Page 1


1


francois.garric@hotmail.fr www.linkedin.com/in/françois-archi-urba

François Garric Architecte D.E - Urbaniste

(+33) 07 82 87 98 37 6 rue de strasbourg 92 600 Asnières-sur-Seine

+ expérience 2017-19

TRIAS ARCHITECTES - 2 ½ ans . Chef de projet - RENOVATION D’Immeuble de bureaux / NEUILLY APD.DP.PRO.EXE.DCE.MARCHE.SUIVI DE CHANTIER.AOR.DOE

.Modernisation et optimisation des parties communes (1140m²) .Réfection de la terrasse-jardin (1840m²) et projet payasger .Ravalement de la façade rideau et de la façade en pierre .Dessin de mobilier

Langues + Langue maternelle Français Très bon certificat ESOL - B2 Anglais Compétence Espagnol professionnelle

compétences +

. Charge d’etudes - RENOVATION D’Immeuble de bureaux / PARIS APD.DP.PRO.EXE.DCE

.Rénovation de plateaux de bureaux et des espaces communs .Ravalement de façades haussmannienne .Space planning

. Charge d’etudes - CONCOURS POUR UN PROJET DE 71 LOGEMENTS CONCOURS

.Diagnostic urbain et préconisations pour le projet .Etudes de façades et études volumétriques .Réalisation de pièces graphiques

2016 Master 2 Urbanisme

2015 Master 2 Architecture

2013 Licence 3 Architecture

Villes en atelier - 6 mois Diagnostics de PLU / Notes de compréhension d’enjeux Production d’AOP / Concours pour un quartier inondable

+++++ +++ +++++ +++++ ++++ +++++ +++++ ++++

AutoCAD Revit + rendu 3D Adobe Photoshop Adobe In Design Adobe Illustrator Sketchup Microsoft Word Microsoft Excel Permis B . Découpe laser .

Louvel & Associés - 3 mois Conception d’une extension d’école primaire et de ses espaces extérieurs (Phases ESQ-APS)

BGP Arquitectura (Mexico) - 1 mois Réalisation de plans et coupes à diverses échelles sur un projet d’atelier d’artiste et un groupement de villas

qualités + Rigoureux / Créatif / Sociable Autonome / Adaptable

bénévolat + + Formation 2015-16 Master 2

Institut d’urbanisme de Grenoble M2 Projet urbain - Spécialité “Design Urbain” & concertation

2011- 2013 Tuteur collège Jacques Duclos (69 120) Tutorat de 2 élèves en 3e (2h/semaine). Sorties autour du thème de l’architecture .

Urbanisme

Loisirs & voyages + 2010-15 Master 2 Architecture

2013-14

Ecole nat. sup. d’architecture de Lyon M2 Spécialité “Architecture, Villes & Périphéries” formant au Projet Urbain

Aristotle University of thessaloniki Formation aux projets d’équipements, au Design Urbain & au Design d’objets


TABLE DES MATIÈRES

RÉNOVATION DE BÂTIMENTS TERTIAIRES

04 LE FRANCE Espaces communs, extérieurs & façades

32

40

GÉNÉRAL FOY

LE SÉMAPHORE

Plateaux de bureaux & patrimoine

Densification et rénovation complète

ARCHITECTURE D’INTÉRIEUR

08 HALL

2

16

22

CAFÉTÉRIA

RESTAURANT


LOGEMENTS

46 ROSNY s/ SEINE Concours remporté 71 logements

54

83

CROIX-ROUSSE

QUAI HABITÉ

Cas d’étude

Chapitre du projet de fin d’études

URBANISME & PAYSAGISME

62 PORT E. HERRIOT Projet de fin d’études

90

28

LES ESCANAUX

TERRASSE-JARDIN

Processus participatif

Aménagement paysager

3


SITE

4


01 Peau neuve pour l’immeuble de bureaux Le France Neuilly-sur-Seine Avenue Charles de Gaulle Rénovation / Ravalement / Amgts extérieurs

Comment créer de l’unité entre des espaces communs épars aux programmes différents? Comment induire un parcours dans l’enceinte d’un bâtiment? Le fond d’investissement propriétaire de l’immeuble de bureaux Le France (10 000m² sur 9 étages) souhaite moderniser les parties communes du bâtiment: un hall, une cafétéria, un restaurant d’entreprise et son espace self-service, une terrasse jardin, des patios, ainsi que les espaces qui les relient. Soit plus de 1140 m² d’espaces intérieurs et 1840 m² d’espaces extérieurs. En parallèle, le propriétaire souhaite profiter de cette intervention pour que les ventelles de façade dont la couleur s’est altérée avec le temps puissent être reprises. Le chantier est à réaliser en site occupé, avec une immobilisation du restaurant la plus courte possible.

Maîtrise d’ouvrage : DEKA Immobilien Assistant MOA : INGEROP Entreprise de construction : KORUS

Personnes ayant travaillé sur le projet : François Garric : APS - DOE Marine Guiyesse : ESQ . APS Mélanie faucheux : ESQ . APS Pauline Dillé : ESQ . APS Aliénor Ibled : ESQ . APS Felipe Cortes : APD . DCE François Chappellon : SUIVI CHANTIER 5


01 CONTEXTE L’imeuble est situé sur l’avenue Charles de Gaulle à Neuilly, qui accueille de nombreux immeubles de bureaux et relie notamment La Défense à la porte Maillot. De fait, la façade sur l’avenue a fait l’objet d’une restructuration lourde en 2000 (A) tandis que la façade arrière est d’origine (années 70) (B). La terrasse jardin privative s’étend le long de cette dernière et surplombe des espaces de bureaux éclairés via les patios.

AV E

NU

EC HA R

LE

SD EG AU L

LE

B A

C

A

Vue satellite de l’immeuble

B

Façade principale sur l’avenue Charles de Gaulle

C

Façade arrière sur la terrasse-jardin

02 ESPACES COMMUNS DISTINCTS Les principaux espaces communs du projet sont répartis sur le RDC et le R-1. Comme le montrent les plans, ceux-ci sont dispersés sans que l’un soit visible depuis l’autre. L’un des enjeux du projet sera d’établir un parcours, notamment pour mener le visiteur jusqu’au restaurant d’entreprise qui est isolé derrière des espaces de bureaux : l’accès à celui-ci est peu lisible alors qu’il reçoit des personnes extérieures aux heures du midi, et qui arrivent par le hall. D

RESTAURANT

BUREAUX

Plans de sol de l’existant Niveaux RDC / R-1

5 N

CAFETERIA

6

5

5

HALL


03 SIGNIFIER LE PARCOURS L’idée est d’utiliser un matériau pour jouer le rôle de fil conducteur reliant les différents espaces communs. Visible depuis chaque séquence du parcours, il guidera le visiteur vers la séquence suivante. Plus généralement, ce matériau va aussi avoir l’avantage de donner une identité commune à ces espaces aux ambiances bien distinctes. Le choix du matériau va se porter sur le bois clair qui répond à la demande d’ ambiance “chaleureuse” formulée par le client, qui s’approche de la teinte de la pierre claire présente sur site, et qui présente des propriétés acoustiques lorsqu’il est perforé.

04 REORGANISATION SPATIALE Pour établir réellement ce continuum d’espaces communs, zone névralgique et identitaire autour de laquelle s’organiseront ces 2 niveaux et qui révélera le restaurant, une réorganisation spatiale s’impose : Il est proposé de dilater la cafétéria afin qu’elle s’ ouvre sur le patio, permettant ainsi l’accès à la terrasse-jardin. Cet espace amorcera alors un cheminement traversant les patios et les espaces de bureaux pour déboucher sur le RIE.

E

Croquis des séquences du parcours du hall à la cafétéria

F

Plans de sol projetés - phase APS Niveaux RDC / R-1

E

Continuum d’espaces communs Matériau signifiant le parcours Accès à la terrassejardin

5

5

R-1 R-1

7


HALL

8

Perspective 3D réalisée par Atom Graphic pour le compte de TRIAS Architectes


01

A

UN HALL EXIGÜ La contrainte principale du hall est son étroitesse, malgré son rôle de hub dans l’accès aux différentes zones de l’immeuble (accès aux 4 ascenseurs déservant les étages, accès à la cafétéria et au RIE, accès aux bureaux situés de part et d’autre, accès aux sanitaires etc.). A

Plan du hall existant

B

Vue B - existant

C

Vue C - existant

C B

5

N

1

B

C

02

D

E

RÉPARTIR LES FLUX Au vu du constat précédent, il s’agira dans un premier temps d’organiser les différents flux traversant le hall. La création d’un support signalétique (D) va permettre de séparer l’accès aux étages de bureaux de l’accès aux autres espaces communs. La mise en valeur de ces accès est renforcée par le contraste entre le granit vert et la pierre claire. Enfin la banque d’accueil sera centrée en face de l’entrée (E) pour faire face au visiteur et éviter d’engorger l’accès à la cafétéria. Elle sera aussi reculée de manière à laisser plus d’amplitude aux divers flux du hall.

D

Séparation des accès

E

Remaniement du hall

F

Organisation des flux

accès vers étages de bureaux

.CRéATION D'UN SUPPORT SIGNALETIQUE .SéPARATION DES ACCèS

ACCèS VERS CAFéTéRIA, rie, bureaux, patios & jardins

F

9


03 LECTURE DE L’ESPACE PAR L’USAGER Lorsque l’usager entre dans le hall, la banque d’accueil apparaît clairement face à lui. Sur sa droite, les claustras marquent le début du parcours menant au restaurant (cf page 7). A

10

Coupe du hall


11


A

04 LIBÉRER L’ESPACE DU HALL Face à ce hall exigü, l’objectif va être de donner la perception d’un espace plus vaste : . Le mobilier sans dossier ne tournera plus dos à la façade ouverte sur rue (D) . De grands luminaires verticaux vont accentuer la hauteur sous plafond (D) . La banque d’accueil est reculée pour libérer le hall (B) . L’accès à la cafétéria n’est plus fermé par la banque d’accueil et le contrôle d’accès, il s’ouvre désormais à l’aide d’une vaste cloison vitrée et le portillon transparent est situé hors du hall (C) B

12

C

D


05 FOCUS SUR LA BANQUE D’ACCUEIL La nouvelle banque d’accueil reprend le matériau présent dans l’ensemble des espaces communs: le frêne. Sa teinte proche de celle de la pierre claire dialogue avec celle-ci et permet de mieux définir le palier d’ascenseurs (F). Le panneau arrière, outre la mise en valeur de l’espace d’accueil, va aussi permettre d’intégrer les commandes ascenseur ainsi que les vitrages de sécurité en prolongement du contrôle d’accès.

A

Plan projeté du hall

B

Espace du hall

C

Accès à la cafétéria depuis le hall

D

Espace d’attente

E

Banque d’acceuil de face

F

Palier d’ascenseurs

G

Détail de la banque d’accueil

E

F

G

13


14


15


CAFETERIA

16


01 N

DES ZONES INDEFINIES L’espace cafétéria dispose d’un fort potentiel : double hauteur, éclairage naturel zénithal, proximité de l’accès jardin, localisation au carrefour d’usages divers etc... Pourtant son manque d’animation (pas d’offre alimentaire ni évènements organisés) et son manque d’entretien en font un lieu délaissé par les usagers.

A

Repérage de la cafétéria

B

Plan existant de la cafétéria & programmes attenants

C

Vue C - existant

D

Vue D - existant

Aussi, le client souhaiterait reprendre possession de cet espace et le valoriser pour rendre l’immeuble plus attractif.

5

A

ACCES JARDIN PLATEAU DE BUREAUX

PLATEAU DE BUREAUX

ACCES rESTAURANT

D

CAFETERIA

ACCES HALL C

BAR

1

B

C

SALLE DE PROJECTION

N

D

17


02 LA CAFETERIA AU SEIN DU CONTINUUM D’ESPACES COMMUNS La mise en place d’un espace commun ouvert et continu qui serait la colonne vertébrale des RDC et R-1 implique la création d’une liaison directe et ouverte entre la cafétéria et le restaurant (cf A). Cette liaison traversera a minima le plateau de bureaux du niveau R-1, amenant à plusieurs scénarios de réorganisation des bureaux (cf B). Elle sera valorisée par les patios et permettra un accès direct à la terrasse jardin (cf A). Une seconde option, moins onéreuse, consisterait à garder les 2 couloirs longs de 40m et sans lumière directe qui se situent de part et d’autre du plateau de bureaux (cf F). In fine la MOA choisira cette solution.

A

Croquis d’intentions

B

Propositions de division des plateaux

C

Proposition N°1 d’aménagement pour le R-1

D

Proposition N°1 d’aménagement pour les bureaux R-1

E

Perspective de la cafétéria pour la proposition N°1 - Atom Graphic ©

F

Proposition N°2 d’aménagement pour le R-1

G

Proposition N°2 d’aménagement pour les bureaux R-1

H

Perspective de la cafétéria pour la proposition N°2 - Atom Graphic ©

A

LE FRANCE - NEUILLY-SUR-SEINE

B

18 MODULARITE DES SURFACES DE BUREAUX ENTRESOL/NIVEAU -1

P R O P O S I T I O N E T A T P R O J E T E

2


PROPOSITION 2

PROPOSITION 1

C

D

G

PLAN DE SOL DU PLATEAU DE BUREAUX - NIVEAU -1

E

F

N

LE FRANCE - NEUILLY-SUR-SEINE

P R O P O S I T I O N E T A T P R O J E T E

ECH: 1/200°

1

H

19


03 VALORISER LA CAFETERIA La démarche consiste à ne pas considérer la cafétéria comme un espace isolé mais comme un lieu flexible qui pourra accueillir le prolongement des usages voisins:

- Elle peut devenir espace de réception lors d’avant-premières dans la salle de projection. Le bar et ses équipements sont alors à la disposition du traiteur - Le renfoncement proche du bar peut servir de lieu de réunion informel pour les bureaux voisins, avec un écran à l’appui et de nombreuses prises - Lieu de déjeuner pour les usagers ayant pris des plats à emporter - Elle sert de le lieu de rassemblement lors d’animations en périodes de fêtes ou lors de pots de départs Le reste du temps, la cafétéria est animée sur les horaires des repas pour servir de point de vente à destination des occupants de l’immeuble. A A

Croquis d’intentions pour la cafétéria

B

Plan projeté pour la cafétéria - APS

C

Photos des ouvrages réalisés LE FRANCE - NEUILLY-SUR-SEINE

PLAN DE SOL CAFETERIA

N

B PLAN DE SOL DE LA CAFETERIA - NIVEAU-1

20

ECH: 1/100°

P R O P O S I T I O N E T A T P R O J E T E

1


C

TRIAS décline toute responsabilité dans la mise en place des bibelots apparus sous l’écran

21


RESTAURANT INTER-ENTREPRISES

22

Photo diffusée par KORUS - photographe : Yvan Dassié


01

A N

PROBLÉMATIQUES MULTIPLES Dans le cadre du projet de réonovation du RIE, plusieurs problématiques sont soulevées par la MOA: - Rendre l’espace plus lumineux - La conservation de la majorité des buffets existants - La conservation du nombre de places assises malgré la saturation du self - Un délai d’intervention le plus court possible

Repérage du RIE

B

Plan existant du RIE

5

A

B

N

C

D

C

D

23


02 DÉSENGORGER LE RIE Conserver le nombre de places assises du restaurant laisse très peu de marge pour agrandir l’espace self-service saturé (la file d’attente aux caisses empêche parfois l’accès aux buffets). Il est donc proposé de mettre en place une caisse automatique destinée à la vente de produits “à emporter”, disponibles dès l’entrée et pouvant être consommés dans la cafétéria. Un accès direct vers la sortie est alors établi depuis cette caisse (cf D & A:en orange)

A

Croquis d’intentions

B

Plan du RIE - APS

C

Patchwork des matériaux du RIE

D

Vue projetée du RIE - APD

E

Photos de mise en oeuvre des matériaux - Phase Chantier

B

N

24

A


03

SELF-SERVICE

RESTAURANT

MATÉRIALITÉ Dans le but d’harmoniser les diverses parties communes de l’immeuble, le RIE intégrera lui aussi le frêne. Présent à la fois dans l’espace self-service et dans l’espace restauration, il permettra leur unification. L’espace self-service exigeant des matériaux techniques, une réflexion architecturale visera à rendre ceux-ci plus qualitatifs en associant par exemple carreaux mats et brillants de diverses tailles pour le calepinage mural. Par ailleurs, différentes nuances de vert (faisant écho aux plantes du patio) viendront ponctuer l’espace du RIE. La plus vive sera utilisée pour signaler les alcoves incluant divers services additionnels (cf E).

C

D

E

P R O P O S I T I O N RIE

2

25


04 FIAT LUX L’espace restaurant s’organise autour d’un patio jusqu’alors occupé par 5 palmiers éclipsant la lumière naturelle. Pour rendre le RIE plus lumineux, la première action a donc consisté à supprimer les arbres; puis, à concevoir un aménagement sur la base de gravillons blancs permettant de réfléchir la lumière au sein du RIE, et agrémenté d’une végétation basse. Au sein du RIE, l’augmentation de la luminosité a été rendue possible par l’utilisation de teintes claires, l’ouverture entre la salle et le self-service (cf A) pour que celui-ci bénéficie de la lumière du patio, et un nouveau plan de plafond.

A

A C B

B

C

26


05 DES BUFFETS SUR MESURE

B

L’agrandissement des surfaces de vente lié à l’apparition de repas à emporter exige la création de nouveaux buffets sur mesure. Ils permettront notamment de cacher les étuves et de libérer de l’espace. Pour une homogénéité de la zone, ils s’inspirent des meubles existants en reprenant leur hauteur et le matériau du plan de travail selon le principe du croquis A. A

Croquis de principe des buffets créés

B

Détails du buffet “poissons” - DCE

A

06 COULOIRS D’ACCÈS La proposition consistant à desservir le RIE via les patios n’ayant pas été retenue (cf page 19), les couloirs d’accès et de sortie du RIE sont à reprendre. Dès lors, l’objectif est de séquencer les 40mètres qui mènent au RIE, notament via un travail sur la luminosité

AVANT

Après

27


TERRASSE-JARDIN

28


01 UNE RÉFECTION TOTALE

A

L’étanchéité de la terrasse-jardin (située en toiture du RIE) est fortement détériorée par les racines des végétaux, ce qui entraîne des fuites dans le restaurant. S’ajoute à cela une faible épaisseur de terre qui ne permet plus de protéger l’étanchéité par endroits. En parallèle, de nombreux murets, dalles et pierres de garde-corps sont à remplacer. Il conviendra donc de retirer l’ensemble des terres, végétaux, murets et dalles pour réétancher l’ensemble du jardin.

02 AMÉNAGEMENT PAYSAGER

B

Du fait de la reprise totale de la surface , un nouvel aménagement paysager est proposé. Pour répondre aux problématiques évoquées ci-dessus, il s’agira de mettre en place des végétaux ayant des racines au développement horizontal ou contenus dans des bacs avec fond. Le nouvel aménagement vise à libérer une plus grande surface engazonnée afin d’organiser des évènements sur la terrasse, tout en dégageant la vue sur l’ensemble du site. Cette volonté est mise en place grâce à des éléments sur-mesure d’aspect Corten (mobilier, luminaires, bacs) qui viennent pointer les usages du site et l’organiser à l’aide de lignes marquées. A B

Photo de la terrasse-jardin existante Photo de la terrasse-jardin reprise* certains végétaux ne sont pas encore développés

C

Coupe de la terrasse-jardin projetée (1:100)

C

29


03 MOBILIER A l’exception des luminaires, tous les éléments d’aspect corten ont été faits sur mesure. Ceux-ci intègrent un géotextile non-tissé enrayer au maximum le développement des racines. A

Coupe sur une jardinière pour arbres (1:20)

B

Photos du mobilier à l’aspect corten

A

B

30


31


SITE

32


02 Rénovation d’un immeuble de bureaux Paris Rue du Général Foy Immeuble de bureaux

Cette opération de rénovation porte sur trois immeubles de bureaux mitoyens datant de l’époque haussmannienne. La rénovation inclut le ravalement des façades, la modernisation des parties communes , la reprise des plateaux de bureaux ainsi que la réfection des trois cours intérieures.

Personnes ayant travaillé sur le projet : François Garric : Aliénor Ibled : Marine Guiyesse : Mélanie faucheux : Pauline Dillé : François Chappellon :

ESQ - DCE ESQ - DOE ESQ - MAR ESQ - DCE ESQ - DCE SUIVI CHANTIER

Maîtrise d’ouvrage : DEKA Immobilien Entreprise de construction : KORUS Designer : Atelier A KIKO 33


01 BUREAUX: UNE FLEXIBILITÉ DES AMÉNAGEMENTS La démarche va consister à libérer les plateaux de bureaux de toutes leurs cloisons amovibles pour offrir de vastes espaces que le futur locataire pourra aménager à sa guise. (cf variantes de propositions (C)) Cela implique de reprendre l’ensemble des faux-plafonds pour que la trame soit continue sur l’ensemble du plateau.

Plus généralement, les travaux dans les zones de bureaux consisteront en la réfection des sanitaires, des menuiseries, le remplacement de la moquette et du faux-plafond (compris luminaires), la reprise des peintures sur l’ensemble du plateau.

A

Plan de sol projeté R+4 - Phase Marché (1:400)

B

Plan de plafond projeté R+4 - Phase Marché (1:400)

C

Propositions d’aménagement des bureaux Image réalisée par Atom Graphic pour Trias

A

LEGENDE

1P 1P

Interphone de palier PM

N

S

Interphone récepteur PM

Combine recepteur inte

1P

S

S

S

SM

S

SR

1P

S

Store extérieur remplacé Châssis remplacé

CR

ECS

HSFP 242 PLATEAU DE BUREAU HSFP 269

Store extérieur conservé

VC

SM

NGF 55.84

BBG BBG

HSFP 250

Chemin de tapis rempla Peinture de sol

1P

1P

1P

CR SR

1P

NGF 55.84

CR

ECS

1P

SR

SR

HSFP 241

1P

1P

HSFP 210

VC

CR SR

CR SR

CR SR

1P

HSFP NGF 233 56.54

1P

1P

1P

SM

HSFP 262

1P

NGF 56.54

BBG

PLATEAU DE BUREAU

HSFP 216

1P

HSFP 221

1P

HSFP 280

HSFP NGF 250 54.69

BBG

HSFP 280

1P

1P

1P

HSFP 234

NGF 52.86

HSFP 262

SM

HSFP 240

1P

1P

1P

HSFP 234

1P

HSFP 223

1P

HSFP 234

1P

1P

1P

1P

1P

1P

1P

1P

1P

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

ETAT PROJETE

HSFP 266

NGF 52.86

MODIFICATIONS

1P

1P

1P

1P

1P

1P

1P

HSFP 294

HSFP 298 SR CR

IMMEUBLES DE 6-12 RUE DU G 75008 PARIS

1P

ECS

1P

HSFP 224

1P

PLATEAU DE BUREAU

PLATEAU DE BUREAU

1P

SR CR

1P

NGF 54.69

BBG

HSFP 202

HSFP 292 SR CR

HSFP 250

HSFP 280

1P

HSFP 236 SR CR

SM

HSFP 240

CR SR

SM

BBG BBG

HSFP 216

1P

CR SR

ECS

1P

CR SR

1P

BBG

grille

HSFP 285

CR

HSFP 303

BBG

HSFP 250 1P

CR SR

HSFP 250

1P

CR SR

SIGN.

1P

NGF 52.86

HSFP 250

1P

1P

1P

HSFP 230

NGF 54.54

HSFP 250

CR

1P

SM

CR SR

PLATEAU DE BUREAU

HSFP 230

CR

BBG

1P

1P

VC

1P 1P

SM 1P

HSFP 280

CR

HSFP 230

HSFP NGF 250 54.69 HSFP 241

HSFP 240

VC

VC

PLATEAU DE BUREAU 1P

CR SR

1P

HSFP 230

VC

HSFP 265

HSFP 235

Ventilo-convecteur en a moquette remplacée

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

DATE

HSFP 290

HSFP 242

JANVIER 201

SR CR

SR CR

SR CR

SR CR

DEKA EQWATER représentée par

DEKA IMMOBIL

succursalle de Paris

34 RUE TRONCHET 75009 PARIS

B

LEGENDE

*

HSFP 246

*

*

B.S.

* * VMC

B.S.

*

*

*

*

* HSFP 224

*

* HSFP 242

* *

*

*

*

*

*

HSFP 250

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

*

* * *

*

*

*

*

* *

* HSFP 298

*

BUREAU Dalles métalliques

*

* *

*

* *

*

*

*

HSFP 250

*

* *

*

* *

*

* *

*

*

* *

*

*

*

*

IMMEUBLES D 6-12 RUE DU 75008 PARIS

*

B.S.

*

*

*

*

*

HSFP 280

B.S.

*

HSFP 262

VMC

*

*

*

*

* *

*

*

* *

*

*

*

*

*

BUREAU Dalles métalliques

**

Dalles metalliques

*

*

*

*

*

*

*

* *

*

* *

*

HSFP 280

*

*

*

*

HSFP 280

*

* *

HSFP 294

*

* *

ETAT PROJET

HSFP 266

*

BUREAU Dalles métalliques

B.S.

*

*

**

B.S.

*

* * *

VMC

HSD 347

*

VMC

B.S.

*

* *

HSFP 292

B.S.

B.S.

* *

*

*

B.S.

B.S.

*

*

HSFP 223

*

*

* *

VMC

*

* *

*

**

HSFP 262

* B.S.

B.S.

* * B.S.

* * * *

*

*

*

*

* *

*

* * *

* *

* *

*

*

*

* *

*

* *

*

HSFP 221

* *

Dalles metalliques

*

B.S.

B.S.

* *

B.S.

*

*

Dalles metalliques

Applique étanche

*

*

*

* *

*

*

*

VMC

*

*

*

*

*

**

280

HSFP 250

*

*

*

* HSFP

*

*

BUREAU Dalles métalliques

*

*

*

* *

HSFP 216 HSFP 234

*

*

HSFP 236

Dalles metalliques HSFP VMC 242

* *

HSFP 250

*

* *

Appareil étanche Le

Luminaire encastré 6

B.S.

*

*

*

HSFP 216

*

* * * *

* *

Spot Downlight Led

*

*

*

*

*

*

VMC

HSFP 240

Applique (Hall RDC

Bloc de secours

VIDE SUR COUR N°6

HSD 300

Dalles metalliques

* *

Applique et plafonn

Module de 3 spots e

Luminaire LED OD32

HSFP 285

*

*

*

HSFP 216

*

*

*

*

*

*

*

HSD 281

HSFP 250

*

*

Dalles metalliques

B.S.

*

B.S.

*

*

BUREAU Dalles métalliques

*

HSFP 233 B.S.

*

*

*

*

*

**

HSFP 202

*

*

**

HSFP 250

BUREAU Dalles metalliques

*

*

HSD 350

Spot rectangulaire e

*

*

*

HSFP 230

*

*

*

BUREAU

*

*

*

Applique murale en signalétique de type

Spot LED "OIKO Wide Spot Led LEGO02 de

Ruban led de type O

VMC

VMC

*

*

BUREAU Dalles métalliques

*

*

HSFP 250

HSFP 250

HSFP 303

* * *

* *

VMC

HSFP 212

HSFP 250

HSFP 250

*

241

*

* * HSFP

*

HSFP 280

* *

BUREAU Dalles métalliques

*

241

VMC

HSFP 230

HSFP 250

*

HSFP 240

*

VIDE SUR COUR N°8

BUREAU

* *

VMC

*

HSFP 235

* *

HSFP 230

VMC

B.S. VMC

* * HSFP

B.S.

BUREAU

* *

*

*

*

VIDE SUR COUR N°10-12

* BUREAU

*

VMC

* Plafonnier encastré

* * *

*

BUREAU

* * * *

* **

242

*

*

B.S.

HSFP 265

*

*

HSFP 269

B.S.

*

*

BUREAU Dalles métalliques

*

*

* * ** * HSFP* * VMC

*

*

* *

*

*

*

*

*

N

VMC

* *

VMC

*

HSFP 269

*

*

* **

*

HSFP 250

Le sym

Applique LED à émis View Wall Light chez Spot fluo encastré e

*

*

*

* *

*

MODIFICATIONS

* *

*

DATE

JANVIER 2

HSFP 290

DEKA EQWATE

représentée p

DEKA IMMO succursalle de

34 RUE TRONC 75009 PARI

34


C

35


NGF 37.98 Buis

02 ARMOIRE ÉLECTRIQUE

A N

LA COUR INTÉRIEURE COMME EXTENSION DU HALL

NGF 38.27

A

Pour valoriser l’espace du hall, il est convenu de renforcer la continuité PLAN DE SOL DE LA COUR N°6 hall-cour (cf B) en prolongeant la pierre de sol jusque sur la terrasse de la cour, et en reprenant les ouvrants pour avoir la possibilité de créer une vaste ouverture toute hauteur entre les 2 espaces. Dans le respect de l’existant, les menuiseries de la cour sont dessinées en reprenent la composition originelle (nombre, dimensions, espacement des meneaux et des traverses) (cf C).

ESC.2

+39.00 ECH: 1 /100°

COUR N°10-12

+41.72

+41.10 TERRASSE

+40.65

+38.98

ESC.1 ASC.3 ASC.4 ASC.1 ASC.2

ESC.3

+39.80 +39.07

A

Plan du hall projeté - (1:400)

B

Perspectives du hall projeté - Atom Graphic ©

C

Détail des menuiseries depuis la cour (1:100)

D

Vue des menuiseries sur la cour intérieure

ASC.7

+39.07

ASC.8

ASC.5 ACCES PARKING

ACCES PRINCIPAL +39.01

N°10-12

B

PLAN DU NIVEAU RDC

+38.60

N°8

ECH: 1 /100°

PLAN DE SOL DU NIVEAU RDC

36

+38.48

COUR N°8

ECH : 1/200°

+38.27


C

+41.60

Vitrage clair

Vitrage laqué en face arrière Menuiseries bois peintes en RAL 7033

HALL

+39.07

+39.05

+38.98

D

87

Vitrage laqué en face arrière Menuiseries bois peintes en RAL 7033

Vitrage clair

Vitrage clair

Allège pleine Allège pleine +39.07

207

207

+41.97

+41.77

Vitrage clair

Allège pleine 46

A C

+39.07

Vitrage clair +41.68

207

207

Détail

Menuiseries en acier type Janisol peintes en RAL 7033

Vitrage laqué en face arrière Menuiseries bois peintes en RAL 7033

+41.60

Vitrage laqué en face arrière

46

+42.02

+41.89

16

88

+41.61

+45.02

+42.45

46

D

Allège pleine

+39.05

+39.05

B

+39.07

46

+42.41

+39.07

Vitrage clair

88

B

Allège pleine

6-12 RUE DU GENERAL FOY - PARIS 08

Vitrage laqué en face arrière Menuiseries bois peintes en RAL 7033

207

207 46

+39.07

88

+42.45

Menuiseries bois peintes en RAL 7033

+41.61

A

Vitrage laqué en face arrière

84

D

46

+42.41

A B C

84

6-12 RUE DU GENERAL FOY - PARIS 08

Allège pleine

+39.05

TYPE PORTEFEUILLE

+42.02

+41.89

207

Détail

87 +41.68

Allège pleine HALL

+39.07

+39.05

+38.98

D

Vitrage laqué en face arrière Menuiseries bois peintes en RAL 7033

+41.77

Vitrage clair

46

C

+41.97

Menuiseries en acier type Janisol peintes en RAL 7033

207

+45.02

Vitrage laqué en face arrière

Vitrage clair

Allège pleine +39.07

46

88

ECH: 1 /50°

16

FOLIO 06 : DETAILS SUR CHÂSSIS EXISTANTS - COUR 8

+39.05

TYPE PORTEFEUILLE

TAILS SUR CHÂSSIS EXISTANTS - COUR 8

ECH: 1 /50°

D

37


03 UNE INTERVENTION SUBTILE RESPECTUEUSE DU PATRIMOINE Afin d’améliorer le confort thermique des utilisateurs, le projet prévoit de remplacer les menuiseries bois extérieures dans le respect de la composition façades haussmanniennes. La nuance des différentes teintes choisies vient s’accorder avec la teinte de la pierre et des garde-corps. A

Elévation projetée rue du Général Foy (1:200) Stores

Châssis en bois peints en gris en toiture RAL 7043

Châ pein RAL

+69.01

+65.61 Niveau R+7

+64

+62.55 Niveau R+6 +61.58 Niveau R+6 +59.54 Niveau R+5 +58.38 Niveau R+5 +56.56 Niveau R+4 +54.69 Niveau R+4 +53.55 Niveau R+3

+50.68 Niveau R+3 +49.72 Niveau R+2

+46.65 Niveau R+2 +45.16 Niveau R+1

12 10

+39.80 Niveau RDC

+42.97 Niveau R+1

+39.07 Niveau RDC

N°10-12 Châssis non remplacés repeints en gris RAL 7032 (R+1, R+2, R+3)

38

Ajout de petits bois RDC

Portes bois existantes peintes en RAL 7033

Châssis acier de type Janisol Arte RAL 7033

C re (R


6-12 RUE DU GENERAL FOY - PARIS 08

Ajout de petits bois R+5

âssis en bois nts en gris aux étages 7032

4.71 +62.99

Niveau R+6 +59.58

Niveau R+5 +56.57

Niveau R+4 +52.86

Niveau R+3 +49.09

Niveau R+2 +45.28

Niveau R+1 +42.18

8 6

Niveau RDC +38.27

N°8

Châssis non remplacés epeints en gris RAL 7032 R+1)

N°6 Ajout de petits bois RDC

Châssis en bois peints en gris au RDC RAL 7032

Ajout de petits bois RDC

39


SITE

40

Les perspectives figurant dans la présentation de ce projet ont toutes été produites par Atom Graphic


03 Rénovation complète d’un immeuble de bureaux Levallois - Perret Quai Charles Pasqua Immeuble de bureaux L’immeuble de bureaux Sémaphore abrite 8 niveaux de plateaux de bureaux se développant autour d’un patio central, ainsi que 4 niveaux de parking. Cette rénovation est l’occasion de réaliser des travaux de densification de l’immeuble avant l’arrivée d’un locataire, et incluent un remaniement du volume global, le remplacement de l’ensemble des murs rideaux, la réfection de tous les espaces communs et des plateaux de bureaux, ainsi qu’un nouveau projet paysager pour le patio. Personnes ayant travaillé sur le projet : François Garric : Marine Guiyesse : Mélanie faucheux : Pauline Dillé : Aliénor Ibled : François Chappellon :

DCE . PCM . OPR ESQ - DOE ESQ - DOE ESQ - DOE DCE . PCM SUIVI CHANTIER

Maîtrise d’ouvrage : SEMA 4 SNC Entreprise de construction : FAYAT Designer : Atelier A KIKO 41


Faรงade principale sur quai Charles Pasqua

Patio

42


01

02

ENVELOPPE

HALL

Il a été décidé de remplacer l’ensemble des murs rideaux afin d’améliorer l’acoustique et les performances thermiques du bâtiment. Côté rue, tous les murs rideaux sont

remplacés par un système VEC. De plus, les allèges des châssis isolés sont réduites de moitié afin d’améliorer l’éclairage naturel. Côté patio, les murs seront habillés de profils capots-serreurs.

Du côté de la façade principale l’arche d’accès existante est conservée et accueille désormais une paroi entièrement vitrée et une porte tambour. Ce système va établir une forte

transparence entre la rue et le hall particulièrement étroit. Dans le prolongement du hall, un espace d’attente en double hauteur accueille désormais les visiteurs.

Hall avec transparence sur la rue

Espace d’attente du hall

43


03 RÉORGANISATION DES ESPACES COMMUNS À RDC Le projet de rénovation prévoit la modification de l’organisation des parties communes à RDC dans le but d’offrir aux usagers des espaces communs mieux définis ainsi qu’une offre de services plus large (salle de réunion, espaces d’attente, restaurant, cour intérieure, etc...). Le restaurant inter-entreprises anciennement implanté sur 2 niveaux (RDC & R+1) est réaménagé à RDC avec un accès direct depuis le hall et le patio intérieur.

Espace d’attente proche ascenseurs

Restaurant inter-entreprises

44


04 DENSIFICATION DES PLATEAUX DE BUREAUX Il a été décidé d’optimiser les plateaux de bureaux afin de permettre une réduction des surfaces par utilisateurs. Aussi, le nombre d’escaliers de secours et de sanitaires par plateaux a été revu: 3 escaliers supplémentaires et un remodelage des sanitaires existants avec création de sanitaires complémentaires accessibles aux PMR.

Proposition d’aménagement de plateaux de bureaux

Proposition d’aménagement de plateaux de bureau cloisonné

45


PROJET

46

Perspective 3D réalisée par Atom Graphic pour le compte de TRIAS Architectes


04 Concours remporté pour 71 logements Rosny-sur-Seine Place de la gare logements coll. / intermd. / indiv.

Comment envisager un projet à forte densité dans un tissu pavillonnaire clairsemé ? Comment structurer un espace public au travers d’une opération immobilière? Quelle écriture architecturale pour une insertion respectueuse du contexte et ancrée dans son époque? L’îlot Pasteur est situé à proximité de la gare de Rosny-sur-Seine, en rive sud de la voie ferrée et dans un secteur pavillonnaire éparse mêlé de petits collectifs. Cette opération marque la volonté de requalification du quartier visant à donner au secteur un statut d’entrée de ville. Aussi, le projet devra renforcer le tissu urbain existant et structurer l’espace public de la place de la gare tout en respectant l’identité du site.

Personnes ayant travaillé sur le projet : François Garric : Aliénor Ibled : Hélène Lemouzy : Marie Lastennet :

concours concours concours - DCE concours - DCE 47


01

A

IMPLANTATION DU BÂTI Le bâtiment s’implante le long des limites séparatives pour former un front bâti structurant la place de la gare (cf A & C) et dégager un coeur d’îlot. Ce jardin situé au coeur de la parcelle dialogue avec la piste cyclable et la promenade plantée situées au nord et au sud du site; ainsi qu’avec la place de la gare au moyen de percées dans le front bâti.

B

E

48

C

D


02 VOLUMÉTRIE Les hauteurs sont graduelles depuis le collectif vers l’individuel (cf D & G). Ainsi le point haut dialogue avec la place tandis que les maisons individuelles correspondent aux bâtiments voisins. Au Nord, la proximité du chemin de fer constitue une contrainte forte qui amène à orienter les pièces de vie vers le sud pour que les coursives végétalisées ainsi que les pièces secondaires créent un espace tampon préservant les pièces principales.

A

vue 3D du front bâti dans son contexte

B

Schéma de connexions du coeur d’îlot

C

Schéma du front bâti au contact de la place

D

Schéma des hauteurs de bâtiments

E

Plan masse

F

Croquis de certains usages du coeur d’îlot

G

Axonométrie de l’opération

F

G

49


03 ESPACES VERTS ET “COEUR D’ÎLOT” Utilisé par les habitants pour accéder à leurs logements, au parking et aux locaux communs, le “coeur d’îlot” agrémente le quotidien des usagers. Il réunit zône de flânerie, potager, terrain de jeu, pergola arborée et assises. Ces divers espaces s’organisent en fonction de la géométrie du parking souterrain qui libère une grande zone de pleine terre.

RUE PASTEUR

RUE ROGER SALENGRO

50


VOIE CYCLABLE

PLACE DE LA GARE

51


04 FRONT-BÂTI ET MATÉRIALITÉ En accord avec les OAP, il est proposé une écriture architecturale contemporaine sans pastiche qui s’attache à intégrer les caractéristiques rosnéennes : toitures à 2 pentes, ardoises, trame de la maison de ville... Le bâtiment donnant sur la place structure celle-ci sans l’enfermer en offrant plusieurs percées paysagères, marquant les accès aux logements.

Les images ci-contre décrivent l’évolution de la façade donnant sur la place PERSPECTIVE VUE DEPUIS LA RUE DE LA GARE

52

Perspective 3D réalisée par Atom Graphic pour le compte de TRIAS Architectes


53


SITE

54


05 Insertion dans le patrimoine existant Lyon quartier Croix-Rousse Logements collectifs

Comment produire un langage architectural contemporain qui s’insère harmonieusement dans le tissu ancien? Ce projet s’ inscrit dans l’ un des quartiers ­historiques de la ville de Lyon: Le quartier “Croix-Rousse”, marqué par une forte ­déclivité et ses logements dits “Canuts”. L’architecture de ces logements a été pensée pour permettre le filage de la soie: grandes hauteurs sous plafond permettant la cohabitation entre lieu de travail et lieu de vie (établi en mezzanine), façades rythmées par de grandes fenêtres permettant d’éclairer ­l’ensemble de la pièce... L’enjeu pour ce programme de logements va être d’intégrer le tissu traditionnel en préservant un langage contemporain, et de tirer parti de la pente pour nourrir le projet.

55


01

02

QUELLE PLACE DANS LA TRAME URBAINE?

GABARIT

L’emprise du bâtiment ­ s’inscrit dans le p ­ rolongement de la trame ­existante et se ­retourne le long de la façade Ouest. Ceci permet la mise en place de logements traversants et d’un ­ ­espace collectif jardiné au coeur de la ­parcelle (A).

Le volume est établi en R+5 à la même hauteur que les ­ bâtiments d’époque (~19m). Des porosités vont permettre de créer des terrasses ­collectives en lien avec le jardin. Elles permettent la triple orientation de la majorité des logements et o ­ ffrent des vues sur le grand p ­ aysage (C).

A

Croquis de principe d’implantation

C

B

56

Plan Masse (1:500)


03 COMBINAISON DES LOGEMENTS 3 X T5 10 X T4 6 x T3 3 x T2 1 espace de bureux (20m2) locaux techniques La combinaison de logements ­permet l’obtention d’une façade plane sur la rue, ­ prolongeant l’existant, et offre ­balcons et loggias sur l’espace collectif.

A

Plan Masse (1:500)

Insertion dans la pente

B

57


04 FONCTIONNEMENT INTERNE DU BÂTIMENT Les porosités au sein du bâtiment assurent la transition entre l’espace ­ public et l’espace collectif. Depuis la rue, ils offrent des perspectives visuelles sur le jardin et contribuent à animer le rez-de-chaussée. Les espaces de circulation verticaux se rejoignent en R+3 et renforcent l’entité du bâtiment.

RDC

R+1

R+2

05

B

RAPPORT AU CONTEXTE

entité

faille

porosité

béton mélangé à de la terre argileuse

bardage bois clair

menuiseries bois

Les façades du quartier sont rythmées par un alignement ­régulier de fenêtres. C’est aussi le cas du projet dont la trame est dédoublée 1 fois sur 2. A ­ insi, la pièce de vie possède au moins 2 ­ouvertures dans chaque logement. La prise en compte de la pente permet l’absence de logments en RDC sur la rue principale et permet l’accès à ­l’immeuble depuis 3 niveaux distincts.

1

58

B

Matérialité des façades

C

Coupe (cf R+1) 5

C


Plans de niveaux

A N

1

R+3

D

R+4/5

Photo de la maquette - faรงades

59


60


61


SITE

62


06 Quel avenir pour le port Edouard Herriot ? Lyon Port Edouard Herriot Projet Urbain > Forme Urbaine > Architecture Comment évoluer progressivement d’un ­complexe industriel clos vers un quartier de ville? Quel potentiel représente l’eau pour nos villes, aujourd’hui? Le port Edouard Herriot est un port ­terrestre, propriété de l’Etat, et dont la concession est détenue jusqu’en 2023 par la Compagnie ­ ­nationale du Rhône. L’activité en déclin du complexe portuaire, le développement de l’agglomération Lyonnaise contraint vers le Sud, la politique de recyclage urbain et le potentiel de l’élément “eau” amènent à requestionner l’usage de ces 210 ha. A travers un travail de diagnostic et de r­ echerche itérative, il s’agira d’envisager ­l’avenir du port à l’horizon 2100 en porposant un ­aménagement cohérent, depuis l’échelle de la ville, jusqu’à l’échelle architecturale.

En groupe pour la partie “projet urbain” avec:

*Ce projet est accompagné d’ un mémoire de recherche sur l’interface “ville-fleuve”.

Cabaret Josselin Choquet Mathieu Guyon Lucas 63


01 APERÇU SYNTHÉTIQUE DU CONTEXTE ÉCONOMIQUE

A

B

7°arrdt

Depuis le milieu du XXe ­siècle, les techniques portuaires ­évoluent ­­rapidement pour des raisons ­économiques (taille des bateaux et des espaces de stockage, ­ ­conteneurisation, délai ­d’accessibilité, de d ­ é/­ chargement...). La délocalisation des ports urbains résulte moins d’un déclin que d’une réorganisation et d’une ­délocalisation des installations. Au sein du 7e arrondissement, on ­remarque une tertiairisation de l’activité (probablement motivée par le Biodistrict, secteur d’excellence pharmaceutique de l’agglomération) et le besoin de loger une population grandissante.

Lyon

services industrie BTP

A

Evolution des secteurs d’activité dans le 7e arrdt sur une base 100 - Opale

B

Evolution de la population sur une base 100 - INSEE

02 UN ESPACE STRATÉGIQUE AU SUD DE L’AGGLOMÉRATION Le port Edouard Herriot de Lyon (PLEH) se situe à un emplacement stratégique: • Le développement de Lyon est contraint à l’Ouest par les monts du ­ Lyonnais et à l’Est par un tissu ­urbain dense et resserré. L’expansion se fait désormais au Sud de la ville (amorcée par le q ­ uatier ­“Confluences”). Ces 210 ha situés au Sud de la ville et déja urbanisés représentent un fort potentiel pour le développement de l’agglomération.

CENTRE-VILLE CAMPUS MERIEUX

CONFLUENCE

• En terme d’accès, le site pourrait marquer une entrée de ville au Sud de Lyon depuis le boulevard périphérique.

BIODISTRICT GERLAND

• Avec la tertiairisation de l’économie de cet arrondissement et la proximité du Biodistrict (laboratoires pharmaceutiques), le site présente un fort potentiel de développement pour le 1er secteur d’excellence lyonnais. • Sa position sur l’axe Mérieux (axe ­imaginaire cherchant à mettre en réseau les pôles d’enseignement) présente l’opportunité de mettre en synergie le domaine universitaire et ce secteur de la santé qui s’en trouverait renforcé. De nouveaux établissements d’enseignements seraient aussi le moyen de consolider cet axe.

PÉRIPHÉRIQUE

ENJEU Le nouveau quartier à l’identité p ­ ortuaire, porté par ses universités, l­aboratoires pharmaceutiques et logements qualifiés ­­ par la présence du fleuve, se place comme Métacentre, porte d’entrée au Sud de la ville, à l’image des quartiers de la Part-Dieu ou Confluences.

64

Un emplacement stratégique

Un métacentre pour contrebalancer l­­­ ’attrait du centre-ville historique et répartir p ­ opulation et activités sur l’ensemble de la ville


03 QUEL POTENTIEL POUR CET ESPACE PORTUAIRE ? Comme on l’a vu, l’activité ­ portuaire semble inadaptée au territoire. Cependant le rapport qu’entretien le ­ site avec l’eau présente un fort p ­ otentiel de développement pour la ville (cf schéma ci-contre) et permettrait d’inscrire le site dans la continuité de la politique urbaine visant à s’approprier le fleuve. En effet, l’initiative récente de « ­reconquête des fleuves » face aux sites industrialo-portuaires a pour “objectif suprême (...) de gagner en ­attractivité dans le mouvement international de compétition urbaine”*, ce qui permet aux villes de se développer. le projet le plus représentatif de la prise en considération du fleuve et de ses berges est le « projet des berges du Rhône », suivi par « le projet des rives de Saône ». Le projet d’ aménagement des quais, long de 5 km, représente 10 ha d’ espace public en centre-ville. Le port Edouard Herriot vient faire front et obstruer cette continuité spatiale constituée de places publiques et de quais qui s’étendend jusque sur l’île de l’Archevêque. Cette interruption brutale doit être ­repensée. La presqu’île de l’Archevêque constituait autrefois une lône, la ­réimplantation de cet espace p ­ aysager offre la possibilité de marquer et ­ valoriser ­ ­ cette extrémité Sud par un ­espace ­naturel.

Empreinte de l’eau sur le territoire Lyonnais

*Gabriele Lechner, note de synthèse pour la DGUHC, intitulée “Le fleuve dans la ville, valorisation des berges en milieu urbain” - Ocotbre 2006

Espaces publics en relation avec l’eau et ­emplacement à fort potentiel du PLEH

A

Schéma d’enjeux de la prise en ­considération du fleuve pour les villes 65


04

B

DÉMARCHE CONCEPTUELLE & SYNTHÈSE DES RÉFÉRENCES La reconquête urbaine du PLEH va être portée par l’adaptation des ­caractéristiques exceptionnelles du site: Les darses, le patrimoine industriel, le rôle des berges, la variation du niveau de l’eau, etc... Le concept vise à intégrer le fleuve à l’espace urbain pour unifier les composantes du projet et offrir ­ une qualité de vie remarquable sur ­l’ensemble du site. A plus grande échelle, ceci répond aux aspirations de la ville visant à ­présenter une image attractive servant son ­développement. A

Schéma conceptuel

B

Synthèse des références & axes de réflexion sur le traitement des berges exclusivement

A VILLE

< 60’s

EAU

ETAT ACTUEL

ENJEU

05

PARIS

S MÉRI PU E M

n / 465

CT

OPÉRA

PART-DIEU

3

CONFLUENCE

66

30

in

m

/3

km

60 min / 110 km

90 min / 314 km

VÉNISSIE

UX

La première hypothèse mise sur le développement du biodistrict: universités, laboratoires et entreprises de pointe fonctionnent en synergie, disposés de manière isotrope sur le site. La stratégie revient à créer un campus 24/7, u ­ ltra connecté (réel et virtuel) et offrant un maximum de services, d ­ estinés en 1er lieu aux étudiants et aux cadres m ­ obiles qu’il s’agit d’attirer. L’emprise du port est réduite au ­profit des locaux liés au secteur santé, cette spécificité lui permettrant de g ­ agner en compétitivité. Le projet s’intégre à la ville par ses ­usages en continuité de ceux existants. Pour ne pas tomber dans un ­ schéma de simple campus, la mécanique ­ est tempérée par une ville “lente” ­constituée de logements bénéficiant de l’offre de ­services et de la qualité de vie. La cohabitation des 2 villes se fait a ­ utour des espaces naturels.

km

VIEUX - LYON

BIODISTR I

120 mi

UX

Le principe des hypothèses s’insire de la méthode de travail de ­Bernardo Secchi et Paola Vigano telle qu’expliquée dans l’ouvrage “La ville poreuse” (2011). Chaque hypothèse propose une r­éflexion ­autour de l’une des composante du projet poussée à l’extrême (ex: surpopulation). Chaque hypothèse donne ensuite lieu à un ­ scénario qui cherche à les ­ retranscrire dans l’aménagement du site. Il s’agira ici de faire émerger un plan directeur.

CA

HYPOTHÈSE 1 “SANUS CAMPUS”

A

A B

B

Partenariats avec les secteurs proches Une hyperconnexion visant à développer le réseau

MARSEILLE

GRENOBLE


05 HYPOTHÈSE 2 “LE FLEUVE ABONDANCE” Il est question ici de placer le fleuve au centre de chaque aspect de la vie ­quotidienne (sortir, manger, ...). Il se propage dans le site au travers de places ouvertes sur les darses, ­reliées par des canaux qui c ­ onstituent les axes ­ d’espaces ­ publics actifs en bande. Ainsi l’ensemble des ­ espaces ­publics évolue et absorbe les crues du Rhône, c’est le principe de résillience. Au delà de la maîtrise des crues et des qualités paysagères, l’eau va permettre de réguler la température ­ en été, l­’agriculture locale (habitants et ­biodistrict) et ainsi favoriser les ­réseaux courts. Une partie des berges peut ­conserver son statut de port spécialisé en m ­ atières premières pharmaceutiques, idéalement situé sur l’axe Drôme-Ardèche.

A

C

connexion périphérique

connexion interne

projet

pr

oc

L’EAU COMME

LIMITE URBAINE l’eau comme limite urbaine

FAIRE RENTRER L’EAU

B

C

he

au b

PROJET

DANS LA VILLEl’eau faire rentrer dans la ville

projet

ord

B EAUX PLUVIALES

EVAPORATION IMPORTANTE

ÉTÉ

A

habiter

Schéma conceptuel de l’empreinte de l’eau dans le plan directeur Coupe schématique des espaces publics en bande

ESPACE VERT INONDABLE CONNECTÉ AUX DARSES

au d

es

su

CANAL DE RÉGULATION THERMIQUE

s

HIVER

Réflexion sur la manière d’habiter l’eau

su

r

INFILTRATIONS IMPORTANTES

05 HYPOTHÈSE 3 “HERRIOT ®” L’hypothèse 3 présente une ville où la volonté de rayonnance et ­d’attractivité a pris une tournure excessive. Le port a ­ ccueille hôtels et cliniques de luxe qui permettent de développer le ­tourisme fluvial: les rails dédiés au fret sont désormais utilisés pour ­ faciliter l’accès aux touristes. L’eau devient une ­ attraction, elle doit être visible, le fleuve devient un lieu de ­spectacle, de mise en scène: la p ­ artie sud de la presqu’île est détruite dans le but de d ­ égager un grand bassin. Les ­espaces publics principaux s’organisent tout autour. La presqu’île elle-même ­obtient un caractère insulaire, de type hyper-centre regroupant la ­ majorité des espaces publics et commerces. Les berges jouent le rôle “vitrine de la ville”. En tant que métacentre affirmé, le projet auto-centré est délimité par ­ une densité ­ verticale importante en périphérie, qui le rend identifiable d ­ epuis les quartiers alentours et les berges opposées. A

Schéma conceptuel du ­f­onctionnement du site

B

Coupe schématique du site et des formes urbaines développées

C

espaces identitaires du site, lieux de la mise en scène

A

C

ORGANISATION AUTOUR D’UN VIDE

organisation autour d’un vide

ORGANISATION AUTOUR D’UN PLEIN

organisation autour d’un plein

PROJET projet

ORGANISATION AUTOUR D’UN VIDE

ORGANISATION AUTOUR D’UN PLEIN

PROJET

FLEUVE fleuveSPECTACLE spectacle

coeur deVILLE ville COEUR DE

projet PROJET espaces en lien avec l’eau à préserver existant préservé + requalification

B

67


06 CONFRONTATION DES SCÉNARIOS Ces ­scénarios proposent programmes, formes u ­rbaines et aménagements prenant en compte les 3 axes de ­réflexion majeurs: le développement du biodistrict, la prise en compte de l’eau et du patrimoine, et enfin le développement d’un m ­ étacentre

dans le prolongement de la ville. Loin d’être incompatibles, ces s­ cénarios vont être croisés de manière à établir le plan directeur d’un projet cohérent intégrant les réflexions autour de ces 3 volontés. Ce projet est présenté dans les pages suivantes.

Comparaison des composantes des 3 hypothèses

A

Rapport à l’eau dans l’aménagement des pleins et des vides

B

Plans directeurs des scénarios

C

COMPARAISON DES COMPOSANTES DES 3 HYPOTHÈSES

LA VILLE EXCELLENCE

LE FLEUVE ABONDANCE

LA VILLE “HYPE-NAUTIQUE”

A ESPACES PUBLICS

LOGEMENT

ESPACES VERTS

ESPACES PUBLICS

ACTIVITÉS

LOGEMENT

ESPACES VERTS

ACTIVITÉS

50%

PRÉSENCE DE L’EAU

TERTIAIRE

LOGEMENT

ESPACES VERTS

ACTIVITÉS

50%

INDUSTRIE

ENVIRONNEMENT (VIDES)

ESPACES PUBLICS

PRÉSENCE DE L’EAU

50%

INDUSTRIE

ENVIRONNEMENT (VIDES)

TERTIAIRE

PRÉSENCE DE L’EAU

INDUSTRIE

ENVIRONNEMENT (VIDES)

TERTIAIRE

B

eau espace public espace bâti

C

Bâtiments du port à préserver Bâtiments d’intérêt particulier (clinique, université...)

SANUS CAMPUS

68

LE FLEUVE ABONDANCE

HERRIOT ®


69


70


PROJET URBAIN

71


72


1 - IDENTITÉ PORTUAIRE

2 - IDENTITÉ FLUVIALE & ORGANISATION

3 - LE CONCEPT PAR LES VIDES

4 - CENTRE-VILLE & INTERFACE

5 - LA VILLE RAPIDE

6 - FLEUVE & BOIS HABITÉS

01 PROCESSUS 1.

2.

La première étape du processus ­ veille à maintenir l’identité portuaire en préservant un “paysage zéro” (terme emprunté à M. Desvignes) constitué des éléments de patrimoine à préserver. Il s’agit ensuite de modifier le site pour les besoins du projet, puis d’y établir les divers réseaux qui permettent la d ­ istribution du

3.

4.

site et sa connexion au contexte. Les places publiques sont établies au contact des darses et des éléments de patrimoine. Elles s’ouvrent sur des axes les reliant aux quartiers périphériques Le Centre-ville et les quartiers ­“interface” (hyp 3) cherchent à mettre le fleuve en exergue.

5.

6.

La ville rapide (hyp 1) est établie en périphérie sur les grands axes et ­réseaux majeurs. Elles est ponctuée par les ­campus établis en continuité des places. Cette ville est majritairement résidentielle et repose les principes de résillience (hyp 2). Les bâtiments anciens réhabilités deviennent des espaces “capables”. 73


02

C

ACCÈS AU SITE Le réaménagement du port ­ interroge l’initiative de “bouclage Ouest” visant à ­fermer le périphérique Lyonnais à l’aide d’un viaduc traversant le port Edouard Herriot. Ici il est proposé de boucler l’extension Ouest du ­ ­ périphérique au Sud du port. La gare Perrache, au rôle secondaire, est supprimée. Ceci favorise la liaison entre le centre-ville et le nouveau quartier Confluences. Une ­ ­ partie des rails reliant la gare de Vaise au ­terminal du port sont transformés en réseau routier ­ ­ permettant de désengorger le traffic Lyonnais.

A

Remaniement des réseaux à l’échelle de la ville

B

Connexion aux réseaux à l’échelle du quartier

C

Schéma d’intentions A

B

Voies ferrées Réseau autoroutier (a) / routier (b) Voies ferrées réhabilitées en réseau routier Bus Tram Existant / Réhabilité Créé

74


03 LE CONCEPT À TRAVERS LES VIDES

Plantes Amphibie pouvant encaisser les crues Plantes Amphibie pouvant encaisser les crues

Plantes Amphibie pouvant encaisser les crues Plantes Amphibie Plantes Amphibie pouvant encaisser les crues

Stratiotes

Jacinthe d’ eau

Roseaux

Plantain d’ eau

Stratiotes

Jacinthe d’ eau

Roseaux

Plantain d’ eau

pouvant encaisser les crues Stratiotes

Le concept visait à créer une interaction Végétation d’ eau/Pharmaceutique entre les espaces de vie et le fleuve. Hors Végétation Hors d’ eau/Pharmaceutique A défaut de pouvoir créer des d ­ arsesVégétation Végétation Végétation sur l’ensemble du site et ainsi “voir” l’eau, il est possible de signifier sa présence Surfaces grâce à l’identification d’un espace Minéral & Végétal Surfaces Surfaces perçu comme le “prolongement des Minéral & Végétal Surfaces Surfaces quais”. Ceci grace à une uniformité de la végétation, des matériaux au sol et Matériaux de en façade, et, comme expliqué plus loin, Matériaux façades Matériaux dede façades Matériaux Matériaux de de façades grâce au travail sur les formes urbaines. façades

Hors d’ eau/Pharmaceutique

Jacinthe d’ eau

Minéral & Végétal

Minéral &Minéral Végétal& Végétal

façades

Epicéa Epicéa

Epicéa Epicéa

B

Organisation de l’espace public

1 Mise en place de quais favorisant l’interaction ville-fleuve

Eucalyptus

Plantain d’ eau

Deck Deck Deck

Briques Briques

Briques Briques

Pinus

Acacia Acacia

Pinus Pinus

Eucalyptus Eucalyptus Acacia Acacia

Pelouse Pelouse PelousePelouse

Acacia

Eucalyptus Eucalyptus

Pelouse

Briques

Eléments de la Charte paysagère

Roseaux

Stratiotes JacintheJacinthe d’ eau d’ eauRoseaux d’ eau d’ eau Stratiotes Roseaux Plantain Plantain

Hors d’ eau/Pharmaceutique Hors d’ eau/PharmaceutiqueEpicéa

A

A

Dalle de béton

Pinus Pinus

Béton grossier

de béton Béton grossier DalleDalle de béton Béton grossier

de béton Béton grossier Deck Deck Dalle deDalle béton Béton grossier

Bois

Corten

Bois

Bois

Bois

Corten Bois

Corten

Corten

Corten

Acier

Acier

Acier Acier

Acier

2 L’espace identifié comme “quai” est prolongé sur des dessertes

3 Une trame plus resserrée permet de créer une zone d’interface à proximité du fleuve. Les axes principaux sont connectés aux ­espaces publics périphériques

03 LE CONCEPT À TRAVERS LES VIDES - morphologie résilliente Les places publiques ont une ­morphologie leur permettant ­d’accueillir les crues du Rhône au gré des saisons, tout en restant praticables. ­ L’espace évolue ainsi au rythme du fleuve. C

3 Principes de places résillientes

75


76


FORMES URBAINES

77


01

A

QUELS ENJEUX POUR LES FORMES URBAINES DE L’INTERFACE VILLE-FLEUVE? Les différents espaces composant le projet possèdent 1 ou plusieurs formes urbaines destinées à servir le projet global (cf B). On se concentrera ici sur l’espace qui jouxte l’eau, et pour lequel il faut retranscrire le concept ­ ­ d’interface ville/fleuve et de ­ propagation du quai dans le site. Ceci en travaillant sur les volumes, leur rapport aux espaces ­ ­publics, aux éléments de patrimoine et leurs t­extures. Ils devront répondre aux ­enjeux suivants: Comment amener le piéton vers le fleuve? Comment établir un espace qui entretienne une forte interaction avec l’eau? Comment établir un front de quai qui soit poreux? La réponse en schémas:

A’

Plan masse de la portion étudiée

A

Quelques formes urbaines selon leur localisation

B

Enjeux de compréhension du site pour les formes urbaines

C

Rôle des façades

D

Coupe des voiries et leur rapport aux volumes sur la zone étudiée

E

A

• Zone d’étude

QUAI 11,5m

VENELLE 10m

MAIL PIÉTON 15m

N

10

50

Deck 2m

Berges 3m Noue 1m

78

Voie piétonne 5,5m

Espace public 3m

Voie piétonne 2m Noue 1m

Voie Espace piétonne public 2,5m 2,5m Fossé jardiné 1m

Bassin de rétention 3,5m

Espace Voie public piétonne 2m 2,5m

Fossé ja 1m


ardiné m

B

XUAERUB bureaux

activités & STNEMEPIUQÉ/SÉTIVITCA équipements STNEMEGOL logements

+++

VILLE

QUAI

FLEUVE

C

-schéma classique

INTERACTION VILLE/FLEUVE

INTERACTION VILLE/FLEUVE

INTERFACE

-offrir à la ville un véritable espace d’interaction avec le fleuve -épaisseur donnée par la distance de la vue sur le fleuve (40m)

-établissement d’activités & ­ d’équipements mixtes entretenant une relation avec le fleuve, ­ l’imaginaire portuaire ou le quai.

-revendiquer la présence du fleuve et y amener -établir les différentes voies

-continuité des matériaux, végétaux...

D

• Distinction entre les différentes ambiances du site. (espace d’interface en rose)

• Uniformité des façades des folies • Retournement des façades le long des axes menant au quai. Hiérachisé selon la voirie ou l’”exception” architecturale/ urbaine

• Prolongement du concept depuis les quais jusqu’ au boulevard périphérique

E

PARCOURS ALTENRATIF 10M

ESPACE COLLECTIF 2E F.U 24m

ROUTE 10m

AXE URBAIN 19,5m

P Jardins privés 4m

Espace public 3m

Voie piétonne 2m Noue 1m

Terrasses Voie privées (Brx) piétonne 3m 2m Noue 1m

Espace collectif accessible au public en journée 9m

Voie piétonne 2m Noue 1m

Espace collectif pour étudiants 6m

Voie Route sens Piste C Voie piétonne unique 2m piétonne 2m 3m 2m Noue 1m

Voie Piste cyclable piétonne double 3m 3m

Stationt 2m

P Circulation à double sens 2x3,5m

Stationt Voie 2m piétonne 2m

Noue 1m

79


02 QUEL RÔLE POUR LES FOLIES?

A

Les folies permettent de rendre ­ l’interface les différentes vivant phases et attractif, qui le constituent. et d’unifier A

Déclinaisons de la série

B

Schémas précisant le ­ traitement de l’interface

B PHASES EN INTERACTION

Phase 4: Ballade alternative séquencée par des vues, plus végétale, déservant le front de ville Phase 3: Assure la continuité des phases, apport de services.

jardins privés berges

Phase 2: espace du quai. relation au fleuve/activités

habitat

Phase 1: espace au contact du fleuve

activités, commerces

ÉTABLIR L’ INTERFACE EN UNIFIANT LES PHASES

RÉSEAU DE NOUES

INTERFACE

RETOURNEMENT DU QUAI AMORCÉ PAR LA RUPTURE DU FRONT DE QUAI RÉSEAU DE JARDINS DANS LA CONTINUITÉ DES BERGES

80


81


82


ARCHITECTURE

83


01 LE QUAI JUSQUE DANS LES LOGEMENTS A l’échelle architecturale il s’agit d’amener le quai jusque dans les ­ habitations. A travers un travail sur la ­ question des ­ limites public/­ collectif/ privé (cf plan RDC), le quai public ­s’immisce ­entre les folies, prend la forme d’une coursive ­collective desservant les ­logements, et devient ­loggia au sein de la sphère privée. Cette coursive collective offre un second quai plus appropriable aux ­habitants, et permet d’unifier les folies pour ­constituer un véritable front bâti le long du fleuve. Les espaces en RDC font la t­ransition entre: la phase publique et animée du fleuve en proposant des ­ locaux d’activités divers, et une phase plus ­ ­intime dédiée à la balade et au ­repos, sur laquelle le bâtiment présente des jardins privés. A

Schéma concept

B

Genèse du projet

C

Plans

D

Combinatoire

1

84

5

N

A


B

grandes typologies de logements liés aux jardins

activités en lien avec le quai et locaux techniques alignés sur la trame bâtie. les façades amorcent le retournement du quai

des espaces verts assurent la mise à dis­ tance des logements et la continuité de l’interface

la coursive fonctionne comme le prolongement du quai et assure des accès individuels aux logements. elle taille le volume pour offrir loggias et orientations.

C

D

chambre cuisine salle de bain

85


02 LE RÔLE DES FAÇADES Il s’agit de réfléchir à la manière dont les façades peuvent faciliter la lecture de l’espace urbain. Aussi, la façade Sud qui fait face à un bâtiment industriel d’intérêt patrimonial triple son m ­ ­ odule de fenêtre et adopte un langage ­inspiré des usines autmobiles de la ­révolution industrielle. Les façades Est et Ouest jouent un rôle important pour la compréhension d’un espace ­“interface”, elles doivent mettre en évidence le retournement du quai. Au Rez-de-chaussée, un jeu entre le 1er et second plan, a ­ ppuyé par l’utilisation du bois, permet de m ­ ettre en évidence le retournement du quai au sein des venelles. Le bois est ainsi utilisé jusque dans les loggias pour révéler le quai ­prolongé en coursive. A

Façades au 500e

B

Coupes longitudinale et transversale

A

Sud

Nord 1

B

1

86

5

5


Ouest

Est

87


88


89


SITE

source: Delcampe .net 90


07 Dans les pas de Candilis Bagnols-sur-Cèze Quartier des Escanaux Projet ANRU - processus de Concertation Comment envisager une intervention sur un ­ensemble des années 50? En quoi le processus de concertation constitue-t-il un levier pour la redynamisation de ces quartiers? Quel rôle les espaces publics peuvent-ils jouer dans le processus de renouvellement urbain? La ville de Bagnols prend un nouveau ­tournant dans les années 50 avec la construction à quelques kilomètres d’un centre d’études nucléaires. Pour pouvoir loger ingénieurs et ­ ­ouvriers, il faut construire en urgence un nouvel ensemble urbain. Georges Candilis est ­missionné pour réaliser ce projet. Trois ans plus tard, la ­population a été multipliée par 2,5 et le nouveau quartier reçoit le “prix de l’urbanisme” décerné pour la première fois en France. Il constituera aussi le lieu du 1er rendez-vous du “Team X”. Bien qu’exemplaire à l’époque, la ville tourne ­aujourd’hui le dos à ce quartier où règne une forte misère sociale. Le projet ANRU amorcé sur le quartier est l’occasion de réfléchir au ­potentiel que représente ce patrimoine. Travail effectué en trinôme avec:

Gloux Morgane Trémaudan Maël 91


01 “LES ITINÉRAIRES ­HABITANTS” COMME MOYEN DE ­DÉCOUVERTE DU QUARTIER Etant donné notre intervention sur ­l’ensemble d’un quartier existant, celuici nous a été présenté par les h ­ abitants eux-même, à la manière de JeanYves Petiteau. Aussi, chaque étudiant a ­accompagné un habitant, démarché au hasard, et qui acceptait de présenter le quartier au travers d’un parcours de son choix. Leurs paroles ont ensuite été répertoriées au sein d’un livre servant de base à notre réflexion sur le quartier. Ceci nous a ­ permis d’intégrer ­ ­rapidement leurs besoins ainsi que les données ­ sociales liées aux différents ­espaces.

A

“Itinéraires habitants” réalisés par les étudiants de l’IUG entre le 23 et 26 novembre 2015

B

Extraits de l’ouvrage recensant les “itinéraires habitants” - Marco

B

92

A


02 DÉMARCHE ET PROCESSUS La démarche s’inspire du “processus inverse” mis au point par Mr Bruno Decaris (ACMH), et qu’il utilise lorsqu’il intervient sur un élément de patrimoine. Le processus consiste dans un premier temps à retrouver le ­ concept d’origine du bâtiment. Partant de là, la démarche de ­restauration ou d’intervention doit ­s’effectuer dans le prolongement de ce ­ concept, afin que le bâtiment puisse “vivre” à l’époque actuelle, même si sa fonction est changée. Cette démarche décidera notamment de la préservation ou non les opérations ayant eu lieu sur le bâtiment depuis sa création. Cette approche n’est donc ni purement ­conservatrice, ni résolument “moderne”. Notre démarche consistera alors à appliquer ce ­processus au quartier des Escanaux. Il s’agira de repartir du c ­ oncept de départ (p.96) en le réinterrogeant (qu’est ce qui n’a pas marché?) dans le but de l­’adapter au fonctionnement ­actuel et ­futur de la ville. De la même manière, il s­ ’agira de r­ éinterroger l’usage actuel des Escanaux (p.97), ainsi que les projets futurs de la ville qui ­ pourraient nuire à l’insertion du quartier (p.102).

CONCEPT ORIGINEL

ETAT DES LIEUX

CONCEPT ORIGINEL AUGMENTÉ

93


A

N 50 94

100


03 CONTEXTE DU PROJET La construction des Escanaux est ­destinée à l’ensemble des employés du site nucléaire de Marcoule, de l’ingénieur au technicien. Elle commence en 1956 (date d’obtention du terrain), au même moment que celle du site nucléaire. La construction du site s’inscrit dans le prolongement d’une ­ réflexion de Charles Delfante situant le futur ­quartier au Sud de la ville ancienne, et l’organisant autour d’un espace vide. ­ Si Candilis justifie l’emplacement du quartier (en rouge cf B) au Sud de la ville (en jaune cf B) par l­’existence d’un ­ancien théâtre r­omain, il est ­ évident que cet emplacement est s­urtout stratégique car il permet d’intégrer ­ l’ensemble du terrain à ‘intérieur des axes rapides qui définiront les limites de la ville dense. Cet accès aux axes ­rapides permet de desservir aisément les logements, et ­ surtout de faciliter ­l’accès au centre de recherches ­nucléaires. A

Plan Masse des Escanaux par Georges Candilis

B

Plan directeur de C. Delfante

B

Sources des documents graphiques: “Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps”, Georges Candilis, Infolio, 2012

95


04 LA VISION DE CANDILIS Une ceinture de logements Pour l’aménagement du quartier, G.­Candilis a placé les logements en périphérie du terrain, dégageant un vaste espace vide au centre. Les logements ainsi placés ont accès aux voies rapides et bénéficient de parkings en pied d’immeuble. Un parc animé par les équipements Ainsi, le coeur des Escanaux est libéré de l’automobile1. Il décide d’y placer les équipements c ­ ­ulturels et sportifs dont la

première ­ vocation est de rassembler2 les ­habitants. ­Les é ­ quipements sont reliés par un parc qui s’ouvre sur le Mont-Cotton où se situe le théâtre romain. Ces ­équipements ont ­aussi ­vocation à attirer les habitants de la ville existante3 dans le but d’associer la ville ­ancienne à la ville nouvelle. Cette v ­ olonté est ­renforcée par les commerces situés à la jonction des 2 villes4, de même que la place Victor Hugo qui accueille le marché au Nord. Pour désencalver le quartier, de grands axes

A

Nord/Sud & Est/Ouest ouvrent le quartier et le relient au contexte ­existant. L’intégration d’un ensemble urbain à une ville existante, la question de la place du piéton, le lieu de la vie sociale...sont des ­préoccupations actuelles auxquelles Candilis propose une réponse adaptée. A

Lecture simplifiée du site

B

Concept d’aménagement

B

CENTRE VILLE HISTORIQUE

ESPACE DE COHÉSION SOCIALE

PARC ÉQUIPEMENTS CULTURELS & SPORTIFS

LIAISONS STRUCTURANTES

1.

EMPRISE DU PROJET

LOGEMENTS POCHES DE STATIONNEMENT

“ Le propos demeure d’éviter que la circulation ne pénètre au coeur 2. “ Nous nous sommes arrêté à une piscine - parce que s’y e ­ ffacent des habitations ” les différences sociales - une maison de la culture, des équipements sportifs et un gymnase (tous lieux de rassemblements) “ (C.Delfante dans “Souvenirs d’un urbaniste de province”)

3. Le centre socio-culturel : “ Cet édifice n’était pas (...) conçu pour

les jeunes ou pour les vieux, ni destiné à promouvoir la culture telle qu’on la concevait. Nous voulions surtout favoriser la rencontre des “anciens” et des “modernes”, les Bagnolais enfermés dans leur vieille ville et les jeunes techniciens” (G. Candilis dans “Batir la vie, un architecte témoin de son temps”)

96

ma ing ison én s d ieu es rs

PARC

DU MO

NT C O TTON

tra tar nche div e

ROTULE COMMERCIALE VILLE ANCIENNE/ VILLE NOUVELLE

(C.Delfante dans “Souvenirs d’un urbaniste de province”)

4. “ Il fallait éviter la ségrégation entre anciens habtiants et n ­ ouveaux

arrivants (...) en positionnant le centre commercial et le centre ­culturel à la croisée des deux villes “ (L.Duport dans “Le team X et le logement collectif à grande échelle en Europe”).


05 LES ESCANAUX AUJOURD’HUI Circulation Un quartier colonisé par les voitures, ­ceinturé par des axes de circulation ­ connectant ­Bagnols au reste de l’agglomération. Equipements Des équipements inaccessibles: une­ piscine à ciel ouvert fermée la moitié de ­ ­l’année. Un stade réservé à ­l’entraînement ­hebdomadaire du club de foot. Espaces publics Constitués d’espaces morcelés et ­“résiduels”:

compris entre les équipements et les pieds d’immeubles. Le coeur du quartier est quasi-inaccessible (cf C). Les espaces libres de taille conséquente ­servent de stationnement. Le Mont Cotton est coupé de l’ensemble ­urbain par une route. Rapport à la vieille ville La barre d’habitation située au Nord du site agit comme un mur qui met les ­Escanaux à distance de la ville existante. Des accès peu

A

B

lisibles qui tendent à introvertir le quartier. Commerces Les commerces des Escanaux en perte de vitesse, pris entre un centre-ville aux commerces à haute valeur ajoutée et de ­ grandes enseignes au sud et à l’est. Logements Des logements spacieux et bien situés mais qui tombent en désuétude. Des pieds d’immeubles qui demandent à être modulables.

Lecture simplifiée du site

A

Schéma représentatif des dysfonctionnements

B

Itinéraires étudiants (cf p.92)

C

CENTRE VILLE HISTORIQUE

EMPRISE DES ÉQUIPEMENTS DÉLIMITÉS PAR DES BARRIÈRES

ESPACE AUTONOME

ROUTES INTÉRIEURES

NOUVEAUX QUARTIERS

NOUVEAUX ÉQUIPEMENTS & COMMERCES

STATIONNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES

C

ENJEUX • Redonner aux habitants du quartier un véritable espace de vie vecteur de cohésion sociale • Ouvrir le quartier sur le contexte existant • Améliorer la connection entre la vieille ville et les Escanaux (valoriser les accès et proposer une offre commerciale adaptée) • Développer une offre commerciale dans les secteurs peu développés (­tourisme, sanitaire...) au sein du quartier et veiller à ne pas concurrencer ­l’offre existante. • Engager un programme de rénovation des logements 97


06 “PROCESSUS INVERSE” CONCEPT

ETAT DES LIEUX

PROJET

CONTEXTE CONCURRENCE

CENTRE ÉLARGI INTERFACE RAYONNANCE

e

ille

ancien n

A

v

no u ve ll

e

ille

Aujourd’hui il semble que le ­quartier ait été o ­ublié lors du développement de la ville. Les n ­ouveaux quartiers n’ont pas ­ instauré de connexion avec les Escanaux lors de leur aménagement, ­ ce qui a ­ contribué à faire é ­voluer le site de manière ­ introvertie, coupé de la ville. En parallèle, les ­ équipements et activités qui se sont ­développés ont plus ­ constitué une ­ “concurrence” qu’ une offre “­complémentaire” à celle des ­Escanaux, ce qui a dévalorisé le site.

v

Enjeux Le travail sur les escanaux s’inscrit dans un enjeu à plus grande échelle: Aujourd’hui ­Bagnols cherche à c ­ onfirmer sa place de pôle majeur du gard Rhodanien et éviter les migrations vers les agglomérations ­voisines. Elle nécessite plus que jamais un c ­ entre dynamique et attractif.

COMPLÉMENTARITÉ CONNEXION

Objectifs L’objectif est d’agrandir le centre ville grâce à l’offre d’espaces publics et d’équipements des escanaux. Pour cela les équipements des ­escanaux doivent ­s’ouvrir aux habitants, les ­espaces ­publics doivent prendre de l’amplitude et être mieux connectés. Le quartier doit s’ouvrir pour devenir un ­interface sur la ville alentour.

A

Schéma conceptuel des objectifs pour le quartier, correspondant aux phases du “processus inverse”

B

Schéma spatialisé des objectifs de projet

RETROUVER

RÉINTERROGER:

ACTUALISER

• Le coeur de quartier piéton, ­ paysager, espace de rassemblement • Une laison avec la vieille ville

• Le fonctionnement auto-centré dû à l’absence de contexte bâti en 1956 • La nature des équipements

• Sa rayonnance à l’échelle de l’agglo° • L’offre commerciale / équipements

B

Equipement culturel Esplanade

Parc historique aménagé

Liaison

98

Jardin public sportif

Liaison

Habitat Equipement


99


100


PROJET

101


01 LES FUTURS PROJETS DE BAGNOLS

Quartier le Fangas 66

Entrée de ville Ouest 60

+

Quartier de la Gare

+

+

25

Quartier de la Clinique 50

Entrée de ville Est

Le Murel 235

65

+

zones commerciales et artisanales

zones de logements

OAP logements

OAP commerces et artisanat

OAP gare

Déviation RN86 - RD6 Déviation RN86 - RD580 valoriser les itinéraires piétons

102


02 REQUESTIONNER LES FUTURS PROJETS la densité pour créer la centralité

?

?

?

?

?

?

zones commerciales existantes

?

remise en question de l’implantation de la zone commerciale au sud remise en question de la superficie des OAP proposition d’une déviation au sud

?

zones d’habitat crées 35% de + de 60 ans

?

40% de - de 25 ans transfert de population remise en question du transfert de 110 logements dans les villages alentours accession à la propriété

?

investissement des dents creuses Bimby développer un équipement et de l’habitat intermédiaire liaison piétonne développer un transport de passagers développer un véritable quartier autour de la gare (habitat) regagner une centralité

103


03 CENTRALITÉ ÉTENDUE ET ­INTERFACE La connexion du quartier avec le reste de la ville passe par les espaces publics. Le projet vise donc à créer un réseau de parc entre les différents ­ quartiers de bagnols. Ce réseau étant aussi en lien avec les collines i­dentifiées d’intérêt (3), les zones naturelles humides (dans le ­respect des contraintes écologiques) (2), et les sentiers de randonnée/­ parcours découverte. Comme lieu d’interface, il est décidé de transformer le stade en parc, tout en préservant ses particularités morphologiques. Il peut alors ­ ­ devenir un lieu de rassemblement, et accueillir des ­évènements ayant une résonance à l’échelle de l’agglomération (dans les ­années 60 le théâtre du Mont Cotton accueillait déja ce type d’évênements).

3

La ville est enfin dotée d’un espace vert, établi dans le prolongement du centre-ville historique et Les liaisons ­ entre les parcs renforcent l’axe Est/ ­ Ouest ­imaginé par Candilis.

4

1

2

104


1

2

3

2 2A

R4

G

4

3

105


A

106

commerces de proximité à maintenir/créer

équipements

marché étendu

liaisons piétonnes

N

création de place publique

50

100


04 OUVRIR LE QUARTIER PAR UN PARC CENTRAL RAYONNANT

B

Les délais pour mener la réflexion nous ont obligé à nous concentrer sur un seul espace du projet. Nous avons décidé de travailler sur le stade transformé en parc et sur ses liens avec le reste de la ville, car il semble être le levier principal pour inscrire les Escanaux dans ­l’avenir de Bagnols. les objectifs (cf B): • Relier trois différents types de parc (parc historique du Mont-Cotton, ­nouveau parc sportif et culturel Léo ­Lagrange, la cité-jardin du Bosquet) • Retrouver un axe principal Est-Ouest qui relie les trois parcs et un axe ­secondaire Nord-Sud qui relie le centre- ville aux Escanaux • Animer le nouveau parc par des m ­ icro-projets à portée sociale, sportive et culturelle le long des axes Ces micro-projets précisés ci-dessous ont pris en compte les u ­ sages existant sur le site (cf D) révélés lors de discussions, des itinéraires, de consultation d’archives ou de phases ­d’observation.

1

Parvis du futur centre culturel: - Entrée sur les Escanaux depuis la gare - Expositions culturelles -Espace de connexion visuelle et piétonne

Carte des intentions de projet

A

Schéma concept des objectifs pour le parc

B

Schéma de remaniement du ­réseau routier et de réorganisation des parkings pour l’usage des RDC

C

Répertoire des d ­ es usages du site et des mico-ensembles qui se sont constitués faute d’espace public

D

C

2

Esplanade : - Faire le lien avec le centre-ville par des activitiés culturelles et sociales (des évênements existent déja) - Ouvrir les commerces sur l’esplanade - Permettre un accès voiture et piéton aisé

D 3

4

5

La place du Bosquet : - Espace de rassemblement pour les ­riverains - Espace de jeux à proximité de l’école

Bogota

La barre Carcaixent Parc Monoprix

Mont-Cotton

Le parvis de la tour G1 : - Créer une liaison avec les quartiers Est et créer un évènement sur l’avenue de la Mayre - Mise en valeur de la Noria - Accueillir les usages présents en pied d’immeuble Entrée sud du quartier : - Faire le lien avec les équipements ­scolaires - Gérer un aspect plus urbain de la Mayre

Parc Pierre

La crèche La tour des célibataires

Les Lauriers Les Feltres

Ecole

Les Platanes

Les Iris Les Mûriers Les Peupliers Les Cyprès

La tour des Nuages

107


05 PROCESSUS DE CONCERTATION Les propositions ont été présentées aux habitants sous forme d’une ­ ­ maquette interactive ­ ­ durant toute une semaine. Leurs remarques ont p ­ermis de modifier certains ­aspects du p ­ rojet et, au terme de la semaine, les maquettes ­modifiées ont été présentées aux élus a ­ insi qu’aux habitants. Ce travail aura permis d’enrichir le projet et de le rendre plus juste, de l’ancrer dans une réalité d’usage. Les maquettes i­ncarnant les idées de projet auront été le support de débats entre habitants et élus, et leur auront permis de saisir les potentialités du site.

SEMAINE DE CONCERTATION

Ci-dessous, le panneau explicatif de notre ­processus de concertation : construisons ensemble le parc des escanaux !

constat Un coeur de quartier qui s’est fermé Un quartier fermé sur lui-même peu connecté au reste de la ville et de l’agglomération Le concept de Candilis oublié : un coeur de quartier ouvert où se cultive le corps et l’esprit, une orientation est-ouest dans le prolongement de l’amphithéâtre du Mont-Cotton

objectifs de projet Ouvrir le quartier par un parc central rayonnant : - Relier trois différents types de parc (parc historique du Mont-Cotton, nouveau parc sportif et culturel Léo Lagrange, la cité-jardin du Bosquet)

Les parties beiges représentent les zones de projet. Tous les éléments de la maquette sont amovibles.

- Retrouver un axe principal est-ouest qui relie les trois parcs et un axe secondaire nord-sud qui relie le centreville aux Escanaux - Animer le nouveau parc par des micro-projets à portée sociale, sportive et culturelle le long des axes

discuter le projet

3 Réagir au message inscrit:

-Inscrire la réponse sur un post-it et le coller sur le sol de la maquette à l’endroit concerné -annoter la maquette et poser une pastille sur ce qu’il faut garder ou supprimer -en parler à un animateur

Se repérer sur la maquette et enlèver les barrières du stade

1

Choisir le panneau qui interpelle le plus

2

4

Consulter les autres post-it sur le Mur des paroles et réagir en fonction.

matériel -

une des des des des

maquette interactive panneaux à projet post-it à idées crayons pastilles de couleurs

Arbres amovibles

Bâtiments amovibles

Bâtiments fixes

Barrières amovibles

Rapidement les débats interviennent entre les habitants

Leurs remarques sont notées et répertoriées.

108


PRÉSENTATION AUX ÉLUS

La maquette s’impose comme le meilleur support de débat

Les détails de la maquette permettent de se projeter aisément sur le site

La fin des présentations est l’occasion de débattre des propositions qui ont suscité le plus d’intérêt, en présence du Maire

109


110


111


112


08 RĂŠalisations diverses

113


114


115


116


117


118


119


120


121


Profile for François GARRIC

PORTFOLIO - François GARRIC - Architecture & Urbanisme  

Le portfolio répertorie les projets réalisés au cours d'expériences professionnelles ou dans le cadre des études. Ceux-ci sont répertoriés s...

PORTFOLIO - François GARRIC - Architecture & Urbanisme  

Le portfolio répertorie les projets réalisés au cours d'expériences professionnelles ou dans le cadre des études. Ceux-ci sont répertoriés s...

Advertisement