Page 1

Le 7  février  2014       A  l’attention  de  Monsieur  Olivier  Schrameck   Président  du  CSA   Tour  Mirabeau  39-­‐43,  quai  André-­‐Citroën     75739  Paris  cedex  15       Monsieur  le  président,     Dans  le  cadre  de  l'émission  «  Des  paroles  et  des  actes  »  diffusée  hier  jeudi  6  février  sur  France  2,   Monsieur   Alain   Finkielkraut   a   prononcé   les   paroles   suivantes   :   «  Et   puis   il   y   a   aussi   une   place   en   France  pour  les  Français  de  souche  !  Il  ne  faut  pas  complétement  les  oublier  !  ».     Dans   la   même   émission,   Monsieur   Finkielkraut   a   précisé   sa   pensée   en   indiquant  :   «  Je   ne   veux   pas   que   la   France,   son   enseignement   et   sa   télévision   deviennent   l’Union   soviétique   de   l’antiracisme  sans  cervelle  »  ni  que  «  la  France  soit  soumise  au  diktat  de  la  diversité  ».     C'est   avec   stupéfaction   que   nous   avons   entendu   de   tels   propos   de   la   part   d’une   personnalité   publique   qui   enseigne   par   ailleurs   au   sein   d’une   institution   scolaire   prestigieuse,   l'Ecole   Polytechnique.     Non  seulement  il  est  inacceptable  que  ces  propos  soient  tenus  librement  à  la  télévision  sur  une   chaîne  publique,  par  un  enseignant,  mais  il  est  encore  plus  choquant  qu’aucun  des  représentants   du   service   public   présents   sur   le   plateau   n’ait   jugé   opportun   de   relever   ni   de   contredire   ces   affirmations  particulièrement  choquantes.       L'expression  «  Français  de  souche  »,  directement  empruntée  au  vocabulaire  de  l'extrême  droite,   est  en  totale  contradiction  avec  l'article  premier  de  la  Constitution  qui  dispose  :  «  La  France  est   une  République  indivisible,  laïque,  démocratique  et  sociale.  Elle  assure  l'égalité  devant  la  loi  de   tous  les  citoyens  sans  distinction  d'origine,  de  race  ou  de  religion.  »     Il   est   du   devoir   de   tous   les   représentants   du   service   public   de   faire   respecter   ce   principe   fondamental  de  notre  Nation.  Les  Français  ne  sauraient  être  distingués  selon  leur  ancienneté  sur   le   territoire   national,   ni   selon   leur   ascendance   ni   leur   origine.   Ce   serait   une   atteinte   grave   à   la   citoyenneté  et  à  la  nationalité.     Il   est   dangereux   de   dire,   comme   M.Finkielkraut,   que   certains   Français   seraient   oubliés   et   d’autres   privilégiés   en   raison   de   leurs   origines,   et   d’inciter   à   leur   comparaison   et   à   leur   confrontation.     Dans   un   contexte   de   tensions   xénophobes   et   racistes   entretenues   par   des   extrémistes,   il   est   essentiel  de  refuser  la  lépénisation  des  esprits,  dont  les  propos  de  M.Finkielkraut  sont  un  signe   inquiétant.     C’est   pourquoi   nous   saisissons   aujourd’hui   le   CSA   relativement   à   l’emploi   de   l’expression   «  Français  de  souche  »  et  vous  demandons  de  prendre  toutes  les  mesures  nécessaires  au  respect   des  principes  fondamentaux  de  notre  République  à  la  télévision.     Nous  vous  prions  de  recevoir,  Monsieur  le  président,  l’expression  de  nos  salutations  distinguées.         Mehdi  Ouraoui           Naïma  Charaï     Membres  du  Conseil  National  du  Parti  socialiste.  

Lettre csa  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you