Page 1

PORTFOLIO Maël Garnery

École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier 2016 - 2019


SOMMAIRE

4


Qui suis-je ?

6-7

Curriculum vitĂŚ

8 - 11

Architecture

12 - 47

Design

46 - 57

5


6


Au collège, j’ai eu besoin de réfléchir à mon futur métier et là ce fut comme une évidence je serais architecte.

Tout jeune je m’enivrais de toutes sortes d’activités, j’allais au fond car je n’aime pas les choses superficielles. On me retrouve alors sur un cheval, sur un terrain de rugby, au judo, au tennis, pendant longtemps sur un terrain de hand-ball et même sur une scène. Mais lorsque j’étais au calme, j’étais le nez dans mes feuilles, feutres, crayons. J’étais passionné pour les arts plastiques et surtout le dessin.

J’ai confirmé cette vocation tout au long de ma scolarité. Au collège, mes résultats étaient moyens. Je ne me sentais pas soutenu. En seconde j’ai réalisé un stage dans un cabinet d’architecture à Perpignan (ArchiConcept) et là cette expérience a fini de consolider mon choix et m’a motivé pour y arriver . Après avoir redoubler ma seconde, j’ai intégrer un Bac STI2D option Architecture et Construction. Une filliere technologique, plus concrète et en lien avec mes envies. C’est ce qu’il me fallait et mes resultats s’en sont ressentis.

Je n’appréciais pas trop l’école, d’un naturel sociable, je disais qu’elle me servait à me faire des copains. J’observais le monde autour de moi, je posais toujours un tas de questions mais plutôt orientées sur la description des choses que je voyais ou que les adultes regardaient. Ma mère m’a beaucoup accompagné dans la connaissance des Arts et mon père dans le dessin, je leurs en suis reconnaissant aujourd’hui. Mon intérêt vers le dessin se confirme tout au long de ma scolarité, mes dessins décoraient les salles de classes, et s’accumulaient à la maison.

Une année d’IUT en génie civil m’a donné une expérience du terrain BTP mais je ne me trouvais pas à ma place. J’ai tout donné pour pouvoir intégrer une école d’architecture et j’ai donc présenté mon dossier dans 8 écoles et admis dans 7. J’ai choisis L’ENSA de Montpellier de part sa notoriété et pour sa proximité du domicile familial.

Plus tard, lors de mes voyages et notamment à Londres je prenais les maisons en photo, je m’exclamais de l’architecture et de l’organisation des implantations des bâtiments.

Me voilà donc à la porte de mon projet afin de mener à bien mes études et d’exercer dans ce métier qui est une réelle vocation.

7


CURRICULUM VITÆ

8


9


MAËL GARNERY 22 ans

139 chemin de serre paradis, 30000, Nîmes, France garnery.m@gmail.com 06.20.00.54.29 Véhicule et permis B

COMPÉTENCES LANGUES : Anglais

Espagnol

NUMÉRIQUE : Autocad

Revit

InDesing

Skecthup

Twin Motion

Illustrator

Microsoft Office

PhotoShop 10


EXPÉRIENCES PROFESSIONNELLES : Stage en agence de design, Dabi Design, artistan designer, Paris I 2019 Aménagements d’intérieur, créations de luminaires, salon Maison et Objets.

Dessinateur pour Ducros SN, serrurerie et métallerie, Montpellier I 2018 Dessin sur Autocad, Sketchup, réalisation de projet.

Stage ouvrier de chantier, SRB Construction, Montpellier I 2018 Suivi de chantier, prévisions du chantier, vérifications des éléments...

Workshop design, ENSAM, Montpellier I 2018

Dessin autocad et sketchup, conception et fabrication de projet.

Auxilliaire de vacances chez BNP PARIBAS, Caveirac I 2017 I 2018 Employé saisonnier E.Leclerc Drive, Nîmes I 2015 Stage en agence, ArchiConcept, Perpignan I 2014

ASSOCIATIVES : Membre actif de la cafétéria de l’ENSAM, K’FET, Montpellier I 2017 - 2019 Bar, cuisines de produits frais et repas complets, organisations d’évènements.

Membre actif de L’ARPAL, Association pour la recherche et la promotion de la culture en Languedoc Roussillion I 2016 - 2018

Organisations de week-ends, conférences, voyages, gala, visites de projets, expositions.

ÉTUDES Licence en architecture École Nationale Supérieure d’Architecture de Montpellier I 2019 1ère année IUT Génie Civil, Lyon I 2015 - 2016 Obtention du Baccalauréat mention bien Lycée Emmanuel D’Alzon, Nîmes I 2015

Filière Science et Technique de l’Industrie et Développement Durable, option architecture et construction. 11


ARCHITECTURE

12


13


DÉSÉQUILIBRE LIEU DE MEDITATION

CAP CREUS I ESPAGNE I 2017 I ENCADRANT B.LEBOUVIER

Tedula est le nom de l’ancien village du Club Med au sein du Cap Creus. Pour des raisons évidentes de protection de l’environnement et des territoires, le village a été complètement rasé et le site rénové par des paysagistes et architectes. Le Cap Creus est aujourd’hui un parc naturel et protégé et c’est dans ce contexte que nous intervenons pour y faire un espace de méditation.

L’idée du projet fut donc de s’inscrire dans cette mémoire , dans le paysage. Le projet est niché dans les rochers, non loin de la plage donc perceptible depuis celle-ci. Les promeneurs pourront découvrir deux blocs de béton, dont le sable et les granulats sont issus de la plage. Quand on entre dans le premier bloc, une vue dégagée du ciel s’offre à nous. En montant quelques marches, on prend de la hauteur puis on entre dans le deuxième bloc. Ici, une simple ouverture en bas du bloc fait rentrer la lumière reflétée par l’ondulation de l’eau. On descend presque au niveau de la mer en empruntant quelques marches. Sur la gauche on distingue l’horizon à travers une fine ouverture. Ce deuxième bloc est destiné à s’arrêter, une brèche est créée sur le haut, de manière a laissé rentrer la lumière du soleil. Un sablier de lumière laisse apprécier le temps qui passe.

Sur place on découvre une mer déchainée qui frappe les rochers et des lieux plus calmes où la mer vient doucement se faufiler dans les rochers ou s’étendre sur le sable. On découvre aussi dans le sable des restes de tuiles rouges ou d’autres matériaux appartenant à l’ancien village, faisant office de mémoire. Ces aspects-là sont tout aussi intéressants que la brutalité naturelle du site.

14


15


16


Plan

Coupe est

Coupe sud- sud ouest

17


18


19


MÉMORISONS LOGEMENTS D’ARTISANS ET ATELIERS CELLES I HÉRAULT I 2017 I ENCADRANT Y.HOFFERT

Terre ocre, village en ruine, et volcan, le décor de Celles est époustouflant. Pourtant tout était différent avant que dans les années 60, le projet du Lac du Salagou fut décidé. Dont l’objectif était de créer une réserve d’eau pour l’agriculture et de réguler les crues de l’Hérault qui chaque annéee causaient des dégâts et parfois le décès de certains habitants. Ainsi tous les villages en dessous de la cote 145 furent évacués par l’armée. Seulement, aujourd’hui et depuis plus de 50 ans, le niveau du lac n’a jamais dépassé les 139 mètres. Le village de Celles, comme certains autres villages ont donc été évacués pour rien. Cependant la vie persiste, grâce à la mobilisation de certaines associations et d’anciens habitants qui tiennent à redonner vie à leurs villages.

En rez-de-chaussée se trouvent des ateliers d’artisans. Tous orienté côté rue mais aussi ouvert côté cour pour faire de se rez-de-chaussée un lieu de partage. Dans les étages supérieurs, se trouvent des logements en duplex. On y entre au R+1 où se situent les espaces plus intimes, tel que les chambres, et les salles de bain. Ces espaces sont orientés vers la cour, un simple corridor fait office de seuil et permet de suggérer l’intimité des espaces présents. Au R+2 se trouvent les espaces de jour, tel que le salon, la cuisine ou encore la terrasse. Tous sont orientés vers le paysage et possèdent de grandes ouvertures. Pour ce qui est de la matérialité, le bâtiment conserve ses murs en briques rouges, il s’agit de la mémoire du lieu. Pour les espaces rajoutés on utilise le béton blanc, un matériau plus contemporain.

C’est pourquoi, ils font appel à l’ENSAM pour leur proposer des opportunités de projet.

20


21


R+1

Coupe ouest

22


R+2

Élévation ouest

23


ICI ET MAINTENANT Resaurant, épicerie fine

VILLENEUVE-LÈS-MAGUELONE I HÉRAULT ENCADRANT G.JOURDAN

I

2018

I

Tout proche des étangs se trouve Villeneuve-Lès-Maguelone. Un petit village qui a triplé de population en une décennie. Pourtant, le village est bien moins animé qu’avant, et l’étalement du pavillonnaire détruit les champs qui faisaient de Villeneuve-Lès-Maguelone, une terre d’agriculture.

Il paraissait donc intéressant de s’ouvrir au maximum pour que les usagers puissent admirer le paysage tout en dégustant les produits. Les seuls espaces opaques sont évidemment les sanitaires et les locaux techniques. Au centre ce situ le coeur du restaurant, la cuisine et la réserve.

D’après un programme qui était constitué uniquement de mots. Dynamiser, réemploie, écologie, surprise et structure légère. L’enjeu était de faire ou de refaire découvrir les produits de Villeneuve-Lès-Maguelone et de ses alentours. À travers de la dégustation, de la restauration ou de l’achat par la présence d’une épicerie.

Pour sa matérialité le projet s’inspire des cabanes de pêcheurs puisque sa structure en bois est reveti de vielles planche de palettes en bois. Seul l’élément central est en béton afin de ce distinguer de manière plus contemporaines. Ce béton retombe sur le sol est fabrique un socle qui en lien avec le plancher supérieur, dessine une ligne d’horizon et augmente l’effet de perspective vers le paysage une fois à l’intérieur.

Le projet se situe au cœur des étangs, au bord du canal et au milieu des cabanes de pêcheurs.

24


La toiture renforce lʼaspect leger du bâtiment, et concentre lʼoeil vers lʼhorizon.

Au centre du bâtiment, la cuisine lie les deux espaces. Centre du batîment, la reserve est aussi un élément porteur de la toiture.

Le socle en guise de ligne dʼhorizon. Blocs sanitaire et technique. Opaques, ils reproduisent le schéma dʼune cabane de pêcheur. 25


26


27


28


29


30


31


LA CLAIRIÈRE ESPACE PUBLIQUE

SAINTE-LUCIE

DE

PORTO VECCHIO I ENCADRANT G.CUSY

Sainte-Lucie du Porto Vecchio est un village qui a besoin de retrouver une forte collectivité. Sur la place publique existante, où se situent déjà une église, une sorte de micro centre culturel ainsi qu’une mairie. Le lien entre les bâtiments se perd, à l’image des liens qui relient les hommes.

CORSE

I

2018

I

La clairière est régit par l’axe urbain et par l’axe des bosquets qui l’entourent. Selon moi, une clairière est un espace qui se découvre, un espace intemporel qui pourrait devenir un nouveau point de repère pour les villageois. Dans les percées, les murs sont opaques pour un effet de perspective et en granite afin de garder un matériau local. Les façades quant à elles sont constituées en première couche de baies vitrées puis de bardages en bois comme des volets. Des poteaux en béton faites de banche en bois sont ajoutés pour reprendre la trame de l’existant et mélanger le granite et le bois en un seul matériau. L’intérieur de la place est en calcaire, une pierre locale qui apporte beaucoup de lumière et contraste avec l’extérieur de la place.

L’idée est avant tout de recréer du lien social. Faire disparaitre les frontières entre les hommes et les disciplines, un espace culturel où l’on partage. Un espace où le serveur échange avec le danseur où la bibliothèque discute avec l’église. Je vois cet espace culturel comme une clairière, fédératrice d’une urbanité où l’on se retrouve. Nous entreprenons ce renouveau par le vide. Un vide qui relie les hommes dans leurs manières dans leurs façons d’habiter. Leurs territoires, des espaces sans rôle prédéfini qui restent à dispositions du matin au soir.

Cette place, cette clairière est en réalité un vide, un vide fédérateur d’une nouvelle urbanité à Sainte-Lucie de Porto Vecchio.

32


Existant

Nouvelles limites

Le vide

Le plein

Les pércées

L’étalement du vide

33


34


35


36


37


38


39


ANOTHER BRICK IN THE WALL Logements collectifs MONTPELLIER

I

HERAULT I ENCADRANT P.PERRIS

2019

I

On entre ensuite dans un corridor complètement vitré, il sert à la fois de double circulation et permet aussi de créé un seuil entre le collectif, le privée et l’intime. Dans ce corridor se trouvent par endroits des renfoncements dans la structure ce qui permet de créer des bibliothèques ou des rangements qui définissent une identité au logement et laisse la place par endroits à l’intérieur des espaces desservies la possibilitée d’y installer une cuisine ou d’autres rangements.

Ce projet de 55 logements tente de répondre à un constat fait sur la majorité des logements collectifs actuels. Tel que le manque de lien social, le manque d’espace extérieur, la non-possibilitée de modularité des logements et la non-prise en compte d’un attachement à une urbanité. La parcelle proposée est d’un côté rattachée à une forte urbanité en mouvement et de l’autre à un espace protégé et naturel. Dans cette logique le projet s’est installé d’après un axe qui sépare la parcelle mais qui aussi la relie. En effet cet espace nous permet de desservir le parking en soussol, les différents espaces extérieurs ainsi que l’accès aux logements. Deux côtés se trouvent donc séparés, un côté public et un autre privé. Quant aux espaces intérieurs, au rezde-chaussée, ils sont tous partagé. Que ce soit par la mise en place de co-working, ou par la création d’atelier intergenerationnel en lien avec les colocations de personnes âgées pour favoriser le lien social au sein du logement collectif et du quartier.

Les espaces desservies à l’intérieur des appartements sont tous connectés et reliés aux autres espaces par des ouvertures qui disparaissent dans les cloisons et offre ce sentiment de liberté de circulation. Enfin, le logement s’ouvre sur l’extérieur en toute hauteur et les menuiseries disparaissent là aussi dans l’épaisseur du mur pour un véritable sentiment d’ouverture sur le paysage. Dans ce projet on pense aussi au devenir du logement, c’est pourquoi tous nos appartements au sein des plots sont entièrement modulables. Puisque entre notre façade extérieure et notre façade intérieure rien n’est porteur misé à part quatre murs de contreventement dont une brèche à l’intérieur est laissée non-porteuse si l’on doit assembler deux logements.

Quand on accède aux étages supérieurs dans les logements on se retrouve dans une cour. Elle fait office de second jour et permet d’entrée dans les logements par l’extérieur.

40


Colocation de personnes agées

Co-Working

Colocation de personnes agées

Atelier intergénérationnel

Plan rez-de-chaussé

41


Plan courant

Possibilité d’assemblage 1

Possibilité d’assemblage 2

42


Plan d’étage courant

43


44


45


46


47


DESIGN

48


49


WORKSHOP DESIGN

ENSAM I MONTPELLIER I 2 0 1 8 I ENCADRENT P.SOTO

La consigne du workshop était simple; créer un objet qui soit en mouvement, hors-échelle et que l’on puisse mettre à disposition dans l’espace public. Il fallait donc que cela soit ludique, design et agréable en mouvement. Le rockingchair à été la première des références que nous avons eues. Nous l’avons dessiné de manière à ce qu’elle paraisse légère. Pour nous tout c’est joué sur les roues, elles devaient être celles qui balancent mais aussi celles qui maintiennent. Une forme simple devait définir notre objet. La goutte d’eau, en référence à cette sensation d’apesanteur quand on est dans l’eau.

50


51


TABLE SALLE À MANGER MONTPELLIER

I

FRANCE

I

2018

Quand on parle de table, on parle de liens, alors je m’en suis servie pour concevoir ma table. J’ai voulu mettre en avant les liaisons structurelles de la table. Pour moi il ne fallait pas qu’elles soient en relief comme de grosses équerres mais très discrètes. Qu’elles se remarquent par la matérialité. Le bois, le métal, le naturel et l’artificiel. En dessous la liaison est discrète mais remarquable. Au-dessus le pied apparaît par une platine de même mesure.

52


53


AMMÉNAGEMENT D’INTERIEUR

PARIS I STAGE 2019 I MAITRE DE STAGE CHRISTOPHE DABI ll s’agit là de la conception d’un aménagement dans un appartement dans le Xe arrondissement de Paris, rue Chabrol. Le client désiré avoir dans son entrée un espace de rangement et une assise conçue comme une niche. Le tout dans un même bloc. Puisque ce bloc resortait de l’autre côté et se retrouvait dans la chambre, nous avons conçu une petite bibliothèque. Ce qui permet aux clients de ne pas perdre de place et d’avoir un rangement supplémentaire qui leurs manquait. Avec Christophe Dabi nous avons dessiné et conçu les premières esquisses du projet. J’ai ensuite réalisé une modélisation des différentes propositions que l’on a présenté au client le jour suivant. Nous avons ensuite apporté quelques modifications au projet à la demande du client. La proposition retenue par le client comprenait des débords en bois pour signifier les espaces de rangement ou d’assise. Le tout orienté vers l’entrée.

54


55


CONCEPTION DE MOBILIER

PARIS I STAGE 2019 I MAITRE DE STAGE CHRISTOPHE DABI Les clients souhaitaient avoir une nouvelle commode dans leur salon, quelque chose d’assez visuel où ils rangeraient leur vaisselle, bouteilles... Là aussi nous avons dessiné les premières esquisses avec Christophe Dabi, puis j’ai modélisé quelques propositions. Dans le même esprit que beaucoup de créations de Christophe on retrouve les courbes. Celles-ci définissent le dessin principal de la commode, S’en suit un enchevêtrement de plusieurs cases de rangement dans l’esprit des meubles de Cubit.

56


57


Profile for garnery.m

Portfolio Architecture Maël Garnery  

Advertisement