Page 1

FREERANDO MAGAZINE N°5 HIVER 2017-2018 / GRATUIT / [TESTS 2018] 48 SKIS PASSÉS AU CRIBLE / FEMMES // TOURING /// FREERIDE-RANDO - [DÉCOUVERTES] Courmayeur, Verbier, Meije, Japon - [RÉCIT] Entre terre et mer en pays inuit - [GUIDE D’ACHAT] Chacun son matos - [RENCONTRE] Bruno Compagnet...

FREERANDO MAGAZINE

HIVER 2017-2018 / N°5 / GRATUIT

48 SKIS PASSÉS AU CRIBLE

/ FEMMES // TOURING /// FREERIDE-RANDO

[DÉCOUVERTES]

COURMAYEUR, VERBIER, MEIJE, JAPON ENTRE TERRE ET MER [RÉCIT]

EN PAYS INUIT

[GUIDE D’ACHAT]

CHACUN SON MATOS

BRUNO COMPAGNET

[RENCONTRE]


L

LA

CRÈVE

19 JANVIER

COEUR 2018

9

6

15

22

1

7

10

17

5577

25

8

MONTÉE SÈCHE EN SKI DE RANDO 5,8 KM - 748 M D +

15

Et aussi : deux itinéraires balisés en forêt pour vous faire plaisir tout l’hiver


ÉDITO / SOMMAIRE

Le Dauphiné Libéré

Formez-vous !

HIVER 2017-2018

FREERANDO MAGAZINE Société éditrice : Le Dauphiné Libéré S.A. 38913 Veurey cedex. Tél. 04 76 88 71 00. Siège social : Le Dauphiné Libéré, 650 route de Valence, 38913 Veurey cedex. Directeur de la publication : Christophe Tostain. Rédacteur en chef chargé du développement : Patrick Peltier. Rédacteur en chef délégué : Laurent Davier. Rédaction : Jonathan Gaillard. Ont participé à ce numéro : Yannick Boucherand (Ensa), Méryll Boulangeat, Alice Gavet (Ensa), Nils Louna, Sandra Stavo-Debauge. Suivi de fabrication : Murielle Millon. Maquette : Grégory Sollier. Régie publicitaire : Groupe Dauphiné Media, 38913 Veurey cedex. Directeur général : Cyril Robert. Chef de produit : Romain Béhar. Tél. 04 76 88 70 24. Chefs de publicité : Aurélien Bouclier. Tél. 04 76 88 70 22. Clément Borderies. Tél. 04 76 88 70 59. Assistante commerciale : Deborah Josserand. Tél. 04 76 88 71 12. Photogravure : Trium, Seyssinet-Pariset (38). Impression : GRLi – Tél. 03 89 64 55 10. Diffusion : Le Dauphiné Libéré. Dépôt légal : à parution. La rédaction décline toute responsabilité concernant les documents, textes ou photos non commandés. La reproduction, même partielle, de tous les articles et illustrations parus dans FreeRando Mag est interdite. Des modifications peuvent intervenir notamment dans les offres tarifaires proposées à titre indicatif.

C’est la Sécurité routière qui le dit : sur la route, nous sommes tous responsables. Loin du bitume et des chauffards (quoique), même constat pour la pratique du ski de randonnée. Indissociable de la notion de sécurité et donc de responsabilité, la rando est une pratique sportive qui nous impose tous de partir bien équipé. La première chose à ne pas oublier avant de partir ? Son cerveau. C’est l’Anena qui le dit (en page 35). L’association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches fait passer le message depuis des années. Et si l’ascension de la (free)rando a permis le développement du matos, toujours plus léger et efficace, il en va de même pour la prévention. L’offre des formations est aujourd’hui plus étoffée. En tête de cordée, l’expérimentée Anena qui ne ménage pas ses efforts pour mener à bien sa mission. On peut aussi saluer les initiatives privées de marques comme Salomon avec la MTN Academy ou Ortovox avec la Safety Academy. De nombreux formateurs et professionnels de la montagne formés sont à même de dispenser les bases de la prévention du ski hors-piste et de la recherche de victime d’avalanche. L’organisme Ista (pour International Snow Training Academy), est le premier acteur privé à commercialiser des formations spécifiques sur les avalanches pour les skieurs. Inutile de vous dire que ça agite un peu le milieu (lire en page 16). Au final, peu importe le format ou le formateur, tout le monde dispose aujourd’hui d’outils adaptés et accessibles. En une demi-journée à peine, l’affaire est entendue : vous repartez avec des informations, des gestes et des réf lexes indispensables. Il ne faut pas faire l’économie d’une formation DVA et la répétition des gestes qui sauvent pour mieux les maîtriser en cas d’urgence vitale. Dites-vous bien que ce n’est pas pour vous que vous le faites, mais pour ceux qui vous accompagnent. Plus que jamais tous responsables ! Jonathan Gaillard

SOMMAIRE

Photo de couverture : Philippe Royer.

10 NEWS L’actu qui monte et qui descend 14 FOCUS Salomon 16 CAUSERIE Ista, la formation qui fait débat 18 M  ATÉRIEL Fixations : c’est quoi le TÜV ? 20 D  ÉCOUVERTE Courmayeur, Valais, Meije, Japon 28 RENCONTRE Bruno Compagnet 30 T ENDANCE La rando en station 32 S  ÉCURITÉ Recherche de victime en avalanche, la base 36 AMBIANCE Pierra Menta 38 R  ÉCIT Entre terre et mer inuit au Groenland 48 T ESTS SKIS 2018 48 paires de skis • Touring et freeride-rando femmes p.54 • Touring hommes p.64 • Freeride-rando hommes p.74 86 G  UIDE D’ACHAT Accessoires, textile, chaussures, fixations : cinq profils pour s’y retrouver 98 REMERCIEMENTS FREERANDO MAG 3


Touring Proof Jacket Veste de ski de randonnée développée avec la membrane Proof de Haglöfs dans une construction 3,5 couches. La matière est stretch dans les 4 sens et la membrane offre de vraies performances d’imperméabilité et de respirabilité. Idéale pour la montée comme pour la descente, cette veste vous accompagnera dans toutes vos sorties en montagne.

Haglöfs France - +33 (0)9 52 82 41 81 - info@haglofs.fr


NEWS

POUR LES FEMMES ACTIVES J.-M. Jorda

Prakash prend de l’assurance sous les encouragements de Glen Plake. Le Népal a beau être un pays de montagnes, les guides népalais n’avaient que très peu de notions de ski et de matériel jusqu’il y a peu.

Le fabricant autrichien Fischer lance cet hiver une version femme de la Travers avec des mensurations et caractéristiques très prometteuses : débattement de 80°, 100 mm de largeur à l’avant-pied, poids de 1 060 g (la chaussure en 26,5), coque en Grilamid… Elles disposent d’un système de serrage à lacets et molette Boa avec un seul crochet  / strap. Un modèle pour les femmes actives ! Fischer My Travers, 550 €. Pointures du 23,5 au 27,5.

NEPALI GUIDE

saison II

12 minutes, c’est le temps que Prakash Sundash, guide de montagne népalais, a mis pour descendre à skis le glacier du Mera Peak fin novembre 2016, suivi par Sonam Lama. Un an auparavant, Jeevan Ram Shrestha, le Président du Comité Olympique Népalais, rappelait que “nos guides professionnels ne savent pas skier”. Nous avions fait le récit de cette première épopée pour former les guides népalais au ski en terre himalayennes dans FreeRando #4, un enseignement à 5 000 m d’altitude dans la région des Annapurna. Pour la deuxième formation, nous sommes montés encore plus haut dans la région de l’Everest pour utiliser la pente douce d’un glacier, enchaîner les virages et évoluer entre le Mera La à 5 365 m et le high camp du Mera Peak à 5 900 m. À cette altitude, tout est physique, les apprentis skieurs n’en ont que plus de mérite, Glen Plake, leur prof, aussi ! “Ça a été une grande révélation pour eux de voir que tu peux descendre en 10 minutes à ski alors que tu mets 3 h en marchant”, confie-t-il. Rendez-vous en 2018 pour le troisième volet de cette formation. Sandra Stavo-Debauge (membre de l’expédition)

SAFETY FIRST ! Les Grenoblois retrouveront avec plaisir la soirée “Safety First” organisée par l’Anena le jeudi 30 novembre à 19h30 au Canope. Une soirée d’échanges et de discussions autour de la sécurité en hors-piste avec la fine équipe des “Bon Appétit”, Antoine Benini et Philippe Halot, le tout animé par Frédéric Jarry de l’Anena (notre photo) et Loïc Giaccone, journaliste chez Skipass. Et bien sûr, l’apéro montagnard sera là ! Entrée gratuite mais réservations obligatoires sur le site de l’Anena : www.anena.org

HIMALAYA CÉLESTE,

ENTRE CIEL ET TERRE Laurent Boiveau signe un ouvrage photo pour perpétuer le mythe himalayen. Un premier livre pour ce photographe-journaliste, collaborateur de nombreux titres de la presse magazine (dont le notre). En guidant des treks dans ce pays majestueux, il rapporte dans ce livre sa vision de l’Himalaya, de ses habitants, de leurs traditions et des paysages qu’il a embrassés du regard. Himalaya céleste, entre terre et ciel, Éditions Clémentine, 200 pages, 24,50 €.

10 FREERANDO MAG

Anena

> À suivre sur Facebook : www.facebook.com/nepaliguides/ > Et en ligne : www.nepaliguide.org

PLUM LANCE LA PRIME À LA FIX

Initiative plutôt originale signée Plum : à l’image de ce qu’il se fait pour les voitures d’occasion, le fabricant de Thiez se propose de reprendre vos vieilles fixations en échange de 80  € remboursés sur l’achat d’une fixation Plum neuve (ski ou splitboard). Il vous suffit de renvoyer votre ancienne paire de fix (peu importe la marque) avec une copie de la facture d’achat des fixations Plum neuves, un relevé d’identité bancaire et vos coordonnées personnelles. Les vielles fixations seront démontées et recyclées. Plus d’infos : www.fixation-plum.com


100% VENTILATION* VENTILATION / RÉGULATION / ANTIBUÉE

LE SYSTÈME LE PLUS EFFICACE CONTRE LA BUÉE Dans la benne, sur une terrasse ou en montée : au cours d’une journée de ski, il y a des moments où l’on a vraiment besoin de plus de ventilation. Grâce au Superflow System, fini la buée : le masque respire et le skieur avec ! Le secret ? Un système d’ultra ventilation créé par un écran qui se déporte facilement vers l’avant. Découvrez les masques Superflow System sur :

julbo.com

/ PROTECTION

– Photos : © Marc Daviet - Semaphore. *0% de buée, 100% ventilé. **Le monde a besoin de votre regard.

0% FOGGING


SCARPA REFONDE SA MAESTRALE Léo wattebled- www.pasquedescollants.com

La marque italienne Scarpa présente cet hiver une nouvelle version de son modèle emblématique freerando, la Maestrale RS. Annoncées plus légères (1 410 g / chaussure) et plus rigide, la coque se compose d’un mélange Grilamid et fibre de carbone. Un nouveau système de verrouillage Wave fait son apparition sur l’avant-pied. Indice de flex annoncé à 120. Scarpa Maestrale RS, 569 €.

Pour son premier épisode, le Women’s Skimo Project part à la rencontre de skieuses japonaises.

La cordée composée de la championne de ski alpinisme Laetitia Roux et de Tanya Naville, qui tient le blog “On n’est pas que des collants”, a donné naissance au Women’s Skimo Project. Le duo était à Annecy au mois d’octobre pour faire les présentations de ce projet visant à promouvoir le sport au féminin par le prisme du ski de randonnée. “J’avais envie de partager mon expérience et les valeurs apportées par le sport de haut niveau”, confessait la multiple championne du monde de ski alpinisme dont nous brossions le portrait dans FreeRando #4. D’où l’idée de partir à la rencontre des femmes du monde entier, aux parcours inspirants, atypiques. “Beaucoup de femmes ont été inspirées par d’autres. Dans certains pays, elles se retrouvent en marge de la société pour pouvoir pratiquer et vivre leur passion pour le ski et la montagne. Nous souhaitons mettre en avant ces femmes et ces histoires”, expliquait Tanya Naville. Le premier opus de cette web série, tourné au Japon l’hiver dernier, promet de belles rencontres à venir. Après le Japon, d’autres destinations sont annoncées : USA, Norvège, France, Suisse, Iran…

> À suivre sur leur page Facebook : www.facebook.com/womensskimoproject/

NOUVEAU GUIDE DE

“NIVOLOGIE PRATIQUE” L’Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches (Anena), présente cet automne un nouveau guide de “Nivologie pratique”. Fruit d’une collaboration entre le Centre d’étude de la neige (CEN), l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) et l’Anena, cette publication est présentée comme une fusion entre les manuels “Éléments de nivologie” et “Tout savoir ou presque sur la neige et les avalanches”. Cela permet d’actualiser ces deux supports de prévention fondamentaux. Un document référentiel ! Plus d’infos sur : boutique.anena.org

12 FREERANDO MAG

J.G. / FreeRando Mag

WOMEN’S SKIMO PROJECT

GECKO,

ça colle à la peau Le distributeur français des peaux Gecko, Plein Nord, nous a envoyé l’hiver dernier une paire de cette marque autrichienne à tester. Vous pensez bien, on ne s’est pas privé ! On vous livre ici notre expérience sur la base de cinq sorties. Côté glisse pour commencer, avec un poil 100 % mohair, rien à déclarer c’est juste super efficace. Mais le premier avantage d’une peau sans colle, c’est de gagner du poids et c’est assez significatif lorsqu’on compare avec une paire de peaux encollées. Deuxième avantage : la facilité d’utilisation. Elles se positionnent très facilement et on peut les repositionner à l’envie, tant que la neige ne vient pas jouer au trouble-fête. Au moment de les enlever, plus besoin de se démettre l’épaule pour les décoller de la semelle des skis ou les décoller entre elles. Ça simplifie nettement les manœuvres ! En revanche, et c’est là leur seul défaut, elles sont beaucoup moins adaptées aux sorties où l’on a besoin de peauter et dépeauter plusieurs fois. Elles n’apprécient en effet pas trop que de la neige ou de l’humidité viennent se loger entre elles et la semelle. À réserver à ceux qui ne font qu’une montée et qu’une descente ! Pour ce qui concerne la durée de vie et l’entretien, elles sont lavables en machine et pas besoin de réencollage (réactivation par lavage). Peaux Gecko en 125 mm et 200 cm : 189 €, poids : 660 g. + Facilité d’utilisation. Légèreté. Glisse. - Supporte mal plusieurs phoquages / rephoquages dans une même sortie.


L’intégrale des saisons

thuria - Crédit photos : JF Vuarand, S. Cochard, V. Thiébaut - 13452

Plus belle la glisse

Donnez de la magie à vos vacances

Tous les plaisirs de l’hiver à

317 €

*

Hébergement 7 nuits en appartement + forfait de ski Châtel 6 jours

› www.chatelreservation.com

H

* Tarif par adulte et par semaine, base 4 personnes en studio, pendant les vacances scolaires.

Plus de renseignements

› www.chatel.com 04 50 73 34 24


ADC pour Annecy Design Center : le bureau d’étude et de R&D de la marque annécienne compte un millier de salariés pour les marques Salomon et Mavic. C’est là et sur le terrain avec les ambassadeurs de la marque qu’est née la gamme rando MTN (skis, fixations, chaussures, textile, accessoires) lancée en 2015/2016.

Salomon,

la montagne comme laboratoire FreeRando Mag s’est rendu chez Salomon, au Annecy Design Center (ADC) pour discuter avec Bruno Bertrand, partie prenante des gammes MTN Lab et S/LAB X Alp. Ces produits innovants sont développés dans ce bâtiment regroupant un millier d’employés dont plus de la moitié travaillent sur les projets de R&D. Des bureaux, ils voient les montagnes. Par Sandra Stavo-Debauge

A

grandir son champ d’action en montagne, une évolution sociologique que la marque, qui fait du grand outdoor sa philosophie, accompagne avec ses produits. “À l’écoute du consommateur et du milieu, nous amenons des solutions innovantes pour mieux vivre l’expérience”, résume Bruno Bertrand, directeur marketing pour le ski. L’équipementier s’était déjà essayé au ski de randonnée dans les années 90 avec la gamme X-Mountain, sans suite. Pour mieux revenir sans doute ! Guidée par la passion, la marque annécienne a toujours eu du flair pour anticiper les tendances. Laboratoire de l’équipementier, les programmes MTN Lab et S/LAB X Alp annoncent les produits de demain. L’histoire de Salomon dans la freerando débute avec la sortie de la chaussure Quest (qui connaîtra quelques déboires) et de la fixation Guardian il y a cinq ans. “Ces produits correspondaient au mouvement naissant et au besoin d’élargir l’horizon des skieurs.” Ils furent une amorce de la gamme MTN actuelle. “Avec la connaissance et le savoir-faire acquis, on a voulu aller plus loin dans cet environnement ski de rando et on y est allé très fort.”

ATHLÈTES ET AMBASSADEURS AU CŒUR DU PROJET

“Ce projet est né grâce à l’inspiration des athlètes”, explique Bruno Bertrand. Parmi eux, Greg Hill, une des sommités nord américaine, les Français Tony Lamiche et Romain Raisson et le regretté skieur suédois Andreas Franssen qui ont participé au développe14 FREERANDO MAG

ment de l’ensemble de la gamme. “Toutes les innovations partent de leurs besoins. On est parti sur un développement conjoint, produit par produit, pour offrir la panoplie intégrale.” Un long travail de développement pour un lancement commercial en 2015-2016. “Ça nous a pris du temps car on a amené des innovations, des nouveaux matériaux et processus de fabrication pour alléger de 30 à 40 % le matériel tout en gardant une skiabilité et une performance digne d’un ski de piste, notre postulat.” Lin, carbone et spatules en nid d’abeille sur les skis, fixations à inserts à 565 g la paire, chaussure trois crochets à 1,5 kg aussi performante qu’une chaussure de ski de piste… Un cap était franchi. Un autre l’a été avec Kilian Jornet. Pour lui, plus que la skiabilité, la légèreté est indissociable de la performance. “On a donc développé des produits très légers pour le ski touring version aventure et Pierra Menta avec la gamme S/LAB X Alp. On est arrivé à parité en termes de poids avec nos camarades, tout en ayant des skis plus solides. Quant à la chaussure à collier rotatif 3D exclusif, elle est aussi facile à la montée mais plus performante à la descente”, confie Bruno Bertrand qui a participé au développement. C’est avec ces chaussures que Liv Sansoz a effectué l’ascension et la descente du Cervin quand Kilian s’amusait avec sur les pentes de l’Everest lors de sa première tentative. Prochaine étape ? Salomon travaille sur une fixation qui a la fonctionnalité d’un modèle à inserts à la montée avec la sécurité d’une fixation alpine à la descente. Et beaucoup d’autres projets top-secrets… �

Photo Millo Moravski / Agence Zoom + J.G. / FreeRando Mag

FOCUS


F A L K E P.O.BOX 11 09 - D-57376 SCHMALLENBERG / GERMANY

7, Depuis 200 artisan de la chaussure st l’ Total Feet e vos pieds. de au service

MAXIMUM WARM

Maintient le corps au chaud grâce à la surface particulière du matériau sur la face avant du sous-vêtement

Température intérieure optimale et agréable grâce au système deux couches. Ce dernier évacue l’excédent d’humidité garantissant un confort optimal. Le corps est ainsi refroidi durant des phases actives et protégé du refroidissement durant des phases passives

entre t n o s S Vos PIED MAINS ! s de bonne ski sures de e s u a h c e Vente d reeride - Randonné iste - F Ski p et adulte on junior Compétiti

re ur mesu s s n tés SIDAS o s s FIT - Injec Chau IP Z N ITIO TU Thermo IN

g ET Bootfittin r-mesure TOTAL FE Ajustement optimal grâce à l’emploi ciblé de zones fonctionnelles. Des zones de flexion sur les épaules, les coudes et les genoux garantissent une position optimale et une liberté de mouvement maximale

su sSemelles es coque d t n e m e Align e FIS on cours ti a r a p é r P

Sur s rendez-vou t n e m e uniqu

OFFICIAL SUPPLIER

amps 60 Arch 1 4 7 4 1 74 7 t.com 04 50 3 total-fee

www.


CAUSERIE

Ista

Photos DR

fait débat

Mise en place en 2015 par l’ex-freerideur Suisse Dominique Perret, la formation avalanche Ista, pour International Snow Training Academy (1), destinée à prévenir les risques encourus en montagne, divise le milieu. D’un côté, on vante les mérites d’une formation universelle et accessible au grand public. De l’autre, on dénonce une “marchandisation de la sécurité”. Un sujet qui n’a pas fini de faire causer. Propos recueillis par Méryll Boulangeat

“L’ACCÉS À LA LIBERTÉ PASSE PAR L’ÉDUCATION”

“UNE STANDARDISATION À OUTRANCE N’EST PAS LA SOLUTION”

Dominique PERRET

Christian TROMMSDORFF

FONDATEUR ET DIRECTEUR D’ISTA

“La formation Ista vise à réduire les accidents pour que la montagne ne devienne pas trop légiférée et restreinte. L’accès à la liberté passe par l’éducation. Nous formons les skieurs sur les mêmes bases, les mêmes mots, partout dans le monde. Beaucoup de programmes existent mais ne dépassent pas le cadre régional. Cette méthode, mise en place avec des professionnels de la montagne, des psychologues et des universitaires sur trois continents, amène un outil aux guides et aux professeurs de ski pour former le grand public en manque de connaissances en milieu alpin. 100 000 airbags et 250 000 DVA ont été vendus l’hiver dernier. Combien de personnes savent s’en servir ? Le matériel ne fait pas tout, il est même souvent pris pour une assurance anti-risque. Avec Ista on propose des cours accessibles et ludiques sur l’évaluation des risques en amont, la gestion des facteurs humains et naturels. Malheureusement, comme dans tous sports, apprendre a un coût. Pour compenser le prix de la formation, nous offrons des bons de réductions chez nos partenaires. Ce système permet aussi de trier les personnes qui viennent se former. Elles sont motivées, conscientes de leurs besoins et plus réceptives.”

PRÉSIDENT DU SYNDICAT NATIONAL DES GUIDES DE MONTAGNE

VS

“Imposer un standard privé dans un domaine où les savoirs ont été développés dans l’intérêt général par des acteurs institutionnels (SLF), des associations (guides, clubs alpins, la Chamoniarde) et des experts privés (Munter, Duclos) me dérange. Le sujet n’est pas la qualité des outils pédagogiques proposés, mais la façon dont ils sont commercialisés. Nous parlons là de sécurité et d’intérêt public, et je suis contre le “verrouillage” de ces savoirs par des acteurs privés. Éduquer le public est le rôle des associations. En tant que guides, nous passons aussi du temps à enseigner la sécurité à nos clients. Nous faisons du “sur-mesure” pour chaque situation. C’est essentiel pour pérenniser la culture montagnarde mais aussi pour qu’ils prennent les bonnes décisions si, par exemple, il nous arrive un accident à leur côté. Il y a beaucoup d’offres, parfois très locales mais de qualité. Nous devons faire des efforts d’harmonisation mais une standardisation à outrance n’est pas la solution, c’est même contradictoire avec le milieu de la montagne. Les pratiques évoluent en permanence, la gestion et l’acceptation du risque diffèrent selon les territoires et les cultures.”

(1) La formation ISTA est enseignée par des guides et des moniteurs, eux-mêmes formés par la structure basée en Suisse. Il faut compter 194 € HT et une journée pour le premier niveau et 423 € HT pour un cours niveau 1 sur plusieurs jours. Plus d’infos sur : www.ista-education.com

16 FREERANDO MAG


MATOS

CERTIFICATION

TÜV

KEZAKO ? Normes et certifications en ski de rando ? Sujet sensible… et sous pression ! Pour tenter de le rendre audible aux non-initiés, FreeRando Mag a rendu visite au bureau d’étude de Plum pour en savoir plus. Le fabricant français s’est engagé dans la course à l’obtention de la certification TÜV, un enjeu d’avenir. Par Sandra Stavo-Debauge

QU’EST-CE QUE LE TÜV ET QU’EST-CE ÇA APPORTE ? TÜV signif ie “Technischer Überwachungsverein”. C’est un organisme certificateur indépendant qui se trouve à Munich en Allemagne et qui vérifie que des sociétés répondent à des critères sécurisants pour l’utilisateur. Parmi ces critères : le déclenchement de la fixation, le système de retenue pour le stoppeur, la semelle et composition des chaussures… Obligatoire pour pouvoir commercialiser les fixations de ski alpin, le TÜV ne l’est pas pour les fixations de ski de randonnée et dans la pratique, il se vend bien plus de fixations à inserts non normées que de fixations à inserts normées. “Seulement le TÜV est un plus commercial et un surcroît de sécurité pour l’utilisateur”, assure Florian Saveret responsable du bureau d’étude de Plum. En effet, une fixation à inserts ayant le TÜV se règlera comme une fixation de ski alpin, “on transpose les valeurs de déclenchement de l’alpin dans la rando sur une échelle de réglage de 0,5 à 10”, explique Pierre Poisson, responsable de la partie essai et développement. La norme TÜV apporte donc une certaine rigueur en termes de déclen18 FREERANDO MAG

Pour accéder à l’obtention de la certification TÜV, le fabricant de fixations de randonnée Plum dispose d’un banc d’essai qui lui permet de reproduire une partie des tests que feront les experts allemands à Munich.

chement. La rançon du TÜV et de la sécurité est le poids de ces fixations normées qui sont certes des prouesses technologiques, mais sont jusqu’à 5, 6 ou 7 fois plus lourdes mais aussi plus chères du fait qu’elles nécessitent plus de composants qu’une fixation à inserts non normée.

QUELLES SONT LES FIXATIONS DE SKI DE RANDO À AVOIR LE TÜV ? La construction des normes en est à ses débuts dans le ski de rando puisque seules trois marques et quatre fixations Low Tech (1) sont certifiées TÜV. La Marker Kingpin, la Diamir Vipec, les Dynafit Beast et Radical. Notez que les fixations à plaques de freerando type Salomon Guardian ou Marker Tour sont toutes certifiées étant élaborées sur une base de fixation alpine.

CARACTÉRISTIQUES ET CAHIER DES CHARGES DU TÜV ? La certification TÜV fait référence à trois normes ISO (norme européenne) :


››› La norme ISO 13 992 vérifie les caractéristiques de déclenchement de la fixation en latéral, en frontal de manière statique, avec des charges combinées (f lexion du ski, ajout de poids sur l’avant, sur l’arrière, sur le côté…). Cette norme spécifie qu’une fixation réglée à telle valeur doit déchausser sous telle force pour une situation précise, acceptant une marge d’erreur suivant les influences appliquées. ››› La norme ISO 11 087 se focalise sur le système de retenue et décrit les exigences que doivent vérifier les stop-skis et les leash. La tenue mécanique doit être de 150 kg minimum pour les adultes. ››› La norme ISO 9 465 définit un déclenchement latéral sous choc. L’essai de choc est fait sous un pendule qui vérifie l’élasticité de la fixation et simule les chocs latéraux pouvant arriver en skiant. Il permet de mesurer la limite entre déclenchement et retenue de la fixation pour un réglage DIN donné.

QU’EST-CE QUE L’OBTENTION DE LA CERTIFICATION IMPLIQUE ? Passer la certification TÜV est un travail de longue haleine qui impacte toute l’entreprise. Il influe sur le bureau d’études, la gestion de production et l’organisation en interne. Cela demande aussi un important investissement financier de l’ordre de quelques centaines de milliers d’euros, des moyens d’essais doivent être confortés.

EST-CE VRAIMENT NÉCESSAIRE D’AVOIR LE TÜV ?

Albert Felisaz, le boss de Plum, nous apprend que “80 % des ventes se faisaient sur des fixations à inserts non normées, les 20 % restants étaient des fixations à plaques”. Pour lui, pas de doute, la pression sur la norme vient des gros constructeurs. Le marché a explosé bien avant l’arrivée récente de cette norme dans le ski de rando. La preuve qu’on peut s’en passer. Surtout que, contrairement aux idées reçues par les non-initiés, une fixation Low Tech déclenche et que, “quand on développe les fixations de randonnée actuelles, on suit les grandes lignes de la norme. Le déclenchement est vérifié sur nos fixations, il n’est simplement pas certifié par la norme”, confie Florian Saveret. Le TÜV peut apporter une valeur ajoutée pour le consommateur et pour le loueur, le magasin pouvant s’abriter derrière une norme au niveau juridique, tout comme le constructeur d’ailleurs. “C’est un positionnement qu’il faut prendre sur le marché qui va dans le sens de la sécurité”, résume Pierre Poisson. Un autre marché va dans le sens de la légèreté. La prochaine révolution arrivera avec le produit qui aura la fonctionnalité “montée” et la légèreté d’une fixation à inserts avec la sécurité d’une fixation alpine. Tout le monde y travaille ! �

(1) Fixations à inserts encore nommés fixations “pins”. Le système Low Tech a été introduit il y a plus de 30 ans par Dynafit. Merci à Florian Saveret, responsable du bureau d’étude et Pierre Poisson, responsable de la partie essais et développement pour Plum à Thyez.


DÉCOUVERTE

Carnets

de randos FreeRando Mag est parti à la découverte de quatre destinations. Les Alpes d’abord avec trois pays : la Suisse et Verbier, l’Italie avec Courmayeur et la France avec la Meije. Il suffira ensuite de tourner une page pour exploser notre bilan carbone et atterrir au pays des merveilles, le Japon.

De l’autre côté du MONT BLANC Un tunnel qui passe sous le plus haut sommet d’Europe. D’un côté, la France et Chamonix. De l’autre, l’Italie et Courmayeur. Que ce soit au pied du mont Blanc ou sur le versant qui lui fait face, les itinéraires sont riches et variés dans ce petit coin de la vallée d’Aoste. Par Méryll Boulangeat

Ici, tout le monde parle Français, “on l’apprend à l’école”, explique de son accent chantant Edmondo Palmet, natif du village italien. Ce n’est pas la raison qui pousse de nombreux Français à passer la frontière pour titiller les neiges transalpines de Courmayeur. “On a souvent plus de neige qu’à Chamonix. Quand il y a du Foehn, ce côté du massif bénéficie des précipitations stoppées par le massif”, ajoute Edmondo, guide depuis 34 ans, et peut-être un peu chauvin ! Et il y a le mont Blanc. Deux télécabines rotatifs tout neufs rapprochent les visiteurs du prisé sommet. Les amoureux de la glisse s’en donnent à cœur joie. Glacier de Toula, Vallée Blanche, Vallée Noire sont des classiques de freeriders. En chaussant les peaux, d’autres univers s’offrent aux curieux. Col d’Entrèves, sommet de la Tour Ronde, Combe Maudite, couloir des Marbrées... Des itinéraires variés aux paysages de haute montagne. Le visiteur se sent petit face à ces montagnes, ces pics, ces aiguilles qui semblent tutoyer le ciel. Comment ne pas en prendre plein la vue, seuls (ou presque !) au milieu des séracs ? Qu’on ait opté pour le glacier de la Brenva, d’Entrèves, de Toula ou de Rochefort, tous parallèles les uns aux autres, le dénivelé avoisine les 2 000 m pour rejoindre le village dans une ambiance très montagne. Mais Courmayeur se vit aussi sur le versant opposé, où deux vallées ne demandent qu’à être explorées. D’abord celle de Ferret, prolongement de la Suisse voisine. Pas besoin de se remuer le cerveau des heures pour y inscrire sa ligne. Sur ces montagnes à vaches panoramiques, il y a toujours de quoi faire sa trace. Le plus prisé, Val Vény, fait le bonheur des adeptes d’héliski, de peaux et de freeride. Couloirs escarpés, larges pentes ouvertes ou forêts de mélèzes, il y en a pour tous les goûts, des sommets jusqu’en fond vallée. � 20 FREERANDO MAG


Columbia / Aiace Bazzana Columbia / Giuseppe Geppo Di Mauro

Columbia / Aiace Bazzana

À partir de Courmayeur, la station village italienne au pied du mont Blanc, les possibilités de randonnées sont vastes et riches. Freerider, randonneur, alpiniste : chacun y trouvera son compte !


Méryll Boulangeat

MéryllB oulangeat

DR

Comment résumer cette grande course classique qu’est le Tour de la Meije ? Avec ses vastes panoramas, ses sommets mythiques, ses refuges et gardiens atypiques et attachants, cette randonnée XXL étale toutes les beautés de l’Alpe.


Chloé Laget

DÉCOUVERTE

Autour de la MEIJE Elle trône au cœur des Écrins comme une grande Dame que l’on n’ose déranger. Elle inspire le respect tout en attirant les regards qui s’échappent vers les sommets. La Meije. En occitan, ce nom signifie “midi” et désigne le Sud. C’est peut-être finalement ce que l’on vient chercher en en faisant le tour : une touche de soleil au milieu des Alpes. Par M.B.

Il y a dans le Tour de la Meije un concentré de tout ce que la montagne a de mieux à offrir. Pendant quatre jours, les dénivelés s’enchaînent sur des courses variées. Au départ du pont d’Arsine, à Villard d’Arène, le ton est donné dès la première journée, avec la longue traversée de la vallée du Plan de l’Alpe. Sur les hauteurs, les chamois veillent. Les kilomètres passent, les jours aussi, la cordée avance et s’enfonce plus profondément dans les montagnes. Le ski de randonnée pur, propre au début de l’aventure, laisse place à un style montagnard, plus alpin. Sur le chemin, quelques écarts, comme l’ascension de la Grande Ruine (3 765 m) ou de la Meije Orientale (3 891 m) permettent d’ajouter de belles descentes à un itinéraire déjà riche. Cols, brèches, glaciers, rappels, descentes sur neiges poudreuses ou de printemps, traversées de glaciers. Techniques d’alpinisme et courbes fluides font bon ménage. De nouveaux paysages se dévoilent au fur et à mesure. Les contrastes de couleurs donnent de l’intensité au moment. Depuis les sommets le ciel est plus bleu, la neige plus blanche, les levés et couchés de soleil plus colorés, les étoiles plus brillantes. En guise de bouquet final, après trois jours rythmés par la montagne, le Tour de la Meije se ponctue par la descente du glacier de l’Homme : 2 200 mètres de dénivelés, cernés par des séracs transparents, observés du coin de l’œil par la Meije, fièrement dressée en contre-haut. Du tour de la Meije, il faut aussi retenir sa tournée des refuges. Tous singuliers, autant que leurs gardiens, ils offrent de chaleureux moments de réconforts après les belles journées d’efforts, loin de la sur-fréquentation de leurs cousins des Alpes du Nord. Du moelleux au chocolat d’Adèle Planchard, aux passionnantes histoires de Freddy, légende vivante du Promontoire, en passant par les lits-filets du mythique refuge de l’Aigle et son réveil à l’accordéon, tous permettent de vivre un moment hors du temps. Des petites parenthèses enchantées sous le regard bienveillant de la Dame Meije. � FREERANDO MAG 23


Photos : David Carlier

DÉCOUVERTE

VALAIS de cœur Cerné par la France et l’Italie, le Valais fait partie des destinations incontournables quand on aime le ski de randonnée. L’un des plus grands cantons Suisse ne manque pas de charmes et d’atouts quand il s’agit de séduire les adeptes de la glisse...et les fans de raclette ! Par M.B.

Il faut vous prévenir tout de suite : avant d’être des Suisses, les Valaisans sont des habitants du Valais ! Fiers de leurs origines, ils parlent de cette région Helvète comme d’un coin à part. Un petit cocon dans la Suisse du sud avec ses traditions agricoles, ses stations de ski et sa vingtaine de vallées enneigées qui ne demandent qu’à être explorées. Que ce soit dans les petites stations comme Arolla et ses trois téléskis, les vendeuses de neiges éternelles – à l’image de Zermatt ou Saas Fee – ou dans l’ambiance cosmopolite de Verbier, le Valais est un coin prisé des passionnés. En son centre, l’ensoleillée vallée du Rhône, poussent les abricots, matière première de l’abricotine. Ses villes animées comme Sion (plus de 30 000 habitants) ou Martigny (environ 18 000) sont les plus grandes pourvoyeuses de skieurs de la région. Sur la quarantaine de stations réparties entre la rive droite (très alpine) et la rive gauche (plus accessible) de la vallée, rares sont celles qui rougissent d’un manque de fréquentation. La plus prisée d’entre elles, Verbier, n’est pas seulement réputée pour ses itinéraires hors-pistes non damés et sécurisés qui attirent les freeriders du monde entier. Les possibilités de randonnées y sont aussi nombreuses et variées que les profils de skieurs s’y aventurant. Sortir des sentiers battus reste le meilleur moyen d’entrevoir le champ – blanc – des possibilités qui s’offrent à ceux qui n’ont pas peur de transpirer. Depuis le classique sommet de la Rosablanche (3 336 m – 2h30 à 3h de montée), les richesses du Valais sautent aux yeux de ceux qui veulent les voir. La vue à 360° invite le passager à rêver d’une traversée dans cette blanche contrée parsemée de montagnes dont certaines dépassent les 4 000 mètres (le Valais en compte 46). C’est d’ailleurs dans ces paysages, dépourvus de remontées mécaniques, que passe la haute route (Chamonix-Zermatt), itinéraire emprunté par la patrouille des glaciers. Des centaines de kilomètres de montagnes nappées de blanc aussi sauvages que prisées. � 24 FREERANDO MAG


À l’image de la station huppée de Verbier, la région du Valais propose de nombreuses variations autour du ski de randonnée. Ses 46 sommets à plus de 4 000 mètres d’altitude déclinent un terrain de jeu XXL.

FREERANDO MAG 25


Sur l’île d’Hokkaido, près de Sapporo dans le nord du pays, le programme est simple : regarder tomber la neige et profiter dès que possible des conditions sur les skis. Dans ce pays où les forfaits sont chers, l’option rando peut être un bon moyen de limiter le budget sur place.


Photos : Nils Louna

DÉCOUVERTE

En terres RÊVÉES Le Japon, sa poudreuse, son respect, ses onsens, ses sushis. Plongée dans un monde imaginaire, les skis aux pieds et les yeux pétillants. Texte et photos Nils Louna

Dire que le pays du soleil levant nous a emballés est un euphémisme. Ce sont nos dernières heures en terres nipponnes et nous évoquons déjà, avec mon acolyte Aurélien Sadorge, l’idée d’y revenir. Les dix jours passés sur l’île d’Hokkaido, près de Sapporo dans le nord du pays, combleront toute absence d’hiver en France. Sous nos yeux, des mètres de neige s’accumulent jour et nuit. Les villes sont poudrées, les routes blanches. Nos premiers jours à Rusutsu, une des grandes stations de l’île, nous rendront plus gourmands que jamais. Dévaler les hors-pistes n’est pas toujours autorisé. L’option du ski de randonnée s’avère magique. Pas une trace, des montées peu pentues dans la forêt avec la mer et les volcans en toile de fond et des descentes fabuleuses, dans une poudreuse d’une légèreté indécente, à dévaler les pillows pour terminer notre chemin sur les mythiques paravalanches qui dominent chaque route. Une belle journée ne s’achève jamais sans un passage dans un onsen, fameux bain d’eau chaude naturelle, sans avoir goûté aux spécialités locales – sushis, sashimis ou ramen – et sans la découverte d’un temple, comme il y en a souvent au milieu de nulle part, sous une belle couche de peuf. Si le pays attire chaque hiver des milliers d’amoureux d’or blanc, venus de Chine, d’Australie ou d’Europe, il reste relativement peu ouvert au tourisme. Les Japonais et la langue anglaise font deux. En dehors des grandes villes, les documents ou panneaux ne sont que rarement traduits. Au rayon des originalités, il y a bien sûr la conduite à gauche (et très limitée, même sur les autoroutes qui coûtent un bras). Les stations sont souvent bâties autour d’un énorme complexe dans lequel sont disposés des hôtels, des dizaines de restaurants, des jeux, des magasins de souvenirs. Les forfaits sont chers (autour de 60 euros la journée dans une station moyenne) mais il est généralement possible de skier jusqu’à 22 h sur certains versants, ce qui est plutôt sympa. Mais s’il y a une chose à ne pas oublier, ce sont les peaux de phoques, symbole de la liberté dans ce pays rêvé, calme et très respectueux. Mais parfois un peu trop sage... � FREERANDO MAG 27


RENCONTRE

COMPAGNET Ski libre BRUNO

Né quelques jours avant le solstice d’hiver dans un petit village de montagne pyrénéen, Bruno Compagnet était prédestiné au ski. Cofondateur de Black Crows, il vit par et pour le ski libre. Rencontre avec un esthète. Par Sandra Stavo-Debauge - Photos Layla Jean Kerley

Bruno, c’est le gars que vous avez vu sur l’affiche du High Five (1) dont il était l’égérie cette année. C’est qu’il est inspirant ce type-là avec son rapport sincère à la pratique. Cet homme des montagnes pourrait être la transposition moderne de Walden ou la vie dans les bois, la cabane remplacée par son camion – un vieux C25 Dangel 4x4 –, des skis, vélos vintages et surfs pour outils. Skieur pro depuis 25 ans, Bruno est néanmoins l’incarnation du skieur libre. Ses traces en montagne sont empreintes de poésie, comme ses mots pour le dire. Bruno n’est pas en quête de reconnaissance. “Ce qui me fait vraiment plaisir, c’est de sentir que tu es une source d’inspiration car je suis quelqu’un de vrai dans ma pratique du ski et de la montagne.” Ce gamin de la neige, élevé en station à Saint-Lary, a grandi à côté du Pays Basque. Petit, il était déjà plus attiré par la poudreuse, les sauts, que par les piquets. La révélation lui vient avec son premier monoski avant de se mettre au snowboard. “C’était l’époque d’Apocalypse Snow, le ski n’avait pas cette connotation fun et je rêvais de partir dans les Alpes. C’est à Cham, à 20 ans, que j’ai redécouvert que le ski n’était pas ce truc « hasbeen ». Il y avait cette culture de snow bum (2), ces nord-américains étaient les « local heroes » de la vallée. En découvrant cette culture alternative du ski un peu hippie avec ces snow bums qui fumaient des pétards, voyageaient, je me suis dit : « Pourquoi pas avoir un camion, pourquoi pas bouger avec une paire de skis » ?” Quand on a passé plus de la moitié de sa vie en tant que skieur professionnel, se pose la question de la passion. Est-elle intacte ? “Plus que jamais, elle a évolué vers la qualité.” Il n’est pas de ceux qui vont se précipiter sur les glaciers dès qu’il y a 20 cm de fraîche. Il préfère attendre que l’hiver soit bien installé. L’alternance des saisons et des pratiques lui permet de “garder motivation et fraîcheur. Mon style de vie fait que j’en suis arrivé à négliger certaines choses par rapport à la famille, à la réussite sociale, pour conserver ma liberté. Pour moi, l’important n’est pas la vie matérielle. Le matériel, j’en ai juste besoin pour continuer à vivre mes rêves. Je n’ai peut-être pas construit grand-chose, même si je suis assez content de l’histoire de Black Crows qui m’a poussé à rester créatif.” Bruno a notamment développé le Corvus, le premier ski Black Crows commercialisé en 2005. “Avec Camille Jaccoux, on voulait se faire l’arme absolue pour les Grands Montets.” Très vite, la marque jouit d’un max d’affect, y compris de la part de non skieurs. “On n’existait pas, on avait 28 FREERANDO MAG

deux modèles de skis et on avait une vitrine chez Colette (3) !” Un succès dû au charisme des fondateurs avec Bruno qui incarne l’authenticité et Camille, autodidacte du marketing et de la com’ décalée, le tout allié à une ligne graphique (4) forte. “On n’a jamais fait des choses gratuites pour suivre des tendances. Au contraire, on s’est tenu à nos idées, on a été précurseurs avec une cohérence artistique.” L’esthétisme, la beauté du geste sont des notions importantes pour Bruno qui n’est plus dans une logique de performance, mais de plaisir. “Je skie mieux les Cosmiques ou le Glacier Rond à Chamonix aujourd’hui qu’à l’âge de 20 ans, quand je les skiais en virages sautés en neige de printemps avec la peur au ventre et des Rossignol 4S de 2,05 m ! Maintenant, j’y vais après une tempête de neige et je skie avec des 125 au patin à 2 000 à l’heure. Je ne suis pas plus fort qu’avant, j’ai acquis de l’expérience, ma connaissance du milieu a évolué et le matériel aussi. Du coup, j’en retire toujours des plaisirs. À mon sens, les gens qui ne comprennent pas ça sont très loin de la vraie pratique.” Aujourd’hui, Bruno recherche de l’isolement dans la montagne, c’est sa quête. Ce qui l’intéresse, c’est la richesse de sa journée, le partage de ses sensations avec d’autres personnes. Il a donc imaginé un événement qui cadre avec sa pratique : La Sentinelle, qui rassemble une vraie communauté autour du ski de montagne. La première édition en avril dernier, dans les Pyrénées à Gavarnie, a fédéré une quarantaine de skieurs de sept nationalités différentes. “Pour mettre en œuvre La Sentinelle, je me suis entouré de femmes, Minna Riihimaki et Leyla Kerley, ma compagne.” 100 mm au patin minimum, combinaison de ski alpinisme interdite, 2 500 à 3 000 m de dénivelé positif, deux pays, pas de chrono, pas de classement, un banquet et une ambiance sonore, aller au bout : tels sont les postulats. Pour s’inscrire, envoyez une lettre de motivation manuscrite ! Cet hiver, outre la 2e édition de la Sentinelle (Scandinavie et Dolomites en Italie pressenties), Bruno a d’autres projets, comme la répétition de lignes classiques, mais de nuit. Vous en avez eu un avant-goût en projection au High Five. Son futur s’annonce lumineux ! �

(1) High Five Festival, le festival de Cannes du ski à Annecy, avait lieu du 6 au 8 octobre. (2) “Clochard des neiges” en anglais. (3) 1er concept store, le temple de la branchitude parisienne rue du Faubourg St Honoré. (4) Yorgo Dzilla est le directeur artistique.


Bruno Compagnet immortalisé à Greysoné dans le Val d’Aoste par sa compagne Layla. “Je vais attaquer mon 25e hiver en tant que skieur pro, explique-t-il. Mon regard reste néanmoins tourné vers la montagne. Et aujourd’hui, plus que jamais, j’ai besoin de skier, de réaliser des projets et de partager des rêves avec ma compagne, Layla.” Sur le versant italien du Monte Bianco. “L’hiver dernier n’a pas été exceptionnel d’un point de vu enneigement. Et les journées comme celles-ci se sont faites rares. Pour être là à ce moment précis, il faut avoir clairement organisé sa vie autour du ski…”

BRUNO COMPAGNET • Né le 15 décembre 1968 dans un petit village pyrénéen de 37 âmes. • Camp de base pour l’hiver : Chamonix.

• Partenaires : Black Crows, Gore-Tex, Level, Pomoca, lunettes Kikies, masque Oakley, Goal Zero, Plum. • 2005 : création de la marque Black-Crows avec Camille Jaccoux et Christophe Vuillemin.

• Palmarès en freeride : vainqueur à Chamonix au Brévent en 1994, à la Freeride Classic à Courchevel en 1997, au Scandinavian Free Skiing Championship en 1999, 2e à l’Xtreme de Verbier en 2005. • La Sentinelle, infos à venir sur : backofbeyond.ski


T. Guillot / Le Dauphiné Libéré

La station d’Arêches-Beaufort a été l’une des premières à créer une trace (en collaboration avec Dynafit) sur son domaine skiable, aux abords des pistes.

RANDO EN STATION : comment s’adapter ? Autrefois réservé aux aficionados d’espaces vierges et préservés, le ski de randonnée s’ouvre à un nouveau public. De jour comme de nuit, des sportifs en quête de dénivelé, de sécurité et de confort se tournent vers les domaines aménagés. Une tendance qui force les stations à s’adapter en proposant de nouveaux produits. Par Méryll Boulangeat 30 FREERANDO MAG


TENDANCE

CE QUE DIT LA LOI Selon l’ADSP (association nationale des directeurs de pistes et de la sécurité des stations de sports d’hiver), “les pistes de ski ne sont pas des espaces de non-droit. Une réglementation s’y applique à travers les arrêtés municipaux. Le maire est le principal responsable de la sécurité sur le territoire de sa commune, y compris sur les domaines skiables.” Chaque commune définie ses propres règles en fonction de ses contraintes et de son territoire. Le ski de randonnée est fréquemment interdit sur les domaines exploités. Généralement, le statut du skieur de randonnée se rapproche de celui des pratiquants évoluant en hors-piste sous leurs propres responsabilités. L’arrivée de nouveaux espaces dédiés à cette pratique au sein des domaines skiables fait évoluer les mentalités et les responsabilités des stations. Les itinéraires rejoignent les pistes balisées à la descente et sont donc soumises à la même réglementation que le domaine se ski alpin.

B. Prato / Le Dauphiné Libéré

I

ls sont de plus en plus nombreux, peaux de phoques fixées sous les skis, à remonter les pistes entretenues alors que leurs homologues alpins les descendent à toute vitesse. Deux styles de pratiques complémentaires qui ne font pas bon ménage sur l’espace limité des pistes damées. Le phénomène a pris tellement d’ampleur en France que ces sportifs transpirants deviennent une problématique concrète pour les stations. “Les randonneurs, de plus en plus nombreux, se retrouvent à contre-courant du flux descendant des skieurs. C’est un réel danger”, constate François Piquet, directeur des remontées mécaniques de Sainte-Foy. La nuit, ce sont les dameurs qui doivent redoubler de vigilance pour éviter les randonneurs. Ces derniers devenant vulnérables aux treuils, plaques de verglas et tas de neige nécessaires à l’entretien du domaine. De nombreux arrêtés municipaux interdisent cette pratique en dehors des horaires d’ouverture des domaines et sur des zones définies en journée. Des mesures peu convaincantes en comparaison de l’élan déployé par ce public de remonte-pentes. Alors, les stations cherchent à s’adapter. “Plutôt que de verbaliser, nous encadrons la pratique en instaurant des règles, explique Émilie Rouzaud, de Val Thorens. Nous transmettons en temps réel, sur les panneaux d’affichage, les pistes en cours de damage et les lieux accessibles à la randonnée.” Dans le même esprit, des itinéraires spécialisés fleurissent un peu partout. Mais avant de les voir sur le plan des pistes, le chemin est long. Du côté d’Avoriaz, il a fallu prévoir des travaux de terrassement avant de proposer une nouvelle zone aux adeptes de la transpiration. Guilhem Motte, directeur du service des pistes de La Clusaz, explique que “c’est un véritable casse-tête de séparer les randonneurs des skieurs alpins. Il faut trouver des zones vierges et obtenir les autorisations d’exploitations. Et la descente doit se faire sur le domaine skiable”. Côté législation (lire ci-contre), les règles diffèrent en fonction des arrêtés municipaux. À Sainte-Foy, les skieurs qui se lancent sur les itinéraires de randonnée, signalés mais non damés, évoluent sous leur propre responsabilité. Pour Motte, le contexte est différent : “À partir du moment où nous communiquons sur ces itinéraires, nous devenons responsables des pratiquants.” Les pistes doivent alors être balisées, sécurisées, entretenues et accessibles aux pisteurs en cas d’accident. Des frais supplémentaires incombés aux stations pour une activité qui ne génère aucun revenu. Il faut alors trouver des astuces. À la Clusaz, on noue un partenariat avec le bataillon de chasseurs alpins pour l’entretien des pistes. À Méribel, c’est l’association “Méribel Sport Montagne” qui s’en charge en accord avec les remontées mécaniques. Les écoles de ski se mettent à proposer des cours d’initiation. À Val Thorens, on s’associe à Dynafit pour organiser des évènements nocturnes. Très impliquée, la marque a d’ailleurs lancé une gamme, Speed Fit, spécialement dédiée à la pratique du “ski fitness”. Skis allégés, sac à dos équipés de leds pour la pratique nocturne, tout a été pensé pour ce nouveau public. Il faut croire que les skieurs n’ont pas fini de remonter les pentes ! � FREERANDO MAG 31


SÉCURITÉ

Avalanche : les bonnes bases

C

omme ski de rando et sécurité ne doivent faire qu’un, FreeRando Mag et l’École nationale de ski et d’alpinisme (Ensa) de Chamonix vous donnent les principaux éléments à connaître en matière de recherche de victime d’avalanche. Les éléments présentés ici sont issus des techniques de références développées conjointement par Manuel Genswein, spécialiste suisse de renommée internationale (genswein.com) et l’École nationale de ski et d’alpinisme. Réalisé avec Yannick Boucherand (Ensa)

1

Pour les pratiquants débutants en recherche d’autonomie il est préférable d’apprendre un protocole simple et d’être certain de bien l’appliquer en cas d’urgence, plutôt que chercher à utiliser les techniques les plus complexes au risque de faire des erreurs très graves.

2

1 > MATÉRIEL À AVOIR AVEC SOI • Une détecteur de victime d’avalanche (DVA) trois antennes avec fonction marquage. • Une pelle métallique. • Une sonde de 240 cm.

3

Avant de partir, bien penser à manipuler son DVA pour s’assurer de son bon fonctionnement (on, off, mode recherche, marquage). Vérifier l’état de charge des piles avant chaque sortie. Il convient également de savoir comment se monte et se démonte la pelle et la sonde. Recommandations : • Le DVA doit toujours être solidement attaché au sauveteur. • Bien mettre le côté écran de DVA contre le corps. • Pour le port avec sangles ou holster : le DVA doit toujours être recouvert d’au moins une couche de vêtement. • Si le DVA est porté dans une poche du pantalon, veiller à ce que la fermeture éclair soit toujours fermée.

2 > ÉVITER LES INTERFÉRENCES • Appel au secours : s’éloigner d’au moins 25 mètres du chercheur DVA le plus proche. • DVA en émission : 20 cm entre DVA et appareils électroniques. • DVA en recherche : 50 cm entre DVA et appareils électroniques. Les appareils électroniques (téléphone portable, GPS, etc.) doivent être éteints.

3 > TESTER LE MATÉRIEL Test de groupe simple pour s’assurer du bon fonctionnement des DVA des participants et du départ en mode émission (send) de tous. Tests à réaliser tous les jours et après chaque pose ou les participants auraient pu éteindre leur DVA. Test de groupe double : • Phase 1 : le leader en mode émission (send), vérifie le mode recherche (search) des participants. Un à un, les participants passent à une distance de 1 m devant le leader et s’assurent que la distance affichée sur leur DVA est inférieure à 2 m. • Phase 2 : le leader bascule en mode recherche (search, ou test de groupe) et vérifie les DVA des participants l’un après l’autre, prêts à partir en mode émission (send). Le leader doit avoir une distance inférieure à 2 affiché à l’écran lorsqu’il est à 1 m du participant. • ATTENTION : si dysfonctionnement, résoudre le problème avant de s’engager hors-piste.

4

4 > ORGANISER LE SECOURS NB : le sauveteur qui ne cherche pas éteint son appareil car certains appareils en mode recherche (search) sont programmés pour basculer en mode émission (send) lorsqu’ils ne sont plus en mouvement. Pour appeler les secours, le 112 est le numéro à composer en priorité. Autre possibilité : le service des pistes et le PGHM. Bien s’appliquer à délivrer un message clair et précis :

32 FREERANDO MAG


SÉCURITÉ • Localisation : être le précis possible (massif, sommet ou domaine skiable a proximité, versant, altitude, coordonnées GPS...). • Nature et circonstances de l’incident (avalanche, chute...). • Victimes : nombre et état des personnes impliquées, est-ce qu’il y a encore des personnes ensevelies ? • Indiquer quand a eu lieu l’incident. • Terrain : donner des indications sur la météo (plafond nuageux, visibilité, vent) et sur la configuration du terrain (forêt, crête, obstacles, pente). • Identifiez-vous et donnez la composition de votre groupe.

5

5 > POUR S’EXERCER Cet exercice (en complément de la double vérification), permet d’augmenter considérablement l’autonomie des débutants en très peu de temps. Avantage : les participants sont tous ensemble en action (gain de temps). Inconvénient : seule la recherche en bande est vue, ne pas oublier la recherche en Z si peu de participants (voir schéma). • Répartir les participants en haut d’une zone de 80 m de long, espacés idéalement de 10 m sur la largeur de la zone (3 m peut suffire). • Le leader se positionne en bas de la zone en émission.

Phase 3

Phase 1 de l’exercice : recherche de signal • Les participants partent en même temps en recherche de signal. • Appareil à l’oreille (pour se concentrer que sur le son et pouvoir rechercher les indices de surface visuellement). Phase 2 : recherche approximative • Dès le premier signal, suivre les informations (direction et distance) de l’appareil. • Ralentir au chiffre 10 (pour augmenter la précision). • Ralentir au chiffre 3 (pour affiner l’axe de la recherche). • À proximité du leader, pousser le bouton marquage. Phase 3 : recherche fine et sondage • Ralentir à 3 m, DVA au niveau des genoux. • Se concentrer sur le chiffre minimum indiqué à l’écran. • Dépasser le minimum. • Revenir en arrière sans tourner l’appareil et déterminer le minimum précisément. • Le pratiquant débutant ne fait pas la recherche en croix mais affine un unique axe de recherche (avant / arrière), la précision de l’axe dépend du ralentissement final du chercheur. • Planter un bâton sur le point identifié.

Phase 4

Phase 4 : sondage En partant du bâton planté, sonder perpendiculairement au plan neigeux en s’éloignant en spirale tous les 25 cm. Phase 5 : pelletage Commencer le pelletage : • À la sonde si le nombre de participants est suffisant pour dégager le U (1 m de profondeur = 2 m de longueur pour le U). • En aval de la sonde si le nombre de participants est insuffisant pour dégager le U.

6 > DÉGAGEMENT DE LA VICTIME • Objectif : identifier rapidement l’emplacement de la tête. • À l’approche de la tête, finir le dégagement à la main. • Dès que possible, à mains nues, ouvrir la bouche de la victime et dégager les voies aériennes. • Faire un bilan et commencer les premiers secours.

Phase 5

7 > REMARQUES • La distance réelle du DVA émetteur (victime) est toujours inférieure ou égale à celle affichée sur le DVA récepteur (recherche). Si l’écran affiche 1 m, inutile de sonder plus profond pour gagner du temps. • Dans le cas où il y aurait plusieurs ensevelis et le premier trouvé est à 3 m à l’écran il est important de pouvoir vérifier si le deuxième est moins profond (il vaut mieux sauver une vie qu’en perdre 2). • Avec les progrès technologiques des DVA, le pelletage est la phase la plus chronophage (d’où l’importance de l’entraînement). • Pour des débutants, il est conseillé de donner l’alerte immédiatement. Les illustrations, méthodes, techniques et stratégies utilisées dans cet article proviennent de MountainSafety.Info, une base de données mondiale des “meilleures méthodes” de sécurité en montagne. L’ENSM est partenaire scientifique de ce projet qui a été développé par Manuel Genswein.

FREERANDO MAG 33


SÉCURITÉ

LES PREMIERS SECOURS Médecin à l’École nationale de ski et d’alpinisme, Alice Gavet synthétise pour FreeRando Mag les gestes à réaliser sur une victime d’avalanche.

> Quel délai pour agir ? Il faut en priorité accéder et dégager le visage, et vérifier la liberté des voies aériennes. L’espérance de vie sous la neige dépend de l’existence ou non d’une poche d’air : • Si la neige bouche les voies aériennes, il s’agit d’un étouffement et le délai avant l’arrêt cardio respiratoire est très court. • S’il y a une poche d’air, la survie varie entre 15 et 45 minutes. L’air respiré sous la neige s’appauvri en oxygène et se charge progressivement en CO2 ce qui mène à l’inconscience. Les chances de survie décroissent très rapidement avec le temps et dépendent donc de la rapidité d’intervention des secours. L’extraction et le transport sont des phases toujours délicates où la situation de la victime peut toujours s’aggravée.

> Situation n° 1 : la victime respire et est consciente C’est la situation à la fois la plus rassurante et la plus compliquée. La victime respire et est consciente, elle parle et peut dire où elle a mal. Mais elle peut aussi être “cassée” de partout et être en hypothermie. Donc, il faut prendre des précautions. Le bon comportement est de dégager la victime tout doucement, la tête puis le reste du corps. Bien penser à protéger le rachis en maintenant l’axe tête-cou-tronc par le maintien de la tête. Il faut insister sur le fait de devoir sortir la

Entre la recherche et les premiers secours, tout est question de bons réflexes et de rapidité (photo prise lors d’un exercice de secours de victime en avalanche réalisé aux Deux Alpes).

34 FREERANDO MAG

victime tout doucement pour éviter le phénomène d’ “After drop” (phénomène d’aggravation de l’hypothermie avec le retour du sang froid vers le centre du corps où est préservée la chaleur). Pour les mêmes raisons, il ne faut pas frictionner une victime d’avalanche pour la réchauffer. Pour cela, il convient de l’isoler du froid en plaçant des vestes ou autre en-dessous de lui et une couverture de survie au-dessus.

> Situation n° 2 : la victime est inconsciente et respire La victime respire mais ne parle pas, ne répond pas et ne bouge pas. Il faut la dégager doucement toujours pour les raisons de blessures multiples et d’hypothermie et la placer en PLS (position latérale de sécurité) en respectant l’axe tête-cou-tronc. Bien veiller à ce que les voies aériennes soient dégagées. Ensuite, on isole la victime du froid, puis on la surveille en attendant les secours.

> Situation n° 3 : la victime est inconsciente et ne respire pas On a tendance à croire qu’il n’y a rien à faire parce que la victime ne respire pas et semble morte. C’est faux. Après l’avoir dégagée, il faut vérifier que les voies aériennes ne soient pas obstruées et débuter le massage cardiaque au plus vite et le poursuivre jusqu’à l’arrivée des secours. Dans cette configuration, la victime peut être manipulée plus franchement dans un souci de rapidité. Toujours penser à l’isoler du froid sans oublier les extrémités (gants, tête). Garder à l’esprit que personne n’est considéré mort avant d’être réchauffé et constaté comme décédé par un médecin. �

J.-B. Vigny / Le Dauphiné Libéré

L’avalanche a eu lieu, après sondage et pelletage, la victime a été localisée…


AMBIANCE

La montagne

enjouee

• Alors qu’il fait encore nuit, deux télésièges ouvrent exceptionnellement à 5 heures du matin pour acheminer les 4 000 spectateurs sur le lieu de la compétition. • Une fois au sommet des télésièges, il reste 600 mètres de dénivelé à effectuer, dans la joie et la bonne humeur, pour les courageux spectateurs. Parmi le public, quelques enfants de la station.

La Pierra Menta, compétition internationale de ski alpinisme, dépasse le cadre du sport de haut niveau. L’événement, qui a soufflé ses trente deux bougies du 8 au 11 mars dernier, est avant tout une fête populaire pour la station d’Arêches-Beaufort. Ses adeptes se déplacent en foule. Reportage au cœur d’une des parenthèses les plus festives de l’hiver. Texte et photos Méryll Boulangeat

36 FREERANDO MAG


AMBIANCE

C

loches, cornemuses et trompettes ont fait du dénivelé pour l’occasion. Le bruit semble raisonner jusqu’en fond de vallée. Le col de la Forclaz (2 320 m), en plein cœur des montagnes d’Arêches-Beaufort, est le théâtre d’une folle ambiance qui ne lui est pas étrangère. Tous les ans, quand la Pierra Menta débarque sur ces terres, c’est la même rengaine. La dernière étape de la célèbre course de ski alpinisme attire plus de 4 000 spectateurs aux abords du col ou au Grand-Mont, sommet qui le surplombe, pour encourager les meilleurs skieurs de la planète. Sur les quelques bûches éventrées,

éparpillées au milieu de la foule, on cuisine fondue et vin chaud pour restaurer l’assemblée. Bouteilles, fromages et saucissons s’échangent entre deux chansons paillardes.

SUR LE PONT DÈS 4 HEURES DU MATIN Drôle de contraste que ce paysage de bout du monde couplé d’une chaleureuse ambiance de fête de village. Entourés de purs passionnés, on encourage les coureurs en scandant leurs prénoms. “Ça n’existe qu’ici. Il faut le vivre, apprécie Laetitia Roux, multiple vainqueur. Chaque année on a l’impression qu’il y a plus de monde !”

• Des bûches et des chaudrons ont été montés au milieu de la foule pour abreuver les bruyants et joyeux spectateurs. Ici du vin chaud pour ces habitués qui ne loupent pas une édition de la Pierra Menta. • Le public massé autour du col de la Forclaz, passage stratégique de la course puisque les coureurs y passent à deux reprises. • Le départ est toujours un moment particulier et stratégique. Un grand silence précède le crissement des skis sur la neige.

À VOUS DE VOIR Pour vivre vous-même l’événement, rendez-vous du 14 au 17 mars 2018 pour la 33e édition de la Pierra Menta. Plus d’informations : www.pierramenta.com

La journée a commencé à quatre heures du matin. La lune est au zénith quand le télésiège se met à tourner pour rapprocher les joyeux spectateurs du sommet. Les 600 derniers mètres se font à l’aide de skis de randonnée, de raquettes et de courage. Le soleil commence à chasser la Lune quand Théo, 6 ans, avec ses miniskis artisanaux, confectionnés par son grand-père, s’attaque à l’ascension. Le jeune garçon est venu encourager son papa, William Bon Mardion, membre de l’équipe de France. Ici, toutes les générations sont concernées. À l’image des 400 fidèles bénévoles, nombreux sont ceux qui posent une semaine de congés pour l’occasion. Pourtant, en arrivant dans le village, pas de banderoles ni d’affiches à la gloire de l’événement. Ici, la Pierra Menta ne se voit pas. Elle

se transpire. Question d’habitude pour des villageois peu troublés par cette soudaine vague d’agitation. Pendant quatre jours les boutiques, qui passent en boucle les images de la course, sont pleines, les rues bondées, les parkings saturés. La coopérative locale semble ne jamais désemplir. En face, le Café des Sports est le lieu idéal pour observer les va-et-vient d’une foule aux accents internationaux. Comme ce couple d’Espagnols qui a fait plus de huit heures de route, dans son van, pour rejoindre la sortie du village où tous types de véhicules aménagés ont investi les lieux. La Pierra Menta dépasse les frontières du sport de haut-niveau. Elle favorise les échanges, le lien social, entretient les passions. Entre intimité et grande fête de quartier, la “Pierra” a trouvé ses initiés. � FREERANDO MAG 37


La Louise a été entièrement créée par son skipperpropriétaire, Thierry Dubois, ancien navigateur professionnel.

TERRE ET MER INUIT

ENTRE

Il existe un refuge pas comme les autres dans des montagnes pas comme les autres. La Louise, voilier à trois mâts, est plus qu’un lieu de vie voguant sur les eaux groenlandaises. C’est aussi la tanière de dizaines de skieurs qui s’aventurent chaque année sur les eaux arctiques pour accéder à des sommets enneigés. Reportage en terre polaire. Texte et photos Méryll Boulangeat 38 FREERANDO MAG


RÉCIT

FREERANDO MAG 39


RÉCIT

L Vue imprenable sur les sommets depuis le fjord Kobe, au sud de Nuuq.

40 FREERANDO MAG

Les fronts collés contre le hublot de l’avion, ils ne loupent pas une miette du paysage qui défile sous leurs yeux : glaciers, icebergs, fjords gelés se confondent avec la mer, le ciel et la calotte glaciaire. La cote groenlandaise se dessine. Depuis l’habitacle rouge et blanc de l’avion d’Air Greenland, les voyageurs apprécient ce qui les attend 10 000 mètres sous leurs pieds. Le voyage prend sens une fois les valises déposées sur le pont de La Louise. Le voilier de 18 mètres de long sera le refuge pendant dix jours du groupe de skieurs amateurs qui a traversé l’Atlantique en quête de neige, de couloirs et de faces à dévaler. Depuis sept ans, La Louise sillonne les eaux arctiques sous la houlette de son capitaine, Thierry Dubois. Ancien coureur au large, participant du Vendée Globe, le marin a longtemps rêvé de ce bateau avant de le construire de A à Z. Tout de bois, avec son étrave renforcée pour appréhender les glaces du Nord, le voilier se hisse dans les fjords. Au fil de l’eau il explore, il guette, il découvre. Amoureux de ski et de montagne, Dubois apporte ses connaissances aux skieurs qui filtrent ses paroles comme les icebergs filtrent les rayons de soleil. “Ici, c’est le couloir de Quasi. Là-bas, le couloir Salomé. Il porte le nom de ma fille car nous l’avons ouvert le jour de son anniversaire.” Dans ces contrées, où la glisse n’est pas plus une occupation qu’une préoccupation, il y a fort à parier que la plupart des courses n’aient jamais été skiées avant que le duo


RÉCIT

Dubois / La Louise ne s’y aventure. De nombreux couloirs ont été baptisés à bord du voilier. Que ce soit dans les montagnes du Sud, dans le Fjord de Nuuk ou dans la région de Manitsoq, ceux qui ont eu la chance de fouler le pont de La Louise s’accordent à le dire : skier au Groenland est une expérience aussi magique qu’unique. Dans ce pays où les routes n’existent pas, où les villages sont inaccessibles depuis la terre, le bateau sonne comme une évidence. Là ne s’arrêtent pas les spécificités de ces contrées. Au printemps, quand la neige a déserté la majeure partie de l’Europe, le Groenland offre de belles conditions aux skieurs passionnés, hostiles à faire le deuil de leur hiver passé. Pour couronner le tout, alors qu’un mois auparavant les chasseurs d’aurores boréales passaient leurs soirées sur le pont, les nuits ont totalement disparues. Des journées de ski à rallonge au pays des Inuits.

UNE CARTE POSTALE À CHAQUE CONVERSION De jour comme de nuit, le bateau se fraie un chemin entre les blocs de glace, vestiges d’un hiver dominé par le froid. La drôle de musique engendrée par le frottement des derniers morceaux de banquise contre la coque du bateau contraste avec le calme des lieux. Loin des villages aux maisons colorées, rares sont les embarcations qui croisent la route de La Louise. Quelques pêcheurs, parfois, saluent le voilier français. Dans ce monde où les montagnes se jettent dans la mer, le silence est roi. Les yeux des voyageurs explorent de parts et d’autres les nombreuses montagnes à décou-

Bientôt au sommet de l’île de Natsiliq avec une vue panoramique sur les fjords et le Détroit de Davis entre le la Baie de Baffin et la Mer du Labrador.

Les maisons colorées du village de Qoornog.

FREERANDO MAG 41


RÉCIT

POUR ALLER PLUS LOIN > Se rendre au Groenland Des liaisons quotidiennes ont lieu depuis Copenhague et Reykiavik (comptez entre 3 h et 7 h de vol pour un budget d’environ 1 000 €).

> Quel niveau de ski ? Les montagnes du Sud sont les plus alpines avec des couloirs abruptes, conseillées aux bons skieurs. Dans la région de Nuuk, proche de la capitale, les montagnes sont plus accessibles et régulières. Du côté de Manitsoq, plus au Nord, quelques sociétés d’hélicoptères opèrent sur un massif plus restreint et plus fréquenté que dans les autres régions.

> Voyager à bord de La Louise La Louise compte huit couchages. Tous les groupes doivent être accompagnés d’un guide de haute-montagne. www.lalouise.fr

42 FREERANDO MAG


RÉCIT vrir. Une fois un itinéraire choisi, le bateau jette l’ancre au large des terres. L’annexe gonflable est le trait d’union entre le refuge flottant et le terrain de jeu de la journée. Les sommets culminent aux alentours de 800 mètres d’altitude. Chaque pas, chaque conversion est prétexte à découvrir un nouveau paysage de carte postale : la mer d’un côté, des fjords pas totalement dégelés de l’autre, la calotte glacière au loin. Époustouflés, presque assommés par ce spectacle, les skieurs vagabonds profitent de l’instant. En silence, ils admirent et s’imprègnent de ces lieux calmes et d’une rare intensité. Au loin, le souffle d’une baleine à bosse apporte une touche de magie à ce moment déjà hors du temps. La descente est tout aussi majestueuse. Pas l’ombre d’une trace dans les parages. Un univers 100 % blanc à bout de spatule. Après de nombreux virages éphémères, où chaque courbe a été consciencieusement savourée, il est l’heure de retrouver La Louise et son caractériel capitaine. Quel bonheur de jouir d’un abri chaleureux après une bonne journée de ski ! Le voilier offre tout le confort d’un refuge de montagne, quelques avantages en plus. Il faut apprendre à vivre au rythme de la goélette. Ici, le poêle chauffe dès le retour des aventuriers blancs. Dans la penderie sèchent chaussons, gants, bonnets et affaires humides. Un jour sur deux les hôtes apprécient une douche chaude. Vie de marin oblige, l’eau est limitée. La nourriture, elle, est à la hauteur du temps que le capitaine passe dans la petite cuisine astucieusement aménagée : succulente. Des mets confectionnés à partir de produits locaux : mouton, bœuf musqué, baleine séchée, cabillaud fraîchement pêché par des passagers. Les pieds sous la table, le ballet des fourchettes efface presque le bruit du bateau qui a repris sa route pour un autre fjord, une autre montagne, un autre sommet. Preuve qu’au pays des glaces, le ski a largement sa place ! �

Page de gauche : Carte postale sur l’île d’Hamborgerland dans la région de Manitsoq.

La Louise attend le retour des skieurs. Ci-dessous : Riche de sa recette bretonne, le capitaine Thierry Dubois prépare des crêpes pour le repas. La pêche du jour est assurée par les passagers.


PUBLI-REPORTAGE

CRISTALP :

Le ski à l’heure norvégienne Depuis près de vingt ans, Cristalp distribue des marques étrangères dans les montagnes de l’Hexagone. L’hiver passé, son portefeuille s’est agrandi avec l’arrivée de SGN, Moonlight et Stereo, trois nouvelles marques norvégiennes dans le domaine de la freerando. Cette entreprise familiale basée à Saint-Pierre-en-Faucigny en Haute-Savoie, créée en 2000 par Guy Chambrette, s’est donnée comme mission de faire rayonner des marques artisanales, conçues par des passionnés, dans l’univers de la neige. « Depuis toujours, nous avons fait le choix de nous occuper d’un large panel de fabricants de niche dans le domaine du ski principalement. Notre philosophie est de recevoir et transmettre notre passion en mettant l’accent sur le plaisir, la sérénité et en créant une communauté autour de chaque marque », explique le fondateur et actuel dirigeant de l’entreprise haut-savoyarde, qui emploie huit salariés. De l’alpin au nordique en passant par le telemark, le freeride et la freerando, Cristalp est actif dans tous les milieux du ski via une quinzaine de marques de matériel à travers Crispi (chaus-

sures de télémark et de randonnée nordique), Evoc (sacs à dos et protections), Alpina (casques, masques et lunettes), Rottefella et 22 design (fixations télémark), Gipron et Exel (bâtons), Northern Playground (sous-vêtements) et Point 6 (chaussettes) et de ski avec DPS, Asnes, Majesty, Asnes, SGN, Moonlight et Stereo. Ces trois dernières ont la particularité d’être jeunes, d’avoir été développées en Norvège, d’être orientées vers la freerando, pratique très prisée des Scandinaves et d’être fabriquées dans l’usine suédoise d’Are Skidfabrik. Découverte !


PUBLI-REPORTAGE

Moonlight Créé en 2012 Basé à Burfjord Forces : des skis uniques en termes de poids, performances, fiabilité et finition. Gamme : freerando, rando light et telemark. À destination d’un public qui a envie de se faire plaisir.

SGN Créé en 2012 Basé à Sogndal Forces : design et shape modernes se rapprochant des cambres inversés. Gamme : freerando, rando et freeride. À destination d’un public jeune.

Stereo Créé en 2008 Basé à Oslo Gamme : freerando, freeride, all mountain, rando, piste. Forces : skis aboutis en termes de matière et de finition avec un design épuré. À destination de skieurs expérimentés.


PUBLI-REPORTAGE

SGN Inspired by Mountain En référence à ses origines, SGN doit son patronyme à Sogndal, petite station réputée pour sa profonde poudreuse au milieu des fjords de l’ouest du pays, près des glaciers, de pentes et de couloirs dignes de ceux que l’on retrouve dans les Alpes. Développé des terrains variés, SGN a travaillé sur des produits polyvalents axés freeride et freerando mais aussi backcountry pour des skieurs adeptes de simplicité sans pour autant négliger la qualité. En six ans, SGN est passé de la petite entreprise menée par des amis pour le plaisir à la fierté locale en devenant un fabricant de skis reconnu dans le milieu de la freerando. Sa réussite, elle la doit à son image dynamique et sympa : des lignes de cotes jeunes et un graphisme par une jeune artiste qui s’inspire de paysages norvégiens.

Moonlight Mountain gear L’entreprise a pris naissance dans le nord de la Norvège près du cercle arctique, là où les habitants se déplacent régulièrement à skis, sans remontées mécaniques autour d’eux et dans un environnement souvent sombre, la faute à la faible luminosité durant l’hiver. C’est de là qu’est partie Moonlight qui conçoit des skis de freerando très légers, des fixations et des lampes frontales puissantes à faible consommation d’énergie pour les sportifs. Son histoire a débuté il y a six ans lorsque son fondateur ne trouvait pas de lampe qui correspondait à sa pratique. Deux ans plus tard, il a fait un constat similaire pour les skis dont il cherchait une légèreté incomparable puis des fixations. Aujourd’hui, à travers les produits qu’elle propose et en mettant l’accent sur le plaisir de les utiliser, Moonlight veut donner envie aux amateurs de freerando de sortir en montagne quel que soit les conditions et les heures de la journée.

Stereo Never stop skiing Implantée au cœur d’Oslo, Stereo est le plus ancien de ces trois fabricants de ski de randonnée norvégiens. Elle reste cependant relativement jeune puisqu’elle soufflera sa dixième bougie cet hiver. Fondée par des passionnés de ski qui voulaient conserver l’esprit originel de ce mode de déplacement, elle propose chaque hiver de nouveaux modèles pour la freerando, le freeride mais aussi pour la piste et le ski all-mountain avec toujours comme dénominateur commun un graphisme épuré qui rappelle les skis d’antan et un faible poids. Stereo aime innover et confirme son amour de la glisse en ayant mis au point récemment des wakeboards pour compléter son panel d’activités durant l’été alors que d’autres projets sont dans les cartons pour cette firme qui n’a pas fini de surprendre.


TUNNELVISJON


48 BONNES RAISONS

de prendre de la hauteur

Avec 48 skis testés, l’équipe de FreeRando Mag s’est intéressé aux modèles hommes et femmes pour un delta allant de 84 à 105 mm au patin : largement de quoi couvrir tous les besoins du randonneur actuel, qu’il soit amateur d’effort ou esthète de la courbe. Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans les pages qui suivent, on ne peut plus rien pour vous ! Par Jonathan Gaillard - Photos Alexis Boichard / Agence Zoom

48 FREERANDO MAG

Sommaire Touring & freerando femme / P. 54 Touring homme / P. 64 Freeride-rando homme / P. 74


TESTS SKIS 2018 Nous avons une nouvelle fois réalisé nos tests en collaboration avec l’École nationale de ski et d’alpinisme (Ensa) sur le domaine des Grands Montets, dans la vallée de Chamonix à la mi-avril. Comme les années précédentes, nous avons tourné les skis sur des rotations relativement courtes au départ du télésiège de la Herse. Les conditions étaient plutôt sélectives dirons-nous, la transformation de la neige se faisant attendre… Bref, on s’est bien fait secouer !

Échappée belle sur le glacier d’Argentière depuis le sommet des Grands-Montets avec les profs de l’Ensa.

MERCI QUI ?

Un grand merci à l’École nationale de ski et d’alpinisme (Ensa) de son soutien et particulièrement à Nicolas Sauvage, chef du département ski de cette vénérable institution chamoniarde. Merci également à Yannick Boucherand pour son énergique collaboration ainsi qu’à nos testeurs intestables Philippe Batoux, Emmanuel Marchand-Arvier, Philippe Magnin, Jonathan Félisaz, Nicolas Anthonioz, Pauline et Charlotte Le Roux, Solenn Patrigeon et Méryll Boulangeat. Merci à l’Office de tourisme de Chamonix Mont-Blanc de leur accueil ainsi qu’à l’équipe de l’hôtel La Chaumière sur la route des Gaillands. Merci également au personnel des remontées mécaniques des Grands Montets. Un grand merci à Natan Zappone et Rémi Sansiquet, étudiants à l’Université de Savoie, de leur précieuse pluvalue apportée sur nos tests. Merci à l’équipe de la Brasserie des Marmottons au pied des Grands Montets pour leur accueil et pour le service… tardif. FREERANDO MAG 49


TESTS SKIS 2018

Test = ski + burger + débriefing Conversion

Nos tests sont dits “comparatifs” c’est-à-dire que l’on s’applique à tester dans les mêmes conditions une sélection de modèles. Cette “mise en concurrence” sur le terrain se poursuit autour d’une table pour un bon burger puis par une discussion où le comportement de chaque ski est commenté, décrypté et peut parfois faire l’objet d’un débat qui se règle en général par un bras de fer ou un duel à l’ancienne. Viennent ensuite la rédaction et le traitement des données recueillis sur les fiches tests.

Les récompenses Pour chaque catégorie, quatre distinctions sont attribuées et peuvent faire l’objet d’ex aequo : RANDO MA EE G FR U P DE

CO

COUP DE CŒUR Comme son nom l’indique !

CŒUR

2 0 1 7- 2 0 1 8

O TI

CI

E

OL

C

E

P

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

N

O TI

CI

AL E

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

MO

NTÉE

2 0 1 7- 2 0 1 8

N

O TI

CI

AL E

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

DE

SCENTE

2 0 1 7- 2 0 1 8

MENTION SPÉCIALE POLYVALENCE Récompense les modèles les plus polyvalents de leur catégorie, aussi à l’aise en rando, en freeride que sur piste damée. Des skis à tout faire ! MENTION SPÉCIALE MONTÉE Récompense les skis aux propriétés les plus intéressantes pour la montée (mais qui ne sont pas forcément des “brêles” à la descente). MENTION SPÉCIALE DESCENTE Récompense les modèles les mieux armés pour descendre avec la meilleure skiabilité (stabilité, maniabilité, etc.).

Concernant les récompenses : même si nous essayons d’avoir une méthode cohérente et objective au possible, chaque campagne de test est différente. D’une année sur l’autre, la concurrence au sein d’une catégorie peut évoluer, les conditions de neige aussi, favorisant des modèles plus que d’autres... Pour cette raison, un ski peut se voir récompensé une année et pas la suivante ou inversement. Il faut garder à l’esprit que l’on juge un modèle par rapport à d’autres, on le place toujours en concurrence et chaque année, on refait le match. Il arrive également que nous choisissions de récompenser des skis qui ne sont pas les plus homogènes d’une catégorie. Dans ces cas-là, nous prenons le parti de récompenser la “personnalité” d’un ski et non son niveau de performance dans tous les critères. Attention : si un ski n’est pas récompensé, cela ne signifie pas qu’il est mauvais ! 50 FREERANDO MAG

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

LE RADAR

Vitesse modérée Portance

Maniabilité Stabilité

Le diagramme présent sur chaque fiche test est réalisé à partir de différents critères. Plus qu’une moyenne de notes, le tout forme un profil qui permet de juger d’un coup d’œil le caractère d’un ski, ses points forts et ses points faibles.

LE COMMENTAIRE Pour chaque ski nous rédigeons un commentaire sur la base du débriefing réalisé après le test sur le terrain. Un tour de table des testeurs est fait pour chaque modèle et animé par le rédacteur qui veille à obtenir tous les éléments pour réaliser ce court texte qui doit répondre à deux questions : • À qui ce ski correspond le mieux ? • À quel usage est-il le plus adapté ?

L’INDICE DE CONFIANCE Un peu comme sur les bulletins météo, le principe de notre indice de confiance a pour but d’évaluer si le résultat de chaque test est unanime ou non. Il se présente sur la forme d’une note de 1 à 5 et peut se résumer ainsi : • Entre 4 et 5 : les testeurs ont en majorité tous été d’accord sur la notation de ce ski, vous pouvez faire confiance à nos conclusions. • Entre 2 et 3,5 : les testeurs n’ont pas été unanimes dans l’appréciation, il vaut mieux se faire sa propre idée pour compléter le test. • Moins de 2 : les différences de notations sont beaucoup trop grandes entre les testeurs, il faut impérativement vous faire votre propre avis.

ACCESSIBILITÉ ET PERFORMANCES Trois notes sont attribuées à chaque ski. La première concerne l’accessibilité, à savoir s’il est destiné à tout le monde (le plus proche de la note de cinq) ou seulement aux experts (le plus éloigné de cinq). La deuxième note s’attache aux performances du ski à la montée (poids du ski + manoeuvrabilité en conversion + phoquage / déphoquage). Enfin, la troisième note correspond aux performances du ski à la descente (maniabilité, stabilité, polyvalence, etc.).

POIDS DES SKIS Les poids donnés pour chaque ski sont basés sur les informations délivrées par les constructeurs et ne correspondent pas forcément à la taille testée. Une info à relativiser d’autant plus car elle ne comprend pas le poids des fixations. Entre une Marker Kingpin et et une Plum Wepa, il peut y avoir pas loin d’un kilo de différence sur une paire !


TESTS SKIS 2018

LA MESURE DU FLEX Nous avons mesuré le flex – ou la déformation – des skis testés en flexion (et non en torsion) sur trois parties distinctes : la spatule, le patin, le talon (1). Le flex reste un élément important dans l’analyse du comportement d’une paire de ski : • les skis souples sont plus maniables et à l’inverse, les skis rigides nécessitent plus de puissance et de technique. • un ski souple absorbera moins les chocs et les vibrations ayant par conséquence une influence négative sur l’accroche et la précision du virage alors qu’un ski rigide vibre moins et garde son énergie pour la restituer et accélérer. • un ski rigide pardonne moins les erreurs techniques qu’avec un ski plus souple. Voici le tableau de correspondance des valeurs qui vous trouverez sur chaque fiche test : Raideur (N/mm) Très souple

0-2 2-3 3-4 4-5

L’UNIVERSITÉ DE SAVOIE À NOS CÔTÉS

Issus du Master Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, spécialité “Ergonomie des activités physiques, ingénierie et conception de produits”, deux étudiants de l’Université de Savoie nous ont prêté main forte sur nos tests dans le cadre d’un partenariat mis en place il y a trois ans avec l’université et le Dr Frédérique Hintzy. Les compétences en analyses et expérimentations sur le pratiquant dans son environnement développées par le Dr Hintzy et des étudiants en master ont permis la mise en place de tests rigoureux, reproductibles et discriminants. Ces tests reposent sur un partenariat entre : • Le laboratoire LPE (Laboratoire de Physiologie de l’Exercice) de l’Université Savoie Mont blanc – au sein duquel Frédérique Hintzy est enseignant chercheur – dont une des thématiques est justement l’interface homme / matériel et homme / environnement. • La formation master EAPICP (Ergonomie des Activités Physiques, Ingénierie et Conception de Produits) de l’Université Savoie Mont blanc, formant des ingénieurs – ergonomes cadres capables de concevoir, développer, tester des équipements de sports, loisirs, santé et travail.

5-6 6-7 7-8 8-9 Très raide

9-10

(1) Suivant la norme internationale ISO 5902, la charge au patin a été appliquée pour tous les skis au niveau du repère du centre de la fixation et le poids des charges appliqués en spatule et talon étaient de 20 kg et celles appliquées au patin de 30 kg. La force ainsi appliquée combinée à la déformation mesurée permet d’obtenir la rigidité du ski exprimée en Newton par millimètres. FREERANDO MAG 51


TESTS SKIS 2018

Testés et approuvés

J. Bernard / Julbo

AEROSPACE / FREETOURER : le combo parfait

Sur cette session de tests, notre équipe a pu profiter d’un ensemble de choc avec le combo casque Freetourer et masque Aerospace signé Julbo. Deux produits complémentaires et spécifiquement dédiés à la pratique de la freerando. Le masque Aerospace est doté de la technologie Super Flow System avec un écran qui se déporte de quelques millimètres vers l’avant pour permettre une ventilation optimale à la montée. Décliné en plusieurs versions avec quatre qualités de verres, l’Aerospace est un masque polyvalent qui peut correspondre à beaucoup d’utilisateurs et d’utilisation. Complément “naturel” de l’Aerospace, le casque Freetourer dispose quant à lui d’une double norme : alpinisme (EN12492) et ski (EN1077). Les ventilations et le poids ont été optimisés pour les randonneurs mais également les accessoires avec des passants pour le masque et pour une lampe frontale.

HELLY HANSEN LIFA-MERINO : chaleur et technicité

Nous avons testé cette année les sous-vêtements Helly Hansen. La marque norvégienne, qui souffle ses 140 bougies, est depuis sa création spécialisée dans les vêtements de protection professionnels. Pour nous accompagner sur nos tests, nous avons pu tester en avant-première la ligne de sous-vêtements Lifa-Merino, la première couche la plus chaude dans la gamme HH. Et on le confirme ! C’est une première peau avec un grand pouvoir isolant, chaud voire même très chaud, avec un bon pouvoir absorbant qui maintient au sec. Agréable à porter, ce sous-vêtement suit bien les mouvements et se montre vraiment confortable. Nous avons poussé le test sur glacier cet été et jusqu’en parapente, avec toujours autant d’efficacité. Un vêtement technique pour les frileux ou adeptes de grands froids mais qui n’ont pas peur de se mouiller !

LA CHAUSSETTE DE FRANCE : finesse et volupté

Le modèle Pierra Menta nous a été confié en avant-première. Une belle nouveauté disponible cet hiver pour les amateurs de rando et qui se caractérise d’emblée par sa finesse. Dans les chaussures, on a bizaremment l’impression d’avoir plus de place que d’habitude ! Pour répondre à la problématique des randonneurs (très chaud à la montée, froid à la descente), la membrane Drytex assure un transfert d’humidité optimal et un séchage rapide. La chaussette Pierra Menta assure aussi contre les frictions avec des renforts stratégiquement placés pour éviter les ampoules. Vous aurez peut-être l’impression de les enfiler à l’envers mais ne vous inquiétez pas, c’est normal ! Elles font en effet appel à la technique du “tricotage inversé” qui permet de gagner en confort avec aucun point irréglier sur la peau. Fallait y penser !

52 FREERANDO MAG


TESTS SKIS 2018

Touring & Freeride-rando femmes

La gamme dédiée aux femmes ne cesse de s’étoffer. Et de quelle manière ! Nous avons été agréablement surprises par la qualité et la quantité des skis proposés cette année. Par rapport au millésime précédent, les planches testées allient à merveille poids et technicité. Dans notre sélection, aux critères assez ouverts, deux familles de skis cohabitent : les skis de rando au profil assez classiques et les skis de freeride-rando, plus larges. Le choix risque d’être difficile mais on a fait le maximum pour vous aider à trouver skis à vos pieds ! Par Méryll Boulangeat 54 FREERANDO MAG


TESTS SKIS 2018

Ci-desssus : Méryll Boulangeat, testeuse et rédactrice de cette catégorie. En haut à droite : Solenn Patrigeon et Charlotte Le Roux sur le glacier d’Argentière.

En bas à droite : Pauline Le Roux, testeuse de tout premier plan !

FREERANDO MAG 55


RANDO MA EE G FR N S PÉ

ME

BLIZZARD

OVA FREEBIRD (170)

ZERO G85 W (164)

549,95€

549€

sans fixations

Indice de confiance du test :

Maniabilité

Portance

124

85

MO

NTÉE

5/5

Stabilité

Grâce à son nouveau noyau 100 % paulownia, associé à un mélange fibre de verre et carbone, le Freebird s’est délesté de quelques grammes. Côté maniabilité, cet allégement s’avère bénéfique. Les conversions et les montées font clairement parties de son domaine de prédilection. Tout comme les couloirs abruptes qui ne posent pas problème, le ski étant sécurisant dans ces conditions. Passe-partout, il perd tout de même en performance sur les surfaces dures, les planches ayant tendance à taper. Par contre, une fois de retour sur les neiges poudreuses ou transformées, et même quand le compteur s’emballe, il s’avère à nouveau un compagnon de jeu très agréable.

116

85

sans fixations

3,5 / 5

Indice de confiance du test :

Vitesse modérée

Stabilité

Excellent à la montée, bon à la descente ! À l’image de son nom, zéro changement par rapport à l’an passé pour le plus grand plaisir de celles qui privilégient la montée mais qui veulent du répondant à la descente. Rigide en spatule et doté d’une accroche rarement constatée dans cette catégorie, ce modèle est un vrai ski à tout faire. Il entre facilement en courbe. Passer d’un terrain lisse en grandes courbes à un couloir de pente raide et ses petits virages sautés est un jeu d’enfant. Son point fort reste la montée : ça glisse tout seul et les conversions se font sans sourciller. Avec tout ça, on ne pouvait lui refuser une mention spéciale !

Maniabilité

Portance

130

80

Voilà un ski qui n’a pas laissé nos testeuses indifférentes. Difficile à prendre en main, il nécessite un réel temps d’adaptation avant d’être apprivoisé. De premier abord caractériel au moment d’engager la courbe, nous lui avons ensuite trouvé une bonne maniabilité grâce à son poids qui le favorise logiquement à la montée. Celles qui découvrent le ski de randonnée pourraient trouver là un bon outil pour s’initier au-delà des piquets tant qu’elles ne s’aventurent pas trop loin. Les plus expérimentées, elles, lui reprocheront probablement un manque de stabilité et une accroche limitée pour tailler de belles courbes. Pour les adeptes de raid à ski, ce n’est pas un mauvais choix.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse Vitesse modérée

Stabilité

Maniabilité

Portance

122

87

Stabilité

Le Tour 88 a donné du fil à retordre à notre équipe de choc qui a décelé chez lui une tendance à changer de comportement en fonction des conditions. Son rocker et sa bonne portance ont fait fureur dans la fraîche et sur pentes décaillées. Facile et joueur sur ces neiges, ses capacités deviennent limitées sur les terrains durs, notamment à cause d’une spatule rigide. Même constat pour celles qui flirtent avec le chronomètre. Les planches se mettent à taper avec la vitesse. Ces limites soulignées, vous le ferez glisser partout notamment sur les pentes les plus raides. Côté montées, rien à signaler, les conversions se font sans forcer et son poids contenu pour sa carrure permet d’envisager de belles sorties. Les + Bon comportement en pente raide et poudreuse. Bon compromis montée / descente.

Les + Solidité. Montée. Maniabilité. Les - Mise en courbe difficile. Performances limitées en descente. 97

100

4/5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les - Perd de sa stabilité avec la vitesse.

Les - Souplesse.

550€

Indice de confiance du test :

Les + Polyvalence. Joueur. Met vite en confiance. Machine à grimper.

Les + Ski léger. Maniabilité. Montée. Polyvalence.

106

Maniabilité

Portance

579€

TOUR 88 (166)

Conversion Phoquage/ déphoquage

Vitesse modérée

DYNAFIT

sans fixations

Indice de confiance du test :

Grande vitesse

DURET

GRAND RAID (165)

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion Phoquage/ déphoquage

Vitesse modérée

CI

sans fixations

4/5

Conversion Grande vitesse

O TI

E

BLACK CROW

N

AL

TESTS SKIS 2018

Les - Stabilité limitée. Pas fan de vitesse. 106

Tailles dispos : 162, 170, 175 et 180 cm Rayon : 17 m (en 175 cm) Poids d’un ski nu : 1 125 g (175 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 157, 164, 171, 178 et 185 cm Rayon : 16 m (en 171 cm) Poids d’un ski nu : 1 015 g (171 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 165 et 175 cm Rayon : 21 m Poids d’un ski nu : 1 000 g Fabrication : France

Tailles dispos : 158, 166 et 174 cm Rayon : 16 m (en 166 cm) Poids d’un ski nu : 1 290 g (166 cm) Fabrication : Europe

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 2 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 2,5 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

talon

patin

56 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule


RANDO MA EE G FR N S PÉ

FISCHER

HAGAN

VERTICAL EAGLE (170)

IBEX 84 CARBON (170)

MY TRANSALP 88 (162)

CORE-L 83 (162)

769,99€

549€

549€

529€

sans fixations

Indice de confiance du test :

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

127

87

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

sans fixations

sans fixations

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Le Vertical Eagle est une nouveauté 2018 avec une construction mêlant paulownia et carbone. C’est un ski abouti, sain, bien équilibré qui peut potentiellement convenir à toutes les randonneuses. Stable, il est rassurant et suivra naturellement la progression des moins aguerries. Les novices chausseront un engin qui les mettra en confiance et qui les conduira partout où elles le souhaitent, à la montée comme à la descente. Maniable, il est le parfait allié pour les sorties entre les sapins, les couloirs étroits ou les enchaînements infinis de conversions. Ces éloges trouvent leurs limites aux pieds des skieuses chevronnées qui lui reprocheront un manque de fantaisie. Un ski sérieux donc qui ne vous fera quasiment jamais défaut.

Maniabilité

Portance

120

84

Vitesse modérée

Stabilité

Quand l’Ibex, nouveauté 2018, chasse le Ripstick 94 testé l’an dernier, ça donne un ski plus rigide, en spatule notamment, pour envoyer des grands virages et prendre du gaz sans se faire peur. Pas forcément facile à mettre en courbe, il a besoin de vitesse pour s’exprimer et dévoiler son côté ludique. Couloirs et ski de forêt ne font pas forcément parties de ses prérogatives mais il reste tout de même une valeur sûre pour celles qui recherchent un bon compromis montée / descente. Idéal pour les marches d’approche, nos testeuses ont découvert un ski léger pour sa grande taille. Un pur sang qui aime bien qu’on lui rentre dedans !

123

88

Les + Léger. Aime les grandes courbes et la vitesse. Design sobre et classe.

Les + Ski de confiance. Polyvalence. Accessible et efficace.

Maniabilité

Portance

Indice de confiance du test :

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Si nous avions une palme de l’originalité, elle irait à la marque autrichienne pour ses peaux Profoil en écailles ! Une originalité technique agréable mais pas forcément simple à utiliser de prime abord. Une fois les peaux retirées, le ski se comporte bien si on ne le sollicite pas trop. Sécurisant à vitesse modérée, il manque de performance pour celles qui aiment “déformer les lattes” en toutes conditions. Mais dès qu’il s’agit de monter, ces planches très légères et maniables ouvrent des possibilités. Celles qui pratiquent de manière occasionnelle trouveront un bon compromis dans ce ski qui pourrait bien devenir le compagnon de glisse idéal avec lequel progresser sereinement.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Maniabilité

Portance

122

83

Les + Stabilité. Légèreté. Accessibilité.

Les - Exigeant. Virages courts.

Stabilité

Hagan reste sur sa bonne lancée de l’hiver dernier avec un ski toujours aussi polyvalent. Entre la montée et la descente, vous n’avez plus besoin de choisir ! 100 % ski de randonnée, il a été conçu pour s’adapter à tous les terrains. Raids à ski, terrains bosselés, couloirs, forêt, pentes raides ou champs de poudreuse : il joue partout grâce à son flex tout doux ! Son rocker en spatule, qui le rend accessible à toutes, est son seul défaut dès qu’il rejoint les terrains damés et balisés. Son accroche et sa performance ont laissé nos testeuses sur leur faim dès qu’elles ont essayé de tailler de la courbe. Mais finalement ce n’est pas ce qu’on lui demande, et tout le reste, il le fait tellement bien… Les + Au top de la polyvalence. Légèreté. Fluidité. Maniabilité.

Les - Sensation de ski rigide.

Les - Portance limitée.

Les - Manque de pep’s. Design. 106

111

105

107

Tailles dispos : 162, 170 et 178 cm Rayon : 20 m (170 cm) Poids d’un ski nu : 1 000 g Fabrication : Espagne

Tailles dispos : 156, 163, 170 et 177 cm Rayon : 18 m Poids d’un ski nu : 1 200 g (163 cm) Fabrication : Slovénie

Tailles dispos : 155, 162 et 169 cm Rayon : 18 m Poids d’un ski nu : 1 200 g Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 146, 154, 162 et 170 cm Rayon : 12 m (162 cm) Poids d’un ski nu : 1 200 g Fabrication : Ukraine

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 3 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 3 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

talon

patin

58 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

OL

sans fixations

4,5 / 5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

P

spatule

talon

patin

spatule

CI

C

E

ME

ELAN

O TI

E

DYNASTAR

N

AL

TESTS SKIS 2018


UN

AUVERHONALPIN

PLUS FORTE, PLUS PROCHE, PLUS CONNECTÉE

NE LÂCHE RIEN !

* LES HABITANTS DE NOTRE GRANDE RÉGION N’ONT PAS ENCORE DE NOM MAIS DÉJÀ UNE GRANDE BANQUE QUI SOUTIENT L’ÉQUIPE DE FRANCE OLYMPIQUE !

Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes – Société Anonyme Coopérative de Banque Populaire à capital variable, régie par les articles L512-2 et suivants et du Code Monétaire et Financier et l’ensemble des textes relatifs aux Banques Populaires et aux établissements de crédit – Siren 605 520 071 RCS Lyon Intermédiaire d’assurance N° ORIAS : 07 006 015 – Siège social : 4, boulevard Eugène Deruelle – 69003 LYON - N° TVA intracommunautaire : FR 00605520071 – Crédit photos :Agence Zoom – Crédit agence : – 16090277 – Mars 2017 – Document publicitaire non contractuel

*


RANDO MA EE G FR N S PÉ

ME

VISTA (160)

MTN EXPLORE 88 W (169)

599€

579€

710€

sans fixations

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Vitesse modérée

Stabilité

On se demande si le terme freerando n’aurait pas été inventé pour le Talk Back. Parce que dans freerando, il y a d’abord freeride. Et c’est bien là que ce K2 est le plus à l’aise. Assez lourd par rapport aux autres skis de la gamme, il est également plus stable et plus rigide, notamment en talon. Un vrai plus pour les skieuses de niveau avancé qui veulent envoyer et qui recherchent la vitesse sur tous les terrains. Sécurisant sur piste et en dehors, il ne se déforme pas facilement même si une fois débridé il reste un ski joueur. Parfait pour accéder à des couloirs de proximité, il est l’allié des belles courbes et de la neige de cinéma ! À vos marques, prêtes ? Freeridez !

119

84

Vitesse modérée

4/5

SCOTT

SUPERGUIDE 88 W (160)

Stabilité

Rien de tel pour se lancer dans le grand bain de la freerando qu’un ski facile et polyvalent. Movement a trouvé là la recette pour transformer vos premières sorties en passion grandissante ! Un ski peinard en somme qui ne vous demandera pas trop d’efforts. Fan de neiges et de conditions faciles, il se sent moins à l’aise dès que la skieuse projette de mettre de l’intensité. Alors pourquoi le brusquer ? Lui, ce qu’il aime, c’est le ski à la cool, les balades contemplatives et les sorties entre potes avec pause saucisson et génépi au sommet. Vous êtes prévenues, avec le Vista le ski rime avec plaisir !

Portance

550€

sans fixations Indice de confiance du test :

88

4/5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse Vitesse modérée

Stabilité

Vous avez un bon bagage alpin mais vous souhaitez explorer de nouveaux terrains de jeu ? Le p’tit dernier de Salomon est celui qu’il vous faut ! Performant à la descente comme à la montée, il est un tantinet moins light que les purs poids-plume de la gamme. Mais c’est là son seul défaut ! Les testeuses ont en effet apprécié la facilité de transitions entre les terrains, sa réactivité sur piste et en-dehors des sentiers battus. Les glisseuses de niveau plus modeste devront s’employer un peu physiquement pour profiter de ce ski sécurisant. Les bonnes à très bonnes skieuses pourront quant à elle lui rentrer dedans à volonté. Un bon ski polyvalent prêt à vous embarquer où vous le souhaitez !

121

Maniabilité

Portance

121

87

Stabilité

Ski passe-partout, ce modèle girly, malgré un design jugé un peu trop masculin par nos exigeantes testeuses, est très accessible. Léger, il performe en montée mais ne se dégonfle pas quand il s’agit de redescendre. En dépit de son flex sportif, modèle le plus rigide de la gamme, Scott propose un ski ludique et agréable. Bosses, ski de forêt, vastes pentes enneigées, il s’adapte aisément au terrain. Sa taille fine le dessert seulement dans les grosses conditions de poudreuse. Ce petit détail mis à part, c’est un agréable petit joujou pour celles qui aiment prendre de la vitesse et les autres. Vous verrez, on se sent tout de suite bien en sa compagnie ! Les + Rigide. Léger. Technique. Performant.

Les + Performances générales. Polyvalence. Conduite solide et sécurisante.

Les - Taille testée trop courte.

Les - Exigeant.

107

108

110

Tailles dispos : 153, 160 et 167 cm Rayon : 14 m (160 cm) Poids d’un ski nu : NC Fabrication : Chine

Tailles dispos : 153, 161 et 169 cm Rayon : 17 m (161 cm) Poids d’un ski nu : 1 200 g Fabrication : Tunisie

Tailles dispos : 153, 161 et 169 cm Rayon : 18 m (169 cm) Poids d’un ski nu : 1 180 g Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 154, 160 et 168 cm Rayon : 16 m (160 cm) Poids d’un ski nu : 1 200 g (160 cm) Fabrication : Ukraine

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 3,5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 5 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 5 / 5

talon

patin

60 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

CŒUR

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion

Maniabilité

Les - Manque de répondant. N’aime pas la vitesse.

Les - Rigidité en neiges traffollées (on se fait bien secouer). Lourd.

SCENTE

2 0 1 7- 2 0 1 8

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Facile. Maniable. Idéal pour débuter la rando.

Les + Rassurant. Aime la vitesse. Glisse.

113

Maniabilité

Portance

DE

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

CO

sans fixations et avec peaux

sans fixations

4,5 / 5

RANDO MA EE G FR U P DE

CI

E

MOVEMENT

Indice de confiance du test :

88

O TI

K2

TALK BACK 88 (166)

126

SALOMON

N

AL

TESTS SKIS 2018

spatule

talon

patin

spatule


22€

edi le salem s enfants

18 € pour

DOMAINE ALPIN TOUS NIVEAUX ET GRAND DOMAINE NORDIQUE 1400 À 2000 M - 23 REMONTÉES - 6 TÉLÉSIÈGES

NOUVEAUTÉ

50 KM DE PISTES - 56 PISTES - 80 ENNEIGEURS SNOWPARK - BOARDER CROSS - TAPIS DÉBUTANT - ESPACES ENFANTS 60 KM DE PISTES DE SKI DE FOND - PISTE FITNESS ET BIEN-ÊTRE Genève 30 KM D’ITINÉRAIRES PIÉTONS ET RAQUETTES - TRAIL BLANC Annecy 2 PISTES DE TRAÎNEAUX À CHIENS - BABY TRAÎNEAU PARK A40

41

A

Chamonix Cluses

Réservez vos vacances sur PRAZDELYS-SOMMAND.COM PRAZ DE LYS SOMMAND TOURISME : +33(0)4 50 34 25 05


TESTS SKIS 2018 SKITRAB

ZAG

MAXIMO LADY (164)

ADRET 88 LADY (169)

649€

699€

sans fixations

sans fixations

Indice de confiance du test :

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

121

88

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Identique au modèle 2017 que nous avions adoré (mention spéciale polyvalence), ce Maximo nous revient avec sept centimètres de moins. Toujours aussi efficace pour monter grâce à un poids ultra léger et une maniabilité au top pour les conversions, ils concurrenceraient presque les chamois lorsqu’il s’agit de grimper ! Pour la descente en revanche, ne cherchez pas à imiter Lyndsey Vonn et autres stars du cirque blanc. Ces Maximo manquent en effet de nervosité et deviennent difficiles à contrôler avec de la vitesse. Dans cette taille, c’est un ski idéal pour celles qui aiment les longues sorties en montagne riches de belles montées et de descentes... à allure modérée.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Maniabilité

Portance

122

87

Stabilité

Un ski féminin qui n’a rien à envier aux constructions des skis hommes ! Avec sa structure alliant Carbon et Kevlar, la marque tricolore a su trouver le compromis entre solidité et légèreté. Les testeuses ont souligné un ski simple, facile et léger. Il épouse bien le terrain, se déforme facilement. Son rocker, aussi généreux qu’efficace, en fait le complice rêvé pour les freerideuses, à condition de ne pas trop lui rentrer dedans. La vitesse le fait taper et accentue son doux flex en spatule. Amatrices de fraîche préparez-vous, il frétille déjà d’impatience en pensant aux premières chutes de neige ! Les + Rocker marqué en spatule. Ultra light. Accessible. Poudreuse. Les - Manque de performance quand les conditions se corsent (neige dure, vitesse).

Les + Taillé pour monter. Maniabilité. Accessibilité. Les - Taille testée trop courte. Manque de pep’s et de stabilité. 110

109

Tailles dispos : 157, 164, 171, 178 et 185 cm Rayon : 18,1 m (164 cm) Poids d’un ski nu : 1 185 g (164 cm) Fabrication : Italie

Tailles dispos : 156, 163 et 169 cm Rayon : 17 m (169 cm) Poids d’un ski nu : 945 g (169 cm) Fabrication : Pologne

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 3 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule


VENEZ VIVRE L’EXPÉRIENCE UNIQUE DU BIEN-ÊTRE

© LUDOVIC DI ORIO

AU CŒUR DE LA CLUSAZ

PA RCOU RS AQUATIQU E BY SE RGE B L A NCO, SAU N A, H A M M A M, ESPACE DE RELAXATION ET TISANERIE, CABINES DE SOINS ET BAINS HYDROMASSANTS

LA CLUSAZ : SPA DEEP NATURE - HÔTEL LE CHAMOIS * 180, ROUTE DE LA GRALLIÈRE * 74220 LA CLUSAZ * TÉL. + 33(0)4 50 66 01 51

Informations et réservations sur www.deepnature.fr


TESTS SKIS 2018

Touring hommes Catégorie des skis de rando polyvalents, notre sélection s’est basée sur les critères techniques assez ouverts avec une largeur au patin comprise entre 80 et 95 mm. Dans ce delta, plusieurs types de ski apparaissent : les polyvalents que l’on peut vraiment considérer comme des 50/50 ; ceux avec des performances plus marquées pour la descente avec une skiabilité efficace ; enfin ceux qui jouent la carte de la montée avec un poids très contenu. Il ne vous reste plus qu’à connaître vos propres préférences… Par Jonathan Gaillard

64 FREERANDO MAG


TESTS SKIS 2018

Ci-dessus : Emmanuel Marchand-Arvier (Ensa) et Nicolas Anthonioz jouent à chat perché dans les reliefs des Grands-Montets. En haut à gauche : Philippe Batoux (Ensa) en mode chamois. En bas à droite : Philippe Magnin (Ensa), plonge vers une nouvelle paire de skis à tester.

FREERANDO MAG 65


RANDO MA EE G FR U P DE

TESTS SKIS 2018

CO

ATOMIC

BACKLAND 85 UL (175)

OVA FREEBIRD (175)

699€

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

121

85

549€

579€

sans fixations

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Récompensé pour son profil de remonte-pente l’année dernière, le Backland 85 UL remporte cette-fois-ci le coup de cœur de nos testeurs. Il a peut-être tiré avantage des conditions de ski exigeantes à la descente, mettant en avant plus de polyvalence que ce qui avait été entrevu sur notre session 2017 où il s’était montré plus efficace en montée qu’en descente. C’est un ski accessible, polyvalent, qui met bien en confiance. Un vrai “rando” qui sait s’adapter et qui propose un excellent compromis poids / maniabilité à la montée / skiabilité. Une valeur sûre qui ne craint pas les gros dénivelés… Et vous ?

124

85

Les + Skiabilité. Tolérant et accessible. Montée (poids + maniabilité). Polyvalent. Les - Portance limitée.

110

Maniabilité

Portance

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

sans fixations

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

GRAND RAID (175)

sans fixations

5/5

DURET

ZERO G 85 (178)

549,95€

sans fixations Indice de confiance du test :

BLIZZARD

BLACK CROWS

CŒUR

2 0 1 7- 2 0 1 8

Vitesse modérée

Stabilité

Nouvelle mouture pour le Black Crows Ova Freebird qui en changeant de shape (relevé talon plus progressif, lignes de cote moins creusées et flex assoupli) a perdu plus de 200 g par ski. Le noyau se compose désormais de paulownia, de fibre de verre et de carbone. Sur la neige, on retrouve un ski sain et accessible, maniable et qui a le double mérite d’être intuitif et tolérant. Comme la version précédente, nous avons noté un manque de stabilité avec la vitesse et sur les neiges compactes. L’Ova Freebird reste néanmoins une valeur sûre qui conviendra aux randonneurs du niveau débutant au confirmé en quête de polyvalence et de fiabilité.

Maniabilité

Portance

116

85

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Pas de changement significatif pour le Zero G 85 qui a gardé son caractère affirmé. On retrouve sans surprise un ski exigeant techniquement que les débutants prendront soin d’éviter pour miser sur un cheval moins ardu à dompter. De leur côté, les bons skieurs vont apprécier le niveau de performance de ce Blizzard. On peut lui rentrer dedans, ça tient sous le pied. Pente raide, sur le dur : peu importe le terrain on peut compter sur lui ! Un ski solide qui impose les choses et qui peut parfois prendre la liberté de vous emmener là où vous ne souhaitiez pas forcément aller. Ne surtout pas hésiter à faire preuve d’autorité ! Les + Agressif en descente. Bon pour de gros dénivelés. Polyvalent. Stabilité.

Les - N’aime pas aller trop vite (manque de stabilité).

Les - Pas accessible. Portance limitée.

100

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse Vitesse modérée

Stabilité

Les + Maniabilité et accessibilité. Ski sain et sans mauvaise surprise. Polyvalent.

106

3,5 / 5

Maniabilité

Portance

113

80

Stabilité

Nouveau venu sur nos tests, la marque Duret s’invite avec son Grand Raid qui porte bien son nom. C’est un ski qui se prête assez bien aux profils de randonneurs au long cours qui aiment monter et descendre en faisant un minimum de virages. Il se montre en effet assez peu maniable et on a un peu l’impression d’avoir un ski de super-G qui tire tout droit dans la ligne de pente. Heureusement, la stabilité et l’accroche sont au rendez-vous. Pour les petits virages et les descentes à la cool, il faudra repasser. Ce Grand Raid n’est pas taillé pour les débutants mais plutôt pour les skieurs confirmés jusqu’aux experts. On vous aura prévenu, il n’est pas facile à dompter ! Les + Bon à la montée. Stabilité et accroche. Aime la vitesse et tirer tout droit.

98

Les - Difficile à manœuvrer. Pas taillé pour les petits virages. Exclusif raid à ski.

Tailles dispos : 163, 169 et 175 cm Rayon : 18 m (175 cm) Poids d’un ski nu : 1 050 g (163 cm). Fabrication : Autriche.

Tailles dispos : 162, 170, 175 et 180 cm Rayon : 17 m (175 cm) Poids d’un ski nu : 1 125 g (175 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 157, 164, 171, 178 et 185 cm Rayon : 16 m (171 cm) Poids d’un ski nu : 1 015 g (171 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 165 et 175 cm Rayon : 23 m (175 cm) Poids d’un ski nu : 1 520 g (175 cm) Fabrication : France

Accessibilité : 5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 3 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 2,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3 / 5

Talon

Patin

66 FREERANDO MAG

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule


RANDO MA EE G FR N S PÉ

ME

DYNASTAR

VERTICAL DEER (175)

IBEX 84 CARBON XLT (170)

TRANSALP 88 (177)

550€

499,99€

799€

549€

sans fixations

Indice de confiance du test :

Maniabilité

Portance

5/5

Vitesse modérée

Stabilité

Dynafit change toutes ses gammes cette saison avec quatre nouvelles lignes : Race, Speed, Tour et Free. Ce Tour 88 et sa version femme s’inscrivent entre le Tour 82 et Tour 96. Reprenant les mensurations du Manaslu, le Tour 88 lui ressemble également dans le comportement. On retrouve en effet la polyvalence et l’accessibilité de son prédécesseur ainsi que son caractère homogène qui permet de faire face à de nombreuses situations. Seule faiblesse avouée : sa stabilité, qui n’invite pas à envoyer trop fort. Le Tour 88 conviendra parfaitement aux profils de randonneurs “50/50” qui misent sur la polyvalence plus que la performance.

120

85

Les + Accessible. Polyvalent. Fiable. Bon rapport poids / surface portante.

Indice de confiance du test :

Vitesse modérée

Stabilité

Nouveauté 2018, le Vertical Deer succède à la valeur sûre de la marque de Sallanches, l’Alti 85. Il se démarque de celui-ci avec une géométrie différente, plus moderne avec notamment un beau rocker assez marqué en spatule. Ce Deer (cerf, en anglais) se manie très facilement mais attention à l’équilibration avec un talon tonique et une spatule souple. À la montée, RAS pour le Deer dont le poids contenu et la maniabilité dans les manœuvres font merveille. Bref, il a tout bon pour les skieurs de niveau débutant jusqu’à bon qui cherchent un ski de rando plaisant et facile d’accès. Les plus énervés lui reprocheront de manquer de stabilité pour (vraiment) bourriner en descente.

Maniabilité

Portance

120

84

Stabilité

C’est léger ça… Vous êtes certain qu’on peut skier avec ? Et bien oui ! Elan chamboule sa gamme rando pour faire place aux Ibex (bouquetin, en anglais) qui se déclinent en deux largeurs (84 et 94 mm) et trois constructions différentes. Cette version Carbon XLT est la plus légère. Si à la montée le ski tient toutes ses promesses, il n’est pas décevant à la descente, loin de là. Facile et polyvalent, il est d’un comportement joueur et dynamique, très vivant. Les skieurs fins et techniques vont apprécier ce vrai ski de bouquetin qui ne tremble pas devant la pente glacée. Seule limite : sa stabilité. L’Ibex 84 Carbon XLT perd en effet de sa superbe avec la vitesse et secoue pas mal. Hormis cet écueil, il sait tout faire.

Maniabilité

Portance

123

88

Stabilité

Testé l’an dernier, le Transalp nous revient comme un boomerang, inchangé. Et c’est tant mieux puisque nous l’avions bien apprécié ! Enfin, surtout en descente où ce Fischer démontre de belles qualités de conduite. Un solide compagnon pour foncer “tot dret dans l’pentu”, sans faire de manières. Pas vraiment porté sur les petits virages qui demandent des efforts, le Transalp s’exprime mieux dans les grands espaces avec de la vitesse. Si vous aimez le genre, vous ne serez pas déçus. Que les débutants s’abstiennent ou bossent leurs fondamentaux ! Le bougre ne se déforme pas facilement et il faut un minimum de vitesse pour lui faire faire ce que l’on veut. Dans le programme, on est finalement pas très loin d’un ski freeride-rando, plus typé descente que montée tant les performances dans le sens de la pente sont impressionnantes. Les + Ski solide. Performances à la descente. Aime la vitesse.

Les - N’aime pas aller vite. 105

110

Vitesse modérée

Les + Polyvalence montée / descente. Légèreté. Conduite facile et intuitive.

Les - N’aime pas aller trop vite (stabilité).

4,5 / 5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

111

Les - Un peu exigeant.

Tailles dispos : 158, 166, 174, 182 et 189 cm Rayon : 18 m (174 cm) Poids d’un ski nu : 1 380 g (174 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 152, 160, 167, 175 et 180 cm Rayon : 21 m (175 cm) Poids d’un ski nu : 1 300 g Fabrication : Espagne

Tailles dispos : 156, 163, 170 et 177 cm Rayon : 19 m. Poids d’un ski nu : 1 030 g (163 cm) Fabrication : Slovénie

Tailles dispos : 156, 163, 170, 177 et 184 cm Rayon : 19 m (170 cm) Poids d’un ski nu : 1 200 g (170 cm) Fabrication : Autriche

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 3,5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Talon

Patin

68 FREERANDO MAG

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

CI

SCENTE

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Accessible et tolérant. Polyvalence dans les conduites et en montée / descente.

Les - Limité avec la vitesse (stabilité).

107

Maniabilité

Portance

3,5 / 5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

DE

sans fixations

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Vitesse modérée

sans fixations

sans fixations

4/5

Conversion Grande vitesse

88

FISCHER

TOUR 88 (174)

Indice de confiance du test :

123

ELAN

O TI

E

DYNAFIT

N

AL

TESTS SKIS 2018


RANDO MA EE G FR N S PÉ

ME

SESSION (177)

TROU DE LA MOUCHE (170)

679€

679€

795€

sans fixations

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

3,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Initialement basée en Europe, la marque Majesty, créée en 2007, s’est installée aux États-Unis en 2016. Nouveauté 2018, cette version allégée du Werewolf en impose d’emblée par sa cosmétique. Sur la neige, à vitesse modérée, tout se passe bien. Mais il avoue assez vite ses limites à rythme soutenu à cause d’un manque de stabilité comme pour de nombreux skis de rando quand on les pousse. On se console en revanche avec une maniabilité qui facilite vraiment la conduite et les évolutions “new school” inspirées par le freestyle. En mode remonte-pente, le Werewolf s’en sort bien avec un poids maîtrisé et un bon comportement dans les conversions. Intéressant ce cousin américain !

Maniabilité

Portance

126

89

Vitesse modérée

Stabilité

sans fixations

4/5

Indice de confiance du test :

Une fois n’est pas coutume, voici un ski de rando qui aime la vitesse ! Le Session est en effet un peu à contre-courant avec un caractère bien affirmé très porté sur la vitesse et les lignes tendues. Un peu “pataud” lorsqu’on le skie tranquille, le Session s’adresse aux bons skieurs, voire aux experts, qui privilégient la descente en mode “full speed”. Ce n’est pas vraiment un ski de contemplatif pour profiter des plaisirs du voyage ! Côté montée, le poids est bon mais les manœuvres sont un peu laborieuses. Un peu limité pour un programme 50/50, ce Movement Session aime les conditions faciles et les terrains avec de l’espace pour s’exprimer… à fond !

119

86

Les - Petits virages. Accessibilité. Manœuvres de montée laborieuses.

Vitesse modérée

Stabilité

Portant le nom de la grande classique du massif des Aravis, ce ski Plum est fabriqué en Haute-Savoie par les Shapers Alpins (Aluflex / Fiberflex). Très bien placé dans le programme 50/50, le Trou de la mouche séduit d’emblée par sa maniabilité et son agréable caractère. Un “super petit ski” pour nos testeurs qui le voient bien chaussé par les randonneurs de niveau débutant jusqu’à bon en quête de polyvalence. Avec lui, pas la peine d’un diplôme de glisse à Bac + 4 pour se faire plaisir. Agréable et instinctif à vitesse raisonnable, il se montre en revanche limité en termes de performances pour contenter les plus engagés en descente (il était sans doute desservi par sa petite taille).

Les - N’aime pas trop la vitesse (stabilité). Système de stop-ski efficace mais pas très intuitif.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Maniabilité

Portance

122

86

Stabilité

C’est une des grosses nouveautés de l’hiver : Rossignol lance son premier ski de rando assumé en tant que tel. Vraiment bien à sa place en 50/50, on retrouve avec ce Seek 7 le comportement des skis de la série freeride S avec un rocker prononcé en spatule qui lui procure une maniabilité au top. Si comme beaucoup il avoue ses faiblesses à mesure que la vitesse augmente, ce Rossignol se distingue par son côté joueur, vif et ludique. Facile à faire pivoter et à déformer, efficace à la montée, on ne peut que le conseiller à un large public, des débutants jusqu’aux bons skieurs qui veulent se faire plaisir simplement et efficacement. Les + “Jouet” bien fini. Accessible et performant à la fois. Idéal pour l’initiation.

Les + Facile, agréable et accessible. Bon compromis montée / descente.

108

114

4,5 / 5

Conversion

Maniabilité

Portance

Les - Stabilité. Incontrôlable à haute vitesse. 110

499,99€

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Aime la vitesse (stabilité).

Les + Maniabilité au top. Ski original et esthétique. Accessible.

SEEK 7 (176)

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

ROSSIGNOL

NTÉE

2 0 1 7- 2 0 1 8

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

MO

sans fixations

sans fixations

3,5 / 5

CI

E

MOVEMENT

Indice de confiance du test :

90

PLUM

O TI

MAJESTY

WEREWOLF CLT (175)

120

N

AL

TESTS SKIS 2018

Les - Stabilité limitée avec la vitesse. Tape fort dans les conditions difficiles.

108

Tailles dispos : 166, 175 et 184 cm Rayon : 23,3 m (175 cm) Poids d’un ski nu : 1 310 g (175 cm) Fabrication : Pologne

Tailles dispos : 161, 169, 177 et 185 cm Rayon : 18 m (169 cm) Poids d’un ski nu : 1 250 g (169 cm) Fabrication : Tunisie

Tailles dispos : 154, 162, 170, 178 et 184 cm Rayon : 18 m (170 cm) Poids d’un ski nu : 1 200 g (170 cm) Fabrication : France

Tailles dispos : 154, 162, 168, 176 et 182 cm. Rayon : 20 m Poids d’un ski nu : 1 250 g Fabrication : Espagne

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 3 / 5 Performance à la montée : 3 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Talon

Patin

70 FREERANDO MAG

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule


Les défis changent, l’histoire reste. ANS

Technologie Grandeur Nature

D’AVENTURE HUMAINE

Mitsubishi L200

OFFRE SPÉCIALE

DOUBLE CAB

Capacité de traction : 3,1 tonnes

INTENSE CONNECT À PA R T I R D E

Charge utile : jusqu’à 1 035 kg

ANS

259

TTC €/mois (1)

LLD 49 mois et 15 000 km/an avec un 1er loyer majoré de 3 500 € TTC, Révisions et Pièces d'Usure incluses(2)

Rayon de braquage : 5,9 m

non assujetti au malus écologique

(1) Exemple de Location Longue Durée (LLD) sur une durée de 49 mois et 15 000 km/an pour le financement d’un Mitsubishi L200 Double Cab Intense Connect (hors peinture métallisée), apport de 3 500 € placé en 1er loyer majoré, suivi de 48 loyers mensuels de 259 € TTC, contrat d’assurance et de prestations Révisons Pièces d’Usure Réparation Pneu compris(2). (2) Le contrat de prestation de services “Révisions et Pièces d’Usure” no 201206E et le contrat d’assurance collective de dommages “Réparation Pneu” no 2015ARP sont souscrits par CGL, tant en son nom propre qu’au nom et pour le compte de ses filiales, par l’intermédiaire de FINASSURANCE, auprès respectivement d’OPTEVEN SERVICES et d’OPTEVEN ASSURANCES. OPTEVEN ASSURANCES est une entreprise d’assurance régie par le Code des assurances. Contrats présentés par FINASSURANCE, filiale de CGL, Compagnie Générale de Location d’Équipements - SA au capital de 58 606 156 euros - 69 avenue de Flandre 59700 Marcq-en-Barœul - SIREN 303 236 186 RCS Lille Métropole. Offre réservée aux particuliers valable du 01/10/2017 jusqu’au 31/12/17 et non cumulable avec d’autres offres en cours chez les distributeurs participants, sous réserve d’acceptation par SEFIA SAS au capital de 10 000 000 € - 69 avenue de Flandre, 59708 Marcq-en-Barœul Cedex - SIREN 491 411 542 RCS Lille Métropole. Garantie et assistance : limitées à 5 ans/100 000 km, au 1er des 2 termes échu, selon conditions générales de vente. M MOTORS AUTOMOBILES FRANCE SAS au capital de 10 000 000 € - RCS PONTOISE no 428 635 056 - 1 avenue du Fief 95067 Cergy Pontoise Cedex.

www.mitsubishi-motors.fr

Retrouvez-nous sur facebook

MMAF recommande

Crédits photos : A. Kryszpiniuk - Shutterstock


RANDO MA EE G FR N S PÉ

MTN EXPLORE 88 (169)

VTA 88 LITE (180)

600€

800€

avec peaux et sans fixations

4/5

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

125

88

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Pourquoi changer une équipe qui gagne ? Et pourquoi donc faire évoluer ce Salomon MTN 88 Explore qui s’adjuge de nouveau la palme de la polyvalence ? Aucune... C’est une des valeurs sûres de notre sélection dans cette catégorie des 50/50. Si ce n’est pas le plus joueur, il se détache du lot par sa capacité à tout faire et à bien le faire. Avec ce ski, c’est simple on peut tout envisager : des gros dénivelés en montée, des descentes techniques et / ou engagés, dans les pentes raides, la fraîche… Même s’il est un peu court en 169 cm, il ne montre pas de gros défaut sauf en termes de stabilité à haute vitesse. Mais franchement, rien de rédhibitoire. 

128

95

Les + Accessible et performant. Vrai polyvalent. Équilibre montée / descente.

Vitesse modérée

Stabilité

Avec ce Superguide 95, on se trouve à la frontière entre un ski de rando orienté 50/50 et un ski de freeride-rando. Un peu lourd et large pour la gamme, ce beau Scott en a sous le patin pour les aficionados de grandes droites dans la pente. Pas très prompt à virer court (disons exigeant), il est en effet plus à son aise dans les grands espaces. C’est un ski au comportement sain mais qui s’adresse à des skieurs aguerris capables de l’exploiter physiquement et techniquement. En échange, il procure une stabilité rarement vue chez un ski de rando. Le revers de la médaille, vous l’aurez compris, c’est la montée. Au-delà de 500 mètres de dénivelé, va falloir s’y employer !

127

88

116

Les - Un peu hors catégorie. Accessibilité. Système phoquage / déphoquage.

MO

ADRET 88 (174)

Indice de confiance du test :

4/5

Vitesse modérée

Stabilité

Le VTA 88 Lite est un récidiviste. Primé l’année dernière pour ses qualités de descendeur, il en reprend une dose cette saison ! On ne va pas se mentir, ce n’est pas un modèle d’accessibilité et de tolérance. Son credo, c’est la descente. À fond si possible. Très stable, il invite à plonger dans la pente avec gourmandise. Pour virer court, il nécessite physique et technique. C’est clairement un ski destiné aux bons (voire très bons) skieurs qui aiment les sensations fortes. “Taillé pour couper la glace” ; “C’est une machine de guerre” ; “Pas pour les débutants” : voilà quelques commentaires lâchés au débriefing par nos testeurs. Qu’on se le dise, ce Völkl est un peu exclusif…

Maniabilité

Portance

124

88

Les + Stabilité. Encaisse bien la vitesse. Grandes courbes.

Stabilité

L’Adret XL devient l’Adret 88 cette saison et subi lui aussi quelques modifications au niveau de sa construction pour gagner en légèreté. Passé sous la barre psychologique du kilo sans fix (donnée constructeur), l’Adret 88 est fatalement une machine à remonter les pentes mais avec une surface portante conséquente en regard à son poids. En action dans le sens de la pente, cette légèreté impose d’être bien attentif car les skis ont tendance à partir un peu dans tous les sens. La stabilité de l’Adret est certes limitée mais il se manie avec le petit doigt. Les randonneurs fins, adeptes de longues sorties et / ou de descentes techniques, vont apprécier ! Les + Très légers pour la montée. Maniabilité. Très bon rapport poids / surface portante.

Les - Exigeant. Lourd à monter avec la fixation Kingpin. Polyvalence.

106

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les - Trop légers pour la descente. Stabilité.

111

Tailles dispos : 161, 169, 177 et 184 cm Rayon : 18 m Poids d’un ski nu : 1 320 g Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 168, 178 et 184 cm Rayon : 21 m (178 cm) Poids d’un ski nu : 1 450 g (178 cm) Fabrication : Ukraine

Tailles dispos : 160, 170 et 180 cm Rayon : 18,9 m (170 cm) Poids d’un ski nu : 1 060 g (170 cm) Fabrication : Allemagne

Tailles dispos : 169, 174 et 182 cm Rayon : 18,5 m (174 cm). Poids d’un ski nu : 990 g (174 cm) Fabrication : Pologne

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 3 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 2,5 / 5 Performance à la montée : 3,5 / 5 Performance à la descente : 5 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Talon

Patin

72 FREERANDO MAG

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

Talon

Patin

Spatule

CI

NTÉE

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion

Maniabilité

Portance

O TI

sans fixations

4/5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Stabilité “à l’allemande”. Performances grands virages & vitesse. Portance.

Les - Pas très ludique. Manque de stabilité à haute vitesse (taille un peu courte).

111

Maniabilité

Portance

ZAG

SCENTE

2 0 1 7- 2 0 1 8

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

N

699€

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

DE

sans fixations

sans fixations Indice de confiance du test :

Conversion Grande vitesse

RANDO MA EE G FR N S PÉ

CI

ME

ME

SUPERGUIDE 95 (178)

710€

Indice de confiance du test :

VÖLKL

SCOTT

C

E

YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

O TI

E

OL

N

AL

CI

E

P

O TI

E

SALOMON

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

AL

TESTS SKIS 2018


illustration : steve scott, colagene.com

* Envie de Skier - mot dièse des fans de ski ** Base 4 pers. Occupation pleine - Offre soumise à conditions et disponibilité *** 1 place disponible sur une base 4 pers.

#WANTTOSKI *

INVITATION WEEK-END A partir de

112€**/pers

> Hebergement 2 nuits > Forfait de ski 2 jours Val Thorens-Orelle > Parking***

Infos & réservations : +33 (0)4 79 00 01 06 www.valthorens.com Station ouverte en continu du 18 novembre 2017 au 8 mai 2018

TESTS DE MATERIEL GRATUITS EN AVANT-PREMIER E *** INITIATIONS *** cONTEST FREESTYLE


TESTS SKIS 2018

Freeride-rando La freeride-rando n’est, en soi, pas une nouvelle pratique. Mais les skis vraiment adaptés ne sont apparus qu’il y a un peu plus de cinq ans maintenant. À la fois larges pour évoluer sur neiges fraîches et légers pour envisager – a minima – une marche d’approche, ces skis sont de plus en plus performants et polyvalents. Et en termes de poids, les standards ne cessent de baisser. Un peu à l’image de la catégorie des 50/50, notre sélection des skis de freeride-rando se compose de différents profils. Entre ceux vraiment axés sur la descente, les polyvalents et les remonte-pentes (il y en a !), vous avez l’embarras du choix. Par Jonathan Gaillard

74 FREERANDO MAG


TESTS SKIS 2018

Ci-dessus :L’irremplaçable duo franco-tchèque formé par les profs de l’Ensa Yannick Boucherand et Emmanuel Marchand-Arvier. À gauche : Le fraîchement diplômé guide de haute montagne Jonathan Félisaz, dans son jardin des neiges sur le glacier d’Argentière, tente de suivre le rythme de Nicolas Anthonioz.

FREERANDO MAG 75


RANDO MA EE G FR N S PÉ

CI

MO

ME

549€

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

126

95

Vitesse modérée

Stabilité

Le Backland 95 s’est refait une jeunesse et change presque tout. On s’épargne le détail pour garder en tête un gain de poids substantiel. Cet Atomic au caractère alpin affirmé se positionne ainsi un peu mieux dans les standards de la catégorie en termes de poids. On peut largement envisager des montées de plus de 1 000 mètres de dénivelé positif sans planifier de la préparation physique pendant tout l’été. Au niveau de la conduite, il se montre d’emblée très accessible avec une facilité de pilotage vraiment agréable. Efficace et polyvalent, les experts lui reprocheront sans doute de manquer de stabilité. Mais il se distingue par un rapport poids / surface quasi imbattable. Un des meilleurs à la montée !

125

95

Les - Manque de stabilité pour être bourriné.

DYNAFIT

NTÉE

BEAST 98 (177)

2 0 1 7- 2 0 1 8

650€

sans fixations

Indice de confiance du test :

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion

Maniabilité

Portance

Vitesse modérée

Stabilité

Nouveauté au catalogue 2018, le Route 95 est annoncé comme le parfait polyvalent. Et on ne peut pas lui reprocher de ne pas l’être en effet, du moins dans la conduite où il se montre assez tolérant avec une capacité à encaisser dans toutes les situations. C’est un ski confortable à l’usage qui dispose d’une bonne stabilité pour ceux qui aiment engager un peu. Polyvalent donc, mais pas très réactif en revanche. Un peu “lourd” dans la conduite, il manque de vivacité et préfère les terrains dégagés aux descentes techniques. Point rassurant : ça tient sous le pied, on sent bien le ski de la spatule au talon. Pour jouer au remonte-pente on a vu mieux, on a vu bien pire aussi.

Maniabilité

Portance

128

95

Maniabilité

Portance

125

97

Stabilité

On avait testé le Météorite, prédécesseur de ce Beast 98 l’hiver dernier. Cette version est indéniablement plus sympa à skier et surtout bien moins exclusive. Assez homogène jusque dans la répartition du flex, le Beast 98 propose d’allier polyvalence et efficacité… à vitesse modérée. Ce n’est certes pas le plus sportif de notre sélection mais indéniablement un des plus polyvalents avec un poids raisonnable pour sa carrure. Avec un montage de fixation hasardeux (trop en avant, d’où l’impression de survirer), nous avons malgré tout apprécié ce Dynafit qui se pilote bien et qui conviendra parfaitement à des pratiquants de bon niveau qui vont chercher les grands espaces dans la neige fraîche. Les + Polyvalent et homogène. Accessible et tolérant.

Les - Exigeant donc pas très accessible. Limité en portance.

112

114

Vitesse modérée

Stabilité

Affûté comme une lame, le Zero G 95 nous revient avec son tempérament en acier trempé. Rigoureux, ce Blizzard se distingue par un caractère sportif. Équipé de fixations à inserts ATK (contre les Kingpin de Marker l’an dernier), il s’est immédiatement placé en tête pour la “Mention spéciale montée”. Le Zero G 95 est à dire vrai plus un randonneur qu’un freerandonneur. Sa portance est en effet un peu limitée par rapport à d’autres et on a l’impression de skier sur deux “allumettes”. Ceci dit dans les conditions compliquées le ski tient bon, même quand c’est cartonné avec de la vitesse. Après, il faut avoir les jambes et la technique pour suivre ce train d’enfer !

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Aime les grandes courbes et la vitesse. Ski rigoureux. Peut aller dans le registre de la pente raide.

Les - Poids. Manque de vivacité.

4/5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Accessibilité. Maniabilité et confort. Stabilité. Solide sous le pied.

Les + Polyvalence montée descente. Accessibilité. Rapport poids / surface au top. 115

4,5 / 5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

MO

sans fixations

Indice de confiance du test : Conversion

Phoquage/ déphoquage

CI

649€

sans fixations

4,5 / 5

Conversion Grande vitesse

ZERO G 95 (178)

575€

sans fixations Indice de confiance du test :

O TI

BLIZZARD

BLACK DIAMOND ROUTE 95 (183)

NTÉE

2 0 1 7- 2 0 1 8

N

E

BACKLAND 95 (177)

O TI

E

ATOMIC

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

AL

TESTS SKIS 2018

Les - Manque de stabilité. 116

Tailles dispos : 169, 177 et 185 cm Rayon : 18 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 370 g (177 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 163, 173 et 183 cm Rayon : 19 m (173 cm). Poids d’un ski nu : 1 660 g (173 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 164, 171, 178 et 185 cm Rayon : 18 m (178 cm) Poids d’un ski nu : 1 150 g (178 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 170, 177 et 184 cm Rayon : 19 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 530 g (177 cm) Fabrication : Autriche

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 3 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 3,5 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

talon

patin

76 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule


YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

ME

ME

ELAN

133

97

C

FISCHER

BOOST 97 (178)

599€

639€

sans fixations

Indice de confiance du test :

4,5 / 5

Maniabilité

Vitesse modérée

Stabilité

Le Mythic 97 a complètement changé, rien à voir avec la version 2017. Mais non, on déconne… Le Dynastar nous revient inchangé cet hiver et c’est tant mieux ! Super maniable, facile à piloter, stable même lorsque le compteur s’emballe, il dispose d’une belle capacité à s’adapter à tous les terrains et toutes les conditions. Bref, efficace et tout confort ! À la montée, sa carrure imposante est un peu gênante au moment des conversions mais le rapport poids / surface portante reste l’un des plus intéressants de notre sélection. Un ski idéal pour ceux qui veulent se perfectionner mais aussi pour les bons skieurs qui veulent se faire plaisir.

Maniabilité

Portance

132

94

Vitesse modérée

Stabilité

Tout nouveau, tout beau, l’Ibex débarque cet hiver sur vos pentes enneigées. Léger, il est très appréciable en montée et ne pose aucune difficulté dans les manœuvres. Mais c’est à la descente qu’il est le plus étonnant. Dans le sens de la pente, cet Ibex dévoile une stabilité quasiment à toute épreuve. Assez homogène, il est à la fois polyvalent et performant sans montrer de gros défaut. De caractère assez rigoureux et pas spécialement “funky”, l’Ibex 94 Carbon se trouvera plus à sa place aux pieds des bons skieurs plus que des débutants. Avec lui, c’est monte vite et descend fort !

126

96

Les - Accessibilité limitée. Pas très ludique.

Vitesse modérée

Stabilité

Exit les Hannibal 94 et 100 ! Place désormais au seul Hannibal 96 avec lequel on retrouve l’efficacité des versions précédentes. Plutôt maniable et accessible, ce Fischer est assez alpin dans son comportement. Simple et efficace, il déroule de belles qualités même avec un rythme soutenu où sa stabilité met en confiance. C’est un ski un peu exigeant tout de même qui s’adresse aux skieurs de niveau bon à très bon à la recherche d’un “outil” robuste et fiable. Pas de souci à la montée hormis le système de peaux Profoil qu’il faut dompter. Son bon rapport poids / surface le rend vraiment efficace dans cette catégorie freeride-rando. C’est déjà une valeur sûre  !

114

Maniabilité

Portance

132

97

Stabilité

Hagan iz good, verrrry good my friend ! Déjà récompensé l’année dernière pour ses qualités de remonte-pente, le Waï Boost, devenu Boost 97, récidive et s’adjuge même le coup de cœur de cette catégorie. Très intuitif, il préfère quand le rythme est un minimum soutenu pour s’exprimer pleinement et sa stabilité fait merveille pour ceux qui aiment engager un peu. On se sent vite en confiance et on perçoit rapidement un gros potentiel à exploiter. Le Boost est néanmoins un ski “open” qui s’adresse à un public assez large en quête de polyvalence. C’est un bon ski de freeride tout terrain qui n’a pas peur des dénivelés positifs ou négatifs à quatre chiffres. Les + Niveau de performances à la descente. Aime la vitesse. Sympa à skier. Rapport poids / surface excellent. Les - Spatule très “vivante” (mais pas gênante).

Les - Pas très accessible. 112

4,5 / 5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Stabilité optimale même avec la vitesse. Grandes courbes. Bon rapport poids / surface. Solide.

Les - Imposant en conversion. Spatule qui secoue fort à grande vitesse. 113

Indice de confiance du test : Conversion

Maniabilité

Portance

Les + Aime la vitesse. Polyvalence montée / descente. Léger..

Les + Rapport poids / surface au top. Tolérant, polyvalent et efficace. Tient la vitesse.

4,5 / 5

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

113

Tailles dispos : 171, 177 et 184 cm Rayon : 15 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 450 g Fabrication : France

Tailles dispos : 163, 170, 177 et 184 cm Rayon : 21,2 m Poids d’un ski nu : 1 350 g (163 cm) Fabrication : Slovénie

Tailles dispos : 162, 169, 176 et 183 cm Rayon : 21 m (176 cm) Poids d’un ski nu : 1 300 g (176 cm) Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 162, 170, 178 et 186 cm Rayon : 17 m (178 cm) Poids d’un ski nu : 1 380 g (178 cm) Fabrication : Ukraine

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

talon

patin

78 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

CŒUR

2 0 1 7- 2 0 1 8

sans fixations

Indice de confiance du test : Conversion

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

HAGAN

HANNIBAL 96 (183)

Conversion Phoquage/ déphoquage

Portance

YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

sans fixations

4,5 / 5

Conversion

Vitesse modérée

CO

CI

599€

sans fixations

Grande vitesse

OL

IBEX 94 CARBON (184)

849,99€ Indice de confiance du test :

P

O TI

E

C

E

OL

N

E

MYTHIC 97 (184)

CI

E

P

O TI

AL

DYNASTAR

N

RANDO MA EE G FR U P DE

RANDO MA EE G FR N S PÉ

RANDO MA EE G FR N S PÉ

AL

TESTS SKIS 2018

spatule

talon

patin

spatule


*Toujours des bons moments

Always Good Times

*

MOUVEMENTS SANS EFFORT SKI RIGIDE ET FIABLE

IBEX 94 CARBON avec

BRIDGE TECHNOLOGY O TI

CI

OL

YVALEN

2 0 1 7- 2 0 1 8

C

E

P

N

E

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

AL

La technologie Bridge permet de rendre le ski plus léger, et procure stabilité en torsion et un trans- fert de puissance aux carres hors pair. Sa forme 3D innovante et unique améliore l’évacuation de la neige, et le noyau en bois est renforcé par des inserts Vapor Tip, pour une glisse fluide et légère.


TESTS SKIS 2018

RANDO MA EE G FR U P DE

WAYBACK 104 (184)

O TI

CO

CI

E

K2

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

DE

MAJESTY

SCENTE

2 0 1 7- 2 0 1 8

ALP TRACKS 100 (185)

DARK MÔLE (179)

699€

999€

795€

sans fixations

4,5 / 5

Indice de confiance du test :

Conversion

Maniabilité

Portance

136

104

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Nouveauté 2018, le Wayback 104 vient compléter la large gamme K2 en freerando avec les 74, 82, 88, 96. Sur la neige, ce costaud s’adresse à ceux qui aiment envoyer dans les grandes largeurs. Pas très maniable, il est d’une stabilité rare dans ces gammes dédiées au freeride-rando. Pas de dentelle au programme donc, mais du lourd : il s’exprime avec de la vitesse et dans les grands espaces. Le reste… oubliez. Il n’est pas fait pour lambiner ! Un K2 pour les freeriders de bon niveau et les grosses conditions. En montée, il ne faudra pas aller chercher au-delà des marches d’approche courtes pour que l’utilisation de ce K2 ne se transforme pas en cauchemar.

136

103

Vitesse modérée

Stabilité

Esthétique sobre et efficace pour ce Supernova signé Majesty qui joue dans la cour des gros skis de notre sélection. Imposant, il se pilote avec une relative facilité vue sa largeur. Pas trop à l’aise sur les neiges compactes où on se fait bien secouer, le Supernova est sans aucun doute possible un super ski de freeride. C’est clairement un ski de poudre ou de neige douce, pas trop fait pour les neiges et terrains compliqués. Mais dans les conditions laborieuses de nos tests, il a tout de même su faire preuve de stabilité. Les adeptes du freeride apprécieront… En mode montée en revanche c’est chaud : il est en effet très lourd et délicat à manœuvrer. Freeride first ! 

132

100

4,5 / 5

Vitesse modérée

Stabilité

Nous avions testé le Alp Tracks 106 LTD l’année dernière. Un ski exclusif et taillé pour tirer droit dans la pente, sans compromis. Cette version à 100 mm reste fidèle à son cousin mais en nettement plus accessible et polyvalent. Son domaine de prédilection reste la vitesse et les grandes courbes et avec une bonne tenue sous le pied, les amateurs du genre trouveront de quoi faire. C’est plus délicat dans les petits espaces où sa maniabilité ne plaide pas en sa faveur. C’est un bon ski de freeride, nerveux, qui met en confiance mais qu’il faut savoir tenir. Monté avec Marker Kingpin, difficile d’envisager beaucoup de dénivelé positif mais son rapport poids (ski nu) / surface reste excellent.

Les - Accessibilité limitée. Pas de tenue en petits virages. Assez exclusif, pas polyvalent.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Maniabilité

Portance

130

96

Les + Bon rapport poids / surface. Stabilité. Vitesse et grandes courbes.

120

120

Maniabilité

Portance

Les - Dur en affaire à la montée.

Les - Polyvalence. Limité en montée. Accessibilité.

Indice de confiance du test : Conversion

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Les + Super stable. Vrai ski de freeride. Look.

Les + Sensation de sécurité à haute vitesse. Vrai ski de freeride.

122

Maniabilité

Portance

4,5 / 5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Stabilité

Deuxième saison pour le Dark Môle qui a été remanié pour gagner en rigidité et ainsi jouer sur la stabilité et l’accroche. Si nous l’avions apprécié l’an dernier, nous avons adoré le millésime 2018 ! Entre maniabilité et stabilité, il n’a pas choisi et propose de belles qualités de conduite à toutes les allures. Sain et efficace, il est très accessible et peut à la fois convenir aux randonneurs débutants et aguerris en quête d’un ski made in France qui répondra présent dans toutes les situations. C’est un modèle de polyvalence qui peut s’exprimer sur différents terrains. En mode montée, son poids raisonnable permet d’envisager de belles sorties. Un excellent compromis pour cette catégorie ! Les + Accessible. Léger. Confortable. Polyvalent. Efficace. Les - Montée : un peu compliqué en conversion (bascule difficile).

119

Tailles dispos : 170, 177 et 184 cm Rayon : 23 m (177 cm Poids d’un ski nu : NC Fabrication : Chine

Tailles dispos : 169, 177 et 186 cm Rayon : 19,6 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 750 g (177 cm) Fabrication : Pologne

Tailles dispos : 170, 177 et 185 cm Rayon : 19 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 190 g (177cm) Fabrication : Tunisie

Tailles dispos : 163, 171, 179 et 185 cm Rayon : 19 m (171 cm). Poids d’un ski nu : 1 380 g (171 cm) Fabrication : France

Accessibilité : 3 / 5 Performance à la montée : 2 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 2 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

Accessibilité : 3 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

talon

80 FREERANDO MAG

patin

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

CŒUR

2 0 1 7- 2 0 1 8

sans fixations

Indice de confiance du test :

Conversion Phoquage/ déphoquage

Vitesse modérée

sans fixations

sans fixations

Indice de confiance du test :

PLUM

SUPERNOVA (177)

649€

Grande vitesse

MOVEMENT

spatule

talon

patin

spatule


TESTS SKIS 2018

519,99€

760€

SKY 7 HD (180)

MTN 95 (184)

sans fixations

Indice de confiance du test :

98

YVALEN

C

2 0 1 7- 2 0 1 8

SCOTT

Indice de confiance du test :

4,5 / 5

SUPER MAXIMO (178)

550€

679€

sans fixations

Maniabilité

Vitesse modérée

Stabilité

Le Sky 7 revient avec toutes ses belles qualités de descendeur, c’est tant mieux. Avec un poids assez conséquent, son usage à la montée s’en trouve forcément limité. C’est un ski totalement à sa place dans cette catégorie qui, rappelons-le, met l’accent sur la skiabilité. Et le Sky 7 le fait plutôt efficacement avec un caractère homogène, assez polyvalent et accessible. C’est sa grande force : réunir performances et accessibilité, la “touch” Rossignol. S’il n’est pas adepte des vitesses supersoniques, le Sky 7 préfère se la jouer ludique avec une facilité de pivot déconcertante. Un ski d’inspiration moderne, très efficace en grosses conditions, qui vaut bien quelques sacrifices à la montée…

Maniabilité

Portance

130

95

5/5

Indice de confiance du test :

Vitesse modérée

Coup de cœur en 2016 et 2017, le MTN 95 se voit cette fois-ci auréolé pour sa polyvalence. Non pas que le cœur n’y soit plus, bien au contraire, mais ce ski fait désormais partie du paysage. Inchangé, il garde toutes ses propriétés : polyvalence donc, un bon rapport poids / surface (si monté avec fix à inserts), une skiabilité au top. De caractère assez neutre et pas spécialement ludique, c’est un ski homogène “sain et diététique” qui convient à une cible très large de freerandonneurs. Les débutants trouverontlà une marge de progression importante et les experts pourront s’appuyer sur ses qualités et sa fiabilité. Bref, ça reste une valeur sûre, même trois ans après sa sortie. Les + Rapport poids / skiabilité. Polyvalence. Accessibilité.

Les - Lourd.

Les - Aime moins les neiges compactes.

Maniabilité

Portance

140

105

D’inspiration résolument freestyle backcountry avec ses double rockers, ces Punisher sont une nouveauté dans cette largeur (il existe une version à 95 mm). Au rayon skiabilité, ce Scott est loin d’être une punition ! Comme on pouvait s’y attendre, c’est un ski résolument ludique et maniable avec une qualité de pivot remarquable. Il n’en oublie pas les fondamentaux pour autant avec une bonne capacité à encaisser la vitesse et les terrains accidentés. Bon, à la montée il est vraiment très limitant par son poids et sa géométrie. Le Punisher fait un peu “hors casting” dans cette catégorie mais au final, la qualité de conduite est là, alors tant qu’on a les cuisses, pourquoi pas ?

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse Vitesse modérée

Stabilité

Maniabilité

Portance

127

96

Les + Ski solide. À la fois ludique et performant. “Vrai” ski de freeride.

Stabilité

Pas d’évolution pour le plus gros ski de la gamme du fabricant italien. Très inspiré des modèles rando, le Super Maximo se distingue par ses aptitudes de grimpeur. Son rapport poids / surface est un des meilleurs de la catégorie. Il est en revanche trop limité en termes de skiabilité pour faire le match des distinctions. Le Super Maximo se pilote bien, est efficace, mais il ne faut pas trop lui en demander et ne pas dépasser un certain rythme à la descente. Il propose néanmoins un véritable intérêt pour les randonneurs en quête de légèreté et de portance. C’est un “ski de montagne” qui peut convenir à différentes communauté : randonneurs, freeriders, adeptes de raid à ski…

Les + Polyvalence montée / descente. Rapport légèreté / surface portante. Accessibilité.

Les - Pas adapté à la montée.

128

116

4/5

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Stabilité

Les + Accessible et performant. Skiabilité au top. Polyvalent.

118

sans fixations

Indice de confiance du test : Conversion

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

SKITRAB

PUNISHER 105 (183)

Conversion Phoquage/ déphoquage

Vitesse modérée

128

OL

avec fixations et peaux

4,5 / 5

Conversion Grande vitesse

Portance

P

CI

E

SALOMON

O TI

E

ROSSIGNOL

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

Les - Limité en perf : sature vite avec la vitesse. 116

Tailles dispos : 156, 164, 172, 180 et 188 cm Rayon : 18 m (180 cm) Poids d’un ski nu : 1 800 g (180 cm) Fabrication : Espagne

Tailles dispos : 169, 177 et 184 cm Rayon : 18 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 400 g Fabrication : Autriche

Tailles dispos : 173, 183 et 189 cm Rayon : 22 m (183 cm) Poids d’un ski nu : 1 700 g (183 cm) Fabrication : Ukraine

Tailles dispos : 171, 178 et 185 cm Rayon : 20,5 m Poids d’un ski nu : 1 350 g Fabrication : Italie

Accessibilité : 4,5 / 5 Performance à la montée : 2,5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 5 / 5 Performance à la montée : 5 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 2 / 5 Performance à la descente : 4 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4,5 / 5 Performance à la descente : 2,5 / 5

talon

patin

82 FREERANDO MAG

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule


1 967 - 2017

Des souvenirs pour toute une vie ...

DE LÉGEN D E

www.le-corbier.com

#lecorbier


TESTS SKIS 2018 VTA 98 (184)

O TI

CI

E

VÖLKL

N

AL

ME

RANDO MA EE G FR N S PÉ

DE

ZAG

SCENTE

UBAC 95 (184)

2 0 1 7- 2 0 1 8

629€

679€

sans fixations Indice de confiance du test :

sans fixations

5/5

Indice de confiance du test :

Conversion

Vitesse modérée

Maniabilité

Portance

133

98

Conversion Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

4/5

Vitesse modérée

Stabilité

C’est un coup de cœur de nos testeurs. Mais surtout à la descente. Le VTA 98 est à l’image du VTA 88 Lite que l’on a testé en catégorie touring : super performant une fois le mode “ski” activé. Même si le poids d’un ski nu est plutôt raisonnable, la fixation Marker Kingpin lui fait perdre de l’intérêt à la montée (trop lourde) mais lui en fait gagner encore plus en descente. Concrètement, ce Völkl aime deux choses : la vitesse et les grandes courbes. Pour tout le reste (évolution tranquille, petits virages, descentes techniques) il faut payer de sa personne. C’est une arme pour les très bons skieurs et les experts qui disposent tout de même d’un ski assez léger pour aller au-delà de la marche d’approche.

Phoquage/ déphoquage

Grande vitesse

Maniabilité

Portance

132

96

Stabilité

Même shape mais nouvelle construction pour l’iconique Ubac qui perd du poids au passage. On retrouve le Zag ludique et accessible que l’on connaît. Un ski qui s’inscrit dans la polyvalence plus que la performance. Il se déforme en effet beaucoup sur les neiges dures et sature si on lâche trop les chevaux à la descente. Il y a de la marge mais il est clairement plus à l’aise sur les neiges douces et les allures modérées. Hyper léger sous le pied, il dispose d’un excellent rapport poids / surface et se montre plutôt efficace à la montée malgré une carrure imposante. Une belle évolution du produit phare de la marque chamoniarde. Les + Polyvalence montée / descente. Accessible.

Les + Super stable, fiable sous le pied. Aime la vitesse et les grandes courbes. Assez léger.

Les - Sature avec la vitesse. N’aime pas du tout les neiges compactes.

Les - Exigeant. Exclusif grandes courbes à fond. 116

Marc Bottolier (Ensa), ex membre de l’équipe de France de ski alpin, n’a pas épargné les planches.

118

Tailles dispos : 156, 163, 170, 177 et 184 cm Rayon : 20,1 m (177 cm) Poids d’un ski nu : 1 370 g (177 cm) Fabrication : Allemagne

Tailles dispos : 169, 174, 178 et 184 cm Rayon : 20 m Poids d’un ski nu : 1 280 g (174 cm) Fabrication : Pologne

Accessibilité : 3,5 / 5 Performance à la montée : 3,5 / 5 Performance à la descente : 4,5 / 5

Accessibilité : 4 / 5 Performance à la montée : 4 / 5 Performance à la descente : 3,5 / 5

talon

patin

spatule

talon

patin

spatule


© TristanSHU.com / DSF-DSG + OT Samoëns / C Martelet * Offres soumises à condition.

SÉJOUR "TOUT SCHUSS" EN STUDIO

SÉJOUR "TOUT SCHUSS" EN HÔTEL**

Séjour à la semaine en location (base studio) avec le forfait de ski 6 jours Grand Massif. Du 23/12/2017 au 20/04/2018.

Séjour à la semaine en hôtel ** avec le petit-déjeuner et le forfait de ski 6 jours Grand Massif. Du 23/12/2017 au 20/04/2018.

Dès 240 € / pers. (base 2 pers)

Dès 435 € / pers. (base 2 pers)

Contact unique pour les offres : 04 50 89 58 58 ou resa@giffre-reservations.com Retrouvez toutes nos offres sur www.samoens.com rubriqe «Offres»

mas, grand domaine ra no pa ds an gr , ns io Grandes sensat

www.samoens.com


GUIDE D’ACHAT

S’acheter du matos de ski de rando est un investissement conséquent. Et le choix n’est pas toujours évident face à une offre grandissante et de plus en plus complexe. FreeRando Mag vous facilite le travail avec des panoplies complètes pour cinq profils de skieurs. Dans les 10 pages qui suivent, vous trouverez de quoi vous équiper des pieds à la tête. Merci qui ? PAR SANDRA STAVO-DEBAUGE Les collections poursuivent leur ascension et la vague rando dope le marché du ski. Cette année encore, le relais de croissance est à chercher du côté du ski de rando et de la rando freeride où les développements de gammes dédiées vont bon train. Les marques ne proposant pas au moins un ski de randonnée dans leur gamme sont rares ! Ce marché dynamique est un vrai laboratoire avec des développements qui profitent aussi aux skis traditionnels.

SOMMAIRE Pages 88-89 : Touring femme. Parce qu’elles sont de plus en plus nombreuses à être séduites par le ski de rando. Pages 90-91 : Touring homme. Pour ne pas dire ski de randonnée, mais c’est pareil ! Pages 92-93 : Freeride-rando. Monter (un peu) pour descendre (beaucoup). Pages 94-95 : Pente raide. Sortir piolet et crampons pour s’attaquer aux couloirs. Pages 96-97 : Fitness. Le 5 à 7 (du soir ou du matin) du ski de rando ! Le skieur de rando qui pratique essentiellement la montée sur les pistes balisées pour s’entretenir physiquement et / ou le ski alpinisme de compétition type Pierra Menta pour ne citer que la plus iconique.

FREERANDO MAG 87


GUIDE D’ACHAT

3 2

5 6 1

7

4

TOURING FEMME (1) SKIS DYNAFIT TOUR 88 WOMEN Ces skis de randonnée maniables et polyvalents, spécialement conçus pour les femmes, pèsent 1  290  g en 166  cm. Existe en 158, 166 et 174  cm. 550  €. (2)  FIXATIONS PLUM GUIDE XS Destinée aux petits gabarits dès 35 kg, robuste et polyvalente, elle ne pèse que 345 g par pied. La valeur sûre des fixations à déclenchement réglable (DIN 3.5 - 7) qui s’adapte à tous les skis et toutes les largeurs de patin. Existe aussi avec stopper. 439 €. (3) CHAUSSURES DYNAFIT NEO WOMEN BOOTS La nouvelle génération de chaussures de randonnée à ski avec un confort de marche élevé et d’excellentes performances en descente. Poids  : 1 488 g. 430 €. (4) PEAUX COLLTEX COMBI Vainqueur d’un ISPO Award, cette peau 100 % mohair avec adhésif siliconé phosphorescent bénéficie d’une construction sans trame ultralégère et 30 % plus fine donc moins volumineuse. Peautage  / dépeautage facilité, meilleure 88 FREERANDO MAG

adhésion par toutes températures. Easy ! 169,90 €. (5) ARVA AXIO DVA top de gamme made in France, le seul du marché à faire fonctionner simultanément ses trois antennes tout au long de la phase de recherche, pour plus de facilité et de fiabilité quel que soit la configuration. Le must  ! 349,90  €. (6)  ENSEMBLE SOFTSHELL SCHOFFEL KASHGAR Cet ensemble en Gore-Tex® Windstopper softshell stretch, respirant et coupe-vent avec un apprêt déperlant sans PFOA est labellisé Bluesign. Bon pour la planète, bon pour la randonneuse ! 219,95 € la veste, 199,95 € le pantalon. (7) SURVESTE HAGLOFS ARAN À mi-chemin entre un softshell et une veste thermique, l’extérieur est coupe-vent et déperlant, la doublure intérieure, une maille de polyester alvéolée, est ultra respirante. Chaleur en phase statique et respirabilité en phase active, une veste polyvalente à garder au fond du sac. 180 €. (8) FISTLAYER LA SPORTIVA AIR BODYSUIT Fonctionnalité


GUIDE D’ACHAT

8

12

11 13

9

15

14

10

et féminité pour ce body thermique et doux sur la peau conçu pour les skieuses alpinistes avec un mélange de laine et de fibres synthétiques. 129 €. (9) MIDLAYER DYNAFIT RADICAL DOWN HOOD JACKET W Veste chaude et légère (360 g annoncés) en duvet déperlant pour les randonnées par temps froid. À glisser au fond du sac. 290  €. (10) GANTS SALOMON X ALP WS GLOVE Très résistant avec du cuir et du kevlar sur la paume, ce gant doublé polaire Windstopper ne fait aucun compromis sur la dextérité ni sur la protection contre les intempéries. 80 €. (11) TOUR DE COU ROXY ENJOY & CARE LINED NECKWARMER Ce tour de cou prend soin de votre peau : sa doublure ROXY X Biotherm Enjoy & Care renferme des microcapsules aux principes actifs qui, exposées au frottement, éclatent et diffusent leur contenu sur la peau. 35,99 €. (12) BONNET MAMMUT KIRA Bonnet chaud en laine avec doublure douce en fleece au design moderne. 45 €.

(13) CASQUE DYNAFIT ST HELMET Léger avec 350 g annoncés et parfaitement ventilé, ce casque possède la double certification ski et alpinisme. 170  €. (14)  LUNETTES MASQUE UVEX POCKET Ce masque stylé et compact a l’avantage de pouvoir se plier afin d’être rangé n’importe où. Il procure une excellente barrière contre les UV et son écran dispose d’un système de ventilation intégré empêchant toute buée. 89 €. (15) SAC À DOS VERTICAL AÉROPLUME 18 L Ce sac / gilet de 18 L ne pèse que 230 g. Conçu pour le ski de rando, ce sac est fabriqué en France. Outre les portes-skis, il accueille poche à eau et tout le nécessaire pour une course en montagne avec une poche extensible de 3 litres à l’arrière. 149,95 €.

FREERANDO MAG 89


GUIDE D’ACHAT

1

4 2

5

7 6

3

TOURING HOMME (1) SKIS DYNASTAR DEER Issu de la nouvelle gamme Vertical conçue pour prendre de la hauteur, ce nouveau modèle concentre le savoir-faire de la marque en matière d’allégement (Dynacell et Carbon Ply) et se montre à l’aise sur tous les terrains pour les amateurs d’aventure. 499,99 €. (2) FIXATIONS FRITSCHI DIAMIR VIPEC EVO 12 FREINS 120 MM L’évolution de la Vipec 12 – certifiée TÜV – facilite le chaussage et dispose d’un DIN plus élevé grâce à la nouvelle butée avant et au système step-in. Elle offre également plus de sécurité avec le nouveau système de déclenchement frontal. 494,90 €. (3) CHAUSSURES SCARPA F1 TR Facile, plus nécessaire de se baisser pour passer en position ski grâce au système de verrouillage automatique. Performance en montée grâce à son faible poids (1,220 kg en 27) et son débattement important. Bonne skiabilité avec collier renforcé et techno Carbone core. 619 €. (4) BATON TSL MOVE ADJUST CARBON 2 90 FREERANDO MAG

SWING Made in France, le Move casse les codes dans le milieu du bâton et permet d’enchaîner les appuis les plus divers avec un maximum de puissance, dans les devers. L’accessoire “Just smile” s’adapte à tout type de tubes pour les amoureux des selfies. 139,95 € et Just Smile 12,95 €. (5) PEAUX COLLTEX MIX TÖDI 65 % mohair, 35 % polyamide, l’ajout de polyamide rend cette peau robuste et résistante. Idéale pour les personnes qui apprécient une bonne tenue à la montée dans toutes les fourchettes de températures. À partir de 129,90  €. (6) ENSEMBLE NORRØNA LYNGEN DRIFLEX3 Dessiné pour le ski touring, cet ensemble ultra stretch combine l’imperméabilité et la respirabilité d’un hardshell à la flexibilité d’un softshell pour être aussi à l’aise en montée qu’en descente. 449  € la veste, 429  € le pantalon. (7)  MIDLAYER LA SPORTIVA HYPERSPACE JACKET Pour ceux qui regardent vers le haut, cette nouvelle veste dotée d’un rembour-


GUIDE D’ACHAT 8 9

10

13

12 11

rage en Primaloft et d’une construction exclusive avec panneaux en stretch 4-sens est à la fois thermique, super respirante et légère. 460 g en L. 239  €. (8)  FIRSTLAYER ICEBREAKER ZONE En mérinos 200 mg, grammage élevé pour les journées très actives lorsqu’il fait froid, le top intègre des panneaux de ventilation zonés pour une régulation active de la température et une respirabilité ample. 99,95 € le top et 99,95 € le legging. (9) GANTS CAMP G COMP RACING Ce gant s’inspire des gants de golf pour offrir une adhérence sans concession et une précision d’une efficacité remarquable dans les manipulations. Il a de plus la sur-moufle coupe-vent intégrée. 65 €. (10) SAC À DOS MILLET PIERRA MENT 20 Primé d’un ISPO award ce sac poids plume de 250 g pour un volume de 20 L destiné à la compétition de ski alpinisme facilite au max les manipulations avec porte-skis et accès crampons. Il allie fiabilité et robustesse. 119,90  €. (11)  MAMMUT

DVA BARRYVOX Nouvelle génération de DVA offrant une plus grande portée de réception et de bande (70 m) avec commande intuitive pour un gain de temps décisif en cas de recherche. À coupler avec pelle et sonde. DVA Barryvox S 380 € / pelle Alugator Pro T 85 € / sonde Carbon probe 280 95 €. (12) LUNETTES JULBO EXPLORER 2.0 Version 2.0 des lunettes de glacier, ergonomiques, bien ventilées, légères et fines mais bien couvrantes. Coques amovibles et branches ajustables 360°. Différents types de verres au choix : cat. 4, photochromiques et / ou polarisants, verres minéraux ou solaires à la vue. 130 €. (13) CASQUE UVEX P.8000 TOUR Polyvalent, ce casque léger de 360 g est certifié pour le ski, le vélo, et l’alpinisme et combine confort et performance avec le système de serrage BOA. Adapté au port d’une lampe frontale. 169 €.

FREERANDO MAG 91


GUIDE D’ACHAT

5

2

3

4

6

7

8

1

FREERIDE RANDO (1) SKIS BLACK DIAMOND BOUNDRAY PRO Conçu en collab avec les athlètes du team et fabriqué en série limitée en Autriche, ce ski allie performances à la montée comme à la descente. Largeur au patin (107 et 115 mm), rocker et construction rigide et puissante en font un engin de poudre. 650 €. (2) FIXATIONS PLUM YAK M Conçue pour le freeride avec une embase élargie pour les grosses lattes (minimum 95 mm au patin), toujours aussi légère avec 450  g par pied, la Yak, fixation sécurisée, propose désormais un déclenchement DIN de 7-14. Dispo avec ou sans stopper. 499 € (3) CHAUSSURES SCOTT S1 CARBON Avec un indice de rigidité de 130, cette nouvelle chaussure répond aux attentes du skieur en quête d’une chaussure de randonnée confortable qui garantit un max de confiance et de puissance en descente. 750 €. (4) BÂTONS KERMA VERTICAL PRO FOLDABLE Passe partout, ce bâton télescopique trois parties se fait tout petit dans le sac et démontrera ses compétences aussi bien en freetouring qu’en été avec ses 92 FREERANDO MAG

rondelles amovibles qui se changent pour du Nordic Walking une fois la neige fondue ! 129,99  €. (5)  HARDSHELL PATAGONIA POWSLAYER Pour rider écolo, cette tenue protectrice imper-respirante est conçue avec du tissu recyclé en Gore-Tex Pro, nouvelle évolution vers l’écoconception. 700  € la veste, 600  € la salopette. (6)  MIDLAYER BLACK CROWS VENTUS POWERSTRETCH Stretch, respirante, douce et confortable, cette veste polaire zippée est la partenaire idéale pour la freerando. Toujours au fond du sac en cas de coup de froid, elle se porte aussi en après-ski avec son style élégant et son renfort en chevron sur les épaules. 189,95  €. (7)  GANTS ZIENER GANZENBERG AS AW Membrane imper-respirante, Polartec, laine des Alpes, laine Mérino, technologie Grip Fit pour une préhension parfaite, empiècements de cuir sur le dessus de la main, dans la paume : un gant parfait pour la freerando  ! 99,99  €. (8)  MASQUE SMITH I/O 7 FIRE CHROMAPOP Ce masque à changement d’écran rapide procure une


GUIDE D’ACHAT 13

11

12

15

14

9

10

acuité visuelle incroyable sans fatiguer l’œil grâce à l’écran Chromapop, une polarisation sans film qui révèle reliefs, profondeur, contrastes et couleurs sans les déformer. Des yeux de lynx. 220 €. (9) CASQUE JULBO FREETOURER Aussi efficace à la montée qu’à la descente avec ventilation et poids optimisé, il répond à la double norme alpinisme EN12492 et ski EN1077. Compatible avec une lampe frontale. 99,90 €. (10) LUNETTES QUIKSILVER SUMMIT Adoptées par Mathieu Crépel lors de son expédition ODISEA en Patagonie, ces lunettes légères en grimalide avec des protections amovibles en cuir latérales et au niveau du nez sont parfaites pour les sorties rando. 85 €. (11) KIT DVA PELLE SONDE BCA DTS RESCUE PACKAGE Prêt à l’emploi, c’est l’un des packages sécurité les moins chers du marché. Avec un DVA Tracker DTS digital qui a fait ses preuves, simple et intuitif d’utilisation, une sonde légère (250 g) et une pelle télescopique de 600 g. En tout, 1,1 kg. 259 €. (12) SAC AIRBAG ARVA REACTOR R25 ULTRA-

LIGHT Nouvelle génération d’airbag aux lignes épurées, épurées, c’est une référence en termes de rapport poids / volume avec 1,720 kg pour 25 L de contenance. Tout cela sans compromettre les fonctionnalités. 589  €. (13)  HARNAIS PETZL ALTITUDE Ultraléger (150  g), sa construction permet de l’enfiler facilement, même avec des skis ou des crampons aux pieds. Encombrement réduit au minimum, une fois rangé dans sa pochette. 69,99 €. (14) THERMOS STANLEY MASTER Ce thermos de 750 ml en acier inoxydable 18/8 (qualité alimentaire sans Bisphénol A) est top pour les sorties en montagne. Il garde vos boissons au chaud pendant 27 heures. Certifié antifuite et garanti 25 ans ! 64,95 €. (15) MULTITOOL LEATHERMAN SKELETOOL RX Cet outil de poche de 10 cm de long en acier inoxydable ne pèse que 145 g et offre 7 fonctions : couteau cranté, pinces, porte embout (avec 2 embouts réversibles dont cruciforme), mousqueton / décapsuleur, coupe fil... Garanti 25 ans, il vous suivra partout. 134,90 € FREERANDO MAG 93


GUIDE D’ACHAT 3 2

4

5

1 7 6

8

PENTE RAIDE (1) SKI ZAG ADRET 88 Un ski allégé sans compromettre confort et skiabilité. Top rapport poids / largeur, ses 88 mm au patin lui permettent d’être toujours au contact de la pente sans risquer de mordre la neige avec les chaussures. Avec son rocker à l’avant, n’hésitez pas à prendre une taille au-dessus. Et si vous n’aimez pas le rocker, optez pour l’Adret 81. 699 €. (2) PEAUX ZAG X POMOCA Composées à 70 % de Mohair et de 30 % de nylon, taillées pour les skis Zag, ces peaux correspondent à la série Pro S-Climb de chez Pomoca. 150 €. (3) FIXATIONS PLUM WEPA S Plus basse de 3,5  mm en talonnière, conçue pour la pente raide, elle allie légèreté (avec 240 g / pied) et précision de déclenchement sécurisé (DIN 5-10). Dotée du chaussage “Too facile” et de multiples options : rail 20 mm, supports couteaux amovibles, leash… 429 €. (4) CHAUSSURES LANGE XT 130 FREETOUR Elle combine la skiabilité des chaussures Lange de piste en plus légère avec le confort de marche des chaussures de randonnée. Adoptée par Aurélien Ducroz, elle possède des semelles WTR Ultra Grip à inserts pour atteindre des en94 FREERANDO MAG

droits inaccessibles en chaussures de piste. 649,95 €. (5)  BÂTONS BLACK DIAMOND CARBON COMPACTOR Le Carbon Compactor est un bâton repliable doté de la technologie Z-Pole. Ce bâton léger de dernière génération tient dans le sac. 140 €. (6) HARDSHELL ARC’TERYX RUSH Résistante et respirante la veste de protection combine deux tissus différents en Gore-Tex® Pro : durabilité dans les zones à forte abrasion, confort et légèreté ailleurs. Le pantalon en Gore-Tex® C-knit est souple, léger et respirant. La coupe ergonomique est remarquable. 700 € la veste, 500 € le pantalon. (7) MIDLAYER SALOMON DRIFTER MID HOODIE La polyvalence par excellence pour cette veste réversible, légère et compressible, offrant plusieurs looks et degrés de chaleur : chaleur et protection coupe-vent maximales côté brillant à l’extérieur. Retournez la veste côté stretch pour une meilleure aération. 180 €. (8) GANTS NORRØNA RODAL DRI PRIMALOFT SHORT LEATHER Aucun détail superflu sur ces gants fonctionnels, résistants et durables avec leurs paumes en cuir, imper-respirants grâce à la membrane Dri1 et


GUIDE D’ACHAT 9

12

11

13 16 15

14 10

chauds sans craindre l’humidité avec le garnissage Primaloft Gold. 139 €. (9) HEADWEAR WANT’HEAD FULLBO JEANS Idéal pour se protéger du sluff, cet astucieux foulard coupe-vent et ventilé avec bonnet sous-casque escamotable stretch et extra fin est écoresponsable avec un imprimé à base d’encres aqueuses sans solvants. Et c’est fait en France. 34 €. (10) MASQUE JULBO AEROSPACE FAM CHAM Avec son écran photochromique qui se déporte vers l’avant pour gérer la chaleur et l’apparition de buée dans les ascensions, ce masque porte les délires des chamoniards qui chargent le raide : Vivian Bruchez, Doud’s Charlet, Sam Favret et Leo Slemett. 204,90 €. (11) CASQUE SCOTT SYMBOL 2 PLUS D HELMET Le nec plus ultra en matière de sécurité et de protection contre les impacts grâce aux inserts D3O et au dispositif MIPS. Il inclut de plus le “360 Pure Sound” qui améliore considérablement l’audition. 200 €. (12) SAC À DOS BLACK CROWS DORSA27 Pour son premier sac à dos dédié au ski de montagne, Black Crows donne dans l’épure. Développé avec Bruno Compagnet et les guides de

Cham, robuste, ergonomique et léger il a toutes les fonctionnalités pour aller chercher la pente. 159,95 €. (13)  HARNAIS CILAO OZ 22 EXPERT 135 g seulement pour ce baudrier made in France certifié qui dispose de deux porte-matériel ingénieux avec compartiment indépendants pour les broches et mousquetons. Top pour les skieurs de pente raide en quête du meilleur ratio polyvalence / poids / performance. 75 €. (14) CRAMPONS PETZL LEOPARD 360 g la paire, qui dit mieux ? Ces crampons en aluminium sont parfaits pour le ski de randonnée et la progression sur neige. Le système de liaison souple des parties leur procure une grande compacité lors du transport. 120  €. (15)  PIOLET PETZL RIDE Ultraléger avec 240 g et compact avec seulement 45 cm, la qualité d’ancrage est au rendez-vous grâce à une tête en acier, une pointe affinée à 3 mm et un manche galbé. 80 € (16) THERMOS MIZU V10 Toujours réconfortant de boire du chaud avant de se lancer dans la pente. 100 % recyclable et respectueux du biotope ce thermos en acier inoxydable garde les liquides chauds jusqu’à 12 heures. 41,95 €. FREERANDO MAG 95


GUIDE D’ACHAT 4

2

5

3

6

1

7

FITNESS (1) SKI MOVEMENT RACE PRO 77 Poids, fiabilité et skiabilité sont les trois postulats de ce ski sans compromis utilisant une technologie axée sur le carbone et dont de talentueux coureurs sont les porte-paroles. 779 €. (2) FIXATIONS ATK SL EVO WORLD CUP 110 g et c’est tout ! Après sept ans de constants ajustements, la version 2018 ajoute un système de chaussage guidé et facilité avec un nouveau levier encore plus simple d’utilisation. 435 €. (3) CHAUSSURES LA SPORTIVA SYTRON Composées de Grilamid, renforcées en carbone, légères et performantes, ces chaussures sont aussi faites pour la compét’ et les entraînements. Système de fermeture breveté “race-ready” à levier unique pour passer du mode ski au mode marche en un mouvement, entre autres innovations… 649 €. (4) PEAUX COLLTEX RACE PDG Peaux de compétition 100  % mohair, la plus rapide et la plus légère avec une trame dernière génération Edge+. 92,90 €. (5) BATONS SCOTT CASCADE C2 96 FREERANDO MAG

Bâtons en carbone deux brins, 240 g le bâton. Rondelle interchangeable et poignée liège et mousse. 140 €. (6) ENSEMBLE MILLET TOURING INTENSE Grande poche stretch pour accès facile aux peaux, poche poitrine pour stocker les barres énergétiques : cet ensemble est conçu pour ceux qui aiment aller vite. Le jersey ultra stretch apporte légèreté, aisance et maintien musculaire lors des activités sportives intenses. Coupe près du corps. 139,90 € la veste, 119,90 € le pantalon. (7) MIDLAYER MILLET PIERRA MENT ALPHA VEST Chaleur corporelle optimisée avec ce gilet thermique. Son isolation en Polartec Alpha (primé) allie chaleur, respirabilité et confort. Associé à la matière Toray Airstretch Ripstop elle est également ultra légère et coupe-vent. 179,90 €. (8) GANTS BLACK DIAMOND WIND HOOD SOFTSHELL Associant un gant softshell respirant à une moufle rabattable résistante aux intempéries, ces gants offrent une protection modulable idéale pour


GUIDE D’ACHAT

9 8 11

12

10 13

de nombreuses activités en montagne. 50 €. (9) LUNETTES OAKLEY WINDJACKET 2.0 Elles ont un goût de revival des 90’s mais en faisant appel à des technologies actuelles comme le fabuleux verre Prizm qui améliore l’acuité visuelle et la perception du relief. Elles protègent efficacement du vent. 139 €. (10) SAC À DOS CAMP VELOCE Conçu pour les courses, c’est l’un des sacs de ski-alpinisme les plus légers et compacts avec moins de 200 g pour ne garder que l’essentiel. Minimaliste et fonctionnel avec son système porte-skis à crochet. 70  €. (11)  FRONTALE BLACK DIAMOND STORM Avec son boîtier étanche, sa fonction mémoire d’intensité et une puissance de 350  lumens avec trois couleurs différentes en mode vision nocturne (rouge vert ou bleu) et un éclairage périphérique optimisé, voici le compagnon idéal des sorties de nuit. 55 €. (12) POCHE À EAU HYDRAPAK ELITE 1.5 L L’indispensable poche à eau pour boire avant de se désydrater. 29,90 €. (13) BARRE

ÉNERGÉTIQUE BAOUW PERFORMANCE Pour les efforts courts et intenses, goûtez moi ça ! Le chef étoilé Yoann Conte, aidé du nutritionniste sportif Benoît Nave, a concocté dans les Alpes cette barre 100 % bio et sans sucre avec du cacao, de la noisette et de la vanille. Coup de boost assuré ! 2,90 €.

FREERANDO MAG 97


REMERCIEMENTS L’équipe de Freerando Mag tient à remercier les marques qui lui ont fait confiance :

areches-beaufort.com

atkrace.it

blizzard-ski.com

camp-france.fr

chatel.com

combloux.com

dynafit.com

dynastar.com

elanskis.com

falke.com

hagan-ski.com

haglofs.com

isere-tourisme.com

julbo-eyewear.com

lasportiva.com

movementskis.com

petzl.com

fixation-plum.com

salomon.com

scarpa.com

scott-sports.com

Tecnica.fr

total-feet.com

zagskis.com


8 1 0 2 r e i v n a j 1 2 u a 9 Du 1

d week-en tness

freerando / fi

s e l l i f e r t n e

Découvrez aussi nos séjours initiation et perfectionnement 1300 M DE DÉNIVELÉE À 30 MIN D’ALBERTVILLE / PARKINGS GRATUITS Un des meilleurs enneigement naturel en village-station Arêches Dynafit expérience initiations nocturnes

la trace : itinéraires balisés

www.areches-beaufort.com

Partenaire officiel

Sur les traces de la mythique pierra menta


Photos by Damiano Levati, Storyteller Lab Photos by Fred Marmsater

La Sportiva Ambassador

ANTON KRUPICKA

LA SPORTIVA ® is a trademark of the shoe manufacturing company “La Sportiva S.p.A” located in Italy (TN)

C’est une recherche continue. Courir, grimper, traverser: il s’agit d’explorer ce dont nous sommes faits. Ce pour quoi nous sommes nés. Regarder en avant, toujours.

www.lasportiva.com Become a La Sportiva fan @lasportivatwitt Val di Fiemme, Trentino

SHOP NOW ON WWW.LASPORTIVA.COM

Profile for FreeRando

FreeRando Mag #5  

Cinquième numéro de FreeRando Magazine (saison 2017-2018) édité par Le Dauphiné Libéré.

FreeRando Mag #5  

Cinquième numéro de FreeRando Magazine (saison 2017-2018) édité par Le Dauphiné Libéré.

Profile for freerando
Advertisement