) de Genetec. L’hôpital a également repensé son centre des opérations de sécurité (SOC), lequel était à l’origine à aire ouverte, laissant les passants voir les écrans vidéo. Aujourd’hui, cet espace est fermé et ses points d’accès sont protégés par un verre antiballes. Deux autres centres de sécurité, ainsi que deux postes de sécurité supplémentaires ont été ajoutés, offrant une redondance complète en cas d’urgence. À mesure que l’hôpital renforçait son profil de sécurité, Mme Carpentier ajoutait du personnel à son service. « Quand j’ai commencé, il n’y avait que quatre gardes, se souvient-elle. Maintenant, nous en avons 12 [pendant le quart de jour]. » Les installations récemment rénovées comportent également une augmentation radicale du nombre de portes que l’hôpital doit gérer. À l’arrivée de Mme Carpentier, il y avait moins de 30 portes, et seulement 12 étaient équipées d’un lecteur de cartes. Maintenant, avec la restructuration et les nouveaux ajouts, on en dénombre 900. Alors que l’agrandissement de l’hôpital a nécessité des changements récents à son infrastructure de sécurité, M. Brunet déclare qu’il a fallu trois ou quatre ans de transition pour migrer vers une culture de sécurité plus rigoureuse. Certaines mises à niveau de sécurité ont été instaurées au fil de temps pour des raisons budgétaires, mais le changement progressif a également permis au personnel de s’y habituer et d’absorber la nouvelle culture. « Vous n’allez nulle part en criant [après les gens], expose M. Brunet. Il importe de vivre la culture tous les jours et de donner l’exemple. » Le personnel a bien réagi à ce renouvellement de sécurité, et l’hôpital tout entier est devenu « plus créatif » en matière d’optimisation de ses ressources de sécurité, explique M. Brunet. Il tient également à souligner le rôle pivot de Mme Carpentier dans l’accomplissement de la transformation. « Nous sommes très reconnaissants pour ce qu’elle a fait », conclut-il.


Distributeur Exclusif Canadien u Dep

is 1

93

Dédié à votre succès

9

“ nous ne sommes pas électronique nous sommes mécatronique ”

SANTÉ

ÉDUCATION

AÉROPORT

INDUSTRIES

HÔTELS

RÉSIDENTIEL

BANQUE

ADMINISTRATIF

Serrure mécanique Lecteur mural Serrure Bar panique Barrières Porte automatique Serrure de cabinet Logiciel Judas numérique Coffre-fort Interrupteur écoénergie

Vancouver Tél.: 604.299.3466  : 800.668.7161

Edmonton Tél.: 780.452.1171  : 877.824.8273

Calgary

Toronto

Tél.: 403.266.5522  : 855.766.5522

Tél.: 905.612.1666  : 866.793.1580

Ottawa

Montréal

Québec

Tél.: 613.741.7900  : 866.741.7900

Tél.: 514.276.6700  : 800.363.6700

Tél.: 418.681.7522  : 800.463.2533

LAVAL

Halifax Tél.: 902.481.6333  : 866.741.7900 Sin

ce

19

39

BOOTH 106

Sheraton Laval Laval, Québec 26 avril 2017


Tendances en

2017

Des drones aux villes intelligentes Par Renée Francoeur en passant par la cybersécurité Drones et plus encore, quelles tendances Pour David Cooke, fondateur et pilote en chef chez Canda — qui technologiques et de services fournit des services de vidéos et de photos à partir de drones — contribuant à façonner l’industrie de la et titulaire d’un certificat d’opérations aériennes spécialisées de Transports Canada, les drones offrent de nombreuses possibilités sécurité au Canada les professionnels en matière de sécurité, depuis le contrôle des clôtures, des toits et et analystes du secteur de la sécurité des parcs solaires jusqu’au suivi des matériaux dans les réservoirs entrevoient-ils? de stockage.

« Une entreprise de sécurité qui peut sous-traiter l’aspect vol d’un drone dispose d’un atout considérable, fait valoir M. Cooke. Certaines de ces machines peuvent coûter de 50 à 60 000 $. Quelqu’un doit

16 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017


Les contrôles d’accès GV avec certification UL

améliorent la sécurité de votre installation Des milliers de marques de contrôles d’accès se retrouvent sur le marché aujourd’hui. Grâce à sa certification des Laboratoires des assureurs (UL), les contrôles d’accès GeoVision sont en mesure d’offrir davantage de sécurité à votre installation. Les contrôles d’accès GV (GV- Access Control) procurent la solution de sécurité complète la plus avancée en s’intégrant parfaitement aux systèmes de gestion vidéo VMS de GeoVision et aux produits fonctionnant sur protocole IP. Vous pouvez ainsi accéder simplement et de façon sécuritaire à toutes les vidéos d’un point d’accès, en direct et par enregistrement. Application mobile GV-Access Téléchargez-la sur Accès

Présence/durée

Visiteur

Patrouille

Ascenseur

Stationnement

App Store

Obtenez-la sur


ensuite être formé et garder son certificat de Transports Canada valide. » Selon M. Cooke, c’est le coût des drones qui sera le sujet brûlant en 2017. « Quand il est question de voler commercialement à des fins de surveillance et de sécurité, les entreprises sont souvent dirigées vers des drones

L’érosion des prix de l’équipement ne va pas disparaître. À mesure que les caméras vidéo acquièrent de nouvelles capacités, leur prix augmente. Toutefois, plusieurs de ces capacités et orientations semblent dirigées vers les services connexes auxquels sont reliés ces appareils, plutôt que vers le prix de ces derniers en tant que tel. — Katie Brink, The Freedonia Group

des « villes sécuritaires », qui inclut des aspects tels que la mise à niveau des infrastructures de la vidéosurveillance avec l’analytique, note Alexander Richardson, analyste de marché en communications critiques chez IHS Markit à Austin au Texas. David Cooke Aux dires de M. Richardson, nous obtenons conventionnels conformes, mais je pense une ville que la nouvelle tendance se dessine sécuritaire par autour de modèles plus petits, plus légers une « approche et moins restrictifs... comme le DJI Mavic Pro que je viens d’acheter, de la taille d’un multiagences » Alex Richardson comportant une iPhone 6. Son vol est tout à fait légal, « plateforme mais son coût s’avère moindre. » de technologies de l’information (TI) Le message général, expose consolidée regroupant une gamme de M. Cooke, c’est que les drones n’ont pas technologies de sécurité et d’applications besoin d’être dispendieux et vous n’avez de la loi ». Cela signifie qu’une même pas à les posséder. plateforme regroupe à Oliver Philippou, analyste la fois l’équipement de principal de la technologie vidéosurveillance, de chez IHS Markit Ltd. au répartition et d’intervention Royaume-Uni, déclare que d’urgence. les drones et la façon de Les revenus totaux les utiliser pour la sécurité générés par le marché de la constituent des sujets d’intérêt ville sécuritaire s’élevaient pour lui. à environ 13 milliards de « Les grands intégrateurs dollars américains en 2015, semblent très bien placés pour soutient M. Richardson. Il utiliser ce type d’application, Oliver Philippou s’agit d’un marché à forte et un grand nombre d’entre croissance — de l’ordre de 9 % eux ont déjà signé des par an dans le monde (entre 6 et 7 % en contrats de surveillance, comme Johnson Amérique du Nord). Controls et Securitas », fait-il remarquer, « Nous prévoyons que le marché ajoutant toutefois anticiper qu’une atteindra environ 20 milliards de dollars réalité composée de drones comme américains d’ici 2020. » « multiplicateur de force pour l’homme Pour que le concept de la ville en matière de garde et de surveillance sécuritaire fonctionne, des partenariats d’alarme » ne se concrétisera qu’après efficaces doivent impérativement être 2017. conclus, ajoute M. Richardson : non seulement avec différents organismes Villes intelligentes gouvernementaux, mais aussi avec À mesure que les « villes intelligentes » se d’autres entreprises et même des développent, il en va de même du marché 18 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

utilisateurs. Pour soutenir ses propos, il cite l’exemple de l’Opération bouclier (Operation Shield) à Atlanta en Géorgie, dans le cadre de laquelle le service de police local s’est associé à une agence de transport et des entreprises d’envergure comme Coca-Cola, dans le but de partager leurs caméras de sécurité. « De cette façon, ils ont réussi à acheminer toute l’information vers la salle de commande de la police, plutôt que cette dernière ait à payer pour des caméras supplémentaires, raconte-t-il. Repenser l’infrastructure dans cet esprit signifie, non seulement des économies de coûts, mais une synergie entre les gens qui investissent dans l’initiative de sécurité. »

CCTV : systèmes hybrides, coûts et analytique Katie Brink, analyste industrielle chez The Freedonia Group, s’attend à ce que la tendance de banalisation des produits se poursuive. Jon Cropley, analyste principal en vidéosurveillance chez IHS Markit Technology, est Katie Brink d’accord avec cet énoncé. « L’érosion des prix de l’équipement ne va pas disparaître », commente-t-il. « À mesure que les caméras vidéo acquièrent de nouvelles capacités, leur prix augmente. Toutefois, plusieurs de ces capacités et orientations semblent dirigées vers les services connexes auxquels sont reliés ces appareils, plutôt que vers le prix de ces derniers en tant que tel, expose Mme Brink. La vidéosurveillance continue de se développer allégrement en tant que service. Il en va de même du passage en nuage de la surveillance et des logiciels d’analytique. »


Tours d’appel d’urgence Un choix éclairé pour les solutions de sécurité Avec les tours et les stations d’urgence de Aiphone, il est maintenant plus facile de créer des systèmes de sécurité complets pour les campus à l’échelle nationale. Qu’il s’agisse d’une mise à niveau des tours existantes ou de l’installation de nouvelles tours, Aiphone sera un choix éclairé.

Qualité primée Sections de tour modulaire Montage facile Stations d’intercom adressables IP Application mobile Image claire et enregistrable Une solution « tout-en-un »

Arrêtez-vous a notre kiosque pour voir les derniers produits de Aiphone!

Kiosque

#302

www.aiphone.com


J’applaudis les intégrateurs et les installateurs. C’est une industrie difficile. De nombreux défis sont venus mettre à l’épreuve le fournisseur de sécurité typique en 2016. L’année 2017 ne sera pas différente à cet égard. — Terry Hoffman, Zerobit1

« L’analytique va continuer à rendre les postes occupés par des personnes dans l’industrie de la sécurité plus efficaces, poursuit Mme Brink, de sorte que vous finirez par avoir besoin d’un seul gardien de sécurité au lieu de deux ou trois occupés à regarder un mur complet d’écrans. Néanmoins, l’élément humain ne sera jamais complètement remplacé par les capacités analytiques. » M. Cropley souligne que les activités de l’industrie en 2017 devraient excéder l’amélioration de la qualité d’image et de la capacité de stockage. « Je Jon Cropley pense qu’une attention sera particulièrement accordée aux logiciels cette année. » De bonnes discussions demeurent à l’ordre du jour relativement aux systèmes de vidéosurveillance hybrides, comme ceux combinant l’analogique et les capacités IP ou les différents types de compression (H.265, H.264), déclare Mme Brink, car ils permettent d’accéder à de nouvelles technologies sans avoir à remplacer le système en entier — ce qui représente une option attrayante en matière de rentabilité.

quelle porte dérobée, à laquelle vous n’avez pas pensé, pourra être utilisée contre vous », dit-elle. Les attaques surviennent parfois via l’interconnectivité, explique-telle, comme un système de chauffage, ventilation et climatisation (CVC) automatisé en mesure de gérer le système de sécurité automatisé. « La situation n’incombe pas seulement aux caméras, mais également aux utilisateurs et à leur capacité d’utiliser correctement ces dernières, de sorte à prévenir leur attaque. Il ne s’agit donc pas de pointer du doigt les fabricants », exprime Mme Brink. Pour Alex Vaystikh, cofondateur de SecBI, une technologie de sécurité en démarrage, 2017 devra considérer les rançongiciels. « Tout le monde s’attarde sur les façons de se protéger contre les rançongiciels en chiffrant les données, présente-t-il. Les serveurs et les données en Alex Vaystikh nuage s’avèrent une cible potentielle tout indiquée, car le nuage ne dispose pas de solutions efficaces pour se défendre contre les rançongiciels. »

Cybersécurité : dispositifs plus robustes

Service/conseil : sens des affaires plus aigu

Se basant sur la dernière année, Mme Brink considère que les dispositifs de cybersécurité renforcés capteront l’attention, en raison des attaques de DDOS et de leur utilisation de caméras de CCTV. « En raison de l’interopérabilité et de l’interconnectivité entre les systèmes de dispositifs, particulièrement sur le marché d’utilisation commercial, le plus grand défi consiste à pouvoir anticiper l’origine des problèmes et identifier

La tendance des installateurs et intégrateurs de produits de sécurité se concentrant davantage sur le service et l’entretien se poursuivra en 2017, avance M. Philippou de IHS Markit. « Historiquement, le marché de l’installation et de l’intégration est axé sur les projets. On peut y observer de grandes fluctuations de revenus, comme il s’avère très difficile pour les intégrateurs de prévoir les livrables projetés. Les intégrateurs essaient donc

20 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

de passer à un modèle basé sur des revenus mensuels récurrents axés sur une offre de services et de contrats d’entretien – en particulier sur les marchés du détail et commercial, où les clients ne disposent pas d’équipes d’entretien sur place. » En 2017, attendez-vous à voir davantage de salles de commande intégrées, énonce-t-il, où la sécurité s’alliera à la gestion opérationnelle dans des milieux comme les grandes universités, les centrales électriques et les aéroports. En ce qui a trait à l’Internet des objets (IdO), Terry Hoffman, directeur de Zerobit1 Security Planners, mentionne qu’il s’attend à constater plus de partenariats entre les fabricants d’équipement et les experts en application. « L’expertise en matière de sécurité traditionnelle a changé. Elle requiert Terry Hoffman davantage de sens des affaires et de compréhension du risque d’entreprise. » Il précise anticiper une intégration accrue de plusieurs disciplines de sécurité, comme la sécurité de l’information, l’hygiène cybernétique et l’aspect opérationnel, avec un accent plus prononcé sur la résilience des entreprises. « La propriété par les clients s’avère quelque chose de nos jours, insiste-t-il. Un grand nombre de projets d’entreprise peuvent ne pas générer la marge de profit qu’ils généraient il y a cinq ans. Heureusement, ce manque à gagner peut être compensé par un excellent service à la clientèle, des plans d’entretien et un retour sur investissement amélioré grâce à l’utilisation de la technologie dans plusieurs domaines. » « J’applaudis les intégrateurs et les installateurs. C’est une industrie difficile. De nombreux défis sont venus mettre à l’épreuve le fournisseur de sécurité typique en 2016 », conclut M. Hoffman. « L’année 2017 ne sera pas différente à cet égard. De la concurrence en provenance de joueurs établis en dehors de l’Amérique du Nord s’en vient, mais on y dénombre aussi plusieurs occasions d’affaires. »


APERÇU DES PRODUITS Reconnaissance de plaques Genetec L’AutoVu SharpV est une nouvelle caméra fixe ALPR (reconnaissance automatique de plaques d’immatriculation) avec unité de traitement mobile, conçue pour les installations ALPR fixes. Elle peut être reliée à des systèmes de vidéosurveillance à l’échelle municipale pour améliorer les enquêtes judiciaires, les rapports et la surveillance. Elle permet également de contrôler l’accès aux installations d’une entreprise et de gérer ses espaces de stationnement. La nouvelle conception de l’AutoVu SharpV permet une installation sur des murs ou des poteaux. www.genetec.com/sharpv

Enregistreur vidéo numérique Dahua Technology L’enregistreur vidéo numérique (DVR) de la série XVR fait partie de la famille des solutions technologiques HDCVI 3.0, qui permettent aux systèmes de vidéosurveillance analogiques vieillissants de transmettre de la vidéo de qualité HD et la fonctionnalité IP sur une longue distance par un câble coaxial. Avec sa configuration simple et prête à l’emploi, la HDCVI 3.0 offre une compatibilité étendue avec de nombreuses technologies. Cela inclut des fonctions intelligentes comparables à celles que l’on retrouve dans les systèmes IP et à résolution plus élevée, tels qu’Ultra HD (UHD) ou 4K. www.dahuasecurity.com

Panneau de contrôle de sécurité Nortek Security & Control Le système de sécurité hybride Vario de 2GIG se compose d’un panneau de contrôle de sécurité avec des entrées et sorties intégrées. Il permet d’ajouter des capacités sans fil, afin de tirer parti des solutions sans fil existantes de 2GIG. Vario offre plusieurs styles de claviers, des options d’ajout de zones et de sorties, deux options d’ajout d’alimentation, la compatibilité vocale bidirectionnelle, deux options de récepteur distinct et boîtiers à l’épreuve du vandalisme. Extensif pour répondre aux besoins de toute installation, le système Vario prend en charge capteurs sans fil de 2GIG, et il est compatible avec un certain nombre de systèmes d’automatisation et de contrôle d’accès courants. www.2gig.com

Caméras panoramiques Avigilon Avigilon a annoncé l’agrandissement de sa plateforme de caméras H4 avec l’ajout de la gamme de caméras H4 à vue panoramique/inclinaison/ zoom (PTZ). La nouvelle PTZ H4 combine un rendement élevé avec des analyses vidéo à autoapprentissage procurant aux utilisateurs la fonctionnalité et l’intelligence nécessaires pour réagir de façon proactive aux événements au moment où ils se produisent. La nouvelle gamme de caméras PTZ H4 est offerte en résolutions de 1 et 2 mégapixels (Mpx), chacune équipée d’une rotation continue sur 360 °. www.avigilon.com

INDEX DES ANNONCEURS NOM DE COMPAGNIE

SITE INTERNET

NOM DE COMPAGNIE

SITE INTERNET

www.adt.ca/dealer

www.dormakaba.us

www.aiphone.com

www.geovision.com

www.apainc.ca

www.hikvision.com

www.armcom.ca

www.lanvac.ca

www.bflcanada.ca

www.weiserlock.com

Centre de Surveillance National

www.ccaq.ca www.securitequebec.ca I SÉCURITÉ QUÉBEC 21


EN COMPAGNIE DES JOUEURS

Mark Folmer

Vice président senior regional, ASIS International, Région 6 (Canada)

D

epuis peu, Mark Folmer assume les fonctions de vice-président régional principal, Groupe 6 (Canada) chez ASIS International. Professionnellement, son curriculum vitae rassemble le cabinet de consultants BECQ Group, Bell Canada et, plus récemment, Tracktik : un fournisseur de logiciels de gestion des effectifs de sécurité basé à Montréal. Il donne également des cours sur la sécurité à l’Université de Montréal. Sécurité Québec : Quelles sont vos priorités pour ASIS au Canada ? Mark Folmer : Mon numéro de membre est le 97. Ça fait donc un certain temps que je fais partie de l’équipe — 20 ans, pour être plus précis. En ce qui concerne les trois prochaines années, je pense que la croissance continue va être au cœur de nos activités. L’industrie est encore très segmentée : province par province. Plus nous pourrons rassembler tout le monde sous un même toit, créer une certaine stabilité dans ASIS et consolider l’engagement des membres, mieux se portera notre organisation. Il y a quelques plus petites sections régionales. Je pense qu’au fur et à mesure que la croissance va se concrétiser, les gens vont aller dans la même direction. Chaque région aura son entité propre et pourra réaliser ses objectifs particuliers. En d’autres termes, chaque région pourra profiter de la portée nationale en accord avec sa vision locale. Un de nos chevaux de bataille est d’offrir certaines certifications en français. Malgré tout, je crois qu’il y a environ 20 professionnels en protection certifiés (CPP) dans la province (de Québec), mais il y en aurait évidemment beaucoup plus si les certifications étaient offertes en français. 22 SÉCURITÉ QUÉBEC I Printemps 2017

Un de nos chevaux de bataille est d’offrir certaines certifications en français. SQ : Où peut-on améliorer ? MF : Comme autres buts, nos communications pourraient devenir plus judicieuses. Je pense que même certains membres canadiens d’ASIS ne se rendent pas compte qu’il y a une équipe de direction pour la Région 6 (dont font également partie JeanCharles Gris, Bill VanRyswyk et Darryl Polowaniuk). ASIS Canada possède un site Internet traditionnellement utilisé plus particulièrement pour la Soirée du Canada. Je crois donc que notre façon de communiquer peut être plus étendue, et que nous pouvons tenter d’intéresser plus que les membres d’ASIS. Il y a aussi l’objectif ambitieux, qui ne rentre pas nécessairement dans la catégorie à court terme, d’essayer d’être la voix du domaine de la sécurité au Canada — en contrant la perception qu’ASIS est une association industrielle américaine et en comprenant qu’elle est en fait une association de sécurité internationale. SQ : ASIS a récemment identifié que la cybersécurité s’avérait un élément majeur et en croissance de la sécurité physique. En quoi cet énoncé correspond-il à votre expérience au sein d’ASIS au Canada? MF : Je pense qu’ils ont traduit la croissance de la technologie cybernétique et de celle de la sécurité comme un tout. Oeuvrant dans une compagnie de logiciels [Tracktik], je dirais que nous voyons cela et nous prêchons cela tous les jours. Lorsque j’ai commencé dans l’industrie

de la sécurité il y a 20 ans, il y avait les gens du personnel de sécurité d’un côté et les gens de la technologie de sécurité de l’autre. Les gens ne parlaient même pas de la sécurité de l’information ou de la cybersécurité. Lentement mais sûrement, le personnel de sécurité, les gens des caméras, et ainsi de suite sont devenus de plus en plus proches — ils ont appelé cela la convergence. Aujourd’hui, cette convergence est manifeste, et elle porte le nom de sécurité physique. SQ : Que devraient être les objectifs d’ASIS d’après vous ? MF : Je suis d’avis qu’un nombre d’adhésions en croissance est un bon indice de leadership. Si ASIS peut continuer à mettre l’accent sur le modèle de gestion de la sécurité d’entreprise, je pense qu’ils vont intéresser davantage d’associations oeuvrant dans l’industrie. Une des choses que nous avons faites ici à Montréal pour presque tous les événements de section régionale a été d’inviter d’autres associations en disant : nous parlons de sécurité physique, mais ça recoupe la sécurité de l’information. J’espère que ce que je vais apporter à la direction d’ASIS, en collaboration avec les autres joueurs qui s’y impliquent bénévolement, c’est d’être rassembleur. Je ne prétends pas connaître les tenants et les aboutissants de la sécurité de l’information, mais il y a certainement des éléments qui se recoupent. Nous espérons que cela se manifeste en voyant augmenter la synergie entre les associations de l’industrie.


ww m

o c.c va

lan

w.

Vancouver / Pacifica : 2830 Douglas Road, Burnaby, BC, V5C 5B7 Toronto / Nemesis : 2863 Kingston Road, Scarborough, ON, M1M 1N3 Ottawa / Pegasus : 2212 Gladwin Crescent Unit B6, Ottawa, ON, K1B 5N1 Montreal / Odyssey : 5800 rue Iberville, Montreal, QC, H2G 2B7 Quebec / Atlantica : 11054 Valcartier, Quebec, QC, G2A 2M3

Le leader des Centres de surveillance au Canada


COMMODITÉ ET SÉCURITÉ À PORTÉE DE MAIN La technologie Home Connect de Weiser permet à votre serrure de porte de communiquer sans fil avec d’autres dispositifs chez vous. Imaginez-vous verrouillant et déverrouillant votre porte à l’aide de votre téléphone cellulaire ou recevant un message texte vous informant que votre enfant vient juste de rentrer de l’école. Grâce à la technologie Home Connect, c’est désormais possible.

SERRURES INTELLIGENTES ÉLECTRONIQUES

weiserlock.com

Profile for Annex Business Media

Sq 2017 spring  

Sq 2017 spring