Page 1

150-Logiciel

18/01/07

15:24

Page 1

LOGICIEL Reportage

CLIPPER soutient la croissance chez AMI

Le site d’AMI à Torcé

Créée en 1999 à Torcé près de Vitré, la société AMI a connu depuis cette date un fort développement de son activité. Placée sur un créneau de sous-traitance de service, elle compte plusieurs centaines de clients qui lui confient des affaires ponctuelles ou répétitives allant de la réalisation de pièces unitaires à des grandes séries. Pour gérer cette diversité, l’entreprise a choisi de s’appuyer sur la solution de GPAO Clipper proposée par Clip Industrie et en a fait très tôt la colonne vertébrale d’une organisation très efficace. La réponse à des besoins “métier”

Q

??

Avant de rentrer dans le détail des atouts qu’AMI a tirés de Clipper, il est important d’expliquer que cette solution de GPAO a, dès son origine, pris en compte les spécificités du travail de la tôle. En effet, l’un des fondateurs de Clip Industrie possédait par ailleurs une chaudronnerie dont les besoins étaient à l’origine du progiciel. Il en résulte un cœur de produit qui intègre totalement des principes de gestion de format de tôle et leur conversion en poids, la gestion des chutes, la proposition de formats économiques… Cette forte implication métier explique en outre que la solution Clipper fédère l’ensemble des services de l’entreprise autour de l’activité, comme nous allons le voir chez AMI. “En 1999, explique Gérard David, Dirigeant de l’entreprise, nous avons créé l’Atelier de Métallerie Industrielle (AMI) pour répondre à un besoin de service local que nous avons décelé. Ce choix impliquait deux contraintes : d’une part investir dans des équipements de production neufs afin de disposer durablement d’avantages en terme de productivité, mais d’autre part être capable de garantir une réactivité importante car, sans cette dernière, notre vocation n’a plus de sens”. Il semble que ce choix ait été judicieux car 7 ans après sa création, AMI compte 25 employés, a procédé à 2 extensions de 1000 m2 chacune et s’apprête à en réaliser une troisième pour élargir son activité à la peinture. Pour parvenir à ce résultat, il est important de mettre en place une bonne organisation et de pouvoir suivre efficacement les affaires. “De 2000 à 2002, explique David Calvez, Responsable Technique d’AMI, la gestion a été effectuée grâce à un logiciel fait maison, construit avec Ac-

Q 23

Clipper permet d’enregistrer la gamme de fabrication de manière détaillée.

cess. Avec l’accroissement du volume de commandes et n’ayant pas d’informaticien dans nos effectifs, nous avons ensuite opté pour l’acquisition d’une solution ERP (Entreprise Resource Planning). Lors de cette démarche, nous avons été immédiatement séduits par l’ouverture et la simplicité d’utilisation de Clipper, tout comme par son orientation métier et un prix des plus raisonnables”.

Une rationalisation des saisies

Q

“Au sein de clipper comme dans chaque affaire, poursuit David Calvez, tout commence par le devis. Avec ce module, nous pouvons réaliser un chiffrage précis en détaillant chaque opération, de la découpe au soudage en passant par le pliage. Nous avons pour cela élaboré des gammes type qui servent de trame et que nous choisissons au gré des besoins de chiffrage.

TOLERIE N°150 - JANVIER / FÉVRIER 2007


150-Logiciel

19/01/07

10:38

Page 2

LOGICIEL Reportage

Il est possible à tout instant de connaître l’état d’avancement d’une pièce.

W 24

L’interface de saisie spécifique à chaque type d’opération sert de support au renseignement précis des paramètres significatifs et garantit un calcul précis et automatique de chaque coût de production. C’est un aspect important, car le poste chiffrage est loin d’être négligeable en terme de charge de travail. Au delà, il est important que le temps passé à cette tâche soit autant de moins à dépenser par la suite sur les 30% à 40% de cas qui se transforment en affaire. C’est ce qui se passe avec Clipper dont les différents modules permettent de partager l’information et de l’enrichir au fur et à mesure de l’avancement du dossier”. La codification interne des articles permet à chaque personne ayant à travailler sur l’affaire de trouver les données qui l’intéressent et de compléter le dossier. Après les opérations administratives, le bureau des méthodes procède au lancement technique du dossier. “Les éléments du devis sont ainsi repris et affinés, complète David Calvez. Par exemple, la consommation de matière première qui est estimée lors du devis, est cette fois calculée avec précision, notamment au travers du choix du format de la tôle. Il est important de préciser que le progiciel nous permet de créer plusieurs gammes pour une même pièce et ensuite de choisir l’une ou l’autre en fonction de critères comme la quantité à produire, la disponibilité matière ou machine…. Dans le cas de nouvelles productions, les gammes sont affinées sur la base des devis et permettent d’établir les ordres de fabrication et de compléter le plan de charge de manière réaliste”.

Un suivi efficace en atelier

Q

À l’issue du traitement du dossier technique, les informations de production sont disponibles à l’atelier : chaque poste de travail est équipé d’une station informatique permettant de visualiser le programme de production, de disposer de toutes les informations techniques de production. Pour les postes de découpe laser et de poinçonnage, l’opérateur peut récupérer le programme de pilotage de la machine et le transférer à la commande numérique. “Nous nous sommes également inscrits dans une démarche “zéro papier”, précise David Calvez. Pour cela, les plans de pièces sont numérisés et visualisables sur chaque terminal”. Audelà des économies de consommables réalisées, cette façon de faire a un impact important sur la qualité en garantissant la conformité de l’indice du plan. Le système permet également la

saisie des temps de production grâce à un système de code barre présent sur les fiches suiveuses et permettant une saisie rapide par douchette. Mais hormis l’aspect gestion des temps de production, il y a un outil de gestion dynamique de la production en temps réel. En effet, si les différentes étapes de production sont correctement renseignées, il est possible de connaître en temps réel l’avancement de chaque série de pièces. Chez AMI cette fonction est très importante et a même été renforcée par le développement d’un module annexe de gestion d’emplacements destiné à la localisation des pièces au sein de l’atelier ainsi qu’à la distribution du travail sur chaque ressource. “La gestion de la production sur le plan théorique est une chose primordiale, explique David Calvez, mais elle ne nous suffit pas en soit. En effet, nous nous sommes rendus compte au fil du temps que notre organisation ne nous permettait pas de localiser physiquement les pièces à prendre en main à chaque étape de manière efficace et que des pertes de temps non négligeables y étaient liées. En fait, tant que nous avons évolué dans un atelier de surface réduite, nous n’avons constaté que peu de dysfonctionnements liés à la re-

Un dispositif de gestion des emplacements de stockage permet de retrouver rapidement les pièces.

cherche des pièces. C’est donc lors de la première extension que nous avons pressenti l’urgence de mettre quelque chose en place. Pour cela, nous avons organisé une réflexion autour des difficultés de fonctionnement pour laquelle l’ensemble des employés a pu faire des propositions. C’est comme cela que l’un d’entre nous a parlé d’une solution qu’il avait connue dans une entreprise où il avait travaillé précédemment. Sur la base de cette idée, nous avons mis au point un système de tableau permettant de gérer des emplacements définis dans l’atelier. Il s’agissait d’un système centralisé dans lequel les prises d’emplacements étaient réalisées au moyen de jetons. Cette solution physique nous a permis de tester le principe sur plusieurs mois avant de l’informatiser”. Aujourd’hui, chaque opérateur place la série qu’il vient de terminer à un emplacement disponible au sein d’une zone allouée, différente pour chaque type d’opérations et renseigne le système avec ses coordonnés, permettant à la personne devant continuer les pièces de les localiser de façon quasi instantanée.

TOLERIE N°150 - JANVIER / FÉVRIER 2007


150-Logiciel

18/01/07

15:25

Page 3

LOGICIEL Reportage Un outil de gestion poussé

Q

La solution ERP Clipper ne doit pas être résumée à un simple outil de gestion de commande ou d’atelier car elle procure, par un maillage complet des différents postes de l’entreprise, une vue d’ensemble de l’activité. Il est en outre important de préciser que cette vision globale est le reflet de toutes les “réalités” de détails : consommations de matière exacte, commande en cours, réceptionnée… “L’utilisation que nous faisons de Clipper, explique David Calvez, permet de gérer de manière dynamique les approvisionnements, le plan de charge et du même coup les besoins de sous-traitance avec une réactivité et une fluidité remarquables qui font que chacun dans l’entreprise peut assumer son travail sans stress inutile depuis le devis jusqu’à la facturation”. AuAu final, Clipper permet de réaliser des analyses détaillées des coûts de production. delà de cet aspect important, il est primordial de signaler que cieuse à la décision. Il faut, pour conclure, préciser que la solution Clipper est également un formidable outil d’analyse permettant, dispose d’une grande ouverture sur un grand nombre de solutions avec une grande facilité, de suivre les coûts d’approvisionnement informatiques et bureautiques. et de production. Au sien de Clipper, il existe de nombreuses possibilités d’analyses pouvant porter sur des critères variés. Par “De manière générale, conclut David Calvez, toutes les données exemple, il est possible d’éditer tous les produits faits pour un client présentes dans Clipper sont exportables par un simple clic vers un sur une période en extrayant le prix de vente, de revient ou les tableur comme Excel. Ceci nous permet, chaque fois que le bequantités fabriquées. Il est également possible de réaliser un palsoin s’en fait sentir, de réaliser des analyses spécifiques et d’en timarès des clients par leurs chiffres d’affaires, assurer un suivi de rer des graphiques de notre conception. En guise de conclusion, consommation d’une ou plusieurs références de tôle, extraire les je dirais que sans Clipper, il est certain que nous ne serions pas parbesoins prévisionnels de tel ou tel composant… Clipper est en fait venus à gérer la croissance de l’activité sans avoir eu à embauun véritable tableau de bord pour les dirigeants et une aide précher un plus grand nombre d’administratifs” $

Q 25

TOLERIE N°150 - JANVIER / FÉVRIER 2007

CLIPPER ET AMI TOLERIE DE PRECISION  

ARTICLE SUR LA GESTION DE PRODUCTION CHEZ AMI SOUS TRAITANT EN TOLERIE FINE DE PRECISION.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you