Issuu on Google+

m B i m e s t r i e l G ra t u i t N °1 7 o c t o b r e / n o v e

2 bre 201

Dossier :

Achat groupé, nouvelle tendance dans l'immobilier

Décoration murale :

l e secret d’une déco réussie l e bolon :

Un rêvetemment sol très tendance Les maisons guyanaises

Les maisons guyanaises

1


Quartier Opera LES MAISONS SOLEIL, EXPÉ RIENCE ET QUALITÉ Les Maisons Soleil crée l’événement avec son nouveau programme Quartier Opéra, composé de 12 maisons en duplex jardins, il affirme ainsi son goût pour l’innovation en plaçant au centre de ses objectifs la satisfaction de vos besoins. Les Maisons Soleil met à votre service son expérience de bâtisseur et un savoir-faire désormais reconnu.

Maisons T3 de 102m2* 205 000€ 20,85m2 3,57m2 9,05m2 1,78m2 8,15m2 22,94m2

2,31m2

12,03m2

UN CONCEPT NOUVEAU POUR UN ESPACE DE VIE INTIME Implanté e au coeur de la commune de Ré mireMontjoly, le Quartier Opé ra est une combinaison idé ale qui allie les avantages d’une villa individuelle et le charme discret d’un appartement. Avec un prix d’achat trè s attractif pour sa localisation et pour la taille des maisons, Quartier Opé ra allie proximité et sé curité .

16,50m2 4,50m2

2,45m2

T3 RDC

T3 RDC +1

Maisons T4 de 115m2* 235 000€ 2,45m2

4,69m2 9,10m2

17,40m2

11,91m2

22,23m2 2,29m2 2,36m2

4,10m2 1,19m2

3,45m2

8,11m2

19,23m2

T4 RDC

9,14m2

T4 RDC +1

Invitez le Bonheur chez vous Té l. : 05 94 35 34 88

*Les superficies incluent l'entrée, la terrasse et l'abris de voiture.

DEVENEZ PROPRIETAIRE LES MAISONS EN DUPLEX JARDIN


S omma i r e Bimestriel Gratuit N°17 - octobre / novembre 2012

Maison Guyanaise .............................................................................................................................................. ..0 4 Actualités immobilières Rencontre avec Agenda .............................................................................................................................................. . 1 0 Pourquoi bien assurer son logement .......................................................................................................1 2 l es loyers encadrés : une mesure efficace ? ..................................................................................1 4 Achat groupé, nouvelle tendance dans l'immobilier ........................................................ 1 6

Courriers des lecteurs vous avez la parole

............................................... 1 9

Question d'expert : rencontre avec M. MENDEZ Maison ibis .............. 2 0 Actualités de l’Habitat Reportage avec l aure Domenech, architecte d'intérieur ................................................ 2 2 Décoration murale : le secret d’une déco réussie ................................................................ 2 4 Mobilier luminaire .............................................................................................................................................. ............... 2 9 Bolon : un revêtement sol très tendance ......................................................................................... 3 0 Papier maché et ses multiples fonctions ......................................................................................... 3 2 Ardoise et bambou, décorez au naturel ............................................................................................. 3 4

Shopping & Déco ........................................................................................................ 3 6 Actualités aménagement : Projet Maringouins ...................... 3 9 l es missions du Generg en Guyane ..................................................... 4 2 Patrimoine : Hôtel Préfectoral ................................................................... 4 6

Bimest r iel é dit é par : Nar at iON s.a.r .l service commercial et ré gie : Nar at iON sa r l 23 r ue Fr aNç Ois ar agO 97300 CayeNNe directrice commerciale : maha mOuhOuB pOr t. : 06 94 42 50 01

r é daction : Nar at iON regie.naration@gmail.com

photo : l iet ar d r onan Cré dit photo : FOt Ol ia impression : aNt il l es-impr imer ie

maquette et mise en page : intercom contact@intercomguyane.fr

t out droits ré servé s dé pô t lé gal à parution : Octobre 2012


M

a i son G uya n a i se

Maison en bois ch a r me et t r a d i t i on Pleine de charme, cette maison offre une vue reposante sur un site naturel de Guyane. Entouré d’un jardin fleuri et magnifiquement entretenu, laissant le champ libre à cette fameuse vue. L’atmosphè re qui rè gne ici est apaisante, aidé e par une aé ration naturelle. Construite entiè rement des mains des proprié taires, chaque recoin regorge d’histoires agré ablement conté es par ces derniers. Nous arrivons dans une petite allé e dans laquelle les orchidé es dé livrent une rare et agré able odeur proche de la fleur d’oranger… Arrivé sur la terrasse ouverte sur le sé jour et la cuisine, nous dé couvrons une panoplie d’objets insolites, chacun à une place straté gique. Les proprié taires nous font voyager à travers les histoires insolites de chaque meuble et objet. En effet, souvent trouvé s par hasard lors de sortie en forê t, les meubles ont é té emporté s et retravaillé s afin de leur donner une place. La piscine, ronde pour plus de convivialité et sa plage en pierre de ba- viè re sont la continuité de la terrasse. Un pigeonnier trouve sa place juste derriè re la piscine, face à la terrasse, dont les poteaux sont joliment orné s de grappe de maripas.

4

Les maisons guyanaises


M

a i son G uya n a i se

Les maisons guyanaises

5


M

a i son G uya n a i se

“ Un confort, un mé lange harmonieux de coutumes, une atmosphè re sereine et agré able caracté risent cette maison en bois ” Dans le salon, on y trouve une console venue de chine, du mobilier sur mesure, en bois de Guyane, et, suspendu dans la charpente apparente, un bateau miniature fabriqué par un ami proche des proprié taires. La cuisine, d’inspiration orientale, avec une touche de culture cré ole de par les clayettes qui longent la poutre qui sé pare le salon de la cuisine. Le plan de travail est en granit. La bibliothèque et le bureau regorgent de souvenirs et de livres en tous genres, est le fruit d’un long travail de la part de ces charmants proprié taires. Dans la salle de bain, situé e entre les deux chambres, le lavabo venu d’argentine, datant de la construction de la maison, fait toute la personnalité de cette piè ce. Un confort, un mé lange harmonieux de coutumes, une atmosphè re sereine et agré able caracté risent cette maison en bois.

6

Les maisons guyanaises


M

a i son G uya n a i se

Les maisons guyanaises

7


M

8

a i son G uya n a i se

Les maisons guyanaises


M

a i son G uya n a i se

“ La maison en bois de Guyane a é té entiè rement construite par les proprié taires. ” Plus loin, nous entrons dans ce formidable carbet qui regorge, lui aussi, d’histoires. En effet, datant de 1983, il a é té la demeure des proprié taires durant toute la duré e des travaux de leur maison. La structure en bois est d’origine, mais l’amé nagement, complè tement repensé par ces derniers font de cet endroit l’atout charme de la maison. Composé d’un bar amé nagé , d’une chambre et d’une salle de bain, il fait aujourd’hui office de studio pour des amis de passage. Le toit, à la base, en feuille de maripas a du ê tre remplacé par des tô les, à cause de l’humidité . Les é tagè res, la table et ses deux bancs, le bar, ont é té entiè rement construite, comme toute la maison en bois de Guyane, par les proprié taires.

Les maisons guyanaises

9


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es

Rencontre avec “ C’est tellement plus simple de choisir le plus sû r ”

L’amiante est une fibre miné rale naturelle dont l’inhalation peut provoquer des pathologies graves (cancer, maladies respiratoires… ). Le diagnostic amiante est une disposition de politique de santé publique qui a pour objectif de dé celer dans les bâ timents la pré sence ou l’absence de maté riaux ou produits contenant de l’amiante. Le code de la Santé Publique impose la recherche de la pré sence é ventuelle d’amiante aux proprié taires (privé s et publics) d’immeuble dont le permis de construire a té té dé livré avant le 1er juillet 1997, date à laquelle l’utilisation de l’amiante est interdite. Cré é en 1992, AGENDA est aujourd'hui le 1er ré seau national spé cialisé sur le cré neau porteur du diagnostic immobilier. Quels types de diagnostics propose AGENDA ? Nous proposons de diagnostiquer tous types de bâ timents, local commercial, maison individuelle… Ainsi que de nombreuses prestations de services rè glementaires : é tats de lieux ; conformité aux normes de surface et d’habitabilité et PTZ (prê t à taux zé ro) ; diagnostics amiante, termites et constat de risque d’exposition au plomb ; diagnostic technique immobilier ; ré partition des milliè mes de coproprié té ; logement dé cent ; diagnostic gaz, é lectricité , performance é nergé tique.

Quel est votre profil en tant que « diagnostiqueur Agenda » ? Chaque diagnostiqueur du groupe AGENDA suit une formation é talé e sur 4 à 6 mois afin de ré aliser un diagnostic complet et dé taillé .

à savoir La formation des intervenants à la pré vention des risques lié s à l’amiante est une obligation (arrê té du     dé cembre � 009). Elle est obligatoire pour tous les inter- venants à proximité ou sur des maté riaux susceptibles de provoquer l’é mission de fibres d’amiante. Avec un savoir-faire acquis depuis plus de vingt ans sur ce secteur, le groupe AGENDA est en mesure de fournir un diagnostic amiante dé taillé . Pour cela, le diagnostiqueur procè de au repé rage des maté riaux suspects et ré alise les sondages et pré lè vements

10

Les maisons guyanaises

né cessaires à l’é tablissement du rapport de diagnostic amiante, qui mentionnera les ré sultats des analyses effec- tué es par un laboratoire agré é .

Quelles sont les atouts d’Agenda ? Pour le vendeur : ê tre exoné ré de la garantie des vices caché s et pré senter son bien en toute transparence pour é viter tout litige. Pour l’acqué reur et le locataire : disposer d’une information complè te et objective sur le bien immobilier avant la signature. Pour le professionnel de l’immobilier : avoir une vé ritable connaissance technique du bien à é valuer, à vendre ou à louer, afin d’en informer les bé né ficiaires et de sé curiser la transaction. La dé marche du diagnostiqueur immobilier AGENDA va permettre à tous les acteurs de mieux maîtriser l’aspect technique et rè glementaire du bien, objet de l’opé ration immobiliè re.

Quel est le contenu du « diagnostic AGENDA » ? La liste dé taillé e des piè ces de l’immeuble ; un descriptif des revê tements, piè ce par piè ce ; un é tat de conservation des maté riaux susceptibles de contenir de l’amiante ; l’é numé ration et la justification des locaux non visité s ; une conclusion sur la pré sence ou l’absence d’amiante ; les ré sultats des analyses du laboratoire ; un croquis de repé rage des maté riaux et produits contenant de l’amiante ; des consignes gé né rales de sé curité en pré sence d’amiante. Ce constat doit ê tre annexé à l’avant-contrat et à l’acte authentique constatant la vente du bien immobilier.


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es -

Rencontre avec Agenda

Le repé rage amiante avant travaux ou dé molition Le maître d’ouvrage et l’entrepreneur qui ré alisent des travaux sur le bâ ti assument la lourde responsabilité de la prise en compte des risques sanitaires lié s notamment à une exposition à l’amiante et/ou au plomb.

Pourquoi choisir AGENDA ? Avant transaction : un diagnostic effectué avant la premiè re visite du bien permet d’é viter « à posteriori » la dé couverte de pathologies qui incitent à la rené gociation du prix ou à l’annulation du compromis. Les dé lais : Aucun risque de report de signature de l’acte authentique. La pré sentation du dossier de diagnostic Technique AGENDA permet le contrô le rapide des é lé ments ré glementaires né cessaires à la ré daction de l’acte. La valorisation du bien : rapport avec cartographie, photos et recommandations qui confortent le choix de votre acqué reur. L’accompagnement : AGENDA est à votre disposition pour informer objectivement l’acqué reur sur les pathologies et les conclusions du diagnostic. Les vices caché s : Un diagnostic incontestable est indispensable pour proté ger le vendeur de l’importante garantie qu’il doit à l’acqué reur en matiè re de vices caché s. La protection : toute personne faisant appel à un diagnostiqueur ne respectant pas rigoureusement la rè glementation est passible d’une sanction pénale (amende de 5e caté gorie) et le diagnostic produit dans ces conditions est nul, avec les consé quences civiles qui en dé coulent. Faire appel à AGENDA, c’est choisir le plus sû r.

à savoir Les maté riaux contenant de l’amiante peuvent libé rer des fibres d’amiante en cas d’usure anormale ou lors d’interventions mettant en cause l’inté grité du maté riau (perç age, ponç age, dé coupe, friction … ). Ces situations peuvent alors conduire à des expositions importantes si des mesures de protection renforcé es ne sont pas prises. Il est recommandé aux particuliers d’é viter toute intervention directe sur des maté riaux contenant de l’amiante (flocages, calorifugeages, cartons d’amiante, é lé ments en amiante tissé ou tressé e, mousse isolante de calfeutrement, fibro-ciment… ), ainsi que toute opé ration de dé samiantage ou de dé molition, et d’avoir recours, dans de telles situations, à des professionnels. Lors d’interventions sur (ou à proximité ) de maté riaux contenant de l’amiante, il convient de mettre en place des mesures de sé curité adé quates (confinement, protection des personnes) afin de limiter les risques sanitaires pour vous et votre voisinage. Les déchets doivent être emmenés dans des dé charges spé cialisé es.

Les maisons guyanaises 11


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es

l ocataire, pourquoi bi en a ssur er son l ogement ?

Pour toute location, la souscription par le locataire à un contrat d’assurance habitation locative est obligatoire. Elle couvre les dommages causé s notamment par un incendie, une explosion ou un dé gâ t des eaux. Il est stipulé sur le bail de location que le locataire est responsable des dommages causé s dans le logement pendant toute la duré e du bail. Sans  assurance habitation locative, en cas de dommages engageant sa responsabilité , le locataire serait personnellement tenu de ré parer les dé gâ ts. Afin de le proté ger d’un surendettement é ventuel mais aussi dans le but de rassurer le proprié taire, les contrats multirisques habitations incluent systé matiquement la garantie des risques locatifs. Par cette garantie, l'assureur rè gle directement au proprié taire le montant des dommages dont le locataire est responsable. La responsabilité vis-à -vis du proprié taire

Une assurance complé mentaire indispensable pour les dommages causé s aux voisins

Le Code civil dé finit les principes de responsabilité qui s'appliquent en fonction de l'origine du sinistre et qui mettent à la charge du locataire l'obligation de ré parer les dommages causé s.

Si les voisins subissent un dommage à la suite d'un dé gâ t des eaux ou d'une explosion survenu chez le locataire, ou à la suite d'un incendie qui a pris naissance chez le locataire, lorsqu'il en est responsable, ils peuvent exercer un recours. Les assureurs joignent donc toujours à la garantie de responsabilité civile locative une assurance dite " recours des voisins et des tiers ".

Les locations exclues de l'obligation d'assurance Les locations saisonniè res, ré sidences secondaires, meublé s, logements-foyers et logements de fonction ne sont pas soumis à l'obligation d'assurance pour l'occupant. Toutefois, ces derniers sont responsables des dommages causé s tout comme les autres locataires. Ils ne doivent donc pas né gliger de garantir leur responsabilité à l'é gard de leur proprié taire.

12

Les maisons guyanaises

L'assurance de la responsabilité civile du locataire Au-delà de toute obligation d'assurance, la souscription d'une assurance multirisques habitation permet au locataire de couvrir sa propre responsabilité civile vie privé e et ses biens personnels.


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es -

Pourquoi bien assurer son logement

Les garanties offertes par le contrat Quatre risques principaux sont couverts par le contrat d'assurance : incendie, explosion, dé gâ ts des eaux, vol/vandalisme bris de glace (vé rifier que les doubles vitrages sont bien assuré s). Le contrat d'assurance doit é galement couvrir la responsabilité du locataire à l'é gard du proprié taire, c'est-à -dire la garantie des risques locatifs. La responsabilité du locataire est, en effet, engagé e pour toute destruction et dé té rioration de son fait causé e au logement loué . Le contrat d'assurance peut é galement couvrir : le mobilier (meubles, vê tements, appareils é lectromé nagers...) les embellissements effectué s par le locataire (peintures, papiers peints, faux plafonds, amé nagement d'une cuisine, d'une salle d'eau...)

Du côté du propriétaire… Ses droits L’assurance habitation locative  é tant obligatoire, le proprié taire est tout à fait en droit, lors de la remise des  clé s  et ensuite chaque anné e, d’exiger de son locataire une attestation d’assurance. Il a par ailleurs aussi le droit d’insé rer une clause de ré siliation pour dé faut d’assurance dans le contrat de location. En revanche, il ne peut contraindre le locataire à s'adresser à un assureur ou à une socié té d'assurances en particulier. Le proprié taire est lé galement obligé de louer son bien en bon é tat et donc, de faire, pendant toute la duré e du bail, toutes les ré parations né cessaires, à l'exception des ré parations dites locatives. La responsabilité du proprié taire-bailleur peut donc ê tre mise en cause si un sinistre est dû à un vice de construction ou à un dé faut d'entretien. De mê me le proprié taire peut ê tre dé claré responsable à l'é gard de ses locataires du trouble de jouissance consé cutif à des dommages maté riels ré sultant d'un incendie ou d'une explosion et dû à l'un de ses locataires.

Le cas de la location meublé e Le proprié taire-bailleur a la possibilité d'assurer dans un mê me contrat, son logement, son contenu immobilier et ses responsabilité s. Il peut souscrire une assurance "pour le compte de qui il appartiendra" avec abandon de recours. Ainsi, son locataire sera couvert pour les dommages causé s tant à lui-mê me qu'aux voisins et aux tiers. Cette solution peut ê tre choisie pour les locations de courte duré e et é vite, lors de chaque changement de locataire, de vé rifier les assurances souscrites.

les objets de valeurs : le contrat dé finit pré cisé ment les objets de valeurs, garantis pour une somme limité e correspondant, en gé né ral, à un pourcentage de leur valeur totale ou un multiple de la valeur d'un indice donné . Au titre de ce contrat, le locataire est obligatoirement couvert contre les dommages dus à : des catastrophes naturelles (inondations, avalanche, tremblement de terre...), à condition qu'un arrê té interministé riel soit publié au Journal officiel, des catastrophes technologiques (accidents lié s au transport de matiè res dangereuses, causé s par des installations ré glementé es ou classé es et par le stockage de gaz naturel, d'hydrocarbures ou de produits chimiques...), à condition qu'un arrê té de catastrophe techno- logique soit publié au Journal officiel, une tempê te, des actes de terrorisme ou à des attentats.

Assurances I M M O B I L I E R

D ÉLÉG

ATIO N

EN 48H

- Assurance de prê t - Responsabilité Civile Professionnelle - Dommage Ouvrage - Garantie Financiè re d’Achè vement - Loyers Impayé s - Garantie de Revente - Multirisque Habitation / Immeuble - Protection Juridique Immobilier - Annulation de sé jour (location touristique) Contactez-nous : departement-immobilier@wab-assu.com

GUYANE Centre Commercial Katoury Rocade Zé phir - 97 300 Cayenne Té l. 0594 30 82 00 - Fax. 0594 30 84 40 WAB Assurances - Immeuble Straté gie - Voie N°4 - Moudong Sud - BP 2067 - 97192 Jarry Cedex. Socié té de courtage d’assurances - N° ORIAS WAB Assurances : 07 000 664 - 07 022 802 - www.orias.fr

Les maisons guyanaises 13


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es

l es loyers encadrés un e mesur e ef f i ca ce ?

Pour mettre un terme à l’envolé e des prix des loyers causé e, le nouveau gouvernement veut plafonner les loyers dans les zones tendues. Il vient, pour commencer, de proposer un dé cret visant à contrô ler les augmentations de loyer lors d’un changement de locataire et pré pare un grand plan pour le logement en 2013. Pour combattre les graves problè mes de logement qui subsistent en France, le gouvernement a dé cidé de s’attaquer aux loyers prohibitifs de certaines villes. Pour 2013, Cé cile Duflot, la nouvelle ministre du Logement, annonce un grand plan pour le logement. L’une des principales nouvelles mesures qui verront le jour est le plafonnement des loyers dans les secteurs les plus en difficulté . Pour mettre un terme à l’envolé e des prix des loyers causé e, le nouveau gouvernement veut plafonner les loyers dans les zones tendues. Il vient, pour commencer, de proposer un dé cret visant à contrô ler les augmentations de loyer lors d’un changement de locataire et pré pare un grand plan pour le logement en � 013. Pour combattre les graves problè mes de logement qui subsistent en France, le gouvernement a dé cidé de s’attaquer aux loyers prohibitifs de certaines villes.

Pour � 013, Cé cile Duflot, la nouvelle ministre du Logement, annonce un grand plan pour le logement. L’une des principales nouvelles mesures qui verront le jour est le plafonnement des loyers dans les secteurs les plus en difficulté .

Une augmentation limité e à l’application de l’indice de ré fé rence des loyers Pour é viter de tels excè s, la ministre du Logement a dé cidé d’encadrer les revalorisations de loyers. Les bailleurs ne peuvent plus les augmenter comme

bon leur semble lors du renouvellement du bail ou lors du dé part du locataire. La hausse sera dé sormais limité e à celle ré sultant de l’application de l’indice de ré fé rence des loyers (IRL), comme c’est dé jà le cas pour les revalorisations annuelles. Et lorsqu’il s’agit d’un loge- ment vacant qui est remis en location, le loyer ne peut excé der le dernier loyer appliqué au pré cé dent locataire. Pour le moment, ce dispositif ne s’applique que dans les 38 agglomé rations ayant connu les plus fortes augmentations de loyers, repré sentant prè s de 1500 communes.

l iste des agglomérations : Amiens Annecy Annemasse Arles Armentiè res Arras Avignon Beauvais Bordeaux

14

Caen Creil Douai-Lens Forbach Fré jus Grenoble La Rochelle Le Havre Lille

Les maisons guyanaises

Lyon Marseille-Aix-enProvence Meaux Menton Montpellier Nantes Nice Paris

Rennes Rouen Strasbourg Toulon Toulouse Valenciennes Basse-Terre Cayenne Fort-de-France

Le Robert Mamoudzou Pointe-à -Pitre-Les Abymes Saint-André Saint Denis Saint-Louis Saint-Paul Saint-Pierre


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es -

Les loyers encadrés : une mesure efficace ?

Deux exceptions à ce dé cret Les bailleurs é chapperont toutefois à cet encadrement dans deux cas : S’ils ont fait ré aliser des travaux d’amé lioration sur les parties privatives ou communes du logement, à condition que les dé penses d’amé lioration soient au moins é gales à la moitié de la derniè re anné e de loyer (l’augmentation ne pourra alors excé der annuellement 15 % du coû t ré el des travaux, toutes taxes comprises); Si le loyer initial est manifestement sous-é valué par rapport à ceux pratiqué s dans le voisinage : la hausse sera alors limité e à la moitié de la diffé rence entre les loyers du voisinage et le dernier loyer pratiqué . Ces dispositions s’appliquent aux mises en location ou aux renouvellements de bail intervenus depuis le 1er aoû t � 01� . Elles devraient ê tre reprises ou complé té es dans une prochaine loi cadre, pré senté e devant le Parlement en � 013, et destiné e à ré former la loi du 6 juillet 1989 ré gissant les rapports entre bailleurs et locataires.

à retenir Les loyers sont-ils bloqué s ? Non. Ils sont seulement encadré s. Ils continueront à é voluer en fonction de l'indice de ré fé rence des loyers (IRL) qui é volue lui-mê me en fonction de l'inflation. A quelle occasion une hausse des loyers peut-elle ê tre limité e? Le dé cret vise les loyers lors de la relocation dans les zones concerné es mais aussi lors des renouvellements triennaux des baux. Seules Paris et l'Ile de France bé né ficiaient jusqu'à pré sent de cette derniè re protection. Y a-t-il des dé rogations? Oui. Si le bailleur a ré alisé des travaux dans le logement et les parties communes dont le montant est au moins é gal à la moitié de la derniè re anné e de loyer. Il peut alors augmenter le loyer annuel à la relocation dans la limite de 15% du coû t TTC des travaux. Autre dé rogation : "lorsque le loyer du logement faisant l'objet d'une relocation est manifestement sous é valué ". A charge pour le bailleur de dé montrer que son loyer est bien infé rieur à ce qui se pratique dans le voisinage. Mais la hausse sera là encore limité e.

Les maisons guyanaises 15


A ct ua l i t és i mmobi l i èr es

“ Une solution pour acqué rir un bien à prix ré duit ”

Achat groupé t end a nce d a ns l ' i mmobi l i er

En ces temps de crise, il devient de plus en plus difficile de faire des achats tous les moyens sont bons pour obtenir des rabais substantiels sur les produits que nous voulons acheter. Et quoi de plus ingé nieux que de se grouper avec des amis, des voisins, ou mê me des inconnus rencontré s sur Internet, pour constituer une puissance d’achat capable de faire baisser significativement les prix. Depuis quelques anné es, le domaine de l’immobilier a é galement adopté « le phé nomè ne de « l’achat groupé  ». Actuellement, plusieurs investisseurs pratiquent cette nouvelle forme de vente et propose des immobiliers à prix abordables. Ce phé nomè ne est devenu trè s à la mode depuis un certain temps. A l’ori- gine, il était consacré à l’acquisition d’articles de loisirs. Vu les avantages que cela a procuré , plusieurs autres secteurs ont suivi ce mê me chemin. Le domaine cosmique, le tourisme, le transport… Il faut admettre que cette nouvelle technique est une maniè re trè s efficace d’é viter la crise sur ces marché s. En effet, que les acheteurs ont besoin d’un accè s facile pour toutes leurs transactions, que ce soit au niveau du prix ou des procé dures. Ce systè me consiste à grouper un nombre limité de personnes qui souhaitent investir dans immobilier. Cette approche leur permet de faire l’achat en bloc. La crise qui a frappé ce domaine a incité les gens à trouver d’autres moyens pour accé der facilement à l’acquisition d’une proprié té . Il existe des sites qui ont é té cré es spé cialement pour promouvoir cette forme d’achat. Ce qui permet aux personnes dé sirant s’inscrire à cet achat de se rencontrer et de concevoir en-

16

Les maisons guyanaises

semble leur projet. Ces sites proposent de nombreux services : les offres en vue d’un achat groupé , la les annonces de ventes immobiliè res, les personnes disposé es à faire un achat groupe etc.

Le principe de L’achat groupé dans l’immobilier A l’heure actuelle, l’achat groupé est devenu trè s courant chez les acheteurs immobiliers. Il ne faut pas oublier que les acqué reurs peuvent bé né ficier d’une ré duction de 15 à � 0% du prix ré el de ce dernier. C’est une transaction devenue trè s courante. De plus, en cette pé riode de crise, les vendeurs pré fè rent vendre en quantité , mê me à prix cassé , au lieu de voir dé pré cié la valeur des immobiliers. A noter que les biens à vendre seront publié s sur le site internet. Les individus inté ressé s peuvent consulter tous les renseignements dont ils ont besoin sur les sites spé cialisé s. Il est indispensable de s’y inscrire. L’achat immobilier en groupe repose sur la né cessité d’atteindre un nombre mini-

mum d’acheteur pour conclure la vente. Les acheteurs potentiels se manifestent en inscrivant leurs noms et ils seront contacté s simultané ment si le quota est rempli. Les visites ne sont possibles que si le nombre d’acheteurs est atteint. Une date est fixé e à l’avance pour fina- liser la vente. Il est tout à fait possible de se ré tracter avant cette date mê me si on a dé jà soumis une offre. Aprè s la conclusion de la vente, tous les investisseurs possè dent une part proportionnelle à son investissement dans le bien qui vient d’ê tre acquis. Les investisseurs peuvent revendre ou exploiter leurs parts indé pendamment des autres. L’achat devient trè s inté ressant quand un acqué reur veut payer plus cher que les autres actionnaires, le prix devient encore plus bas pour les autres. Il appartient aux acqué reurs de dé terminer le nombre de personnes qui vont se grouper pour l’achat.  Une promesse de vente à duré e limité sera é tablie entre les deux parties. Durant cette pé riode, le proprié taire garantit à ses clients


A ct ua l i t és i mmob i l i èr es -

qu’il ne vendra pas l’immobilier à une tierce personne. Ce dé lai permet aux acqué reurs de ré unir la somme requise pour l’achat.  Si la somme destiné à la transaction n’est pas ré unie au terme de la promesse de vente, le proprié taire peut rompre son engagement et cé der le bien à d’autres groupes de personne.

Les avantages É videmment la baisse du prix est l’argument de poids de cette nouvelle mode de vente. Cette forme d’achat entraîne la fluidité du marché . Ce phé nomè ne offre des avantages, aussi bien pour les acqué reurs que pour les promoteurs immobiliers. D’une part, ce systè me donne à un bon nombre de citoyens la possibilité d’acqué rir leur propre bien. En effet, dans ce contexte de crise, avec un budget limité , un particulier qui fait partie de la classe moyenne ne peut que se ré soudre à la location. Pourtant, avec l’achat groupé , il peut s’associer à d’autres personnes pour acqué rir l’immobilier de ses rê ves. D’autre part, cela permet au proprié taire de vendre son bien plus rapidement. Il n’aura plus à attendre un investisseur à gros budget.

L’achat groupé tendances dans l'immobilier Sur les sites, la publication des annonces, ainsi que la consultation sont gratuites. C’est un avantage consi- dé rable pour les visiteurs du site. Ils peuvent se partager des renseignements et se contacter en cas de besoin. Cela leur permet de trouver facilement et rapidement des offres. De plus, avec le fort dé veloppement des diffé rents ré seaux sociaux, la communication devient de plus en plus facile.

Les inconvé nients : En revanche, les risques sont multiples. Le vendeur doit faire attention aux escroqueries. Il ne faut pas qu’il signe l’acte de vente avant qu’il ne dé tienne les garanties de payement. En cas de doute, ou si la somme requise n’est pas ré unie, il peut toujours annuler la vente. Pour les acqué reurs, ils doivent choisir minutieusement leurs associé s, au risque de perdre tout leur investissement. A part cela, les acqué reurs ont le devoir de faire l’é tat des lieux de l’immobilier pour dé tecter une é ventuelle dé gradation de l’immobilier. Ce qui entrainerait une perte considé rable. Ces circonstances sont é vitables si les futurs acqué reurs font appel au service d’une agence immobiliè re.

Les maisons guyanaises 17


C ou r r i er d es l ect eur s

Courrier des lecteurs vous a vez l a pa r ol e “ cet espace est fait par vous et pour vous. ”

Envoyez-nous vos questions ! Chers lecteurs (rices), votre magazine "Ciel de kaz" anime une nouvelle rubrique "Courriers lecteurs". Vous avez une question d'ordre juridique dans le domaine de l’immobilier & habitat ou souhaitez partager vous expé riences à nos lecteurs contacter nous par mail

regie.naration@gmail.com Le courrier des lecteurs est  VOTRE  section et qu'elle vit de vos interrogations et vos remarques.. n'hé sitez donc pas à nous contacter à  l'adresse suivante pour enrichir son contenu.

Mode d'emploi Les questions sont ré pondues au fur et à mesure. Une sé lection sera faite en fonction de l'actualité de l'é dition et des thè mes proposé s. Bien é videmment, cette sé lection rejette toute question comportant des propos racistes, orduriers, et en opposition avec les lois existantes Nous vous en remercions de bien vouloir faire vivre cette rubrique . Les maisons guyanaises 19


Q uest i on d ’ exper t

Rencontre avec M. MENDEZ gér a n t d e M

a i son s I bi s

“ La passion de construire ”

Qu’est qu’un Constructeur de Maisons Individuelles ? L’activité de Constructeur de Maisons Individuelles (CMI) est ré gie par la loi n°90.11� 9 du 19 dé cembre 1990. Sur notre dé partement, seules quelques socié té s, dont MAISONS IBIS, sont habilité es à faire signer des Contrats de Construction de Maison Individuelle (CCMI) à leurs clients. MAISONS IBIS vous livre votre maison « clé en main » pour un prix dé finitif fixé au dé part. Vous n’avez nullement besoin de vous impliquer pour faire les dé marches administratives, trouver les bons artisans, surveiller le chantier, vous assurer de la conformité du travail. MAISONS IBIS s’occupe de tout : Permis de construire, choix des entreprises intervenantes, é chelonnement des opé rations. Le Constructeur de Maisons Individuelles est le chef d’orchestre qui veillera à ce que tout soit joué , selon ce qui a é té validé , sans fausse note et dé sillusion !

Pouvez vous nous pré ciser ce qu’est un Contrat de Construction de Maison Individuelle ? Le Contrat de Construction de Maison Individuelle (CCMI) est un acte par lequel le Maître d’ouvrage (le client) confie à une entreprise ensembliè re, telle MAISONS IBIS, la ré alisation d’un bâ timent à usage d’habitation, ou d’habitation et professionnel, ne comportant pas plus de deux logements. Ce contrat est soumis à des rè gles lé gales visant, dans l’esprit du lé gislateur, à proté ger le Maître d’ouvrage (le client). Le code de la construction et de l’habitation (CCH) impose qu’il soit stipulé diverses mentions contractuelles. Il impose des pré cisions telles : la dé signation du terrain ; le prix forfaitaire ainsi que le prix des travaux que le client garde é ventuellement à sa charge; le dé lai de livraison ; l’é chelonnement des paiements en fonction de l’avancement des travaux ; la formulation des conditions suspensives ;

20

Les maisons guyanaises

les diffé rentes Garanties. MAISONS IBIS va plus loin en incluant l’assurance DOMMAGE-OUVRAGE dans le coû t global des projets. MAISONS IBIS fourni é galement au Maître d’ouvrage une attestation d’assurance nominative (au nom du client) Responsabilité civile et Dé cennale, à l’ouverture du chantier. Le Code de la Construction et de l’Habitation impose que soit annexé au contrat de construction une notice descrip- tive visant à pré ciser les caracté ristiques techniques de la construction, ainsi que le coû t des travaux que se ré serve é ventuellement le Maître d’ouvrage.

Qu’elles sont les diffé rentes Garanties offertes par MAISONS IBIS ? Il y en a plusieurs : La garantie de livraison à prix et dé lais convenus La garantie de livraison couvre le maître d’ouvrage, à compter de la date d’ouverture du chantier, contre les risques d’inexé cution ou de mauvaise exé cution des travaux pré vus au contrat, aux prix et dé lais convenus. Cette garantie est OBLIGATOIRE et MAISONS IBIS fournit, au plus tard à la date d’ouverture du chantier, cette attestation nominative é tablie par notre garant (la CEGC) qui sera annexé e au contrat. La garantie de livraison couvre é galement les pé nalité s applicables pour les retards de livraison de plus de trente jours. L’assurance Dommages Ouvrage Cette assurance est obligatoire et souscrite par MAISONS IBIS pour le compte du Maître d’Ouvrage, avant la date d’ouverture du chantier. Elle prend effet à la ré ception des travaux et couvre le paiement des ré parations et des dé sordres qui relè vent de la garantie dé cennale. Les dé sordres é ventuels devront ê tre dé claré s par le Maître d’ouvrage à l’assureur par lettre recommandé e avec accusé de ré ception.


Q uest i on d ' exper t -

Rencontre avec M. MeNd es gérant de Maisons Ibis

La garantie de parfait achè vement Elle est pré vue pour tous les Contrats de Construction de Maison Individuelle et MAISONS IBIS s’engage à prendre en charge les dé sordres, quels que soient leur nature et leur importance, signalé s à la ré ception ou pendants l’anné e qui suit la ré ception par le Maître d’ouvrage. La garantie de parfait achè vement ne s’é tend pas aux travaux né cessaires pour remé dier aux effets de l’usure normale ou de l’usage inopportun. La garantie de bon fonctionnement (Biennale) Elle couvre pendant une duré e de deux ans à compter de la ré ception toutes les malfaç ons qui peuvent affecter les é lé ments d’é quipements dissociables de la construction, et qui ne sont pas le fait d’un usage anormal. La garantie dé cennale Elle couvre durant 10 ans, à partir de la ré ception de la maison, les dommages qui compromettent la solidité de l’ouvrage, ou qui le rendent impropre à sa destination ainsi que les malfa- ç ons des é lé ments d’é quipement lié s au gros œ uvre.

Qu’elle est la Valeur Ajouté e de MAISONS IBIS ? La Socié té MAISONS IBIS cré é e il y a 1� ans par un groupe d’actionnaires qui possè dent une solide expé rience en maisons Individuelles, est aujourd’hui devenue incontournable pour les candidats à la construction sur le dé partement de la Guyane.

Primant plus la qualité que la quantité , le respect du client que la productivité , la loyauté que la rentabilité , MAISONS IBIS s’est forgé une ré putation trè s honorable. Soucieuse de satisfaire une clientèle très diversifiée, MAISONS IBIS dispose d’un large é ventail de modè les é laboré s par son Bureau d’Etude. Toutes les construc- tions ré alisé es aujourd’hui ont bé né ficié es de la touche personnelle de ses clients. Lorsque vous choisissez de faire construire votre villa par MAISONS IBIS, vous bé né ficiez d’un accompagnement permanent. De la recherche fonciè re à la conception de votre projet, du Permis de Construire à l’obtention de votre financement, de l’ouverture du chantier à la remise des clé s. Toutes les constructions sont ré alisé es avec des maté riaux traditionnels adapté s à l’environnement guyanais. Consciente des pré occupations ré elles de ses clients MAISONS IBIS attache une importance particuliè re au confort et à la sé curité . De plus, les constructions, ré pondent aux exigences de la RTAA DOM. Elles sont toutes é quipé es de chauffe-eau solaire ; l’isolation est conforme aux exigences des tons des toitures, des attentes pour brasseurs d’air sont pré vus dans les piè ces principales, et l’orientation des faç ades principales permet une excellente ventilation. MAISONS IBIS pré sente toutes les garanties pré vues par la loi. Notre Garant est la Compagnie Europé enne de Garanties et Cautions (C.E.G.C)

Les maisons guyanaises 21


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

Reportage avec l aure Domenech A r ch i t ect e d ' i n t ér i eur « L’architecte d’inté rieur cré e des lieux fonctionnels en traduisant le mode de vie de l’utilisateur par l’organisation de l’espace. Il travaille sur les volumes, les couleurs et la lumiè re qui interagissent entre eux. Il pré conise les maté - riaux et les diffé rents é quipements qui seront mis en œ uvre. L’architecte d’inté rieur est é galement un professionnel de terrain qui suit le processus de la conception à la ré alisation d’un projet. » C’est dans une maison d’architecte à la vue imprenable qu’a é tait conç u cet inté rieur. Les lieux devaient donc offrir une ouverture sur la vie exté rieure de la terrasse, du jardin et sur le paysage environnant. Le parti pris du projet, une approche sobre, a permis de maintenir cette fluidité entre les diffé rents espaces et de former un ensemble cohé rent grâ ce au choix des maté riaux et des couleurs.

Relation entre inté rieur et exté rieur : la terrasse, le jardin La volonté é tait de cré er le moins possible de rupture entre la piè ce à vivre, la terrasse et le jardin. La continuité entre inté rieur et exté rieur est visible grâ ce aux grandes ouvertures qui permettent d’é largir l’espace du sé jour et de la terrasse. Le lien se construit é galement par les maté riaux et les couleurs employé s. Les revê tements de sols, de larges carreaux de teintes gris bé ton restent identiques entre les diffé rents lieux et les peintures blanches atté nuent les disparité s qui existent entre l’inté rieur et l’exté rieur. Cet espace est accessible par le sé jour et par la cuisine ce qui forme une circulation autour d’un noyau. La terrasse est ainsi le cœ ur de la maison puisqu’elle donne aussi un accè s direct au jardin et à la piscine. Elle est amé nagé e de maniè re minimaliste pour faciliter l’entretien et pour laisser place à la nature. Des jardiniè res installé es en applique viennent rythmer la faç ade.

22

Les maisons guyanaises

La perception de « dedans-dehors » s’exprime aussi avec les baies du rez de chaussé e et de l’é tage. Cela cré e une transparence entre les espaces. La hauteur de la terrasse allant jusqu’à la sous pente de la toiture suggè re elle aussi cette transparence. On retrouve d’ailleurs cette mê me hauteur sur une partie du salon au-dessus de laquelle une tré mie a é té conservé e. Les vues inté rieures-exté rieures sont ainsi pré servé es. La terrasse se prolonge par un cheminement de pas japonais en pierre naturelle. Les dalles sont posé es de faç on ré guliè re afin de donner un rythme structuré , comme une transition avec la piscine et le jardin. Ce cheminement pé riphé rique est d’ailleurs posé depuis l’entré e principale de la villa mais il devient plus large au niveau de la jonction terrasse-piscine. La piscine en acier inoxydable, de par son aspect lisse et froid offre un contraste saisissant avec la vé gé tation luxu- riante du jardin et des collines alentours. Une opposition accentué e par l’effet miroir recherché grâ ce au dé bordement invisible de la piscine et à ses plages amé nagé es au mê me niveau que l'eau.


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t -

Reportage avec Laure domenech, architecte d'intérieur

Laure Domenech, architecte d’inté rieur. Titulaire d’un diplô me d’é tat en architecture d’inté rieur, Laure Domenech est installé e en Guyane où elle exerce aprè s avoir dé veloppé une solide expé rience en Nouvelle-Calé donie, à Paris et à Cayenne. Elle intervient sur les espaces de vie, de travail, espaces publics, boutiques, logements, conception de mobilier ou ré novation. « Je conç ois selon ces quelques principes : à l’é coute du client qui est le premier acteur de son projet, une ré alisation doit allier ingé niosité , fonctionnalité , contraintes techniques et budgé taires, dans le respect d’un cahier des charges. Quant à l’esthé tisme et la dé coration, c’est une question d’appré ciation personnelle !» Contact : 0694 05 22 90 - 0594 46 23 16

Le blanc comme fil conducteur : les circulations horizontales et verticales Les blancs ont une grande influence sur l’espace. Ils mettent en valeur les ombres, les lumiè res et les teintes qui l’entourent. De plus ils sont intemporels. C’est pourquoi ce sont les tons pré dominants qui ont é té choisi dans ce projet. Hormis un é lé ment architectural exté rieur laissé volontairement dans son aspect bé ton, l’ensemble des murs et plafonds inté rieurs et exté rieurs de la maison sont blancs. Ils laissent donc s’exprimer tous les autres é lé ments de dé coration et d’amé nagement et proposent une lecture des volumes qui varie en fonction de la lumiè re, de l’heure du jour, de l’é clairage. Les circulations et l’espace où se trouve l’escalier qui mè ne aux chambres enfants et parents sont donc conç us d’aprè s ce concept. L’escalier et la passerelle de l’é tage, é galement blancs, se confondent aux murs sur lesquels ils s’appuient mais leur maté riaux, mé talliques, les confrontent. Cela permet de marquer une diffé rence entre les circulations horizontales, verticales, les passerelles et plafonds.

Des espaces fonctionnels : le salon Aprè s les jeux de blancs des peintures, ici s’exprime la couleur ré elle des maté riaux. Le salon est pensé comme un lieu où une des fonctions est de se « proté ger » ou de se « ré fugier » par rapport à l’exté rieur. Il n’est donc pas utilisé de la mê me maniè re que l’espace amé nagé de la terrasse dé dié à la dé tente. Le salon donne une atmosphè re cosy comme immergé d’un univers trè s ouvert et é puré . C’est un lieu recré é au sein de la surface du sé jour qui s’organise autour d’une grande table basse. On retrouve ainsi le bois avec le mobilier, dé jà pré sent pour les volets des baies coulissantes, mais aussi des textiles avec l’ensemble canapé s et tapis. Les meubles, de mê me essence que les persiennes, sont en é bè ne verte et les tissus d ‘ameublement en lin car la fibre de lin ne se dé tend pas quel que soit le degré d'humidité ou de tempé rature ré gnant dans la piè ce, les couleurs ne passent pas. C’est d’ailleurs la mê me fibre que l’on utilisera pour les textiles de la terrasse. Le mobilier est entiè rement cré e sur mesure ; la structure en bois du canapé forme un é lé ment de dé coration et la table basse se pose comme un rappel aux bancs exté rieurs. Les maisons guyanaises 23


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

Décoration murale l e secr et d ’ un e d éco r éussi e

“ Laissez agir votre imagination ! ” Dans une maison, la dé coration de chaque mur doit ê tre pensé e en fonction de la piè ce. La matiè re, la texture, la couleur, sont trè s importantes car le mur peut absorber ou renvoyer la lumiè re... La peinture est un bon moyen de ré ussir sa dé coration murale Il existe aussi plusieurs finitions : peinture laque brillante ou peinture mate. L'avantage de la peinture est qu'il est possible de ré aliser n'importe quelle teinte pour adapter la dé co de votre mur aux autres é lé ments de dé coration. Une fois la base de dé coration de vos murs ré alisé e, vous pouvez passer à la customisation. Il existe diffé rentes solutions… Enduit dé coratif effet TADELAKT : pour un style oriental et traditionnel Il y a prè s d'un millé naire, le tadelakt ornait dé jà les hammams et fontaines au Maroc. Aujourd'hui, ce revê tement mural à la chaux a é té importé en Occident et est devenu un produit de luxe alliant patine, sensualité du maté riau, subtilité des couleurs tout en é tant é cologique. Par dé finition, le tadelakt est un enduit traditionnel de finition à base de chaux, d'eau et de pigments de couleur. Cette matiè re est utilisé e comme revê tement noble et doit son succè s à son é tan- ché ité naturelle et à sa texture douce au toucher. Pour la ré alisation d’un style oriental dans une ambiance chaleureuse, choisissez un effet tadelakt. Il favorisera la mise en place d’une dé coration ethnique, venue d’ailleurs pour un style unique. Pour obtenir un effet tadelakt sur vos murs, il faut appliquer deux

24

Les maisons guyanaises

couches de matiè re avec une seconde passe plus liquide. Sa mise en œ uvre, trè s complexe, né cessite le recours à un spé cialiste du tadelakt. Grâ ce à ses proprié té s hydrofuges, l’effet tadelakt convient aux piè ces d’eau, pour cré er une salle de bains d'inspiration hammam !

Stickers muraux - les tendances dé co Dé corez votre inté rieur avec style et cré ativité grâ ce aux stickers ! Faciles à poser et à dé coller. Ils s’adaptent à vos envies du moment. Tous les membres de la famille peuvent dessiner ou se laisser des messages sur des stickers animaux en ardoise. Les fenê tres ne sont pas en reste, avec des autocollants rien que pour elles ! Et pour votre salon, optez pour la note distingué e de motifs baroques. Marquer une atmosphè re particuliè re ou changer la perspective d’une piè ce, c’est dé sormais possible avec les stickers à poser aux murs de chaque piè ce de votre intérieur. Solution pratique pour les petits budgets, cette tendance permet de transformer une piè ce en un instant sans ré aliser de gros travaux. Stickers design, moderne et dé coration urbaine, dé co chic et classique, stickers humoristiques...il y en a pour tous les goû ts.


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t -

d écoration murale : le secret d’une déco réussie

Le sticker ardoise

Les stickers gé ants Offrent une grande liberté et ont l’avantage de changer une piè ce de maniè re spectaculaire. De grande taille, ils peuvent mesurer jusqu’à trois mè tres de large et envahissent une piè ce. Ils peuvent ê tre personnalisé s avec la possibilité d’imprimer des photos (souvenir de vacances, é vé nements marquants … ) tout est possible pour habiller vos murs selon vos propres activité s. Improvisez chez vous un vé ritable dé cor de vacances. C’est le moment de l’é vasion et de la dé tente. Ces stickers gé ants se posent partout sur un support lisse. Ils s’adaptent à l’atmosphè re que vous voulez donner à la piè ce et surprendront les invité s. La pose de ces adhé sifs est bien entendu plus dé licate. Il est indispensable de les poser à deux personnes afin d’obtenir le ré sultat souhaité .

Les stickers trompe l’œ il fenê tre et porte donnent une sensation d’espace, mê me dans un lieu é troit et restreint. Dans de multiples teintes, il est pos- sible de les choisir dans les mê mes coloris que vos portes et fenê tres, pour une illusion parfaite. A l’inverse, vous pouvez jouer la carte du contraste, avec des couleurs vives ou sombres.

Le sticker effet trompe l’œ il Bien connu dans la peinture depuis l’Antiquité , le trompe-l’œ il s’invite aussi dans nos inté rieurs. Cette technique remonte à la nuit des temps, où l’on

29 22 22

T.0694 38 48 28

Que vous soyez enfant ou adulte l’ardoise constitue une excellente solution pour les enfants qui ont tendance à exprimer leur imagination sur les murs de leurs chambres. Pour les adultes ils sont une parfaite alternative aux post-it, utilisez les stickers pour laisser un mot, é tablir une liste de courses, planifier des rendez-vous ou simplement expri- mer son affection.

reproduisait alors des scè nes vivantes sur de grandes parois exté rieures ou inté rieures. Cette nouvelle tendance de sticker trompe l’œ il, s’inscrit dans la mê me dé marche en reproduisant des é lé ments architecturaux, des personnages, ou des scè nes de nature pour votre inté rieur.

Les maisons guyanaises 25


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t -

d écoration murale : le secret d’une déco réussie

Le pochoir Il existe des pochoirs alphabets ou des pochoirs de citations toutes faites qui permettent d'é crire sur les murs. On peut aussi commander des pochoirs avec les phrases et les lettrages de son choix. Pour ré aliser le motif, tracer des repè res au crayon à papier sur le mur puis fixer le pochoir avec de la colle repositionnable. Peindre ensuite avec un pinceau pochoir en tamponnant ou en tournant lé gè rement

Le papier peint numé rique Un peu dé laissé ces derniè res anné es au profit de la peinture, le papier peint fait un retour en force pour habiller vos murs. Le papier peint numé rique repré sente la derniè re nouveauté en matiè re de dé coration personnalisé e. Trè s ré sistant , facile à poser et avec une largeur de laize pouvant aller jusqu'à 3 mè tres, habillez vos murs et donner du caractè re à vos piè ces. Trè s en vogue et proposé e par de nombreux sites internet, l’impression d’une photographie personnelle sur du papier peint est une option inté ressante pour habiller et personnaliser chaque piè ce de la maison. De cette faç on vous pourrez choisir le cliché qui dé corera votre mur, en pré cisant au fabriquant la taille de la surface à recouvrir. Question environnement là aussi cette solution peut s’avé rer inté ressante: certaines marques surfent sur la vague é cologique en utilisant des encres non toxiques. Les possibilité s sont quasi infinies: vous pouvez choisir l’image, le format, la qualité de votre papier peint, et ê tre sur que votre inté rieur aura une touche unique et personnelle !

Donnez du pep's à vos murs Un pê le-mê le de photos pour un mur souvenirs Le pê le-mê le de photos est une jolie alternative pour accrocher les photos au mur. Spontané et plein de vie, il se dessine au gré des souvenirs... Le miroir Installez un miroir en forme de fenê tre, imitation vitrail, à facettes ou é clat de verre pour un effet dé co original. Pour un effet romantique, optez pour un modè le en bois doré , patiné , ou en fer forgé . Des é tagè res originales Propices aux petits espaces, les cases repré sentent un gain de place et une astuce dé co. Sur un pan de mur, coloré si possible, on dispose plusieurs é tagè res selon l'inspiration. Le mé mo Le fameux pense « pas si bê te » se charge de tout retenir pour vous. De la cuisine au bureau, il pense à vos listes, à vos numé ros de té lé phone, à vos photos, à vos clé s, etc. La ré alisation d’une galerie de cadres Les cadres sont souvient indissociables d'une dé coration ré ussie, qu'il s'agisse d'y mettre des photos de vos proches, de paysages ou bien des oeuvres d'art.

26

Les maisons guyanaises


0694

tech.edom@gmail.com


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

Mobilier luminaire nouvel l e t end a nce l ud i que

c omptoir lumineux

Table fleur

Dé sormais, le mobilier lumineux n'est plus destiné qu'au jardin. Cette faç on d'é clairer personnalise une piè ce, rend les objets plus vivants et ajoute une touche festive à votre dé co ! Grâ ce aux LEDS, des petites diodes lumineuses, les meubles s'é clairent. De 8 à 10 couleurs diffé rentes, avec la possibilité de changer à sa guise et selon son humeur du moment son inté rieur. Les LEDS ne consomment que trè s peu d'é nergie et possè dent une duré e de vie beaucoup plus longue qu'une lampe dite " classique" (50 000 à 100 000 heures contre 6 000 à 15 000 heures pour une ampoule classique).

petits meubles capables de servir de lumiè re. Pour ce qui est du budget, il y en a pour toutes les bourses : les meubles lumineux seront un peu plus oné reux qu’un modè le classique mais l’é cart ne sera pas si important comparé à un modè le de haute qualité .

Des plafonds ou parois lumineuses

Ce nouveau style de mobilier é blouira votre inté rieur ainsi que vos convives. Il mé lange magie et innovation.

Un autre moyen pour parer sa dé co d’un halo de lumiè re : l’inté grer directement dans des é lé ments d’architecture de votre inté L’apparition et la maîtrise de certains maté riaux translucides rieur. Pour cela, trois supports sont à votre dispo- sition : les comme le plexiglass ou le polyethylè ne a donné naissance à ce plafonds, les murs et les sols. Pour ce qui est des plafonds et types d’objets. La plupart de ces meubles lumineux sont fabriqué des murs, il existe maintenant sur le marché des solutions trè s s en polyé thylè ne, matiè re qui leur permet d'ê tre trè s lé gers. Vous pratiques pour inté grer des leds et cré er ainsi un plafond lumineux pourrez ainsi les dé placer facilement où vous le souhaitez ! ou une dé coration lumineuse sur un mur. Ces panneauxsonttrè sfacilesà poseretpermettentdecomposeretde recomposer Il y en a pour toutes les ambiances et toutes les utilisations : table librement des motifs. basse ou tabourets pour donner un cô té design à votre salon, cache pot pour illuminer votre terrasse ou encore, un cube en Pour les adeptes d’une dé coration lumineuses plus é puré e, la guise de chevet pour une ambiance romantique. solution des parois lumineuses peut aussi ê tre envisagé e. Si vous avez une idé e pré cise de votre projet, vous pouvez Attention tout de mê me, l’objectif de ce mobilier d’un nouveau contacter des fabricants ou passer par un architecte d’inté - rieur genre n’est pas d’assurer tout l’é clairage du jardin mais bien qui trouvera les partenaires pour votre projet. Il est aussi possible d’apporter un relief et de cré er un univers plus festif, convivial et avec de petits travaux, de mettre en lumiè re un mur ou un meuble. A l’aide d’une petite cloison de placo vous pouvez cré vivant ! er une niche dans laquelle inté grer un é clairage. Devenus une tendance incontournable de l’ameublement, le mobilier lumineux se retrouve aussi dans la salle de bains, avec Enfin, n’oubliez pas que le carrelage peut ê tre un autre moyen de ramener de la lumiè re dans la dé co. De nombreux modè les des baignoires utlra design. intè grent maintenant des leds dont le câ blage disparaît dans le On peut aussi craquer pour des é tagè res lumineuses ou des joint. Les modè les, ré sistants, sont adapté s aux piè ces humides et peuvent se poser sur les murs comme sur les sols. Les maisons guyanaises 29


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

Bolon un r evêt ement sol t r ès t end a nce

Le bolon est un maté riau qui n’a pas beaucoup fait parler de lui. Aujourd’hui, il s’offre une place de choix dans l’univers de la dé coration, et ce, grâ ce à ses nombreux avantages alliant praticité et esthé tique. Cré é il y a plus de 60 ans par une compagnie sué doise. L’idé e de tisser des fils de vinyle en tapis date de 1948. La fabrication s’est dé veloppé e en Suè de jusqu’à devenir un produit de qualité certifié ISO 14001. Le bolon est un revê tement conç u à base de tissage de vinyle recyclable. Gé né ralement, il est utilisé pour recouvrir les sols grâ ce à ses proprié té s antidé rapantes et ré sistantes. Cô té esthé tique, il peut pré senter un aspect textile ou mé tallique. Uni, quadrillé ou rayé , il se dé cline en une multitude de choix dans le but de satisfaire tous les goû ts. Cô té motifs, les revê tements bolon se trouvent soit unis, soit rayé s voire quadrillé s grâ ce à l'entrecroisement des fils de vinyle. Pour les coloris, on trouve les tons de vert, gris et bleu. mais é galement des coloris comme le chocolat, prune, orange, beige, noir… .Il est disponible en dalles de 50x50cm et en lé s de � 5cm x � mè tres pour une é paisseur d'environ 3mm. Ce revê tement de sol moderne, à l’aspect trè s particulier se distingue des autres revê tements traditionnels. Il est conç u pour ê tre utilisé dans tous types de locaux. Il peut ê tre nettoyé à l'eau. Cependant, il n’est pas conseillé de l’utiliser en exté rieur, car il y a un risque de dé coloration. Idé al pour les endroits de la maison soumis à un passage important et un maté riau parfait pour un environnement où les jeunes enfants pourraient é voluer.

Ses avantages

et é lé gant : il est trè s facile à nettoyer et à entretenir. ; Possibilité d’afficher des couleurs et des motifs à l’infini. Souple et doux, le bolon est une excellent alternative à la moquette classique et idé al pour la salle de bains de par sa composition antistatique et imper- mé able.

Conseil d’entretien Au quotidien : utilisez l’aspirateur, avec de pré fé rence une brosse rotative. Nettoyage pé riodique : Aprè s aspiration, employez de l’eau chaude propre. En cas d’utilisation d’une machine, agir dans le sens de la longueur des lé s. Si un produit nettoyant est utilisé , terminer par de l’eau pure. Tâ ches : Enlever les tâ ches immé diatement, sinon elles pourraient migrer dans la matiè re. Ne jamais utiliser d’acé tone, des produits fortement al- calins, des poudres à ré curer ou des solvants puissants. Il n’y a pas de problè me d’emploi avec le White-Spirit, L’ammoniaque en faible dose et l’essence de lavage.

La pose du bolon > Recommandations pré alables

100 % recyclable : il plaît beaucoup à tous ceux qui sont concerné s par l’é cologie. Antidé rapant, ré sistant, imputrescible

30

Les maisons guyanaises

Le sol doit ê tre parfaitement plan et sec. Les irré gularité s et ondulations apparaissent à travers le revê tement. Il ne doit pré senter aucune fissure et

ê tre suffisamment ré sistant. Utilisez un enduit de ragré age autolissant pour ragré er les supports irré guliers ou pour recouvrir les ré sidus de colle et de bitume. Les sols humides en bé ton doivent ê tre isolé s pour é viter que l’humidité remonte jusqu’au revê tement. Conformez-vous aux rè gles et aux normes de construction locales pour la pré para- tion des supports. Les roues des siè ges de bureau doivent ê tre de type ré sistant (polyamide) Dans les escaliers, proté gez les bords du revê tement au moyen de nez de marche. Les meubles doivent ê tre placé s sur des patins en inox ou té flon dé pourvus d’arrê tes vives. Il faut é galement pré voir un systè me efficace pour recueillir les saleté s et l’eau lorsque le produit doit ê tre posé à proximité d’un accè s donnant sur l’exté rieur. Certains maté riaux comme le caoutchouc (pieds de siè ge, chariot) peuvent, aprè s un contact prolongé , laisser des traces indé lé biles > Positionnement des lé s Si vous devez poser plusieurs rouleaux de revê tement dans une piè ce, les rou- leaux doivent avoir le mê me numé ro de lot. Comme il s’agit d’un maté riau tissé , il peut y avoir quelques variations mineures de couleur et de structure entre les lé s.


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t -

Bolon, un revêtement sol très tendance

à noter le bolon existe aussi en revê tements muraux et tapis. Il est vendu sous forme de lé s ou de dalles afin de ré aliser des effets graphiques originaux. Cô té tarif, le bolon demande un certain investissement. En effet, pour un mè tre carré de revê tement, il faut pré voir une centaine d’euros. > Recommandations pour les adhé sifs

> Raccords soudé s

Conformez-vous toujours aux recommandations des fournisseurs et des distributeurs de produits adhé sifs ! Le choix du produit adhé sif est essentiel : il doit ê tre parfaitement adapté au support. Si vous devez coller le revê tement sur une dalle en bé ton, utilisez toujours un adhé sif qui ré siste aux alcalis pour empê cher une dé composition chimique de cet adhé sif.

Tous les raccords doivent ê tre soudé s à froid pour avoir une bonne jonction entre les lé s et é viter que les saleté s et l’humidité pé nè trent dans les interstices. La soudure augmente la durabi- lité du raccord et rend celui-ci é tanche à l’eau.

> La pose

La pose du revê tement de sol doit, autant que possible, ê tre ré alisé e une fois que tous les autres travaux ont é té achevé s. Dans le cas contraire, recouvrez le sol d’un plastique ou de plaques de carton. Commencez par un nettoyage à sec en é vi- tant de balayer le sol et en utilisant de pré fé rence un aspirateur pour retirer les dé tritus, les saleté s et les poussiè res. Pour finir, lavez le sol à l’eau chaude avec une laveuse sé cheuse de sol, en y ajoutant, si né cessaire, une dose trè s faible de produit nettoyant neutre.

Coupez les lé s en pré voyant un surplus en longueur, Laissez reposer les lé s entiè rement dé roulé s pendant au moins � 4 heures et à tempé rature ambiante. Les lé s doivent pouvoir se chevaucher dans le sens de la longueur d’au moins 4 cm. Pour faire de beaux raccords, coupez les lé s au milieu du chevauchement Les lé s doivent ê tre posé s dans le sens de la longueur de la piè ce. É vitez les raccords à travers la piè ce. Frottez bien le revê tement de sol immé diatement aprè s l’avoir collé .

> Nettoyage aprè s les travaux

A RETENIR Inspectez le revê tement de sol avant de le poser. Ne posez jamais un revê tement ayant des dé fauts visibles !

Les maisons guyanaises 31


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

l e papier mâché et ses mul t i pl es f on ct i on s

Historique L’origine du papier mâ ché est attribué e à la Chine du dé but de notre è re, peu à peu, cette technique s’é tend : à l’Afrique du Nord à l’Espagne puis elle gagne l’Italie, la Norvè ge, la Russie, l’Allemagne, la France, les Etats-Unis… Invention aujourd’hui universelle, le papier mâ ché a connu de nombreuses modifications quant à sa composition : d’abord chiffons de chanvre et fibres de lin broyé s au pilon, il a é té ensuite mé langé à des é corces, des racines, des plantes … C’é tait un maté riau oné reux et peu ré pandu, et les objets ainsi cré é s é taient considé ré s comme luxueux : coiffe de guerrier chinois, masque italien incrusté de pierres pré cieuses, coffre franç ais nacré , plateau russe traditionnel, bougeoir indien orné d’é lé phants… Une é glise a mê me é té é difié e au XVII e, en Norvè ge, et a accueilli les fidè les durant 37 ans ! Aujourd’hui, grâ ce à une certaine " conscience é cologique " qui prô ne le recyclage et l’é conomie d’é nergie, le papier mâ ché est jour aprè s jour remis à l’honneur ; il semble mê me retrouver son prestige d’origine : œ uvre d’art ou objet " dé co " trè s oné reux, il est partout !

pier peint, la colle d’é colier ou la colle maison que l’on ré alise avec de la farine et de l’eau. Le temps de sé chage dé pend de la chaleur. Certaines piè ces seront sè ches trè s vite, d’autres, plus volumineuses, auront besoin de plusieurs jours de sé chage.

Le papier mâ ché est souvent utilisé par les professionnels travaillant auprè s des enfants. Il demande peu de maté riaux et s'avè re trè s é conomique. Les possibilité s de cré ations sont nombreuses. Une fois la technique maîtrisé e, les enfants comme les adultes trouvent des centaines d'idé es : qu'il s'agisse de projets sur la nature, la dé coration, les accessoires divers ou mê me les jeux destiné e à une fê te.

Une autre mé thode consiste à tremper du papier dé coupé en petits morceaux qu’on laisse s’imbiber . Avec une petite passoire, prenez du papier et modelez la forme sur le support, comme vous le feriez avec de la pâ te à modeler. Ces piè ces mettront plus de temps à sé cher, mais vous obtiendrez de plus jolis ré sultats.

Pour faire du papier mâ ché , il est indispensable de s’é quiper de papier (gé né ralement, on privilé gie le papier journal ou les prospectus), de colle, d’une é ponge et d’un support. En ce qui concerne la colle, il existe diffé rentes mé thodes : la colle à pa-

Il existe de nombreuses ré alisations possibles : la dé coration de vase, cré er la monture d’un cadre photo, boîtes diverses, animaux, masques pour les fê tes. En papier mâ ché , il est pratiquement possible de tout ré aliser.

32

Les maisons guyanaises


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t -

Le papier mâché et ses multiples fonctions

Recettes de fabrication du papier mâ ché Papier mâ ché à la farine : Ingré dients : 1 tasse d’eau froide 1/4 à 1/� tasse de farine (tout dé pend de la consistance dé siré e) 5 tasses d’eau bouillante du papier journal dé chiré en bandes. Dé chirez le papier en bandes. Mé langez l’eau et la farine jusqu’à obtenir un liquide blanchâ tre et clair. Faites chauffer les 5 tasses d’eau, l’eau doit ê tre trè s fré missante mais non bouillante. Versez ce mé lange dans la casserole contenant l’eau bouillante, ré duisez le feu. Laissez cuire à feu doux de � à 3 minutes en tournant le mé lange. La pré paration doit devenir gluante, mais non solide, si elle vous semble soit trop liquide soit trop é paisse ajoutez de la farine ou de l’eau. Laissez tié dir le mé lange. Ne reste plus qu’à tremper les bandes dans le mé lange obtenu, les essorer pour enlever le surplus de colle et appliquer les bandes sur le sujet à recouvrir. Papier mâ ché à la colle à tapisserie : Ingré dients : 1 part de colle à tapisserie en poudre 10 parts d’eau Un bol ou une petite bassine Une cuillè re ou un fouet Une é ponge. Versez lentement la poudre dans l’eau pendant que vous brassez avec la cuillè re ou au fouet. Mé langez soigneusement et

laissez reposer un moment à couvert. Si vous ne la travaillez pas (durant les temps de sé chage des piè ces, par exemple), conservez la colle au frais (maximum 3 jours), car elle a tendance à moisir. Placez les bandes de papier journal sur le support et appliquez cette colle avec une é ponge en humectant à fond. Surtout, bien laisser sé cher. Papier mâ ché de la boite d’oeufs : Faire tremper toute une nuit des boites d’oeufs pendant une nuit. Bien malaxer le tout pour casser un peu les fibres et rendre la matiè re plus homogè ne. Les essorer soigneusement et mé langer ensuite avec de la colle à papier. Cette recette est parfaite pour "remplir" un moule et appliquer la matiè re à l’inté rieur d’une forme. L’on dé moule et il ne restera plus qu’à poncer, peindre et vernir. Il est aussi particuliè rement recommandé pour le modelage, telle de la terre ou de l’argile, on peut le modeler et ainsi fabriquer des perles, de petits objets, des masques, des tê tes de marionnettes par exemple... Papier mâ ché mixé avec des morceaux de papier journal : Dé coupez de petits bouts de feuilles de journal à la main (environ � ,5 cm de large) Faites les tremper dans un ré cipient rempli d’eau toute la nuit. Ensuite faites bouillir   0 mn pour dissocier les fibres, é gouttez bien et battre la mixture au fouet pour la ré duire en pulpe. Vous pouvez aussi utiliser un mixer à main et le plonger dans la mixture en veillant à vider un peu d’eau, car sinon, ce serait trop liquide. Mettre cette pulpe dans un autre ré cipient et ajoutez y la colle (environ 30g de colle pour 500 g de pulpe). On peut aussi ajouter une cuillè re à soupe d’huile de lin et quelques gouttes d’essence de girofle pour empê cher les moisissures de se dé velopper. Bien mé langer le tout et presser à la main. Vous pouvez conserver la pâ te quelques jours dans une boite hermé tique au frigo.

Les maisons guyanaises 33


A ct ua l i t és d e l ’ h a bi t a t

Ardoise & Bambou d écor ez a u n a t ur el

D'abord dé cliné en vaisselle, le bambou se retrouve aujourd'hui un peu partout dans la maison. Avec le bambou, on peut jouer sur diffé rentes ambiances inté rieures. Adopter le bambou pour sa dé co, c'est faire un geste é cologique puisqu'il s'agit d'une ressource naturelle iné puisable qui permet de lutter contre la dé forestation mondiale. Quant à l'ardoise qui é tait principalement utilisé e sur les toits, on la trouve aujourd'hui plus que jamais à l'inté rieur. Isolante, antidé rapante et facile d'entretien, on peut aussi bien utiliser l'ardoise comme plan de travail dans une cuisine, comme revê tement dans la salle de bain ou bien comme carrelage. Cô té teinte, on ne sera pas obligé de la choisir noire car sa couleur varie selon le gisement. L’ardoise et ses multiples avantages Grâ ce à sa ré sistance, son esthé tique et son originalité , c’est un maté riau qui s’adapte aussi bien à l’exté rieur qu’à l’inté rieur de la maison. En outre, il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un maté - riau naturel, ce qui est parfait pour participer au dé veloppement durable. On retrouve ainsi l’ardoise naturelle dans la plupart des piè ces de la maison, Les produits en ardoise les plus originaux se dé clinent en articles d’art de la table, dé corations murales et autres accessoires dé coratifs. Mais la piè ce où l’ardoise a toute sa place reste né anmoins la cuisine. Ici, grâ ce à sa facilité d’entretien, le maté riau est utilisé pour la fabrication des plans de travail et remplace parfois la cré dence. On l’utilise é galement au mê me titre que le carrelage pour revê tir les sols, car ce maté riau possè de des proprié té s antidé rapantes et isolantes. Ecrire sur les murs est un rê ve d’enfant qui devient ré alité grâ ce à la peinture ardoise. Elle plaira autant aux petits qu’aux grands.

34

Les maisons guyanaises

Il est temps de laisser parler votre cré ativité , de vous exprimer partout où vous le souhaitez. Cette peinture est faite à base de poudre d’ardoise. Conforme aux normes NF, elle est sans danger pour la santé de nos bambins. Elle existe en plusieurs couleurs, finis les tableaux exclusivement noirs ou verts foncé s et elle est prê te à l’emploi. La peinture ardoise s’applique trè s facilement, elle convient à tous les supports (plâ tre et dé rivé s, enduit, ciment, bois, fer … ) sauf silicone. Vos supports devront simplement ê tre propres, lisses et secs. Pensez à poncer les enduits et les surfaces en bois avant l’application. Pour les chambres d’enfant n’hé sitez pas à y aller franchement, un immense tableau sur un pan de mur conviendrait trè s bien, de quoi laisser libre cours à leur imagination parfois dé bordante. Une trop grande surface de peinture ardoise dans une piè ce à vivre comme le salon ou la salle à manger risquerait de vous lasser. Une fois posé e cette peinture est trè s dure à faire disparaître.


A ct ua l i t és d e l ' h a bi t a t

-

Ardoise & Bambou

Le bambou, à la fois é cologique et esthé tique Longtemps considé ré par les Chinois comme porteur de joie et signe de fertilité , le bambou compte dé sormais parmi les incontournables en matiè re de dé coration. Voilà une bonne nouvelle pour les amoureux de la nature et les protecteurs de l’environnement, le bambou est plus en vogue que jamais. Et l’avantage, c’est que vous pouvez l’adopter au gré de vos envies, pour un esprit zen, naturel, ethnique ou exotique. Puisque le bambou est une ressource naturelle iné puisable, l’adopter pour dé corer et meubler votre inté rieur vous permettra de faire un geste é colo pour la planè te. Lé ger, simple à utiliser, robuste, mais souple à la fois, autant de caractè res qui dé finissent cette plante venue d’Asie tropicale. On appré cie son aspect original et sophistiqué , notamment lorsqu’on est fan de dé coration exotique. Si le bois est adopté pour son aspect chaleureux, il peut sans problè me ê tre remplacé par le bambou. Outre les meubles dé cliné s en é tagè res, armoires, fauteuils, canapé s et autres modè les de chaises, le bambou s’utilise en tant que revê tements. Il possè de une excellente stabilité dimensionnelle, Cô té é colo, le bambou pousse comme une mauvaise herbe. Aprè s avoir é té coupé , il repousse toujours. Il se coupe avec du maté riel lé ger. Il pousse une fois par an, et atteint sa taille adulte en cent jours et sa dureté maximale au bout de cinq ans. Pour une utilisation dans la salle de bains, il convient de respecter certaines rè gles. La matiè re doit ê tre vernie sur les six faces,

c'est-à -dire de chaque cô té ainsi que les deux faces de tê te afin que l'eau ne puisse entrer. C'est trè s important si l'on veut é viter les problè mes de moisissures. Plante exotique exceptionnelle dont on recè le plus de 1300 espè ces à travers le monde, peut s’utiliser pour cré er é normé ment de choses. On peut choisir entre le bambou vert ou le bambou sec, mais ce dernier est beaucoup plus approprié pour le bricolage. Pour apporter une touche exotique à votre dé co, soit vous optez directement pour des meubles en bambou, soit vous en ajoutez en petites touches comme pour encadrer vos tableaux, revê - tir vos murs, fabriquer des ronds de serviette pour la table ou des sè ches-serviettes pour la salle de bains. Enfin, si vous ne savez pas bricoler, il existe de nombreuses enseignes spé cia- lisé es dans ce maté riau où vous pourrez piocher plein d’idé es originales. Du sol au plafond, il s’utilise dans toute la maison. On peut aussi utiliser des panneaux de bambou pour faire des cloisons de sé paration, des portes ou des dressings.

Les maisons guyanaises 35


B

S hoppi ng & D éco

l a gamme cosmétique

l es babouches

l es luminaires

l es tapis berbères

l e mobilier déco

Miroir fer-forgé

MARo C ANt ik Fontaine à eau

36

Les maisons guyanaises

c haise suspendue fer-forgé el-jadida

Centre commercial Montjoly � 97354 Ré mire-Montjoly Té l. : 06 94 16 08 41 www.marocantik.com


B out i que S hoppi ng & D éco

Boutique48

Bo Ut iQUE 48 48 av Gé n de Gaulle, 97300 Cayenne Té l. : 0594 30 49 85 - Fax: 0594 31 60 84

Feuilles d'or Les maisons guyanaises 37


P ubl i - r epor t a ge

l A Fl P

Nt iE l A GARA S E D è S S lE Po Al E SUR DéCENN AUx t RAv t iSSEMEN iN A S S ’A D

FERREiRA l APo MPE-PAiRo NNE La sarl FERREIRA LAPOMPE-PAIRONNE est une socié té de terrassement, d’assainissement et de VRD (voiries, ré seaux, divers). Elle fut cré é e en 1981 par M. Yves LAPOMPE-PAIRONNE et famille. C’est une socié té familiale exigeante en terme de qualité et d’innovation. Forte de plus de 20 ans d’expé rience, la Sarl FLP est leader sur son marché et accompagne ses clients en les aidant à inté grer la ré glementation environnementale naissante. Aujourd’hui, FLP compte 21 salarié s et se distingue de ses concurrents en apportant à ses clients un service alliant proximité , ré activité et rigueur.

à savoir Le choix d’une fosse septique se fait d’abord dans le respect des normes lé gales car la loi impose de traiter les eaux usé es occasionné es et non de les dé verser en pleine nature. Il est important de souligner que le choix de l’assainissement dé pend de la nature du sol « permé able et impermé able ». La pose de fosse septique demande de ré elles compé tences et un grand savoir faire, il est important de vous renseigner que l’assainissement proposé soit adé quat. Entretien de la fosse : il est impé ratif de vé ri- fier le bon fonctionnement de votre fosse et des é quipements qui la composent. La vidange doit ê tre ré alisé e tous les 3 ans en moyenne, par une entreprise spé cialisé e Ne pas jeter : lingette, pré servatif, serviette hygié nique, pansement, filtre à café ,... car ces derniers se dé composent trop lentement et sont donc source de colmatage.

En effet, en � 010 au regard des changements à venir en terme de comportements vis-à -vis de nos rejets des eaux usé es en milieux naturels, FLP a lancé sur le marché Guyanais un nouveau systè me de fosse septique BIONEST d’origine canadienne, en bé ton armé , pour maisons individuelles mais aussi lotissements, hô tels-restaurant, salle des fê tes, etc. Veolia environnement classe le systè me breveté parmi les huit meilleurs. En   005, le procé dé a obtenu conjointement l’agré ment des ministè res de la santé et de l’é cologie aprè s é tudes.

Efficacité s é puratoire (Ré sultat de l’é tude de l’efficacité de traitement mené e par le CTSB dans le marquage de la CE) Le procé dé compact BIONEST permet d’atteindre des niveaux de traitement trè s é levé s avec une emprise au sol trè s faible (Exemple, pour une fosse de 3000 Litres nous passons de 35 m  d’occupation de sol à 8 m  sans champs d’é pandage). Il s’adapte à toutes les configura- tions de terrain quels que soient les types de sol (sol impermé able, roc, nappe phré atique). Le systè me BIONEST se distingue grâ ce à son mé dia breveté non biodé gradable, lequel permet de traiter un volume d’eau trè s é levé . Une pompe à air et des diffuseurs à fines bulles assurent une alternance d’environnement aé ré et non aé ré . Le systè me est composé de deux fosses en bé ton, polyé thylè ne ou autre : Une fosse toutes eaux assurant la dé cantation primaire (pré traitement) ; Un « ré acteur BIONEST » assurant le traitement secondaire (traitement) ; les microorganismes naturels se fixent sur le mé dia BIONEST et é liment les polluants des eaux usé es. Avantages du procé dé BIONEST : Composantes simples et robustes Aucun remplacement du mé dia Faible coû t d’opé ration Aucun bâ timent de traitement requis Sans odeur Systè me modulaire, qui peut ê tre augmenté en fonction des besoins Ré utilisation possible de l’eau de rejet Possibilité d’ajouter un systè me de dé sinfection par rayonnement ultraviolet (UV).

FeRReIRA l APOMPe-PAIRONNe chemin Gibelin 97351 MATOURY

Té l. 0594 35 38 03 Gsm. 0694 23 20 12 ferreira.lp@wanadoo.fr


A ct ua l i t és a mén a gement

Aménagement du giratoire d es M

a r i ngoui ns

Le carrefour des Maringouins constitue un nœ ud straté gique au sein du ré seau routier guyanais. Emprunté par 50 000 vé hicules journaliers en moyenne, il est constitué de cinq branches : La Route Nationale 1 à 2x2 voies à destination de Cayenne, La Route Dé partementale 17 ou route de la Madeleine qui dessert les quartiers Sud de Cayenne ; L’ex-RN 3, transfé ré e au dé partement, vers le port de Dé grad-des-Cannes ; La Route Nationale 1 vers le Sud notamment vers Matoury puis l’Est guyanais et Kourou puis l’Ouest guyanais ; La voie desservant la zone artisanale et commerciale Collery Ouest. Le projet d’amé nagement du giratoire des Maringouins a pour objectif de faciliter l’é coulement du trafic sur les 5 branches du giratoire en dé nivelant l’axe principal, tout en renforç ant le caractè re d’entré e dans la ville de Cayenne de cet ouvrage.

Le projet est porté conjointement par l’Etat et la Ré gion Guyane, qui en assurera la maîtrise d’ouvrage dé lé gué e dans la phase opé rationnelle (aprè s dé claration d’utilité publique). Le financement sera assuré par l’Etat et la Ré gion.

La saturation pré visible du giratoire dans les prochaines anné es incite la DEAL et la Ré gion Guyane à engager une opé ration de ré amé nagement du giratoire permettant de fluidifier le trafic et de maintenir en permanence le mouvement des vé hicules sur les cinq branches du carrefour. La complexité du projet ré side notamment dans la né cessité de ré aliser ces travaux d’amé nagement tout en conservant une circulation fluide et acceptable pour les usagers du ré seau routier guyanais.

Les premiè res é tudes ont permis de mettre en é vidence les dysfonctionnements au niveau du carrefour et la saturation en heures de pointe. Le giratoire combine en effet un transit urbain lié aux é changes pendulaires au sein de l’agglomé ration de Cayenne, un transit local de desserte des zones d’activité s et un transit de marchandises. Suite à cette pé riode d’é tudes, 3 scé narios d’amé nagement sont aujourd’hui envisagé s. Les maisons guyanaises 39


A ct ua l i t és a mén a gement -

Aménagement du giratoire des Maringouins

Le calendrier du projet et le phasage du projet La vie des grands projets d’infrastructures est marqué e par une succession de pé riodes d’é tudes, de plus en plus poussé es, et de concertation avec le public.

Les é changes pendulaires au niveau du giratoire des Maringouins (dé placements quotidiens des personnes de leur domicile à leur lieu de travail) sont particuliè rement intenses en heures de pointe, notamment entre les communes de Cayenne, Ré mire, Matoury et Macouria. Par ailleurs, le giratoire des Maringouins est situé au cœ ur gé ographique des principaux pô les d’activité du territoire, ce qui conduit né cessairement à augmenter le trafic à son niveau (grandes surfaces, commerces, zones d’activité s ports, etc.). Avec un trafic saturé et des conditions de circulation peu satisfaisantes en heures de pointe en semaine, la circulation est extrê mement dense, ce qui peut provoquer un blocage de tout le ré seau et des accidents en chaîne. Compte-tenu de l’é volution dé mographique et des pré visions d’augmentation du taux de motorisation de la population, l’augmentation du trafic est pré visible et devrait conduire à une saturation complè te du giratoire dè s � 015, alors mê me qu’il est dé jà partiellement saturé en heures de pointe du matin et du soir depuis environ � 009. Le ré amé nagement de ce carrefour est aujourd’hui l’occasion de recré er une unité paysagè re et architecturale cohé rente avec celle de l’agglomé ration, pour en faire une vé ritable vitrine de l’identité et du dynamisme de Cayenne. Au sein de ces é quipements, le carrefour des Maringouins pré sente donc une situation particuliè re et unique. Le trafic de marchandises à destination et en provenance du port de Dé grad-les-Cannes est lui aussi confronté aux inconvé nients que constituent ce carrefour. L’Etat et la Ré gion Guyane se sont engagé s à financer conjointement les opé rations inscrites au Plan de Dé veloppement et de Modernisation des Itiné raires routiers de Guyane pour la pé riode   009 –   014. Les modalité s pré cises du financement du projet feront l’objet d’une convention entre l’Etat et la Ré gion.

40

Les maisons guyanaises

Les phases : 1995 Inscription du projet au dossier d’Agglomé ration de voirie de Cayenne 2000 Inscription du projet au CPER puis au PDMI � 009- � 014 2000 Etudes sommaires 2010-2011 Actualisation des é tudes sommaires fé vrier 2012 Choix de la solution retenue 2012 Ré alisation des é tudes approfondies dé but 2013 Dé claration d’utilité publique. 2013 Etudes de conception et d’exé cution fin 2013 Dé marrage des travaux


CDK_octobre_2012