Issuu on Google+

CLÉS ACTU

N°18 – 12 juin 2008 Le secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, Porte-Parole du Gouvernement

L’ACTUALITE EN QUESTIONS & REPONSES

Dossier : point sur la réforme des universités LES CHIFFRES 1sur 2 : c’est le nombre

!

d’étudiants qui échouent en 1ère année.

53 % : c’est le pourcentage

!

L’ESSENTIEL !

!

de diplômés BAC + 4 qui recherchent toujours un emploi au bout d’un an.

5 ans : c’est la période

!

durant laquelle l’autonomie des universités va se généraliser.

10 000 € : c’est ce que nous dépenserons par an et par étudiant en 2012.

!

! !

La loi relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), défendue par Valérie PECRESSE, a été promulguée le 10 août 2007. Elle réforme en profondeur l’organisation et le fonctionnement des universités pour les rendre plus attractives et plus ouvertes au monde de l’entreprise, qu’elles puissent offrir aux étudiants les meilleures conditions d’études et aux professeurs les meilleures conditions d’enseignement et de recherche. Principale disposition du texte : la généralisation de l’autonomie à toutes les universités dans un délai de 5 ans. En moins d’un an, les résultats sont là : toutes les universités ont modifié leurs statut conformément à la loi et ont procédé à la mise en place de leurs organes de décision. Celles qui le souhaitent seront autonomes dans le courant de l’année 2009.

QU’APPORTE LA LRU DANS LA GESTION DES UNIVERSITES ? !

!

Une gouvernance plus efficace et un fonctionnement plus simple : ! Parce qu’avec un conseil d’administration pléthorique et un président sans réel pouvoir, il était difficile de définir une vraie stratégie de formation, d’insertion professionnelle et de recherche. ! Parce que sans autonomie les universités perdaient en réactivité. Elles n’avaient aucun contrôle sur la formation, le recrutement, la gestion des bâtiments. Le recrutement d’un professeur était si complexe qu’il pouvait durer 18 mois ! Avec la LRU, les universités prennent en main leur budget, leur politique de ressources humaines et leur patrimoine immobilier. Le pouvoir de décision est confié à un Président aux pouvoirs renforcés au sein d’un conseil d’administration resserré, ouvert sur le monde socio-économique.

RENFORCER LES LIENS AVEC L’ENTREPRISE, C’EST PRIVATISER LES UNIVERSITES ? !

Non. Il n’y a pas de désengagement de l’Etat : ! Les diplômes restent nationaux et les droits d’inscription sont toujours fixés par arrêté du Ministre chargé de l’enseignement supérieur. ! L’Etat reste le partenaire des universités par le biais des contrats quadriennaux qui fixent des objectifs en termes de formation, de recherche et d’insertion professionnelle. ! A travers un plan de formation, l’Etat les accompagne dans leur passage à l’autonomie.

!

En revanche, la loi rapproche le futur diplômé du monde du travail en renforçant les liens entre les universités et les entreprises. ! Les conseils d’administration sont élargis au monde de l’entreprise : au moins 1 représentant d’une grande entreprise ou d’une PME locale y siège. ! Les universités peuvent créer des fondations telle la fondation de l'Université d'Auvergne, première fondation créée, désormais soutenue par de grandes entreprises, des PME et la Région Auvergne. ! Le stage en entreprise est obligatoire en licence pour faciliter l’insertion professionnelle de étudiants.

Porte-Parole du Gouvernement, Hôtel de Cassini - 32, rue de Babylone -75 007 PARIS – Tél. : 01 42 75 58 29 – ppg@pm.gouv.fr Page 1


CLÉS ACTU L’ACTUALITE EN QUESTIONS & REPONSES

EST-CE QUE CETTE LOI APPORTE VRAIMENT QUELQUE CHOSE AUX ETUDIANTS ? ! !

Oui. Les étudiants bénéficient d’un cadre de travail plus moderne, ouvert à l’international et tourné vers le monde socio-économique. Par ailleurs, cette loi est accompagnée d’un plan en faveur des conditions de vie étudiante : ! Des contrats étudiants : pour permettre aux étudiants de travailler sur le campus avec une protection sociale et des horaires compatibles avec leur scolarité. Leurs revenus sont défiscalisés. ! Un système d’aides sociales plus équitable : 100 millions d’euros supplémentaires pour les boursiers dont 50 000 bénéficiaires supplémentaires et un système qui prend en compte les classes moyennes. ! Un plan de lutte contre l’échec : ce sont 730 millions d’euros sur 5 ans qui seront investis. Ils permettront de mettre en place un accompagnement personnalisé (orientation, enseignant référent en cas de difficultés, tutorat…) et un cursus rénové : l’enseignement, pluridisciplinaire en première année, s’ouvre au monde de l’entreprise en licence. ! Des campus plus accueillants : l’opération campus (5 milliards d’euros) permet de mettre dix campus français au niveau des meilleurs standards internationaux. Les six premiers lauréats sont connus depuis quelques jours, les quatre autres le seront d'ici un mois.

LA LOI PERMET-ELLE DE LUTTER CONTRE LE « LOCALISME » ? !

Oui. En remplaçant les comités de sélection par des comités de spécialistes, nous offrons des garanties pour lutter contre cette pratique consistant à favoriser le recrutement des « locaux » au détriment de candidats venus de l'extérieur (le « localisme »): ! les membres du comité de sélection sont choisis en majorité parmi les spécialistes de la discipline. ! la moitié au moins des membres du comité doit être extérieure à l’établissement, sans cela le comité ne peut pas siéger : cela garantit l’ouverture de l’université. ! le comité de sélection émet un avis sur lequel délibère le conseil d’administration qui assume la responsabilité pleine et entière d’un jury.

LES MOYENS SONT-ILS A LA HAUTEUR DES BESOINS ? ! !

Le Président de la République s’y était engagé : le budget des universités augmentera de 50% d’ici 2012 avec 1 milliard d’euros supplémentaires chaque année. Nous allons porter l’investissement en faveur de nos étudiants de 7 000 euros par an et par étudiant à 10 000 euros d’ici 2012.

LES UNIVERSITES SONT CONTRE L’AUTONOMIE ? !

!

Au contraire. Depuis longtemps, les présidents d’université, réunis au sein de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU) se prononcent pour une réforme permettant de donner plus d’autonomie aux universités. La communauté universitaire s’est saisie pleinement de l’application de la loi. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 20 universités sur 85 devraient d’ores et déjà obtenir l’autonomie dès janvier 2009.

Verbatim Le Premier Ministre, François FILLON, à Nancy le 06 juin 2008 « Nous voulons qu’au moins dix universités françaises soient dans le classement des 100 premières universités mondiales ». La Ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Valérie PECRESSE « On n'a que trop attendu. D'ALLEGRE à LANG, tout le monde est d'accord sur la nécessité d'une réforme depuis quinze ans ». Pour aller plus loin : Loi n°2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr

Luc CHATEL

Porte-Parole du Gouvernement, Hôtel de Cassini - 32, rue de Babylone -75 007 PARIS – Tél. : 01 42 75 58 29 – ppg@pm.gouv.fr Page 2


Réforme des universités