Page 1


La Gordon Bennett : une course En 1906 …

La plus prestigieuse course aéronautique au monde a été créée par Gordon Bennett, aventurier et magnat de la presse américaine. Dès son lancement en grande fanfare dans les jardins des Tuileries, elle rencontre un immense succès devant plus de 100 000 spectateurs.

En 2011…

Suite à la victoire des français Vincent Leys et Sébastien Rolland en 2009, lors de la 53ème édition, c’est la France qui aura le privilège d’organiser la 55ème Coupe Gordon Bennett. Les Hautes-Alpes et plus particulièrement le site de Gap-Tallard ont été choisis pour cette organisation qui se déroulera le week-end des 10 et 11 septembre 2011.

Course internationale

France, Belgique, Autriche, Etats-Unis, Allemagne, Suisse, Japon, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Canada, Pologne, Russie, Finlande, chaque pays sélectionne trois équipages maximum pour le représenter lors de la Course. La nation de l’équipage gagnant accueille et organise l’événement deux ans plus tard.


L’ inconnue

Seul le vent pousse les ballons. En variant leur altitude, les pilotes doivent choisir les meilleurs courants pour voler le plus loin possible. Cette année le terrain de jeu sera l’Europe de l’Ouest. Comme la course peut durer plusieurs jours et plusieurs nuits, on ne peut connaître la destination finale de chaque ballon.

En direct

Déjà la première édition de la Gordon Bennett à Paris, sous l’égide de la toute nouvelle Fédération Aéronautique Internationale, connut un succès populaire énorme, lui conférant une notoriété internationale. Cette année à Gap-Tallard, une vingtaine de ballons s’envoleront devant un public espéré de plus de 40 000 personnes.

Médiatique

Un événement unique sous les projecteurs de la presse internationale relayée par les médias nationaux et régionaux. A la manière des grandes régates à la voile, cette course aéronautique sera suivie en direct par les internautes du monde entier sur le site www.gordonbennett2011.org. En 2009, plus de 3 500 000 visiteurs du Monde entier ont suivi cette course ”hors du temps”.


Plan de vol L’ enjeu

Tous les équipages partent du même point au même moment, celui qui atterrit le plus loin a gagné (distance mesurée en ligne droite) ! Pas de moteur, juste le vent pour avancer, traverser frontières, mers et montagnes. La seule possibilité pour changer de trajectoire ou de vitesse est de monter ou descendre en trouvant les bons courants.

L’ aéronef

Un ballon est fait d’une enveloppe gonflée d’un gaz plus léger que l’air (hélium ou hydrogène). Accrochée à celle-ci, une nacelle de 1m3 accueille deux pilotes, des instruments, de la nourriture et du lest constitué par des sacs de sable. Pour monter, il faut jeter du lest, pour descendre libérer du gaz, mais les quantités étant figées, on doit gérer ses réserves !

Les pilotes

Le poids de l’ensemble reste la préoccupation première des équipages. Ainsi certains construisent eux-mêmes leur ballon, suivent un régime durant les mois qui précèdent la course en s’entraînant physiquement et mentalement à affronter jour et nuit des conditions extrêmes: pluie, froid, brouillard, altitude, chaleur…


Au programme Le passé…

Autour des “Puces de l’air”, un vide grenier aéronautique, qui mélange nostalgie et réalité, pour chiner et gratter le passé. Présentation de vieux aéronefs, exposition des origines du ballon avec vol de la réplique des frères Montgolfier, expositions philatéliques et numismatiques sur les origines de l’aviation.

Le présent…

Tout ce qui vole étant à Gap-Tallard, les fédérations aéronautiques françaises seront présentes avec leurs meilleurs pilotes. Ils sensibiliseront les visiteurs au travers de démonstrations permanentes d’engins volants, et proposeront des baptêmes de l’air dans toutes les activités : ULM, parachutisme, hélicoptère, planeur, montgolfière, avion, vol libre.

Le futur…

L’air étant source de vie, notre souhait est d’informer pour le protéger! Différentes interventions iront dans ce sens en ce lieu réputé comme étant l’un des plus purs d’Europe. Exposition sur les aéronefs du futur, l’aviation verte, pour sensibiliser pratiquants et futurs adeptes sur les perspectives dans l’aéronautique et les métiers liés à l’air.


Public

La diversité du programme proposé ouvre la fête à un large public familial, amateur, curieux et professionnel.


Gap-Tallard reçoit la Gordon Bennett Privilégié

Aux portes des grandes agglomérations de la région PACA, là où s’arrête l’autoroute, s’ouvre un paysage unique et protégé: les Hautes-Alpes. Gap-Tallard est placé en cet endroit stratégique, subtil mélange naturel entre un climat méditerranéen et des paysages somptueux de haute montagne, protégé de tous les vents dominants.

Dynamique

Soutenu par l’Europe et la région PACA, le département des Hautes-Alpes fait partie du Pôle d’Excellence Rurale pour le développement de sa filière “Air”. Par ces choix, des financements sont venus soutenir de nombreux projets, ce qui a favorisé la création d’emplois dans ce secteur du loisir aérien : plus de 50 structures et 280 emplois. Aujourd’hui, Gap-Tallard et ses 3 aérodromes satellites accueillent en permanence - des activités aériennes variées, planeur, parapente, deltaplane, ULM, paramoteur, montgolfière, parachutisme, avion, hélicoptère,... en totalisant annuellement plus de 330 jours de vol, 60 000 sauts en parachutisme, 45 000 mouvements d’aéronefs. - une économie variée dédiée à la pratique aérienne : ateliers de maintenance, centres de formation, voileries… - des infrastructures liées au tourisme : centrale de réservation, hôtels, restaurants…


Exceptionnel

Ce leadership mondial a conduit la Fédération Aéronautique Internationale à confier tout naturellement à cette région le départ de la Gordon Bennett 2011. Les plus grandes compétitions internationales de sports aériens, comme le Mondial de l’Air s’y sont déjà déroulées. L’organisation de tels événement participe à la construction d’une identité forte et singulière. La Gordon Bennett en particulier y rajoute une dimension nouvelle, celle d’une pratique aéronautique verte et non polluante. Les Hautes-Alpes, au travers du site de Gap-Tallard sont devenues sans conteste la référence mondiale des sports aériens !


Décollage avec Carnavol “Carnavol” est une association qui regroupe amis, passionnés, professionnels du monde de l’air, de l’économie et du spectacle ! Carnavol n’œuvre qu’une fois par décennie, mais marque toujours les esprits !


19 91 - Organisation du premier championnat du Monde de Parapente à Digne les Bains “15 jours de folie dans une ville thermale” Ou comment faire reconnaître mondialement un département qui,20 ans après, bénéficie toujours des retombées touristiques de cet événement.

19 98-19 9 9 - Double organisation du “Mondial de l’air” Gap-Tallard

“On a mis le feu dans un lieu habituellement figé “ Plus de 70 000 spectateurs venus en un lieu inhabituel, qui a fait complètement basculer la pratique des sports de l’air et a contribué à la signature de “référence mondiale”.

2011 - La Gordon Bennett à Gap-Tallard

“Le retour de Jules Verne à l’heure de l’Internet” Dernier projet et paradoxe à l’heure où tous les jeunes du monde entier font leurs révolutions sur Internet, le rêve est toujours aussi simple qu’un ballon qui s’envole pour un ailleurs indéfini !


Carnet de bord Gordon Bennett Mardi 13 septembre 2011 – 4.15 GMT (5h15 local): 2 cuillères de sable jetées; 6 sacs vides, restent 55 sacs. Altitude: 4235 mètres; - 15°C; vertical La Plagne; cap: 12°; vitesse: 17 nœuds. Oxygène: 1 bouteille entamée, 2 pleines.

Enfin! Cela fait des mois que j’attends ce moment: l’équilibre parfait entre ciel et terre, enfin seuls dans notre petite nacelle de 1m3 après toute cette agitation du décollage, et surtout le silence, le silence cristallin de la nuit qui nous enveloppe. La sombre masse des vallées confère aux crêtes enneigées une élégance aérienne et fragile. Le Mont Blanc se détache sur l’horizon qui bleuit à peine. Grandiose! Après s’être allongé sur la banquette et avoir sorti les pieds par la petite trappe latérale, Michel s’est endormi. Il faut qu’il récupère avant de prendre son quart. J’en profite pour pisser dans la bouteille en plastic; il ne faut rien perdre du précieux lest qui devient notre carburant. Chaque gramme compte. Vers le sud, je perçois nettement le flash régulier du phare d’un de nos concurrents. Les américains, je pense.


Des mois à préparer ce départ, à tout imaginer, répertorier, vérifier, revérifier, peser chaque élément, c’en est devenu une obsession, presqu’un cauchemar. J’ai perdu 5 kilos, Michel 7. Nous avons construit nous-mêmes le ballon pour gagner du poids, bien sûr; les sacs pour le sable ont été cousus maison, en nylon; l’indispensable avionique est la plus performante et la plus légère: radios, GPS, transpondeur, téléphone satellite, batteries, panneau solaire. Pour la sécurité, nous avons été contraints d’emporter un canot et des gilets de sauvetage ; puis pour le confort sommaire des pilotes, une bonne doudoune, des chaussures canadiennes, une bâche circulaire pour nous protéger de la pluie et du soleil, des sacs de couchage (– 30°C), notre garde-manger: fruits secs, céréales, saumon fumé, yaourts, thé… Nous avions envisagé toutes les trajectoires possibles à partir de Gap. Sauf celle, improbable, vers le nord !


5.15 GMT ballon descendu à 3500 mètre. 4 cuillères; Ballon stabilisé. – 17°C cap 07° 15 nœuds. Il ne fait vraiment pas chaud ! Vive la chapka sibérienne que j’avais achetée à Irkoutsk. L’aube dessine une frange rose à l’orient. L’arc Apennin entier s’éclaire. A l’est l’Italie, au nord, la Suisse, au sud, je devine encore la Méditerranée. Presqu’irréel. Tout en dépliant la carte sur notre tableau de bord, je ressens la même émotion qu’ont dû avoir les aventuriers du XIXème siècle, les Tissandier, de la Vaulx, Nadar ou autres héros de Jules Verne. Comment Ernest Demuyter, avec le peu d’informations météo qu’il avait en 1924, a-t’il réussi à remporter pour la quatrième fois la coupe Gordon Bennett ? La sonnerie du téléphone me tire brusquement de mes réflexions. - Jean, tu me reçois ? - Parle, Luc - La bonne couche est vers 2500 mètres. Il faut que tu te débrouilles pour aller au 20 ° et gagner en vitesse, l’objectif, c’est l’extrême nord de la Laponie avant une méchante dépression. OK ? - OK, Luc. Ca se corse. Il va falloir se concentrer pour raser les sommets ! La Laponie !!! Mon cœur s’est mis à battre un peu plus vite. Traverser la Baltique dans toute sa longueur, ça promet… Sur la carte, je trace un trait rouge vers Utsjoki. En route vers le pays des rennes !


…La suite bientôt sur www.gordonbennett2011.org


Conception graphique : www.minuitmoinsune.fr

Gordon Bennett  

Voici le dossier de présentation de la Gordon Bennett.