Page 1

25/04/2013

GTVD

2IE

CEFREPADE

ENPRO

LVIA

ERA GEVALOR Réunion de lancement 13 février 2013

UNIQ PLANETE CONTACT

GOODPLANET UNIM

GTVD

2IE

CEFREPADE

ENPRO

LVIA

ERA GEVALOR

UNIQ PLANETE CONTACT

GOODPLANET UNIM

 Afrique de l’Ouest:  3 ONG : LVIA (Burkina Faso), ENPRO (Togo), Planète Contact (Bénin)  2 Institutions d’enseignement et de recherche : Laboratoire GTVD de l’Université de Lomé (Togo), 2IE (Burkina Faso)  Afrique Centrale et Australe:  1 ONG de recherche action : ERA Cameroun  1 Institution d’enseignement et de recherche : Université de Maurice  Caraïbes :  1 Institution d’enseignement et de recherche : Université de Port au Prince  Europe : Association Gevalor, Réseau CEFREPADE, Fondation GoodPlanet, LVIA Italie

Améliorer la gestion des déchets des villes africaines et haïtiennes  Experts des services techniques des collectivités territoriales  Experts du secteur privé  ONG environnementales

Production de connaissance sur les bonnes pratiques

Partage des informations et des connaissances sur les bonnes pratiques

Développement d’une prise de conscience politique sur la gestion des déchets

1


25/04/2013

Production de connaissance sur les bonnes pratiques 1. Groupes de travail thématiques (partenaires et experts des collectivités et de la société civile)

2. Réalisation d’une dizaine d’actions pilotes pour préciser les bonnes pratiques

3. Rencontres lors d’ateliers et visites de terrain

4. Elaboration des manuels et des modules de formation

10 Manuels de capitalisation sur les bonnes pratiques Création de 10 modules de formation Publications scientifiques (Revue DST) Les partenaires améliorent leurs pratiques

Partage des informations et des connaissances sur les bonnes pratiques 1. Mise en 2. Actions de place du Centre de Re- communication sur la base des Sources et résultats des d’une identité groupes de travail pour le thématique. réseau. Site Organisation web. d’une conférence internationale.

3. Réalisation des formations

4. Pérennisation : création formelle du réseau, organisation de formations payantes

Notes de synthèse pour le grand public / les politiques. Newsletter. Vidéos thématiques. Participation à des conférences. Formation de 300 personnes.

Développement d’une prise de conscience politique sur la gestion des déchets

Gevalor LVIA

Coordonnatrice

Avancement du programme Plaidoyer politique Représentation

Partenaires experts 1. Communication ciblée sur les décideurs politiques et rendez vous

2. Intervention dans des réseaux d’influence (société civile, conseillers de décideurs, Ministères…)

Coordonnateur environnement 3. Implication de la presse locale et internationale

Trois villes du réseau se dotent d’un plan de gestion des déchets tenant compte des bonnes pratiques. Impact avéré sur la réduction des coûts et la création d’emploi.

1. Caractérisation des gisements, tri des déchets et gestion des refus 2. Précollecte, collecte et transport : optimisation technicoéconomique 3. Compostage et valorisation agronomique du compost 4. Méthanisation des déchets a l’échelle individuelle ou collective 5. Production de combustibles issus de déchets 6. Production de matériaux a base de matières recyclées (plastiques, textile, papier,…) 8. Agir en amont pour réduire la production de déchets 9. Financer la gestion des déchets

Responsabilité de qqs groupes de travail thématiques

Elaboration et réalisation des formations

Coordonnateur communication

Supervision de l’activité de tous les groupes. Veille documentaire.

Organisation des ateliers , formations et conférence. Site web, supports communication

Partenaires et experts impliqués dans les groupes thématiques, formations, ateliers d’échange, conférence…

10. Maitriser les risques professionnels, environnementaux et sanitaires 11. Prise en compte des informels dans les initiatives de gestion des déchets 12. Amélioration des démarches de communication, de commercialisation, d’appropriation des outils, nécessaire à la pérennité 13. Education et sensibilisation à l’environnement au travers des déchets 14. Approche territoriale de la gestion des déchets, de la production d’énergie et de matières premières issues du recyclage (logique d’économie circulaire) 15. Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de précollecte et de valorisation des déchets

2


25/04/2013

INSTITUT INTERNATIONAL D’INGENIERIE DE L’EAU DE L’ENVIRONNEMENT : 2iE

Les missions de 2iE Formation, Recherche et Innovation technologique au service du développement •

Rencontre des Partenaires Porjet Re-Sources Salimata SPINATO, Enseignante spécialisée en gestion des déchets

• • •

Des formations en présentiel et à distance certifiées AUF CTI Doctorat Ecole doctorale EUR-ACE internationale et Masters interuniversitaire ISO 9001 Master en

Bachelor - C2i - 7 bachelors et licences professionnelles

- 10 masters

- TOEFL

- Ouverture d’un MBA regular en 2012

- Diplôme d’ingénieur

La place du déchet, dans nos unités d’enseignement à 2iE

spécialisés

ingénierie

Membre fondateur de L’Université Virtuelle des Ecoles Doctorales

- 5 filières

Des formations reposant sur une recherche pour le développement 5 laboratoires

LEDES Eau, dépollution, écosystème et santé

Les domaines d’intervention L’Eau L’Energie L’Environnement Le Génie Civil et les Mines

LEAH Hydrologie et Ressources en eau

LBEB

LESEE

LEMC

Biomasse, Energies et biocarburants

Energie solaire et économies d’énergie

Eco Matériaux de construction

A 2iE, la gestion des déchets fait partie de l’unité d’enseignement « Assainissement »

4

2iE et l’assainissement

Plusieurs enjeux

• Assainissement liquide : eaux usées et infrastructures associées • Assainissement solide : déchets solides et boues de vidange Les cours sont conçus et dispensés par des enseignantschercheurs et des professionnels du secteur

Formations reposant sur des concepts

Depuis sa création, adaptation des besoins de formation aux réalités du continent africain et des technologies actuelles Environnementaux

Insalubrité, atteinte aux paysages, menaces de la sécurité, de la santé et la tranquillité publique

Techniques et réglementaires

Collecte, acheminement, exploitation, suivi, gestion quotidienne des déchets et installations associées demandant des technologies plus performantes, appropriées et réglementées

Economiques et sociaux

Mise en place de nouvelles industries : centre de tri, plateforme de compostage, installation de stockage de déchets, méthanisation, création d’emploi, etc.

6

1


25/04/2013

Objectifs des modules

Objectifs généraux des modules

Former des ingénieurs, des techniciens et des cadres pour un développement durable spécialisés dans la gestion globale des déchets.

Types de déchets concernés

    

L’objectif spécifique vise à acquérir sur 1 à 2 cursus scolaires, une formation réglementaire, technique avec un large panel sur  la prévention et la réduction à la source,  la pré-collecte, la collecte et le transport  Les filières de valorisation  le traitement et ou l’élimination

Déchets ménagers et assimilés ; Déchets industriels banals ; Déchets inertes (déchets du BTP, travaux publics) Déchets industriels dangereux ; Déchets biomédicaux ou d’activité de soins à Y compris les déchets issus du secteur risques infectieux. primaire : agricoles, élevage et pêche Et déchets générés par les activités des industries extractives (Master spécialisé en Gestion durable des mines et carrières)

7

8

Quelques exemples d’activités menées

Publics cibles Les modules sont destinés aux

   

étudiants en Bachelor Professionnel étudiants en Master 1 et 2 étudiants en Master Spécialisé collectivités locales (pour le renforcement des capacités)  Autres professionnels intéressés par le sujet à travers nos dispositifs de la formation continue et à distance

(GIZ) Burkina Faso – Programme Eau et Assainissement des petites et moyennes villes : Contribution à l’élaboration d’un plan stratégique de gestion des ordures ménagères des villes de Gaoua, Diébougou, Boromo et Houndé

Problématique de la gestion des déchets ménagers urbains de la ville de N'Djamena- Tchad : Ministère de l'Hydraulique Urbaine et Rurale (Direction de l'Approvisionnement en Eau Potable et Assainissement)

Contribution à la pérennisation du système de collecte d’ordures ménagères dans la ville de Bogandé : Burkina Faso : HELVETAS Burkina (ONG Suisse), etc

Campagnes de caractérisation des déchets sur Sig Noghin et Bogodogo (Projet PSRDO)

9

Organisation globale

10

Organisation des cours

• En fonction du semestre et de la spécialité, • Possibilité de stage, • Sorties terrains sur des sites en activité systématiquement organisés par module.

Contexte, typologie, réglementation; de la collecte au traitement du déchet avec un accent sur le contexte africain Aboutissant à l’acquisition de compétences spécifiques pour • maitriser les filières de gestion, évaluer et minimiser les risques et impacts environnementaux associés aux déchets • l’exploitation des installations de traitement, de valorisation comme le compostage, l’enfouissement : choix des sites, conception, exploitation, gestion des nuisances, relation avec les acteurs et l’administration, etc. • le suivi et la gestion des sites en exploitation, les mesures réglementaires, etc. Avec des contenus à la fois pratique et professionnelle

11

12

2


25/04/2013

Métiers et débouchés Ces formations visent à accéder aux postes qualifiés et de cadres auprès du : Secteur privé: • Industries, association o (collecte et acheminement) o Diverses filières de traitement et valorisation : compostage, méthanisation, mise en décharge, incinération, etc. • Bureaux d’étude, consultants, etc.

Extrait de contenu d’un programme 1 - Cas de Gestion des installations de stockage : appelé ici « Centre d'Enfouissement Techniques : CET »

1.1– Règles de conception

Secteurs publics et parapublics: • Administrations • Collectivités locales en charge de la gestion de l’hygiène, l’assainissement, l’environnement, • ONG, organismes, etc.

Choix et la localisation du site : 2 – Conception, exploitation

compatibilité avec les plans d’urbanismes (POS, PLU)*

minimisation des 3 – Traitement des maitrise eaux de et ruissellement et nuisances lixiviats  risques naturels et industriels

4 – Suivi et veille réglementaire Dispositifs d’étanchéité et de drainage : Contexte géologique, géotechnique et hydrogéologique

5 - Valorisation du Matériaux biogaz et équipements nécessaires Valorisation du biogaz

6 – Intégration paysagère 13

Contenu d’un programme 1 - Cas de gestion des installations de stockage de déchets non dangereux : appelé ici « Centre d'Enfouissement Techniques 2 : CET » Fond et flanc argileux favorable à la conception : barrière passive

Pose géomembrane : barrière active

Préparation d’une alvéole de stockage

7 – Veille technologique, suivi post exploitation

*(POS : Plan d’occupation des Sols PLU : Plan Local d’Urbanisme) 14

Centres d’intérêts thématiques • Education à l’environnement sur les déchets • Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation des déchets à une échelle locale • Compostage et valorisation agronomique du compost • Caractérisation des gisements, tri des déchets et gestion des refus • Pré-collecte, collecte et transport : optimisation technico-économique • Et si possible : thématique enfouissement

Merci pour votre attention

www.2ie-edu.org

3


25/04/2013

Présentation du CEFREPADE

• Association créée à l’INSA de Lyon en 2007 • Réseau d’experts en matière de gestion des déchets et de l’assainissement dans les PED • Pour essayer de trouver ensemble des solutions • Assainir, créer des emplois, créer des structures pérennes et autonomes, former, éduquer, sensibiliser • Approche scientifique mais aussi sociale et économique : du vrai développement durable en pratique !

Programme Re-Sources Proposition initiale de contribution du CEFREPADE Réunions de lancement du programme Ouagadougou – Février 2013

France Haiti Cameroun Burkina Faso Togo Maroc Madagascar Argentine Bolivie Ile Maurice ...

2

Présentation du CEFREPADE

Présentation du CEFREPADE

Une approche projets de terrain… Plateformes de compostage à Dschang, Lomé, Cité Soleil

Valorisation des papiers cartons en combustibles à Cité Soleil et Ouagadougou

Valorisation thermique des coques d’anacarde à Bobo Dioulasso

Valorisation des plastiques à Cité Soleil et Ouagadougou

Assainissement individuel et collectif par toilettes sèches à Gros Morne

Et des actions transversales… Nos partenaires actuels : Univ. Quisqueya, ERA Cameroun, Fondation Athlétique d’Haïti, Univ. de Lomé, GRET, FAMV Haïti, GEVALOR, GoodPlanet / Etcterra, RONGEAD, 2IE, LVIA, INSA Lyon, ENSIL…

Ils financent ces projets : ADEME, ANR, AFD, FFEM, UE, Anneaux de la Mémoire, SCAC Ambassade de France en Haïti, Fondation INSA, Région Rhône-Alpes, Fondation Nature et Homme…

Plateforme Re-Sources

Appui à des coopérations décentralisées

Formation de porteurs de projets

Appui au montage et au suivi de projets

Stagiaires, volontaires, chargés de mission

Démarche Jumelage Carbone ®

3

4

Présentation du CEFREPADE

• • • • •

Bureau du CEFREPADE : Paul Vermande (Président), Guy Matejka (Vice-Président), Maurice Lourd (Secrétaire), Christine Bazin (Trésorière) Conseil d’administration : 26 membres, dont 10 représentants locaux dans 9 pays Permanents : Pascale Naquin (directrice scientifique), Mathieu Bruneau (VSI à Ouagadougou) Stagiaires : 5 actuellement (jumelage carbone, ACV compostage, toilettes sèches, coordination projets Haïti, diagnostic organisationnel) Une cinquantaine de membres adhérents (experts, étudiants, jeunes professionnels) potentiellement mobilisables

Le CEFREPADE dans Re-Sources France Haiti Cameroun Burkina Faso Togo Maroc Madagascar Argentine Bolivie Ile Maurice

• Pilotage : Pascale Naquin, assistée par un VSI • Budget CEFREPADE initial : 204 k€ pour salaire PN à 33%, 60 mois de volontaire, 24 mois de stagiaires, 150 per diem, 11 billets d’avion, matériel informatique et consommables • Demande de GEVALOR : autofinancer 50 k€ sur les 204 k€ prévus : accord de principe, en organisant une rencontre en juillet à Port-auPrince (budget GEDEAH), en trouvant des co-financements permettant de réduire la participation au salaire de Pascale ou de financer des stages ou mois de volontaire,… • VSI CEFREPADE recruté : Mathieu Bruneau, basé à Ouaga depuis décembre 2012, VSI La Guilde du Raid

5

1


25/04/2013

Le CEFREPADE dans Re-Sources • Activités : – Animation de groupes de travail – Participation à plusieurs groupes de travail – Assistance à la coordination générale si besoin – Interface possible avec certains partenaires burkinabè (Ministère de l’Environnement, Mairie de Ouagadougou, Grand Lyon, EAA, ONGs) – Animation de la publication d’articles dans la revue DST (Déchets Sciences et Techniques) : voir maquette couverture et contenu – Actions de terrain en appui aux GT sur financements propres – Recherche de partenaires extérieurs – Appui à la création d’une plateforme « fille » Re-Sources en Haïti

Le CEFREPADE dans Re-Sources • • •

Experts impliqués ? Une demande va être formulée aux adhérents du CEFREPADE suite à la rencontre de Ouagadougou. De quelle manière : proposition du CA du CEFREPADE de limiter le nombre de personnes impliquées dans les missions à l’étranger pour rationaliser (plusieurs GT en même temps). Participation des experts surtout par internet. Premières propositions CEFREPADE actions année 1 : – GT1 caractérisation (animation Pascale proposée) : méthode d’échantillonnage et de caractérisation des OM avec le 2IE (stage). Etat de l’art et enquête (Mathieu), acquisition de données pour analyse statistique (2IE), proposition, guide. Soutien ADEME proposé (François Gréaume, DAI, proposition à rédiger), BRGM (2j expert P. Wavrer), INSAVALOR (exp. Agadir et Cordoba – Arg.) – GT6 recyclage (animation Pascale proposée) : état de l’art interdiction et recyclage plastiques (Mathieu), réflexion sur : « Haïti : substituer ou collecter et recycler les emballages en PSE et les sachets plastiques (action pilote et/ou stage UNIQ ? Soutien réseau Nutriset (tous les humanitaires de l’urgence) ?) – GT11 pérenniser : identifier les facteurs qui permettent d’assurer la pérennité des activités de compostage des déchets urbains. Etudes de cas : plateformes JCF à Cité Soleil, Dschang, Lomé et Mahajanga. Stage (puis thèse UNIQ ?) Gaston Jean ? Projet de centre GEDEAH en Haïti.

Groupes de travail sur des thèmes techniques (liste provisoire) Proposition CEFREPADE 1. Caractérisation des gisements, tri des déchets et gestion des refus de groupes de travail 2. Précollecte, collecte et transport : optimisation technico-économique 3. Compostage et valorisation agronomique du compost 4. Méthanisation des déchets à l’échelle individuelle ou collective 5. Production de combustibles issus de déchets 6. Production de matériaux à base de matières recyclées (plastiques, textile, papier,…) Groupes de travail sur des thèmes organisationnels, institutionnels et réglementaires (liste provisoire) 7. Agir en amont pour réduire la production de déchets 8. Financer la gestion des déchets 9. Maîtriser les risques professionnels, environnementaux et sanitaires 10. Prise en compte des informels dans les initiatives de gestion des déchets 11. Amélioration des démarches de communication, de commercialisation, d’appropriation des outils, nécessaire à la pérennité 12. Education et sensibilisation à l’environnement au travers des déchets 13. Approche territoriale de la gestion des déchets, de la production d’énergie et de matières premières issues du recyclage (logique d’économie circulaire) 14. Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de précollecte et de valorisation des déchets

Des experts du CEFREPADE sur potentiellement tous les GT, à confirmer

Le CEFREPADE dans Re-Sources • Autres centres d’intérêt prioritaires du CEFREPADE :

– Accompagnement PF de compostage du CTVD de Ouaga – Création d’une PF expérimentale de compostage sur un CCT de Ouaga – Accompagnement de la valorisation des papiers cartons à Ouaga – Accompagnement du projet de centre de tri expérimental à Ouaga – Proposition de filières innovantes de valorisation des plastiques – Economie circulaire – Valorisation des résidus des toilettes sèches

2


25/04/2013

Cette présentation se fera en 5 points : Présenté par Abdoulaye ADAM

INTRODUCTION ENPRO est définit comme Ecosystème Naturel Propre ENPRO est une ONG du TOGO situé dans la capital LOME dont les buts sont d’oeuvrer pour un environnement saint, de faire la précollecte des déchets ménagers, leur valorisation ainsi que la sensibilisation et la formation à la gestion des déchets.

1- Historique 2- Organisation administrative 3- Le travail sur le terrain

4- Les difficultés rencontrées 5- Les perspectives

I- HISTORIQUE D’ENPRO (1)  ENPRO est une ONG créée en 1999 par un groupe de six étudiants de l’Université de Lomé, suite à la cessation d’activité de l’entreprise gérant les déchets de la ville de Lomé  ENPRO avait pour objectif initial :  de proposer la précollecte des déchets ménagers auprès des ménages dans 3 quartiers de Lomé dans le 5ème arrondissement deux fois /semaine  d’éradiquer les dépotoirs sauvages dans ces quartiers  de sensibiliser les habitants des dits quartiers

I- HISTORIQUE D’ENPRO (2) • Les moyens au départ :  Matériels: les charrettes à traction humaines (3 travailleurs /charrette)  Outils: Les fourches, râteaux, les pèles  Humain: Six étudiants + travailleurs recrutés  Financiers:

- Fonds propres (partie des bourses des 6 étudiants), - montant recouvré après service effectué (contrats de 500 à 1 500 F CFA)

• En 2008 :  appel d’offre lancé par la Commune de Lomé et le projet PEUL (Projet

Environnement Urbain de Lomé)  ENPRO se constitue en une entreprise (condition imposée par la Commune pour répondre à l’appel d’offre)  ENPRO gagne un lot « le quartier AGBALEPEDO » dans le 5ème .  ENPRO fait l’acquisition de 2 mini-tracteurs et mécanise la précollecte des ordures ménagères dans le quartier Agbapédogan qui compte près de 200 000 habitants

I- HISTORIQUE D’ENPRO (3 et fin)  Entre 2008 et 2010 les tests de compostage satisfaisant du

Dr KOLEDZI en collaboration avec le laboratoire GTVD de l’Université de Lomé, CEFREPAD et ENPRO ont conduit en mars 2010 à un projet de compostage sur financement de FFEM-PPI sur 12 mois suivit du projet AFRICOMPOST en

juin 2011 afin de pérenniser le projet le compostage mis en place avec le 1er projet.

1


25/04/2013

II- Organisation Administrative ENPRO (1) A.

Place d’ENPRO dans la gestion des déchets à Lomé

II- Organisation Administrative ENPRO (2)

A. Description

 ENPRO subdivisé en deux volets: Filière sans valorisation

Site de transit Mairie de Lomé

Collecte Société privée

Décharge finale Mairie de Lomé

Refus de la valorisation Production dans de déchets dans les ménages d’Agbalépdogan

sur fonds propres les agents de propretés, les agents de recouvrements

 La section valorisation des déchets premières années subventionnées (AFD, Ile de France, FONDS SUEZ) dans le but d’une autonomie à la fin de la 4ième année Appuyée (organisation et technique) par le consortium ETC-Terra / Gévalor, la GTVD, la ville de Lomé

 Dirigé par un comité de direction composé par les 6 membres fondateurs  Administré par Abdoulaye ADAM membre du comité de Direction appuyé par l’équipe de direction

(un responsable technique compostage, un commercial, un responsable de production compostage, un contrôleur général pré-collecte, un comptable et une secrétaire)

II- Organisation Administrative ENPRO (3 et fin) B. Organigramme

III-Organisation du travail sur le terrain (1) A. Au niveau de la pré-collecte

Comité de Direction

JOURS DE RAMASSAGE Service Technique VSI

RAF DIRECTEUR

Contrôle pré collecte

COMPTABILITE

Caisse

Revente de produits valorisés

SECRETARIAT de Direction

La section précollecte : 

Plateforme de valorisatio n ENPRO

Pré-collecte ENPRO

Recouvrement pré-collecte

ZONE 2

MINI TRACTEUR 1

MINI TRACTEUR 2

ZONE 3

ZONE 4

MARDI

MINI TRACTEUR 1

MINI TRACTEUR 2

Chefs Equipe

JEUDI

ZONE 1

ZONE 2

MINI TRACTEUR 1

MINI TRACTEUR 2

Agents de tri

VENDREDI

ZONE 3

ZONE 4

MINI TRACTEUR 1

MINI TRACTEUR 2

Service Commercial

Contrôle compostage

Commerciaux

Agents de propreté

LUNDI

ZONE DE RAMASSAGE ZONE 1

III-Organisation du travail sur le terrain (2)

III-Organisation du travail sur le terrain (3)

A. Au niveau de la pré-collecte

A. Au niveau de la pré-collecte, en image

Moyens humains :  1 contrôleur général  5 agents de recouvrement (temps partiel)  Pour chaque mini-tracteur :  1 chauffeur  4 agents de propreté

2


25/04/2013

III-Organisation du travail sur le terrain (4) B. Au niveau du site de valorisation  Aujourd’hui : valorisation organique par compostage  En projet : valorisation du verre et des plastiques  Le travail est organisé en atelier : 1. Atelier de tri et lancement d’andains 2. Atelier de retournements et d’arrosage 3. Atelier criblage et conditionnement 4. Atelier d’entretien

III-Organisation du travail sur le terrain (6) B. Au niveau du site de valorisation, en image

III-Organisation du travail sur le terrain (5) B. Au niveau du site de valorisation  Moyens humains Ateliers

Nombres d’agents pour un fonctionnement à 15t/j

Tri et lancement

8 personnes par table (2 tables sur le site)

Retournements

3 personnes

Criblage et conditionnement Entretien

8 personnes

TOTAL

29 personnes

2 personnes

III-Organisation du travail sur le terrain (7) B. Au niveau du site de valorisation, en image

IV- DIFFICULTES RENCONTREES (1)

IV- DIFFICULTES RENCONTREES (2)

A. Au niveau de la pré-collecte

B. Au niveau du site de valorisation

- Difficulté pour assurer pleinement la précollecte due aux mauvais états des mini-tracteurs - Problème de concurrence déloyale des structures non accrédités par la municipalité. - Difficulté pour le recouvrement liées aux difficultés de collecte à cause de l’état des mini tracteurs et du niveau de vie de certains clients

• Implication des autorités locales (pas d’implication financière de la mairie) • Commercialisation • Réalisation d’essais agronomiques pertinents • Gestion des refus de tri (stockage et évacuation) • Qualité de l’approvisionnement des déchets : parfois, présence de déchets dangereux ! • Risques, santé et hygiène au travail (accidents de travail, traumatismes musculaires dus à des travaux répétés, maux de ventre et autre dus au non respect des règles d’hygiène)

3


25/04/2013

V- PERSPECTIVES

A. Au niveau de la pré-collecte

NOS INTERETS DANS RE-SOURCE

 Étude d’optimisation de la précollecte (circuits de collecte, moyens humains et matériels)

Groupe de travail des thèmes techniques :

B. Au niveau du site de valorisation • • • •

Résultats des essais agronomiques et leurs utilisation dans l’argumentaire commercial Valorisation du verre par broyage pour le crépissage des habitations Extension du site pour permettre le développement de l’activité Valorisation des plastiques en pavés

Groupes de travail pertinents pour ENPRO sans son intervention

 Précollecte  Compostage de la partie organique des déchets

Objectifs /Calendrier

 Thèmes techniques :  Enrichissement du compost  Education à l’environnement sur les déchets

 Apprendre en groupe, partager les bonnes expériences  Mettre en application des connaissances acquises

 Thèmes organisationnels

 Participer au groupe de travail deux à trois fois le mois

 Amélioration de l’ergonomie du travail  Amélioration des démarches de la commercialisation nécessaire à la pérennité

 Groupe de travail des thèmes institutionnels  Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets

Les personnes qui s’impliqueront

- ENPRO s’investira particulièrement dans le groupe de

travail des thèmes Techniques - Interviendra dans ce groupe :  la précollecte ( par ADAM Abdoulaye)  le compostage ( par TONTASSE Essohana) - Pas d’intervention des personnes extérieures au côté de

Merci de votre aimable attention

ENPRO

4


25/04/2013

PRESENTATION DU PROFIL DE ERA CAMEROUN Atelier de lancement du projet Re - Sources

OUAGADOUGOU DU 11 AU 16 FEVRIER 2013

Par : Emmanuel NGNIKAM, Coordonnateur de ERA – Cameroun

Plan de présentation Activités de ERA – Cameroun dans le domaine des déchets solides

ERA – CAMEROUN EN BREF  Une Association Camerounaise créée en 1995;  Une Assemblée Générale de 10 membres dont 2

femmes; Activités dans le domaine de l’assainissement et accès à l’eau potable

 Une équipe de 8 bénévoles et 20 salariés dont 10 sur la

plate-forme de compostage de Dschang en 2012;  Près de 300 millions de francs CFA de budget (année

Activités dans le domaine d’ENR

2012);  Une cellule de coordination de 5 membres.

Contribution au projet RE- SOURCES

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Mise en place de structure de pré-collecte dans cinq

quartiers de Yaoundé (1999 – 2001),  projet financé par le MAE et réalisé en partenariat avec

la CUY, la CUA de Yaoundé 6, HYSACAM et POLDEN (INSA – Valor),  2 structures de pré-collecte (Tam Tam Mobile et GIC GEVOLEC) ont été mises en place suite à ce projet ;  10 autres structures de pré-collecte ont été mis en place à Yaoundé en utilisant les résultats de ce projet et permettent de desservir 5000 ménages en 2011.

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Mise en place de structure de pré-collecte dans cinq

quartiers de Yaoundé (1999 – 2001),  projet financé par le MAE et réalisé en partenariat avec

la CUY, la CUA de Yaoundé 6, HYSACAM et POLDEN (INSA – Valor),  Résultats : 2 structures de pré-collecte (Tam Tam Mobile et GIC GEVOLEC) ont été mises en place suite à ce projet et desservent près de 1000 ménages ;  Impact : 10 autres structures de pré-collecte ont été mis en place à Yaoundé en utilisant les résultats de ce projet et permettent de desservir 5000 ménages en 2011 qui contribuent volontairement entre 1000 et 2000 F/mois.

1


25/04/2013

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Etude pour jeter les bases de la production et

valorisation des déchets industriels au Cameroun (2006):  Cet étude financée par le PNUD pour le Compte du

Ministère en charge de l’environnement a permis de faire un inventaire des déchets industriels au Cameroun, ainsi qu’une caractérisation grossière;  L’étude a servi de support pour l’élaboration de la stratégie nationale de gestion des déchets au Cameroun;  C’est le seul inventaire national des déchets industriels au Cameroun.

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Projet de compostage des ordures ménagères de la ville de Dschang :  Études de faisabilité du projet de compostage à travers un stage CEFREPADE/ERA – Cameroun (2009);  Projet pilote de compostage des ordures ménagères dans le quartier Ngui (500 tonnes de déchets en 2012) (2010 -2012) avec l’appui du CF-UICN, CEFREPADE et la Commune de Dschang;  Intégration progressive du projet à AFRICOMPOST avec l’appui de GEVALOR, la Fondation Good Planet;  Réalisation des essais de compost en plein champ avec l’appui de la FASA de Dschang;  Réalisation de 300 compostières familiales dans les ménages situés dans la partie rurale de la Commune.

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Etude et maîtrise d’œuvre des travaux de construction

de la décharge de classe II de la ville de Dschang (2006 – 2007):  Projet financé par Nantes Métropoles, dans le cadre du

projet URBA - CAM;  Choix de site et accompagnement de la Commune dans

les négociations foncières;  Études techniques et environnementales;  Maîtrise d’œuvre complète des opérations

d’aménagement;  Formation du personnel municipal pour l’exploitation.

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET  Elaboration de normes d’aménagement et

d’exploitation des décharges au Cameroun (2012):  Projet financé par le Ministère en charge de

l’environnement;  Etat de lieu de la gestion des décharges au Cameroun

(décharge de classe II et I);  Proposition de normes d’aménagement et d’exploitation

des décharges au Cameroun;  Organisation de l’atelier national de validation du projet

de norme.

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE DECHET

 Etude technique, économique et environnementale en vue de l’implantation d’une décharge de classe I à Douala (2012 – 2013) :  Projet financé par le gouvernement camerounais dans le cadre des fonds PPTE et mise en œuvre par la CUD;  Étude de préfaisabilité en vue du choix de la zone d’implantation : le site de Ngombe est retenu;  Inventaire des déchets industriels de la ville de Douala et flux des déchets industriels spéciaux;  Analyse des filières de valorisation des déchets industriels produits dans la ville de Douala;  Etudes techniques et économiques;  Etude d’impact environnemental et social, ainsi que l’accompagnement de la CUD pour la demande de certificat environnemental.

 Etude technique, économique et environnementale en vue de l’implantation d’une décharge de classe I à Douala (2012 – 2013) :  Projet financé par le gouvernement camerounais dans le cadre des fonds PPTE et mise en œuvre par la CUD;  Étude de préfaisabilité en vue du choix de la zone d’implantation : le site de Ngombe est retenu;  Inventaire des déchets industriels de la ville de Douala et flux des déchets industriels spéciaux;  Analyse des filières de valorisation des déchets industriels produits dans la ville de Douala;  Etudes techniques et économiques;  Etude d’impact environnemental et social, ainsi que l’accompagnement de la CUD pour la demande de certificat environnemental.

2


25/04/2013

DEFIS DE LA GESTION DES DECHETS AU CAMEROUN.

DEFIS DE LA GESTION DES DECHETS AU CAMEROUN.

 Des déchets industriels dangereux de plus en plus importants, mais dont la prise en charge est défectueuse :  8500 tonnes/an en 2012 dans la ville de Douala, dont 85% collecté avec les OM et mise en décharge de classe II;  Le financement de la gestion des déchets ménagers, notamment dans les villes secondaires qui ne bénéficient par des appuies de l’Etat : taux de couverture de la collecte en dessous de 30%;  Une maîtrise insuffisante de l’espace urbain (plus de 60% des habitants vivent dans les quartiers non structurés et dépourvus d’équipement de base)  Une faible connaissance du gisement des déchets : seulement 7 villes ont bénéficié des campagnes de caractérisation de leurs déchets.

 Les activités de récupération et recyclages des déchets ménagers sont marginales;  La mise en décharge, filière exclusive de traitement des déchets, est une technique peu maîtrisée des municipalités et des autres acteurs : défis de mise en norme des décharges existantes (période de 2 ans);  Defis imposés par les nouvelles réglementations sur la gestion des déchets :  Conditions de délivrance de permis environnementale pour les opérateurs de gestion des déchets ménagers et industriels dangereux;  La prise en charge et le traitement des déchets dangereux;  Nécessité pour toutes les villes de réaliser les plans communal ou inter communal de gestion des déchets.

DEFIS DE LA GESTION DES DECHETS AU CAMEROUN.

CONTRIBUTION AU PROJET RE - SOURCES

 Organisation et gestion efficiente des boues de vidange. Dépotoir sauvage de Bois de Singe à Dla.

CONTRIBUTION AU PROJET RE - SOURCES  Participation aux Groupes de Travail Organisationnel

et institutionnel :  Amélioration de l’ergonomie du travail et réduction des risques

sanitaires (maladies, accidents…) sur la pré-collecte et le recyclage des déchets;  Amélioration de la prévention des risques environnementaux avec une meilleure prise en compte des déchets dangereux ;  Prise en compte des informels dans les initiatives de gestion des déchets;  Amélioration des démarches de communication et de commercialisation, nécessaire à leur pérennité financière;  Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention

des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets.

 Participation aux Groupes de Travail Technique  Pré-collecte  Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol;  Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques ;  Production de matériaux à base de matière recyclée;  Education à l’environnement sur les déchets.

CONTRIBUTION AU PROJET RE - SOURCES  Thèmes de terrain sur les quels on pourra apporter les

amélioration et/ou innovation :  Thème 1 : pre-collecte  Thème 2 : compostage de la fraction organique des

déchets ménagers  Thème 3 : enrichissement du compost pour améliorer

l’effet agronomique  Thème 4 : amélioration de l’ergonomie de travail et

réduction du risque de maladie de travail  Thème 5 : amélioration de la démarche de

communication et de commercialisation

3


25/04/2013

ACTIVITES DANS LE DOMAINE D’AEPA  Projet Amélioration des conditions de vie des populations de 10 quartiers populaires de Yaoundé (2002 – 2011);  Projet d’amélioration de l’accès à l’eau, à l’assainissement et la qualité de l’eau de consommation dans les quartiers populaires de Yaoundé (2008 – 2011);  Projet de gouvernance de l’eau dans le département du Mbam et Inoubou au Cameroun (2008 – 2012);  Projet maîtrise d’ouvrage durable dans le domaine de l’eau potable et l’assainissement dans la commune de Bangangté (2011 – 2013);  Projet maîtrise de la filière assainissement dans la zone côtière à Douala et les quartiers populaires de Yaoundé (MAFADY) (2011 -2014);  Élaboration de stratégie municipale concertée d’accès à l’eau potable et l’assainissement dans les villes de Dschang et Ebolowa.

 Maîtrise de l’assainissement dans un écosystème urbain et l’impact sur la santé des enfants de moins de 5 ans. Projets de rechercheaction réalisées en collaboration avec l’ENSP dans 12 quartiers de Yaoundé

ACTIVITES DANS LE DOMAINE DE L’ENERGIE RENOUVELABLE  Etude de faisabilité de l’électrification décentralisée à

partir de la biomasse (bois, déchets de bois et charbon) dans la province du Centre au Cameroun (1998 – 1999);  Electrification rurale décentralisée : sensibilisation, étude socio – économique et environnementale pour la mise en œuvre d’un programme d’électrification rurale décentralisée dans la province du centre au Cameroun (2002 – 2003);  Projet : “Removal of non technological barriers to encourage SME energy efficiency by the rational use of biomass”, ENEFIBIO (2006 – 2007).

Merci pour votre attention.

4


25/04/2013

GEVALOR en quelques mots  Association loi 1901 créée en 2004 à Orléans  Appui à des ONG ou de petites entreprises de gestion des

ordures ménagères dans les pays du Sud : 

Valorisation des ordures ménagères dans les pays en voie de développement

   

Madagascar (Mahajanga) depuis 2004 Mozambique depuis 2009 Cameroun, Togo et Bénin depuis 2010 Des interventions ponctuelles au Mali, au Vietnam, au Comores, au Congo Brazzaville, au Burkina Faso Création d’un réseau AFRICOMPOST en partenariat avec la Fondation GoodPlanet et ETC Terra et l’appui financier du Fonds Français pour l’Environnement Mondial et de l’Agence Française de Développement Création du projet Re-Sources avec 11 partenaires du nor det du sud. Capitalisation sur les bonnes pratiques en terme de gestion des déchets

La gestion des ordures ménagères Collecte

Quatre filières de valorisation  Tri et compostage des ordures ménagères  Valorisation des déchets d’abattoir

Réutilisation

 Recyclage des sachets plastiques en éléments de

construction  Production de combustibles

Recyclage

Traitement ou stockage final

Le Compostage : un recyclage des matières organiques

Compostage : Africompost 

 SANS PROJET DE COMPOSTAGE :

En partenariat avec GoodPlanet et ETC Terra

 Mise en place d’unités semi-industrielles de compostage des ordures Précollecte

Collecte

ménagères.

Décharge

 AVEC PROJET DE COMPOSTAGE : (ONG ou SARL partenaire)

Précollecte Collecte

Transfor mation

•25% en décharge

Vente Compost

Retour M.O aux sols

Durée du projet: 4 ans

Date de démarrage: Septembre 2011

Coût total: 7 135 000€

Nombre de villes bénéficiaires: 6

Développement de l’agriculture périurbaine : 4000t compost/an/site. Amélioration de la salubrité des villes : traitement de 25 000 t déchets /an. Création d’une centaine d’emplois/site. Réduction des émissions de méthane : 900 000 teCO2 sur 10 ans pour les 6 sites. Autonomie des structures : vente de crédits carbone et de compost. 

E

1


25/04/2013

DEFIS  Atteindre la pérennisation financière des plateformes

partenaires.

DEFIS & PERSPECTIVES

  

La finance carbone devient actuellement un soutien financier moindre d’où la difficulté de valoriser les crédits carbones. Trouver des financements suffisants pour accompagner les partenaires. Vulgarisation et commercialisation du compost

 Difficulté à développer la valorisation des déchets à une

échelle significative dans des contextes où la collecte n’est pas satisfaisante.  Offrir une alternative de travail aux informels dans un contexte où leur activité tend à disparaitre avec la formalisation de la gestion des déchets

PERSPECTIVES  Développement d’une nouvelle méthodologie finance

carbone pour une meilleure prise en compte de tous les paramètres notamment agricoles.  Intégrer de nouvelles plateformes – comportant tous les pré-requis – dans Africompost.  Implication forte dans Re Sources

IMPLICATION DE GEVALOR DANS LES GROUPES DE TRAVAIL (GT)

GT (1)  Via ses adhérents bénévoles, Gevalor s’impliquera

dans tous les GT.  Jocelyne, Georges et Gaïa s’impliqueront plus particulièrement dans les GT suivants : 

Caractérisation des gisements , tri des déchets et gestion des refus GL Précollecte – collecte et transport : optimisation technico économique JD Compostage et valorisation agronomique du compost JD

GT (2)  Jocelyne, Georges et Gaïa s’impliqueront plus

particulièrement dans les GT suivants : 

  

Méthanisation des déchets à l’échelle individuelle ou collective GL Production de combustibles issus de déchets GM Production de matériaux à base de matières recyclées GM Agir en amont pour réduire la production de déchets JD

2


25/04/2013

GT à créer

MERCI DE VOTRE ATTENTION

 Gevalor souhaite que deux groupes de travail en plus

soient créés – ou redéfinition des autres.

 Amélioration des conditions de mise en décharge.  Finance carbone. Georges et Gaïa s’y impliqueraient.

3


25/04/2013

La Fondation GoodPlanet 2

Date de création 2005

1

Réunion de lancement du projet Re-Sources Février 2013

Programmes - GoodPlanet Solidaire - 7 milliards d’autres - GoodPlanet Info - Action Carbone

Président-fondateur Yann Arthus-Bertrand

« Mettre l’écologie au cœur des consciences »

Créée par Yann Arthus‐Bertrand et reconnue d’utilité publique, la Fondation GoodPlanet sensibilise le public aux enjeux liés à notre environnement et agit pour le développement d’un monde durable. www.goodplanet.org Pour plus Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources d’informations:

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

Les actions de la Fondation

Le programme Action Carbone

3

4

 Sensibilisation par l’image grâce aux réalisations et expositions : 7 milliards

d’Autres, Des Forêts et des Hommes, Festival de cinéma, Rio+20… du grand public sur l’environnement et ses enjeux : www.goodPlanet.info et ses publications.  Éducation au développement durable : les posters GoodPlanet dans les écoles et la Maison du Changement.

 Créé en 2006 avec le soutien de l'ADEME. Programme responsable et

solidaire de calcul, réduction et compensation carbone

 Information

 Finance et développe des projets de réduction des émissions de gaz à effet de

serre (énergie renouvelable, efficacité énergétique, lutte contre déforestation…) portés par des ONG dans les pays en développement  

Pr ogramme 7 m illiards d’Autres

Post ers distribués dans les écoles

In a uguration école bioclimatique T ir iguioute, Maroc

 Actions de développement dans les pays du Sud : programme Action

Carbone de compensation et d’alternative carbone et programme GoodPlanet Solidaire pour la construction d’écoles bioclimatiques.

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

   

6,5 M€ collectés en 4 ans, 500 entreprises partenaires, Plus de 15 projets en Asie, Amérique et Afrique, Plus de 90 000 bénéficiaires directs.

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

Le projet Africompost

Compensation carbone et compostage 5 La situation dans les pays du Sud

6

Grande quantité de déchets

Manque de moyens financiers

 Mise en place d’unités semi-industrielles de compostage des ordures ménagères.

Durée du projet: 4 ans

Date de démarrage: Septembre 2011

Coût total: 7 135 000€

Nombre de villes bénéficiaires: 6

Décomposition anaérobie des déchets non collectés.

Déch arge à ciel ouvert, Da kar, Sénégal

Emission de méthane (puissant GES)

Insalubrité des villes

Intérêt du compostage: • Le domaine des déchets contribue à 3 à 5% aux émissions globales de GES • Plus de 12% du méthane produit dans le monde provient des décharges

 L’amélioration de la gestion des déchets offre des perspectives de lutte contre le changement climatique importantes. Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

la

Compensation Carbone : projets labellisés à des standards de compensation volontaire (énergie, déchets, etc.) Alternative Carbone : Projets innovants à composantes forestière et agricole avec R&D sur la comptabilité carbone

Sur le terrain : Mahajanga, Madagascar Un projet d’appui au développement d’une unité de compostage est mené depuis 2006. Les partenaires du projet avec entres autres, Madacompost, l’opérateur local de compostage, assurent la pérennité de la structure par la vente combinée de compost et de crédits carbone (1 118 t CO₂ éq émis en 2010).

Partenaires principaux

Financé par :

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

1


25/04/2013

Objectifs d’Africompost

Organisation du projet

7

8

Développement de l’agriculture périurbaine : 4000t compost/an/site. Amélioration de la salubrité des villes : traitement de 25 000 t déchets /an. Création d’une centaine d’emplois/site. Réduction des émissions de méthane : 900 000 teCO2 sur 10 ans pour les 6 sites. Autonomie des structures : vente de crédits carbone et de compost.

Délégation de maitrise d’ouvrage

Partenariat

GoodPlanet

Gevalor

Etc Terra Financement Africompost Avances des crédits carbone Vente des crédits carbone Appui technique

Municipalité

Appui technique

Délégation

Opérateur local (x6) Gestion de l’unité de compostage

Accord tripartite Andains sous le hangar sur le site de compostage de Lomé

Pré collecte à Ngui au Cameroun

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

Participation aux groupes de travail Re-Sources 9

 Motivation pour participer aux groupes:  Compostage et valorisation agronomique du compost  Amélioration des démarches de communication, de commercialisation, d’appropriation des outils, nécessaire à la pérennité  Fort intérêt également pour les groupes :  Méthanisation des déchets à l’échelle individuelle ou collective  Production de combustibles issus de déchets  Financer la gestion des déchets  Education et sensibilisation à l’environnement au travers des déchets

Contact

Baptiste Flipo Chargé de projets Fondation GoodPlanet Courriel : baptiste@goodplanet.org

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

Quelques photos 11

Présentation GoodPlanet - Projet Re-Sources

2


25/04/2013

OBJECTIF GLOBAL Contribuer à améliorer la gestion des déchets dans les villes en développement, en favorisant les stratégies de réduction, de réutilisation et de recyclage des déchets.

PROJET Plateforme pour la promotion de la valorisation matière et énergie à partir des déchets solides: activités et engagements du Laboratoire GTVD

Objectifs spécifiques La production de connaissance sur les bonnes pratiques de gestion et de recyclage des déchets; Le partage des informations et des connaissances sur les bonnes pratiques de gestion des déchets;

Présenté par

Le développement d’une prise de conscience politique sur la question des déchets solides

KOLEDZI K. Edem

COMPOSITION DE L’EQUIPE DU LABORATOIRE GTVD TCHANGBEDJI Gado, Chimiste, Professeur Titulaire, Directeur BABA Gnon, Chimiste, Maître de Conférences, Directeur scientifique KILI Koffi, Chimiste, Professeur Titulaire TOZO Koffi, Biologiste, Maître de Conférences GNANDI Kissao, Géochimiste, Maître de Conférences AGBEKO Kofi, Pédochimiste, Maître Assistant

AMOUZOUVI K. A, Agronome, Maître Assistant KORIKO Moursalou, Chimiste, Maître Assistant KOLEDZI K. Edem, Chimiste, Maître Assistant ZONVIDE Essey, Chimiste, Assistant TCHEGUENI Sanonka, Chimiste, Assistant SEGBEAYA K. N., Chimiste, Assistant BODJONA M., Chimiste, Assistant KOLANI Lankondjoa, Ingénieur Agronome

ENGAGEMENTS DE GTVD Thèmes techniques

1. Pré-collecte 2. Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol; 3. Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques; 4. Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation des déchets à une échelle locale ; 5. 6. 7. Réduction des déchets 8. Optimisation des circuits de transport 9.Education à l’environnement sur les déchets

ABBE Komlan Dodji, Technicien Supérieur de Labo

Thèmes organisationnels 1. Amélioration de l’ergonomie du travail et réduction des risques sanitaires 2. Amélioration de la prévention des risques environnementaux 3. Prise en compte des informels dans les initiatives de gestion des déchets 4. Amélioration des démarches de communication, de commercialisation, d’appropriation des outils, nécessaire à la pérennité

Thèmes institutionnels

ACTIONS PILOTES PAR RAPPORT AUX THEMES TECHNIQUES Pré-collecte: Etude comparée des charges horaires par rapport au zone et au type d’engins Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol: Conditionnement du compost (réduire la quantité à utiliser pour un même rendement agricole) Réduction des déchets: Réduction de la quantité de sable dans le circuit de gestion des déchets Education à l’environnement sur les déchets: A l’image des « Pères éducateurs en matière » de VIH, former les « Ambassadeurs » en matière de déchets depuis les apprenants à la base; Education et politique environnementale

Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets

Projet Re Sources

1


25/04/2013

PERSONNEL GTVD POUR CHAQUE THEME

THEMES ORGANISATIONNELS ET INSTITUTIONNELS

Pré-collecte: Dr SEGBEAYA

Thèmes organisationnels: Professeurs Tchangbedji, Tozo, Kili et Amouzouvi

Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol: Dr TCHEGUENI

1. Amélioration de l’ergonomie du travail et réduction des risques sanitaires

Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques: Ing. KOLANI Production du biogaz: Dr KOLEDZI

2. Amélioration de la prévention des risques environnementaux 3. Prise en compte des informels dans les initiatives de gestion des déchets

Réduction des déchets: Dr KORIKO

4. Amélioration des démarches de communication, de commercialisation, d’appropriation des outils, nécessaire à la pérennité

Optimisation des circuits de transport: Dr BODJONA

Thèmes institutionnels: Professeur Baba

Education à l’environnement sur les déchets: Professeur GNANDI

Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets

JEUNE EQUIPE Evaluation de l’impact des déchets ménagers de la ville de Kara (Togo) sur la qualité de la rivière Kara

Contribution à la valorisation des déchets agro-alimentaires en compost: Caractérisation physico-chimique des composts et étude de leur minéralisation dans deux sols agricoles du Togo Effet de différents types de compost élaborés à base de coques de graines de coton sur le rendement en grain de maïs

Extraction, caractérisation, réactivité chimique des substances humiques naturelles avec les phosphates de Hahotoé-Kpogamé et leurs propriétés photodégradantes

Contamination du sol de la décharge finale de la ville de Lomé par les métaux lourds: Cas du plomb, cadmium, nickel, cuivre et du zinc

Prof. Gnandi : Diplômé en géochimie de l’environnement, enseignant chercheur, auteur de nombreux étude d’impact environnemental et d’audit environnement reconnues et validés par le Ministère de l’Environnement, ONUDI, PNUD, UNESCO, UNICEF,……

Valorisation des déchets solides urbains dans les quartiers de Lomé (Togo): approche méthodologique pour une production durable de compost

Domaines où le Laboratoire est avancé  Compostage des coques de graine de coton et ordures ménagères;  Enrichissement du compost avec phosphate naturel, fientes et les cendres;  Production du biogaz

 Formation initiale (Licence Professionnelle) en déchets et assainissement;  Encadrement des Etudiants en Masters et en Doctorat. Plus d’une centaine de memoire;  Formation continue pour les Agents municipaux

PUBLICATIONS 1. Experimental study of urban waste composting and evaluation of its agricultural valorization in Lomé (Togo) 2011 - K.E. KOLEDZI, G. BABA, G. TCHANGBEDJI, K. AGBEKO, G. MATEJKA, G. FEUILLADE and J. BOWEN. Asian J. of Applied Sciences 4 (4) 378-391. 2. Valorisation des déchets urbains en agriculture : étude d’impact écologique de composts – 2011 – KOLEDZI K.E., BABA G., SEGBEAYA N., TCHANGBEDJI G., KILI K., TOZO K., GNANDI K., A.A. AMOUZOUVI, FEUILLADE G., et MATEJKA G. Journal Soc. Ouest-Afr. Chim. (2011) 032 ; 27 -42. 3. Composition of municipal solid waste and perspective of decentralized composting in the districts of Lomé, Togo - 2011 – K.E. KOLEDZI, Y. KPABOU, G. BABA, G. TCHANGBEDJI, K.A. KILI, G. FEUILLADE and G. MATEJKA. A Glance at the World / Waste Management 31 (2011) 607-609 4. Caractérisation physique des déchets solides urbains à Lomé au Togo, dans la perspective du compostage décentralisé dans les quartiers - 2011 - K.E. KOLEDZI, G. BABA, G. FEUILLADE et G. MATEJKA. Journal Déchets, Sciences et Techniques n° 59. 5. Le compostage des déchets solides urbains : Une filière à réhabiliter dans les PED et à adapter selon les conditions locales – 2011 - KOLEDZI K.E.et MATEJKA G. Journal de l’institut de l’énergie et de l’environnement de la Francophonie, Numéro 90 -4e Trimestre 2011; Gestion des déchets ménagers. pp 36 – 40. 6. Urban waste management: Composting control by oxygen content measurement - 2012 - KOLEDZI K.E., BABA G., SEGBEAYA N., TCHANGBEDJI G., KILI K., FEUILLADE G., et MATEJKA G, International Journal of Emerging Trends in Engineering and Development (IJETED) Issue 2, volume 5 (July 2012). ISSN 2249 - 6149 7. Dynamique d’activité des composts: cinétique de minéralisation de la matière organique biodégradable – 2012 – KOLEDZI K.E., BABA G., TCHAKPEDEOU C., SEGBEAYA K.N., KORIKO M., TCHEGUENI S., MATEJKA G., TCHANGBEDJI G., European Journal of Scientific Research ISSN 1450-216X Vol.81 No.1 (2012), pp.69-77 8. The study of heavy metal (Ni, Cu, Zn, Pb and Cd) in a process of composting of the of urban solid waste in developing countries, KOLEDZI K.E., BABA G., , TCHANGBEDJI G., KILI K., TOZO K., GNANDI K., A.A. AMOUZOUVI, FEUILLADE G., et MATEJKA G soumis à Toxicological and Environmental Chemistry How the origin of fresh household waste affects its ability to be biodegraded: An assessment using basic tools and its application to the city of Kara in Togo K.N. Segbeaya , G. Feuillade-Cathalifaud, G. Baba , E.K. Koledzi , V. Pallier , G. Tchangbedji , G. Matejka

Projet Re Sources

2


25/04/2013

PERSONNE EXTERIEURE Autorités locales: Mr. ENUMODJI et Col. ALABA Service technique: Direction des Services Techniques (DST) de Lomé Ministère de l’Environnement Union des Communes du Togo

MERCI

Association: ENPRO (Ecosystème Naturel Propre)

Nouvelle Industrie des Oléagineux du Togo

PROJET 2 Intégration et vulgarisation des méthodes de valorisation des déchets à travers l’école primaire et l’ONG au Togo Note succincte accepté par UE, rédaction en cours

Projet Re Sources

3


25/04/2013

INTRODUCTION : LA LVIA La LVIA est une ONG italienne créée en 1966 qui intervient dans 11 pays d’Afrique, en Italie et en Albanie.

ONG LVIA

LVIA compte 11 sièges sur le territoire italien.

COOPERATION ET SOLIDARITE INTERNATIONALE

LVIA est basée en Burkina Faso depuis 1973. Depuis la moitié des années ‘90, la LVIA a développé une expérience dans la gestion des déchets solides urbains, en appuyant les collectivités locales et les populations dans la sauvegarde de l’environnement et la lutte contre les nouvelles formes de pauvreté en milieu urbain.

LANCEMENT PROJET RE-SOURCES Ouagadougou , du 13 au 16 février 2013

WWW.LVIA.IT

SECTEURS D’INTERVENTION AU BURKINA FASO

Zones d’intervention • Italie, Albanie • 6 Pays en Afrique de l’ouest • 5 Pays en Afrique de l’Est

Mali

Mauritanie

Ethiopie

Sénégal

G. Bissau Kenya G. Conakry

Burundi Tanzanie

Burkina Faso

• • • •

Développement rural Environnement Eau / hygiène Coopération décentralisée et coopération entre communautés • Lutte contre la malnutrition et urgence

Mozambique

Intervention en milieu urbain – Assistance technique aux municipalités pour la mise en place/renforcement des services de collecte des ordures dans les villes – Diffusion, vulgarisation et promotion de systèmes d’assainissement autonomes (latrines, fosses septiques, puisards, …) – Construction et organisation de centres de traitement et valorisation des déchets plastiques – Education environnementale dans les écoles – Conception de scénarii sur la sensibilisation pour la protection de environnement

Pays d’intervention dans le domaine de l’environnement – Mauritanie (Nouakchott) – Sénégal (Thiès, Kaolack, Dakar et Joal) – Burkina (Ouagadougou et 4 autres villes secondaires) – Mozambique (Maputo) – Guinée Conakry (Conakry) – Niger (Niamey, support technique)

1


25/04/2013

Organisation de la filière plastique

Achat plastique

• Achat des déchets plastiques au niveau des centres de transformation ou des points d’achat ouverts dans les quartiers périphériques. • Tri et décontamination • Lavage • Broyage / Extrusion • Conditionnement / vente aux sociétés du secteur

Tri décontamination

Broyage - Tamisage

Lavage

Broyage - Granulation

Taille du granulat: 2,5 mm

2


25/04/2013

LE CTVDP : UN ESPACE POUR L’EDUCATION ENVIRONNEMENTALE Autour de l’activité des Centres de valorisation des déchets plastiques se développent des programmes d’éducation et d’information sur les thèmes du développement durable, avec des animations dans les quartiers, des spectacles théâtraux et musicaux, des émissions radiodiffusées et télévisées, des campagnes de sensibilisation et des parcours didactiques dans les écoles.

Expériences à partager dans le cadre du projet RE-SOURCES • Education environnementale dans les écoles et activités IEC avec les populations • Récupération/valorisation des déchets plastiques

Merci…

• Appui aux collectivités locales => coopération décentralisée • Assainissement / compostage

3


25/04/2013

PLAN • • • • •

Historique de l’ONG Objectifs Fonctionnement Le projet Localisation et caractéristiques de la zone d’intervention • Activités menées • Les résultats/Acquis du projet • Difficultés rencontrées

HISTORIQUE DE L’ONG

OBJECTIFS

• Naissance idée depuis 2005 à Orléans • Projet dans le nord Bénin depuis 2010 • Enregistrement fait à Parakou en 2011

PROMOUVOIR DES ACTIONS DE DEVELOPPEMENT

EN FAVEUR DE L’ENVIRONNEMENT

FONCTIONNEMENT (1)

EN FAVEUR DES POPULATIONS

FONCTIONNEMENT (2)

Le Conseil qui élit parmi ses membres un bureau constitué :

Des instances de pilotage et de réalisation spécifiques seront mises en place 1. Président Rôle du Comité de Pilotage ou des partenaires

Responsable moral, ordonnateur des dépenses Conseil d’administration De l’ONG

2. Secrétaire

Comité de pilotage et/ou partenaires

• • •

Chargé des correspondances, archives, procès verbaux

Oriente les travaux et contrôle l'avancement du projet Valide les orientations et la vision cible proposées par l'équipe projet Valide le plan d'action et décide des actions de mise en œuvre

3. Trésorier Rôle du Coordonnateur

Chargé de la gestion du patrimoine

ASSEMBLEE GENERALE

• Coordonnateur

• • •

Oriente les travaux de l'équipe projet, sur le fond et sur les interlocuteurs à rencontrer Prépare les restitutions au Comité de Pilotage Organise et coordonne les travaux des équipes projet S'assure de la qualité des travaux et du respect des délais

Organe suprême Rôle de l'équipe projet Equipe projet

• •

Conduit les travaux sur le terrain Rend compte au coordonnateur de l'avancement des travaux et des difficultés rencontrées

1


25/04/2013

ACTIVITES MENEES Projet de gestion et valorisation des ordures ménagères de la ville de Parakou

Projet de traitement et valorisation des déchets ménagers de Parakou

Projet de lutte contre la déforestation et l’émission de fumées toxiques par l’équipement de familles de Parakou en cuiseurs à bois, économiques En partenariat avec la Mairie d’Orléans, la mairie de Parakou, les associations Gévalor et AIADD Solidarité

Localisation

Contexte • Les textes de loi ont confié la gestion des déchets à la commune mais sans lui en attribuer les moyens.

Parakou

• La commune rencontre d’énormes difficultés pour assurer l’assainissement solide de la ville. 3ème ville du Bénin

200 000 habitants

superficie de 441 km²

Ce qui caractérise la gestion des déchets à Parakou La pré-collecte et la collecte des déchets ne concernent qu’une faible partie des ménages (par mois 2580 tonnes de déchets environ)

Ce qui caractérise la gestion des déchets à Parakou Pré-collecte et collecte s’articulent de façon insatisfaisante ce qui conduit à laisser une partie des déchets en ville pendant plusieurs jours

2


25/04/2013

Ce qui caractérise la gestion des déchets à Parakou Forte présence de sable dans les déchets renchérit le coût du transport des déchets vers la décharge finale, empêche de développer davantage le service de collecte

Le projet

Ce qui caractérise la gestion des déchets à Parakou L’inexistence de décharge finale contrôlée s’accompagne de la prolifération de décharges sauvages aux abords proches de la ville

Acquis du projet

Réchauffement climatique

Développement agricole

La commune a de plus soutenu depuis 2011 la mise en place d’une opération pilote de recyclage et de valorisation des déchets par le compostage, avec l’appui de la Ville d’Orléans (Commune jumelée à Parakou).

Création d’emplois

Cette unité, qui occupe pour le moment une zone provisoire, transforme environ 4 tonnes de déchets par jour.

Assainissement de la ville

Acquis du projet Approvisionnement par les associations de précollecte, essentiellement les déchets de marché

La phase pilote a permis la production de 8,5 tonnes de compost à partir de 115m3 de déchets traités en 4 mois

(Photo à insérer)

3


25/04/2013

Acquis du projet

Acquis du projet Tests agronomiques

Sensibilisation Formation Formation des encadreurs Utilisation du compost La santé et la sécurité au travail

Perspectives Poursuivre la montée en puissance

 6 200 m3 de déchets sont traités et 560 tonnes de compost sont produits en deux ans

   

20 emplois stables créés au bout de 2 ans Amélioration de la qualité du compost Suivi, préparation d’un dossier pour l’accès à la finance carbone Assurer les bases de l’équilibre financier de l’unité de compostage et la vulgarisation des actions en faveur de l'environnement (Actions commerciales et sensibilisations, Démonstration sur site et formation à l’utilisation du compost, Organisation de campagnes d’éducation à l’écocitoyenneté)

Notre implication dans le groupe de travail

PRINCIPAUX DEFIS

 Relations avec la mairie  Obtention d’un site final  Accès à l’eau  L'approvisionnement en déchets  Qualité du compost,  Prix du compost pour les agriculteurs...

• COMPOSTAGE • GENRE ET ENVIRONNEMENT (thème additionné)

4


25/04/2013

Education à l'environnement

Education à l'environnement

De quoi s’agit –il ? Objectif

 Mécanisme participative d’éducation à l’environnement. Appelé « parlement éco jeunes », ou « parlement éco citoyens »,  Permettant aux jeunes d’exprimer leurs perceptions sur les problèmes environnementaux qui les entourent et de développer un regard critique sur leurs actes et comportements de leur milieu.

 Sensibiliser les jeunes aux enjeux environnementaux, de santé et de société, en relation directe avec la gestion des déchets.  Il s'adresse aux enfants et adolescents dans un cadre scolaire et/ou parascolaire.

 Susciter l’appropriation des thématiques environnementales en amenant les enseignants à une plus grande implication dans les projets pédagogiques Des actions de sensibilisation, des formations, seront développées en direction des enseignants (Conférences débats,modules de formation, Concertations…)

 Identifier à partir des constats des élèves des actions concrètes de sensibilisation au niveau local Pistes d’action : - Impact de l’activité humaine sur l’environnement - Tri et valorisation des déchets - Vers les déchets verts…

 Déboucher sur la rédaction d’un document d’orientation pour le développement de l’éducation à l’environnement

Inciter les jeunes à observer leur environnement et à avoir un regard critique sur le monde et sur en particulier leurs actes et comportements de leur milieu (Recherches documentaires, investigations, visites de site…)

Comment se déroulera le projet ?

De quoi s’agit t’il ?

De quoi s’agit t’il ?

Comment se déroulera le projet ?

Genre et environnement Cibles concernées Objectif

les vidangeurs de latrines traditionnelles,  les femmes balayeuses des rues,  les vendeuses d’aliments,  les ramasseurs de ferrailles, boîtes vides et d’autres objets  les couturiers et couturières etc…. 

 Contribuer à une meilleure organisation du secteur informel en ce qui concerne l’environnement en vue d’une meilleure gestion et valorisation des ordures en tenant compte des expériences en cours dans la commune de Parakou

    

Identification et recensement des différentes cibles Echange et discussion Information Sensibilisation et éducation Formation/Renforcement de capacité Création de centres récupération et de suivi

Activités

FIN

Prise de contact Organisation du groupe de travail Diagnostic rapide Supervision Evaluation et suivi des actions à mener Résultats Les cibles existantes sont identifiées et recensés Les cibles sont contactées pour échanges et connaissance de leur expérience sur le sujet  Des actions sont mises en place        

Méthode de travail

5


4/25/2013

Projet: GEVALOR

Localisation : Océan Indien

Coordonnées : 20° 18′ 03″S 57° 34′ 56″ E Superficie : 1 865 km2 Point culminant : Piton de la Petite Rivière Noire (828 m) Géologie : Île volcanique

Dr G. Somaroo & Prof R. Mohee 13 février 2013

Université de Maurice • 1914: École de l’agriculture. • 1965: Après 13 décennie, le conseil provisoire de l’Université de Maurice est mis en place. • 5 facultés (www.uom.ac.mu): – Agriculture – Ingénierie – Droit et gestion – Science – Sciences sociales et humaines

Université de Maurice • Consultancy & contract research centre (CCRC) – Consultancy and Contract Research projects between the University and Industry, government and other stakeholders, from pre-award state until project wrap-up. • Centre for Information Technology & Systems – Management Information Systems and IT certification courses in support of UoM’s academic, research and public service missions through strong partnerships and informed leadership. • Virtual Centre for Innovative Learning Technologies – Responsible for providing and developing on-line web-based education and telelearning at the university and throughout the country. • Centre for professional development and lifelong learning – Facilitate the implementation of Distance Education (DE) at the University of Mauritius (UoM), with the objective of maintaining quality and increasing enrolment at UoM.

Research (1992-2012) (Prof Mohee) • 50 B.Eng projects • 15 MSc projects

Recherche et Expériences

• 20 MPhil/PhD projects; 12 completed • Books and Publications • Major consultancy projects over Indian Ocean • Rotary Composters- Industrial design

• Laboratory analyses • Technical advisor of National Composting Plant of 180000 tons/yr

1


4/25/2013

Composting Projects initiated by Prof Mohee’s research team • Large-scale projects

Union Park Women Association (2004-2005) • Composting of domestic wastes

• Community-based projects

• Research projects • University projects

Funded by National Women Council

Solid Waste Recycling Ltd • Composting of 100000 t/y of wastes • Enrichment of compost • Commercialise enriched compost • Use of compost in agricultural applications

Mission Verte Project 2011-2012 • A National Project funded by MCB Forward Foundation • 300 planters • North South East West • Onsite training of planters in composting projects

La Ferme St Martin Cooperative Society

Sept Cascade AMCS, Onion Producers Association, Midland AMCS, Green Technology Mix Farming Coop Society

2


4/25/2013

CARMEL Nouvelle Découverte AMCS & Trou D’eau Douce AMCS

Roche Bois Community Centre

Train the Trainers (2006-2010)

Island wide composting Rodrigues

Funded by UNDP GEF/SGP

Rodrigues -Demonstration

Compost Use- Training

Funded by UNDP GEF/SGP

3


4/25/2013

Practical Assessment

Rodrigues- Award ceremony

Exam + setup of composter + final compost assessment Funded by UNDP GEF/SGP

Trainers in Action Sustainable animal waste management in Rodrigues 2006-2010

Association des Fermiers de MarĂŠchal, Citron et Chateau des Fleurs

Making of compost in rotary drum composter

Domestic solid waste recycling at community level in Rodrigues 2006-2011 Association des Planteurs de Petit Gabriel & Association des Planteurs de Mourouk

4


4/25/2013

Demonstration Session

Pilot demonstration facility for windrow composting of agricultural wastes and production of biovegetables 2006-2010 President of Association des Agriculteurs de Nouvelle DÊcouverte & Association des Planteurs de St François

Discussion on windrow design

Construction of Windrow Facility

Demonstration Session

5


4/25/2013

Completed Research Projects

Completed Research Projects

• ‘Municipal Solid Waste Characterization’ of mixed MSW coming at the Mare

• Effects of Ultrasound Irradiation on Anaerobic Digestion of Solid Wastes.

Chicose Landfill (Mauritius) for moisture content and gross calorific value

Principal Investigator: Prof Romeela Mohee; Co-Investigator: Mr Ackmez

determination of waste categories. Team: Professor Romeela Mohee, Ackmez Mudhoo, G.D. Somaroo, N. Sobratee & V. Jumnoodoo. [June to Oct 2006, Feb 2007]

• Improving composting process and compost quality by using Bioculum. The

Mudhoo; Research Assistants: Bundhoo, M.A.Z. (9 months) and Bauluck, T.B. (2 months) Project fully funded by the Mauritius Research Council (MRC) under the Unsolicited Research Grant Scheme.

objective of this study, which was initiated by Professor Romeela Mohee at the University of Mauritius, was to assess the effect of Bioculum on the composting of green wastes (green leaves and branches, grass, brown leave and branches, paper and chicken wastes).

• An assessment of the feasibility of windrow co–composting of shredded waste office paper from the University of Mauritius and broiler litter from University Farm. Team: Professor R. Mohee, T. Kisto, A. Mudhoo, G.D. Somaroo, S. Bheekun [Nov 2006–Jan 2007]. In this research, the co–composting of shredded waste office paper with Broiler Litter (BL) in windrows was analyzed.

Ongoing Research Projects

Ongoing Research Projects

• Use of biogas as an alternative to LPG at the cafeteria of the University of

• Assessing the potential of using coal ash and bagasse ash as inorganic

Mauritius. Principal Investigator: Dr G. Somaroo, co-investigator: Dr S.

amendment in the composting process of municipal solid wastes:

Venkannah (ongoing)

Improvements in compost quality for agronomic application. Principal Investigator: Prof Romeela Mohee; Co-Investigators: Mr Selven Rungasamy, Dr Geeta D. Somaroo and Mr Ackmez Mudhoo; Project funded by the Mauritius Research Council (MRC) under the Unsolicited Research Grant Scheme under the Research on Coal Ash Management in Mauritius (MRC/RUN-ASH)

• Use of Compost by Farmers as an Adaptation Strategy for Climate Change: Land Application and Simulation Studies. Principal Investigator: Dr Geeta D. Somaroo; Co-Investigators: Prof Romeela Mohee and Mr Ackmez Mudhoo; Research Assistant: Boodhoo, L. Project fully funded by the Mauritius Research Council (MRC) under the Unsolicited Research Grant Scheme under the Africa Adaptation Programme (MRC/AAP01)

Research Collaborations initiated by Prof R. Mohee • Reunion Island through funding sought from Agence Francaise de Developpement (AFD) for a regional project on sludge management. • ACP-EU Cooperation Programme in Higher Education (EDULINK) of the ACP Group of States, with the financial assistance of the European Union in context of the Collaborative curriculum Development on Waste Management in Africa and the Pacific region (CODWAP) project.

Groupes de Travail • Groupes de travail sur des thèmes techniques • Groupes de travail sur des thèmes institutionnels

• The Small Developing Island Renewable Energy Knowledge and Technology Transfer Network (DIREKT) project funded by the ACP Science and Technology Programme, an EU programme for cooperation between the European Union and the ACP region (Africa, Caribbean, Pacific). • Solid Waste Recycling Ltd., Mauritius • NGOs like Mission Verte. • Ministry of Local Government and Outer Islands, Ministry of Environment and Sustainable Development

6


4/25/2013

Listes des Thèmes

Listes des Thèmes

• Groupes de travail sur des thèmes techniques

• Groupes de travail sur des thèmes institutionnels

• Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol;

– Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de

• Enrichissement du compost pour en améliorer les effets

valorisation des déchets

agronomiques; • Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation

des déchets à une échelle locale; • Education à l’environnement sur les déchets

Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol

Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol • Activités

• Objectifs – Optimiser la conception et l’exploitation des plateformes de

– Définition du degré de qualité des déchets entrants (indice de nontoxicité) ainsi que des conditions à réunir en amont des procédés de

compostage – Limiter les impacts environnementaux et sanitaires des installations de traitement du compostage (odeurs, gaz à effet de serre etc.) – Garantir l’innocuité des composts en termes environnementaux et sanitaires

traitement pour y parvenir (collecte sélective des déchets dangereux ). – Mise en place des systèmes de compostage pour le traitement des déchets organique. – Développement d’outils de pilotage des procédés pour suivre les paramètres physiques, chimiques et biologiques. – Évaluation de la valeur agronomique et de l’innocuité des composts.

– Garantir la qualité agronomique des composts au regard des types de sols pour s’adapter à la demande locale.

Composés Traces Organiques, Éléments Traces Métalliques, etc.).

Compostage de la fraction organique des déchets notamment avec optimisation de l’empreinte au sol

Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques • Objectifs

• Calendrier de travail Activités

– Étude des éventuels transferts de polluants (germes pathogènes,

1

2

3

4

5

– Analyzer la qualité du compost produite suite a une addition de source de bactéries au système du compostage

Définition du degré de qualité des déchets entrants Mise en place des systèmes de compostage Développement d’outils de pilotage des procédés Évaluation de la valeur agronomique et de l’innocuité des composts Étude des éventuels transferts de polluants

– Etudier les effets agronomiques d’un mélange de compost et de Biochar et de cendres de bagasse et de charbon. – Déterminer la Capacité d’Échange Cationique (CEC) d’un compost enrichie et d’un compost non-enrichie. – Tester des moyens pour augmenter la biodisponibilité du phosphore, l’azote et le potassium.

7


4/25/2013

Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques

Enrichissement du compost pour en améliorer les effets agronomiques

• Activités

• Calendrier

– Utilisation des composts en fonction des différents types de sols et de pratiques agricoles.

Activités

1

2

3

4

5

Utilisation des composts

– Analyzer le rendement et la qualité des légumes et d’autres

Analyse du rendement et de la qualité

plantes suite a l’application du compost au sol.

Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation des déchets à une échelle locale

Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation des déchets à une échelle locale

• Objectifs

• Activités

– Analyser les mécanismes réactionnels des procédés de méthanisation

– Exploitation d’une unité pilote (Le Port, Ile de la Reunion) – Conduite d’essais sur différents types de déchets (déchets ménagers,

(physiques, chimiques et surtout biologiques) – Augmenter le rendement énergétique de la méthanisation en identifiant les meilleurs mix de déchets organiques et de boue

déchets de l’industrie agro-alimentaire, boue d’épuration etc.) et évaluation de nouveaux procédés de méthanisation. – Établissement des bilans énergétiques et matières de la filière: qualité

d’epuration – Contrôller les impacts environnementaux et sanitaires des installations

et quantité de biogaz, de lixiviats et de digestats produits. – Évaluation

(émissions d’odeurs et de gaz à fort impact d’effet de serre). – Etudier le potentiel des sous-produits de la méthanisation (digestats)

des

impacts

environnementaux

de

la

filière

de

méthanisation. – Compostage et application au sol de digestats

en compost et application directe au sol.

Production de biogaz ou d’électricité par la méthanisation des déchets à une échelle locale

Education à l’environnement sur les déchets • Objectifs

• Calendrier Activités

1

2

3

4

5

– Organiser des ateliers de travail réunissant diverse secteurs – Mobiliser les acteurs, agir dans la durée et assurer le suivi des

Exploitation d’une unité pilote Conduite d’essais sur différents types de déchets Établissement des bilans énergétiques et matières de la filière Évaluation des impacts environnementaux de la filière de méthanisation. Compostage et application au sol de digestats

actions. – Analyzer les impacts économiques et sociaux de la gestion des déchets sur l’environnement (eau, air, énergie, sol). – Prévenir ou réduire la production et la nocivité des déchets, notamment en agissant sur la fabrication et sur la distribution des produits

8


4/25/2013

Education à l’environnement sur les déchets

Education à l’environnement sur les déchets

• Activités

• Calendrier

– Atelier de travail avec les représentants des administrations, des

Activités

1

2

3

4

5

collectivités locales, des industriels, de la distribution, des professionnels des déchets ainsi que des associations de

Atelier de travail

consommateurs et de protection de l’environnement

Etude sur l’analyse du cycle de vie et impacts environnementaux

– Etude sur l’analyse du cycle de vie et impacts environnementaux.

Implémentation l’éco-conception du produit

– Implémenter l’éco-conception du produit à sa fabrication, sa

Project pilotes de sensibilisation avec les collectivités locales

distribution et sa consommation jusqu’à sa fin de vie. – Project pilotes de sensibilisation avec les collectivités locales

Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets

Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets

• Objectifs

• Activités

– Responsabiliser l’ensemble des acteurs concernés par la gestion des matières résiduelles.

– Etude du cadre juridique de l’évaluation environnementale des plans d’élimination des déchets.

– Evaluer les impacts environnementaux d’un projet de plan

– Choisir le système de collecte le plus performant – Préparation d’un rapport environnemental.

d’élimination des déchets. – Analyse globale de la gestion des déchets: prévention,

collecte, valorisation et élimination.

– Diffusion et la mise à disposition du public du plan et du rapport environnemental.

– Formaliser le rapport environnemental.

– Suivi environnemental de la mise en œuvre du plan.

Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de pré-collecte et de valorisation des déchets • Calendrier

Action Pilote sur l’intégration institutionnelle • Organiser un séminaire a l’ile Maurice réunissant les différents partenaires et institutions locaux.

Activités Etude du cadre juridique de l’évaluation environnementale des plans d’élimination des déchets. Choisir le système de collecte le plus performant Préparation d’un rapport environnemental.

1

2

3

4

5

• Elaboration d’un rapport environnemental traitant la gestion des déchets • Echanges et réplication des recommandations et solutions entre partenaires

Diffusion et la mise à disposition du public du plan et du rapport environnemental. Suivi environnemental de la mise en œuvre du plan

9


4/25/2013

Structure du groupe de travail

Personnes Extérieures

Groupes de Travail Groupes de travail sur des thèmes techniques Personne ressources

Jours par an

Groupes de travail sur des thèmes institutionnels Personne ressources

Jours par an

Prof R. Mohee

48

Prof R. Mohee

5

Dr G. Somaroo

25

Dr O. Gokhool

3

Mr A. Mudhoo

15

Assistant de recherche

2

Mr S. Bheekun

5

Assistant de recherche

15

• Mr P. Maurel, Compagnie privée (Solid Waste Recycling Ltd) • Mr P. Kowlesser, Director, Ministry of Local Government and

outer islands

10


4/25/2013

REUNION DE LANCEMENT DU PROGRAMME RE-SOURCES PRÉSENTATION ET PARTICIPATION DE L’UNIVERSITÉ QUISQUEYA Ouagadougou, le 13 février 2013

SOMMAIRE I.

Itinéraire de l’uniQ dans le temps

II. Participation de l’uniQ au Programme Re-Sources

III. Conclusion et Perspectives

Joaneson LACOUR Université Quisqueya

1. Un passé récent en mille morceaux

I. Itinéraire de l’uniQ dans le temps (Fondée en 1988)

2. Un présent en reconstruction a.- Reprise des activités

      

6 Facultés 16 Programmes de licence 7 Programmes de maîtrise 1 Ecole doctorale 3000 étudiants 4 Laboratoires académiques 5 Laboratoires de recherche

2. Un présent en reconstruction b.- Renforcement des capacités LABORATOIRE DE QUALITÉ DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT

3 Axes de recherche: 1. Gestion de la ressource en eau et santé humaine 2. Impacts écotoxiques des activités humaines sur les milieux récepteurs 3. Gestion et procédés de traitement des déchets, effluents et milieux pollués Thème 1 : Gestion des déchets, propreté urbaine et urbanisme Thème 2 : Procédés de traitement, valorisation et stabilisation des déchets Thème 3 : Procédés de traitement des effluents et milieux pollués

1


4/25/2013

1. Éléments de contribution a.- Caractérisation des gisements, tri des déchets et gestion des refus (1) Caractérisation de DMA

II. Participation de l’uniQ au programme Re-Sources

1. Éléments de contribution

1. Éléments de contribution

b.- Compostage et valorisation agronomique du compost (3)

c.- Méthanisation des déchets à l’échelle individuelle ou collective (4)

2. Éléments de nécessité

2. Éléments de nécessité

a.- Production de matériaux à base de matières recyclées (6)

b.- Amélioration du cadre institutionnel et réglementaire d’intervention des opérateurs de précollecte et de valorisation des déchets (15) •

Déficit de cadre réglementaire et institutionnel.

Réglementation

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

3 mars 1981: ^^^^^^^^ « qualité » et

Traitement non ségrégatif.

Mise en décharge: option de traitement

« caractéristiques » ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^ Décharge ^^^^^^^^^^^

Première mention aux catégories de déchets: décret du 3 mars 1981.

Déchets organiques?

majoritaire. •

FFOM: plus de 60% des DMA

Risques environnementaux et sanitaires

Facilité de traitement

2


4/25/2013

III. Conclusion et Perspectives

MERCI!

3

Présentation de Re-Sources et des principaux partenaires  

Annexe 2 du rapport de l'atelier de lancement de la plateforme Re-Sources

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you