Page 1

N° 67

Les primes 2011

Activité et santé

Backstage

Atupriville

La hausse inexorable des coûts de l’assurance de base se poursuit. L’augmentation des primes sera pourtant plus modérée que l’année passée.

Nous vous invitons à partir en une randonnée aboutissant à 3’146 m. d’alt. – pas besoin d’être alpiniste pour escalader le Fluela Schwarzhorn (le sommet noir)

Notre site internet et la publicité trahissent sa griffe: Barbara Megert. Voici toutes les informations sur la plus sportive et célèbre Atuprienne à la page …

Des fantômes à Atupriland? Oui, mais ils sont gais et gentils. Nico, Davide et Barbara les ont fabriqués eux-mêmes!

Page 2

L’Alternative: Managed Care Il faut s’attendre à des primes plus élevées l’année prochaine aussi – les augmentations seront pourtant plus modérées qu’en 2010. On n’a toujours pas réussi à juguler la hausse des coûts de la santé publique de manière durable. Une mesure apte à réduire les coûts se trouve de nouveau mise au premier plan: le programme Managed Care, donc les soins médicaux guidés et intégrés.

Page 6

Page 7

Page 8

L’ASAD – le service à domicile L’assistance aux personnes âgées et les soins se paient au prix fort et les besoins en services d’aide à domicile ne cessent de croître. L’ASAD, qui s’adresse au segment qui n’a pas encore besoin de soins exigeant l’admission dans un hôpital de soins aigus ou une maison médicalisée, en est la preuve. Cette organisation encore jeune qui compte 29’000 collaborateurs prend quelques 210’000 client(e) s en charge. De ce fait, l’ASAD est

parmi les plus grandes institutions de notre service de santé. L’ASAD est née en 1995 de la fusion de l’Association Suisse des Organisations d’Aides Familiales (ASOAF) et la Fédération Suisse des Services de Santé Communautaires (FSSC) Elle rassemble les 26 associations cantonales où 600 organisations locales sont rattachées. Fidèle au slogan Soins et Aide à domicile l’offre de l’ASAD s’adresse avant tout aux personnes âgées sans

être réservée à ce groupe cible en exclusivité. L’ASAD dispose d’une très bonne image dans les milieux publics. «L’ASAD est un pilier fondamental de la santé publique et des services sociaux», dit Andreas Keller, directeur du service Communication/Marketing de l’ASAD, «nous sommes un service public en quelque sorte». Apprenez plus sur le quotidien chez l’ASAD et ses perspectives dans notre thème à la page 4 et 5

Env. un tiers des assurés Atupri a adopté le programme Managed Care (les modèles médecin de famille, HMO ou TelFirst). Le rabais accordé sur la prime aura souvent motivé la décision. Une médecine coordonnée est non seulement apte à réduire les coûts, elle garantit en plus une qualité de traitement haut de gamme. Les soins intégrés, où les médecins sont responsables du budget, excluent les «traitements express» et une offre insuffisante.

Responsable Produits & Pricing

Service Center Berne Tél. 031 555 08 11 Fax 031 555 08 12 bern@atupri.ch Atupri Krankenkasse Zieglerstrasse 29, 1. Stock Postfach 8721 3001 Bern Service Center Lausanne Tél. 021 555 06 11 Fax 021 555 06 12 lausanne@atupri.ch Atupri Caisse-maladie Avenue Benjamin-Constant 1 Case postale 5075 1002 Lausanne Service Center Lucerne Tél. 041 555 07 11 Fax 041 555 07 12 luzern@atupri.ch Atupri Krankenkasse Töpferstrasse 5 Postfach 2064 6002 Luzern

Heures d’ouverture: du lundi au vendredi, de 8h à 17h, au téléphone et au guichet Service Center Lugano Tél. 091 922 00 22 Fax 091 924 26 44 lugano@atupri.ch Atupri Cassa malati Piazza Cioccaro 7 6900 Lugano

Atupri ne cesse d’amplifier sa gamme Managed Care – avec des cabinets de groupe et réseaux de médecins motivés. Profitez de ces offres qui sont disponibles dans un nombre de régions toujours croissant.

Reymond Bührig

Contactez-nous!

Service Center Zurich Tél. 044 556 54 11 Fax 044 556 54 12 zuerich@atupri.ch Atupri Krankenkasse Baumackerstrasse 42 Postfach 5245 8050 Zürich Oerlikon

Donc: des primes plus avantageuses ne sont pas en contradiction avec une médecine haut de gamme: le programme Managed Care met ce principe en pratique. C’est donc étonnant de voir que le programme Managed Care continue parfois à être rejeté. Serait-ce de crainte de perdre le libre choix du médecin? Mais qui est-ce qui a vraiment besoin d’avoir recours à un spécialiste directement?

Afin d’éviter la hausse constante des primes, il nous faut changer notre «comportement de consommateur» ou bien le revoir au moins. En général, la liberté du choix (apparente) n’est rien d’autre qu’une illusion onéreuse!

AZB 3000 Bern 65

Septembre 2010

Bitte nachsenden, neue Adresse nicht melden. Prière de réexpédier; ne pas annoncer la nouvelle adresse. Si prega di rispedire e di non segnalare il nuovo indirizzo.

Le journal des clients d’Atupri Caisse-maladie

Heures d’ouverture: du lundi au vendredi, de 8h à 12h et de 13h30 à 17h, au téléphone et au guichet Veuillez envoyer vos factures à votre centre de prestations

Mon tuyau: Atupri ! Le bouche à l’oreille est le moyen le plus efficace pour recruter d’autres client(e)s et, du fait de la haute satisfaction des assurés Atupri, notre meilleur «support publicitaire» par tradition. Nos assurés recommandent le service rapide, notre complaisance, nos assurances complémentaires innovatrices et les primes avantageuses à long terme. Recommandez-nous, vous-aussi – chaque parrainage sera récompensé de chèques REKA d’une valeur de 100 francs (cf. atupri.ch > Privés > Info Center).

Abonnez-vous d’ores et déja aux Atupri eNews! Un courriel et un accès internet sont chose courante dont presque tous disposent aujourd’hui. Qu’estce qui vous empêcherait alors de lire les Atupri News EN LIGNE? Cette démarche par ailleurs permet d’économiser sur le matériel, l’énergie et les moyens financiers! Service disponible à partir de 2011. Vous trouverez toutes les informations à la page …

Page 2

pour la Suisse alémanique et le Tessin: Centre de prestations Zurich Atupri Krankenkasse Leistungscenter Andreasstrasse 15 Postfach 8050 Zürich pour la Suisse romande: Centre de prestations Fribourg Atupri Caisse-maladie Centre de prestations Bd de Pérolles 55 Case postale 32 1701 Fribourg www.atupri.ch


Service-clients

Septembre 2010

N° 67

Santé publique

2

Atupri eNews: nouveau service à partir de 2011 La part toujours plus importante du courriel dans l’échange d’informations entre Atupri et les assurés, ainsi que les expériences excellentes avec le nouveau site Atupri ouvrent des perspectives inédites aux Atupri News. Des perspectives plus étendues, pratiques et économiques! «Avez-vous un courriel personnel?»

Cette question fera sourire la plupart de nos lectrices/lecteurs car un courriel personnel est chose courante aujourd’hui. Les ordinateurs, ordinateurs portables, netbooks et smartphones constituent des canaux de communication indispensables. L’internet a bouleversé nos habitudes en matière de la correspondance et de la lecture en très peu de temps. Avantages clairs et nets

La correspondance électronique et les médias en ligne sont bien plus avantageux: • pas d’impression • pas d’emballage

• pas de frais de port N’oublions pas les atouts écologiques: les médias en ligne constituent des solutions écologiques du fait d’économiser sur • le papier, l’eau, les colorants et les solvants, • l’énergie nécessaire à la production • les frais de transport (transport routier p. ex.) Et les avantages pratiques en fin de compte: les newsletters électroniques peuvent être distribuées à tout moment, aucune surface de stockage n’est nécessaire; elles sont toujours consultables et interactives. Obligation d’information

De par la loi (art. 27 de la LPGA), les caisses-maladie sont tenues de renseigner leurs client(e)s sur leurs droits et obligations. Atupri répond à cette obligation de manière parcimonieuse et tout en s’engageant dans la prévention et la promotion de la santé. Et pourtant: la distribution des Atupri News par internet a

du pour et du contre, mais les avantages l’emportent nettement sur les désavantages. Protection contre le pourriel

Atupri utilisera votre courriel uniquement aux fins ayant été autorisées par vous. Votre courriel ne sera jamais communiqué à des tiers!

N’hésitez pas, participez! Nous aimerions rallier autant d’assurés que possible autour de la distribution des Atupri News par courriel. Tous ceux qui nous communiquent leur courriel (lien vers le formulaire: www.atupri.ch/eNews) recevront nos informations périodiques par courriel à partir de 2011. Vous nous aidez ainsi à économiser davantage sur les coûts; cela constitue une contribution modeste à la modération de la hausse des primes.

Avantages importants – à un tarif réduit Les primes 2011 Un accident entraîne souvent de graves conséquences f i n a n c i è re s . Voilà pourquoi l’assurance ADI d’Atupri, couvrant les risques de décès ou d’invalidité constitue un investissement intéressant. L’ADI d’Atupri propose une couverture intégrale impliquant une charge minimale sur le plan des primes.

Les prestations d’assurance comprennent la prise en charge d’obligations financières et permettent ainsi de maintenir le niveau de vie habituel. La prise en charge de frais de transformations s’imposant dans l’appartement ou dans la maison, frais de déménagement, loyers ou prêts hypothécaires, frais de soins et prise en charge, mais aussi la formation adéquate des enfants en fait partie entre autres.

Un accident arrive comme un coup de tonnerre: toute la vie en est affectée. Souvent, un accident entraîne non seulement des conséquences sur le plan physique mais aussi sur le plan financier. Les prestations de l’assurance obligatoire ne permettent pas toujours de maintenir le niveau de vie habituel.

Grâce à l’importante progression, des prestations dépassant de loin le capital assuré sont fournies en cas de sinistre. Une prime mensuelle de CHF 7.– (femmes) et un capital assuré de CHF 100.000.– donnent droit à CHF 350’000.– en cas d’invalidité totale. Le montant versé équivaut donc au 350 % pour cent du capital assuré, en dépit de toute autre assurance de capital éventuellement conclue.

L’ADI, d’Atupri, l’assurance de capital couvrant le risque de décès ou d’invalidité, garantit une couverture d’assurance fiable pour la période après un sinistre. De différentes variantes d’assurance qui peuvent être adaptées aux besoins personnels sont disponibles.

C’est donc une charge financière modeste qui constituera un important soulagement financier le cas échéant. Vous trouverez plus d’informations et des exemples de calcul sur www.atupri > Privés > Assurances complémentaires > ADI.

La hausse des coûts de l’assurance de base en recul – augmentation plus modérée des primes par rapport à l’année passée: L’assurance de base

Les coûts de l’assurance obligatoire des soins (assurance de base) affichent une hausse moins importante par rapport à l’année 2009. Voilà une nouvelle positive. Il faut pourtant la relativiser compte tenu du fait que les coûts de la santé montrent toujours une augmentation nettement supérieure au taux de renchérissement général. Quoi qu’il en soit: une adaptation en moyenne nettement plus modeste que l’année passée nous guette. Pour l’année 2011, l’augmentation des primes due au renchérissement sera de 6,1 % à travers tous les cantons. Du fait que la situation financière comme toujours varie beaucoup d’un canton à l’autre, les majorations varient fortement elles-aussi – de 0 % aux cantons de GE et du JU jusqu’à concurrence de presque 12 % au canton de SO. Amplification de notre offre Managed Care

Les modèles médecin de famille et HMO aident à économiser sur les coûts. En même temps, un niveau de qualité sans faille des soins médicaux

Atupri Shop – Offre spéciale pour les assurés d’Atupri

Bâtons de randonnée / trekking Ergolite Antishock Bâtons de randonnée et trekking en 3 parties en alliage aluminium hightech de première qualité avec système antichoc. Poignée inclinée pour une prise en main ergonomique, 2 dragonnes amovibles et réglables, rondelles été / hiver. Modèle extrêmement résistant, incassable, réglable de 77 à 140 cm, sac de transport et de rangement inclus. Made in Taiwan by OMLIN ® Opticals

98.–

CHF au lieu de 179.– Infos et commandes: Atupri Shop • c/o Careshop Bürgerspital Basel/Bâle, Münchenstein Tél. 0848 900 200 • Fax 0848 900 222 • atupri@careshop.ch

Contribution santé Atupri: rabais «forme» supplémentaire de

30.–

Vous trouverez quantité d’informations sur la promotion de la santé ainsi que l’offre intégrale de produits dans ce domaine sur

www.atupri.ch > Atupri > Votre santé

Tuyaux économiques • Migration vers un modèle Managed Care (CareMed – assurance médecin de famille, HMO, TelFirst) > cf. section à part • Augmentation de la franchise – à condition d’avoir besoin de prestations mineures uniquement et d’être en mesure de supporter la charge financière supplémentaire: des économies pouvant atteindre 50 pour cent sont possibles. • Suspension de la couverture des accidents si vous travaillez au moins 8 h/semaine: réduction de 5 pour cent sur la prime • Réduction des primes par le canton – pour petits salaires. Veuillez vous renseigner auprès de votre commune de résidence. Vous pouvez télécharger une liste des offices cantonaux sur www.atupri > Privés > Download Center > Listes. reste garanti à tout moment. Atupri est convaincu du Managed Care et fut parmi les premières caisses-maladie qui proposent ces formes d’assurance depuis des années. En votre qualité d’assuré, vous pouvez ainsi bénéficier de primes plus modestes aussi. Atupri poursuit l’amplification de son offre Managed Carte en ayant recours à des réseaux de médecins et cabinets de groupe efficaces. Le secteur d’assurance médecine de famille CareMed

A partir du 1er janvier 2011 nous aurons recours à 7 nouveaux réseaux de médecins au canton de BE: Bantiger, Beodocs (Oberland Bernois), Bienne-Seeland, DOXnet (Berne ouest), Grauholz, mednetbern (ville de Berne) et Emmental supérieur. Dans ces régions, vous pouvez élire un des médecins de famille cités dans notre liste en tant que «gardien». En plus, les assurés Atupri ont le droit de se faire traiter dans tous les centres de santé de la SWICA. De nombreuses villes plus importantes partout dans le pays sont équipées de tels centres, surtout en Suisse orientale. CareMed donne droit à une réduction de 10 % sur la prime de base. Vous pouvez consulter notre gamme complète y compris la liste toujours actualisée des différents modèles HMO ainsi que des médecins de famille affiliés sur www.atupri > Privés > Assurance de base.

TelFirst

TelFirst, notre modèle d’assistance par téléphone est une autre variante du Managed Care. Avant de consulter un médecin, vous appelez le centre de télé-médecine pour vous faire conseiller sur le traitement médical ultérieur par les médecins du centre. Les avantages de TelFirst : • Conseil par des médecins et du personnel médical qualifié • Economies sur les primes jusqu’à concurrence de 10 % – en combinaison avec une franchise plus élevée; d’autres économies sur la prime mensuelle variant en fonction du canton sont possibles. • En cas d’urgence, Medgate avertira le service de secours au no 144 • Ouvert aux assurés partout en Suisse • Joignable en permanence: 24h/­ 24, du lundi au dimanche, 365 jours/365, même depuis l’étranger Nouvelles conditions d’assurance

Une nouvelle version des annexes aux Conditions générales d’assurance (CGA) selon la LAMal relatifs aux modèles TelFirst, HMO et CareMed sera publiée au 1er janvier 2011. Les dispositions sont précisées et structurées de manière plus claire. Attention : ces formes d’assurance ne peuvent pas être conclues si le médecin de famille ou bien le cabinet de groupe est hors mesure d’influencer le traitement médical (avec un séjour prolongé à l’étranger ou bien dans une maison médicalisée p. ex.). Les nouvelles CGA sont disponibles sur www.atupri > Privés > Download Center > Conditions d’assurance ou bien auprès de votre Service Center. Assurances complémentaires

Les coûts toujours en hausse dans différents domaines des assurances complémentaires (médecine alternative et traitements dentaires surtout) exigent également des adaptations des primes. Des augmentations sont prévues pour les assurances Diversa et Extra ainsi que Denta. Avec Diversa, la prime pour adultes sera majorée de trois francs et de deux francs avec Extra (niveau 1) Avec Denta, la prime sera majorée de 10 %, ce qui équivaut à CHF 1.40 au niveau 1. Les primes pour l’assurance indemnité journalière LCA seront également augmentées. Les primes définitives vous seront communiquées dans la police d’assurance pour l’année 2011 qui vous parviendra au cours de la deuxième moitié du mois d’octobre.


3

Bon à savoir

Septembre 2010

Entreprises

N° 67

Pour le compte des assurés La série «Aspects de la santé publique» Dans la série «Aspects de la santé publique» nous abordons des faits et mécanismes concernant l’assurance de base (assurance obligatoire des soins (AOS) qui, malgré leur importance pour la formation de l’opinion, sont souvent mal évalués dans la discussion ou encore passés sous le silence. L’article de cette édition porte sur l’engagement complexe des assureurs-maladie afin d’encourager la qualité et la compétition et de parer à l’explosion des coûts.

Caisses-maladie, supercherie!

Caisses-maladie, sacrée vacherie!

Et pourtant…

Qui paie en cas de maladie?

Les assureurs-maladie suisses

toujours-avec-vous.ch

Caisses-maladie, tous des pourris!

Et pourtant…

Qui se bat pour votre libre choix?

Les assureurs-maladie suisses

toujours-avec-vous.ch

Caisses-maladie, arnaque finie!

Et pourtant…

Caisses-maladie, quelle hypocrisie!

Et pourtant…

Qui se bat pour des médicaments à prix plus bas?

Et pourtant…

Qui contrôle 15 millions de factures par année?

Qui n’a pas le droit de faire du profit?

Les assureurs-maladie suisses

Les assureurs-maladie suisses

toujours-avec-vous.ch

toujours-avec-vous.ch

Les assureurs-maladie suisses

toujours-avec-vous.ch

Des sujets de l’action d’informations de santésuisse de l’automne 2010 qui retient beaucoup d’attention.

Les «dépenses administratives», donc les coûts des prestations des assurances-maladie, ne s’élèvent qu’au 5 % des primes. Même si c’est la plus petite part des coûts qui, toutes proportions gardées, présente le plus faible potentiel d’économies, elle contribue le plus à la gestion des coûts. Jürg Inäbnit Responsable Communication juerg.inaebnit@atupri.ch La situation de départ: le marché

Quelques 500’000 personnes travaillent dans la santé publique suisse (c.-à-d. 1 employé sur 10) et coûtent env. 60 milliards de francs, donc 11 % du produit national brut (PNB). Rien que l’assurance de base s’élève à 32 milliards de francs. Les hôpitaux (37 %), le corps médical (22 %), l’industrie pharmaceutique (19 %) et les soins (17 %) «se partagent» le marché.

Les caisses-maladie bien sûr économisent le plus chez elles-mêmes – aucun autre secteur de services ne présente un rapport qualitéprix aussi favorable que celui des assureurs-maladie! Les assureursmaladie par ailleurs prouvent leur efficacité tous les jours en leur qualité de négociateurs engagés vis-àvis des fournisseurs de prestations (corps médical, hôpitaux, soins et autres) ainsi que de garants de la compétition. Vos ambassadeurs

Le marchandage des prix ou de la qualité du traitement avec les

médecins, hôpitaux ou fabricants de médicaments ne peut guère être la tâche des malades ou personnes dépendantes – cette tâche relève de la compétence des assureurs suisses. Ils s’en acquittent souvent dans des négociations individuelles ou bien par l’intermédiaire de l’association faîtière santésuisse au niveau d’un contexte plus étendu, ou de la politique. Innovant et intensif

C’étaient les assureurs-maladie (y compris Atupri) qui ont pris l’initiative dans des réseaux de soins coordonnées (Managed Care, HMO) et les ont fait avancer bien avant l’entrée en vigueur de la LAMal. On évite ainsi les traitements onéreux sur deux fronts (les recours souvent superflus à des spécialistes p. ex.) ou bien même des traitements inutiles. La comparaison des prix avec ceux des pays limitrophes est un autre domaine d’activité – les prix de médicaments arbitrairement ren-

chéris en Suisse doivent impérativement être dénoncés! La compétition entre les caissemaladie protège vos intérêts!

Par le choix libre de l’assurancemaladie vous faites pression en tant que consommatrices/consommateurs. La compétition qui en émane nous pousse à faire de notre mieux en tant qu’assureurs-maladie. Certes, toutes les caisses proposent le même catalogue de prestations (dans l’assurance de base), elles peuvent pourtant se distinguer de manière efficace par le service, la complaisance et le contrôle des décomptes de prestations. Les caisses-maladie contrôlent 15 millions de factures d’un montant total d’env. 20 milliards de francs par an. Dans l’ensemble, des économies d’environ un milliard de francs, quelques 5 % donc, sont ainsi réalisées au niveau national. On pourrait alors bel et bien prétendre que les caisses s’autofinancent rien que par le

Exemple d’Atupri Caisse-maladie: En 2009, nous avons p. ex. traité 1’385’598 factures exactement et ce contrôle a permis d’éliminer un montant total de 48.3 millions de francs facturé par erreur. contrôle des factures. Sans la compétition entre les caisses-maladie un tel bilan serait probablement illusoire. «Arnaque» par les caisses-maladie? Impossible.

Un principe fondamental de la LAMal interdit aux caisses-maladie de faire des bénéfices sur l’assurance de base – les excédents éventuels sont à imputer aux réserves. A cet égard aussi, la compétition garantit que les «bénéfices» ne passent pas dans des appareils administratifs hypertrophiés, mais qu’ils soient au profit des assurés.

«L’alpage est notre deuxième patrie»

«Bienvenue à la fabrique!» le fromager Fritz von Känel accueille son visiteur avec un rire cordial et un clin d’oeil. Fabrique? L’ancien chalet du fromager à 2027 m. d’alt., avec son étable, sa partie habitable et la fromagerie qui lui a été annexée  n’a rien d’une fabrique. Situé sur un haut plateau, non loin du Schilt­ horn, l’alpage est entouré d’importants sommets. L’eau abondante irrigue de riches pâturages pour le plus grand bonheur du bétail et des marmottes qui y ont élu domicile. Le couple Fritz et Barbara von Känel exploite depuis 27 ans l’alpage de Hohkien dans l’Oberland bernois. Grâce la modernisation de leur fromagerie, ils peuvent continuer à fabriquer le fromage d’alpage qui porte le label AOC et améliorer leur revenu à l’aide de ce produit naturel de haute qualité. Depuis son enfance, Fritz von Känel y travaille pendant la saison d’estivage. Son grand-père et son père y faisaient déjà estiver leur bétail. 1983: Fritz et son épouse Barbara mandatés par corporation d’alpage, qui compte 19 membres, assument la responsabilité de cette exploitation d’alpage isolée. Actuellement, les choses ont bien changé pour Fritz et Barbara. Le chalet existant a

été agrandi dans le but d’y installer une fromagerie d’alpage moderne. Le projet de rénovation a nécessité un engagement particulier de la part des membres de la corporation, dépassant la contribution habituelle de travail due par chaque membre. De nombreux volontaires ont mis la main à la pâte et, en fin de compte, l’alpage était prêt à recevoir 35 vaches, 120 génisses, env. 400 moutons et quelques chèvres. La qualité assure le revenu et l’avenir de l’exploitation d’alpage.

Les Von Känel produisent avant tout du fromage d’alpage, qui arbore le label «AOC» (Appellation d’Origine Contrôlée) et qui doit être affiné pendant six mois. A cela, il convient d’ajouter les «mutschli du fromager» et une spécialité: un fromage de chèvre aromatisé avec de la ciboulette d’alpage. C’est le label AOC qui a été le point de départ de la rénovation de la fromagerie. Les critères sont sévères. Ils ne définissent pas seulement le genre de bactéries de culture à utiliser et dans quelles conditions le fromage doit être affiné. Ils prescrivent aussi que la fromagerie soit séparée de la partie habitat et que le chaudron soit chauffé avec du bois. Cela signifie qu’il fallait passer du gaz au feu (original) à l’alpage de Hohkien. La corporation était hors mesure de financer cet investissement de ses propres moyens. «Nous sommes très

table de pressage. Après le déjeuner, il y a des clôtures à réparer, l’étable doit être nettoyée, il faut s’occuper des moutons et des chèvres et effectuer plein d’autres travaux agricoles. A 5h, les vaches sont poussées vers l’étable pour la traite afin de recueillir le lait du soir. Pendant la journée, Barbara von Känel, entre autres, s’occupe du linge et assure le transport de produits vers la vallée à l’aide de l’aérocable datant de 1948 qui est de même utilisé pour monter ce qu’il lui faut dans le ménage. © L’Aide Suisse aux Montagnards / Yannick Andrea

Dans le cadre des activités autour de son 100 è anniversaire, Atupri supporte deux projets de l’Aide Suisse aux Montagnards par le biais d’un apport financier. L’alpage de Hohkien en fait partie. L’assistance prêtée par l’Aide Suisse aux Montagnards et des sponsors permet d’y fabriquer du fromage d’alpage qui porte le label de qualité «AOC» – une appellation d’origine réservée à des produits de qualité issus d’une fabrication proche de la nature et durable.

reconnaissants à l’ASM de nous avoir soutenu de façon décisive dans ce projet», dit Alfred Thönen, président de la corporation d’alpage. Le quotidien d’un fromager est très intensif

La journée commence à 5h30: il faut d’abord retourner les fromages produits la veille. Le lait de la veille est alors écrémé pour fabriquer du beurre. A 6 h, avant le petit-déjeuner, les vaches sont mises à l’étable pour la traite. A la fromagerie, le feu crépite bientôt sous le nouveau chaudron – à 8 h, la production du fromage commence avec le lait de la veille et le lait frais du matin. Cinq grands cadres de pressage, remplis de «caillé» dans des toiles et maintenus par des tendeurs à vis sont sur la

La joie à la perspective du «Chäs­ teilet» (partage des fromages)

Pour les membres de la corporation, la distribution des «cadeaux» a lieu à la fin de la saison d’estivage. C’est le «Chästeilet» qui est célébré dans la vallée: Fritz von Känel remet les quelques 250 meules de fromage fabriqués avec amour aux membres actifs de la corporation, en fonction du rendement des bêtes que chacun d’eux a en estivage. La commercialisation incombe aux paysans concernés. La plupart des paysans vendent leur précieux et délicieux fromage d’alpage à des magasins régionaux ou directement sur le marché.

Source: «Le Montagnard», édition d’automne 2009, version abrégée et actualisée. Vous trouverez le reportage complet sur le site berghilfe.ch > Portrait > le Montagnard > Archives

Le fromage d’alpage à un prix préférentiel Profitez de notre promotion d’anniversaire réservée aux assurés Atupri et commandez le fromage de l’alpage de Hohkien directement et à un prix préférentiel jusqu’à une quantité commandée de 2 kg au maximum.

Fromage d’alpage (affiné pendant au moins 8 mois) CHF 14.– / kg au lieu de CHF 19.–

Fromage à rebibes CHF 18.– / kg au lieu de CHF 23.– frais d’envoi d’au moins CHF 6.– en sus (suivant le poids) Livraison: emballé sous vide dans env. 4 jours.

Commandes à adresser directement à Barbara von Känel, Aeschiried No tél. 033 654 11 59 079 (366)49 43 11 55 ou par courriel à barbaraglend@bluemail.ch


Thème

Septembre 2010

N° 67

L’ASAD

4

L’ASAD – assistance. Au cœur Les soins et leur valeur La question du «prix»

Le souci des coûts est une caractéristique typique de l’époque. Nulle part ailleurs elle ne se manifeste plus clairement que dans la santé publique. Avoir l’œil fixé sur les coûts engendre une contrainte publique à faire des économies. Bien sûr, la santé est le plus précieux des biens – mais pas à n’importe quel prix, s’il vous plaît. Même l’ASAD – sa part aux coûts de la santé s'élève à juste 2,2 % – se trouve dans l’obligation de faire des économies (source: santésuisse, statistique 2008).

En route avec l’ASAD Afin de faire l’expérience de l’ASAD de près, nous avons accompagné une infirmière ASAD pendant une demi-journée. Nous avons à cet effet retenu la base ASAD d’Oberdiessbach (ASAD Region Konolfingen) une région campagnarde non loin des villes, à mi-chemin entre Berne et Thoune. Toutes les photos et visites sont authentiques – pour des raisons de confidentialité, les localités et nom complets ne seront pas publiés.

Dialogue, toucher et soins – un événement fréquent dans les missions quotidiennes de l’ASAD et probablement plus important du point de vue social. Marianne Ramseier avec Lisette âgée de 90 ans et dépendante dans une ferme de la commune emmentaloise de Linden.

L’évolution démographique

Tous les contrôles économiques sont hors mesure de parer à une évolution particulière: Notre espérance de vie et, de ce fait, l’âge moyen des hommes ne cesse d’augmenter. Cette évolution se répercute sur le financement de l’assurance-vieillesse (les rentes sont perçues plus longtemps) et les coûts de la santé: les hommes plus âgés sont à la source de frais de guérison et de soins plus élevés et font augmenter les primes de manière disproportionnée.

06h50: Rita Müller, directrice de la base et Marianne Ramseier, infirmière, discutent les missions de ce jour.

Les besoins et la politique

L’augmentation de l’espérance de vie entraîne une demande croissante d’assistance aux personnes âgées (ASAD et maisons médicalisées). Et les milieux politiques recommencent à focaliser leur attention sur d’éventuels potentiels d’économies. Un système de compensation rigoureux, ainsi qu’un nouvel ensemble de lois fédérales en sont la conséquence. A partir de 2011, les cantons pourront exiger une participation supplémentaire aux frais des personnes dépendantes: jusqu’à concurrence de 16 francs par journée de soins fournie par l’ASAD, en plus de la quote-part et de la franchise. Le montant exact sera fixé par les cantons.

07h00: Marianne Ramseier organise l’emploi du temps à l’aide de la documentation des clients …

Prestations fournies par l’ASAD, prix, contrôle et rémunération

L’ASAD s’occupe de deux branches de prestations principales. Les soins à domicile dispensés en dehors du cadre hospitalier relèvent de la compétence de l’assurance de base. Ils comprennent les évaluations, le traitement et les soins de base. Ces prestations (variant d’un canton à l’autre) sont rémunérées à un tarif horaire d’environ CHF 40.– à CHF 80.–. La durée minimale d’une visite est de 10 minutes: tout temps supplémentaire est facturé sur la base par unités de 5 minutes. Les durées des trajets ne sont pas affichées à part; elles figurent (au prorata) dans le forfait des soins. La course contre la montre qui en émane est un «effet secondaire» de ce procédé et contribue à la réputation des infirmières ASAD de «conduire le pied au plancher». Outre les prestations prises en charge par l’assurance de base, l’ASAD fournit des services d’aide à domicile aussi. Ces prestations sont à la charge exclusive des personnes dépendantes. Les coûts varient de CHF 14.– jusqu’à quelques CHF 50.–/h. Comme les limites entre les prestations prévues par l’assurance de base et celles de l’aide à domicile sont souvent fluides, les infirmières ASAD saisissent leurs missions dans leur «pocket» (iPaq), un ordinateur de poche à écran tactile pareil à un téléphone portable. Ce petit appareil facilite par ailleurs le suivi administratif, donc la tenue des statistiques et la facturation.

… et nous informe préalablement sur le déroulement.

07h27: à bord de sa voiture, Marianne Ramseier sort un petit appareil appelé «pocket». Cet ordinateur de poche saisit la durée de chaque trajet et toutes les prestations fournies (par catégorie de soins et aide à domicile) en minutes. Marianne Ramseier entre l’heure de départ et le no. du client auquel il faut rendre visite.

07h31: Nous arrivons chez Marguerite L. La veuve âgée de 92 ans vit chez sa fille célibataire qui travaille. Mme L. est diabétique.

L’ASAD, donc «l’Association suisse des services d’aide et de soins à domicile» est connue de nom, mais on ne dispose que rarement de notions approfondies à son sujet. Malgré son importance non négligeable, l’organisation est encore très jeune et s’occupe avant tout de ceux que les médias, la publicité et l’industrie des divertissements, où l’obsession de la jeunesse et du style de vie fait rage, évincent: les personnes âgées dépendantes. Le thème de la présente édition se focalise donc sur la confrontation avec les effets secondaires de l’âge.

Marianne salue sa cliente cordialement, lui demande comment elle se porte et lui administre de l’insuline.

Elle note le traitement et l’impression dans le dossier patient. Puis, nous continuons au client suivant.

07h42: après un trajet de quelques cent mètres nous arrivons chez Kurt A., 79 ans. M. A. souffre d’une maladie des yeux à traiter par un collyre prescrit par l’ophtalmologue. C’est l’heure d’un autre entretien encourageant. M. A. désire travailler dans son jardin; Marianne Ramseier l’encourage à ces activités tout en l’avertissant: «Faites attention à votre dos, et: n’oubliez pas vos lunettes de soleil»!

08h05: Nous arrivons chez Lisette G. qui vit dans une ferme emmentaloise près de Linden. Cette cliente née en 1920 a droit à une visite hebdomadaire. L’accueil et l’entretien succinct sont d’autant plus chaleureux.


5

Assistance

Septembre 2010

N° 67

Thème

a-t-il des alternatives r de la vie … Yà l’ASAD? cuisine, vider l’urinal et petits travaux de ménage pourtant importants). Marianne Ramseier enregistre sa mission de manière méticuleuse. 10 min. sont consacrées aux soins de bases ordinaires, 15 min. au ménage. Rosina B. nous attend quelques kilomètres plus loin.

La cliente bénéficie de prestations prises en charge par l’assurance de base. Marianne Ramseier l’aide avec sa douche, le lavage de cheveux; elle lui enduit les jambes et l’aide à mettre ses bas de contention et à s’habiller. L’infirmière prend encore le temps de ranger la salle de bain.

09h20: Nous voilà arrivés chez Samuel (79) et Rosina B. (75). Le couple vit dans le «Stöckli» (demeure pour les grandsparents) d’une grande ferme emmentaloise.

La base ASAD retenue pour le reportage se trouve dans le bâtiment du centre de soins PBZ à Oberdiessbach, qui abrite quelques 90 personnes âgées moyennement à hautement dépendantes. Une belle occasion pour la rédaction pour organiser un échange d’expériences entre des représentantes et représentants de la caisse-maladie, l’ASAD et d’une maison médicalisée, de gauche à droite: Franziska Zumbrunnen (responsable Management Prestations chez Atupri), Ulrich Moser (directeur du PBZ), Rita Müller (directrice d’une base ASAD) et Benno Jakob (pédagogue, gérant de l’ASAD ReKo).

La société abandonne de plus en plus la prise en charge familiale des personnes âgées dépendantes. Cette évolution assure la croissance à l’ASAD et aux maisons médicalisées. Se font-elles concurrence de ce fait?

La visite se déroule dans une atmosphère amiable, calme et décontractée. Malgré tout, cette visite si importante pour Lisette G. ne dure que 30 minutes.

Les deux sont encore bien en forme sur le plan physique. Rosina souffre pourtant de la maladie d’Alzheimer, elle oublie les processus les plus simples. Cette femme qui a préparé des tresses tous les dimanches ne se souvient plus comment il faut tresser ce délice et où les choses se trouvent dans le ménage. Le couple est entre de bonnes mains dans la ferme. Samuel met parfois encore la main à la pâte, le fils et la bellefille font de leur mieux pour les prendre en charge. Il leur faut pourtant l’ASAD pour assurer certains éléments des soins de base. Rosina a droit à deux visites hebdomadaires à des fins d’un contrôle médical, la douche et le lavage des cheveux. A 09h55 Marianne prend congé du couple. N’a-t-elle pas besoin d’une pause après les efforts fournis jusqu’à présent? «Nous avons droit à une pause de 15 min. par demi-journée. Parfois je prends ce quart d’heure chez une cliente pour boire un café et causer un peu. Aujourd’hui, je vais récupérer ma pause plus tard à la base.

08h42: Arrivée à la ferme d’Alfred R., âgé de 94 ans, ancien agriculteur et père de neuf enfants adultes. Les enfants s’occupent du père dans la mesure du possible sans pouvoir pourtant assurer tous les soins nécessaires. Les repas quotidiens lui sont livrés par le service de repas à domicile; il bénéficie d’une visite quotidienne de la part de l’ASAD. Il s’agit tant de prestations des soins de base (contrôle de la prise des médicaments et du fonctionnement de l’alarme à distance, douche, rasage, remplacement du pansement, administration de l’emplâtre anti-douleur et autres) que de services d’aide à domicile (faire le lit, ranger la

10h35: De retour à la base: Marianne s’accorde une petite pause. Elle s’informe par la suite sur les missions de l’après-midi, s’accorde avec ses collègues pour ensuite profiter de la pause de midi. Quelques minutes plus tôt que d’habitude ce jour-ci du fait qu’une visite de moins avait été prévue pour la tournée de la matinée afin de pouvoir faire participer l’équipe de rédaction d’Atupri.

Ueli Moser: Le choix de se faire soigner soit par l’ASAD ou bien dans une maison médicalisée incombe aux personnes dépendantes, leurs proches et les médecins. A propos de la croissance: oui, les besoins en services de l’ASAD et des maisons médicalisées sont en pleine croissance, ne serait-ce qu’à cause de l’évolution démographique. Benno Jakob: Notre expérience montre que la grande majorité des clients désire rester à la maison aussi longtemps que possible. La demande croissante se manifeste donc chez nous aussi. Il y a pourtant des limites dans les soins en ambulatoire du fait de la collaboration à fournir par les proches. Nous n’avons donc pas l’impression de faire concurrence aux maisons médicalisées. Franziska Zumbrunnen: Ce qui importe est la question si l’assuré concerné peut profiter d’une sécurité suffisante à la maison. Dans l’affirmatif et à condition que la prise en charge par la famille soit impossible, il faudra impérativement accorder la priorité à l’ASAD. Rita Müller: Les limites sont souvent fluides en ce qui concerne le choix entre l’ASAD et une maison médicalisée. La priorité est bien sûr accordée au bien-être des patients, les coûts pourtant constituent pourtant un facteur décisif eux-aussi. Les coûts parlent en faveur de l’ASAD. Les soins et la prise en charge (24h) dans une maison médicalisée coûte entre 100 et 500 francs par jour, donc jusqu’à 15’000 francs par mois. Suivant le canton, les caisses-maladie remboursent jusqu’à env. 250 francs des frais de traitement et des soins de base par jour. Les frais dépassant ce montant sont à la charge des pensionnaires, de leurs proches ou de la collectivité (par le biais de l’AVS ou de prestations complémentaires) Une assurance «couverture de la différence» au sens d’une assurance

de soins complémentaire n’est encore peu proposée en Suisse. Quels sont les plus grand défis de votre quotidien?

Rita Müller: Très certainement la charge administrative qui ne cesse d’augmenter. Cela commence avec l’évaluation des besoins déjà. Le volume de soins minimal donnant droit à une participation aux frais par les caisses-maladie est de 60 h de soins de base et soins médicaux par trimestre. Pour chaque cas individuel, nous devons donc évaluer le volume de soins nécessaires au préalable. C’est une tâche difficile à haute responsabilité. Il convient d’y ajouter les nombreuses obligations organisationnelles et le reporting à la minute près. Comment la collaboration avec les caisses-maladie se présente-t-elle pour vous, en tant que partenaire social?

Benno Jakob: Les relations avec les assureurs sont certainement ambiguës. Elles sont des partenaires, mais l’obligation d’investir toujours plus de temps dans la documentation est parfois ressentie comme désagréable. La charge administrative en général, ne cesse d’augmenter et atteint autour de 50 %. Il n’est donc que logique que l’ASAD exploite toutes les possibilités légales visà-vis des caisses-maladie en ce qui concerne la facturation. Franziska Zumbrunnen: Nous comprenons cela, mais nous nous voyons nous-mêmes exposés à la contrainte permanente de veiller aux économies. En ce qui concerne nos évaluations «depuis notre bureau», nous nous basons sur des normes et valeurs empiriques. Les doutes ou les demandes de précisions de la part de nos médecins-

Ueli Moser: Nos défis sont de nature différente. Si une personne âgée se fait admettre dans un centre de soins, elle y restera en général pour le reste de sa vie. Pour cette raison aussi, nous aimerions bien proposer un environnement familial à nos pensionnaires et faire de notre mieux pour créer une structure quotidienne individuelle mariant les soins à la prise en charge y compris une offre d’activités entre autres.

conseil surgissent naturellement à chaque fois que les évaluations de besoins divergent de la norme. Cela fait partie des tâches clés de notre contrôle des prestations. Ueli Moser: La collaboration fonctionne. De temps à autre, des collaborateurs des caisses-maladie se présentent chez à nous aux fin d’un audit. Du fait que nos documentations sont toujours tenues à jour, ces visites ne sont pas ressenties comme désagréables. A quels autres problèmes devezvous faire face?

Benno Jakob: Deux choses me tiennent à coeur. Je crois d’une part qu’il faut encore développer une troisième solution couvrant le domaine n’étant pris en charge ni par l’ASAD, ni par les maisons médicalisées: des foyers pour personnes âgées dépendantes. Je suis persuadé que les besoins existent. Il faut d’autre part tenir compte de la situation en matière de la formation. Les infirmières qualifiées sont rares. Le fait que le travail exigeant d’une infirmière ASAD n’est pas rémunérée à sa juste valeur compte tenu des exigences telles que compétence spécialiste, autonomie importante et flexibilité constitue certainement une cause de ce manque. Ueli Moser: Ce qui manque aussi sont les places en apprentissage. Nous, les responsables du centre de soins PBZ, aspirons à une formation commune comme spécialiste de santé, un apprentissage de trois ans. Franziska Zumbrunnen: Ce qui me tient à coeur est de souligner que l’ASAD et les maisons médicalisées font du travail précieux en Suisse. Les critères suivants sont décisifs pour nous: «rentabilité, utilité et efficacité». Si les soins sont rentables, utiles et efficaces, ils ne seront pas mis en doute. J’admets que de temps à autre nous sommes hors mesure de nous faire une idée précise de la prestation fournie, donc du quotidien d’une infirmière ASAD. Parfois, nous avons aussi du mal à comprendre les délimitations exactes entre soins de base et les services d’aide à domicile dans la facturation. Dans ce sens, l’occasion de pouvoir participer au quotidien d’une collaboratrice ASAD a été une expérience très utile pour moi.


Activité et santé

Septembre 2010

Randonnée exclusive

N° 67

6

L’ivresse du sommet pour toute la famille

La dent noire se dresse majestueusement derrière l’hospice du col de la Fluela; une silhouette triangulaire presque parfaite sur la toile de fond d’un ciel d’été serein. Le Fluela Schwarzhorn est le sommet le plus haut autour du col: une montagne de trois mille mètres facile à conquérir. Selon le guide des pistes de randonnée, il peut se vanter d’une altitude de 3’146,2m. Quatre crêtes s’élancent vers le sommet pour s’y fondre dans une espèce de réticule. Les alpinistes expérimentés peuvent faire le choix entre les quatre crêtes. La piste de randonnée de la crête sud, la route normale, fera le bonheur des alpinistes moins ambitionnés. Après l’accès par un passage étroit où il faudra

éventuellement prendre les enfants par la main, la route monte en zigzag vers le sommet, à travers une arête large. Une vue panoramique majestueuse vous y attend: la Bernina, le Piz Kesch, le Tödi ou le Monte Rosa, pour ne citer que les plus célèbres des sommets qui se présentent aux yeux éblouis des randonneurs. Même les cadets des randonneurs peuvent déjà faire l’expérience de leur première ivresse du sommet de manière relativement simple.

✂ Concours

Tirage au sort : 6 × 2 participations à un événement culinaire ayant lieu le samedi 27.11.2010 à partir de 10 heures, avec René Schudel à la cuisine d’exhibition du restaurant benacus à Unterseen (y compris CHF 50.– en chèques Reka pour le voyage en train). Rencontrez René Schudel en personne et gagnez un évènement de premier ordre. Date limite d’envoi: 23.10.2010 Coller sur une carte postale (écrire en caractères d’imprimerie svp) : Prénom Nom Rue / N° NPA / Localité Date

Signature

Les randonneurs qui désirent monter au Schwarzhorn par la route normale descendent donc à une des deux gares de Davos et montent à bord d’un autocar postal de la ligne qui relie Davos au village engadinois de Susch. La route monte par la vallée de la Fluela au col et passera à côté de l’hospice. Il faudra descendre peu après. Il n’y aura plus que le no man’s land où seule une enseigne indique qu’on se trouve à l’arrêt «Embranchement vers le Schwarzhorn».

Ceux qui prévoient une excursion d’une journée pourront escalader le Fluela-Schwarzhorn en quelques deux heures de marche depuis la route du col de la Fluela. Ceux qui

Pizokel (quenelles) au séré et poire à l’aigre-doux  (pour 4 personnes)

A coller sur une carte postale et à envoyer à: Atupri, Marketing, Zieglerstrasse 29, 3000 Bern 65

aiment prendre leur temps pourront opter pour une excursion de deux jours et redescendre sur Davos par la vallée de Dischma. Cette variante permet de marier la conquête du sommet à une nuitée à la cabane du CAS Chamanna da Grialetsch qui se trouve à proximité.

Une piste de randonnée bifurque sur la droite dans le sens de la marche. Elle contournera bientôt le Schwarzchopf pour aboutir à des anciens champs glaciers au-dessous du Piz Radönt – un paysage de gravats et de pierrailles, vêtu d’une végétation pauvre et parcouru par des filets d’eau. C’est l’endroit de la bifurcation d’un chemin qui mène directement à la Fuorcla Radönt et plus loin à la vallée de Grialetsch située à l’arrière. Ceux qui désirent escalader le sommet du Schwarzhorn resteront sur la droite et arriveront à la Fuorcla Radönt au retour. La montée est rude, l’oxygène dans l’air diminue, les poumons battent leur plein lors de l’ascension à la Schwarzhornfurgga. Après l’arrivée à la croupe, il faudra respirer à fond, car la prudence est conseillée lors de l’accès à la crête. Peu après, les randonneurs trôneront à une altitude de 3’146 m et seront fiers de tenir le livre de sommet dans la main. Le regard plonge presque verticalement jusqu’à l’hospice du col pour se promener plus loin au Weisshorn (sommet blanc) en face, puis au désert de pierres du Piz Radönt. A l’arrière-plan, le Piz Vadrett, Piz Grialesch et le Surettahorn resplendissent de l’éclat de leurs névés et glaciers – le col de la Scaletta se dessine clairement à côté des sommets.

© www.swiss-image.ch/Andreas Wittwer

Les Alpes suisses comptent 33 montagnes du nom de «Schwarzhorn» (sommet noir), dont 9 dans la catégorie montagnes de trois mille mètres. Le Fluela Schwarzhorn en fait partie – une montagne de trois milles qu’on peut escalader avec les enfants.

sur la droite et chercher la route à l’aide des balisages pour atteindre la Fuorcla Radönt à travers des haldes de rochers et les pierrailles. Le chemin amenant à la Chamanna da Grialetsch bifurque derrière la Fuorcla. Bien au-dessus de la Val da Grialetsch on retournera en longeant deux petits lacs de montagne. Il faudra encore franchir un virage en épingle à cheveux pour descendre sur la route du col. Sur une courte distance, la piste de randonnée descendra le long de la route à l’arrêt de l’autocar postal Chant Sura qui se trouve à proximité. Avec l’attente de l’arrivée du prochain autocar postal se présentant trop longue, nous conseillons d’emprunter la piste de randonnée pour monter au col. Depuis l’aire de détente sur la terrasse de l’hospice vous aurez encore une fois l’occasion de profiter de la vue sur le triangle remarquable du Schwarzhorn.

Au retour on redescend à la Schwarzhornfurgga. Il faut se tenir

5 h 15 min

11,6 km

1020 m

1180 m

moyen

258T Bergün

Davos Flüelapassstrasse Abzw. Schwarzhorn

0:00

Schwarzhornfurgga Schwarzhorn Schwarzhornfurgga Fuorcla Radönt Chant Sura Davos

1:40 2:25 2:50 3:40 5:15

1:40 0:45 0:25 0:50 1:35

Pizokel au séré – ingrédients 500 g de farine 500 g de séré maigre 6 œufs 1 petit poireau coupé en dés très fins (parties vertes uniquement) Sel et poivre Sauce au fromage des Grisons – ingrédients 2 gousses d’ail hachées 2 petits oignons hachés 50 g de fromage des Grisons, râpé 2 œufs, légèrement battus ¼ l de crème ¼ l de lait 1 poignée de fines herbes Sel et poivre Huile

et le poireau. Ajouter du sel et un peu de poivre. Former les pizokel avec une cuillère; les plonger dans l’eau bouillante jusqu’à ce qu'ils présentent une consistance ferme (jusqu’à ce qu’ils remontent à la surface.) Laisser refroidir les pizokel. Les faire dorer dans une poêle par la suite. Sauce au fromage des Grisons – Poire à l’aigre-doux – ingrédients préparation 2 poires sans pépins, Faire blondir l’ail et les oignons dans coupées en 4 de l’huile. Déglacer avec la crème et 2 brins de thym le lait et réduire en douceur. Ajou 100 g de beurre ter le fromage et mijoter à feu doux. 1 cuillère à soupe de vinaigre Ajouter les œufs et les fines herbes balsamique blanc et retirer la casserole du feu. Assai Miel pour sonner de sel et de poivre. assaisonner Poire à l’aigre-doux – préparation Faire revenir les morceaux de poire dans du beurre, ajouter le thym et Pizokel au séré – préparation Préparer la pâte pour les pizokel en déglacer de vinaigre balsamique mélangeant la farine, le séré, les œufs blanc. Assaisonner de miel.

Evénement culinaire 29. Mai 2010: Les gagnants et les personnes qui les accompagnaient (concours ATN 65) étaient tous enthousiastes de travailler ensemble dans la cuisine du cuisinier vedette, de profiter de ses petites astuces et de se délecter d’un véritable régal.

Vitamines, délices et plus

«Réne Schudel – bricoleur et cuisinier vedette» www.benacus.ch www.funkykitchenclub.ch


7

Entre nous

Septembre 2010

Backstage

N° 67

La santé – mon énergie! Notre invitée backstage cette foisci est une Atrupienne suisse qui est célèbre à l’échelon national. En plus elle est juriste et fée-bonheur: Barbara Megert. Naturel, culture et puissance

En 2003, Barbara Megert attire pour la première fois l’attention sur le plan national lors de sa participation à l’élection de Miss Suisse. La beauté naturelle, originaire du l’Oberland bernois, a fini «seulement» deuxième, sa carrière privée et professionnelle ont pourtant pris un tournant positif à cause de cet arrêt du destin. En se concentrant sur sa formation, elle dément le cliché de la beauté d’une personnalité importante, mais creuse. Après avoir passé la maturité avec la psychologie, la philosophie et la pédagogie comme matières principales (Thoune, 2003), elle s’inscrit à la faculté de droit de l’université de Lucerne. En 2007 elle a le bachelor dans sa poche. Elle poursuit ses études et obtient son diplôme de master bilingue avec la mention excellente 5,2 au printemps de cette année (universités de Lucerne et Neuchâtel). Ses

Depuis 2003 Barbara Megert travaille comme assistante dans la plus populaire émission du soir de la chaîne de télévision SF DRS. La voici avec Beni Turnherr.

mémoires de master dans les deux langues portent sur des thèmes du monde des sports. Elle finançait ses études en travaillant entre autres comme reporter (chez Radio Pilatus – Lucerne, et pour le magazine TV Star – Zurich, p. ex.).

pour la plus grande association sportive européenne. Elle est de même protagoniste d’Atupri et travaille depuis sept ans également comme assistante dans le grand show du du samedi soir de la chaîne SF DRS («Benissimo»). Barbara, Nico et Davide

A présent, la juriste âgée de 26 ans travaille aux alentours de Genève

Barbara Megert et Karl Luca Büeler, responsable du Marketing

Depuis quelques années, Barbara fait part de la «famille Atupri» ensemble avec Davide et le petit Nico. Ecoutons Karl Luca Büeler, responsable du Marketing chez Atupri, à ce sujet: «Ils représentent la famille moderne et incorporent exactement les valeurs que nous garantissons dans notre communication aussi: conscience de la qualité, responsabilité propre, soif de découverte, sportivité et attachement à la nature. Tout cela est présenté de manière réaliste, sans fard et sans être loufoque. La beauté, à notre avis, vient du for intérieur – Barbara, Davide et Nico en sont la preuve vivante». Barbara a toujours montré une certaine retenue vis-à-vis d'une prise en charge de mandats dans le secteur publicité – pourquoi a-telle accepté le mandat d’Atupri? «Non seulement les concepts, mais l’équipe et la bonne atmosphère chez Atupri m’ont convaincue. Mon engagement va donc au-delà des limites professionnelles – je suis

Une alimentation saine, l’air frais, les sports – voici ce qu’il faut à la juriste engagée pour compenser.

assurée chez Atupri en tant que particulière et j’en suis très contente. Un talent universel

La protagoniste d’Atupri et son partenaire font beaucoup de sport, veillent à une alimentation saine et sont des talents universels. Ils vont en faire preuve en automne dans des spots télévisés. Ceux-ci seront

placés sous le signe «La santé – mon énergie». Au rythme entraînant d’un tube de Katy Perry, ils vont donner une démonstration amusante sur la promotion de la santé et du bien-être. Ces spots peuvent être consultés sur internet aussi – enthousiasmez-vous pour plus d’activité et la joie de vivre sur www.atupri-win.ch vous-aussi.

Le sondage clients 2010 L’assurance-maladie Une entreprise qui veut avoir du succès met l’accent sur la compréhension des souhaits de ses clients et l’augmentation de leur satisfaction clients – avec des répercussions positives sur l’image. Celle-ci va très bien – les résultats du présent sondage représentatif auprès des clients Atupri en sont la preuve concluante. Leader dans les domaines clés

Atupri occupe un des premiers trois rangs dans les critères portant sur l’image «primes avantageuses toutes proportions gardées», «moderne et innovatrice», «s’adresse aux jeunes», «esprit social et fiable» et «engagement actif en matière des réductions sur les coûts». Dans la comparaison de tous les critères d’image, Atupri a gardé sa place en tête (comme en 2009 déjà). Atupri a de l’avance

L’avance en matière de la qualité n’est pas due au hasard. Atupri investit continuellement dans une gamme compétitive et la qualité du service. Voici trois exemples à titre d’illustration: l’amplification successive de la gamme Managed Care, la transparence de la gamme des prestations et l’enrichissement de la présence internet d’Atupri. Le contact personnel avec les clients est important. Les Service Center d’Atupri ont remporté des notes encore supérieures à celles de l’année précédente dans les catégories compétence spécialiste et prise en considération des besoins.

sur votre smartphone: Atupri Mobile Atupri a de l’avance dans le secteur de l’internet aussi. Depuis le mois d’avril, tous les informations au sujet d’Atupri, les produits d’Atupri, les Atupri News et autres peuvent à tout moment être consultés par smartphone aussi. Le calculateur de primes rapide et pratique d’Atupri en fait partie. La marche à suivre

est identique à celle de l’ordinateur ou de l’ordinateur portable. Etablir une connexion internet et entrer l’URL www.atupri.ch. A condition d’une connexion internet rapide vous pouvez parcourir le web Atupri à votre guise grâce à la navigation clairement structurée. N’hésitez pas, essayez! Pendant le voyage en train après le travail p. ex. L’accès par smartphone est particulièrement utile en voyage ou en vacances, à l’étranger p. ex. En plus de vous apporter un aperçu clair de toutes les formes d’assurances, l’internet met directement à votre disposition tous les formulaires et possibilités de contacter votre Service Center d’Atupri ou la hotline. Testez www.atupri.ch sur votre smartphone.


Atupriville

Septembre 2010

Concours pour enfants Atupriville

Atupriland fête les citrouilles-fantômes !

8

Bravissima

N° 67

La joie à la perspective de Noël!

Un calendrier d’avent Atupri? Oui, bien sûr, Noël s’approche et Saint Nicolas & compagnie ont beaucoup de taf – avec beaucoup d’humour et sa plume pointue, le dessinateur de B. D. Bruno Fauser éveille la joie à la perspective de Noël.

Avec un calendrier de l’avent le temps d’attente jusqu’au soir de Noël s’avérera moins long pour grands et petits. Chaque fenêtre donne sur une surprise amusante digne de Bruno Fauser. Profitez-en vous-même ou bien faites-en cadeau à un(e)/ami(e). Commandez votre exemplaire du calendrier de l’avent d’Atupri aujourd’hui même – à titre gratuit bien sûr. Il sera envoyé courant novembre 2010.

Bravissima – le guide pratique Le manuel aux 100 astuces et plus: des conseils hors pair et individuels sur l’exercice physique, l’alimentation, le comportement, ou d’anciens remèdes éprouvés transmis par tradition familiale.

L’automne nous apporte les citrouilles. Il s’agit de baies à vrai dire, mais de baies GEEEEEAAAAANTES! Le goût de la pulpe varie avec la sorte. Elle est en tout cas toujours absolument délicieuse – on peut même en fabriquer de la confiture! Mais ce n’est pas tout: il suffit d’évider une grande citrouille jaune et de découper des yeux pour la transformer en fantôme. Et le soir, quand il fera nuit, tu pourras allumer une bougie dans ta citrouille-fantôme pour donner de petits frissons aux autres. Barbara, Nico et Davide savent tout cela et organisent toujours une grande fête citrouilles-fantômes au jardin pour célébrer Halloween. Regarde ce que tu peux y trouver. Tu arrives à découvrir les objets recherchés? Oui? Alors, si tu es né(e) en 1999 ou plus tard tu peux participer à notre concours! Participe à l’aide du talon ci-dessous (participation désormais possible sur www.atupri.ch aussi) et avec un peu de chance tu vas remporter un prix formidable! Que faut-il faire? Regarde bien l’illustration et cherche les six objet figurant sur le talon ci-dessous. Puis :

Note le champ avec l’objet respectif dans le talon du concours. Découpe le talon, colle-le sur une carte postale et adresse le tout à : Atupri Krankenkasse, «Atupriville», Zieglerstrasse 29, 3000 Bern 65.

Talon de participation

On peut gagner les prix suivants: 1er prix 1 bon de loisirs RailAway

2 ème prix 3 ème prix du 4 ème au 77ème prix

d’une valeur de CHF 100.– 4 tickets de cinéma d’une valeur de CHF 80.– 1 jeu de table d’une valeur de CHF 30.– 74 super prix de participation surprise

A retourner avant le 31 octobre 2010

Mes réponses Champ (combinaison d’une lettre et d’un chiffre, par exemple B / 4)

est dans le champ

est dans le champ

est dans le champ

est dans le champ

est dans le champ

est dans le champ

Prénom Nom Rue/N° NPA/Localité Je suis né(e) en

Concours pour enfants de l’édition de juin 2010

Les enfants non encore scolarisés peuvent bien sûr se faire aider de leurs parents pour compléter le talon! Le concours ne fera l’objet d’aucune correspondance. La voie judiciaire est exclue. Les gagnantes et les gagnants seront avisés par écrit d’ici le 30 novembre 2010. Les noms des gagnant(e)s des trois premiers prix seront publiés dans les Atupri News.

Nouveau – pour tous les enfants qui sont déjà familiers avec l’internet : le concours «Atupriville» est désormais disponible en ligne sur www.atupri.ch > atupri > Kids Corner > Atupriville

1er prix

bon loisirs RailAway d’une valeur de CHF 100.–

Renato Calonder de Frutigen (BE), année 2000

2 ème prix 4 tickets de cinéma d’une valeur de CHF 80.– Voici nos gagnantes et gagnants du concours de la dernière édition:

3

ème

Impressum Atupri News N° 67 / 2010

Flavia Peier de Lostorf (SO), année 2000 prix 1 jeu de table d’une valeur de CHF 30.–

Lara Rhiner de Haag (SG), année 2003

Adresse de la rédaction

Traduction

Impression

Vision Translations AG, Küsnacht ZH

paraît 4 fois par ans en D, F, I 16 ème année de parution Reproduction sur autorisation écrite uniquement

Atupri Krankenkasse Kommunikation Zieglerstrasse 29 3000 Bern 65 redaktion@atupri.ch www.atupri.ch

Vogt-Schild Druck AG Gutenbergstrasse 1, 4552 Derendingen www.vsdruck.ch

Changements d’adresses

Direction de la rédaction

A communiquer SVP au Service Center compétent

Jürg Inäbnit

Atupri News

Glisser un clin d’œil satirique sur la santé publique

Layout & Mise en page

Fruitcake W & P AG Bollstrasse 61, Postfach 777 3076 Worb worb@fruitcake.ch www.fruitcake.ch

Photos

fruitcake.ch, Micha Riechsteiner, Giorgio Balmelli et autres éléments disponibles Bande Dessinée

Bruno Fauser, Bern, www.fauser.ch Internet: Vous pouvez consulter Atupri News sur www.atupri.ch > Atupri > Publications

24.09.09

09:27

Comic_Heft_Entwurf_

F.indd 8

24.09.09 09:24 24.09.09 09:26

24.09.09 09:35

d 35

Comic_Heft_Entwurf_F.ind

Comic_Heft_Entwurf_

F.indd 9

24.09.09

d Entwurf_F.ind

Comic_Heft_

09:26

11

24.09.09 09:35

d 1

urf_F.ind Comic_Heft_Entw

24.09.09 09:26

d 34

Comic_Heft_Entwurf_F.ind

d 10

Entwurf_F.ind

Comic_Heft_

Atupri suit une nouvelle voie. C’est par une BD née sous la plume talen­ tueuse de Bruno Fauser que sont dépeints, avec humour et une exagé­ration parfois délibérée, les comportements de tel ou tel protagoniste – ceux-ci conduisant aux effets et coûts que nous connaissons.

100 ans d’Atupri – l’ouvrage Atupri présente dans son opuscule d’anniversaire ses racines, les bases de la «caisse des malades et de secours des ouvriers permanents des chemins de fer fédéraux» dans l’environnement des œuvres sociaux et les évolutions politiques, des éléments d’intérêt sur les transports publics, la première Loi fédérale sur l’assurancemaladie et accidents (LAMA) et la Loi sur l’assurance-maladie (LAMal), sans oublier l’évolution de notre entreprise: de la caisse des malades des CFF à Atupri, notre institution autonome et couronnée de succès. Chronique illustrée des 100 ans d’Atupri, en 7 chapitres pliables et avec moult références. A se procurer dans la limite des stocks disponibles. Commandez les publications souhaitées sur www.atupri > Atupri > Formulaires de commande, par courriel à adresser à bestellungen@ atupri.ch ou bien à l'aide du talon de commande.

Coupon de commande

A coller sur une carte postale et à envoyer à: Atupri, Kommunikation, Zieglerstrasse 29, 3000 Bern 65

Veuillez m’adresser gratuitement un recueil Ex. Le calendrier de l’avent 2010 de chez Atupri ex. Bravissima astuces santé ex. Ouvrage «1910 – 2010 • 100 ans d’Atupri» ex. BD Atupri «La famille Kunz connaît les ficelles» à l’adresse suivante (A remplir SVP en caractères d’imprimerie): Prénom Nom Rue/N° NPA / Localité Date

Signature

ATN067_F  

Reymond Bührig Backstage Les primes 2011 Nous vous invitons à partir en une randonnée aboutissant à 3’146 m. d’alt. – pas besoin d’être alpi...