Page 1

Les parks Tricolores Faut-il en avoir honte ? L E M A G A Z I N E G R AT U I T D U S K I

FreeStyle Jérémy Prévost & Tom Leisure à confesse

IF3 EUROPE, On était à Annecy

SKITIME N°53 I novembre - décembre 2010 I gratuit I servez-vous


03

EDITO

06

News

10

Planète ski

12

22

L’IF3, des pellicules pour la première du festival du film européen de freeski

À quand un Grenelle du skieur ?

L

es Autrichiens l’ont en travers : JP Grange signe un retour phénoménal en coupe du monde. Un an après sa blessure, il arrache le sac et met tout le monde d’accord à Levi. Il nous a donné la banane en ce début de saison. Autres raisons de se frotter les mains, la neige, présente, y compris à altitude moyenne. Certains glaciers comme celui des 2 Alpes se seraient (presque) refaits une virginité. Côté matos, idem, on se frotte les mains à l’idée de rider les nouveaux skis boostés au rocker. Les marques ont déployé des trésors d’ingéniosité pour décliner cette fameuse courbe à toutes les sauces. Dans son spécial tests, notre perspicace confrère de Ski Labo dénombre pas moins d’une vingtaine d’appellations : Low Rocker, medium, Power Rocker… Bref, le ski 2011 sera banané ou ne sera pas. Cette courbe relevée ne doit pas faire oublier quelques ombres au tableau. Le nombre de skieurs français est en net déclin. Nos stations doivent leurs bénéfices aux riders étrangers. La glisse est trop chère pour les tricolores et à fortiori pour les gamins, les familles. Que fait-on pour eux ? Pour les marques, la part de la location de skis grossit dangereusement. Les ventes en shop ont pris un coup de vieux. Le skieur moyen fait moins de dix sorties par hiver et n’acquiert plus ses propres palins. Plan de relance, Grenelle du skieur ? Les solutions sont entre les mains du ministère de la glisse. Ski Time ne fait que répandre la bonne parole avec énergie. FO

Planète ski

Can we trust the french parks ?

Portraits

Jérémy Prévost et Tom Lesuire, les jeunes qui poussent (fort) en freeride et freestyle

28

Station La plus haute station d’Europe, Val Thorens ouvre ses portes. Visite

44

46

la petite marque qui monte…

58

PICTURE TEST

Les skis piste pour les filles qui ne s’en laissent pas compter

TRIP

Zinal, la Suisse lave plus blanc

Photo de couverture : Zinal © Patrice Schreyer

SKITIME LE MAGAZINE GRATUIT DU SKI est édité par FREE PRESSE Savoie Technolac, 18, Allée du Lac St André 73 382 Le Bourget Du Lac Cedex Tél : 00 33 (0)4 79 65 46 10 Fax : 00 33 (0)4 79 65 46 12

JOURNALISTES Laurent Molitor laurent@freepresse.com Loïc Martin loic@freepresse.com CONTRIBUTEURS Antoine Grospiron Jaccoux

Internet : www.freepresse.com

maquette Sonia Roussin

Directeur de publication Claude Borrani claude@freepresse.com

Directeur du service commercial et développement Kamel Beghidja kamelb@freepresse.com (4611)

Rédacteur en chef Franck Oddoux franck@freepresse.com

Chef de publicité Patricia Hartung patricia@freepresse.com (4629)

Fanny Marguet fanny@freepresse.com (4610) Administration, relations clients et abonnements Laurence Rémy laurence@freepresse.com 9, rue des Acacias, 40130 Capbreton T +33(0)5 5841 8580 F +33(0)5 5841 8589 Courrier & service lecteurs FREE PRESSE Savoie Technolac 18, allée du Lac St André 73 382 Le Bourget du Lac CEDEX T +33(0)4 7965 4610 F +33(0)4 7965 4612

Dépôt légAL novembre - décembre 2010 SKITIME est une publication FREE PRESSE directeur général Claude Borrani SKITIME est une marque FREE PRESSE Les Magazines Free Presse sont distribués dans les plus fameux magasins spécialisés sur l’ensemble du territoire français, en villes et en stations, dans certains magasins de sport généraliste, dans les clubs, écoles spécialisées, résidences hôtelières, en colportage sur les plus grands rendez-vous nationaux et internationaux, salons et événements. 23 magazines Free Presse sont diffusés annuellement, ce qui établit un lectorat estimé à 200 000 par numéro, près de 5 millions pour l’ensemble des publications gratuites Free Presse. Si vous souhaitez

des exemplaires de nos magazines pour participer à l’animation de votre business : laurence@freepresse.com Pour une liste complète des points de diffusion des magazines gratuits Free Presse, visitez www.freepresse.com Pour s’abonner : laurence@freepresse.com MERCI DE RECYCLER CE MAGAZINE QUAND VOUS L’AUREZ TERMINÉ


®

No.

04

APPROUVÉ PAR LE

COMITÉ DES FOUS

DE LA GLISSE

LegionofOakley.com


VESTE PRIMED PROTECTION ÉTANCHE 3 COUCHES, MEMBRANE DERMIZAX™ EV (TORAY) IMPÉNÉTRABLE! UNE CAPUCHE À CORDON CONSERVE SA FORME PENDANT LA BATAILLE!

SALOPETTE PRIMED CAPACITÉ D’AÉRATION GLOBALE «MAGIQUE» DE L’ENTREJAMBE!

Dermizax est une marque déposée de Toray Industries, Inc. 00800 625539 38 ©2010 Oakley, Inc


6 I NEWS

 Twinner Pack VIP

Les magasins Twinner chouchoutent les clients qui ont loué les skis par internet. Cette offre réhabilite le service parfois un peu oublié en station. Le matériel de qualité réservé à partir du site (www.location-ski.twinner-sports.com) est disponible en shop, affûté, farté et surtout, les chaussures font l’objet d’une attention particulière : une semelle Comform’able est mise à la disposition de chaque client. D’autres goodies font également parti de la prestation (scratch pour porter les skis, housse…), bref, c’est du sur-mesure. 

© Anena

 1,2 ou 3 antennes ? Avec une antenne, c’est vous qui déterminez la direction à suivre en appliquant certaines techniques de recherche. Avec deux antennes, le processeur calcule luimême la direction et vous donne l’info via la diode ou la flèche. Il n’y a qu’à suivre la direction indiquée. Une troisième antenne facilite la localisation des victimes profondément ensevelies et accroît la précision de l’appareil dans la phase finale de recherche.

 Ski Time sur le net !  Les Arvas, comment s’y retrouver ? Vous êtes devant le vendeur ou la page d’accueil de votre shop préféré, résolu à vous acheter (enfin !) un DVA. Mais c’est la jungle  : une douzaine de modèles présentant des caractéristiques techniques différentes ! Le point sur technologies présentes et explications. Par Fred Jary/Anena Analogique et/ou numérique ? Mode analogique : le signal reçu est directement converti en signal sonore. C’est le fameux « bip-bip ». Ce mode ne connaît pas les limitations dues au traitement du signal par un processeur. Il est donc théoriquement très fiable et permet de résoudre 100% des cas d’ensevelissement. Mais il demande une bonne expérience, voire une très bonne expérience pour gérer les scénarios d’ensevelissement les plus difficiles.

Mode numérique : le signal est traité par un processeur et converti en indications visuelles. Diodes et flèches vous donnent la direction. Les chiffres vous indiquent si vous chauffez ou si vous refroidissez. Ces DVA vous mâchent une part du boulot … et sont souvent plus « intuitifs  ». Mais les DVA numériques ne sont pas à l’abri de bug et ne peuvent régler 100% des scénarios d’ensevelissement. Certains DVA offrent les deux options : si le processeur ne peut pas gérer la situation, vos oreilles et votre cerveau pourront toujours essayer !

 Fonction de marquage ou pas ? Cette fonction facilite la recherche lorsqu’il y a plusieurs ensevelis. Une fois la première victime localisée et marquée, le DVA vous mène à la prochaine victime, sans avoir à subir les interférences du signal de la première.

Gros lifting de saison pour le site web de Ski Time accessible à l’adresse suivante : www.ski.freepresse.com (ou freepresse. com). Les dernières news du milieu ski, les vidéos qui arrachent le sac, les tests de matériel, les trips et les formulaires d’abonnement pour Ski Time. Une vraie mine d’informations rédigées par des vrais journalistes, des infos mises à jour quotidiennement. Même qualité de travail et de contenu rédactionnel pour nos confrères de Snow Time et Surf Time dont les sites sont également accessibles à partir des onglets supérieurs. 


Ortovox Freerider

Il n’y a pas de mystère, si la plupart des pisteurs secouristes sont équipés de sacs Ortovox, il y a une raison… Le « Freerider que nous avons pu tester appartient à ces produits très aboutis, pensés jusqu’au moindre détail. On sent aussi que les metteurs au point ont passé plus d’heures sur les skis qu’au bureau. On a aimé la protection dorsale intégrée (qui reste souple et ne gène pas les mouvements) et la ceinture abdominale en néoprène ajustable par velcro (elle s’enlève très rapidement dans les passages exposés aux avalanches…). Un sac robuste et très pratique : deux compartiments et six poches. Belle finition et poids honnête. »

 Rock On Snow Tour

Piqure de rappel, voici les dates du Rock On Snow Tour - Piau-Engaly : les 4 et 5 décembre - Avoriaz : 11 et 12 décembre - Serre-Chevalier : 19 et 20 décembre

 L’Ultimate Test Tour reprend la caravane

Le salon cosy de l’Ultimate reprend la route et propose ses tests de matériel autour de l’univers freeride. Artisans du shape, grandes marques, glisseurs de tous poils se retrouvent autour des gammes freeride, all mountain, back-country etc… Une superbe opportunité pour tester du matériel mis à disposition par environ 35 marques (ski et snowboard). Cette année, en fin de saison, il y a aura même la possibilité de tester le matos de la saison suivante. Tous les essais sont gratuits, il suffit de se munir d’une carte d’identité. Mieux, en choisissant le Pack Ultimate, on a accès aux tests, un guide à la journée, un forfait remontée mécanique, l’accueil café croissant et un pack sécurité. Une journée professionnelle en amont de chaque date (le vendredi) est l’occasion de rencontre entre les marques du salon et les experts de la distribution que sont les shops et les enseignes. Tout savoir sur l’Ultimate : www.ultimatetesttour.com Les dates de l’Ultimate : 15-16 janvier Pic du Midi Pyrénées 21-23 janvier Sainte Foy Tarentaise 28-30 janvier Verbier Suisse 12-13 Février La Grave Hautes-Alpes 19-20 mars Serre Chevalier Hautes-Alpes

 Wireless 868 MHz

A côté de la fréquence utilisée pour la recherche (457 kHz), certains DVA utilisent la fréquence 868 MHz afin d’échanger certaines informations. Une sorte de réseau social des DVA ! Cela facilite le dénombrement et le marquage en cas de multiensevelissements.


8 I NEWS

Depuis les 12 octobre dernier, les abonnés de Canal Satellite qui s’intéressent aux choses de la montagne peuvent se connecter sur le canal 177. Le 12, nous étions donc devant notre poste... Après quelques minutes d’un vieux film signé «Ride The Planet», soudain plus rien sinon un écran noir. Problème technique, sans doute, que la zapette aura vite fait de réparer : du canal 177 on passe donc au 178, celui de TV 8 Mt Blanc sur le satellite. Trop dur ! Retour donc à la zapette pour tomber, comme un fait exprès, sur un reportage de vraie télé, une très belle histoire sur le col du Grand Saint Bernard, sa route, son hospice, son histoire. Vingt minutes de montagne comme nous en avons rarement sur les chaînes de France et de Navarre, hertziennes ou satellite... On allait oublier, ce beau doc était diffusé sur Arte, l’étoile du PAF, près de 250 millions d’euros de budget annuel quand même contre seulement deux* pour la petite nouvelle Montagne TV... En télévision plus que dans tout autre média, on sait que les budgets font souvent la différence, que ce sont les pépettes qui font d’un canal un simple tuyau de flux ou un outil de création. Pour Montagne TV, le chemin du col de l’audience sera donc long, semé de crevasses, mais la cordée emmenée entre autres par l’incontournable Gilles Chappaz est chaussée de très bons crampons.  Sur les deux millions de budget annuel, France Montagne, l’organisme chargé de la promotion de la montagne française, participe à hauteur de 150 000 euros. *

 Dalbello et sa Scorpion

Avec l’arrivée de la Scorpion, Dalbello affiche de belles ambitions sur le marché de la chaussure racing. Cette nouvelle gamme est mise au point et conçue par Christian Mayer (2 médailles en slalom géant aux Jeux Olympiques), excusez du peu. On murmure que la technologie utilisée dans la conception de la Scorpion fait reculer les limites des appuis… La gamme Scoprion c’est : 7 modèles adultes et 2 modèles enfants. Le Team Dalbello 2011 encore plus impressionnant que l’an dernier, ils ont bouffé du lion : on retrouve notamment Tanner Hall, Glen Plake, Jacob Wester, Julien Lopez, Mirjam Jaeger, Jf Houle, Matthias Giraud ...

 Georges Joubert est parti

Ce n’est pas vraiment une surprise, Georges Joubert nous a quitté en ce début de novembre. Nous le connaissions bien à la rédaction pour avoir travaillé avec lui pendant de nombreuses années sur les tests de ski, les articles de technique. Georges était fort en gueule, rugueux mais quand on le connaissait, on appréciait son énergie, ses convictions et son perfectionnisme. Bien entendu, avec ce caractère trempé, il ne s’est pas fait que des amis, on se souvient de l’épisode Equipe de France 73 où à Val d’Isère, il a renvoyé dans leurs pénates des cadors comme le champion du monde de slalom Jean-Noel Augert. Il démissionnera de son poste de directeur des équipes de France. Georges était un vrai passionné de ski, toujours à la recherche du petit détail qui peut améliorer la performance. On avait été frappé, à son domicile, par la batterie de magnétoscopes sur lesquels il enregistrait toutes les coupes du monde afin de disséquer la technique des plus rapides. Ses ouvrages techniques sont lus dans le monde entier, il suffit de demander à un skieur japonais s’il connaît Georges Joubert… A l’origine de nombreux articles et des essais de skis, Georges l’universitaire, Georges le boxeur avait un esprit indépendant. Il n’avait pas toujours raison mais il a donné sa vie au ski (Le GUC lui doit beaucoup). On se souvient de ses derniers hivers à Courchevel où son impossibilité de skier le minait mais où, autour d’une table de café, il retrouvait cette vive lueur dans l’œil quand on échangeait des paroles de glisseur. Nos pensées vont à sa compagne et à toute sa famille. 

 Freeride Film Festival de St Lary Soulan, 6ème du genre, du 9 au 11 décembre

Chaque année, des réalisateurs suisses, américains, québécois, italiens et espagnols font le déplacement pour présenter leur production, ce festival local bénéficie aujourd’hui d’une réelle dimension internationale. Des ambassadeurs pyrénéens mouillent la chemise tels que Xavier Delerue, Bruno Compagnet et Isabelle Mir... Le Jury permet de mélanger différents regards, montagne, cinéma, médias,... Le festival dure 3 jours, les projections ouvertes au public ont lieu de 17h jusqu’à 23h, ce qui laisse le temps de glisser la journée. Trois soirées engagées sont prévues (DJ’s/ concerts) et dans les bars de St Lary, cérémonie d’ouverture le jeudi et clôture avec remise des prix le samedi soir. Dans la Sélection, TGR (Todd Jones) vient présenter Deeper et Light the Wick, Revolver de PBP, ainsi que la dernière prod de Standart Films mais aussi d’autres réalisations indépendantes... Le Jury est constitué pour l‘instant de Cyril Néri, Chris Southwell, Layla Jean Kerley, Régis Emery, il est aussi question de Glen Plake et André Manoukian.. (www.festival-freeride.com<http://www.festival-freeride.com>).

 Entrainement indispensable

Quel que soit le DVA choisi, il faut s’entrainer : • A son utilisation • A l’organisation du secours en autonomie Dans les 5 dernières années, 50% des ensevelis en hors-piste portaient un DVA. Pas mal … Mais seulement la moitié de ceux-là ont été localisés par leurs compagnons. Moins bien ! Acheter et porter (systématiquement) un DVA, une sonde et une pelle, c’est bien. Savoir localiser et dégager son copain passé sous l’avalanche, c’est largement mieux. Seuls la formation et un entraînement régulier vous permettront de gérer la situation, malgré un stress souvent intense. DVA + SONDE + PELLE Le trio est indissociable : chaque outil vous fera gagner de précieuses minutes. Au-delà de 15 minutes d’ensevelissement, les chances de survie chutent vertigineusement, passant d’environ 95% à 35% au bout de 35 minutes. Quand vous choisissez votre DVA, achetez également une sonde (minimum 240 cm) et une bonne pelle (godet large et manche télescopique). Pour info : la phase de dégagement à la pelle est la partie la plus longue d’un sauvetage. Mieux vaut être correctement équipé © DR

 Nouvelle lucarne


Ÿ)'(':fcldY`XJgfikjn\Xi:fdgXep%Kflj[if`kji„j\im„j%

FDE@$?<8K1)'GCLJ:?8L;

;<HLF@G<I;I<JFEJ8E>$=IF@;% CX k\Z_efcf^`\ Fde`$?\Xk  \jk )' gclj Z_Xl[\ hlËle\ `jfcXk`fe kiX[`k`fee\cc\% <cc\  i„Õ„Z_`k cX Z_Xc\li [„^X^„\ gXi mfki\ Zfigj# \k i„^lc\ cX k\dg„iXkli\% I\jg`iXek\# \cc\ Xjjli\ le Zfe]fik fgk`dXc [Xej kflk\j c\j Zfe[`k`fej% Gfli cËXggiflm\i# `c jl]Ôk [\ cX gfik\i% I\e[\q$mflj jli :fcldY`X%Zfd&fde`$_\Xk gfli \e jXmf`i gclj%


10 I EVENT

Première européenne pour le Festival International du Film de Freeski Après trois ans de succès en Amérique du Nord, le Festival International du Film de Freeski, alias IF3, se dédouble pour créer un alter ego européen à Annecy. Par Antoine Grosprion Jaccoux

 La version Europe d’IF3 semble partie pour durer. Le succès de cette première édition atteste d’une véritable attente du secteur professionnel pour un tel événement après la disparition du Mondial du Ski. Dans une économie en pleine mutation, c’est la vidéo, domaine particulièrement dynamique des sports alternatifs, qui semble aujourd’hui capable de fédérer les différentes composantes du freeski. Fabricants, athlètes, médias, producteurs, réalisateurs et photographes se sont donc retrouvés sur les bords du lac d’Annecy pour primer les meilleurs films et les plus belles séquences de l’année. Cette édition européenne, née de la rencontre de Félix Rioux, dépositaire de l’édition canadienne, et de Gaylord Pedretti, organisateur d’évènements et créateur de l’agence Like That, a été un beau succès avec la venue des plus grosses productions internationales, le soutien des majors de l’industrie française, la présence de nombreuses stars du freeski et surtout un véritable engouement du public annecien. Sacrée première Organisée sur les chapeaux de roues puisque la décision de créer ce jumelage de l’édition nord-américaine a été entériné en mai dernier, l’agence Like That a mis les bouchées doubles pour ficeler le concept et l’assaisonner aux saveurs européennes, françaises et savoyardes. Organisé dans le cinéma Décavision, le festival a bénéficié d’une tribune à la hauteur de la qualité cinématographique des productions de freeski. Et si l’IF3 Europe a été entachée de quelques accrocs techniques - pour cause d’inévitables discordances de formats numériques - c’est

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

sans doute à mettre au compte des soubresauts de cette première édition. La tenue dans un vrai cinéma aura aussi permis de toucher le jeune public friand de vidéos, les kids ayant pu venir en famille ou entre potes admirer les films et côtoyer leurs idoles. L’IF3 aura en outre permis de rassembler les différents acteurs du secteur et servi d’interface professionnelle avec la tenue d’un salon dédié aux marques, mais également de vitrine publique du freeski avec des expositions et des projections gratuites dans divers lieux stratégiques de la ville. “Je suis vraiment content. C’était un sacré défi car on n’a eu le feu vert qu’au mois de mai et on s’est dit qu’on n’allait jamais arriver à réunir le budget. On savait que la ville ne pourrait pas nous subventionner étant donné que tout est investi dans la candidature des JO. Mais ils nous ont donné les autorisations” nous confiait Gaylord Pedretti à l’issue du festival. Si l’on peut sourire de cette allégorie à la prévalence endémique des sports alpins traditionnels sur les sports de glisse alternatifs - alors que le Comité Olympique est en pleine discussion sur l’intégration du pipe ski aux prochains Jeux – Edgar Grospiron, ex chantre de la déconade freestyle, a tout de même réussi à quitter les sphères du grand lobbying pour venir apporter son soutien au festival. Le passage d’Edgar, dernière grande star de l’époque glorieuse du ski de bosse, a en outre ouvert la voie générationnelle à la présence de nombreux riders et c’est une pluie de sommités du freeski qui s’est abattue pendant trois jours sur Annecy. De la génération freeride de Bruno Compagnet, Camille Jaccoux ou Seb


© JM Favre

11

“Je crois bien que 60 % des riders pros de la planète étaient là,” plaisantait Julien Regnier Michaud à celle qui apporta la fusion du freestyle comme Julien Regnier, Tanner Hall, Candide Thovex ou Henrik Windstedt jusqu’à la jeune garde électrique avec la présence de Xavier Bertoni, Kevin Roland, Richard Permin, Fabien Maierhofer, Keya Turski ou Sean Pettit, l’IF3 a rassemblé un large échantillon des riders pros de la planète. “Je crois bien que 60 % des riders pros de la planète étaient là,” plaisantait Julien Regnier après trois jours de comment vas-tu vieille branche ? Le business en toile de fond Derrière l’image, c’est toute l’industrie du freeski qui bénéficie d’un tel événement. Depuis la disparition du Mondial aux 2 Alpes, le freeski est orphelin d’un événement à même de réunir tout ce que compte la scène internationale avant l’attaque de la saison. Il existe bien quelques events, mais ils sont assez disparates et aucun d’entre eux n’a réussi à remplacer le Mondial. Et c’est encore ce diable de Gaylord Pedretti, organisateur du Mondial ski et snow entre 2003 à 2008 qui a réussi ce joli pari. Pour cela, il a fallu convaincre Félix Rioux, créateur et organisateur de l’édition de Montréal, de l’intérêt de ce jumelage européen. Avec son expérience dans l’évènementiel, Pedretti arrivait avec une grosse carte de visite, mais il a surtout fallu que le courant passe entre les deux hommes pour que Rioux accepte de cloner son

bébé. “Je gère la marque IF3 et je dois donc approuver les différentes activités et déploiements d’IF3 Europe. L’agence Like That est expérimentée en évènementiel, alors je leur fais aussi confiance dans leur interprétation de la philosophie d’IF3. Je sélectionne 70% des films à l’affiche et IF3 Europe le reste. En fait, c’est un travail d’équipe et il n’y a pas de décision prise sans un consensus des deux parties,” explique Félix Rioux. La maxime d’IF3 semble belle et bien avoir été respectée lors de cette édition européenne avec un palmarès privilégiant la créativité sur la performance. Il y eut également quelques nouveautés avec la création d’un prix récompensant le meilleur épisode web, une projection avec lunettes 3D pour la dernière production de TGR, Light the Wick ou encore des expos photos, secteur en difficulté qu’IF3 voudrait soutenir. Mais au-delà de la créativité du Festival – animation dans la ville, expos, jeu-concours, séances de dédicace à la FNAC, projections sur des lieux publics – la location d’espaces sur le salon par les grosses majors Françaises que sont Dynastar, Salomon, Rossignol ou encore Millet témoigne d’une réel volonté de retrouver un événement capable de réunir le public et la scène freeski. “Je crois que les marques avaient besoin d’un rendez-vous comme ça. C’est assez court, pas immense, il y a une bonne ambiance. Alors on aimerait évidemment que cela devienne le rendez-vous de la scène ski,” déclare sans mystère Pedretti. Si l’IF3 réussi à garder cette convivialité, cette simplicité et cette qualité dans la sélection et l’organisation, y-a-plus-qu’à. Résultats et bandes annonces des films : www.if3.ca

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


12 I PARKS

Le niveau des parks français est souvent l’objet de critique par rapport à ce que l’on peut trouver chez nos voisins européens. Cependant, l’absence d’harmonisation concernant le design et la sécurité, ne facilite pas leur développement. 

Par Antoine Grosprion Jaccoux / Photos SnowConcept/Anders Forsell sauf mention

L’an passé Ski Time publiait un article assez critique sur le retard des parks français. La parole était donnée aux riders et aux entraîneurs qui sont souvent obligés de partir en Suisse ou en Autriche pour trouver des lieux d’entraînements à la hauteur de ceux que propose l’ogre américain. Les stations françaises profitent d’un relief légendaire, pourtant beaucoup d’entres-elles continuent de proposer trois bosses, deux enceintes et un barbecue, le tout surmonté d’un écriteau “Snowpark”. Mais plutôt que de nous laisser aller à la grogne, nous avons voulu en savoir plus sur la difficulté que constitue la mise en place d’un snowpark de qualité. En l’absence de réglementation et dans l’attente d’une harmonisation du secteur, les stations, dont le régime juridique des parks varie de l’une à l’autre, évoluent dans un joyeux flou artistique.

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

Shaper de park : un métier qui s’apprend sur le tas Il n’existe pas de diplôme spécifique pour exercer le métier de conducteur d’engin de damage et, à fortiori il n’en existe pas non plus pour le métier de shaper. En l’absence de diplôme ou de formation spécifique, le métier de shaper de snowpark se transmet de pilote à pilote. Si la transmission du savoir est une notion noble et souvent bien meilleure qu’une formation réglementée et rigide, elle recèle des risques dont les premières victimes sont les pratiquants. Interrogé sur son initiation aux machines, Alex Creuzé, shaper du park de Châtel, insiste sur l’importance de la pratique du sport pour savoir modeler des modules. Après avoir passé un an côté d’un chauffeur pour être formé sur une dameuse, il a intégré le snowpark de Val d’Isère pour être initié au modelage des modules par un shaper


13

En l’absence de diplôme ou de formation spécifique, le métier de shaper de snowpark se transmet de pilote à pilote.

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


14 I PARKS

Shaper est un métier très spécialisé qui requiert de l’expérience dans la pratique du ski ou du snow

expérimenté. “La notion de shaper est à la fois une notion floue et hyper technique. On fait de la mise en forme très particulière pour qu’il y ait une coordination entre le saut et la réception. C’est un métier très spécialisé qui requiert de l’expérience dans la pratique du ski ou du snow. Moi je suis passionné de snow depuis une douzaine d’années et c’est aussi pour cela que j’ai été recruté. Un dameur de piste ne peut pas comprendre la notion de réception ou de plateforme. Pour nous, ça paraît évident, mais c’est parce qu’on baigne dedans.” Si la transmission du savoir associé à la passion du freestyle sont des éléments indispensables à la construction de snowparks de qualité, certaines stations n’ont encore pas su s’entourer de shapers et de designers de parks compétents. Il est néanmoins évident qu’une station qui a la volonté de bâtir un snowpark digne de ce nom saura s’entourer de shapers capables de le réaliser. Reste que pour l’instant, en l’absence d’harmonisation ou de règles

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

de bonne conduite, la construction de snowparks demeure une nébuleuse abstraite. “Si on prend un skieur moyen qui vient acheter une prestation dans une station, il ne sait jamais sur quel snowpark il va tomber,” résume Alex Creuzé. La question de la réglementation Pour remédier au problème de la disparité, voir à la dangerosité de certains snowparks, certains prônent une harmonisation des techniques de shape, voir une réglementation. Lionel Broche, shaper réputé et responsable technique et commercial chez Snowconcept - une société qui fourni des parks clef en main (canons, réservoirs, machines, design, shapers) et qui travaille sur les évènements FIS, JO, Artic Challenge ou encore sur le Jon Olsson Invitational… bref, du lourd - estime que l’on en viendra forcément à un diplôme de shaper. “À mon avis, étant donné le niveau de compétence, on va être obligé de créer une spé-


SALOMONFREESKI.COM

ENSEMBLE SHADOW

“À L’EXTRÉMITÉ NORD DE SERRE-CHEVALIER, MONÊTIER OFFRE UN POINT D’ACCÈS AU VERSANT DE LA GRAVE/LA MEIJE. ICI, LES POSSIBILITÉS SONT ILLIMITÉES. UNE VIE ENTIÈRE NE SUFFIRAIT PAS À TOUT EXPLORER.” - RICK ARMSTRONG COPYRIGHT© SALOMON SAS. TOUS DROITS RÉSERVÉS. PHOTOGRAPHE : HAL THOMSON. SKIEUR : RICK ARMSTRONG. LIEU : MONÊTIER, FRANCE.


16 I PARKS

cialité shaper. Il faudra par exemple des notions basiques de math et des notions de parabole de vol. Le lycée de montagne de Saint Michel de Maurienne a créé un diplôme de snowmaker pour les techniciens qui s’occupent des canons à neige. Et bien ce pourrait être quelque chose de similaire. Ce pourrait également être un cursus de l’ANENA – Association Nationale pour l’Étude de la Neige et des Avalanches – qui forme les artificiers et les pisteurs troisième degré.”

Avec l’explosion de la pratique, les domaines skiables ont l’air d’avoir pris conscience de l’enjeu et s’activent. Un colloque de réflexion sur la sécurité des parks a par exemple été initié par l’ENSA (Ecole Nationale de ski et d’Alpinisme). Les professionnels du secteur se sont réunis pour plancher sur l’accidentologie des différentes pratiques freestyle et ont notamment préconisé le respect de la norme AFNOR (Association Française de © Fabrice Wittner

Au-delà du shape, c’est toute la question de la sécurité des snowparks, dont la signalétique et l’information, qui est posée. La cellule Sécurité des pistes des Domaines Skiables de France (ex SNTF – Société Nationale des Téléphériques de France) travaille sur toutes ces questions. Cette cellule travaille en collaboration avec le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne (PGHM), des directeurs de service des pistes, des sociétés qui conçoivent les snowparks, ou encore des shapers reconnus.

Un colloque de réflexion sur la sécurité des parks a été initié par l’ENSA

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


18 I PARKS

Normalisation) concernant les règles de sécurité au départ des Park et la signalétique des modules. Pour Lionel Broche, si l’harmonisation est nécessaire, il faut faire attention à ne pas tomber dans le travers de la réglementation : “Je pense qu’il faut une certaine harmonisation, mais peut-être pas avec des règles AFNOR comme sur les pistes. Je penche plutôt pour un référentiel de bonne pratique ou de bonne conduite comme dans les zones freeride ou dans les skateparks. Il ne faut pas trop brider. On cherche notamment à harmoniser l’information, la cotation des modules et le niveau de difficulté.” Néanmoins, pour que cette harmonisation se produise, il faut que les différents acteurs puissent discuter. Or, l’une des problématiques des parks français, est qu’ils ne sont pas tous administrés de la même manière. Trois quarts des parks sont

gérés par des sociétés externes (associations, entreprises de gestion…) et un quart par les stations (service des pistes…). En France, contrairement à la Suisse ou aux États-Unis, le régime juridique varie donc d’une station à l’autre et ce cafouillage ne facilite évidemment pas l’harmonisation du design ou de la sécurité. En attendant que les stations réussissent à trouver le bon terrain d’entente, il faudra encore compter sur la volonté de ces dernières à proposer de vrais terrains de freestyle. Et si une minorité d’entres elles ont la volonté, la clientèle et les moyens de gérer des parks de niveau international comme Val d’Isère et son fameux Valparks, la Plagne, Vars, Avoriaz, Val Thorens et les 2 Alpes, d’autres stations comme Châtel, les Sybelles, les Sept laux, Flaine ou Saint Lary (entres autres) ont fait de beaux efforts pour proposer de beaux reliefs à une clientèle plus familiale. 

En France, contrairement à la Suisse ou aux États-Unis, le régime juridique varie d’une station à l’autre

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


OFFICIAL PARTNER

AMAZING PRICE CHECK IT OUT WWW.COREUPT.COM et dans les meilleurs skishops. Liste des shops sur www.coreupt.com

LIVRAISON PARTOUT DANS LE MONDE

EN 48H

Design by bliss . Photographe : Tristan Shu . Skieur : Adrien Coirier


URL.COM C IP R T A E R O M SEE

LIVE THE SEARCH


©Klaus Polzer

Check THOMAS�HLAWITSCHKA�in


© Louis Granier

22 I PORTRAIT

r ieur à dispute Plus jeune sk , rld Tour 2011 o W e d ri e re ire le F mpte bien fa o c st o v ré P ntrée Jérémy lors de son e re d u o p la r l. parle eride mondia e fr u d a th o dans le g oux rosprion Jacc 

Par Antoine

G

tai du côté mon préhendé le sk ap es m rs et ou uj e) to ag i e j’a ercie au pass freeride ; et qu sais (que je rem et suivi e nt os tt re dé ce pa vi ès s es le pr m ivre de regardé gne grâce à pétiteurs à su is j’ai toujours mes choix. oir validé l’un des com tations. Et pu ent influencé ans après av en ém qu 21 rc à fré fo é Jérémy sera nc lifi t ua do en Q a m’a perm e. la m ça ta ce rid r , no ee ca ns fr io ec in t ui les compétit cun cas l’alp tif 2010 - av au ca son sur le circ à ifi en al e e e encore ac qu ni pl im re ur e je ne rs du to D’ailleurs, j’a une second Cependant, son ticket lo se technique. ers Slovaquie et la comba rid ns en e sa pt a lid s se sn so ai s Ja e (m à de s mis d’avoir un fera partie faire du piquet deux victoire an ur év ise ion est po eg t l’a at M à an ns t, le se gé de isse – courbe. La ieur puissan sortir mes skis Nendaz en Su e fois re en grande flip, ur mondial. Sk Un lib ck to s.” ba le du se r os ire su ba gr fa s s gé retrouver le binaison) ou d’envoyer de e de français enga bl et e st cepa bl rm s’e ca ou pe tr et ne e y le de barres e de Jérém able et cela m pour semer èr ré rri n ai ag ca m la sur les sauts , e plein en ire ut e es n au vestia sérénité à to jeune homm utes les arm la combinaiso nément. Ce re cache une ise Jérémy a to ta ai no on os nn Va sp gr bo l ée Va un dé r in d’ dess et son ai ien au club de caractère et pendant pas parmi l’élite . “J’ai ité ivement gard ill ey ée force de ct cr ck qu fe sa ho an ef e t tr en un es la e d’ èr es é rs dont de ressourc ser une carri épreuve. Dot genre de ga t donné que sité à embras rémy est le adversaires. longtemps hé té l’alpin. Étan a rs rê tu ar et i fu sang-froid, Jé j’a s le d t a chanan nir pro qu pas tenter m érène raremen songé à deve pourquoi ne enjouée rass é, nn fort et, tio us nc pl fo é s du ski a ét el ski n’avait pa pp le l’a t, x lian ement so al ?” Cepend talentueu orts, il a fin a acquit de ce en hockey el, Jérémy y nt les deux sp Sportif multi ib fro je ér jouais t M de je en , é de m re en m n iè m d’alpi ’année dern longtemps de encore co “L a l an s. s’i m tin de Formé au club pa t e ance s ai m Fr le ét e r à ranger LR) car ce n’ à traverser la chniques. “J dû se résigne i m’obligeait des bases te r ème année, ND qu xi se ce er eu (d sp n, S di sio FI e divi loin en ance à m en deuxième suis arrivé si is plutôt tend try et ns, que j’ava rk, backcoun iso D pa . le ow ci sn fa : s g pa eskiin oche plus fre dans une appr

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


© www.jeremy-bernard.com

23

cole, é un peu l’é ener. J’ai loup rire m m sc ’e ’in m m s de ai osé elle je pouv qui m’a prop pétition à laqu mordu. e en m m ilà co m vo e ra ul Le og se pr !” la mon r souvenir mais c’était . Étant donné participer à âge. Un supe de saison les week-ends donné mon ter en cours t il lui suffira de ec an e, nn ét ill co ta presque tous dé ba le la is de m é e place au ns t lig nd da en ob co es em é se rc èt ét la fo jà Jetant ses ur terminer à ai donc compl ski, j’avais dé J’ po i. re Q sk oi . Il aurait at FW le ur r lig du To su ions entrer ur le World e décision ob cinq compétit pour me conc ux alification po n. C’était un ild Card pe qu iso W ne de sa e e Tu un m tte . r ny ce ni es te té général, syno FWQ et ob pas les vacanc t hockey de co du es r ne n’ ie légué à tu ce em re it s pr n, so pa me divisio ne l’avaient e pu terminer tu es présent, z êm it da m So en N car la deuxiè e. r rémy bl de su m si les juges vant. Mais, Jé x s’est porté me bon te se pour Verbier ic le voyait de eu. Mon choi bl ili pas venir com me m pu cje e le si ho st s d ju du an pa de is qu y a pas aha. Je ne sa conde place i toujours faire ah se ra ur la “H r. po viens pas. Il n’ me ye a je m to «V e co pi nre à s’a t déçu car, r canadien : me suis dit qu n’est pas du ge s évidemmen t un entraîneu oir le ski car je ai di s av ét ra s J’ l’a ai . se e lé ns m tu vo pe e d . Comm vraiment fait mpétition, je en faire quan is co rs su la ou , si key plus tard uj vu t et to t s on gens qui ey, tu pourra ort à jugemen beaucoup de s c’est un sp dit skier! Le hock ai !’” s M on e pa e. m rd gn m pe ga co la ne se . C’est le jeu ire sorti le run de fa le mplus vieux ! Ça s ho pa s mmes et le s, il ne faut on n’aime pa vrir pour les fe al ou ég e d’ d’ ac a ce pl n’ e an y fulgurante ch un m oire sme de Jéré puis j’ai eu la pour se faire ia y Et us m ! ré ho Une traject ire nt Jé ur à m L’e so s jà top !” ns quoi il s’e inement le que deux an mes, c’était dé ment savoir da et il aura certa Il n’aura fallu eride mpétition. ide. Sans vrai skis au pied co er nt ténors du fre re fre s le iè le ta du em n ilà e pr so lit Vo e sa n. it qu iso do dans l’é sa ’il e la qu r Un démarre y en Isère. t à un copain au moment de ide de Vaujan barquait, c’es à l’Open freer s passionnés , nt 08 ia . 20 ud us ét en s en it prév “C’éta aire, nisée par de amateur orga ça allait me pl compétition nvaincu que co , er rid te un po de ski. C’est

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


© Jena-Marc Favre

24 I PORTRAIT

au qui a grandi n o ti ra é n é g d’une le ski m fait partie it avant tout To o , ç n le o y c st il e , e é fr u nte du ur enjo ccoux Force monta français. Skie s Grosprion Ja rk a p s e ige. d e Par Antoine r n o t e ss l e l’ ie c e d e rythme tique entr rt qui se pra o sp n u e m com 

ition et une air diale à dispos école de l’ on L’ m ée m és m est à m os de reno t plus disp jeune âge, To Avec un park ieurs semblen dès son plus t sk e ction, ou né es ile rt un éd ge pa je lti pr e vo ns certai son sport de snowparks qu ssion pour la ns s pa da de er Aujourd’hui, dess ns te ire re da su an pour prog es. Tom Le ssion fulgur s journées pied d’œuvre u une progre borde les pist de à passer leur i nn e va us co qu a rk re ur pa rk ud po pa le po n r e si la s variés, ca freestyle. « Ce elle génératio trè le uv nt no de so ailleurs, mêm s e m es tt ut ul To sa ce , Les mod Pur Avalin rges et des e même de puis trois ans. es mode aérien. est l’exempl s box très la ut s de en le to s d ec de ai or av m ils ab e ra u, d’ nt ugue terrain de je multitude de zone débuta e e la m i un m sk le ski se conj ec t co av en on o lly té n’ la zone pr domaine l’Espace Ki avoir débu 2/3 mètres à hors-pistes du 22m. » Après de a grandi avec à it la ux u’ fa le sq it de bu ju ra rk fa s se ut pa r et s sa pistes t pour le que son futu formes et de magnifiques n engouemen ndu compte e trois s d’alpin, puis aliser avec so m s’est vite re t haut comm ai To ét i fait deux an n, ’a pi ’il “J al qu s. s jamais pu riv re or ’il èt al m qu e no né do c et j’ai t ro ra es ch tru do de ssion ait pas mon couvrir un el tricks et non station. Sa pa is que ce n’ét i lui a fait dé pr m a dès m am To , co t un te d en di t m an ai ét j’ai rapide pommes, qu ark. La messe ivers. ait pas : Valp owpark son un sn du ne soupçonn ils ra s kickers et de Tom Lesuire lors fait des

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

17 ans sère Résidence : Val d’i Station: Valpark Smith Optics, Sponsors : Armada, rk lpa Va , Planks Clothing


Š Nicolas Mourlot Š Nicolas Mourlot

25

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


lution pte sur l’évo rs, Tom com eu tit de la pé e m ss fa co n r les ent qu ‘o effectuées pa anger s juges préfèr par in ch ré ta de er pé in “C Re . tra .” és et que c’est en des mentalit ns aucun regr jeune de mais je crois dans tous les des sports sa rtie du team mnastique », des doubles pa ir gy quitté le club «  ire vo fa de n va ur e re po un démarrer en ont mar nse donc qu’o t sélectionné car les juges rs envisager de sionnant. Je pe lo CoreUpt, il es es vers s pr UT en dè D im té ut d’ en tre n pe e iâ us rie nçaise et rrespondanc e.” Son opin sens, ça n’a pl la marque fra i vienudiant par co cas je l’espèr mps qu Ét te ut . rs to le du eu ty en dr oi es e, pl ca fre yl s le n em s l’œil de revenir au st carrière dans tion, il gère so d’avoir conqui e shoote souules. “Pour commercialisa ste a le mérite n pré carré. “J le sur les mod ge so ib le ss ns technique de po da s ps es rè m ag ap te h im de 10 d’ amen comme n rs er us ei m ve pl pl ca le rk nent faire le rt pour le pa ent avec des afin de passer m pa is m dé fa ta un no Je t , r boulot, et es rk n. c’ pe owpa e type, i font du su r la Playstatio vent sur le sn moi la journé m Allemoz qu Valpark.” les pouces su et des To e u du ur l et pe ie lle a ei fic un er m of gl fé t Frederic La e la neige es photographe m’être échauf qu le t je e rc s, rlo érimenté ck pa ou xp tri in M l’e at o uts le m sûr avec Nic si de nouveaux s skieurs dont en us te bi ré i po plutôt des sa s j’a ise e désorrm qu de mpagné sser et vise t, avant de te idi. Une fois Toujours acco inue à progre rails l’après m nt es.” Cependan r pour vr co xe lè n, la x m pe re au O To se , n ire s le sour dédaigne pa re Espaglière me l’Europea er m ne Pi co m peux repartir s, To orde it, en br ab en pé ests euro discipline. Il “fait maison” e d’entraînem mais les cont ialistes de la un petit park réner sa journé éc r s sé sp su ai s la m ils ur , ra et ur lle ie es ei se sk m t quelqu de la jeunes nov chez ce mesurer aux ce ha se an ak la ci St en s’envoyan e ou du qu ns t a l’i ir avec it égalemen . chez lui. Il y donc son aven ctif, mais il sa ux ue avec plaisir colé derrière je ie ug m ob nj ut co un va t se ’il on er i qu travaill ingrate et qu nité de ceux seulement si r est souvent me permet d’un freestyle e rrespondance èr co rri r ca pa UT t D es on c’ r u et ça ne “M ut ca sid s. to as re es ant suis assez oir ses arriè ité des figur Je év . ex pr es pl Le style av m ud ét co énir ce s pr la le ssion et ssion. “Je Je veux obte e le style à d’allier ma pa i motive sa pa tous les jours. Tom privilégi qu er s e ma e ill le st qu va e is ge èr tra sa éf du de pr Je s beauté dérange pa que donc je emploi futur. ni e un m ch te ur avant tout la la po tit à in pe e so n ai be n avec un ment le styl diplôme car j’e iment.” 9 double japa fère définitive ra pas indéfin pétitions deun switch  bio  re m du ou co s 5, ne   le e e rk èr qu rri ca en bi gros Co Et ns ”  ? tio ver de mieux bres de rota tes aux nom shifty, quoi rê moins restrein ou us pl nt meure

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

© Nicolas Mourlot

26 I PORTRAIT


28 I VAL THORENS

legende legende

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


Val Thorens et le ski ? Faits l’un pour l’autre ! Une histoire évidente. Ici, on est tous des passionnés de ski ; comment pourrait-il en être autrement ? Au cœur des 3 Vallées, le plus grand domaine skiable du monde, Val Thorens occupe une place à part dans le cœur des fondus de ski. Celle de station la plus haute d’Europe par exemple… Avec des exigences à la hauteur de nos montagnes, tout est mis œuvre pour combler les skieurs. À commencer par une ouverture au plus tôt dans la saison, le 20 novembre 2010. Des skieurs en manque depuis la fin de l’hiver dernier… et qui depuis, barrent d’un trait impatient sur le calendrier chaque jour les séparant de la date tant attendue. Pour faire patienter les morts de faim du ski que nous sommes tous, rien de tel qu’un petit aperçu de ce que nous réserve le week-end des 20 et 21 novembre… En plus bien sûr de l’ouverture précoce des pistes de Val Thorens. Pour la troisième saison consécutive, le lancement de l’hiver s’accompagne de la première étape de la tournée de tests de matériel, le Ski Force Winter Tour. Les quatorze plus grands fabricants de skis et toutes leurs équipes seront au rendez-vous pour vous guider au mieux dans vos choix. Ni plus ni moins que le plus grand shop à ciel ouvert du monde, avec plus de 500 paires de skis fraîchement sorties du plastique juste pour vous. Parce qu’il vous faudra bien tout le week-end pour tester les paires de skis qui vous font rêver, Val Thorens vous a concocté des bons plans pour des hébergements à tarifs imbattables. Ceux qui ne pourront venir qu’une seule journée auront bien sûr droit à un forfait spécial. Difficile de faire mieux pour que vos premiers runs de l’hiver se passent dans les meilleures conditions possibles. Normal, on y sera aussi, pour le plaisir bien sûr. C’est ça quand on est passionné. Réservez vite votre séjour et faites une croix sur votre calendrier, une grosse, à la date du 20 novembre 2010.

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E

© bruno longo / ot val thorens

29


© bruno longo / ot val thorens

30 I VAL THORENS

Bienvenue à Val Thorens, le royaume de tous les passionnés. Les skieurs de tous les horizons viennent chez nous parce qu’ils savent qu’ils vont trouver de quoi assouvir leurs fantasmes de glisseurs. Une neige exceptionnelle grâce à l’altitude, qui offre du même coup des dénivelées à couper le souffle et se cramer les cuisses. Une vision élitiste certes, mais surtout pas exclusive ! À Val Thorens, on ouvre la montagne à tous et à toutes, que vous soyez skieur expert ou non. Les mini riders en herbe, les débutants, tous ceux qui n’ont jamais osé franchir le pas ont droit aux plaisirs de la glisse. Val Thorens a pensé à eux et leur a créé leur propre terrain de jeux. Pour découvrir tout un nouvel univers dans les meilleures conditions possibles, l’intégralité du front de neige a été transformée

en espace exclusif aménagé pour vos premières glissades. Des intempéries, à la création de deux nouvelles pistes pour vos premiers essais, toute la famille, du petit dernier à votre grand-mère va pouvoir se mettre au ski en totale sécurité. Entre les deux, du sommet de la Cime Caron à l’espace débutant, c’est toute la palette du ski qui vous est offerte. Quel que soit votre niveau, tout le domaine vous est accessible. Tel le snowpark qui attend impatiemment les apprentis freestylers avec sa nouvelle partie réservée aux débutants. Des tables vertes pour vos premiers envols ; des rails mini pour faire vos premiers slides. Quant à la crème des freestylers, on les a gâtés ! Pas moins de 90 000 m2 leur sont entièrement dédiés. On n’a pas oublié non plus ceux qui voulaient quitter la zone débutant, pour se lancer à l’aventure, partir à la découverte

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

des sommets qui nous entourent ! L’Eterlou, une nouvelle piste bleue, a été dessinée juste pour vous. À peine vos premiers virages maîtrisés, vous pourrez emprunter le Funitel du Grand Fond pour vous rendre à 3  000 m d’altitude au Col de Rosaël. Profitez de la vue panoramique sur la station autant que de la fabuleuse descente, à votre niveau. Si vous hésitiez encore, 2011, c’est l’hiver ou jamais pour se mettre au ski. Toutes les pistes mènent à Val Thorens, en y accédant par Orelle par exemple ; venez nous rejoindre et découvrir à votre tour la glisse grandeur nature. À quoi bon avoir les plus belles montagnes, si tout le monde ne peut pas en profiter ? La passion, ça se partage ! Vous avez du 20 novembre 2010 au 8 mai 2011 pour entrer dans un nouvel univers, celui de Val Thorens.


PHOTO : P. ROYER

www.millet.fr

KNNGTVGEJPKSWG/KNNGV

%GFTKE2WIKP%QPUG

ADDICTION GTX JACKET PROTECTION FREERIDE AVEC MEMBRANE GORE-TEX® POUR OFFRIR UN GRAND CONFORT ET UNE PROTECTION DURABLEMENT IMPERMÉABLE. $ÃPGſEKCPVFGNC JCWVGVGEJPQNQIKG


32 I VAL THORENS

Un hiver qui commence bien. Du premier au dernier jour de l’hiver, la saison 2010/2011 foisonne de bons plans ! Choisissez le vôtre et réservez vite. • Spécial début de saison Du 20 novembre au 3 décembre 2010 inclus, le forfait journée est au tarif exceptionnel de 22 e ! Du 4 au 17 décembre, le forfait journée est à 29 e au lieu de 39 e. • Spécial Familles Le Pass Famille (2 adultes et 2 enfants à 125 e la journée ou 569,50 e les 6 jours) étend la limite d’âge des enfants jusqu’à 20 ans inclus. Pour le petit dernier, le forfait est désormais gratuit jusqu’à 6 ans. Et enfin une réduction de 25 % est accordée à tout enfant entre 6 et 12 ans.

Val Thorens Réservation F - 73440 VAL THORENS Tél. : +33 (0)4 79 00 01 06 Fax : +33 (0)4 79 00 06 49 E-mail : reserver@valthorens.com Web : www.valthorens.com *  Offres soumises à conditions

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

publicité

Packs Tout Compris • Week-end d’ouverture Le Ski Force Winter Tour, les 20 et 21 novembre 2010 2 nuits d’hébergement + forfait 2 jours Val Thorens + accès aux tests de 14 grandes marques. À partir de 67.50 e* / pers • Week-end Trophée Andros Spécial 20 ans Du 3 au 5 décembre : 2 nuits d’hébergement + forfait. 2 jours Val Thorens-Orelle + accès au centre du circuit. À partir de 110 e* / pers • Séjour court Entre le 11 et le 18 décembre : 2 nuits d’hébergement + forfaits 2 jours + pass événement Ski & Boarderweek A partir de 77.50 e* / pers • Week-end dernières glisses 7 et 8 mai 2011 : Hébergement 1 nuit + forfait 2 jours Val Thorens-Orelle. À partir de 61 e* / pers


34 I VAL THORENS

© B.Longo / OT Val Thorens

Premières pistes. À chacun son rythme. Un forfait spécial débutant vous donne accès aux huit remontées mécaniques desservant les pistes les plus faciles de Val Thorens. Tarif journée 19,50 e

En l’espace de deux ans, Val Thorens a subit une vraie révolution pour devenir aujourd’hui un espace exclu-sif, entièrement dédié à l’apprentissage de la glisse. Au pied du massif de Péclet, dix hectares vous sont désormais réservés ; dix hectares où tout a été repensé, inventé, pour vous garantir une découverte du ski dans un environnement protégé et gratuit. Fini les téléskis, place à quatre tapis roulants, des remontées mécaniques d’un nouveau genre aux avantages indéniables pour les apprentis glisseurs. Tapis volant même pourrait-on dire pour les deux derniers-nés, “Castor et Pollux“, aux débits uniques au monde, spécialement développés pour répondre aux exigences de Val Thorens. Moins d’attente et une rotation plus rapide, mais bien plus encore. Entièrement recouverts pour vous protéger des intempéries, c’est dans un confort absolu que vous effectuerez la remontée vers le centre de la station et la Place de Caron. Protégés et en sécurité. Terminées les chutes tant redoutées sur le téléski : moins de stress à la montée, plus de plaisir de glisse à la descente. Et pour la descente justement, ce sont deux nouvelles pistes vertes qui vous attendent pour vos tout premiers runs, Musaraigne et Campagnol. L’une est quasiment plate pour la découverte de nouvelles sensations sans peur ; l’autre adopte la forme d’un Z pour apprendre à y faire vos toutes premières courbes. Chacun sa piste, histoire que tous puissent progresser à leur rythme sur un terrain adapté. Et une fois que vous aurez envie de prendre votre envol, rien de plus facile. Ces nouveaux aménagements vous mènent directement au pied du télésiège de Cascades, qui vous ouvrira tout grand les portes du domaine de Val Thorens et vos premières pistes vertes et bleues. Tout a été prévu pour une progression rapide grâce à un apprentissage gradué  ! Moins d’attente, plus de confort, plus de sécurité, un vrai paradis, accessible à tous… Et gratuit ! 

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

Plein les yeux à Cime Caron Historique, panoramique, fantastique : mythique ! Le téléphérique de la Cime Caron s’offre un relooking. Historique, c’était à sa création en 1982 le plus gros téléphérique au monde avec ses 150 places. Aujourd’hui, ses deux nouvelles cabines, plus confortables et surtout totalement panoramiques, vous offriront lors de la montée une vue imprenable sur le fantastique panorama. Pas moins d’un millier de sommets sont visibles depuis la Cime Caron !


*

Respirablité à l’air

Imperméabilité

LANCEMENT DU POLARTEC® POWER SHIELD® PRO. LE SOFT SHELL HAUTEMENT IMPERMEABLE QUI RESPIRE. Avec le nouveau Polartec® Power Shield® Pro, nous créons une nouvelle définition de la respirabilité. Voici la meilleure combinaison entre perméabilité à l’air et protection contre les intempéries jamais créée dans un soft shell. Résultat: vous restez au chaud et au sec. Et nous allons continuer à créer des tissus exceptionnels. Venez découvrir tout ce qui est possible sur POLARTEC.COM. * Le soft shell ultime. Polartec® est un marque déposée de Polartec, LLC. ©Polartec 2010


36 I VAL THORENS

En seulement deux éditions, le Ski Force Winter Tour qui lance la saison à Val Thorens s’est imposé comme un événement phare dans le cœur des passionnés de ski.

Deux jours de test, avec à Disposition le plus grand shop à ciel ouvert dont on puisse rêver. « Pourquoi pas vous » Si la majorité des 900 testeurs qui a participé à la seconde édition est composée d’amateurs très éclairés, pour d’autres, c’est l’occasion qui a fait le larron. « Au vu des offres spéciales, on a craqué et on s’est offert un premier week-end de ski sans se ruiner. Au début, on n’avait pas vraiment prévu de tester du matériel, on était juste là pour profiter de l’ouverture précoce de la station… Mais devant tant de skis flambant neufs, on n’a pas pu résister, et on s’est vite pris au jeu. » Alors que partout ailleurs dans les Alpes, les skieurs qui n’ont pas eu le bon réflexe continuent de ronger leur frein, à Val Thorens, dès le 20 novembre, on peut déjà assouvir sa soif de glisser sans modération. Et sans contrainte. Tout a été fait pour vous faciliter la vie et vous garantir un premier week-end de ski à la hauteur de vos espérances. Rendez-vous sans faute le week-end du 20 novembre 2010, c’est Noël avant l’heure pour les skieurs.

© B.Jorgenson/Rossignol

Le concept est simple et séduisant. Un domaine préparé aux petits oignons tôt dans la saison, des bons plans hébergements et des forfaits à tarifs exceptionnels. Et puis bien sûr, les quatorze plus grands fabricants de skis réunis le temps d’un week-end, les 20 et 21 novembre 2010. Quoi de mieux pour commencer l’hiver du bon pied, que d’arriver les mains dans les poches et de découvrir, là, juste sur le front de neige, les stands où vous attendent les équipes de toutes les marques de ski du marché ? Des spécialistes à votre disposition pour vous expliquer, vous conseiller, vous guider dans vos choix, parmi des centaines de paires de skis neuves qui n’attendent plus que vous. Car c’est bien cette exhaustivité qui fait le succès de la tournée. « C’est un très bon concept, avoir d’un seul coup une vue d’ensemble de toutes les nouveautés de l’hiver, c’est super » commente à chaud une testeuse d’un jour, le sourire aux lèvres. Tout le monde a la banane, en ce week-end d’ouverture, exposants y compris, malgré deux longues journées harassantes, à expliquer, conseiller sans relâche. Et partager la même passion avec des centaines de pratiquants. Les fabricants sont formels, vous êtes nombreux à vouloir vous tenir informés des dernières évolutions du matériel, et à venir avec des envies bien précises comme JeanLuc, venu depuis Grenoble pour l’occasion. « Je n’avais pas fait la première édition, ce sont des amis qui m’en ont parlé. Alors là, j’avais anticipé. Je savais exactement quelles paires de skis je voulais essayer, et j’ai réussi à toutes les tourner dans le week-end.

C’est top. » D’autres savaient déjà à quoi s’en tenir et n’auraient raté pour rien au monde ces deux jours de test, avec à disposition le plus grand shop à ciel ouvert dont on puisse rêver. « C’était super intéressant, de pouvoir comme ça, en un clin d’œil, changer de paires de skis, essayer les nouveautés, avec en plus plein de conseils avisés de toutes les marques. C’est une révélation ce matériel moderne, c’est tellement facile ! Du coup, je crois que je vais enfin changer mes vieux skis. » Ils seront plus d’un à craquer…

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


37

© DR

* Plus d’infos sur www.valthorens.com / Office de Tourisme +33 (0)4 79 00 08 08 © J.Clatot/OT Val Thorens

UNE SAISON D’ENFER !

Du 3 au 5 décembre 2010 20ème Trophée Andros à Val Thorens Du 9 au 11 décembre 2010 Première étape du SFR Freeskiing Tour avec en jeu une Wild Card pour les X-Games Europe

Vendredi 11 février 2011 Coupe d’Europe de Ski Cross

Mercredi 2 mars 2011 Les Flambeaux de l’espoir

Samedi 12 février 2011 Coupe de France de Ski Cross

Du 25 au 27 mars 2011 The North Face Ski Challenge présenté par Gore-Tex®

Dimanche 20 février 2011 Savoie Snowboard Tour

Dimanche 10 avril 2011 Le 3 Vallées Enduro © DR

Samedi 20 novembre 2010 C’est parti pour 6 mois de Grand Ski  ! Avec en bonus le Ski Force Winter Tour les 20 et 21

Les 14 et 15 avril 2011 Rossignol Démo Tour

Du 11 au 18 décembre 2010 14ème Ski & Boarderweek

Les 23 et 24 avril 2011 Kontum snowboard

20 et 21 décembre 2010 Rossignol Démo Tour

28 avril au 01 mai 2011 Kontum ski

Lundi 27 Décembre 2010 Savoie Snowboard Tour

Les 7 et 8 mai 2011 4ème édition de l’ATR (Agence To Ride Session)

Du 15 au 22 janvier 2011 Gourmandises au Sommet Les 5 et 6 février 2011 Coupe de France Boarder Cross

Dimanche 08 mai 2011 Dernier jour de ski de la saison, à fêter dignement !

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


38 I VAL THORENS

Cela fait des années que ça dure ! Depuis les débuts du snowboard à la fin des années 80, Val Thorens a toujours affirmé haut et fort son statut de station dédiée au Freestyle. Slope Style. Autant dire que même s’il y a quelques milliers d’euros à la clef, le prize money devient presque accessoire, face à la possibilité de concourir avec les meilleurs riders de la planète, de se retrouver devant des dizaines de milliers de spectateurs et des millions d’internautes. Chance incroyable pour un rookie. Loïc Collomb-Patton, Guillaume Sbrava, Sam Favret, Lolo Favre, Kevin Rolland, ils sont tous passés par le SFR et l’épreuve phare de Val Thorens. Qui succédera à la fine fleur du Freestyle français ? Attendez vous à un engagement total des riders pour la première étape du SFR Freeskiing Tour, qui s’annonce plus chaude que jamais. 

Le retour du fils du Dragon L’annulation l’hiver dernier de la mythique tournée SFR, qui au fil des ans avait consacré tant de nouveaux talents, avait fait grand bruit. Quel “tremplin“ restait-il alors pour que les jeunes puissent percer sur la scène Freestyle ? La France, alors au sommet de la discipline avec nos multiples médaillés aux X-Games, se retrouvait du jour au lendemain coupé de sa relève. Consternation. C’était sans compter la passion et l’acharnement des organisateurs de la tournée et de la station de Val Thorens, un engagement à déplacer les montagnes. « On voulait à tout prix conserver ce lien entre les jeunes freestylers, la compétition et les médias, un lien qui existait depuis plus de 10 ans. Maintenant que les X-Games se déroulent en France, SFR a bien compris l’importance de renouer cette connexion avec les jeunes et les stations qui s’investissent depuis si longtemps dans la promotion de notre sport. Après une année sans, la tournée revient avec un Opening en fanfare à Val Thorens. Une opportunité unique de remporter une des deux Wild Cards pour les X-Games Europe, de quoi en motiver plus d’un  ! » Dès le 9 décembre 2010, la crème européenne des skieurs newschool se retrouvera à Val Thorens pour tenter d’accrocher un ticket pour “les X“, en

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

Le SFR Freeskiing Tour 4 étapes avec chacune deux jours de contest. Deux Wild Card en Slope Style et Half Pipe seront attribuées à la fin de la tournée pour les X-Games Europe. Trois classements. Hommes, Femmes, et Kids. L’étape de Val Thorens comptera pour l’attribution de la Wild Card en Slope Style. Programme de l’Opening de Val Thorens • 9 décembre : training • 10 décembre : qualifications • 11 décembre : demi-finales et finale

© NICOLAS Schlosser/SFR Freeskiing Tour

Avec aujourd’hui un Park XXL, l’organisation d’innombrables Ski&Boarderweeks, de tournées SFR, de coupe d’Europe de Skicross, de contests Freestyle comme l’ATR et tant d’autres, l’histoire qui lie Val Thorens aux freestylers ne s’est jamais essoufflée. Presque un sacerdoce, un dévouement à la cause des nouvelles glisses qui aujourd’hui plus que jamais porte ses fruits, avec une véritable consécration. Les 9 et 10 décembre 2010, Val Thorens deviendra la capitale européenne du Freestyle en organisant la première étape du SFR Freeskiing Tour 2010, circuit qualificatif pour les X-Games Europe 2011 !


40 I VAL THORENS

La journée type de la 14ème Ski&Boarderweek De l’ouverture à la fermeture des pistes, du Samedi au Mercredi inclus. Vertical Drop Chase. Lance un défi à tes potes et engrange le record du plus grand dénivelé parcouru en une journée. Un conseil : tente ta chance au plus tôt dans la semaine, elle s’annonce chargée… Toute la journée vous avez accès aux tests de skis et de snowboards et au Jump Air. • 9 h 30 à 15 h 30. Easy Fun Park. Tout est dans le nom ! Facile et amusant, un snowpark pour que tous puissent découvrir les joies du freestyle en toute sécurité. Progrès garantis grâce aux conseils de pro riders. • 10 h à 15 h. Speed Skiing. Testes tes aptitudes à la vitesse et inscris ton nom au livre des records de la Ski&Boarderweek. • 14 h. Ski&Boarder cross. Entraînements quotidiens pour établir le meilleur temps et se qualifier pour la finale du vendredi. Sensations garanties. • 14 h à 15 h. Rookie Contest. L’épreuve du feu pour les newcomers sur la scène freestyle. Un seul mot d’ordre pour remporter le titre de Rookie de l’année : tout dans le style, que ce soit sur des skis ou sur un snowboard. • 17 h 30. La glisse laisse la place à la musique Live et diverses animations.

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

Chaque jour une animation spécifique Vendredi 10. Lancement du SFR Freeskiing Tour, l’événement freestyle du début de saison. Toute la scène freestyle sera là pour cette épreuve qualificative aux X-Games Europe. Dimanche 12 et Lundi 13. Snow Soccer sur la place de Caron. Mardi 14. Snow Volley en front de neige. Mercredi 15. La très attendue Big Air Battle, le retour. La première édition avait fait un carton, soyez fin prêt pour la seconde. De 17 à 18 h, épatez la galerie avec votre répertoire de tricks, au son du DJ du jour. Qui des snowboarders ou des skieurs remportera la Battle ? Mercredi 15. Val Thorens en feu. Gardez des forces, c’est la soirée “Show“ de la semaine ! 17 h 30, descente aux flambeaux, qui enchaîne dès à 18 h par un feu d’artifice sur la neige au son des DJ’s. Jeudi 16. Hollywood sur neige. 16 h 30. C’est déjà l’heure de la cérémonie de remises des Awards de la Ski&Boarderweek sur la Place de Caron. Rookie Contest, Ski&Boarder cross, Vertical Drop Chase, Speed Skiing, Snow Volley et Snow Soccer, qui sortira vainqueur de la semaine la plus intense de l’hiver ? Vendredi 17. Un dernier pour la route. Finale du Ski&Boarder cross. Profitez une dernière fois de l’Easy Fun Park, du Jump’air et des tests de matériel, à 14 h, c’est fini... Toutes les animations sont accessibles aux titulaires du Pass Ski&Boarderweek, en vente au Club des Sports au prix de 26 e la semaine. Club des Sports : www.valthoclub.com Tél. : +33(0)4 79 00 01 08


Super Turbo

Nicolas Pasquier www.movementskis.com Spot: Verbier (CH) Photographer: Yves Garneau


* Amour - Š New Deal -RC Grenoble


w w w. a t o m i c s n o w. c o m

*

*

Existe aussi pour homme


44 ESPRIT DES MARQUES

La belle aventure Picture continue. Les trois potes d’enfance, Julien, Vincent et Jérémy font parler dans le milieu. Les trois glisseurs sont partis d’une idée commune : proposer des fringues éco responsables, bien désignées et à prix abordable. La recette gagnante. Deux investisseurs financiers plus tard et beaucoup d’énergie, d’idées, voilà les trois larrons avec une gamme fournie et alléchante. Avec Picture, on peut s’équiper entre 200 et 330 euros, sans se ruiner. C’est le prix mini pour avoir un produit de bonne qualité, technique. La cible des 15/35 ans n’a pas forcément un gros pouvoir d’achat, par contre, ces skieurs sont passionnés et veulent du style tout en ayant une approche « verte ». De la bouteille en plastique à… Picture L’éthique n’est pas quelque chose de lointain pour Picture, c’est même l’essentiel. Le choix des usines est fait de manière scrupuleux, elles ont toutes signé des chartes pour s’engager sur la durée du temps de travail, le salaire minimum, le paiement des heures supplémentaires… Quand on achète sa tenue, on se doit

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

de penser à celui qui en début de chaine a travaillé pour nous. Chaque produit Picture peut se targuer d’être « organic ». Toutes les tenues n’utilisent que des tissus en matière recyclée. Le PET issu des bouteilles plastique est transformé en tissu de qualité standard. Cet aspect protection de l’environnement est l’axe de développement majeur de tout produit Picture : c’est une fierté, ce sont les valeurs de la marque Une membrane Bioceramic originale Picture utilise une membrane originale qui procure une chaleur très importante grâce au phénomène de résonance. Autre point fort, le corps reste au sec car la transpiration est évacuée vers l’extérieur. Cette membrane aide aussi à une meilleure récupération physique par élimination de l’acide lactique qui provoque les courbatures. 


© jean-charles Belmont

45

Antoine Adelisse, jeune rider qui monte… Picture soutien Antoine Adelisse qui commence à squatter les podiums en freestyle : il termine dans les trois premiers de la Rocker Week, 2ème à l’European Quick Cup à Tignes. Le kids de La Plagne a 14 ans, son entraineur est celui de Xavier Bertoni et de Kevin Rolland : Greg Guénet himself. Cet hiver, Antoine va faire ses premières armes sur la neige US. S’il continue sur sa lancée, ça va faire mal. http://www.picture-organic-clothing.com

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


46 MATOS

Des skis pour les fans de la courbe bien léchée, les anciennes du Ski Club qui lâchent les mecs sur les pistes, les touristes assidues, ou encore pour les adeptes de la balade ou pourquoi pas, du ski bar, les plaisirs de la piste se déclinent à l’envie. Avec de plus en plus en plus de modèles spécifiques « femme » dans les gammes de fabricants, impossible aujourd’hui de ne pas trouver le ski parfaitement adapté à vos besoins, votre niveau et votre gabarit. Et à vos goûts bien sûr, la “cosmétique“ faisant toujours partie intégrante de vos critères de choix.  Par Laurent Molitor Nos top girls testeuses On ne s’improvise pas testeur, et rien ne remplace les années d’expérience. D’où une équipe solide, qui revient chaque année, avec à chaque fois une trentaine de paires de plus dans les jambes et dans la tête. De quoi se forger des références au fil des ans.

Chloé Roux Mollard De la graine de locale, passée par le Ski Club des Arcs, passionnée de freeride et de randonnée.

Myriam Méténier Troisième année déjà de test pour la monitrice de la bande. Julie Loomis Deuxième saison de test pour la “petite“ nouvelle de la bande. De la graine de chamois.

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

© Atomic

Caroline Clerc La freestyleuse des débuts s’est découvert des velléités de freerideuse.

Severine Texier All Mountain, Freeride, ce qui l’intéresse, ce sont les grands espaces. Du solide, aussi bien sur des skis que dans le remplissage de fiches.


LES SKIS GIRL PISTE TESTÉS ATOMIC / Women D2VF 75w BLIZZARD / Viva G-Pro Iq DYNASTAR / Elite ELAN / Speed Magic HEAD / Power One K2 / Burnin‘Luv ROSSIGNOL / Attraxion VIII Echo SALOMON / Fresh Touch STÖCKLI / Spirit Motion VÖLKL / Fuego

Test au Paradiski

Notre camp de base depuis des années. 170 Km2 de terrain de jeu et 425 Kms de pistes à notre disposition, garantie de pouvoir tester les skis sur absolument tous les terrains. Merci à tout le personnel de Paradiski, Ghislaine Volpe et Laureline Chopard en tête. Merci encore et encore à toute l’équipe des pistes pour leur disponibilité, en la personne de Stéphane Favre ; à Georges et Greg pour les rotations de scooter quotidiennes. Et enfin, au service du parking de la commune des Arcs-Bourg St Maurice pour le libre accès au site.

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


48 MATOS

ATOMIC

BLIZZARD

D2 Vario Flex 75 Woman

Viva G-Pro Iq

Prix public conseillé 699 euros avec Neox TL 10

Prix public conseillé 549 euros avec IQ-SP 11 VIVA

Longueur testée (en cm) (disponibles) 157 (148, 166) Lignes de cotes (en mm) 119/75/109 Rayon (en m) 12

Longueur testée (en cm) (disponibles) 160 (146, 153, 167) Lignes de cotes (en mm) 123/72/105 Rayon (en m) 12

Positionnement dans le catalogue

Positionnement dans le catalogue

La série Women Groomers (piste) compte 4 modèles “traditionnels“ (Cloud 6 à 9) et deux skis équipé du Double Deck, les D2 VF (pour Vario Flex) 73 et 75.

La série des Viva (7 modèles) va du ski de carve perfomance (Viva Sonic, 68 mm en patin) à la pratique piste/tout terrain avec le plus large (Viva Magnum 8.1, 81 mm en patin). Le G Pro se place juste après le Sonic et se veut un peu plus polyvalent.

Sur la neige

Un des gros avantage du Vario Flex, c’est qu’il offre une belle accessibilité à des performances autrefois réservées à l’élite des skieuses. Du coup, vous serez plus nombreuses à craquer pour les nombreuses qualités de ce ski deux en un. Confortable sous le patin, on sent qu’il y a de la matière sous le pied, et le contact ski-neige est toujours excellent, de quoi « tolérer le tout terrain ». Attention cependant aux petites cuisses, le ski est assez lourd et rigide et sera plus à l’aise avec des skieuses d’une certaine puissance, qui seront plus à même de l’exploiter en conduites coupées. Un coupé plus délicat à tenir en grande courbes, mais on ne peut quand même pas tout avoir. Vif et facile dans les changements de carres, agréable dans les conduites dérapées (d’où son accessibilité), les skieuses les moins avancées techniquement auront là un ski qui les fera vite progresser, alors que les meilleures se feront plaisir en augmentant la vitesse et la puissance des appuis.

Efficacité globale en alpin polyvalence 6

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

8,25

Sur la neige

Encore un ski qui pourra convenir à pas mal de niveaux, depuis la skieuse intermédiaire (avec un poil de physique quand même) à la recherche d’un ski assez facile techniquement, à la bonne voire très bonne skieuse qui veut un ski de piste efficace pour évoluer à toutes les cadences et sur tous les types de neiges. Côté bons points, ce sont la qualité des appuis et la stabilité en conduite que les testeuses mettent en avant. Il est fait pour tailler sur des rayons intermédiaires et le fait bien : on se sent en confiance et on peut se permettre des appuis agressifs. Les moins énervées apprécieront sa capacité à passer au doigt et l’œil en dérapé. Si le ski est vif et facile sur son rayon, les testeuses sont unanimes à le trouver plus délicat en enchaînements de petites courbes, type slalom, où ça manque de dynamisme pour jouer dans la même cour que des skis plus typés. Avec ses 72 en patin et sa bonne rigidité, ça passe tout juste en tout terrain, restez plutôt sur la piste si vous ne voulez pas « vous faire brasser un poil ». Au final, un bon petit polyvalent pour toutes les neiges qu’on peut trouver sur piste. Comme tous les skis Blizzard (à part les 2 modèles race), le G Pro est équipé d’une des versions de système de fixation intégré au ski (IQ), trop efficace et également très pratique avec ses deux positions de centre de ski.

Efficacité globale en alpin polyvalence 5,5

7,5


15-16 JANVIER

21-22-23 JANVIER

PIC DU MIDI PYRÉNÉES

TARENTAISE

design by Bliss . photos : Guillaume le Guillou

GRAND TOURMALET 28-29-30 JANVIER

VERBIER SUISSE

SAINTE FOY

19-20 MARS

SERRE CHEVALIER HAUTES-ALPES

PIC DU MIDI

studio de création

12-13 FÉVRIER

LA GRAVE HAUTES-ALPES


50 MATOS

DYNASTAR

ELAN

Exclusive Elite

Speed Magic

Prix public conseillé 599 euros avec NX Excl.Fluid

Prix public conseillé 579 euros avec ELW 11.0

Longueur testée (en cm) (disponibles) 172 (153, 158, 165) Lignes de cotes (en mm) 120/72/104 Rayon (en m) 15

Longueur testée (en cm) (disponibles) 160 (150, 155, 165) Lignes de cotes (en mm) 116/65/104 Rayon (en m) 12,1

Positionnement dans le catalogue

Positionnement dans le catalogue

La gamme Excusive, qui regroupe tous les skis femmes (pas moins de 13 modèles) est compartimentée en trois. La série Explore (All Mountain/Freeride de 78 à 98 mm en patin), la série Discovery et les 3 modèle de la série Performance. L’exclusive Elite est le plus large des trois.

Pas moins de 12 modèles girls chez Elan en 2011. Avec en tête de gondole pour la piste la série Performance, 4 modèles, tous équipé de la technologie Wave Flex. Le Speed Magic est le plus étroit de la série, qui va de 65 à 78 mm en patin.

Sur la neige

À la fois efficace et facile en courbes de rayon intermédiaires, « évident » même selon nos testeuses, « c’est le type même du ski sympa partout », sur lequel des skieuses en pleine progression se sentiront en confiance. Pour celles qui ne maîtrise pas totalement la technique du coupé, il saura vous régaler par ses conduites dérapées confortables et des mises à plat très facile, l’assurance de ne pas se faire dépasser par ses skis. « Confiance », un mot qui revient même quand on commence à le brusquer, il répond toujours bien sous les appuis, avec ce qu’il faut de nervosité quand on va le chercher. Et comme il affiche également une belle capacité à varier les rayons, il saura satisfaire des skieuses plus avancées techniquement. Au final un ski de moyennes et grandes courbes efficace, mais pas exclusif puisque les testeuses sont unanimes à convenir que ce ski à la fois réactif et facile pourra convenir à un large public. Un classique, qui rempli bien son programme, sans faire d‘éclats, mais sans jamais décevoir. Pour skieuses de taille moyenne, pas trop légères.

Selon nos testeuses, la technologie Wave Flex a du bon. Le ski est léger (toujours apprécié par ces dames), facile à skier et accessible, tout en procurant de très bonnes sensations en conduites de virages (avec un meilleur rendement sur un rayon intermédiaire). Toutes ont mis en avant son confort sous le pied et sa fluidité dans la courbe. En bonus, elle ont apprécié sa capacité à changer de rythme, à jouer avec le terrain, « le ski s’adapte bien ». Le nerf, s’il est assez doux comparé à des skis plus typés race, n’en est pas moins présent, de quoi avoir «  des réactions dynamiques sous les appuis ». Seules limites sur la piste : les deux extrêmes  ! Quand on attaque les très grandes courbes (type super G), le ski perd en stabilité, et les enchaînements de virages coupés très courts ne sont pas faciles. Mais entre les deux, ça vous laisse de la marge pour vous exprimer. Seul vrai reproche de la part des testeuses : si la spatule colle à la neige sur piste, ça fait vite sous-marin dès qu’on tente la trafolle ou des neiges plus profondes. Vous l’aurez donc compris, la polyvalence n’est pas son fort, restez sur la piste, il est fait (et bien fait) pour ça. De niveau intermédiaire à bon.

Efficacité globale en alpin polyvalence 6

Efficacité globale en alpin polyvalence 5,75

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

7

Sur la neige

7,5


52 MATOS

HEAD

K2

Power One

Burnin’Luv Prix public conseillé 629,95 euros avec One Power 12 D

Prix public conseillé 599,95 euros avec Marker ERS 11

Longueur testée (en cm) (disponibles) 163 (156,170 ,177) Lignes de cotes (en mm) 111/66/97 Rayon (en m) 14.2

Longueur testée (en cm) (disponibles) 160 (146,156) Lignes de cotes (en mm) 117/70/101 Rayon (en m) 13

Positionnement dans le catalogue

Positionnement dans le catalogue

5 modèles pour les femmes chez Head, répartis en 2 catégories. 3 skis estampillés Women Freeride et 4 skis Women piste, dont le Power One, le plus pêchu comme son nom l’indique.

Les T:Nine Series regroupent les skis femme destinés à une approche all mountain/piste de la montagne. 7 modèles de 70 à 82 mm en patin ; le Burnin’ Luv est le ski typé piste le plus performant de la série.

Sur la neige

Attention mesdames, le Power One frise le ski de race, et demande un certain niveau pour en apprécier les qualités. Sous les pieds de bonnes techniciennes, s’il est avant tout taillé pour des courbes de géant où il fait preuve d’une stabilité sans faille, il reste « totalement utilisable dans un tracé de slalom ». C’est vous dire sa capacité à être efficace sur tous les types de courbes, si la pilote sait déformer un ski. Vifs dans les placements, stables en conduites, ils manquent peut-être d’un peu de réaction en tail pour un ski de ce niveau. Si le talon raide permet se skier en confiance à grosse vitesse, ça manque en contrepartie d’un peu de réaction, d’agressivité dans les changements de rythme (mais on cherche la petite bête). Oubliez les trafolles redurcies ou autres neiges pénibles, ça devient vite instable, normal au regard de ses autres qualités. Pour toutes les bonnes et très bonnes skieuses ; petites joueuses et autres adeptes du ski bar, passez votre chemin, ce ski « aime les forts appuis » et en redemande.

Efficacité globale en alpin polyvalence 5,5

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

7,75

Sur la neige

« Un ski costaud  !  » Selon nos testeuses, le Burnin’Luv nouvelle version est le type même de ski sur lequel on se sent en confiance. C’est même « un régal sur neige douce », « un ski très homogène, parfaitement à l’aise en moyennes et grandes courbes  », répondant juste ce qu’il faut quand on le sollicite. Le ski réagit bien sous les appuis, pas trop nerveux, « il s’adapte aussi bien au terrain qu’aux changements de rythme qu’on lui impose  ». Sur le bleu dur, on retrouve ce comportement sain et très homogène, avec une petite baisse en termes de performance pure. Rien de gênant, puisque si ce n’est pas un arme de guerre en enchaînement de virages courts, pour le reste, son bon compromis entre tolérance et efficacité donne un ski sur le quel on se sent bien pour attaquer, même en grandes courbes typées Géant. À noter  : une équilibration pas toujours facile pour les habituées de l’appui languette, qui pourront également lui reprocher une capacité de pivotements trop importante. Pas vraiment un défaut, puisque les testeuses un peu moins “Slalom Oriented“ ont quand à elles apprécié cette facilité de déclenchement, qui donne un ski «  facile à prendre en main  » tout en offrant un bon niveau de confiance. Un ski pour aller vite sur piste ; destiné à de bonnes skieuses avant tout, sa facilité de prise en main permettra à des skieuses moins avancées techniquement d’accéder à un autre niveau de ride. Efficacité globale en alpin polyvalence 6

6,5


Du 11 au 18 dĂŠcembre

2010

Infos et reservation â&#x20AC;&#x201C; tel : +33 (0)4 79 00 www.valthorens.com

01 06 www.ski-boarderweek.com

1SJYQBSQFSTPOOFTVSMBCBTFEVOIĂ?CFSHFNFOUEFKPVSTFOTUVEJPQFSTPOOFTFOQMFJOFPDDVQBUJPO GPSGBJU7BM5IPSFOT0SFMMFKPVST NBEFJOEF

CrĂŠation :

Contactez nous !

Nes Media - CrĂŠdit photo : David AndrĂŠ / Les 3 VallĂŠes

semaine


54 MATOS

ROSSIGNOL

SALOMON

Attraxion VIII Echo

Fresh Touch

Prix public conseillé 599.95 euros avec Saphir 110S TPI2

Prix public conseillé 370 euros avec JL9 B80

Longueur testée (en cm) (disponibles) 162 (146, 154) Lignes de cotes (en mm) 127/75/108 Rayon (en m) 12,8

Longueur testée (en cm) (disponibles) 158 (144, 151, 165, 172) Lignes de cotes (en mm) 117/72/100 Rayon (en m) 13,9

Positionnement dans le catalogue

Positionnement dans le catalogue

Les skis femme sont répartis en 3 catégories. Freeski (5 modèles) ; Harmony (3 modèles pour les skieuses en pleine progression) et Attraxion (3 modèles + 2 en version “ecofriendly“) pour les férues de la piste.

3 segments se partagent les 11 modèles femme. Freeski, All Mountain et Piste avec les 3 skis estampillés “Touch“. Le Fresh Touch est le plus accessible des 3.

Sur la neige

« Un classique dans les bons petits skis de pistes ». Entendez par là que le Fresh Touch saura tout faire quelle que soit la neige, sans jamais trahir sa skieuse. La prise en main est immédiate, et on sent un ski très léger sous les pieds. Facile dans les déclenchements, très maniable, évolutif sur différents rayons, avec juste ce qu’il faut de vivacité pour s’adapter aux changements de rythme, « c’est un ski plaisir ». D’autant plus que les conduites coupées sont d’honnête facture et que les mises en dérapé se font toutes seules. Alors bien sûr, les plus fortes skieuses lui reprocheront de « manquer de caractère », d’être assez vite limité en efficacité et précision quand on va le chercher, mais finalement, ce n’est pas son rayon. Le Fresh Touch est idéal pour découvrir toutes les joies de la piste, et dans ce créneau, il assure très bien le travail, et même un peu plus.

« Un ski fait pour apprendre le coupé  », «  très confortable sur piste  ». Avec son rayon intermédiaire et sa docilité dans les conduites, cet Attraxion VIII version Echo se veut accessible à toutes ou presque. Doux et facile, léger sous le pied, maniable, évolutif, ce ski regorge de qualités pour la majorité des skieuses. La bonne surprise vient de sa précision dans les conduites qui, alliée à une vivacité bien agréable sous les pieds, fait que le ski laisse une belle marge de progression. Les plus évoluées techniquement se régaleront de jolies courbes coupées jusqu’à des vitesses raisonnables, alors que celles qui découvrent les joies de la conduite sur la carre seront rassurées par sa facilité dans les mises en dérapées, ainsi que par le côté docile et tolérant du ski. Facile et très maniable, toujours confortable, cet Attraxion VIII est un ski sans surprise, accessible et tolérant sans être limité, parfaitement à son aise sur toutes les neiges qu’on peut rencontrer sur piste… Et que sur piste, les testeuses sont unanimes. De quoi régaler pas mal de skieuses qui déclinent la piste en petites et moyennes courbes.

Efficacité globale en alpin polyvalence 5,75

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

6,25

Sur la neige

Efficacité globale en alpin polyvalence 6

6


t graests tuit s

04+05 11+12 27+28 20+21 décembre novembre novembre décembre Val Thorens Val d’Isère Le Grand Bornand Chamrousse

graphic design_www.georgesriu.com

tél. 04 79 00 08 08 www.valthorens.com

tél. 04 79 06 06 60 www.valdisere.com

tél. 04 50 02 78 00 www.legrandbornand.com

tél. 04 76 89 92 65 www.chamrousse.com

En cas de conditions météorologiques et d’enneigement défavorables, les organisateurs se réservent le droit d’annuler ou de reporter une ou plusieurs étapes. Nous vous invitons à consulter le site internet www.fifas.com 48 heures avant le début des journées tests.

www.fifas.com


56 MATOS

STÖCKLI

VÖLKL

Spirit Motion

Fuego

Prix public conseillé 670 euros

Prix public conseillé 0000

Longueur testée (en cm) (disponibles) 157 (149, 165) Lignes de cotes (en mm) 118/69/98 Rayon (en m) 12,7

Longueur testée (en cm) (disponibles) 165 (144, 151, 158) Lignes de cotes (en mm) 124/72/93 Rayon (en m) 16,2

Positionnement dans le catalogue

Positionnement dans le catalogue

4 modèles femme dans la gamme du fabricant suisse. Le Spirit Motion est fait pour tailler de belles courbes avec style et élégance.

Du ski de carving pur et dur au ski tendance All Mountain, la Gamme Attiva® et ses 7 modèles regroupe tous les skis femme à tendance alpine. Tous les autres (FR, FS, FSBC) sont regroupés dans la ligne Freeski qui compte 5 modèles.

Sur la neige

Si vous trouvez la majorité des skis de pistes au féminin trop souple ou trop accessible, il a de fortes chances que vous soyez séduites par ce Spririt Motion. De la bonne skieuse à l’experte, vous aurez sous les pieds un ski très confortable, avec un contact ski-neige « qui donne confiance, même à grande vitesse ». Pas de doute, ce ski est plutôt typé moyennes et grandes courbes, si possible à bonne cadence : bien rigide et présent sous le pied, il perd en contrepartie un peu de vivacité et de maniabilité pour celles qui aiment jouer avec le terrain et varier le rythme des courbes. Il est plus difficile effectivement de l’emmener en enchaînements de petits virages coupé, laissez le plutôt vivre sur de plus grands rayons, aussi bien sur piste que sur d’autres terrains, puisque les sensations sous le patin sont tellement sécurisantes qu’il peut même se permettre quelques bords de pistes… Si la skieuse a le physique adéquat  : les poids plumes se feront plus vite secouer. Un ski qui demande un minimum de cuisses pour en exploiter toutes les qualités, fait pour avaler la piste à vive allure. Pilote de type énervé recommandé, jusque bon gabarit.

Efficacité globale en alpin polyvalence 6

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

7

Sur la neige

Un peu un ski deux en un ce Fuego, puisqu’il réussit à être bien accessible et tolérant, sans pour autant se révéler insipide à l’usage. Le ski est léger et procure de belles sensations de douceur sous le pied, avec des courbes qui déroulent toutes seules. Le ski est facile à inscrire en coupé, la tenue est bonne, même quand on pousse un peu plus les appuis. Dans toutes les configurations, il garde une capacité étonnante à varier les rayons ou à passer par exemple de forts appuis coupé à une conduite dérapée, l’assurance pour des rideuses en pleine progression de se tirer de toutes les situations. Une tolérance qui ne nuit (pas trop) à ses performances, puisque le ski réagit toujours bien sous les appuis et se révèle agréable à skier, et ce quelle que soit la qualité de la neige. Alors certes, le Fuego n’est pas destiné à de très fortes skieuses, à qui il manquera la petite touche de caractère et surtout d’agressivité en petits virages pour être comblées. Mais pour toutes les autres, de la skieuse intermédiaire avide de progresser à la saisonnière (de gabarit léger à moyen) adepte des pistes, vous serez nombreuses à apprécier ce ski « fun et toujours confortable ».

Efficacité globale en alpin polyvalence 6,25

6,5


58 I TRIP

Danger limité sur quasiment toutes les Alpes : il ne neige plus depuis deux semaines… Où trouver un petit endroit pour tracer ? C’est peut-être prétentieux, mais à Zinal, on trouve toujours de la neige fraîche à se mettre sous la dent. Les rides de 1400 m de dénivelée ne manquent pas… en hors piste comme sur neige damée.  

Par Luc Germann • Photos Schreyer

De belles montagnes en béton C’est clair, c’est un cul de vallée, paumé sur la rive gauche du Rhône, perdu « en-ça » au fond du Val d’Anniviers. Zinal, c’est la montagne Suisse, entouré de vraies montagnes (Weisshorn, Zinalrothorn, Dent-Blanche, Obergabelhorn et Cervin). C’est un peu le Chamonix helvétique, en plus authentique (du moins pour l’instant). Oppressants pour certains, les pics qui entourent la station et le domaine skiable de Sorebois apportent une ambiance unique aux lieux. Les pentes sont raides et la plupart sont orientées nord, nord-est. Autant te dire qu’on peut se brosser pour bronzer sur une terrasse du village… Mais bon, il faut savoir choisir. La station a toujours voulu développer une image « freeride ». A l’américaine, les locaux ont imaginé un domaine freeride, une sorte de grande piste de poudreuse plus ou moins sécurisée avec des portiques d’entrée pour vérifier la bonne marche de son arva… La solution a fonctionné quelques jours depuis son ouverture il y a une dizaine d’années. Depuis, elle n’a

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


59

Ces pillows ne sont pas canadiens mais 100% suisses

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


60 I TRIP

A Zinal on se lâche mais il faut garder l’œil ouvert…

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


61

« T’en prends plein les guiches » expression Suisse idoine

pas convaincu les responsables de la sécurité de la station ni les riders locaux d’ailleurs. Ce « domaine freeride » avait tout de même l’avantage d’attirer tous les regards et les convoitises, nous pouvions ainsi rider tranquillos toutes les autres faces ! Mis à part cet échec relatif, la station s’est dotée du premier centre d’entraînement de recherche de victimes d’avalanche. Il s’agit d’un super outil pour progresser à chercher tes potes sous des coulées ! L’esprit « freeride » se retrouve aussi dans les installations : téléphérique de l’Age de Pierre, téléskis interminables et inconfortables. Les stations de l’Hémisphère Sud n’en vou-

L’esprit « freeride » se retrouve aussi dans les installations : téléphérique de l’Age de Pierre, téléskis interminables et inconfortables. draient même pas. Mais c’est en train de changer, la station fusionne avec Grimentz (la grande et méchante concurrente). Les investissements sont plus conséquents, notamment pour

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


62 I TRIP

l’enneigement artificiel… La station fait aussi le bonheur des « bodycarvers » et des adeptes du fuseau vintage. Super !

plus on ride à Zinal, plus on découvre de nouveaux endroits

T’en prends plein les guiches Revenons à nos chamois. Il suffit d’ouvrir la boite de Pandore : plus on ride à Zinal, plus on découvre de nouveaux endroits. Les possibilités sont immenses mais à chacun d’entrouvrir la porte du paradis… Il fait demander conseil à l’un des locaux pour découvrir « Backside », au « Cœur », aux « Mines » ou encore dans la «  Diagonale  ». Attention, à Zinal on a une religion  : il nous est impossible de marcher plus de 5 minutes. C’est là un des hics, comme on n’a pas à marcher, on peut s’engager presque

n’importe où. Attention, les couloirs sont raides, orientés le plus souvent au nord et certains n’aboutissent que sur de grosses cliffes. L’ambiance est définitivement « montagne ». Il faut donc savoir où passer. Les rides depuis la Corne de Sorebois sont de longues descentes de 1400 m de dénivelée avec selon l’envie du moment, de longs couloirs, des faces engagées, du cruising, des bouloches dans la forêt et des lignes de petits sapinoux interminables… A Zinal, on ne fait pas le concours du nombre de télésièges pris durant la journée. Le bon plan c’est trois

Le plan de replis en cas de mauvais temps, la forêt enchantée

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3


63

Zinal à contre sens ou à contre courant électrique

N U M E R O 5 3 I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I S K I T I M E


64 I TRIP

La Suisse, son secret bancaire, ses montagnes, son ski : l’eldorado

ou quatre grandes descentes sur Grimentz ou Mottec, il ne faut surtout pas oublier de dire salut à Reymond, notre chauffeur de navette préféré. Bad Boyz La scène « freeridistique≈» à Zinal est particulière… Les autochtones délaissent la montagne, les Scandinaves ne doivent pas nous trouver sur la carte et le fait de rouler le volant à droite pour monter le Val d’Anniviers doit refroidir nos amis britanniques… Le champ est donc libre. D’ailleurs la question qui tue  : « c’est des skis nautiques que t’as aux pieds ? » revient régulièrement… Zinal, c’est le fief de la Bad Amicale… un groupe de voyous, des potes d’enfance qui rident là-haut depuis toujours… Certains

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

sont des locaux et d’autres sont des pièces rapportées. Mais à les entendre parler, c’est le paradis sur Terre. Des rides incroyables de toutes les sortes : forêt, couloirs interminables et petites lignes de bouloches et surtout un après ski du tonnerre au Pub. La Bad Amicale c’est une bande d’énervés qui prennent plus souvent le bus navette entre Grimentz et Zinal que les installations de Sorebois. Notre terrain de jeu ? Toutes les descentes sur Grimentz, la station d’en-face. Inutile de compter le nombre de journées de ride ailleurs dans le Val d’Anniviers, une main de menuisier suffirait. On est un peu chauvins, je vous l’accorde, notre station c’est un peu notre Coupe du Monde 1998. Zinal Freeride Contest 13 copains qui sont aussi à l’origine du Zinal Freeride,


MA

LE

ille

E ZIN

GA

GRA

TUI

T D

r

N ccue r Tou TIOrens a Winte A S T l T h o F o rc e Va Ski TO le NErojean G G MAmain loir Ro par E E T G et au RNOYApagn re A C E V C o m rd i l l è D uno a Co

nts I Eve NT ÈTE SK NA E PLAN t bien monter AG

DID Commen RG OU E CAN BULL es fixations T E R D Rs ED LE E R TCHE L SUR INECA TRIP e girls L hemir

Br ns l des da s An de

Cac

GA LE MA

I SK

ZINE G

T REPOR fait peau ne

I DU SK R AT U I T

o La rand

r

ate

m our

ir p avo ap s t fau can u’il s soOnUR q n ET aR t ce NT Tou Jeux d SUR EVEowder P o s le Back t ion

ss sser 2010 L.A. Se s of Chamrou vrie é f p 0Cham 201

SKI

TIM

E

1 N°5

I jan

I gr

atu

se it I

rve

z-vo

us

vier

ne

ion e p r tu am e

r h id ve d,C reer

ouderude f c n n e

E

e E ond n A um d

: irl que là g s s ju

uit

I

r se

ve

z-v

s ou

/09

1

1 1/1

:22

:37

11

ABONNEZ-VOUS À SKITIME tilsleulreds s ee meodè T m LE LMAGAZINE GRATUIT DU SKI i sk mettre s n e ’e rs

u

po

30

°4

n 9I

ov

em

b re

ce

m

b re

20

09

I

at gr

4 NUMÉROS = 12 EUROS SK

ITI

N ME

BULLETIN D’ABONNEMENT d

nd

9.i

e4

im

iT Sk

I E N°52 SKITIM

mars -

avril

ratu 2010 I g

it I serv

1

Oui, je m'abonne à SKITIME pour 1 an (4 numéros) et je joins mon règlement de 12 euros par chèque bancaire à l'ordre de FREEPRESSE. A renvoyer à : FREE PRESSE - Savoie Technolac, 18 allée du Lac St André - 73382 LE BOURGET DU LAC NOM________________________________________ PRENOM____________________________________________ ADRESSE________________________________________________________________________________________ _______________________________________________________________________________________________ CODE POSTAL________________________________ VILLE _____________________________________________ TEL________________________________________ EMAIL______________________________________________

ez-vous


66 I TRIP

un event unique en son genre et dont les soirées restent dans toutes les mémoires. Plus qu’un contest, le Zinal Freeride est devenu au fil des années l’event freeride de l’année. Un concept unique de qualifications qui se déroulent sur trois spots durant toute la journée… Le rider est libre de passer où bon lui semble au moment choisi… La fête continue devant le « Pub », notre quartier général avec le SB fire Gap, une prise d’élan et un jump toujours dans le plus pur style «  freeride  ». Des Dj’s distillent leur musique de leur petites mimines durant toute la démo. Ca ne plait pas à tout le monde certes, mais les concerts qui suivent reflètent bien l’état d’esprit de la Bad Amicale, un

florilège de métal et d’électrométal… Bref une bonne noce avec lâché de bière locale à 1.- CHF pour les riders du contest, une action des plus antisportive mais tellement appréciée ! Aux plus sceptiques : 400 litres de bière en deux heures c’est possible. On ne sait pas si c’est grâce à la Bad Amicale, mais les gens et surtout les jeunes, les « ptits » comme on dit chez nous se sont mis à rider de plus en plus… Les « skis nautiques » sont légion dans les vieilles bennes du téléphérique et les jeunes têtes casquées ne se cachent plus. Certes ils sont plus « bling bling » et plus backcountry que leurs illustres grands frères mais ils envoient pas mal, et surtout plus intelligemment que nous il y a 15 ans !

Petite fiche technique pour rider comme un bon zinalois Pour monter là haut : Sortie d’autoroute Sierre Est / Val-d’Anniviers de là, compte 30 minutes si t’as une Opel Manta sinon 35 minutes Pour l’abonnement : 46.- CHF (adulte normal) / 39.- CHF (étudiant). L’abonnement est valable pour toutes les stations du Val d’Anniviers. Renseignements www.poudreuse.ch ou +41 (0)27 475 13 62 Village à 1670 m, Sorebois à 2440 m, et sommet des pistes à 2896 m. Carte aux 25ème d’Arolla.

Pour bien dormir et pas trop cher : • Germann Immobilier : www.ag-zinal.com +41 (0)27 475 16 39 • Zinal Chalets : www.zinalchalets.ch +41(0)27 475 14 82 • www.pralongzinal.ch +41 (0)27 475 47 15 • www.tompouce.ch +41 / (0)27 475 12 24 Pour bien ruper (manger en patois)  :

S K I T I M E I L E m a g a z i n e G R AT U I T D U S K I I N U M E R O 5 3

Tompouce, le Besso et la Gougra à St-Jean (fondues de toutes sortes) Le meilleur après-ski du Monde (sans les Würst ni les « Anton aus Tyrol ») : Le Pub Enfin le meilleur event freeride de l’Année le Zinal Freeride : www.zinalfreeride.ch La Bad amicale : www.badamicale.com Luc Germann, lecuc@zinalfreeride.ch, www.badamicale.com, +41(0)77 411 23 64


I

LA

BELLIS

É

a

authentique

Les magasins labellisés adhèrent à la charte des magasins «montagne authentique» s Le magasin est présent dans sa station depuis de nombreuses années. C’est un acteur local très actif, animé par des personnalités fortes et compétentes. s Il est dirigé par des pratiquants passionnés des sports de montagne. s Les produits sélectionnés par le magasin font l’objet de la plus grande attention. Ils correspondent à des critères techniques rigoureux et à un rapport optimum technique/prix/compétitivité. s Il bénéficie des produits et de la communication «Sélection du Comité Montagne». s Le magasin participe aux programmes de fidélisation de clientèle. s Le magasin est engagé dans le programme d’Eco-Comportement. s La qualité du service est une priorité absolue et la satisfaction du client, un objectif permanent.

O

Twinner est engagé dans une démarche d’Eco-comportement, visant à réduire l’impact de ses activités sur notre environnement par le recyclage des skis et snowboards usagés*, l’utilisation de produits biodégradables et écologiques (sacs, produits de traitement, fart)…

INNER TW

EC

Il est constitué de professionnels ayant une parfaite connaissance des pratiques liées à la montagne. Ils ont sélectionné pour vous les produits les plus pertinents et les plus adaptés à votre pratique, se singularisant par leur technicité, leur performance ou leur rapport qualité-prix.

Eco-Comportement Twinner

T

Le Comité Montagne

C

OM

EN

* Sauf stations non encore équipées de zone de recyclage de ce type de matériel.

Document non contractuel - Crédits photos : ©Piotr Morawski - ©Jeffrey van daele

MAG

AS

N

PORTE

M


CZAR

“POUR MOI, EN TANT QUE SKIEUR, IL N’Y A RIEN DE TEL QUE DE SKIER DE LA BONNE POUDREUSE TOUTE LA JOURNÉE AVEC DES POTES DANS DES ENDROITS SYMPAS. CE JOUR-LÀ, ON PEUT DIRE QU’ON A ÉTÉ COMBLÉS. ON A EU TELLEMENT DE NEIGE PENDANT LE TRAJET QUE LA MOTONEIGE S’EST RETROUVÉE BLOQUÉE ! CETTE PHOTO A ÉTÉ PRISE EN TOUTE FIN DE JOURNÉE DANS UN TERRAIN NATUREL, SUR UNE NEIGE IDÉALE, AVEC DES CONGÈRES EXCELLENTES ET QUELQUES SAUTS DE CORNICHES INTÉRESSANTS. DE QUOI FINIR EN BEAUTÉ UNE JOURNÉE PARFAITE ! ” - GRANT GUNDERSON

COPYRIGHT© SALOMON SAS. TOUS DROITS RÉSERVÉS. PHOTOGRAPHE : GRANT GUNDERSON/MSP. SKIEUR : HENRIK WINSTEDT. LIEU : MUSTANG POWDER CATS, REVELSTOKE, COLOMBIE-BRITANNIQUE.

SALOMONFREESKI.COM

SKI TIME #53  

Le magazine gratuit du ski.

Advertisement