Page 1

magazine

hors-série 2011

INVASION LOS ANGELES 3 - 14 FUTURA & CINÉMA 15 -16 ART & FUTURA 23 - 26 OBEY GIANT 27 JEAN-FRANÇOIS PORCHEZ 29 AGENDA + BONUS


OBEY READ éditorial

Ce hors-série spécial Futura est destiné à adopter une vision extrême de l’utilisation de ce caractère : l’autorité. Le Futura permet de souligner cet idée d’autorité, et d’apporter de la force au contenu qu’on cherche à communiquer. Historiquement, le Futura a parfois été utilisé dans cet esprit, jusqu’à nos jours. Le film «They live», montre le combat d’un homme contre l’autorité et pour la liberté. L’espace urbain du film révèle des messages cachés, dessinés dans une typographie proche du Futura. De la fiction à la réalité, F magazine retrace un monde dictaturial et propagandique, jusqu’aux revendications d’artistes.

Lorena Bolta & Sophie Hanoun

ÉDITO  / 3


INVASION LOS ANGELES M

i-horreur et mi-comédie dramatique, le film fait référence aux peurs contemporaines : une économie en déclin, au sein d’une culture de la cupidité et la consommation ostentatoire commune chez les américains dans les années 1980. Dans They lLve, la classe dirigeante au sein de l’élite fortunée est en réalité des aliens qui controlent les humains à travers des signaux émis par la télévision. ils diffusent donc sans arrêt des messages subdiminaux à travers la culture de masse. John Nada (Roddy Piper), ouvrier au chômage, arrive à Los Angeles pour trouver du travail. Embauché sur un chantier, il vit dans un bidonville en attendant des jours meilleurs. Des événements étranges éveillent peu à peu son attention ; un inconnu pirate les chaînes de télévision, et surtout il découvre un énigmatique trafic de lunettes noires dans l’église située près des campements. Un soir, frappé par la violence d’une intervention policière, John Nada décide de comprendre ce qui se trame. Il ne tardera pas à découvrir une réalité aussi insoupçonnée qu’alarmante pour l’espèce humaine…

LE HÉROS

4 / CATÉGORIE

L’ ENVAHISSEUR

John Carpenter

John Carpenter n’a pas nommé le héros d’Invasion Los Angeles John Nada pour rien : « John Nada est un individu sans grande motivation, quelqu’un de complètement banal. C’est un individu sans grande motivation,quelqu’un de complètement banal. C’est un ouvrier pauvre qui cherche un boulot. Du point de vue de la société, il n’est rien. Affiche de They Live de John Carpenter, 198B

« VOUS SAVEZ POUR RICHES LES PAUVRES SONT INVISIBLES. ILS N’EXISTENT PAS. LE HEROS  D’INVASION LOS ANGELES N’EST PAS UN INDIVIDU MOYEN POUR LA SOCIÉTÉ AMÉRICAINE IL N’EST CARREMENT RIEN. »

HOLLY THOMPSON

SYNOPSIS

FRANCK ARMITAGE

JOHN NADA

INVASION LOS ANGELES (THEY LIVE) EST UN FILM DE SCIENCEFICTION / FILM D’HORREUR RÉALISÉ PAR JOHN CARPENTER ET SORTIE EN SALLE EN 1988. CARPENTER A ÉGALEMENT ÉCRIT LE SCÉNARIO SOUS LE PSEUDONYME DE FRANK ARMITAGE (C’EST LE NOM DE L’UN DES PERSONNAGES DANS LE FILM).

Sophie Hanoun

CINÉMA : THEY LIVE  / 5


ANALYSE

Invasion Los Angeles semble être en quelque sorte un documentaire sur la situation de la ville préférée de Carpenter en 1988, moment où les valeurs de la droite de Reagan ont triomphé. Le film est une vue du côté des losers, seuls personnages qui intéressent vraiment Carpenter. Le film chemine au rythme plutôt lent du voyageur découvrant une ville.

POLITIQUE & SCIENCE-FICTION

D’emblée le décor est posé : un documentaire sur Los Angeles en 1988, c’est nécéssairement un film, à la fois politique et de science-fiction. Selon Carpenter, dès qu’on regarde la réalité sociale, économique et politique d’un pays comme l’Amérique, on bascule dans la sciencefiction. Pourquoi passe-t-on sans transitions d’un bidon-ville à des zones d’affaires luxueuses ? Quel fossé sépare les sans-abri des gagnants qui jouent l’économie mondiale à la bourse ?

NADA, L’ANTI-HÉROS

Carpenter n’a pas nommé le héros d’Invasion Los Angeles John Nada pour rien. Il est marginal, laissé pour compte.

LE REGARD EST UN COMBAT

Dans l’une des scènes les plus importantes, mais aussi les plus longues (elle dure quasiment sept minutes), John Nada tente de convaincre son seul ami, Frank, absolument réticent, de regarder le monde avec les fameuses lunettes. Il s’ensuit entre les deux hommes un combat long

DANS UN MONDE TOTALITAIRE OÙ POLITIQUE ET MÉDIAS VONT DE PAIR, CARPENTER VISE DIRECTEMENT LA POLITIQUE REGEANIENNE DES ANNÉES 80 ET DÉNONCE LA PASSIVITÉ.

LIVE >

« rien ».) Vous savez, pour les riches, les pauvres sont invisibles. Ils n’existent pas. » Le « héros » d’Invasion Los Angeles n’est pas un individu moyen mais il représente, pour la société américaine, carrément rien.

et brutal, un match suffoquant, d’autant réaliste que Carpenter a choisi son acteur, roddy Piiper, pour ses talents de lutteur. Cette scène décrit un renversement crucial au cœur d’Invasion Los Angeles, mais aussi toute l’œuvre de Carpenter dans ce qu’elle a de subversuf : renversment de l’aveugle qui acquiert un regard, de l’individu passif, de l’eclave qui devient libre.

UN MONDE EN NOIR ET BLANC

« J’ai toujours pensé qu’il fallait montrer au public le monde réel en noir et blanc. C’est un hommage au Magicien d’Oz et ces fameuses scènes où la vraie vie de Dorothy est filmée en noir et blanc. » Ces slogans, derrière des publicités joyeuses et colorées, révèlent un monde mençant, avec un caractère très proche du Futura, sans doute en référence à une idée de connotation de totalitarisme.

Lorena Bolta

Extraits de They Live de John Carpenter, 198B

6 / CINÉMA : THEY LIVE

CINÉMA : THEY LIVE  / 7


OOKS ARE USELESS OOKS ARE USELESS   BOOKS ARE SELESS BOOKS  ARE USELESS OOKS ARE USELESS BOOKS ARE SELESS BOOKS ARE USELESS OOKS ARE USELESS BOOKS RE USELESS  BOOKS  ARE SELESS  BOOKS  ARE USELESS OOKS ARE USELESS BOOKS ARE SELESS BOOKS ARE USELESS

watch t.v

watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v watch t.v

8 / CINÉMA : THEY LIVE

CINÉMA : THEY LIVE  / 9


SLEEP

Y A L P

10 / CINÉMA : THEY LIVE

NO INDEPENDENT THOUGHT NO INDEPENDENT THOUGHT NO INDEPENDENT THOUGHT

W O RK

8HOURS CINÉMA : THEY LIVE / 11


12 / CINÉMA : THEY LIVE

CINÉMA : THEY LIVE  / 13


OBEY 14 / CINÉMA : THEY LIVE

CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUM CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME CONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUMECONSUME


LE FUTURA EST UN DES CARACTÈRES FAVORIS DE WES ANDERSON. ELLE EST EN EFFET OMNIPRÉSENTE DANS TOUT CES FILMS, QUE CE SOIT LORS DES GÉNÉRIQUES OU BIEN EN APPARITION EN FOND URBAIN.

LA FAMILLE TENENBAUM

T

he Royal Tenenbaums dans la version originale anglaise est un film américain sorti en salles en 2001. Il est écrit par Wes Anderson et Owen Wilson. C’est l’histoire d’un homme, Royal Tenenbaum, qui pour réintegrer sa famille fait croire à son ex-femme et à ses enfants qu’il est atteint d’un mal incurable et qu’il ne lui reste que quelques semaines à vivre. Ce caractère n’est pas anachronique de la même façon qu’il n’est pas idiosyncrasique. Wes Anderson semble avoir quelque chose, à la limite de l’obsession avec le Futura. Les crédits de La Famille Tenenbaum sont en Futura Bold, rien d’incroyable ! Mais cela ne s’arrete pas là : Les Tenenbaum semblent habiter dans un dominé par le Futura, particulièrement le bold.

ANDERSON S’EXPLIQUE Wes Anderson s’exprime au sujet de cette utilisation massive : « Je peux aller jusqu’à l’Helvetica, une évolution du Futura, mais guère plus loin… Ecrits avec une autre typographie, les mots n’auraient pas la même valeur. Ce côté droit, rigoureux, solide, ça évoque peut-être ma manière de travailler (en sortant de l’entretien, Wes Anderson passera plusieurs minutes à déplacer un meuble de quelques centimètres dans son entrée, pour qu’il soit parfaitement aligné sur le tapis…). Je suis très fan du travail de Saul Bass sur les typographies, notamment 16 / CINÉMA

Générique d’ouverture de La Famille Tenenbaum de Wes Anderson

WES ANDERSON & LE FUTURA « JE PEUX ALLER JUSQU’A L’HELVETICA UNE EVOLUTION DU FUTURA MAIS GUERE PLUS LOIN.AVEC UNE AUTRE TYPOGRAPHIE LES MOTS N’AURAIENT PAS LA MEME VALEUR. CE COTE DROIT, RIGOUREUX SOLIDE CELA ÉVOQUE PEUT ETRE MA MANIERE DE TRAVAILLER. » Wes Anderson

pour les films d’Hitchcock, Scorsese ou Preminger. Lui aussi utilisait constamment la même fonte, très dépouillée : le genre de typographie qu’on utilise dans les bibliothèques. Je suis très bon client pour la simplicité. » Lorena Bolta

Séquences extraites de La Famille Tenenbaum de Wes Anderson

CINÉMA  / 17


Générique d’ouverture de 2001 : L’odyssée de l’espace

Kubrick

« Le cinéma fonctionne sur un plan beaucoup plus proche de la musique et de la peinture que de la littérature et, naturellement, les films permettent d’exprimer des concepts et des abstractions complexes sans plus dépendre du verbe. Sur deux heures quarante minutes de film. Pour 2001 l’odyssée de l’espace, il n’y a que quarante minutes de dialogue. »

LE CINEMA SELON KUBRICK

Bien que la message sous-jacent de 2001 fût ouvert à l’interprétation, Kubrick conjuga sa vision de cinéaste à un soin extrême apporté à la précision et aux détails, conjuga sa vision de cinéaste à un soin extrême apporté à la précision et aux détails. Il effectua des recherches sur tous les aspects plausibles du futur afin de créer un monde qui parût réel. La production qui, en jui 1965, quitta New York pour les studios de la MGM à Borehamwood, était en fait la dernière avancée dans la course aux étoiles.Il s’appuie sur de méticuleuses recherches scientifiques, il prend notamment comme référence les documents de la NASA, écrits en Futura. Dès le début de son oeuvre, Kubrick s’est démarqué des styles hollywoodiens dominants, privilégiant la recherche de la singularité et de la nouveauté. C’est ainsi qu’il élabore son odyssée de l’espace, destinée à révolutionner la science-fiction. Nourri de plusieurs films des années 1950, qu’il améliore techniquement, 2001 puise dans les registres des cinémas expérimental et scientifique, comme dans la musique classique, avec l’idée, a priori paradoxale, d’un grand spectacle sidérant en Cinerama.

Générique de Eyes Wide Shut, sorti en 1998

« IT’S FUTURA EXTRA BOLD,» EXPLAINS TONY. «IT WAS STANLEY’S FAVOURITE TYPEFACE. IT’S SANS SERIF. HE LIKED HELVETICA AND UNIVERS, TOO. CLEAN AND ELEGANT. » « IS THIS THE KIND OF THING YOU AND KUBRICK USED TO DISCUSS ? » I ASK. « GOD, YES,» SAYS TONY. «SOMETIMES LATE INTO THE NIGHT. I WAS ALWAYS TRYING TO PERSUADE HIM TO TURN AWAY FROM THEM. BUT HE WAS WEDDED TO HIS SANS SERIFS. »

Aymeric Dutheil

18 / CINÉMA

CINÉMA / 19


CONFORM CONFORM CONFORM CONFORM

AND DO NOT PROTEST

Conforme-toi et ne proteste pas. Extrait de They Live, John Carpenter, 1988

20 / THEY LIVE

Le silence devient un péché lorsqu’il prend la place qui revient à la protestation ; et, d’un homme, il fait alors un lâche. Abraham Lincoln

THEY LIVE  / 21


LA CONNO TATION D’AUTORITE

LA TYPOGRAPHIE DANS UN PASSÉ D’AUTORITÉ

D

urant le régime nazi, sous l’influence de Goebbels, les manifestations vis-à-vis de l’étranger tendent à offrir une image inversaliste du régime, que ce soit les Jeux olympiques de 1936, et la grande exposition « Deutchland » ouverte à Berlin à cette occasion, etc.. La lettre gothique n’est pas systématiquement employée, au contraire, des grotesques d’incription dont le Futura y sont à l’honneur. Au sein même du Reich, on peut noter que des affiches relayant la parole et présentant le portrait photographique de Hitler, composées en Futura, connaissent une diffusion massive.

IL EXISTE DES PONTS À LA POROSITÉ MACHIAVÉLIQUE MAIS EFFECTIVE ENTRE L’IMPRIMERIE ET LA VULGARISATION DES TEXTES, C’EST POURQUOI LE FUTURA FUT UN CARACTÈRE UTILISÉ À DES FINS PROPAGANDIQUES.

Extrait de They Live de John Carpenter, 1988

UN ESPRIT TOTALITAIRE

Dans les territoires occupés de l’Est, le Futura est largement employé dans les imprimés administratifs, les formulaires et papiers d’identité. On trouve aussi en France, au sein des mouvements collaborationnistes travaillant en étroite symbiose avec les services allemands, une évolution de cette nature. Si la saga de la typographie se prend parfois les pieds dans le tapis des dérives politiques - et ceci en particulier dans la première partie du XX, période de son éclosion - c’est sans nul doute qu’il existe de facto des ponts à la porosité machiavélique mais effective entre l’imprimerie et la vulgarisation des textes, la connaissance et la communication, le média et l’image, la publicité et la propagande, la diffusion massive et l’endoctrinement, l’information et le contrôle de masse, la séduction et le prosélytisme. Qui cherche à convaincre, à persuader, à séduire marche sur un fil ténu entre deux mondes : la construction et la destruction, l’harmonie et le chaos, le bienfait et la nuisance, la volonté d’absorber et le désir de partager, le bien et le mal. Renner avait beau être totalement opposé à l’utilisation du Futura par les nazis, le pouvoir totalitaire en a décidé autrement. Margot Falcy

L’AUTORITÉ  / 23


Projection sur un immeuble de New-York, Jenny Holzer, 2008

« JENNY HOLZER JOUE EN PARTIE L’ORACLE, EN PARTIE LA PROVOCATRICE OU LE SPECTATEUR DOIT DISTINGUER LE SÉRIEUX DU FUTILE. SES TEXTES INCISIFS ET PRÉMONITOIRES, SONT DES CONDENSÉS FILTRÉS OU DISTILLÉS QUI TÉMOIGNENT DES BOULEVERSEMENTS SOCIAUX ET DES MACHINATIONS DU DIVERTISSEMENT. »

ART & FUTURA POUR ELLE L’ART DOIT ÊTRE NON SEULEMENT DANS LA RUE, MAIS DOIT UTILISER LES MOYENS DE COMMUNICATION LES PLUS VISIBLES, AFIN D’ÊTRE PERÇU PAR LE PLUS GRAND NOMBRE ` DE PERSONNES, ET PAR DES PUBLICS DIFFÉRENCIÉS.

J

enny Holzer fait ses études d’art dans diverses écoles telles que l’université Duke, l’université de Chicago, l’université de l’Ohio ainsi qu’à la Rhode Island School of Design (1968-1975). En 1977, elle abandonne la peinture pour l’écriture et insiste sur l’importance du langage et sur la mise en cause de la représentation. 24 / ART

Elle est l’héritière de l’art minimal et de l’art conceptuel, influencée par les découvertes de l’écriture féminine, libérée de l’idéologie patriarcale. Elle participe de cette génération d’artistes qui remettent en cause tant l’espace des galeries et des musées, que le rôle de l’artiste subjectif et individualiste. Elle fit partie dans les années 1970 du groupe Colab et tout au long de son évolution, elle a souvent privilégié la collaboration avec d’autres personnes. Sa première exposition personnelle a lieu en 1980. Elle vit et travaille à New York. Jenny Holzer a un discours profondément subversif et provocateur, d’autant plus qu’elle tient à diffuser ses messages dans la sphère sociale de la façon la plus large possible. Jean-Rémi Agin

ART / 25


« We are not what we seem » Barbara Kruger, 1988

BARBARA KRUGER Ancienne graphiste de la revue new-yorkaise « Mademoiselle », Barbara Kruger détourne l’image publicitaire, qu’elle expose agrandie, et lui adjoint un slogan écrit en caractères d’imprimerie. Intimidantes par la violence des images et les propos explicitement dirigés vers le spectateur, ses images « politiques » prennent pour cadre la société de consommation ainsi que les minorités de toutes sortes (raciales et sexuelles) soumises à l’autorité blanche et masculine.

DES SUJETS SOCIAUX

« BARBARA KRUGER APPARTIENT A CETTE CATEGORIE DESIGNEE SOUS L’APPELLATION D’ARTISTES « POLITIQUES ». A TRAVERS CES LIVRES CONFERENCES, INSERTIONS MAGAZINE, ELLE USE DES FICELLES MEDIATIQUES POUR MIEUX EN DEMONTRER LES MECANISMES. » Barbara Kruger

Ses photomontages qui évoquent par le ton injonctif et le graphisme épuré quelque chose de l’Agit-Prop révolutionnaire, ou des montages photographiques anti-hitlériens de John Heartfield, peuvent être considérés comme autant de stéréotypes jouant un rôle prépondérant dans notre constitution de sujets sociaux et que le spectateur réceptionne selon ses dispositions. « I shop therefore I am » (j’achète donc je suis) présenté sur une carte qui pourrait être commerciale et tenue par une main sexuellement indéfinie, renverse la proposition cartésienne qui veut désormais que l’existence humaine se juge à son aptitude à consommer des biens. « I » (je), l’énoncé marque sans ambiguïté la position du sujet qui parle et celle de l’interlocuteur qui se construit dans cet acte de parole.

ARTISTE POLITIQUE

Marquée par l’industrie culturelle, Barbara Kruger appartient à cette catégorie désignée sous l’appellation d’artistes « politiques » (parmi lesquels Jenny Holzer et Hans Haacke) que la scène new-yorkaise voit apparaître au milieu des années 80. Elle-même, formée à la profession médiatique de graphiste publicitaire, travaillera dans l’équipe de Condé-Nast qui publie les revues « Vogue » et « Mademoiselle ». B. Kruger exécute depuis 1981 avec une rigueur minimale des photomontages, le plus souvent limités à trois couleurs (rouge, noir et blanc), qui sont autant d’images à la théâtralité stéréotypée, dénotant une atmosphère inquiète et violente: mains qui se crispent, lames de rasoirs, tête de poupée ventriloque, grossissements, fragmentations. Sophie Hanoun

ART  / 27


1- Affiche de la campagne présidentielle de Barack Obama par Shepard Fairey. 2- Affiche parodié.

SHEPARD FAIREY OBEY GIANT

F

rank Shepard Fairey (né le 15 février 1970 à Charleston en Caroline du Sud) est un artiste américain, graphiste et illustrateur. Issu de la scène du skateboard1, il s’est d’abord fait connaître par les autocollants André the Giant Has a Posse, qui a donné la campagne Obey Giant. Son travail est devenu mondialement célèbre lors de la campagne présidentielle américaine de 2008, avec la création du poster HOPE de Barack Obama qui deviendra une image-icône de la campagne. L’Institut d’art contemporain de Boston le considère comme un des plus connus, des meilleurs et des plus influents artistes de Street art du moment. En France, Shepard Fairey est d’abord exposé à «La base», la galerie éphémère d’Invader où il présente de petits portraits de guérilleros coagulés et plusieurs fois à la Galerie Magda Danysz qui a défendu très tôt son travail en galerie. Il participe au M.U.R. en mai 2007 lors d’une pièce avec WK interact. Une de ses recompositions d’affiches a été exposée à la Fondation Cartier lors de l’exposition « Né

28 / ART

dans la rue - Graffiti », à l’automne 2009. En utilisant le slogan The Medium is the Message emprunté à Marshall McLuhan, Fairey est devenu l’un des artistes les plus connus des années 2000. À l’origine du groupe de conception graphique de BLK/MRKT avec d’autres graphistes et l’artiste Dave Kinsey, Fairey s’en va en 2003 et entre dans Studio Number One. En 2004, Fairey, Robbie Conal et Mear One ont réalisé, pour le collectif Post Gen, une série de posters « antiwar, anti-Bush » pour une campagne de Street art intitulée « Be the Revolution ». Son travail est présent dans les collections du Smithsonian, du Los Angeles County Museum of Art, du Musée d’Art Moderne de New York et du Victoria and Albert Museum de Londres. Sa première rétrospective muséale Supply & Demand (du même nom que son livre) s’est ouverte à Institute of Contemporary Art de Boston, du 6 février au 16 août 2009. Il continue néanmoins ses activités de graffiti, ce qui lui a encore valu une arrestation en février 2009. Lucien Bredin

« IL EST DEVENU CONNU AVEC LA CREATION DU POSTER HOPE DE BARACK OBAMA QUI DEVIENDRA UNE ICÔNE DE LA CAMPAGNE. L’INSTITUT D’ART CONTEMPORAIN DE BOSTON LE CONSIDERE COMME UN DES PLUS INFLUENTS ARTISTES DE STREET ART DU MOMENT. »


INTERVIEW NOUS AVONS EU L’OPPORTUNITÉ DE RENCONTRER JEAN-FRANÇOIS PORCHEZ À SON ATELIER POUR DISCTUTER AVEC LUI DE SON TRAVAIL.

JEAN-FRANÇOIS PORCHEZ

D

urant mes premières années en créateur de caractères j’étais beaucoup plus intéressé par tout ce qui était calligraphique : j’y voyais une manière d’apprendre le dessin de lettres beaucoup plus facilement. J’étais donc réticent face aux formes géométriques comme le futura. Mais quand on est étudiant, on a tendance à rejeter ce que l’on affectionne pas particulièrement et être passionné par ce que l’on aime ! Cependant, Muriel Paris qui était étudiante avec moi et influencée par l’école Suisse était complètement accro au futura ! Avec les années qui sont passées, j’ai dessiné l’Anisette en 1996. C’était un caractère qui existait déjà sous le nom de Banjo par la fonderie dirigé par Maximilien Vox. J’étais tombé sur ce caractère de titrage et je me suis aperçue qu’il avait été créé pour être dirigé en compagnie du futura. De cette façon, il voulait rendre le futura acceptable, moins austère. On se retrouve du coup avec un caractère plus art déco que bauhaus, mouvement auquel est souvent apparenté le futura. En retravaillant ce caractère, c’est donc le travail le plus proche du futura que j’ai effectué. Le futura, l’helvetica et l’univers ne m’ont donc jamais inspiré. Après l’anisette, j’ai dessiné mes premières didones : l’Ambroise. Jusqu’à l’Ambroise, tous mes caractères étaient plutôt de type humoristiques, latin et quand on commence a faire des caractères plutôt ambroise, on a une base beaucoup plus géométrique. Et grâce a ça, d’un seul coup on comprend la manière dont on peut dessiner le caractère, ce que l’on peut en faire. Et tout d’un coup, les caractères géométriques peuvent devenir intéressants! On commence à y trouver des choses qui peuvent devenir passionnantes, ainsi le rejet s’amenuise. Du coup, en 2010 le futura m’a servi de base pour l’un de mes travaux. J’ai reçu un coup

30 / INTERVIEW

QUAND J’ETAIS ETUDIANT, J’ETAIS RÉTICENT FACE AUX FORMES GEOMETRIQUES COMME LE FUTURA. CEPENDANT, EN GRANDISSANT J’AI UN PEU CHANGE D’AVIS : QUAND ON AVANCE DANS SON PARCOURS ON A ENVIE DE PLUS DE PURETÉ, ON EST MOINS DANS L’EFFET, ON VEUT ALLER DANS L’ECONOMIE ET C’EST FINALLEMENT CE QU’IL Y A DE PLUS DIFFICILE ! Jean-François Porchez

Le Singulier de Jean-François Porchez

de téléphone d’Yves Saint Laurent beauté. Ils me disent qu’ils utilisent de l’helvetica avec un effet glossy-doré. C’est donc très bling-bling et doré. Cependant pour moi, il font fausse route, ce n’est pas la bonne perception d’Yves Saint-Laurent. L’effet doré ne résout pas leur problème d’identité. Le problème est en fait ailleurs. De plus, ils se rendent compte que l’effet doré photoshop est un enfer pour chaque mise en page : les fontes en couleurs n’existent pas ! Pour moi le problème c’est l’helvetica. Le plus simple de recréer finalement un nouveau caractère. Yves Saint-Laurent possède tous les atouts, un logo de Cassandre, l’univers de la mode et une

incroyable histoire, il faut les sublimer. Il faut donc faire quelque chose à partir de cela. J’ai étudié deux pistes : un caractère inspiré du logo de Cassandre et un autre inspiré des cartes de voeux d’Yves Saint Laurent, écrit dans un caractère proche du Ftutura. De plus, probablement à cause de ELLE, le futura est un caractère avec une connotation très féminine. Je me suis rendu compte que le caractère inspiré du logo était un peu trop vieillot et rétro. J’avais besoin de quelques de chose de plus simple, plus immaculé et soigné à l’image des magasins de cosmétiques. Je me suis donc dis : « Je dois créer un caractère qui soit plus géométrique, plus

féminin, plus ELLE… plus Futura ! » Et c’est donc le caractère qui a été choisi par la marque, il a été nommé le Singulier. Il y a un 7 graisses, un caractère latin, grec et cyrillique. C’est donc très inspiré par le futura, surtout le « C « qui est pointu à l’intérieur tout comme le logo d’Yves Saint-Laurent. Moralité : Quand on avance dans son parcours on a envie de plus de pureté, on est moins dans l’effet, on veut aller dans l’économie et c’est ce qu’il y a de plus difficile ! » Propos recueillis pas Sophie Hanoun et Lorena Bolta

INTERVIEW / 31


SUIS L’AGENDA SUIS L’AGENDA RÉVEILLE-TOI, REGARDE, CULTIVE-TOI, ÉCOUTE, CONNECTE-TOI, SUIS, DORS, CONTEMPLE, ACHÈTE, LIS, OBÉIS.

réveille-toi

Chaque matin, au lever du soleil, une performance chorégraphique surprenante à vivre au rythme de la nature. Imaginez un grand cocon blanc accroché à un chêne. À l’intérieur, un danseur évolue lentement avec le jour. Plus loin, sur le chemin, plus tard dans la matinée, un deuxième cocon, puis un troisième. Cette performance dansée au rythme de la nature, entre douceur et tension, nous fera sentir le monde autrement.

COCONS / 6.12.12 / MONTPELLIER / DOMAINE DE MÉRIC  

regarde

le générique de La Piel que habito, de Pedro Almodovar , réalisé en Futura.

CINEMA - YOUTUBE -

achète

Belio Magazine est un magazine expérimental fondé en Espagne en 1999 par les frères Pablo et Javier IA. Le collectif organise des événements (festivals, workshops, expositions) et publie des projets 32 / AGENDA

Belio Magazine

créatifs, sur internet ou sur support papier. Avec pour ambition de secouer les consciences, Belio propose un numéro spécial inspiré du film de science-fiction «Invasion Los Angeles» ( «They Live» ), de John Carpenter. Tel le personnage John Nada, le lecteur perçoit des messages autoritaires et agressifs, en noir sur blanc, qui questionnent notre rapport à la publicité. L’ouvrage, en espagnol et en anglais, est disponible sur papier (distribué avec des lunettes 3D) ou sur internet.

cultive-toi

JR présente des photographies inédites de son projet The Wrinkles of the City qui a débuté à l’automne 2010 dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de Carthagène et qui s’est exporté à Shanghai et Los Angeles, des vidéos et des clichés tirés de son projet Women Are Heroes ainsi qu’un assemblage. La façade de la galerie est également recouverte d’une affiche.

EXPOSITION ENCRAGES DU 19.11.11 AU 7.01.12 PARIS / GALERIE EMMANUEL PERROTIN

écoute

Lynch, le cinéma hanté par la musique. avec des extraits de Inland Empire, Mullholland Drive, Lost Highway, Twin Peaks Fire Walk with me, Blue Velvet. Direct ou podcast.

PODCAST CINÉMA SONG / 24.11.11 À 22H30 / FRANCE MUSIQUE

connecte-toi

Le site est constitué de 365 pages, correspondant aux 365 jours du calendrier de l’an 2000. À la manière d’un calendrier éphéméride, on passe de pages en pages en cliquant sur un slogan publicitaire, remplaçant le « dicton du jour ». La consultation du calendrier de Claude Closky commence le jour en cours, et va en décroissant, pour finir le 1er janvier. A chaque jour de l’an 2000 correspond un slogan publicitaire, ainsi, le 1er janvier 2000 on peut lire L’an 2000 c’est nous de France Télécom…

c’est au final un vrai, un grand album pop. Plein de voix, d’exotisme caribéen ou africanisant, torride et tordu, de chansons-jouets, de guitares cintrées, de synthés aberrants, de râles extatiques. On en ressort épuisé, violenté, déboussolé.

BATTLES / GLOSS DROP / WARP

suis

la page Futura sur facebook. De nouvelles publications apparaissent sur le site tous les jours.

WWW.FACEBOOK.COM/FUTURASTORY

contemple

Des croquis préparatoires aux interprétations contemporaines, de son emploi par les Nouveaux Typographes des années 1920 jusqu’à l’usage-culte qu’en font des artistes tels que Edward Ruscha ou Barbara Kruger, l’histoire du Futura s’apparente à une saga. Comme le note Etienne Robial, paraphrasant Kurt Schwitters : « On peut considérer à la lecture et à la vue de cette histoire que, dans certaines conditions, une police de caractères est une œuvre d’art. » Où en est-on aujourd’hui avec ce monument, un des plus célèbres caractères typographiques du XXe siècle  ? L’exposition contribue à y répondre largement, mettant en valeur chaque parcelle du présent par un éclairage approprié en provenance du passé. On peut donc découvrir le Futura imaginé par son créateur, Paul Renner, dès 1924, et le Futura de nos jours présent dans de multiples versions numériques ou redessiné pour l’identité de grandes entreprises et institutions. On peut comment il contribue aux recherches graphiques les plus novatrices au début du XXIe siècle.

FUTURA / GALERIE ANATOME / PROCHAINEMENT DANS D’AUTRES LIEUX D’EXPOSITIONS.

lis

À travers plus de 400 documents rares et inédits, le livre Futura retrace l’histoire et les utilisations les plus intéressantes du Futura et nous plonge dans l’univers de la lettre en dévoilant ses enjeux culturels et sociaux.

CLAUDE CLOSKY HTTP://WWW. CENTREPOMPIDOU.FR/SITESWEB/

FUTURA, UNE GLOIRE TYPOGRAPHIQUE

écoute

Et rêve du futura.

S’iil reste furibard, anguleux, musculeux, mathématique, Gloss Drop est surtout jouissif et ludique, filou et comique :

rentre chez toi AGENDA  / 33


GO 34 / GO

www.hbevol.com/futura ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur oordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur ordinateur

GO  / 35


BONUS


Futura magazine  

Futura magazine

Advertisement