Issuu on Google+

Officiel

I

DE

N AT

ON

S TA

S UNI

WWW.U-N-T.FR

ON

XI

LA NEWS 100% TAXIS DE L’UNION NATIONALE DES TAXIS

ALE

NUMÉRO 30 /// 14 MARS 2014

ÉDITO

Une circulaire sur les VTC Après le gel des autorisations d’exploitation des VTC, Monsieur le député Thévenoud a confirmé son engagement et celui de l’État dans la lutte contre les infractions qui ont été commises par certains VTC peu scrupuleux de la réglementation en vigueur. Sept ministres ont donc signé une circulaire interministérielle (que vous trouverez en page 2) le 7 mars dernier, adressée aux préfets pour renforcer le contrôle de l’exercice de leur activité. En réunion à l’Assemblée Nationale ce jour, le député Thévenoud a indiqué qu’il souhaitait dorénavant la création de quatre groupes de travail qui se rencontreront à partir du lundi 17. Ils réuniront toutes les composantes de notre profession sur les thèmes suivants : • les règles du jeu de la concurrence et de la réglementation et leur évolution ; • l’innovation et les nouvelles technologies applicables à notre profession ; • la gestion du « Grand Paris » (gares et aéroports), Paris intra-muros et la banlieue ; • le transport assis professionnalisé. Bien entendu, nous participerons à ces quatre groupes de travail. Une autre réunion plénière aura lieu début avril, le rapport final devant être remis au gouvernement le 13 avril.

ACTUALITÉS

Contrôles renforcés

L

e député Thévenoud a affirmé sa volonté de renforcer le contrôle des « offres de transport privé de personnes alternatives aux taxis » (VTC et transport de personnes à moto notamment). Ainsi, sept ministres ont signé une circulaire interministérielle le 7 mars dernier, adressée aux préfets pour renforcer le contrôle de l’exercice de leur activité. ➥ LIRE LE CONTENU DE LA CIRCULAIRE EN PAGE 2

FORMATION

Les taxis réunionnais découvrent le TPMR

12

adhérents du SATR, un syndicat de la Réunion ont suivi cette semaine une formation à TPMR (Transport de personnes à mobilité réduite) à Paris. Alors que la demande est forte sur l’île pour ce type de course, ils doivent également former leurs collègues sur place par la suite. Retour sur la partie pratique de leur formation en images. ➥LIRE L’ARTICLE EN PAGE 3

ACTUALITÉS

Un livre sur la profession

«T

axis, l’avenir en 3D » vient de paraître. Ce livre, écrit par MarieXavière Wauquiez, s’intéresse à la profession et notamment la montée en puissance du digital dans la vie quotidienne et ses conséquences. Explications… ➥ LIRE L’ARTICLE EN PAGE 4

REVUE DE PRESSE La Libre Belgique, le 9 mars

Une plainte contre Uber

L

e 25 février dernier, Uber lançait son application Uber Pop à Bruxelles, résultat, la compagnie Taxis Verts a déposé plainte au tribunal de commerce « pour concurrence déloyale par des pratiques illégales ». La Libre Belgique s’en fait l’écho sur son site Internet. ➥ LIRE LA REVUE DE PRESSE EN PAGE 5

Alain Griset, président de l’UNT


WWW.U-N-T.FR

ACTUALITÉS

Contrôles renforcés Le député Thévenoud a affi rmé sa volonté de renforcer le contrôle des « offres de transport privé de personnes alternatives aux taxis » (VTC et transport de personnes à moto notamment). Ainsi, sept ministres ont signé une circulaire interministérielle le 7 mars dernier adressée aux préfets pour renforcer le contrôle de l’exercice de leur activité.

L

a circulaire, signée par sept ministres et adressée le 7 mars dernier aux préfets, demande à ces derniers de renforcer le contrôle des « offres de transport privé de personnes alternatives aux taxis » (VTC et transport de personnes à moto notamment), «  en particulier sur les territoires où des tensions importantes sont apparues (notamment la région Île-deFrance, les agglomérations de Strasbourg, Lyon et Marseille [ainsi que] la Côte d’Azur…) ». Elle indique aux préfets de « concentrer l’ensemble des moyens humains disponibles sur les lieux les plus sensibles du département et à assurer, à échéance régulière, des opérations de contrôle ciblées » tout en « médiatis[ant] les résultats ». Elle leur précise notamment de commencer «  les premiers contrôles dès réception de la présente instruction » et d’en « informer les représentants des professions concernées ». Des opérations « en lien avec le procureur de la République, le comité opérationnel départemental anti-fraude (Codaf) » associés aux « Urssaf » et éventuellement à « l’inspection du travail » afin de réaliser des « contrôles ciblés sur la lutte contre le travail illégal » sont prévues avant le 13 avril, date de la fin de la concertation.

UNE SURVEILLANCE ACCRUE DES VTC Une attention particulière devra être portée, selon la dite circulaire, sur certains points : ■ le respect du principe d’immatriculation et des conditions préalables à l’exercice de VTC ; ■ le respect du principe de réservation préalable des VTC, qui ne peuvent prendre en charge immédiatement la clientèle sur la voie publique (monopole des taxis) ; ■ les conditions de tarification des VTC, qui doivent impérativement être forfaitaires et fi xées à l’avance ; ■ le respect des règles de protection du consommateur ; ■ le respect des règles de circulation et de stationnement, s’agissant notamment de l’utilisation des couloirs de bus ; ■ la lutte contre le travail illégal, afi n notamment de clarifier les liens juridiques existants entre certains exploitants de VTC et les principaux donneurs d’ordre ; ■ le respect de la réglementation fi scale, afi n notamment de s’assurer que les exploitants de VTC respectent les conditions statutaires d’exercice de leur activité.

DES REMISES DE POIDS POUR TOUS LES TAXIS GRATUIT ! Assurance auto à usage professionnel : garantie Responsabilité Civile Professionnelle aménagements professionnels du véhicule* 2 mois d’assurance auto*

OFFRE SPÉCIALE S T ADHÉREN

MAAF Assurances SA - RCS Niort 542 073 580 - 01/14

Une série exceptionnelle d’avantages pour vous, adhérent de l’UNT...

UNT

Pour en savoir plus sur tous vos avantages Contactez votre conseiller MAAF Pro au

30 15 APPEL GRATUIT DEPUIS UN POSTE FIXE

DU LUNDI AU VENDREDI DE 8H30 À 20H LE SAMEDI DE 8H30 À 17H

* Offres non cumulables avec toute autre offre promotionnelle en cours. Pour toute souscription entre le 01/01/2014 et le 31/12/2014 d’un 1er contrat : Auto ou Tempo Habitation ou Santé individuelle ou Prévoyance, vous bénéficiez d’une réduction équivalente à 2 mois sur la 1ère cotisation annuelle du contrat concerné, ces offres sont cumulables entre elles. La gratuité de la garantie Aménagements professionnels ne s’applique que pour un montant garanti inférieur ou égal à 3000 euros.

la référence qualité pro

XI

S UNI

ON

Officiel

I

DE

N AT

ON

ALE

UNT n°30 /// 2

08/01/14 12:16 S TA

MAAF-AP UNT-175x120mm.indd 1


WWW.U-N-T.FR

FORMATION

Les taxis réunionnais découvrent le TPMR Douze adhérents du SATR, un syndicat de la Réunion ont suivi cette semaine une formation à TPMR (Transport de personnes à mobilité réduite) à Paris. Alors que la demande est forte sur l’île pour ce type de course, ils doivent également former leurs collègues sur place par la suite. Retour sur la partie pratique de leur formation en images. Alors qu’Emmanuel Riera précise que ses clients en fauteuil «  ne sont pas des clients comme les autres », il a insisté sur l’importance de l’écoute et de la communication. «  Il faut leur dire ce qu’on va faire pour qu’ils se sentent en confiance. »

« La demande de professionnels pour le TPMR (Transport de personnes à mobilité réduite) a été formulée au niveau du département  », et correspond également à «  une volonté politique  » puisque « la Sécurité sociale veut réduire ses coûts », selon Patrice Payet, vice-président du Star. Le groupe de douze adhérents est venu suivre une formation spécifique à Paris. Durant trois jours, ils ont abordé les aspects théoriques et pratiques. Le dernier jour, ils ont suivi une formation au secourisme. Après une journée et demie à étudier la théorie avec Marie Gibier, taxi parisien, les participants sont passés à la pratique avec l’aide d’un professionnel parisien, Emmanuel Riera, 31 ans, taxi conventionné TPMR. Il a présenté toutes les facettes de ces courses spécifiques et a impliqué chacun dans la mise en pratique des préconisations. Emmanuel Riera a partagé avec les taxis réunionnais son avis sur le type de véhicule adapté au TPMR. Une question importante pour les professionnels, très à l’écoute.

XI

S UNI

ON

Officiel

I

DE

N AT

ON

ALE

UNT n°30 /// 3

S TA

Afin d’immerger totalement les participants et leur permettre d’intégrer les gestes essentiels, le formateur les a fait jouer un jeu de rôle. Chacun s’est retrouvé tour à tour dans la peau du taxi et de la personne en fauteuil.

L’accent a été mis sur la sécurité. En effet, pour monter la personne à mobilité réduite dans le véhicule, puis l’attacher comme il faut, il y a de nombreuses manœuvres à effectuer. De plus, comme le précise le formateur, «  tous les fauteuils sont différents et certains peuvent être difficiles à accrocher. Il faut donc régulièrement vérifier que tout est en place. » Pour que tous puissent réaliser les sensations de leur futur client dans le véhicule, le formateur les a emmenés tour à tour rouler sur un dosd’âne. « Il faut adapter la conduite à ce type de clientèle. »

Des participants satisfaits

« Désormais, je suis capable de prendre en compte tous les risques et l’importance de la mise en confiance psychologique », confie Frédéric Poulaye, 30 ans, taxi depuis trois ans. « Si j’ai choisi cette formation, c’est pour élargir mon champ d’activité. Nous avons beaucoup de demandes pour les personnes à mobilité réduite et je veux apporter mon aide pour que le secteur puisse participer. On croit tout connaître mais on a appris beaucoup de choses. La formation secourisme permet également une bonne remise à niveau », complète Delphine Idmont, 50 ans, taxi depuis neuf ans aux côtés de son mari. « Alors qu’il y a un créneau à prendre chez nous dans ce domaine, je suis content d’avoir fait le déplacement. Les formateurs sont charmants, nous avons été très bien accueillis. Maintenant, il ne nous reste plus qu’à former nos collègues làbas », ajoute Boulanger Agnostini, 55 ans, taxi depuis 1988. Sur l’ensemble, chacun est content de l’accueil selon Patrice Payet, vice-président du syndicat : « Nous avons vu une autre facette de ce que notre profession peut apporter à la population. »


WWW.U-N-T.FR

ACTUALITÉS

Un livre sur la profession «  Taxis, l’avenir en 3D  » vient de paraître. Ce livre, écrit par MarieXavière Wauquiez, s’intéresse à la profession et notamment la montée en puissance du digital dans la vie quotidienne et ses conséquences. Explications…

L

e 6 mars dernier, lors d’une conférence de presse, Marie-Xavière Wauquiez a présenté son premier ouvrage «  Taxis, l’avenir en 3D, Durable, Digital et Darwinien ». Ingénieur, la jeune femme a commencé à s’intéresser aux taxis en 2006 et a eu envie de mener l’enquête. Il en résulte un livre de 140 pages dans lequel elle relate ce qu’elle a observé et glané. Auprès des artisans taxis, avec qui elle a partagé plusieurs courses, de représentants de la profession, MarieXavière Wauquiez a tenté de mettre à plat ses idées reçues et plonger dans les problématiques de la profession. Si c’est le digital qui l’intéresse particulièrement, elle a naturellement choisi, pour fi nancer son projet et donc rémunérer ses collaborateurs, d’utiliser la plateforme de fi nancement participatif kisskissbankbank.

UN PLAN DES STATIONS

XI

S UNI

ON

Officiel

I

DE

N AT

ON

ALE

UNT n°30 /// 4

S TA

De son enquête de terrain, elle a fait plusieurs constats qu’elle a exposés pendant la conférence de presse. Selon elle, pour trouver un taxi à Paris, mieux vaut « se trouver à l’ouest ». Concernant les stations de taxis, elle a pu observer que certaines étaient bien cachées et note que «  le plan des stations n’a pas été mis à jour depuis un certain temps ». Pour avoir partagé un peu du quotidien de deux taxis parisiens, le jour et la nuit, elle remarque que « c’est un métier exigent physiquement, il est parfois très difficile de s’arrêter pour manger ou faire une pause ». Un des taxis qu’elle a suivi, présent à la conférence, a précisé «  qu’après 22 heures, il est impossible de trouver des toilettes ». La jeune femme a identifié deux types de clients, «  les professionnels qui ont compris qu’il y avait une valeur ajoutée

dans le service des taxis et dont la note est payée par leur entreprise  » et «  les clients occasionnels, stressés, qui regardent le compteur tourner ».

LES VTC Elle admet qu’avec la géo-localisation, l’Internet sur les téléphones, il y a eu « un saut technologique qui a donné beaucoup de visibilité au service des VTC auparavant surtout connu des initiés » alors qu’il se nommait « Grandes Remises ». Mais elle considère que les concurrents des taxis sont «  tous les modes de transport ». Sur la représentation de la profession, elle a souligné la difficulté de négocier avec onze organismes représentatifs ; elle plaide donc pour «  l’équivalent d’un ordre professionnel pour défendre l’intérêt de la profession et pas les professionnels ». Concernant la formation des chauffeurs, elle déplore le manque de cohé-

rence avec la réalité du métier : « la gestion de conflit n’est prévue qu’après cinq ans d’exercice du métier lors d’une très courte formation continue alors que les taxis y sont régulièrement confrontés ». Marie-Xavière Wauquiez a conclu la conférence en déclarant que « les taxis sont une fonction vitale pour les villes et qu’il faut que les élus se penchent sur cette fonction ».

Accompagné d’Olivier Razemon, journaliste au Monde, Marie-Xavière Wauquiez a présenté son ouvrage et détaillé son enquête le 6 mars dernier.


WWW.U-N-T.FR

REVUE DE PRESSE La Libre Belgique, le 9 mars

Métronews, le 6 mars

Une plainte contre Uber

Des taxis en colère contre la SNCF Le quotidien expose la colère des taxis toulousains confrontés depuis le 24 février au « nouveau service proposé par la SNCF à ses clients ». En effet, la société « Pink Me Up met à la disposition des voyageurs de la gare Matabiau des voitures avec chauffeur » que les clients commandent en achetant leur billet de train. André, 67 ans, taxi interrogé par le journal précise : « La SNCF doit faire rouler des trains et, nous, faire voyager des personnes sur les routes. Chacun son métier ». De son côté, Sandrine, 41 ans et « taxi professionnel depuis deux ans et demi (…) s’inquiète sur le devenir de son activité » indiquant que « mon chiffre d’affaires a baissé avec la crise de 30 à 40 %, ce n’est pas une bonne nouvelle ». Alors qu’un autre chauffeur, Didier Gouzot, président du SAT, se montre plus mesuré : « On doit s’accommoder de la concurrence, à nous de faire le nécessaire en termes d’accueil de la clientèle pour qu’elle continue à monter dans nos voitures ». L’article donne le mot de la fin à la SNCF. Un porte-parole de la société explique toucher « une nouvelle clientèle à qui on propose des services supplémentaires comme l’absence de limites de poids pour les bagages, le prix fixe de la course et la ponctualité du chauffeur ».

XI

S UNI

ON

Officiel

I

DE

N AT

ON

S TA

Le 25 février dernier, Uber lançait son application Uber Pop à Bruxelles. Résultat : la compagnie Taxis Verts a déposé plainte au tribunal de commerce « pour concurrence déloyale par des pratiques illégales ». La Libre Belgique s’en fait l’écho sur son site Internet. La Libre Belgique présente sur son site Internet les conséquences du lancement d’Uber Pop, à Bruxelles, le 25 février dernier, avec la plainte « déposée au tribunal de commerce pour concurrence déloyale par des pratiques illégales » par la « compagnie Taxis Verts ». L’article précise que l’application mobile « met en relation des conducteurs particuliers avec des personnes ayant besoin d’un transport, et ce à moindre coût ». Michel Pêtre, administrateur délégué des Taxis Verts, interviewé par le quotidien, « assure qu’il n’a absolument rien contre les alternatives permettant le développement du covoiturage », soulignant que « ce que propose Uber, ce n’est pas du covoiturage. Il n’y a rien d’associatif là-dedans, c’est une affaire de gros sous ! » Il ajoute un commentaire sur les tarifs : « Si une course en taxi coûte 25 €, Uber pourra avoir un tarif de 20 €. Mais à partir du moment où aucune taxe ni aucun impôt ne sont payés à personne, on se rend compte que les recettes engrangées par Uber sont nettement plus importantes que celles des taxis traditionnels… » Il appelle à la prudence : « En cas de problèmes, les utilisateurs d’Uber n’auront personne vers qui se retourner. Pareil pour les chauffeurs, les seuls à être mis en avant par une société qui dispose uniquement d’une boîte aux lettres à Saint-Gilles pour rester insaisissable ». Enfin, l’article précise que « les particuliers roulant pour le compte d’Uber doivent en effet veiller à être suffisamment couverts pour se prêter à cette activité ».

ALE

ABONNEZ

un ami gratuitement en envoyant simplement votre demande à unitetaxis@gmail.com

POUR PASSER VOTRE PUBLICITÉ DANS CETTE NEWSLETTER, CONTACTEZ LA NEWS 100 % TAXIS XI

S UNI

ON

Officiel

I

DE

N AT

ON

ALE

UNT n°30 /// 5

S TA

DE L’UNION NATIONALE DES TAXIS

• Thierry jonquières, directeur de publicité ✆ 06 22 69 30 22 • Cédric Jonquières, chef de publicité ✆ 06 10 34 81 33

Copyright © 2014 Union Nationale des Taxis (tous droits réservés) • Unité Taxis, la news 100 % taxis de l’Union Nationale des Taxis est une lettre d’information gratuite à destination des professionnels du taxi. Unité Taxis est un bimensuel diffusé également aux adhérents de l’Union Nationale des Taxis par e-mail. Partagez notre publication, inscrivez-vous ou envoyez vos contributions à la rédaction : unitetaxis@gmail.com • Éditeur : Union Nationale des Taxis - 1bis rue du Havre - 75008 PARIS • Président et directeur de la publication : Alain Griset • Éditeur délégué : Édimétiers - 23 rue Dupont-des-Loges - 57 000 METZ. Directeur : Stéphane Schmitt • Régie publicitaire : Thierry (Tél. 06 22 69 30 22) et Cédric Jonquières (Tél. 06 10 34 81 33), fax 05 61 59 40 07, e-mail : thierry.jonquieres@wanadoo.fr


Unité Taxis N° 30 - 14 Mars 2014