Issuu on Google+

Université du Havre UFR des Lettres et Sciences Humaines MP1 Géographie et Aménagement

Collectivités et Coopérations Territoriales

La Plate-forme Logistique Aquitaine-Euskadi (PLAE)

FRATRAS Yohann

Mars 2009


Sommaire

Sommaire ................................................................................................................................................ 2 Introduction ............................................................................................................................................. 3 1.

2.

3.

4.

Analyse du contexte ........................................................................................................................ 4 1.1.

La région Aquitaine ................................................................................................................. 4

1.2.

La Communauté Autonome du Pays Basque .......................................................................... 6

Forme d’organisation de la coopération .......................................................................................... 7 2.1.

Historique de la coopération .................................................................................................... 7

2.2.

Statut juridique ........................................................................................................................ 8

2.3.

Organigramme de la Plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi ........................................... 10

Etats des lieux sur le thème ........................................................................................................... 11 3.1.

Acteurs et organismes impliqués ........................................................................................... 11

3.2.

Equipements existants ........................................................................................................... 12

Résultats ........................................................................................................................................ 13 4.1. Le ferroutage .............................................................................................................................. 13 4.2. L’Autoroute des Mers & Short Sea Shipping............................................................................. 14 4.3. L’Education ................................................................................................................................ 14 4.4. Séminaires et Journées ............................................................................................................... 15 4.5. Aquitaine-Euskadi Trans Network (AETN) ............................................................................... 16

5.

Visibilité-identité ........................................................................................................................... 16 5.1. Livres et Revues ......................................................................................................................... 16 5.2. Salons professionnels ................................................................................................................. 17 5.3. Sites internet ............................................................................................................................... 17

6.

Bilan et évaluation de la coopération ............................................................................................ 17

Bibliographie ......................................................................................................................................... 18

Page | 2


Introduction

Le projet de coopération territoriale analysé concerne deux régions : la région Aquitaine en France et la Communauté Autonome du Pays Basque en Espagne. La collaboration entre ces deux entités remonte à 1989. Elles ont voulu, par cette coopération, mettre en avant leur avantage géographique au cœur de l’Europe. Les deux territoires se situent en effet au cœur d’un axe stratégique de communication entre le cœur historique de l’Europe et la péninsule ibérique. Cependant l’augmentation des échanges entraîne une augmentation croissante du trafic, notamment les poids lourds. Cet avantage géographique tend à devenir un inconvénient pour les deux régions car des études prédisent une possible saturation totale du réseau routier aquitano-basque d’ici 2010. La création de la Plate-forme Logistique Aquitaine-Euskadi (PLAE) a pour objectif de projeter cette euro-région en tant que porte de l’Atlantique en Europe et de répondre à cette problématique du transport notamment au travers d’une approche intermodale. Grâce aux infrastructures existantes, la plate-forme essaie de trouver une organisation favorisant l’intermodalité entre les modes de transport les moins polluants. La PLAE est aujourd’hui entrée dans une phase opérationnelle et plusieurs projets se concrétisent pour répondre à la problématique de départ.

Page | 3


1. Analyse du contexte

La plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi concerne, comme son nom l’indique, la région Aquitaine en France et la communauté autonome du Pays Basque en Espagne. La particularité de cette coopération réside dans le fait que ces deux entités ont peu de points communs.

1.1.

La région Aquitaine

L’Aquitaine compte aujourd’hui 3.1 millions d’habitants soit 5% de la population nationale. La région regroupe cinq départements (Dordogne, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Pyrénées-Atlantiques) avec Bordeaux comme ville principale autour duquel s’organise le tissu urbain. On peut dénombrer 17 aires urbaines qui regroupent 67% de la population et 45 pôles d’emploi dans un espace à dominante rurale. Avec 66.7 millions d’euros de PIB (4.5% de la richesse nationale), l’Aquitaine constitue la 6ème région française. 1.17 millions d’emplois sont recensés dont un million de salariés. Le secteur primaire est un élément important de l’économie de la région notamment grâce à l’agriculture, la sylviculture et bien évidemment la viticulture. L’Aquitaine est aujourd’hui la 1ère région agricole de France et ce secteur emploie 10% des actifs de la région (environ 4% pour la moyenne nationale). La région est aujourd’hui la 2ème au niveau national concernant l’exportation de vin. La maïsiculture et l’élevage de palmipèdes gras sont également un point fort du secteur primaire aquitain puisqu’ils placent l’Aquitaine parmi les premières régions françaises dans ces domaines. Enfin, la sylviculture est un

Page | 4


autre élément du dynamisme du secteur primaire, l’Aquitaine étant la première région boisée de France. Le secteur secondaire joue également un rôle important dans l’économie de la région. Ce secteur s’appuie sur un important tissu de sous-traitants mais aussi sur quelques secteurs dynamiques comme l’agro-alimentaire qui, avec 30 500 salariés, est le premier employeur industriel de la région. Mais le secteur le plus dynamique est sans doute celui de l’aéronautique qui compte plus de 250 entreprises spécialisées et 200 PMI sous-traitantes. La filière bois-papier, avec 25 000 salariés et 1700 établissements, est un autre point fort du secteur industriel aquitain. Au contraire, d’autres secteurs tels que l’habillement ou la métallurgie ont connu de grandes difficultés et certaines zones peinent à se reconvertir. Quant au secteur tertiaire, la présence d’un patrimoine architectural, gastronomique, culturel et naturel permet à l’Aquitaine de se situer au 4ème rang français pour ce qui est du tourisme (2ème région thermale) qui emploie 60 000 personnes. Le commerce est aussi un domaine important pour l’Aquitaine avec une forte implantation de la grande distribution (154m² pour 1000 habitants, la moyenne française étant de 121m²). Dans le domaine de la formation, la région se situe au 8ème rang national avec 102 000 étudiants répartis dans cinq universités et 14 écoles supérieures d’ingénieurs. En matière de transport, le réseau ferré aquitain s’organise autour de la ligne Paris-Bordeaux-Madrid. Le trafic maritime est assuré par le port de Bordeaux (6ème port français pour le trafic de marchandise) et le port de Bayonne (9ème port français). L’Aquitaine peut également s’appuyer sur cinq aéroports internationaux dont celui de Bordeaux-Mérignac.

Page | 5


1.2.

La Communauté Autonome du Pays Basque

L’Euskadi est une des 17 communautés autonomes d’Espagne et se compose de trois provinces : Alava, Biscaye et Guipuzcoa. Ce territoire compte 2.1 millions d’habitants soit 5.4% de la population de l’Espagne. En tant que communauté autonome, l’Euskadi perçoit la quasi-totalité des taxes et impôts qui s’appliquent sur son territoire. Cependant, c’est la seule communauté à payer à l’Etat espagnol un montant pour les services rendus par le pays dans son territoire. En matière de transport, trois aéroports desservent le territoire (Foronda, Hondarribia et l’aéroport international de Bilbao) ainsi que deux ports (Bilbao et San Sebastian). Le Pays Basque a connu une grave crise économique et sociale dans les années 1980 mais un redressement économique spectaculaire a changé la donne. L’Euskadi fait aujourd’hui partie des dix régions dont le niveau industriel et le niveau de richesse sont les plus élevés d’Europe. Le PIB/habitant est supérieur à la moyenne européenne et l’Euskadi est devenu en 2007 la région la plus riche d’Espagne, devant la communauté autonome de Madrid ce qui n’était jamais arrivé auparavant. Ce redressement économique a pour origine le développement d’une politique en faveur de l’innovation grâce à la création de technopoles. L’Euskadi est aujourd’hui la 3ème région la plus Page | 6


innovante d’Espagne. Le Pays Basque est une des premières régions européennes à avoir mis en place des pôles de compétitivité à partir de 1991. 13 clusters ont été crées, spécialisés dans le secteur industriel. Cette politique d’innovation et de diversification permet aujourd’hui au secteur industriel d’employer 36% de la population active. Ce secteur est à l’origine de 8% de la production industrielle totale du pays alors que le territoire abrite seulement 5% de la population. L’industrie contribue au PIB de l’Euskadi à hauteur de 32%.

2. Forme d’organisation de la coopération

2.1.

Historique de la coopération

La Plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi est l’association du Département des Transports et des Travaux Publics du Gouvernement Basque et du Conseil Régional d’Aquitaine. Cette coopération va débuter en 1989. C’est à cette date qu’un protocole de collaboration va être signé entre la région Aquitaine et la Communauté Autonome du Pays Basque dans la perspective « d’éliminer les frontières et avancer vers une gestion plus globale dans le cadre communautaire ». 

Novembre 1999 : Sous l’impulsion du président de la région Aquitaine et du président du Gouvernement Basque, un projet de constitution de PLAE est lancé avec pour objectif principal de répondre à la problématique du transport et d’établir le rôle logistique des deux régions.

Février 2004 : La PLAE devient un Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE). Ce nouveau statut juridique va permettre de promouvoir la collaboration entre les deux entités en matière de transport et de logistique. Ce groupement veut ainsi s’identifier comme étant la « Porte Atlantique de l’Europe ». Les décideurs ont choisi ce type de coopération bilatérale car elle favorise la performance et la rapidité des prises de décision.

Page | 7


Le Groupement Européen d’Intérêt Economique (GEIE) L’objectif de ce regroupement est de faciliter ou de développer l’activité économique des participants, d’accroître ou d’améliorer les résultats de cette activité. Le groupement n’est pas une société, son but n’est donc pas la réalisation de bénéfices. Cependant le fait que l’activité puisse dégager des bénéfices n’est pas interdit. Ces bénéfices devront être répartis entre les membres du GEIE. Le groupement peut employer jusqu’à 500 salariés et n’a pas obligatoirement un capital. Cette entité juridique est ouverte aux sociétés privées et publiques qui décident de mettre en commun leurs moyens tout en conservant leur personnalité juridique propre. Le groupement doit inclure au moins deux sociétés appartenant à deux Etats-membres différents. 

17 Novembre 2007 : La constitution du GEIE est signée par Jean-Louis Carrère, président de la région Aquitaine et Álvaro Amann, Conseiller aux Transports et Travaux publics du gouvernement basque. Cette signature rend possible la création d’un réseau d’infrastructures et de services de transport ferroviaire et maritime pour répondre à l’augmentation du trafic routier dans les deux régions.

2.2.

Statut juridique

Cette coopération s’est donc constituée en Groupement Européen d’Intérêt Economique. Cette entité juridique est instituée par le règlement CEE n° 2137/85 du Conseil du 25 juillet 1985 avec pour objectif la facilitation de la coopération transnationale. Les droits et devoirs de la PLAE sont définis par le statut juridique dont voici les principaux articles : - Article 2 : Les missions du groupement se limitent aux domaines suivants : 

La promotion du tissu d’infrastructures et des systèmes de transport et logistique de la Communauté autonome du Pays Basque et de la région Aquitaine ainsi que le concept d’intermodalité.

La promotion commerciale à l’intérieur et à l’extérieur de son territoire.

L’animation du réseau d’acteurs publics et privés

Participation à des recherches pour la résolution des problèmes de transports et de logistiques à travers la réalisation d’études et d’autres actions que le groupement jugera pertinentes.

Coopération avec les acteurs privés et publics à l’intérieur et à l’extérieur du territoire.

- Article 4 - Siège social : Le groupement est basé à Bilbao. La PLAE pourra créer des établissements secondaires dans les autres pays de l’UE

Page | 8


- Article 5 - Durée : Le groupement est crée pour une durée indéterminée - Article 6 & 7- Capital : La PLAE ne possède pas de capital mais les membres du groupement peuvent en décider la création si nécessaire. - Article 16 - L’Assemblée Générale : Cette assemblée est constituée: 

Le président et le vice-président qui sont remplacés tous les deux ans avec une alternance entre les représentants de la région Aquitaine et du Pays Basque.

Le secrétaire de l’Assemblée Générale qui est désigné par le président.

L’Assemblée pourra être complétée par les représentants des membres.

L’Assemblée Générale est l’organe principal de prise de décision. Elle est qualifiée pour adopter toutes les décisions qui répondent aux missions du groupement définies dans l’article 2. Elle vote également le budget, le programme annuel et le règlement intérieur. Les membres peuvent être consultés au moyen de l’assemblée mais également de manière écrite. Ces membres doivent délibérer au moins une fois par an. - Article 17 - Comité de Direction et Direction Générale : Ce comité est composé des représentants des membres fondateurs (deux français et deux espagnols). Il est chargé d’administrer la PLAE et d’appliquer la politique générale définie par l’Assemblée Générale. L’exercice du mandat dans le comité de direction ne donne pas lieu à une rémunération. Le comité de direction désigne un directeur général qui aura pour mission la gestion du groupement. Ce directeur est quant à lui rémunéré et soumis à la réglementation du travail en vigueur.

Page | 9


2.3.

Organigramme de la Plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi

Présidence

Jean-Louis Carrère (depuis le 16/02/2009) - Premier vice-président du conseil régional d’Aquitaine

Comité de Direction

Nuria Lopez de Guereñu - Conseillère des transports et travaux publics du gouvernement basque Jean-Louis Carrère - Premier vice-président du conseil régional d’Aquitaine Arantxa Tapia - Vice conseillère des transports et travaux publics du gouvernement basque

Commission Technique Jean-François Duranton - Chef de services du Conseil Régional d’Aquitaine José Manuel Bujanda - Chef de cabinet des transports du gouvernement basque

Direction Générale Virginia Gil - Directrice de la Plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi

PLAE

Irina Bocka - Responsable des salons et manifestations

Membres de la plate-forme

Infrastructures maritimes Infrastructures terrestres

Ionana Celayaran - Communication Infrastructures aériennes Arantxa Iturbe - Relations Internationales Infrastructures ferroviaires

Page | 10


3. Etats des lieux sur le thème

3.1.

Acteurs et organismes impliqués

La plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi s’est crée autour de la région Aquitaine et la Communauté Autonome du Pays Basque. Ayant décidé de répondre à la problématique du transport, ce projet compte parmi ses membres de nombreux organismes spécialisés dans le transport. Ces acteurs peuvent être divisés en quatre grandes catégories : - Infrastructures maritimes De nombreux ports participent à la plate-forme. En France, le port autonome de Bordeaux et le port de Bayonne font partis de la PLAE. Du côté espagnol, les ports de Bilbao, Pasajes et Bermeo sont recensés parmi les membres. Il faut ajouter à cette catégorie la communauté portuaire de Bilbao, Uniport Bilbao. - Infrastructures terrestres On va trouver dans cette catégorie des centres de transports, des plates-formes logistiques ainsi que des plates-formes multimodales :

- Araba Logistica, S.A

-

CTVi

(centre

de

Transports

Intermodal de Vitoria) - Bikakobo Aparcabisa - Plate-forme d’Hourcade - CEF Mouguerre - Zaisa (Centre de transports

- Infrastructures aériennes Deux acteurs composent cette catégorie : la compagnie aérienne Air Bilbao et l’aéroport international de Vitoria. - Infrastructures ferroviaires SNCF Fret « entité Espagne » du côté français, Eukostren et Eusko Trenbide Sarea du côté espagnol forment la dernière catégorie d’acteurs participant à la Plate-forme Logistique Aquitaine-Euskad

Page | 11


1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. 13. 14. 15. 16. 17.

3.2.

Araba Logística, S.A. (Arasur) Bikakobo Aparcabisa Bilbao Air CEF Mouguerre (Bayonne) SNCF Frêt "Entité Espagne" CTVi (Centre de Transports Intermodal de Vitoria) Euskotren Plate-forme d'Hourcade - Bordeaux Combiné Port de Bayonne Port de Bilbao Port de Bordeaux Port de Pasajes Uniport Bilbao VIA, Promotion de l'Aéroport de Vitoria S.A. Zaisa Port de Bermeo ETS: Eusko Trenbide Sarea

Equipements existants

La plate-forme a donc pour objectif d’optimiser le réseau de transport existant, notamment pour le transport de marchandises. Pour cela elle peut s’appuyer sur des infrastructures de transports répartis sur les deux pays. Pour ce qui est du domaine maritime, la PLAE peut s’appuyer sur le port de Bilbao, le plus important de la zone et qui traite 26 millions de tonnes de marchandises par an. Bordeaux est un autre port d’envergure avec ses 9 millions de tonnes de marchandises par an. Les ports de Bayonne et de Pasajes sont également à prendre en compte mais dans une moindre mesure puisqu’ils n’ont pas la capacité d’accueillir un trafic conteneur. Dans le domaine aérien, le trafic de marchandises repose sur deux infrastructures : l’aéroport de Bordeaux-Mérignac et celui de Foronda, spécialisé dans le trafic de produits périssables et de colis. Pour ce qui est du routier, l’Aquitaine et l’Euskadi accueillent quatre centres de transport routier : Zaisa à Irun et Aparkabisa à Bilbao qui ne pratiquent pas l’intermodalité et CTV à Vitoria et Bordeaux-Fret qui, quant à eux, ont développé un processus d’intermodalité route/rail. Il faut ajouter à cela deux plates-formes intermodales terrestres à Bordeaux et à Bayonne. Le groupement compte sur un complexe ferroviaire à Irun-Hendaye, crée pour répondre aux problèmes d’écartement de voies entre les deux pays ce qui oblige à des transbordements de marchandises. Page | 12


4. Résultats

4.1. Le ferroutage En constituant le cœur de l’Arc Atlantique, les régions Aquitaine et Euskadi accueillent un trafic de véhicules de plus en plus important. La croissance de ce trafic est telle que de nombreuses études évoquent la possibilité d’une saturation totale du système routier d’ici 2010. La PLAE a pris conscience de ce risque et a lancé, depuis 2004, un projet « d’autoroute ferroviaire » qui traverserait l’Arc Atlantique de Lille à Vitoria. Cette initiative, élaborée avec Réseau Ferré de France et l’ADIF (son équivalent en Espagne), constitue une alternative au transport routier et serait ainsi une solution pour répondre à la possible saturation du trafic. L’Arc Atlantique L’Arc Atlantique est une association regroupant 32 régions, représentant 16% du territoire européen et 62 millions d’habitants. Né d’une initiative française, ce regroupement vise à promouvoir des coopérations entre ses membres dans plusieurs domaines afin de constituer un contre-pouvoir aux régions dominantes d’Europe situées au cœur de l’Europe.

Le projet « Autoroute Ferroviaire » a officiellement été lancé en Février 2004 avec la proposition de RFF de développer la capacité ferroviaire de la région comme alternative au trafic routier. Une étude Page | 13


de viabilité à été lancée en Décembre 2004 pour l’implantation du ferroutage au Pays Basque. C’est à cette même période qu’une convention a été signée entre la région Aquitaine, le Poitou-Charentes et RFF pour le lancement de ce projet. Des études vont être lancées : - Une du côté français et concernant le tronçon Hendaye-Lille. - Une du côté espagnol pour le tronçon Irun-Vitoria. Une fois ces études terminées, en Janvier 2006 une expérimentation a été envisagée dans un délai de deux ans pour une ligne de ferroutage avec un train par jour et 40 camions par train. Ce projet s’est concrétisé en 2008 avec le lancement de la ligne de ferroutage entre la plate-forme de Mouguerre et Brétigny à hauteur de un train par jour. Les objectifs de ce projet sont de transférer 2000 poids lourds par train en 2010 et 6000 d’ici à 2016. Du côté espagnol, ce projet va se concrétiser par la réalisation d’un Y dans le but de relier l’Euskadi et ses trois villes principales (Bilbao, Vitoria et San Sebastian) à l’Europe. Ce réseau, qui devrait être achevé l’année prochaine, permettra de relier les trois capitales basques grâce à des lignes où les voyageurs et les passagers circulent à des vitesses plus élevées que sur les lignes classiques et constituera une liaison transfrontalière à grande vitesse. Cette alternative à la route aura pour conséquence de décongestionner les axes routiers et permettra de renforcer l’intermodalité.

4.2. L’Autoroute des Mers & Short Sea Shipping Outre le chemin de fer, l’utilisation du transport maritime a été envisagée pour constituer une alternative au trafic routier. C’est dans cette perspective que la PLAE agit en faveur de l’autoroute des mers. Sous cette appellation se cache la volonté de faire voyager par mer les poids lourds. L’objectif est de relier des villes comme Bilbao à l’Europe du Nord. Il a été prouvé que le cabotage maritime à courte distance n’était pas rentable. Des études sont actuellement en cours pour mesurer la viabilité de ce projet.

4.3. L’Education Depuis 2005, la plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi intervient dans le milieu de l’éducation pour rendre compte de la situation actuel dans le milieu du transport et de la logistique. Ces interventions ont débuté au sein de l’IUT de Bayonne. Le groupement permet à des étudiants de réaliser leur projet tutoré au sein de la PLAE. Des expositions et des journées d’informations ont également été organisés dans la perspective d’informer les étudiants sur les activités de la PLAE. Des stages sont aussi proposés au sein de la PLAE. Page | 14


4.4. Séminaires et Journées La PLAE se veut avant tout un lieu d’échanges de connaissances et d’expériences pour les domaines du transport, de l’intermodalité. C’est dans cette optique que des journées spécialisées, des interventions et des séminaires sont organisés par la plate-forme. Ainsi récemment, une visite guidée du port de Bayonne a été organisée. Le personnel de la PLAE est aussi amené à intervenir lors de conférences, la dernière en date étant la IVème conférence sur les communications européennes, intermodalités, transports et territoires, organisée par la Communauté de Travail des Pyrénées et qui s’est tenue à Narbonne.

Projet de ligne à grande vitesse (source : www.pl-ae.com)

Page | 15


4.5. Aquitaine-Euskadi Trans Network (AETN) Dans le cadre du projet INTERREG, la plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi a mis au point en 2008 le projet Aquitaine-Euskadi Network. Approuvé par la Commission Européenne, cette initiative a pour objectif de renforcer l’intégration économique et sociale de la zone frontalière entre la France et l’Espagne. D’une durée de 3 ans, l’AETN va permettre à la PLAE de mener des activités de promotion de la coopération transfrontalière grâce à un budget de 1.6 millions d’euros. Cette promotion visera trois domaines particuliers : l’intermodalité, l’internationalisation et le travail en réseau. Ce projet doit permettre de faciliter le développement économique et de soutenir le transport et la logistique dans les deux régions en améliorant les connaissances des acteurs du secteur dans les deux territoires sur ces domaines. Il va se traduire par l’organisation de journées de sensibilisation, des colloques, l’élaboration de plans stratégiques.

5. Visibilité-identité

5.1. Livres et Revues Comme cela a été expliqué dans la partie précédente, un des objectifs de la PLAE est de jouer un rôle de communication, de diffusion, d’échanges de connaissances ayant trait à ses domaines d’activités. C’est dans cette perspective que le groupement à réaliser plusieurs publications avec pour sujet les transports et la logistique. Au rayon des livres, la PLAE publie tous les ans, un compte rendu du forum de transport et logistique de l’Arc Atlantique (ALF). Depuis 2004, date du premier forum, ces ouvrages, rédigés en quatre langues (espagnol, basque, anglais et français), présentes les opinions, les contributions de hauts dirigeants de grandes entreprises européennes spécialisées dans le transport et de la logistique. Pour rendre compte de l’actualité des acteurs prenant part à la plate-forme, une revue trimestrielle, « Logistic », est publiée. Editée en espagnol, en basque et en français, cette revue permet aux lecteurs de se tenir au courant du développement des activités en rapport avec le transport et la logistique en Aquitaine et en Euskadi.

Page | 16


5.2. Salons professionnels Afin de promouvoir ses infrastructures, la PLAE met en place diverses opérations de communications à destination de professionnels du secteur. Pour prendre quelques exemples, voici les différentes auxquelles la PLAE a participé en 2008: - Semaine Internationale du Transport et de la Logistique à Paris - Salon International de la Logistique et de la Manutention à Barcelone - Salon du Commerce International et des Investissements à Madrid - Salon Professionnel International de la Logistique, du Transport et de la télématique à Shanghai.

5.3. Sites internet La Plate-forme Logistique Aquitaine-Euskadi possède également un site internet où tous les aspects de la plate-forme sont évoqués. On y retrouve la présentation de la coopération, son organisation, les membres ainsi que l’actualité du groupement. (http://www.pl-ae.com)

6. Bilan et évaluation de la coopération

La problématique du transport est donc à l’origine de la création de la Plate-forme Logistique Aquitaine-Euskadi et des projets ont été étudiés dans ce sens. Malgré l’ancienneté de la coopération (1989), les initiatives peinent à se concrétiser. Cependant avec la transformation de la coopération en Groupement Européen d’intérêt Economique (GEIE), le processus semble s’accélérer. Le projet de ferroutage lancé en 2004 est un exemple de tentative de désengorgement du trafic de la région qui devient un problème de plus en plus important du fait de l’augmentation croissante du trafic, notamment en ce qui concerne les poids lourds. La réussite de ce projet est vital pour les deux régions ce qui nécessite une entière coopération entre les acteurs. Un des atouts de la plate-forme est qu’elle réunit des professionnels du transport et de la logistique. Ces acteurs peuvent ainsi apporter leurs expériences, leurs conseils en matière de transport et logistique afin de guider les décideurs dans leurs projets. Malgré tout, la problématique du transport sera difficile à résoudre par la seule volonté de l’Aquitaine et de l’Euskadi. Même si les deux régions se situent au cœur de l’Arc Atlantique, elles ne pourront probablement pas inverser la tendance à elles seules. Ce problème concerne tous les territoires de l’Arc, du nord de la France au sud de l’Espagne. Les futurs projets devront ainsi être menés en commun avec ces acteurs ce qui impliquera une concertation entre des territoires aussi


nombreux que différents. Le fait que les projets aient été lancés récemment ne permet pas encore de pouvoir dresser un bilan de l’action de la coopération sur le trafic routier au sein des deux régions. La PLAE peut en revanche s’appuyer sur l’Union Européenne qui, à travers sa politique, encourage ce genre de coopération. Des financements pour de futurs projets vont pouvoir ainsi être négociés notamment grâce au programme INTERREG (ex : Aquitaine-Euskadi Trans Network). Le renforcement du pouvoir des régions au profit des Etats et la volonté pour l’Europe d’encourager les coopérations transfrontalières vont permettre à la PLAE de continuer sa mission et de mener d’autres projets en faveur du transport et de la logistique.

Bibliographie

Ouvrage consulté 

BOYER Jean-Claude, « Les 26 régions », Collection U, Colin, Paris, 2005

Sites consultés 

http://www.basques.euskadi.net

http://aquitaine.fr/

http://geoconfluences.ens-lsh.fr

http://www.espaces-transfrontaliers.org

http://www.france-euskadi.org

http://www.pl-ae.com

Page | 18


La Plate-forme logistique Aquitaine-Euskadi