Page 1

#48

OCT. 2013

Mission test Le Tour du Mont-Blanc en accéléré

marchons citoyens ! Freerando, trek, fast hiking, expés Nos reportages à fort dénivelé !

Tests matos Nos derniers essais sur le terrain

OFFERT

SERVEZ-VOUSescape

#

48


* jamaIs le même enDroIt. toujours la même veste. exPloreZ * jamaIs le sans mêmecesse enDroIt. toujours la même veste. exPloreZ sans cesse

v av latlot uo ru nr en ne cn hc eh ,e ,I tI at la I leI e h eh re vr év éb ab ra m rm a sa ss es e # T# HT EH RE M RM O BO AB LA LL L

PHOTO: PHOTO: Damiano Damiano Levati Levati


NNEEVVEERR OONNEE PPLLAACCEE.. AALLW WAAYYSS OONNEE JJAACCKKEETT.. NN EE VV EE RR SS TT OO PP EE XX PP LL OO RR I I NN GG

™™

™ ™ thermoball thermoball hooDIe hooDIe chaleur chaleur etet extrême extrême légèreté légèreté enen toutes toutes cIrconstances cIrconstances

™ ™ THERMOBALL THERMOBALL EsT EsT LALA sOLuTiOn sOLuTiOn innOvAnTE innOvAnTE qui qui REMpLAcE REMpLAcE LELE duvET, duvET, pOuR pOuR unE unE cHALEuR cHALEuR sAns sAns cOMpROMis cOMpROMis MêME MêME pAR pAR TEMps TEMps HuMidE. HuMidE. pOuR pOuR EnEn sAvOiR sAvOiR pLus: pLus: THEnORTHfAcE.cOM THEnORTHfAcE.cOM


UN CONCEPT MINIMALISTE UN SAVOIR FAIRE D’EXCEPTION Née au cœur de la nature sauvage de la côte ouest canadienne, Arc’teryx s’inscrit sur des valeurs de précision et de qualité tant au niveau du design que de la fabrication offrant ainsi une performance inégalée dans les conditions extrêmes.

arcteryx.com/insulation


INTRO [ESCAPE#48] Lourde comme une Plum ! S’il est une marque qui s’inscrive bien dans le marché contemporain, c’est Plum. Cette petite entreprise qui ne connaît pas la crise vient… du marché automobile qui, lui, l’est (en crise). L’entreprise Felisaz usine des cames (une ingénieuse pièce mécanique qui tranforme un mouvement de rotation en mouvement de translation) à Thyez, en Haute-Savoie. Le jour où elle a eu envie (besoin ?) de se diversifier, elle a creusé l’idée d’utiliser ses machines pour fabriquer une nouvelle “came” : une fixation de ski-alpinisme. Devenus “créateurs de transmission de mouvement” au sens large, les Felisaz ont pris le bon virage. Celui du ski de randonnée, une pratique en pleine ascension.

© Millet

6

La rando, chacun à son niveau. Le mouvement, c’est maintenant ! Plum est sur une tendance lourde parce qu’elle a misé sur le ski de randonnée dans ses grandes largeurs. Du ski-alpinisme collant-pipette le plus exigeant (suffit de voir la liste des ambassadeurs de la marque…*) à la freerando, la marque s’est intéressée à tous les segments, proposant des fixations ultra légères minimalistes comme des engins de guerre destinés à s’accoupler à des fats. Autre signe des temps, l’entreprise revendique et affiche gaiement son côté “100 % made in chez nous” . Aux armes, citoyens ! À l’heure où notre porte-monnaie est une arme, consommer se fait avec la tête et le cœur. Un certain patriotisme est de rigueur lorsque c’est possible. Je ne sais pas pour vous mais, moi, savoir qu’équiper mes Movement avec des Plum “Yak” permet de filer du boulot à des Haut-Savoyards, ça me réjouit. Quoi qu’il en soit, filons faire de la rando, du trail, du trek, de l’alpinisme, de l’escalade et équipons-nous comme des rois sans culpabiliser : c’est aussi pour relancer l’économie ! n Myriam Cornu * Mathéo Jacquemoud, Alexis Sévennec, Axelle Mollaret, Xavier Gachet, Adrien Piccot ou encore Nina Silitch, mais aussi des noms qui vous diront bientôt quelque chose : Idris Hirsch, Cyrille Gardet, Adèle Milloz…

escape #48


90 YEARS 1923 - 2013

Albula GTX Tradition et Qualité depuis 1923 Il ya des détails qui font passer une chaussure de confortable à simplement géniale ! La première randonnée vous dévoile le confort de votre chaussure! La „Camino GTX“ vous offre de la manière la plus simple une grande liberté de mouvement grâce à son système „FreeFlex“. Le système de crochets avec poulies désolidarisés de la tige évite tout point dur et renforce cette sensation de liberté de mouvement en flexion tout en conservant un maintien optimal en torsion!

Camino GTX - 1.550g en 42

www.lowa.de escape #48


8

SOMMAIRE [ESCAPE#48] #48

OCT. 2013

Mission tests Le Tour du Mont-Blanc en accéléré

Escape sur Facebook :

MARCHONS CITOYENS !

www.facebook.com/magazineEscape

Freerando, trek, fast hiking, expés Nos reportages à fort dénivelé !

Tests matos Nos derniers essais sur le terrain

Avec, régulièrement, du matériel à gagner! OFFERT

SERVEZ-VOUSescape

#

48

Photo de couverture : Philippe Rebreyend

10 Sécurité

Trail et haute montagne

14 Focus

Alpha, la nouvelle fibre Polartec

18 Tests en stock

Trek et freerando 30 Guide d’achat

Chaussures de fast hiking Kids Freerando

Marchons citoyens !

CONTRIBUTEURS [ESCAPE TEAM] Chefs testeurs Stef Balbo et Thierry Szalay.

Testeurs Gaëlle Martin, Olivier Rey, Fred Jourdan, Jean-Louis et Thierry Gromier, Fred Cornu, Jean-François Noireterre, Arthur Blanc, Nathalie Laurent, Guillaume Libre.

Ludo Ravanel Chef de rubrique sécurité “ Avec un nom comme ça (et un papa guide),

difficile de cacher mes attaches chamoniardes. Depuis bientôt 31 ans que je vis et vaque au pied, dans et autour du massif du Mont-Blanc, la montagne a eu le temps de s’imposer. ” Ludo Ravanel, directeur de La Chamoniarde (Société de prévention et de secours en montagne de Chamonix). Doctorat de Géomorphologie sur les conséquences du réchauffement climatique en haute montagne.    B revets d’État escalade et accompagnateur. Pratiques : randonnée, ski de rando, alpinisme, cascade de glace, canyoning…

Séverine Denis

Lowe Alpine / John Norris

Ancienne Responsable éditoriale de la revue La Géographie (IGN) et des magazines Passion Rando (FFRandonnée), Destination Maurienne et Briançon magazine, ancienne collaboratrice du Dictionnaire encyclopédique des Alpes et des magazines Vertical et Alpinisme & Randonnée, Séverine Denis collabore avec Escape depuis cet automne. Bienvenue à elle !

ESCAPE LE MAGAZINE GRATUIT OUTDOOR est édité par FREE PRESSE Savoie Technolac - 18, ALLÉE DU LAC ST ANDRÉ 73 382 LE BOURGET DU LAC CEDEX Tél : 00 33 (0)4 79 65 46 10 / Fax : 00 33 (0)4 79 65 46 12 Site Internet : www.escape-magazine.com

Le Népal pour les nuls !

Directeur des publications et de la rédaction : Claude Borrani (claude@freepresse.com) Rédactrice en chef : Myriam Cornu (myriam@freepresse.com) Rédaction : Loïc Martin, Ludovic Ravanel, Stef Balbo, Séverine Denis. Direction artistique : Fred Culas/Atelier17 Testeurs : Stéphane Balbo, Thierry Szalay, Gaëlle Martin, Olivier Rey, Fred Jourdan, Jean-Louis et Thierry Gromier, Fred Cornu, Jean-François Noireterre, Arthur Blanc, Nathalie Laurent, Guillaume Libre. Photographes : Philippe Rebreyend, Stef Balbo. PUBLICITÉ Directeur du service commercial et développement : Kamel Beghidja (46 11) kamelb@freepresse.com Chef de publicité : Fanny Marguet (46 10) fanny@freepresse.com Assistante commerciale : Julie Rivière (46 10) julie@freepresse.com Administration, relations clients et abonnements : Laurence Rémy (laurence@freepresse.com) ISSN 2119-1441 Dépôt Légal : à parution

Tour du Mont Blanc en accéléré

Toute reproduction ou représentation intégrale ou partielle par quelque procédé que ce soit des pages publiées dans le présent magazine faites sans l’autorisation de l’éditeur est illicite et constitue une contrefaçon. Seules sont autorisées, d’une part, les reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective, et d’autre part, les courtes citations justifiées par le caractère scientifique ou d’information de l’œuvre dans laquelle elles sont incorporées. (art. L.122-4, L.122-5 et L.335-2 du Code de propriété intellectuelle).

46 Freerando en Vanoise 52 expé rétrospective 10 saisons de MXP

58 Trek

70 FasT hiking escape #48


Philippe Batoux - Cogne, Italie

P. Tournaire

CHOSI PAR

TRILOGY GTX JACKET Veste en GORE-TEX® Pro 3 couches inspirée par la Trilogie hivernale des faces nord : Cervin, Grandes Jorasses, Eiger. Coutures thermo-soudées. Zips de ventilation. Capuche compatible casque. Construction ergonomique Flex ComfortTM.

* Soyez audacieux, osez en grand


ACTUS [&VIBES]

- 50 %

Un nouveau Vieux Ça y est, ils l’ont fait ! Le Vieux Campeur a ouvert ses portes à Chambéry avec son magasin fièrement nommé Le coin des affaires. 1000 m2 destinés aux fins de série pour du matériel de qualité à prix sacrifiés. Des produits non reconduits, chassés par des nouveautés, du matériel hors saison, bref, on y trouvera toutes sortes d’affaires.

C

Concours Gagnez un duffle bag GARNI Mountain Hardwear ! 1 000 € environ de produits Mountain Hardwear à gagner, un rêve qu’Escape transforme en réalité : notre jeu-concours Mountain Hardwear devait se terminer fin août mais dans un formidable élan de générosité, nous avons décidé de le prolonger : pour gagner, c’est simple, il suffit de cliquer “J’aime” sur la page Facebook d’Escape avant le 15 novembre !

Trail d’Albertville Escape monte sur le podium en V1 puisque Lydia Bourguignon portait les couleurs du magazine. Après avoir remporté le dossard mis en jeu sur Facebook, Tristan Bernard, déjà inscrit, le lui avait offert ! L’an prochain, le grand parcours de ce beau trail naturellement alpin devrait passer à 45 km pour 3 600 de dénivelée et pourrait devenir qualitatif UTMB (dossier en cours).

escape #48

CANDÉ / LAFUMA

10

SaintéLyon Des chiffres qui en disent long… Classée parmi les dix courses au monde préférée des Français, la SaintéLyon est devenue la première épreuve de course à pied nature par le nombre de participants : 3 000 dossards distribués en 2001, 14 000 prévus pour cette 60e édition ! Les membres du team Lafuma (dont Julien Jorro et la championne du monde Nathalie Mauclair), l’un des gros partenaires de la course, s’aligneront au départ tout comme un grand nombre de salariés ! Reco course dans le prochain numéro d’Escape. Belle course à tous !

Twinner partenaire fier ! Le Festival international du film freeski d’Annecy a lancé la saison d’hiver pour l’enseigne Twinner, ce dont le directeur général, Gérard Poussard, s’est réjoui : “En réunissant les acteurs et les marques leaders des sports d’hiver dans un village dédié, l’iF3 est devenu un événement incontournable et nous en étions !”

Produit par Red Bull Media House, le documentaire “Mc Conkey” a été lancé en avant-première en clôture de l’iF3.

M

Y

CM

MY

CY

CMY

K


CONNECTE AU SOL

www.asolo.com


12

Sécurité [le billet de ludo] trail et haute montagne

Noces dangereuses ? [Par Ludovic Ravanel]

À l’heure où le trail devient l’une des activités de montagne les plus médiatiques, un point s’impose sur ce qui peut être associé à une dangereuse dérive, lorsqu’elle se pratique dans un contexte de méconnaissance : celle du trail en terrains de “haute montagne”.

A

uparavant réservés à quelques “monstres de la discipline”, ce sont aujourd’hui des coureurs sans autre atout qu’une bonne forme physique qui s’attaquent à des itinéraires glaciaires ou rocheux avec un équipement des plus sommaires au regard des risques. Juin 2013 - Première dans l’histoire du Mont Blanc, les alpinistes commencent à côtoyer sur la voie normale des coureurs chaussures de trail aux pieds, le torse paré d’un gilet porte-bidons. Un équipement performant, fiable et léger en moyenne montagne mais qui ne laisse aucun espoir en cas de chute, glissade ou rupture de pont de neige. Juillet 2013 - Kílian Jornet bat le record de l’aller-retour au sommet du Mont Blanc depuis Chamonix en 4 h 57 min (le 21 août, il battra le record de l’aller-retour au Cervin depuis Cervinia en 2 h 52 min). Août 2013 - La pratique de la course pédestre sur la voie normale du Mont Blanc s’intensifie. Des “trailers” laissent même quelques lignes relatant leurs “ascensions” sur le cahier de l’Office de Haute Montagne... Quand on voit les grandes enjambées de Kílian dans la neige, on se dit que ça ne doit pas être si dangereux. Qu’avec tout le monde qui passe par là-haut, on est en sécurité. NON. Sur glacier, on progresse encordé à distance suffisante pour parer à une éventuelle chute. Les crevasses sont nombreuses et insidieuses, y compris sur les

escape #48

itinéraires les plus fréquentés. Sur une arête, on doit être prêt à rattraper tout déséquilibre de son compagnon de cordée, aidé de crampons et d’un piolet. Question de vie... ou de mort. Et Kílian ? Lui parcourt la montagne depuis qu’il est né. Son père est guide. Il a passé enfance en refuge et sur les skis. La neige, la haute montagne, ses dangers, il les connaît et sait les mesurer. Il court sur les glaciers en toute connaissance de cause, souvent pour un record. Et comme dans n’importe quelle discipline, un record n’entre pas dans le cadre d’une pratique “normale”. Laissons le matériel progresser. Crampons et piolets auront sûrement (ont déjà !) un autre aspect que ceux des alpinistes. Peut-être qu’une “culture” de la haute montagne va émerger dans le monde du trail. Chaque activité nouvelle a ses précurseurs, ceux qui ouvrent la voie vers une pratique plus sécuritaire comme le faisaient les néo-parapentistes du début des années 1980. Mais ces gens-là connaissent au préalable leur milieu d’évolution. Aussi, tant que PD+ ou ADn’exprime rien d’autre qu’un éventuel code informatique, il reste plus sage de continuer à courir la montagne tel qu’on en a l’expérience et la connaissance. Ne pas penser que, parce qu’on est trailer, on s’expose uniquement comme tel : il s’agit bien de HAUTE MONTAGNE ! n * Ludovic Ravanel, directeur de La Chamoniarde, société de prévention et de secours en montagne, moniteur escalade, accompagnateur en montagne à la Compagnie des guides de Chamonix.


UNE PLACE POUR CHAQUE CHOSE ET CHAQUE CHOSE À SA PLACE. CONTOUR HOMME (50L, 60L, 70L) CAIRN FEMME (48L, 58L, 68L) Nous vous présentons notre nouvelle gamme de sacs légers “Response LT” dotés d’un système de rangement intuitif vraiment révolutionnaire – vous n’aurez jamais été aussi bien organisé lors de vos activités de plein air !

South Kiabab Trail

Plus d’infos sur Gregorypacks.com

The trail speaks. We listen.


14

Focus [FIBRE] Alpha

La nouvelle arme de Polartec [Par Myriam Cornu]

En septembre a démarré la commercialisation de la fibre Alpha de Polartec, une fibre qu’Escape teste depuis l’hiver dernier. La promesse ? Redéfinir les critères d’isolation synthétique, rien que ça. Le verdict ? C’est ici que ça se passe.

L

a promesse  : les premières doudounes qui respirent. Polartec vise la polyvalence des tissus techniques. Autrement dit, le Graal.

Contrairement au duvet, l’isolation Alpha reste stable et permet l’utilisation de tissus intérieurs et extérieurs plus respirants. Les doudounes classiques nécessitent un tissage serré, destiné à retenir les plumes, qui bloque la transpiration à l’intérieur. Autre gros bénéfice : l’Alpha reste isolante même mouillée ! Et sèche beaucoup plus vite. Très compressible et légère, elle a tout pour plaire. Sur le papier. Et sur le terrain ?

l’épreuve du terrain Testée par trois membres de l’équipe Escape dans différentes conditions (ski de randonnée, trail par temps frais, trek automnal), cette nouvelle fibre a convaincu. Très agréable à porter, elle se comme une seconde peau, on ne la sent pas. Rien à voir avec l’effet doudoune version bonhomme Michelin. Une matière qui sèche très vite, sous laquelle on ne sue effectivement pas comme un bœuf. Un apport de chaleur idéal par temps froid, compatible avec le mouvement. En somme, un pari réussi. n

escape #48

La skieuse-alpiniste Gaëlle Martin a testé la fibre Alpha cet automne sur une veste échantillon Polartec (non vendue) : “C’est tellement fin et léger qu’on le porte comme une seconde peau !”

Veste Strata / Rab Avec ou sans capuche, avec ou sans manche, pour homme ou pour femme, la veste Strata sait tout faire. La fibre Alpha s’utilise aussi bien en couche extérieure qu’en couche d’isolation (sous une Softshell, par exemple).

Les vestes Mammut Biwak Light (femme) et Eigerjoch Light (homme) ont opté pour la chaleur active Alpha.

Parmi les premières marques à utiliser l’Alpha dès son lancement en septembre dernier, on comptait Mammut, Eider, Marmot, Rab, Mountain Equipment, The North Face…


Reveal

your

© M. Daviet - Photo non contractuelle.

Nature”

Partenaire officiel de

Ligne Speedtrail Panoplie ultra légère (250 gr) et 100% imperméable • Sac à dos 5 litres avec système de portage breveté •

L’innovation au service de la performance !

escape #48


16

“L’échappé bel” [UTMB]

Le chirurgien qui court

Ronan Moalic 40 ans, le plus bel âge Chirurgien, le Français Ronan Moalic dispose de peu de temps pour s’adonner à sa passion du ski de randonnée et de la course sur sentier. Douzième à l’UTMB (sur près de 2 500 concurrents), le coureur du team Vibram a pourtant décroché la première place dans la catégorie des plus de 40 ans.

Escape : Quels ont été tes armes les plus efficaces sur cet UTMB ? Je me suis bien préparé. J’ai réalisé une bonne saison de ski-alpinisme avec notamment une belle Pierra Menta avec mon ami Sylvain Montagny et je suis monté en puissance sur des trails plus courts. Je garde un excellent souvenir du Restonica trail en Corse où je finis troisième. La cohésion du team Vibram, leur présence et leur soutien, les ravitaillements de mon épouse, m’ont aidé à me remotiver quand je souffrais, comme à Champex. J’y ai commencé une deuxième course dans mon esprit, et j’ai décidé de finir en accélérant ! Comme quoi, l’ultra est une expérience mentale ! Avec Vibram, nous bénéficions d’un matériel ultra performant. La réussite représente la somme de tout cela. Escape : Quel matériel portais-tu pendant l’UTMB ? Je cours sur Dynafit MS Feline Superlight, des chaussures de trail confortables et à l’excellent compromis entre légèreté et solidité. Le Polartec Neo Shell est, pour moi, le meilleur atout du monde, présentant les meilleures respirabilité et imperméabilité. Enfin, mon tee-shirt Polartec était encore sec. S’équiper avec sérieux est important en trail. n escape #48

© Photossports.com

Escape : Comment concilies-tu chirurgie et résultats de ce niveau ? Les sports de montagne font partie de mon équilibre. Mon métier implique un engagement fort, de lourdes responsabilités et du stress, avec de plus en plus de contraintes. Le trail ou le ski-alpinisme me permettent d’évacuer tout cela, de me sentir libre, de maintenir une bonne forme physique et une forte motivation pour le travail. Je pensais qu’à 40 ans, je ne pourrais plus progresser mais je me trompais. Je n’ai pas de secret mais je crois qu’une des clefs de la progression c’est la régularité, la variété des activités et le plaisir. L’hiver, je ne cours pas et je me consacre au ski-alpinisme. L’été, pour varier, je fais du vélo et du VTT. J’ai aussi une épouse formidable qui m’a toujours soutenu et un fils qui ne va pas tarder à me rattraper, alors j’ai intérêt à m’entraîner !

Ronan Moalic incarne bien la philosophie du Team Vibram  “Ordinary people being extraordinary”, des gens ordinaires capables de choses extraordinaires. “Pourquoi on court ? Chacun a ses réponses personnelles, philosophiques. Finalement, on pense beaucoup en courant, et surtout bien mieux qu’assis sur une chaise ! C’est une pensée dynamique et inspirée !”


Tim Emmett at Helmecken Falls in British Columbia, Canada Photo: Viktor Supinski

Veste Seraction / Veste haute performance pour un usage rocher et cascade de glace. Conçu en collaboration avec notre athlète Tim Emmett. La veste Seraction utilise la membrane DryQ ELITE qui offre une respirabilité instantanée. Retrouvez l’ensemble de la collection Seraction sur www.mountainhardwear.eu


18

Tests [en stock] [en stock] Essais longue durée

Éprouvés et approuvés [Par Myriam Cornu]

Tous ces produits ont été éprouvés par plusieurs testeurs, parfois sur plusieurs mois. Confrontés aux pires conditions (chaleurs intenses comme froid polaire), la plupart s’en sortent haut la main, pourquoi ? Parce que nous sommes gentils, chez Escape ? Pas du tout ! Parce que nous repérons, dans les showrooms des marques, des produits susceptibles de vous intéresser et qui passent déjà la barrière de l’exigence, dès la prise en mains. Sélectionnés, dès le départ, pressentis pour être de bons produits, ils passent ensuite à la moulinette “Terrain”. Verdicts sans concessions. BEST OF TEST ESCAPE : notre beau logo vous signale nos coups de cœur après essais sur le terrain. Comme son nom l’indique... Ouvrez l’œil !

Rab

Microlight alpine

Escape craque : Pour après tout dans ce “doudou” d’isolation thermique en duvet d’oie européen. Une coupe cintrée, d’abord, féminine. Une capuche en duvet bien envoloppante et qui ne tombe pas sur les yeux (un “fil de fer” fait le tour de la visière et on le module comme on le souhaite). Au Népal, où il faisait très froid l’année dernière début décembre, il faisait bon la garder… même pour marcher ! Les poches sont très généreuses (la poche poitrine peut d’ailleurs accueillir la veste, bien compressible, et servir ainsi d’oreiller).

Les testeuses regrettent : Rien. Le revêtement Pertex dans lequel est serti le duvet hydrophobe la protège bien de l’humidité.

Escape recommande ce produit pour : La vie de tous les jours ! Y compris les jours d’aventure. Un excellent investissement. Escape vous garantit un rapport poids/chaleur exceptionnel ! 219,95 € escape #48


Millet Rope Bag Escape craque :

Simplicité, efficacité ! Un modèle qui n’est pas dans la tendance de tout mettre dans un seul sac mais, pour la corde, il fait le boulot. Compact, il prend une place rikiki, parfait pour le stockage. Agréable à porter, même en complément d’un sac à dos contenant le reste des affaires. Très intuitif, il est facile à utiliser. “Une corde de 70 m rentre sans batailler, et tu n’as pas à te battre avec le système de fermeture éclair !”

Escape recommande ce produit pour :

Lowe Alpine Dryflo SS Top 120

Eviter l’usure de votre corde et les twists. C’est le genre de produit qui ne “paie pas de mine” mais qu’il faut posséder. C’est THE sac à corde. Une réussite ! 30 €

Conditions des tests : la Rab Microlight Alpine a marché pendant un mois sur le tour du Manaslu, randonné à ski dans les pentes du Beaufortain tout un hiver. Comme la plupart des produits de ce test, elle a été essayée dans des conditions très variées.

Escape craque pour :

Cette base layer qui ne nous laisse jamais de sensations d’humidité. Des sensations agréables avec ce produit qui supporte facilement les 4 jours de refuge et ne retient pas les odeurs. Utilisé pour grimper dans le massif du Mont-Blanc et pour des marches d’approche, il a convaincu les testeurs haut la main. Produit qui sèche ultra rapidement.

Stef Balbo

Les testeurs regrettent : Rien.

Escape recommande ce produit pour : Ceux qui transpirent beaucoup (et les autres aussi, à longueur d’année !). 29,95 €

Rab Stretch Neo

Escape craque (totalement) pour :

Ces guêtres révolutionnaires. Bon, d’abord, elles ne sont pas noires ou gris anthracite. C’est peut-être un détail pour vous mais pour nous, ça veut dire beaucoup : ces guêtres-là ne sont pas comme les autres. On n’est pas contrariés d’avoir à les porter : encore un coup de Polartec, avec son Neoshell 3 couches dont nous sommes définitivement fans. Imperméable, comme il se doit, mais aussi respirant et souple, le tissu vous suit bien dans votre action. Question technicité, elles ont tout ce qu’il faut où il faut (sangle sous le pied anti-abrasion d’une grande robustesse).

Les testeurs regrettent : Rien à jeter dans ce produit très quali.

Escape recommande pour : Le trek, l’alpinisme, le trail en conditions hivernales, bref, un produit léger à emmener sans hésiter. Facilement ajustables, ces guêtres vont à tout le monde. 59,95 € escape #48


20

tests [en stock]

La Mammut en test trail à L’étale, au-dessus de Manigod.

Black Diamond Speed 22 Escape craque :

Un nouveau coup de cœur des testeurs. Le look, les couleurs, d’abord, séduisent. Ensuite, la technicité : “un sac qui concilie deux mondes, avec son emplacement pipette, ce qui est rare sur les sacs alpinisme traditionnels (avec scratch d’attache en haut, pour une bonne tenue)”. Une conception qu’on cautionne avec sa forme très particulière en V, plus fine, donc, en bas de dos qui libère bien le mouvement quand tu grimpes : bien vu ! Un sac taillé comme un homme, un vrai. Le système porte-piolets est simple, pragmatique. “Ça tient ! Le piolet reste bien solidaire.” Réhausse très généreuse avec rabat décalable (donc une réhausse qu’on peut vraiment utiliser et qui se trouve abritée). “Le dos est bien : typé alpinisme, près du corps”. Fond renforcé, sifflet, serrage ventral précis avec double accès.

Mammut MTR Micro Jacket Escape craque :

Du light absolu ! Un tissu très agréable y compris à même la peau, sur un manches courtes. On n’est mouillé ni à cause de l’extérieur (testé sous la pluie battante) ni à cause de sa propre transpiration (grâce à un mesh bien aéré sous les bras). La coupe : pas de matière en trop, bonne longueur (cordon taille).

Les testeurs regrettent :

Les testeurs regrettent :

Cela n’aurait pas coûté grand chose de mettre un petit passant pour éviter que le surplus de serrage ceinture ne pendouille…

L’absence de capuche nous laisse sceptiques. À quoi bon une protection si compressible, si légère - si parfaite, en un mot - si on est mouillés par le haut ?

Escape recommande ce produit :

Escape recommande ce produit pour :

“Pour les ascensions express en mode poids plume” dit le dossier de presse et c’est tout à fait ça ! Tous les codes du genre sont au rendez-vous, mais avec ce petit truc en plus qui en fait un sac vraiment attractif. 79,90 €

Le trail dans des conditions comme on en a connues le printemps dernier, ou pour l’automne. Le vent, la pluie, la neige, rien ne l’arrête ! Modèle similaire pour homme. Un produit top aussi pour l’escalade (replié dans sa poche et accroché au baudrier par le petit anneau). Un produit fond de sac (y compris de sac à mains !). Prix : 140 €

escape #48


escape #48


22

tests [en stock] Mountain Hardwear Blazar Pullover Escape craque :

Pour cette forme pull-over qui répond avec panache à un cahier des charges minimaliste pour un 3e couche. “Du light absolu”. “Tu as l’impression d’emmener un coupe-vent et, au final, tu te retrouves avec une super protection.” Même s’il a été imaginé pour l’alpinisme, pour nous, il peut tout faire pour seulement quelques grammes. Partir en randonnée à la journée, en fond de sac, comme tenter les ascensions les plus difficiles (la preuve, il a été designé pour Ueli Steck !). On aime les manchons poignets, qui empêchent le froid de rentrer et maintiennent le vêtement bien en place.

Les testeurs regrettent :

Millet Axpel 48 Escape craque pour :

Son niveau très qualitatif. Le côté innovant se voit tout de suite, souligné par un look branché. La boucle des zips pré-ouverte permet un accès facile et une ouverture et fermeture ultra rapides, même avec des gants ! La ceinture pivotante (Mobility back system) qui repose sur les lombaires permet une mobilité parfaite entre épaules et hanches et une répartition judicieuse de la charge entre ceinture et dos. Bretelles ergonomiques ventilées avec sangles de rappel de charges, reposemains et poitrine. Emplacement poche à eau. Poche latérale en stretch pour un look plus moderne (et des affaires protégées des regards). Une ergonomie et une sensation de poids 5/5 (1,560 kg au peson Escape).

Les testeurs regrettent : Le réglage est facile et rapide mais, apparemment, pas de réglage en hauteur (dommage pour les moins d’1,65 m).

Attention, fragile ! Manipulez avec soin. On aimerait une vraie poche la place du filet.

Escape recommande ce produit pour : Sa technicité et son look. 350 €

On aimerait les tester ! La Sportiva Ultra Raptor

L’Ultra Raptor est une chaussure créée pour les trails d’endurance hors-route et les longues sorties d’entraînement qui allie les avantages de performance (par sa méthode de construction chaussante) et de confort (par sa forme et sa semelle plus larges). Résultat: un produit conçu pour être utilisé en longues durées. 129 €

Adidas Terrex Fast R Mid GTX Dommage que nous n’ayions pas reçu à temps ce qui semble être une chaussure de fast hiking très contemporaine. Équipée des (éprouvées) semelles Continentale, elle doit tenir la route sans problème sur les terrains accidentés. On vous en reparle dès qu’on les a testées ! (En tout cas, bravo pour le look !).

Escape recommande ce produit pour : Tous ceux qui ne veulent plus être prisonniers de leur sac ! Impossible de passer à côté de ce système de pivot qui te laisse libre de tes mouvements, même avec un sac chargé à bloc pour plusieurs jours de marche. Un vrai modèle toutes saisons. 160 € escape #48

Lowa Mauria GTX Une chaussure étudiée spécialement pour les femmes pour les randos de plusieurs jours en moyenne à haute montagne. Passants avec poulie et crochet coup de pied décalé afin d’éviter tout point dur à la flexion. Semelle Vibram Apptrail Ws apportant un flex parfait et de la stabilité en torsion. 219,95 €


Plein cadre : le sac Black Diamond en flagrant délit de test (pantalon Rab, chausson La Sportiva), escalade dans le massif du Mont-Blanc. En haut, le Blazar de Mountain Hardwear, alpinisme à l’Aiguille de la Nova. En bas, la Mammut de retour de grimpe côté Tarentaise. escape #48


24

TESTS [Freerando]

Thierry Szalay, en pleine pause, se réjouit des Scott Cosmos en fin d’hiver. À droite, Gaëlle Martin, cet automne, teste la chaleur de la Lowe Alpine, pendant l’ascension du mythique Mont Triglav, point culminant de la Slovénie.

Scott Cosmos Escape craque :

Une chaussure de ski de randonnée, ça ? Vous plaisantez ! Scott a racheté le savoir-faire de Garmont sur l’hiver et, partant sur des bases solides, a travaillé sur les défauts avérés des modèles précédents pour les gommer. Nous avons testé un modèle qui était donc semi-abouti mais on peut déjà dire que le travail a payé. Une rigidité top pour la descente (un flex de 125, soit l’équivalent d’une chaussure alpine précise) Une tenue de pied de grande précision dans un chausson accueillant et chaud, un débattement bien adapté, un chaussant tolérant qui ne limite pas l’accès aux pieds fins, on peut mettre une excellente note à cette chaussure 4 crochets polyvalente. Évidemment, le point fort de cette paire de Scott reste la légèreté (poids annoncé, non vérifié : 1 450 g la chaussure). Un produit cohérent avec l’image de la marque, très typé freeride.

Les testeurs regrettent : De n’avoir pas pu la tester plus longuement.

Escape recommande ce produit pour : les freerandonneurs qui ne souhaitent faire aucun compromis pour les descentes. À noter : le prochain numéro d’Escape vous invitera, en exclusivité, pour une visite privée de l’usine où sont conçus ces bijoux. Un reportage à ne manquer sous aucun prétexte ! Prix : 499 € escape #48

Monnet expert trek Escape craque :

Des chaussettes adoptées par nos testeurs ski de rando. Montantes sans être trop hautes, fines mais renforcées où il faut, bien adaptées aux chaussons thermoformés, elles assurent un bon transfert de la transpiration. En utilisation rando pédestre, les testeurs ont apprécié la tenue de pied légèrement “serrée», confortable. Un plus par rapport à des chaussettes plus classiques…

Les testeurs regrettent : RAS, du beau produit… produit en France !

Escape recommande ce produit pour : tout le monde et de nombreuses pratiques. Prix : 18 €


Lowe Alpine glacier point Escape craque :

Une doudoune bien appréciée par temps frais et venté.  “Elle est super bien taillée, avec une coupe bien ajustée”. “La capuche est bien enveloppante, génial !” Au top aussi, les poches (deux grands espaces extérieurs, une en poitrine et une intérieure. Le col, bien ajusté, monte assez haut : pas de courant d’air !

Les testeurs regrettent : rien à redire.

Escape recommande ce produit pour : les sportives et les voyageuses actives. Prix : 149,95 €

NOUVEAU, ENCORE PLUS RESPIRANT : LE GORE-TEX® PRO.

THE MAXIMUS JACKET ™ Chez Outdoor Research®, nous nous engageons à ce que nos produits soient meilleurs, pas seulement nouveaux ou différents. C’est pour cela que nous avons équipé la nouvelle version de notre veste Maximus Jacket™ de la dernière génération de membrane GORE-TEX® Pro®, étanche, qui respire 28% mieux que la précédente. C’est dans cette même logique, que nous avons également pourvu la veste Maximus de nouveaux détails innovants, comme ses panneaux en GORE-TEX extensible aux endroits critiques et sa capuche anti-tempête Halo Hood™. Cela fait d’elle la veste indispensable des alpinistes qui passent un temps non négligeable dans le mauvais temps, en haute montagne. INNOVATION THAT WORKS*, l’innovation, la seule qui vaille : celle qui fonctionne, est l’une des cinq valeurs fondamentales d’Outdoor Research. Pour en savoir plus sur les autres, rendez vous sur www.outdoorresearch.com

escape #48


26

TESTS [Freerando]

Millet Matrix 30 MBS Escape craque :

Pour le Mobility back system, cet espèce de petit insert (disque métallique autour duquel la ceinture ventrale vient pivoter) qui autorise le sac à vous suivre dans vos mouvements, comme quand vous vous penchez de côté pour basculer vos chaussures en position descente. Compartiment principal généreux. Ceinture ventrale très confortable, bien enveloppante. Un sac tendance, bien d’aujourd’hui, très accessoirisé, qui réussit à caser emplacement poche à eau, système d’attache de la corde, porte-casque, porte-piolets, espace crampons, espace pelle et sonde. Tous les signes extérieurs de richesse pour ce sac qui tient sa ligne impeccablement : 1,140 kg au peson Escape (poids vérifié, donc).

Les testeurs regrettent :

Haglöfs Rando Barrier Escape craque :

Rien. Pas de couinement stressant à la marche ou à la montée contrairement au produit à l’idée un peu similaire d’un concurrent.

Pour son confort inégalé ! “Un rapport poids/technicité intéressant”. Attention, ce n’est pas une doudoune mais un hybride avec des zones plus chaudes et des portions stretch (ne pas en attendre le même apport de chaleur qu’un produit plus volumineux). Idéale pour les demi-saisons.

Escape recommande ce produit pour :

Les testeurs regrettent :

Les pratiques hivernales mais, plus largement, toutes les situations où le matériel technique est de sortie. News de dernière minute : le Matrix vient de remporter l’Award du produit de l’année 2014 ! Mérité. Prix 150 €

Les coutures fragiles au niveau des passe-pouces. Deux poches latérales et une poche torse, c’est très bien, mais on aurait quand même aimé trouver une petite poche intérieure.

escape #48

Escape recommande ce produit pour : Bien compressible, elle est très intéressante pour le ski de randonnée. Prix : 199 €


TRAIL DU GYPAÈTE 1ER JUIN 2013 (WWW.TRAILDUGYPAETE.COM)

PARTENAIRE SPORTIF LOZÈRE TRAIL 18/19 MAI 2013 (HTTP://LOZERETRAIL.FREE.FR)

À gauche, en haut, Stéphane nous montre (un peu !) les Scarpa Freedom SL, une vraie réussite. En bas, Olivier Rey porte la Rando Barrier de Haglöfs.

Scarpa Freedom SL Escape craque :

Une légèreté et des inserts low tech qui affichent bien la couleur, un bon débattement (pour un bon déroulé de pied, qui va de pair avec la sensation de légèreté), pas de doute : on est dans de la chaussure de freerando ! Un gros chausson confort, cohérent, bien dans son programme. Un système montée/ski des plus simples, efficace en diable (qui s’enclenche tout seul à la descente). Une bonne tenue de pied, une bouclerie qui répond présente.

Les testeurs regrettent : Le chaussage, plus difficile que sur les chaussures plus typées ski-alpinisme (mais c’est normal). Notre paire faisait un peu de bruit (léger couinement).

Escape recommande ce produit pour : Le freerandonneur, qui se régalera de cette 4 crochets qui affiche tous les codes de la chaussure de freeride qui répond aux exigences de la rando, notamment un poids contenu (semelle Vibram, compatible fixation alpine). “De la super qualité, qui prouve une fois de plus que Scarpa sait faire de la chaussure !” (1,850 kg au peson d’Escape, poids vérifié donc). Prix : 569 €

ULTRA

raptor G E T M O R E O N : M O U N TA I N R U N N I N G . L A S P O R T I VA . C O M

www.lasportiva.com - Become a La Sportiva fan

escape #48


28

TESTS [Freerando] La Triton Hood a tourné sur plusieurs testeurs dans de nombreuses configurations : tout le monde est unanime, c’est le produit parfait !

Scott Explorair NG Escape craque :

Haglöfs Triton II Hood Escape craque :

“C’est de la balle !” “ Sur 5 jours d’alpinisme, je l’ai gardé en permanence.” Excellent compromis en terme d’apport de chaleur. Un produit pas trop épais pour ceux qui s’échauffent vite dès qu’ils se mettent en action, très polyvalent (poches hautes compatibles baudrier et poche cœur supplémentaire). Des tissus agréables sur la peau, très doux (Polartec Power Strech Pro et Polartec Thermal Pro).

Les testeurs regrettent : Rien. La veste a beaucoup tourné donc elle bouloche un peu mais rien de dramatique.

Escape recommande ce produit pour : Pour grimper l’automne ou pour le ski de rando avec sa capuche (très agréable sous une capuche de 3e couche) et son col bien montant mais percé au laser pour l’aération. Prix : 179 €

escape #48

Pour les aérations aisselles découpées au laser, la capuche qui s’entend bien avec un casque. Pour la protection, c’est la force de cette veste. La pluie et la neige perlent bien en surface. La belle coupe freerando. “Portée, elle en jette vraiment !”.

Les testeurs regrettent : Dur, dur quand on transpire beaucoup, ça ne respire pas des masses. Tissu pas très souple.

Escape recommande ce produit pour : Toutes les fois où la nature se déchaîne contre vous (Gore-Tex Pro Shell 3 couches). Prix : 450 €


: 100DE% O D N RA

SKI

H ET C T E R ST NT !

Alain Dujardin Lofoten, Norvège

A T S I S É R

Oakley RadarLock Edge  Escape craque :

La tenue incroyable de cette lunette qui ne nous a jamais “agacé”. “Plus tu transpires, plus elle s’accroche !” Le verre (surréaliste quand on regarde son écran d’iPhone !) polarisant est d’excellente facture.

Les testeurs regrettent : L’embout nez en plastique est confortable mais, utilisées en trail, il s’est mis à “sauter” de son compartiment et, depuis, recommence dès qu’il peut. Pénible !

VERTICALITYQUEST

Escape recommande ce produit pour : Ceux qui peuvent se l’offrir. Prix : À partir de 239 €

veste

Patagonia Merino 2 M’s Lightweight Crew Escape craque :

La vraie douceur de ce tissu en laine mérinos (80%) et Capilene. Les qualités inégalées du Merino 2 pour nous conserver au sec sans conserver les odeurs… Les coutures ont été décalées pour augmenter la compatibilité avec le port d’un sac, on a apprécié !

Les testeurs regrettent : Rien du tout !

Escape recommande ce produit pour : Faire le beau comme pour faire du beau : de l’escalade, de l’alpinisme, du ski-alpinisme, en trek, en voyage…  Prix 85 €

SANTI SUMMIT

pantalon

windy spirit www.ve rticalm Santi Su mmit : la ountain La veste veste S id tr .com etch et éale po Confo ur ré

v rtable e sistante t résista os sorties de - 725g sk nte, con Imperm çue ave i de rando. éabilité c la me : 10.000 mbrane mm Re MP+ Rip spirabil stop Str Windy S ité: 10.0 etch. 00mm pirit : la Sortez référenc protégé e d e s s pantalo pantalo en mon n ns de S Renfort 100% stretc tagne même d ki de ra h conç s Stretc an ndonné u h avec la s les sorties le e - 740 Mureva Imperm membra s n® aux g éabilité ne MP+ plus engagée fesses, : 10.000 s avec . genoux mm R ce et carre espirab s ilité: 10 .000mm ► Pack «Formation ARVA + Journée d’initiation Ski-de-rando» OFFERT pour l’achat de l’un de ces produits ◄ Voir conditions sur www.verticalmountain.com ou mail à contact@verticalmountain.com #

escape 48

VERTICAL Le Bourg 38380 St-Pierre-de-Chartreuse /// T. 04.76.53.35.55 /// contact@ver ticalmountain.com


30

TESTS [fast hiking] Chaussures de randonnée

Un automne à marcher ! [Par Myriam Cornu]

Petit tour de marché des chaussures à marcher de bon pied. Du «tendance» (mode fast hiking : monter vite, redescendre encore plus vite) au classique, vous trouverez forcément modèle à votre pied.

Après 15 jours intensifs à Chamonix, les The North Face ont voyagé jusqu’en Slovénie, où elles ont fait une bambée de 9h30 de marche aux pieds d’Olivier Rey (elles ont même fait le mont Triglav !).

Millet Switch GTX Escape craque :

On nous annonce une foulée dynamique et une dénivellation rapide : pari tenu. Une tige qui monte bien haut et une semelle souple pour cette chaussure qui répond parfaitement aux exigences du fast hiking. “Du sérieux, du costaud, on a confiance avec cette chaussure à tout faire.” Cossue mais légère aux pieds, bien équilibrée, elle tient bien la cheville. Facile à enfiler, Gore-Tex, c’est LA chaussure de trek moderne, le modèle qu’il faut emmener au Népal.

Asolo Creek Escape craque :

Pour cette chaussure légère, bien dans la tendance minimaliste. Cette Creek adopte le Natural Shape, nouveau concept cher à la marque. Une bonne tenue latérale mais sans rigidité qui entrave le mouvement naturel du pied à la marche. Très échancrée au niveau tendon d’Achille (une aubaine pour les marcheurs sensibles à ce niveau-là). Semelle Vibram, au profil particulier, tout en rondeurs, qui tient la route (ou plutôt l’herbe mouillée ! le rocher ! tout !), très bonne accroche y compris sur l’humide. Waterproof.

Les testeurs regrettent :

Les testeurs regrettent :

Rien. Elle a des airs de chaussures de randonnée un peu “classique” de prime abord mais elle est light aux pieds.

Le laçage, à l’ancienne, manque de précision. On se bat un peu pour serrer de façon homogène, rien ne le verrouille, c’est LE point noir de cette chaussure. Attention, pas de sensation de “moelleux” sous le talon, une semelle très fine partout. On aime sentir ce qu’il se passe sous le pied, mais on aurait quand même aimé trouver un peu plus de matière en talon pour “filtrer” un peu plus.

Escape recommande ce produit pour : Sa stabilité, la protection de l’avant-pied, l’accroche de sa semelle Vibram. Un produit rassurant, qui privilégie la tenue de pied. Une chaussure de fast hiking tendance “Je viens du monde de la montagne”.

180 € escape #48

Escape recommande ce produit pour : Tous ceux qui aiment bien avoir la sensation du contact au sol.

135 €


Pour les conditions les plus extrĂŞmes dans le monde

www.rab.uk.com

www.toprock.fr


32

TESTS [fast hiking]

Hanwag Saponi Escape craque :

Pour son étanchéité parfaite (Gore-Tex laminé), sa tenue de pied jamais prise en défaut (tenue en dévers impeccable), ses finitions solides (coutures, œillets), son accroche inouïe (y compris sur terrain gras, le confort en flexion, la cheville bien maintenue, la qualité des crampons. Un quasi sans faute, sauf…) 

Keen Marshall Mid WP Escape craque :

Le super confort made in Keen que le pied reconnaît d’instinct ! Des chaussures montantes, pour une bonne étanchéité et la protection de la malléole (pas vraiment pour la tenue). Une chaussure bien de son temps, hybride entre chaussures basses et chaussures moyennement montantes. Très souples (point fort ou point faible, c’est selon), on se sent bien dedans tout de suite. Light, elles procurent une vraie sensation de légèreté, “Tu as l’impression de ne rien avoir au pied, de n’être pas contraint !”.

Les testeurs regrettent : D’avoir vu le pare-pierres se décoller, sur les deux chaussures. Certes, ce modèle a été rudement malmené pendant plusieurs mois sur les sentiers et en terrain très accidentés (et même sur les toits, par l’un des testeurs, charpentier !) mais on ne s’attendait pas à cela avec des Hanwag (décollement après trois semaines d’utilisation…).

Escape recommande ce produit pour : Tous ceux qui veulent avoir le pied sûr en toutes circonstances, pour un usage intensif ou plus occasionnel. Un bon 9/10 pour ce modèle.

169,95 €

Escape regrette : Les lacets si longs ! “Ils sont prévoyants, chez Keen, ils ont pensé à la cordelette pour un Prussik de fortune !” dira un testeur. Une chaussure très souple, peu de maintien de cheville, attention si vous attendez cela d’une chaussure de randonnée, ce modèle n’est pas pour vous (on ne peut pas “taper” à l’avant dans les névés glacés, par exemple).

Escape recommande ce produit pour : Tous les marcheurs dynamiques qui aiment “faire corps” avec la nature, sentir le sol. La chaussure du lecteur d’Escape par excellence.

139,95 €

Zamberlan Crosser Plus GTX Escape craque :

Légère, cette Zamberlan affiche une semelle Vibram très digne sur terrain sec (c’est moins vrai sur terrain humide) et un design qui a plu aux testeurs. Une chaussure bien dans son programme au système d’amorti efficace. La tenue de pied correcte, sans plus. Bien protectrice, elle offre un bon déroulé de pied. Un ressenti de 7/10 pour cette Crosser Plus.

Les testeurs regrettent : “Question imperméabilité, c’est moyen, moyen, malgré une membrane Gore-Tex !”. Les œillets de laçage, eux non plus, ne font pas la force de ce modèle : ils ne favorisent pas un serrage optimal....

Escape recommande ce produit pour : La rando à la journée sur sentier en mode marche rapide.

159 € escape #48


DU SYMBOLE DU CHOIX,

CONSEIL ET DU PRIX

Strasbourg - Sallanches - Toulouse/Labège Paris Quartier Latin - Lyon - Thonon-les-Bains Chambéry (ouverture début 2013) Albertville - Marseille - Grenoble

www.auvieuxcampeur.fr

Carte Cadeau

Carte Bon-achat-OK.indd 1

30/10/12 17:10

 

Crédits photos : Dynafit - Rossignol - Serge Jaulin - Raidlight - Arena - AVC.

Soyez certain de faire plaisir en offrant ce choix avec notre carte « cadeau » utilisable en boutique ou sur notre site Internet.

PARIS QUARTIER LATIN • LYON • THONON-LES-BAINS • SALLANCHES TOULOUSE-LABÈGE • STRASBOURG • ALBERTVILLE • MARSEILLE • GRENOBLE • LE COIN DES AFFAIRES DU VIEUX CAMPEUR À CHAMBÉRY

www.auvieuxcampeur.fr Avec notre application, retrouvez l’intégralité des 6 Tomes de notre catalogue. Vous pourrez consulter en permanence plus de 3 000 pages de produits qui vous passionnent.

Carte Club Avec tous ses avantages


34

TESTS [fast hiking]

The North Face Hedgehog Guide GTX Escape craque :

Columbia Talus Ridge Mid Outdry LTR Escape craque :

la souplesse et le confort, ses atouts principaux avec un déroulé de pied satisfaisant. 5/5 en sensation de légèreté. Une chaussure qui a été mise à rude épreuve avec une utilisation quasi permanente pendant deux mois en environnement montagnard (sol herbeux pentu, pierrier, forêt avec terrain pentu et encombré, rhododendrons, bref, rien ne leur a été épargné !).

Les testeurs regrettent : “En terrain pentu, à fort dévers, ce sont de vraies baskets, ça ne tient pas !”. Un modèle plus à l’aise sur les chemins de montagne qu’en hors-sentier. Autre petit défaut : les passages lacets, non pourvus d’œillets, ne facilitent pas le chaussage. Mais surtout, surtout, une semelle qui se décolle à l’avant après quinze jours d’essai… 

La virtuosité de sa semelle. Testée en approche, elle s’est révélée merveilleuse. Les sensations sont bonnes immédiatement, on se sent bien dedans. Le chaussage est agréable d’emblée. Le laçage est bon et tient bien. Le grip sur rocher est performant. En version tige basse, elles s’approchent de chaussures de trail mais sans en posséder les qualités d’amorti.

Les testeurs regrettent : De ne pas avoir reçu le modèle Mid à tester, plutôt que cette version basse qui prend rapidement l’humidité dans la rosée, au petit matin.

Escape recommande ce produit pour : Les virées rapides et courtes.

130 €

Escape recommande ce produit pour : Très bonne chaussure légère pour la marche sur les sentiers sans dévers conséquent par temps sec.

139,95 €

Garmont 9.81 Escape Pro Mid GTX Escape craque :

Une semelle moins performante dès que le sol est mouillé. Le laçage, correct, pourrait gagner en précision.

Pour le coup de cœur de ses testeurs. Avec cette Escape bien-nommée, les codes de la chaussure de randonnée sont rompus. Une chaussure de trail qui aurait mué, évolué vers une chaussure pour la randonnée rapide. Un bon amorti, une semoule souple, “Ça déroule bien sous le pied !”. Parfaitement étanche. Bien protégée sur l’avant du pied avec un pare-pierres bien enrobant. Un design ravageur. Un laçage performant, qui enserre bien le pied et descend bien sur l’avant, tel un chausson d’escalade, un talon bien verrouillé pour une sensation de tenue incontestable. Un ressenti ultra light. Un châssis “moelleux” qui fait penser à une chaussure de trail.

Escape recommande ce produit pour :

Les testeurs regrettent :

Aux randonneurs classiques à la recherche d’un modèle sage, confortable, plutôt pour les pieds moyens à larges (mais rien d’alarmant pour les pieds fins).

Escape recommande ce produit pour :

Tecnica Hurricane II Mid GTX Escape craque :

Pour le chaussage facile et le bon maintien de cheville. Légère, elle est vraiment agréable à marcher. Très stable pour ce genre de produits, avec un amorti performant. Un look sobre qui révèle bien son caractère et affiche la couleur : cette Tecnica est un classique qui fonctionne, dans un poids qui se tient.

Les testeurs regrettent :

135 € escape #48

Un sans-faute (en dehors du prix…). Une fast hiking tendance “Je viens du trail”.

185 €


* Soyez audacieux, osez en grand

Zion in Murallon - Patagonia

DÉPOSEZ VOTRE DOSSIER AVANT LE 13 MARS 2014. VOUS SEREZ PEUT-ÊTRE SÉLECTIONNÉS PARMI LES MEILLEURS PROJETS 2014, PAR LE JURY DES PARTENAIRES.

WWW.MILLET-EXPEDITION-PROJECT.COM

e Milit up

ut

ag

de H

a

ne

re ai

Gr o

MXP2012

REALISEZ VOTRE REVE D’ÉXPE.

e Mon

t

escape #48


36

GUIDE d’ACHAT [microbes] Panoplies junior

Kids cool [Par Séverine Denis]

Parce qu’ils le valent bien, nos petits aussi ont droit au meilleur des marques. Petit marché d’automne

Myriam Cornu

dans les rayons baby, enfants et ados.

Julbo Bubble Asolo Rocket, 75 € et Phantom GTX Le savoir-faire, la fabrication Europe, le montage sur forme, tous les procédés de fabrication Asolo sont utilisés pour créer ces modèles enfant destinés à la randonnée régulière. Doublure Gore-Text pour la tige haute pour la joie de franchir les ruisseaux, sans le nez qui coule, le lendemain ! 115 €

Pour les 3 à 5 ans, des verres Spectron 3+ pour la protection nécessaire de leurs beaux yeux contre le soleil. 29 €

OSPREY Poco Plus Siège enfant ajustable et ventilé avec raincover. Pare-soleil intégré et protection de pluie haute visibilité. 239 €

Columbia Snuggly Bunny Bunting Au chaud et puis c’est tout. 59,95 €

Keen Alamosa WP Pour la rando en montagne… ou la cour de récré ! Le confort Keen légendaire avec une membrane imperméable et respirante. Tailles : 25 à 39. 74,95 € escape #48

Ziener Largo GTX Junior Manchon étudié pour être porté à l’extérieur ou à l’intérieur de la veste, membrane Gore-Tex et coupe ergonomique. Le tout pour un prix serré. 29 €


Ziener Lanimal mini

Keen Loveland Boot WP (carreaux), 79,95 € Basin WP 89,95 € Membrane imperméable et respirante, isolation 200 g Keen.Warm (à base de charbon de bambou), semelle en Dual Climate Rubber qui durcit avec le froid, facilitant Die Alpenl’accroche 11-13 213x156 surfr_Layout la neige.1 30.09.13 09:18 Seite 1

Un produit chaud, déperlant, facile à enfiler, qui tient bien en place à un prix rétréci ! 19 €

Lowa Nabucco GTX Une chaussure pour tous les jours, lorsqu’on habite en station, ou pour les balades en montagne. Un modèle très résistant avec sa tige daim et Cordura. Une semelle qui adhère bien, pour éviter les glissades, et une doublure laminée Gore-Tex, pour des pieds au chaud et au sec. 99 €

STEFAN MOSER climbing Couloir Cortina d’Ampezzo

Les bâtons en carbone sont plus légers, plus rigides et moins sujet à la corrosion que les traditionnels bâtons en aluminium. C’est pourquoi, aujourd’hui, plus de la moitié de nos bâtons sont en carbone. Trouvez le modèle optimal pour vous, sous http://www.komperdell.com/en/poles/touring/carbon/index.php

escape #48


38

GUIDE d’ACHAT [microbes]

Keen Sagewood CNX

Stef Balbo

CNX, la légèreté et la protection au bout des pieds ! 59,95 €

The North Face Veste Skilift Triclimate 160 € Pantalon Skyward Insulated 110 €

Julbo Naomi Forme de face “diamant” pour jouer avec les reflets de lumière, verres hauts verres hauts bien couvrants. 35 €

Une panoplie très réussie qui existe en coloris fille et garçon.

Scott Skis Rebel Pour le park et le half-pipe, un ski radical ! 329 €

Patagonia Micro D Hoody Moi aussi, je pars en trek… au moins jusqu’à la grille du collège avec cette belle petite polaire Pata bleu rock ! 70 €

Scott Casque Quiver L’un des modèles junior les plus sûrs du marché. 90 € escape #48

Keen Luna Boot Les dernières nées de Keen pour les canailles coquettes, les vraies. Du 25 au 39. 79,95 €


Partage ta PHoto PoUr gagNer DeS ProDUItS cHaqUe SemaINe.

W W W.HagLoFS.c om

HaNS JoHaNSSoN

Partagez votre #oUtDoorPaSSIoN

HAGLÖFS LOGOTYPE BASIC L OGOTYPE. TO BE USED A S N E G AT I V E W H I T E O N A B LA C K O R D A R K B A C K G R O U N D

escape #48


40

GUIDE d’ACHAT [équipement] Freerando

Ce qu’il vous faut [Par Séverine Denis]

Des vêtements qui respirent, pour la montée, mais qui protègent bien, pour la descente, voilà l’équation qu’il faut résoudre pour plaire à un freerandonneur ! Bergans of Norway Ensemble Hodlekve Une membrane Dermizax qu’on n’a pas encore eu le plaisir de tester mais qui annonce une respirabilité exceptionnelle. Un ensemble de haut vol côté esthétique, dans tous les cas. 530 € la veste, 400 € le pantalon

Lowe Alpine Veste Perfect Storm 149,95 € - Haut Powerstretch zip 79.95 € Une coupe alpine près du corps pour cette veste qui conjugue respirabilité et résistance à l’humidité et au vent.

Gregory Sac Targhee 26 Une nouveauté de haut rang chez Gregory avec ce sac qui sait tout faire : porter un snow, des skis, des raquettes, des piolets, un casque, bref, notre organiseur de bureau à nous. Une vraie petite merveille très bien étudiée. 120 € escape #48

La Sportiva Spectre (bleue) et Sparkle (noire), Nouveau mode d’interprétation de la chaussure de ski de rando 4 boucles : puissance, contrôle, résistance et précision d’une chaussure de descente couplés à la mobilité, la compacité et légèreté d’une chaussure de ski-alpinisme. Débattement de 60° au total boucles fermées. Flex de 120 pour un maximum de puissance. 479 € escape #48


Lafuma Red Point 40 Un sac ultra-résistant (en Cordura) assez inédit avec son ouverture dorsale qui donne un accès direct et sécurisé au volume principal. Poche crampons faciles d’accès en façade. 140 €

Millet Veste Ultim Gore-Tex

Lafuma Ensemble Peak Neo

Ski de randonnée mais aussi Un look bien freeride pour cette alpinisme ou cascade de glace, protection en Gore-Tex 2L bien isolée les Peak Neo savent tout faire. (Primaloft Sport). Une poche «easy access» sous rabat, une poche intérieure Composés du fabuleux Neoshell de Polartec, le surpantalon sécurité et une jupe pare-neige avec adopte une coupe qui autorise système de connexion compatible avec la superposition des couches le pantalon. et la veste a prévu de larges 500 € ouvertures soufflet au poignet pour faciliter le passage des gants. Du beau boulot. The North Face 300 € la veste, Ensemble Alloy 250 € le pantalon Veste Softshell qui propose l’alliance optimale de la protection, la respirabilité et la régulation de la température. HyVent-Alpha imperméable sur la capuche et les épaules, coutures étanches, pour une protection ciblée contre les éléments. Aérations zippées à l’entrejambe, pour le pantalon qui affiche les mêmes qualités que le haut. 320 € la veste et 300 le pantalon

Millet Veste Gakona

Outdoor Research Veste Maximus

Protective shell freeride en GoreTex soft shell 3L qui garantit la régulation thermique par son intérieur en fleece grattée. Coupe ergonomique et féminine comme on aime, capuche attenante avec visière semi-rigide. 500 €

La veste technique haut de gamme de chez Outdoor Research a été entièrement retravaillée pour cette saison. La nouvelle fibre Gore-Tex Pro 3L, trois couches, est imperméable, d’une robustesse à toute épreuve et surtout sa respirabilité s’annonce accrue de 28 %. Escape aime la ventilation prévue sur ce produit : les fermetures éclair latérales à double curseur s’ouvrent de la hanche jusqu’à l’aisselle. Bien vu pour la freerando ! 475 € escape #48


42

GUIDE d’ACHAT [équipement] Mizuno T-Shirt Virtual Body G1

Mountain Hardwear Ensemble Compulsion 3L Un ensemble qui a adopté la technologie Dry.Q Elite, imperméable, respirante et air perméable, et un tissu extérieur souple qui adoucit l’aspect hardshell. Bib amovible pour le pantalon. Veste 550 €, pantalon 400 €

Un haut en Thermo Breath : parfait pour les randonneurs qui ont tendance à transpirer. Vous pourrez enfin vous arrêter discuter au sommet des montées ! Technologie Virtual Body qui favorise la liberté de mouvement. 65 €

Scott Veste Jebel, SCOTT JEBEL JACKET Système de communication écouteur, coutures parfaitement étanches, capuche intégrée, réglable et compatible, aérations aisselles, jupe pare-neige amovible avec système d’attache pantalon, poignets avec manchons, elle a tout ce qu’il faut où il faut. 420 €

Rab Ensemble Stretch Neo Polartec Neo Shell stretch 3 couches, imperméable et très respirant. Capuche compatible casque pour la veste, ceinture doublée en tricot et genoux renforcés pour le pantalon. 359.95 € la veste, 279.95 € le pantalon

Mizuno Sous-gants Breath Thermo La fibre thermique Breath Thermo absorbe l’humidité pour générer de la chaleur. 20 € escape #48

Mountain Hardwear Ghost Whisperer Down Jacket 212 grammes qui tiennent dans une main pour vous garder au chaud en toutes circonstances. Un pouvoir gonflant très élevé (850 Fillpower) et un Q.Shield Down qui vous maintient au chaud même par temps humide. 280 €


ésope création chamonix esope@esope.eu © photos pascal tournaire & christophe boillon

“ Merci” 1er septembre 2013 : une nouvelle aventure se termine. La fête était belle, que d’histoires à raconter ! Merci à tous, coureurs, familles, organisateurs, bénévoles, partenaires, habitants des pays du Mont-Blanc… tous ceux, sans qui, rien ne pourrait se réaliser sur ce fabuleux parcours.

Le bonheur est plus fort quand il se partage.

26 août - 1er septembre 2013

www.ultratrailmb.com

www.ultratrail.tv

Plus qu’un évènement sportif, une véritable aventure humaine partagée...


5 numéros = 12 euros

Abonnez-vous Pour recevoir Escape gratuitement* chez vous et être certain de ne pas manquer un numéro. *montant correspondant aux frais de port uniquement, l’abonnement au titre est gracieux.

Suivez-nous aussi

sur Facebook :

www.facebook.com/magazineEscape

sur Internet

et RECEVEZ notre newsletter en envoyant un mail à julie@freepresse.com

BULLETIN D’abonnement Oui, je m’abonne à Escape pour 1 an (5 numéros) et je joins mon règlement de 12 euros par chèque bancaire à l’ordre de FREE PRESSE. À renvoyer à : FREE PRESSE - Savoie Technolac, 18 allée du Lac St André - 73 382 Le Bourget du Lac NOM PRÉNOM ADRESSE CODE POSTAL VILLE TEL EMAIL


[dossier] rando

46

folies 45

freerando

No pylônes en Vanoise

marchons citoyens ! Freerando, expés, trek, fast hiking, quatre reportages à fort dénivelé ! À skis, à pied,

52

Expés Rétrospective : 10 saisons de MXP

58

trek

70

fast hiking

Le Népal pour les nuls

très loin ou juste à côté, la rando dans tous ses éclats.

Stef Balbo

Le Tour du Mont-Blanc en accéléré

En montant au lac Tillicho, le plus haut du monde (trek au Népal, novembre 2012). escape #48


46

Freerando [VANOISE] Le glacier du Génépy, à plus de 3 000 mètres, recouvert d’une poudre abondante et légère comme l’air. Aucune trace en vue, un long dénivelé devant les spatules, PierreMa savoure.

escape #48


au cœur de l’hiver

No pylônes [Texte et photos : Philippe Rebreyend. Riders : Pierre Ma Sallaz, Jeremy Prevost, Alex Chrétien dit “l’Ancien”]

Mi-février, nous voilà au beau milieu de l’hiver, et quel hiver ! Depuis des mois, il ne cesse de neiger sur les Alpes, des chutes régulières, successives, abondantes. Le froid est là, stabilisant le manteau. Et, plus rare en ces temps de précipitations, on nous prédit un lot de journées radieuses.

escape #48


48

Freerando [VANOISE]

L

es conditions sont réunies pour succomber à cette vision du ski à la fois originelle et en constante évolution : la rando. Freerando, doiton dire dans la mesure où l’on utilise une technique à papa (la meilleure qui soit pour se déplacer l’hiver en montagne) dans le but avoué d’aller se placer à l’aplomb de grandes pentes poudreuses et dépourvues de traces.

L’ascension vers la brèche de la Croix de la Rue, passage raide et bien garni permettant la bascule sur le Fond de L’Aussois.

escape #48

Oui, il en existe. À deux pas souvent, de grands domaines mécanisés, fortement fréquentés, où “sortir” devient problématique : compétition pour la trace, risque que représente l’hypothétique et enthousiaste skieur amont… L’itinéraire que nous choisissons, qui nous fait quitter les Trois Vallées pour le Parc de la Vanoise, illustre au mieux cet incroyable contraste. Le changement de monde s’opère au Col de Thorens où l’on laisse un lent et glacial télésiège, pour une première montée en peaux, au soleil, salutaire pour l’onglée, jusqu’au col de Gébroulaz. La traversée qui suit, sous le Dôme de Polset, confirme l’isolement.

Col de Gébroulaz, la porte d’entrée dans le monde sauvage...


Derniers pas pour atteindre la brèche. Chargé comme un mulet, Alex bataille pour faire la trace, son sac airbag sur le dos. Comme tout freerandonneur qui se respecte, il fait tout pour éviter les situations avalancheuses mais sait prévoir le pire. .

L’autre nom du couloir Garde, c’est le couloir du Sérac... Pas vraiment l’endroit indiqué pour la pause pique-nique..

Ici plus guère de traces à croiser. Une grande émotion et une certaine circonspection nous attendent en haut du couloir Garde : une pente soutenue, directe et bien chargée, le tout sous un imposant sérac… Nous entrons avec prudence, mais rapidement il apparaît que c’est sain, seul le sluff est à prendre en compte. Finalement, il vaut mieux skier vite, enchaîner, comme souvent dans la fraîche. Cet espèce de grand vol en apesanteur nous amène quelque 1 000 mètres plus bas, sourire aux oreilles, passablement hébétés. La réalité se rappelle à nous sous la forme d’une montée en courbe exponentielle jusqu’à la Brèche de la Croix de la Rue. Une curiosité du relief dont la Vanoise a le secret, mais qui, skis escape #48


50

Freerando [VANOISE]

Jeremy entre dans le couloir Garde, chargé, en poudre. Il s’agit d’abord de tâter le terrain d’apprécier la situation d’adapter sa façon de skier.

escape #48

au dos, constitue un acte de bravoure. Passé la muraille, il ne reste plus qu’à se laisser glisser jusqu’au refuge de la Dent Parrachée, y écouter les histoires hilarantes de son gardien, ses mises en garde moins drôle mais parfaitement justifiées sur notre programme du lendemain. Aube naissante, froid mordant, nous nous attaquons au deuxième volet du voyage, l’ascension tranquille jusqu’au col de Labby et celle beaucoup plus sérieuse, engagée, du Passage du Rosoire. Il s’agit d’être dans les

temps, de s’espacer au maximum… de serrer un peu les fesses, il faut le confesser, même si le bulletin avalanche est de notre côté. Derrière l’obstacle, c’est bête à dire, mais le rêve nous tend les bras. La descente sur Pralognan, via le glacier du Genepy, semble sans fin, la poudre légère comme l’air jusqu’en fond de vallée, le décors sidérant et si l’on croise des chamois, on se demande bien où sont passés les êtres humains ? n


Photo de droite : Brèche de la Croix de la Rue.

l’itinéraire en chiffres

Ce fameux couloir Garde à l’air de bien tenir et il est super bon à skier, Jeremy commence à lâcher les chevaux, bien que pour un freerider de son espèce, il n’ait pas la surface suffisante sous les pieds.

En haut du passage du Rosoire, des montagnes à perte de vue et une superbe descente en perspective.

Aller chercher de grandes pentes isolées moyennant quelques efforts, c’est le deal que passent les freeriders avec la rando.

3 662 m d’ascension pour 4 389 m de descente (le bon ratio freerando), sur une distance de 44,4 km, entre 1 414 et 3 480 m d’altitude.

Conditions de neige Ce type d’itinéraire est à réserver, normalement, pour la fin de saison. L’hiver dernier fût un cas à part. La neige est tombée par strates successives, sans vent. Il ne s’est pas formé de gobelet, pas de couches fragiles. Il a plu également à plusieurs reprises ce qui a eu pour effet de tasser le manteau. Le milieu d’hiver, malgré une importante épaisseur de neige, est resté stable longtemps (risque d’avalanche évalué à 2/5 sur la Vanoise mi-février). En revanche, à la saison indiquée, avril, d’importants phénomènes de réchauffement, sans regel suffisant pendant la nuit, ont occasionnés d’inquiétantes pertes de cohésion en profondeur.

Matériel En évolution permanente, le matériel doit réaliser l’impossible à savoir offrir surface et structure d’un côté, légèreté de l’autre. Un ski avec du rocker et 105 à 110 au patin n’a rien d’exagéré pour un usage freerando ; une Low Tech à embase large permettra de bien le guider et d’économiser sur le poids. On ne le rappellera jamais assez, l’ABS sauve des vies, il a sa place sur ce type de terrain. Côté navigation, Iphigénie, l’application d’IGN pour iPhone fait des miracles, mais ne dispense pas de la carte papier qui servira en cas de panne (réseau, batterie). Enfin, même si les crevasses sont souvent bouchées, un petit harnais, une corde et un kit mouflage sont de rigueur. escape #48


52

EXPéS [Rétrospective]

escape #48


Millet Expedition Project 10 saisons déjà que les “MXP” vous emmènent au bout du monde. Au bout de vous-mêmes parfois. Et nous y emmènent avec vous. Le magazine Escape, Julbo, Polartec, Allibert trekking, l’Ifremmont, TV8 Mont Blanc, le GMHM et d’autres, soutiennent Millet dans l’organisation ou la promotion de cet événement. Arrêt sur images à l’occasion du lancement international (Allemagne, États-Unis, Belgique) de ce qui se trouve être la plus importante bourse d’Europe en termes de dotations.

Réaliser son rêve d’expé, c’est possible. Suffit d’avoir la foi, la fibre. De postuler. Tous les pays, tous les paysages, toutes les activités sont dans la nature des MXP : L’opération soutient des initiatives en lien avec la montagne, l’aventure et les sports qui y sont liés (de près ou de loin). Les lauréats sont divers : de gros projets d’alpinisme, par exemple, pour la catégorie Performance, mais aussi des jeunes Albertvillois en difficulté partis monter une salle d’escalade en Albanie, dans la catégorie Entraide.  Photo : Hunza Matata, Pakistan (MXP 2013) escape #48


54

EXPéS [Rétrospective]

Cordillera Darwin, un rêve de traversée, MXP 2009.

Mais ça, c’était avant… “Comment expliquer que notre trip au Pakistan était safe et rigolo pendant 1 mois, alors que 2 semaines après notre retour, 10 alpinistes se faisaient lâchement assassiner au camp de base du Nanga Parbat par des talibans ? ” écrit Antoine Bletton, qui a atteint le sommet du Passu Peak II (6824m) au Pakistan avec une redescente à skis / monoski (expédition Hunza Matata). escape #48


Si une ligne attendait d’être gravie, c’était celle-là.

Rolando Garibotti, gérant du site Pataclimb et alpiniste argentin.

Élue expé du public cuvée 2011, “Zion in Murallon” a vu quatre Français, Lise, Jérôme, François, Jérémy, et Pedro l’Espagnol accomplir leur grand et fou projet : l’ouverture d’une voie d’alpinisme mixte dans la face Sud-Est du Cerro Murallon (2 656 m) en Patagonie. Plusieurs jours de bivouacs en paroi leur ont été nécessaires pour venir à bout de cette cathédrale de 1 000 m, Pillar del Sol Naciente, après une approche en ski de rando de 70 km (soit plus que la Patrouille des Glaciers…), encombrée par les pulkas. escape #48


56

EXPéS [Rétrospective]

MXP 2007, à la voile sur les glaces de l’Alaska. À votre tour, osez l’aventure avec Millet ! Lancement de l’appel à candidatures, le 15 octobre. Vous avez jusqu’au 13 mars 2014 pour postuler (clôture de réception des dossiers) dans les catégories Performance, Entraide, Science, Culture et/ou Environnement.

Deepsea under the pole, MXP 2010. Le film de cette traversée de l’Arctique a été primé douze fois, emportant cinq grands prix internationaux. Explorations kirghizes, MXP 2010.

Et notre cœur fait boum ! Avec Alain Dutrevis et Guillaume Orsal, Paul Baudry a battu le record d’altitude atteint par un greffé cardiaque. Entre ciel et terre, à 6120 m d’altitude avec le cœur d’un autre, avec une pensée pour le Paradis… “Le secret de ma réussite a probablement été la lenteur : jamais longtemps dans le rouge, hydratation et pauses régulières.” Un rêve accompli en Bolivie, MXP 2013.

escape #48


Khuiten, 4 374 m, point culminant de la Mongolie, expé Millet 2013. Quatre amis d’enfance grenoblois boucleront leur expédition ski de rando / vélo en ayant parcouru plus de 800 km, dont 90 % de piste, et gravi quatre sommets de plus de 4 000 m.

escape #48


58

TREK [LE népal pour les nuls]

Partis fin novembre début décembre, nous avons enchaîné le Tour du Manaslu, le Tour des Annapurnas et la montée au lac Tilicho (le plus haut du monde à 4 919 m), soit 23 jours de marche. Photo : le village de Muktinath (3 750 m), symbole de la rencontre de la terre, du feu et de l’eau, haut lieu de pèlerinage hindouiste et bouddhiste (un gisement de gaz naturel y alimente une flamme sacrée et des centaines de fontaines accueillent les croyants pour leur purification). En fond, le Dhaulagiri, “la montagne blanche” (8 167 m).

escape #48


Tour du Manaslu et Tour des Annapurnas

Faut-il (encore) y aller ? [Texte : Myriam Cornu. Photos : Stef Balbo.]

Quand on bosse dans la presse spécialisée montagne depuis presque 20 ans, il y a une chose qu’on ne peut pas décemment avouer :

“Je ne suis jamais allée au Népal”. C’est tout bonnement impossible. Une faute professionnelle. Depuis, j’ai testé pour vous.

escape #48


60

TREK [LE népal pour les nuls]

Le rapport “approche”/panorama sur les hautes montagnes est en faveur des Annapurnas, si l’on compare les deux tours, mais ils sont très complémentaires. Comme nous avions du temps, l’agence nous a proposé une variante qui nous a fait mettre 6 jours avant de récupérer l’itinéraire classique du Manaslu. Une entame que nous ne recommandons pas… Photo : en pays gurung, dans la grimpée qui mène à Barpak, un champ de millet à près de 2 000 m d’altitude.

I

l a donc fallu que je m’y colle. Et, maintenant, il faut que j’écrive un papier sur cette éminente terre de trek, un article de plus, après tous mes confrères les plus brillants, les plus cultivés sur le sujet. Comment vais-je arriver à cacher à mes copains journalistes un magazine offert partout ?!

Bon, autant s’avouer vaincu tout de suite sur le terrain des connaisseurs et prendre le contrepied total : écrire en se mettant dans la peau du débutant en Népal, du néophyte du dal bath. Facile, en l’occurrence : ceci n’est pas un rôle de composition. Le Népal, je n’y connais rien, j’y suis allée comme y vont une majorité de trekkeurs : avec seulement quelques images de magazines gravées en tête. Au retour, il me paraît vraiment utile de se poser la question suivante : faut-il (encore) aller au Népal ? La réponse, à froid, est : oui, définitivement ! Mais pas n’importe comment. Pas n’importe quand. Quand je revois nos images, je me dis qu’on a fait un super voyage… Cela paraît évident, et pourtant… Sur place, sur le moment, cela n’a pas toujours été le cas. Nous n’avons pourtant pas vécu d’inévitables coups durs qu’on peut connaître en voyage. Non… Simplement, au jour 8 de marche, nous n’avions toujours pas escape #48

vu ces sommets étincelants qui peuplaient mon inconscient. Loin de mon imaginaire, bien loin, nous nous trouvions toujours dans un fond de vallée, dans des gorges. Si j’étais Parisienne, je trouverais sûrement cela joli et dépaysant. Seulement voilà je suis Savoyarde et chez moi, c’est tout aussi joli (restons courtois). Bref, je voulais en prendre plein la vue. Me sentir pousser des ailes d’alpinistes. Marcher le nez en l’air, levé sur les 8 000, les géants de la planète…  Je suis déçue. Je me sens flouée. Je trouve cela long et monotone. Long parce que “ennui” (avec beaucoup de portions sur les pistes à se faire arroser de poussière par les Jeep), pas long parce que “trop dur” (j’aurais préféré !). Bref, je commence sérieusement à me demander ce que je fous là , si je puis me permettre, et j’en veux à tous ces journalistes snobs qui nous vendent du Népal à tour de bras : tout ça pour ça ?!

Sur le tour du Manaslu, après l’étape du Larke Pass (et la grande descente qui use ceux qui n’ont pas l’habitude des dénivelés à gros rendements), nous retournons faire un tour sur les hauteurs de Bhimtang, joli petit “village” de lodges colorés et grand confort. Bonnet et veste Millet (LD Sikkim GTX jacket), chaussures de trek Adidas. Attention, au Népal, aux gros contrastes de température (entre les phases actives au soleil et des arrêts qui peuvent se faire à l’ombre, au vent). Soyez aussi vigilant sur les évolutions (très rapides) des aménagements routiers. à surveiller pour ne pas être déçu.


escape #48


62

TREK [LE népal pour les nuls]

Soudain, le jour 9 de marche arrive et avec lui, le… Manaslu tant attendu ! Puis voilà, Sama Gaon, village tibétain aux charmes moyennâgeux. Une atmosphère cinématographique dans le magnifique village et alentour, avec les glaciers qui l’enserrent. À partir de là, on croise plus de trekkeurs, les lodges sont moins calmes. Alors, certes, on peut aimer marcher loin des sentiers battus seulement, voyez-vous, si tout le monde vient dans ce secteur, c’est que c’est beau et que ça vaut le coup ! En tant que “Nulle du Népal”, je ne sais pas si l’air y est irrespirable en période de pointe. Ce que je sais, en revanche, c’est qu’en visant la toute fin de saison, vous êtes assez tranquilles, tout en baignant dans une agréable ambiance cosmopolite. Si on résume, le Népal que nous avons préféré est bien la version classique, la portion Tour des

Annapurnas, tout en sachant qu’il faut vraiment prendre garde à l’avancée de la route et s’épargner les portions où l’on ne marche pas sur sentiers. Je relis les notes de mon compagnon de cordée  dans notre carnet de voyage et je tombe sur cette phrase : “Tout ce que nous avons à décider : que faire du temps qui nous est imparti” Tolkien, Le seigneur des anneaux. Morbide hasard, nous avions un accès à Internet le lendemain et y avons appris la mort de Patrick Edlinger… “Que faire du temps qui nous est imparti… ” Finalement, ce voyage aura été une histoire de rapport au temps. Éloge de la lenteur qui permet la réflexion, les temps d’attente auront permis une introspection qui, au final, aura fait grandir l’un et l’autre d’entre nous… •

Nous n’avons malheureusement pas traîné au Lac Tilicho, tant il y avait de vent ! Cette variante pimentée vaut vraiment le coup même si elle puise un peu d’énergie avant de passer le Thorung (notre étape du lendemain était longue pour aller au pied du Thorung La, 5 416 m, et le surlendemain nous avions le col à franchir.

Arrivés au Népal en pleines fêtes religieuses, nous nous sommes vus offrir des œillets et des bénédictions à plusieurs reprises. Photo de droite : le Manaslu (8 163 m)… enfin ! Il faut dire que ça valait quand même le coup, non ?

escape #48


escape #48


64

TREK [LE nĂŠpal pour les nuls]

escape #48


Le Larke Pass (pass ou La signifie col), à 5 105 m, le passage clé du tour du Manaslu. Une “formalité” pour nous, bien acclimatés par des montées progressives et un itinéraire bien pensé par Base Camp Trek. Le Népal, en dépit de l’altitude, est vraiment accessible au randonneur bien préparé. Il faut bien respecter les “procédures” conseillées pour dompter la haute altitude et veiller à bien gérer (aussi) les tout petits bobos (ampoules, désordres gastriques…).

escape #48


66

TREK [LE népal pour les nuls]

Les pénitents qui se trouvent sur le chemin d’accès au Tilicho Base Camp sont de toute beauté, comme certains lodges (ici à Ngawal, un village du tour des Annapurnas).

Les basiques du Népal On dit qu’un guide est obligatoire. Sur le tour du Manaslu, oui. Pensez bien que cela ne grèvera pas démesurément votre budget et qu’il s’agit, aussi, de participer à l’économie locale. Un Lodge comment ça marche ? Impossible de ne pas se trouver à se loger au Népal, avec tous les lodges qui égrennent les chemins (impossible, d’ailleurs, de s’égarer sur les Tours classiques). Un lodge est l’équivalent de notre refuge mais vous dormez dans des chambres individuelles et il y a des menus ! Attention aux courants d’air (la bonne idée ? Emportez du scotch américain).

La route gagne du terrain ? Oui, chaque saison. Franchement, il n’y a vraiment rien de marrant à parcourir des kilomètres à pied, sur des portions que les autres font en véhicules. Si vous êtes seul(s), vous vous débrouillerez pour vous épargner cela. Si vous êtes parti avec une agence ou un guide, assurez-vous que cela ne vous arrivera pas. Entendez-vous avant de partir, car les guides et porteurs étant payés au jour, ils peuvent avoir peur de “raccourcir” le séjour et les journées de marche et donc… leur salaire.

Le rythme de marche va-t-il me convenir ? C’est ce qui m’a le plus gênée, personnellement. Si on a souvent peur de ne pas tenir le rythme, on ne pense pas à l’inverse. Or, notre expérience n’est pas pas isolée. D’autres que nous, assez sportifs, ont du ronger leur frein avec des guides. Il faut se rendre compte que la grosse majorité de la clientèle correspond au trekkeur traditionnel, qui prend son temps. Peut-être pas le cas du “lecteur moyen” d’Escape à tendance fast hiking ! n escape #48

Les temps indicatifs (heures de marche) sont à prendre avec des pincettes. À diviser quasiment tout le temps par deux, pour ce qui nous concernait. Lecteur d’Escape, prends-en bonne note lorsque tu valides ton itinéraire…


Katmandou bruisse de fureur et de poussière mais visiter les temples reste un must.

escape #48


68

GUIDE D’ACHAT [TrEK] Attention, sélection !

Nos indispensables [par Loïc Martin]

En juin dernier, Escape était invité dans les Abruzzes, en Italie, pour découvrir et tester les nouveautés trek de MSR, Therm-a-rest et Schöffel. Petite sélection de ce qui a retenu notre attention !

MSR Reactor 1.0L Stove System

Schöffel Polaire Glen Chaude et légère, elle fait une bonne seconde couche quand le vent se lève. Et le soir au bivouac aussi ! 79,95 euros

MSR Tente Nook

Schöffel Hike Pants

Très bien coupé, ce pantalon laisse une bonne liberté de mouvements grâce à sa matière stretch. 99,95 euros

MSR Trail Lite Duo System

Tous les avantages d’un ensemble de cuisson minimaliste compact et léger, sans se limiter à une cuisine spartiate. Qui dit mieux ? Le volume de la casserole, de deux litres, est suffisant pour deux personnes. 69,95 euros

La tente Nook offre un espace confortable pour une à deux personnes. Ultra légère (à peine plus de 1,3 kilos), elle est aussi très solide : la marque de fabrique MSR ! 400 euros

Schöffel Veste Fletcher

Cette veste extensible, conçue en Venturi, est à la fois imperméable et coupe-vent. Ses nombreux réglages et sa bonne accessoirisation en font une valeur sûre pour partir trekker. 229,95 euros

escape #48

Therm-a-Rest NeoAir Mini Pump

Ça pourrait passer pour un gadget, mais détrompez-vous : après une longue journée de marche, regarder son matelas se gonfler tout seul en trois minutes est un vrai bonheur ! Pour 65 g en plus, vous auriez tort de vous vous en priver… 39,95 euros

Non content d’être le réchaud le plus rapide et le moins gourmand en carburant, le Reactor reste très performants quand les conditions climatiques se dégradent, grâce notamment à une conception intelligente du brûleur, qui élimine les effets du vent. Idéal pour partir à deux ! 169,95 euros

Therm-a-Rest Sac de couchage Altair et matelas NeoAir All Season

Vous partez trekker au Népal ? Altair est fait pour vous ! Il offre une chaleur efficace jusqu’à -18°C et, comme tous les sacs de la marque, il intègre deux connecteurs pour fixer le matelas : confort garanti ! Le matelas, très léger et chaud, intègre la technologie Triangular Core Matrix, qui retient l’air chaud et éliminent les zones froides. Altair : 459 euros, NeoAir All Season : 135 euros


[trek] GUIDE

D’ACHAT 69

Larguez les amarres !

Prenez un bon départ [Par Séverine Denis et Myriam Cornu]

Qui veut aller loin ménage sa monture… Pour faire bon voyage, commencez par choisir du matériel bien adapté.

Rab Sac Neutrino Endurance 600,

The North Face Veste Radium Hi-Loft

Garni en duvet d’oie blanche, ce sac femme reste près du corps pour éviter la perte de chaleur tout en assurant une bonne liberté de mouvement (coupe différentielle) -7°/-14°. 439,95 €

Veste intermédiaire polyvalente en matière Polartec exclusive faible densité qui minimise le poids et optimise la compressibilité et la respirabilité. Une couche d’isolation très efficace pour les activités de backcountry d’intensité variable avec ses empiècements Polartec Power Stretch Pro sur les côtés pour une plus grande liberté de mouvement. 160 €

Gregory Contour 50 L’expertise Gregory monte encore d’un cran ! Ces sacs légers, morphologiquement adaptés, avec système de rangement novateur et accès facile passent à la vitesse supérieure avec cette gamme intuitive. Confort optimal, toujours en-dessous du seuil critique de 2 kg. 200 €

Osprey Ariel 55,

Arc’teryx Veste Fortrez,

Une forme adaptée à la morphologie féminine pour ce sac “grande randonnée” avec dos Airscape ventilé et alvéoles moulées pour un minimum de contact. Ceinture thermoformable. Système d’attache-rapide de bâtons “Stow on the go”. Compatible poche à eau. 200 €

En Polartec Power Stretch, stretch dans les quatre sens ! Avec une cagoule intégrée à la capuche. Se porte seul ou en couche intermédiaire isolante. 200 €

Mountain Equipment Veste Centurion Du Neoshell pour cette veste Mountain Equipment bien coupée. Un must-have. 400 €

Gregory Sac Wander (50 l) Gregory n’avait encore jamais fait de sac à taille ajustable, partant du principe qu’une taille unique n’allait à… personne ! Mais ça, c’était avant ! Le concept Versafit vient de voir le jour sur un sac à dos… ado ! Une super nouvelle pour qui veut investir dans du top matos mais aussi le voir durer (dès 10 ans). 150 € escape #48


70

FAST HIKING [Mont-Blanc en accéléré] Tour du Mont-Blanc

Un grand classique en guise de labo de tests

[Texte et photos : Stef Balbo]

Entre les refuges Bertone et Bonatti, avec le mont Blanc et son versant italien en fond, le pied ! escape #48


Deux anciens du “7”, deux anciens Chasseurs alpins, liés comme les doigts de la main. Trois jours et des poussières pour boucler, en accéléré, le Tour du Mont-Blanc. Des produits à tester. Une balise pour les pister. Récit d’une aventure à portée de pieds en mode “J’ai 20 ans !”, un petit sac à dos, la fleur au fusil.

escape #48


72

FAST HIKING [Mont-Blanc en accéléré]

A

voir trekké un peu partout dans le monde et n’avoir jamais fait ce Tour si couru, à portée de voiture, nous paraissait soudainement une aberration. Plus trekkers que trailers, donc, c’est pourtant bien l’ambiance de l’Ultra Trail du Mont Blanc qui nous a donné l’inspiration. L’envie de ce Tour du Mont Blanc en mode fast hiking.

20 ans pile poil que nous étions partis au Népal ensemble, ambiance grosse expé, yaks et tentes. Pour fêter cela, nous imaginons une variante “alpine” du classique Tour du Mont Blanc, cochant les options “montagnardes”, privilégiant le dénivelé à la distance, les portions plus raides aux grandes routes sur lesquelles dérouler. Mon binôme a posé deux jours de congés, foncé depuis Reims pour me rejoindre sur zone. C’est donc une perm’ d’un gros weekend qui nous est accordée. Il va falloir tracer. Profitant de ce week-end de mi-septembre où les hébergements en altitude sont encore ouverts (si l’itinéraire est décidé, il n’est pas verrouillé, nous marcherons peut-être de nuit, peut-être pas), nous partons en mode fast hiking, avec le minimum sur le dos, le sac TP20 de Scott faisant merveilleusement l’affaire. Il faut dire que la rédaction d’Escape a profité de l’occasion pour nous envoyer en Mission tests. La “Compagnie des minets” (en raison de nos habits neufs, comme il se doit en ces temps escape #48

de rentrée) bénéficiera donc d’une assistance (les temps sont décidément moins durs qu’à l’armée où l’on marchait en coques plastiques Trappeur, knickers et bas de laine).

Entre les cols du Bonhomme et de la Croix-du-Bonhomme, pas de doute, on est bien sur le Tour du Mont-Blanc.

LES pieds dans la neige, LA tête au soleil Vendredi matin, donc, nous sommes sur le pied de guerre. Objectif : la prise de Courmayeur. Nous partons de Notre-Dame-de-la-Gorge (Les Contamines), le poste accessible en voiture le plus avancé. En chemin, nous sommes applaudis plusieurs fois et n’en comprendrons la raison qu’une fois arrivés devant l’église de Courmayeur et… dans l’aire d’arrivée : les gens nous confondaient avec des coureurs du Tor des Géants ! Mais avant cela, il nous faudra affronter la neige, tombée les jours précédents. Au col de la Croix-du-Bonhomme, il fait beau mais nous pensons déjà à l’un de nos prochains objectifs, compte tenu de l’enneigement : nous avons la fenêtre d’Arpette à passer, probablement

En cette mi-septembre, nous croisons les participants du Tor des Géants sous l’œil de la Dent du Géant et l’arête de Rochefort.


Plus trekkers que trailers, nous cheminons tout de même à un rythme soutenu.

escape #48


74

FAST HIKING [Mont-Blanc en accéléré]

le dimanche. Pourvu que les températures ne tombent pas plus. À Notre-Dame-de-la-Gorge, déjà, à peine le paquetage endossé, nous avions révisé notre stratégie : il y faisait 4 degrés (alors que la semaine précédente, il faisait encore très chaud). L’envie de marcher une nuit (notre objectif minimal) commençait à nous passer. D’autant, qu’après réflexion, passer à côté du paysage nous chagrinait. Arrivés au col de la Seigne, à la frontière italienne et française, au delà de la vallée des glaciers, le spectacle de ce versant italien du mont Blanc emporte la bataille : nous marcherons de jour et en prendrons plein les yeux. Compte tenu de la fenêtre chrono qui nous est octroyée, il nous faut faire un compromis : impossible de réaliser le “vrai” Tour du Mont blanc par les Aiguilles Rouges. Les connaissant bien tous deux, nous les sacrifions en passant par le fond de vallée, cette fois, pour la liaison Tré-le-Champ – Les Houches. Nous tenons vraiment à profiter du Val Veni et de ce versant italien du mont Blanc que nous découvrons avec un émerveillement enfantin. Un choix d’autant plus payant que la météo était favorable en début de périple. Mais voilà, Courmayeur est là, première étape conquise. Nous allons stationner ici pour la nuit escape #48

et notre assistance a prévu le ravitaillement, changement de matériel au programme (tout de même confort de repartir au sec !). Samedi, objectif Champex. On sait que l’étape va être longue, notamment à la fin, en raison du grand faux plat de descente qui nous attend. Il y a de la distance, pour nous, cela ne sera pas facile, les purs trailers s’en donneraient à cœur joie !

Un coup d’œil vers le Beaufortain.. Photo de gauche : Glacier du Brouillard, Innominata, Blanche et Noire de Peuterey dominés par le mont Blanc de Courmayeur… Ambiance haute montagne garantie.

Pause de rêve avec une nuit Au «Club Alpin» de Champex Nous traverserons aujourd’hui le Val Ferret italien et ne cesserons, les trois premières heures, de nous écarter du chemin pour laisser passer les coureurs du Tor des géants. Le nôtre, de défi, mène en direction du Grand col Ferret, à la frontière suisse. Pour les petits alpinistes que nous sommes, passer au pied des Grandes Jorasses - ou du Mont Dolent en plein cadre est un must. Une étape qui vaut bien le Népal. C’est tout le mythe de ce versant italien du mont Blanc qui s’offre à nous, avec toutes ses voies célèbres, tout ce que cela comporte de part de rêve… Cette journée idyllique se conclue sur des airs de musique et une ambiance tout à fait en symbiose avec nos cœurs en joie : c’est

En montant vers le col des Fours (variante) où la neige encore présente nous surprend. Collection printemps 2014 pour les chaussures de trail Tecnica et le sac à dos Scott pour cette Mission test grandeur nature. Vêtements de trail Raidlight sortis cet été (et largement approuvés !).


escape #48


76

FAST HIKING [Mont-Blanc en accéléré]

jour de fête à Champex-le-Lac ! Le patron de l’hôtel-restaurant Au Club Alpin, prévenu au dernier moment par la rédactrice en chef, nous accueille comme des rois. Ici, c’est tagliatelles aux chanterelles et sourires chaleureux pour tout le monde ! Ce soir, c’est vraiment fête pour nous, avec cet hébergement en plein centre, avec sa terrasse face au lac. Un briefing s’impose toutefois pour le lendemain : nous savons que la météo sera mauvaise mais la neige se tient à carreau. Décision est prise, nous nous engagerons dans la fenêtre d’Arpette. Vérification faite sur le terrain, ici, pied montagnard obligatoire.

Passez par la fenêtre ! Lecteur d’Escape, cet endroit est pour toi ! Cette variante, peu fréquentée, vaut vraiment le coup. Nous ne regrettons pas d’avoir “coupé” par ici, plutôt qu’avoir fait le tour par le bas. Au refuge de Balme, l’ancienne nous apostrophe : “Vous êtes passés par en haut ? Il n’y en a pas beaucoup des comme vous, même quand il fait beau.” Il est 13 h, nous mangeons un escape #48

bout en sachant que c’est gagné. Nous attend la descente sur Tré-le-Champ. Au pire, làbas, nous retrouverons la route. Nous nous débrouillerons… À Tré-le-Champ, comme nous l’avons décidé le premier jour, nous filons par le fond de vallée, nous laissant descendre sur Chamonix en suivant l’Arve. Puis, pour notre dernière demie-journée de perm’, nous nous rendons aux Houches, toujours le long de l’Arve. Nous récupérons l’itinéraire du TMB pour monter au col de Voza. En avance sur notre timing, nous décidons de faire la variante du col du Tricot, histoire de rester dans l’esprit : le TMB “par les cimes plutôt que par les vallées. Arrivés aux Contamines, il nous reste une grosse demie heure de marche histoire de refaire le match, de revivre, déjà, notre périple par la parole (nous en parlerons encore de nombreuses fois, tels des anciens combattants !), en nous félicitant de nos choix, même si avec 7 ou 8 heures de plus devant nous, nous aurions pu faire le tour par le Brévent… Mais vite, il est 13 h, c’est bouclé, le boulot nous attend, on n’a pas tous les jours 20 ans… n

Dernière montée de notre étape 1, vers le col de Chécrouit avant de plonger sur Courmayeur. Glacier de Miage et col éponyme en fond, dominés pas l’Aiguille de Bionnassay (à droite). Photo de gauche : Aiguille des Glaciers, bientôt l’Italie !


On y est… La Noire de Peuterey, le lac de Miage, le spectacle est à la hauteur.

escape #48


78

FAST HIKING [Mission tests Mont-Blanc en accéléré] Tour du Mont-blanc

Les produits qui nous ont accompagnés [Par Myriam Cornu]

3 jours intenses, entre trail et trek, 3 jours avec toutes les conditions météos possibles et imaginables : du soleil, de la pluie, du brouillard, du froid, du chaud, bref, il fallait des équipements dignes de ce nom. Stéphane et Pierre les ont poussés à bout. Verdict.

Les conditions du test Contrairement aux produits que nous testons habituellement et qui tournent sur de nombreuses sorties et de nombreux testeurs aux profils variés, ces équipements-là n’ont été analysés que sur cette Mission commando. Cela dit, nos testeurs faisant la même taille, certains produits ont été essayés par les deux et leur avis comparés.

Arc’Teryx Cyclic Zip Neck, 110 € Le produit idéal pour cet automnal Tour du MontBlanc en accéléré et pour toutes les activités physiques (ou professionnelles) par temps frais. Une exceptionnelle sensation de confort (très extensible) et le juste apport de chaleur pendant les activités aérobie. Un tissu plus fin, plus léger, sous les bras et un grand panneau dans le dos empêchent de se détremper quand on se déplace vite, quand on est en mouvement. Des finitions haut de gamme (protection du cou, poche dos bien pratique), un bel effort général, tout y est. Le haut manches longues parfait.

Scott ES Scott RC, 12 €

Un produit confort (hyper ventilé), aucune sensation de coutures, un super look. Un “collier” qui serre bien le pied dans sa zone médiane. Une vraie chaussette de trail (pour ce qu’on a fait, il aurait mieux valu choisir un produit plus renforcé sur les doigts de pied). Bien aussi pour le vélo.

escape #48


Raidlight Top R-Light,149,90 €

Un design d’enfer, déjà, pour cette veste demi-zip top de gamme au programme Light. “Tu as des doutes, au premier abord, parce que tu vois à travers, mais en fait c’est très étanche” (membrane MP+). Nos testeurs, qui transpirent beaucoup, ont apprécié que cela condense peu là-dessous. “Je l’ai supportée largement”. Par contre, petit défaut, la zone plastique pour visualiser la montre est vite embuée, elle (étanchéité parfaite aux poignets). La réponse pourrait-elle passer par de mini trous ? La capuche est bien enveloppante. Une petite poche d’appoint sur ce produit minimaliste (dans laquelle replier la veste). Une coupe ajustée donc prenez garde en l’enfilant (elle s’enfile comme un pull-over, allez-y doucement, c’est du light, donc fragile).

Photo : veste Top R-Light de Raidlight, casquette et chaussettes de trail Scott. Le short de trail Arc’teryx collection été 2014 est en cours de test, on vous en parlera plus longuement dans un futur numéro mais on peut dores et déjà signaler l’excellence du produit !

Tecnica Inferno X Lite 2.0, 120 €

Confort et précision à tous les étages  ! Une nouveauté plébiscitée par Escape. Tout est bon. À commencer par le laçage, performant et autobloquant. L’excédent de lacet se coince dans un “élastique” mieux placé que certains concurrents proposant un système équivalent. “Tu peux bien serrer tes chaussures. Très souples, elles adhèrent bien et font corps avec le pied” (avis aux amateurs de chaussants précis). Stabilité au top. Coup de cœur pour l’excellente semelle : normal, c’est du Vibram ! A priori, on est surprise par les gros crantages mais, sur le terrain, cela s’avère ultra efficace (adhérence stupéfiante sur rocher mouillé). Un bémol ? Sur le pied gauche, bizarrement, les crampons à l’arrière sont déjà bien entamés (les chaussures tournent depuis deux mois), mais c’est le jeu, ma pauvre Lucette : pour avoir de l’adhérence, il faut bien que la gomme soit un peu souple…

“Plus souple que la Demon X Lite que j’avais essayée ce printemps (et avec lesquelles je m’étais fait une entorse !), ce modèle, que j’avais déjà bien éprouvé avant cette Mission test, m’inspirait une confiance totale. D’où mon choix de l’emmener avec moi sur ce Tour du Mont-Blanc mi-trek, mi-trail” explique Stef Balbo, testeur Escape. Modèle testé en avant-première, en vente en février. escape #48


80

FAST HIKING [Mission tests Mont-Blanc en accéléré]

lafuma speedtrail, 90 €

Un produit tout bonnement génial ! Pas de sensations « d’étouffement » làdessous, même sur un short. Il ne colle pas et te garde bien à l’abri de la pluie. “Je l’ai mis et ne l’ai plus enlevé, il n’est vraiment pas désagréable à même la peau” dira le testeur. Bon serrage ceinture et aux chevilles (bien pour ajuster la taille, au cas où). Le pantalon indispensable pour ce genre de Tour.

Monnet Expert Trail HP, 16,50 €

Les Monnet, typées trail là encore mais plus épaisses, étaient plus adaptées pour cet usage précis. Bien protectrice partout où il faut, aérée en cou-depied, elles ont tournées longuement sur longues distances. Le verdict ? Bien malchanceux celui ou celle qui réussirait à se faire des ampoules avec ce modèle entièrement produit en Bourgogne.

Scott Run Race, 30 €

Primordiale en cas de soleil… comme de pluie ! La Scott pallie bien aux problèmes de capuches qui “s’écroulent”. La sueur est bien absorbée et le serrage ne se dérègle pas.

Julbo Bivouak, 155 €

Un produit bien né avec son bandeau stabilisant : “Tu les as, tu les as, tu ne les perds pas, tu ne les sens pas bouger”. Lunettes typées alpinisme, glacier. Les caches sont démontables pour en faire un usage plus classique. Un modèle trail aurait été plus adapté à cette Mission test précise mais, grâce à ce produit, on en a pris plein les yeux ! Le verre accentue les reliefs. “Ça te change vraiment la couleur et rend tout encore plus magnifique par temps clair. En revanche, dès qu’il fait sombre, tu perds un peu visibilité”. Mais le verre Caméléon 2 à 4, photochromique anti buée et polarisant, reste de haut niveau (couvrance maximale). Un best of test, si l’on en fait l’usage pour lequel il est né, si on reste dans son programme, mais qui s’avère polyvalent (trek, etc.) grâce à ses coques aimantées amovibles. L’astuce en plus : se faire faire une paire à sa vue est possible.

escape #48

Scott Modèle TP 20, 80 €

Ce sac de la collection du printemps prochain, déjà en vente dans les shops, est la confirmation de l’excellence du TP20. Plus de porte-bidon pour 2014 mais une Flask qui se glisse dans les filets des bretelles, malheureusement non testée mais qui a l’air d’arriver pile au bon endroit pour boire (par contre, attention à la contenance qui n’égale pas celle des bidons). Sur le système de serrage poitrine, on apprécie l’accessoire pour clipser le tuyau de la poche à eau. L’implantation des poches ventrales pêche d’un cheveu : pourtant bien proportionnées et à double poche (l’une à scratch, l’autre à fermeture), elles gagneraient à être un poil plus sur l’avant. Un compartiment spécifique a été prévu, évidemment, pour la poche à eau mais il n’y a rien pour l’accrocher. On voit cela souvent aujourd’hui mais c’est dommage : lorsque la poche est à moitié vide, elle s’avanchit et gêne la vision et la préhension du matériel se trouvant dans le compartiment principal. Ces deux petits défauts lui font manquer le Best of test qu’il mériterait pourtant. Les bretelles sont très aérées, le dos épouse le coureur, la sensation de légèreté est réelle. Le Scott ? Un sac qui devient vêtement, le rêve… On y trouve toujours les poches de type maillot cycliste : on adore, ainsi qu’une poche qui ferme à l’intérieur (super sur un tour de ce genre, où il est fait un usage détourné du sac de trail, parce que les testeurs avaient sur eux leurs papiers, leurs clés). Enfin, l’emplacement pour les bâtons remplit bien son rôle. Que d’atouts !


Vertical Shelter Ultralight,199,90 €

Un produit vraiment excellent, comme les testeurs ont pu le constater le premier jour, très venté, et l’avant-dernier jour, très pluvieux. Pas trempés, ni par l’extérieur ni par la condensation intérieure, les testeurs pourtant toujours en action ont trouvé ce modèle respirant (il sèche en deux secondes au soleil ou au vent). Du super light qui prend zéro place dans un sac. Deux vraies poches compatibles baudriers, où tu peux mettre sans problème des petits gants. Une coupe qui libère bien le mouvement, “Tu ne te sens pas engoncé”. Pas grand chose à regretter sauf peut-être une capuche qui, si elle joue bien son rôle protecteur, aurait pu se terminer par une visière un peu plus prononcée et moins molle.

Raidlight Trail Performer 75 €

Une matière incroyable pour ce cuissard (sensation identique à celle du maillot) qui sèche en deux secondes (du coup, le short du dessus n’est jamais mouillé). Des emplacements pour les gels qui maintiennent bien les petits objets. “Tu sens que c’est un produits bien abouti pour cet usage trail”. Un produit léger, respirant mais qui ne sacrifie rien au confort : pour preuve, la ceinture, large et douce, qu’il n’est presque pas besoin de serrer tellement elle s’ajuste parfaitement sur la taille. Attention seulement au sizing pour vos commandes sur Internet. Le testeur, qui prend habituellement du M, a du choisir ici du L (pour caser ses grosses cuisses !).

Raidlight Ultralight Performer, 75 €

Ce Komperdell est un bâton polyvalent qu’on prend plaisir à emmener en trail.

Un tissu fabuleux, d’une douceur inouïe. Un toucher incroyable en magasin et un confort approuvé sur le terrain. Col renforcé, doublé pour le confort. Poche filet sur le côté. Aucun risque de surchauffe avec la matière très aérée sous les bras et le zip. Idéal pour le fast hiking quand on a tendance à transpirer beaucoup. Et pour les trailers, évidemment, à qui se destine ce produit, faut-il le rappeler, imaginé par l’entreprise de Benoît Laval. Ce type s’y connaît, en matière de trail et ça se voit. Un défaut ? On est curieux de voir le comportement dans le temps de cette matière (rêvée) qui paraît fragile. Raidlight la dit très résistante à l’abrasion, on n’a pas encore eu le temps de vérifier mais on vous en reparle.

Komperdell carbon expedition 4 vario, 149, 95 €

Un 3 brins très léger. Une poignée double position impeccable, bon grip, bon règlage de la dragonne. Compact, il est plus petit qu’un télésco traditionnel une fois replié (46 cm, vérifiés). Des brins supérieurs et inférieurs en titanal, les deux brins centraux en carbone, on arrive à un poids de 460 g la paire (en 120 cm, au peson Escape). Pas très parlants, ces chiffres, certes, mais dès la prise en mains, on sent bien qu’on est sur du poids plume. Des limites ? Dommage qu’on ne puisse pas descendre en dessous des 120 cm. ”Quitte à faire téléscopique, Komperdell aurait pu penser aux femmes. Par ailleurs, le système demande un peu plus de savoir-faire (il faut faire expansion dans le tube puis verrouiller) si tu as l’habitude des Black Diamond mais une fois que tu as compris…”. Des broutilles comparées aux qualités de ce Komperdell rikiki une fois replié.

Scott Sardar ½ ziP, 70 €

Un haut bi-matière parfait pour l’automne. Il s’est montré idéal pour nos fins d’étape où le rythme retombait, en même temps que les températures. Correctement ventilé, il respire bien mais son demi-zip permet d’ajuster encore l’aération. Très extensible, il suit bien les mouvements. Sa poche dos, pour des clés ou un gel, se tient bien haut, il est compatible avec un porte-bidon. Escape a aussi aimé le cou très soigné, avec sa matière douce et son rabat pour nous protéger de la fermeture éclair. Très polyvalent. escape #48


82

FAST HIKING [itinéraire] Tour du mont-blanc version mission test

Des chiffres et des bosses [Par Myriam Cornu]

Chance inouïe, nous avons pu tester – en exclusivité – la balise NeXXtep (celle qui pistait les favoris de l’UTMB et les coureurs de la Petite trotte à Léon). Grâce à une interface spécialement paramétrée pour Escape par les spécialistes de NeXXtep Sport, nous avons pu suivre leur évolution sur Internet en temps réel. Une petite balise de 70 g et nous pouvions suivre nos testeurs en Mission à la trace. La balise Escape se connectait toutes les 15 minutes seulement, de manière à favoriser l’autonomie des batteries mais, évidemment, le réglage peut se faire à la seconde près (les balises étant configurables à distance). Le principe ? Ce petit émetteur qui contient un GPS et un modem GPRS est capable de transmettre, via le réseau du téléphone mobile, les informations de position du porteur sur le tracé fourni par les organisateurs. En temps réel, on dispose de toutes les informations statistiques (vitesse de déplacement, etc.) et on voit la position réelle par rapport au tracé prévu. Différentes vues, différentes options sont possibles pour la visualisation. On peut, par exemple, afficher la météo rencontrée ou positionner les coureurs sur une carte IGN. L’équipe qui se trouve en soutien pour suivre les opérations est d’une efficacité et d’une gentillesse hors pair. Bref, si vous cherchez à sécuriser votre événement ou à l’animer, pensez à ce moyen de géolocalisation appliqué au sport outdoor, dynamique et très ludique.

Stats - Le Tour du Mont-Blanc en 4 étapes Voici les données de la Garmin Fenix de Stéphane, à titre indicatif. J1 : Notre-Dame-de-la-Gorge-Courmayeur : 39,71 km, + 2763 m, 10h16  J2 : Courmayeur-Champex : 41,78 km, + 2491 m, 11h10 J3 : Champex-Chamonix : 32,52 km, + 2070 m, 9h38 J4 : Chamonix-N.D. Gorge : 27,34 km, + 1400 m,  6h27 Soit : 141,35 km, + 8700 m de dénivelée, 37h31 sur 4 jours (repas du midi et “pauses” photos compris).

Arrêt au stand S’il n’est qu’un arrêt nocturne à prévoir, c’est à Champex-le-Lac, en Suisse, qu’il faut aller. Après avoir testé pour vous les tagliatelles aux chanterelles de l’hôtel-restaurant Au Club Alpin et y avoir été accueillis comme des rois, les testeurs Escape vous recommandent l’établissement et sa terrasse au bord du lac. www.auclubalpin.ch. Tél. +41 (0)27 783 11 61.n escape #48

Les organisateurs de course se servent de ces balises pour suivre favoris (parfait pour les directs !), serres-file et médecins. Les coureurs de l’UTMB pouvaient aussi en louer une pour être suivis par leurs proches sur Internet (via Google Earth). Nos vifs remerciements à Kevin Christelle de neXXtep Sport.


escape #48 document non contractuel - Crédit photo : © Piotr Morawski


Keen marshall WP

Trouvez le plaisir, l’étonnement ou toutes ces choses qui ne s’expliquent pas. Tout cela dans le confort de nos nouvelles chaussures de randonnée: adhérentes, légères, endurantes et polyvalentes. Il y a de l’aventure dans l’air, trouvez-la! JeTeZ Un COUP D’ŒIl sUr KeenFOOTWear.COm OU CheZ VOTre DÉTaIllanT.


Escape#48  
Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you