Issuu on Google+

LE JOURNAL FRANÇAIS DES ÉTATS-UNIS

Avril 2013

Quai d’Orsay LA BD D’UN DIPLOMATE

Guide TV5Monde france-amerique.com

POLÉMIQUE

LA COMPÉTITIVITÉ DE LA FRANCE EN QUESTION

CINÉMA

LIVRES

RENOIR, UNE PALETTE DE COULEURS

BEAUVOIR IN LOVE


Banque de gestion privée des Français à l’étranger Depuis plus d'un siècle, s'appuyant sur une relation de confiance avec ses clients, la Banque Transatlantique a développé pour les Français vivant à l'étranger un savoir-faire unique en matière de gestion patrimoniale et de financement de leurs investissements en France. Elle offre désormais aux français résidant aux USA la possibilité d'être accompagnés par une équipe dédiée maîtrisant les spécificités franco-américaines.

N E W YORK RE PR ES ENTATIVE OF FI CE

2

520 Madison Avenue - New York, NY 10022 T + 1 212 644 4213 | E btnewyork@banquetransatlantique.com

France - Amérique AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 2

3/11/13 2:57 PM


SOMMAIRE

Subscribe to France-Amérique Call: 800.901.3731 or log on to www.france-amerique.com $50/one year - U.S. $85/one year outside the U.S. To subscribe, renew your subscription, submit change of address or report missing issues, visit www.france-amerique.com or contact: France-Amérique Subscription Services: FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022, Tel 646.202.9828, subscriptions@france-amerique.com. Major credit cards accepted. Allow 6 to 8 weeks for first issue to arrive and for change of address. To order back issues and for all other inquiries, contact: FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022, Tel 646.202.9828, Fax 646.202.9847 France-Amérique (ISSN 0747-2757) is published monthly except bi-monthly in July-August by FrancePress LLC at FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022. Periodical postage paid in New York, NY and additional mailing offices. POSTMASTER: send address changes to FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022. Copyright 2012 by FrancePress LLC. All rights reserved. France-Amérique is a registered trademark of FrancePress LLC.

AVRIL 2013 © Mars Distribution

Publisher Louis F. Kyle, 646.202.9829 lkyle@france-amerique.com Editor-in-Chief Guénola Pellen, 646.202.9830 gpellen@france-amerique.com Editorial New York 646.202.9831 Gaétan Mathieu, gmathieu@france-amerique.com Mathilde Fassin, mfassin@france-amerique.com Vincent Dozol, vdozol@france-amerique.com Assistant Editor Agnès Kerr, agneskerr@france-amerique.com Art Director Fabio Cutró Web Editor Gaétan Mathieu, 646.202.9832 gmathieu@france-amerique.com Contributors Sébastien Drouet, Évariste Lefeuvre, Jean-Luc Le Dû, Jean Le Gall, Estelle Lenartowicz, Anne Prah-Perochon. Copy Editing Marie-Nicole Elian, Laure Dupont Advertising 646.202.9829 Marketing & Digital Coordinator CC Glenn, 919.593.9415 ccglenn@france-amerique.com Classifieds & Agenda classifieds@france-amerique.com agenda@france-amerique.com Subscription Fulfillment Manager Ahjin Kim, 646.202.9828 subscriptions@france-amerique.com

4 Vie en France 8 Chronique Éco par Évariste Lefeuvre

10 Chronique Livres par Jean Le Gall

12 Entretien

La compétitivité de la France en question

This publication may not be reproduced in whole or part without prior authorization of the publisher. France-Amérique occasionally makes its mailing list available to carefully screened companies whose products and services may be of interest to our readers. If you do not wish to receive these mailings, please send instructions along with a copy of your mailing label.

22 Histoire

Le prochain pape ne siègera pas à Avignon

24 Saveurs

Frites alors !

26 Point final

Beauvoir in Love

Quai d’Orsay, bulles diplomatiques

16 Environnement

Objectif Arbres, la Fondation Anne Fontaine à la sauvegarde de la forêt

Renoir, une palette de couleurs

© Éditions Dargaud

En face l’Amérique, Tonnerre de Brest

14 Bande Dessinée

18 Cinéma Quai d'Orsay, bande dessinée de Christophe Blain et Abel Lanzac (pseudonyme du diplomate Antonin Baudry).

20 Portfolio

28 Instantanés 30 Annuaire 31 Petites annonces

NOUS AVONS DÉMÉNAGÉ ! Veuillez prendre note de notre nouvelle adresse : FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022. Tel 646.202.9828 Fax 646.202.9847

Retrouvez-nous sur www.france-amerique.com Offers made by advertisers are strictly subject to terms and conditions available by contacting the telephone number, or website, or email address indicated by the respective advertiser. Some offers may be limited in time and availability. Performance may be excused by conditions beyond advertiser’s control. Reference herein to France-Amérique, France Today, or FrancePress, LLC does not imply any responsibility on their part for the satisfactory performance of the advertised services. Advertisers are solely responsible for the performance of services set forth herein or any other services promoted in furtherance of their advertisements. To the best of our knowledge, information is accurate at the time of publication. France-Amérique, France Today and FrancePress, LLC cannot be held responsible for any possible errors or for the performance of advertisers’ services.

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 3

3

3/11/13 2:42 PM


VIE EN FRANCE

LÉGISLATIVES

© Flickr/Mortimer62

Les Français d’Amérique du Nord appelés à revoter

Suite à l’invalidation de l’élection de Corinne Narassiguin, un nouveau scrutin sera organisé d’ici mi-mai pour élire le nouveau député des Français d’Amérique du Nord. 246. C’est le nombre de jours que Corinne Narassiguin aura passé en tant que députée des Français d’Amérique du Nord. Après avoir déjoué les pronostics le 15 juin dernier en remportant l’élection devant Frédéric Lefebvre, l’élue PS avait réussi à se faire un nom à l’Assemblée en devenant une des responsables du projet de loi sur le mariage gay. Mais son ascension a été stoppée net le 15 février dernier, avec l’invalidation de son élection par le Conseil constitutionnel. Le Conseil des Sages lui reproche d’avoir « ouvert deux comptes bancaires, dont un à l’étranger », pour sa campagne, alors que les candidats sont tenus « d’ouvrir un compte unique retraçant la totalité de leurs opérations financières ». Déclarée inéligible pour un an, Corinne Narassiguin dénonce « un flou sur les règles qui ont encadré les campagnes législatives à l’étranger ». Antoine Treuille et Émile Servan-Schreiber, deux autres candidats à l’élection législative de juin dernier, ont également vu leurs comptes de campagne rejetés et ont eux aussi été déclarés inéligibles pour un an. La nouvelle élection législative, qui devra se tenir d’ici au 15 mai, est on ne peut plus ouverte. Là ou Corinne Narassiguin avait profité de la vague rose née de l’élection de François Hollande, la droite pourra cette fois s’appuyer sur l’impopularité grandissante du président français. Après avoir remporté la consulta-

4

tion interne organisée auprès des militants du PS en Amérique du Nord, Franck Scemama devrait en toute logique représenter les socialistes lors de la nouvelle élection. Mais l’alliance avec Europe Écologie-Les Verts est à l’heure où nous écrivons encore incertaine. Une droite toujours aussi divisée Surpris par la défaite de Frédéric Lefebvre en juin dernier, l’UMP est bien décidée à ne pas répéter les erreurs du passé. Autrement dit, rassembler la droite autour d’une candidature unique. Et c’est à nouveau l’ancien secrétaire d’État au Commerce Frédéric Lefebvre qui a été choisi pour fédérer son camp. Une investiture qui a fait grincer les dents d’un certain nombre de barons locaux comme Guy Wildenstein, Nicole Hirsh ou Anne Rivière, responsables UMP sur la côte Est. Mécontent de ne pas avoir été investi par l’UMP, Damien Regnard, élu AFE de la circonscription de Houston a décidé de se présenter en tant que candidat dissident droite. Il n’est pas le seul puisque Gérard Michon, qui avait obtenu 2,23% des voix en juin dernier, se représente lui aussi. Quant au MoDem, FN, et Front de gauche, ils n’ont pas encore annoncé s’ils présenteraient un candidat. L’UDI, le nouveau parti de Jean-Louis Borloo pourrait être lui représenté par Louis Giscard d’Estaing ou par un représentant local. ■

MADE IN FRANCE

Niveau record des exportations agroalimentaires Plus grand producteur agricole en Europe, la France a battu en 2012 son record des exportations, pour une valeur de près de 43 milliards d’euros. Les seules exportations de semences et de plants s’élèvent à 1,2 milliard d’euros, soit l’équivalent de 18 Airbus. Les produits forestiers, la pêche et l’aquaculture totalisent quant à eux plus de 15 milliards d’euros. Tiercé gagnant des produits agroalimentaires français qui s’exportent le mieux : les vins, alcools et boissons  (5,4 milliards d’euros), les céréales (3,5 milliards d’euros) les fromages et produits laitiers (2,9 milliards d’euros). Aux  ÉtatsUnis, premier pays importateur hors de l’Union européenne, les ventes de vins et alcools français ont augmenté de 14% entre 2011 et 2012, pour un montant de 2 milliards d’euros. Cheers ! ■

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 4

3/11/13 2:42 PM


VIE EN FRANCE

ARTS

Paris / L’art nouveau à la Pinacothèque © Pinacothèque

Avec sa présentation audacieuse et ses deux établissements, la Pinacothèque de Paris rivalise avec les plus grands musées. Le 17 avril, elle dévoilera sa nouvelle collection d’une centaine d’œuvres de maîtres, tels que Van Dyck, Monet, Modigliani ou encore Delacroix et Pollock, exposées sur 5 000 m 2. Ces tableaux, qui proviennent du monde entier, investissent les lieux pour une période de 1 à 15 ans. Mais ce fonds n’est pas figé, il vit au gré d’accrochages réguliers et inédits. L’institution privée accueille aussi deux nouvelles expositions autour de l’art décoratif. La Pinacothèque 1, située place de la Madeleine, explorera « L’Art nouveau, la révolution décorative. » À partir de 1895, ce mouvement artistique a joué pendant deux décennies un rôle dynamique et controversé sur la scène parisienne avant de décliner et de s’éteindre juste avant la Première Guerre mondiaTamara de Lempicka, Autoportrait ou Tamara dans la Bugatti le. L’exposition présente plus de deux cents œuvres verte, 1925, collection privée. d’artistes de talent, parmi lesquels Mucha, Gallé, Guimard et Lalique, qui témoignent de la diversité et de la richesse de ce mouvement. La Pinacothèque 2 ouvre quant à elle ses portes à l’icône incontestée de l’Art déco avec l’exposition « Tamara de Lempicka, la reine de l’Art déco ». Parfaite représentante des Années folles : mondaine, libre et théâtrale, Tamara de Lempicka développe un style qui lui confère une place tout à fait à part dans l’art moderne. Jouant sans état d’âme sur les attitudes érotiques de ses modèles féminins, l’artiste les met en scène dans un univers néo cubiste et profondément Art déco. ■

Les Collections de la Pinacothèque, du 17 avril au 31 décembre 2013. Pinacothèque de Paris, 28, place de la Madeleine, Paris VIIIe. www.pinacotheque.com.

LE SAVIEZ-VOUS ?

Les origines normandes de Walt Disney © Disney

Sébastien Drouet

Isigny (Calvados) : ses caramels, sa crème, son beurre… et son rapport étroit avec l’une des grandes figures du cinéma mondial, Walt Disney. Un lien probable, quoique fort lointain dans le temps, car le créateur de Mickey descendrait d’un seigneur normand à l’époque médievale. Originaire d’Isigny, ce chevalier accompagna Guillaume le Bâtard – plus connu sous le titre glorieux de Guillaume le Conquérant – de l’autre côté de la Manche, à la conquête de l’Angleterre, en 1066. Madeleine Hubert, une historienne locale, affirme qu’une fois installé en Angleterre, Hugues Suhard se fit appeler Hugues d’Isigny, en hommage à sa terre natale. Ce « d’Isigny » sera porté par ses descendants puis, au fil du temps, se transformera en Ysini, en Is’ny, avant de s’angliciser et de devenir, au XIVe siècle… Disney. Un minuscule village du Lincolnshire se nomme d’ailleurs, encore de nos jours, Norton Disney. En 1830, on retrouve la trace d’un certain Elias Disney, né en Irlande pour sa part – une branche de la famille avait fait souche là-bas –, en partance pour l’Ontario d’abord, puis le Missouri. Il n’était autre que l’arrière-grand-père de Walt Elias Disney, producteur génial mais personnage controversé, comme l’a révélé Marc Eliot dans sa biographie parue en 1993 La face cachée du prince d’Hollywood. Une autre histoire, infiniment moins belle et innocente que celle de la plupart des héros mis en images par Uncle Walt, « l’oncle d’Amérique » des habitants d’Isigny. ■

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 5

5

3/11/13 2:42 PM


VIE EN FRANCE

CONTREFAÇON

6

ENVIRONNEMENT

Le savon de Marseille veut son AOC

Plus de lèche-vitrine by night

Victime de son succès, l’authentique savon de Marseille, à base d’ingrédients naturels et d’huiles végétales, est supplanté sur le marché par des faux, estampillés de Marseille mais produits avec de la graisse animale et des parfums de synthèse. Pour défendre leur procédé de fabrication artisanale et les emplois locaux, les quatre derniers savonniers de Marseille ont créé une marque collective et un label qui garantit l’authenticité des produits fabriqués dans les Bouches-du-Rhône. Les fabricants souhaitent que l’« indication géographique » qui existe pour les produits alimentaires s’applique aussi aux produits manufacturés. Cette proposition, qui concerne aussi les couteaux de Thiers ou de Laguiole, le granit de Bretagne, ou la porcelaine de Limoges, devrait voir le jour dans la prochaine loi sur la consommation prévue d’ici l’été. En attendant, la pétition « Sauvons le savon de Marseille » lancée sur la plateforme Internet change.org a déjà récolté plus de 11 000 signatures. Preuve que les citoyens ne s’en lavent pas les mains ! ■

À partir de juillet 2013, l’éclairage des vitrines et des immeubles commerciaux des villes francaises s’eteindra. Les vitrines commerciales pourront être éclairées de 7 heures du matin à 1 heure du matin, sauf dérogation. Les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel devront être éteints une heure après la fin d’occupation des bureaux. Les façades des bâtiments pourront être illuminées à partir du coucher du soleil jusqu’à 1 heure du matin. Ces mesures devraient économiser 2 milliards de kWh par an, soit l’équivalent de la consommation électrique annuelle de 750 000 ménages et éviter le rejet dans l’atmosphère de 250 000 tonnes de CO2 par an… tout en rendant la nuit aux étoiles ! ■

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 6

3/11/13 2:42 PM


© Audrey Cerdan / Getty Images

VIE EN FRANCE

IN MEMORIAM

Stéphane Hessel, éternel résistant « 93 ans. La fin n’est plus bien loin », écrivait Stéphane Hessel, en préambule de son best-seller Indignez-vous ! il y a deux ans. Ancien résistant sous l’occupation allemande et diplomate à la carrière atypique, cet homme de gauche et européen convaincu connu pour ses prises de position engagées est décédé le 27 février dernier, à l’âge de 95 ans. Il a croisé au cours de sa longue existence des personnalités telles que Nelson Mandela, l’abbé Pierre, le dalaï-lama. Normal, somme toute, pour un homme qui est fait de ce bois-là. Car Stéphane Hessel, avant d’être le plus vieux rebelle de France, la star des librairies, l’icône d’une gauche en quête d’esprit, c’est d’abord un destin. Né le 20 octobre 1917 à Berlin, arrivé en France à 7 ans, Stéphane Hessel était le fils de Franz et Helen Hessel, née Grund, qui inspireront, avec l’écrivain Henri-Pierre Roché, le trio de Jules et Jim porté à l’écran par le cinéaste français François Truffaut. Naturalisé en 1937, reçu à l’école d’élite française Normale Sup en 1939, Stéphane Hessel, qui parlait allemand, français et anglais, était l’incarnation de l’intellectuel européen. Sauvé par trois fois de la mort Mobilisé en 1939, fait prisonnier, il s’était évadé et avait rejoint le général de Gaulle à Londres. Incorporé aux Forces Françaises Libres, il suit plusieurs mois durant une formation de navigateur sur bombardier pour la Royal Air Force. Il n’effectuera pourtant aucun vol, retenu par l’espionnage français comme agent de liaison auprès de l’état-major britannique. Et ce n’est qu’en mars 1944 qu’il voit son appétit juvénile d’héroïsme récompensé : le voilà envoyé en France pour une mission de cent jours. Dénoncé, il est arrêté le 10 juillet à Paris, puis torturé selon le

supplice de la baignoire. Condamné à mort, il est déporté avec 36 autres agents secrets alliés, et transféré début août au camp de Buchenwald. Le 11 septembre, seize d’entre eux sont pendus. Le 5 octobre, onze autres sont exécutés. Stéphane Hessel sait alors qu’il fera partie de la prochaine vague. « Je me souviens que je me récitais des poèmes pour garder espoir et survivre. » Le miracle survient grâce à un médecin du camp, conscient de la défaite imminente de l’armée nazie. Ce dernier parvient à échanger l’identité de trois condamnés avec celle de prisonniers morts du typhus. Le 18 octobre, Stéphane Hessel devient ainsi Michel Boitel, caché dans l’infirmerie du camp. Et échappe à la pendaison, prévue un mois plus tard. Par la suite, transféré dans d’autres camps, il est finalement envoyé à Dora après une tentative d’évasion manquée. Affecté au transport des cadavres, il évite de justesse le peloton d’exécution et parvient miraculeusement à se sortir des griffes de ses bourreaux lors de l’évacuation du camp vers BergenBelsen. Dans le train en marche, il retire deux lattes du plancher, glisse sous la voie et réussit à rejoindre sans mal les lignes américaines à Hanovre. Le 8 mai 1945, jour même de la Victoire, il débarque à Paris dans une ville en liesse. L’avocat des grandes causes Il rejoint le secrétariat général de l’ONU, et assiste en tant que chef de cabinet du Français Henri Laugier, à l’élaboration de la Déclaration universelle des droits

de l’Homme co-signée entre autres par le Français René Cassin et Eleanor Roosevelt. Élevé à la dignité d’ambassadeur de France par François Mitterrand en 1981, Stéphane Hessel avait alors milité pour les immigrés sans-papiers et pour les Palestiniens, ce qui lui avait valu les vives critiques des associations juives. À la retraite depuis 1983, Stéphane Hessel avait poursuivi son combat contre les injustices par des publications de manifestes et appels, dont le célèbre Indignez-vous! en octobre 2010. Cet opuscule de 32 pages, appelant à une « insurrection pacifique », a été vendu à quelque 4,5 millions d’exemplaires dans 35 pays. Il a accompagné les soulèvements populaires contre les régimes dictatoriaux arabes. En Occident, le terme d’« indignés » a été repris par des manifestants en France, Espagne, Grèce, et jusqu’à New York où il a inspiré le mouvement Occupy Wall Street. Stéphane Hessel disait « s’étonner » de ce succès en ajoutant : « Cela s’explique par un moment historique. Les sociétés sont perdues, se demandent comment faire pour s’en sortir et cherchent un sens à l’aventure humaine ». En 2011, l’intellectuel avait récidivé en publiant Engagez-vous!, un livre d’entretiens ainsi qu’un appel contre l’arme atomique dans Exigez! Un désarmement nucléaire total. Et l’an dernier, il avait sorti en France Déclarons la Paix! Pour un progrès de l’esprit, reprenant des entretiens avec le dalaï-lama. Sa finesse et son humour, mais surtout son abnégation à défendre les causes qui lui paraissent justes, en ont fait une icône de la résistance pacifiste. ■ AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 7

7

3/11/13 2:42 PM


LA CHRONIQUE ÉCO

B

en Bernanke l’a annoncé clairement : pour peu que le Congrès s’accorde sur une manière intelligente et cohérente de corriger les déficits publics, il pourra compter sur le soutien de la Réserve fédérale (la Fed).  L’échec récent des négociations entre républicains et démocrates sur les coupes de dépenses publiques automatiques (le sequester) pourrait en décourager plus d’un. D’autant plus qu’il fait suite au débat sur la fameuse falaise fiscale en fin d’année 2012. Mais il en faudrait plus pour faire douter le président de la Fed du bien-fondé de sa politique monétaire et de son souhait d’atteindre le double objectif qui lui a été assigné : contenir l’inflation et garantir des conditions accommodantes susceptibles de faire baisser le taux de chômage.   Ben Bernanke est donc prêt à coopérer ou plutôt à se soumettre, un phénomène appelé la domination fiscale ( fiscal dominance). Un exemple historique permet de bien comprendre ce qui est en jeu. À peine élu en 1992, Bill Clinton s’est engagé à réduire le déficit public. Alan Greenspan l’a aidé avec une politique monétaire accommodante : les taux d’intérêt sont restés durablement bas, pour éviter de trop ralentir l’activité.  Aujourd’hui, Ben Bernanke soutient lui aussi la politique budgétaire mais d’une manière plus directe et plus dangereuse : en assurant un financement monétaire du déficit.  Après avoir violemment baissé les taux d’intérêt en 2008, la Fed s’est heurtée à la borne de 0% des taux d’intérêt. Pour continuer d’assouplir la politique monétaire, elle a entrepris des actions non conventionnelles, en particulier l’assouplissement quantitatif. Ce que l’on a appelé le « QE », consiste, pour 8

© Jonas Cuénin

La Réserve fédérale sous influence

Évariste Lefeuvre, 39 ans, vit à New York. Normalien, agrégé d’Économie, il est chef économiste de Natixis North America.
Il a co-écrit, avec David Abiker, le Dictionnaire posthume de la finance, signé en 2010 La Logique du hasard (Éditions Eyrolles) puis, en novembre dernier, La Renaissance américaine (Éditions Leo Scheer). la Fed, à acheter des bons du Trésor (ou des titres adossés à des créances hypothécaires) en créditant les comptes de réserves des banques. Cette opération, qui augmente la taille de bilan de la Fed, n’a pas généré d’inflation pour au moins deux raisons : la quantité de billets en circulation n’a pas augmenté ; l’encours de crédit aux ménages n’a pas repris.  Cette politique n’est pas sans risque : inflation à long terme, création de bulles sur les marchés risqués. En zone euro, elle serait inacceptable : financer le déficit réduirait l’incitation à le corriger et serait vu comme une source potentielle d’inflation. Pour la Fed, c’est un

moyen de rendre la politique budgétaire plus efficace.  En zone euro la dominance monétaire de la BCE entraîne des ajustements budgétaires drastiques aux conséquences sociales visibles dans les résultats des récentes élections italiennes. Aux ÉtatsUnis la dominance budgétaire permet un ajustement fiscal plus lent, mais entraîne aussi une déviance, complaisance, de la part des législateurs.  Il n’y a pas de solution parfaite, mais les performances comparées suggèrent que le choix de la Fed est meilleur pour la croissance à court terme. La question de l’arrêt de cette politique est néanmoins posée.  Fin 1994, le chômage s’est rapproché des 5%. Les marchés ont anticipé le durcissement prochain de la politique monétaire. Les rendements des bons du trésor américain ont fortement augmenté, entraînant un ralentissement du PIB mais aussi la crise de la dette mexicaine.  Les marchés seront-ils aussi vigilants ? Depuis 2009 beaucoup prédisent un scénario similaire, mais les rendements à 10 ans ne dépassent pas les 2%. L’or, qui a pendant un moment pris le relais comme indicateur de défiance de cette politique, est en déconfiture : recul de 12% depuis octobre dernier.  Bernanke a donc gagné son pari ? Il est trop tôt pour le dire. En acceptant la domination budgétaire, il évite que l’économie ne souffre d’un ajustement fiscal trop brutal. Mais il s’expose à l’inconstance, aux divisions politiques, et donc au risque de statu quo alors que les réformes budgétaires s’imposent de toute urgence. Il accroît aussi le coût potentiel de sortie de sa politique : hausse des taux néfaste pour la croissance et pertes sur son portefeuille obligataire synonymes de manque à gagner budgétaire. ■

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 8

3/11/13 2:42 PM


FRA_AVRIL-013.indd 9

3/11/13 2:42 PM


LIVRES LA CHRONIQUE

Il manque un reportage sérieux consacré aux apprentissages. Il faudrait, pour cela, reprendre les méthodes éprouvées du documentaire animalier. Voici comment je vois les choses : une voix mûre, certaine, décrirait les jeunes gens gourds entrer malhabilement dans le monde. On se souviendrait alors des plantigrades inoffensifs, roulant tels des peluches ivres, voire des manchots découvrant la brièveté de leurs ailes. L’adolescent analysé comme une bestiole : mais ce serait confondant ! Prenons donc un individu confortablement installé dans l’âge bête. Suivons-le durant ces cinq années où tout se fige pour les soixante suivantes. Nous le voyons évoluer parmi la population du collège, sur un terrain de jeu, aux abords des cafés. Nous le regardons assis à la table familiale, où il est mis au pilori après un conseil de classe catastrophique. Dès après l’apparition de son premier poil, il se trouve secoué de ces chaleurs subites et passagères qui lui font croire à une genèse honteuse. Puis viennent les voyages scolaires, les fameux échanges et la non moins fameuse correspondante, idéalement anglaise, dont l’expertise du baiser avec la langue va faire de lui un Européen convaincu ou bien un garçon préférant les garçons. Un peu plus tard, notre héros va connaître la spécialité de son espèce après le football et la politique : l’Amour ! Tout petit vertige, caresses en trompe-l’œil, abus de langage, c’est un temps d’abord artificiel que la relation amoureuse. L’amour ne devient véritable, finalement, que lorsque la jeune fille abrège la supercherie et le quitte enfin. Les mots du gandin au sujet de sa gourgandine se nourrissent alors des confusions passées, ils deviennent ces piètres constats d’abandon, de trahison, de mort. Une prodigalité de livres paraît chaque année sur le sujet de la séparation. Leurs meilleures pages valent les refrains de Justin Bieber (tous les enfants ont du génie, mais pas ce dernier). Outre les mauvais romans, il faut aussi recenser les guides, les essais, les trucs 10

© Jonas Cuénin

Amour & carnage

Jean Le Gall aime le mot, qu’il soit beau ou gros. Il vit et respire l’écriture. Chaque mois, il vous emmène dans son univers, au gré de ses lectures. jean.legall1@gmail.com et astuces pour survivre ; des millions d’arbres qui croissaient tranquilles sont ainsi débités sans que la littérature s’en trouve minimalement augmentée. Cher lecteur, vous qui êtes lassé de l’amour en fuite et de ses innombrables conséquences en librairie, je vous prie de me croire, l’« Apologie de la viande » est à sauver du désastre. Il n’y est pourtant question que de ça : un jeune homme de vingt ans est abandonné par la fille qu’il aime. N’ayant pas plus de solutions que vous et moi réunis, il regarde la pluie et la neige tomber, pleure, chiale, se sépare des objets auxquels elle était associée, consomme des dizaines d’autres filles, sollicite une pute ou deux, se torture en imaginant qu’elle est pénétrée par un autre, rêve d’amnésie, souhaite sa mort, écrit un livre. (Plus imaginatif, il commence de se sectionner le sexe mais s’interrompt à mi-chemin.) À croire qu’en cette matière, les formes du chagrin et les moyens de l’oubli sont universels. Mais ne soyons pas si négatifs car une séparation

subie, c’est quand même l’occasion de s’essayer à des raffinements nouveaux : le cynisme, l’amour-propre, la poésie. L’« Apologie de la viande » est un recueil de tout cela, où le talent de Régis Clinquart excuse tous les excès : «  Comme elle m’embrassait… entrer en elle : fête » / « Elle m’obligeait à poser la main sur son sein, à constater comme son cœur palpite – comme si je ne le savais pas » / « J’aurais voulu être l’Absolue Nécessité de quelqu’un ». Au-delà de ce cahier des sensations, l’auteur livre une somme d’anecdotes extirpées en vrac de son quotidien en désordre. Et souvent, il fait mouche : « Hier, dans la conversation, j’ai dit à la fille avec qui je parlais, dans le bar, que l’amour m’avait tué. Qu’elle parlait à mon cadavre. Elle a souri et elle a dit moi aussi, l’amour m’a tuée. Et comme je lui disais que ce n’est qu’une légende, que les femmes sont bien la dernière chose au monde qui pourrait mourir d’amour, elle a soulevé son T-shirt et j’ai vu, les taches purpurines de l’atroce maladie, clairsemées sur sa peau comme des fleurs dans un champ ». Les enfants du bon Dieu sont de mauvaise foi : ils contestent que de jolies choses poussent sur les versants de la haine. Régis Clinquart leur répond comme un punk le ferait en confession. C’est certes immature, mais c’est franchement émouvant. ■

Apologie de la viande, de Régis Clinquart, aux Éditions Stéphane Million.

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 10

3/11/13 2:42 PM


FRA_AVRIL-013.indd 11

3/11/13 2:42 PM


POLÉMIQUE

La compétitivité de la France en question Le PDG du fabricant de pneus Titan, Maurice M. Taylor, a fait scandale en adressant une lettre rendue publique au ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Il y critiquait les ouvriers de l’usine Goodyear d’Amiens Nord qui ne travailleraient « que trois heures » par jour, soumis à un « syndicat fou ». Au-delà de l’affrontement médiatique, ces tensions interrogent sur les spécificités de l’économie française, parfois sources d’incompréhension à l’étranger. Propos recueillis par Vincent Dozol Gilbert Cette est professeur d’économie à l’université d’Aix-Marseille, spécialiste des questions de productivité et du droit social français.

France-Amérique : Quels enseignements peut-on dégager de la polémique Goodyear ? Gilbert Cette : Il y a eu des propos indiscutablement excessifs et complètement sans rapport avec la réalité économique de la France. Il est difficile de comprendre la réaction de ce chef d’entreprise souhaitant prendre le contrôle de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, qui, face aux obstacles, se voit parée de toutes les difficultés du monde. La France est présentée dans le monde anglo-saxon et par la presse anglo-saxonne de façon totalement caricaturale. C’est pourtant un pays qui a un haut niveau de vie quand on compare avec les autres pays de l’OCDE, avec une productivité élevée. Ces incompréhensions sont probablement dues à un fonctionnement différent par rapport au Royaume-Uni et aux États-Unis. Cela ne veut pas dire que la France ne doit pas s’engager dans la démarche de réformes ambitieuses. Elle est en train de le faire, en espérant que ces réformes se poursuivront quoi qu’il arrive. Pour reprendre le titre d’une de vos publications, le coût du travail est-il trop élevé en France ? Dans l’absolu, il est difficile de dire quand le coût du travail est trop élevé ou non. Le solde de la balance courante française

12

est l’indicateur qui doit être privilégié. Il est déficitaire d’un peu plus de deux points de PIB. Ce que la France vend, elle le vend trop cher. On peut considérer que la situation de la France était plus favorable à la fin des années 1990. À l’époque, le solde comptait 3 points d’excédents de PIB. Aujourd’hui, il existe deux solutions, une issue de paupérisation, ou une sortie par le haut. La première, c’est vendre moins cher et peser sur les coûts. La seconde, c’est changer de gamme de production, innover davantage pour se positionner sur des produits qui font appel à une main d’œuvre qualifiée, qui permettront de payer des salaires à leur juste valeur. La France et les États-Unis ont-ils un rapport différent au travail ? Si l’on se réfère aux études des world value surveys, les salariés français accordent plus d’importance au travail que leurs homologues américains. Par contre, il existe en France un rejet beaucoup plus fort des institutions et des organisations syndicales. La France est un pays issu des traditions du droit civil [qui a évolué à partir du droit romain, axé sur un code civil écrit, ndlr], contrairement aux États-Unis, de traditions inspirées par la common law [droit qui a évolué à partir des décisions des tribunaux]. La France favorise donc une approche plus réglementaire. Le code du travail est très lourd, ce qui

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 12

3/11/13 2:42 PM


POLÉMIQUE

peut entraîner certaines rigidités. Les gouvernements français récents essayent de modifier ces traditions en donnant de plus en plus de marges décisionnelles aux partenaires sociaux. Vu de l’étranger, notre contrat de travail paraît rigide à cause des risques de contentieux associés aux licenciements. Le système américain est plus souple en termes de licenciement, mais aussi plus contraignant face au risque de procès pour discrimination et harcèlement, procès qui sont plus rares en France. Il faut se méfier des comparaisons simples entre la France et les États-Unis car chaque pays s’inscrit dans une logique propre. La France connaît des difficultés et doit procéder à de nombreux ajustements, mais elle reste un pays riche avec un haut standard de vie moyen. Les inégalités se sont terriblement accrues aux États-Unis depuis le premier choc pétrolier. Les travaux de Thomas Piketty et Emmanuel Saez ont montré que 1% de la population américaine s’est accaparé 54% de la richesse produite en termes de revenu. C’est disproportionné et insoutenable. En France, les écarts entre les hauts et les bas revenus se sont beaucoup moins accentués qu’aux États-Unis. Pensez-vous comme Louis Gallois que la France a un « vrai problème de productivité » ? C’est tout à fait exact. La France a encore un haut niveau de productivité, mais cette dernière connaît une croissance très ralentie, comme dans la plupart des pays européens. On observe depuis le milieu des années 1990 une productivité plus dynamique aux États-Unis. Ce décrochage est attribué à l’émergence des technologies de l’information et de la communication en Amérique. Les efforts d’innovation n’ont pas assez de débouchés en Europe. Un effort doit être fourni au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche. Le véritable risque, c’est qu’en période de crise, le besoin de consolider les finances publiques se fasse en sacrifiant les sources d’innovations et les gains de productivité, ce qui accentuerait ce décrochage.

proche constructive. Les partenaires sociaux vont avoir la possibilité de conclure ce type d’accords. Il y a donc des éléments de succès allemands qui sont pertinents de transposer en France. Le modèle ne peut cependant pas être totalement importé. L’Allemagne doit faire face à une précarisation de l’emploi qui entraîne une forte évolution des inégalités et de la pauvreté. Beaucoup d’Allemands sont insatisfaits, ils préconisent par exemple l’instauration d’un salaire minimum. Le taux de chômage n’est pas le seul indicateur à considérer. Selon vous, il est nécessaire de refonder le droit social français. Dans cette optique, comment intégrez-vous la faible représentativité du syndicalisme français ? Le droit social est de moins en moins protecteur pour les salariés et efficace sur le plan économique. Il est d’une telle complexité que les acteurs ne peuvent pas le mobiliser de façon efficace, ils s’interdisent des compromis locaux. Il faudrait donc donner aux partenaires sociaux la possibilité de s’organiser en dérogeant aux accords collectifs. Avec Jacques Barthélemy, nous préconisons une approche dérogatoire, dans le respect de l’ordre public social et du droit international. Cette approche fait sens après la loi du 20 août 2008, qui a redéfini les règles de représentativité des organisations syndicales. La France est un pays dans lequel la syndicalisation est la plus basse de tous les pays de l’OCDE. Des efforts sont à faire pour donner plus de poids aux négociations entre partenaires sociaux. ■

Pour les États-Unis, la France souffre-t-elle d’une faible attractivité ? Selon Bercy, 4 200 entreprises américaines sont implantées en France. Plusieurs ont d’ailleurs réagi en dénonçant les propos de Maurice M. Taylor. Lorsqu’une entreprise s’installe, elle ne doit pas chercher à transposer exactement le même mode de fonctionnement que dans son propre pays. La France possède un dialogue social très riche, les entreprises étrangères doivent aussi s’adapter. Les différences ne sont pas très marquées selon les secteurs d’activité. L’intervention réglementaire forte en France est en effet à l’origine d’une certaine homogénéité. La comparaison constante avec le modèle allemand est-elle pertinente ? Chaque époque a son modèle. L’Allemagne était déficitaire en commerce extérieur au début des années 1990. Dans la crise actuelle, l’Allemagne a été plus performante que la France. En 2009, le PIB allemand s’est contracté de 6% mais le chômage n’a pas augmenté, alors que la France a perdu 500 000 emplois et gagné deux points de chômage en plus sur la même période. La préservation des emplois allemands est due à la qualité du dialogue social. De nombreux accords ont été conclus, qui ont permis aux syndicats d’échanger la garantie de l’emploi contre des baisses de salaires et une diminution du temps de travail. En France, l’accord du 11 janvier 2013 s’inspire de cette apAVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 13

13

3/11/13 2:42 PM


CULTURE BANDE DESSINÉE

Bulles diplomatiques Côté cour, Antonin Baudry est le conseiller culturel de l’ambassade de France aux États-Unis. Côté jardin secret, il est, avec le dessinateur Christophe Blain, l’auteur de la BD Quai d’Orsay, sous le pseudonyme d’Abel Lanzac. Une identité qu’il a révélée lors du festival d’Angoulême, où le Prix du meilleur album 2013 leur était décerné. Entretien. France-Amérique : Le ministère des Affaires étrangères semble assez éloigné de l’univers de la BD. Pourquoi ce choix d’un moyen d’expression visuel et populaire pour raconter le quotidien d’un cabinet ministériel ? Antonin Baudry : En réalité il y a beaucoup d’amateurs de BD au quai d’Orsay, comme je l’ai découvert depuis la sortie de ces albums ! Cela pouvait paraître surprenant de vouloir décrire ce ministère régalien, un peu impressionnant, à travers le 9e art, mais je trouvais au contraire que cela s’imposait : ce sont des lieux très graphiques, des situations très humaines, et surtout un univers où le langage non verbal, le langage du corps, compte énormément. Il me fallait donc non seulement des mots, mais aussi des images. Le bouillonnant ministre des Affaires étrangères que vous dépeignez, Alexandre Taillard de Worms, est ouvertement inspiré de Dominique de Villepin. Qualifieriez-vous vos albums de politiques ou de politiquement incorrects ? Ni l’un ni l’autre, à vrai dire. Ces albums ne sont ni un portrait, ni un roman à clé, ni un essai à thèse. C’est la description d’un monde, sous forme de fiction inspirée par des faits réels. C’est une vision particulière, celle du narrateur, un jeune homme qui ne connaît pas le monde dans lequel il pénètre, et tente de le décoder, de le comprendre, pour pouvoir interagir avec lui. Les personnages s’inspirent de personnes réelles (parfois plusieurs personnes pour 14

© Cindy Ord / Getty

Propos recueillis par Agnès Kerr

un même personnage), mais ils ont leur propre liberté : je ne me suis jamais fixé de contrainte dans l’écriture. Encore une fois, il n’y a pas de portrait ; d’ailleurs nous n’avons pas cherché, avec Christophe Blain, la ressemblance physique (la houpette de Taillard est une pure invention, par exemple). Le deuxième tome de Quai d’Orsay raconte les arcanes d’une négociation à l’ONU. La diplomatie et le story telling ont-ils des traits communs ? Le deuxième tome est effectivement un pari : raconter une négociation diplomatique sous forme de bande dessinée. Il y a bien sûr un point commun entre la diplomatie et les histoires : c’est l’importance des mots. J’ai d’ailleurs voulu marquer cela par une mise en abîme, dans l’un des deux tomes. Voilà une devinette pour vos lecteurs : où estelle ? Certains l’ont repérée... Qu’est-ce qui a suscité l’intérêt du cinéaste Bertrand Tavernier pour adapter la BD à l’écran ? Bertrand Tavernier, à qui l’un de ses amis avait offert la BD, m’a dit qu’il avait beaucoup ri en la lisant. Je pense que ce qui lui a donné envie de l’adapter, c’est qu’elle montre des gens au travail. Certes, de façon satirique, mais elle montre ce qu’ils font quand ils travaillent. Avec Bertrand Tavernier, nous avons co-écrit le scénario. Christophe Blain était aussi de la partie. Bertrand

est venu passer dix jours à New York, et nous travaillions toutes les nuits, jusqu’à l’épuisement. Nous avons beaucoup ri pendant ces dix nuits. Puis nous avons ajusté les choses ensemble, à distance, pendant plusieurs mois. L’écriture est une activité très libre, que vous organisez à votre manière. Vous avez jusqu’à présent signé ces albums sous le nom d’Abel Lanzac. À quoi fait référence votre pseudonyme ? J’aime beaucoup Abel Ferrara pour des films comme Bad Lieutenant, ou King of New York. Quant à Lanzac, je ne sais pas. Mais ce qui est amusant, et mystérieux, c’est qu’après la publication du premier album, j’ai rencontré ici quelqu’un qui est rapidement devenu un ami proche. Un jour, il a appris mon nom de plume, et m’a alors révélé que Lanzac était aussi... son deuxième nom de famille ! Nous partageons ce double fond. Notre amitié justifie à elle seule mon nom de plume. ■

Quai d’Orsay suit le personnage d’Arthur Vlaminck qui devient la plume du ministre des Affaires étrangères. Ce néophyte de la politique découvre alors le microcosme chaotique et fiévreux d’un centre du pouvoir régalien. Ces Chroniques diplomatiques sont inspirées de ses années au service de Dominique de Villepin. Alexandre Taillard de Vorms, son alter-ego de papier, y est dépeint comme un homme flamboyant toujours en mouvement, à la fois éloquent et ridicule, qui cite avec grandiloquence Héraclite comme Hergé. La BD dévoile avec beaucoup d’humour un monde au travail exigeant et harassant, où les esprits brillants nourris de rivalités entrent en collision. Le second tome narre les négociations diplomatiques dans la marche à la guerre d’Irak. Le trait génial de Christophe Blain fait virevolter l’ensemble.

V.D. Quai d’Orsay est disponible en français sur le site de l’éditeur : wwww.dargaud. com

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 14

3/11/13 2:42 PM


© Éditions Dargaud

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 15

15

3/11/13 2:42 PM


ENVIRONNEMENT

Objectif Arbres

la Fondation Anne Fontaine à la sauvegarde de la forêt

D

ans  l’univers de la mode, Anne Fontaine fait un peu fi-gure de Dame Nature. Née au Brésil, la créatrice de la fameuse chemise blanche part vivre à dix-sept ans au sein de la tribu Canela, au cœur de l’Amazonie, pendant six mois. Cette expérience hors du commun lui fait prendre conscience de l’interconnexion entre les hommes et la forêt, et de la nécessité de trouver un juste équilibre entre l’exploitation de ses richesses et sa protection. De sa ferme en Normandie, où elle vit depuis ses vingt ans, la créatrice de mode poursuit le combat. Bien décidée à protéger la forêt de son pays natal, elle lance en 2009 sa fondation à New York, pour venir en aide à la forêt brésilienne de la côte Atlantique qui longe sa ville natale de Rio. « La Mata Atlântica est l’un des plus importants réservoirs de biodiversité au monde. Elle abrite des espèces animales et végétales encore inconnues », explique Christine Dutreil, directrice de la Fondation. Avec seulement 7% de sa superficie originelle de 1 360 000 km 2 préservés, c’est aussi l’une des forêts les plus menacées. Moins médiatisée que sa grande sœur, la forêt amazonienne, la forêt atlantique est cruciale pour préserver l’équilibre de la région. Elle approvisionne en eau les villes côtières et permet à de nombreuses communautés rurales de survivre grâce à ses ressources. Afin de lutter contre sa déforestation sauvage, la Fondation Anne Fontaine organise une exposition réunissant les œuvres de trente photographes, issus des milieux de l’art, de la mode ou du photojournalisme, toutes inspirées par l’arbre. L’exposition Trees in Focus fera ses débuts à New York chez Sotheby’s, du 30 mars au 8 avril 2013 et partira ensuite pour Rio, Paris et l’Asie. Le bénéfice des ventes reviendra à la Fondation et servira à financer de nouveaux projets de reforestation. www.annefontainefoundation.org ■

16

© Laurent Elie Badessi

Guénola Pellen

A o

Le Tou aux ser

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

Un

FRA_AVRIL-013.indd 16

3/11/13 2:42 PM


Admirez des nouveaux spectacles francais sur DISH Seul DISH vous offre les meilleures et toutes dernières programmations en français, le tout en un seul forfait abordable.

kindele

Un Fil a la Patte

Ay and Funke-A

Joseph et la Fille

BOUQUET FRANÇAIS radiofranceinternationale

19.99/mois.

$

Appelez le 1-888-276-2980 ou consultez le site www.dishfrench.com Le forfait « International Basic » coûte 10 dollars de plus par mois. Tous les prix, forfaits et programmations sont susceptibles d’être modifiés sans préavis et peuvent faire l’objet d’impôts locaux et d’État. La programmation est disponible pour les résidences individuelles situées sur le territoire continental des États-Unis. Toutes les programmations DISH, ainsi que tous les autres services fournis, sont soumis aux modalités de l’accord promotionnel et du contrat de Client résidentiel, lesquels sont disponibles sur demande. L’équipement et les programmations sont vendus séparément. Il peut être nécessaire d’avoir une deuxième antenne parabolique pour recevoir à la fois les programmations internationales et américaines. Toutes les marques de AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE 17 services et marques de commerce sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. © 2013, DISH L.L.C. Tous droits réservés. Un Fil A La Patte Légend : avec Emmanuelle Béart (Lucette) et Stanislas Merhar (Irragua) © Michel Deville / Elefilm, Joseph Et La Fille Légend ; Hafsia Herzi (Julie) et Jacques Dutronc (Joseph) © Haut & Court, Ay and Funke - Akindele © Afrotainment.

FRA_AVRIL-013.indd 17

3/11/13 2:42 PM


CINÉMA

Renoir

une palette de couleurs Avec Renoir, le réalisateur français Gilles Bourdos signe un épisode biographique lumineux et passionné. Le film devrait trouver son public aux États-Unis, où le nom et l’œuvre du maître sont appréciés. On y va pour la performance de Michel Bouquet, pour la musique d’Alexandre Desplat et surtout, pour la beauté des images de Mark Ping Bing Lee, le technicien génial de Wong Kar-Wai pour In the Mood for Love.

© Mars Distribution

Guénola Pellen

L’acteur Michel Bouquet campe le peintre Auguste Renoir.

N

ous sommes en 1915. Tandis que dans les tranchées, la guerre fait rage, Auguste Renoir (Michel Bouquet), dévoré par la polyarthrite, achève son existence dans sa propriété des Collettes, sur la Côte d’Azur. Il vient de perdre sa femme et son fils Jean (Vincent Rottiers) revient blessé du front. Pire, il souhaite y retourner sitôt guéri, au grand dam de son père. La mort rôde autour du peintre. Pour la tromper, il se réfugie dans son atelier posé au milieu des oliviers. Là, il parfait son art, le pinceau attaché à sa main raidie par des bandelettes de tissu. Dans sa maison atelier, le temps s’écoule lentement, entre ses toiles le jour et crises de rhumatisme la nuit. 18

L’arrivée d’Andrée (Christa Théret), une jeune modèle à la beauté et au tempérament incendiaires va ébranler le quotidien de la maison. Cette rousse électrique est comme une source de jouvence pour le vieil artiste. À son contact, il retrouve un regain d’énergie et de créativité. Le corps d’Andrée devient l’objet même de sa peinture, et la jeune modèle devient sa muse. Sa beauté et sa force de caractère ne laissent pas non plus Jean indifférent. Le jeune fils du peintre, qui n’a encore aucune idée de sa future carrière de cinéaste, et son modèle entament une liaison amoureuse, sous le regard un peu jaloux du père. Dans la vraie vie, Jean épousera Andrée en 1920. C’est sous ses injonctions qu’il se lancera dans le cinéma. Andrée sera même

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 18

3/11/13 2:42 PM


© Mars Distribution

CINÉMA

la vedette, sous le nom de Catherine Hessling, de son premier long métrage La Fille de l’eau (1924), puis jouera la courtisane dans Nana (1926) d’après le roman de Zola. Le couple finira par se séparer quelques années plus tard et Andrée terminera ses jours dans l’anonymat, tandis que Jean deviendra l’immense réalisateur que l’on connaît. L’un des intérêts du film réside dans son aspect documentaire. « Tous les personnages du film sont historiques », précise Gilles Bourdos. Pour coller à la véracité biographique, Gilles Bourdos a fait appel à Sylvie Patry, conservatrice au musée d’Orsay et spécialiste de la peinture impressionniste et postimpressionniste. L’historien de l’art AugusLes acteurs Vincent Rottiers (Jean Renoir) et Christa Théret (Andrée). tin de Butler, auteur d’un livre sur les Écrits et entretiens du peintre, réunissant tous les textes, lettres, paroles rapportées et propos de table de Renoir de plaisir, de sensualité. De refuser la noirceur, le mélodrame, même le a créé les dialogues. La reconstitution minutieuse des cos- témoignage du monde. Renoir est avant tout le peintre des enfants et tumes et de la maison des Renoir à Cagnes-sur-Mer achève des fleurs », conclut Gilles Bourdos. ■ de plonger le spectateur dans l’intimité du clan Renoir. Renoir, de Gilles Bourdos. Avec Michel Bouquet, Christa Théret, Faute de pouvoir tourner dans la propriété originelle, le Vincent Rottiers... 1h51. En salles américaines à partir du 29 mars. réalisateur a déplacé le décor dans le Rayol (Var), une enclave méditerranéenne où il a fait planter des oliviers plusieurs fois centenaires. La beauté des paysages du Sud baignés de soleil, cette lumière chaude et douce confère au film une atmosphère chaleureuse. « Cette couleur et cette joie de vivre sont omniprésentes en Méditerranée. Le rouge, le bleu, l’ocre, la terre, le vert. Renoir la célèbre, c’est un film de coloriste », explique le cinéaste niçois, heureux d’avoir pu tourner sur sa terre natale.

À la recherche du temps perdu

Mieux, le film restitue l’expressivité des tableaux du peintre. « Le but n’était pas de recopier ou d’imiter les tableaux de Renoir mais de s’imbiber des impressions que les tableaux de Renoir offrent. » L’utilisation partielle du flou à l’écran renvoie aux toiles impressionnistes du peintre. « À cette période de sa vie, Renoir n’est déjà plus impressionniste. Il est plus proche de ce que fera le jeune Picasso ou Bonnard ou Matisse que de Manet et du Déjeuner sur l’herbe. La peinture impressionniste témoignait de son époque. Or les dernières toiles de Renoir ne témoignent plus d’aucune époque. Il s’est débarrassé complètement des costumes, ce ne sont plus que des corps féminins qui flottent dans une nature intemporelle et idyllique », rappelle le réalisateur. Cette ambiance joyeuse, on la doit aussi aux femmes qui entourent Renoir à la fin de sa vie, domestiques, couturières, nourrices et modèles. Toutes ces femmes, constamment affairées autour d’un Michel Bouquet magistral et décidé à peindre jusqu’à son dernier souffle, donnent un coup de frais à l’ensemble. « Je me suis aperçu que sa peinture était une réponse à la négativité du monde, explique Gilles Bourdos. Cet acte de peindre est en fait une manière de résister. C’est le sens de ses paroles à son fils lorqu’il dit : ‘il y a suffisamment de choses terribles dans le monde pour que moi-même je n’en rajoute pas.’ Il y a toujours eu ce désir chez Auguste Renoir d’être dans une tradition de volupté,

LOCATIONS AUX MEILLEURS PRIX ACHAT-RACHAT ( leasing ) HORS TAXES CITROEN ~ RENAULT Achat-rachat d’une voiture toute neuve. Toutes taxes, assurance multirisques sans franchise, assistance routière et plus comprises.

Prix réduits pour étudiants / professeurs

www.europebycar.com Tél: 212-581-3040 800-223-1516 New York City, New York

Un nom de confiance, à votre service.....depuis 1954

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 19

19

3/11/13 2:43 PM


PORTFOLIO

En face l’Amérique Tonnerre de Brest Mathilde Fassin

C

’est dans un petit village de Suisse que Juliette Villard s’est éprise de football américain. Elle avait huit ans, son cousin était passionné de ce sport, et était impressionnée par tous les posters de joueurs. Son grand frère, quant à lui, vouait un culte au hiphop. « Depuis j’ai ce goût pour l’Amérique délocalisée », explique la jeune photog-

20

raphe qui a consacré plusieurs années à suivre les joueurs de Tonnerre de Brest, l’équipe bretonne de football américain. Son projet : « souligner l’influence américaine, avec une image charismatique, mise en scène dans un lieu qui crée la surprise ». Tournée vers l’océan Atlantique, face à l’Amérique, la ville de Brest se prêtait bien au jeu de la traversée interculturelle. « Les jeunes s’identifient à la

culture américaine, incarnation de la ‘coolitude’, alors qu’ils vivent si loin de tout ça », constate Juliette Villard. La collection de photos permet aussi de « mettre en lumière un sport méconnu en France », alors que l’Hexagone compte 191 clubs et 22 000 licenciés en 2012. ■ En face l’Amérique – Tonnerre de Brest : à la rencontre de l’équipe de football américain, de Juliette Villard (thejudge.ch)

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 20

3/11/13 2:43 PM


FRA_AVRIL-013.indd 21

3/11/13 2:43 PM


Le prochain pape ne siègera pas à

Avignon

© Bibliothèque Nationale de France

HISTOIRE

La décision de Benoît XVI de renoncer au trône papal est un événement rare dans l’histoire de l’Église, le précédent le plus mémorable remontant à plus de sept siècles en la personne de Célestin V, en 1294. Anne Prah-Perochon

T

raditionnellement, à la mort ou à la démission d’un pape, son successeur est élu par les cardinaux réunis en conclave dans la chapelle Sixtine et isolés du monde extérieur. Pour éviter l’intervention de souverains ou de puissantes familles, voire de la force armée dans le choix d’un pape, son élection n’est plus entre les mains des laïcs mais uniquement des cardinaux. Nous comprenons mieux la sagesse de cette précaution lorsque l’on étudie l’histoire des papes d’Avignon, en particulier celle du premier pape, Clément V, qui fut « la créature » du roi de France Philippe le Bel. Il faudra presque un an pour que les intrigues et les luttes de clans qui opposaient les membres du conclave réuni en juillet 1304 à la mort du pape Benoît XI aboutissent, en juin 1305, à l’élection d’un nouveau pape. Un Français d’une quarantaine d’années qui inaugurera l’ère de la papauté d’Avignon.

Un Français sur le trône de Saint-Pierre

Le neveu du roi arménien Héthoum de Korikos remettant au pape Clément V un exemplaire de La Flor des Estoires d’Orient en 1307.

Le nouveau pape, Bertrand de Got, né en 1260 (ou 1264) à Villandraut en Aquitaine était issu d’une famille distinguée. Ayant un oncle évêque d’Agen et un frère archevêque de Lyon, son ascension dans les rangs de l’Église fut rapide et il n’avait que trente-neuf ans (ou trente-cinq) lorsqu’il devint archevêque de Bordeaux. Au moment de son élection au siège de Saint-Pierre, Bertrand de Got était sujet du roi d’Angleterre Édouard Ier (12721307) puisque Bordeaux était une possession anglaise. Sa formation de diplomate et de juriste lui fut précieuse dans ce poste difficile, en raison du conflit permanent entre les rois d’Angleterre et de France. De même, il avait su rester neutre dans le grave conflit opposant en 1301 le roi de France Philippe le Bel (1268-1314) au pape Boniface VIII (12351303). Boniface VIII en effet prétendait s’ériger en juge suprême des princes de ce monde. Ceci mettait directement en cause l’indépendance des États, en particulier le royaume de France. La neutralité de Bertrand de Got lui avait rallié la majorité des prélats.

22

Habemus papam !

Le 20 juin 1305, Monseigneur Bertrand de Got achevait une tournée pastorale en Bordelais, sa province ecclésiastique et passait la nuit chez des amis à Lusignan. Au cours du dîner, un serviteur s’approcha du maître de maison et lui souffla un mot à l’oreille. Il y avait dehors un cavalier qui désirait parler à Monseigneur l’archevêque. Ce messager arrivait directement de Rome et annonçait : « Habemus papam ! » et ce pape n’était autre que Bertrand de Got. Un Français sur le trône de SaintPierre ? Il y avait eu certes quelques précédents mais en ce début de XIVe siècle, alors que la papauté et le roi de France ne cessaient de s’entre-déchirer, la nomination d’un pontife français avait de quoi bouleverser l’histoire de la chrétienté ! Cette nuit-là, Bertrand de Got ne put fermer l’œil. Profitant de son insomnie il se chercha un nom dans la lignée pontificale. Il s’appellerait Clément, cinquième du nom, parce qu’il voulait que sous son pontificat règne une ère de clémence. Ayant confirmé son acceptation, Clément V annonça sa décision de se faire introniser à Vienne, au sud de Lyon, qui était terre d’empire donc neutre dans le grand conflit opposant

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 22

3/11/13 2:43 PM


HISTOIRE

royauté et papauté. Cependant, le faible Clément qui était une proie facile pour Philippe le Bel savait que les désirs du roi étaient des ordres, aussi accepta-t-il que la cérémonie ait lieu à Lyon en terre française, mais il comprit que cette décision mettrait dès lors le Saint-Siège dans la dépendance morale du roi de France. Ceci était d’autant plus vrai que Philippe le Bel voulut s’assurer que le nouveau pape - un Français - résiderait en France ou tout au moins dans les terres pontificales du comtat Venaissin (l’actuel Vaucluse) d’où il pourrait contrôler facilement ses agissements. Et mieux encore à Avignon qui, en raison de sa situation géographique, juste aux portes du royaume de France, sur la rive gauche du Rhône, offrait maints avantages stratégiques et politiques.

De funestes présages

Clément V se rendit à Lyon le 14 novembre 1305 et fut intronisé en grande pompe à l’église Saint-Just. Toutefois, plusieurs événements insolites eurent lieu ce jour-là qui furent interprétés par les astrologues comme de mauvais présages pour son pontificat. Après la cérémonie eut lieu une procession grandiose où figuraient la plupart des princes de l’époque. Le long du chemin, une foule de badauds s’était entassée sur un vieux mur. Soudain le mur s’écroula et dans la bousculade qui s’ensuivit, le cheval du pape prit peur. Clément V se retrouva à terre, indemne mais sa tiare, qui était tombée, avait perdu sa plus belle parure, un énorme rubis que Philippe le Bel en personne ramassa. D’aucuns y virent un symbole inquiétant. L’accident avait fait douze victimes et de nombreux blessés dont le duc de Bretagne, qui mourut de ses blessures quelques jours après. Un malheur n’arrivant jamais seul, une semaine plus tard, le jour de la Saint-Clément, une rixe éclata entre la garde pontificale d’Aquitaine et les hommes d’armes appartenant aux cardinaux italiens. Un des frères de Clément V, Gaillard de Got, fut tué d’un coup d’épée italien.

Avignon, centre du monde au XIVe siècle

Intronisé à Lyon le 14 novembre 1305, ce n’est que le 9 mars 1309 que le pape franchit pour la première fois les remparts d’Avignon. Il mit quatre ans pour parcourir la distance de deux cents kilomètres qui séparait ces deux villes ! Lorsqu’enfin il fit son entrée officielle à Avignon, la ville était en pleine effervescence. L’actuel palais des Papes n’existant pas encore, Clément V dut s’installer dans le vaste couvent que possédaient les dominicains. Toutefois, il n’y resta que le temps strictement nécessaire, supportant mal cette ville dont les bruits, les mauvaises odeurs et la chaleur aggravaient son état de santé qui avait toujours été délicate. Il lui préférait de loin Carpentras qui appartenait au Saint-Siège et il se rendait régulièrement au prieuré de Groseau à Châteauneuf, au pied du mont Ventoux pour y trouver un peu de fraîcheur. Au XIVe siècle, le pouvoir d’attraction de la cour pontificale d’Avignon était immense ! Dès l’arrivée de Clément V avec sa suite de grands dignitaires, la population s’accrut de façon spectaculaire car chaque cardinal entretenait une cour personnelle, appelée « sa famille ». Si Avignon comptait au début du XIVe siècle environ 10 000 habitants, cinquante ans plus tard, ils étaient au moins 80 000. C’était alors une vraie tour de Babel, grouillant d’une foule cosmopolite de pèlerins, de marchands, de trafiquants, de plaideurs venus du monde

entier. Catalans, Scandinaves, Grecs, Juifs et Allemands coexistaient avec les Italiens et les Français.

L’affaire des Templiers

Le nom de Clément V est à jamais associé à l’affaire des Templiers. L’origine militaire de l’ordre du Temple, fondé en 1118, est bien connue ainsi que la principale fonction de ses moines soldats qui était de protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem. Au cours des siècles, les Templiers s’enrichirent et au début du XIVe siècle, leurs possessions s’étendaient de Chypre à l’Irlande, du Danemark à l’Espagne. Le Temple de Paris était une bourse mondiale qui prêtait aux papes et aux rois. Cette richesse ne pouvait manquer d’attiser la convoitise de Philippe le Bel, monarque tout puissant mais sans cesse en quête d’argent pour financer ses projets grandioses. Il avait déjà dévalisé les Juifs qu’il avait expulsés du royaume, il en avait fait de même des banquiers lombards. Et il avait fait ce qu’aucun souverain n’avait osé avant lui : dévaluer sa propre monnaie ! L’installation de Clément V à Avignon, littéralement aux portes du royaume l’exposait à la domination de Philippe le Bel. Toutefois, malgré les pressions du roi qui voulait faire condamner les Templiers comme blasphémateurs et hérétiques pour s’emparer de leurs richesses, le pape fit traîner la procédure pendant plusieurs années. En effet, arrêtés dans tout le royaume le même jour - le 13 octobre 1307 -, le procès instruit contre eux dura jusqu’au 13 avril 1312. Mais de guerre lasse, Clément V cédant au roi, condamnait le Temple et ordonnait sa dissolution ainsi que la mort sur le bûcher pour ses dignitaires, dont le grand maître, Jacques de Molay.

La malédiction de Jacques de Molay

Le 11 (ou 18) mars 1314 à l’extrémité de l’île de la Cité, à Paris, cent treize Templiers devaient subir la torture du bûcher en présence du roi. Lorsque ce fut le tour de Jacques de Molay, il se tourna vers le monarque et criant son innocence jusqu’à la fin, il lança cette imprécation contre le roi et le pape : « Philippe ! Clément ! Faux juges ! Je vous somme d’apparaître devant le tribunal divin. Avant un an, les responsables de notre mort auront disparu ! » En mars 1314, Clément V avait cinquante (ou 54) ans mais déjà malade, il décida de retourner sur son lieu de naissance, Villandraut en Aquitaine. Épuisé, il n’alla pas plus loin que Roquemaure (Gard) sur la rive droite du Rhône où il mourut le 20 avril. Le 29 novembre de cette même année, ce fut au tour de Philippe le Bel de mourir, à l’âge de quarante-six ans, à la suite d’un accident de cheval. Son fils Louis X le Hutin, qui lui succéda, mourut dix-huit mois plus tard sans connaître son propre fils, Jean le Posthume, mort à la naissance. Ainsi le roi Philippe le Bel et sa descendance aussi bien que le pape Clément V disparaissaient-ils quelques mois après la mort de Jacques de Molay. La prédiction du Templier s’étaitelle réalisée ? ■

VOCABULAIRE S’ériger = to set oneself as Agissements = schemes Présages = omens

Rixe = scuffle Effervescence = agitation Attiser = arouse

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 23

23

3/11/13 2:43 PM


© Photographe : Guillaume Czerw © Styliste : Sophie Dupuis-Gaulier

SAVEURS

Frites alors ! Estelle Lenartowicz

Un succès international

« Il paraît qu’il y aura des frites à la cantine », murmurent les écoliers, l’œil alléché, à l’approche du déjeuner. Généreuse, conviviale et bon marché, la frite séduit bien au-delà de la cour de récré. Fondante et croustillante, on la sert au bistro, avec un steak de bœuf ou un plat de moules. Chez les Chtis, elle fait trempette dans une crème au maroilles. À Bruxelles, les puristes ne la grignotent que nature. Les Québécois l’aiment en Poutine, aspergée de cheddar. Avec ou sans sauce, la frite fait un carton en cornet, en barquette ou directement dans l’assiette. Elle fédère les ripailleurs de tous bords, et devient en Belgique une véritable institution. Les baraques à frites poussent comme des champignons, à tel point que dans les années 80, la frite se syndique. L’Union nationale des frituristes est créée pour défendre les intérêts de ce pilier de la belgitude. Lors d’une récente crise politique, Flamands et Wallons brandissent leur cornet comme un symbole d’union nationale et proclament ensemble la « Révolution des Frites ».

Des origines disputées

Les Belges ne sont pas les seuls à revendiquer la paternité du bâtonnet salé. Nombreux sont les historiens qui jurent que la frite est parisienne : elle serait née au lendemain de la Révolution, vendue aux promeneurs, sur le Pont-Neuf. Une légende largement alimentée par les Américains, pour qui le président Thomas Jefferson, de retour d’un voyage en France, a importé les fries à la Maison Blanche. Un siècle plus tard, le verbe to french s’invite dans le parler culinaire pour décrire l’action de couper en bâtonnet. Et la frite de faire une brillante carrière aux États-Unis, aux côtés du burger, son plus fidèle compagnon. Elle ne se débarrasse pas pour autant 24

Hugues Henry co-auteur de Carrément frites (éditions Renaissance du Livre) et créateur du portail frites.be

de ses origines gauloises. Pour preuve, ce restaurateur de Caroline du Nord qui, au début de la guerre d’Irak, raye l’appellation french fries de son menu pour lui préférer le nom de freedom fries.

La frite top-modèle

Quand les frites se mettent à frétiller dans la graisse, c’est qu’elles sont prêtes à être dévorées. À vos cornets ! ■ Recettes et photos extraites de l’ouvrage Le Livre des Frites d’Anne de La Forest, éditions Hachette Cuisine.

« Associée aux chaînes de restauration rapide, la french frie est un produit de masse qui n’a pas de saveur. La belgian frie, au contraire, est noble et artisanale », tranche Hugues Henry, journaliste et créateur du portail frites.be. Calibre du bâtonnet, qualité de l’huile, variété de pomme de terre. Rien n’est laissé au hasard dans la préparation d’une frite top-modèle. Pour le choix de la patate, préférez la hollandaise Binjte dont la texture farineuse permet d’obtenir un résultat onctueux et craquant. Le must pour réussir la recette, c’est avant tout la double cuisson. Notre docteur ès frites explique : « Il faut d’abord faire pocher les bâtonnets à plus basse température, les réserver, puis les replonger dans une huile à 350°F. »

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 24

3/11/13 2:43 PM


SAVEURS

LES POMMES « PONT-NEUF » FRANÇAISES

PRÉPARATION Épluchez les pommes de terre avec un économe puis lavez-les à grande eau. Détaillez vos frites au couteau en coupant les pommes de terre en bâtonnets de ½ inch d’épaisseur. Vous pouvez aussi utiliser un coupe-frites manuel. Lavez-les plusieurs fois pour ôter l’amidon (la dernière eau doit être claire) et essuyez-les soigneusement avec un torchon propre et sec. Versez l’huile dans votre friteuse et mettez-la à chauffer à 300°F. Disposez les pommes de terre taillées et séchées dans le panier. Ne chargez pas trop le panier : 2 lbs de pommes de terre doivent être cuites en deux fournées. Baissez le panier de la friteuse et laissez frire 7/8 min. Remontez le panier, remuez bien les frites en secouant le panier d’une main pour que les frites s’égouttent et laissez-les refroidir 30 mn environ. Remettez l’huile à chauffer à 350°F et faites un dernier bain de cuisson de 3 minutes maximum. Sortez les frites, égouttezles bien en les secouant puis disposez-les dans un saladier recouvert d’un papier absorbant. Ôtez le papier et salez les frites généreusement au sel fin. Laissez reposer quelques minutes puis servez les frites encore bien chaudes en ajoutant la fleur de sel au dernier moment. Elles se dégustent avec : la sauce frites, le ketchup, la béarnaise, la sauce aux herbes fraîches. Les secrets du steak frites Le steak est traditionnellement préparé avec du rumsteck de ¾ d’inch d’épaisseur environ et cuit sur un grill marquant la viande (avec des jolis croisillons). Huilez directement la viande au pinceau sur les deux faces, salez et poivrez-la, puis passez-la au grill chaud 2 minutes environ de chaque côté. Pour faire les croisillons, posez votre viande sur le grill perpendiculairement aux marques pendant une minute environ, puis faites de même horizontalement. Attention à ne pas piquer la fourchette directement dans la viande quand vous la retournez pour qu’elle ne perde pas son jus. ■

© Photographe : Guillaume Czerw © Styliste : Sophie Dupuis-Gaulier

Pour 4 personnes INGRÉDIENTS 2 lbs de pommes de terre Yukon Gold 2 qts d’huile de friture 1/2 tbsp de sel fin 1/2 tbsp de fleur de sel

QUELLE BIÈRE POUR ACCOMPAGNER VOS FRITES ?

Rien de mieux qu’une bière fraîche et désaltérante pour apprécier le petit goût salé de ces pommes Pont-Neuf. Fruitée et moelleuse en bouche, la Trappist Achel, une bière blonde ambrée, a les faveurs des frituristes belges. Pour plus d’amertume et d’intensité, on optera pour une Orval, dont la mousse crémeuse révèle un corps ample et velouté. Un classique. En vente sur www.beership.com Remerciements à Simon Thillou de La Cave à Bulles, Paris Ve. ■

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 25

25

3/11/13 2:43 PM


© Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos

POINT FINAL

Simone de Beauvoir par Henri Cartier-Bresson, Paris, France, 1945.

Beauvoir in Love Danièle Thomas Easton

Sur les traces de Simone de Beauvoir et de son amant américain Nelson Algren, l’historienne Irène Frain révèle un Castor inédit : une femme tendre et vulnérable, toute de chair et de passion.

26

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 26

3/11/13 2:43 PM


POINT FINAL

B

eauvoir in love, le dernier livre consacré à la pasionaria du féminisme, ne se présente ni comme une biographie traditionnelle, ni comme un essai philosophique, mais comme un roman, composé par la plume talentueuse d’Irène Frain, spécialiste de récits inspirés de personnages réels. C’est dire que, d’emblée, le lecteur est assuré que l’histoire sera racontée avec brio et qu’il ne l’abandonnera qu’une fois les 400 pages tournées ! Récompensée en 2009 par le Grand Prix Palatine du roman historique pour Les naufragés de l’île Tromelin, cette auteure d’une trentaine d’ouvrages continue à restituer, depuis son premier succès Le Nabab, les parcours authentiques de marins, de femmes exceptionnels, d’explorateurs avec une imagination étonnante, étayée par des enquêtes menées avec une extrême rigueur. Au palmarès des femmes qu’elle ressuscite avec passion, comme Cléopâtre ou Phoolan Devi, la femme-bandit indienne, figure désormais un Castor inédit, une Simone de Beauvoir toute de chair et de passion, tendre, sensuelle et vulnérable. C’est en 1947 que débute cette affaire transatlantique qui marquera à jamais Simone de Beauvoir en dépit de ce qu’elle choisira d’en raconter plus tard dans son roman à clef, Les Mandarins. Alors âgée de 39 ans, elle est déjà, pour ses adulateurs français, la grande prêtresse de l’existentialisme, même si d’autres préfèrent persifler la « Notre-Dame de Sartre » ou

Le décor est campé. À des lieues de l’icône germanopratine, un sévère cliché noir et blanc d’une intellectuelle enturbannée et corsetée de philosophie, Irène Frain fait entrer en scène une Simone détonnante. Au Castor se substitue une amoureuse passionnée, une Simone charnelle, cheveux défaits, se dorant au soleil, nue dans un transat au bord du lac Michigan. Une Simone gourmande qui se régale de confiture d’oranges, divinement heureuse après l’amour, alanguie sur la courtepointe mexicaine dans la chambre de Nelson. La « femme au cerveau d’homme » cède la place à une « petite grenouille » aux accents enjoués de midinette face à son « doux crocodile ». Une femme fragile également, qui pleure, qui souffre, avalant scotch, amphétamines et barbituriques chaque fois que Nelson a été « épouvantable » comme elle le consigne dans le carnet de route qu’ils tiennent ensemble, lorsqu’apparaît, autour de Sartre, une nouvelle « contingente » ou quand elle devine, très vite, que, des deux, elle sera celle qui aime le plus. Irène Frain part sur leurs traces à Chicago, arrachant aux archives leurs secrets, consultant documents et photos avec sa précision infatigable d’historienne. Décoder ses œuvres, Lettres à Sartre, Lettres à Nelson Algren, L’Amérique au jour le jour, Le Deuxième Sexe, Les Mandarins, ou ses Mémoires révèle trop d’éléments contradictoires - le Castor avait bien brouillé les pistes dans ses écrits relatant les épisodes de sa relation avec Al-

À des lieues de l’icône germanopratine (...) Irène Frain fait entrer en scène une Simone détonnante ! gren. La romancière s’est attachée à débusquer les mensonges, les cachotteries, comblant les zones d’ombre avec une sensibilité toute féminine et une superbe écriture dans une démarche, comme elle l’explique dans son avant-propos, où « l’Histoire peut laisser place à l’imagination », surtout lorsque « l’imagination elle-même peut se montrer rigoureuse ». Portrait incroyablement vivant de Simone de Beauvoir et de son amant transatlantique, de leur passion, leur voyage au Yucatan, au Guatemala, au Mexique, en Europe, de leurs retrouvailles à Paris, à New York, leurs déchirements, et aussi de leurs travaux respectifs. Épilogue révélateur : Simone de Beauvoir repose au cimetière Montparnasse, aux côtés de Jean-Paul Sartre. Elle s’est fait inhumer portant au doigt l’anneau d’argent qui ne l’a jamais quittée, offert par son « bien-aimé mari sans mariage » au matin de leur première nuit d’amour à Chicago. ■ Nelson Algren © Walter Albertin / World Telegram

la « Grande Sartreuse ». En ce janvier 1947, Sartre veut se retrouver seul à Paris pendant quelques mois pour y recevoir sa nouvelle conquête, Dolorès Vanetti. Son « amour nécessaire » ira donc donner une série de conférences dans les universités américaines pour laisser le terrain libre aux « amours contingentes ». Le Castor part à regret, rongée par la jalousie, quand bien même le pacte entre Sartre et son égérie se veut rassurant : ils se raconteront tout et s’écriront leur quotidien par le menu ! C’est qu’entre eux deux, après les premiers ébats, la relation est devenue celle d’un couple de mots et d’échanges d’idées. Mais il faut bien que le corps exulte et Sartre sera, sa vie durant, très entouré... Après les cénacles culturels de New York, où elle conquiert journalistes et intelligentsia, c’est Chicago que le Castor va découvrir avec, pour cicérone, Nelson Algren, recommandé par une amie de ce grand amateur de femmes. Séduisant viking d’un mètre quatre-vingt-cinq aux pectoraux de boxeur (il fréquente le ring assidûment), louant pour 10 dollars par mois, dans les bas-fonds de la ville, un taudis sans salle de bains (on repousse les plats sales pour libérer l’évier-lavabo), c’est un indigné avant l’heure, un écorché, un « instable, ombrageux, névrosé » qui se rebiffe à tout venant. Habitué des bouges, tripots et bordels, il y puise les matériaux pour son futur magnum opus que sera L’Homme au bras d’or et c’est là, dans cet envers de l’Amérique, qu’il va cornaquer le Castor. Côté cour, cour des miracles de junkies, prostituées et clochards qu’elle rencontrera, Algren lui fera lire l’étude du sociologue suédois Gunnar Myrdal sur la situation des Noirs aux États-Unis. Pour son œuvre en gestation pendant ce voyage, Le Deuxième Sexe, le traité fera apprécier au Castor l’analogie entre sexisme et racisme. Côté jardin, il séduira sans peine sa « little Frenchie ».

Beauvoir in Love d’Irène Frain (Éd. Michel Lafon), $29.95.

AVRIL 2013 FRANCE - AMÉRIQUE

FRA_AVRIL-013.indd 27

27

3/11/13 2:43 PM


INSTANTANÉS

3 2

1

4

6

1 Chicago, IL – Le 6 février, le consul général Graham Paul (au milieu) a commémoré avec la Société d’Illinois des Fils de la Révolution Américaine, la signature du Traité de l’alliance entre la France et les États-Unis en 1778, négocié par Benjamin Franklin en pleine guerre d’Indépendance des États-Unis. 2 Miami, FL – Le 9 février, les consulats français et allemand ont organisé un match de football amical pour célébrer le 50e anniversaire du traité de l’Élysée, qui a scellé le rapprochement francoallemand en 1963. 3 Pinecrest, FL – Le 15 février, la maire de Pinecrest, Cindy Lerner (à gauche), et le maire de Cognac Michel Gourinchas ont signé l’acte de jumelage de leurs deux villes. Un accord qui devrait développer échanges pédagogiques, tourisme, économie et partage culturel. 4 Los Angeles, CA – Le 8 février, lors du Festival panafricain du film, Filippe Savadogo (à gauche),

28

5

7

8 ambassadeur et représentant permanent de la Francophonie auprès des Nations Unies à New York, s’est vu remettre le « Visionary Award ». Il a été remercié par le fondateur du festival Danny Glover, pour son soutien lors de la création de l’événement en 1992, alors que Filippe Savadogo était à la tête du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Burkina Faso). 5 Chicago, IL – Le 8 février, les ambassadeurs de France et d’Allemagne aux États-Unis, François Delattre (à gauche) et Peter Ammon (à droite) ont débattu du partenariat franco-allemand et de l’avenir de l’Europe. Une discussion modérée par Fay Hartog-Levin (au milieu), senior advisor aux affaires européennes du Chicago Council on Global Affairs, qui co-organisait la rencontre.

Abbott Jr. et Gordon H. Mueller. Les deux musées renforcent leur partenariat en prévision du 70e anniversaire du Débarquement de juin 1944. 7 Washington, DC – Le 9 février, l’Alliance Française, en partenariat avec Art Soirée, a célébré Mardi Gras au Washington Club. Ici, Anne-Lise Bernay, enseignante à l’Alliance Française, Sylvain Cornevaux, le directeur culturel, Magali Bufferne, enseignante également et Thomas Chaurin, le directeur exécutif, parés pour la mascarade. 8 Boynton Beach, FL – Le 21 février, deux cérémonies se sont succédé pour décorer les vétérans américains de la Légion d’honneur. Plus d’une quarantaine d’anciens soldats, résidant aujourd’hui en Floride, ont ainsi reçu une médaille pour leur mérite.

6 La Nouvelle-Orléans, LA – Fin janvier, le député-maire de Caen Philippe Duron et le directeur du Mémorial de Caen Stéphane Grimaldi ont rencontré les dirigeants du World War II Museum, Herschel L.

FRANCE - AMÉRIQUE AVRIL 2013

FRA_AVRIL-013.indd 28

3/11/13 2:43 PM


Abonnez-vous !

LE JOU RNAL FR AN ÇAIS DES ÉTATS - UNIS

LE JOURNAL FRANÇAIS DES ÉTATS-UNIS

Février 2012

Le Crazy Horse

Mis à nu

Guide TV5Monde

L’HERMIONE DE LA FAYETTE

Cap sur l’Amérique

LÉGISLATIVES

Les candidats en Amérique du Nord

www.france-amerique.com www.france-amerique.com

Guide

LE

TV5Monde

JOURNAL

FRANÇAIS

Mis

Le

DES

à

nu

Crazy

Horse

Cap

sur

l’ Amérique

DE LA FA YETTE L ’HERMIONE

Amérique du Nord Les candidats en

LÉGISLA TIVES

É TAT S - U N I S

Février

2012

 

Oui, je m’abonne à France-Amérique pour 1 an (11 numéros) au tarif de $50. Oui, je m’abonne à France-Amérique pour 2 ans (22 numéros) au tarif de $80 et j’économise $20 ! Pour les abonnements à l’étranger, veuillez ajouter $35. Comptez 4 à 6 semaines pour recevoir votre premier numéro. Abonnez-vous en ligne sur www.france-amerique.com ou par téléphone au 1-800-901-3731

Je joins un chèque à l’ordre de France-Amérique

Je règle par carte bancaire:

 Visa  MasterCard  American Express

No de carte: ......................................................Date de validité:............................ Nom et Prénom : .................................................................................................... Signature: .............................................................................................................. Addresse: ............................................................................................................... Ville/ Etat/ Code postal: .....................................................Pays: ............................. Email: ....................................................................................................................  Je souhaite recevoir gratuitement l’édition numérique de France-Amérique  Je souhaite recevoir gratuitement la newsletter de France-Amérique IHA101

FRA_AVRIL-013.indd 29

EN CADEAU, L’ÉDITION NUMÉRIQUE! Recevez gratuitement l’édition numérique de France-Amérique en vous abonnant au magazine (une valeur de $29.95).

GARANTIE DE SATISFACTION

Si au cours de votre abonnement vous souhaitez annuler votre abonnement, vous serez remboursé pour la totalité des numéros non envoyés.

Veuillez nous renvoyer ce coupon avec votre réglement à cette adresse: FrancePress LLC, 115 East 57th St, 11th Fl. New York, NY 10022

3/11/13 2:43 PM


ANNUAIRE VIE EN FRANCE CULTURE

SERVICES JURIDIQUES

DÉMÉNAGEMENTS DÉmÉnagement

I. M. S., INC. INTERNATIONAL MOVING SERVICE

Spécialisé dans l’emballage et le transport de meubles anciens et d’objets précieux, depuis 34 ans. Nos références: ambassades, consulats, particuliers (France, UK, Allemagne, etc.)

Business and Technology Lawyers

William B. Bierce

“Déménagez les mains dans les poches” Contactez George Harrington • 1-800-827-5467 • www.imsmover.com

français/anglais

Domestic and Cross-Border

SERVICES COMPTABLES

Corporate and Commercial Strategic Alliances Employment/Executive Comp. Licensing and Technology 420 Lexington Ave., Ste 2920 New York, New York 10170 Tel: 212-840-0080

info@biercekenerson.com biercekenerson.com/bienvenu

IMMOBILIER

SANTÉ

LARCHMONT · MAMARONECK · RYE · SCARSDALE LARCHMONT · MAMARONECK · RYE · SCARSDALE LARCHMONT · MAMARONECK · RYE · SCARSDALE LARCHMONT · MAMARONECK · RYE · SCARSDALE

IMMOBILIER

IMMOBILIER IMMOBILIER IMMOBILIER

LARCHMONT · MAMARONECK · RYE · SCARSDALE

MÉDECIN

dentiste

dr. Gérard epelbaum Diplômé Faculté de Médecine de Paris École Dentaire de New York

CABINET DENTAIRE

30 East 40th Street, Suite 906 IMMOBILIER

WESTCHESTER WESTCHESTER WESTCHESTER WESTCHESTER

Nathalie Clark WESTCHESTER LicensedClark Salesperson Nathalie Nathalie Clark Nathalie Clark C (917) 825 4323 Licensed Salesperson Licensed O (914) 825 834Salesperson 7100 C (917) 4323 Licensed Salesperson nathalie.clark@gmail.com O 834 7100 C (917) 825 4323 C(914) (917) 825 4323 www.ColdwellBankerMoves.com Nathalie Clark nathalie.clark@gmail.com O (914) 834 7100 O (914) 834 7100 Licensed Salesperson www.ColdwellBankerMoves.com nathalie.clark@gmail.com nathalie.clark@gmail.com C (917) 825 4323 www.ColdwellBankerMoves.com O (914) 834 7100 www.ColdwellBankerMoves.com nathalie.clark@gmail.com www.ColdwellBankerMoves.com

(Between Madison & Park Avenue)

NEw York

(212) 889-5966

Dr. Sylvie Epelbaum DErmatologiE Diplômée Facultés de Médecine de Paris et de New York

Maladies de la peau, des ongles et du cuir chevelu. Traitement des rides, varices, maladies vénériennes.

30 East 40th Street

(Between Madison & Park Avenue)

NEw York

(212) 448-0007

Rébecca Elmaleh, MD MÉDECIN HOMÉOPATHE

20 years experience Family Medicine & Homeopathic Medicine Allergies, asthma, menopause, PMS, ADD, infertility, sinusitis, IBS, anxiety, & more.

Adults, Children & Pregnancy.

70 East 10TH Street New York City (212) 253-2488 RebeccaElmalehMD.com

ADVERTISE

PLACE YOUR AD IN L’ANNUAIRE TODAY!

Coldwell Banker Residential Brokerage 140 Larchmont Larchmont NY 10538 Coldwell BankerAve, Residential Brokerage 140 Larchmont Ave, Larchmont NY 10538

Coldwell Banker Residential Brokerage 140 Larchmont Ave, Larchmont NY 10538 Coldwell Banker Residential Coldwell Banker Residential BrokerageBrokerage

PLEASE CALL (646) 202-9828

140 Ave, Larchmont NY 10538NY 10538 140Larchmont Larchmont Ave, Larchmont

FRA_AVRIL-013.indd 30

3/11/13 2:43 PM


PETITES ANNONCES

LOCATIONS VACANCES ET AUBERGES AIX EN PROVENCE Cours Mirabeau, heart of town. 2 bedrooms. Perfect for exploring Provence. $1350/week Web: www.greatfrenchrentals.com NICE/COTE D’AZUR/GRASSE Authentic village hill country Riviera, near Grasse. Breathtaking views. Sleeps 4. $1250/week Web: www.greatfrenchrentals.com WWW.PROVENCEPROPERTIES.NET Your source for vacation villas since 2003 2 FULLY EQUIPPED HOMES FOR HOLIDAYS Between the CEVENNES MOUNTAINS and the ROMAN PROVENCE, in a property with pine and olive grove: - Cottage : sleeps 2 – 1 bedroom - Apartment : sleeps 4 – 3 bedrooms - 2 bathrooms Terrace, peaceful gardens, panorama. Email: tixier.francoise@gmail.com Web: www.maison-pradier.com BRETAGNE/NORD FINISTÈRE Belle maison spacieuse à 2 mn de la plage, 6 personnes, site exceptionnel, vue sur mer, photos disponibles sur le site web. $1000/semaine Contact: Chantal Lewis Phone: 603-455-2010 Email: chantaldugrzt@aol.com Web: www.brittanycoasthome.com

IMMOBILIER À LOUER – PARIS HAVEN IN PARIS - PARIS, PROVENCE, TUSCANY AND LONDON Luxury Vacation Apartment & Villa Rentals. Central Paris, Panoramic Views, Balconies, Private Gardens, Computers & High Speed Internet in all apartments, Luxury Concierge Services. All properties personally chosen & visited by Haven in Paris staff. Phone: 617 395 4243 Email: info@haveninparis.com Web: www.haveninparis.com BASTILLE MARAIS Enchanting one-bedroom newly renovated apartment on quiet cobblestone passage. Fantastic location! Top floor with skylights. Sleeps 2-4. Photos available on website. Phone: 415-282-3648 Email: jh@janhansonphoto.com Web: www.parisbastilleapt.com PARIS 7TH EIFFEL Superb 1 bedroom, elevator. $1080/week. $2990/month. Phone: 858-354-4470 Web: www.purplevictorian.com

PROPOSITIONS COMMERCIALES FOR SALE: ESTABLISHED FRENCH SPECIALTY WINE SHOP Located in Silicon Valley historic town. Business sold as turnkey operation with all permits and licenses in place. Favorable price and lease. Only qualified interested parties and professionals need respond. Email: syrahdeux@gmail.Com

IMMOBILIER À VENDRE MAISON DE CARACTÈRE EN BRETAGNE Vue imprenable sur port de Ploumanach, Cotes d’Armor. Cinq pièces, deux salles de bain, cuisine, cour/garage. Pour photos, contactez Roselyne Bothorel à contact@ demeuresdulittoral.com ou 33-2-96230986. Phone: 781-391-3170 Email: jschere@orange.fr

APARTMENT, FRACTIONAL OWNERSHIP Located on the Mediterranean near Spain, 2 bedrooms, large terrace, parking, six weeks use. $45,000 Contact: John West Phone: ( 705) 466 - 2378 Email: johnwest16@gmail.com

TOURISME/VOYAGES FRENCH HOTEL BARGE CRUISES Contact: Paradise Connections Yachts & Barge Charters Email: Barging@ParadiseConnections.com Web: www.BargeCharters.com TREASURES OF BORDEAUX AND THE WINE COUNTRY Exclusive Tour: May 25-June 1, 2013 Discover the world’s most prestigious wine estates via privileged visits and exclusive wine tastings—by special invitation—to Bordeaux’s greatest Premier and Grand Cru Classé châteaux, including Cheval Blanc, Lafite Rothschild, Palmer, Yquem, Margaux and many more. Private luncheons and dinners at renowned châteaux await us on this memorable tour!

Contact Pamela Huntington Darling for information on this and other luxury European tours at: www.exclusiveculturaltours.com

COURS / ATELIERS LEARN FRENCH ONLINE Be ready for your next trip to France! From the comfort of your home or office, learn French with a native speaker and experienced tutor Affordable prices, flexible hours Contact: Carole Rothschild Phone: 860 – 818 – 6421 Email: info@frenchalacarte.us.com Web: www.frenchalacarte.us.com VALORME Small residential school in Foix, medieval town, Southwest France. Classes, visits, hiking. Contact: Corine Rouleau Web: www.valorme.com COURS INTENSIFS D’ANGLAIS Depuis 1955. Spanish-Américan Institute 215 West 43th St, Times Square, NY 10036 Phone: 212-619-7267 Fax: 212-719-5922 Email: info@sai2000.org Web: www.sai2000.org WWW.FRENCHWITHLUC.COM Private French Instruction via Skype. Est. 1986. EUROLINGUA ONE-TO-ONE LANGUAGE HOMESTAYS Dutch, English, French, German, Italian, Portuguese, Russian, Spanish, Ukrainian. Total linguistic and cultural immersion living 1 to 4 weeks in the home of a qualified Eurolingua Homestay Tutor, any time of year. Quality accommodation, all family meals, local visits and excursions. Return home speaking like a native!! Web: www.eurolingua.com

SERVICES AVOCAT FISCALISTE - NEW YORK & PARIS Avocat fiscaliste aux barreaux de New York & Paris, CPA Planning Fiscal France - U.S.A. Déclarations fiscales U.S. particuliers & entreprises Contact: Jean-Pierre Lavielle Phone: +1 (203) 635-3117 Email: jplavielle@laviellelaw.com

BUSINESS & TECHNOLOGY LAWYERS - NEW YORK, NY Français/Anglais Domestic and Cross-Border Corporate and Commercial Strategic Alliances Employment/Executive Comp. Licensing & Technology e-Commerce Contact: William B. Bierce Phone: (212) 840 - 0080 Email: info@biercekenerson.com Web: www.biercekenerson.com

APTA INTERNATIONAL ASSURE LES EXPATRIÉS DANS LE MONDE ENTIER! Depuis plus de 15 ans, APTA International vous aide à trouver les contrats d’assurance santé les mieux adaptés à votre situation personnelle (travaille en coordination avec la Caisse des Français de l’Etranger). Contact: Michel Leclerc Phone: +33 (0)6 15 16 68 71 Fax: +33 (0)4 72 68 17 00 Email: michel.leclerc@apta-international.com Web: www.apta-international.com CPA / COMPTABILITE GENERALE / DECLARATIONS FISCALES / ENTREPRISES / PARTICULIERS / CONSEIL FISCAL CPA NY/FL Contact: DOROTHY MCAULIFFE CPA MBA Phone: 347-327-4595 Fax: 866-570-9401 Email: dorothycpa@yahoo.com Web: dorothycpa.wordpress.com

PRODUITS FRANÇAIS

FIGHT PLASTIC BAG POLLUTION With our stylish French Market Baskets—roomy, practical, and oh-so-French! QuelObjet.com has lots of Valentine ideas for him and her. Here are just a soupçon. From Petanque Sets, Leather Vide Poches and Fireman’s Mustard to Champagne Biscuits, Macarons Trays and Sachets Coffrets, you’ll be sure to please your Valentine! Email: susansears@quelobjet.com Web: www.quelobjet.com

RECHERCHE D’EMPLOI BABYSITTING Dame sérieuse, flexible et ponctuelle avec expérience recherche emploi de babysitter. Contact: Gina Phone: 347 482 3354 Email: georginatoees@yahoo.com

OFFRES D’EMPLOI TEACHING POSITIONS OPEN IN OREGON Le Monde French Immersion Public Charter School has opened its first Kindergarten and 1st Grade classrooms in the fall of 2012 in Portland, Oregon. An additional grade level will be added each subsequent year, ultimately offering instruction through 8th Grade. We are currently accepting applications for additional teachers and teacher assistants for the 2013-14 school year. Please review the job descriptions on our employment page for additional information. www.lemondeimmersion.org/employment.htm

To place a classified ad please visit our website www.france-amerique.com, call 646 202 9828 or email classifieds@france-amerique.com. Classifieds run simultaneously in France-Amérique and www.france-amerique.com for the monthly rate of $2.50/word (10 words minimum) and $1.5/word for the website only. Deadline  for  submission:  3  weeks  prior  to  issue  date for the magazine and 24hrs for the website.

FRA_AVRIL-013.indd 31

3/11/13 2:43 PM


FRA_AVRIL-013.indd 32

3/11/13 2:43 PM


France-Amérique Avril 2013