Page 1


Pour la quatrième année consécutive, le réseau Arles contemporain donne rendez-vous au public, le temps d’un week-end, pour un parcours inédit dans le centre historique d’Arles. 19 lieux vous accueillent cette année autour de leurs sélections artistiques du moment. > RDV pour faire le parcours des galeries le 15 avril à 18h devant la Fondation Vincent Van-Gogh - Arles.

AR G

C

O

E

3

B ARRÈ R E

É M I LE

C O M B E S

ON

AV

IGN

13 M

JARDI N D’ÉT É

O

N

T

/ M AR

DU

L

R

É

E V

DE S

A

U

B

AIX

RU E

ÎT

J A U R È S

D

V O LT AIRE

É M I L E R .

R U E

SON WIL

17

L’A G N EA U

SEI

ANTIQUE

LA

B O U L E V A R D

DU

E U R

RUE

A BE TT GAM

R H Ô N

DE

12

LLE

V ILLE

MIS TR A L

D E

RUE ES PACE VA N GOGH

DE

RÉPUB LIQUE

i NÎME

DE LA

PL DE LA RE DO UT E

R

R.

THÉÂTRE

3

L E

S E S T S L EA I N I E S AR M 70 5 D

11

PLACE MAJOR

PLACE

RÉ PU BL IQ UE

R E F U G E

AMPHITHÉÂTRE ( ARÈNES)

BO ULE VA RD -

D U

RUE

IL

08

A

NÎMES A 54

N

RUE

TRUCHET RUE LA

U

E

N 113

SP A

E BASTILL R. D E LA

E

E

A

L

T

A

R

E

S

L’ H Ô T E L

A

L

14

E

C ALA D E

L A

D E

E

N

P

E

11

09 R U E

BAL Z E

R

G

D E

E

PORT

E

01 R UE

U

BRI A ND

U

U

DU

E

E D

AU R.DOISNE

D

RU E

E

R

R.

U

U

B

A

U

E

U

Q

R

06

FORUM

NELLE

D S E ET RU EL RC . PO L L P U ER A P UM O D

S U I S S E S

A R ÈNE S

R

A.

R

L

D R

O

T

+

D ES

M

T

IL

R L

T

16

DU

R .

TE

R

A

I

PL.

PLACE

D E

ANTOES

LIB ER T É

P

O

T

A

A

E

U

R UE

J O UV È NE

D E S

E

E ATR QU

DU

RU E

E

U

R

E

R U E

S

P

U

D

Q

O

E

T

R É AT T U

Q

E

03

04

05

RUE

FANT O N

DO CT E UR

10

VAG

07

E

IN

R L

Q

U

T

C O N DO RCET

U

R

SAU

R U E

T

02

E

RUE

R

E

15

D A N G R

G R I L L E

D

E AC A PL OV ER RB

BE

D U

E R U

R É I E U P R

RE ÂT ITÉ PH AM E L’ R D

T

RX MA AI QU

18

E AC PL NS CO TIN N TA

OY RM DO

R.

N

E

L

PLACE V O LTA I R E

D E

O

H

JOUVEAU

R U E

Ô

P

R

N

E

PLACE

E

A

N

LICES AVE NU E

V.

HUGO

S

E

6

SALINDE-GIRAUD

01. Anne Clergue gAlerIe 12 rue Plan de la Cour 06 89 86 24 02

02. ASSOCIATIOn

Du MÉJAn place J-B Massillon 04 90 49 56 78

03. l’ATelIer Du MIDI 1 rue du Sauvage 04 90 49 89 40

04. COlleCTIF e3

3 rue des Pénitents Bleus 06 65 25 34 15

05. COMPTOIrS

ArlÉSIenS De lA Jeune PHOTOgrAPHIe 2 rue Jouvène 06 07 78 94 71

06. enSP/gAlerIe ArenA

11. gAlerIe HuIT

07. eSPACe POur l’ArT

12. gAlerIe

16 rue des Arènes 04 90 98 33 33 5 rue Réattu 06 74 69 21 92

08. FlAIr gAlerIe 11 rue de la Calade 06 20 75 13 58 09. FOnDATIOn MAnuel

rIverA-OrTIz 18 rue de la Calade

10. FOnDATIOn

vInCenT vAn gOgH ArleS 35 ter rue du Docteur Fanton 04 90 93 08 08

8 rue de la Calade 06 82 04 39 60

JOSePH AnTOnIn 40 rue Émile Barrère 06 76 99 69 44

13. gAlerIe OMnIuS 1 rue Vauban 06 70 59 47 23 14. gAlerIe vOIeS OFF 26 ter rue Raspail 04 90 96 93 82

15. lHOSTe

ArT COnTeMPOrAIn 7 rue de l’Hoste 06 02 65 01 83

16. le MAgASIn De JOueTS 19 rue Jouvène 06 60 74 19 45 17. MuSÉe De lA CAMArgue Mas du Pont de Rousty 04 90 97 10 82 18. MuSÉe rÉATTu

10 rue du Grand Prieuré 04 90 49 37 58

+ gAlerIe InSIDe OuT 21 rue de la Liberté 06 75 09 72 89

Arles contemporain reçoit le soutien de la ville d’Arles et remercie particulièrement Cultur’Com, Watt4You et la Fondation Van Gogh pour leur soutien. Découvrez le réseau sur www.arles-contemporain.com Suivez le réseau sur Facebook > ArlesContemporain


01

ANNE CLERGUE GALERIE 12 rue Plan de la Cour 06 89 86 24 02 anneclergue.fr vendredi et samedi 11h > 13h - 15h > 20h fermé dim. 17/04 24/03 > 7/05 ANTOINE ROZÈS, L’HORS DE MOI EN BOIS Les mystères nocturnes de la forêt révélés à travers les photographies d’Antoine Rozès. sam. 16/04 - 17h30 HORS DE MOI EN BOIS Performance, avec Cécile Laforest, River Lin et Antoine Rozès (20 min). A la Fondation Manuel Rivera-Ortiz [09]

© Antoine Rozès

A travers la série L’hors de moi en bois, Antoine Rozès nous plonge dans les mystères nocturnes de la forêt. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, le photographe nous fait perdre nos repères afin de nous faire découvrir un espace liminaire. Les prises de vue sont faites en numérique, il n’y a pas de recadrage, de surimpression, ou d’effet Photoshop. Son procédé est centré sur un protocole, inspiré de la chronophotographie.La performance Hors de Moi en Bois avec la comédienne Cécile Laforest, le taïwanais River Lin et Antoine Rozès d’une durée de 20 minutes sera présentée le 16 Avril à 17.30h à la Fondation Manuel Rivera Ortiz à l’occasion du weekend Arles Contemporain.


02

ASSOCIATION DU MÉJAN Place J-B Masillon 04 90 49 56 78 lemejan.com Chapelle du Méjan, du mercredi au dimanche 14h > 18h 22/05 OLIVIER LEROI, CHRONOPOÉTIQUE Fermé durant le Week-end Arles Contemporain

Fermé durant le Week-end Arles Contemporain.


03

L’ATELIER DU MIDI 1 rue du Sauvage 04 90 49 89 40 atelierdumidi.com tous les jours 15h > 19h 15/04 > 24/04 vernissage dim. 17/04 - 18h TRAVERSER Exposition collective. Avec Édouard Beau, Françoise Beauguion, Jean-Luc Maby, Malik Nejmi, Jean-Gabriel Périot, Sébastien Spicher.

© Speecher

TRAVERSER [traversare] I. . A. − [Le compl. est d’ordre spatial, il désigne une étendue, un milieu, une surface]  1. Franchir, parcourir (un espace) d’une extrémité, d’un bord à l’autre. Un voyageur qui traverse les mers, un pays, une ville en guerre ; traverser une chambre, un jardin, une forêt.  2. Se rendre d’un bord à l’autre. Traverser une chaussée, une rivière, la mer Méditerranée (…).  3. Parcourir, sillonner. [Le suj. désigne une chose dotée de mobilité] Une barque traverse un fleuve ; Un convoi de migrants traverse le pays ; Des balles traversent l’air.  4. [Le suj. désigne une chose dépourvue de mobilité] S’allonger, s’étendre à la surface de quelque chose. Un rescapé hébété traverse une prairie fleurie. . B. − [Le compl. est d’ordre temporel]  1. Aller d’un bout à l’autre d’une période. Traverser une guerre civile, une révolution ; L’Europe traverse la crise politique, sociale, morale la plus profonde de son histoire. II. .  1. Passer à travers, pénétrer de part en part (un corps, un objet, un milieu). La maladie a traversé son corps, un petit morceau de bois traversait le lobe de son oreille gauche, un autre était fiché à l’aile de la narine droite.  2. Se frayer un passage. Un dirigeant qui arriva son habit déchiré tant il avait eu de peine à traverser la foule. (…) Exposition en partenariat avec la Région Paca, le Conseil Départemental des Bouches-du-Rhône, la Mairie d’Arles, Voies Off.


04

COLLECTIF E3 3 rue des Pénitents Bleus 06 65 25 34 15 visite pédestre de l’exposition sur rdv 16/04 > 14/05 ALPILLES Avec Renaud Bargues, Thibault Franc, David Lep0le, Lucie Lux, Christophe Massé, MarieClaude Paume et Lionel Roux. Sorties botaniques à la Chapelle St Gabriel et au Mont Paon les matins du vendredi au dimanche sur rdv au 06 65 25 34 15 sam. 16/04 - 14h LES HERBES SAUVAGES Dégustation d’eaux de vie préparées par Thibault Franc et Renaud Bargues et discussion avec les artistes. sam. 16/04 - 20h SOIRÉE PRIVÉE AU MONT PAON Sur réservation au 06 86 86 12 19 Fontvieille

© Thibault Franc

Cette exposition est la troisième du Collectif E3 en lien avec la montagne. Lionel Roux et Renaud Bargues continuent leur travail sur le paysage, panoramique ou dessiné. Photographie d’une route qui serpente, trait d’encre ou néon, le paysage se détache du réel pour se concentrer à travers l’œil, quelques heures de marche synthétisées, comme des boues marines élevées, compressées par la chaleur et transformées en roche lumineuse. Mais d’autres sens seront invoqués. Les sons d’abord avec une pièce sonore de David Lep0le, et le parfum des plantes représenté en peinture par Thibault Franc, synesthésie hallucinée, vision presque chamanique des herbes avec leurs auras de couleur, chaque plante de pouvoir stimulée par la chaleur et l’aridité. Les Alpilles sont les petites Alpes, il faut prêter attention, car tout y est plus fragile, sensible au vent et au feu, mais une végétation particulière s’y est adaptée, que les photographies de la botaniste Marie-Claude Paume nous permettent de découvrir. En nous penchant ainsi sur le détail, la promenade nous entraîne dans un imaginaire du paysage que Lucie Lux réinvente avec humour, et que Christophe Massé invoque obstinément à travers le tissu de la mémoire. Le goût sera aussi mis à l’honneur avec la dégustation, deux heures avant le vernissage, de quelques gouttes d’eaux de vie ou d’alcools à base de cueillettes, préparées par Renaud Bargues et Thibault Franc. Enfin toutes ces impressions, tous les sens seront mobilisés lors de balades botaniques organisées les matins du week-end Arles contemporain, et lors d’une fête organisée au Mont Paon.


05

COMPTOIRS ARLÉSIENS DE LA JEUNE PHOTOGRAPHIE

Marie Sommer et Marina Losada investiront les «surfaces» de la galerie avec chacune une nouvelle série de photographies sensibles et puissantes. L’une redonnent vie aux héritages oubliés puisés dans les racines de la terre, l’autre fixe à jamais les élans d’amour éphémères apposés sur les murs lumineux d’Argentine.

2 rue Jouvène 06 07 78 94 71 atraverslepaysage.com vendredi et samedi 11h > 13h - 15h > 19h fermé dim. 17/04 16/04 > 28/05 vernissage sam. 16/04 - 18h MARIE SOMMER, SURFACES / MARINA LOSADA, EL AMOR EN EL MURO Photographies.

© Marie Sommer, Marina Losada

Marie Sommer et Marina Losada investiront les «surfaces» de la galerie avec chacune une nouvelle série de photographies sensibles et puissantes. L’une redonnent vie aux héritages oubliés puisés dans les racines de la terre, l’autre fixe à jamais les élans d’amour éphémères apposés sur les murs lumineux d’Argentine.


06

ENSP-GALERIE ARENA 16 rue des Arènes 04 90 98 33 33 ensp-arles.fr du mardi au samedi 15h > 19h ; ouverture exceptionnelle samedi 16 et dimanche 17/04, 10h > 13h - 14h > 19h 1/04 > 17/04 MESSAGES D’ABSENCE Hélène Bellenger, Barnabé Moinard, Clémentine Roche, Pauline Wallerich. © Barnabé Moinard

Douce étrangeté, traces d’un passé intime révolu, marques humaines dans un monde virtuel, obsession du dehors ou poétique du silence, l’exposition présentée dans le cadre de la manifestation Arles contemporain s’interroge sur les figures de l’absence dans la photographie contemporaine. Au-delà de manifestations d’une angoisse du néant, l’absence se pense à la lumière de la dialectique qui met en jeu la « nonprésence  ». L’absence existe face à la présence potentielle ou passée, et se métamorphose en quête indicible et obsessionnelle d’un retour à ce qui était, d’un deuil de ce qui n’est plus. L’absence s’inscrit au-delà du temps et crée son propre rythme. L’absence traverse les époques et les personnes ; elle est profondément contemporaine, profondément humaine. Comment donner forme à ce qui n’est pas là ? Comment créer la présence ou la conjurer? Comment expier ou faire le deuil d’une présence perdue ? Hélène Bellenger, Barnabé Moinard, Clémentine Roche, Pauline Wallerich explorent l’absence comme une matière de création, et relancent la question de l’indécidabilité de l’art, et ainsi le désir du travail interprétatif. Car qu’est-ce que l’absence sinon une interprétation du temps et de l’espace ?


07

ESPACE POUR L’ART ASPHODELE 5 rue Réattu 06 74 69 21 92 espacepourlart.com du jeudi au dimanche 14h > 18h 25/03 > 22/04 CATHERINE MELIN, ASSISE ET ALLÈGE Installation d’une œuvre supplémentaire.

© Catherine Melin

L’association Asphodèle, dans la galerie « espace pour l’art », a proposé à Catherine Melin, comme elle l’avait déjà fait à Eric Hattan en avril 2015, de réaliser pour le week-end Arles contemporain, une installation à partir des 24 mètres carrés de sa superficie, qui se présente comme une masse physique constituée de murs en plâtre blanc, de poutres au plafond, de carreaux et de tomettes au sol, d’une porte et d’une vitrine. C’est dans ce lieu où nous travaillons et déambulons, où s’inscrit notre « géographie quotidienne », habitée et animée par nos corps, ceux des passants et des visiteurs, que se laissant guider par son intuition, Catherine Melin prendra l’espace. “La question initiale dans le travail de Catherine Melin est celle du point d’appui. Etant donnés l’étendue et tout ce qui la ponctue, d’où partir, par où commencer, par où passer ? L’espace tout autour de nous nous contient et contient toutes choses : celles qui sont fixes et celles qui se meuvent, celles qui étaient là et celles qui ont été ajoutées par les hommes, lesquelles sont devenues aujourd’hui incroyablement nombreuses et proliférantes. Cette propension à en rajouter sans fin et à remplir les intervalles laissés vacants, nous pouvons y voir la forme moderne de ce que Wilhelm Worringer dans Abstraction et Einfühlung, un livre bien inutilement oublié aujourd’hui[1], caractérisa pour les temps primitifs en parlant de geistiger Raumscheu, ce que l’on peut traduire par « angoisse spirituelle devant l’espace » ou, plus simplement, « crainte de l’esprit devant l’espace ». Crainte qui est comme la version panique, elle-même affolante, d’une occupation pourtant nécessaire : pour que l’espace s’incarne et échappe au vide qui est sa tentation, il lui faut des objets et des formes, toute une écriture de lignes et de surfaces qui le traduisent dans une langue que le corps peut apprendre et comprendre.“ Extrait du texte de Jean-Christophe Bailly, “Une aération du monde”, publié dans le catalogueCatherine Melin Point d’appui aux éditions analogues en 2013. [1] Wilhelm Worringer, Abstraction et Einfühlung, Klincsieck, Paris, XXX


08

FLAIR GALERIE 11 rue de la Calade 06 20 75 13 58 flairgalerie.com vendredi et samedi 11h > 13h - 15h > 19h dimanche 15h > 18h 25/03 > 7/05 IMPATIENCE Photographies de JeanFrançois Spricigo.

© Jean-François Spricigo

L’exposition révèle de manière envoûtante une proximité avec le monde animal transfigurée par l’étrangeté. D’un noir et blanc intenses, souvent dénuées de profondeur de champ, surgissant au confluent de la poésie et de la rêverie, chacune des vibrantes images de ce bestiaire témoigne d’une souveraineté singulière qui s’offre aussi comme une épiphanie. Jean-François Spricigo est né en 1979, à Tournai en Belgique. Il commence la photographie à 16 ans, suit des études de cinéma et obtient un diplôme en image à L’INSAS, à Bruxelles en 2002. Son travail est régulièrement exposé depuis 2004 dans de nombreuses galeries à travers le monde. Il obtient plusieurs distinctions dont le prix de photographie de l’Académie des Beaux-Arts de l’Institut de France en 2008, le prix décou¬verte des Rencontres d’Arles en 2009, devient résident à la Casa de Velazquez durant un an en 2012, et est également artiste associé du CentQuatre-Paris depuis 2014. Il collabore régulièrement avec d’autres artistes, notamment avec le pianiste Alexandre Tharaud, le chanteur Albin de la Simone, l’écrivain Marcel Moreau et le cinéaste Olivier Smolders. Jean-François Spricigo est représenté par Louis Stern à Los Angeles, Agathe Gaillard et la galerie Maeght à Paris, Contretype à Bruxelles et la Flying Gallery à Varsovie.


09

FONDATION MANUEL RIVERA-ORTIZ 18 rue de la Calade 04 90 54 15 63 mrofoundation.org du vendredi au dimanche 14h > 19h 16/04 > 17/04 RÉSISTER PAR L’ART ET LA LITTÉRATURE Par les élèves de 3e3 du Collège Ampère. LES 4 SAISONS DE LA CASTELLANE Teddy Seguin. TU ME DIS Restitution du travail de résidence de Titus Simoens. 4x6 NON TITLE EVENT L’AE de l’ENSP invitée par le Magasin de jouets [16]. LA TOUR Enquête sonore réalisée par Anne Lambert. ASCENSEUR TOUR SAPPORO Œuvre sonore de Jules Wysocki présentée par Phonurgia Nova. OUROBOUROS Sculpture de Reeve Schumacher, galerie L’Hoste [15]. EMBRASSEZ-VOUS Philippe Praliaud. sam. 16/04 - 17h30 HORS DE MOI EN BOIS Performance (20 min). Sur invitation de Anne Clergue galerie.

La Fondation Manuel Rivera-Ortiz ouvre grandes ses portes aux autres membres du réseau Arles Contemporain. Entre performance, sculpture et work in progress, la galerie Anne Clergue, la galerie le Magasin de jouets en partenariat avec l’association des étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure de la photographie et Reeve Schumacher viendront poser leur empreinte dans l’hôtel Blain, hôtel particulier du XVIIe siècle, situé à deux pas de la place de la république et aujourd’hui dédié à la photographie et au film documentaires. Ce week-end est également l’occasion de vous présenter le résultat de la première résidence de la Fondation Manuel Rivera-Ortiz réalisée à Arles par le photographe flamand Titus Simoens “Tu me dis”, ainsi que “Résister, par l’art et la littérature” et “les 4 saisons de la Castellane”, deux très belles expositions réalisées par des adolescents à Arles (collège Ampère) et à Marseille (quartier de la Castellane). Vous serez guidé dans votre parcours par les sons élévateurs que PHONURGIA NOVA a choisi spécialement pour l’occasion. Et Philippe Praliaud, après l’énorme succès pendant la Feria, nous demandera à nouveau : “Embrassez-vous”.


10

FONDATION VINCENT VAN GOGH ARLES 35 ter rue du Docteur Fanton 04 90 93 08 08 fondation-vincentvangogharles.org tous les jours 11h > 19h payant > 24/04 GIORGIO GRIFFA Exposition monographique de l’artiste italien. TRÈS TRAITS Exposition collective avec Eugène Leroy, Christopher Wool, Andreas Gursky, Silvia Bächli, Adrian Ghenie, Isabelle Cornaro et Roy Lichtenstein. YES, THESE EYES ARE THE WINDOWS Présentation du film de Saskia Olde Wolbers. VINCENT VAN GOGH Sous-bois, 1889

La Fondation vous propose de découvrir deux expositions ainsi qu’une œuvre filmique. L’exposition collective « Très Traits », et celle, personnelle, de l’Italien Giorgio Griffa (*1936, Turin), dont l’œuvre éloquent et cohérent a été redécouvert ces dernières années, nous engagent à échanger avec la peinture, où le trait serait le lieu et la trace – vivante, vibrante – de la pensée et de l’acte pictural. À partir d’une photographie d’Andreas Gursky, qui se livre à une lecture volontairement myope de la peinture de Vincent van Gogh La Moisson, 1889, l’exposition « Très Traits » présente un ensemble d’œuvres de sept artistes reconnus : Silvia Bächli, Isabelle Cornaro, Adrian Ghenie, Andreas Gursky, Eugène Leroy, Roy Lichtenstein et Christopher Wool. Dans son film Yes, These Eyes Are the Windows, Saskia Olde Wolbers montre la maison londonienne où vécut Van Gogh en faisant de cette dernière la narratrice d’un récit fictionnel sur la mythification de l’artiste et l’emprise de sa présence fantomatique. Vous pourrez également découvrir le tableau Sous-bois peint par Van Gogh lors de son séjour à Saint-Rémy-de-Provence en 1889.


11

GALERIE HUIT 8 rue de la Calade 06 82 04 39 60 galeriehuit.com vendredi et samedi 11h > 13h - 15h > 19h dimanche 15h > 19h 24/03 > 31/05 FOREVER YOUNG Art & Objets du Désir + Photographies d’Elliott Landy, Clémentine Schneidermann et François Delebecque.

FOREVER YOUNG : Une installation qui réunit 3 photographes de renom, 2 bandes-son anarchiques et 1 moto rouge flamboyante…. le fil-conducteur étant un certain esprit rock and roll pour les temps modernes. Avec Peace Love Music le photographe américain Elliott Landy nous partage ses images iconiques des musiciens de légende, et accroche en parallèle une surprenante exposition photo-vérité Love At Sixty, accompagnée par le journal en prose de son épouse Lynda Landy. Ailleurs dans la Galerie Huit, I Called Her Lisa-Marie de Clementine Schneidermann nous emmène sur une étrange Planète Elvis, entre Tennessee et le Pays de Galles. Reste à François Delebecque de nous ramener à Arles, avec sa belle ‘Torera’ , femme combative qui interroge le milieu taurin en inversant les rôles.


12

GALERIE JOSEPH ANTONIN 40 rue Emile Barrère 06 76 99 69 44 galeriejosephantoninarles. blogspot.com vendredi et samedi 14h > 18h fermé dimanche 17/04 15/04 > 14/05 DOUCE HOLLEBECQ, CRIS ET CHUCHOTEMENTS Installations. Une approche sensible de la forme et du signe, ouvrant une réflexion sur le féminin, l’inconscient, l’intériorité, le corps, au travers d’objets du quotidien détournés.

© Douce Hollebecq

La Galerie Joseph Antonin présente trois installations de Douce Hollebecq : Une semaine (tréteaux, ficelle, textes -2013-), la Guerre du tendre (porcelaine crue, pinceau, éponges, tiges métalliques, moteurs -2013-), Voler en éclats (verre à pied, moteurs -2011-). Le travail de Douce Hollebecq propose une approche de la forme et du signe, portant sur le sens et l’invisible. Elle ouvre une réflexion sensible sur le féminin et l’inconscient, l’intériorité et le corps, la résonance psychique, mettant en scène des objets du quotidien détournés de leur fonction première.  Chaque installation apporte un champ émotionnel particulier : à la table en apparence mutique, remplie d’échanges et de flux d’une semaine répond le frottement sensuel et chaste de la guerre du tendre, le mouvement liant les objets dans une transe à caractère passif et hypnotique, tandis que voler en éclats rappelle à la violence et la mélancolie plus insidieuse des relations humaines.


13

GALERIE OMNIUS 1 rue Vauban 06 70 59 47 23 galerieomnius.com du mercredi au samedi 15h > 19h, ouvert du ven. 15 au dim. 17/04 11h > 13h - 15h > 19h 2/04 > 30/05 TERRA Images satellite mises en œuvre par Alain Gachet.

© Alain Gachet

Alain Gachet est connu aux Etats-Unis par ses travaux humanitaires pour la recherche de l’eau profonde dans toutes les zones de conflits de la planète, en France pour son livre « L’homme qui fait jaillir l’eau du désert «. Editions Lattès, 2015. Les images qu’il a choisies dans son répertoire spatial sont toutes empreintes d’une histoire et d’une émotion lourdes de sens. Elles ont été sélectionnées, pour cette toute première exposition, dans ses archives professionnelles et personnelles : elles sont le lieu de ses batailles dans les zones les plus hostiles de la planète où les hommes meurent aussi de soif. Ces images ont été traitées, taillées, auscultées dans le but unique de faire ressortir les contrastes géologiques et tectoniques les plus intimes de la planète. Ce sont les témoins nécessaires pour découvrir des ressources d’eau profondes inespérées dans un tel contexte. Ces images uniques au monde lui révèlent, comme à nous spectateurs, la face cachée d’une planète mystérieuse et inexplorée, à l’image d’une galaxie où s’affrontent les forces titanesques de la dérive des continents à la mesure des drames humains qui s’y déroulent ou s’y préparent. (...)


14

GALERIE VOIES OFF 26 ter rue Raspail 04 90 96 93 82 voies-off.com du lundi au vendredi 11h > 18h, samedi 16 et dimanche 17/04, 11h > 19h 15/04 > 31/05 TITO MOURAZ, CASA DAS SETE SENHORAS De retour sur sa terre natale de Beira-Alta (Portugal), Tito Mouraz photographie ceux qui ont toujours vécu ici, attachés à la terre comme les arbres le sont... Et puis il raconte l’histoire de cette maison. On dit qu’elle est hantée.

© Tito Mouraz

Dans la région de Beira-Alta, au Portugal, se trouve une maison dite hantée par les fantômes de sept demoiselles. Profondément influencé par l’endroit où il a grandit, Tito Mouraz a créé une série photographique portant sur la légende de ce lieu rural qui a bercé son enfance comme pour nous présenter les changements et le vieillisement du territoire. « (...) Pour ce photographe, le paysage n’est pas quelque chose que l’on pourrait décrire, représenter ou connaître, mais un endroit habité par une tension, et où les éléments semblent invoquer non seulement la présence matérielle, mais également l’absence, les esprits et la magie. » Nuno Crespo


15

LHOSTE ART CONTEMPORAIN 7 rue de l’Hoste 06 02 65 01 83 lhosteart.blogspot.com vendredi et dimanche 14h > 18h, samedi 14h > 22h, sur rdv ou en sonnant à la porte les autres jours 15/04 > 27/05 REEVE SCHUMACHER, SONIC BRAILLE Exposition de dessins. sam. 16/04 - 20h SONIC BRAILLE Performance sonore de Reeve Schumacher à partir de vinyles customisés.

© Reeve Schumacher

Avec les années, les deux pratiques artistiques de Reeve Schumacher - la musique et les arts visuels - se rejoignent autour d’un élément : la partition. Composées d’une multitude de points à partir d’une grille de lecture à la fois horizontale et verticale, ses partitions se présentent comme un nouveau système d’écriture ouvert à l’interprétation. Epurés, ces dessins abstraits existent en tant que tels et sont aussi le point de départ d’une exploration qui peut être acoustique, plastique ou les deux à fois. Sonic Braille est ainsi un ensemble de partitions et de performances à partir de disques vinyles préparés que l’artiste utilise sur au moins trois platines. Que ce soient les partitions ou les vinyles, Reeve Schumacher continue à s’intéresser aux mathématiques et plus particulièrement aux suites (suites logiques, Fibonacci…). Le marquage du vinyle en subdivisions qu’il qualifie de clics, lui sert de bases percussives et permet d’évoluer vers des univers polyrythmiques ou tonals selon le nombre d’entailles (jusqu’à 720). Il envisage aussi ses partitions comme un support disponible pour d’autres musiciens, qui pourraient en faire leur propre interprétation.


16

LE MAGASIN DE JOUETS 19 rue Jouvène 06 60 74 19 45 lemagasindejouets.fr du jeudi au dimanche, 13h > 20h 8/04 > 30/04 ALEX YUDZON, A ROOM FOR THE NIGHT / ROBIN LOPVET, LA MIENNE EST PLUS GROSSE QUE LA TIENNE Entre photographie et sculpture, Alex Yudzon (USA) réenchante les chambres d’hôtel qu’il traverse depuis 10 ans. / Dernières œuvres caustiques et ironiques de l’artiste icônoclaste Robin Lopvet (France). Excroissances visuelles & sculptures photographiques en vue.

Le Grand Détournement La galerie le Magasin de jouets à la plaisir de vous présenter les oeuvres de Robin Lopvet (Vosges) et Alex Yudzon (USA), deux artistes qui détournent le monde qui les entoure, en sculptent l’absurdité avec un humour toujours iconoclaste. La réalité devient un terrain de jeu dont les limites ne sont pas fixes et ces deux artistes là font très attention de toujours garder un pied en touche.


17

MUSÉE DE LA CAMARGUE Mas du Pont de Rousty 04 90 97 10 82 parc-camargue.fr/musee. html tous les jours sauf le mardi 9h > 12h30 - 13h > 18h > 05/06 LES FOUS DU RHÔNE En écho à l’exposition Camargue : archéologie et territoire au MDAA, le musée donne la parole aux passionnés du fleuve. Avec une série de portraits réalisés par Mireille Loup, un cabinet de curiosités, des soirées thématiques… Accès compris avec le billet d’entrée au musée. sam. 17/04 - 16h15 FOUS DU RHÔNE À L’HORIZON(S) Le musée propose une découverte des Fous du Rhône de Mireille Loup et de l’observatoire Horizons. Fous du Rhône à l’Horizon(s) offre une vision décalée de l’image que l’on se fait de la Camargue aujourd’hui. Toute l’année LES SENTIERS DE L’EAU EN CAMARGUE Découverte de l’œuvre Horizons, au départ du sentier du musée. Accès libre 7j/7.

Les Fous du Rhône. En écho à l’exposition Camargue, archéologie et territoire. Enquêtes sur un Rhône disparu © Mireille Loup présentée au Musée départemental Arles antique, le Musée de la Camargue donne la parole aux « Fous du Rhône ». Passionnés par la violence du fleuve, sa lumière et ses tragédies, certains fouillent, cherchent, creusent pour comprendre et écrire son histoire. Ils repèrent ses déplacements au fil des siècles, les traces qu’il a laissées dans le sol et les paysages, les sites archéologiques, les épaves, les objets antiques roulés dans la vase. D’autres, sont simplement attachés au Rhône par une histoire qui les a amenés là, où ils ont choisi de rester pour voir, vivre le fleuve au quotidien, surveiller ses frémissements, comme envoûtés par sa présence. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, Mireille Loup présente les portraits 3D de cinq fous du Rhône..... Dans les collections, le Cabinet du Rhône installation composée d’objets « naufragés du Rhône » est un clin d’œil aux cabinets de curiosités dans lesquels les collectionneurs, jusqu’au XIXème siècle, exposaient leurs trésors. Accès compris dans le billet d’entrée du musée.

Les sentiers de l’eau en Camargue. Au départ du sentier d’interprétation des paysages © P. Piron situé aux abords du musée, une œuvre de Tadashi Kawamata, Horizons, invite à s’élever pour méditer sur les enjeux de l’eau dans le delta du Rhône. Sur le territoire du Parc, le parcours des Sentiers de l’eau invite à sortir des sentiers battus pour voir la Camargue autrement avec les installations de Tadashi Kawamata, Décise, près de l’embouchure du Grand Rhône au Domaine de la Palissade et Escale à la station de pompage de la Grande Montlong. Accès libre 7j/7.


18

MUSÉE RÉATTU 10 rue du Grand Prieuré 04 90 49 37 58 museereattu.arles.fr du mardi au dimanche 10h > 18h ; entrée 8 €, gratuit pour les arlésiens. > 5/06 IMAGO, PORTRAITS PHOTOGRAPHIQUES Approche thématique du portrait par une sélection d’une centaine de tirages rarement présentés témoignant de la richesse du fonds. Le musée Réattu, musée des beaux-arts et d’art contemporain de la ville d’Arles se vit comme un laboratoire dédié à la création. Situé dans l’Ancien Grand Prieuré de l’Ordre de Malte, qui fut la demeure et la chambre des rêves du peintre néo-classique arlésien Jacques Réattu, le musée propose une approche transversale de l’art. Depuis le 6 février est présentée l’exposition Imago consacrée au portrait dans les collections photographiques du musée, l’occasion de découvrir toute la richesse de ce fonds, première collection créée dans un musée des beaux-arts en France. En dialogue avec cette exposition, et à l’occasion d’une donation, est exposé le travail de Jean-François Bauret (1932-2014), photographe habitué des Rencontres d’Arles depuis 1977.


+

GALERIE INSIDE OUT 21 rue de la Liberté 06 75 09 72 89 galerieinsideout.com du vendredi au dimanche 11h > 13h - 15h > 19h 15/04 > 26/05 JAN VOSS Peintures, sculptures et gouaches. La peinture jubilatoire d’un artiste contemporain établi.

© Jan Voss

Jan Voss vit et travaille entre Paris et Berlin. Ses œuvres sont présentes dans les grandes collections publiques françaises: Centre Pompidou, musée Beaux Arts de Toulon et d’Angers, Musée d’art moderne de la ville de Paris, Musée Cantini de Marseille, ainsi que des musées en Allemagne, Espagne, Suède et Japon. Ses nouvelles œuvres manifestent les «  malicieuses interrogations »  et les « jeux séditieux »  qui caractérisent la « quête incessante »  de Jan Voss.


WEEK-END ARLES CONTEMPORAIN 2016  

Programme du week-end arles contemporain du 15 au 17 avril 2016.

WEEK-END ARLES CONTEMPORAIN 2016  

Programme du week-end arles contemporain du 15 au 17 avril 2016.

Advertisement