Page 1

Business District Série « in progress »

Catalogue des plaques - novembre 2012

« Tel des Titans immortels l'avenir semble leur appartenir... »

© Frédéric-JG Blanque


Business District Série « in progress »

mini bio frederic-JG expo formats & tarifs coordonnées

45 46 47 48


Série « Business District »

Série « in progress »

débutée en 2010

actuellement la collection comporte 37 plaques.

Depuis des siècles, l'Homme construit des édifices, des monuments dédiés au commerce et à la finance. Avec le développement économique ces « temples païens » occupent des quartiers entiers, de plus en plus étendus. Afin d'affirmer leur puissance et de gagner la confiance des citoyens, ces places devinrent des endroits où se côtoient aujourd'hui luxe discret et extravagance architecturale. Aux quatre coins du monde ; magnifiques, imposants, lumineux, ils portent l'arrogance d'une beauté sûre d'elle. 2008 - 2009 nous apprenons la signification des mots subprime, emprunt toxique… partout on entre en croisade contre la finance, les traders deviennent les nouveaux pestiférés. Les projecteurs sont braqués sur les centres financiers, sur les banques centrales et mondiales. Faire du « business » devient un délit, l'image de ces places et Institutions se trouble, se délite. Par mes plaques je veux montrer ma vision de l'activité économique actuelle. Mes « Business district » sont une métaphore de l'Economie mondiale. Les édifices s'embrasent, se diluent, se dissolvent, parfois semble sombrer... mais ne tombent pas en ruine, ils restent droits et imposants. Tels des Titans immortels, l'avenir paraît leur appartenir... L'économie mondiale est à la fois une des causes du problème et une part de la solution, un paradoxe... Frédéric-JG Blanque


Autres séries - Urban POV – Exprmntl Blue – A Friday night on broadway – Petites voitures pour grands enfants – D.W.F. – Traveling : 42th Street from Hell's kitchen to Grand Central – Dubaï, city in progress – OBSS – Urban vision – Abstract dream – Nous sommes tous des photographes – New York classic contrasts ...


Business district XIX laque sur aluminium brossé actuellement disponible 70x70 n° 2/5 & 50x50 n° 1/14


Business district XXXIX laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 100x70 n° 1/5

04


Business district III laque sur aluminium brossĂŠ


Business district LIX laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5

06


Business district IC laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 2/5


Business district LIV laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5

08


Business district XIII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5


10


Business district I laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5


Business district XXI laque sur aluminium brossĂŠ

12


Business district V laque sur aluminium brossĂŠ


Business district XCVII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5

14


Business district XXVII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 50x50 n° 2/14


Business district XXV laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5

16


Business district LVII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 70x70 n° 1/5


Business district LIII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 100x70 n° 1/5

18


Business district XCI laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5


Business district VII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5

20


Business district XXXVII laque sur aluminium brossĂŠ

22


Business district HS01 laque sur aluminium brossĂŠ


Business district LX laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5

24


Business district XXXIII laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 64x50 n° 1/14


Business district XLVII laque sur aluminium brossĂŠ

26


Business district LXI laque sur aluminium brossĂŠ


Business district XLV laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5

28


Business district LVI laque sur aluminium brossĂŠ

30


Business district IX laque sur aluminium brossĂŠ


Business district LXIII laque sur aluminium brossĂŠ

32


Business district MI laque sur aluminium brossĂŠ


Business district XXIX laque sur aluminium brossĂŠ

34


Business district XV laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 50x50 n° 1/14


Business district LXIX laque sur aluminium brossÊ actuellement disponible 92x50 n° 1/5

36


Business district XXIII laque sur aluminium brossĂŠ

38


Business district XXXI laque sur aluminium brossĂŠ


Business district LXV laque sur aluminium brossĂŠ

40


Business district XXXV laque sur aluminium brossĂŠ


42


Business district XCIII laque sur aluminium brossĂŠ


Autres séries - Urban POV – Exprmntl Blue – A Friday night on broadway – Petites voitures pour grands enfants – D.W.F. – Traveling : 42th Street from Hell's kitchen to Grand Central – Dubaï, city in progress – OBSS – Urban vision – Abstract dream – Nous sommes tous des photographes – New York classic contrasts ...

44


Né dans le sud-ouest de la France, en 1964, Frederic-JG Blanque (FJG) vit et travaille, aujourd’hui, à Toulouse. Il se passionne pour la photographie dès l’adolescence. Un oncle néerlandais portraitiste, connu pour ses clichés de JFK ou encore de Louis Armstrong, lui insuffle le désir de s’emparer du médium photographique pour donner à voir sa perception du du monde. Il a alors 14 ans. Le noir et blanc, le format de son premier Polaroïd, puis une pratique assidue du moyen format argentique forme son œil à la composition « au carré ». Des études en école de commerce l’éloignent peu à peu des lumières rouges du laboratoire. Les affaires prospèrent : le boîtier de son Canon et sa collection d’objectifs sommeillent. Un mois de juin 2001, il se promène à Lower Manhattan, caresse le pied gris métallisé d’un gratte-ciel du WTC. Ce cadrage parfait, cet instant épiphanique, ce film ne sera pas impressionné : il n’a pas d’appareil sur lui. Il se promet de revenir pour combler ce blanc. Quelques mois plus tard, ce sera Ground Zero. Des années passent, il cesse alors ses activités dans l’immobilier, se saisit du terrain vague où s’étirent ses désirs de jeunesse et se consacre à la photographie d’architecture : en février 2010, il présente sa première exposition à la galerie toulousaine CDA. L’objectivité inaugurale de certaines de ses compositions visuelles urbaines n’est pas sans évoquer l’école de Düsseldorf. D’autres témoignent d’une représentation de la ville moderne, a priori conventionnelle, voire fascinée par un american way of life ou fantasmée par la convocation d’une Lost Generation. Il faut y voir tour à tour un pied de nez aux images dont rêve la grande distribution et à toute forme de nostalgie. L’intérêt, pour FJG, n’est pas la reproduction d’une réalité, idée qu’il reconduit, mais la construction, riche en potentiels, d’une réalité qui serait sienne. L’impersonnel sait s’altérer pour faire la part belle à l’échappée imaginaire : la photographie devient l’outil au service de sa propre subjectivité. Le réel en soi n’existe pas, il s’autorise donc l’intervention sur l’image : les traitements chromatiques, les cadrages très serrés, les points de vue improbables battent en brèche toute tentative de classement figuratif. Ainsi, pour FJG, la photographie ne se pratique pas dans l’urgence, elle est toujours précédée par la réflexion, d’ailleurs, il n’a presque jamais d’appareil photo sur lui. C’est le travail en amont et en aval de la prise de vue qui légitime la différence entre « faire une photo » et « prendre une photo », faire une photo étant plus instantané. Le drap tombe. L’intérêt plastique de l’image se déploie. De Ground zero à la friche, le frisson réside dans le renouveau, dans le « à suivre », « à faire », et non le « déjà ». C’est l’objet en puissance qui intrigue FJG pour ce qu’il va en faire. Les couleurs convoquées sont celles de l’aurore, le flou révèle le mouvement, la circulation se fait sous le béton, le grain témoigne d’une volupté de la pierre, le « cramé » de l’image, sur-joué, magnifié, marque le passage de l’aporie à l’essence. La photographie d’architecture se fait conjuration de la mort et affirme la pérennité du mouvement par le principe de l’analogie. Proprement maçonnique, la photographie assigne chez FJG les contraintes de l’architecture : la disposition des images exposées, la disparition du papier, le support verre acrylique ou celui de l’aluminium brossé (…), tout participe à ce que l’épaisseur de la matière photographiée épouse celle du support. S'éloigne alors, imperceptiblement, la photographie du figuratif pour embrasser une dimension plastique qui resserre le lien du photographe à celui d’artiste et transforme le plaisir de la vue en sensation scopique volontiers charnelle. De la ville toute puissante à la déshérence de la friche promise à la renaissance, en passant par une esthétique de l’accident, c’est l’odeur entêtante des hommes que les murs, de verre, de pierre, de métal, révèlent. La photographie d’architecture, telle que la présente et la travaille FJG, devient une ode à la matière vivante. Karine Alquier


PRINCIPALES EXPOSITIONS tindividuelles 2012

l'Atelier Galerie Patricia Autran, Aix en Provence, Business District // Galerie Chrystal Chamaleon, Castelnau Magnoac, Business District & Urban POV // Mairie de Tarbes, DWF // UGC, Tarbes, DWF.

2011

Sélectionné par le Festival “Supernova” (off des Boutographies) Montpellier, Traveling : 42th Street // Alliance Française de Toulouse, Urban POV // Numériphot, Toulouse, Urban POV // Galerie MandyART, Toulouse, DWF & Urban POV //

2010

Galerie Mandy' Art, Toulouse, Traveling : 42th Street & DWF

2009

Galerie CDA, Toulouse, Urban POV

tcollectives 2012

Sélectionné pour l'expo Ecole Supérieure de Design, d'Art et de Communication, Therme d'Aix en Provence, Business District // Sélectionné par le Salon d'Art Contemporain de Montpellier, Elan d'Art, Business District.

2011

Sélectionné par le Salon 111 des Arts Toulouse, Urban POV // Sélectionné par le Salon d'Art Contemporain de Nice, Tous à l'Art, Urban POV & DWF.

2010

Galerie Art Contemporain d'ici et d'Ailleur, Toulouse, Urban POV & Exprmntl Blue

1986

Centre Culturel de Séméac, Portraits & Regards.

ten collections privées FR, USA, UK, IT, NL ten collection publique Mairie de Tarbes

46


Business District série « in progress » laque sur d'aluminium brossé 3mm – prêt à accrocher série limité, 29 exemplaires « originaux » numéroté, signé Formats, nombres de tirages & tarifs Les carrés 50 x 50 cm, limité à 14 exemplaires - 350 € - 70 x 70 cm, limité à 5 exemplaires - 600 €, 100 x 100 cm, limité à 2 exemplaires - 1000 €

Les panoramiques (horizontales ou verticales) 38 x 68 cm, limité à 14 exemplaires - 350 € - 50 x 92 cm, limité à 5 exemplaires – 600 €, 80 x 150 cm, limité à 2 exemplaires – 1400 €

Les classiques (paysage ou portrait) 50 x 62 cm, limité à 14 exemplaires – 350 € - 70 x 100 cm, limité à 5 exemplaires - 800 €, 100 x 145 cm, limité à 2 exemplaires - 1400 €

Grand format 1 exemplaire, prix sur demande

Tirage papier fine art 7 exemplaires – à partir de 150 € * * 150 € pour un format 30x30 cm, 20x40 ou 30x45 (tirage non monté)


Frederic-JG Blanque 10 impasse pons 31400 Toulouse France t : +33(0)5 61 52 82 35 m : +33(0)6 63 58 46 64 mail frederic.jg.b@gmail.com portfolios & informations www.frederic-JG.com

Business (NEW)  

nouvelle version

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you