Issuu on Google+

GALERIE JOSEPH ANTONIN

Exposition

Le temps d’aimer et de mourir Ludovic Zuili Guillaume Flageul Du 1er au 27 juillet 2013 Vernissage mercredi 3 juillet à 19h

Happening et projectionsprojections-vidéo vidéo

RENCONTRES OFF 2013

Galerie Joseph Antonin 40 rue Emile Barrère 13200 Arles

+33(0)490 995 331 http://galeriejosephantoninarles.blogspot.com

Ludovic Zuili, série 8 ways to die (photographie)

La galerie joseph antonin présente un dialogue brulant entre peinture et photographie offrant la convergence de deux regards contemporains, portés sur l'expression sensible du réel et son potentiel fictionnel. L'exposition aborde le champ de l'émoi amoureux, et plus largement la question du modèle. "Il faut tuer ce que l'on aime" disait Oscar Wilde : la dimension sentimentale se confronte à l'objectalité de l'amour, à la mise en scène du désir, à la peur de l'abandon et la séparation de l'être aimé. Du fantasme érotique au champ de la mort, c'est la vie en entier qui se transforme sous nos yeux et devient peu à peu un rituel fascinant, participatif et ludique, joyeux et inquiétant, à mi-chemin entre illusion et spectacle. Au-delà de ses références à la photographie américaine contemporaine fascinée par la mise en abyme fétichiste du réel, les pouvoirs de leurre de la mise en scène, les mécanismes de sidération propres à la copie, qu’il s’agisse de traquer la théâtralité


de la vie, de reconstituer des décors de cinéma à jamais inscrits dans nos mémoires, la série 8 ways to die de Ludovic Zuili a ceci de particulièrement intéressant qu’elle s’attache à créer, décrire l’impression de la vie bien plus qu’à la vider de son sens. Dépassant le champ de la vanité où l’image est associée à une tromperie, un péché fondamental, la photographie est liée ici à un plaisir cérébral, de même qu’à un émoi véritable pour la beauté : conçue chaque fois en deux plans qui se font écho (la façade d’hôtel et la vue fragmentaire sur la jeune fille dans la chambre), elle nous entraine dans un jeu de contenant et de frontalité, qui donne une profondeur soudaine à l’image, lui permettant de jouer sur sa dimension de miroir et de réflexion comme s’il s’agissait d’une boite véritable, un espace à double fond qui renvoie aussi bien à la fonction réminiscente du « déjà-vu » qu’à la création d’une nouvelle expérience intime. Tour à tour espiègle et intrigante, fixe et mouvante, la série nous encercle au travers de ses huit séquences qui déclinent les différentes variations d’un mode d’aimer mélancolique et doux, pénétré par l’inquiétude du temps. Le charme, la tension sur le fil de cette série tiennent au fait que nous sommes à mi-chemin entre cinéma et photographie, à la charnière du journal intime et de l'installation conceptuelle, et que l’auteur se tient à une distance très épidermique de son modèle comme s’il s’agissait au travers de la "jeune fille" d’établir une forme d’autoportrait.

Clémentine Feuillet / galerie joseph antonin

Guillaume Flageul (peinture)

Ludovic Zuili est né en 1986 à Bagnolet. Réalisateur et photographe, il travaille dans le domaine publicitaire (swiss kiss production) et vient de tourner sa première fiction (A mort, à mort). Il collabore avec Olivier Zahm, célèbre photographe de mode, à des vidéos pour de grandes marques de mode. Il travaille régulièrement pour Purple magazine, une référence mode et art en France. Depuis 2011, il co-réalise l'émission "Canal Street Fighter" qui met en scène les cultures urbaines sur une chaîne du groupe Canal +. Depuis janvier 2012, il publie un journal photographique sur le site ARAW. Son style, élégant et incisif, est marqué par la contemporainéité, une sensibilité réelle des atmosphères, un érotisme suggéré et retenu. Dernières expositions : galerie Naço, Shanghaï; Walraud, Zurich; Hunting and Collecting, Bruxelles; Le Bon Marché, Paris; Kube Hôtel, Paris...

Guillaume Flageul est né en 1971 à Paris. Après des études d’arts plastiques à l’université Paris VIII, il se consacre à la peinture. Tourné vers la passion de la nature, son univers figuratif entremêle classicisme et modernité, corps et paysage, imaginaire sensitif et observation précise du réel. Il a exposé en France et à l’étranger ; dernières expositions à la galerie Joseph Antonin.


Le temps d'aimer et de mourir dossier de presse