Issuu on Google+

ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L Septembre 2008 T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran ,G e, L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up 1, ns ag Té ad ,E O p e ion ard lév res io ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce ro -A up ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c rd es an n, se ex isi Fr è s g Pa lis r ,D on an tra e, e, ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en Gr ,T r L x , o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou Ec ion res ran Ne rd vis rd s ,P eli ère s, ’hu xtr ge ion s, ari D , , a ie s, IG L’E Ru RT dio sie Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo ag ,O pe x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d ,P eli ère s, ’ xtr ge h s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A Giazzi L’E ran ap 89 up Danièle Rapport de n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,

Les médias et le numérique


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v Merci s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , ad oo Fr ce s, RT st an i gle o, Gr ,T L, Fr c ou L’E , o F e La …à Greg an Ra up 1, yg T xp ga élé ce Or dio eN ue res r , a v d set M e n i F s è à ,G s, xtr ge ran ion re, 6, , a o F ce s, L’E es RT Liste des dio og personnes auditionnées ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio c p d Aurore Editions Amaury ard e, Amaury, Directeur év io des études lstratégiques, res r N a M ng ex i F ère s, Go Philippe 6Bailly, anNPA Conseilsion tra e, , F Présidentrde DI , ce s, L’E RT dio og ran Gr Gr leChristophe L x Barbier, Directeur de la, Rédaction, L’Express , T ou c p ,L L’E ,R ou F1 eT a n a , O de surveillance, peNRJ Group g ad Baudecroux, Président xp sio élé du Conseil Jean Paul a e, io res r N r a n, v d M6 ex ng isiLagardère Active Fr Présidente, è s Pa r Constance Benqué, Publicité , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio r , e a Gr de l’Internet,L Ministère de l’Enseignement Bernard et de nc Benhamou, ,Délégué xSupérieur ro la ,L TF aux usages p , ,R o up eT ’ Recherche a L Ex up 1, ns ag ad ,E é O p e ion ard lévPrésident, DI Group res io Nicolas Beytout, ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on a t r n , a r (Global Board)Lde Millenium Associates AG is ce Membre du Comité s, Stratégique International IG RT diAdvisory ran Eric Billot, ’E ien o G , r L x , o ce Julien Billot, TDirecteur r p , -A L o Numérique, Lagardère Active F1 up ’E an La up ujo Té ,O x , sio pr e NMetro Francegar E lév Bitan, Directeur c rangénéral adjoint, Michaël es n, dè se ex isi Fr s g Pa lis r ,D on Président, Prisma an Fabrice Boé, e, e, Presse tra ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en GrBon, Directeur du , Charles r L x , TF Emmanuel o développement, Directeur Général RTLNET, RTL p , L ou 8 up Au ’E an La 1, p x , s j g élé Or ou pr e Ec ion ard Journalisme et Citoyenneté e an Journaliste,NAssociation vis Jérôme Bouvier, rd s s ex ,P e è s ’hu ge Président, Bouygues l ionMartin Bouygues, r ,D is, tra e, ari , ie s, IG L’E Ru RT dio sie G e8 ro L, xp n,L Philippe CFDT, AFP roCapdevielle, Journaliste, F1 u A ’ a L E u 9, p ujo , O Mats Carduner, pe Président deaGoogle xp RégionalnEurope , s ga France - Directeur Me E du sud, Google ion ur res ran cs Ne rd di d ,P eli s, ’ xtr DirecteurèGénéral, ge Cluzel, Président h r Jean-Paul Radio France e s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Publicité Ex ue TL Président, TF1 Gr Claude Cohen, r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pJean , x , ce s j de Cap Digital o M p e NPierre Cottet,gPrésident E ion ard u res c e rd se dia exCoudreau, Journaliste, ng , P des Journalistes ère représentants,du Syndicat National ’hu Bertrand (SNJ) l i t e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien nF ue o, Couture, iDirecteur - divisionEcontenus, Oranger LXavier x Ca o pa ,L L’E r 8 u A a 9, p, nc ns ujo agDessal, CEO Ecselis, xp Havas Media M e N Romain E e, i ard o ur res cs ed n l’H d ex Jean-Michel Dumay, , eli ère Journaliste,sPrésident iap du Forum ’hu Pa des Journalistes , um tra s D , , r a i i I L R d Duroux, président’Edu directoire, RTL en sie rt, a Gr Axelio ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 ude p n u ag Jean-Pierre Elkabbach, Journaliste, Président Lagardère News , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La u , l’ on Fig Relations FMontaigne AF es y r MartinerEsquirou, vice-présidente Extérieures de Thomson, Institut g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce d CaMarc Feuillée,RPrésident ,B è , o J ,P re, NMGroupe Roularta-L’Expansion e, ri F na Gr du Directoire, o r G i M l r o s P + an ro ma Robert, Forh, Chef de la u Mission P,Ministère de laetCulture ma p, Mécénat au up Le c r M o e P La ur Franz-Olivier FGiesbert, Président-directeur eO , o Fr res l’E général,ndirecteur de la publication, Le Point y, iga g a d a ue qu nc se NR ad rd ro i , e èregénéral du Syndicat p , NPremier secrétaire AlainJGirard, Journaliste, national des journalistes (SNJ) o ,P Bo e, ri F na Gr M , r uy G Me stratégique,raKR Média ism l+, Olivier Goulet, ou Directeur de l’expertise PP et du planning r gu o n p, ,M tro up Le a c es e P La Fondateur du e , o Fig Haski, Journaliste, F , Pierre site Rue 89 r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd Financier, Lagardère es uip e, ce Directeur è o tF J G Dominique, D’Hinnin, , B r NM e, ri F e, P o ran r u G roJean Hornain, Directeur i M r s général du Parisien-Aujourd’hui en France P y a r ma up gu c ou etr P, nc , e M p o e Pr s, eO , l’ PatrickLle Fig agHyaric, Directeuronde L’Humanité Fra e Go E s da ard u aro Patrick Kamenka, q n s e og e, ce AFP uip Délégué do syndical SNJ-CGT, st èrjournaliste, ,N , le, B e r F e Pr i o , M r , F u a Gr Dimitri Kochko, journaliste, Me Délégué syndical ran SNJ, AFPism Pde yg nc up ou P, u e, t a c r , L Arnaud Lagardère, es Mo Gerant Commandité, pe oF e, SCA Lagardère P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da représentant aDavid ue oo qu ncSNJ se rd Larbe, Journaliste, r d s g , i e ère pe or t , B l NM e Fr Pr ou ,R ,G , MCogérant et isecrétaire Fr général, Groupe a ism Lagardère PP Pierre Leroy, y n ad a ro gu ce etr nc , MBruno Lesouëf, u a io es ,M pe o F des rédactions, Directeur e, Lagardère Pactive F on , res l’E 6, O ran G d u oo se Fr MauriceaLevy, Président, Groupe rd es ce Publicisquip do an g , ère t ,P B l e e r F ce i o , SNJ, G ran , MYves Claude Llorca, Fr Journaliste, représentant r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF PierreoLouette, Président, es ,M pe e, AFP Pr on Fr , ran l es 6, Ou Go Eq anDirecteur des ’rédactions da Alain Louyot, Expansion s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F Malo, Journaliste, F c Pr SNJ – Journal Antoine du Dimanche o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u Philippe Manière, Institut Montaigne a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’EPrésident, Groupe 6 O raBertand on , Meheut, Canal+ ue oo qu nc se F s c ran e, st gle ipe ,B e, TF Victoriano la Cour, CliffordoChance Europe FrLLP ce PrMelero, Avocat ,à G iF ,R u a 1, ism ran y T nc a r g é o Or d lév ue et de Syn.tv, Institut e, Montaigneio up d’Ecomatin SAS a PAncien Président cePhilippe Micouleau, an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a AlainEMinc, auteur, chefsd’entreprise, AM Conseil ,F nc ns ue oo qu se Pr r ,G e s a g i , p ,T t ism Arnaud Molinié, l et du développement, Groupe Lagardèrenc e e, Directeur de laBstratégie F ro ou ,R F1 r e a Gr up aP yg Le Figaro nc Té ,O ad ou général, Groupe Francis e l u e resMorel, Directeur év i r o e , a p s, M6 ng e O de la Fédération Fr du Livre, isio uip se Secrétaire général Michel Muller, des travailleurs des Industries G a e, , , e, du Papier etBde la Communication nc ns ue Cgt (Filpac-CGT) oo F RT r ou Gr , e st a g G , n l L, ou Neltner, Directeur e, yg des partenariats TF Fr stratégiques, Google ce ro Jean ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr du Livre etsdeiola Communication ère , Secrétaire général6 du Syndicat Général ge Ecrite (SGLCE)xtr Norguez,G a , n n ,L uMarc , ad oo Fr ce s, es RT a i g o, , T TF1 Gr t F Paoli, Directeur ncet du Développement, Jean-Pierre le, de la Stratégie L, ou L’E o F r e La an Ra up 1, yg Nonce Paolini, T xp ga élé cePrésident, TF1 di Or eN ue res o r , a v d sBruno M e n i F s è , G Pelletier, responsable s, xtr ge juridique ret ion Metro France re, 6, anressources humaines, , a o F ce s L’E es RT (USPA) dio o r n de l’Union Syndicale de la ,production audiovisuelle , G t F Jacques gPeskine, le, DéléguéaGénéral L xp , TF ce ro ,L L’E ran an R u 1 ag Té , O de la PressepParisienne) ad Général, (Nouvelles x Remy Messageries NMPP sio ce Pflimlin, Directeur p e ard lév io res ran N ,M ex isi ère de Mediapart s, ge 6, Journaliste,FrFondateur Go Edwy Plenel, on an t r DI , , a F s, L’E RT dio og Daniel Pouzadoux, ran Président decela, Fondation Varenne Gr Gr le, L x , T ou c p ,L L’E ou F1 e T de Médiafor a Ra Pouzerat, Président n a Philippe et Directeur des Ressources Humaines de Prisma Presse ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 Dominique Pradalier, ex des journalistes ng du Syndicat national isi Secrétaire général Journaliste, (SNJ) Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran de Puyfontaine, Arnaud France ,G e, Président de Mondadori L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up Active ns ag TéPrésident du 1Directoire, , O Lagardère ad Didier Quillot, ,E p e i a o r io Pascal Rogard,léDirecteur r cs N rd es n, vis Général,aSACD e n Fr el è s x ge Pa ion re, ,D an tra , r isi ceRasmussen, Directeur s, Général Délégué, IG L’E RT LagardèrediServices ran Dag Inge en o G , ro L, xp ,L TF ce John Rossant, r -A o up ’E an La Montaigne Président Exécutif u de PublicisLive, Institut 1, ujo Té p x , sio ga Or pr eN E l é c rd es an Analyse Stratégique n, vis AFP - Directeur, Eric Scherrer, et Partenariats, AFP se ex Fr è s g P lis i r , on an t e e a radEurope LLP , L DI ,R , RClifford Chance r i ce Remi Sermier,s,Avocat à la Cour, s ’ G i i E ue T en o, Gr ,T r L x o p , L ou Productrice, 8 F1 Servan-Schreiber, Fabienne up audiovisuelle (USPA) Au an de la production LaVice-présidente’Edexl’Union Syndicale ,O pe , s j ga élé pr Ancien Conseiller Ec de la sociétéodeu iontechnique chargé ran Conseiller référendaire à la Cour Ne rd des comptes, es vis Laurent Sorbier, rd se ,P è s ’hu télécommunications au Cabinet du Premier ministre (2002-2005) x l ionl’information etgdes r ,D is, tra e, e, ari ie s, Spender, Directeur IG Ru RT Général Adjoint dio de L’Equipe L’E sie Xavier Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo , O Frédéric Sitterlé, Le Figaro pe Directeur desagNouveaux Médias, x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d eli numériques ’h Antoine ère du Groupe Ouest s, France et, Directeur xtr Général Adjoint ge de Tarlé, Directeur Pa des activités s, ui DI ,L ,R ad ris s, R en ’ Nicolas de Tavernost, Président du Directoire, M6 G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa -A L’E ou Jean-François, Tealdi, 89 an L p porte-parole de l’intersyndicale de France Télévisions n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dèDélégué syndicalssCFDT, AFP , se dia Samir e Tounsi, Journaliste, ng ’hu x P l r , i t e e, s pa a r D , L Général des Rédactions, ris Active , R ie I G Lagardère RT Christian deaVilleneuve, dio Directeur rt, ’E ien nF ue ro L, xp Ca ,L r 8 u A a a LaWeil, Président, ’Groupe Alain Nextradio Ex 9, p, nc ns ujo ga M pr eN E e, i o ur cs ed n, dè Directeuredessrecherche, CNRS l’H d ex DominiquerWolton, eli iap ’hu Pa re, ,D um tra s , r a i i I L R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig pour leur contribution Fr AF es y Par ailleurs, nous remercions écrite : g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce d CaDenis Bouchez,RJDirecteur du Syndicat ,B , N National de laèrPresse o Parisienne r(SPQN) ,P e e na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l o s + an (SPMI) m ro up du Syndicat Anne-Marie etr et d’Information P, de la Presse Magazine , L Couderc, Présidente ma up a c , M e o e P L ur Catherine Gabay, , o F Fr et de la Communication, ag - Technologies reset Multimé- e O Editeurs l’E y, igaConseillère technique nd de l’Information a a ue qu nc se N dias - Cabinet du Ministre rd nationale ad ro de l’Education RJ i , e ère p ,N o ,P B e, ri Fpour le Développement na GrLabasse, DéléguéMpour la recherche, - Centre National Bertrand de l’Information (CNDI) ou r G ism Me l+, ran ou P yg ro p, Président de laP,Fédération ue t u LeJacques Louvet, a ce rode la Presse Spécialisée (FNPS) Mo Nationale p P s, L e , Fig Fr ag res l’E n O a d ard d’AQIT (Association Thomas pour lanQualité de l’Information) ue aroZlowodzki, Président qu se NR ad ce st , i è p , o J G L’Union desNAnnonceurs (UDA) , B r e r Fr e P iF ou ,G MP ,M r an ro i r s yg an ro m up c etr P, ue up aP ce ,L Mo o s, eO , l’ Fig Fr ag : res n Go E a Enfi n, merci da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou P, du Premiereministre, aux services u e, t a c r ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag à Christine Lagarde, rel’emploi, l ’ n O r Ministre de l’Économie, de l’industrie et de E a s ,F da ard ue oo qu nc se r d s g , i e ère Albanel, Ministre pe or de la Culture t , B l à Christine et de la Communication, NM e Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP à Éric Besson, y n a ro chargé de la Prospective gu cel’évaluation adi etrSecrétaire d’État ministre, et de nc auprès du Premier , Mdes politiques u a oF es ,M pe oF e, publiques, Pr on , l e 6 ’ ran Go Eq ss ministre, Oue ,F d de Boishue, Chargé à Jean a de mission auprès du Premier rd o u e c ran d s g i , e ère pe or t , B l e Fr auprès du Ministre i F Conseiller P ou et des médias , R de la ce , Gde l’audiovisuel technique chargé , Mà Mathieu Gallet, r a i r s Té y n ad an ro Culture ma gu ce etr et de la Communication, u i c oF es ,M pe oF e, PrSecrétaire d’État on , à Laurent Ladouari, Conseiller auprès du auprès du Premier ministre, chargé de la Prosran l es 6, ’Eq Ou Go da pective etrade l’évaluation des politiques publiques, n s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri àFleur cabinet quiPont bien voulu nous F c o , et apporter leur expertise et nous accorder leur temps. , r e ris uy an Ra Gr ran Té m g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T nc ad r g é o Or lév ue merciupà Henri Verdier. e, i ceEt un très agrand o an Pr s, M6 isi eO , l’ Fr e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran ,G e, L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up 1, ns ag Té ad ,E O p e ion ard lév res io ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce ro -A up ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c rd es an n, se ex isi Fr è s g Pa lis r ,D on an tra e, e, ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en Gr ,T r L x , o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou Ec ion res ran Ne rd vis rd s ,P eli ère s, ’hu xtr ge ion s, ari D , , a ie s, IG L’E Ru RT dio sie Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo ag ,O pe x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d ,P eli ère s, ’ xtr ge h s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran ,G e, L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up 1, ns ag Té ad ,E O p e ion ard lév res io ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce ro -A up Synthèse ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c rd es an n, se ex isi Fr è s g Pa lis r ,D on an tra e, e, ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en Gr ,T r L x , o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou Ec ion res ran Ne rd vis rd s ,P eli ère s, ’hu xtr ge ion s, ari D , , a ie s, IG L’E Ru RT dio sie Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo ag ,O pe x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d ,P eli ère s, ’ xtr ge h s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uSynthèse , a oo Fr ce s, es RT dio a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou oude l’économie F r e ’E L a R 1 Le Président de la République a fait du soutien au développement numérique et de ag yg Té nc ,O pe ad xp ard léson ue l’aide aux entreprises e, res i r o N a l’une des priorités de action. v s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ceindustries dess, contenus revêtent Dans o ce contexte, lesr mutations des L’E es RT une importance dio particulière, an gle , G tF L , TF ce culturel et démocratique. ro pourquoi le, LPrésident de laL’République xpa C’est rande par leur,rôle Raéconomique, Ex up 1 ns ag Té ,O cnous p d e io mai dernier, la mission d’analyser le défi de la migration vers le numéria l e, a confié, le i26 é r ran oF Ne rd es vis M6 è s, xtr de mesures re, d’accompamédia etiode formulergdes Go que des, entreprisesrade e, propositions DI n n a F s L R d og gnement pour ran faciliter ccette ’ , e Gr io, Ex TL , T mutation. Gr le, ou c p ,L L’E ou F1 eT a R n a , O ayant jalonné pe la réflexiong sur ces questions adavoir consultééles xp au cours sdes Après ion a lévgrands rapports e, io res r N r ande très nombreuses d 1 M6 cinq dernières e ,P isi avoir mené Fr années, après de patrons et de managers auditions ère s, xtr ge o ari , Fd’entreprisesade DI nc médias, denjournalistes, ,L s, de, R responsablesad syndicaux, d’économistes spécialisés s ran ’ e, Gr io, Ex TL Gr T o c pa ,R ou experts… ,nous dans les les recomF1 et d’autres up e Tmédias de juristes ’E mesure présenter La sommes Len n , p x ad ,E s g é O p e i a o r io mandationslésuivantes. r cs N rd es an n, vis e Fr el è s x ge Pa ion re, ,D an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce Constats ro -A up ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c es ancrise des médias n, se Il y a ien France une ex avec rdèr Fr s s g Pa lis i ,D on et des origines an des causes e, e, variablestr:a ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i en sa pre- ue Gr sur un secteur , ♦T Presse : le choc r L en crise. ,Un ♦ Radio : x entre deux crises ? La radio a connu o p , -A L ou lit deux foisLplus de journaux’E mière « révolution 8 FAnglais up» dans les années a 1, ou un Allemand numérique 80 n u a p x , s j g élé OFrançais, ou pravec le développement e N 4 fois plus…aLes Ec FM. Un nouvel ion de la bande ventes ran un Japonais r e vis qu’un d s s exdepuis les années , P qui sembleeltoujours d’ac-rd’h interruption 60. équilibre s’est alors instauré, è s gsans ion décroissent r , D la diversité dearl’offre disponibleissur tra élevés que dans e, le coûts de e production sont plus tualité. Mais , RInternet, ui e ,R i sLes I L d s ,reste ’ G i i E terrain fragile, du marché de enla musique, et ubientôt o, la révolution x la déstabilisation Grde l’Europe…TSur e8 rradio L, un o p -A de bouleverser L ou apporte de numérique nouvelles opportunités, mais l’arrivée de la numérique risquent F1 u ’ a L E 9, p ujo ag et d’importantsxbesoins , O surtout depnouvelles , menaces dennouveau le secteur. s Me p e E ion ard ur res rand’investissements cs Ne; di d eli cette crise frappe ère . La télévis, Malgré les ,atouts ’ xtr ge Pa de notre pays, h ♦ Télévision : le changement de modèle une s, u DIindustrie qui, pourrisde multiples raisons, s, sion, aRété, depuis sa a création, le média, de masse par n’a pas pu sei hisL R d en ’ G ieinternational io, Ex autour ser au uedoit aujourd’hui TL capable de rassembler Gr excellence, les Français premier rang et qui r n ou ,L -A L’E numériquepn’en ou de grands événements. 89 de taille Fran a La révolution a affronter des géants de l’Internet et des médias p n u a pepas fait baisser lagconsommation, xmais , Mlourdes , E Elle n’aura jpas ce sio bien supérieure. ou seulement de pr elle a disséminé ard c N e e rdun secteur d’activité se dia ss dans les publics les n,conséquences économiques ex sur de nombreuses ng ère offres, affaiblissant ’hu P l , i t e, s pa a qui emploie plus de 400 000 personnes. Elle risque égalechaînes et risquant donc d’induire prochainement l’inr D ,L ,R ris ie I RT capacité àafidnancer rt, ’ une offre de qualité ; ment d’affaiblir la création culturelle et le rayonnement de G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa notre pays. Elle risque surtout 8 d’affaiblir les liensrmêmes L’E u A a La 9, p, qui tissent notreudémocratie ncée, ns : l’information libre et vérifi xp j ga o M eN E e, i o res cs le divertissement deuqualité, l’éducationepopulaire. rd n r l’H d d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L ran ap 89 up n u ag 1 Liste dans’Elexrapport , , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap is, septembre 2008 hui um i ari Synthèse rapport lGiazzi. D , ar IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ obreux Fig Friche AF es y n r et qualifi és, d’un extraordinaire potentiel de g E a ,N d a P, Il faut donc a q n a rd ro et se de la béatitude ce ce virageunumérique, do si elle sait négocier Rsortir Ca i ,B ère croissance p , N numérique. J surtout véritable ciment de ,notre avenir : qualité de notre e r P na Gr i o ,indépenMdes moteurs de, M vie démocratique, Fr valeurs derinotre G société, Certes, est l’un P l+, l’économie numérique ou s an ro ma P, que moins edance ma de notre pays… la croissance tro et rayonnement up Le mondiale, pet, contribue, quoi c M e P La française. Certes, ur spectaculairement, eO , à la croissance et o F Fr l’E c’est sansreaucun y, nous voulons leigdynamiser n g a s d Aider cette industrie, aujourd’hui, doute encore, ces technologies et a ue aro qu se NR ad contribuernàcedéfinir les orientations, rd modes de créale contenu et les ces J industries apportent i , ère p , N de nouveaux o , P de demain.e, Bo rivaleurs na Gr et de collaboration. de la croissance tion, d’échange M , F r uy G ism Me l+, ran ou PP r gu o p, tro : up LeMais cette transformation a c es recèle ,aussi des périls propres M e P L e , o F F , a r l information sur les intérêts es iga Cocoon gcentrée nd personnelsra Objectifs’Eq Ou a n s NR a journalistes, ce de chacun, es r citoyens ser prenant pour des uip e, or tF J G irrespecto,desN créateurs etdèderela propriété dintellectuelle, Pour, donner ce sens à la croissance de l’économie B Pr et aider lese,médias i F à numérique, o ran , u français à y prospérer, il techniques capables G roémergence deMsuperpuissances i M r s P y a r made tenir fermement up seules d’influencer c ou deux objectifsgu: P, les cultures enationales… nc est nécessaire elles Et l’un tro , e M p e Pr s, de sesL principaux dangers eO onest précisémentFler risque de , l’E Fig agbas des industries e Go a Maintenir et renforcer la qualité des mettre à culturelles héritières de lons da ard u aro q n s e og uip du contenu. e, Ce premier principe ceforgé industries do gues traditions, èun métier de journaliste qui s’est st ,N , le, B r e r F e dans des équilibres Pr fondateur des i F sociaux savamo recommandations suppose en , MPd’âpres combats, r , u a ismparticulier : Gr Me ran yg nc ment dosés… up ou P, u e, t a c r ,L es Mo pe oF e, P M6 les attentes des ♦ de maintenir et de favoriser à tout ,prix le pluraag Dans ce contexte, res l ’ n O r G E a ,F dasont très fortes aprofessionnels oo qu lisme desel’information, ugarant nc: de notre démocratie, rd e r d st gledu ipe en soutenant, B e, ère la qualité des contenus et donc celle or NM Prse retrouve , journalisme i F essentielle qui ou les métiers Fderal’information, aider ,R ,M les journalistes , profession : protéger Gr ism r PP ♦ pourtant y n a cede ce nom ; adi et contestée, et et soutenir ou un statut gduu journaliste digne etr nc dont les statuts , M les droits paupérisée a oF ,M ; pe et protégerenotre o F le droit d’auteur) e, semblent par(notamment aider, soutenir Pr s, presse d’opinion ofois l e 6 ’ ndinadaptés aux rnouvelles Ou les conditions Go d’une offre, de logiques, Eqet qui veulent ss♦ de préserver Fr ad les valeursaetnles rd e og à une vraie u e préserver conditions de leur métier ; contenu de qualité : aider et contribuer c s an ,formation, e, culturelles,ipquie voient ère ♦ les acteurs or des industries t B l e notamment dans les domaines du numéF P i o , rannos concitoyensRà s’investir ce T , M leurs financements Fr disparaître retisleurs métiers ,contesu G rique, inciter et favoriser y an ro m gu à nos entreprises é ce de médiasadeti à nos etéstr par une vague coût, par-u dans les soutiens cede contenus àafaible o e , p o s,; soutenir la recherche M6 technologique , l’ », tandisPque Fr fois « Fgénérés par l’utilisateur de nom- e relais d’opinions on r e O r G an E an investissent fortement s , da breux pays sur leurs futurs mais aussi l’innovation et l’expérimentation. ue o q s F ce o u e c ran do concurrents ; e, st g , i p ,T B l e e r F dirigeants deP médias, qui voient F c o , , ♦ iles fondre leur renAssurer la rentabilité et la compétitivité de r e ris uy an Ra G ranet doivent affronter tabilité le coût socialrd’importantes m nos entreprises de médias etdfaire naîtreTél g c o etr u e u év a io c ,M internationale pe de deseschampions internationaux. o F restructurations e, et une concurrence P isi F ,G res ran l’E ; 6 O ranplus en plus armée on , ue Ce secondooprincipe a conduit se valeurs authentiF s c ♦ les à proposer un ensemuipdéfendent des ce syndicats, qqui ran e, : st ble de mesuresglde dérégulation , , B ques à partir de modèles d’analyse et d’actions paret de libéralisation e, e, TF Fr ce Pr iF o a R Gfaçon à réinventerupour faire dans une compétition internationale qui s’est intensifiée 1, ism et de toute ran fois vieillissants y T n a r g é c o d et qui ae vu converger plusieurs fronts (contenu, lév com- Ora ue up a Pdonne. i ce face à la nouvelle o , s, munication,Mtechnologie, publicité…), n eO ,l Fr la Franceisa ibesoin rvolonté 6 G o a Eq Le ’courage et la e de champions internationaux qui puissent organiser les ss politique , nc ns ue oo F uip donc aujourd’hui. e, Pr ,G synergies entre les rmétiers différents,esans être arrêtés s s’imposent a g , tF n ism l Bo e e, T c par leurs de ro , Rparticularismes.eIls doivent être Fcapables r u a G 1 aCertes, ygs’y opposent : nlesc mener desastratégies Té fondées sur ,laOR&D et upe de rupture, ro tabous français Pr de nombreux d u e u ramarrelations les rela- , l’innovation, etio de se déployer lé rapidement sur les es entre le pouvoirpepolitique et les emédias, vis s M ng F uip se l’entreprise et laOculture… Mais, les tions entre médias chés émergents. r i 6 G o a e, , , e, sont une industrie nc ns oo nomBo stratégique,uesource d’emplois F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an ii tF Giazzi. septembre 2008 e, gle Synthèse rapport , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uMesures , a oo Fr ce s, es RT dio a g Gr ,T tF nc le, L ,L ou Ces deux principes conduisent aux recommandations suivantes résultant des entretiens avec les, acteurs rencontrés. ou F r e ’E L a R 1 a yg T nc , p a g é Or décisions urgentes. dio e N Elles touchent appellent ard en effet : xpre lévaujourd’hui des ue La plupart dee,ces recommandations a ss s♦, soit à la sauvegarde M6 des médiasFtraditionnels exdans leur pérennité ng isi certains sont aujourd’hui èremême, dont menacés r , G o a t e rad nc ns et d’autres ,L ,R oo dans leur, qualité Fr ; es ’E , Gmédias, qui risquent an gle au développement TL sans cela deio,se replier sur des vers leenumérique de ces ,T t F ♦ soit à l’aide xp c r , L’E ou F1 ; ran marchés en, régression eT an L Ra ag de qualitéxprofession,O pe ♦c soit au nouveaudmonde des médias sur le web, à travers des régulations, des instruments sio é p a l enelle é r r N r e , Mou des cadresiojuridiques a vis ou éthiques.n dè ss ex Fr (droit d’auteur) g i r 6, ,D Go Toutes s’efforcent o a t e de limiter le coût socialndes transformations, tout en libérant les énergies pour l’innovae r n , , a c s L R d og tion. CetteFattention au voletesocial est essentielle. culturelles iemploient un grand r ’E nombre I G , G Les industries T o , lede, personnes,anqualifi L xpchange- ro , TF et qui n’ont subissentLaujourd’hui des ce ées, passionnées ro pas démérité., Elles u ’ an L R E u 1 ments serait un incommenTé profonds. Réaliser , O ce changement pe sans cesaprofessionnels adstructurels très x g pr à terme,side e, on surable igâchis humainlé et une perte irréparable de compétences et deasavoir-faire, et donc, r o N r e a v d s M6 compétitivité ex ng ,P Fr économique.isio ère s, an t e ari r ,F DI ns ,L ,R ad ce s ran ’ , Gr io, Ex TL Gr ,T o c pa ,L L’E ,R ou F1 u eT ntous a du rapport sont donc Faciliter l’accès aux contenus par les canauxp, , p x ad Les recommandations s g é O p e Ec ion ard lév: res io les suivantes ran Ne de diffusion se , isi Fr è s x g P l r , o an et renforcern le pluralismeede, la presse tra10. Recentrer lae,Loi Bichet sur sa Dvocation d’origine*** ari Défendre c s I L RT dioAppuyer le plan’E« Défi 2010 » des sie ran ,G e, 11. Gr NMPP, favoriser L x n, T 1. Constitutionnaliser la défense du pluralisme et de l’ino ce l’ouverture de presse *** ,L L’E de nouveauxppoints F1la presse*** rou u Au a p dépendance de n ag 12. Libéraliser Té ,O pe x , la réglementation des points de vente pour s jo p Ec iocacité*** év ran de la presseNen 2. lAméliorer le financement développantard en augmenterrle e n nombre et l’effi se ss ex un fonds èr ,P isi les Fondations Fr geet éventuellement lis , on an le mécénat, t e 13. Développer la pratique du portage à domicile avec les a rad D ,R , r i ce d’investissement s, dédié*** , RT I L s instruments de l’aide à la création d’emplois*** ’ G i i E ue en , 3.T Créer auprèsGdur Premier ministreL un observatoireo,du r x o p , 14. Soutenir une réforme drastique des imprimeries*** L ou 8 F1 dans la presse up Au ’E an La pluralisme ,O pe x , s j g 15. Stimuler la recherche et l’innovation sur la diffusion élé ou Ec ion ard aux pnumérique Étendre compétences du CSA (notamment res rales N vis 4.nouveaux rd s ng et le saisir edex la question du èrespect ,P e médias) s ’hu l ion r ,D is, tra e, e, Mieux anticiper l’avenir a des médias du pluralisme r ie isi s, IG L’E Ru RT dio e G 5. Élargir les aides de L la Commission paritaire Soutenir unerorecherche de haut n- niveau sur leseévo, L aux nou- x16. ro plutions , L en ligne, gratuits, 89 F1 u Au formation ambi’ a veaux supports (journaux tout etc.) E u des médias et faire émerger une p n ag ,O pe ,M x , s j ou pr tieuse pour ion les stratègesEdec la guerre numérique ard raFavoriser N e l’information de qualité rdécoles de ed se ss 17. Susciter,des ex ng è formations marketing dans les i ’hu P l is, e, les chartestrade déontologieredes a 6. Inscrire journalistes , Djournalisme et de , communication r i s, isi IG L’E Ru R dio en collective e Gr dans leur TConvention 18. Inciter les groupes de presse à former leurs journalise r L x n , Fr outechnologies numériques pa le tes aux , L les sites d’information -A L’E ou 7. Professionnaliser 89 en favorisant an p n u a precrutement ,M ,E ce de journalistes sio jou ga *** xpr eN c e r e rd se 8. Recentrer d’infor- n,Soutenir l’investissement dia ex les aides dà èlar presse sur laspresse ng s ’hu P l , i t e e, mation générale et politique*** s a r D ,L ad ris en place des, Rmesures d’incitation i e à l’investis-par 19. Mettre I RT 9. Doter l’Agence ’ t, C G ien io, France PresseExd’un statut et d’une nF ue sement numérique *** r Ldirection o , L pérennes, Lsoutenir a up 20. Élargir le -périmètre Au des aides89à,la numérisationran ’E son projetpanumérique n a x , ce sio jou ga M pr eN EcSoutenir financièrement 21. la doubleediffusion analogi, l’ r e n r d s d d ss ex , e Hu è que et numérique de l’audiovisuel i ’ P ap hu lis re, ,D tra ari 22. Élargir ma , a i leRpérimètre d’intervention IG L’E dio en de la Caisse sie rt, des u à l’investissement de médias e 8 dans les Fgroupes ro xp Ca nDépôts ,L ,L r u A ’ a a pD E 9 p n ujo ag 1 le label *** désigne ,M xp les recommandationsnsquei nous estimons incontournables. ,E c e ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u iii Synthèse rapport Giazzi. septembre 2008 s p a u DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n 1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig de champions Fr AF es y Permettre la constitution de taille g E a da ard P, mondiale, N aro q n uip de télévi- se, Adapter des chaînes do le cahier descecharges RJ Ca ère 28. ,N , P donne numérique Bo e, sion aux contraintes ri F de la nouvelle na Autoriser un G 23. groupe de médiasMà posséder une , r G r i l+,de télévision, une ouradio et un quotidien sm PP de dimen-Me29. Repenser lesraobligations de coproduction et les droits chaîne ro ma p, ,M tro up Le *** patrimoniaux des n chaînes de télévision a c sion nationale e P Lamaximal pour uno média Soutenir ur 24. Relever leF seuil d’audience , Fr les médias lfrançais res défis du e O y, ’Eq face aux iga nd g a a ue se N radio ad numériquence rd ro uip R , è , o J G les limites àNla concentrationrde évolu25. Asseoir la télévision r 30. Préserver les , Péquilibres économiques e, face aux B esur na itions ou M , des marchés de la publicité*** F r sur une audience réelle à défi nir plutôt que le nombre G r ism Me l+, de chaînesou ran PP r outélévision ygu 31. Aménager les règles de la publicité à la p, ,M tro Le a c es e, et garantir les règles Pr de mesurepd’audience 26. Supprimer lesL seuils de détention o capitalistique (49 %, e 32. Optimiser F F , a l es iga5 %) nd Ou randes contenus’Eq ga 15 %, s NR ad rd es ro ce: Permettre à la uradio 33 , Bnumérique dans ipede relever leedéfi ère , Nla modernisation or tF J G Favoriser des industries , Pr conditions , G iF de bonnes o ran ,M u roculturelles MP i r s y a r 34. Appliquer un régime de TVA unique pour les médias, ma u gu c ou P, des droits ed’auteur nc tro des journa27.pRésoudre la question ,L e M p quel que soit leurPsupport de diffusion e s, eO , l’ listes deala presse écrite*** on Fig Fr res Go g E a da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran nc up gu ou pour ces yprofessionnels e P Il n’y aura pas d’avenir et pour e, , t a c Conclusion r ,L Mo pepas de grandsegroupes oF e, s leur P métier s’il n’existe français M6 ag Les grands objectifs reset désireux de Odévelopper une, offre l ’ n r G de ce rapport sont étroitement liés, E a rentables adaptée ,F da aetrdles recommandations ue oo qunu nc s e qui en découlent forment r d forte, dans st gleune ipeà notre culture,, Bà une identité française e, ère cohérent : ilon’y NM ensemble aura pas d’indépendance r Fr être les porte-draEurope doivent Pr iF ,R , G forte. Ces oentreprises , M sans rentabilité, u a ism il n’y aura pas de r PP ni de qualité y n peaux aujourd’hui et demain de notre image et de notre ad a ro gu cnos e , Mcroissance edutrosecteur sansncchampions de a taille u io société. Elles doivent pouvoir promouvoir valeurs et es ,M pe P F internationale, il n’y de ces on Fr aura pas dee,rentabilité , res nos choix. O l’E 6, G a d champions sans qualité… u oo les verrous Fqui qu nc sIley a donc urgence a rd es à faire sauter ran gle i , eses ère La Francedavait p or su bâtir, pour t , B industries culturelles, un e empêchent de grands groupes de médias français Fr ce Pr i F entre les professionnels, ou ,R ,G , Méquilibre cohérent a les entreprii à devenir de grands groupes plurimédia mondiaux, r s Té y n ad an et le cadre financier ro ma de cette actigu eux tout lecsecteur etrle cadre juridique ses, e u entraînant avec des industries i c oF ,M p culturelles. es o Féquilibre esteremis vité. Cet en cause P par la révolu- e , on , r ran l 6, ran : c’est un’nouvel Go Eq équilibreeque ss nous TelOestuele but des recommandations da tion numérique F ce de ce rapport. og uip e, ran dodevons bâtir caujourd’hui. st e ,T , B l e e ri F F c P Les auditions ont montré que l’ensemble des acteurs, o , , r e ris de ce système, L’existence, au cœur an des clivages Rpolitiques G de grands uy largement au-delà ran plurimédias Té ad ou des luttes m g ce etr groupes est essentielle.ro Ce sont eux u u a i c idéologiques, partagent es , Ml’essentiel deoceF diagnostic etlévis o F en effet quiepeuvent faire la synthèse entre lespdifférents P e , resde rupture. Ce seront très important ran quant ion l’E Ou ont un,niveau ramétiers Go d’attente et6d’espoir pour développer des offres , q n s F s es aux capacitésogd’action, à l’énergie uipfaire pièce auxepuissances ceaussi qui pourront ranet à la volontécedu, Préeux émer, t sident de la République. , l B e, e, groupes de médias TF gentes P que sont les grands ce iF ou interna- Fra ris aussi les nouveaux Ra a su organiser Gr géants technologiques 1, ran tionaux mais La France de la Libération ses médias y T n m g é c o d lévcinquante Ora e, la qualité et leiopluralisme pendant up les efforts deuR&D aP consentir ceou internet et notamment pour assurer e s, ans. Le contexte M6 était alors idéologique, n isiet mar, l’ Fr indispensables. Nosrgrands les pôles national es groupese seront O G o a E , nc et la rentabilité ns ue structurants oqué qu d’une économie par la rareté des se dynamique. Fr canaux de diffusion ogoffres Pr ,G e s a i , p des existantes. ,T tF nc ism Il n’y aura pase,de grands groupes le, Bo français internationaux F1 pour por- rou r e a R Gr asans de bons journalistes, avec uune éthique forte, un Il revient à la France de 2008 de s’organiser Té ,O pe ad Pr et une rémunération ou adaptésynigusans un tissu ndece ter ses valeurs l statut dans une compétition internationale, dans é i r es o es produc- , M an pe : PME, chercheurs, vis par tous, produite uip professionnels laquelle l’offre seraFillimitée, accessible se de la création ,G ge r i 6 O o an laquelle nous voulons , B auteurs, scénaristes e, teurs, réalisateurs ayant la possibilité n par ,beaucoup, et dans que la u o F ce distraires,et éduquer , RT ou contenus de egrande Grde développer des st qualité. ogl Francera continue à informer, Gr ,T nc L, ou e, de la meilleure yg F manière qui soit. ou F r e ue an Ra pe 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an iv tF Giazzi. septembre 2008 e, gle Synthèse rapport , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran ,G e, L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up 1, ns ag Té ad ,E O p e ion ard lév res io ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce ro -A up Rapport ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c rd es an n, se ex isi Fr è s g Pa lis r ,D on an tra e, e, ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en Gr ,T r L x , o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou Ec ion res ran Ne rd vis rd s ,P eli ère s, ’hu xtr ge ion s, ari D , , a ie s, IG L’E Ru RT dio sie Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo ag ,O pe x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d ,P eli ère s, ’ xtr ge h s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uIntroduction , a oo Fr ce s, es RT dio a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou ou F r e ’E L a R 1 a yg Le secteur Té industriels, Oclés de notreppays, ncdes médias est ad l’un des secteurs g e N avec 400 000 ardemplois xpre lév ue e, i r o a ss set, un fort potentiel M6 de croissance. ex ng isi Fr ère , Go o a t e ,F rad nc ns , , L es R og r n ’E , médias ne sont e, io, TL pas une activité t F Mais au-delà économique, les G comme le, de cetteaimportance xp T c r , L’E ou F1 ran eT an L R pequ’ils visent alegdivertissement, les ils sont ad concourent éàl l’éducation, ,àOl’information ou x sio ce autres. Qu’ils p ard év io res r N , a M6de notre vie Fenr commun, ceisiqui nous fait citoyens. le socle ng ex ère s, Go on an tra e, ,F DI , ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a R n a ,O ad La pérennité, l’indépendance et le pluralisme des pe ♦ les usages sociaux, sio ga les attentesxdu élé prpublic, les compore, r N r e médias io sont indissociables du projet démocratitements des utilisateurs ; a v d ssde géants inter-n, P M6 que. La qualité eacteurs n Fr et la vitalitéisde è x son industriegcultu♦ les en place, avec l’émergence i r ,D o a tra e, e, ari , Frelle sont au cœur nc de son rayonnement. ns Au fi l de son nationaux de l’internet et des médias et de très grands I L R d s ran ’ , e Gr et Ex qui développent Grla RépubliqueTL groupes deiotélécommunications histoire, et au prix de ,nombreux combats, , T o c pa et de communiL’E d’information ,R up e T à garantirFces donc cherché des formes up progres- , Lproposent 1, principes, et os’est ns a x ad asivement , g é O p e dotée système global cohérent, qui inclut : cation nouvelles n’entrant dans aucune ides anciennes E a léd’un o r io r cs N rd es an ée, composé ede n, vissolide et diversifi logiques. el industrie ♦FUne è s x ge Pa ran io re, comporte ,deD grandes opportunijournaux, télévisions,n radios, groupes de médias et tra Cette transformation , r isi ce plurimédias, infrastructures s, I G et pour l’écoL’E pour l’information RT ou de dtésiopour la culture, ran groupes de diffusion G , ro bien réel-enL, xpaussi des menaces , L Mais elle recèle ce distribution,TFproducteurs et prestataires ro ; nomie. up Au ’E an up compétentsL: ajour- les pour 1, T♦éDes professionnels x , formés et l’équilibre économique des entreprises s jo g O p eN ion et la qualitéEcde l’ina lév et techniciens, ran auteurs, producteurs, nalistes comé-rd donc pour lesreemplois le pluralisme se s ex écoles de èformation, ,P is Fr ge dessinateurs, lis diens, iscénaristes, graphistes, pour lasqualité des programmes audiovisuels r , on an t e a D , R déontologiera; d r i ce formation, statuts s, professionnels, et à ,terme pour l’indépendance et le rayonnement de la , R I L s ’ G i i E ue T en o, Gr Droit d’auteur, , ♦T Un cadre juridique. droit des médias, culture française. r L x o p , L ou 8 Fprotection Au an numérique uatteint Lasources, protec-’Ex La vague du des journalistes et de leurs 1, p, désormais p les s j g élé Olar vie privée, défense ou pmédias, e du pluralisme,aorganisation E tion de res y comprisioles plus installés :cpresse, télévision r an : une savanteNconstruction n vis des marchés rd d s a été progresex ,laPstimuler, mais ilefaut, è s et bientôt radio. Il faut en même ge pour approcher l ion sivement érigée r ,D trale meilleur équilibre e, arise développe isen, sacrifiant ’hui , temps, empêcher qu’elle ne spossible IG Ru RT et la responsabilité dio de ceux quiL’E e s , G entre la liberté des emplois et rdes entreprisesiede qualité, qu’elle n’ene L x n , o ro font profession d’informer, ptraîne , Lde divertir ou d’éduquer L’E ; 89 F1 la confusionuentre a upfinancier p, information-Aetujcommunication, n a , O ♦ Un cadre original : de nombreuses dispo, x s g qu’elle ine nivelle la place dans M pr e N ou fiscales aontr été progressivement Ecde la création ofrançaise o u ransitions financières ed e n dè l’indépendance se une économierdculturelle ne déstabilise ss le monde, qu’elle ex garantir au mieux , i ’ mises ge en place pour P h l re, , Dhéritière d’une longue is, proposer de modèle trmédias tradition, sans a u , a r i et la pérennité des d’information, le dévelops, isi I Gsubstitution acceptable. L’E Ru R d en de e Gr pementTdes métiers deiola, création, le soutien aux e r L x n F pet les Il est oessentiel , L relations entreL’les -A dans cette déferlante, ou créateurs, les 89 des ra up de préserver, producteurs a E nc n u a pediffuseurs. , Mpar des xp , E informations fiables, s j repères, des développées ga o e i o u res Ne est aujourd’hui ed rd n r professionnelscavec leur déontologie et leur savoir-faire. s d Ce modèle remis en question. La ng , e èr s, ia Pa hu lis nécessaire’d’adapter e, révolutionxtnumérique, aprèse,avoir bouleversé les indusr D Pour cela, il apparaît la légis-pa , a r i L’E en profondeurI leGsec- lationispour Ru RT tries culturelles, diomodifie désormais efavorable i créer un environnement n F au rt, C e e r Lteur x n , o pa : , Ldes médias, et Lnotamment -A des médias8et9 à leur succès randans a up développement ’E n u a , x , l’économie numérique. ce de production, de stockage sio et de E jou ga Me pr e N ♦ les conditions c , r e n diffusion ; r d s d ss Cetteemission concerne les médiasdtraditionnels, l’H ex ♦ la qualité etèlar quantité de l’offre , i ’ P ap d’infor- um hu : des supports ,; D tra e, ari presse,listélévision et radio , arqui difi I ♦d les prix de revient,Lles chaînes de valeur et les modèles R sie mation, d’éducation a ’E et de e divertissement, t, C G i n u o e r x économiques ; n , F o p ,L -A L ran ap 89 et desumarchés ; p, ns ujo ag ♦ la taille ’etElaxpstructure desaaudiences , ce Di Me Ec ion ard u res gi, r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 1 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr u , ldivergences oIlsnont égalementFmontré Fauigpublic et seLarémunèrent AF es ’ y r fusent rdes contenus quelques sur les g E a ,N d a P, par la vente a q n a rd ro ou par les recettes utilisateurs propositions, uip Beau- se, ce pas insurmontables. do qui ne semblent Raux Ca è , J Bo re, coup tiennent publicitaires. NM ri Fau point de ,vue Pradopté, ou auxe, priorités na Gr G i accordées parmi les valeurs qui structurent les métiers ran ou sm PP culturelles Me ro Sansl+sous-estimer l’importance d’industries ,L ma p des médias : recherche de la vérité, pluralisme, accessibi, t up a c r , comme l’édition ou le cinéma, qui subissent elles aussi M e o e, des journalistes, P La ur les effets deFla révolution numérique eO lité auFpublic, indépendance sincérité du o res et partagentn quely, iga ran pérennité etl’donc g E d témoignage, rentabilité des médias… a ue qu se N ad ques défis communs médias, sans ro avec le secteurrddes ce R i , è p , o J Gnon plus le rôleNque joueront, dans ignorer , P de ne pase,choisir entreBces re, les années riOr, Il est essentiel na M F ris ne doit être à venir, les nouveaux lieux de rassemblement comme le valeurs dont aucune Gr sacrifiée. oAuuy r Me l+, r ou P a m ou Ces valeurs gu nc il faut les rétabliradans leur diversité. sociauxPou contraire, , Mles sites collaboratifs, tro Lejeu vidéo, les préseaux , es e P La ici à la télévision, ce se limite la radio et la se renforcent les unes les autres : il n’y aurappas d’indée , o Firapport F , r l es il n’y auraOpasu de ’Eqqualité sans rentabilité, ga et bien sûrgInternet presse, dans n sa composantera pendance ni de d a n s NR ad rd es r uip sans champions e, de taille internace croissance du secteur ère or t J G média. o, N , B rentabilité de ces champions Fr Pril n’y aura pasede o , MP les différents , Mreprésentantsi de Frces tionale, u an G roNous avons rencontré ism yg an sans qualité. ro up et les acteurs c P, de l’Internet afientrd’entendre leurs métiers ue a P vacille. uilpfaut en bâtir un , L leurs défisMet leurs besoins.oCes entretiensce,Un ancien équilibre contraintes, nous, eO Fig ag un consensusonsur le diagnosticFr: afragmenta- veau, res qui sera fondé l ’ Go ont montré différent, mais sur les mêmes E da ard nouvelles u aro tion des audiences, q n s e og uipEn particulier,eil, devra nécessairement ce concurrences, nouvelles valeurs. : do st ère comportements ,N , le, B e attentes et nouveaux des consommar F Pr ♦ garantir l’indépendance, le pluralisme et rla quaiF o , M , u a Gr Me de groupesrde teurs,Pfreins à la constitution yget le rayonnement nc antaille interna- ism lité de l’information, up ou la qualité P u e, , t tionale, frilosité des investisseurs, besoins de formation a c r de la culture ; ,L es M p o e P e , de journaliste, ondoutes de la Fprofession , G et aux M6 ag et d’innovation, res l’accès du public ♦ faciliter aux supports l ’ O r E a ,F da et la fiabilité nde l’information etqla amenaces sur la qualité ue oo idées ; se r u c d r d , B à releverst les nouveauxgdéfi ipe♦ aider les médias e, qualité èredes programmes… or s l NM e Fr des champions Pr iF oetu faire émerger ,R , économiques ,M an Gr ism r PP y ad a gu ce ou etr internationaux. nc ,M a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 2 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uDes , a oo en hypermutation Fr ce s, es médias RT dio a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou ou F r e ’E L a R 1 a yg Le secteur nc des médiasadreprésente,Ten , p x g é Ode e Nd’euros de achiffre plus 30 milliards d’af- pr léFrance, ue e, i r o r es a v dè sfaires M6près de 60F000 ex nde isi , G et génère s, g r emplois directs et plus 400 000 emplois au total, soit 5 re, on an tra e, , o F ce s, L’E es RT dio og que l’aéronautique. ran , G t F fois plus le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an R u 1 ag des citoyens, Té qui concourt , O à l’éducationpeet à l’information C’est à l’indéx sio ce aussi unasecteur p dio stratégique ard lév res r N , a M6 et au rayonnement pendance de lais France. ng ex Fr ère s, ion Go an tra e, ,F , ce des technologies s, et des pratiques, L’E entre cesDI G RT les frontières dio se brouillent og Avec les évolutions ran récentes ,T Gr le, ro L xp ,L c ou F u e T connexes 1du ’ a L métiers « divertissement », des ,télécommunications, du jeu, du comRa et les métiers E n a , p x sio ga Or pr dio ligne, etc. élé eN e, merce en r e a n, v d ss M6 ex ng isi Fr è Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris L’E Capitalisation enI G RT dio ran dans cettee,globalité, le secteur , G « média news/ Considéré PER 2007 (pays) ro , L Activité xmilliards ce » réaliseTFencore une forte ro croissance L, Groupe d’euros estimé entertainment p ,R u ’ a L ExInternet up en Google 31,7 p n108,5 ag(USA) bonne croissance ad mondiale (6Té%l en 2007) et1, une ,E s O p e i TV, cinéma, ard o r io France (3,5 %).évCes chiffres globaux ran dissimulent cepencs N es presse, 60,3 n, 21 ex Time Warner (USA) isi de valeur aug sein de ce vaste Fr un déplacement el è s dant Pa re, Internet , D o a t e r n n , a r Disney (USA) Divertissement 52,8 19 is ce dont la croissance s, est désormaisRtirée par les dNews L’E Presse, TV I G52,6 ran ensemble i Corp (USA) 21 ie o nouveaux , supports commeGl’Internet ou leTmobile (et ro L, xTV,pMusique, n,L TF sans doute, les ce prochainement ro lecteurs électroniques, Au 36,1u 13 Vivendi (France) ’ a L E u 1 p télécoms n ag Tou ,O x , s jo élée-readers, notamment sur lepe marché américain). Ec 51 Internet io 29,6 ard Yahoo (USA) pre r N a n v se C’est cette rapide et (USA) 18,6 s TV exles recompo- èViacom n , P 21,9 i i évolution extrêmement Fr re,Channel (USA) s, DTV, radio 26 lis on entraîne quigrendent an sitions squ’elle traun travail Clear e, nécessaire a18,9 ,R r i BskyB (Royaume-Uni) TV 16,5 20 ce politique favorisant s, l’émergenceRdeT nouveaux équilibres. IG L’E dio s i ue Gr ,T RTL Group (Luxembourg) TV, radios 13,7 en 21 r L x , o p , L ou 8 F1 up 11,6 Au30 ’E Reuters (Royaume-Uni) an fiInformation La ,O nancière pe x , s j g élé o Ec10,7 ard« révo- pPearson fragilités antérieures à la 20 u res (Royaume-Uni) ionEdition ran Ne vis Des rd s ,P Mediaset (Italie) TV 9,5 16 e è » x s ’hu ge l ionlution numérique r ,D tra e, aradio Lagardère (France) Edition, 8,1 is 16 , , r ie isi s, contraintes économiques IG Ru24 RT dio sur le secteurL’E ITV (Royaume-Uni) TV 6,7 Les pesant e Gr e8 ro TV L, Ces métiers, sont n- 6,1 ProSiebenSat1 (Allemagne) 21 L’E générale- xpTF1 ou sont lourdes. des médias F1 u A a L (France) TV 5,3 19 9, p ns (France) u5,1jo , O ment des activités pe de coûts afigxes pour des productions x , JC Decaux Affi chage 19,7 Me p E io ad ur 20 rapérissables, c N et ont donc besoin derpositions stablesre pour M6 (France)n TV 3,5 s di d ex La presse,èren particulier, sses EMI (Royaume-Uni) ng ,P eli ’ Musique 2,9 22 h conserver ,D tra e, e, leur équilibre. ari Musique s, 1,9 u44i Music Group (USA) s, maintient R RTen France grâcedàiode nombreusesL’Eaides direc- IWarner en s G ienRadio, TV, ue1,1 Gr tes (282 millions 26 NRJ r Group (France) d’euros dans,le projet de loi dexfinances L Fr ou télécoms pa , L (TVA à 2,1 %L’pour -A ou 2008) et indirectes 89 an E les journaux papier p n u a plabellisés , x , Source : Bloomberg mai 2007 ce s j ga o M p e N par la Commission E Mixte Paritaire). ion u r c e r e dè dia ss deslaechronologie derd ex ng ,L’observation ’hu des médias P lis presse, radiol’évolution r , t e e, Il n’y a pas, a en France, de super champion internatraditionnels révèle que et télévision ne sontpa r D ,L ,R ad ris ie I RT tional. Comme rt, ’ pas confrontées au même moment au problème de la le montre le tableau ci-après, la France ne G ien io, nF Ex ue r Ldomine Ca o p internationale. À l’heureu multiplication-A des canaux de diffusion et à la dispersion , L pas dans laLcompétition r 8 ’ a a E 9, majeur au moment nc radio a subi un choc seajoue mondialendu contenu, le p, des publics. La u s j ga une intense xbataille o M p e N où E e, i o ur de la bandeeFM en 1981. La premier groupe rd plurimédia rFrançais es (Vivendi) sen,situe au declasemise en exploitation d d ex cinquième èremondial, derrières, quatre groupesPaméri- presse lifrançaise est en’h régression continue iap depuis l’Hu rang trcains s a u DIà celle de Google. ma ad et à une taille, Ltrois fois inférieure ris 4 décennies, Ret subit depuis environ ar frontal i e 5 ans le choc ’E t G i io, n u , e réseaux numériques. e 8 La télévision ro xp Ca ndes Fr souffre réellement ,L L’E u A a de l’éparpillement de son audience depuis le lancement a pD 9 p n ns ujo ag ,M xp ,E c e i ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u 3 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e u oden la presse gratuite FigCette érosionLdes Fr ne s’est pas ,faitl’Eau détriment Pderela AF a y effectif rde la TNT en 2006. audiences g an ,N da payante, et que ard 1 an presse P, s’est accélérée aspectaculaire qu éditoriauxsse r d’une façon depuis de nouveaux formats c o, d RJ Ca ipe néces- , B e ère peuvent orencontrer , P Mais ces formats et s’aggraver leur public. NM jusqu’à l’extincr nadevrait encore lourdement Gr i o ,G , Fr investissements.ris tion ldes réseaux analogiques de diffusion et la migration M sitent de lourds o P + an ro ma up P,ou filaires en etr , Lles réseaux numériques ma totale sur hertziens up c , M e o e P La ur 2011. eO , Depuis 2000, la diffusion de la presse est restée à peu o F Fr res l’masque y, iga nd g E a près constante (total qui des disparités entre la a ue qu nc se NR rd en crise ad presse quotidienne rosur un secteur Presse : le choc et la presse magazine), mais le nomi , e è p , o JG ,P re, NM e, passant de B ribre na ou de titres a nettement augmenté, 3 904 F r Gr de 4,8 milliards r ism payée a décru Me de titresraà 4 550 et la diffusion l+, La presseouconnaît un Pmouvement yg régulier o n p, depuis lesP,années ue t u Lebaisse des ventes a c ro d’exemplaires vendus à 4,5 milliards. Mo 60. La diffusion p e P s, L e , Filag presse d’information Fr ag générale a baissé res l’E de de 400 miln O a d ard1982 et 2000 (-11,7 se modèle ue NR ad %), dont nTélévision lions a d’exemplaires entre : leqchangement de ro uip ce st ,B è , o J G plus de 200Nmillions pour la rpresse nationale (-23,7 %). , e r e P ou 40 et Fra , , Mles nouveauximédias, Fr Depuis rses premiers pasGà la fin des années roCe phénomèneMneP s’explique ni par i s yg chaînes nc an jusqu’à unemdate récente, le rdéveloppement upmême par la télévision, ou etr sans doute une P, ni mais révèle des u a c , e pe par la raretésdes Pr a été protégé La du publicMqui désaffection dans e,de télévision existantes onne s’est paso produite Fig Fr ,G l e ’ g Eq de diffusion. sLeur an canaux croissanceO rapide et continue ardeuropéens. da u aro d’autres pays s es et du par- oog uipau fil des mutations e, technologiques ce do s’est faite ère ,N tF , la tage des fréquences le, Bo e, ri F Cette a essentiellement frappé P et de l’apparition de la concurrence MPbaisse des ventes r , r u a Gr L’économie générale Metraverse sa plus ran grave crise ismentre privé et public. yg de la diffusion nc presse quotidienne, qui up oude l’émergence P u e, , t a c depuis la Libération, et profi te partiellement à la presse s’est accompagnée d’un tissu original r ,L es Mo pe oF e, P , GCette orga- M6 adoptés à la lLibéraet fertile sociétés privées de production. ag magazine. De nce fait, les modèles rede ’ O r E a s ,F ation oo une qu nisation a permis aujourd’hui se de faire deuela télévision française rd (notammentdlaadLoi Bichet) se ntrouvent c r st le lancementglde la ipedes meilleures,duBmonde. Cependant, e, ère inadaptés. or NM e Fr Pr iF oucâblée, puis l’ouverture, , G satellite ou ,M télévision en 2005, ,deR a ism r PP Le graphique y n a roet la distributiongdes ce canaux ont adi desndonnées de la Direction la TNT fréquences par esuivant, u , Mdu développement tro desissumédias, u cemontre l’ampleura Pde fait oF ,M entrerplaetélévision danses une ère de fragmentation , o F , r l e 6 ’ ndévolution. Il montre Ou ran aussi que le E Go cette foudroyant essor s ,F qu se ad rd e o c ran s g i , e ère pe or t , B l e Fr ce Pr iF ou ,R ,G ,M a i r s Té y n ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 4 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio croissance, eng revanche, les médias , et de déstabilisation xtr tradition- ère 6, . Si la consommation des publics G De cette a e n n ,L uglobale , ad ooreste stable voireFraugmente, l’arrivée ce nels ne profistent es télévisuelle RT guère. , a i g o, Gr t télévision nc réseaux très , T le, sur les nouveaux L, de la sur l’ADSL, Fr ou L’E o F e L u 1 n l’arrivée sur les réseaux La ♦ télévision, on l’a souligné, conserve son audience a yg haut débitan(ficbre optique) ouRenfi T , p ad ga croissan-xpr élé Or et connaît généralement eN ue hertziens DVBH mobile personnelle globale de bonnes e, de la Télévision i o rd historique es a v sdevraient e i F ce mouvement qui déstructure ces. Ellenagmême atteint en 2007 un record è s , G amplifierMencore s, x r i re, de 6, économiques an traditionnels eton avec une moyenne trade consommation e, profondément les modèles quotidienne o F ce s, la télévision parRFrançais LE es d o consommation. ran de 3h27.ioMais elle subit ’un T , G t F les modesglde L x , e TF ce ro ,L L’E ,R mouvement sans précédent de fragmentation des pa ran u 1 ag er encore jusqu’en ,O pe qui devrait s’amplifi xp 2011, nsi Radio audiences, ce : entre adeux dio crises ? Télé a o res ran date du passage Ne au « tout numérique rd » ; ,M vis F è s, réorganisation ionen profon- ♦geLa fragmentationxdes re, principalement Go La radio6a, dû faire face àraune tra audiences touche D n , F avec l’arrivée des radios FM dans les R grands réseaux analogiques privés L et publics finan- I c s d og deur de son rmodèle ’ , e Gr i Ex nc une période, Tde flottement, leGseccés enTtout ou partie parola, publicité. Elle provoque une leles, années 80.aAprès L ou r p , L de leurs audiences L’E avec pour leaservice ou chute brutale e T à nouveau.F1Mais teurRa semblé se stabiliser les effets de n a , O musicales, pe public un phénomène a des bouleversements xp de vieillissement sio ga élé des industries bords d secondaire e, io res r N r a v d non encore important d’âge des téléspectateurs ; n, M6 et les conséquences ex des structures isi anticipées dengla radio Fr è s r , o a tra d’audiences e, se traduisentD par une Par e, ♦ Les pertes , Fnumérique se feront nc prochainementnssentir. is L’Edes recettesI G RT tendancediào la diminution ran ,G publicie, L x r , L structurel vient TF c’est donc unrosecteur fra- , taires. Le problème ce raisons diverses, Pour des pa ainsi aggraverouun ,R ’ L E u 1 nsmarchés de lap, ag conjoncturel aujourd’hui, faire face à une perévolu- problème xp de baisse des ad gilisé qui Tdoit é O ionde petites Ec a l év d’une ampleurrajamais connue.N io tion industrielle publicité. multiplicité rd Il est à noterrequ’une se s ex ng , P le isi Fr s audiencesène permet pas aujourd’hui de reconstituer l r , o an tra chiffre d’affaires e, d’une seule audience e, ari D ns cumulée ; c I L RT do sie ran Principaux ’E se traduisent , G du numérique e, Grmécaniquement pertes de recettes impacts ♦ iLes L x n , T o ce sur la télévision, ro ,radio F1 u par Lune baisse despinvestissements obligatoires et -A ’ a la presse et la L E u p ujo ag Té ,O pe xples dirigeants ndes siochaînes à revoir, Eles coûts conduisent a lév r c r ande rappeler iciNel’importance rdè de grille et laeventilation Il n’esti pas nécessaire de leursninvestissements ; se ss ,P Fr s x g lis i r on et culturelle an économique de grille risque de se traduire tra Rappe- ♦ La e, diminution des, coûts e, du numérique. a D , r i ce lons simplement s, que selon l’IDATE I Gla qualité des programmes RT , le marché mondial dio s par L une diminution de et R ’ i E en natio- ue , Tde l’économie G r x , numérique devrait Ldépasser, en 2008, une réduction des commandes au secteur o r p , -A L ou de chiffre d’affaires, 8 F 3 000 milliards d’euros up ; an La les 1 avec un’Ex nal de la production audiovisuelle u , p , s j g élé Or ou e deux Ec ion ardà celui de pre de croissance (+6 %) fois supérieur N a vis taux r s s ex important de ng Il est cependant l’économie globale. souli- La télévision française ,a P longtemps vécueun peu repliée d’h è s l iongner r , D stabilisée dans is, qui a ui tra e, e, ari une programmation que les « contenus et programmes » devraient sur elle-même, s I L R R d e s ,G io, croissance.’Ex trouvé son effiGcacité TL 75 % de cette représenter à eux seuls en tissant ides liens d’identifiucation e e r n ou locale avec son pnational , Lles services agrégateurs -A public. Les parts L’E Au seinrode cet ensemble, de et de proximité 89 F1 a p, n usuffi a , O contenus u(moteurs pe de recherche, ,M xp du marché national étaient alors très santes pour s j ga sites communautaires, ou Ec iol’équilibre r rasites ed r e de musiqueNde vidéo ou autres) récoltent la majeure assurer économique ou social de ces antenn rd dè se s e n , s i ’ x g P h l partie la valeur des , nes privées et publiques. is, tra au détrimentrede e,de la recette souvent a u D , r i s, isi contenus L’E ! béné- I G Ru R eux-mêmes. Ainsi dio Google et Yahoo en en Gr ficient-ils Taujourd’hui e de plus de la moitié desxrecettes Pourro faire face à la dispersion des publics et à son corol- F L , p ,L L ou publicitaires mondiales 89 nationa- ran up de recette, -lesAutrès grandes chaînes collectées’Esur le Net. Cetteadomilaire la perte n a pnation x , ce sio les qui financent jou l’essentiel du, coût Me des pr américains e N de la valeurgdes Ec jusqu’à présent ardservices en majorité e dia peut expliquer en partie èque la part de s ces secteur de n,programmes desstock ex ng eli (animation,rdfiction ’hu et documentaiP r , t e e, l’économiernumérique s a dans l’économie française (6 %) res) vont désormais devoir trouver des partenaires et despa D ,L ,R ad ris ie I RT est encore très rt, ’ inférieure à celle des États-Unis (13 %) ou fi nancements complémentaires. G ien nF Ex ue o, r Lde, la Corée du iSud Ca o pa L(17 r 8 u A ’E%). a La p, L’élargissement udej la production 9et, de la diffusion dencces ns xp ga ou apparaît uneMdes solutions cultueN Ec e, i o res programmes à l’Europe ed r n r d s l’ d ex 1 L’audience desènouvelles , eliéconomiques souhaitables. s, à l’audience des chaînesPtradi’hu relles et Il faut idonc encoura- Hu a chaînes (additionnée r trtionnelles e s p a DIde 20 %. ma , L cumule désormais plus , R et créer les ad diffusées en simulcast) ris ger cette tendance ar jurii e nouvelles conditions t i iRappelons 2 en outre que la’TNT ne couvre pas encore G l’ensemble du territoire n E u , e o e8 ro pour le Ca nFr français et, que l’extinction définitive x dup signal analogique est programmée ,L L’E u A a a 30 novembre 2011. pD 9 p 4 Il est à noter que la décision d’attribuer une partie du dividende numérique à n ujo de la qualité du signal, (TVHD) ag 3 Idate (www.idate.fr), xp DigiWold Yearbookn2008, ,E c s Les enjeux du monde numérique. l’amélioration est de nature à contenir cette dispersion. M e i ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u 5 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n 1

2

4

3


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La u , groupes oFace Fig L’évolution Fr AF l es ’ y n diques rpour sa mise en œuvre. des décrets à ces bouleversements, les de médias g E a ,N d a P, de production a q n a rd ce disposent rodoivent aller dans nonu négligeables : se do cependant deceressources RJet de diffusion Ca ip ,B è , ,P sens de quotasNeuropéens ; re équipes, compétences, marques, capacité ed’investisr na et autoriserGplus i o ,G MP , M sement. En France Fr et dans d’autres r ro i pays, de premières l+, s an ma des groupesrode up introduit dansP,ces métiers eexpérimentations ma montrent la capacité ♦ Par ailleurs, tro up Le le numérique c , M e P La » (du fait d’acteurs ur la perspective eO , médias à développer des offres innovantes, attractives de « délinéarisation o F Fr res l’E pas moins qu’ils y, comme Dailymotion, iga Youtube, gJoost, ndpro- et rentables. a Il n’en demeure se heurtent, Miro) ou de a ue qu nc se NR ad dans le monde rdmarchés de niche ro dédiées à des de l’Internet, à d’autres concurrents. grammations multiples i , e è p , o JG ,P Bo NMqui posent à laretélévision e, na (catch-up TV, replay TV), des ri F , r uy G r ism Me l+, ran oud’organisation Pvoire r problèmes de droits relativement gu o P , M que le numérique tro up Le inédits ; Il fautp,souligner en revanche a c es Internet est (aussi) un média e P L e , o Fouvre F , a r l es ’Eq iga aussi de nouvelles ndde modèles dera Ou ga perspectives n s NR ad Le enrichi revenus interactivité, etc.) es ro (Pay per view,rde-commerce, e, ou un système c réseau Internetuest ipeundesmédia èreévoluer ces métiers , N eux aussi faire or ; J G qui pourraient deeservices qui distribue médias. EnBeffet, il accueille t F , Pr des services, Get des applications iF ou qui excè- ra MPla poursuite du, M mouvement de baisse aujourd’hui ro♦ La presse voit i r s yg du nc a r ma la communication ugénérale ou au sens traditionnel P, aggravé paretl’augmentation nc dent largement des ventes, du p, u r e pe Pr La de titres deMpresse s, à la e,terme. nombre on et par uneo tendance Fig Fr l e ’ O Go g E a migration des recettes publicitaires vers Internet. La s da ard u aro q n s e e, des journaux une c logique Parmi u cette et d’usages, st Internet ogl ipe somme d’applications e, ère adoptentdaujourd’hui , Nplupart o B e, r Fr même bi-média, de la publicité Pr fonctionne aussi i F en ligne étant ou Il représente , G comme un média. MP mais les, tarifs a i M r yg de nos interlocunc très inférieurs aux tarifs de la publicité asur papier, les sm plus en plus,raux dires de certains up ou au sens strict etr à compenserncles pertes de Pd’internautes u e, , a gains peinent teurs, le seul média du terme, puisque ,L es Mo pe oF e, P M6 de marché, la c’est lereréseau qui désormais fait parvenir, G aux citoyens ag de lecteurs. nPour certains segments l ’ O r E a s dal’Internet devientn frontale. Enfin, qde les informations arconcurrence ue développés par ooles pro- , Fr de se et les contenus u c d d st gle e, comme l’appa-ipefessionnels ou,par ère révolutions prochaines or technologiques, Boles autres utilisateurs. NM F P i ,R , ran rition à, venir de nouveaux Frsupports de lecture ris de très uy Gr M PP grande a gu Internet apporte ce des béné- adi qualité du média ou etr comme l’e-reader, nc annoncent munanou- Le développement , M veau cycle oF es de la connaissance ,M pe oF d’investissements et ede remise en cause à la société : Pr fices considérables , odes , l e 6 ’ ndpositions ; ra Ou de l’information, Go rapidité de,mise Eq ssvolume et accessibilité nc l’instant relativement Fr ad semble pour rd e ognouveaux codes u e à jour, mondialisation des échanges, ♦ La radio épars an i , e, ère gnée par p or la transformation t B l e e narratifs, nouvelles logiques de traitement de l’informanumérique. CerF ce P i o , , Gque tion, etc.u ran , M tains de nosFr interlocuteurs riestiment R même s Té y ad ro m gu ce eletrplus dur a étéansubi avec l’arrivée ade la bande FM.u i c oF es des dangers ,spécifi oF e, que l’arrivée Pprochaine des peIl recèle également M Il est cependant à craindre ques, liés notamon , r ran l e 6, de l’informa’ lecteurs O ran Go de production da radios numériques et des E de radiossdiffusées mentuà ses multiples modes q s F e nombre et à la diversité og des nouveaux u e ran entrants, ce, do par Internetc(donnant e accès àipdes dizaines de, mil- tion, au s t , B l e e T riliers Fr à tâtons de modèles ce à , R économiques, , G ces équilibres.ou à la recherche bouleverser Fr de stations) Pnerivienne a s y n T adconcernant la réguan actuel pour lesmradios réside enro l’acquisition gl’absence de consensus L’enjeu ce international etr u u a io agitent déjàélelév c e , de fréquences suffi santes pour couvrir rapidement le lation, sans compter les questions qui p oF e, P s M6 intellectuelle, eO Fr respect des isio res réseau,: respect de la propriété ranterritoire. l’Eq G an , ns ue données concernant oo se F c les utilisateurs, etc. uip ce r e s an gle , Btendu a incité t ,T , P économiquee,particulièrement Ce contexte F c iF o , F1 r e uy dras- Ainsi, antout en étant R Gr à une limitation extrêmement enthousiastes sur les ismgroupes de médias ran la plupartrdes T a ce et les créations ou à un gel du gnombre dioapportées parélleé réseau, la , Or innovations u a P et notamment cetique des dépenses, e , an pe papier, à une s, plus grande Mvigilance d’embauches dans les rédactions purement s’impose , l’ Fr par exemplevissurio: r e 6 O G a Eq des postes àssl’étranger et des umissions inter- o limitation ,F nc ns es uipDans ce contexte, e, il est indispensable Pr r ,G e nationales. de ♦ol’arrivée de nouveaux acteurs dans le monde des a g , t n ism renforcer leerôle l B e T F c médias, ou estimons aujourd’hui , Rles menaces sure les activités anciennes , G de l’AFP. Nous F1 et le rou r a aque yg et prééminent Té genre nouveau, O; n un rôle central risque deaconflit d’intérêts d’un pe Pr cette institutionrojoue dio lév uepar les médiasce, up r dans diffusée elas qualité de l’information an s, M6 isi eO Fr uip français.se ge G o an ,B , e, n ,R u o Fr ce s, es og ou Gr a TL qu’un seul exemple,,les progrès du traitement de Gl’informat Fdes coûts de produc- le 2tion, duPourprofinelageprendre ndesc utilisateurs o ygcient à la fois de la baisse T r et de la personnalisation de la publicité tendent 1 uCes nouveaux titres bénéfi , , o F pepar le numérique et deutouse les dispositifs mis enraplacen pour garantir le Raaujourd’hui à permettreedeTdéfinir, pour chaque internaute, 1, les informations et ulesp tion induite s, ce publicités pluralisme. O dio qui auront sur lui leéplus eN lévfort impact… Ora Go ,M ue ex n i Fr sio st g og 6 a 6 tra Rapport de la mission Giazzi. septembre 2008 e ,F nc ns Fr ,R le, r an ,G e, a T R 1

2


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO sio mobile, Internet è ,G ge des objets,xetc. 6, éléments de Flarachaîne l’hyperconcentration de certains lever : Internet C’est sans re t r n n ,L u♦ede , a o Fr ce aucun doute s, l’un des rôles deRl’État dio que d’accompagner qui annihile st valeur (commeoglel moteur de recherche) a T Gr dans ces ruptures , T les professionnels nc ; L, technologiques , L et e, toutFle bénéfice du pluralisme des sources ou o F r e ’E L a R u 1 économiques dont lap fréquence et l’amplitude ne cesextrême aenvers des technologies a yg ♦ la dépendance T nc , xp g é dio rares entreprises eN ard lév ue concentréese,au sein de quelques sent O ders’accélérer. res a s, étrangères ; M e n i F s è s, xtr ge rany compris desio re, 6, personnelles, Go ♦ l’utilisation des données n , a F ce du respect sChangements L’E es RT sociétaux dio o d’usages et les réventuelles ,G an traces g dérives , tF l L xp , e TF ce ro ,L L’E , R; ran de la vie privée an u 1 ag , O Ce rapidepetableau des changements ad de qualité deTél’information x ♦c le risque de baisse disponiqui affectent les sio p ard si l’on ne prenait lév construites etra métiers de médias eble, respas N serait incomplet , Mles informationsioprofessionnellement ex isi de plus en nen s, gecompte les changements ranun bruit de fond validées de èsociété re, qui accom6,étant noyées Fdans Go on t r DI , a F pagnent ce s, RT l’extension des diotechnologiesL’numériques. og plus important… ran ; Gr Ex , Trespect des auteurs Gr le♦, les tentations decpiratage et de non L , ou p ,L L’E par le numérique ou Que le phénomène F1 eT a soit induit ou etRdes ayant-droits. n a ,O pequ’il en soit le gvecteur, il n’enxdemeure ad sio élé pr pas moins ard e, io r N e a v comportements, les attentessset les habitu-n, et d’adoption par le public M6 La vitesse d’innovation ng est que eles isi Fr è x Pa r o a e, des detraconsommation e,changent très, D rapidement. d’exemple, Dailymotion et Youtube, , Fconsidérable. À ntitre n ris ce s, ont été ouverts I G en RT Plus de 60di%o des foyers Lfrançais rapermettent ’ sont équipés qui d’échanger des vidéos E Gr les Français L micro-informatique nc de trois ,ans. xp plus de 16romil, L et la France compte TFEn février 2008, il y a moins , ,R o up e ’ an débit, ce qui L Ex à Internet haut up un lionsa d’abonnements Té 2,1 milliards 1de, O ces vidéos. Facebook, ad ont téléchargé ,E s g p e i o r io « réseau sociallé»vd’échanges entre ranles internautesNs’est fait deanotre pays l’un des plus équipés au monde. cs rd es n, isi il y a moins degdeux ans : 80 emilFr au grand public el è s La France compte 9 millions de blogs dont 2,5 millions de ouvert x Pa re, ,D o a t e r n n , a r actifs. Elle se ainsi au 4I rang mondial, après lions d’internautes, donts2 millions de Français isi ce L’classe RT y sont dblogs ran désormais ,G G i E en o , actifs. les États-Unis, la Chine et le Japon, et au premier rang ro L, xp ,L TF ce ro up La version -Au mondial’Een nombre de blogs an par internaute. La up 1, TCette x , Eplus de sio comprend jo ga française depl’encyclopédie élé vitesse d’innovation et d’adoption Wikipédia Or e N est presr c r e a n v se que lai principale caractéristique d’Internet. Les for- d 680 000 articles set compte plus de, 30 000 contributeurs e ng Fr sio de contrôle èréguliers. s,2 millions de Français P lleis r an mes anciennes y sont donc dexplus en plus Près de ont rejoint t e e a r D , , , a r i ce inopérantes,nsvoire RT: comment contrôler dio s anachroniques réseauL’social Facebook.I 10 millions de joueurs se retrou- R , G i E en Warcraft. ue Gr qui agrègent , T9 millions de blogueurs r L , des flux RSS dont vent tous x les soirs sur le jeu en ligne World of o p , L 8 F1 sont pas lesoauteurs an téléchargé plusupde 2 milliards de-Avidéos La songer sérieu-’Ex Les Français ont up ? Comment ils ne u , , s j g élé O ou e N de millions dearjeunes qui ppour sement àr pénaliser les actes quelques exemonfévrier 2008. ECes resle seul mois ide c ades vis échangent d s ex ? Comment seèconten, P montrent que elesl Internautes,rd’h ples, parmi tant d’autres, s gefichiers musicaux ionter d’asseoirnl’organisation r ,D is, généra- ui tra sur l’identitéedes la grandearmajorité des jeunes , L qui représentent , R du pluralisme i s I Ru innod e s ,G Gr à façonnerieunn univers culturel io, juridiques’Ex tions, commencent TL ? Quels instruments propriétaires des médias e ro permettraient pvant , L d’obtenir une Ltransparence -A internationaux et singulier. ou 89 F1 ’E a up des moteurs p, n u a , O dans la pratique ,M x de recherche ? s j g ou pr eN Ec ioattentes ard ran ed e Leurs face aux médias traditionnels en n rd se s e , è s i ’ x g P h l Il esteprobable que cest nouvelles régulations modifiées, is puisque le rapport au re, feront appel , Dsont également a u r , , a r i s, isi au divertissement, à de nouvelles formes d’intervention publique, I G à l’information, L’E plus pro- savoir, Ru mais aussieàn R dio e Gr ches de laTtechnologie e é.8 L’incompré- Fr : implication dans la défixnition de l’autorité ou aux institutions, est modifi r L n , ou pavérifi- hension , L demandesL’Ed’ouverture ou de ou normes et standards, A qui règne autour du téléchargement 9,de fichiers anc p, ns ujo pcation ga etc. xpr e N des codesasources, E symptôme.M Les jeue ion musicaux doitcêtre vue commeuun eséries r e r d s d d s nes « pirates » sont les mêmes qui plébiscitent les ex ng , e ère s, ia ’hu Pa lis e, Mais cettetraccélération pose des problèmes bien plus américaines, qu’ils téléchargent et achètent en masse, etpa D , , a r i isi chaque annéeRudes sommes croissantes I Gd’in- qui payent L’E d’innovation, RT importants : elle dioexige une capacité en pour r t, e e r Lvestissement x Ca n , F o et de live. ,L L’Eréorganisationpapermanente quiup assister aux -concerts r 8 A a 9, nc nsaux médias , ujo ag de plus enxpplus durement M e N s’imposent E i a o udans res cs Malheureusement, ce foisonnement, ed Internet eet, l’ rd n r d ex traditionnels. , elont èr s, iapgratuité, de Hu ’hu le web de la Pa is, forgé une contre-culture trAinsi, Dcommencent ma ad alors que eles, Lmédias français r i à maînivellement des isi l’interactivité,Rdu IG en savoirs, de al’instantart, ’ i E u e o triser l’univers du « world de la nnéité voire de l’instabilité encore e 8 dont on Fméconnaît xp wide web », rl’internet Cala , outrain de ,L r A a « toile »,L’les vagues suivantes sont déjà en se sanction. a Ex pD 9, p, nc ns ujo ag M pr E e i ard igi on ur cs , l’ ed es d’h ,P eli H ère s, i a u 7 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n e


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e La ur oMuller Fig de rapidité dans FrLancelot sur ,lal’EconcentrationPdes AF res y n Cette évolution appelle plus la mise en , le rapport g a ,N d a P, ligne de l’information, a q n a rd plus d’interactivité. médias, sur l’économie uip de l’im- se, ce dole rapport Lévy-Jouyet RJ plus de rflouidité, Ca è , Bo re, matériel , leri rapport Patino,, Ple rapport Kessler-Richard Ces commenter , NM et réagir, voire e, na internautes souhaitent Gr F r G i rectifi Attali l+er, les informations. o Ils portent une confi smsur la croissance, PPance accrue Meles travaux de rlaaCommission r la nc sur le dividende ma p, aux jugements et manifestent Retaillau numérique … ou , M une commission tro Le de leursusemblables a pe e, Pr La ur certaine défiance envers les informations institutionnelles, o F F l es y, comme l’illustrent igaparfaitement lesgaforums médicaux. Ou nd ran de réflexion’etEqthink tank ont également Des groupes se traNR ad vaillé rd e ro u c nous ce sujet,ecomme l’Institut ip Montaigne . Nous , ère ,N o J , B e, ainsi que de quelPr de leurs constats na ou Cette G évolution s’appuieMsur d’authentiques , M valeurs riinspirons Fr de certains Gr ro de réels dangers, i l+, et comporte s P yg a dont le moindre n’est ques-unes de leurs recommandations… m u ou etr P, n ue Lepas le repli pdans a c , L de petits réseaux Mo communautaip o e P s, e , Figet sur une information Fr Dans le cadre ag l’Ede ce rapport,resnous avons également res taillée surnmesure en foncO a d ard d’intérêts, cea que le pro- nauditionné aroses propres centres qu NR tion de de nombreux acteurs set es e,rencontré à ucette ce d i è p , o tF J G fesseur Cass Sunstein appelle l’information Cocoon. occasion des professionnels très concernés, très infor, B r NM e, ri F e, P o ran r u désir de participation, recul du respect més, parfaitement conscients des évolutions en cours. G roSouffle libertaire, i M r s P y a r ma updroit d’auteur, Pabondance gu c ou nc du des ecommentaires mal ,M tro , e p e La information Cocoon, s, informés, contexte ,De ces travaux,Pde ces entretiens, de nome ressortent on le tout dansFun Fig resElles sont parfois l ’ O r G g E a de baisse de rentabilité des médias traditionnels… Cette breuses propositions. contradictoires, à o da ard u aro q n s e og u e c d évolution est un défi pour les sociétés démocratiques. l’image des incertitudes qui persistent quant à l’évolution st ipe ,B e, ère ,N o le, r F C’est le monde des au numérique, des différences entre les i F médias. Il enPar des médias face o , MPaussi un défi ,pour r u a ranlui qui a tra- ismmédias, et desGdivergences yg nc connu d’autres dans M sa longue histoire, d’intérêts. ro up e P u e, , t u a c versé deux guerres mondiales, la guerre froide, le choc r ,L es Mo pe oF e, P M6 des télévisions et des radios… Mais on au fil de, ces proposiag de 1968, la multiplication resretrouve également, l ’ n O r G E a ,F aMais oo qu tions, de véritables médias devra lignesude force : une réglemense rd pour releverdceaddéfi, le mondendes e c r st glede ,B e, réinventer ipetation jugée archaïque èrecontre ses propres lutter et paralysante, le besoin or archaïsmes, NM Pr modèles refonder i Fet repenser ses oude journalisteFreta de reconnaître ,R , G le métier , M de valeur sa proposition ism r PP économiques. y n a ro prépondérante gu dans l’abondante ce sa place offre ad etr nc ,M u a es ou commerciales, , M le io F pe citoyennes oF e, d’informations P on , res besoin d’accélérer l’E Ou les capacités ran Go d’innovation6,techda q s Fr rd es de garantiroget de renforcer uip e, nologique, le besoin do débatcnational an e ère Un intense t ,P B l e e l’indépendance et la crédibilité de l’information… r F ce i o , ,G ran , MDepuis quelques Fr années, ces problèmes r u R i apparaissent s Té y ad an ro m gu ce spontanées, etr nombreuses, pasprogressivement dans le débat public.aNotre missionu Ces propositions i c oF es , M engagement o e, qui la précède Pr et prend pesionnantes montrent un véritable s’inscritFdans une réflexion on , ra l 6, ’Eq travaux econsacrés O professionnelsGdans ss da place à rlaansuite de nombreux des u la transformation de leur n o F ce e og uip e, ceà la numérisation. ran doaux médias ou métier. st ,T , B l e e ri F F c Pr o , , r e an Ra Gr question, soit uy ismont abordé cette ranrapports officiels Té le Plusieurs g o etr 4 Rapport de M. Michelc MULLER pour le Conseil économique dio et social, Garantir l u e u a c es et l’indépendance de ,la presse pluralisme quotidienne pour assurer son avenir, 2005. év aspects, soit àPl’occasion d’unepréflexion o F sous l’un deeces M isi e , F , G Lancelot, Rapport au6Premier ministre sur Les problèmes res en particulier 5 Commission ran de générale. l’Nous devons souligner le O raplus on E , concentration dans le domaine des médias, décembre 2005. ue http://www.ddm.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_lancelot.pdf oo qu par le Sénat,sele rapport Tessier nc Loridant mené F s c rapport ran e, s g ipe de la presse,, les e, à la numérisation l B consacré conclusions t F e, Jouyet, L’économie decel’immatériel, la croissanceTFde 6 Lévy et Jean-Pierre Pr iF odu plan , le demain, ,G raMaurice Rapport eu Ministre deR l’économie, des finances et de l’industrie, novemgénéral u 1, ism du Commissariat ran du projet COSMOS y Té n a bre 2006.c r g o Or d lév ue e, http://www.minefe.gouv.fr/directions_services/sircom/technologies_info/immateriel/ a Péconomique uetpsocial de M. Michel i cerapport au Conseil o an s, immateriel.pdf M isi eO , l’ Fr r e 6 G o a sur le livre,numérique, remis par Bruno Patino à Christine Albanel le Eq ss nc ns ue o730ojuinRapport Fr 2008. uip e, Pr ,G e s a g http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/conferen/albanel/rapportpatino.pdf ,T n ism 1 Rapport d’information l fait au nom de la B commission des Finances,tduF contrôle e e c ro ou sur le fonds d’aide à la rmoder8 Mission des relations entreFproducteurs et , Rde concertation sur l’organisation , Géconomiques de la Nation e budgétaire et des comptes a up 1 anisation diffuseurs confi ée par le Ministre de la culture et de la communication à David Kessler yg extraordinaire du Sénat Té nc et Dominique Richard. ,O par M.rPaul Loridant, Sénateur. Session ad En cours. Pr de la presse, o e l u de 2003-2004, annexe à la session du 7 juillet 2004. e u édevla croissance française,rsous i es o e , a p 9 Rapport de la Commission pour la libération la http://www.senat.fr/rap/r03-406/r03-4061.pdf s, M ng isi Fjanvier 2008. uip se et Maxime Baffert LaePresse présidence de Jacques Attali, r 6 O o 2 Marc Tessier au défi du numérique,G Rapport au a e, , , e, Ministre de la cultureBet de la communication, ufévrier nc les/rapports/rapportCLCF.pdf ns http://www.liberationdelacroissance.fr/fi oo Fr RT es2007. ou Grhttp://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/tessier/rapport-fev2007.pdf , e 10 Rapportaremis ce 23 juillet 2008 : http://www.dividendenumerique.fr/ g G , t n l L, o yg sur la stratégie de l’État Fr dans les mutations dese, 11 Institut Montaigne, ce Comment sauver la Tpresse ro 3 uDes médiattitudes, Prospective F1quotidienne d’information, u a R u août 2008 médias,pSylvie Benard, Bernard Benyamin, Commissariat général du plan – CAS, La Té nc ,O pe e OFrançaise, 2005. es ahttp://www.institutmontaigne.org/comment-sauver-la-presse-quotidienne-2456.html Documentation dio l , e é r Ne Go ,M ue an vis Fr xtr s g o i 6 on 8 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 4

5

6

7

8

9

10

11

1

2

3


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uRechercher , a ooun nouvel équilibre Fr ce s, es RT dio a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou o F r e ’E L a R u 1 yg Ce sont tous Tésoutenir Quelques nc ces changements , O critères centraux pe ont guidéagle choix de ces ad qui nous font xp ard lévrégu- recommandations ue que l’équilibreeancien : est aujourd’hui inadapté. La res i r o N , a slation M e n i F ancienne, dans un contexte de rareté des moyens s è ,G s, ran nombre deio ♦ les valeursgequi ont présidé xàtl’équilibre r , 6 r ancien erestent de diffusion, essayait ,deFpréserver un certain n , a o ce avec des s, valides : leur adaptation es RT à la nouvelle dio donne passeLpar o ran ’E indépendance, qualité) , G t F principesg(pluralisme, l L xp , e T c r , , R aujourd’hui devenus la recherche ou d’un nouvelL équilibre globalL’; E ranmoyens qui sont e T obsolètes. F1, an ag pe ad x ♦ il faut s’efforcer de ne réglementer que lorsque cela sio é ce O p ard l’adaptation rdue droit lévnouvel équilibre,ra est nécessaire, io de fonder un N Il est par exemple pour , Mdésormais urgent ss ngd’auteur au contexte ex numérique ; èr i règles 6, notammentFrune Go qui suppose an adaptation sdeionos t e e r ns , R raisonnons à budget ad constant, ,etLnous refusons, DI Fr ♦ nous archaïques. c og anciennes devenues ’E donc au G ,G e, an io, : nous recherchons TLde nouvelles taxes de créer le, ro xp T c r L’Eressources disponibles F1 est grand deou maximum, laLréaffectation des u e T le risque a Racet effort collectif, ; Sans n a , p x ga que la transformation Or pr numériquesest dio en quelquesélannées e♦ nous constater, considérons ion e, év : N r e a d source les médiassfrançais, et tout M6 ex d’opportunitésèpour ng isi Fr re, protections squi, Ds’imposent, , Pa onmonde des médias, tra les nouvelles e, en proposant dans le , ♦F Un véritableansinistre ris ce d’emplois set, la perte d’inIG L’E RT nous voulons dio favoriser l’investissement rdes et l’innovation an suppressions Gr la « bataille L pour disposer, de médias qui xsoient , T français dans ro ce des groupes fluence pa des champions ,L L’E ,R ou F1 up ns ag contenu » ; , numériques. pe x ad mondialeTédu ,E O p ion ard lév res io ♦ Et un affaiblissement ran démocratique de la vitalité cs N e , i Fde el s è s notre pays. Au nom de ces critères, les recommandations que x ge Pa ran ion re, ,D tra nous effectuons , r autour isi s, I G de deux prinL’s’organisent R dio ran Il seraitcregrettable e, E en G cipes fondateurs : qu’une révolution porteuseTde tant de r L x , o ce créativité et Td’un r p , -A L o F1tel potentiel de croissance up économique, ’E an La up ujo Taboutisse, , x , ga ♦ Défendreprle pluralismeset élé faute deOrésolution politique, la qualité deE l’infore Nà un tel appaui o c r an Ce serait d’autant n, divertissementseen vis de notre pays. vrissement et du ss ex plus regret-rdèrmation, de el’éducation Fr g Pa lis i ,D an table queolan France est loine,d’être démunie tdans cette France e, ; r ,R a r i ce compétition snumérique I G globale de sl’écosystème L’E la compétitivité RT: en termes d’équipedio mondiale ♦ Stimuler , i e de cham- ue Gr de qualification , Tment, de connexion, r L x , de ses ingénieurs notamment en favorisant l’émergence n o p , -A L ou 8 F1 up an La et même de’Ex pions internationaux. et informaticiens, d’usages, de recherche u , p , s j g élé Ord’entreprises à esuccès, la France est ou Ec ion ardloin d’être pre N a vis créations rd s s ng de la classe. ex ,P e è s ’hu l ionle mauvais élève r ,D is, tra e, e, ari ie s, pourquoi, après IG Ru RT avoir auditionné dio largement lesL’E sie C’est Gr e8 ro L, et des médias, n, L après avoir xp ou de l’internet professionnels F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo , O recueilli de pleur x , part de trèsag nombreuses propositions Me p e E ion ad ur resqui rade c N mesures, nous proposons les rrecommandations s di d ng semblent lesexplus pertinentesèret urgentes pours ,P eli ’ h nous ,D tra e, e, s, ari ui s, aider le R secteur. I L R d en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 9 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i e O Les mesures Fr sio ère ,G xtr ge 6, proposées a n n ,L u(Leur , a ooclassementFne ce un ordre des,priorité) RT es ordre de dio consitue pas r a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou ou F r e ’E L a R 1 a yg Deux principes T nc , p a xp g é Or : dio eN ard lév ue e, res a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ♦ogDéfendrerale pluralisme, la qualité et l’accessibilité ce s, L’E es RT dides o , G tF n lcontenus L xp , e TF etcede l’information ro ,L L’E ,R ran an u 1 ag Té ,O pe ad x sio ce p ard lév io res ran N ,M ex à relever ♦6Aider lesFrentreprises isi de médias ère les défiss, ge françaises Go on an t ,du r DI ,L ,R adinternationaux et à devenir des champions Fr numérique c s og ’ , e Gr an io, Ex TL ,T Gr le, ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a v d le pluralisme, la qualité et n, P M6 Premier ex ng isi : Défendre Fr principe è s r , o a t e, e, ari ,F DI nc n L’E RT et deral’information dio s ran l’accessibilité dess,contenus e, Gr Gr L x , T o c pa ,L L’E ,R ou F1 up eT ns a , p x ad Des médias g é O p e sont l’una des fondements élémentaires de nos , E i lévlibres et unerainformation fiable o r io cs N rd es n, ex ng isi Fr démocraties. el è s Pa re, ,D on an tra e, r isi ce de l’information s, ne peut être L’Erepose sur IlesGprofessionnels, RT ni encadréedniiocontrôlée. Elle ran La qualité en G , ro L, de travail (c’est-à-dire xmais ,L ce leurs règlesTFde métiers et rleurs p conditions aussi, nous y reviendrons, sur -A o up ’E an La up 1, la pérennité des ujo Tlaé rentabilité et x , degamédias). Il revient donc à la sdémocratie, et au politiOr p eentreprises E i lév o r c N rd es an n, se que, de la evariété et le pluralisme des entreprises de médias. isi soutenir l’indépendance, Fr è s x g Pa lis r ,D on an tra e, e, r est le premier principe fondateur de ce rapport. Elle est à l’origine des 3,R i ce Cette ambition s, IG L’E RT dio s i ue en , Tobjectifs et desGrrecommandations r L x , de cette première partie. o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou ion de 1958,Enic les révisions ultéres ni la Constitution ran Pourtant, Ne rd vis Objectif rd s e 1g : Défendrex et renforcer le rieures,s,ni le préambule, Pde 1948 ne formulent è ’hu explicitel ion r is, tra e, ede aqui D , pluralisme la presse r ie ment ce principe fondateur, est déduit d’une interpréisi s, IG L’E Ru RT dio e Gr tation de la Déclaration des droits de l’homme de 1789. e8 ro L,n°1 : Constitutionnaliser xp n,L ou F1 Recommandation u A ’ À al’heure où les entreprises de média subissent l’une L E 9, p nplus udepuis , O la défense pedu pluralismeaget de l’indépendance x , s j des graves crises économiques la Libérao Me p E ard ur res tion, oùiolanmondialisation cnumérique rande la presse*** Ne s et la puissance de di d ,P eli ère s, certains acteurs ’ x g h t technique bouleversent les conditions e s, ari ui La liberté , L sont des Dd’accès , R d’expressionretadla liberté d’information s, I R en s à l’information, où de nouvelles formes d’expres’ valeurs fondatrices de la République, depuis la DéclaraG ien io, Ex u TL Gr e r sion et oud’échange se mettent l’homme et duLcitoyen de 1789,p qui pro-A en place très89rapidement, Fra ou tion des droits, de ’ a L E p nc il semble essentiel, à l’instar n ujo de ce qu’on, Mfait les a pclamait que « La libre sio États-Unis, Eou l’Allemagne gacommunicationxpdesr pensées et des e e , de consacrer ce prinu cs opinions Ne est un des droits ed rd les plus précieux esde l’homme », n, r d ng e ère sur la liberté sde, la presse, cipe de ila ’hu xtr par la loi de 1881 passant Pa dans le socle ap lis même de l’organisation e, en D République. , , a r ar i jusqu’aux décisions du Conseil national de la Résistance. isi IG L’E Ru RT dio en t, C e 1984, ,pour la presse, et 1986, pour e r LDepuis x n F o p ,L -A L’E ran a 89 up l’audiovisuel, la jurisprudence du aConseil Constin u a , x , sio 2E 1er amendement : « Le joCongrès ne fera aucune loiMaccordant une préférencecàe du pr « la préservation e N tutionnelgarconsidère que une c religion ou en interdisant leu libre exercice, restreignant laeliberté d’expression, la , e n rd de se réunir pacifiquement d s caractère pluraliste des courants d’expression socioss ex , liberté dee la presse ou le droit des citoyens è ’hude torts subis. » diapet d’adresser à l’Hu P l r , i l’État des pétitions pour obtenir réparation trculturels » est eun objectif à valeur constitutionnelle. s a DI ma ,L ad ris 3 art 5 de la ,LoiRfondamentale allemandei: «eChacun a le droit d’exprimer ar et de ’E t G i io, n u , e librement son opinion parole, par l’écrit et par l’image, et de s’informer e 8parsontlaaccessibles ro xp ndiffuser Fr liberté de la presse etCla a sans entraves aux sources qui à tous. La ,L L u A ’ an Il n’y a pas de p a E 9 p liberté d’informer par la radio, la télévision et le cinéma sont garanties. 1 Les décisions marquées du signe *** sont les décisions fondamentales sans nsêtre atteinte. uj»o ag lesquelles l’ambitionxpde cette mission ne saurait , , ce Di censure. M Ec ion ard u res gi, e r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 11 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 1

2

3


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro le financement q n Recommandation n°2 : Améliorer Recommandation n°3 : Créer auprès du Premier uip dans la se, ce du pluralisme do un observatoire Ca de la presseRJen développant,le mécénat*** èr ministre ,P Bo NM e, ri F e, na Gr presse r G i l+,le numérique,oule modèle économique ran sm PP Avec des Me ro ma p , t up L a c médias traditionnels est, fragilisé, et enMpremier r e o e P La d’information. ur lieu celui deF la presse écrite eO , Dans un contexte radicalement différent de celui de o Fr Alors res l’Edu pluralisme doit y, que de grandsigquotidiens, n g a d l’après-guerre, la question être repena ue commerL’Aurore, vendaient aro qu nc se NR a bases : i , plus Jde 3 millions d’exemplaires dansdl’après-guerre, lesdo sée sur de nouvelles e ère p ,N ,P Bo e, na ventes G cumulées des grands quotidiens ,d’information ri F M r u G r i m l+, dépassentoàu peine 1 millionPPd’exemplaires M aujourd’hui. ♦ lara multiplication desscontenus en ligne,rrend aujourd’hui yg o e n ue , M autres sonttmenaLeDes titres ontpdisparu, ce une réflexiona sur ro , L de nombreux nécessaire la fiabilité etup la crédibilité P s, e , on car tendancielFigCertains devraient cés. Fr de toutes les ag déjà avoir disparu res l’Edonnées qui s’échangent sur les réseaux O a d lement areno déficit depuisades ncnumériques etqquiu mélangent information, se opinion, umais NR rd années. ad es , i e è p , o tF J G Cette situation aussi piratage ou données falsifi ées ; menace le pluralisme et la qualité , B r N e, ri F e la presse quotidienne Pnouvelles o ran r u ♦ de stratégies industrielles émergent : G rode la presse,MPnotamment de, M i r s y a r up gufiltrage c etr étude du Pewnc moteurs m d’information. C’estPainsi qu’une récente de arecherche plusoou upmoins objectifs, , L Center sur, près e Mode 300 journaux o Research américains a e, de contenu, navigation Pr entre différents e O médias, sinforFig Fr des évé- l’E ,G e montré a une très nette baisse de la couverture n g a mation orientée vers différentes communautés. Elles s d ard et internationaux, u aro nements nationaux q n s ad en seulement trois es et à une oog u e c répondent à une fragmentation des publics i , e è ,N p or . ans, cela notamment ,P le, re, par mesure d’économies e, des sourcesBod’information. tCes Fr stratémultiplication iF M r u a Gr de poser la question Par ailleurs, PP le cycle deMfienancement d’unranmédia, la ren- ismgies empêchent ncen du pluralisme up ou des pointsygdeu vues e, , tabilité moyenne de ces journaux et les impératifs de t a c termes d’exhaustivité (c’est désorr , L rentabilité M es p o e P e , demandés au capital sont tels que l’investison Fr , Gla régulation M6 maisrimpossible) et interdisent de centrer ag l e ’ O E a s sement dans la presse écrite s’avère de moins en moins ,F da ard ue qu sur la luttesecontre les concentrations nc (c’est o désormais o r d intéressant. st gle ipe inutile) ; , B e, ère or NM F et indirectes, et,la Pr l’une des ♦, laGmultiplication odes l’étranger Uni), , M (Pays-Bas,i FRoyaume aides directesra u Ra i r s PP Àréponses y nc a r a été de développer le mécénat enmfaveur g multiplication des réglementations anticoncentration o e dio n u e, , Mde la pressetràotravers notamment up de penser une ce le modèlea Pde e suggèrent meilleure harmonisation s M eO F on , G comme le suggère Fondations ou deFfonds de tellesre 6, le ran dédiés. ,Enl’EFrance, de ces différents dispositifs, et, s d u oo des aides àFrla fondations n d’as- serapport Lancelote, de fixer les critères ad pourraient entrerceau capital desqtitres rd uipdeafiqualité s an gentre , ère surer la préservation d’une approche éditoriale or t ,P B l e e presse et de renforcer les synergies la Direction F ce i o , ,G aussi à reconstituer ramédias, , Met du pluralisme.FrElles les aideraient r u R i du développement des la Commission paris Té y n anen leur assurantmleur indépendance ro leurs gu ce de presse,aledConseil etr fonds propres taire des publications et agences u a i c , M et la Sociétéo des pleineoet entière. pe supérieur desemessageries e, Pr s, Fr de presse on Fr l e 6 ’ O G an E a s , da papiers de presse. Actualité et limites des fondations pour la presse ue o q n s F ce o u e c ran do Depuis 2007, la presse st g , e p ,T a obtenu de la iDirection de la Législation , B l e e rfiiscale F c P o , une lecture souple de la loi 2003 sur le mécénat, permettant , C’est pourquoi nous recommandons la création, r e Fr la presse dansrceisdispositif général (dons an ministre, Rd’un Gr défiscalisés à uy auprès du Premier d’inscrire ad ObservatoireTédul a de 60 ou 66 % en fonction m g ce o etr hauteur n de ce qu’ils proviennent de peru u a io année, unév c es pluralisme chargé ,deMremettre, chaque pe : o F sonnes physiques e, et morales), pourPréaliser 2 types d’actions Fr statisti- isio res de presse. DansOce rapport, Gpublic, fondé 6sur des données l’E propres des entreprises ran♦ renforcer les fonds an , ns ue ques et corrélées, oo sleedonateur ayant indicas, les dons sont q nominatifs (« fléchés »), F c permettant de juger de l’état du u cqué r e s an ipe; , e, le journal de son choix ,T t Fpluralisme. gle ♦ financer des actions collectives en faveur du B pluralisme (abonc P iF o , , F1 r e uyexemple). an Ra nementsrid’une classe d’âge àG différents journaux par ran Ces s T r m gu». élé compé- , O actions sont alors financées par ce oules dons non « fléchés dio: Étendre les Recommandation n°4 a ceC’est ainsi ran e , pePresse et Pluralismes vis du que sur ces bases, l’Association P M tences du CSA et le charger du respect ,s’est F , r constituée fi n 2007. Mais de nombreux problèmes subsistent. ran l’E aujourd’hui nécessaire ion es d’autoriser O Go pluralisme 6, Il semble cesuassociations à q s F c s, e o uicapital Pr ran au sociétése holding presse sanssen modifier e, g , B departicipatifs pe etdesà réaliser t ism monter l la gouvernance, des prêts à leurs sociéTFune accumu-Gro on constate Fr ces Depuise, quelque temps cdéjà, o , e tés filiales ou éditrices des titres ; il faudrait également autoriser u a R G up 1, a associations ygbonifiés (du montant Té activités traditionnelles, nc lation de règles ad visant certaines à réaliserro directement des prêts P dons fléchés O e l u e et, parallèlement, une faiblesse des règles concernant le desre perçus)u aux titres de presse en question. é i r o e , a p v ss s, M isi autres médias nquig eO Fr Internet (et les uip média émergent qu’est e 6 G o a , , e, suivront : jeux vidéos, nréseaux sociaux,nsites collabora-e, u o B F c s, RT e og raEnn outre, nombreede ou Gr st tifs, etc.). ces règles fonctionnent de G , l L, o e, yg TF Fr ce ro 1 uhttp://www.nytimes.com/2008/07/21/business/media/21papers.html?_ ue an Ra pe u 1 r=1&adxnnl=1&ref=media&adxnnlx=1217026851-HMOdyHcdKK9+lvnEa9WgFA&oref Té ,O pe s, ce =slogin 2 d Rapport cité. Ou l é i r o Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 12 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 1

2


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr de Cettesréglementation è ,G ion 6,les médias forment très sectorielle alors que estganachronique etxletrsera de plus re a e n ,L umanière , a oo Fr flux interchangeace en plus à smesure es en plus un continuum plus gérant des que ces R formats innovantsdse déve, a i g T o, Gr , T lopperont et rencontreront le,visiteurs. nc L, Dès aujourd’hui, blest d’informations et de leurs publics. Fr ou L’Ele o F e L R u 1 ces journaux gratuits et ces journaux Internet jouent a yg De mêmeanque T , p les groupes ade Orprincipal médiaed’information pourgaune part crois-xpr diomédias doiventélapprenue dre à penserclae,convergence, rôle de ésur Ne rd cier des es de même la réfl exion la v srégulation M6 cette dimension. isi sante duanpublic. Fr Ils doivent pouvoir bénéfi ère , G doit intégrer s, x g o a t e , r dispositifs d’aides existant (aides à la fabrication, n n , , a o F L’E es RT dio les supports ogpremières mesures ran à envisager ceste,sans doute saides , G à la modernisation,...) des et, pour t F L’une l L x , e TF ce de l’Audiovisuel ro d’une TVA à, taux pur web réduit queL’nous recom- pa ranla fusion du, RConseil Supérieur L E u 1 ag Té des communi, O mandonspeégalement d’appliquer, (CSA) et de l’Autorité ad de régulation xpnous le nsi comme ccations a lév (ARCEP), tant e, électroniques o io et des postes resdes ranverrons plusNbas, aux supports rd numériques M e i F s è s, ran de convergence, ion que ces gtitres re, 6, dans ce monde Go il est étrange, e, de presse.xtra DI deux institutions continuent leur cheminement parallèle F c s L R d og r ’ , Par ailleurs, une interprétation restrictive de la CPPAP e Gr io, Ex TL ,T Gr leet, séparé. anc ou exclut du bénéfi ce du taux réduit de TVA les publicap ,L L’E ou F1le CSA, dans l’ateT a n ParRailleurs, nous recommandons que a qu’une chaîne ,O petions de presse portant ad siou ga le même xnom élé intègre dans pmonde e, on tente de ice rapprochement, son rapport r r émission de télévision. Or, dans un marqué par o N r e an visquement consacrée d s M6 annuel, uneFr partie spécifi e ère il est essentiel s, de pouvoir , Pa plurimédia, xtr ge à la convergence ion an , Fl’état de la concentration DIle même dans le , R développeraddes publications, de ris ce s, secteur audioviL’Epresse portant ranainsi qu’au respect G i T suel, du pluralisme dans les médias o Gr ,T thématiques similaires à celles d’une L,nom ou traitant ,des xp ro ce L’E ou d’un site ,R ou F1 numériques. émission de télévision internet. Le régime a L nsêtre étenduuàp, aTVA Té ,O pe x ad Nous recommandons g de réduite nous semble devoir p Ec ion également ard lé res io ranqu’il devienne Naussi ces publications. se e , un publique et conditionne Fr instrument devilasipuissance è s x g P l r , o an les autorisations e, e, qu’il accorde tra ari désormais D ns d’émettre c I L s ran à des groupes ’E , Gà ce que leurRTpays d’ori- dObjectif e, Gr étrangers io, 2 : Favoriser l’information deien L x T o ce gine autoriseFégalement l’implantation ro pa ,L -A de groupes L’E up qualité up 1, sur leur territoire. n ujo a Tde x médias français , sio ga élé Or pr eN E c es n°6 : Inscrire an n, les chartes sdee vis ex de la rdèrRecommandation Fr s g Pa leur Conven-lis Recommandation n°5 : Élargir les aides i on an tra e, déontologie des, journalistes dans e, nouveaux supports D ,R ris ce commission s, paritaire aux IG RT dio tionLcollective ’ i E ue en , T d’informationGr r L x , o p , L ou 8 F1 upune profession Aparticu’E La professionade La journaliste est n u , p x , s j g élé Or contribue àela liberté d’expression Ec liée à la vie deolau La collectivité arden accor- plière, onindissolublement resdont l’activitéiest an économiqueNspécifi vis dant un régime que à la presse. Ce ex , P en France,seplus démocratie. Elle représente, de 40 000 rd’ è s ge essentiellement hu l ionrégime comprend r , DCette professionaardes spécificitésishéritées trdeux e, types de mesuindividus. de , , a ie isi la liberté d’expression. s des tarifs postaux Ru RT préférentiels detiodes allégementsL’E son histoire IetGdes combats pour res,: G e e8 L, de 2,1 % sur ,lesL recettes de xpCes spécificitésrodoivent être conservées nfiscauxr(TVA et défendues, ou au taux réduit F1 u A ’ a L E p ns à l’heure ,où l’information usejofragmente, se9, M ag , O vente au numéro pe et par abonnements). notamment x p Ec pourquoi, malgré ard ur les pres- ed res dilue etiosen mondialise. C’est raAfi N s n de renforcer les garanties accordées à la presse, ex ng , e è i ’husont Pa et malgré certaines lis dérivesdqui re,et agences des, Dsions actuelles, ce régime e, est accordétraaux publications , r i généralement refusées par la justice, nous estimons s, isi IG Ru dio paritaire L- ’comprenant en presse R surTavis d’une commission Ex e Gr des que la clause de conscience doit être préservée. e r L n , Fr représentants ou pa , L de la presseL’Eet de l’administration -A ou dénommée 89 an p « Commission paritaire des publications et n u La Déclaration des devoirs et des droits des joura pe , x , ce s j g o M p E ion nalistes a étécadoptée en 1971,uàr Munich, par leserepréagences de presse »a(CPPAP). r N r e dè se dia d’h de la Commuss exactuelle, les publications ng ,sentants des fédérations P lis de journalistes r À l’heure qui bénéfi cient de ce , t e e, a u r D , L d’un supportI papier nautérieuropéenne, adnotamment disposer de ,Suisse et d’Autriche, i e ainsi que depar R RT régime doivent s ’ G n F Elle t, C ue en diversesiorganisations internationales de journalistes. Let, être vendues.io,DeL ce fait, desEsupports xp comme rles o -A raprofesa éthiques,8déontologiques et ’E 20 minutes, Direct an soir, ou desup pose les fondements La gratuits Metro, 9 quotidiens n u , x , ce sio Arrêt sionnels e N journauxgaexclusivement Ec du métierjodeu journaliste. Me enpligne res comme Mediapart, , l’ r n r d s d d ex sur Images, Rue , 89… en sont exclus. e Hu è s i ’ P ap hu lis re, ,D tra ari ma , a i IG L’E Ru dio en sie rt, e8 ro xp Ca n,L Fr ,L u A ’ a a E pD 9 p n ns ujo ag ,M xp ,E c e i ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u 13 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da des journalistesn arddevoirs et des droits P, aro Déclaration des q se uip ce do RJ Ca ,B èrPréambule ,N ,P e r e na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l o s + Le droit expression et à laP critique est une des libertés ro etr fondamentalesadenctout être humain. ma , Là l’information, à la ulibre ma p , up , M e o de connaître lesLfaits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droitsedes journalistes. P ur Ce droit du public , o F Fr en particulier àl’l’égard ag du public primentoute autre responsabilité, res et des e O y, La responsabilitéigdes E journalistes vis-à-vis de leurs employeurs a d a ue a qu nc se Npouvoirs ad rd RJ publics. ro, i , e è p o , Ps’imposent spontanément. re,des limites que lesrjournalistes NM nécessairement e, Tel est l’objetBdeo La mission comporte na Gr d’information i F eux-mêmes r uy Gr la déclaration des devoirs formulés ici. ism Me l+, ran ou PP gu o , M respectés dans tro l’exercice de la profession Le Mais ces devoirsp,ne peuvent être effectivement de journalisteaque si les conditionsuconcrètes de c es p e P Lala dignité professionnelle et de sont réalisées. Tel F est l’objet de la déclaration des droits qui suit. e , o Fl’indépendance , r l es ’Eq iga nd Ou ran ga s NR ad Déclaration descdevoirs rd es ro uip e, e, ère ,N or tF JG B e, sont : Pr des événements, o MP du journaliste, ,dans ran la recherche, lairédaction et le commentaire F u G ro Les devoirs essentiels i M r s y a r mena raison du droit queoule public a de connaître u1)prespecter la vérité, Pquelles gu ; c lui-même, et ce, , M qu’en puissenteêtre troles conséquencesnpour c , e p e Pr La la liberté de l’information, s, eO 2) défendre on du commentaire Fig Fr et de la critique ; , l’E e Go g a s d ard les informationsadont l’origine est connue u aro 3) publier seulement q ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas n s e og uip; e, st e, et les documents ère essentiellesdetoner pas altérer lesctextes , Nsupprimer les informations le, B e F Pr des photographies,etGdes documents ; ou MnePpas user de méthodes r 4) , M déloyales pouriobtenir Fr des informations, a ism yg nc a; ro up P, à respecter la vieeprivée 5) s’obliger des personnes n u e, t u a c r ,L e M p o e P s M6 e , Frse révèle inexacte ; l’E ,G ag 6) rectifier touteoninformation publiée qui res O a ,F ar7)dgarder le secret dprofessionnel oo quinformations obtenuesseconfidentiellementu; e et ne pasn divulguer la source des ad c r st avantage en raison gle , Bde recevoir un quelconque ipefondement ainsi que e, les accusations sans 8) è s’interdire le plagiat, la o calomnie, la diffamation, r NM r Fr e, Pr ; i F d’une information ou ,R ,G la publication a ism Me ou de la suppression ran PP de y n ad ro gu aucune consigne,cdirecte 9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter ou indie , M recte, t u a c io r es ,M pe o F; des annonceurs e, P F o10)nrefuser , l’E rédactionnellesreque 6, raetnn’accepter de directives G toute pression des responsablesO de la rédaction. s d u oo F ad digne de ce nom rd uip strictementsles e,principes énoncéseci-dessus cese fait un devoirqd’observer s journaliste ; reconnaissant le droit en vigueurra g ère Tout o t , P en matière d’honneur Boque la juridiction deFses pairs, à l’exclusion le, de toute ingé- nc e, professionnel, chaquerpays, le journaliste n’accepte, i r , M dans eT F ris uy an Ra Gr rence gouvernementale ou autre. r a m g é c ou etr dio nc u e a Déclaration des droits e , p o e, Pr s, M6 eO F on Fr l e ’ G E an revendiquent le qlibre accès à toutes slesssources d’informationu et le droit d’enquêtero librement sur tous,lesFfaits qui condi-ranc da 1) Les journalistes ecas og que par exception ce Le secret desuaffaires ran en vertu publiques oueprivées ne peut en ce do tionnent la vie publique. e, st être opposé au journaliste , i p , B l de motifs clairement exprimés ; e e T ri F F c Pr ou ,G rande son entreprise,, Rtelle qu’elle est déterminée eT i r 2) Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale s y adcette ligne générale é; l a son contrat d’engagement, r toute subordination ma guqui ne serait pas clairement ce impliquée par etr par écritndans de mêmeoque u év io c e , p o F 3) Le journaliste e, ne peut être contraint P s M isi e F à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa ,G res ran 6, Ou ranconscience ; l’Eq on oo se F s c e u c rande l’entreprise. e, gnature , Binformée de toutesdécision e, rédactionnelleipdoite être obligatoirement 4) L’équipe importante de à affecter la vie t l e, TF Fr intéressant la composition c: embauche, licenciePr au moins consultée, iF , Gavant décision défionitive, Elle doit être sur toute mesure de la rédaction e u a R 1, i ran ment, s y T n ad ro ; mutation et promotion de journaliste m g é c a Pde sa fonction et udepses responsabilités,uelesjournaliste a droitenon io ce des conventionslévcollectives, Ora ce 5) En considération , seulement au bénéfi M6 n isiest le ,mais Fr au rôle social qui l’Eaussi à un contratrpersonnel sécurité matérielle et, morale ainsi qu’une rémunération correspondant es assurantesa O G o a , nc ns oo sien etqsuffisante pour garantir seson indépendanceuéconomique. Fr es uip Pr ,G e a g , ,T tF nc ism Munich, 1971e, le, Bo ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 14 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio en revanche ,G xtrl’information ère gele risque de diluer 6, nationale des syndicats de journalis♦ Il comporte a n n ,L uL’Union , admilitants Fr ce au milieusd’une es français a odemandé RT de propos og tes aux organisations d’emsomme d’opinions, , a i o, Gr d’erreurs, d’inexactitudes t F que ce texte nc le, figure en préambule L, ployeurs de la , T parfois organisés, ou d’aperou L’E o F r e La Ra des journalistes, up 1çus collective afin partiels ; yg nouvelleaconvention T nc , gaexactes entre xpr dioéthiques de élaléprofes- ♦ EnfiOn,ril pose la question e N des frontières ue d’imposer à tous e, « les principes rd es a v ssion e i à sonFextension ». Le SNJ l’activité nspécifi que des médias et la simpleèdiffusion s , Get les clausesMnécessaires s, x g r i re, 6, que les deux chartes an de déonto-on d’informations e, voire le partagetrd’opinions. demande pour sa part a o F L’E es RT dio og du SNJ dera1918 actualiséecen e, 1938 et la s, G t F logie (la charte n l L , e TFsoient La présence ro ,L L’E est indis-xpa , R adoptéecàeMunich en 1971) d’authentiques journalistes rancharte internationale u 1 ns ag mouvant. Êtrexjournaliste, TéNationale de Travail , O pensablepdans ad annexées à la Convention Collective ce paysage ce p e io a l é i r o F soient rendues rd une formationespréades, Journalistes et qu’elles un métier nécessitant vis opposablesranc’est exercer N M e è s, glable, ran apportées à il’exercice les garanties de C’est raussi 6, Go afin de renforcer on tra e, disposer d’un e, maîtriser unxsavoir-faire. D F statutRprofessionnel permettant cette liberté d’informer I ce s, L d og cette profession. ran ’ Gr io,autres salariés.Ex TLpas la plupart des ,T Gr que n’ont le, ou c p ,L L’E F1 considérableou a Ra un contextee de Dans multiplication n a Té ,O p Alors que des études xp alarmantes, venant sio ga de plus en plus dio « d’information des sources ca- e lév » et de complexifi e, res r N r a d s’ajouter constante,n, M6 tion des circuits ex à des chiffres èder diffusion en baisse ng isi une telle disposition, Fr d’information, s Pa , o a tra la perte de ecrédibilité e, la crédibilité confirment de la plupart des , Fde nature à renforcer D nc ns des organes , ris L’Eil est urgent deIretrouver RT médias, principalement dio rapresse, , de et à fournir des moyens juridiques de écrits, e G Gr nc l’application, de L,la confiance des, Lcitoyens (lecteurs, xp auditeurs, téléspecro TFces règles professionnelle, vérifier ,R o up e ’ a L ExNous recommandons upmédias tateurs, 1, au secteur des ns donc de ag internautes…). Té très favorable ad nous semble , O p e ardla qualité, l’indépendance lév recommandons onpluralisme Ecs res io en général. Nous ran donc leur transremettre et ile N ex de l’information , P Face Fr el ère au cœur des s, préoccupations. position dans leiscadre de la convention ge collective i o a t a r D n n , , a r journalistes tout s en appelant à leur illimité isi ce I Gdes informations R actualisa- dauiofoisonnementL’quasiment ran des , E en tion, afin, qu’elles soientGadaptées auxTnouvelles jetées sans contrôle sur Internet, l’avenir des médias trar L x , o ce exigences Timposées r p , L o F1 stratégies -A ’E passe d’abord,aetn surtout, par udes p Té , O par le défiupdue numérique.Lag ditionnels x , sioqui s’appuient surE les fon- ujo de développement multimédia p a lév r r Ne an°7 n, déontologie, cvérifi secaRecommandation les rd damentaux duejournalisme : rigueur, s ng : Professionnaliser isi Fr è s xtr Pa lis re,de l’information., D on an sites d’information en favorisant le recrutement tion e, ,R a r i ce de journalistes*** s, IG L’E RT dio s i ue e Gr ,T L x , Selon nous, l’informationro doit continuer ànêtre traip , L ou les supportsL et les modalités’E tée par des aprofessionnels udont 8 F p, la missionAest de Les1formes n u ag , O de l’information, pe x s j élé ou ard Plus pvérifi etEtrier les informaàr l’information changent très rapidement. on reser, valider, ihiérarchiser c N a vis d’accès r s ex dont certains sont , P Ces professionnels e tions sdont ils disposent. doivent d’h 9 millionsnde tenè geblogs en France l ionde r s, aride structures icapables ui de tés par la professionnalisation, destrjournaux , L continuer, Dà Itravailler au sein ,R ad gratuits,edes s R e s , ’ G i i E ue de mesurer et d’assumer les risquese pris par la diffusion journaux d’agrégationod’information, le Gr en ligne, desTsites r L x n , L’Evidéos, les pcesa informations,oudep protéger les -journalistes ou et évensocial bookmarking , les ,sites de partage de 89 F1 Au L n a , O sites fondés psur ,M x , tuellement d’endosser la responsabilité et d’assumer des forums et des échanges entre inters j g ou pr e ion Confier cesEctâches à des personnels ard ent en profondeur ranautes… ed e leur défense. non toutesN ces nouveautés modifi rd se s e n , è s i ’ x g P h l structures vulnérables reviendrait à le paysage re, , Dqualifiés, ou à ades is, tra e, de l’information. u r i s, fragiliser I G la qualitéisdeie l’information etRucontribuerait ainsi L’E RT di en Gr Ce remodelage e à unro affaiblissement du débat démocratique dans notre F du paysageode l’information a xplusieurs L n , pa L’E ran ou conséquences, :L 89 upc’est ce à quoi-Anous pays. Or, assistons aujourd’hui sur n u a pe , x , ce sio de nombreuxEjournaux en ligne, jouparfois même M ga pr dans les c N e r e dè un vent de sliberté se de journaux rpapier. dia d’h ♦ Il apporte et une n,versions numériques ex indéniablement ng s P lis r , t e e, pa a u diversité rd’opinions dont on peut se féliciter ; D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ C’est pourquoi nous recommandons d’attribuer G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa prioritairement les aides à 8la presse, notamment L’E r u A a La 9, p, les exonérations nc ns ujo de TVA accordées après labelxp ga M eN E e, i o ur aux entreprises res cs par la CPPAP, lisation ed dont les rd n l’ d ex 1 Le social bookmarking , eli web sont ’composées ère est la pratique consistant les annotations s quià partager rédactions de ia journalistes Hu Pa hu trportées s p sur les articles ou vidéos puisés sur le net, ,ceD permet d’indexer les articles, ma a les noter, de les annoter,ouLde les partager avec un réseau ar i e Cette recommandaI Gou une communauté.risie titulaires ,deRlau carte de presse. de d ’ t i n E , o On trouve notamment dans ce mouvement de grands sites mondiaux Del.icio. s’applique eneparticulier aux journaux roou comme ntion , des sites français à très xfortepcroissance comme Wikio Fr entièrementCen us ou Digg, L Cozop. Ces ,L ap 8 u A ’ anInternet des jourligne, aux journaux gratuits, et aux sites a Ex la principale source d’information 9 pratiques deviennent pour un nombrepcroissant n u ag d’utilisateurs. , , ce Di sio jou naux papiers. Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 15 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF e y Autre proposition : g E a ,N L’aide quotidienne d’information poli- s da au portage de la presse ard P, aro q n se uip ce tique et dgénérale RJ Ca ,B è , o re, Réservé auxri seuls quotidiens ,nationaux, qui se revendiquent comme ♦nImposer aux sites NM P régionaux e et, départeG o al+sites d’information Fr politique et générale, r G ro de mentionner, i des dans leurs M mentaux d’information ce fonds aide le stock s P an récompense le développement ro ma P, , L légales, leunombre ma portés, du portage p, mentions de journalistes et le etd’exemplaires u c r M e o e constaté sur les deux années antérieures à l’attribution de l’aide et p P ur nombre deF rédacteurs quiLacontribuent au osite. , Frl’activité des vendeurs-colporteurs res de presse. e O soutient et porteurs l’E y, iga nd g a a ue qu ncd’euros. se NRecommandation rd les aides à laad 8,25 millions ro n°8 : Recentrer RJ i , e è p , o , P hebdomadairese,régionales et locales Bo ri FL’aide aux publications presse d’informationrgénérale et e, na Gr sur la presseNM r uy G Ce fonds favorise la diffusion au numéro des titres de la presse ism Me l+, ran ou PP politique*** r o hebdomadaire régionale d’information politique et générale, dont p, ,M tro up et à la gue Le a c le maintien est indispensable auPpluralisme d’expression e s, La d’un ambitieuxo dispositif d’aide Fà cohésion du,tissu eO FiFrance res1,42 million d’euros. l’Eéconomique et social. La s’est dotée n r g g a d aro qui représentearl’un qu de la presse quotidienne se nationale ud’inNR ad efforts ncL’aide la presse, des plus importants à la distribution es d , i e è p , formation politique et générale o tF J G publics d’Europe. Cet engagement repose à la fois sur , B r N e, ede, la Résistance reti Fl’ambi- CettePaide o ran r u Conseil national est destinée aux seuls quotidiens nationaux d’informaG roles idéaux du M i M r s P y a r up de garantir la liberté paraissantgau moins c P, d’expressionetetr l’accès de tousnc tion politiquemetagénérale, de langueofrançaise, tion ue délicinq fois par semaine et bénéficiant u dupcertificat d’inscription , M o e Prmillions d’euros. e La à la pluralité des s, les citoyens de , vré par la CPPAP. 12 on idées, et sur laFnécessité Fig l’E e O r Go g a faire face aux diffi cultés chroniques de ce secteur. s d ard ue aro quaides concourantsaue maintien du pluralisme nc 1-2 Les ad st politi- ogl ipd’aide , Bnationaux d’information e, , NLe Projet de loi deèfirnances or 282 millions d’euros 2008 a consacré Le fonds aux quotidiens e, e e i F se décomposentPr que et générale oupublicitaires Fra , Gà faibles ressources Maides , aux à la presse (mission médias). Ces aides i M r sm PPsuit : yg nc an r de ce fonds les quotidiens comme up etr Peuvent bénéficier o de langue franu , u a c , L 1 – Les aides es nationale, dont,e, M Modirectes peet générale à diffusion oF e, çaise d’information politique P ag 1-1 Les aides à landiffusion res les recettes publicitaires l’E notamment, 6, Ou n’excèdent pas, G25o% de leurs ran da ard q recettes totales. 7,15 millions d’euros. s Fr es og uip e, doà la SNCF ce, Lesèréductions tarifaires t Le fonds d’aide aux quotidiens régionaux, départementaux et B le, re NM ri F de tarifs pour lePtransport des e,locaux d’informationo politique et générale Fr à faibles ressourLa SNCF, assure des réductions r u a Ra G i M rannuméro. Depuis 2001, sm l’État PP exemplaires destinés nc ces r de petites annoncesyg à la vente au o e u e, d’informa- dio , Mprend en charget60ro% du coût de transport u réservée aux quotidiens ce des quotidiens et a19 P% e L’aide est p de langue française s M6 ou du F oncoût des autres publications. Fr 5,8 millions,d’euros. res tion politiqueeetOgénérale à diffusion, régionale, départementale l ’ G E a , d u locale, et dont les recettes de petites annonces n’excèdent pas L’aide à ncdiffuseurs qu se5 % de leurs recettesepublicitaires totales.o1,4o million d’euros. Fr ala modernisation des rd st an gle i ,B e ère Subventiondodirecte, p accordée sous certaines conditions aux diffu,P e r F ce i o , , Gleur 1-3 Les u aides visant à la modernisation et à la diversification ran , Mseurs qui souhaitent F rénover leur espacerides vente ou optimiser R Té y vers le multimédia des entreprises de presse gestion. 2 millions rd’euros. ad an ro ma gu ce etr u i c , Mservices en ligneodesF peLe fonds d’aideeausdéveloppement des Le fonds sociale dePla fabrication o F d’aide à la modernisation e, on , r entreprises de presse de la presse ran l es 6, ’Eq Ou Go da Cette aiderasoutient n s F Ce fonds partiellement remboursables, deumodernisation des proceses consent des avances, og pour e, ranprojets per-à ce, do sus de productionceet,lesde démarches i p des entreprises de presse écrite la réalisation de rénovation des relations du travail menées t B l e e T rtant Fr à disposition du public ce d’un Pr nationale que, par i Fpar la presse quotidienne mettant la mise , Rdu contenu éditorial la presse quoti-o u a G i r s titre de presse écrite sur un support numérique. 500 000 euros. y dienne en régions. 30 millions d’euros. n T ad an ro ma gu ce etr u io quotidienne éetlév c Le fonds d’aide à la modernisation de la presse e Le fonds d’aide à la distribution et à la promotion de la presse , p o F française à el’étranger P s M6 et générale Fr isi eO , l’ assimilée , Gd’information politique res ran on a Eq , n ue Ce fonds permet oo d’accorder des Fsubventions aux entreprises et Ce fonds facilite la diffusion hors de Francesdes quotidiens et des s c u e c e, glepour la réalisationradenprojets de modernisation, e, périodiques ifrançais publications signi- st agences de presse pe apportant une, contribution B TF ce être collectifs. iF ficative P au rayonnement de la ,pensée et de la culture oufrançaises. Fqui , R 20 millions d’euros. rapeuvent Gr 1, ran 1,95 millionrisd’euros. y T n ad m g é c o Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe sà, la presse, juillet 2008 ce 1 D’aprèsO Domaine public, Les aides dio l é r Ne Go ,M ue an vis Fr xtr s g o i 6 on 16 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr siol’activité pressegécrite, qui représente ,G xtr en France ère 6, Au total, a e n n ,L ue2- Les aides indirectes , ad reçoit oo Fr c s un chiffre d’affaires d’environR11 milliards d’euros, , e s a i g T 2-1tSur le plan postal o Gr directement financées , T donc des aides nc le, L, par l’État, pour Fr postaux préférentiels ou L’E o F e Les tarifs Ra un1,montant de 282umillions d’eurosL(soit 2,2 % du CA) a yg La presseabénéfi T nc cie, sur cette année p ga d’euros.xpr élépréfé- plus O e TVA de tarifs postaux ue rentiels pour sone,acheminement et sad2008, une exonération de d’environ 1 milliard i r o N rd es a v distribution par la Poste. Un s,abattement de 28 %Msur ce tarif de presse i F Cet effort n public est parfoiselimité à la presse èd’informas s, x s’applique aux quotig r i re, le 6, présentant un caractère G an d’information on tion politique eet, générale, maistrcea n’est pas toujours diensoet aux hebdomadaires F es RT la TVA allégée, dioqui représente Ll’un oget générale. (Estimation randu coût par la cposte ’E , G notamment pour e, : 400 mil- scas, t F politique le, lions d’euros). L , T c r , L’E que nous xpa ougros efforts de laL Nation. Alors même ran Les quotidiens nationaux e T publicitairesF1et,les des plus Ra à faibles ressources ns pe d’étendre al’engagement de laxcollectivité ga élé annonces bénéfiO- r recommandons cquotidiens p dio ressources de petites locaux à faibles io e r rd il semble légitime, es de supports, ,M ansur un nombreNcroissant cient d’une réfaction supplémentaire. 83 millions vid’euros. e F s è ge une logiquexdetr redéploiement,rede s’interroger ssur ran dans ion ,D Go 2-2 Sur 6 le ,plan fiscal ,R ad cet effort au, bénéfi F la pertinence de consentir ce de cer- I ce s, L og Le taux réduitrdea TVA ’E pas être G io, qui ne peuvent TL de divertissement le,La presse bénéficiencd’un taux réduit de, TTVAF de 2,10 % surGsesro tains titres ro xp , comme L’E au pluralisme. u e a L R considérés contribuant C’est u 1 n recettes de vente (1,05 % T dans les DOM-TOM). ,Les recettes publi- p a a x élénormal. Or pde epourquoi nousgrecommandons citairesd sont ion ard e, io assujetties au taux resconcentrersles N a v aides de l’État sur la è presse d’information politique M6 Les travaux deFrcomposition et d’impression, e isi ainsi que la nfourniture s, secteurs , Pa xtr et de les alléger re, sur certains onde presse, sont gsoumis an par les agences e, d’information et générale , Fd’éléments DI ris ce s, au de 5,5 %. L’E RT à définir.adio rataux G Gr , T pour investissements nc spécial des provisions L, xp ro ,L Le régime ,R ou F1 up e ’ a L Ex ns ag pistes envisageables Té de presse, éditant, O Les entreprises soit un journal, soitp une publiAutres : ad cation ,E p e i mensuelle pour une large part à a léouv bimensuelle consacrée o r io l’information r cs N rd es n, politique, peuvent affecter a ennfranchise d’impôt une e i Fpartie el s è s conditionner ces aides à la présentation d’une ♦ x ged’actif nécessaires tr Pa rande leurs profits àil’acquisition d’éléments re, ,D on , a à leur exploitation. r stratégie isi ce s, IG L’E de numérisation, RT divéritable ran en o G , ♦ conditionner une partie de ces aides à l’invesL’exonération de la taxe professionnelle des éditeurs et agenro L, xp ,L ce ces de presseTF ro -A tissement ’E sur des projets an de R&Duconcernant La up p TéCette exonération1est, O x , sio des chaînesEde pro- ujo prévue par l’article 1458 pr la numérisation e duNcode général desgar notamment limpôts. év cs ran esmigration versndes d duction et la formats numérie , i Fr eli s è s xtr ge Pa ioplan rques 2-3 Sur le social ,D an e, de type e-readers. s, n , a r i ce Le régime dérogatoire s, I Ru L d s des taux R de cotisations de sécurité ’E Gr ien io, Gr colporteurs etTdes , Tsociale des vendeursporteurs de presse e8 L x ou pa ,L -A L’E ou de sécurité sociale F montant des cotisations p Le 1 dues par les venns ujo agassis sur une xp ,O pe de presse est ,E élé deurs-colporteurs et les porteurs i a o ur r r c rd à 4 % es assiette forfaitaire. an Un arrêté du 30Nejuillet 1996 a fixé celle-ci n, vis du s d’h e è s, xtr ge de la sécurité sociale. Pa l ion plafond journalier r i e s ui DI ,L ,R , R sociales des journalistes ad ris sLe, calcul des cotisations e ’ G i i E ue TLappliquée aux taux odes, cotisations pla- x e r UneG réduction de 20 % est n ou rode sécurité sociale. , L pa -A L’E 89 F1 up p, n u a , O fonnées ,M x s j g ou Ec correspondantsalocaux de presse p ion r ranLe statut sociale des N ed r e rd d plafond de la sécuritéss se , Lorsque leur revenu e estxinférieur à 15 % duè i ’ g P h l re, (exemption , D is, tra sociaux est facultative sociale, e, l’affiliation aux régimes a u r i s, isi de factoR des cotisations sociales). lorsque leur revenu IG L’ plafond, Ru dioEn revanche, en TLà ce seuil mais inférieur e à 25 % du mêmeE l’afGr est supérieur e r x n , Fr ou , L mais l’État prendL’enE charge 50 % despcotisaliation est obligatoire -A ou fitions 89 an a p d’assurance maladie-maternité et d’assurance vieillesse. n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L1 , Un accord poste État Ca o -A a été L’Econclu le 23 juillet dernier,padans le cadre de la mis- up r 8 a L 9, sion Schwartz. En effet, l’ouverture à la concurrence des services postaux impliquait nc ujo xppublic de la Poste. Auxntermes ,E s gades missions de service M e N une redéfianition de cet accord, e, i o ur res de presse pour la Poste cs ed rdedsoutenir l’activité du transport à hauteur n l’H d ex del’État242continuera , eli èr2011 pour parvenir à 180smillions millions jusqu’en en 2015. Cette activité iap ’hu Paest , um trdéfi s citaire pour la Poste àe hauteur de 400 millions d’euros, rappelle Marc Schwartz, ,R ad de la Poste est de,faireLdisparaître ce déficit.DPourI les éditeurs, l’augmenta-ris a i l’objectif en rt, a ’Esept ans. Pour la presse G ien iotarifs ue tion des sera progressive sur d’information politique r x C , F o pa de 2 % en 2009 et de u4 % en 2015. Au et générale, L l’augmentation sera par exemple ,L -A ran ap 89 ’ et 2015, elle sera légèrement total entre 2009E inférieure à 25 %. Pour lep reste de la n u ag presse, , x , ce Di jou Me prde 34 % entre 2009 ets2015. Ec ion ard elle sera proche gi, es r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 17 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur oNous Fig Fr donc la, transformation AF l es ’ y n recommandons de g E a ,N d a P, a q n a rd ro l’Agence France l’AFP en uipde se doter se, ce lui permettant dosociété anonyme, RJ n°9 : Doter Ca Recommandation è , , P puis de pouvoir Bo d’un statut NM pérennesre, d’un capitalri et de fonds propres, e, ouvrir nPresse Gr et d’une direction al+ F r G i puisse amélioMeson capital siranécessaire, afinsqu’elle ou PP ro le msaa migration , LFrance Presse n ma p rer son fi nancement et développer vers L’Agence (AFP) est l’une des trois gran, t up c r , M e o e P La C’est une institution ur des agencesFde presse mondiales. eO , numérique. o Fr res l’E y, prestigieuse dont igala marque est une nd g a référence en matière a ue qu nc se NR ad Il nous semble rd de disposer ro peut s’enorgueillir également nécessaire de donner d’information. La France i , e è p , o JG ,P re, NM e, identifié etBstariàFl’AFP un actionnaire na ou clairement d’une telle structure. r r ism agence telleGque Me l+, ou PP yg r ble.raEn effet, le rôle d’une l’AFP est très o n p, L’Agence France,Presse ue t u Le a c ro particuliere: Mo p P s, L e , FL’AFP F res l’E en remplacement de l’Office r iga a été créée à alagLibération n O a d n♦celle remplit unqrôle se et a besoin ud’enFrançais deaVichy. loi de 1957 a lui a confié un NR rdde Larompre es rod’Information uipde service public d , statut particulier, qui lui permet avec le statut d’agence e è , o tF J G semi-gouvernementale tretenir des correspondants à des endroits « non renta, B r NM en lui conférant ri FElle e, une réelle autonomie. P»r pour alimenterela, GNation des meilleures o ran u bles informaro dispose d’un Conseil d’administration de 16 membres : 8 repréi M r s P y a r ma ; usentants gu c ou etr des salariés,nc tions possibles P,quotidienne, 2 représentants p, de la presse e M p 2 représentants de l’audiovisuel, 3 représentants de l’État et 1 o e La pour trois ans renouvelables, s,de rayonnement ,♦l’elle concourt àPl’indépendance on Fig respas prendreetele au PDG choisi hors duF CA et qui ne O r Go g E a la France et ne peut risque de dépendre da u aro peut être unaétranger, q n s rd même communautaire. e og uipde capitaux étrangers e, ; ce d un jour st , NL’AFP ne disposeèdonc pas de capital,oni d’actionnaires, seule, le, B r e r F e i F lui interdit d’êtrePr ♦ elle forme, leGsocle central odeu l’indépendanceraet du ment propres. Son statut MPde dotations de fonds , Mepar l’État, ce qui mettrait ran en doute ism pluralisme de l’information directement subventionnée ygconserver un statut nc et doit ro up P, son indépendance. Elle dépend donc de ses seules ressources u e, t u a c écartant tout soupçon de partialité de quelque forme r ,L es Momais 40 % de sonochiffre d’affaires en e2004 pe commerciales, proP M6 , Fr dépendant dul’gou,G que ce ag vient des abonnements ressoit ; de services publics n O E a ,F d arvernement ue structurante duoopaysage qu ♦ elle représente nc se une institution dè français. ado r gle , B véritablesplate-forme ipe audiovisuel français, e de ressourt En 2006, s’élevait à 263 ,millions d’euros, re, le chiffre d’affaires NM r i F consécutives Pd’exploitation ou des médiasFrde , ces l’AFP constatait deux années ris annotre pays, ,auRa Gr pour l’ensemble Me ran PP etpositive. y ma guinfrastructures cdéveloppées même et d outitre que d’autres e ,M tro ce io e , p maintenues par l’État. P s M e , F o F , r 6, Ou ranen cours, la l’multiplication Go La n révolution numérique deses Eq d Fr rd es d’une présidence og plus stable uippresse et sL’AFP e, a aussi besoin sourcesad peu fiables, le repli ce des rédactions an ère audiovisuelles or sur le territoire t ,national B l e e avec un mandat idéalement sur 5 ans. et les nouveaux cirF ce P i o , ,clients ran , Mcuits de l’information, Fr la transformation r u R G i de certains s Té y ad a ro Enfin, dansgule cadre de sonceprojet numérique ma les dépêches er en tconcurrents qui n revendent directement intiu i c oF ,M petulé « 4XML »,el’AFP o F les fondamentaux e, s, a besoin de bouleversent du métierPrd’agence de 20 millions d’euros on l es numé- surO5uans. Cette demande, 6, doit pouvoirran ’Eq sa révolution ranl’AFP a bien commencé Go raisonnable, da presse. Mais s e og renforceFson e, ranancrage ce, dorique, avec 27c%e,de croissance uannuelle i de ses activités aboutir,scela afin que l’AFP p t B l e e T ri F Fr ce rôle , R de par son , G « téléphoneou dans le numérique numérique, un bonPdémarrage de l’activité et contribue, r a i r s y n T ad rosites d’agré- gd’émetteur mobilea»net d’importantsm contrats avec des « source à accélérer élé ce » de l’information, etr u u a i c o e , gation d’informations. le développement vers le numérique de ses abonp oF vis e, P s eO Fr , Gpremier lieu M res l’E nés, en les6médias « traditionnels ». Il ran a , F françaisesnàcpermet- ions ue en va de laocrédibilité Avec dessreprésentants dans des autorités o e ceplus de 6 000qujournalistes, ra e, ne s tre à l’AFP de grester ipe crédibilité,, une , l B le monde entier, une véritable exploitation t F leader dans n son domaine et de e TF c P iF ou l’AFP a pas , R qui lui serait ealors durablement , G bien négocié, ranaccuser de retard 1, ran assainie etrisunmvirage numérique y T a r g é c o d un véritable dommageable En Or lév e, face à sesioconcurrentes étrangères. up championuinterceles moyens deadevenir e an Pr numérique. Plus s, contrepartieMde cette aide, il importe national e Oencore, elle est , l’ du contenu Fr que cette iévolution sio e 6 G a sansEdoute révision n de la politique tarifaire ss garants de lauequalité et de opasse par une éventuelle ,F ns qu l’un des meilleurs ce o e Pr r ,G l’exhaustivité des informations de la presse française, de l’Agence. s a g i , p ,T t F. Mais nc ism notamment en le, Bo internationale e,matière d’information ro F1 ran eT uy des financements R Grce faire de trouver up aelleP a besoin pour ,O Autre piste adenvisageable : él gu c o e e r u év i r nouveaux son statut. e es et de faire évoluer o , a p s, M ng isi pousser l’AFP eO Fde uip se contrepartie ces facilitations, ♦ en r 6 G o a , , e, nsson Conseil e, R ue oo Bo à faire évoluer la ncomposition de F c r Gr ,G e st an gle TL uy , d’administration et à s’ouvrir à des acteurs de ou T F c r , g , o F r baisse l’Internet…e pl’étude up 1, 1 Cf. du Pew Researchu Center – déjà citée – sur laa des informations R T e n e a élé s, quotidiens américains. ce Or internationalesO constatée dans les 2/3 des dio eN Go ,M ue a v ex n i Fr sio st g og 6 a 18 tra Rapport de la mission Giazzi. septembre 2008 e ,F nc ns Fr ,R le, r an ,G e, a T R 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio d’exemplaires è ,G gediffusés pour 1x000 6, Le nombre habitants re a t r n n ,L uObjectif , a ce est en effets, faible, inférieur Rnotamment es à la d moyenne 3o:ogFaciliter Frl’accès aux a i T o, GrFrance partageant tF nc L, cette performance contenus par letous les canaux de , TFeuropéenne, la ou L’E , o r e an Ra upet la Pologne.LÀatitre de comparai1, l’Italie, l’Espagne avec yg diffusion T xp ga élé ce dio eN : ue son, O il yravait en 2003 quelques res r , a v dè sLe, poids de la révolution M6 numériqueFret les besoins d’inex ng isi s, r Go an perspectives,on ♦ 180,7 exemplaires e, de pressetrquotidienne , poure,1 000 vestissements suscités par les nouvelles a F s, habitants en France, L’E es RT dio og lourdement rsur e, an une pressecfrançaise qui G t F pèsent plus l L xp , e TF grave ♦ 274,1 ce ro aux États-Unis, , L L’E une désaffection bien plus ransubit, depuis,longtemps, an R u 1 ag , O ♦ 371,1 enpAllemagne, ad européens Td’Angleterre x que ou d’Allesio é ce ses homologues p e ard év depuis lesra ♦ 383,4 au Royaume-Uni, io perd desllecteurs res N magne. , MLa presse française ex isi diminuent n♦g543,4 en Suède, Fr ère s, et ses revenus Go années 6soixante on an publicitaires t e , r , , a F cequinze ans. Selon s, nous, ♦ 664RauT Japon, qui reste L’E en ceDI G dio le leader incontesté og tendanciellement randepuis plus de Gr à situation s’explique par de, nombreux facteurs, lecette ro xp ,L T c ,commencer ou domaine.L, L F u ’ a Ra par les e prix moyens des quotidiens, qui sont E 1 n a T , p x sio ga ressortant pdes éléet par une désaffection Or diélevés Les recommandations les plus d’Europe, édito- e e, resdeux premiers o N r a v d en amélio-n, M6 riale à l’égardFrd’une « presse d’initiés ex contribueront èà raméliorer la situation, ng d’une objectifs isi », c’est-à-dire s Pa , o a tra e, de rant le pluralisme et donc e la,diversité de l’offreD(y compris à l’égard , Fpresse jugée à lancfois élitiste et connivente ns ris I G la L’E et en renforçant RT la variété desdiformats raclasse , et des supports) « la dirigeantee». o Gr ,T nc L,crédibilité de l’information ro ,L (et doncxlapconfiance du public). ,R ou F1 up e ’ a L Ex nécessaire d’identifi ns er et de Té chiffres suivants , O méritent d’être pe rappe- Maisagil est également ad Les quelques ,E p ion ardfreins à la diffusion. lév les difficultés de res Une information io lés. Ils confirment ranla situation française lever les plus cs N ex accessible, èmoins , isi à travers lesg exemples Italien, Frmontrent également, el s chère, mieux distribuée aura plus de et Pa re, ,D o a t e r n n , a r à rencontrer importante baseisde quesde substantielles R améliorations cou L’Eson public. UneI G dfacilités ran Danois , G du numérique. e, Irlandais,même i T o clients et une bonne santé fi nancière sont restent possibles, à l’ère ro les meilleursienL, xp ,L TF ce ro up de grands Au atouts pour ’E une professionanqui devra affronter up dans le mondeLa Té La diffusion1de, laOpresse quotidienne x ,E s jo g bouleversements dans les années à venir. pr eN i ard lév o c raDiffusion e n se 2003 ss e1999 n(engmilliers ,P isi Fr / 2003 èrRecommandation xt(%) lis Pays , on an n°10 : Recentrer la Loi Bichet e e a rad D ,R , ,R r d’exemplaires) i ce s, I s sur L sa vocation d’origine*** ’ G i i E ue T en o, Gr , TJapon r L x 70 339 – 2,6 o p , L ou 8 F1 Au ’E Nombre de anos La – 1,4 la diffusion ns propositionsupconcernant ,O pe55 185 États-Unis xp , j ga élé ou Ec du domaine ion acte de l’extension derela presse prennent Ne vis Allemagneran d s 22 571 –r8,1 s , P supports,elde nouveaux rd’h médiatique ère s, vers de nouveaux xtr ion Grande Bretagnege is, modèles ui ari et de nouveaux DInouveaux acteurs – 1,3 , L formats, de , R 18 591 ad s, Ru à la e s ’E économiques.GDans cet esprit, nous ien recommandons io, – 2,3 TL 8 026 Gr France e r x pfoisa d’étendre auxonouveaux ,L L’E o médias-certaines 89 F1 up Au formes de n 7 911 + 33,8 ag , O Italie upe ,M x , soutien, d’étendre le domaine d’intervention des régulas j ou pr Ec ioden renforcer la place ard ranSuède Ne ed tions, et des journalistes profession4 282 + 15,1 e rd ss nels afin que, Pcette extensionsdu e è i ’ x g h l des médias ne re, – 6,2 ,D isdomaine tra 4 204 e, a u Pays-Bas , r i s, isid’une baisse générale s’accompagne pas IG L’E Ru du niveau eden R dio e 4 200 + 0,6 Gr Espagne TL e8 l’information. r x n , Fr ou pa L ou Danemark , L A ’ an E 9 p 1 875 + 22,7 n u a pe , xp , ce s j ga o M E s’interroger u sur les limites de cette ion Il faut cependant r c Irlande 772 + 36,2 N e r e rdde la société numéridè se caractéristiques dia ss Une des ex ng ,extension. ’hu P l r , i t e e, s pa a que est en effet le brouillage des frontières entre informar D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ tion, divertissement, communication voir commentaires G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa des utilisateurs. Or, la collectivité ne peut étendrerà l’infini L’E 8 u A a La 9, p, son domaine d’intervention, nc ns ujo et notamment son soutien xp ga M eN E e, i o ur res cs financier. ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s D , , r a i i I L R d 1 Balle, Médias en sie rt, a ’E et sociétés, 12e édition,G iSource ue o, : Francis2005. Paris, Montchrestien, r x C n F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 19 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’lointain avec l’inforounn grand nombreFn’a Fduigdomaine d’application AF es y r C’est notamment le cas de la qu’un rapport g E a d a P, Loi Bichet,, N a q n a rd ro organise le pluralisme adoptée mation,d son domaine d’application est désormais trop se uip ce RJ en 1947, qui Ca ,B è , o ,P re, étendu. ri dans NM entre les titres e, na la distributionGà rtravers une solidarité o Fr r G i de presse. Me l+, ou s P an ma de libertérode P, ma p, Iltconvient donc de rétablir un régime up Le c r M o e La Loi Bichet P La ur eO , distribution qui existe dans tous les autres pays o F Fr res l’Enous recommandons y, La loi Bichet duig2 aavril 1947 est le dernier nd g a acte de la réorganisaeuropéens. Pour cela, de a ue Ntion ad revenir à nl’esprit ro à la Libération.rdInspirée de la presse quotidienne des principes ce d’originequdeipla loi Bichetseen R limi, è , o J national de la Résistance, du Conseil elle vise àr permettre la dif, P d’applicatione,à la seule presse Bo N sur l’ensemble e, national ritant na son domaine fusion G de rn’importe quel titre M du territoire F r uy G ism et politique (PIGP). l+, et à garantirol’accès ran PP à l’ensemble desMcourants de chaque citoyen r d’information générale u gu o e ,M tro up Le d’opinion. p, a c e P e Omême es, , l’ indispensable,re devra tout de FLaigloi Bichet met ainsiLaengplace un systèmeodensociétés coopérati-Fr Ce recentrage, Eq ss actuelle, la presse dade la péréqua- anprendre en compte ardfondé sur le principe ves de ue armessageries de presse, NR le fait qu’à l’heure u e, c d tion. Elleo rappelle que « la diffusion de la presse imprimée est libre », i e è p , o J G ce qui implique , P contribue auefi,nancement deBlaodiffusion de last F re, à des messageries NMla possibilité de recourir ri F pri- magazine uy estimé à ran des messageries presse rquotidienne (pourG un montant annuel ro vées. Elle interdit enPrevanche le rapprochement i M r s a r uprivées gu que lutter contre c e Le groupage et lanc 35 millionsmd’euros) P, les concentrations. et qu’il o yu a donc un risque p, afin dedeplusieurs a distribution journaux ne sont donctrpossibles que dans e M p o e L mesure, P dans un premier etemps, induise sdes le cadreade coopératives deo messageries de presse Fig Fr: les écono- ,cette ,G res l ’ n Ou g E a coûts supplémentaires. mies d’échelle doivent permettre à tous les titres d’être distribués ard seul les titresdavendus étant facturésncpar les aro à un prix raisonnable, oo q s es u e d gle i , e , Ncoopératives. Toutèéditeur p or les éditeurs distribués, tF distribué, et seuls ,P Bo r e e i , , MP au capital de, laMcoopérative. Fr participent ris Recommandation uy le planrades Gr n°11 : Appuyer n a up ce oul’ouverture degnouveaux etr de messageries P4, autorise les coopératives ncde presse maNMPP, favoriser points ue , L àL’article ,M p o « confier M l’exécution de certaines opérations matérielles à des e dePpresse*** s, eO , l’ on Frde s’assurer une participaag entreprises commerciales r », à condition e 6, G Eq an ss dces artion majoritaire dans dernières. u o Fr a es og de uip De manière egénérale, ce dè16 avril 1947, deux dsemaines , la multiplication des points o t Le après la promulgation de la loi, , B le, re, NM ri F de presse s’associent F Pr avec epresse, , G le maillageodu cinq coopératives de messageries territoire et la rproximité du public u a i M ranles NMPP, encoresdétenues PP le distributeur eHachette pour fonder yg à la pressencdans une éco-Rad m sont rdes objectifs favorables o , Maujourd’hui à 49tr%opar le groupe Hachette upreste largementueune économie dee,l’offre. Or, à io ce et à 51 % para lesP nomie qui coopératives. s, M6 eO , l’ F on Fr res l’heure actuelle, G la tendance est plutôt marquée par, une E a Cettedloi a incontestablement favorisé une meilleure distribution de u oo qu les années sbaisse nc les titres. Mais, depuis Fr a quotidienne pour tous rd e, du nombreedes points de vente. la pressed an g i e ère 1970, p o t B l le système est en crise : les ,points de vente diminuent et la e e r F P i o , ,G ran de nouveauxR points de ce T , Mdistribution reste Fcoûteuse, bien que lesriéditeurs aient gagné plus u Il importe donc de développer r s y ande distribution en quinze ro vente dans glesu grandes surfaces de points de coût maans. é ce généralistes,adedipoints etsept u c r o e , p o e,cette crise : Plusieurs facteurs expliquent Pr s, dans les enseignes M6 spécialiséesFetr edeOvente thématiques on Fr l e ’ G E an de la presse qmagazine a considérablement ss , Fdans des lieuxanc da • le développement d’implanter rayons presse ue notammentodes o u e c engorgé les réseaux de distribution et les points de vente, même si do c’est lui qui permeteaujourd’hui e, gle de poste parraexemple. des bureaux n , P de financeriplee,dispositif ; , Bo innovantsstcomme T ri F F c ,R ran eT G i • les rmarges des NMPP,rqui assument seules la distribution de la uy s an rosur les activi- gLes NMPP ont lancé mapar la concurrence élé ce fin 2007 un avaste etr dio plan de moderpresse quotidienne, sont rognées u u c e , nisation baptisé « Défi 2010 », comportant un volet de v p o F tés de messagerie e, les plus rentables, par exemple celle des MesP s M isi e F , r sageries Lyonnaises de Presse (MLP), sur les produits de périodir l restructuration industrielle6et sociale (pour lequel ont été e O rancité mensuelle ou’Esupérieure G on a s , n qu ne nécessitantsepas un traitement enue provisionnésoo65 millions d’euros, F s c ce qui explique leur c e, fluxe chaud ; st résultat 2007 très gledégradé) et runanvolet de dynamisation ipe ,B , TF Pr des bénéfices tout iF oude distribu- Fetrade développement , Rdu réseau decvente , Gau long de la chaîne e T (avec la créa1, i ran •tionla répartition s y n pénalise les diffuseurs, dont l’activité est essentielle, au profit a r m g é c o d tion de 570 lév le réseau Ora ue e, points de venteioen 2007 alors que up cedes grossistes ; a P M6500 points deFvente par an). Leis plan doit n e Opar rapport à dess, perdait environ •, même si la France estre sur ce point en avance r l i ’ G o a E permettre de réaliser « 40 millions d’euros d’économies s , pays comme lacunes dans nc ns u l’informatisa- oo q la Grande-Bretagne, sene les Fr Pr tion de lauchaîne de distribution permettent pas e desprogresser ,G en g année pleine », rappelle le directeuregénéral . a i , p ,T tF nc ism rapidement sureun, sujet clé : celui des le, Boinvendus. ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu é c o e d l e r u é i r Nousepartageons profondément les objectifs qui ont pré- , o e a p v s Bichet, maiseà l’évidence, danss,un pays qui M ng isi Fr uip sidé à lasLoi e 6 O G o a e, , , e, compte désormais nc ns ue titres de presse, oo dont Bo plus de 4 500 F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ro eT ue an Ra2 http://www.leficgaro.fr/medias/2008/07/11/04002-20080711ARTFIG00379pe up 1, élé s, cité. ce Or nmpp-le-cout-du-plan-de-restructuration-.php 1 D’aprèsO l’Institut Montaigne, Rapport dio eN Go ,M ue a v ex n i Fr sio st g og 6 a 20 tra Rapport de la mission Giazzi. septembre 2008 e ,F nc ns Fr ,R le, r an ,G e, a T R 1

2


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère , envisageables 6: ge en crise : xtr pistesG Or, le système est aujourd’hui a , n n ,L uAutres , a oo Fr ce s, es RT dio a g Grpoints de venteLest insuffisant (33, 000 tF le, le réseaundec distribution , T♦F le nombre de et renforcer ♦ Développer ou L’E ou Français en ,1998, r e La contre 105 000 an une opération Ra « 1 000 kiosques 1pour en lançant » pour 58 millions de yg T , p élé et Or83 millions en Allemagne, diodes municipalités e N 55 000gpour ard55 millions xpre ue la Francecavec pour e, mobilisation a v ss s, des autorités M ex ng isi compétentes ; Fr en Grande-Bretagne) ; ère 6 , G o a t e ,F ♦ Autoriser acteursn comme les n ♦ dans les plus ,grandes villes, larfaible rémunération des , a oo de nouveaux c s L es R d ’E e, à vendre , kiosquiers io, bureaux et tabacs, entraîne ; les maiglede poste, lesracafés TLleur disparition progressive Gr tF n T c , L’E elles aussi,xpa , R; sonso de presse ferment progressivement F1 ran des journaux eT L u ns ag ,O pe dans les centres-villes ad ♦c Favoriser la transmission de fonds notamment où le prixxdes loyers élé de commerce p io a ede, presse et conférer io aux municipalités r Neun stockage important rd espeu de papier… vis un droitran ne permet plus M F è s, ran la possibilité de préemption leur donnant ion d’im- gerémunérateur ; xtr re, 6, Go D , a F directement liés à l’obligation de distribu- I decl’activité de presse s, au ♦ les Rinvendus, L d og poser la conservation ran ’ e Gr io, sur l’ensembleEdu TLn’importe quel titre , T; Gr tion de territoire, des lieux le, nouveau propriétaire x ou c p ’E produits hors-presse, a Rnade favoriserelaTlecture de la Fpresse ♦ Afi 1, en grandeoup ainsi que, laLamultiplication Ldes n xp détriment d’unsmarOr de la e encombrent lesgpoints dio mettre enéplace banlieue, de vente au ion a lév avec le ministère e, res N r a d commune permettant l’implanketing intelligent des titres de presse d’information ; M6 Ville une Fpolitique e n ,P i ère s, ion ces zones.geS’ap- ♦ il estxregrettable an presse sdans t ari de ne pas trouver les quotidiens hors r , F tation de rpoints DI ,L ,R ad c s s rpuyer ’ , notamment sur le plan banlieue ; des points de vente presse, alors que les cafés ou les e Gr an io, Ex TL G , T o c r des procédures d’intéressement ♦ Développer pa pour toucher une , Lboulangeries sont L’Eidéalement placés ,R ou F1 e T à destination ns sont plus uoup, a clientèle nombreuse et que les kiosques des vendeurs (kiosquiers , p x ad spéciales g é O p e Ec ion ardélaissés év pourraient sera voir proposerNdes io et autres) lqui moins par lesrlecteurs. es d se e n , i Fcontrats sio précis et concrets ère s, d’objectifs par les xtr ge P ran l ari D ns ainsi d’un complément , , a À défaut de supprimer tout agrément, il faudrait éditeurs et disposer de c I L RT dio sie ran ’E possible l’agrément ,G e, Gr au niveau tout, au moins rendre rémunération s’ils réussissent. L x n T o ce ro pa pour les points ,L F1 u d’uneL’chaîne/enseigne de vente -A E u p ns ujo ag spécialisés. Té ,O pe xp ,E i a lév Recommandation : Libéraliser la régleo r c ran°12 rd es n, se isi des pointsngde vente*** Nex Fr mentation è s Pa l’obtention lis r on an Pare ailleurs, il faut, D également faciliter tra e, , , r i ce s, I G des droitssde RT dio pour L ces mêmes chaînes commer- R ’ i E e lotos ue Gr dispositionsL encadrant la presse, , Comme r x , cialisation des produits annexes tels quenles TF de nombreuses o p , -A L ou de vente ressortL des dispositions’E ou le tabac aqui augmenteraituconsidérablement 8 1, p la renla régulation des points n u a p x , s j g élé Or ou Ec ionde vente. Aujourd’hui, ard n°10) et ptabilité l’obtention de la loi Bichet de 1947 e(voir recommandation res de ces points N a vis veille r s exle pluralisme et laèneutrang ,P e des droits de commercialisation pour ces deux derniè- d’h à assurer s l ionlité deessentiellement r , D de produitsanécessite is, au cas ui tramarqué par la rareté e, e,dans un contexte res catégories les accords la diffusion r i s I L R d e s ienpour les lotosRueteà la io, de presse. ’Ex par cas, de laGFrançaises TL de Jeux de,l’information et la rentabilité des organes Gr r ou des Débitants pfoisa de la Confédération ,L -A de Tabac et des L o F1 p, Ces contraintes ns pour le tabac. ujoempêchent8à9, M ag un diffuseur’Edexppresse Douanes , O Aux termesupdee cette organisation, Ec ard qui a obtenure de nouveauionla création de chaînes ur moderne, ed raest N de commerce un mandataire commissionnaire s d’h s e n , e è s, puisqu’outre Plesa problèmes de lrentabilité i xtr la chaîne n’est la gCommission d’Organisation de la rVente (COV), un i e e, s, u D , a r i s, organe R du Conseil Supérieur ses clients L’Ede Presse IpasGen mesure deispromettre Ru un assortiment diodes Messageries en ien de àses Gr (CSMP), Tl’agrément e pour vendre, pour le compte de cohérent dans l’ensemble points de vente. r L x , Fr ou pa , L des titres qu’il -A L’E reçoit des dépositaiou l’éditeur, l’ensemble 89 an p n u a pres. , , ce s j ga empêche laxpcréation o M e NCette contrainte E de chaîindispensable de libérer la latiion Enfin, il semble u r c e r e rd de l’offre,dafin dè modernes, puisque se et de présentation ss chaque ,tude nes de de sélection expoints de vente ng ia ’hu P l r , i t e, e, emplacement s, aux exploitants ari de permettre est analysé individuellement. Elle empênotamment des petits kios-pa r D a i IG L’Echoisir les journaux Ru (et donc les emanutentions) RT che également diole diffuseur de sie les livraisons rt, ques d’adapter nF e r Lqu’il x Ca n , o constatées. , L souhaite présenter -A L’E au publicpeta donc de menerup aux ventes réellement r 8 a 9, nc ujo une a action elle le , xp termes du ncontrat, s ga éditoriale. Aux M e N contraint E e, i o ur resprésentation équitable cs de ed rd à assurer une n l’H d ex l’ensemblemême , eli s, iap ’hu En contrepartie, elle le protège Pa rjournaux. um tràala fois de ladesèresponsabilité e, s DI (puisqu’il n’est ,R ris ar ie L’E sur le contenu dio a t, C Grrisque financier ien nF ue que mandataire des dépositaires) et du x , o p ,L L’n’acquiert ran ap 89 up sur -Au pas lesatitres mais est rémunéré Ex n ag (puisqu’il , , ce Di sio jou Me pr Ec ardles ventes effectives). gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 21 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ oAutres Fig : Fpossibles AF es y n r Ces adaptations permettraient mesures : g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B è , ,P r retrouver uneNplus grande liberté de taxe professionnelle les entreprises ♦nAux diffuseurs de ♦ Exonérer e r e G i o ,les MPcommerçant en, M sous-traitantes al+ et leur vocation Fr et les dépôts r G ro naturelle de i d’action mandatant vens an ro ma L’exonération u les plus adaptésPà, l’environne- etdeurs colporteurs ,L ma sélectionnant les titres p de presse (VCP). up c r , M e o e P ur ment commercial eO , du point Lde vente. La performance est aujourd’hui acquise aux éditeurs qui réalio F Fr ag res l’E y, commercialeigs’en n a d trouverait mécaniquement améliorée, sent directement le portage. Il s’agirait de ne pas a ue aro qu nc se NR ad différencier rdau sein de l’indusengendrant ainsi un cercle vertueux le régime fi scal de portage en raison i , e è p , o JG , P juridique des re, NM les commerçants e, entreprises Bretena ou trie (plus de revenus pour perfor- ri Fde la structure r Gr cette activité. r ism pour assurer Me leur l+, ran par les éditeurs oudu coup seraientPPen mesure d’étendre yg mants qui nues ou p, contribuer à améliorer ue , M la diffusiontrod’en- Une première Le réseau et ainsi a c démarche en ce sens a p été tentée e P s, L e , on Fsemble Fr lors de l’examen ag ; l’E du projetredes loi de financesOpour iga de la presse) a d qu pouvoir aboutir se en 2009 ; ue NR adlectorat suf- nc2008. ♦ D’assainir Elle devrait rd petits titres sans ro le marché ades s ,B i e è p , o J G fisant : uneNquantité importante de titres étantr actuelle- ♦ Détaxer le carburant pour le transport de jour-t F , r e e P i F une ou dès lors ra ,G en valeur car « ,saupoudrés » dans naux rd’information politique et générale ro ment mal misMP i M r s yg filiales nc a r utrop ou ou une de ses assuré par l’éditeur p, grande partieP,duMréseau, sanseprendre u tro en comptence qu’il est m a e pe (en référence Pr sous-traitante s, à l’avisLdu détaillant. , l’ou une entreprise on Fig Fr ag e O Go E a l’exonération de TIPP dont bénéfi cient les entres da ard u aro q n s e og uipde transports). e, ce do prises st ère n°13 : Développer la pratique , NRecommandation , le, B e r F Pr iF o , MPportage à domicile*** r du ,M u a Gr ism Recommandation ran yg une réforme nc up ou n°14 : Soutenir etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, drastique des imprimeries*** P M6 ,G dans lesquelsrla presse est florissante ag De nombreux pays res l ’ n O E a ,F aont ue oo qu nc des quotidiens. se adportage à domicile rdune habitudedde r st dont les journaux gle e, anglais et ipeLa France est ,l’unB des pays européens èrhabitude, Cette popularisée par les cinémas o NM r e, est un puissant i F stimulant à Pl’abonnement ,R , G les plus chers.ouC’est aussi l’unFdes ranpays où ils coûaméricains, sont ris M r PP (puisque y a matravail tent rleoplus ce l’Institut adi les journaux le départ au à produire.gOr, comme l’a indiqué etr sont livrésnavant u , Men semaine u c o Fégalement livrése,le dimanche). C’est : « Les ,coûts et sont Pr Montaignepedans un rapportesrécent M6 d’im- o F o , l e ’ ndune source d’emplois Ou et de distribution ran de proximité, Go de la presse, quoaussi Eq notamment sspression, de papier Fr adétudiants désireux rd e ogélevés du monde u e pour des de financer leurs études. tidienne française sont parmi les plus c s an ipe , e, ère or t B l e occidental. Ils représentent aux alentours de 50 % du prix F ce P i o , ,G ran ». , MNous recommandons Fr r u R i total de revient d’un quotidien d’inscrire cet authentique s Té y ad an ro m gu ce etr de la presse besoin dans le cadreades politiquesu i c oF ,M o à l’emploi. Il eest, en effet intéressant Pr de qua- peLes évolutionsestechniques d’aide F et logistiques permettent on , ran l ’Eqà la personne,eséligibles à aujourd’hui Ou d’envisager ran de services Godes approches6,nouvelles de l’imda lifier ces activités s F ce es On observe desogmouvements de rmutualisation, ede, ce pression. ce accordées auuidéveloppement doce titre aux aides an p ,T t , B l e e ri F d’emploi. PourPce faire, il semble, judicieux d’insé-o de décentralisation, F c , type voire de variation saisonnière entraîr e ris u an gains de productivité. Ra G ran de portage Té rer l’activité à domicile rdans la liste yg nant de considérables m c o etr dio lév u e u a c es ,M pe aux o F des activités e, de service à laPpersonne éligibles F ran les ision l’E (exemptionredes charges sociales Borloo et Il est ,nécessaire aujourd’hui de rassembler 6 O radispositions G , ue parties enooprésence (Syndicats, nc se de paiement Fr s ce édipatronales pour lesqemployeurs, possibilités imprimeurs, uip s a g , e , t n , l B en chèques emplois services ou en CESU…). Cette disteurs) et d’élaborer des solutions satisfaisantes e, e TF Fr ce Pr iF o a R naître rapidementudes entrepour tous. 1, ism de voir, G ran position permettrait y T n a r g é c o Or d lév ueou e, up indépendantes a Pou mandataires, i ceprises prestataires o an s, Il est nécessaire M6 également Fder lancer un mouvement filiales isi , l’ des structuresrede diffusion deelaOpresse, spécialiG o a séesEdans des , Fcircuits d’impression, nc et d’autorisernles ue od’optimisation qu ce service. sse s, o Pr r e,décentralisations regroupements, les mutualisations, les st an gle ipe ,B G ism TF Fr ce le coût de production qui permettront de baisser des ro o , , u a R G up 1, aP yg Té nc journaux. ad ro O e l ue e, res up év i r o a s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st 1 Rapportacité. g u G , n l L, ou e, 2 C’est ainsi quecleequotidien anglais TheTSun,Fimprime au cours de larsaison yg Fr ou pour ue an Rad’été 20 000 exemplaires Tdans des imprimeries situées pe 1, dans le Sud de la France pe s, ce Or accompagner lieux de congés. dio ses clients suréleurs Ou l é Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 22 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 1

2


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, une économie saine - terminaux dédiés, téléchargement a n n ueRecommandation , a oo n°15 : Stimuler Fr la recherchece sur abonnement, s, etc. - permettra RT de restaurerdlaiodimen- , L settl’innovation sur an gllae diffusion numérique Gr , T sion économique. L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad ard mobi-xpre lév ue Toutes les recommandations Téléchargement (payant) sur des terminaux précédentes permettront e, i r o N a ss sde, dynamiser et d’optimiser M6 ng dédiés deextype e-readers,èrimpresisi les, terminaux Fr de la presse, dans le secteur , G o a t e e , F en matière denpolitique rad dans la décenbouleverseront, le respect et d’in- n sion à la demande , , oo du pluralisme c s L es R ranespérer, grâceeà, ces mesu- nie ’E , Gà venir, les modalités io, du contenu de diffusion On peut TL t F formationggénérale. l xp e T c r , et donc pays européens oul’économie deLla presse. L’E F1 ranres, rattraper,leRretard pris sur lese grands an ag ,O pe ad de la presse. Tél x et sio ceassainir le secteur p ard év io resPME ranLa France dispose, N dans ses entreprises, dans ses ,M ex de l’ensemble Frne servira à rieniss’ilione devient etg dans ses laboratoires èredes compétences s, Go Mais cet6assainissement an t e , r D n , , a F Elle I ce de manières, offen- nécessaires L’E RT à la conquête diod’une place prééminente. og pas une occasion ran de préparer, Gr Gr dispose aussi, avec l’Agence nationale de laxrecherche, les formes cà venir de la, T diffusion numérique. lesive, L , ou p L’E d‘outils et de , R si des incertitudes ou Oséo ou ses, Lpôles de compétitivité, e T demeurentFquant a finanMême aux modali1 n a a nitives, chacun sait sioet ga d’aborder dexmanière éléaujourd’hui que, Ola rdiffusion de pecements permettant pr ambitieuse tés défid e, io N r e a n, v d ss offensive et technologique. à se numériser. M6 la presse estFappelée ex un tel défi économique isi Comme lenrappelle è g Pa r r , o a tra e, e, Attalin : « Ainsi, par exemple, , Fle rapport de la Commission D nc ris IG L’E RT C’est pourquoi dio nous recommandons ranla première fois , GAméricain aura : pour e, cette année,sun xp ro ,L TFde temps sur Internet ro qu’à lire L, L passé cen moyenne plus ,R up e ’ a Ex concernés àn se rassembler ag les acteurs TéEntre 1999 et12004, , O le nombreudepelecteurs ♦ d’inciter ad les journaux. ,E s p i lév aurait augmenté o r io de journaux Online rande 350 % tandisNque, dansaun forum permanent de la diffusion électrocs rd es n, e isi le nombre de quotidiens Fr la même période, el è s dans présents nique, capable d’anticiper les évolutions à venir, x ge Pa re, ,D o a t r n n , a r sur le Web définir une L stratégie adaptée ce aurait été multiplié s, par deux. Selon, I Gau secteur etisdeie R Timothy dide ran Balding, ’E o G , directeur général de la WAN (World T association favoriser les développements et rles expérimen- n L, xp ,L TF il y aurait dansrole monde 340 millions ou; ce of newspapers), -A de tations nécessaires à ces évolutions ’ a L E u 1 p n ujo a Tlecteurs , p x , élé réguliers deOblogs et 140 millions aux sacteurs en charge du pr e N de visiteurs gdear ♦ de recommander E i o c r an type Youtube ».e n, et notammentsede dè financementesdes la recherche, sitesvde isipartage de vidéos Fr x g Pena entreprise, de lis r ,D on an la tra e,recherche & développement e, r i ce La révolution squi I Gde la diffusionsienumérique , Ru L’E cette question dio s’annonce estRd’autant plus importante placer , T , Tqu’elle permettraGprobablement e8 xp principalesrpriorités. n,L de L dépasser parmi leurs ou ro , L les résistanF A ’ a E u 1 p ces qui Car x ns ujo , Ofreinent aujourd’hui pe la diffusion anumérique. ,E gfondés élé p i a si les formats actuels, web ou blogs, sont sur la o ur r r c Ne rd es n, vis gratuité et asouvent s d’h n e le non respect de la propriété intellecè s, xtr ge Pa l iontuelle, le développement r i e s ui DI ,L ,R , R des nouvelles ad offres permettant ris s, e ’ G i i E ue TL e o, Gr r x n ou pa ,L -A L’E ou 89 F1 p, n ujo a ,O pe ,M xp s ga Ec ion u res ran Ne ed rd rd se ,P ère s, i ’ xtr ge h l is, a u D , , a r i s, isi IG L’E Ru RT dio en e Gr e r L x n , Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 23 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s da ard u aro q n s e og uip e, ce do st ère ,N , le, B e r F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L uDeuxième , a oo principe Fr : Aider cles s, es RTmédiasdio entreprises de e a g Gr ,T tF nc le, L, ,L ou o F r e ’E L a R u 1 à relever les yg françaises Té défis du nc , Onumérique pe et àadevenir ad xp g ard lév ue e, res i r o N a sdes M e n i F champions internationaux s è ,G s, xtr ge ran ion re, 6, , a o F ce s, L’E es RT dio og ran , G t F La révolution le, numérique, L , TF cparce ro parce qu’elle les cartes, contenus xpa , L démultiplie Lles ran e T qu’elle redistribue ’ Ra E up 1, ns aen gaémiettant lesxppublics, celes échanges,diparce qu’elleéinternationalise Oencore e et la concurrence, tout io l é r ran oF Ne rd es ,M vis è s, xtr ge modèles économiques, introduisant de nouran les chaînesiode valeur et les re, 6, bouleverse Go parce qu’elle DI n , a F sà, repenser les Rrègles L d og veaux centres rande pouvoir,cnous ’ e contraint qui défendent le pluralisme et la quaGr io, Ex TL ,T Gr le, ou c p ,L L’E ou F1 eT a litéRde l’information. n a ,O pe ad xp sio ga élé e, io res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s r , o a tra nous avons e, aujourd’hui leDdevoir de Par , FMais c’est également nc l’un des principaux ns moteurs ede, Rla Ces verrous, is L’Egrande, si nousI G dio L’urgence est ran mondiale,e, source de nouveaux , G services etT les faire sauter. voulons croissance L x r ,L ce échanges,TetFl’objet d’une bataille ro mondiale ,éviter que la révolution numériquep ne transforme onos de nouveaux ,R ’ an à l’instar udep L E u 1 ag culturelles en Té qui prend la suite un secteur sinistré, , Odes grands défi pes de l’in- industries x ad des contenus ,E sio p ard hier, si nous rvoulons lév pour les microprocesseurs io formatique : bataille ran la sidérurgie faciliter la reconversion dans les cs N es n, e Fr 70, batailleispour el è s de dizaines de milliers de salariés héritiers d’une longue années les systèmes d’exploitation dans x ge Pa ion re, ,D a t r n , a r professionnelle voir émerger années isi ce 80, bataille pour s, les télécommunications L’E et si nous Ivoulons RT dans dtradition ran les G i en o G dans notre pays des champions internationaux capables les années, 90… Dans cette bataille, la France doit ro xp ,L TFun rôle de premier ce et peut jouer ro plan. L, L -A up de rivaliser ’E avec les nouveaux an géants de l’Internet. up 1, ujo a Té x , sio ga Or pr eN E lév c esest possible. La an : un système n, croissance éconose réforme Les atouts ex éducatif de rdèCette isi sont nombreux Fr s g lis r , D de notrePpays onrecherche académique an qualité, une mique tra e, et le rayonnement e, qui reste performante, ari exigent que ,R ce des ingénieurs s, de très haut niveau, IG RT une place financière dio s nous L la’Efassions. i ue en , Tqui, malgré un Gcertain r L x recul, reste très dynamique, et o r p , L ou de capital risque, 8 F1 up Au an La des groupes’Ex performante , O en matière pe , s j g élé ou pObjectif Ec industrielsr solides et même,N contrairement àaune opinion 4 : iMieux anticiper l’avenir on res r a vis trop rd d s ex ,P e souventnrépandue, des entrepreneurs visionnaires et è des smédias ’hu ge l ionefficaces. r ,D is, tra Dailymotionesont ari Kelkoo,, Meetic, Doctissimo, , ie s, de PME françaises I Gle facteur clé sdeiela bataille desRuconteL’E Le temps est RT qui sont ddevenues i autant des maro Gr ro En deux ou troisn-ans, des dizainese de L, , L Exalead, xpnus numériques. ques deo référence internationales… Netvibes, 89 F1 up Au ’ a L E u n a , O Wikio et de pnombreuses ,M x , autres leur emboîteront le pas. millions d’internautes peuvent modifi er leurs habitudes, s j g ou pr eN Ec ion données personnelles ard ran ed e loger leurs chez un prestataire rd se s e , è s i ’ x g P h l Malgré ou re, français pos-, Dunique, adoptera et promouvoir iune e, ces atouts, tleratissu industriel s, nouvelle marque u r i s, isiéconomique. Les sède également des handicaps bien spécifi I G un modèle L’E ques : ébranler Rucapacités d’anticiR dio en e Gr « plafond TdeL verre » qui bloque e la croissance x des PME, pation, de prospective, d’analyse stratégique et la vitesse r n , ou pa , Lde la R&D en entreprise, -A ») sont devenus L’E ou faiblesse relative 89 les prin- Fran faible présence d’exécution (le « time to market p n u a pà el’étranger, pesanteur ,M xp des régulations, , Edans cette bataille. ce sio cipaux atouts jou ga et complexité r c N e r e rd dè pour le secteur se dia ssdes médias, n, P particulièrement prégnantes ex ng ’hu l r , i t e e, et dans le rcas s a précis de ce secteur, diffi culté à négocier Certes, il n’appartient ni à l’État ni au législateur de s’im-pa D ,L ,R ad ris ie I RT le virage numérique rt, ’ du fait des pesanteurs et de l’inadépliquer à ce point dans les stratégies des entreprises, G ien io, nF Ex ue r Lquation Ca o paet des lourdeursu mais il est tout à fait possible de soutenir la création des , L des réglementations L’E existantes r 8 A a p, infrastructures etujdes dispositifs 9favorisant nc ns ag sociales intra-entreprises. , M l’amélioration xp o e N des relations E e, i ard o ur d’anticipation eetdde réaction du res cs des capacités collective n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu secteur. Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 25 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ oAutre Fig Fr: AF es y n proposition g E a ,N da ard P, aro une recherche q n Recommandation n°16 : Soutenir se uip ce do RJ ambitieuses, sur les stratégies Ca et une formation ,B è re, ♦ Créer une formation ,stratégique de e très haut NM r P nnumériques G i o ,G al+ r ro i niveau, deFrtype MBA, mobilisant de nombreux M s P ro m up etrintervenantsainternationaux, P, ,L nc ma destinée aux direcup a , M e o e P ur Les grands pays eO , numériquesLdisposent pour la plupart tions générales des start-up et aux cadres dirio F Fr ag res l’E de médias y, de structures professionnelles iga nd a consacrées à la prospecgeants des grands groupes et centrés a ue qu nc s NR a rd ro la formation stratégique tive, J à la recherche et stratégiques de laebataille ipe ,B e, ère sur l’avenirdor sur les fondamentaux ,N Pr na G et sur les contenus ou des médias Une telle , G formation devra MP numériques., SiMles États- i Fdur contenu numérique. isdéjà l+, Unis bénéfirocient yg a r de plusieurs centres de ce type (le Reamobiliser le réseau en place des acteurs académim u ou etr nc p, le NewsLab,Ple, M ue Ledership Institute, a Pew Research Center, ques (Institut Télécom, universités), des écoles (écoles p o e P s, L e , on du MIT, etc.), Fidans Fr de journalisme, agmesure, le Medialab l’E Sciences po,reHEC, ESSEC, INSEAD), et, une certaine O g a s d ard en disposent aégalement ou ncmais aussi lesquacteurs de l’intelligence ue aro pays européens se NR plusieurs économique, d st , i e è p , o J G songent à s’en l’IHEDN , P et les autorités re, NMdoter. e, en charge duBdéveloppement ri F ou implication Fra r économique et de la recherche. Une forte G ro i M r s PP yg nc an maentreprises estroindispensable. upFrance a modestement etr démarche avec La des grandes u , M engagé cette u c , e pe o Fd’entreprises e, Pr La en 2005, par odouze fédérations s, la création, Fig l e ’ n O r G g E a de presse, écoles de journalisme et autres organisations s da ard aro Recommandation n°17 : Susciterue des forma- o q n s og up e écoles de journalisme ce do pour le développrofessionnelles,èdu Centre national st tions imarketing dans ,les ,N , le, B r e r F e pement (CNID) , qui Pr et de communication i Fvise à développer o , MP de l’information r , u a Gr rande recherche ism yg nc collectivement un pôleMde prospective et up ou e P u e, , t a c appliquée au service du développement de l’information. r ,L es Mo pe oF e, P , G moderne, M6 La profession et quelquesl’initiatiag Le réseau des npôles de compétitivité, res de journaliste,Odans son acception r E a ,F aves oo cette qu s’est profondément aussi n à initier cette dynamise structuréeueà la Libération. Dans ad rdacadémiquesdcontribuent c r e, la taille critique ipepériode d’après, BVichy, l’urgencestprincipale était gdeleresque.èMais encore atteint re, ce projet n’aopas NM r F la liberté et,la Pr i Fs. ou , G le débat démocratique, taurer ainsi rque les nouveaux défi an Ra ism r PP qu’exigentM y a r c crédibilité de la presse. gu o e dio n e, , MC’est pourquoi tro nous recommandons, up a Ple ce e avec s M eO , l’ F on Fr , G des journalistes, r 6, en histoire, la formation concours des structures existantes, la créationes Héritage de cette E a d u ooet nécessaire comnc recherche etqdeu formation sparticulier, Fr ad rd es une importante e, comporte ambitieux centre de an g i e ère d’un p o t ,P B l e e sur l’avenir rdes médias, regroupant notamment les posante « politique » (déontologie, objectivité, neutralité, F ce i o , , radio, rprotection , Macteurs de la Ftélévision, r u a R G i vérifi cation des sources, des sources), mais de la presse et de la r s Té y n ad an ro accorde beaucoup ma de publicité, gu ce etr aussi les dirigeants moins d’importance que d’autres mais des agences u i c es aux dimensions , Méconomiques odeFce oF e, Pret les pure pepays industrialisés les industries des télécommunications on , l es ’Eq Yahoo !, etc.). Ou En particulier,Glao composante 6«,marketing » desran rannumérique (Google, da players du métier. s F ce es la presse est onettement uip e, ce do g métiers de négligéera .n ,T t , B l e e r centre aura pourP objectifs le suivi, des données deo F c , Cei F r e ris u an nous recommandons Ra Gr ranet des données marché d’utilisation, la publication d’indi- yg Dans ce contexte, m c o etr dio la miseTéenlé u e u a c es d’une commission , M de travail,Frassemblant vis la veille P technologique, lepsuivi des place o F cateurs synthétiques, e, e , r l ion et standards, les principales es mais aussi le Odéve6, journalistes etrades ’Eq la prospective, ranormes Go écoles de nc repréu n s s loppement des échanges « traditioneffectuant une es sentants desogentreprises deFrpresse, uip entre les mondes e, ce e, a n l B nels », et nouveaux afin e qu’ils se rencontrent et se com- t F analyse approfondie des conditions de formation TF P iF ousynergies. dans , Rjournalistes cà el’étranger et proran les écolesede Gr de nouvelles 1, ism voire,créent ran prennent rdavantage, y T a g é c o Or d et de u travail posant e des inflexions des cursus de formation. lév up a Pune enceinte d’échange i ceIl s’agira de créer o e , an M6 autour stratégiques e et prospectives, s où, isi , l’ de thématiques Fr r e O G o a Eq qui ont déjàssfait leur révolutionunumérique et o les acteurs ,F nc ns es les édi- og uip e, accompagneront Pr r ,G e les intermédiaires de l’Internet a ,T t Fun parnc ism teurs de médias le, Bo » à travers e, encore « traditionnels ro F1 r e u a R G up atage yg stratégiques, Té nc ,O des échanges ad ro Pr de bonnes pratiques, e l u e u é i r etc. e o e , a p v ss s, M eO uip 2 On pourrait souligner F d’autres lacunes, comme lais totale absence de prise enng r ilaoméconnaissance e 6 G a compte des résultats récents des sciences cognitives, ou par les e , , e, n n intérêt pour l’actualité. ,R u o B F c journalistes de l’état réel des connaissances du public et de son s e o r ou Gr , e st a g TL Le CNID rappellenainsi qu’en matière économique, Grsérieuses , T les dernières données le, datent ou yg F c de plus de trente ans, et qu’elles montraient que seulement 40 % des person, o F ran e T le sens du terme « infl1ation ue Ranes interrogées connaissaient pe u»pet », 21 % « productivité , s, ce Or 19d % « charges sociales » oué« dévaluation. » 1 http://cndi.pressetech.org/ eN Ou lév io G , a M ex n es i Fr oo sio g a 26 tra tF Giazzi. septembre 2008 e gle Rapport de la6mission ,F nc ns ,R ran r ,R ,G e, a T 1

2


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ueRecommandation , a oo n°18 : InciterFrles groupes dec Objectifs 5 : SoutenirRl’investissement dio , e spresse a g T Gr t F à former leurs le, journalistesncaux techno- , TF L, ,L ou o r e ’E L a R u 1 logies numériques Pour télévision, radio, presse, a yg Té nc , Otous les médias pconcernés, ad g e N est avant tout ardun investis-xpre lév ue la transformation numérique e, i r o a ss sL’un Mfreins exéquipement, recrutement ng stratégique, isi sement : analyse Fr au développement des médias ère , Gdes principaux 6 , o a t e , Fprovient du manque rad traditionnels formation nc de compé- nsou acquisition , deR nouvelles compétences, , oo sur Internet L es ’E , Gpersonnels, développements e, numé- des io, » de cesramédias. Or, les médias expérimentaux, lanceTL t F tences «gInternet n l e T c r , L’Edes acteurs xpa dans leur F écriture, ment o de projets… La proximité du monde ranriques ont de, Rvéritables spécifiecités, L u 1 Té médias, mais , O purementpnumérique xppas une nsi dans et duag capital risque n’est ce leur manièreaddei conjuguer plusieurs e a l o é o Fd’établissementvides liens entrerancoïncidence : N rd numérique enrehyperaussi dans les stratégies dans une économie ,M s e s è s, xtr de positionsre stratégiques doit ge nombreux sites la conquête ion et blogs croissance, Go médias, 6les, relations avecrales D n , , a F la rentabilisation de ces I cesources, les règles s, de précéder, L RT de plusieurs dannées, og thématiques, rlaa vérification des ’ Gr io, Ex , Tl’indexation desGartin les choix de titres, positions.L leréférencement, ou c r p ,L L’E , R les règles de epublication sous Fforme ou a cles, de fl ux RSS, 1 n a Té L’une des principales , O spécifici- peOr, ces investissements ad de flux, etc. xp sio ga doivent aujourd’hui d’agrégation lév e, io res être consenr N r a d tis par ses plus grandes difficul-n, propre de M6 tés est la temporalité exune presse qui ètraverse ng isice média et le traitement Fr s Pa r , o a trala Libération, par e, une télévision qui e, tés depuis subit de qui n induisent des compor, Fdes données denconsultation D ris I G et L’E ran particuliersceet, parfois unesgrande , G difficulté RàT plein fouet dlesioeffets de la fragmentation tements des publics L,par une radio qui, Lva devoir assumer xpdemain la migration ro cele recul critiqueTnécessaire. ro prendre ,R F1 up ’ a L Ex se traduisentnsouvent par des up ag Ces tensions Té numérique. ,O ad ,E s p e i arsociales lév o r io Cette méconnaissance ran induit non N tensions et des restrictions de personnel, qui ne du web seulecs es n, dè les recrutements e isi stratégique, mais Fr une difficulté el s facilitent pas ou les investissements sur ment aussi des tenx ge Pa re, ,D o a t r n n , a r les isi cdans s, de média, Rpuisque IG L’E parfois hasardeuses. ddeionouvelles perspectives, ran sions e les groupes T en rédactions, traditionnelles G se montrent bien souvent r L x , o ce méfiantes àTl’égard r p , L o F1 de toute stratégie Dernière métiersupde médias, -A ’E difficulté, les différents an La up de numérisation. ujo TC’est , x , Eavec le sio de long terme élé pourquoi Ole soutien à ela formation gàa qui sont fondés sur une relation p r c r Ne escycle d’investissement an n, vis des journalistes se généralement Internet est aujourd’hui une rd public, ont un Fr è s x g Pa inenvisageable lis i r an priorité oessentielle assez long, et de , ce fait absolument pour l’avenir destr médias. e e D ns , , , a r i ce Nous recommandons I G Pour de nombreux L’Emarchés financiers. diodes pour les s donc R de mettre en place ana- R , i T en devenu ue Gr financière àLl’égard des médias , Tmesures d’incitation r , lystes, lexp financement par la bourse est o , -A L ou la formationLde leurs journa-’E inapproprié aà la stratégie unumérique 8 F p qui1investissent dans d’un média. n u a , p x , s j g élé Or aident à devenir odeu pC’est e N « bi » voire « tri-médias ard listes et les ». res pourquoi, iilonnous sembleEindispensable c a vis Nous s ex à l’occasion ng , P mécanismesel de soutien rd’h recommandons également, de mettre en place divers è s ionla prochaine r , à ces investissements. is, tra e, e, ari ui réforme de la formation professionfinancierD s I L R R d e s , ’ G i i E ue nelle, e o, prioritaire- x Grde trouver TunL moyen d’inciter r n ou pAyant , Lde ce type deLformations. -Apouvant être mis oudéveloppement choisi de présenter un rapport ment au 89 F1 ’ a E pà ,budget n u a , O Dans le cas peparticulier des gjournalistes issus ,M x en œuvre par l’État constant, cette nécessité de la s j ou pr Ec ion financièrement ard rapresse ed e papier,N la prégnance croissante de la vidéo de soutenir les investissements numérird se s e n , è s i ’ x g P h l sur ele réseau Internet cet effort , ques a été poura nous l’un des motifs is, nous ayant conduit tra pousse à cereque u D , , r i s, isi de formation de recentrer certainesRformes d’aide à ela RT au numérique di soit doubléL’d’un Gconseiller Ex effort àIpresse ue et générale. n F e Gr équivalent sur la presse d’information politique portant sur lao,formation à l’utilisation r L n ou pa , Lde la vidéo. L’E ran ou journalistique 89 Au p n ag pe , x , ce sio Recommandation pr Ec n°19j:ouMettre en M place ard N e e n, des mesuressed’incitation ràd l’investissement dia ss Autre e mesure : ng ère ’hu x Pnumérique*** lis , t e, pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT♦ Dans le cadre rt, ’ de la réforme à venir de la formation G ien io, nF Ex ue r L,professionnelle, Ca o laLdilution du fondsp d’aide à la formaLes dispositifs d’incitation fiscale à l’innovation, rde type 8 u A ’ a a L Ex un organismenplus important p, crédit d’impôts urecherche, ont fait 9, la preuve de leur ncutitionades s j ga journalistes dans o M p eN E e, i o urdemandent pas ededconstitution de des journalistes lité.cCommodes (ils ne rdle danger que rlaeprofession n s d s ex comporte , elnii d’engagement’ha priori), incitatifsia(il y a propor- l’Hu lésée. Ilèfaudra dossier re, donc veillers, àDce que cette Pprofestra soit pa a ui ma , R entre les investissements ris tionnalité sparfaite dont nous avons amplement Isouligné les spécide l’entreprise L dsion, e rt, ’ G i i n E u e o ficités dans larcrédibilité des net l’aide consentie), e 8équitables (le crédit , Let l’importancexcentrale Fr d’impôt peutCse oudes crédits transformer p ,L ap A ’ an est déficitaire), différents médias, bénéfi cie de l’ensemble en versement lorsque l’activité a 9 p n u ag auxquelsEson , x , ce innovantes. Di sio jouun véritable soutien ils offrent Me aux entreprises prrôle lui donne droit. Ec ard gi, l’ es n r se d d ,P H ère s, i ’ ap h um 27 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr ur oLes Fig n’est pasLaparfaitement Fr bénéficier,qu’aux AF l es ’ y n Ce crédit d’impôt recherche avances ne peuvent entreprises de g E a d a P, adapté aux, Ninvestissements numériques aro q n a rd En pressedécrite dont le projet des médias. uippublication se, ce se rapporte à une RJ Ca è , o Bo re, inscrite surriles registres de, laPcommission paritaire effet, réactives,N grandes consommae, des na ces industriesGtrès M F r G r i trices technologies qu’elles ne développent générale-M publications et ragences (CPPAP). l+de an de pressesm ro etr , Lelles-mêmes,ounepmènent pas, PouPrarement, ma ment pas de , up a c , M e o e P ur démarches de eO , R&D au sensLstrict. Elles peuvent donc C’est pourquoi nous suggérons d’élargir le périmèo F Fr res l’Eau développement y, uniquement postuler iga pour le fianancement nd g a d’innovations, tre de ce fonds d’aide afi n de a ue qu se NR ad permettrencaux ro cas, le dispositifrddeè crédit d’impôts mais,Jdans ce dernier sites d’information de journaux unii , e p ,N o , P sur le web (Mediapart, Bo e, na Gr en charge queMles innovationsreà, réels aléas riquement ne prend présent Rue 89,…) F r G ismdispositifs. Ler contraire nousuyg Me l+, techniquesouet seulement laPpart a d’étude de faisabilité. de rbénéfi cier de ces ou P n p, techniques, les ue , Mdéveloppementstronou- semblerait LeLes infrastructures a c une rupture du principe d’égalité et surtout p e P s, L e , oncontenus ne sont Fig et surtout le développement Fr une approchel’Edésuète de la révolution ag res numérique. veaux des Pour O a d ard ue ndéfi se NR ad donc a pas à ce dispositif, nous suggéropris en compte. uip cenir une limiteqd’éligibilité s , è , o JG rons, de nous référer eà la labellisationBpar la Commis-t F re, NM ri F P o ,G ran ris (voir Recommandation du jeu vidéo, qui est l’objet rd’un sion paritaire n°6) etuàyla prise en roPour soutenir le secteur M P a r up dumping Pfiscal c ou de journalistesgtitulaires etrcertains pays, nlec compte demla aprésence effective véritable ue , M de la part de , p o e Pr (Recommandation La a mis en place s, gouvernement e O n°7). on un crédit d’impôts Fig Fr produc- ,del’Ela carte de presse e Go g a tion, qui ne prend pas seulement en charge les dépens da ard u aro q n s e uip les sites e, qui vendent sdes abon- og ce dodes développements ses d’investigation Par ailleurs, èremais l’ensemble ,N t F pou, le, Bo e r deM nouveaux jeux. , doivent Pr nements ,àG leurs internautes iF r u a ismvoir le faire ren appliquantygune TVA réduite. Me ran PP nc up ousuggérons d’augmenter u e, , t a c C’est pourquoi nous suggérons, à l’occasion d’une De même, nous le monr ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G du créditr d’impôt recherche, tant de des ag prochaine réforme resce fonds aprèsO audit de l’ensemble l ’ n E a ,F daplus exigeanten sur le caractère aqui ue et reventilation oode ces qu aides accordées se à la presse rd pourrait être c r d st gle ère et innovant stratégique afin ip dernières. , B or des projetse,éligibles, NM e Fr i F d’étendrePrces dispo- , G ou ,R , Mà budget constant, rester a ism r PP de y n a ro gn°21 Recommandation : Soutenir c financière- ad aux développements numériques des médias etr nc u , Msitifs u a io es analogique eet, M ment lapdouble diffusion numéritraditionnels etode devenir ainsieun véritable crédit P e , F o F , res que de l’audiovisuel 6, nd numériquerpour O G d’impôt le secteurl’des médias. E a u oo qu nc se Fr ad rd es an g i , e ère Autre proposition p or t ,P B l e e : La transition numérique de l’audiovisuel sera une entreF ce i o , ,G rL’extinction ,M Fr r u a R i prise de longue haleine. défi nitive du signal s Té y n an ro analogique gdeu la télévision ceste programméeadpour le ma dispositifs etr manière générale, de nombreux ♦ De u i c oF es et pour la radio, , M la double diffusion o F à la R&D e, doivent désormais Pr évoluer pe30 novembre 2011, de soutien on , ra l es c’est- analogique/numérique ’Eq à l’innovation, Ou ranplace à un soutien Godevra perdurer6pendant , da pour faire de nom- n s F ce e og e, cedémarche enuaval ran do à-dire à une i de la recherche, breusessannées. p ,T t , B l e e rivisant F c P o , , à développer rapidement des contenus, r e F ris Gr à la mise uy Cette double adiffusion, nc qui estRune ad exigence deTéserdesraservices et des produits destinés m g o etr nc u e u a o F que l’onlévi concerne vicees public, partant ,notamment du iprincipe pe o F sur le marché. e, Cette recommandation P M sio res l’Agence imposer aux revenu 6, ménages à rfaible Ou ne peut, Gpas ranpar exemplel’Elesq pôles de compétitivité, a ns n oo du renouvellement se Elle est par-e une accélération Fr c de leur maténationale de la recherche et Oséo… uip ce e s an traditionnelles, de glefort sur les chaînes t Friel, a un impact ,P ticulièrement essentielle e, pour la, Bnumérisation TF iF o , r ris traditionnels, uyrythme télévision an et de radio. Ra En effet, àceressources Grqui se joue à un publici1, ran des médias T m g é c o d taires ete audimat constants, voire en contraction du Or de uR&D lév a P que les udémarches i ce bien plus rapide o e , an p s, fait de l’arrivée M6 de nouveauxFr concurrents, ielles eO ,classiques. sio doires l’E G a désormais, financer deux circuits nc de distribution. ns ue ovent qu se F o Pr r ,G e Par ailleurs, l’État a la garantie qu’il ne s’agit pas d’une s a g i , p Recommandation n°20 : Élargir le périmètre , t n ism l B e e T F c difficulté ou , Rstructurelle, maisebien du coût inhérent F1 à une rou r a a Pdes aides à,laGnumérisation yg nc migration technologique , O de et àTlaécoexistence provisoire pe a ro lév ue e, deux signaux.dio res up r an s, des servi- M isi Fr uip se d’aide au edéveloppement Le fonds ge 6 O G o an , B des entreprises , e, ces en ligne n ,R u o Fr ce s, esde presse, doté og de ou an a pour objet Gr500 000 euros par a TL Gr ,T l’octroi t F d’avances, parnc le, ou yg , o F ran de presse R eT tiellement ue à des entreprises pe remboursables, up 1, a élé ce Or écrite pour numériques. dio eN Oula réalisation des,projets G , a v M ex n es i Fr oo sio g a 28 tra tF Giazzi. septembre 2008 e gle Rapport de la6mission ,F nc ns ,R ran r ,R ,G e, a T


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO F disposio ère , G il semble nécessaire xtr ge 6, pourquoi que desra n n ,L uC’est , a oo Fr transition, par ce Objectifs, 6 : Permettre es d’accompagnement RT sitifs de cette la d constia i g o, Gr groupes Lde dimension t F sous la forme nc le, d’un crédit d’impôts, exemple soient , T tution de , ou L’E o F r e L an mis en placeRpar u 1 l’État. a internationale yg rapidement T , p ad xp ga élé ce Or eN ue res i o r , a v d s, Recommandation M6 n°22 : Élargir e n i F le périmètre La réglementation qui pèse sur l’audiovisuel est s è s, x g ran io r : entre Go d’intervention de ,laF Caisse des Dépôts à l’in- n en passe de e devenir un couptrde ciseau fatal e , , a ce sles L’E es dioqui empêchent og r n , Gdispositifs Ranticoncentration, vestissement de médias T , tF le, dans lesagroupes L , TF ce ro , L puissants, Let’Ela multipli-xpa l’émergence de groupes ran R u 1 ns ag la TNT, qui contribue Té est un acteur,cenpefréquences sur ad et consignations xp La à ceCaisse des dépôts Or cation des io a l é i r o Fde la Nation, qui Ne des publics,rdle risque est egrand tral ,de la vie économique visa contribué au anla fragmentation s M è xtr d’ensemblesreayant la taille scrigene plus disposer ran structurantsioà rentabilité de 6, d’investissements Go financement n , ad produire des, Lprogrammes, DI F etc.). Elle a joué tiqueRsuffisante pour s og de long termera(infrastructures croutières, ’E fiction et G ,numériTL notammentio,en matière de ,T Gr nc plan dans leedéveloppement de qualité, leun, rôle de premier ro xp ,L L’E F1à son soutien auou d’information. u e seulement a queRdu territoire, non grâce n a T , p a x sio ga élé des réseaux, Or mais aussi e pr dio du développement financement e, N r e a v d des collectivités. Il ested’ailleurs frappant, comme nous sl’avons soulignén, M6 grâce à sa capacité ng Fr d’expertiseisauprès è s x Pa i r , o a tradiagnostic d’introduction, e, e, dans notre de constater que le ,F D nc ns ris I Gqu’au L’E ne se classe RT plus grand groupe dio français plurimédia ran ,G Traditionnellement, elle sur e, privilégie les investissements xp d’affaires quatre ro , L et a un chiffre TFdes investissements ce ro de long L,sixième rang mondial des infrastructures et sur ,R up ’ a L Ex tandis que lesndeux principales up 1, foisainférieur au premier, ad terme. Tél ,E s g O p e i ardfrançaises, durfait o év io ran télévisions de leur spécialisation télévics N es n, e isi Fr donné l’importance el è s suelle, sont respectivement 13e et 19e dans ce classeÉtant du secteur des médias pour x ge Pa re, ,D o a t r n n , a r mondial desLgroupes de médias. l’économie de notre isi ce et la vie démocratique s, IG RTpays, étant dment ran donné ’E i en o le , rôle structurant Gà moyen et long termes ro L, xp ,L TFcontenus et desroinformations de ce qu’auront des up le dis- -Au En matière qualité, ’E de lutte contre an la concentration, La up 1, Tilésemble judicieux x , E junjo ga positif français Oder considérer ces pr est aujourd’huisiodevenu une véritable e Nactivités comme lév c r e a n dègle administrativesset réglementaire,, dont l’applicationseest structurantes. ex ng isi Fr re, à de savantes, DinterprétationsPdeaplus en plus diffilis- , on an sujette tra e, ris ce C’est pourquoi, s, sans recommander IG Ru RT ciles àLanticiper. une dforme ’E ien i o , Tquelconque deGrcontrainte, nous e8 r L x , proposons de ou pa ,L -A L’E o F u 1 p lois encadrant les médias, mener, dépôts et Consignations, ns ujo ag , Oavec la Caissepdes xpComme de nombreuses ,E élé e Nsur la manière i a il se fonde sur des principes de défense du pluraune réflexion approfondie dont elle o ur r r c rd es hérités de la nLibération vis pourrait acontribuer s d’h e n , e lisme et du traumatisme de à fi nancer l’indépendance è s, xtr ge Pa l ionmédiatique de r i e s notre terme. , L la montéeDI des totalitarismes, , R pays sur lealong ris avec une, Rvigilance ui e s, d ’ G iencanaux de diffusion… i E ue TL encore accrue par la rareté des o, Gr r x o p , L ou Les principes généraux de notre dispositif anticoncentraCet élargissement du périmètre d’intervention de la 89 F1 u A ’E an La p, comme suit :uj , O Caisse des pdépôts ,M x tion peuvent être résumés devra être autorisé par la loi et pours g ou pr e Ec ion a rarait ed e être débattuN prochainement. rd rd se ss ♦ Dans le ,domaine ex ng è i ’ P h l de l’audiovisuel, est re, ,D is, ce dispositif tra e, a u r i s, isisur l’interdictionRou Autre piste basé notamment limitation e du IG L’E RT envisageable di:o nF ueunla même e Gr cumul d’autorisations hertziennes par opérar L x n , o p , L en place d’un Lfonds ran ou♦ Étudier la mise 8 u Au de la part de9capital ’E dédié à l’investissean teur, ainsi que sur la limitation que p pement dans les aentreprises , x , ce sio ce même Eopérateur peut détenir jou simultanément ga Medans prsur le modèle du de presse c N r e rdde télévision ; d dè se de services sspar la Caisse n, Pdes sociétés éditrices dispositif » géré ex « France investissements ng ia ’hu l r , i t e, (CDC), e, s, un opérateur ari des Dépôts et Consignations ♦ Concernant la télévision, peut posséderpa r D a i IG L’E Ru nationale en emode RT dio sie au maximum une chaîne n F analogi- rt, C e r L, x n ,L o pa -A nationales8en9 mode numérique. ran Un a up que, et 7 chaînes ’E La n u actionnaire ne peut posséder plus de 49 % du capi, x , sio ga Me qui fait pluscde pr eN Etalc ou des droitsjode e, urvote d’une chaîne r e n d s l’ d d s ex , ère s, ’hdes 8 %ede l’audience totale services de itélévision (arti- Hu Pa a l i tra s p u DI ma ,L ris cle 39-1 ,deRla loi du 30 septembre i e 1986) ; ar dio ’E t G i n u , e e8 ro xp Ca n,L Fr ,L u A ’ a a E pD 9 p n ns ujo ag ,M xp ,E c e i ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u 29 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ o♦ nLe maquis deFrrègles, la complexité Fihors AF es y ♦ Par ailleurs, un groupe Union Européenne ne de leurs g g E a ,N d a P, a q n a rd de rocapital d’un groupe de 20 % du interprétations, parfois ce aléatoires,uleipcaractère se, do Ca peut détenirRplus è , J ,P Bo re, ; souventrinettement circonstanciel de ces NM e, règles nmédias Gr a F r G i ♦ Enl+matière de presse écrite, il est ran à plusieurs sm reprises. Au-delà PPinterdit à un Me ont été soulignés r , L de procéderouà pdes acquisitions ma groupe qui auraient du caractère inadapté de nombre de ces règles, etode , t up a c r , M e o e, pour tout projet P Laseuil de 30 % deola diffu- leurFcaractère pénalisant ur pour effet de eO faire franchir un de groupe de F res linternationale, y, sion totale deiglaapresse quotidienne ’Eq npolitirade g d d’information médias dimension on doit souligner a ue nc se NR ad également rd ro uide ; que et générale le coût de gestion ces règles. Il est qua, e è p , o J , P aujourd’hui d’anticiper Bo re, médias, ri siment impossible NM e, na ♦ Pour G les opérateurs détenant plusieurs avec certitude F r u G r ism de régulation Medans le l+, radécisions ou du CSA peuvent PP être présentés r les critères les des autorités tant l’applica-yg o n p, : ue ,M tro Le tableau suivant ceces règles reposea sur tion de des chiffresu peu fiables et p P s, L e , on Fig Fr sur des interprétations ag res l’E subtiles… O a d arnational Média Au niveau Au niveau ue aro qu nc se NR ad local d s , i e è p , o J G Télévision N Un ou plusieursre ser- Un ou plusieurs Le sentiment d’une urgence à assouplir ces règlest F , B servie r P i Fhert- est aujourd’hui o ,G Mvices , M ces de télévision de télévision ris très largement partagé.uNous parta- ra ro r P y a r hertzienne desservant zienne reçus dans la ma le sentiment, up ouexprimé par lagucommis- nc P, 4 millions ezone nc geons également t au moins considérée r ,L espas M pedes médias n’est oF e,sion Lancelot, que P la concentration Fig ,G ag d’habitantson r l’E es ». Elle nous semble Ou d’autant moins « alarmante dasta- Une ouranplusieurs aujourd’hui aro Radio ard Une ou plusieurs o q s uipque la libertéed’information ce do radios dont l’audience alarmante aeexplosé avec og s , de radio desserètions ,N t Fdans un , P Internet eteque le, Bo désormais re,au moins 30 mil- ripotentielle cumulée, nous travaillons vant , MP r F r u a Gr Me lions d’habitants sur rla zone considé- is contexte où l’Europe ygla plus grandenvigian 10 % du m up ce ou manifeste P, rée, dépasse ue t a c lance quant au respect de la concurrence. r ,L ,M Mo p o F total des eaudiences Pr s, eO , l’ ag potentielles cumulées e 6, n r G Eq En ce quissconcerne la multiplication an da arPresse u o de la concurFr es oémietteceou plusieurs quo-uip rence, il este,certain que la TNT dè écrite Un oudoplusieurs quo- Un g aboutit à un t , B le, tidiens r d’information tidiens d’information re, NM F qui avait été prévu Pr et géné- ement i Fgénérale politique , G des publics obien politique et supérieur à cera u R i M rande rale dans sm PP yg on peut considérer nc représentant plus la zone r par ses instigateurs. Certes, que ce ad o e u e, à une io ,M tr20o % de la diffusionce considérée a up « nouvelles télévision es » correspond Pr succès des M6 totale e , l’ F on Frnationale , e O G demande du public, mais il est tout aussi indéniable qu’il E a s , d u oo qu pas se saboutira, Fr ad est qu’unnopérateur rd es à un émiettement e, à court terme, des entreprirègle ne peut ce an g i ère ♦ La p o t , P ni au niveau B l e e ses et, paradoxalement, à la diminution des capacités trouver, niri au niveau national, local, F ce o , ,G raprogrammes , M dans plus de Fr deux des trois r u R i d’investissement dans les : animation, fi csituations présens Té y n an ro m gu de cinéma ceteinformation. Laatélévision etées dio signifie paru tion, coproduction tro dans le tableau. ce Concrètement,a cela es l’industrie des, contenus Pr une grande pede qualité, et toute M6 qui la fournit, Fr exemple on Fr qu’il est interdit, lde’Edétenir à la fois , e O G an s , da chaîne deantélévision, une grande nécessite l’existence de chaînes capables de fi nancer, station de radio et un ue o q s F ce o u e c ran do grand quotidien st des projets gd’envergure. i e dans la durée, d’information (c’est la règle dite, des p ,T , B l e e r«i deux F c P o , , sur trois ») ; r e Fr ris u an commission Retaillau Ra sur le dividende Gr Té anà noter également C’est ainsi que la ♦ Il est que ces dispositions, du fait yg m c o etr dio l u e u a c es a noté qu’à, M ayant présidé à p leur mise numérique partir de 2012, il sera possible deév o F des conditions e, techniques P isi e F res sur un potentiel l’Egénéralement assises diffuser, 40 chaînes TNT en haute définition.ra Confronté à 6 O ranen œuvre, sont G on , n qupas sur une audience se réelle. ue une situationooidentique, le Japon F s c d’audience et non a fait le choix de réduire ce glede diffuser ràan9 chaînes TNTe,(pour i onte été progressivement , B mis en st les autorisations , dispositifs p ♦ D’autres TF F Pr – et c’est ,une iF , R pour ne pascefragiliser le modèle Gr bonne choseou- yà empê- 130ramillions d’habitants) 1, ism ran place, visant T n a g é c o Or d lév ue le économique e, de ses télévisions. upd’en influencer a P du média i ce cher le propriétaire o an s, M6 Ils vont du statut du journaliste aux règles isi ,contenu. Fr llimitant ’Eq la détentionredes parts dans elesOsociétés G o a devons ,sans aucun doute ncouvrir en France ns sede diffusion ; ue de pro- oNous F o Pr r ,G ductionuipar les sociétés une réfl exion sur l’organisation deela rareté, qui ne s a g , p , t n ism ♦ À ces différents l e e, dispositifs Bs’ajoute, T F c la se posait ou bien entendu, , R pas dans un econtexte de limitation F1 dras- rou r a a Pprotection deGrla concurrence ygpar la Commission Té nc tique des apossibilités ,O techniques de diffusion. pe ou dio l u e res é r Européenne, qui intervient à son tour sur certaines es ,M an vis Fr uip se d’achats ; pe O ,G opérations ge i 6 o an ,B , e, n ,R u o Fr ce s, es og ou Gr a TL Gr ,T nc le, yg d’inclure dans cet régime 1 o Le rapport Lancelot préconisait la presse gratuite, ainsi F , u o F ran eT que la p presse magazine d’information. ue Ra up 1, e élé s, cité ce Or 2 Marc Tessier 3 d Rapport cité eN Ouet Maxime Baffert, Rapport io G , a v M ex n es i Fr oo sio g a 30 tra tF Giazzi. septembre 2008 e gle Rapport de la6mission ,F nc ns ,R ran r ,R ,G e, a T 1

2

3


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr so è ,G 6, Nous iproposons doncgde faire passerxle seuil maxi- re a t e r n n ,L ueRecommandation , a oo n°23 : Autoriser Fr un groupece mal d’audience s, radio de R150 dio millions d’auditeurs sdet médias à posséder an de télévi- , pour un opérateur gle une chaîne T Gr (chiffre actuel) L, à 180 millions ,L TF F une radio et un ou , Rquotidien decdimension o e sion,ra ’E L u 1 d’auditeurs, dès la p rentrée prochaine. a yg T n , a xp g é ce Or dio eN ard lév ue nationale*** res , a s, M6 e n i F Recommandation n°25 : Asseoir les limites à la s è s, xtr ge re, Go dite des « deux, sur trois », quirinterdit an à un mêmeion concentration de la télévision sur une audience La règle , a F ce quotidien s, réelle à définir es RTplutôt que sur diole nombre deL’E og posséder simultanément ran un grand , G t F groupe de l L xp ,L e TF télé- chaînes ce et une grande ro ,L radio nationale rannational, une, grande ’ an R E u 1 ag pe x vision de sio élé un contexte, O ce nationale adoit p dioêtre abolie. TDans a r r N r e convergence des groupes Les limitations à la concentration de la télévision sont , M des médiasF et de croissance a vis ng ex sur le nombredèder chaînes que speut s, radevient elle un handicap considé- aujourd’hui assises i 6, Go médias internationaux, o tra e, e, D n n F français. détenir un opérateur (une chaîne nationale analogique I c s L R d og rable pour lesrgroupes ’ , e an Ex limitation Gr TL nationalesionumériques). ,T Gr et 7 chaînes Cette le, , ou c pa ciant ,L L’E éditoriaux bénéfi ou empêche d’organiser F1 ParRailleurs, du fait edeTla moindre rentabilité des activides pôles n a pede synergies, etgfreine la capacitéxpdes chaînes à créer a presse écrite, cette sio élérègle est très ,préjudiciable Or tés de d au ard e, io res N a v grou- ou acquérir thématiques. C’est doncn, M6 média papier,Frqui est généralement ex de petites èchaînes isi celui auquelnles s g Pa r , o a traun net frein à l’expérimentation. e, e, est également , Fpes renoncent enncpremier, alors même D ns que la presse ris IG L’E RT dio rantrois secteurs celui , G le plus besoin des e, qui a aujourd’hui L,C’est pourquoi, ,comme xple rapport Lancelot ro TF ce investisseurs. ro de nouveaux l’a suggéré L ,R up ’ a L Ex de remplacer up 1, ns le plafonneag recommandons Té nous ad ,E O p e i lév : o r io Autre suggestion ran ment a du nombre d’autorisations relatives à des cs N rd es n, e isi Fr el è s services nationaux de télévision diffusés par voie x ge Pa re, ,D o a t r n n , a r Dans nous propo- d hertzienne terrestre ou is en cele cadre de scette L’E en mode Ianalogique R ran ♦ sons , G réforme, G ien i T o , également de substituer aux contraintes mode numérique dont une même personne peut ro xp ,L TF pluri-média lerorespect de Lchacune ce d’audience , être titulaire ’E par un plafond an de partupd’audience -Au La up 1, Tédes contraintes x sio jo ga réelle à déterminer de l’ensemble des, services Ormono-médias.e Il ne faut plus p Ec lév r N r e a n de stélévision publics regarder n si les seuilsexd’audience dènationaux , P ou privés, stous isi globalement Fr eli s, r on an sont dépassés mais g si,e média par média (radio, modes de distribution confondus. t e s, ariCe seuil serait r D , , a ce télé, presse s, écrite) ils ne sont I Gglissante des douze Ru L’Esur la moyenne RT plus respectés. dio s apprécié derniers ien Gr ,T e8 r L x , mois écoulés. ou pa ,L -A L’E ou F1 p ns ujo ,O pn°24 ,E Recommandation élé e N: Releveragaler seuil xprRecommandation i n°26 : Supprimer les seuils o ur r c esdétention capitalistique an maximale poure un média radio n, vis d’audience d s d’h e de (49 %, 15 %, 5 %) è s, xtr ge Pa l ion r i e s ui DI ,L ,R ,R ad ris s e , ’ G i i E uelimiTL de la radio, AvecGla diffusion numérique dont on n’a L’insertion dans le dispositif anticoncentration d’une e o r x n , ou et notamment -l’interdiction ro mesuré toutes , Lles conséquences L’E , les bas- ptation pas encore capitalistique, pour un 89 F1 a up des radios p,détenir plus deA49 n u a , O sins d’audience ,M x vont augmenter et les seuils même actionnaire de % d’une télévis j g pr eN ion ou plus deEc15 % dans deuxochaînes ardla quasi-totalité u raactuels ed e deviendront inadaptés pour des sion nationale, natiord se s e n , è s i ’ x g P h l radios jour les bas-, nales ou plus de 5 % dans trois se is,chaînes nationales tra l’on mesure ràece e, actuelles, puisque a u D , r i s, sins d’audience pour leR secteur audiovisuel. Irévèle L’E RT potentielle… dio en Gr une sourceisdeiefragilité ue Gr L x n , p future Cetteodisposition -A la constitution 8de9pôles capi- Fra ou Au-delà même, Lde cette mise enLconformité up ’ E avec la a empêche nc n ujo a pcapacité ,M sio talistiques ,forts, gatechnique, lesxbesoins pr de financee N de diffusion E favorise les allers et retours capitalise u cs de susciter desrdalliances, pousse edles rd importants, et eil ssemble néces- n,tiques et, au lieu ment de exce secteur sont ng e ia Pa l capital à un’hmarché tra ces seuils èafiren ,d’augmenter sles, Dmarchés actionnaires e, saire d’élever u à ouvririsleur qui révèlepa , r i i plus sa profonde L’Etout en veillantI G Ru aversion envers RT potentiels desdiradios enles investis- rt, à res- de plussien e o, nationales, e r Lpecter x Ca Fr ou sements den-long p antennes. Mais là encore, avec terme. , L le pluralismeLdes 8 A ’ a a 9, nc ujo ag de radiosElibres la profusion web-radios, p, xp et désormaisnde s M e N ainsi E e, i a o ur proposons elad suppression res de capter surn Internet C’est cs pourquoi nous que la rdpossibilité désormais d ex la plupart , eliseuils. La garantie iap qui est l’Hu ’hu du pluralisme, desèradios respect du pluralisme de ces Pa re, mondiales,sle, D trne s ma , R par la protection adnous semble pasLmenacé… ris déjà confortée ar de la i e croissante IG ’E t i io, n u , e nous e 8 semble devoir ro xp Ca nconcurrence, Fr être recherchée ,L L u A ’ a a E pD 9 p 1 Et notamment le fait qu’avec la possibilité de voie retour, la radio numérique sera n ujo cité ag aussi un dispositif xdeptélécommunications…ns ,M ,E c 2 Rapport e i ard igi on ur res cs , l’ ed d’h ,P eli H ère s, i a u 31 Rapport de la missions Giazzi. septembre 2008 u p a DI ma ,L ,R ris ar ie dio ’E t, G ie n u n 2

1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fnotamment Fr AF es y i par d’autres voies, et par le renforceg g E a d a P, ment de ,laNprofession deajournalistes q D’après les articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété inteln a rd de lectuelle,d l’auteur d’une œuvre ro et celui uipdroit de pro- se, ce de l’esprit jouit d’un RJ Ca è , o , Pnécessité d’accomplissement Bo re, priété exclusif AFP. NM e, ri Fdès sa création, sans na Gr r G de formalités (dépôt ou enregistrement), pour une durée corresi M l+, ran du décès de sl’auteur o PP ro ma et des soixante-dix pondant à l’année civile ma p, sommes convaincus De manière , M que etannées u Le générale, unous r qui suivent, aucbénéfi ce de ses ayants-droits. Au-delà de p o P La sa stabilité àomoyen cette Fpériode, les œuvrese,entrent ur pour renforcerF le secteur et assurer dans le domaine respublic. Tou- e O y, terme il convient igade favoriser lesgaregroupementsndpluri- tefois, enracas de litige, il estl’nécessaire E de pouvoir une ue nc de l’œuvre qà uune date donnée, apporter seen ayant NR a r r d preuve de l’existence soit o d medias entre les mains d’éditeurs professionnels des i , e è p , o J , P un dépôt auprèse,d’un organisme habilité, Bo re, et aux capi- ri effectué préalablement NM européennes na médias,Gouverts aux alliances F soit en ayant rendu l’œuvre publique et en étant en moyen de leu r G r ism Me le sec- prouver. l+, taux étrangers ran ou à l’instar de ce PPqui s’est fait dans yg r o p, ue ,M tro u Leteur des magazines. a c p e P s, L e , on Fig Fr Le régime actuel ag l’E du droit rd’auteur limite considée O a s d ard ue arofavoriser les allers-retours se éditoriaux multiNR ad dans la nrablement Loin de d’industriels lesqdéveloppements uip ce st , è , o J G presse, les Ndispositifs fiscauxreet concurrentielsridoivent supports, , P notammente,du fait : Bo Fr MP , Mde pôles spécialisés Fr r u an autour G roinciter au regroupement i s y a r m u g c o e P n quip restructureront ,une industrie culturelle la réutilisation ue des tro en dérélic-ce ♦ du principeade rémunérationupour , M p Pr La des décennies s, tion depuis ; eO oncontrairement Fà rses voisins , l’œuvres Fig e Go g E a européens. ♦ de la prohibition de la cession globale des œuvres futus da ard u aro q n s e e, à réaliser un actes de cession og ce do res, u obligeant ipe en théorie ère ,N tF , le, Bo r article ; Pr pour chaque iF , MP r , u a Gr théorique d’encadrer ism Me ran yg nc les droits Objectif 7 : Favoriser la modernisa♦ de l’impossibilité up ou accords collectifs P u e, , t a c d’auteur dans des parce qu’ils ne r tion des industries culturelles ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G peuvent cession individuelle. ag resrelever que d’une l ’ n O r E a ,F da n°27 : Résoudre arRecommandation ue oo nc la ques-qu se d r d glel’es, B de réelles scontradictions e, èredes droits d’auteur avec or des journalistes tion de la ipeCe régime introduit t NM Frnumériques, fondé Pr iF ,R , Ggénéral des odéveloppements prit écrite*** u a ism r PP presse, M y n a ro sur la réutilisation gu multi-supports ce des conte- adi notamment etr nc , MLa conception u a oF pe site Internet, econsole oF e,d’auteur est l’héride jeux,, M téléphone française du droit Pr nus (papier, s, o l e 6 ’ ndd’une longue tradition Ouaussi sur des Gfluxo de « contenu ,» qui ran qui remonte, tière Eq au moins, ssmobile,…), mais Fr ad de Beaumarchais. rd es différemmentosur u e aux combats peuvent être agrégés des titres difféc an g ipe , e, ère or t B l e rents, ou même en fonction des demandes d’un utilisaF ce P i o , ,G rail nfait planer une certaine , MSelon cette tradition, Fr r u R i teur particulier. De ce fait, inséles œuvres de l’esprit ne sont s Té y an ro curité juridique ma expressions gu sur les accordsceactuels passésadentre e les pastr des « marchandises » mais des u i c oF ,M o F de la personnalité e, Pr qui, tout pegroupes et leursejournalistes. s, spécifiques de l’auteur on ran l es 6, ’Eq sont inaliénables Ou Go da comme rleancorps lui-même, et s F es une adaptation og du régimeraactuel des ce, uip e, doincessibles. ce, Selon nous, t B le Elle devraitncintégrer e T ri F Fr Pr o , droits d’auteurs s’impose., R eT u a G i r Brève introduction au droit d’auteur s y n an ro principes fondamentaux : ad ma gtrois élé ce etr u u io c Le droit d’auteur en France est régi par la loi du 11 mars 1957 et e , p o F la loi du 3 juillet vis e, 1985, codifiées dans P s M6 (papier vs numérique) eO Fr , G du support relescode de la propriété ion ♦ la neutralité ; ranintellectuelle. l’Eq a nc ue ♦ la sécurité oojuridique de,l’éditeur se F s ; u c ran e, et gdeledroits attachés ipe toute personne, physique e,reconnaît en tant qu’auteur La loi qui crée st B ♦ la garantie aux journalistes TF Fr ce une œuvre ou P de l’esprit quel que ,soitGson genre (littéraire, iF oumusical ,R àaleur statut. 1, forme d’expression (orale ou écrite), son mérite ou ran artistique),rsaism y T n ad r g é c Or sa finalité (but artistique ou utilitaire). ou lév ue e, aP i ce o an p s, Pour notreMpart, nous privilégions une approche isi ,Lel’droit d’auteur couvrerdonc Fr toute créationede l’esprit, qu’elle soit e 6 O G o a une E œuvre littéraire (livres,sjournaux, pièces de théâtre, logiciels, cercles concentriques ; ,F nc ns q se(peinture, sculpture,uephotographie, opar site web,uetc.), une œuvre d’art o Pr r ,G e s a g i , p , architecture,B etc.), une œuvre musicale ou t n ism image infographique, l e e T F c ♦ en contrepartie du paiement d’un salaire, ou originale et qu’elle ,R , lors audiovisuelle, dès qu’elle est matérialisée, F1 le jour- rou r e a G a est Té à l’ensemble nc de lar personnalité de l’auteur. Ainsi ne tombent , O des naliste céderait son contenu pe ad P l’expression ou droit d’auteur ylesgcréations l u pasre sous la protection du de l’esprit e é i r supports d’un même titre ou marque (Ex : pour o es un mot du , M an pequ’une idée, un concept, ss conceptuelles telles purement isi Fr le supportvinternet, uip ,G le support papier, le support ge e 6 langage courant, ou une méthode. O o an ,B , e, n ,R u o mobile…) Fr ; ce s, es og ou Gr a TL Gr ,T tF nc le, ou yg , o F ran e Td’après le site « Comment1ça, marche ? » : www.commentcaue Ra1 Introduction établie pe up élé s, ce Or marche.net/droits/copyright-auteur.php3 dio eN Ou G , a v M ex n es i Fr oo sio g a 32 tra tF Giazzi. septembre 2008 e gle Rapport de la6mission ,F nc ns ,R ran r ,R ,G e, a T 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr s est désormais possible , xtrcroissant de ère ge à un nombre 6, d’une négociation Ensuite, etGdans le cadre TV, ilio a n n ,L u♦ecollective , oo contrepartieFrd’une rémunérace téléspectateurs s, de visionnerRTdes films à laaddemande, et en st a i g o, chaîGr contrainte et alors nc d’exploiter , T quasiment sans le, la possibilité L, même que les tionF supplémentaire, ou L’E o F r e La an sur d’autres Ra titres ou marques up 1nes en sont empêchées. Ces interdictions semblent le contenu du yg T , xp ga élé être ce appartientdlei journaliste peut Or obsolètes e; ue groupe auquel désormais res o N r , a v d s, accordée ; M e n i F La promotion croisée de programmes : ♦ les chaînes s è s, x rand’accord expliion publiquesgs’autorisent rcroisée 6, en l’absence Gon, le journaliste, e, ♦ Enfi à fairetrde la promotion e , a F s, de leurs programmes LE es RT sur leurs différentes dio og rande refuser lacecession cite, dispose du droit du chaînes ’ou , G tF l L , e TF ou ro alors que cette , L pratique est encore L’E interdite xpa du c groupe supports, ran contenu à, l’extérieur e T si le support R u 1 ns ad ne lui convient xp privées.aCette ga différence s’apparente élé pas. , Or pour lespchaînes cele groupe acquéreur e io i r oF Ne de concurrence, rd d’autant plus eincom,M an à une distorsion vis s è s, gepréhensible qu’ilxexiste ran en 2007 iparitairement 6, informels, menés Go Des travaux on tra aujourd’hui rdee,très nombreuses DI , F dec syndicats de s journalissources programmesL; RT de promotionddes og entre des représentants ran ’ , e Gr io, égalementEutile ,T et d’éditeurs c ont permis d’envisager plusieursGpis♦ Le parrainage de per: il semblerait letes L x ou r p L’Edes opérations dea parrai, ou mettre aux, Lchaînes de monter Fnous tesRde solutions. Ile s’agit, comme l’avons indi1 n a Té la distinction , Otraditionnelle pe nage correspondant ad haut, de dépasser xp des programmes sio ga aux thématiques qué plus lév e, io res r N r a d Web…) n et de lui qu’elles leur est interdit aujourd’hui etn, M6 entre les différents ex proposent, ceèqui Fr supportsis(papier, s g Pa i r , o a trapossible de faireesur e, qu’il est Internet ; , Fsubstituer notamment D nc la notion ndes titre : un journa, ris I G enfin RT ♦ Les quotas diode diffusion :Lnous rann’écrirait pluse,uniquement pour ’E recommandons , G le papier ou liste L, d’augmenter les xp d’œuvres reuro, L quotas de diffusion ou cemais écrirait Tpour ro le web ,R F1 un titre multi-supports. ’ a L E u n ag afin de favoriser Té d’un critère de, Otemporalité estpeaussi à péennes xp la circulation seti la productionp, E ad L’introduction a l on év seraient ainsiratraités avec uneNplus res io l’étude : les articles des contenus cs rd indépendants. e n , i F el s è s grande fl exibilité lorsqu’ils s’inscrivent dans le temps de x ge Pa ran ion re, ,D t r Recommandation n°29 : Repenser les obliga, a r l’actualité isi ce(« temps » déterminé s, par la périodicité I droits patrimoL’E RT du titre ditions ran de de coproduction et les G en o G , presse). ro L, , L des chaînesxde TF ce ro p -A niaux télévision up ’E an La up 1, ujo TéRecommandation x , sio Or n°28 : Adaptere le cahier desga p E lév r c es chaînes analogiques ande télévisionNaux n, seen charges 2000, les diffusées excontrain- rdèDepuis isi des chaînes Fr s g Pa l’industrie des lis r an tes de o la nouvelle donne numérique tr hertzien terrestre, ont injecté dans e e D ns , , ,R ad r i ce L s programmes plus de I5G milliards d’euros contribuant R ’ , i i E ue T en o, , TLe cahier des G r L charges des télévisions hertziennes ainsi à : xp o r , L 8 F1conçu dans unocontexte up Au an La était dominant’Ex up où ce média a été ,O , s j g élé ou e Net la concentration ion des œuvresEaudiovisuelles ardde l’audi- ♦p70 rareté d’exres% du financement ran des chaînes c vis etmatoùluilaconféraient rd s ex d’influence considéra, P (EOF) ; el une puissance pression originale française è s ’hu ionble. Dans un gcontexte r , D financement du is, tra qui voit le succès e, e, ari cinéma (co-production numérique ♦ 45 % du et ie s, I L Ru RT médias etdqui sie i croissant fragmente et’E préachats). G o Gr de nouveaux e8 ro L, n, L charges xp oeul’offre télévisuelle, diversifi ce cahier des F1 u A ’ a L E 9 p ag , O est à bien pdes x , égards obsolète. Cetninvestissement découle en partieud’obligations de , M s j o p e E ion de la production ard ur res financement ran cs française imposées Ne d’h aux edi , e è s x g P l C’est ne se traduit re, un examen , Dchaînes. Pour aautant, cet investissement is, trarecommandons e, pourquoi nous ui ris s, attentif Une législation complexe L’Eimposées IpasG en droits patrimoniaux. R RTdes différentes dio obligations en ieennplace pour développer ue Gr aux chaînes et cela à l’aune de la nouvelle donne a enreffet été mise – avec L x , Fr ou paque succès -A L E convaincus ou numérique. ,Nous 89 an L sommes en’effet – la création française et les sociétés de p n u a pleetemps est venugde le réformerxen , , ce s j o M p E ion production indépendantes. ard u reprofondeur. c N e rd se dia ss ex ng ,P ère ’hu l , i t e, ♦ Le cinéma s pa a à la télévision : le cahier des charges L’encadré suivant, limité au seul cas du cinéma, permet r D ,L ,R ad ris ie I RT des chaînes rt, ’ de télévision hertziennes limite la diffusion de se forger une représentation du cadre réglementaire G ien nF Ex ue r L,de cinéma à ilao,télévision Ca o pa de diffusion deu actuellement-en vigueur. L’E (interdiction r 8 A a L 9, nc ns partie de p, ujo agle mercredi ou lexpsamedi en première films M eN E e, i a o ur cs soirée, etc.). pratiques numéried rd Or, avec lesrenouvelles n l’H d s ex ques , eli iap ’hu : Vidéoèon sur l’ADSL, Pa re,demand (VOD),s,notamment um tra chaînes s DI D’après le ,site du CNC : http://www.cnc.fr/Site/Template/T9B. ris 1aspx?SELECTID=624&id=344&t=1 ar ie TV ou replay R dio du câble Let’Edu satellite, catch-up a t, C Gr ien nF ue x , o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 33 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF e y g E a , N aspects des relations Principaux Audmoins 80 % de l’obligation de production q d’œuvres d’expres- s ard P, aro cinéma télévision n a uip (droits en se, sion originale française doitcporter sur des préachats d Ca Les obligationsRdeJdiffusion des œuvres e ère , Ncinématographiques o Bo exclusivité acquis ri F avant le début,desP prises de vues). e, nLes al+règles relatives à G la diffusion des œuvresM cinématographiques , M r G r i Ces chaînes sont soumises à l’obligation en matière raégalement ou sont fixées par lePdécret sm ro par les, chaînes de télévision n° 90-66 e P n ma de production indépendante pour au moins trois quarts de leurs p , t u L a c du 17 janvier 1990, pris pour l’application de la loi n° M 86-1067 du r , e o e dépenses d’acquisition de droits de diffusion, P toujours selon des p La ur 30 septembreF1986. eO , o Frliés à l’œuvre et à l’entreprise critères l’E qui la produit.res y, iga nd g a a ue qu par voie hertzienne nc des chaînes diffusées de diffusion d’œuvres cinématographiques eurose en NLes ad Les obligations rd ro originale RJquotaset d’expression péennes i , e ère p , N française o 28 décembre 2001) Bo ri Fmode numérique, (décret Pr n° 2001-1333edu, G na Gtypes M , Tous les de services de télévision doivent réserver, sur le r Les publiques et présentes sur le numérique, maisuy isprivées l+, nombre totalouannuel de diffusions rachaînes PPet de rediffusionsMd’œuvres ro 3, France 5, gu m e déjà diffusées en mode analogique (France 2, France n p, au moins 60 % ,auxMœuvres européennes troet up ci-desLe cinématographiques, a c es TF1, M6, Canal plus), et qui relèvent des régimes énoncés e P L 40 % aux œuvres d’expression originale française. Les services de e , o Fcinéma F , a r sus ne sont pas concernées par les règles spécifi ques à la télévil es iga de premières diffusions Ou ga peuvent bénéfincierd d’une règle plus ran sion numérique’Eterrestre. q s NR a sont de souple,rsachant que les proportions rd minimales à respecter uip des chaînes dee,la TNT diffèrent selones e,obligations de production èreet 35 % pour lesdœuvres or d’ex- cLes J G 50 % pouro,lesNœuvres européennes Bo de cinéma, t F e, “généralistes”, services Pr du service : services i Fêtre originale française. Ces quotas doivent également la nature M ran , uy G ro pression i r s respectés aux heures de grande écoute M (…) services de paiement à la séance.r P a ma up gu c o etr P, n Le , nombre maximalMannuel de diffusion d’œuvres ce Les obligations de production u des chaînes généralistes e p o Pr La s, eO , lde’ la TNT on Fig cinématographiques Fr e Go g E a s ard de films de longdamétrage pouvant êtrendiffusés u aro Le nombre maximal q s Ces obligations sont identiques à celles des chaînes hertziennes e uip en clair en ce quie,concerne les proportions ce d st du chiffre ogl du service : o analogiques , Npar an dépend deèlarnature , B e, e r Fr ainsi e àola production d’œuvres i F à la séance : 500Pr d’affaires devant , Gêtreêtreconsacrées MPles services de cinéma , M et de paiement - pour u a i que la part devant affectée à la production indépendante (cf. r sm nc an rchaînes hertziennesyanalogiques œuvresP différentes, up gu etr Les obligations des o en clair). Ces , u a c , L - pour les autres Mo services : 192 œuvres pe être atteintes deesmanière progres-e, M o F en nombre deediffusions proportions peuvent toutefois P , , GCSA ou les ag et rediffusions (avec resdes modalités définies sive, selon les conventions l’E 6, ndun maximum de 144 Oupar(chaînes ranentre 20h30 et 22h30), aravec cahiers de missions et des charges publiques). o q une possibilité de 52 films d’art et d’essai supplémentaires s Fr a es og uip e, c dène sont pas diffusésdentre s’ils 20h30 et 22h30.e o t De plus, les dépenses prises en compte pour remplir leurs obli, B re NM e, e,gations peuvent inclure r F œuvres cinématographiques Fr de diffusion en lplus Pr oudes achats de droits La grille ,de programmationides a G i M ran sm PP Le décret encadre nc cependant les Rad des préachats et parts deyproducteur. Elles excluent r g o e la programmation des œuvres cinématographiu e, , Mques, celles-ci netrpouvant sommesuconsacrées à la distribution en salles. ceà certaines heures,acerio es pe o F être diffusées P M , F o , Les obligations de production des chaînes de cinéma tains de la semaine. Les interdictions de l’Ediffusion de films res de 6, ndjoursselon O raservice. G la TNT u diffèrent la nature du oo qu nc se Fr ad rd es an g i , eproduction ère Les obligations p Les chaînes de cinéma de premières diffusions (cf. Défi nitions or t de des œuvres ,P B l e e F ce i o , relatives aux services de télévision) doivent consacrer au moins ,G ranà l’achat , Mcinématographiques Fr r u R i s 26 % de leurs ressources totales de droits de diffusion Té y a a ro d’œuvres cinématographiques gu ce ePlusieurs décrets, prisn en application dem la loi n° 86-1067 du européennes, la part desdœuvres t u a i c o% es française devant ,représenter 30 rseptembre 1986, déterminent o e, les obligations Pdes éditeurs de ped’expression originale au moins 22 F M on , r servicesFde télévision en matière de contribution à la production l des es 6, ne peuvent êtreran ’Eq Ouressources. En outre, ran Goces investissements da d’œuvres cinématographiques. inférieurs à un montant minimum par abonné fixé F par la convention s ce es og uip analogiques ene,clair ran do Les obligationscdes avec le CSA. e chaînes hertziennes ,T t , B l e e r(décret F c i F n° 2001-609 duP9rjuillet 2001) o , , r e Pour les autres chaînes de cinéma, les proportions s’élèvent resa les œuvres européennes Ra et d’expression origiism 52 films par an,Gles ran diffusent au moins Té pour n rochaînes hert- uygpectivement Lorsqu’elles c etr d lév u e u a i c nale française à 21 % et 17 % des ressources totales. oF analogiques en clair doivent consacrer chaquep année au es ,M o F ziennes e P e , moins 3,2 % de leur d’affaires à rla production d’œuvres euro, G de production ran à la ision Les obligations des chaînes de paiement l’ chiffreconsacrée eœuvres 6 O ranpéennes, s , avec uneEpart aux d’expression origiqu au moins 2,5 % sduechiffre d’affaires. ue séance de laooTNT Fr s ce cefrançaise représentant nale s a g i , p , t La réglementation renvoie aux conventions conclues avec le CSA n , l B e, des ressources cdevant e, hertziennes analogiques TF P Les obligations des chaînes iF ou cryp- Fpour ranfixer la part minimale e T être consacrées R 1 décembre 2001) ran tées (décretrisn°m2001-1332 du 28 G y à l’achat de droits de diffusion euro- , add’œuvres cinématographiques ro g é c Or lécelle péenneseou d’expression originale française, ainsi que devant upéditeurs de servicesuede i ceLa réglementationasuivante s’applique aux o , an v à la production indépendante. isi e Oanalogique faisants, être affectéeM ,cinéma Fr diffusés par P voie hertzienne en mode r l e 6 ’ G o a Eàqune rémunération dessla part des usagers (Canal appel , F chaînes diffuséesncpar câble ou satellite ns Les obligations des ue plus). oo(décret u e Pr n° 2002-140 dura 4 février 2002) ,G e s Ces chaînes ont l’obligation de consacrer à l’acquisition de droits g i , p ,T n ism de diffusion d’œuvres l Bo européennest Fet d’exe e, cinématographiques c , R du câble et du satellite Les chaînes sont soumises, F1en fonction rou r e u a originale G française respectivement au moins 12 % et 9 % a pression de leur nature ou Téde paiement à la ,séance n pe ad(services deauxcinéma, ro En outre, ces yinvestissements gu Prleurs ressources totales. de ne peu-ce services “généralistes”), mêmes lé obligations que lesO différenu i r e o es fixé par la , Mtes chaînes diffuséesFpar voie hertziennevien mode numériquea(cf. pe minimum par abonné vent être à un montant ssinférieurs uip s hertzienne en modeng ,G convention avec le CSA. r e 6 Les obligations des chaînes diffusées par voieio O a e, , , e, nc ns ue oo Bo numérique). F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 34 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr de Par ailleurs, sio pour notre ère , G empêche notamment xtr gepart, nous recommandons 6, législation les chaînes a n n ,L uCette , a ce les mesures s, suivantes : RT es des partsoodegcoproduction.FrMalgré dio détenir la concura Gr t F du numériquele et de l’Internet, nc ces obliga-, T L, ,L rence ou , o F r e ’E L a R u 1 de 15pà 34 % le seuil qui fait consi♦ Augmenter a yg tions n’ontncpas évolué. Selon Té ,O ad nous, il est désormais x g e Nproduction « dépendantes ard lév ue temps de leseréévaluer. dérerr les sociétés de » pr i o , a s, M6 ex Cette évolutionèrest très ess ng de télévision. isi F des chaînes r , G o a tra de financer de e, nouLes «o décrets Tasca, »,F complexes et nrigides, doivent n importante, ecar elle permettrait , c s L es R d o ranà cause de la econcurrence ’E , velles io, de doter nos gleés, notamment TL de production, ,T Gr jeunes entreprises t F être simplifi c , L’E que ceux xpa : à l’heure de l’émiettement des F publics, groupes de même valeur ou audiovisuels d’actifs randu numérique, R eT L 1 ns ag étrangers (à commencer ,O adillégal et de la montée xp du détenusppar leurs concurrents élé en puissance cetéléchargement e io a i r o F le poids desvobligations Ne qui ont acquis rd une taille mondiale es des, médias numériques, dera par les Américains) M n i s è xtr les sociétés dereproduction qui sont ran à la prise ide 6, et les limitations ,D Go production onparts de geet, d’éviter ainsi que , a F de chaînes qui, de facto, cofi nandu succès ne passent sous contrôle étranger. En effet, c s L R d og coproductions ra ’Equi veut que I G ,handie, isituation T o G largementnc les contenus deviennent un on vit aujourd’hui une absurde lecent ro L xp , TF ro , L’E , R C’est ce que reconnaît u e T le rapport a cap. de David Kessler les chaînesLde télévision françaises sont dissuadées u 1 n a , p a x Or pr dio Richard , équi, et Dominique orien- e d’investir dans g ces de production, au-delàsdes io arsociétés lévdans leurs premières e, N e a d M6 tations suggèrent ng le 15 e%xdu capital, car ceèrfaisant, elles nesspourraient plusn, P Fr par exempleisdeiofaire « correspondre , Dles quotas ar an tra e, sans dépasser des chaînes leur commander d’œuvres , Fniveau d’investissement ns avec la duréee,des is c IG L R d ran ». Dans l’attente ’E , G définitives deT imposés ; io droits e, des conclusions L x r TF pistes semblent ou ce ro être d’ores ,♦ LIntéresser les, Ldiffuseurs cette consultation, quelques aux exploitations seconpa ,R ’ E u 1 n ag (vidéo, VOD,xpmobile, produitss dérivés, etc.)p, E Té ées. Nous soutenons notamment daires ,O pe les ad et déjà identifi ion l io propositions ésuivantes ran des aœuvres qu’ils rfi majoritairement. cs Ne rd enancent vis : s , Fr el è s Cette mesure est indispensable à l’investissement des x ge Pa ion re, ,D a t r n , a r devraient françaises cobligations sproduction I G nombre de iproL’E dans un certain RT avant dichaînes sie ran ♦ Les , G appelle e, sur de o tout porter ce qu’on lesLœuvres grammes (jeunesse, animation), qui,r en partie sous x , T o ce audiovisuelles ro c’est-à-dire la, Lfiction, l’effetL’ du numérique petadu piratage, ontumis en place n-A F1 patrimoniales, Ex p, n ujo ag Téle documentaire, Oau sens large,upl’animation, le spectades modèles économiquessaccordant une large place p e E i a lév o r c r Neexclurait donc, rd à ces produits es dérivés. Les grands an n, films d’animation se cle vivant, ce qui isi et la vidéomusique, Fr è s x g Pa des modèles lis r , on de flux (magazine, an les émissions et de jeunesse américains ont aujourd’hui e e, téléréalité,trvariétés D , a r i ce divertissements) s, ; I G près de 50si%e du chiffre , Ru L’E RT dio économiques dans lesquels Gr les obligations , ♦T Il faut « repenser e8 rode recettes ; n,L d’affairexprovient pa de ce type , L de production ou mais Lpar Fnon u A ’ E 1, plus par chaîne p audio- x♦ Desserrer les nsobligations des, nouvelles chaînes, ujo agroupe p gsorte élé O p E i a tant qu’elles n’atteignent pas un seuil de CA qui visuel r», un moyen effiecace de faire en qu’une o ur r c rd es être fixénà, 100 m€. Les obligations an être diffuséeNesur plusieurs chaînes vis fiction puisse s d’h e de pourrait de difè s, xtr Pa l ion manière à engefaciliter le cofinancement r i e s DIles critères encadrant fusion ou ,L , R pour- ui e , ad et de concilier ris la coproduction scet , Gobjectif avec R ’ G i i E ue chaînes la T volonté opposée de en ; o, certaines chaî- x raient être assouplis ro pourencesrevanche L, ro conserver l’exclusivité p L nes de des fi ctions qu’elles ont ♦ Nous recommandons la plus grande 89 F1 u A an up financées. EnLacontrepartie, les’Ediffuseurs p, les nouveauxujentrants issus , O chèrement ,M x vigilance concernant s g ou pr Ec iréseaux ard d’exploitation on ranpourraient evoirNréduites ed e les durées des des Internet (par exemple, les plateforrd se s e , è s i ’ x g P h l œuvres vidéo).isLeur équilibre économire, , D mes d’hébergement e, co-produitestr;a a u , r i s, ♦ Développer que est encoreis incertain. Alors que L’E et de I G Rucertaines voix esen RT le marché di de la production iles e Gr e 8 pas, pour Fr la fictionLfrançaise en o avant première partie de sont élevées pour taxer, nous n’estimons r x n , ou pa des ,L L’E de production ou soirée. Aujourd’hui, A an les obligations notre part, cette décision prioritaire. Nous 9préconisons p, ns ujo ag pechaînes (120 heures , x ce M p E par an) débutent aprèsio en revanchecl’adoption d’un moratoire avant d’envisaard’œuvres u r N e e se éventuelle desrdrecettes dia ss Kessler n, Pger toute taxation 20 heures. de la mission ex Le rapportdèd’étape ng ’hu publicitaires lfiisnancer une partie r , t e e, pa a Richard rreconnaît qu’« il faudra se demander si une sur Internet pour de la production D ,L ,R ris ie RT adaptationaddeiola plage horaire, rt, ’Een la faisant Idébuter française. G ien nF ue ro L,plus tôt, est nécessaire xp nous semble Ca , L ». Cette évolution r 8 u A ’ a a L Ex 9, nc ns pèse sur les p, ujo ag indispensable pour assouplir le cadre qui M p eN E e, i a o ur res renforcer la liberté cs éditoed rded télévision et pour n l’H d ex chaînes , eli s, iap ’hu Pa re, um tra riale de cesèchaînes. s DI ,R ris ar ie L’E dio a t, C Gr ien nF ue x , o ,L L’E : premiers éléments pcommuniqués ran ap 89 an en janvier 2008,upla consultation -Au Rapport cité ag 1est toujours , x , ce Di sio jou en cours.p Me Ec ard res gi, n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 35 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e La ur , l’ a été atteintePren oLan part des investissements Fig Fr AF es y Internet g Eq a ,N d a P, Objectif a n a 8R: Soutenirroles médiasrdfran- quelques uip 10 % se, ce et devrait dépasser doannées seulement, Ca è , J re, en 2008 . rCette NM e, publici- Bo çais na face auxGrdéfis du numérique i F captation, Pder la ressource i Metaire par Internet l+, ran est plus signifi ou smcative encoreGsirol’on PP ma p,soutien financier, M Au-delà L de l’indispensable à l’investis- considère que les cdeux tiers des investissements de tro up aP e F des industries e La françaises du ocontenu, communication ur sement numérique eO , sont consentis sur des opérations « hors res y, pour lequel nous igaavons formulé plusieurs nd et médiaF»ra(notamment dul’marketing g E direct voir schéma propositions, a ue qu nc se NR rd de rechercheaetd page suivante) ro d’une ambition et qu’Internet conquiert également une au-delà de la mobilisation i , e è p , o JG , P ce secteur (5,8e,% en 2007 selon Boles re, NMde mesures permettrait na de formation, un ensemble d’op- ripart de marché sur F r uy G r Me lequel mêmes l+, timiser l’environnement ran sources). ism ou PP et social dans r économique gu o p, les entreprises , M de contenu françaitro up Leagissent aujourd’hui a c es e P L e , o F F , a r l ses. mesures concernent aussi bien es investissementsOupubli’Eq de la part des igCes nd la publicité, lara Cet accroissement ga a n s NR ad du pas- citaires formation ou l’organisation place dans r es r continue, la fiscalité e, un contexte généc sur Internetuiprend , N numérique.dère or tF J G sage à laoradio ralede morosité des p marchés publicitaires. L’année 2007 , B e, Pr croissance très iF o MP ran ,M u a vu une faible des budgets globaux de G ro i r s y a r ma (0,3 %), comme up vont dans leP,sens d’une harmonisation gu le c ou le met en évidence etr nc communication Toutes et d’une , e M p o e Pr et donc une diminution La de l’écosystème fluidification ces ,graphique suivant, e O de ces sbudon dans lequel Fopèrent Fig ,G l e ’ r g E a gets pour les médias traditionnels. entreprises. s da ard u aro oo q n s es uip e, ce do ère , NRecommandation t Fet 2009 gle , P Les professionnels Bodes années 2008 e r n°30 : Préserver les équiattendent i , , MP ran , M face aux évolutions Fr ris encore plus décevantes, uyces marchés subissent Gr libres économiques des puisque a ma up gu ce ou etr P, de la publicité*** nc marchés généralement de manière différée les effets des crises ,L e ,M Mo p oF e, Pr s, eO mondiales. ag l e 6, ’ n r G Eq a ss da aLerdmodèle économique u o de la npublicité est cenFr es ogde se do numérique.ce,De ce fait, leuip Il n’entre pasedans , è le périmètre de cette mission tral dans l’économie t B le, re, NM eprononcer r Fr de la commuPr ,G numérique suscite desi Févolutions importantes au sur les o évolutions des marchés u a i M sm mais nication. PP sein même edes métiers deranla communication, yg nc à cet égardRad r Nous nous contenterons donc o u e, , Msurtout, les tinvestissements up a P de recommander, ce io ro es d’éviter l’adoption là encore, de numériques en croisM e , F o F , l’E la ventilationres règles limitant 6, nd rapide pèsentra lourdement sur O G le développement des industries sance u oo qu médias. sde nc entre les différents Frà ad publicitaires rd es à recommander e, contenu, et surtout de veiller des budgets an g i e ère Selon p o t , Pen 2007, cette ventilation B l e e lancer une intense réfl exion sur les relations entre l’Unionrides annonceurs, F ce o , ,G ran et les industries , Ms’est effectuée Fcomme r u R i les industries de contenu de la suit : r s Té y ad an ro communication. ma gu ce etr u i c oF es ,M pe o F Répartition edes Pr , Investissements on , ran l EnOrevanche, nousGnous devons 6 d’attirer l’attention ’Eqles médias enes2007 ran nets entre , da publicitaires u o s F sur les des stratégies esévolutions prévisibles og uip e, ce ran des ce, do t , B l annonceurs en matière de recours aux différents e e T ri F Fr ce Pr o , , u a R G médias, notamment après la suppression de la coupure i r s y n T ad public et avec an ro ma gpublicitaire élé etr sur lesctélévisions de service u e u io c e , p oF e, P s M6 prévue pour l’automne la discussion 2008, vis eO Fr , G au Parlement, res l’E ran a de la directive nc euro- ions ue de la transposition oo en droit ,français qu se F ce e, ant modifi st péenne SMA (Service gle de médiasraaudiovisuels), ipe ,B n , TF F c P notamment les contraintes iF ou , R publicitaires ,G ran e Tqui seront appliris 1, ran y quéescaux médias. ad ro m g é Or lév ue e, up aP i ce o an Se dégage en effet de la préparation de cette transpos, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq l’instauration ss , F de la doublenccoupure publicitaire, ns ue osition o uip e, Pr l’allongement de laradurée des publicités (allongement e s g , T et le passage, Gr tF ism le, aller de 9 à 12nminutes Bo e, pouvant par heure) c ou F1 ran eT uy Ra Gr aP , pe gu élé ce ou Or dio res es ,M an pe vis Fr uip se ,G ge i 6 O o an ,B , e, n ,R u o s, au premier 1 PlusFde 1,8 milliard d’euros a étécinvesti en publicité sur internet es og r ou Gr e a TL en France, soit 38 % de plus que,sur la même période un anG plus tôt, selon tF naujourd’hui le, semestre ou yg T c r un bilan présenté par les professionnels du secteur. De ce fait, et pour la , o F ran e Tinvesties en publicité sur1Internet ue Rapremière fois, les sommes pe vont dépasser lesu som, p élé s, Pub-Irep ce Or mes au média radio. diallouées eN Ou Source France o G , a v M ex n es i Fr oo sio g a 36 tra tF Giazzi. septembre 2008 e gle Rapport de la6mission ,F nc ns ,R ran r ,R ,G e, a T 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO sio ère , Évolution xtr ge 6, de Fran Go des budgets n ,L ue , a Fr et 2007 ce s, RT dio og entre 1994 st communication a Gr ,T nc le, L, ,L Fr ou ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dSource e, io France Pub-Irep res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra donc à ela, plus grande D e, , Fde la comptabilisation Nous invitons mesure et nc de la duréenspublicitaire à l’heure ris L’E a minimaI Gde la RT préconisons dioune transposition ran dont l’effete, sera d’accroître, Gla possibilité de d’horloge L,directive « Services r afin , L médias xaudiovisuels TF ce les écrans publicitaires ro time ». p », o maximiser en « prime ,R up ’ a L Ex up 1, ns du marché Té de la publicité ad La suppression de apréserver au maximum l’équilibre ,E g O p e sur le service public i a lév o r io pourrait ne pas r cs N publicitaire dans les différents médias et donc les rd es n, cier à laan presse. Les premièe isbénéfi Fr el è s x geun transfert des tr revenus publicitaires Pa » de la presse ion font apparaître re, , D et des « petites resaétudes nc de simulation , a r de télévision. isi s, IG L’E RTTélévisions dchaînes ran investissements des annonceurs de France e, i en o G ro L, ne xp ,L TF vers les chaînes ce prioritairement ro privées. La presse -A up Autre suggestion : ’E an La up de ces transferts 1, d’une infime partie ujo cierait que Tbénéfi x , sieto légales représentent élé 20 et 30 millions Or d’euros selon eles études). ga ♦ Les annonces p E judiciaires r (entre c Ne rd pour la presse es quotidienne locale an n, une part imporvis se Fr è s x g P lis i r , ond’un aménagement an L’hypothèse France e e, de la publicitétrsur a tante de chiffres D d’affaire (130 m€r par an) et sur,R , a i ce Télévisions, jusqu’à s, 20H00 pourrait I information RT handicaper dleiodéve- toutL’permettent s une de proximité, un G i E ue en , Tloppement des Gtélévisions r x , locales.LCes télévisions font o r accès équitable, transparent et massif du public p , L ou de 17H00 Là 20H00, tranche’E 8 F1 de leur audience up Au an de cette nature. l’essentiel ag ,O aux annonces Depuis, plusieurs pe x , s j élé ou Ec ion cations réglementaires, aderdproximité prannées, correspond ran à la diffusionNd’informations des modifi non e vis qui rd s s ex de leurs ressources , Pchanger les fondamentaux e donc, par g là même, l’essentiel è s ’hu concertées, viennent l ionetpublicitaires. r ,D is, tra e, e, ari de concertation ie de cette activité. L’absence dans s, IG L’E Ru RT dio sie G ce domaine est véritablement dommageable. Il e8 ro Il est vraisemblable queL tout ce qui va dans n , L le sens de xp ro , L publicitaires, F1 u A est donc indispensable que la -PQR soit associée ’ a E u la modifi cation des équilibres notamment 9, p ns réflexions sur, l’évolution desujconditions ag , O dans les termes pe de la directive x aux de o Me p E SMA, risque de coûion ard ur res rater c N s publication des AJL. di d ngcher à la radioeetx à la presse magazine ,P eli ère (la télévisions, ’ h t e s, ari ui commerciale publici- D radune partie de la, manne , R va absorber s, Recommandation n°31 : Aménager les règles I L R en s ’ taire réservée aux magazines), voire aux petites chaînes. G ientélévision ue io, Ex TL Gr dero la publicité à la Fr , L actuelles, cette -A L’E modification ppourrait ou Dans les conditions 89 up an a n u a pêtre extrêmement g dangereuse pourxdes acteurs qui doi, , ce s j Le modèle économique du secteur audiovisuel français o M p e E ion u r c ventN justement faire a face aux coûts des investissements e r e rd annonceurs privés. dè quasi uniquement sur des se dia s ex par le passage ng ,repose ’haujourd’hui, nécessités au numérique. s, P l r i Ces annonceurs, moins de 2000 dépent e e, s pa a u r D , L importants issusI de dif- sent rplus , d’euros ad plusieurs acteurs ie i R RT C’est ainsi que s rt, de 4 milliards en communication sur ce ’ G ien io, nmaintenant Ex upermis e r Lférents Ca F média. Cette situation a jusqu’à o médias commencent à se mobiliser et ont récempa ,L L’E r 8 u A a 9, de l’audiovisuel la quasi-totalité nc ns au Premier p, le financementujde une lettre aadressé xpouverte solennelle g o M e N ment E e, i a privé et de plus du tiers de l’audiovisuel public. o ur ministre, François cs ed rd Fillon . res n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s D , , r a i i I L R d 1 garo.fr/assets/pdf/lettre %20ouverte %20au %20Premier %20 s en rt, a ’E Gr ien2 Source Union desuAnnonceurs ihttp://www.lefi o, Ministre.pdf (UDA) e x C F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 37 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 2

1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La u , l’ oAvec Fpermet Fr AF es i n C’est unr yfait, la publicité d’entretenir le pluralisme le développement du numérique, le potentiel g g E a ,N d a P, des médias a q n a rd Loin d’audience etRl’industrie de laro création en France. uip des inter- se, do d’un média ceste,devenu l’ensemble Ca è , J re, nautes de rlai planète : il devient de NMla publicité contrie, de pas- Bo Prdonc nécessaire nala stigmatiser, nous Gr pensons que F Gréelle. i bue à stimuler la consommation, à accélérer la diffusion ser du critère de l’audience potentielle à l’audience Me l+, ran ou sm PP ro ma de l’innovation l’économie. Or, de constateraà quel point ces troon serait surpris up Le et à amplifiper, la croissance de, M c e P ur Des études détaillées eO , ont parLa ailleurs établi desocorrélamesures restent encore empiriques, alors même F Fr res l’E des acteurs y, tions claires entre iga investissements ncroisg a d publicitaires et que le modèle économique repose sur a ue qu nc se NR ad ces données. roRéciproquement,rdlaè crise financière sance économique. i , e p , o J ,P Bo re, les budgets ri NM durablement e, na actuelleGa pour effet d’affecter F r uy La migration vers le numérique des médias traditionnels G r ism Me l+, publicitairesoudes annonceurs,Pune ran décision déjà anticipée r gu o P est souvent pénalisée par cette question, faussement p, médias qui a pour , Mconséquence tde up Lepar les agences a c r fraes o e P technique, ,de la mesure d’audience. e o Fig les supportsLatraditionnels, F , r l giliser en premier lieu la radio es ’Eq nd Ou ran ga a s NR La mesure d’audience dans un contexte de migration et la presse ad rd es ro écrite. e, : ce Internet pose uplusieurs i ère p , Net dans le cadre o vers problèmes tF J G À ce titre, , B e, ri F de de la transposition P o MP ran , r u G rola nouvelle directive numérique permet des mesuresyréelles qui ♦ Le média i M r s SMA, nous recommandons un a r ma souvent plusousévères que lesgmesures up c P règles de la epublicité n ue tro aménagement des, M audiovi-ce se révèlent bien ,L p Pr : on peut mesurer s, e O le nombre exact , l’des anciens médias on Fig Fr agFrance. suelle en e Go E a s de pages lues, le nombre de visiteurs qui suivent une da ard u aro q n s e uip le nombre dee,lecteurs qui reviennent ce Nous proposons publicité, st sur la ogl èreen particulierdo: r ,N , B e, e Fr Pr même page, i F indiqué plus ou , Getc ; ♦ Dans MP un premier, Mtemps, comme a i r nc ♦ Le standard dero mesure varie et y il g n’est pas facile d’idenhaut,Pla transposition up etrà minima deanlac directive, sm u e, , u a tifi er les variables pertinentes (nombre de pages vues, ,L es cela afiM n d’éviter un appel d’air trop important p o e P M6 e , Fr ,G ag du média otélé resde visiteurs uniques, nombre etc.) ; l envers les annonceurs qui jusqu’à ’ n O E a ,F da armaintenant ue (texte, image,oson) nc radio et qlau ♦ Toutes lesseformes de médias pasprivilégiaient le média o dè r d st de mesure, sans gletenir ipe sent au crible, du e, même standard B presse re, écrite ; ori NM Prune trans- , compte oucités de chaqueFrcode Fr d’envisager an narratif. , Ra Gr des spécifi temps, ism PP ♦ Dans unMdeuxième y a ce dans un di ou prennentgune etr étendue si lancprécédente n’aapas Ces questions ue grande importance , M position plus , dépense o F p o e Pr contexte oùeune fraction croissante s, les équilibres économiques des autres de la M , oaffecté F l e ’ nd ; Ouporte sur le média ran Go numérique,6et Eq supports sspublicitaire se , Foù a rd e o u e c ran d ♦ D’accorder un réel statut au placement de proles nouveaux entrants, désireux de conquérir des s g i , e ère pe o t , B l e r séries Pr et programmes baisser ce , Gde parts odeu marché, ontFreua tendance à ,faire , M duit dans i les Fr films, R i s Té y n divertissement sous réserve d’identifi cation les prix de la publicité pour une quantité donnée ad de a ro ma gu c eclaire e tro en début etncfien de programme u i spectateurs . Par o Fcet es ailleurs, les modes , M de calcul de P; r dans le peaudimat, , l’ on Fr , ♦ De permettre la visualisation du produit essentiellement conçus comme une transporan es 6, Ou Go Eq an ; da parrainage s F sition des pratiques de la presse (lecteurs/pages vues) es og uip e, ranpratiques ce, do♦ D’envisager,cedans certains programmes, notamt sont de plus en plus inappropriés aux nouvelles , B l e e T riment c ,R ran lecteurs exportables, Fr ceux de flPux,risla possibilité ,deGnouveaux for-ouy de l’InternetF(RSS, podcast,eanimaT ad contenus délinéaanpublicitaires comme ro ma l’écran partagé. gtions, élé ce de nombreux etr mats etc.) qui proposent u u io c e , p oF vis e, risés (catch-up tv, podcast,…) dont l’audience pourrait P s eO Fr , être cumulée M res l’E n°32 : Optimiser ion et garantir 6 ranRecommandation a toutefoisG à celle des contenus dits « linéai,F nc qu d’audiencesedes contenusue res ». De ceofait, s les o ce règles de mesure rande mesure d’audience e, st glleesystème actuel ipe ,B , TF Pr iF , G et toute olauréflexion Festradevenu un frein,àRl’innovation. ce l’économie numérique 1 i ran Toute s y T n ad questions, une ro m g Pour crésoudre ces sérieuse , O é sur la concentration et le pluralisme reposent sur lév inté- ra upréelles. Dansul’écoa Pdes audiences io cela connaissance es réflexione,nationale, rassemblant les différents M n isi e , l’ F ran nécessaire… 6, sera probablement Ou sur des, Gorêts en présence on nomie Eqtraditionnelle,reces ss mesures reposaient Fr ce s, es de la og donnéesuobjectives comme e, la diffusion effective Pr a , Gr t n ism presse, ouiples l B e, e, bassins de population adressés Fpar les TF ce o ou r u a R G 1 amédias audiovisuels. 1 Ces prix sont généralement calculés en « coût pour mille » (CPM)., Dans leur y T n pe a r gu Pr ce article « La fin des journaux ou OGiret dio » Le Débat, no 148,éjanvier-février 2008, Vincent et l é r es es ,M pe Bernard Poulet estiment qu’en moyenne, le CPM dev la presse numérique est 7 a fois ng isi Fpapier. uip se ,G inférieur au CPM de la presse r 6 O o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 38 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e, 1


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr for- Noussiorecommandonsg également dex mettre en èr ,G 6, les nouvelles devra notamment viser à mesurer an tra e, e, ncalendrier uElle c s L es d’audience osurogInternet, et enFparticulier R d place un précis de développement de la mes à prendre r ,G e, acontenus io,pour Tradio t n l L couverture des réseaux de numérique en compte les outils de rattrapage de déjà dife T Fr ce ro ,L ou L’E Fla1période 2009-2013, an vidéocast,, Rcatch u pour assurer rapidement la couup tv…). a yg fusés (podcast, T , p ad ga et des ter-xpr élé Orde la grande majorité e N de la population ue Pour ce faire,cenous verture i o rdaux candi- es , recommandons la réunion prochaine a v sdes M6 afin de réexaminer ex par l’appel ng des 30 % prévus Fr l’ensembleisduio ritoires, au-delà ère , Gacteurs du secteur s, a t e , r datures d’ores et déjà lancé par le Conseil Supérieur de n n , , a o F système des s, L’E es RT dio o français de mesure rand’audience etcde e, défilanirréalité l’Audiovisuel. G t F critères etgldes outils de mesure en phase avec L , e TF ro également imposer , L dès à présent L’E la pré-xpa rande la création, de eT Ravaleur par lescentreprises Il faut de contenu. up 1, ns ag xp élé cCette O sence de e la radio numérique dans les terminaux io a e, réflexion auradnon io seulement comme r Ne rd multi-bandes) es et visconséquenceranmobiles personnels (terminaux M F è s, xtr du développement économique ran ion des gl’installation re, en première 6, Go une amélioration e, de terminaux numériques DI a offres innovantes, mais conférera à notre pays une lonF c s L R d og r ’ , monte dans les véhicules. e Gr io, Ex TL d’avancean dans les débats ,internationaux quiG s’anlegueur T ou c r p ,L , R en matière ede normes et standards F1 de mesure.ou Nous recommandons enfiL n’E d’imposer que a les ternoncent n a Té ,O peminaux de réception ad xp de radio numésio ga grand public lév e, i res r o N r a n, d rique (autoradios, baladeurs numériques, téléphoRecommandation n°33 : Permettre à la radio M6 ex ng isi Fr è s r , o a tra de salon…)esoient nes, postes mis rapidement sur Pa numériquendans de bonnes e, , F de relever lendéfi D , ris ce s, I G en L’Ela diffusion prévue RT le marchéddès le début de rconditions an i o Gr ,T L,2009, en favorisant xp gamme étendue ro à , L l’émergence d’une ce ,R o F up ’ a L Ex La mise en up 1, numérique représentera tous d’accueillir nsla fonction radio. agles produits susceptibles Téœuvre de la radio ad des ,E O p e plusieurs centaines i a lév importants rde o Tout comme le législateur a rendu obligatoire la présence r io investissements cs N rd es n de ex d’un décodeur Fr millions d’eurosisieto permettra adenggénérer de nouvelel è TNT dans tout récepteur de, télévision, s re,prévoyant l’intégration , D d’un tunerPpermetari les a activités nc de servicesnset de contenuseet, Rsera créatrice tradune disposition I G numérique dans L’E sie ran d’emplois.e,Pour autant, les, premiers retours de ces inves- tant i T d’assurer la réception de la radio o G r L x n , T o ce tissements neFse feront pas sentir ro avant plusieurs,années. L’E de radiospacontribuerait de umanière les récepteurs déter- -A L u 1 p ujo TIlé est donc essentiel , O de mettrepeen place un aécosio de la radio ,numérique ga minante àxunprdéploiement nrapide E lév favorable c rau système développement de la radio rd et permettrait eà sterme une réellen,transition de la sradio isi en Franceanetgen Europe.Nex Fr eli èanalogique numérique Pa obligation serait re, vers lestout , Dnumérique. Cette on an tra e, risd’écrans, puiss, R ce Avec l’extinction s, du signal hertzien dotés IG L’E d’abord aux équipements RT de la télévision, diopro- appliquée i n ue , Tgrammée pour G r L x progressivement à l’ensemble des terminauxepermettant , le 30 novembre 2011, de nouvelles fréo r p , L 8 F1 pourront oêtre up condition préalable Au et ’ a uplibérées pourLdes quences applications Ex la réception denservices de radio, a ,O , s j g élé ou e N radio numérique, analogique ion future de laEdiffusion ard radio pnécessaire : ra télécommunications, res à l’extinction c vis diverses rd s ,P eli ère ». de la radio. numérique s, ’hu xtr ge C’est le « edividende ionanalogique, netc. s, ari D , Ils nous semble, indispensable a de consacrer une ie IG L’E Recommandation Ru RT dio , G de ces fréquences n°34 : s Appliquer un régime i partie au développement de la e e8 ro pour les médias, L xp de TVA unique n- quel que soit ,L ro F1 radio numérique. C’est ,pourquoi nous recommandons, u A ’ a L E u 9, p ns support de diffusion ujo , O comme vientpede le préconiseragle rapport sur le dividende leur x , Me p E ion ard, « de réaffecter ur resles ranumérique c N remis le 23 juillet dernier s di d e la bande IIIVHF ng , P l’avons déjà mentionné, eli ère pour le lanceil nous’h semble s, Comme nous fréquences libéréesxde tra e, DInécessaire de apouvoir , ris appliquers,leRtaux de TVA uréduit ie s, ment deRla radio numérique qui permettra Laux Français d ’ G i E u TL d’une offre deioprogrammes aux contenus culturels proposés sur internet. Aujourd’hui, e Gr de bénéficier e 8appliquée auxn Fr ro xp grâce conformément enrichie n-européen, la TVA ,L , L du nombre de ou à l’augmentation au cadre u A ’stations an an Ex et à l’extension 9, p pdee la couverture,agnotamment des services en, ligne est la TVAu normale . ce s j o M p E réseaux ard u res nationaux. i»on c N e rd dans la démardia ex pour le moment, ng demande sest En effet, eli désormais intégrée èrela couvertures,prévue ne ,Cette ’hu P t e, concerne rque s a che globale formulée en août 2007 par le Président de lapa 19 zones géographiques et seuleD ,L ,R ris ie I RT ment 30 %aduditerritoire. ’ G République Cela est iendans la lettre de n Fau Minis- rt, C Exinsuffisant si l’on veut uemission transmise o, r Lgarantir o , L à la RNT le Lsuccès -A ran a 89 up ’E de la TNT.pan u a , x , sio jou exceptions qui pourraient ga Meservir d’antécédent,ce, pr eN 2E Il existe cependant quelques c r e n r comme la TVA sur les services éducatifs émanant d’établissements d s diad’enseignement, l’H d’h extension de ces services. ss ex 1 http://www.dividendenumerique.fr/pdf/CP_Rapport_CDN_23_juillet_2008.pdf ,P e è et considérés de ce fait comme une simple l r , i um tra e, s, pa ari ui DI L’E R dio en sie rt, a Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap h um 39 septembre 2008 u ariRapport de la missionlisGiazzi. D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n 1

2


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La u , l’ créatifs en ligne oLan conférence Fsurr les contenus Fig AF es tère de rlay,Culture et de la Communication. Il s’agit pour la g E a da ard 2010 organisée P, France, dansNle contexte d’unarréexamen, à horizon q n fran- se uip ce de la Présidence o, do dans le cadre RJ Ca ,B è , P prochain comportera re, çaise de rl’UE des NMdans l’Union euroe, na taux de TVA réduits Gr applicables i F en septembre o r G i modèles de fi nancement. Cette péenne, pour notre pays d’appliquer M un volet sur rles l+, « d’obtenir leodroit s P a ro mniveau européen up ma dendiscussion au a un taux de de nos P biens , Mculturels, eplate-forme tro up LeTVA réduit à l’ensemble c , e, des gouvernements P Lasur les réseaux ».o ur dans l’universFphysique comme eO entreFles représentants et les res l’E est une nouvelle y, iga nd ran du secteur g professionnels oppora ue qu se N ad tunité pourcdémontrer Nous considérons rd française de roque la Présidence R l’impact vertueux d’un taux i , e è p , o J Geuropéenne auNsecond semestre l’Union Bo re, 2008 offre ride TVA réduit,pour e, Pr le développement na de la presse M F uy une nouvelle opportunité pour faire avancer cette G r ism Me l+, ou PPfrançais auprès a en rligne. r gu o n demande du gouvernement de ses p, ,M tro up Le a c es e P La homologues européens et pour faire inscrire cette e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ga question de discussion de lara aro dans le calendrier n s NR ad rd sur la rationalisation es uip e, ce européenne des è , o tF J G Commission , B r NMLa Commission,e,qui vise à aboutir e, ri Fà un taux réduits. Pr o ran u G roaccord i M r s P y avec le Conseil de l’UE à horizon fi n 2010, devrait a r ma up gu c ou P, en 2009. etr nc étudier , Lle cas de la presse e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s d ard ue aro qu nc se ad og st ipe ,B e, ère ,N or le, F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on 40 tF Giazzi. septembrea 2008 e, gle Rapport de la mission , n a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , ro ,L L ranSynthèse .R. . . . . . . . . .c.e. .T. . . . . . . .T. F. 1. . i ’ an E u n°5 ♦ Recommandation ag: Élargir les aidesxdep la ,O pe ad sio é ce commission paritaire aux nouveaux supports ard lév io r ran N e ,M ss ex is . . . . . . 1 g d’information F ère 6, . . . . . . r.a. . . . . . . . . . .io Go Introduction t e r n ns , R 2 : Favoriseradl’information de, Lqualité. . . . 13, DI Fr c Objectif og ’E ,G e, Gr an io, : Inscrire les chartes TL leDes x ♦ Recommandation n°6 de T ou c r p , L des journalistes L’E dans leur Convention , R médias enehypermutation F1. . . . . . . . . 3ou a déontologie n a Té ,O pe collective g ad xp sio a léàvla « révolution e, io antérieures res r Des fragilités N r a n d M6 numérique F» r. . . . . . . . . . . . .is. i. . . . . . . . . . . . n. .g. . . 3 ♦exRecommandation n°7 : Professionnaliser les sites , P è s r , o a tra e, le recrutement e, ari d’information en favorisant ,F DI de nc n L’E dio s journalistes*** ran , Principaux impactsedu numériquessur la télévision,RT Gr ,. .T. . . . . . . . . . . . G L x , o la presse et la radio . . . . . . . . . . . 5 c r pa les aides à la u , L ♦ Recommandation L’E n°8 : Recentrer ,R ou F1 e nsgénérale et p, a presse sur la presse d’information , p x ad Internet estTé(aussi) g p un média.O. . . . . . . . . . . . . e .... 6 Ec ion a l politique*** év res io ran Ne rd se , i F sio . . . . . . . . .g. . . . . . . . . . . . 7xt ère ♦ Recommandation n°9 : s Doter l’Agence France Changements sociétaux P ran l , e, ari r D ns , a Presse d’un statut et d’une direction pérennes c I L dio sie ran Un intense ’E e, débat national, G . . . . . . . . . . . .R . .T. . . . . . 8 Gr L x n, T o ce ro pa aux contenus ,. .L. . 9 Objectif L’E 3 : Faciliter l’accès F1nouvel équilibre u Au Rechercher un . . . . . . . . . . . u p n ag Té ,O par tousxles canaux de diffusion . . . . . . . . ,. . . . . . 19 pe s jo pr Ec iRecentrer ard ♦ Recommandation lév r n°10 : o la Loi Bichet N e a n se ss d’origine*** , P Premier le pluralisme, ex isi principe : nDéfendre Fr ère sur sa vocation ge des , on et l’accessibilité an la qualité t a contenus rad DI n°11 : Appuyer lerisplan des lis, R ,R ce et de l’information s, ♦, LRecommandation ’E favoriser l’ouverture Gr de nouveaux ienpoints ue Gr . . . . . .T. L. . . . . . . . . . i.o11 ,T NMPP, x , o p , L o 8 F1 up de presse*** Au ’E an La , O1 : Défendreuetperenforcer le pluralisme xp ♦ Recommandation , Objectif s j ga élé ou Ec la ion n°12 : Libéraliser res réglementation ran . . . . . . . . . . . N. .e. . . . . . . . . . . . r.d. . . . .11 vis de la presse rd s des points de vente*** ,P eli èrela s, ’hu xtr ge n°1 : Constitutionnaliser ion ♦ Recommandation ari: Développer laspratique ♦ Recommandation n°13 D , , , a ie défense du pluralisme et de l’indépendance s, de la presse*** I G à domicile***sie L’E Ru RT dio du portage Gr ro L, xp ♦ Recommandation n- une réformee 8 ,L ou F1 n°14 : Soutenir u Au ’ a ♦ Recommandation n°2L : Améliorer le financement E 9, p n a ,O p x drastique des imprimeries*** , s j g de la presse en développant le mécénat*** o Me p e E ion ard ur res ran ♦ Recommandation c Ne n°3 : Créer ♦ Recommandation n°15 : Stimuler la recherche et s di d auprès , P sur la diffusion eli numérique ’h ère du Premier s, xtr geministre un observatoire l’innovation du pluralisme dans la s, ari ui DI ,L ,R ad s, R presse en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou n°4 : Étendre pa ,L -A L’E les compétences ou ♦ Recommandation 89 an p du CSA et le charger du respect du pluralisme n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um 41 ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie a t, n

Sommaire

1


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etObjectif P, ma 7 : Favoriser la modernisation Le principe :pAider Deuxième les entreprises c r , M o e, . . . . . . . . .P. . . . . . . . . . 32upe ur de médiasFfrançaises àLarelever les o des F industries culturelles ln°27 y, ’Eq: Résoudre larequestion iga Ou nd ran ga ss ♦ Recommandation N défis du numérique et à devenir des a r e r u e c d o, d RJ des droits de la presse ipe ,B e, d’auteur des journalistes champions internationaux . . . è. r.e. . . . . . 25 or N na Gr i F écrite*** Pr ou ,G MP ,M ismn°28 : Adapter l+, r ou yg a ♦ Recommandation le cahier des r o P, des médiase.tr. 25 ncharges p, anticiper l’avenir ue u LeObjectif 4 : Mieux a c des chaînes de télévision aux p contraintes Mo une rechercheo e P s, L ♦ Recommandation n°16 : Soutenir e , de la nouvelle donne numérique Figet une formation agambitieuses sur nles stratégies Fra res l’E O d ard ue aro qu n°29 : Repenser nc ♦ Recommandation se les obligations NR ad numériques st , i e è p , de coproduction et les droits patrimoniaux des o J G ♦ Recommandation , Pchaînes de télévision Bo NM e, ri F Fr e, des formations n°17 : rSusciter ris uy an Gr ro marketing dans les écoles deM journalisme et dera P m up communicationP, g c o etr n up français ue a P les médias ce Objectif 8 : Soutenir ,L Mo o , lface Fig Fr aux défis du . . .e. .O . . . . . . . . . . .s . ,36 ♦ Recommandation n°18 : Inciter les groupes ag renumérique ’ n Go E a s d de presse aux ardà former leurs journalistes u aro q n ♦ Recommandation n°30 : Préserver les équilibres s a e og uéconomiques e, évolutions dessmarchés ce ipe face aux èrenumériques dor , N technologies t , le, B F Pr iF de la publicité*** o , M r , u a Gr Me Objectif .r.a. . . . . . . . 27 is PP5 : Soutenir l’investissement yg les règlesndec m up ♦ Recommandation ou n°31 : Aménager n ue e, , t a Recommandation n°19 : Mettre en place ♦ c r ,L M la publicité à laptélévision o e P s M6 e , mesures on d’incitation àFl’investissement ,G ag des rRecommandation l e ’ O r E n°32 : Optimiser et garantir les ♦ a numérique*** s ,F da ard ue des contenus oo qu nc sede mesure d’audience règles r d st gle ,B ipe e, ♦ èRecommandationon°20 : Élargir le périmètre des raides NM r Fr à la radio , e, à la numérisation Pr iF ou n°33 : Permettre , G♦ Recommandation ande bonnes Ra ism Me r de relever le défi numérique dans PP ♦ Recommandation y a r g ce o n°21 : Soutenir fi nancièrement dio n conditions u , M la double tdiffusion up ceet numérique dea P ro analogique e , s M eO , l’ F on l’audiovisuel Fr res ♦ Recommandation n°34 :, Appliquer un régime 6,de G E a d TVA unique pour les médias, quel que soit leur u oo qu nc : Élargir le périmètre se Fr ad rd es Recommandation support de diffusion an g i , e ère ♦ d’intervention p or de lan°22 t , Pdes Dépôts à e, Bo le, Caisse F ce i ran , M l’investissement Fr dans les groupes r de médias G u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe o F6 : Permettre ela, constitution dePgroupes Objectif on , r ran l de dimension internationale . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 es 6, ’Eq Ou ran Go da ♦ Recommandation s F ce n°23 : Autoriser es og uip un groupeede, ran do médias àcposséder e ,T t une chaîne de télévision, une , B l e e ri F radio et un quotidien F c Pr de dimension o , , r e nationale*** uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio n°24a: Relever le seuil u ♦ Recommandation lév u e c es ,M oF e, maximale pourP un média radiope d’audience isi F ,G res ran l’E n°25 : Asseoir 6 O ran♦ Recommandation on , les limites à la ue oo F s c uipla télévision surseune ceconcentrationqde ran e, audience st g , , l B e, TF réelle Fr ce Pr à définir plutôteque iF , Gsur le nombreodeu a R 1, chaînes ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up les seuils de a P n°26 : Supprimer i ce ♦ Recommandation o an s, M6 isi e %, , l’ détention capitalistique Fr (49 %, 15 5 %) r e O G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an 42 tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


ou Or eN dio è lév ue e, a pe s, M e n i F s x ge ran ion es 6, Ou Go tra ,R se F s c e dio o r , e, st an gle ,B TL G ,L T Fr ce ro ,L ou ,R F1 a u ag yg Té nc ,O pe ad ard l ue e, up é i r o N a v s M e n i eO Fr sio ère ,G xtr ge 6, a n n ,L ue , a oo Fr ce s, RT dio st an gle Gr ,T L, ,L Fr c ou , ou F e ’E L a R 1 ag yg Té nc ,O pe ad xp ard lév ue e, res i r o N a s, M6 e n i F s è s, xtr ge ran ion re, Go , , a F ce s, L’E es RT dio og ran , G tF le, L xp , TF ce ro ,L L’E ran an Ra u 1 ag Té ,O pe x sio ce p dio ard lév res ran N ,M ex isi Fr ère s, ge 6, Go on an t r DI , , a F ce s, L’E RT dio og ran Gr ,T Gr le, L x , ou c p ,L L’E ou F1 eT a Ra n a ,O pe xp sio ga élé dio e, res r N r a n, v d M6 ex ng isi Fr è s Pa r , o a tra e, e, ,F D nc ns ris IG L’E RT dio ran ,G e, L, xp ro ,L TF ce ro ,R up ’ a L Ex up 1, ns ag Té ad ,E O p e ion ard lév res io ran cs N e , isi Fr el è s x ge Pa re, ,D on an tra , r isi ce s, IG L’E RT dio ran en G , ro L, xp ,L TF ce ro -A up ’E an La up 1, ujo Té x , sio ga Or pr eN E lév c rd es an n, se ex isi Fr è s g Pa lis r ,D on an tra e, e, ,R r i ce s, IG L’E RT dio s i ue en Gr ,T r L x , o p , L ou 8 F1 up Au ’E an La ,O pe xp , s j ga élé ou Ec ion res ran Ne rd vis rd s ,P eli ère s, ’hu xtr ge ion s, ari D , , a ie s, IG L’E Ru RT dio sie Gr e8 ro L, xp n,L ou F1 u A ’ a L E 9, p ns ujo ag ,O pe x , Me p E ion ard ur res ran cs Ne di d ,P eli ère s, ’ xtr ge h s, ari ui DI ,L ,R ad s, R en s ’ G ien io, Ex ue TL Gr r Fr ou pa ,L -A L’E ou 89 an p n u a pe , xp , ce s j ga o M E ion u r c N e r e rd dè se dia ss ex ng ,P ’hu l r , i t e e, s pa a r D ,L ,R ad ris ie I RT rt, ’ G ien io, nF Ex ue r L, Ca o pa L’E r 8 u A a La 9, p, nc ns ujo xp ga M eN E e, i o ur res cs ed rd n l’H d ex , eli ère s, iap ’hu Pa um tra s DI ,L , r a i i R dio en sie rt, a ’E Gr ue x C n , F o pa ,L -A L’E ran ap 89 up n u ag , x , ce Di sio jou Me pr Ec ard gi, es n r se l’H d d ,P ère s, i ’ ap hu lis um ari D , , ar i IG L’E Ru dio en sie an t,


ma etr P, nc ma cis p, Le Mo o e Pr ,A L ur , Fig Fr ag l e ’ y, n FP E a d a a q n N a r ,C ro uip ce dè ro do RJ ,N , up an r e, r e, Pr Gr iF M al+ eA Gr i M ran ou sm PP ou e ,L ma p ,M tro a c , e e Pr La ur , l’ on Fig Fr AF es y g E a ,N da ard P, aro q n se uip ce do RJ Ca ,B ère ,N ,P e r na Gr i o ,G MP ,M Fr r i l+, ou s an ro ma etr P, ma p, up Le c M o e P La ur eO , o F Fr res l’E y, iga nd g a a ue qu nc se NR ad rd ro i , e è p , o JG ,P Bo re, NM e, ri F na r uy G r ism Me l+, ran ou PP r gu o p, ,M tro up Le a c es e P La e , o Fig F , r l es ’Eq nd Ou ran ga aro s NR ad rd es uip e, ce ère ,N or tF JG , B e, Pr iF o MP ran ,M u G ro i r s y a r ma up gu c ou etr P, nc ,L e Mo p o e Pr s, eO , l’ Fig Fr ag e n Go E a s d ard ue aro qu nc se ad og st ipe ,B e, ère ,N or le, F Pr iF o , MP r ,M u a Gr ism ran yg nc up ou etr P, u e, a c ,L es Mo pe oF e, P M6 ,G ag res l ’ n O r E a ,F da ard ue oo qu nc se r d st gle ,B ipe e, ère or NM Fr Pr iF ou ,R ,G ,M a ism r PP y n ad a ro gu ce etr nc ,M u a io es ,M pe oF e, P F on , res l’E 6, O ran G d u oo qu se Fr ad rd es ce an g i , ère p or t ,P B l e e F ce i o , ,G ran ,M Fr r u R i s Té y ad an ro ma gu ce etr u i c oF es ,M pe oF e, Pr on , ran l es 6, ’Eq Ou ran Go da s F ce es og uip e, ce ran do ,T t , B l e e ri F F c Pr o , , r e uy an Ra Gr ism ran Té g c o etr dio lév u e u a c es ,M pe oF e, P isi F ,G res ran l’E 6 O ran on , ue oo qu se F s c ce ran e, st gle ipe ,B , TF Fr ce Pr iF ou ,R ,G a 1, ism ran y T n ad ro g é c Or lév ue e, up aP i ce o an s, M6 isi eO , l’ Fr r e G o a Eq ss ,F nc ns ue oo uip e, Pr r ,G e s a g ,T tF nc ism le, Bo e, ro F1 ran eT uy Ra Gr up aP ,O gu élé ce ou e dio res r e , a p v s, M6 ng isi eO Fr uip se G o a e, , , e, nc ns ue oo Bo F RT r Gr , e st a g u G , n l L, ou e, yg TF Fr ce ro ue an Ra pe u 1 Té ,O pe s, ce dio Ou l é r Ne Go ,M an vis es Fr xtr g o i 6 on an tF e, gle , a F c s ran RT ra ,R ,G e,


Rapport Giazzy