Issuu on Google+

DIGITAL MAG GCTMT Collectionneur compulsif de vinyls, Leif Vollebekk est le genre de personne à qui on ne raconte pas la musique. Car elle est en lui comme quelque chose d’innée pour ressortir dans sa guitare et dans sa voix doucettement rauque. Originaire du Canada, c’est en Islande, où il est parti finir ses études, qu’il débute l’écriture de ce qui va être son premier album. Composé entre le pays de Sigur Ros et celui de Patrick Watson, Inland est empreint de ces deux pays aux fortes atmosphères climatiques. Les dix ballades folks sont à la fois rudes, boisées et poussent à l’ascétisme. Elles contiennent les émotions de son auteur et respirent les grands espaces de la sensibilité. Les dix vignettes sont essentiellement jouées avec une guitare acoustique accompagnée parfois par un banjo, comme dans le splendide morceau In The Morning, mais aussi un piano, une batterie et des cordes. Leif Vollebekk est de la trempe des troubadours célestes comme Tim Buckley, Arlo Guthrie ou plus proche de nous Bon Iver. Sorti il y a déjà quelques mois dans son pays natal, mais seulement arrivé depuis peu en France, Inland connaît déjà une suite. Leif est déjà en train d’enregistrer son prochain album. Et lorsqu’il annonce qu’il voudrait que ça sonne « comme si Hank Williams rencontrait Sigur Ros », cela promet encore de grands frissons.

1


DIGITAL MAG GCTMT

En laissant ses amis rémois de The Bewitched Hands On The Top Of Our Heads libres d’interpréter son morceau Tonight, Yuksek ne s’est pas trompé, tant la reformulation fut bluffante. Un changement de patronyme et un EP plus tard, le collectif revient avec un nouvel album répondant au nom de Birds and Drums. Difficile de pleurer (Hard To Cry), lorsqu’ en ouverture de leur album inaugural, The Bewitched Hands annoncent qu’ils sont heureux d’être avec nous. Nous aussi, a-t-on envie de dire, tant on se prend une petite claque. Ensuite, on se demande s’ils sont vraiment français car leurs compositions sont tellement fournies, qu’on a l’impression qu’elles viennent d’outre atlantique. Il y a du Polyphonic Spree dans les chœurs, du Love dans les mélodies. Leur pop rock est aussi marquée par l’indie américaine des 90’s. Mais c’est surtout cette gaieté et cette insouciance communicative bercées dans un eden folk psychédélique qui marquent les treize morceaux. Plein de fraîcheur, Birds and Drums possède cette alchimie fiévreuse dont sont détenteurs les meilleurs albums de pop d’orfèvre.

2


Digital Mag