__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

NUMÉRO 25 - Automne 2016

25e ANNIVERSAIRE FONDS IMMOBILIER DE SOLIDARITÉ FTQ


Depuis près de 30 ans, Ramp-Artt est la référence Ramp-Ar au Québec pour des gardecorps alliant design, qualité et sécurité.

www.ramp-art.ca www.ramp-art.ca facebook.com/RampArtQc facebook.com/RampArtQc pinterest.com/RampArtQc pinterest.com/RampArtQc


INNO Magazine Automne 2016

1


France Goyet Présidente et éditrice pour INNO Magazine

C’est avec un très grand plaisir et une fierté non dissimulée que je vous présente ce numéro d’INNO Magazine, qui souligne le 25e anniversaire du Fonds immobilier de solidarité FTQ. S’il existe un joueur majeur au Québec en matière d’investissements structurants et innovateurs, c’est bien le Fonds immobilier. C’e st pourquoi nous leur consacrons un dos sier étoffé que vous découvrirez certainement avec plaisir. Vous aurez l’occa sion d’e n appre ndre dava ntage sur le s origine s e t l e s r é u s s i t e s d u F o n d s i m m o b i l i e r, s a n s o u b l i e r son nouve au créne au : dot e r le Québ ec d’infra st ruc t u re s immobilières à vocation socioéconomique de qualité. Concrètement, c’est 400 M$ en capitaux propres qui seront investis au cours des prochaines années par le Fonds immobilier dans des projets pouvant totaliser 2 G$, et ce , partout au Québec. Le Fonds immobilier de solidarité FTQ ne serait rien sans l’apport de gens qui ont contribué de façon importante à son essor, dont son président-directeur général, Normand Bélanger. J’a ime ra is éga le me nt re me rc ie r José e Lagac é, directrice aux communications et marketing au Fonds immobilier, pou r son a ide pré c i eu s e à l’élaboration de c e dos si e r. Félic itation s pour votre magnifique travail ! Au s si, d a n s c e numéro, nou s fe ron s un tou r c he z Ma rosi + Troy Architectes, une firme reconnue pour ses réalisations exceptionnelles dans le domaine de l’e nseigneme nt et de la recherche ainsi que dans le domaine institutionnel. Parmi leurs projets les plus notoires, notons le campus de Laval de l’Université de Montréal, l’agrandissement de l’Hôpital général juif, le campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke et le réaménagement du Centre des loisirs de Westmount. Ce numéro regorge de projets d’avenir pour le Québec ! Bonne lecture !

2


Normand Bélanger Président-directeur général, Fonds immobilier de solidarité FTQ

Vo i l à d é j à 2 9 a n s q u e j e m e s u i s j o i n t a u r é s e a u du Fonds de solidarité FTQ et 7 ans que j’assume la direction de sa filiale immobilière. En plus de maintenir et de développer d’excellentes relations d’affaires avec les partenaires du Fonds immobilier, je suis fier d’avoir c ont r ibué à l’e s sor de proje ts t rès v a r ié s p a r tout a u Qu é b e c . De la To u r d e s Ca nad i e n s a u x Ha l t e s du Roi , e n p a s s a n t p a r Vi v a C i t é S a i n t - L a m b e r t , Di s t r i c t Gr i f f i n et Espace Montmorency et autres, nous participons à la mise sur pied de projets porteurs pour le Québec en nous adaptant aux réalités du marché immobilier. Depuis sa création, le Fonds immobilier a proposé des solutions novatrices qui ont contribué au développement économique du Québec. Par exemple , il a collaboré à la mise e n œuvre du premier hôtel-boutique à Montréal, Le Germain ; il a soutenu l e s pr e m i è r e s i n i ti at iv e s d a n s l e s ec t e u r d e s r é si de n c e s pour aînés au Québ ec ; il a joué un rôle struc tura nt auprès des ménages à revenu faible ou modeste en favorisant la construction de 2263 logements abordables, sociaux ou communautaires grâce à des investisseme nts dans des fonds dédiés à ce type de projet. Au printemps 2016, nous annoncions la création d’un nouveau créneau qui permettra au gouvernement, aux villes, aux municipalités et aux commissions scolaires de développer de s projets d’infra struc ture s immobilière s à vocation socioéconomique afin de les soutenir dans leurs stratégies de dé v e lo pp e m e n t e t de m i s e à n iv e a u d’i n fr a s t r u c t u r e s immobilières, dans le but de continuer à offrir à la population du Québec des services de qualité. Aujourd’hui, alors que le Fonds immobilier de solidarité FTQ célèbre ses 25 ans, je suis très enthousiaste quant à son avenir et, avec mon équipe , je m’engage à poursuivre sa mission avec autant de passion.

3


Sommaire

MOT DE L’ÉDITRICE

PAGE 2

MOT DE NORMAND BÉLANGER, PRÉSIDENT-DIRECTEUR GÉNÉRAL, FONDS IMMOBILIER DE SOLIDARITÉ FTQ

PAGE 2

25e ANNIVERSAIRE FONDS IMMOBILIER DE SOLIDARITÉ FTQ PAGE 6

25 ANS D’INVESTISSEMENTS STRUCTURANTS ET D’INNOVATION PARTENAIRE SOCIALEMENT RESPONSABLE

PAGE 14

DOTER LE QUÉBEC D’INFRASTRUCTURES IMMOBILIÈRES À VOCATION SOCIOÉCONOMIQUE DE QUALITÉ

PAGE 16

MAROSI TROY ARCHITECTES

PAGE 22

CAMPUS DE LONGUEUIL DE L’UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE

PAGE 24

UN CENTRE DES LOISIRS ÉCOÉNERGÉTIQUE POUR WESTMOUNT

PAGE 32

LE CAMPUS LAVALLOIS DE L’UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL À LA CITÉ DU SAVOIR

PAGE 38

HÔPITAL GÉNÉRAL JUIF : UNE NOUVELLE AILE DE SOINS POUR LES MALADES EN PHASE CRITIQUE

PAGE 44

Le magazine INNO est publié par

Editrice France Goyet, présidente Graphiste Jean-Pierre Croquet

Direction des ventes France Goyet

INNO Magazine inc.

Rédaction Mariane Landriau Giscard Tremblay

Représentant aux ventes Chantal Couture Luciana Moreira

Siège social 323, boulevard Manseau Joliette, Québec J6E 3C9

Photographe Sébastien Arbour

Administration Chantale Savard

Correction Jean-Pierre Croquet Mariane Landriau

Directrice financière Chantale Savard

Bureau commercial 809, rue William, bureau 207 Montréal, Québec H3C 1N8

Page couverture Espace Montmorency, Laval Fonds immobilier de solidarité FTQ Partenaires : Montoni, Claridge

Conseiller juridique Christian Dubé-Rousseau, LL.M

tél. : 514 871 1511 / 844 871 1511 ISSN 1920-0161 Distribution POSTES CANADA PUROLATOR

4


TRAVAILLANT ÉTROITEMENT AVEC LES CLIENTS, ANJINNOV LEUR OFFRE UNE GAMME COMPLÈTE DE SERVICES DE CONSTRUCTION ET D’OPTIONS AFIN DE RÉALISER LEURS PROJETS. QU’IL S’AGISSE DE PROJETS FORFAITAIRES, DE GESTION DE PROJETS OU DE PROJETS CLÉS EN MAIN, UNE SEULE ET MÊME POLITIQUE S’APPLIQUE : L’ATTENTION AUX DÉTAILS, LE RESPECT DES ENGAGEMENTS, L’INGÉNIOSITÉ ET UN SERVICE HORS PAIR.

²EJmDF-B1SFTTF    3ÏBNÏOBHFNFOUEFMBTBMMFEFTQSFTTFT      ª,.BSDFBV1IPUPHSBQIF  

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL 514 353-3000 | www.anjinnov.ca


25e anniversaire Fonds immobilier de solidaritĂŠ FTQ

fondsimmobilierftq.com

6


25 ans d’investissements structurants et d’innovation Par Mariane Landriau

Au cours de ses 25 ans d’existence , le Fonds immobilier de solidarité FTQ a contribué à faire tourner l’économie en investissant dans des projets immobiliers rentables et créateurs d’emplois, de concert avec des partenaires stratégiques. Au fil des années, le Fonds immobilier a su s’adapter aux tendances du marché en ajustant sa stratégie d’investissement et en revisitant ses classes d’actif de manière à optimiser ses placements, par exemple en favorisant la construction d’immeubles mixtes comportant des basilaires commerciaux. De plus, en diversifiant ses investissements dans tous les secteurs de l’immobilier (commercial, industriel, institutionnel et résidentiel), il agit comme un acteur économique clé pour tout le Québec tout en offrant au x ac tionna ire s-é p a rgna nts du Fonds de solid a r ité FTQ un rendement adéquat. En outre, le Fonds immobilier fait preuve d’innovation, en participant à des projets précurseurs, comme le développement du Technopôle dans l’arrondissement de Saint-Laurent. Armée d’une grande rigueur, de créativité et d’un sens de l’éthique, l’équipe du Fonds immobilier privilégie les projets écoresponsables ou visant une certification LEED ® , comme ce fut le ca s pour la Place Telus à Québ ec, auparavant un centre de tri de Postes Canada. D’autres projets en cours comme Vic&Lambert, Bassins du Havre et Espace Montmorency visent aussi cette certification, signe d’excellence pour des bâtiments durables.

7


25e anniversaire Fonds immobilier de solidaritĂŠ FTQ

Exalto, Griffintown, MontrĂŠal. Partenaire : Devimco.

8


9


25e anniversaire Fonds immobilier de solidarité FTQ

Lowney sur ville, Griffintown, Montréal. Partenaire : Prével.

10


Un investisseur unique Le Fonds immobilier met en œuvre deux axes stratégiques : le financement de projets immobiliers en démarrage sous forme de capital-actions, de prêts mezzanines et de prêts participatifs ; et l’acquisition de terrains ou de propriétés qui possèdent un fort potentiel de développement. « En faisant affaire avec le Fonds immobilier, les promoteurs bénéficient des capitaux nécessaires dès le démarrage d’un projet. Les étapes du démarrage, comme l’achat du terrain, la conception des plans et devis, les analyses de sols, etc. nécessitent des dépenses et comportent un risque financier », explique Normand Bélanger, président-directeur général du Fonds immobilier de solidarité FTQ. Bien que le Fonds immobilier possède des actifs sous gestion, ses partenariats s’échelonnent en moyenne sur un horizon de cinq à sept ans. Ce qui fait de cette organisation un investisseur unique au Québec, c’est aussi l’expertise de son équipe, composée de spécialistes en analyse financière , en droit immobilier, en gestion d’actifs, e n dé v e lopp e m e nt e t e n ge stion de proj e ts, c e qu i donne une réelle valeur ajoutée à ses partenaires.

Revitalisation de quartiers

Vic&Lambert, Saint-Lambert. Partenaires : LSR GESDEV, Sotramont.

Depuis 2009, le Fonds immobilier a multiplié les investissements dans des projets audacieux visant à revitaliser ou à créer des quartiers, principalement à Montréal. L’un des exemples les plus marquants est la transformation de Griffintown, dans le sud-ouest de Montréal, g r â c e a u x p ro j e t s Di s t r i c t Gr i f f i n , r é a l i s é e n p a r t e n a r i a t avec Devimco, ainsi qu’aux Bassins du Havre et au Lowney, réalisés en partenariat avec Prével. Ces ensembles résidentiels ont contribué à redessiner Griffintown, l’un des quartiers les plus prisés de Montréal. À Québec il participe aussi activement à l’émergence de nouveaux sec teurs comme à Cha rle sbourg avec l’Arrondis se me nt 74, un immeuble ré side ntie l loc atif de 92 unité s qu’il c on st ruit avec son partenaire GCS Développement immobilier ou encore à Sainte-Foy avec Le Campari, un immeuble de 117 logements en pleine construction qui comptera un basilaire commercial afin d’offrir des services de proximité. Le Fonds immobilier participe également au développement du centre-ville de Laval, à deux pas de la place Bell et du métro Montmorency, avec deux projets phares réalisés en partenariat avec Montoni et Claridge : Espace Montmorency, un immeuble à vocation mixte qui comptera une superficie locative d’un million de pieds carrés, et Urbania 2, un vaste ensemble résidentiel qu i c ompt e ra à t e r m e 6 bâtim e nts e t 1 150 c opropr ié té s. Tous deux permettront d’augmenter la densité urbaine de ce secteur et de créer un pôle d’attraction.

Urbania2, Laval. Partenaire : Société de développement Urbania.

11


25e anniversaire Fonds immobilier de solidarité FTQ

Plus récemment, un nouveau créneau résidentiel a suscité l’intérêt du Fonds immobilier, soit celui des immeubles locatifs neufs destinés aux 55 ans et plus. Cette offre répond aux besoins des retraités qui souhaitent se défaire de la responsabilité d’une m a i son, m a i s qu i c on s e r ve nt un mode de v i e ac tif et ne requièrent pas de services spécialisés. « Avec notre partenaire Habitations Trigone, nous avons construit Viva-Cité Sainte-Thérèse, qui comptera 262 unités au terme des deux phases, et Viva-Cité Saint-Lambert. Nous participons également à la construction du LIB Boisbriand, auxquels sont associés Bâtimo et Construction Voyer », explique monsieur Bélanger.

Des investissements aux quatre coins du Québec

Haltes du roi, Trois-Rivières. Partenaire : Construction René Courchesne.

Bien que beaucoup d’efforts aient été mis dans le développement des grandes villes, les autres régions du Québec ne sont pas en reste.

Le futur Technopôle Contrecœur incarne aussi cette stratégie

Par exemple, le Fonds immobilier a récemment investi dans le projet

de revitalisation de quartiers ou de territoire. Dans la foulé e

résidentiel les Haltes du Roi, dans le secteur Pointe-du-Lac,

de la stratégie maritime du Québec, qui veut promouvoir l’import-

à Troi s-Riv iè re s. Sit ué e s au x abords du lac Sa int-Pi e r re ,

export par la voie maritime et apporter des solutions à la saturation

ces copropriétés de prestige visent une clientèle souhaitant vivre

des quais du Vieux-Montréal, Port de Montréal a commencé

à proximité des villes, mais dans le calme de la nature.

à développer de s terra ins à Contrecœur da ns le but d’offrir de s déb a rcadère s pour le tra nsport de ma rcha ndise s. Afin de valoriser ce secteur, Grilli Samuel Consortium immobilier, avec l’appui du Fonds immobilier, a fait l’acquisition de vastes terrains et d’aires de services. « Ce projet est très intéressant, car il s’imbrique d an s la s tr atég ie m arit i me d u Gouv er ne ment » , so u li gn e Normand Bélanger. « Nous visons à travailler dans le même sens que le Québec se développe. »

Vers un nouveau créneau résidentiel Parmi les réalisations de la filiale immobilière du Fonds, notons qu’elle a été un précurseur du créneau des résidences pour aînés, grâce à sa participation à des projets tels que Le Cherbourg (Brossard), Le Nobilis (Blainville), L’Alto (Saint-Laurent) et le Cambridge (Pointe-Claire). Toujours à l’affût des te ndances e n matière de logement, le Fonds immobilier a également été fort présent dans le boom de l’industrie des condos de 2010-2011. Bassin du Havre, Griffintown, Montréal. Partenaires : Prével, Rachel Julien, Claridge.

12


Le Hameau Saint-Jacques, Québec. Partenaire : Groupe immobilier SMB.

Un avenir prometteur

PORTEFEUILLE IMMOBILIER AU 31 MAI 2016

Actuellement, le Fonds immobilier de solidarité FTQ poursuit

43 immeubles sous gestion 17 M pi2 de terrain à développer 59 M$ consacrés à des logements sociaux, communautaires ou abordables 38 projets immobiliers en cours de développement 2,1 G$ valeur des projets immobiliers en cours 17 600 emplois créés au cours des prochaines années

le développement de près de 40 projets qui créeront quelque 17 600 emplois. De plus, l’organisation possède plusieurs terrains qui pourront accueillir des projets prochainement, dont un terrain de 50 000 pi 2 à l’angle des rues de Bleury et Viger à Montréal q u’ i l d é v e l o p p e e n p a r t e n a r i a t a v e c C o g i r, e t l e s i t e de l’ancie n Spectrum, au cœur du quartier des spectacles de Montréal, qu’il développe en collaboration avec Canderel. Le créneau des infrastructures immobilières permettra aussi

RÉALISATIONS DEPUIS 1991

aux diverses instances gouvernementales d’offrir des installations

Investissements de plus de 1,6 G$ Projets totalisant 6,5 G$ Participation à la création de 54 500 emplois

de qualité aux citoyens. Le volet social continuera à occuper une place importante, ce qui se traduira par la construction d’autres immeubles à vocation communautaire, sociale ou abordable. « Notre modèle d’affaires, c’est de poursuivre nos partenariats avec des promoteurs de façon à favoriser le développement économique du Québec et à créer des emplois. Nous visons à être un partenaire de référence en appui aux leaders immobiliers d’aujourd’hui et de demain », conclut Normand Bélanger.

13


Photo: Denis Tremblay

25e anniversaire Fonds immobilier de solidarité FTQ

Habitations Paradoxe, 5959, boulevard Monk, Montréal. Partenaire : Bâtir son quartier.

14


Partenaire socialement responsable Par Mariane Landriau

Fondé en 1994 à la suite de la fusion de quatre groupes

En 2014, une nouvelle conve ntion porta nt le FAM à 10 M$

de ressources techniques, Bâtir son quartier est une entreprise

a été conclue , ce qui a permis de mener à terme deux projets

d’économie sociale visant à répondre aux besoins en logement

qui ava ie nt bénéf ic ié d’un prêt : Habitation de s Ca rrière s,

des ménages à faible ou moyen revenu du Grand Montréal.

de la Maison Le Parcours, destinée aux personnes à risque

Depuis sa création, Bâtir son quartier a mis sur pied plus de 400

d’itinérance aux prises avec des problèmes de santé mentale ;

projets d’habitation coopérative et à but non lucratif, totalisant

et Pignons sur rue , de l’Avenue hébergement communautaire ,

plus de 10 000 logements, ainsi que de nombreuses installations

des logements pour les jeunes en difficulté. Ce deuxième organisme

à vocation sociale et économique, comme des centres de la petite

a aussi bénéficié d’un second prêt qui a permis l’achat d’un immeuble

e nfa nce , de s ce nt re s communauta ire s et de s e nt repris e s

e t d’u n t e r r a in po u r l a r éa li s ati o n d’un e de u x iè m e p h a s e

d’économie sociale. Ces projets immobiliers se réalisent grâce

d e 20 logements supplémentaires dans Hochelaga-Maisonneuve.

aux investissements des gouvernements fédéraux et provinciaux, et par une contribution des municipalités.

Création du FAQ À la suite du succès du FAM, le modèle s’est répété ailleurs

Reconnaissance et appui financier du Fonds immobilier

a u Qu éb e c , a f i n d’ a i de r d’ a ut r e s G RT q u i s o n t m e mb r e s

Le Fonds d’acquisition de Montréal (FAM) a été mis sur pied

Cette dernière a sollicité le Fonds immobilier pour développer

de l’Association des groupes de ressources techniques du Québec.

en 2007. Batir son quartier recherchait alors un levier financier

d e s o u t i l s a f i n d e s o u t e n i r l’ h a b i t a t i o n c o m m u n a u t a i r e

pou r acquér ir rapide m e nt de s t e r ra in s e t de s bâtim e nts :

dans tout le Québec, ce qui a mené à la création du Fonds

« En immobilier, tout bouge vite », explique Edith Cyr, directrice

d’acquisition québécois (FAQ) en 2009. À l’instar du FAM, ce fonds

générale de Bâtir son quartier. « Nous nous sommes rendus

permet aux organismes d’habitation de saisir une occasion d’achat

compte que nous avions besoin de financements très rapidement

de terrain ou d’immeuble dans l’attente du financement complet

pour faire aboutir des occasions d’affaires, l’achat de terrains

du projet au moyen de prêts temporaires.

et d’immeubles. » Notons que le Fonds immobilier de solidarité FTQ est partenaire Coordonné par Bâtir son quartier et commandité par le Fonds

de Bâtir son quartier depuis 1997, par sa contribution au Fonds

immobilier de solidarité FTQ, le Fonds d’acquisition de Montréal

d’investissement de Montréal (FIM), un véhicule financier privé

permet l’achat et la détention temporaire de propriétés destinées

mis sur pied à l’initiative de madame Phyllis Lambert. Aujourd’hui

à la réalisation de projets d’habitation communautaire, dans les cas

coordonné par Bâtir son quartier, ce fonds permet aux entreprises

où le s dém a rc he s d’acqu i sition r epré s e nt e nt un obst acle

privées de soutenir l’acquisition et la rénovation d’immeubles

au développement. Les prêts permettent de couvrir la période

locatifs par des OBNL et des coopératives d’habitation.

au cours de laquelle les coopératives et les OBNL bénéficiaires complètent leurs démarches en vue d’obtenir un financement

« Lorsque nous avons un besoin particulier, dans le cadre

à long terme (par exemple AccèsLogis Québec).

de notre mission, nous faisons le point avec le Fonds pour voir

« Le Fonds immobilier a reconnu l’importance de l’habitation

en place une ouverture, un accueil, une écoute. Le Fonds immobilier

communautaire et nous a aidés à aller chercher d’autres partenaires

a été un partenaire de la première heure et ne nous a jamais

e n p a r l a n t p o s i t i v e m e n t d e l ’ h a b i t a t i o n c o m m u n a u t a i re ,

laissé tomber », conclut madame Cyr.

comment il peut intervenir. Nous sentons de la part de l’équipe

des résultats pour la société et des retombées économiques par la création d’emplois », souligne madame Cyr.

15


Photo : iStock

25e anniversaire Fonds immobilier de solidaritĂŠ FTQ

16


Doter le Québec d’infrastructures immobilières à vocation socioéconomique de qualité Par Mariane Landriau

Au printemps 2016, le Fonds immobilier de solidarité FTQ lançait un modèle d’affaires innovateur pour le financement des projets en infrastructure immobilière à vocation socioéconomique, qui aidera les différents paliers gouvernementaux à se doter d’infrastructures immobilières de qualité.

Un modèle d’affaires simple Le principe des infra structures immobilières est simple : le Fonds immobilier et un partenaire promoteur développent le projet e n c ollaboration avec le gouve rne me nt , une v ille , une municipalité ou une commission scolaire, puis en assurent la construction. La ville , la municipalité, la commission scolaire , le ministère ou l’OBNL en devient le locataire pour une période allant de 30 à 35 ans. Au terme du bail, le locataire ne fera face à aucune clause de rachat ou de rétrocession de l’actif. Contrairement aux partenariats privé-public (PPP), dans lesquels l’instance publique et l’entreprise privée réalisent le projet en mettant e n commun le s re s source s, le s immeuble s appa rtie ndront au Fonds immobilier et à son partenaire à la fin du bail. « Aujourd’hui, dans le cas de la Commission scolaire de Montréal (CSDM), son parc immobilier lui appartient, alors les travaux de rénovation pèsent lourd et il lui est difficile de suffire aux besoins », sout i e nt Nor m a nd Bé l a ng e r, pré si d e n t -di r e c t e u r gé nér a l du Fonds immobilier de solidarité FTQ. « Dans notre modèle, tandis que les propriétaires de l’immeuble (le Fonds immobilier et le promoteur) s’occuperont de le garder en bon état, sa gestion et son entretien quotidiens seront assurés par le locataire, permettant ainsi le maintien des emplois. »

17


Photo : Gauthier designers

25e anniversaire Fonds immobilier de solidarité FTQ

Complexe sportif Marie-Victorin, Montréal.

Des investissements considérables

de Bagotville, Lévis, Sainte-Julienne, Sainte-Adèle, Montréal,

Au cours des prochaines années, 400 M$ en capitaux propres

Rouyn-Noranda et Bonaventure pour la construction d’écoles

(équité) seront investis par le Fonds immobilier dans des projets

publiques, de centres communautaires et sportifs, de CPE,

pouvant totaliser 2 G$, et ce , partout au Québec. Certains

de garages aéroportuaires ou de résidences pour étudiants.

des projets visés pourront atteindre jusqu’à 50 M$ chacun. « Nous ferons en sorte que plusieurs acteurs profitent d’un même Plusieurs villes, municipalités, commissions scolaires et autres

projet », affirme Normand Bélanger. « Par exemple, si un groupe

entités ont déjà manifesté leur intérêt pour des infrastructures

désire avoir un terrain de soccer intérieur et un autre, une piscine

immobilières auprès du Fonds immobilier, et certains projets

municipale, nous pourrons travailler de concert afin que chacun

se concrétiseront bientôt. En effet, le Fonds immobilier analyse

des projets se réalise, en synergie. C’est un autre avantage

actuelleme nt une dizaine de projets dans les municipalités

que nous allons exploiter. »

18


Rentabilité pour les actionnairesépargnants et les investisseurs en œuvre des stratégies de développement et de mise à niveau

Po u r l e F o n d s i m m o b i l i e r, l e s p r i n c i p a u x r i s q u e s de ces investissements sont liés au développement du projet,

d’immeubles du gouvernement et des municipalités tout en offrant

à l’exécution des travaux, à la date de livraison de l’immeuble ,

un rendement satisfaisant aux actionnaires-épargnants du Fonds

à des dépassements de coût, à l’application du coût du loyer

et en créant de l’emploi. Il s’agit d’un moteur économique pertinent

et au redéveloppement de l’immeuble au terme du bail. En somme,

à la fois pour les citoyens, les travailleurs, les entrepreneurs,

ce secteur permettra au Fonds immobilier de participer à la mise

les gouvernements et les municipalités.

Campari, Ste-Foy, Québec. Partenaires : investisseurs privés.

19


25e anniversaire Fonds immobilier de solidarité FTQ

Le Fonds immobilier participe à la création de nouveaux créneaux immobiliers comme dans le cas du Lib Boisbriand et de Viva-Cité, des bannières qui permettent de desservir les besoins de logement des gens âgés de 55 ans et plus.

Viva-Cité, Saint-Lambert. Partenaire : Habitations Trigone.

20


Tours quartier des spectacles. Partenaire : Canderel.

21


MAROSI TROY ARCHITECTES

MAROSI TROY ARCHITECTES

marositroy.com

22


Le sens de l’innovation au service du domaine institutionnel Par Mariane Landriau

Fondée en 1988 par Martin Troy et Erik Marosi, la firme Marosi Troy Architectes est reconnue dans tout le Québec p o u r s e s r é a l i s a t i o n s e xc e p t i o n n e l l e s d a n s l e d o m a i n e de l’enseignement et de la recherche ainsi que dans le domaine institutionnel. Parmi ses plus récents projets, notons la rénovation, le recyclage e t l’ a g r a n d i s s e m e n t d u C o l l è g e S a i n t - L o u i s , à L a c h i n e ; le Centre de loisirs de Westmount ; la conception du pavillon K de l’Hôpital général juif, qui comprend entre autres l’urgence et l’unité de soins critiques, ainsi que de nombreuses unités de soin s ; le nouve au c ampu s de Longueu il de l’Unive r sité de Sherbrooke , un campus satellite de 16 étages comportant des espaces universitaires, des espaces locatifs de bureaux et commerciaux ; le nouveau Campus Montmorency de l’Université de Montréal à Laval ; ainsi que le Centre de génomique fonctionnelle et structurale au Campus Loyola de l’Université Concordia, un projet certifié LEED Or. L’équipe de professionnels de Marosi Troy Architectes allie habiletés conceptuelles, des connaissances techniques poussées e t une ge st io n r igo u r e u s e p ou r c on c e voi r de s c o nc e pt s architecturaux de grande qualité. Leurs réalisations ont d’ailleurs reçu de nombreux prix et distinctions au fil des années.

23


MAROSI TROY ARCHITECTES

Campus de Longueuil

24


25

Š Photo: Marc Cramer


© Photo: Cöpilia Design (Jean Mercier)

MAROSI TROY ARCHITECTES

26


Campus de Longueuil de l’université de Sherbrooke Par Mariane Landriau

Afin de répondre aux besoins de sa clientèle grandissante dans la Montérégie, l’Université de Sherbrooke souhaitait déménager son campus de Longueuil dans de nouvelles installations modernes et conviviales qui permettraient aux différents départements de cohabiter sous un même toit et favoriseraient les échanges entre les étudiants. Le site choisi pour le nouveau Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke représentait une occasion inégalée de densifier une zone a l or s oc cu pé e p a r un s t a ti on ne m e n t , a u c œu r du centre-ville. En effet, il s’agit d’un emplacement de choix, bordé par la gare de l’AMT, le métro Longueuil, la place Charles-Lemoyne et le boulevard Saint-Charles. Pour tirer profit de sa situation géographique , Ma rosi Troy et Jodoin Lama rre Pratt e Labbé Arc hit ec t e s e n c on sor tium ont dé v e loppé, e n p a r t e na r iat avec l’Université et la Ville de Longueuil, un concept de campus urbain audacieux, visible tant depuis la Rive-Sud que de Montréal.

Programmation des espaces Inauguré en janvier 2010, ce nouveau campus universitaire comporte 16 étages hors sol totalisant 40 000 m 2 et pourra accueillir quotidiennement jusqu’à 2 500 étudiants et membres du personnel. Le défi du projet consistait à créer une transition fluide e nt re la voc ation unive r sit a ire et la por tion publique et commerciale des étages inférieurs du bâtiment. Pour y arriver, les architectes ont superposé différentes strates horizontales, chacune correspondant à une fonction distincte, soit les commerces et l’approvisionnement, les services universitaires, l’enseignement, les espaces locatifs, les départements universitaires (facultés) et l’appentis de mécanique.

27


© Photos : Cöpilia Design (Jean Mercier)

MAROSI TROY ARCHITECTES

Les trois premiers niveaux forment le basilaire et accueillent

le bâtiment représente un parfait exemple d’efficacité énergétique,

les fonctions publiques et commerciales, lui permettant de s’intégrer

intégrant la géothermie, la récupération de chaleur et des verres

à l’environnement urbain grâce aux entrées, aux circulations

performants, qui permettent de réduire de 50 % la consommation

et aux façades vitrées à l’échelle du piéton. Dans les étages

d’énergie.

s u p ér i eu r s , le s a i r e s d e r ep os e t d e r e nc ont r e m a rqu e nt des transitions entre les différentes facultés et forment des volumes

Le cœur du campus

en porte-à-faux, procurant au bâtiment une image distinctive.

Le troisième étage comprend des salles de cours et un café, qui s’articulent autour d’un toit-jardin appelé « oasis universitaire ».

Confor méme nt aux e xige nce s de stationne me nt de la Ville

Il s’agit d’un espace vert extérieur servant aux re ncontres

de Longueuil, trois niveaux de stationnement souterrain (502

et aux échanges qui surplombe la Place-Charles-Lemoyne ,

place s au tota l) sont aménagés sous le bâtime nt. De plus,

marquant une continuité avec elle. Situé au cœur du campus,

28


BU REAU DE

L AV A L - S I È G E S O C I A L

BU REAU DE

G AT I N E A U

5000, rue Bernard-Lefebvre Laval, Quebéc,H7C 0A5

324 D, Ch.industriel Gatineau, Québec, J8R3N9

T. : 450-665-1335

T. : 819-669-1335

WWW.BERNARDMNJ.COM

Salvatore L. Briqueteur 65 (9167-0661 Québec Inc.)

Respect des engagements Satisfaction des clients Expertise Sécurité

OACI

Centre Bell

UQAM

3205, des Entreprises, Terrebonne (Québec) c) J6X 4J9

450-477-2111 450-477-

29

salvatorebriqueteur.com eteur.com


MAROSI TROY ARCHITECTES

cet endroit clé comporte plusieurs végétaux provenant de la région de Sherbrooke de même qu’un bassin d’eau dans lequel se réfléchit le volume de la tour. Des gradins recouverts de bois évoquent l’agora extérieure du campus mère de l’Université. Intégrés à l’aménagement paysager, des lanterneaux apportent de lumière naturelle aux espaces du niveau du dessous. Afin de faciliter les circulations, les architectes ont aménagé ce qu’on appelle la « promenade du campus vertical », dans laquelle sont disposés en alternance des escaliers et des espaces ouverts vitrés sur plusieurs niveaux, reliant l’entrée principale de l’Université, les basilaires, le niveau de l’oasis universitaire et les niveaux de salles de cours et de laboratoires. Au rez-de-chaussée , cette promenade permet d’apercevoir les niveaux supérieurs de pu i s l’e nt r é e , to ut e n di f fu s a n t de l a l u m i è r e n a t u r e l l e dans les espaces qu’elle traverse.

Intégration urbaine Plu si eu r s élém e nts a rc hit ec t u rau x e xt e rne s favor i s e nt l’intégration du bâtiment à son environnement. Par exemple , le mur-rideau recouvrant la tour intègre le verre transparent, translucide et opaque, dont les contrastes s’expriment au rythme des change¬ments de luminosité. La façade de l’entrée principale et les aires en porte-à-faux sont rehaussées par des bandes verticales de verre transparent teinté de vert, la couleur symbolique de l’Université de Sherbrooke. Inséré entre le métro Longueuil et le nouveau campus, l’atrium permet une intégration fluide et naturelle du bâtiment aux circulations extérieures, prolongeant la Place Charles-Lemoyne et formant un noyau reliant le métro, la gare intermodale et le centre des congrès. Pour répondre aux besoins d’expansion, les architectes ont prévu dive r s e s pos sibilité s d’e xp a n sion lor s de l’aménage me nt ,

© Photo: Cöpilia Design (Jean Mercier)

dont une deuxième phase d’environ 12 000 m2.

30

Firmes :

Marosi Troy | Jodoin Lamarre Pratte | Labbé | Architectes en consortium

Superficie : 40 000 m² Période de réalisation : 2005-2010 Coût de construction : 113 M$ Client :

Université de Sherbrooke, réprésenté par René Alarie


31


MAROSI TROY ARCHITECTES

Centre des loisirs de Westmount

32


33

© Photo: Nicolas McComber


© Photo: Nicolas McComber

MAROSI TROY ARCHITECTES

34


Un Centre des loisirs écoénergétique pour Westmount Par Mariane Landriau

Depuis son ouverture à l’automne 2013, le nouveau Centre des loisirs de Westmount a reçu de nombreux prix et mentions pour son concept innovateur et écoresponsable , notamment le Prix Ovation mérite municipal 2014, catégorie Culture, patrimoine, sport et loisir, décerné par l’Union des municipalités du Québec. Mandaté par Pomerleau et la Ville de Westmount pour réaménager c e c e nt re af in qu’il ré ponde au x b e soin s de la population, les architectes en consortium Marosi Troy et Martin Marcotte Beinhaker ont élaboré un concept qui mise sur le développement durable et l’intégration harmonieuse à son environnement.

Maximiser la verdure L’él ém e nt c l é d u ré am én a ge m e nt c o n si s t a i t à d ou bl e r la superficie de l’aréna construit en 1958, sans toutefois gruger la verdure du parc. Afin de maximiser les espaces verts dans le parc et de réduire l’impact visuel du pavillon, les architectes ont enfoui la majeure partie des deux nouvelles patinoires de 1 516 m2 chacune dans le sol, sous un toit vert qui permet de réduire les coûts éne rgé tique s. Cett e por tion sout e rra ine ab r it e éga le me nt les vestiaires, les bure aux administratifs et des salles multifonctionnelles, de même que les systèmes mécaniques. Cette stratégie établit une continuité avec le parc Westmount, plutôt que d’obstruer les vues avec un bâtiment massif. Les aires d’accueil et de restauration sont pour leur part situées hors‐sol, au fond du talus, afin de leur assurer une certaine visibilité. L’entrée principale est située sur la rue Academy, à proximité de l’aire de stationnement, et mène directement à un café. Un ascenseur et un escalier permettent d’accéder aux niveaux inférieurs.

35


© Photo: Nicolas McComber

MAROSI TROY ARCHITECTES

Tirer profit du soleil et de la terre Les architectes ont également tiré avantage de la pente naturelle

Projet certifié LEED Or, le Centre des loisirs de Westmount

du pa rc pou r cré e r deux t e rra s s e s princ ipa le s s’étage a nt

répond à des exigences élevées en matière d’économie d’énergie.

sur la colline. La première accueille le grand parterre, qui est en fait

Malgré l’augmentation de la superficie des installations sportives,

le toit vert surmontant les espaces souterrains. L’aménagement

l e s c o û t s é n e r g é t i q u e s s o n t m o i n d r e s q u’ a u d é p a r t .

in spiré de s ja rdin s pittor e s que s a ngla i s mè ne v e r s le sud

Par exemple , la présence des patinoires au sous-sol permet

à une terrasse d’observation avec vue sur le parterre d’eau,

de réduire la quantité d’énergie requise pour chauffer et climatiser

q u i c o n s tit u e l a de u xièm e t e r ra s s e . De s ramp e s d’a c c è s

le bâtiment, et d’exploiter la température naturelle ambiante

et des escaliers facilitent l’accès aux terrasses pour les piétons

de 15 °C tout au long de l’année.

provenant de la rue Sainte-Catherine. En out re , la fe ne st ration abonda nt e autou r de l’e space Le parterre d’eau comprend une piscine de 459 m aménagée

de circulation, de l’escalier public et des ascenseurs crée des puits

au même niveau que le plancher intérieur menant aux vestiaires

de lumière verticaux qui s’étendent du niveau de la piscine

et aux gradins des patinoires. Enfin, au sud‐ouest du site, un boisé

jusqu’au niveau rez‐de‐chaussée. De plus, la fenestration généreuse

2

natu rel e st agréme nté d’a rb re s nouvelle me nt pla nté s.

du côté de la terrasse d’eau permet une grande pénétration

En plus d’agir comme un filtre entre la circulation automobile

de la lumière naturelle jusqu’au niveau des patinoires, diminuant

et le parc, cet espace procurera ombre et fraîcheur aux usagers.

les besoins en éclairage.

Client :

Pomerleau Inc. / Ville de Westmount

Architectes (consortium) : Marosi Troy | Martin Marcotte Beinhaker | Architectes en consortium Conception et réalisation : (MTA) Erik Marosi ; Martin Troy ; Carlo Rondina ; Julie Charbonneau ; Ali Torabi ; Andrew Hruby ; Sophie Brunet ; Jessica Dan ; Audrey Lavallée (MMBA) André Marcotte ; Evelyne Pellerin ; Shawn Moscovitch ; Olivier Cyr ; Meghan McBride ; Dominique Dubuc (IBI‐DAA) Julie Gravel ; Francis Lagace Consultants :

Génie structural et civil : Cima +; Génie électromécanique: Leroux Beaudoin Hurens et Assoc.; Paysage : DAA (Groupe IBI) ; LEED : Cima +; Gestion du projet : Genivar Inc.; Codes et normes : Technorm ; Piscines : Soucy Inc.; Signalisation : CMD

36


NOUVELLE CONSTRUCTION PROJET CLÉ EN MAIN AGRANDISSEMENT RÉNOVATION

450 961-91 91 anj al ecc onstr u cti o n . co m

Une équipe humaine des gens compétents

37


MAROSI TROY ARCHITECTES

Campus de Laval de l’Université de Montréal

38


39

© Photo: Nicolas McComber


© Photo: Nicolas McComber

MAROSI TROY ARCHITECTES

40


Le campus Lavallois de l’Université de Montréal à la Cité du Savoir Par Mariane Landriau

Adjacent à la station de métro Montmorency et à la Place Claude‐Léveillée, le campus de Laval de l’Université de Montréal a p e r mi s de c on solide r l’e xp a n sion de c e t é t abli s s e m e nt d’enseignement supérieur et de développer la Cité du Savoir, en partenariat avec la Ville de Laval. Conçu par le consortium regroupant les firmes Marosi Troy, Giasson Farregut et Jodoin Lamarre Pratte Architectes, le bâtiment de 22 000 m2 a été réalisé en mode design‐build par Pomerleau Construction afin d’être livré rapidement, à temps pour la rentrée de l’automne 2011. En plus de s e space s voués à l’e nseigne me nt et loués par l’université (salles de cours, quatre amphithéâtres, espaces administratifs, laboratoires informatiques, bibliothèque ouverte au public lavallois, clinique de psychologie et salon des étudiants), l’édifice comporte des espaces locatifs et commerciaux, notamment de s conce s sion s a lime nta ire s et de s e space s de bu re aux, de même qu’un stationnement souterrain de trois étages. L’un de s p r i nc i p a u x dé f i s du pro j e t c o n s i st a it à i n tég r e r ces différe ntes vocations – institutionnelles, commerciales et locatives – dans un même concept architectural, tout en dotant l’université d’un bâtiment phare à la signature unique.

41


© Photo: Nicolas McComber

MAROSI TROY ARCHITECTES

Client :

Pomerleau Construction / Université de Montréal

Architectes (consortium) : Marosi Troy | Giasson Farregut | Jodoin Lamarre Pratte | Architectes en consortium Conception et réalisation : Martin Troy ; Carlo Rondina ; Julie Charbonneau ; Maxime Gagné ; Mathieu Larouche ; Michelle Chan, Erik Marosi ; Bernard Jacques ; Marc Laurendeau ; Karen McAuley ; Ghislain Bélanger ; Alain Rolland ; Maxime Gagnon ; Marie‐Ève Cyr ; Benoît Doyon ; Jordi Jordana ; Christine Trudeau‐Guertin ; Catherine Fortin ; Kim Letendre. Consultants :

Structure / électricité: Cima + ; Mécanique: Bouthillette‐Parizeau ; Codes et normes : Technorm ; Signalisation: Bélanger Branding

42


Organisation de l’espace

Enfin, l’aile sud s’exprime en un volume vertical posé sur une base

Le bâtiment se divise en quatre éléments clés organisés

vitrée de deux étages, complétant le « L » du projet. La verticalité

de manière à cré er une dialectique e ntre sa verticalité

e st rehaus sé e pa r un jeu de volume s e nt re la t ra n spa re nce

et son horizontalité. D’abord, le rez-de-chaussée, qui représente

d e s v i t r e s e t l’ op ac it é d e l a b r i que . C e t t e a il e e s t l’ hô t e

l’espace public le plus important du projet et abrite les espaces

de s amphithéât re s, de s laboratoire s et de c e r t a ine s sa lle s

c o m m e rc i a u x , s e c o m p o s e d’ u n e p a ro i v i t r é e e n r e t r a i t

de cours.

agrémentée d’une marquise en porte-à-faux. L’espace s’ouvre a in si à la place Claude-Léveillé e , pe r metta nt aux usage r s

Un projet écoresponsable

du bâtiment de bénéficier au maximum de sa présence.

Préoccupé par l’empreinte environnementale des projets de construction, le consortium a appliqué un maximum

Le verre du rez-de-chaussée s’étire au-dessus de l’entrée

de principes de développement durable tout au long du projet,

principale pour constituer un deuxième volume renfermant l’atrium

bien qu’une accréditation LEED n’était pas visée, par exemple :

et le « campus vertical ». L’atrium est le carrefour de l’entrée

l’utilisation de produits et matériaux recyclés ou recyclables,

principale , du campus vertical et du lie n avec le métro

l a m a x i m i s a t i o n d u p o t e n t i e l d’ e f f i c a c i t é d e s s y s t è m e s

et le stationne me nt ; on y trouve un e sca lier monume nta l,

électromécaniques, la création d’une enveloppe du bâtiment

dont l’ampleur est particulièrement mise en valeur par l’éclairage

eff icace et de haute perfor ma nce et le choix de matériaux

à la tombé e de la nuit. En outre , le mur ride au du volume

à faibles émissions de gaz nocifs (COV).

de la façade principale comporte du verre transparent subtilement De plus, ce campus a permis de créer une densité urbaine

sérigraphié d’un motif de points jaunes agencés à la brique.

suffisante pour encourager la circulation piétonne au détriment L’a ile nord, à l’a r r iè re-pla n de la plac e Claude-Lé ve illé e ,

de la voiture , grâce au prolongement des réseaux piétonniers

se compose d’une série de volume s de b rique et de verre

intérieurs et extérieurs vers le métro, le cégep Montmorency,

i m b r i q u é s q u i f o n t r e s s o r t i r l’ h o r i zo n t a l i t é d e l a f a ç a d e .

la future salle de spectacle et les futurs espaces commerciaux

Les différents volumes traduisent également les diverses fonctions

à l’ouest.

du bâtiment et créent un dialogue entre transparence et opacité.

Une approche personnalisée

la qUalité d’exécUtion des travaUx de maçonnerie effectUés

Un service hors pair avant, pendant et après l’exécUtion des travaUx

Une éqUipe de 50 employés

Une éqUipe responsable avant, pendant et après l’exécUtion des travaUx

maçonnerie sdl Inc. 1159 Lévis, Terrebonne, QC J6W 0A9 43

Téléphone :

450 492-7111

sdl.qc.ca


MAROSI TROY ARCHITECTES

44


Hôpital général juif : une nouvelle aile de soins pour les malades en phase critique Par Mariane Landriau

Afin de mieux répondre aux besoins des usagers de plus en plus nombreux, l’Hôpital général juif souhaitait agrandir ses installations en intégrant une nouvelle aile , le pavillon K, destiné aux soins pour les malades e n pha se critique. Celui- ci devait inclure une nouvelle urgence , des salles d’opération à la fine pointe de la technologie, et des chambres à un et deux lits pour les soins intensifs, coronariens et néonatals. Pour la direction de l’Hôpital, il était important que cette intégration s’harmonise au milieu urbain et qu’il dialogue avec l’ensemble des composantes du centre hospitalier. Le principal défi consistait à humaniser les espaces en mettant l’accent sur la dignité et la sécurité des patients, de même que sur le confort et le bien-être des familles. De plus, chacun des étages devait être connecté aux autres ailes de l’hôpital.

Une programmation harmonieuse et lumineuse La proposition des architectes en consortium Jodoin Lamarre Pratte, Gross Kaplin Coviensky et Marosi Troy consistait à organiser les nouveaux espaces de manière verticale en articulant une tour de chambres pour patients sur une base accueillant la nouvelle unité de soins intensifs, l’urgence et les salles d’opération. La programmation de la façade principale comporte donc trois principaux éléments : une tour de sept étages abritant 150 chambres, constituée d’un mur rideau de verre bleu encadré d’une colonne de panneaux en béton préfabriqués, dont la couleur et la texture s’harmonisent aux autres pavillons déjà en place ; un basilaire de cinq étages accueillant les aires de soins intensifs, l’urgence et 18 salles d’opération ; et un atrium muni d’un puits de lumière. Dans tout le bâtiment, une attention particulière a été apportée à l’entrée de lumière naturelle. Ainsi, la fenestration horizontale sur les façades latérales laisse filtrer une lumière abondante dans les chambres des patients, de même que dans les espaces publics et les salles réservées aux médecins et aux familles. On ret rouve éga le me nt deux cou r s intérieu re s e n soleillé e s pour les patients, les visiteurs et le personnel soignant.

45


MAROSI TROY ARCHITECTES

Pour assurer une circulation fluide entre le nouveau pavillon

Po u r app or t e r u ne a tm os ph è r e a g ré a bl e , le s a rc h it ec t e s

de 57 000 m² et le reste de l’hôpital, les étages des chambres sont

ont introduit dans les couloirs des panneaux de bois et des carreaux

reliés aux parties existantes par cinq passerelles vitrées. De plus,

de g ra nit , de s m atér iau x à la foi s c h a leu r eu x e t du rable s.

l’atrium, qui inclut une aire de restauration, relie le pavillon E

Dans les chambres des patients, on retrouve des panneaux

au nouve au pavillon et sert d’accès principal par le chemin

aux couleurs chaudes et des carrelages d’accent aux murs.

de la Côte-Sainte-Catherine. Un stationnement intérieur de quatre

Dans les salons comme dans les chambres, l’accès à la lumière

étages pouvant accueillir environ 500 voitures permet aussi

naturelle est assuré par des fenêtres horizontales.

aux automobilistes d’accéder facilement à l’hôpital. Achevé en 2015, le nouveau pavillon K de l’Hôpital général juif a permis d’augmenter la superficie disponible de 40 %.

Des intérieurs chaleureux La plus grande réussite du consortium dans ce projet est d’avoir réussi à créer un tout homogène et hautement fonctionnel, tout e n of fra nt de s e sp ac e s ac cue illa nts pou r le s p ati e nts et leurs familles, un aspect très important pour la direction de l’Hôpital général juif.

Firmes:

Jodoin Lamarre Pratte | Gross Kaplin Coviensky | Marosi Troy | Architectes en consortium

Superficie:

57 000 m²

Coût de construction:

280 M$

Client:

Hôpital Général Juif, réprésenté par Gorges Bendavid

46


BU REAU DE

L AV A L - S I È G E S O C I A L

BU REAU DE

G AT I N E A U

5000, rue Bernard-Lefebvre Laval, Quebéc,H7C 0A5

324 D, Ch.industriel Gatineau, Québec, J8R3N9

T. : 450-665-1335

T. : 819-669-1335

WWW.BERNARDMNJ.COM

Approche intégrée

Design audacieux

Génie du rendement www.bpa.ca Qualité, originalité, rigueur

47


48


BramptonBrick.com 1.800.GO.BRICK (462-7425)

B R I Q U E S D ’A R G I L E | P I E R R E S | P R O D U I T S D E M A Ç O N N E R I E A R C H I T E C T U R A L E


fondsimmobilierftq.com

ICI, L’AVENIR SE CONSTRUIT.

INVESTIR ET BÂTIR ENSEMBLE Le Fonds immobilier de solidarité FTQ, en partenariat avec des leaders du secteur, réalise des projets immobiliers rentables, créateurs d’emplois et socialement responsables depuis plus de 25 ans. C’est en participant financièrement et stratégiquement à leur succès que le Fonds immobilier contribue à l’émergence d’une vision moderne du développement urbain qui sait FAIRE TOURNER L’ÉCONOMIE D’ICI.

P R OJ E T : CENTRE DE DONNÉES DE MONTRÉAL

PARTENAIRE :

Profile for INNO MAGAZINE

Inno 25 - Automne 2016  

Inno 25 - Automne 2016  

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded