Page 1


carte adhérent seulement 3 € plus d’informations au local S . 27

et aussi photocopies gratuites de nombreux évènements annales gratuites etc ...


avril

L’EDITO

#22

SOMMAIRE sociologie

«

Le printemps s’en revient enfin ! Avec lui, la douceur du soleil, le ciel bleu, les oiseaux qui chantent, la fin des cours ! ... Et les partiels ! Mais pas de panique, entre deux fiches de révisions faites donc une petite pause : voici un peu de lecture pour vous aider à faire passer tout ça ! Au programme, des anciens étudiants qui vous montrent qu’on peut réussir en sociologie, des projets à l’étranger, un peu de gourmandise printanière et bien d’autres choses. La fin d’année est proche en effet, il faut faire des choix d’orientation, prévoir ce que l’on va faire de ces 2 mois de vacances tout en n’oubliant pas de réussir son année, pas évident de marier tout ça sans ressentir un peu de pression. Ne vous laissez pas déborder, prenez du temps pour vous et amusez vous. Je vous fais confiance pour tout cela et vous souhaite de bonnes révisions, ainsi que de bonnes vacances à venir en espérant que tout ce que vous préparez se concrétise.

»

Jeffrey Thomas

6 7 8

Que sont-ils devenus : Solène Augueux Que sont-ils devenus : Selva Gaberscek Pâques dans notre société

l’étudiant 10 11 12

Le salariat étudiant Le projet humanitaire Togo Partir étudier à l’étranger

détente 14 17

Recettes de printemps Les nouvelles séries

Les jeux ! 19 20 21

Sudoku Mots fléchés Les solutions


Le mot de la présidente

C’est avec un petit pincement au cœur que j’écris mon dernier mot de la Présidente. Ça fait un peu sentimental dit comme ça… mais j’aime bien, aha ! Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas en regardant une émission de télé - plus ou moins - débile (hé oui, je ne fais pas que ça, non mais oh) que je pense à vous, mais plutôt en travaillant mon dernier exposé, du semestre, de l’année, et même de ma licence (!) de façon plus que sérieuse ! On y croirait presque, aha ! Les vacances avancent à grands pas… Celles d’avril sont plus que proches, et on sent déjà l’odeur des loooongs mois d’été. Oui bon, il faut déjà penser aux partiels avant ça… mais on y arrive quand même ! En parlant des partiels… plus que quelques petites semaines et nous y sommes ! Ah, ces tendres partiels que nous, étudiants, aimons tant (ou redoutons plutôt), et qui marquent la fin de notre année… Pour les L1, c’est la fin de cette première année de changement, de renouveau : à ceux étant arrivés jusquelà, félicitations ! Je ne peux que vous souhaiter de continuer dans cette voie, pour un peu que ce soit celle qui vous plaise ! Pour vous, L2, il ne s’agit que d’une étape d’un parcours de santé, si on peut le dire : vous êtes rodés, et ils vont très probablement vous ouvrir les portes de cette tant attendue L3 qui marque la fin de votre licence : c’est bientôt la fin ! En parlant de fin, mes chère L3 : nous y sommes, ça y est… 3 ans en sociologie qui vont se terminer : ces derniers partiels ne sont que le dernier obstacle à notre orientation, et ça va être l’heure pour nous de tous nous séparer pour des voies différentes : je vous souhaite toute la réussite du monde, et même si on est pas tous très beaux (Merci pour les quelques selfies en cours que j’ai pu apercevoir, aha !) c’était cool de vous voir tous les jours pendant 3 ans. Mais en attendant… révisez plutôt, non mais oh ! C’est donc sur ces bon mots (ou quelque chose dans le genre) que je vous laisse. Il est temps pour moi de passer la main et de terminer celle belle Présidence. Je tenais à vous remercier pour tous ces moments partagés durant ces quelques années que j’ai passé au sein de l’association : j’espère que l’ADES a pu vous aider, vous accompagner, et aussi vous divertir, autant que ce qu’elle m’apporte depuis 3 ans. Si jusque-là vous n’avez pas eu le temps, ou le courage, d’écrire dans le Frogtimes, lancez-vous l’année prochaine, venez au local même : je vous promets que vous ne le regretterez pas ! Je ne peux que vous souhaiter de belles choses pour la suite de vos études, en sociologie ou même ailleurs : bon courage pour vos partiels, tout d’abord, mais aussi bonnes vacances à tous, et revenez tous bronzés (et pleins de coups de soleil) en septembre ! D’ailleurs, pendant que j’y pense, en parlant vacances : les partenariats de l’ADES sont valables tout l’été, profitez-en)

Elise Bouillot PS : Hé… SURPRISE ! Vous ne pensiez quand même pas qu’on allait vous laisser comme ça ?! On se retrouve après les partiels : on vous prépare une petite soirée pour tous se retrouver et décompresser ensemble… et fêter les vacances ! On ne vous laisse pas trop le choix de toutes façons, vous venez, ce sera cool et on va bien se marrer, promis !

4


Retrouvez votre association sur... FACEBOOK ! TWITTER !

@

retrouvez ĂŠgalement ... -sociologie-l1-dijon (2015/2016) https://www.facebook.com/groups/895638760527570/ -sociologie-l2-dijon (2015/2016) https://www.facebook.com/groups/336381429857978/ -sociologie-l3-dijon (2015/2016) https://www.facebook.com/groups/649710321706290/ -sociologie-m1-dijon (2015/2016) https://www.facebook.com/groups/435897166472432/


sociologie

? s u n e v e d s il t que son Par Jeffrey Thomas, Solène Augeux et Selva Gaberscek

Solène augueux, ancienne étudiante en sociologie à l’ub Au sein de l’université le double cursus reste encore peu connu et utilisé, certaines personnes choisissent malgré tout de se lancer afin d’obtenir une double compétence. Solène est l’une d’entre elles et vous explique en quoi cela consiste.

Son parcours «Ma motivation première était l’opportunité de réaliser des stages sur le terrain et donc d’appliquer la théorie. J’ai donc réalisé un DEUST Gestion et Médiation Sociale, une Licence de Sociologie et une Licence Professionnelle Gestion des Ressources Humaines « Formateur en milieu professionnel » en trois ans. De plus, je ne savais pas si je souhaitais poursuivre mes études, la licence professionnelle me permettait de m’insérer plus facilement sur le marché du travail. Ce double cursus a été l’occasion de découvrir la réalité du terrain mais aussi le monde de l’entreprise. A travers ces différents cursus, j’ai pu travailler sur différents sujets de mémoire et donc renforcer ma capacité d’analyse. Mon mémoire de Master 1 portait sur l’analyse d’un plan de mobilisation pour l’emploi au sein d’AGEFOS-PME et mon mémoire de Master 2 sur un état des lieux et des préconisations à faire sur une restructuration à La Poste. J’ai réalisé mes deux années de Master 2 en alternance dans des entreprises et cela a été très enrichissant. Après mes deux licences, j’ai donc réalisé un Master 1 «  Ingénierie des métiers de la formation  » et le Master 2 « Conseiller, Consultant, Responsable de Formation » à l’Institut Denis Diderot à Dijon. Pour compléter ce Master 2 axé formation, j’ai souhaité faire un Master 2 plus généraliste à l’IAE Dijon en « Administration des entreprises ».

Ce qu’elle fait actuellement «Aujourd’hui, je suis en alternance en tant que consultante en recrutement pour la Bourgogne Franche-Comté chez Orange. Ma licence de sociologie a joué un rôle très important dans ce cursus car j’ai pu acquérir de solides bases théoriques mais aussi mieux comprendre le système des entreprises grâce à la sociologie des organisations par exemple.»

+ d’INF Vous pouvez retrouver les autres témoignages d’anciens étudiants sur le site de l’association www.ades-dijon.fr dans l’onglet « Etudiants »

OS

6


selva gaberscek, ancienne étudiante en sociologie à l’ub Selva n’a pas eu un parcours tout tracé à l’université, mais s’est plutôt laissée portée par le hasard et la passion pour les disciplines « sœurs », comme elle les appelle, que sont la Sociologie, l’Anthropologie et l’Ethnologie. Elle vous décrit tout ici, et notamment les embûches auxquelles elle a dû faire face durant son Master.

«Pour contextualiser, détentrice d’un bac Littéraire, j’ai obtenu une licence de Sociologie avec mention bien à l’université de Bougogne, puis un master recherche en Ethnologie mention très bien à l’université Paris Descartes Sorbonne. Je me prépare actuellement pour un terrain de six mois en Chine à compter de mars 2016, où j’effectuerai un semestre de chinois dans l’université de Hangzhou. Cette ville sera également le terrain pour ma future thèse. Très peu préparée aux délais et aux démarches administratives nécessaires pour l’inscription en thèse, j’ai manqué le coche. Je précise ici que les inscriptions en thèse, les envois de dossiers, et autres formalités, se déroulent entre avril et mai, et demandent une grosse préparation en amont. J’étais, à ce moment là, en train d’effectuer mon terrain de deux mois en Chine, pour le mémoire de deuxième année...» «Voici le premier point à évoquer : l’anticipation ! L’illusion réside dans ce que l’on semble [s]avoir: le temps. Comme je l’ai précisé plus avant, un projet de recherche demande beaucoup de temps: pour trouver le sujet, réaliser une bibliographie, effectuer les recherches, entrer en contact avec un directeur de thèse, et pour la recherche d’un contrat doctoral. Soyez donc préparés et surtout renseignés (à mon inverse, on l’aura compris)! Durant un parcours dans les études supérieures, on se donne des objectifs à long terme que chacun anticipe à son rythme. Sachez, que par un miracle infini, peu importe votre degré d’appartenance à la race des procrastinateurs, le temps s’accélère soudain, et vous vous retrouvez face à votre objectif ultime.»

«Nous atteignons ici le deuxième point essentiel pour vous futurs étudiants: la finalité ! L’illusion réside dans le fait qu’une dernière année de master se présente comme un achèvement. C’est en réalité une année qui va « décider du reste de votre vie », où il vous faut d’une part, réussir votre diplôme avec succès (pour pouvoir accèder à un contrat doctoral décent), et d’autre part, préparer votre projet de thèse. Dans votre vie privée, c’est une année compte double. Vous devez concrétiser toutes ces années d’étude, tout ce savoir accumulé, toute votre curiosité et tout votre investissement personnel (et souvent financier), dans un ultime projet … préfigurant le suivant. C’est aussi le moment de se tourner vers l’avenir, et d’envisager les 4 ou 5 prochaines années de votre vie. Il faut alors se poser LA question: est-ce que je suis passionné(e) ? Parce que, et il faut le savoir tout de suite, la thèse c’est un énorme investissement personnel, de temps et d’argent. C’est aussi les montagnes russes émotionnelles: d’un coté à cause du travail de thèse en lui -même, de l’autre à cause de l’instabilité quotidienne : rien ne vous oblige à vous lever le matin, vous devez sans cesse organiser/structurer votre quotidien et votre argent. Les bourses de thèse sont rares, le thésard doit souvent occuper un boulot alimentaire et/ou vivre des aides de l’État. Vous devrez également vous adapter à votre nouveau statut, vous n’êtes plus étudiant, pourtant vous n’êtes toujours pas «  dans la vie active  », et la pression sociale peut devenir pesante. Le master, s’il vous pousse vers la Recherche, n’est pas une fin en soi. Il précipite vers la thèse, dont il masque puis préfigure le commencement.»

Vous voici donc parés, fiers « démystificateurs du quotidien »! Que cette croisade passionnée (je l’espère) vous porte loin!

7


sociologie

Pâques dans not r Par Jeffrey Thomas, étudiant en L2

e société

Les fêtes de Pâques, tout le monde connaît, c’est l’occasion pour certains de profiter d’un week-end de trois jours, pour d’autres de célébrer une fête religieuse, mais quand est-il vraiment de cette période de Pâques dans notre société ? l’origine religieuse

Pâques pour les chrétiens est la fête qui célèbre la résurrection du Christ autour de l’an 30. Chronologiquement Jésus prit son dernier repas en compagnie des apôtres le Jeudi saint, il fut crucifié par les romains le lendemain, lors du Vendredi saint et ressuscita trois jours plus tard, le dimanche de Pâques. On célèbre donc tous ces évènements depuis le jeudi jusqu’au lundi de Pâques, le dimanche de Pâques étant le dimanche qui suit le 14ème jour de la Lune. Cette période marque également la fin du Carême. Mais cette fête n’est pas célébrée que par les chrétiens. Les juifs, eux, célèbrent LA Pâque, qui débute le 14 nisân c’est à dire le jeudi de la semaine sainte chrétienne. Ce sont les juifs qui les premiers vont célébrer cette fête le jour de la pleine lune de printemps et qui va durer 8 jours. Cependant elle n’a pas la même connotation puisque pour eux cela célèbre la fuite d’Égypte du peuple juif et leur libération de l’esclavage. C’est l’une des fêtes juives les plus importantes. Elle annonce également l’arrivée du Sabbat. Lors de la Pâque juive il est également interdit de consommer toute nourriture à base de levure pendant 8 jours pour commémorer leur fuite d’Égypte. du mot hébreu PesLe mot Pâque est issu par-dessus» qui rapsa’h qui signifie «passer ies d’Égypte, Dieu tua pelle que lors des dix pla yptiens mais passa tous les premier-nés ég juives et les épargna. au-dessus des maisons ha en latin. Cela donna le mot pasc

Pâques est également une fête païenne pour fêter le printemps, le retour des beaux jours et de la lumière, la renaissance ainsi que la fin de l’hiver.

Pâques de nos jours

Dans les pays d’origine chrétienne, le dimanche de pâques est toujours un jour férié, le lundi suivant le dimanche de pâques est un jour férié dans certains pays uniquement, comme la France. Cependant aux États-Unis par exemple le lundi n’est pas un jour férié. Encore dans d’autres pays, comme le Royaume-Uni, le vendredi saint est jour férié.

8


Mais pourquoi les oeufs et les lapins de pâques ?

La tradition des œufs remonte à l’Antiquité, ces œufs signifiaient la germination à l’arrivée du printemps. Puis au IVème siècle l’Église interdit la consommation d’œufs lors du Carême car c’était un symbole de vie et de fertilité, ces œufs étaient donc conservés, bénis, puis peints afin d’être offerts aux enfants. Le lapin était un symbole de fécondité dans l’Antiquité, ce qui correspondait également à l’arrivée du printemps. Ces traditions ont été conservées jusqu’à nos jours, mais adaptées. Il est de coutume aujourd’hui de s’échanger des œufs peints ou en chocolat, cependant jusqu’au XIXème siècle les œufs étaient naturels et vidés pour être rempli de chocolat liquide avant d’être peints. C’est la création d’un mélange à base de sucre, de beurre de cacao et de chocolat en poudre qui permet de créer et façonner des œufs entièrement en chocolat et qui va démocratiser les œufs en chocolat offerts à Pâques aidée notamment par l’industrie commerciale. De plus, une légende populaire en France et en Belgique veut que les cloches des églises ne sonnent pas le jeudi saint car celles-ci seraient parties à Rome chercher les œufs pour les ramener en les semant sur leur passage. Aux Etats-Unis ce seraient les lapins qui amèneraient les œufs et les semant un peu partout. Cette tradition des œufs de pâques Les célèbres p apportés par les cloches ou les lapins ièces de joailleri e les œufs de Fabergé so en fonction des croyances du pays a nt des œufs commandés par le Tsar russ engendré une autre tradition popue à la fin du XIX ème siècle à l’occasion des laire et commerciale : la chasse aux fêtes de Pâque s. œufs.

Elle a lieu le dimanche matin après que les œufs aient été rapportés, et c’est l’occasion pour les familles avec enfants (ou non) de passer un moment de détente et de convivialité ensemble, que l’on soit croyant ou non. quelle vision de pâques aujourd’hui

Dans la société occidentale contemporaine, le recul des religions ainsi que la mixité ethnique de plus en plus importante amènent également une multiplicité de vision de Pâques. On retrouve dans les familles purement croyantes un certain respect des rites malgré une adaptation actuelle. Dans des familles où la religion reste secondaire mais présente on garde une forme de respect pour cette célébration du fait de son importance, mais les aspects rituels les plus contraignants seront mis de côté au profit des rites plus conviviaux, ce sera un moment de retrouvailles, et de piété modérée, comme le respect de la messe du dimanche pour cette occasion particulière. Dans les milieux athées l’aspect religieux sera quasi-inexistant, on a conscience de la raison religieuse (chrétienne, la pâque juive étant assez méconnue) cependant on s’attachera plus à respecter les traditions populaires du moment, comme s’offrir des oeufs et lapins en chocolat ou partager un repas en famille. Il existe bien sur une autre partie qui ne se retrouve pas dans cette célébration et ne profite que du lundi férié et des chocolats foisonnants en cette période. Pâques est donc passée d’une célébration universelle et pieuse à une fête personnalisable avec un aspect commercial prononcé.

9


l’étudiant

Le salariat étud

iant

Par Ambre Adamiak, étudiante en L1

Le salariat étudiant est une vaste question depuis les années 1990 suite aux inflations du pouvoir d’achat et l’augmentation constante du taux de chômage en France.

L’entrée dans l’enseignement supérieur est marquée par de nombreux frais, aussi bien pour les logements étudiants, pour les frais d’inscriptions ou bien encore, la vie quotidienne. Cela représente pour chaque jeune un budget considérable, que certains ne sont pas en mesure de soutenir pour diverses raisons, et sont par le fait dans l’obligation de trouver un emploi étudiant qu’ils combinent en amont de leurs études. Cependant tout ceci pose un problème au niveau de l’organisation personnelle et nous allons voir que nous sommes tous de plus en plus concernés par ce problème de prêt ou de loin ! La progression du nombre d’étudiants qui travaillent pour financer leurs études est souvent évoquée comme une des causes possibles de ces fréquents échecs. Selon le rapport du Conseil économique et social sur le travail étudiant (2007), 15 à 20 % des étudiants travaillent de façon régulière pendant leurs études. Cette proportion d’étudiants salariés a assez fortement augmenté pendant les années 1990, avec une augmentation de 4,4 points entre 1990 et 2002, mais stagne depuis.

étudiant salarié et BON À SAVOIR : Si tu es 8h par semaine, tu que tu travailles plus de ut d’étudiant salapeux demander le stat rmet d’obtenir des rié, justement, qui te pe TD, renseigne toi ! dispenses pour certains

D’autres études montrent cependant d’autres chiffres, qui s’avèrent extrêmement élevés. Sur des enquêtes d’organisations étudiantes sur le coût de la rentrée pour les étudiants, il a été fréquemment question du « salariat étudiant », dont on affirme volontiers qu’il explose pour atteindre 73% des étudiants qui « sont obligés de se salarier pour financer leurs études ». Affirmation fondée sur les résultats de l’Observatoire de la Vie Etudiante (OVE), dont l’enquête 2010 « Conditions de vie des étudiants » peut effectivement conduire à ce chiffre.

Il faut savoir cependant, que ces étudiants sont majoritaires à toucher des aides de l’État (comme les bourses étudiantes, les aides aux logements), mais avec le recul des sommes versées, le pouvoir d’achat se montre trop faible voire inexistant.

10


l’étudiant

Le projet human

itaire Togo

Par Marie Valet, étudiante en L1

Actuellement étudiante en première année de sociologie, je participe en ce moment à un projet humanitaire dans son organisation. Je vais vous le présenter ici.

Nous sommes quatre jeunes de 18 ans, tous scouts depuis notre plus jeune âge. Fin juillet 2014, unis par une forte amitié et un même désir d’agir à notre échelle pour apporter une aide concrète et directe, nous avons décidé de former une équipe afin de préparer ensemble un projet de solidarité internationale. Le projet est ambitieux, et nous avons 2 ans pour le réaliser... Nous avons participé, pendant notre première année au rassemblement «You’re up» en tant qu’équipe de service ce qui nous a permis de vivre une première expérience de vie en équipe. Nous allons participer à un projet de développement auprès de populations en difficultés, en partenariat avec JEMAV (Jeunes Etudiants du Monde en Action pour le Volontariat) qui est un organisme de développement et de solidarité internationale à but non lucratif dont l’ensemble des membres sont bénévoles. Son but est de venir en aide à un monde rural défavorisé et de soutenir les enfants et les femmes issus des milieux très pauvres. Durant notre séjour humanitaire au Togo nous proposerons du soutien scolaire et participerons au chantier de construction d’une école. A cela s’ajouteront des temps d’animations socio-éducatives auprès des enfants. Nous partirons quatre semaines dont trois consacrées à notre projet: Pendant deux semaines, nous irons tous les matins donner des cours de soutien scolaire gratuits aux enfants volontaires. Puis, tous les après-midi, nous leur proposerons des animations.

Notre but est de leur apprendre de nouveaux jeux, chansons et danses qu’ils pourront ensuite reproduire après notre départ. En effet, nous voulons vraiment que notre intervention pendant ces quelques semaines leur soit bénéfique sur la durée. C’est pourquoi nous apporterons également du matériel scolaire, de nouveaux jeux de sociétés issus d’une collecte. Pendant une semaine, nous participerons tous les matins au chantier de l’école. Et les après-midi nous continuerons à nous occuper des enfants du village.

Si vous voulez en sa voir plus ou si vous avez des questions vous pouvez, sur la page facebook « Go To Togo » !

Pour nous, cette escapade est l’occasion de devenir vraiment acteurs d’un projet d’envergure élaboré par nous de A à Z, main dans la main avec des volontaires togolais, de concrétiser notre envie d’apporter notre aide aux populations en difficultés. Mais, nous partons également dans une optique d’échange et d’ouverture à l’autre et à sa culture. En effet, durant ces 3 semaines de projet, nous vivrons avec les volontaires togolais dans le village, nous échangerons en permanence avec les enfants, les habitants etc. Nous serons donc totalement immergés dans leur culture. De plus, nous prévoyons de passer la quatrième semaine avec des scouts togolais pour pouvoir découvrir le pays avec eux.

11


l’étudiant

r e g n a r t ’é l à r ie d u t é ir t par Par Candice Lacroix, étudiante en L1

De nos jours, partir faire un séjour étudiant à l’étranger est valorisé. En effet, avec un taux de chômage actuel qui ne cesse d’augmenter, les étudiants envisagent désormais plus facilement une poursuite scolaire ou un travail à l’étranger. Que ce soit un ailleurs proche ou plus éloigné, partir lors de ses études pour une courte ou longue période ne peut qu’être une bonne expérience.

En France, un étudiant inscrit en licence à l’université dispose de 12 mois durant lesquels il peut partir dans un autre pays que le sien. Il peut répartir ces mois comme il le souhaite et où il le souhaite avec cependant une période minimum de 3 mois pour un séjour.

Pour partir étudier à l’étranger, il est nécessaire de faire de nombreuses démarches dans un délai imparti. Il faut s’y prendre un an avant la date de départ pour pouvoir organiser son séjour étudiant et avoir le plus de chance d’être accepté dans un des programmes choisi.

Cela grâce à différents organismes comme le programme Erasmus et le programme BCI notamment. Ceux-ci aident les étudiants dans leurs démarches pour pouvoir partir à l’étranger en faisant le lien avec la futur université d’accueil. Tout d’abord l’étudiant doit aller s’informer au pôle international de son université pour comprendre quelles démarches faire afin de pouvoir constituer un dossier. Dans un second temps, il est de mise de trouver la Le program même filière que la sienne me BCI Qué bec : dans différentes universiil propose a tés étrangères et consulter ux étudiant s de partir une universit a u Québec dan é francopho les différents programmes s ne ou anglop un semestr hone pendan e ou une an d’études que proposent t née. Les un cueil parten iv ersités d’ac aires sont n ombreuses les universités d’accueil. classemen (11)

et ont un bo t internation n al (Laval, UQ Bishop’s univ AM, Sherbro ersity). oke,

12


Le dossier à fournir demande d’être rempli intégralement afin de pouvoir valoriser ses chances d’être accepté dans une université partenaire. L’expérience de partir durant une certaine période pour étudier à l’étranger, permet d’enrichir et de découvrir de nouveaux horizons. De nombreuses aides financières existent pour ce type de séjour étudiant.

mus: Le programme Eras une période comnt ra du ir rt pa de il propose ts mois dans différen 12 et s oi m 3 e tr prise en rtie de l’Union Europa nt isa fa s er ng ra pays ét péenne.

En effet, il existe des bourses et d’autres aides qui permettent aux étudiants de couvrir les dépenses durant la période à l’étranger. Les programmes accompagnent les étudiants dans leurs démarches et s’occupent de faire le lien entre les universités. L’étudiant n’est donc pas seul et reste en contact tout au long du séjour à l’étranger avec son université d’origine. Des plate-formes sont mises en place pour les étudiants internationaux pour permettre une intégration plus simple et créer un premier contact.

Les avantages et inconvénients d’un séjour étudiant à l’étranger

13


détente

Nos recettes Par Elodie Lamant, étudiante en L1 Les beaux jours reviennent, il est temps de repasser derrière les fourneaux pour préparer de bons petits plats aux accents estivaux qui raviront vos papilles !

cake aux tomates séchées et féta

tarte aux fraises

14


cake aux tomates séchées et féta Préparation 1. Préchauffer le four à 200°C (thermostat 6-7). Découper les tomates séchées en petits morceaux puis les égoutter. Couper la fêta en dés. Ciseler le bouquet de basilic.

pour 6 personnes Ingrédients

• 200 gr. de tomates séchées • 180 gr. de farine • 100 gr. de fêta • 50 gr. de gruyère râpé • 3 œufs • 12 cl. de lait

2. Dans un saladier, déposer la farine et la levure. Ajouter les œufs un par un, puis le lait et l’huile. Bien mélanger pour obtenir une pâte bien lisse. Saler et poivrer. 3. Incorporer les morceaux de tomates séchées, le gruyère râpé, le basilic ciselé, les dés de fêta à la pâte. Mélanger de nouveau. 4. Beurrer et fariner un moule à cake. Y verser le cake et cuire 40 minutes environ à four moyen. 5. Démouler sur une grille, laisser tiédir et servir accompagné d’une salade de tomates parsemée de basilic et arrosée d’un filet d’huile d’olive ou d’une salade verte.

• 6 cl. d’huile • 1 sachet de levure chimique • 1 bouquet de basilic • Sel, poivre

15


tarte aux fraises Préparation

Pour 6 personnes

Pâte sablée : 1. Blanchir les jaunes et le sucre au fouet et détendre le mélange avec un peu d’eau. 2. Mélanger au doigt la farine et le beurre coupé en petites parcelles pour obtenir une consistance sableuse et que tout le beurre soit absorbé (Il faut faire vite pour que le mélange ne ramollisse pas trop !). 3. Verser au milieu de ce «sable» le mélange liquide. Incorporer au couteau les éléments rapidement sans leur donner de corps. 4. Former une boule avec les paumes.  5. Beurrer et Foncer un moule de 25 cm de diamètre avec la pâte, garnissez-la de papier sulfurisé et de haricots secs (vous pouvez aussi utiliser du riz ou des coquillettes) 6. Faire cuire à blanc 20 à 25 min, à 180°C (thermostat 6)

Ingrédients

crème pâtissière : 1. Mettre le lait à bouillir avec le parfum choisi (vanille ou autre).  2. blanchir les œufs avec le sucre, 3. Ajouter la farine. 4. Verser la moitié du lait bouillant sur le mélange en tournant bien pour délayer .  5. Verser le mélange dans la casserole, mélanger et remettre sur le feu.  6. Faire cuire en tournant très soigneusement.  7. Retirer après ébullition.  Verser la crème sur le fond de tarte et disposer joliment les fraises coupées en 2.

pour la pâte sablée :

• 250 g de farine • 125 g de beurre • 70 g de sucre • 2 jaunes d’œufs • 5 cl d’eau • 1 pincée de sel

pour la crème pâtissière :

• 25 cl de lait • 1 oeuf • 30 g de farine • 40 g de sucre • 1 sachet de sucre vanillé

500 g de fraises

16


détente

L’évolution des sér

Par Camille Tranchet étudiante en L3

ies

Pour ceux qui me connaissent, ou qui ont l’habitude de lire le Frogtimes de l’association, j’ai pour coutume de présenter des recettes de cuisine (parce que j’adoooore ça) mais pas aujourd’hui ! Non, aujourd’hui je vais vous parler de séries TV. Tout le monde en parle, tout le monde s’y adonne dans le genre qui l’intéresse et je ne sais pas si vous avez remarqué, mais le type de série proposé à bien évolué ces dernières années (ou peut être que je ne m’intéresse pas aux mêmes choses, c’est aussi possible). Ainsi, on a pu remarquer il y a une dizaine d’années un fort développement des séries médicales, avec comme précurseur la série Urgence (qui visait quand même plus la génération de nos parents) puis Grey’s Anatomy et Dr House. Personnellement, j’ai seulement suivi Grey’s Anatomy, quel malheur dans un des derniers épisodes, j’ai espéré jusqu’au bout que Sheperd alias Dr. Mamour ne meure pas… Et c’est avec cette série que mon amour pour ce type de programme est né. Sans vous faire une liste exhaustive, je crois avoir fait le tour de toutes les séries « de fille » de type Desperate Housewives, Pretty Little Liars, The Vampire Diaries (oui j’ai un peu honte de celle-là), etc. Jusqu’à ce que je tombe sur de vraies bonnes séries. Une grande découverte à l’époque : Dexter. Si vous n’avez pas pris le temps de vous pencher dessus, la série est arrêtée et je vous la conseille vivement. Ça a été un peu une révolution, avec un autre format, de nouvelles intrigues, un peu un ovni au milieu de tout ce qui se faisait à l’époque. L’intrigue est forte, le suspens permanent et le concept de base innovant. On a vu ensuite une explosion des séries HBO, Netflix, entre autres avec des séries comme Orange Is The New Black, House of Cards, sans oublier Game of Thrones. Si vous aimez les séries complexes, avec une intrigue de longue haleine, je vous conseille particulièrement les deux dernières (même si je pense que la majorité d’entre vous connaissent déjà !). Entre stratégies, manipulations, trahison, vous allez être servi.

17


On observe également une recrudescence des séries de type MARVEL, centrées autour de l’univers des COMICS. Avec des séries comme Arrow, The Flash, Daredevil, Agents of S.H.I.E.L.D. en continuité avec les gros blockbuster comme Thor, Captain America, Iron Man ou encore Hulk. Les différents films/séries étant étroitement liés, ça encourage à tout regarder pour ne louper aucun détail, ce qui alimente du coup aussi l’industrie du cinéma. Récemment, j’ai également décidé de me mettre dans pleins de séries dont on m’avait parlé, par curiosité et parce que j’avais du temps à tuer aussi. Mon Oncle Charlie, Breaking Bad, Weeds, The Walking Dead et pour finir Sherlock. Je les ai toutes trouvées assez intéressantes, avec une petite préférence pour Sherlock, la série est vraiment bien montée, l’intrigue est là, la surprise aussi. Seul petit bémol, le format : 3 saisons de 3 épisodes d’une heure et demi. Autant vous dire qu’on reste sur sa faim. La sortie de la saison 4 n’est actuellement pas encore annoncée donc je pense qu’on va devoir attendre encore un peu… Une nouvelle série est sortie l’année dernière, dans un tout autre registre aussi, c’est Sense8. Une science-fiction faite autour d’un monde réel contemporain. Ce sont 8 personnes qui sont reliées au moment de leur naissance simultanée, et qui sont connectées à un moment de leur vie. Elles peuvent communiquer entre elles, ressentir leurs sensations/sentiments, et vivre les situations auxquelles les autres membres sont confrontés. Ces talents sont recherchés, c’est pourquoi ils doivent vivre cachés et protéger leurs secrets coûte que coûte (parallèlement au fait qu’il faut qu’ils comprennent ce qui leur arrive). Enfin bref, une série pleine de surprises, qui sort des sentiers battus. En clair, avec cette explosion de programmes et de types de séries, il est impossible de ne pas en trouver une qui corresponde à vos critères donc si ce n’est pas le cas de celles que je vous ai présenté, n’hésitez pas à farfouiller un peu, vous trouverez forcément votre bonheur.

22


Jeux !

SUDOKU facile

moyen

difficile

très difficile

19


Mots FLéchés

20


les solutions

SUDOKU

21


Mots FLéchés

22


Partenaires ADES

offres disponibles également pendant les vacances !

Art'No'Tattoo

Une envie de tatouage ? Vous avez surement trouvé votre dessin/motif – ou pas – mais la vraie question, c est quel tatoueur choisir ? Art’no Tattoo vous conseille et vous permet d’exprimer au mieux votre envie à travers des productions qui vous correspondent dans un cadre professionnel avec des conditions d’hygiène irréprochables.

l’OFFRE

10% sur toutes vos réalisations 10€ de réductions sur les piercings (hors nez)

Best Bagels Best bagels, installé rue Berbisey, à hauteur de la place Zola, cette enseigne vous propose une large variété de bagels contenant des ingrédients typiquement américains tels que le beurre de cacahuète, le bacon ou encore les onions crispy Venez découvrir leurs spécialités dans une ambiance de loft américain.

l’OFFRE

Pour l’achat d’un menu, un dessert vous est offert (hors cheesecake)

Miss cookies Miss cookies, établie place de la République, place Grangier et au pied de la faculté de médecine (arrêt CHU du T1) propose une restauration rapide composée de sandwichs et salades et dont la spécialité est les cookies !

l’OFFRE

10% dès 5€ d'achat

coffee nails Le bar à ongles Coffee Nails est spécialisé dans la pose de prothèses ongulaires, le modelage et l’extension des ongles en gel l'extension des ongles en gel et vous propose aussi d'autres services tels que la pose de vernis semi-permanents, gel avec nail art ainsi que des forfaits pour cabines UVA.

l’OFFRE

30% de réduction hors accessoires (offre est non cumulable)

faudra tif hair Le coiffeur branché Faudra Tif'Hair situé à deux pas de la place de la république, rue de la préfecture, vous propose une gamme de services et de prestations variés.

l’OFFRE

30% de réduction pour prendre soin de vos cheveux (hors lissage brésilien et produits professionnels)

Mezzo Di Pasta Marre de la restauration rapide avec des frites sèches et des burgers froids, vous voulez tester autre chose ? Mezzo Di Pasta cuisine pour vous à la demande des cups de pâtes fraîches accompagnées d’une large gamme de sauces telles que carbonara, napolitaine, 4 fromages, etc. Ainsi que des offres de saisons. L'enseigne est située rue musette, dans la rue piétonne en face de l’église de la Chouette.

l’OFFRE

un menu trio au prix d’un menu duo

offres disponibles sur présentation de la carte adhérent chez nos partenaires


Frogtimes - Numéro 22  

La version Web du journal de sociologie de l'Université de Bourgogne

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you