Issuu on Google+

N°16

130 paires de skis au Banc d’essai Focus sur les vraies nouveautés

La Fusion des catégories


© Tessstifler

sommaire

TESTS FREE PRESSE

08 Trombinoscope

Ceux sans qui…

10 Awards 2014

La crème de la crème

14 Freecarve

Quand performance rime avec plaisir

20 Tendances SUV

Comprendre la catégorie qui est en train de révolutionner le ski

22 Ski Unique Versatile

Le futur du ski

38 Freestyle

En attendant l’effet JO…

40 Tendances FR et Fat

Ça bouge du côté des skis pour envoyer du gros

48 Freeride

Le ‘Quiver Ski‘ pour fort rider

66 Mid Fats, Fats et FSBC Micka teste le comportement en poudre de l'Atomic Blog.

© Tessstifler

L’époque est à la réunification des genres 

86 Girls Girls Girls

SUV, FR et autres Fats pour Dames

© Photo de couverture : Scalp

SKITESTS 2013

3


EDITO

© Scalp

Par Laurent Molitor

L

a seizième session des tests Free Presse s’est terminée sur le domaine des Arcs-Paradiski comme elle a commencé : sous la neige ! Il en aura fallu de la patience, de la persévérance, pour arriver à se faufiler entre les nuages et profiter à fond des rares fenêtres météo, à essayer de trouver de la neige dure entre deux sessions de poudre, un comble à cette époque de l’année ! De début mars à fin avril, deux mois auront donc été nécessaires aux trois testeuses et aux quatorze testeurs de l'équipe Free Presse pour tourner les 140 paires livrées par les fabricants. Des conditions météo difficiles mais très variées, une équipe aux génotypes différents et un acharnement à tourner les skis sur tous les types de neige qui auront permis de se rendre compte sur le terrain d’une nouvelle réalité : le ski du futur se moque des barrières et des classifications !

C

M

Si l’on s'en tient au feuilletage des catalogues ou à la lecture d'infos tronquées sur le web, il devient facile aujourd’hui de se perdre dans les catégories proposées. Ne vous laissez plus imposer le choix d’un ski par un discours formaté, par les “on-dit“ ou pire encore par un vendeur non spécialisé qui n’en sait pas plus que vous ! C’est le terrain et ce que vous en faites qui priment ! Et sur la neige, une constatation s’impose : selon votre génotype de skieur (votre niveau technique, physique, mental et votre terrain de jeu préféré), votre paire unique pour l’hiver peut afficher de 80 à 125 mm en patin ! Les progrès réalisés grâce aux rockers ; l’ajustement des flexs à ces cambres nouvelle génération et enfin l’arrivée tant attendue de ces “Magic“ ou “Hybrid Shapes“, désormais déclinés en 2014 dans différentes catégories, brouille quelque peu la donne, faisant littéralement exploser les segmentations et les genres.

Vive le ski ouvert Jamais comme aujourd’hui les skis n’auront été capables de procurer autant de plaisir, quels que soient votre niveau, vos préférences ou vos ambitions. Un hédonisme à tout crin avait soufflé ces dernières saisons, ouvrant la voie à plus de facilité (on partait de loin sur les skis alpins par exemple), plus de douceur et d’accessibilité dans toutes les catégories. Ça c’est fait. Désormais et pour les années à venir, cette recherche constante du plaisir passera par le retour (sans rien perdre de ce qui a été acquis ces dernières saisons) d’un certain niveau de performance, ou tout au moins d’une certaine qualité dans les sensations alpines. Le tout donne des skis “ouverts“ comme jamais, qui se jouent des classifications. Profitez-en ! Ne vous laissez plus enfermer. Jouissez de votre nouvelle liberté et osez !

4

SKITESTS 2013

© Scalp

Les "on-dit" du web

Hervé Marzin teste les Candide 4.0 en double jump.

Y

CM

MY

CY

CMY

« Ne vous laissez plus imposer le choix d’un ski par un discours formaté, par les “on-dit“ DU WEB ou pire encore par un vendeur non spécialisé qui n’en sait pas plus que vous ! »

K


C

M

Y

CM

MY

CY

MY

K


THANKS

© Tessstifler

S

Notre laboratoire d'essais !

Merci à Scott, notre partenaire optique et bâtons. Merci à tout le personnel du domaine des Arcs-Paradiski, mobilisé pour nous faciliter la tâche pendant nos deux mois de tests sur la neige. Merci à ADS ; merci encore et encore à toute l’équipe des pistes pour leur disponibilité. SAVOIE TECHNOLAC 18, ALLÉE DU LAC SAINT ANDRÉ 73 382 LE BOURGET DU LAC Tél : 00 33 (0)4 79 65 46 10 Fax : 00 33 (0)4 79 65 46 12 Site : www.freepresse.com DIRECTEUR DE RÉDACTION ET DE LA PUBLICATION Claude Borrani (claude@freepresse.com) RÉDACTEUR EN CHEF Laurent Molitor (+33 603 812 814) laurent@freepresse.com RÉDACTION Loïc Martin (loic@freepresse.com) 00 33 (0)4 79 65 46 84 CONTRIBUTEURS PHOTOS Scalp. Photos additionnelles par Tessstifler

6

SKITESTS 2013

Au service du parking de la commune des Arcs-Bourg St Maurice pour le libre accès au site. Au staff de l’Apocalypse Park : Rico, Jules et Jay. Le Park était nickel tous les jours malgré une météo difficile et on les a un peu envahis pendant deux mois, merci encore pour leur accueil.

DIRECTION ARTISTIQUE ET MAQUETTE  Rodolphe Maisonnat (rod.maisonnat@rod-m.fr) PUBLICITÉ DIRECTEUR DU SERVICE COMMERCIAL ET DÉVELOPPEMENT Kamel Beghidja (46 11) kamelb@freepresse.com CHEFS DE PUBLICITÉ Fanny Marguet (46 10) fanny@freepresse.com Assistante commerciale Julie Rivière (46 10) julie@freepresse.com Abonnements : FREE PRESSE Savoie Technolac, 18 allée du lac St André 73 382 LE BOURGET DU LAC CEDEX ADMINISTRATION ET RELATIONS CLIENTS Laurence Rémy laurence@freepresse.com Dépot légal : à parution ISSN : 2257-090X

Ce magazine est une publication FREE PRESSE Directeur Général : Claude Borrani Ce magazine est une marque FREE PRESSE. Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle par quelque procédé que ce soit des pages publiées dans le présent magazine faites sans l’autorisation de l’éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’oeuvre dans laquelle elles sont incorporées. (art. L.122-4, L.335-2 du Code de propriété intellectuelle).

V l s

Les Magazines Free Presse sont distribués dans les plus fameux magasins spécialisés sur l’ensemble du territoire français, en villes et en stations, dans certains magasins de sport généraliste, dans les clubs, écoles spécialisées, résidences hôtelières, en colportage sur les plus grands rendezvous nationaux et internationaux, salons et événements. 23 magazines Free Presse sont diffusés annuellement, ce qui établit un lectorat estimé à 200 000 par numéro, près de 5 millions pour l’ensemble des publications gratuites Free Presse. Si vous souhaitez des exemplaires de nos magazines pour participer à l’animation de votre business :  julie@freepresse.com

Av de pl

AVC


DU CO SYMBOLE DU CHOIX,

NSEIL ET DU PRIX

ssive durant tout

*Livraison progre

le mois d’octobre…

Carte Club mise 10 % de reles fix at ion s et les

s les jours u to ir r v u o c é d z e Ven e notre d s it u d o r p x u a e les nouv 014. sélection 2013/2

su r les sk is, s 13 et 15 de sk i (fa mi lle ch au ss ur es pr ix qu i ue ), su r les log ta ca tre de no rc hé , ma du s ba plu s so nt dé jà au rte Cl ub e av ec la Ca c’e st po ss ibl r. eu mp Au Vie ux Ca

Crédit photos : Marker, Dynafit, AVC, N. Gumery - Art Home.

mence m o c is k s e d ix o * . e r Le plus grand ch b o t c o 4 u d ir t r a p à s e dans nos boutiqu

PARIS QUARTIER LATIN • LYON • THONON-LES-BAINS • SALLANCHES TOULOUSE-LABÈGE • STRASBOURG • ALBERTVILLE • MARSEILLE • GRENOBLE • LE COIN DES AFFAIRES DU VIEUX CAMPEUR À CHAMBÉRY

www.auvieuxcampeur.fr Avec notre application, retrouvez l’intégralité des 6 Tomes de notre catalogue. Vous pourrez consulter en permanence plus de 3 000 pages de produits qui vous passionnent.

Carte Cadeau

Paris Quartier Latin - Lyon - Thonon-les-Bains - Sallanches - Toulouse/Labège - Strasbourg Albertville - Marseille - Grenoble - Chambéry (ouverture début 2013)

Carte Club

www.auvieuxcampeur.fr

Carte Bon-achat-OK.indd 1

AVC_SkiLabo_200x250mm.indd 1

30/10/12 17:10

27/09/13 12:00


Les Testeurs Free Presse Une équipe de fidèles, qui a vu défiler au fil des ans des centaines de skis ! Une expérience indispensable pour acquérir suffisamment de références pour aller plus loin dans l’analyse de l’évolution du matos. Ça n’a pas l’air comme ça, mais c’est un vrai boulot de tester les skis dans toutes les conditions. Merci à eux. 02

12

05

03

04 07

11

06

08

01

Séverine Texier : Prof d’éducation physique. 30 ans. 163 cm pour 58 Kg. Freeride exclusivement depuis 15 ans, lorgne de plus en plus vers la rando. 01

02 Julie Loomis : Saisonnière, l’artiste de la bande, passionnée de Freeride. 174 cm pour 56,5 Kg.

Chloe Roux-Mollard : Monitrice à Arc Aventures, randonneuse et slacklineuse. 167 cm pour 57 Kg. 2° Française au FQT 2013 (12° au général). 03

04 Pierre Rougeot : Saisonnier. “Solide“ dans le Park et en FSBC. 180 cm pour 70 Kg. 22 ans de ski sur 24. À fond de Freestyle depuis 8 ans après ses années Ski Club. A remporté la dernière édition de la Neo Fever à la Rosière. 05 Hervé Marzin : Management du sport/Événementiel. 179 cm pour 60 Kg. 28 ans de ski sur 31, quelques contests dans sa jeunesse « avec mes potes du THC73 ! ». 06 Mickael Golly : Sans Profession l’hiver pour mieux en profiter. 182 cm pour 70 kg. 24 ans de ski sur 27. 10 ans de Ski Club « avant de basculer direct dans le Park ». Pour en ressortir 10 ans plus tard… 07 Sylvain Chneider : Pisteur Secouriste. 182 cm pour 72 Kg. Régulièrement aux alentours de la 30° place au Derby de la Meije. 28 années de ski dans la patte. Si possible à vitesse soutenue. 08 Eric Lefèvre : Saisonnier. Les Pistes ? Connaît pas ! Par contre il connaît les moindres recoins des Grandes Pentes comme sa poche. 14 hivers d’affilée avec une moyenne de 80j hors-piste/saison. FR et Fat évidemment.

8

SKITESTS 2013

Pierre Gabotto : Guide de Haute Montagne / Moniteur de ski à l’ESF d’arc 1950. 176 cm pour 80 Kg. Guide, donc rien à rajouter. Si ce n’est de lui souhaiter un bon rétablissement après une cheville arrachée pendant les tests… 09

10 Fabrice Bernier : Moniteur de Ski indépendant pendant 10 ans avant de rallier les Rouges. 168 cm pour 65 Kg. Premiers virages sur le domaine des Arcs en 1975 ! En permanence loin des sentiers battus à chercher la première trace avec ses clients. 11 Yann Johnson : Moniteur de ski à Arc Aventures. 182 cm pour 75 kg. 28 ans et demi de ski sur 30. Sans passer par la case Ski Club pour privilégier le Freeride !

13

10

12 Cedric Blanc : Responsable informatique. 172 cm pour 63 Kg. 28 ans de ski sur 32. Amateur d’espaces vierges et de randonnée, passe son temps à s’évader en dehors des domaines. Normal vu son taf…

Freecarve/Racing 13 Greg Lenoble : Pisteur Secouriste. 186 cm pour 89 Kg. Les plus grosses cuisses de l’équipe Racing… 28 ans de ski sur 30.

Laurent Blanc : Pisteur Secouriste Restaurateur. 187 cm pour 94 Kg. 38 ans de ski sur 42. Une légende sur la Haute Tarentaise ! Régulièrement à se tirer la bourre en tête des Slalom Géant du Challenge des Pisteurs avec Christian Cretier ou ses collègues du Team Boisansoif.

Christian Cretier : Pisteur Secouriste. 39 ans, 179 cm pour 80 Kg. A “fait“ l’Équipe de France de Ski. Champion de France de Skicross 2005 et 2006 ; une victoire en Coupe du Monde ! Guillaume Léger : Pisteur Secouriste. 179 cm pour 81 Kg. Collègue du Team Boisansoif, truste régulièrement les podiums des Challenges Pisteurs en compagnie de Laurent, Christian et Greg. Sur les skis depuis l’âge de 22 mois.

09


AWARDS

39 Awards décernés sur 150 paires tournées, c’est dire aujourd’hui le nombre d’excellents skis, ceux qui ont un petit plus par rapport au reste de la production et qui méritent qu’on s’ y attarde. Des palmes qui chaque hiver deviennent de plus en plus difficiles à attribuer en raison d’un nivellement des skis vers le haut ! Plutôt une bonne nouvelle donc.

Et puis il y a les exceptions. Les très rares skis qui se démarquent nettement, ceux qui font l’unanimité, au-delà de leur catégorie. Seules trois paires méritent en 2014 un Gold Award. C’est peu ? C’est déjà beaucoup ! Que chez plusieurs fabricants on trouve aujourd’hui des options différentes qui toutes préfigurent le Ski de Demain, c’est juste Énorme !

Global Award Blizzard Marque qui nous fait craquer par le rendement alpin de tous ses skis. Avec en plus un magnifique travail sur le rocker et les cambres, condensé sur ce ski unique qu’est le Cochise.

Série 7 Soul 7, Super 7, Squad 7 ; Savory 7 et Star 7 pour les Girls qui pour une fois n’ont pas été oubliées ; au-delà du coup marketing réussi, la Série 7 représente à ce jour le plus bel exemple de Fusion, en revisitant la définition du ski à tout faire… Pour tous !

10

SKITESTS 2013

© L.M

CoreUpt Retour gagnant. Des skis “solides“, qui dans n’importe quelle catégorie respectent les “fondamentaux“ du ski selon notre équipe de testeurs : le rendement sur le dur et une polyvalence toutes neiges


NOS SKI AWARDS 2014 ALUFLEX

GP BLOG

ATOMIC

NOMAD CRIMSON TI MILLENIUM

BLACKCROWS BLACK DIAMOND

OVA ZEALOT BUSHWACKER

BLIZZARD

COREUPT DPS DYNASTAR ELAN FACTION FISCHER

K2 LINE MOVEMENT

SCOTT STÖCKLI

FREERIDE

Sur Ordonnance

P 50

SUV

Mountain Carve

P 32

Solide et accessible

P 96

AM Sur Vitaminé

P 28

Solide tous les jours

P 62

Une Référence

P 27

GIRL FAT SUV FREERIDE SUV

Le Quiver Ski

P 60

DAKOTA

GIRL FAT

Un Ski d’Homme

P 97

WRC 182

RACING *

World Cup Class

YARD 2

FREESTYLE

*

Fracasseur de Park et +

P 43

Ski 2 en 1

P 22

BANGER 90

SUV

BANGER 100

FREERIDE

Vrai FS Tout Terrain

P 50

SLASHER 105

FREERIDE

Le Ski +++

P 56

POWDER GUN

P 83

Agréable Partout

P 93

Lotus 120 Spoon CHAM 97 W AMPHIBIO 82 XTI

FAT GIRL FAT FREECARVE

Performant et Surprenant 

P 17

INTERRA

GIRL SUV

Petite Bombe Alpine

P 88

SUPERTONIC

GIRL FAT

No Limit en Peuf

P 96

WATEA 106

FREERIDE

Fluidité et Sécurité

P 58

Extraordinairement Accessible

P 71

Le Bon Compromis

P 94

200% SochiX-Games

P 41

BIG STIX 122

FAT GIRL FR

THE CADDY

FREESTYLE

WORLD CUP REBELS RICTOR 90 TXI SHREDITTOR 112 BLEND SICK DAY 110

RACING *

Ski de caractère

*

SUV

High Tech is Good

P 32

Fun&Function

P 57

sauce FS

P 24

FREERIDE SUV FREERIDE

CREW

FAT

BLINK

GIRL FR

STAR 7 SQUAD 7

SALOMON

P 82

FREERIDE

SUPER 7

ROSSIGNOL

100% Sur-Mesure

COCHISE

FISCHER KOA 100

HEAD

FAT

SALOMON Q-STELLA 103 X-RACE REVERSE THE SKI 175 / 184 LASER GS STORMRIDER 95

FAT GIRL FAT GOLD AWARD GIRL FR RACING *

Fun Fun Fun

P 52

Maniable et Solide

P 78

Légèreté et Performance

P 93

Super 7

P 79

Fat & Furious

P 98

Fat of the Century

P 78

Super Freeride

P 00

Race Next Generation

*

Progressif et Homogène

P 30

GOLD AWARD

Ze Ski du Futur

P 31

RACING *

Allround Race

*

GOLD AWARD

Le Futur du Ski 

P 36

SUV

* Tests des skis Slalom Géant à retrouver dans SkiTime 63 : à paraître en novembre / décembre

SKITESTS 2013

11


SUV & FREECARVE SKITESTS 2014

12

termes de douceur et de facilité, retour en 2014 aux fondamentaux. Aujourd’hui et dans les années qui viennent, cette recherche constante de l’accessibilité et du plaisir sur piste et ses abords passera par le retour d’un certain niveau de performance, par l’avènement de nouvelles sensations !

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

Aluflex Versatile Atomic Nomad S Temper TI Blizzard P 800 Suspension IQ Dynastar CR 74

880,00€ 699,00€ 799,90€ 699,99€

P.18 P.14 P.16 P.16

Elan Amphibio 82 XTI Head I. Supershape Rally K2 AMP Bolt Movement Vibe

799,00€ 579,95€ 579,95€ 779,00€

P.17 P.17 P.18 P.16

Rossignol Pursuit 18 Stöckli Laser AR

699,00€ 899,00€

P.14 P.18

MODÈLES SUV

PRIX

Pages

MODÈLES SUV

PRIX

Pages

MODÈLES SUV

PRIX

Pages

Aluflex Eclectique Atomic Nomad Crimson Ti Black Crows Ova Blizzard Bushwaker Core Upt Banger 90 Core Upt Up&Down 88 Dynastar Cham 87

880,00€ 699,00€ 549,00€ 529,90€ 399,00€ 499,99€ 499,99€

P.36 P.32 P.28 P.27 P.22 P.23 P.24

Elan Amphibio 88 xti Fusion Fischer Watea 88 Fischer Motive 86 Head REV 85 K2 Rictor 90 TXI Line Prophet 98 Line Blend

799,00€ 469,95€ 519,95€ 479,95€ 639,00€ 529,95€ 499,95€

P.34 P.22 P.26 P.23 P.32 P.27 P.24

Majesty ThunderBolt Movement Jam Rossignol Experience 88 Salomon BBR 10,0 Scott The Ski 175 et 185 Scott Reverse STÖCKLI Stormrider 95

500,66€ 519,00€ 539,99€ 700,00€ 599,00€ 579,00€ 875,00€

P.44 P.26 P.28 P.34 P.31 P.30 P.36

SKITESTS 2013

© stefcande.com

O

n veut du plaisir ! » Ce cri du cœur des testeurs confirme bien la fin d’une époque. Marre des barres à mines et autres punitions à skier. Mais le plaisir en Alpin passe d’abord par la performance  ! L’équation est difficile mais a bel et bien été résolue par les fabricants  ! Après deux saisons à digérer l’apport du rocker en


FREECARVE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Head

MODÈLES I Supershape Rally

149/156/163/170/177

131/77/109

14,8

Atomic

Nomad S Temper TI

165/173/181

122/76/102

14,7

Rossignol

Pursuit 18 Elite

156/163/170/177

126/73/106

17,4

Head

Atomic

Rossignol

I Supershape Rally

Nomad S Temper TI

Pursuit 18 Elite

579,95€ (skis nus)

177 cm

« Des cotes et un flex sympathiques ! ». À savoir au top pour évoluer partout sur la piste avec un ski bien vif. Le I. Supershape Rally se conduit tout seul, à la fois accessible et sportif, il est juste parfait pour enchainer non-stop des virages courts dès les basses vitesses sans y laisser trop d’énergie. Il procure de très bonnes sensations dans les conduites sur piste dure comme sur neige douce. Solide en sortie de courbe (sans le renvoi d’un ski plus typé course), les testeurs recommandent de bien le travailler jusqu’au bout de sa déformation pour ceux qui veulent trouver plus de rebond. Le rocker 3.0 se montre « excellent sur piste pour varier les rayons en jouant avec l’appui avant », et si son domaine de prédilection reste les virages courts, ce I.Supershape est tout à fait capable de plus ouvrir la courbe. Il perdra de sa superbe uniquement à bonne vitesse ou quand la pente se fait très raide, la spatule assez large trouvant alors ses limites. Pour un ski alpin, il se révèle bien agréable et toujours facile en neige difficile où le rocker 3.0 remplit parfaitement son office. C’est même un des plus conforts de la catégorie dans la trafolle et les neiges de printemps, et les petits gabarits pourront même s’y permettre un ride plus agressif. Terminons en disant qu’il est tout aussi agréable dans les bosses ou tout terrain requérant maniabilité et jouabilité et vous obtenez un super carveur capable de faufiler partout, un ski complet, réellement polyvalent toutes neiges sans renier ses origines alpines et le tout à un prix très intéressant !

14

699,00€ (avec fixations)

181 cm

Le nouveau Nomad S (pour Sport) ne donne pas dans la dentelle ! « C’est du sérieux » ; « une arme sur le dur ! ». Il faut dire que c’est du concentré de technologie avec un système de fixation intégrée verrouillé uniquement sous le pied et une structure dopée au Titanal. C’est clairement un ski solide sous le pied, bien vif dans les pivotements comme dans les passages carres à carres (mais étonnamment pas le plus précis de la catégorie, on a noté un léger temps de latence dans les déclenchements du virage coupé), avec pour finir la courbe un très bon renvoi talon pour les plus alpins des testeurs. Il réussit même la gageure de rester efficace en grandes courbes et à bonne vitesse malgré son petit rayon ! Reste qu’il y a une ombre au tableau. Si le flex ultra présent sous le pied peut avoir sur piste dure ses adeptes, dès qu’on tente un bout de neige molle ou de bord de piste : « c’est tout de suite moins drôle ». Difficile à déformer, ça manque de progressivité, de sensations sous le pied, alors qu’à l’inverse, on sentira bien le terrain dans les neiges regelées. On a préféré dans ces conditions, piste douce y compris, son grand frère, le Nomad Crimson Ti (86 mm en patin), où la Arc Technology apporte bien plus selon nos testeurs en termes de fluidité et de facilité en toutes neiges. Un ski « avec beaucoup de jus », surprenant et puissant sur le dur, réservé à des skieurs physiques, qui seront plus à même de plier ce ski rigide et exigeant en dehors de son terrain de prédilection, la piste bien dure.

699,00€ (avec fixations)

170 cm

« On en fait ce que l’on veut ! » Les testeurs ont apprécié ce mélange de douceur et de puissance sur le Pursuit 18. Doux et facile dans les entrées de courbes, puissant sous le pied et avec ce qu’il faut de relance en tail, ce ski saura s’adapter à un très large panels de skieurs, jusque très bons. Les testeurs se sont régalés à jouer avec le rocker pour raccourcir les rayons sur piste, à chercher le tail pour jouer avec son nerf, sur ce ski « qui ne t’agresse jamais mais qui en a sous le pied ». Très homogène sur piste, il permet de tailler tous les types de courbes ; malgré sa courte taille on pourra même se lâcher en courbes assez ouvertes où il reste stable sous le pied. Stable, mais jamais “camion“, bien au contraire. Il suffit de le chercher un peu pour découvrir un ski bien vif, « juste parfait pour jouer avec le relief ». Évidemment en 170 cm ne vous attendez pas à des merveilles en petits hors-piste, quand c’est trop court… Reste qu’il est excellent dans la trafolle et les neiges un peu revenues sur piste, de quoi là encore se régaler à envoyer de la courbe à presque n’importe quelle cadence. Un ski « qui s’adapte à ta façon de rider », relativement accessible et qui vous donnera du plaisir pendant longtemps.

SKITESTS 2013

vacu


vacuum-fit_200x250_vacuum_fr.indd 1

18.09.13 07:34


FREECARVE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Dynastar

MODÈLES CR 74 Pro

165/172/178/184

124/74/104

16

Movement

Vibe

163/172/181

127/80/108

16

Blizzard

Power 800 Suspension IQ

160/167/174/181

120/72/104

18

Dynastar

Movement

Blizzard

CR 74 Pro

Vibe

Power 800 Suspension IQ

699,99 € (avec fixations)

192 cm

599,00€ (skis nus)

181 cm

799,00€ (avec fixations)

174 cm

779,00€ (avec fixations)

« Mieux que le Dynastar Course Pro testé en catégorie Géant ! » ; plus rigide en patin, il permet des appuis plus marqués. Si les plus grands ou plus lourds l’ont trouvé un peu trop souple devant la butée, ce qui le rend pour eux plus délicat à maitriser dans le mur d’un stade de Slalom par exemple, pour le reste, on est sur un ski accrocheur et confort sous le pied, à la fois docile et puissant. Super tolérant dans les mises en coupé avec sa spatule souple et rockerisée -et du coup pas très incisif en entrée de courbe-, on sent ensuite « qu’on a de la matière sous le pied », on est parfaitement posé sur le ski. Une fois le virage initié, le CR 74 Pro fait une bonne partie du travail à votre place pour dérouler des petites et moyennes courbes. On a même l’impression d’un ski plus court par sa jouabilité, sa capacité à se faufiler partout. À la fois à cause de la répartition du flex et de ses cotes, le CR 74 Pro n’est pas fait pour allonger trop le rayon, l’équilibration devient plus délicate quand on se lâche à fond. Annoncé comme évolution rockerisée de la gamme Speed Course Ti, il perd en vivacité ce qu’il gagne en accessibilité, comme il perd en précision ce qu’il gagne en facilité d’initier les courbes. Bon ski de piste de tous les jours, parfait pour passer partout en se prenant pour le roi de la godille et des enchaînements de courbes non-stop.

16

SKITESTS 2013

Avec son comportement très homogène sur toutes les neiges, le Vibe sera tout simplement parfait pour progresser longtemps sur un ski de piste « très ouvert ». Ouvert sur la piste donc, mais aussi vers le Freeride et pourquoi pas un peu de raide. Très facile et agréable à skier sur neige douce, tolérant en toutes neiges, accessible à tous les niveaux ou presque du moment que les cuisses sont au rendez-vous, le Vibe s’aborde « sans jamais forcer »… Jusqu’à ce que la neige se fasse bien dure. Changement de ton : la largeur se fait alors sentir, rigide en torsion et pas facile à déformer, il faudra le travailler franchement pour l’inscrire en coupé, mais le rendement sera alors au rendez-vous. Bien sûr ce n’est pas le plus vif de la catégorie (rocker et largeur obligent) et les virages courts ne sont pas sa spécialité, mais cela ne l’empêche pas d’afficher un bon niveau de performance, avec par exemple une bonne stabilité jusque de belles vitesses. À l’aise en horspiste, il continue de marquer des points dans les neiges trafolées transformée : tout ce qu’il faut pour aborder le Freeride avec un ski solide sur la piste.

Le Power 800, équipé du système de suspension Blizzard dans sa version “light“ (sans le piston central), est un petit ski de carving assez souple, « très amusant à skier ». Il est fait pour enchainer en toute facilité les petites et moyennes courbes et trouvera fort logiquement quelques limites quand on allonge vraiment le rayon sur le “bleu dur“ du matin. La spatule se met à taper, mieux vaut lever un peu le pied. Vous pourrez alors profiter pleinement de la dite spatule « vraiment taillée pour les appuis très courts et les déclenchements rapides ». Le ski est « super sympa dans les changements d’appuis, bien vifs », avec en bonus un rebond très bien dosé pour la pratique : « on ne se fait jamais déstabiliser ». Le ski reste à la fois plaqué à la neige et prêt à répondre à la moindre sollicitation, on est bien posé sur la carre, « un régal, même sous les plus forts appuis », où le ski répond toujours présent. Seuls les plus grands gabarits le trouveront trop petit pour les neiges revenues ou les bords de pistes, les autres lui trouveront une vraie capacité à passer dans les neiges douces ou trafolées. Sans doute grâce à son léger double rocker qui apporte également une belle maniabilité en toutes neiges, parfait pour s’amuser dans les champs de bosses par exemple. Pas grand-chose donc à reprocher à ce polyvalent piste, efficace jusqu’à des courbes et des vitesses moyennes. Un ski homogène, au bon compromis qui aiment dérouler de la belle courbe tout au long de l’hiver.


Tailles disponibles

160/168/176/182

LIGNES DE COTES (en mm)

128/82/109

RAYON (en m)

17,4

Elan Amphibio 82 XTI 799,00€ (avec fixations)

168 cm

Performant et Surprenant 

PUBLICITÉ

On avait déjà awardisé ce ski à sa sortie il y a deux ans ; l’augmentation des largeurs aidant, le 82 XTi passe de la catégorie All Mountain à Freecarve et change au passage d’équipe de testeurs. Bilan : Re Award ! Accessible, tolérant, doux et facile dans les déclenchements, on connaît désormais les nombreuses qualités sur piste du rocker asymétrique Amphibio développé par Elan. Sans prétendre au niveau de performance d’un ski de Course (pas très vif en sortie de courbe et il perdra un peu de sa superbe à grande vitesse sur neige bleue), cet Amphibio 82 cartonne dans tous les secteurs. Jamais une mauvaise notes en Alpin (se travaille sur tous les rayons de courbes même s’il préférera les enchaînements de virages assez courts) ; les testeurs ont été surpris par le rapport Tolérance / Performance de ce “petit ski“. « Agréable ! » Les testeurs sont unanimes, et le plus étonnant sans doute, c’est que même les plus lourds ou puissants ne se sont jamais sentis limités par la souplesse du la spatule et du flex en général, ni d’ailleurs par la courte longueur du ski. Une souplesse qui combinée au rocker Amphibio lui apporte une maniabilité incroyable : « ultra facile dans les déclenchements » ; « idéal pour se faufiler partout ». Et quand on dit partout : les testeurs ont même carrément flashés sur sa capacité à jouer avec le terrain, c’est même « un pur régal dans les champs de bosses ! ». Pour tous et pour tout faire : carve non-stop toute la saison, un peu de ski toutes neiges et « on pourra même s’initier au Slalom avec ». « Il est ultra maniable, tourne super court, et c’est juste impossible de faire une faute d’intérieur avec ces skis ! ». Sans lacune, toujours facile et jamais fade : « un ski à faire découvrir à tout le monde ! »


FREECARVE MARQUE

MODÈLES

K2

AMP Bolt

Aluflex

Versatile

Stöckli

Laser AR

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

172/179/186

125/72/99

18 (en 179)

124/80/109

16,5

123/78/110

15,8

159/167/175/183

K2

Aluflex

Stöckli

AMP Bolt

Versatile

Laser AR

899,00€ (avec fixations)

192 cm

« Il faut avoir des jambes pour profiter pleinement de ce ski », qui aura fait rendre grâce à la majorité de nos testeurs alpins, pourtant équipés côté cuisses. Quelle que soit leur puissance physique, tous ont regretté la sensation d’inertie à basse vitesse. Pas facile en entrée de courbe où il demande de appuis très francs, « après, une fois lancé… Tu es sur des rails ». La stabilité devient tout simplement impressionnante, et on se sent « parfaitement équilibré », en confiance pour aller vite, très vite. Le constat est identique en bords de pistes où il affiche de vraies capacités toutes neiges (et où il est moins dur à emmener) : « irréprochable à grande vitesse dans la trafolle », « du bonheur en grandes courbes sur neige douce ou lourde, rien ne bronche », « il est vraiment taillé pour la vitesse dans la ligne de pente où il excelle ». Bien physiques de retour sur dur, « mais vraiment bons, impressionnant à grande vitesse », il n y aura pas le coup de pied au cul d’un vrai ski de Géant, mais l’accroche la précision et la stabilité sont comparables. Comme sur un vrai ski de Géant, les petits virages de font pas partie du programme. « Des barres à mines hyper stables à moyenne comme à très grande vitesse », avec une bonne polyvalence piste / tout terrain, du moment que vous l’appréhendez en mode attaque. Avis aux amateurs de sensations fortes, pour une approche du Freeride à grande vitesse et pour s’aligner aux Derbys. Relativement accessible techniquement, mais exclusivement pour skieurs physiques de plus de 90 Kg dans cette longueur.

18

SKITESTS 2013

880,00€ (skis nus)

173 cm

Essayé en 173 cm, vu le gabarit de nos testeurs, on aurait aimé avoir une taille plus conséquente. Qu’importe ! Certes ce Versatile n’est pas fait pour les grands gabarits qui attaquent en permanence. Son credo, c’est la douceur ! Douceur dans les mises en coupés, qui se font toutes seules, douceur du toucher de neige, confort dans les conduites de courbes… Tout est là faire un bon ski de cruising, idéal pour se faire plaisir sur les pistes sans se faire mal aux cuisses. Le confort est vraiment au top ; en bonus, on trouve un tail, qui, s’il n’est pas très nerveux (ça manque du petit coup de pied au cul pour les amateurs de relance), répond toujours présent et vous permettra d’oser des cadences supérieures… Toujours dans un confort sans faille. De quoi se sentir en confiance pour élever son niveau de ride. Sans rocker, mais souple en spatule et là encore avec un bon amorti du terrain, il reste super maniable en toutes neiges, de quoi oser sans complexes quelques sorties de pistes ! Un ski docile en carving, confortable en toutes neiges, qui permettra une belle marge de progression aux skieurs intermédiaires à bons, aussi bien sur piste que pour cruiser plus loin. Option custom flex gratuite.

899,00 € (skis nus)

175 cm

Nouveau venu dans la gamme Laser -et le plus large-, cet AR illustre bien le travail effectué par Stöckli sur la skiabilité. Un poil de rocker, un peu plus de souplesse en torsion en tail, et voilà « un petit ski de carving très amusant ». Accessible et tolérant, facile à mettre en dérapé, doux dans les entrées et sorties de courbes (pour un Stöckli), c’est un ski bien sécurisant ; « un ski reposant ! » dira même un testeur. C’est nouveau chez Stöckli ! La seconde bonne nouvelle, c’est que, reposant n’est pas ici synonyme d’ennuyant. « Les changements d’appuis sont rapides », le rebond « sympa et facilement gérable » et cette belle vivacité sous les pieds ne nuira pas au contrôle jusqu’à des vitesses assez soutenues. On peut y aller franchement, il affiche une bonne tenue sous le pied pour des bons gabarits, sans pour autant être trop rigide. Terminons en disant qu’il est confort en neiges transformées ou trafolées, presque aussi bon en terrain bosselé, et que les testeurs ont mis en avant une sensation de légèreté. Un peu large, rigide mais pas trop et avec le jus qu’il faut, le compromis est très abouti et comblera un très large public. Pour ceux qui recherchent des sensations typées courses, il manquera de mordant en spatule et de jus en sortie de courbe comparé aux autres Laser, mais pour tout le monde, « c’est le top ski pour bien travailler ses fondamentaux », assez polyvalent pour sortir toute la saison.


SKITESTS 2013

19


TENDANCES S.U.V

C’est une révolution ! S.U.V comme Ski Universel, le vrai futur du ski !

Q

ue de chemin parcouru en 10 ans ! Souvenezvous pour les plus vieux de l’année 2004 et par exemple du Pocket Rocket chez Salomon (122-90-115). Ski emblématique d’une époque charnière ! Un temps pas si reculé, où un ski de 90 mm en patin était considéré comme un Fat, ski de poudre et neige douce avant tout. En l’espace de 10 ans, le Ski 4x4 comme on l’appelait à l’époque, a vécu une véritable révolution pour devenir aujourd’hui ces SUV (Ski Universel Versatile ou Snow Utility Vehicle), des skis pour parcourir toute la montagne avec un niveau de performance étonnant sur toutes les neiges, piste dure y compris. En 2014, les SUV affichent sans complexe de 85 à 100 mm de largeur, et la bonne nouvelle de ce cru 13/14, c’est que, chacun dans leur style et approche différents, tous affichent une polyvalence efficace de haut vol.

Plus large, plus confort « Impressionnant comme les skis se sont élargis dans la catégorie cette année ! ». Alors qu’il y a 3/4 saisons, on trouvait des skis de 75 mm en patin, ça foisonne aujourd’hui de skis de 90 mm et plus, certains fabricants n’hésitant plus à nous livrer des skis de 100 mm de large. 85 mm c’est vraiment aujourd’hui la fourchette basse de la catégorie, à la limite du Freecarve et donc ciblée pour une utilisation majoritairement sur

20

SKITESTS 2013

piste, alors que les même largeurs il y a encore trois saisons étaient dans le cœur de cible. De l’autre côté de la fourchette, on a certes de la portance, mais « à de très rares exceptions près, quand on arrive sur des skis de 100 mm en patin, ça n’est jamais très fin à skier sur la piste… ». Dans les deux cas, ce ne sont pas nos testeurs qui se plaindront de cette augmentation de la largeur moyenne, puisqu’elle apporte plus de polyvalence poudre, et c’est là le plus frappant et le plus important pour les top models de la catégorie : sans rien sacrifier aux plaisir de la piste ! Merci aux services R&D ! On assiste vraiment à un nivellement par le haut, avec nombre de très bons skis pour l’hiver à venir. Alors qu’on aurait pu croire que cette catégorie allait être victime de l’apport en facilité et accessibilité du rocker en allant trop loin dans ce sens : ce n’est pas le cas. Et c’est d’autant plus prometteur pour le futur du ski, que cette augmentation généralisée, sinon de la performance pure, mais du niveau de polyvalence efficace, ne s’est pas faite au détriment de la diversité d’approches et des sensations. Plus que jamais on trouvera cet hiver des skis avec un caractère propre, avec des approches différentes. Harmonisation oui, homogénéisation : non ! Un ski de cette catégorie doit selon nous offrir avant tout un bon niveau de rendement quand il s’agit de

tailler de la courbe, quelle que soit la neige. Pour faire court, on dira qu’il doit être “rond“, “ équilibré“ dans les compromis réalisés, afin de procurer du rendement ailleurs que sur la piste. Et dans cette optique, le niveau global de la catégorie monte encore d’un cran. Très peu de skis qui déçoivent dans un secteur de ride précis. On ressent vraiment que les options se sont épurées, pour arriver cet hiver à des skis de plus en plus cohérents. « Forcément, en 2014, tu es obligé de trouver la paire de skis qui te convient ».

Jusqu’au bout du tail « Plat-rond ou plat-carré, faut que ce soit plat ou presque derrière ! Et avec du pin tail pour dégager en neiges pourries. » Après quelques saisons à peaufiner le rocker en spatule, vient aujourd’hui le temps de l’affinage du talon. Les rockers en tail seront moins marqués cet hiver. L’évolution est moins visible que pour les spatules, mais tout aussi essentielle au bon comportement d’un ski en toutes neiges. Les talons sont affinés en cotes ou en flex, pour garder la fiabilité des “true tails“, mais sans guider ou s’enfoncer dans la neige comme le ferait le talon d’un ski 100% Alpin. On assiste pour l’hiver à venir à une « harmonisation des rockers », s’ils sont désormais la norme, « il y a moins d’excentricités au programme ». Moins d’extravagances, plus de performance alpine, toujours plus de polyvalence toutes neiges : pour notre équipe de testeurs,


© Dan Ferrer

Double vue sur le Scott The Ski, une des révélations des tests 2014.

« Forcément, en 2014, tu es obligé de trouver la paire de skis qui te convienS » exemples de ces skis avec un petit plus qui fait une belle différence : une largeur en patin qui s’oublie quand on ride. Les testeurs sont formels. Il y a quelques saisons quand on avait une telle accroche et un tel rendement sur la carre : on se faisait obligatoirement punir, au niveau de la technique ou du physique. Sur les top skis de la catégorie, on est à 200% sur des modèles avec les quels « tu peux tout faire, tout le temps ». Pour un bon skieur, il suffit de les choisir un peu grand, histoire de rajouter de la portance en poudre, et le rendement est assuré sur absolument tous les terrains. Ce n’est pas une évolution, c’est une révolution ! LM.

© Scalp

« les constructeurs ont fait les bons choix ». Un SUV version 2014 carve fort quand on attaque, se met tout seul en dérapé quand tu n’as plus de cuisses : « tu rides à l’envi avec le même ski ! » Pas de doute, la génération qui arrive est plus fluide et maniable ; la ride version 2014 sera plus progressive ! Certaines nouveautés amènent en 2014 un autre niveau de performance alpine, alors que dans le même temps la performance générale ne cesse elle aussi d’augmenter. Autant dire qu’on atteint des sommets ! Chacun dans leur style, un Scott The Ski ; un Black-Crows Ova ; un K2 Rictor ou encore un Stöckli StormRider et ses 95 mm en patin, sont parmi les meilleurs

SKITESTS 2013

21


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

CoreUpt

MODÈLES Banger 90

174/184

113/90/109

17

Fischer

Watea 88

160/168/176/184

128/88/115

19 en 178 cm

Head

REV 85 Pro

163/170/177/184

132/86/114

15,9

CoreUpt

Up&Down 88

165/170/175/180

140/90/118

16

CoreUpt

Fischer

Banger 90

Watea 88

399,00€ (skis nus)

184 cm

Construction cap sandwich / Noyau Bouleau. Twin Tip / FS Rocker.

469,95 € (skis nus) 549,95€ (avec fixations) 182 cm Construction sandwich. Noyau bois / Carbone / Chants verticaux ABS. Freeski Rocker (tip&tail).

Ski 2 en 1 « C’est hallucinant comme ça passe sur toutes les neiges. Tu commences au sommet de l’aiguille Rouge dans la poudre avec un ski facile et arrivé en bas de la station, tu passes sur des plaques de glace sans te poser de question ! ». Pas mal pour un ski par ailleurs annoncé au catalogue comme “Freestyle facile et tolérant“… Certes les freestylers ont kiffé. Facile à prendre en main et accessible certes, le Banger 90 les a surpris ensuite par « son niveau de performance élevé malgré le double rocker ». Le ski est super maniable en pivot, « mais en bonus par rapport à d’autres skis FS à rocker, on trouve toujours du pop ». Bien équilibré, maniable dans les tricks, « si on cherche vraiment la petite bête, on dira que ça flotte un peu quand on va à fond sur les Big Airs ». Sous les pieds de testeurs (pas trop lourds) qui ne prendront jamais l’air et qui passent leur temps à tracer toute la montagne, le Banger se place en tête de gondole. Comme les freestylers, ils lui reprocheront de manquer de stabilité à grande vitesse, mais pas de quoi freiner leurs ardeurs. « Joueur en toutes conditions, sur piste, dans les bosses, en neiges pourries… », « vif et sain dans ses réactions »… Pour faire court : confortable et sécurisant sur absolument toutes les neiges ! « Même dans la pente ! » confirme un testeur après avoir testé du couloir avec du côté de la Grave, qui ajoute « un ski qu’on pourrait monter en rando, ils restent légers ». Avec un rayon plus grand que le R 88, on trouve plus d’accroche et de tenue en tail (comme quoi un rocker bien dessiné et avec le bon flex…). Du coup, le Banger 90 s’en sortira mieux en hors-piste, « surtout quand ça devient un peu raide et qu’on à besoin d’avoir totale confiance en ses appuis ». On a plus d’accroche, et si on y ajoute son impressionnante capacité « à défoncer la neige » : rien ne l’arrête on vous dit ! Comparé au Core Upt Up&Down 88, ce Banger sera le plus polyvalent dans le cadre d’une utilisation 50% Piste 50% FS, parfait comme ski unique pour tous les jours pour un Freestyler allround aguerri. Mais pas que ! Pour les testeurs All Mountain, « il est parfait en utilisation 50% Pistes 50% hors pistes ! » 2 skis en 1 à ce prix là… « Mon ski de l’hiver ! »

22

SKITESTS 2013

Difficile à croire qu’il n’y a que 2 mm en plus en patin que sur le Motive ! Ajoutez-y un flex plus souple et vraiment taillé pour le All Moutain « et ça fait toute la différence » : le Watea 88 passera absolument partout et sans effort ! Mise en dérive instantanée, un flex accessible et joueur : « c’est top au niveau de la prise en main ». Bien sûr, en contrepartie il sera un poil souple pour les amateurs de grandes vitesses, mais il est tellement plaisant sur absolument tous les terrains qu’on lui pardonne. Mention spéciale au rocker « parfait pour le programme ». On peut jouer avec sur piste pour raccourcir le rayon, et sorti des pistes, il avale les changements de neiges tout en douceur. Le tout avec une bonne aide au déjaugeage, même si en poudre, au regard de sa faible largeur, ne vous attendez pas à l’aisance d’un ski vraiment plus large. Au final on est sur un ski très rassurant, à la fois accessible et performant sur toutes les neiges ; un ski plaisir, jamais pris en défaut : « toujours une référence de la catégorie ». Bien plus polyvalent que le Motive, un vrai 50/50 pour tous ceux qui veulent commencer à tâter de la poudre. Gros gabarits s’abstenir.


© Tessstifler

Run d'échauffement sur “Froide Fontaine“ pour Micka et Pierre.

Head

CoreUpt

REV 85 Pro

Up&Down 88

479,95€ (skis nus)

749,95€ (avec fixations)

177 cm

Construction cap sandwich à carre supérieure arrondie. Rocker ERA 3.O 20% en spatule (rocker à rayons progressifs équipé d’une puce piezo électrique antivibratoire), cambre normal.

« Un rocker qui se fait oublier sur la piste » pour un testeur ; « un excellent rocker sur la piste » pour un autre, « grâce auquel on peut faire évoluer le rayon en fonction des appuis et l’angle pris ». Le résultat, c’est cette sensation assez unique d’être sur un ski à la fois vif et doux, qui offre une super accroche sur neige damée et des passages carres à carres qui se font sans broncher. « Pour résumer : c’est excellent sur piste ». Des sensations haut de gamme, toutes en douceur et confort qui font de ce Rev 85 Pro un vrai polyvalent piste, à la fois facile à appréhender et intéressant à travailler. Sorti des sentiers battus, s’il est limité en poudre par sa faible portance, en tout terrain, on retrouve cette belle sensation de confort, là encore les testeurs ont mis en avant la qualité du contact ski-neige et la facilité de conduite en toutes neiges. Le rocker apporte ce qu’il faut en amorti dans les changements de neiges et en maniabilité. Attention cependant à ne pas vous emballer (ce qu’on a vite tendance à faire tellement on se sent bien sur ce ski équilibré et progressif), vous trouverez alors les limites de ce ski souple dans les neiges défoncées à bonne cadence (spatule souple et un tail qui s’il est fiable, manque de jus pour attaquer). Ski de cruising haut de gamme ; comparé l’année dernière à une Cadillac, il en a le confort et les sensations grande classe tant qu’on évolue à des vitesses standard. Les bons skieurs le trouveront parfait pour carver la piste et ses abords en finesse et en toute confiance sans jamais se faire casser les pattes par une réaction intempestive ; les skieurs intermédiaires auront là un très bon ski pour progresser en toutes neiges. Moins de 75 Kg dans cette longueur.

499€ (skis nus)

180 cm

Construction semi cap sandwich / Noyau Bouleau / Fibres tri axiales. Rocker en spatule

Si le R 88 ne se destine pas du tout aux riders newschool, il joue dans la même cour que le Banger 90 en termes de polyvalence Piste / Tout Terrain. Alors lequel choisir si vous ne passez jamais dans un park, sachant que le Banger à une corde FSBC en plus à son arc ? Le R88 sera plus maniable à basse vitesse, super accessible et très polyvalent également, demandant moins de puissance que le Banger 90, il est destiné à des skieurs qui ne tenteront jamais le ride en Switch et surtout moins physiques. Avis d’ailleurs aux filles, elles ont testé pour vous : elles adorent ! Idem pour les testeurs All Mountain de petits gabarits qui en ont fait un de leurs coups de cœur. Très facile pour sa largeur en termes de déjaugeage, sa spatule très large elle, continue de cartonner en toutes neiges où elle absorbe bien le terrain, alors que de retour sur la piste, elle ne gêne pas et on peut varier les rayons à volonté ! Passe partout, ludique et avec sa pointe de caractère : « il correspond vraiment à l’idée que je me fais du ride All Mountain : un jouet à n’importe quelle vitesse qui ne met jamais son rider en défaut » ; « sécurisant, passe partout, avec de la vie sous les pieds, hyper ludique : il te donne envie d’aller plus loin ! ».

SKITESTS 2013

23


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Line

MODÈLES Blend

164/171/178/185

132/100/122

20,5

Dynastar

Cham 87

166/172/178/184

127/87/103

17

Line

Dynastar

Blend

Cham 87

499,95€ (skis nus)

726,95€ (avec fixations)

178 cm

Cap wall construction. Noyau bois (Érable sous le pied et Tremble aux extrémités) / Chants verticaux. Sidecut multi rayons (5) ; Early Rise en spatule et talon.

499,99€ (skis nus)

599,99€ (avec fixations)

184 cm

Construction sandwich noyau bois / Fibres / Chants verticaux.“Levitation profile“ (long rocker en spatule avec cotes inversées, cambre, talon plat pin tail).

ALL MOUNTAIN sauce FS 200% All Terrain Freestyle ! Tout est dit ou presque. 200% All Terrain Freestyle ! Tout est dit ou presque. Évidemment, pour les testeurs alpins, un ski centré en flex et presqu’autant en montage de fixations, ce n’est pas la panacée. Pour les testeurs Freestyle, ce ski fut une révélation : « enfin un ski sans réel défaut, super bien placé dans la catégorie ». Si pour eux, la majorité des SUV affiche deux gros défauts : ça ne passe ni dans le Park, ni en Switch, ce Blend a tout pour les séduire. Et même un peu plus. Cruising sur piste, balade en tout terrain, hors-pistes, avec ou sans ajout d’une note Freestyle, ce Blend saura tout faire, sans jamais être fade. Mention spéciale au flex, accessible, mais « avec un bon renvoi quand tu le cherches un peu », qui rend ce ski très agréable sous les pieds, joueur et facile, en poudreuse par exemple. Et pour revenir aux Freestylers : « il y a même un tail bien présent pour envoyer dans le Park ! ». Tout le monde, du rider intermédiaire en quête d’un ski joueur et tolérant, « pour profiter des belles journées » au rider expert, qui après avoir passé sa jeunesse dans le Park, cherche à s’en évader sans renier ses origines. Plus qu’un ski de Freestyle polyvalent : un polyvalent Freestyle ! Rider pas trop lourd (75 Kg max) pour cette longueur.

24

SKITESTS 2013

Changement de catégorie (l’année dernière le fabricant nous l’avait livré en Freecarve pour une utilisation exclusivement piste, le confrontant à des skis bien plus Racing, le résultat n’avait pas été très probant) ; et surtout dans une vraie longueur (184 cm au lieu des 172 cm pour nains que nos testeurs alpins de 90 Kg et quelques avaient pliés au premier appui...). Livré donc dans la bonne taille et à destination de la bonne cible, la donne n’est plus la même. Sous réserve, même dans cette taille, de ne pas être trop lourd (moins de 75 Kg). Toujours un bémol du côté de la spatule sur piste quand on accélère, qui confirme logiquement les impressions de nos testeurs racing : « quelques mouvements parasites, c’est pas très agréable quand le ski est à plat sur neige dure ou en trace directe en général ». Reste que le ski carve sereinement tant qu’on évite donc de le brusquer, et surtout, il est super facile dans les déclenchements et dans les pivotements, et au final bien agile sous les pieds. Si ce n’est pas le plus efficace sur piste dure donc, on est super à l’aise sur toutes les neiges douces, « c’est rond, équilibré, très agréable sur piste comme sur tous les terrains ». Dès que l’on sort des pistes, « c’est là que le rocker prend tout son sens », apportant une très belle maniabilité et un bon confort dans les changements de neiges. Très efficace côté portance également, la spatule reste constamment au-dessus de la neige, « on est sur un ski rassurant, à la fois confortable et actif sous le pied ». Le tail cartonne tout autant en tout terrain : « j’adore le shape du talon plat. C’est fiable, avec un petit plus en termes de facilité en fin de courbes ». Un ski super accessible qui permet de skier partout décontracté, sans jamais forcer : « un bon ski de moniteur pour enseigner partout avec », piste et petits hors-pistes de proximité. Et pour tous ceux qui veulent progresser en tout terrain sur un ski plaisir et joueur capable d’affronter sereinement la petite poudreuse.


SKITESTS 2013

25


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Movement

MODÈLES Jam Light Rocker

164/173/182

136/85/117

17

Fischer

Motive 86

161/168/175/182

128/86/116

18

Blizzard

Bushwacker

159/166/173/180

125/88/110

19

Line

Prophet 98

165/172/179/186

132/98/123

17,2

Movement

Fischer

Jam Light Rocker

Motive 86

519,00€ (skis nus)

182 cm

Construction sidewall CTS (Control Torsion System). Noyau bois certifié FSC&PEFC (Okoumé, Peuplier, Hêtre) / Chants ABS-Fibres / Inserts caoutchouc. Light Rocker (léger en spatule, mini en tail, cambre).

« C’est accrocheur, vif et tonique ! ».. Normal pour un des skis les plus étroits de la catégorie, ce qui ne l’empêche pas d’afficher un gros niveau de polyvalence. Avec le choix d’un sidecut très creusé (spatule très large par rapport au patin, rayon court pour la taille), les testeurs sont unanimes sur la vivacité des déclenchements et la qualité de l’accroche sur le dur. Très performant en entrée de courbe, il a un vrai comportement alpin, auquel on pourra juste reprocher de manquer un peu de finesse (ça manque un peu de puissance en tail au regard de la tonicité de l’entrée de courbe et de la tenue sous le pied). Une rigidité en patin appréciée de ceux qui savent déformer un ski « mais attention à ne pas le prendre trop grand, afin de garder de la maniabilité à basse vitesse ». En tout terrain, bien stable à plat et confort dans les changements de neiges, « toujours facile et maniable » ; histoire de chercher la petite bête on dira qu’il se révèle un peu moins efficace et surtout moins tolérant en terrain miné, ça commence à flotter en spatule par exemple quand on allonge le rayon, contrepartie de sa vivacité et de ses cotes très marquées. On ne peut pas tout avoir, puisque par ailleurs, cette spatule très large facilite nettement le déjaugeage les jours de poudre, alors que son flex nerveux permet de jouer avec l’épaisseur du manteau neigeux, d’où le gros niveau de polyvalence de ce Jam Light Rocker. D’autant plus que les testeurs amateurs de la chose sont formels : « c’est un ski à l’aise en pente raide et couloirs ». Un vrai comportement alpin avec en bonus une ouverture vers la poudre : « un petit bulldozer, nerveux à souhait ! ». Parfait pour les terrains serrés plus que pour les grands espaces, pour skieur sérieux et régulier pas trop lourd (75 Kg max).

26

SKITESTS 2013

519,95€ (skis nus)

599,95€ (avec fixations)

182 cm

Construction sandwich noyau bois / Titanal / Air Carbon. All Mountain Rocker uniquement en spatule.

Le Motive 86 continue de cartonner dans la catégorie. Le ski est nerveux, avec notamment un très bon renvoi talon ; « c’est vif et incisif », « surprenant de tonicité ». Rapide dans les changements de carre, « on peut aller chercher de l’angle comme sur un ski de carving », « c’est très précis en spatule, bien présent sous le pied en fin à conduire en tail : on se régale à envoyer de la grosse courbe ». Des prestations sur le dur encore un ton au-dessus par rapport au précédent modèle, mais un poil moins accessibles, « il te rend une belle énergie, mais il ne faut pas avoir peur de lui rentrer dedans ». Le changement de positionnement de la plaque Titanal (passée de dessous à au-dessus du noyau, en attendant en 2015 qu’ils se décident à en mettre 2 ?) se ressent quand il faut plier le ski à basse vitesse. Rigide et étroit, on a une sensation de barre sous le pied qu’on n’avait pas sur la première version. Du coup, s’il cartonne en moyennes et grandes courbes, il sera beaucoup plus difficile à emmener sur de petits rayons en coupé. Heureusement, il reste tout aussi facile à placer et à entrer en courbe, merci au rocker « super discret mais efficace sur la piste ». Un peu moins en tout terrain. Rien à redire côté confort et maniabilité en pivot, mais la flottabilité est limitée, le ski reste longtemps sous la poudre et « il faut se battre pour le manier », on n’a pas la fluidité d’un vrai All Mountain. Avec un rendement alpin accru, le Motive 86 est du coup « peut-être un peu trop orienté piste » pour une pratique 50/50. Il perd en tolérance ce qu’il gagne en agressivité et sera plus à son aise sur des terrains homogènes. De qui combler tous les fins techniciens qui cherchent un ski de piste performant, mais plus polyvalent qu’un ski de géant. « Pour rider toute la saison avec la même paire » ; un ski de moniteur « parfait pour enseigner toute la journée » 80 % piste 20% HP à choisir un peu plus petit que sa taille pour garder de la maniabilité à basse vitesse.


© Erik Seo/Scott

Blizzard

Line

BUSHWACKER

Prophet 98

529,90€ (skis nus)

180 cm

Flipcore Technologie; construction sandwich avec noyau bois (Peuplier / Bambou / Paulownia) ; une couche Titanal au patin ; rocker spatule et talon avec cambre plat sous le pied.

529,95€ (skis nus)

179 cm

Cap wall construction. Noyau bois (Érable et Tremble) / Metal Matrix (inserts Titanal). Sidecut multi rayons (5) ; Early Rise en spatule et talon.

UNE RÉFÉRENCE

Plus que jamais, le Bushwacker fait partie des références de la catégorie, le tout avec un rapport qualité-prix très attractif. On commence par les petits reproches, ce sera vite fait : ce n’est pas le plus facile dans les neiges croutées (la spatule demande un peu d’attention, « il faut juste être là »), ni le plus confortable sur le dur. Pour le reste, on est sur « un ski magnifique, surprenant même par son côté complet, impossible à prendre en défaut ». Quels que soient le style, le niveau ou le gabarit du skieur, tout le monde y trouve son compte. Facile à manier, grâce notamment à une déformation très progressive du flex, on en fait ce que l’on veut. On peut aussi bien le rider en mode relax que bien plus agressif, le ski semblant devenir de plus en plus présent au fur et à mesure qu’on se lâche, « il ne demande qu’à accélérer », avec en plus une belle relance pour ne jamais s’ennuyer sur piste. Le rocker est parfait dans son programme (fluidité dans les mises en coupé sur piste, super confort en toutes neiges), le ski est stable à toutes les allures. Présent sans être casse pattes ; vif mais jamais intolérant ; léger mais stable : « un ski d’une grande finesse, sans lacune ». À essayer d’urgence si ce n’est déjà fait. Parfait pour une utilisation quotidienne, « tous types de skieurs en quête de sensations au top partout et en demande de progression, sauf Golgoths ». Jusque 80/85 Kg dans cette longueur. Seul bémol : Une taille supplémentaire pour les grands gabarits serait la bienvenue (taille max dispo 180 cm).

Un peu passif en courbe pour les plus alpins de nos testeurs (à savoir pas le plus vif dans les entrées de courbes et pas le plus tonique de la catégorie en renvoi talon), pas facile à déformer à basse vitesse -normal somme toute au regard de sa largeur-, ce Prophet se révèle par ailleurs très accrocheur sur le dur. C’est même un ski stable et solide sous le pied en mode carving jusqu’à des bonnes cadences. En poudre, les 98 mm en patin, qui se faisaient discrets sur la piste, alliés à la spatule progressive discrète elle aussi mais efficace, assurent une très belle portance, on est sur une vrai ski de poudre, facile en déjaugeage et en pivot, ultra maniable tout en étant capable de bien allonger le rayon pour un ride plus agressif. Léger et rigide sous le pied, il peut surprendre dans les neiges changeantes, et préférera un pilote constamment présent plutôt que de glisser tout seul, « faut pas hésiter  à le brusquer un peu, il te rend ce que tu lui donnes ». Très agréable sur neige douce de manière générale, bien accrocheur sur le dur, avec une vraie rendement en poudre, à la fois maniable et sûr à bonne cadence : difficile de faire plus polyvalent pour un bon skieur que ce petit (par la taille) ski de Freeride, qui a toute sa place dans la catégorie SUV/AM grâce à sa belle accroche sur le dur. Avis à tous les bons skieurs qui n’osent pas encore considérer les skis de 100 mm en patin comme une bonne en option comme ski de tous les jours, le Prophet 98 a de bons arguments pour vous faire changer d’avis. Un ski taillé pour les skieurs déjà bien confirmés et un poil agressifs qui cherchent un ski de poudre qui ne sacrifie rien à l’accroche sur le dur, pour exploiter les autres terrains quand les conditions ne sont pas au rendez-vous. Dans cette longueur (179 cm), destiné avant tout à des petits gabarits (moins de 175 cm)

SKITESTS 2013

27


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Rossignol

MODÈLES Experience 88

162/170/178/186

135/124/88

16,5

Black Crows

Ova

162/170/178/184

123/85/11

17

Rossignol

Black Crows

Experience 88

Ova

539,99€ (skis nus)

178 cm

Construction sandwich minicap/ Noyau bois. Lignes de côtes “Oversized“, Auto Turn Rocker, (rocker : 30% tip&tail ; cambre : 70%).

549,00€

178 cm

Construction semi-cap. Noyau bois 2 essences (Okoumé et Peuplier) / Fibres bi et triaxiales / Chants verticaux ABS. Léger rocker en nose, cambre, talon plat.

All mountaiN SurVitaminé Pas de changement sur ce ski, qui il y a trois saisons, préfigurait le retour aux fondamentaux de la catégorie, un rendement alpin de haut vol avant tout, teinté d’accessibilité toutes neiges grâce à l’apport du rocker. Trois ans plus tard, on kiffe autant sa tolérance dans les mises en coupé, la qualité de ses conduites, sa capacité à jouer avec la piste à n’importe quelle vitesse, mais ceux qui recherchent plus de polyvalence Tout Terrain pourront lui reprocher au regard de ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans la catégorie d’être un peu lourd et pataud une fois sorti des pistes. Sur son terrain, la piste, il fait toujours partie des références : « excellent, un bonheur pour enchaîner non-stop les courbes ou varier les rayons grâce au rocker “intelligent“». Assez abordable techniquement tout en possédant « un gros potentiel de performance », il offre au skieur déjà avancé une grosse marge de progression. Moins vivant donc en tout terrain –mais toujours confort et fiable-, il demandera plus d’efforts dans les neiges lourdes et surtout poudreuses, où ça manquera de flottabilité pour les belles journées. Pour skieur régulier qui cherche du sérieux et de la performance sur la piste en priorité, tout en gardant une petite capacité à tracer les bords de pistes.

28

La nouveauté des corbeaux noirs qui surgit en 2014 a séduit nos testeurs. On est sur un ski, sinon d’expert, du moins de skieur énervé. S’il n’est pas trop exigeant techniquement (moins par exemple qu’un Scott The Ski 184, tout en jouant dans la même cour en termes de plaisir et d’efficacité) ; s’il reste tolérant aux erreurs de placement, cet Ova est fait avant tout pour se rider en mode attaque. « Faut juste aller vite et pousser dessus » pour qu’il prenne toute sa saveur. Une saveur pleine de piment ! Les testeurs ont été agréablement surpris par le rendement de ce ski qui se laisse conduire –à partir d’une certaine vitesse donc- et varie les rayons facilement. À la fois stable sous le pied et intéressant à exploiter, il tient la courbe sans sourciller, c’est même « un gros kiff sur le damé », « on reprend vite goût à la piste avec un ski comme ça ! ». Un autre testeur d’ajouter : « un ski aussi technique et qui reste ludique : c’est rare ! Dès que tu as compris comment le skier, pfff… Quel bonheur ! ». Performant, rigide en spatule, il est un poil physique, et avec un bon renvoi en tail, il offre un vrai jus fait pour enchainer les courbes sans temps mort. Et pas que sur la piste ! Premier run du matin dans 40 cm de poudre : « wahou, ça marche ! ». Sous réserve d’un pilote léger et de petit gabarit, l’Ova affiche un super déjaugeage et une belle portance pour sa faible largeur. Commentaire du même testeur à la fin de la journée : « aille, ça fait mal aux cuisses ! ». Très bien en poudre hormis son côté casse pattes en fin de journée ; parfait en neige de printemps avec sa spatule bien rigide, super sécurisant côté accroche, on est donc parfaitement en confiance également en Freeride, couloirs compris. À un gros bémol près : arrivé en terrain défoncé durci : « ça tabasse sévère… ». Moins Fun en terrain accidenté au premier abord (comparé par exemple à un The Ski en 175 cm), avec un peu d’habitude il se maniera parfaitement, reste qu’il est idéal avant tout pour les terrains un tant soit peu ouverts. Un très bon SUV, « qui demande une certaine présence, à être tenu plutôt qu’à laisser vivre » ; un ski « contre lequel tu dois râler un peu en début de saison, mais une fois les cuisses faites : c’est LA définition du ski pour passer partout pour bon et très bons skieurs ». De petits gabarits dans cette courte longueur (178 cm). NB : dans le cadre d’une pratique 50/50, prendre à sa taille « pour le maîtriser en toutes situations sans y laisser trop d’énergie » ; un peu plus grand si vous restez essentiellement sur la piste.

Photographers (clockwise from top left): Jay Beyer, Sandra Salvas, Grant Gunderson

SUV

SKITESTS 2013

BDA


*

SKITESTS 2013

BDAG_full-page_ski_SkiLabo_300913.indd 2

29

9/30/13 2:15 PM

Photographers (clockwise from top left): Jay Beyer, Sandra Salvas, Grant Gunderson * UTILISER. CONCEVOIR. DEVELOPPER. FABRIQUER. REPETER.


S.U.V MARQUE

MODÈLES

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Scott

Reverse

156/166/176/184

128/87/118

15

Zag

Rock

164/174/184

132/96/118

20

Scott

Zag

Reverse

Rock

579,00€ (skis nus)

176 cm

Construction Sandwich à chants inclinés / double plaque Titanal. Double rayon. Rocker Small + Venturi 3D en spatule, tail Venturi 3D.

579,00€ (skis nus)

184 cm

Construction sandwich. Noyau en Peuplier / Plaque de phénol pour la résistance / champs ABS haute densité. Rocker spatule et talon (léger), cambre normal.

Progressif et Homogène Une fois encore, le Scott Reverse méritait son Award dans la catégorie... Jusqu’à ce que The Ski rafle la mise. N’empêche, ce Reverse est plus que jamais une valeur sûre. Accessible et tolérant, avec sa spatule assez souple qui permet de jouer avec les trajectoires, on se fait plaisir partout sur ce ski manœuvrant, grâce notamment à une déformation progressive très agréable. En tout terrain, la spatule cartonne, sur piste, « c’est le bon rayon -il y en a 2, ndlr- pour jouer sans se poser de question ». Pas sûr qu’il ait été modifié, mais le talon nous a semblé plus ferme, le rendant plus joueur que les années précédentes sur la piste selon nos testeurs (ou alors c’est la différence de taille qui joue, on l’avait déjà testé en 184 cm). Hormis quelques limites en trafolle à grande vitesse, on est sur un ski très confortable « progressif et homogène », agréable sur tous les terrains. Un vrai All Mountain, très polyvalent et tout public sauf gros gabarits et riders énervé. « Facile à skier, fiable partout, fidèle à lui même ; ça marche ! ». Finalement, ça mérite bien son Award quand même !

30

SKITESTS 2013

Un ski sur lequel on se sent tout de suite bien, taillé pour affronter tous les terrains. Accrocheur sur le dur, le Rock n’est pas non plus une arme de carving, « ça manque de stabilité en spatule pour pousser fort », mais toujours facile pour sa largeur et suffisamment joueur (on ne sent pas les 20 m de rayon) pour ne pas s’ennuyer. Avec son gros rocker « impressionnant visuellement », c’est évidemment en profonde que le Rock fait parler la poudre : « une arme en hors-piste ». Déjaugeage impressionnant, confiance totale dans les neiges les plus pourries, le terrain s’efface et le ski est bien plus stable que sur piste, à la fois accessible, mais avec de la réserve sous le pied, qui permet d’attaquer sans problème. « Un gros ski accessible » sur lequel on se sent en sécurité, et plus encore dans les neiges de printemps où il excelle. Avis à tous ceux qui n’ont pas les cuisses (dont nous faisons partie) pour assumer le H112, le Rock est une bonne option. Plus creusé, plus relevé et souple en tail, il est bien plus accessible physiquement et plus maniable, tout en conservant presque le rendement en poudreuse et neiges changeantes. Pas très large mais parfait pour s’éclater en grosses conditions grâce à son généreux rocker, le Rock a tout ce qu’il faut pour exploiter les autres terrains : un ski de saisonniers et autres skieurs très réguliers. Gabarit pas trop lourd (75 kg max).


MARQUE

MODÈLES

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Scott

The Ski

185

155/165/175/185

NC/93/NC

18/23/15

Scott

The Ski

175

155/165/175/185

NC/91/NC

16/20/13

Scott The Ski 185 cm

599€ Construction sandwich. Noyau bois laminé elliptique / Champs inclinés. Rocker en spatule ; trois rayons différents : spatule (medium) / patin (maximal) / talon (court).

Le Ski du Futur

Après avoir testé le 185 cm et avoir été surpris par son côté exclusif, l’envie nous a pris de tester ce ski d’exception dans la longueur inférieure. Le verdict est sans appel : si les deux skis affichent le même comportement général (de très haut vol), ils ne s’adressent pas à la même clientèle. Et si on a pris le temps (beaucoup de temps) pour décortiquer ces deux modèles, c’est que Scott tient là quelque chose d’intéressant (le mix entre la fameuse spatule progressive chère à Scott depuis toujours ; leur tout nouveau noyau elliptique et leur sidecut 3 D qui trouve ici un certain aboutissement après trois années de développement). Un concept qu’on devrait retrouver décliné sur d’autres skis (plus étroits selon nos sources) dans les années qui viennent. Si certains skis (à l’image du Stöckli SR 95) paraissent dans leur comportement plus étroits qu’ils ne le sont, sur la taille 175 de The Ski (91 mm en patin), on a, en tout terrain comme sur piste, l’impression d’avoir un ski plus long (même pour des testeurs de 180 cm). À l’inverse sur le 185 cm, jamais la longueur n’est handicapante pour des petits gabarits. Il y a quelque chose en plus dans The Ski… On commence par la plus grande taille. « J’ai adoré dans toutes les neiges. Profonde, pourries ; petit ski tranquille, grand ski à fond : je me suis régalé ! » Malgré la relative étroitesse en patin de The Ski, « testé dans 40 cm de poudre, j’avoue que j’ai vraiment kiffé » surenchérit un autre testeur. Son déjaugeage est étonnant, on reste tout le temps la spatule au-dessus de la neige, avec une capacité à gommer les changements de neige impressionnante. S’il étonne en poudreuse, il est tout simplement bluffant sur piste.

Un ski équilibré, précis -très précis- et efficace sous le pied, très agréable dans les sensations qu’il procure. « Il y a une telle présence sur toute la longueur du ski qu’on peut en exploiter la moindre parcelle ». Le ski est ferme, (pas le plus facile dans les entrées de courbes) « à skier aussi bien en spatule que sous le pied ou en appui talon », « chaque partie répond à un appui précis, une demande de la part du skieur » (précisons que les testeurs ne sont pas fans des catalogues ou de technologie et que peu leur importe de savoir ce qu’est un sidecut 3D). Si le skieur ne demande rien justement, s’il laisse vivre ce ski « très joueur avec le relief », il peut alors avoir quelques surprises… « Pour moi, c’est super grand. Ça ne m’a jamais handicapé en tout terrain, et surtout ça m’a permis de skier vite, très vite » Quelques jours plus tard, viens le moment de le tourner sur piste. « Là, j’ai moins rigolé. Les 184 cm, je les ai bien sentis : j’ai attaqué la courbe en toute confiance, ça accrochait fort, puis j’ai voulu plier le ski pour enchaîner la suivante. Entre temps, j’avais tourné le The Ski 175 sur piste, avec le quel tu fais ce que tu veux. J’y suis donc allé la fleur au fusil… Et là : je me suis fait exploser. » Il ne sera pas le seul à avoir été surpris par la puissance de ce 185 cm, ski qui semble capable d’accélérer sans fin. « Tu es dans le rayon, tellement tu es dedans, tu as l’impression que tu ne pourras jamais en ressortir ! » On vous rassure, on peut. Mais sous réserve d’une équilibration sans faille - pas de placement : pas de tournant-, à la quelle si possible s’ajoutera une bonne paire de cuisses. Les autres taillez la route, sur le dur c’est le ski qui vous conduira et non l’inverse, et dirigez vous vers le 175 cm qui est tout aussi surprenant mais plus accessible physiquement. bien énervés.

175 cm C’est beaucoup moins exclusif sur piste. Bien plus facile à déformer en entrée de courbe et à gérer dans ses réactions d’appuis, c’est un régal pour jouer avec le terrain et les changements de rythme. Tout en gardant le très haut niveau d’efficacité et de sensations de son grand frère. « Ça fait des années que je n’ai pas tourné sur un ski aussi petit, et bien c’est étonnant, on n’est jamais en manque de tenue ou de puissance ». En poudreuse, on retrouve cette sensation de déjaugeage facilité, la différence se notera sur la vitesse de ride. Moins taillé pour la vitesse, on peut enfin prendre le temps d’admirer le paysage. « Et quand il y a de la pente ou que le terrain est serré, c’est l’éclate totale ! » Tout comme dans les bosses d’ailleurs, où sa vivacité, alliée à une précision et une accroche du patin tout simplement bluffantes pour un ski de 91 mm en patin, font des étincelles. On terminera en disant que cette longueur est également parfaite pour les filles de grand gabarit (170 cm et +) qui on trouvé The Ski en 175 cm « magique ! Tout simplement mon ski de l’hiver prochain ! ».

SKITESTS 2013

31


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Atomic

MODÈLES Nomad Crimson TI

170/178/86

132,5/86/115,5

16

K2

AMP Rictor 90 TXI

163/170/177/184

132/90/115

18

Atomic

K2

Nomad Crimson TI

AMP Rictor 90 TXI

699€ (avec fixations)

178 cm

Construction half cap aux extrémités / Sandwich à chants verticaux sous le pied / Insert Titanium. Arc Technology (interface de fixation fixée au centre et libre aux extrémités pour une déformation libre du flex). All Mountain Rocker (15% en spatule, cambre normal).

32

639,00€ (skis nus)

799,95€ (avec fixations)

177 cm

Noyau bois (Peuplier / Paulownia / Érable) / Fibres triaxiales / Titanal. AT Rox Technology. On ajoute en spatule sur le noyau une structure en X (MOD) indépendante -elle n’influence pas le flex longitudinal-, qui agit comme système de suspension amortissant. On rajoute ensuite sur le MOD un Carbon Web de la même forme en X. Il n’agit que sur la rigidité en torsion de la spatule, puisque indépendant lui aussi du flex longitudinal. AT pour All Terrain Rocker (30 % rocker en spatule et cambre normal).

Mountain Carve

High Tech is Good

Du solide tout en restant ludique ! Super joueur sur la carre, précis et efficace « de la spatule au bout du tail », c’est un vrai régal pour les techniciens alpins. Et avec un minimum de cuisses : « c’est pas le plus facile à plier ou à mettre en dérapé, il vaut mieux être constamment présent » et « il faut le tenir en trafolle, ça tape vite sous le pied ». Un petit manque de confort et surtout de tolérance en tout terrain (sa courte taille n’y est sans doute pas étrangère) qui est le prix à payer pour accéder au très beau niveau de polyvalence efficace du plus large de la série Nomad. Super fiable sous les appuis, stable dans les neiges pourries, il devient super vivant dans les changement de rythme dès qu’on le sollicite. Ce que les testeurs ont le plus apprécié c’est sans doute le jus sous le pied, cette belle capacité à jouer en courbe ou avec le terrain. Presque tous les terrains : en poudre, un peu court, assez rigide, pas très large, le All Mountain Rocker ne suffit pas à le faire sortir, le skieur devra donc faire le travail. Reste que non seulement il est bien polyvalent, mais surtout redoutable d’efficacité sur piste, du coup il détrône son petit frère, la version S Temper Ti (en catégorie Freecarve) sur presque tous les terrains ! On a également trouvé plus d’avantages à la ARC Technology sur ce ski un peu large, apportant une belle jouabilité du flex sans perte de précision. Un ski très fiable et sécurisant et qui reste toujours Fun à exploiter : un très bon choix pour les techniciens qui passent la grande majorité de leur temps sur la piste, mais qui veulent pouvoir sortir à l’occasion des sentiers battus avec la même paire de skis. À prendre plus grand pour les plus de 70 Kg.

En décryptant la fiche technique ce nouveau Rictor, on comprend mieux ce que les testeurs voulaient dire par « il y a un truc en plus dans ce ski, un quelque chose du côté de la progressivité du flex que je n’ai trouvé nulle part ailleurs ». L’AT Rox Technology n’est donc sans doute pas étrangère à ce « sentiment d’être monté sur un amortisseur ». Surtout si on complète le tout par une double plaque Titanal. Résultat : « tu rentres dedans, tu as toute la puissance nécessaire, mais qui s’étale dans son renvoi. C’est juste trop agréable, à la fois solide et confort sous le pied ». Avec son option de rocker très long, bas et progressif, qui donne « une spatule ultra douce », alliée à un talon bien présent, le Rictor peut surprendre son skieur alpin lors des premiers virages sur le dur. Le temps de trouver donc la meilleure équilibration, et comme le patin tout comme le tail sont « bien solides », on a vite de bonnes sensations sur piste et sur neige dure en général, où il se révèle « très présent, stable et accrocheur, sans jamais une mauvaise vibration ». En tout terrain, le AT Rocker prononcé rend le Rictor très facile et très doux dans les déclenchements, super confort dans la trafolle et dans les changements de neiges : « un régal à piloter ». Il a toutes les qualités qui font qu’un ski est agréable et efficace : toujours présent, sans jamais une réaction intempestive : on skie dans un certain confort et c’est bon ! Les testeurs ont par ailleurs apprécié de pouvoir travailler le flex à volonté. On peut, au choix, le laisser vivre, le travailler en petits virages, attaquer sur un long rayon : c’est progressif et ça inspire confiance. « Le ski travaille parfaitement sous le pied et en sortie de courbe, il ne demande qu’à être poussé », d’autant plus qu’il sera plus vivant sur des rayons assez longs. Les testeurs sont formels : en tout terrain, « ça peut aller vite, très vite », et toujours en contrôle, avec par exemple des mises en dérives qui passent toutes seules. C’est doux, équilibré : « j’aurais aimé pouvoir le skier plus, je suis sûr qu’il a encore des choses à me dire…». La précision et la réactivité d’un alpin caché sous une progressivité déconcertante : un régal à skier, un ski qui met en confiance, très polyvalent « pour s’amuser et performer partout sans stress ! ». « Un SUV à sensations ! », pour carver toutes les neiges et tous les terrains, à skier sans modération tous les jours.

SKITESTS 2013

pub-


crow’s eye view the furtis pole: ultimate stick quality

oh oui c’est julien regnier

blackcrows-skis.com

SKITESTS 2013

pub-baton-A4-300913.indd 1

33

30/09/13 11:37


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Salomon

MODÈLES BBR 10.0

170/177/184/191

147/97/113

22

Elan

Amphibio 88 XTI Fusion

174/178/182/186/190

125/83/109

19,6

Salomon

Elan

BBR 10.0

Amphibio 88 XTI Fusion

700,00 (skis nus)

191 cm

Construction sandwich. Noyau bois / Renforts métal / Élastomère le long des carres. V Shape / Rocker Tout Terrain.

Un gros S.U.V typé Géant ! Le BBR 8.9 était plus ludique, pour le reste, tout ce que n’avait pas le 8.9, on le trouve sur ce 10.0. Dans sa plus grande largeur, le BBR perd en vivacité, en facilité de mise sur la carre, mais gagne sur tous les autres tableaux. Pas tellement plus raide en flex, tout comme sur son petit frère, il faut prendre le temps de le découvrir, et ensuite, c’est du solide, tout en restant étonnamment accessible. « Un ski qui te procure beaucoup de sensations sans avoir obligatoirement un gros niveau. Comme l’année dernière, on a nos testeurs fans de la chose : « j’adore le concept, ce talon plat et étroit, cela facilite le pivot et les conduites dans les neiges les plus merdiques, qui deviennent skiables grâce au BBR ». Plus solide à bonne vitesse que le 8.9, on peut être plus exigeant avec, c’est fluide, précis, et son flex a bien gagné en qualité de réactions d’appui. Il affiche un bon comportement sur piste au regard de sa largeur -attention, faut le travailler plus que le 8.9 pour arriver à varier les rayons-, alors que la spatule, non seulement fait déjauger le ski tout seul, mais surtout lui apporte une énorme tolérance en toutes neiges, rattrapant toutes vos erreurs d’équilibration. Le ski est stable à plat (vive le pintail) de quoi se laisser aller à quelques audaces en trace directe ; au final logiquement bien plus efficace en Freeride que son petit frère, ce BBR 10.0 fait partie des tous meilleurs dans les neiges pourries, « il brise tout devant avec sa spatule, et on ride au-dessus de tout, il n’y a qu’à le laisser glisser ! ». Pour skieur un poil physique et technique pour en tirer le meilleur.

34

SKITESTS 2013

799,00€ (skis nus)

176 cm

Construction sandwich noyau bois / Chants inclinés. Technologie Waveflex. Rocker Amphibio Technologie (rocker asymétrique en spatule, cambre normal).

L’Amphibio 88 tourne tout seul et surtout tout en douceur, « on ne sent pas les changements de carres » ; en pivot, c’est même « déconcertant de facilité ». La performance (comme le confort) sur le dur sont au rendez-vous, rapide dans les changements de carres, on a en permanence l’impression d’être sur un ski bien moins large tant on peut carver la piste avec des angles impressionnant. Moins taillé pour le tout terrain (les testeurs n’ont pas ressenti de réelle aide au déjaugeage en neiges lourdes ou profondes avec le rocker Amphibio), il sera moins vivant que d’autre modèles plus rockerisés (la longueur testée était également un peu courte). Retour donc sur le damé ou les bords de pistes où vous enverrez de la courbe toute la journée sans jamais fatiguer des cuisses. « Le ski fait le travail à votre place », c’est super confortable, parfait pour cruiser des terrains pas trop extrêmes. Bien que sensiblement plus large que le XTi 82, le 88 reste un ski plus Freecave que All Mountain. Moins vif et incisif que son petit frère, il séduira tous les techniciens qui veulent un poil de polyvalence, pour cruiser la piste et ses abords sur un ski dont la relative largeur s’oublie. À prendre assez grand.


SKITESTS 2013

35


S.U.V MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Stöckli

MODÈLES Stormrider 95

174/183/192

131/95/120

19,2

Aluflex

Éclectique

174/178/182/186/190

125/83/107

19,6

Stöckli

Aluflex

Stormrider 95

Éclectique

875,00€ (skis nus)

183 cm

Noyau bois (Ceiba, Frêne et Balsa) / Topsheet Titanal. Gros rocker spatule ; moins marqué en talon, cambre normal.

880,00€ (skis nus)

182 cm

Construction sandwich. Noyau bois fait main (frêne blanc) / fibre de verre/Titanal / chants mixte frêne-ABS. Cambre traditionnel. Option Custom Flex gratuite.

Le Futur du Ski « Fabuleux ! C’est vraiment le futur de la catégorie ». Si vous avez le budget, réservez vite une paire dans votre shop préféré, il n’y a en aura pas pour tout le monde. Car tout skieur, du rider moyen à l’expert du Tout Terrain et autres guides, sera à l’aise sur ce ski, « du Stöckli dans toute sa splendeur ». Ou plutôt du Nouveau Stöckli, qui a beaucoup travaillé sur les flexs (et les rockers) ces dernières saisons pour arriver aujourd’hui à ce ski unique. Avec un feeling particulier, propre aux nouveaux Stormriders (SR 95 et SR 107, le SR DP restant dans son monde à part et le SR 100 n’adoptant pas ce nouveau profil). Le tail n’est pas super présent, l’essentiel de l’appui en fin de courbe commence sous le talon, on n’a pas besoin d’aller jusqu’au bout du ski pour trouver l’appui. Reste que si on va au bout du tail, lors d’un déséquilibre ou volontairement, l’appui continue de dérouler et de répondre présent, « ça te renvoie juste ce qu’il faut pour la courbe suivant, sans te déchirer » (ce qui peut être le cas sur le The Ski 185). « Une progressivité dans la déformation qui te fait revenir en total relâchement » ; « un talon qui épouse le relief » ressentira un autre testeur, appréciant tout autant cette capacité du Stormrider à gérer la puissance à l’envi. Sur piste ? « Un vrai bijou ! », qui procure des sensations rares pour un ski de 95 mm en patin. « Quand je le skie, tu me dirais qu’il fait 85 mm en patin, c’est pareil. Idem pour le rayon ! Où sont les 19 m ? Ça tourne tout seul ! ». Bien sûr, avec son nouveau rocker assez marqué « sur piste dure, ça tape un peu, tu te dis qu’il est poil trop long. Et puis, tu passes en tout terrain… Une merveille ». Pas une vibration, il sort tout seul de la neige, « c’est super équilibré », le SR 95 est stable et facile à manier à n’importe quelle allure. Petits virages, transitions, changements de rythme, rapidité et facilité de prise de carres, précision : du bonheur. On pourra certes lui reprocher de manquer d’un bon coup de pied au cul en fin de courbe, mais il y a d’autres skis dans la gamme pour ça. « Sincèrement pour moi ce ski, c’est le rêve ». Surtout si vous ajoutez à tout ça les “fondamentaux“ de la marque : « toucher de neige remarquable » « confort et sentiment de sécurité au top »… Entre SUV et petit FR, il trouvera ses limites en peuf, malgré l’efficacité de sa spatule. Il faut dire qu’on a essayé par ailleurs le SR 107, incomparablement plus vivant en poudreuse et offrant lui aussi de très belles sensations sur tous les autres terrains. Pour bons skieurs cherchant confort et performance à toutes les allures ; « pour expert raffiné et autres skieurs de prestige à la technique affûtée », il est tellement facile que même ceux qui font leurs premières armes en Tout Terrain y trouveront leur compte.

36

SKITESTS 2013

Avec seulement 83 mm en patin et pas de rocker pour aider, normal que cet Eclectique ne soit pas le roi du déjaugeage ou de la maniabilité en poudre. Son terrain à lui : ce sont tous les autres, de la piste à ses abords, à des sorties plus ambitieuses, tant que la grosse poudre n’est pas de la partie. Sur ces terrains donc, l’Éclectique est « très intéressant à skier », avec la particularité d’être à la fois facile, accessible techniquement, et d’afficher « une vraie présence quand on lui rentre dedans ». Mention spéciale aux sorties de courbes « un régal de confort et stabilité à bonne vitesse ». « Bon compromis entre nervosité, efficacité et qualité du contact ski-neige », cet Aluflex « rassure sur toutes les neiges, même les plus dure ». Seul reproche de la part des plus fins techniciens : « un petit temps de latence dans les entrées de courbes et un léger manque de vivacité » Un ski efficace pour se frotter à tous types de neige ou de pente en totale confiance, suffisamment docile et accessible pour combler par ailleurs des amateurs de cruising tout terrains moins affutés.


TENDANCES FREESTYLE

Le ski FS pas au niveau ? F

orce est de constater, que Jeux Olympiques ou pas, le Freestyle fait de moins en moins recette, du moins en France.

Certes, les pratiquants sont eux de plus en plus nombreux dans les Parks de France et de Navarre, mais c’est plutôt du coté du matériel que le bât blesse. Alors que toutes les catégories voient chaque nouvelle saison arriver son lot de nouveautés, rares sont les marques à avoir investi ces dernières années dans de nouveaux moules de skis Freestyle, plus rares encore si on ne regarde que du côté des “Majors“. Chez Head, on est toujours sur les bases du John Olson, chez Rossignol, on n’ose plus compter les années du Scratch. Chez Salomon… cherchez un pro model FS ? OK il y le Suspect, mais il commence à dater. Chez Atomic, le fer de lance est toujours le Punx. Autant de moules et de shapes datant

quelques saisons déjà. Ce n’est pas non plus la sinistrose intégrale. K2 a certes sorti le Domain l’hiver dernier ; Scott le Tom Walish par exemple. Et du côté des “petits“ fabricants ça bouge un peu, mais guère plus. Black Crows, qui rattrape son retard sur le segment ; Faction offre cette année un vrai nouveau modèle et se constitue au final un beau segment FS. Reste CoreUpt, qui revient cet année en force avec le Yard2 et surtout le KR (pour ceux qui n’auraient pas suivi, CoreUpt repart avec un mini team FS, dont Kevin Rolland et Xavier Bertoni) qui ne sont pas à proprement parler des nouveautés non plus. Petites ou grandes marques, ça ne foisonne donc pas vraiment de nouveautés, surtout de celles qui renouvelleront le marché. Et ce n’est pas l’arrivée du Freestyle aux Jeux Olympiques qui a changé la donne, du moins en France. Alors sans surprise, dès qu’il s’agit de faire des skis de Pipe

Pierre Rougeot sur la Canon Box de l'Apocalypse Park.

38

SKITESTS 2013

(qui marchent donc fort sur neige dure en appui coupé) les meilleurs fabricants sont présents. On est là en face de modèles éprouvés, qui ont subtilement évolué en termes de flex au fil des ans, des skis efficaces et pour lesquels on en a certes pour son argent. Mais côté vraie nouveauté… “Sœur Anne ne vois tu rien venir ?“ Et pourtant le ski de Freestyle reste selon nous encore à concevoir. Quand on voit par exemple dans quel état sont les skis FS après 2 ou 3 semaines de passages sur les barres de fer, on se dit que la réponse des fabricants aux besoins spécifiques des Freestylers se fait toujours attendre. Années après années, les testeurs en arrivent à rester sur leur faim quand vient le moment de parler des réelles avancées de la catégorie. Celles qui pourraient donner aux meilleurs l’envie et les possibilités d’aller plus loin, comme celles qui permettraient à la prochaine génération de se passionner plus encore pour une des plus belles disciplines du ski. Un sport qui, au niveau technique, ne fait que progresser d’année en année pour atteindre aujourd’hui un improbable niveau. Alors OK, les riders de 13/14 ans n’ont pas une thune en poche et le marché du Freestyle reste encore limité, rendant l’approche commerciale difficile. Mais pour combien de temps encore ? Les plus jeunes pratiquants d’aujourd’hui sont les acheteurs potentiels de demain, ce serait bien d’en prendre soin ! LM.


« Petites ou grandes marques, EN 2014 ça ne foisonne pas vraiment de nouveautés FS, surtout de celles qui renouvelleront le marché »

© Scalp

Pierre Rougeot droppe le parking de la Nova à Arc 1800.

SKITESTS 2013

39


FREE STYLE SKITESTS 2013

D

es skis pour le Pipe des Jeux Olympiques à ceux pour aborder le Park sans se faire peur, en passant par les skis de Shred pour ultra spécialistes ou encore les FS un poil All Mountain : les skis de Freestyle doivent répondre à des critères radicalement différents pour coller à votre pratique préférée. Et pourtant, là où un vent de liberté pourrait souffler sur les départements R&D (Recherche et Développement), étonnamment,

40

le Free Style n’est pas la catégorie où la plupart des fabricants se lâcheNT en termes d’innovations. Heureusement, même si on regrette en 2014 une offre loin d’être pléthorique et selon nous un peu à la TRAÎNE au regard du niveau de pratique atteint ces dernières saisons, on trouve encore assez de diversité pour combler tous les pratiquants ou presque. À quand le ski de Freestyle libéré !

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREESTYLE

PRIX

Pages

MODÈLES FREESTYLE

PRIX

Pages

Amplid Antidogma Atomic Punx Black Crows VenoR CoreUpt Yard2 Elan Puzzle TBT

559,00 € 429,00 € 499,00 € 449,00 € 399,00 €

P.45 P.43 P.44 P.43 P.42

Faction Silas Head The Caddy K2 Domain Line Afterbang Majesty Comic

449,00€ 329,95 € 389,95 € 349,95 € 499,00 €

P.43 P.45 P.42 P.42 P.44

Movement Pro Model Scott Jib TW White Dot TST

509,00 € 449,00 € 539,00 €

P.45 P.44 P.45

SKITESTS 2013


Tailles disponibles

171/176/181

LIGNES DE COTES (en mm)

121/84/110

RAYON (en m)

20,2

Head The Caddy 329,95 ,00 € (skis nus)

181 cm

Construction sandwich. Noyau bois / Chants ABS résistants / Inserts élastomères anti vibration. Twin Tip ; rocker Parc N' Pipe (30% rocker en spatule et talon / cambre normal).

200% Sochi-Games

© Scalp

Enfin une saison pleine pour Micka Golly, qui n'a plus mal au genou !

La réputation de Head dans le monde du Racing n’est plus à faire, normal donc que lorsqu’il s’agit de faire un ski taillé pour les murs gelés des Pipes des X et autres JO, pas de soucis : la marque sait faire ! Donc ça marche fort sur le dur et ça n‘est pas pour nous déplaire ; ça fleure bon l’efficacité avant tout, plus que sur le modèle 2013. Le Caddy nouvelle version est rigide et délivre un gros pop. La maniabilité en découle, du coup on est bien sur des armes de FS, que ce soit dans le pipe ou le Park en général. Des rails aux plus grosses tables sans oublier du gros Jib, l’équilibre est au rendez-vous, le Caddy 2014 ne déçoit jamais. Le retour aux fondamentaux du ski de Mister Simon Dumont se fait sans doute au détriment de l’accessibilité (qu’avait le modèle 2013) mais qu’importe. « Pas marrant, mais ultra efficace » résumera un testeur –de petit gabarit-. Par “pas marrant“, entendez qu’à faible vitesse, « c’est pas le ski qui plie, c’est tes jambes ! » En cherchant le petit truc qui gratte, on dira juste « que ce n’est pas non plus la folie en rail ». En contrepartie, avec de la vitesse, il devient très vivant et de plus en plus intéressant à rider et beaucoup plus facile à exploiter dans le Park, alors que sur la piste, vous pouvez y aller : comme tous les skis de Pipe, c’est une arme, « il faut aller à très grande vitesse sur piste pour qu’il commence à broncher… ». Même sans un prix imbattable, il remportait son Award 2014 ! Les riders énervés qui passent beaucoup, beaucoup de temps dans le park seront comblés par ce ski un poil exclusif. De 65 Kg si bien énervé (à la Simon Dumont !) à 90 Kg

SKITESTS 2013

41


FREESTYLE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Line

MODÈLES Afterbang

155/166/172/177

15/88/115

18

K2

Domain

159/164/169/174/179

115/90/115

21

Elan

Puzzle TBT

166/171/176/181

121/87/113

17,3

Line

K2

Elan

Afterbang

Domain

Puzzle TBT

349,95€ (skis nus)

177 cm

389,95€ (skis nus)

179 cm

Noyau bois SkateDeck (6 couches de bois d’Érable empilées horizontalement). Stringers carbone sur toute la longueur. Cambre, “butter zone“ devant et derrière les fixations.

Construction sandwich. Noyau en Peuplier / Fibres triaxiale / Chants Twintech inclinés. Jib Rocker (20% rocker Tip&Tail, 80% cambre plat).

« À skier autant que possible ! » Allégé et avec plus de “butter zone“ devant les fixs, l’Afterbang est un ski plus ludique que jamais, qui donne envie de sauter sur tout ce qui se présente, dans et en dehors du Park. Oubliez les gros tirs (ça manque de stabilité à grosse cadence et vu sa déformation, ne comptez pas sur lui pour absorber les grosses réceptions à votre place). En contrepartie, il est tout simplement parfait pour du Flat ou du Shred ainsi que pour déchirer les petits et moyen modules. Sur les rails c’est la régalade, le ski super équilibré ne vous surprendra jamais, les réactions sont franches et précises. En bonus, sorti du Park, le ski évolue correctement sur la piste tant qu’on reste à des vitesses raisonnables. Un ski tellement accessible et sain dans ses réactions qu’un débutant en FS pourra s’y faire sans peur ses premières dents, sur un ski de progression idéal. Quand au pro, il aura là son ski de Shred pour l’hiver. Tout gabarit sauf lourd ou trop costaud des cuisses. S’il fallait une critique, ce serait la déco : « ça fait mal aux yeux en ridant tellement c’est fluo ! ».

Avec un flex souple, un cambre plat et des extrémités rockerisées, ce Domain se révèle finalement un bon petit ski à tout faire, à la sauce FS quand même. Son flex est très sympa pour le Flat ou le Shred, « super stable en Butter », « excellent en Jib », ou encore pour rider le Park dans son ensemble en mode relax. C’est même dans ce mode un “pur ski de FS“, à même de satisfaire des riders pointus. D’autant plus qu’on est posé sur les rails (le cambre plat sans doute ?). Évidemment, pour les skieurs énervés à la recherche d’un pop de ouf, ce ne sera pas le bon choix ! C’est trop mou pour envoyer sur les grosses tables, ça flotte dès qu’on va vite, et il affiche une tendance naturelle à vouloir continuer de tournicoter lors des réceptions… On ne peut pas tout avoir. Par contre, ce qu’on a également, c’est de la vie sur la piste, avec juste assez de nerf pour continuer à s’amuser et jouer avec le terrain. Malgré ses choix atypiques en termes de flex et de shape, le Domain pourra finalement convenir à pas mal de riders : « rien de fou mais fiable partout, c’est toujours sympa à rider ! ». L’apprenti Freestyler en pleine progression bien sûr, mais également des riders bien plus aguerris (mais pas trop lourds, moins de 70 Kg) appréciant les skis “à la cool“. Sans oublier le pratiquant occasionnel qui ne veut pas se prendre la tête sur la piste et passe de temps en temps dans le park : il y trouvera également son compte.

42

SKITESTS 2013

399,00€ (skis nus)

181 cm

Construction Sandwich. Noyau bois / Chants verticaux ABS. Cambre traditionnel avec profil TBT aux extrémités.

Pas de changement sur le Puzzle et ses extrémités Triple Base Technologie, qui demandent un petit temps de prise en main et se révèle vite par la suite très ludique. On est donc toujours sur un ski assez accessible malgré un flex présent, et surtout très tolérant et facile partout. Sa spécialité, c’est sans conteste le Flat et le Jib, où sa maniabilité à faible vitesse fait merveille, avec une mention spéciale sur les transitions et les passages en Switch qui se font tout seuls, grâce justement à la TBT. Nickel quand on déclenche un peu tôt sur le kicker, ça évite de grosses pelles, comme lors de travers intempestifs où vous ne partirez pas à la faute de carre. Ajoutons enfin que « c’est cool aussi pour les Butters », « bien maniable et sain sur les rails » : « c’est le top ski pour shredder la fin de saison ! ». Agréable sur toutes les neiges tant qu’on évolue à des vitesses raisonnables (avec une prédilection quand même pour les neiges douces ou lourdes), on en trouvera ses limites sur le dur à bonne cadence où ça manque de stabilité pour envoyer en toute confiance, tout comme sur les grosses tables, où il faut une précision sans faille dans les réceptions, la TBT n’aime pas qu’on se pose à cul… Un ski assez polyvalent permettant à des riders en pleine progression de se balader sur tout le domaine et d’aborder sans peur les petits et moyens modules du Park, où il est très tolérant. Les très bons Freestylers 200% Newschool auront là leur ski de Flat&Shred pour déchirer sans fin la zone de Jib. Tous gabarits jusque 75 Kg.


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Atomic

MODÈLES Punx

164/170/176/182

112,5/84/112,5

26/21/26

CoreUpt

Yard2

168/172/182

117/87/113

17

Faction

Silas

164/174/178/182

116/86/116

17

Atomic Punx 429€ (skis nus)

182 cm 549€ (avec fixations FFG 12)

Construction sandwich. Noyau bois / Chants inclinés / CarrES renforcées. 100% Twin-Tip ; Park Rocker (10% nose / cambre / 10% tail).

CoreUpt

Faction

Yard2

Silas

449€ (skis nus)

182 cm

Construction semi cap sandwich / Noyau Bouleau / Fibres tri axiales. Légers rockers en tip&tail.

449 € (skis nus)

178 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Peuplier/Frêne)/ Fibres. Sidecut Twin tTip, cambre traditionnel 5 mm.

Fracasseur de Park et + Est-ce l’approche de l’échéance Olympique ? Encore un ski, qui ces dernières saisons avait évolué vers plus d’accessibilité et qui retrouve en 2014 le goût de la performance. Et ce ne sont pas nos testeurs qui se plaindront de ce retour aux fondamentaux. « Un changement qui va dans le bon sens : plus rigide, il est du coup beaucoup plus vif sous le pied que le modèle de l’année dernière, la maniabilité s’en trouve grandement accrue ». Précisons qu’en plus d’avoir vu sa structure renforcée, le Punx aurait également subi une légère cure d’amaigrissement, que les rayons ont changé, et que le tout est doté d’un discret rocker en tip&tail « absolument pas gênant dans les réceptions ». On gagne en efficacité sur la piste, alors que le pop plus présent reste encore très joueur. Du coup, le ski, plus ludique, reste tout aussi facile et marrant à skier. Le gros plus, c’est que vous n’en trouverez pas facilement les limites. Ce n’est pas encore une arme de grosse table (pas le plus stable à grande vitesse), mais on est sur un “vrai“ ski de Freestyle, 100% centré, bien équilibré en l’air et qui garde par ailleurs un bon rendement sur piste. Un ski très complet donc, pour tous riders FS sauf débutants et gabarits très lourds. Tous les autres, du rider intermédiaire au très bon Freestyler auront là un ski parfait pour tenter de nouveaux tricks et arriver à un autre niveau. NB : le Punx était monté avec des fixations ne montant que jusqu’à 12 qui, même serrées à fond, « déchaussent dès qu’on appuie un peu ou que l’on monte sur un rail ». Pas top pour les testeurs FS qui doivent prendre des risques pour essayer d’exploiter à fond le potentiel du ski en Freestyle.

En attendant de découvrir en exclusivité dans Ski Time le “late test “du KR (le ski de Kevin Rolland pour le pipe olympique de Sotchi), le Yard2 a déjà de quoi combler toutes les attentes des Freestylers de haut vol. « Encore une bonne arme de Park, un ski solide ! ». Bien rigide, avec un pop sympa, le Yard2 procure beaucoup de plaisir aux techniciens, aussi bien sur les tables que sur la piste. « Le flex est tout simplement parfait pour tout faire » ; OK, ça manque un poil d’accessibilité générale et de jouabilité sur les rails, mais on ne peut quand même pas tout avoir. D’autant plus que ça reste vraiment un super ski de piste, carveur, joueur et nerveux. « Vive les skis de FS sans rocker, y a rien de mieux, c’est les bases du FS » assène un testeur, trop content d’avoir un “vrai“ ski aux pieds, raide et avec un gros pop, pour s’exprimer à fond partout. En fait il y en a un de rocker, mais doux et avec le bon flex derrière les fixations, pas de doute, le Yard 2 est sain, équilibré, le genre de ski qui met vite en confiance et permet d’élever son niveau de ride. Pour des gabarits pas trop lourds (moins de 75 Kg) au style complet, c’est tout simplement parfait pour fracasser le Park et plus si affinité. « Pour ceux qui veulent montrer comment ils sont énervés et qui cherchent à se qualifier pour le Slopestyle des X-Games ». « Encore que ça doit pas mal marcher dans le pipe non plus… », complète un dernier testeur. De quoi satisfaire aussi bien les forts Freestylers que tout rider à la recherche d’un ski efficace sur la piste, et qui lui permette d’affronter le Park avec le même rendement. Tous gabarits si solides sur les appuis, à skier non-stop.

Annoncé comme un ski de Slopestyle, il en a la polyvalence, mais sera limité sur les plus grosses tables du run, à moins d’afficher un petit gabarit. Le Silas est surtout un ski très facile à prendre en main et qui se laisse conduire tout seul. Accessible techniquement et bien léger, s’il est donc un peu mou pour envoyer du lourd, il a par contre un bon petit pop, ce qui lui permet « d’afficher un niveau de performance dans le Park très correct ». Tous les testeurs ont été séduits par son côté joueur, qui le rend plaisant pour quasiment tous les niveaux et styles de riders. Mention spéciale en Flat&Rail où l’on en fera ce que l’on veut. Avec son comportement alpin sans surprise, (nickel sur son rayon à des vitesses raisonnables), il permettra de s’amuser autant dans un Park que sur la piste est ses abords (en mode balade, ne vous emballez pas quand même). De quoi se faire plaisir tout l’hiver sans jamais se faire mal aux cuisses ! Un ski super Fun, parfait pour progresser en FS mais également pour les forts Freestylers à la recherche d’un ski de Shred qui reste assez polyvalent. Tous gabarits sauf très lourds (+ 75 Kg).

SKITESTS 2013

43


FREESTYLE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Scott

MODÈLES Jib TW

158/168/178/184

114/84/108

16

Black Crows Majesty

Venor Comic

165/170/177/181 169/175/181

121/86/112 117/87/117

16 18,6/20,3/21,9

Scott

Black Crows

Majesty

Jib TW

Venor

Comic

449,00€ (skis nus)

178 cm

Construction sandwich. Champs inclinés / Carres renforcées Inserts Titanal sous le pied. Sidecut en trois sections : spatule parabolique / 50 cm droit sous le patin / talon parabolique.

Renforcé en 2013 d’une plaque Titanal sous le pied pour encore plus de durabilité sur les rails, le comportement général du TW reste inchangé. « Tout fin, tout cambré, bon raide et nerveux : c’est toujours un pur ski de Park fait, pour tout casser ». De la petite table aux plus gros modules en passant par les rails : impossible de le prendre en défaut. Avec son côté exigeant techniquement, vous comprendrez que la tolérance ni l’accessibilité ne sont au programme ; que « le Shred, c’est pas pour lui » et que « pour les Butters et autres : faut déjà bien maitriser ! ». Les testeurs sont formels, la prise en main du TW n’est pas évidente, « OK, c’est un poil exclusif ! Mais une fois le cap passé, quel régal ! ». « On peut lui mettre autant qu’on veut, bonne chance pour en trouver les limites ! » Sur la piste « ça envoie sans souci », l’efficacité est toujours au rendezvous. Stable en conduite, du jus en fin de courbe : « on ne s’ennuie jamais une seule seconde ! » Enfin, grosse cerise sur un gâteau déjà bien garni, les testeurs tiennent à préciser que le Jibb TW fait preuve d’une glisse exceptionnelle, qui rajoute encore au plaisir des Freestylers les plus exigeants. « Un ski pour plaquer au millimètre », fait pour élever encore son niveau de ride. Tous gabarits « si t’es solide sur tes appuis ».

44

SKITESTS 2013

499,00€ (skis nus)

177 cm

Construction semi cap. Noyau bois (Okoumé et Peuplier) / Fibres bi et tri directionnelles. Léger rocker en spatule et talon, mini cambre entre les deux.

Nouveau venu chez les corbeaux noirs, le Venor a séduit par son côté « joueur et sympa », qualificatifs qu’on retrouve dans la bouche de tous les testeurs. Son credo à lui, c’est surtout le Jib et les modules pas trop fats, où il est tout simplement excellent. Ses extrémités rockerisées et souples apportent un gros plus en Flat, mais d’un autre côté, il sera plus délicat sur les Big Airs (le rocker en tail, « ça te met vite sur le dos si tu ne plaques pas pil-poil»), tout comme pour la ride à grande vitesse en général. Un ski bien Newschool donc, mais sain et équilibré, avec un comportement alpin correct, il offre un bon niveau de polyvalence Piste/Park et s’adaptera à nombre de styles et de gabarits sauf très lourds (+75Kg). Du Park rat qui veut un ski de Shred qui lui permette d’envoyer quand l’envie lui en prend, à «  tous les jeunes qui veulent jibber et faire mumuse sur les tables ».

499,00 € (skis nus)

175 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Peuplier/ Frêne) / Stringer Carbone-Kevlar. Flex et cotes True Twin Tip. Cambre traditionnel.

Quel dommage de ne pas avoir eu ce ski monté vraiment centré, alors qu’on est sur un ski 100% Twin Tip, jusqu’au bout du flex… Du coup pour le rendement Switch et sur les rails, on est resté sur notre faim malgré son potentiel. Ceci étant dit, on est sur un modèle plutôt exclusif dans sa pratique. Un ski bien présent sous le pied « parfait pour toutes les tables et pour rider vite sur les inruns », mais pas que. Léger sous les pieds, très maniable, c’est le type même de ski très homogène et bien équilibré sur lequel on ne s’ennuie jamais. Si ce n’est pas le plus performant de la série dans un secteur précis, les testeurs ont mis en avant le niveau de performance général au regard de sa relative accessibilité. Équilibré et facile à prendre en main ; s’il est effectivement rigide, il pardonne bien toutes les petites fautes. Seul regret, il n’a pas la polyvalence alpine de certains skis de pipe sur la neige très dure, mais cela n’empêche pas de se faire « bien plaisir » sur la piste dès qu’elle est peu revenue. Un ski très ludique et sans défaut pour le Park et la piste (on oublie ses abords), qui saura se livrer à des riders en pleine progression comme combler des Freestylers déjà plus avancés. Tous gabarits sauf très lourds (plus de 85 Kg).


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Movement

MODÈLES Pro Model Jules Bonnaire

170/177

114/84/105

18

White Dot

One

166/173/180

119/89/113

18

Amplid

Antidogma

166/172/178

119/86 /111

20,6

Movement

White Dot

Amplid

Pro Model Jules Bonnaire

One

Antidogma

509,00€ (skis nus)

539€ (skis nus)

177 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Okoumé et peupler) / carbone triaxial / Chants ABS renforcés “Powerrail“. Cambre traditionnel.

Changement de nom mais pas de moule pour le Kai 2013 qui devient cette année le Jules Pro model. On avait déjà craqué l’année dernière sur la capacité de ce ski à envoyer du gros, du très gros, il n’y a pas de raison que cela change cette année. Flex et shape identique donc, et pourtant, sur piste, on a eu plus de mal à l’inscrire sur la carre, le Jules a une tendance naturelle à tirer droit si on le laisse faire ; idem sur le kicker quand il faut donner le petit coup de carre, du coup, ça demande un temps d’adaptation. Rien qui n’empêche d’envoyer du gros, au contraire, mais le Jules ne se livrera pas à n’importe qui. Nos testeurs sont clairs, si vous n’avez pas les cuisses, la punition vous pend au nez, la version 2014 ne pardonne pratiquement aucune erreur. Ceux qui sauront le dompter découvriront un ski à la nervosité impressionnante, avec un des plus gros pop de ce cru Freestyle 2014. Il affiche tout simplement un rendement incroyable en grosse table, pardonnant les réceptions un peu à cul grâce au flex très dur en tail. Précision aérienne assurée également grâce à son bon équilibre, tout comme la maniabilité. Ajoutons enfin qu’il dégage une impression de solidité à toute épreuve, toujours bon à prendre pour un ski de Freestyle destiné avant tout à envoyer du lourd. Pour tous les énervés qui rêvent de se qualifier pour les X-Games. Gabarit 60/75 Kg, bonnes cuisses requises, port du casque conseillé.

181 cm

Construction sandwich. Noyau Peuplier/Frêne avec renforts carbone-Kevlar/ Chants droits en ABS / Semelle ISO 7200. Cambre traditionnel.

Programme70% Piste&Park, 30% All Mountain pour ce ski au shape atypique en spatule qui se distingue également par un flex très ferme, qui ne conviendra pas à tous les niveaux ni à tous les gabarits. Les plus de 70 Kg avec un minimum de cuisses et surtout de bagage technique sauront apprécier les nombreuses qualités de ce modèle. Quand on le plie, le pop est bien présent, le ski est maniable et surtout bien précis dans ses réactions, de quoi s’attaquer à tous les modules sans craindre de réactions intempestives. Les testeurs sont formels, « c’est un ski solide, toujours agréable à rider ». Et pas que dans un Park, puisque une fois sur piste, il reste tout aussi sain et joueur sous les pieds, de quoi tailler (tranquillement) quelques belles courbes ou même aller faire un tour en tout terrain entre deux sessions. Un ski pour bons Freestylers qui veulent envoyer du lourd et progresser partout dans le Park ; ce sera aussi un bon choix pour un skieur plus tout terrain qui ne dédaigne pas le Park au programme de sa journée de ride.

559,00 € (skis nus)

178 cm

Construction sandwich avec noyau bois ultralight / Amortisseur Magma Edge. Cambre normal.

« De la “barramine“ » ; « du ski bien rigide pour la grosse table des X-Games ». Le ton est donné, avis à ceux qui n’ont pas peur des Big Airs et autres modules de 20 m et plus. Ce ski rigide tient bien la courbe, vous pouvez appuyer à fond sur la piste et même lâcher les chevaux sans craindre de décrochages intempestifs : « des skis de Géant sur le dur » affirmera même un testeur. Bon on relativisera sachant que c’est un Freestyler qui dit ça. N’empêche. Question rendement, l’Antidogma répond présent. Il affiche un bon niveau de performance Overall en FS, efficace partout « du moment qu’on skie gros et fort », assez maniable et surtout très précis dans ses réactions. Quand on skie moins fort, et bien… C’est moins drôle obligatoirement. Raide sous le pied, ce n’est pas très joueur, on cherche le pop à basse vitesse, « c’est super exigeant »… Logique. Là où l’on aurait un vrai reproche à faire à l’Antidogma, c’est du côté de l’amorti. Vu les tirs qu’on se met avec, « ça tape vraiment fort dans les talons ». Des skis pour aller gagner du Contest, pour tous les riders très performants et avec de grosses cuisses pour pouvoir les plier ailleurs que sur les grosses tables.

SKITESTS 2013

45


TENDANCES Freeride, Mid Fats et Fats

L’heure de la Fusion a sonné 

L

’explosion des catégories continue, en attendant de regrouper peut-être un jour prochain tous les skis en 2 grandes familles, à l’image de ce que font déjà les Nord-Américains en divisant le monde du ski entre Frontside et Backside. D’un côté, ceux qui ne sortent jamais des pistes quoi qu’il arrive ; et de l’autre ceux qui sont susceptibles d’aller en horspiste, de la sortie occasionnelle au chasseur de poudre assidu. Même si on peut -à condition d’avoir le niveau-, faire de la poudre avec un ski de Géant, la réunification touchera ici ses limites, à moins d’une autre révolution dans quelques dizaines d’années, celle du ski à géométrie variable… Dans une fourchette de largeurs allant de 105 à 125 mm au patin, ceux qui savent, ceux qui ont les cuisses et qui rident tout l’hiver étaient servis depuis quelque temps déjà question Gun pour éclater tous les terrains avec une seule et même paire de skis. Restait à offrir cette polyvalence dans la même gamme de largeur à Monsieur Tout le Monde ou presque. C’est chose faite en 2014. Facilité extrême, agilité incroyable, accessibilité étonnante, les skis tous terrains de l’hiver prochain se livrent sans complexe au plus grand nombre. Exemples typiques avec le K2 Shreditor ou le Soul 7 chez Rossignol, des skis de plus de 105 mm au patin qui auraient pu impressionner leur consommateur ne serait-ce qu’il y a 3 ans, et qui sont aujourd’hui

46

SKITESTS 2013

clairement destinés à une très large clientèle. À tel point qu’on regrette de plus en plus amèrement que les parcs de locations de France et de Navarre ne soient pas plus fournis dans cette gamme de largeur, aujourd’hui intermédiaire et qui n’a plus rien d’extrême grâce à l’aboutissement des shapes et des flexs. 2014 c’est l’année ou jamais pour essayer enfin des skis un peu larges ! Pour avoir goûté à l’incroyable accessibilité de certaines nouveautés, qui par ailleurs augmentent encore d’un cran leur niveau de “Polyvalence Efficace“, on ne peut que vous conseiller, vous ordonner s' il le faut, d’oser enfin la largeur ! LM.

« 2014 c’est l’année ou jamais pour essayer enfin des skis un peu larges ! »


Pierre Rougeot sur le Squad 7, "le ski qui te transforme en super héros" selon lui. Image à l'appui, Cork 3 en guise d'échauffement.

© M. Reyboz/OT les Arcs

PUBLICITÉ

SKITESTS 2013

47


FREE RIDE SKITESTS 2014

L

à où il fallait un quiver de 3 paires minimum pour être sûr de se faire plaisir dans n’importe quelleS conditions, il est possible aujourd’hui pour les bons skieurs de trouver leur “quiver ski“, ce fidéle compagnon qui ne vous lâchera jamais dans l’hiver.

Le choix de la Catégorie (SUV/AM ou Freeride) reste ensuite une affaire de priorités. Pour ceux qui préfèrent prendre un peu large pour profiter à fond de la poudre, quitte a se faire un peu mal aux genoux le reste du temps : c’est là que ça se passe.

PRIX

Pages

MODÈLES FREERIDE

PRIX

Pages

MODÈLES FREERIDE

PRIX

Pages

Aluflex Ephémère Amplid Rockwell Armada TST Atomic Blog Atomic Ritual Black Diamond AMPerage Black Diamond Zealot Blizzard Cochise Bohême Guide CoreUpt Banger 100

880,00 € 579,00 € 569,00 € 499,00 € 599,00 € 689,90 € 729,00 € 689,90 € 1490,00 € 429,00 €

P.62 P.53 P.53 P.54 P.45 P.59 P.62 P.60 P.64 P.50

CoreUpt Slasher 105 CoreUpt Slasher 112 DPS 112 RP Elan Spectrum 105 Alu Extrem Project 100 Fischer Watea 106 Head Collective K2 Shreditor 112 K2 Annex 108 Line Sick Day 110

599,00 € 639,00 € 725,00 € 599,00 € 699,00 € 619,00€ 529,95 € 599,95 € 699,95 € 549,95 €

P.56 P.56 P.64 P.54 P.61 P.58 P.51 P.57 P.61 P.52

Movement Chill Out Rossignol Soul 7 Salomon Quest 115 Salomon Quest 105 Scott Punisher Stöckli Stormrider Pro Volant Colorado White DoT Ranger

599,00 € 619,00 € 600,00 € 499,00 € 499,00 € 1050,00 € 950,00 € 676,00 €

P.57 P.59 P.58 P.52 P.51 P.63 P.63 P.60 © Scalp

MODÈLES FREECARVE

Micka teste l'équilibre des Rossignol Super 7.

48

SKITESTS 2013

Am


AMPHIBIO NO COMPROMISE ALL TURNS ARE RIGHT *

Rocker Virages plus faciles

Cambre Meilleure accroche

Rocker Virages plus faciles

Une polyvalence extrême, Des performances extrêmes

Pas de compromis entre cambre et rocker. La structure WaveFlex apporte plus de rigidité, et le profile Amphibio, unique en son genre, associe un profile cambré au niveau de la carre intérieure pour une accroche parfaite, à un profile rocker sur la carre extérieure, pour une entrée en virage plus facile. Un ski droit et un ski gauche pour des sensations uniques sur tout type de piste. *Pas de compromis. Tous les virages sont parfaits.

Amphibio 88_FRA_200x250mm.indd 1

10.10.2013 11:25:37


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

CoreUpt

MODÈLES Banger 100

174/184

118/100/112

18

Atomic

Blog

169/177/185

134/110/126

19

Scott

Punisher

163/173/183/189

142/108/130

12/0/11

Head

Collective

171/181/191

146/105/128

17,5

CoreUpt

Atomic

Banger 100

Blog

429€ (skis nus)

184 cm

Construction cap sandwich / Noyau Bouleau. Twin Tip / FS Rocker.

50

SKITESTS 2013

499,00€ (skis nus)

729,00€ (avec fixations)

185 cm

Construction semi cap en tip&tail / Noyau bois / Chants droits sous le pied. Powder Rocker (30% rocker en spatule et en tail / 40% cambre normal sous le pied).

Vrai FS Tout Terrain

Sur Ordonnance

Passe partout, vivant et maniable ce Banger 100. Avec son flex « bien poppy sous le pied », qui donnera aux Freestylers « l’envie de jouer en permanence avec TOUTE la montagne », ce Banger 100 est un ski certes 100% FS, « mais à emmener sur tous les terrains et toutes les neiges ». Bien dosé en rocker et en flex, le ski et à la fois facile et “solide“. Flex qui nous a semblé avoir plus de pop que le modèle précédent, permettant de performer un peu plus en FS donc, mais également en tout terrain, si vous l’abordez en mode cabri plutôt que sanglier. En parlant de FS, « forcément c’est un peu large pour le Jibb, mais si on veut : on peut ! On sera juste limité en termes de vivacité sur les rails. » Les plus Freestylers de nos testeurs sont formels : « avec le Banger 100, on passe sans souci dans le Park, et ailleurs, ça cartonne ». « C’est LE ski pour le domaine des Arcs. Il y a de la Pow, tu commences par l'aiguille Rouge ; tu enchaines par la Grive pour basculer vers Peisey pour jouer avec le terrain naturel de ses forêts et bords de pistes, et en fin d'aprèm’, tu termines par le Park, où le Banger 100 est bien équilibré, stable en l’air. Il n'y a que les jours de très grosses peuf que je changerais de ski : ça manque alors un peu de spatule. ». Limité en tenue à bonne cadence (ou dans les grosses réceptions) mais Fun et efficace partout ailleurs, piste y compris. Un vrai Freestyle Tout Terrain plein de saveurs en somme ! « À skier autant que possible ! », skieur pas trop lourd, 60/70 Kg. À choisir un peu plus grand que sa taille.

Un ski qu’on devrait trouver dans tous les parcs de locations de France et de Navarre. Si ce n’est pas une nouveauté, Atomic ne nous ayant jamais livré le Blog en test, on a fini par le réclamer ! Du rider intermédiaire au très fort skieur (pas trop lourd !), tout le monde a une bonne raison de choisir le Blog. C’est typiquement le ski avec lequel, en fonction du centrage des fixations, chacun pourra se régaler. Monsieur Tout le Monde ou presque, grâce à sa tolérance et sa facilité. Le flex est joueur, facile à trouver ; sur piste le ski est vivant tout en restant doux dans les déclenchements : jamais une mauvaise réaction, difficile de croire qu’on a 110 mm sous le pied. Il faut dire que son rayon court le fait tourner tout seul. En grosse poudre, puisqu’on parle de la largeur, on avait peur qu’il soit trop fin. Erreur ! Merci une fois de plus aux rockers bien dessinés, Twin Tip mais sans que ça se sente trop sur la piste ! Super léger sous les pieds, on s’enfonce certes un peu plus que sur un Fat… Et c’est justement ça qui est génial. Avec son flex juste parfait (on insiste !), on joue avec l’épaisseur du manteau neigeux, « on se prend pour un kangourou » ; « plus fun à rider en peuf, ça n’existe pas ! ». En tout terrain, le flex continue de faire des merveilles. Ultra maniable et bien tolérant aux erreurs de placements, à la fois vif et accessible, « le ski peut être puissant si on appuie vraiment dessus » ; « il y a vraiment de la vie dans ce ski », « capable de s’extraire de toutes situations sans problème ». On en fait ce que l’on veut ! « Un ski vif, à skier tout le temps, qui peut convenir à tout le monde ». Y compris au skieur bien énervé tendance FS, qui aura un ski capable de passer de la poudre au Park sans complexe. Prendre la plus grande taille (185 cm) qui conviendra à tous les gabarits. « Rien à redire, un des meilleurs skis de la catégorie, très complet. » Pas mal pour un modèle qui affiche déjà quelques saisons au compteur. Comme quoi les skis bien nés….


© Tessstifler

Scott

Head

Punisher

Collective

499,00€ (skis nus)

189 cm

Construction sandwich à champs inclinés / Noyau bois (Hêtre, Peuplier). Sidecut en trois sections : spatule parabolique / 50 cm droit sous le patin / talon parabolique. Rockers Twin Tip.

Un ski à la fois “solide“ et “bien fun“, pour s’éclater sur tous les terrains et à presque toutes les vitesses sans se prendre la tête. Un vrai ski 2en1 ce Punisher ! Sur piste, il est facile à varier les rayons et efficace sur la carre, et quand la neige se fait profonde, il permet d’envoyer comme sur un ski plus large. Les testeurs sont formels : pour un ski Twin Tip rocker, ça carve plutôt très bien. Stable et efficace sur la carre, ça accroche fort même sur neige très dure ; le rocker “taille basse“ reprend du service en conduite coupée, augmentant la stabilité en courbe. Les testeurs on mis en avant la très bonne sensation d’amorti sous le pied, du coup on se sent en confiance pour envoyer plus… On oubliera quand même les grandes vitesses, il y un moment où ça commence à secouer aux extrémités. Minimum de bagage technique conseillé, 110 mm sur piste, il faut quand même les emmener, et il faut savoir jouer avec les placements pour en tirer le meilleur en carving. En tout terrain, on se sent là encore en confiance, on prend vite une bonne cadence, mais… Ce n’est pas le plus stable de la catégorie, il faut rester bien présent sur le ski pour ne pas se faire secouer quand la neige devient pourrie. Sa longue spatule tape de temps en temps sur les bourrelets de neige ou raccroche parfois les aspérités de terrain et les neiges croûtées (une spatule un peu plus rentrante aux extrémités gommerait-elle ce petit défaut ?), gaffe à la faute de carre quand on va vite ! En poudre ou neige douce, il est d’une jouabilité surprenante et révèle alors son côté New School. Les 189 cm se font oublier, il devient « déconcertant de facilité ». Les pivots se sont tout seul, tout comme les slides, speed checks, et autres tail slashs : il est tout aussi fait pour ça que pour charger la poudre. En mode “attaque“, le ski est fiable mais on pourra lui reprocher une équilibration antéro postérieure pas toujours évidente pour les grands gabarit (rocker très tendu…). Pas très joueur côté FS (manque de pop en talon), on est bien sur un Freeride tout terrain plus que sur un ski de FSBC. Un ski intéressant à exploiter pour piste, « nerveux et joueur », et qui ouvre la poudreuse à tout le monde, « une belle polyvalence efficace pour vous transformer en pro rider ! ». Moins chargeur qu’un Slasher 112, moins Freestyle qu’un K2 Shreditor 112, aussi facile et accessible en poudre, il sera plus joueur sur piste, même bien dure. Skieurs pas trop lourds (75 kg et moins).

529,95€ (skis nus)

181 cm

Construction cap sandwich. Tip&Tail Stabilizer (spatule allégée antivibratoire et rigidfiée en torsion). Rocker TNT (40% rocker en spatule et talon, 60% cambre).

Changement radical en 2014 dans la gamme Freeride chez Head. Exit la gamme “Motorhead“, des skis “avec de la matière sous le pied“, destinés à des pilotes puissants, et bienvenue à la gamme “Flight“, des skis légers et agiles. Prenons ce Collective par exemple. On est immédiatement surpris par sa légèreté et sa facilité dans les déclenchements. Avec une toute nouvelle spatule souple et allégée, avec son point le plus large bien marqué, le Collective se met vraiment tout seul en courbe, « ça pivote presque trop mors des premiers appuis ! ». Plus encore que la facilité, c’est la douceur de ses réactions qui frappe. À basse et moyenne vitesses, le ski se laisse emmener tout seul, dans les changements de carres donc, et ensuite il est très agréable à dérouler et à conduire en coupé sur son rayon (court), et plus encore en conduite glissée, où c’est “total confort“. Constat identique en tout terrain et en poudreuse, confort et pivot sont au rendez-vous. Le ski, là encore, est super docile et bien maniable et récolte au passages des notes maximales en tolérance. « Un régal de douceur et de facilité en neiges douces et profondes », « parfait pour du ski en forêt ». Tant d’accessibilité se paye cash quand on veut passer à des cadences supérieures ou qu’on s’attaque à des terrains plus difficiles. Son rocker bien marqué et souple, taillé pour l’accessibilité poudre, ne reprend pas suffisamment du service sur la piste, le contact ski-neige sur le damé est très court et du coup : « s’il est super facile en carving pour sa largeur, ça manque de rendement quand on accélère » ; le flex très souple du Collective associé à son rayon court trouvent là leurs limites. Du moins sous les pieds de nos testeurs, qui au vu de leur gabarits (180 cm et plus) auraient aimé disposer du 191 cm pour plus de stabilité. Très doux et docile, super maniable dans toutes les neiges, le Collective est parfait pour aborder le Freeride par le côté plaisir de la chose. Dommage que ça manque quand même un peu de tenue pour progresser plus longtemps. Un ski moderne (assez centré), étonnamment accessible pour son gabarit, qui plaira à une large clientèle. Les riders légers (moins de 70 Kg) y trouveront leur compte, avis également aux filles, ça risque de leur plaire ! Les plus aguerris et plus lourds se tourneront vers une taille plus conséquente.

SKITESTS 2013

51


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Salomon

MODÈLES Quest 105

167/174/181/188

136/105/128

23,3

Line

Sick Day 110

172/179/186

142/110/125

18,1

Armada

TST

165/174/183/192

119/132/102/124

16,8

Amplid

Rockwell

175/182

128/96/118

14,36

Salomon

Line

Quest 105

Sick Day 110

530,00€ (skis nus)

856,95€ (avec fixations)

188 cm

Construction monocoque chants droits/ Noyau bois intégral. Extrémités nid d’abeille sans carres. Hybrid Rocker (uniquement en spatule).

549,95€ (skis nus) 777,45€ (avec fixations)

179 cm

Construction capwall / Noyau bois (Érable/Peuplier). Flex et shape directionnels ; sidecut multi rayons. Early Rise en tip&tail.

Fun Fun Fun

Remplaçant le Shogun au catalogue Salomon 2014, ce nouveau venu de la gamme Quest (simple rocker, en opposition à la série Rocker2, à double rocker et plus orientée poudre et accessibilité) est très proche en termes de largeur du Rocker2 108. La réponse à la question qui vous vient à l’esprit (quelle différences ?) est dans la définition de la gamme ! S’ils jouent dans la même cour, ils ne visent pas la même cible. Si vous aimez le Rocker du Rocker 2 en poudre, sa légèreté, mais que vous aimez un peu la vitesse, franchement plus le carving que la ride en switch, lorgnez du côté du Quest 105. D’entrée de jeu, ce ski cartonne par son énorme polyvalence ! Normal, c’est le shape de la spatule du 108, en moins long et plus ferme, ajoutez-y un cambre traditionnel jusqu’au talon et le tour est joué. Niveau flex, on aurait aimé plus de vie (c’est à vue de nez le même -sous le pied s’entend- que le 108), à savoir que ça n’est pas un foudre de guerre qui vous éjectera à la moindre faute. Du coup, pas de coup de pied au cul non plus en fin d’appui. C’est le tail fait vraiment toute la différence, aussi bien en poudre (beaucoup moins slashy) qu’en tout terrain ou sur piste. Ayant plus de longueur de carres, on est bien plus en confiance dans le terrain un peu “tendu“, alors que sur la damé, le Quest tient la carre et les angles sans broncher. Avec un petit temps d’adaptation, histoire de se réhabituer à ne pas avoir trop d’appui devant et un long tail super efficace. Habitude ou pas : on oublie les petites courbes sur pistes autres que dérapées : ce n’est pas son rayon. La très grosse poudre non plus, 105 en patin ce n’est pas un Fat. Ni une débrousailleuse, ni un monstre de jouabilité en tout terrain, sain partout, le Quest joue dans le compromis, et le fait bien. Si ce Quest 105 est avant tout un ski pour s’évader le plus possible du domaine skiable, il sera suffisamment efficace sur piste pour ne pas s’ennuyer quand les conditions tout terrains sont vraiment trop pourries. Limité en portance (et un peu en rigidité) pour les gros gabarits, ce sera un très bon ski de tous les jours pour tous les autres, un ski capable de les suivre partout tant que la poudre n’est pas sans fond. Et avec son tail carré, on peut mettre des peaux « et vu sa légèreté, ça peut être une bonne idée ! ».

52

SKITESTS 2013

Fun Fun Fun ! Avec son flex et son shape atypique (pin tail marqué, tail court et bien rigide, combiné à un très long rocker plutôt souple), le Sick Day 110 demande un petit temps d’adaptation pour sentir comment répond le ski. Une fois posé, c’est parti pour une franche partie de régalade. Le ski est impressionnant de légèreté sous le pied (paraît qu’on peut faire de la rando avec), et surtout très vif dans ses réactions. On se prend vite à attaquer le terrain, et si ce n’est pas le plus précis de la série, sa tenue est impressionnante. Le tail répond toujours présent, que ce soit à bonne vitesse ou dans les réceptions. Car vous l’aurez compris, ce ski est fait pour survoler le terrain, jouer avec plutôt que le défoncer. Amis sangliers, passez votre chemin, le Sick Day n’est pas fait pour ceux qui aiment travailler un ski sur toute la longueur, de la spatule au bout du tail. Vu qu’ils ne trouveront pas d’appui en spatule…. Inutile de dire qu’ils rencontreront « quelques difficulté à trouver son équilibration ». Les Freestylers et autres riders plus ou moins Newschool, apprécieront eux ce tail “bon dur“ « on peut se caler dessus, ça évite les mauvaises surprises dans les changements de neige, on se sent en sécurité à bonne cadence ». Avec son nose bien plus souple, le Sick Day 110 déjauge tout seul en poudre, il est « hyper joueur, top dans les noses butter et autres tricks sur la spatule ». Spatule qui bouffera tout ce qui se présente en tout terrain ! Le tout donne un ski « super ludique et efficace, qui passera absolument partout ». Seul bémol pour les Newschoolers : avec son flex et son mini tail, on oublie le switch en poudre comme dans le Park : tôle assurée… Reste que dans cette largeur, le Park ne vous sera pas interdit (8/10 en maniabilité dans les tricks, pas mal pour un ski de 110 en patin…), mais on est bien sur un ski poudre / Freeride plus que sur un FSBC au flex et au shape plus centrés.


© Scalp

Armada

Amplid

TST

Rockwell

569,00€ (skis nus)

739,00€ (avec fixations)

183 cm

579,00€ (skis nus)

186 cm

Construction cap en spatule et talon/ Noyau Peuplier et Frêne (Hybrid UltraLight Core) / Renforts Kevlar. Shape Elf Shoe : gros rockers tip&tail, cambre sous le pied.

Construction sandwich / Noyau bois ultralight / Amortisseur Magma Edge. Shape directionnel. Double rocker à lignes de cotes inversées, cambre sous le pied.

Différence d’appréciations en fonction du style des testeurs, rien de plus normal au regard du shape. Certains le trouveront « trop centré, du coup les conduites et le confort se dégradent à grande vitesse ». Ce qui sous-entend qu’à des cadences plus raisonnables, tout va bien, quel que soit le génome du skieur ! Tous les types de testeurs ont mis son accessibilité toutes neiges en avant, qui, alliée à son côté joueur et agile, en font un ski idéal pour du Freeride tendance FSBC. Facile à mettre en slide, ultra maniable, un bon pop pour survoler les obstacles, et toujours facilement maitrisable : « agréable à skier, il passera absolument partout en totale facilité ». Les plus Freestylers de nos testeurs sont formels : léger et équilibré dans les sauts, avec un tail fiable pour poser de la barre et jouer avec le terrain : on est sûr de ne jamais s’ennuyer. Super facile en pivotement dans les neiges douces, avec une vraie flottabilité grâce aux généreux rockers, rien ne l’arrête. Certes, quand la neige devient très dure, son comportement devient plus flou, dans le raide notamment (uniquement sur le dur, on reprécise, parce que dès que la neige est douce, c’est zéro souci) ou dans les champs de bosses gelés, où l’on sent les limites de précision et d’accroche du patin. Reste que sur piste, dès que la neige est un poil revenue, on continue d’être surpris par le Fun de l’engin, et on exploite à fond son petit rayon. Sous ses allures de ski très Newschool se cache en fait un vrai petit ski de Freeride, capable de beaucoup. Un ski très agréable à skier, léger et très maniable, « parfait pour découvrir le domaine et ses champs de poudre ». Et un testeur d’ajouter : « en petite taille, les filles devraient kiffer ! ». Ce qui n’a pas échappé à Armada, qui sort enfin cette année la version woman du TST. À choisir assez grand, de +5 à +10 cm en fonction de votre terrain ou style de ride.

Le Rockwell à une approche du ride All Mountain bien à lui, très Newschool. Un rayon très court (14 m), un double rocker au sidecut rentrant et un montage centré ou presque, ça peut surprendre son Freeskieur ! Sans conteste, son shape lui procure une facilité déconcertante sur tous les terrains : « c’est bon partout ! ». Carving en petits et moyens rayons, ride ou réceptions en switch, capable d’affronter aussi bien les petites tables du park que ses 20/30 cm de poudre syndicaux : partout le Rockwell est très joueur, surprenant d’agilité sans jamais devenir ingérable. « On est sur un ski peu large, léger et joueur qui passera vraiment -et facilement- en poudreuse ». Super tolérant en neiges pourries, avec là encore mention spéciale au shape de la spatule, c’est même « un ski solide dans la trafolle, avec une belle skiabilité toutes neiges ». Sur piste, on a l’impression d’un ski plus court sous les pieds, les changements de carres sont vifs, ça carve honnêtement, de quoi se sentir à l’aise sur neige dure. L’accroche est là, mais « ça manque de réactions d’appuis » pour les plus lourds des testeurs. Là encore, les petits gabarits seront plus à leur aise, plus à même d’apprécier « le renvoi dynamique du talon ». Quand on pousse fort, on peut se faire surprendre par la spatule très (trop ?) souple par rapport au tail, « parfois ça prend d’un coup d’un la carre et ça tourne trop vite et trop fort ». Sensations similaires dans le park quand on attaque les grosses tables : « le ski “casse“ sous le pied au moment du ollie ». On atteint là les limites des nombreux compromis réalisés pour obtenir cette énorme polyvalence. « À force de vouloir mettre trop de trucs dans ce ski, ce ne sera pas intéressant pour un skieur qui est fort dans un créneau de ride. En revanche, pour le rider débrouillé très polyvalent, celui qui n’a pas ou qui ne veut pas choisir son camp, ce ski a un réel intérêt par sa très grosse polyvalence justement ». Petits gabarits conseillés (moins de 70 Kg) ou riders pas trop puissants.

SKITESTS 2013

53


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Atomic

MODÈLES Vantage ritual

174/182/190

137,5/103/123,5

19

Elan

Spectrum 105 Alu

173/180/185

142/105/120

18,1

Atomic

Elan

Vantage ritual

Spectrum 105 Alu

599,00€ (skis nus)

819,00€ (avec fixations)

182 cm

Construction semi cap en tip&tail / Sandwich chants droits / Noyau bois / Insert Titanium. All Mountain Rocker (20% en spatule et 15% en talon, cambre)

Un ski stable et puissant à bonne vitesse, qui reste maniable et vivant quand vient le moment de jouer avec le terrain plutôt que de le défoncer : autant dire que les bons skieurs vont apprécier la palette de ride offerte par ce Ritual. Un poil physique à skier tous les jours, sur piste dure par exemple, mais tellement agréable dans les neiges douces, tellement efficaces dans les neiges pourries, « que ça vaut le coup de forcer un peu de reste du temps ». On commence par ses limites : sur piste ce n’est pas le plus vif –ni le plus facile- dans les changements de carres et en grosse poudre, ça manque de flottabilité pour les gros gabarits : on n’est pas sur un Fat. On est par contre sur « un très bon ski de Freeride », qui offre un excellent contrôle sur tous les terrains. Les testeurs ont apprécié son rocker « bien dosé », pas trop marqué et avec une bonne tenue, parfait pour avaler les changements de neiges, « il ne flotte ou ne gène jamais de retour sur piste » ; « ça inspire confiance, la spatule efface vraiment le terrain ». Ajoutez-y un flex bien joueur, « agréable à exploiter » et vous avez sous les pieds un ski assez facile dans les pivots à plat, maniable et joueur en tout terrain, super agréable en trafolle, top en réception, bref : jamais pris en défaut. Un ski équilibré, ludique et efficace pour bons skieurs, « on se sent posé dessus, prêt à progresser encore sur tous les terrains ».

54

SKITESTS 2013

599,00€ (skis nus)

186 cm

Construction sandwich Alublade / Noyau bois / Plaque Alu asymétrique / Chants inclinés. Profil Amphibio (rocker asymétrique, plus de relevé sur la carre externe) en spatule et talon.

Tolérance et accessibilité maximales pour un ski de 105 mm au patin, avec en bonus un déjaugeage super aisé. Autant dire que si vous avez décidé de passer enfin à des skis un peu larges, le Spectrum 105 est fait pour vous. Parfait pour évoluer à basse et moyenne vitesse, il est très doux dans les déclenchements et n’emmènera jamais son rider à la faute. Vivant, « il passe tout seul sous les pieds », léger, super agréable dans les conduites glissées et dérapée, confort en coupé sur neige douce avec son tail juste assez ferme pour garder de la vie. Petit bémol sur piste, l’avant du ski sera trop souple pour les riders lourds ou puissants, qui seront du coup plus limités. Le rocker, en plus de la douceur qu’il apporte dans les déclenchements a été bien apprécié en toutes neiges, même pourries ; il ne raccroche jamais dans les traverses par exemple. Contrepartie sans doute de cette douceur et tolérance, la spatule souple perd le contact avec la neige quand on la pousse trop fort. On évitera donc de brusquer ce Spectrum 105 ; les plus lourds et les plus grands se tourneront vers le Spectrum 115, logiquement plus ferme en spatule et plus à même de charger le terrain. Douceur et confort partout avec en plus une grosse accessibilité poudre : un ski pour tous ceux qui veulent partir à la découverte de l’intégralité de leur domaine sans jamais se faire casser les pattes. Riders moins de 75 Kg.


SKITESTS 2013

55


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Coreupt

MODÈLES Slasher 112

179/187

131/112/128

36/20/36

Coreupt

Slasher 105

179/187

123/105/120

26/21/26

Movement

Chill Out

169/177/185/193

135/94/121

19

K2

Shreditor 112

169/179/189

135/112/130

20

CoreUpt

CoreUpt

Slasher 112

Slasher 105

639,00€ (skis nus)

187 cm

Construction semi cap sandwich / Noyau Bouleau / Fibres tri axiales. Rocker en tip&tail.

599,00€ (skis nus)

187 cm

Construction semi cap sandwich / Noyau Bouleau / Fibres tri axiales. Rocker en tip&tail.

Le Ski +++ Le Slasher est un compromis parfait pour tous ceux qui veulent envoyer en Freeride avec un ski de poudre qui gardera un comportement très “slashy“ pour surfer les grosses conditions. On peut même attaquer sur piste, mais avec son nose souple et fortement relevé,  « ça manque d’appui spatule », pour varier les rayons en coupé par exemple. Reste que grâce à son tail bien présent, qui lui ouvre justement un gros potentiel en Freeride, on peut se caler et carver à bonne cadence, sous réserve donc de ne pas chercher à jouer avec sa spatule. En parlant de spatule(s), dans les 110 mm et + en patin, on touche aux limites de ces shapes évasés, top pour apporter de la flottabilité dès les basses vitesses. Le ski étant déjà large, (et donc avec une flottabilité suffisante), on aurait préféré des formes un peu plus rentrantes, pour éviter de se marcher sur les spatules quand la pente se fait plus raide et surtout avoir plus de tenue quand il s’agit de freiner fort dans les neiges pourries (ça branle devant et derrière, on perd et reprend le contact). Après discussion avec le fabricant, il apparaît que cette modif est déjà au programme pour la collec 2015. Puisqu’on en est aux critiques, plus d’amorti sous le pied aurait été également bienvenu. Soyons clairs : on est tellement bien sur ce Slasher pour attaquer non-stop (la dite spatule bouffant par ailleurs très bien le terrain par exemple) qu’on est un peu jusqu’au-boutiste ! En poudre, vous pouvez y aller ! Ce ski ne descend pas de l’ex pro model de Rich’ Permin pour rien. Il déjauge super bien, il est super équilibré sous le pied, on n’a qu’une envie : rider à fond ! Heureusement les speed check se font dans un contrôle total (contrairement en tout terrain, où les spatules…). N’oubliez pas au passage de cherchez les cailloux sur votre ligne, avec son tail “bon sûr“, « on peut envoyer du gros, même du très gros ». Que rajouter ? Qu’il défonce le terrain dans les neiges pourries, qu’il survole les neiges lourdes, qu’il manque un peu de pop pour ceux qui auraient des velléités de Freestyle au passage, et que à la fin de la journée ça tire un peu les genoux sur la piste. Pour des riders costauds qui veulent faire de la peuf avec un ski sans surprise partout ailleurs, n’hésitez pas. NB : pour le comparer avec un autre des coups de cœur de la catégorie très proche dans son “esprit“, le K2 Shredittor, à largeur égale, le Slasher sera moins vif, moins accessible et moins FS Oriented. Mais avec plus de tenue, on en trouvera beaucoup moins vite les limites à bonne cadence, aussi bien sur piste qu’en tout terrain.

56

SKITESTS 2013

Ne venez pas reprocher à ce Slasher 105 de ne pas tenir les gros appuis et les très grandes courbes sur piste ! Ne venez pas reprocher à ce Slasher 105 de ne pas tenir les gros appuis et les très grandes courbes sur piste ! Il y a le 112 pour ça. Fort logiquement, le 105 se destine à une clientèle moins “brute“, mais pour le reste, C’est ++. Plus maniable que son grand frère sur tous les terrains, « très agréable sur la piste », « on peut envoyer de la courbe en toute confiance ». En poudre, même constat, il déjauge presque plus facilement que le 112, et l’on en fait ensuite « ce que l’on veut ! ». À l’image de son grand frère, on lui retrouve une très grosse capacité à poser les jumps en poudre, une super stabilité sur les kicker pour se mettre de bons tirs, avec en plus une petite capacité à tricker. Parfait pour les skieurs qui veulent se balader sur piste, partir à la découverte de son domaine, avec un ski affichant un vrai rendement en poudre, ce Slasher 105 continuera de répondre présent quand il s’agit d’envoyer ! Les testeurs sont clairs : « pas grand-chose à redire… ». En résumé : Le Banger 90 (voir cat SUV/All Mountain) sera le plus polyvalent dans le cadre d’une utilisation 50% Piste 50% FS, parfait comme ski unique pour tous les jours pour un freestyler allround aguerri. Le Banger 100 sera le plus polyvalent tout court. Également un bon choix comme ski de tous les jours, pour des riders Newschool tous terrains mais moins pour des Freestylers purs et durs. Ou alors pour eux en seconde paire pour le Backcountry. Le Slasher 105 sera le plus polyvalent si vous ne faites pas de Freestyle. Flex et spatule pour le tout terrain avec une accessibilité poudre, sur un ski facile à emmener en carving à vitesse raisonnable. Le Slasher 112 sera le “chargeur“ de la gamme. Pas Freestyle pour deux sous, vraie polyvalence tout terrain/peuf peuf peuf /et un peu de piste.


© Tessstifler

Micka en droite avec la face nord de Bellecôte en toile de fond.

Movement

K2

Chill Out

Shreditor 112

599,00€ (skis nus)

185 cm

Construction Sidewall CTS (Control Torsion System). Noyau bois Light Eco (50% de colle en moins) certifié FSC&PEFC / Fibres triaxiales / Inserts caoutchouc. Light Rocker (plus long en spatule que sur le Jam, idem pour le reste).

599,95€ (skis nus)

856,95€ (avec fixations)

179 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Sapin et Peuplier) / Fibres de verre triaxiales / Chants Twin Tech inclinés. Powder Rocker (50 % rockers en spatule et talon, 50 % cambre)

Fun & Function Léger et performant : un régal de polyvalence efficace ! Remplaçant du Source dont il reprend les cotes en adoptant un nouveau rocker progressif, le Chill Out en a gardé la facilité en neige douce et augmenté le niveau sur tous les autres terrains. Exit la difficulté à trouver le rendement sur piste à cause de la différence de flex entre spatule (trop souple selon nous à l’époque) et le reste du ski. Ce coup-ci : zéro souci, on peut exploiter ce Chill Out du bout du tail (bien vif) à la spatule « au rocker bien dosé, qui apporte facilité en toutes neiges tout en permettant de bien jouer avec les rayons sur piste ». Certes, ce n’est toujours pas le plus précis –ni le plus confort- sur neige dure, contrepartie de sa belle légèreté, mais on est désormais sur un ski certes toujours accessible en neige douce, mais avec du caractère et des conduites coupées agréables. Bien plus équilibré et confortable en trafolle, plus sécurisant dans la pente, la palette de ce ski est du coup très large, à tel point qu’on aurait pu le classer dans les SUV / All Mountain. Super maniable en tout terrain, « même dans les bosses, pas mal pour un ski de cette largeur », accessible à tous les niveaux tout en offrant juste assez de caractère et de vivacité pour se faire plaisir sur tous les terrains. Douceur et facilité en poudre et neige douce ; bon confort dans les neiges pourries et des conduites coupées agréables : un nouveau polyvalent est né et bien né.

Il y a des skis comme ça, avec lesquels on sait dès les premières courbes qu’on va passer une bonne journée ! Malgré ses 112 mm en patin, « son comportement alpin est étonnant : ça tourne vraiment court pour son gabarit ». C’est vrai qu’il est bien vif ce Shreditor, et qu’il délivre en carve des sensations dignes d’un ski plus étroit. Il réagit au doigt et à l’œil, le compromis entre tolérance et réactivité est parfait pour jouer sur tous les terrains, de la piste à la peuf. Pas trop lourd sous le pied, bien poppy, tous les tricks sont permis (mention spéciale à sa maniabilité en FS), réceptions switch en poudre comprises. Un testeur s’est permis de le trouver « un peu pataud dans le park », oubliant sans doute au passage les 112 mm en patin ! En parlant de largeur, c’est certes un peu fin pour la grosse peuf, mais le généreux rocker aidant… On n’est pas sur un vrai Fat, mais ça passe, et en plus, le tail reste présent en peuf, « c’est top pour sauter les petits cailloux, comme pour dropper de la vraie barre rocheuse ». Difficile donc de trouver ski plus polyvalent, à la fois super accessible et suffisamment efficace pour se faire plaisir partout. Même si ça manque de stabilité quand on lâche les chevaux ou lorsque l’on insiste sur les appuis sur piste (coup de moins bien du côté de la spatule qui s’emballe !), « ça reste correct », et ça n’empêchera pas les testeurs d’en faire un de leurs coups de cœur ! LE ski parfait pour passer une bonne journée sur tout le domaine, le ski de tous les jours, aussi bien pour tous les experts du Freestyle Backcountry que pour les apprentis Freeriders qui veulent progresser sur tous les terrains. Pour des riders plutôt légers (moins de 70/75 kg).

SKITESTS 2013

57


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Salomon

MODÈLES Quest 115

168/178/188

139/113/131

21

Fischer

Watea 106

174/182/190

138/106/124 (en 178 cm)

24

Rossignol

Soul 7

164/172/180/188

136/106/126

17

Black Diamond

AMPerage

165/175/185/195

142/115/124

22

Salomon

Fischer

Quest 115

Watea 106

600,00€ (skis nus)

800,00€ (avec fixations)

188 cm

Construction monocoque chants droits / Noyau bois intégral. Pulse Pad (élastomère amortissant sur toute la longueur). Extrémités nid d’abeille sans carres. Rocker uniquement en spatule.

Natural Born Charger Fat ou Freeride ce Quest 115 ? D’une part c’est la volonté du fabricant de placer ce ski dans la case FR, et cela correspond effectivement à la réalité du terrain, puisque les testeurs ont mis en avant « une grosse efficacité toutes neiges digne d’un ski de Freeride ! ». CQFD. Une efficacité qui ne se livrera pas à n’importe qui. Le flex est rigide et pas joueur pour deux sous, il faut ou pousser ses appuis, ou aller vite pour prendre du plaisir sur ce ski. Dans tous les cas, ce Quest (ex Rocker2 115) fait le bonheur des forts ou puissants riders, qui le placent plus que jamais dans le Top 3 de la catégorie. « Un Fat avec du talon, du vrai, du solide ! » ; « des réactions franches et précises », ce ski ravira les Freeriders “à l’ancienne“, et ce malgré un important rocker. Un rocker « parfait pour son comportement en poudre et sa stabilité dans les conduites ». On a dit stabilité, pas maniabilité. Ne comptez pas sur lui pour vous aider à raccourcir le rayon une fois de retour sur piste. On garde donc une certaine vitesse, d’autant plus « qu’avec son accroche impressionnante sur la carre » et une précision de bon aloi au regard de sa largeur, vous pouvez y aller en toute confiance. Seul reproche, un manque d’amorti ou de confort sous les pieds dans les neiges redurcies, il vous faudra être bien présent pour continuer à attaquer. « Un ski efficace avant tout, en peuf mais pas que…  Et en plus il n’est pas trop lourd ! » Le ski de tous les jours donc, pour forts riders instinctifs qui tracent tous les terrains du premier au dernier jour de l’hiver. Petites cuisses et amateurs de skis faciles, tracez… la route ! Jusque 80/85 Kg dans cette taille.

58

SKITESTS 2013

619,00€ (skis nus)

699,95€ (avec fixations)

182 cm

Construction sandwich. Noyau bois renforcé carbone aviation / Double plaque titanal. Rocker Freeski (en spatule et talon / cambre normal). Option peaux.

Fluidité et Sécurité Depuis la saison dernière, on apprécie les modifications apportées à la ligne Freeride chez Fischer. Ce Watea 106 confirme la tendance. Et confirme également que les largeurs comprises entre 98 et 110 mm, c’est LA bonne largeur pour un vrai ski de tous les jours (du moins lors d’hivers comme les deux derniers que nous avons connus dans les alpes du Nord). Avec un flex intermédiaire, il n’est pas fait pour la sphère des hautes vitesses, mais pour le reste, Banco. « À la fois facile et avec un bon rendement, on a de super sensations sur tous les terrains ». Le ski est maniable, avec assez de vie pour se faufiler dans les bosses et autres terrains serrés, et grâce à un tail (droit) présent juste ce qu’il faut, la tenue pour dérouler les appuis est au rendez-vous. Le rocker fait bien le travail en peuf (reste que 182 cm, c’est un poil court !) et surtout en tout terrain : jamais une vibration parasite ou un renvoi intempestif. Du coup : « le sentiment de sécurité pendant la ride est énorme ! ». Les testeurs ont mis en avant la sensation d’un ski qui colle au terrain, avec une déformation très progressive, le tout donnant un ski intéressant à exploiter. Car s’il est accessible, ce Watea ne dédaigne pas se faire rentrer -un peu- dedans afin d’en tirer plus encore. Sur piste, il continue de délivrer de très bonnes sensations sous le pied, « c’est super fluide en courbe, avec l’impression de coller à la piste », mais on lui reprochera d’être trop enfermé sur son rayon, il manque un tout petit truc en rocker, on n’arrive pas à le “trouver“ pour s’en servir afin raccourcir le rayon de courbe. Qu’importe : carving, cruising, tout terrain, et peuf à l’occasion : le Watea 106 saura vous accompagner partout, du moment que les hautes vitesses ne font pas partie de votre répertoire. Un ski très homogène et complet, techniquement facile à skier, mais pas limité : un bon compagnon pour tout l’hiver. Riders assez grands mais pas trop lourds (moins de 75 Kg) dans cette longueur.


© Tessstifler

Rossignol

Black Diamond

Soul 7

AMPerage

619,00€ (skis nus) 699,99€ (avec fixations) 180 cm

649,00€ (skis nus)

Minicap sandwich à chants droits. Noyau bois Paulownia / Spatules Air Tip (ajourées et rigidifiées). Centered Sidecut ; Powder Turn Rocker (50% rocker en spatule et talon, cambre).

Formula One 3D Sandwich. Noyau bois (Peuplier) / Fibres composites pré-imprégnées / Chants droits ABS. Rocker spatule et talon ; option peaux de phoque.

« C’est pas pour moi, mais pour la cible, c’est du régal ! ». Le premier ski de la gamme 7 tient donc bien son rôle, à savoir offrir au plus grand nombre les sensations incomparables du Magic Shape réalisé l’hiver dernier sur le Squad 7. Soyons clairs : pour nous ce ski devrait se trouver dans tous les bons parcs de location. Ne vous arrêtez pas à la largeur, et avis à la population : que tout le monde essaye ce ski ! Pas les pros, ils ont d’autres modèles sous la main dans la gamme, pas la peine de dire que la spatule est un poil molle et que ça manque de renvoi… Pour tous les autres, « c’est LE ski par excellence pour apprendre à évoluer et progresser sur tous les terrains ». Facile à prendre en main, vivant à des vitesses modérées, ultra tolérant aux erreurs de placements et aux changements de neige, super agréable et docile à conduire, le Soul 7 : c’est une machine à plaisir sans se prendre la tête. Piste, bords de piste, forêt (un régal de maniabilité en terrain serré), champs de bosses en neiges de printemps… Vous allez vite vous prendre au jeu et explorer… de nouveaux terrains de jeux ! Pour tous ceux qui veulent découvrir tout le domaine, « c’est progression rapide assurée, et tout ça sans se coltiner un Pull Rouge toute la journée ! » Que du bonheur en somme ! Allez un petit reproche quand même pour finir : ça manque de stabilité quand le ski est à plat, à surveiller quand on prend un peu de speed. Ça ne va pas être facile de choisir son ski dans la série 7 (voire la catégorie Fat) ; « perso je garderais bien les 3 ! Le jaune pour le début de saison quand ça manque de cuisses, l’orange pour le reste de l’hiver et le bleu pour les grosses journées ! ».

185 cm

Nous avons essayé cet AMPerage en deux longueurs. 185 cm tout d’abord, puis devant la polyvalence de cette taille, on a tenté le 195 cm, voir s’il gardait la même polyvalence tout en permettant d’augmenter encore les capacités poudre. Au final, on préférera (très nettement) le 185 cm, les 10 cm supplémentaires n’apportant rien de plus qu’un encombrement sensible au niveau des extrémités, et un comportement assez différent, à l’aise avant tout pour tirer des droites et se mettre d’énormes barres : « le 195 cm : c’est juste pour les furieux ! ». Retour donc sur le 185 cm, qu’on avait kiffé pour sa vraie polyvalence toutes neiges. On commence par la poudre, là où la génération précédente (rappelons que les skis Black D ont changé de structure pour 2014, passant à une construction sandwich) cartonnait par son côté “surfy“ et ultra pivotant. Avec ses extrémités marquées, sa légèreté, l’AMP déjauge toujours très facilement en profonde, où il reste tout aussi maniable à basse vitesse que son prédécesseur. La différence devient plus marquée quand il s’agit de tendre les courbes. Le ski est bien plus “solide“ (toujours le même shape au top des spatules, mais plus fermes, elles procurent un sentiment de sécurité absolue en peuf). On peut donc désormais aussi bien le skier tout en pivot qu’en déroulant la courbe. Du coup, ce ski s’adaptera à plus de styles différents selon la monte des fixations, du moment qu’on attaque un minimum. Le flex est clairement différent, avec une rigidité plus importante sous le patin et qui va plus loin vers le tail (top pour les gros sauts !), du coup cet AMP affiche clairement sa volonté de performer sur plus d’un terrain. On perd au passage cette sensation de surf si géniale (mais c’était beaucoup moins drôle sur le dur) ; on déroulera plus la courbe et on slashera moins, fini les weelings et autre butters pour laisser plus de place à l’attaque en poudre. Plus de rendement également pour défoncer le terrain et les neiges difficile (mieux valait auparavant survoler les obstacles que les affronter), plus de tenue dans la ride bien dans la ligne de pente, et surtout, on trouve une vraie efficacité sur la piste. Ça marche sur le dur, si les extrémités très marquées ne reprennent pas du service sur la piste, on a suffisamment de patin et de tenue sous le pied pour carver et se sentir en sécurité. Au final, un top compromis entre puissance pour envoyer aussi bien en poudre que sur d’autres terrains et maniabilité pour se faufiler facilement partout. Moins “Fun Ski“ que son prédécesseur, l’AMP 2014 gagne en polyvalence alpine et en agressivité ce qu’il perd en jouabilité à basse vitesse en tout terrain, tout en gardant sa très belle flottabilité en poudre. « On touche la largeur max d’un ski utilisable en toutes neiges toutes pentes », mais pour un skieur un peu puissant, ça peut être un bon choix en ski de tous les jours pour tracer toute la montagne. Tout gabarit dans cette longueur.

SKITESTS 2013

59


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

White Dot

MODÈLES Ranger

168/177/186/195

138/108/119

24,5

Blizzard

Cochise

170/177/185/193

135/108/123

28,5

Extrem

Project 100

165/172/179/186/193

136/100/128

17

K2

Annex 108

170/177/184/191

139/108/127

23 (en 177 cm)

White Dot

Blizzard

Ranger

Cochise

639,00€ (skis nus)

177 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Peuplier/Frêne) / Fibres triaxiales / Stringers Carbone-Kevlar. Spatule progressive / cambre 2mm.

689,90€ (skis nus)

185 cm

Flipcore Technologie. Structure sandwich avec noyau bois (Peuplier, Bambou, Paulownia) / Titanal. Full rocker spatule et talon ; cambre plat.

Le Quiver Ski La nouveauté chez White Dot cet hiver est clairement affichée comme ski de Freerando (il existe également en version Carbonlite – 1 Kg de moins la paire-, pour la rando). Le Ranger affiche pourtant de belles performances à la descente, mieux que pour la plupart des skis de ce genre. Relativisons en disant qu’ils ne sont pas si légers que ça (2,2 Kg le ski approx). Pas besoin de partir “derrière la montagne“ pour se faire plaisir avec ce ski efficace sur plus d’un terrain. On est sur un bon All Mountain, fiable et agréable sur toutes les neiges tant qu’on ne le brusque pas. Le ski est sain et avec son rayon assez long, on prend assez de plaisir en courbe (bonne glisse, sensation d’accélération comme sur un ski plus étroit) pour attendre sereinement de meilleurs conditions pour s’évader du domaine. Légers et efficaces en tout terrain, la spatule gomme bien les changements de neige, on continue de se sentir posé sur ce Ranger. On a apprécié le compromis obtenu sur le flex, puisque le ski est précis tout en restant suffisamment joueur pour avaler le terrain, même si on aurait aimé un peu plus de vie sous les pieds. Pas de doute, le Ranger est un « bon ski à tout faire », qui trouvera ses limites sous les pieds de riders lourds ou puissants. Quand on appuie fort, il y a un moment où le ski se déforme en tail sans renvoyer le jus qu’on y met. Dans cette taille (177 cm), il reste donc réservé à des gabarits pas trop lourds ou des tempéraments pas trop énervés ; ce sera bonne option également pour des girls bien membrées. Un peu un ski deux en un ce Ranger. Au choix : un bon ski de tous les jours pour saisonnier qui veut tout faire avec un ski passe partout, léger, efficace et accessible avec en bonus la possibilité de tenter une petite rando à l’occase ; ou un bon ski axé descente pour les très bons randonneurs (qui seront alors fortement tentés par la version carbone, mais le prix n’est pas le même à plus de 900 euros).

60

SKITESTS 2013

Un ski 200% moderne qui comblera les plus exigeants des riders, ceux qui ne veulent rien à sacrifier à la performance. Plus que jamais, le Cochise a ses fans dans l’équipe. Comment un ski rockerisé au cambre plat peut-il afficher un tel rendement sur piste ? Mystère, même si la Flipcore Technologie y est sans doute pour une part. Mais il y a quelque chose de magique dans ce ski. « Une énorme boucherie, un ski qui procure une impression de sécurité absolue sur n’importe quelle neige, dans n’importe quelle pente ». « Une machine à tirer des droites » commente l’amateur de Derby de notre équipe. « Ultra stable et puissant, il défonce les champs de mine », « c’est le top dans la trafolle », « zéro soucis dans les mouvements de terrains ou les changements de neiges ». Une boucherie on vous dit. D’autant plus que le Cochise n’est pas qu’une machine à avaler le terrain en hors-piste. S’il demande un peu de vitesse pour plus de facilité dans les mises en coupé, l’accroche est ensuite impressionnante, avec là encore un sentiment de sécurité bienvenu, vu la cadence de ride. N’allez pas croire pour autant que ce Cochise est un ski de brute : « joueur sur tous les types de terrains, il est agréable à toutes les vitesses », un comble. Alors OK, les plus lourds auraient aimé tourner la plus grande taille, et pour tous les autres, il faut un minimum de bagage technique pour l’exploiter. Mais pour le bon rider, type saisonnier qui ride tout ce que l’hiver peut offrir, « c’est le top des skis de tous les jours » ! Un quiver à lui tout seul ou presque. Un seul bémol (défaut logique de ses qualités) : s’il aussi sûr et facile en slide à Mach2, il y aura forcément un souci quand il faut s’arrêter au plus vite alors qu’on est au taquet. Pas d’appui en nose ou en tail, ne vous reste que la zone sous le pied (et plate de chez plate) pour trouver assez de puissance pour vous freiner. Bonne chance, mieux vaut anticiper et y penser avant de laisser enivrer par la sphère des hautes vitesses, qui deviendra votre “zone de confort“ au bout que quelques jours.


© Tessstifler

Extrem

K2

Project 100

Annex 108

699,00€ (skis nus)

186 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Bouleau) / double plaque Titanal. Elliptic Rocker en tip&tail.

« Du Freeride à l’ancienne sur un shape moderne ». Pourquoi à l’ancienne ? Pour la quantité de matière sous le pied. Double plaque Titanal, bande caoutchouc, tout est là pour l’efficacité sur la carre… Le poids y compris, c’est assez sensible. Du coup, on a un ski très solide pour envoyer en toutes conditions, mais « attention les cuisses, ça va chauffer ». Mention spéciale donc à l’accroche et au confort en courbe, et à la relance (si si, de la relance avec du rocker en tail !), grâce au jus du flex. Du coup on se prend à en chercher les limites. Elles seront atteintes sur le dur à très grande vitesse où les testeurs ont reproché à ce Project 100 un rocker trop marqué pour la précision à grosse cadence. Le même rocker, qui lui apporte une vraie portance en poudre, rappelons que ce ski ne fait que 100 mm en patin, il fallait donc l’aider. Pour les Freerideurs énervés en quête de sensations fortes quelle que soit la neige. Pensez-y également si vous avez quelques Derbys au programme de l’hiver.

699,95€ (skis nus)

184 cm

Construction sandwich / Fibre tressées Noyau bois (Peuplier / Paulownia / Érable) / renforts plaques Titanal. Rocker en spatule 30 %, cambre normal.

Il y a des skis comme ça… Sur lesquels on ne comprend pas tout. À l’image des skis que l’on préfère, ceux qui déroutent un ou deux testeurs passent aussitôt à la moulinette du reste de la bande, en espérant que dans l’équipe… Là, rien à faire, pour tous les testeurs, il y a deux skis totalement différents dans cet Annex… Et il manque quelque chose entre les deux ! Sur neiges profondes, douces, revenues ou autres trafolles : c’est un des top ski de la catégorie. Son rocker très long et très progressif fait des merveilles, le confort sous le pied est impressionnant, on se sent en totale confiance pour envoyer. Envoyons donc ! Docile à basse vitesse, il répond toujours présent à très forte cadence ! Un régal tout simplement. Fait pour rider vite, très vite en peuf et tout terrain, on se dit que si le rendement sur piste est à la hauteur, on tient là un des skis de l’année ! Sur piste neige douce, la régalade continue. Sensation d’accroche et réactions au top à n’importe quelle vitesse. Puis un matin, enfin, une de ces rares journées de l’hiver dernier avec du vrai dur. Et là : punition ! Certes le ski accroche. Mais tellement qu’on en part à la faute ! Aussi bien sur un chemin totalement plat où une reprise de carre intempestive mettra un testeur au tapis, que dans la pente où la prise de carre trop incisive peut vous faire basculer à l’entrée d’une ligne. Après 4 testeurs supplémentaires de poids et styles différents, on arrêté de se battre et on avoue notre incompréhension. Possible que le ski ait été légèrement thuilé, difficile à dire. Nous n’avons ni noté la présence de fil ou d’un mauvais affutage, rien de visible à l’œil nu qui aurait pu expliquer ce comportement si tranché sur le dur. On a donc redemandé au fabricant s’il était possible de retourner une autre paire en ce début de saison et on vous tiendra informé, car ce ski par son comportement au top en neige douce, mérite une seconde chance.

SKITESTS 2013

61


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Black Diamond

MODÈLES Zealot

182/192

135/110/123

27

Aluflex

Ephémère

184/188/192

136/100/122

25/21

Volant

Colorado

166/176/186

130/100/122

22

Stöckli

Stormrider Pro

190/201

136/106/124

31,8

Black Diamond

Aluflex Option Rocker

Zealot

Ephémère

729,00€ (skis nus)

182 cm

Formula One 3D Metal Sandwich. Noyau bois (Paulownia) 3D / Fibres composites pré-imprégnées / Inserts Titanal. Spatule rocker, cambre et talon semi-rocker.

880,00€ (skis nus)

188 cm

Construction Sandwich. Noyau exclusif Frêne blanc / Fibres / Titanal. Inserts caoutchouc le long des carres. Flex personnalisable. Rocker en spatule/cambre trad.

Solide tous les jours S’il y a bien un modèle qui -au niveau des sensations- n’a pas vraiment changé chez Black D en passant en construction sandwich, c’est bien le Zealot.Alors que tous les autres skis testés ont eu droit au passage à différents ajustements de flex, changeant quelque peu le ressenti des testeurs, là, on retrouve dès les premières courbes les fondamentaux qui ont fait le succès de ce modèle chez les forts skieurs. À savoir 27 m de rayon, du Titanal un peu partout ! On se dit que forcément on va se faire punir à la fin de la journée… Clairement, par rapport à l’AMP dont il n’est pas si éloigné en termes de largeur, il est fait pour rider plus vite. Mais dans cette longueur (parfaite selon les testeurs), 182 cm, il a d’autres flèches à son arc que sa capacité à rider vite partout. Sur neiges douces, on a certes un rocker moins marqué et plus de “true tail“ que sur l’AMP, mais on garde une belle maniabilité sous les pieds, que ce soit pour l’emmener en petits virages ou pour slasher la poudre. Reste que tant qu’à faire, poussez le ! Avec son flex rigide et son bon confort sous le pied, on sent posé sur la carre et totalement en contrôle, au cas où… Sur piste et neige dure, le moins que l’on puise dire est que ça répond présent sous le pied ! Là encore, on sent en confiance, dans les traversées gelées comme pour carver à bonne cadence, mais pas trop. Si l’accroche et la tenue en courbes sont là, il y a un moment où le rocker perd de sa superbe quand même (et puis on est sur un 182 cm). Rocker que par ailleurs vous serez bien content d’avoir quand vient le moment de tracer la peuf. La encore, la spatule Black D… juste parfaite pour allonger le rayon, dès qu’on a un peu de vitesse elle reste constamment bien au dessus de la neige et on gère la vitesse à l’envi avec le tail. Retour au début du run et on recommence. Ce que l’on kiffe le plus, c’est l’homogénéité de son comportement sur toutes les neiges, Du champ de poudre vierge à la trafolle défoncées en bas du run jusqu’au retour par la piste pour rejoindre les remontées, non-stop. Il permet d’enchaîner avec les mêmes sensations de fiabilité et de puissance partout. Pour terminer, une vraie modif (qui joue peut-être sur la jouabilité de ce ski par ailleurs “sérieux“) : en changeant de structure, il a perdu quelques grammes au passage, ce dont personne ne se plaindra ! Pour ceux qui hésiteraient entre l’AMPerage et le Zealot, tous deux envisageables en paire unique pour un bon skieur, on dira schématiquement que sur l’AMP, on est sur un Fat/Mid Fat joueur mais avec assez de performance pour passer sur le dur ; avec le Zealot on est sur un ski qui marche sur le dur, mastérise toutes les neiges et passera en peuf. NB : attention, il n’y a ni le même rayon ni le même rocker ou contact de carres sur le 192 cm, on ne garantit pas que la relative accessibilité et l’énorme polyvalence du 182 cm se retrouvent sur la plus grande taille.

62

SKITESTS 2013

Avec « la sensation d’avoir le ski plaqué sur la neige », « son excellent talon qui procure un renvoi génial en fin de courbe » (super progressif et totalement fiable), l’Éphémère a de sérieux atouts pour les amateurs de courbes puissantes et très fluides en toutes neiges. Un super confort sous le pied, un flex vivant, le tout donne un ski « super agréable à emmener » et relativement accessible. Avec son pintail bien marqué, la portance n’est pas énorme (100 mm seulement en patin), son rocker aide certes au déjaugeage, mais il faudra un peu de vitesse pour que le ski prenne vie en poudre. Calez-vous sur le tail (c’est un double rayon) et à vous les courbes bien propres. Le ski devient super stable, vous pouvez y aller en toute confiance, « il y a vraiment quelque chose de magique dans le talon de ce ski, un régal ! ». De retour sur piste, le rocker ne reprend pas assez de service sur neige dure. Il y a un petit moment de flottement dans les déclenchements et ce n’est pas facile d’aller chercher la spatule pour raccourcir le rayon. Pas gênant en grandes et très courbes –l’accroche est elle sans reproche à n’importe quelle vitesse-, moins bien quand on veut enchaîner de petits virages sans avoir recours à une petite mise en dérive. Accessible physiquement mais sans être pour autant limité en cadence d’évolution, l’Éphémère séduit par son impressionnant confort, sa docilité dans les conduites et la fiabilité du tail quand on lui rentre dedans. Après avoir tourné rapidement l’Éphémère dans sa version normale (cambre traditionnel, le rocker est en option sur ce modèle), on vous conseillera plutôt cette version. Dans cette gamme de largeur, on s’adresse à des skieurs préférant travailler leurs skis sur toute la longueur plutôt que de jouer la carte de la largeur et de la facilité en pivot. Autant selon nous ne rien sacrifier au rendement alpin, avec une spatule plus incisive, qui alliée à ce talon qui a fait rêvé les testeurs, fera de l’Éphémère le parfait compagnon de jeux de tous les très bons skieurs All Mountain. NB : vous pouvez vous faire votre avis, Aluflex disposant d’un park test à son atelier et dans quelques shops, profitez-en !


© Tessstifler

Volant

Stöckli

Colorado

Stormrider Pro

950,00€ (skis nus)

186 cm

Carbon cap sidewall. Noyau bois Light (Karuba) avec stringers carbone intégrés / Fibres de carbone. Powder Rocker en spatule, cambre.

Bien qu’avec son énorme rocker ce Colorado soit taillé pour la poudre, livré en Fat par le fabricant, on l’a replacé en FR, puisqu’avec 100 mm en patin, il n’est pas fait que pour la poudre. « Un rocker de Big Mountain sur un gros SUV» résumera un testeur. Du SUV, il a les qualités alpines et la polyvalence toutes neiges ; du ski de poudre et neiges douces, il a cette capacité à avaler les changements de neiges et déjauger au plus tôt. Le tout sur un ski suffisamment léger pour s’envisager en tant que ski d’approche (livré monté en Freerando, le tail du ski est prévu pour accrocher les peaux)… Le compromis est atypique et intéressant. Le Colorado est très facile dans les déclenchements, super confort en conduite dérapée, et quand on veut carver fort, on sent « qu’on a une bonne réserve de puissance sous le pied ». Résultat : on se sent autant en confiance à basse qu’à grande vitesse, avec un ski assez stable et qui reste bien joueur et vivant sous le pied. D’autant plus que le Colorado dispose d’un vrai talon, droit et avec le jus qu’il faut en fin de courbe. Le tout donne un ski très agréable en toutes neiges, pas vraiment Newschool, mais clairement destiné à des skieurs avec un vrai bagage technique. Parmi les reproches, on dira qu’il faut être attentif sur piste à cause du rocker bien marqué (il ne se passe rien quand on charge l’avant), qui du coup, ne facilite pas les changements de rayons sur le dur. Et en parlant de neige dure : le Colorado est une lame de ressort en carbone, la précision est au rendez-vous, mais à vous d’amortir les aspérités et d’avaler le terrain… En revanche, dès que la neige est molle ou profonde : le confort devient absolu. L’énorme rocker avale tout, de quoi lâcher les chevaux en toute confiance. « Le ski transforme la trafolle en neige bien lisse, impressionnant comme il lisse toutes les traces de fin de journée, un régal ! ». Autant un ski d’approche pour déflorer le premier les champs de poudre, qu’un bon ski de cruising, pour tous types de skieurs de l’ancienne école, ceux qui ont encore peur des patins très larges et qui recherchent un ski de poudre gardant un vrai niveau de performance sur piste. Le tout avec une option peaux de phoque : un bon compromis bien ciblé.  

1050,00€ (skis nus)

201 cm

Construction sandwich / Combi Core (noyau bois / Laminé vertical de fibres) / Topsheet en Titanal. Rocker spatule, cambre normal.

A : Inlassablement, année après année, nous implorons Stöckli de bien vouloir nous livrer le DP en 195 cm, les cuisses de tous les testeurs rendant vite grâce sous les assauts du 201 cm. Peine perdue… Pour des raisons d’images, c’est le 201 que Stöckli souhaite mettre en avant. B : « Un ski de descente de Coupe du Monde fait pour tailler la poudreuse » qu’ils disent dans le catalogue… Tout est dit en fait, jamais la description d’un fabricant n’a autant collé à la réalité du terrain ! Dans sa plus grande longueur, ce DP est exclusif, physique et au final réservé à une élite. Pour ceux qui veulent plus de détails : « Une stabilité hors-normes pour un ski de Freeride à l’ancienne ! ». « Un ski bien équilibré, un vrai tank, ultra sécurisant à grande vitesse ». Le fait que la version 2014 ait été “adoucie“ d’un “Powder Rocker“ ne change pas grandchose à son accessibilité mais améliore cependant de façon notable sa maniabilité dans les neiges pourries et trafollées, c’est toujours ça de pris. Reste que avec plus de 30 m de rayon… Comment dire ? Les changements de rythmes sont délicats, très délicats à gérer. Quand, d’une très grande courbe à très grande vitesse, vous devez d’un coup éviter un obstacle découvert au dernier moment : tant pis pour l’obstacle, fusse un skieur qui passait malencontreusement sur votre trajectoire. Parmi les modification sensibles apportée en 2014, on notera certes un pivot un poil plus facile (mais moins de mordant dans les mises en coupé, ce que le rocker a apport d’un côté…), et plus de progressivité dans la réponse aux appuis, de très bonnes sensations de déformation sous les pieds. Sinon on retrouve les fondamentaux du modèle, à savoir : un toucher de neige exceptionnel même sur les neiges les plus dures, des sensations d’accélération uniques ; « un ski comme il n’en existe plus, qui permet d’avaler le terrain à des vitesses faramineuses ». Tout çà à deux conditions : « que vos cuisses et votre cerveau soient capables de suivre. » Nos testeurs sont formels et en restent frustrés : à quoi ça servent les 201 cm pour un gabarit normal ? C’est trop long, ce n’est pas facile à rentrer en courbe en poudre, et ça manque de Fun. « Au vu du confort, de l’efficacité de la spatule et de la précision des conduites, ça doit juste être énorme déjà en 195 cm ! ». Sauf que la taille en-dessous au catalogue passe directement à 190 cm ! Une taille supplémentaire juste pour nous au catalogue 2015, genre un DP en 194 cm ?... Merci d’avance.

SKITESTS 2013

63


FREERIDE MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

DPS

MODÈLES Wailer 112 RP

168/178/184/190

141/112/128

18/15

Bohême

Guide

165/175/185

125/90/118

18

DPS

Bohême

Wailer 112 RP

Guide

1199,00€ (skis nus)

190 cm

Construction sandwich “Hybrid“. Noyau bois (Bambou) / Fibres triaxiales / Double stringers Carbone (sur et sous le noyau) sur toute la longueur. Rockers long en spatule et talon, très léger cambre.

Avec son impressionnant double rocker, on se dit que DPS n’y est pas allé de main morte sur le déroulé. Au moins, l’accessibilité poudre sera au rendez-vous ! Commençons par le côté Resort (Station) du RP (pour Resort Powder). On découvre un ski étonnamment vif sous les pieds pour sa largeur, à la fois précis et léger, « rien à voir avec l’impression visuelle, imposante : le ski s’oublie sous les pieds ». On a de la nervosité à revendre sous le pied, mais en contrepartie, sur piste les spatules vibrent vite, mais sans vraiment perturber la ride du moment qu’on reste sur la carre (à plat ça branle un peu plus). Sous réserve de lui rentrer un peu sur la spatule, on arrive bien à raccourcir les rayons (déjà courts-en fait c’est un double rayon-), et on se surprend à voire jusqu’où ça va tenir en carving (on oublie les courbes très ouvertes à fond). En tout terrain, ça manque d’amorti en neige redurcies ou croutées, la précision s’en ressent si le pilote n’est pas constamment attentif, et dans tous les cas il vous faudra lever le pied. Dès que la neige s’adoucit : c’est la régalade. On a de la vie à revendre, « c’est super poppy, on a vite envie de passer autant de temps en l’air qu’en contact avec la neige » : le Wailer est super agile en terrain serré type forêt, à la fois précis et léger. Restait à le tester le P de RP, la poudre donc, la vraie, profonde à souhait. Et là, carton plein : « c’est un avion ! » On y retrouve les mêmes sensations de vie et de maniabilité à une (grosse) différence près : sa capacité à allonger le rayon pour avaler la pente dans la ligne ou presque. Les spatules fendent la neige et restent en permanence au-dessus : powder8 ou virages bien plus allongés, les sensations sont toujours aussi bonnes. Pour ceux qui cherchent avant tout le rendement en poudre ou neiges douces, tout en gardant un bon niveau d’efficacité (et de Fun) quand les belles journées ne sont plus qu’un souvenir. Un peu moins de rocker en spatule, un peu plus d’amorti sur le dur, « et j’en ferais bien mon ski de tous les jours ». Ça tombe bien, c’est ce que DPS a fait sur le Wailer 112 RPC (pour Resort Powder Charger) ; qui n’était malheureusement pas encore disponible en France au moment des tests. À essayer d’urgence si vous en avez l’occasion. NB : vu l’importance des relevés de spatules, n’hésitez pas une seconde et tapez dans la plus grande taille (190 cm), sauf à la rigueur pour les petits gabarits (moins de 70 Kg).

64

SKITESTS 2013

1490,00€ (skis nus)

185 cm

Construction sandwich. Noyau bois (Hêtre et Peuplier) / Fibres triaxiales / Topsheet plaquage bois. Cambre traditionnel.

Le Guide porte bien son nom. Taillé pour la facilité et la douceur de réaction en toutes neiges, il est fait pour « skier facile partout, à la guide ! ». À savoir à l’économie, sans jamais se faire mal aux cuisses. Amateurs de skis faits pour envoyer de la barre et rider à fond, passez votre chemin. Par contre, si vous cherchez un ski docile, pas casse patte pour deux sous et surtout avec une grosse polyvalence tout terrain, vous avez là une bonne option. Assez étroit, ça manque de flottabilité et de déjaugeage en poudre, mais en contrepartie, le ski se faufilera partout. Petite poudre, ski en forêt, terain serré, ça passe tout seul, les testeurs auraient juste aimé disposer de plus de nerf pour jouer avec le relief. Sur piste, les courbes se déclenchent toutes seules et se conduisent tout en douceur, avec une belle aptitude à varier les rayons. Si le Guide est limité à bonne vitesse sur le dur (flex souple) pour le reste, il sait tout faire. Taillé avant tout pour la piste et les bords de pistes, ce sera un bon choix pour des skieurs intermédiaires, « ou des anciens bons », tous ceux qui veulent un ski original à sortir tous les jours.


FAT BIG MOUNTAIN FSBC SKITESTS 2014

P

© Scalp

our coller à la vérité du terrain et à la tendance amorcée l’hiver dernier, à savoir la réunification des genres, regroupement en une seule catégorie des Fats, des FSBC et deS skis moins Fats, mais privilégiant tous une pratique neige douce ou profonde. Le plus souvent des skis à envisager donc comme seconde paire, mais pas toujours. Puisque si les skis Mid Fat (108/112

66

en patin) privilégient l’accessibilité poudre, la plupart n’oublie pas pour autant les autres terrains. Et puis, il y a quelques vrais Fats, qui, si vous n’avez pas mal aux genoux, se révèlent être de véritables armes tout terrain. Dans tous les cas les skis qu’il faudra avoir sous les pieds si l’hiver 13/14 est aussi généreux en cumul de neige que le dernier !

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

Aluflex GP Armada Magic J Atomic Automatic Black Crows Nocta Black Diamond Megawatt Blizzard Peacemacker DPS Lotus 138 DPS Lotus 120 Spoon Bohême Swallow

880,00 € 679,00 € 649,00 € 699,00 € 749,00 € 529,90 € 999, 00 € 1249,00 € 1490,00 €

P.82 P.74 P.72 P.76 P.79 P.68 P.83 P.83 P.84

Dupraz D2 W Elan Boomerang Faction Candide 3.0 Faction Candide 4.0 Fiberflex Big Mountain Fischer Big Stix 122 Head Turbine K2 Shreditor 120 Line Sick Day 125

689,00 € 699,00 € 759,00 € 650,00 € 639,95 € 569,95 € 5749,95 € 599,95 € 709,00 €

P.74 P.72 P.76 P.80 P.73 P.71 P.68 P.80 P.70

Movement Crew Rip n' Wud Powder Big Fat Rossignol Squad 7 Rossignol Super 7 Salomon Rocker 2 122 Salomon Rocker 2 108 Scott Scrapper Stöckli SR 107 White Dot Preacher

1620,00€ 1620,00€ 729,00 € 679,00€ 630,00 € 550,00 € 529,00 € 875,00€ 599,00 €

P.78 P.84 P.78 P.79 P.71 P.68 P.68 P.82 P.70

SKITESTS 2013


Tentative de Grab par HervĂŠ Marzin...

SKITESTS 2013

67


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Scott

MODÈLES Scrapper

180 / 190

147 / 122 / 138

19

Blizzard

Peacemacker

172 / 176 / 186

134 / 104 / 124

21

Scott

Blizzard

Scrapper

Peacemacker

599,95€ (skis nus)

856,95€ (avec fixations)

190 cm

Construction sandwich à champs inclinés. Noyau bois / fibres laminées. Sidecut en trois sections : spatule parabolique / 60 cm droit sous le patin / talon parabolique. Rocker en spatule et talon.

Le Fat pour que tout le monde puisse accéder aux grosses sensations ! Sain et sécurisant en toutes neiges avec en bonus un bon confort sous le pied, sous ses airs tranquilles se cache également une belle aptitude à envoyer en Freeride, avec un petit côté “fun“ fort bienvenu. Les testeurs ont craqué pour sa capacité à se skier aussi bien en puissance qu’en toute fluidité, ainsi que son comportement sain en toutes neiges. Powder8, grandes courbes ouvertes, petits sauts d’obstacles : il saura tout faire. C’est moins marqué que sur son petit frère le Punisher, mais on pourra quand même lui reprocher « un relatif manque de confort en trafolle redurcie », mais rien de vraiment gênant. Le rocker est nickel pour son programme, la spatule délivre la bonne puissance pour manger le terrain et elle assure en peuf un bon déjaugeage. En peuf justement, le ski est « évident », à la fois simple et efficace. Là encore on se en confiance pour envoyer, puisque, si le ski est stable et puissant, il reste toujours facile à contrôler et à mettre en speed check par exemple. S’il est moins joueur que son petit frère, le Punisher, on pourra quand même au passage poser quelques tricks. Assez maniable en l’air et tolérant dans les récép’ en poudre, il n’y a guère qu’en switch que vous trouverez une réelle différence avec un ski bien plus typé FSBC. Un peu bateau sur piste, (125 mm, fallait pas s’attendre à des merveilles) et moins fun à basse vitesse pour les gabarits légers dans cette longueur, (190 cm) qui lui ont reproché une certaine lourdeur sous les pieds, le Scrapper demande dans tous les cas de lâcher un minimum les chevaux pour que son flex prenne vie. Sa relative inerte s’oublie alors, le ski mange bien le terrain et le plaisir est au rendez-vous. Un vrai fat qui ne sera pas trop casse pattes dans des terrains pas fait pour lui. Le Scrapper sera au choix : une deuxième paire pour tout skieur cherchant un fat à la fois accessible et performant ; un Fat assez fun et efficace partout, capable de s’exprimer sur tous les terrains et donc pouvant servir de ski de tous les jours à des riders bien énervés.

68

SKITESTS 2013

599,95€ (skis nus)

856,95€ (avec fixations)

186 cm

Flipcore Technologie; construction sandwich avec noyau bois (Peuplier / Bambou / Paulownia) ; une couche Titanal au patin ; rocker spatule et talon avec cambre plat sous le pied.

NB : classé dans les Fats pour ses aptitudes en FSBC plus que pour sa largeur (104 mm). On avait été surpris l’hiver dernier par les nombreuses qualités du Gunsmoke, on était impatient de tourner son petit frère, qu’on attendait avec la même jouabilité et efficacité, mais en plus vif (10 mm de moins en largeur). Autant le dire clairement : on n’a pas été déçu. On est toujours aussi clairement sur un ski Twin Tip, destiné à des riders aimant donc skier centré. Les autres, les Freeriders à l’ancienne le trouveront trop centré donc, le tail les empêchant de sentir posé dans la pente en tout terrain. Pas de soucis : pour ça, ils ont le Cochise sous la main. Tous les testeurs ont en revanche mis en avant son très bon nerf, sa belle maniabilité, et comme sur tous les Blizzard un poil larges : « un sentiment de solidité et de sérieux général ». Le cœur de cible, les riders plus Newschool (qui avaient trouvé que le Cochise avait “trop de tail“ et était trop un “tank“) ne tarissent pas d’éloges sur ce Peacemaker. « Un ski avec du pop, une vraie énergie », « plaisant à skier car il te donne envie d’aller plus vite et plus fort ». Bien plus maniable que le Gunsmoke, du shape au bout du flex, il est juste parfait pour le FSBC. Et comme on ne passe pas tout son temps en l’air ou à tricker, sachez qu’il passera partout en totale sécurité, et qu’il « casse le terrain en toute facilité ». Le comportement alpin est sans défaut (Blizzard oblige), les enchaînements de petits virages serrés ne sont pas sa tasse de thé, mais bon… On s’en passe ! Évidemment, nos riders Newschool ont reproché au fabricant d’avoir monté les skis pas assez centrés ! D’où des notes assez moyennes en Switch. Rider “normal“ à très énervé, « du moment qu’il y a des cuisses ! ». Peuf, barres et autre kickers au programme, avec un ski maniable et efficace en tout terrain. Un “All Mountain Twin Tip“, vrai ski à tout faire, à skier tous les jours sans modération.


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Salomon

MODÈLES Rocker 2 108

166/174/182/190

132/108/125

19,2

Head

Turbine

181/191

148/124/133

19

Salomon

Head

Rocker 2 108

Turbine

550,00€ (skis nus)

750,00€ (avec fixations)

182 cm

Construction monocoque sandwich à chants droits / noyau bois / nid d'abeille en spatules / carres larges renforcées. Twin Rocker intégral (40% de cambre classique sous le pied).

Un ski de 108 mm en patin dans les Fats ? C’est le choix du fabricant et cela correspond à la réalité du terrain, puisque à la différence de la catégorie Freeride, on ne cible pas ici la polyvalence à tous crins, mais le rendement ou le plaisir en profonde, au détriment parfois d’autres qualités. Et sur la neige, le Rocker2 108 est bel et bien à sa place, puisqu’il s’agit d’un ski clairement destiné aux neiges douces, lourdes ou profondes. CQFD. Malgré sa faible largeur, « avec son rocker très long et peu marqué », aucun doute : le rocker2 108 « prend tout son sens en poudreuse ou neige douce et à bonne cadence si possible ! ». Les testeurs sont formels : sous réserve d’un minimum de vitesse pour sortir le ski de la neige et avant que pivot et maniabilité soient au rendez-vous. Il déjauge alors étonnamment bien pour un 108 mm en patin, « ça reste un vrai ski de poudre, qui reste très bien au-dessus de la neige », avec une spatule qui inspire une totale confiance : « faudra vraiment faire exprès pour enfourner ! ».   Alors qu’on aurait pu croire ce Rocker 2 108 accessible à une large clientèle, il reste donc réservé à des skieurs avec un bon niveau. Avec son double rocker important (pas trop marqués mais assez longs), ils doivent déjà être capables de skier bien centrés. Ensuite, il n’est pas si maniable que cela à basse vitesse (pour un double rocker s’entend), ce n’est pas le plus fun ou vivant pour les adeptes d’un feeling “surfy“ en poudre, il préférera être ridé avec un minimum d’agressivité. Si vous avez le profil, stabilité et contrôle ne vous feront jamais défaut, et comme le gros rocker se chargera d’effacer les changements de neige, vous pouvez-y aller franchement ! « Parfaits en courbes ouvertes dans de grands espaces ». On calmera (nettement) la cadence une fois arrivé sur des neiges gelée. Si l’accroche sous le pied est impressionnante, le rocker perdra de sa superbe, « ça flotte assez vite et ça tape dans les bourrelets de neige ». Trop de tendance du tail à partir en dérapage également pour que les skieurs les plus alpins puissent prendre plaisir ailleurs que sur son rayon (assez grand) sur piste. Là encore, restons bien centrés voire légèrement en appui front pour profiter de ses qualités de carveur : il deviendra alors presque joueur ! Pour Newschoolers habitués à adopter une position centrée ou en avancée en tout terrain et petite peuf ; pour tous ceux qui s’ennuient sur la piste et qui, quoi qu’il arrive, partiront à la recherche d’une trace à faire.

569,95€ (skis nus) 879,95€ (avec fixations)

181 cm

Construction Cap Sandwich. Extrémités TTS (Tip&Tail Stabilizer, allégées et rigidifiées en torsion tout en étant antivibratoires). Rocker TNT (40% de rocker répartis entre la spatule et le talon, 60 % Cambre).

Si vous cherchez une paire de skis pour perfectionner votre technique du Powder8 lors de votre prochain Helitrip : le Turbine est fait pour vous. Portance énorme, grosse souplesse et rebond au programme : vous déclenchez le premier virage (court) et les autres s’enchaînent tout seul ! À vous les longs runs en poudre sans jamais vous faire mal aux cuisses (ce qui fait que certains testeurs l’ont qualifié de “ski de guide“, du genre qui se ride tout à l’économie et se faufilera partout). Véritable régal pour du ski en forêt également (on vous le dit, il est fait pour la Colombie-Britannique !), il devient plus délicat quand il s’agit d’allonger le rayon, à cause de l’importante souplesse générale du flex. La spatule très souple resserre très vite le rayon quand on pousse les appuis, et seuls les gabarits les plus légers trouveront l’appui en tail nécessaire pour faire sortir le nose et glisser plus dans la ligne de pente. 200% douceur et facilité en poudre, une paire “special heliski“ et autres très grosses conditions « pour les anciens qui n’ont plus les cuisses de leurs 20 ans » et tous ceux qui préfèrent profiter de la descente plutôt que de les enchaîner à fond. Un Fat idéal pour aborder la grosse poudre, ou pour tous les riders prudents ou de petits gabarits.

SKITESTS 2013

69


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

White DoT

MODÈLES Preacher

169 / 179 / 189

155 / 112 /1 33

19

Line

Sick day 125

186 / 193

150 / 125 /1 37

20,6

Salomon

Rocker 2 122

170 / 180 / 184 / 192

144 / 122 /1 34

26

Fischer

Big Stix 122

185 / 192

145 / 122 / 136

19

White Dot

Line

Preacher

SICK day 125

639,00 € (skis nus)

189 cm

Construction sandwich, noyau Peuplier/Frêne avec renforts carbone et kevlar ; chants droits en ABS, Semelle ISO 7200. Spatule rentrante à point de contact reculé, cambre traditionnel.

Fat ou Freeride ce Preacher ? Réponse de Normand : un mid Fat, et un bon ! On a apprécié la capacité de ce ski à s’adapter à tous les terrains, avec des réactions toujours franches et saines. En poudre, avec sa spatule généreuse, il déjauge tout de suite. La bonne surprise, c’est que sous cette apparente facilité, il n’est pas limité à des évolutions en petits virages. Grâce à un flex en talon assez ferme et une bonne tenue générale, on peut allonger les rayons et augmenter la vitesse sans que la spatule –assez souple- ne gène jamais. En parlant de spatule, c’est un modèle du genre pour gommer les neiges pourries, confort et tolérance sont au rendez-vous. Re bonne surprise sur piste, où même les gros gabarits ont trouvé qu’il en avait sous le pied. Facile à inscrire en coupé, bon carveur avec une vraie vie sous le pied. Testé avec les fixations centrées, pour une pratique tout terrain on vous conseillera d’ajouter 2 cm de set back, pour plus de capcité à évoluer en courbe. Pour forts skieurs à experts, gabarits assez lourds, un bon choix en ski de tous les jours.

70

SKITESTS 2013

599,95€ (skis nus)

856,95€ (avec fixations)

186 cm

Construction Capwall / Noyau bois (Érable/Peuplier). Sidecut multi rayons. Early Rise en tip&tail.

Très directionnel aussi bien en shape qu’en flex, on sent dès les premiers virages en poudre que ça flotte tout seul et qu’on est sur un Gun, fait pour skier vite dans la ligne de pente, avec de gros tirs (sans trop de tricks…) au milieu du run. C’est vraiment en très grosses conditions que ce Sick Day prend tout son sens, avec des sensations de surfer ou de voler sur la neige incomparables (au choix selon les testeurs). On peut bien ouvrir les courbes en poudre, on apprécie le shape de la superbe spatule qui ne génère jamais de réaction intempestive à grosse cadence, jamais encombrante non plus quand le terrain se resserre, et pourtant d’une top efficacité question portance. Top pour survoler le terrain en toute confiance et allonger le rayon pour tester vos limites de vitesse ! Tout comme dans les neiges pourries où là encore la spatule « gomme le terrain, ne raccroche jamais dans les traversées », et comme le ski est à la fois fiable sous l’appui et léger, on pourra passer partout. Le ski est très léger sous le pied, vif dans ses réactions grâce à un tail bien présent. Léger à ce point, on se dit que sur le dur… Erreur. Ça accroche fort ! OK, on n’a pas un confort sous le pied exceptionnel (sic !), et la tolérance sur le dur n’est pas son fort non plus, mais question fiabilité d’appui à n’importe quelle cadence, le Sick Day répond présent. Avec en particularité la sensation de ne pas avoir la lourdeur et la fatigue des genoux qu’engendre généralement des skis de 125 mm en patin. Pas de quoi s’éclater sur la piste, mais de quoi se sentir en confiance dans les passages un peu exposés. Pour les bons riders pas trop lourds (75 Kg environ) qui cherchent une deuxième paire de skis pour rider fort en poudre.


© Scalp

Salomon

Fischer

Rocker 2 122

Big Stix 122

630,00€ (skis nus)

830,00€ (avec fixations)

192 cm

Construction monocoque sandwich à chants droits / noyau bois / nid d'abeille en spatules / carres larges renforcées. Twin Rocker intégral (40% de cambre classique sous le pied).

639,95€ (skis nus)

799,95€ (avec fixations)

Construction sandwich noyau bois / Air Carbon Ti (insert carbone qualité “aerospace“ dans le noyau, entouré de 2 plaques Titanal / Chants ABS verticaux. Freeski rocker en spatule et talon, cambre.

AWARD FAT

Pas d’évolution sur le Rocker2 122 -toujours un des chouchous de nombre de testeurs-, connu et reconnu pour sa facilité de prise en main et son comportement toutes neiges pour sa largeur. Ses atouts ? Sa légèreté et son équilibre qui le rendent très accessible (avec par exemple « une facilité incroyable dans les pivots »), mais en font également un ski très performant en hors-piste, « juste énorme dans les grosses conditions ». Poudre avant tout au programme et pourquoi pas fortement teintée de FSBC puisque les plus Freestylers de nos testeurs lui ont trouvé « un pop de ouf dans la peuf pour jouer avec le tail ». Son “efficacité poudre“ est donc toujours au top de la catégorie, mais par rapport à la toute dernière génération de Fats hybrides, on pourra en 2014 lui reprocher (mollement…) de manquer de puissance « pour les bûcherons dans les terrains difficiles», et d’un peu de vie sur le dur. Rien de plus normal en fait : son double rocker « pertinent et équilibré » cible avant tout la facilité de pivotement et de déjaugeage, logique alors que ceux qui aiment “dérouler“ un ski à bonne cadence le trouvent « trop marqué pour la stabilité à grande vitesse et les appuis talons en fin de courbe ». Le Fat facile et joueur par excellence, qui comblera un très large public, du jeune newschooler bien affuté au “papa“ avec pas trop de cuisses qui veut une deuxième paire pour sortir avec son guide attitré.

185 cm

Extraordinairement Accessible

Ce nouveau Big Stix est très proche en comportement d’un Salomon Rocker2 de la même largeur, à tel point qu’il a fallu ressortir les fiches pour vérifier que les testeurs ne s’étaient pas trompés dans les numéros.   Avec son long rocker qui commence doucement, pour finir avec un relevé plus marqué allié à un tail “vrai faux twin tip“, en neige profonde, le déjaugeage est immédiat, la maniabilité est bluffante, même à faible vitesse (surtout dans cette longueur 181 cm, un poil courte), les testeurs ont apprécié son côté très agréable en slide et les sensations de surfer sur la neige qu’il procure. En deux mots : « un vrai jeu d’enfant en poudreuse ! ». « Il est incroyable en pivot pour sa largeur, c’est l’assurance de bien tourner dans n’importe quelle situation ». Facile, mais jamais fade ce Big Stix. Très ludique partout, on est bien sur un ski assez typé FSBC, avec une vraie capacité à rider en switch (malgré des fixations pas assez centrées au goût des freestyler) ; un pop correct et un tail suffisamment présent pour être fiable en toutes situations, dans les réceptions par exemple. Tolérance et confort dans les changements de neiges sont également au rendez-vous, de quoi continuer de se régaler en tout terrain. Terminons par la piste, où le ski est très sain, « super à l’aise même ! Jamais une faute de carre ou de déséquilibre, on se demande où sont passés les 122 mm en patin ! », et le tableau sera complet. On est sur un ski très homogène, difficile à prendre en défaut. Ceux qui aiment les appuis forts lui reprocheront « une spatule un peu souple » et de manquer de stabilité (181 cm, ça n’aide pas). Ce seront bien les seuls ! Grosse polyvalence efficace donc pour ce gros jouet typé FSBC, le tout « sans jamais forcer ». 122 mm en patin pour un ski qui ne connaît aucune barrière : les très bons skieurs pourront s’en servir tout au long de la saison ! Pour Freeriders “modernes“ aimant les skis un poil centrés et de petits gabarits (ça tombe bien ce sont les skis d’Adri Coirier, dit “Moustik“ !). Les skieurs les plus lourds (plus de 75 Kg) ou les plus puissants se tourneront vite vers le 192 cm.

SKITESTS 2013

71


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Atomic

MODÈLES Automatic

179/186/193

141,5/117/130,5

20

Elan

Boomerang TBT

180/190

138/119/138

21/19

Fiberflex

Big Mountain

176/186

140/112/130

26 à 23,5

Atomic

Elan

Automatic

Boomerang TBT

649,00€ (skis nus)

799,00€ (avec fixations)

193 cm

Construction half cap aux extrémités, chants droits sous le pied. Noyau bois / “Boosters“ Titanium. Powder rocker (30 % rocker en spatule avantarrière, 40 % cambre normal sous le pied).

L’Automatic est un modèle bien dans la tendance de ces “Hybrid Shapes“ qu’on kiffe tant depuis deux saisons pour leur capacité à s’adapter au terrain et au style du rider, devenant au fil des ans des skis “tout en un“ pour bons skieurs ! Pas de changement sur ce ski, que nous avions déjà testé en 186 cm. Dans sa plus grande taille, on retrouve les éléments qui ont fait le succès du petit frère : les longues courbes en peuf en toute fluidité ! On en trouve toujours les limites en neiges croutées ou redurcies (un “je ne sais quoi“ en spatule qui branle un peu à bonne cadence) ; mais de manière moins marquée que le 186 cm. Les testeurs sont formels « ça tape moins quand on va vite que sur la petite taille », « on gagne en stabilité ». On regrettera alors d’autant plus que ce ski nous ait été livré équipé de fixations de Freerando, alourdissant très nettement l’ensemble et ne facilitant pas les comparaisons… « Un ski léger monté avec des fixations super lourdes : c’est gâcher… ». Du coup on perd ce sentiment de légèreté si agréable sur l’Automatic, et cela nous a également empêché de le tester à fond en mode FS, dommage pour un ski de FSBC qui ne demande pourtant qu’à tricker avec son super pop aux extrémités (impossible de se centrer avec une Tracker une fois montée). Reste que cet Automatic est toujours aussi facile à prendre en main, toujours autant apprécié des testeurs pour son compromis entre jouabilité, stabilité et sensations en courbes. Entre sa spatule énorme dans la taille 193 (on en fan de cette forme depuis celle de l’Atlas dans sa plus grande taille !) qui assure un déjaugeage hyper facile d’un côté, et qui assure encore quand on ride bien plus dans la ligne de pente et son talon « présent mais pas tuant », le ski est bien équilibré en poudre, la glisse naturelle est excellente. C’est selon nous le gros point fort de ce ski, cet équilibre, cette capacité à varier les types de courbes en poudre et à rester maniable à basse vitesse (pour un 193 cm). Le tout procurant un sentiment de maitrise sur tous les terrains. Piste y compris : « large mais sain », « c’est correct pour la catégorie », avec certes une préférence pour les neiges douces, « où il devient presque fun à carver ». Un vrai Fat capable d’affronter les neiges les plus profonde en mode chargeur tout en restant super vivant et pas casse patte quand le terrain se resserre : on aime. L’Automatic se destine donc finalement à un très large public. Un poil moins maniable que le 186 cm, le 193 n’est finalement guère plus chargeur, le choix de la taille se fera donc en fonction de votre gabarit et de votre terrain de prédilection ; les testeurs vous conseillent cependant de prendre facilement 10 cm de plus que votre taille.

72

SKITESTS 2013

649,00€ (skis nus)

180 cm

Construction Sandwich noyau bois / Fibres de verres / chants ABS inclinés. Shape 100% twin tip ; Triple Base Technologie en spatule et talon.

Avec 120 mm en patin et ses extrémités Triple Base Technologie adaptée au rocker (spatule et talon 3D, avec la partie centrale de la semelle plate et les deux bords relevés) le Boomerang cible clairement la poudre en mode 200% Newschool. On connaît le principe de la TBT depuis que cette technologie issue du snowboard a été adaptée sur un ski de Freestyle l’année dernière, le Puzzle. Avec ses bords relevés aux extrémités il y a moins de risques de faute de carre, plus de tolérance générale, les passages en switch sont facilités et en bonus on a une petite aide au déjaugeage supplémentaire. Adaptée sur un ski plus large, on retrouve les même qualités et limites. Les testeurs ont mis en avant son comportement en poudre et surtout en trafole, où l’on sent que le ski avale tout sur son passage. Adoptez une attitude Newschool bien centrée (appuis talons formellement interdit en poudre, le tail se dérobe) et vous aurez un ski très joueur, qui tourne tout seul pour son gabarit, « aussi bien sur la neige qu’en l’air ». Super maniable sur toute les neiges douces, avec un pop facilement accessible, on se régale dès les basses vitesses, jouant avec le terrain et entre les sapins. Tant qu’à faire, profitez des extrémités TBT pour tenter vos premiers butters en poudre : ça passe tout seul. Son pop permettra quelques petits passages dans le park, dans tous les cas (poudre ou park), attentions aux réceptions : strictement interdit de se poser à cul. De retour sur neige dure… C’est beaucoup moins fun. On est beaucoup moins en confiance, pas d’appui possible en nose ou tail, le ski flotte vite et il faudra se limiter à des vitesses raisonnables. À quand un modèle moins Newschool, avec le TBT juste en spatule pour la douceur et la tolérance dans les déclenchements allié à un true tail pour plus de rendement en courbe ? Du rider intermédiaire qui aura un ski super facile pour aborder la peuf à l’expert du FSBC qui passe sa saison loin des pistes. Riders légers dans cette longueur.


Fiberflex Big Mountain 650,00€ (skis nus) 870,00€ (avec fixations Marker Griffon Schizo 13) 186 cm Construction sandwich fibres de verres, noyau bois (frêne / paulownia), inserts caoutchouc ; chants ABS. Long rocker progressif en spatule, cambre normal.

© Tessstifler

Un ski taillé pour les grandes courbes en toutes neiges ! Les testeurs ont particulièrement mis en avant le travail de la spatule à bonne cadence, « même dans les neiges les plus pourries comme on peut en avoir en fin de saison ». Avec son déroulé très progressif, on n’est jamais déséquilibré par les changements de neiges, même quand on pousse en permanence devant sur les languettes ; la spatule ne gène jamais dans les traversées. En 2 mots : on est en confiance, d’autant plus qu’à l’autre extrémité du ski, le tail est très sûr « on est posé pour les conduites en grandes courbes ». À l’inverse, à faible vitesse ou dans des pentes plus raides où la maniabilité devient un critère de choix, ce BM demande plus de travail dans les déclenchements, ne comptez pas sur lui pour faire le travail à votre place. Ça peut surprendre après avoir tourné non-stop des skis à double rockers sur les quels il suffit de tourner l’oreille pour que les skis suivent… Reste que dans toutes les configurations, on l’a trouvé pas facile quand il s’agissait de bien raccourcir le rayon, sur le dur par exemple il faut un peu exagérer l’angulation sur la carre afin de trouver l’accroche devant. Pas le plus maniable des skis de Freeride donc, mais pour tous ceux qui savent déformer un ski et qui n’on pas peur du ride à bonne cadence, à essayer d’urgence.

Pow pow et soleil : dur dur la vie de testeur ! SKITESTS 2013

73


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Armada

MODÈLES Rocker 2 108

170/180/190

139/144/127/141/135

22

Dupraz

D2 W Série

183/193

165/123/145

18 (infinity radius)

Armada

Dupraz

Magic J

D2 W Série

679,00€ (skis nus)

849,00€ (avec fixations)

190 cm

Construction sandwich noyau bois ultralight / Fibres laminées, chants ABS, rocker Freeride spatule et talon, cambre normal sous le pied.

Après des années d’affinage du JJ, en version AK, puis Magic J, le moins que l’on puisse dire c’est qu’Armada maitrise bien son shape “Elf Shoe“. Plus large et moins taillé en sidecut que le JJ, le ski de Tanner Hall affiche fièrement un look très FSBC… Sous le quel se cache « une grosse skiabilité en Freeride ». Avec sa surface de contact de carre assez courte (bien que plus longue que sur le JJ, on reste sur double rocker fortement marqué), le ski est très maniable et “surfy“ en poudre, mais reste très solide sous le pied quand il s’agit de lâcher les chevaux. « Un gros jouet bien réussi, sur le quel la facilité de déjaugeage et de pivot ne se font pas au détriment de conduites puissantes ». Merci donc « au double rocker au top », puisqu’on peut aussi bien charger la spatule pour un ride agressif « que trouver un tail bien fun, à la fois fiable et ludique » qui sera bien apprécié des plus Freestylers, « avec un peu de cuisses quand même ! ». Aussi à l’aise sur les gros kickers que pour se faufiler en forêt, tout en affichant une stabilité sans faille en courbes bien ouvertes, il faudra évidemment baisser d’un ton la cadence de ride de retour sur le dur, « mais ça passe ». Pas de quoi cependant en faire une paire de tous les jours, à moins d’avoir des cuisses bien entraînées, mais un très bon choix en deuxième paire. Aussi bien pour tous skieurs FSBC lourds et au ride agressif que pour les Freerideers qui ne rechignent pas à teinter leur ride de Newschool, du moment que le ski répond présent quand il faut aller de l’avant.

74

SKITESTS 2013

689€ (skis nus)

183 cm

Construction sandwich à chants ABS renforcés inclinés / Noyau Peuplier et Bouleau. Sidecut multi-rayons / Rocker en spatule uniquement.

«  C’est bon qu’on trouve sur le marché des skis d’artisans, de passionnés ! » ; « un ski hors-normes » ; « des sensations différentes, à goûter absolument ». Le D2 le plus large de la gamme à ses fans dans l’équipe… Et ses détracteurs. Comme quoi ce ski d’un nouveau genre ne laisse pas indifférent. Ceux qui aiment ont craqué pour sa facilité en neiges profondes, lourdes et même pourries. « Tu le laisses filer, il fait le travail tout seul », « c’est trop sympa en feeling ». « La portance est énorme, il n’y a rien à faire, tu ne te fais jamais mal aux cuisses ». Et pas qu' en poudre ! La trafolle devient un vrai plaisir, tant la spatule survole le terrain, et sur piste, tant que la neige est douce, on se surprend à carver et à pousser sur le tail comme sur un ski bien moins large. Le tableau se gâte quand on commence à affronter de la “vraie pente“, où l'on se sent moins à l’aise. Rien à faire, habitués aux skis larges ou pas, « on se marche sur les spatules, c’est la plaie pour s’en dépatouiller ». On restera donc sur des pentes tranquilles et moyennes, c’est là qu’il comblera sa cible et où il pourra évoluer à presque n'importe quelle vitesse. Un ski différent, garant de grosses sensations, « parfait pour l’héliski, par ce que quand il faut le porter : c’est moins drôle ! ». En tout cas un ski qui gagne à être connu, et qui ne demande pas une grande technicité pour prendre son pied avec.


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Black Crows

MODÈLES Nocta

178/188

146/125/140

18

Faction

Candide 3.0

167/175/183/191

142/112/132

25

Black Crows

Faction

Nocta

Candide 3.0

699,00€ (skis nus)

188 cm

Construction semi-cap noyau bois 2 essences (Okoumé et Peuplier) / Chants verticaux. Double rocker et cambre classique.

Ce ski fait débat chez les testeurs : certains l’adorent, d’autres n’y arrivent pas ! Ceux qui ne sont pas fans lui reprochent de manquer de polyvalence et de tenue sur le ski extérieur à grosse cadence sur les terrains accidentés. Bref, d’être trop exclusif dans son style de ride. Ceux qui ont l’habitude des Fats joueurs et pour qui le rendement alpin a moins d’importance, on été séduit par la puissance et l’équilibre de ce ski en poudre. Dans tous les cas, adoptez une attitude centrée et surtout sur deux pieds, adeptes du « tout sur le ski extérieur », passez votre chemin. Avec son important rebond et sa portance impressionnante, ce ski est fait pour jouer avec le terrain, se faufiler dans les sapins et jouer avec les bosses (en neige revenue s’entend). Certes ce n’est pas le plus maniable à basse vitesse (s’il est très pivotant, il est un d’un gabarit un poil encombrant), mais il régale par la puissance qu’il délivre, permettant de survoler le terrain plutôt que de l’affronter. Quand on a la chance d’avoir de le grosse peuf comme l’hiver dernier, on découvre un engin différent des autres fats, « super fun, qui tourne tout seul », avec une capacité unique à surfer en restant au-dessus de la peuf. Taillé pour rider tout en slide et autre slashes, reste que « si tu veux allonger le rayon, le flex sous le pied a de la tenue, on peut se caler pour attaquer en poudre ». « Honorable sur piste, sain sur le dur, c’est tout ce qu’on lui demande », si vous passez votre hiver à chasser la poudre avant tout. Un engin à part, qui par sa portance et sa maniabilité rend la grosse poudre accessible à tous, tout en se destinant également à ceux ayant plus de cuisses et de technique et qui recherchent un feeling différent en poudre, plus proche du surf… des neiges !

76

SKITESTS 2013

699,00€ (skis nus)

183 cm

Construction sandwich. Noyau ultra light composite balsa-fibres de lin / Fibres de verre / Chants verticaux ABS. Double rocker spatule et talon XL (15 cm hauteur / 30 cm longueur), cambre plat.

Avec un double rocker plus marqué et un cambre plat entre les deux, la version 2014 du 3.0 joue la carte d’une jouabilité accrue en neiges douces et profondes (d’où son replacement dans les Fats alors que le fabricant l’avait mis dans la case Freeride). Le ski déjauge très vite pour un 112 mm en patin, on kiffe la sensation de légèreté sous les pieds sur tous les terrains, le ski est facile partout et sans surprise. Et surtout ultra maniable ! Super facile dans les déclenchements et les pivots même dans les neiges les plus lourdes, mises en dérive, changements de rythmes : c’est une jeu d’enfant ! Sûr et réactif sous e pied, il est fait pour se faufiler, jouer avec le terrain, avec une très grosse prédilection pour les neiges douces ou poudreuses. « Parfait en peuf », « nickel en toutes neiges », « très belles aptitudes aux conduites glissées ». Les sensations sont certes moins bonnes sur piste bien dure, « on a alors un peu des patinettes sous le pied », mais dès que la neige s’adoucit, ça carve sans surprise et il reste toujours facile à exploiter. Ça manque en revanche de confort en tout terrain quand la neige se durcit (comme tous les cambres plats, on prend le terrain direct dans les jambes sans amorti). Dans toutes les configurations, ça flotte un peu à grande vitesse, « normal vu le profil du ski » et sa faible taille (183 cm). D’une part son gros rocker n’est pas taillé pour la vitesse, mais apporte une belle facilité dans les entrées de courbes, encore une fois c’est l’option “agilité“ et sensations en neige douces qui ont été privilégiées ; d’autre part le tail manquera de tenue et de renvoi pour les riders puissants : « c’est pas fait pour tout découper ».

NB : les testeurs ont râlé contre le montage des fixs, impossible de se centrer sur le ski, un comble pour un shape Twin Tip. D’autant plus qu’avec un flex présent sous les pieds et bien plus souple aux extrémités, mieux vaut être bien centré justement pour l’exploiter. Du coup, aussi bien dans son comportement alpin qu’aérien, le ski est moins bien équilibré qu’il pourrait l’être. Contacté, le fabricant a effectivement reconnu quelques erreurs de centrage sur les pré-séries livrées pour nos tests, qui ont donc été identifiées et résolues sur les versions définitives. Vraie polyvalence pour Newschoolers, de niveau moyen à énervé, pour skier le domaine dans sa globalité tant que la neige n’est pas “bleu dur“. Mode Freestyle partout, du Freeride à la piste en passant par un peu de park : un Midfat pour passer partout qui se transforme en arme les jours de peuf : « à skier sans modération » assène un testeur (léger) pour conclure.


© Scalp

© Scalp

Hervé Marzin survole la forêt de Villaroger sur les Candide 4.0 de Faction.

SKITESTS 2013

77


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Movement

MODÈLES Crew

180/187

141/112/129

27

Rossignol

Squad 7

180/190

145/126/120

20,8

Rossignol

Super 7

164/172/180/188

140/116/130

35

Black Diamond

Megawatt

178/188

151/125/131

16,8

Movement

Rossignol

Crew

Squad 7

709,00 € (skis nus)

187 cm

Noyau bois (Peuplier certifié FSC et PEFC) Light ECL (pour Ecologique, par un procédé utilisant moins de colle) / Fibres triaxiales / Carbone. Double rocker, cambre sous le pied.

AWARD FAT

MANIABLE ET SOLIDE

Il manquait un ski “moderne“ entre le magique Super Turbo et le très sérieux Trust. C’est chose faite avec le Crew et « son shape qui tient toutes ses promesses. » La cible est claire : une grosse polyvalence pour bons riders avec un ski de poudre aux pieds. Guère plus étroit que le Super Turbo (à peine 3 mm), il en garde la très bonne facilité de déjaugeage, tout en devenant bien plus agile à mener. Non pas que le Super Turbo soit un camion, mais il privilégie avant tout le ride ouvert dans la ligne de pente. Tout en flottant quasiment aussi bien en peuf, le Crew sera plus à son aise quand le terrain se resserre, et bien plus encore quand la pente se fait raide. Merci donc au nouveau shape de la spatule qui fait l’unanimité, « en parfaite adéquation avec son programme ». Tout comme le tail d’ailleurs, en poudre par exemple où il assure des réceptions en totale confiance. En tout terrain, il continue de marquer des points : « y a du jus sous les appuis » ; « c’est un vrai ski de Freeride », sain et efficace en toutes neiges grâce à son tail presque plat et « solide » (juste le mini rocker qui va bien, ça ne paraît pas comme ça, mais c’est tout sauf facile d’apporter de la maniabilité à cet endroit sans pénaliser la stabilité !). Bon Ok, justement on notera une petite baisse de ce côté à grande vitesse sur piste, mais « uniquement pour ceux qui ont les cuisses et qui aiment chercher les limites de leur ski ! ». Pas de quoi gâcher donc la polyvalence efficace de l’engin, « maniable et efficace : c’est du solide ! ». La paire de ski unique pour fort skieur (mais pas obligatoirement avec un gros physique) toutes neiges, « du moment que la piste ne fait évidemment pas partie de vos priorités ». Avis au fabricant : ça mériterait une taille de plus au catalogue, 187 cm c’est un peu court pour les plus gros gabarits !

78

SKITESTS 2013

729€ (skis nus)

899,99€ (avec fixations)

188 cm

Minicap sandwich à chants droits. Noyau bois Paulownia / Spatules Air Tip (ajourées et rigidifiées). Centered Sidecut ; Powder Turn Rocker (50% rocker en spatule et talon, cambre).

Fat of the Century Inchangé (ou presque, peut-être plus léger que le modèle de l’hiver dernier ?), le Squad 7, c’est « le ski qui te transforme en Super Héro ! ». Quand on craque pour un ski, on le fait tourner alors chez le plus grand nombre de testeurs possible, histoire d’en trouver la faille. Là : rien à faire. Zéro défaut sur 6 testeurs, du jamais vu ! Du Freerider pur et dur pour qui seul importe le rendement et l’efficacité au skieur le plus Newschool, en passant par des riders un peu moins affûtés physiquement : tout le monde y trouve son compte. Bluffant comme ce ski peut faire l’unanimité. On s’est laissé dire qu’il trouverait ses limites dans les gros straight et les grosses recep… Sous les pieds de riders du FWT s’entend. La seule limite que notre équipe lui a trouvée, ce sont les grosses réceptions switch en poudre. Pas fait pour, c’est le tête-pied assuré. Pour le reste c’est “No Limit“. Léger, super bien équilibré (testé avec des Look Pivot, pardon, des Rossignol FKS, ça aide !) on a la sensation unique d’avoir le ski collé au milieu de la chaussure, le contrôle est tout simplement du jamais vu sur ce type de ski. Quel que soit votre niveau de départ, vous aller encore progresser d’un ou deux crans, tellement ce ski met en confiance. Ok, il demande de la vitesse pour prendre vie, mais quelle vie ! Aucun Fat ne procure cette sensation de sûreté sur le dur, d’accélération quand on touche le fond, de rebond quand on va le chercher. Jamais le ski ne se dérobe sous l’appui, quelle que soit la neige, incroyable pour un ski de 122 mm en patin. « Un rocker parfait, procurant confort et tolérance en neige pourrie sans nuire à la qualité des déclenchements et de la stabilité en conduite » ; « un ski à la fois puissant et accessible » ; « le chaînon manquant pour exploiter tous les terrains avec la même paire de skis » ; « croûte, trafolle, ça défonce tout ». En finesse, en mode bourrin, en mode aérien, à l’ancienne, à la guidos… il s’adapte ! Impossible donc de lui reprocher quoi que ce soit, hormis son prix ! « Et encore », relativise un dernier testeur, « vu ce que tu as sous les pieds, ça mérite ». Juste une dernière… On a peut être eu droit à une préparation spéciale pour le modèle de tests, mais la glisse du ski neuf était tout simplement au-dessus du lot ! LE ski de Big Mountain à l’Européenne, sans autre limites que les vôtres. En attendant de les dépasser vos Squad7 aux pieds ! NB : n’hésitez pas une seconde et montez les avec des Rossignol FKS à pivot, vous nous direz merci après (même si vous râlerez comme nous pour les rechausser en peuf dans le pente…).


© Tessstifler

Rossignol

Black Diamond

Super 7

Megawatt

679€ (skis nus)

799,99€ (avec fixations)

188 cm

Minicap sandwich à chants droits. Noyau bois Paulownia / Spatules Air Tip (ajourées et rigidifiées). Centered Sidecut ; Powder Turn Rocker (50% rocker en spatule et talon, cambre).

AWARD FAT

749,00€ (skis nus)

188 cm

Formula One 3D Sandwich : noyau bois 3D (Peuplier) / Pre-preg Composite / Chants ABS. Rocker en spatule et semi-rocker en talon ; cambre sous le pied.

FAT POUR TOUS

On n’a pas pu s’empêcher tourner toute la série 7, curieux de voir les différences entre 116 et 122 mm. On prend les mêmes et on recommence : c’est un carton ! Alors comment choisir entre le Super 7 et le Squad 7, sachant que le Super 7, (tout comme sont grand frère) est « un ski sans limite, avec un confort incomparable sous le pied », « très difficile à prendre en défaut », « le top en FSBC »… En FSBC ! Ne cherchez pas plus loin la différence entre les deux, c’est tout dans la répartition de souplesse (plus que dans la largeur). Le Super 7 est plus joueur ; plus maniable dès qu’on s’attaque aux manœuvres aériennes. Son pop est super accessible, le top pour tricker pendant son run (attention tout de même aux replaquages peuf en switch, on n’est pas sur un pro model à la Ricaine). N’allez pas croire pour autant qu’il ne se destine qu’aux Djeuns. Tous ceux, qui, bien plus collés au plancher des vaches, restent effrayés par le gabarit du Squad 7 malgré son étonnant compromis Efficacité / Accessibilité trouveront dans le Super 7 « le Fat le plus accessible de sa catégorie ». Maniable et jamais fatigant quelle que soit la neige, « léger sous le pied mais monstre efficace, c’est une merveille, aussi bien pour accéder à la catégorie que pour tous les amateurs de Fats qui veulent préserver leur genoux ». Bref, ça fait du monde… Alors bien sûr, il ne faut pas trop le brusquer sur dur (rien qui n’ai gêné les riders fluides, seuls les bourrins..) ; les plus affamés en termes de rendement lui reprocheront de manquer de puissance, d’avoir une petite faiblesse en spatule quand on le pousse dans ses retranchements. Et alors ? Pour ça : il y a le Squad 7 ! Pour tous ceux (anciens ou jeunes habitués à manier des skis un poil centrés) qui sont posés sur les skis et qui veulent de la facilité, du plaisir, sans rien sacrifier à l’efficacité. Le ski de tous les jours par excellence ; un des plus polyvalents du marché pour ceux qui skient aussi bien sur piste qu’en tout terrain, que ce soit ou non en mode aérien.

Black Diamond a profité du changement d’usine et de mode de fabrication pour apporter d’autres modifications à son célèbre Megawatt, qui se démarque assez franchement des précédentes générations. La troisième version est bien plus ferme en spatule, du coup : exit la douceur légendaire des déclenchements en poudre du Megawatt pour laisser place à un ski bien plus “chargeur“, plus Big Mountain comme on pourrait dire si on était des Américains, qui demande plus de travail pour le faire vivre. Ce n’est pas tant la jouabilité à basse vitesse qui s’en ressent (ce n’a jamais été le point fort de ce gros Fat), le tail, ayant été de son côté assoupli, pour justement garder une certaine maniabilité, mais plus sa douceur dans les entrées de courbes et la sensation de surfer au-dessus de la neige qui est modifiée. Alors qu’il a été également allégé au passage, les testeurs lui ont trouvé plus d’inertie et donc demandant plus de vitesse pour s’exprimer. On est sur toujours sur un Fat à la portance énorme, mais désormais du genre puissant, « supportant les pires appuis ou les gabarits les plus lourds ». Heureusement (pour ceux qui aimaient les précédentes générations), on retrouve –avec la vitesse donc- le côté “Surfy“ de la bête, permettent d’énormes slashes quand l’envie vous en prend. Parfait donc pour ceux qui ont de grands espaces à leur disposition… Et des pistes bien larges une fois de retour à a la civilisation ! 35 m de rayon et bien rigide en torsion : faut de la place. En revanche, c’est là qu’on sent le plus les bénéfices de la nouvelle structure : là où l’on était auparavant sur des œufs, on peut désormais pousser franchement sur la carre de retour sur la neige dure, ça ne bronche pas ; les réactions sont franches, l’accroche bien fiable. On n’ira pas jusqu’à dire que le Megawatt peut carver la piste (quoique, avec de la vitesse…), mais surtout qu’il apporte une énorme sécurité sur la carre dans les passages tendus où le moindre dérapage est interdit ! Une paire de skis pour les chasseurs de poudre avant tout, qui auront sous les pieds un outil très efficace partout pour aller la dénicher là où elle se cache. 75 Kg et plus.

SKITESTS 2013

79


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

K2

MODÈLES Shreditor 120

169/179/189

147/120/141

22

Faction

Experience 98

175/183/190

150/122/140

25

Stöckli

SR 107

174 / 182 / 190

132 / 103 / 121

20

Aluflex

GP

189

147/118/137

19 à 21

K2

Faction

Shreditor 120

Candide 4.0

749,95€ (skis nus)

179 cm

CONSTRUCTION SANDWICH. FIBRES TRIAXIALES / noyau bois en sapin / peuplier ; chants Twin Tech (inclinés). Powder rocker (50 % de rocker en spatule et talon, 50 % cambre).

« Si le shape reste identique, les sensations sur la neige ne sont pas les mêmes que sur le modèle testé l’hiver dernier ?! » Preuve par l’exemple que le montage d’un ski change notablement son comportement. Testé l’année dernière avec une monte “FR oriented“ (2/3 cm de set back), le même ski livré cette année monté pilepoil sur le “Factory center“ laissera les testeurs un peu sur leur faim en Big Mountain, tout en étant plus joueur dans une pratique FS. CQFD. Monté “true center“ donc, le Pettitor 2014 monte encore d’un ton dans son domaine de prédilection, le FSBC, grâce à un flex très joueur et plus de rendement en switch. Il en devient aussi un poil plus facile et accessible, notamment à basse vitesse où le flex est plus évident à exploiter (en mode FS), le ski est plus vivant. Une maniabilité un poil accrue donc, qui ne se fait pas au détriment de son incroyable capacité à répondre présent quand on attaque. C’est là toute la force de ce ski : s’il est joueur, il est tout autant capable de tout casser sur son passage. Trafolle, champs de bosses, rien n’y résiste : « on peut aller vite et droit sans se poser de question ! » Toujours aussi efficace en poudre question déjaugeage et facilité de pivot, il est à la fois maniable à basse vitesse et capable de bien ouvrir les courbes. C’est sur la piste que le changement de centrage se ressent le plus. Moins stable à grande vitesse, moins évident dans les passages carre à carre, on est certes calés une fois en courbe, mais uniquement sur son rayon (25 m à vue de nez) et on se sent un peu “enfermé“, on a plus de mal à travailler le tail. Au final, bien que le ski gagne en jouabilité et en rendement switch, même les plus Freestylers de nos testeurs ont préféré la monte avec un peu de set back, pas vraiment gênant pour tricker mais permettant de plus dérouler l’appui en FR et sur piste. Pour ceux qui aiment autant le Freestyle que bouffer du dénivelé ! « Un ski total FSBC/FR ». On n’insistera donc jamais assez sur l’intérêt sur ce genre de ski d’être équipé de fixations à centre variable pour transformer son Fat en fonction des conditions et de vos envies du jour. 2 cm de set back les jours de grosses poudre ou lorsque vous avez envie d’avaler le terrain, un vrai centrage quand tout est tracé et que vient le temps de tailler du kicker, et vous aurez au choix un gros ski de Freeride ou de FSBC.

80

SKITESTS 2013

759,00€ (skis nus)

183 cm

Flipcore Technologie; construction sandwich avec noyau bois (Peuplier / Bambou / Paulownia) ; une couche Titanal au patin ; rocker spatule et talon avec cambre plat sous le pied.

Tout comme son petit frère le 3.0, le Candide 4.0 adopte un cambre plat et se destine avant tout à la peuf. Normal sur un 122 mm d’être sur un ski un poil exclusif dans sa pratique. On glisse donc sur le rendement sur piste, pour se concentrer sur l’essentiel : attaquer partout ailleurs. À la fois rigide et maniable, le Candide 4.0 est très facile à prendre en main. Pur régal lors des grosses journées, où les testeurs se sont éclatés aussi bien avec le feeeling “surfy“ de l’engin quand ils touchaient la neige qu’avec son efficacité et son comportement très sain et homogène dans les gros sauts (plus que sur le 3.0, pas de soucis de monte de fixations ce coup-ci). On est sur un ski 100% FSBC : on n’est pas sur un fat pour dérouler l’appui en poudre mais pour la survoler. À conditions d’avoir les cuisses pour le tenir (l’amorti quand on touche le fond n’est pas son fort, à vous de faire le travail), tous les terrains et autres champs de trafolle seront avalés par l’imposant rocker, le ski est sain et très bien équilibré, de quoi combler les riders newschool de tous gabarits. OK ; « ça flotte pas mal sur piste tout de même ». Mais en deuxième paire pour freestyler les jours de poudre : « une boucherie ! ».


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Stöckli

MODÈLES SR 107

174 / 182 / 190

132 / 103 / 121

20

Aluflex

GP

189

147/118/137

19 à 21

Stöckli

Aluflex

SR 107

GP

875,00€ (skis nus)

183 cm

Construction sandwich. Noyau bois Super Light (Ceiba, Frêne et Balsa) / fibres de verre / Titanal. Powder rocker : gros rocker spatule et talon, cambre normal.

880,00 € (skis nus)

189 cm

Construction Sandwich Noyau exclusif Frêne blanc / Titanal. Inserts caoutchouc le long des carres. Flex personnalisable. Rocker progressif en spatule/cambre trad/rocker.

AWARD FAT

Le Stormrider 107 en Fat alors que SR Pro et ses 106 mm au patin sont classés dans la case Freeride ?! Logique. Le second est un ski de tous les jours pour (très) fort skieur, le premier est lui conçu avant tout pour la facilité en neiges douces et profondes, d’où son placement par l’importateur dans cette catégorie, et qui correspond bien à la réalité des tests. À largeur équivalente, rien à voir donc entre le SR Pro et le SR 107. Du moins dans sa cible. N’ayez crainte, on retrouve tout ce qui fait le succès de la série StormRider depuis des lustres. « Qualité du toucher de neige au top » ; « confort au-dessus du lot » ; « un ski ultra sécurisant ». Bien plus orienté poudre que le SR 95, le rocker du 107 reste bien plus en surface, il est certes un peu plus lourd mais plus polyvalent, fait pour aller plus loin en Freeride. « C’est incroyable ! Même dans les neiges les plus lourdes, tu es en permanence au-dessus de la neige, ça reste trop facile à manier. » La surprise vient effectivement de son accessibilité, et plus encore, « de son incroyable maniabilité » pour ses 107 mm de largeur. Le rayon de courbe est on ne peut plus facile à varier (assez unique dans cette gamme de largeur) ; les mises en coupé et les conduites sont très douces ; les déséquilibres liés à la neige ou à vos erreurs de placement se gomment tous seuls : on est à l’aise absolument partout ! Le ski est précis et efficace dès les basses vitesses, une fois encore, la largeur s’oublie. Capable en comportement alpin de se frotter à des skis bien plus étroits avec son talon « solide et confort », on pourra peut-être lui reprocher à ce niveau de manquer d’un petit coup de pied au cul en sortie de virage, de ne pas avoir un peu plus de pop sous le pied. Mais bon, c’est histoire de. Autre “petit“ défaut mentionné par les testeurs : le prix… Mais c’est le prix à payer justement pour « un bijou qui passera partout comme un roi » ; « un monstre d’efficacité » « un Stöckli dans toute sa splendeur, à avoir absolument dans son quiver ». Le coup de cœur de la majorité des testeurs, « un très très bon ski, au-dessus du lot, qui mélange avec bonheur ski à l’ancienne et moderne ». Ce mélange de précision, de la jouabilité, et de capacité à envoyer est plutôt très rare selon eux. Un ski bien dans la tendance que suit Stöckli depuis quelques saisons, à savoir améliorer la skiabilité et l’accessibilité de leurs produits, sans rien sacrifier ou presque aux valeurs qui ont fait la renommée de la marque Suisse. Attention cependant à ne pas aller trop loin dans cette recherche… Jusque-là tout va bien.

82

SKITESTS 2013

100% Sur-Mesure

Le GP pour “Grandes Pentes“ de l’aiguille Rouge est un ski à part dans la collection Alufex. Premier ski à rocker “bullet style“ et aussi large (118 mm) produit par la marque, le GP est le fruit d’une collaboration entre l’atelier de la vallée du Giffre et l’équipe de testeurs Freepresse. Partir d’une feuille blanche pour concevoir son modèle unique, que skieur n’en a pas rêvé ? Le concept de départ : adapter un shape moderne au savoir faire de la marque. Le But : avoir un ski “de tous les jours“ assez Fat pour déchirer la poudre du sommet des Grandes Pentes, assez maniable pour se faufiler sans effort une fois dans la forêt de Villaroger, et suffisamment efficace sur piste pour ne jamais s’ennuyer entre deux runs ou en attendant le retour des belles conditions. « Surprenant de facilité dans les mises en courbes », malgré un bon gabarit, le GP étonne tout d’abord par sa docilité. Il faut ensuite doubler un skieur pendant le run de poudre pour s’apercevoir qu’on a est à une bonne cadence, tant le ski avale le terrain et procure des sensations de stabilité et de confort impressionnantes. Stable mais pas camion : le cocktail semble réussi. Seul bémol, le terrain très accidenté, ou encore un champ de bosse à fond, on touche aux limites du flex Medium et de l’option “maniabilité en tout terrain“. Le GP devient plus difficile à plaquer la spatule sur la neige et le contrôle s’en ressent. On relâche donc la cadence d’un poil. Sur piste, on retrouve avec bonheur cette facilité de mise en courbes, mais il faudra aller plus loin en angulation pour trouver le max d’accroche sur la carre (contrepartie sans doute d’une zone de transition assez longue en spatule). On retrouve alors les fondamentaux Aluflex, à savoir un talon d’une fiabilité absolue, jamais trop présent mais toujours là quand on le sollicite. Pour le reste, on ne va pas flamber un ski conçu en interne, mais sachez qu’après avoir été à son tour validé par les testeurs de la marque haut-savoyarde, le Grandes Pentes a donc été rajouté au catalogue 2014. Avis à tous ceux qui cherchent la fiabilité et la durabilité made in Aluflex, avec un shape résolument moderne. Et quand à tous ceux qui, comme nous, ont rêvé de pouvoir un jour faire fabriquer entièrement surmesure un modèle unique développé rien que pour vous : toutes les options sont envisageables à partir de 1280 euros !


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

DPS

MODÈLES Lotus 138

182/192

125/140/138/139/108

NC

DPS

Lotus 120 Spoon

178/189/197

140/122/126

35

DPS

DPS

Lotus 138

Lotus 120 Spoon

999,00€ (skis nus)

192 cm

Construction Sandwich “Hybrid“. Noyau bois (Bambou) / fibres de verre tri axiales / Double stringers Carbone (sur et sous le noyau) sur toute la longueur. Matériaux amortissant (Uréthane) sur le dessus du chant. Lignes de cotes inversées. Double rocker / cambre plat.

1249,00€ (skis nus)

189 cm

Construction sandwich “Pure3“. Noyau bois (Peuplier) / “nanotech sandwich laminates“ / inserts carbone sous les fixations / laminé vertical Titanal (amortissant et antivibratoire). Long rocker associé à un cambre plat, très léger rocker en tail. Spatule 3D “Spoon Technologie“ (uniquement en version Pure3).

AWARD FAT

Avec son shape et son sidecut plus qu’atypiques, le Lotus 138 est clairement destiné à des conditions très spécifiques, qu’on ne rencontre que rarement chez nous. Coup de bol, l’hiver dernier n’a pas été avare de conditions dantesques. Ce Lotus est un ski incroyablement léger, (aucun Fat testé à ce jour n’affiche un si faible poids !) avec un shape particulier, très fin devant et en tail, et donc la majorité de la portance située juste sous les pieds. Le tout donne des sensations différentes du reste de la production. Vu la faible largeur du nose très rockerisé (par rapport au patin s’entend), on ne trouve pas beaucoup d’appui devant, mieux vaut constamment rester centré sur ses appuis. Passé le petit temps d’adaptation nécessaire, on est bluffé par la maniabilité de l’engin. Le ski est à la fois incroyablement agile et vif, tout en se révélant ultra stable pour charger. Vous pourrez donc adopter à l’envi n’importe quel mode (attaque grandes courbe ou tout en slide dans la ligne de pente ; ou encore en enchaînements de virages nerveux à fond dans la forêt), le tout avec évidemment une incroyable aisance dans les slahes et autres mises en dérives pendant la ride. « Super marrant, parfait pour survoler le terrain ou jouer avec ! » Quand on touche le fond… Encore une fois, si on est posé sur le milieu du ski, ça passe, sous réserve de tout amortir avec vos jambes en mode piston. Rocker intégral, carbone : n’attendez pas le moindre amorti. Clairement, ce Lotus est un ski enthousiasmant dans les neiges profondes… Et froides ! En retournant ce DPS fin avril lors de la dernière grosse chute de l’hiver, le constat fut différent. Dans la poudreuse lourde de fin de saison, le Lotus perd de sa superbe. Le nose très fin par rapport au patin ne fait pas aussi bien son travail d’aide au déjaugeage, la zone très large sous les pied s’enfonce alors, s’ancrant dans la neige. Pas d’autre solution alors que de tirer droit dans la pente quand elle n’est pas très importante pour prendre de la vitesse et commencer à flotter. Virage à faible allure interdit sous peine de s’arrêter net ! Ski préféré de nombreux magazines américains pour les grosses conditions, ça confirme qu’on n’a pas la même neige en Alaska que dans les Alpes ! NB : la version Pure3 (construction nano carbon) est dotée la Spoon Technology (spatule “convexe“).

POWDER GUN

La nouvelle mouture du Lotus 120 dans sa version Pure3 a de sérieux arguments pour séduire les amateurs de vitesse et de ride dans la ligne de pente. Spatule très longue, cambre plat et true tail, rayon très ouvert (35 m en version Pure3, 43 m en construction Hybrid) : ça fleure bon le gun dès le premier coup d’œil. Les testeurs confirment… On est sur un ski puissant « qui ne demande qu’à accélérer » et qui correspond bien plus aux conditions et au style de ride européens que le Lotus 138. Avec son true tail « bien présent », le Lotus Spoon est ultra fiable, alors que du côté de la spatule, là également, la confiance qu’elle procure est absolue. « Un rocker bien shapé et rigide, complètement en phase avec son programme », « on peut le charger en toute confiance », il efface le terrain et survolera les neiges les plus pourries sans jamais une réaction intempestive ou une amorce d’enfournement. Précis et nerveux sous les appuis (juste parfait dans les changements de rythmes ou pour dropper un obstacle découvert au dernier moment), très léger pour son gabarit, il surprend au premier abord par sa douceur et sa facilité à basse vitesse, sa tolérance dans les neiges lourdes ou revenues. Autant de qualités qui au final lui confèrent une certaine polyvalence toutes neiges pour un ski par ailleurs sans concession dans la peuf. Où il prend tout son sens à partir d’une certaine vitesse. La portance n’est finalement pas si énorme que ça, le déjaugeage n’est pas le plus rapide non plus, mais une fois lancé… À vous « le plein de sensations ». Que ce soit en grandes courbes appuyées ou dans un mode bien plus “Surfy“ : le Spoon 120 s’adapte à votre style. Signalons au passage que la dite spatule “Spoon“ est chanfreinée sur les côtés, à l’image (un peu) de la TBT, mais sur toute sa longueur et avec une zone de plat bien plus importante entre les deux dévers. Incontestablement cela apporte une certaine fluidité en courbe, et plus encore, une maniabilité accrue dès les basses vitesses (en neiges douces et poudreuses s’entend) et dans les déclenchements sur toutes les neiges. Du coup on s’en sort également sur la piste, le ski se met facilement sur la carre, à vous ensuite de gérer le rayon. Car c’est sans doute la bonne surprise de ce ski, par ailleurs ultra efficace dans sa cible : il n’est pas si exclusif que ça à emmener. Alors bien sûr, de retour sur neige dure, si le Lotus 120 reste précis, « ça manque cruellement de confort : entre le carbone et le cambre plat, le ski ne filtre rien et ce sont les genoux et le dos qui encaissent le terrain ». Le prix à payer pour avoir sous les pieds un ski à la fois sérieux et joueur, une réussite, « taillé pour aller vite, très vite » ; « pas juste un Fat, mais un vrai gun à carver la poudre : magique ! ». Pour des skieurs puissants ou très fluides, ceux qui cherchent une efficacité et des sensations haut de gamme, fusse au détriment du confort. Envisageable en paire unique.

SKITESTS 2013

83


FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Bohème

MODÈLES Swallow

NC

NC

NC

Rip n' Wud

Powder Big Fat Noyer

183/191

143/11/131

24

BohÊme

Rip n' Wud

Swallow

Powder Big Fat Noyer

1490,00€ (skis nus)

1620,00€ (skis nus)

Construction sandwich. Noyau bois (Hêtre et Peuplier) / Fibres triaxiales / Topsheet plaquage bois. Cambre traditionnel.

Construction sandwich. Noyau bois (Frêne blanc) / fibres de verres bi et triaxiales / chants verticaux ABS. Cambre normal, talon relevé. NB : tous les modèles Rip n’ Wud sont dispo en 2 flex et sont garantis 5 ans.

Argh ! Alors que la neige sans fond était au rendez-vous, ce magnifique swallow tails est resté dans son carton suite à une erreur d’aiguillage. Nos excuses aux lecteurs comme au fabricant, on le tourne dès la première grosse chute de neige et on vous en reparle, c’est promis. Dommage car la spatule du swallow tail en snowboard a directement inspiré les premiers skis à rockers, et que quelque chose nous dit qu' en poudre, ça marche toujours aussi bien. Ajoutez-y des tails facile à déformer grâce au swallow, et d’ici à ce que ce Bohême soit une machine à poser de la gerbe, il n’y a qu’un pas qu’on a hâte de franchir. On vous en reparle après tests, c'est promis.

84

SKITESTS 2013

183 cm

Avec son plaquage en Noyer, le Powder Big Fat attire l’œil ! Mais n’allez pas croire pour autant qu’il soit uniquement destiné à décorer les chalets de Courchevel ! On sent des les premiers appuis un ski puissant et fiable, qui met en confiance pour attaquer. Il ne faut pas hésiter à prendre un minimum de vitesse pour que le flex affiche son meilleur rendement. Vous aurez alors un ski qui passera « super bien partout, sous réserve d’avoir les cuisses pour le driver ». On oublie effectivement tout ce qui est ride en dérives, speed check à fond (le ski se dérobe) ou autres Newschooleries. On est sur un ski “à l’ancienne“, « pas évident dans les déclenchements », qu’il faut travailler sur toute la longueur. Un ski qui ne pardonnera pas trop les erreurs, « mais une fois en courbe, ça ne bouge pas, on est posé ». À basse vitesse, RAS, ça manque de vie et on préférera le laisser glisser, dans tous les cas « il faudra certain physique pour les emmener dans les passages délicats ». Un ski de Big Mountain pour forts (et riches) riders.


PUBLICITÉ

© KAB

© Scalp

SKITESTS 2013

85

© Tessstifler

© Tessstifler

© Scalp

© DR

© Scalp


GIRL SUV FREERIDE FAT SKITESTS 2014

PRIX

Pages

MODÈLES SUV

PRIX

Pages

MODÈLES SUV

Atomic Affinity Storm Blizzard Black Pearl Dynastar Cham 87

559,00 € 529,90 € 499,99 €

P.88 P.90 P.89

Elan Interra Head Mya N°6 Line Soulmate 90

699,00 € 449,95 € 429,95 €

P.88 P.89 P.89

Movement Flair 529,00 € Rossignol Temptation 88 529,00 €

PRIX

Pages

P.90 P.88

MODÈLES FREERIDE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

Atomic Vantage Elysian Blizzard Samba Dynastar Cham 97 Fischer Koa 100

449,00 € 549,90 € 579,99 € 519,95 €

P.90 P.92 P.93 P.94

K2 Superbright 90 Majesty Velvet Movement Blink Rossignol Savory 7

549,95 € 539,00 € 579,00 € 619,00 €

P.93 P.92 P.93 P.94

Salomon Q Lumen 104 Stöckli SR 100

530,00 € 875,00 €

P.92 P.94

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Pages

MODÈLES FREECARVE

PRIX

Atomic Millennium Blizzard Dakota Dynastar Cham 107

499,00 € 635,00 € 649,99 €

P.96 P.97 P.97

Faction Supertonic K2 Remedy Movement Super turbo W L

559,00 € 719,95 € 699,00 €

P.96 P.98 P.98

Rossignol Star 7 Salomon Rockette 115

679 ,00 € P.98 550,00 € P.96

Julie teste les Rossignol Star 7 sur leur terrain préféré. 86

SKITESTS 2013

© Scalp

MODÈLES SUV


GIRL SUV MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Rossignol

MODÈLES Temptation 88

154/162/170

135/88/124

15

Atomic Elan

Affinity Storm Interra Fusion

151/159/167 152/158/168

127,5/84/107 134/86/114

15 13,5

Rossignol

Atomic

Elan

Temptation 88

Affinity Storm

Interra Fusion

539,99€ (avec fixations)

170 cm

559,00€ (avec fixations)

159 cm

699,00€ (avec fixations)

158 cm

Petite Bombe Alpine

Si le Temptation se destine avant tout aux bonnes skieuses ayant une certaine science du placement, il reste cependant facile d’utilisation, tolérant en toutes neiges et confortable.Très correct même dans les changements de neige pour son programme 80% piste. Sur piste donc le ski est très fiable, on varie les courbes à volonté, (avec une préférence marquée pour les petits et moyens virages), sous réserve de ne pas hésiter à bien mettre de l’angle pour que le rocker reprenne du contact avec la neige. Super efficace sur neige dure, le talon ne chasse pas quand on appuie, le ski est stable à bonne vitesse. En tout terrain, le très léger rocker facilite les pivotements, le talon reste suffisamment présent « pour donner confiance et corriger les petits défauts de placement », mais on évitera le ride à grande vitesse en Tout Terrain, le flex rigide en patin et en tail étant plus adapté à la piste : on se fait vite secouer. Un niveau de performance très correct sur piste allié à une bonne tolérance en toutes neiges, pour toutes les bonnes skieuses qui veulent un ski plus confort et plus polyvalent qu’un ski 100% piste, pour passer partout tout au long de l’hiver. NB : dans cette longueur, le Temptation sera plus adapté à des grands gabarits, les “petites“ ont eu plus de mal à trouver l’avant du ski pour l’exploiter.

88

SKITESTS 2013

Encore un ski livré trop petit pour nos testeuses, 159 cm, forcément ça limite le rendement alpin à bonne vitesse et plus encore les évolutions en Tout Terrain. Dans cette courte longueur, le Storm Affinity est très accrocheur grâce à un patin bien présent, « mais surtout super précis et réactif », avec du jus en fin de courbe…. Sous les pieds uniquement des plus petites de nos testeuses. Petite ou pas, on sera limité dès qu’on sort des pistes. Certes, la spatule travaille bien, absorbe le terrain et toutes les variations de neige… Tant qu’on ride tranquillement. Sans surprise, ça manque de portance pour envisager autre chose que la petite poudre des bords de piste. Pour toutes celles qui aiment mettre un peu de vitesse dans leur ride et qui veulent plus de portance pour profiter des bords de pistes, tournez vous vite sur la plus grande longueur (167 cm) essayée l’hiver dernier, un peu plus polyvalente (et un peu moins accessible). Dans cette taille, nickel pour cruiser la piste donc.

Un ski taillé pour la piste, où il s’avère super joueur sous les pieds de bonnes skieuses, qui ont kiffé ses réactions d’appuis.L’Interra est à la fois facile à mettre en courbe et à emmener, accrocheur et toujours très agréable sous le pied. Mention spéciale au jus qu’il dégage, agréable sur piste autant qu’en Tout Terrain. Terrain où logiquement, au regard de sa taille (158 cm, c’est abuser…), de son rayon très court et de son jus donc, l’Interra est tout aussi joueur, fait pour se faufiler partout. On oublie les grandes courbes ou la vitesse, ce n’est pas son programme, ni la poudre, où il est tout simplement trop petit, et où son rocker taillé pour la douceur et la tolérance sur piste n’apporte pas grand-chose. Pour les bonnes et très bonnes skieuses qui font principalement de la piste, qui auront un ski très joueur et efficace, capable de sortir occasionnellement des pistes. « Bon choix pour les monitrices », selon la monitrice de l’équipe justement !


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Line

MODÈLES Soulmate 90

151/158/165

125/90/113

13,7

Head

Mya 6

142/149/156/163/170

127/79/109

11,2

Dynastar

Cham 87

152/159/166/172

127/87/103

14

Line

Head

Dynastar

Soulmate 90

Mya 6

Cham 87

429,95€ (skis nus)

158 cm

574,95€ (avec fixations)

Un ski très fiable en tout terrain, pour les bonnes et très bonnes skieuses « qui privilégient la stabilité à la facilité ». Moins accessible que la plupart des skis de la catégorie, le Soulmate 90 est stable et puissant, aussi bien sur piste qu’en tout terrain, mais pour nos testeuses, « ça manque un peu d’agilité, de fun ». Sur piste, le ski est bien accrocheur mais les filles ont trouvé que le rocker manquait de finesse, éprouvant quelques difficultés à “sentir“ l’avant du ski, lui reprochant de ne pas être assez incisif dans les mises en coupé pour un ski pas très large. Reste qu’avec son patin rigide et son tail présent, ça taille et ça renvoie bien en fin de courbe pour attaquer la suivante, mais ce moment de latence en spatule lui fait perdre en agilité malgré sa petite taille. Constat identique en tout terrain : ça pivote bien mais sans plus pour un 158 cm. En poudre, le rocker n’amène pas grand-chose à basse vitesse sur un ski aussi court, mais une fois lancé, RAS, c’est stable et ça tient bien les bonnes cadences. Alors oui, ce ski saura tout faire, sans lacune, mais essayé dans une taille trop courte pour toutes nos testeuses, il manque logiquement un petit quelque chose qui fasse craquer les filles. Au final, les filles ont préféré le Soulmate 98, au rapport shape/largeur mieux adapté selon nous à une pratique polyvalente. Presque plus ludique sur piste, il sera bien plus ouvert sur d’autres pratiques que le 90 mm.

449,95€ (skis nus)

163 cm

549,95€ (avec fixations)

Ça a la taille d’un ski de Slalom, c’est vif comme un ski de Slalom, ça a le relatif manque de tolérance d’un ski de Slalom : c’est un ski de Slalom ! En version plus maniable dans les entrées et sorties de courbes. Malgré presque 80 mm en patin et un très léger rocker, n’attendez pas trop d’accessibilité en Tout Terrain, 163 cm, forcément, ça limite un peu en termes de portance ou de stabilité. On se concentre donc sur la piste, où le ski est stable et sécurisant sur la carre. Pas vraiment tolérant, avec un vrai jus pur jouer avec les changements de rythme et de la relance en fin de courbe : c’est un régal de réactivité contrôlée. Sous réserve d’être toujours bien placée, pour travailler la spatule par exemple, qui n’aimera pas qu’on la brusque. Un ski avec du rebond, pour toutes les très bonnes skieuses qui veulent les sensations d’un ski typé slalom sans avoir à en payer tout le prix, avec en bonus un tout petit poil d’accessibilité toutes neiges.

499,99 € (skis nus)

166 cm

599,99€ (avec fixations)

Facile, ludique et confortable, le Cham 87 tourne tout seul. Un peu trop presque pour les bonnes ou grandes skieuses, qui devront faire attention à bien se placer et à ne pas le brusquer pour dérouler au mieux les courbes. Dans tous les cas, les testeuses ont trouvé ce Cham 87 très agréable sur toutes les neiges douces, qu’on soit sur piste ou en dehors. Quand la neige se durcit, pas de soucis, l’accroche est au rendez-vous, on se contentera de rider à des vitesses tranquilles, la précision baissant d’un cran quand on allonge le rayon. Restez en petites et moyennes courbes, où « il fera le travail à votre place ». En hors-piste, « ça passe, sans plus », « tolérant et confortable », il n’est pas taillé pour attaquer, autant le ski est agréable à basse et moyenne vitesse, autant on se sent moins en confiance quand on pousse les appuis. En poudre, si ça manque un eu de portance par rapport à des skis plus large, la spatule aide au déjaugeage et apporte une belle maniabilité. Un ski très abordable, très ludique pour des rideuses intermédiaires, qui passera aussi bien sur la piste que ses abords. Des rideuses plus techniques pourront s’y frotter, sous réserve d’afficher un petit gabarit et de ne pas être du genre à pousser ses appuis. NB : vu la courte longueur de carre due au Levitation Profile, n’hésitez pas essayer la plus grande taille.

SKITESTS 2013

89


GIRL SUV MARQUE

GIRL FR Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Movement

MODÈLES Flair

155/163/171

125/86/114

15

Blizzard Atomic

Black Pearl Vantage Elysian

152/159/166/173 150/159/168

125/88/110 128/95/117

18 18

Movement

Blizzard

Atomic

Flair

Black Pearl

Vantage Elysian

539,99€ (avec fixations)

163 cm

529,90€ (skis nus)

166 cm

449,00€ (skis nus)

168 cm

549,00€ (avec fixations)

Souple, maniable, avec toujours de bonnes réactions sous les appuis, le Flair est avant tout un ski accessible et très docile, sans pour autant être fade. Avec juste le jus qu’il faut pour des petits gabarits, il est « très ludique, fait pour se faufiler partout sans effort ». Capable de tous les types de courbes sur piste (attention cependant à ne pas s’emballer sur le dur, le ski est léger et tapera à grande vitesse), les testeuses ont trouvé que ça manquait un peu de confort en toutes neiges, la spatule souple ne suffisant pas à gommer le terrain quand on le pousse. On reste donc à des vitesses tranquilles, où le Flair sera capable de s’exprimer sur piste et de s’en évader sans aucun complexe. Un ski léger et accessible pour progresser sur tous les terrains.

90

SKITESTS 2013

Très typé piste toutes neiges, le Black Pearl affichera ses limites en trafolle et autres neiges difficiles, « normal ». Mais pour le reste, il permettra aux bonnes et très bonnes skieuses de s’exprimer partout. Super efficace sur neige damée, « les appuis sont francs, le ski accélère en courbe, on a à la fois du jus et de la stabilité à revendre… ». Cette efficacité alpine ne se paye pas cash dès qu’on sort des pistes, sous réserve de jouer avec le terrain plutôt que de le charger. Nerveux, léger, vif, ça pivote facilement et on ne se fait jamais déséquilibrer par les paquets de neige, tant qu’on ne ride pas trop vite : dans cette longueur la stabilité sera limitée à grande vitesse en tout terrain. Parfait pour celles qui aiment jouer avec le terrain, passer des champs de bosses aux sessions carving sur pistes bien lisses, avec la possibilité en bonus par rapport à d’autres skis de cette largeur, de faire quelques sorties occasionnelles en poudre.

Pas de changement apparent sur l’Elysian, « un super ski qui saura combler nombre de skieuses », « hyper simple à prendre en main ». Limité en performance pour les plus fortes, il affichera en revanche un comportement très homogène. Taillé pour passer sur tous les terrains et sur toutes les qualités de neiges, « sans être une arme, c’est efficace partout tant qu’on ne cherche pas à le brusquer ». Facile à skier en petite poudre, stable et confort en trafolle, il tient également la route sur piste, où il est même « super évolutif ». Les testeuses sont formelles : « on se sent bien dessus absolument partout ! ». De l’accroche sous le patin, de la vie sous le pied, du confort en toutes situations, le tout sans jamais se faire mal aux cuisses : « un régal de skiabilité tout terrain ». Un bon All Mountain accessible et joueur partout plus qu’un ski de Freeride, pour toute skieuse légère ou avec de petites cuisses, pour faire principalement de la piste et du tout terrain ; « un bon ski d’enseignement également ».


23 & 24 novembre 2013 : Ski Force Winter Tour 30 novembre & 1er décembre 2013 : Rock On Snowboard Tour Cette saison encore, Val Thorens crée l’événement avec 2 week-ends de folie : tests gratuits des nouveaux skis et snowboards des plus grandes marques, conseils de professionnels, animations, DJ’s et concert live en plein air.

91

€*/pers. en studio et 211€**/pers. en hôtel 3*** Packs 2 nuits + forfaits de ski Val Thorens 2 jours à partir de L’événement majeur du début de saison ! Réservez vite : + 33 (0)4 79 00 01 06

Partenaire textile de la station

www.valthorens.com

* 91 € par personne – base studio 4 personnes en pleine occupation / ** 211 € par personne en hôtel 3*** en chambre et petit–déjeuner (base double). Packs soumis à disponibilités et conditions. / nativecommunications.com - photos © www.xaviercourraud.fr

VAL THORENS LANCE LA SAISON DE SKI


GIRL FR MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Salomon

MODÈLES Q-Stella 103

158/165/172/179

133/104/125

23,3

Majesty

Velvet

162/170

120/100/115

15,6/18,0

Blizzard

Samba

159/166/173

131/98/116

20

Salomon

Majesty

Blizzard

Q-Stella 103

Velvet

Samba

530,00€ (skis nus)

179 cm

539,00€ (skis nus)

170 cm

549,90€ (skis nus)

173 cm

730,00€ (avec fixations) Super Freeride

Le Stella a de sérieux arguments pour celles qui se rêvent en championne du Monde de Freeride. « Forcément limité en évolution sur piste, il permet en revanche de chercher ses limites en Freeride ! ». « Enfin un ski qui n’est pas “girly“, assagi : c’est un vraie barre ! Forcément, ça ne plaira pas à tout le monde ». Mais celles qui placent la barre plus haut auront là un ski à la hauteur de leurs ambitions. On est donc sur un super Freeride, qui met sa skieuse en confiance pour envoyer. Ce n’est pas non plus un ski pour rider tout le temps à fond, mais plutôt fait pour celles qui aiment pousser leurs appuis, charger sur tous les terrains. Stable à grande vitesse dans la poudre (un poil moins en toutes neiges), parfait en grandes courbes dans la ligne de pente, il a suffisamment de portance pour prendre vie dès les basses vitesses. Ce n’est pas le plus vivant dans les changements de rythme (talon super fiable mais pas très réactif), avec son rocker « plus rigide que chez la concurrence », il avale littéralement le terrain, écrase les changements de neiges, encore une fois : on est posé sur ses skis. Et si son rocker est ultra efficace en Tout Terrain et en poudre, ne vous étonnez pas trop s’il ne vous aidera pas de retour sur piste, ni dans les déclenchements de courbes, ni pour les varier. En revanche, en grandes courbes sur son rayon (23 m et quelques…), vous pouvez y aller : l’accroche est impressionnante et le ski fiable jusqu’au bout du tail.

92

SKITESTS 2013

Sans être un véritable coup de cœur, ce ski a séduit les testeuses. Un ski sur lequel on se sent bien rapidement, facile et sans fausse note. Certes il manquera un peu de caractère si vous l’utilisez uniquement en mode Freeride traditionnel, mais, confortable et facile à manier, le Velvet est agréable à skier partout. Avec son double rocker qui donne un gros pivotement, un déclenchement très aisé du virage, bref, qui apporte énormément de facilité et de tolérance en toutes neiges (poudre comprise), le compromis est intéressant. D’autant plus que le Velvet s’en sort sur la piste. Certes, ça pêche en précision en courbe sur neige dure, mais dès que la neige s’adoucit, « c’est bonheur en courbes moyennes , ça carve tout seul ». En mode Freeride, « c’est top tant qu’on le skie tranquille », dans ces conditions, « il fait le travail, plutôt bien même », on a un bon toucher de neige et une belle sensation de légèreté aux pieds. On ne cherchera pas à le pousser plus vite plus fort : la stabilité se dégrade avec la vitesse, contrepartie de ses extrémités souples et poppy. Qui par ailleurs lui confèrent toute sa jouabilité Freestyle, puisque c’est là un des atouts de ce Velvet : c’est un ski multi facettes. Abordable techniquement et physiquement, il permettra à des rideuses en pleine progression de s’exprimer en Freeride et en poudre ; les plus Freestyleuses auront là un bon jouet FSBC pour tricker en poudre.

Un ski agressif sur piste ; en hors-piste, rien ne bronche quelle que soit la vitesse ou la qualité de neige : les testeuses ont adoré. « LE ski pour profiter de chaque jour de l’hiver ! » Réactif, précis et stable ; peu importe la neige, il affiche partout la même efficacité. Carveur efficace donc en grands et moyen rayons, avec de la relance en fin de courbe, « le ski en a sous le pied, ça tient le pavé à bonne cadence ». Super agréable sur tous les terrains avec « un très bon contact ski/ neige », « c’est une arme de précision et d’efficacité dans toutes les situations ». Le tout sans être au final trop exigeant. Pour de la skieuse avec des cuisses, un ski aussi performant sur piste qu’en dehors.


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

K2

MODÈLES Superbright 90

153/160/167/174

132/90/115

16

Movement

Blink

162/170

134/94/120

15

Dynastar

Cham 97

152/159/166/172

133/97/113

17

K2

Movement

Dynastar

Superbright 90

Blink

Cham 97

549,95€ (skis nus)

179 cm

579,00€ (skis nus)

167 cm

579,99€ (skis nus)

166 cm

699,99€ (avec fixations) Légèreté et Performance

Évidemment, 160 cm c’est un peu court pour pousser un ski, les très bonnes skieuses alpines seront assez vite limitées en rendement, surtout sur neige dure.Dans cette longueur le Superbright est un bon petit ski, accessible et maniable, avec tout ce qu’il faut pour procurer du plaisir partout. Sur piste tout d’abord, où il met en confiance. S’il n’est pas taillé « pour dévaler les pistes à Mach 2 », il est bien accrocheur, agréable en petites et moyennes courbes (super agréable même dès que la neige est un peu douce). Il affiche une petite baisse de confort en tout terrain dans les neiges redurcies ; plutôt que d’attaquer jouez avec le relief, bien léger et assez vif, avec du rebond sous les pieds, on se régale dans les changements de rythme, on se faufile partout en toute confiance. Accroche, légèreté et vivacité pour « un ski à donner à tout le monde ». Léger et bien homogène sur tous les terrains « ça pourrait même être une bonne idée de l’essayer en rando ! ». Pour une rideuse intermédiaire, il sera parfait pour évoluer sur piste avec un ski qui l’accompagnera dans son initiation au tout terrain. Les bonnes et très bonnes skieuses pas trop lourdes, (60 Kg max) auront là un fidèle compagnon pour tracer la piste et ses abords tout au long de l’hiver.

Léger, performant, super maniable et facile sur tous les terrains : un régal de polyvalence. Limité en termes de rendement sous les pieds des skieuses les plus lourdes ; pour des rideuses au gabarit mieux adapté à sa courte taille, son efficacité monte de plusieurs crans, tout en restant aussi accessible. « Un ski parfait pour aborder le Freeride », « super facile à prendre en main, tolérant, il reste néanmoins hyper efficace partout ». On se sent en confiance « grâce au remarquable travail de la spatule pour déjauger ou apporter du confort en neige difficile », et également au flex super bien reparti, à la fois facile à exploiter et sécurisant dans ses réactions. Aussi peu exigeant sur piste, il est tout aussi efficace (re mention spéciale de la part des testeuses au rocker), « c’est doux sans jamais avoir de sensations de flou comme on peut avoir sur certains skis à rocker ». À la fois facile à inscrire en coupé et solide sur la carre (c’est sur ce terrain où les grands gabarits seront plus limités, ça fera vite patinette pour elles quand on pousse les appuis), ce Blink dispose en contrepartie d’une corde supplémentaire à son arc : sa légèreté ! « Enfin un ski poids plume qui garde un bon feeling sur toutes les neiges ! » Bref, plein de qualités, « sous réserve quand même de garder un peu de retenue par rapport à des skis plus rigides ».

AGRÉABLE PARTOUT 

Selon les plus grandes de nos testeuses ce Cham serait plus un gros SUV tranquille et sympa qu’un Freeride. Alors que pour les plus petites, ce sera un ski « solide, à emmener partout, une fois compris comment il fonctionne ». Comme quoi le choix de la bonne taille, sur ce ski au shape atypique avec « son très long rocker doux et progressif », est plus primordial encore. Facile à manier, polyvalent, plus vivant que le 107, le Cham 97 est léger aux pieds, tourne tout seul et carve bien. Il est même efficace sur le dur, « à skier certes en douceur, mais performant en petits et moyens rayons », et au final, « on prend du plaisir sur neige préparée ». Avec son gros rocker « qui facilite surtout les déclenchements », la maniabilité et la facilité en toutes neiges sont au rendez-vous, mais les plus grands gabarits resteront sur leur faim quand vient le moment d’attaquer. « On ne peut pas skier en mode bulldozer, ça ne gomme pas assez le terrain ». Sous les pieds de skieuses plus petites, changement de ton ! « ça avale tout, il est parfait ! ». Changement de neiges, poudreuse, on est posé sur le ski pour jouer avec le relief, « c’est un super ski tout terrain, mais on pourra quand même lui reprocher d’être limité en mode attaque ». Un peu court pour le rendement en grande courbe, « mais pour celles qui ne forcent jamais, c’est l’idéal ! » L’assurance de passer partout sans complexe, de la poudre à la piste.

SKITESTS 2013

93


GIRL FR MARQUE

MODÈLES

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Fischer

Koa 100

156/166/176

131/100/123

21

Rossignol Stöckli

Savory 7 SR 100

162/170/178/188 166/174/182/190

17/106/136 136/100/123

12,6 15,9/17,8/19,8/22

Fischer

Rossignol

Stöckli

Koa 100

Savory 7

SR 100

519,95€ (skis nus)

176 cm

599,95 (avec fixations)

619,00€ (skis nus)

178 cm

875,00€ (skis nus)

174 cm

699,99€ (avec fixations) Le Bon Compromis

Livré pour la catégorie Fat, l’équivalent féminin du nouveau Big Stix 100 chez les hommes a vite été replacé par les testeuses dans la case FR.. On avait testé le Koa 98 l’année dernière, « un ski solide, plus taillé pour le All Mountain que le gros Freeride » ; la version 100 mm hausse le ton et se positionne comme un top ski de Freeride pour très fortes skieuses et expertes, un poil plus exclusif que la version précédente. Plus pataud à basse vitesse, « pas des plus joueur ni des plus facile comparé à d’autres skis du même gabarit », sa tenue en talon lui fait perdre en maniabilité ce qu’il gagne en stabilité. Les testeuses sont formelles : même s’il n’est pas très rigide, ce Koa 100 gagne à être poussé un peu. On sent alors « qu’on a un vrai ski, qui ne bronchera jamais ». Plus on le travaille, plus le ski est précis, rien ne vous arrêtera. Pas le plus facile en poudre (ce n’est pas un Fat, il faudra de la vitesse pour que le ski prenne vie), mais excellent pour ouvrir les courbes, ce Koa 100 affiche un rendement très homogène. Le type de ski sur lequel on se sent en confiance pour attaquer tous les terrains, même si les plus petits gabarits se sont fait un peu secouer dans les terrains minés. Le rocker qu’on aurait pu croire trop souple est en réalité parfait : non seulement il avale les changements de neiges, mais en plus, il passe en neiges croûtées « comme peu de ski savent le faire ». « Un ski sur lequel on sent sereine ; plus on le skie, plus on l’apprécie ! » La bonne largeur, le bon compromis pour tout faire, de la piste à la poudre, sans jamais être fade ou pris en défaut. Seul reproche : vu les skieuses à qui s’adresse ce ski, « évidemment, il aurait fallu une taille supplémentaire ».

94

SKITESTS 2013

Pour des rideuses assez Newschool, c’est tout simplement : « un Super Ski », qui flotte audessus de la neige, léger et très bien équilibré en l’air, très bon en FSBC, avec du rebond et un vrai rendement en Switch. N’allez pas croire pour autant qu’il soit réservé aux Freestyleuses. Du moment que la skieuse soit assez grande (178 cm c’est pas donné à tout le monde), le Savory 7 sera incroyablement agile, de quoi se régaler en forêt ou dans les changements de rythme, avec un ski très réactif sous les appuis. On garde le meilleur (ou presque) pour la fin : la piste ! Les testeuses ont carrément été surprises par le rendement alpin de l’engin ! Un carveur solide, accrocheur, mais sur lequel il faut être bien équilibré pour en tirer le meilleur. Les rideuses qui aiment dérouler l’appui en Freeride sur toute la longueur ont trouvé que le ski était monté trop centré, du coup pour elles le talon trop présent les gênait dans la fluidité en fin de courbe. Si c’est votre style, n’hésitez pas à les monter avec plus de setback et le tour est joué. « Un ski de carving qui flotte en poudre ! » pour les rideuses énervées qui veulent se faire monstre plaisir en grosses conditions… Et continuer à se faire plaisir quand c’est moins bon !

Le SR 100 n’est pas un ski spécifique Girl : avec son noyau super light (plus léger que celui des SR 107 et 95), c’est le ski de la série qui est adapté pour la Freerando. Étonnament, le côté light n’a pas frappé nos testeuses, certaines l’ont même trouvé « un poil lourd aux pieds en petits virages ». Ce qui les a frappé en revanche, c’est l’homogénéité de son comportement toutes neiges. Le ski est efficace sur piste, stable en toutes neiges et bien maniable en mode Freeride. On est presque au niveau de performance du 95, en plus facile, mais avec quelque chose en moins… On ne retrouve pas ce feeling d’un talon à la fois présent et très doux, et l’effet rocker est moins marqué, d’où cette sensation d’un ski moins maniable malgré son petit gabarit. Un ski fiable qui tient la route, « pas fait pour celles qui aiment les skis faciles » ; « un peu plus large, ce serait des armes de Freeride ». N’hésitez pas les filles, et lorgnez vous aussi du côté du SR 107. Dans cette largeur, 100, ce Stormrider se destine aux très bonnes skieuses « qui cherchent un accès Freerando tout en ayant un ski qui tient vraiment la route partout ». Rideuse de bon gabarit (+60 Kg) pour mieux l’exploiter à basse vitesse.


GIRL FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Atomic

MODÈLES Millenium

161/169/177

132/110/124

18

Salomon

Rockette 115

162/170

142/107/131

16/18

Faction

Supertonic

164/174

131/98/116

20

Atomic

Salomon

Faction

Millenium

Rockette 115

Supertonic

499,00€ (skis nus)

177 cm

619,00€ (avec fixations)

550,00€ (skis nus)

170 cm

96

SKITESTS 2013

174 cm

750,00€ (avec fixations) No Limit en Peuf

Solide et accessible Un Fat étonnamment Tout Terrain, « solide et accessible », qui saura combler nombre de skieuses..Les meilleures auront un bon ski de tous les jours ; celles un peu moins fortes une bonne paire « pour s’initier à plus de hors-pistes sur un ski qui met en confiance et sur lequel on n’a jamais besoin de forcer ». Certes, ça manque de jus en talon (rien de gênant, on aurait juste aimé plus de réactivité dans les variations de rythme), mais le Millenium cartonne par sa capacité à avaler le terrain et les changements de neiges, sa belle stabilité jusqu’à des cadences honnêtes, de quoi en faire en excellent ski de Freeride. Avec son talon présent (droit) mais jamais gênant en poudre ou tout terrain, c’est une bombe de retour sur piste (pour un ski de 110 mm). Précis et accrocheur, on peut même jouer avec les rayons de courbes, l’avant du ski est solide, le tout donne un ski extrêmement sain. Non seulement ce Millenium est réellement passe partout, agréable de la piste à la grosse poudre, mais en plus, on peut le skier aussi tranquillement qu’à bonne cadence. Un rapport accessibilité / Polyvalence / Performance tout simplement excellent pour nos testeuses ! Maniables, tolérants et accessibles quand la peuf n’est pas au rendez-vous, ils le seront justement quand viendra le moment d’envoyer du gros ! Tous gabarits ou presque dans cette longueur (55 à 70 Kg, petite ou grande).

549,90€ (skis nus)

« Vive la Rockette en poudre ! ». Léger sous les pieds, facile, maniable en pivot, « il est toujours aussi bon quand il s’agit de rider plus fort ». Quand la neige se fait moins bonne, rien ne bronche. Il affiche un super bon comportement pour attaquer en tout terrain, « à la fois joueur et stable quand il le faut », « intéressant à skier, même dans les neiges difficiles ». Le retour sur piste se fait sans trop de difficulté, ça accroche et ça marche sur son rayon, mais ça manque à la fois de jus et de stabilité sous le pied pour performer (un peu mieux cependant que le 164 cm testé l’année dernière. Pour plus de polyvalence piste encore, les testeuses vous conseillent d’essayer la plus grande taille, 178 cm). Un ski de poudre à la fois efficace à grosse cadence et joueur, « idéal pour affronter les grosses conditions sans jamais forcer ». S’il passe bien en tout terrain, il sera quand même un poil large pour être utilisé en ski de tous les jours.

Super facile en pivot dans les neiges les plus lourdes, grâce à son imposant double rocker allié à un cambre plat, le Supertonic est super efficace en poudre et top en tout terrain, sous réserve de ne pas trop en demander au tail qui manquera de réaction pour les plus grandes des rideuses (RAS pour les autres).Il est même excellent en profonde, « un ski solide, équilibré, sur lequel on n’a pas peur de lâcher les Watts ». Avec son rocker assurant déjaugeage et grosse maniabilité, il continue de cartonner dans les neiges trafollées où, là encore, le rocker fait l’unanimité par le confort et la sécurité qu’il procure. Sentiment de sécurité qu’on retrouve dans la pente raide, facile en pivot et accrocheur sous le pied, on est en confiance. Sur piste dure, « le ski fait le boulot, mais large et pas très réactif avec son cambre plat, ça manque de franchise en courbe », avec parfois quelques décrochages intempestifs de la spatule à grosse cadence. Ce qui ne l’empêchera pas de tracer de belles courbes dès que la neige s’adoucit. On terminera en disant qu’il passe nickel dans le Park, léger (les filles apprécient), super en Switch, avec en bonus un bon amorti dans les réceptions ! « Un très bon ski » ; « une bonne option pour celles qui souhaitent évoluer dans le milieu Freeski ». D’autres Fats s’en sortiront mieux sur piste, mais en deuxième paire pour les grosses conditions, c’est un bon choix pour les fortes et très fortes skieuses régulières voulant se perfectionner en Freeride. « Elles ne sont pas prêtes d’atteindre les limites de ce ski ! » De 55 à 65 Kg, tout gabarit sauf très grande.


MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

Blizzard

MODÈLES 163/170/177

162/170

134/108/122

22

Dynastar

Cham 107

157/166/175/184

137/107/122

20

Blizzard

Dynastar

Dakota

Cham 107

635,00€ (skis nus)

177 cm

649,99€ (skis nus)

RAYON (en m)

175 cm

899,99€ (avec fixations) Un Ski d’Homme

Avis aux très bonnes skieuses et autres expertes amatrices de Freeride « ayant un bon bagage alpin ». Et un bon physique tant qu’à faire, pour exploiter au mieux les capacités de ce « Super Ski ». Une stabilité incroyable, une confiance absolue dans les appuis, « pour peu qu’on appuie, le Dakota passera absolument partout, vite et bien ! ». C’est à la fois « un Super Fat pour les grosses conditions » et un ski Tout Terrain maniable et super agréable à basse vitesse ,« au top dans les changements de rythme ». « Bon, il te donne quand même tout le temps envie d’envoyer pour voir ce qu’il a dans le ventre ». Ajoutons qu’il défonce le terrain dans les neiges lourdes et terminons par le retour sur piste, « qui se passe très bien ! ». Les prises de carres sont franches, le talon puissant (mais pas assez nerveux pour la plus alpine de nos testeuses), tout ce qu’il faut là encore pour attaquer en toute confiance, même sur le dur. S’il peut être un poil exigeant physiquement en fin de journée (rien qu’une skieuse régulière ne puisse gérer), il reste assez accessible techniquement au regard de ses très nombreuses qualités. Une référence en ski de tous les jours pour skieuses de haut vol. Avis à toutes celles qui jusque-là lorgnaient du côté des skis de mecs, il est quasi identique au Cochise. « Un ski qu’il faut prendre le temps de découvrir : il a beaucoup à offrir ».

« On a un beau gain de poids par rapport à son homologue masculin – que les filles ont tourné au cours de l’hiver, ndlr–, mais du coup, on a perdu en stabilité et en amorti ». Trop allégée ? Le Cham W 107 reste destiné à de bonnes skieuses, ni trop physiques ni trop agressives sur leurs skis : malgré son rayon bien plus long que sur le Cham 97 W, le plus large de la série n’est pas fait skier en mode attaque. Ce qu’on aurait assez vite tendance à faire, tant il est par ailleurs « agréable dans toutes les situations ». Restez donc à des vitesses raisonnables, à vous prendre en poudre pour la reine du Powder 8 ; à profiter son déjaugeage immédiat -au top pour la largeur- ; de sa maniabilité ; de sa douceur en moyennes courbes ; de sa facilité en slide, ou plus encore son aptitude à survoler les neiges croutées ou trafollées. Dommage donc que le ski devienne survireur et moins stable à bonne cadence, mais sa force est ailleurs : sans être le plus performant sur un terrain, il rassurera partout, grâce à son comportement toutes neiges très homogène. « Un ski jamais piègeux », nickel pour cruiser la montagne sans se faire mal aux cuisses, même quand les conditions ne sont pas au top. Si maniabilité et aisance absolument partout priment sur le rendement à bonne cadence, ce mid Fat est fait pour vous !

SKITESTS 2013

97


GIRL FAT MARQUE

Tailles disponibles

LIGNES DE COTES (en mm)

RAYON (en m)

Rossignol

MODÈLES Star 7

162/170/178/188

140/116/130

20

Movement K2

Super Turbo Woman light Remedy 117

182 159/169/179

144/115/129 146/117/134

21 20

Rossignol

Movement

K2

Star 7

Super Turbo Woman light

Remedy 117

699,00€ (skis nus)

719,95€ (skis nus)

679,00€ (skis nus)

188 cm

182 cm

179 cm

799,99€ (avec fixations) Fat & Furious

La version féminine du Super 7 a de sérieux atouts pour celles qui cherchent un ski de Freeride fiable en toutes situations. On commence par la seule critique de la plus physique de nos testeuses : « manque juste un peu de rigidité en tail pour que ce soit l’arme absolue ». Pour les autres, c’est tout simplement “The Fat of The Year“ ; « un bon, un vrai ski ». D’entrée, le Star 7 surprend par sa facilité, sa docilité. On est tout de suite à l’aise, « ni la longueur, ni la largeur ne sont handicapantes, c’est surprenant comme il donne envie de jouer avec le terrain ! ». Un rocker bien travaillé, un léger relevé en tail, « c’est super bien dosé, ça apporte un max de maniabilité, alors qu’en même temps, tu as l’impression que le ski te recentre tout seul ». Du coup, même pour les plus agressives des skieuses, le sentiment de fiabilité est énorme et toutes n’ont qu’une envie : aller plus vite. Rien ne bronche. La spatule gomme le terrain, et le tail est suffisamment rigide pour continuer à procurer de la confiance. À vous ensuite de les tenir pour tâter vos limites. Le Star 7 lui n’en a pas, puisque même sur piste, « bien sûr, il est moins à l’aise », mais il offre une bonne accroche et carve correctement pour un ski de ce gabarit. À la fois un Gun pour envoyer du gros ; un bon gros Fat pour se laisser glisser ou encore un Freeride avec « ce qu’il faut de peps et de fun » ! Pour tout le monde ou presque, si vous avez envie de profiter des grands espaces.

98

SKITESTS 2013

OK, avec spatule XXL le Super Turbo W a de quoi impressionner, et pourtant, il est tellement accessible ! Super facile en poudre ou toute neige douce, léger sous les pieds, sa facilité en pivot est déconcertante. « C’est le ski parfait pour apporter des sensations ultimes en poudre au plus grand nombre ». Contrepartie de cette vivacité, les rideuses puissantes ou lourdes devront être pondérées dans leurs appuis, sous peine justement d’un pivot trop rapide, rendant le ski survireur quand on le pousse. Plutôt que de charger, laisser le donc flotter Mesdames, et vous aurez droit à des sensations incomparables en poudre, sur un ski maniable et fiable sur tous les autres terrains.

Un gros Freeride ce Remedy, un ski réellement polyvalent toutes neiges, pas limité à la poudre malgré sa belle largeur et son double rocker. Les testeuses ont apprécié son équilibre et son agilité en toutes neiges. Super facile à prendre en main, “très léger pour son gabarit“, c’est le genre de ski avec un pop facilement exploitable qui obéit au doigt et à l’œil. « Du bonheur sans jamais forcer, un des skis les plus faciles et amusants en poudre », il continue de séduire en toutes neiges par son confort et sa tolérance. Autant de plaisir se paye quand on charge vraiment le terrain ou qu’on veut allonger les courbes dans la ligne de pente. « Manque un petit truc en performance, c’est pas le ski que je choisirais en compét’, mais en ski de tous les jours pour tout tracer sans se prendre la tête, je prends ! » Une deuxième paire à réserver pour les jours de poudre pour des skieuses non spécialistes, un bon choix en paire unique pour les plus fortes, surtout si vous envisagez d’apposer une touche de Freestyle à vos runs cet hiver.


© SCOTT SPORTS SA 2013

ONE SKI FOR ALL*

- BOBBIE BURNS -

“Be the best you can be and have fun, no matter what.” **

LA CONSTRUCTION EN SANDWICH ELLIPTIQUE DE SCOTT OFFRE UNE RIGIDITÉ EXCEPTIONNELLE EN TORSION TOUT EN PROCURANT UN FLEX HOMOGÈNE QUI INSPIRE CONFIANCE ET GARANTIT UN CONTRÔLE PRÉCIS DES CARRES ET TRAJECTOIRES.

FREESKIING HERITAGE

THE SKI A ÉTÉ SPÉCIFIQUEMENT OPTIMISÉ POUR TOUS LES STYLES DE SKI ET TOUS LES TYPES DE TERRAINS. BOBBIE BURNS, ICÔNE DES ANNÉES 70, ET SCOTT ONT TOUT LES DEUX COMMENCÉ LEUR RÉUSSITE À SUN VALLEY, USA. INSPIRÉ DE LA PHILOSPHIE DU SKI ET DU DESIGN DE BOBBIE, SCOTT A DEVELOPÉ UN NOUVEAU PRODUIT UNIQUE SUR LE MARCHÉ. THE SKI EST DOTÉ D’UNE CONSTRUCTION EN SANDWICH ELLIPTIQUE, AINSI QU’UN NOYAU BOIS SUR TOUTE LA LONGUEUR. RÉSULTAT: UN FLEX D’UNE HOMOGÉNÉITÉ INÉGALÉE. AVEC SA LIGNE DE COTES 3 DIMENSIONS ET SON ROCKER PRO-TIP, THE SKI OFFRE DES PERFORMANCES ET UNE POLYVALENCE INÉGALÉES SUR TOUS LES TYPES DE NEIGES. (*)TOUT EN UN SKI (**)“Soi le meilleur que tu puisses être tout en ayant du plaisir, dans toutes les conditions. ”


Skilabo # 16