Page 1

Guide de cotation (David Schreiber, Anne Kehrig, Mélanie Le Roy-Terquem)

B (Bibliographie) Contenu : Histoire du livre, des bibliothèques, de l'édition, de la lecture; technologie de l'information, multimédias; catalogues de bibliothèques, fonds. Remarques: peu de tranches libres; pas de structure générale. B A d (Arts plastiques) Contenu : Histoires de l'art par pays, aires géographiques; biographies, oeuvres et études sur les artistes, les différentes écoles de peinture, les salons, les études sur les musées, les cathédrales, les villes, l'urbanisme; études sur la danse, les arts du spectacle (cirque), les arts décoratifs. Remarques: le théâtre et les arts liés sont en L H cr et m. Structure générale: 4°: 1-1799: beaux-arts, etc. 1800-1899: arts du cirque; 1900-1999: danse 2000-2499: cinéma 2500-...: photographie; (classement géographique à approfondir) 8°: 1-2000: beaux-arts, architecture, urbanisme artistique, danse, arts du spectacle (cirque) 2000-3999: cinéma 4000-....: photographie. In 12°: 1-399: beaux-arts;etc. 400-1500: cinéma 400-600: généralités sur le cinéma, dictionnaires, histoire, philosophie, cinéma français. 600-699 : cinéma américain. 700-749 : cinéma soviétique. 750 : cinéma hongrois. 770 : cinéma suédois. 800 : cinéma italien. 900 : cinéma allemand. 1000 : cinéma chinois. 1010 : cinéma japonais. 1050 : cinéma espagnol. 1500: photographie. 2000 : arts décoratifs


B A m (Musique) Contenu: Musique (partitions), chansons, compositeurs, orchestres, par aires géographiques, histoires, etc. Remarques: Pas de structure générale; l'ouvrage le plus ancien est daté de 1775, les deux tiers du fonds sont du XIXe et le reste du XXe. La cote est plus récente (création milieu XIXe sans doute). 500: Jazz H A gé (Histoire ancienne générale de l'Antiquité) Contenu : Des études générales, au sens strict du terme, d'histoire et de civilisation de l'Antiquité (ex. des histoires générales, manuels, annuaires des historiens de l'antiquité, mélanges, etc), mais aussi des études particulières, thématiques : soit que le sujet déborde le cadre des autres sections d' histoire ancienne (ex. la civilisation gréco-romaine - ouvrages couvrant à la fois la Grèce et Rome), soit qu'il n'y entre pas et est donc coté en "générale" par défaut: celtes; Espagne pré-romaine, wisigothique, peuples germains et monde germanique; peuples de la steppe... Structure: Pas de structure générale. Les essais les plus récents d'organisation s'opèrent sur des critères de choix différents : – regroupement géographique (n°191-240) – regroupement chronologique (n°250-259) – regroupement thématique (n°260-300)

H A gr (Histoire ancienne de la Grèce ancienne) Contenu : Histoire et civilisation de la Grèce ancienne, des origines à l'époque hellénistique; la section couvrait la période byzantine sous Lucien Herr et Etard mais ce n'est plus le cas aujourd'hui. En principe, on y trouve représenté tout le monde grec antique (la Grèce et ses colonies); toutefois à l'hésitation sur la période traitée, s'ajoute l'hésitation "géographique": le critère de l'implantation géographique l'emporte parfois (problème du Proche-Orient, de l'Asie Mineure; l'Egypte ptolémaïque). Remarques: Un choix clair s'impose: privilégier la « civilisation grecque ». H A o (Histoire ancienne de l'Orient ancien) Contenu: Proche-Orient mais aussi Afrique, Asie. Remarques: Françoise a commencé la description en 98. Elle a décrit in extenso la cote de 1 à 92. David Schreiber a continué mais la description in extenso n'est pas faite entre 92 et 131 (vieux registres). Elle est faite in extenso à partir de 131.


H A r (Histoire ancienne romaine) Contenu: tout sur la Rome antique et son empire. Remarques: La description de cette cote est terminée pour son usage par les coteurs. Mais elle n'est complète qu'à partir de 340. Avant 340, seules les tranches (2 ouvrages regroupés par thème) ont été décrites. 1) Jusqu'à 340 (fin des années 1920): Les tranches thématiques (2 ouvrages au moins) sont rares et peu fournies. Le reste doit être considéré comme des tranches "auteurs" que l'on peut enrichir avec les rééditions, les acquisitions et les études critiques. 2) A partir de 340 et jusqu'à la fin: Le classement thématique l'emporte. Les tranches sont très nombreuses et très bien fournies. Ont été décrits uniquement les ouvrages susceptibles d'ouvrir des sous-cotes ou pouvant servir à étendre une "sous-cote" arrivée à saturation (les erreurs de cotation n'ont pas été prises en compte). H AR afr (Archéologie-Mythologie d'Afrique) Contenu: Archéologie en Afrique (généralités); en Afrique du Nord (Algérie, Tunisie, Lybie); au Sahara et Afrique centrale (Cameroun, Nigeria, Tchad, Niger, Mauritanie; Ethiopie, Kenya); à Madagascar ; par pays, régions, sites; collection des musées Epoque punique, romaine, musulmane; antiquité et moyen-âge. H AR am (Archéologie-Mythologie d'Amérique) Contenu: archéologie des deux continents américains (essentiellement Amérique du sud); Mexique, Pérou, bassin de l'Amazone; Mésoamérique. Epoque précolombienne; époque chrétienne Arts et civilisations maya; aztèque; inca; quechua; olmèque. Archéologie urbaine aux Etats-Unis. H AR é (Epigraphie) Contenu: Epigraphie, papyrologie, paléographie ancienne, médiévale et moderne ; diplomatique antique; enluminure; cryptographie; prosopographie et onomastique antique; sigillographie; calligraphie; codicologie; collections de musées; Civilisations grecque; romaine; gauloise chrétienne; araméenne et sémitique; mésopotamienne; lybienne, iranienne; africaine; copte; égyptienne; phénicienne; germanique; nordique; etc. Papyrus antiques, manuscrits grecs, latin, anglais Epoque antique et moyen-âge H AR gé (Archéologie) : ouvrages généraux Contenu: Archéologie, art antique, objets divers (céramique, métaux, navigation, pierres précieuses, sculpture, mosaïque, etc.), cote générale. -Manuels généraux, encyclopédies, dictionnaires, atlas, techniques de l'archéologie (archéologie aérienne), publications institutionnelles, congrès, collections générales des musées -Travaux sur plusieurs civilisations (grecque et romaine, le plus fréquemment)


- Archéologie chrétienne, archéologie moderne, archéologie de sites contemporains - Représentations, les pratiques (femmes, corps, etc.) à partir de sources archéologiques, sur l'urbanisme, les sépultures - Certains sites archéologiques sur plusieurs époques; sur l'archéologie en général dans certains pays (Italie, France, etc.) - Sites et arts préhistorique, âge du bronze, âge du fer, archéo-zoologie. -Archéologie celte, viking, du monde germanique, de la Gaule. -Certains érudits (Winckelmann, Raoul-Rochette, Lebas) à partir de leurs ouvrages; sur les collectionneurs Remarques : Problème de cohérence avec H AR o, gr, r car des cotes font double emploi. Ex: Gaule romaine. Privilégier les cotes par civilisation. H AR gr (archéologie grecque) Contenu : Archéologie et art de la Grèce; du monde grec. Généralités, guide, congrès, revues, mélanges. Par sites, par régions de la Grèce, par thèmes (pratiques et représentations, dieux, mythes,), par objets (sculptures, vases, peintures), collection de musées; par campagnes de fouille; théâtres, architecture; paysages grecs Epoque proto-historique, archaïque, classique; médiévale (Byzance) Civilisations égéenne, mycénienne; minoenne; crétoise; macédonienne; Grande Grèce et Sicile; Asie mineure (villes grecques); Espagne; Chypre: Mer noire Travaux et commentaires de certains archéologues ou érudits. H AR m (Histoire des religions) Contenu: Histoire des religions, des cultes, des pratiques symboliques, magiques, toutes époques (y compris contemporaines), toutes les cultures. Astrologie, pratiques folkloriques; fêtes, coutumes; contes, fables et superstitions Spiritualité, mystique, Paganisme, Bouddhisme, Judaïsme, athéisme, religions germaniques, cultes de l'Inde ancienne, de la Chine ancienne, Islam,manichéisme, zoroastrisme,etc. Oeuvres et commentaires sur les oeuvres de Max Müller, Frazer, Constant, Durkheim, etc. Remarques : Le judaïsme se trouve aussi dans les cotes de Théologie (T). H AR n (Numismatique) Contenu : Monnaies de toutes les civilisations et de toutes les périodes (y compris moderne) H AR o (Archéologie de l'Orient ancien) Contenu : Sources archéologiques H AR r (Archéologie de Rome) Contenu: Sources archéologiques... H B sp (Biographies particulières)


Contenu : Biographies, témoignages biographiques, autobiographie. Développement des témoignages sur la Seconde guerre mondiale (résistants, déportés). Remarques : Pas de structure générale; les livres se rangent en général par ordre chronologique; vérifier éventuellement à l'Opac pour certains auteurs. H B u (Biographies universelles) Contenu : Dictionnaires biographiques. H F b (Histoire de France – Bourbons) Contenu: Bourbons, d' Henri IV à la Révolution. Remarques : à noter des problèmes des limites chronologiques de la période. Ainsi, pour Henri IV, consulter aussi H F ca sur les guerres de religion ; pour Louis XVI, son procès est traité à la fois en H F b et en H F ré ; on trouve même ponctuellement en H F b Louis XVII et Louis XVIII. H F c (Histoire de France –Collections) Contenu: uniquement des collections, CTHS, Ecole des Chartes, etc. H F ca (Histoire de France – Capétiens) Contenu : Histoire de France, Capétiens (jusqu'aux Valois inclus), Xe au XVIe s. 1589: mort de Henri III. Voir aussi en H F ca pour les guerres de religion et pour Henri IV; Remarques: pas de structure générale. H F er (Histoire de France – Empire, Restauration) Contenu: Histoire de France : Empire, Restauration (et tout ce qui a suivi jusqu'à aujourd'hui!) ; Fonds Seebacher (V. Radi) -12° : Une tentative d'organisation chronologique. Large vide avant le numéro 1000 et suivant à partir de la 3e République : à partir de ce moment, la coïncidence entre les dates d'édition et l'actualité historique permet une progression historique cohérente ; cependant, des ouvrages ponctuels et même quelques noyaux importants sur la guerre de 1870, la Commune et la naissance de la 3e République se trouvent au début de la cote ; durant une centaine de numéros, études et documents ne concernent que la 1ère partie de la 3e République. - entre 1100 et 1150, se trouvent les études sur la guerre 14-18, puis des études sur l'après-guerre ou sur la 3e République dans son ensemble ; vers 1240-1275, une séquence consacrée à la guerre 3945, avec autant de documents contemporains et témoignages que d'études ; après, c'est plus confus, car on voit se multiplier des études rétrospectives sur le début du XXe et l'entre-deux guerres ; il y a aussi vers 1290-1310, le fonds Seebacher (V. Radi) consacré aux mouvements ouvriers et socialistes, qui englobe le XIXe et le XXe : on y trouve ainsi des études sur les canuts lyonnais. H F gé (Histoire de France – Généralités


Contenu Histoire de France, généralités (trans-périodes et trans-régions), essais sur l'histoire de France, vie quotidienne, civilisation, etc. Remarques La cote n'est pas toujours bien définie dans ses domaines et recoupe la cote H F iéa, qui envisage les institutions et activités politiques, économiques et sociales, pour toute la France et toutes les époques ; il faut donc presque systématiquement faire une double recherche en H F gé et H F iéa pour savoir où un thème (industrie, colonisation, monarchie ou assistance, etc.) a été traité. H F iéa (Histoire de France – Institutions, Economie, Administration) Contenu: histoire des institutions politiques, gouvernement, cadres administratifs, juridiques, corps d'état; histoire économique: groupes industriels, syndicats, banques, etc. H F omc (Histoire de France – Origines, Mérovingiens, Carolingiens) Contenu: origines, Mérovingiens, Carolingiens, soit de la préhistoire au Xe s. Remarques: croiser les données avec H AR r et H AR gé car les cotes se recoupent parfois, en particulier pour la Gaule romaine. H F p (Histoire de France – Province) Contenu: par provinces, régions, départements, « pays », etc. H F ré (Histoire de France – Révolution) Contenu: tout sur la Révolution française. H F v (Histoire de France – Villes) Contenu: par villes. H L d (Histoire du droit) Contenu : Le droit, histoire, philosophie, par type de droit (public, etc.), par aires géographiques; par civilisation. Structure générale de 8° : 400-850 851-930 931-1380: 1381-1470 471-2370 2371-3720 3721-4620 4621-4800 4801-5700

Généralités, codes, dictionnaires; Droit naturel, philosophie du droit; Droit comparé; Droit canon. (voir Ttd) Histoire du droit Droit civil. Droit public et constitutionnel. Procédure. Magistrature. Barreau. Droit pénal.


5701-6150 8851-9067

Droit commercial (6001-6150 : droit financier et fiscal) Droit maritime.

nota bene : on cote le droit des pays étrangers dans la tranche numérique de leur sujet, et pas avec l'histoire du droit comme une mention du registre pourrait le laisser penser ("droit étranger général"). H L t (Histoire des traités)

H M a (Histoire moderne – Angleterre)

H M afr (Histoire moderne – Afrique)

H M am (Histoire moderne – Amérique) Contenu : Histoire moderne des Amériques du nord et du sud ; par Etats Remarques : Amérique du sud à partir de 2000 en 8°; à partir de 500 en in-12°; H M as (Histoire moderne – Asie)

H M b (Histoire moderne – Belgique, Hollande) Contenu : Belgique, Pays-Bas (Provinces-Unies), études régionales (Hainaut, Brabant, Flandre, Liégeois); Luxembourg. H M ch (Histoire moderne – Confédération helvétique)

H M e (Histoire moderne – Espagne) Contenu : Espagne, pays basque, Portugal du XVIe au XXe siècle. Etudes régionales. 4° Section restreinte, où l'Espagne est avantagée aux dépens du Portugal ; pas vraiment d'organisation, sauf la tranche 50 et suivants réservée au Portugal ; peu de noyaux importants ; à la différence des formats in-12 et in-8, il n'y a pas de titres d'actualité sur la guerre d'Espagne. Une tranche spécifique pour le pays basque à partir du numéro 200.


8° Section relativement modeste ; en réalité, les histoires de l'Espagne et du Portugal sont traitées en alternance selon les sous-cotes, avec une nette prédominance espagnole. les plus anciens volumes sont classés par ordre chronologique de l'histoire, puis par ordre d'acquisition ; le XVIe siècle y est privilégié (d'Isabelle à Philippe II) et abordé sous l'angle de l'histoire politique et religieuse. histoire économique et sociale, et quasi-actualité politique (aujourd'hui classée partiellement en S G ép) ; quelques thèmes ont donné lieu à des développements (le communisme ; Primo de Rivera ; Salazar) ; études régionales (Andalousie, Catalogne, Castille)

Il n'y a pas vraiment de tentative d'organisation, et les noyaux se développent en alternant l'histoire médiévale, moderne et très contemporaine ; cependant, au fur et à mesure des cotations, on pratique quelques réarrangements, pour rapprocher notamment les études sur une même région ; ce n'est guère que pour le XIXe (longtemps négligé) et pour l'actualité qu'on a pu dégager un espace propre ; à partir du numéro 300, la cote est consacrée aux XIXe et XXe, et les cotations sont espacées pour prévoir des ajouts. On a laissé un large vide avant de placer le Portugal au XXe à partir de 450 ; mais cette partie ne se développe guère, à la fois du fait du nombre réduit des acquisitions et parce que des titres d'actualité antérieurs servent déjà de support à des noyaux sur cette période ; du coup, cet essai d'organisation n'aboutit guère. 12° Petite cote. Les titres ont été inscrits au fur et à mesure de leur acquisition, en mêlant Espagne et Portugal, histoire et actualité ; même le début de la cote (le fonds préexistant) n'est guère ordonné, tout simplement par manque de matière. Il y a trop peu de volumes pour développer de gros noyaux (au maximum 7 ou 8 titres). A partir du numéro 200, la cote est réservée au Portugal : cette répartition tardive (depuis 1970) n'est pas gênante (moins qu'en 8°) parce qu'il y avait auparavant très peu de livres sur ce pays. H M g (Histoire moderne – Pays germaniques)

H M gé (Histoire moderne – Ouvrages généraux) Contenu: histoire moderne, généralités, études sur une aire géographique large (ex: Méditerranée), relations internationales; études thématiques diverses. Structure générale : (de quel format ?) - de 1232 à 1249, géopolitique et histoires d'espaces géographiques : les relations internationales, les zones de contacts, les espaces naturels et les identités régionales (Méditerranée, montagne, etc.) - de 1250 à 1275 (au moins) : sciences, techniques, industries, métiers (cotes libres en 12771279) Remarques : Des chevauchements avec S G ép (sur certains thèmes politiques ou économiques). H M i (Histoire moderne – Italie)

H M o (Histoire moderne – Orient méditerranéen)


Contenu : Islam, Empire Ottoman, question d'Orient, nouveaux états contexte international, Byzance.

indépendants dans le

8° Ce format comprend un fonds du XIXe d'une soixantaine de volumes, dominé par les publications en allemand et par les études sur l'islam et l'empire ottoman. - à partir du début du Xxe, ouvrages consacrés à l'actualité, notamment à la question d' Orient ; la guerre 14-18 et les traités (études politiques et militaires contemporaines ainsi que des études plus anciennes sur les évolutions nationales au XIXe) ; l'intérêt se déplace sur l'Europe du Sud, plus que sur le Proche Orient. - il y a eu une hésitation ou peut-être une erreur sur un lot de cotations au début du XXe, où plusieurs volumes d'histoire de la Chine et Japon se sont trouvés cotés en H M o (71, 72, 76, 78, 83) puis rayés (sauf le 81 : la question d' Extrême Orient) ; on constate d'autres "hésitations" : des récits de voyages (H V vo) ; des études sur l'islam (HAR m) ; des études sur des régions islamisées d'Afrique du Nord (Algérie, Maroc : H M afr) - les évolutions politiques internationales et sur l'organisation des nouveaux états indépendants (beaucoup d'études trouveraient aujourd'hui place en S G ép) ; l'intérêt porte sur l'actualité, même si certains titres ont ensuite servi de support à des noyaux plus généraux et rétrospectifs. - à partir du n° 400, on prévoit des espaces pour chaque pays (400, Israël ; 410, Irak ; 420-449, Grèce ; 450-469, Turquie ; etc.), mais cela ne concerne que l'histoire contemporaine, et n'empêche pas que certaines cotes antérieures restent vivantes, et se développent aussi avec l'actualité ; Byzance est le sujet auquel on a accordé le plus d'espace, et il peut se développer sans problèmes. - à partir de la cote 1000, on prévoit de la même façon des tranches par pays, mais plus larges, d'une centaine de numéros à chaque fois. 12° Moins structurée qu'en 8°. Néanmoins, quelques ensembles se dégagent autour d' Israël aux alentours des numéros 80 ; les tranches consacrées à Byzance et à l'Albanie sont mieux structurées (un ensemble d'études albanaises des années 1970-1980 peu exploité jusque-là, ce qui lui donne quantitativement une importance supérieure à d'autre états de la région, comme la Grèce ou la Roumanie qui sont surtout abordées autour de la guerre 14-18. L'accroissement dans ce format est faible. H M pac (Histoire moderne – Pacifique)

H M sc (Histoire moderne – Scandinavie)

H M sl (Histoire moderne – Pays slaves)

H U h (Histoire universelle – Collections historiques) Contenu : manuels d'histoire, réflexions d'historiens, historiographie. 12° -les ouvrages qui couvrent des périodes antiques et modernes de type "histoire universelle", manuel d'histoire, collections historiques -les ouvrages sur certains "objets" spécifiques (santé, guerre, etc.)


-les ouvrages sur l'histoire du monde juif. -les ouvrages de méthodologie, d'histoire de la discipline (historiographie), de réflexion sur l'histoire (par pays) -les ouvrages de certains historiens considérés comme des auteurs (réflexions, recueils d'articles). Remarques : les ensembles thématiques, sauf exception, sont très petits. H U phi (Histoire universelle – Philosophie de l'histoire) Contenu: philosophie de l'histoire, anthropologie, épistémologie des sciences humaines (histoire). Remarques: des chevauchements nombreux avec H U h et S G ép. H U khi (Histoire universelle – Chronologie) Chronologies, mesures du temps H V g (Géographie générale) Contenu : géographie générale. Atlas, manuels, guides, histoire des savoirs géographiques. gr. F° Géographie : généralités Principalement des atlas. Le fonds s'étend chronologiquement de 1603 à 1965 ; toutefois les ouvrages du XIXème siècle sont nettement majoritaires. F° Géographie : généralités Un grand nombre d'atlas. L'éventail chronologique des éditions présentes s'étend de 1532 à 1984; cependant, le fonds date majoritairement du XIXème siècle. 4° Géographie : généralités Comme pour F° et Gr F° un bon tiers de numéros non attribués... Quelques regroupements bien que la cohérence ne soit pas toujours évidente. Le contenu est plus varié que dans les formats ci-dessus cités (à préciser) 8°

Géographie : généralités

La cote H Vg est singulièrement aérée. Jusqu'aux années cinquante, on avait privilégié le classement par ordre d'arrivée. Ensuite, on a coté en fonction des critères suivants : communauté d'auteur, de sujet, d'aire géographique, de genre (mélanges, atlas, périodiques), de champs historique. La structure de la cote, son abondance de numéros libres reflètent une certaine incohérence. Le fonds date majoritairement de la fin du XIXe jusqu'au début du XXe (1880-années 30) pour les deux tiers de la cote. Le fonds vraiment récent est peu abondant, l'accroissement de la cote est à peu près égal à celui de la cote B A m, soit très faible. Le fonds actuel est composé principalement de manuels ou guides destinés à des étudiants (en vue des concours, de l'enseignement...) : la méthode géographique, le savoir géographique, les atlas, etc... en France, en Allemagne (beaucoup d'ouvrages allemands..) voire en Angleterre. 12°

Géographie in 12° : cote "aérée" .

Remarques : Une cote en définitive un peu vieillie (avec une prédominance du XIXe siècle, peu


d'ouvrages récents) . Un grand nombre de manuels du XIXe et du début XXe. Un fonds visiblement constitué à l'usage des élèves et des professeurs (beaucoup de " Que sais-je ? ", notamment) et très peu pour les chercheurs. H V g afr (Géographie – Afrique)

H V g am (Géographie – Amérique)

H V g as (Géographie – Asie)

H V g eu (Géographie – Europe)

H V g fr (Géographie – France)

H V g o (Géographie – Océanie)

H V vo (Géographie – Relations de voyage) Contenu : relations de voyages, guides de voyages, fonds Cuvier. 8° Intitulé cohérent même si la cote n'est pas structurée. On trouve essentiellement des relations de voyages d'explorateurs, de colonisateurs, de voyageurs, d'écrivains (ex : Dumas, T. Gautier) ainsi que des guides de voyage. Une majorité d'ouvrages datant du XIXe inscrits au fur et à mesure de leur arrivée ; de nouvelles cotes ont été crées à la fin du registre sans tenir compte de l'existence de cotes plus anciennes (ex : Christophe Colomb en 360 alors qu'il existait une cote plus ancienne) mais dans la majorité des cas on a alimenté les tranches existantes des premières pages du registre. Ce n'est qu'à partir du numéro 348 que le registre devient plus aéré et organisé - des tranches de niveau 2 se dégagent mais il n'y a pas pour autant de structure thématique. L'expansion de H V vo est relativement faible. L A c (Littérature antique – Collections de textes grecs et latins)

L D (Littérature didactique)


L E a (Littératures étrangères – littérature anglaise) Contenu : Littérature de langue anglaise (Angleterre, Irlande, Canada, Ecosse, Afrique du Sud, Australie...). Ecrivains suivis de leurs études (biographiques, monographies consacrées aux oeuvres). Anthologies. Textes anonymes. 8° Le classement n'est pas chronologique : les premiers numéros sont certes consacrés aux XVIIe, XVIIIe et XIXe mais laissent très vite place aux études sur le XXe siècle avant de reprendre bien plus loin à partir du numéro 600 (XVIe -XVIIIe siècle jusqu'à 729). Un effort de classification par nationalités apparaît : 1150- écrivains d'origine indienne (ex : Rushdie...). Egalement en 2010- jusqu'en 2119 : Naipaul ; Byatt. 1160- écrivains australiens 1170-écrivains d'Afrique du Sud (Coetzee, Tabori, ...) 1200-un ensemble suivi d'anthologies de littérature anglaise (d'autres anthologies sont disséminées ailleurs) et de textes anonymes. 1400- anthologies de littérature anglo-saxonne du XXe siècle (à signaler en 1414- anthologies de littérature irlandaise ; 1433 écossaise ; 1450 canadienne ; 1500-1502 anthologies de poésie irlandaise) 2020- écrivains du XXe siècle 3000- littératures anglophones d'Afrique (Tutuloa, le Roman d'Anansi...) Pour l'instant, à titre de numéros isolés, on peut signaler : 2300- écrivains japonais de langue anglaise (Ishiguro) 2320- écrivains pakistanais de langue anglaise (Kureishi)

L E c (Littératures étrangères – collections)

L E celt (Littératures étrangères – littératures celtiques) Contenu : littératures celtiques (galloise, irlandaise...) et bretonne. Contient aussi des grammaires, des dictionnaires de langue. Le groupe insulaire comprend le Britonnique qui inclut le breton, le cornique, et le gallois ainsi que le Gaélique constitué de l'irlandais, du gaélique écossais (Erse) et du manois. Une très petite cote bien délimitée comme suit dans tous les formats : 1-99 littératures générales 100-199 gaulois, celtique continental 200-299 irlandais ancien, celtique 300-399 dialectes irlandais 400-499 grammaire de l'irlandais moderne, de l'écossais 500-599 dictionnaires irlandais, écossais 600-699 littérature irlandaise ancienne


700- littérature moderne irlandaise, écossaise, manoise. 1000-1099 gallois ancien 1100-1199 grammaire galloise et linguistique galloise 1200-1299 dictionnaires gallois 1300-1399 littérature galloise ancienne 1400- littérature galloise moderne 2000-2099 breton ancien 2100-2199 breton moderne, linguistique et grammaire 2200-2299 dictionnaires bretons 2300-2799 littérature bretonne 2800-2900 cornique (Cornouailles)

L E e (Littératures étrangères – littératures espagnoles, portugaises, ibéro-américaine)

L E fo (Littératures étrangères – littérature finno-ougriennes) Contenu : Sous cette appellation qui devrait regrouper uniquement les langues finnoises, hongroises, estoniennes, on trouve les littératures finlandaises, hongroises, estoniennes et ... turques. Relativement structurée du fait de sa faible extension. 4° 2 ouvrages sur la littérature finlandaise et turque. 8° Les tranches thématiques repérables : 200-266- littérature hongroise 300-402- littérature turque 500 anthologie de la poésie ouralienne Beaucoup de numéros libres. 12° 1- Kalevala (Finlande) 50-120- littérature hongroise 201-300 littérature turque, turkmène (300) 400- littérature estonienne (Tuglas)

L E g (Littératures étrangères – littératures germaniques)


L E i (Littératures étrangères – littératures italiennes)

L E o (Littératures étrangères – littératures orientales) 8° 1-499 généralités 500-999 Arabe 1000-1499 Persan 1500-1999 Sanscrit 2000-2499 Chinois 2500-2999 Japonais, Coréen 3000- Divers L E r (Littératures étrangères – littératures roumaines) Contenu : littérature roumaine, moldave. Très faible extension. 8° 1-399 écrivains roumains 400- littérature moldave

L E sc (Littératures étrangères – Littératures scandinaves) Contenu : littérature suédoise, norvégienne, danoise, islandaise (Laxness) A noter : Kierkegaard en L E sc 601-6668 8° L E sin (Littératures étrangères – Littératures chinoises)

L E sl (Littératures étrangères – littératures slaves) Contenu : littératures slaves - russe, ukrainienne, polonaise, bulgare, yougoslave, serbe, sorabe (langue des anciens slaves de l'Elbe). Quelques doubles numéros à signaler dans le domaine russe en 8°: Khlebnikov, Berdiaev. Cote non décrite mais dont on a repéré les tranches thématiques les plus significatives. Classement par nationalités et à l'intérieur, par ordre chronologique plus ou moins respecté selon les sections. Les anthologies se trouvent principalement en début de tranche. Le format in-8° bien que plus riche en nombre de volumes est nettement mieux organisé et plus cohérent dans sa numérotation que in12° (notamment pour ce qui est de la section russe). 8° 1-1999 Domaine russe


1-9 anthologies, recueils de textes en russe , vieux slave et ukrainien 30-35 Le Dit de la campagne d'Igor ; épopée russe du XVe siècle (32), Histoires russes XV-XVIe siècles (35) 500- Oeuvres, essais par auteurs (russe) classés dans l'ordre chronologique : XVIIIe Ecrivains du XIXe à partir de 680 : notamment Pouchkine (716-736) , Lermontov (750-753) ; Belinski (760-761) ; Gontcharov (768-9) ; Plekhanov (770-772) , Herzen (780-783) ; Herzen et d'autres intellectuels révolutionnaires (787) ; 790 Herzen et Ogarev... 790 ; 795 anthologies de littérature et poésie russes 800- retour aux études par auteurs russes : Gogol (800-804) ; Aksakov (805) ; Dostoïevski (810845) ; Soukhovo-Kbyline (847) ; Melnikov (850) ; Ostrovski (855) ; Histoires, récits russes du XIXe (860) ; Leontiev (865) ; Berdiaev (869 mais aussi plus loin en 1501-1531) etc. A partir de 1080, écrivains russes du XXe siècle dans un ordre chronologique pas très strict : Chmelev, Andreev (1085-1086), Gumilev (1090-1092), Khlebnikov (1094 puis 1161) etc. ; quelques poètes Mandelstam (1149-) ; Maïakovski (1150-1157 +Lili Brik) ; puis retour aux prosateurs, romanciers russes et soviétiques. 1570 anthologies russes ; 1580 Byliny (chansons épiques russes) 1600-1602 anthologies de poésie russe et soviétique 1603 almanach littéraire à partir de 1605, retour aux écrivains et poètes russes 1605-Ilf et Petrov Akhmatova (1610-1614) I. Babel (1620-1629) etc. jusqu'au numéro 1933. 2000 Littérature polonaise 2001-2011 : anthologies, panorama de la littérature polonaise des origines au XIXe 2100 Kochanowski 2200-2206 Potocki 2216-2226 Mickiewicz 2240 Slowacki 2280 Panorama de la littérature polonaise du Xxe 2282 la poésie polonaise du XXe 2290 Wittlin 2300-2315 Gombrowicz 2350 Witkiewicz 2370-2375 Bruno Schulz 2400 Kusniewicz 2405 Norwid 2410-2424 Milosz 2440 Rudnicki 2450 Wat... 2460-2462 Mrozek etc. 3505 Tchécoslovaquie 3510-11 anthologies 3910-3912 Klima 3920-3925 Hasek


4010-4015 Capek 4020-4022 anthologies 4025-4026 Milena Jesenska 4028-4029 Hrabal 4030-Seifert 4033 Polacek etc. 4040-4044 Kundera 4050-4059 Vaclav Havel etc. 4500 Littérature bulgare 4500-4501 anthologies de poésie et de nouvelles bulgares 4510 Ivan Vazov 4700 Yougoslavie 4701 Anthologie 4705 Littérature slovène 4705 Ioupantchitch, poète slovène 4710 Kosmac 4714 Littérature serbe 4714 anthologie de la nouvelle serbe 4720 Miroslav Krleza 4730-4739 Ivo Andric 4750-4752 Milorad Pavic 4760 Alexandre Tisma 4770 Milovan Danoïlitch 4780- Milos Crnjanski 4790-4791 Danilo Kis 4900 Poésie sorabe (langue des anciens Slaves de l'Elbe) 12° 1- domaine russe 5 La Geste du Prince Igor 15- Anthologie de la poésie russe sauf : 30 Poèmes lettons 50 Récits fantastiques russes Numéros libres jusqu'en 305 ! 305 Nekrassov 311 Nouvelles études slaves 480 Griboïedov 481 Griboïedov, Pouchkine, Lermontov (Pléiade) 500-520 Pouchkine 550 Lermontov 560-561 Herzen 600-611 Gogol 625-630 Aksakov 635 Bielinski


650 Nikoloz Baratachvili (poète géorgien) 660 Gontcharov 699-716 Dostoievski 823-833 Tourgueniev 834-837 Ostrovski 900-915 Tchekhov 920 Mikhail Tchekkhov (à ne pas confondre avec Anton!) 950-951Tchernitchevski 1009-1027 Tolstoï 1050-1056 Leskov 1060-1061 Saltykov-Chtchedrine 1100-1101 Léon Chestov 1112-1121 Gorki 1170 Rozanov 1180-1181 Biely 1185 Gumilev 1190 A. Grine 1195 Tretiakov 1200- Khlebnikov 1205 Anthologie de la poésie russe 1208 Suslova 1210 Pavlenko 1215- Essenine 1218 Maiakovski (...) 1232 Bounine 1233 Cholokhov (....) 1242 Nouvelles soviétiques 1260 Schwartz 1270-1272 Isaac Babel 1282 Chmelev (...) 1290-1293 Mandelstam 1300-1305 Pasternak 1310 Akhmatova 1320-1329 Soljenitsyne 1330-1333 Boulgakov 1340 Berberova 1350-1355 Tsvetaeva (...) 1400-1404 Brodsky 2010 Pologne 2024 anthologie de poésie polonaise 2025-2026 Mickiewicz 2040 Potocki 2050 Sienkiewicz (...) 2300 Mrozek 3000 Tchévoslovaquie 3017 Contes slovaques


3029 Hasek 3035 Capek 3033 Durych 3040 Holan (...) 3100-Havel 4000 Yougoslavie 4034 Anthologie de la poésie yougoslave XIXe-XXe 4037 Andric 4040 Taoutchar (slovène) 4050 Krleza (croate) 4520 Bulgarie 4521 Poètes bulgares 4525 Vazov

L E us (Littératures étrangères – littératures américaines) Contenu : littératures américaines (écrivains suivis des études). Essentiellement des écrivains des XIXe-XXe . L'ordre chronologique est globalement bien respecté. Même classement pour les formats in-8° et 12°. Structure générale : 8° 1-299 : anthologies générales 305- début des tranches par auteurs (par ordre chronologique) 3300- anthologies de la première moitié du XXe siècle 8000- anthologies de la deuxième moitié du XXe siècle 12° 20-101- anthologies diverses 501- Auteurs classés par ordre chronologique : essentiellement des écrivains des XIXe et XXe siècles à l'exception de W. Irving. L F c (Littérature française – Collections)

L F d (Littérature française – Divers) Contenu : rassemble tous les écrivains considérés comme mineurs ou peu importants à l'époque de leur cotation. L F ép (Littérature française – Epistoliers)


Contenu : rassemble en principe toutes les correspondances des écrivains. Certaines ont pu échapper à L F ép en rejoignant les cotes des oeuvres. L F o (Littérature française – Orateurs) Contenu : recueils de discours, de plaidoyers, modèles d'éloquence... ; textes divers d'écrivains considérés comme des orateurs Parmi les plus connus, on peut citer Bossuet, Bourdaloue, Mirabeau, Lacordaire, Montalembert, Massillon... Cote relativement peu fournie. 8° L F p (Littérature française – Poètes) 8° -A partir de 3000 : poésie d'expression française (francophonie). NB : cette même classification est adaptée en LF p 12° à partir de 2000-. 3000-3049 Anthologies 3050-3149 Afrique noire 3050-3074 Sénégal 3050-3059 L. S. Senghor (1906-) 3060 Birago Diop (1906-) 3062-3064 : Lamine Diakhaté 3065 David Diop, Malik Fall, Lamine Niang, Cheikh Oumar Diong, Ibrahima Sourang, Amadou Moustapha Wade, Oumar Willane 3075-3084 : Côte d'Ivoire (Bernard DadiéMamadou Diallo, Anoma Kallié, Bertin Doutéo, JeanBaptiste Tiémélé, Joseph-Miezan Bognini, Koumassi Brou, Etienne Djéolé) 3085-3089 Cameroun (Epanya Yondo, Jeanne Ngo Maï, François Sengat Kuo) 3090-3099 Congo (J.-B. Tati-Loutard, J.-P. Makouta Mboutou, Maxime N'Debeka, Sikhé Camara) 3100 Dahomey (Paulin Joachim) 3105 Soudan (Fily Dabo Sissoko) 3120 Madagascar (Jacques Rabemananjara, J.-J. Rabéarievelo, Flavien Ranaivo) 3125 Île Maurice (J. Maunick) 3150-3159 Antilles 3150-3159 Martinique (Aimé Césaire) 3160 Guadeloupe (Edouard Glissant), Réunion 3200 Haïti 3350 Liban 3400 Maghreb L F pol (Littérature française – Polygraphes) Contenu : Sous l'appellation de « polygraphes » on trouve principalement des écrivains des XVIIe et XVIIIe siècle, notamment des encyclopédistes, écrivains-philosophes, ainsi que des auteurs « inclassables » aux pratiques littéraires diverses et variées mais aussi des auteurs relativement mineurs ou considérés comme tels à l'époque. A noter également les essais de certains écrivains (Camus, Gide...). L'écrivain suisse Cingria réputé pour son éclectisme y figure également.


Parmi les plus connus, Rousseau, Diderot, Voltaire. Organisation chronologique dans l'ensemble. 8° A partir du numéro 76, auteurs du XIXe siècle et de la fin du siècle 76- : Benjamin Constant (sauf Saint-Réal en 77) ; Senancour, Chateaubriand (83-93) ; Renan (97-99 ZL) ; Michelet (100113) ; Gobineau (115ZZ) tranche en voie de saturation ; ; E. Quinet (116-) ; une étude sur T. Gautier peintre ; Ste Beuve ; Maxime Du Camp (119) -ses études historiques se trouvent en H F er 1006 A 8° ; Paul Bourget ; Barbey d'Aurevilly (121) ; Péladan (123-124 qui partage ce dernier numéro avec des oeuvres et études sur Alexandre Vinet, penseur du protestantisme, essayiste) ; 125 Remy de Gourmont (également dans le Fonds Radi) ; Alphonse Karr (126) A partir de 127, auteurs du XXe siècle entrecoupés par des auteurs fin-de-siècle présents également dans d'autres sections: 127- Péguy ; 128- Marcel Schwob ; 129 Maurras ; 130-131 Q ; 132 André Gide (une étude bizarrement isolée ici) ; Victor Cherbullier (1829-1899) , romancier, critique littéraire, publiciste (132-) ; Léon Werth (133-) ; Léon Bloy (134-) ; Alphonse de Chateaubriant (136-) ; Mendès (138139) ; Jean Lorrain (141-144)... 145-149 C.A. Cingria 150-159 Romain Rolland 160-163 Jouhandeau (également en L F r 578 8°) 165-166 A. Camus 170-175 Raymond Roussel (exclusivement en L F pol) 181-189 H Brasillach 190-199 Alfred Jarry (tout sauf « Ubu »en L F th) 220-222 Hélène Cixous qui aurait plus logiquement figuré en L F th ou L F r et d'autres auteurs considérés comme assez mineurs... 12° Même structure que 8° : entrée suivant l'ordre chronologique avec quelques auteurs plus développés qu'en 8° (comme par exemple, Guéhenno en 132, Camus en 134 pour ses essais, Aimé Césaire en 137 pour son discours sur le colonialisme. La cote s'achève avec les études sur Cingria. Moins fournie que le format in-8°, l'ordre chronologique est bien respecté. L F r (Littérature française – Romanciers)

L F th (Littérature française – Théâtre)

L F phi (Littérature française – Philosophes) Contenu : Ecrivains philosophes classés par ordre chronologique avec des tranches thématiques s'étalant sur plusieurs numéros pour les plus connus.


8° Montaigne de 1-10, Pascal 21-30, La Bruyère 36-39. A partir du numéro 40, oeuvres et études sur les moralistes du XVIIIe (Vauvenargues), penseurs du siècle des Lumières (Buffon 43-47), de la Révolution (Hérault de Sechelles), Ballanche (également en S G ép 5362 8°, la tranche L F phi reste à privilégier). A partir de 52, vieilles feuilles du registre (numéros non recopiés) : quelques auteurs isolés comme Benoît de Maillet, auteur du « Telliamed, traité de sciences géologiques » (52), « Les pensées morales et littéraires » de Sauvage. À partir de 57, auteurs du XIXe : 57-Amiel. puis retour sur le XVIIIe siècle avec une étude isolée sur Ampère en 58 et des anthologies en 60-61. 62-69 : numéros libres à organiser soit pour coter d'autres anthologies soit pour des auteurs du XIXe encore peu représentés. A partir du numéro 70, une orientation XXe : 70- 79 Bataille 80-89 Cioran 90-94 Blanchot (majoritairement en L F phi mais également en L H, et en L F r pour ses romans) 94-99 espace libre 100-101 Henri Petit puis quelques études isolées - dont une de D. Guénoun - sur des sujets variés. 1500- Pierre Vadeboncoeur Une cote encore peu fournie, plutôt bien organisée avec quelques espaces vacants. 12° Même structure générale. Quelques auteurs encore uniquement représentés dans ce format : Nicole en 28Gobineau en 46-J. Rostand en 4956-Benda L G c (Littérature grecque - Collections)

L G d (Littérature grecque - Divers et littérature grecque moderne)

L G gr (Littérature grecque - Grammairiens)

L G h (Littérature grecque - Historiens)

L G o (Littérature grecque - Orateurs)


L G p (Littérature grecque - Poètes)

L G phi (Littérature grecque - Philosophes)

L G pol (Littérature grecque - Polygraphes)

L G th (Littérature grecque – Théâtre)

L H a (Histoire littéraire – Antiquité) Contenu : Etudes grecques et latines majoritairement, études orientales. 8° A la différence de L H cr et L H m, il n'y a pas de nette séparation entre les "généralités" et les "tranches nationales" alors qu'il aurait été pratique de coter les études par nationalités (grecque, latine, "orientales") en les séparant des études générales sur le monde classique. La répartition par genres (roman, poésie, théâtre, satire...) à l'intérieur des cotes de nationalités est peu respectée. Les études orientales sont encore peu représentées, ce qui a permis l'organisation suivante : 600 à 699 : littérature babylonienne et assyrienne 700 à 1509 littérature arménienne et orientales 1510 à 1530 littérature égyptienne En dépit de cette tentative d'organisation, on trouve des ensembles plus ou moins suivis et cohérents. Par la suite, on note un effort de regroupement par nationalités mais sans hiérarchisation interne. 12° Peu développée, la cote comprend essentiellement des études sur les littératures latines et grecques. Le plus ancien numéro date de 1848. L H cr (Histoire littéraire – Critiques) Contenu : Histoire littéraire, critique littéraire, mélanges, toutes études en principe antérieures au XXe siècle. L H cr est structurée en deux sections délimitées : la section « généralités » et la section « études par nationalités » subdivisée par pays. Il est plus difficile de faire émerger les critères qui justifient l'organisation des « généralités » en L H cr et L H m et d'expliquer ce qui les distingue : s'y trouvent, en principe, tous les ouvrages portant sur plusieurs auteurs de nationalités ou d'époques différentes, les études comparées au sens large, quelques anthologies (voir également L F) ainsi que des études par auteur – essayistes,, critiques


littéraires (René Girard, Bakhtine, Goldmann, Barthes pourtant tous du XXe...) mais aussi biographes (par exemple, Lytton Strachey en 602) . Les monographies sur deux auteurs de même nationalité seront en revanche rattachées à l'un des deux auteurs en littérature. On cote le plus souvent en fonction de l'existant en alimentant les tranches déjà constituées et on pratique la cotation à l'auteur pour les noms les plus connus. Remarques générales : L H cr est plus ancienne et plus dense que L H m. Un certain nombre de difficultés sont communes à ces deux cotes qui ont une organisation générale semblable. C'est une cote à forte expansion qui connaît un problème de saturation et d'explosion de ses ensembles thématiques (à partir de 2004, l'ajout d'une triple lettre au niveau de l'indice tente d'y remédier dans une certaine mesure). Peu de numéros libres et une absence d'anticipation sur les tranches appelées à se développer. Enfin, la cotation en fonction de titres souvent métaphoriques ou peu explicites en eux-mêmes a donné lieu à quelques erreurs que nous avons essayé dans la mesure du possible de rectifier. A noter : une prédominance des études sur le romantisme en L H cr ; dans la section des généralités, une dizaine de tranches plus ou moins développées sur le romantisme contre deux seulement en L H m. Les études fin-de-siècle en nombre croissant restent dispersées entre L H cr, encore très orienté sur le XIXe et L H m plus à même de les accueillir. 8° Structure générale 1-1500 : généralités 1600-2099 / littératures orientales 2100-2999 : littératures anglaises et américaines 3000-4200 : littératures allemandes 4300-5000 : littératures espagnoles et italiennes 5100-5999 : littératures slaves 6000-6999 : littératures diverses 7000- : littératures françaises Si les bornes de la structure générale sont bien respectées, plus délicate en est l'organisation interne. Particulièrement dense, elle souffre comme les autres cotes de même ampleur de saturation et donc d'éparpillement ; peu de numéros libres. Sections nationales : Ces sections plus faciles a priori à structurer demeurent encore désordonnées à certains endroits. Il n'est pas rare d' observer une multiplication de tranches sur un même sujet à très peu d'intervalles : c'est le cas notamment des études autour de Goethe dans la tranche allemande. Les tranches de niveau 2 de littératures italiennes, espagnoles, sud-américaines et portugaises s'imbriquent inextricablement : à partir de 4310, le début des études consacré à l'Italie s'interrompt en 4671 pour laisser place aux études sur la littérature espagnole ; à partir de 4750, on trouve un ensemble consacré aux études hispano-américaines puis à partir du numéro 4880 s'opère un retour aux études italiennes jusqu'en 4927 etc. 12° Beaucoup plus dense que L H m 12 °. La section « généralités » n'est pas organisée. On y trouve pêle-mêle des études sur les genres, des études théoriques, des études de littérature comparée, des essais de critiques littéraires (cotation à l'auteur en fonction des numéros vacants), quelques essais sur la littérature latine et médiévale (autour du numéro 210), des ébauches de regroupements thématiques plus ou moins bien suivis.


Remarques : Quelques erreurs de cotation à rectifier : par exemple, des études sur Leopardi à rapatrier en L E i ; des études sur la littérature allemande ou sur la littérature italienne dans les généralités à déplacer dans les sections nationales... Pratiquement pas d'ensembles : de 300 à 312, un petit ensemble sur les mythes littéraires poursuivi plus loin en 468 - 471. L H m (Histoire littéraire – Période moderne) Contenu : En principe, L H m rassemble les études d'histoire littéraire, essais, critiques littéraires portant sur la période moderne et contemporaine (XIXe-XXe) ainsi que les mélanges consacrés à un professeur de littérature. En réalité, L H m concerne davantage le XXe que le XIXe, ce qui lui permet d'affirmer une certaine spécificité. La grande difficulté consiste dans le partage du XIX ème entre les deux cotes. L H cr compte des tranches importantes en nombre de volumes sur le XIXe siècle et continue d'accueillir un grand nombre d'ouvrages sur cette période. Ces tranches de création plus ancienne mais régulièrement réactivées font ainsi concurrence aux tranches plus récentes de L H m, ce qui rend le choix du coteur difficile. Remarques: En dehors des premiers numéros, la cohérence chronologique de L H m semble avoir été mieux pensée et respectée dans l'ensemble qu'en L H cr mais l'interrogation globale (sur L H) et par noms d'auteurs pour les plus connus demeure nécessaire. Quelques ouvrages sur des périodes antérieures (XVIe, XVIIe, XVIIIe) apparaissent encore au début des sections nationales de L H m à titre de numéros isolés. Comme pour L H cr, la difficulté principale a consisté dans la mise en place d'un classement thématique particulièrement délicat pour les études littéraires. On s'est efforcé d'opérer quelques rapprochements thématiques en fonction des numéros disponibles mais ces regroupements aléatoires peuvent parfois sembler artificiels. La multiplication de numéros sur un même sujet s'explique en partie par l'absence de rapatriement systématique des ouvrages devant figurer en L H m. C'est le cas par exemple des études sur le théâtre contemporain encore présentes dans les deux registres (ainsi, Louis Jouvet rejoint par J.L. Barrault et M. Renaud continue de figurer en L H cr). La proximité physique de L H cr et L H m semble avoir encouragé une certaine négligence dans le respect des critères chronologiques. Par ailleurs, une répartition plus nette devrait d'opérer entre L H m et les cotes de littérature. Certains écrivains également auteurs de critiques littéraires se retrouvent dispersés ou exilés en L H faute d'une notoriété suffisante (sort toutefois plus enviable qu'en L F d) : Remy de Gourmont est présent aussi bien en L F pol qu'en L H, les essais « littéraires » de W. Benjamin sont dans la tranche allemande de L H m, quant à Felix Fénéon, il ne figure curieusement qu'en L H m. Quelques études sur Adorno également en L H m s'ajoutent aux tranches principales de S Phi g et BA m (Adorno et la musique). Pour plus de cohérence, la tendance actuelle est au regroupement de ces essais avec le reste de l'oeuvre en L F dont ils constituent un éclairage intéressant. Enfin, doit-on coter les anthologies en L H ou en L F / L E ? La question mériterait d'être tranchée définitivement (on pourrait maintenir en L H les anthologies dotées d'un appareil critique important). 4° 1200-1701- littératures orientales (persane, chinoise, malaise.. ). 2000- Etudes sur la littérature anglophone 3000 – Littérature allemande... (ce qui reprend grosso modo la répartition par nationalités dans les


autres formats). Un grand nombre de numéros libres. 8° 1-999 : généralités 1000-1999 : littératures orientales et africaines 1000-1099 : littérature arabe 1100-1169 : littérature égyptienne 1170-1189 : littérature japonaise 1190-1199 : littératures orientales (peu de cohérence, éviter de coter dans cette zone) 1200-1299 : littérature persane 1300-1399 : littérature chinoise 1400-1499 : littératures de l'Asie du Sud-Est (1400 : Indonésie ; 1450 : Corée) 1500-1700 : littératures africaines (généralités Afrique en 1500 ; Madagascar en 1600, littérature amharique – langue parlée en Ethiopie – en 1700) 1701-1999 : libre 2000-2999 : littératures anglaises et américaines (littérature anglophone canadienne en 2800, littérature australienne en 2900) 3000-3999 : littératures allemandes (littérature de l'Allemagne de l'Est en 3800, littérature alsacienne de langue allemande en 3900) 4000-4999 : littératures espagnoles et italiennes (littérature sud-américaine en 4000 5000-5999 : littératures slaves 6000-6999 : littératures diverses 7000-7999 : littératures françaises 9000-9099 : littératures d'expression française - généralités 9100-9149 : Afrique noire 9150-9199 : Afrique du Nord 9200-9249 : Madagascar 9250-9299 : Ile Maurice 9300 et suiv. : Antilles, Amérique latine 9300-9319 : Antilles – généralités 9320-9349 : Haïti 9350 : Guadeloupe 9355 : Martinique 9360 : La Réunion 9370 : Guyane 9450 : Amérique française 9500 : Canada, littérature franco-américaines. 9560 : Nouvelle-Angleterre 9700 : Belgique 9800 : Suisse 9900 : Italie

12° Globalement, la cohérence chronologique (XIXe-XXe) semble mieux respectée pour le format in-12 du fait de sa moindre ampleur. Toutefois, dans la tranche 4000-4999, les études sur les littératures italiennes et espagnoles s'entrecroisent sans délimitation stricte. Pour des intitulés flous comme "littérature diverses", on a repris la délimitation existante en 8° en préparant des espaces réservés. L L c (Littérature latine – Collections)


L L d (Littérature latine – Divers)

L L gr (Littérature latine – Grammairiens)

L L h (Littérature latine – Historiens)

L L m (Littérature latine – Modernes)

L L o (Littérature latine – Orateurs)

L L p (Littérature latine – Poètes)

L L th (Littérature latine – Théâtre)

L L phi (Littérature latine – Philosophes)

L P co (Philologie – Linguistique comparative et orientale) 8° Très peu de numéros libres; peu d'ensembles cohérents à proprement parler ; le plus ancien date de 1776. L P cv (Philologie – Critique verbale) Contenu : Philologie ; études classiques grecques et latines ; linguistique et informatique ; linguistique génétique 8°

Description en cours

Vers la fin du registre série de collections et périodiques : description de tranches à partir du numéro 284 de 31 à 185 non décrit.


L P é (Philologie – Langues étrangères)

L P fr (Philologie – Langue française)

L P gr (Philologie – Langue grecque)

L P l (Philologie – Langue latine)

S E a (Sciences encyclopédiques – Publications des universités, écoles, académies étrangères)

S E d (Sciences encyclopédiques – Encyclopédies, dictionnaires)

S E i (Sciences encyclopédiques – Publications de l'Institut)

S E j (Sciences encyclopédiques – Journaux, périodiques)

S G ép (Sciences générales – Sociologie, économie politique) Contenu : sociologie, économie, sciences politiques, géopolitique, relations internationales ; études comparatives du type géographie et sociologie, ethnologie et sociologie... Enormément de tranches thématiques car S G ép englobe tous les thèmes traités d'un point de vue sociologique 8°

Attention aux fonds (Andler, Bouglé, Simiand, Seebacher etc.)

Tranches de « Que sais-je » de sciences humaines en 8° : 1990. S G ép 1990 12° S G ip (Sciences générales – Instruction, pédagogie)


Contenu : Sciences de l'éducation, pédagogie, histoire des universités mais aussi les études sur le sport (S G ip 560-1 12°) 8° Une tentative d'organisation apparaît à partir des n°s 1100 ; on a mis en place les cadres d'un regroupement thématique (histoire des universités, et de l'enseignement du Moyen Age au XVIIIe ; réflexion et expériences pédagogiques contemporaines ; culture et politique culturelle), qui n'est pas systématiquement respecté, mais facilite l'orientation. S Phi a (Philosophie anglaise) Contenu : Toute la "philosophie anglo-saxonne" ou "philosophie de langue anglaise" (écossaise, irlandaise et américaine) plutôt que la seule philosophie anglaise comme le laissait sous-entendre son intitulé. S Phi a rassemble les oeuvres et les commentaires sur une oeuvre ou un auteur particulier. Pour les études d'histoire de la philosophie portant sur un courant, une époque, plusieurs auteurs ou pour ceux qui adoptent une approche thématique, voir S phi h. N.B : On pourra se reporter à S Phi h 776 et 796 pour la philosophie anglaise et S Phi h 580-582 pour la philosophie américaine. Seuls quelques ouvrages portant sur le pragmatisme en général se trouvent cotés en S Phi a, notamment avec les études sur Peirce, ce que leur perspective plus générale aurait dû empêcher. Remarques : Comme toutes les cotes philosophiques "nationales", elle est relativement bien ordonnée, adoptant un classement chronologique globalement respecté, à quelques exceptions près. La seule véritable difficulté porte sur le choix des auteurs dont l'oeuvre est susceptible de figurer en S Phi a. Le premier problème rencontré consiste dans les changements de nationalité. Si l'on retrouve tout à fait logiquement en S Phi a les oeuvres de Ludwig Wittgenstein ou d'Herbert Marcuse, on est, en revanche, surpris de ne pas y voir figurer celles de Sir Karl Popper, qui demeurent en S Phi g : preuve que l'ennoblissement par Sa Majesté n'est pas un critère suffisant pour faire d'un philosophe allemand un philosophe anglais. Se pose ensuite la délicate question de la dignité des oeuvres susceptibles d'entrer au panthéon de la philosophie anglo-saxonne. Cette question est sans objet pour les ouvrages antérieurs à 1880. Mais elle se pose avec acuité pour les ouvrages postérieurs : comment faire le partage entre les textes qui constituent à proprement parler une oeuvre reconnue, et destinée à ce titre à entrer dans S Phi a, et ceux qui devront au contraire rejoindre les classements thématiques de S Phi h ou S Phi c ? L' entrée dans une cote nationale a aujourd'hui le sens d'une consécration, et s'effectue toujours avec prudence et réflexion. Auparavant, au contraire, nos prédécesseurs ont eu tendance à introduire en S Phi a la plupart des textes philosophiques parus en anglais, que ceux-ci soient susceptibles de constituer une oeuvre ou pas, qu'ils présentent une véritable originalité ou non : cette tendance est peut-être plus marquée pour S Phi a que pour S Phi g ou S Phi fr par exemple. Nous nous retrouvons ainsi avec une multitude de volumes isolés, sans lendemain, d'auteurs désormais oubliés, dont les textes, même s'ils peuvent présenter un véritable intérêt, ne forment en aucune manière une oeuvre. Nous classerions désormais sans hésitation ces textes en S Phi c ou en S Phi h. Il en résulte une impression de grand déséquilibre à l'examen de l'ensemble de la cote. S Phi c (Philosophie – Collections et généralités)


Contenu : Si la lettre "c" valait à l'origine pour "collections", cette désignation a désormais perdu tout sens. L'identité de la cote S Phi c se définit davantage négativement que positivement : elle regroupe tous les ouvrages de philosophie qui ne trouvent pas leur place dans les diverses cotes "nationales", dans la mesure où ils n'appartiennent pas à une "oeuvre" reconnue en tant que telle, ni dans la cote S Phi h dans la mesure où ils n'adoptent pas une perspective d'histoire de la philosophie. Se trouvent ainsi rassemblés une masse imposante d'ouvrages aux thèmes très divers. On peut néanmoins dégager un certain nombre de domaines qui représentent les principaux ensembles concernés : 1- Psychologie, Psychanalyse, Psychiatrie 2- Logique et philosophie des mathématiques 3- Epistémologie et philosophie des sciences 4- Philosophie morale 5- Philosophie politique 6- Esthétique et philosophie de l'art 7- Métaphysique et ontologie Quelques points d'orientation importants dans la cote S Phi c 8° (cotes vivantes les plus utiles) : Généralités : 723 Esthétique : 966, 1237-1238 Philosophie politique : 1177, 2290-2400 Philosophie morale : 1189, 1410, 1413 Philosophie du langage, psychologie du langage, communication : 1190-1193 Philosophie analytique : 1171-1172 Phénoménologie : 1467 Métaphysique : 1466, 1517 Philosophie de la religion : 1187-1188 Psychologie, Psychanalyse, Psychiatrie : 834-860, 1039, 1081-1082, 1103-1108, 1141-1143, 11781179, 1194-1222, 1300-1399, 1600-1800 Logique, philosophie des mathématiques : 815-820, 1089, 1137, 1180-1182, 1269-1270,1500-1589 (à quelques exceptions près) Epistémologie, Philosophie des sciences : 987, 1031, 1050-1051, 1060, 1184-1185, 1255-1259 Sciences de la vie : 1034, 1052, 1074, 1123-1126 Philosophie de l'esprit : 926, 1270, 1277 F° la philosophie dans ce format se confond avec la science ; les grands formats ne semblent guère propices à la réflexion philosophique ; les trois titres sont en latin ; il est peu probable que cette cote se développe, sauf par don de quelque ouvrage ancien. 4° en in-4 une petite cote dominée par les sciences psy. ; comme son accroissement est faible et lent (2 ou trois titres par an), elle s'organise assez facilement autour d'agrégats de psychologie, de logique ou d'esthétique. 8° Parmi toutes les cotes de philosophie, S Phi c est sans conteste la plus délicate à aborder. Sa complexité interne, son relatif manque de structuration, la très grande diversité des domaines qui s'y trouvent rattachés, la multiplication des cotes concurrentes portant sur un même thème, le partage difficile avec les autres cotes de philosophie, le très grand nombre d'ouvrages concernés contribuent à en faire le cauchemar du coteur. La logique de classification privilégiée par la cote S Phi c est thématique. Mais d'autres principes peuvent intervenir, souvent légitimement, mais parfois aussi comme éléments perturbateurs. Ainsi, à cette logique thématique se superpose parfois une logique de regroupement par auteur, à l'image de celle qui régit les différentes cotes "nationales" : ce choix est parfaitement justifié dès lors que


l'oeuvre ainsi rassemblée se distingue par une unité thématique (il est bien-sûr recommandé de rassembler l'ensemble de l'oeuvre de Winnicott) ou par l'importance de son auteur ; mais ce type de regroupement ne doit pas être trop souvent effectué au risque de voir la cohérence de l'ensemble de la cote s'en trouver affectée, dans la mesure où regroupement par thèmes et regroupements par auteurs sont amenés à entrer en concurrence. Ajoutons qu'un certain nombre de tranches dont l'identité se définit à partir d'une école philosophique déterminée ou de considérations méthodologiques ont connu une progression vertigineuse jusqu'à constituer des ensembles très importants : il en va ainsi par exemple de la phénoménologie, ou bien de la philosophie analytique d'inspiration anglo-saxonne, ou bien encore de la "philosophie de l'esprit", dont le développement important est venu encore enrichir le domaine de la cote S Phi c. Le nombre de volumes concernés par le seul domaine de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychiatrie a légitimé à lui seul la constitution d'une cote "S Phi p" qui est depuis 3 ans en cours d'élaboration. La psychologie, de la psychanalyse et de la psychiatrie ont été disséminés sur la totalité de la cote. Garder le paragraphe qui suit ? A partir des cotes 1300 environ (avec quelques rechutes de désordre), on trouve de grands ensembles plus nets (ainsi 1300-1399 et 1600-1800, pour psychologie-psychanalyse-psychiatrie, 1500-1589 pour la logique, l'épistémologie et la théorie de la connaissance, 2300-2400 pour la philosophie politique contemporaine et les théories de la justice) qui sont actuellement en cours de restructuration. A noter, un premier petit lot consacré à Einstein et à la théorie de la relativité A partir du numéro 280- , les oeuvres de Kurt Lewin 313 - question de l'eugénisme 387 - vocabulaires et lexiques de philosophie non-allemands (cotes quasi-mortes). Les cotes suivantes sont constituées de petits ensembles, le plus souvent en fonction de l'auteur des ouvrages (oeuvres de Niels Bohr, de Max Planck, d'Eugène Minkowski, Wilhelm Reich, d'Edith Stein...) mais perdus dans un océan d'ouvrages isolés sans rapport les uns avec les autres. A partir de 550, les ensembles significatifs commencent à se multiplier (voir 566 pour l'empirisme logique, 602 pour la sensibilité et les émotions, 607 pour le thème du corps...), mais l'impression de dispersion reste dominante. Ce n'est qu'une fois dépassée la cote 1000 que se succèdent véritablement des ensembles plus importants : comme toujours, la structuration de la cote va s'affermissant au fur et à mesure de sa progression. Réduire encore ? Parallèlement à cette première question, se pose celle des éventuels transferts de la cote S Phi c vers les différentes cotes "nationales". Régulièrement, un certain nombre d'ouvrages sont en effet retirés de la cote S Phi c (et, dans une moindre mesure, de la cote S Phi h), dès lors que l'importance désormais accordée à une oeuvre légitime son inscription en S Phi a, S Phi g ou S Phi fr : une telle "consécration" a ainsi récemment couronné les oeuvres de Derrida, Deleuze, Foucault, Davidson, Nagel ou Habermas. Ces transferts sont également très utiles, dans la mesure où ils permettent d'aérer de temps à autres la cote S Phi c, qui est largement saturée et ne comporte que peu de cotes laissées vacantes. Il est indispensable d'être particulièrement rigoureux lors de ces éventuels transferts et de s'assurer de leur exhaustivité, pour éviter de voir des oeuvres importantes dispersées sur plusieurs cotes en négligeant de déplacer certains ouvrages isolés (il en était ainsi par exemple du versant politique de l'oeuvre de Karl Popper qui avait été abandonné en S Phi h, alors que le reste de son oeuvre, ainsi que les études qui lui étaient consacrées, se trouvent en S Phi g ; de même, si une partie des ouvrages d'Alasdair MacIntyre a trouvé place en S Phi a, une autre partie demeure en S Phi h, sans que ce partage réponde à une quelconque nécessité). Les rapports entre S Phi c et S Phi h sont complexes. Un certain nombre de domaines, de thèmes ou de problématiques qui appartenaient de droit à la seule cote S Phi c à une période donnée,


acquièrent au fur et à mesure une profondeur historique qui pose le problème de l'ouverture d'une cote correspondante en S Phi h, voire même d'un éventuel transfert d'un certain nombre de volumes dans cette dernière cote. Il devient dès lors souvent difficile d'apprécier si une étude d'un aspect particulier de l'histoire du mouvement psychanalytique, d'une figure singulière de cette histoire, d'une méthode ou d'un concept fondamental doit être coté en S Phi c (à coté d'un ouvrage plus ancien consacré à cette question, ou avec une des OEuvres de la personnalité évoquée, le cas échéant) ou bien doit désormais être intégrée à la perspective historique qui est celle de S Phi h : où coter les ouvrages consacrées à la naissance du mouvement psychanalytique ? faut-il continuer à rattacher les études sur l'hypnose dans cette histoire à la cote S Phi c ? Dans quelle mesure pouvons-nous justifier l'inscription de l'oeuvre de Clérambault en S Phi c? Des problèmes semblables se posent à l'articulation entre les domaines de l'épistémologie/philosophie des sciences, dont le lieu naturel est S phi c, et de l'histoire des sciences qui relève de S Phi h. Il n'est pas toujours facile d'apprécier à partir de quel moment une théorie scientifique relève d'une perspective proprement historique. L'histoire de la théorie de la relativité, ou bien encore celle de la génétique, constituent ici des exemples frappants. Faut-il désormais ouvrir des cotes spécifiques en S phi h, au risque de voir séparés sur plusieurs cotes des ensembles d'ouvrages portant sur un même objet, ou bien faut-il faire abstraction de la perspective historique clairement adoptée par certains livres, pour privilégier une unité thématique générale ? Doit-on maintenir l'oeuvre d'Einstein et les études qui lui sont consacrées en S Phi c, ou peut-on envisager qu'elle puisse trouver place en S Phi g, à l'image de celle de Newton en S phi a ? La cotation des études portant sur un certain nombre d'écoles philosophiques de la fin du XIXème siècle et du XXème siècle rencontre des difficultés similaires. C'est le cas, par exemple, du néopositivisme logique (ou empirisme logique, voir aussi Cercle de Vienne) (S Phi c 566 8°) ou bien encore du pragmatisme anglo-saxon (notamment S Phi c 1444 8°), qui n'ont pas de cote propre en S Phi h, mais se retrouvent en S Phi c. La difficulté est encore renforcée pour ces deux exemples dans la mesure où, pour chacun d'entre eux, s'est indûment développée une tranche spécifique dans une section nationale, dans un cas en S Phi a , dans l'autre en S Phi g, alors que la perspective générale adoptée par ces études (non spécifiquement consacrée à un seul auteur ou au commentaire d'une oeuvre particulière) aurait dû l'empêcher. Quelques conseils : Chaque cas particulier appelle un traitement spécifique : pour s'orienter dans les sinuosités de la cote S Phi c, il est réclamé du coteur davantage d'esprit de finesse que de clarté et de distinction géométriques. La plus grande rigueur est néanmoins requise, plus encore qu'ailleurs, pour ne pas introduire davantage de désordre ; il est en particulier particulièrement important de ne pas succomber trop facilement à deux tentations "paresseuses" : -ne pas se contenter trop facilement d'un regroupement par auteur, là où l'unité thématique ou l'importance d'une oeuvre ne l'imposent pas (ce qui nuit à la cohérence des différents regroupements par thèmes) ; -ne pas se résoudre trop rapidement à ouvrir une nouvelle cote, jusque là vierge, au risque de multiplier sans nécessité des cotes concurrentes sur un même thème, ce qui est déjà trop fréquemment le cas. S Phi fr (Philosophie française)

S Phi g (Philosophie germanique)


S Phi h (Histoire de la philosophie) Contenu : Histoire de la philosophie et histoire des sciences. Son seul intitulé ne suffit pas à en faire saisir la spécificité : l'ensemble des cotes "nationales" concerne aussi l'histoire de la philosophie, et une partie de l'histoire des sciences se trouve également placée dans les cotes d'histoire. Principaux points d'orientation dans la cote S Phi h 8°: GENERALITES : 652 AIRES GEOGRAPHIQUES : Philosophie allemande : 600, 708 Philosophie américaine : 580-582 Philosophie anglaise : 776, 796 Philosophie chinoise : 527 Philosophie espagnole : 574 Philosophie française : 706 (XXè), 707 (XIXè) Philosophie italienne : 565 Philosophie russe : 541, 568 THEMES : Histoire de l'esthétique : 310 Histoire de la philosophie politique : 434, 566 (antiquité), 645-647 Histoire de la philosophie morale : 644, 680 (antiquité) Histoire des sciences : 347 (Moyen Age), 544 (antiquité), 545 (XVIè-XVIIè), 588, 658-659, 689700, 800-901 Histoire des mathématiques : 587, 750 (antiquité) Histoire de la logique : 711-718 Histoire de la psychologie, de la psychanalyse et de la psychiatrie : 506-507 Histoire de la médecine : 697 Histoire de la philosophie de la religion : 494 PERIODES : Histoire de la philosophie antique : 532 , 544, 566, 609, 678-687, 710-712, 741-748, 757 Histoire de la philosophie médiévale : 347, 436, 497, 713 Histoire de la philosophie de la Renaissance : 761 Histoire de la philosophie au XVIIème siècle : 486, 765 Histoire de la philosophie au XVIIIème siècle : 786-787 Histoire de la philosophie au XIXème : 707 (France) Histoire de la philosophie au XXème siècle : 703-706 8° L'identité et l'unité de la cote S Phi h sont moins délicates à appréhender que celles de la cote S Phi c. Elle n'en reste pas moins une cote imposante, qui comporte un certain nombre de difficultés. Il nous faut donc préciser les quelques critères qui président à l'orientation d'un ouvrage vers la cote S Phi h, et les difficultés que tout coteur est alors amené à rencontrer. S Phi h concerne tous les ouvrages d'histoire de la philosophie qui ne consistent pas en l'étude d'une oeuvre ou d'un auteur particulier. En règle générale, toutes les études portant sur plusieurs auteurs (à l'exception des études portant sur les relations entre deux auteurs donnés, qui trouvent souvent place dans les cotes nationales, à la cote d'un des auteurs mentionnés), toutes les études portant sur une "école" philosophique (le stoïcisme, l'idéalisme allemand,...) toutes les études qui concernent une période donnée (philosophie antique, philosophie de la renaissance, philosophie des Lumières,...) , toutes les études diachroniques qui s'attachent à l'histoire d'un thème philosophique donné, d'un concept, ou à l'histoire de la philosophie sur une aire géographique particulière doivent se trouver en


S Phi h. Certaines zones de la cote S Phi h se substituent également à des cotes "nationales" inexistantes : c'est tout particulièrement le cas pour les tranches situées en 574-575, qui ont pour objet la philosophie espagnole (ibérique et latino-américaine). Les regroupements s'effectuent donc en fonction de ces multiples critères, qui peuvent parfois entrer en concurrence (les études sur la philosophie politique de la Renaissance doivent-elles par exemple être réunies dans une cote consacrée à l'histoire de la philosophie politique ou bien dans une cote consacrée à la philosophie de la Renaissance? ). Un nombre restreint de regroupements sont effectués par auteur. De la même manière qu'en S Phi c, cette solution peut rivaliser avec la structuration thématique de la cote, et ne doit donc être choisie que dans des cas exceptionnels, lorsque l'ensemble des études d'un auteur présente une réelle unité, qu'elle porte sur un thème, une période ou une école donnée ; elle peut l'être également lorsque la personnalité de l'auteur est suffisamment marquante pour que son oeuvre impose d'elle-même sa propre unité : c'est, par exemple, le cas d'Isaiah Berlin, en 798 (mais la question se pose alors d'un éventuel transfert vers une cote nationale). Mais dans la très grande majorité des cas, la logique thématique doit toujours être privilégiée. Dense et touffue, cette cote ne comporte qu'un très petit nombre de numéros libres. Les ouvrages y sont rangés selon un ordre chronologique. La structure de S Phi H n'émerge véritablement qu'à partir de 490. Une seule très grande section consacrée à l'histoire des sciences a été programmée, entre les numéros 800 et 900. Elle entretient des rapports complexes avec les autres cotes de philosophie. Les difficultés posées par les relations avec la cote S Phi c se concentrent essentiellement sur la cotation des études développant une perspective historique sur des mouvements philosophiques relativement récents, traités jusque là en S Phi c : c'est le cas par exemple de l'histoire de la philosophie analytique, de l'histoire de la phénoménologie, ou bien encore de l'empirisme logique. Le problème se pose également pour des questions traditionnellement rattachées à S Phi c, comme la psychanalyse, la psychologie ou la psychiatrie. Si la cote S Phi h 506-507 est en pleine expansion, bon nombre d'études à perspective historique demeurent comprises en S Phi c. Curieusement, l'histoire de la phrénologie se trouve également en S Phi c. Un certain nombre de problèmes émanent de ses rapports avec les différentes cotes "nationales". Ainsi certains ouvrages n'obéissent pas à la règle qui veut que toutes les études historiques générales (non spécifiquement consacrées à un auteur ou à une oeuvre) trouvent leur place en S Phi h. Le cas est fréquent pour les études portant sur une "école" ou un courant philosophique donné : études portant sur l'empirisme logique en général en S Phi g, sur le pragmatisme en S Phi a, ... ; de même, les cotes L G Phi 4 8° et de S Phi h 292 et 682 8° apparaissent concurrentes pour la philosophie présocratique. Plus problématiques encore sont les rapports entre S Phi h et S phi o : ainsi, s'il existe bien une cote pour la philosophie chinoise en S Phi h 527, rassemblant une dizaine d'études, la plupart des études générales sur la philosophie orientale sont cotées en S Phi o (pour les études générales concernant la philosophie chinoise, voir notamment S Phi o 105 8°). Des problèmes semblables se posent pour la cote S Phi sc : alors que la grande majorité des études sur la philosophie médiévale qui ne portent pas sur un auteur particulier se trouvent en S Phi h, un certain nombre de cotes de S Phi sc sont dévolues à des études générales ou thématiques qui sembleraient avoir davantage leur place en S Phi h : il en va ainsi, par exemple, de S phi sc 164 (études générales sur la philosophie du Moyen Age), 176 (le platonisme médiéval, à comparer avec la cote S Phi h 746 8° consacrée au platonisme en général, mais où se trouvent de nombreuses études sur le platonisme médiéval), ou bien encore 181 (études sur la "renaissance" du XIIème siècle). L'histoire des sciences pose également des problèmes particuliers : si elle relève pleinement de la cote S Phi h, elle est aussi parfois placée dans les cotes proprement historiques, sans que de fondamentales différences d'objets ou de méthodes puissent véritablement justifier ce partage. L'exemple de l'histoire de la médecine constitue ici un bon exemple : un très gros ensemble se trouve réuni en S Phi h 697 (plus de 90 ouvrages), mais on trouvera également des travaux similaires en H M gé 1199 et 1364, en H U h 322 ou en H U Phi 191.


S Phi i (Philosophie italienne)

S Phi o (Philosophie orientale) Contenu : Philosophie orientale définie selon des critères très vagues et extensifs : tout ce qui n'entre pas dans le cadre de la philosophie occidentale (lire les remarques pour plus de précision). Quelques tranches organisées consacrées à la philosophie juive ; la philosophie arabo-islamique ; la philosophie indienne ; la philosophie extrême-orientale dans lesquelles figurent même des textes à caractère théologique. Philosophie juive : * de 1 à 6 b (en particulier les oeuvres de Maimonide et les études sur son oeuvre) * de 20 à 32 E * de 200 à 212 -Philosophie arabo-islamique : * de 86 à 86 J (Averroès) * de 89 à 103 A (avec notamment les oeuvres d'Avicenne, d'Al-Ghazali et d'Ibn Khaldoun) * de 141 à 160 B -Philosophie indienne: * de 113 à 119 B -Philosophie extrême-orientale : Ce dernier sous-ensemble se subdivise lui-même en deux groupes dont la spécificité s'affirme au fur et à mesure que la cote se déploie : -Philosophie chinoise : * de 104 à 112 * de 130 à 140 C -Philosophie japonaise : * de 120 à 124 * de 250 à 260 8° S Phi o n'obéit à aucun critère strict de définition et de démarcation. Elle se présente plutôt négativement comme un ensemble disparate regroupant tout ce qui n'entre pas dans le cadre de la philosophie occidentale, entendue dans un sens très restrictif. Se côtoient des ouvrages que rien ne rapproche; une impression générale de désordre domine, malgré le relativement petit nombre de volumes que cette cote rassemble. Comme souvent, le début de la cote n'a d'autre structure que l'ordre d'arrivée des ouvrages. A partir du numéro 89, un ensemble consacré à la philosophie juive, l'une au tout début de la série, l'autre de 20 à 32 E. La nécessité de faire entrer dans les cadres conceptuels de la philosophie occidentale des textes qui ne leur correspondent pas rend particulièrement délicate la cotation des ouvrages s'apparentant à la cote S Phi o. La distinction entre des textes à caractère religieux ou théologique et des textes plus strictement philosophiques est ainsi très difficile à établir, notamment en ce qui concerne la philosophie indienne. Le fait que la théologie ne soit conçue à la bibliothèque des lettres que comme théologie chrétienne, voire juive accentue encore cette difficulté. Les autres grands systèmes religieux se trouvent relégués en HAR m (c'est-à-dire identifiés comme "mythologiques" !) , ou bien en L E o (littérature étrangère orientale !) pour ce qui est des grands textes fondateurs comme le Coran ou les Upanishads. La répartition entre ces différentes cotes devient alors très vite


parfaitement arbitraire. Ainsi, par exemple, un lecteur qui souhaite trouver des études sur le Védanta doit jongler entre S Phi o, HAR m et L E o sans qu'aucun principe général ne guide apparemment cette tripartition. On trouve ainsi bon nombre d'études indiennes à caractère philosophique classées en L E o. Ces difficultés sont accentuées par le partage entre les textes classiques, les études sur auteurs et les études thématiques ou générales. S phi o rassemble à la fois des textes classiques, les études sur auteur et les études générales alors que S phi h ne comporte que peu d'ouvrages sur les philosophies arabes, juives, indiennes ou chinoises (on peut en trouver néanmoins quelques-uns, notamment pour la philosophie chinoise, en S Phi h 527 8°). Une étude plus approfondie de chacun des sous-ensembles identifiés (philosophie juive, arabo-islamique, indienne et extrême orientale) à l'intérieur de S Phi o révèle une plus grande complexité encore : chacun d'entre eux obéit en effet à des règles de répartition et de regroupement très différentes. En philosophie juive et en philosophie arabe, nous retrouvons, classées en S Phi o, les oeuvres classiques ainsi que les études particulières ou générales ; en revanche, la quasi-totalité des grands textes classiques du monde indien se trouvent rangées en L E o, ainsi qu'une bonne partie des commentaires et des études consacrées à un auteur, un texte ou un courant particulier. Paradoxalement, nous aboutissons ainsi pour la philosophie indienne à un classement exactement inverse de celui pratiqué en général pour la philosophie : alors que nous nous attendrions à ne trouver en S Phi o que les ouvrages classiques et les études sur ces oeuvres et leurs auteurs, nous n'y retrouvons en fait que les études plus ou moins générales. S phi p (Psychologie, Psychiatrie, Psychanalyse) En cours ajouter un petit commentaire (date de création, état des travaux, etc.) Les 3 grandes divisions de la cote sont les suivantes : 1. Psychologie et neurosciences 2. Psychiatrie, neurologie, clinique 3. Psychanalyse Pour les auteurs, on cote ainsi: Premier chiffre (oeuvres) A: oeuvres complètes (éditions critiques) B: correspondances, journaux, entretiens C: cours, séminaires; D-X: oeuvres isolées Y-Z: libre Deuxième chiffre: Etudes critiques A: Bibliographies, dictionnaires, index B: Biographies et rapports personnels, témoignages C: Congrès, hommages, D-H: Etude sur l'ensemble de l'oeuvre J-X: Etudes thématiques ou sur une partie de l'oeuvre Y-Z: libre 1. PSYCHOLOGIE ET NEUROSCIENCES I. Psychologie, Généralités (Dewey =152 ; Ulm= 000 à 1000) 000 à 99. Psychologie, Bibliographies et dictionnaires, périodiques, collections, mélanges 100 à 299 Psychologie, Théorie, manuels, méthodologie 150. Analyse mathématique et statistique en psychologie 200. Exercice de la psychologie, Tests


250. Enseignement, Institutions, recherche en psychologie (congrès) 300 à 399. Connexions de la psychologie à… 20. Psychologie et littérature 30. Psychologie et linguistique 40. Psychologie et intelligence artificielle. 50. Psychologie et politique 60. Psychologie et sociologie 70. Psychologie et économie. 80. Psychologie et biologie 400 à 499. Ecoles de psychologie 10 . Behaviorisme 30. Gestalt. 40. Libre pour écoles 500 à 699. Psychologie, Histoire. 550. Psychologie, Histoire avant 1800. . Moyen Age 700 à 999. Psychologie, Textes et anthologies (depuis 1800) 750. Par auteur, 750. Grande-Bretagne 850. France 900. Italie 920. Espagne 940. Autres pays d'Europe 1000. Asie, Océanie 1100. Amérique du Nord. 1150. Amérique latine II. Psychologie expérimentale (Ulm=1200) [Rubrique " Test "] III. Psychologie différentielle et du développement (Dewey=155 ; Ulm=1300) 1300. Intelligence 10. Personnalité 20. Sexualité et psychologie des sexes 30. Psychologie de l'enfant 40. Psychologie des adolescents 50. Psychologie des adultes . Personnes âgées. 60. Psychologie et hérédité 70. Ethnopsychologie, psychologie des peuples, des foules. 80. Rôle de l'environnement IV. Psychologie comparée (Dewey =156 ; Ulm =1400) 1400. Psychologie animale 1430. Ethologie 1460. Comparaison homme/animal. V. Psychologie sociale (Ulm =1500) 1500. A développer VI. Psychologie appliquée (Dewey =158 ; Ulm =1600) 1600. Psychologie appliquée, Ecoles et courants.


1630. Aide psychologique et psychothérapies. . Handicaps, réadaptation et réhabilitation . Psychologie criminelle et délinquance (HL d) . Victimologie 1660. Psychologie du travail, psychologie industrielle, ergonomie. VII. Psychologie et éducation (Dewey =370.15 ; Ulm=1700) 1700. Psychologie de l'acquisition de connaissances 1750. Psychosociologie du milieu scolaire 1770. Psychopédagogie spécialisée --------------------1800 à 1999 : libre pour psychologie --------------------VIII. Psychologie cognitive et neurosciences (mélange de Dewey=152 et 153 ; Ulm = 2000 à 4000) A. Psychologie cognitive 2000 à 2099. Psychologie cognitive, bibliographie, dictionnaires, mélanges, collections, périodiques 2100 à 2199. Psychologie cognitive, Théorie, manuels, méthodologie 2200 à 2299. Connexions à la psychologie cognitive 2300 à 2399. Psychologie cognitive, Histoire 2400 à 2499. Psychologie cognitive, Textes et anthologies. B. Neurosciences 2500 à 2599. Neurosciences, Bibliographies, dictionnaires, mélanges, collections, périodiques 2600 à 2699. Neurosciences, Théorie, manuels, méthodes. 2700 à 2799. Neurosciences, Histoire. 2800 à 2899. Neurosciences, Textes 2900 à 2999. Libre pour psychologie cognitive et neurosciences C. Perceptions, fonctions, actions 3000. Perception sensorielle 3010. Fonctions motrices 3020. Motivation et volonté 3030. Emotions 3040. Processus intellectuels de la perception 3060. Mémoire, apprentissage 3070. Imagination 3080. Raisonnement 3090. Concepts 3100. Cognition sociale 3110. Information, communication 3200 à 3999. Libre pour psychologie cognitive et neurosciences. IX. Etats de conscience, subconscience, psychologie des profondeurs (Dewey= 154 ; Ulm=4000) -----------------------------------


4100 à 4999 : Libre pour psychologie ----------------------------------2. PSYCHIATRIE, NEUROLOGIE, CLINIQUE (Dewey=616 ; Ulm=5000 à 7999) I. Psychiatrie (5000 à 5499) 5000. Psychiatrie, Bibliographie, dictionnaires, périodiques, mélanges, collections 5050. Psychiatrie, Théorie, Classification, manuels 5070. Psychiatrie, Enseignement et recherche .Congrès. 5100. Connexions à la psychiatrie 5180. Ethique et psychiatrie 5190. Justice et psychiatrie, psychiatrie légale 5200. Psychiatrie, Histoire Voir les subdivisions en 500 5300. Psychiatrie, Ecoles et courants 5350. Ethnopsychiatrie et psychiatrie sociale 5360. Psychiatrie et phénoménologie 5370. Antipsychiatrie 5380. Autres Ecoles 5400. Psychiatrie, Textes, Europe France Asie et Océanie Afrique II. Neurologie et neuropsychologie (Dewey=152 ; Ulm= 5500 à 5999) 5500. Neurologie et neuropsychologie, Bibliographie, dictionnaires, périodiques, mélanges, collections 5550. Neurologie, Théorie 5570. Neurologie, Enseignement et recherche. 5600. Connexions à la neurologie 5700. Neurologie et neuropsychologie, Histoire 5800. Neurologie et neuropsychologie, Ecoles et courants 5900. Neurologie et neuropsychologie, Textes, France Asie et Océanie Afrique III. Pathologies et troubles du comportement (Dewey=616. 810, 85, 86 ; Ulm= 6000 à 6499) 6000. Maladies du système nerveux 6050. Névroses (616. 852) Amnésie Personnalité multiple Hystérie


Troubles du comportement alimentaire Dépression 6100. Psychoses (616. 854) Maniaco-dépressives Paranoïa Schizophrénie Autisme 6150. Troubles du langage (616. 855.) 6200. Troubles de la personnalité, Généralités (616. 858) Troubles du comportement familial et social Troubles du comportement sexuel Etats limites (Psychiatrie) 6250. Troubles de l'attention (616. 859) 6300. Addiction, toxicomanie, alcoolisme, tabagisme (616. 86) 6350. Troubles en fonction de l'âge : Troubles chez l'enfant, l'adolescent, l'adulte 6400. Libre pour pathologies. IV. Clinique et thérapies (Ulm=6500 à 6999) 6500. Psychologie clinique 6600. Clinique et thérapies, généralités (616. 89) 6650. Clinique et thérapies, Institutions 6700. Pédopsychiatrie et psychiatrie de l'adolescent 6800. Gériatrie psychiatrique. 6900. Traitement et prévention psychiatrique Chirurgie, électrochocs. Thérapies corporelles, rééducation psychomotrice Psychothérapies comportementales et cognitives Sociothérapie Thérapies d'activité Thérapies médicamenteuses (Psychiatrie). ----------------------------------------7000 à 7999. Libre pour psychiatrie, neurologie, clinique. ----------------------------------------3. PSYCHANALYSE (Dewey=159 ; Ulm=8000 à 9999) 8000. Psychanalyse, Bibliographie, dictionnaires, mélanges, périodiques 8050. Psychanalyse, Théorie 8100. Psychanalyse, enseignement et recherche. 8200. Exercice de la psychanalyse (159. 023.) 8250. Psychanalyse, congrès 8300. Connexions de la psychanalyse (159.8) 8355. Psychanalyse et religions 8360. Psychanalyse et politique, psychanalyse et société 8365. Psychanalyse et sciences 8370. Psychanalyse, arts et littérature 8375. Psychanalyse et urbanisme.


8380. Libre pour connexions. 8400. Psychanalyse, Ecoles et courants 8500. Libre pour psychanalyse 8600. Psychanalyse, Histoire (159. 09) 8700 à 8999. Psychanalyse, Textes 8750. Grande-Bretagne (par auteurs) 8800. Allemagne, Autriche 8850. France 8900. Italie 8920. Espagne 8930. Autres pays d'Europe 8950. Asie, Océanie 8960. Afrique. 8970. Amérique du Nord 8990. Amérique latine 9000 à 9399.Psychanalyse clinique et études de cas (159. 6.) . Psychanalyse de l'enfant et de l'adolescent . Psychanalyse et traitement des névroses . Psychanalyse et perversions . Psychanalyse et traitement des psychoses -------------------------9400 à 9999 : Libre pour psychanalyse ---------------------S Phi sc (Philosophie scolastique)

T E co (Théologie, Ecriture – Conciles)

T E e (Théologie, Ecriture – Exégèse)

T E v (Théologie, Ecriture – Textes et versions de l'écriture)

T H g (Théologie, Histoire ecclésiastique – Histoire générale) Contenu : Généralités de l'histoire de l'église principalement chrétienne mais pas exclusivement ainsi, signalons un fonds sur le judaïsme assez important. On y trouve en bon nombre des dictionnaires, des encyclopédies ou ouvrages de synthèse : histoire du dogme, de la papauté... F° Une quinzaine d'ouvrages majoritairement des XVIIe et XVIIIe. Quelques atlas, de grandes histoires de l'église constituent l'essentiel du fond. Accroissement très faible de la cote.


8° Cependant, la notion d'histoire générale a due être floue car bien des livres pourraient être dans une autre section, ainsi les ouvrages sur les origines de l'église chrétienne en T H p ou bien encore ceux sur la patristique en T S... La cote n'est pas très déployée. Le principe dominant a été probablement d'inscrire les livres selon leur ordre d'arrivée car l'ordre chronologique est assez visible. On dénombre 13 tranches thématiques dont 3 sur le judaïsme (247 ; 258-262 ; 265-269 ) T H h (Théologie, Histoire ecclésiastique – Hagiographie) Contenu : Vies, culte des saints et travaux hagiographiques. F°

Peu d'ouvrages, la collection des Bollandistes occupe la section...

4° Cinquante numéros dont 10 libres; une petite dizaine de livres des XVIIe , XVIIIe et XIXe, les autres sont principalement du XXe. Les Actes des martyrs, les Vies de saints sont à l'honneur. 8° Les critères thématiques sont généralement bien respectés : les livres sur Saint Ignace de Loyola sont en T H h , ceux sur l'ordre des Jésuites en T H o mais les exceptions existent. Ainsi Saint Benoit, victime du succès de son ordre est en T H o ... Petite cote par sa taille. Les tranches sont modestes (souvent moins d'une vingtaine de volumes) , peu nombreuses ( une dizaine à ce jour ) et plus souvent nés de la faveur pour un Saint et ses écrits comme Hildegarde de Bingen que de regroupements thématiques. 12°

Fonds relativement ancien (la moitié des ouvrages sont des XVIe, XVIIe et XVIIIe).

T H o (Théologie, Histoire ecclésiastique – Ordres religieux) Contenu : Histoire des ordres religieux, du clergé régulier et des monastères ainsi que de nombreux écrits de religieux que l'on a préféré mettre à cette cote plutôt qu'en TTc en raison de leur appartenance à un ordre. Cependant, cette préférence n'est pas toujours systématique. F° 13 ouvrages dans ce format : - 5 livres du XVIIe - 2 livres du XVIIIIe - 2 livres du XIXe - 4 livres du XXe Donc petite cote avec un accroissement très faible... 4° Nette prédominance des livres du XXe. Aucune organisation notable, des espaces ménagés par les numéros libres semblent vouloir annoncer une orientation différente mais on peut douter de son efficacité. Deux tranches thématiques (en 14-15 F pour les Cisterciens et en 32-32 N pour l'Italie bénédictine) nés à la faveur des acquisitions. 8° Section assez dense pour laquelle le souci de ménager des espaces entre les thèmes est donc récent.


Plus encore que dans les autres sections, le principe d'inscription suivant l'ordre d'arrivée semble avoir prédominé. Les ouvrages du XIXe sont plus fréquents jusqu'aux numéros 50 avant de céder la place à ceux du XXe. On distingue 26 groupes déterminés selon le nombre de volumes, la fourchette des publications, la cohérence thématique : sur les Jésuites, la France monastique, les abbayes bénédictines italiennes, etc. Pour la seule Compagnie de Jésus, on dénombre 3 tranches (2 à 7 A ; 11 à 20 ; 40 à 41 mais également des isolés comme les 75 et 75 B), cela permet d'observer un souci de précision qui semble apparenter la cotation non à un classement thématique mais à de l'indexation. Selon ce principe, aucun livre n'est destiné à rester seul, même si son objet de recherche est très pointu. Qu'un livre vienne sur le même sujet, il sera mis à côté... C'est un étrange pointillisme dans ce contexte d'absence d'organisation de l'ensemble. 12° Section relativement dense, surtout jusqu'au numéro 76, avant lequel on ne compte aucun numéro libre. Ceci implique tout rapprochement thématique ultérieur sera très difficile. Un fait notable toutefois, le fonds de livres anciens déjà cités est d'une grande cohésion thématique. S'y trouvent les oeuvres des protagonistes de la querelle qui a opposé Jansénistes de Port Royal et Jésuites, plus de soixante-dix ouvrages au total... Une telle cohérence est si rare que l'on peut se demander si ces livres n'appartiennent pas à quelque bibliothèque privée ou quelque fonds particulier qui nous aurait été légué. La richesse de cette cote réside essentiellement dans cet apport. Très peu de livres contemporains et l'accroissement de la cote doit être en moyenne d'un ou 2 livres par an. T H p (Théologie, Histoire ecclésiastique – Etudes particulières) Contenu : La première partie de l'intitulé est clair et conforme. Plus problématique, son sous-titre « Etudes particulières »désigne de fait tous les ouvrages qui ne semblent pas aller "naturellement" dans une cote plus ciblée (par ex. T H h...). Quelques exemples : la gnose, l'Espagne sacrée, l'histoire de l'inquisition, les papes (alors que la papauté est en T H g) les missions chrétiennes, des hérésies mais aussi plus étonnant Grégoire de Nysse, la "Confession d'Augsbourg" rédigée par Melanchton, les vies de Jésus... autant d'ouvrages que l'on trouve dans d'autres sections. 8° C'est la cote de théologie la plus étendue (de 1 à 751) et celle qui est alimentée le plus régulièrement par les acquisitions. Il est vrai que le générique " Etudes particulières" est suffisamment flou pour attirer des ouvrages bien différents... Le livre le plus ancien date de 1560 mais il n'y a guère d'ouvrages du XVIe, XVIIe et XVIIIe, jusqu'au numéro 217 les ouvrages sont majoritairement de la fin XIXe , ensuite viennent ceux du XXe. La structure est encore chronologique.. On dénombre 58 tranches surtout à partir des numéros 400 qui sont de taille très variable : par exemple, le numéro 471 (consacré au christianisme primitif dans l'Antiquité) ; une dominante thématique de plusieurs numéros (ex. 1 à 15 A sur la papauté) . On observe cette tentation de créer des suites de numéros à plusieurs reprises (ex. de 600 à 615 une tranche dédiée au Moyen Age) ; dans un désir de proximité on trouve la Renaissance en 616 mais cette cohérence est brève, en 617 voici la théologie espagnole. La majorité des numéros ne correspond qu'à un ouvrage. T S c (Théologies, Saints Pères – Collections patristiques et Pères orientaux)


T S gr (Théologies, Saints Pères – Patrologie grecque)

T S l (Théologies, Saints Pères – Patrologie latine)

T T c (Théologiens catholiques) Contenu : Théologiens catholiques comme l'indique son intitulé mais aussi les témoignages chrétiens, les discussions philosophiques sur le dogme, les écrits mystiques ainsi que les théologiens renommés. 8° Petite cote (1 à 232) sur les théologiens catholiques, à dire vrai, ils ne le sont pas tous, comme par exemple Maurice Clavel... Si la trame chronologique suivant le rythme des arrivées est visible, elle est beaucoup moins nette que pour T H p par exemple. Le fonds est plus mêlé, les ouvrages de toutes les époques se côtoient ce qui correspond sans doute au mode d'enrichissement de cette cote, principalement nourrie de dons. 11 tranches de taille modérée, souvent construits autour d'un auteur (ex. 11-11 F : J. Tauler) et moins fréquemment autour d'un thème (histoire du démon en 148...) T T d (Droit ecclésiastique)

T T p (Théologiens protestants) Contenu : Théologiens protestants, la Réforme, le protestantisme dans le monde. 8° Cette cote est assez homogène. C'est une cote de taille raisonnable (1 à 300), très dense avec peu de numéros libres. On dénombre 15 tranches (en grande majorité entre les numéros 204 et 237). Les plus importants par le nombre de volumes sont ceux attribués à Luther ou Calvin ou bien encore à l'histoire de la Réforme ou à celle du protestantisme en France, notamment au temps des persécutions... T T sa (Traités sur les sacrements, liturgie)

Cotation Ens  

Classement thématique des ouvrages à la Bibliothèque de l'Ens