Page 51

Comment fonctionnait le CNRA Bambey au cours de la première décennie d’indépendance ? À la tête du CNRA, Louis Sauger a donc hérité, en juin 1961, de François Bouffil d’un ensemble confié en gestion à l’Irat par le gouvernement du Sénégal et comprenant trois secteurs régionaux : au nord, le bassin du fleuve Sénégal ; au centre les régions de Louga, Thiès, Diourbel, Kaolack, Tambacounda, proprement sahélo-soudaniennes ; au sud la Casamance. Cet ensemble a ainsi constitué l’Irat-Sénégal (avec néanmoins quelques antennes en Mauritanie) jusqu’à la création de l’Institut sénégalais des recherches agricoles (Isra), en décembre 1974. Dès sa prise de fonction, L. Sauger a proposé au chef de la division d’agronomie que j’étais encore, d’être son adjoint à la direction de l’Irat-Sénégal et de prendre aussi la direction scientifique de l’ensemble, laboratoires plus agronomie, afin d’assurer pleine cohérence de toutes les disciplines et actions de recherche. J’ai volontiers accepté cette double responsabilité, transmettant d’ailleurs la seconde à mon ami Djibril Sène en 1968.

Bonlieu, Marc Le Moigne, Le Craz, Roland Pirot, Michel Havard, François Plessard, agro-machinistes ; Jean BirieHabas, Pierre Nourissat, Bernard Chevreau, Robert Hamon, Mahawa MBodj agro-pastoralistes ; Paul Kleene, Jean-François Richard, Moussa Fall, agro-économistes ; Jacques Faye, sociologue ; Madické Niang, géographe ; Tran Minh Duc, hydraulicien agricole. • Groupe IV : Application de la recherche, prévulgarisation, interventions en milieu rural. Responsable Guy Pocthier, agronome, avec Bernard Ruyssen, Jacques Monnier, Edmond Tchakerian, Hubert Thirouin, Claude Vin, Pierre Courtessole, André Reynard, Serge Traverse, Henri Renaud, Christian Guillot, agronomes et agro-techniciens. Cet ensemble était naturellement soutenu par une organisation efficace de services généraux sous la férule de diverses personnes qui se sont succédé de 1961 à 1974 ; Sadibou Diouf, administrateur, avec François Carreras, bureau d’étude, construction et entretien ; Yangkoba Ndiaye, gestion du personnel ; Claude Hamon, puis Ibrahima Badiane, Penda Cissé, gestion, comptabilité.

51

Grâce à cet exceptionnel outil qui a ainsi compté jusqu’à une cinquantaine de chercheurs et ingénieurs et plus de 700 à 800 techniciens, ouvriers et manœuvres, nous avons pu atteindre une remarquable multidisciplinarité et engager le partenariat avec les paysans. Je suis toujours convaincu que les problématiques des chercheurs ne sont pas les mêmes que celles des paysans et la seule façon pour qu’elles se rapprochent, c’est qu’ils travaillent ensemble sur le terrain. Et dans cette longue marche vers les communautés rurales, vers les paysannats, je

ARCHORALES n° 17 > AGRONOMES DU CIRAD

Pour des raisons d’efficacité et d’affinités les domaines de recherche ont alors été organisés en quatre grands groupes. Voici sans ordre, autre que celui de ma

mémoire, les principaux responsables et acteurs avec lesquels j’ai eu le privilège de travailler jusqu’à mon départ du Sénégal, en août 1974, probablement la période la plus enrichissante de toute ma carrière professionnelle : • Groupe I : Étude et amélioration du milieu. Responsable Claude Charreau, agro-pédologue puis Robert Nicou, agronome ; avec Claude Dancette, bioclimatologiste ; Paul Bonfils, Jean-François Poulain, Christian Pieri, Gora Beye, M. Mutsaars, Lucien Seguy, Mamadou Sonko, Sitapha Diatta, agro-pédologues ; Jean-Louis Chopart, agronome ; Francis Ganry, agro-chimiste ; Prosper Vidal, Louis Jacquinot, Pierre Siband, Dominique Blondel, Denis Pouzet, Michel Puard, Joseph Wey, agro-physiologistes; Maurice Foy, Mamadou Mara, Robert Diokh, responsables de laboratoires. • Groupe II : Étude, amélioration et protection de la plante. Responsable Maurice Tardieu, puis Djibril Sène, puis JeanClaude Mauboussin, généticiens-sélectionneurs avec Marius Bono, Marcel Tran Dinh Hoé (dit Couey), Claude Etasse, Michel Jacquot, Claude Magne, Patrice Leclerc, Jean-Pierre Marathé, Jacques Durovray, Pierre Sapin, Jacques Chantereau, Jean-Pol Aubin, sélectionneurs. Bernard Vercambre, entomologiste ; Jean-Claude Girard, phytopathologiste ; Pierre Goarin, malherbologiste ; Henri Merlier, agrobotaniste ; Jacques Deuse, phytopharmacien ; Gérard Hadad, Jean Dutartre, Y. Grouitch, agronomes ; Gilbert Delafond, semences de base. • Groupe III : Étude et amélioration des systèmes de production. Responsable Robert Nicou, agronome puis Claude Ramond, agro-économiste, avec Alain

RENÉ TOURTE

« Je ne peux pas vous verser ces 30 millions ! Vous avez outrepassé vos pouvoirs, car vous avez engagé des fonds publics sans autorisation préalable. - Monsieur, je suis d’accord avec vous, en droit nous n’aurions pas dû, mais qu’auriez-vous fait à notre place ? - Comme vous, je rentre à Paris vous aurez vos 30 millions ».

Priorité donc à la traction animale : l’arrachage de l’arachide.

Archorales vfvfvf  
Archorales vfvfvf  
Advertisement