Page 1

10


Monsieur le Président de l’Institut Sénégalais des Administrateurs, Mesdames, Messieurs les administrateurs, Mesdames, Messieurs les invités

C’est une joie pour moi de me retrouver parmi vous à l’occasion du premier Forum de l’administrateur organisé par l’Institut Sénégalais des Administrateurs, première association du genre créée en Afrique francophone regroupant aussi bien des administrateurs du secteur privé que ceux du secteur public. S’il en était besoin, voilà une évocation factuelle du partenariat Public-privé.

Je tiens à remercier du fond du cœur les organisateurs qui ont tant œuvré pour rendre cette manifestation possible.

Le thème du gouvernement d’entreprise n’est pas nouveau, me direz-vous, mais les récents événements dans le monde nous imposent de continuer à féconder des réflexions dans ce domaine.

Un autre fait tout aussi important est l’émergence d’un besoin impérieux de bonne gouvernance dans tous les secteurs et par tous les acteurs de l’économie.

L’Institut Sénégalais des Administrateurs a fait preuve d’une forte volonté pour ce qui est de faire face à ces défis, mais une tâche difficile se présente à eux, qui consiste à passer du stade des voeux à celui des actions concrètes.

En plusieurs décennies, on en est venu à mieux comprendre ce qui aide les entreprises à fonctionner d’une manière effective et à assurer leur croissance économique et financière. Dans les milieux de la haute finance, on a une expression pour cela. C’est ce qu’on appelle la bonne gouvernance. C’est pour l’essentiel, la conjugaison d’organes transparents et responsables, de solides qualifications et compétences des administrateurs et dirigeants, et d’une volonté fondamentale de faire ce qui est juste. C’est tout cela qui permet à une entreprise d’atteindre ses objectifs et de pérenniser ainsi de manière effective ses activités au profit de tous les agents économiques.

De plus, les rôles et responsabilités des parties prenantes doivent être clairement définis et délimités. Ainsi, le Conseil d’administration doit être responsable dans le contrôle des actions du 11


management et de leur adéquation avec la politique définie par lui.

Pour ce faire, il est indispensable de s’assurer que les membres du Conseil d’administration sont qualifiés pour le travail et ont une claire compréhension de leur rôle dans le gouvernement d’entreprise. Bien entendu, ils doivent être capables de donner des opinions indépendantes.

Un conseil d’administration composé d’administrateurs compétents, conscients de leur rôle et responsabilité est un gage important d’un bon gouvernement d’entreprise.

Mais les événements récents aussi bien dans notre pays que dans le monde, montrent tout ce que l’économie peut avoir de précaire quand les organes qui font de l’entreprise une entité à la fois performante, transparente et responsable sont systématiquement affaiblis.

Ce que révèlent les récents événements, c’est que un bon gouvernement d’entreprise suppose le respect des droits des actionnaires notamment de disposer d’une information fiable et exhaustive sur la marche de la société, d’avoir son mot à dire. Ce qui naturellement est le fondement d’une relation de confiance postulat de base du gouvernement d’entreprise.

Il s’agira principalement de « contrôler » les pouvoirs des dirigeants. La gouvernance d’entreprise annonce une nouvelle ère pour les actionnaires.

Ces principes fondamentaux de la bonne gouvernance d’entreprise renvoie à :

D’une part, à une éthique du comportement des dirigeants En effet, le gouvernement d’entreprise postule une relation de confiance entre les dirigeants et les différentes parties prenantes. En contrepartie de cette confiance, les dirigeants et administrateurs ont un devoir de bien gérer. Ce devoir comprend une obligation de diligence consistant pour les dirigeants à agir avec bonne foi, compétence et attention dans l’exécution de leurs fonctions. A ce devoir de diligence s’ajoute une obligation de loyauté qui leur interdit de créer des conflits d’intérêts. Tout cela implique une conformité totale aux lois et règlements en vigueur.

D’autre part, à la nécessité de créer des structures de contrôle supplémentaires dans l’entreprise Il s’agit généralement de comités (Comité d’audit - Comité de gestion des risques12


Comité de sélection - Comité de rémunération - Comité d’éthique etc.) qui assistent l’organe dirigeant dans l’exécution de sa mission.

Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

Aujourd’hui, l’un des principaux éléments qui menacent le développement des entreprises dans bien des pays, et dans le notre aussi, je crois, est le manque de transparence. C’est lui qui affaiblit les systèmes fondamentaux, qui fausse le jeu des marchés et qui encourage les individus à consacrer leurs talents et leurs énergies à des fins contraires à l’intérêt social. À terme, c’est toute l’économie qui en paiera le prix, sous forme de revenus moins élevés, d’un taux de chômage élevé, d’un moindre volume d’investissement. C’est une leçon que nous devrons retenir.

Face à cela, nous avons entrepris d’intensifier nos efforts en matière de gouvernance. Notre démarche cible aussi la gouvernance publique que la gouvernance privée. Nous nous efforçons d’élargir sensiblement la portée de nos efforts tant au niveau de l’administration qu’au niveau du secteur privé afin qu’ils reçoivent l’appui dont ils besoin pour assurer les missions dans un environnement marqué par la transparence. Il faudra, pour ce faire, acquérir des compétences spécialisées dans le domaine du gouvernement d’entreprise et fournir à nos représentants l’appui de spécialistes du gouvernement d’entreprise. Je demanderai aux agents de mon ministère en charge de ces aspects de formuler une stratégie pour mobiliser tous les instruments de l’Etat pour renforcer le bon gouvernement d’entreprise.

Monsieur le Président de l’ISA, Mesdames, Messieurs,

Sachez que tout ce qui peut garantir la compétitivité de la Place de Dakar et permettre à nos entreprises de mener des stratégies autonomes de développement, constitue pour moi une priorité.

Certes, nos premières réflexions nous mènent à l’administrateur, terme qui désigne tout d’abord une personne chargée de l’administration d’un bien ou d’un patrimoine. Il renvoie aux qualités d’un individu ou au titre de certains fonctionnaires ou membres du conseil d’administration qui doivent veiller sur des biens en bon père de famille. Lorsque l’administrateur gère tout spécialement les affaires sociales d’une société, il a la charge de mandataire social des devoirs, de contrôle, de surveillance et des obligations nombreuses. Il supporte ainsi une obligation de prudence et de diligence, à savoir qu’il doit remplir ses 13


fonctions et agir dans l’intérêt de la société, respecter les lois, les règlements, les statuts, les décisions du conseil et de l’assemblée générale. Il doit être un personnage actif, c’est-à-dire présent aux conseils, ses absences doivent rester exceptionnelles ou en tout cas motivées.

Au demeurant, comment l’administrateur doit-il exercer sa fonction dans ces périodes de crises particulièrement délicates pour le management de l’entreprise cible qui doit défendre sa stratégie, l’intérêt des actionnaires mais qui peut aussi être soupçonné d’être exagérément préoccupé de ses intérêts personnels.

Pour apporter une réponse à cela, la notion d’administrateur indépendant a été agitée. Le terme d’indépendant signifie que ces administrateurs sont libres de toute dépendance, et tout particulièrement de celle du management et de l’actionnaire majoritaire qui sont en cause. Ils doivent répondre aux attentes des investisseurs qui veulent être rassurés et mieux informés.

Mesdames, Messieurs,

L’intérêt d’un sujet tel que celui de l’administrateur indépendant réside donc dans le fait de se demander si la qualité d’« indépendant » engendre bien des conséquences juridiques, formant un statut, adaptées à la mission de cet administrateur et aux particularités de la société anonyme sénégalaise.

C’est à cette réflexion que je vous invite en souhaitant plein succès à vos travaux et en déclarant ouvert le premier forum de l’administrateur.

14

Discours_MEF  

10 C’est une joie pour moi de me retrouver parmi vous à l’occasion du premier Forum de l’administrateur organisé par l’Institut Sénégalais d...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you