Page 1

Telemark Test de ski 2010/11

toutes les nouveautĂŠs de la saison

Haute route//gulmarg//scufoneda nouvelles//produits//rendez vous


T able des matières 3-9

| nouvelles

Evénements, courses, dates, Produits et autres nouveautés

10-12 | reportage Avons-nous besoin d'une fixation de sécurité? Un rapport de Arno Klein Au milieu du 19e siècle, en Norvège, les skis sont utilisés pour se déplacer sur les terrains enneigés. C’était souvent le seul moyen de se déplacer de A à B. Sondre Norheim, un fermier de Morgedal dans le Telemark avait, avec le développement de skis taillés et une fixation faite de branches de saule posées diagonalement. Ce qui transforma ce simple moyen de déplacement en un équipement sportif. Avec celui-ci, il participe en 1868, à l’âge de 41 ans, à la couse la plus importante de l’époque : la Christiania. Et il gagna devant de nombreux concurrents plus jeunes. Télémark est la source de nombreux sports d‘hiver comme le saut à ski, le ski de fond, ou même le ski alpin. Les jeux olympiques et les coupes du Monde avec leurs champions ont rendus les sports d’hiver très populaire. Le télémark n’est pas une discipline olympiques et ne fait pas parti des championnats du monde, bien qu’il se ait constamment évolué au cours des dernières décennies. Cependant, il a su se créer ses propres événements et courses dans le monde entier, en dehors de ces énormes compétitions commerciales. Le télémark est de plus en plus populaire et célèbre et reste fidèle à la devise: „Libérez votre talon et votre esprit suivra.“ Et il restera toujours un défi comme sport d‘hiver. C‘est une bonne chose parce que même ceux qui ont tout fait à ski devront trouver l’ultime défi à faire du télémark. Le télémark a connu tous les hauts et les bas, mais il a toujours réussi à ne pas disparaître de la scène. Le Telemark Freeheeler Magazine accompagnera le télémark en continue et sera le porte-parole international de ce sport fascinant et divertissant. A bon entendeur, Télé hoi

13

| avis

La 9e Edition du Festival de Telemark à Stubai était tout simplement super ...

14-20 | Telemark-test

Les Telemarkfriends ont testé tous les nouveaux skis sous toutes les coutures

22

| chaussures de ski

24

| fixations

Un aperçu des chaussures de télémark de tous les fabricants Les fixations actuelles

26-30 | la haute route

Un voyage en télémark de 180 Km de Chamonix à Zermatt de Christian Haeffner et ses amis

33

| freeheel spring break

Finale du World Masters de télémark

34-38 | carezza freeride Qu’est-ce qu’un Freerider

40-42 | gulmarg

Telemark sur les prairies fleuries de l’Inde

46-48 | scufoneda

Le célèbre Festival européen de Telemark dans les Dolomites

54

| Le désert en talon libre nous reviendrons sur ce sujet ....

52

| Mogedal

54

| Mentions légales

Chaque télémarker devrait venir au moins une fois dans sa vie ici!

Imprint PUBLISHER & EDITOR: Richard Schürf (responsible for editorial) +++ Cover photo: Ricardo Montoro +++ contributing writers: Patrick Droste, (telemarkfriends.com) Andreas Schäfer, Peter Schilcher, Hamish Moore, Arno Klien, Heino Jahn, Christian Haeffner, Franz Faltermaier, Hans-Martin Kroll, Oddo Broglia (telemarktribe. com), Henrik May +++ photographers: Patrick Droste, Lars Jonetat, Mirko Peters, Hamish Moore, Robert Szkudlarek, Michael Wolf, Christian Haeffner, Franz Faltermaier, Oddo Broglia, Henrik May +++ Gestaltung & Layout & Production: Sandra C. Mayer (die denkbar) printing: pva Druck und Medien Dienstleistungen GmbH, www.pva.de +++ MANAGEMENT, PUBLISHING OFFICE, ADVERTISING: Richard Schürf GmbH, Solothurner Str. 49, D-81475 München, ph. +49 (0)8975079401, E-mail: info@telemarkworks.com +++ translations: English: Wolfgang Greiner, French: couapel@online.de, Italian: carolina@communication-center.net +++ distribution: freeheeler telemark magazine is published in German, English, French, and Italian. It is distributed free of charge at events, in shops and as an insert of: skiing – the next level, berglust www. berglust.info, Fri Flyt www.friflyt.no, Fluid www.freepresse.com, Sportler Versand www.sportler.it. +++ The editor and the publisher are not responsible for texts and pictures sent in without request. The magazine and all its contents are protected by copyright. Reproduction and re-publishing of any contents or excerpts of the contents requires written consent of the publisher. Editorial contributions marked with the author‘s name are not necessarily displying the publisher‘s opinion.


4

page

Freeheeler.eu PRESENTE Les événements internationaux de Télémark 2010/11 Du 19 au 21 Novembre 2010, Festival de Télémark de Stubai, Autriche// www.stubaier-télémark-festival.com Du 26 au 28 Novembre 2010, Telemark Opening 2010 à Schnalstal, Italie www.telemarksnowevents.it Du 19 Décembre 2010, le Championnats d’Allgäu de Sport Schindele à Grünten, Germany // www.sport-schindele.de Du 8 au 9 Janvier, 2011 Free your Heel Schmiten, Zell am See / Autriche // www.schmitten.at

BERGANS Filefjell Jacket La veste Filefjell est la Hardshell classique, comme c’est toujours le cas chez Bergans avec sa membrane Derlizex™ particulièrement élastique. Pour ceux qui font beaucoup de sport et qui aiment exploiter toutes les possibilités de leur vêtement, ils choisiront cette veste Hardshell 3 épaisseurs. Comme à son habitude, Bergans offre toute une gamme d’équipement technique, des longs Zips de ventilation extra-longue en passant par la jupe pare-neige amovible à la coupe anatomique pour une bonne liberté de mouvement avec un dos rallongé. La grande capuche est entièrement réglable et dispose d‘un cordon autour du visage pour l’adapter parfaitement, ce qui permet de rester sec à l’intérieur malgré des conditions les plus défavorables. La respirabilité de la membrane Dermizax ™ est très étroite grâce à son dénommé Slim Tapes sur les coutures: Ainsi il n’y a que très peu de surfaces dans l’intérieur de la veste qui sont imperméabilisées pour permettre une meilleure respirabilité.

Du 15 au 16 janvier 2011, Festival de Télémark de Sportler, Carezza, Italie // www.freeheel.it Le 29 janvier 2011, le US Tele X, Steamboat Springs,Colorado, USA // www.sswsc.org Le 5 février 2011, Le championnat Freeheel allemand, Garmisch-Partenkirchen, Allemagne // www.freeheeler.eu Du 18 au 20 février 2011, Bregenzer Telewals, Bregenzer Wald, Autriche //www.bregenzertelewald.de Du 19 au 20 février 2011, Otavalo Telemark Festival français, Chamonix Les Houches, France //www.freeheeler.eu Du 25 au 27 février 2010, Festival du Télémark de Bayerischzel, Sudelfeld, Allemagne // www.bergzeit.de www.schneestolz.de Du 4 au 6 mars 2011, Jeux de Morgedal, Norvège // www.morgedal.com Du 13 au 20 mars 2011, Scufoneda, Moena , Italie // www.scufons.com Du 23 au 27 mars 2011, Festival de Télémark 2011, Kleinwalsertal / Autriche // www.telemarkfest.de Du 8 au 10 avril 2011, Freeheel Spring Break, Galtür, Autriche // www.galtuer.com

Marmot Alpinist Jacket La veste Alpinist est le porte drapeau de la collection Shell Marmot. La GORE-TEX ® Pro Shell Stretch de 3 couches retravaillée entièrement est idéale pour tous les défis alpins même dans des conditions extrêmes. Pour de longues descentes dans la poudreuse, le pantalon Alpinist peut être rattaché à la veste grâce à une fermeture amovible. Matériaux: GORE-TEX ® Pro 3L 94% nylon, 6% élastane extensible 8,2 Oy / yd. Env. 500, - €.

Freeheel World Masters Finale Du 9 au 16 avril 2011, Festival Freeheel, Livigno, Italie // www. livignofreeheel.it Le Xème Trophée Pyrénées Telemark 2011, France / Espagne // www.tropheepyreneentelemark.com

COUPE DU MONDE FIS

www.fis-ski.com, www.telemark-weltcup.de

12 au 13 janvier 2011 Hindelang, Oberjoch / Allemagne 15 au 16 janvier, 2011 Kobla / Slovénie 18 au 19 janvier 2011 Kreischberg / Autriche 21 au 22 janvier, 2011 Rauris / Autriche 3 to 4 Février, 2011 Thyon / Suisse 7 to 8 Février, 2011 Méribel / France 11 au 12 février 2011 Gran Pallars / Espagne 15 au 19 mars 2011 Championnat du Monde de Telemark / Norvège, Rjukan


6

page

Freeheel French Masters 2011 19. Novembre 2011 Les Houches


Le T-shirt original de Sondre Norheim De Knicken Telemarkwear Sondre Norheim T-shirt / / taille. S-XL / Couleur: Blanc et menthe/ / 100% Cotton, Jersey 150g, Pour plus d’Information: www.telemarkwear.com

MIDLAND BT SKI: Communiqué sans limite pour sportifs de la saison d’hiver

Juste à temps pour la saison de ski 2012 Alan Electronics amène sur le marché la première multifonctionnelle High-Tech –Intercom pour les amateurs de sports d‘hiver. Jusqu‘à une distance de 200 mètres, deux personnes peuvent rester sans arrêt en communication sur et hors piste, sans enlever la main de leur bâton ou être obliger d’enlever les gants par un froid glacial, pour attraper leur téléphone ou leur lecteur MP3. Le MI DLA ND BT peut être fixé dans pratiquement tous les casques de ski ou de snowboard. Il est protégé contre la projection d’eau et ajuste automatiquement le volume par rapport au bruit de fond. Aussi sympathique est son extérieur, aussi innovatif est son intérieur. Grâce à son Bluetooth, l‘appareil sans fil peut se connecter à un second téléphone mobile compatible, MP 3 Player ou GPS. Avec câble, on peut bien sûr se connecter aux iPod et toutes sortes de MP3. Pour plus d‘informations aller chez www.alan electronics.de


8

page

TELEVISION Le dernier et sixième film de télémark de Powderwhore Productions s’appelle Télévision. Les responsables la décrivent comme leur meilleur film de Backcountry, en partie parce qu’ils ont dû se donner plus de mal à trouver les bons endroits et les bonnes conditions, car l’hiver dernier fût très changeant, pour pouvoir réaliser une véritable Powderwhore-Video. Et cela a été une réussite. Ntelevisioni a une fois de plus réuni, dans la poudreuse, les meilleurs télémarkers devant leurs caméras. Et le tout avec un bon mélange de Big lines, Humour, Airtime, Slams et des prises de vue de Big Mountain afin de réaliser un vrai ski porno. ÑTeleVisionì a voyagé dans la moitié du monde et le résultat est le meilleur Backcountry en poudreuse dans les meilleures régions, comme les immenses montagnes Chugach en Alaska, où le merveilleux Megan Michelson, le champion du monde de télémark Paul Kimbrough et un jeune talent Jake Sakson ont pu se défouler. Noah Howell et Jason West, connu de beaucoup d’autres productions Powderwhore furent pris dans leurs montagnes d’origine, dans les montagnes Wasatch. A Haines, en Alaska, se hasarda Nick Devore, Andy Jacobsen, Will Cardamone et Chris Erickson avec certaines des pentes les plus abruptes, jamais pratiquées en télémark. Andrew McLean, Noah Howell, Jim Harris et Courtney Phillips ont fait quelques premières descentes dans les montagnes de la Révélation en Alaska. Ty Dayberry est aussi de retour avec de nombreuses figures que lui-seul arrive à faire. Et bien sûr, il y a encore une fois une orgie de poudreuse avec Paige Brady, Will Cardamone, Chris Erickson et Jake Sakson dans le NGreatest Snow on Earthì. Pour plus d’informations, consultez www.powderwhore.com

The Freeheel Life 2: Hippies, Punx & Misfits Freeheel Life 2 décrit la période de l‘histoire du télémark, de ses racines en Norvège, de sa renaissance en Amérique dans les années 70 et de sa présence aujourd‘hui comme un sport moderne. Le film montre les vétérans légendaires tels que Tom Carter et Doug Robinson, mais aussi les nouveaux visionnaires du talon libre comme Candy Froerer, Weston Deutschländer et Ty Dayberry. Les tournages ont eu lieu en Norvège, Utah, Alaska, et en Californie ce qui donne à Hippies Punx & Misfits une approche plus large du Telemark que dans le précédent film „The Freeheel Life“.«L‘histoire est plus complète, comporte plus d’éléments documentaires et englobe mieux le thème», déclare Josh Madsen.Préparez-vous, relaxez et profitez en regardant probablement le nouveau film le plus extraordinaire sur le Télémark, à la fois sur et hors- piste. Il s‘agit d‘un voyage à travers la vie de certains Hippies, Punx & Misfits de Telemark, qu’il ne faudra pas rater.Vous trouverez le Trailer officiel de The Freeheel Life 2 : Hippies, Punx & Misfits à l‘adresse suivante: www.telemarkskier.com


©Crispi

L‘équipe d‘Otavalo relance leur festival Telemark le 19 et 20 février 2011.L‘événement prendra fièrement place Aux Houches, Bienvenue dans La PLACE du Telemark de la vallée, le nid de touts les futures telemarkeur.......la meilleur école et club de Telemark seront présent pour vous montrer que le Telemark n‘est pas fait pour Grand père. L‘équipe d‘Otavalo sera fière de vous inviter a un test gratuit de plus de 100 paires de skis et chaussures en démo: K2, Zag, Movement,Faction, Crispi, Scarpa, Rottefella, 7tm........et bien sur notre plus qu‘invité, Rabbit on the roof , installé désormais à Chamonix, vous présentera ses skis fait mains. Pour ceux qui aurait pense que leurs cuisses sont juste simplement trop puissantes pour un sport de fille comme le ski alpin, ou pour tout ceux qui veulent parfaire leurs génuflexions, seront présent des moniteurs a disposition pour des séances gratuites( GénérationTélémark!!!) . La plus importante part de ce festival est le Freeheel World Tour, un Telecross : quatre personnes sont au départ au même temps, mais comme d‘habitude le K.O. système ne laissant passer que les deux meilleurs pour pouvoir arriver jusqu’en finale.Quand on pousse, provoque une faute, où quitte la position télémark plusieurs fois, on est disqualifié.Competition ouverte a tout le monde, c‘est enfin le moment de venir se tester face aux différentes nationalités........... et il cours une rumeur: une sorte de Fiesta s‘annoncerait durant la soirée, un show de Telemark freestyle rythmé par un son Groovy du cru du coin....on recommence demain?


10

page

TEXT: Arno Klien

Risque de blessure, Prévention. Avons-nous besoin d’une fixation à déclenchement? Pendant des années, cette question n’intéressait personne. Elle ne se posait tout simplement pas. Bien que le ski fasse près de 2m de long, léger, étroit et avec un rayon de plus de 100 mètres – avec des chaussures en cuir, il n’y avait presque aucune situation critique. Dans une chute tout volait en l’air, mais il ne se passait presque rien. Déjà le contrôle pensait alors que cette fixation avec une articulation n’avait pas un levier important sur la jambe. Les premières études de 1996 du le Dr Michael Tuggy / Seattle allias « Dr.Telemark » ont montré que les télémarkeurs ont moitié moins d’accident que les skieurs alpins et les snowboarders. Il a comparé différents équipements, les niveaux de compétence et les terrains. De 1996 à 2006, il y a eu des études en Norvège (Ekeland / Sulheim / Rødven) où le taux de blessures par jours est de 1000 skieurs, le taux des blessures des télémarkers s’élevait seulement à 0,7 et en comparaison avec les skieurs alpins (1,1) et snowboarders (2,3) , ce qui était très positif. Quand on résume les différents types de blessures, on peut les catégoriser en trois groupes : 37% têtecou-épaule, devant 31% genou-jambe-cheville, suivie par 16% bras-poignet-main (16%). Des conclusions similaires ont été également faites en Ecosse entre 1999 et 2005. Les blessures du pouce, “pouce de skieur”, sont souvent oubliées, généralement sous-estimées, bien qu’ils demandent une très longue réha. Dans une étude, Tuggy / Ong (2000), ce genre de blessures arrive en deuxième Place à 18%, devant les genoux (27%), suivie par les épaules (12%). Les genoux des femmes sont plus vulnérables que celui des hommes. La même étude a été faite en Oregon (Federiuk / Mann 1999), bien qu’un tiers des fixations utilisées était à déclenchement et à l’époque 80% ne se déclenchait pas assez rapidement! L’arrivée des skis paraboliques et des chaussures en plastique, au début des années 90, n’a pas amené qu’un plus grand choix de fixations, mais aussi a permis d’aller plus vite sur piste, en poudreuse et dans les courses. Voilé a été le premier à sortir une fixation à déclenchement avec piston qui ne cor-

report


page

respondait pas aux normes de fixations de ski alpin, mais elle libérait quand même le ski. La cale TRP 100 de Rottefella TRP 100 a été un pionnier en matière de sécurité, la première avec le sceau d’approbation du contrôle technique. Elle a été également obligatoire dans les courses FIS à partir de 1999 jusqu’à 2002. Plus tard, elle devint juste une recommandation important ; elle était lourde, coûteuse et ne se vendaient pas bien. La fixation 7tm de Rainer Zoor à la norme DIN (certifiée ISO9462) a amené en 2003 un nouvel élan vers la sécurité. Elle fût améliorée avec un frein pour une meilleure utilisation en randonnée en 2004 et maintenant avec le Step-in (STI). Depuis, d’autres caractéristiques prennent leurs importances telles qu’une entrée pratique et confortable et un mécanisme de randonnée et éventuellement avec la possibilité de l’utilisation des crampons. Une accumulation de fonctions qui se paye par le poids!

25

20

15

10

5

K 1 Kraftvektor Quadriceps K 2 Kraftvektor Lig. patellae R resultierende Kompressionskraft

Lorsque l’angle du genou est à 90 degrés sous la charge, une surface de contact a été provoquée par 744qmm. Et on peut atteindre une pression de 14 900 N, comme dans un virage en télémark, quand on atteint la position basse. Dire que c’est une technique qui épargne les articulations, est peut-être vrai, à condition d’avoir développé de bonnes phases de récupérations et une répartition optimale du poids sur les deux skis grâce à une position du corps au central toujours se déplaçant vers le centre. Bien sûr, des mouvements et des positions finales trop extrêmes doivent être évités pour les articulations. Après tout, avec la technique du télémark, le genou se déplace principalement dans cet axe, pour lequel il a été en première ligne créé. Les ligaments et une forte musculature stabilisent les articulations, en particulier des articulations multidirectionnelles comme le genou. Un genou bien entrainé gagne en stabilité et en résistance, entrainement et technique sont une bonne action préventive. Les types de blessures ont changé et elles se sont déplacées vers les parties hautes du cops, ce qui clairement démontré par la suite. Depuis le début, le port du casque tombe de source pour les télémarkers, complété par des genouillères et une protection dorsale. Quant aux courses, depuis la saison 2006 / 2007, la FIS contrôle toutes les disciplines de sports d’hiver, mais c’est seulement depuis 2008/09 que le télémark en fait partie. Maintenant on peut faire des comparaisons sérieuses entre tous les sports d’hiver. Urban Simcic est d’avis que Telemark par rapport aux autres sport FIS est l’un des sports les plus sûrs. Le rapport 2009 le montre, voir la figure 2

0

Avec la NTN, Rottefella a mis fin à la norme 75-mm, se passant ainsi des pins et des câbles, qui dominaient le télémark bien après que le ski de fond avait déjà opté pour d’autres systèmes! Le problème est qu’il est très difficile de transcrire les normes ISO de sécurité du ski alpin (11 088) au télémark. Celui-ci n’a pas toujours la même pression pour le déclenchement à cause du déplacement vertical du talon. Vu que l’angle du genou change sans arrêt, il est très difficile d’éviter des déclenchements intempestifs. Toutefois, le talon de la jambe avant est en contact avec le ski, donc fixé fermement. Pour cette raison, une fixation avec les normes du ski alpin serait bien sûr intéressante. Lucie Steinhauser a, dans sa thèse (2009), montré quelle force agit sur le genou. Ainsi, différentes données ont un rôle tels que l’angle, les zones de contact, le changement de pression sur la rotule (rotule) et le cartilage, voir la figure 1.

11


12

page

Pour les 131 participants aux courses FIS de télémark, dont 94 hommes – on peut lire ce qui suit: Les blessures causées à la tête-épaule-bras-main-pouce (48,9%), au genoucheville-jambe (34%), mais le genou n’est impliqué que dans seulement 10,6% comme le montre le tableau 9 dans le rapport de la FIS du Centre de Trauma Research d’Oslo (Flörenes/2009), contrairement au ski alpin (37,1%). Le télémark est en comparaison donc mieux pour les genoux! En dehors des courses, sur les pistes, le télémark varie aussi beaucoup. Madsen Josh / Etats-Unis, dit qu’une fixation ne doit pas forcément avoir toutes les fonctions, la randonnée, c’est autre chose. Oddo Broglia, des Telematkstribes conforte cette opinion. Il propose trois catégories de fixations - toutes à la norme ISO avec mécanisme de déclenchement: une première avec un bon rapport qualité/prix sans caractéristiques particulières, une deuxième pour la randonnée: légère avec une articulation pivotante à l’avant et avec la possibilité de l’utilisation de crampons et la dernière : solide et lourde, pour la vitesse, la course, et le hors- piste. Marc Künkele, un skieur très polyvalent de la scène du télémark, ne veut en aucun cas se passer d’une fixation avec déclenchement selon les normes actuelles. Elle lui donne la sécurité, lui permet de varier sa technique et d’explorer ses propres limites. Pour Pat Morrow, le premier à avoir réalisé les SevenSummiter en télémark, le déclenchement de la fixation est important et doit se faire rapidement lors du hors-piste, parmi la végétation, lors de glissement de plaques de neige ou lors d’avalanches. C’est ce que dit également Geri Tumbasz / HUN, mais il souhaiterait en plus des freins. Toutefois, la lèvre de la chaussure NTN peut s’abîmer par l’utilisation des crampons ou de l’escalade dans les falaises. Mais Garmont a résolu ce problème en rendant cette partie interchangeable. Les chaussures NTN de Scarpa et de Crispi offrent aussi la possibilité d’utiliser le système de Dynafit TLT et de fixer le talon. Cela permet d’acquérir de nouveaux adhérents au télémark. Le détaillant Intersport, participant à la World Cup et spécialiste du cross Thomas Wielandner / AUT, pense que le télémarker moyen fait attention à la durabilité d’une fixation télémark, à l’aptitude pour la rando, à un bon dynamisme, d’un poids léger, d’un design attrayant et un bon prix plutôt que à ses capacités de déclenchement, tels que la G3 Ascent par exemple. La coureuse Suisse Amélie Reymond voit dans la fixation à déclenchement une protection contre les lésions des ligaments par des fautes de carres. Mais on peut trouver quelques compromis en utilisant des cartouches ou des ressorts de différentes duretés. Le détaillant de sport et de télémarker Michael Brosig / GEF, après deux ruptures de ligaments à la cheville, est passé 7tm power. A cause de sa vie professionnelle, il ne peut plus se permettre d’avoir des arrêts de travail. Pour Chris Lau / FRA, la fixation à déclenchement enlève la peur des blessures, mais elle doit être réglée correctement. Pour différents besoins, on a des fonctions caractéristiques en avant plan : skieur moyen /sécurité, le prix ; le skieur sur piste / pratique, confortable; le Racer / difficile, fixation costaud; randonneurs / poids, fiabilité, Freaks en poudreuse /fixation légère, élastique; Freestyler /.... Ma préférence personnelle va à l’heure actuelle, au deux tiers, dans l’utilisation d’une fixation standard de 75-mm, ou le flex doux et harmonieux, avec le ressort de compression, domine le déficit des petites marges latérales. Toutefois, la lanière de sécurité (le leach) – qui dans certains domaines ont leur utilité –devrait etre remplacée par un frein pour éviter au ski de glisser plus loin. Malgré le caractère limité du marché, jamaiz la gamme de fixations, avec ses 22 modèles n’a été aussi grande. Le coût de la recherche, de la production et de la vente ont pu être réduite au profit ou au détriment de la multifonctionnalité. Il ne soulage en aucun cas l’utilisateur de sa gestion des risques. Le choix pour les fixations de sécurité est beaucoup plus facile à prendre pour les débutants. Le spectre des revendications est difficile et varié. Comme le montrent ces évaluations, tout mettre dans le même chapeau est un défi complexe pour l’industrie. Les deux étudiants Hans-Martin Kroll et Bernd Hassmann ont en 2010 à l’Université technique de Munich écrient leur thèse sur des sujets similaires. Sources de l’auteur, Freeheel 2010 Hollabrunn, le 01.08.2010

report

Depuis le début des années 2009, des étudiants de l’université technique de Munich s’intéressent dans la chaire du développement de produit au développement méthodologique du nouveau concept de la fixation de télémark. Bernd Schröer, chercheur travaillant à cette étude, motivé par le manque de confort et de fonctions des fixations existantes, ranime le projet. Une équipe d‘étudiants des sciences du sport, de l’ingénierie mécanique et du design industriel développe ensemble, lors de leurs thèses, de nouvelles approches des fixations de télémark et apprend en même temps la manipulation sur des produits réels avec une méthodologie de la conception de produits. Les activités vont de l‘analyse globale des systèmes en laboratoire et des essais sur le terrain, en passant par des interviews d’experts et des enquêtes auprès des utilisateurs jusqu’à l‘étude des différents aspects biomécaniques. Le but est le développement de nouveaux concepts et leur mise en œuvre prototypique, visant à clarifier ce qui est techniquement possible. Les enquêtes approfondies ont, en particuliers, permis de déterminer des critères importants pour un nouveau système de fixation. Mais surtout les caractéristiques essentielles comme, par exemple, les fonctions de confort pour entrer et sortir de la fixation ou alors des fonctions de sécurité (déchaussage), ont fait le poids. L’équipe entière tient à remercier chaleureusement la scène du télémark européen pour sa participation active dans les enquêtes. Évidemment la petite, mais très active (voire réactive) communauté du télémark présente un aspect particuliers des devoirs de développement avec leurs besoins très divers, qui doit se trouver surtout dans les activités renforcées de plus en plus prises en compte. Les remerciements vont également à toute l’industrie et ses supporters. A côté de 7tm et Hammerhead, Rottefella et Black Diamond, comme Blizzard ont également participé à un produit d‘étalonnage avec le soutien matériel. Les chaussures Garmont sont à ce jour la base de l‘élaboration du concept actuel. Celle-ci comprend aussi l‘examen du télémark-sport et de ses interactions avec d‘autres sports de neige. Des tests de prototype sont prévus pour la saison à venir. Ainsi, les activités suivantes, en accord avec certains partenaires de l‘industrie peuvent être déclenchées


page

13

k r a m e l e T e d l a iv t s e F u d n io it d E e 9 La t u o t it a t e i a b u t S e d e e l l a v a l s n a d ie v n e e n n o d e l l e t e e l ia n e g t n e m e simpl de recommencer. rbe y mps supe e t e l , r cette Bien sû oup dans c u a e b r u it couétait po dredi éta n e v e L . e imanréussit edi et le d m a s e l is n nuavert ma plus aucu it a v a ’y che, il n it. leil brilla ge et le so

e i constitua la neuvièm rtive et détendue qu spo ce ian mb t l’a on t ts tai an Mais finalement, c‘é Les stands des fabric mais traditionnelle. sor dé on éati tél est de nif certain nombre édition de cette ma d‘après midi par un , matin jusqu‘à la fin ers produits télémark rni de été pris d’assaut du une place de juvoulaient tester les ers ark ém tél . les son rd, esa Brenner s’assura sai markers. Tout d‘abo ns pour la nouvelle eut une surprise. Ter y pla il s , de me re Da fai e ou Susan Scheller, ori : e, ég Dans la cat l’équipe allemande ient parler boutiqu d‘autre part ils voula les trois coureuses de nt va de m diu po le stesse sur télén plus. Beaucoup de r et Monika Rieder. s décontractée. ne s’ennuyait pas no on s, nd Katharina Palmberge frie ées ark igu ub à Neustift, fût trè em fat s be jam rs leu à er juste devant le Dorfp Dans la tente des Tel lé ord tal acc ins et i tip dre le e bonne bière ten ns un dé da La soirée, retrouver devant leur salon afin de se e. Certains le meilleur pour se markers utilisaient me re le plein d’énergi fai com ur po éré t sid ien umeur était si con l‘h fita , Ce local est En fin de compte te. D‘autres en pro peu avec s plans pour l‘hiver. un moment de déten de plement discuter un re sim fai t et ien rr ula ho niversaire du vo an Psc es de Hackerà l’avance du 10ème les ateliers ou d’autr ers se réjouissaient s’inscrivaient pour ark ém tél 0 70 les e bonne qu . En dépit nous. ple, cool et amusante 2010. roula de manière sim dé se 19 au 21 Novembre n les hie ez tric Ch au re. Le Masters Freeheel e bonne atmosphè un rs reu cou les i parcours e, il régnait parm rc Künkele dans un de l‘ambition sportiv nt Michi Trojer et Ma va de sa po s’im an msgarten. hommes Thomas Sp ait voir depuis le Ga ssant qu’on l’on pouv ére int s trè is ma rt cou

news


14

page

Telemark-test : Les conditions

t de tième fois un gros tes a organisé pour la hui à ns Fin mai, Télémarkfriends avo y us née passée. No a à Zermatt comme l’an tard à télémark. Il se déroul déj ait bonnes. Bon, c’ét ditions incroyablement pounouveau trouvé des con ons pas à un mètre de ndi atte s que nous ne nou nes dans la saison si bien bon es lqu , il y eut que jours avant notre arrivée ps. dreuse. Mais, quelques tem prin de r avec la neige avons combiné la chaleu é. név chutes de neige. Nous du ver vait même trou bon moment, on pou Si le matin, on était au Tout était pour le mieux. 2900 ckenen Steg, à environ re stand de test au Tro 9 Nous avons installé not 334 à l atte pour le Furggs là, partait le télésiège en mètres d’altitude. De i: ssa d‘e e rveilleuse pist nous avons eu une me Les mètres d’altitude d‘où d’aller en hors-piste. lité sibi pos plus plat avec haut pentue, ensuite ditions. tés dans toutes les con skis ont donc pu être tes émarkfriends a été sou Tél de nes de six person Cette fois, notre équipe dédu rk, eaux de téléma possédant différents niv tenue par 20 testeurs établir très vite quel ski pu ns avo . Ainsi nous butant au professionnel e de skieur. correspondait à quel typ pour essayer les skis. teur a une descente tes que cha , a Normalement de ses impressions, il nt car il n’est pas sûr Si cela n‘est pas suffisa le plir rem te afin de e une deuxième descen encore le temps de fair nt, le temps lui est me use ure lhe conscience. Ma formulaire en bonne la possibilité de tester tous les testeurs aient compté car le but est que

, Peter Schilcher : Andreas Schäfer , Collaborateurs Droste Patrick : Texte

e d i k s e d t s Te Télémark

ents. skis différ une de es ir a p e 5 t t4 ou Il y a en tounormalement pour t vons t ’a n suffi nous Cela arker. Mais les vie de télémque trois jours pour t n ble. seuleme nds en com tester de fo

chaque ski.

: Les résultats

mauvais ski. Chae vu qu’il n’y a pas de Nous avons tout de suit , à un moment de la e de prédilection et est que ski a son domain e, le meilleur choix. ons de neige particulièr journée, dans des conditi les skis méga larges, la facilité avec laquelle C’est incroyable aussi skient. Ces skis ont des ou le Hart Python, se comme le Duret Pow aient classés comme encore deux ans les aur dimensions qui, il y a


Telemark-test page 15 à tester. Pas étone que nous n’ayons jamais eu eride: Ce fût le ski le plus larg skis a-Fre des Meg me com que pres nt de et donc le seul s ils se conduise t est le ski le plus large du Mon totalement impraticables. Mai t puisque le Monstra Fat de Dure n’on ils nant et out part bien rôle s du Monstra Fat sont cipe, on les cont e, la Mega-Freeride. Les côte de dimension normale. En prin e. idat de notre nouvelle catégori -pist cand hors le reste ion ilect préd pourrait le penser leur terrain de sous le pied et 193 derrière. On guère d‘inconvénients. Bien sûr goyables, 203mm à la spatule, 177 caté incro cette er divis peut On mais également nt intéressants. monstre est bon en hors-piste, Mais même sur la piste ils reste ble. Mais loin de là. Bien sûr, le tion atica truc impr cons une a ième deux mer une chose : Celui un rocker et la le. Et nous pouvons vous affir rie en deux: la première possède piste, quand celle-ci est soup une la sur sur part que quel r surfe de rds. C’est garanti. on a la sensation e de skis attirera tous les rega plus classique. Avec un rocker, n de se promènera avec cette pair atio qui sens r supe une nt leme donne tout simp plage de Californie. Le Rocker k Diamond, sieurs. Mais il y en on compte le Megawatts de Blac ule, spat de sorte i important que pour les mes surf. Avec cette dames, le choix n‘est pas auss les tion truc Pour cons En . Voilé le ut est un bon ski pour de Moment et surto Le Black Rose de Movement le JJ de Armada, le Belafonte de même pour tous les goûts. sûr tout bien a a On nt. eme Mov le et onne les erreurs et t Pow, Le Artisan quille. Le ski est gentil, il pard classique nous avons le Dure les tante ou pour télémarkeuse tran que débu est n lusio conc La es. estic , au Lady Gold prend assez larg e s‘applique au Lipstick de Maj une bonne flottaison si on les nt très maniable. La même chos eme est nett nt soie s qu’il bien all mountain s, et sont amusant rtout.Le Kenja de Völkl est un deux catégories se skient bien Zag, qui sont aussi des passe-pa ts, chez ican de fabr x breu nom de ence la piste. Mais avec fois, fût la prés Certes, le point fort de ce ski est différents. Ce qui était bien cette ons un très bon toucher de neige. aissi avec conn ne s nou que et s érée, avec des is eu sous les pied en hors-piste à une vitesse mod que nous n’avions encore jama on se sent également à l’aise Tous skis, ces ada. Arm re enco ou estic du Mountain de t, Moment, Hart, Maj e est le terrain de prédilection que par ouï-dire, comme Dure s virages. Par contre le hors-pist c’est ité, petit qual e bonn très de sont , se déplaçant de spécificités et conçu pour de bonnes skieuses les skis de ces fabricants ont leurs yt. C‘est un ski très polyvalent, essa Dure les vous que ité mér tous e à sa bonne prise de t de glisse. Ils ont s également sur la piste, grâc un enrichissement pour le spor l ou érence à côté de la piste. Mai Völk préf ic, Atom me com s ique nécessite un peu i les marques class contrepartie, le Pika de Moment er au moins une fois. Mais auss , il se skie sans problème. En pour carre vrai nt eme égal est Cela du savoir et ent intéressants. dame très exigeant qui demande Kästle ont encore des skis vraim n de force. Il s‘agit d‘un ski pour asio plus l’occ eu s avon s nou le Pika, que pour ntain Wave ou Zag, èdent ces qualités et se décident des boîtes comme Artisan, Mou dynamisme. Pour celles qui poss liorés. du amé ont les et ond. skis Diam k leurs é Blac Ils ont développ est de même pour le Joule de de tester ces dernières années. auront un ski très fiable. Il en érés et elles mod plus s. coup euse beau heur nus très Artisan sont deve avec ces engins certainement Par exemple, les skis de chez s qui savent télémarker seront Celle ée. pass n saiso la de es à skier que lors harmonieux. Ils sont plus facil le développement été unanimes sur le fait que tous s avon s À la fin du test, nou ient bien. é le colis entre Zurich fructueux et que les skis se skia pas présent au test. DHL a égar chez tous ces fabricants a été G3 n’était malheureusement de quelques problèyé leurs skis trop tard. A cause et Zermatt. Faction Ski ont envo les skis Majesty. pas été possible de tester tous Les catégories: de montage de fixation, il n’a sans mes main en in mat le d pren les kfriends.com le passe-partout. On er sur notre site www.telemar Allmountain: C’est la gamme peut s trouverez au cours de l’hiv on Vou el lequ sur ski un t C’es au cours de la journée. savoir ce qui va nous attendre résultat de nos tests sur ces skis. Hart. Il est assez large condition, tel que le Hula de le quel e port compter dans n’im est carre sur la piste. Il d même une bonne prise de pour le hors-piste, mais a quan ent cool. De même le vraim est gn de ces planches très dynamique. En outre, le desi e. Il est également sur hors-piste très stable et calm Tahoe de chez Moment est en i qui se décide pour un son parfait équilibre. Mais celu la piste très agréable grâce à FX94 ou un Völkl Mantra ct, un Armada ARV, un Kästle Zag Heli Gold, un Atomic Aspe s. ent de plaisir en toutes condition aura avec ces planches énormém skis appartiennent à cette suite grâce à leur côtes quels Freeride: Nous savons tout de er de Voile, le Megawatt Drift le , Duret, le Python de Hart catégorie : le Monstre Pow de Kästle . Le Megawatt e de Moment et le MX128 de de Black Diamond, le Belafont Il n‘y a rien qui bouge. Le les méga jours de poudreuse. reste la planche de surf pour son passage. Le MX 128 a facilement. Il repasse tout sur ski tourne merveilleusement, vraiment s’éclater. pour celui qui en possède il peut besoin de plus de puissance mais nces et une vitesse plus Mr. Belafonte. Avec les compéte La même chose s‘applique à n’y a pas de compromis. e à contenir. Avec ce ski, il élevée, il est presque impossibl rents. Le Monstre Pow Hart et de Duret sont très diffé Les deux autres Freerider de e à skier. Dans le club des de de réaction, donc très facil est malgré sa largeur très rapi Python de Hart reçoit les choix pour les débutants. Le Extra-Large, ce ski reste un bon polyvalent et diablement est parfaitement équilibré, très meilleurs critiques d’achat. Il tous les testeurs. Similaire Voile fut la grande surprise chez agréable à skier. Le Drifter de vitesse appropriée, il se rbe planche de surf. Avec une au Megawatt, c’est une supe la piste. déplace vraiment très bien sur


6 16Telemarktest Telemark-test seite

page

Armada

Artisan

ARV 185

typ A

Atomic

Aspect

LONGUEURS 165, 175, 185

LONGUEURS 168, 176, 184, 192

LONGUEURS 162, 171, 180

DIMENSION 130-95-119

DIMENSION 126-88-114

DIMENSION 123-87-110,5

RAYON 21.5 /185

RAYON 21 /184

RAYON 18 /171

POIDS N/A

POIDS N/A

POIDS 3,17 kg

Bien qu’Armada soit connu comme spécialiste du slopestyleL‘ARV n‘est pas un ski trop souple. Ce ski est sportif et dynamique mais il a besoin de bon skieur pour montrer tout son potentiel.• sophistiqué, il aime les virages moyens et carve comme sur des rails. Avec une piste très dure il lui manque une bonne prise de carre. • Hors-piste, il aime les grands tournants mais il reste agile sur les rayons courts. Il a une bonne flottaison malgré sa petite largeur et est solide comme un roc.• Un bon polyvalent pour bons skieurs.

Avant le type A n’était juste qu’une planche de course, maintenant, il est beaucoup mieux harmonieux et plus maniable. • Sur les pentes, il reste fidèle à sa trace, il aime tous les rayons, en préférant tout de même les grands à pleine vitesse. La prise de carre est bonne, mais cela pourrait être mieux. C’est un bon caveur.• En hors-piste, il a besoin d‘un peu plus de pression. Dans de la neige déjà marquée, il se montre un peu têtu et dévie facilement. Agile en godille, on doit rester à certaine vitesse.• Polyvalent pour individualiste pour une bourse un peu plus remplie.

Ce ski est orienté essentiellement pour la piste. Typiquement Atomic: Il domine particulièrement tout. En l’achetant, on ne fait aucune erreur. Cependant, il est sans surprise. • Sur les pentes, avec une vitesse suffisante, il est stable et garde sa trace. Il aime les virages moyens, il a une bonne prise de carre, est très agile et agréable pour carver. • En hors-piste, il est également facile à skier pour des virages courts jusqu’aux virages moyens avec une vitesse contrôlée. Son agilité fait merveille, à une vitesse plus élevé, il reste stable. • polyvalent avec une préférence pour la piste. Avec un poids de 3170 g, il est aussi très bon pour la randonnée.

Atomic

Hagan

Hart

Drifter

Daemon

Hula

LONGUEURS 166, 174, 182

LONGUEURS 170, 177, 184

LONGUEURS 177, 187, 197

DIMENSION 128,5-93-117

DIMENSION 126-93-114

DIMENSION 134-100-124

RAYON 20 / 174

RAYON 22.6/177

RAYON 18.5/177

POIDS 3.32 kg

POIDS 3,0 kg

POIDS 4 kg

Le Drifter était avec ses 174 cm un petit court pour le test. Sur les pistes, il est agréable à skier et est très calme. Il aime les virages moyens avec une bonne prise de carre. Il est très agile. • C’est un carver très agréable. En hors-piste, le Drifter pardonne les erreurs. Il est aussi très dynamique, a besoin de peu de force et est très simple à skier. • La flottaison est bonne, en contrepartie, le ski n’est pas aussi robuste que d’autres modèles de cette catégorie.• Un ski polyvalent de chez Atomic qui est très certainement aussi bon pour la randonnée.

Le skis de test était un peu court, ce qui a influencé positivement son comportement sur la piste.• Pour beaucoup de testeurs, le Daemon a était catalogué comme un bon ski de piste. Et certains l’ont encore mieux jugé que sur le hors-piste. Il est agile, facile à tourner et a une bonne accroche. Ce n’est pas un véritable Carver. • En hors-piste, le Daemon a assez de flottabilité et de douceur, mais d’autres skis nous ont plus impressionnés. Il est très léger, et donc également très facile à maîtriser. • Fiable, polyvalent, il n’est pas spécial mais pour cela il n’a aussi aucune faiblesse. • Il est pour les Freeriders faisant attention au poids ainsi que les randonneurs et peut-être aussi pour les débutants. Un ski confortable.

Un ski qui ne veut pas imposer son caractère mais il aide le skieur dans toutes les conditions.

Kästle

Kästle

Kästle

LX 82

FX84

FX94

LONGUEURS 156, 164, 172, 180

LONGUEURS 168, 176, 184

LONGUEURS 166, 176, 186

DIMENSION 127-82-109

DIMENSION 122-84-110

DIMENSION 128-94-117

RAYON 16.5/172

RAYON 18/176

RAYON 20/176

POIDS N/A

POIDS N/A

POIDS N/A

LX 82 est le moins cher de la série de Kästle en construction Cap.• Le LX 82 est un très bon ski de piste. Il est incroyablement calme, il skie tous les rayons à toutes les vitesses sans problèmes. L’accroche est excellente. • Ce ski est très agile, un bon carveur. • En hors-piste, il n’est pas assez large pour faire de grandes actions en Freeride. Mais à une vitesse contrôlée, sur des rayons courts ou moyens il est agile. • Super piste polyvalent pour tous les hommes - femmes. Il est bon pour la randonnée.

La série FX noire, de construction en sandwich est souple et grâce à cela relativement facile à skier.• Le FX 84 est un super ski de piste et apprécie tous les rayons mais particulièrement les petits. Il aime la vitesse. Sur ces carres, on est comme sur des rails. • En hors-piste, sa fiabilité est surprenante en dépit de sa faible largeur. Il est agile et facile à skier. La flottabilité, cependant, reste assez faible et ce ski est intéressant à des vitesses moyennes. • Un beau ski polyvalent pour les télémarkers aimant leur confort, tout à fait approprié pour les dames et la randonnée

Le modèle Pro de Chris Davenport. • Le FX 94 est sur les pistes gentil et facile à skier. On n’a pas besoin de longtemps pour s’habituer à lui. Les dames ont aussi beaucoup de plaisir avec ce ski. Il fonctionne au mieux à des virages et des vitesses moyennes. Il est très agile avec plus de vitesse mais il devient nerveux et perd de l’accroche.• En dehors des pistes, il pardonne beaucoup d’erreurs. Ici aussi, il préfère des virages à une vitesse moyenne. Là, il reste très stable.• Ski polyvalent, facile à skier pour personne aimant cruiser tranquillement. Il est bien aussi pour les dames et les randonneurs.

allmountain

• Le Hula enthousiaste malgré que le ski de test fût vraiment trop court - sur la piste avec bonne prise de carres et vivacité. Adhérence et stabilité à grande vitesse, il est facile à doser, donne de bons feedbacks. Il est très vivant sans être trop nerveux. Malgré sa largeur, il est incroyablement agile. • En hors-piste, il a vraiment une très bonne flottabilité, et malgré son manque de longueur, il est très stable et calme. En plus il est vraiment très agile. • L‘un des gagnants du test dans la catégorie Allmountain. La combinaison idéale en largeur (flottabilité / hors-piste) et taille (prise de carre / pente).Convient très bien aux deux!


Telemarktest

seite

Telemark-test page 17 Mountain Wave

Movement

Scott

Easy Day

Couloir

LONGUEURS 166, 176, 186

LONGUEURS 166, 176, 186

LONGUEURS 163, 173, 183

DIMENSION 130-96-120

DIMENSION 122-89-111

DIMENSION 129-98-120

RAYON 21/176

RAYON 20/176

RAYON 18.5

POIDS 3.6 kg

POIDS 3.2 kg

POIDS N/A

Sur les pistes ce ski a besoin de vitesse et d’une bonne technique, car il n’aime que les virages à grands rayons. Dans ces conditions, il a une bonne accroche, du dynamisme et un super Rebound, on peut compter sur lui. Dans l’ensemble, raide mais harmonieux, avec une très bonne stabilité, il fait penser à un ski de course.• En hors-piste, il a juste assez de flottabilité, il est très solide et grâce à sa stabilité il donne beaucoup de sécurité. Comme sur la piste, il préfère les grands virages ou les lignes directes.• Le nouveau Easy Day n’a rien en commun avec l‘ancien modèle, rien! Approprié pour les bons skieurs qui les poussent vraiment – alors seulement, il est vraiment easy. Car à vitesse élevée le ski est absolument stable et très fiable.

Sur les pistes, le couloir est un bon polyvalent, presque comme un „Black Rose“ pour hommes. Fidèle à sa ligne et virages moyens sont ses qualités, il tolère parfois plus de vitesse, mais il commence à flotter. Bon à gérer pour tout le monde, même pour skieur qualifié qui auront du plaisir avec lui.• En hors-piste, le couloir est à grande vitesse agité et n’a pas beaucoup de flottaison. Il reste très maniable et l‘effort nécessaire reste limité. • polyvalent de bonnes propriétés pour la randonnée pour des skieurs tranquilles.

Malheureusement, les skis de test étaient trop court (173), ce qui a amélioré ses impressions sur la piste. • Sur la piste, sa raideur plait, il a une très bonne accroche et amène de la vitesse. Toutefois, il n‘est pas vraiment facile à diriger. • En hors-piste, avec 1m73 il a peu de flottabilité. Sa dureté et ses dimensions font qu’il n’est pas aussi fiable que d‘autres concurrents. • Le ski (en raison de la longueur) a été mieux noté sur la piste. Avec une version plus longue, il aurait eu certainement de meilleures notes en hors-piste.

Majesty

Moment

Völkl

Powd’Air

Tahoe

Kendo

LONGUEURS 180

LONGUEURS 170, 180, 188

LONGUEURS 163, 170, 177, 184, 191

DIMENSION 130-92-130

DIMENSION 127-96-118

DIMENSION 127-88-109

RAYON 20 / 180

RAYON 23.2 / 188

RAYON 21.9 / 177

POIDS 3.59 kg

POIDS N/A

POIDS N/A

Le vandale a été malheureusement essayé par trop peu de testeurs. Donc nous ne pouvons pas vraiment donner des résultats de test fiables. Mais nous voulons vous donner nos premières impressions. Le Vandal est en fait un très bon ski, mais malheureusement anodin. Il est certainement approprié pour tous les domaines, mais il pourrait avoir plus de prise de carre. • Aucune évaluation finale en raison du petit nombre de testeur. Au cours de l’hiver vous pourrez voir le résultat final quand nous aurons eu l’occasion de le tester à nouveau sur www.telemarkfriends.com!

Le Tahoe est confortable sur la piste grâce à un bon équilibre. Les carres accrochent et il est facile de varier les rayons, il est toujours fiable. L’accroche n‘est pas trop agressive, mais équilibrée et donc plus calme. Même avec plus le tempo le ski reste et offre du calme. • En hors-piste, il a reçu de manière uniforme des commentaires positifs: une flottabilité suffisante, la stabilité et une bonne sérénité. Ici aussi, le ski est facile à contrôler. Il tourne facilement, ce qui donne une bonne impression de surf. Néanmoins, il dispose de suffisamment de potentiels pour s’éclater vraiment. • Très fiable, polyvalent, sympathique. Il se laisse bien skier partout. Dans l‘ensemble, très équilibré et sans défauts – le Tahoe fait vraiment tout bien !

Malheureusement, le Kendo pour l‘essai n’était disponible qu’en 177 cm de longueur, ce qui l’a favorisé pour ses performances sur la piste.

ZAG

ZAG

Heli Gold

Purist RX 171

LONGUEURS 198, 200

LONGUEURS 161, 171, 181, 191

DIMENSION 141-95-119

DIMENSION 118-82-107

RAYON 15.2 / 198

RAYON 17 / 171

POIDS 3.9 kg

POIDS 3.3 kg

Sur la piste, on doit s’habituer à l’Heli Gold, car à l’avant du ski les carres accrochent très tard. Une fois que cela est le cas, il a une très bonne accroche. Il est très calme, il aime les virages à gros rayons et peut bien carver. • En hors-piste, l‘Heli Gold est très bon à grande vitesse et dans les longs tournants. Il est stable, solide et a une bonne flottabilité. • Un très bon ski polyvalent avec beaucoup de commentaires positifs. Rond et sans problème, très agréable et facile à skier. Très polyvalent. Un ski pour tous, du débutant au skieur confirmé en passant par le randonneur.

Le puriste est sur les pistes agréablement simple et nécessite très peu d‘effort. Il a suffisamment de carres et par-dessus tout, il tourne très facile. Il est aussi bien adapté pour débutant. • En hors-piste, on peut cruiser tranquillement. A une plus grande vitesse le „X“ (avec Rocker) contrairement au „puriste Light“ (sans Rocker) a une bonne flottabilité. • Beau polyvalent, simple, fiable – bien également pour la randonnée. Même les débutants feront avec ce ski des progrès rapides. On trouve le puriste avec ou sans le rocker – avec il a beaucoup plus de flottabilité et devient en hors-piste un cruiser sans complexes.

Vandal

• Le Kendo est un bon ski de piste: Il est en effet très raide, mais il offre beaucoup d’accroche et de stabilité. Il est facile à skier. Il est très agile et il montre de très grandes propriétés à carver sur le piste. • En hors-piste, le 177 était malheureusement nerveux. Dans la neige vierge, il montre très clairement de bonnes qualités même s‘il développe très peu de flottabilité. • Un super ski de piste polyvalent. Pour plus de plaisir en hors-piste, nous vous conseillons le Völkl Mantra.

1


18

page

Telemark-test

Armada

Black Diamond

Duret

JJ

Megawatt

Monstre Fat

LONGUEURS 175, 185

LONGUEURS 178, 188

LONGUEURS 186

DIMENSION 126-115-121

DIMENSION 153-125-130

DIMENSION 203-177-193

RAYON 14 / 185

RAYON 42 / 188

RAYON 30 / 186

POIDS N/A

POIDS 4.7 kg

POIDS 5.2 kg

Avec sa spatule et son tailrocker, le JJ se skie bien sur les pistes dures. Mais elles ne doivent pas être glacées et il faut savoir contrôler les skis. The Rocker ne vibre presque pas, il aime la vitesse. A haute vitesse il carve comme sur des rails. • Son point fort est bien sûr le hors-piste: des déclenchements de virage très facile grâce à son double-rocker, très dynamique, on n’a besoin de très peu d’énergie. Il procure d’agréable sensation de surf. Le JJ est sauf sur la glace - très stable. • super Freerider, un jouet avec rocker, sans de grosses restrictions sur la piste.

Still a reference amongst the ˝surfboards˝. • For Reste une référence parmi les planches de surf. • Pour les bons skieurs, le Megawatt ne pose aucun problème sur les pistes. Faciles à gérer, tant qu’il n’y a pas de glace sur la piste. Il a besoin de vitesse et de place - alors il est facile à tenir sur les carres. A la longue, il peut vous épuiser. The Rocker flotte un peu, mais le ski n‘a pas vraiment été conçu pour la piste.• En hors-piste, ce surf peut tout faire. Grâce à son long rocker, il est très agile, il repasse tout sur son passage. Il se skie comme sur des rails en toute sécurité. La flottaison est énorme. • une superbe planche de surf.

Incroyable comment ce méga fat se skie. Bien sûr son terrain de prédilection est la poudreuse.• Sur la piste, il reste pour la majorité impraticable - Mais pas pour tous! Dans la neige douce avec une bonne technique on arrive à mettre cette planche sur les carres. • En hors-piste, le skieur est récompensé par une énorme flottaison. Le ski passe sur tout et ne s’enfonce presque pas. Il reste très calme. • C’est un tank, mais toujours tranquille et sympathique, peu importe la surface.

Hart

Kästle

Voilé

MX 128

Drifter

LONGUEURS 178, 185, 194

LONGUEURS 190

LONGUEURS 154, 162, 172, 182, 192

DIMENSION 155-120-145

DIMENSION 146-128-134

DIMENSION 151-125-138

RAYON 20/178

RAYON 40/190

RAYON 23/182

POIDS 2.68 kg

POIDS N/A

POIDS 3.79 kg

Le Python est un bon ski sur la piste et se skie comme le hula. En raison de ses dimensions, il est seulement un peu plus lent, mais aussi un peu plus stable à haute vitesse. Malgré sa largeur, il est incroyablement agile et bon à carver. • En hors-piste, il a encore plus de flottabilité et de stabilité que le hula. Un super outil de poudreuse dans la catégorie «méga fat». Il reste polyvalent et peut tout faire. • Même le python reçoit le commentaire «Bonne affaire». Il est similaire au hula, mais est plus orienté sur le hors-piste. Parfaitement équilibré, en dépit de sa largeur, il est encore très polyvalent. Il est convaincant dans toutes les disciplines.

Le MX 128, malgré sa largeur, surprend par ses qualités sur la piste. Avec beaucoup de vitesse, il reste stable et calme et aime naturellement les Big Turns. Il n‘y a pas de vibration de rocker et il a une bonne prise de carres. Toutefois, il demande beaucoup d‘énergie pour les petits virages. • Le MX 128 a été le ski le plus stable à bonne vitesse en hors-piste. Même dans sur des terrains durs, il est toujours sûr. Grâce à son Rocker il reste agile, même à petite vitesse. • Très athlétique et spécialiste en poudreuse et freeride avec de bonnes propriétés sur la piste, mais pas pour les débutants ou Cruiser.

Comme tous les autres modèles de chez Voilé dans le test, le Drifter est un ski léger, bon pour la randonnée. • Il est, malgré ses dimensions, bon à skier sur la piste. De préférence, il aime la vitesse et les Big Turns. • En hors-piste, le Drifter est une super planche de surf, qui rappelle le Megawatt. Il donne beaucoup de plaisir, il est très agile et reste stable. Le rocker palpite à peine. • Un vrai surfer, également adapté pour la randonnée.

Phython


Telemark-test page 19 Artisan

Atomic

Duret

typ B

Charter

LONGUEURS 183, 193

LONGUEURS 166, 176, 186

Monstre Pow 181

DIMENSION 134-105-125

DIMENSION 129,5-100-119,5

LONGUEURS 181, 191

RAYON 30 / 193

RAYON 20 / 176

DIMENSION 149-115-132

POIDS N/A

POIDS 3.43 kg

RAYON 28 / 181

Le type B a son propre caractère comme le type A, plus harmonieux que dans le passé. • Sur la piste, il se skie de préférence avec beaucoup de vitesse et de grands virages, mais on le skie plus détendu. Quand la vitesse est suffisante, on est comme sur des rails. Pour les virages courts, on a besoin de plus de force et de plus de pression. • En hors-piste, le type B est à grande vitesse très stable et garde sa ligne. Il se montre aussi plus agile que sur la piste et on a besoin de moins de force ici. Le ski ne surf pas, il laboure! • Comme toujours chez Artisan, ce ski n’est pas pour les débutants, les skieurs orientés freeride l’apprécieront.

Le charter est un ski de randonnée, freeride avec un rocker. Avec ses 176 cm, malheureusement il nous a semblé un peu court pour le test. • Sur les pistes, il aime tous les rayons, est très facile et agile. Il se déplace comme sur des rails. Avec trop de vitesse et des conditions difficiles, cependant, il flotte avec son spatule rocker. • En hors-piste par contre, il peut aller très vite et malgré sa taille, reste très stable. Les virages courts sont aussi faciles à réaliser. Il a une très bonne flottaison. • Un ski sans problème pour tout ceux qui aime le freeride et la randonnée.

POIDS 3.9 kg

Kästle

Moment

Mountain Wave

Peu de testeur n’ont pas réussi à dompter le Duret sur les pistes. Les autres trouvaient le Monstre Pow très agile – malgré sa largeur ce fût une très agréable surprise de contrôler ce ski. Dans tous les cas, sa prise de carre est suffisante. • En horspiste, grâce à sa largeur, il y a vraiment une grosse flottaison. Ce Monstre Pow est encore extrêmement agile! Il donne envie de faire des virages courts. Dans les Big Turns, il parait lourd. • Arme absolue de plaisir, qui malgré sa largeur, reste agile et facile à skier. Convient pour les nouveaux venus dans le monde des mégas Fat.

MX 108

Belafonte

Diplomat

LONGUEURS 177, 187,195

LONGUEURS 174, 182, 192

LONGUEURS 172, 182, 192

DIMENSION 132-108-122

DIMENSION 135-106-124

DIMENSION 140-104-128

RAYON 31/187

RAYON 25.7 / 182

RAYON 22.5/192

POIDS N/A

POIDS N/A

POIDS N/A

Ce ski a besoin de bons skieurs capables d’utiliser tout son potentiel! • Sur les pistes, le MX 108 surprend par sa prise de carre. Il est très stable, aime la vitesse élevée et les Big Turns. Avec suffisamment de vitesse, il est aussi agile. Tous les modèles MX se caractérisent leur très bon Rebound. • En hors-piste, le ski est très stable dans les Big Turns mais il a besoin d’une vitesse suffisante pour mettre son agilité en valeur. Sa force vient de sa grande flottabilité et stabilité. • Une arme de freeride avec de bonnes qualités sur les pistes pour des bons skieurs puissants.

Malgré sa largeur, le Belafonte reste très agile. On ne le sent pas dans les virages courts et sur les carres, il accroche bien. C’est très rare de faire d’aussi bons virages courts avec un ski de cette largeur. Il est également stable et harmonieux. • En hors-piste, son rocker donne une super impression de surf sans tomber dans des sensations négatives sur la spatule - il est extrêmement calme et stable, même à des vitesses plus élevées. • Ce ski nécessite une certaine maitrise et de la vitesse – alors dans ces conditions, il est l‘un des meilleurs skis tout terrain. Super flottaison grâce à sa largeur et à son flotteur, malgré cela il a une très bonne prise de carre sur les pistes. Harmonieux pour à un large éventail d‘applications.

Le diplomate est sur les pistes un ski stable qui adore la vitesse. Il est particulièrement adapté pour les grands virages. Pour la piste, une coupe un peu plus taillée lui aurait fait du bien. La prise de carre est bonne même si la spatule avec son rocker est nerveuse. • En hors-piste, on a une grande flottaison sur un ski drôlement solide. Il offre une sécurité à tout moment. Même en hors-piste, il préfère des Big Turns et des lignes directes. Le rocker aide à écraser tout sur son passage. Dans la neige d’été marquée, il flotte un peu. • Le diplomate est comme le Easy Day pour les bons skieurs aimant la vitesse et les grands virages. Son point fort est le hors-piste.

Movement

Voilé

Völkl

Jackal 185

Charger

Mantra

LONGUEURS 170, 177, 185, 192

LONGUEURS 171, 181, 191

LONGUEURS 170, 177, 184, 191

DIMENSION 136-105-124

DIMENSION 137-112-126

DIMENSION 133-96-116

RAYON 22/177

RAYON 22/181

RAYON 20.3 / 177

POIDS 3.4 kg

POIDS 3.67 kg

POIDS N/A

Le chacal se montre lourd sur la piste avec peu d’accroche. Avec une vitesse élevée, il flotte facilement. Malgré cela, il est toujours agréable à skier (à tous les virages et à une vitesse moyenne). Il reste quand même anodin. Il a horreur de pistes dures. • En hors-piste, à une certaine vitesse, le Chacal est mal à l‘aise. Il brille par son agilité, nécessite peu de puissance et offre une bonne flottabilité. • Un ski pour randonneur freerider tranquille.

Le chargeur montre sur la piste une bonne polyvalence et de bonnes caractéristiques pour le carving. Il est facile à skier. Il aime de préférence les grands virages, mais n’a aucun problème avec les virages plus courts. Sur les pistes, avec ce ski on ne doit faire aucun compromis. • En hors-piste, le ski reste fidèle à sa trace et grâce à son rocker, il est très maniable. Il suffit de peu de puissance pour avoir une sensation de Surf. Très agréable à skier. • Un vrai surf polyvalent.

Le mantra arrive cette année juste avec un nouveau „Lifting“, ce qui veut dire juste une nouvelle déco sur le ski. • Sur les pistes, le mantra ressemble énormément au Kendo, mais il supporte encore plus de vitesse. • En hors-piste, il a de bonnes qualités, mais à cause de sa dureté il ne pardonne que très peu d’erreurs. Il est agile, calme et offre relativement peu de stabilité. • Un ski dur, polyvalent et sportif. Pour ceux qui aime.


20

page

Telemark-test

Black Diamond

Moment

Duret

Pika

Mountain 167

LONGUEURS 155, 165, 175

LONGUEURS 150, 160, 170

LONGUEURS 167, 177, 187, 197

DIMENSION 125-95-113

DIMENSION 141-111-129

DIMENSION 137-105-127

RAYON 22.5/175

RAYON 19.5 / 170

RAYON 22.0/167

POIDS 3.4 kg

POIDS N/A

POIDS 3.2 kg

Le ski était pour nos testeurs malheureusement un peu trop long – pour cette longueur il vaut mieux se situer dans la catégorie skieur expérimenté. • Sur la piste, le Joule est très stable, aime les virages moyens jusqu’aux grands virages. Pour un skieur puissant, la vitesse lui réussit bien. • En hors-piste, il garde sa trace. Pour les Big Turns et la vitesse, il lui faut aussi un pilote dynamique qui le domine. La flottabilité pourrait être mieux.

Sur la piste, pour aller sur les carres, le Pika demande beaucoup d‘énergie et d‘efforts. Il préfère les grands virages à une vitesse élevée. Là, il reste stable et tranquille. • La flottabilité donnée est tout simplement „Fat“. En hors-piste, ce ski réclame de la vitesse. En contrepartie, il nous donne dans des Big Turns à une grande vitesse une fiabilité sécurisante. • Un ski très exigeant pour les dames qui ont de l’énergie et les compétences. Il est plus axé sur le hors-piste. Fondamentalement, il est réservé pour les très bonnes skieuses qui veulent un ski très solide.

La plupart des testeuses n’ont eu aucun problème sur les pistes avec le Mountain. Bonne prise de carre, avec un RAYON moyen - un bon ski sur la piste, malgré sa largeur, pour les skieuses expérimentées. • En hors-piste, il offre une bonne flottabilité, ce qui pour une bonne skieuse le rend facile à gérer. • Un ski calme et sérieux pour bonne skieuse polyvalente.

Majesty

Moment

Movement

Joule

Lipstick

Sierra

Black Rose

LONGUEURS 169, 175

LONGUEURS 150, 160, 170

LONGUEURS 155, 165, 175

DIMENSION 117-87-117

DIMENSION 127-96-118

DIMENSION 122-89-111

RAYON 18.0/169

RAYON 15.2/160

RAYON 19/165

POIDS 3.24 kg

POIDS N/A

POIDS 3.0 kg

Le Lipstick est un très bon ski pour la piste: il est agile, permettant des bonnes prises de carres avec des changements rapides. Sur la piste, il est à tout moment fidèle et facile à contrôler. • En hors-piste, en raison de son manque de largeur, il manque de flottabilité par rapport au meilleur dans la catégorie. Mais le Lipstick est un bon Allrounder. • Un ski polyvalent orienté piste. Le Lipstick est aussi adapté aux débutants, car avec lui on peut tout faire.

Le Sierra exige une certaine force pour tourner sur la piste. Il peut carver à haute vitesse bien que ce ski ait tendance à préférer les grands virages. • Également en hors-piste un certain rythme est requis. Mais il donne également une bonne stabilité et fiabilité. • Un ski très exigeant pour dame capable de le dompter. On a alors un partenaire fiable et sérieux. Moins bien adaptés pour les débutants.

Sur les pistes, le Black Rose est très facile à skier, parce qu‘il est très gentil et pardonne les erreurs. Il convient aux débutantes et skieuses intermédiaires. Il préfère les petits et moyens virages. Il manque de dureté à grande vitesse. • En hors-piste, le Black Rose nous charme par son agilité, il reste à une vitesse modérée stable et nécessite peu de puissance. • Un super ski polyvalent pour débutante.

Voilé

Völkl

ZAG

Kenja

Lady Gold

LONGUEURS 160, 170, 180

LONGUEURS 149, 156, 163, 170

LONGUEURS 157, 165, 175

DIMENSION 118-94-107

DIMENSION 129-87-105

DIMENSION 132-83-113

RAYON 19/170

RAYON 17.7/163

RAYON 11,6/165

POIDS 2.72 kg

POIDS N/A

POIDS 2.98 kg

Contrairement aux autres Voilé du test, le Vector flotte sur les pistes. Il préfère nettement la vitesse moyenne et les Big Turns. Dans l‘ensemble, il s‘est avéré être un bon carver. • En hors-piste, le ski montre peu de caractère et reste anodin. • Ski moyen sans propriétés particulières.

Le kenja a de très bonnes qualités sur la piste. Il aime tous les rayons et vitesse. Il est très maniable et pardonne les erreurs. A trop grande vitesse, il est un peu mal à l‘aise. • En hors-piste, ce ski a peu de flottaison, mais à des vitesses modérées et à des rayons moyens, il fait avec.• Un beau Allrounder pour dame avec une préférence pour la piste.

Le Lady Gold a reçu de bonnes critiques sur les pistes. Il est très taillé, tourne facilement et reste toujours calme et a une bonne prise de carres. Un ski de plaisir sur les pistes - agile et vif, gentil et avec la propriété de pardonner les petites erreurs. • En hors-piste, il donne une moins bonne impression, mais il garde de bonnes qualités tout terrain. Il lui manque de la flottabilité et de la stabilité à grande vitesse. • Un très bon Allrounder pour télémarkerins préférant la piste. Elles auront la possibilité de carver avec le Lady Gold. En hors-piste, il montre quelques faiblesses à grande vitesse. Ainsi, il est très bien adapté pour les débutants.

Vector

Vous pourrez trouver l’ensemble du test et des informations détaillées sur chaque modèle de ski sur WWW.TELEMARKFRIENDS.COM.


22

page

Black Diamond Custom

Black Diamond Push

Black Diamond Stileto

Race/Freeride

Freeride/Allround

Freeride/Allround

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 24.0 - 30.5 POIDS | 4.1 kg

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 24.0 - 30.5 POIDS | 4.0 kg

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 23.0 - 26.5 POIDS | 3.5 kg

Crispi Shiver

Crispi XR

Crispi XP

NTN

Race/Freeride

Allround

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 24.5 - 30.5 POIDS | 3.6 kg

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 23.5 - 31.5 POIDS | 4.0 kg

Chaussons intérieur | Standard Pointure | 23.5 - 31.5 POIDS | 3.6 kg

SCARPA T2 Eco

SCARPA T1

SCARPA TX Pro

Race/Freeride

Race/Freeride

NTN/TLT

Chaussons intérieur | Performance Flex G Pointure | 24,5 - 32 POIDS | 3,4 kg

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 22,5 - 31 POIDS | 4,0 kg

Chaussons intérieur | Thermo-Fit Pointure | 22,5 - 30 POIDS | 3,5 KG

Garmont Voodoo

Garmont Priestess g-fit

Garmont Prophet

Freeride

NTN

NTN

Chaussons intérieur | G-Fit Rapid Pointure | 25.0 - 30.5 POIDS | 3.6 kg

Chaussons intérieur | g-fit Rapid Pointure | 23-27,5 POIDS | 1,6 kg

Chaussons intérieur | G-Fit Rapid Pointure | 25.0 - 30.5 POIDS | 3.7


page

23


24

page

7tm Power

22 Designs Hammerhead

G3 Targa X-Mountain

Freeride/Allround

Freeride/Allround

Freeride/ Allround

Typ | Cable bindings Functions | Auslรถsung, Step-in hauteur permanent| 23 mm POIDS | 1.4 kg

Typ | Cable bindings Functions | --Hauteur permanent | 23 mm POIDS | 1.4 kg

Typ | Cable bindings Functions | - - Hauteur permanent | 21 mm POIDS | 1.213 kg

7tm Power Tour

22 Designs hammerhead Axl

G3 Targa Ascent

Freeride/Allround

Allround/Tour

Freeride/Tour

Typ | Cable bindings Functions | Release, Step-in Hauteur permanent | 23 mm POIDS | 1.6 kg

Typ | 3-Pin Functions | Hauteur permanent | 28 mm POIDS | 1.8 kg

Typ | Cable bindings Functions | - - Hauteur permanent | 40 mm POIDS | 1.418 kg

Black Diamond O1

Black Diamond O2

Black Diamond O3

Freeride/Tour

Freeride/Allround

Freeride/Allround

Typ | Cable bindings Functions | Tour Hauteur permanent | 28 mm POIDS | 1.7 kg

Typ | Cable bindings Functions | Hauteur permanent | 25 mm POIDS | 1.4 kg

Typ | Cable bindings Functions | Hauteur permanent | 25 mm POIDS | 1.3 kg

Rottefella NTN

Rottefella Cobra R8

Rottefella Cobra R4

Auslรถsun/Tour

Race/Freeride

Freeride/Allround

Typ | NTN Funktionen | Step-in Hauteur permanent | 30 mm POIDS | 2.0 kg

Typ | Cable bindings Funktionen | --Hauteur permanent | 30 mm POIDS | 1.7 kg

Typ | Cable bindings Functions | --Hauteur permanent | 30 mm POIDS | 1.6 kg

Voile Switchback

Voile SX

Voile Hardwire 3-Pin

Freeride/Tour

Freeride/Allround

Freeride/Allround

Typ | Cable bindings Functions | Tour Hauteur permanent | 25 mm POIDS | 1.2 kg

Typ | Cable bindings Functions | Hauteur permanent | 20 mm POIDS | 1.2 kg

Typ | Cable bindings Functions | Hauteur permanent | 20 mm POIDS | 1.3 kg


26

page

haute route


page

Story and Photography: Christian Haeffner

Haute Route on Teles

Ce fût en 1911 que la traversée de la Haute Route a été faite en ski. La voie classique commence à Chamonix, plus exactement à Argentière en direction de Zermatt puis ensuite vers Saas Fee. Il relie le massif du Mont Blanc, le Cervin et le massif du Mont Rosa, le trajet est d’une longueur de 180 kilomètres.

27

En fait, je n‘avais jamais eu l‘intention de faire la Haute Route. Trop long, trop exigeant, trop de monde – c’est la réputation. Mais tout fût différent. „La Haute Route on Teles», c’était la devise de Richard Schürf. Son idée captivante était de relier le Freeheel Masters français d’Argentière avec le Freeheel Masters suisse de Zermatt. Entre les deux, il y a cinq jours. Il n’y a pas eu que nous qui pensions que c’était une bonne opportunité, mais aussi la rédaction de l’émission BergaufBergab de la Bayerischer Rundfunk. Une équipe de quatre membres nous accompagna pour la traversée la plus célèbre du monde en talon libre. Au milieu du mois de Mars, quatre jours avant le départ de la randonnée, nous arrivons par une belle journée ensoleillée avec le Mont-Blanc Express de Martiny Argentière. Il n’avait pas neigé depuis plus de deux semaines, mais les conditions semblaient optimales. Mais alors le vent tourna. Un jour et demi de pluie ne laissait pas seulement fondre la dernière neige dans la vallée, mais aussi augmenter le niveau d‘alerte avalanche à 4. Même si théoriquement on pouvait éviter les pentes dangereuses, la neige restait trop abimée. Notre guide Florian Hellberg suggèra l‘utilisation d’une route alternative qui démarre au Verbier. Ici, nous commençons à 2500 mètres et nous ne descendons pas en dessous de la ligne de neige de ces derniers jours. Bon, nous devions retourner avec le Mont-Blanc-Express à Martiny et plus loin vers Le Chable en-dessous de la célèbre station de ski. Avec le beau temps, nous sommes montés à la cabane de Mont Fort de la CAS. Ici, nous avons utilisé le reste de la journée pour raffraîchir l’utilisation de l’ARVA et du maniement de la la sonde. C‘est incroyable les différences qui existent entre les divers dispositifs. Les appareils numériques modernes avec 3 antennes nous emmènent pratiquement sans détour à notre LVS, que nous avions enterré dans la neige, enveloppé dans une couverture. Le lendemain matin, à 6 heures 30 précises, nous démarrons. Nous suivîmes la piste en direction du col de la Chaux - un lever de soleil magnifique nous a accompagné. La journée nous a amené à la cabane de Prafleuri, avec arrêt au sommet de la Rosa Blanche. Et puis il y a eu la première surprise à 7.30 heures. Exactement au même moment, où nous avons atteint le sommet du Col, un groupe de freeskieurs et surfeurs en pantalons baggie arrivaient par l’autre côté. Nous avons lu la surprise sur leurs visages. C’étaient des participants du Verbier-Extreme, qui a été déplacé en raison du mauvais temps le week-end dernier. Plus tard, nous les avons vus descendre pratiquement à la verticale entre les falaises marbrées de la face nord du Bec des Rosses. Un hélicopter les accompagnait. Notre itinéraire se poursuit sur le col de Momin, à travers un fantastique décor montagneux, vers le Rosa Blanche. Au-delà de 3000 mètres, pour la première fois, je ressens l‘altitude : Une légère pression sous le front et un petit essoufflement. La montée vers le sommet nous conduit sur une courte crête abrupte où les crampons et piolets rentrent en jeu. Heureusement, car les semelles souples et le bec des chaussures de télémark empêchent d’avoir un bon appui. Je souris, mais je dois me concentrer beaucoup plus. Sepp du BR dirige sa caméra sur nous. « Heil Berg! » et poignée de main, le premier pic est atteint ! Pas tout à fait - quelque chose ne convient pas, nous devons


28

page

redescendre pour tourner à nouveau cette scène. En récompense, Patrick nous sert une boisson au sommet. Un Ricard! Nous l’avions emmené dans une bouteille en plastique. La Haute Route n’est en aucun cas un voyage triste. D’en haut, vous avez une vue à vous couper le souffle. Au sud-ouest le massif du Mont Blanc et à l‘est, nous voyons pour la première fois le Cervin. Il nous reste encore une très longue route, des montagnes et des glaciers à perte de vue. Sur l‘immense plateau du glacier en dessous de nous, s’entraine en permanence un petit avion de sport muni de skis, au décollage et à l‘atterrissage. Cette région fût officiellement autorisée pour l‘héli-ski. La descente vers la cabane de Prafleuri conduit sur le glacier du même nom. La neige est un rêve! Poudreuse et douce. A mi-chemin, nous décidons de remonter 300 mètres. On ne peut pas avoir mieux. C’est aussi bien pour l‘équipe de tournage car la météo prévue pour les prochains jours n’est pas super. Sepp se déplace avec sa caméra juste à côté de nous. La neige vole. Comment fait-il pour obtenir d’aussi bonnes prises de vue? La cabane du Prafleuri est belle et moderne. Ici, il faut mettre un jeton pour avoir la lumière dans les chambres ou alors il ne reste que lampe frontale. Trois autres groupes sont égalemnt sur cette variante de la Haute Route. Sur la terrasse, avec ce temps de rêve, nous avons le temps d’échanger nos impressions avec eux. Un couple de jeunes américains est en route sans guide et demande quelques conseils à Flo pour les jours suivants. Leur Guide (le livre) de la Haute Route est le même que celui que nous avons - à l‘exception près que les deux américains ne parlent pas allemand. Au fond de moi, je me fais un peu de soucis pour eux. Le lendemain, nous devons démarrer très tôt. Nous voulons atteindre le refuge Vignette derrière le Pigne d‘Arolla. Jusqu’à là-bas, il n’y a pas de gros dénivellé, mais pour cela le trajet est d’autant plus long. Pour le deuxième petit déjeuner, à neuf heures et demie, nous arrivons sous un soleil resplendissant à la Cabane de Dix. Nous avons fait la moitiè du chemin. Le gardien est occupé à nettoyer la cuisine. Malgré tout, il nous a servi une délicieuse collation et des litres de thé.


page

29

Du refuge, nous pouvons voir la suite de notre trajet. Au loin, nous apercevons les deux américains qui étaient partis avant nous et s’épargnent le temps d’une pause. Sur les bords escarpés de Cheilon, les coulées de glace descendent vers le bas. Cette glace nue bleue claire brille dans le soleil. Seront-ils encore là l‘hiver prochain? Déjà un peu marqués par l’altitude et par la chaleur environnante, nous continuons tranquillement, mais sûrement notre bonhomme de chemin vers le Col de la Semperine. Olaf en bave. Sur les sommets et les crêtes environnants nous voyons d’énormes drapeaux faits par le vent. Et les problèmes commencent. Le vent monte et le brouillard tombe. Nous approchons du point culminant de notre étape, le Pigne d‘Arolle, à environ 3700 mètres. Cela se transforme en tempête, le brouillard devient neige et elle vient à l’horizontal nous fouetter le visage. Nous ne voyons plus aucune trace. Nous devons grimper une pente raide, qui a été tellement exposé au vent, que la glace lisse reflète comme un miroir. On doit sortir les crampons. A chaque pas, le vent pousse mes bâtons un peu sur le côté. De la folie, omment le temps peut changer en quelques minutes! Notre équipe de tournage n‘est plus visible. Probablement qu’ils sont loin devant nous et qu’ils cherchent un bon endroit pour filmer. Précisément ici se produit un problème technique. Les crampons de Patrick tombent constamment. Florian, notre guide, trouve que c’est trop risqué. Il grimpe devant et nous fait monter en rappel. Dans ses conditions, une montée normale est presque impossible. Mais tout s’est bien passé. Finalement, nous retrouvons notre équipe de cameraman. Maintenant il faut vite descendre au refuge. Sur le flanc oriental du glacier d‘Arolla Pigne, nous nous encordons. Entre moi et Flo il y a à peu prés 60 mètres. Tout à coup, Patrick, qui est devant moi tombe dans une crevasse, heureusement que jusqu‘à la taille. Tout à fait épuisés, mais heureux et soulagés, nous arrivons au refuge. Mais où est passé le jeune couple américain que nous avons encore aperçu il y a deux heures?


30

page

Guide

Le refuge de la Vignette est plus que rempli. Nous ne trouvons presque pas de place pour nos skis, bâtons et peaux. Ici c’est le croisement entre la Haute Route classique et deux autres variantes. En raison du mauvais temps de la journée précédente, il n‘y a pas d‘eau. Celui qui veut se brosser les dents, doit ou s’en passer ou acheter de l‘eau en bouteilles. Les refuges à cette hauteur ont généralement un système qui fait fondre la neige à l‘aide de l‘énergie solaire. Finalement, nous retrouvons notre couple d’américains dans ce refuge de la Haute-Route. Mais quelle sera la suite des événements? Le mauvais temps arriva un jour et demi plus tôt que prévu. Nous étions au milieu des bourrasques du Föhn, qui constituent le point le plus élevé des masses d’air. Le rapport de météo prévoit également des vents de 70 à 80 km à l‘heure pour les prochains jours. C’était clair, nous devions annuler. Malheureusement, nous n’avons pas le temps pour attendre deux à trois jours pour de meilleures conditions météorologiques. Et en effet, le lendemain matin, la même chose. Nous pouvons à peine tenir les skis, le vent arrivait de tous les côtés. Nous nous dirigeons vers le nord vers la station de ski d‘Arolla. Après 500 mètres de dénivelé, le soleil arrive. Il fait nettement plus chaud. En haut sur les sommets et les crêtes, nous voyons encore des drapeaux de vent géant. Notre atteignons notre objectif Zermatt et le Cervin confortablement en train de Sion. J’aurais préfèrer avoir plus de difficulté.

- Arrivée et départ Pour le départ se rendre à Argentière ou éventuellement à Verbier le retour se fait de Zermatt. Au mieux avec le train. Ainsi, on épargne le glacier, on voit beaucoup de paysage et de gens. Surtout on ne doit pas revenir au point de départ. Information: sbb.ch, bahn.de - Guides La Haute Route est également proposée sur place par de nombreux guides de montagne. Nous avons pris vivalpinallgaeu.de. Ce résumé montre clairement que seuls les randonneurs habitués à la haute montagne peuvent faire la Haute Route sans guide. Littérature: Michael Waeber: Haute Route, ISBN: 978-3-7633-5919-6 - Date La Haute Route est une traversée de haute montagne qu’il vaut mieux entreprendre au printemps. Il est conseillé de commencer avant ou après un week-end pour éviter les foules. Il est bon de prevoir 10 jours pour pouvoir attendre en cas de mauvais temps.Avec le temps en plus on peut faire des extras, ou continuer jusqu’à Saas Fee. - Équipement Less is more. La liste d‘équipement est fournie par le guide. Vous pouvez aussi lui louer l‘équipement qui vous manque.Astuce: Un T-shirt de rechange suffit. - Haute Route pour randonneurs sportifs: Patrouille des Glaciers Tous les ans en avril se fait la course „Patrouille des Glaciers» : départ de Zermatt, arrivée à Verbier. Le record pour le parcours est incroyable. 5 heures, 52 minutes, 20 secondes (avril 2010). Information: pdg.ch


Rafael Prohaska Rider: Fritz Trojer

page

31


8.-10.04.2011 Finale in

Galt端r Tour Termine 19.-21.11.10 Stubaier Telemark Festival

Stubai/Austria // www.stubaier-telemark-festival.com

19.12.10

Sport Schindele Allg辰u Masters Gr端nten/Deutschland // www.sport-schindele.de

15.-16.1.11 Sportler Telemark Festival

Carezza/Italien // www.freeheel.it

29.01.11

US Tele X Steamboat Springs/Colorado/USA // www.sswsc.org

05.02.11

Freeheel German Masters Gapa/Deutschland // www.freeheeler.eu

19.-20.2.11 Otavalo Freeheel French Masters

Chamonix/Les Houches/France // www.freeheeler.eu

25.-27.2.11 Bayrischzell Telemarkfestival & Bergzeit Telemark X Bayerischzell/Sudelfeld/Deutschland // www.schneestolz.de www.bergzeit.de

06.03.11

Morgedal Games Morgedal/Norway // www.morgedal.com

8.-10.4.11 Freeheel World Masters Finale

Galt端r/Austria // .galtuer.com


page

Spring Break Freeheel Finale du Freeheel World masters 2010 Galtur Pour la première fois à Galtür, le Freeheel Spring Break a défié la finale hivernale du télémark. Mais l’hiver nous a encore fait une faveur. Avec les meilleures conditions hivernales et avec le soleil, la communauté du télémark s‘est réuni pour la finale d‘hiver à Galtür et a transformé le terrain de stationnement du Birkhahnbahn en arène de fête avec jacuzzi et Slacklinern. La nuit dura jusqu’à 5 heures du mat avec barbecue et une bonne fête sous la tente Hacker-Pschorr , la dénommée „Ciel de Bavière“. Le duo « work out » a tellement bien chauffé la tente que le lendemain nombreux étaient ceux qui avaient les jambes lourdes d’avoir dansé jusqu’à l’aube. Les deux nouveaux champions du Freeheel World Master, Andreas Kathrein et Charlotte Limargues ont célébrés leur victoire malgré des cuisses brulées par une bataille difficile lors de la finale du Freeheel World Masters Tour. Une chute libre catapultait les quatre concurrents dans les deux premières vagues du télé cross suivi d’un virage relevé et d’un saut. Le chef des pisteurs Walter et son équipe, assistée par Obmann Christopher et ses hommes du club de ski local ainsi que le patron de la course Patrick ont préparé un parcours qui n’avait rien à craindre de la concurrence internationale

Après quatre longs tours épuisants, la surprise chez les hommes fût parfaite. Le héros local Andrew Kathrein, qui n’a pu prendre part à la finale que grâce à la last Minute Qualification, franchissait la ligne d‘arrivée en nouveau Freeheel World Master 2010, devant les deux Allemands Marc Künkele et Benoît Holzmann. L’Autrichien Thomas Spann était le lucky loser. Chez les femmes aussi la décision fût surprenante. Comme beaucoup l‘avaient soupçonné la française Charlotte Limargues fait une course fantastique en finale et réussit à obtenir le titre de championne du Freeheel World Masterin 2010 devant Monika Rieder et Auri Bittner, toutes deux Allemandes. L’Ukrainienne Timakova Aljona se place à la quatrième place. Le week-end du Freeheel Spring Break Freeheel à Galtür fût une belle réussite ce qui nous donne envie de recommencer du 1er au 3eme Avril 2011: Freeheel Spring Break und Freeheel World Masters Finale in Galtür 2011 C u @ Freeheel Spring Break und Polartec®Marmot® Freeheel World Masters Finals 2011in Galtür!

33


34

page

Story: Heino Jahn; Photography Michael Wolf (www.sportfotografie-michaelwolf.de)

Carezza 2 Freeride

Qu‘est-ce qu‘un Freerider? Un «free rider» est en clair un resquilleur et donc quelqu‘un qui s‘expose à une accusation de se déplacer sans titre de transport. Est-ce que les descentes en hors-pistes et le ski de randonnés seront bientôt punissables ? Celui qui fait du freeride au-dessus d’un demi-mètre de poudreuse sera-t-il puni ? Nous étions coupables et avons mérité un châtiment:


page

35

La scène du crime et la salle d’audience était Carezza. Dans la zone située entre le col de Carer et Rosengarden se trouve un des plus beaux domaines skiables d’Italie où il y a de nombreuses opportunités sur et en hors-piste. Avec en toile de fond, les Dolomites, patrimoine mondial de l‘UNESCO, nous avons juste essayé plusieurs variantes de freeride, y compris celle décrite comme la plus ancienne du monde du ski. À une époque où il n‘y avait pas de différence entre le télémark et le ski parallèle, entre le ski nordique et le ski alpin, entre le ski de rando et le ski de descente et entre sauteur et marcheur, le ski était avant tout un moyen de transport. On devait pouvoir facilement monter et descendre sans trop de bricolage et pouvoir se déplacer sur des distances éloignées. Le ski possèdait une zone de glisse et une zone de montée et bien sûr un talon libre. En Scandinavie, cette sorte de ski a toujours été conservée pour traverser les Fjells et est un sport populaire. Dans l’Europe centrale, nous voyons très peu de cette espèce, juste dans les régions de moyennes montagnes. Cela est dû bien entendu, d’une part dans la diversité des traditions et dans la topographie correspondante. Et d’autre part par la séparation distincte faite par l’industrie et le marketing des skieurs de fond et des skieurs alpins. Les télémarkers ne font partis ni des uns, ni des autres. Nous voulions proposer un pont entre tradition et modernité, entre ski de fond et télémark et entre la Scandinavie et l‘Europe centrale. Sous la devise: Vous êtes vraiment libre que si vous avez vraiment descendu toutes les pentes. Free Riding autrement! La région de Carezza est divisée topographiquement tout simplement en trois zones très différentes. Tandis que les récifs calcaires des Dolomites sont réservés exclusivement aux alpinistes en été et à certains sportifs extrêmes, la base de Rosengarten et Latemar abrite le réel domaine skiable de Carezza avec ses remontées mécaniques. A l‘ouest, en direction de Bolzano, s’étend un paysage vallonné, boisé avec des pâturages intégrés, puis un peu plus loin alors, ça descend dans la vallée de l’Isarco. Cette partie de cette région semble idéale pour errer dans la campagne sur des planches. C’est un constant montée-descente, très classique, certains avec des chaussures en cuir et des fixations 3-pin, avec ou sans peau, mais ensuite dans des zones dispersées, en partie sur les routes forestières, en partie en terrain découvert. Pas de sommets, aucune trace, aucune piste, pas de conventions – free riding, autrement. Les avantages des spaghettis (mais aussi des cure-dents) par rapport aux tagliatelles (hors-piste ou All Mountain) se trouvent sur le terrain: skis, chaussures de ski et fixations sont pour une fois incroyablement légers. Vous apprendrez très vite les avantages du léger, du rien aux pieds, que se soit en montée ou sur le plat, cela ne pose aucun problème. Si le système de la trace choisie par soi n‘est pas trop raide, on arrive facilement avec sa demi-peau à grimper chaque colline en terrain découvert. Une fois en haut, la procédure habituelle est supprimée: Retirer les peaux, changer la position des fixations, refermer les chaussures. Il suffit en fonction du goût de chacun, soit de skier dans le swing élégant du télémark ou soit de partir avec plantée de bâton vers la prochaine colline. Free riding. Ces sets sont idéals pour tous ceux qui veulent commencer avec le télémark et qui viennent du ski de fond. Le plaisir de la descente est très fortement dépendant des propres revendications et de tous compromis. Ceux qui préfèrent les mouvements de télémark ne doivent pas venir en chaussures de cuir ou en chaussures de télémark basses avec juste trois crochets. Le confort et être à l’aise, en montée ou sur le plat, est affecté par ce choix. Pour les skis, on a le choix entre un ski de fond plus large avec des carres en acier ou les spéciaux Fjellskis avec un maximum de 90 mm de largeur à la spatule. On remarque à peine la différence en montée. Voilé reste en ce moment le seul dans son genre avec une contribution entre la chaussure et le ski avec la fixation 3-Pin Cable avec le câble du talon qui s’enlève. Mais également, le super télémark de chez Rottefella répond à toutes les


36

page

attentes. Le plaisir de la descente est indéterminé avec une combinaison classique venant du domaine du ski de fond. C‘est pourtant la glisse sur le plat la plus légère. Question matériel, plus on reste proche des modèles historiques (indice: vieux films de ski d’Arnold Fanck et des photos des années trente), plus l’équipement utilisé est universel. Quand on pense aux cascades qui furent faites alors il ne semble n’y avoir aucune limite à donner. Et de toute façon, avant d’avoir construit les premières remontées mécaniques dans les Alpes, on parlait de ce sport en disant ski de déplacement. Ce qui était également le but du ski, se déplacer. De toute façon, il n’existait alors aucune piste préparée, juste ... oui bien sûr, Freeriding, et rien d‘autre! Pour stimuler cela, on a déplacé le ski du terrain vallonné vers les régions alpines, afin de voir ce qu’il avait encore dans le ventre. Outre quelques cascades vraiment cinématographiques, il n‘y a vraiment pas de limites à avoir du plaisir. Après les premières tentatives de mouvement avec nos cure-dents, nous sommes devenus plus audacieux et nous nous sommes éclatés sur les pistes de Carezza. La population skieuse présente a été en partie agacée, en partie amusée. Et, si la file d‘attente aux tire-fesses avait été trop longue, ce qui n’était pas le cas compte tenu de la capacité de la station, alors nous aurions tout simplement remonté la belle pente grâce à ce matériel si bien conçu pour monter. Freeriding, autrement! Après la fermeture des remontées mécaniques, de gros nuageux sombres nous ont découragé de profiter des pistes très variées. Avant l‘apparition de la pluie, nous avons pu rapidement nous échapper dans l‘agréable Alm Moser. Est-ce que le châtiment pour Freerider en valait la peine? Le lendemain ne promettait rien de bon. Notre plaidoyer basé sur des circonstances atténuantes eut du succès. Nous n’étions pas obligés de rester pour le reste de la saison emprisonné à l’hôtel pour notre arrogance de la veille. Un demi-mètre de neige un peu lourde pour le lendemain fut pour nous l‘expression de grâce devant la justice. Nous avons été complètement réhabilités, lorsqu’à midi, le temps tourna au beau. En collaboration avec l‘école de ski de Rosengarten, nous avons eu la possibilité fantastique de skier en dehors des pistes préparées du domaine. Bien sûr, avec de larges planches Off-Piste sous les pieds. Freeriding dans un décor unique. Carezza offre à chaque télémarker un petit quelque chose. Celui qui le veut confortable, peut apprécier le calme des collines et des heures solitaires avec des vues magnifiques. Rosengarten ou le Massif Ostler visible loin au-dessus de la vallée de l’Adige invite l‘œil. Les fous de la piste et des aventuriers du hors-piste viennent dans les plus hautes régions entièrement à leur frais (Info: Carezza). En fin de compte, que ce soit avec des planches de bois larges ou étroites, c’est la question à laquelle chacun doit savoir répondre soi-même. La version étroite est idéale pour les collines de montagnes centrales et les Préalpes. Même les premiers sommets inférieurs des Alpes bavaroises doivent être avec facilement accessible. Et celui qui ne veut pas s’ennuyer sur les routes forestières isolées dans les montagnes ou celui qui veut aller avec ce genre de situation incertaine dans des couloirs d‘avalanche, nous leur recommandons cette variante de freeride (voir les conseils).

carezza

Ski: Atomic Rainier Posigrip Bindung: Voilee 3-Pin cable Schuhe: Crispi sypolen (Leder), Crispi CXX2 (Kunststoff)


38

page

Info Carezza:

Itinéraire avec voiture: autoroute du Brenner, sortie Bolzano Nord, direction Eggental, Karersee - Carezza. A partir de la sortie de Bolzano Nord il y a encore environ 20 minutes jusqu’au domaine skiable de Carezza (varie selon les lieux) Train et bus: gare de Bolzano, d‘ici il y a plusieurs correspondances quotidiennes en bus jusqu’à la station de ski de Carezza. Transfert sur demande de l’hôte. Aeroport: L‘aéroport le plus proche est à Bolzano (30 km) Innsbruck (120 km) et Vérone (150 km). Distances: 265 km de Munich, 590 km de Vienne, 280 km de Milan, 215 km de Venise Domaine skiable: 16 remontées mécaniques Carte journalière: 32 €, - , Web: www.carezza.it Conseils: Paysages des préalpes: Pays de Tölz autour du Dietramszell; pistes de ski de fond du SC Moosham, à travers le pays, la neige assurée jusqu’en Mars, Refraîchissements : Gasthof Geiger, Humbach. Alpes bavaroises et de Chiemgau: Zwiesel (1348 m) de Wackersberg, Waldherrnalm Rechelkopf (1328 m) de Marienstein Rampoldplatte (1422 m) de Brannenburg Riesenhütte (1345 m) de Frasdorf

carezza


Otavalo

Telemark Festival 19 et 20 FĂŠvrier 2011 Les Houches

Freeheel French Masters un Telecross 19 FĂŠvrier 2011

www.talonlibre.info


40

page

gulmarg


page

41

Texte et photos: franzfaltermaier.com

„Les bâtons dans l‘autre sens, avec la poignée vers le bas», explique notre guide Mammoth. Je ne comprends pas. Je veux mettre mes skis dans le support, mais ils ne passent pas dedans. Trop large. Encore une fois: „Tu dois mettre tes bâtons avec en premier la poignée vers le bas dans le portant à ski. Et tu prends ton ski dans la télécabine ». J‘obéis et je réponds, pas très sûr de moi:“ Mais ils sont trop long! „Laissez-la dépasser par la fente de la porte!“ Avec difficulté, je m’efforce de rentrer dans cette petite cabine à six places. La porte branlante est réticente à me laisser passer. Mon sac à dos d’avalanche assez épais reste coincé dans la porte, il préfère rester en dehors. Comment c’était déjà avec mes skis? Jurant, je me laisse tomber sur le siège. D‘autres skieurs poussent nerveusement derrière. Je regarde si quelqu’un me matte d’un air énervé en pensant que je ne sais même pas monter dans une télécabine. Qu’est-ce que ça va être pour skier. Thomas a aussi des problèmes et dit : «C‘est comme dans un hélicoptère ». « Ca le fait quand même » répond Andi. Pour quelques domaines skiables en Inde, l‘état ne s‘est pas donné la peine d’installer des remontées mécaniques en plus. Selon Stefan, ils ont commandé des télécabines Poma en France. De chacune de ces toilettes de chantiers flottantes n’apparaissent à l’extérieur que la pointe des skis. Cela me rappelle mes premières vacances d‘hiver avec la Coccinelle. Là, les skis étaient fixés sur le hayon arrière et dépassaient du toit. La cabine monte rapidement dépassant d’étranges conifères, un mélange de pins et de cyprès. A la gare intermédiaire, à 3.000 bon mètres d’altitude nous voyons surpris un panneau jaune vif: danger Alpes, roches, tempêtes, avalanches! Juste pour experts! Excité, nous nous exhortons à sortir. Nous ne pouvions pas encore savoir que pour aujourd’hui, la journée s’arrêtait là. Nous voyons enfin le Mont Apharwat. Internet ne nous donne que peu d’informations et de photos sur le domaine skiable du Cachemire. Nous avons appris quand même que la montagne est haute de 4.300 mètres et que les télécabines nous montent jusqu’à 4.000 mètres. Il y est également souligné que c’est le plus haut téléphérique du monde. Les cabines se balancent sur les câbles d’acier et brillent comme des perles dans la lumière mais elles ne se déplacent pas d‘un pouce. Mammoth nous explique: «A droite de la télécabine se trouvent deux couloirs, appelé Gondola Bowl. Ceux-ci sont contrôlés par les pisteurs. Le reste est du Backcountry“. La nature, restée à l’état vierge, est laissée aux skieurs. Aucune dameuse, canons à neige ou panneaux indicateurs. S’il n’y avait pas les poivriers, le décor nous rappellerait notre Kitzbühel. Quelques petits groupes d‘arbres à feuilles caduques s’égarent dans le domaine alpin. Nous croisons quelques impatients qui montent en zigzag avec leurs skis de rando. Nous avons pitié d‘eux. Lorsque la télécabine redémarre, nous les dépassons et nous nous emparons de la pente vierge devant notre nez. Mais cela n’a pas d’importance de toute façon. Car nous sommes une soixantaine de skieurs et de surfeurs et le domaine est assez grand pour tout le monde! J’observe mes co-aventuriers. Une bande hétéroclite venant du monde entier. Au départ, j’ai choisi d’amener des planches pas trop larges. Après tout,

une taille de 100mm. Je pensais que cela devrait suffire. Maintenant je me sens défavorisé. Presque tout le monde a 120 ou plus sous les pieds. Même notre guide, vêtu de vielles fringues de ski délavées, possède l‘arme la plus puissante en poudreuse venant d‘un fabricant de ski américain. Celui dont le nom honore cette montagne de 8.000 mètres se trouvant pas très loin. Il y a une ambiance de fête. Les vendeurs locaux proposent des barres de chocolat. Notre guide organise du thé et de la marijuana à fumer. Ici, on cherche en vain les skieurs typiques avec tenue rouge de prof de ski et équipé de skis de slalom paraboliques. En revanche on peut voir des touristes indiens s’essayant à la pratique du ski sur d’anciennes planches sur une pente presque imperceptible. Ici et là, on peut entendre les Boum déclenchant les avalanches avec des commentaires du genre «maintenant ça va commencer tout de suite ». Au lieu de cela nous entendons dire: « Il n‘y a aucune montée vers le sommet. En haut il y a une tempête et le danger d‘avalanche est fort. Par conséquent, les gondoles ne montent plus aujourd‘hui ». Un touriste Allemand de la région d’Oberaudorf s’énerve:“ Chez nous ça n’arriverait pas. Nous faire attendre toute la journée pour rien! „Nous pouvons le comprendre. Mais c’est le Cachemire. Nous voyons les choses ainsi: Chez nous, nous aurions la possibilité de faire du ski. Mais seulement sur les pistes préparées et pas en hors-piste. Et à Gulmarg? Il existe des règles pour le ski de randonnées. La patience a ses avantages: la neige s’assoit et se laisse skier plus facilement. Dans nos pentes le flocon n’a aucune chance de se poser. Il sera tout de suite écrasé par la masse de skieurs, ou pire, par les dameuses. Avec cette mince consolation, nous redescendons vers Gulmarg. Là, sur la terrasse de notre hôtel, nous nous réjouissons de voir les singes crapahuter sur les arbres autour de nous et se battre à grand cris. Eh bien, il n’y a pas seulement de désaccord chez les humains. Bien que ces primates ne se disputent certainement pas au sujet du ski. Avec l’arrivée de la nuit, la tempête de neige prévue se déchaine avec violence. Le bâtiment scolaire d’en face est à peine visible. Les flocons de neige sont aussi gros que des grêlons. La neige monte dans un rythme accéléré. Les habitants n’arrivent pas à suivre avec leurs pelles. Les toits sont rapidement dissimulés par les masses de neige. Ce qui fût chez nous exceptionnel l‘hiver 05/06 à Bad Reichenhal, est ici la règle. Il fait maintenant nuit noir. Nous avançons péniblement à travers les tranchées blanches, pataugeant et glissant en direction de notre rendez-vous. Les flocons arrivent sur nous si violemment que nous sommes obligés de mettre nos capuches pour nous protéger le visage. Au loin nous distinguons la cabane Rajai. Le nom est inscrit comme une pancarte d‘un club punk, barbouillé en vert foncé sur une planche de bois. A l‘intérieur, le barbu nous attend déjà avec un sourire amical. Il enlève son bonnet de laine de sa tête, tandis que ses enfants, cinq en tout (ce qui est une bonne moyenne au Cachemire), se camouflent derrière lui. A peine sommes nous assis à la table branlante, que des petites assiettes sont distribuées pour un dîner épicé, spécialité du cachemire. Dans le coin le bruit d’une télé retentit, un barbu grincheux avec


42

page

une belle bedaine tape sur toutes sortes de types. Autrement, il y a une comédie musicale sentimentale où les chansons d’amour interprétées par des femmes à voix d‘enfants hurlent. Même Kate Bush aurait été énervée. Tout à coup, ce fut calme et sombre. La tempête n’a eu aucune pitié et nous a coupé l‘électricité. Notre hôte s’y attendait. En un rien de temps, il installe une lampe à gaz au-dessus de nos têtes. Dans ce local, grand comme un garage, entre les tapis orientaux rouges se trouve une coupure de presse d’une revue américaine Powder Magazine accrochée au mur. J’y déchiffre: «Nous sommes les Cachemiris, la nation la plus pacifique du monde. Nous voulons faire du ski, nous ne sommes pas des soldats ». Rajai explique d‘une voix calme la situation de cette petite station de ski de Gulmarg: «En raison des attaques terroristes et du conflit en cours avec le Pakistan voisin, la présence militaire au Cachemire est particulièrement élevé ». Nous l’avons bien remarqué à l’aéroport, en particulier à l’enregistrement des bagages. Nos sacs furent fouillés à plusieurs reprises. Les douaniers étaient particulièrement intrigués par les cartouches de nos sacs à dos d’avalanches. Même lors du transfert de Srinagar, nous avons vu énormément de convois militaires, comme s’il était nécessaire de créer un front à Gulmarg. Dans le domaine skiable, on est relativement tranquille. Personne ne veut faire peur aux touristes occidentaux. Bien sûr, ici et là, un soldat veille. A la gare intermédiaire, nous nous sommes laissés photographiés avec un fringuant chasseur alpin muni d’une casquette, d’une veste de camouflage blanc et des skis de randonnée. À son épaule pendait nonchalant, à portée de main, le plus connu des articles d’exportation russes: une mitraillette Kalachnikov. Lorsque nous quittons le local, nous demandons au patron „Combien ça fait?“ La réponse: « Donne-moi ce que vous voulez. » Deux jours durant, l’hiver trima courageusement. Nous partîmes à proximité vers „Monkey Hill où nous grimpions quelques mètres pour skier à travers une forêt éparse et sans danger d’avalanche. Nous avons sauté sur quelques bosses ressemblant à des balles de neige jetées par des géants dans la forêt. Notre guide nous propose de partir de Gulmarg vers Babareshi. C’est le village se trouvant à proximité, plus bas. Comparable à la Monkeyhill, la descente est assez raide. Nous n’atteignons pas Babareshi, mais nous arrivons à une route où nous attendait un taxi jeep. En un rien de temps, nos skis sont déjà sur le toit. Nous montons à une vitesse vertigineuse sur ce sentier étroit. A chaque fois que nous croisons un autre véhicule les coups de klaxon retentissent bruyamment. Nous sommes heureux d’être arrivé en entier. Nous sommes tous d’accord, il est plus dangereux de se déplacer en voiture en Inde que d’y faire du ski. Nous arrivons dans un bouchon. Deux véhicules se sont accrochés en se croisant. Le conducteur d‘une des voitures ne s‘est pas rendu compte que le plus gros véhicule était prioritaire. »On ne double pas ici ! » m’engueule un skieur américain en colère. Dans la confusion, j‘ai oublié mon bâton de ski dans le support à ski. Donc celuilà a fait un tour d‘honneur. Je suis content de le récupérer. Maintenant je peux rejoindre mes amis qui m’attendent à l‘entrée de la gondole. Tout le monde est impatient. Aujourd‘hui, après trois jours de neige, c’est le premier jour sans nuage et nous sommes enfin en route vers le sommet. En haut de l’Apharwat s’offre à nous un panorama magnifique. Le Nanga Parbat, deux fois plus haut, est comme tous les huit mille mètres, auréolé d‘un nuage, le résultat du Jetstream. Nous ne pouvons voir que des montagnes blanches aussi loin que l’œil peut voir. Aucun ouvrage humain ne dénature le paysage. Nous sommes les premiers à dévaler la pente vierge. Je n’enregistre que dans un état second le paysage qui m’entoure. À pleine vitesse, je me laisse porter dans le tournant appuyant dans la compression et je me laisse basculer de l‘autre côté. Les légères bosses sont avalées, les bâtons frôlent dans la neige.

Nous avons le soleil dans le dos, l’ombre des jets de neige propulsés par mes skis à chaque tournant me dépasse. Les cuisses brûlent, les poumons ont besoin d’air. La station intermédiaire apparait tremblante devant les lunettes de nez. Aucune pause. Nous dépassons le verger. Une dernière ligne droite et enfin je peux reprendre ma respiration. Thomas résume: «C‘était comme l‘héli-ski, avec télécabine! » Après quelques descentes de plus, notre guide nous sort une surprise de sa manche: Deux mille cinq cents mètres de descente, il triomphe. De la station se trouvant au sommet, on fait un travers plus à l’est, puis une descente interminable. Dans la forêt éparse, c’est loin d’être fini. Là-bas où nous avions peur de bouffer de la neige collante, nous trouvons à l’ombre la plus pure des poudreuses que nous savourons avec des petits virages courts. Bientôt nous atteignons les premières cabanes de Drang, qui se situe plus bas que Gulmarg. Peu après le pont une jeep nous attend. Notre bonne âme lui avait téléphoné de son portable pendant la descente. Mais ce n’était pas tout. Sachant que Stefan et moi sommes des fanatiques du café, ce qui est assez difficile à trouver en Inde, il nous entraîne dans un bar tranquille de Tangmarg. C’est clair: ce n‘est pas un cappuccino italien. Mais c’est quand même pas mal. Par la fenêtre, nous voyons arrivés les nouveaux fanatiques de ski. Ils auront encore quelques beaux jours de poudreuses en Mars, dit Mahmoud. Mais le névé va gagner, et finalement le doux printemps arrivera au cachemire. Il doit y être merveilleux. En effet, Gulmarg veut dire la prairie fleurie. Nous devrions peut-être prolonger? Jusqu’à l‘été? On pourrait s’y faire.

Info:

Saison: Janvier / Février. En tout prévoir deux semaines. Vols avec Turkish Airlines: Prix: € 600, - à € 800, Changement à Istanbul et à New Dehli. Puis vers Srinagar. De là, en taxi (€ 15, -) vers Gulmarg. (Van ou minibus) La durée du voyage est de 2 jours, en fonction de la connexion Demander un visa 2 semaines à l‘avance. Coût du visa 50 €. Si vous y allez vous-même, c’est plus rapide. Vaccinations: pas absolument nécessaire, car c’est l’hiver. Hôtel, location de matériel (ils ont aussi des planches larges), transfert, et pour tout autre question: Yassin du Kashmir alpin www.kashmiralpine.com Guide: Mahmood Ahmoa Lone www.gulmargpowderguides.com Remontées mécaniques: Forfait journalier: 16 €. Le point culminant en téléphérique: Mt Apharwat 3950 mètres Héliski prévu! Repas: Menu € 5, - Supermarché pas nécessaire. Petits étals de fruits ou de pain. Sinon, il y a beaucoup de restaurants bon marché, à la gare intermédiaire également. Barres de chocolat chez les vendeurs itinérants. Eau potable: nous n‘en étions pas toujours très sûrs. Nous avons bu de l’eau bouillie et surtout du thé. La bière (Kingfisher) n‘est pas mauvaise, mais cher (4 € en restaurant). Le vin n‘existait pas du tout. Dans le Highland Park Hôtel il y a aussi du Brandy à un prix assez cher et de la vodka. L’hôtel le plus cher: Highland Park € 100,-La monnaie: roupies indiennes. Les dollars sont aussi bons au change, l’Euro pas trop. Payer avec la carte de crédit est difficile. Aucun distributeur de billets à Gulmarg. Il n’y a que les portables locaux (carte prépayée possible). Internet au Highland Park Hôtel ou au Pine hotel. Langue: avec l’anglais pas de problème.

gulmarg


44

page


page

Osez, le Ski de Randonnée Nordique ! Partir à la découverte hors des sentiers battus Le ski de randonnée nordique est l’essence même du ski. D’abord conçu comme un mode de déplacement, ce ski hors traces est un moyen ludique de partir à l’aventure en alliant la liberté et le plaisir de la glisse. Particulièrement adapté aux reliefs vallonnés de la moyenne montagne et des plateaux d’altitude, la randonnée nordique trouve entièrement sa place dans la palette des activités hivernales.Le ski « back country » se pratique en terrain vierge dans de grands espaces. C’est un formidable outil d’exploration pour traverser les forêts, les prairies, les plateaux et les vallons enneigés…

Le ski de randonnée nordique, Késako ? Le ski de randonnée nordique La randonnée nordique se pratique avec des skis de largeur intermédiaire entre celle des skis de fond et des skis alpins, munis de carres et d’un système anti-recul (semelle à écailles ou fart de retenue) parfois complété par des peaux de phoque en montée. Chaussures et fixations laissent le talon libre et permettent la flexion naturelle du pied. Ainsi, il n’y a pas de manipulation pour passer d’une position « montée » à une position « descente », pentes et contre-pentes s’enchaînent en continuité. Le ski de randonnée nordique et le telemark ont les mêmes origines et l’esprit de la pratique en liberté est très proche. Plaisir de la glisse et découverte Dans la famille du ski, c’est ce qui se rapproche le plus de l’ « outil de déplacement » inventé à l’origine par les chasseurs scnadinaves. Devenu un loisir, on le pratique pour le plaisir de la glisse et pour découvrir des paysages et explorer des espaces de nature. Une pratique accessible à tous ! Alors que le ski alpin est conçu pour monter puis redescendre de grands dénivelés, le ski nordique permet de parcourir une autre dimension de la

45

montagne. Il est adapté pour des massifs où le relief ne se prête pas au ski alpin. Elle est accessible aux débutants avec une technique basique, et une exposition minimale aux risques objectifs de la montagne. Chacun y trouve son compte car la maîtrise des techniques nordiques en tout terrain est aussi un défi pour les skieurs expérimentés.

Le nouvel élan du ski de randonnée nordique

Le ski de randonnée nordique a fait sa révolution Grâce aux innovations matérielles, l’image du ski de randonnée nordique est totalement dépoussiérée, si bien qu’on s’imagine avoir inventé une nouvelle glisse ! Le temps des lattes longues et étroites de plus 2 mètres est révolu. Aujourd’hui le ski de randonnée nordique est court, large et léger. Très joueur, il s’adapte partout : c’est le ski tout terrain. Le matériel apporte du confort, de la stabilité et de la sécurité au néophyte. L’initié appréciera sa polyvalence sur tous les terrains nordiques et sur tous les types de neige. Les fabricants proposent aujourd’hui une gamme très ludique de ces skis passe-partout aux formes paraboliques.

Découvrez ce ski 100% nature Elancez-vous ! Et si cet hiver vous testiez la randonnée nordique ; une activité qui comme son nom l’indique allie la liberté et les plaisirs de la rando à ceux du ski. Pour vous aider à franchir le pas (glissant !), retrouvez toutes les informations sur le site dédié à la pratique : www.skirandonnenordique.com Les vrais amoureux de l’hiver, du ski, des grands espaces et de la montagne, ne pourront qu’aimer la randonnée nordique. Article du 11 août 2010 Régis Cahn www.skirandonnenordique.com


4 rider : Sage Cattabriga-aloSa 4 spot : big Cottonwood Canyon, 4 photographe : adam Clark/tgr

Utah

The Original Photomagazine 4 numÊros dans l’hiver abonnement : freepresse.com


48

page


page

49

®

Polartec Scufoneda:

l'âme du télémark européen. Chaque année, dans le merveilleux paysage des Dolomites, se dispute la plus importante kermesse européenne de télémark. Des performances spectaculaires dans une atmosphère cosmopolite et beaucoup de divertissement. Les origines. Ce fut au début des années ’70 que les skieurs américains redécouvrirent le télémark. L’Europe était alors encore complètement vouée au ski alpin, bien que la technique “à talon libre” soit une invention totalement européenne, qui peut être attribuée au skieur Sondre Norheim ayant vécu en Norvège durant la moitié du 19ème siècle. Quelques années plus tard, grâce à des échanges continus dans la communauté outdoor internationale, l’ancien continent commença lui-aussi à considérer le télémark comme une façon ancienne mais extrêmement moderne de vivre l’aventure sur la neige. Les sommets des principaux pays européens commencèrent donc à se peupler de skieurs “à talon libre” qui – outre la technique du ski – redécouvrirent le look original des premiers télémarkeurs norvégiens. C’était sans aucun doute un phénomène de niche, mais quelque chose de nouveau était né. Parmi les lieux qui servirent de décor à la “renaissance du télémark” se distinguèrent les Dolomites - les merveilleux sommets qui s’habillent de rose au coucher du soleil - et le groupe de télémarkeurs italiens plus actif portait le nom prometteur de “Héros du Télémark”. Toutefois, après une série de saisons glorieuses, l’enthousiasme initial commença à diminuer. Il faudra attendre jusqu’à la renaissance de l’Association des “Scufons del Cogo” pour assister à la consécration d’une nouvelle saison d’or du télémark. Scufons et Scufoneda. Les “Scufons” font leur première apparition à Moena (Val di Fassa, Dolomites) en 1997. Le groupe est composé par des moniteurs et des passionnés de ski, et se distingue par l’esprit goliardique et par le retour aux vêtements des ladins et tyroliens d’origine, dont font partie les grands chapeaux de feutre, les pantalons et les vestes en laine cuite rêche. Mais, bien au-delà du look, il existe une intention précise et profonde, celle de promouvoir le télémark en tant qu’expression de la culture plus authentique des communautés ladines. Parmi les valeurs clé exprimées par les Scufons nous trouvons l’amour pour les racines culturelles, la passion pour la montagne, l’amitié, le cosmopolitisme. Une seule année s’est écoulée et – en 1998 – voici déjà qu’on organise le premier évènement des Scufons : la première édition de la Scufoneda est un succès et c’est le début d’une tradition. La Scufoneda s’affirme comme un des moments clous des activités de ski de Moena : bientôt des fans de télémark arriveront de toute l’Europe, augmentant son prestige et son importance. En 2001 l’évènement devient si populaire qu’il faudra lui consacrer une semaine entière. Parallèlement le programme de la kermesse se diversifie et ses activités vont de la culture au divertissement. En premier plan, bien sûr, les grandes compétitions de ski.

La nouvelle ère “Polartec® Scufoneda”. 2009 marque un tournant important. Les Scufons Del Cogo passent un accord pour un partenariat de trois ans avec Polartec LLC, le leader mondial dans la production des tissus à hautes performances Polartec®. La marque américaine – une des plus significative du panorama international des vêtements outdoor – reconnait la qualité de l’évènement “Scufoneda” et l’authenticité de sa mission et décide de le soutenir. Au cœur des Dolomites le printemps est donc célébré par la première Polartec®Scufoneda : grande kermesse de télémark qui recueille l’héritage des éditions passées avec une nouvelle énergie, des ressources, des idées. Protagonistes absolus : la prestigieuse Freeride World Cup et le premier Championnat Italien de Télémark. Grandes compétitions et grands champions. Ces deux compétitions polarisent tout de suite l’attention des skieurs plus qualifiés non seulement d’Europe mais aussi des USA. L’édition 2010 de la Freeride Cup – qui s’est disputée le 6 mars dans le beau décor du Passo San Pellegrino – a compté parmi les gagnants, l’Italien Armin Senoner suivi par l’américain Nick DeVore, un des gourous du télémark international et “special guest” de cette dernière édition de la Polartec® Scufoneda. Pour ce qui concerne le Championnat Italien de Télémark (7 mars 2010), l’italien plus rapide a été Julian Giacomelli, dans la catégorie “Men-Senior” avec le temps de 1.31.45, “Vainqueur Absolu” : Holzmann Benedikt avec le temps extraordinaire 1.26.02. Grâce à ces évènements sportifs Moena a accueilli plus de 600 passionnés de télémark, et les prévisions pour 2011 sont encore plus optimistes Mars 2011 : nouveauté en vue. L’organisation de la 14e Polartec® Scufoneda a déjà pris son envol. La collaboration entre Polartec® et les Scufons a donné des résultats, l’intention est aujourd’hui d’amener la kermesse aux plus hauts niveaux. Une grande attention sera consacrée au Freeride World Cup, le fleuron de l’évènement. En vue de la prochaine édition, Polartec® a décidé de récompenser les athlètes avec un montant de 6.500 €, à distribuer entre les champions de la Polartec® Scufoneda : 2.500 € au vainqueur absolu et 1.000 € à chaque vainqueur des quatre catégories (télémark, snowboard, ski et catégorie femmes). Si on considère que les évènements de ce type distribuent rarement des prix supérieurs à mille euros, il est évident que Polartec® veut créer un nouveau standard dans le cadre des compétitions de ski internationales. Une attention particulière sera aussi consacrée, à côté des compétitions, aux nombreux rendez-vous conviviaux de la kermesse, en offrant une grande hospitalité et un riche calendrier d’initiatives. L’objectif ultime est de célébrer la montagne sous tous ses multiples aspects, en accueillant un public vaste et hétérogène : des skieurs professionnels aux passionnés, des adultes aux enfants, jusqu’aux simples curieux de tout âge. La prochaine édition de Polartec® Scufoneda est prévue du 13 au 20 mars 2011, mais dans les Dolomites l’adrénaline est déjà dans l’air.


50

page

Continent : Afrique du Sud-ouest // Pays : Namibie // Désert de Namibie // Lieu : dune de Swakopmund, Océan Atlantique // les gens : Magnus Loclie Norvège Pendant que je mettais mes skis de télémark, une pensée me traverse, ça ne passe vraiment pas dans le désert. Mais je n’étais pas sûr de ce qui m’attendait. Henrik, le fondateur du Ski-Namibie et fanatique de télémark nous emmène dans son territoire de dunes. Sur ces géants de sable, on voyait l’Atlantique Sud, on avait l’impression d’être dans des montagnes de sable. Idéal pour une randonnée de télémark. Sur ses équipements, nous avons trouvé la marque de «Knicken – Telemarkwear » qui soutiennent ce projet inhabituelle de télémark dans le désert. J’ai toujours voulu plier des genoux en short, cool ... Après deux petits essais, nous sommes directement montés à environ 80 mètres de hauteur sur une haute montagne de sable – quelle vue magnifique. Ce silence et vous ressentez ce qu’une photo ne pourra jamais capturer. Henrik est parti devant pour nous donner une idée de l’élément inhabituel sur lequel nous nous trouvons. Avec prudence, nous commençons à dévaler la pente de 30 °, l’impression de se retrouver dans la poudreuse quand on prend un peu de vitesse. Ici, le ski tourne sans difficulté, de manière uniforme. Sans avoir le risque de se retrouver sur une patinoire, nous faisons nos premiers pas de télémark dans l’un des plus anciens déserts dans le monde. Après, on en voulait plus. Nous remontons en randonnée, cette fois-ci à l’Est, puis vers le sud, pour tirer des nouveaux virages. Au cours d’une brève pause, Henrik nous raconte comment il a commencé ici avec le télémark, aussi loin de chez lui, à savoir avec... Enthousiasme, le courage de prendre des risques et toujours l’idée d’établir des contacts pour pouvoir continuer, en particulier avec sa ville d’origine Thuringe. Et aussi le fait d’être depuis la moitié d’une décennie participant à une course de descente traditionnelle en Suisse, l’Inferno à MürrenLauterbrunnen dans l’Oberland bernois, considéré comme l’une des plus longues du monde. Ainsi, il peut toujours agrandir son stock de matériel. Pièce par pièce, il a envoyé son matériel par voie aérienne et à plusieurs reprises comme bouche trou dans des containers en direction de la Namibie. Grâce à son ancienne carrière sportive dans le combiné nordique, le

télémark ne lui était pas étranger, vu qu’il avait sauté des milliers de fois sur de grands tremplins de ski et atterri sans problème. C’était la première pierre d’une nouvelle ère, le Telemark désert. La clé maitresse dans ce cas particulier était Michael de Knicken. Il y a quelques années, il est tombé sur l’offre inhabituelle d’Henrik et rapidement, un très bon contact se transforma en une amitié intercontinentale. Cela permit de mettre à jour la technique du très motivé Henrik, qui entretemps descend toutes les dunes le genou fléchi. Selon lui, cette technique est l’avenir du ski dans les dunes, randonnées faciles. On peut parcourir de longues distances sans problèmes et descendre facilement et parfaitement de manière contrôlée des pentes de sable de plus de 30°. En outre, on ne peut pas aller trop vite, vous ne trouvez pas de bosses dangereuses et de plaques de glace en faisant du télémark sur les dunes. Il n’y en a pas. Il espère continuer à soutenir ses expériences en milieu sauvage avec une série de nouvel équipement plus spécialisé pour le désert, peut-être même qu’un fabricant de ski va sauter sur l’occasion. Il n’y a pas que les skis qui peuvent être améliorés, mais aussi les chaussures, l’habillement et les fixations. Son désir le plus cher est que tout soit ajusté pour le désert. Peut-être que son nouveau record de vitesse sur sable pourra l’aider (il n’était en télémark). A propos, les pentes au sud sont avec vue sur la mer. Un peu plus loin se trouve notre véhicule, nous prenons un rafraîchissement dans notre glacière Le voyage continue, on a encore deux descentes. En passant, nous apprenons différentes choses sur les dunes et le désert du Namibie, nous avons même rencontré une vipère de sable juste avant la dernière dune – d’après Henrik il n’y a pas de danger tant que nous la laissons faire son petit bonhomme de chemin. Avec délectation, nous avons fait notre dernière descente en télémark, en tout nous en avons fait 11 et près de 1000 mètres de dénivelé. C’est incroyable tout ce qui se passe dans le désert.

Le telemark dans le Desert, Nous y revenons ....


52

page

„Une fois dans sa vie . .“

Nous étions à la table du petit déjeuner de notre Hôtel de Morgedal à la fin d‘un super week-end. L‘ambiance était détendue, les réactions étaient bonnes et le commentaire était à chaque fois le même : «tout télémarker a besoin de ressentir l’authenticité de ce lieu au moins une fois dans sa vie“. Notre groupe est composé de télémarkers et de représentants des médias d‘Allemagne, d‘Autriche, de Norvège, des Etats-Unis, d’Italie et de la République tchèque. Ils ont rapidement sauté l’occasion de venir ici et ont répondu à cent pour cent présents. Il s’en est suivi une discussion animée. Les idées ont coulé à flot et l’enthousiasme était élevé. Tout le monde était désireux d‘avoir son mot à dire et de jouer un rôle dans le développement du Festival international de télémark ici à Morgedal.


page

Du 11 au 14 Mars 2010, s’est tenu le premier Festival international de télémark à Morgedal sous le moto: « The Morgedal Games » - un festival de télémark avec des participants venant d‘Allemagne, de Suisse, de France, d’Autriche, de République tchèque, d‘Italie, du Danemark et des États-Unis. Cette année, l‘accent était surtout porté sur la présence de la presse internationale, sur le lieu de naissance de ce sport, le berceau du Télémark. Le festival a été organisé en collaboration avec Richard Schürf de Telemark Works d’Allemagne dans le cadre de son circuit du Freeheel.Chaque Tournoi sportif international a besoin d‘une cérémonie d‘ouverture.Ainsi les jeux de Morgedal n‘étaient pas différents. L‘ouverture s’est tenue à la ferme de Skare. La maison du légendaire sauteur à ski Svein Sollid est une belle ferme traditionnelle de la région de Telemark avec une piste de ski très historique se trouvant un peu à l’écart du pâté de maisons et des granges rouges. La descente aux flambeaux et le défilé des nations fût faîte par les enfants locaux qui descendirent en tenues traditionnelles et accueillirent les invités. Ensuite suivit une soirée d’information avec saut à skis oldschool, un big air et le traditionnel Ølbolleren - un genre de concours de style de télémark impliquant bosses et grandes pintes de bière. Dans les autres compétitions du week-end étaient inclus un sprint de télémark, le télécross de Norheim et une course de télémark classique sur la première piste de télémark de la planète. 192 concurrents ont pris part à ce week-end, où le télécross s‘avéra être l‘événement le plus populaire. Mais revenons à notre groupe autour de la table du petit déjeuner. Lorsqu‘on leur a demandé ce qu’étaient les faits les plus importants du weekend, ce n‘étaient pas vraiment les courses qui étaient importantes. Pour nos participants, le plus important était les différentes possibilités de Morgedal. C’était la chance de participer à une fabrication de ski et de pouvoir les essayer sur cette piste au passé historique, ou même de faire, le soir, une marche au flambeau vers Øverbø - le lieu de naissance de Sondre

53

Norheim, ou bien de regarder les enfants pratiquer le télémark avec autant de facilité, un style et une grâce naturelle. Voilà ce qui a marqué et qui rappellent exactement ce qui est si spécial à Morgedal.Il est juste de dire que ce festival à Morgedal est unique tant cette destination est particulière. Vous ne retrouvez nulle part ailleurs les racines ancrées au plus profond de la nature que dans cette petite vallée caché dans le cœur de Telemark. Ce n’est pas un grand domaine skiable avec des soirées après-ski en blousons de ski hors de prix. La magie de cette vallée est qu‘elle est à peu près inchangée depuis l‘époque de Sondre Norheim avec des bâtiments de ferme dispersés au hasard sur les collines abruptes qui entourent le petit lac comme un amphithéâtre. Cette vallée, débordante de l’histoire du ski, est plus qu‘un musée. L’Écho de la culture du ski s‘est développé ici dans les années 1850 et a finalement changé le monde du ski de manière audible, ce qui reste vrai aujourd‘hui encore. Vous pouvez l’entendre dans le rire des enfants qui skient et sautent dans les champs enneigés. Vous pouvez les entendre dans vos skis quand vous glissez de la cabane de Sondre là-haut sur la colline au-dessus du lac.Ce rassemblement de télémark à Morgedal est avant tout d’offrir aux skieurs quelque chose de très différent ... Plus que seulement la chance de découvrir les racines de votre sport bien aimé. Il s’agit d’un sentiment, d’une prise de conscience que vous êtes revenus ici à la maison, à la maison où se trouve le berceau du ski.

Morgedal - une fois dans sa vie. «C’était quelque chose de formidable!! Je ne vous remercierai jamais assez pour cette expérience. Et je suis déjà impatient de revenir ». Josh Madsen Telemark Ski Magazine USA «Un voyage à Morgedal, pour ressentir des sentiments les plus profonds! Venez et vivez le avec nous ». Oddo Broglia, Telemark Tribe Magazin Italien


54

page

Testi : Patrick Droste

TELE-KAITEN Sondre Norheim aurait été certainement fier. Car c’est dans le berceau du télémark, dans le norvégien Morgedal que nous - trois membres de l’équipe de Telemarkfriends – avons fait notre premier essai de Kite-Telemark sur le lac de Morgedalstjörn. Avant notre voyage en Norvège, nous avons été équipés par la société JNKites de deux ailes. Bien que nous n’ayons que peu de connaissances en termes de Kite, notre envie d’essayer cette grosse aile, avec pour une fois des skis de télémark sous les pieds était trop forte. Nous en avions vraiment envie, envie de nous laisser entrainer à tirer des bords, avec un Kite au-dessus des lacs norvégiens, avec la méthode la plus classique. Un jour avant la date initialement prévue, nous avions bien pris soin de charger la voiture de tout le nécessaire et nous sommes partis, en fin d’aprèsmidi, de Morgedal en direction de Ofte, où se trouvait un lac appelé Oftevatnet. De la grandeur nécessaire, la quantité d’eau était suffisante. La rive sur l’autre côté du lac était à peine visible. Toutefois, il y avait beaucoup trop de neige sur le lac gelé. Mais nous ne l’avons constaté que lorsque nous avons trainé le kite et les skis depuis le parking jusqu’au bas de la pente abrupte de la rive buissonneuse. Nous avions alors de la neige jusqu’aux genoux. Bon, ça devrait aller. Mais nous avons besoin d’encore un peu de patience, car le montage avec toutes les toiles pour le kite-téléski-débutant ressemblait à quelque chose comme du bricolage. Quand nous avons enfin fini et que nous avons fait quelques premiers essais sur la plage, Christian a tenté de glisser les premiers mètres. Malheureusement c’était assez dur dans la neige molle. Les manœuvres rapides et les changements de direction étaient difficiles à surmonter. En outre, nous avions déjà remarqué, au début, des bruits de tir, auxquels nous n’avions pas

prêté attention. Mais quand un norvégien fonça vers nous sur une moto de neige à travers le lac en nous criant et en nous faisant comprendre clairement que ce que nous faisions avait quelque chose de dangereux. Il nous expliqua alors que là, sur le lac, des exercices de tir avaient lieu et qu’en cas de coup de vent, nous pourrions être entraînés dans la mauvaise direction. Nous commençâmes alors à ranger nos affaires dans la voiture. D’une certaine manière, cela ne fonctionnait pas comme nous l’aurions voulu. Le lendemain, tout devrait être mieux. Nous avons emballé nos kites juste devant la porte à Morgedal sur le Morgedalstjörn. Et cette fois, tout semblait parfait. Pas de bruit de tir, une surface hyper lisse, un lac bien clair et un beau soleil. En plus, nous avions une vue magnifique sur le lac jusqu’à Overbühatten, où se trouve la maison de naissance de Sondre Norheim. Nous ne pouvions trouver meilleure place pour notre deuxième tentative de Kite. Alors, nous sortons tout de la voiture, nous montons notre aile et nous restons fidèle à la devise «Try & Error”. Mais même cela n’était pas aussi facile que nous nous l’étions imaginé. Car nous devions nous tourner dans le sens où nous partons. Et d’autre part, il faut faire attention comment le kite est dans le vent. Le lac étant un peu plus petit et entouré par les montagnes, le vent soufflait très irrégulièrement. C’était tout calme et voilà tout à coup une superbe rafale de vent. Ainsi, nous avons réalisé à la dure que le Kite n’est pas tout à fait sans danger. Mirko s’en rend très bien compte lorsqu’il est arraché dans l’air de manière inattendue et atterrit de manière brutale. Heureusement, il ne s’est rien passé de grave. Avec un peu d’entrainement et le respect nécessaire, nous avons pu savourer notre succès et avons pu apprécier la sensation de se laisser tirés sur le lac. Nous en avons bien profité toute la journée. Nous avons filé comme une flèche sur le lac, avec un large sourire blanc écarlate, l’aile dans les mains et les skis de télémark aux pieds. Nous avons apprécié la brise qui nous soufflait aux oreilles, mais aussi, le lieu spécifique au pied de la maison de naissance de Sondre Norheim. Pour tous ceux qui aimeraient essayer le Snow-Kiten, nous recommandons de prendre, auparavant, des instructions de quelqu’un qui s’y connait.


Freeheeler Mag 2010 French  

Telemark magazine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you