Page 1


Le combat des Chefs Le Duel sur écran géant à Tel Aviv Sur des terres où Nicolas Sarkozy a gagné 80% des suffrages au premier tour, autant dire que l’ambiance sur place était largement en faveur du Président actuel, même si, ici et là, se trouvaient quelques supporters du candidat socialiste. Régulièrement applaudi, surtout lorsqu’il envoyait des uppercuts contre François Hollande, les avis en fin de débat étaient tout de même partagés. Les uns ont trouvé le Président sortant "excellent", "égal à sa réputation d’homme de débat", les autres croyant que "malheureusement, Hollande va quand même gagner les élections." Pour David, un franco-israélien de 24 ans, "Hollande n’a vraiment pas la constance ! Comment dit-il vouloir sortir immédiatement d’Afghanistan? Est-il Chef d’Etat Major ? Connaît-il les détails de ce qu’il s’y passe ? A t-il seulement parlé avec des militaires présents sur place ? D’ailleurs, on aura remarqué qu’il n’avait pas dit le moindre mot pour les militaires morts pour la France en Afghanistan avant que Nicolas Sarkozy le fasse lui-même." Même son de cloche de la part de Samantha, une Française en vacances en Israël, et qui a donné procuration à Marseille à sa mère. "Hollande coupe le débat, il part dans toutes les directions, ses chiffres sont erronés, il est humilié quand il parle d’assigner à résidence les étrangers illégaux, et j’ose à peine parler de sa poésie en fin d’émission" explique la jeune femme. Puis elle ajoute : "Sarkozy n’a pas été ce que les Juifs attendaient de lui, c’est un fait. Et le deuxième mandat risque d’être pire. Regardez ses amis Guaino et Juppé, cela ne pourra qu’empirer avec eux. Mais à gauche c’est pareil : je n’ai rien contre Hollande, mais regardez Aubry, Glavany et autres Joly ou Mélenchon. !" Samuel, 34 ans, est en Israël depuis 5 ans. Pour lui qui préfèrerait que Sarkozy soit élu, la situation du Président-candidat est mauvaise. « Il faut se rendre à l’évidence, dans moins d’une semaine, lundi prochain, la France aura un autre président. Voter à droite ne changera rien. Par contre, la gauche au pouvoir c’est l’arrivée d’un grand changement. Moins de rigueur, des réformes mauvaises pour la France, des fonctionnaires en plus..."

4

FUTE Magazine décline toute responsabilité sur le contenu de ses articles


REVUE DE PRESSE

Sarkozy et Hollande prévoient tous deux un voyage en Israël (Tribune Juive) Notre confrère Tribune juive a recueilli des entretiens avec Nicolas Sarkozy et François Hollande, notamment sur leur vision de la politique extérieure de la France face au conflit israélo-palestinien. Les deux candidats affirment qu’ils se rendront en Israël en cas de victoire. «Ce voyage fera partie de mes projets», répond François Hollande. Nicolas Sarkozy est plus précis : "Dès le lendemain de ma réélection, si tel est le choix des Français, j’irai en Israël et je prendrai une initiative en faveur de la paix au ProcheOrient." Le candidat socialiste précise sa vision de la paix israélo-palestienne : "Deux Etats voisins et souverains, dont chacun respecte la légitimité de l’autre". "Nous devrons être d’une très grande fermeté à l’égard de l’Iran, dont le programme nucléaire représente un danger vital pour Israël et pour la paix du monde» ajoute-t-il. Il se dit également "opposé au boycott des produits israéliens, qui est illégal et qui ne sert pas la cause de la paix".

remettre en cause la position de favori du candidat PS. Ce débat d’entre-deux-tours, très attendu, s’est soldé plutôt par "un match nul", selon le politologue Emmanuel Rivière (TNS-Sofres) interrogé par l’AFP. "Il y a eu des moments rudes, âpres", a réagi à l’issue du duel M. Hollande accusé de menteur à plusieurs reprises par son adversaire UMP, "une faiblesse" selon lui. Nicolas Sarkozy a lui jugé que le candidat PS avait été "agressif". C’est aux Français de "décider" si ce débat a été "intéressant", a-t-il ajouté. Au rang des petites phrases, l’histoire retiendra peutêtre de ces 2h51 d’émission télévisée que le chef de l’Etat sortant a traité son rival de "petit calomniateur" lorsque François Hollande l’accusait d’avoir nommé des proches à des postes stratégiques. "Moi président"...: reprenant cette formule une dizaine de fois dans une anaphore, François Hollande a esquissé longuement le style de présidence qu’il souhaitait incarner, indiquant qu’il ne voulait "pas être chef de tout et finalement responsable de rien". Pendant le débat, Nicolas Sarkozy a ironisé sur la volonté de M. Hollande d’incarner un président "normal", l’a parfois attaqué sur son

inexpérience, sur la question européenne notamment. D’entrée de jeu, le député de Corrèze, arrivé en tête du premier tour avec plus de 500.000 voix d’avance, a accusé le chef de l’Etat élu en 2007 d’avoir divisé les Français au cours de ces cinq dernières années. En réponse, Nicolas Sarkozy a reproché à son rival de parler de rassemblement sans pourtant condamner les attaques verbales à son endroit: "Quand on m’a comparé à Franco, à Pétain, à Laval, pourquoi pas à Hitler, vous n’avez pas dit un mot", a lancé Nicolas Sarkozy. "Ce n’est pas vrai", a nié son rival: "Vous aurez du mal à passer pour une victime". Face à un adversaire qui a naturellement attaqué son bilan, le président sortant s’est félicité qu’il n’y ait pas eu "d’émeutes ni de violences" pendant son mandat, malgré ses réformes et les "quatre années de crise". Sur les sujets techniques de fond - chômage et dette, Europe immigration, nucléaire, Afghanistan - les deux candidats ont fait peu d’annonces, préférant échanger des arguments qu’ils avaient rôdés pendant des semaines au fil de leurs meetings et interventions médiatiques.

Fr ançois Hollande et Nicolas Sarkozy se sont opposés avec virulence. De la dette à l’immigration en passant par le style de présidence, les deux hommes rendant coup pour coup dans un débat qui ne devrait pas et encarts publicitaires qui sont sous la responsabilité de leurs auteurs

5


CHANSONS

ACTUALITES

La 2e Croisière Francophone

La 2e Croisière Francophone

du 10 au 14 juin

M

s a i h t Mat ar Inb

atthias Inbar a toujours su qu’il voulait devenir journaliste. Il se plaît d’ailleurs à raconter à ses proches ses soirées passées à faire taire ses parents pour entendre la grande "messe" de 20h. Il n’avait, à l’époque que 8 ans. Depuis, l’actualité et la recherche d’informations lui collent à la peau. Passionné très jeune par le monde du sport, il réalise ses premiers grands pas dans le monde du journalisme par un stage dans la prestigieuse émission dominicale de France 2, Stade 2. Matthias Inbar enchaîne alors les stades de football et autres parquets de hand et de basket avant d’intégrer la chaîne spécialisée Eurosport. Son premier reportage ? Il s’en souvient encore, c’était de nuit, lors des épreuves de natation à Sydney, lors des Jeux Olympiques en Australie en 2000. Il reconnaît cette chance de pouvoir, très tôt, évoluer dans son univers, entre des commentaires sur le parquet lors de la finale des championnats du monde de Handball à Bercy et des reportages pour le compte de rédactions comme TF1 et Canal +. Il bifurque alors vers le monde du journalisme plus généraliste et s’envole pour Israël où il est installé depuis plus de dix ans. Il a occupé, entre autres, les fonctions de Rédacteur en chef de la chaîne Guysen TV. Matthias Inbar est aujourd’hui correspondant et free-lance pour le compte de grands médias français dans la région.

12

La croisière francophone

du 10 au 14 juin

M

é h s o M i k k a Benz

oshe Benzakki entretient une relation ombilicale avec la chanson. Son père était rabbin et responsable des offices à la synagogue, il aimait beaucoup fredonner des chants liturgiques à la maison. Sa mère, elle, était professeur de musique, principalement de piano. Bref, un entourage qui a très vite donné le tempo à la mélodie de sa vie. C’est d’ailleurs avec le piano et sa maman que Moshe Benzakki a fait ses premiers pas dans l’univers de la musique. Il se disait subjugué par ce son pur et enivrant. Et malgré tous les appels de son père à pouvoir placer sa voix afin de suivre le chemin de cantor, c’est, au départ, vers une carrière d’instrumentiste professionnel qu’il se dirige, et plus particulièrement vers la batterie. Il évolue très vite dans des groupes autour de chanteurs de renom comme Francis Cabrel avec qui il a composé plusieurs chansons. Ce n’est finalement qu’au moment de son alya, en provenance de la ville d’Agen, il y a 16 ans, que tout a changé. Changement de lieu, et de là, changement de vie. Moshe s’inscrit dans un concours de radio crochet dans lequel participaient 1200 personnes. Il décroche alors le premier prix en chantant un titre de Matti Caspi, sans pour autant maîtriser l’hébreu. C’est cette sensibilité du public et du jury qui lui a donné cette confiance en lui et qui lui permet d’évoluer, et ce, jusqu’à aujourd’hui, pleinement dans le monde de la chanson.


CONFERENCES

PRESENTATION

La 2e Croisière Francophone

La 2e Croisière Francophone

du 10 au 14 juin

M

Marc v i v a H

arc Haviv a deux passions. Soigner et communiquer. Vétérinaire depuis 1987, il a été pendant 17 ans propriétaire d’une clinique en région parisienne. Il est, à l’époque, l’un des premiers et des seuls d’ailleurs à se spécialiser dans le domaine du markéting vétérinaire. Une clinique vétérinaire devrait être vue non plus comme une clinique parmi d’autres, mais comme une petite entreprise, sujette à la concurrence. Et donc au développement commercial. C’est à ce moment là que Marc Haviv rencontre sa deuxième passion la communication et le faire-savoir. Responsable du département vétérinaire d’une des plus importante agences de communication en France, il est en charge des dossiers des laboratoires. Son savoir-faire dans ce domaine l’emmène à l’élaboration d’une série, « Pense-bêtes », déclinée sous la forme de dessins-animés tournés en 52 épisodes de 5mn sur le thème des animaux et co-produite par France 3 en septembre 1999. « Ô rage ! Ô désespoir !, Veilleur de nuit ou encore Ch’at fait mal », autant d’épisodes qui permettront à la série de connaître un franc-succès dans plus de 20 pays dont notamment Israël. Israël, où Marc Haviv a émigré depuis plus d’une dizaine d’années. Toujours conseiller marketing vétérinaire et conférencier, il a fondé «Israfrench », une société de conseil en communication pour le monde francophone. «Valises cachères» en est le département tourisme, une solution «clé en main» pour les touristes francophones israéliens. Mais il n’a pas abandonné son métier de vétérinaire pour autant.

du 10 au 14 juin

C

s e l r a Ch ui g i u g n e B

harles Benguigui rime aujourd’hui avec FUTÉ Magazine, magazine du divertissement pour les francophones israéliens. Mais sous ce costume de responsable de presse se cache un véritable maître de cérémonie. Ses premiers pas dans le monde du travail, il les fait au sein d’un certain club méditerranée. GO, traduisez, Gentil Organisateur, il monte très vite les échelons au sein de ce célèbre club de vacances pour occuper le poste de chef d’équipe lors de l’ouverture du club d’Ibiza aux Baléares. C’est à cette période qu’il est nommé Responsable des relations publiques à bord du prestigieux Club Med One Cruise, dans les Caraïbes, à l’époque le plus grand voilier du monde puis à bord du Club Med Two Cruise, son «sister-ship» dans les mers Asiatiques. Pendant deux longues années, Charles Benguigui va sillonner la Méditerranée et l’Adriatique l’été, la Mer des Caraïbes et l’Asie l’hiver. A bord du bateau, il organisera avec toute l’équipe du «Club Med» des spectacles hors-normes et des émissions de télévision en direct. Ce qui lui donnera ensuite la confiance suffisante pour remplacer Philippe Risoli au «Juste Prix» TF1 ainsi qu’une émission de radio sur Europe 2. Charles Benguigui, c’est donc une expertise à toute épreuve dans l’organisation et la planification de croisières de vacances.

La croisière francophone

13


INTERVIEW

Moshe Benzakki, "donner du bonheur aux passagers" Invité à bord de la deuxième croisière francophone, Moshe Benzakki nous dévoile son actualité. Entre la préparation d’un nouveau concept musical hébreu-français et la sortie d’un disque dans les bacs. Entretien. Charles Benguigui: Moshe Benzakki, quelle est votre actualité ? Moshe Benzakki: Je viens de terminer un disque, qui s’intitule « Nostalgia ». 11 chansons du répertoire de la musique française que j’ai reprises et que j’ai arrangées en fonction de mes inspirations. Je me suis donc servi des versions instrumentales pour y apposer ma voix et les chœurs. Je suis également accompagné sur certains morceaux par des arrangements de musiciens. La production est désormais terminée, il devrait prochainement être mis en vente. CB: Un disque terminé, et un autre en préparation ? MB: Oui, effectivement, je suis actuellement occupé par un nouveau concept de la chanson internationale. Il s’agit ici, à partir de titres écrits en hébreu, de transformer ces chansons en y ajoutant une touche française. C’est-à-dire que je me sers des textes déjà existants et au lieu de les traduire dans leur intégralité, je conserve le sens de l’idée générale et j’y intègre des textes que j’ai personnellement écrits pour l’occasion. CB: Un concept intéressant, mais est-il fait en accord avec les artistes, auteurs de ces titres ? MB: Vous posez-là une question importante. Il est évident que je ne pourrais vendre une chanson sans l’accord de son auteur. Je me dois donc de préparer la maquette du morceau en question avant de présenter le produit final à l’artiste. C’est donc un pari mais

16

qui semble réussir puisque je n’ai, pour l’heure, que des réponses positives d’artistes israéliens. La maquette est prête et certains titres devraient, je l’espère, passer bientôt en radio, en attendant vous en aurez la primeur à bord de la 2e croisière francophone. CB: Avant de conclure, dans quel état d’esprit êtes-vous avant de monter à bord de la deuxième croisière francophone ? MB: Je voudrais simplement profiter de l’occasion pour remercier une nouvelle fois les organisateurs de cet événement, sans qui tout ce projet serait resté lettre morte Je n’ai pas besoin de les citer, ils sauront se reconnaître. Je suis donc heureux de participer à cette croisière, et je l’appréhende avec beaucoup plus de facilité. Nous sommes en effet beaucoup mieux préparés et savons ce que les passagers attendent de nous à bord du bateau. Ces vacanciers attendent de la joie, de la bonne humeur et du dynamisme. Nous devrons êtres capables aussi de leur apporter ce plus, cette différence qui leur fera oublier leur quotidien. Nous allons donc leur permettre de choisir parmi 3000 chansons, ce qui constitue à mes yeux une vraie prouesse technique. Il y aura des chansons en français et en hébreu. Je le dis et le répète, mon principal objectif est de transmettre une part de bonheur aux passagers.

Pour commander le CD de Moshe Benzakki ki Tél: 050.84 27 100

Moshe Benzakki vous accompagne en chansons sur la Croisière francophone


TORAH

LES PASSIONS D’UN HÉBREU

Rony Akrich, Professeur d’études Juives Responsable enseignement francophone Machon Tal - Midreshet Maamakim

Si je t'oublie Jérusalem

i je t’oublie Jérusalem, que ma main S droite m’oublie, que ma langue s’attache à mon palais, si je perds ton

souvenir, si je ne mets Jérusalem au sommet de ma joie". Deux mille ans durant, cette prière a exprimé le rêve et la fidélité de chaque Juif, une aspiration, un sentiment, une foi profonde. Le peuple juif ressuscite, revient en Israël, la terre refleurit, l’état se reconstruit. Jérusalem n’est plus seulement un espoir mais une réalité. L’idéal n’apparaît parfois au regard du commun que comme une utopie dont la réalisation semble impossible en regard des connaissances du moment. L’idéal est absolument nécessaire pour construire le bien concret, c’est une force qui pousse l’homme vers ce qui est beau. L’idéal est ce qui nous permet d’évoluer, d’avoir une certaine prise sur le futur, de ne pas subir, de refuser l’inacceptable. L’idéaliste est celui qui croit qu’il existe quelque chose à découvrir et à réaliser, même s’il ne peut pas le prouver momentanément, ce en quoi il s’oppose au réaliste qui campe sur sa certitude qu’il n’existe rien au delà de la réalité visible et identifiable. Jérusalem ne fut jamais répartie entre les tribus, elle n’appartient à aucune communauté, à aucun parti, à aucune faction. Elle appartient au peuple Juif dans sa totalité, tout juif est appelé à y participer; Jérusalem est le cœur spirituel qui nous réunit tous, le cœur de la nation! Elle est l’âme, le souffle de vie qui anime, le révèle. Le professeur Israël Eldad avait dit: "lors de la guerre d’indépendance, la conquête de Jérusalem avait échoué car alors, nous avions trois armées (le Etzel, le Lekhi et

F R E E B I R D S

09-833 30 30 09-833 30 30

1ère Société française dans le domaine des Energies Renouvelables

la Haganah) et chacune prétendait que Jérusalem serait sa victoire. Lors de la guerre des Six Jours "Tsahal", armée d’un peuple uni, a opéré une percée et restitué au peuple juif sa capitale historique, non la "ville des Lumières" mais la "Ville de la Lumière". Les masses juives répondent à l’appel du retour, exigent la terre d’Israël et rêvent de Jérusalem et de nulle autre. C’est à cette terre qu’ils sont attachés par le cœur malgré son infertilité, malgré son insalubrité, malgré toutes les difficultés politiques qui y règnent alors. Cette terre est sainte par nature, il suffit de la fouler pour posséder le monde futur disent certains. La responsabilité, c’est bien le souvenir aujourd’hui de ce que j’étais hier, la continuité, le mouvement assumé et qui, parce qu’il est assumé, est peut-être créateur. Et ce mouvement, c’est l’ascension virile de soi, d’un destin, l’ascension de l’histoire. Alors, j’ai l’impression qu’on ne peut pas définir le Juif en dehors de ce mouvement essentiel que sont la continuité non seulement de l’individu mais de l’histoire, la découverte, en dernière analyse, de l’histoire comme créatrice "d’imprévisible nouveauté". Aujourd’hui certains s’engagent, d’autres non, d’autres encore ne voient pas, hésitent, attendent, pèsent, considèrent, envisagent. Mais nos yeux doivent se dessiller et voir tous les miracles du Retour à Sion, de l’Etat, de l’Armée, de la libération de Jérusalem. A présent aussi, devant la tentation de nous abandonner au découragement, voire même au désespoir, nous devons nous armer de la patience de l’histoire. On ne peut construire un Etat renaissant en un instant. Rony Akrich

Vous cherchez un travail qui vous paye l’intégralité de vos transports, ... appelez-nous

Nous contacter : Yaacov : 054.536 23 15 e.mail: job@sgil.org En vidéo : ronyakrich.com/blog - ronyakrich.mymuseum.tv - www.machonmeir.net/french

29


Chez Pirat Adom Le plus Grand Choix de Piscines d’Israël PISCINE Rayon : 2.44 m

prête pour recevoir une pompe filtrante

PISCINE Rayon : 2.44 m

comprenant douche, pompe filtrante, diffuseur de chlore.

GRAND CHOIX DE PISCINES Long. 2.90 m 4.04 m 4.12 m

Larg. 2.00 m 2.00 m 2.00 m

Hauteur 1.00 m 1.00 m 1.22 m

PISCINE Rayon 3.66 m

Hauteur 1.22 m

comprenant échelle, pompe filtrante et couverture, + programme de nettoyage.

Exclusif !!

PISCINE Rayon 2.74 m

Hauteur 76 cm

comprenant sol 3D, éléments et masque de plongée pour 3D.

Gaash: Tél: 09-955 36 16 Beit Yeoshua - Zone ferroviaire - Tél: 09-865 99 69


RADIO

Promotions Mer Morte et Galilée. Eté 2012 : Demi-pension, base chambre double et transport Autocar de Netanya

Mer Morte

l 24-28 Juin

5jours/4nuits Hôtel Hod**** 1495 sh/personne Mer Morte

l 1-5 Juillet

Mer Morte

l 5-9 Aout

5jours/4nuits Hôtel Crown Plazza***** 1680 sh/personne 5jours/4nuits Hôtel Crown Plazza***** 1895 sh/personne

l 24-27 Juin

4jours/3nuits Hôtel Kfar Giladi**** Galilée 1470 sh/personne

l 15-18 Juillet

4jours/3nuits Hôtel Hacienda Galilée 1650 sh/personne

Tél: 09 884 93 93 ou Acher :

052 433 87 34

E.mail: contact@valisescacheres.com

40

Les Brèves du 150

O

n dit souvent qu’il y a beaucoup de Français à Netanya, et puis d’ailleurs, c’est vrai. C’est la raison pour laquelle les deux étudiants en communication et media David Senbel et Lionel Yrhi (francophones, bien évidemment) ont décidé de créer leur propre émission de radio, entièrement en français. Déjà fonctionnelle depuis quatre mois, l’émission "Frenchies" sur 106 fm, rassemble des centaines d’auditeurs pour un rendez-vous hebdomadaire hilarant, monté sur les bases de ces bonnes vieilles ondes françaises. Leur approche ? Un panel de rubriques insolites, de la grande musique française, et une légère dose d’improvisation. N’oublions tout de même pas qu’il est possible d’appeler le standard pendant l’émission, pour peut-être passer en live (qui sait ?) et tenter de remporter de nombreux cadeaux proposés par nos sympathiques présentateurs, en participant à leurs jeux plus déjantés les uns que les autres. Et puis quand bien même l’on repart les mains vides, une bonne rigolade (comme on dit chez nous) est au rendez-vous. De l’actualité insolite aux tendances du moment, en passant par les jeux vidéo, la littérature, les astuces linguistiques de la semaine, et bien d’autres, David et Lionel sauront vous faire oublier la routine pour deux petites heures seulement, et vous faire pouffer de rire, de façon monstrueusement addictive. Petit bémol, 106 fm n’est encore qu’une radio locale, c’est la raison pour laquelle il ne vous sera possible d’écouter "Frenchies" que depuis Netanya et alentours. Mais pas de panique, il sera tout de même possible de suivre votre émission favorite depuis le monde entier via leur site internet www.106fm.fm C’était futé magazine pour "Frenchies", tous les mardis de 16:00 à 18:00 sur 106 fm, à vous les studios !


SPORTS

Les sports nautiques et Israël, une vraie histoire d’amour

I

sraël disposant d’un accès à quatre plans d’eau - la mer Méditerranée, la mer Rouge, la mer Morte et le lac de Tibériade - la natation est le sport le plus pratiqué du pays. Les piscines publiques se comptent par centaines, et on en trouve dans presque tous les kibboutz et moshav. Environ 50% des habitants du pays vont nager au moins plusieurs fois par an. Et, selon des données publiées par le Ministère des Affaires étrangères israélien, avec ses 40 000 plongeurs confirmés ou davantage, Israël se place au premier rang mondial pour le nombre de plongeurs par habitant. Qui dit plongeur, dit aisance avec les sports nautiques. Et dans ce domaine, une discipline se dégage nettement de ses concurrentes au niveau des résultats des sportifs israéliens. Il s’agit de la planche à voile. Discipline devenue olympique en 1984 lors des Jeux de Los Angeles, elle s’est divisée depuis en plusieurs épreuves, comme la vitesse, le slalom, le Formula Racing ou encore le très spectaculaire concours de Free Style où les sauts peuvent attendre plusieurs mètres au-dessus des vagues. "Vague", ou Gal en hébreu, c’est précisément le prénom d’un athlète hors-norme, le seul à avoir décroché deux médailles olympiques, le seul israélien, surtout, à avoir empoché l’or olympique. Gal Fridman a ainsi décroché le bronze olympique en 1996 à Atlanta avant d’atteindre le sommet sur le mont Olympe...à Athènes, en 2004. Un parcours international exceptionnel qui a fait des émules. Cer-

60

tains présentent comme son principal successeur, Shahar Tzuberi, médaillé de bronze aux derniers Jeux Olympiques de Pékin. Depuis, à 26 ans, il a surfé sur la vague du succès en empochant une double médaille d’or aux Championnats d’Europe en 2009 et 2010. Mais le natif d’Eilat ne souhaite pas en rester là, et s’est déjà fixé comme objectif de faire aussi bien que son illustre aîné, à savoir l’or olympique à Londres. Il peut bénéficier pour cela des infrastructures de sa ville. Car Eilat est, sans nul doute, LA station balnéaire du pays. De par son climat estival pratiquement toute l’année, on peut pratiquer toute la gamme des sports nautiques, du plus répandu au plus sophistiqué, au départ de la Marina et sur des kilomètres, le long de la côte. Eilat, encore et toujours qui a permis au jeune Nimrod Mashiah d’éclore au plus haut niveau. Médaillé de bronze aux derniers championnats du monde à Perth en Australie, il devrait lui aussi bien figurer sur les parcours londoniens. Et déjà, Israël se plaît à rêver de deux nouvelles médailles olympiques dans quelques semaines. Dans ce cas, ce serait une performance exceptionnelle et la confirmation d’une relation d’amour entre un sport, ou plutôt une discipline, les sports nautiques, et une nation. Il ne nous reste donc qu’à souhaiter aux jeunes générations de sportifs israéliens en herbe de choisir une discipline qui gagne... Matthias Inbar

Page sport présentée par Matthias Inbar : les sports nautiques


FUTE Magazine N°150  

FUTE Magazine N°150

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you