Page 1

Cinéma

UNE PURE AFFAIRE

Un avocat à l’existence monotone découvre un sac rempli de drogue. Une trouvaille qui va enfin lui permettre de vivre la vie dont il rêve pour sa famille… Le synopsis faisait envie : grâce à une réalisation maîtrisée et un casting impeccable, c’est encore mieux que ça ! La comédie est acide, parfaitement amorale et pertinente. C’est très politiquement incorrect, et méchamment drôle.

è

1

2


Cinéma

è

D

avid Pelame se rêvait grand avocat, avec voiture de luxe et grande vie. Transparent et inoffensif, il n’est qu’un avocat de plus dans un grand cabinet où son cruel manque de charisme lui vaut de faire partie du décor. Une femme, deux enfants, un pavillon : David s’est enfermé dans une vie de famille d’une plate monotonie, où le seul piment à la forme de cigarettes, fumées en cachette au sous-sol… David ne peut cependant pas se sortir de la tête qu’il méritait mieux, et désespère d’une seconde chance. Qui lui tombe dessus de la manière la plus étrange, un soir de Noël. Alors qu’il promène son chien, il se retrouve en possession d’un sac rempli de drogue, et d’un téléphone bourdonnant des appels d’acheteurs impatients. Très vite, David envisage le contenu de ce sac comme une option très rémunératrice pour ajouter du frisson dans sa vie, et du beurre dans les épinards de la petite famille. Mais on ne s’improvise pas dealer si facilement. Encore que. David fait ses premières armes sous le nom de Goliath, armé d’une amabilité

3

exemplaire. Une activité qui va vite manger tout son temps libre, jusqu’à éveiller les soupçons de sa femme. La colère calmée après quelques explications, celle-ci ne tarde pas à se laisser séduire à son tour, ajoutant à l’opération un pragmatisme de mère de famille… Une pure affaire est un film à savourer sans retenue parce qu’il incarne ce que tant d’autres voudraient paraître : avec candeur, tendresse et humanité, il est profondément amoral. Lorsque les Pelame, modèle formaté de la famille au-dessus de tout soupçon, s’accommodent à merveille de trafiquer de l’héroïne, ils le font avec une bonne conscience immaculée. Maladroits et pleins de bonne volonté, ils s’attaquent à ce commerce comme on livrerait des pizzas. Et la bonne surprise ne s’arrête pas là, car le film ne se contente pas d’accumuler les situations hilarantes, il joue aussi avec. Teintant la comédie de frissons menaçants, qu’il s’agisse d’un gamin en manque ou d’un gros mafieux flippant à souhait, le film est


è

4


Cinéma

è toujours en phase avec la réalité. Évitant dans la foulée le malsain et l’éloge de la drogue ou de ce succès si facile. Les zygomatiques au beau fixe, il enfonce carrément le clou de l’idéal contemporain de la réussite. L’argent a si peu d’odeur de nos jours qu’après tout, une ascension sociale en vaut bien une autre… Et si, fidèle à la nouvelle Britannique dont il s’inspire, le film ne manque pas de mettre ses héros face à leurs responsabilités, il ose, plaisir suprême, en changer la conclusion. Une pure affaire assume son immoralité jusqu’au mot fin ! Pour tenir la note d’une comédie aussi innocemment venimeuse, il fallait des acteurs qui nous épargnent la caricature, mais sachent profiter de tous les clichés. En David Pelame, François Damiens nous livre une formidable composition : pathétique, mais terriblement attachant, on ne doute à aucun moment de son bon coeur. Acolyte parfaite, Pascale Arbillot révèle sous ses dehors de mère de famille rangée une énergie et une fraîcheur qui

5

force l’admiration. Ces deux natures comiques pourtant si différentes s’accordent à merveille. Le casting qui les entoure ne souffre de fait d’aucune fausse note : on apprécie tout particulièrement Gilles Cohen, génialement inquiétant en malfaisant suprême, et Laurent Lafitte en super « winner » qu’on aimerait tant baffer à tour de bras... Une pure affaire est une production Quad, qui est en train de devenir une référence en la matière puisqu’à l’origine de cartons comme Tellement Proche ou L’arnacoeur. Des producteurs au feeling décidément sûr : Une pure affaire est un premier film pour son réalisateur. Que dire de plus sinon : encore !

L’avis de CpourlesHommes Une Pure Affaire précipite une famille respectable dans les affres du trafic de drogue. Sauf que ces candides-là trouvent la situation formidable et en jouissent avec une candeur totale. La comédie réussit le savant dosage de tendresse et de provocation pour que ce soit vraiment immoral, malicieusement critique, et franchement drôle. Une réussite. F.L.


Infos

Comédie Réalisé par Alexandre Coffre Avec François Damiens, Pascale Arbillot, Laurent Lafitte, Gilles Cohen… Durée : 1h28 Sortie en salles le 2 mars 2011 Internet : www.unepureaffaire-lefilm.com

WWW

6

Une pure affaire  

Test, avis et critique du film Une pure affaire de Alexandre Coffre avec François Damiens, Pascale Arbillot, Laurent Lafitte, Gilles Cohen