Page 1

 #35 

printemps 2011

TRAIL

20 pages sur la discipline qui monte

Les athlètes, les tests, l’agenda...

Treks

Tour du Mont Blanc Voyage en terre sherpa Trek urbain à Rome Le fameux lac de Gokyo à 4 800 m d'altitude, dans la région du Khumbu.

GRATUIT SERVEZ-VOUS


%YTMIHHIGLEUYIFIPPIVqEPMWEXMSR

Photo : Daila & Chris Sharma - Montsant © Bernardo Gimenez.

MP]EYRFSREWWYVIYV

GRIGRI 2 • Compatible avec les cordes à simple de 8.9 mm à 11 mm • Nouveau système pour un excellent contrôle de la descente • 20 % plus léger et 25 % plus compact

Pour savoir bien assurer : www.petzl.com/GRIGRI2


03

L’INTRO

Escape #35

« Prendre simplement ses chaussures et s’évader… »

A

lors que nous demandions à Alexia Zuberer ce qu’elle pensait du trail, la multiple vainqueur de la Pierra Menta eut ces mots simples qui résument à eux seuls l’essence même de cette course à pied : «  j’adorerais faire du trail, prendre simplement mes chaussures et m’évader en montagne  ». Une hernie discale récalcitrante ne lui permet malheureusement pas de s’aligner aux départs des ultras. On n’ose imaginer la seconde carrière qu’elle aurait pu avoir avec les capacités d’endurance dont elle est dotée. Peu importe, la montagnarde (franco) suisse explore les sommets où l’oxygène se fait rare, on l’a vue la saison dernière au top du Makalu. « Une paire de chaussures, un peu d’eau », c’est peut-être dans cet ascétisme qu’il faut chercher le succès du trail, véritable phénomène qui enflamme les foules. Qu’est-ce qui fait courir des milliers de fondus chaque week-end sur les chemins de France ? Au-delà de sentir son corps comme une mécanique bien huilée, qui répond aux exigences de la pente et de l’effort de longue durée, il y a certainement la recherche du dépouillement. Le trail est une activité simple, peu chère mais pas cheap, à l’opposée de sports imposant parfois un fatras de matériel : ski, VTT, alpinisme… Faut-il pour autant voir dans le trailer un sâdhu ? Ce n’est pas une vie de renoncement (sinon ponctuel, en période d’entrainement) mais ce peut-être une sorte de quête spirituelle, de soi, d’autrui… On ne reviendra pas sur ce thème des sports d’endurance largement débattu. Le succès du trail se nourrit de l’apport de pratiquants issus de la route et aussi du ski-alpinisme. A moins que ce ne soit l’inverse. On a vu les trailers venir effrontément squatter les podiums du ski-alpinisme. Ce n’est pas Killian Jornet étonnant vainqueur de la Pierra Menta qui viendra porter la contradiction. Le trail est au cœur du crossover des sports de montagne. C’est devenu une discipline « tendance » comme on dit dans les cercles de veille marketing. A bien réfléchir, c’est ce que l’on a toujours fait historiquement : courir avec ses vieilles baskets et son short, fut-il en satin. C’est ce que faisait Eric Escoffier sur les chemins de la Bastille à Grenoble avant d’aller se frotter à l’Himalaya. La seule différence, c’est que le trail est devenu son propre objet, une discipline à part entière avec son élite et surtout les inconnus de la foulée dont le plaisir est de tout simplement « prendre ses chaussures et s’évader… ».

F. ODDOUX

Franck Oddoux


THE NORTH FACE速 TRAILHEAD APP


HALF DOME JACKET UTILISE LE NOUVEAU GORE-TEX® STRETCH PRO SHELL À 3 COUCHES, POUR OFFRIR LE MAXIMUM DE L’IMPERMÉABILITÉ ET DE LA RESPIRABILITÉ ET UNE LIBERTÉ DE MOUVEMENT IMBATTABLE DANS N’IMPORTE QUELLE CONDITION CLIMATIQUE. THENORTHFACE.COM

PHOTO: KRISTOFFER ERICKSON. HERVÉ BARMASSE, PAKISTAN


06

SOMMAIRE

Escape #35

08 I Les News

Le meilleur de l'actu montagne

18 I Business

L'association OSV, la "Silicon Valley" des sports outdoor.

20 I Focus

60 ans après que Lachenal ait gravit le premier 8000 avec un sac à dos Millet, la marque annécienne a conçu la collection "Trilogie Limited", pour célébrer les valeurs qui ont construit son histoire.

24 I Meetings

Interrogation surprise ! Escape a réuni quatre champions de spécialité différente pour leur poser dix questions, les mêmes pour chacun d'entre eux.

32 I Portfolio

Les slackers n'en finissent plus de tendre leurs sangles un peu partout sur la planète ! Attiré par cette discipline depuis ses premières apparitions en France, le photographe Fabrice Wittner nous livre la crème de ses "lines" internationales.

41 I Spécial Trail 42 I Têtes traileuses Petit trombinoscope des athlètes à suivre cette saison. 46 I Tests Les quinze chaussures incontournables pour le trail. 52 I Paroles d'Experts Les athlètes et conseillers techniques Salomon et Suunto présentent leur sport favori. 56 I Guide Escape est allé enquêter sur les vêtements de compression. 60 I Agenda Les grandes dates du trail, d'avril à juin.

64 I Le Tour du Mont Blanc Le plus célèbre trek des Alpes. 72 I Le Khumbu Voyage en pays sherpa. 80 I Rome Trek au coeur de la cité éternelle. 88 I Enquête Où en est le marché de l'outdoor en 2011 ? 90 I Tests Vestes rando / trek, la selection Escape. 94 I Shopping Tout ce qu'il vous faut pour partir trekker.

98 I L'Escape Award Focus sur l'Alpha FL d'Arc'Teryx

F. ODDOUX

62 I Spécial Trek

ESCAPE LE MAGAZINE GRATUIT OUTDOOR est édité par FREE PRESSE Savoie Technolac. 18, ALLÉE DU LAC ST ANDRÉ 73 382 LE BOURGET DU LAC CEDEX Tél : 00 33 (0)4 79 65 46 10 / Fax : 00 33 (0)4 79 65 46 12 / Site Internet : freepresse.com Directeur de publication et de la rédaction : Claude Borrani (claude@freepresse.com) Rédacteur en chef : Franck Oddoux (franck@freepresse.com) Rédaction : Loïc Martin, Christophe Raylat Contributeurs Texte : Antoine Grospiron-Jaccoux, Myriam Cornu, Frédéric Tain, Rémi Forsans Direction artistique : Sandra Ortiger : sandra_ortiger@me.com PUBLICITÉ Directeur du service commercial et développement : Kamel Beghidja (46 11) kamelb@freepresse.com Chefs de publicité : Patricia Hartung (46 29) patricia@freepresse.com Fanny Marguet (46 10) fanny@freepresse.com

Administration, relations clients et abonnements : Laurence Rémy FREE PRESSE. 9, RUE DES ACACIAS, 40130 CAPBRETON/ Tél : 00 33 (0)5 58 41 85 80 Fax : 00 33 (0)5 58 41 85 89 / laurence@freepresse.com Dépôt Légal : à parution

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle par quelque procédé que ce soit des pages publiées dans le présent magazine faites sans l’autorisation de l’éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d’autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées. (art. L.122-4, L.122-5 et L.335-2 du Code de propriété intellectuelle).


* 10% PLUS LÉGER 30% DE SURFACE D’APPUI EN PLUS

* PLUS GROS, C’EST MIEUX

100% DE VOLUME SEMELLE EN PLUS

www.tecnica.fr • 04 50 64 10 00


08

NEWS

Escape #33

Premiers essais Dynafit

E

scape a pu essayer en avant première les nouveautés Dynafit, non pas en Allemagne comme c’était prévu mais en Autriche à cause du manque de neige chronique. On a repéré un nouveau ski Baltoro, plus large (116-84-103 en 173 cm), noyau bois, très facile en pivotement et en amorce de courbe grâce à son rocker. En matière de chaussures, Dynafit améliore encore son modèle racing deux ans seulement après le lancement de la célèbre Dy.N.A. La nouvelle venue conserve cette dénomination mais gagne le suffixe d’EVO tout en perdant du poids : 670 grammes en taille 27. Elle est ultra légère mais reste 100 % skiable. Notre coup de cœur revient à la Titan UltraLight, rigide grâce à l’ajout de carbon. Elle monte sur la balance à 1800 grammes. Une quatre crochets qui carbure à la descente. Enfin, les filles ne sont pas oubliées avec un modèle dédié : la TLT 5 Mountain TF-X qui reprend les caractéristiques du modèle homme : compromis entre légèreté à la montée et rigidité à la descente. La TLT 5 étant sans doute l’un des modèles les plus aboutis de la gamme Dynafit.

7ème Congrès Mondial du Tourisme de Neige et de Montagne

Les défis du tourisme de montagne de demain Organisé par l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le Gouvernement d’Andorre, et Grenoble/Alpexpo, ce congrès est ouvert à tous les professionnels du tourisme et se déroulera dans l’enceinte du Salon International Interprofessionnel de la montagne 2011 (SIM) les 28 et 29 avril. Cnq experts internationaux viendront débattre des défis du tourisme de montagne de demain autour de trois grands axes : gérer la qualité du développement, stimuler la créativité et diversifier le tissu économique.


Millet avec les MXP favorise la réalisation de projets de découverte, d’expéditions. De multiples explorateurs ont eu droit à ce coup de pouce généreux au cours des dernières saisons. Les candidats en reviennent avec des récits et des photos qui en rendent le sel. Voici quatre clichés pris par les expés suivantes : Cordillère de Darwin, Deep Sea Under the Pole, Explorations Kirhizes et Sultanaride en Alaska. Tout le suivi des expéditions se trouve à l’adresse suivante : www.millet-expedition-project.com/mxp


10

NEWS

Escape #33

4ème Columbia Verdon Challenge

La plus belle des épreuves sudistes se déroulera en juin prochain avec différents profils : 100 km, 50, 17 et 8. Autour du Verdon, dans le maquis et sur les berges des eaux turquoises, les parcours sont de toute beauté. Le point d’orgue ? La descente dans le grand Canyon. Du 10 au 12 juin. Inscriptions : www.trailverdon.com

M6 nous refait le coup de Courchevel…

P

renez un journaliste de M6, plongez le dans l’univers de Courchevel et vous obtenez l’une de ces émissions racoleuses, farcies de poncifs. Toutes les saisons, la petite qui monte nous fait le coup du bling bling à la neige. Trois coups de caméras assassins et s’en vont, ainsi vont les médias parisiens… Oui, des clients se lâchent parfois de manière indue dans cette station, oui le luxe ostentatoire peut être choquant, oui cet argent qui coule à flot n’est pas toujours clean. Mais il faut aussi dire que c’est l’une des plus belles stations au monde (connectée au plus grand domaine skiable planétaire), que la qualité des mets que l’on sert sur les tables est incroyable et ne supporte aucune comparaison. Quelle station peut se vanter d’avoir les cartes étoilées du Chabichou, des Airelles, du Cheval Blanc, du Kilimandjaro, d’El Vino… Quelle station possède un entretien des pistes incroyable qui fait des envieux jusqu’au delà de nos frontières ? Quelle station allie sport et culture, avec cette année, d’imposantes et superbes sculptures géantes sur les pistes ? Courchevel, c’est surtout ça. En le disant on fait bien sûr moins d’audience mais on est plus proche de la réalité. FO

du 18 au 21 avril 2011 Centre de Congrès

Salon International Interprofessionnel de la montagne 2011 (SIM) / 28 au 30 avril 2011 Le Salon International Interprofessionnel de la montagne 2011 (SIM) se tiendra du 28 au 30 avril à Alpexpo/ Grenoble. Le SIM accueillera le grand public sur 30 000 m2 d’exposition dédié aux savoirfaire, aux offres touristiques et aux métiers de la montagne au travers de nombreux stands (offices du tourisme, hébergeurs, professionnels de la montagne, agriculteurs, producteurs…). Concours de fromages européens et exposition d'animaux de races de montagne seront également au programme.

15ème Festival International du Film d'Aventure et de Découverte de Val d'Isère Du 18 au 21 avril, onze films d'aventure seront en compétition pour cette quinzième édition du Festival du Film d'Aventure et de Découverte. Parrainé par l'écrivain baroudeur Sylvain Tesson, le festival décernera 4 prix dont un grand prix (Aigle d'Or de l'Aventure), un prix spécial du public, un prix de la réalisation technique et un prix espoir. Les projections auront lieu au centre Henry Oreiller et seront suivies de discussions entre les réalisateurs et le public. www.festival-aventure-et-decouverte.com


Assises de l'Alpinisme et des activités de montagne : quelle montagne en 2020 ?

P

arrainées par Catherine Destivelle & Pierre Mazeaud, les Assises 2011 se dérouleront d'abord à Grenoble les 1er & 2 avril, puis à Chamonix le 28 mai. Pour Niels Martin, coordonnateur des Assises, l'objectif est d'aborder deux niveaux de réflexion : d'une part s'interroger sur le sens de la pratique de l'alpinisme dans une société qui évolue; et d'autre part se questionner sur les menaces ou les limites qui pèsent sur les activités de montagne. Le premier niveau de réflexion concerne particulièrement “l'essaimage de pratiques” et ses incidences sur le sens du mot alpinisme; le second niveau de réflexion s'intéresse aux limitations qui peuvent affecter certains sites et, à fortiori, la pratique.

LIVRE

Le bonheur ne coûte rien Alex Quick, journaliste anglais, nous offre 102 idées de découvertes et d’activités simples pour insuffler du bonheur dans nos vies. Certes, il est difficile de se détacher de la valeur des choses dans un monde dirigé par et pour l’argent, mais il est toujours temps de relativiser, ce que nous offre cet ouvrage oxygénant. Alex Quick, Le bonheur ne coûte rien, éditions du Châtelet, 208 pages, 15,95 € En librairie à partir du 6 avril et sur www.deslivres.com

Pour tout savoir sur ces assises : www.assisesdelalpinisme2011.fr PUBLICITE

LÉGÈRE EN POIDS. LARGE EN VOLUME La nouvelle tente Hoop® de MSR® offre un espace de vie pour deux très large avec un poids minimal. Laissez les mâts optionnels et partez en route avec à peine plus d’un kilo par personne, ou prenez-les avec vous pour une autonomie plus pratique. Et ne vous souciez pas du temps. Cette protection robuste 3 -ou plus- saisons vous protègera à travers presque tout, pendant que vous aimerez la sensation de ne pratiquement rien porter. 2.4 m 0.8 m 1.3 m

1.1 m

0.8 m Poids Minimum: 2.05 kg

Scannez ici votre smart phone QR lecture de code et découvrez dès maintenant la tente Hoop, ou allez sur www.msrgear.com et trouvez un revendeur près de chez vous. ©2011 Cascade Designs, Inc. Photo ©Mike Tittle

Contacte : PL. Diffusion | Le Village | 26210 MORAS EN VALLOIRE

MOUNTAIN SAFETY RESEARCH® Tél : 04.75.31.60.76 | Fax : 04.75.31.78.99 | www.pl-diffusion.fr


12

NEWS

Escape #33

XIXème Piolets d'Or

C

élébration de l'alpinisme éthique, ces dix neuvième Piolets d'Or se dérouleront du 13 au 16 avril 2011entre Chamonix et Courmayeur. Fidèles à leur charte, ils s'attacheront à “faire connaître les grandes ascensions de l’année sur les montagnes du monde” et à honorer “le goût de l’aventure, l'audace et le sens de l’exploration dans l’art de gravir les plus beaux sommets.” Toujours très attachée à l'éthique de la conquête et aux valeurs humaines de la cordée, cette grande fête de l'alpinisme primera avant tout des itinéraires innovants réalisés avec une économie maximale de moyen. Quant au Piolet Carrière, récompensant depuis 2009 un alpiniste pour l'ensemble de son oeuvre, il sera attribué au Britannique Doug Scott, grand himalayiste et hardant défenseur de l'ascension “by fair means” chère aux anglo-saxon. Doug Scott succède ainsi à Walter Bonatti et Reinhold Messner.

www.pioletsdor.com

LIVRE

Chef de cordée, Ricardo Cassin Les éditions Guérin publient la première traduction française de « Capocordata », l’autobiographie de Riccardo Cassin, considéré comme le père fondateur de l’alpinisme moderne. Celui qui fût un "maître” pour Terray et Lachenal et qui signa entres autres la première de la face nord de l’éperon Walker aux Grandes Jorasses en 1938 nous dévoile, dans cet ouvrage illustré de 300 photographies et préfacé par Pierre Mazeaud, “qu’il n’était pas simplement un alpiniste exceptionnel mais aussi un homme de cœur.” Chef de cordée, Ricardo Cassin, éditions Guérin, 400 pages

La fondation Petzl souhaite contribuer à la sécurisation du couloir du goûter

Situé entre le refuge de tête rousse et le refuge du goûter, le couloir du goûter est le passage délicat de la voie normale du Mont Blanc. Surnommé « La roulette russe » ou encore « le couloir de la mort » par les guides, ce passage inquiète les professionnels de la montagne qui y passent très régulièrement. Avec le changement climatique, la géologie du site et la hausse de fréquentation sur cet itinéraire, une sécurisation du couloir aurait été envisagé depuis longtemps en Suisse... La fondation Petzl, en concertation avec les acteurs locaux et la commune de St Gervais a lancé et financé une étude technique pour envisager la réduction des risques sur cet itinéraire très fréquenté  (30000 à 35000 visiteurs par an) qui mène au toit de l'Europe. www.fondation-petzl.org


michael.meisl rätikon (SUI) beat.kammerlander and alex.luger

4h25, nouveau record d'une cordée sur l'Eiger

R

LIVRE

Courir de plaisir Que cherchent les défoncés de l’effort ? Voilà la question à laquelle a voulu répondre Nathalie Lamoureux, journaliste au Point, elle-même gagnée par la folie de l’extrême. Son témoignage, nourri de portraits, d’anecdotes, d’aventures et de réflexions, dessine un monde qui possède ses codes, ses techniques, ses stars. Un monde où toutes les émotions se jouent dans l’effort : souffrance, doute, bonheur, extase… Un monde où courir, c’est vivre.

all outdoor l’esprit du trad Pourquoi passer des semaines entières à déblayer des tonnes de débris, à replacer des mousquetons et à fixer des coinceurs ? La passion de l’escalade ne se limite pas à grimper de nouvelles voies toujours plus difficiles. Beat et Alex, deux des meilleurs grimpeurs au monde, ont cet état d’esprit et prennent toujours autant de plaisir même sur une voie VI+. Adopte cet état d’esprit sur adidas.com/outdoor

*100% outdoor

PUBLICITE

Courir de plaisir, Nathalie Lamoureux, Éditions Guérin, 288 pages

2011 adidas France - RCS Saverne 085 480 069. Le nom ”adidas”, le logo ”performance” et la ”marque aux trois bandes” sont des marques déposées par le Groupe adidas et utilisées avec son autorisation.

oger Schäli et Simon Gietl du team Salewa ont établi un nouveau record de vitesse dans la voie classique Heckmair en gravissant les 1650 mètres de cet itinéraire légendaire en 4h25. Ils font ainsi fi de l’ancien record établi en 2010 par la cordée composée d’Ueli Steck et Bruno Schäppli (5 h et 3 mn), mais sont évidemment encore loin du record établi en solo par le Suisse Ueli Steck en 2 h et 48 mn. Les deux grimpeurs ont dépassé 6 cordées au cours de leur record, «Nous nous excusons toujours le plus poliment possible auprès des autres alpinistes,» déclarait Roger Schäli à l'issu de ce record.

*


NEWS

14

Escape #33

Mont-blanc versant durable,

les rencontres du tourisme de demain Chamonix du 2 au 4 juin 2011

F

eu le Festival des Sciences, voici le nouveau grand évènement annuel de la vallée de Chamonix : « Mont-Blanc, versant durable ». Cette rencontre interdisciplinaire ouverte au plus grand nombre utilise le laboratoire de la vallée de Chamonix pour mettre en ouvre des solutions innovantes au service du développement durable. Cette première édition aura pour thème Transports et Mobilités : mobilités et déplacements sur la planète, histoire des transports et des moyens de transport, transports de demain dans la ville de demain, voyage comme art de vivre, accessibilité des lieux touristiques, mobilité sur les sites, transport dans la fiction et la science fiction…

www.chamonix.com

Jeu Concours Platypus / Escape Escape et Platypus vous font gagner des poches à eau Big Zip SL ! Pour participer, rien de plus simple, il vous suffit de répondre à la question ci-dessous et d'envoyer votre réponse sur papier libre à l'adresse : Free Presse - Jeu Concours Platypus Savoie Technolac 18, allée du Lac St André 73 382 Le Bourget du Lac Ou par mail à patricia@freepresse.com Dans quelle ville des États-Unis se trouve le siège de Platypus ?  Seattle  New York  San Francisco La réponse peut être facilement trouvée sur le site de www.cascadedesigns.com, rubrique Platypus.

PUBLICITE

Bon jeu !

ESCAPE35.indd 14

11/03/11 10:45:34


16

COMMUNIQUé

Escape #35

Avec les chaussures

GORE-TEX

®

partez du bon pied SALOMON

WINGS SKY GTX®

MILLET

Pour un Trek d'altitude ou de moyenne montagne, sans nul doute, vos pieds sont votre meilleur allié. Le choix des chaussures devient alors crucial. Si l'essayage en magasin reste le moyen incontournable de tester leur confort, il est difficile d'anticiper toutes les conditions climatiques par avance. C'est pourquoi les propriétés des chaussures GORETEX® garantissent confort et protection.

GREPON GTX®

SALOMON

QUEST GTX®


Le saviez-vous ? Lors d’une activité physique intense, nos pieds génèrent une humidité importante sous forme de transpiration (jusqu'à 200 ml d'eau soit l'équivalent d'un verre à eau). De même, en pleine nature, flaques, boue et cours d’eau parsèment votre parcours. C’est pourquoi les plus grandes marques choisissent d’incorporer la membrane GORE-TEX® comme un composant essentiel dans la fabrication de leurs chaussures, car elle combine une imperméabilité totale tout en laissant la transpiration s'évacuer (respirabilité)

La membrane GORE-TEX® : comment ça marche ? La membrane GORE-TEX® contient 1,4 milliard de pores microscopiques par cm², qui sont 20 000 fois plus petits qu’une goutte d’eau (pluie) mais 700 fois plus grands qu’une molécule de vapeur d’eau (sueur). Ainsi, la membrane GORETEX® est parfaitement imperméable et respirante, garantissant un confort thermique optimum. Intégrée sous forme de doublure, elle n’est pas visible mais constitue l'ingrédient indispensable au confort "climatique" des pieds. Quel que soit le terrain et les conditions, vous profitez pleinement de votre randonnée.

Qu’a-t-elle de si unique ? En plus des performances exceptionnelles de la membrane, les produits labélisés GORE-TEX® bénéficient d'un contrôle qualité poussé lors de leur élaboration et tout au long de la phase de fabrication. C'est le prix de la garantie d'avoir les pieds toujours au sec. Il ne s’agit pas seulement de tester les laminés GORE-TEX® : les matériaux extérieurs, l’isolation, la membrane et la doublure doivent également résister à des conditions extrêmes. La fabrication de la chaussure n’est lancée que si celle-ci est conforme aux normes de fabrication strictes des produits GORE-TEX®.

ASOLO DRIFTER GTX®

SALOMON

COSMIC 4D GTX®

Pour plus d’informations sur les produits GORE-TEX® ou trouver un magasin près de chez vous, connectez-vous sur www.gore-tex.fr ou contactez le service consommateurs au 0 800 096 096.

LA SPORTIVA

TRANGO ALP GTX®

Texte et photos : Christophe Raylat

gore-tex.fr


18

BUSINESS

Escape #35

OSV

trois lettres pour le meilleur de l'outdoor

Née d’une demande des institutions publiques et basée sur le constat d’une densité d’entreprise extraordinaire en Rhône-Alpes, l’association « Outdoor Sports Valley » a vu le jour en avril 2010. Escape, premier magazine gratuit outdoor, s'est penché sur ce beau bébé de tout juste un an...

A

OUTD O

.ORG EY

et avec l’expérience acquise au sein d’Eurosima, j’ai pu l’origine du projet, les élus de l’agglomération élaborer un plan d’action en trois axes  : formations, d’Annecy ont décidé de recruter un chargé de événements, services aux entreprises. Dans la foulée mission financé en partenariat avec la région je me suis rapproché d’un certain nombre de leaders Rhône-Alpes à partir de 2009. Fort de son expérience de cette industrie dont le charisme et la volonté de de plusieurs années dans le développement du cluster transmettre semblaient acquises à la cause. Après un glisse Eurosima, ils ont fait appel à Remi Forsans, certain nombre d’interviews nous avons pu constituer vétéran de l’industrie, afin de mettre en place un un conseil d’administration avec des chefs d’entreprises plan d’action concerté avec les entreprises en activité et dont les compétences étaient avec l’objectif de renforcer la position PORTSVAL S complémentaires. Immédiatement le cluster des entreprises déjà installée sur L OR Eurosima nous a apporté son soutien et le territoire et aussi de densifier sa participation afin d’établir un second si possible le tissu économique pôle français situé dans la montagne et local des industries des sports en complémentarité avec l’action menée outdoor. dans le sud ouest de la France. Dès lors, En faisant appel à Rémi Forsans, ma première vraie mission fut de trouver les élus ne pouvaient mieux les soutiens financiers et politiques qui tomber, homme de réseau il permettaient le démarrage et la mise en est aussi un amoureux de sport : application de ce plan d’action. Grâce à l’aide «  J’ai été contacté par les élus de des élus locaux, nous avons rapidement convaincu l’agglomération d’Annecy qui m’ont donné le Conseil Général de Haute-Savoie et   la CCI 74 de une feuille blanche afin de créer sous trois ans soutenir ce projet qui pouvait à terme représenter un un pôle d’excellence industrie des sports dans la poids économique important à une époque où Annecy région Rhône-Alpes et en particulier sur le bassin affirmait sa candidature pour les JO 2018. Fort de ces de l’agglomération d’Annecy. Mon premier travail a financements acquis pour trois ans et renforcés ensuite été de visiter des entreprises afin de connaître leurs par la chambre des métiers 74, l’association pouvait besoins et leurs attentes face à un tel projet. Dés lors

OSV

Les grandes dates du développement de l'OSV • 2009 : réunir les entreprises de l’outdoor dans un projet fédérateur, • 2010 : promouvoir l’association outdoor sports valley au travers d’événements communautaires afin d’en élargir la réputation, • 2011 : fédérer les entreprises de l’outdoor au travers d’action collectives et en leur proposant des services adaptés à leurs besoins et permettant de contribuer à leur développement, accompagner les jeunes chefs d’entreprise à développer leur projets et leur implantation, • 2012 : former les futurs cadres, techniciens, commerciaux et dirigeants de l’industrie des sports outdoor au travers de formations identifiées et spécialisées afin de densifier le tissu économique et le savoir faire alpin.


Une association, des actions ! Les grands axes développés par OSV "En janvier 2011, après avoir été rejoint par la communauté de commune de Chamonix au rang de nos financeurs, nous avons eu la joie d’être retenu par l’état comme cluster dans le cadre de la labellisation de la Datar." Rémi Forsans donc enfin voir le jour en avril 2010. Il fut alors décidé en conseil d’administration de n’ouvrir l’association à de nouveaux membres dès lors que notre plan d’action commençait à être mis en application, l’expérience acquise m’ayant prouvé qu’il fallait absolument offrir des services et des actions précises aux entreprises aussitôt qu’elles devenaient membres. En septembre 2010, lors de notre première assemblée générale, nous avons donc encouragé les entreprises de la région à nous rejoindre. A ce jour, l’entreprise compte environ cinquante membres et  dispose d’un plan d’action ambitieux. En janvier 2011 après avoir été rejoint par la communauté de commune de Chamonix au rang de nos financeurs, nous avons eu la joie d’être retenu par l’état comme cluster dans le cadre de la labellisation de la Datar, ce qui signifie que nous sommes aujourd’hui reconnus et potentiellement financés par l’état. Cerise sur le gâteau, lors de la visite de Nicolas Sarkozy pour soutenir la candidature d’Annecy pour les JO 2018, Jean-Luc Diard, président de l’association et vice-président du groupe Tecnica, a pu participer à une table ronde sur l’économie de la montagne et ainsi passer directement au chef de l’état les attentes de l’industrie ». En conclusion, l’objectif de l’association clairement affiché de renforcer et densifier le tissu économique savoyard est actuellement en cours de développement et la vitesse à laquelle les entreprises adhérent à ce projet est stupéfiant. Cela correspond certainement à un besoin qui n’était pas comblé à ce jour et qui devrait peut être permettre à terme d’identifier notre région comme la « Silicon Valley » des sports outdoor au niveau mondial. Le chemin à parcourir est encore long mais il semble que les décisions prises par la gouvernance de l’association, exclusivement composée de chefs d’entreprises, soient dans le bon sens collectif.

ESCAPE35.indd 19

• Le développement durable est bien évidement un axe transversal à l’ensemble des actions de l’association et toute décision d’action passe d’abord par cette étape. Dans le cadre de sa reconnaissance nationale et internationale, l’Outdoor Sports Valley s’est assurée de grandes alliances et au-delà d’EuroSIMA, il a été mis en place des relations étroites avec les pôles internationaux comme EOG (European Outdoor Group) ou OIA (Outdoor Industry of America). • D’un point de vue local, l’association tente également de faire converger des actions avec le cluster équipement de la montagne CIM ou le pole de compétitivité récemment délabellisé Sporaltec. • Dans les grandes actions mises en place on peut noter les projets de diplômes internationaux qui devraient voir le jour à la rentrée 2012. Tout d’abord une formation internationale niveau Bac +6 (Master of Science) qui a pour but de former les futurs managers de l’industrie du sport pouvant débuter leur carrière en tant que responsables produits, marketing, ventes, contrôle de gestion, etc … en partenariat avec EM Lyon, puis un bachelor qui a pour objectif de former des techniciens de haut niveau pour l’industrie des Sports & Loisirs , dans le domaine du vêtement, de la chaussure, de la bagagerie et des accessoires textiles en partenariat avec l’IUT d’Annecy-Le-Vieux. Enfin, un autre bachelor qui a pour objectif de former des commerciaux internationaux capables d’exercer leurs talents aussi bien en France qu’à l’étranger grâce à une bonne compréhension des techniques de vente appliquées au marché du sport, mais aussi à une prise en compte des dimensions internationales, produits, fabrication, distribution, juridique, marketing, sourcing etc… en partenariat avec l’IAE Savoie-Mont-Blanc, le CNPC et la CCI74. • En ce qui concerne les services aux entreprises, ils sont nombreux et disponibles sur le site internet de l’association (outdoorsportsvalley.org) mais l’accent est mis sur deux actions fortes. La première est l’accompagnement des jeunes entrepreneurs sous forme de parrainage et sur plusieurs années afin de permettre l’éclosion des talents de demain et la réussite d’entreprises du terroir au niveau international. Ce projet est également soutenu par la CCI74, la CMA74 et l’association Annecy Initiative. La seconde action concerne la création d’un observatoire économique permettant de réaliser une cartographie exacte de l’industrie des sports outdoor en Haute-Savoie dans un premier temps puis en région Rhône-Alpes et enfin sur l’ensemble de l’arc alpin. • Dernier axe de l’association, la création ou le partenariat d’événements, qu’ils soient sportifs ou B to B, destinés aux grand public ou seulement à l’industrie. A ce titre, le calendrier pour l’association est chargé mais en 2010 certaines actions ont vraiment pesé sur la réputation de l’association comme par exemple la création et l’organisation du premier forum européen de l’outdoor (www.europeanoutdoorforum.com), réunissant plus de 220 chefs d’entreprises européens pendant deux jours sur Annecy pour échanger sur des thématiques qui leurs sont propres. Cet événement qui se veut pérenne est une première européenne. L’objectif de ce forum a été aussi de créer des réseaux dans l’industrie outdoor et de permettre à des chefs d’entreprises de venir à la rencontre de leurs homologues européens dans un cadre à la fois studieux et décontracté. Le développement durable était encore une fois au centre des priorités. • Des événements plus festifs ont pu également voir le jour grâce au soutien et à l’accompagnement de l’Outdoor Sports Valley comme par exemple le Festival International du Film de Freeski IF3 qui a permis de recevoir à Annecy les plus grands skieurs de freestyle ou freeride de la planète pour présenter leur meilleurs réalisations filmographiques. Un salon et un forum du freeski ont également accompagné cet événement. Enfin, OSV a été retenu par ERAI (agence économique de la région Rhône-Alpes) pour accompagner à Shanghai, lors de l’Exposition Universelle, une quinzaine d’entreprises de l’industrie Outdoor au sein du pavillon Rhône-Alpes. Elles on pu présenter certains de leurs produits au travers d’une exposition et d’un défilé de mode. Agrémenté de rencontres et de conférences, ce voyage a été l’un des « highlights » de l’année 2010 pour l’association OSV. Le calendrier 2011 est très dense (visible sur l’agenda du site internet www.outdoorsportsvalley.org) et en particulier sur des événements sportifs apportant une visibilité internationale au territoire haut savoyard comme par exemple la « Red Bull Elements » le 21 mai et la « Maxi Race (Tour du lac d’Annecy par les sommets) » le 29 mai.

11/03/11 11:53:48


20

FOCUS

Escape #35

MILLET Une ligne exclusive

Six décennies après la conquête de l'Annapurna et deux décennies après la trilogie hivernale de Christophe Profit, Millet a conçu la collection "Trilogie Limited" afin de célébrer les valeurs qui ont construit son histoire.

pour fEter 60 ans d'expérience alpine

P

our les nostalgiques du fameux logo qui accompagna les aventures verticales des années 50 à 90, voilà une ligne qui risque de faire des heureux. Deux types de sacs à dos (32 litres destiné à l'alpinisme et 35 litres à fermeture étanche) et quatre types de veste (deux modèles bénéficiant de la dernière technologie Gore-Tex® Active Shell, un modèle utilisant la technique Windstopper® X-Fast et un modèle en matière Primaloft® fabriquée à partir de produits recyclés) seront les vedettes de cette série anniversaire. Cependant, Trilogie Limited, comme son nom l'indique, est une série limitée et seulement les plus prompts pourront fanfaronner avec ce matériel haut de gamme arborant le glorieux logo ainsi que des fermetures éclairs tricolores. 60 ans après que Louis Lachenal ait gravit le premier 8000 (en compagnie de Maurice Herzog) avec un sac à dos Millet et 23 ans après l'incroyable trilogie hivernale de Christophe Profit (Eiger, Cervin, Grandes Jorasses) avec un équipement Millet, la marque annecienne a décidé de marquer sa contribution à l'histoire de l'alpinisme en créant cette ligne aussi sobre que technique. De Louis Lachenal à Marco Siffredi

“On se rend compte que Millet a équipé quasiment tous les plus grands noms de l'histoire de l'alpinisme. Notre marque a toujours été là


À gauche, la couverture de Paris Match datée du 13 mars 1985, avec Walter Bonatti sur le Cervin. "C'est ainsi que Bonatti passa quatre nuits au dessus du vide". Ci-dessous : Reinhold Messner, équipé de la veste Everest GTX 3L, en 1978 : la première collaboration entre Gore-Tex et le fabricant français.

Ci-dessus : Louis Lachenal et deux sherpas en 1950, lors de l'ascension de l'Annapurna, en Himalaya. Ci-contre : Les frères Raymond et René Millet ont l'idée de concevoir un sac à dos pour la montagne dès 1946, après une rencontre avec un jeune alpiniste de 25 ans, Louis Lachenal. Ils resteront dans l'entreprise jusqu'au début des années 1980.


22

FOCUS

Escape #35

au cours des grandes périodes montagne avec des produits qui ont suivi les évolutions de la pratique, c'est pourquoi nous avons voulu marqué le coup en célébrant plus particulièrement ces deux évènements : le premier 8000 et la naissance du style alpin moderne,” explique Patrice Folliet, responsable communication de la marque. Effectivement, Lachenal et Profit, mais également Bonatti, Desmaison, Messner, Edlinger, Damilano, Siffredi ou Batoux… Comme si toutes les grandes étapes de l'alpinisme moderne avaient eu leur représentant au fameux logo bleu blanc rouge. Aujourd'hui, tandis que la mondialisation a fait son oeuvre et que Millet arbore un logo sans cocarde et un slogan dans la langue de Shakespeare, ce petit clin d'oeil rétro de la marque française (avec un slogan franglais !) fait remonter de beaux souvenirs. Quant à ceux qui n'auront pas eu la chance d'acquérir l'une des vestes de cette série "Trilogie Limited" ou qui seraient fâchés avec la cocarde, ils pourront se consoler en retrouvant ces mêmes tuniques, mais sans l'ancien logo ni le même coloris, dans la nouvelle gamme grand public simplement dénommée Trilogie. Antoine Grospiron-Jaccoux


I

LA

BELLIS

É

a

authentique

Les magasins labellisés adhèrent à la charte des magasins «montagne authentique» s Le magasin est présent dans sa station depuis de nombreuses années. C’est un acteur local très actif, animé par des personnalités fortes et compétentes. s Il est dirigé par des pratiquants passionnés des sports de montagne. s Les produits sélectionnés par le magasin font l’objet de la plus grande attention. Ils correspondent à des critères techniques rigoureux et à un rapport optimum technique/prix/compétitivité. s Il bénéficie des produits et de la communication «Sélection du Comité Montagne». s Le magasin participe aux programmes de fidélisation de clientèle. s Le magasin est engagé dans le programme d’Eco-Comportement. s La qualité du service est une priorité absolue et la satisfaction du client, un objectif permanent.

*Sauf stations non encore équipées de zone de recyclage de ce type de matériel.

O

Twinner est engagé dans une démarche d’Eco-comportement visant à réduire l’impact de ses activités sur notre environnement. Nous recyclons nos skis et nos snowboards usagés*. Nous utilisons des produits biodégradables et écologiques (sacs, produits de traitement, fart…).

INNER TW

EC

Il est constitué de professionnels ayant une parfaite connaissance des pratiques liées à la montagne. Ils ont sélectionné pour vous les produits les plus pertinents et les plus adaptés à votre pratique, se singularisant par leur technicité, leur performance ou leur rapport qualité-prix.

Eco-Comportement Twinner

T

Le Comité Montagne

C

OM

EN

Document non contractuel - Crédits photos : ©Piotr Morawski - ©Oliver Weber

MAG

AS

N

PORTE

M


24

MEETING 10QUESTIONS

Escape #35

10 QUESTIONS par La multitude de pratiques outdoor procure Dans essence une ribambelle de personnalités. ne ce royaume du sport pluriel, où personne de se ressemble en effet, Escape a trouvé bon éréunir quatre champions de spécialité diff les rente pour leur poser quelques questions, ctemêmes pour chacun d'entre eux, 10 exa ison ment. Une interrogation préparée à la ma mais qui réserve quelques surprises... Recueillis par JAG

Yannick Graziani

Grimpeur niçois à l'origine, est tombé dans la haute-montagne en découvrant Chamonix. Membre des équipes jeunes FFME, il est peu à peu devenu l'un des meilleurs alpiniste de sa génération avant de se tourner vers l'himalayisme en style alpin. Il a notamment réussi le Makalu (8470 mètres, cinquième sommet du monde), le Chomo Lonzo central (7565 mètres) et le Pumari Kish (7350 mètres) par des itinéraires les plus esthétiques possibles. Il est guide de haute montagne à Chamonix.

 Comment et quand est née ta vocation ? Dans les années 80, d'abord en pratiquant l'escalade sportive, puis en grandes voies. La suite logique, après m'être essayé au granite de Chamonix, a été de faire de la haute montagne.

 Est-ce que tu admirais particulièrement un personnage de la montagne quand tu étais jeune ? Il y a d'abord eu des films : La vie au bout des doigts, Overdon, Overice, Oversand avec P. Edlinger; puis, quand je me suis tourné un peu plus vers la haute montagne, les livres de Messner, dont le célèbre 1er vainqueur des 14 huit mille.

 Quelle est ta plus belle réalisation, pourquoi ? Certainement l'ascension avec mon compagnon de cordée Christian Trommsdorff - avec qui je parcours l'Himalaya depuis 10 ans - de la face sud du Pumari Kish, 7350m, sur les rives du glacier d'Hispar au Pakistan. Cette montagne est très esthétique, aucun grimpeur n'avait eu la chance d'y aller avant nous et elle correspondait parfaitement à la montagne idéale : difficile, inconnue, magnifique. Voilà pourquoi je pense a celle-ci plutôt qu'à une autre. Nous étions prêt et acclimaté. Nous ne sommes restés qu'un jour au camp de base avant de commencer l'ascension. Bref, l'expédition idéale en style alpin.

 Qu'est-ce que t'apporte la montagne ? Faire de la haute montagne, c'est s'engager et cela a formé mon caractère de jeune homme. Ça a également éveillé ma


YannickGraziani curiosité et cela m'a donné un certain goût pour l'esthétisme, le beau. Lorsqu'on est en haute montagne, on ne cesse d'admirer la beauté des lieux, cette géométrie chaotique.

 Te considères-tu comme un sportif ? Certaines fois beaucoup plus que les sportifs traditionnels par rapport à l'engagement physique total. Sinon courir, sauter, nager, s'entrainer etc... et faire de la compétition n'est pas du ressort des montagnards.

 L'engagement, valeur obligatoire en montagne ? Oui et non. Il s'agit de s'engager tout en gardant une marge. Mais s'engager, c'est aussi savoir se perfectionner, acquérir une expérience pour repousser ses propres limites.

 Est-ce que tu suis un régime alimentaire particulier, pendant ou en dehors de tes réalisations ? Pas vraiment, mais j'essai de manger correctement, d'autant plus que j'aime cuisiner et suis un fin gourmet. Et puis, comme tout le monde, j'adore le vin pour accompagner un bon plat.

 En montagne, les pieds sont mis à rude épreuve, est-ce que tu as quelque secrets de sorcier de ce côté-ci ? Éviter les gelures qui insensibilisent et rendent les orteils plus fragiles. Trouver le bon compromis entre le grand confort et un brin de précision. Un des avantages de la pratique, c'est qu'avec le temps, les pieds deviennent de vrais sabots et on ne craint plus les frottements.

 Qu'est-ce que tu aimes faire après une aventure en montagne ? Est-ce que tu as besoin d'un sas de décompression pour reprendre pied sur terre ? J'ai toujours beaucoup d'idées sur ce que j'ai envie de faire en redescendant de montagne .... Mais finalement, c'est toujours à peu près la même chose : sortir un peu et voir du monde, fainéanter dans les cafés, bref, prendre du bon temps.

 Quelle place pour l'éthique dans ton activité ? Majeure. L'héliski (car je suis un skieur aussi) par exemple, c'est non.

Pour moi, cela reflète le non sens de la pratique de la montagne. Trouver des moyens artificiels pour se rendre sur des sommets est une absurdité. Et cela pour beaucoup de raisons : environnementales, le respect des autres et des cultures locales. Cela se pratique beaucoup dans les Alpes pour satisfaire un petit nombre et en faire ch... beaucoup d'autres. Sinon, dans ma pratique de l'alpinisme et de l'himalayisme, je préfère évidemment le style épuré, appelé aussi style alpin. Je connais aussi l'extrême jubilation de se balader à plus de 8000 mètres et ceux qui y arrivent avec l'aide de grosses équipes et de sherpas, ma foi, je peux les comprendre.... par contre utiliser de l'oxygène, c'est truquer le jeu. La mode des expés commerciales où de riches clients se paient l'Everest ou autres pour montrer leur valeur dans la société, un peu comme une carte de visite, c'est tout simplement du bullshit. Les plus fervents et les plus nombreux pratiquants pensent qu'une ascension en haute altitude avec de l'O2 n est pas valide. Pour moi, tous ces grimpeurs oxygénés et leurs organisateurs qui leur font croire au bien fondé de leurs démarches sont des imposteurs. En montagne, il faut savoir de quoi l'on est capable et ajuster ses propres défis en fonction, c'est la base de l'aventure en montagne.


NinaCaprez Nina Caprez

La Suisse , 23 ans, est spécialiste de l'escalade sportive et amatrice de longues lignes extra-terrestres. Après avoir fait beaucoup de montagne entre 13 ans et 17 ans, elle a décidé de se consacrer à l'escalade à 19 ans. Après quelques années de compétitions, elle s'investie aujourd'hui dans les grandes voies bien pimentées et les ouvertures, le tout en paroi.


27

MEETING 10QUESTIONS

Escape #35

 Comment et quand est née ta vocation ? J'ai toujours aimé grimper partout sur les arbres et me promener en montagne. J'ai fait ma première initiation à 13 ans lors d'un camp SAC (Suisse Alpin Club) dans les Calanques, mais c'est seulement à 19 ans, quand j'ai voulu dédier une année sabbatique à la grimpe après mon bac que j'ai réalisé que j'étais faite pour l'escalade.

 Est-ce que tu admirais particulièrement un personnage de la montagne quand tu étais jeune ? Non, pas vraiment. Ce ne sont pas les personnes qui me font rêver, mais les lignes, la force de la nature.  Quelle est ta plus belle réalisation, pourquoi ? C'est la grande voie Ali Baba*. C'était la plus belle ligne que j'avais jamais vue de ma vie. Chaque mouvement était superbe. c'était une escalade magnifique. J'avais le sourire tout au long de l'ascension tellement j'étais heureuse de grimper cette ligne.

 Qu'est-ce que t'apporte la montagne ? Elle me donne une force, elle me fait prendre du recul sur ma vie et me donne le fil rouge de ma vie. Les montagnes me montrent le chemin. Elles m'ouvrent un immense champ de possibilité.

 Te considères-tu comme une sportive ? Bien sûr que je me considères comme une sportive car j'ai toujours besoin de bouger. Bien que je fasse beaucoup d'escalade tout au long de l'année, il m'arrive de faire des pauses qui peuvent durer un mois, et pendant ces périodes, il faut quand même que je fasse quelque chose qui fasse vibrer mon corps, que ce soit de la spéléo, du surf ou autre chose. Quant à l'aspect compétitif, mon concurrent c'est seulement la paroi et la voie, jamais les autres grimpeurs. Je m'en fiche. Je ne suis jamais jalouse de ce que les autres filles font. Au contraire, ça a plutôt tendance à me motiver.

 L'engagement, valeur obligatoire en montagne ? Ben moi j'aime trop la vie. Dans mon sport, je fais des trucs extrêmes, mais jamais en risquant ma vie. La montagne c'est toujours très chaud car on aime chercher l'extrême et on ne peut pas toujours calculer le danger, donc je me suis bien freiné en montagne.

 Est-ce que tu suis un régime alimentaire particulier, pendant ou en dehors de tes réalisations ? J'ai assez fait gaffe avec la nourriture quand je faisais de la compétition, mais depuis 2 ans je m'en fiche complètement. Au contraire, je suis devenue une grande gourmande et j'aime un peu trop le vin aussi...;-)  En montagne, les pieds sont mis à rude épreuve, est-ce que tu as quelque secrets de sorcier de ce côté-ci ?

10

S N O I T S QUE

Je fais de l'escalade, alors les pieds souffrent surtout dans des chaussons trop petits. Je n'ai pas les problèmes de froid liés à la montagne. J'emporte toujours 2 tailles des chaussons : une paire de ‘tongs' (donc taille très grande) et une paire ‘perf ’. Du coup, je mets seulement les ‘perfs’ quand je fais un essai, comme ça je n'ai quasiment jamais mal aux pieds.

 Qu'est-ce que tu aimes faire après une aventure en montagne ? Est-ce que tu as besoin d'un sas de décompression pour reprendre pied sur terre ? Mon grand point faible c'est le vin rouge. J'en bois un peu trop, mais ça me détends aussi. Au cours des années, j'ai appris à savoir finir une journée d'escalade pour penser à autre chose. Le secret est assez facile : être une pro ça veut dire que je vis de l'escalade, mais ça ne veut pas dire que ma vie tourne uniquement autour de l'escalade. Quand je rentre d'un truc, je vois mon colloque et on parle de spéléo, on fait le ménage... Je suis une grande passionnée de cuisine et j'adore la musique. Alors, je prépare des petits plats, vais voir des concerts ou prépare un projet spéléo... Mon métier est une grande passion, mais ça reste un métier. Alors, dès que le travail est fini, j'essaye de passer à autre chose... Bien sur il y a des exceptions, notamment pour les plus grands projets. Mais c'est ça qui fait la différence entre un simple projet et un projet qui me tient vraiment à coeur, ça fait vibrer !  Quelle place pour l'éthique dans ton activité ? Ça me soule par exemple de grimper dans des voies taillées, mais bon, après je les grimpe quand même. Mais des pures lignes, des lignes complètement naturelles, ça a quelque chose de sur-majeur pour moi ! Sinon, je pourrais jamais mentir sur des perfs que j'ai fait. Je suis très réaliste et très honnête et je dis ce que je pense. *Ali Baba est une voie de 250 mètres en 8 longueurs cotée 8a+. Elle se situe à Aiglun (06).


28

MEETING 10QUESTIONS

Escape #35

RémyLécluse Rémy Lécluse

Guide de haute montagne installé à Chamonix, a 28 ans de pratique de la pente raide et plus de 50 premières à son actif. Considéré comme l'un des meilleurs spécialiste de cette pratique particulière de l'alpinisme, il écume les massifs du monte à la recherche de longues et belles pentes bien inclinées où l'erreur est interdite.

 Comment et quand est née ta vocation ? Gamin, j'ai vu des randonneurs à skis qui rentraient du mont Blanc. Ils avaient l'air un peu hagard mais profondément heureux... Je me suis dit qu'il y avait quelque chose de spécial là haut !

 Est-ce que tu admirais particulièrement un personnage de la montagne quand tu étais jeune ? Plusieurs personnages m'ont marqués : Paul Preuss pour son éthique, Gaston Rébuffat à travers son paragraphe "Enthousiasme et lucidité" dans les 100 plus belles du massif du Mt Blanc. c'est un texte qui devrait être présent dans la tête de toutes personnes allant en montagne. Des personnages tels que Tita Piaz ou Georges Livanos sont marquants. Enfin tous les skieurs de pentes raides m'ont toujours inspirés, surtout quand éthique et performance sont réunies dans leur réalisations.  Quelle est ta plus belle réalisation, pourquoi ? Difficile de répondre, chaque descente est unique et m'a procurée de grandes joies. Qu'il s'agisse d'une performance, d'une aventure spéciale ou d'un voyage extraordinaire... J'ai de très beaux souvenir au Mariposa au Pérou : solitude et performance en altitude. Sinon, je pense aussi à la face est du Balmhorn en Oberland Bernois : 1400 m dans une ambiance d'enfer et une région que j'aime particulièrement !

 Qu'est-ce que t'apporte la montagne ? De très beaux rêves et une constante envie d'y retourner.

 Est-ce que tu suis un régime alimentaire particulier, pendant ou en dehors de tes réalisations ? Je suis très attentif à mon régime alimentaire : pâtes et pizzas quand je suis en Italie, du gibier de temps en temps, une bonne côte de boeuf grillée sont les piliers de mon régime. Je n'oublie pas l'hydratation: une bonne bière après l'effort et, le soir, un bon rouge est incontournable. J'adore les bons Bourgognes mais aussi les Côte-Rotie, Cornas, Gigondas, Chateauneuf du Pape et certains vins plus légers....  En montagne, les pieds sont mis à rude épreuve, est-ce que tu as quelque secrets de sorcier de ce côté-ci ? Mon épouse est "bootfiteuse" et prends soin de mes petits pieds.  Qu'est-ce que tu aimes faire après une aventure en montagne ? Est-ce que tu as besoin d'un sas de décompression pour reprendre pied sur terre ? J'aime retrouver ma chère et tendre... Pour mes loisirs, j'aime surfer lors de trop rares occasions.

Te considères-tu comme un sportif ? Non, je suis très feignant. Moins j'en fais, mieux je me porte !

 Quelle place pour l'éthique dans ton activité ?

L'engagement, valeur obligatoire en montagne ? L'engagement oui, la stupidité non.

Une perf ne se réalise pas à n'importe quel prix. Je pense qu'il est important de respecter la montagne. Une belle montagne et une belle ligne à skier après une ascension propre, voilà mon éthique.


30

MEETING 10QUESTIONS

Escape #35

ThomasLorblanchet

Trailer professionnel du team Salomon et kinésithérapeute, a d'abord été compétiteur de haut niveau en triathlon (équipe de France junior) avant de se consacrer à la pratique naissante du trail en 2001. Devenu professionnel en 2004, ce grand spécialiste des terrains techniques a gagné deux fois les Templiers en 2007 et 2008, le Challenge Salomon en 2007 et les championnats du monde de Serre-Chevalier en 2009.

Thomas Lorblanchet

 Comment et quand est née ta vocation ? En 2001, sur un défi personnel sur le trail du Sancy Mont-Dore Puy de Dôme. Suite à un ras le bol de ma discipline précédente, le triathlon. Le triathlon ne répondait plus à mes attentes sportives et mon besoin de retour à des défis perso en pleine nature. De plus, cette discipline n'était plus vraiment compatible avec mes études dans un premier temps et ma profession (kinésithérapeute) dans un second temps.

 Est-ce que tu admirais particulièrement un personnage de la montagne quand tu étais jeune ? Non, parce que j'ai découvert la montagne au fur et à mesure de ma pratique trail. J'ai connu la montagne en grandissant dans le trail.

 Quelle est ta plus belle réalisation, pourquoi ? Ma victoire aux championnats du monde de Serre-Chevalier en 2009.

J'avais réussi à bien me préparer et cela a marché sur un parcours pas évident pour moi car très typé montagne. Je viens en effet de Clermont Ferrand où le point culminant est le Sancy (1886m). Donc pouvoir répondre présent à cette épreuve typé montagne et ses passages à prés de 3000m était une grosse satisfaction. De plus gagner un championnat du monde à Serre-Chavalier, mon nouveau chez-moi, revêt toujours quelque chose de spécial.

 Qu'est-ce que t'apporte la montagne ? L'évasion de mon quotidien de kiné et de père de famille. Cela me permet d'avoir des moments à moi dans la frénésie de la vie quotidienne.

 Te considères-tu comme un sportif ? Oui. je suis venu à la montagne par le sport donc, à la base, je suis plus sportif que montagnard.


Women’s Mischabel Jacket, Women‘s Defender Pants; Men‘s Slight Pro Jacket, Men‘s Badile Pants Crystal Rock 30+5, Rock Ultralight Comfort 25

10 S N O I T S QUE

 L'engagement, valeur obligatoire en montagne ? Nécessaire par certains côtés, mais pas obligatoire et cela peut déboucher sur pas mal de drame. On peut faire de la montagne sans pousser la prise de risque en montagne.

 Est-ce que tu suis un régime alimentaire particulier, pendant ou en dehors de tes réalisations ? Pas spécialement. Je fais attention à ce que je mange. La clef en trail est la progressivité. Beaucoup de personnes banalisent les kilométrages. Je vois beaucoup de personnes à mon cabinet qui ont voulu bruler les étapes et se retrouvent à trainer des blessures chroniques qui les éloignent des sentiers pendant de longs mois. Il faut savoir être humble face à la nature et la respecter.  En montagne, les pieds sont mis à rude épreuve, est-ce que tu as quelque secrets de sorcier de ce côté-ci ? Avoir testé mon matériel avant une utilisation extrême. Je suis chez Salomon, donc évidemment, j'ai du matériel très adapté. Cela dit, étant donné l'offre, je pense que chacun peut trouver chaussure à son pied. Mais il faut surtout penser à bien tester son matériel.

Women‘s Baltoro Jacket

Photo: Moritz Attenberger

> Veste softshell résistante et fonctionnelle > En Polartec Power Shield, certifiée Bluesign.

 Qu'est-ce que tu aimes faire après une aventure en montagne ? Est-ce que tu as besoin d'un sas de décompression pour reprendre pied sur terre ? Pas spécialement, juste retrouver ma famille. c'est en général ce qui me motive à rentrer.  Quelle place pour l'éthique dans ton activité ? Member of VAUDE Group:

PUBLICITE

Elle est importante car c'est le garde-fou de l'esprit trail : convivialité, partage, communion avec la nature et respect des trailers.

Fonction et écologie: l‘équipement pour la montagne et la ville

www.vaude.com


32

ON-LINE

Escape #35

PORTFOLIO

Slackline, highline, longline, waterline, trickline : les slackers n'en finissent plus de tendre leurs sangles un peu partout sur la planète. Adoubé par les grimpeurs, surfeurs, snowboarders, il paraît même que Bode Miller, le skieur américain, l'a intégré à son entraînement. Attiré par cette discipline depuis ses premières apparitions en France, le photographe Fabrice Wittner nous livre la crème de ses "lines" internationales... Ambiance ! Photos : Fabrice Wittner


Michi Aschaber sur "Ragnarök" (18 m de long), à 1000 mètres au-dessus des fjords norvégiens de Lysboten. L'équipe Slack.fr dans un de ses plus grands moments !


34

ON-LINE

PORTFOLIO Escape #35

Ci-dessus : La slackline version urbaine, avec Michi qui tient la pose au Musée d'Art Moderne de Strasbourg. Ci-contre : Salck hivernale à Haag, en Allemagne.

Page de droite. Le "Hole de Mercier" (8 m) fût la seconde highline installée en France par Damien Mercier. Elle a servit de support visuel pour le "Guide du Highline" développé par ce dernier.


O


PORTFOLIO


37

ON-LINE

Ci-contre : Suivant l'équipe de Slack.fr, nous nous sommes retrouvé à Cheddar, en Angleterre, pour un événement grimpe avec une démo de highline.  Pour ne pas perdre la main, Damien termine la journée en surfant dans les prés. Ci-dessus : Les Natural Games sont depuis maintenant 3 ans le rendez-vous des slackliners et des highliners du monde entier. Michi en Back Flip pendant le contest de Jumpline.  Ci-dessus, en haut : Au dessus d'Allèves en Haute-Savoie, se dressent les tours St-Jaques. Tancrède Mellet, après la slackline à quelque 70 m du sol. Aujourd'hui un des highlanders les plus assidus en France, l'apprentissage à porté ses fruits

Escape #35


38

ON-LINE

Escape #35

Toujours en quête de spot urbain, Damien avait investi une sculpture strasbourgeoise au milieu d'un énorme rond-point... que nous avons dû quitter rapidement sous les regards creux des CRS.

PORT


TFOLIO

Goûtez à la liberté.

Vous venez d’encaisser votre dernier virage, terminer votre dernier kilomètre. Vous réalisez que vous avez tellement souri que ça vous fait presque mal. Vous plannez. Vous ne pouvez pas vous empêcher de rire aux éclats. C’est à ce moment là que vous appréciez le plus votre équipement. A ce moment précis, vous avez oublié que vous l’aviez. C’est la conception de la perfection.

PUBLICITE

Le nouveau BIG ZIP SL est conçu pour être oublié. Comprenant plus de caractéristiques que n’importe quel autre système d’hydratation, vous allez le trouver tellement facile à utiliser qu’il est disons...facile de l’oublier! Et comme tout autre produit que nous fabriquons, le seul goût que vous aurez sera celui de la liberté

BIG ZIP SLIDELOCK pour un remplissage et nettoyage aisé

Sans goût avec SlimeGuard antimicrobien

Valve robinet qui évite les fuites

Déconnexion rapide du tuyau pour un enlèvement aisé du sac à dos.

Contacte : PL. Diffusion | Le Village | 26210 MORAS EN VALLOIRE Tél : 04.75.31.60.76 | Fax : 04.75.31.78.99 | www.pl-diffusion.fr


MOUNTAIN RUNNING REVOLUTION

QUANTUM WOMAN

QUANTUM

www.lasportiva.com - Become a La Sportiva fan

LA SPORTIVA ® is a trademark of the shoe manufacturing company “La Sportiva S.p.A” located in Italy (TN)

Photo © La Sportiva


Tous au trail !

Non content d'être la discipline outdoor qui connaît le plus fort engouement ces cinq dernières années du point de vue des adeptes, le trail running voit aussi de formidables avancées en termes de matériel. Escape vous livre un petit dossier pour vous tenir au courant des dernières innovations matérielles, reconnaître les meilleurs trailers du circuit et ne manquer aucun événement jusqu'au au mois de juin.

P.

42

Têtes traileuses

Petit trombinoscope des athlètes à suivre cette saison

ON

P.

46

P.

Tests Paroles d'expertS

Les quinze chaussures incontournables pour le trail

A chaque numéro, Escape donne la parole à ceux qui vivent la montagne.

Guide

Agenda

Les vêtements de compression PAGE

ESCAPE35.indd 41

52

56

Les grandes dates du trail, d'avril à juin PAGE

60 11/03/11 11:53:33


42

Trombinoscope TRAIL

Escape #35

Les têtes traileuses !

Sauf accident, ils seront tous au rendez-vous des plus grands trails de France et de Navarre dès ce printemps... Histoire de faire connaissance, Escape a sélectionné pour vous les vedettes, hommes et femmes, de chaque team trail des plus grandes marques. Apprenez à les reconnaître ! par Myriam Cornu

l Palmarès l vainqueur de l’Andorra Trail, Trail de l’Ardéchois, Grand Raid de la Réunion, CCC, Tour des glaciers de la Vanoise. 3e à l’UTMB. l Point fort l la volonté et la confiance en soi. De celle qui vous fait viser des objectifs élevés sur l’Annecime, le Grand raid de la Réunion, la TransAlpine et le Hardrock 100 pour cette saison. De celle qui vous vient quand vous vous savez bien préparé. Son coach, Gildas Penverne, lui concocte des plans d’entraînement au jour le jour. l Point faible l « il n’y a plus beaucoup de défauts à son niveau, témoigne Jean-Michel Faure-Vincent (Salomon), sauf peut-être son approche de l’improvisation ? ». Ce qui pourrait expliquer les quelques erreurs de gestion commises, d’après le coureur lui-même, lors de l’épreuve de remplacement du dernier UTMB où il finit, du coup, au pied du podium. Une difficulté à maintenir la balance dans le vert : grand gourmand, il voit son poids osciller.

Françoisd’Haene I 26 ans

l Palmarès l vainqueur Trail du Ventoux, Trail du Nivolet Revard, Trail des Signes Salomon, Kanna Mountain au Japon, Grand trail des Ecrins. 5e à la Diagonale des Fous 2009. l Point fort l sa fraîcheur et son énergie, son esprit de compétition. Kiné, il sait comment prendre soin de sa première richesse, en trail : son corps. l Point faible l des douleurs d’entorse résiduelles, mais ce n’est pas grave (voir points forts !). D’après Jean-Mi Faure-Vincent : « les branches d’arbre… il se cogne dessus avec son mètre 92 ! »

ThomasLorblanchet I

31 ans l Palmarès l vainqueur IAU World Challenge Trail 2009 (Serre Chevalier).Vainqueur 2007, 2008 et 2010 de la Grande Course des Templiers. Objectifs 2011 : l’UTMB, le Championnat du monde et le San Francisco Ultra Trail. l Point fort l sa préparation avant chaque rendez-vous, son expérience. Ce sportif complet bénéficie d’un entourage de très bon niveau sur Clermont-Ferrand, qui lui permet de s’offrir de grosses séances très efficaces. l Point faible l un programme automnal à base de travaux dans sa maison, espérons qu’ils lui ont laissé suffisamment de temps pour s’entraîner !

TeamSalomon

JulienChorier I 31 ans


TeamTecnica

LionelBonnel I 42 ans l Palmarès l vainqueur de la 6000D, du Trail de la grande Casse et du Trail des glaciers de la Vanoise l Point fort l son mental. Lionel, c’est l’homme de l’année 2010, la révélation. On connaissait déjà ses qualités alpines en mode skialpinisme (records type Chamonix-Zermatt, victoires en compétition). Lionel, c’est la bonne humeur, la performance, la passion de la montagne à l’état pur. l Point faible l « Il habite en Maurienne ! », dixit son team-manager.

Aurélia Truel I

34 ans l Palmarès l 3e du Trail Tour National. Vainqueur du Trail de Gruissan et du Pila Trail. l Point fort l Sa préparation et son expérience. « Notre Parisienne qui vient de la route fait des miracles en mode tout chemin », s’enthousiasme Xavier Bloem. l Point faible l « Son sourire… »

AurélienBrun I 36 ans

l Palmarès l Vainqueur du Trail Odlo Faverges et du Trail des balcons d’azur. Point fort : son physique. Aurélien est une référence de régularité. Toujours en mode gagne, il est passionné de l’univers trail. l Point faible l « On y travaille ! »

l Palmarès l 3e au championnat de France TTN court, vainqueur du Trail du Sancy, du Lyon Urban Trail, du trail Odlo Faverges, du trail de Besançon. 3e de la coupe de France de course de montagne. l Point fort l coureur polyvalent (piste, cross, route). l Point faible l d’après lui, un gros esprit de compétition (« Défaut ou qualité, c’est selon ! »).  

Emmanuel Gault I 33 ans 

l Palmarès l membre de l’équipe de France de trail, vainqueur de l’Ultra Aubrac, second à l’Eco Trail de Paris et à la SaintéLyon, 3e aux Templiers, 5e à la CCC. l Point fort l bon rouleur, il aime bien la vitesse. Il est soutenu par une bande de supporters des plus fidèles : ses élèves (il est directeur d’école). l Point faible l un peu émoussé parfois au long d’une saison complète malgré son surnom « Duracell », il doit tenir la distance sur l’ensemble de ses objectifs.

Erik Clavery I

31 ans  l Palmarès l Membre de l’équipe de France de trail, 3e du championnat de France TTN long, vainqueur du Merell Oxygen Challenge, second au Marathon des Burons, 3e à la Côte d’Opale, 5e aux Templiers. l Point fort l un gros foncier peaufiné dans les vignes autour de Nantes. l Point faible l de solides blocs d’entraînement mais sur le plat alors des descentes à travailler. De gros soucis d’alimentation sur les courses.

TeamAsics

EmmanuelMeyssat I 31 ans 


Trombinoscope TRAIL

Escape #35

AnneValéro I 34 ans l Palmarès l victoire à l’Eco Trail de Paris, au Raid Golfe du Morbihan, au Royal Raid de l’île Maurice et au Merrell Oxygen Challenge, 2e à l’Ironman de Nice, au Trail de la vallée des lacs, aux 2 Alpes Raidlight Trail et au Trail de la Côte d’Opale, 4e du TTN, 5e au championnat de France de marathon. l Point fort l très endurante sur des distances longues, parcours roulants, course au train, les montées au seuil . Gabarit léger,  combative, déterminée. Passionnée, elle a énormément appris sur le plan de l’entraînement et met d’ailleurs ses connaissances au service de coureurs de tous niveaux qu’elle entraîne. l Point faible l pas très à l'aise sur les parcours techniques, Anne n’est pas une très bonne descendeuse.  Parfois en panne de confiance en soi, elle manque aussi un peu de puissance.     44 ans

IsabelleJaussaud I

l Palmarès l ex-membre des équipes de France de ski de fond et de course en montagne, médaille d'argent aux Mondiaux 2003 de course en montagne, en Alaska. Victoire aux Templiers et au Trail Ubaye Salomon, 2e au Marathon du Mont Blanc. l Point fort l les parcours très exigeants, « J'avoue avoir des facilités quand la pente s'incline », son mental, « Je sais courir zen, sans pression », les efforts longs. l Point faible l la descente, la vitesse pure, « C'est ce que j’ai du mal à travailler parce que ce sont deux choses que je n'aime pas mais je fais des efforts ! ».

TeamMizuno

44

TeamLafuma

CorinneFavre I 40 ans l Palmarès l en 1992, à 22 ans, elle remporte la 6000 D (qu’elle a gagné neuf fois de plus, depuis).  Parmi ses titres les plus marquants : première place à l’Himal Race, au Népal (23 jours de course et 40 000 mètres de dénivelée positive). Deux victoires à la Diagonale des fous à la Réunion. Victoire à la CCC. l Point fort l aimant à podiums, Corinne fait preuve d’une détermination et d’une fougue jamais entamées, pas même par son terrible accident au Pumori, il y a deux ans. l Point faible l inusable !  

KarineHerry I 42 ans l Palmarès l neuf victoires pour dix participations aux Templiers. Victoire à l’UTMB et au Grand raid de la Réunion. Victoire au Swiss alpine marathon de Davos. Deux podiums à la Western States endurance run aux Etats-Unis. l Point fort l médecin et maman de jumeaux, la championne internationale de course à pied longue distance prouve fièrement qu’on peut concilier vie familiale et professionnelle et sport de haut niveau. l Point faible l des soucis physiologiques l’ont privée de performances aux championnats du monde puis aux France, elle a décidé d’accorder un peu de répit à son corps, sans lâcher le trail pour autant, bien sûr.  

GuillaumeMillet I

41 ans l Palmarès l trois places dans les six premiers à l’UTMB. 5e de la Transju’Trail, 9e du Trail de la Restonica, 3e au « Tor des Géants ». Il lui a fallu 87 heures d’effort (et seulement 2 heures 45 de sommeil) pour boucler les 330 km et les 24 000 mètres de dénivelée positive de cette première course d’endurance trail en montagne qui fait le tour complet de la vallée d’Aoste. l Point fort l professeur d’université spécialisé dans la physiologie du sport détaché à l’Inserm de Grenoble (Institut national de la santé et de la recherche médicale), Guillaume travaille sur la fatigue et développe des outils pour tenter de mieux la comprendre. Cela doit lui servir dans sa pratique ! l Point faible l il n’arrive jamais à se placer sur l’Ultra techni trail de Tiranges, en Haute-Loire, parce qu’il… l’organise !


The North Face

Team

JezBragg

l Palmarès l vainqueur de l’UTMB, 6e au North Face endurance challenge à San Francisco, champion de Grande-Bratagne du 100 km. l Point fort lsa force intérieure, d’après lui. Acquise depuis tout petit, au gré de ses aventures d’enfant, à grimper des arbres et faire du vélo. Un entraînement à la Bode Miller : tout en improvisation et écoute de soi. Pas de plan, juste du feeling : « Je cours beaucoup quand je suis en forme, je ne me force pas, quand ce n’est pas le cas ». l Point faible l encore relativement inexpérimenté en trail.      38 ans

SébastienChaigneau I

l Palmarès l victoire aux Allobroges, à l’Ultra du Verdon, au Libyan Challenge, au Grand raid du Mercantour et sur la Grande Traversée des Alpes, 2e sur la Sainte-Victoire, 3e à la Diagonale des fous, 5e au Nivolet-Revard, 2e à l’UTMB. l Point fort lsimplicité, modestie et indéfectible talent l’ont fait désigné meilleur trailer 2009 par les internautes.  l Point faible l il a mis la dose sur le renforcement musculaire, son talon d’Achille d’après lui.  

LizzyHawker I 35 ans l Palmarès l Championne du monde 2006 du 100 km.  Victoires au The North Face Ultra-Trail du Mont-Blanc en 2005 et en 2008 (avec la 14ème place du classement général !). Victoire sur la TransGranCanaria. Record de course à pied entre le camp de base de l’Everest et Katmandou. l Point fort l: il y a cinq ans elle courrait son premier ultra et elle… le gagnait ! l Point faible l Lizzy est également titulaire d'un doctorat en océanographie polaire. Ce n’est pas un défaut… mais ça énerve, non ? PUBLICITE


46

TEST CHAUSSURESTRAIL

Escape #35

Chaussures TRAIL 2011

La sélection pour performer Les chaussures de trek ont enregistré de belles évolutions. Plus légères, souples, confortables, respirantes, elles s’adaptent à nos pieds (et non l’inverse). Une sélection/test pour choisir son modèle avec la plus grande attention.

SALOMON

Par Franck Oddoux


Salomon I S-Lab 3 XT Wings

Salomon I XT Wings 2

Le test ESCAPE La S-Lab 3 XT Wings est faite pour avaler les kilomètres. Légère, réactive grâce à son châssis, elle offre un appui au sol de qualité : pas d’affaissement même si l’on est pronateur. Son amorti est ferme, peu présent sur l’avant du pied, alors qu’en talon, la Salomon filtre un peu plus (ce n’est pas non plus un vrai coussin d’air). L’accroche est dosée pour les terrains pas trop gras sur lesquels il faut aller vite sans trop de grip. Le confort général est de bonne facture, il manque peut-être un peu d’épaisseur au niveau de la languette. Le laçage est puissant, rapide. La tension ne descend pas forcément jusqu’au bout du pied, il faut donc bien ajuster. Le talon est bien tenu et le pare pierres est un modèle du genre, 100 % efficace. Last but not least, cette S-Lab affiche un look très accrocheur.

Le test ESCAPE On retrouve avec cette XT Wings 2 un excellent appui au sol, que l’on connaissait sur l’ancien modèle historique. La stabilité est bonne, on sent que le talon fait corps avec la tige et que la transmission des mouvements se fait de manière directe. Le déroulé est bon, on a une chaussure homogène avec un châssis efficace. L’amorti est moins prononcé sur l’avant du pied alors qu’en talon la filtration est bonne. Le chaussage est aisé et le laçage ultra facile grâce au système automatique qui se gère du bout des doigts. Le confort est bon grâce à des mousses épaisses (notamment en talon). L’arrière du pied est bien enveloppé ce qui favorise le maintien. Une bonne chaussure.

Prix I 160 euros LE PLUS

Légèreté, rapidité du laçage LE MOINS Fermeté de l’amorti

Prix I 150 euros LE PLUS Confort, homogénéité

LE MOINS Amorti moins présent sur l’avant du pied

The North Face I Single Track Le test ESCAPE Cette The North Face est la bonne surprise de cette sélection. Si le chaussage n’est pas facile de prime abord car les lacets coulissent très peu, le tableau général de cette chaussure est très flatteur. Il y a d’abord l’amorti qui est très bon, plutôt prononcé mais très agréable pour le coureur un peu sensible des articulations. La stabilité est bonne et le déroulé très agréable. Elle est prévu pour des pieds plutôt fins à priori mais le mesh sur l’avant du pied s’étire et favorise les pieds à plus fort volume. Ce mesh assure assure aussi une grande respirabilité. Le confort est de haut niveau, on ne note pas de points durs, il ne faut cependant pas trop serrer les lacets sur le cou-de-pied. Cette chaussure est assez basse, proche du terrain, elle très aboutie et efficace dans quasi toutes les conditions rencontrées en trail.

Prix I 110 euros LE PLUS

Qualité de l’amorti LE MOINS Mesh qui s’étire beaucoup sur l’avant


48

TEST CHAUSSURESTRAIL

Escape #35

Montrail I Mountain Masochist

Adidas I Supernova Riot 3M GTX

Le test ESCAPE Cette Montrail distille une sensation très originale car on a l’impression d’un grand enveloppement du pied et de maintien ferme voire de raideur. Pourtant, à l’usage, on découvre un amorti sous le talon qui entre en jeu quand le terrain ou les conditions le nécessitent, c’est surprenant car on ne soupçonnait pas cette efficacité de prime abord. On a la sensation d’être positionné de manière haute dans cette Mountain Masochist, la semelle est très épaisse, idéale pour les pierriers. Au niveau de l’accroche, c’est un véritable tracteur tant le grip est important (la plus accrocheuse de toute la sélection). C’est aussi la seule chaussure possédant un lacet qui descend jusque sur les orteils. Par contre le lacet coulisse mal (à cause d’une sangle/œillet qui ne facilite pas le passage).

Le test ESCAPE Il s’agit d’une chaussure très dure à chausser mais une fois le pied dedans, le confort est de haut niveau. Le volume est prévu pour un pied fin et les protections de l’avant du pied sont « béton », rien à redire, on peut attaquer fort dans les pierres. La Supernova Riot 3M GTX a été très appréciée notamment grâce à un amorti bien dosé, présent mais pas trop. La semelle est épaisse, on ne sent pas les cailloux sur les chemins tourmentés. La stabilité est très bonne même si on a le sentiment d‘être un peu plus haut que sur certains autres modèles. Le poids est un peu plus élevé, la rigidité en torsion est aussi très efficace en dévers. L’accroche en dévers est puissante, rassurante. Les lacets ne coulissent pas toujours très bien, il faut les pousser… Le maintien du pied est puissant.

Prix I NC LE PLUS

Accroche ultra puissante LE MOINS Lacet pas facile à régler

Prix I 120 euros LE PLUS

Accroche en dévers LE MOINS Laçage

Columbia I Ravenous Stability Le test ESCAPE On retrouve sur cette Stability le caractère de la Ravenous, c’est à dire un amorti très présent qui filtre quasiment tout. C’est à la fois très plaisant et surprenant. Certains coureurs n’aiment pas car ils perdent un peu la connexion avec le terrain. D’autres, sans doute plus fragiles au niveau des articulations apprécient cette interface de confort. Stable, légère, cette Ravenous offre un confort important et le laçage est efficace. C’est une chaussure très respirante, agréable l’été. Le terme « Stability » n’est pas usurpé car ce modèle reçoit un renfort pour éviter que la mousse se tasse trop si l’on est pronateur.

Prix I 104,95 euros LE PLUS Amorti, légèreté LE MOINS Amorti !


Merrell I NTR Seismic

Millet I Pulsion 09

Le test ESCAPE Cette Merrell est particulièrement bien née. C’est la bonne surprise de ce test. On a essayé de lui trouver des points négatifs, ça n’a pas été une mince affaire. Elle possède un excellent laçage, très puissant et facile à mettre en œuvre : il suffit de tirer et c’est réglé. Elle assure un très bon confort pour pieds fins. L’amorti est un modèle du genre, très équilibré entre l’avant et l’arrière du pied, bien dosé en puissance. La stabilité a été jugée dans la moyenne et l’accroche au dessus de la moyenne. La languette est très rembourrée et répartit efficacement la pression du lacet. Last but not least, le pare pierre est vraiment bien conçu.

Le test ESCAPE Le shape de la Pulsion 09 est dédié aux pieds fins. L’enveloppement du pied est plutôt du genre ferme. Il faut dire que les renforts et autres protections sont nombreux sur l’avant et sur le côté du pied. On peut courir dans les pierres sans aucun risque, on ne se blessera pas ! Le laçage est très puissant (lacets courts), le pied ne bouge plus ! L’amorti talon est présent mais l’ensemble du travail de la semelle est plutôt rigide. L’accroche est très puissante, de manière générale cette chaussure dispense une sensation d’invincibilité. Stable, un peu lourde, elle peut-être utilisée sans aucune arrière pensée pour du fast packing.

Prix I NC LE PLUS

Tout est efficace LE MOINS RAS

LE PLUS

New Balance I MT 876 OR Le test ESCAPE La New Balance est une chaussure légère qui s’attaque au chronomètre. Sa principale caractéristique concerne son amorti puissant sur l’avant du pied et surtout derrière. C’est extrêmement agréable en terrain caillouteux. On note aussi qu’elle est très respirante grâce à son mesh. Elle offre peu de tenue de cheville, sa tige étant très basse. Le grip de la semelle est important, de quoi se tirer de presque tous les mauvais pas en trail. Confortable, elle n’est pas facile à chausser (cou-de-pied qui a du mal à passer) et le lacet doit être accompagné à la main pour qu’il coulisse correctement. Le système de languette est peu pratique. Mais une fois chaussée, elle offre un enveloppement du pied de haut niveau. Cette chaussure souple permet d’envisager des trails engagés, y compris en terrain gras.

Prix I 150 euros LE PLUS Amorti de haute qualité LE MOINS Laçage demandant de

Prix I 109,90 EUROS

Puissance de l’accroche LE MOINS Le poids. Peu d’amorti

Mizuno I Wave Cabrakan 2 Le test ESCAPE Il s’agit d’une chaussure très légère qui rend de l’énergie, on sent que le châssis est très étudié. Le déroulé, la foulée sont très agréables, ça donne envie de repousser ses limites. L’avant du pied est peu tenu, le mesh se détend. La tige est assez basse, il faut donc être plutôt solide des chevilles. L’accroche est très puissante et la protection de l’avant pied très bonne. L’amorti est ferme, on a la sensation d’être proche du sol, surtout sur l’avant. On ne sent pourtant pas les aspérités du terrain (cailloux pointus), la semelle étant suffisamment épaisse. Cette Wave Cabrakan 2 est donc un modèle d’attaque qui permet d’aller vite en compétition.

Prix I 130 euros LE PLUS Energie du châssis LE MOINS Mesh qui se détend sur l’avant du pied


50

TEST CHAUSSURESTRAIL

Escape #35

Tecnica I Diablo Max Montrail I Badrock Le test ESCAPE Le tableau général de cette Montrail est bon, on a découvert une chaussure stable, légère, dotée d’un solide grip en dévers. Le volume sur l’avant du pied est bien étudié et la protection du pied effective contre les chocs. Il s’agit d’une chaussure légère qui distille sur piste une sensation de peu d’amorti, ça tape un peu. Par contre sur les cailloux ou sur un parcours tourmenté, la semelle filtre bien, on ne sent pas les remontées du terrain. L’avant du pied est peu maintenu alors que le talon bénéficie d’un bon enveloppement. Le laçage se met en place facilement et ne nécessite pas d’attention particulière. La Badrock convient aux trails estivaux car elle très aérée (mesh).

Le test ESCAPE La Diablo Max est une chaussure à l’amorti remarquable, c’est simple, elle filtre tout. Avec elle on peut dévaler des pentes sans retenue et sans choc sous la voute plantaire. Le confort général est excellent… une fois le pied glissé dans la Tecnica. Mais l’opération demande de l’attention car le système de chausson est peu facile d’approche : il faut bien distendre l’enveloppement de l’empeigne. L’accroche est excellente sous tout type de terrain et le grip bien dosé : pas trop présent sur terrain roulant et efficace sur partie grasse. Son déroulé a été jugé très satisfaisant, on sent une chaussure qui a du jus dont le châssis est vivant. La ligne Max du fabricant italien se singularise par un shape oversize qui favorise stabilité et qualité de l'amorti. Le tout avec une structure légère et pleine de répondant !

Prix I NC LE PLUS

Accroche en dévers LE MOINS Peu d’amorti

Prix I 140 EUROS LE PLUS Amorti king size LE MOINS Peu facile à chausser

Lafuma I Speed Trail

La Sportiva I Crosslite

Le test ESCAPE Cette Lafuma est assez facile à chausser. Un fois le pied passé, on retrouve le laçage à deux curseurs qui permet de serrer le lacet sur l’avant du pied et aussi sur le haut de l’empeigne. La tenue du pied recueille d’excellentes notes et la stabilité a été jugée très correcte. On remarque rapidement que l’on reste très en contact avec le sol, l’amorti étant peu présent. La semelle est épaisse, elle ne fait pas remonter les aspérités de la piste. Le poids est dans la moyenne et le talon est très bien maintenu. L’accroche est bonne. Cette Speed Trail est recommandée pour les terrains roulants ou pour le fast packing.

Le test ESCAPE La Crosslite porte bien son nom, c’est une chaussure de course en lien direct avec le sol, pour une grande précision d’appui. Les coureurs dotés d’articulations fragiles la trouveront trop raide alors que les autres apprécieront la transmission directe des appuis. On a aimé sa légèreté et ses protections bien disposées. La Sportiva est très stable, elle possède en outre un grip puissant en dévers. On a la sensation d’être dans un roadster prêt à faire sauter le chronomètre. Sans concession, elle s’adresse aux trailers pointus à la recherche de la performance.

Prix I 100 EUROS LE PLUS

Efficacité du laçage LE MOINS Amorti faible

Prix I 105 euros LE PLUS Grande précision LE MOINS Amorti très ferme


30 JOURS POUR ESSAYER

Avec la Ravenous™ vous allez trouver chaussure à votre pied. Vous avez 30 jours pour l’essayer, courir et sauter sur tous les terrains. Nous sommes persuadés que vous l’adopterez. Dans le cas contraire nous vous remboursons jusqu’à 30 jours après votre achat. Infos et liste des points de vente sur demande au 00800 43 78 78 33 ou Europe-Consumers@columbia.com.

col u m b i a .co m


52

Paroles d'Experts

Escape #35

Laetitia Roux Âge : 25 ans Profession : formation de Kinésithérapeute Année de pratique : 2006 pour le ski-alpinisme, et depuis l'été 2010 pour le trail

L

etty" est entré dans le team Salomon l'année dernière. Grande championne de ski-alpinisme (elle est actuellement deuxième du classement général de la coupe du monde), c'est tout naturellement qu'elle s'est tournée vers le trail, au départ pour l'entraînement, puis pour la compétition. Pour 2011, la jeune championne termine donc sereinement sa saison de ski, avant de reprendre l'entraînement en trail, "après deux semaines de repos !" Originaire des Hautes-Alpes, Laetitia a ses habitudes pour les séances de préparation. "Quand je suis chez moi, j'aime courir sur les sentiers autour du lac de Serre-Ponçon. Il y a notamment la montée du Pic de Morgon, un sommet qui domine de lac : 1200 m de dénivelé positive, des montées bien raides, c'est parfait pour se mettre en jambes." Pendant ses courses, Laetitia utilise les vêtements Exo Sensifit, qu'elle apprécie pour leur soutien : "ça offre un bon maintien musculaire, surtout en descente, quand ça tape."

Les spécialistes

Le trail vu par les experts et leurs conseils pour bien le pratiquer

Thierry Ravanel

Âge : 54 ans Profession : accompagnateur en montagne l'été, moniteur ESF l'hiver

T

hierry Ravanel, patron des magasins de sports Ravanel & Co, est une figure incontournable de Chamonix. Passionné de sport et de montagne, il a une vision bien à lui du matériel. "Quand je vois un produit, je le conçois toujours dans son ensemble. Je pense toujours à tout ceux qui sont derrière, les concepteurs, les designers, les testeurs… Beaucoup de gens aujourd'hui ne voit que le produit fini, sans penser à tout le travail qu'il y a en amont." Un de ses derniers coups de cœur : le sac à dos Advanced Skin, le dernier né des sacs pour le trail. "C'est un nouveau concept, enchaîne Thierry. On est dans le minimalisme. C'est un produit qui marche très bien, que l'on vend autant aux femmes qu'aux hommes. C'est un sac que j'utilise régulièrement, je vais d'ailleurs le prendre avec moi pour le marathon de Paris. Au-delà d'une utilisation trail, c'est un modèle vraiment apprécié pour les marathon, où les gens en ont marre de se faire bousculer aux ravitaillements !" Sa sortie préféré en montagne ? "Le tour du Mont Blanc est un itinéraire que j'adore. Je l'ai fait 130 fois !"


François d'Haene Âge : 25 ans Profession : kinésithérapeute Années de pratique : pratique le trail depuis 2006

À

25 ans, François d'Haene fait partie des meilleurs trailers français. Formé à l'école de l'athlétisme, notamment avec les cross, il éprouve néanmoins le besoin de pratiquer son activité en plein nature. "Depuis trois ou quatre ans, je pratiquais de plus en plus la montagne : du VTT, de la rando, du ski, de l'alpinisme… C'est donc presque naturellement que j'ai essayé le trail." Et visiblement, ça lui a plu ! Il s'inscrit en 2006 au Tour des Glaciers de la Vanoise, qu'il remporte avec plus de vingt minutes d'avance sur le second… Aujourd'hui, quand il s'entraîne, François aime se retrouver chez lui, dans les Cévènnes. "J'aime beaucoup faire le tour du Mont Bougès. C'est un itinéraire très sympa, avec 700 m de dénivelé, que je fais en 1 h 20. C'est un bon coin pour s'entraîner". Côté matos, François utilise, comme le reste du team, les chaussures XT Wings S-Lab. "Ce sont des chaussures assez légères et souples, mais avec un très bon maintien. La semelle est très rapide, avec une bonne accroche."

Ryan Sandes Âge : 29 ans Profession : Athlète professionnel Le Sud-Africain Ryan Sandes fait parti du gotha du trail running depuis 2008, année où il remporte les prestigieuses courses Gobi Desert Race et Sahara Desert Race. Depuis, il a gagné certains des plus gros trails de la planète, en s'adjugeant généralement le nouveau record de temps. "Le trail est un véritable mode de vie pour moi. Quand je cours, je ressens une sensation de liberté, qui me permet d'échapper aux mauvais côtés de la réalité." Mais au-delà de la liberté, sa réussite passe surtout par un entraînement drastique. "Je m'entraîne 18 à 25 heures par semaine. Il y a un "jouet" que j'aime particulièrement quand je m'entraîne, c'est ma montre X10 (de Suunto, ndlr) : elle me dit exactement à quelle vitesse je cours, quelle distance j'ai parcouru, combien de mètre de dénivelé j'ai grimpé…" En bon Sud-Africain, le parcours qu'il préfère se trouve chez lui : "J'aime beaucoup le parcours de qu'emprunte le Hout Bay Trail Challenge. C'est un piste qui offre une vue panoramique sur Cape Town, ainsi que des points de vue sur les océans Atlantique et Indien. Magique !"


54

matos d'Experts

Escape #35

Thierry Ravanel François d'Haene Salomon / XT Wings S-Lab

La chaussure de trail running haut de gamme, en version competition. Le serrage Quiklace est à la fois simple et efficace, car très précis. La semelle intercalaire, en EVA triple densité, assure un bon amorti et une grande stabilité pendant la course. Des matériaux résistants, respirants et légers sont intelligemment disposés à des endroits clés pour optimiser le confort et l'aération, alors que tout autour de la chaussure, un parepierres protège le pied des éventuels coups.

Salomon / Advanced Skin S-Lab

Tout le savoir-faire de Salomon condensé en un produit. Le sac Advanced Skin S-Lab est conçu pour les trails intenses : très ergonomique, léger, en un mot minimaliste, il représente une vraie innovation. Conçu avec des matériaux légers et respirants, comme le mesh, il se ferait presque oublier tant sa conception bien pensée laisse une totale liberté de mouvement. Là encore, vous pourrez retrouver une vidéo d'Adam Chase qui vous le présente.

LE CHOIX DES EXPERTS Ryan Sandes

Suunto / X10

Avec ses 76 grammes, la X10 est le compagnon idéal des sportifs et aventuriers. En plus de vérifier en permanence la pression barométrique, histoire de ne pas être surpris par la météo, la X10 enregistre votre vitesse, la distance parcourue et l'altitude, ainsi que les points d'intérêt que vous rencontrez en chemin. Elle dispose en outre des traditionnels boussole et altimètre, ainsi qu'un ingénieux système de repérage GPS : une fois arrivé à destination, vous n'avez qu'à basculer en mode Track Back pour être guidé sur le chemin du retour !

Laetitia Roux Salomon / Exo Sensifit

Les vêtements bénéficiant de la technologie Exo Sensifit sont destinés à améliorer les performances des coureurs pendant l'effort, mais aussi la récupération d'après course. L'Exo Sensifit renforce le maintien musculaire et apporte un effet de compression pour une meilleure efficacité. Rendez-vous sur le site www.salomon.com pour visionner une excellente vidéo d'Adam Chase qui présente la technologie Exo Sensifit (en anglais).


nkel.se

LA CUISINE ITINERANTE PRIMUS Eta est une nouvelle génération de réchauds conçue pour ceux qui souhaitent cuisiner en plein air tout en respectant l’environnement. Avec notre réchaud Eta, vous pouvez réduire le temps de cuisson et la consommation de combustible d’un tiers. Cependant notre engagement pour l’environnement ne s’arrête pas là. Nous participons au reboisement de la forêt tropicale par le biais de Bauminvest et compensons ainsi pour les faibles émissions de carbone que notre réchaud Eta produit. Nombreux sont ceux qui ont découvert que PRIMUS Eta est un réchaud vraiment malin.

PAS ETONNANT QUE LA NATURE NOUS AIME !

Primus est allé pratiquement partout. Où êtes-vous allés ? Visitez www.primus.se pour partager vos aventures et pour en savoir plus sur notre engagement pour l’environnement

TOP ROCK - info@toprock.fr - www.toprock.fr - Tél. 04 75 02 77 60


Contention, compression on vous dit

tout

Kilian Jornet utilise depuis plusieurs saison des vêtements de compressions, pendant et après les trails.


57

EQUIPEMENT TRAIL

Escape #35

En plein boom depuis quelques saisons déjà, les vêtements de compression et de contention sont un véritable atout pendant la course, mais aussi pour la récupération d'après-course.

F

in des années 90, la contention et la compression sortent du milieu médical pour arriver dans le sport. Le principe : en comprimant le corps, on augmente le diamètre des artères dans les jambes et active le flux sanguin, pour améliorer le transport de l'oxygène vers les muscles. L’effet de compression est obtenu par le biais d’un fil de compression élastique tricoté de manière précise. Il exerce une pression sur les muscles en mouvement. La marque allemande CEP, en tant que pionnier dans les vêtements de compression, exploite ainsi un phénomène physiologique relativement méconnu : lorsque la pression exercée aux abords de l’artère augmente, les muscles, dans la paroi artérielle, se relâchent. Du fait que les muscles se relâchent, le diamètre des artères, par conséquent, augmente et le sang, riche en oxygène, afflue mieux et plus rapidement dans les artères.

La compression accroît aussi la récupération

L’un des autres avantages de la compression réside dans le processus de régénération amélioré après l’activité sportive. Car oui, même à l’état de repos, la compression stimule la circulation sanguine. Ceci permet d’accélérer et d’optimiser la régénération. "J'utilise des vêtements de compression depuis longtemps pour la récupération, explique Thomas Lorblanchet, coureur du tram Salomon. En course par contre, c'est un peu différent, je les utilise comme un soutien supplémentaire." Grâce à une circulation sanguine améliorée, les réserves musculaires vides sont réapprovisionnées plus rapidement en substances nutritives et le lactate est éliminé plus rapidement. De la même manière, le processus de guérison des blessures mineures, par exemple des courbatures, est accéléré. Il est même recommandé de revêtir des vêtements de compression avant même de débuter l’activité sportive. Grâce à un flux sanguin amélioré, les muscles et l’ensemble de l’appareil locomoteur sont amenés à « température de service ». À l’instar d’un moteur automobile, l’organisme se réchauffe et peut ensuite atteindre son plein régime avec un risque de blessure amoindri.

Les muscles, au niveau de la paroi artérielle, réagissent mieux à des différences de pression. Grâce à la compression, la pression environnante augmente. Résultat : les muscles, au niveau de la paroi artérielle, se détendent et le diamètre de l’artère augmente. La quantité d’oxygène parvenant au tissu musculaire est accrue et le sang est plus riche en nutriments, améliorant à la fois les performances pendant l'effort, ainsi que la récupération.


58

EQUIPEMENT TRAIL

Escape #35

Skins / RY400 Conçu pour améliorer la récupération, le haut RY400 doit être porté au minimum trois heures après l'activité sportive. Prix public conseillé : 100 euros

CEP All Sports Compression Les manchons CEP All Compression améliorent les performances pendant la course et favorisent la récupération après l'effort. Prix public conseillé : 35 euros

Après la théorie, la pratique !

Le best of des vêtements de compression. Salomon Exo Wings TW Short Très léger, ce short d’été conçu pour le trail running améliore le maintien des muscles tout en offrant une bonne liberté de mouvement.  Prix public conseillé : NC

Skins / RY400 Si l'effort a été important, on peut très bien porter ce vêtement de récupération pendant la nuit. Prix public conseillé : 110 euros

Salomon / Exo III Calf La technologie EXO SENSIFIT assure un meilleur maintien et une meilleure circulation sanguine pour les muscles du mollet, améliorant ainsi les performances et la récupération. Indispensable pour les coureurs de trail chevronnés.   Prix public conseillé : NC

CEP / Trek CEP, marque allemande de sous-vêtements spécialisés dans la compression, est distribué en France par Monnet. Les bénéfices de la compression sont prouvés cliniquement et médicalement. Prix public conseillé : 49 euros

C

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K


w w w. t o p r o c k . f r info@toprock.fr


60

AGENDA TRAIL

Escape #35

Les principales courses de montagne et marathons en France et ailleurs, d'avril à juin. AVRIL

I Sultan Marathon des Sables 26ème édition de cet ultra trail mythique qui traverse le Sahara sud-marocain, sur 250 km. Maroc, du 1er au 11 avril 2011 www.darbaroud.com

La course compte pour le Challenge Salomon Endurance Mag. Desaignes (07), 29 avril 2011 www.trailardechois.com

I Trail des Glaisins Deux parcours pour ce trail annécien, 17 et 30 km. L'intégralité des bénéfices de cette journée est reversée à une famille en difficulté financière, au travers de l'association L'Ange Nony. Annecy (74), 2 avril 2011 http://usma74.free.fr

MAI

I Lyon Urban Trail Pour sa quatrième édition, le LUT verra près de 5000 coureurs se presser au départ des trois courses (12, 23 et 38 km), qui font cette année encore la part belle aux escaliers de la ville : près de 7000 marches attendent les coureurs ! Lyon (69), 3 avril 2011 www.lyonurbantrail.com I Tecnica Vertical Race Sainte Victoire La Sаіntе Vісtоіrе,située еntrе Aіx еt Mаrsеіllе, sеrа lе théâtrе dе lа seconde mаnсhе dеs Tесnіса Vеrtісаl Rасе, аvес un parcours de 3.8 km еt 650 m D+ : les meilleurs ne mettent que 25 min, vous êtes prévenus… Vаuvеnаrguеs (13), 9 avril 2011 http://verticalrace.over-blog.org I Marathon de Paris Des Champs Élysées à l'avenue Foch, en passant par Bastille, Nation, Vincennes ou encore les Tuileries, ce sont les traditionnels 42,195 km qui attendent les coureurs pour cette 35ème édition. Paris (75), 10 avril 2011 www.parismarathon.com I Trail des Balcons d'Azur Au coeur du massif de l'Esterel, le TBA se décline cette année sur quatre courses, 52 km et 2400 m D+, 33 km et 1800 m D+, 18 km et 900 m D+ et une nouvelle course réservée aux dames, l'Azuréenne : 9 km et 400 m de D+. Mandelieu-la-Napoule (06), 23 avril 2011 www.traildazur.com I Trail de l'Ardéchois Deux parcours de 57km ou 34km,uniquement par sentiers et chemins de grande randonnée en moyenne montagne, pour découvrir le plateau ardéchois avec ses paysages typiques.

I Trail Nivolet-Revard Une belle course de 51 km (2700 m de dénivelé) еn mіlіеu mоntаgnаrd, dаns lе Pаrс nаturеl du Mаssіf dеs Bаugеs, avec un pаnоrаmа еxсеptіоnnеl sur lе lас du Bоurgеt tout au long du parcours. Voglans (73), 1er mai 2011 www.nivoletrevard.fr I Impérial Trail Napoléon 40 km au départ de la place du Casone à Ajaccio, jusqu'aux iles sanguinaires et retour, pour ce trail sur l'île de Beauté. Ajaccio (2A), 7 mai 2011 www.corsica-run.com I Tecnica Vertical Race Mont Ventoux Lе géаnt dе Prоvеncе ѕеrа lа 1èrе pеtіtе fіnаlе dеѕ Tеcnіcа Vеrtіcаl Rаcе. Pluѕ lоng еt аvеc pluѕ dе dénіvеlé quе lеѕ аutrеѕ mаnchеѕ, il présente un parcours de 10km еt 1500m dénіvеléѕ pоѕіtіfѕ ѕаnѕ аucunе dеѕcеntе...Avis aux amateurs. Saint-Léger-du-Ventoux (84), 7 mai 2011 http://verticalrace.over-blog.org I Trail des 3 Dauphins Au coeur du Lavandou,une magnifique course de 27,5 km (1050 m de dénivelé), qui compte pour le Championnat du Var des Trails 2011. Le Lavandou (83), 8 mai 2011 http://traildes3dauphins.sportblog.fr I The Track Outback Race 2011 On traverse la planète pour ce trail australien de 590 km en neuf étapes et en autosuffisance alimentaire. Pour les "petits bras", un course plus courte de 322 km est également proposée… Alice Springs (AUS), du 10 au 19 mai 2011 www.thetrack-outbackrace.com I Bretagne Ultra Trail Ce sont deux courses de 120 et 64 km qui vous attendent. Le pаrсоurs 120 km, déсоupé еn 12 sесtіоns, vоus fera déсоuvrіr à сhаquе fоіs un pеtіt bоut du tеrrіtоіrе du Mоrbіhаn еt du Fіnіstèrе. Guern (56), 14 mai 2011 http://trailarmorargoat.canalblog.com

I Ultra Trail du Mont Fuji Lе tоur du Mоnt Fujі аvеc un déраrt аu bоrd du lаc Kаwаguchі-kо роur unе dіstаncе dе 160 km аvеc un dénіvеlé d'еnvіrоn 8000 m D+ au pays du soleil levant. Kawaguchi (JPN), 20 mai 2011 www.ultratrailmf.com I Maxi-Race Trail Un événement organisé "par des coureurs, pour des coureurs" : trois parcours au programme, 80, 40 et 4 x 20 km en relais, au départ du petit port à Annecy-le-Vieux. Annecy-le-vieux (74), 29 mai 2011 www.annecime.org

JUIN

I Trans'Ju Trail Prévuе à l'іnvеrsе dе sа grаndе sоеur hіvеrnаlе, lа Trаnsјurаssіеnnе, la Transju'Trail prоpоsе un pаrcоurs dе 70 km rеlіаnt Моuthе à Lаmоurа (Cоmbе du Lаc), un 34 km pаrtаnt dе Моrеz, et un 18 km au départ de la station des Rousses. Mouthe (39), 5 juin 2011 www.transjutrail.com I Trail de l'Oisans Trаіl dе mоyеnnе mоntаgnе, lеs pаrcоurs (30, 20, 10 et 1 km) sе dérоulеrоnt sur dеs pіstеs еt sеntіеrs dе mоntаgnе dаns unе аmbіаncе d'аlpаgе еt dе très bеllе fоrêt. Ornon (38), 5 juin 2011 www.montagne-oisans.com I Volcano Trail Ce раrcоurs mythіquе de 51 km (4000 m D+ et 3500 m D-) fаіt раssеr les coureurs du bоrd dе mеr аu Sаvаnеs d'аltіtudеs dе lа Sоufrіèrе, еn раssаnt раr lа mаgnіfіquе rіvіèrе du Gаlіоn, l'аscеnsіоn dеs Mоnts Саrаïbеs, dе lа trаcе dе l'Armіstіcе еt dеs rеdоutаblеs crêtеs du Саrmіchаël. Basse-Terre (97, Martinique), 11 juin 2011 www.altitudestropicales.com I Trophée de la Meije Cоuгsе nаtuге de 30 km, pгіncіpаlеmеnt suг chеmіn, dаns lа vаlléе dе lа Наutе Rоmаnchе, lе tгоphéе tгаvегsе lеs nеuf hаmеаux du cаntоn dе Lа Gгаvе, avеc un pаssаgе dаns lа zоnе cеntгаlе du Pагc Nаtіоnаl dеs Ecгіns. Existe aussi en 23 et 8 km. La Grave (05), 11 juin 2011

I Trail des Allobroges Une course sur les sentiers du Balcon du Léman, déclinée en trois parcours : Trail des Allobroges (58 km, 4000 m D+/-), Trail des Crêtes (35 km,2000 m D+/-) et Course nature du Brévon (15 km, 800 m de dénivelé). Bellevaux (74), 12 juin 2011 www.bellevaux.com I Grand Trail des Écrins Cette quatrième édіtіоn est рrороsé sur dеux jоurs, аu cоеur du Pаys dеs Écrіns : dеux étареs qui tоtаlіsеnt рlus dе 85 km, еt 9000 m dе dénіvеlé… еt surtоut dеs іmаgеs іnоublіаblеs du massif des Écrins. L'Argentière-la-Bessée (05), 19 juin 2011 http://trail.paysdesecrins.com I Aravis Trail 2011 Cette course qualificative pour l'UTMB se décomposent en trois étapes, que l'on peut faire indépendamment : 35 km le samedi, 16 km en nocturne le samedi soir et 58 km le dimanche. Les plus courageux pourront se faire la "Totale" des trois étapes, soit 109 km pour 7500 m D+ ! Thônes (74), 24 juin 2011 www.aravistrail.com I Gobi March 2011 La Gоbі Mаrch еst unе cоursе à pіеd dе sіх jоurs, pоur unе dіstаncе dе 250 kіlоmètrеs sur un terrain varié : tеrrеs аrіdеs, rоchеuх, lіt dеs rіvіèrеs, pіstеs pоussіérеusеs еt dunеs dе sаblе attendent les compétiteurs qui devront aussi composer avec les températures, qui vont de 10 à 45°C selon les parties de la course ! Urumqi (CHN), du 25 juin au 2 juillet www.4deserts.com/gobimarch


Trois treks à la carte

Khumbu, Mont-Blanc et Rome, trois idées pour marcher

P.

64

P.

72

Le Khumbu

Le Tour du Mont Blanc

Voyage en pays sherpa

Le plus célèbre trek des Alpes

Enquête

Où en est le marché de l'outdoor en 2011 ? PAGE

88

Tests

Vestes rando / trek, la selection Escape PAGE

90

P.

80

Rome

Trek au cœur de la cité éternelle

Shopping

Tout ce qu'il vous faut pour partir trekker PAGE

94


64

TREK FRANCE

Escape #35

Tour du Mont-Blanc Le plus beau trek des Alpes françaises

Texte et Photos : Christophe Raylat


Le plus célèbre trek alpin des Alpes se résume sobrement en trois lettres, TMB, devenues légendaires par la qualité de cet itinéraire qui offre chaque jour son lot de panoramas d’exception.

S

i Chamonix est la capitale mondiale de l’alpinisme et sa vallée totalement offerte à un tourisme omniprésent, le versant italien du mont Blanc présente un visage totalement différent. Passés le col de la croix du bonhomme puis celui de la Seigne, l’ambiance devient très vite plus sauvage et impressionnante avec l’arrivée dans le val Vény et la découverte de cette étonnante vallée alpine dominée de glaciers chaotiques et de parois vertigineuses. Le versant Fréney du Mont Blanc avec ses aiguilles Noires et Blanches de Peuterey a des allures de grands sommets himalayens, et les piliers de granit se dressant à plus de 4 500 m ont bien plus d’envergure que la grosse calotte glaciaire dominant Chamonix. C’est le moment de faire une première entorse à l’itinéraire «  classique  » pour gravir le mon Fortin

par le col de Chavannes, qui domine ces balcons du val Veny. Une rude ascension récompensée par le plus beau panorama de la vallée. Pour ceux qui ont préféré ne pas ajouter cette ascension à une étape déjà longue, la descente dans le vallon de la Lée Blanche conduit directement au refuge Elisabetta, construit en 1953 par Monsieur Soldini en mémoire de sa femme décédée en montagne. Le lendemain, sur le sentier de Courmayeur, il faut absolument faire un léger crochet pour admirer le lac glaciaire de Miage et contempler le turquoise de ses eaux, sa barrière de glace et l’aiguille Noire de Peuterey qui domine. L’ensemble n’a rien à envier à la Patagonie. Gianfranco Sappa, guide de haute montagne à la compagnie des guides de Courmayeur ne tarit pas d’éloge sur le fameux tour du Mont-Blanc, mais tient toutefois à souligner les

Vue Panoramique sur le massif du Mont-Blanc. Typiquement le genre de points de vue que l'on rencontre sur l'itinéraire.


66

TREK FRANCE

Escape #35

qualités uniques de son versant italien. « Nous avons la chance d’avoir des panoramas et des sentiers balcons uniques. Le massif du Mont-Blanc est ici tout proche car la vallée est bien moins large que celle de Chamonix, cela permet des points de vue très spectaculaires où se côtoient la haute montagne et la douceur des alpages. Les parois impressionnantes des Grandes Jorasses ou du mont Blanc avec un premier plan très doux, c’est vraiment unique. Et je conseille à tout le monde de compléter le tracé traditionnel du tour du Mont-Blanc par une variante de cinq jours permettant de sortir du sentier principal pour mieux savourer la richesse du Val Ferret et du Val Veny… ».

Au Refuge de Maison Vieille, pierres authentiques et intérieur chaleureux sont au rendez-vous., « c’est leur troisième étape et la première en Italie. L’enthousiasme est un peu émoussé, il faut les requinquer et assurer au niveau culinaire. » Giacomo Colosi

Pasta, grappa, grola et tutti quanti !

Au Refuge de Maison Vieille, pierres authentiques et intérieur chaleureux sont au rendez-vous. Le gardien du refuge, Giacomo Colosi est ce qu’on appelle « un personnage  ». Au soleil couchant il arrive avec ses chevaux. En ce début de saison, ils montent de la vallée pour la première fois et passeront l’été sur l’alpage. Bonheur général, le voici maintenant dans la salle à manger sur son cheval, tenant dans ses bras un fiston ébahi. A l’heure de la grappa Giacomo raconte ses dix huit ans de vie montagnarde : « Je suis de Toscane, longtemps installé sur l’île d’Elbe, j’ai découvert la montagne tardivement. Ici, je reçois principalement des randonneurs sur le TMB, c’est leur troisième étape et la première en Italie. L’enthousiasme est un peu émoussé, il faut les requinquer et assurer au niveau culinaire. Pasta, grappa, grola et tutti quanti ! Ils repartent avec un moral d’acier… »… A quelques minutes du refuge, sur le TMB, le lac de Checroui, légèrement à l’écart nécessite un arrêt prolongé. Il offre un panorama digne des meilleures cartes postales sur les arêtes de Peuterey, sur les redoutables piliers du Fréney et autres arêtes de l’Innominata… Il offre également aux belles heures du midi la possibilité d’un bain « frais et inoubliable ». La descente sur Courmayeur est rapide et, bien que la ville soit nettement plus agréable et mieux préservée que Chamonix, on a très vite envie de reprendre de l’altitude et rejoindre le refuge Bertone. Entre les refuges Bertone et Elena, il est indispensable de consacrer une journée à l’exploration du petit vallon à

l’entrée duquel a été construit en 1998 le refuge Bonatti. Pour l’atteindre, le sentier balcon longe la côte 2000 et traverse les touffes truculentes de rhododendrons en fleurs. Un sentier sans fatigue, totalement dédié à la contemplation. Les nuages s’accrochent sur les 4 200 m des grandes Jorasses dont le versant sud, tumultueux et glaciaire, semble à portée de main. Il faut savourer ce sentier exceptionnel en faisant un léger détour qui permet de rejoindre le refuge Bonatti. Ce refuge porte le nom de l’un des plus grands alpinistes italiens, Walter Bonatti, qui possède d’ailleurs sa chambre privée où il vient régulièrement passer quelques jours. Sur les traces de Bonatti

En acceptant la proposition de son ami le marin Pierre Sicouri, Bonatti a offert un grand nombre de photos retraçant son parcours d’alpiniste et de grand voyageur. En Italie, comme pour la communauté

Ci-dessus : Le refuge Maison Vieille, à 1956 m d'altitude, au-dessus de Courmayeur. Page de droite, en haut : Avec un peu de chance, vous pourrez apercevoir des chamois. Page de droite, en bas : Petite pause dans le Val Ferret


68

TREK FRANCE

Escape #35


A gauche : Le glacier du Bionnassay.


70

TREK FRANCE

Escape #35

internationale d’alpinistes, il est une véritable légende vivante. À 73 ans, le voici revêtu de l’honneur rare de donner, de son vivant, son nom à un refuge d’altitude. Et pas n’importe lequel ! En plus de sa position centrale dans la vallée et de son panorama exceptionnel le site donne accès à plusieurs randos sauvages et magnifiques vers les vallons d’Armina et de Malatrà. Ces petites vallées herbeuses et accueillantes avec vue plongeante sur les parois des 4000 voisins. Pour peu que quelques nuages s’en mêlent, que la lumière vienne raser les versants on peut facilement s’imaginer en trek au cœur de l’Himalaya. Sur la Testa Bernarda et la montagne de la Saxe le premier plan évoque l’Altaï ou les montagnes infiniment vertes de Mongolie, sur fond de glace et de roc. Après ces quelques jours de balcons sud, le passage du col Ferret (le petit), annonce un changement d’ambiance avec le passage en Suisse et une haute montagne moins spectaculaire. L’ambiance redevient alors plus pastorale avant de devenir franchement

glaciaire avec le retour sur la France via la fenètre de l’Arpette et la proximité des glaciers du Trient et du Tour au col de Balme. Les sentiers deviennent alors plus fréquentés en particulier aux abords du Lac Blanc dans lequel se reflète l’Aiguille Verte. Pour les deux derniers jours de ce trek le panorama est au beau fixe même si la présence de remontées mécaniques rend l’ambiance de ce versant nettement moins sauvage. Mais la magie des Aiguilles de Chamonix et des Trois Mont Blanc au coucher du soleil formeront malgré tout un point d’orgue majeur à un itinéraire qui a su garder tout son charme malgré une fréquentation en constante augmentation.

Le lac de Checroui, à 2165 m d'altitude, est situé entre le col éponyme et le col de Youla.


Pratique Accès

Période favorable

Le départ traditionnel du TMB se fait des Houches, mais beaucoup partent par le Tramway du Mont Blanc depuis la gare de Saint Gervais jusqu’au col de Voza et commencent le sentier à ce niveau. La gare de Saint Gervais est accessible facilement, un train de nuit part tous les jours de Paris pendant la saison d’été.

De mi-juin à mi-septembre. Attention en début de saison, les névés peuvent être nombreux et parfois dangereux à traverser (notamment le matin en cas de gel nocturne). Il est indispensable d’emporter une paire de crampons de randonnée légers.

La difficulté moyenne du TMB est abordable pour tout randonneur de niveau moyen. L’étape la plus difficile passant par le col de l’Arpette peut être évitée par les alpages de Bovines. A noter qu’il existe des variantes « par les hauts » qui permettent de corser un peu l’itinéraire et d’éviter les zones les plus fréquentées.

Portage Un système de navettes permet de transporter les bagages dans les différents refuges accessibles par la route. Certains itinéraires dits « conforts » offrent ce service tous les jours, sur des itinéraires plus classiques on retrouve ses bagages un jour sur deux.

Avec qui partir • Allibert Trekking. Plusieurs versions possibles : Confort, grand tour, classique... Tarifs à partir de 445 euros. Contact et infos www.allibert-trekking.com, tel : 04 76 45 50 50 • L’agence Stages Expéditions propose différentes options pour le Tour du Mont Blanc. Tarifs à partir de 595 e. Contact et infos www.stagexpe.com, tel : 04 50 55 94 26. • Grand Angle propose trois options du tour du Mont Blanc. Tarifs à partir de 535 e. Contact et infos www.grandangle.fr, tel : 04 76 95 23 00

• Topo guides FFRP : Tour du Mont Blanc • Topo guide IGN : Mont Blanc Cartes : • Pays du Mont Blanc 50 000eme Aravis / Chamonix / Courmayeur. • Cartes 1:25000 IGN : 3531 ET Saint Gervais les Bains Massif du Mont-Blanc 3630 ET / Chamonix

Via Ferrata Longe MATRIX GYRO

Contacts utiles • Office du tourisme des Contamines : Tel : 04.50.47.01.58 www.lescontamines.com • Office du tourisme de Chamonix : Tel : 04.50.53.00.24 www.chamonix.com • Office du tourisme st Gervais : tél. 04.50.47.76.08 Email : welcome@st-gervais.net www.st-gervais.net

Pour une via sans méli-mélo!

PUBLICITE

Difficulté

A lire


72

TREK HIMALAYA

Escape #35

Voyage

en terre sherpa Texte et Photos : Christophe Raylat

Au pied de l'Everest, le Khumbu est devenu en 60 ans le temple du trek himalayen. Sentiers très bien tracés, lodges confortables, panoramas hollywoodiens sur les plus belles montagnes de la planète, rencontres avec les célèbres Sherpas, rien ne manque à ce formidable cocktail, rêve de tout trekkeur qui se respecte. Nous vous embarquons pour un reportage au cœur de ces hautes vallées  himalayennes au pays des yacks et des montagnes aux altitudes stratosphériques… Emotions et grands spectacles sur les sentiers de Sagarmatha.


Côte 5200 m en montant depuis Dzongla vers le Cho La (5430 m). La vue sur le Haut Khumbu offre une myriade de sommets très esthétiques. Depuis l’Ama Dablam au fond en passant par le Kangtega, le Taboche ou le Cholatase, des 6000 aux versants abruptes qui constituent un terrain de jeu exceptionnel pour les alpinistes du monde entier. Des grands noms comme le Suisse Ueli Steck sont venus gravir des voies nouvelles sur ces sommets en préparation à des ascensions plus engagées sur des 7000 ou des 8000.


74

TREK HIMALAYA

Escape #35

Ci-dessu.s Les Sherpanis du Khumbu restent dans l'ombre de leurs glorieux maris. Certes, elles ne gravissent pas l'Everest mais pour elle le repos n'existe pas. Elles s'occupent des enfants, des cultures, de l'élevage et certaines sont même bûcheronnes ou porteuses lorsque la situation économique l'exige. Les statistiques de natalité restent tragiques au Khumbu, la mortalité infantile est très élevée et dans beaucoup de familles un enfant sur deux n’atteint pas l'âge de 15 ans. En haut à gauche. Fondés par Sonam Sherpa, ces lodges luxueux marquent une évolution importante dans la vallée du Khumbu, celle d’un tourisme de confort inhabituel au Népal. Présents à Lukla, Phakding, Namche Bazar, Thame et Kongde, ces cinq lodges accueillent principalement les groupes de grandes agences allemandes et françaises. Celui de Kongde, situé sur une large crête à plus de 4000m offre une vue imprenable sur le massif de l’Everest. De Namche Bazar, la vallée qui part à l’ouest conduit à Thame puis oblique au nord pour remonter lentement jusqu’à un grand glacier puis au col du Nangpa La. Ce col est célèbre car il a longtemps été un lieu de passage pour les tibétains fuyant l’occupation chinoise. Son franchissement est très difficile, à plus de 5700 m d’altitude et après 20km de glacier à remonter. En quittant cette vallée vers l’est on franchit le Renjo La à 5420 m qui offre un panorama exceptionnel sur le Cho Oyu, l’Everest et le Lhotse et permet de rejoindre la vallée de Gokyo au pied du Gokyo Peak.


Le Cho La également appelé Chugyema Pass est l'un des plus célèbres cols du Khumbu. Il est situé entre la vallée de Gokyo et la vallée de l'Everest. Son altitude varie suivant les sources, entre 5360 ml et 5430 m, la montée depuis le lodge de Dzongla (4800 m) est plus facile et rapide que celle depuis la vallée de Gokyo. Son petit glacier lui donne une allure de grands cols d'altitude.

Souvent appelée à tort la « capitale » du monde Sherpa, cette bourgade nichée dans un amphithéâtre naturel est en réalité le pôle économique le plus important de la vallée, alors que la capitale administrative est Salieri près de Phaphlu dans le Solo Khumbu, la partie basse de la vallée. Namche est un lieu d’échange historique entre les caravanes qui venaient autrefois du Tibet par le col du Nangpa La et le monde Sherpa. Aujourd’hui ses ruelles pavées sont accueillantes et l’on peut trouver tout le matériel technique nécessaire à un trek. Un bruit incessant provoqué par les tailleurs de pierres illustre la croissance permanente de Namche qui petit à petit remonte les flancs de la cuvette où elle est installée. Ci-contre. Les Sherpas du Khumbu ont reçu depuis cinquante ans un apport économique considérable grâce au développement constant du tourisme. Ils ont non seulement bénéficié de la présence de nombreux trekkeurs et alpinistes mais ils ont également développé des liens privilégiés avec eux ce qui a dirigé une grande partie de l'aide humanitaire au Népal vers le Khumbu. Aujourd'hui le niveau de scolarisation des enfants a considérablement progressé même s'il reste encore dépendant de l'aide extérieure. Les professeurs venus des collines du Teraï et mal rémunérés par le gouvernement font souvent défection à cause des conditions de vie difficiles.


76

TREK HIMALAYA

Escape #35


78

TREK HIMALAYA

Escape #35

Le fameux lac de Gokyo à 4800 m dont les eaux turquoises dégèlent début avril et qui offre un spectacle exceptionnel avec quelques « 8000 » à la clé. Depuis le sommet du Gokyo Peak (5400 m), grosse bosse bordant le lac, les trekkeurs peuvent contempler quatre des six plus hauts sommets de la planète : l’Everest (8848 m n°1), le Lhotse (8516 m, n°4), le Makalu (8481 m, n°5), et le Cho Oyu (8201 m, n°6), un panorama unique bordé par l'immense glacier du Cho Oyu. Le Gokyo Peak présente l’intérêt d’être à la fois très accessible pour les randonneurs tout en constituant une somptueuse incursion en altitude.


Khumbu

Ueli Steck - Alpiniste - Alpes Bernoises

Pratique

Il existe une grande variété d’itinéraires possible dans la région de l’Everest. Il faut savoir que dans l’ensemble les sentiers sont excellents même à plus de 5000 m (sauf en cas de neige fraîche). Depuis Lukla à 2800 m où l’on atterrit, il faut deux jours pour rejoindre Namche Bazar à 3500 m. Une journée d’acclimatation est en générale prévue avant de partir vers les vallées supérieures, soit celle de Thame, soit celle de Gokyo, soit celle du haut Khumbu qui donne accès au camp de base de l’Everest. Il existe trois grandes catégories de trek. • Les treks découverte de moyenne altitude (max 4500 m). Vous pouvez profiter de magnifiques panoramas sur les sentiers partant de Namche Bazar en direction de Pengboche, ou de Thame. Ces sentiers sont équipés de lodges confortables comme les Yeti Mountain Home, véritables hôtels d’altitude. • Les treks sur les grands cols. Ces itinéraires sont les plus spectaculaires car ils permettent de passer d’une vallée à l’autre et de gravir des sommets de treks offrant des panoramas exceptionnels, comme le Gokyo Peak (5483 m) ou le Kala Patthar (5645m). L’hébergement se fait en lodges. Ces itinéraires sont réservés aux bons marcheurs. • Les trekking Peak, pour ceux qui veulent vivre l’expérience d’une petite expédition en altitude, vous pouvez gravir un sommet de 6000 m à l’issue du trek. Le plus célèbre est l’Island Peak (6189 m), d’autres sont possibles comme le Pachermo (6272 m) ou le Lobuche East (6035 m).

Ci-contre. Au-dessus de Dingboche commence la haute vallée du Khumbu. A l’arrière plan, le Kangtega et le Thamserku semblent de moins en moins hauts alors que l’on s’approche de la base du Lhotse et de l’Everest.

A lire • Everest trekker’s guide, éditions Cicerone Press, en anglais, 22 e. • Guide trekking, le Khumbu, ses montagnes, ses Sherpas, ses treks, Varja Books, 15 e. • Trailblazer, trekking in the Everest region, Eds Trailblazer, 25,50 e. • Lonely Planet, Trekking in the Nepal Himalaya, Lonely Planet, 24e50.

www.julbo-eyewear.com PUBLICITE

En bas, à gauche. La formidable barrière de la face sud du Lhotse surmontée de la pyramide sommitale de l'Everest constitue l'un des vues les plus célèbres et les plus saisissantes du Khumbu. Quatre kilomètres de parois qui ont constitué un objectif ultime pour des générations d'himalayistes. Depuis Rheinold Messner, jusqu'à Pierre Béghin et Christophe Profit, les meilleurs ont butté sur des difficultés allant crescendo jusqu'à plus de 8000 m d'altitude. Le polonais Kukuzka, deuxième homme a avoir gravi les 14 « 8000 » se tua lors d'une tentative qui faillit bien aboutir en 1989. Ce n'est qu'en 1990 qu'une forte expédition russe parvint à la gravir. Reste l'ascension solitaire revendiquée par le slovène Tomo Cezen quelques mois avant celle des russes. Une ascension époustouflante en 45 heures mais qui fut largement contestée notamment par l'équipe russe. Selon eux le récit de Cesen était incohérent et manquait trop de détails. Cesen a refusé toute confrontation avec les Russes.

BIVOUAK Une protection extrême et une vision pure tout terrain.

* Le monde a besoin de vos yeux.

Les différents treks

Les deux saisons pour le trek sont le printemps et l’automne. Pendant longtemps l’automne était privilégié, il semble que l’évolution climatique au Népal rendre cette période un peu plus aléatoire. D’autre part au printemps, même si la nébulosité est plus importante notamment l’après-midi, les températures sont plus chaudes.

Nouveau Monde DDB - 344 446 810 RCS ANNECY - Photos : Domino, Pascal Tournaire.

Quand partir


80

TREK URBAIN

Escape #35


Expérience spatio-temporelle

A Rome Texte et photos : Christophe Raylat

Pour peu que l'imagination soit au rendez-vous, quelques jours de marche dans Rome constituent une expérience de voyage dans l'espace et le temps unique au monde. Reportage.


82

TREK URBAIN

Q

Escape #35

uatre jours dans le maelström d’une ville définitivement éternelle. Les yeux mi-clos, je remonte la temporalité si relative de Rome pour me retrouver sur les rives du Tibre.

1er jour, 29 avril 753 av. J.-C. 13 heures

Les flots tumultueux lèchent les rives sauvages. Sur l’île d’Isola Tiberina, je savoure lentement une gelata de premier ordre assis sur les berges emboisées. Sur l’autre rive, une louve inquiète me regarde d’un œil curieux. Deux marmots affamés braillent à ses pieds, l’un s’appelle Remus et l’autre Romulus. C’est donc ici que tout a commencé, au bord du fleuve qui se jette bientôt dans la Méditerranée, dans ce cadre de collines boisées habitées par des tribus étrusques. Divin Romulus donc et divine louve qui le sauva, ainsi que son frère Remus, de l’impitoyable condamnation d’un oncle qui craignait pour son trône. Les frères créèrent une ville avant de s’affronter (et Romulus de tuer Remus et son oncle), puis il y eut

Venez vous poster le soir sur le petit belvédère de la Via di Cardello et observez longuement ce Colisée éclairé de l’intérieur, vous y entendrez la foule et son murmure, comme un grondement inquiet qui semble naître au cœur de la pierre et traverser les siècles.

l’enlèvement des Sabines et toutes sortes de péripéties que le poète Virgile résume sobrement dans ses Bucoliques : « la grande série des siècles commence »… Ainsi Rome se fit, mais bien sûr pas en un jour… Quoi que ! L’idée de remonter le temps de l’Urbs naissante me titille grandement alors que ma gelata agonise au soleil dans son cornet flasque. Je laisse là notre louve généreuse pour prendre le chemin du capitole en quelques foulées et autant de siècles enjambés. D’un rien ou d’un pas grand-chose, voici que se dressent à grande vitesse une ville d’insula, de thermes et de temples. Sur ma gauche, le théâtre Marcello sera sous peu achevé et les marches du capitole sont encombrées de citoyens romains nonchalants et d’esclaves empressés. Bientôt, la vue sur le forum absorbe chaque parcelle d’imaginaire encore disponible. Regarder aujourd’hui (dans ce 2011 improbablement futuriste), les allées pavées, le temple des Vesta ou celui de Saturne, les colonnes de guingois, miraculeusement rescapées comme autant de parties émergées d’un iceberg fascinant. On oublie alors la foule et les shorts boudinés, les bip bip des appareils photos numériques, les rappels à l’ordre des gardes alors qu’aux pieds de Castor et Polux, on tente une timide évasion en franchissant la barrière qui encercle chaque monument telle un Rubicon contemporain. Aux heures du matin et du soir lorsque les gardiens sont encore (où déjà) somnolents sur la Via Sacra, toutes les audaces sont permises. On peut se faufiler entre les colonnes pour trouver enfin cet angle de vue si particulier qui offre l’illusion de la solitude, à l’abri des menaces du présent. Seule domine la coupole de la Basilique Sempronia. Assis dans l’herbe encore (ou déjà) chaude, on entend les premiers sénateurs marcher à pas lent vers le Rostres pour écouter un lointain tribun à la voix de stentor. Vêtus d’une simple toge, ils évoquent le présage des Ides de Mars et cet inquiétant Jules César qui de conquête en conquête accapare le pouvoir et menace désormais le Sénat. Les colonnes fraîches ont bien dû garder quelque souvenir de ce 15 mars 44 av.J.-C. Je plaque mon oreille sur le marbre. Des cris dans le forum, un attroupement et un fils adoptif qui donne le coup de grâce pour la plus célèbre des citations (et des trahisons) romaines « tu quoque, mi fili ». Citation dont on ne retrouve malheureusement aucune trace dans les textes antiques. C’est en effet l’abbé Lhomond qui l’indiqua pour la première fois dans sa biographie de César en 1779. Les grands historiens de Rome, comme Plutarque ou Appien évoquent un César silencieux dans son dernier souffle. Quand à Ovide, le poète né un an après l’assassinat du Grand Jules il ne s’encombrera pas de nuances pour qualifier le meurtre des Ides de Mars. Dans ses Métamorphoses il affirmera  : «  Ô Vénus, la mort du divin César est gravée dans l’indestructible acier des destins de ta race ».


84

TREK URBAIN

Escape #35

« Venez vous poster le soir sur le petit belvédère de la Via di Cardello et observez longuement ce Colisée éclairé de l’intérieur, vous y entendrez la foule et son murmure, comme un grondement inquiet qui semble naître au cœur de la pierre et traverser les siècles. »

2ème jour, 30 avril 64, 22 heures

Sur la colonne couchée au pied du temple de la concorde, une cohorte de fourmis ne s’encombre pas de pointillisme historique pour escalader vaillamment cet Everest archéologique telles les légions de Jules à l’assaut de la Gaulle barbare. Au loin les voix se sont tues et la Via Sacra semble déserte. J’ai du m’assoupir car le soir est posé sur un Forum silencieux. Combien de temps ai-je pu dormir à l’ombre des temples ? Une lueur m’attire soudain, je me redresse, le ciel flambe partout autour. Rome est en feu. Je me lève d’un bond. L’incendie de Rome ! Un siècle est passé nous sommes en 64 après .J.-C. Dans l’ombre des flammes se dessine le profil menaçant de Néron. Je quitte le Forum pour rejoindre la foule pressant le pas vers le Colisée. La ville entière s’embrase et le récit de l’historien Tacite écrit un demi-siècle après la tragédie, semble soudain prendre vie : « Alors survient une catastrophe – fut-elle due au hasard ou à la malignité du prince, on ne sait, car les deux versions on eu des garants –; en tout cas, de toutes celles que fit subir à notre ville la violence des flammes, il n’y en eut pas de plus grave et de plus horrible… » Au pied du Colisée, les arches épaisses reflètent le rougeoiement de la ville et le foule se presse dans les coursives pour rejoindre la sécurité des gradins de pierre. Venez vous poster le soir sur le petit belvédère de la Via di Cardello et observez longuement ce Colisée éclairé de l’intérieur, vous y entendrez la foule et son murmure, comme un grondement inquiet qui semble naître au cœur de la pierre et traverser les siècles. Pour fuir l’incendie je m’enfonce dans la nuit romaine, vers la via Appia, vers les catacombes et leurs soupirs de chrétiens suppliciés. Au-delà, aux confins de Rome, l’obscurité m’avale dans un tourbillon dont je ressors au petit matin, passablement épuisé à la petite terrasse du Caffè Sant’Eustachio, sur sa


86

TREK URBAIN

Escape #35

place éponyme. Le meilleur cappuccino de Rome, sans aucun doute, d’ailleurs les Romains le savent et ils laissent peu de place aux quelques touristes qui osent s’incruster dans ce rendez-vous de connaisseurs. Jouer des coudes, jusqu’à la caisse pour payer son ticket. Traverser la salle en tenant bien haut son trophée et hurler « due cappuccini » en pensant très fort à l’accent de Roberto Benigni. Déguster rapidement (il refroidit vite le bougre) en regardant les badauds déambuler dans le centro storico. A égale distance du Panthéon, de la fontaine de Trévi et de la place Navona, la population touristique est ici un peu caricaturale. Soudain une cohorte de jeunes croates en tenue folklorique surgit de nulle part et passe devant moi en hurlant à tue-tête des cantiques, avec force idoles et portraits de Sainte Vierge. Je pense un instant aux fauves du cirque Maxime, tout prêt à me réfugier à nouveau dans une fuite spatio-temporelle. Mais non, laissons un peu la Rome antique aux romantiques (pardon), et suivons nos bruyants illuminés vers les sommets de la spiritualité occidentale. Une petite demi-heure de marche par le corso Victorio Emanuele II et voici qu’apparaît l’imposante cité vaticane.

3ème jour, 1er mai 1672, 11 heures

Sur Saint Pierre un nuage d’orage semble vouloir dessiner une prophétie indéchiffrable. La place noie impitoyablement pèlerins et visiteurs en son immensité. Ici des américaines hystériques, là des polonais regardant tristement le grand portrait de leur pape défunt et plus loin des sud-américains, des coréens, le tout émaillé de gens d’églises, prêtres pressés et nonnes rêveuses. Entrer dans Saint Pierre (tenues légères s’abstenir) et l’on devient fourmi, avec un léger tournis à regarder la tête penchée cette opulence d’ornementation baroque

Au-delà, aux confins de Rome, l’obscurité m’avale dans un tourbillon dont je ressors au petit matin, passablement épuisé à la petite terrasse du Caffè Sant’Eustachio, sur sa place éponyme. Le meilleur cappuccino de Rome, sans aucun doute et de démesure. Une lumière (divine ?) transperce la Capella della Colonna. La foule est compacte et métissée. De vilains mécréants flashent les orteils de Saint Pierre, d’autres parlent fort, d’autres semblent vide d’émotion et mesurent en géomètre paresseux les dimensions de la basilique en fermant un œil. En allant vers le nord, l’immensité se vide curieusement. J’avance prêt à subir une nouvelle aventure spatio-temporelle. Le Transept est totalement vide. Quelques confessionnaux épars accueillent des chuchotements confus. Accès interdit aux touristes. Je me blottis dans un recoin pour observer longuement l’immensité vide, la lumière digne du Jugement dernier de Michel-Ange et parfois quelques nonnes et prêtres traversant cet espace comme happés par le néant. En quittant la basilique Saint Pierre et le Vatican, un peu étourdi par la démesure, il faudra rejoindre le quartier de Trastevere à l’heure de la fraîcheur du soir. Encore quelques siècles envolés et c’est dans la Rome du XIXe siècle que l’on pourra passer la soirée. Quartier de guingois, quartier des commerçants, aujourd’hui quartier bobo, mais peu importe… La nuit, les ruelles faiblement éclairées créent des ombres incertaines, parfois inquiétantes sur les pavés potelés. Quartier d’apéros interminables et de douces rêveries, parfait pour se préparer à la frénésie du XXe siècle. Parfait aussi pour se dire qu’on a beaucoup marché depuis trois jours. La première goutte est tombée sur le bout de mon nez. Les thermes de Caracalla sont presque vides. L’orage est là, et il est plus que temps de rejoindre la gare Termini. Un peu plus loin, une grosse pluie me réveillera tout à fait sur la via Cavour. Quel fut la part du rêve et celle de la réalité pendant mes quatre journées romaines ? La pluie redouble et s’épaissit. Forcer le pas et rentrer la tête dans les épaules, sans prêter attention à ce centurion qui m’observe d’un air soupçonneux au pied de la colonne Trajan.


88

ECONOMIE

Escape #35

marché outdoor les hyper-spécialistes

gagnent du terrain Les enseignes hyper-spécialistes affichent leur bonne santé en France comme en Europe. Les leaders se portent bien, les jeunes entreprises prennent racine et la bonne santé du marché suscite des ambitions. De la nécessité de rajeunir les troupes ! 25.000 personnes (selon la préfecture et les organisateurs) ont répondu à l’appel de la Fédération française de randonnée et ont parcouru onze kilomètres dans les rues de Paris dimanche 13 juin 2010 lors d’une « rando ». L’événement, auquel participait l’ancien champion du monde d’athlétisme Stéphane Diagana, se tenait dans la capitale pour la troisième année consécutive. D’après un sondage IFOP réalisé pour la FFR en 2008*, plus de 2 Français sur 3 la pratiquent. 80% des Français interrogés perçoivent la randonnée comme « un sport qui correspond bien à notre époque », une opinion moins partagée chez les plus jeunes (52% pour les 18-24 ans). Les adolescents et les jeunes entre 18 et 30 ans sont quasi-absents des randonnées. Un challenge à relever pour l’ensemble de la profession.

D

ans un contexte de baisse de la consommation textile en général et du marché du sport lors des deux dernières années, les ventes de produits outdoor font mieux que résister en France. Elles ont connu une croissance cumulée d’environ 5 % selon l’estimation de sport-guide.com. Pour le panéliste Npd, le marché hexagonal, comprenant la randonnée, la marche, l’escalade, le camping, les sports d’hiver et plusieurs sports d’extérieur nature comme la chasse, la plongée sous-marine ou encore l’équitation, est estimé à 2,3 milliards d’euros en France. La pratique des randonnées constitue un pilier solide de l’activité. Plébiscitées, les vacances en camping dynamisent les rayons de la distribution en période estivale. En France, plusieurs enseignes hyper-spécialistes, dont le leader Au Vieux Campeur, s’appuient sur un taux annuel de croissance compris entre 2 et 10 %. La marche en avant régulière du leader français constitue un excellent indicateur du potentiel du marché français et la bonne santé de l’enseigne représente une vraie reconnaissance du travail accompli depuis plusieurs décennies par ses équipes. Au 30 septembre 2010, date de clôture de son exercice fiscal, Au Vieux Campeur a dépassé les 124 millions d’euros de chiffre d’affaires, après plusieurs années de croissance à 2 chiffres. Sa marche en avant va se poursuivre avec l’ouverture depuis l’automne dernier d’un magasin de 1.500 m2 à Grenoble, dans le centre

Par Frédéric Tain

commercial de la caserne de Bonne. Preuve de la bonne santé de ce marché de l’outdoor, l’été dernier l’enseigne Expé, six magasins en France et un site internet générant 50 % du chiffre d’affaires total (9 millions d’euros), a trouvé facilement un repreneur. Christian Rigaldi et les co-fondateurs ont cédé 51 % du capital à Olivier Blanche, issu du monde des médias et de l’édition. Dans cette effervescence générale, il faut également citer l’ouverture d’un magasin Espace Montagne à Marseille en août dernier, deux ans après l’inauguration du nouveau concept de l’enseigne à Grenoble. Le marché de l’outdoor permet à de jeunes entrepreneurs d’ouvrir des points de vente. Ainsi, Agnès Hervé, fondatrice du magasin Team Outdoor à la porte Dorée à Paris, a été distinguée par le prix de la création d’entreprise pour l’ouverture réussie de son magasin, situé à moins d'une centaine de mètres du bois de Vincennes. Les passionnés et les pratiquants loisirs peuvent y trouver des articles dédiés à la course à pied, à la marche nordique, au marathon, au duathlon/triathlon, et au trail. L’enseigne offre en outre des prestations de service : location de matériel, entraînement de coureurs pour le marathon, soirées « veillées du Bois » multi-générations, tests produits. Lancé en 2006 par Antoine Latscha, le site internet Espace Outdoor est devenu une référence pour les coureurs à pied qui y trouvent chaussure à leur pied


avec une offre large de marques internationales. Tout récemment, Espace Outdoor est devenu partenaire officiel de l’Ultra Trail du Mont Blanc, le seul dans le domaine du commerce. Les Français jouent de plus en plus dehors

L’intérêt croissant des Français pour les activités de plein air suscite des ambitions. Terres & Eaux, enseigne spécialisée autour des activités nature regroupant l’homme et l’animal, souhaite désormais ouvrir deux magasins par an pour étoffer son réseau actuel de six unités. Pour l’instant, Terres & Eaux se développe dans le nord de la France, mais pourrait avoir l’occasion d’ouvrir plus au sud. L’an dernier, Cabelas, un poid lourd américain du commerce outdoor, a ouvert un site internet en France. Créé il y a bientôt 50 ans, Cabela’s réalise un peu plus de 2,5 milliards de $ de chiffre d’affaires annuel, ce qui le place dans le top 10 des distributeurs mondiaux. Par ailleurs, l’enseigne belge AS Adventure, spécialisée sur le marché de l’outdoor, va ouvrir deux magasins en France au printemps, l’un à Reims et l’autre à Metz. Le groupe d’origine belge, actif sur le segment des grandes surfaces jusqu’à 2.500 m2 comme sur celui des magasins de centreville, lorgne sur la France depuis au moins douze mois afin de consolider une activité européenne. A l’échelle de l’Europe, l’European Outdoor Group, association des industriels du marché de l’outdoor, évalue la progression annuelle des ventes de produits outdoor entre 2 et 3 %. Dans l’attente de la publication des résultats des entreprises pour l’année 2010, les premiers indicateurs sont positifs. La marque allemande Jack Wolfskin annonce avoir enregistrée une croissance

de 21 % de son chiffre d’affaires en 2010 à 304 M€. « Nous venons de vivre une excellente année 2010 et nous avons pu renforcer notre position dans tous les pays» a commenté Manfred Hell, le pdg. Prévision pour 2011 : « une nette progression à deux chiffres de notre croissance en 2011, qui devrait se situer à peu près au même niveau que l'année précédente » . Le groupe américain VF Corp, propriétaire de The North Face (leader mondial de l’outdoor) projette lui un chiffre d’affaires de 3 milliards de $ en 2015 pour sa marque, soit 16 % de croissance par an pendant 5 ans. Et s’il faut ajouter deux preuves supplémentaires de l’intérêt de ce marché, gardons en tête que Asics, leader mondial de la chaussure de running, a racheté l’été dernier la marque suédoise d’outdoor Haglöfs, reconnue pour ses vêtements techniques. Enfin, le géant Adidas, numéro 2 mondial du marché du sport derrière Nike, développe désormais ses propres gammes de produits outdoor et veut se positionner comme « la marque athlétique de l’outdoor». Tous les acteurs se rejoignent pour évoquer les clefs du succès d’aujourd’hui et demain. « On trouvera toujours des clients qui voudront un vrai conseil, une qualité de services, de la vente individuelle personnalisée. Ces qualités seront toujours notre atout par rapport à la grande distribution » rappelait Christophe Finaz, patron du magasin indépendant Montaz Sport situé près de Chambéry, dans une interview à sport-guide.com. Pour satisfaire l’ensemble des besoins des consommateurs, les commerçants européens vont chaque année en juillet chercher l’inspiration et les produits de demain au salon Outdoor, organisé à Friedrichshafen (Allemagne). Plus de 1.000 marques en provenance de 39 pays s’y donnent rendez-vous dans une ambiance professionnelle.

A l’échelle de l’Europe, l’European Outdoor Group, association des industriels du marché de l’outdoor, évalue la progression annuelle des ventes de produits outdoor entre 2 et 3 %.


90

PUB VERTICALE

Escape #35

Vestes dE protection trek

Nous avons demandé à chaque marque la meilleure veste de protection pour le trek. Nous avons pu tester dans la grande majorité des produits 3 couches, extrêmement étanches et dans les meilleurs des cas respirants. Les prix et les qualités de finition sont aussi très variables. Pour s’y retrouver, voici nos avis sur les top produits du printemps 2011. Par Franck Oddoux


91

TEST VESTES DEPROTECTION

Escape #35

Salomon I Tracks

Salewa I Sky 2.0

Columbia I Peak Ascent

Le test ESCAPE La Tracks de Salomon est une veste légère dont la conception diffère de celle de ses consœurs. Il s’agit d’une veste deux couches qui joue la polyvalence car en cas de grand froid, elle peut accueillir une autre épaisseur en polaire. Son domaine d’action s’en trouve donc extrêmement élargit. Le tissu, le ClimaPro, est souple et la coupe bien étudiée facilite les mouvements. Elle est confortable et protège efficacement du vent et des intempéries. On note le zip central équipé d’un rabat et le réglage de capuche efficace mais imposant : système de serrage des élastiques de grosse taille. Son atout majeur est son prix, à 200 euros, elle propose des prestations intéressantes pour celui qui veut une veste de marque polyvalente sans se ruiner.

Le test ESCAPE Très légère, facilement compactable, cette Sky 2.0 peut occuper quasiment à demeure le fond d’un sac, qu’il soit celui d’un alpiniste ou d’un trekkeur. On a aimé deux astuces. La première, les coutures latérales extensibles qui permettent une personnalisation du tour de tête. La seconde, l’une des deux larges poches qui est utilisée pour ranger et protéger la veste dans le sac. Le tour de taille et les poignets sont équipés d’un tissu stretch très agréable. Bien vus également les passants pour le pouce.

Le test ESCAPE Cette veste trois couches et à la fois étanche et respirante (OmniTech), nous n’avons pas noté de passage d’eau. Les coutures sont très étanches et le tissu agréable car souple, la veste se fait oublier. Les deux poches permettent de garder les mains au chaud alors qu’un rangement en poitrine peut être utilisé pour garder précieusement ce que l’on ne veut pas perdre. L’intérieur de la veste est confortable, c’est du à l’utilisation de matériaux non agressifs en tour de cou. Il s’agit d’une veste polyvalente, utilisable en de nombre conditions, sa coupe est efficace et les choix techniques simples mais éprouvés.

Prix I 200 euros LE PLUS Le prix LE MOINS Système de serrage capuche imposant

Prix I 169 euros LE PLUS Légèreté, le prix LE MOINS solidité

Prix I 299,95 euros LE PLUS Rapport qualité prix LE MOINS RAS


92

TEST VESTES DEPROTECTION

Escape #35

RAB I Momentum

Millet I K Expert EVO GTX

The North Face Half Dome

Le test ESCAPE Cette Momentum de RAB est une veste tout temps, très polyvalente. Son poids light (350 grammes constatés) permet de toujours partir avec elle, que ce soit en via ferrata, trekking, escalade… On a noté une bonne respirabilité, bien sur, cette notion reste subjective mais la membrane Event semble bien fonctionner. L’autre point fort de cette veste concerne sa capuche et notamment le col très protecteur. Les réglages sont multiples, et la tête est toujours bien emmitouflée même lors de solides rafales de vents : tout reste en place. Bravo pour les garages à curseurs qui améliorent encore l’étanchéité des zips. Une très bonne veste au prix raisonnable.

Le test ESCAPE La superbe Millet K Expert EVO GTX est sans doute plus lourde que les autres mais sa solidité le vaut bien. Avec elle on en prend pour des années ! Conçue pour un usage alpinisme, elle s’approprie les meilleurs matériaux et affiche une grande résistance à l’abrasion et à la déchirure. Son étanchéité est aussi impressionnante. On sent que c’est du sérieux. On a aimé la coupe plongeante dans le dos qui protège de manière importante les lombaires mais aussi les coudes préformés. L’essentiel est présent sur cette Millet, même des ouvertures de ventilation sous les bras dotées de zips étanches. Bref, une veste 100 % adaptées aux conditions extrêmes que l’on emporterait bien pour un trek au Kilimandjaro, sous la pluie tropicale et dans le vent tempétueux du sommet.

Le test ESCAPE C’est l’un des produits phare de cette sélection, sans doute celui que l’on choisirait pour partir au bout du monde, dans des conditions météo difficiles. Cette Hald Dome Jacket est le fruit de tout le savoir faire de The North Face, accumulé au fil des expéditions. Il ne faut pas s’attendre à des gadgets ou des choix techniques non éprouvés. Le GoreTech Stretch Pro-Shell, au delà de son nom ronflant, offre une véritable liberté de mouvement dans l’action. Mais c’est surtout le sentiment de protection et d’étanchéité que dégage cette veste qui frappe. On sent que c’est du solide, de l’increvable. La capuche est une référence et la finition excellente. A l’achat, elle nécessite un budget, mais elle le vaut bien.

Prix I 250 euros LE PLUS Rapport qualité prix. Légèreté. Poches Napoléon LE MOINS RAS

Prix I 450 euros

Prix I 399 euros LE PLUS Solidité, sérieux de la fabrication LE MOINS Le poids

LE PLUS Solidité, étanchéité, confort dans le mouvement LE MOINS RAS


Lafuma I Jaipur

Arc’Teryx I Beta AR

Patagonia M’s Rain Shadow

Le test ESCAPE La Jaipur by Lafuma est un classique des vestes de trekking, une activité que Lafuma connaît particulièrement bien. Cette veste est réalise en Gore-Tex recyclé (71% de polyester recyclé, 29 % de PTFE), un geste pour l’environnement. On a apprécié la capuche qui se range dans le col, la manœuvre se réalise facilement. On aime aussi les deux poches repose main zippées. Tous les zips coulissent bien et la capuche (réglable) offre une protection très correcte. On note les traditionnels poignets réglables à velcro.

Le test ESCAPE Comme d’habitude chez Arc’Teryx, on a affaire au top des finitions et de la qualité. Cette Beta AR au prix élevé ne dément pas cette réputation. Compressible dans un sac, elle permet de se protéger de toutes agressions extérieures. La capuche est un must, sa coupe et son volume sont très étudiés, c’est l’une des rares à pouvoir accueillir un casque, ce qui élargit son domaine d’utilisation. Les cordelettes prolongeant les zips (étanches, l’inventeur de ce type de zip travaille chez Arc’Teryx  !) sont un modèle du genre. Le col monte bien sur le cou et sait rester confortable grâce à une matière non agressive. De manière générale, le tissu est très agréable car souple. Un must.

Le test ESCAPE Il y a ceux qui parlent de protection de l’environnement et ceux qui agissent. Patagonia propose pour sa collection printemps/été 60 % des produits fabriqués à partir de fibres écologiques. 89 % des pièces sont recyclables, la veste M’s Rain Shadow fait partie du lot. Sur le terrain, elle est légère (370 grammes constatés), souple, respirante et suffisamment étanche pour se protéger d’un mauvais temps passager. On a aimé sa capacité à accueillir un casque sous la capuche. Le réglage est cohérent et facile à manipuler. On aime moins la position de la capuche roulée sur le col si l’on ne s’en sert pas : le col devient plus raide, moins confortable. Le détail plus : le zip central à double curseur, bien pratique en montagne (baudrier, envie pressente, ajustement de son pantalon…). A 170 euros, cette Patagonia est tout à fait recommandable techniquement, et cerise sur le gâteau, elle est estampillée « verte ».

Prix I 185 euros LE PLUS Gore-tex recyclé LE MOINS RAS

Prix I 470 euros LE PLUS Qualité d’ensemble LE MOINS Le prix

Prix I 170 euros LE PLUS Le prix LE MOINS Capuche qui se roule sur le col


94

SHOPPING RANDO

Escape #35

Gregory / Z 55 I Prix public conseillé : 179 euros Patagonia M's Nano Puff® Pullover I Prix public conseillé : 160 euros

Garmin / Oregon 550t I Prix public conseillé : 579 euros

Tout ce qu'il faut pour partir bien équipé ! Primus / Eta Express I Prix public conseillé : 95 euros

MSR / Alpine Deluxe Kitchen Set I Prix Public conseillé : nc The North Face / Vindicator GTX I Prix public conseillé : 129 euros


Monnet / Greenvert Trek I Prix public conseillé : 19 euros

Salomon / Exit Peak Mid GTX® W SHRE I Prix public conseillé : 85 euros

07 I

Petzl Frontale Tikka 2 I Prix public conseillé : 25 euros

Karrimor / Caracal 45-55 I Prix public conseillé : 199 euros

©PatitucciPhoto

PUBLICITE

Frais et dispo. Vous décidez de continuer pour encore 3 miles

Avec 2.5’’ d’épaisseur, vous pouvez enfin vous coucher confortablement

L’ingénieuse matrice interne stabilise le matelas et retient la chaleur, mais vous ne le remarquez pas, vous dormez

Après un sommeil réparateur, vous êtes prêt pour une journée encore plus longue Un matelas ultra-léger et révolutionnaire –Voici ce que vous obtenez quand vous combinez près de 40 ans d’expérience et la passion pour l’innovation. Intégrant plusieurs technologies brevetées, chaque matelas Therm-a-Rest NeoAir procure une stabilité et chaleur incomparable, dans un format des plus compact ainsi qu’un repos bien mérité pour vos journées en plein air. Découvrez les au thermarest.com

NOVEAU!

NeoAir Regular Poids: 410g / 14 oz, Épaisseur: 6.3cm / 2.5 in, Valeur-R 2.5 NeoAir Trekker Regular Poids: 540g / 1 lb. 3 oz, Épaisseur: 6.3cm / 2.5 in, Valeur-R 2.0

MADE IN IRELAND

©2011 Cascade Designs, Inc. PL. Diffusion | Le Village | 26210 MORAS EN VALLOIRE Tél : 04.75.31.60.76 | Fax : 04.75.31.78.99 | www.pl-diffusion.fr


96

SHOPPING RANDO

Escape #35

Julbo / Bivouak I Prix public conseillé : 155 euros

Therm-a-Rest / Neo Air Trekker I Prix public conseillé : nc

Tecnica / Cyclone II Low GTX I Prix public conseillé : 99 euros Vaude / Astro II I Prix public conseillé : 50 euros

Tout ce qu'il faut pour partir bien équipé ! Millet / Namche 55+10 I Prix public conseillé : 210 euros


3 formats de courses

&KRLVLVVH]ODYRWUH Deneriaz / Top Seamless IR-Reflex Racing I Prix public conseillé : 59 euros

80 km / 40 km / relais (Tour du lac d’Annecy)

Platypus / Origin 9 I Prix public conseillé : nc

4 km de prologue, 18 km de trail (74, 38)

Patagonia / Women's Ultralight Down Shirt I Prix public conseillé : 245,00 euros

PUBLICITE

1er Vertical Race Tour sur 10 courses (74, 73, 38, 83, 06)

'DWHVHWLQIRV


98

ESCAPE AWARD

Escape #35

Alpha FL Par Arc’Teryx I

l y avait la paclite, parfois trop « light » dont la solidité pouvait être mise en doute sur les rochers, en cas de coup dur. Mais sa légèreté légendaire faisait en sorte qu’elle était toujours en fond de sac, prête à intervenir. Il manquait un stade intermédiaire entre la veste quasi de secours et la trois couches résistante et lourde. Avec l’Alpha FL, Arc’Teryx vient de combler ce vide avec un produit, comme d’habitude chez le fabricant canadien, extrêmement bien fini. Le nylon Gore-tex FL très déperlant et respirant pendant l’activité permet de bouger à fond sans être transformé en cocotte minute : le top en grimpe, alpinisme. La grande poche de poitrine permet de glisser du matos technique ou ses effets personnels. La coupe 3D accompagne tous les mouvements sans jamais les gêner. L’Alpha FL se range dans sa pochette de compression et tient un minimum de place. Cet été et à l’intersaison, elle devrait trouver aussi sa place dans les sacs des trekkeurs et autres fast packers. Prix public : 449 euros


Esprit d’aventure Esprit d’aventure et de sécurité et de sécurité i n n o vat i o n

Série GPSMAP® 62 : Technologie réservée aux passionnés Digne héritière de la gamme GPSMAP® 60, reconnue par les spécialistes et les professionnels comme la référence du marché, la série GPSMAP 62 offre un confort d’utilisation inégalé et une fiabilité à toute épreuve. Quelles que soient les conditions, quelle que soit la situation, la série 62 lecture pour vous laisser guider en toute sécurité. GPSMAP 62s

RCS Nanterre 349 096 384 – Publicité non contractuelle

saura répondre à toutes vos exigences et offrir un excellent confort de

www.garmin.com/fr


VIDEO SUR WWW.MILLET.FR GREPON

$ÃPÃſEKCPVFGNC JCWVGVGEJPQNQIKG

PHOTO / P. TOURNAIRE

TESTÉE ET APPROUVÉE POUR LES CO PAR LES GUI URSES ALPI DES DE LA GREPON GT NES ESTIVA COMPAGNI X E DE CHAM LES EN ROCH CHAUSSUR ONIX. IDÉALE ER ET EN TE E TECHNIQ RRAINS MIX UE FABRIQ UÉE EN ITAL TES, CETTE IE EST FAIT E POUR VO US.

ONIX

PHILIPPE BATOUX / CHAM

PARTENAIRE OFFICIEL PARTENAIRE OFFICIEL


ESCAPE #35  

Escape, le magazine gratuit de l'outdoor.

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you